Chapitre 5. Introduction sur l approche dynamique

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Chapitre 5. Introduction sur l approche dynamique"

Transcription

1 Chapitre 5. Introduction sur l approche dynamique - D où vient que des organismes placés devant une infinité de problèmes moteurs divers produisent régulièrement et avec une telle facilité, des gestes cohérents, économiques et stables? - Travaux sur le contrôle du mouvement : Kelso (1981; 1984); Haken, Kelso, & Bunz (1985). - S intéresse aussi au développement moteur (Thelen, 1989); l apprentissage moteur (Schöner, Zanone, & Kelso, 1992; Zanone & Kelso, 1992). - Description du contrôle de l action : simple mise en action de synergies musculaires par rapport aux contraintes de la tâche (Turvey, Fitch, & Tuller, 1982). - L action est analysée en termes d énergies du système et non en termes d allocations d attention ou de processus cognitifs (Temprado & Laurent, 1999). - Approche des systèmes dynamiques : «il faut entendre tout système, quelle que soit sa nature (physique, chimique, électromécanique, biologique, économique etc.) qui évolue dans le temps (Bergé, Pomeau, & Vidal, 1984, p. XI). Concepts communs aux théories écologique et dynamique - Système acteur-environnement : système complexe avec des nombreux composants et soussystèmes en interaction (Temprado & Montagne, 2001). - Approche néo-darwinienne (Handford, Davids, & Bennett, 1999). - Modèle de référence : l auto-organisation. Le système nerveux central est le moins sollicité. Il ne calcule rien. - Tout est direct. Dès que l homme a perçu un événement, il agit directement sans traitement. Le seul «traitement» est le passage de l influx nerveux dans les neurones. Mais pas de représentations. - Mais comment réalise t-on un mouvement? Constat de Bernstein (1967) : compte tenu des degrés de liberté (ddl) mis en jeu dans les différentes articulations et des fortes non-linéarités caractérisant les chaînes multisegmentaires. Un système de programmation centralisée explosion calculatoire (Bonnet, Guiard, Requin, & Semjen, 1994). On ne peut pas supposer qu une machine aussi complexe que le système musculosquelettique puisse être algorithmiquement contrôlée par une instance centrale. Modes de coordinations = résultat des différentes interactions. Emergent des contraintes de la tâche, de l environnement et de l organisme (Newel, 1986 ; Newell & McDonald, 1994). Contrainte = tout facteur susceptible de limiter les ddl (Delignières, 2004). - Mais alors que fait le SNC? 2 niveaux du SN : les centres supérieurs et périphériques * Au niveau des centres supérieurs (le Cortex) : - Toutes les activités purement humaines (lectures, réflexions ). - En ce qui concerne le mouvement : intention, motivation. - Preuve phylogénétique Seul le cortex humain est différent des autres animaux (réflexion). 1

2 Bien que le cortex humain soit différent de celui des autres animaux, les mouvements réalisés n en sont pas plus sophistiqués. * Au niveau des centres périphériques : Pour effectuer un mouvement, le système nerveux périphérique est suffisant : coordination en réduisant les degrés de liberté. Différences entre théories écologique et dynamique - Différence : Perception Vs mouvement Gibson a axé ses études sur la perception visuelle. La plupart des autres chercheurs de l approche écologique ont travaillé sur la perception. L approche dynamique, au contraire, est basé essentiellement sur le mouvement (depuis 1995 de nombreuses études sont en cours sur l apprentissage). Seule l approche dynamique vient d une théorie déjà existante (et à la «mode») : la théorie du chaos. - Différence : Bases théoriques et outils méthodologiques Tout est basé sur l auto-organisation. Dépend des conditions initiales. Intérêt pour le paramètre macroscopique. Tout système est non linéaire= le passage d un état à un autre est abrupt (Passage du Pas au Galop chez le cheval (Hoyt & Taylor, 1981). Système dynamique - Capable d associer, mettre en relation les unités motrices nécessaires à l action. Capable de coordonner différents éléments entre eux : muscles, articulations, environnementsujet, sujet-sujet. - Ces assemblages «crées par le SN, se traduisent par des relations spatio-temporelles stables et reproductibles» (Temprado & Montagne, 2001) entre les différents segments, articulations, muscles. - Ces invariants spatio-temporels spécifiant la coordination = signature comportementale et différencient les différentes synergies. Intérêt de cette approche - Ordre moteur prescrit versus Ordre moteur émergeant - Coordination bi ou multi-segmentaire : mouvement bi-manuel, bras-jambes, oscillations posturales, locomotion. Coordination sujet-environnement : jonglage de balle, ballon. Coordination sujet-sujet - APSA : Natation (Chollet, Chalies, & Chatard, 2000). VB (Temprado, Della-Grasta, Farell, & Laurent, 1997). Suspension renversée aux barres parallèles (Delignières, Nourrit, Sioud, Leroyer, Zattara, & Micalleff, 1998). Jonglage de balle (Beek & Van Santvoord, 1992) ; Ballon (Tlili, Mottet, Dupuy, & Pavis, 2004). Improvisation (Issartel, Marin, Gayraud, Hauw, Mottet, & Cadopi, 2004). Tennis de table (Sorensen, Ingdvalsen, & Whiting, 2001). Tennis (Yamamoto & Gohara, 2001). Tennis entre 2 joueurs (Palut, Zanone, & Gurdjos, 2004). Stimulateur de ski (Vereijken, 1991) 2

3 Objectif de cette approche - Identifier les contraintes pertinentes qui induisent les transformations du comportement (Corbetta & Vereijken, 1999). - Identifier les variables essentielles qui résument les processus dynamiques de formation et d évolution des patterns de coordination. Concept : Paramètre d ordre (ou Variable collective) - La théorie du chaos est basée sur l auto-organisation et la recherche du paramètre macroscopique : Paramètre d ordre (ou Variable collective) : 1. Il permet de définir soit résumer la coordination. 2. Il permet de donner l évolution de la coordination. Exemples en APSA : Balancer en suspension en gymnastique : Relation entre oscillations pendulaires du CG et axe de rotation (Delignières et al., 1998). Voir Delignières et al. (2006, REVUE EPS, 322). Service au volley-ball : Dissociation temporelle entre les 3 articulations du bras (Temprado et al., 1997). Voir Temprado (2004, REVUE EPS, 305). 3. Il évolue dans le temps au cours de l apprentissage : Sa valeur évolue. Autrement dit, la valeur de la coordination évolue, les relations entre les éléments coordonnés. Il est difficilement modifiable après acquisition. 4. Il existe dans tous les gestes! - Comment fait-on pour réaliser le bon geste à tout moment? Même quand ce geste est nouveau? Tout émerge d un ensemble de contraintes (Newell, 1986). L interaction de cet ensemble de contraintes nous permet d adopter le bon mouvement : la bonne COORDINATION ou la bonne valeur du paramètre d ordre. Si la coordination est maîtrisée, on est sur un état stable, un attracteur : Stable donc durable et difficile à modifier : Apprendre à pédaler. Quand on a une technique, on a du mal à s en défaire : Avoir un défaut de technique (brasse). De même quand on veut apprendre un nouveau geste, on reste souvent sur des automatismes : Revers au tennis vs au squash, descente en ski en «stème» vs en parallèle Si la coordination est maîtrisée, elle est stable : reproduite spatio temporellement d un essai à un autre (mais pas stéréotypé) : de la variabilité inter-essai. Elle est efficiente d un point de vue métabolique (Nourrit et al., 2000) et mécanique (Delignières et al., 1998). On observe une certaine homogénéité inter-individuelle liée au cahier des charges (exigences) de la tâche. Concept : Passage d un état à un autre, Transition - Le passage d un geste à l autre suit les mêmes caractéristiques que l on va pouvoir observer au cours de l apprentissage : 2 états stables : changement brutal de l un à l autre. Passage marche-course (Diedrich & Warren, 1995). Monter des marches d escalier de plus en plus hautes (Warren, 1984). 3

4 Passage du Pas Trot Galop (Hoyt & Taylor, 1981). Franchissement d obstacles de plus en plus larges/profonds (Cornus et al., 1999). - Ce passage d un état à un autre s appelle une Transition ou Bifurcation. - Une transition se caractérise donc par : 2 attracteurs bien stables et biens distincts les uns des autres, au delà de la transition : Mode d action/coordination. Un passage brutal d un attracteur vers un autre (non-linéaire= brutal). Une augmentation de la variabilité (inter-essais) du paramètre d ordre aux alentours de la bifurcation. Une grande instabilité du paramètre d ordre (on peut rebasculer d un état à un autre très rapidement) : Marche-course. - Le concept de transition est important : Permet de voir si quelqu un est en train de passer d un attracteur à un autre. Ou s il est sur le point d apprendre. Cela permet de connaître l évolution du paramètre d ordre. Cela permet de prouver que le système étudié est un vrai système dynamique. - 4 critères : 1. Deux attracteurs stables au delà de la transition. 2. Un passage brutal d un attracteur vers un autre (non-linéaire). 3. Une augmentation de la variabilité du paramètre d ordre aux alentours de la bifurcation. 4. Une hystérèse prouve que l on résiste au changement : nous voulons rester sur le même attracteur/coordination/état stable. - Warren (1988) ; Fitzpatric, Carello, Schmidt et Corey (1994) : Affordance et transition de phase. Concept : Paramètre de contrôle - Contrainte non spécifique= contrainte extérieure au système. - Paramètre manipulable par l expérimentateur et donc enseignant. - Ce paramètre fait changer le paramètre d ordre. DONC coordination. - Exemples : La vitesse dans la locomotion lors du passage entre la marche et course (Diedrich & Warren, 1995) (Mais aussi : Passage du Pas-Trot-Galop). La hauteur de la contremarche d escalier lors du passage de la bipédie à la quadrupédie (Warren, 1984). La profondeur des obstacles lors du passage d un enjambement à un saut (Cornus et al., 1999). Approche dynamique et cognition - Comme l approche écologique, elle manipule des contraintes pour faire émerger le comportement. - Reconsidération du statut et rôle des processus cognitifs : intention, attention. - Information comportementale ne détermine pas le comportement mais l oriente (Scholz & Kelso, 1990). - Contraintes cognitives (Swinnen, Heuer, Massion, & Casaer, 1994). Voir : Delignières, D. (2004a). L approche dynamique du comportement moteur. In J. La Rue & H. Ripoll (Eds.), Manuel de psychologie du sport. 1. Déterminants de la performance motrice (pp ). Paris : Editions «Revue EPS». Voir : Figure adaptée de Temprado & Montagne (2001, figure 6.3., p. 107). 4

5 Donc les 3 approches - Approche dynamique Le corps s auto-organise : On est sur un état stable (certaines valeurs du paramètre d ordre sont fonction de l interaction entre les 3 contraintes). Si on veut modifier son comportement (Apprentissage, Adaptation à de nouvelles contraintes, changer de geste) : Déstabiliser l état stable pour un autre en modifiant les valeurs du paramètre d ordre. Ce passage est une transition qui s effectue de manière abrupte (non-linéaire). - Approche écologique Le corps s auto-organise : Il perçoit des affordances en fonction des 3 contraintes. Il s organise en fonction d une loi de contrôle. Il contrôle l action en fonction d un couplage information-mouvement. Si on veut modifier son comportement (Apprentissage, Adaptation à de nouvelles contraintes, changer de geste) : En ajustant le couplage I-M, optimisant loi de contrôle. En ajustant les affordances. - Approche cognitive Le SNC : Décode l information/représentation. Sélectionne le bon PMG. Paramétrise le PMG. Si on veut modifier son comportement (Apprentissage, Adaptation à de nouvelles contraintes, changer de geste) : Optimiser les étapes du traitement de l information. Intégrer des représentations, PMG. Apprentissage moteur - Apprentissage cognitif = apprentissage d une paramétrisation de mouvement donc un problème de contrôle/de commande/d exécutif/de traitement. - Apprentissage dynamique = apprentissage d une coordination donc un problème de coordination/d assemblage/d émergence. - Apprentissage écologique = apprentissage perceptif donc un problème de couplage perception-mouvement/adaptation sujet-environnement. Voir Temprado, J. J., & Laurent, M. (1995). Approches cognitive et écologique de l apprentissage des habiletés motrices en sport. In H. Ripoll, J. Bilard, M. Durand, J. Keller, M. Levêque & P. Therme (Eds.), Psychologie du sport. Questions actuelles (pp ). Paris : Éditions «Revue EPS». - Apprentissage et enseignant : Apprentissage cognitif = optimiser les opérations mentales. Apprentissage dynamique = identifier les variables essentielles. Apprentissage écologique = développer couplage I-M, affordance. - Conditions d apprentissage (Temprado, 1997) : Outils pédagogiques (Marsault & Cornus, 2004), Modes d intervention (Delignières, Teulier, & Nourrit, 2006). 5

6 Selon Temprado (1997), il y a 3 temps pour améliorer l apprentissage moteur : - Avant : Apprentissage par observation (Bandura, 1976). - Pendant : Nature de la répétition (Marin & Danion, 2005). - Après : Feed-Back extrinsèques : Connaissance du résultat, Connaissance de la performance, Vidéo. - Répétition (pendant) et Modèles théoriques et pédagogiques : Répétition/Pratique fractionnée : Modèle analytique (Associationniste) = Béhavioriste et Néobéhavioriste. Répétition globale : Modèle structuraliste/global = Théorie de la Gestalt, Base de connaissances. Répétition constante : Modèle auto-adaptatif = Psychologie cognitive. Répétition variable : Modèle exploratoire (Effken & Kadar, 2001). = Approches écologique, Dynamique. Articles à voir pour les approches dynamique et écologique - Beaubrun, F., & Judey, P. (2001). Approche dynamique et apprentissage du lancer du javelot. Revue EPS, 292, Buekers, M. (1999). L acquisition des habiletés sportives dans un contexte écologique. Revue EPS, 277, Cornus, S., & Marsault, C. (2003). Repenser l EPS à partir de l approche écologique de la perception et du mouvement. Revue EPS, 302, Cornus, S., & Royal, A. (2006). La régulation dans le saut en longueur : une conception écologique. Revue EPS, 322, Delignières, D. (1998). Apprentissage moteur. Quelles idées neuves. Revue EPS, 274, Delignières, D., Teulier, C., Nourrit, D. (2006). Approche dynamique de l apprentissage des coordinations motrices. Revue EPS, 322, Egret, C., Leroy, D., Chollet, D., Loret, A., & Weber, J. (2000). Approche scientifique du swing. Revue EPS, 286, Laurent, M., & Temprado, J. J. (1996). Apprentissage et contrôle du mouvement dans les APS. Quelle(s) théorie(s) pour quelle(s) pratique(s). In Recherche et Pratique des APS. Dossiers EPS n 28 (pp ). Paris : Éditions «Revue EPS». - Palut, Y., Zanone, P. G., & Gurdjos, P. (2004). Modes de déplacement spontané en tennis. Science & Motricité, 51, Temprado, J. J. (1999). «L approche dynamique» : une autre façon de concevoir l apprentissage moteur en EPS. Revue EPS, 277, Temprado, J. J. (2004). Approche dynamique des coordinations motrices, prolongements pour l apprentissage des habiletés motrices en EPS. Revue EPS, 305, Pensez aux références données en début de cours (voir support 1)!! 6

LES THÉORIES DE L APPRENTISSAGE DES HABILETÉS MOTRICES

LES THÉORIES DE L APPRENTISSAGE DES HABILETÉS MOTRICES LES THÉORIES DE L APPRENTISSAGE DES HABILETÉS MOTRICES MICHEL LE HER : 2004/2005 LICENCE INTRODUCTION QU EST-CE QU UNE THÉORIE? DÉCRIRE/ EXPLIQUER : QUELLE DIFFÉRENCE? DESCRIPTION : COMMENT? EXPLIQUER

Plus en détail

L acquisition des habiletés motrices

L acquisition des habiletés motrices Licence 2 S2 L acquisition des habiletés motrices Teulier Caroline Cours 2004-2005 1 Bibliographie générale Schmidt, R.A. (1993). Apprentissage moteur et performance. Paris: Vigot. La Rue, J. & Ripoll,

Plus en détail

L apprentissage des habiletés motrices complexes : des coordinations spontanées à la coordination experte

L apprentissage des habiletés motrices complexes : des coordinations spontanées à la coordination experte Delignières, D., Teulier, C. & Nourrit, D. (in press). L apprentissage des habiletés motrices complexes : des coordinations spontanées à la coordination experte. Bulletin de Psychologie L apprentissage

Plus en détail

Thème : Aménagement matériel du milieu.

Thème : Aménagement matériel du milieu. Thème : Aménagement matériel du milieu. Perspective cognitiviste : L aménagement du milieu permet de faire apparaître clairement le but à atteindre. Apprendre suppose en effet la perception, par le sujet,

Plus en détail

ANALYSER DES TACHES MOTRICES SUR LE VERSANT INFORMATIONNEL. Aurore HUCHEZ FSSEP - Lille 2

ANALYSER DES TACHES MOTRICES SUR LE VERSANT INFORMATIONNEL. Aurore HUCHEZ FSSEP - Lille 2 ANALYSER DES TACHES MOTRICES SUR LE VERSANT INFORMATIONNEL Aurore HUCHEZ FSSEP - Lille 2 INTRODUCTION La notion de tâche motrice Activité déterminée et obligatoire Peut être imposée de l extérieur par

Plus en détail

L E. P. S. 4 A 4 Michel FAURE, CPD EPS DA 13

L E. P. S. 4 A 4 Michel FAURE, CPD EPS DA 13 L E. P. S. 4 A 4 Michel FAURE, CPD EPS DA 13 Les 4 tableaux format A4 suivants (l EPS 4 à 4!) sont le résultat d une tentative personnelle de présentation synthétique d utiles connaissances et considérations

Plus en détail

L ACQUISITION DES HABILETES MOTRICES COMPLEXES. D. Delignières, Université Montpellier I

L ACQUISITION DES HABILETES MOTRICES COMPLEXES. D. Delignières, Université Montpellier I L ACQUISITION DES HABILETES MOTRICES COMPLEXES D. Delignières, Université Montpellier I L objectif de ce cours est de faire un point théorique sur les connaissances actuelles dans le domaine de l apprentissage

Plus en détail

LE TRAITEMENT DE L'INFORMATION D'UN POINT DE VUE ECOLOGIQUE. {Licence STAPS 98-99. C1-M2. Cours de Nicolas BENGUIGUI} INTRODUCTION...

LE TRAITEMENT DE L'INFORMATION D'UN POINT DE VUE ECOLOGIQUE. {Licence STAPS 98-99. C1-M2. Cours de Nicolas BENGUIGUI} INTRODUCTION... LE TRAITEMENT DE L'INFORMATION D'UN POINT DE VUE ECOLOGIQUE {Licence STAPS 98-99. C1-M2. Cours de Nicolas BENGUIGUI} Le 20 Novembre 1998 INTRODUCTION...3 1. L'APPROCHE ECOLOGIQUE...3 1.1. Historique et

Plus en détail

Agir et s exprimer avec son corps

Agir et s exprimer avec son corps Agir et s exprimer avec son corps LES JEUX COLLECTIFS À L ÉCOLE MATERNELLE Mercredi 10 décembre 2014 ANDREU Sophie, CPC 9 ème BOTHUA Alexandre, CPC 10 ème BREYTON Maryline, CPC 9 ème Déroulé de la formation

Plus en détail

Projet de programme de formation pour l obtention du mastère en Sciences et Techniques des Activités Physiques et Sportives

Projet de programme de formation pour l obtention du mastère en Sciences et Techniques des Activités Physiques et Sportives Projet de programme de formation pour l obtention du mastère en Sciences et Techniques des Activités Physiques et Sportives ENSEIGNEMENTS COMMUNS Epistémologie Epistémologie des sciences du sport et de

Plus en détail

EDUCATION PHYSIQUE ET SPORTIVE CYCLE 4 HYPER TEXTE

EDUCATION PHYSIQUE ET SPORTIVE CYCLE 4 HYPER TEXTE EDUCATION PHYSIQUE ET SPORTIVE CYCLE 4 HYPER TEXTE LE VOLET 1 DU CYCLE 4 est un texte général qui oriente toutes les disciplines et qui permet de cibler la singularité des axes de formation. LE VOLET 2

Plus en détail

Programme de la formation. Écrit : 72hdepréparation aux épreuves d admissibilité au CRPE

Programme de la formation. Écrit : 72hdepréparation aux épreuves d admissibilité au CRPE Programme de la formation Écrit : 72hdepréparation aux épreuves d admissibilité au CRPE o 36 h pour la préparation à l'épreuve écrite de français Cette préparation comprend : - un travail sur la discipline

Plus en détail

REPONDRE AU BESOIN DE BOUGER CHEZ LE JEUNE ENFANT

REPONDRE AU BESOIN DE BOUGER CHEZ LE JEUNE ENFANT REPONDRE AU BESOIN DE BOUGER CHEZ LE JEUNE ENFANT L enfant de deux, trois ans, a besoin de bouger pour développer ses capacités motrices. Aménagement des lieux dans l école et dans la classe La cour de

Plus en détail

Programmer l E.P.S. Que proposer pour varier les activités sur l ensemble du cycle?

Programmer l E.P.S. Que proposer pour varier les activités sur l ensemble du cycle? Programmer l E.P.S. Comment assurer la continuité des apprentissages sur le cycle 3, sur l ensemble de la scolarité primaire? Que proposer pour varier les activités sur l ensemble du cycle? Le plan d action

Plus en détail

Programmes et et programmation de. à l école primaire

Programmes et et programmation de. à l école primaire Programmes et et programmation de de l EPS à l école primaire D. Smadja,, IEN Maromme Animation pédagogique p cycle 2 février 2011 1-1- CONTENUS D ENSEIGNEMENTD Enjeux et finalités Compétences et activités

Plus en détail

L éducation physique et sportive. Etude comparée des programmes d'eps à l'école primaire et au collège

L éducation physique et sportive. Etude comparée des programmes d'eps à l'école primaire et au collège L éducation physique et sportive Etude comparée des programmes d'eps à l'école primaire et au collège LES PROGRAMMES OFFICIELS Priorités, objectifs généraux, connaissances et compétences, Horaires et spécificités

Plus en détail

La réforme du collège puis celle du lycée professionnel et maintenant celle du lycée

La réforme du collège puis celle du lycée professionnel et maintenant celle du lycée 1 La réforme du collège puis celle du lycée professionnel et maintenant celle du lycée générale et technologique a entraîné une réécriture des programmes, et notamment ceux de l éducation physique et sportive.

Plus en détail

EFFETS DE L EFFORT PHYSIQUE SUR LES PROCESSUS COGNITIFS MLH 2004-2005 MLH - PTP - UAG - 2004

EFFETS DE L EFFORT PHYSIQUE SUR LES PROCESSUS COGNITIFS MLH 2004-2005 MLH - PTP - UAG - 2004 EFFETS DE L EFFORT PHYSIQUE SUR LES PROCESSUS COGNITIFS MLH - 2005 Introduction : L effort physique comme stresseur LE CONCEPT DE STRESS DÉFINITION DE SEYLE : «Etat de l organisme en train de réagir à

Plus en détail

Le ski à l'école. Réalisé par les CPC E.P.S. de Moselle. Février 2008

Le ski à l'école. Réalisé par les CPC E.P.S. de Moselle. Février 2008 Le ski à l'école Réalisé par les CPC E.P.S. de Moselle 1 «Les Activités Physiques de Pleine Nature, par leur possibilité de réinvestissement, constituent un terrain privilégié pour la mise en œuvre de

Plus en détail

Groupe départemental EPS 1 Rhône Pour une programmation en EPS janvier 2010 1

Groupe départemental EPS 1 Rhône Pour une programmation en EPS janvier 2010 1 Vers UNE PROGRAMMATION EN EDUCATION PHYSIQUE ET SPORTIVE A L ECOLE PRIMAIRE DANS LE DEPARTEMENT DU RHONE Groupe départemental EPS 1 Rhône Pour une programmation en EPS janvier 2010 1 La programmation :

Plus en détail

IO 2002. La lecture des programmes permet de constater que :

IO 2002. La lecture des programmes permet de constater que : LE PROGRAMME en EDUCATION PHYSIQUE à L ECOLE PRIMAIRE IO 2002 Les instructions officielles de 2002 ne présentent pas de point de rupture avec celles de 1995 mais sont cependant plus détaillées et précises

Plus en détail

2. Stimulations sensorielles

2. Stimulations sensorielles 2. Stimulations sensorielles 2.1. Introduction Position spatiale et orientation «Route» map «Survey» map Trajet défini Exécution motrice 2.1. Introduction Mémoire spatio-temporelle du trajet Position spatiale

Plus en détail

Intelligence Artificielle et Robotique

Intelligence Artificielle et Robotique Intelligence Artificielle et Robotique Introduction à l intelligence artificielle David Janiszek david.janiszek@parisdescartes.fr http://www.math-info.univ-paris5.fr/~janiszek/ PRES Sorbonne Paris Cité

Plus en détail

Neurologiques gq Centrales EMPR LE NORMANDY GRANVILLE

Neurologiques gq Centrales EMPR LE NORMANDY GRANVILLE La Marche dans les Affections Neurologiques gq Centrales S Injeyan JL Isambert Y Bebin S Le Doze M Cano P Fages W Loisel La Marche Fonction complexe Organisée hiérarchiquement au niveau spinal Contrôlée

Plus en détail

Directives canadiennes en matière d activité physique. Glossaire GLOSSAIRE. Terminologie Définition Exemples

Directives canadiennes en matière d activité physique. Glossaire GLOSSAIRE. Terminologie Définition Exemples GLOSSAIRE Glossaire Activité Ensemble de mouvements corporels qui augmentent le rythme cardiaque et la respiration Directives en Tout mouvement corporel produit par les muscles squelettiques utilisant

Plus en détail

DÉFINITIONS. Motricité. Robert Rigal ÉDUCATION MOTRICE DE L ENFANT DE 4 À 11 ANS

DÉFINITIONS. Motricité. Robert Rigal ÉDUCATION MOTRICE DE L ENFANT DE 4 À 11 ANS ÉDUCATION MOTRICE DE L ENFANT DE 4 À 11 ANS Robert Rigal DÉFINITIONS Motricité Ensemble des fonctions qui assurent les mouvements autogénérés d un organisme; Étude des mouvements humains et de leurs caractéristiques

Plus en détail

PLAN RÉÉDUCATION POUR LES UTILISATEURS DE L'ARTICULATION. Contrôle de la phase pendulaire. Par Jos DECKERS

PLAN RÉÉDUCATION POUR LES UTILISATEURS DE L'ARTICULATION. Contrôle de la phase pendulaire. Par Jos DECKERS PLAN de RÉÉDUCATION POUR LES UTILISATEURS DE L'ARTICULATION Contrôle de la phase pendulaire Par Jos DECKERS 02 Sommaire LA RÉÉDUCATION Objectifs : Pour que le patient puisse utiliser correctement l articulation,

Plus en détail

Les liens entre les. Compétences Méthodologiques et Sociales

Les liens entre les. Compétences Méthodologiques et Sociales Les liens entre les Compétences Méthodologiques et Sociales et le Socle Commun de Connaissances et de Compétences. GRA 2011 Orléans-Tours 1 Le plan d intervention 1. Rappel institutionnel : Les C.M.S.

Plus en détail

PROGRAMMES EN EPS A L ECOLE PRIMAIRE

PROGRAMMES EN EPS A L ECOLE PRIMAIRE PROGRAMMES EN EPS A L ECOLE PRIMAIRE B.O. n 3 du 19 juin 2008 HORS SERIE Maternelle : AGIR ET S EXPRIMER AVEC SON CORPS Compétences visées (Cv) Se repérer et se déplacer dans l espace. Adapter ses actions

Plus en détail

I - LE PROJET PEDAGOGIQUE

I - LE PROJET PEDAGOGIQUE ENSEIGNER L ACTIVITE HOCKEY A L ECOLE ELEMENTAIRE I - LE PROJET PEDAGOGIQUE Avant d avoir eu les élèves /joueurs A - DEFINITION DE L ACTIVITE SUPPORT : LE HOCKEY Le hockey est un jeu collectif praticable

Plus en détail

U N FORMAT PÉDAGOGIQUE ARTICULANT LES TR O I S CO M P O S A N T E S DE LA CO N D U I T E

U N FORMAT PÉDAGOGIQUE ARTICULANT LES TR O I S CO M P O S A N T E S DE LA CO N D U I T E Dossiers de l EPS de l Académie de Rennes N 1 - OCTOBRE 2009 U N FORMAT PÉDAGOGIQUE ARTICULANT LES TR O I S CO M P O S A N T E S DE LA CO N D U I T E M O T R I C E : PENSER, S INVESTIR ET RÉALISER Y O

Plus en détail

BO hors-série n 3 du 19 juin 2008 «Horaires et programmes d enseignement de l école primaire»

BO hors-série n 3 du 19 juin 2008 «Horaires et programmes d enseignement de l école primaire» Horaires et Programmes EPS à l école primaire BO hors-série n 3 du 19 juin 2008 «Horaires et programmes d enseignement de l école primaire» Les programmes 2008 s appuient sur le Socle commun de connaissances

Plus en détail

Trio de conseils pour parcours élite

Trio de conseils pour parcours élite AVIS IMPORTANT Si vous choisissez le parcours Élite, on considère que vous êtes déjà sportif et en forme. On considère que vous ne commencez pas à vous entraîner aujourd hui avec le programme qui suit.

Plus en détail

Trouble du traitement de l information sensorielle (SPD) Définition générale

Trouble du traitement de l information sensorielle (SPD) Définition générale Trouble du traitement de l information sensorielle (SPD) Définition générale Le traitement de l information sensorielle, parfois nommé intégration sensorielle, réfère au processus par lequel le cerveau

Plus en détail

ETAT DES CONTROVERSES DES APPROCHES COGNITIVE ET ECOLOGIQUE EN RELATION AVEC LES HABILETES MOTRICES

ETAT DES CONTROVERSES DES APPROCHES COGNITIVE ET ECOLOGIQUE EN RELATION AVEC LES HABILETES MOTRICES ETAT DES CONTROVERSES DES APPROCHES COGNITIVE ET ECOLOGIQUE EN RELATION AVEC LES HABILETES MOTRICES MESSAN Folly 1, EDOH Pierrot Koffi 2, WABI Sakariyaou 2, TANIMOMO Libérat 2 1- Laboratoire des APS et

Plus en détail

PATINAGE EN MILIEU SCOLAIRE DOSSIER D'INFORMATION ------- POUR LES INTERVENANTS EXTÉRIEURS BÉNÉVOLES

PATINAGE EN MILIEU SCOLAIRE DOSSIER D'INFORMATION ------- POUR LES INTERVENANTS EXTÉRIEURS BÉNÉVOLES PATINAGE EN MILIEU SCOLAIRE DOSSIER D'INFORMATION ------- POUR LES INTERVENANTS EXTÉRIEURS BÉNÉVOLES Équipe départementale EPS 1 degré du Puy de Dôme 1 GENERALITES Préambule Ce document a pour objet d

Plus en détail

OFFRE DE FORMATION SCIENCES ET TECHNIQUES DES ACTIVITÉS PHYSIQUES ET SPORTIVES STAPS 2015/2016 WWW.UMONTPELLIER.FR

OFFRE DE FORMATION SCIENCES ET TECHNIQUES DES ACTIVITÉS PHYSIQUES ET SPORTIVES STAPS 2015/2016 WWW.UMONTPELLIER.FR OFFRE DE FORMATION SCIENCES ET TECHNIQUES DES ACTIVITÉS PHYSIQUES ET SPORTIVES STAPS 2015/2016 WWW.UMONTPELLIER.FR OFFRE DE FORMATION / STAPS Sous réserve d accréditation PRÉSENTATION DE LA LICENCE EN

Plus en détail

Modélisation agent d une Architecture Logicielle de commande d un Véhicule Autonome

Modélisation agent d une Architecture Logicielle de commande d un Véhicule Autonome Modélisation agent d une Architecture Logicielle de commande d un Véhicule Autonome ENNAJI Mourad LASC université de Metz Ile du Saulcy B.P 80794 57 012 METZ Ennaji@lasc.sciences.univ-metz.fr Résumé Cet

Plus en détail

Séquence pédagogique en Education Physique et Sportive

Séquence pédagogique en Education Physique et Sportive Bilan de l action E-COLLEGE (2002-2004) Académie Nancy-Metz Collège Paul Verlaine METZ Séquence pédagogique en Education Physique et Sportive La dimension pratique de l E.P.S. est essentielle. Il est difficilement

Plus en détail

Organisation des enseignements au semestre 7

Organisation des enseignements au semestre 7 Organisation des enseignements au semestre 7 UE1 : Pratiques pédagogiques différenciées et adaptées aux besoins éducatifs particuliers (responsable : J. Divry) Transmettre des connaissances et des références

Plus en détail

Saison 1999-2000. U.S.E.P. 88 rue du Préfet Bonnefoy BP 74107 44041 NANTES Cedex 1 02 51 86 33 10 Fax 02 40 29 14 97. Dossier préparation Cycle 2

Saison 1999-2000. U.S.E.P. 88 rue du Préfet Bonnefoy BP 74107 44041 NANTES Cedex 1 02 51 86 33 10 Fax 02 40 29 14 97. Dossier préparation Cycle 2 ACTIVITÉ CYCLE 2 Gymnastique Saison 1999-2000 Dossier préparation Cycle 2 U.S.E.P. 88 rue du Préfet Bonnefoy BP 74107 44041 NANTES Cedex 1 02 51 86 33 10 Fax 02 40 29 14 97 FR/VP - 20/07/07- R CYCLE 2

Plus en détail

HALTEROPHILIE ET PREVENTION DES PROBLEMES DE DOS

HALTEROPHILIE ET PREVENTION DES PROBLEMES DE DOS HALTEROPHILIE ET PREVENTION DES PROBLEMES DE DOS En dehors du contexte des pathologies de la colonne vertébrale, nombre de personnes d âges variés souffrent du dos de façon régulière. Sans volonté d être

Plus en détail

LES CONTENUS ET LES OPTIONS MOINS DE 14 ANS MOINS DE 16 ANS

LES CONTENUS ET LES OPTIONS MOINS DE 14 ANS MOINS DE 16 ANS LES CONTENUS ET LES OPTIONS DU JOUEUR DE HANDBALL MOINS DE 12 ANS MOINS DE 14 ANS MOINS DE 16 ANS Les contenus Quels sont les contenus dans le cadre la formation du joueur? o EN ATTAQUE Mo oins de 12 a

Plus en détail

De découvrir ses possibilités corporelles aux activités gymniques au sol et aux agrès GYMNASTIQUE

De découvrir ses possibilités corporelles aux activités gymniques au sol et aux agrès GYMNASTIQUE De découvrir ses possibilités corporelles aux activités gymniques au sol et aux agrès GYMNASTIQUE 65 Cycle 1 Les programmes de l école Compétences de l élève Les activités - adapter ses déplacements à

Plus en détail

Programme d E.P.S. de l Ecole

Programme d E.P.S. de l Ecole Programme d E.P.S. de l Ecole Primaire CONNAISSANCE DU MILIEU SCOLAIRE Ecu 1.2.3.4 F.S.S.E.P LILLE 2 L.MICHEL-connaissance des milieux FSSEP Université Lille 2 1 SOMMAIRE PRESENTATION DU Eduscol.education.fr

Plus en détail

Atelier Cognisud. Contribution à PIRSTEC pour un appel d offre ANR

Atelier Cognisud. Contribution à PIRSTEC pour un appel d offre ANR Atelier Cognisud Contribution à PIRSTEC pour un appel d offre ANR Ces notes sont une contribution à la réflexion dans le cadre de PIRSTEC, faite par le réseau Cognisud suite à un atelier organisé le Jeudi

Plus en détail

Interaction Personne-Machine

Interaction Personne-Machine Interaction Personne-Machine Techniques d Interaction 1 Techniques d Interaction La mise en place d interactions peut se faire dans une démarche organisée, dans laquelle on s appuie sur trois niveaux bien

Plus en détail

Objectifs et logique du Page 3

Objectifs et logique du Page 3 Document conçu par l équipe des conseillers pédagogiques EPS du Haut-Rhin avec l aide précieuse de Thierry Lichtlé CTS Athlétisme et Isabelle Logeart professeur à l UFRSTAPS de Strasbourg Année scolaire

Plus en détail

M2S. Formation Management. formation. Animer son équipe Le management de proximité. Manager ses équipes à distance Nouveau manager

M2S. Formation Management. formation. Animer son équipe Le management de proximité. Manager ses équipes à distance Nouveau manager Formation Management M2S formation Animer son équipe Le management de proximité Manager ses équipes à distance Nouveau manager Coacher ses équipes pour mieux manager Déléguer et Organiser le temps de travail

Plus en détail

PROGRAMMATION EPS Document d aide à la programmation d école en EPS Groupe départemental EPS I.A. Côte d Or 2011

PROGRAMMATION EPS Document d aide à la programmation d école en EPS Groupe départemental EPS I.A. Côte d Or 2011 PROGRAMMATION EPS Document d aide à la programmation d école en EPS Groupe départemental EPS I.A. Côte d Or 2011 Sommaire Définition Aide à la programmation en maternelle Mise en œuvre Schéma de navigation

Plus en détail

Action ou Réalisation Investissement et Pensée

Action ou Réalisation Investissement et Pensée Déployer une activité dense et précise d aide aux apprentissages Eps Action ou Réalisation Investissement et Pensée Contexte d enseignement : du N1 au N4 tout public Rappels théoriques Selon Claude Volant,

Plus en détail

Cours. Cours 8 : Révisions. Importance. Interface homme-machine

Cours. Cours 8 : Révisions. Importance. Interface homme-machine Cours 1) Introduction Définitions Histoire Cours 8 : Révisions jgarcia@ircam.fr 2) Programmation des interfaces graphiques principes de conception 3) MVC Java2D Styles d interaction 4) Interaction graphique

Plus en détail

Jeux du patrimoine, jeux traditionnels de coopération...

Jeux du patrimoine, jeux traditionnels de coopération... Jeux du patrimoine, jeux traditionnels de coopération... Au Cycle 1, 2 et 3 David Leschi - Conseiller pédagogique EPS - Circonscription de Grasse Bibliographie : Essai de réponses -Jeux du patrimoine,

Plus en détail

PROGRAMME D ÉDUCATION PHYSIQUE ET SPORTIVE POUR LES LYCEES D ENSEIGNEMENT GENERAL ET TECHNOLOGIQUE

PROGRAMME D ÉDUCATION PHYSIQUE ET SPORTIVE POUR LES LYCEES D ENSEIGNEMENT GENERAL ET TECHNOLOGIQUE PROGRAMME D ÉDUCATION PHYSIQUE ET SPORTIVE POUR LES LYCEES D ENSEIGNEMENT GENERAL ET TECHNOLOGIQUE Enseignement commun Enseignement facultatif Enseignement d exploration de la classe de seconde Le programme

Plus en détail

APF, IRME, ALARME, AFIGAP. Quel avenir pour les. homme-machine? interfaces. F. Clarac, F. Chavane, 17 novembre 2007

APF, IRME, ALARME, AFIGAP. Quel avenir pour les. homme-machine? interfaces. F. Clarac, F. Chavane, 17 novembre 2007 Quel avenir pour les interfaces homme-machine? F. Clarac, F. Chavane, 17 novembre 2007 APF, IRME, ALARME, AFIGAP Réparer ou substituer! La politique de L IRME a été depuis plus de vingt ans de soutenir

Plus en détail

SAVOIR S'ÉCHAUFFER POURQUOI FAUT-IL S ÉCHAUFFER?

SAVOIR S'ÉCHAUFFER POURQUOI FAUT-IL S ÉCHAUFFER? SAVOIR S'ÉCHAUFFER POURQUOI FAUT-IL S ÉCHAUFFER? Pour préparer son corps à subir une activité physique importante sans se blesser (contracture, déchirure, claquage, entorse...). Les muscles et les tendons

Plus en détail

L'EPS à l'école primaire aucune modification des programmes

L'EPS à l'école primaire aucune modification des programmes L'EPS à l'école primaire aucune modification des programmes Les 3 objectifs sont poursuivis aussi bien à l'école maternelle, qu'à l école primaire MATERNELLE * Favoriser la construction des actions motrices

Plus en détail

LES SYSTEMES DE JEU EN VOLLEY BALL AU LYCEE

LES SYSTEMES DE JEU EN VOLLEY BALL AU LYCEE LES SYSTEMES DE JEU EN VOLLEY BALL AU LYCEE SOMMAIRE ) INTRODUCTION ET DEFINITION. Les constituants du système de jeu et leur fonctionnement. La loi fonctionnelle du jeu de volley ball. Terminologie. )

Plus en détail

DRAFTING DURING SWIMMING IMPROVES EFFICIENCY DURING SUBSEQUENT CYCLING

DRAFTING DURING SWIMMING IMPROVES EFFICIENCY DURING SUBSEQUENT CYCLING DRAFTING DURING SWIMMING IMPROVES EFFICIENCY DURING SUBSEQUENT CYCLING Anne DELEXTRAT, Véronique TRICOT, Thierry BERNARD, Fabrice VERCRUYSSEN, Christophe HAUSSWIRTH & Jeanick BRISWALTER Le triathlon est

Plus en détail

Sujet : Quelle place doit occuper l effort en EPS?

Sujet : Quelle place doit occuper l effort en EPS? Sujet : Quelle place doit occuper l effort en EPS? Contextualisation du sujet La notion d effort est une notion très souvent évoquée à l Ecole, au point qu elle y incarne une forme de morale. Ainsi se

Plus en détail

STAPS parcours Management du sport

STAPS parcours Management du sport STAPS parcours Management du sport Nature de la formation : Diplôme national de l'enseignement Supérieur Durée des études : 3 ans Formation accessible en : Formation initiale Formation continue Lieu de

Plus en détail

Rééducation de l équilibre et de la marche et neuropathies. Centre de référence des maladies neuromusculaires

Rééducation de l équilibre et de la marche et neuropathies. Centre de référence des maladies neuromusculaires Rééducation de l équilibre et de la marche et neuropathies Philippe THOUMIE Centre de référence des maladies neuromusculaires Hôpital Rothschild Troubles de l équilibre et neuropathies Ce dont se plaint

Plus en détail

EPS 2.0. Délégation Académique au Numérique Éducatif

EPS 2.0. Délégation Académique au Numérique Éducatif EPS 2.0 Expérimentation académique de tablettes numériques tactiles Luc di Pol Interlocuteur académique pour le numérique en EPS Académie de Nancy-Metz La genèse du projet une initiative de la DANE dans

Plus en détail

Les troubles du mouvement intentionnel : Approche évaluative et conceptuelle des troubles psychomoteurs

Les troubles du mouvement intentionnel : Approche évaluative et conceptuelle des troubles psychomoteurs Les troubles du mouvement intentionnel : Approche évaluative et conceptuelle des troubles psychomoteurs Jean-Michel ALBARET Laboratoire Adaptation Perceptivo-Motrice et Apprentissage EA 3691 Toulouse 21

Plus en détail

PROGRAMMATION DES ACTIVITÉS D ATHLETISME DU CYCLE 1 AU CYCLE 3

PROGRAMMATION DES ACTIVITÉS D ATHLETISME DU CYCLE 1 AU CYCLE 3 HAUTE SAVOIE PROGRAMMATION DES ACTIVITÉS D ATHLETISME DU CYCLE 1 AU CYCLE 3 Production du stage de mars 2004. ont participé en particulier à son élaboration : Françoise Déage, Caroline Fontana, Magali

Plus en détail

Mention : STAPS. Sport, Prévention, Santé, Bien-être. Objectifs de la spécialité

Mention : STAPS. Sport, Prévention, Santé, Bien-être. Objectifs de la spécialité Mention : STAPS Sport, Prévention, Santé, Bien-être Objectifs de la spécialité L'objectif de la spécialité «Sport, Prévention, Santé, Bien être» est de doter les étudiants de compétences scientifiques,

Plus en détail

La Wii - Outil de rééducation. Service de Kinésithérapie.

La Wii - Outil de rééducation. Service de Kinésithérapie. Etablissement d Enseignement Spécialisé Fondamental de la Fédération Wallonie-Bruxelles La Court Echelle - ANDRIMONT. La Wii - Outil de rééducation. Service de Kinésithérapie. 1. Recherche réalisée par

Plus en détail

Cédric Cattenoy Sébastien thierry FOOTBALL. Une saison pour les U15. Planification et Séances. 27 rue Saint-André des Arts - 75006 PARIS

Cédric Cattenoy Sébastien thierry FOOTBALL. Une saison pour les U15. Planification et Séances. 27 rue Saint-André des Arts - 75006 PARIS FOOTBALL Une saison pour les U15 Planification et Séances Cédric Cattenoy Sébastien thierry 27 rue Saint-André des Arts - 75006 PARIS SOMMAIRE AVANT-PROPOS...5 LES CARACTÉRISTIQUES DE LA CATÉGORIE U15...6

Plus en détail

Un exemple d adaptation en EPS pour les déficients visuels

Un exemple d adaptation en EPS pour les déficients visuels DEMARCHE Un exemple d adaptation en EPS pour les déficients visuels Un déficient visuel ne peut se réduire à son déficit. C est une personne qui ne voit pas ou très mal. Cela affecte sa vie affective et

Plus en détail

L athlétisme à l école primaire

L athlétisme à l école primaire L athlétisme à l école primaire Guillaume Catois, conseiller pédagogique EPS de la circonscription d Argentan Sommaire 1. Références institutionnelles. 2. Définition de l APS athlétisme. 3. Objectifs de

Plus en détail

Accompagner les apprentissages d un l élève handicapé scolarisé individuellement dans une classe «ordinaire» 2013 ASH 06 1

Accompagner les apprentissages d un l élève handicapé scolarisé individuellement dans une classe «ordinaire» 2013 ASH 06 1 Accompagner les apprentissages d un l élève handicapé scolarisé individuellement dans une classe «ordinaire» 2013 ASH 06 1 Critères efficaces dans la relation d aide «Empathie, disponible, attentif, attentionné,

Plus en détail

Et en 2 e et 3 e, on pourrait mettre d autres questions éternellement débattues comme celle de la conscience ou du rapport nature/culture

Et en 2 e et 3 e, on pourrait mettre d autres questions éternellement débattues comme celle de la conscience ou du rapport nature/culture La question qui va nous intéresser aujourd hui figure parmi ce qu on pourrait appeler les débats vieux comme le monde. Je dirais même qu elle figure dans les premières places, si ce n est pas la première!

Plus en détail

EPF / L3 / S2 G5, 6, 8 et 12 LES FORMES DE TRAVAIL ET D ORGANISATION EN EPS

EPF / L3 / S2 G5, 6, 8 et 12 LES FORMES DE TRAVAIL ET D ORGANISATION EN EPS EPF / L3 / S2 G5, 6, 8 et 12 LES FORMES DE TRAVAIL ET D ORGANISATION EN EPS BEN JOMAA Hejer M-A ISSEP K-S LES FORMES D ORGANISATION EN EPS Plan: 1. Pourquoi utiliser les formes d organisation en EPS? 2.

Plus en détail

Sujet : Comment l enseignant peut-il conduire ses élèves à dépasser une simple mise en action dans les leçons d EPS?

Sujet : Comment l enseignant peut-il conduire ses élèves à dépasser une simple mise en action dans les leçons d EPS? Sujet : Comment l enseignant peut-il conduire ses élèves à dépasser une simple mise en action dans les leçons d EPS? Une enquête menée par B.Beunard à Marseille en 1996 auprès de 414 lycéens a révélé qu

Plus en détail

Prise en charge rééducative du sportif lombalgique. Luc Sénégas Décembre 05

Prise en charge rééducative du sportif lombalgique. Luc Sénégas Décembre 05 Prise en charge rééducative du sportif lombalgique Luc Sénégas Décembre 05 Les pathologies lombaires se développent le plus souvent chez les personnes non adaptées physiquement Actif Sédentaire Exemple

Plus en détail

FICHE 7 Propositions d ensemble pour l EPS à l école primaire

FICHE 7 Propositions d ensemble pour l EPS à l école primaire FICHE 7 Propositions d ensemble pour l EPS à l école primaire Quel pas en avant est possible? Le premier progrès à réaliser pour que tous les élèves bénéficient de l enseignement de l EPS est d assurer

Plus en détail

Le comportement verbal

Le comportement verbal Le comportement verbal Charlotte GAMARD Orthophoniste - Formatrice Colloque Autisme Dijon 1-2 - 3 avril 2015 Plan Historique et définition de l ABA Le courant ABA-VB Les opérants verbaux : définitions

Plus en détail

EPS à l École primaire

EPS à l École primaire Contribue à l épanouissement de l enfant Relève de la compétence des maîtres S envisage dans le cadre de projet pédagogique EPS à l École primaire Fait l objet une attention particulière Contribue à l

Plus en détail

L'amélioration de la vitesse et de l'explosivité : illustration en basket :

L'amélioration de la vitesse et de l'explosivité : illustration en basket : L'amélioration de la vitesse et de l'explosivité : illustration en basket : Gilles Cometti maître de conférences UFR STAPS Dijon BP 27877, 21078 Dijon Cedex, France. Cet article est un passage de l ouvrage

Plus en détail

Transformez votre relation au monde!

Transformez votre relation au monde! Transformez votre relation au monde! Formations certifiantes PNL QUEST interactive 2013-2014 Qu est-ce que la PNL? La PNL (Programmation Neuro-linguistique) est une discipline développée dans les années

Plus en détail

- Au contact gauche, le lanceur bascule sa ligne d épaules en abaissant et fixant son coude gauche à la hanche (1), il entame le face avant.

- Au contact gauche, le lanceur bascule sa ligne d épaules en abaissant et fixant son coude gauche à la hanche (1), il entame le face avant. Former un jeune lanceur de javelot : cultiver le paradoxe! Le lancer de javelot est tout à fait remarquable tant visuellement que par les données biomécaniques et balistiques. Rythme, explosivité et souplesse

Plus en détail

RADAR DOPPLER HYPERFREQUENCES POUR DETECTION DE VITESSE

RADAR DOPPLER HYPERFREQUENCES POUR DETECTION DE VITESSE RADAR DOPPLER HYPERFREQUENCES POUR DETECTION DE VITESSE Fabien Ferrero (1), Cyril Luxey (2), Gregory Sauder (1), Philippe Lorenzini (1), Gilles Jacquemod (1) (1) Ecole Polytechnique Universitaire l Université

Plus en détail

Théorie et pratique de l'échauffement

Théorie et pratique de l'échauffement Théorie et pratique de l'échauffement D'une manière générale, les élèves (non pratiquants dans les clubs sportifs et même certains d'entre eux pendant les cours d'eps) n aiment pas s'échauffer. En effet,

Plus en détail

Analyse Exploratoire de Données pour les Réseaux Dynamiques

Analyse Exploratoire de Données pour les Réseaux Dynamiques Analyse Exploratoire de Données pour les Réseaux Dynamiques Sébastien Heymann http://www-complexnetworks.lip6.fr/~heymann/eda/ Porté par : Avec le soutiens de : Réseaux dynamiques Des nœuds

Plus en détail

Pagaie rouge. Lieu de pratique Plan d eau calme ou piscine comprenant un parcours sur deux buts (terrain 36 mètres par 20 mètres).

Pagaie rouge. Lieu de pratique Plan d eau calme ou piscine comprenant un parcours sur deux buts (terrain 36 mètres par 20 mètres). Compétences Compétences générales Naviguer avec vitesse et précision (performance) en s engageant et en prenant des informations pertinentes dans un contexte très complexe et incertain de déplacement,

Plus en détail

REEDUCATION DE L EPAULE

REEDUCATION DE L EPAULE REEDUCATION DE L EPAULE L épaule est une articulation très particulière à plus d un titre Sa structure osseuse en fait une articulation instable : une tête humérale de gros volume s articule avec une petite

Plus en détail

EPS PLAN D ACTION DEPARTEMENTAL 06 2009 2012

EPS PLAN D ACTION DEPARTEMENTAL 06 2009 2012 EPS PLAN D ACTION DEPARTEMENTAL 06 2009 2012 1 LE PLAN D ACTION DEPARTEMENTAL EN EPS 2OO9-2012 L Education Physique et Sportive est une discipline à part entière de l école maternelle et élémentaire. Elle

Plus en détail

OBESITE ET EPS. Cf www.sante.fr.(programme national, nutrition santé, courbe de corpulence)

OBESITE ET EPS. Cf www.sante.fr.(programme national, nutrition santé, courbe de corpulence) OBESITE ET EPS DEFINITION L obésité se définit comme un excès de poids pouvant retentir sur la santé. La mesure générale acceptée de l obésité est l Indice de Masse Corporelle (IMC : poids en kg / taille

Plus en détail

DEROULEMENT DES GESTES TE ET ELEMENTS DE COACHING

DEROULEMENT DES GESTES TE ET ELEMENTS DE COACHING DEROULEMENT DES GESTES TE ET ELEMENTS DE COACHING LES JONGLAGES Jambe TE (Pied de frappe) Pointe tendue présenter le coup du pied comme surface de contact Cheville ferme pied bloqué Frapper le ballon en

Plus en détail

L Education Physique et Sportive à l Ecole Primaire Comment mettre en œuvre son enseignement dans les classes?

L Education Physique et Sportive à l Ecole Primaire Comment mettre en œuvre son enseignement dans les classes? L Education Physique et Sportive à l Ecole Primaire Comment mettre en œuvre son enseignement dans les classes? L enseignement de l Education Physique et Sportive (EPS) vise le développement des capacités

Plus en détail

Loïc LEMOINE IMPLICATION DES PROCESSUS DE TIMING EVENEMENTIELS ET EMERGENTS DANS LA GESTION DES ASPECTS TEMPORELS DU MOUVEMENT

Loïc LEMOINE IMPLICATION DES PROCESSUS DE TIMING EVENEMENTIELS ET EMERGENTS DANS LA GESTION DES ASPECTS TEMPORELS DU MOUVEMENT UNIVERSITE MONTPELLIER I U.F.R. SCIENCES ET TECHNIQUES DES ACTIVITES PHYSIQUES ET SPORTIVES Laboratoire E.A. 2991 «Efficience et Déficience Motrices» Ecole Doctorale 463 Sciences du Mouvement Humain THESE

Plus en détail

Bachelier - AESI en sciences

Bachelier - AESI en sciences Haute Ecole Léonard de Vinci Programme du Bachelier - AESI en sciences Année académique 2015-2016 Contenu 1. Identification de la formation... 2 2. Référentiel de compétences... 3 3. Profil d enseignement...

Plus en détail

Complexité et auto-organisation chez les insectes sociaux. Complexité et auto-organisation chez les insectes sociaux

Complexité et auto-organisation chez les insectes sociaux. Complexité et auto-organisation chez les insectes sociaux Complexité et auto-organisation chez les insectes sociaux Guy Theraulaz Centre de Recherches sur la Cognition Animale CNRS, UMR 5169, Toulouse, France Marathon des Sciences XXIII ème Festival d Astronomie,

Plus en détail

COURS COMPLÉMENTAIRES

COURS COMPLÉMENTAIRES COURS COMPLÉMENTAIRES Cette liste a pour but de fournir un court descriptif de tous nos cours complémentaires et d éducation physique offerts à la session d hiver d 2015. 107-BSF BSF-03 SOINS D'URGENCE

Plus en détail

CONTENU DES U.E MASTER JMIN. Expression écrite, orale

CONTENU DES U.E MASTER JMIN. Expression écrite, orale CONTENU DES U.E MASTER JMIN Contenu des U.E UE 101 Communication, culture et expression (anglais, expression écrite et orale) UE 102 Conception et développement informatique UE 103 Conception sonore Expression

Plus en détail

Jeux de ballons à l école Unité d apprentissage jeux de ballons

Jeux de ballons à l école Unité d apprentissage jeux de ballons Direction des sports Jeux de ballons à l école Unité d apprentissage jeux de ballons Cycle 2 Document pédagogique élaboré par E.Reig E.T.A.P.S de la Direction des Sports de la ville de joué lès Tours 2011

Plus en détail

Communauté française de Belgique MNISTERE DE L EDUCATION, DE LA RECHERCHE ET DE LA FORMATION. Direction générale de l Organisation des Etudes

Communauté française de Belgique MNISTERE DE L EDUCATION, DE LA RECHERCHE ET DE LA FORMATION. Direction générale de l Organisation des Etudes 7/5656 Communauté française de Belgique MNISTERE DE L EDUCATION, DE LA RECHERCHE ET DE LA FORMATION Direction générale de l Organisation des Etudes Enseignement secondaire Deuxième et troisième degrés

Plus en détail

La dyspraxie visuo-spatiale

La dyspraxie visuo-spatiale 1 La dyspraxie visuo-spatiale 2 Définition Dyspraxie visuo-spatiale Introduction La plus fréquente des dyspraxies Association d un trouble du geste de nature dyspraxique et d un trouble visuo-spatial Pathologie

Plus en détail

L entraîneur de poche

L entraîneur de poche L entraîneur de poche 04 06 20 30 34 38 44 47 INTRODUCTION MOBILITe FORCE COORDINATION ENDURANCE ENVIE DE NOUVEAUTe? PROGRAMME D ENTRAiNEMENT BIBLIOGRAPHIE DR. HANS SPRING DIReCTeUR MeDICAL DU CeNTRe De

Plus en détail

CAP EST LAGOON RESORT

CAP EST LAGOON RESORT 2014 DEVELOPPER Son LEADERSHIP pour dépasser les situations conflictuelles et conduire efficacement le changement LES J 13/V 14/S 15 ET V 21/S 22 NOVEMBRE 2014 PENDANT 5 JOURS DANS UN CADRE REPOSANT ET

Plus en détail