Traitement endovasculaire des anévrysmes de l aorte : construction sur mesure des endoprothèses

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Traitement endovasculaire des anévrysmes de l aorte : construction sur mesure des endoprothèses"

Transcription

1 Traitement endovasculaire des anévrysmes de l aorte : construction sur mesure des endoprothèses F. Koskas, P. Cluzel, A.C. Benhamou, G. Godet, M. Bertrand, M.H. Fléron, A. Liou, M.H. Fievet, E. Kieffer* Points forts Le traitement des anévrysmes de l aorte s est enrichi d une nouvelle technique moins invasive que les méthodes chirurgicales classiques : l endoprothèse. Les résultats à long terme de cette nouvelle technique sont encore à évaluer mais sa moindre invasivité constitue un avantage pour traiter les malades à risque chirurgical. L endoprothèse sur mesure est d un taux de faisabilité supérieur à celui des endoprothèses toutes faites. Mots-clés : Anévrysme de l aorte abdominale - Endoprothèses - Chirurgie vasculaire. Depuis son introduction par Parodi (1), le traitement endovasculaire (TE) des anévrysmes de l aorte (AA) a soulevé une vague d intérêt compréhensible. En effet, malgré des résultats excellents à court et à long terme, le traitement conventionnel chirurgical reste invasif et grevé d une morbidité et d une mortalité non négligeables chez les malades à risque, notamment cardiaque et pulmonaire (2). Ce TE consiste, par un abord fémoral ou iliaque, encore chirurgical mais d une invasivité sans aucune commune mesure avec l abord conventionnel, en l introduction dans l aorte pathologique d une endoprothèse dont l expansion permet d obtenir à la fois l exclusion de la poche anévrysmale et la revascularisation d aval. Si les premières tentatives faites par Parodi ont eu recours à une construction artisanale de l endoprothèse, c est très tôt que toutes les firmes productrices de matériel vasculaire ont perçu l attrait d un marché relativement vaste et ont proposé à l expérimentation clinique des modèles d endoprothèses toutes faites, prêtes à l utilisation. Les principes techniques de ces modèles sont assez proches les uns des autres ; ils comportent une armature métallique destinée à donner à l ensemble sa forme et une membrane de substitut de paroi vasculaire, en général en Dacron, polyester ou PTFE, étanche au flux sanguin. * Service de chirurgie vasculaire, CHU Pitié-Salpêtrière, Paris. Différents types d endoprothèses sont adaptés aux situations cliniques (tubes, bifurcations ou autres). Tous ces modèles ont en commun le fait d être produits dans des dimensions standard. C est pourquoi la faisabilité du TE avec ces modèles dépend essentiellement de la morphologie de l anévrysme traité. La variabilité de cette morphologie d un malade à l autre est bien connue. En chirurgie conventionnelle, le chirurgien a l habitude d adapter les prothèses vasculaires qu il utilise à un cas donné en les taillant à la bonne dimension, en biseautant les anastomoses ou en confectionnant des assemblages spécifiques. Avec les endoprothèses toutes faites, il n existe aucune possibilité d adapter l endoprothèse si ses mensurations ne correspondent pas exactement à celles de l anévrysme traité. C est pourquoi la seule alternative consiste en une intubation télescopique à l aide de plusieurs endoprothèses successives afin de couvrir complètement la zone anévrysmale. Cette méthode est laborieuse, coûteuse, et surtout implique une jonction entre au moins deux endoprothèses. Cette jonction risque, d emblée ou avec la modification ultérieure du complexe anévrysmal, d être le point de départ d une fuite. En outre, de nombreux anévrysmes ne présentent qu à une seule de leurs extrémités les conditions morphologiques nécessaires à l ancrage de l endoprothèse. Les endoprothèses toutes faites ne permettent pas de tirer parti de telles conditions. Nous avons conclu de cette analyse que si, jusqu à présent, le chirurgien avait été à même d adapter le plus précisément possible une prothèse vasculaire à un anévrysme donné pour la chirurgie conventionnelle, il pouvait prendre en charge la même adaptation pour les endoprothèses. Nous avons donc développé, comme quelques autres équipes, une méthode permettant de confectionner sur mesure les endoprothèses à partir de composants simples et disponibles sur le marché. Après une revue abrégée des résultats des endoprothèses toutes faites, nous détaillerons notre expérience avec cette méthode utilisant les endoprothèses faites sur mesure. RÉSULTAT DU TRAITEMENT ENDOVASCULAIRE DES ANÉ- VRYSMES DE L AORTE ABDOMINALE AVEC LES ENDO- PROTHÈSES TOUTES FAITES Malgré une littérature pléthorique, il est difficile de se faire une idée précise des résultats de ces endoprothèses toutes faites. En effet, la diversité et l évolutivité des modèles employés par les équipes sont une constante. Les séries suffisamment importantes manquent d homogénéité et portent sur des sous-populations de malades hautement sélectionnés par un recrutement tertiaire, le schéma de recrutement étant celui d un expert opérant sa sélection sur des indications déjà présélectionnées par un centre recru- La Lettre du Cardiologue - n octobre

2 teur. Les taux de faisabilité annoncés ou même publiés ne peuvent pas donner une idée précise du taux de faisabilité de la méthode chez le malade tout-venant. Les intérêts économiques sont considérables, mettant en cause l objectivité de certaines évaluations. Une analyse critique de la littérature évalue le taux de faisabilité du TE avec des endoprothèses toutes faites entre 15 et 25 %. Cette faisabilité nécessite des conditions anatomiques assez astreignantes, incluant un collet aortique proximal parfaitement cylindrique d au moins 15 mm de long et de moins de 28 mm de diamètre, un collet aortique distal de plus de 10 mm de long pour les endoprothèses tubulaires et des axes iliaques sans angulation majeure, sans anévrysme et d un diamètre de moins de 15 mm pour les endoprothèses bifurquées. Les résultats sont rarement étudiés en intention de traiter. Le succès technique primaire est défini comme un bon positionnement de l endoprothèse sans fuite, de conversion chirurgicale ou d occlusion. Compte tenu du caractère rigoureusement sélectionné de la population traitée, le taux de succès primaire chez les malades correctement triés paraît satisfaisant [86 % pour Blum (3), 73 % pour Chuter (4), 80 % pour Parodi (5), 81 % pour White (6), 83 % pour Mialhe (7) et 85 % pour le système EVT (8)]. Cependant, avec ces systèmes, outre la nécessité d une sélection très rigoureuse des malades, il faut mentionner le nombre non négligeable d embolisations de collatérales majeures comme les artères hypogastriques qui sont nécessaires pour parvenir à un résultat correct. Le taux de conversion chirurgicale précoce s échelonne, selon le taux de sélection des séries, entre 2 et 20 %. Le taux de mortalité précoce s échelonne de 0 à 8 % en fonction du taux de comorbidité des malades traités, les taux de mortalité les plus importants étant bien sûr observés dans les séries compassionnelles. Toutes ces séries rapportent une proportion non négligeable de complications artérielles non spécifiques comme les embolies périphériques, l occlusion prothétique ou iliaque [25 % dans la série de Chuter (4)], la torsion ou la plicature de la prothèse, les faux anévrysmes fémoraux, l infection au triangle de Scarpa, l ischémie colique ou l insuffisance rénale par toxicité du produit de contraste ou couverture de l ostium des artères rénales par l endoprothèse. Ce sont en fait les endofuites qui constituent la complication la plus fréquente et la plus préoccupante pour l avenir de cette méthode thérapeutique. Ces endofuites peuvent être précoces ou survenir tardivement. Pour Blum (3), Mialhe (7) et Moore (8), ces fuites précoces peuvent s occlure spontanément dans 50 % des cas. Il est important d en distinguer le mécanisme. En effet, ces fuites peuvent constituer un défaut de scellement au collet proximal ou distal de l endoprothèse, relever de la perméabilité persistante d une collatérale du sac anévrysmal comme une artère lombaire ou mésentérique inférieure, ou traduire un défaut du matériel comme la perforation de la membrane vasculaire de l endoprothèse ou la disjonction entre deux segments du complexe endoprothétique. Pour la plupart des auteurs, c est l angioscanner qui constitue le moyen le plus performant pour détecter les endofuites. Compte tenu de la possibilité de survenue d endofuites tardives, la répétition du scanner comme méthode de suivi à long terme des anévrysmes traités de façon endovasculaire est une donnée non négligeable. Le tableau I, issu d un document de consensus édité par la Société française de chirurgie vasculaire (9), montre que le taux de fuite après implantation d une endoprothèse toute faite est loin d être négligeable, et ce même pour un suivi assez réduit. Tableau I. Récapitulatif des résultats des endoprothèses pour AAA dans la littérature issu d un document de consensus édité par la Société française de chirurgie vasculaire. Auteur Nombre Succès Suivi Matériel Conversion Fuite Autres complications Mortalité de malades primaire moyen Blum Stentor 86 % 2,2 % % Embolie distale = 2,6 % Procédure = 0 % 13 mois Amputation jambe = 1 cas Comorbidité = 0,6 % Mialhe Stentor 83 % 0 % 17 % Ischémie colique = 3 Procédure = 2,4 % 6 mois Pneumopathie = 4 Comorbidité = 2,4 % Moore EVT 85 % 15 % 43 % Thrombose prothèse = 25 % Procédure = 0 % 14 mois Lésions iliofémorales = 17 % Comorbidité = 0 % Chuter Chuter 73 % 22,5 % 26 % Thrombose prothèse = 12,5 % Procédure = 5 % 14 mois Comorbidité = 2 % White systèmes 81 % 19 % 6 % Procédure = 8 % 17 mois Comorbidité = 5 % Parodi Palmaz 80 % 6 % 12 % Microembolie = 3 cas Procédure = 8 % 12 mois Couverture de 2 artères Comorbidité = 8 % rénales = 6 cas 26 La Lettre du Cardiologue - n octobre 1999

3 RÉSULTAT DU TRAITEMENT ENDOVASCULAIRE DES ANÉ- VRYSMES DE L AORTE ABDOMINALE (AAA) AVEC LES ENDO- PROTHÈSES FAITES SUR MESURE Matériel et méthode De janvier 1996 à janvier 1999, 372 AAA non sélectionnés nous ont été adressés pour traitement chirurgical. Après explorations standardisées, nous avons pu leur proposer le TE dans 146 cas, celui-ci ayant été accepté par le malade après information exhaustive dans 140 cas. Les endoprothèses ont été confectionnées par le chirurgien et le radiologue en utilisant un endosquelette continu fait de stents autoexpansifs en acier inoxydable obtenus par modification mineure d un stent trachéal disponible sur le marché. Ce squelette était recouvert d une enveloppe faite de Dacron tissé vasculaire disponible sur le marché et destiné à une utilisation chirurgicale conventionnelle. Tous les assemblages et toutes les sutures étaient faits avec du fil de polyester 4-0 disponible sur le marché, l ensemble étant adapté au millimètre près à la morphologie de l anévrysme traité pour être stérilisé à la vapeur immédiatement avant l implantation. Cette adaptation a toujours été faite en se basant sur l angioscanner spiralé, au moins pour ce qui concerne le diamètre proximal et le diamètre distal de l endoprothèse, et souvent un ou plusieurs diamètres intermédiaires, et sur l aortographie au cathéter gradué pour la longueur de l endoprothèse. Ces endoprothèses ont été implantées en salle d opération par un abord chirurgical limité fémoral ou iliaque en ayant recours à des manœuvres endoluminales simples sous radioscopie. Nous avons le plus souvent préféré l association d une endoprothèse aorto-uni-iliaque au pontage interfémoral ou interiliaque croisé aux procédures endoluminales compliquées visant à mettre en place une endoprothèse bifurquée. Nous n avons jamais inclus l occlusion de principe d une collatérale importante comme une hypogastrique dans le plan de traitement de l anévrysme. Les introducteurs utilisés étaient d un calibre qui s échelonnait entre 16 et 24 French, généralement 20 French pour l aorte abdominale. L endoprothèse était chargée de façon extemporanée dans l introducteur durant la procédure d implantation. Avec cette technologie assez simple, nous avons été à même de confectionner toute une gamme d endoprothèses incluant tubes et bifurcations (figure 1, A et C). Cependant, ce sont les endoprothèses dégressives associées à un pontage interfémoral croisé et à un obturateur controlatéral qui ont constitué la cheville ouvrière de notre système (figure 2, A). Leur variante hybride nous a permis une anastomose suturée à son extrémité distale pour les anévrysmes sans collet distal (figure 2, B). Toutes ces variétés pouvaient être construites avec ou sans stent découvert en regard des artères rénales destiné à traiter les cas dont le collet proximal est trop court ou flexueux (figure 1, B). Enfin, quelques rares cas ont pu bénéficier d endoprothèses occlusives associées à un pontage axillobifémoral, l endoprothèse occlusive constituant un équivalent efficace et stable dans le temps de l embolisation (figure 2, C). Figure 1. Variétés simples d endoprothèse sur mesure. Figure 2. Variétés complexes d endoprothèse sur mesure.

4 La figure 3 montre un bon résultat tomodensitométrique typique avec exclusion de la poche anévrysmale par l endoprothèse. La figure 4 montre un résultat artériographique d endoprothèse aorto-iliaque associée à un pontage interfémoral croisé et à un obturateur iliaque primitif controlatéral. RÉSULTATS Deux périodes sont à distinguer dans notre expérience, la première s échelonnant de janvier 1996 à juin 1997 et ayant un profil caractéristique de courbe d apprentissage. Le tableau II montre la répartition des types d endoprothèses implantées durant notre période d apprentissage. Tableau II. Répartition des types d endoprothèses sur mesure implantées durant notre période d apprentissage. Type de l endoprothèse (janvier 96-juin 97) N Tube 5 Bifurquée 5 Aorto-uni-iliaque + pontage interfémoral croisé 2 Idem hybride 1 Occlusive + pontage axillo-bifémoral 1 Total 14 Figure 3. Angioscanner de contrôle montrant l exclusion de la poche anévrysmale par l endoprothèse perméable. Comme le montre le tableau III, les résultats durant cette période d apprentissage ne furent pas à la hauteur de nos espérances, puisque seuls 7 des 14 malades traités ont conservé à ce jour un bon résultat, alors que 4 ont dû subir une conversion chirurgicale, un a fait l objet d une endofuite massive et deux ont fait l objet de complications majeures. Figure 4. Artériographie de contrôle d une endoprothèse aorto-iliaque droite avec pontage interfémoral croisé et obturateur iliaque primitif gauche. Noter l adaptation de l endoprothèse à la géométrie de l anévrysme, la perméabilité préservée de l hypogastrique droite, qui est d autant plus importante que l hypogastrique controlatérale est occluse. 28 La Lettre du Cardiologue - n octobre 1999

5 Tableau III. Résultats des endoprothèses sur mesure durant notre période d apprentissage. Résultats (janvier 96-juin 97) Bon à ce jour 7 Conversion chirurgicale 4 Endofuite 1 Complication 2 Total 14 Nous avons cependant poursuivi le développement de cette technique. Plusieurs perfectionnements technologiques nous ont permis d améliorer les résultats et surtout d augmenter considérablement la proportion de cas traités de façon endovasculaire, comme en témoigne le tableau IV, qui montre que cette proportion atteint actuellement plus de 80 % chez les malades non sélectionnés qui nous avaient été adressés pour traitement chirurgical. Tableau IV. Proportion, en fonction de la période de l étude, de malades non sélectionnés adressés pour traitement chirurgical de leur AAA et que nous avons pu traiter par endoprothèse sur mesure. Période AAA traités AAA traités par TE N N % , , ,7 janv ,4 Le tableau V montre la répartition des types d endoprothèses utilisées durant la période la plus récente de l étude. Tableau V. Type des endoprothèses utilisées durant la période la plus récente de l étude. Type de l endoprothèse (juillet 97-janvier 99) Tube 20 Aorto-uni-iliaque + pontage interfémoral croisé 75 Idem hybride 30 Occlusive + pontage axillo-bifémoral 1 Total 126 N N Le tableau VI montre que, dans cette période de notre expérience, plus de 86 % des cas ont été traités avec un succès immédiat. Nous n avons observé qu un décès précoce dans cette série. Il s agissait d un infarctus du myocarde mortel chez une coronarien insuffisant rénal dialysé de 82 ans. Il y avait 8 endofuites à l angioscanner de contrôle effectué avant la sortie du malade. Quatre conversions chirurgicales complètes et une conversion partielle en endoprothèse hybride ont été effectuées. Deux endoprothèses se sont occluses alors qu une artère rénale principale a été couverte par l endoprothèse de façon involontaire, et heureusement sans conséquence cliniquement perceptible. Tableau VI. Résultats immédiats durant la période la plus récente de l étude. Résultats immédiats (juillet 97-janvier 99) N % Bon ,5 Infarctus du myocarde mortel 1 0,8 Endofuite précoce 8 6,3 Conversion chirurgicale 4 3,2 Conversion en hybride 1 0,8 Occlusion du greffon 2 1,6 Couverture d une artère rénale 1 0,8 Total ,0 Aucun malade n a été perdu de vue dans cette série. Le tableau VII montre que parmi les survivants non convertis, un bon résultat s est maintenu dans 90 % des cas. Deux décès sont survenus à distance de cause intercurrente. Tableau VII. Résultats à distance durant la période la plus récente de l étude. Résultats à moyen terme (juillet 97-janvier 99) N % Bon ,1 Décès sans rapport 2 1,7 Persistance de l endofuite précoce 6 5,0 Endofuite tardive 3 2,5 Compression urétérale 1 0,8 Sténose iliaque (claudication) 1 0,8 Total (survivants non convertis)* ,0 * Deux complications sont survenues dans le même cas. Sur les 8 endofuites précoces, deux se sont scellées spontanément, alors que les 6 autres sont restées perméables. Trois endofuites tardives sont apparues secondairement, deux autour d un obturateur iliaque controlatéral et une par persistance de la perméabilité d une artère lombaire. Enfin, un malade a présenté une claudication intermittente en rapport avec une sténose iliaque située immédiatement en aval de l endoprothèse et qui a pu être dilatée avec succès. La Lettre du Cardiologue - n octobre

6 DISCUSSION La construction des endoprothèses sur mesure par le chirurgien et le radiologue permet d obtenir le taux de faisabilité le plus élevé du traitement endovasculaire des AAA chez les malades non sélectionnés, même en utilisant une technologie assez simple. Une fois passé la période d apprentissage, les résultats obtenus à court et à moyen terme sont au moins équivalents à ceux des endoprothèses toutes faites implantées nécessairement chez des malades hautement sélectionnés. Le tableau VIII chiffre les contributions techniques à ce taux de faisabilité. Tableau VIII. Chiffrage des contributions techniques au taux de faisabilité. Contribution à la faisabilité N % Endoprothèse de forme et taille standard 20 15,9 Adjonction d un stent proximal non couvert 35 27,8 Endoprothèse de forme ou taille non standard ,7 Endoprothèse hybride 30 23,8 Total 126* * Plusieurs cas ont nécessité différentes contributions techniques. En effet, l utilisation exclusive d endoprothèses de taille et de forme standard ne nous aurait permis de traiter que moins de 16 % de nos malades. L adjonction d un stent proximal découvert nous a permis d étendre de 27 % notre taux de faisabilité aux malades qui présentaient un collet proximal court ou flexueux. Les endoprothèses hybrides nous ont permis de traiter plus de 23 % de malades qui présentaient une pathologie iliaque incontournable, mais c est surtout la confection sur mesure d une endoprothèse parfaitement adaptée à la morphologie de l anévrysme traité qui explique le gain de faisabilité, puisque plus de 81 % des cas que nous avons traités l ont été en utilisant une endoprothèse de taille et de forme non standard. Il faut également commenter le fait que le taux d endofuites que nous avons obtenu est un des moins élevés de la littérature. À notre avis, cela a au moins deux explications possibles : la première est que nous n avons fait aucune concession sur l enveloppe de Dacron de l endoprothèse. Celle-ci est en effet faite d un Dacron couramment utilisé en chirurgie vasculaire conventionnelle alors que, dans plusieurs types d endoprothèses toutes faites, la membrane utilisée est d un type beaucoup plus fin pour diminuer son encombrement dans l introducteur. Cette concession explique, au moins dans une catégorie d endoprothèses toutes faites, nombre de fuites secondaires par perforation du Dacron au contact de la partie métallique de l endoprothèse (10). Par ailleurs, la construction sur mesure de l endoprothèse permet d adapter au mieux son volume à celui de l anévrysme, avec pour effet principal de limiter au minimum l espace mort autour de l endoprothèse. De plus, comme nous n avons pas privilégié les systèmes bifurqués, le corps de l endoprothèse peut être aussi long que la partie aortique de l anévrysme, ce qui réduit encore l espace mort périanévrysmal. Ceci expliquerait probablement en partie la faiblesse du taux d endofuite observé. Il n est actuellement pas possible de dire si le TE est supérieur au traitement conventionnel des AAA. Cependant, le tableau IX, issu d un travail indépendant de notre département d anesthésie et comparant les indicateurs de morbidité dans ces deux techniques de façon récente, consécutive et prospective, quoique non randomisée, montre un net bénéfice du traitement endovasculaire. Tableau IX. Comparaison prospective quoique non randomisée des principaux indicateurs de morbidité chez les 200 derniers AAA traités par chirurgie conventionnelle ou endoprothèse sur mesure. Indicateurs de morbidité périopératoire Chirurgie classique p Endoprothèse Nombre de cas Saignement (ml) ± < 0, ± Durée de l intervention (h) 3,1 ± 1,3 < 0,05 2,6 ± 1,1 Culots globulaires (U) 6,3 ± 6,9 < 0,5 2,6 ± 4,4 Délai d extubation (h) 3,5 ± 5,8 2,8 ± 3,6 Durée du séjour en soins intensifs (h) 40 ± 27 < 0,05 25 ± 18 Durée de l hospitalisation (j) 14 ± 11 < 0,05 10 ± 16 Pneumopathies postopératoires n (%) 18 (17) < 0,01 3 (3) Insuffisances respiratoires aiguës n (%) 8 (8) < 0,05 0 Complications cardiaques n (%) 2 (2) 3 (3) Insuffisance rénale aiguë n (%) 13 (13) < 0,05 4 (4) Réinterventions n (%) 13 (13) < 0,05 4 (4) Décès n (%) 4 (4) 1 (1) 30.../... La Lettre du Cardiologue - n octobre 1999

7

8 .../... Quant à la question de la pérennité à long terme du TE des AAA, elle reste ouverte en attendant l accumulation de données d observation plus nombreuses. Nous concluons néanmoins que le traitement endovasculaire des anévrysmes aortiques par endoprothèse faite sur mesure a déjà acquis le droit de cité, dans le cadre d études prospectives et en particulier chez les malades à risque, pour lesquels il pourrait devenir la norme. R É F É R E N C E S B I B L I O G R A P H I Q U E S 1. Parodi J.C., Palmaz J.C., Barone H.D. Transfemoral intraluminal graft implantation for abdominal aortic aneurysms. Ann Vasc Surg 1991 ; 5 : Koskas F., Kieffer E. Survie tardive des anévrysmes de l aorte abdominale sous-rénale opérés électivement : résultats d une enquête prospective multicentrique. Ann Vasc Surg 1997 ; 11 : Blum U., Voshage G., Lammer J. et coll. Endoluminal stent-grafts for infrarenal abdominal aortic aneurysms. N Engl J Med 1997 ; 336 : Chuter T.A.M., Risberg B., Hopkinson B.R. et coll. Clinical experience with a bifurcated endovascular graft for abdominal aortic aneurysm repair. J Vasc Surg 1996 ; 24 : Parodi J.C. et coll. Endovascular treatment of abdominal aortic aneurysms : lessons learned. J Endovasc Surg 1997 ; 4 : White G.H. et coll. Three-year experience with the White-Yu. Endovascular GAD Graft for transluminal repair of aortic and iliac aneurysms. J Endovasc Surg 1997 ; 4 : Mialhe C., Amicabile C., Becquemin J.P. Endovascular treatment of infrarenal abdominal aneurysms by the Stentor System : preliminary results of 79 cases. Stentor Retrospective Study Group. J Vasc Surg 1997; 26 : Moore W.S. The EVT tube and bifurcated endograft systems : technical considerations and clinical summary. EVI Investigators. J Endovasc Surg 1997 ; 4 : Société de chirurgie vasculaire de langue française. Les endoprothèses aortiques en France : document de consensus concernant le traitement endovasculaire des anévrysmes de l aorte abdominale. Décembre Alimi Y.S., Chakfe N., Rivoal E. et coll. Rupture of an abdominal aortic aneurysm after endovascular graft placement and aneurysm size reduction. J Vasc Surg 1998 ; 28 : AUTOQUESTIONNAIRE FMC 1. Parmi les critères de décision suivants, lesquels plaideraient en faveur d une endoprothèse sur mesure chez un malade porteur d un anévrysme de l aorte sous-rénale de 60 mm de diamètre transversal mais non compliqué : a. collet proximal de 3 mm de longueur b. collet proximal de 15 mm de longueur mais anévrysme de la terminaison des deux iliaques primitives chez un malade à haut risque cardiaque c. antécédents d amputation abdomino-périnéale avec colostomie iliaque gauche d. emphysème avec gaz du sang perturbés au repos e. rein en fer à cheval dont les artères naissent de la poche anévrysmale 2. Parmi les propositions suivantes, lesquelles vous paraissent justifiées : f. comme les endoprothèses réduisent l invasivité de la chirurgie pour anévrysme, leur disponibilité justifie d abaisser le seuil d opérabilité, en particulier pour les petits anévrysmes asyptomatiques g. l écho-doppler suffit pour indiquer et concevoir une endoprothèse sur mesure h. le traitement endovasculaire des anévrysmes aortiques est percutané i. le traitement endovasculaire des anévrysmes aortiques est encore récent, les résultats à long terme ne sont pas encore connus j. le traitement endovasculaire des anévrysmes aortiques nécessite un suivi plus contraignant que le traitement chirurgical classique Réponses : 1. b, c, d ; 2. i, j. 32 La Lettre du Cardiologue - n octobre 1999

place de la radiologie interventionnelle dans le traitement des endofuites

place de la radiologie interventionnelle dans le traitement des endofuites Prothèses couvertes de l aorte l abdominale: place de la radiologie interventionnelle dans le traitement des endofuites R. Loffroy (1), E. Steinmetz (2), B. Kretz (2), B. Guiu (1), R. Brenot (2), F. Ricolfi

Plus en détail

Prévention du risque d ischémie médullaire

Prévention du risque d ischémie médullaire Prévention du risque d ischémie médullaire Philippe Piquet, Jean-Michel Bartoli Services de Chirurgie Vasculaire et d imagerie médicale Hôpital de la Timone, Marseille Ischémie médullaire après TEVAR L

Plus en détail

Exercice n 9 : Ne pas confondre observer et expérimenter

Exercice n 9 : Ne pas confondre observer et expérimenter Le pronostic des cancers du sein dépend de divers facteurs, dont la taille du cancer. En France, au cours d une étude, il a été observé un taux de survie plus important chez les femmes ayant un cancer

Plus en détail

* La Confiance dans la Performance, Aujourd hui et Demain ** Deploiement Bas Profil

* La Confiance dans la Performance, Aujourd hui et Demain ** Deploiement Bas Profil * ** * La Confiance dans la Performance, Aujourd hui et Demain ** Deploiement Bas Profil Un design de confiance 4 5 1 3 2 Soutenue depuis des années par un grand nombre de données cliniques et commerciales

Plus en détail

Avis de la HAS du 26 octobre 2011

Avis de la HAS du 26 octobre 2011 Avis de la HAS du 26 octobre 2011 Avis suite à l évaluation de la mise en place des valves aortiques posées par voie transcutanée à l issue de la période d encadrement spécifique prévue à l article L.

Plus en détail

Dérivation ventriculo-péritonéale du liquide cérébro-spinal

Dérivation ventriculo-péritonéale du liquide cérébro-spinal Neurologie.com 2009 ; 1 (8) : 1-5 Docteur qu est-ce que? Dérivation ventriculo-péritonéale du liquide cérébro-spinal.... Jean Chazal Service de neurochirurgie A, CHU de Clermont-Ferrand, Université d Auvergne

Plus en détail

CONCLUSIONS COMMISSION D EVALUATION DES PRODUITS ET PRESTATIONS AVIS DE LA COMMISSION. 25 octobre 2006

CONCLUSIONS COMMISSION D EVALUATION DES PRODUITS ET PRESTATIONS AVIS DE LA COMMISSION. 25 octobre 2006 COMMISSION D EVALUATION DES PRODUITS ET PRESTATIONS AVIS DE LA COMMISSION 5 octobre 006 Nom : Modèles et références retenus : Fabricant : Demandeur : Données disponibles : Service Attendu (SA) : Indications

Plus en détail

007537/EU XXIII.GP Eingelangt am 14/02/07

007537/EU XXIII.GP Eingelangt am 14/02/07 007537/EU XXIII.GP Eingelangt am 14/02/07 COMMISSION DES COMMUNAUTÉS EUROPÉENNES Bruxelles, le 14.2.2007 SEC(2007) 113 DOCUMENT DE TRAVAIL DES SERVICES DE LA COMMISSION Document accompagnant la proposition

Plus en détail

Enquête DIF DEMOS. Le DIF : 3 ans après

Enquête DIF DEMOS. Le DIF : 3 ans après Le DIF : 3 ans après Enquête réalisée d Août à Novembre 2006 sur plus de 250 sociétés Extrait de l analyse réalisée par Jean-Pierre Willems, expert en droit de la formation 1 / Taille des entreprises Les

Plus en détail

Prothèse discale lombaire totale Prodisc-L. Conception et résultats étude clinique IDE aux États Unis.

Prothèse discale lombaire totale Prodisc-L. Conception et résultats étude clinique IDE aux États Unis. Étude clinique prospective randomisée et multicentrique. Prothèse discale lombaire totale. Conception et résultats étude clinique IDE aux États Unis. Table des matières Introduction Indications, contre-indications

Plus en détail

"BANDELETTES" POSÉES PAR VOIE VAGINALE. Rapport d enquête. Décembre 2005

BANDELETTES POSÉES PAR VOIE VAGINALE. Rapport d enquête. Décembre 2005 "BANDELETTES" POSÉES PAR VOIE VAGINALE Rapport d enquête Décembre 2005 Afssaps, décembre 2005 SOMMAIRE CONTEXTE OBJECTIF DE L ENQUÊTE 4 MÉTHODOLOGIE 5 Information des établissements 5 Recueil de données

Plus en détail

Projet d Initiative en Physiologie Humaine :

Projet d Initiative en Physiologie Humaine : Projet d Initiative en Physiologie Humaine : Caractérisation des modifications d'écoulement au niveau des anévrismes : application au traitement des anévrismes cérébraux par embolisation Par : BES Pierre,

Plus en détail

EPP CLINIQUE DE MÉDECINE VASCULAIRE 06/09/10 PLACE DE L ECHO DOPPLER DANS LE SUIVI DES ENDOPROTHÈSES AORTIQUES. Dr C.SEINTURIER 06/09/2010

EPP CLINIQUE DE MÉDECINE VASCULAIRE 06/09/10 PLACE DE L ECHO DOPPLER DANS LE SUIVI DES ENDOPROTHÈSES AORTIQUES. Dr C.SEINTURIER 06/09/2010 EPP CLINIQUE DE MÉDECINE VASCULAIRE 06/09/10 PLACE DE L ECHO DOPPLER DANS LE SUIVI DES ENDOPROTHÈSES AORTIQUES Dr C.SEINTURIER 06/09/2010 CAS CLINIQUE Mr H.Gaston 78 ans AAA de 85 mm étendu en IP gche

Plus en détail

Fiche Info-Patient CYSTECTOMIE TOTALE CHEZ L HOMME (POUR TUMEUR DE LA VESSIE) L organe. Principe de l intervention. Y-a-t-il d autres possibilités?

Fiche Info-Patient CYSTECTOMIE TOTALE CHEZ L HOMME (POUR TUMEUR DE LA VESSIE) L organe. Principe de l intervention. Y-a-t-il d autres possibilités? Fiche Info-Patient Dernière mise à jour : mai 2012 CYSTECTOMIE TOTALE CHEZ L HOMME (POUR TUMEUR DE LA VESSIE) Cette fiche d information, rédigée par l Association Française d Urologie, est destinée aux

Plus en détail

UN AGENT DE CONTRASTE CELLULAIRE POUR LA RMN DOTE D UN ÉNORME POTENTIEL CLINIQUE

UN AGENT DE CONTRASTE CELLULAIRE POUR LA RMN DOTE D UN ÉNORME POTENTIEL CLINIQUE UN AGENT DE CONTRASTE CELLULAIRE POUR LA RMN DOTE D UN ÉNORME POTENTIEL CLINIQUE (Traduit et adapté d après Barentsz J. 2005. Intra Venous cellular MR contrast agent with an enormous clinical potential.

Plus en détail

RECHERCHE EN GYNÉCOLOGIE ET OBSTÉTRIQUE

RECHERCHE EN GYNÉCOLOGIE ET OBSTÉTRIQUE COLLÈGE NATIONAL DES GYNÉCOLOGUES ET OBSTÉTRICIENS FRANÇAIS & GROUPE DE RECHERCHE EN OBSTÉTRIQUE ET GYNÉCOLOGIE RECHERCHE EN GYNÉCOLOGIE ET OBSTÉTRIQUE SESSION CONJOINTE DES JOURNÉES NATIONALES DU CNGOF

Plus en détail

Ablation de la vésicule biliaire ou cholécystectomie. Des réponses à vos questions

Ablation de la vésicule biliaire ou cholécystectomie. Des réponses à vos questions Ablation de la vésicule biliaire ou cholécystectomie Des réponses à vos questions Introduction A quoi sert la vésicule biliaire? La vésicule biliaire est un petit sac d environ 10 cm de longueur. Elle

Plus en détail

RÉSUMÉ La biopsie des ganglions sentinelles dans le cadre du traitement du cancer du sein : indications et contre-indications

RÉSUMÉ La biopsie des ganglions sentinelles dans le cadre du traitement du cancer du sein : indications et contre-indications RÉSUMÉ La biopsie des ganglions sentinelles dans le cadre du traitement du cancer du sein : indications et contre-indications Mars 2012 Une production de l Institut national d excellence en santé et en

Plus en détail

Embolisation portale avant résection hépatique pour cholangiocarcinome

Embolisation portale avant résection hépatique pour cholangiocarcinome Embolisation portale avant résection hépatique pour cholangiocarcinome Etude rétrospective de 15 cas T. Sanzalone (1), M. Adham (2), C. Lombard Bohas(3), F. Pilleul (1) (1) Service de radiologie pavillon

Plus en détail

HEMORROIDES. 1) Traitement chirurgical: les indications (recommandations 2001)

HEMORROIDES. 1) Traitement chirurgical: les indications (recommandations 2001) HEMORROIDES 1) Traitement chirurgical: les indications (recommandations 2001) 2) Comparaison de 2 techniques chirurgicales: Milligan-Morgan (technique conventionnelle) Vs Longo (anopexie par agrafage circulaire).

Plus en détail

ÉVALUATION DE LA CONDITION PHYSIQUE 1 Commission scolaire de la Beauce-Etchemin Élèves du secondaire 2003-2004

ÉVALUATION DE LA CONDITION PHYSIQUE 1 Commission scolaire de la Beauce-Etchemin Élèves du secondaire 2003-2004 ÉVALUATION DE LA CONDITION PHYSIQUE 1 Commission scolaire de la Beauce-Etchemin Élèves du secondaire 23-24 Avec l arrivée de plusieurs nouveaux éducateurs physiques, il peut être utile de faire un rappel

Plus en détail

Traitement du cancer colique gauche en occlusion. Mahaut Leconte Service de Chirurgie Digestive Hépatobiliaire et Endocrinienne Hôpital Cochin

Traitement du cancer colique gauche en occlusion. Mahaut Leconte Service de Chirurgie Digestive Hépatobiliaire et Endocrinienne Hôpital Cochin Traitement du cancer colique gauche en occlusion Mahaut Leconte Service de Chirurgie Digestive Hépatobiliaire et Endocrinienne Hôpital Cochin Incidence 70 % des occlusions coliques sont d origine tumorale

Plus en détail

LA CHIRURGIE DU REFLUX GASTRO-OESOPHAGIEN

LA CHIRURGIE DU REFLUX GASTRO-OESOPHAGIEN LA CHIRURGIE DU REFLUX GASTRO-OESOPHAGIEN CLINIQUE SAINT-JOSEPH rue de Hesbaye 75 B-4000 Liège Tél. 04 224 81 11 Fax 04 224 87 70 Service de chirurgie digestive Tél. 04 224 89 00-04 224 89 01 de 8h à 18h,

Plus en détail

Révisions sur les TTT Anti-agrégants plaquettaires :

Révisions sur les TTT Anti-agrégants plaquettaires : Révisions sur les TTT Anti-agrégants plaquettaires : Gestion du TTT antithrombotique en péri-opératoire d une chirurgie carcinologique : Par an en France : _120 000 IDM _200 000 stents implantés : (110

Plus en détail

Hernie pariétale chez l enfant et l adulte

Hernie pariétale chez l enfant et l adulte Hernie pariétale chez l enfant et l adulte I. Anatomie - Définitions II. Diagnostic d une hernie de l aine III. Argumenter l attitude thérapeutique OBJECTIFS PEDAGOGIQUES Diagnostiquer une hernie inguinale

Plus en détail

Chirurgie du reflux gastro-oesophagien par laparoscopie

Chirurgie du reflux gastro-oesophagien par laparoscopie Chirurgie du reflux gastro-oesophagien par laparoscopie Vous allez être opéré(e) prochainement de votre maladie de reflux gastro-œsophagien, de votre hernie hiatale par laparoscopie. Ce document est destiné

Plus en détail

Prothèses Hybrides de la Crosse

Prothèses Hybrides de la Crosse Prothèses Hybrides de la Crosse Emmanuel CHOUKROUN Service Chirurgie Cardiaque et Vasculaire Pr Xavier ROQUES Hôpital Cardiologique du Haut-Lévèque Symposium 8 Décembre 2011 Introduction Chirurgie de la

Plus en détail

Diabète, surcharge pondérale, hypertension artérielle et cholestérol

Diabète, surcharge pondérale, hypertension artérielle et cholestérol Santé et comportements dans la population saint-martinoise en 2013 Etude CONSANT Diabète, surcharge pondérale, hypertension artérielle et cholestérol Diabète Recherche de sucre dans le sang Huit individus

Plus en détail

COTATION BANQUE DE FRANCE UNE ÉVALUATION DES PERFORMANCES

COTATION BANQUE DE FRANCE UNE ÉVALUATION DES PERFORMANCES COTATION BANQUE DE FRANCE UNE ÉVALUATION DES PERFORMANCES Juin 2015 SOMMAIRE 1. Précisions sur la cotation Banque de France et les statistiques présentées... 4 2. Statistiques 2015... 6 2.1. Discrimination

Plus en détail

Evaluation d impact de l accompagnement des demandeurs d emploi par les opérateurs privés de placement et le programme Cap vers l entreprise

Evaluation d impact de l accompagnement des demandeurs d emploi par les opérateurs privés de placement et le programme Cap vers l entreprise Evaluation d impact de l accompagnement des demandeurs d emploi par les opérateurs privés de placement et le programme Cap vers l entreprise Luc Behaghel, Bruno Crépon et Marc Gurgand Synthèse du rapport

Plus en détail

Surveillance épidémiologique des noyades

Surveillance épidémiologique des noyades Juillet 2010 Maladies chroniques et traumatismes Maladies chroniques et traumatismes Surveillance épidémiologique des noyades Enquête NOYADES 2009, 1 er juin-30 septembre 2009 Synthèse des résultats Bertrand

Plus en détail

Prise en charge periopératoire d opéré porteur d un stent : gestion raisonnée d une situation critique P. Coriat

Prise en charge periopératoire d opéré porteur d un stent : gestion raisonnée d une situation critique P. Coriat Prise en charge periopératoire d opéré porteur d un stent : gestion raisonnée d une situation critique P. Coriat La Cardiologie interventionnelle occupe une place de plus en plus grande dans la prise en

Plus en détail

Fiche Info-Patient CYSTECTOMIE TOTALE CHEZ LA FEMME (POUR TUMEUR DE LA VESSIE) L organe. Principe de l intervention. Y-a-t-il d autres possibilités?

Fiche Info-Patient CYSTECTOMIE TOTALE CHEZ LA FEMME (POUR TUMEUR DE LA VESSIE) L organe. Principe de l intervention. Y-a-t-il d autres possibilités? Fiche Info-Patient Dernière mise à jour : mai 2012 CYSTECTOMIE TOTALE CHEZ LA FEMME (POUR TUMEUR DE LA VESSIE) Cette fiche d information, rédigée par l Association Française d Urologie, est destinée aux

Plus en détail

Master Energies renouvelables et systèmes intelligents

Master Energies renouvelables et systèmes intelligents Formations et diplômes Rapport d'évaluation Master Energies renouvelables et systèmes intelligents Université Savoie Mont Blanc - USMB Campagne d évaluation 2014-2015 (Vague A) Formations et diplômes Pour

Plus en détail

Dossier Innovation Euro-Pharmat ETSAD Avril 2010. Dispositif d embolisation Pipeline

Dossier Innovation Euro-Pharmat ETSAD Avril 2010. Dispositif d embolisation Pipeline Dossier Innovation Euro-Pharmat ETSAD Avril 2010 Dispositif d embolisation Pipeline 1 Ont participé à la rédaction de ce dossier : Isabelle Maachi, Pharmacien, CHU Bordeaux ; Bertrand Décaudin, Pharmacien,

Plus en détail

Décision du Défenseur des droits n MLD/2012-50

Décision du Défenseur des droits n MLD/2012-50 Paris, le Décision du Défenseur des droits n MLD/2012-50 Le Défenseur des droits, Vu l article 71-1 de la Constitution du 4 octobre 1958 ; Vu la loi organique n 2011-333 du 29 mars 2011 rela tive au Défenseur

Plus en détail

Embolisation et désendothélialisation par gel de chitosan et sotradecol sulfate: faisabilité sur modèle animal

Embolisation et désendothélialisation par gel de chitosan et sotradecol sulfate: faisabilité sur modèle animal Embolisation et désendothélialisation par gel de chitosan et sotradecol sulfate: faisabilité sur modèle animal Pascal Chabrot, Patrizio Delli Fraine, Ahmed Fatimi, Sophie Lerouge, Gilles Soulez Laboratoire

Plus en détail

ECHOGRAPHIE EN URGENCE DE L APPAREIL URINAIRE

ECHOGRAPHIE EN URGENCE DE L APPAREIL URINAIRE SEMINAIRES DE LA SOCIETE FRANCOPHONE DE MEDECINE D URGENCE ECHOGRAPHIE EN URGENCE DE L APPAREIL URINAIRE Francis JOFFRE, Chef de Service Philippe OTAL, Praticien Hospitalier Sandrine MUSSO, Médecin Attaché

Plus en détail

Drainage du LCR. Quand et comment? Philippe Piquet, Philippe Amabile

Drainage du LCR. Quand et comment? Philippe Piquet, Philippe Amabile Drainage du LCR Quand et comment? Philippe Piquet, Philippe Amabile Service de Chirurgie Vasculaire Pôle Cardio-Thoracique et Vasculaire Hôpital de la Timone, Marseille Ischémie médullaire après TEVAR

Plus en détail

Extrait gratuit : testez-vous!

Extrait gratuit : testez-vous! Extrait gratuit : testez-vous! Préparez vos partiels en toute sénérité! Enoncé Masse abdominale découverte lors du bilan d une hypertension artérielle M. A, 53 ans, vous est adressé par son médecin traitant

Plus en détail

Risques thromboemboliques veineux et artériels chez les femmes sous contraceptifs oraux combinés : une étude de cohorte de l Assurance Maladie

Risques thromboemboliques veineux et artériels chez les femmes sous contraceptifs oraux combinés : une étude de cohorte de l Assurance Maladie Communiqué de presse Point presse «COC» du 26 juin 2013 Risques thromboemboliques veineux et artériels chez les femmes sous contraceptifs oraux combinés : une étude de cohorte de l Assurance Maladie La

Plus en détail

Suggestion CS/1392/ 11 007 Stabilité au feu des faux - plafonds

Suggestion CS/1392/ 11 007 Stabilité au feu des faux - plafonds 1392 S F Service public fédéral Intérieur Direction générale Sécurité et Prévention Conseil supérieur de la sécurité contre l'incendie et l'explosion Suggestion CS/1392/ 11 007 Stabilité au feu des faux

Plus en détail

Centre International de Recherche et de Développement

Centre International de Recherche et de Développement Centre International de Recherche et de Développement Publication UNGANA 595 CIDR Tous droits de reproduction réservés Etude des frais d hospitalisation des membres de l IMF Nyeta Musow - Promotion de

Plus en détail

Rapport d évaluation de la licence professionnelle

Rapport d évaluation de la licence professionnelle Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence professionnelle Développement commercial des PME de l Université de Lorraine Vague C 2013-2017 Campagne d évaluation 2011-2012

Plus en détail

Imagerie des hématomes survenus sous anticoagulants

Imagerie des hématomes survenus sous anticoagulants Imagerie des hématomes survenus sous anticoagulants S. Ennouchi, A. Henon, A. Belkacem, L. Monnier-Cholley, JM. Tubiana, L. Arrivé Service de Radiologie - Hôpital Saint-Antoine Introduction Les complications

Plus en détail

Risques liés à l explantation des DMIA de cardiologie : données bibliographiques (références bibliographiques disponibles en Annexe IV)

Risques liés à l explantation des DMIA de cardiologie : données bibliographiques (références bibliographiques disponibles en Annexe IV) Risques liés à l explantation des DMIA de cardiologie : données bibliographiques (références bibliographiques disponibles en Annexe IV) Les points importants de la littérature sur les risques liés à l

Plus en détail

L'APPENDICECTOMIE PAR LAPAROSCOPIE

L'APPENDICECTOMIE PAR LAPAROSCOPIE L'APPENDICECTOMIE PAR LAPAROSCOPIE Vous allez (Votre enfant va) être opéré(e) prochainement d'une appendicectomie par laparoscopie. Ce document est destiné à vous expliquer : ce que représente cette maladie;

Plus en détail

ETUDE : Les premiers résultats de l enquête sur les dispositifs médicaux implantables de cardiologie Sommaire

ETUDE : Les premiers résultats de l enquête sur les dispositifs médicaux implantables de cardiologie Sommaire ETUDE : Les premiers résultats de l enquête sur les dispositifs médicaux implantables de cardiologie Sommaire N de page 1. Objet et champ de l enquête 2. Evolution de la consommation des dispositifs médicaux

Plus en détail

Les fistules artério-veineuse pour dialyse

Les fistules artério-veineuse pour dialyse Tél : 021 314.53.56 Document d information patient Les fistules artério-veineuse pour dialyse Madame, Monsieur Vous allez bénéficier prochainement d une intervention dans le domaine de la chirurgie vasculaire.

Plus en détail

III. Prise en charge de la diverticulose non compliquée

III. Prise en charge de la diverticulose non compliquée Chapitre 22 : Item 234 Diverticulose colique et sigmoïdite I. Définitions - Anatomie II. Épidémiologie physiopathologie III. Prise en charge de la diverticulose non compliquée IV. Complications de la diverticulose

Plus en détail

Vitiligo et psoriasis

Vitiligo et psoriasis Vitiligo et psoriasis Le vitiligo et le psoriasis sont deux maladies relativement fréquentes et partageant de nombreux points communs. Elles ont toutes deux longtemps été considérées à tord comme des pathologies

Plus en détail

Fiche Info-Patient CYSTECTOMIE ET DÉRIVATION NON CONTINENTE DE TYPE BRICKER POUR VESSIE NEUROLOGIQUE. L organe. Principe de l intervention

Fiche Info-Patient CYSTECTOMIE ET DÉRIVATION NON CONTINENTE DE TYPE BRICKER POUR VESSIE NEUROLOGIQUE. L organe. Principe de l intervention Fiche Info-Patient Dernière mise à jour : mai 2012 CYSTECTOMIE ET DÉRIVATION NON CONTINENTE DE TYPE BRICKER POUR VESSIE NEUROLOGIQUE Cette fiche d information, a été réalisée l Association Française d

Plus en détail

INFECTION DU PIED DIABÉTIQUE

INFECTION DU PIED DIABÉTIQUE Observatoire des Médicaments, des Dispositifs médicaux et des Innovations Thérapeutiques Ce protocole comporte : INFECTION DU PIED DIABÉTIQUE Protocole de prise en charge - 4 situations cliniques principales

Plus en détail

Hormonothérapie de substitution (THS) : sa place en 2014

Hormonothérapie de substitution (THS) : sa place en 2014 Hormonothérapie de substitution (THS) : sa place en 2014 Raffaella Votino Service gynécologie et andrologie Plan : Définition Types de THS Débat dernières années Balance risques bénéfices THS et ostéoporose

Plus en détail

Traitement endovasculaire des anévrismes intracrâniens

Traitement endovasculaire des anévrismes intracrâniens Traitement endovasculaire des anévrismes intracrâniens R Anxionnat, AL Derelle, S Bracard Service de Neuroradiologie diagnostique et thérapeutique CHU de Nancy Anévrismes artériels intracrâniens Dilatation

Plus en détail

E FLEX, s. Demandeur : COVIDIEN. France SAS. Les modèles. Indications retenues : Prise en charge : diamètre du. ur. Service Attendu (SA) :

E FLEX, s. Demandeur : COVIDIEN. France SAS. Les modèles. Indications retenues : Prise en charge : diamètre du. ur. Service Attendu (SA) : COMMISSION NATIONALE D EVALUATION DES DISPOSITIFS MEDICAUX ET DES TECHNOLOGIES DEE SANTE AVIS DE LA CNEDiMTS 9 septembre 2014 CONCLUSIONS PIPELINE E FLEX, s stent intracrânien auto-expansiblee à largage

Plus en détail

Atrésie pulmonaire avec communication interventriculaire APSO. Livret d accueil et d information

Atrésie pulmonaire avec communication interventriculaire APSO. Livret d accueil et d information Atrésie pulmonaire avec communication interventriculaire APSO Livret d accueil et d information Unité Médicochirurgicale de Cardiologie Pédiatrique et Congénitale Centre de Référence des Malformations

Plus en détail

Une information vous est fournie sur le déroulement de l examen et de ses suites.

Une information vous est fournie sur le déroulement de l examen et de ses suites. Fiche : D3 Vous allez avoir un drainage des voies biliaires Madame, Monsieur, Votre médecin vous a proposé un examen radiologique. Il sera pratiqué avec votre consentement. Vous avez en effet la liberté

Plus en détail

TRAITEMENT ENDOSCOPIQUE DES CANCERS BRONCHIQUES. Bertrand DELCLAUX Centre Hospitalier de Troyes

TRAITEMENT ENDOSCOPIQUE DES CANCERS BRONCHIQUES. Bertrand DELCLAUX Centre Hospitalier de Troyes TRAITEMENT ENDOSCOPIQUE DES CANCERS BRONCHIQUES Bertrand DELCLAUX Centre Hospitalier de Troyes 1) Techniques endoscopiques 1.1) Bronchoscopie rigide 1.2) Thermocoagulation de haute fréquence 1.3) Cryothérapie

Plus en détail

QMP-7. Questionnaire de Motivation à la réussite en situation Professionelle RÉSULTATS. Yann FORNER U55MA65U 08/01/2014 MIAOU. Masculin.

QMP-7. Questionnaire de Motivation à la réussite en situation Professionelle RÉSULTATS. Yann FORNER U55MA65U 08/01/2014 MIAOU. Masculin. Questionnaire de Motivation à la réussite en situation Professionelle Yann FORNER RÉSULTATS Nom: Sexe: 08/01/2014 Masculin Âge: 37 Introduction Le Questionnaire de Motivation en situation Professionnelle

Plus en détail

RAPPORT SYNTHÈSE ÉTUDE DES CONDITIONS DE TRAVAIL DES CONDUCTEURS ET DE LA SITUATION DES PROPRIÉTAIRES DE PETITES ENTREPRISES DE CAMIONNAGE AU QUÉBEC

RAPPORT SYNTHÈSE ÉTUDE DES CONDITIONS DE TRAVAIL DES CONDUCTEURS ET DE LA SITUATION DES PROPRIÉTAIRES DE PETITES ENTREPRISES DE CAMIONNAGE AU QUÉBEC RAPPORT SYNTHÈSE ÉTUDE DES CONDITIONS DE TRAVAIL DES CONDUCTEURS ET DE LA SITUATION DES PROPRIÉTAIRES DE PETITES ENTREPRISES DE CAMIONNAGE AU QUÉBEC Jacques Roy, Ph.D. et Pierre Filiatrault, Ph.D. 1/8

Plus en détail

N 36. Isabelle GIRARD-LE GALLO

N 36. Isabelle GIRARD-LE GALLO D I R E C T I O N D E S S T A T I S T I Q U E S E T D E S É T U D E S N 36 Isabelle GIRARD-LE GALLO ÉVOLUTION DES DÉPENSES DE SOINS DE VILLE ENTRE 1999 ET 2001 DES PREMIERS BÉNÉFICIAIRES Entre 1999 et

Plus en détail

DIAGNOSTIC DE L ENDOFIBROSE PAR ANGIOSCANNER. Étude comparative ANGIOSCANNER / ARTERIOGRAPHIE

DIAGNOSTIC DE L ENDOFIBROSE PAR ANGIOSCANNER. Étude comparative ANGIOSCANNER / ARTERIOGRAPHIE DIAGNOSTIC DE L ENDOFIBROSE PAR ANGIOSCANNER Étude comparative ANGIOSCANNER / ARTERIOGRAPHIE M. Papillard 1, N. Girouin 1, R. Boutier 1, G. Pagnoux 1, T. Vitry 1, P. Feugier 2, JM. Chevallier 3, O. Rouvière

Plus en détail

EVALUATION DE LA DEMARCHE DE PROSPECTION AUPRES DES ENTREPRISES : UN IMPACT POSITIF SUR LE VOLUME ET LA QUALITÉ DES RECRUTEMENTS

EVALUATION DE LA DEMARCHE DE PROSPECTION AUPRES DES ENTREPRISES : UN IMPACT POSITIF SUR LE VOLUME ET LA QUALITÉ DES RECRUTEMENTS ÉCLAIRAGES ET SYNTHÈSES MARS 206 N 9 SOMMAIRE P. 2 LA MISE EN ŒUVRE DE LA PROSPECTION P. 4 L IMPACT DE LA PROSPECTION EVALUATION DE LA DEMARCHE DE PROSPECTION AUPRES DES ENTREPRISES : UN IMPACT POSITIF

Plus en détail

Introduction. D EPUIS plus de vingt ans, le régime d emploi-chômage

Introduction. D EPUIS plus de vingt ans, le régime d emploi-chômage Introduction D EPUIS plus de vingt ans, le régime d emploi-chômage des artistes, des cadres, des techniciens et des ouvriers intermittents qui sont salariés dans les spectacles, le cinéma et l audiovisuel,

Plus en détail

LES CONDITIONS D ACCÈS AUX SERVICES BANCAIRES DES MÉNAGES VIVANT SOUS LE SEUIL DE PAUVRETÉ

LES CONDITIONS D ACCÈS AUX SERVICES BANCAIRES DES MÉNAGES VIVANT SOUS LE SEUIL DE PAUVRETÉ Conclusion Dans le cadre de ses missions, le CCSF a confié au CRÉDOC une étude portant sur l accès aux services bancaires des ménages en situation de pauvreté. Cette étude s inscrit en continuité de celle

Plus en détail

des fentes labio-alvéolopalatines

des fentes labio-alvéolopalatines CLINIQUE FENTES LABIO-ALVÉOLOPALATINES Le rôle de l orthodontiste dans la prise en charge des fentes labio-alvéolopalatines (FLAPs) Docteur Brigitte Vi-Fane Docteur Pascal Garrec En collaboration avec

Plus en détail

Dossier. Vous suspectez un accident ischémique cérébral. Dans quel territoire artériel pensez-vous qu il se situe?

Dossier. Vous suspectez un accident ischémique cérébral. Dans quel territoire artériel pensez-vous qu il se situe? Dossier 1 Il est 10 h 00 du matin. Une patiente de 42 ans, droitière, vient aux urgences de votre hôpital pour une hémiparésie gauche apparue brutalement. Elle n a pas d antécédent particulier. Depuis

Plus en détail

SITUATION DES ENFANTS, DES ORPHELINS ET ENFANTS VULNÉRABLES 16.1 SITUATION DES ENFANTS

SITUATION DES ENFANTS, DES ORPHELINS ET ENFANTS VULNÉRABLES 16.1 SITUATION DES ENFANTS SITUATION DES ENFANTS, DES ORPHELINS 16 ET ENFANTS VULNÉRABLES L un des effets les plus dévastateurs de l épidémie de VIH/sida est l augmentation croissante du nombre d orphelins et d enfants rendus vulnérables

Plus en détail

Master Génie pétrolier

Master Génie pétrolier Formations et diplômes Rapport d'évaluation Master Génie pétrolier Université de Pau et des Pays de l Adour - UPPA Campagne d évaluation 2014-2015 (Vague A) Formations et diplômes Pour le HCERES, 1 Didier

Plus en détail

Une salle plus adaptée pour les équipes

Une salle plus adaptée pour les équipes Depuis quelques semaines, le service de chirurgie vasculaire et cardiaque de la Clinique du Tonkin de Villeurbanne pratique ses interventions dans une toute nouvelle salle, pourvue d un équipement d imagerie

Plus en détail

Rapport final. Dossier n o 710.141. Rapport commandité par la SODIM

Rapport final. Dossier n o 710.141. Rapport commandité par la SODIM Optimisation des conditions de manutention et de stockage du naissain dans le cadre de la nouvelle stratégie de préélevage Rapport final Dossier n o 710.141 Rapport commandité par la SODIM Octobre 2008

Plus en détail

EN L ATTEINTE THORACIQUE AU COURS DE LA GRIPPE A H1N1

EN L ATTEINTE THORACIQUE AU COURS DE LA GRIPPE A H1N1 ASPECTSENIMAGERIEDE EN L ATTEINTE THORACIQUE AU COURS DE LA GRIPPE A H1N1 Hantous-Zannad S., Trabelsi S., Ridène I., Zidi A, Baccouche I., Belkhouja K., Ben Romdhane K., Besbes M., Ghedira H., Ben Miled-M

Plus en détail

Antiagrégants plaquettaires : prise en compte des risques thrombotique et hémorragique lors d une endoscopie bronchique chez le coronarien

Antiagrégants plaquettaires : prise en compte des risques thrombotique et hémorragique lors d une endoscopie bronchique chez le coronarien SYNTHÈSE DE LA RECOMMANDATION DE BONNE PRATIQUE Antiagrégants plaquettaires : prise en compte des risques thrombotique et lors d une endoscopie bronchique chez le coronarien Les antiagrégants plaquettaires

Plus en détail

07 Mesurage des appareils de correction auditive

07 Mesurage des appareils de correction auditive 07 Mesurage des appareils de correction auditive Sommaire 1. Introduction... 1 1.1. Evaluation subjective:... 1 1.2. Mesurage objectif:... 2 2. Pourquoi faire des mesurages objectifs?... 2 2.1. Fabricant...2

Plus en détail

Une excellente année pour l immobilier et le crédit?

Une excellente année pour l immobilier et le crédit? 2016 Une excellente année pour l immobilier et le crédit? Le marché de l immobilier est reparti! Oui! Le nombre de transactions atteint en 2015 - en hausse de 17% par rapport à 2014 selon les prévisions

Plus en détail

Feuille de route. Proposition de traitement de la demande. Collège d orientation et d information : 11 juin 2015

Feuille de route. Proposition de traitement de la demande. Collège d orientation et d information : 11 juin 2015 Feuille de route Proposition de traitement de la demande La feuille de route vise à proposer au Collège une orientation méthodologique pour répondre à une demande d évaluation inscrite au programme de

Plus en détail

Evaluation des masters de l'ecole nationale supérieure des sciences de l information et des bibliothèques (ENSSIB)

Evaluation des masters de l'ecole nationale supérieure des sciences de l information et des bibliothèques (ENSSIB) Section des Formations et des diplômes Evaluation des masters de l'ecole nationale supérieure des sciences de l information et des bibliothèques (ENSSIB) Juillet 2010 Section des Formations et des diplômes

Plus en détail

Votre guide des définitions des maladies graves de l Assurance maladies graves express

Votre guide des définitions des maladies graves de l Assurance maladies graves express Votre guide des définitions des maladies graves de l Assurance maladies graves express Votre guide des définitions des maladies graves de l Assurance maladies graves express Ce guide des définitions des

Plus en détail

Fiche Info-Patient VASECTOMIE CONTRACEPTIVE. Pourquoi cette intervention? Existe-t-il d autres possibilités? Préparation à l'intervention

Fiche Info-Patient VASECTOMIE CONTRACEPTIVE. Pourquoi cette intervention? Existe-t-il d autres possibilités? Préparation à l'intervention Fiche Info-Patient Dernière mise à jour : mai 2012 VASECTOMIE CONTRACEPTIVE Cette fiche d information, rédigée par l Association Française d Urologie, est destinée aux patients ainsi qu aux usagers du

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2011-224 QPC du 24 février 2012. Coordination pour la sauvegarde du bois de Boulogne

Commentaire. Décision n 2011-224 QPC du 24 février 2012. Coordination pour la sauvegarde du bois de Boulogne Commentaire Décision n 2011-224 QPC du 24 février 2012 Coordination pour la sauvegarde du bois de Boulogne (Validation législative de permis de construire) La Conseil d État a renvoyé au Conseil constitutionnel

Plus en détail

STENOSE LOMBAIRE DU CANAL RACHIDIEN OU CANAL LOMBAIRE ETROIT

STENOSE LOMBAIRE DU CANAL RACHIDIEN OU CANAL LOMBAIRE ETROIT STENOSE LOMBAIRE DU CANAL RACHIDIEN OU CANAL LOMBAIRE ETROIT Madame, Monsieur, Vous souffrez d une sténose du canal lombaire, une intervention chirurgicale est envisagée. Afin de prendre une décision en

Plus en détail

Perspective sur les nouveaux entrepreneurs au Canada

Perspective sur les nouveaux entrepreneurs au Canada Perspective sur les nouveaux entrepreneurs au Canada Au cours des deux dernières années, on a vu naître plus de 25 000 PME un chiffre impressionnant si l on tient compte de la vigueur du marché du travail.

Plus en détail

Présentation de deux Notes d analyse L entrepreneuriat en France

Présentation de deux Notes d analyse L entrepreneuriat en France Paris, le 25 octobre 2012 Présentation de deux Notes d analyse L entrepreneuriat en France Volet 1 : Mythes et réalités en comparaison internationale Volet 2 : Comment mieux accompagner la prise de risque

Plus en détail

Ponction-biopsie abdominale en radiologie

Ponction-biopsie abdominale en radiologie Formulaire d information Ponction-biopsie abdominale en radiologie Madame, Monsieur, Votre médecin vous a proposé un examen en radiologie. Il sera pratiqué avec votre consentement. Vous avez en effet la

Plus en détail

Document de synthèse. Optimisation des conditions d éclairage Les défis d un éclairage minimum

Document de synthèse. Optimisation des conditions d éclairage Les défis d un éclairage minimum Document de synthèse Optimisation des conditions d éclairage Les défis d un éclairage minimum Table des matières 1. Introduction 3 2. Sensibilité à la lumière : une mesure complexe 3 3. Ne vous faites

Plus en détail

La Grille, moyen fondamental de l analyse

La Grille, moyen fondamental de l analyse Fiche méthodologie #1 La Grille, moyen fondamental de l analyse Cette rubrique présente des notes et documents publiés par Philippe Latour, enseignant au Master Géomarketing et stratégies territoriales

Plus en détail

Négocier avec son employeur

Négocier avec son employeur Thierry KRIEF Négocier avec son employeur Techniques de négociation commerciales appliquées au marché de l emploi, 2008 ISBN : 978-2-212-54138-0 Cas 1 Négocier un départ quand l entreprise veut vous garder

Plus en détail

Cet article a été remis à EndoFrance par le Pr Canis pour une utilisation strictement réservée à l association EndoFrance

Cet article a été remis à EndoFrance par le Pr Canis pour une utilisation strictement réservée à l association EndoFrance ENDOMETRIOSE ET INFERTILITE Dr. Michel CANIS On admet classiquement que 20 à 50 % des patientes qui consultent pour une infertilité ont une endométriose et que 30 à 40 % des patientes qui ont une endométriose

Plus en détail

INFORMATION SUR LA HERNIE HIATALE

INFORMATION SUR LA HERNIE HIATALE INFORMATION SUR LA HERNIE HIATALE Objectifs de ce document : Vous expliquer l intervention Vous informer sur les risques de cette chirurgie Répondre aux principales questions que vous pouvez vous poser.

Plus en détail

Attestation de la norme de capital réglementaire pour les assureurs-vie

Attestation de la norme de capital réglementaire pour les assureurs-vie Exposé-sondage Note éducative Attestation de la norme de capital réglementaire pour les assureurs-vie Commission sur la gestion des risques et le capital requis Novembre 2005 Document 205121 This document

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. www.esthetic-consult.com. Ludovic Benasson PR and Public Affairs Manager

DOSSIER DE PRESSE. www.esthetic-consult.com. Ludovic Benasson PR and Public Affairs Manager DOSSIER DE PRESSE www.esthetic-consult.com Septembre 2015 / La beauté à portée de quelques clics. C est ce que propose le site de téléconseil médical www.esthetic-consult.com. Sans vous déplacer, en toute

Plus en détail

Indice de densité numérique au Canada: un guide pour la transformation numérique

Indice de densité numérique au Canada: un guide pour la transformation numérique Indice de densité numérique au Canada: un guide pour la transformation numérique Indice de densité numérique au Canada: un guide pour la transformation numérique L étude d Accenture menée en 2014 sur la

Plus en détail

Édition n 16 : Opérations de couverture

Édition n 16 : Opérations de couverture www.bdo.ca CERTIFICATION ET COMPTABILITÉ Comparaison des normes IFRS et des PCGR du Canada Édition n 16 : Opérations de couverture Les normes IFRS et les PCGR du Canada constituent des cadres fondés sur

Plus en détail

LA CHIRURGIE HERNIAIRE PAR LAPAROSCOPIE.

LA CHIRURGIE HERNIAIRE PAR LAPAROSCOPIE. LA CHIRURGIE HERNIAIRE PAR LAPAROSCOPIE. Vous allez être opéré(e) prochainement d'une hernie inguinale (au-dessus du ligament inguinal, ligament qui se trouve entre l'épine antérieure du bassin et le pubis)

Plus en détail

RAPPORT NATIONAL SUR LE DÉVELOPPEMENT DE L ÉDUCATION. Propositions relatives à la préparation des rapports pour 2008

RAPPORT NATIONAL SUR LE DÉVELOPPEMENT DE L ÉDUCATION. Propositions relatives à la préparation des rapports pour 2008 ED/BIE/CONFINTED/48/RN Genève, 7 décembre 2007 Original : anglais RAPPORT NATIONAL SUR LE DÉVELOPPEMENT DE L ÉDUCATION Propositions relatives à la préparation des rapports pour 2008 A. INTRODUCTION 1.

Plus en détail

RAPPORT 2013 EPREUVE DE MATHEMATIQUES

RAPPORT 2013 EPREUVE DE MATHEMATIQUES RAPPORT 2013 EPREUVE DE MATHEMATIQUES CONCOURS DE RECRUTEMENT DES PROFESSEURS D ECOLE ACADEMIE DE TOULOUSE Eric CONGÉ Inspecteur d Académie Inspecteur Pédagogique Régional de Mathématiques Coordonnateur

Plus en détail

Pourquoi j en arrête l utilisation

Pourquoi j en arrête l utilisation Mon expérience avec les Flow Diverter Pourquoi j en arrête l utilisation Emmanuel Houdart Service de neuroradiologie, hôpital Lariboisière, Paris, France Résumé 6 patients (2 Silk / 4 Pipeline) 2 Décès

Plus en détail

Contact: pile.urgences@gmail.com

Contact: pile.urgences@gmail.com U R G E N C E S NUMERO 3 JUILLET 2015 Contact: pile.urgences@gmail.com PATIENT-TRACEUR TRACEUR La méthode du patient-traceur permet d analyser de manière rétrospective le parcours d un patient de l amont

Plus en détail

A Disease Management Program in France : Lessons from the RESALIS Experiment 18 Months Before and 12 Months After Public Health Interventions

A Disease Management Program in France : Lessons from the RESALIS Experiment 18 Months Before and 12 Months After Public Health Interventions 4 th European Conference on Health Economics Université Paris V. 7-10 July 2002 A Disease Management Program in France : Lessons from the RESALIS Experiment 18 Months Before and 12 Months After Public

Plus en détail