La Pomme de Terre de fécule

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "La Pomme de Terre de fécule"

Transcription

1 La Pomme de Terre de fécule Enquête technique Récolte 2014

2

3 SOMMAIRE Retour sur les conditions climatiques Caractéristiques de la campagne Vous trouverez dans ce document les résultats de l enquête technique pommes de terre de fécule pour la campagne Cette enquête a été réalisée conjointement par les services agronomiques de Tereos Syral Haussimont et de la Chambre d agriculture de la Marne grâce aux questionnaires remplis par les planteurs. Les variétés 05 La rotation et les cultures intermédiaires 06 Le travail du sol 07 La fertilisation 08 La plantation 09 Le buttage 10 Les insecticides 10 Les Rédacteurs, Benoît PARENT Responsable technique, Tereos Syral Haussimont Julien GOBRÉAU Ingénieur conseil, Chambre d agriculture de la Marne Les fongicides en végétation 11 La tare 12 Itinéraire technico-économique 13 Chambre d agriculture 51 - Tereos Syral Haussimont 02

4 L enquête porte sur la campagne Le questionnaire d enquête a été envoyé à tous les adhérents de la féculerie d Haussimont. L échantillon enquêté représente 1338 ha (+ 300 ha par rapport à l enquête réalisée en 2013). La surface de la féculerie en 2014 est de 4750 ha (+150 ha par rapport à 2013). L enquête représente 30 % de la surface. 68 producteurs ont répondu à l enquête (+ 13 par rapport à l enquête 2013). Chaque producteur a enregistré au minimum 1 parcelle. 21 producteurs ont enregistré 2 parcelles et 3 producteurs ont enregistré 3 parcelles. Le nombre total de parcelles enquêtées est de parcelles ont été récoltées en 2 fois à deux dates différentes. Pour une analyse plus fine, chaque parcelle récoltée à deux dates différentes constitue deux situations distinctes. L échantillon atteint ainsi 132 situations. C Vue aérienne de la Féculerie d Haussimont Retour sur les conditions climatiques 2014 Des températures douces Les températures relativement douces, notamment au printemps et en automne, ont été favorables au développement de la culture. Un printemps extrêmement sec Les pluviométries particulièrement faibles de mars et avril ont permis des plantations précoces et groupées. En juillet et août, les pluies abondantes ont particulièrement favorisé le développement du mildiou. Chambre d agriculture 51 - Tereos Syral Haussimont T 2014 moyenne Reims-Prunay ( C) T moyenne 30 ans Reims-Courcy ( C) Relevé des températures mm Mars Avril Mai Juin Juillet Août Septembre P Haussimont 2014 (mm) P Haussimont moyenne (mm) Pluviométrie relevée à Haussimont 03

5 Caractéristiques de la campagne 2014 Un rendement record Depuis 2007, le rendement a sensiblement évolué avec une moyenne pluriannuelle de 55 tonnes sur la période Cela s explique en partie par l emploi de variétés tardives, l amélioration de la protection fongicide et insecticide et au démarrage retardé du début de campagne. En 2014, le rendement moyen de la féculerie a atteint un nouveau record avec 58.9 t/ha (+0.8 t/ha par rapport à 2013). La richesse est quant à elle une fois encore dans la moyenne avec 19.9 % ; celle-ci étant de 20.4 % sur les 15 dernières années. Une forte progression du rendement en octobre Comme fréquemment, le rendement augmente avec la date d arrachage. Dans l enquête, le nombre de parcelles arrachées durant le mois de novembre est faible en La tare-terre a été un peu plus basse cette année que l an passé. Le mois d octobre a été un peu plus pluvieux que la normale, contrairement à novembre. Rendement (t/ha) Tare (%) Nombre de situations Rendement à 17 % (t/ha) Rendement à 17% Richesse Evolution pluriannuelle du rendement et de la richesse < Rendement à 17 % (t/ha) Dispersion des rendements à 17 % 15/09-30/09 1/10-14/10 15/10-31/10 01/11-14/11 Date d'arrachage Richesse (%) Evolution du rendement en fonction de la date d arrachage 18% 16% 14% 12% 10% 8% 6% Evolution pluriannuelle de la tare Chambre d agriculture 51 - Tereos Syral Haussimont 04

6 Les variétés Kaptah-Vandel domine toujours en terres blanches Kaptah-Vandel représente 83 % des surfaces de l échantillon enquêté et Amyla 16 %. Comme l an passé, la répartition des variétés de l échantillon est équivalente à la répartition globale au sein de la féculerie. Une nouvelle variété, Gémini, a été cultivée pour la première fois en 2014 en plein champ. Dans l enquête, elle n est présente que sur une seule parcelle. 78 % des pommes de terre de fécule de l échantillon sont cultivées en terres blanches, essentiellement dans la partie sud du département, en dessous de Châlonsen-Champagne. La variété Kaptah-Vandel est particulièrement bien adaptée à ces sols. 10% 29% 7% 83% 1% 49% 16% Amyla Kaptah Vandel Gémini Répartition des surfaces par variété 2% 0% Terre blanche superficielle - graveluche 3% Terre blanche profonde - craie à poche Terre colorée - rendzine colorée Terre grise - rendzine grise Limon argileux de Brie Limon blanc de Brie Autre Des dates d arrachage plus précoces pour Amyla La moyenne de rendement de la variété Kaptah-Vandel est de 62.2 tonnes en 2014 (+ 1.4 t par rapport à 2013). La moyenne d Amyla, récoltée plus tôt, est de 56.2 tonnes (+3.4 t). Rendement à 17 % (t/ha) Répartition des surfaces par type de sol /9 18/9 28/9 8/10 18/10 28/10 7/11 17/11 27/11 Date d'arrachage 2014 Kaptah Vandel Amyla Rendement des variétés en fonction de la date d arrachage Chambre d agriculture 51 - Tereos Syral Haussimont 05

7 La rotation et les cultures intermédiaires 31% 8% 11% Tous les 4 ans Tous les 5 ans 20% Tous les 6 ans Le blé reste le précédent le plus fréquent 90 % des surfaces en pommes de terre ont un retour dans la rotation supérieur ou égal à 5 ans. Comme en 2013, le précédent est quasiment systématiquement une céréale à paille (blé ou orge de printemps). En 2014, la moyenne de rendement pour Kaptah Vandel derrière une orge de printemps est de 60 tonnes. Elle est de 63.4 tonnes derrière un blé. La différence était plus faible en Supérieur à 6 ans 30% Jamais eu de pommes de terre Fréquence de retour de la pomme de terre dans la rotation 3% 2% 0% 0% Blé tendre d'hiver Orge de printemps 26% Betterave Graminées porte graine 69% Escourgeon Autre Répartition des précédents Pratiquement 90 % des surfaces sont couvertes par une culture intermédiaire 5% 5% 5% 1% Moutarde Mélange avec légumineuse Une culture intermédiaire est présente avant la plantation sur 92 % des surfaces de pommes de terre. 20% 64% Radis Graminée Mélange sans légumineuse La moutarde reste extrêmement représentée en cultures intermédiaires mais sa proportion diminue par rapport à 2013 au profit des radis et des graminées. Comme chaque année, il y a une légère augmentation du rendement derrière radis. Les mélanges avec légumineuses représentent toujours un quart des surfaces. Autre Répartition des espèces de cultures intermédiaires implantées Culture intermédiaire Rendement (t/ha) Nombre de situations Moutarde Mélange avec légumineuses Radis Rendement en fonction de la culture intermédiaire Chambre d agriculture 51 - Tereos Syral Haussimont 06

8 Le travail du sol De nombreuses implantations avec labour Comme en 2013, les ¾ des parcelles de l échantillon sont labourées. Le nombre de parcelles non labourées semble plus important dans l échantillon que ce que l on pourrait penser. Les labours ont toujours lieu en grande majorité en novembre et en décembre. 29% 71% Labour Non-labour Peu de différence entre labour et non-labour Dans l échantillon, les différences de rendement entre labour et non labour sur Kaptah Vandel sont comme l an passé encore faibles (pour 26 situations non labourées et 83 labourées). Proportion des parcelles implantées en labour et non-labour Un nombre de passages équivalent en labour et en non-labour En labour, le nombre moyen de passages d outils est de 2.6 (le canadien lourd puis la herse rotative ou la fraise ont été utilisés) contre 2.5 en non-labour où le canadien lourd et la herse ont été utilisés. L hiver , très pluvieux, a particulièrement accentué les phénomènes de reprise en masse des sols et l humidité constante due aussi aux températures douces) n a pas permis aux sols colorés de se fissurer naturellement. Cela s est traduit par un demi-passage en plus en labour par rapport à l an dernier. Rendement à 17 % (t/ha) Labour Non-labour Différence de rendement entre labour et non-labour sur Kaptah-Vandel Peu de différence de rendement pour la profondeur de reprise Dans l échantillon, pour Kaptah-Vandel, le rendement moyen de 45 situations de reprise du sol qualifiées de «moyenne» par les adhérents enquêtés (10-20 cm) est de 61.3 t/ha. Le rendement moyen de 62 situations de reprise «profonde» du sol (>20 cm) est de 63 t/ha. La différence de rendement mesurée en 2014 est plus forte qu en Chambre d agriculture 51 - Tereos Syral Haussimont 07

9 La fertilisation De nombreuses parcelles reçoivent un apport organique 64 % des parcelles de l échantillon reçoivent un apport organique (contre 62 % en 2013). Ces apports sont dits «réguliers» à 70 % par les agriculteurs. Les apports organiques épandus sont toujours très diversifiés. Les épandages de féculerie et de sucrerie sont dans tous les cas limités par leur zone d épandage respective. La différence de rendement enregistrée sur Kaptah-Vandel avec ou sans un apport organique est très faible comme en unités d azote minéral en moins après un apport organique Toutes variétés confondues, les quantités d azote minéral apportées sont réduites en moyenne de 20 unités lorsqu un apport organique est réalisé (-10 unités par rapport à 2013). Sur les 95 parcelles de l échantillon, seulement une reçoit de l ammonitrate. Toutes les autres reçoivent exclusivement de la solution azotée. La moyenne des besoins de la pomme de terre de fécule est de 180 unités d azote/ha. Réduction des engrais minéraux potassiques derrière un apport organique Les apports organiques étant riches en phosphore et surtout en potasse, les quantités apportées sont plus réduites derrière un apport apport organique comme en Les besoins de la pomme de terre de fécule sont en moyenne de 75 u/ha pour le phosphore et de 290 u/ha pour la potasse. Nombre d'unité/ha 24% 7% 7% 7% 1% 14% 13% 27% Compost Épandage de féculerie Lisier Fumier Vinasse Fiente Épandage de sucrerie Protamylasse Répartition des types d apports organiques épandus Apport organique Rendement (t/ha) Nombre de situations Avec Sans Différence de rendement sur Kaptah-Vandel avec ou sans apport organique N P K Avec apport de matière organique Sans apport de matière organique Quantités moyennes apportées en engrais azoté, phosphaté et potassique Chambre d agriculture 51 - Tereos Syral Haussimont 08

10 La plantation 2% Une différence de rendement cette année selon l écartement entre les buttes Contrairement à 2013, en 2014 le rendement est légèrement supérieur pour un écartement de 75 cm par rapport à un écartement de 90 cm. 36% 70 cm 75 cm 62% 90 cm Répartition des parcelles selon l écartement entre les buttes Des densités proches de celles recommandées Les densités de plantation moyennes par calibre sont proches de celles conseillées par la féculerie. Une fois encore, les différences de rendement entre les calibres de plantation sont très faibles. Un quart des surfaces sans traitement des plants Comme l an passé, un quart de la surface en pomme de terre de l échantillon n est pas protégé contre le rhizoctone brun. Les différences de rendement entre traité et non traité sont un peu plus élevées que l an passé (+ 3 t/ha en 2014 contre 1.6 t/ha en 2013). Ecartement entre les buttes Calibre de plantation Rendement (t/ha) Nombre de situations 75 cm cm Différence de rendement sur Kaptah-Vandel en fonction de l écartement entre les buttes Densité moyenne (nb plantes/ha) Rendement (t/ha) Nb de situations 28 / / / Densité de plantation moyenne selon le calibre et le rendement moyen Fongicide de traitement des plants Rendement (t/ha) Nombre de situations Absence Présence Différence de rendement sur Kaptah-Vandel en fonction de l écartement entre les buttes Chambre d agriculture 51 - Tereos Syral Haussimont 09

11 Le buttage Un buttage à disque en majorité Le buttage à disque représente la majorité des situations. Les autres types de buttage sont beaucoup moins pratiqués. Aucune parcelle de l échantillon n est buttée définitivement à la plantation (contre 12 % en 2013). Le peu de situations ne permet pas de juger de l impact des différents buttages sur le rendement. 22% 14% Buttage à disque Buttage à disque + cape 64% Buttage rotatif Répartition des types de buttage Type de buttage Rendement (t/ha) Nombre de situations Buttage à disque Buttage à disque + cape Buttage rotatif Les insecticides Un à deux insecticides contre les pucerons Dans 47 % des situations, un seul insecticide a été appliqué en Dans les mêmes proportions, un second a dû être appliqué. Ce sont presque exclusivement les pucerons qui ont été visés à chaque fois. Les doryphores ont été absents. Seulement 5 % des parcelles n ont pas été traitées. L an dernier 84 % des parcelles n avaient reçu qu un seul insecticide mais les pucerons étaient arrivés plus tardivement. Différence de rendement sur Kaptah-Vandel en fonction du type de buttage 6% 2% 92% Puceron Puceron et doryphore Doryphore Insectes ciblés par les insecticides Chambre d agriculture 51 - Tereos Syral Haussimont 10

12 Les fongicides en végétation 18 à 20 fongicides selon la variété La variété Amyla a reçu 2.5 fongicides de moins que la variété Kaptah-Vandel. Cela s explique à la fois par la tolérance variétale au mildiou, plus forte pour Amyla et de la durée de végétation, plus longue pour Kaptah-Vandel. La pression mildiou plus forte en 2014 qu en 2013 a nécessité 2 à 3 fongicides de plus cette année selon la variété. Nombre moyen de fongicides 21,0 20,5 20,0 19,5 19,0 18,5 18,0 17,5 17,0 16,5 Amyla Kaptah Vandel Les fongicides de contact prédominent Les fongicides de contact simples et lessivables ont été moins utilisés que l an passé (-2.4 traitements) au profit des fongicides de contact plus élaborés et moins lessivables. Comme en 2013, les fongicides translaminaires ont été peu employés et les diffusants et pénétrants ne l ont quasiment pas été. En moyenne 2.7 fongicides pénétrant ont été appliqués en rattrapage ou sur mildiou déclaré, soit presque le double de l an dernier. La pression mildiou était forte et certaines parcelles ont été touchées dès la levée. Nombre moyen de fongicides appliqués en végétation selon la variété Contact Contact élaboré assez lessivable Contact élaboré peu lessivable Translaminaire/diffusant Systémique Pénétrant Nb moyen de fongicides par parcelle Contact : Granéor 75, Milcozèbe, Dithane Néotec Contact élaboré assez lessivable : Shirlan, Vertigo,... Contact élaboré peu lessivable : Adério, Ranman Top,... Translaminaire/Diffusant : Acrobat M DG, Infinito, Optimo-Tech, Plébiscit M Disperss, Revus,... Systémique : Eperon Pépite, Epok,... Pénétrant : Cymbal M 45, Proxanil, Nautile, Rémiltine S Pépite,... Types et nombre de fongicides utilisés, toutes variétés confondues Chambre d agriculture 51 - Tereos Syral Haussimont 11

13 Une forte utilisation de l outil Miléos Miléos est un outil d aide à la décision, créé par Arvalis-Institut du végétal, qui permet d optimiser le positionnement des fongicides anti-mildiou, voire de réduire leur nombre en conditions peu favorables au mildiou. Comme l an passé, une très large partie des adhérents ont utilisé le modèle en % Surfaces suivies par Miléos Surfaces non suivies par Miléos 91% Répartition des surfaces suivies par le modèle Miléos La tare 50 % des surfaces de l échantillon sont déterrés à la récolte. Le pourcentage de déterrage de l échantillon est plus élevé que dans la pratique. La tare-terre diminue en moyenne de 4 points lorsqu un déterrage est pratiqué (comme en 2013). Cette moyenne masque toujours la situation en terres colorées, plus difficiles à travailler, où avant déterrage la tare-terre est élevée. Des tares homogènes 50% 50% Surfaces déterrées Surfaces non déterrées Surface déterrée à la récolte Tare-terre (%) 12,0 10,0 8,0 6,0 4,0 2,0 0,0 Avec déterrage Sans déterrage Tare-terre en fonction de la présence ou de l absence de déterrage La tare-terre a été assez homogène sur cette campagne. Il n y a pas eu d arrachage en conditions difficiles comme l an dernier au mois d octobre. Tare-terre (%) /9 18/9 28/9 8/10 18/10 28/10 7/11 17/11 27/11 Date d'arrachage 2014 Evolution de la tare-terre en fonction de la date d arrachage Chambre d agriculture 51 - Tereos Syral Haussimont 12

14 Pommes de terre féculières : itinéraire technico-économique 2015 ITINERAIRE TECHNICO ECONOMIQUE POMMES DE TERRE FECULIERES 2015 OBJET CONSEIL DOSE Nombre de COUT/HA COUT/HA ou RDT passages MOYEN calibre 1: 28/ pieds/ha 1,5 t/ha Prix vrac + port 694 Plant calibre 2: 40/ pieds/ha 2,5 t/ha livraison mars calibre 3: 50/ pieds/ha 3,5 t/ha paiement 10 jours 752 Azote selon reliquats azotés, moyenne de 180 unités/ha 175 0, % de la dose sur buttes de plantation avant buttage Engrais Phosphore Exportation 1,5 kg/t 75 0,85 64 Potasse Exportation 6 kg/t 290 0,6 174 Risque moyen : Monceren 75 % de la dose 1,5 kg/t Traitement du plant Antirhizoctone 12 Risque élevé : Monceren 2 kg/t Challenge (maxi 3 l/ha si renouées liserons, chenopode) 2 l/ha Desherbage + Defi (maxi 4 l/ha si morelles) 3 l/ha Sencoral 0,3 kg/ha Plénum 50 WG 0,3 kg/ha Insecticides Pucerons Teppeki 160 gr/ha Actara 0,08 kg/ha Manèbe ou Mancozèbe 1600 gr de Ma/ha 8 18 Antisporulant : Shirlan (ou banalisés), Ranman 6 20 Fongicides Antimildiou 341 Pousse active : Acrobat, Infinito, Revus 1 27 Retard <48 h :Pénétrants type Cymbal, Nautile, Roménil 2 à 2,5 kg/ha 2 25 TOTAL CHARGES 1619 Cette enquête est le fruit d un partenariat entre Tereos Syral Haussimont et la Chambre d agriculture de la Marne. Elle résulte d un travail important de la part des exploitants et des rédacteurs. Elle permet de faire le point sur les caractéristiques de l année et des techniques culturales. Elle sera de nouveau reconduite après la prochaine campagne afin d analyser plus précisément les données sous un angle pluriannuel. Merci à tous ceux qui ont contribué à la réalisation de cette synthèse Chambre d agriculture 51 - Tereos Syral Haussimont 13

15

16 Chambre d agriculture de la Marne Pôle Productions Végétales Complexe agricole du Mont-Bernard Route de Suippes CS CHALONS EN CHAMPAGNE Cedex Contact Julien GOBRÉAU Tél TEREOS SYRAL Haussimont 23 route de Montépreux HAUSSIMONT Contact Benoît PARENT Tél

IMPLANTER OU MAINTENIR DES BANDES ENHERBÉES EN BORDURE DE COURS D EAU ET DE PLAN D EAU RÉHABILITER LES TÊTES DE FORAGE NON CONFORMES

IMPLANTER OU MAINTENIR DES BANDES ENHERBÉES EN BORDURE DE COURS D EAU ET DE PLAN D EAU RÉHABILITER LES TÊTES DE FORAGE NON CONFORMES IMPLANTER DES CULTURES INTERMÉDIAIRES PIÈGES À NITRATES (CIPAN) Afin d'éviter le lessivage des nitrates en excès après la récolte, il est indispensable d implanter une CIPAN (moutarde, phacélie, seigle

Plus en détail

DOSSIER PEDAGOGIQUE ATELIER D ÉVEIL SCIENTIFIQUE. «Eau, Nitrate et Agriculture durable» POUR L ÉCOLE FONDAMENTALE

DOSSIER PEDAGOGIQUE ATELIER D ÉVEIL SCIENTIFIQUE. «Eau, Nitrate et Agriculture durable» POUR L ÉCOLE FONDAMENTALE DOSSIER PEDAGOGIQUE ATELIER D ÉVEIL SCIENTIFIQUE POUR L ÉCOLE FONDAMENTALE «Eau, Nitrate et Agriculture durable» SYNTHESE DE L ATELIER L utilisation des nitrates : Synthèse Résume les différentes situations

Plus en détail

Les techniques culturales sans labour (TCSL) en pomme de terre

Les techniques culturales sans labour (TCSL) en pomme de terre es techniques culturales sans labour () en pomme de terre De par son mode de culture en buttes, la culture de pomme de terre est particulièrement sensible aux problèmes de ruissellement et d érosion sur

Plus en détail

Après-midi technique à l EARL de la Rue. Tournesol. A Bretoncelles, le lundi 3 juin 2013. - le Mildiou :

Après-midi technique à l EARL de la Rue. Tournesol. A Bretoncelles, le lundi 3 juin 2013. - le Mildiou : - le Mildiou : - le Sclérotinia : Semer sur des parcelles bien ressuyées Eviter les mouillères Détruire les repousses Arracher manuellement toute plante contaminée prévenir la DRAAF < 01/07 en cas d attaque

Plus en détail

Programme d actions à mettre en œuvre en zones vulnérables. Notice explicative. Les essentiels. Octobre 2012

Programme d actions à mettre en œuvre en zones vulnérables. Notice explicative. Les essentiels. Octobre 2012 Programme d actions à mettre en œuvre en zones vulnérables Notice explicative Octobre 2012 Les essentiels Depuis le 1 er septembre 2012, un nouveau programme d actions national s applique sur la totalité

Plus en détail

Caractéristiques. Fréquence du système. Perspectives. Utilisation des surfaces. Atouts. Contraintes. Système Pommes de terre et légumes.

Caractéristiques. Fréquence du système. Perspectives. Utilisation des surfaces. Atouts. Contraintes. Système Pommes de terre et légumes. Système Pommes de terre et légumes. Caractéristiques Variantes de ce système : Il existe près de 150 exploitations de moins de 100 ha qui produisent de la pomme de terre, essentiellement pour une vente

Plus en détail

Info.pl@ine N 400 25 janvier 2012 5 pages CEREALES RELIQUATS

Info.pl@ine N 400 25 janvier 2012 5 pages CEREALES RELIQUATS Info.pl@ine N 400 25 janvier 2012 5 pages CEREALES RELIQUATS Risque verse Comment bien prélever? AGRO-METEO Les températures enregistrées ces derniers mois restent exceptionnelles. Pour les premiers semis

Plus en détail

ACTION N 1 Itinéraires techniques du colza en agrobiologie

ACTION N 1 Itinéraires techniques du colza en agrobiologie ACTION N 1 Itinéraires techniques du colza en agrobiologie Maître d œuvre : Chambres d Agriculture de Bretagne Partenaires : INRA, Cetiom, CRA des Pays de la Loire, Union Eolys, semenciers Durée du programme

Plus en détail

Moutarde blanche - Brassicacées Sinapsis alba

Moutarde blanche - Brassicacées Sinapsis alba synthèse Engazonnement hivernal Moutarde blanche - Brassicacées Sinapsis alba Caractéristiques de la moutarde : Brassicacée 1, sélectionnée pour sa capacité à produire du fourrage. Système racinaire pivotant

Plus en détail

Pommes de terre TOP. Le bon conseil pour la culture de pommes de terre

Pommes de terre TOP. Le bon conseil pour la culture de pommes de terre Pommes de terre TOP Le bon conseil pour la culture de pommes de terre La lutte contre les mauvaises herbes All in one Centium 36 CS + Dancor 70 WG La nouvelle solution en prélevée Très large spectre d

Plus en détail

COMPTE RENDU Journée formation

COMPTE RENDU Journée formation COMPTE RENDU Journée formation Agriculture de conservation des sols Profils de sol 1. Vincent Etchebarne à St Jean le Vieux prairie 2. Alain Claverie à Behasque sol nu / couverts multiples 3. Bernard Hourquebie

Plus en détail

Essai colza en système de cultures innovant

Essai colza en système de cultures innovant Essai colza en système de cultures innovant Compte-rendu d essais Année 2010-2011 COURTOIS Nicolas Avec la collaboration de M. BOSSON Christophe, exploitant à Aire-la-Ville Sommaire 1. Présentation...

Plus en détail

Contacts CONSEILS DE SAISON. Septembre 2013 CAROTTE AIL AUBERGINE

Contacts CONSEILS DE SAISON. Septembre 2013 CAROTTE AIL AUBERGINE Septembre 2013 CONSEILS DE SAISON Après un mois de juillet et d août chaud et sec, septembre a vu le retour de températures fraîches pendant deux semaines, en dessous des normales saisonnières. Cela a

Plus en détail

Couverts associés au colza Premiers résultats

Couverts associés au colza Premiers résultats Le 29 juillet 21 Couverts associés au colza Premiers résultats AVERTISSEMENT LA NOTE QUI SUIT CORRESPOND AUX PREMIERS RESULTATS PARTIELS DE DEUX ANNEES D ESSAIS REALISES EN SEMIS DIRECT DANS UN CONTEXTE

Plus en détail

Lettre d informations 1 27 avril 2015

Lettre d informations 1 27 avril 2015 Lettre d informations 1 27 avril 2015 Au programme de cette lettre d informations : Point Agrométéo La gelée blanche de début avril Démarrage de la végétation point nutrition Point phytosanitaire Point

Plus en détail

Hiver. Destruction par le gel et / ou chimique MINERALISATION

Hiver. Destruction par le gel et / ou chimique MINERALISATION QU EST-CE QU UNE PLANTE COMPAGNE? C est un couvert végétal semé en association avec une culture principale afin d améliorer son comportement agronomique et sa rentabilité. Initialement travaillés sur la

Plus en détail

Production de la biomasse végétale

Production de la biomasse végétale 4 Production de la biomasse végétale Ce support a été réalisé avec le soutien financier du Compte d'affectation spéciale "Développement Agricole et Rural" du Ministère de l'alimentation, de l'agriculture

Plus en détail

perspectives en économie de l agroenvironnement

perspectives en économie de l agroenvironnement perspectives en économie de l agroenvironnement un outil d aide à la décision auteur LUC BELZILE, agronome, économiste, M. Sc. Chercheur en économie de l agroenvironnement Volume 1, numéro 1, nov. 2014

Plus en détail

La fumure d entretien

La fumure d entretien Septième note inter régionale Rhône Méditerranée fertilisation de la vigne 2008-2009 Cette note a pour destinataires les conseillers viticoles et les vignerons de la région Rhône-Méditerranée. Elle a pour

Plus en détail

Soja et mais semé dans du seigle roulé, orge semé dans le sarrasin

Soja et mais semé dans du seigle roulé, orge semé dans le sarrasin Soja et mais semé dans du seigle roulé, orge semé dans le sarrasin Objectif. Il y a 4 ans je m installait dans une ferme de 100Ha. Apres 2 ans observant l'état si pauvre et usé de la terre, j ai devenu

Plus en détail

Relance de la culture de luzerne en Poitou-Charentes en lien avec le développement de la méthanisation

Relance de la culture de luzerne en Poitou-Charentes en lien avec le développement de la méthanisation Relance de la culture de luzerne en Poitou-Charentes en lien avec le développement de la méthanisation - Groupe de travail Etude de la rentabilité des systèmes de culture intégrant de la luzerne Synthèse

Plus en détail

RAPPORT DE RECHERCHE

RAPPORT DE RECHERCHE IMPACT AGRONOMIQUE ET ÉCONOMIQUE DES LÉGUMINEUSES DANS LES ROTATIONS AGRICOLES RAPPORT DE RECHERCHE Demandeur : Institut de recherche et de développement en agroenvironnement (IRDA) Chercheurs : Adrien

Plus en détail

Couverts DN et SIE. la Zone Vulnérable. groupes cultures juillet 2015. campagne 2014-2015. ZAR = Zone Action Renforcée = pour partie anciennes ZPPN

Couverts DN et SIE. la Zone Vulnérable. groupes cultures juillet 2015. campagne 2014-2015. ZAR = Zone Action Renforcée = pour partie anciennes ZPPN Couverts DN et SIE groupes cultures juillet 2015 la Zone Vulnérable campagne 2014-2015 ZAR ZAR = Zone Action Renforcée = pour partie anciennes ZPPN 1 la Zone Vulnérable Projet d extension : Bassin Seine

Plus en détail

Performances et rentabilité des cultures principales en Wallonie (années 2009 à 2011)

Performances et rentabilité des cultures principales en Wallonie (années 2009 à 2011) Performances et rentabilité des cultures principales en Wallonie (années 29 à 211) J-M Bouquiaux et J-M. Marsin, Direction de l Analyse Economique Agricole M-H Buron, Centre d Economie Rurale de Marloie

Plus en détail

Caractéristiques. Fréquence du système. Perspectives. Utilisation des surfaces. Atouts. Contraintes. Système plantes sarclées

Caractéristiques. Fréquence du système. Perspectives. Utilisation des surfaces. Atouts. Contraintes. Système plantes sarclées Système plantes sarclées Caractéristiques Variantes de ce système Production de viande (vaches allaitantes ou bœufs sur 10ha d herbe) 1,3 unité de main d œuvre : 1 chef d exploitation et 1 salarié occasionnel

Plus en détail

Synthèse des résultats de l enquête en ligne sur la gestion de l état structural des sols en Nord-Pas-de-Calais

Synthèse des résultats de l enquête en ligne sur la gestion de l état structural des sols en Nord-Pas-de-Calais Enquête coordonnée par : Contact : c.turillon@agro-transfert-rt.com Synthèse des résultats de l enquête en ligne sur la gestion de l état structural des sols en Nord-Pas-de-Calais Enquête réalisée en partenariat

Plus en détail

Freins et leviers aux conversions à l agriculture biologique en Grandes cultures

Freins et leviers aux conversions à l agriculture biologique en Grandes cultures Freins et leviers aux conversions à l agriculture biologique en Grandes cultures Etude d un cas type ROSACE 1 Travail réalisé par Richard d Humières, élève AgroParisTech, stagiaire au Pôle économie et

Plus en détail

Tournesol. Moyenne. Les 4 Saisons

Tournesol. Moyenne. Les 4 Saisons La sécheresse de l été 2012 n a pas eu raison de la culture de tournesol. Les résultats économiques sont toujours en progression, malgré un rendement moyen décevant. 26 exploitations 163 hectares 6,3 ha/expl.

Plus en détail

Situations illustrées au champ et outils de diagnostic

Situations illustrées au champ et outils de diagnostic Situations illustrées au champ et outils de diagnostic Pierre MORTREUX Chambre d Agriculture du Nord Pas de Calais PROSENSOLS.EU Chantiers d arrachage de Objectifs? Contexte Sol de limon argileux sur craie

Plus en détail

BULLETIN DE SANTE DU VEGETAL

BULLETIN DE SANTE DU VEGETAL BULLETIN DE SANTE DU VEGETAL MIDI-PYRENEES Grandes Cultures - n 13 25 mars 2010 CEREALES A PAILLE PROTEAGINEUX COLZA Pietin verse : risque parfois élevé pour les semis d'octobre dans les limons et les

Plus en détail

Essai densité de semis: Orge d'automne Grangeneuve 2006-2007

Essai densité de semis: Orge d'automne Grangeneuve 2006-2007 Station des productions animales et végétales Rapport d'essai 2007 Essai densité de semis: Orge d'automne Grangeneuve 2006-2007 Grangeneuve, juillet 2007 Sandra Dougoud Institut agricole de Grangeneuve

Plus en détail

Agriculture en systèmes naturels

Agriculture en systèmes naturels Agriculture en systèmes naturels Mélanges de cultivars, cultures-abris et cultures intercalaires - blé de printemps biologique Contexte Blé avec avoine comme culture associée La production de céréales

Plus en détail

GESTION DE L ÉTAT ORGANIQUE DES SOLS AVEC SIMEOS-AMG

GESTION DE L ÉTAT ORGANIQUE DES SOLS AVEC SIMEOS-AMG Journée Prosensols 22 novembre 2012 Vincent TOMIS - Annie DUPARQUE GESTION DE L ÉTAT ORGANIQUE DES SOLS AVEC SIMEOS-AMG Vincent Tomis Agro-Transfert RT Contexte Projet GCEOS : GESTION ET CONSERVATION DE

Plus en détail

ferti-pratiques Le potassium Élément le plus mobilisé par les plantes fiche n 28

ferti-pratiques Le potassium Élément le plus mobilisé par les plantes fiche n 28 ferti-pratiques Le potassium Élément le plus mobilisé par les plantes fiche n 28 Le potassium, régulateur et anti-stress des plantes Le potassium circule dans la plante sous la forme du cation + tel qu

Plus en détail

Adoption de méthodes alternatives de culture des plantes fourragères pour réduire l effet des variations climatiques. 21 et 23 février 2005

Adoption de méthodes alternatives de culture des plantes fourragères pour réduire l effet des variations climatiques. 21 et 23 février 2005 Adoption de méthodes alternatives de culture des plantes fourragères pour réduire l effet des variations climatiques 21 et 23 février 2005 Marc F. Clément, agronome Qui a bonnes plantes a bonnes vaches!

Plus en détail

exploitant agricole Fermoscopie réalisée par le Gabnor Situation de la ferme dans son environnement Présentation de la ferme

exploitant agricole Fermoscopie réalisée par le Gabnor Situation de la ferme dans son environnement Présentation de la ferme exploitant agricole Une ferme céréalière 100% bio diversifiée dans la production de légumes de plein champ 12 OrléansLoiret 8 13 Loiret [45] Centre Blois 9 (45) Chartres Loir-et-Cher et-cher [41] (41)

Plus en détail

UTILISATION DES PRODUITS PHYTOSANITAIRES

UTILISATION DES PRODUITS PHYTOSANITAIRES UTILISATION DES PRODUITS PHYTOSANITAIRES Avant-propos: Le sol est un milieu vivant et fragile en constante évolution. On pourra l améliorer ou le détruire en fonction des actions que l on effectuera sur

Plus en détail

Fiche Technique. Filière Maraichage. Pomme de terre. Septembre 2008

Fiche Technique. Filière Maraichage. Pomme de terre. Septembre 2008 Fiche Technique Production Développée en Languedoc-Roussillon Filière Maraichage Septembre 2008 Pomme de terre Rédigée par : Nicolas MANSOURI Chambre d Agriculture du Roussillon Potentiel des marchés Production

Plus en détail

Fiche technique POMME DE TERRE. Généralités. Version 1.0

Fiche technique POMME DE TERRE. Généralités. Version 1.0 En bref Période de culture : octobre à février/mars Coût de production : 2.5 millions FCFA/ha environ, soit 100 FCFA/kg Rendement moyen : 20-25 T/ha Besoins de financement : intrants, petits équipements

Plus en détail

Colza. Synthèse variétale 2014

Colza. Synthèse variétale 2014 Colza Synthèse variétale 2014 La campagne 201-2014 en colza aura été marquée par des conditions humides de l implantation à la récolte. Sur certaines zones, la culture a nécessité moins de passage de protection

Plus en détail

Evaluation de deux stratégies visant à réduire l usage du cuivre en production biologique de pomme de terre et de fruits à pépins

Evaluation de deux stratégies visant à réduire l usage du cuivre en production biologique de pomme de terre et de fruits à pépins Evaluation de deux stratégies visant à réduire l usage du cuivre en production biologique de pomme de terre et de fruits à pépins Q. LIMBOURG, V. CESAR, L. JAMAR Contexte Pomme de terre & cultures fruitières

Plus en détail

Implanter du maïs sans labourer

Implanter du maïs sans labourer Journées techniques sans labour 10 et 11 juin 2009 à Fruges et Thiant Implanter du maïs sans labourer clés de la réussite : levée, enracinement résultats d essais, approche économique Projet cofinancé

Plus en détail

Le drainage agricole : problèmes, diagnostic et solutions

Le drainage agricole : problèmes, diagnostic et solutions Le drainage agricole : problèmes, diagnostic et solutions Victor Savoie, ingénieur agricole MAPAQ, Centre-du-Québec, Nicolet Photo : Véronique Gagnon, Club agroenvironnement Bois-Francs Le drainage agricole

Plus en détail

Lettre Fourrages n 4. Cette note a l'ambition de vous faire redécouvrir sa production et son utilisation. Christophe HARDY CA28

Lettre Fourrages n 4. Cette note a l'ambition de vous faire redécouvrir sa production et son utilisation. Christophe HARDY CA28 Lettre Fourrages n 4 ÉDITO PROFESSIONNEL La betterave fourragère revient dans nos campagnes. Ce n'est pas un hasard. Grâce aux améliorations techniques et mécaniques, ses atouts sont à la portée de nos

Plus en détail

Colza Culture 4.6.11. Généralités. Types de sol. Préparation du sol. Rotation des cultures

Colza Culture 4.6.11. Généralités. Types de sol. Préparation du sol. Rotation des cultures Colza Culture 4.6.11 Généralités Plante oléagineuse (40 à 42% d huile dans la graine). Famille des crucifères. Culture adaptée aux zones plutôt fraîches (jusqu à 800 m d altitude environ). Bonne couverture

Plus en détail

Mise en œuvre des outils. L. VARVOUX (Terrena)

Mise en œuvre des outils. L. VARVOUX (Terrena) Mise en œuvre des outils L. VARVOUX (Terrena) Témoignage de Laurent Varvoux Service Agronomie Terrena Responsable relations Sol - Cultures Fertilisation Outils d Aide à la Décision Couverts végétaux Membre

Plus en détail

Expérimentation Colza AB en Lorraine 2011-2012 - Mélanges variétaux- - Associations espèces- - Densité de semis-

Expérimentation Colza AB en Lorraine 2011-2012 - Mélanges variétaux- - Associations espèces- - Densité de semis- Expérimentation Colza AB en Lorraine 2011-2012 - Mélanges variétaux- - Associations espèces- - Densité de semis- La démarche Lorraine 1) Le colza en AB est une culture peu cultivée en Lorraine. PROBIOLOR

Plus en détail

Source : réseau de stations météo SBT-Demeter. (mm) au 08/04

Source : réseau de stations météo SBT-Demeter. (mm) au 08/04 D U 1 0 A V R I L 2 0 1 4 rédigé par Maëlle KRZYZANOWSKI - CDDL - CA 49 A C T U A L I T E S Bilan météo P. 1 Concombre, punaise P. 2 Peu de maladies sont observées sur les cultures cette semaine, notamment

Plus en détail

Outil de gestion de l azote pour le blé tendre d hiver biologique en Ile-de-France

Outil de gestion de l azote pour le blé tendre d hiver biologique en Ile-de-France Outil de gestion de l azote pour le blé tendre d hiver biologique en Ile-de-France Prévoir la fertilisation en sortie d hiver à l échelle de l exploitation Charlotte Glachant, Claude Aubert, Chambre d

Plus en détail

Fiche Technique Filière Développée en Languedoc-Roussillon

Fiche Technique Filière Développée en Languedoc-Roussillon Avril 2008 Haricots Lingots secs Fiche Technique Filière Développée en Languedoc-Roussillon Filière Céréales Rédigée par Gilles BOYER Christophe BONNEMORT Chambre d Agriculture de l Aude Potentiel des

Plus en détail

LES ENGRAIS VERTS. Un outil pour le bon fonctionnement du sol

LES ENGRAIS VERTS. Un outil pour le bon fonctionnement du sol LES ENGRAIS VERTS Un outil pour le bon fonctionnement du sol Un engrais vert est un couvert végétal constitué d une ou plusieurs espèces, de croissance généralement rapide, cultivé pour être incorporé

Plus en détail

La culture de la betterave sucrière est très présente en Champagne-Ardenne (87 130 ha et 4 sucreries en

La culture de la betterave sucrière est très présente en Champagne-Ardenne (87 130 ha et 4 sucreries en est-ce possible en Champagne-Ardenne? La culture de la betterave sucrière est très présente en Champagne-Ardenne (87 130 ha et 4 sucreries en 2013). Il s agit de la deuxième région française en termes

Plus en détail

Plate-forme Les Barges Résultats des orges 1896 Vouvry/VS

Plate-forme Les Barges Résultats des orges 1896 Vouvry/VS Plate-forme Les Barges Résultats des orges 1896 Vouvry/VS Exploitants : Groupement d agriculteurs de Vouvry Récolte : 30 juin 2015 avec Syngenta Procédé cultural orge Exploitant : Groupement d agriculteurs

Plus en détail

Quelles solutions pour améliorer la reprise des plantations? Résultats 2006-2007-2008

Quelles solutions pour améliorer la reprise des plantations? Résultats 2006-2007-2008 Quelles solutions pour améliorer la reprise des plantations? Résultats 26-27-28 rnaud Dufils mélioration de la reprise des plantations Les facteurs d étude pluriannuels Date de plantation : fin décembre,

Plus en détail

Sommaire. Système sec 60 ha double actif. Système sec 100 ha fort potentiel. Système sec 150 ha fort potentiel. Système sec 150 ha moyen potentiel

Sommaire. Système sec 60 ha double actif. Système sec 100 ha fort potentiel. Système sec 150 ha fort potentiel. Système sec 150 ha moyen potentiel Sommaire Système sec 60 ha double actif Système sec 100 ha fort potentiel Système sec 150 ha fort potentiel Système sec 150 ha moyen potentiel Système sec 200 ha moyen potentiel Edition 2015 : campagne

Plus en détail

MESSAGE CONSEIL IRRIGATION de LOT-ET-GARONNE

MESSAGE CONSEIL IRRIGATION de LOT-ET-GARONNE CLIMATOLOGIE N 07 07 août 2014 MESSAGE CONSEIL IRRIGATION de LOT-ET-GARONNE Réalisé en collaboration entre les techniciens de la Chambre d Agriculture de Lot-et-Garonne et de l ACMG Pluies localement abondantes,

Plus en détail

Projet Mosabio Rapport d essai 2014

Projet Mosabio Rapport d essai 2014 Introduction Projet Mosabio Rapport d essai 2014 Le projet Mosabio a été proposé en 2011 par un groupe de travail comprenant AGRIDEA, Agroscope et le FiBL. Il s inscrit dans le contexte du déficit de l

Plus en détail

CULTIVER LA POMME DE TERRE DE PLEIN CHAMP EN AGRICULTURE BIOLOGIQUE

CULTIVER LA POMME DE TERRE DE PLEIN CHAMP EN AGRICULTURE BIOLOGIQUE Repères technico-économiques En règle générale, on remarque que l agriculture biologique est principalement développée dans les départements les plus diversifiés, associant souvent productions animales

Plus en détail

L avenir. de la filière du lin. oléagineux Français. Une graine originale pour des marchés spéc. Une graine originale pour des marchés spécifiques

L avenir. de la filière du lin. oléagineux Français. Une graine originale pour des marchés spéc. Une graine originale pour des marchés spécifiques L avenir de la filière du lin oléagineux Français Un diagnostic interprofessionnel a été effectué en 2008 et 2009 sur la filière du lin oléagineux en France. Basé sur des enquêtes réalisées auprès des

Plus en détail

Caractéristiques des principales cultures intermédiaires

Caractéristiques des principales cultures intermédiaires Caractéristiques des principales cultures intermédiaires Références disponibles pour la région Poitou-Charentes Réalisé à partir : - des essais conduits en Poitou-Charentes 2000-2008 - résultats de simulation

Plus en détail

Raisonner l itinéraire betterave. Plaquette régionale Nord / Pas-de-Calais

Raisonner l itinéraire betterave. Plaquette régionale Nord / Pas-de-Calais Raisonner l itinéraire betterave Plaquette régionale Nord / Pas-de-Calais 203/204 2 La campagne 203 3 Un printemps exceptionnellement froid Un été "mi-figue mi-raisin" Les températures glaciales accompagnées

Plus en détail

ARVALIS - Institut du végétal

ARVALIS - Institut du végétal Implantation du maïs: quelles innovations pour quels bénéfices? R. LEGERE Arvalis Institut du Végétal Programme Les différents itinéraires techniques d implantation Focus sur les itinéraires très simplifiés:

Plus en détail

BAREME D INDEMNISATION POUR DEGATS CAUSES AUX CULTURES ET AUX SOLS

BAREME D INDEMNISATION POUR DEGATS CAUSES AUX CULTURES ET AUX SOLS BAREME D INDEMNISATION POUR DEGATS CAUSES AUX CULTURES ET AUX SOLS Mars 2015 Campagne 2013-2014 150018 AF PRÉALABLE Les barèmes suivants permettent d'évaluer les préjudices subis par l'exploitant agricole

Plus en détail

Coup de soleil sur poivron et infection secondaire par le champignon Alternaria alternata

Coup de soleil sur poivron et infection secondaire par le champignon Alternaria alternata Avertissement CUCURBITACÉES-SOLANACÉES No 15 10 août 2006 EN BREF : Poivron : la pyrale du maïs est toujours active. Consultez le calendrier de traitements pour votre région. Tomate et poivron : les traitements

Plus en détail

Agnès Gedda Le potager bio

Agnès Gedda Le potager bio Agnès Gedda Le potager bio Groupe Eyrolles, 2004, ISBN 2-7081-3544-9 Table des matières Introduction...................................................... 7 Chapitre 1 : Ce qu il faut avoir, ce qu il faut

Plus en détail

uirrigation en cas de sécheresse: apport à la floraison; formation du grain;

uirrigation en cas de sécheresse: apport à la floraison; formation du grain; MAI Grandes Cultures Céréales d hiver Blé dur, blé tendre uirrigation en cas de sécheresse: apport à la floraison; formation du grain; upoursuite des traitements phytosanitaires: se référer au calendrier

Plus en détail

Analyses de sol et interprétation 4des résultats

Analyses de sol et interprétation 4des résultats Analyses de sol et interprétation 4des résultats 4 Analyses de sol et interprétation des résultats Pour optimiser la fumure, il faut prendre en considération, en plus du besoin des plantes, différentes

Plus en détail

Cultures Pièges à Nitrate : une assurance contre les déperditions d azote par lessivage

Cultures Pièges à Nitrate : une assurance contre les déperditions d azote par lessivage 1 Cultures Pièges à Nitrate : une assurance contre les déperditions d azote par lessivage P. Courtois 3, J-P Destain 4, C. Vandenberghe 5, J.M. Marcoen 5 1. Introduction : l azote, le sol et le nitrate

Plus en détail

Programme RotAB. Connaître, caractériser et évaluer les rotations en systèmes de grandes cultures biologiques

Programme RotAB. Connaître, caractériser et évaluer les rotations en systèmes de grandes cultures biologiques Programme RotAB Connaître, caractériser et évaluer les rotations en systèmes de grandes cultures biologiques Rotations en grandes cultures biologiques sans élevage 8 fermes-types, 11 rotations Repères

Plus en détail

MESSAGE CONSEIL IRRIGATION de LOT-ET-GARONNE

MESSAGE CONSEIL IRRIGATION de LOT-ET-GARONNE MESSAGE CONSEIL IRRIGATION de LOT-ET-GARONNE Réalisé en collaboration entre les techniciens de la Chambre d Agriculture de Lot-et-Garonne et de l ACMG N 08 14 août 2014 CLIMATOLOGIE Encore des Pluies localement

Plus en détail

Comment planter la pivoine? Pour couronner de succès la végétation des Pivoines, une attention toute particulière doit être portée à la plantation.

Comment planter la pivoine? Pour couronner de succès la végétation des Pivoines, une attention toute particulière doit être portée à la plantation. QUAND PLANTER? Comment planter la pivoine? Pour couronner de succès la végétation des Pivoines, une attention toute particulière doit être portée à la plantation. La plantation des Pivoines en racines

Plus en détail

de plein champ en agriculture biologique Carte d Identité

de plein champ en agriculture biologique Carte d Identité Cultiver la Pomme de terre Points-clés d une cullture de pomme de terre réussie : le respect d un délai de retour de 5 ans ; le choix d une variété adaptée au débouché visé, aux conditions pédo-climatiques

Plus en détail

L AGRO-ECOLOGIE AU BURKINA FASO : technologies mises au point par l INERA-Burkina Faso

L AGRO-ECOLOGIE AU BURKINA FASO : technologies mises au point par l INERA-Burkina Faso L AGRO-ECOLOGIE AU BURKINA FASO : technologies mises au point par l INERA-Burkina Faso Kambiré Sami Hyacinthe Somé Léopold Ouagadougou le 15 février 2013 Les cordons pierreux 2 Les bandes enherbées 3 Conservation

Plus en détail

ORGANIQUE DES SOLS SUR LE LONG TERME : DE NOUVEAUX OUTILS POUR LE CONSEIL

ORGANIQUE DES SOLS SUR LE LONG TERME : DE NOUVEAUX OUTILS POUR LE CONSEIL GÉRER L ÉTAT L ORGANIQUE DES SOLS SUR LE LONG TERME : DE NOUVEAUX OUTILS POUR LE CONSEIL 8émes rencontres GEMAS -COMIFER Blois - 20 & 21 novembre 2007 Annie Duparque GESTION ET CONSERVATION DE L ETAT L

Plus en détail

Fiche N 69 du guide des produits organiques en Languedoc-Roussillon. Version actualisée le 05/11/2011 REGENOR CLASSIC

Fiche N 69 du guide des produits organiques en Languedoc-Roussillon. Version actualisée le 05/11/2011 REGENOR CLASSIC Fiche N 69 du guide des produits organiques en Languedoc-Roussillon. Version actualisée le 05/11/2011 Utilisable en AB conformément au règlement CE 889/2008 REGENOR CLASSIC Données fournies à l AIVB par

Plus en détail

Adaptation du mode de conduite dans le vignoble nantais

Adaptation du mode de conduite dans le vignoble nantais Adaptation du mode de conduite dans le vignoble nantais Soucieux de prévoir l adaptation du vignoble à de nouvelles contraintes, les administrateurs du Syndicat de Défense des Appellations d Origine Muscadet

Plus en détail

La santé des sols : où en sommes-nous? Éric Thibault, agr.

La santé des sols : où en sommes-nous? Éric Thibault, agr. La santé des sols : où en sommes-nous? Éric Thibault, agr. Physique vs chimie des sols Avant, l état de santé des sols était trop souvent basé sur le résultat d analyse chimique (ph, P, K, ). Maintenant,

Plus en détail

CARACTERISATION DU DIGESTAT : RESULTATS D ESSAIS PLEIN CHAMPS. Expo Biogaz 20 février 2013

CARACTERISATION DU DIGESTAT : RESULTATS D ESSAIS PLEIN CHAMPS. Expo Biogaz 20 février 2013 CARACTERISATION DU DIGESTAT : RESULTATS D ESSAIS PLEIN CHAMPS Expo Biogaz 20 février 2013 1 SOMMAIRE 1/ Methaneo, qui sommes-nous? 2/ La Méthanisation collective, territoriale et agricole 3/ Contexte des

Plus en détail

Implantation de colza au Strip till. Thibaud LEROY Alexandre EECKHOUT Chambre d Agriculture de la Somme

Implantation de colza au Strip till. Thibaud LEROY Alexandre EECKHOUT Chambre d Agriculture de la Somme Implantation de colza au Strip till Thibaud LEROY Alexandre EECKHOUT Chambre d Agriculture de la Somme Objectifs de l essai Comparer différentes techniques d implantation simplifiée en colza Mono-graine

Plus en détail

Les amendements basiques ou chaulage des prairies

Les amendements basiques ou chaulage des prairies Les amendements basiques ou chaulage des prairies Pour quelles raisons chauler ses prairies? Chauler signifie apporter un amendement minéral basique, calcique et/ou magnésien. Les amendements basiques

Plus en détail

assumer ses responsabilités pour la sauvegarde de l environnement

assumer ses responsabilités pour la sauvegarde de l environnement En production: assumer ses responsabilités pour la sauvegarde de l environnement par Caroline Martineau, IQDHO Article écrit pour le magazine Québec Vert et publié par Medias Transcontinental S.E.N.C en

Plus en détail

Fiche Technique. sur l itinéraire de fertilization de la Pomme de terre. (Solanum tuberosum L.) au Cameroon

Fiche Technique. sur l itinéraire de fertilization de la Pomme de terre. (Solanum tuberosum L.) au Cameroon Fiche Technique sur l itinéraire de fertilization de la Pomme de terre (Solanum tuberosum L.) au Cameroon I. JUSTIFICATION La pomme de terre est une culture importante qui participe à la sécurité alimentaire

Plus en détail

technique Réussir la plantation : un enjeu économique ETAPE 1 Prévoir les démarches ETAPE 2 Préparer ma plantation ETAPE 3 Préparer le terrain

technique Réussir la plantation : un enjeu économique ETAPE 1 Prévoir les démarches ETAPE 2 Préparer ma plantation ETAPE 3 Préparer le terrain la canne N 20 mai Réussir la plantation : un enjeu économique ETAPE 1 Prévoir les démarches ETAPE 2 Préparer ma plantation ETAPE 3 Préparer le terrain ETAPE 4 Comment positionner les boutures? ETAPE 5

Plus en détail

Amendement & Fertilisation du noyer

Amendement & Fertilisation du noyer FICHE TECHNIQUE NOIX N 16 Creysse Amendement & Fertilisation du noyer Avril 2008 Fiche élaborée en collaboration avec la coordination technique noix sud-ouest Implantation du verger de noyers Les trois

Plus en détail

Raisonnement de la fertilisation des prairies

Raisonnement de la fertilisation des prairies Raisonnement de la fertilisation des prairies Un outil de caractérisation des pratiques de fertilisation : les indices de nutrition (analyses d herbe) Mise au point de l outil : l équipe ORPHEE de l INRA

Plus en détail

Fiche Technique. Semences de betterave. Septembre 2008

Fiche Technique. Semences de betterave. Septembre 2008 Fiche Technique Production Développée en Languedoc-Roussillon Filière Semences Septembre 2008 Semences de betterave Rédigée par : Thierry PIANETTI Chambre d Agriculture du Gard Définition La dénomination

Plus en détail

Programme de soutien aux plantations agroforestières «Agroforesterie en Languedoc-Roussillon»

Programme de soutien aux plantations agroforestières «Agroforesterie en Languedoc-Roussillon» Programme de soutien aux plantations agroforestières «Agroforesterie en Languedoc-Roussillon» Mémento de plantation Crédit photos et dessins : Dominique Mansion, Jean-Louis Corsin, Arbre et Paysage 32

Plus en détail

Diagnostic de ruissellement et d érosion des produits phytopharmaceutiques. Guide de terrain

Diagnostic de ruissellement et d érosion des produits phytopharmaceutiques. Guide de terrain Diagnostic de ruissellement et d érosion des produits phytopharmaceutiques Guide de terrain Introduction La réalisation d un diagnostic approfondi est indispensable pour proposer des solutions spécifiques

Plus en détail

Campagne de pomme de terre 2009/2010 : production française en hausse et commerce extérieur plutôt favorable

Campagne de pomme de terre 2009/2010 : production française en hausse et commerce extérieur plutôt favorable Agreste Synthèses Grandes cultures Pomme de terre Juin 211 n 211/148 Pomme de terre - Juin 211 Grandes cultures Synthèses n 211/148 Campagne 29/21 : production française en hausse et commerce extérieur

Plus en détail

Entre 2 cultures qui rapportent, choisissez une culture qui apporte

Entre 2 cultures qui rapportent, choisissez une culture qui apporte Entre cultures qui rapportent, choisissez une culture qui apporte www.semencesdefrance.com gamme 4 problématiques 4 solutions 4 ENTRE CULTURES DE PRODUCTION, I-SOL APPORTE À LA TERRE DES ÉLÉMENTS NUTRITIFS

Plus en détail

ATOUTS ET CONTRAINTES PAR RAPPORT AU CAHIER DES CHARGES DE L AB Filière Bovins Lait

ATOUTS ET CONTRAINTES PAR RAPPORT AU CAHIER DES CHARGES DE L AB Filière Bovins Lait LE SOL forts Sol sensible à l érosion Part du parcellaire labourable faible Accès limité ou difficile aux parcelles pâturées Peu d engrais organiques (effluents d élevage) disponibles sur l exploitation

Plus en détail

L eau souterraine. point au 18 mai 2006. Jacques VARET Direction de la Prospective

L eau souterraine. point au 18 mai 2006. Jacques VARET Direction de la Prospective L eau souterraine point au 18 mai 2006 Jacques VARET Direction de la Prospective Les ressources en eau et la demande de l humanité > Planète terre : 97% d eau salée 3 % d eau douce dont : 77,2 % : glaciers

Plus en détail

Les Services de la Chambre d'agriculture

Les Services de la Chambre d'agriculture Les Services de la Chambre d'agriculture Dénomination du Service ATE (Aide Technique à l Épandage des effluents d élevage) Département PRODUCTIONS VÉGÉTALES Agent(s) en charge du dossier Emilie SAVOURAT

Plus en détail

Fertiliser le maïs autrement

Fertiliser le maïs autrement Fertiliser le maïs autrement Dans un contexte de renchérissement des ressources en azote organique et de recherche de plus d autonomie, les agriculteurs biologiques picards et leurs conseillers au sein

Plus en détail

Formation Jardinage. 3-Les Ravageurs

Formation Jardinage. 3-Les Ravageurs Formation Jardinage 3-Les Ravageurs Sujets abordés Formation Jardinage 3 Les insectes bénéfiques Les insectes ravageurs Les maladies des plantes Recettes d insecticides, de fongicides et de stimulants

Plus en détail

NOTICE EXPLICATIVE. Bilan global de fertilisation azotée : Bilan CORPEN

NOTICE EXPLICATIVE. Bilan global de fertilisation azotée : Bilan CORPEN NOTICE EXPLICATIVE Bilan global de fertilisation azotée : Bilan CORPEN Ce bilan global de la fertilisation azotée est obligatoire pour toute exploitation située en zone vulnérable et qui a contractualisé

Plus en détail

RAISONNEMENT FERTILISATION COLZA

RAISONNEMENT FERTILISATION COLZA Fiche 3 RAISONNEMENT FERTILISATION COLZA Dose = (besoins - fournitures ) / CAU Campagne culturale (année) : Date d'ouverture du bilan : 2ème quinzaine de janvier IDENTIFICATION DE LA PARCELLE - NATURE

Plus en détail

Bilan des essais variétés 2012 céréales à paille et préconisations

Bilan des essais variétés 2012 céréales à paille et préconisations SEPTEMBRE 2012 Bilan des essais variétés 2012 céréales à paille et préconisations La climatologie de 2012 s'est caractérisée par un automne doux puis par un froid hivernal intense, accompagné d un déficit

Plus en détail

L agriculture dans la Marne

L agriculture dans la Marne L agriculture dans la Marne Edition 2007 MINISTERE DE L AGRICULTURE ET DE LA PÊCHE DIRECTION RÉGIONALE ET DÉPARTEMENTALE DE L AGRICULTURE ET DE LA FORÊT DE CHAMPAGNE-ARDENNE ET DE LA MARNE Service Régional

Plus en détail

ProConseil PROGRAMME DE MAINTIEN DE LA FERTILITE DES SOLS DU CANTON DE VAUD 2014-2019

ProConseil PROGRAMME DE MAINTIEN DE LA FERTILITE DES SOLS DU CANTON DE VAUD 2014-2019 PROGRAMME DE MAINTIEN DE LA FERTILITE DES SOLS DU CANTON DE VAUD 2014-2019 Partenaires Département de l économie Service de l agriculture Direction générale de l environnement Géologie, sols et déchets

Plus en détail