Emergence de souches virulentes et/ou résistantes aux antibiotiques

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Emergence de souches virulentes et/ou résistantes aux antibiotiques"

Transcription

1 Emergence de souches virulentes et/ou résistantes aux antibiotiques Met en évidence l adaptabilité des bactéries et leur capacité à évoluer très rapidement. Plusieurs routes d évolution des génomes bactériens : mutations dans des gènes existants perte ou réarrangement de l ADN (recombinaison) transferts horizontaux de gène(s) d une bactérie à une autre La pression de sélection exercée par les conditions environnementales va favoriser la survie des cellules possédant des gènes avantageux. La vitesse de croissance et de division des bactéries et leur reproduction non sexuée permettent une fixation rapide d un allèle dans une population. L adaptation par le biais de mutations est un processus lent, par contre les transferts horizontaux de gènes permettent à une bactérie de s adapter rapidement à une nouvelle niche. Séquençage des génomes : Disponibilité de la séquence de plusieurs souches pour une même espèce bactérienne Génomique comparative : Examen de la variation génétique entre souches à l échelle génomique permet d aborder l analyse des changements évolutifs apparus dans des bactéries très proches.

2 Exemple : Staphylococcus aureus Bactérie causant un important problème de santé publique du à l apparition de nouvelles formes de virulence et de résistance aux antibiotiques. Cause majeure d infections acquises à l hôpital conduisant aux décès de 2% des patients admis. En Europe, aux Etats-Unis et au Japon, 40 à 60% des souches de S. aureus sont résistantes à la méthicilline. Première souche méthicilline résistante (MRSA) décrite dans les années 1960, mais ce n est qu à partir des années que l on a observé une rapide propagation des MRSA. Aujourd hui, elles sont endémiques dans les hôpitaux et ne peuvent pas être éradiquées. Les infections par des MRSA sont traitées avec la vancomycine mais des isolats résistants à la vancomycine (VRSA) ont été découverts récemment. Bien que le taux d infection par S. aureus soit plus faible à l extérieur de l hôpital, il y a un problème d émergence de souches acquises par des communautés conduisant à des infections sévères. Ces nouvelles souches sont associées à une toxine appelée Panton-Valentine leucocidine (une toxine à deux composants de la membrane des staphylocoques ciblant les leucocytes) et certaines sont également résistantes à la méthicilline. Actuellement, 6 séquences de génomes complets de différentes souches de S. aureus sont disponibles provenant de différents isolats cliniques et présentant des résistances différentes aux antibiotiques. Analyse comparative du contenu de leurs génomes

3 Les souches séquencées de S. aureus N315 : MRSA acquise à l hôpital isolée en 1982 Mu50 : MRSA acquise à l hôpital et vanomycine résistante isolée en 1997 Mw2 : MRSA acquise par une communauté. Elle a causé une septicémie fatale à une petite fille de 16 mois dans le Nord Dakota (USA) en 1998 MRSA252 : MRSA acquise à l hôpital isolée en 1997, un des clones majeurs trouvés aux USA et représentant d un groupe causant 50% des infectons en Grande-Bretagne. MSSA476 : MRSA acquise par une communauté isolée en 1998 à partir d un jeune garçon de 9 ans. COL : MRSA isolée dans les années 1960 La taille des génomes séquencés varie de 2813 à 2903 Mb et est constitué d un seul chromosome circulaire, parfois accompagné d un plasmide. La structure générale des chromosomes des différentes souches est bien conservés, avec la majorité des gènes présentant un pourcentage élevé d identité (> 97%) et organisés dans le même ordre. Ces régions conservées sont interrompues par de petites régions présentant des différences entre les génomes.

4 Comparaison des séquences de deux souches de S. aureus avec des séquences de bactéries apparentées (extrait de Lindsay et al., (2006) Funct Integr Genomics)

5 Comparaison des six séquences chromosomiques des souches de S. aureus (extrait de Lindsay et al., (2006) Funct Integr Genomics) Deux composants majeurs : le génome cœur présent dans tous les isolats le génome accessoire unique ou partagé par un petit nombre de souches

6 Le génome accessoire Il comprend : des prophages des plasmides intégrés des transposons des îlots de pathogénie (SaPIs, S. aureus pathogenicity islands) des cassettes (SCC Staphylococcal cassette chromosome) des îlots génomiques Il contient des gènes codant pour une grande diversité de fonctions non essentielles, allant de la virulence, la résistance aux drogues et métaux à l utilisation de substrats et métabolismes variés. Une grande partie des régions constituant le génome accessoire sont des éléments mobiles pouvant se transférer horizontalement entre bactéries. Observation intéressante : les gènes de virulences sont plutôt rencontrés dans les phages et les SaPIs les gènes de résistances sont plutôt portés par les SCCs, les plasmides et les transposons

7 Bactériophages Le transfert horizontal de facteurs de virulence par les bactériophages : transfert et intégration d un bactériophage dont le génome code pour un gène de virulence transduction généralisée Intégration de phages dans le génome de S. aureus semble courante (de 1 à 3 prophages par souches). Les génomes des phages de S. aureus contiennent un gène codant pour une intégrase et certains possèdent un gène codant pour une excisionase. Les phages apparaissent s intégrer à un site unique (spécificité de l intégrase et des jonctions droite et gauche du phage). Au moins deux sites d intégration sont localisés dans des gènes de virulence connus : la β-hémolysine (hlb) et la lipase (geh), donc perte de ces produits. Transduction généralisée : seul mécanisme de transfert horizontal pour plusieurs éléments génétiques mobiles non phagiques. Un seul phage de ce type, Φ11, a été bien étudié mais comment il «embarque» 45 Kb d ADN bactérien n est pas clair.

8 Îlots de pathogénie Les SaPIs sont transférés horizontalement en présence d un phage «helper». Elles ont une taille d environ 15 Kb, codent pour une intégrase et ont aussi une région promotrice de l intégrase similaires aux intégrases de phages. Il s intégre également de façon site-spécifique. Cependant, il ne code pas pour les autres gènes impliqués dans le processus de transfert. Les SaPIs codent pour des gènes de toxines : tst, toxic shock syndrome toxin-1 seb,sec enterotoxine B et C superantigènes ainsi appelés car ils provoquent une réponse non-spécifique des cellules T.

9 Les îlots génomiques Ces îlots sont supposés acquis par transfert horizontal, mais l origine et le mode de transfert restent à éclaircir. Leur composition varie entre souches mais contiennent souvent des gènes associés à la pathogénie (gènes codant pour des toxines, des lipoprotéines, des sérine protéases )

10 Eléments génétiques mobiles associés à la virulence rencontrés dans les six souches séquencées de S. aureus (extrait de Lindsay et al., (2006) Funct Integr Genomics)

11 Cassettes chromosomiques s insèrent toujours dans une région spécifique du génome de S. aureus à environ 25 Kb de ori codent souvent pour des éléments de résistance aux antibiotiques comme l opéron mec (résistance à la méthicilline) ou l opéron far (résistance à l acide fusidic). Cinq versions différentes de l opérons mec (SCCmec types I à V) ont été trouvées dans les génomes de S. aureus, trois étant trouvées dans les souches séquencées contiennent fréquemment des transposons ou des plasmides intégrés portant d autres résistances comme les gènes de résistance à la kanamycine et à l érythromycine les cassettes varient en taille et ressemblent à une structure mosaïque d intégration et de recombinaison. Elles portent un gène (ccrc) ou deux gènes (ccra et ccrb) codant pour des recombinases site spécifique qui catalysent l excision et l intégration de version circulaire des cassettes. le mécanisme permettant le transfert horizontal des cassettes n est pas très bien compris car leur taille est trop grande pour être contenue dans la tête d un phage (transduction généralisée). D où peut être la faible fréquence de dispersion des cassettes, SCCmec de type IV faisant exception, ceci étant peut être du à sa plus petite taille

12 Les plasmides 3 classes de plasmides dans S. aureus : plasmides de classe I, d une taille en général inférieure à 5 Kb, probablement transférés par transduction généralisée. Ils sont les plus petits et trouvés en grand nombre de copies. Ils codent pour seulement un ou deux gènes de résistance aux antibiotiques (pt181 trouvé dans la souche COL code pour la résistance à la tétracycline). Certains peuvent s intégrer dans le génome. Par exemple, pub110, portant des résistance à la kanamycine et bléomycine, est trouvé intégré dans la cassette SSCmec type II, dans trois des souches séquencées. plasmides de classe II, d une taille pouvant atteindre 40 Kb, portent des résistance à un ou plusieurs β- lactames (bla), aux métaux lourds (ars, cad, mer), aux antiseptiques (qac), aux aminoglycosides (aaca-aphd). Ces opérons sont souvent portés par des transposons qui se sont intégrés dans le plasmide. Ces plasmides seraient probablement transférés par transduction généralisée. plasmides de classe III, similaires aux plasmides de classe II mais codent pour des gènes permettant un transfert conjugatif. Ils peuvent atteindre une taille de 60 Kb.

13 Les transposons Ils codent pour des gènes de résistance et sont souvent intégrés soit dans des cassettes, soit dans des plasmides. Par exemple, la souche de S. aureus résistante à la vancomycine a maintenant été décrite. Le gène de résistance vana est codé par un transposon dérivés des enterococci. Le mécanisme de transfert probable est que le transposon «saute» sur un plasmide conjugatif de réponse aux phéromones, qui se serait transféré par conjugaison dans S. aureus. Le plasmide est incapable de se répliquer dans S. aureus, mais le transposon a eu l opportunité de «sauter» dans le génome de S. aureus ou dans celui d un plasmide de S. aureus.

14 Eléments génétiques mobiles associés à la résistance aux antibiotiques rencontrés dans les six souches séquencées de S. aureus (extrait de Lindsay et al., (2006) Funct Integr Genomics)

15 Six génomes est-ce suffisant? Le choix des souches séquencées est souvent dicté par des raisons biologiques ou politiques (ex souches causant des épidémies, souches de laboratoire etc ). Cependant, ces souches peuvent ne pas être caractéristiques de l espèce entière. Quelle part de la population de S. aureus représentent les six souches séquencées. Utilisant MLST, il est possible d étudier les relations phylogénétiques de 334 isolats. 87% de ces isolats appartiennent à 11 complexes clonaux (CC). Les six souches séquencées se répartissent dans 4 de ces CC. Donc pour avoir une bonne représentation du génome de S. aureus, il faudrait choisir les futures souches à séquencer dans les 7 autres CC et dans celles n appartenant pas à un complexe clonal.

16 (extrait de Lindsay et al., (2006) Funct Integr Genomics)

Génétique des populations bactériennes

Génétique des populations bactériennes Génétique des populations bactériennes Master GBE, bloc Epidémiologie, Faculté de Biologie et Médecine Université de Lausanne Dr. Dominique Blanc, MER, P.D. Service de médecine préventive hospitalière

Plus en détail

Structure des génomes bactériens / systèmes de mutagénèse / génomique comparative

Structure des génomes bactériens / systèmes de mutagénèse / génomique comparative Master 1 Bactério 10/01/09 8h30-10h30 RT : Stéphanie Ripert-Bernusset RL: Benjamin de Sainte Marie Structure des génomes bactériens / systèmes de mutagénèse / génomique comparative PLAN DU COURS : I- GENOME

Plus en détail

Chapitre 5 : La sexualité des bactéries, transferts horizontaux de gènes

Chapitre 5 : La sexualité des bactéries, transferts horizontaux de gènes Microbiologie Chapitre 5 : La sexualité des bactéries, transferts horizontaux de gènes Partie 2 : La transduction I. Les vecteurs de la transduction : les bactériophages La transduction est un phénomène

Plus en détail

Le portage nasal à Staphylococcus aureus :

Le portage nasal à Staphylococcus aureus : Le portage nasal à Staphylococcus aureus : déterminants bactériens et déterminants d hôte Anne Tristan Centre de Biologie et de Pathologie Est CNR des staphylocoques LYON A. Histoire naturelle de la contamination

Plus en détail

Chapitre 5 La génétique des bactéries et de leurs virus. Des colonies bactériennes lac + et lac - sur un milieu contenant un colorant indicateur

Chapitre 5 La génétique des bactéries et de leurs virus. Des colonies bactériennes lac + et lac - sur un milieu contenant un colorant indicateur Chapitre 5 La génétique des bactéries et de leurs virus Des colonies bactériennes lac + et lac - sur un milieu contenant un colorant indicateur Travailler avec des micro-organismes Les procaryotes comprennent

Plus en détail

Mécanisme de la conjugaison

Mécanisme de la conjugaison 2. La conjugaison Mécanisme de la conjugaison Contact physique entre cellules et passage d ADN d une cellule à l autre. Cas des facteurs F (fertilité) d E. coli : - Opéron tra : 21 gènes. - Le contact

Plus en détail

Leçon 1 : Les caractères d un individu Date : Chaque être humain possède de nombreux caractères.

Leçon 1 : Les caractères d un individu Date : Chaque être humain possède de nombreux caractères. Leçon 1 : Les caractères d un individu Date : Chaque être humain possède de nombreux caractères. Certains caractères sont communs à tous les individus de notre espèce et permettent de nous distinguer des

Plus en détail

Epigénétique. «pourquoi toutes les cellules d'un organisme ne sont-elles pas identiques» Alors qu elles ont toutes les mêmes gènes.

Epigénétique. «pourquoi toutes les cellules d'un organisme ne sont-elles pas identiques» Alors qu elles ont toutes les mêmes gènes. Epigénétique Introduction «pourquoi toutes les cellules d'un organisme ne sont-elles pas identiques» Alors qu elles ont toutes les mêmes gènes. Deux périodes successives récentes dans l étude des génomes

Plus en détail

Diversité génétique, variation antigénique, polymorphisme, échappement, enkystement au sein du monde bactérien

Diversité génétique, variation antigénique, polymorphisme, échappement, enkystement au sein du monde bactérien L2-L3- Enseignements intégrés UE de l agent infectieux à l hôte Diversité génétique, variation antigénique, polymorphisme, échappement, enkystement au sein du monde bactérien Dr Sylvain Godreuil Département

Plus en détail

CHAPITRE 2. Genre, structure du ménage et conditions de vie

CHAPITRE 2. Genre, structure du ménage et conditions de vie CHAPITRE 2 Genre, structure du ménage et conditions de vie Le type de ménage dans lequel vit une personne peut avoir une influence sur son accès aux ressources, telles que la nourriture, les médicaments,

Plus en détail

PLAN GENERALITES VISA/HETEROVISA III. VRSA/ VRE RECOMMANDATIONS CDC

PLAN GENERALITES VISA/HETEROVISA III. VRSA/ VRE RECOMMANDATIONS CDC Le 02.03.2010 1 Dr. I Nahimana, HPCI PLAN I. II. GENERALITES VISA/HETEROVISA III. VRSA/ VRE IV. RECOMMANDATIONS CDC 2 I. GENERALITES 3 Quelques définitions VSSA: Vancomycin-susceptible S. aureus. - Vancomycin

Plus en détail

Discipline : Microbiologie Durée de l épreuve : 37mn Notée : 11

Discipline : Microbiologie Durée de l épreuve : 37mn Notée : 11 Discipline : Microbiologie Durée de l épreuve : 37mn Notée : 11 3 ème Année de Médecine Session de juillet 2014 Question 1 (1 point) : Toute suspicion de brucellose doit être signalée au laboratoire réalisant

Plus en détail

Les virus et les bactéries

Les virus et les bactéries Les virus et les bactéries Les bactéries sont des procaryotes. Une cellule procaryote est plus petite et plus simple qu une cellule eucaryote. Les virus sont encore plus petits et plus rudimentaires. Les

Plus en détail

Fabrication des produits de thérapie génique : garantir la sécurité et la qualité des produits

Fabrication des produits de thérapie génique : garantir la sécurité et la qualité des produits Fabrication des produits de thérapie génique : garantir la sécurité et la qualité des produits DIAPOSITIVE 1 Cette présentation a trait à la fabrication des produits de thérapie génique, en termes de sécurité

Plus en détail

BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE

BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE Série : Sciences et Technologies de Laboratoire Spécialité : Biotechnologies SESSION 2015 Sous-épreuve écrite de Biotechnologies Lundi 22 juin 2015 Coefficient de la sous-épreuve

Plus en détail

Travaux dirigés BIO24c Dominique Schneider Séance 4.

Travaux dirigés BIO24c Dominique Schneider Séance 4. Travaux dirigés BIO24c Dominique Schneider Séance 4. L opéron lytsr de Staphylococcus aureus code un système de régulation à deux composants qui affecte l activité peptidoglycane hydrolase et l autolyse.

Plus en détail

On en vient maintenant au test lui-même.

On en vient maintenant au test lui-même. On en vient maintenant au test lui-même. 6 Avant d envisager la technologie elle-même, quelques mots sur le diagnostic prénatal non invasif qui est réalisé historiquement à partir du sang maternel. On

Plus en détail

Partiel de Microbiologie L2

Partiel de Microbiologie L2 Partiel de Microbiologie L2 mai 2013 Exercice 1. Comparer la composition chimique, la structure, et la fonction des pili et des flagelles chez les bactéries (2 pts) Structure Composition chimique Structure

Plus en détail

Les grands enjeux scientifiques du début du XXIème siècle. Jean-Yves Le Déaut

Les grands enjeux scientifiques du début du XXIème siècle. Jean-Yves Le Déaut Les grands enjeux scientifiques du début du XXIème siècle Jean-Yves Le Déaut Séances sur les biotechnologies Séance 1 : 25 février 2009 Introduction sur les biotechnologies Avec Pierre TAMBOURIN, Directeur

Plus en détail

L2 microbiologie TD08: méthodes de la microbiologie moléculaire

L2 microbiologie TD08: méthodes de la microbiologie moléculaire # Andrew Tolonen (atolonen@gmail.com) # avril 2013 L2 microbiologie TD08: méthodes de la microbiologie moléculaire Exercise 1: amplification d'un gène d'intéret par PCR Vous êtes un médecin travaillant

Plus en détail

BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE

BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE Série : Sciences et Technologies de Laboratoire Spécialité : Biotechnologies PREMIERE SESSION 2012-2013 Épreuve de Biotechnologies-Chimie Biochimie Sciences du vivant Durée :

Plus en détail

Ce document a été numérisé par le CRDP de Bordeaux pour la

Ce document a été numérisé par le CRDP de Bordeaux pour la Ce document a été numérisé par le CRDP de Bordeaux pour la Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel. Campagne 2012 Ce fichier numérique ne peut être reproduit, représenté, adapté

Plus en détail

Transfert de gènes chez les procaryotes

Transfert de gènes chez les procaryotes 9 janvier 2010 RT : Marie Beaufrère Pr. Claire Poyard RL : Pierre-Henri Jacquin Transfert de gènes chez les procaryotes I/ Transduction II/ Transformation III/ Conjugaison IV/ Plasmides V/ Systèmes de

Plus en détail

L'ADN peut être copié au travers des générations cellulaires successives de manière fidèle, c'est la réplication de l'adn.

L'ADN peut être copié au travers des générations cellulaires successives de manière fidèle, c'est la réplication de l'adn. 24/09/2014 REBOUL Nicolas L2 CR : Hamza BERGUIGUA Génétique Médicale Dr Martin KRAHN 8 pages Introduction à la Génétique Médicale : Les champs de la Génétique Médicale, La place de la Génétique Médicale

Plus en détail

1 Qu est-ce qu une biotechnologie? Page 236

1 Qu est-ce qu une biotechnologie? Page 236 Verdict Chapitre 8 1 Qu est-ce qu une biotechnologie? Page 236 1. Quelle est la différence entre une biotechnologie et une technologie? Une biotechnologie est une technique appliquée à des êtres vivants

Plus en détail

Chapitre 2 : MEIOSE ET FECONDATION : STABILITE ET BRASSAGE GENETIQUE DE L ESPECE

Chapitre 2 : MEIOSE ET FECONDATION : STABILITE ET BRASSAGE GENETIQUE DE L ESPECE Chapitre 2 : MEIOSE ET FECONDATION : STABILITE ET BRASSAGE GENETIQUE DE L ESPECE Introduction : Tous les individus d une même espèce sont caractérisés par un ensemble de gènes qui sont transmis de génération

Plus en détail

Qu est-ce qu un vaccin?

Qu est-ce qu un vaccin? Fiche technique n 8 Qu est-ce que la vaccination? Un vaccin est un médicament particulier, destiné à «éduquer» le système immunitaire* à se défendre contre un agent pathogène* bien déterminé. Il a pour

Plus en détail

Bioinformatique fonctionnelle des protéines et analyse structurale de réseaux d'interactions

Bioinformatique fonctionnelle des protéines et analyse structurale de réseaux d'interactions Bioinformatique fonctionnelle des protéines et analyse structurale de réseaux d'interactions intégration Populations Organismes Tissus, organes Relations inter-espèces, Équilibres écologiques Développement,

Plus en détail

UNE FOURMI UNICOLONIALE

UNE FOURMI UNICOLONIALE FICHE ENSEIGNANT UNE FOURMI UNICOLONIALE EN UN CLIN D OEIL THÈME DURÉE NIVEAU MÉTIERS VISÉS PRÉREQUIS SUPPORTS UTILISÉS OBJECTIF GÉNÉRAL OBJECTIF STRUCTURE OBJECTIF LEXICAL TÂCHE FINALE Biologie 2 heures

Plus en détail

Séquence 3. Comment les informations génétiques se transmettent-elles de cellules en cellules? Nos cellules, filles de la cellule-œuf

Séquence 3. Comment les informations génétiques se transmettent-elles de cellules en cellules? Nos cellules, filles de la cellule-œuf Sommaire Nous sommes en train d étudier le support des informations génétiques 1 au sein de nos cellules. Rapidement après sa formation, la cellule-œuf commence à se multiplier (vu en classe de 4 e ).

Plus en détail

Ingénierie des protéines

Ingénierie des protéines Ingénierie des protéines Stéphane Delbecq EA 4558 Vaccination antiparasitaire Laboratoire de Biologie Cellulaire et Moléculaire Faculté de Pharmacie - Montpellier Rappel: transcription et traduction Universalité

Plus en détail

LES EMBALLAGES ALIMENTAIRES Démonstration pour les adolescents et les adultes

LES EMBALLAGES ALIMENTAIRES Démonstration pour les adolescents et les adultes LES EMBALLAGES ALIMENTAIRES Démonstration pour les adolescents et les adultes Les emballages permettent de prolonger la durée de conservation des denrées alimentaires. Leur rôle est, entre autres, de maintenir

Plus en détail

Dynamique d évolution de la flore microbienne dans les fromages

Dynamique d évolution de la flore microbienne dans les fromages Dynamique d évolution de la flore microbienne dans les fromages Colloque Flores microbiennes d intérêt dans les Procédés Alimentaires et la Santé Christine Achilleos Dijon - 07 / 10 / 2014 Le fromage,

Plus en détail

http://www.xtremepapers.net M05/4/BIOLO/SPM/FRE/TZ0/XX+ BIOLOGIE NIVEAU MOYEN ÉPREUVE 1 Mercredi 11 mai 2005 (après-midi) 45 minutes

http://www.xtremepapers.net M05/4/BIOLO/SPM/FRE/TZ0/XX+ BIOLOGIE NIVEAU MOYEN ÉPREUVE 1 Mercredi 11 mai 2005 (après-midi) 45 minutes IB BIOLOGIE NIVEAU MOYEN ÉPREUVE 1 DIPLOMA PROGRAMME PROGRAMME DU DIPLÔME DU BI PROGRAMA DEL DIPLOMA DEL BI M05/4/BIOLO/SPM/FRE/TZ0/XX+ 22056022 Mercredi 11 mai 2005 (après-midi) 45 minutes INSTRUCTIONS

Plus en détail

EPREUVE ECRITE D'ADMISSIBILITE

EPREUVE ECRITE D'ADMISSIBILITE CAPET BIOTECHNOLOGIES option biochimie - génie biologique concours interne Session 2004 EPREUVE ECRITE D'ADMISSIBILITE ETUDE SCIENTIFIQUE ET TECHNOLOGIQUE Durée : 6 heures Calculatrice interdite Aucun

Plus en détail

GRIPPE SAISONNIÈRE - FOIRE AUX QUESTIONS

GRIPPE SAISONNIÈRE - FOIRE AUX QUESTIONS GRIPPE SAISONNIÈRE - FOIRE AUX QUESTIONS 1. Qu est-ce que la grippe? 2. Comment se transmet la grippe? 3. Combien de temps une personne infectée est-elle contagieuse? 4. Quels sont les symptômes de la

Plus en détail

Module 26 : Techniques de modélisation

Module 26 : Techniques de modélisation Module 26 : Techniques de modélisation 26.0 Introduction Ce module enseigne une série de techniques qui constituent une trousse à outils bien pratique quand il s agit de construire des modèles dans Excel

Plus en détail

s installent les lésions cérébrales?

s installent les lésions cérébrales? 1 Comment s installent les lésions cérébrales? E Beaufi ls, K Mondon, C Hommet La maladie d Alzheimer (MA) est une maladie neurodégénérative caractérisée sur le plan microscopique par la coexistence de

Plus en détail

LES MARQUEURS MOLECULAIRES

LES MARQUEURS MOLECULAIRES LES MARQUEURS MOLECULAIRES Il y a différents types de marqueurs : o Les caractères phénotypiques : limités, observations sur l arbre entier et sur différentes années o Les marqueurs biochimiques o Les

Plus en détail

L'apport de l'étude des génomes : les innovations génétiques.

L'apport de l'étude des génomes : les innovations génétiques. Introduction : L'apport de l'étude des génomes : les innovations génétiques. Au sein du vivant, les espèces se différencient les unes des autres par l existence de gènes différents. Au sein d une espèce,

Plus en détail

LESENS O (1), HAUS-CHEYMOL R (2), DUBROUS P (3), SPIEGEL A (2), ETIENNE J (4), MIGLIANI R (5), KOECK JL (3)

LESENS O (1), HAUS-CHEYMOL R (2), DUBROUS P (3), SPIEGEL A (2), ETIENNE J (4), MIGLIANI R (5), KOECK JL (3) Dissémination d un clone hautement virulent de Staphylococcus aureus méticilline sensible (SAMS) mais doxycycline résistant (doxyr) chez des militaires de retour de Côtes d Ivoire LESENS O (), HAUS-CHEYMOL

Plus en détail

Chapitre VI : Génétique Bactérienne

Chapitre VI : Génétique Bactérienne Chapitre VI : Génétique Bactérienne La biologie moléculaire est née dans les laboratoires de microbiologistes étudiant des virus et des bactéries telles que E.coli. Ce sont des expériences avec des virus

Plus en détail

Les Antibiotiques Mode d action Mécanismes de Résistance Les principales familles!"-lactamines Glycopeptides Aminosides Macrolides Quinolones

Les Antibiotiques Mode d action Mécanismes de Résistance Les principales familles!-lactamines Glycopeptides Aminosides Macrolides Quinolones Les Antibiotiques Mode d action Mécanismes de Résistance Les principales familles!"-lactamines Glycopeptides Aminosides Macrolides Quinolones Mars 2009 M. Archambaud Laboratoire Bactériologie-Hygiène CHU

Plus en détail

www.ascensia.ca Choisissez un indicateur de glycémie Ascensia

www.ascensia.ca Choisissez un indicateur de glycémie Ascensia V O U S I N F O R M E www.ascensia.ca Choisissez un indicateur de glycémie Ascensia Qu est-ce que le diabète? Le diabète a un effet sur la façon dont votre organisme transforme les aliments en énergie.

Plus en détail

Analyse de l'évolution d'une épidémie bactérienne par comparaison de génomes

Analyse de l'évolution d'une épidémie bactérienne par comparaison de génomes Analyse de l'évolution d'une épidémie bactérienne par comparaison de génomes Marie Petitjean Directeur de thèse : Didier Hocquet Laboratoire d'hygiène Hospitalière - CHRU Besançon Laboratoire Chrono-Environnement

Plus en détail

LIGUE CARDIOLOGIQUE BELGE CHOLESTEROL. GabrieleJasmin@Fotolia DES REPONSES CLAIRES

LIGUE CARDIOLOGIQUE BELGE CHOLESTEROL. GabrieleJasmin@Fotolia DES REPONSES CLAIRES LIGUE CARDIOLOGIQUE BELGE CHOLESTEROL GabrieleJasmin@Fotolia DES REPONSES CLAIRES Risque Cardiovasculaire global Certains comportements de notre vie de tous les jours augmentent notre probabilité de faire

Plus en détail

OPERON LACTOSE CHEZ LES PROCARYOTES IX. RÉGULATION DE L EXPRESSION GÉNÉTIQUE «OPERON LACTOSE CHEZ LES PROCARYOTES»

OPERON LACTOSE CHEZ LES PROCARYOTES IX. RÉGULATION DE L EXPRESSION GÉNÉTIQUE «OPERON LACTOSE CHEZ LES PROCARYOTES» 76 IX. RÉGULATION DE L EXPRESSION GÉNÉTIQUE «OPERON LACTOSE CHEZ LES PROCARYOTES» Avec l étude de l opéron lactose, François Jacob, Jacques Monod et André Lwoff ont été les premiers scientifiques à décrire

Plus en détail

Synchronisation avancée. sur configuration centralisée

Synchronisation avancée. sur configuration centralisée Synchronisation avancée sur configuration centralisée 1 PRINCIPES Lorsque plusieurs sites distants sont équipés de centrales Synchronic raccordées à un réseau, il est possible de centraliser les configurations

Plus en détail

EFFETS BIOLOGIQUES DES RAYONNEMENTS. Marc AMMERICH 2015 Mise à jour Domino

EFFETS BIOLOGIQUES DES RAYONNEMENTS. Marc AMMERICH 2015 Mise à jour Domino EFFETS BIOLOGIQUES DES RAYONNEMENTS Marc AMMERICH 2015 Mise à jour Domino 1 Effets cellulaires Effets liés à l exposition Effets déterministes Effets stochastiques Les sources d exposition de l être humain

Plus en détail

La génomique fonctionnelle

La génomique fonctionnelle Marc Noël, B.Sc. Agr. Chargé de comptes principal Merial Canada Inc. Journée bovine de l Estrie 2006 25 novembre 2006 All animals are equal but some animals are more equal than others. George Orwell -

Plus en détail

NIMP n 10 EXIGENCES POUR L ÉTABLISSEMENT DE LIEUX ET SITES DE PRODUCTION EXEMPTS D ORGANISMES NUISIBLES (1999)

NIMP n 10 EXIGENCES POUR L ÉTABLISSEMENT DE LIEUX ET SITES DE PRODUCTION EXEMPTS D ORGANISMES NUISIBLES (1999) NIMP n 10 NORMES INTERNATIONALES POUR LES MESURES PHYTOSANITAIRES NIMP n 10 EXIGENCES POUR L ÉTABLISSEMENT DE LIEUX ET SITES DE PRODUCTION EXEMPTS D ORGANISMES NUISIBLES (1999) Produit par le Secrétariat

Plus en détail

BIOPSIE DE TROPHOBLASTE ou PRÉLÈVEMENT DE VILLOSITÉS CHORIALES

BIOPSIE DE TROPHOBLASTE ou PRÉLÈVEMENT DE VILLOSITÉS CHORIALES BIOPSIE DE TROPHOBLASTE ou PRÉLÈVEMENT DE VILLOSITÉS CHORIALES Le diagnostic prénatal par biopsie de trophoblaste ( 1 ) au premier trimestre de la grossesse est devenu une alternative fréquente aux techniques

Plus en détail

LE GÉNIE GÉNÉTIQUE ET LA BIOLOGIE MOLÉCULAIRE

LE GÉNIE GÉNÉTIQUE ET LA BIOLOGIE MOLÉCULAIRE LE GÉNIE GÉNÉTIQUE ET LA BIOLOGIE MOLÉCULAIRE Plan Introduction I - Qu est ce Que le génie génétique? II - Quels sont les outils du génie génétique? II.1- Les Enzymes II.1.1- Enzymes de restriction II.1.2-

Plus en détail

Professeur Joël LUNARDI

Professeur Joël LUNARDI Biochimie - Biologie moléculaire Chapitre 9 : Applications médicales Professeur Joël LUNARDI MED@TICE PCEM1 - Année 2006/2007 Faculté de Médecine de Grenoble - Tous droits réservés. Chapitre 9. APPLICATIONS

Plus en détail

Les notes des candidats aux épreuves du baccalauréat général

Les notes des candidats aux épreuves du baccalauréat général Les notes des candidats aux épreuves du baccalauréat général Session 2001 Naghmeh ROBIN Ministère de la Jeunesse, de l Éducation nationale et de la Recherche Direction de la programmation et du développement

Plus en détail

Enjeux de la susceptibilité génétique en milieu professionnel

Enjeux de la susceptibilité génétique en milieu professionnel SPP Politique Scientifique Journée d étude 30 octobre 2003 ITUH - Bruxelles Enjeux de la susceptibilité génétique en milieu professionnel Tests cytogénétiques : utilité en médecine du travail Difficulté

Plus en détail

Chapitre 2 : DES MÉCANISMES DE DIVERSIFICATIONS DES ÊTRES VIVANTS

Chapitre 2 : DES MÉCANISMES DE DIVERSIFICATIONS DES ÊTRES VIVANTS Thème 1 A : La terre dans l'univers, la vie et l'évolution du vivant Génétique et évolution Chapitre 2 : DES MÉCANISMES DE DIVERSIFICATIONS DES ÊTRES VIVANTS l existence de mutations ainsi que le brassage

Plus en détail

Observatoire national interministériel de la sécurité routière

Observatoire national interministériel de la sécurité routière Observatoire national interministériel de la sécurité routière Observatoire des vitesses : résultats de l année 2011 Extrait de «la sécurité routière en France Bilan de l année 2011» La vitesse pratiquée

Plus en détail

1.6 La division cellulaire

1.6 La division cellulaire 1.6 La division cellulaire Notions clé La mitose est la division du noyau en deux noyaux génétiquement identiques. Les chromosomes se condensent par super-enroulement durant la mitose. La cytocinèse se

Plus en détail

ANATOMIE FONCTIONNELLE DES BACTERIES. Pr.. N. MARTY Laboratoire Bactériologie CHU Rangueil

ANATOMIE FONCTIONNELLE DES BACTERIES. Pr.. N. MARTY Laboratoire Bactériologie CHU Rangueil ANATOMIE FONCTIONNELLE DES BACTERIES Pr.. N. MARTY Laboratoire Bactériologie riologie-hygiène CHU Rangueil Bactérie = cellule vivante procaryote synthèses ses cellulaires croissance et multiplication intra

Plus en détail

Diagnostic prénatal des maladies génétiques

Diagnostic prénatal des maladies génétiques Diagnostic prénatal des maladies génétiques Collège National des Enseignants et Praticiens de Génétique Médicale C. Coutton, V. Satre, F. Amblard et F. Devillard Date de création du document 2010-2011

Plus en détail

Les puces à ADN vont-elles révolutionner l identification des bactéries? Philippe Glaser

Les puces à ADN vont-elles révolutionner l identification des bactéries? Philippe Glaser MEDECINE/SCIENCES 2005 ; 21 : 539-44 > Les puces à ADN sont des multicapteurs permettant de caractériser et quantifier un acide nucléique dans un échantillon. Elles apportent une solution innovante au

Plus en détail

La nouveauté: Un design n est pas nouveau si un design identique a été rendu public avant la date de dépôt.

La nouveauté: Un design n est pas nouveau si un design identique a été rendu public avant la date de dépôt. Le Design - FAQs Délivré par l autorité compétente, le design enregistré (dessin ou modèle (industriel)) est un titre officiel qui protège l aspect esthétique extérieur d un produit ou des parties qui

Plus en détail

Ce que nous devons savoir sur le virus VIH (HIV) et le SIDA (AIDS) Lidia Belkis Archbold Ministère de la Santé Division Interaméricaine

Ce que nous devons savoir sur le virus VIH (HIV) et le SIDA (AIDS) Lidia Belkis Archbold Ministère de la Santé Division Interaméricaine Ce que nous devons savoir sur le virus VIH (HIV) et le SIDA (AIDS) Lidia Belkis Archbold Ministère de la Santé Division Interaméricaine Le virus VIH Il fut découvert, en 1983, par l équipe de Luc Montagnier,

Plus en détail

SCIENCES DE LA VIE ET DE LA TERRE

SCIENCES DE LA VIE ET DE LA TERRE SCIENCES DE LA VIE ET DE LA TERRE 3 ème 1 er trimestre Cours Pi Etablissement privé hors contrat d enseignement à distance SARL au capital de 17 531,86 euros - RCS PARIS B 391 712 122 - APE 8559B siège

Plus en détail

I) Deux propriétés importantes Propriété 1 Si A est multiple de B et B est un multiple de n, alors A est un multiple de n.

I) Deux propriétés importantes Propriété 1 Si A est multiple de B et B est un multiple de n, alors A est un multiple de n. Extrait de cours de maths de 5e Chapitre 1 : Arithmétique Définition 1. Multiples et diviseurs Si, dans une division de D par d, le reste est nul, alors on dit que D est un multiple de d, que d est un

Plus en détail

Comment une cellule en G0 peut rentrer en G1

Comment une cellule en G0 peut rentrer en G1 Comment une cellule en G0 peut rentrer en G1 Les cellules-filles, dès la sortie de mitose, peuvent entrer en phase G0, stade de non division ou de «quiescence». La plupart des cellules dans un organisme

Plus en détail

Le fabuleux destin des gènes

Le fabuleux destin des gènes Le fabuleux destin des gènes L homme et les gènes - Itinéraire de visite Niveau Lycée V.Vincenzo-EPPDCSI Direction de la médiation scientifique et de l éducation Cité des sciences et de l industrie 75930

Plus en détail

CAP Petite Enfance / Biologie / L organisation du corps humain

CAP Petite Enfance / Biologie / L organisation du corps humain L'OPEN CLASS REVISION GRATUIT EN LIGNE Informations Auteur : Philippe OLIVE Mis en ligne le 10 juin 2014 Modifié le 13 octobre 2014 Catégorie : CAP Petite Enfance CAP Petite Enfance / Biologie / L organisation

Plus en détail

Explo4 Exploration des projets

Explo4 Exploration des projets Explo4 Exploration des projets SERVICE DES FINANCES Équipe de formation PeopleSoft version 8.9 Juillet 2013 TABLE DES MATIÈRES INTRODUCTION...1 LES CRITERES DE RECHERCHE...2 LES CRITERES COMMUNS A TOUTE

Plus en détail

Approfondissement des connaissances en biologie moléculaire

Approfondissement des connaissances en biologie moléculaire Approfondissement des connaissances en biologie moléculaire nicolas.glaichenhaus@unice.fr Master IADE Année 2013-2014 Plan du cours Rappels de biologie moléculaire et de biologie cellulaire Les molécules

Plus en détail

FIN-INTER-02 LES DETERMINANTS DU TAUX DE CHANGE. Objectifs : Comprendre les déterminants du taux de change. D'où il vient, comment il évolue.

FIN-INTER-02 LES DETERMINANTS DU TAUX DE CHANGE. Objectifs : Comprendre les déterminants du taux de change. D'où il vient, comment il évolue. FIN-INTER-02 LES DETERMINANTS DU TAUX DE CHANGE Public concerné : Etudiants niveau Bac + 2. Durée indicative : 4 heures. Objectifs : Comprendre les déterminants du taux de change. D'où il vient, comment

Plus en détail

Loyers Hlm, droit au logement et mixité sociale

Loyers Hlm, droit au logement et mixité sociale Haut Comité pour le logement des personnes défavorisées - avril 2012 Note établie à partir des données du Répertoire des logements locatifs des bailleurs sociaux, fournies par le Service de l observation

Plus en détail

Chapitre 1 : Le plan média (media planning)

Chapitre 1 : Le plan média (media planning) Chapitre 1 : Le plan média (media planning) Introduction Cela consiste à sélectionner les médias et à définir leurs modes d utilisation. Objectif : rechercher l efficacité maximum des médias dans la contrainte

Plus en détail

POUR LES ENSEIGNANTS DU LYCEE

POUR LES ENSEIGNANTS DU LYCEE PISTES D EXPLOITATION PEDAGOGIQUE DES EXPEDITIONS MOZAMBIQUE MADAGASCAR 2009-2010 POUR LES ENSEIGNANTS DU LYCEE Les pistes détaillées dans ce document s appuie essentiellement sur les programmes scolaires

Plus en détail

Session /Questions réponses Dr Xavier Leleu

Session /Questions réponses Dr Xavier Leleu Journée rencontre Hem-Fr et Waldenström Vienne, 26 septembre 2009. Session /Questions réponses Dr Xavier Leleu Waldenström et hérédité : La MW ne se transmet pas génétiquement. On ne connait pas à l heure

Plus en détail

Chapitre 5- Barre d outils En Ligne (temps réel)

Chapitre 5- Barre d outils En Ligne (temps réel) Chapitre 5- Barre d outils En Ligne (temps réel) Table des matières Chapitre 5- Barre d outils En Ligne (temps réel)... 5.1 Mode en ligne... 5.2 Titres... 5.4 Liste des informations boursières présentées

Plus en détail

BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE

BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE BACCALAURÉAT TECHLGIQUE Série : Sciences et Technologies de Laboratoire Spécialités : - Biotechnologies - Sciences physiques et chimiques en laboratoire SESSI 2014 Sous-épreuve écrite de Chimie biochimie

Plus en détail

LE DON DU VIVANT. aujourd hui? Quelle situation. Quelles économies de santé possibles? Greffe rénale à partir d un donneur vivant

LE DON DU VIVANT. aujourd hui? Quelle situation. Quelles économies de santé possibles? Greffe rénale à partir d un donneur vivant LE DON DU VIVANT Greffe rénale à partir d un donneur vivant Quelle situation aujourd hui? Quelles économies de santé possibles? DONNER UN REIN DE SON VIVANT PEUT CONCERNER CHACUN le don du vivant /////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

Plus en détail

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 230 DOCUMENTATION D AUDIT

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 230 DOCUMENTATION D AUDIT Introduction NORME INTERNATIONALE D AUDIT 230 DOCUMENTATION D AUDIT (Applicable aux audits d états financiers pour les périodes ouvertes à compter du 15 décembre 2009) SOMMAIRE Paragraphe Champ d application

Plus en détail

L hyperméthylation des gènes suppresseurs de tumeur comme marqueur en cancérologie

L hyperméthylation des gènes suppresseurs de tumeur comme marqueur en cancérologie L hyperméthylation des gènes suppresseurs de tumeur comme marqueur en cancérologie Florence de Fraipont UF Cancérologie Biologique et Biothérapie, pôle de Biologie, CHU Grenoble Définitions Méthodes d

Plus en détail

Structure et environnement des repas en Ile-de-France

Structure et environnement des repas en Ile-de-France 28 Structure et environnement des repas en Le modèle alimentaire traditionnel français, tant selon la norme sociale qu individuelle, s organise autour de trois prises alimentaires quotidiennes : d une

Plus en détail

Prélèvements microbiologiques: Quoi? Chez qui? Quand? Pourquoi? Quel impact sur la surveillance?

Prélèvements microbiologiques: Quoi? Chez qui? Quand? Pourquoi? Quel impact sur la surveillance? Prélèvements microbiologiques: Quoi? Chez qui? Quand? Pourquoi? Quel impact sur la surveillance? Journée d échanges des réseaux ATB & BMR Sud Est Pr Jean-Philippe Lavigne (CHU Nîmes, INSERM U1047) Questions

Plus en détail

Le corps humain contient 2 à 4 grammes de zinc, les plus fortes concentrations se trouvant dans la prostate et certaines parties de l œil.

Le corps humain contient 2 à 4 grammes de zinc, les plus fortes concentrations se trouvant dans la prostate et certaines parties de l œil. Zinc EN BREF Introduction Le zinc (Zn) est un oligoélément essentiel à toutes les formes de vie et que l on trouve dans près de 100 enzymes spécifiques. Après le fer, le zinc est l oligoélément le plus

Plus en détail

La surveillance des infections du site opératoire (ISO) :

La surveillance des infections du site opératoire (ISO) : La surveillance des infections du site opératoire (ISO) : un indicateur de la politique d hygiène des établissements de santé? Pourquoi les ISO? Complication fréquente Complication grave (surtout si ISO

Plus en détail

Appliquer un style, peaufiner et mettre à jour les graphiques

Appliquer un style, peaufiner et mettre à jour les graphiques Formation Appliquer un style, peaufiner et mettre à jour les graphiques AVANT DE COMMENCER Au cours des exercices pratiques, cette fenêtre restera affichée au-dessus du programme dans lequel vous travaillez.

Plus en détail

Mesurer l incidence de BDC sur ses clients

Mesurer l incidence de BDC sur ses clients Équipe de la Recherche et de l analyse économique de BDC Juillet 213 DANS CE RAPPORT Le présent rapport est fondé sur une analyse statistique réalisée par Statistique Canada visant à évaluer l incidence

Plus en détail

Baromètre de la Biodiversité 2012

Baromètre de la Biodiversité 2012 La biodiversité, pilier du développement durable Chaque année, l UEBT publie son baromètre de la biodiversité, cette édition 2012 porte sur 8 pays : Brésil, France, Allemagne, Inde, Pérou, Suisse, Royaume-Uni

Plus en détail

Chapitre 1. Histoire de la biologie moléculaire

Chapitre 1. Histoire de la biologie moléculaire Chapitre 1. Histoire de la biologie moléculaire 1. L idée que les caractères observables (le phénotype) d un individu puissent se transmettre de génération en génération par des «unités» héritées (le génotype)

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE. Avis. 20 juin 2012

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE. Avis. 20 juin 2012 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 20 juin 2012 CINRYZE 500 unités, 2100 UI, poudre et solvant pour solution injectable Boîte de 2 flacons (code CIP : 218 563-0) Laboratoires VIROPHARMA SAS Inhibiteur

Plus en détail

LA SANTÉ DE VOS DENTS - LE FLUOR

LA SANTÉ DE VOS DENTS - LE FLUOR FICHE ÉTUDIANT Code : Thématique : Santé Auteur : Karine Vidal (France) En partenariat avec. Une chaîne du groupe France Médias Monde LA SANTÉ DE VOS DENTS - LE FLUOR Public : Niveau CECR : Durée : Tâche

Plus en détail

Microbiologie BIOL La génétique microbienne: les mécanismes de la variation génétique

Microbiologie BIOL La génétique microbienne: les mécanismes de la variation génétique Microbiologie BIOL 3253 La génétique microbienne: les mécanismes de la variation génétique Reproduction sexuée et asexuée Contrairement aux organismes eucaryotes, les procaryotes n effectuent pas de reproduction

Plus en détail

Sommaire de la séquence 9

Sommaire de la séquence 9 Sommaire de la séquence 9 Tu viens de voir dans les deux séquences précédentes les mécanismes qui permettent à un couple d avoir un enfant. Toutefois, on peut souhaiter avoir des rapports sexuels sans

Plus en détail

Les propriétés physicochimiques de l ADN Structure des génomes La chromatine

Les propriétés physicochimiques de l ADN Structure des génomes La chromatine Cours de Biologie Moléculaire L2S3 Structure de l ADN Organisation des génomes 2ème cours (1h30) Les propriétés physicochimiques de l ADN Structure des génomes La chromatine L ADN est chargé négativement

Plus en détail

Les retraites des fonctionnaires à l étranger. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites

Les retraites des fonctionnaires à l étranger. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 10 avril 2014 à 9 h 30 «Carrières salariales et retraites dans les secteurs privé et public» Document N 4 Document de travail, n engage pas le Conseil

Plus en détail

Chapitre 3 : La division cellulaire ou mitose

Chapitre 3 : La division cellulaire ou mitose Partie 1 : notions de biologie cellulaire DAEU- Cours Sciences de la Nature & de la Vie- Marc Cantaloube Chapitre 3 : La division cellulaire ou mitose - A partir de la cellule œuf issue de la fécondation,

Plus en détail

Infection par Tritrichomonas fœtus, la tritrichomonose féline

Infection par Tritrichomonas fœtus, la tritrichomonose féline Fiche technique n 22 Infection par Tritrichomonas fœtus, la tritrichomonose féline Tritrichomonas foetus est l agent responsable de la tritrichomonose, maladie difficile à maîtriser en élevage félin. Les

Plus en détail

Comment répondre aux besoins alimentaires et préserver les ressources indispensables à l agriculture?

Comment répondre aux besoins alimentaires et préserver les ressources indispensables à l agriculture? Martin Bortzmeyer est chef de bureau au Commissariat Général au développement durable. Le Commissariat est membre de droit du Conseil Economique pour le développement durable (CEDD). Comment répondre aux

Plus en détail

Espèces. Bactérie 0,92 1,03 Levure 1,80 1,00 Ail 1,73 1,01 Blé 1,22 0,98. Taux fort. Aucun Plutonium. Taux. moyen de fumée + plutonium

Espèces. Bactérie 0,92 1,03 Levure 1,80 1,00 Ail 1,73 1,01 Blé 1,22 0,98. Taux fort. Aucun Plutonium. Taux. moyen de fumée + plutonium DS Chapitre 3 : L ADN, support de l information génétique Partie 1 : Restitution des connaissances. 1/ Définir : gène, mutation 2/ Citer le nom de la «brique» de base de la molécule d ADN. Représenter

Plus en détail

Portail de la biologie de la reproduction

Portail de la biologie de la reproduction Portail de la biologie de la reproduction www.bio-courses.jimdo.com Auteurs : Yasmina ANTEUR Licence : Module : Biologie du développement Les mécanismes de différenciation cellulaire I. Introduction -

Plus en détail