Rapport Scientifique Seine-Aval 3

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Rapport Scientifique Seine-Aval 3"

Transcription

1 Rapport Scientifique Seine-Aval 3 Séminaire Seine-Aval 2008 Fiches de synthèse des propositions SA4 THEME 1 : MORPHO-DYNAMIQUE, CYCLES DES VASES ET CONTAMINANTS ASSOCIES ANALYSE DU RISQUE MICROBIOLOGIQUE EN ESTUAIRE DE SEINE C. DégremR. HOcdéont R. Hocdé Berthe T., Pawlak B., Petit F., Cariou N., Ratajczak M., Touron A., Lotodé J., Laroche E. GIP Seine-Aval 12 Avenue Aristide Briand Rouen tel : fax :

2 Sommaire RESUME DU RAPPORT D ACTIVITE I. INTERVENANTS... 6 II. OBJECTIFS SCIENTIFIQUES POUR L ANNEE... 6 III. STRATEGIE DES CAMPAGNES :... 7 IV. RESULTATS ERE PARTIE: RESISTANCE D'E. coli AUX ANTIBIOTIQUES ET AUX METAUX LOURDS EN ESTUAIRE DE SEINE Résistances aux antibiotiques et aux métaux lourds de souches d' E.coli isolées de moules Résistance aux antibiotiques de souches d' E.coli isolées de Seine et de 2 sources majeures de contamination.8 3- Multirésistance aux antibiotiques et au mercure des souches d' E.coli isolées de l'estuaire de Seine Analyse génétique de souches d' E.coli résistantes aux antibiotiques et au mercure conclusion-discussion EME PARTIE : RELATION ENTRE L ABONDANCE DES FLORES INDICATRICES DE CONTAMINATION FECALE ET LA PRESENCE DE SALMONELLE Relation entre l'abondance des flores indicatrices et Salmonella dans les eaux de Seine Relation entre l'abondance des flores indicatrices et Salmonella dans les affluents Qualité microbiologique des moules et coques de baie de seine Conclusion-discussion 32 V. BIBLIOGRAPHIE DU GROUPE DE RECHERCHE Annexe méthodologique

3 Fiche synthètique Bilan d activités du LMDF UPRES 2123/ Groupe Biodiversité et environnement Synthèse des données de bactériologie (présence de Salmonella) dans les eaux de Seine acquises dans le cadre du programme Seine- aval et de la SNS (voire d autres données disponibles). Relation abondance des flores indicatrices et présence de Salmonella y compris sous forme non cultivable dans les moules, eaux de l estuaire, affluents (influence des évènements pluvieux). Relation abondance des flores indicatrices et présence de kystes de Giardia duodenalis et Cryptosporidium parvum dans les moules, eaux de l estuaire, affluents (influence des évènements pluvieux). Impact des évènements pluvieux sur la contamination microbiologique de la Risle, le Robec et le Cailly. Couplage des premiers résultats obtenus sur Salmonella avec le modèle sur la dynamique des coliformes thermotolérants Recherche de souches E. coli O157 :H7dans les populations d E. coli isolées le long de l estuaire (campagne SNS). Etude de souches résistantes aux métaux lourds (mer, czc, cada) et aux antibiotiques isolées de l estuaire (identification des sources) et des supports génétiques. Action proposée en 2004 et effectuée en 2005 Antibiorésistance de souches d E.coli isolées de moules Fait Fait pour les eaux et affluents de l estuaire Analyses microbiologiques effectuées pour les moules mais la synthèse sera effectuée pour les parasites dans le rapport de synthèse Nombre de campagnes insuffisantes à poursuivre en 2006 Un effort spécifique sera fait sur la Risle en collaboration avec A.Durand. Un retard a été pris en 2005 pour un problème d équipement sur site. Sera fait en collaboration avec Pierre Servais à l occasion de la rédaction du rapport de synthèse Colonies suspectes en cours d analyse Fait Fait et présenté dans ce rapport Action proposée 2005 : Analyse du risque virologique en estuaire de Seine Collecte des échantillons, filtration et envois des filtres à P. Payment (INRS, Québec) Fait mais la convention n a toujours pas été signée 3

4 Analyse du risque microbiologique en estuaire de Seine Résumé du rapport d activité 2005 LMDF UPRES 2123 Groupe Biodiversité et environnement Université de Rouen, Mont Saint Aignan cedex Ce résumé concerne les études ci-dessous proposées par notre groupe de recherche pour l année 2005 : - résistance bactérienne aux métaux lourds et aux antibiotiques en milieu estuarien (Action ) - relation abondance des flores indicatrices avec Salmonella et les parasites (Giardia duodenalis et Cryptosporidium parvum) dans les eaux, les affluents (action I ). Une analyse collective des résultats obtenus sur les moules prélevées en baie de Seine est en cours avec l équipe de parasitologie (CHU, Rouen) et sera présentée dans le document de synthèse. Le couplage des résultats présentés dans notre étude avec le modèle sur la dynamique des coliformes thermotolérants sera fait avec Pierre Servais pour le rapport de synthèse ) Résistance bactérienne aux métaux lourds et aux antibiotiques en milieu estuarien (Action - Ce travail a permis de montrer dans l estuaire de Seine, environnement contaminé en métaux traces, la présence de nombreuses souches d E. coli multirésistantes au mercure et aux antibiotiques. Ces souches sont isolées dans les eaux de l estuaire mais sont aussi présentes dans les rejets de la STEP de l agglomération rouennaise et dans les eaux du Robec. La comparaison des profils de résistances aux antibiotiques suggère une variation saisonnière du niveau de résistance des souches d E. coli isolées dans les eaux de l estuaire (seize antibiotiques testés), qui peut s expliquer par l origine des réservoirs, l influence des évènements pluvieux sur le ruissellement, ou le débits. Des souches résistantes à l acide nalidixique et à la ciprofloxacine sont présentes dans les eaux, mais absentes dans les rejets de STEP et les eaux de Robec, ce qui suggère que la contamination en E. coli résistantes n est pas uniquement imputable à ces rejets, mais que les ruissellements des sols sont probablement à prendre en compte. La hiérarchisation des sites de l estuaire (méthode de Ward, distance Euclidienne) en fonction des profils de résistance des souches d E. coli montre un cluster où se regroupent les souches isolées des effluents traités de la STEP avec 4

5 celles isolées dans la zone de l embouchure suggèrant l existence de rejet de bactéries fécales de même origine (STEP?) dans cette zone. Des souches d E. coli présentant des résistances associées à au moins un antibiotique et au mercure (mera) sont présente dans les eaux de l estuaire, dans les effluents traités de la STEP et des eaux du Robec, où elles représentent jusque 30% de la population d E.coli. La résistance au mercure peut être associée à 7 résistances différentes aux antibiotiques. L analyse génétique initiée lors de ce travail a permis de montrer que 6 souches d E. coli (mera) possédaient des intégrons de classe I qui jouent un rôle important dans la dissémination des gènes de résistance aux antibiotiques. L analyse du contenu plasmidique des souches a montré que le gène mera était probablement chromosomique. Ces travaux se poursuivent aujourd hui dans le cadre de la thèse d Emilie Laroche co-financée par le programme Seine-aval. Présence de Salmonella et abondance des flores indicatrices d une contamination bactérienne d origine fécale dans les eaux et affluents de l estuaire de Seine L exploitation des analyses microbiologiques acquises par le SNS entre 1997 et 2004 et dans le cadre du programme seine aval (données SA ) a permis de caractériser des zones de l estuaire en fonction d un danger microbiologique potentiel sur la base de l abondance des flores indicatrices de contamination fécales et de la fréquence de contamination par Salmonella: 2 zones présentent un «danger microbiologique» plus élevé, la zone de l agglomération Rouennaise et la zone amont sur le site de Poses. Dans la zone urbanisée de la région rouennaise la qualité microbiologique des eaux est fortement influencée par le rejet des STEP, et le rejet du Robec et du Cailly. Dans cette zone, les eaux sont contaminées de façon permanente par les Salmonella. Pour autant il n a pas été possible d établir une corrélation entre l abondance d une ou des flores indicatrices et la présence de cette bactérie pathogène. Le site de Poses qui correspond aux apports amont de l estuaire, est une zone de «danger microbiologique» en période de haut débit, la fréquence d échantillons contaminés par les Salmonella est 10 fois plus élevée, et il existe une corrélation positive entre l abondance de toutes les flores bactériennes indicatrices et la présence de Salmonella. A l embouchure, la fréquence de contamination des eaux par les Salmonella est plus faible, et il existe une corrélation entre la présence de ce pathogène et l abondance des entérocoques intestinaux (dénombrés par la norme ISO ) qui reste toutefois à confirmer avec la méthode miniaturisée de dénombrement sur plaque. Sur les autres sites de l estuaire il n a pas été possible d établir une relation positive entre l abondance des flores indicatrices et la présence de Salmonella ce qui suggère l existence d une relation complexe, et nécessite de tester l influence d autres paramètres tels que l influence des évènements pluvieux (évènements rares mais déterminants), le débit, la dynamiques des MES, la survie des différentes flores en fonction de la salinité. 5

6 I. Intervenants I.1 - Enseignants-chercheurs permanents : Thierry Berthe (MC, 50%), Barbara Pawlak (MC, 20%), Fabienne Petit (Pr, 40%). I.2 - Techniciens Nicole Cariou (10%), Mehdy Ratajczack (40%) I.3 - Stagiaires étudiants Aurélie Touron (ATER, 50%), Stagiaire de master 1 Julien Lotodé (6 mois), Emilie Laroche, DEA/master2. II. Objectifs scientifiques pour l année Résistance bactérienne aux métaux lourds et aux antibiotiques en milieu estuarien (Action I ) : La résistance bactérienne aux antibiotiques correspond à un phénomène d écologie globale, où sont observés des flux de gènes de résistance bactériens, parallèlement à la circulation des microorganismes entre les quatre écosystèmes majeurs (homme, animal, sol et eaux). Au sein de cet écosystème aquatique de nombreuses espèces bactériennes d origine fécale et environnementale sont résistantes aux antibiotiques. Les bactéries d origine fécale, majoritairement sélectionnées chez les hommes et les animaux, contaminent l environnement aquatique par l intermédiaire des rejets de station d épuration et le ruissellement des sols agricoles et pâturés. Les gènes de résistances aux antibiotiques souvent présents sur des transposons ou des intégrons peuvent être associés à d autres gènes de résistances, notamment aux contaminants chimiques. Ainsi dans des environnements naturels, la pression de sélection exercée par ces contaminants chimiques peut être favorable au maintien et/ou au transfert de ces gènes au sein de la communauté microbienne. Au cours des exercices précédents du programme Seine aval, l équipe Biodiversité et environnement du LMDF a montré, que la communauté microbienne présente dans les sédiments des vasières était enrichie en bactérie portant des gènes de résistance au cadmium (cada) et au mercure (mera). Une étude comparative montre une très faible abondance de ces communautés bactériennes résistantes aux métaux traces dans les sédiments des vasière de l Authie (site témoin non anthropisé, programme PNETOX). En 2005, nous avons recherché si des souches bactériennes susceptibles d être hébergées dans l organisme humain, présentaient une résistance multiple métaux lourds et antibiotiques. Cette étude s est effectuée sur des souches d E.coli isolées des eaux de l estuaire et de 2 sources de contamination en bactéries fécales : le rejet de STEP et le Robec. 6

7 III.Stratégie des campagnes : Le groupe de recherche (T.Berthe) a coordonné les campagnes de l ensemble des équipes impliquées dans la thèmatique «analyse du risque microbiologique en estuaire de Seine». Depuis Juillet 2005, nous collectons et filtrons les échantillons que nous envoyons à P.Payment (INRS, Institut A.Frappier, Québec, Canada) pour le dénombrement des virus. Campagne SNS Affluents/STEP Moules Tableau 1 : campagnes communes effectuées en 2005 Février 05 Avril 05 Juillet 05 Septembre 05 Novembre 05 Mars 05 3 affluents + STEP (après période de pluie) Juillet 05 2 affluents Juillet 05 7 affluents + STEP Février 05 St Jouin, Octeville Mai 05 St Jouin, sainte adresse Juillet 05 St Jouin, sainte adresse Microbiologie Rouen T.Berthe/F.Petit Parasitologie L.Favennec G.Gargala Virologie P.Payment ESA Bruxelle P.Servais Intercalibration Méthodes cultivables, moléculaires FISH Intercalibration Méthodes cultivables, moléculaires FISH Coques Septembre 05 St Jouin, sainte adresse Février 05 Penne de pie Septembre 05 Penne de pie 7

8 L analyse microbiologique a été effectuée sur l ensemble des échantillons : dénombrements des coliformes totaux, fécaux/thermotolérants, entérocoques, spores de Clostridium perfringens. Les Salmonella, Listeria monocytogenes ont été recherchées par la méthode de mise en culture et par biologie moléculaire (PCR). L étude de l antibiorésistance bactérienne et la résistance associée au mercure ont été effectuées sur les campagnes SNS de février et mars et sur les souches isolées de moules. E. coli O157 H7 a été recherchée lors de la campagne affluents de Juillet 2005 et SNS (juillet 05, septembre et novembre 05) IV.Résultats 1ère partie : Résistance bactérienne aux antibiotiques et aux métaux lourds en estuaire de Seine 1 Résistance aux antibiotiques des souches d E.coli isolées de Mytilus edulis Cette action correspond à une proposition de 2004, mais les souches isolées se sont avérées difficilement revivifiables pour permettre une étude des propriétés d antibiorésistance. Cette opération a donc été reportée et réalisée en 2005 et se poursuit en 2006 au vue du faible de souchesd E.coli isolées dans les moules de baie de Seine. Pénicillines Céfalosporines Aminosides Quinolone antibiotiques Vattetot N=43 Mai 2004 Villerville N=10 Ste Adresse N=4 Yport N=4 Amoxicilline Amoxicilline+ac.clavulanique Ticarcilline Ticarcilline+ac.clavulanique Imipénème Céfalotine Ceftazidine Cefotaxine Gentamycine Amikacine Acide nalidixique Ciprofloxacine Avril 2005 St Jouin Bruneval N=8 Tableau 2 : Antibiorésistance de souches d E.coli isolées de moules de l embouchure de Seine En 2004, nous avions observée une faible contamination des moules en flores indicatrices de contamination fécale y compris en entérocoques fécaux, qui peut s expliquer par la faible survie de cette souche bactérienne en milieu marin (stress osmotique). A l exception des moules prélevées sur le site de Vattetot, les souches isolées des moules sont sensibles à tous les antibiotiques testés. Ces résultats suggèrent que les souches d E.coli isolées sur les moules de ce site ont pour origine une sources de contamination en bactéries fécales différente de celles des autres sites. 2 Résistance aux antibiotiques des souches d E.coli isolees des eaux de Seine et de 2 sources majeures de contamination fécales intra- estuariene (STEP émeraude et Robec) 8

9 Afin de relativiser les résultats obtenus sur l étude de l antibiorésistance des souches d E.coli une étude préalable sur la représentativité de cette population bactérienne au sein des coliformes présent dans la colonne d eau, a été effectuée. 2-1 Proportion de souches d E.coli au sein des coliformes fécaux/thermotolérants A 1,E+04 1,E+03 ufc.100ml -1 1,E+02 1,E+01 1,E+00 Honfleur Tancarville Caudebec La bouille Rouen Pose n/n 0/27 2/51 28/72 45/100 24/65 26/50 % Escherichia coli 0 3,92 38, ,92 52 B 1,E+05 1,E+04 ufc.100ml -1 1,E+03 1,E+02 1,E+01 1,E+00 Robec STEP pk : 356 pk : 356 n/n 48/50 26/50 % Escherichia coli Figure 1. Abondance des coliformes fécaux/thermotolérants et pourcentage d Escherichia coli dans les eaux de l estuaire de Seine et de 2 sources de contamination fécale intra-estuariennes (A) Eaux de l estuaire de Seine : ( ) Campagne de Février 2005 (débit : 354 m 3.s -1 ) ; ( ) Campagne d Avril 2005 (débit : 475 m 3.s -1 ). (B) Rejet de la STEP de l agglomération rouennaise ( eq.habitants) et du Robec (Octobre 2004). Norme européenne pour la qualité des eaux de baignades (76/160/EC) pour les coliformes fecaux/thermotolérants, nombre guide : mL -1 et nombre impératif : 2x mL -1. Le pourcentage d E. coli est évalué après repiquage de N souches de bactéries appartenant au groupe des coliformes thermotolérants sur un milieu Rapid E coli. 9

10 Le pourcentage d E. coli a été déterminé au sein des coliformes fécaux/thermotolérants isolés sur 6 sites de l estuaire (campagnes SNS février et avril 05 ; Figure 1). Dans les eaux de Seine, l abondance des coliformes fécaux thermotolérants est plus élevée en février 05 qu en Avril 05 les valeurs de débits sont voisines mais la campagne de février a été réalisée au flot alors que la campagne d avril a été échantillonnée au jusant. En avril 05, l abondance des coliformes fécaux thermotolérants est constante ( UFC.100mL -1 ) sauf sur le site de La Bouille où on observe une augmentation d un facteur dix. La figure 1A montre que l abondance des coliformes fécaux thermotolérants n est pas toujours corrélée à la présence d E. coli. Le pourcentage d E. coli au niveau du bouchon vaseux atteint jusqu à 3,92% à Tancarville et même 0% à Honfleur, probablement dû à l effet de la salinité et à la présence de coliformes thermotolérants ubiquistes mieux adaptés à l environnement. Au niveau des deux sources principales de contamination en bactéries fécales intraestuariennes (STEP émeraude et Robec), on observe à nouveau que l abondance des coliformes fécaux/thermotolérants est aussi importante dans le Robec que dans les rejets d effluents traités de la STEP. Ces résultats confirment ceux déjà obtenus au laboratoire qui montraient que dans l estuaire les eaux du Robec sont une source de contamination en bactéries fécales aussi importantes que les rejets de la STEP Emeraude. De plus le pourcentage d E. coli parmi les coliformes fécaux/thermotolérants est plus élevé dans les eaux du Robec (96%) que dans les effluents traités de la STEP (52%), suggérant une contamination fécale récente de ces eaux. 10

11 2-2 Résistance aux antibiotiques d E.coli isolées des eaux de Seine et des principales sources de contamination en bactéries fécales intraestuariennes Antibiotiques % de souches d' E.coli résistantes campagne longitudinale rejets intra-estuariens FEV 05 (N=43) AV 05 (N=76) STEP (N=26) Robec (N=48) Pénicillines Amoxicilline 20,93% 6,58% 38,46% 45,83% Amoxicilline + Ac. Clavulanique 18,60% 7,89% 0,00% 6,25% Ticarcilline 39,53% 13,16% 34,62% 83,33% Ticarcilline+ Ac Clavulanique 9,30% 0,00% 0,00% 6,25% Imipénème 0,00% 0,00% 0,00% 0,00% Céfalosporines Céfalotine 11,63% 5,26% 7,69% 22,92% Ceftazidine 0,00% 0,00% 0,00% 0,00% Céfotaxine 0,00% 0,00% 0,00% 0,00% Aminosides Gentamicine 2,33% 0,00% 7,69% 2,08% Amikacine 2,33% 0,00% 0,00% 2,08% Kanamycine 11,63% 1,32% 19,23% 56,25% Phénicolés Chloramphénicol 9,30% 6,58% 15,38% 14,58% Cyclines Tétracycline 30,23% 14,47% 34,62% 35,42% Sulfamides Triméthoprime-sulfamides 13,95% 2,63% 26,92% 79,17% Quinolones Acide Nalidixique 13,95% 5,26% 0,00% 2,08% Ciprofloxacine 6,98% 3,95% 0,00% 0,00% Tableau 3. Pourcentage de souches d Escherichia coli résistantes aux antibiotiques testés, isolées de l estuaire de Seine et de sources de contamination intra-estuariennes a. N, nombre de souches isolées et testées pour chaque antibiotique selon la méthode de diffusion sur gélose Différentes populations d E. coli, prélevées dans les eaux de l estuaire en février (N=43) et avril 2005 (N=76), ainsi que dans les rejets de la STEP (N=26) et du Robec (N=48) en octobre 2004, ont été comparées sur la base de leur profil de résistance aux antibiotiques (Tableau 3). Dans les eaux de Seine, les pourcentages de souches résistantes sont plus élevés en février, qu en avril. Lors de ces deux campagnes, les pourcentages de souches résistantes les plus élevés sont observés pour la ticarcilline (39,53% et 13,16%) et la tétracycline (30,23% et 14,47%). La présence de souches résistantes à la ticarcilline/acide clavulanique (9,30%), à la gentamicine (2,33%) et à l amikacine (2,33%) n est observée qu en février. Ceci montre un effet saisonnier sur le profil de résistance des souches d E. coli isolées des eaux de Seine probablement dû aux réservoirs d origine sous influence du débit et de la pluviométrie qui modifient les transferts de ces bactéries dans l environnement aquatique. Dans les effluents traités de la STEP Emeraude et les eaux du Robec, on observe des pourcentages de souches résistantes plus élevés à l ensemble des antibiotiques par rapport à ceux des souches d E. coli isolées des eaux de l estuaire, à l exception des deux antibiotiques, l acide nalidixique et la ciprofloxacine. Il est aussi à noter l absence de souche résistante à l amoxicilline-acide clavulanique 11

12 dans les effluents traités de STEP. Ce qui suggère que les bactéries résistantes présentes dans les eaux de l estuaire ont également des origines différentes de celles isolées des rejets de STEP et du Robec. Lors de nos campagnes, aucune souche d E. coli ne présentait de résistance pour la ceftazidine, la céfotaxine et l imipénème. 2-3 Hiérarchisation des différentes populations d.e coli isolées de l estuaire de Seine en fonction de leurs profils de résistance aux antibiotiques (6 campagnes ) Rouen La Bouille Pose Croisset Caudebec STEP Emeraude Embouchure Figure 2. Hiérarchisation des différentes populations d Escherichia coli isolées de l estuaire de Seine en fonction de leurs profils de résistance aux antibiotiques. Dendrogramme obtenu à partir des pourcentages de résistance à 12 antibiotiques (AMX, AMC, TIC, TIM, IPM, CF, CAZ, CTX, GM, AN, NA, CIP) des souches d Escherichia coli isolées de l environnement estuarien lors de ces travaux et incrémentés par les données acquises précédemment au laboratoire (Méthode de Ward, distance Euclidienne) Sur la base des profils de résistance à douze antibiotiques (AMX-AMC-TIC-TIM-IPM-CF- CAZ-CTX-GM-AN-NA-CIP) des souches d E. coli isolées de l estuaire, une matrice de données a été réalisée. Elle rassemble les données obtenues lors de ces travaux (octobre 2004, février et avril 2005) et celles obtenues précédemment par le laboratoire, correspondant à 4 campagnes (2001 et 2002). Cette matrice a permis d effectuer une hiérarchisation par la méthode de Ward (distance Euclidienne), afin de mettre en évidence une variabilité spatiale des différentes populations d E. coli en fonction de leur profil de résistance aux antibiotiques. La figure 2 montre qu il se distingue deux clusters principaux : d une part, les populations isolées des rejets de la STEP Emeraude de l agglomération rouennaise et celles isolées de l embouchure (site de Honfleur et Tancarville) et d autre part, les populations isolées sur les autres sites de l estuaire (Poses pk 202, Rouen pk 243, Le Croisset pk 246,6, La Bouille pk 260 et Caudebec pk 310). Le regroupement de l embouchure et de la STEP dans un même cluster suggère la présence dans les eaux de l embouchure de souches d E. coli ayant des profils de résistance proches de ceux observés chez les souches isolées des effluents traités de la STEP 12

13 de l agglomération rouennaise, alors qu elles sont rarement isolées sur ce site. Ces résultats laissent supposer que des rejets de même nature que la STEP Emeraude contaminent l embouchure. Ceci pourrait s expliquer par l impact de l affluent La Risle où se rejettent les effluents traités d une STEP. L analyse du deuxième cluster est quant à elle plus délicate à interpréter car de nombreux paramètres interviennent dans cette zone de l estuaire comme le débit, la pluviométrie, ou des rejets ponctuels. 3- Multirésistance aux antibiotiques et au mercure des souches d Escherichia coli isolées de l environnement estuarien Dans le cadre de cette étude, nous avons recherché si la résistance aux antibiotiques pouvait être associée à la résistance au mercure au sein des populations d E. coli isolées de l environnement estuarien (octobre 04, février et avril 05). 3-1 Isolement des souches d Escherichia coli résistantes au mercure (mera) Les souches d E. coli isolées ont été testées pour leur résistance au mercure. Les souches résistantes au mercure ont été identifiées après croissance sur un milieu LB supplémenté en HgNa 2 (20 µg.ml -1 ). La mise en évidence du gène mera a été effectuée par hybridation sur colonie avec la sonde spécifique du gène mera. Puis une détection moléculaire du gène mera a été réalisée pour chaque souche et a permis d amplifier une séquence spécifique de ce gène de 1238 pb. Au total 193 souches d E. coli isolées de différents sites lors de différentes campagnes ont été testées (Tableau 4) : 50 se cultivent sur LB en présence de la pression de sélection au mercure, 47 ont hybridé avec la sonde mera et 47 ont permis de détecter par amplification moléculaire le gène mera. Toutes les souches qui présentaient le phénotype résistant possédaient dans leur génome le gène mera, à l exception de trois souches où le gène n a pas pu être mis en évidence. En conclusion, sur 193 souches d E coli isolées de Seine 47, sont capables de se multiplier en présence de mercure et possèdent le gène mera. Sites Croissance sur milieu supplémenté en Hg (20 µg.ml -1 ) 13 Hybridation sur colonie mera Détection du gène mera par PCR profil longitudinal Honfleur pk 356 (N=0) Tancarville pk 337 (N=2) Caudebec pk 310 (N=27) La Bouille pk 260 (N=45) Rouen pk 243 (N=21) Poses pk 202 (N=24) rejets intra-estuariens STEP pk 247 (N=26) Robec pk 242 (N=48) Total (N=193) Tableau 4. Résultats de croissance, d hybridation et de PCR pour l identification des souches d Escherichia coli, isolées de l environnement estuarien, résistantes au mercure (mera)

14 3-2 Occurrence de souches d Escherichia coli multirésistantes aux antibiotiques et au mercure dans les eaux de l estuaire et de la STEP emeraude et du Robec A Caudebec pk 310 (N=27) La Bouille pk 260 (N=45) Nb de souches Nb de souches Nb de résistance aux antibiotiques Nb de résistance aux antibiotiques Rouen pk 243 (N=21) Poses pk 202 (N=24) Nb de souches Nb de souches Nb de résistance aux antibiotiques Nb de résistance aux antibiotiques B STEP pk 247 (N=26) Robec pk 242 (N=48) Nb de souches Nb de souches Nb de résistance aux antibiotiques Nb de résistance aux antibiotiques Figure 3. Multirésistance au mercure et aux antibiotiques des souches d Escherichia coli isolées de l environnement estuarien. ( ) Nombre de souches multirésistantes au mercure et aux antibiotiques, ( ) nombre de souches résistantes aux antibiotiques. (A) Profils de multirésistance sur les sites d étude de l analyse des eaux estuarienne (Février et Avril 2005). (B) Profils de multirésistance des rejets de la STEP de Rouen et d un affluent, le Robec (Octobre 2004). 14

15 Parmi les 47 souches d E. coli (mera), 30 présentent au moins une résistance aux antibiotiques. La figure 3 présente pour chaque site échantillonné, le nombre de bactéries où la résistance au mercure est associée à une ou plusieurs résistances aux antibiotiques (jusqu à 9 antibiotiques différents). Les sites de Honfleur et de Tancarville ont été exclus de l analyse, le nombre de souches d E. coli étant insuffisant. La multirésistance antibiotiques/mercure est retrouvée aussi bien dans les eaux de l estuaire que dans les rejets de la STEP et du Robec. Dans les eaux de l estuaire (Figure 3A), la résistance au mercure est associée à un nombre variable de résistance aux antibiotiques chez les souches isolées des sites de Caudebec (pk 310), La Bouille (pk 260) et de Rouen (pk 243), avec un maximum de 7 résistances aux antibiotiques chez une souche d E. coli isolée à Caudebec. A Poses (pk 202), il a été isolé uniquement des souches d E. coli où la résistance au mercure est associée à une seule résistance aux antibiotiques sur les 16 testés dans notre étude. Les souches d E. coli mera isolées des effluents traités de la STEP rouennaise (pk 247) et des eaux du Robec (pk 242) ont une association à un plus grand nombre de résistances aux antibiotiques (Figure 3B). On constate que les eaux du Robec contiennent uniquement des souches d E. coli possédant de 3 à 6 résistances aux antibiotiques. Ces résultats montrent le rôle aussi important de cet affluent dans l apport de bactéries fécales multirésistantes dans les eaux de l estuaire, équivalent aux rejets de la STEP. Sur l ensemble des bactéries analysées, 30% des souches d E.coli résistante à au moins 1 antibiotique sont aussi résistante au mercure(mera). Tableau 5. Profil de résistance aux antibiotiques des 30 souches d Escherichia coli isolées de l environnement estuarien, identifiées résitantes au mercure (mera) Profil de résistance aux antibiotiques Caudebec La Bouille Rouen Poses STEP Robec TOTAL AMX-TIC-SXT 1 1 AMX-TIC-K-SXT 1 1 AMX-TIC-K-TE 5 5 AMX-TIC-C-SXT 1 1 AMX-TIC-CF-TE-SXT AMX-TIC-CF-K-TE-SXT 1 1 AMX-TIC-K-C-TE-SXT AMX-TIC-C-TE-SXT-NA 1 1 AMX-TIC-GM-K-C-TE-SXT 2 2 AMX-AMC-SXT 1 1 AMX-AMC-TIC-NA 1 1 AMX-AMC-TIC-TIM-CF-C-TE 1 1 AMC 1 1 TIC TIC-TE 1 1 TIC-TE-SXT 1 1 CF 1 1 C 1 1 TE 1 1 NA 1 1 NA-CIP

16 Le tableau 5 présente les profils de résistance aux antibiotiques des 30 souches multirésistantes isolées lors de ces travaux. On observe des associations de résistance très variées, chez les souches d E. coli isolées des eaux estuariennes, des effluents traités de la STEP et des eaux du Robec. Il n est pas possible d identifier une association spécifique de gènes, liée à la présence de la résistance au mercure. Cependant dans les eaux du Robec, cinq souches présentent le profil suivant : amoxicilline ticarcilline kanamycine - tétracycline qui est retrouvé chez deux autres souches du Robec et chez une souche de STEP où sont aussi associés deux autres résistances (chloramphénicol et aux sulfamides). Ceci suggère que des réarrangements de gènes sont peut être à l origine de ces différentes souches. 4 Analyse génétique de souches d Escherichia coli multirésistantes au mercure (mera) et aux antibiotiques isolées de l environnement estuarien Parmi les 30 souches d E. coli (mera) présentant au moins une résistance aux antibiotiques, 6 ont été sélectionnées afin d étudier la base génétique de leur résistance (tableau 6). Tableau 6. Caractéristiques des souches d Escherichia coli mera isolées de l environnement estuarien analysées au niveau génétique Souches Site Profil de résistance aux antibiotiques testés 16 Présence du gène teta Présence de l intégron de classe I inti1 SA 119 STEP AMX-TIC-CF-TE-SXT + + A120 STEP AMX-TIC-CF-K-TE-SXT - + SA125 Robec AMX-TIC-C-TE-SXT-NA + + SA126 Robec AMX-TIC-K-C-TE-SXT - + SA130 Robec AMX-TIC-K-C-TE-SXT - + SA170 Caudebec AMX-AMC-TIC-TIM-CF-C-TE - + L étude a porté sur 6 souches d E. coli (mera) choisies pour leur multirésistances à au moins 5 antibiotiques. Chez toutes les souches, il a été possible d amplifier une séquence spécifique du gène de l intégrase inti1des intégrons de classe I. Les souches SA119 (STEP) et SA125 (Robec), possèdent la séquence spécifique gène teta qui code une pompe à efflux responsable de la résistance aux tétracyclines. Les souches SA119 et SA170 présentent un plasmide de taille respectivement de 9,5kb et de 5kb. Une analyse par Southern blot avec la sonde mera suggère que la résistance au mercure est probablement portée par le chromosome bactérien. Cette étude se poursuit au laboratoire dans le cadre de la thèse de doctorat d Emilie Laroche. 5 Conclusion Discussion Le rôle de l environnement aquatique naturel dans l émergence et la dissémination des gènes et des bactéries résistantes aux antibiotiques n est pas encore clairement établit. Dans cette étude, des méthodes de microbiologie conventionnelle et de biologie moléculaire ont été mis à profit afin d isoler

17 des souches d E. coli résistantes aux antibiotiques et au mercure dans un environnement aquatique contaminé en métaux traces, l estuaire de Seine. Deux sources majeures de contamination en bactéries d origine fécale de l estuaire ont été également analysées pour tenter de comprendre l origine des bactéries résistantes dans cet environnement. Afin d étudier la possibilité de co-transfert de gène de résistance aux antibiotiques et au mercure, l analyse génétique de souches d E. coli (mera) résistantes aux antibiotiques a été initiée. Dans cette étude, la comparaison des profils de résistances aux antibiotiques des souches d E. coli isolées des eaux de l estuaire montre une variation saisonnière du niveau de résistance des souches d E. coli (% de souches résistantes aux seize antibiotiques testés). Ces résultats peuvent s expliquer par l origine des réservoirs qui est directement liée aux conditions de prélèvement, à la prédominance ou non des eaux de ruissellement en période de pluie, ou des débits. En estuaire de Seine, les souches d E. coli sont le plus souvent résistantes aux pénicillines et à la tétracycline, des résultats analogues ont été décrits dans la littérature avec une prédominance de souches d E. coli résistantes à ces antibiotiques dans les milieux aquatiques naturels. Des souches résistantes à l acide nalidixique et à la ciprofloxacine ont été isolées dans les eaux, au contraire des rejets de STEP et des eaux de Robec, suggérant que la contamination en E. coli résistantes des eaux de l estuaire n est pas uniquement imputable à ces rejets, mais que les ruissellements des sols sont probablement à prendre en compte. La hiérarchisation des sites de l estuaire (méthode de Ward, distance Euclidienne) en fonction des profils de résistance des souches d E. coli montre un cluster où se regroupent les souches isolées des effluents traités de la STEP avec celles isolées dans la zone de l embouchure. Ces résultats suggèrent l existence de rejet de bactéries fécales de même origine dans cette zone. Dans les eaux de l estuaire des souches d E. coli présentant des résistances associées à au moins un antibiotique et au mercure (mera) ont été isolées. Ces souches sont rejetées en Seine via les effluents traités de la STEP et des eaux du Robec, où prés de 30% de souches d E.coli résistantes au mercure et à au moins 1 antibiotique. La résistance au mercure peut être associée à 7 résistances différentes aux antibiotiques. Les profils de résistance aux antibiotiques des souches d E. coli (mera) sont très variés et ne permettent pas d identifier une association spécifique de gènes. L analyse génétique initiée lors de ce travail a permis de montrer que 6 souches d E. coli (mera) possédaient des intégrons de classe I qui jouent un rôle important dans la dissémination des gènes de résistance aux antibiotiques. L analyse du contenu plasmidique des souches a montré que le gène mera était probablement chromosomique. Ce travail a permis de montrer dans l estuaire de Seine, environnement contaminé en métaux traces, la présence de nombreuses souches d E. coli multirésistantes au mercure et aux antibiotiques. Ces souches sont isolées dans les eaux de l estuaire mais sont aussi présentes dans les rejets de la STEP de l agglomération rouennaise et dans les eaux du Robec. Ces travaux se poursuivent aujourd hui dans le cadre de la thèse d Emilie Laroche co-financée par le programme Seine-aval. 17

18 2 ème partie : Relation entre l abondance des flores bactériennes indicatrices de contamination fécale et la présence de Salmonella 1 Relation entre l abondance des flores indicatrices de contamination fécale et Salmonella dans les eaux de l estuaire de Seine : 1-1 Analyse des données du SNS ( ) et des données Seine Aval ( ) Données SNS : Le suivi de la qualité microbiologique de l estuaire est assuré par le SNS (coliformes totaux, fécaux/thermotolérants, entérocoques) tous les 2 mois sur 22 sites le long de l estuaire depuis une 30 aine d années. Les Salmonella ont été recherchées et sérotypées sur 11 sites entre 1995 et Plusieurs dates ont été prises en compte lors de l utilisation de cette banque de données : (i) 1997, mise en place de la station émeraude qui a contribué à une amélioration de la qualité microbiologique des eaux et l entrée en vigueur de la nouvelle norme ISO-6340 pour la détection des Salmonella et qui explique une plus grande fréquence d échantillons contaminés cette bactérie, (ii) 2000, détection des entérocoques et de E.coli par la technique des microplaques. Les données 2005 ne sont pas intégrées car les campagnes ne sont pas faites dans les mêmes conditions de marées. Données Seine- aval (SA) : Dans le cadre du programme Seine aval 3 des analyses spécifiques ont été effectuées à partir d eaux prélevées lors des campagnes du SNS. Les échantillons d eaux ont été analysés simultanément par les équipes de bactériologie (coliformes totaux, fécaux/thermotolérants, entérocoques, spores de Clostridium perfringens, E.coli, Salmonella [y compris sous sa forme non cultivable], E.coli O157 :H7 ), par l équipe de parasitologie (Giarda duodenalis et Cryptosporidium parvum,) et depuis juillet 2005 par une équipe de virologie (adénovirus). Dans le cadre de cette étude, nous avons échantillonné 4 zones de l estuaire (Tableau7): la zone amont (site de Poses, pk 202) ; la zone urbanisée intra estuarienne (pk :243-pk :260) où se localise la confluence avec le Robec et le rejet de la principale STEP estuarienne (Emeraude, eq hab) ; Caudebec (pk :310,5 ; limite de l intrusion des eaux salines) ; zone de l embouchure (pk : pk : 355,8) 1-2 Distribution de la contamination des bactériologique d origine fécale dans les eaux de l estuaire de Seine (données SNS , données Seine aval ) Les résultats des campagnes SNS et SA sont présentés tableau 8. A l amont de l estuaire (Poses, pk :202) les abondances en coliformes thermotolérants et entérocoques sont supérieures aux valeurs impératives de la norme pour 40,5% et 53,7% des échantillons respectivement. Nous avons 18

19 montré en 2004, qu en conditions de haut débit les apports amont étaient la source principale de contamination en coliformes fécaux/thermotolérants de l estuaire (Garcia-Armisen et al., 05). Les abondances les plus élevées en flore bactériennes indicatrices de contamination fécale sont observées dans la zone urbaine de l agglomération rouennaise. Dans cette zone, les abondances en coliformes thermotolérants (58,5% à 87,2% des échantillons selon le site) et en entérocoques (76% à 94,6% des échantillons selon le site) dépassent les valeurs impératives de la norme européenne des eaux de baignades (voir tableau 9). Il est remarquable d observer que dans cette zone l abondance en E.coli peut atteindre 10 fois la norme impérative pour les coliformes fécaux/thermotolérants (tableau 8). La qualité de cette zone est aussi fortement influencée par le niveau de contamination fécale des eaux du Robec (pk : 242), du Cailly (pk : 246) et du rejet des eaux usées de la STEP émeraude (pk : 247) (voir partie II). Dans l embouchure de l estuaire (pk : 337- pk :356) les abondances en flores bactériennes indicatrices de contamination fécale sont plus rarement supérieures aux valeur impératives de la norme que dans la zone urbaine (tableau 9) : 17,8% à 39,5% des échantillons dépassent les valeurs impératives de la norme pour les coliformes fécaux/thermotolérants et 37,2% à 64,3% pour les entérocoques. Le site de Honfleur se distingue des 2 autres sites avec des valeurs plus élevées en abondance des flores indicatrices, notamment les entérocoques où les valeurs sont plus souvent supérieures aux normes impératives. Les spores de Clostridium perfringens dénombrées dans le cadre des campagnes SA atteignent des valeurs maximales à l embouchure de L estuaire. Cette zone est probablement favorable à une accumulation des spores dans la colonne d eau, leur dynamique doit être similaire à celle des MES. Les spores, formes de résistance bactérienne peuvent se maintenir longtemps dans un environnement qui leur est hostile. Par ailleurs, il a été montré lors de l exercice 2004 du programme seine-aval, que les sédiments des vasières étaient le siège d une contamination fécale et que les spores de Clostridium perfringens étaient détectées sur les 30 premiers cm. Les spores de C. perfringens peuvent donc être remises en suspension dans la colonne d eau lors des cycles de dépôt-resuspension des sédiments. 19

20 Tableau 7 : Caractéristiques des sites échantillonnés le long de l estuaire de Seine ( ) Sites pk (km) Nombre d échantillons Salinité (g.l -1 ) MES (mg.l -1 ) SNS* SA** min - Max min max *** Apport amont Poses Rouen Zone urbaine Le Croisset Bassin des Docks La Bouille Limite de la salinité Embouchure de l estuaire Caudebec Tancarville Berville 346 na Honfleur na: non analysé. *: de 1997 à 2004, coliformes totaux, coliformes fécaux / thermotolérants, E. coli (à partir de 2000), Enterocoques and Salmonella. **: de 2001 à 2005, coliformes totaux, coliformesfécaux /thermotolérants, Enterocoques, Salmonella, Giardia duodenalis et Cryptosporidium sp, de 2001 à 2004 spores de C. perfringens (enterovirus depuis juillet 2005). ***: les données 2005 ne sont pas intégrées 20

Brest (29) Lessay (50), 12-13 Mars 2012

Brest (29) Lessay (50), 12-13 Mars 2012 Conclusions Projet Aquamanche Aquatic management of catchments for health and environment Gestion des eaux des bassin versants pour la santé et l environnement Brest (29) Lessay (50), 12-13 Mars 2012 Les

Plus en détail

Rapport de stage. «Travail préparatoire à l estimation du coût d une bonne qualité des eaux de baignade sur le littoral Aquitain»

Rapport de stage. «Travail préparatoire à l estimation du coût d une bonne qualité des eaux de baignade sur le littoral Aquitain» GRAPE-CEEP Rapport de stage «Travail préparatoire à l estimation du coût d une bonne qualité des eaux de baignade sur le littoral Aquitain» Vallette Jean-Vincent Master II Gestion des Ressources Naturelles

Plus en détail

Analyses bactériologiques alimentaires

Analyses bactériologiques alimentaires LABORATOIRE DÉPARTEMENTAL D' ANALYSES Analyses bactériologiques alimentaires 1 - Présentation lozere.fr Les analyses consistent à vérifier la conformité des produits alimentaires selon des critères bactériologiques

Plus en détail

Science et technique. La température et la durée de stockage sont des facteurs déterminants. Viande bovine et micro-organisme pathogène

Science et technique. La température et la durée de stockage sont des facteurs déterminants. Viande bovine et micro-organisme pathogène Science et technique Viande bovine et micro-organisme pathogène La température et la durée de stockage sont des facteurs déterminants La contamination des carcasses lors des opérations d abattage et la

Plus en détail

Intrants médicamenteux en agriculture et en santé : les écosystèmes microbiens sont-ils un problème ou une solution?

Intrants médicamenteux en agriculture et en santé : les écosystèmes microbiens sont-ils un problème ou une solution? Les Rencontres de l Inra au Salon de l agriculture Intrants médicamenteux en agriculture et en santé : les écosystèmes microbiens sont-ils un problème ou une solution? Lundi 23 février 2015 Programme 14h30

Plus en détail

CATALOGUE DE PRESTATIONS FORMATION ET CONSEILS

CATALOGUE DE PRESTATIONS FORMATION ET CONSEILS (1/30pages) CATALOGUE DE PRESTATIONS FORMATION ET CONSEILS ANNEE : 2015 Date de mise à jour : 09/03/2015 1 - Microbiologie des eaux - Microbiologie des aliments Formation technique de Microbiologie HYGIÈNE

Plus en détail

ANTIBIOGRAMME VETERINAIRE DU COMITE DE L ANTIBIOGRAMME DE LA SOCIETE FRANCAISE DE MICROBIOLOGIE

ANTIBIOGRAMME VETERINAIRE DU COMITE DE L ANTIBIOGRAMME DE LA SOCIETE FRANCAISE DE MICROBIOLOGIE 1 ANTIBIOGRAMME VETERINAIRE DU COMITE DE L ANTIBIOGRAMME DE LA SOCIETE FRANCAISE DE MICROBIOLOGIE Membres (2012 2013) MADEC Jean-Yves Coordonnateur, Anses Lyon DECOUSSER Jean-Winoc CHU Antoine Béclère

Plus en détail

5. Matériaux en contact avec l eau

5. Matériaux en contact avec l eau Monitoring de la qualité Microbiologique de l eau potable dans les réseaux de distributions Intérêt de l utilisation d un kit de mesure rapide de la flore totale UTLISATIONS 1. Surveillance de Réseau mixte

Plus en détail

La réalisation d essais en réacteur pilote en vue d une demande d homologation de digestat

La réalisation d essais en réacteur pilote en vue d une demande d homologation de digestat La réalisation d essais en réacteur pilote en vue d une demande d homologation de digestat M CORDELIER, JF. LASCOURREGES, C. PEYRELASSE, C.LAGNET, P.POUECH 4 ième Journées Industrielles Méthanisation 4

Plus en détail

Qui sommes-nous? 7 500 prélèvements

Qui sommes-nous? 7 500 prélèvements Qui sommes-nous? Le laboratoire départemental d analyses de l Eure est un service du Conseil général totalement dédié à la recherche de pathogènes, de résidus chimiques et de polluants présents dans les

Plus en détail

Olivier DELATTRE Conseiller en Hygiène Alimentaire Laboratoire LAREBRON (Carso)

Olivier DELATTRE Conseiller en Hygiène Alimentaire Laboratoire LAREBRON (Carso) Olivier DELATTRE Conseiller en Hygiène Alimentaire Laboratoire LAREBRON (Carso) PLAN 1) Le point sur la réglementation en matière de prélèvements et d analyses alimentaires 2) Comment déterminer la durée

Plus en détail

Hygiène alimentaire en restauration collective

Hygiène alimentaire en restauration collective 1 2 3 4 5 6 7 Catalogue 2011 Audit, conseil et formation Hygiène alimentaire en restauration collective Laboratoire Départemental de la Côte-d'Or Sommaire 1 2 3 4 5 6 7 Sensibilisation à l hygiène alimentaire

Plus en détail

PROFIL DE VULNERABILITE DES EAUX DE BAIGNADE Plage Boulevard de la Plage à VER-sur-MER RAPPORT DE SYNTHESE

PROFIL DE VULNERABILITE DES EAUX DE BAIGNADE Plage Boulevard de la Plage à VER-sur-MER RAPPORT DE SYNTHESE Département Calvados Institution Interdépartementale du Bassin de l Orne PROFIL DE VULNERABILITE DES EAUX DE BAIGNADE Plage Boulevard de la Plage à VER-sur-MER RAPPORT DE SYNTHESE RT DSD 10015EZ phase1-017

Plus en détail

Le 10 ème programme (2013-2018) de l Agence de l eau Seine-Normandie

Le 10 ème programme (2013-2018) de l Agence de l eau Seine-Normandie Le 10 ème programme (2013-2018) de l Agence de l eau Seine-Normandie Les aides aux activités économiques Franck LEROY Responsable du Service Investissements Collectivités et Industrie Direction Seine Aval

Plus en détail

Compétitivité des produits laitiers locaux: vers une standardisation du «fènè», un lait spontanément fermenté au Mali

Compétitivité des produits laitiers locaux: vers une standardisation du «fènè», un lait spontanément fermenté au Mali Compétitivité des produits laitiers locaux: vers une standardisation du «fènè», un lait spontanément fermenté au Mali S. Wullschleger, B. Bonfoh; A. Sissoko, I. Traoré; S. Tembely, J. Zinsstag, C. Lacroix,

Plus en détail

Le monitoring de la qualité

Le monitoring de la qualité SÉDIMENTS RIVES RESSOURCES BIOLOGIQUES 3 e édition Le monitoring de la qualité des eaux marines dans les secteurs coquilliers Cap Piailleur, Îles-de-la-Madeleine Photo : Martin Rodrigue, Environnement

Plus en détail

Hygiène alimentaire en restauration collective

Hygiène alimentaire en restauration collective Catalogue de formations 2012 Audit, conseil et formation Hygiène alimentaire en restauration collective Laboratoire Départemental de la Côte-d'Or 1 2 3 4 5 6 7 8 Sommaire Sensibilisation à l hygiène alimentaire

Plus en détail

Hervé Morvan LDA22 Ploufragan. Christophe Renoult AVPO. 14 Novembre 2013. écoantibio2017 OIE Paris

Hervé Morvan LDA22 Ploufragan. Christophe Renoult AVPO. 14 Novembre 2013. écoantibio2017 OIE Paris en m édec ine vétérina ire Christophe Renoult AVPO Hervé Morvan LDA22 Ploufragan 1 La production avicole française Filière chair : - Poulet, - Canard - Gibier Filière œuf de consommation : - Poulette -

Plus en détail

Projet de SDAGE 2016-2021 Préserver le littoral

Projet de SDAGE 2016-2021 Préserver le littoral Projet de SDAGE 2016-2021 Préserver le littoral Code l orientation de Intitulé dans le Sdage 2010-2015 Intitulé dans le Sdage 2016-2021 10A Réduire significativement l eutrophisation des eaux côtières

Plus en détail

1.2. REALISATION DES OPERATIONS DE PRELEVEMENTS ET D ANALYSES

1.2. REALISATION DES OPERATIONS DE PRELEVEMENTS ET D ANALYSES AVANT-PROPOS Le présent document a été réalisé par ASCONIT Consultants, pour le compte du Conseil Général de Haute-Savoie (CG74) dans le cadre du programme 2007-2008 du suivi de la qualité des eaux des

Plus en détail

Gestion de l assainissement et qualité des eaux de baignade à Marseille

Gestion de l assainissement et qualité des eaux de baignade à Marseille Gestion de l assainissement et qualité des eaux de baignade à Marseille Sewer network management and the quality of bathing water in Marseille Laplace D.* Garro Y.* Rovera A.* Jiannetti S. ** Guivarch

Plus en détail

Conférence technique internationale de la FAO

Conférence technique internationale de la FAO Décembre 2009 ABDC-10/7.2 F Conférence technique internationale de la FAO Biotechnologies agricoles dans les pays en développement: choix et perspectives pour les cultures, les forêts, l élevage, les pêches

Plus en détail

Carbone. Carbone. Paramètres : Carbone

Carbone. Carbone. Paramètres : Carbone Carbone Carbone Carbone En dehors des nombreux procédés qui ont déjà largement progressé en matière d élimination de l azote et des phosphates, la fonction principale d une station d épuration réside dans

Plus en détail

MASTER (LMD) PARCOURS MICROORGANISMES, HÔTES, ENVIRONNEMENTS (MHE)

MASTER (LMD) PARCOURS MICROORGANISMES, HÔTES, ENVIRONNEMENTS (MHE) MASTER (LMD) PARCOURS MICROORGANISMES, HÔTES, ENVIRONNEMENTS (MHE) RÉSUMÉ DE LA FORMATION Type de diplôme : Master (LMD) Domaine ministériel : Sciences, Technologies, Santé Mention : BIOLOGIE DES PLANTES

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE LA SANTÉ ET DES SOLIDARITÉS Arrêté du 11 janvier 2007 relatif aux limites et références de qualité des eaux brutes et des eaux destinées à la

Plus en détail

Biologie cellulaire. Perfectionnement à la culture cellulaire. Programme. ParTIe PraTIQUe. ParTIe THÉorIQUe. durée : 4 jours

Biologie cellulaire. Perfectionnement à la culture cellulaire. Programme. ParTIe PraTIQUe. ParTIe THÉorIQUe. durée : 4 jours Biologie cellulaire Perfectionnement à la culture cellulaire durée : 4 jours ingénieurs, chercheurs et chefs de projet connaissances de base en culture cellulaire ou validation du module «initiation à

Plus en détail

Décrire l'ensemble des mesures de maîtrise et des mesures de surveillance dans des procédures ou modes opératoires portés à la connaissance de tous.

Décrire l'ensemble des mesures de maîtrise et des mesures de surveillance dans des procédures ou modes opératoires portés à la connaissance de tous. DEMARCHE HACCP EN CUISINE CENTRALE Alimentation GROSJEAN L, Vénissieux Juin 2010 Objectif La démarche HACCP (de l'américain Hazard Analysis Critical Control Point) est une méthode préventive visant à maîtriser

Plus en détail

3. METHODES ALTERNATIVES

3. METHODES ALTERNATIVES POURQUOI? Inconvénients des méthodes classiques Besoins: Rapidité Précision Faible coût Spécificité Principe des méthodes alternatives: pas de mise en culture LES ACTIVITES ENZYMATIQUES PHOSPHATASES 4-paranitrophényl

Plus en détail

La résistance d'agents infectieux aux médicaments antimicrobiens

La résistance d'agents infectieux aux médicaments antimicrobiens DECLARATION COMMUNE DES ACADEMIES DU G SCIENCE 2013 La résistance d'agents infectieux aux médicaments antimicrobiens Une menace globale pour l'humanité Depuis l introduction dans les années 40 du premier

Plus en détail

SURVEILLANCE DES SALARIES MANIPULANT DES DENREES ALIMENTAIRES

SURVEILLANCE DES SALARIES MANIPULANT DES DENREES ALIMENTAIRES SURVEILLANCE DES SALARIES MANIPULANT DES DENREES ALIMENTAIRES Dr Virginie NAEL Service de Santé au travail du personnel hospitalier CHU Nantes 44èmes journées FMC ANMTEPH / SOHF - Lausanne - Septembre

Plus en détail

Les techniques alternatives dans la gestion des eaux pluviales. Jean Yves VIAU Directeur Opérationnel

Les techniques alternatives dans la gestion des eaux pluviales. Jean Yves VIAU Directeur Opérationnel Les techniques alternatives dans la gestion des eaux pluviales Jean Yves VIAU Directeur Opérationnel Plan de présentation Présentation Saint Dizier environnement Les techniques alternatives La maîtrise

Plus en détail

Le Guide d aide à la VALIDATION des MESURES de MAITRISE des dangers bactériologiques ACTION QUALITE

Le Guide d aide à la VALIDATION des MESURES de MAITRISE des dangers bactériologiques ACTION QUALITE Le Guide d aide à la VALIDATION des MESURES de MAITRISE des dangers bactériologiques ACTION QUALITE Logo CERVIA Parce que l enjeu alimentaire est plus que jamais un défi pour demain, le CERVIA PARIS Ilede-France,

Plus en détail

GL BIOCONTROL Le Mas Bas CIDEX 1040 30 250 ASPERES GSM : +33 (0)6 81 71 31 83 - Fax : +33 (0)9 55 25 40 31 Email : contact@gl-biocontrol.

GL BIOCONTROL Le Mas Bas CIDEX 1040 30 250 ASPERES GSM : +33 (0)6 81 71 31 83 - Fax : +33 (0)9 55 25 40 31 Email : contact@gl-biocontrol. PRESENTATION DE LA SOCIETE GL BIOCONTROL GL BIOCONTROL Le Mas Bas CIDEX 1040 30 250 ASPERES GSM : +33 (0)6 81 71 31 83 - Fax : +33 (0)9 55 25 40 31 Email : contact@gl-biocontrol.com - Web : www.gl-biocontrol.com

Plus en détail

MASTER (LMD) GESTION DE DONNEES ET SPATIALISATION EN ENVIRONNEMENT (GSE)

MASTER (LMD) GESTION DE DONNEES ET SPATIALISATION EN ENVIRONNEMENT (GSE) MASTER (LMD) GESTION DE DONNEES ET SPATIALISATION EN ENVIRONNEMENT (GSE) RÉSUMÉ DE LA FORMATION Type de diplôme : Master (LMD) Domaine ministériel : Sciences, Technologies, Santé Mention : STIC POUR L'ECOLOGIE

Plus en détail

Hygiène alimentaire en restauration

Hygiène alimentaire en restauration 2 0 1 5 Catalogue de formations Audit, conseil et formation Hygiène alimentaire en restauration Laboratoire Départemental de la Côte-d'Or (LDCO) Sommaire 1A 1B 23 4 5 6 7A 7B 8 Sensibilisation à l hygiène

Plus en détail

Contexte réglementaire en hygiène alimentaire

Contexte réglementaire en hygiène alimentaire Contexte réglementaire en hygiène alimentaire 1 Réforme de la législation communautaire pour la restauration collective Approche traditionnelle = obligation de moyens Réglementation Arrêté Ministériel

Plus en détail

Détecter les ERV. Pourquoi? Qui? Comment?

Détecter les ERV. Pourquoi? Qui? Comment? Détecter les ERV. Pourquoi? Qui? Comment? P.-Y. Donnio Bactériologie-Hygiène, CHU de Rennes EA 1254 Microbiologie-Risques Infectieux, Université de Rennes 1 CCLIN-Ouest 32 ème Réunion Interdisciplinaire

Plus en détail

22/12/11. Plan de la présentation

22/12/11. Plan de la présentation http://www.dda.ulg.ac.be L appréciation quantitative du risque microbiologique et la microbiologie prévisionnelle pour les entreprises. La microbiologie prévisionnelle Deux exemples simples L appréciation

Plus en détail

UNEP /UNESCO /UNCH / ECA

UNEP /UNESCO /UNCH / ECA UNEP /UNESCO /UNCH / ECA URBAN POLLUTION OF SURFICIAL AND GROUNDWATER AQUIFERS VULNERABILITY IN AFRICA Bénin, Guinée, Niger, Mali, Côte d Ivoire, Sénégal, Burkina Faso AQUIFERE SUPERFICIEL ET POLLUTION

Plus en détail

La technologie écologique rend la vie plus harmonieuse

La technologie écologique rend la vie plus harmonieuse La technologie écologique rend la vie plus harmonieuse SAS RECYCL EAU au capital de 30 294,88 contact@recycleau.fr 150 avenue des Ferrailles N SIRET : 515 330 009 00017 www.recycleau.fr 84800 Isle sur

Plus en détail

Il est bien établi que le réseau d eau hospitalier peut

Il est bien établi que le réseau d eau hospitalier peut Les micro-organismes de l eau impliqués dans les infections nosocomiales Depuis 2001 chez Pall, en charge de l information scientifique et réglementaire dans les domaines d applications couverts par la

Plus en détail

De GenoSol à GenoBiome, mise en place d une structure analytique pour évaluer l état biologique du sol

De GenoSol à GenoBiome, mise en place d une structure analytique pour évaluer l état biologique du sol De GenoSol à GenoBiome, mise en place d une structure analytique pour évaluer l état biologique du sol Lionel RANJARD, Samuel Dequiedt, Pierre-Alain Maron, Anne-Laure Blieux. UMR Agroécologie-plateforme

Plus en détail

CONSEIL RÉGIONAL DE L ENVIRONNEMENT BAS-SAINT-LAURENT

CONSEIL RÉGIONAL DE L ENVIRONNEMENT BAS-SAINT-LAURENT CONSEIL RÉGIONAL DE L ENVIRONNEMENT BAS-SAINT-LAURENT Application de la corrélation entre l utilisation du territoire et la concentration de phosphore total développée par Gangbazo (MDDEP, 2005) 1 Évaluation

Plus en détail

Rapport annuel de monitoring automatisé de la qualité de l eau

Rapport annuel de monitoring automatisé de la qualité de l eau Rapport annuel de monitoring automatisé de la qualité de l eau 2009 La rivière Sainte Croix au barrage de Forest City Figure 1 : Rivière Sainte Croix, à la hauteur de la station de monitoring durant l

Plus en détail

RAPID Salmonella/Gélose 356-3961 356-3963 356-4705

RAPID Salmonella/Gélose 356-3961 356-3963 356-4705 356-3961 356-3963 356-4705 DOMAINE D APPLICATION La gélose RAPID Salmonella est un milieu chromogénique utilisé pour la recherche des Salmonella spp. lors de l'analyse des produits d alimentation humaine

Plus en détail

Surveillance des toxi-infections alimentaires collectives

Surveillance des toxi-infections alimentaires collectives Surveillance des toxi-infections alimentaires collectives Données de la déclaration obligatoire, 2012 En 2012, 1 288 foyers de toxi-infections alimentaires collectives (Tiac) ont été déclarés en France,

Plus en détail

Gouvernement du Québec Dépôt légal 2009 Bibliothèque nationale du Québec Bibliothèque nationale du Canada ISBN 978-2-550-56811-7

Gouvernement du Québec Dépôt légal 2009 Bibliothèque nationale du Québec Bibliothèque nationale du Canada ISBN 978-2-550-56811-7 Gouvernement du Québec Dépôt légal 2009 Bibliothèque nationale du Québec Bibliothèque nationale du Canada ISBN 978-2-550-56811-7 LIGNES DIRECTRICES ET NORMES POUR L INTERPRÉTATION DES RÉSULTATS ANALYTIQUES

Plus en détail

Les débouchés des diplômés de L LMD Sciences de la Nature et de la Vie

Les débouchés des diplômés de L LMD Sciences de la Nature et de la Vie Les débouchés des diplômés de L LMD Sciences de la Nature et de la Vie Pour quel métier vous êtes fait? Des doutes sur ta formation actuelle : faut-il poursuivre? Vous avez une idée de métier mais est-ce

Plus en détail

Qu est-ce qu un SAGE?

Qu est-ce qu un SAGE? Mercredi 6 mai 2015 Mont-de-Marsan Conférence de presse Qu est-ce qu un SAGE? Schéma d Aménagement et de Gestion des Eaux La recherche d un équilibre durable entre la protection des milieux aquatiques

Plus en détail

La place des analyses microbiologiques de denrées alimentaires dans le cadre d une démarche d assurance-sécurité

La place des analyses microbiologiques de denrées alimentaires dans le cadre d une démarche d assurance-sécurité SYNTHÈSE SCIENTIFIQUE La place des analyses microbiologiques de denrées alimentaires dans le cadre d une démarche d assurance-sécurité G. BORNERT Groupe de Secteurs Vétérinaires Interarmées, B.P. 16, F-35998

Plus en détail

CATALOGUE D'ESSAIS INTERLABORATOIRES AGLAE 2015 BIOLOGIE MEDICALE

CATALOGUE D'ESSAIS INTERLABORATOIRES AGLAE 2015 BIOLOGIE MEDICALE Ensemble pour s'améliorer CATALOGUE D'ESSAIS INTERLABORATOIRES AGLAE 2015 BIOLOGIE MEDICALE Association AGLAE Parc des Pyramides 427 rue des Bourreliers 59320 Hallennes lez Haubourdin +33 (0)3 20 16 91

Plus en détail

3: Clonage d un gène dans un plasmide

3: Clonage d un gène dans un plasmide 3: Clonage d un gène dans un plasmide Le clonage moléculaire est une des bases du génie génétique. Il consiste à insérer un fragment d'adn (dénommé insert) dans un vecteur approprié comme un plasmide par

Plus en détail

Analyse de la directive baignade et de ses implications pour les collectivités locales

Analyse de la directive baignade et de ses implications pour les collectivités locales Analyse de la directive baignade et de ses implications pour les collectivités locales Karine MADARASSOU Projet tuteuré Promotion 2008/2009 Référent professionnel : Nathalie Bardin REMERCIEMENTS Je tiens

Plus en détail

Utilisation de la métagénomique 16S pour la surveillance de l émergence de zoonoses bactériennes dans les populations animales

Utilisation de la métagénomique 16S pour la surveillance de l émergence de zoonoses bactériennes dans les populations animales Utilisation de la métagénomique 16S pour la surveillance de l émergence de zoonoses bactériennes dans les populations animales Réunion Rongeur 2014 CBGP Maxime Galan Métagénomique 16S: Pourquoi? Identification

Plus en détail

Le diagnostic approfondi du groupe santé

Le diagnostic approfondi du groupe santé Le diagnostic approfondi du groupe santé Axe 1 : La pollution de l air - Prélèvements et analyse bactériologique de l air réalisé par S Prim et les élèves de BTS Dans le cadre des travaux pratiques de

Plus en détail

Procédé en cours de validation dans l industrie pharmaceutique.

Procédé en cours de validation dans l industrie pharmaceutique. 5/ Autres méthodes : 5.1. L énergie lumineuse pulsée : Procédé Pure Bright (brevet) : Environ 20 000 fois plus énergétique que la lumière solaire, la répétition (1 à 10) de flashes pulsés de lumière (450

Plus en détail

Direction Départementale des Services Véterinaires

Direction Départementale des Services Véterinaires Direction Départementale des Services Véterinaires M A P (DGAL) M E E D A T Direction Départementale des Services Vétérinaires Sécurité sanitaire des aliments Abattoirs,découpe Transformation des DAOA

Plus en détail

Outils de gestion des ressources biologiques

Outils de gestion des ressources biologiques Le Cahier des Techniques de l INRA 2015 (84) N 1 Outils de gestion des ressources biologiques Frédéric Sanchez 1 *, Tou Cheu Xiong 1 Résumé. Les recherches en biologie génèrent un grand nombre d échantillons

Plus en détail

Procédure d intervention. Détection de Listeria monocytogenes dans un aliment prêt à manger

Procédure d intervention. Détection de Listeria monocytogenes dans un aliment prêt à manger Procédure d intervention Détection de Listeria monocytogenes dans un aliment prêt à manger TABLE DES MATIÈRES POURQUOI VÉRIFIER LA PRÉSENCE DE LISTERIA MONOCYTOGENES DANS LES ALIMENTS PRÊTS À MANGER...

Plus en détail

Sensibilisation des opérateurs à l hygiène des aliments

Sensibilisation des opérateurs à l hygiène des aliments Sensibilisation des opérateurs à l hygiène des aliments Le respect des bonnes pratiques d hygiène de fabrication, par chaque opérateur, constitue le préalable à toute démarche de maîtrise de la sécurité

Plus en détail

Annales du Contrôle National de Qualité des Analyses de Biologie Médicale

Annales du Contrôle National de Qualité des Analyses de Biologie Médicale Annales du Contrôle National de Qualité des Analyses de Biologie Médicale ARN du virus de l hépatite C : ARN-VHC ARN-VHC 03VHC1 Novembre 2003 Edité : mars 2006 Annales ARN-VHC 03VHC1 1 / 8 ARN-VHC 03VHC1

Plus en détail

Laboratoire Eau de Paris. Analyses et Recherche

Laboratoire Eau de Paris. Analyses et Recherche Laboratoire Eau de Paris Analyses et Recherche L eau, un aliment sous contrôle public Pour Eau de Paris, approvisionner la capitale en eau, c est garantir à ses 3 millions d usagers une ressource de qualité,

Plus en détail

Position d experts de Polytechnique Montréal sur les déversements planifiés d eaux usées de l intercepteur sud-est à la Ville de Montréal

Position d experts de Polytechnique Montréal sur les déversements planifiés d eaux usées de l intercepteur sud-est à la Ville de Montréal Position d experts de Polytechnique Montréal sur les déversements planifiés d eaux usées de l intercepteur sud-est à la Ville de Montréal Montréal, le 8 octobre 2015 - Polytechnique Montréal compte parmi

Plus en détail

9 Examen cytochimique et bactériologique d un liquide céphalo-rachidien (LCR)

9 Examen cytochimique et bactériologique d un liquide céphalo-rachidien (LCR) 49 49 9 Examen cytochimique et bactériologique d un liquide céphalo-rachidien (LCR) Plan du chapitre 1 Contextes 2 Objectifs 1-Ensemencer d urgence systématiquement 2- Classer le LCR en fonction de la

Plus en détail

GUIDE UTILISATEUR. Une base de données bibliographiques unique sur

GUIDE UTILISATEUR. Une base de données bibliographiques unique sur GUIDE UTILISATEUR Une base de données bibliographiques unique sur la Manche pour les scientifiques et gestionnaires du milieu marin. 1 2 ChanneLIS, une base de données bibliographiques scientifique unique

Plus en détail

COMMENTAiRES/ DECISIONS

COMMENTAiRES/ DECISIONS Plate-forme d'échanges affichage environnemental des PGC Date : 2009-12-21 Assistante: Lydia GIPTEAU Ligne directe : + 33 (0)1 41 62 84 20 Lydia.gipteau@afnor.org GT Méthodologie Numéro du document: N

Plus en détail

Prélèvements, demande d analyse... 2. Analyses bactériologiques... 2. Analyses chimiques... 5. Analyses combinées... 6. Analyses diverses...

Prélèvements, demande d analyse... 2. Analyses bactériologiques... 2. Analyses chimiques... 5. Analyses combinées... 6. Analyses diverses... FEVRIER 2015 Qualité des produits alimentaires Prélèvements, demande d analyse... 2 Analyses bactériologiques... 2 Analyses chimiques... 5 Analyses combinées... 6 Analyses diverses... 11 Autres prestations...

Plus en détail

Journée Régionale d Infectiologie Nancy 11 octobre 2014

Journée Régionale d Infectiologie Nancy 11 octobre 2014 Journée Régionale d Infectiologie Nancy 11 octobre 2014 1 J.Birgé S.Hénard Antibiolor Les recommandations Infections Urinaires Communautaires de la SPILF* (adultes, hors femmes enceintes) 31/5/2014 1.

Plus en détail

Liste des matières enseignées

Liste des matières enseignées Liste des matières enseignées Domaine : Sciences de la Nature et de la Vie Filière : Biologie Parcours : Tronc Commun Semestre1 VHG Coefficient Cours TD/TP Crédits/s. unité crédits U.E fondamental : 13

Plus en détail

Master Santé publique

Master Santé publique Formations et diplômes Rapport d'évaluation Master Santé publique Université Toulouse III- Paul Sabatier- UPS (déposant) Campagne d évaluation 2014-2015 (Vague A) Formations et diplômes Pour le HCERES,

Plus en détail

Traitement antibiotique probabiliste des urétrites et cervicites non compliquées

Traitement antibiotique probabiliste des urétrites et cervicites non compliquées Bon usage Mise au point Traitement antibiotique probabiliste des urétrites et cervicites non compliquées Actualisation Octobre 2008 MESSAGES CLÉS L évolution de la résistance du gonocoque aux quinolones

Plus en détail

Capteurs Passifs et Outils de Monitoring des Sédiments

Capteurs Passifs et Outils de Monitoring des Sédiments .Un préalable indispensable : Caractérisation des sédiments / Connaissance de l impact environnemental Projet CaPMoS : Capteurs Passifs et Outils de Monitoring des Sédiments Claire Alary (Mines Douai)

Plus en détail

Les Infections Associées aux Soins

Les Infections Associées aux Soins Les Infections Associées aux Soins Dr Catherine Sartor EOH Conception Assistance Publique Hôpitaux de Marseille Ecole IFSI, Marseille, 12 septembre 2014 Définitions 2007 Infection Nosocomiale (IN) 1999

Plus en détail

CATALOGUE DE FORMATION. Qualité Hygiène et Sécurité Alimentaire. Au service des professionnels des métiers de bouche sur tout le territoire national

CATALOGUE DE FORMATION. Qualité Hygiène et Sécurité Alimentaire. Au service des professionnels des métiers de bouche sur tout le territoire national Qualité Hygiène et Sécurité Alimentaire 2015 Au service des professionnels des métiers de bouche sur tout le territoire national CATALOGUE DE FORMATION Enregistré sous le numéro 53350863735 auprès du Préfet

Plus en détail

formations professionnelles fin 2014 / début 2015 hygiène alimentaire en restauration collective audit, conseil et formation professionnelle

formations professionnelles fin 2014 / début 2015 hygiène alimentaire en restauration collective audit, conseil et formation professionnelle audit, conseil et formation professionnelle Stage 1 Bonnes pratiques d hygiène en restauration collective 19 et 26 novembre Stage 2 Règles d hygiène lors du service 3 décembre Stage 3 Le nettoyage et la

Plus en détail

AVIS de l Agence nationale de sécurité sanitaire de l alimentation, de l environnement et du travail

AVIS de l Agence nationale de sécurité sanitaire de l alimentation, de l environnement et du travail Le directeur général Maisons-Alfort, le 14 février 2014 AVIS de l Agence nationale de sécurité sanitaire de l alimentation, de l environnement et du travail relatif à «un guide de bonnes pratiques d hygiène

Plus en détail

Enjeux et Perspectives de la composante «Environnement Santé» du Plan d Action de l Initiative Environnement du NEPAD

Enjeux et Perspectives de la composante «Environnement Santé» du Plan d Action de l Initiative Environnement du NEPAD PRÉSENTATION POWER POINT Enjeux et Perspectives de la composante «Environnement Santé» du Plan d Action de l Initiative Environnement du NEPAD Cheikh FOFANA, Assistant au Secrétaire Exécutif, Secrétariat

Plus en détail

La purification des coquillages

La purification des coquillages environnement direction de l environnement et de l aménagement littoral Jean-Claude Le Saux, Monique Pommepuy La purification des coquillages publié dans Risques sanitaires liés aux coquillages Dossier

Plus en détail

Monitoring de la qualité des eaux marines dans les secteurs coquilliers

Monitoring de la qualité des eaux marines dans les secteurs coquilliers Monitoring de la qualité des eaux marines dans les secteurs coquilliers Jacques Sénéchal, Monitoring de la qualité des eaux marines, Environnement Canada 12 et 13 mars 2013 Programme canadien de contrôle

Plus en détail

Système Pall QPoint. Présentation du dernier né des dispositifs de traitement d eau tout germe au point d utilisation. www.pall.

Système Pall QPoint. Présentation du dernier né des dispositifs de traitement d eau tout germe au point d utilisation. www.pall. 13.8924 www.pall.com/qpoint Compte-rendu de la session SF2H (Session Innovation) Pall Medical Le 31 mai 2013 traitement d eau Quick Connection, Immediate Protection. Pall Medical a présenté son système

Plus en détail

Les effluents des établissements hospitaliers. Direction des Affaires Techniques

Les effluents des établissements hospitaliers. Direction des Affaires Techniques Les effluents des établissements hospitaliers J. DROGUET - Présentation Hopitech 2007 Contexte Les établissements hospitaliers sont de gros consommateurs d eau (env 800-1000 L/lit). Les différents types

Plus en détail

2.0 Interprétation des cotes d évaluation des risques relatifs aux produits

2.0 Interprétation des cotes d évaluation des risques relatifs aux produits 2.0 Interprétation des cotes d évaluation des risques relatifs aux produits L interprétation des cotes attribuées dans le cadre des évaluations des risques relatifs aux produits décrite plus loin repose

Plus en détail

de l air pour nos enfants!

de l air pour nos enfants! B u l l e t i n d e l O Q A I n 1 Crèches et lieux d enseignement : de l air pour nos enfants! Le programme de l OQAI «Lieux de vie fréquentés par les enfants» a débuté en 2006. Une première phase de recueil

Plus en détail

Sciences de l'environnement Toxicologie génétique, réalisation de tests in vitro en vue de détecter les propriétés mutagènes (et antimutagènes)

Sciences de l'environnement Toxicologie génétique, réalisation de tests in vitro en vue de détecter les propriétés mutagènes (et antimutagènes) Toxicologie Mycologie & Aérobiologie Toxicologie Sciences biomédicales Sciences de l'environnement Toxicologie génétique, réalisation de tests in vitro en vue de détecter les propriétés mutagènes (et antimutagènes)

Plus en détail

1.0 SYSTÈME BIONEST MD. 1.1 Description et fonctionnement du système

1.0 SYSTÈME BIONEST MD. 1.1 Description et fonctionnement du système 1.0 SYSTÈME BIONEST MD 1.1 Description et fonctionnement du système Le système de traitement BIONEST utilise un procédé biologique au moyen d'une culture microbienne fixée sur un support synthétique appelé

Plus en détail

Incertitude et variabilité : la nécessité de les intégrer dans les modèles

Incertitude et variabilité : la nécessité de les intégrer dans les modèles Incertitude et variabilité : la nécessité de les intégrer dans les modèles M. L. Delignette-Muller Laboratoire de Biométrie et Biologie Evolutive VetAgro Sup - Université de Lyon - CNRS UMR 5558 24 novembre

Plus en détail

Réunion du Comité de Suivi des Projets de l'enjeu Eau

Réunion du Comité de Suivi des Projets de l'enjeu Eau Réunion du Comité de Suivi des Projets de l'enjeu Eau SURFRIDER FOUNDATION EUROPE Mettre en place des actions d'information pour la reconquête des milieux utilisés pour des activités nautiques Remerciements

Plus en détail

Environmental Research and Innovation ( ERIN )

Environmental Research and Innovation ( ERIN ) DÉpartEment RDI Environmental Research and Innovation ( ERIN ) Le département «Environmental Research and Innovation» (ERIN) du LIST élabore des stratégies, des technologies et des outils visant à mieux

Plus en détail

ENQUETE NATIONALE DE PREVALENCE

ENQUETE NATIONALE DE PREVALENCE ENQUETE NATIONALE DE PREVALENCE MODULE REGIONAL PORTAGE DIGESTIF EBLSE ET EPC PROTOCOLE www.rhc-arlin.com 1 CONTEXTE La prévalence de la colonisation digestive à EBLSE pour les patients des établissements

Plus en détail

Formations 2014 SECURITE DES ALIMENTS

Formations 2014 SECURITE DES ALIMENTS Formations 2014 SECURITE DES ALIMENTS Nous contacter : Tél. : 09 69 32 22 72 - Fax : 08 20 56 90 05 - E-mail : formation@alpagroupe.fr Contexte : La sécurité alimentaire est une priorité de santé publique

Plus en détail

Spécialisation 3A AgroSup Dijon IAA Microbiologie Industrielle et Biotechnologie (MIB)

Spécialisation 3A AgroSup Dijon IAA Microbiologie Industrielle et Biotechnologie (MIB) Spécialisation 3A AgroSup Dijon IAA Microbiologie Industrielle et Biotechnologie (MIB) Responsable : Jean-François Cavin (Pr. Microbiologie Biotechnologie) Tel 03 80 77 40 72, Fax 03 80 77 23 84 jf.cavin@agrosupdijon.fr

Plus en détail

Ventilation : Mesure et réglage des débits

Ventilation : Mesure et réglage des débits Ventilation : Mesure et réglage des débits Samuel Caillou Division Climat, Equipements et Performance Energétique CSTC - Pourquoi régler les débits? Pour avoir le bon débit au bon endroit Qualité d air

Plus en détail

Obtention de données génétiques à grande échelle

Obtention de données génétiques à grande échelle Obtention de données génétiques à grande échelle Stéphanie FERREIRA Ph.D. Campus de l Institut Pasteur de Lille 1, rue du Professeur Calmette 59000 LILLE Tel : 03 20 87 71 53 Fax : 03 20 87 72 64 contact@genoscreen.fr

Plus en détail

L antibiorésistance chez l homme et l animal

L antibiorésistance chez l homme et l animal MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES DE LA SANTÉ ET DES DROITS DES FEMMES MINISTÈRE DE L AGRICULTURE DE L AGROALIMENTAIRE ET DE LA FORÊT L antibiorésistance chez l homme et l animal Mercredi 12 novembre 2014

Plus en détail

Intérêt diagnostic du dosage de la CRP et de la leucocyte-estérase dans le liquide articulaire d une prothèse de genou infectée

Intérêt diagnostic du dosage de la CRP et de la leucocyte-estérase dans le liquide articulaire d une prothèse de genou infectée Intérêt diagnostic du dosage de la CRP et de la leucocyte-estérase dans le liquide articulaire d une prothèse de genou infectée C. Rondé-Oustau, JY. Jenny,J.Sibilia, J. Gaudias, C. Boéri, M. Antoni Hôpitaux

Plus en détail

Viande de volaille sûre Campylobacters et germes multi-résistants: point de la situation

Viande de volaille sûre Campylobacters et germes multi-résistants: point de la situation Département fédéral de l intérieur DFI Office vétérinaire fédéral OVF Viande de volaille sûre Campylobacters et germes multi-résistants: point de la situation Dr méd. vét. Sabina Büttner Office vétérinaire

Plus en détail

L échelle du ph est logarithmique, c està-dire

L échelle du ph est logarithmique, c està-dire Le ph Qu est-ce que le ph? Le ph mesure l acidité d un liquide. Sa valeur s exprime sur une échelle graduée de 0 à 14 où 1 désigne une substance fortement acide, 7, une substance neutre, et 14, une substance

Plus en détail

Type d aliments Conditions particulières Microbes potentiels ou altérations

Type d aliments Conditions particulières Microbes potentiels ou altérations ++ FA1 CHARCUTERIES RISQUES POTENTIELS Conditions particulières Microbes potentiels ou 1.1. Charcuteries fraîches - Pâtés - Jambons cuits - Saucisses Toutes charcuteries humides et peu salées : toutes

Plus en détail

Demande chimique en oxygène

Demande chimique en oxygène Table des matières Introduction Réactifs DCO Azote et phosphore HI 83214 HI 83099 HI 839800 HI 3898 Page J3 J5 J6 J7 J8 J10 J11 J1 Tableau comparatif Paramètre Photomètre Photomètre Thermo-réacteur Trousse

Plus en détail