Belgian Pension Academy Curriculum

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Belgian Pension Academy Curriculum"

Transcription

1 BELGISCHE VERENIGING VAN PENSIOENINSTELLINGEN ASSOCIATION BELGE DES INSTITUTIONS DE PENSION BELGIAN ASSOCIATION OF PENSION INSTITUTIONS Belgian Pension Academy Curriculum V Introduction Cette formation s adresse à de nouveaux administrateurs, aux personnes qui sont relativement peu familiarisées avec le sujet, ainsi qu aux professionnels qui souhaitent une mise à niveau et aux collaborateurs des fonds de pension. Il est possible de s inscrire à une leçon spécifique, à un module ou à plusieurs modules. Chaque leçon dure 3 heure et demie, la session débute à 09H45 et se termine à 13H15. Les modules I et II sont donnée de mi-octobre à mars. Le Module 3 est donné du mars à avril Le planning des leçons est établi comme suit : si un participant ne peut participer à une leçon dans sa langue, il pourra toujours suivre la même leçon un autre jour dans l autre langue. Chaque module se termine par un examen (participation volontaire). À l issue de la formation, les participants reçoivent une «attestation» portant la mention «examen réussi» ou «participation à la formation». Participation aux frais : Membres Non-membres Cours complet : Par Module : Par leçon : TVA si d application

2 Module I : Introduction au cadre prudentiel : analyse des concepts de base actuariels et mathématiques Objectifs Les objectifs de ce module sont que le participant : 1. se soit familiarisé avec le jargon (actuariel) du deuxième pilier de pension 2. ait progressivement compris les techniques actuarielles 3. ait compris les différentes obligations de pension 4. ait compris les méthodes de financement des régimes de pension 5. soit en mesure de lire le bilan d un fonds de pension et de l entreprise d affiliation 6. ait compris les (exigences de) contrôle du contrôleur (FSMA) 7. ait compris les principes, avantages et points d attention des études ALM et du test de continuité 8. ait compris les interactions entre les directives européennes et la législation nationale 9. ait pris connaissance des discussions actuelles. Pour le surplus, en tant qu association professionnelle, nous attirons également l attention sur la dimension politique des discussions fondamentales concernant les garanties de rendement, les obligations minimales, etc. Introduction Accueil par l ABIP Brève présentation du déroulement du programme, informations pratiques et explications relatives à l examen. Le contexte actuariel des pensions complémentaires en Belgique (30 ) IA BE Leçon 1: Introduction générale NL: Ann Verlinden (Conseiller Senior, ABIP) FR: Frédéric Chandelle (Intégrale) Jargon actuariel Objectif : familiariser le participant avec le jargon (actuariel) du deuxième pilier de pension : o o o Les différents types de régimes de retraite (DB defined benefit, DC defined contributions, avec ou sans garantie de rendement, CB cash balance) ainsi que les différents concepts et la différence entre droits acquis et réserves acquises ABO-PBO

3 Leçon 2: Mathématiques financières NL: Jan Geerardyn (Conac) FR: Thomas Rothschild (Serfinac) Objectif : acquérir progressivement les techniques actuarielles. Différentes techniques mathématiques et financières sont abordées. Nous commençons par des principes et méthodes de calcul simples et avançons progressivement. Leçon 3: Aspects actuariels NL: Kim Everaerts & Sara Hofman, Energy FR: Philippe Delfosse (Intégrale & Membre du Comité de Direction ABIP) Objectif : compréhension des obligations de pension. Cette leçon est consacré à différents aspects actuariels qu il est important de bien connaître pour gérer une IRP, et pour pouvoir concrétiser l'objectif d'une IRP en connaissance de cause et assurer le respect des engagements et le paiement des pensions. Nous présentons les aspects actuariels des obligations de pension d une IRP et les règles d évaluation actuarielles. Il est conseillé d avoir suivi la leçon 2 avant d entamer la leçon 3. Leçons 4 et 5 : Le financement des régimes de pension et calcul des provisions techniques Leçon 1 : plans DC & CB : NL: Paul De Smet & Ina De Coster (EBCS) FR : Cécile Van Huffel & Marc Dohet (Mercer) Leçon 2 : plans DB : NL: Jan Ruttens & Franky Stevens (Aon Hewitt) FR Pol Bughin (Emfea) Objectif : compréhension des méthodes de financement des régimes de pension. Ces deux leçons examinent les différentes méthodes de financement et veulent répondre à la question de savoir comment les provisions doivent être déterminées. Nous étudions plusieurs méthodes possibles pour calculer les réserves acquises et les provisions techniques dont une IRP doit disposer pour pouvoir satisfaire à ses obligations de pension. Nous abordons également l application concrète des nouvelles règles de l A.R. du 12 janvier 2007 relatif au contrôle prudentiel et nous apprenons à élaborer un plan de financement, ainsi qu à le lire. D un point de vue pratique, nous examinons le passage d un régime à prestations définies à un régime à cotisations définies. Les notions de plan de financement et de test de continuité seront présentées.

4 Leçon 6: ALM, test de continuité, volatilité, matrix de variances et de covariances, quo vadis? Comment y réagir comme fonds de pension? NL : Chris De Smet, Towers Watson FR : Esofac (TBC) Objectif : que les participants connaissent les avantages, les risques et les limitations des différents types d études La loi demande que la direction du fonds de pension est en tout moment en contrôle et suggère que faire une étude d Asset Liability Management (ALM) sur base régulière faire peut aider à cet égard. Lors de cette leçon les différents concepts sont clairement analyser et les avantages et désavantages de ces types d études sont discutés. Leçon 7: Aspects comptables Objectif : que les participants soient en mesure de lire le bilan d un fonds de pension et d une entreprise d affiliation La première partie de ce cours est consacrée à la manière dont il faut lire les comptes annuels d une IRP. Nous présentons également l A.R. du 5 juin 2007 relatif aux comptes annuels des IRP. Un rapide coup de projecteur sera donné sur les discussions actuelles (Holistic Balance Sheet) NL: Kurt Cappoen (PwC) FR: Jacques Tisson (PwC) Ensuite, nous abordons le traitement des régimes de pensions dans la comptabilité des entreprises affiliées et les normes comptables internationales en la matière (IFRS/IAS). Nous abordons également les développements récents et les éventuelles modifications futures à cet égard. NL: Geert De Ridder (Deloitte) FR: Fréderic Chandelle (Integrale) Leçon 8 : Comment fonctionne le contrôle prudentiel par la FSMA? NL: Johanna Secq (FSMA) FR: Ann De Vos (FSMA) Objectif : comprendre les exigences du régulateur (FSMA) En tant que régulateur, la FSMA contrôle les IRP en permanence sur la base du risque. Dans le cadre de ce cours, la FSMA expose sa méthode de contrôle des IRP, les points qui requièrent une attention particulière, ses priorités et ses attentes en matière de gestion des fonds de pension.

5 Leçon 9: Un aperçu au-delà de nos frontières et les débats actuels en Europe à propos du futur contrôle des IRP et table ronde Objectif : apprendre à connaître l interaction entre les directives européennes et la législation nationale La législation belge actuelle découle majoritairement de directives ou d accords européens. Lors de la première partie de cette leçon (135 ), des fédérations européennes dont l ABIP est membre présentent les grands débats qui ont cours en Europe (IORP II, QIS, Solvency II, livre blanc sur les pensions, etc.) et qui pourraient avoir un impact important sur les pensions complémentaires belges à moyen terme. Nous examinons ensuite les grandes tendances en matière de pensions complémentaires dans d autres pays européens. ENG: Matti Läppällä (Secrétaire général, European Federation for Retirement Provision, EFRP) FR: Francesco Briganti (Directeur, Association européenne des Institutions Paritaires, AEIP) Pour clore ce module, l ABIP présente son avis sur les thèmes actuels relatifs au contrôle prudentiel qui ont été abordés dans le cadre de ce cours. Ensuite les participants sont invités à prendre part à un débat (45 ). Equipe ABIP

6 Module II: Aspects juridiques, sociaux, fiscaux et discussions actuelles concernant les pensions complémentaires et les IRP Objectifs Les objectifs de ce module sont que le participant : 1. ait compris les exigences en matière de gestion d un fonds de pension ; 2. ait compris les aspects de droit social des pensions complémentaires ; 3. ait compris le régime fiscal des pensions complémentaires et des fonds de pension ; 4. connaisse le rôle et la fonction de l auditeur interne et du compliance officer, ainsi que leur méthode de travail au sein d un fonds de pension ; 5. ait compris ce qui doit faire l objet de rapports et à qui il faut les adresser; 6. ait un aperçu des partenariats existants et de leurs avantages ; 7. ait compris comment les membres d un conseil d administration ou d un comité de surveillance peuvent contrôler l'exécution de la promesse de pension ; 8. ait compris les dernières évolutions concernant la base de données de pension centrales Sigedis et puisse estimer son impact 9. ait pris connaissance des discussions actuelles. Introduction: Accueil par l ABIP Les aspects juridiques des pensions complémentaires belges, une vue d hélicoptère Belgian Pension Lawyers Association (BEPLA), (30 ) Leçon 1: Aspects juridiques Partie 1 : LPC et LPCI NL: Elke Duden (Linklaters) FR: Lut Sommerijns (Loyens & Loeff) Objectif : Compréhension des aspects de droit social des pensions complémentaires La LPC et la LPCI sont exposées en détail. Nous analysons les plans sociaux, la participation du travailleur, les procédures à suivre lors de l introduction, de la modification ou de l abrogation d un régime de pensions, les relations employeur/entreprise affiliée/organisateur/affiliés/irp, etc. Cette leçon comporte également une étude de la problématique anti-discrimination et un test.

7 Leçon 2: Aspects juridiques Partie 2 : LIRP NL: Caroline Vandevelde (FSMA) FR: Saskia Bollu (FSMA) Objectif : Aperçu des exigences en matière de bonne gestion d un fonds de pension. Cette leçon (150 ) est consacrée au cadre prudentiel légal et examine le fonctionnement d un OFP (organisme de financement de pensions) sur la base de la réglementation en la matière et de la circulaire Corporate governance de la FSMA relative aux bonnes pratiques de gestion. On accordera une attention particulière aux attentes de la FSMA à l égard des administrateurs des IRP, des membres de ses organes opérationnels et de ses prestataires de service externes. Leçon 3 : Aspects fiscaux NL: Koen Van Duyse (Tiberghien) FR: Thierry Denayer & Xavier Gillot (Stibbe) Objectif : Comprendre le régime fiscal des pensions complémentaires et des fonds de pension Analyse en détail de l impôt des sociétés et de la TVA. La fiscalité des contributions des employeurs et des travailleurs est également à l ordre du jour, de même que le traitement fiscal des prestations de pension. Leçon 4: Communication interne et externe NL: Edwin Meysmans (Fonds de pension KBC & Vice-Président ABIP) FR: Patrick Foret (Shell Belgium Pension Fund) Objectif : cette leçon est consacrée aux informations reprises dans les rapports et à la manière dont il faut les organiser Une IRP doit rendre des comptes à diverses instances (FSMA, Sigédis, Banque Nationale), mais doit également informer les affiliés, l'entreprise affiliée et d'autres tiers. Leçon 5: Sigedis et la Base de donnée Pensions Complémentaires (DB2P) NL: Steven Janssens (Directeur Sigedis- FR: : Steven Janssens (Directeur Sigedis- Des institutions de pensions et les organisateurs/employeurs doivent depuis peu participer dans la base de donnée pensions complémentaires. Lors de cette leçon, les différents points d attention seront discutés. Ceci concerne les points d attention pour les flux d information qui sont organisé entre les employeurs, l organisateur et l institution de pension, aussi bien que les mesures de sécurité que ceci implique. Pour conclure les orateurs discuterons également les opportunités possibles que la collaboration légalement obligatoire puisse avoir.

8 Leçon 6 : l audit interne et le compliance officer NL: TBC FR: Michel Taffe & Frédéric Feys (Pensio B) Objectif : cette leçon est consacrée au rôle et à la fonction du vérificateur interne (audit interne) et du responsable de la conformité (compliance officer), ainsi qu à leur méthode de travail au sein d un fonds de pension. Conformément à la circulaire Gouvernance, les IRP sont tenues de prévoir les fonctions d audit interne et de compliance officer. Bien que ces fonctions existent souvent dans le monde industriel, elles ont un rôle particulier au sein des IRP. Ensuite, les différents types de normes et de certifications d audit possibles qui existent pour des prestataires de services externes (SAS 70, ISAE 3402, ISO 9002, etc.) seront également discutés en soulignant les avantages et points d attentions principales. Leçon 7: Comment gérer ensemble l engagement de pension de différents organisateurs (employeurs, secteurs)? NL : Veronique Pertry (Eubelius), Barbara Deroose (Pensio B) FR: Corinne Merla (Stibbe) & Arielle Deltombe (Fonds de Pension du Groupe GDF Suez & secteur Gaz & Eletricité) Objectif : Comprendre les accords de coopération existants et leurs avantages Les organisateurs et/ou fonds de pension peuvent collaborer de manière très diverse en fonction des attentes/souhaits de l organisateur et/ou du fonds de pension. Nous examinons ici les accords de coopération qui existent actuellement tant au niveau des entreprises, fonds de pension d entreprise, commissions paritaires que des fonds de pension sectoriels. Leçon 8 : Fonds de pension ou assurance de groupe? Points requérant une attention particulière pour l organisateur et les membres du conseil d administration ou du comité de surveillance NL + FR: Serge Tubeeckx (Fonds de Pension Groupe GDF Suez & secteur Gaz & Electricité) Objectif : Comprendre comment les membres d un conseil d administration ou comité de surveillance peuvent contrôler la mise en œuvre de la promesse de pension Conformément à la LPC, l employeur/organisateur est tenu d externaliser le financement de l engagement de pension, mais la responsabilité finale de la bonne exécution de la promesse de pension incombe toujours à l employeur.

9 Leçon 9: Discussions actuelles Objectif : Nous ferons le point sur les principales discussions. NL: An Van Damme & Isabelle De Somviele (Claeys & Engels) FR: Caroline De Ridder & Camille Reyntens (Claeys & Engels) Pour clore ce module, l ABIP présente son avis au sujet des thèmes actuels relatifs au contrôle prudentiel qui ont été abordés dans le cadre de ce cours, ensuite les participants sont invités à prendre part à un débat (45 ). L équipe ABIP

10 Module III: ASSET MANAGEMENT & GESTION DE PORTEFEUILLE : Explication des aspects théoriques, politiques et pratiques Objectifs : Les objectifs de ce module sont que le participant : Parti 1 : notions de bases : 1. connaisse le cadre juridique et réglementaire dans lequel se déroule le processus d investissement; 2. se soit familiarisé avec le jargon financier et les concepts financiers, afin de comprendre les rapports des gestionnaires sur la politique de gestion; 3. ait compris les différentes techniques pour mesurer la performance d un portefeuille d investissement 4. ait compris comment constituer l'actif du bilan pour garantir le passif (obligations de pension) du fonds de pension ; Parti 2 : approfondissement 5. ait compris les possibilités d investissement des fonds de pension ; 6. ait compris le structure de la chaine d investissment et ces points d attention 7. ait compris comment constituer un portefeuille pour couvrir les obligations de pension ; 8. ait compris les avantages et les inconvénients de délégation de la politique d investissement; 9. Comprendre ait compris comment mettre en pratique la politique d investissement d un fonds de pension. Module 3 a été diviser en deux parties: Parti 1: notions de bases (leçons 1-4) Parti 2: approfondissement (leçons 5-8) Introduction : Accueil par l ABIP Les évolutions fondamentales dans l Asset Management et la gestion de portefeuille BEAMA, (30 )

11 PARTI 1: notions de bases Leçon 1 : Introduction et cadre juridique NL: Hugo Lasat, Tomás Murillo (Petercam) FR: Cedric Hayen (ING IM), Paul van Eynde (ING IM) Objectif : esquisse du cadre juridique et réglementaire dans lequel se déroule le processus d investissement Les thèmes suivants sont abordés : rôle et compétences des différentes parties impliquées dans le processus d investissement ; placements autorisés et restrictions ; règle de la «personne prudente» ; l adéquation des placements avec le passif (ALM/LDI) ; la déclaration en matière de principes de placement (SIP); rapports et autres aspects administratifs, ainsi que les mesures prises par la FSMA suite à la crise financière. Leçon 2 : Introduction aux marchés et produits financiers NL: Jan Longeval (Degroof) FR: Catherine Champagne (Degroof) Objectif : se familiariser avec le jargon et les concepts financiers afin de comprendre les rapports de gestion des gestionnaires La première partie de ce cours est consacrée à l étude des actions, des obligations, des placements de trésorerie et des investissements immobiliers cotés en bourse ainsi qu aux marchés de ces différents instruments. Chaque élément comprend une définition de la catégorie d actifs, une définition des indices, des éléments d'évaluation, le couple risque-return et un aperçu des catégories et différents types d actifs. La deuxième partie du cours est consacrée à l examen des OPC, produits dérivés, hedge funds et autres produits. Leçon 3 : Mesures de performances NL: Precisis + Pensioenfonds Metaal FR: TBC Objectif : ait compris les différentes techniques pour mesurer la performance d un portefeuille d investissement, ainsi que savoir comme les reporting des gestionnaires différentes peuvent être consolidé et comparer La première parti est consacré aux différentes techniques qui existent pour mesurer et analyser la performance d un portefeuille et d une stratégie d investissement sont discutées. Pour les différentes techniques qui sont discuté (GIPS, déviation comparé au benchmark, sharp ratio, IRR, ) les différentes avantages et désavantages sont discuté. Lors de deuxième parti du cours, un fonds de pension expliquera quels problèmes il rencontre dans la pratique pour consolider et analyser les reporting des différentes gestionnaires. Ensuite il expliquera également quelles solutions ils ont été développés à cet égard.

12 Leçon 4 : Principes et pratiques de gestion de portefeuille Objectif : comprendre comment constituer l'actif du bilan pour garantir le passif (obligations de pension) du fonds de pension Nous abordons ici comment une IRP doit composer son portefeuille d investissement et les éléments qu elle doit prendre en considération à cet égard. Nous examinons donc la stratégie de répartition des actifs et accordons une attention particulière aux interactions entre la nature et la durée des obligations pour les affiliés (ALM), les entreprises affiliées (flux de trésorerie de l entreprise affiliée, IAS 19, etc.) et divers autres facteurs externes. Compte tenu de son importance et son volume, ce thème est traité en deux sessions. Partie 1: Au cours de la première session, après une révision des différents types d engagements de pension (Defined benefits, Defined contributions avec garantie de 3,25 %, etc.), nous présentons un aperçu des visions traditionnelles, ainsi que des tendances actuelles en matière de stratégie de répartition des actifs. Nous examinons également comment on peut améliorer les caractéristiques risque-rendement d un portefeuille et le concept de budget de risque. NL: Patrick Marien (Aon Hewitt) FR: Xavier Timmermans (BNP IP) Partie II: Au cours de la deuxième session, nous élaborons une étude de cas en collaboration avec un responsable d'une IRP. Les principes et techniques (ALM, etc.) abordés lors de la première session sont évalués concrètement, appliqués et commentés. Nous abordons aussi de manière plus précise l'impact de la crise financière sur la gestion des IRP et les leçons à en tirer. NL: Bart De Coster (Pensioenfonds AWW) FR: Olivier Poswick (Fonds de Pension du Groupe GDF Suez & secteur Gaz et Electricité)

13 PARTI 2: approfondissements Leçon 5: trading, clearing, settlement et custody / organisation administratif du processus d investissement et l impact des nouvelles réglementations NL: TBC FR: TBC Objectif : donnée un aperçu a participant du fonctionnement pratique de la gestion de patrimoin et les points d attention qui sont important pour un administrateur d un fonds de pension Lors de cette leçon on approfondi la practice journalière du fonctionnement des investissement par le gestionnaire d actif et les point d attention qui y suivent. Dans ce cadre le role de différentes intermédiaires (broker, central clearing party, custody) est analysé, ensuite les objectifs et le fonctionnement de quelques acteurs spéciaux (par example les market makers) est discuté. Ensuite l impact des différentes nouvelles réglementations (UCIT V, AIFM, MIFID, FCD, etc) qui peuvent avoir un impact sur le processus d investissement, seront abordé. Leçon 6: Tendances actuelles en Asset Management (journée entière) Objectif : comprendre les possibilités d investissement des fonds de pension Régulièrement, on remarque de nouvelles tendances en matière de gestion des actifs : Sur la base des obligations d'un fonds de pension, nous abordons d'abord les questions/problèmes qu'on rencontre souvent dans un fonds de pension et les conditions auxquelles une classe d'actifs doit satisfaire pour pouvoir être intéressante pour un fonds de pension. NL: & FR: TBC Ensuite quelques tendances récentes seront abordées : TBC nous présentons quelques remarques ou questions critiques sur le passif du bilan (obligations de pension). NL: & FR: TBC

14 Leçon 7: Tendances actuelles en matière de gestion de portefeuille (journée entière) Objectif : comprendre comment constituer un portefeuille pour couvrir les obligations de pension. Nous examinons ici les tendances récentes en matière de gestion de portefeuille. Introduction NL: Tom Mergaerts (CEO Amonis & Membre du Comité de Direction de l ABIP) FR: Baudouin Van Male de Ghorain (Hydralis OFP) Ensuite, nous présentons quelques tendances récentes : TBC Enfin, nous présentons encore quelques remarques éventuelles ou questions critiques sur le passif du bilan (obligations de pension). NL: Tom Mergaerts (CEO Amonis & Membre du Comité de Direction de l ABIP) FR: Baudouin Van Male de Ghorain (Hydralis OFP) Leçon 8: Délégation de la politique d investissement à des gestionnaires de portefeuille NL: Jan De Smet (Pensioenfonds Agfa Gevaert) FR: Bernard Caroyez et Lionel Derome (Pensio B) Objectif : connaître les avantages et les inconvénients de la délégation de la politique d investissement et comprendre comment mettre en œuvre pratiquement la politique d investissement d un fonds de pension De nombreuses IRP choisissent de déléguer en tout ou en partie la mise en œuvre de la politique d investissement à des gestionnaires de portefeuille. Nous répondons entre autres aux questions suivantes : quelles sont les raisons et quels sont les coûts et les avantages de cette forme de soustraitance? Quels sont les avantages et les inconvénients des balanced mandates par rapport aux mandats spécialisés? À quoi faut-il faire attention? Comment assurer un bon suivi de ses gestionnaires d actifs? Comment établir un bon contrat de sous-traitance, conformément aux principes de la circulaire Gouvernance (en matière de bonne gestion) de la FSMA? Ensuite le responsable d une IRP expose la politique de placement de l IRP, l élaboration de la stratégie de répartition des actifs, la modification de la répartition et les conséquences de ce changement pour l IRP, l (les) entreprise(s) d affiliation et les affiliés. Pour clore ce module, l ABIP présente son avis au sujet des thèmes actuels relatifs au contrôle prudentiel qui ont été abordés dans le cadre de ce cours, puis les participants sont invités à prendre part à un débat (45 ). L équipe ABIP

La problématique des Dormants et son impact sur l organisateur, l organisme de pension et l affilié lui même

La problématique des Dormants et son impact sur l organisateur, l organisme de pension et l affilié lui même La problématique des Dormants et son impact sur l organisateur, l organisme de pension et l affilié lui même 30/09/2014 Marc Higny, Actuaire La problématique des Dormants et le rapport des experts La problématique

Plus en détail

Conférence de presse du 3 mars 2015

Conférence de presse du 3 mars 2015 Conférence de presse du 3 mars 2015 Aperçu annuel 2014 Zoom sur les assurances dommages et catastrophes naturelles L assurance de groupe dans un contexte de taux d intérêts faibles 1 03/03/2015 Ordre du

Plus en détail

Controle prudentiel des régimes de pension publics et privés: le cas de la Belgique

Controle prudentiel des régimes de pension publics et privés: le cas de la Belgique Controle prudentiel des régimes de pension publics et privés: le cas de la Belgique FANAF Symposium sur la protection sociale en Afrique Abidjan 24 juin 2015 Stephan Neetens conseiller de la Ministre des

Plus en détail

DB2P pour sociétés : document explicatif

DB2P pour sociétés : document explicatif DB2P pour sociétés : document explicatif Table des matières 1. Introduction... 3 2. DB2P, le contexte... 3 3. Engagements de pensions externes pour dirigeants d entreprise indépendants... 4 4. Financement

Plus en détail

EIP L engagement individuel de pension pour le dirigeant d entreprise indépendant Fiche technique

EIP L engagement individuel de pension pour le dirigeant d entreprise indépendant Fiche technique EIP L engagement individuel de pension pour le dirigeant d entreprise indépendant Fiche technique Nom du produit Description Engagement de Pension - EIP Un engagement individuel de pension d une société

Plus en détail

LET S TALK ABOUT EMPLOYEE BENEFITS SOLUTIONS

LET S TALK ABOUT EMPLOYEE BENEFITS SOLUTIONS LET S TALK ABOUT EMPLOYEE BENEFITS SOLUTIONS Tell me all about the best solutions for my company Les pensions complémentaires sont une matière extrêmement complexe et spécialisée. Mais nous prêchons sans

Plus en détail

Une distinction peut être faite entre différents types de plans de pension en fonction de la méthode de financement :

Une distinction peut être faite entre différents types de plans de pension en fonction de la méthode de financement : boulevard du Souverain 280-1160 Bruxelles - Belgique T +32 2 761 46 00 F +32 2 761 47 00 info@claeysengels.be Avocats Date : Août 2015 Sujet : Le fonds de pension L Institution de Retraite Professionnelle

Plus en détail

Accédez à des informations complémentaires via www.integrale2013.be/fr/chiffres

Accédez à des informations complémentaires via www.integrale2013.be/fr/chiffres 8 3 Résumé de l'exercice écoulé en quelques points de repères : Croissance des encaissements récurrents malgré un contexte réglementaire et économique défavorable En toile de fond : Solvabilité II et ORSA

Plus en détail

QUI SOMMES NOUS? > Nos chiffres clefs (au 31 décembre 2006)

QUI SOMMES NOUS? > Nos chiffres clefs (au 31 décembre 2006) 1 QUI SOMMES NOUS? La Caisse Interprofessionnelle Marocaine de Retraites, plus connue sous le nom de C.I.M.R., est une Association à but non lucratif. Elle a été créée en 1949, par des chefs d entreprises

Plus en détail

Le conseil en investissement

Le conseil en investissement Le conseil en investissement Une formule qui me permet de garder le contrôle ing.be/privatebanking Et vous? Private Banking 1 Grâce à Home'Bank, je suis chaque jour les performances de mon portefeuille.

Plus en détail

1. Les risques individuels (corporates et institutions financières)

1. Les risques individuels (corporates et institutions financières) Gestion des Risques Nos métiers par activité La Gestion des Risques consiste principalement à maîtriser et à contrôler l ensemble des risques de Crédit Agricole CIB afin de minimiser le coût du risque

Plus en détail

Table des matières: Guidelines Fonds de Pensions

Table des matières: Guidelines Fonds de Pensions Table des matières: Guidelines Fonds de Pensions TABLE DES MATIERES... 1 INTRODUCTION... 2 1 FINANCEMENT ET FINANCEMENT MINIMUM... 3 1.1 FINANCEMENT... 3 1.2 FINANCEMENT DE PLAN... 3 1.3 FINANCEMENT MÉTHODE

Plus en détail

L externalisation réglementée

L externalisation réglementée L externalisation réglementée SOMMAIRE 3 LA PLACE FINANCIÈRE LUXEMBOURGEOISE 4 L EXTERNALISATION DANS LE SECTEUR FINANCIER 5 LE STATUT DE PSF DE SUPPORT 7 L OFFRE DE SERVICES 9 POURQUOI TRAVAILLER AVEC

Plus en détail

Caisse de pension de la Société suisse de Pharmacie

Caisse de pension de la Société suisse de Pharmacie Caisse de pension de la Société suisse de Pharmacie Extrait des comptes annuels 2014 Bilan Compte d exploitation (chiffres clés) Extraits de l Annexe Rue Pedro-Meylan 7 - Case postale 260-1211 Genève 17

Plus en détail

BANQUE DEGROOF SA POLITIQUE DE RÉMUNÉRATION

BANQUE DEGROOF SA POLITIQUE DE RÉMUNÉRATION BANQUE DEGROOF SA POLITIQUE DE RÉMUNÉRATION 1 1. INTRODUCTION Le présent document constitue la politique générale de rémunération de Banque Degroof SA (la Politique de Rémunération). 1.1 Champ d application

Plus en détail

5.5.4. Evaluation du Conseil d administration, de ses Comités et de ses administrateurs individuels. 5.5.5. Autres rémunérations

5.5.4. Evaluation du Conseil d administration, de ses Comités et de ses administrateurs individuels. 5.5.5. Autres rémunérations 5.5.4. Evaluation du Conseil d administration, de ses Comités et de ses administrateurs individuels Sous la direction de son Président, le Conseil d administration évalue régulièrement sa taille, sa composition

Plus en détail

Réflexions pour la Mention Finance de l Université []

Réflexions pour la Mention Finance de l Université [] Réflexions pour la Mention Finance de l Université [] MATTHIEU LEBLANC SEPTEMBRE 2014 CETTE PRÉSENTATION PROPOSE DES VOIES D ÉVOLUTION POUR UNE FORMATION EN FINANCE D UNE UNIVERSITÉ FRANÇAISE. LE GRAND

Plus en détail

Conseil en stratégie pour investisseurs institutionnels Un conseil compétent pour des questions délicates

Conseil en stratégie pour investisseurs institutionnels Un conseil compétent pour des questions délicates Investisseurs institutionnels Conseil en pour investisseurs institutionnels Un conseil compétent pour des questions délicates Règlement de placement En tant que principal instrument de gestion, le règlement

Plus en détail

PLACEMENTS IMMOBILIERS PRUDENTS ET DIVERSIFIÉS

PLACEMENTS IMMOBILIERS PRUDENTS ET DIVERSIFIÉS PLACEMENTS IMMOBILIERS PRUDENTS ET DIVERSIFIÉS UNE STRATÉGIE IMMOBILIÈRE DE QUALITÉ OGEO FUND sélectionne et conserve dans son portefeuille une poche immobilière importante (maximum 25%) composée de projets

Plus en détail

Compte d exploitation 2013. Prévoyance professionnelle Swiss Life Suisse

Compte d exploitation 2013. Prévoyance professionnelle Swiss Life Suisse Compte d exploitation 2013 Prévoyance professionnelle Swiss Life Suisse Editorial Chère lectrice, cher lecteur, En 2013, Swiss Life a une nouvelle fois fait la preuve éclatante de sa stabilité financière,

Plus en détail

Julien Limacher, CAPCO Yves Hennard, Union Bancaire Privée Philippe Grégoire, Orfival

Julien Limacher, CAPCO Yves Hennard, Union Bancaire Privée Philippe Grégoire, Orfival La conception de rapports d attribution de performance Julien Limacher, CAPCO Yves Hennard, Union Bancaire Privée Philippe Grégoire, Orfival Agenda Drivers, Attentes des clients et Pratiques de marché

Plus en détail

Gestion discrétionnaire personnalisée

Gestion discrétionnaire personnalisée Gestion discrétionnaire personnalisée ING Private Banking m offre une gestion sur mesure de mon patrimoine ing.be/privatebanking Private Banking 1 J ai confiance en mon gestionnaire personnel pour la gestion

Plus en détail

Financement et régulation des pensions

Financement et régulation des pensions Faculté de droit et de criminologie Faculté des Sciences (Institut de Statistique, Biostatistique et Sciences Actuarielles -ISBA) CERTIFICAT D UNIVERSITÉ (12 CRÉDITS ECTS) Financement et régulation des

Plus en détail

BONNE GOUVERNANCE PUBLIQUE : RAPPORT ANNUEL DU COMITÉ D AUDIT 2011

BONNE GOUVERNANCE PUBLIQUE : RAPPORT ANNUEL DU COMITÉ D AUDIT 2011 BONNE GOUVERNANCE PUBLIQUE : RAPPORT ANNUEL DU COMITÉ D AUDIT 2011 AVANT-PROPOS L ONAFTS poursuit l objectif d une bonne gestion et souhaite optimaliser sa légitimité et son intégrité. C est la raison

Plus en détail

FORTUNA di GENERALI. Fiche info financière assurance-vie pour la branche 23. FORTUNA di GENERALI 1

FORTUNA di GENERALI. Fiche info financière assurance-vie pour la branche 23. FORTUNA di GENERALI 1 FORTUNA di GENERALI 1 TYPE D ASSURANCE-VIE GARANTIES Assurance-vie dont le rendement est lié à des fonds d investissement (branche 23). Fortuna di Generali garantit des prestations en cas de vie ou en

Plus en détail

Caisse de retraite du Régime de retraite du personnel des CPE et des garderies privées conventionnées du Québec

Caisse de retraite du Régime de retraite du personnel des CPE et des garderies privées conventionnées du Québec Caisse de retraite du Régime de retraite du personnel des CPE et des garderies privées conventionnées du Québec États financiers Accompagnés du rapport des vérificateurs Certification Fiscalité Services-conseils

Plus en détail

Caisse de retraite du Régime de retraite du personnel des CPE et des garderies privées conventionnées du Québec

Caisse de retraite du Régime de retraite du personnel des CPE et des garderies privées conventionnées du Québec Caisse de retraite du Régime de retraite du personnel des CPE et des garderies privées conventionnées du Québec États financiers du premier exercice de neuf mois Accompagnés du rapport des vérificateurs

Plus en détail

Processus d agrément des sociétés de gestion AIFM

Processus d agrément des sociétés de gestion AIFM Processus d agrément des sociétés de gestion AIFM 8 janvier 2014 Agrément SGP : Etat des lieux et perspectives de mise en œuvre La préparation de la mise en œuvre Les efforts de pédagogie Le Guide «Acteurs»

Plus en détail

Conférence Solvabilité 2

Conférence Solvabilité 2 Conférence Solvabilité 2 «Solvency 2, de la gestion du Programme à l impact sur les futures productions : De 2014 à 2016, mettre en œuvre et anticiper les impacts de la réforme» 3 avril 2014 Alban JARRY

Plus en détail

pour des requêtes concernant l autorisation en tant que bourse suisse ou organisation analogue à une bourse

pour des requêtes concernant l autorisation en tant que bourse suisse ou organisation analogue à une bourse GUIDE PRATIQUE pour des requêtes concernant l autorisation en tant que bourse suisse ou organisation analogue à une bourse Edition du 11 juin 2014 But Le présent guide pratique est un simple instrument

Plus en détail

UBS Optio 1e Fondation collective. Comment les entreprises et leurs collaborateurs peuvent-ils profiter des «plans 1e»?

UBS Optio 1e Fondation collective. Comment les entreprises et leurs collaborateurs peuvent-ils profiter des «plans 1e»? UBS Optio 1e Fondation collective Comment les entreprises et leurs collaborateurs peuvent-ils profiter des «plans 1e»? 2 L essentiel en bref L affiliation à l UBS Optio 1e Fondation collective permet la

Plus en détail

LIGNES DIRECTRICES SUR LA GESTION DES ACTIFS DES FONDS DE PENSION. Recommandation du Conseil

LIGNES DIRECTRICES SUR LA GESTION DES ACTIFS DES FONDS DE PENSION. Recommandation du Conseil DIRECTION DES AFFAIRS FINANCIERES ET DES ENTREPRISES LIGNES DIRECTRICES SUR LA GESTION DES ACTIFS DES FONDS DE PENSION Recommandation du Conseil Ces lignes directrices, préparées par le Comité des Assurances

Plus en détail

Une organisa+on rigoureuse, une offre complète et innovante

Une organisa+on rigoureuse, une offre complète et innovante Une organisa+on rigoureuse, une offre complète et innovante Seraing, 18 octobre 2013 SOMMAIRE 1. 1I. Les Chiffres d Ogeo 1. Chiffres clés 2. Ogeo évolu+on Le Modèle Ogeo 1. Un fonds de pension novateur

Plus en détail

Plateforme Lyxor. Un accès simple et sécurisé à la gestion alternative

Plateforme Lyxor. Un accès simple et sécurisé à la gestion alternative Plateforme Lyxor Un accès simple et sécurisé à la gestion alternative Gestion alternative Une classe d actifs attractive Avec plus de 7,600 hedge funds à travers le monde (source HFR Industry Report Q4

Plus en détail

Zurich Invest SA. Le placement de vos valeurs patrimoniales est une activité exigeante et délicate. Confiez-la à des professionnels.

Zurich Invest SA. Le placement de vos valeurs patrimoniales est une activité exigeante et délicate. Confiez-la à des professionnels. Zurich Invest SA Le placement de vos valeurs patrimoniales est une activité exigeante et délicate. Confiez-la à des professionnels. Zurich Invest SA à l écoute des investisseurs. Zurich Invest SA, filiale

Plus en détail

Référentiel d'évaluation du système de contrôle interne auprès des établissements de crédit

Référentiel d'évaluation du système de contrôle interne auprès des établissements de crédit Annexe Circulaire _2009_19-1 du 8 mai 2009 Référentiel d'évaluation du système de contrôle interne auprès des établissements de crédit Champ d'application: Commissaires agréés. Réglementation de base Table

Plus en détail

LEXIQUE - A A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z. Actuaires / Actuariat. Actifs représentatifs

LEXIQUE - A A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z. Actuaires / Actuariat. Actifs représentatifs LEXIQUE - A Actuaires / Actuariat Un actuaire est un professionnel spécialiste de l'application du calcul des probabilités et de la statistique aux questions d'assurances, de finance et de prévoyance sociale.

Plus en détail

Site de repli et mitigation des risques opérationnels lors d'un déménagement

Site de repli et mitigation des risques opérationnels lors d'un déménagement Site de repli et mitigation des risques opérationnels lors d'un déménagement Anne Claire PAULET Responsable Risques Opérationnels GASELYS AGENDA PRÉSENTATION GASELYS LES RISQUES OPÉRATIONNELS CONTINUITÉ

Plus en détail

Bulletin d inscription Arrêté des Comptes IFRS ASSURANCES 2007

Bulletin d inscription Arrêté des Comptes IFRS ASSURANCES 2007 Bulletin d inscription Arrêté des Comptes IFRS ASSURANCES 2007 Pour tout mode de règlement, précisez le titre et la date de la conférence : Par chèque à l ordre des ECHOS FORMATION, société filiale des

Plus en détail

Quo Vadis Gérant Indépendant? 21 septembre 2011 Jean-Luc Epars, Partner, Legal Yvan Mermod, Partner, Audit FS

Quo Vadis Gérant Indépendant? 21 septembre 2011 Jean-Luc Epars, Partner, Legal Yvan Mermod, Partner, Audit FS Quo Vadis Gérant Indépendant? 21 septembre 2011 Jean-Luc Epars, Partner, Legal Yvan Mermod, Partner, Audit FS Agenda 1. Les gérants indépendants sous pression 2. Surveillance actuelle 3. Directive AIFM

Plus en détail

NOMINATIONS DANS LE GROUPE CREDIT AGRICOLE S.A.

NOMINATIONS DANS LE GROUPE CREDIT AGRICOLE S.A. Paris, le 1 er décembre 2010 Communiqué de presse NOMINATIONS DANS LE GROUPE CREDIT AGRICOLE S.A. Les Conseils d Administration de LCL, de Crédit Agricole Assurances, de Pacifica et de Crédit Agricole

Plus en détail

Critères de qualité de la KGAST

Critères de qualité de la KGAST Critères de qualité de la KGAST I. Introduction Les fondations de placement ne sont autorisées à utiliser le label de qualité «Fondation KGAST» que si elles reconnaissent intégralement et sans réserve

Plus en détail

Rapport prévu à l article 43-1 du Règlement 97-02 modifié relatif au contrôle interne des établissements de crédit

Rapport prévu à l article 43-1 du Règlement 97-02 modifié relatif au contrôle interne des établissements de crédit Le 16 mai 2012 Rapport prévu à l article 43-1 du Règlement 97-02 modifié relatif au contrôle interne des établissements de crédit Politique et pratiques de rémunération (membres de l organe exécutif et

Plus en détail

relatif au Règlement d examen applicable à l Examen professionnel pour les spécialistes de la prévoyance en faveur du personnel

relatif au Règlement d examen applicable à l Examen professionnel pour les spécialistes de la prévoyance en faveur du personnel Association suisse des Institutions de prévoyance ASIP Association de spécialistes en gestion de la prévoyance en faveur du personnel VVP Guide relatif au Règlement d examen applicable à l Examen professionnel

Plus en détail

7e HEPTA CONSULT. Offre de services & équipe de consultants. 5, Z.A.I. de Bourmicht L 8070 BERTRANGE

7e HEPTA CONSULT. Offre de services & équipe de consultants. 5, Z.A.I. de Bourmicht L 8070 BERTRANGE Actuaires Conseils 5, Z.A.I. de Bourmicht L 8070 BERTRANGE Tél. : 263 179-1 http://www.heptaconsult.lu Fax. : 263 179-24 Offre de services & équipe de consultants Nos activités principales Conseils aux

Plus en détail

ADMINISTRATION CENTRALE, GOUVERNANCE INTERNE, GESTION DES RISQUES

ADMINISTRATION CENTRALE, GOUVERNANCE INTERNE, GESTION DES RISQUES ADMINISTRATION CENTRALE, GOUVERNANCE INTERNE, GESTION DES RISQUES Circulaire CSSF 12/552 21 février 2013 Introduction (1) Développements récents au niveau international Problèmes de gouvernance interne

Plus en détail

PRINCIPES ET VALEURS EN MATIÈRE DE PLACEMENTS. Régime de pension de l Université d Ottawa (1965)

PRINCIPES ET VALEURS EN MATIÈRE DE PLACEMENTS. Régime de pension de l Université d Ottawa (1965) PRINCIPES ET VALEURS EN MATIÈRE DE PLACEMENTS Régime de pension de l Université d Ottawa (1965) Objectif du fonds Réalisation de l objectif Continuité de l exploitation Rôles et responsabilités L objectif

Plus en détail

PASSEPORT POUR LA MISE EN SITUATION PROFESSIONNELLE -MSP- HABILITATION DE L ARCHITECTE DIPLÔMÉ D ÉTAT À EXERCER LA MAITRISE D ŒUVRE EN SON NOM PROPRE

PASSEPORT POUR LA MISE EN SITUATION PROFESSIONNELLE -MSP- HABILITATION DE L ARCHITECTE DIPLÔMÉ D ÉTAT À EXERCER LA MAITRISE D ŒUVRE EN SON NOM PROPRE École nationale supérieure d architecture Montpellier PASSEPORT POUR LA MISE EN SITUATION PROFESSIONNELLE -MSP- HABILITATION DE L ARCHITECTE DIPLÔMÉ D ÉTAT À EXERCER LA MAITRISE D ŒUVRE EN SON NOM PROPRE

Plus en détail

La réglementation de l assurance vie au Grand-Duché de Luxembourg

La réglementation de l assurance vie au Grand-Duché de Luxembourg La réglementation de l assurance vie au Grand-Duché de EFE Rendez-vous annuel de l assurance vie - Hôtel Westminster 13/12/2012 Marc Gouden & Pierre MOREAU Partners Avocats aux Barreaux de et de Quelques

Plus en détail

Directives CHS PP D 05/2013. Chiffres-clés déterminants et autres renseignements devant être fournis par les fondations de placement

Directives CHS PP D 05/2013. Chiffres-clés déterminants et autres renseignements devant être fournis par les fondations de placement français Commission de haute surveillance de la prévoyance professionnelle CHS PP Directives CHS PP D 05/2013 Chiffres-clés déterminants et autres renseignements devant être fournis par les fondations

Plus en détail

Ordonnance sur les fonds de placement

Ordonnance sur les fonds de placement Ordonnance sur les fonds de placement (OFP) Modification du 25 octobre 2000 Le Conseil fédéral suisse arrête: I L ordonnance du 19 octobre 1994 sur les fonds de placement 1 est modifiée comme suit: Art.

Plus en détail

Initiation à la pratique de la comptabilité

Initiation à la pratique de la comptabilité 19 INTER CG1 INTRA Initiation à la pratique de la comptabilité Intervenante : Dominique BELLEMIN NOEL, Responsable de missions, ou Bernadette COLLAIN, Expert-comptable, Cabinet Léo JEGARD ET ASSOCIES -

Plus en détail

Service actions et options

Service actions et options Rob Wilson/schutterstock.com Service actions et options Réussir ses investissements en actions exige du temps, des recherches et de la discipline. Le service actions et options de KBC Private Banking vous

Plus en détail

Mise en œuvre des IFRS dans la banque

Mise en œuvre des IFRS dans la banque Mise en œuvre des IFRS dans la banque Responsables financiers et comptables des institutions financières Experts Comptables Commissaires aux Comptes Comprendre les fondements des normes IFRS Savoir traiter

Plus en détail

Réforme Prudentielle Solvency II

Réforme Prudentielle Solvency II 5 ème Réunion Annuelle Réforme Prudentielle Solvency II Après QIS4 et la Directive Cadre, sélectionner les meilleures organisations pour maîtriser le calendrier 2009 En partenariat avec : 5 ème Réunion

Plus en détail

Solvabilité II un changement de paradigme

Solvabilité II un changement de paradigme Réglementation Solvabilité II un changement de paradigme En Europe, près de 7 700 milliards d euros d actifs sont gérés par des investisseurs institutionnels qui ont un horizon d investissement de long

Plus en détail

LIGNE DIRECTRICE RELATIVE AUX PRATIQUES PRUDENTES DE PLACEMENT DES REGIMES DE RETRAITE

LIGNE DIRECTRICE RELATIVE AUX PRATIQUES PRUDENTES DE PLACEMENT DES REGIMES DE RETRAITE LIGNE DIRECTRICE N 6 LIGNE DIRECTRICE RELATIVE AUX PRATIQUES PRUDENTES DE PLACEMENT DES REGIMES DE RETRAITE Le 15 novembre 2011 TABLE DES MATIÈRES CONTEXTE DE LA LIGNE DIRECTRICE... 3 Pratiques prudentes

Plus en détail

Financial Services. Au cœur de la gestion d actifs Une expertise adaptée aux enjeux du marché

Financial Services. Au cœur de la gestion d actifs Une expertise adaptée aux enjeux du marché Financial Services Au cœur de la gestion d actifs Une expertise adaptée aux enjeux du marché Enjeux et perspectives du marché de la gestion d actifs L horizon 2011 devrait marquer une nouvelle étape dans

Plus en détail

Séminaire IST Insight du 23 avril 2013

Séminaire IST Insight du 23 avril 2013 Séminaire IST Insight du 23 avril 2013 Comment investir sur le marché des actions suisses Serge Ledermann Directeur s.ledermann@retraitespopulaires.ch Caroline 9 CP 288-1001 Lausanne Tél. 021 348 21 11

Plus en détail

Mandat d audit confié à une entreprise soumise à la surveillance de l État (ci-après: entreprise de révision )

Mandat d audit confié à une entreprise soumise à la surveillance de l État (ci-après: entreprise de révision ) Oberaufsichtskommission Berufliche Vorsorge OAK BV Annexe 2 Mandat d audit confié à une entreprise soumise à la surveillance de l État (ci-après: entreprise de révision ) 1 Objectif La Commission de haute

Plus en détail

IFRS Etats financiers consolidés abrégés (en milliers d euros)

IFRS Etats financiers consolidés abrégés (en milliers d euros) IFRS Etats financiers consolidés abrégés (en milliers d euros) 1. Compte de résultats consolidé par segment au 30.06.2005 2. Bilan consolidé par segment au 30.06.2005 3. Tableau des flux de trésorerie

Plus en détail

Formation : «L expert-comptable et/ou conseil fiscal comme administrateur indépendant ou externe» 2014. Programme

Formation : «L expert-comptable et/ou conseil fiscal comme administrateur indépendant ou externe» 2014. Programme Formation : «L expert-comptable et/ou conseil fiscal comme administrateur indépendant ou externe» 2014 Programme Synthèse Mardi 11/03/2014 Première journée 1.1 Gouvernance de l entreprise en général Marc

Plus en détail

Information financière pro forma 2012 consolidée Icade-Silic

Information financière pro forma 2012 consolidée Icade-Silic COMMUNIQUE DE PRESSE Paris, le 27 mars 2013 Information financière pro forma 2012 consolidée Icade-Silic Conformément à ce qui avait été annoncé lors de la publication des comptes annuels, Icade publie

Plus en détail

FONDS DE PENSION TRANSPORT ET LOGISTIQUE OFP PLAN DE FINANCEMENT PLAN SECTORIEL DE PENSION

FONDS DE PENSION TRANSPORT ET LOGISTIQUE OFP PLAN DE FINANCEMENT PLAN SECTORIEL DE PENSION FONDS DE PENSION TRANSPORT ET LOGISTIQUE OFP PLAN DE FINANCEMENT PLAN SECTORIEL DE PENSION (version 30/03/2012) 1. CARACTERISTIQUES DU PLAN DE PENSION 1.1. Engagement de Pension type Contributions Définies:

Plus en détail

Solvabilité II La dernière ligne droite

Solvabilité II La dernière ligne droite Dossier Solvabilité II La dernière ligne droite Publi-dossier distribué avec l édition du 22 mai 2014 de L AGEFI HEBDO Dossier Solvabilité II Les assureurs sur le chemin de Solvabilité II... page 3 Stéphane

Plus en détail

Service Actions. l Discipline en matière d actions l

Service Actions. l Discipline en matière d actions l Service Actions l Discipline en matière d actions l Pourquoi investir en actions? Les actions génèrent à long terme un rendement supérieur à celui des obligations. À une seule condition : que vous ne mettiez

Plus en détail

Formation «Bases comptables»

Formation «Bases comptables» Formation «Bases comptables» REFERENCE : 200 1. Objectif général Situer le rôle de la comptabilité dans son contexte économique. Identifier les enjeux des différentes méthodes d évaluation. Traduire les

Plus en détail

LE BILAN D UNE BANQUE

LE BILAN D UNE BANQUE Il est composé de 14 chapitres : Organisation des états financiers IFRS Trésorerie et opérations interbancaires Crédits à la clientèle Dépôts de la clientèle Activités sur titres Dettes représentées par

Plus en détail

Esarc - Pôle formations à distance

Esarc - Pôle formations à distance Esarc - MASTER EUROPEEN EN MANAGEMENT ET STRATEGIE FINANCIERE - BAC+5 - MSFI Le Master Européen est un diplôme Bac+5, délivré par la FEDE (Fédération Européenne des Écoles). La FEDE est une association

Plus en détail

Quels liens entre les modèles et la réalité? Mathilde Jung Université d été / Lundi 9 Juillet 2012 AG2R LA MONDIALE

Quels liens entre les modèles et la réalité? Mathilde Jung Université d été / Lundi 9 Juillet 2012 AG2R LA MONDIALE Quels liens entre les modèles et la réalité? Mathilde Jung Université d été / Lundi 9 Juillet 2012 AG2R LA MONDIALE Solvabilité 2, une réforme en 3 piliers Les objectifs : Définir un cadre harmonisé imposant

Plus en détail

G R O U P E SUNU LES NOUVEAUX HORIZONS DE L ASSURANCE AFRICAINE

G R O U P E SUNU LES NOUVEAUX HORIZONS DE L ASSURANCE AFRICAINE G R O U P E SUNU 38 ème A.G DE LA FANAF/ OUAGA Février 2014 LES NOUVEAUX HORIZONS DE L ASSURANCE AFRICAINE Communication de M. Saliou BAKAYOKO Directeur Général de LMAI-Vie, membre du Groupe SUNU 1 G R

Plus en détail

Formation «Comptabilité bancaire : cycle long»

Formation «Comptabilité bancaire : cycle long» Formation «Comptabilité bancaire : cycle long» REFERENCE : 202 1. Objectif général Situer l'activité bancaire dans son environnement économique et réglementaire. Souligner les aspects techniques et économiques

Plus en détail

L Agilité à votre service. Rapport d activité 2014

L Agilité à votre service. Rapport d activité 2014 L Agilité à votre service Rapport d activité 2014 00 Sommaire Mot des Présidents 02 Chiffres clés 03 Notre actionnariat 03 Le Conseil d Administration 04 Le Comité de Direction 05 Notre mission & nos services

Plus en détail

DiFiQ. Diplôme Finance Quantitative. Une formation en partenariat. Ensae Dauphine Bärchen

DiFiQ. Diplôme Finance Quantitative. Une formation en partenariat. Ensae Dauphine Bärchen DiFiQ Ensae Dauphine Bärchen Diplôme Finance Quantitative Une formation en partenariat bonnes raisons 5de s inscrire au DiFiQ 1. Gagnez une maîtrise incontournable des techniques quantitatives en finance

Plus en détail

GUARDIAN asset management software. Solutions. The safe partner for your business

GUARDIAN asset management software. Solutions. The safe partner for your business Portfolio Management GUARDIAN Solutions The safe partner for your business La société Swiss-Rev offre des solutions logicielles hautement spécialisées et adaptées au domaine financier. Nous comptons parmi

Plus en détail

ING Turbos. Faible impact de la volatilité. Evolution simple du prix

ING Turbos. Faible impact de la volatilité. Evolution simple du prix ING Turbos Produit présentant un risque de perte en capital et à effet de levier. Les Turbos sont émis par ING Bank N.V. et sont soumis au risque de défaut de l émetteur. ING Turbos ING a lancé les Turbos

Plus en détail

ETUDE SALARIALE SECTEUR FINANCIER 2015

ETUDE SALARIALE SECTEUR FINANCIER 2015 ETUDE SALARIALE SECTEUR FINANCIER 2015 16 e EDITION POUR PLUS D INFORMATIONS, CONTACTEZ-NOUS +32 9 242 54 44 be.hudson.com EXPERTS EN REMUNERATION INFORMATION GENERALE Le talent, le dévouement et la loyauté

Plus en détail

Concerne : réforme et précision sur le système de pensions complémentaires.

Concerne : réforme et précision sur le système de pensions complémentaires. Chers clients, Concerne : réforme et précision sur le système de pensions complémentaires. Lors de l'élaboration du budget 2012, le gouvernement a pris différentes mesures qui ont un impact important sur

Plus en détail

Partenaires. Public cible

Partenaires. Public cible Les mé tiers OPC Le Luxembourg est reconnu comme un centre d excellence pour la domiciliation et l administration de fonds d investissement. La croissance constante et l évolution de la sophistication

Plus en détail

SOLVABILITE II Glossaire et notions clés

SOLVABILITE II Glossaire et notions clés SOLVABILITE II Glossaire et notions clés Version septembre 2013 A Actuaire Spécialiste qui applique la statistique et le calcul des probabilités pour la conduite d opérations financières et d assurance.

Plus en détail

Rapport standard analyse des risques/stratégie d audit. Sommaire

Rapport standard analyse des risques/stratégie d audit. Sommaire Projet de mise en consultation du 9 septembre 2003 Circ.-CFB 0 / Annexe 1: Rapport standard analyse des risques/stratégie d audit Rapport standard analyse des risques/stratégie d audit Les sociétés d audit

Plus en détail

Nouveaux taux d intérêt garantis pour les plans de pension souscrits par une entreprise Questions & Réponses

Nouveaux taux d intérêt garantis pour les plans de pension souscrits par une entreprise Questions & Réponses Nouveaux taux d intérêt garantis pour les plans de pension souscrits par une entreprise Questions & Réponses Employee Benefits Institute 1. Quels seront les nouveaux taux d intérêt garantis par AXA Belgium

Plus en détail

QUEL EST L INTÉRÊT D INVESTIR EN BOURSE?

QUEL EST L INTÉRÊT D INVESTIR EN BOURSE? QUEL EST L INTÉRÊT D INVESTIR EN BOURSE? L attrait de l investissement en actions sur le long terme et présentation des stratégies des deux fonds TreeTop Thierry Beauvois Senior Financial Advisor TREETOP

Plus en détail

Pour une gestion active du patrimoine

Pour une gestion active du patrimoine Pour une gestion active du patrimoine Présentation CETE du 07-06-2012 1 sommaire 1. Introduction 2. La gestion active du patrimoine : qu est-ce que c est? 3. Une nouvelle organisation 4. Le Plan Stratégique

Plus en détail

Directive AIFM Le régime dépositaire 4 février 2013

Directive AIFM Le régime dépositaire 4 février 2013 Directive AIFM Le régime dépositaire 4 février 2013 Laurent Fessmann, Baker & McKenzie Luxembourg Sandrine Leclercq, Baker & McKenzie Luxembourg Anne Landier-Juglar, Caceis Baker & McKenzie Luxembourg

Plus en détail

Solvabilité 2. «Gouvernance et nouvelle politique des risques» 25 juin 2014. Alban JARRY. Directeur du Programme Solvency 2 de La Mutuelle Générale

Solvabilité 2. «Gouvernance et nouvelle politique des risques» 25 juin 2014. Alban JARRY. Directeur du Programme Solvency 2 de La Mutuelle Générale Conférence Solvabilité 2 «Gouvernance et nouvelle politique des risques» 25 juin 2014 Alban JARRY Directeur du Programme Solvency 2 de La Mutuelle Générale La Mutuelle Générale, une entreprise de l économie

Plus en détail

Surveillance consolidée des banques et des négociants en valeurs mobilières

Surveillance consolidée des banques et des négociants en valeurs mobilières Foire aux questions (FAQ) Surveillance consolidée des banques et des négociants en valeurs mobilières (Dernière modification : 31 mars 2015) La FINMA surveille plus de 100 groupes de banques et de négociants

Plus en détail

Actualités belges: Impacts pour l acteur luxembourgeois travaillant en LPS

Actualités belges: Impacts pour l acteur luxembourgeois travaillant en LPS Actualités belges: Impacts pour l acteur luxembourgeois travaillant en LPS IFE ASSURANCE-VIE 25 novembre 2014 Marc GOUDEN Pierre MOREAU Avocats associés Barreaux de et de PLAN Introduction Mifidisation

Plus en détail

Méthode de calcul fiscal et écologique du prix de leasing

Méthode de calcul fiscal et écologique du prix de leasing Méthode de calcul fiscal et écologique du prix de leasing Total Cost of Ownership, l instrument idéal pour déterminer le choix de voiture le plus avantageux TCO est utilisé pour Total Cost of Ownership,

Plus en détail

Point de vue de l investisseur

Point de vue de l investisseur Financez votre entreprise avec des fonds propres Point de vue de l investisseur Les petits déjeuners des PME et des start-up 24 septembre 2010 Corporate Finance Intervenant Samuel Babey Directeur Corporate

Plus en détail

Principes de comptabilité et de gestion financière

Principes de comptabilité et de gestion financière Commission de Développement Économique des Premières Nations du Québec et du Labrador Principes de comptabilité et de gestion financière Les 25 et 26 janvier 2011 à Québec Plan de cours Présenté par :

Plus en détail

Normes IAS : évaluation des engagements sociaux de l entreprise. Atelier Solution

Normes IAS : évaluation des engagements sociaux de l entreprise. Atelier Solution Normes IAS : évaluation des engagements sociaux de l entreprise Normes IAS : évaluation des engagements sociaux de l entreprise INTERVENANTS : Serge ANOUCHIAN Expert-Comptable et Commissaire aux Comptes

Plus en détail

L AUDIT INTERNE DES COMPAGNIES D ASSURANCES. TRANSVERS CONSULTING L'audit des compagnies d'assurances 2005 1

L AUDIT INTERNE DES COMPAGNIES D ASSURANCES. TRANSVERS CONSULTING L'audit des compagnies d'assurances 2005 1 L AUDIT INTERNE DES COMPAGNIES D ASSURANCES 2005 1 Séminaire - Atelier L audit interne dans l assurance 1 ère communication : Généralités sur l audit interne 2 ème communication : L audit interne des compagnies

Plus en détail

L unique CFD AutoStop

L unique CFD AutoStop L unique CFD AutoStop Une solution alternative aux certificats Avertissements : Les CFD sont des produits spéculatifs à effet de levier pouvant mener à une perte totale voire supérieure à l investissement

Plus en détail

COLLOQUE SUR LA RETRAITE ET LES PLACEMENTS AU QUÉBEC L INVESTISSEMENT GUIDÉ PAR LE PASSIF

COLLOQUE SUR LA RETRAITE ET LES PLACEMENTS AU QUÉBEC L INVESTISSEMENT GUIDÉ PAR LE PASSIF COLLOQUE SUR LA RETRAITE ET LES PLACEMENTS AU QUÉBEC L INVESTISSEMENT GUIDÉ PAR LE PASSIF LE 20 NOVEMBRE 2014 Sébastien Naud, CFA, M.Sc. Conseiller principal L investissement guidé par le passif Conférenciers

Plus en détail

Préparation à la vente

Préparation à la vente Alain Schockert Administrateur-Délégué 30 mars 2011 - Namur Agenda Quand et pourquoi? A qui? Comment et spécificités de la transaction? Processus type Phase préparatoire Modes de cession Etapes d un processus

Plus en détail

Pôle FINANCE INNOVATION Groupe de Travail : Gestion d Actifs

Pôle FINANCE INNOVATION Groupe de Travail : Gestion d Actifs Pôle FINANCE INNOVATION Groupe de Travail : Gestion d Actifs Présentation du 18 octobre 2012 RAPPORT -Etude 2012 des dispositifs de gestion des risques en asset management Confidentialité OTC GROUPE ONEPOINT

Plus en détail

Annexe IV : rapport du Président du Conseil d Administration

Annexe IV : rapport du Président du Conseil d Administration Annexe IV : rapport du Président du Conseil d Administration joint au rapport de gestion rendant compte des conditions de préparation et d organisation des travaux du Conseil ainsi que des procédures de

Plus en détail

Le système de retraite néerlandais. un aperçu des principaux aspects

Le système de retraite néerlandais. un aperçu des principaux aspects Le système de retraite néerlandais un aperçu des principaux aspects Le système de retraite néerlandais un aperçu des principaux aspects Dutch Association of Industry-wide Pension Funds (VB) Sommaire 1

Plus en détail