Préparation CCF n 2 : APS La compagnie des hôtels bleus

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Préparation CCF n 2 : APS La compagnie des hôtels bleus"

Transcription

1 Préparation CCF n 2 : APS La compagnie des hôtels bleus Introduction La compagnie des hôtels bleus est une société qui gère un grand nombre d hôtels répartis sur tout le territoire français. Vous venez d être recruté par le groupe afin d évaluer la rentabilité d un projet d investissement : l acquisition d un nouvel hôtel. L APS comporte trois parties : 1. Calcul de la rentabilité économique du projet (i.e. sans prendre en compte le mode de financement, ce qui revient à un financement en totalité par fonds propres). 2. Calcul de la rentabilité financière du projet (i.e. avec prise en compte d un financement partiel par emprunt). 3. Calcul du seuil de rentabilité du projet. Vous disposez des caractéristiques du projet d investissement (annexe 1) et du fichier Excel Hotels_Bleus.xls (tableaux vierges sans formule). 1 / 7

2 Première partie : La rentabilité économique du projet L évaluation de la rentabilité économique consiste à comparer le coût de l investissement (coût d acquisition de l hôtel) avec les flux nets de trésorerie futurs (prévisionnels) générés par l investissement. La rentabilité économique peut être mesurée par deux indicateurs : la valeur actualisée nette (VAN) et le taux de rendement (ou de rentabilité) interne (TRI) de l investissement. Les calculs ont été réalisés en plusieurs étapes (chaque étape correspond à un tableau Excel). 1- Calcul de la CAF annuelle (tableau 1.1 de la feuille 1) Les flux nets de trésorerie annuels futurs sont mesurés à l aide de la CAF : CAF = Produits encaissables Charges décaissables Les dotations aux amortissements (charges calculées) sont prises en compte uniquement pour le calcul de l IS (les dotations diminuent le résultat imposable et donc l IS, qui est une charge décaissable!). Rappel : Il existe deux méthodes de calcul pour la CAF - Méthode soustractive à partir de l EBE (CAF = EBE IS) - Méthode additive à partir du résultat net (CAF = R net + Dotations) Expliquer toutes les formules pour la 1 re année (copier / coller pour les autres années). (Attention : dans le tableau le résultat net n apparaît pas => la CAF est calculée avec la méthode soustractive : EBE IS) NB : La première année l IS est négatif : Il ne s agit pas d un impôt à payer (comme pour les années suivantes) mais d une économie d impôt : le résultat de la première année est une perte qui viendra en diminution du résultat total de la société (tous les hôtels compris) et qui diminuera donc l IS total à payer (en supposant que le résultat total soit positif). (NB : CAF = EBE Eco d IS = ( ) = = => L éco d IS est une diminution des décaissements assimilable à un encaissement : signe +) 2- Calcul du BFR généré par l investissement (tableau 1.2 de la feuille 1) Le BFR représente la somme qui est nécessaire pour faire face aux décalages dans le temps entre les décaissements et les encaissements. Pour l hôtel, une partie des chambres est régulièrement réservée par des agences de voyages qui paient à crédit. La société a donc besoin d une réserve permanente de liquidités (un FR) pour faire face aux dépenses courantes (fournitures de l hôtel, salaires) en attendant le règlement des agences. (Le BFR s explique aussi par le fait que les clients paient en fin de séjour.) 2 / 7

3 On suppose que le BFR est proportionnel au CA (30 jours de CA = 30 CA annuel / 365). Par conséquent le BFR augmente lorsque le CA augmente (Attention : pour chaque période, seule la variation du BFR constitue un besoin supplémentaire.) Expliquez les formules (1 re et 2 e année) Pour le calcul de la VAN, le BFR (BFR initial et augmentations annuelles) est assimilable à une dépense (un décaissement) qui augmente le coût de l investissement (l investissement comporte le prix d achat de l hôtel mais aussi les sommes qui sont «immobilisées» dans l exploitation). 3- Calcul des flux nets de trésorerie (tableau 1.3 de la feuille 2) Le troisième tableau regroupe l ensemble des flux de trésorerie générés par l investissement Flux net de trésorerie = Encaissements (E) Décaissements (D) Le modèle de calcul repose sur les hypothèses (simplificatrices) suivantes : D - L investissement (prix d achat de l hôtel) est entièrement réalisé au début de la première année (colonne «0»). - Le BFR apparaît dès le début de la première année (les augmentations sont également ramenées au début des années correspondantes). E - Les CAF sont obtenues globalement en fin d année (colonne «1» pour la CAF de la première année ). - En fin d exploitation, les sommes immobilisées dans l exploitation (BFR) redeviennent disponibles : la récupération du BFR est assimilable à un encaissement (obtenu globalement à la fin de la dernière année d exploitation = augmentations du BFR). - La valeur résiduelle (valeur de l hôtel à la fin des 10 années d exploitation) est estimée à la valeur nette comptable (50 % du prix d achat : 10 ans d exploitation pour un amortissement sur 20 ans On peut imaginer que dans 10 ans l hôtel nécessitera d importants travaux de rénovation qui réduiront sa valeur ) Expliquez les formules (Colonnes «0», «1» et «10» en particulier) 4- Calcul de la VAN et du TRI (tableau et graphique 1.4 de la feuille 2) L investissement a été ramené à une suite de flux nets de trésorerie : un premier flux négatif (la dépense initiale) et dix flux nets annuels positifs (les recettes nettes futures). L investissement est rentable si la somme de tous ces flux est positive ; mais les flux étant obtenus à des dates différentes, ils doivent être actualisés. 3 / 7

4 L actualisation est l opération qui consiste à ramener des sommes futures à leur valeur actuelle (aujourd hui i.e. en «0»), à l aide d un taux d actualisation. (Opération inverse de la capitalisation). (Exemple : 110 obtenus dans un an ont une valeur actuelle égale à 100, pour un taux d actualisation de 10 %. Car il suffit de détenir 100 aujourd hui pour obtenir 110 dans un an, en plaçant la somme initiale sur un marché financier, avec un taux d intérêt à 10 %). Par définition : VAN = Somme actualisée des flux nets de trésorerie générés par un investissement p 10 = = p = 0 VAN Flux netsp + i) -p ( 1 i : Taux d actualisation p : Périodes (années) L investissement est rentable si la VAN est positive, ce qui dépend des flux nets mais aussi du taux d actualisation : Cf. Représentation graphique de la VAN en fonction du taux). Le taux d actualisation représente (en principe) le taux d intérêt moyen des marchés financiers (taux d intérêt qu on obtiendrait en plaçant une somme d argent sur un marché financier : achat de titres ou placement dans une banque). Expliquer que la VAN est obtenue avec une formule (Attention avec Excel le premier flux est rajouté à la formule de la VAN, celle-ci ne prenant en compte que des flux futurs). Plus le taux est élevé plus la VAN est faible (puis négative) et inversement. Lorsque le taux est élevé, l investissement n est plus rentable (le placement de la même somme sur un marché financier est plus rentable). (Dans cette APS le taux d actualisation n est pas fixé, l objectif principal étant de calculer le TRI.) Par définition : Le TRI est le taux d actualisation qui annule la VAN Le TRI est assimilable au taux d intérêt d un placement financier (dépôt dans une banque, achat de titres ) mais obtenu par l investissement économique (de même qu un placement financier peut rapporter «i %» par an, l investissement rapporte «TRI %» par an!). Le TRI doit être comparé au taux d intérêt moyen des marchés financiers : Si le TRI est supérieur au taux d intérêt, l investissement est rentable, il rapporte plus qu un placement financier et inversement. Conclusion : TRI = 11,36 % (rentabilité économique de l hôtel) Le taux est relativement élevé, on peut donc considérer que l acquisition de l hôtel constitue un investissement rentable (la plupart des placements financiers étant sans doute moins rentables ). On peut également supposé que ce taux est supérieur au taux de rentabilité minimum exigé par la Compagnie des Hôtels bleus pour ses nouveaux hôtels. (Attention : le TRI présente une limite, il suppose le réinvestissement des flux intermédiaires à un taux égal au TRI ) 4 / 7

5 Deuxième partie : La rentabilité financière du projet Dans cette deuxième partie vous êtes à nouveau chargé d évaluer la rentabilité du projet d acquisition du nouvel hôtel mais en prenant en compte le mode de financement. Vous devez donc recalculer le TRI mais en tenant compte des flux de trésorerie générés par l investissement et son financement : on parle de taux de rentabilité financière ou taux de rentabilité des capitaux propres investis (= montant de l investissement emprunt). La Compagnie des hôtels bleus envisage de financer 50 % de l investissement par un emprunt (le solde par des fonds propres). 1- Tableau d amortissement de l emprunt (tableau 2.1 de la feuille 3) Le fichier, avec les formules, est donné (vous ne l avez pas réalisé!) mais vous devez être capable d expliquer les calculs (et, éventuellement, les formules Excel) : Annuité constante = i 1 ( 1+ i) - 10 Emprunt Intérêts = Capital début i Amortissement = Annuité Intérêts Capital fin = Capital début Amortissement i : taux d intérêt (coût) de l emprunt (Cf. votre document «Emprunt.doc» : caractéristiques de l emprunt, détails des calculs et formules Excel.) 2- Calcul des flux nets de trésorerie (tableau 2.2 de la feuille 4) La rentabilité financière est calculée en prenant en compte : - Les flux nets de trésorerie générés par l investissement (flux nets calculés dans la première partie). - Les flux nets de trésorerie générés par le financement de l investissement : Le montant de l emprunt : un encaissement obtenu en «0». Les annuités de l emprunt (amortissement et intérêts) : un décaissement à la fin de chaque période. Les économies d IS sur les intérêts de l emprunt : les intérêts constituent une charge qui diminue les bénéfices et donc l IS (l économie d IS est une diminution des décaissements assimilable à un encaissement ) 5 / 7

6 3- Calcul de la VAN et du TRI (tableau et graphique 2.3 de la feuille 4) Les calculs (formules VAN et TRI) sont identiques à ceux de la première partie. Comparer les résultats obtenus avec ceux de la première partie : Conclusion : TRI = 14,07 % (rentabilité financière de l hôtel financé par emprunt) Le TRI avec prise en compte du financement (taux de rentabilité financière = 14,07 %) est supérieur au TRI calculé sans tenir compte du financement (taux de rentabilité économique = 11,36 %). Par conséquent, le mode de financement retenu (emprunt à 9 %) augmente la rentabilité de l investissement. Ce mécanisme est connu sous le nom d «effet de levier» : l endettement (financement par emprunt) augmente la rentabilité des investissements (par rapport à un financement avec des fonds propres). Attention : Cet effet «positif» n est possible que si le coût de l emprunt (9 % soit 6 % après économies d IS) est inférieur à la rentabilité économique de l investissement (TRI 1 re partie = 11,36 %). Dans le cas inverse, le mécanisme est inversé (effet de levier «négatif» : la rentabilité diminue avec l endettement). Précisez que des simulations réalisées dans la 4 e partie de l APS ont permis de mettre en évidence l effet de levier (Cf. votre document «Effet de levier.doc» : Si le coût de l emprunt (après économies d IS) est inférieur à la rentabilité économique de l investissement (11,36 %) : l effet de levier est positif (le financement par emprunt augmente la rentabilité du projet). L effet positif est d autant plus fort que le coût de l emprunt est faible et / ou que le montant de l emprunt est élevé. (Le financement par emprunt doit être retenu!) Si le coût de l emprunt (après économies d IS) est supérieur à la rentabilité économique de l investissement (11,36 %) : l effet de levier est négatif (le financement par emprunt diminue la rentabilité du projet). L effet négatif est d autant plus fort que le coût de l emprunt est élevé et / ou que le montant de l emprunt est élevé. (Le financement par des fonds propres est préférable.) Pour la Compagnie des hôtels bleus, l effet de levier est positif, on peut donc conseiller aux dirigeants de financer l acquisition de l hôtel par un emprunt (éventuellement en augmentant la part du financement par emprunt sous réserve des capacités d endettement de la société ) 6 / 7

7 Troisième partie : Le seuil de rentabilité annuel du projet Dans cette troisième partie vous êtes chargé d élaborer un compte de résultat différentiel (tableau 3.1 de la feuille 5) et de calculer le seuil de rentabilité annuel (tableau 3.2 de la feuille 5) du projet d acquisition d un nouvel hôtel (à partir des années où le CA devient constant). Le compte de résultat différentiel fait apparaître : le chiffre d affaires (CA), les charges variables (CV), la marge s/cv, le taux de marge s/cv, les charges fixes (CF) et le résultat. (Les CV sont supposées proportionnelles au CA, par conséquent la Ms/CV est également proportionnelle au CA => Ms/CV = taux de Ms/CV CA) Le seuil de rentabilité est le chiffre d affaires annuel à partir duquel l entreprise (l hôtel) commence à réaliser des bénéfices : Si CA annuel < SR => pertes ; si CA = SR => Résultat = 0 ; si CA > SR => bénéfices Calcul du SR : Au SR : Ms/CV = CF taux de Ms/CV CA SR = CF CA SR = CF taux de Ms/CV Conclusion : Le projet d acquisition de l hôtel semble particulièrement rentable : le SR est atteint en moins de 8 mois (225 jours) et la marge de sécurité est de 39 % (CA annuel CA SR / CA annuel). NB : Quatrième partie : Simulations et synthèse Cf. vos documents : - Simulations.doc - Effet de levier.doc - Votre note de synthèse destinée aux dirigeants Conclusion générale : Le projet doit être retenu : une rentabilité économique satisfaisante, un financement qui créé un effet de levier positif et un projet peu risqué! (Evidemment, les résultats dépendent de la fiabilité des prévisions ) 7 / 7

Préparation CCF n 2 : APS La SA LOUISON

Préparation CCF n 2 : APS La SA LOUISON Préparation CCF n 2 : APS La SA LOUISON NB : Pour réussir cette APS il est indispensable de connaître (et d être capable de définir) les notions relatives à l analyse fonctionnelle du bilan et du compte

Plus en détail

De : Les comptables. I- Le taux de rentabilité interne

De : Les comptables. I- Le taux de rentabilité interne De : Les comptables A : La direction de Moréa Annexe : Le compte de résultat prévisionnel du projet Date : 21/09/2009 Objet : L impact des résultats financiers RAPPORT Nous avons réalisé un compte de résultat

Plus en détail

Les calculs fondamentaux pour son entreprise

Les calculs fondamentaux pour son entreprise Les calculs fondamentaux pour son entreprise 1. Seuil de rentabilité et point mort : Définition et calcul Seuil de Rentabilité et Point Mort sont deux facettes d un même concept. Petite-entreprise. net

Plus en détail

Fiche conseil. Nom du Document : FAITES LE BILAN A L HEURE DES COMPTES OU COMMENT LIRE SON BILAN ET INTERPRETER SON SON RESULTAT

Fiche conseil. Nom du Document : FAITES LE BILAN A L HEURE DES COMPTES OU COMMENT LIRE SON BILAN ET INTERPRETER SON SON RESULTAT FAITES LE BILAN A L HEURE DES COMPTES OU COMMENT LIRE SON BILAN ET INTERPRETER SON RESULTAT Fiche conseil Nos fiches conseils ont pour objectif de vous aider à mieux appréhender les notions : Comptables

Plus en détail

Nom du Document : FAITES LE BILAN A L HEURE DES COMPTES OU COMMENT LIRE SON BILAN ET INTERPRETER SON RESULTAT

Nom du Document : FAITES LE BILAN A L HEURE DES COMPTES OU COMMENT LIRE SON BILAN ET INTERPRETER SON RESULTAT OU COMMENT LIRE SON BILAN ET INTERPRETER SON FICHE CONSEIL Page : 1/9 INTERPRETER SON Vous connaissez chaque année le résultat de votre activité lors de l élaboration de vos comptes annuels. Vous pouvez

Plus en détail

GESTION DES IMMOBILISATIONS ET DES INVESTISSEMENTS

GESTION DES IMMOBILISATIONS ET DES INVESTISSEMENTS GESTION DES IMMOBILISATIONS ET DES INVESTISSEMENTS Page : 1 / 19 Gestion des immobilisations et des investissements. 1. CAS DE SYNTHESE... 3 1.1. CALCUL DE RENTABILITE D IMMOBILISATIONS ACQUISES... 3 1.2.

Plus en détail

Prof : Mr. Baccari Mansour Epreuve : Gestion AS : 2012/2013 Durée : 3h Coefficient : 4

Prof : Mr. Baccari Mansour Epreuve : Gestion AS : 2012/2013 Durée : 3h Coefficient : 4 Lycée Privé 20 Mars EE Agareb Tel : 21173647 BAC ECO ET GESTION DEVOIR DE CONTRÔLE N 3 Le 27/04/2013 Prof : Mr. Baccari Mansour Epreuve : Gestion AS : 2012/2013 Durée : 3h Coefficient : 4 Le sujet comporte

Plus en détail

ÉLÉMENTS INDICATIFS DE CORRIGÉ

ÉLÉMENTS INDICATIFS DE CORRIGÉ BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE SESSION 2010 SÉRIE : SCIENCES ET TECHNOLOGIES DE LA GESTION ÉPREUVE ÉCRITE DE SPÉCIALITE : COMPTABILITÉ ET FINANCE D ENTREPRISE ÉLÉMENTS INDICATIFS DE CORRIGÉ Ce dossier comporte

Plus en détail

CHAPITRE 2 : PREPARATION A L ANALYSE DE RENTABILITE

CHAPITRE 2 : PREPARATION A L ANALYSE DE RENTABILITE CHAPITRE 2 : PREPARATION A L ANALYSE DE RENTABILITE La démarche pour une méthode d aide à la décision d investissement consiste dans un premier temps à élaborer un ensemble d hypothèses relatives aux caractéristiques

Plus en détail

Outils de la création d entreprise TD 1 & 2

Outils de la création d entreprise TD 1 & 2 Valeur acquise (puissance > 0) Une somme Une suite d annuités constantes Cn = C(1+i) n Fin période : Début période : Valeur actuelle Puissance < 0 ( ) C0 = C(1+i) -n Fin période : Début période : ) ( Emprunt

Plus en détail

DU RESULTAT AUX FLUX DE TRESORERIE. de comprendre comment se forme la trésorerie dans une entreprise industrielle en création.

DU RESULTAT AUX FLUX DE TRESORERIE. de comprendre comment se forme la trésorerie dans une entreprise industrielle en création. DU RESULTAT AU FLU DE TRESORERIE Cette étude a pour objet : de comprendre comment se forme la trésorerie dans une entreprise industrielle en création. de faire des simulations à partir d un tableur et

Plus en détail

Chap.4 : Les charges variables et le seuil de rentabilité

Chap.4 : Les charges variables et le seuil de rentabilité 1 / 12 Chap.4 : Les charges variables et le seuil de rentabilité La comptabilité analytique (à partir de ce chapitre et surtout dans le P8 et P9) propose des modèles de gestion i.e. des représentations

Plus en détail

BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE SESSION 2015 SÉRIE : SCIENCES ET TECHNOLOGIES DU MANAGEMENT ET DE LA GESTION SPÉCIALITÉ : GESTION ET FINANCE

BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE SESSION 2015 SÉRIE : SCIENCES ET TECHNOLOGIES DU MANAGEMENT ET DE LA GESTION SPÉCIALITÉ : GESTION ET FINANCE BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE SESSION 2015 SÉRIE : SCIENCES ET TECHNOLOGIES DU MANAGEMENT ET DE LA GESTION SPÉCIALITÉ : GESTION ET FINANCE ÉLÉMENTS INDICATIFS DE CORRIGÉ Ce dossier comporte des éléments de

Plus en détail

Le choix d investissement

Le choix d investissement Le choix d investissement Les séquences de cash-flow Auteur : Philippe GILLET Les grandes hypothèses du choix d investissement 1. L indépendance du projet par rapport à la firme 1. Indépendance patrimoniale

Plus en détail

PERFORMANCES FINANCIÈRES COMPARÉES DE PROJETS D INVESTISSEMENTS HOSPITALIERS

PERFORMANCES FINANCIÈRES COMPARÉES DE PROJETS D INVESTISSEMENTS HOSPITALIERS PROJETS PERFORMANCES FINANCIÈRES COMPARÉES DE PROJETS D INVESTISSEMENTS HOSPITALIERS 2 Exemple simplifié tiré d un cas concret : le remplacement de la cuisine centrale de l hôpital X Si les données de

Plus en détail

LA DECISION DE FINANCEMENT

LA DECISION DE FINANCEMENT o o o o o o o Séance 1 : Les critères de sélection des modes de financement. Séance : Exercices sur le coût d une source de financement. Séance 3 : Contrôle. Séance 4 : Le choix d une structure optimale

Plus en détail

Chapitre 2 L analyse du compte de résultat

Chapitre 2 L analyse du compte de résultat Chapitre 2 L analyse du compte de résultat I- Les soldes intermédiaires de gestion (SIG) A- Intérêt de la mise en place des SIG B- La mise en œuvre des SIG 1- Le tableau des SIG Voir annexe 1 2- L analyse

Plus en détail

Investissements. Plan

Investissements. Plan Investissements Plan Relation entre placement, revenus et taux d intérêt Relation entre emprunt, sommes remboursées et taux d intérêt Bilan: relation entre flux monétaires résultant d un échange intertemporel

Plus en détail

II Le budget d investissement : - elle engage l avenir de l entreprise. - elle a des effets difficilement réversibles

II Le budget d investissement : - elle engage l avenir de l entreprise. - elle a des effets difficilement réversibles II Le budget d investissement : Le budget d investissement est un élément constitutif du budget financier. Chacun des éléments du budget a un rôle précis dans l élaboration d une planification et d un

Plus en détail

Chapitre 9. L évaluation des actions

Chapitre 9. L évaluation des actions Chapitre 9 L évaluation des actions Introduction Comment déterminer la valeur des actions? Loi du prix unique : le prix d un actif financier doit être égal à la valeur actuelle des flux futurs auxquels

Plus en détail

Présentation et éléments de compréhension du Business Plan

Présentation et éléments de compréhension du Business Plan Présentation et éléments de compréhension du Business Plan La préparation, la méthodologie, le fond, la forme et les pièges à éviter 1 Objectifs de la formation Connaitre et comprendre les différentes

Plus en détail

1- ANALYSEZ UN BILAN ET UN COMPTE DE RESULTAT

1- ANALYSEZ UN BILAN ET UN COMPTE DE RESULTAT 1- ANALYSEZ UN BILAN ET UN COMPTE DE RESULTAT OBJECTIF : Permettre aux stagiaires d optimiser le suivi et la gestion de son entreprise PRE REQUIS: Avoir au minimum 1 an d'exercice Analyse du compte de

Plus en détail

INDICATEURS ET CHIFFRES CLES

INDICATEURS ET CHIFFRES CLES ATELIER MEDEF - ACTIV ENTREPRENDRE INDICATEURS ET CHIFFRES CLES DE VOTRE COMPTABILITÉ 24/04/2015 SOMMAIRE 1. Comprendre a) Pourquoi et pour qui tenir une comptabilité b) La structure des comptes annuels

Plus en détail

Analyse Financie re. 1 ère Partie : Les concepts d analyse comptable et financière. Table des matières

Analyse Financie re. 1 ère Partie : Les concepts d analyse comptable et financière. Table des matières Analyse Financie re 1 ère Partie : Les concepts d analyse comptable et financière Table des matières Introduction :... 2 Chapitre 1 : Etude du compte de résultat... 2 I. Soldes Intermédiaires de Gestion

Plus en détail

Formation Bâtiment Durable :

Formation Bâtiment Durable : Formation Bâtiment Durable : Gestion de l énergie (responsable énergie) Bruxelles Environnement Financement et rentabilité Jonathan FRONHOFFS CENERGIE Obectif(s) de la présentation Donner quelques notions

Plus en détail

CALCULS COMMERCIAUX Chapitre 5 Analyser un compte de résultat

CALCULS COMMERCIAUX Chapitre 5 Analyser un compte de résultat CALCULS COMMERCIAUX Chapitre 5 Analyser un compte de résultat Le compte de résultat est un document comptable qui permet de savoir si les recettes de l entreprise (les produits) ont permis de faire face

Plus en détail

COURS GESTION FINANCIERE SEANCE 6 DECISIONS D INVESTISSEMENT

COURS GESTION FINANCIERE SEANCE 6 DECISIONS D INVESTISSEMENT COURS GESTION FINANCIERE SEANCE 6 DECISIONS D INVESTISSEMENT SEANCE 6 DECISIONS D INVESTISSEMENT EFFET DE LEVIER La séance 6 (première partie) traite des décisions d investissement. Il s agit d optimiser

Plus en détail

Valorisation par arbitrage. M1 - Arnold Chassagnon, Université de Tours, PSE - 2012

Valorisation par arbitrage. M1 - Arnold Chassagnon, Université de Tours, PSE - 2012 Valorisation par arbitrage - M1 - Arnold Chassagnon, Université de Tours, PSE - 2012 Plan du cours Introduction : l hypothèse d absence d opportunité d arbitrage 1. Synthèse des actifs par un système de

Plus en détail

Diagnostique financier

Diagnostique financier Diagnostique financier Biographie : Analyse financière, Grandguillot, Gualino, Memento LMD Analyse financière, De la Bouleri, Dunot, Gestion-Finance Partie 1 : Analyse financière Analyse financière = Analyse/redécoupage

Plus en détail

ÉPREUVE 5. La Partie "Gestion hôtelière et droit" et la Partie "Mathématiques" seront traitées sur des copies séparées.

ÉPREUVE 5. La Partie Gestion hôtelière et droit et la Partie Mathématiques seront traitées sur des copies séparées. ÉPREUVE 5 GESTION HÔTELIÈRE ET MATHÉMATIQUES Durée : 4 heures 30 Coefficient : 7 La Partie "Gestion hôtelière et droit" et la Partie "Mathématiques" seront traitées sur des copies séparées. Les deux copies

Plus en détail

un document pour séduire et convaincre

un document pour séduire et convaincre Le business plan un document pour séduire et convaincre Fiche d identité du projet Le marché Caractéristiques, répartition Acteurs, concurrence Se situer dans la démarche Clients, Choix stratégiques, positionnement,segmentation

Plus en détail

GESTION FINANCIÈRE. DECF Session 2007 - Corrigé indicatif

GESTION FINANCIÈRE. DECF Session 2007 - Corrigé indicatif GESTION FINANCIÈRE DECF Session 2007 - Corrigé indicatif DOSSIER 1 : TABLEAU DE FLUX ET DIAGNOSTIC FINANCIER 1. Définir l objectif des tableaux de flux de trésorerie : Ils permettent : de déterminer la

Plus en détail

Ensemble de la production vendue par une entreprise sur une période donnée

Ensemble de la production vendue par une entreprise sur une période donnée Lexique Chiffre d affaires Ensemble de la production vendue par une entreprise sur une période donnée > Le chiffre d affaires est un concept très simple qui permet de mesurer l activité d une entreprise

Plus en détail

Mathématiques financières

Mathématiques financières Mathématiques financières 1 Licence 3 Gestion ESDHEM PARIS 2015 Sabrina CHIKH Déroulé 2 n 16H n 4 séances de 4 heures, 4 thèmes n Cours / applications n Evaluation : un contrôle continu à chaque séance

Plus en détail

La famille Saint Louis de Mermoz a décidé de créer une holding afin de gérer le patrimoine familial sous forme de SAS.

La famille Saint Louis de Mermoz a décidé de créer une holding afin de gérer le patrimoine familial sous forme de SAS. ANALYSE ET GESTION FINANCIÈRE Épreuve dominante de spécialisation A.D. 2012 Concours externe et interne Documents autorisés : néant Calculatrice électronique autorisée La famille Saint Louis de Mermoz

Plus en détail

Exercice 2.7. Maison D isabelle. Problèmes et solutions

Exercice 2.7. Maison D isabelle. Problèmes et solutions Date : Août 2004 Exercice 2.7 Maison D isabelle À l automne 20-6, Isabelle Gilbert a accepté de quitter son poste de travailleuse sociale à l hôpital où elle exerçait sa profession et en contrepartie,

Plus en détail

www.thauvron.com mise à jour : 04/01/2016 Attention, certaines données ont été actualisées dans la 4 ème édition.

www.thauvron.com mise à jour : 04/01/2016 Attention, certaines données ont été actualisées dans la 4 ème édition. www.thauvron.com mise à jour : 04/01/2016 Attention, certaines données ont été actualisées dans la 4 ème édition. Cas 4.1. Eiffage R c = 3,50 + 0,5 4 = 5,5 % Évaluation par les flux de trésorerie : BFR

Plus en détail

13 Les flux de trésorerie

13 Les flux de trésorerie 13 Les flux de trésorerie Les sujets abordés dans chacun des travaux suggérés Problèmes de Sujets abordés Exercices compréhension L utilité et le contenu de 1, 5 1, 5, 9 b) l état des flux de trésorerie

Plus en détail

Taux d intérêts simples

Taux d intérêts simples Taux d intérêts simples Les caractéristiques : - < à 1 ans - Rémunération calculée uniquement sur investissement initial. Période de préférence = période sur laquelle on définit le taux de l opération

Plus en détail

Mathématiques Financières Exercices

Mathématiques Financières Exercices Mathématiques Financières Exercices Licence 2, 2015-16 - Université Paris 8 J.CORIS & C.FISCHLER & S.GOUTTE 1 TD 1 : Suites numériques et somme de suites Exercice 1. Pour chacune des suites ci-dessous,

Plus en détail

www.comptazine.fr DCG session 2012 UE6 Finance d entreprise Corrigé indicatif

www.comptazine.fr DCG session 2012 UE6 Finance d entreprise Corrigé indicatif DCG session 2012 UE6 Finance d entreprise Corrigé indicatif DOSSIER 1 DIAGNOSTIC FINANCIER 1. Compléter le tableau de financement 2011 Affectation du bénéfice 2010 : Bénéfice 2010 359 286 Affectation en

Plus en détail

PROGRAMME RECOMMANDATIONS & PRÉCISIONS Éléments du programme faisant objet d évaluation en Examen National

PROGRAMME RECOMMANDATIONS & PRÉCISIONS Éléments du programme faisant objet d évaluation en Examen National االمتحان الموحد الوطني لنيل شهادة البكالوريا اإلطار المرجعي لمادة: المحاسبة والرياضيات المالية- 0202 - شعبة العلوم االقتصادية والتدبير: مسلك علوم التدبير المحاسباتي Filière : sciences de gestion comptable

Plus en détail

Excel 2002 Avancé. Guide de formation avec exercices et cas pratiques. Patrick Morié, Bernard Boyer

Excel 2002 Avancé. Guide de formation avec exercices et cas pratiques. Patrick Morié, Bernard Boyer Excel 2002 Avancé Guide de formation avec exercices et cas pratiques Patrick Morié, Bernard Boyer Tsoft et Groupe Eyrolles, 2003 ISBN : 2-212-11238-6 5 - ANALYSE ET SIMULATION MODÈLE ITÉRATIF 1 - NOTION

Plus en détail

Situation financière des Hôpitaux de Tarentaise

Situation financière des Hôpitaux de Tarentaise Situation financière des Hôpitaux de Tarentaise Table des matières 1 Analyse financière de l hôpital d Albertville-Moûtiers... 2 1.1 Analyse de l évolution et résultat... 2 1.2 Analyse de la structure

Plus en détail

Exercices & cours de Gestion en vidéo - BTS MUC. Liste des formules. (Consultez également «Liste des tableaux»)

Exercices & cours de Gestion en vidéo - BTS MUC. Liste des formules. (Consultez également «Liste des tableaux») Liste des formules (Consultez également «Liste des tableaux») Table des matières LES CALCULS COMMERCIAUX... 4 Le coefficient multiplicateur... 4 Montant de TVA... 4 TVA collectée... 4 TVA déductible...

Plus en détail

Chapitre 3 : La gestion de la trésorerie

Chapitre 3 : La gestion de la trésorerie Chapitre 3 : La gestion de la trésorerie Toute entreprise commerciale ou industrielle opère chaque mois des achats, des ventes, des paiements, des versements. Elle reçoit aussi de l argent, paie ses salariés,

Plus en détail

Analyse Financie re. 1 ère Partie : Les concepts d analyse comptable et financière. Table des matières

Analyse Financie re. 1 ère Partie : Les concepts d analyse comptable et financière. Table des matières Analyse Financie re 1 ère Partie : Les concepts d analyse comptable et financière Table des matières Chapitre 2 : Analyse du bilan, L approche fonctionnelle... 2 I. Introduction... 2 II. La conception

Plus en détail

I L ACTIVITE FINANCIERE II LES FLUX FINANCIERS III LE FINANCEMENT DU CYCLE D INVESTISSEMENT ET D EXPLOITATION

I L ACTIVITE FINANCIERE II LES FLUX FINANCIERS III LE FINANCEMENT DU CYCLE D INVESTISSEMENT ET D EXPLOITATION I L ACTIVITE FINANCIERE II LES FLUX FINANCIERS III LE FINANCEMENT DU CYCLE D INVESTISSEMENT ET D EXPLOITATION I L ACTIVITE FINANCIERE A/ COMMENT ASSURER LA RENTABILITE ET LA SOLVABILITE DE L ENTREPRISE?

Plus en détail

Les choix d investissement et de financement

Les choix d investissement et de financement Les choix d investissement et de financement L investissement sera-t-il rentable? Un investissement sera considéré comme rentable s il fait apparaître des capacités d autofinancement (recettes) supérieures

Plus en détail

Initiation à la comptabilité simplifiée

Initiation à la comptabilité simplifiée Lot 2 : Fiscalité et comptabilité Initiation à la comptabilité simplifiée Ville de Paris Carrefour des Associations Parisiennes PROJETS-19 projets19@projets19.org Organisation matérielle : 3 heures avec

Plus en détail

ASCA unité 3 Gestion comptable de fin d exercice préparatoire Exercices Erreurs fréquemment observées THÈME 1...4 SÉQUENCE 1...4

ASCA unité 3 Gestion comptable de fin d exercice préparatoire Exercices Erreurs fréquemment observées THÈME 1...4 SÉQUENCE 1...4 ASCA unité 3 THÈME 1...4...4 Séquence 1 > Exercice 1... 4 Séquence 1 > Exercice 2... 4 Séquence 1 > Exercice 3... 4 Séquence 1 > Exercice 4... 4...5 Séquence 2 > Exercice 1... 5 Séquence 2 > Exercice 2...

Plus en détail

Tableau d amortissement et suite géométrique

Tableau d amortissement et suite géométrique Tableau d amortissement et suite géométrique ENONCE : Afin d être plus compétitive, une entreprise décide d emprunter 100 000 pour investir dans de nouvelles machines. Elle souhaite rembourser en 3 ans

Plus en détail

De la valeur d entreprise à la valeur des capitaux propres

De la valeur d entreprise à la valeur des capitaux propres De la valeur d entreprise à la valeur des capitaux propres Agnès PINIOT, Membre de la Commission Evaluation des entreprises de la Compagnie Nationale des Commissaires aux comptes (CNCC) Olivier PERONNET,

Plus en détail

Excel 2010. Module 10. Christophe Malpart. Sommaire 1 Dossier 1 3. 2 Dossier 2 4. 3 Dossier 3 9. 4 Dossier 4 : Le budget de trésorerie 18

Excel 2010. Module 10. Christophe Malpart. Sommaire 1 Dossier 1 3. 2 Dossier 2 4. 3 Dossier 3 9. 4 Dossier 4 : Le budget de trésorerie 18 Christophe Malpart Sommaire 1 Dossier 1 3 1.1 Annexe 1 3 2 Dossier 2 4 2.1 Annexe 2 : La fonction VPM, INTPER et PRINCPER 4 3 Dossier 3 9 3.1 Annexe 3 : Règles de gestion et tableau pré-rempli 9 3.2 Annexe

Plus en détail

ÉLÉMENTS DE CONCILIATION À DES FINS FISCALES

ÉLÉMENTS DE CONCILIATION À DES FINS FISCALES 3 Manuel de la présentation de l information financière municipale ÉLÉMENTS DE CONCILIATION À DES FINS FISCALES Ministère des Affaires municipales et de l Occupation du territoire Gouvernement du Québec

Plus en détail

Le contrôle budgétaire. Le contrôle budgétaire 1. Définition. Le contrôle budgétaire 1. Définition

Le contrôle budgétaire. Le contrôle budgétaire 1. Définition. Le contrôle budgétaire 1. Définition Le contrôle budgétaire Définition Les différents budgets, leur enchaînement La validation des budgets Le Contrôle budgétaire Le contrôle budgétaire 1. Définition Un budget est établi à partir d une prévision,

Plus en détail

INGENIERIE FINANCIERE DE PROJETS

INGENIERIE FINANCIERE DE PROJETS INGENIERIE FINANCIERE DE PROJETS Référence : Agnès DALLOZ Date de dernière mise à jour : 30/07/2004 Etat : Définitif Auteur : Objet du document : Destinataires Agnès DALLOZ Simone SCHARLY Objet de la diffusion

Plus en détail

Initiation à la comptabilité simplifiée

Initiation à la comptabilité simplifiée Initiation à la comptabilité simplifiée Les obligations comptables Obligations minimales Obligations de fait Obligations légales Les règles de la comptabilité de trésorerie Principes d enregistrement Utilisation

Plus en détail

Même s il confie sa comptabilité à un cabinet d expertise comptable, un bon entrepreneur connaît parfaitement et maîtrise son activité.

Même s il confie sa comptabilité à un cabinet d expertise comptable, un bon entrepreneur connaît parfaitement et maîtrise son activité. Gérer son entreprise Gérer une entreprise et la faire prospérer ne s improvisent pas. Cela nécessite au contraire des connaissances spécifiques, de la réactivité et une grande rigueur. Si votre métier

Plus en détail

EXAMEN n 1 MACROÉCONOMIE

EXAMEN n 1 MACROÉCONOMIE EXAMEN n 1 MACROÉCONOMIE I. QUESTIONS : Quel est le PIB de la France en 2013? Définir le PIB (3 approches), la consommation et l investissement. L INSEE mesuretelle le PIB à prix constants ou à prix courants?

Plus en détail

EXPOSE DE FINANCE D ENTREPRISE : SIMILITUDES ET DIFFERENCES ENTRE LE TABLEAU DE FLUX DE TRESORERIE DE L OEC ET CELUI DE LE BANQUE DE FRANCE

EXPOSE DE FINANCE D ENTREPRISE : SIMILITUDES ET DIFFERENCES ENTRE LE TABLEAU DE FLUX DE TRESORERIE DE L OEC ET CELUI DE LE BANQUE DE FRANCE EXPOSE DE FINANCE D ENTREPRISE : SIMILITUDES ET DIFFERENCES ENTRE LE TABLEAU DE FLUX DE TRESORERIE DE L OEC ET CELUI DE LE BANQUE DE FRANCE INTRODUTION Le tableau de l OEC tout comme le tableau de la banque

Plus en détail

REALISER L ETUDE FINANCIERE

REALISER L ETUDE FINANCIERE REALISER L ETUDE FINANCIERE Cette étape va vous permettre de mesurer la viabilité de votre projet, ainsi que sa pérennité sur le long terme. Le plan de financement vous aidera à déterminer les ressources

Plus en détail

REPUBLIQUE TUNISIENNE Ministère de l éducation. Corrigé de l épreuve de GESTION

REPUBLIQUE TUNISIENNE Ministère de l éducation. Corrigé de l épreuve de GESTION REPUBLIQUE TUNISIENNE Ministère de l éducation Corrigé de l épreuve de GESTION Session Principale 2009 Corrigé de l épreuve de GESTION SESSION PRINCIPALE Juin 2009. Recommandations Chers élèves, on vous

Plus en détail

TOTAL ACTIF = TOTAL PASSIF

TOTAL ACTIF = TOTAL PASSIF Fiche méthodologique Les outils comptables et financiers Décembre 2012 Le bilan, le compte de Le bilan, le compte de sont trois documents comptables complémentaires utilisés dans le cadre d une comptabilité

Plus en détail

Chapitre I :Seuil de rentabilité. Encadré par: Dr. HOURIA ZAAM

Chapitre I :Seuil de rentabilité. Encadré par: Dr. HOURIA ZAAM Chapitre I :Seuil de rentabilité Encadré par: Dr. HOURIA ZAAM PLA N I- Introduction II- Charges 1- Charges variables 2- Charges fixes 3- Charges mixtes III- Le compte de résultat différentiel IV- Seuil

Plus en détail

PhytoActéa vous répond

PhytoActéa vous répond PhytoActéa vous répond Comment utiliser le gestionnaire d activité (BONS DE COMMANDES)? Conserver vos Bons de commandes ne suffit pas pour gérer votre activité. Combien ai-je fais de commandes clients,

Plus en détail

PGE L3 2015/2016 COMPRENDRE LES ETATS FINANCIERS

PGE L3 2015/2016 COMPRENDRE LES ETATS FINANCIERS COMPRENDRE LES ETATS FINANCIERS EXERCICES PARTIE 2 : INTERPRETATION DES ETATS FINANCIERS SKEMA Business School 1/19 Exercice 1 : VRAC 2 En reprenant le bilan comptable de l exercice 1 Partie 1 (VRAC),

Plus en détail

Les différentes catégories de charges

Les différentes catégories de charges Coûts variables - Seuil de rentabilité Les différentes catégories de charges Devant la difficulté à répartir certaines charges dans les coûts, la solution qui peut être retenue est celle des coûts partiels

Plus en détail

Je voudrais m acheter un véhicule

Je voudrais m acheter un véhicule CF 001 Janvier 2010 w w w. lesclesdelabanque.com Le site d informations pratiques sur la banque et l argent w w w.franceac tive.org Financeur solidaire pour l emploi Je voudrais m acheter un véhicule Collection

Plus en détail

Cf. document : «L amortissement des immobilisations : Extraits du PCG» Cf. PCG art. 214-4 et C. com. R.123-179 (en combinant les deux définitions) :

Cf. document : «L amortissement des immobilisations : Extraits du PCG» Cf. PCG art. 214-4 et C. com. R.123-179 (en combinant les deux définitions) : 1 / 5 Chap. 4 : Les immobilisations 2 e partie : L amortissement des immobilisations (corporelles et incorporelles) Cf. document : «L amortissement des immobilisations : Extraits du PCG» I- Définition

Plus en détail

LES RATIOS. 1) définition Un ratio est un rapport entre 2 valeurs économiques qui permet des comparaisons dans le temps et/ou l espace.

LES RATIOS. 1) définition Un ratio est un rapport entre 2 valeurs économiques qui permet des comparaisons dans le temps et/ou l espace. LES RATIOS 1) GENERALITES 1) définition Un ratio est un rapport entre 2 valeurs économiques qui permet des comparaisons dans le temps et/ou l espace. 2) utilité Illustrer des informations Mesurer des objectifs

Plus en détail

LMD. Expertise comptable COLLECTION. Le meilleur. du DSCG 3 Management et contrôle de gestion. Larry Bensimhon Christophe Torset.

LMD. Expertise comptable COLLECTION. Le meilleur. du DSCG 3 Management et contrôle de gestion. Larry Bensimhon Christophe Torset. LMD COLLECTION Expertise comptable Le meilleur du DSCG 3 Management et contrôle de gestion e 3 ÉDITION Larry Bensimhon Christophe Torset Sup FOUCHER 550 g éq. CO 2 «Le photocopillage, c est l usage abusif

Plus en détail

FIL CONDUCTEUR (Session principale 2006)

FIL CONDUCTEUR (Session principale 2006) FIL CONDUCTEUR (Session principale 2006) PREMIERE PARTIE Etude de rentabilité des produits P1 et P2 «Méthode des coûts partiels» Constatation de la non rentabilité du produit P2 Décision d investissement

Plus en détail

Filière : sciences de gestion comptable Matière : Comptabilité et mathématiques financières

Filière : sciences de gestion comptable Matière : Comptabilité et mathématiques financières الا طار المرجعي للامتحان الموحد الوطني للبكالوريا شعبة العلوم الاقتصادية والتدبير: مسلك علوم التدبير المحاسباتي المادة: المحاسبة والرياضيات المالية Filière : sciences de gestion comptable Matière : Comptabilité

Plus en détail

L AMF vous aide à estimer l impact de la baisse de la DGF des communes et des communautés en 2015

L AMF vous aide à estimer l impact de la baisse de la DGF des communes et des communautés en 2015 Le 18 novembre 2014 L AMF vous aide à estimer l impact de la baisse de la DGF des communes et des communautés en 2015 Départements Finances / Intercommunalité et territoires Claire GEKAS & Alexandre HUOT

Plus en détail

Processus 2 : Contrôle et production de l information financière

Processus 2 : Contrôle et production de l information financière 1 / 12 Processus 2 : Contrôle et production de l information financière Les processus 1 et 2 regroupent les principales obligations (ou règles) comptables des entreprises relatives à l établissement des

Plus en détail

SESSION 2009 UE6 FINANCE D ENTREPRISE

SESSION 2009 UE6 FINANCE D ENTREPRISE 910006 DCG SESSION 2009 UE6 FINANCE D ENTREPRISE Durée de l épreuve : 3 heures - coefficient : 1 Document autorisé : Aucun document n est autorisé. Matériel autorisé : Une calculatrice de poche à fonctionnement

Plus en détail

Exemple de sujet d examen

Exemple de sujet d examen Exemple de sujet d examen Durée : 3 heures Table financière et calculatrice scientifique autorisées Les étudiants ont à répondre aux exercices joints Notation : EX 1 (3 pts.) ; EX 2 (5 pts.) EX 3 (6 pts.)

Plus en détail

Seulement 4 Etapes pour être opérationnel! 1) Créer vos comptes bancaires. 2) Importer la liste de vos clients et fournisseurs

Seulement 4 Etapes pour être opérationnel! 1) Créer vos comptes bancaires. 2) Importer la liste de vos clients et fournisseurs Seulement 4 Etapes pour être opérationnel! 1) Créer vos comptes bancaires 2) Importer la liste de vos clients et fournisseurs 3) Importer les engagements fournisseurs non payés et les engagements clients

Plus en détail

L impôt sur le revenu Partie 2 : Pour les experts Activités pour l élève

L impôt sur le revenu Partie 2 : Pour les experts Activités pour l élève L impôt sur le revenu Partie 2 : Pour les experts Activités pour l élève L impôt sur le revenu est un impôt direct mis en place en France en juillet 1914 pour moderniser le système fiscal de l État et

Plus en détail

Colloque en gestion Bas St-Laurent

Colloque en gestion Bas St-Laurent Colloque en gestion Bas St-Laurent Comment avoir un rapport gagnantgagnant entre prêteur et entrepreneur Le 3 novembre 2015 Colloque Gestion Bas St-Laurent - Votre vision, votre avenir - 3 novembre 2015

Plus en détail

Vous en êtes à la formalisation de votre projet? À l immatriculation de votre entreprise?

Vous en êtes à la formalisation de votre projet? À l immatriculation de votre entreprise? FEUILLE DE ROUTE POUR LES CRÉATEURS D ENTREPRISE Vous en êtes à la formalisation de votre projet? À l immatriculation de votre entreprise? Vous trouverez dans ce livret : nos conseils pour présenter votre

Plus en détail

CONSEIL DE DÉVELOPPEMENT ÉCONOMIQUE DES MUNICIPALITÉS BILINGUES DU MANITOBA. Été en affaires. Section 3 Plan financier

CONSEIL DE DÉVELOPPEMENT ÉCONOMIQUE DES MUNICIPALITÉS BILINGUES DU MANITOBA. Été en affaires. Section 3 Plan financier CONSEIL DE DÉVELOPPEMENT ÉCONOMIQUE DES MUNICIPALITÉS BILINGUES DU MANITOBA Été en affaires Section 3 Plan financier Directives à l attention des participants Ce document contient trois sections permettant

Plus en détail

téléprocédures des professionnels

téléprocédures des professionnels téléprocédures des professionnels Fiche technique Les téléprocédures fiscales : c est quoi? Les téléprocédures permettent aux professionnels de déclarer et de payer les principaux impôts en utilisant des

Plus en détail

LE PETIT CONTRÔLE DE GESTION. Les notions clés en 21 fiches. Charles-Édouard Godard Séverine Godard

LE PETIT CONTRÔLE DE GESTION. Les notions clés en 21 fiches. Charles-Édouard Godard Séverine Godard LE PETIT 2014 CONTRÔLE DE GESTION Les notions clés en 21 fiches Charles-Édouard Godard Séverine Godard Table des matières Fiche 1 Définition et objectifs du contrôle de gestion Fiche 2 Le modèle des centres

Plus en détail

Les téléprocédures fiscales : c est quoi?

Les téléprocédures fiscales : c est quoi? Fiche technique téléprocédures des professionnels Les téléprocédures fiscales : c est quoi? Les téléprocédures permettent aux professionnels de déclarer et de payer les principaux impôts en utilisant des

Plus en détail

- 01 - GESTION DES INVESTISSEMENTS RENTABILITE ECONOMIQUE

- 01 - GESTION DES INVESTISSEMENTS RENTABILITE ECONOMIQUE - 01 - GESTION DES INVESTISSEMENTS RENTABILITE ECONOMIQUE Objectif(s) : o Choix des investissements et rentabilité économique : Capacité d'autofinancement prévisionnelle ; Flux nets de trésorerie ; Evaluations.

Plus en détail

4 Choix d investissement

4 Choix d investissement cterrier 1/8 26/01/2011 Cours Mathématiques financières Auteur : C. Terrier ; mailto:webmaster@cterrier.com ; http://www.cterrier.com Utilisation : Reproduction libre pour des formateurs dans un cadre

Plus en détail

Chapitre 3 Dénombrement et représentation d un caractère continu. Lætitia Perrier Bruslé Cours de statistique descriptive sous Excel

Chapitre 3 Dénombrement et représentation d un caractère continu. Lætitia Perrier Bruslé Cours de statistique descriptive sous Excel Chapitre 3 Dénombrement et représentation d un caractère continu Lætitia Perrier Bruslé Cours de statistique descriptive sous Excel Introduction Un caractère quantitatif est continu si ses modalités possibles

Plus en détail

Coûts Fixes Coûts Variables. Cherchez l erreurl

Coûts Fixes Coûts Variables. Cherchez l erreurl Coûts Fixes Coûts Variables Cherchez l erreurl Comment valoriser le calcul des Le calcul du coût t complet ne permet pas de répondre r à certaines questions permettant la prise de décisions. coûts? Étapes

Plus en détail

LA RENTABILITE DES INVESTISSEMENTS

LA RENTABILITE DES INVESTISSEMENTS LA RENTABILITE DES INVESTISSEMENTS FLUX NETS DE TRESORERIE (ou CASH FLOWS) = ENCAISSEMENTS - DECAISSEMENTS Exemple : Notre entreprise compte réaliser un investissement de 800 000. Les flux nets de trésorerie

Plus en détail

PARTIE 1 L analyse de la performance et de l activité

PARTIE 1 L analyse de la performance et de l activité Sommaire Présentation 5 Chapitre 1 L'approche financière de l entreprise 15 1 Définition et objectif 15 2 Les sources d information de l analyse financière 15 A L information comptable 15 1) Les comptes

Plus en détail

BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE SESSION 2015 SÉRIE : SCIENCES ET TECHNOLOGIES DU MANAGEMENT ET DE LA GESTION SPÉCIALITÉ : GESTION ET FINANCE

BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE SESSION 2015 SÉRIE : SCIENCES ET TECHNOLOGIES DU MANAGEMENT ET DE LA GESTION SPÉCIALITÉ : GESTION ET FINANCE BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE SESSION 2015 SÉRIE : SCIENCES ET TECHNOLOGIES DU MANAGEMENT ET DE LA GESTION SPÉCIALITÉ : GESTION ET FINANCE ÉLÉMENTS INDICATIFS DE CORRIGÉ Ce dossier comporte des éléments de

Plus en détail

FORMULES DE CALCUL. Prix = PV TTC = PV HT x (1 + taux de TVA) TVA = PV HT x taux de TVA PV HT = PV TTC 1 + taux de TVA

FORMULES DE CALCUL. Prix = PV TTC = PV HT x (1 + taux de TVA) TVA = PV HT x taux de TVA PV HT = PV TTC 1 + taux de TVA FORMULES DE CALCUL Le prix : Prix = PV TTC = PV HT x (1 + taux de TVA) TVA = PV HT x taux de TVA PV HT = PV TTC 1 + taux de TVA Ex : PV TTC = 250 x 1,196 = 299. TVA = 250 x 19,6 % = 49. PV HT = 299 = 250.

Plus en détail

Concevoir la stratégie économique de l ACI : Lire et analyser un bilan

Concevoir la stratégie économique de l ACI : Lire et analyser un bilan Concevoir la stratégie économique de l ACI : Lire et analyser un bilan Le bilan = l état du patrimoine à un instant T. Une photographie de ce que la structure a comme ressources et de l utilisation qu

Plus en détail

RBC Marchés des Capitaux

RBC Marchés des Capitaux Le 8 décembre 205 RBC Marchés des Capitaux TITRES LIÉS À DES TITRES DE PARTICIPATION ET À DES TITRES D EMPRUNT SOLUTIONS DE PLACEMENT GLOBALES RBC ET RECHERCHE RBCMC Titres RBC liés à une répartition stratégique

Plus en détail

Lire et Comprendre Son Bilan

Lire et Comprendre Son Bilan Entrepreneurial Services Lire et Comprendre Son Bilan - Le bilan comme outil de gestion Jean-Jacques Schwab Agent fiduciaire diplômé Organisateur brevet fédéral Sous-directeur Ernst & Young SA Place Chauderon

Plus en détail

SESSION 2015 UE 9 INTRODUCTION À LA COMPTABILITÉ. Eléments indicatifs de corrigé

SESSION 2015 UE 9 INTRODUCTION À LA COMPTABILITÉ. Eléments indicatifs de corrigé SESSION 2015 UE 9 INTRODUCTION À LA COMPTABILITÉ Eléments indicatifs de corrigé DOSSIER 1 : DROIT COMPTABLE 1. Rappeler les objectifs et le contenu du Plan Comptable Général. Objectifs : Définir les normes

Plus en détail

La solvabilité et liquidité financière

La solvabilité et liquidité financière Ce qu il faut retenir sur La solvabilité et liquidité financière LA SOLVABILITE La solvabilité traduit la capacité d une entreprise à faire face à ses engagements financiers c est-à-dire la capacité à

Plus en détail

Méthode traditionnelle d analyse des coûts : Le Seuil de Rentabilité

Méthode traditionnelle d analyse des coûts : Le Seuil de Rentabilité Méthode traditionnelle d analyse des coûts : Le Seuil de Rentabilité INTRODUCTION 1) NOTION DE BASE 2) IMPORTANCE DU SEUIL DE RENTABILITÉ POUR L ENTREPRISE 3) PARAMÈTRES DE CALCUL 4) QUELQUES UTILISATIONS

Plus en détail