Fiche. Introduction. Fiche 1. Introduction

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Fiche. Introduction. Fiche 1. Introduction"

Transcription

1 Introduction Fiche 1 Il est nécessaire de distinguer entre le droit fiscal interne, le droit fiscal international et le droit fiscal international comparé. Le premier s applique à des agents (personnes physiques ou personnes morales), ou à des opérations réalisées dans un même pays. Le deuxième implique qu un agent ou une opération met en cause au moins deux pays différents. Quant au troisième, il permet d étudier les règles du droit fiscal de plusieurs pays et de les comparer. Les présentes fiches ne traiteront que du deuxième cas, c est-à-dire du droit fiscal international dans son application française, avec des indications concernant les apports du droit communautaire. Le droit fiscal international s est développé après la Deuxième Guerre mondiale, avec la multiplication des échanges économiques, ce qui pose un certain nombre de problèmes tant pour les entreprises que pour les personnes physiques. Les règles étaient relativement simples entre 1920 et 1950, période où seuls quelques pays intervenaient sur le marché mondial. Elles sont devenues de plus en plus complexes, tant pour des raisons économiques que techniques. La multiplication des États dans les 30 dernières années (176 inscrits à l ONU), a augmenté le nombre d intervenants. L existence d États unitaires, fédéraux, et le développement du régionalisme accroissent les difficultés. Il faut tenir compte également des besoins budgétaires, chaque pays essayant de tirer le maximum de ressources à partir du commerce international et du revenu des agents qui s implantent localement. Il est dès lors nécessaire de distinguer entre les opérations nationales et les opérations internationales, selon la nature des impôts. Les premières ne font appel qu à des règles de droit interne, dont certaines ont pour origine des dispositions élaborées au niveau communautaire, avant d être transposées dans la législation de chaque État membre. Les secondes peuvent être soumises à des règles de droit interne mais de plus en plus elles doivent tenir compte des Fiche 1. Introduction 7

2 conventions fiscales internationales et pour les États de l Union européenne des normes communautaires ou des obligations fixées peu à peu par la Cour de justice de l Union européenne (CJUE) à Luxembourg. La complexité des opérations internationales a beaucoup augmenté au cours des dernières années, accrue par la crise financière de 2008, les dettes abyssales des différents pays et une sortie de crise pour les années 2012, 2013? Plus le nombre de pays est important, plus le risque de conflits existe entre les dispositions applicables, ce qui conduit à des doubles impositions ou à des non-impositions. Le droit interne et les conventions fiscales de «non double imposition» ont pour objet d atténuer ou de régler ces difficultés (voir fiche n 2). Les difficultés du droit fiscal international se sont encore développées avec l «évasion fiscale» et l existence de «paradis fiscaux», les entreprises et, dans une moindre mesure, les particuliers cherchant à alléger leur charge fiscale. La France et les autres pays européens ont pris une série de dispositions en 2009 (voir fiche n 19). Après l exposé d un ensemble des règles de base, cet ouvrage traitera essentiellement de la fiscalité internationale appliquée aux entreprises, de l imposition des revenus de capitaux mobiliers, de la taxe sur la valeur ajoutée (TVA) dans sa relation intra-européenne et avec les pays tiers, de l évasion fiscale internationale, et de l imposition des revenus des personnes physiques. Des indications seront enfin données quant à la territorialité des droits d enregistrement. Les modalités d imposition seront présentées d après le droit interne et conventionnel. Des exemples avec leur corrigé illustreront l ensemble. 8 I. Principes généraux

3 Souveraineté politique Fiche et fi scale 2 I. Conséquences fiscales : doubles impositions II. Suppression ou limitation des doubles impositions : droit interne et conventionnel III. Cas particuliers Définitions La souveraineté politique permet à chaque État d exercer sur son territoire l ensemble de ses droits ; la souveraineté fiscale accorde à chaque État de percevoir l impôt sur son territoire. La double imposition juridique pour les personnes physiques, ou économique pour les entreprises, conduit à taxer deux fois un même revenu ou une même opération. Le droit interne comprend les règles de droit fiscal applicables à l intérieur du territoire souverain, le droit conventionnel comprend les règles applicables pour les pays signataires, conduisant à réglementer leur souveraineté pour certaines impositions. La taxe sur la valeur ajoutée ou TVA correspond à l impôt sur la dépense applicable par tous les pays de l Union européenne. La souveraineté nationale, principe du droit constitutionnel français, accorde à l État des prérogatives dont ne disposent pas les particuliers. Elle lui permet d avoir une armée, une monnaie (règle aménagée dans le cadre de l Union européenne avec l existence de l euro), des tribunaux, et surtout, en théorie du moins pour les membres de l UE, un système fiscal indépendant (Constitution art. 34). Ceci peut se résumer sous la forme : liberté d imposition ; libre choix du système fiscal (impôts directs, impôt sur la dépense, droits de douane ) ; libre choix des critères d imposition (domicile, propriété foncière, établissement, cycle commercial ). La souveraineté politique, qui s exerce à l intérieur des frontières, implique la souveraineté fiscale. Règle appliquée par tous les pays, sous réserve du droit international, et des limitations apportées dans certains cas : Union européenne, États fédéraux, ce qui conduit toutefois à des doubles impositions, nuisibles au développement des échanges. La Commission est bien informée de ces difficultés, aussi a-t-elle lancé une consultation aux entreprises des 27 États membres pour Fiche 2. Souveraineté politique et fiscale 9

4 mieux connaître le mécanisme des doubles impositions relatives à des activités transfrontalières ; rapport en attente. À noter également qu un des rapports pour le congrès de l IFA (Association fiscale internationale) en 2011 a porté sur les doubles impositions. I. Conséquences fi scales : doubles impositions A. En matière d impôt sur le revenu ou d impôt sur les sociétés, la stricte application de chaque droit interne implique la possibilité de «doubles impositions», plus rarement de «non-impositions». D après les définitions données par le Comité fiscal de l OCDE, on distingue : les «doubles impositions juridiques» : une personne est imposée au titre d un même revenu ou d une même fortune par plus d un État ; les «doubles impositions économiques» : deux personnes différentes, une société et sa filiale, deux sociétés sœurs ou une société et son établissement étranger, sont imposées au titre d un même revenu ou d une même fortune. 1. La double imposition juridique peut avoir pour origine le domicile ou la source du revenu (exemples en l absence de convention fiscale). Pour s entraîner : cas pratiques 1) M. et Mme Dupont sont domiciliés à Lyon où ils exploitent une librairie. Résultat imposable pour l année : Ils ont d autre part ouvert une librairie dans un pays B, sans convention, qu ils exploitent également avec du personnel local. Bénéfice Déterminez leur base imposable. 2) M. et Mme Durand ont leur domicile fiscal en France et sont salariés d une entreprise. Revenu imposable pour les deux à l IR, , catégorie traitements et salaires (TS, déduction forfaitaire de 10 %). Ils sont également propriétaires d un appartement dans une station touristique d un pays B, non couvert par convention. Ils l utilisent à titre privé, mais le donnent en location plusieurs mois par an. Déterminez leur base imposable. 10 I. Principes généraux

5 Corrigé 1) M. et Mme Dupont seront soumis à l impôt sur le revenu (IR), catégorie bénéfices industriels et commerciaux (BIC), sur la base de (diminuée de l impôt étranger). Dans le pays B ils seront imposés sur le résultat local, mais s ils sont considérés comme domiciliés, compte tenu de leurs séjours fréquents en B, ils risquent également une double imposition sur la totalité des deux revenus. Cet exemple montre les conséquences fiscales d une telle situation. 2) Le montant de la location sera imposable en France, puisqu ils y sont domiciliés (sous déduction de l impôt étranger, et des charges déductibles du revenu foncier), mais il le sera aussi dans le pays B, l administration de ce pays considérant que ce revenu a sa «source» localement. Dès lors, on aura une double imposition. M. et Mme Durand moins abattement 10 %, soit = , imposés à l IR catégorie Traitements et Salaires, auquel on ajoutera le montant net du revenu foncier d origine étrangère. Celui-ci sera également imposé dans le pays B. 2. La double imposition économique existe en droit interne et en droit international. Dans ce cas, elle apparaît entre des sociétés de pays différents. On la trouve à l occasion du paiement de dividendes (comme en droit interne), de redevances, d achats ou de ventes à prix majorés ou minorés Exemple Une société française dont le siège social et la direction effective sont situés à Lille, vend des produits semi-finis à sa filiale d un pays B non conventionné. À la suite d un contrôle au siège, le vérificateur majore les prix de vente de 20 %, considérant que les ventes ont été faites au prix de revient, alors que la marge sur vente telle qu elle est pratiquée pour les autres acheteurs est de cet ordre (application de l art. 57 CGI. Problème des prix de transfert). Une facture complémentaire est émise à l attention de la filiale en B. Le bénéfice de l entreprise française est donc majoré de 20 %, et logiquement le compte «achats» de la filiale devrait être majoré du même montant. Bien souvent le pays de résidence de la filiale ou de la succursale refuse cet ajustement. D où une double imposition correspondant au redressement en France, et à la minoration du compte achats de l entreprise dans le pays B. Exemple et conséquences Au niveau de la société mère, vente à la filiale pour , redressement 20 % soit ; imposition à l IS plus retenue à la source 25 % (hors convention), sur , le montant étant considéré comme distribué. Au niveau de la filiale : produits achetés ; refacturation par la société française ; achats totaux , pris en charge pour , le fisc étranger refusant de déduire le complément refacturé, considérant que c est un problème national, d où une nouvelle imposition sur les Fiche 2. Souveraineté politique et fiscale 11

6 Pour s entraîner : exercice Une société d un pays A distribue des dividendes à des personnes physiques ou morales en France pour , retenue à la source 25 % (taux habituel hors convention, 18 % pour les États de l UE, l Islande et la Norvège), soit Quelle sera l imposition en France? Corrigé Les bénéficiaires ne seront imposés que sur le montant net reçu, soit 7500 (on a une atténuation de la double imposition par application du droit interne). B. En ce qui concerne la TVA, l impôt sur la dépense étant territorial il ne devrait pas y avoir de doubles impositions. Toutefois, celles-ci sont apparues avec la TVA intracommunautaire depuis Exemple Livraison intracommunautaire hors taxes d un pays A vers un pays B, tous deux communautaires, mais la preuve du départ des marchandises n est pas considérée comme rapportée, d où refus d exonération en A, mais imposition en B pays de l acquisition ; ou encore divergence sur le nombre de kilomètres lors de la vente d un véhicule neuf de A vers B, refus d exonération en A. La Commission a lancé une enquête en 2007 suggérant que pour les questions de fait un mécanisme de suspension de mise en recouvrement de la TVA soit mis en place du moment qu elle a déjà été payée dans le pays A, sans quoi il pourrait y avoir recours à une procédure amiable ou d arbitrage. C. Le problème de double imposition peut exister également pour les droits de mutation (immeubles, fonds de commerce, donations, successions), mais ils sont moins nombreux que dans le monde des affaires. II. Suppression ou limitation des doubles impositions : droit interne et conventionnel A. Doubles impositions juridiques, pour l impôt sur le revenu 1. En droit interne Chaque pays essaie d apporter des solutions pour supprimer ou limiter les conséquences que constituent les doubles impositions juridiques ou éco nomiques. Dans le cas de la France, pour les personnes physiques, on peut citer quelques exemples qui tiennent aux principes généraux du droit ou à des incitations pour 12 I. Principes généraux

7 encourager les redevables. En premier lieu on peut retenir la règle selon laquelle le contribuable domicilié en France est imposable à raison de son revenu net annuel. Les impôts acquittés sur des revenus de source étrangère peuvent être déduits de la base d imposition (inst. 26/07/1977). Cette disposition conduit à une atténuation de la double imposition, sans la supprimer (voir I, exemples 1 et 2). En 1976, période où tous les pays cherchaient des ressources énergétiques, le Parlement a pris une mesure encourageant les salariés à prospecter dans les pays étrangers. Codifiée à l art. 81 A du CGI, elle permet sous certaines conditions, d exonérer d IR les salaires perçus, bien que les intéressés restent domiciliés en France, mais application du taux effectif (TEF) (voir fiche n 42). 2. En droit conventionnel Principes Les conventions fiscales sont des traités internationaux, préparés par les techniciens des ministères des Finances, puis ratifiées par les Parlements. Elles s appliquent aux impôts sur le revenu (généralement sur le modèle OCDE), dans certains cas à l impôt sur la fortune, exceptionnellement aux droits de mutation, jamais en matière d impôt sur la dépense. Les conventions type OCDE évitent les doubles impositions selon la nature des revenus (art. 23 A et 23 B), soit par un mécanisme d exemption (immeubles, établissements stables, salaires), soit par un mécanisme d imputation avec crédit d impôt, correspondant à la retenue à la source étrangère (dividendes, intérêts, redevances), mais ceci n est valable que pour les doubles impositions juridiques conformément au commentaire de la convention type OCDE. Pour s entraîner : cas pratiques Reprendre les cas pratiques 1 et 2 précédents. 1) Comment seront imposés M. et Mme Dupont? 2) Comment seront imposés les salaires et la location de M. et Mme Durand? Corrigé 1) Si la librairie B de M. et Mme Dupont est exploitée dans un pays qui a signé une convention avec la France, elle constituera un établissement stable, imposable localement ; le résultat sera exonéré en France, mais on appliquera le taux effectif (voir fiche n 42), pour les revenus français, pour tenir compte de la progressivité de l IR. 2) Pour M. et Mme Durand, imposition de leurs salaires de source française, le montant de la location sera imposable en B, application du taux effectif comme dans le cas précédent, ceux-ci exonérés en France. Fiche 2. Souveraineté politique et fiscale 13

8 B. Doubles impositions économiques, pour l impôt sur les sociétés 1. En droit interne Pour les entreprises il faut distinguer entre «exploitations directes et indirectes». Les «exploitations directes» correspondent à des succursales ou à des établissements, c est-à-dire à une exploitation dans un pays tiers, au sein de la structure juridique de l entreprise mère (principe de l Unité d entreprise sur le plan juridique). Toutefois, deux mécanismes atténuent la double imposition : le régime de l exonération. Tel est le cas de la France avec le mécanisme de la «territorialité» pour l impôt sur les sociétés. «Sont imposables en France les bénéfices des entreprises exploitées en France» (CGI art ). Les résultats des exploitations directes à l étranger ne sont pas imposables en France (et en conséquence, les pertes ne sont pas déductibles), sauf dans certains cas une évolution de la jurisprudence (voir fiche n 13) ; Pour s entraîner : exercice Une SA ayant son siège à Lyon a ouvert une succursale (établissement stable), à Tunis. Elle a réalisé de bénéfices pour l année A. Où les résultats de Tunis seront-ils imposables? Corrigé Les bénéfices de la succursale de Tunis seront imposables localement et non imposables en France. le régime du «Bénéfice mondial», qui est pratiqué par la plupart des pays, correspond à un mécanisme d «imputation». Il est utilisé pour l imposition des exploitations directes. Les résultats de B sont repris avec ceux du siège en A, l impôt payé en B s impute (avec ou sans plafonnement) sur celui de A. Les «exploitations indirectes» correspondent aux filiales, structures dotées de l autonomie juridique et financière, dont les membres sont des associés. La règle internationale est de toujours imposer leurs résultats dans le pays du «siège social» ou du «siège de direction effective». Cela correspond, en pratique, à une règle de territorialité, d où l absence de double imposition. 14 I. Principes généraux

PROJET DE LOI ------- ÉTUDE D IMPACT. I - Situation de référence et objectifs de l accord ou convention :

PROJET DE LOI ------- ÉTUDE D IMPACT. I - Situation de référence et objectifs de l accord ou convention : RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère des affaires étrangères et européennes NOR : MAEJ1002191L PROJET DE LOI autorisant l approbation de l avenant à la convention entre la France et la Suisse en vue d éviter

Plus en détail

Introduction à la fiscalité française

Introduction à la fiscalité française Introduction à la fiscalité française Chapitre 1 1 Généralités L impôt est un prélèvement pécuniaire : Requis et Subi par l État ; par les collectivités territoriales (région, département, commune) ; par

Plus en détail

SOMMAIRE Les impôts locaux Les revenus financiers Les revenus fonciers Les plus-values des particuliers L impôt sur le revenu des particuliers

SOMMAIRE Les impôts locaux Les revenus financiers Les revenus fonciers Les plus-values des particuliers L impôt sur le revenu des particuliers SOMMAIRE Les impôts locaux Fiche 1 Les taxes foncières... 4 Fiche 2 La taxe d habitation... 6 Fiche 3 La cotisation foncière des entreprises... 8 Fiche 4 La cotisation sur la valeur ajoutée des entreprises...

Plus en détail

Cas pratique de synthèse FER

Cas pratique de synthèse FER Cas pratique de synthèse FER I. L impôt sur le revenu Mme. FER Lucie est chef d entreprise. Elle détient 90% d une SARL assujettie à l impôt sur les sociétés dont le siège est à MONTPELLIER. Mariée à Monsieur

Plus en détail

MODÈLE DE CONVENTION FISCALE CONCERNANT LE REVENU ET LA FORTUNE

MODÈLE DE CONVENTION FISCALE CONCERNANT LE REVENU ET LA FORTUNE MODÈLE DE CONVENTION FISCALE CONCERNANT LE REVENU ET LA FORTUNE TEXTE DES ARTICLES [au 22 juillet 2010] SOMMAIRE DE LA CONVENTION Titre et Préambule Chapitre I CHAMP D APPLICATION DE LA CONVENTION Art.

Plus en détail

SCPI Renovalys 4 SCPI Déficit Foncier à capital fixe Bulletin trimestriel d information n 4 Décembre 2013

SCPI Renovalys 4 SCPI Déficit Foncier à capital fixe Bulletin trimestriel d information n 4 Décembre 2013 SCPI Déficit Foncier à capital fixe Bulletin trimestriel d information n 4 Décembre 2013 Editorial Toute l équipe d Avenir Finance Investment Managers adresse ses meilleurs vœux aux associés de la SCPI

Plus en détail

IMPOT SUR LES SOCIETES

IMPOT SUR LES SOCIETES ACTUALITE FISCALE IMPOT SUR LES SOCIETES JURISPRUDENCE Intégration fiscale Subventions indirectes entre sociétés membres d un groupe fiscal intégré Le Conseil d État se prononce sur les modalités de neutralisation,

Plus en détail

GUIDE PRATIQUE DE LA SARL

GUIDE PRATIQUE DE LA SARL PASCAL DÉNOS Diplômé d expertise-comptable et Commissaire aux Comptes DESS en Banques et Finances GUIDE PRATIQUE DE LA SARL ET DE L EURL Création et gestion de la SARL, de l EURL, de la SELARL, de la SELU

Plus en détail

Avenant. Texte original

Avenant. Texte original Texte original Avenant à la Convention entre la Suisse et la France en vue d éviter les doubles impositions en matière d impôts sur le revenu et sur la fortune signée à Paris le 9 septembre 1966 (et son

Plus en détail

Traités et conventions. EXPOSÉ DES MOTIFS

Traités et conventions. EXPOSÉ DES MOTIFS N o 1280 ASSEMBLÉE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 DOUZIÈME LÉGISLATURE Enregistré à la Présidence de l Assemblée nationale le 10 décembre 2003. P R O J E T D E L O I autorisant l approbation

Plus en détail

CONVENTION FISCALE FRANCO-ARGENTINE

CONVENTION FISCALE FRANCO-ARGENTINE CONVENTION FISCALE FRANCO-ARGENTINE La France est liée à la République d Argentine par une convention fiscale en vue d éliminer les doubles impositions et de prévenir l évasion fiscale en matière d impôt

Plus en détail

NOTE DE SERVICE ------000------

NOTE DE SERVICE ------000------ MINISTERE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES -------- DIRECTION GENERALE DES IMPOTS -------- Le Directeur général -------- REPUBLIQUE DE COTE D IVOIRE Union Discipline Travail ---------- Abidjan, le 05 janvier

Plus en détail

3. Dépenses et recettes budgétaires pour 2015

3. Dépenses et recettes budgétaires pour 2015 1 Introduction 1. Généralités Le particulier est confronté à titre principal à trois impositions : - l imposition de sa consommation (TVA, taxes sur les carburants, tabacs, alcools,...) : c est l imposition

Plus en détail

Associations Dossiers pratiques

Associations Dossiers pratiques Associations Dossiers pratiques Le régime fiscal des associations (Dossier réalisé par Michèle Lorillon, In Extenso) Le principe de base est l exonération des impôts commerciaux pour les associations.

Plus en détail

TVA - Les triangulaires intracommunautaires - Perspective luxembourgeoise

TVA - Les triangulaires intracommunautaires - Perspective luxembourgeoise 1 / 27 TVA - Les triangulaires intracommunautaires - Perspective luxembourgeoise Conférence «TVA transfrontalière : quels changements en 2015?» Workshop N 1: «Les fondamentaux de la TVA dans les transactions

Plus en détail

La Société de Gestion de Patrimoine Familial (SPF) en droit luxembourgeois

La Société de Gestion de Patrimoine Familial (SPF) en droit luxembourgeois La Société de Gestion de Patrimoine Familial (SPF) en droit luxembourgeois Sommaire: 1. Introduction page 1 2. Constitution de la SPF page 1 3. Surveillance et contrôle de la SPF page 3 4. Activité et

Plus en détail

Territorialité et régime des livraisons de biens meubles corporels : AIC, LIC, importation, exportation (cours)

Territorialité et régime des livraisons de biens meubles corporels : AIC, LIC, importation, exportation (cours) Territorialité et régime des livraisons de biens meubles corporels : AIC, LIC, importation, exportation (cours) Table des matières Table des matières... 2 Introduction... 3 I Les livraisons de biens entre

Plus en détail

Loi de Finances 2014 par Delphine Cabon

Loi de Finances 2014 par Delphine Cabon Loi de Finances 2014 par Delphine Cabon La Lois de Finances pour 2014 a été publiée le 30 décembre 2013, amputée des dispositions invalidées par le Conseil Constitutionnel. Nous vous présentons ci-après

Plus en détail

NOTE COMMUNE N 16 /2016

NOTE COMMUNE N 16 /2016 REPUBLIQUE TUNISIENNE MINISTERE DES FINANCES DIRECTION GENERALE DES ETUDES ET DE LA LEGISLATION FISCALES NOTE COMMUNE N 16 /2016 OBJET : Commentaire des dispositions des articles 21, 23 et 27 de la loi

Plus en détail

La fiscalité des particuliers

La fiscalité des particuliers KIT FISCALITÉ 2015-2016 La fiscalité des particuliers 2015-2016 Cas pratique CAS PRATIQUE Énoncé Comme chaque année, M. et Mme FERIER vous sollicitent pour un rendez-vous. Ils souhaitent en effet procéder

Plus en détail

La liberté de circulation vue par le traite de l union européenne

La liberté de circulation vue par le traite de l union européenne Revirement de jurisprudence??? La taxation forfaitaire de l article 164C CGI est contraire à la liberté de circulation des capitaux L arrêt Kramer du 26 décembre 2013 Les faits M. et Mme B...A..., de nationalité

Plus en détail

LE REGIME FISCAL DES ORGANISMES A BUT NON LUCRATIF

LE REGIME FISCAL DES ORGANISMES A BUT NON LUCRATIF 1/6 NOTE JURIDIQUE LE REGIME FISCAL DES ORGANISMES A BUT NON LUCRATIF 1. Les enjeux. En principe, les associations relevant de la loi du 1er juillet 1901, et plus généralement les organismes à but non

Plus en détail

Loueur en Meublé Non Professionnel (LMNP) Défiscaliser avec le statut LMNP

Loueur en Meublé Non Professionnel (LMNP) Défiscaliser avec le statut LMNP Immobilier Loueur en Meublé Non Professionnel (LMNP) Défiscaliser avec le statut LMNP Les loueurs en meublés non professionnels Ce sont les personnes qui donnent en location des locaux comportant tous

Plus en détail

LES MECANISMES DE LA TVA INTRACOMMUNAUTAIRE

LES MECANISMES DE LA TVA INTRACOMMUNAUTAIRE LES MECANISMES DE LA TVA INTRACOMMUNAUTAIRE Par Laurent Pierandrei, Professeur de Comptabilité Internationale, ACE Paris, France (Partie Double 1 er septembre 2006) La TVA au sein de l Union Européenne

Plus en détail

Échéancier. 17 Obligations fiscales MARDI 5 MAI 2015

Échéancier. 17 Obligations fiscales MARDI 5 MAI 2015 17 Obligations fiscales MARDI 5 MAI 2015 Contribuables relevant des BIC : Entreprises relevant du régime réel normal ou simplifié (quelle que soit la date de clôture de l exercice 2014) : déclaration des

Plus en détail

Lettre d'information - Juin 2008 ENTREPRISES 1. FRANCE - Contentieux fiscal - Représentation de personne morale

Lettre d'information - Juin 2008 ENTREPRISES 1. FRANCE - Contentieux fiscal - Représentation de personne morale Lettre d'information - Juin 2008 ENTREPRISES 1. FRANCE - Contentieux fiscal - Représentation de personne morale 2. FRANCE - Contentieux - Association sans but lucratif 3. UNION EUROPEENNE - Liberté d établissement

Plus en détail

STRUCTURATION DE GROUPES EN EUROPE

STRUCTURATION DE GROUPES EN EUROPE STRUCTURATION DE GROUPES EN EUROPE SOCIÉTÉ EUROPÉENNE ET SOPARFI LUXEMBOURGEOISE : LE TICKET GAGNANT Laurence CALLAMARD Mars 2010 Depuis le 27 juillet 2005 1, il est possible de créer en France une société

Plus en détail

Accord entre la Confédération suisse et la République de Namibie concernant la promotion et la protection réciproque des investissements

Accord entre la Confédération suisse et la République de Namibie concernant la promotion et la protection réciproque des investissements Texte original Accord entre la Confédération suisse et la République de Namibie concernant la promotion et la protection réciproque des investissements Conclu le 1 er août 1994 Entré en vigueur par échange

Plus en détail

0.975.243.6. Texte original. (Etat le 1 er novembre 2001)

0.975.243.6. Texte original. (Etat le 1 er novembre 2001) Texte original 0.975.243.6 Accord entre la Confédération suisse et la République islamique d Iran concernant la promotion et la protection réciproque des investissements Conclu le 8 mars 1998 Entré en

Plus en détail

Caractéristiques Associations loi 1901 Associations RUP Fondations RUP Fondation d entreprise Fonds de dotation

Caractéristiques Associations loi 1901 Associations RUP Fondations RUP Fondation d entreprise Fonds de dotation Tableau comparatif des régimes des associations loi 1901, des associations et fondations reconnues d utilité publique, des fonds de dotation et des fonds d entreprise Dispositions fiscales Dons manuels

Plus en détail

La convention fiscale de non double imposition du 12.10.2006 entrée en vigueur en avril 2009

La convention fiscale de non double imposition du 12.10.2006 entrée en vigueur en avril 2009 La convention fiscale de non double imposition du 12.10.2006 entrée en vigueur en avril 2009 1. Domaine d application de la convention 2 a) Les impôts visés 2 b) La définition du domicile fiscal 2 c) Clause

Plus en détail

SCI Société Civile Immobilière

SCI Société Civile Immobilière SCI Société Civile Immobilière Pascal Dénos, 2011 ISBN : 978-2-212-54881-5 La location de l immeuble social par la SCI Mise à disposition gratuite de l immeuble social aux associés La SCI peut mettre gratuitement

Plus en détail

Fiche 1 Les objectifs de la comptabilité d entreprise

Fiche 1 Les objectifs de la comptabilité d entreprise Fiche 1 Les objectifs de la comptabilité d entreprise La comptabilité dite générale ou privée est une technique quantitative conventionnelle de traitement de l information à caractère monétaire prenant

Plus en détail

Présentation. Loi de Finances pour 2016 Loi de Finances Rectificative pour 2015

Présentation. Loi de Finances pour 2016 Loi de Finances Rectificative pour 2015 Présentation Loi de Finances pour 2016 Loi de Finances Rectificative pour 2015 SAGASSER Avocats à la Cour Rechtsanwälte, Steuerberater 79 avenue Marceau 75116 Paris Principales mesures fiscales des lois

Plus en détail

FISCALITE. TVA: La taxe sur la valeur ajoutée. Généralités. Qu est-ce que la TVA:

FISCALITE. TVA: La taxe sur la valeur ajoutée. Généralités. Qu est-ce que la TVA: FISCALITE Le but de ce chapitre est de vous aider à trouver des informations précises et valables sur la réglementation européenne de la TVA. Si vous constatez certains manquements ou certaines erreurs,

Plus en détail

Le système fiscal français

Le système fiscal français Le système fiscal français Fiche 1 Objectifs Identifier les sources du droit fiscal, la logique du système fiscal français et son organisation. Prérequis Introduction au droit. Mots-clefs Impôts, taxes,

Plus en détail

Transfert de résidence vers l'espagne ou le Portugal les conséquences fiscales

Transfert de résidence vers l'espagne ou le Portugal les conséquences fiscales Transfert de résidence vers l'espagne ou le Portugal les conséquences fiscales Article juridique publié le 04/11/2015, vu 301 fois, Auteur : Maître AFLALO Nathalie La détermination de la résidence fiscale

Plus en détail

Contributions et taxes

Contributions et taxes du PMU, pour son activité dans le réseau physique, à l imposition à laquelle seraient soumis les opérateurs en ligne ne serait sans doute pas considérée comme constituant une distorsion de concurrence

Plus en détail

ENTREPRENEUR L ENTREPRENEUR

ENTREPRENEUR L ENTREPRENEUR ENTREPRENEUR L ENTREPRENEUR www.notaires.paris-idf.fr L ENTREPRENEUR Le notaire a toujours été le conseil privilégié de l entrepreneur. Il apporte une aide à tous les stades de la vie de l entreprise :

Plus en détail

Mémo: Implantation d une entreprise en Allemagne et imposition des véhicules de sociétés

Mémo: Implantation d une entreprise en Allemagne et imposition des véhicules de sociétés Mémo: Implantation d une entreprise en Allemagne et imposition des véhicules de sociétés Mémo: Implantation d une entreprise en Allemagne et imposition des véhicules de sociétés SOMMAIRE I. Pourquoi l

Plus en détail

Investir au Maroc: Contrôle des changes et environnement fiscal

Investir au Maroc: Contrôle des changes et environnement fiscal Abdelwaret KABBAJ Expert-comptable diplômé en France Fondateur du cabinet Kabbaj Erradi advisory firm: Conseil en fiscalité des entreprises et des individus Formations fiscales Marocaines et internationales

Plus en détail

Sommaire. La fiscalité des associations. Les déclarations de résultat. Le sponsoring et le mécénat

Sommaire. La fiscalité des associations. Les déclarations de résultat. Le sponsoring et le mécénat Document établi le 12/07/2011 Sommaire La fiscalité des associations Les déclarations de résultat Le sponsoring et le mécénat L obligation de nomination du commissaire aux comptes La rémunération de salariés

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DES DOUANES ET DES IMPOTS. Texte n DGI 2002/59 NOTE COMMUNE N 37/2002

BULLETIN OFFICIEL DES DOUANES ET DES IMPOTS. Texte n DGI 2002/59 NOTE COMMUNE N 37/2002 BULLETIN OFFICIEL DES DOUANES ET DES IMPOTS DIFFUSION GENERALE N 2002/06/16 0.1.0.0.1.2. Documents Administratifs (IMPOTS) Texte n DGI 2002/59 NOTE COMMUNE N 37/2002 O B J E T: Commentaire des dispositions

Plus en détail

Imposition des revenus et des profits fonciers.

Imposition des revenus et des profits fonciers. Imposition des revenus et des profits fonciers. I. Les revenus fonciers soumis à l IR : Sont soumis à l IR: II. les revenus provenant de la location des immeubles ( bâtis ou non bâtis : terrain). Situé

Plus en détail

3 ème Loi de Finances rectificative pour 2012 Synthèse des mesures à l'égard des entreprises

3 ème Loi de Finances rectificative pour 2012 Synthèse des mesures à l'égard des entreprises 3 ème Loi de Finances rectificative pour 2012 Synthèse des mesures à l'égard des entreprises La 3 ème Loi de Finances rectificative pour 2012 (LFR3 2012) a été promulguée après examen du Conseil Constitutionnel.

Plus en détail

ANNEE UNIVERSITAIRE 2005 2006

ANNEE UNIVERSITAIRE 2005 2006 ANNEE UNIVERSITAIRE 2005 2006 DISCIPLINE : UV 201 DROIT FISCAL 40 rue des Jeûneurs 75002 PARIS Examen d Essai : Semaine du Lundi 27/03/2006 au Samedi 01/04/2006 Durée de l épreuve : 4 heures Le sujet comporte

Plus en détail

Fiscalité contrat d assurance vie et Contrat de capitalisation

Fiscalité contrat d assurance vie et Contrat de capitalisation Fiscalité contrat d assurance vie et Contrat de capitalisation France Souscripteur d un contrat d assurance vie ou de capitalisation auprès de notre Compagnie d assurance au Luxembourg, vous vous interrogez

Plus en détail

I. CHAMP D'APPLICATION. A. Quant à la nature de l entreprise

I. CHAMP D'APPLICATION. A. Quant à la nature de l entreprise MICRO ENTREPRISE 06/01/2011 La micro-entreprise n'est pas une structure juridique en soi mais un simple régime fiscal applicable, dans certaines conditions, aux entreprises individuelles. Les bénéfices

Plus en détail

Fiscalité des actions en 2014 Loi de finances 2014

Fiscalité des actions en 2014 Loi de finances 2014 Fiscalité des actions en 2014 Loi de finances 2014 N 2013-1278 du 29 décembre 2013 Les annonces du 29 avril 2013 Annonces des Assises de l Entrepreneuriat 29 avril 2013 Simplification du régime des plus

Plus en détail

L'Actualité légale des entreprises en Espagne

L'Actualité légale des entreprises en Espagne L'Actualité légale des entreprises en Espagne Num. Spécial LOI DES BUDGETS GÉNÉRAUX DE L ÉTAT POUR 2014. Prorrogation du taux réduit d I.S. (Impôt des Sociétés) pour les micro-entreprise créant ou maintenant

Plus en détail

NOTE DE SERVICE ----000----

NOTE DE SERVICE ----000---- MINISTERE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES -------- DIRECTION GENERALE DES IMPOTS -------- Le Directeur général -------- N 0006/MEF/DGI-DLCD REPUBLIQUE DE COTE D IVOIRE Union Discipline Travail ----------

Plus en détail

SYNTHESE DES PRINCIPALES MESURES ET IMPACTS DE LA LOI DE FINANCES POUR 2013

SYNTHESE DES PRINCIPALES MESURES ET IMPACTS DE LA LOI DE FINANCES POUR 2013 SYNTHESE DES PRINCIPALES MESURES ET IMPACTS DE LA LOI DE FINANCES POUR 2013 Les principales mesures de la loi de finances adoptée pour 2013 modifient la fiscalité personnelle et patrimoniale des personnes

Plus en détail

Principales m esures fiscales de la Loi de finances pour 2013 et de la 3 ème Loi de finances rectificative pour 2012

Principales m esures fiscales de la Loi de finances pour 2013 et de la 3 ème Loi de finances rectificative pour 2012 Principales m esures fiscales de la Loi de finances pour 2013 et de la 3 ème Loi de finances rectificative pour 2012 La loi de finances pour 2013 et la loi de finances rectificative pour 2012 ont été définitivement

Plus en détail

Droit fiscal. Chapitre 6 - Les règles applicables aux entreprises partiellement soumises à la TVA... 43

Droit fiscal. Chapitre 6 - Les règles applicables aux entreprises partiellement soumises à la TVA... 43 Sommaire Droit fiscal Chapitre 1 - Introduction générale au droit fiscal... 7 PARTIE 1 - La taxe sur la valeur ajoutée Chapitre 2 - Le champ d application de la TVA... 15 Chapitre 3 - La territorialité

Plus en détail

Par Baye Moussa NDOYE

Par Baye Moussa NDOYE REPUBLIQUE DU SENEGAL UN PEUPLE -UN BUT -UNE FOI MINISTERE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES DIRECTION GENERALE DES IMPOTS ET DES DOMAINES LUTTE CONTRE L USAGE ABUSIF DES CONVENTIONS FISCALES: L EXPERIENCE

Plus en détail

Heureusement, il reste des possibilités pour maîtriser ses impôts.

Heureusement, il reste des possibilités pour maîtriser ses impôts. Paris - Marseille - Toulon Dirigeant du Cabinet LEFEVRE & Associés Jean-Yves LEFEVRE Chargé de cours à l université Paris Dauphine Les impôts augmentent! L insécurité fiscale aussi avec 7 lois de finances

Plus en détail

LA FISCALITÉ AU MEXIQUE POUR UN RÉSIDENT CANADIEN

LA FISCALITÉ AU MEXIQUE POUR UN RÉSIDENT CANADIEN LA FISCALITÉ AU MEXIQUE POUR UN RÉSIDENT CANADIEN Plan de la présentation Impôt du Mexique Aperçu des taux d imposition Niveau de présence requis localement pour être assujetti Programme des IMMEX Maquiladoras

Plus en détail

MODE D'EMPLOI DES TABLEAUX 3.1 ET 3.2. - Tableau d'analyse du compte de résultat fiscal - - Sociétés soumises à l I.S. -

MODE D'EMPLOI DES TABLEAUX 3.1 ET 3.2. - Tableau d'analyse du compte de résultat fiscal - - Sociétés soumises à l I.S. - MODE D'EMPLOI DES TABLEAUX 3.1 ET 3.2 - Tableau d'analyse du compte de résultat fiscal - - Sociétés soumises à l I.S. - Ce document reprend les éléments figurant sur les déclarations fiscales de résultats

Plus en détail

24ème Congrès de l AMA Durabilité et croissance

24ème Congrès de l AMA Durabilité et croissance 24ème Congrès de l AMA Durabilité et croissance La gestion de patrimoine du chef d entreprise. Les options d investissements dans chaque pays. Les informations essentielles à connaitre Le 23 Octobre 2015

Plus en détail

Fiscalité liée à la résidence principale au Luxembourg. BIL IMMO Day 02 Octobre 2014

Fiscalité liée à la résidence principale au Luxembourg. BIL IMMO Day 02 Octobre 2014 Fiscalité liée à la résidence principale au Luxembourg BIL IMMO Day 02 Octobre 2014 Sommaire I. Notion de résidence fiscale II. Acquisition III. Détention IV. Cession V. Structuration 2 1. Notion de résidence

Plus en détail

I. Opérations pour lesquelles un assujetti exempté est redevable de la TVA belge

I. Opérations pour lesquelles un assujetti exempté est redevable de la TVA belge Taxe sur la valeur ajoutée. Modification, à partir du 1er janvier 2010, des règles de localisations des prestations de services et des obligations qui en résultent. Assujettis qui effectuent uniquement

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DES DOUANES ET DES IMPOTS. Texte n DGI 2002/54 NOTE COMMUNE N 32/2002

BULLETIN OFFICIEL DES DOUANES ET DES IMPOTS. Texte n DGI 2002/54 NOTE COMMUNE N 32/2002 BULLETIN OFFICIEL DES DOUANES ET DES IMPOTS DIFFUSION GENERALE N 2002/10/44 0.1.0.0.1.2. Documents Administratifs (IMPOTS) Texte n DGI 2002/54 NOTE COMMUNE N 32/2002 O B J E T: Commentaire des dispositions

Plus en détail

PROPOSITIONS DE LA CGEM POUR LE PROJET DE LOI DE FINANCES 2016

PROPOSITIONS DE LA CGEM POUR LE PROJET DE LOI DE FINANCES 2016 PROPOSITIONS DE LA CGEM POUR LE PROJET DE LOI DE FINANCES 2016 1 NOS SOURCES Le Discours Royal du 20 août 2014 «l économie marocaine a enregistré un retard significatif en la matière, en raison de l éparpillement

Plus en détail

2. LE REGIME DE SECURITE SOCIALE

2. LE REGIME DE SECURITE SOCIALE FIN DE L ASSURANCE MALADIE PRIVEE POUR LES FRONTALIERS : Quelques explications Ce document, édité par le Groupement transfrontalier européen, a pour but de réunir toutes les informations que nous possédons

Plus en détail

TRANSFERT DU DOMICILE FISCAL DE FRANCE AU MAROC

TRANSFERT DU DOMICILE FISCAL DE FRANCE AU MAROC TRANSFERT DU DOMICILE FISCAL DE FRANCE AU MAROC I DETERMINATION DE LA RESIDENCE Au plan fiscal, les conséquences résultant pour un résident et ressortissant français de son installation au Maroc dépendent

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES 4 G-1-09 N 2 du 5 JANVIER 2009 REGIMES D IMPOSITION REGIME DES MICRO-ENTREPRISES ARTICLE 49 DE LA LOI DE FINANCES RECTIFICATIVE POUR

Plus en détail

1.2. Comment tirer parti de votre société?

1.2. Comment tirer parti de votre société? Des taux réduits s appliquent cependant à certaines PME, et ce, selon le même dispositif par tranches qu en matière d impôt des personnes physiques. Les taux réduits se présentent comme suit : Tr a n c

Plus en détail

2013-685 DC - Reçu au greffe du Conseil constitutionnel le 27 décembre 2013

2013-685 DC - Reçu au greffe du Conseil constitutionnel le 27 décembre 2013 - Reçu au greffe du Conseil constitutionnel le 27 décembre 2013 Loi de finances pour 2014 Article 11 : Incitation à la reconstitution des titres de propriété des biens indivis I. Dans sa rédaction issue

Plus en détail

R E S U M E NOTE COMMUNE N 21/ 2005

R E S U M E NOTE COMMUNE N 21/ 2005 REPUBLIQUE TUNISIENNE MINISTERE DES FINANCES Direction Générale des Etudes et de la Législation Fiscales NOTE COMMUNE N 21/ 2005 OBJET: Commentaire des dispositions des articles 39 et 40 de la loi n 2004-90

Plus en détail

Réforme des plus-values de cession de valeurs mobilières à l I.R. (loi de finance pour 2014)

Réforme des plus-values de cession de valeurs mobilières à l I.R. (loi de finance pour 2014) Réforme des plus-values de cession de valeurs mobilières à l I.R. (loi de finance pour 2014) Réforme des plus-values de cession de valeurs mobilières 2 SOMMAIRE PAGES INTRODUCTION 3 I) Schéma illustratif

Plus en détail

DOSSIER. Comment donner tout en gardant le contrôle?

DOSSIER. Comment donner tout en gardant le contrôle? DOSSIER Comment donner tout en gardant le contrôle? La donation est l un des instruments de planification patrimoniale les plus connus. Afin de donner un coup de pouce financier à leurs enfants et de neutraliser

Plus en détail

Côte d Ivoire. Convention fiscale avec la Suisse

Côte d Ivoire. Convention fiscale avec la Suisse Convention fiscale avec la Suisse Signée le 23 novembre 1987, entrée en vigueur le 30 décembre 1990 Convention entre la Confédération Suisse et la République de en vue d éviter les doubles impositions

Plus en détail

Jurisprudence récente en matière d application des conventions internationales

Jurisprudence récente en matière d application des conventions internationales Jurisprudence récente en matière d application des conventions internationales Introduction Nous avons relevé trois domaines dans lesquels la jurisprudence s est affirmée récemment : - La charge de la

Plus en détail

DOUANES Liquidation douanière

DOUANES Liquidation douanière Extrait aménagé d un article paru dans 1. Valeurs s Le prix d'achat d'un article acquis à l'étranger ne suffit pas pour estimer le montant des droits de douane dû lors de son entrée en France. Il faut

Plus en détail

du Conseil d Etat au Grand Conseil accompagnant le projet de loi modifiant la loi sur les impôts cantonaux directs

du Conseil d Etat au Grand Conseil accompagnant le projet de loi modifiant la loi sur les impôts cantonaux directs 2381 Message N o 28 18 septembre 2012 du Conseil d Etat au Grand Conseil accompagnant le projet de loi modifiant la loi sur les impôts cantonaux directs Nous avons l honneur de vous soumettre un projet

Plus en détail

NUMERO SPECIAL LOI DE FINANCES 2006 LOI DE FINANCES RECTIFICATIVE POUR 2005 FISCALITE DES ENTREPRISES

NUMERO SPECIAL LOI DE FINANCES 2006 LOI DE FINANCES RECTIFICATIVE POUR 2005 FISCALITE DES ENTREPRISES NUMERO SPECIAL LOI DE FINANCES 2006 LOI DE FINANCES RECTIFICATIVE POUR 2005 FISCALITE DES ENTREPRISES 1. Plus-values professionnelles Transmission d'entreprise - Exonération 2. Plus-values professionnelles

Plus en détail

1. Les grandes notions fiscales qui gouvernent les circuits de distribution internationaux

1. Les grandes notions fiscales qui gouvernent les circuits de distribution internationaux DROIT FISCAL LES RESEAUX DE DISTRIBUTION A L EPREUVE DE LA FISCALITE Jean-Pierre CHAUX & Sandrine BOEGLIN Juin 2013 Avec plus de 65 millions d habitants, la France est le 5 e marché mondial et le second

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS N 33 DU 20 MARS 2012 DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES 5 I-3-12 INSTRUCTION DU 8 MARS 2012 PLAN D EPARGNE EN ACTIONS (PEA). CONDITIONS DE FONCTIONNEMENT DU PLAN. CONSEQUENCES

Plus en détail

exclusif Droits d enregistrement

exclusif Droits d enregistrement Imposition de la seconde résidence 4 Vous rêvez d un chalet dans les Ardennes où vous passeriez les vacances d été, entouré de vos enfants? Ou vous envisagez l acquisition d un petit appartement à la Côte

Plus en détail

EVALUATION DES MESURES FISCALES ANNONCEES PAR LE GOUVERNEMENT

EVALUATION DES MESURES FISCALES ANNONCEES PAR LE GOUVERNEMENT ECONEWS 6/2010 2 juin 2010 EVALUATION DES MESURES FISCALES ANNONCEES PAR LE GOUVERNEMENT Dans le cadre du présent Econews, la Chambre des salariés procède à une série de calculs sur l impact des mesures

Plus en détail

JOURNAL OFFICIEL DE LA REPUBLIQUE ALGERIENNE N 23

JOURNAL OFFICIEL DE LA REPUBLIQUE ALGERIENNE N 23 6 JOURNAL OFFICIEL DE LA REPUBLIQUE ALGERIENNE N 23 30 Moharram 1424 2 avril 2003 Décret présidentiel n 03-142 du 22 Moharram 1424 correspondant au 25 mars 2003 portant ratification de l accord entre le

Plus en détail

Investissement et transfert de résidence fiscale à l Île Maurice, en Indonésie (Bali) & en Thaïlande. Conférence du jeudi 3 avril 2014

Investissement et transfert de résidence fiscale à l Île Maurice, en Indonésie (Bali) & en Thaïlande. Conférence du jeudi 3 avril 2014 Conférence du jeudi 3 avril 2014 Investissement et transfert de résidence fiscale à l Île Maurice, en Indonésie (Bali) & en Thaïlande Introduction Les principes de base En droit français, toute personne

Plus en détail

Tunisie. Convention fiscale avec la Turquie (Accord fiscal)

Tunisie. Convention fiscale avec la Turquie (Accord fiscal) Convention fiscale avec la Turquie (Accord fiscal) Signée le 2 octobre 1986, entrée en vigueur le 28 décembre 1987 Chapitre 1 - Champ d application de l accord Art.1.- Personnes visées Le présent accord

Plus en détail

Numéro 43 - Octobre 2012

Numéro 43 - Octobre 2012 Numéro 43 - Octobre 2012 - Présentation du projet de loi de financement de la sécurité sociale pour 2013 - Modalités de calcul du plafonnement global de certains avantages fiscaux à l'impôt sur le revenu

Plus en détail

DROIT SOCIAL INTERNATIONAL ET EUROPÉEN EN PRATIQUE

DROIT SOCIAL INTERNATIONAL ET EUROPÉEN EN PRATIQUE Michel Miné Christine Boudineau Anne Le Nouvel Marie Mercat-Bruns Bruno Silhol DROIT SOCIAL INTERNATIONAL ET EUROPÉEN EN PRATIQUE, 2010 ISBNÞ: 978-2-212-54678-1 VI. MOBILITÉ DES SALARIÉS 127 Section 2.

Plus en détail

Chapitre : Les droits de mutations à titre gratuit.

Chapitre : Les droits de mutations à titre gratuit. Chapitre : Les droits de mutations à titre gratuit. Introduction : Les droits de mutation sont des impôts qui sont dus lors du transfert de propriété (mutation) d un bien, d un ensemble de bien ou du patrimoine

Plus en détail

RECOMMANDATION N 95-01

RECOMMANDATION N 95-01 RECOMMANDATION N 95-01 COMMUNE A LA COB ET AU CNC RELATIVE AUX METHODES À METTRE EN OEUVRE PAR LES EXPERTS CHARGES D ÉVALUER LES ACTIFS IMMOBILIERS DES SOCIÉTÉS CIVILES DE PLACEMENT IMMOBILIER (Bulletin

Plus en détail

Nouvelles règles TVA concernant le «lieu des prestations de services» à partir du 1 er janvier 2010

Nouvelles règles TVA concernant le «lieu des prestations de services» à partir du 1 er janvier 2010 Nouvelles règles TVA concernant le «lieu des prestations de services» à partir du 1 er janvier 2010 Commission des experts-comptables et conseils fiscaux internes Le présent article vise à donner un aperçu

Plus en détail

CONVENTION USA - SUISSE

CONVENTION USA - SUISSE CONVENTION USA - SUISSE CONVENTION ENTRE LA CONFÉDÉRATION SUISSE ET LES ETATS-UNIS D'AMÉRIQUE EN VUE D'ÉVITER LES DOUBLES IMPOSITIONS EN MATIÈRE D'IMPÔTS SUR LE REVENU, SIGNÉE À WASHINGTON, LE 2 OCTOBRE

Plus en détail

GUIDE PRATIQUE DE LA SCI

GUIDE PRATIQUE DE LA SCI PASCAL DÉNOS Diplômé d expertise-comptable DESS en Banques et Finances GUIDE PRATIQUE DE LA SCI Bien gérer son patrimoine Huitième édition, 1998, 2001, 2004, 2008, 2010, 2012, 2013, 2014 ISBN : 978-2-212-55995-8

Plus en détail

De quelle façon exercer l activité

De quelle façon exercer l activité Page 1 De quelle façon exercer l activité commerciale? Certains aspects juridiques et fiscaux Février 2011 1 Les premiers pas, le premier choix Vous avez une idée, un projet d entreprise. Quel cadre juridique

Plus en détail

(Loi n 2003-1311 du 30 décembre 2003 parue au JO du 31/12/2003)

(Loi n 2003-1311 du 30 décembre 2003 parue au JO du 31/12/2003) Flash fiscal et juridique n 755 page 1 LOI DE FINANCES POUR 2004 (Loi n 2003-1311 du 30 décembre 2003 parue au JO du 31/12/2003) 1. IMPOT SUR LE REVENU (Règles générales) Barème d imposition pour 2003

Plus en détail

Fiscalité approfondie : Corrigé série de révision n 1 (IRPP)

Fiscalité approfondie : Corrigé série de révision n 1 (IRPP) Université de Sfax Ecole Supérieure de Commerce de Sfax Année universitaire : 2010-2011 Fiscalité approfondie : Corrigé série de révision n 1 (IRPP) Auditoire : 1 ère année Mastère Professionnel de Techniques

Plus en détail

Fiche Fiscalité. immobilières) et dépendent donc du Service des impôts des Particuliers non-résidents de Noisyle-Grand

Fiche Fiscalité. immobilières) et dépendent donc du Service des impôts des Particuliers non-résidents de Noisyle-Grand Cette fiche concerne les Français non-résidents qui paient des impôts et des prélèvements sociaux sur leurs revenus de source française (salaires, pensions, loyers, plus-values immobilières) et dépendent

Plus en détail

Genre de revenus Impôt français Dégrèvement conventionnel Remarques Désignation Taux % de % à % Formules voir chiffres

Genre de revenus Impôt français Dégrèvement conventionnel Remarques Désignation Taux % de % à % Formules voir chiffres F R A N C E Index Aperçu des effets de la convention 1 Formule 5003 12 Formule 5000 7 Notice (5000NOT-FR) 13 «5001 9 Feuille complémentaire R F a 17 «5002 11 ««R F b 19 Imputation forfaitaire d impôt (Partie

Plus en détail

Principales dispositions de la loi de finances pour 2006 Et de la loi de finances rectificative pour 2005 : Synthèse

Principales dispositions de la loi de finances pour 2006 Et de la loi de finances rectificative pour 2005 : Synthèse Principales dispositions de la loi de finances pour 2006 Et de la loi de finances rectificative pour 2005 : Synthèse I FISCALITE DES PERSONNES PHYSIQUES Barème de l impôt sur les revenus de 2006 (impôt

Plus en détail

Taxes assises sur le chiffre dʹaffaires

Taxes assises sur le chiffre dʹaffaires Taxes assises sur le chiffre dʹaffaires Chapitre 9 : Les obligations des assujettis (Version 2006) Documentation obligatoire : Le code de la TVA Les obligations des contribuables comportent l accomplissement

Plus en détail

ETUDE SUR LA FISCALITE IMMOBILIERE EN EUROPE

ETUDE SUR LA FISCALITE IMMOBILIERE EN EUROPE FEDERATION DES PROMOTEURS IMMOBILIERS DE FRANCE ETUDE SUR LA FISCALITE IMMOBILIERE EN EUROPE 20 octobre 2014 Ce rapport contient 7 pages Exposé préalable Méthologie de l étude Cette étude vise à comparer

Plus en détail

Tunisie. Convention fiscale avec le Portugal

Tunisie. Convention fiscale avec le Portugal Convention fiscale avec le Portugal Signée le 24 février 1999, entrée en vigueur le 1 er janvier 1999 Art.1.- Personnes visées La présente Convention s applique aux personnes qui sont des résidents d un

Plus en détail

THEME 2 : LES STRUCTURES ET LES ORGANISATIONS

THEME 2 : LES STRUCTURES ET LES ORGANISATIONS THEME 2 : LES STRUCTURES ET LES ORGANISATIONS CHAPITRE 8 : L ENTREPRISE EN DIFFICULTE Comment concilier des intérêts contradictoires quand l entreprise est en difficulté? - redresser l entreprise? - maintenir

Plus en détail