Le patient cérébrolésé. Dr PEL

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Le patient cérébrolésé. Dr PEL"

Transcription

1 Le patient cérébrolésé Dr PEL

2 Anatomie Constituants du cerveau : parenchyme cérébral, Liquide Céphalo Rachidien (LCR), volume sanguin artériel et veineux Contenus dans une enceinte rigide : Boîte crânienne Dure-mère (méninge) P Conséquences : P = Pression intra-crânienne V = volume V

3 Le Parenchyme cérébral Constitué de neurones et de cellules de soutien (cellules gliales, astrocytes...) 100 milliards de neurones et 100 trillions de connexions

4 Le LCR

5 Circulation artérielle : le cercle de Willis Anastomoses artérielles entre la circulation antérieure et postérieure Réseau de suppléance fondamental

6

7 Circulation veineuse sinus longitudinal supérieur sinus latéral golfe jugulaire veine jugulaire interne

8 Régulation du DSC Pression de Perfusion Cérébrale (PPC) PaCO2, PaO2 Régulation métabolique Régulation neurogénique Hématocrite, Température

9 La PPC PPC = Pression Artérielle Moyenne (PAM) - Pression intra-crânienne (PIC) Mécanismes permettant de maintenir un débit sanguin stable face à des variations de perfusion Passe par des variations de diamètre artériolaire = variation des résistances vasculaires cérébrales Mécanismes métaboliques et myogéniques

10 Autorégulation cérébrale

11 Rôle PaCO2 et PaO2

12 Le monitorage du patient cérébro-lésé

13 PIC = Pression intra-crânienne Valeur normale = 5 à 10 mmhg Très variable dans le nycthémère L aggression cérébrale entraîne un oedème cérébral avec de la PIC au delà de 20 mmhg

14 Indications de la PIC Traumatisme crânien avec un score de Glasgow 8 et lésions scannographiques : Écrasement des citernes Déviation de la ligne médiane > 3 mm Hémorragie méningée post traumatique associée TC avec CGS 8 sans lésions scannographiques : à discuter, indication large en cas de lésions associées : polytraumatisme, chirurgie longue...

15 Pathologies bénéficiant d un monitorage par la PIC D une manière large toutes les aggressions cérébrales responsable d un CGS 8 : Traumatisme crânien Hémorragie méningée Hématome intra cérébral Abcès cérébral...

16 Comment mesure t-on une PIC? Mesure intra ventriculaire Mesure intra parenchymateuse

17 Techniques de pose d une fibre intra parenchymateuse Fibre de Codman ou Camino Pré-requis : hémostase normale Geste neuro-chirurgical Matériel : perceuse, fibre (kit), moniteur, habillage stérile... Bavettes, limiter les aller-venues

18 Surveillance en réanimation Noter la référence du zéro : entre 480 et 520 Pansement de tête Départ du patient : Avec le boîtier Sans le boîtier : garder le couple fibre / cable Ablation : par l interne de neurochir

19 Que mesure t-on avec la PIC? La PIC rend compte de la Δ des 3 composants de la boite crânienne : Parenchyme cérébral (80% du vol total) Volume sanguin cérébral (5% du vol total dont ⅕ pour le système artériel et ⅘ pour le système veineux LCR (15% du total) La somme Volparench + Volsang + VolLCR est une constante (principe de Monroe Kelly)

20 La PIC permet : D estimer la gravité de l aggression cérébrale De mesurer la PPC en continu De refléter les variations de volume sanguin cérébral De donner d autres informations avec : L analyse de la forme de la courbe de PIC L analyse de la relation entre Δ PIC et Δ PAM (indice Prx) Pas (ou quasi) d effets secondaires (hématome, infection)

21 La Saturation veineuse jugulaire en oxygène (SvjO2) Cathéter à contrecourant dans la veine jugulaire interne Position de l extrémité du cathéter dans le golfe jugulaire Rx cervicale profil Héparine 50 UI / 50 ml à 2 UI/h

22 Interprétation Chaque veine JI draine ⅔ du sang veineux de l hémisphère homolatéral et ⅓ de l autre Placée du côté le plus atteint ou le plus à risque Reflète l équilibre entre les apports en O2 et la consommation cérébrale en O2 (CMRO2), ie le rapport CMRO2 / DSC Une valeur < 55% signe une situation d ischémie cérébrale

23 SvjO2 en pratique Mesure de la SvjO2 chez 27 patients avec un TCG, à l arrivée, puis après avoir augmenté la PAM 100 n = 27 Avant Après p* PAM (mmhg) 79 ± ± 10 < 0,001 P I C (mmhg) 25 ± ± 14 NS PPC (mmhg) 53 ± ± 10 < 0,001 SvjO 2 (%) 56 ± ± 7 < 0,001 SjvO 2 (%) CPP (mmhg) Peut être utile en l absence de PIC (à l arrivée,...)

24 Le Doppler Trans-crânien (DTC) Mesure des vélocités systoliques, moyennes et diastoliques des GR au niveau des vaisseaux cérébraux Effectué le plus souvent sur l ACM (sylvienne) Est un reflet du Débit Sanguin Cérébral Donne des informations différentes suivant que l on monitore une HTIC ou un vasospasme Techniques d enregistrement en continu

25 Localisation de la sonde pour l ACM : Fenêtre temporale FA FM FP Autres mesures

26 Mesure sur l ACM Vd Vm Vs α Vmesurée = Vréelle x cos α Index de pulsatilité (IP)= (VS-VD)/VM = (VSR-VDR) x cosα VMR x cosα

27 Flux Doppler selon les artères Artère radiale Carotide externe Carotide primitive Carotide Interne

28 ACM : d un débit normal au stade IV

29 DTC et HTIC Valeurs pertinentes : VD et IP Une IP élevée signe une des résistances artériolaires cérébrales : hypocapnie et/ou PPC basse ( PIC, PAM) L association d une VD inférieure à 20 cm/s et d un IP supérieur à 1,4 témoigne d une HTIC

30 DTC et vasospasme Surtout présent après hémorragie méningée anévrysmale La valeur pertinente est la VM de l ACM Classiquement : Vélocités moyennes (cm/s) Index de Lindegaard Interprétation < 120 < 3 Pas de spasme > 120 < 200 > 3 < 6 Spasme modéré > 200 > 6 Spasme sévère Les valeurs utiles sont les VM < 120 cm/s ou > 200 cm/s

31 Autre indicateur de DSC 1. Mesure régionale Mesure avec sondes de Laser Doppler Mesure de PO2 locale (PtiO2) NIRS Microdialyse intracérébrale Mesure de Δ DSC par Δ température

32 Autre indicateur de DSC 2. Mesure générale et régionale TDM de perfusion (iode) IRM de perfusion (gadolinium) SPECT ( 99m Tc) Mesure au Xénon (inhalation de Xénon) PET scan ( 15 O radio-isotope)

33 L agression cérébrale : exemple du traumatisme crânien

34 Le Traumatisme Crânien Le plus souvent secondaire à un AVP Ou chute, aggression... Responsable de lésions cérébrales primaires et secondaires Évalué par le score de Glasgow Entre 3 et 11 Par convention si IOT ou trachéo : CGS 11 max Si hémiplégie, prendre la meilleure réponse motrice

35 Examen des pupilles La dilatation pupillaire (mydriase) est le signe majeur de gravité du traumatisé crânien Risque de mort par engagement cérébral Évaluer la réactivité pupillaire à la lumière

36 La mydriase uni ou bilatérale C est toujours une urgence +++

37 Traumatismes crâniens : lésions primaires Hématome extra-dural, sous-dural, intra parenchymateux Hémorragie méningée Lésions axonales diffuses Oedème cérébral

38 Hématome extra-dural Entre l os et la dure-mère

39 Hématome sous-dural Entre la dure-mère et le parenchyme

40 L oedème cérébral

41 Association lésionelle Fréquente Conséquences : augmentation de la PIC, engagement cérébral, mort

42 Engagement cérébral

43 Traumatisme crânien : lésions secondaires Elles sont dues aux agressions ischémiques secondaires qui vont majorer l oedème cérébral : - Hypotension artérielle - Hypertension intra-crânienne (HTIC), notamment au moment des soins courants (aspiration trachéale, kiné, nursing...) - Hypoxémie - Hyperthermie

44 Surveillance du traumatisé crânien Clinique : score de Glasgow par 4 h voire 2 h, pupilles avec réactivité à la lumière Radiologique : scanner, IRM Monitorage cérébral : multiple - Mesure de la PIC - Mesure de la SvjO2 - Doppler Trans-crânien - Autres : microdialyse cérébrale, laser, mesure PO2...

45 Physiopathologie du traumatisé crânien Associe lésions primaires et secondaires Modifications de la courbe d AR cerveau sain agression cérébrale 45

46 Physiopathologie du traumatisé crânien - Seuil inférieur du plateau au delà de 50 mmhg - PIC augmentée - PAM diminuée chez le polytraumatisé PPC inférieure au seuil d autorégulation risque d ischémie cérébrale

47 Les principes de prise en charge du traumatisé crânien Améliorer la PPC (PAM-PIC), en moyenne > 70 mmhg - En augmentant la PAM : volémie, catécholamines - En diminuant la PIC - En adaptant le niveau de PPC aux autres données du monitorage Éviter et prévenir les agressions ischémiques secondaires

48 Diminuer PIC = agir sur tous les volumes intra-cérébraux Hématomes (extra, sous, intra) Liquide céphalo-rachidien : DVE, ponction lombaire prudente Œdème cellulaire : osmothérapie, volet, prévention Volume sanguin cérébral

49 Dérivation Ventriculaire Externe (DVE) Mise en place d'un cathéter entre un ventricule cérébral latéral et l'extérieur, ce qui permet l'évacuation du LCR Geste chirurgical réalisé au bloc Acte d'urgence Objectif : diminuer la pression dans les ventricules cérébraux et donc la pression intra-crânienne

50 Principes de fonctionnement Relation directe entre la cavité ventriculaire et l extérieur Le niveau de la DVE est donné par la maîtrisette Toute de pression intra ventriculaire au delà du niveau entraîne une issue de LCR jusqu à l égalisation des pressions

51 Mise à 0 du système Maîtrisette

52 «comprendre» le niveau de la DVE Exprimée en cmh2o Une hauteur de DVE à + 15 cm H2O correspond à une valeur de 11,4 mmhg C est à dire que toute augmentation de pression (ie de PIC) au delà de 11,4 mmhg entraîne une issue de LCR par la DVE pour égaliser les pressions N est valable que s il n y a pas d obstacle à l écoulement du LCR

53 C est un système clos!! Toute ouverture du système accidentelle ou volontaire majore le risque d infection Respecter l asepsie : tout geste se fait en habillage stérile : réfection du pansement, prélèvement de LCR, geste... Valable pour tout le personnel Se référer au protocole DVE pour les différents gestes

54 Le volet de décompression

55 Objectif Geste de sauvetage en cas d HTIC incontrôlable Surtout étudié dans les accidents vasculaires cérébraux ischémiques Doit être le plus large possible N est efficace qu en cas d HTIC unilatérale

56 Complications Hernie cérébrale +++ Cerveau sous la peau Aggravation hémorragique (extra ou sous durale, intra-parenchymateuse) Contusion à la jonction os-tissu Fuite de LCR, infection Surveillance cicatrice, fuite de LCR...

57 Gestion du volume sanguin cérébral Positionnement du patient : DD 30, tête dans l axe, légère flexion Sédation : éviter poussées PIC liées à toux, kiné, douleur, aspirations... Capnie Température Et PAM!

58 Influence de la capnie Hypercapnie vasodilatation augmentation du volume sanguin cérébral augmentation de la PIC

59 Influence de la capnie Hypercapnie vasodilatation augmentation du volume sanguin cérébral augmentation de la PIC Hypocapnie vasoconstriction diminution du volume sanguin cérébral diminution de la PIC et du débit!!

60 Influence de la capnie Hypercapnie vasodilatation augmentation du volume sanguin cérébral augmentation de la PIC Hypocapnie vasoconstriction diminution du volume sanguin cérébral diminution de la PIC et du débit!! => normocapnie

61 Température Hyperthermie délétère dans TOUTES les études Maintien normothermie Par paracetamol, sédation, voire curares Hypothermie Permet un meilleur contrôle de la PIC

62 Température, CO 2 et PIC

63 Hyperthermie A même ventilation : Température augmente = métabolisme augmente production de CO 2 augmente capnie augmente vasodilatation et augmentation du volume sanguin PIC augmente

64 Hypothermie A même ventilation : température diminue - métabolisme diminue = production de CO 2 diminue - augmentation solubilité CO2 capnie diminue vasoconstriction et diminution du volume sanguin PIC diminue

65 Hypothermie A même ventilation : température diminue - métabolisme diminue = production de CO 2 diminue - augmentation solubilité CO2 capnie diminue vasoconstriction et diminution du volume sanguin PIC diminue Baisse du débit adaptée à baisse métabolisme

66 Température Objectif systématique = normothermie Paracétamol Sédation Thérapeutique = hypothermie Sédation profonde Curares, monitorage Refroidissement Surveillance CO 2 en fonction température

67 Toujours volume sanguin cérébral : la PAM fait varier la PIC DSC PPC (mmhg)

68 Cascade «bénéfique» Vasoconstriction PAM PPC Volume sanguin cérébral PIC Rosner, 1989

69 Cascade «aggravante» Vasodilatation PAM PPC Volume sanguin cérébral PIC Rosner, 1989

70 Pronostic Pronostic lourd avec des séquelles motrices, intellectuelles, psychologiques Tant pour les patients que pour la famille L amélioration du pronostic repose la préservation du DSC et la prévention des agressions ischémiques secondaires Implique de multiplier les moyens de monitorage Et une rigueur extrême dans la prise en charge des patients

Monitoring de l Hypertension intra-crânienne: PIC, SvjO 2, DTC. VMorando 11 juin 2008 DESC réanimation médicale

Monitoring de l Hypertension intra-crânienne: PIC, SvjO 2, DTC. VMorando 11 juin 2008 DESC réanimation médicale Monitoring de l Hypertension intra-crânienne: PIC, SvjO 2, DTC VMorando 11 juin 2008 DESC réanimation médicale Objectifs du Monitoring: -Diagnostiquer l HTIC -Evaluer le risque ischémique cérébral -Surveiller

Plus en détail

PRISE EN CHARGE PER-OPERATOIRE D UN TRAUMATISE CRANIEN POUR EVACUATION D UN HEMATOME EXTRA-DURAL (H.E.D)

PRISE EN CHARGE PER-OPERATOIRE D UN TRAUMATISE CRANIEN POUR EVACUATION D UN HEMATOME EXTRA-DURAL (H.E.D) PRISE EN CHARGE PER-OPERATOIRE D UN TRAUMATISE CRANIEN POUR EVACUATION D UN HEMATOME EXTRA-DURAL (H.E.D) Joëlle MOUREY, Chantal LOSSON (IADE) Dr Lamine ABDENNOUR Service de neurochirurgie D.A.R Hôpital

Plus en détail

TRAUMATISMES CRÂNIENS DE L ADULTE

TRAUMATISMES CRÂNIENS DE L ADULTE TRAUMATISMES CRÂNIENS DE L ADULTE (Ph. Esposito) Objectifs : - Connaître les principes de traitement d une hypertension intracrânienne post-traumatique - Connaître la classification des traumatismes crâniens

Plus en détail

Traumatismes crâniens graves. Catherine Ract DAR Bicêtre

Traumatismes crâniens graves. Catherine Ract DAR Bicêtre Traumatismes crâniens graves Catherine Ract DAR Bicêtre Ischémie et traumatisme crânien Etudes anatomopathologiques : 90% de lésions ischémiques Graham, JNNP 89 Bas DSC chez plus de 30% des patients Bouma,

Plus en détail

PRISE EN CHARGE INFIRMIERE D UN TRAUMATISE CRANIEN GRAVE. PIEL Christelle BOUVIER Sylvain CH. Ploërmel

PRISE EN CHARGE INFIRMIERE D UN TRAUMATISE CRANIEN GRAVE. PIEL Christelle BOUVIER Sylvain CH. Ploërmel PRISE EN CHARGE INFIRMIERE D UN TRAUMATISE CRANIEN GRAVE DU PREHOSPITALIER AU DECHOCAGE PIEL Christelle BOUVIER Sylvain CH. Ploërmel 1 ère JPMU Décembre 2007 QU EST CE QU UN TRAUMATISE CRANIEN GRAVE (TCG)

Plus en détail

Prise en charge des HSD du nourrisson en réanimationr

Prise en charge des HSD du nourrisson en réanimationr Prise en charge des HSD du nourrisson en réanimationr Philippe MEYER Unité de Réanimation Neurochirurgicale Pédiatrique Necker Enfants Malades Epidémiologie HSDA du nourrisson: Terrain Mécanisme traumatique

Plus en détail

www.urgencemonastir.com Cas clinique

www.urgencemonastir.com Cas clinique Cas clinique Une femme de 56 ans s est présentée au SAU pour des céphalées intenses d installation brutale évoluant depuis 10 jours. Elle s est réveillée avec une douleur vive à l'arrière de son cou se

Plus en détail

COLLEGE DE MEDECINE D URGENCE DE BOURGOGNE

COLLEGE DE MEDECINE D URGENCE DE BOURGOGNE N de version: 01 Date d'application : 27/03/2008 Réf.: CMUB-027 Pagination : 1 de 6 COLLEGE DE MEDECINE D URGENCE DE BOURGOGNE Procédure N 27 Rédacteurs Dr JM YEGUYAIAN (SAMU 21), Dr DIDIER HONNART (SRAU

Plus en détail

SYSTEME NERVEUX CENTRAL : Circulation Cérébrale, Barrière Hémato-Encéphalique & Liquide Céphalo-Rachidien

SYSTEME NERVEUX CENTRAL : Circulation Cérébrale, Barrière Hémato-Encéphalique & Liquide Céphalo-Rachidien SYSTEME NERVEUX CENTRAL : Circulation Cérébrale, Barrière Hémato-Encéphalique & Liquide Céphalo-Rachidien Professeur Laurent BAUD Mise à jour: Janvier 2005-1 - PLAN 1. CIRCULATION CEREBRALE 1.1. Anatomie

Plus en détail

Le barostat. Régulation de la pression artérielle

Le barostat. Régulation de la pression artérielle Le barostat Régulation de la pression artérielle Le barostat est l homéostat qui assure la régulation de la pression artérielle moyenne à court terme et dans des conditions physiologiques normales. système

Plus en détail

Remerciements. Drain ventriculaire externe. Plan. Plan. Définition. Buts. Collaboratrice:

Remerciements. Drain ventriculaire externe. Plan. Plan. Définition. Buts. Collaboratrice: 2 Remerciements Drain ventriculaire externe Chantal Lévesque, conseillère en soins infirmiers, Direction des soins infirmiers et regroupement clientèles Collaboratrice: Mme Sylvie Proulx, technicienne

Plus en détail

Prise en charge initiale du traumatisme crânien grave

Prise en charge initiale du traumatisme crânien grave Prise en charge initiale du traumatisme crânien grave jacques.albanese@ap-hm.fr SAR et Centre de traumatologie Hôpital Nord, Marseille www.reanord.org Introduction BMJ 2000; 320,1631-1635 Introduction

Plus en détail

Régulation du débit sanguin cérébral. Gérard Audibert CHU Nancy

Régulation du débit sanguin cérébral. Gérard Audibert CHU Nancy Régulation du débit sanguin cérébral Gérard Audibert CHU Nancy Energétique cérébrale Poids du cerveau: 1200 ± 200 g, soit 2% du poids corporel DSC = 15 % débit cardiaque = 750 ml/min =50-60 ml/min/100g

Plus en détail

17/12/2014. Plan du cours

17/12/2014. Plan du cours Université Hadj Lakhdar Batna Faculté de médecine Département de médecine La Pression artérielle et sa régulation 1ere Partie Année universitaire 2014-1515 Présentation Dr. S. FERHI Plan du cours Objectif

Plus en détail

Circulation artérielle

Circulation artérielle Circulation artérielle Plan 1- Caractéristiques générales 1-1 Anatomiques 1-2 Histologiques 1-3 Innervation et vasomotricité La circulation artérielle Circulation à haute pression Propagation du sang du

Plus en détail

Le débit sanguin cérébral

Le débit sanguin cérébral Le débit sanguin cérébral Dr Jean-François Vibert Département de Physiologie Faculté de Médecine P&M Curie, site Saint-Antoine M1 Neurophysiologie DSC 1 Introduction Le cerveau est l'une des parties du

Plus en détail

SOMMAIRE. 1 accueil de grande garde de neurochirurgie Historique

SOMMAIRE. 1 accueil de grande garde de neurochirurgie Historique SOMMAIRE 1 - Accueil de grande grade de neurochirurgie Historique Organisation Pathologies Rôle de l IDE à l accueil Surveillance 2- Rôle de l infirmière en réanimation neurochirurgicale Les pathologies

Plus en détail

Les hématomes extra-duraux (HED)

Les hématomes extra-duraux (HED) Les hématomes extra-duraux (HED) L hématome extra-dural Entre la face externe de la dure-mère et la table interne de la voûte crânienne Le plus souvent temporo-pariétal, frontal ou occipital Souvent secondaires

Plus en détail

LES TRAUMATISMES CRANIENS. G.PARADOT, Service de Neurochirurgie, Hôpital Bicêtre

LES TRAUMATISMES CRANIENS. G.PARADOT, Service de Neurochirurgie, Hôpital Bicêtre LES TRAUMATISMES CRANIENS G.PARADOT, Service de Neurochirurgie, Hôpital Bicêtre DEFINITION Traumatisme crânien: «coup sur la tête» Problème majeur de santé publique Risques à court et long terme L'HTIC

Plus en détail

Dérèglement thermique. Hypothermie Hyperthermie SEMINAIRES IRIS

Dérèglement thermique. Hypothermie Hyperthermie SEMINAIRES IRIS Dérèglement thermique Hypothermie Hyperthermie Hyperthermie Hyperthermie Production de chaleur corporelle Exercice intense Elimination de chaleur corporelle Vague de chaleur Cadre iatrogène (syndr malin

Plus en détail

Monitorage de la pression intracrânienne. Emilie WATTELLIER Dr Samuel GAY

Monitorage de la pression intracrânienne. Emilie WATTELLIER Dr Samuel GAY Monitorage de la pression intracrânienne Emilie WATTELLIER Dr Samuel GAY Comment mesurer 2 Comment mesurer Référence : mesure Intraventriculaire = DVE Avantages: Recalibration In Vivo Pas de dérive de

Plus en détail

Le Système Vasculaire

Le Système Vasculaire Le Système Vasculaire II/ Les différentes portions du système vasculaire 1. Les artères 2. Les capillaires 3. Les veines 4. Les lymphatiques : un système à part. LES ARTERES I. Anatomie des artères II.

Plus en détail

PRESSION ARTERIELLE ET PAROI VASCULAIRE. Docteur Etienne SAVIN Sce. Expl. Fonctionnelles Hôpital Lariboisière

PRESSION ARTERIELLE ET PAROI VASCULAIRE. Docteur Etienne SAVIN Sce. Expl. Fonctionnelles Hôpital Lariboisière PRESSION ARTERIELLE ET PAROI VASCULAIRE Docteur Etienne SAVIN Sce. Expl. Fonctionnelles Hôpital Lariboisière INTRODUCTION Quelques définitions 1. Pression artérielle Lorsque, dans le langage courant, on

Plus en détail

Plan de la présentation LE LYMPHOEDÈME ET LA THÉRAPIE DÉCONGESTIVE COMBINÉE. Différentes causes provoquant un lymphoedème secondaire.

Plan de la présentation LE LYMPHOEDÈME ET LA THÉRAPIE DÉCONGESTIVE COMBINÉE. Différentes causes provoquant un lymphoedème secondaire. LE LYMPHOEDÈME ET LA THÉRAPIE DÉCONGESTIVE COMBINÉE MICHEL EID, MASSOTHÉRAPEUTE CLINIQUE DU LYMPHOEDÈME DU QUÉBEC ET PHYSIO EXTRA Plan de la présentation Définition de différents types de lymphoedème.

Plus en détail

Dossier. Vous suspectez un accident ischémique cérébral. Dans quel territoire artériel pensez-vous qu il se situe?

Dossier. Vous suspectez un accident ischémique cérébral. Dans quel territoire artériel pensez-vous qu il se situe? Dossier 1 Il est 10 h 00 du matin. Une patiente de 42 ans, droitière, vient aux urgences de votre hôpital pour une hémiparésie gauche apparue brutalement. Elle n a pas d antécédent particulier. Depuis

Plus en détail

SOINS INTENSIFS NEUROLOGIQUES

SOINS INTENSIFS NEUROLOGIQUES SOINS INTENSIFS NEUROLOGIQUES Définitions Coma État de non-éveil et de non-contact avec le monde extérieur. Le sujet repose les yeux généralement fermés et sans réponse aux stimuli externes ou aux besoins

Plus en détail

Physiologie de la circulation coronaire

Physiologie de la circulation coronaire Physiologie de la circulation coronaire Dr. KERMICHE 1 Les objectifs du cours A la fin du cours l étudiant doit: Expliquer la raison d être de la circulation coronaire et de nommer les principales ramifications

Plus en détail

INTUBATION TRACHÉALE Christian LAPLACE

INTUBATION TRACHÉALE Christian LAPLACE INTUBATION TRACHÉALE Christian LAPLACE Réanimation Chirurgicale - CHU Bicêtre Pourquoi intuber? Pour protéger les voies aériennes en cas de troubles de la conscience Pour protéger les voies aériennes et

Plus en détail

Prévention du risque d ischémie médullaire

Prévention du risque d ischémie médullaire Prévention du risque d ischémie médullaire Philippe Piquet, Jean-Michel Bartoli Services de Chirurgie Vasculaire et d imagerie médicale Hôpital de la Timone, Marseille Ischémie médullaire après TEVAR L

Plus en détail

Dérivation ventriculo-péritonéale du liquide cérébro-spinal

Dérivation ventriculo-péritonéale du liquide cérébro-spinal Neurologie.com 2009 ; 1 (8) : 1-5 Docteur qu est-ce que? Dérivation ventriculo-péritonéale du liquide cérébro-spinal.... Jean Chazal Service de neurochirurgie A, CHU de Clermont-Ferrand, Université d Auvergne

Plus en détail

UE 2.2.S1 - COURS MAGISTRAL N 8 : LES VAISSEAUX SANGUINS.

UE 2.2.S1 - COURS MAGISTRAL N 8 : LES VAISSEAUX SANGUINS. UE 2.2.S1 - COURS MAGISTRAL N 8 : LES VAISSEAUX SANGUINS. 1) LA PAROI VASCULAIRE. Les capillaires qui sont les vaisseaux les plus petits présentent une paroi simple qui est appelée endothélium. La paroi

Plus en détail

PICC line. Dr Khalil Jabbour. Département d Anesthésie Réanimation. Hôtel-Dieu de France

PICC line. Dr Khalil Jabbour. Département d Anesthésie Réanimation. Hôtel-Dieu de France + PICC line Dr Khalil Jabbour Département d Anesthésie Réanimation Hôtel-Dieu de France + + Introduction PICC line : Peripherally Inserted Central Catheter Depuis le début des années 90, largement utilises

Plus en détail

FRACTURES DU RACHIS. I/ Généralités:

FRACTURES DU RACHIS. I/ Généralités: I/ Généralités: 32 ou 34 vertèbres (7 VC+12VT+5VL+5VS+3 ou 5VCc) Fractures graves /AVP Stabilité de la fracture Pronostic neurologique II/ Fracture de l odontoïde: Axis (2ème VC après Atlas) + fréquente

Plus en détail

La Capnographie. Intérêt en médecine d urgence. Dr B.Barberon, Dr P. Cano, Dr Pierre Michelet

La Capnographie. Intérêt en médecine d urgence. Dr B.Barberon, Dr P. Cano, Dr Pierre Michelet La Capnographie Intérêt en médecine d urgence Dr B.Barberon, Dr P. Cano, Dr Pierre Michelet Introduction Les recommandations des sociétés savantes ( pour la France SFMU,SFAR,SRLF) pour le monitorage du

Plus en détail

Sommaire. Introduction

Sommaire. Introduction Sommaire Introduction Savoir-faire infirmier transversal Fiche 1 Recommandations Fiche 2 Normes de soins infirmiers Fiche 3 Transmissions infirmières Fiche 4 Certification des établissements de santé Fiche

Plus en détail

Biophysique - Biophysique des parois vasculaires BIOPHYSIQUE. Cours 5 - Biophysique des parois vasculaires (Mécanique des fluides) Pr Éric VICAUT

Biophysique - Biophysique des parois vasculaires BIOPHYSIQUE. Cours 5 - Biophysique des parois vasculaires (Mécanique des fluides) Pr Éric VICAUT BIOPHYSIQUE Cours 5 - Biophysique des parois vasculaires (Mécanique des fluides) Pr Éric VICAUT I. Élasticité des vaisseaux A. Loi de Hooke simplifiée B. Tension superficielle C. Loi de Laplace appliquée

Plus en détail

Défaillance neurologique au cours de l insuffisance hépatique aigue

Défaillance neurologique au cours de l insuffisance hépatique aigue Défaillance neurologique au cours de l insuffisance hépatique aigue Pr Olivier Detry Service de Chirurgie Abdominale et Transplantation CHU de Liège, Université de Liège Belgique Définition Hépatite fulminante:

Plus en détail

La pression artérielle rielle n est n grandeur strictement régulr

La pression artérielle rielle n est n grandeur strictement régulr La pression artérielle rielle n est n pas une grandeur strictement régulr gulée. Elle doit être à tout moment suffisante pour que le débit d local de chaque organe soit ajusté à ses besoins métaboliques.

Plus en détail

Résultats et valeur pronostique d IRM après trauma cérébral

Résultats et valeur pronostique d IRM après trauma cérébral Résultats et valeur pronostique d IRM après trauma cérébral Yanai H, Tapia-Nieto R, Cherubini GB, et al. JAVMA 2015;246 :1222-1229 Cette étude rétrospective rapporte les résultats d examens IRM réalisés

Plus en détail

Quel niveau de pression artérielle moyenne au cours du traumatisme crânien grave?

Quel niveau de pression artérielle moyenne au cours du traumatisme crânien grave? Quel niveau de pression artérielle moyenne au cours du traumatisme crânien grave? Adrien Bouglé, Pierre-Etienne Leblanc Département d Anesthésie-Réanimation, Centre Hospitalier Universitaire de Bicêtre,

Plus en détail

LES VAISSEAUX SANGUINS

LES VAISSEAUX SANGUINS LES VAISSEAUX SANGUINS PLAN DU COURS: LES VAISSEAUX SANGUINS (chap.20) STRUCTURE ET FONCTIONS DES VAISSEAUX SANGUINS introduction structure des parois vasculaires réseau artériel capillaires réseau veineux

Plus en détail

PRESSION ARTERIELLE. Docteur Etienne SAVIN Sce. Expl. Fonctionnelles Hôpital Lariboisière 01 43 89 14 66

PRESSION ARTERIELLE. Docteur Etienne SAVIN Sce. Expl. Fonctionnelles Hôpital Lariboisière 01 43 89 14 66 PRESSION ARTERIELLE Docteur Etienne SAVIN Sce. Expl. Fonctionnelles Hôpital Lariboisière 01 43 89 14 66 I. GENERALITES 1. Définition Lorsque, dans le langage courant, on parle de «tension artérielle»,

Plus en détail

ANESTHESIE EN NEUROCHIRURGIE. Colette FRANSSEN CHU Sart Tilman Mars 2004

ANESTHESIE EN NEUROCHIRURGIE. Colette FRANSSEN CHU Sart Tilman Mars 2004 ANESTHESIE EN NEUROCHIRURGIE Colette FRANSSEN CHU Sart Tilman Mars 2004 Anesthésie en Neurochirurgie Diversité de la pathologie Diversité d âge des patients Objectifs spécifiques Evolution des techniques

Plus en détail

METASTASES OSSEUSES : DIAGNOSTIC ET TRAITEMENTS. Oncologie Médicale M Centre Jean Perrin

METASTASES OSSEUSES : DIAGNOSTIC ET TRAITEMENTS. Oncologie Médicale M Centre Jean Perrin METASTASES OSSEUSES : DIAGNOSTIC ET TRAITEMENTS Dr Marie-Ange Mouret-Reynier Oncologie Médicale M Centre Jean Perrin QU EST CE QU UNE UNE METASTASE OSSEUSE? Foyer tumoral dans les structures osseuses Multiplication

Plus en détail

Débit sanguin cérébral et seuil ischémique. Introduction

Débit sanguin cérébral et seuil ischémique. Introduction Débit sanguin cérébral et seuil ischémique. Le seuil ischémique est atteint lorsque les apports en oxygène ne couvrent plus les besoins du tissu cérébral. Le déterminant essentiel de cet équilibre chez

Plus en détail

DRAINAGE DU LCR 14,15 et 16 octobre 2008 Christèle NARDO (Integra) / Alain MASELLI (Codman) 1

DRAINAGE DU LCR 14,15 et 16 octobre 2008 Christèle NARDO (Integra) / Alain MASELLI (Codman) 1 DRAINAGE DU LCR 14,15 et 16 octobre 2008 Christèle NARDO (Integra) / Alain MASELLI (Codman) 1 14,15 et 16 octobre 2008 Christèle NARDO (Integra) / Alain MASELLI (Codman) 2 ANATOMIE Sinus Plexus choroide

Plus en détail

TRAUMATISMES CRANIENS

TRAUMATISMES CRANIENS TRAUMATISMES CRANIENS Pr J THIEBOT Pôle Imagerie CHU ROUEN I. GENERALITES II. PHYSIOPATHOLOGIE III. CLINIQUE IV. LESIONS ELEMENTAIRES ANATOMIQUES V. TECHNIQUES D'IMAGERIE VI. DIAGNOSTICS RADIOLOGIQUES

Plus en détail

PRISE EN CHARGE DES PNEUMOTHORAX AU SERVICE D ACCUEIL DES URGENCES. Dr GONTHIER

PRISE EN CHARGE DES PNEUMOTHORAX AU SERVICE D ACCUEIL DES URGENCES. Dr GONTHIER PRISE EN CHARGE DES PNEUMOTHORAX AU SERVICE D ACCUEIL DES URGENCES Dr GONTHIER LE PNEUMOTHORAX Classification en fonction des principales étiologies Pneumothorax spontanés Pneumothorax traumatiques Pneumothorax

Plus en détail

Quiz Génito-urinaire. Réponse page 125. Réponse page 122. Réponse page 124. Réponse page 121

Quiz Génito-urinaire. Réponse page 125. Réponse page 122. Réponse page 124. Réponse page 121 GENITO-URINAIRE_8.09._bis_Mise en page 8/09/ : Page Quiz Génito-urinaire Augmentation progressive du PSA ; TR : induration prostatique latérale gauche. Réponse page Homme, 9 ans VIH ; examen de l urine

Plus en détail

Embolie pulmonaire. Dg positif. Image/Défect endoluminal/intravasculaire Unilatéral/bilatéral Épanchement pleural.

Embolie pulmonaire. Dg positif. Image/Défect endoluminal/intravasculaire Unilatéral/bilatéral Épanchement pleural. Embolie pulmonaire Dg positif Image/Défect endoluminal/intravasculaire Unilatéral/bilatéral Épanchement pleural Signes cardiaques droits: Signes de gravité - Dilatation de l artère pulmonaire - Dilatation

Plus en détail

PRISE EN CHARGE PRE-HOSPITALIERE D UN TRAUMATISME CRANIO-CEREBRAL. Dr. CAILLOCE

PRISE EN CHARGE PRE-HOSPITALIERE D UN TRAUMATISME CRANIO-CEREBRAL. Dr. CAILLOCE PRISE EN CHARGE PRE-HOSPITALIERE D UN TRAUMATISME CRANIO-CEREBRAL Dr. CAILLOCE T.C. 150 / 100 000 Habitants en France 30 % de TC sévères Responsable de 50 à 70 % des décès accidentels DEFINITION T.C.

Plus en détail

Risque cardiaque (en chirurgie non cardiaque) 1

Risque cardiaque (en chirurgie non cardiaque) 1 Risque cardiaque (en chirurgie non cardiaque) 1 SCORE DE GOLDMAN: Turgescence jugulaire (ou galop droit, correspond HTAP 18 mmhg) 11 IDM< 6 mois 10 Ryhtme non sinusal ou ESSV 7 >5 ESV /min 7 Age >70 ans

Plus en détail

TRAUMATISME CRANIEN A. CHADOUTAUD 2009

TRAUMATISME CRANIEN A. CHADOUTAUD 2009 TRAUMATISME CRANIEN A. CHADOUTAUD 2009 RAPPELS Cerveau = masse molle dans un contenant solide où s organisent les différentes voies de réception et de transmission d informations pour contrôler les différentes

Plus en détail

MALFORMATIONS VASCULAIRES INTRA- CRANIENNES (Cours DCEM, janvier 2006, Professeur Patrick TOUSSAINT)

MALFORMATIONS VASCULAIRES INTRA- CRANIENNES (Cours DCEM, janvier 2006, Professeur Patrick TOUSSAINT) MALFORMATIONS VASCULAIRES INTRA- CRANIENNES (Cours DCEM, janvier 2006, Professeur Patrick TOUSSAINT) Ce sont des anomalies congénitales qui se développent entre la 4ème et la 8ème semaine de vie intra-utérine.

Plus en détail

I/ Les oedèmes d'origine rénale = syndrome clinique de l'hyper hydratation extra cellulaire, avec bilan sodé positif (excès d'eau et de sel).

I/ Les oedèmes d'origine rénale = syndrome clinique de l'hyper hydratation extra cellulaire, avec bilan sodé positif (excès d'eau et de sel). LES OEDEMES I/ Les oedèmes d'origine rénale = syndrome clinique de l'hyper hydratation extra cellulaire, avec bilan sodé positif (excès d'eau et de sel). = infiltration séreuse d'eau et de sodium, dans

Plus en détail

Prise en charge des Hémorragies sous arachnoïdiennes graves

Prise en charge des Hémorragies sous arachnoïdiennes graves Prise en charge des Hémorragies sous arachnoïdiennes graves DESC Réanimation R MédicaleM Bordeaux 11 et 12 Juin 2008 Philippe Marty & Aymeric Luzi Pour mémoire m moire Urgence vitale 5-7 cas/an/100 000

Plus en détail

Généralités sur la. circulation sanguine

Généralités sur la. circulation sanguine Généralités sur la circulation sanguine Le système circulatoire ACTEURS DU SYSTEME CIRCULATOIRE Pompe Cœur Fluide Sang Conduits Vaisseaux 1- Schéma général Plan 1-1 Circulations systémique et pulmonaire

Plus en détail

Imagerie de l hypotension intracrânienne. Dr Sandrine Molinier CHU de Bordeaux Service de Neuroimagerie du Pr V. Dousset

Imagerie de l hypotension intracrânienne. Dr Sandrine Molinier CHU de Bordeaux Service de Neuroimagerie du Pr V. Dousset Imagerie de l hypotension l intracrânienne Dr Sandrine Molinier CHU de Bordeaux Service de Neuroimagerie du Pr V. Dousset PHYSIOPATH Fuite de LCS par rupture d éd étanchéité des membranes arachnoïdiennes

Plus en détail

Stratégie pour le traitement de l hydrocéphalie Adaptation pour les pays en voie de développement - (Dr Warf s)

Stratégie pour le traitement de l hydrocéphalie Adaptation pour les pays en voie de développement - (Dr Warf s) Stratégie pour le traitement de l hydrocéphalie Adaptation pour les pays en voie de développement - (Dr Warf s) 1. Qu est-ce que l Hydrocéphalie? Au centre du cerveau se trouvent des cavités remplies de

Plus en détail

CHIRURGIE DES LOMBO SCIATALGIES INDICATIONS OPERATOIRES

CHIRURGIE DES LOMBO SCIATALGIES INDICATIONS OPERATOIRES CHIRURGIE DES LOMBO SCIATALGIES INDICATIONS OPERATOIRES Soirée du 10/05/2010 AFMC Lagny sur Marne Intervenant Gaëlle MOUTON PARADOT Organisateur Francis ABRAMOVICI LOMBO SCIATALGIES Soirée du 10/05/2010

Plus en détail

Bilan n 5 Le corps humain et santé : l exercice physique.

Bilan n 5 Le corps humain et santé : l exercice physique. Bilan n 5 Le corps humain et santé : l exercice physique. Objectifs de cette partie du programme : - (TP n 21) découvrir les modifications physiologiques du système cardiorespiratoire lors d un effort.

Plus en détail

Projet d Initiative en Physiologie Humaine :

Projet d Initiative en Physiologie Humaine : Projet d Initiative en Physiologie Humaine : Caractérisation des modifications d'écoulement au niveau des anévrismes : application au traitement des anévrismes cérébraux par embolisation Par : BES Pierre,

Plus en détail

Tumeur du Sein. Service de Pathologie Hôtel-Dieu de France Beyrouth- Liban Juillet 2007 Julien DAHDAH

Tumeur du Sein. Service de Pathologie Hôtel-Dieu de France Beyrouth- Liban Juillet 2007 Julien DAHDAH Tumeur du Sein Service de Pathologie Hôtel-Dieu de France Beyrouth- Liban Juillet 2007 Julien DAHDAH Cas Clinique En Juillet 2006, Patiente de 34 ans, mariée, mère d un enfant de 5 ans, se plaint depuis

Plus en détail

Fréquence et facteurs de risque de l hypertension intracrânienne à la phase précoce du traumatisme crânien grave

Fréquence et facteurs de risque de l hypertension intracrânienne à la phase précoce du traumatisme crânien grave ACADEMIE DE PARIS Université Pierre et Marie Curie Année 2012 Mémoire pour l obtention du DES d Anesthésie-Réanimation Coordonnateur : M. le Professeur Didier JOURNOIS Par Mathieu MARTIN Présenté et soutenu

Plus en détail

Anesthésie générale pour urgence neurochirurgicale intracrânienne

Anesthésie générale pour urgence neurochirurgicale intracrânienne Anesthésie générale pour urgence neurochirurgicale intracrânienne Anne-Claire Lukaszewicz Hôpital Neurologique Pierre Wertheimer Hospices Civils de Lyon anne-claire.lukaszewicz@chu-lyon.fr Cas de Mr P.

Plus en détail

Traumatismes crâniens chez l adulte

Traumatismes crâniens chez l adulte Traumatismes crâniens chez CONFÉRENCE LA RÉANIMATION CÉRÉBRALE La recherche clinique sur les traumatismes cranio-cérébraux a connu un essor sans précédent depuis quelques années. L amélioration de nos

Plus en détail

RADIO-ANATOMIE ET LESIONS ARTERIO- VEINEUSES MEDULLAIRES

RADIO-ANATOMIE ET LESIONS ARTERIO- VEINEUSES MEDULLAIRES RADIO-ANATOMIE ET LESIONS ARTERIO- VEINEUSES MEDULLAIRES F TOULGOAT Neuroradiologie diagnostique et interventionnelle CHU NANTES DES NEUROLOGIE 29 MARS 2013 MENINGES Même agencement qu à l étage encéphalique

Plus en détail

Justification Justification

Justification Justification Echographie Appliquée à l Urgence Echo-Doppler Trans-Crânien Pierre Bouzat Doppler trans-crânien Justification Réalisation pratique Aspects théoriques Intérêt clinique Pôle Anesthésie Réanimation CHU de

Plus en détail

30% 20% 4% LATA Survivants (sans séquelle) 15% 1% Gueugniaud P-Y, NEJM 2008. Arrêt cardiaque pré-hospitalier à réanimer ROSC.

30% 20% 4% LATA Survivants (sans séquelle) 15% 1% Gueugniaud P-Y, NEJM 2008. Arrêt cardiaque pré-hospitalier à réanimer ROSC. Hypothermie thérapeutique après un arrêt cardio-respiratoirerespiratoire Dr Pauline DERAS Réanimation polyvalente DAR Lapeyronie - CHU Montpellier Plan Introduction et problématique Pourquoi? Physiopathologie

Plus en détail

Les vertèbres cervicales sont très mobiles et forment un angle de 25, les dorsales 60, la lombaire 90.

Les vertèbres cervicales sont très mobiles et forment un angle de 25, les dorsales 60, la lombaire 90. Lésions des parties nobles de la moelle épinière Eléments osseux : corps vertébral articulaires lames épineuses transverses pédicules vertébraux Eléments non osseux (sagittal) : disques ligaments capsules

Plus en détail

Efficacité des infiltrations péri radiculaires et péridurales de corticoïdes scano-guidées dans le traitement des lombo- sciatalgies

Efficacité des infiltrations péri radiculaires et péridurales de corticoïdes scano-guidées dans le traitement des lombo- sciatalgies CENTRE HOSPITALIER UNIVERSITAIRE HOPITAL IBN ROCHD ANNABA ALGERIE SERVICE DE RADIOLOGIE ET D IMAGERIE MEDICALE Journées françaises de Radiologie Paris Octobre 2011 Efficacité des infiltrations péri radiculaires

Plus en détail

La prescription d un examen d imagerie thoracique doit être raisonnée et motivée Le problème à résoudre doit être clairement exprimé :

La prescription d un examen d imagerie thoracique doit être raisonnée et motivée Le problème à résoudre doit être clairement exprimé : Indications des examens d imageried en pathologie thoracique Partie 1 M El Hajjam et P Lacombe La prescription d un examen d imagerie thoracique doit être raisonnée et motivée Le problème à résoudre doit

Plus en détail

PHYSIOLOGIE DE LA CIRCULATION I. La fonction Cardiaque 2. Sam BAYAT MCU-PH

PHYSIOLOGIE DE LA CIRCULATION I. La fonction Cardiaque 2. Sam BAYAT MCU-PH PHYSIOLOGIE DE LA CIRCULATION I. La fonction Cardiaque 2 Sam BAYAT MCU-PH Le débit cardiaque et son contrôle Le débit cardiaque = Fréquence cardiaque x Volume d'éjection systolique : Q & = Fc Ves La Fc

Plus en détail

Etude de la Pression Intra-Crânienne

Etude de la Pression Intra-Crânienne Etude de la Pression Intra-Crânienne DIU Neuroréanimation Lyon, le 12 Janvier 2010 Dr Laurent Gergelé Réanimation Polyvalente et Neurologique Pr AUBOYER CHU Saint Etienne Histoire 1891 Quinke Pression

Plus en détail

Pose d une PICC Line: technique et intérêts

Pose d une PICC Line: technique et intérêts Journée Scientifique CCLIN-Est/ARLIN Pose d une PICC Line: technique et intérêts Romaric LOFFROY Département de Radiologie Diagnostique et Thérapeutique CHU Bocage Central Dijon Introduction PICC : - Peripheral

Plus en détail

PHYSIOLOGIE DE LA CIRCULATION. Dr Philippe CAMARASA Institut A.TZANCK Centre de Cardiologie Médico-Chirurgicale

PHYSIOLOGIE DE LA CIRCULATION. Dr Philippe CAMARASA Institut A.TZANCK Centre de Cardiologie Médico-Chirurgicale PHYSIOLOGIE DE LA CIRCULATION Dr Philippe CAMARASA Institut A.TZANCK Centre de Cardiologie Médico-Chirurgicale Rappels (1) Missions cœur-poumons Mission partagée du système circulatoire et du système respiratoire

Plus en détail

ITEM 201 a. LES BRULURES Pr J.P. Chavoin

ITEM 201 a. LES BRULURES Pr J.P. Chavoin ITEM 201 a LES BRULURES Pr J.P. Chavoin 1 DEFINITIONS ET CAUSES La brûlure est une destruction du revêtement cutané, voire des tissus sous-jacents, consécutive à l action d agents : - thermiques, - électriques,

Plus en détail

Méningites Bactériennes et Pression Intracrânienne: qui monitorer?

Méningites Bactériennes et Pression Intracrânienne: qui monitorer? Mémoire DES Pédiatrie Rhône-Alpes Lyon Promotion 2003 Méningites Bactériennes et Pression Intracrânienne: qui monitorer? Fleur Cour-Andlauer 23 Octobre 2008 ANDLAUER Fleur 1 Méningites Bactériennes en

Plus en détail

Physiopathologie du traumatisme crânien

Physiopathologie du traumatisme crânien Physiopathologie du traumatisme crânien Concepts fondamentaux Enceinte fermée Lésions primaires - lésions secondaires Lésions primaires Lésions de contacts Lésion d inertie Lésions de contacts (1) Aucun

Plus en détail

Les Dispositifs médicaux et le drainage thoracique

Les Dispositifs médicaux et le drainage thoracique Les Dispositifs médicaux et le drainage thoracique E. DELANDE, O.HANAFIA ET A.MOYON INTERNES EN PHARMACIE HOSPITALIÈRE ANNÉE 2014-2015 Sommaire Généralités du drainage thoracique Les drains thoraciques

Plus en détail

Cet article a été remis à EndoFrance par le Pr Canis pour une utilisation strictement réservée à l association EndoFrance

Cet article a été remis à EndoFrance par le Pr Canis pour une utilisation strictement réservée à l association EndoFrance ENDOMETRIOSE ET INFERTILITE Dr. Michel CANIS On admet classiquement que 20 à 50 % des patientes qui consultent pour une infertilité ont une endométriose et que 30 à 40 % des patientes qui ont une endométriose

Plus en détail

EVALUATION NORMATIVE S3

EVALUATION NORMATIVE S3 Date: dimanche 10 novembre 2013 Benjamin Beaugé PROCESSUS OBSTRUCTIF 2.8 EVALUATION NORMATIVE S3 Question 1: Expliquer le mécanisme physiopathologique de l embolie pulmonaire. /1 Question 2: Expliquer

Plus en détail

LE LIVRET D ACCUEIL DES ELEVES EN SOINS INFIRMIERS EN REANIMATION

LE LIVRET D ACCUEIL DES ELEVES EN SOINS INFIRMIERS EN REANIMATION LE LIVRET D ACCUEIL DES ELEVES EN SOINS INFIRMIERS EN REANIMATION Bienvenue dans le service de réanimation. Le livret que nous venons de te confier a pour principal intérêt de te permettre d avoir une

Plus en détail

Physiologie / Régulation de la tension artérielle

Physiologie / Régulation de la tension artérielle Physiologie / Régulation de la tension artérielle Vincent LAFAY Sce Cardiologie / Hôpital Nord Sce Médecine du Sport / Hôpital Salvator MARSEILLE Définitions Régime pulsatile Max: pression systolique :

Plus en détail

ou Gonarthrose. Des signes cliniques au traitement - Fiche patient Définition Dr Maxime-Louis Mencière - aout 2015

ou Gonarthrose. Des signes cliniques au traitement - Fiche patient Définition Dr Maxime-Louis Mencière - aout 2015 L arthrose du genou ou Gonarthrose. Des signes cliniques au traitement - Fiche patient Dr Maxime-Louis Mencière - aout 2015 Définition L arthrose est une maladie dégénérative du cartilage articulaire,

Plus en détail

PATIENTS PORTEURS DE FIXATEURS EXTERNES. Soins infirmiers

PATIENTS PORTEURS DE FIXATEURS EXTERNES. Soins infirmiers PATIENTS PORTEURS DE FIXATEURS EXTERNES Soins infirmiers COMPETENCE 4 Mettre en œuvre des actions à visée diagnostics et thérapeutiques Introduction Traitement en traumatologie majoritairement Quelques

Plus en détail

Interprétation des gaz du sang. D. Leduc C.H.U. Saint-Pierre, Bruxelles SEMINAIRES IRIS. Interprétation des gaz du sang

Interprétation des gaz du sang. D. Leduc C.H.U. Saint-Pierre, Bruxelles SEMINAIRES IRIS. Interprétation des gaz du sang diapositive n 1 D. Leduc C.H.U. Saint-Pierre, Bruxelles! Préparation de l échantillon ( 1 ) Seringue en plastic ( adsorbent l O 2 ) Anticoagulation - petits capillaires du syst. de mesure - Héparine! Na

Plus en détail

Prise en charge préhospitalière des traumatisés crâniens graves isolés de l adulte

Prise en charge préhospitalière des traumatisés crâniens graves isolés de l adulte Prise en charge préhospitalière des traumatisés crâniens graves isolés de l adulte Dr Emmanuel Volpe Service Urgences-SMUR CH. Ploërmel JPMU 2007 Épidémiologie Morbi-mortalité élevée Incidence: 25/100

Plus en détail

Le pied diabétique. Dre Nadesh Morissette Médecine interne, Hôtel-Dieu de Québec Colloque annuel du REINQ 7 octobre 2015

Le pied diabétique. Dre Nadesh Morissette Médecine interne, Hôtel-Dieu de Québec Colloque annuel du REINQ 7 octobre 2015 1 Le pied diabétique Dre Nadesh Morissette Médecine interne, Hôtel-Dieu de Québec Colloque annuel du REINQ 7 octobre 2015 2 Objectifs Décrire la physiopathologie de l ulcère diabétique et les déformations

Plus en détail

Maladie de Castleman à expression mésentérique. À propos d une observation. Alexandra FOURNEL, interne, Service d Anatomo-Pathologie,

Maladie de Castleman à expression mésentérique. À propos d une observation. Alexandra FOURNEL, interne, Service d Anatomo-Pathologie, Maladie de Castleman à expression mésentérique. À propos d une observation Alexandra FOURNEL, interne, Service d Anatomo-Pathologie, Introduction La maladie de castleman ou hyperplasie angio folliculaire

Plus en détail

Hypertension intracrânienne: causes et principes de traitements.

Hypertension intracrânienne: causes et principes de traitements. Hypertension intracrânienne: causes et principes de traitements anne-claire.lukaszewicz@chu-lyon.fr Objectifs Déterminants l élévation de la pression intracrânienne (PIC) Principes de traitements Aspects

Plus en détail

Traumatismes vertébraux-médullaires. Vigué B, DAR Bicêtre

Traumatismes vertébraux-médullaires. Vigué B, DAR Bicêtre Traumatismes vertébraux-médullaires Vigué B, DAR Bicêtre Traumatismes vertébraux-médullaires 1- Même règles que les traumatismes crâniens Eviter : Hypoxie - Hypotension Importance de l'accueil +++ La prise

Plus en détail

Traumatismes crâniens. Particularités pédiatriques. JR Vignes, E Gimbert, M Dautheribes service de Neurochirurgie CHU de Bordeaux

Traumatismes crâniens. Particularités pédiatriques. JR Vignes, E Gimbert, M Dautheribes service de Neurochirurgie CHU de Bordeaux Traumatismes crâniens. Particularités pédiatriques JR Vignes, E Gimbert, M Dautheribes service de Neurochirurgie CHU de Bordeaux Introduction Grande hétérogénéité (simple choc sans conséquence au décès)

Plus en détail

Les infections du pied Dr S CONTIOS Chirurgie Orthopédique

Les infections du pied Dr S CONTIOS Chirurgie Orthopédique Les infections du pied Dr S CONTIOS Chirurgie Orthopédique Qu est que c est? pourquoi? Évolution possible et risque? Ulcération chronique de la face plantaire des pieds - Apparait aux points d appuis

Plus en détail

TRAUMATISMES HEPATIQUES GRAVES. DESC réa, dec.2006 H.VINOUR

TRAUMATISMES HEPATIQUES GRAVES. DESC réa, dec.2006 H.VINOUR TRAUMATISMES HEPATIQUES GRAVES DESC réa, dec.2006 H.VINOUR Epidémiologie Traumatisme abdominal: fréquent AVP 75%, chutes, accidents de sport Rate: 46% Foie: 33% Gravité: Hémorragie+++ Lésions associées

Plus en détail

Dans ce chapitre : Anatomie cardiovasculaire 110 Le cœur 110 La circulation systémique 115 Les globules rouges 116

Dans ce chapitre : Anatomie cardiovasculaire 110 Le cœur 110 La circulation systémique 115 Les globules rouges 116 Dans ce chapitre : Anatomie cardiovasculaire 110 Le cœur 110 La circulation systémique 115 Les globules rouges 116 Physiologie du système cardiovasculaire 117 Le transport du dioxyde de carbone 117 La

Plus en détail

L iste des techniques de soins

L iste des techniques de soins L iste des techniques de soins Aider le patient à comprendre et à être compris...57 Angiographie cérébrale ou artériographie...106 Conduite à tenir face à une crise d épilepsie...48 Électroencéphalographie

Plus en détail

HEMORRAGIES SOUS- ARACHNOÏDIENNES HEMORRAGIES MENINGEES

HEMORRAGIES SOUS- ARACHNOÏDIENNES HEMORRAGIES MENINGEES HEMORRAGIES SOUS- ARACHNOÏDIENNES = HEMORRAGIES MENINGEES Généralités - 2,8 / 100 000 hts - Age < 60 ans - Femmes : 60-70 % - Formes familiales : 10 % - Facteurs de risque : tabac, HTA, dyslipidémies -

Plus en détail

DU soins infirmiers en. Module 10-surveillance postopératoire à court terme

DU soins infirmiers en. Module 10-surveillance postopératoire à court terme DU soins infirmiers en réanimation, SSPI et urgences Module 10-surveillance postopératoire à court terme CRITERES DE SORTIE DE SSPI Critères de sortie SSPI But principal du séjour en SSPI réduire les complications

Plus en détail