ET-ESU : Qualité physico-chimique des eaux de surface. Cartographie des derniers résultats de mesure de la qualité via la méthode SEQ Eau, en 2005 :

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "ET-ESU : Qualité physico-chimique des eaux de surface. Cartographie des derniers résultats de mesure de la qualité via la méthode SEQ Eau, en 2005 :"

Transcription

1 ET-ESU : Qualité physico-chimique des eaux de surface Cartographie des derniers résultats de mesure de la qualité via la méthode SEQ Eau, en 2005 :

2 Données d évolution : Analyse : L état qualitatif des cours d eau vis-à-vis des matières organiques et oxydables (MOOX), au niveau des points de mesures, révèle une pollution domestique liée aux rejets des villes et agglomérations. On observe une amélioration de la qualité aux points de suivi des MOOX. En effet, en 1989, 45% des points suivis étaient de qualité médiocre et mauvaise. Ce taux a chuté à 11% en Les zones les plus impactées par cette pollution sont les zones situées à l aval des grandes villes et des bassins industrialisés comme ceux du Thoré et de Decazeville. On peut toutefois retenir qu en Midi-Pyrénées, la qualité de l eau vis-à-vis des matières organiques et oxydables est globalement acceptable. Les zones les plus impactées par cette pollution sont les zones situées à l aval des grandes villes et des bassins industrialisés comme ceux du Thoré et de Decazeville. On peut toutefois retenir qu en Midi-Pyrénées, la qualité de l eau vis-à-vis des matières organiques et oxydables est globalement acceptable.

3 Analyse : Les pollutions dues aux nitrates sont souvent liées aux activités agricoles ainsi qu aux activités domestiques (excès d intrants). Sauf avant 1975, où peu de stations permettaient d évaluer la pollution par les nitrates, le nombre de points de suivi est resté stable autour d une moyenne annuelle de 130 stations jusque dans les années 2000 puis a augmenté et atteint 251 stations en On note plutôt une dégradation de la qualité jusqu au milieu des années 80 avec ensuite une tendance à la stabilisation. Le taux de points montrant une très bonne ou bonne qualité était de 45% en 1989 et de 44% en 2005 avec un maximum de 55% en 1995 et 1996 et un minimum de 39% en 2000 et Les rivières gasconnes sont les plus concernées par les pollutions aux nitrates, ainsi que l Aveyron et le Viaur.

4 Analyse : Les micropolluants minéraux sont des métaux tels que l arsenic, le baryum, le bore, le cadmium, le chrome total, le cuivre Entre 60 et 90 stations servaient aux suivis des rejets de micropolluants minéraux qui sont souvent le fait d activités industrielles. Des actions de prise en compte de ces pollutions à la source ont été mises en place, ce qui explique en partie que les contaminations liées à ces micropolluants soient en nette régression. Des cessations d activités ont également participé à cette évolution positive de la qualité des eaux. Entre 1985 et 1995 le taux de points de qualité médiocre et mauvaise était en moyenne de 84%. Il était de 39% sur la période et de 32% en 2005.Malgré la fermeture de sites générateurs de pollutions aux métaux lourds et les efforts de dépollution, on observe toujours des points contaminés dans les bassins du Lot (avec le cadmium) et de l Agout (avec les rejets de mégisseries, tanneries et sites miniers). Il faut noter que dans certains secteurs, les métaux peuvent être naturellement présents, comme par exemple dans les bassins de la Garonne, de l Ariège, du Lot, du Tarn et de l Adour avec des minéraux comme le plomb, le zinc et le cuivre, et l arsenic sur le bassin du Lot. Source : Agence de l Eau Adour-Garonne Fréquence d actualisation : Le SEQ-Eau est un système qui a été remplacé et est très peu utilisé. Ces données ne seront plus actualisées par la Mission Régionale sur l Eau de Midi-Pyrénées. Commentaires sur les données de base : L évaluation de la qualité des cours d eau de 1971 à 2005 est issue du traitement au système d évaluation de la qualité des eaux (SEQ Eau). L état qualitatif de l eau en Midi-Pyrénées jusqu en 2005, est donc mesuré à l échelle de stations de mesure (dans le cas des eaux superficielles) via ce système d évaluation. Après 2005, un nouveau référentiel permet d évaluer les états écologique et chimique des eaux à l échelle de masses d eau qui sont des entités homogènes de suivi (tronçons de rivière, lacs, canaux ). Ce référentiel a été testé en 2010 pour recalculer l état hydrobiologique pour les années 2008 et 2009 ainsi que l état physico-chimique aux stations de 1971 à 2009 afin de ne pas perdre l historique des informations recueillies. Les résultats sont les suivants : 100% 90% 80% 70% Evolu&on de la part des sta&ons des état physico- chimique des sta&ons de mesure en Midi- Pyrénées 60% 50% 40% 30% 20% mauvais médiocre moyen bon Très bon 10% 0%

5 En 2009, 57% des stations suivies en Midi-Pyrénées sont en bon ou très état physico-chimique Glossaire : SEQ-Eau : Avec le SEQ-Eau, la qualité est donnée par grands types de pollution, caractérisés par des altérations, ensembles de paramètres de même nature ou de même effet sur le milieu. La qualité physico-chimique de l eau est donnée pour chaque altération, selon le paramètre le plus déclassant de celle-ci. Cinq classes de qualité peuvent être attribuées, allant du bleu (très bonne qualité) au rouge (qualité mauvaise), complétées par un indice de qualité allant de 0 (qualité mauvaise) à 100 (très bonne qualité). Ces classes de qualité sont déterminées par des seuils caractéristiques pour chaque paramètre. MOOX : Matières organiques et oxydables : désigne l ensemble des matières organiques carbonées et azotées (substances d origine biologique). Elles constituent l essentiel de la partie biodégradable de la pollution organique rejetée. Pour les éliminer, les bactéries présentes dans le milieu utilisent l oxygène dissous dans l eau. Des déversements importants de matière organique peuvent entraîner des déficits notables en oxygène dissous, perturbant ainsi l équilibre biologique de la rivière. NITR : Nitrates : ils jouent un rôle important comme engrais, car ils constituent le principal aliment azoté des plantes, dont ils favorisent la croissance. Toutes les eaux naturelles contiennent normalement des nitrates à des doses variant selon les saisons (de l ordre de quelques milligrammes par litre). Dans de nombreuses eaux souterraines et de surface, on observe aujourd hui une augmentation de la concentration en nitrates d'origine diffuse (entraînement des nitrates provenant des engrais minéraux ou organiques non utilisés par les plantes) ou ponctuelle (rejets d'eaux usées domestiques, agricoles ou industrielles). L enrichissement progressif des eaux en nitrates peut conduire à compromettre leur utilisation pour la production d eau potable et conduit, dans certains cas, à des développements importants d algues. Ce phénomène d eutrophisation est accentué par la présence de phosphore. MPMI : Micropolluants minéraux : produit actif minéral susceptible d'avoir une action toxique à des concentrations infimes (de l'ordre du µg/l ou moins).

6 Fiche élaborée par la Mission régionale d observation sur l eau. Date de dernière mise à jour janvier 2011

Qualité physico-chimique Source: suivi départemental de la qualité des eaux (42) & étude préalable au SAGE

Qualité physico-chimique Source: suivi départemental de la qualité des eaux (42) & étude préalable au SAGE Qualité physico-chimique des cours d eau Une situation connue La qualité de l'eau sur le bassin est très variable entre les petits cours d'eau de montagne soumis à peu de pressions anthropiques, qui sont

Plus en détail

TABLEAU DE BORD 2010

TABLEAU DE BORD 2010 TABLEAU DE BORD 2010 S Le tableau de bord du SDAGE en quelques mots Aide à la lecture Suivi du bon état des eaux Gérer les conditions favorables à une bonne gouvernance Orientation A Les structures de

Plus en détail

Les minéraux calcium et magnésium jouent un rôle utile pour la santé (os, dents, cheveux, muscles). Ils rendent l eau plus agréable à boire.

Les minéraux calcium et magnésium jouent un rôle utile pour la santé (os, dents, cheveux, muscles). Ils rendent l eau plus agréable à boire. Calcaire En traversant les diverses couches géologiques, l'eau se charge en de nombreux minéraux et notamment en carbonate de calcium, plus communément appelé calcaire. Une eau riche en calcaire est qualifiée

Plus en détail

SUIVI DE LA QUALITE DE L EAU DES FORAGES DE LA ZONE AEROPORTUAIRE DE BAMAKO (Juillet décembre 2009)

SUIVI DE LA QUALITE DE L EAU DES FORAGES DE LA ZONE AEROPORTUAIRE DE BAMAKO (Juillet décembre 2009) 1 MINISTERE DE L ENERGIE ET DE L EAU --------------------- LABORATOIRE NATIONAL DES EAUX REPUBLIQUE DU MALI Un Peuple Un But Une Une Foi SUIVI DE LA QUALITE DE L EAU DES FORAGES DE LA ZONE AEROPORTUAIRE

Plus en détail

Etat d'avancement des plans et des programmes de gestion du risque inondation p 126 Gouvernance et Connaissance

Etat d'avancement des plans et des programmes de gestion du risque inondation p 126 Gouvernance et Connaissance 1 S Le tableau de bord du PDM p 3 Résorption des rejets diffus Evolution des ventes de produits phytosanitaires p 6 Suivi du Plan végétal pour l environnement p 7 Contractualisation des mesures agri environnementales

Plus en détail

Analyse de qualité de l eau 2012. Calcul de l Indice de qualité bactériologique et physico-chimique. 7 stations dans les MRC des Basques et de Matane

Analyse de qualité de l eau 2012. Calcul de l Indice de qualité bactériologique et physico-chimique. 7 stations dans les MRC des Basques et de Matane Analyse de qualité de l eau 212 Calcul de l Indice de qualité bactériologique et physico-chimique 7 stations dans les MRC des Basques et de Matane Entre août et octobre 212, l OBVNEBSL a procédé a des

Plus en détail

Bilan annuel de la qualité de l eau potable pour la période du 1 er janvier au 31 décembre 2014

Bilan annuel de la qualité de l eau potable pour la période du 1 er janvier au 31 décembre 2014 Bilan annuel de la qualité de l eau potable pour la période du 1 er janvier au 31 décembre 2014 Nom de l installation de distribution : Système de distribution d eau potable de la Ville de Drummondville

Plus en détail

Chimie. Conductivité. Ammonium :

Chimie. Conductivité. Ammonium : Chimie Conductivité La conductivité de l'eau est l'aptitude d'une solution à permettre le passage du courant électrique. C'est à dire la capacité de l'eau à faire passer un courant électrique d'un point

Plus en détail

Commune de LE TAMPON:

Commune de LE TAMPON: Commune de LE TAMPON: Réseau 19 EME KM (chemin Géranium), 19ème Km (RN3), chemins Philippe Técher, des Maraîchers les Hauts, Fargeau et Barbot Vous êtes alimenté(e)(s) par : une eau de surface Vous dépendez

Plus en détail

Opération Goutte d'eau

Opération Goutte d'eau Analyse de l Ammoniaque École Secondaire But: Déterminer la concentration en ammoniaque d'une eau potable provenant de 4 sources différentes, et d'un échantillon à la limite acceptée par l'union Européenne

Plus en détail

2/ Donner les différents traitements pour rendre l eau potable et définir le rôle de chacune des étapes.

2/ Donner les différents traitements pour rendre l eau potable et définir le rôle de chacune des étapes. II/ Traitement des eaux (CDI) 1/ Le traitement des eaux à Aix pour les rendre potables Activité TD 1/ Indiquer une station de traitement des eaux de la ville d Aix. http://www.mairie-aixenprovence.fr/article.php3?id_article=60

Plus en détail

Les eaux souterraines de Midi- Pyrénées : préjugés et vérités. BRGM Midi-Pyrénées

Les eaux souterraines de Midi- Pyrénées : préjugés et vérités. BRGM Midi-Pyrénées Les eaux souterraines de Midi- Pyrénées : préjugés et vérités Qu est-ce qu un aquifère? Les grands types d aquifères de Midi-Pyrénées > 3 Les grands types d aquifères de Midi-Pyrénées AQUIFERES ALLUVIAUX

Plus en détail

CH3 : UNE GESTION OBLIGATOIRE DES NAPPES D EAU

CH3 : UNE GESTION OBLIGATOIRE DES NAPPES D EAU CH3 : UNE GESTION OBLIGATOIRE DES NAPPES D EAU INTRODUCTION L'eau est une ressource finie, recyclable et inégalement répartie. Elle est une ressource indispensable aux êtres vivants et aux activités humaines.

Plus en détail

Les Cahiers de PRED CONSEIL

Les Cahiers de PRED CONSEIL Les Cahiers de PRED CONSEIL Série Savoir & Comprendre N 3 L eau potable Introduction Elle fait régulièrement la une des informations, mais savons-nous réellement ce qu est l eau potable, qu elles sont

Plus en détail

2.4 - Usages de l eau

2.4 - Usages de l eau 2.4 - Usages de l eau 2.4.1 - Alimentation en eau potable 2.4.1.1 - Captages souterrains Aucun périmètre de protection, lié à un captage en eau potable, n a été recensé dans la zone d étude. 2.4.1.2 -

Plus en détail

L étang de Vendres. mars 2011

L étang de Vendres. mars 2011 7 L étang de Vendres mars 2011 1. INTRODUCTION 123 2. SUIVI HYDROLOGIQUE DU FIL MED 126 2.1. Température de l eau 126 2.2. Salinité 126 2.3. Oxygène dissous 128 3. DIAGNOSTIC DE L EUTROPHISATION 128 3.1.

Plus en détail

Gestion de l'eau potable par la Ville de Dudelange

Gestion de l'eau potable par la Ville de Dudelange Eau potable Définition L'eau potable est une eau qui ne doit pas porter atteinte à la santé humaine. L'eau potable est contrôlée de façon très stricte et doit respecter des valeurs limites pour différents

Plus en détail

Synthèse sur le bilan de la qualité de l air en Seine-et-Marne en 2007 Point à proximité du trafic

Synthèse sur le bilan de la qualité de l air en Seine-et-Marne en 2007 Point à proximité du trafic Synthèse sur le bilan de la qualité de l air en Seine-et-Marne en 2007 Point à proximité du trafic A la demande du Conseil Général de la Seine-et-Marne, AIRPARIF a établi un bilan de la qualité de l air

Plus en détail

Règlement. Schéma d Aménagement et de Gestion des Eaux de la Boutonne. 1 ère révision. Version validée par la CLE du 22 Janvier 2015

Règlement. Schéma d Aménagement et de Gestion des Eaux de la Boutonne. 1 ère révision. Version validée par la CLE du 22 Janvier 2015 Schéma d Aménagement et de Gestion des Eaux de la Boutonne 1 ère révision Règlement Version validée par la CLE du 22 Janvier 2015 Projet pour consultation Table des matières I. Préambule... 3 A. Portée

Plus en détail

LES PARTICULES EN SUSPENSION SUR LE SITE DE LA MEDE

LES PARTICULES EN SUSPENSION SUR LE SITE DE LA MEDE FÉVRIER 2004 LES PARTICULES EN SUSPENSION SUR LE SITE DE LA MEDE 1 Table des matières MESURE DES PARTICULES PM10 SUR LE SITE DE LA MEDE 3 Les objectifs de l étude 3 Les moyens 3 Dispositif de prélèvement

Plus en détail

ALIMENTATION EN EAU POTABLE DE LA COMMUNAUTE URBAINE DU GRAND NANCY

ALIMENTATION EN EAU POTABLE DE LA COMMUNAUTE URBAINE DU GRAND NANCY 1 Nancy, le 24 avril 2014 Délégation Territoriale de Meurthe-et-Moselle Cellule contrôle sanitaire des eaux Affaire suivie par : Stéphanie MONIOT/BR Courriel : ars-lorraine-dt54-vsse@ars.sante.fr Téléphone

Plus en détail

1.2. REALISATION DES OPERATIONS DE PRELEVEMENTS ET D ANALYSES

1.2. REALISATION DES OPERATIONS DE PRELEVEMENTS ET D ANALYSES AVANT-PROPOS Le présent document a été réalisé par ASCONIT Consultants, pour le compte du Conseil Général de Haute-Savoie (CG74) dans le cadre du programme 2007-2008 du suivi de la qualité des eaux des

Plus en détail

LES TECHNOLOGIES DE TRAITEMENT DES MICROPOLLUANTS DANS LES EAUX USÉES

LES TECHNOLOGIES DE TRAITEMENT DES MICROPOLLUANTS DANS LES EAUX USÉES LES TECHNOLOGIES DE TRAITEMENT DES MICROPOLLUANTS DANS LES EAUX USÉES Novembre 2014 Le terme micropolluants désigne des substances, d origine naturelle ou synthétique, susceptibles d avoir une action toxique

Plus en détail

GESTION INTEGREE DE L EAU A L ECHELLE DU PAYS BASQUE. 25 mars 2009

GESTION INTEGREE DE L EAU A L ECHELLE DU PAYS BASQUE. 25 mars 2009 GESTION INTEGREE DE L EAU A L ECHELLE DU PAYS BASQUE 25 mars 2009 LES FONDEMENTS DE LA DEMARCHE Contexte réglementaire Contexte territorial Plan de l intervention LES DIFFERENTES ETAPES DE LA DEMARCHE

Plus en détail

LE SDAGE 2010-2015 et le PDM associé : CADRES DE RÉFÉRENCE DE LA GESTION DE L EAU DANS LE BASSIN

LE SDAGE 2010-2015 et le PDM associé : CADRES DE RÉFÉRENCE DE LA GESTION DE L EAU DANS LE BASSIN 1 LE SDAGE 2010-2015 et le PDM associé : CADRES DE RÉFÉRENCE DE LA GESTION DE L EAU DANS LE BASSIN 2 1 Plan de l intervention Le SDAGE : objectifs, enjeux, Le PDM : définition, contenu, chiffrage 3 SDAGE

Plus en détail

MAITRISE DE L ACIDITE DES SOLS

MAITRISE DE L ACIDITE DES SOLS FERTILISATION DE LA VIGNE Un point sur les préconisations FICE 4 MAITRISE DE L ACIDITE DES SOLS Au même titre que la matière organique, la prise en compte du statut acido-basique du sol est un préalable

Plus en détail

Réseau National de surveillance des ports Maritimes

Réseau National de surveillance des ports Maritimes Réseau National de surveillance des ports Maritimes Sédiments 12 octobre 2007 Historique des versions du document version Auteur commentaires 1 C/QEL Affaire suivie par Jean-Yves LAMBERT & Gérard PANCRATE

Plus en détail

5.1.1 Indice de qualité bactériologique et physicochimique (IQBP)

5.1.1 Indice de qualité bactériologique et physicochimique (IQBP) 5. DIAGNOSTIC DU BASSIN VERSANT DE LA YAMASKA 5.1 Sous-bassin de la rivière Yamaska Sud-Est 5.1.1 Indice de qualité bactériologique et physicochimique (IQBP) N de station IQBP - 2007 Évolution 2001-2003

Plus en détail

ENGAGEMENT DES COMMUNES SEINE- ET-MARNAISES DANS LA RÉDUCTION DES PESTICIDES

ENGAGEMENT DES COMMUNES SEINE- ET-MARNAISES DANS LA RÉDUCTION DES PESTICIDES ENGAGEMENT DES COMMUNES SEINE- ET-MARNAISES DANS LA RÉDUCTION DES PESTICIDES Actions du Conseil Général de Seine et Marne et de l association AQUI Brie SOMMAIRE 1. LE PLAN DEPARTEMENTAL DE L EAU 2. UN

Plus en détail

Année Internationale de l Eau Douce

Année Internationale de l Eau Douce Démystifier la Qualité de l'eau Démystifier la Qualité de l'eau Jean-François Goulet, d.t.a. Groupe Horticole Ledoux inc. Ste-Hélène de Bagot. (40) 79-2222. 2003 Année Internationale de l Eau Douce Démystifier

Plus en détail

PROJET DE SDAGE 2016-2021 ETAT DES LIEUX RISQUES DE NON ATTEINTE DES OBJECTIFS DES MASSES D EAUX SOUTERRAINES

PROJET DE SDAGE 2016-2021 ETAT DES LIEUX RISQUES DE NON ATTEINTE DES OBJECTIFS DES MASSES D EAUX SOUTERRAINES PROJET DE SDAGE 2016-2021 ETAT DES LIEUX RISQUES DE NON ATTEINTE DES OBJECTIFS DES MASSES D EAUX SOUTERRAINES I Objectifs qualitatifs (5) Risque non atteinte des objectifs des Pas de dépassement du seuil

Plus en détail

C - Qualité des sols et de l eau. Bilan

C - Qualité des sols et de l eau. Bilan C - Qualité des sols et de l eau Bilan 1 CAH, Solution du sol et nutrition minérale végétale Le sol est un système complexe formé : D'une fraction solide minérale faite de fragments de roche issus du sous-sol

Plus en détail

Le «Défi Toxiques» du complexe lagunaire du Narbonnais

Le «Défi Toxiques» du complexe lagunaire du Narbonnais Le «Défi Toxiques» du complexe lagunaire du Narbonnais LE DEFI «TOXIQUES» Territoire : complexe lagunaire du Narbonnais (Bages-Sigean, Campignol, Ayrolle, Gruissan) Constitué autour d une problématique

Plus en détail

Chapitre 12 Secteur L Avenir Lac Saint-Pierre

Chapitre 12 Secteur L Avenir Lac Saint-Pierre Chapitre 12 Secteur L Avenir Lac Saint-Pierre Figure 12.1 Secteur L Avenir Lac Saint-Pierre Chapitre 12 : Secteur L Avenir Lac Saint-Pierre 213 12.1 Indices de qualité de l eau Ce secteur du bassin compte

Plus en détail

DOSSIER DE DEMANDE D AGREMENT DU DISPOSITIF DE SUIVI REGULIER DES REJETS INDUSTRIELS

DOSSIER DE DEMANDE D AGREMENT DU DISPOSITIF DE SUIVI REGULIER DES REJETS INDUSTRIELS DOSSIER DE DEMANDE D AGREMENT DU DISPOSITIF DE SUIVI REGULIER DES REJETS INDUSTRIELS Raison sociale :... Commune, code postal :... Version numérique du rapport remise en version : CD DVD Clé USB Mail à

Plus en détail

Création de lotissements à usage d habitation

Création de lotissements à usage d habitation Création de lotissements à usage d habitation Constitution des dossiers de déclaration au titre des articles L 214.1 à L 214.3 du code de l'environnement (anciennement loi sur l eau) A compter du 01/10/2006

Plus en détail

Verts. Domicile et chalet. Bon nombre de Néo-Brunswickois et Néo- Guide de référence pour une «vie verte» destiné aux propriétaires riverains

Verts. Domicile et chalet. Bon nombre de Néo-Brunswickois et Néo- Guide de référence pour une «vie verte» destiné aux propriétaires riverains Domicile et chalet Verts Guide de référence pour une «vie verte» destiné aux propriétaires riverains Bon nombre de Néo-Brunswickois et Néo- Brunswickoises demeurent dans des résidences et des chalets saisonniers

Plus en détail

ANALYSE PHYSICO-CHIMIQUE DES EAUX ET SEDIMENTS DE LA MARE DE LA GRUE Domaine régional de la forêt de Galluis (Commune de Frémainville)

ANALYSE PHYSICO-CHIMIQUE DES EAUX ET SEDIMENTS DE LA MARE DE LA GRUE Domaine régional de la forêt de Galluis (Commune de Frémainville) AGENCE DES ESPACES VERTS DE LLA REGION ILLE--DE--FRANCE I 9999 rruuee ddee ll l aabbbbéé Grroouul llt t 7755001155 PARIS ANALYSE PHYSICO-CHIMIQUE DES EAUX ET SEDIMENTS DE LA MARE DE LA GRUE Domaine régional

Plus en détail

FICHE D ENQUETE ETABLISSEMENTS INDUSTRIELS

FICHE D ENQUETE ETABLISSEMENTS INDUSTRIELS Direction Générale des Services Techniques Direction de l Eau et de l Assainissement FICHE D ENQUETE ETABLISSEMENTS INDUSTRIELS 1 - RENSEIGNEMENTS GENERAUX 1.1. - Administratifs Raison sociale :.. N Rue

Plus en détail

Qualité de l'eau. L essentiel. Pertinence au regard du développement durable. Tour d horizon. Des atteintes portées à la qualité des cours d eau...

Qualité de l'eau. L essentiel. Pertinence au regard du développement durable. Tour d horizon. Des atteintes portées à la qualité des cours d eau... L essentiel Les activités humaines affectent fortement la des eaux en tout comme dans le. Si des améliorations sont réelles, le défi de la reconquête de la de l eau reste prégnant et des efforts doivent

Plus en détail

5.3.1 L indice de qualité bactériologique et physicochimique (IQBP)

5.3.1 L indice de qualité bactériologique et physicochimique (IQBP) 5.3 Sous-bassin de la rivière Yamaska Nord 5.3.1 L indice de qualité bactériologique et physicochimique (IQBP) N de station IQBP - 2007 Évolution 2001-2003 et 2005-2007 Facteurs déclassants en 2007 Provenance

Plus en détail

RESUME DU PLAN REGIONAL POUR LA QUALITE DE L AIR

RESUME DU PLAN REGIONAL POUR LA QUALITE DE L AIR RESUME DU PLAN REGIONAL POUR LA QUALITE DE L AIR Février 2010 1. CONTEXTE La Loi sur l Air et l Utilisation Rationnelle de l Energie (LAURE) n 96-1236 du 30 décembre 1996 et son décret d application du

Plus en détail

Arrêté du 26 juillet 2000 relatif aux spécifications des eaux de boisson et aux modalités de leur présentation.

Arrêté du 26 juillet 2000 relatif aux spécifications des eaux de boisson et aux modalités de leur présentation. Arrêté du 26 juillet 2000 relatif aux spécifications des eaux de boisson et aux modalités de leur présentation. Article 1 er.- En application des dispositions de l article 1 er du décret exécutif n 92-65

Plus en détail

CONSIDÉRANT QU'un avis de motion du présent règlement a été donné le 19 août 2013; LE 3 septembre 2013, LE CONSEIL DÉCRÈTE CE QUI SUIT:

CONSIDÉRANT QU'un avis de motion du présent règlement a été donné le 19 août 2013; LE 3 septembre 2013, LE CONSEIL DÉCRÈTE CE QUI SUIT: PROVINCE DE QUÉBEC VILLE DE GRANBY Codification administrative Règlement numéro 0449-2013 visant à accorder une subvention pour réduire la pollution diffuse d origine agricole CONSIDÉRANT QUE la Ville

Plus en détail

SUIVI DE LA QUALITE DES EAUX DES COURS D EAU DE HAUTE-SAVOIE

SUIVI DE LA QUALITE DES EAUX DES COURS D EAU DE HAUTE-SAVOIE Conseil Général de Haute-Savoie SUIVI DE LA QUALITE DES EAUX DES COURS D EAU DE HAUTE-SAVOIE ETUDE DES AFFLUENTS DE L ARVE CAMPAGNES 2007-2008 Le Chinaillon au Grand Bornand, 24 juillet 2007 RESUME AUTRES

Plus en détail

Modification des seuils de rejet Potassium, Chlorures et Fluorures de SOCATRI

Modification des seuils de rejet Potassium, Chlorures et Fluorures de SOCATRI Modification des seuils de rejet Potassium, Chlorures et Fluorures de SOCATRI Page : 1/25 Sommaire 1 Objet du document...3 2 Références...4 3 Définitions...5 4 Rappel sur le procédé de traitement des effluents

Plus en détail

AVIS 1/5. Afssa Saisine n 2001-SA-0257. Maisons-Alfort, le 2 décembre 2003

AVIS 1/5. Afssa Saisine n 2001-SA-0257. Maisons-Alfort, le 2 décembre 2003 Maisons-Alfort, le 2 décembre 2003 AVIS LE DIRECTEUR GÉNÉRAL de l'agence française de sécurité sanitaire des aliments relatif à la fixation de critères de qualité des eaux minérales naturelles et des eaux

Plus en détail

Les besoins en recherche et développement dans le domaine de l eau potable au Québec

Les besoins en recherche et développement dans le domaine de l eau potable au Québec Salon des technologies environnementales du Québec 2002 Les besoins en recherche et développement dans le domaine de l eau potable au Québec Christian Bouchard, Jean Sérodes, Manuel Rodriguez Groupe de

Plus en détail

LES LIVRETS SUR L EAU DU BASSIN ARTOIS-PICARDIE Vers le bon état des eaux : actions et résultats

LES LIVRETS SUR L EAU DU BASSIN ARTOIS-PICARDIE Vers le bon état des eaux : actions et résultats LES LIVRETS SUR L EAU DU BASSIN ARTOIS-PICARDIE Vers le bon état des eaux : actions et résultats Crédit photo : JP.LEFEBVRE - AEAP Principaux résultats du bilan intermédiaire 2012 du Programme de Mesures

Plus en détail

CONTRIBUTION. Consultation relative au futur Schéma Directeur d Aménagement et de Gestion des Eaux (SDAGE) du bassin Adour-Garonne 2016-2021

CONTRIBUTION. Consultation relative au futur Schéma Directeur d Aménagement et de Gestion des Eaux (SDAGE) du bassin Adour-Garonne 2016-2021 Réunion du bureau du CESER Aquitaine du 2 avril 2013 CONTRIBUTION Consultation relative au futur Schéma Directeur d Aménagement et de Gestion des Eaux (SDAGE) du bassin Adour-Garonne 2016-2021 Vu le dossier

Plus en détail

L' homme agit sur son environnement.

L' homme agit sur son environnement. Duong Alexis 6eB L' homme agit sur son environnement. Causes des pollutions du sol Le sommaire La pollution des sols. -Introduction p3. -1) Définition du rôle du sol p 4-5. -2) Les causes de la pollution

Plus en détail

Kitcisakik. Renseignement généraux sur l eau potable 3 Rendement de votre système en alimentation en eau potable 4

Kitcisakik. Renseignement généraux sur l eau potable 3 Rendement de votre système en alimentation en eau potable 4 Renseignement généraux sur l eau potable 3 Rendement de votre système en alimentation en eau potable 4 Résultats des analyses sur la qualité de l'eau effectués par l opérateur 4 Résultats des analyses

Plus en détail

La qualité des eaux de baignade. sur le littoral des Pyrénées Atlantiques

La qualité des eaux de baignade. sur le littoral des Pyrénées Atlantiques La qualité des eaux de baignade sur le littoral des Pyrénées Atlantiques La problématique de la qualité des eaux de baignade est principalement abordée sous l aspect bactériologique. Pour garantir une

Plus en détail

CANAL MARITIME Masse d'eau AR 12

CANAL MARITIME Masse d'eau AR 12 CANAL MARITIME Masse d'eau AR 12 Présentation Générale : Superficie : 377 km² exutoire : Baie de Somme longueur des cours d'eaux principaux : 28 km Population du bassin Versant 2006 : 58 335 hab Évolution

Plus en détail

Cires Tome 2 - Pièce 4 Chapitre 12-1 Page 1 sur 8 CONDITIONS DE REMISE EN ETAT DU SITE. Andra 2014 PI DO AQED 14-0005/A

Cires Tome 2 - Pièce 4 Chapitre 12-1 Page 1 sur 8 CONDITIONS DE REMISE EN ETAT DU SITE. Andra 2014 PI DO AQED 14-0005/A Cires Tome 2 - Pièce 4 Chapitre 12-1 Page 1 sur 8 12-1 CONDITIONS DE REMISE EN ETAT DU SITE Cires Tome 2 - Pièce 4 Chapitre 12-1 Page 2 sur 8 SOMMAIRE 1 CONDITIONS DE REMISE EN ETAT DU SITE... 3 1.1 Réaménagement

Plus en détail

Quelle que soit son importance, le volet sanitaire doit être individualisé dans l étude d impact sous la forme d un chapitre spécifique.

Quelle que soit son importance, le volet sanitaire doit être individualisé dans l étude d impact sous la forme d un chapitre spécifique. de lecture Quelle que soit son importance, le volet sanitaire doit être individualisé dans l étude d impact sous la forme d un chapitre spécifique. Afin d aider le lecteur à se forger une opinion sur la

Plus en détail

Exposition au plomb d origine hydrique. Quelques indicateurs

Exposition au plomb d origine hydrique. Quelques indicateurs Exposition au plomb d origine hydrique Quelques indicateurs PLOMB ET SANTE Plomb et environnement Le plomb est présent dans de nombreux minéraux sous forme de composés tels que la galène (sulfure de plomb),

Plus en détail

Direction Régionale de l Environnement et l Aménagement de et Lorraine du Logement. de Lorraine. www.developpement-durable.gouv.fr

Direction Régionale de l Environnement et l Aménagement de et Lorraine du Logement. de Lorraine. www.developpement-durable.gouv.fr L état L état écologique écologique et et biologique biologique des des rivières, rivières, canaux canaux et plans et plans d eau d eau de de Lorraine Lorraine État des État lieux des «lieux 2013 2013»

Plus en détail

Étude sur les taux de revalorisation des contrats individuels d assurance-vie au titre de 2014 n 47 juin 2015

Étude sur les taux de revalorisation des contrats individuels d assurance-vie au titre de 2014 n 47 juin 2015 n 47 juin 2015 Étude sur les taux de revalorisation des contrats individuels d assurance-vie au titre de 2014 Synthèse générale Le niveau des taux de revalorisation servis aux assurés appelle une vigilance

Plus en détail

AVIS. Demande de permis unique pour l aménagement de zones de stockage de produits chimiques chez Benechim à LESSINES. Objet : Réf. : CWEDD/07/AV.

AVIS. Demande de permis unique pour l aménagement de zones de stockage de produits chimiques chez Benechim à LESSINES. Objet : Réf. : CWEDD/07/AV. AVIS Réf. : CWEDD/07/AV.127 Liège, le 22 janvier 2007 Objet : Demande de permis unique pour l aménagement de zones de stockage de produits chimiques chez Benechim à LESSINES Avis du CWEDD portant sur la

Plus en détail

Quelques commentaires concernant l émission France 3 «Cévennes : Révélations sur une pollution cachée»

Quelques commentaires concernant l émission France 3 «Cévennes : Révélations sur une pollution cachée» Bonifacio Iglesias Maire Prof. i. R. Dr. Peter Krauss Chimie bio-inorganique Université de Tuebingen 1 er adjoint au Maire d Anduze Mairie, Plan de Brie 30140 Anduze accueil : 04 66 61 80 08 mobile : 06

Plus en détail

EXTRAIT DU REGISTRE DES ARRETES DU PRESIDENT DE LA METROPOLE DE LYON

EXTRAIT DU REGISTRE DES ARRETES DU PRESIDENT DE LA METROPOLE DE LYON REPUBLIQUE FRANCAISE EXTRAIT DU REGISTRE DES ARRETES DU PRESIDENT DE LA METROPOLE DE LYON ARRETE N 2016-04-21-R-0333 commune(s) : Villeurbanne objet : Autorisation de déversement des eaux usées autres

Plus en détail

Propositions d actions Bassin du Doron 23/03/11

Propositions d actions Bassin du Doron 23/03/11 Propositions d actions Bassin du Doron 23/03/11 Points proposés : Le Contrat de rivière: avancement, objectifs Etat des lieux du bassin du Doron Enjeux et objectifs, propositions d actions Vers une mise

Plus en détail

1. Politique nationale de gestion des sites et sols pollués. 2. Imperméabilisation des sols

1. Politique nationale de gestion des sites et sols pollués. 2. Imperméabilisation des sols DEVELOPPEMENT DURABLE ET QUALITE ENVIRONNEMENTALE en Aménagement du Territoire, Urbanisme, Architecture et Construction 1. Politique nationale de gestion des sites et sols pollués Nouvelle méthodologie

Plus en détail

L eau du logement MCAD. I- Alimentation en eau.

L eau du logement MCAD. I- Alimentation en eau. L eau du logement I- Alimentation en eau. L eau est un bien rare, fragile et précieux. L eau est le patrimoine de tous et il faut la protéger. Elle est utilisée pour : - Nourriture et boissons : 7%. -

Plus en détail

Communication en Conseil des Ministres. Plan de gestion de la rareté de l eau

Communication en Conseil des Ministres. Plan de gestion de la rareté de l eau Communication en Conseil des Ministres Plan de gestion de la rareté de l eau Bilan de l année 2005 De septembre 2004 à septembre 2005, la France a connu une sécheresse s étendant sur un large croissant

Plus en détail

PROCÉDURE EAU DESTINÉE À LA CONSOMMATION HUMAINE

PROCÉDURE EAU DESTINÉE À LA CONSOMMATION HUMAINE - DEPARTEMENT DU LOT Commune de Leyme PROCÉDURE EAU DESTINÉE À LA CONSOMMATION HUMAINE Captages eau potable de la commune de Leyme. ANNEXES SOMMAIRE ANNEXE 1 : ANNEXE 2 : ANNEXE 3 : ANNEXE 4 : ANNEXE 5

Plus en détail

Contenu. Compétences

Contenu. Compétences Séance 2 Correction Contenu Composition chimique d une eau de consommation Compétences Analyse qualitative d une eau Exercice I Les différentes eaux L eau minérale naturelle possède des propriétés favorables

Plus en détail

Puits et forages privés

Puits et forages privés Puits et forages privés à usage domestique Vous souhaitez remettre en service un ancien puits ou créer un forage privé dans votre jardin et éventuellement consommer l eau ainsi prélevée? règles simples

Plus en détail

Réflexion autour de l assainissement

Réflexion autour de l assainissement ENVIRONNEMENT Le Lez à Bonac, on s y baigne et on y pêche en première catégorie. VALLÉE DU BIROS Réflexion autour de l assainissement Des habitants et élus de la haute vallée du Lez ont engagé une réflexion

Plus en détail

EPANDAGE DES DÉCHETS SUR SOLS AGRICOLES BURKINABÉ

EPANDAGE DES DÉCHETS SUR SOLS AGRICOLES BURKINABÉ PRÉSENTATION POWER POINT EPANDAGE DES DÉCHETS SUR SOLS AGRICOLES BURKINABÉ NIKIEMA Basile francois Ingénier Environnementaliste Burkina Faso INTRODUCTION Il est commun de constater que l'agriculture (et

Plus en détail

Politique de l eau en France

Politique de l eau en France Politique de l eau en France Le tournant en France a été la seconde guerre mondiale, pour voir la mise en place d une véritable de l eau avec une vision globale (codifié, réglementé ). Elle va se faire

Plus en détail

8 eme rencontre des gestionnaires AEP. 21 novembre 2013 - Conseil Général du Bas-Rhin

8 eme rencontre des gestionnaires AEP. 21 novembre 2013 - Conseil Général du Bas-Rhin 8 eme rencontre des gestionnaires AEP 21 novembre 2013 - Conseil Général du Bas-Rhin Les enjeux liés aux activités industrielles et artisanales sur le périmètre du SAGE INR 21 novembre 2013 - Conseil Général

Plus en détail

Projet minier Arnaud Plan de restauration préliminaire Projet minier Arnaud

Projet minier Arnaud Plan de restauration préliminaire Projet minier Arnaud Projet minier Arnaud Plan de restauration préliminaire Projet minier Arnaud Sommaire exécutif Analyse des solutions de rechange pour l entreposage des déchets miniers Rév.03 Août 2015 SOMMAIRE EXÉCUTIF

Plus en détail

POLITIQUE DE GESTION DES RISQUES DE LA SOCIÉTÉ DE LA PLACE DES ARTS DE MONTRÉAL

POLITIQUE DE GESTION DES RISQUES DE LA SOCIÉTÉ DE LA PLACE DES ARTS DE MONTRÉAL POLITIQUE DE GESTION DES RISQUES DE LA SOCIÉTÉ DE LA PLACE DES ARTS DE MONTRÉAL Septembre 2010 Adoptée : Rés. CA 2010-29 Modifiée : Rés. CA 2012-36 1 TABLE DE MATIÈRES POLITIQUE DE GESTION DES RISQUES

Plus en détail

AVANT-PROJET DE SDAGE 2016-2021

AVANT-PROJET DE SDAGE 2016-2021 AVANT-PROJET DE SDAGE 2016-2021 Documents d accompagnement Bassin Rhône-Méditerranée Bureau du comité de bassin Rhône-Méditerranée 11 juillet 2014 DOCUMENTS D ACCOMPAGNEMENT Sommaire PRESENTATION SYNTHETIQUE

Plus en détail

Pollution de l eau : Origines et impacts

Pollution de l eau : Origines et impacts Pollution de l eau : Origines et impacts Les eaux de surface sont de plus en plus polluées. Elles contiennent des millions de tonnes de polluants formés des rejets chimiques de nos industries, de notre

Plus en détail

Chapitre 3 : Vers une agriculture durable

Chapitre 3 : Vers une agriculture durable Chapitre 3 : Vers une agriculture durable Au XXI siècle, on prévoit une population de 9 milliards d êtres humains. Nourrir la population est donc un défi majeur. Cf. cours de seconde : problèmes de la

Plus en détail

COMMENT LES EAUX USEES SONT-ELLES TRAITEES DANS UN ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF?

COMMENT LES EAUX USEES SONT-ELLES TRAITEES DANS UN ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF? COMMENT LES EAUX USEES SONT-ELLES TRAITEES DANS UN ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF? I LA POLLUTION QUE NOUS PRODUISONS ET SON IMPACT SUR LE MILIEU NATUREL Pollution = Introduction d éléments extérieurs non

Plus en détail

INFORMATION 2011 COMMUNE DE DENGES QUALITÉ DE L EAU

INFORMATION 2011 COMMUNE DE DENGES QUALITÉ DE L EAU INFORMATION 211 COMMUNE DE DENGES QUALITÉ DE L EAU EAUSERVICE NOUS METTONS TOUT EN OEUVRE POUR PRÉSERVER L ENVIRONNEMENT ET PRÉVENIR TOUTE ÉVENTUELLE POLLUTION DE L EAU eauservice c est : Le distributeur

Plus en détail

PROJET DE SAGE ORNE AMONT

PROJET DE SAGE ORNE AMONT CONSULTATION DES ASSEMBLEES 1er janvier-1er mai 2014 PROJET DE SAGE ORNE AMONT Validé en CLE le 6 décembre 2013 Sommaire Caractéristiques du territoire Etat des masses d eau Calendrier d élaboration Condition

Plus en détail

! " #$% &%"'% ( )$'"*+,*-!. /,01

!  #$% &%'% ( )$'*+,*-!. /,01 $/% $$!! " #$% &%"'% ( )$'"*+,*-!. /,01 "%$2%$/%)#'34"$!)5 6 7 8!"#$ "%!&'(#'%!)&*&#+ *'##'& 6 La plus grande partie de l'eau qui tombe en pluie provient de la mer. 0%2$ *,,%2'

Plus en détail

>> Communiqué de presse

>> Communiqué de presse 30 septembre 2011 >> Communiqué de presse Bilan encourageant pour l assainissement des eaux usées urbaines sur les bassins Rhône-Méditerranée et Corse. L Agence de l eau se lance sur 2 nouvelles priorités

Plus en détail

Projets relevant des articles R 211-25 à R 211-47 du code de l'environnement

Projets relevant des articles R 211-25 à R 211-47 du code de l'environnement Préfecture de la Haute-Saône ««««««««««««MISSION INTERSERVICES DE L'EAU ««««««D 3.1- Doctrine relative aux épandages agricoles de boues sur des sols à teneur riche en nickel Projets relevant des articles

Plus en détail

PRESENTATION DES RESULTATS DES MESURES PHYSICO-CHIMIQUES ET DES PECHES ELECTRIQUES REALISEES SUR LE BASSIN VERSANT DE LA MAULDRE EN 2001

PRESENTATION DES RESULTATS DES MESURES PHYSICO-CHIMIQUES ET DES PECHES ELECTRIQUES REALISEES SUR LE BASSIN VERSANT DE LA MAULDRE EN 2001 PRESENTATION DES RESULTATS DES MESURES PHYSICO-CHIMIQUES ET DES PECHES ELECTRIQUES REALISEES SUR LE BASSIN VERSANT DE LA MAULDRE EN 2001 La Guyonne à Bazoches-sur-Guyonne Avec la participation financière

Plus en détail

Gestion des rejets de substances prioritaires à. l échelle des bassins. versants. Jean-Marc BRIGNON INERIS Direction des Risques Chroniques SEMINAIRE

Gestion des rejets de substances prioritaires à. l échelle des bassins. versants. Jean-Marc BRIGNON INERIS Direction des Risques Chroniques SEMINAIRE SEMINAIRE Les substances chimiques dangereuses de la DCE : vers des outils opérationnels pour la fixation des VLE locales et la gestion à l échelle des bassins Gestion des rejets de substances prioritaires

Plus en détail

Commission Thématique «Gestion de la Ressource» Lundi 16 février 9h30 Péronne SOMMAIRE

Commission Thématique «Gestion de la Ressource» Lundi 16 février 9h30 Péronne SOMMAIRE C SAG COMMISSION LOCALE DE L EAU GE DE LA HAUTE-SOMME Commission Thématique «Gestion de la Ressource» Lundi 16 février 9h30 Péronne SOMMAIRE 1. Objectifs de la réunion......2 2. Les obligations du SAGE

Plus en détail

Qu est-ce une Déclaration Environnementale de Produit (EPD)?

Qu est-ce une Déclaration Environnementale de Produit (EPD)? Qu est-ce une Déclaration Environnementale de Produit (EPD)? Dans une Déclaration Environnementale de Produit ou EPD, 11 catégories d impact sur l environnement sont exprimées en chiffres. Il s agit d

Plus en détail

SUIVI DE LA QUALITE DES EAUX ET DES MILIEUX

SUIVI DE LA QUALITE DES EAUX ET DES MILIEUX Syndicat intercommunal d Aménagement du Bassin de l ARC SUIVI DE LA QUALITE DES EAUX ET DES MILIEUX AQUATIQUES DE L ARC ET QUELQUES AFFLUENTS Mars 2010 RAPPORT DEFINITIF SOMMAIRE SOMMAIRE... 1 1. PRESENTATION

Plus en détail

Mise à jour des critères québécois de qualité de l air Direction du suivi de l état de l environnement

Mise à jour des critères québécois de qualité de l air Direction du suivi de l état de l environnement Mise à jour des critères québécois de qualité de l air Direction du suivi de l état de l environnement Ministère du Développement durable, de l Environnement et des Parcs Mars 2010 Ministère du Développement

Plus en détail

Journée Cotita du 8 octobre 2015 Entretien d anciennes protections anticorrosion

Journée Cotita du 8 octobre 2015 Entretien d anciennes protections anticorrosion Journée Cotita du 8 octobre 2015 Entretien d anciennes protections anticorrosion Présence de toxiques «métaux lourds» Principales exigences réglementaires Auteur : Serge HAMPARIAN Groupe OASMD Unité Chimie

Plus en détail

12 EME SEMINAIRE EAU. Avec la participation de : L ingénierie écologique au service du développement urbain : aspects milieux/biodiversité CONTACT

12 EME SEMINAIRE EAU. Avec la participation de : L ingénierie écologique au service du développement urbain : aspects milieux/biodiversité CONTACT Avec la participation de : 12 EME SEMINAIRE EAU Les 18, 19 et 20 Février 2013 Polytech Montpellier, Amphithéâtre Serge Peytavin La gestion de l eau pour une ville durable LUNDI 18 FEVRIER L ingénierie

Plus en détail

Programmes d'action communautaire pour l'environnement

Programmes d'action communautaire pour l'environnement Programmes d'action communautaire pour l'environnement «Nous voulons contribuer à protéger les espèces de poissons en péril dans nos réserves contre les effets de la pollution de l eau.» «Les enfants de

Plus en détail

QUELS EFFETS PEUVENT AVOIR CERTAINS PRODUITS SUR LES PLANTES?

QUELS EFFETS PEUVENT AVOIR CERTAINS PRODUITS SUR LES PLANTES? ACTIVITÉ 1 QUELS EFFETS PEUVENT AVOIR CERTAINS PRODUITS SUR LES PLANTES? OBJECTIFS DE CONTENU ET D EXPÉRIMENTATION Cette activité permet aux élèves de réaliser que certains produits ont un effet sur la

Plus en détail

Journée d information RSDE, 23 nov 2012

Journée d information RSDE, 23 nov 2012 Journée d information RSDE, 23 nov 2012 L agence de l eau : organisation, missions programme, aides Zoom RSDE : l agence accompagne l action nationale taux d aide fixé à 50% modalités pratiques Agence

Plus en détail

- 3 - PEUPLEMENTS. 3.1 Variabilité et rôle trophique de la matière organique dissoute de différentes origines

- 3 - PEUPLEMENTS. 3.1 Variabilité et rôle trophique de la matière organique dissoute de différentes origines - 3 - PEUPLEMENTS 3.1 Variabilité et rôle trophique de la matière organique dissoute de différentes origines Variabilité et rôle de la matière organique dissoute de différentes origines comme source nutritionnelle

Plus en détail

Les polluants atmosphériques

Les polluants atmosphériques Les polluants atmosphériques * Les principaux polluants qui retentissent sur la santé (Particules Ozone - Oxydes d'azote -Benzène) p 2-5 * Durée de vie des polluants p 6 * Origine des émissions, devenir

Plus en détail

(Partie française située sur le territoire du bassin Rhin-Meuse)

(Partie française située sur le territoire du bassin Rhin-Meuse) DIRECTIVE 2000/60/CE DU PARLEMENT EUROPEEN ET DU CONSEIL DU 23 OCTOBRE 2000 ETABLISSANT UN CADRE POUR UNE POLITIQUE COMMUNAUTAIRE DANS LE DOMAINE DE L EAU (Partie française située sur le territoire du

Plus en détail

Professionnels du traitement de surfaces

Professionnels du traitement de surfaces Professionnels du traitement de surfaces adoptez une attitude pro-environnementale S engager pour améliorer l environnement Professionnels des traitements de surfaces, vous exercez vos activités dans un

Plus en détail

14. APERÇU DES PRINCIPALES SOURCES DE POLLUTION DE L EAU EN RÉGION BRUXELLOISE

14. APERÇU DES PRINCIPALES SOURCES DE POLLUTION DE L EAU EN RÉGION BRUXELLOISE 14. APERÇU DES PRINCIPALES SOURCES DE POLLUTION DE L EAU EN RÉGION BRUXELLOISE 1.Introduction La Région bruxelloise est située majoritairement dans le sous-bassin de la Senne. Ce cours d eau et ses affluents

Plus en détail