Audit du Système d Information de la Chaîne des Dépenses Publiques

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Audit du Système d Information de la Chaîne des Dépenses Publiques"

Transcription

1 REPUBLIQUE DU BENIN MINISTÈRE DE L ÉCONOMIE ET DES FINANCES Audit du Système d Information de la Chaîne des Dépenses Publiques Sarl 06 B.P Akpakpa Pk3 Cotonou BENIN R.C. N RB/COT/2007 B458 (Ancien N B) Cotonou Tél.: Fax : (+229) Le Pôle de Compétence et d Expertise en Ingénierie Informatique Cotonou, le 31/12/2008

2 La présente étude a été financée par le Gouvernement du Bénin. Les données, les analyses et les opinions présentées dans ce rapport sont de la responsabilité de leurs auteurs et n engagent en rien celle du Gouvernement du Bénin.

3 I. AVANT-PROPOS... 9 II. RESUME Champ de l Audit et Méthodologie Etat des Lieux des Logiciels produisant des informations sur la Gestion du Budget Le SIGFiP Capacité Fonctionnelle Rendement et Fiabilité Facilité d utilisation Administration et Maintenabilité Portabilité Le progiciel ASTER Capacité Fonctionnelle Rendement et Fiabilité Facilité d utilisation Administration et Maintenabilité Portabilité L Intégration Applicative du Système d Information des Finances Publiques La LOLF...16 III. OBJET DE L AUDIT ET RAPPEL MÉTHODOLOGIQUE Champ et Limites de l Audit Méthodologie Equipe d Audit...20 IV. CADRE INSTITUTIONNEL ET ETAT DES LIEUX DES PROCESSUS DE LA GESTION DES FINANCES PUBLIQUES Cadre Institutionnel de la Gestion des Finances Publiques La Hiérarchie des Ordonnateurs La Hiérarchie des Comptables Publics Le Contrôle Financier Le Contrôle de l Exécution du Budget de l Etat Le Recouvrement des Contributions Fiscales et Douanières Les Principales Caractéristiques du Système de Gestion des Finances Publiques La préparation de la loi de finances et du budget de l Etat...23

4 L exécution de la loi de finances et du budget Les Logiciels produisant de l Information sur la Gestion du Budget Les Processus de Gestion des Finances Publiques...27 V. EVALUATION DES LOGICIELS DE LA CHAÎNE DES DÉPENSES PUBLIQUES Evaluation de SIGFiP Capacité Fonctionnelle Couverture Fonctionnelle Présentation de l Information Normes et Conformités Financières Rendement et Fiabilité Sécurité Haute Disponibilité Monté en Charge Tolérance aux Erreurs et Robustesse Facilité d utilisation Interface Utilisateur et Convivialité Traitements de Fin de Période Formation et Support des Utilisateurs Administration et Maintenabilité Installation et Conversion Maintenance Contrôle des Versions et Stratégie d Actualisation Stratégie de Sauvegarde et Récupération Recherche et Développement Gestion des Nombre et des Dates Portabilité Evaluation du Progiciel ASTER Capacité Fonctionnelle Couverture Fonctionnelle Présentation de l Information Normes et Conformités Financières Rendement et Fiabilité Sécurité Haute Disponibilité Monté en Charge Tolérance aux Erreurs et Robustesse...62

5 Facilité d utilisation Interface Utilisateur et Convivialité Traitements de Fin de Période Formation et Support des Utilisateurs Administration et Maintenabilité Installation et Conversion Maintenance Contrôle des Versions et Stratégie d Actualisation Stratégie de Sauvegarde et Récupération Recherche et Développement Gestion des Nombre et des Dates Portabilité L Evaluation de l Intégration Applicative du Système d Information des Finances Publiques...67 VI. BILAN DES FORCES ET FAIBLESSES Bilan des Forces et Faiblesses du Logiciel SIGFiP Bilan des Forces et Faiblesses du Progiciel ASTER Bilan des Forces et Faiblesses de l Intégration Applicative du Système d Information des Finances Publiques...79 VII. RECOMMANDATIONS ET PROPOSITIONS D AMELIORATION Recommandations et Propositions d Amélioration Spécifiques concernant le SIGFiP Capacité Fonctionnelle Couverture Fonctionnelle Présentation de l Information Normes et Conformités Financières Rendement et Fiabilité Sécurité Haute Disponibilité Monté en Charge Tolérance aux Erreurs et Robustesse Facilité d utilisation Interface Utilisateur et Convivialité Formation et Support des Utilisateurs Administration et Maintenabilité Maintenance Recherche et Développement...83

6 Portabilité Recommandations et Propositions d Amélioration Spécifiques concernant le Progiciel ASTER Capacité Fonctionnelle Rendement et Fiabilité Sécurité Haute Disponibilité Monté en Charge Tolérance aux Erreurs et Robustesse Facilité d utilisation Interface Utilisateur et Convivialité Traitements de Fin de Période Administration et Maintenabilité Maintenance Stratégie de Sauvegarde et Récupération Recherche et Développement Portabilité Recommandations concernant l Intégration Applicative du Système d Information des Finances Publiques Recommandations sur l Intégration des Applications Solution d EAI proposée Les Couches Fonctionnelles de l EAI Composants de l EAI Une Expérience de Mise en œuvre de l EAI La Trésoreie Générale du Royaume du Maraoc (TGR) offre aux différents acteurs de la dépense publique une plate-forme EDI Une Expérience de Mise en œuvre de l EAI Le CNRS adosse ses processus transverses à une plate-forme d EAI Recommandations sur l Infrastructure de Communication entre les Applications Propositions permettant la production du compte administratif et du compte de gestion dans les six mois suivant la clôture de l exercice Propositions permettant la production du compte administratif dans les délais prescrits Propositions permettant la production du compte de gestion dans les délais prescrits Propositions permettant la production du compte général de l administration et de la loi de règlement dans les douze mois suivant la clôture de l exercice Propositions d amélioration et d extension du système actuel aux structures déconcentrées...99

7 7.7. Conditions de production automatique du TOFE par le système informatique Prise en compte de la LOLF Cahiers de charges, Délais et Eléments de Coût de Mise en Œuvre de l Intégration Applicative du Système d Information des Finances Publiques Le Projet EAI Cahier de Charges pour la mise en œuvre de l Intégration des Applications Risques et critères de qualité Les Règles d architecture Eléments de choix d une solution d EAI Délai pour la mise en œuvre de l Intégration des Applications Eléments de Coût pour la mise en œuvre de l Intégration des Applications XIII. ANNEXES Annexe 1 Termes de Référence de la Mission Annexe 2 Liste des Personnes Rencontrées Annexe 3 Panorama de Quelques Produits Phares d EAI du Marché...114

8 Sigles et abréviations ASTER CAA CDMT DA DCC DGB DGDDI DGID DGTCP DOI DPB DRFM LOLF RFD RGF RND RNI SDL7 SIGFiP UEMOA WMoney Caisse Autonome d'amortissement Cadre de dépenses à moyen terme Direction/Directeur de l Administration Direction/Directeur de la Centralisation des Comptes de l Etat Direction/Directeur Générale du Budget Direction/Directeur Générale des Douanes et Droits Indirects Direction/Directeur Générale des Impôts et des Domaines Direction/Directeur Générale du Trésor et de la Comptabilité Publique Direction/Directeur de l'organisation et de l'informatique Direction/Directeur de la Préparation du Budget Direction/Directeur des Ressources Financières et du Matériel Loi organique relative aux les lois de finances Receveur départemental des finances Recette Générale des Finances Recette Nationale des Douanes Recette Nationale des Impôts Système Intégré de Gestion des Finances Publiques Union Economique et Monétaire Ouest Africaine

9 Audit du Système d Information de la Chaîne des Dépenses Publiques Page 9 I. AVANT-PROPOS La mission remercie le Ministre de l Economie et des Finances et ses principaux collaborateurs et responsables de structures, pour les facilités accordées dans l organisation de la mission, la collecte et l analyse des informations. Elle remercie aussi les autorités et les responsables d institutions qu elle a rencontrés, pour l accueil et la disponibilité qu ils ont manifestée à son égard. La Mission exprime sa gratitude à l adresse du Directeur Général du Budget et du Directeur de l Organisation et de l Informatique qui ont reçu les consultants au début et à la fin de leur mission, et les ont utilement conseillés.

10 Audit du Système d Information de la Chaîne des Dépenses Publiques Page 10 II. RESUME 2.1. Champ de l Audit et Méthodologie L audit concerne les aspects organisationnels et techniques, relatifs à l exploitation du système d information de la chaîne des dépenses publiques : personnel, outils logiciels SIGFiP, ASTER, équipements de traitement, équipements réseaux, sécurité. L évaluation a démarré en octobre 2008 et la phase documentaire a été achevée en octobre Elle a été suivie par une phase de collecte d informations sur le terrain. Des premières conclusions seront présentées et discutées avec le maître d ouvrage en novembre Le présent rapport constitue le rapport provisoire. Pour réaliser l audit du système d information de la chaîne des dépenses publiques, les consultants ont suivi les étapes suivantes : 1. Réunion d ouverture avec le maître d ouvrage. 2. Prise de contact avec les différents acteurs et groupes de réflexion impliqués dans le processus de gestion des recettes et dépenses de l Etat. 3. Revue et analyse du référentiel documentaire. 4. Préparation et personnalisation des questionnaires d audit, critères, indicateurs et sources. 5. Entretiens et visites. 6. Recueil d éléments probants. 7. Etat des lieux général, avec les structures utilisatrices et les services informatiques concernés du système d information. 8. Réponse aux questions d audit. 9. Réalisation de tests et de simulations. 10. Analyse des réseaux et des systèmes. 11. Bilan de l exploitation des systèmes : mode d exploitation, interconnexion des sites, sécurité d accès, intégrité des données, fiabilité de fonctionnement. 12. Bilan des forces et faiblesses techniques des systèmes en place et de leur interfaçage. 13. Bilan sur les équipements techniques. 14. Examen des conditions de production automatique du TOFE par le système informatique. 15. Examen des nouvelles orientations béninoises en matière de gestion budgétaire. 16. Evaluation des outils actuels par rapport à ce nouveau cadre institutionnel et réglementaire.

11 Audit du Système d Information de la Chaîne des Dépenses Publiques Page 11 La limite à laquelle l équipe d audit a été confrontée est la non disponibilité de certains directeurs de la DGB et de la DGTCP, en cette période caractérisée à la fois d une part par le vote d un collectif budgétaire et le dépôt à l assemblée nationale du budget de l année Néanmoins, l équipe a trouvé suffisamment d informations pour apporter une réponse aux questions d audit sur base des critères de jugement retenus Etat des Lieux des Logiciels produisant des informations sur la Gestion du Budget Au fil des ans, le Système d Information de la Gestion du Budget a accumulé des applications, progiciels ou spécifiques, parmi lesquelles on peut citer : 1. Logiciel SIPIBE pour la préparation budgétaire. SIPIBE est géré par la DGB. 2. Système Intégré de la Gestion des Finances Publiques (SIGFiP). Le SIGFiP est un logiciel de gestion des Finances Publiques mis à la disposition de tous les acteurs de la chaîne des dépenses et est administré par la DGB. 3. Logiciel SDL7 pour les dépenses salariales. SDL7 est géré par la DGTCP et exploité par la DGB. 4. Système de gestion informatisé de la comptabilité publique dénommé ASTER, géré par la DGTCP. 5. Logiciel MATKOS pour le suivi des titres de dépense géré par la DGTCP. 6. Logiciel Sydonia++ pour la gestion des recettes fiscales et douanières. Sydonia++ est géré par la DGDDI. 7. Logiciel Takwe pour la gestion des recettes fiscales. Takwe est géré par la DGID. 8. Logiciel de gestion de la dette Debtpro géré par la CAA. Une application dénommée WMoney était exploitée par la DGTCP pour la tenue de la comptabilité générale de l Etat. Au moment de l audit, WMoney n était plus en exploitation, le déploiement du progiciel ASTER ayant pris le relais Le SIGFiP Capacité Fonctionnelle SIGFiP est une application modulaire, qui couvre une large part des fonctionnalités essentielles nécessaires dans un système d information de gestion des dépenses publiques. Il permet de disposer, à tout moment d une situation exhaustive d exécution du budget de l Etat. SIGFiP permet l édition à tout moment de la situation exacte de l engagement. Il offre une bonne couverture fonctionnelle qui mérite d être complétée notamment par l intégration d un module d élaboration du Budget.

12 Audit du Système d Information de la Chaîne des Dépenses Publiques Page Rendement et Fiabilité Les fonctionnalités de SIGFiP en matière de sécurité sont suffisantes pour sécuriser les opérations financières de l Etat. Cependant, quelques améliorations proposées contribueront à renforcer davantage la sécurité de SIGFiP. L architecture «Serveur d applications» de SIGFiP simplifie l'administration des serveurs et de l application, mais crée fréquemment des problèmes de performances pour les utilisateurs distants. La combinaison des longues distances entre les utilisateurs et SIGFiP, des liaisons réseau à faible débit et aux temps de réponse importants, et d'applications et de protocoles poussés au-delà de leurs limites, contribue à la baisse des performances applicatives sur les sites distants. Le serveur est confronté aujourd'hui à un problème de surcharge, et les utilisateurs à un problème de lenteur de l'application. Par la mise en œuvre d une solution d accélération applicative on pourra optimiser, accélérer et améliorer la fourniture de SIGFiP et procurer une meilleure visibilité opérationnelle du réseau Facilité d utilisation L un des points faibles de SIGFiP réside dans son interface utilisateur. Un relookage visant à faire en sorte que l interface de SIGFiP respecte les normes de développement de Windows s avère indispensable Administration et Maintenabilité L'exploitation de SIGFiP n est pas à la portée d'un simple utilisateur car elle nécessite des procédures qui demandent trop de manipulations et trop de connaissances informatiques. Le temps de réponse aux demandes de support technique dépend de la proximité de l agent le plus proche et de la nature de la demande. Les questions les plus techniques doivent être transmises au personnel de programmation, basée à Cotonou. Les sauvegardes de la totalité du système, hors base de données, sont réalisées. L équipe SIGFiP continue d améliorer SIGFiP sur la base des feedbacks et des demandes émanant des utilisateurs. Cependant il n existe aucune procédure formalisée de demande de modifications ou de personnalisation de l Application Portabilité SIGFiP est conçu pour fonctionner sur un réseau local (LAN), sur un réseau étendu (WAN) ou sur un réseau client/serveur. Plus spécifiquement, il fonctionne sur une plate-forme Windows NT, Novell Netware, Unix, Linux et Aix au moyen d un protocole de réseau Ethernet TCP/IP standard. Les facteurs limitatifs résideront davantage dans le matériel informatique, le système d exploitation et le réseau choisis pour faire fonctionner SIGFiP Le progiciel ASTER

13 Audit du Système d Information de la Chaîne des Dépenses Publiques Page Capacité Fonctionnelle ASTER est progiciel de gestion budgétaire, de tenue de la comptabilité générale de l Etat et de suivi des comptabilités auxiliaires de recettes et de dépenses. Il est paramétrable et modulable pour intégrer sur site, les spécificités de tout pays dont le mode de comptabilité fonctionne suivant le modèle français. L architecture du logiciel s articule autour des postes comptables et des comptes et permet de décentraliser le travail et la tenue de la comptabilité par poste comptable et d actualiser la base centrale par le mécanisme de sommation décadaire des opérations desdits postes comptables. Le progiciel ASTER est ainsi conçu pour opérer un suivi décentralisé des informations (hors réseau) et dont chaque agence comptable possède sa propre base de données. ASTER peut donc être configuré pour fonctionner aussi bien dans un environnement centralisé que dans un environnement décentralisé. Les fichiers de données pour chaque installation peuvent être séparés pour le transport ou placés dans une version actualisée du progiciel ASTER. ASTER comprend une grande variété de rapports standards très intéressants. ASTER est livré avec une liste complète de rapports prédéfinis. Les rapports standards proposés couvrent la plupart des informations requises pour la présentation de l information. Tous les rapports existants présentent des variables souples (exercice, période, poste comptable, etc.). Les fonctions de présentation de l information sont flexibles et peuvent être définies par l utilisateur pour un suivi par poste comptable ou ordonnateur, par agent comptable, etc. ou en format consolidé. Les rapports peuvent être générés tous les jours, car le système est actualisé à chaque traitement de fin de journée. ASTER est conforme aux normes comptables internationales. L application est conforme aux directives et au système de classification budgétaire et comptable de l UEMOA (procédures comptables, centralisation des transferts, unité de trésorerie) Rendement et Fiabilité Les fonctionnalités du progiciel ASTER en matière de sécurité sont très satisfaisantes, et ne compromettent pas sa souplesse d utilisation. Dans ASTER, la sécurité est définie par différents niveaux d accès, et chaque utilisateur se voit attribuer un nom utilisateur et un mot de passe unique. Le logiciel peut gérer plusieurs catégories d utilisateurs. Chaque utilisateur se voit attribuer l une de ces catégories d autorisation. Le système ne dispose pas d une sauvegarde de base de données hors site (back up). Les supports de masses des serveurs d exploitation du progiciel ASTER ne sont pas adaptés aux fortes sollicitations du progiciel ASTER, et ne se conforment pas dans la configuration actuelle, à une architecture de haute disponibilité qui a pour objectif d assurer une disponibilité élevée, voire permanente, des services serveurs centraux.

14 Audit du Système d Information de la Chaîne des Dépenses Publiques Page 14 Le système ASTER a une faible résistance aux pannes, inacceptable pour une application de comptabilité de l'état. La plus grande disponibilité possible de l application n est pas assurée par la mise en grappe du serveur principal avec un serveur de secours, contre une panne qui empêcherait l'exécution normale du logiciel, sur le serveur principal. L architecture «Serveur d applications décentralisé» adoptée pour le progiciel ASTER simplifie l'administration des serveurs et de l application, mais crée fréquemment des problèmes de performances pour les consolidations. Par la mise en œuvre de solutions d'optimisation WAN, les performances du progiciel ASTER vont s accélérer pour les consolidations, pour atteindre des temps de transfert acceptables Facilité d utilisation L un des points forts du progiciel ASTER réside dans son interface utilisateur. La navigation à travers le système est aisée, et permet de passer d un module à l autre en un minimum de clics. Le menu d aide est complet mais rédigé dans un langage technique et pas assez facile à suivre. Les rapports sont également faciles à générer, en format PDF, HTML, RTF ou POSTSCRIPT. Les traitements de fin de période dans le programme ASTER semblent nécessiter peu de travail administratif. L équipe du progiciel ASTER a élaboré un programme de formation formel spécialement conçu pour les utilisateurs inexpérimentés Administration et Maintenabilité ASTER dispose des mécanismes de récupération intégrés pour le traitement automatique en fin de journée. Le produit ASTER dispose de fonctionnalités d archivage pour les données anciennes qui ne sont plus utilisées. Le produit ASTER ne propose aucun utilitaire permettant de sauvegarder aisément l application ou la base de données, et le système n exige pas non plus de sauvegardes complètes et régulières. Malgré la possibilité de paramétrage offerte, la non existence du code source constitue un handicap pour la maîtrise des évolutions du progiciel ASTER Portabilité ASTER est conçu pour fonctionner sur un réseau local (LAN), sur un réseau étendu (WAN) ou sur un réseau client/serveur. Plus spécifiquement, il fonctionne sur une plate-forme Windows NT, Novell Netware, Unix, Linux et Aix au moyen d un protocole de réseau Ethernet TCP/IP standard.

15 Audit du Système d Information de la Chaîne des Dépenses Publiques Page L Intégration Applicative du Système d Information des Finances Publiques Le paysage du système d'information de gestion des finances publiques est complexe, de par le nombre d'applications existantes, par la diversité des technologies, la variété des implantations, et du fait du nombre de liens (existants ou devant exister) et du volume des flux échangés ou devant être échangés. Ces systèmes ne sont pour l instant pas en mesure de s intégrer les uns aux autres que grâce à des acrobaties techniques. Le traitement et le stockage des données induisent par conséquence inefficacité et redondances. Des écarts importants existent pour la même donnée selon la source : SIGFiP ou ASTER. Aucune des applications ne fournit à elle toute seule tous les modules et l intégralité des fonctionnalités nécessaires à la gestion du budget, les utilisateurs recourent à des techniques de contournement des problèmes ou à des ressources coûteuses en temps et en argent, afin d obtenir l intégration désirée (cas de l élaboration du TOFE). Cloisonnée, la situation actuelle a débouché sur des applications dont l'intégration ne pouvait s'effectuer sans un investissement considérable en termes de ressources, de création, de maintenance et de prise en charge. L interface entre SIGFIP et le progiciel ASTER de tenue de la comptabilité générale ne permet actuellement qu un fonctionnement unidirectionnel, dans le sens SIGFIP vers ASTER. Le système d'information des finances publiques a ainsi atteint un certain stade de complexité et est confronté à un problème classique : comment intégrer les applications entre elles? Les solutions traditionnelles mises en œuvre actuellement n abordent le problème de l intégration entre applications que par les données : transferts périodiques de fichiers, partage de base de données, réplication et transformation des données utilisées par les applications Ainsi sont développées des solutions d'intégration spécifiques capables de répondre rapidement au besoin d'intégration : les applications se parlent alors en face à face (on dit encore en "point à point") via des interfaces qui doivent être paramétrées et maintenues une à une : c'est l'approche «spaghetti». Par rapport à la logique de développement d un nouveau système, cette approche est initialement peu coûteuse et rapide à mettre en œuvre, et a l avantage de s appuyer sur l existant. En revanche le nombre d'intégration point à point va augmenter de manière exponentielle lorsque de nouveaux systèmes doivent être intégrés, l'administration et surtout la maintenance deviendront problématique, les risques d'erreurs augmenteront, et les coûts totaux de changement (TCC, Total Cost of Change) vont s accroitre d autant. L EAI fournit une approche structurée à l'intégration qui a comme conséquence des solutions flexibles et évolutive.

16 Audit du Système d Information de la Chaîne des Dépenses Publiques Page 16 Les serveurs d'eai permettent de connecter des systèmes disparates à une plate-forme d'intégration unique, en utilisant une structure d'adaptation qui raccourcit les délais d'intégration, en diminue les coûts et simplifie l'introduction de nouveaux systèmes dans l'environnement. Le serveur d'eai (enterprise application intégration) se situe au niveau de la couche logicielle qui prend en charge le dialogue entre les applications. Quand les applications d'une organisation sont nombreuses et doivent échanger beaucoup de données, c'est "l'effet toile d'araignée schizophrénique" assuré si les applications échangent des données en "point à point" via des interfaces qui doivent être paramétrées et maintenues une à une. Il s'agit bien souvent de faire dialoguer entre elles des applications qui n'ont pas été conçues pour cela à l'origine. L'avantage des serveurs d'eai tient au fait qu'ils suppriment la nécessité d'élaborer ces intégrations point à point personnalisées entre systèmes La LOLF L adoption de la LOLF impactera beaucoup le SIGFiP et très peu ASTER. Cela impliquera de reprendre en partie le développement de SIGFiP car les règles de gestion vont changer. Le SIGFiP devra prendre en compte les prévisions et réalisations physiques que financières. L implication très tôt des informaticiens en charge du développement de SIGFiP dans le processus de l adoption de la LOLF est condition de réussite de la prise en compte par SIGFiP de la LOLF.

17 Audit du Système d Information de la Chaîne des Dépenses Publiques Page 17 III. OBJET DE L AUDIT ET RAPPEL MÉTHODOLOGIQUE 3.1. Champ et Limites de l Audit D après les termes de référence, le périmètre de l audit porte sur l exploitation des applicatifs SIGFiP, ASTER et WMoney. La mission d audit concerne les aspects organisationnels et techniques, relatifs à l exploitation du système d information de la chaîne des dépenses publiques : personnel, outils logiciels SIGFiP, ASTER, WMoney, équipements de traitement, équipements réseaux, sécurité. D après les Termes de Référence, la réalisation de cet audit devra faire apparaître : 1. un bilan de l existant en matière de logiciels produisant de l information sur la gestion du budget (aspects techniques et fonctionnels) ; 2. les modifications permettant la production automatique suivant les optiques des utilisateurs, du Tableau des Opérations Financières de l Etat (TOFE) par le système informatisé ; 3. les modifications permettant la production des comptes de gestion dans les douze mois suivant la clôture de l exercice ; 4. les propositions d adaptation des systèmes actuels aux nouvelles orientations ; 5. les cahiers de charges pour la mise en œuvre des réaménagements ; 6. les éléments de coût et de délais de mise en œuvre. L évaluation du système d information de la chaîne des dépenses étant orientée par rapport au nouveau cadre institutionnel et réglementaire caractérisé par les nouvelles orientations en matière de gestion budgétaire (LOLF, actualisation des nomenclatures budgétaires et comptables, déconcentration, décentralisation), le travail entrepris pour les besoins de notre audit n impliquait pas nécessairement les revues de niveau général du système d information de la chaîne des dépenses qui aurait pu garantir l identification de toutes les imperfections qui existent au sein de ce système. Par conséquent, les forces et faiblesses mentionnées dans ce rapport peuvent ne pas être les seules qui existent. Les forces et faiblesses que nous énonçons dans ce rapport sont celles que nous considérons comme étant les plus importantes Méthodologie Le cœur de la méthodologie d audit des applications repose sur la norme ISO 9126 qui définit six caractéristiques qui décrivent la qualité du logiciel :

18 Audit du Système d Information de la Chaîne des Dépenses Publiques Page 18 Capacité fonctionnelle : ensemble d attributs portant sur l existence d un ensemble de fonctions et leurs propriétés données ; les fonctions sont celles qui satisfont aux besoins exprimés ou implicites. Fiabilité : ensemble d attributs portant sur l aptitude du logiciel à maintenir son niveau de service dans des conditions précises et pendant une période déterminée. Facilité d utilisation : ensemble d attributs portant sur l effort nécessaire pour l utilisation et sur l évaluation individuelle de cette utilisation pour un ensemble défini ou implicite d utilisateurs. Rendement : ensemble d attributs portant sur le rapport existant entre le niveau de service d un logiciel et la quantité de ressources utilisées, dans des conditions déterminées. Maintenabilité : ensemble d attributs portant sur l effort nécessaire pour faire des modifications données. Portabilité : ensemble d attributs portant sur l aptitude du logiciel à être transféré d un environnement à l autre. L objectif a été de non seulement d évaluer les applications au regard des procédures en vigueur, mais également de les confronter au modèle référent. Pour réaliser l audit du système d information de la chaîne des dépenses publiques, les consultants ont suivi les étapes suivantes : 1. Réunion d ouverture avec le maître d ouvrage. 2. Prise de contact avec les différents acteurs et groupes de réflexion impliqués dans le processus de gestion des recettes et dépenses de l Etat. 3. Revue et analyse du référentiel documentaire. 4. Préparation et personnalisation des questionnaires d audit, critères, indicateurs et sources. 5. Entretiens et visites. 6. Recueil d éléments probants. 7. Etat des lieux général, avec les structures utilisatrices et les services informatiques concernés du système d information. 8. Réponse aux questions d audit. 9. Réalisation de tests et de simulations. 10. Analyse des réseaux et des systèmes. 11. Bilan de l exploitation des systèmes : mode d exploitation, interconnexion des sites, sécurité d accès, intégrité des données, fiabilité de fonctionnement. 12. Bilan des forces et faiblesses techniques des systèmes en place et de leur interfaçage. 13. Bilan sur les équipements techniques. 14. Examen des conditions de production automatique du TOFE par le système informatique.

19 Audit du Système d Information de la Chaîne des Dépenses Publiques Page Examen des nouvelles orientations béninoises en matière de gestion budgétaire. 16. Evaluation des outils actuels par rapport à ce nouveau cadre institutionnel et réglementaire. La mission d audit a donc débuté par une réunion d ouverture qui a lieu à la DGB avec le Responsable SIGFiP et son équipe. Lors de cette première réunion avec la DGB, des arrangements ont pris pour mettre la documentation nécessaire à disposition des experts avant le début du travail sur le terrain. La nature et la portée de l audit ont également précisées lors de cette réunion. Ensuite, des dispositions ont été prises afin d informer toutes les parties intéressées de l étendue de la revue qui sera effectuée, du calendrier établi et de prévoir des arrangements pour le déroulement de l audit. L analyse documentaire a aussi permis d approfondir le champ d investigation et d apporter les preuves matérielles et pertinentes pour évaluer les indicateurs. La collecte de données s est faite sur base de différentes méthodes : collecte de documents et entretiens individuels, enquête par questionnaires, focus groups, panel d experts et audit plus approfondi de SIGFiP et ASTER. L information permettant d alimenter les indicateurs propres aux questions d audit a d'abord été recueillie. Puis les données relatives aux indicateurs correspondant à un même critère ont été regroupées et analysées en vue de porter un jugement sur le critère concerné. Les auditeurs ont alors analysé les critères de jugement propres à chaque question évaluative afin d'apporter une réponse à la question. Enfin, ils ont effectué une évaluation globale de la chaîne des dépenses. La limite à laquelle l équipe d audit a été confrontée est la non disponibilité de certains directeurs de la DGB et de la DGTCP, en cette période caractérisée à la fois d une part par le vote d un collectif budgétaire et le dépôt à l assemblée nationale du budget de l année Néanmoins, l équipe a trouvé suffisamment d informations pour apporter une réponse aux questions d audit sur base des critères de jugement retenus.

20 Audit du Système d Information de la Chaîne des Dépenses Publiques Page Equipe d Audit Les Principaux responsables de la réalisation de l audit sont : Nom et Prénoms Qualifications Fonction Dr DISSOU Jamâl-Dine Docteur en Ingénierie Informatique Chef de Mission DJOSSOU Justin Consultant en Finances Publiques Membre EYEBIYI C. Hubert-Gustave Consultant en Finances Publiques et Comptabilité Publique Membre DEGBOUE Fulgence Ingénieur en Informatique Membre GOUDJANOU Cossi Joël Ingénieur en Informatique Membre

REPUBLIQUE DU BENIN --------------- MINISTERE DES FINANCES ET DE L ECONOMIE --------------- DIRECTION GENERALE DU BUDGET --------------------

REPUBLIQUE DU BENIN --------------- MINISTERE DES FINANCES ET DE L ECONOMIE --------------- DIRECTION GENERALE DU BUDGET -------------------- REPUBLIQUE DU BENIN --------------- MINISTERE DES FINANCES ET DE L ECONOMIE --------------- DIRECTION GENERALE DU BUDGET -------------------- République du Bénin Fraternité-Justice-Travail SOMMAIRE INTRODUCTION

Plus en détail

MODELE ARRETE PORTANT ORGANISATION FINANCIERE ET COMPTABLE DES ETABLISSEMENTS PUBLICS SOUMIS AU CONTROLE PREALABLE

MODELE ARRETE PORTANT ORGANISATION FINANCIERE ET COMPTABLE DES ETABLISSEMENTS PUBLICS SOUMIS AU CONTROLE PREALABLE Royaume du Maroc Direction des Entreprises Publiques et de la Privatisation ***** N DE/SPC MODELE ARRETE PORTANT ORGANISATION FINANCIERE ET COMPTABLE DES ETABLISSEMENTS PUBLICS SOUMIS AU CONTROLE PREALABLE

Plus en détail

REGLEMENT INTERIEUR DE LA FEDERATION FRANCAISE DE CANOË-KAYAK ANNEXE 4 : REGLEMENT FINANCIER

REGLEMENT INTERIEUR DE LA FEDERATION FRANCAISE DE CANOË-KAYAK ANNEXE 4 : REGLEMENT FINANCIER Fédération Française de Canoë-Kayak 87 quai de la Marne 94340 Joinville le Pont Cedex REGLEMENT INTERIEUR DE LA FEDERATION FRANCAISE DE CANOË-KAYAK ANNEXE 4 : REGLEMENT FINANCIER Sommaire Article I. Objet...3

Plus en détail

La conduite du projet de dématérialisation dans les EPS

La conduite du projet de dématérialisation dans les EPS La conduite du projet de dématérialisation dans les EPS Objet de la présente fiche La fiche vise à présenter le contexte organisationnel et informatique de la conduite d un projet de dématérialisation

Plus en détail

(Adopté par l Assemblée Générale du 3 décembre 2004)

(Adopté par l Assemblée Générale du 3 décembre 2004) RÈGLEMENT FINANCIER (Adopté par l Assemblée Générale du 3 décembre 2004) Article 1 er Objet 1.1 Le Règlement Financier est l outil d aide à la gestion comptable et financière de la Fédération. Il vise

Plus en détail

TERMES DE REFERENCE POUR LE RECRUTEMENT D UN SPECIALISTE EN GESTION FINANCIERE

TERMES DE REFERENCE POUR LE RECRUTEMENT D UN SPECIALISTE EN GESTION FINANCIERE BURKINA FASO ----------------------------- MINISTERE DE LA JEUNESSE, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DE L EMPLOI PROJET EMPLOIS DES JEUNES ET DEVELOPPEMENT DES COMPETENCES AU BURKINA FASO (PEJEDEC/BF)

Plus en détail

APPEL A MANIFESTATION D INTERET

APPEL A MANIFESTATION D INTERET Conseil Ouest et Centre Africain pour la Recherche et le Développement Agricoles West and Central African Council for Agricultural Research and Development APPEL A MANIFESTATION D INTERET ------------------------

Plus en détail

Vue d ensemble. Initiatives des données. Gestion de la trésorerie. Gestion du risque. Gestion des fournisseurs 2 >>

Vue d ensemble. Initiatives des données. Gestion de la trésorerie. Gestion du risque. Gestion des fournisseurs 2 >> Access MD Online Vue d ensemble Access MD Online fournit aux organisations un accès en temps réel à leurs programmes de carte commerciale au sein d un environnement sécurisé, n importe où et n importe

Plus en détail

CONVENTION INDIVIDUELLE D HABILITATION. «société d assurance indépendante» (Convention complète)

CONVENTION INDIVIDUELLE D HABILITATION. «société d assurance indépendante» (Convention complète) CONVENTION INDIVIDUELLE D HABILITATION «société d assurance indépendante» (Convention complète) Les parties à la convention - Le Ministre de l intérieur représenté par le Préfet de - Raison sociale : numéro

Plus en détail

La dématérialisation dans le secteur public local. Réunion Dématérialisation 20 février 2012

La dématérialisation dans le secteur public local. Réunion Dématérialisation 20 février 2012 La dématérialisation dans le secteur public local Réunion Dématérialisation 20 février 2012 La dématérialisation : un plan d action en partenariat Charte nationale partenariale Cadre National d Acceptation

Plus en détail

Procédure Service Financier

Procédure Service Financier 1. Objet & Finalité L objet de cette procédure du est de décrire l organisation des activités permettant de garantir le suivi des états comptables et financiers. Sa finalité du processus est d assurer

Plus en détail

REPUBLIQUE TUNISIENNE MINISTERE DES FINANCES LOI ORGANIQUE DU BUDGET

REPUBLIQUE TUNISIENNE MINISTERE DES FINANCES LOI ORGANIQUE DU BUDGET REPUBLIQUE TUNISIENNE MINISTERE DES FINANCES LOI ORGANIQUE DU BUDGET 2004 LOI ORGANIQUE N 2004-42 DU 13 MAI 2004 PORTANT MODIFICATION ET COMPLETANT LA LOI ORGANIQUE DU BUDGET N 67-53 DU 8 DECEMBRE 1967

Plus en détail

MANUEL SUR LE CIRCUIT D EXECUTION DE LA DEPENSE PUBLIQUE

MANUEL SUR LE CIRCUIT D EXECUTION DE LA DEPENSE PUBLIQUE MINISTERE AUPRES DU PREMIER MINISTERE CHARGE DU BUDGET REPUBLIQUE DE COTE D'IVOIRE Union Discipline travail MANUEL SUR LE CIRCUIT D EXECUTION DE LA DEPENSE PUBLIQUE Date de parution : Mai 2014 Direction

Plus en détail

Direction Générale des Douanes et Droits Indirects. Programme des épreuves. Concours d inspecteur des douanes interne

Direction Générale des Douanes et Droits Indirects. Programme des épreuves. Concours d inspecteur des douanes interne Direction Générale des Douanes et Droits Indirects Programme des épreuves Concours d inspecteur des douanes interne CONCOURS INTERNE Analyse, parmi plusieurs sujets proposés, d un dossier sur l organisation,

Plus en détail

Habilitation des organismes évaluateurs pour le référencement selon l ordonnance n 2005-1516. Procédure d habilitation

Habilitation des organismes évaluateurs pour le référencement selon l ordonnance n 2005-1516. Procédure d habilitation Procédure d habilitation Version 1.1 Page 1/12 Historique des versions Date Version Évolutions du document 17/12/2010 1.0 Première version. 29/02/2012 1.1 Prise en compte de la date de la publication de

Plus en détail

MINISTERE DES FINANCES ET DE LA PRIVATISATION. Principes du système

MINISTERE DES FINANCES ET DE LA PRIVATISATION. Principes du système MINISTERE DES FINANCES ET DE LA PRIVATISATION Principes du système ebudget : Sommaire ebudget Définition & objectifs clés Apports et atouts Pour un cadre amélioré de la gestion budgétaire En chiffre Technologie

Plus en détail

C O N V E N T I O N POUR L AIDE A DOMICILE

C O N V E N T I O N POUR L AIDE A DOMICILE C O N V E N T I O N POUR L AIDE A DOMICILE Entre les soussignées, La CAISSE D'ASSURANCE RETRAITE ET DE LA SANTE AU TRAVAIL MIDI-PYRENEES ci-dessous dénommée la «Caisse», dont le siège est actuellement

Plus en détail

PRÉSENTATION DU RÉFÉRENTIEL PAR PÔLE

PRÉSENTATION DU RÉFÉRENTIEL PAR PÔLE Référentiel de certification du Baccalauréat professionnel GESTION ADMINISTRATION PRÉSENTATION DU RÉFÉRENTIEL PAR PÔLE 1 Le référentiel de certification du Baccalauréat GESTION ADMINISTRATION Architecture

Plus en détail

Chargé(e) de prestations comptables

Chargé(e) de prestations comptables Code fiche BUD001 Chargé(e) de prestations comptables Définition synthétique de l emploi-type Assure la gestion opérationnelle des actes d exécution de la dépense, des recettes non fiscales et de gestion

Plus en détail

RECRUTEMENT D UN TECHNICIEN SUPERIEUR AU SEIN DE LA DIVISION DES SERVICES INFORMATIQUES DE LA COMMUNAUTE URBAINE DE DOUALA

RECRUTEMENT D UN TECHNICIEN SUPERIEUR AU SEIN DE LA DIVISION DES SERVICES INFORMATIQUES DE LA COMMUNAUTE URBAINE DE DOUALA COMMUNAUTE URBAINE DE DOUALA REPUBLIQUE DU CAMEROUN ------------------------- --------------------- Paix Travail - Patrie Secrétariat Général ----------------- AVIS D APPEL A CANDIDATURE RECRUTEMENT D

Plus en détail

NOGENT PERCHE HABITAT Office Public de l Habitat

NOGENT PERCHE HABITAT Office Public de l Habitat NOGENT PERCHE HABITAT Office Public de l Habitat B. P. 10021 14, Rue du Champ-Bossu 28402 NOGENT-le-ROTROU Cedex Tél : 02.37.52.15.28 Télécopie : 02.37.52.85.50 Courriel : oph.direction@nogent-perche-habitat.fr

Plus en détail

ACCOMPAGNEMENT A LA CERTIFICATION ISO 9001 DE L AGENCE POUR LA RECHERCHE ET L INNOVATION EN CHAMPAGNE-ARDENNE - CARINNA

ACCOMPAGNEMENT A LA CERTIFICATION ISO 9001 DE L AGENCE POUR LA RECHERCHE ET L INNOVATION EN CHAMPAGNE-ARDENNE - CARINNA 1 APPEL D OFFRES ACCOMPAGNEMENT A LA CERTIFICATION ISO 9001 DE L AGENCE POUR LA RECHERCHE ET L INNOVATION EN CHAMPAGNE-ARDENNE - CARINNA JUILLET 2013 2 1. OBJET DE L APPEL D OFFRE Réalisation d un accompagnement

Plus en détail

I. COMPREHENSION DU CONTEXTE

I. COMPREHENSION DU CONTEXTE I. COMPREHENSION DU CONTEXTE L informatisation du système de gestion des activités hôtelières constitue un facteur majeur de réussite pout tout projet d implantation et de gestion des établissements hôteliers.

Plus en détail

COOPERATION DECENTRALISEE ET RESEAU FRANÇAIS DU TRESOR PUBLIC

COOPERATION DECENTRALISEE ET RESEAU FRANÇAIS DU TRESOR PUBLIC Service de Coopération et d Action Culturelle AMBASSADE DE FRANCE AU SENEGAL -------- Pôle de la Coopération Non Gouvernementale COOPERATION DECENTRALISEE ET RESEAU FRANÇAIS DU TRESOR PUBLIC A L ATTENTION

Plus en détail

La réforme du contrôle interne et de l audit interne dans les administrations d Etat en France. Ministère de l Economie et des Finances

La réforme du contrôle interne et de l audit interne dans les administrations d Etat en France. Ministère de l Economie et des Finances La réforme du contrôle interne et de l audit interne dans les administrations d Etat en France Séminaire des 12 et 13 février 2013 Danièle LAJOUMARD, Inspecteur général des Finances C.I.A (Certified Internal

Plus en détail

AVIS DE RECRUTEMENT UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE (UEMOA) 3. Dépôt et date de clôture des candidatures

AVIS DE RECRUTEMENT UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE (UEMOA) 3. Dépôt et date de clôture des candidatures UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE (UEMOA) AVIS DE RECRUTEMENT N 008/2013/DSAF/DRH La Commission de l Union Economique et Monétaire Ouest Africaine (UEMOA) ayant son siège à Ouagadougou, Burkina

Plus en détail

Contact. entreprise. Appsfinity Gmbh Neuhofstrasse 3a CH 6340 Baar (ZG)

Contact. entreprise. Appsfinity Gmbh Neuhofstrasse 3a CH 6340 Baar (ZG) Contact entreprise. Appsfinity Gmbh Neuhofstrasse 3a CH 6340 Baar (ZG) Tel: +41 415 520 504 Email: sales@onlogis.com Visibilité et controle sur vos opérations, n importe où et à tout moment... Onlogis

Plus en détail

Open Bee TM e-fact PRO

Open Bee TM e-fact PRO Open Bee TM e-fact PRO SOLUTION GLOBALE D AUTOMATISATION DU TRAITEMENT DES FACTURES FOURNISSEURS 80 % des factures fournisseurs sont encore actuellement reçues au format papier. 13,8 est le coût moyen

Plus en détail

Chapitre 1. La mise en œuvre du système d information comptable.

Chapitre 1. La mise en œuvre du système d information comptable. Chapitre 1 La mise en œuvre du système d information comptable. L analyse des opérations économiques Missions et rôle de la comptabilité Le système comptable Droit et comptabilité Une entreprise est une

Plus en détail

AVIS DE RECRUTEMENT N 0001/15/AI

AVIS DE RECRUTEMENT N 0001/15/AI ACECA INTERNATIONAL SARL SOCIETE D EXPERTISE COMPTABLE 1310 Avenue du Dr. KWAME N KRUMAH Sis Immeuble MABUCIG 01 BP 4318 Ouagadougou 01 Tél. : (226) 50-31-37-44 Fax : (226) 50-31-25-98 E-mail : aceca@fasonet.bf

Plus en détail

Règlement financier de la Fédération Française du Sport Adapté 2013-2017. Adopté par le comité directeur 21 septembre 2013

Règlement financier de la Fédération Française du Sport Adapté 2013-2017. Adopté par le comité directeur 21 septembre 2013 Règlement financier de la Fédération Française du Sport Adapté 2013-2017 Adopté par le comité directeur 21 septembre 2013 Article 1er Objet : 1.1 Le Règlement Financier est l outil d aide à la gestion

Plus en détail

FEDERATION FRANCAISE DE BASEBALL ET SOFTBALL REGLEMENT FINANCIER

FEDERATION FRANCAISE DE BASEBALL ET SOFTBALL REGLEMENT FINANCIER FEDERATION FRANCAISE DE BASEBALL ET SOFTBALL REGLEMENT FINANCIER ANNEXE DU REGLEMENT INTERIEUR ARTICLE 88 Validé par le Comité Directeur du 5 Novembre 2005 Adopté par l Assemblée Générale du 18 mars 2006

Plus en détail

La carte d achat, c est quoi ça?

La carte d achat, c est quoi ça? La, c est quoi ça? C est un outil mis à disposition des structures publiques et privées qui modifie et simplifie l acte d approvisionnement : C est une carte bancaire nominative et sécurisée qui permet

Plus en détail

PRÉSENTATION DU SYSTÈME DES MARCHÉS PUBLICS DU MAROC

PRÉSENTATION DU SYSTÈME DES MARCHÉS PUBLICS DU MAROC Washington, le 14 Octobre 2008 PRÉSENTATION DU SYSTÈME DES MARCHÉS PUBLICS DU MAROC M. ABDELAZIZ EL HADDAD Chef de Division de l Arbitrage à la TGR 1 Rabat le: 22 avril 2009 1/ 17 Sommaire Introduction

Plus en détail

REGLEMENT FINANCIER. Règlement financier validé par l Assemblée Générale Fédérale du 1 er février 2014 1

REGLEMENT FINANCIER. Règlement financier validé par l Assemblée Générale Fédérale du 1 er février 2014 1 REGLEMENT FINANCIER Règlement financier validé par l Assemblée Générale Fédérale du 1 er février 2014 1 SOMMAIRE 1. REGLEMENT FINANCIER 3 1.1. Elaboration du budget 3 1.2. Responsabilités et compétences

Plus en détail

UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUESTAFRICAINE

UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUESTAFRICAINE UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUESTAFRICAINE Bénin Mali Burkina Faso Côte-d'Ivoire PLACE DE LA GESTION DE LATRESORERIE DANS LE NOUVEAU CADRE HARMONISE DES FINANCES PUBLIQUES AU SEIN DE L UEMOA Niger Sénégal

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES, DE LA SANTÉ ET DES DROITS DES FEMMES Décret n o 2014-1765 du 31 décembre 2014 relatif à la facturation individuelle des établissements

Plus en détail

Fiche de poste. Identification du poste : Etudes et Projets (SEP)

Fiche de poste. Identification du poste : Etudes et Projets (SEP) Fiche de poste Identification du poste : Intitulé : Chef de projets Applicatifs Affectation : Service Etudes et Projets Cadre d emploi : Ingénieur territorial Rattachement hiérarchique : Chef du service

Plus en détail

Systèmes et réseaux d information et de communication

Systèmes et réseaux d information et de communication 233 DIRECTEUR DES SYSTÈMES ET RÉSEAUX D INFORMATION ET DE COMMUNICATION Code : SIC01A Responsable des systèmes et réseaux d information FPESIC01 Il conduit la mise en œuvre des orientations stratégiques

Plus en détail

UE 8 Systèmes d information de gestion Le programme

UE 8 Systèmes d information de gestion Le programme UE 8 Systèmes d information de gestion Le programme Légende : Modifications de l arrêté du 8 mars 2010 Suppressions de l arrêté du 8 mars 2010 Partie inchangée par rapport au programme antérieur Indications

Plus en détail

1. Contexte et justification

1. Contexte et justification Termes de Référence pour l assistance technique à la Cellule de Gestion des Projets et des Marchés Publics du Ministère de la Santé Publique en République Démocratique du Congo 1. Contexte et justification

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ Décret n o 2013-727 du 12 août 2013 portant création, organisation et attributions d un secrétariat général

Plus en détail

Rapport pour la commission permanente du conseil régional

Rapport pour la commission permanente du conseil régional Rapport pour la commission permanente du conseil régional NOVEMBRE 2010 Présenté par Jean-Paul Huchon Président du conseil régional d'ile-de-france EVOLUTIONS DU LOGICIEL FINANCIER CORIOLIS

Plus en détail

Plan d action de la gestion Audit des contrôles de base de Développement économique Canada pour les régions du Québec

Plan d action de la gestion Audit des contrôles de base de Développement économique Canada pour les régions du Québec Plan d action de la gestion Audit des contrôles de base de Développement économique Canada pour les régions du Québec Opinion de l Agence de développement économique du Canada pour les régions du Québec

Plus en détail

Etabli le : 19.12.14 Par : Hervé De Nicola Remplace la version du :

Etabli le : 19.12.14 Par : Hervé De Nicola Remplace la version du : CAHIER DES CHARGES 1. Actualisation Etabli le : 19.12.14 Par : Hervé De Nicola Remplace la version du : Motif d actualisation : Internalisation ressources 2. Identification du poste Département : INFRASTRUCTURES

Plus en détail

L application doit être validée et l infrastructure informatique doit être qualifiée.

L application doit être validée et l infrastructure informatique doit être qualifiée. 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 Annexe 11: Systèmes informatisés

Plus en détail

Juin 2013 COMPTE RENDU SUR L'ÉTAT DE LA MISE EN OEUVRE DU PLAN D'ACTION RAPPORT AU COMITÉ DE VÉRIFICATION EN DATE DU 30 SEPTEMBRE 2013

Juin 2013 COMPTE RENDU SUR L'ÉTAT DE LA MISE EN OEUVRE DU PLAN D'ACTION RAPPORT AU COMITÉ DE VÉRIFICATION EN DATE DU 30 SEPTEMBRE 2013 Vérification des pratiques de gestion du Secteur du dirigeant principal des finances () 1. Le dirigeant principal des finances () doit s assurer qu on dispose d une vue consolidée et intégrée des structures

Plus en détail

www.pwc.com Projet AFR/017-09-46 Phase 2 : Déploiement du guide de contrôle interne Rapport de réconciliation

www.pwc.com Projet AFR/017-09-46 Phase 2 : Déploiement du guide de contrôle interne Rapport de réconciliation www.pwc.com Projet AFR/017-09-46 Phase 2 : Déploiement du guide de contrôle interne Rapport de réconciliation 08/12/2011 1. Introduction 1.1 Objectifs de la réconciliation A l issue des formations de

Plus en détail

Plate forme de gestion des marchés publics

Plate forme de gestion des marchés publics Direction Nationale de Contrôle des Marchés Publics Lancement du Système Intégré de Gestion des Marchés Publics (SIGMaP) et le portail web. Salle de Conférence de la DGID/DGAE, mardi 17 février 2015 Plate

Plus en détail

Convention relative à la mise à disposition de la solution «AmonEcole» dans les écoles

Convention relative à la mise à disposition de la solution «AmonEcole» dans les écoles Convention relative à la mise à disposition de la solution «AmonEcole» dans les écoles Entre Les services académiques de l académie de Versailles, situés 3 boulevard de Lesseps, 78017 Versailles Cedex,

Plus en détail

1 Présentation du Pôle Fibres-Energivie.

1 Présentation du Pôle Fibres-Energivie. Appel d offres pour l accompagnement du Pôle Fibres-Energivie dans la mise en œuvre du service d accompagnement BIM IN ACTION auprès des équipes de Maitrise d Œuvre Cette consultation a pour objectif d

Plus en détail

N 001/2015/DSAF/DRH. Poste à pourvoir. Deux (02) Professionnels Comptables, Deux (02) Professionnels Contrôleurs Financiers, Deux (02) Profe

N 001/2015/DSAF/DRH. Poste à pourvoir. Deux (02) Professionnels Comptables, Deux (02) Professionnels Contrôleurs Financiers, Deux (02) Profe La Commission de l UEMOA ayant son siège à Ouagadougou procèdera au recrutement de six (06) Professionnels pour les services de la Cours des Comptes et de la Cour de Justice de l UEMOA N 001/2015/DSAF/DRH

Plus en détail

PROGICIEL DE GESTION COMPTABLE ET FINANCIERE, DE GESTION DES RESSOURCES HUMAINES, DE GESTION ELECTORALE

PROGICIEL DE GESTION COMPTABLE ET FINANCIERE, DE GESTION DES RESSOURCES HUMAINES, DE GESTION ELECTORALE VILLE DE FROUARD PROGICIEL DE GESTION COMPTABLE ET FINANCIERE, DE GESTION DES RESSOURCES HUMAINES, DE GESTION ELECTORALE (Fourniture, Installation, formation et maintenance) R.C (Règlement de la Consultation)

Plus en détail

Exercice clos au 31/03/2004 Rapport du Président du Conseil d Administration sur le Contrôle Interne

Exercice clos au 31/03/2004 Rapport du Président du Conseil d Administration sur le Contrôle Interne Exercice clos au 31/03/2004 Rapport du Président du Conseil d Administration sur le Contrôle Interne En application des dispositions de l'article L.225-37 du Code de commerce, je vous rends compte dans

Plus en détail

Chorus Factures, solution de dématérialisation fiscale des factures. Kit de communication à destination des fournisseurs. Version 2.0.

Chorus Factures, solution de dématérialisation fiscale des factures. Kit de communication à destination des fournisseurs. Version 2.0. Chorus Factures, solution de dématérialisation fiscale des Kit de communication à destination des fournisseurs Version 2.0 Réf : SOMMAIRE Introduction Enjeux de la dématérialisation fiscale des Description

Plus en détail

LE TRAITEMENT DES DONNEES COMPTABLES. Objectif(s) : Présenter une synthèse sur les différentes solutions comptables. TABLE DES MATIERES

LE TRAITEMENT DES DONNEES COMPTABLES. Objectif(s) : Présenter une synthèse sur les différentes solutions comptables. TABLE DES MATIERES LE TRAITEMENT DES DONNEES COMPTABLES Objectif(s) : Présenter une synthèse sur les différentes solutions comptables. Pré-requis : Principes comptables. Modalités : Schéma d'organisation comptable. TABLE

Plus en détail

ARRETE MINISTERE DE LA FONCTION PUBLIQUE, DU TRAVAIL ET DE LA REFORME ADMINISTRATIVE,

ARRETE MINISTERE DE LA FONCTION PUBLIQUE, DU TRAVAIL ET DE LA REFORME ADMINISTRATIVE, REPUBLIQUE DU BENIN MINISTERE DE LA FONCTION PUBLIQUE DU TRAVAIL ET DE LA REFORME ADMINISTRATIVE DIRECTION GENERALE DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE CONTNUE ET DES STAGES ARRETE ANNEE 2005 N 015/MFPTRA/DC/SGM/DGFPCS/DAROP

Plus en détail

DECRET n 2009-522 du 4 Juin 2009 portant organisation et fonctionnement des Agences d exécution.

DECRET n 2009-522 du 4 Juin 2009 portant organisation et fonctionnement des Agences d exécution. DECRET n 2009-522 du 4 Juin 2009 portant organisation et fonctionnement des Agences d exécution. Le Président de la République Vu la Constitution, Vu la loi n 90-07 du 28 juin 1990 relative à l organisation

Plus en détail

ANNEXE 1.3 SYSTEME DE GESTION DES DEPLACEMENTS

ANNEXE 1.3 SYSTEME DE GESTION DES DEPLACEMENTS ANNEXE 1.3 SYSTEME DE GESTION DES DEPLACEMENTS TABLE DES MATIERES 1 PRESENTATION GENERALE 3 2 FONCTIONS DU SYSTEME DE GESTION DES DEPLACEMENTS 4 2.1 GESTION DES CALENDRIERS DE MISSION 4 2.1.1 VISUALISATION

Plus en détail

REGLEMENT DE LA CONSULTATION

REGLEMENT DE LA CONSULTATION COMMUNE DE PETITE-FORET Représentant de la personne publique contractante : Monsieur le Maire de la Ville de Petite-Forêt Le pouvoir adjudicateur : Monsieur le Maire de la Ville de Petite-Forêt Comptable

Plus en détail

Les métiers de l assistanat Evolutions Compétences - Parcours

Les métiers de l assistanat Evolutions Compétences - Parcours Les métiers de l assistanat Evolutions Compétences - Parcours Neuf pôles d activité La majorité des assistantes ont des activités couvrant ces différents pôles, à des niveaux différents, à l exception

Plus en détail

REFERENTIEL DU CQPM. Les missions ou activités confiées au titulaire peuvent porter à titre d exemples non exhaustifs sur :

REFERENTIEL DU CQPM. Les missions ou activités confiées au titulaire peuvent porter à titre d exemples non exhaustifs sur : COMMISION PARITAIRE NATIONALE DE L EMPLOI DE LE METALLURGIE Qualification : Catégorie : D Dernière modification : 30/04/2015 REFERENTIEL DU CQPM TITRE DU CQPM : Responsable d affaires I OBJECTIF PROFESSIONNEL

Plus en détail

REGLEMENT DE LA CONSULTATION

REGLEMENT DE LA CONSULTATION MARCHE DES COLLECTIVITES TERRITORIALES Marché en procédure adaptée passé en application Des articles 28-I-2 ème alinéa et 40-II du Code des Marchés Publics Décret du 7 janvier 2004 REGLEMENT DE LA CONSULTATION

Plus en détail

JORF n 0115 du 20 mai 2010. Texte n 51

JORF n 0115 du 20 mai 2010. Texte n 51 JORF n 0115 du 20 mai 2010 Texte n 51 DECRET Décret n 2010-518 du 19 mai 2010 relatif à la mise à disposition de l offre de jeux et de paris par les opérateurs agréés de jeux ou de paris en ligne NOR:

Plus en détail

La simplification du dossier de candidature

La simplification du dossier de candidature FICHE 20 La simplification du dossier de candidature Pour de nombreux opérateurs économiques, la constitution des dossiers de candidature est trop complexe et coûteuse du fait du nombre des documents à

Plus en détail

UE 5 Management des systèmes d informations. Le programme

UE 5 Management des systèmes d informations. Le programme UE 5 Management des systèmes d informations Le programme Légende : Modifications de l arrêté du 8 mars 2010 Suppressions de l arrêté du 8 mars 2010 Partie inchangée par rapport au programme antérieur 1.

Plus en détail

AVIS DE MANIFESTATION D'INTERET

AVIS DE MANIFESTATION D'INTERET REPUBLIQUE DU NIGER CABINET DU PREMIER MINISTRE Agence de Régulation des Marchés Publics AVIS DE MANIFESTATION D'INTERET L Agence de Régulation des Marchés Publics (ARMP) du Niger a reçu un don (IDF) de

Plus en détail

REGLEMENT COMPTABLE ET FINANCIER DE L HADOPI

REGLEMENT COMPTABLE ET FINANCIER DE L HADOPI REGLEMENT COMPTABLE ET FINANCIER Version consolidée au 9 novembre 2011 Prenant en compte : - Délibération n 2010-021 du 16 décembre 2010 portant règlement comptable et financier de l Hadopi, - Délibération

Plus en détail

Lancement de la campagne Entretien Professionnel (EP) 2015

Lancement de la campagne Entretien Professionnel (EP) 2015 INSTRUCTION n 2015-25 du 6 mars 2015 Lancement de la campagne Entretien Professionnel (EP) 2015 Emetteurs : Direction des Ressources humaines et des Relations sociales - Direction du Développement RH Correspondants

Plus en détail

La dématérialisation fiscale

La dématérialisation fiscale La dématérialisation fiscale Mondial Assistance met en place la facture électronique, ou dématérialisation fiscale. Ce document a pour objectif de vous présenter les normes qui encadrent un nouveau mode

Plus en détail

35, rue du Docteur Léger 80230 Saint-Valery sur Somme. Marché public Procédure adaptée Article 28 du Code des marchés publics

35, rue du Docteur Léger 80230 Saint-Valery sur Somme. Marché public Procédure adaptée Article 28 du Code des marchés publics Création d une application Smartphones «rallye vélo» valorisant les prestataires touristiques du territoire de la Communauté de Communes Baie de Somme Sud Identifiant : Communauté de Communes de la Baie

Plus en détail

1. Processus management et stratégie. Retour

1. Processus management et stratégie. Retour Retour Les principales fonctions du Siège social sont définies suivant un ensemble de processus dont la responsabilité est assurée par le Directeur Général de l Association. La mise en œuvre des activités

Plus en détail

Une gestion optimisée des foyers et résidences : Le projet Adoma

Une gestion optimisée des foyers et résidences : Le projet Adoma Une gestion optimisée des foyers et résidences : Le projet Adoma Auteur : Myriam Hefaiedh Aareon 2010 Page 1 / 7 Présentation de l organisme : Adoma est une société d économie mixte présente sur l ensemble

Plus en détail

Choisissez un pôle d activité ou un profil et cliquez

Choisissez un pôle d activité ou un profil et cliquez Organisation et planification des activités du service Gestion des ressources matérielles Gestion et coordination des informations Relations professionnelles Rédaction et mise en forme de documents professionnels

Plus en détail

DROITS ET DEVOIRS DU MANDATAIRE

DROITS ET DEVOIRS DU MANDATAIRE DROITS ET DEVOIRS DU MANDATAIRE PROBLÈMES POSÉS Quels sont les droits et les devoirs du mandataire de coopérative scolaire, de quartier ou de foyer coopératif? STATUT ET DROITS DU MANDATAIRE Le mandataire

Plus en détail

Date limite de réception des offres : Vendredi 6 novembre 2015 à 16H00

Date limite de réception des offres : Vendredi 6 novembre 2015 à 16H00 MARCHE 3/2015 Aménagement d une plateforme Pédagogique Règlement de Consultation (RC) Date limite de réception des offres : Vendredi 6 novembre 2015 à 16H00 La procédure de consultation utilisée est la

Plus en détail

Conservation des bulletins de salaire. L approche du Groupe Total

Conservation des bulletins de salaire. L approche du Groupe Total Conservation des bulletins de salaire L approche du Groupe Total DRHC/DS/DORS/DOM/ARM Service Archives et Records Management Contexte 2 - DRHC/DS/DORS/DOM/ARM 1 Contexte Ressources Humaines Système d Information

Plus en détail

Réussir l externalisation de sa consolidation

Réussir l externalisation de sa consolidation Réussir l externalisation de sa consolidation PAR ERWAN LIRIN Associé Bellot Mullenbach et Associés (BMA), activité Consolidation et Reporting ET ALAIN NAULEAU Directeur associé Bellot Mullenbach et Associés

Plus en détail

DELIBERATION N 2014-136 DU 17 SEPTEMBRE 2014 DE LA COMMISSION DE CONTROLE

DELIBERATION N 2014-136 DU 17 SEPTEMBRE 2014 DE LA COMMISSION DE CONTROLE DELIBERATION N 2014-136 DU 17 SEPTEMBRE 2014 DE LA COMMISSION DE CONTROLE DES INFORMATIONS NOMINATIVES PORTANT AVIS FAVORABLE A LA MISE EN ŒUVRE DE LA MODIFICATION DU TRAITEMENT AUTOMATISE D INFORMATIONS

Plus en détail

La Caisse nationale de solidarité pour l autonomie, Etablissement public administratif créé par la loi du 30 juin 2004. Recrute

La Caisse nationale de solidarité pour l autonomie, Etablissement public administratif créé par la loi du 30 juin 2004. Recrute La Caisse nationale de solidarité pour l autonomie, Etablissement public administratif créé par la loi du 30 juin 2004 Recrute Le/la directeur(trice) adjoint(e) de l établissement I. Les missions et l

Plus en détail

CHARTE DE L AUDIT INTERNE

CHARTE DE L AUDIT INTERNE CHARTE DE L AUDIT INTERNE Septembre 2009 Introduction La présente charte définit la mission et le rôle de l audit interne de l Institut National du Cancer (INCa) ainsi que les modalités de sa gouvernance.

Plus en détail

INTRODUCTION. Le succès de la phase d initialisation passe par la réalisation de deux étapes successives : Lancement projet Organisation projet

INTRODUCTION. Le succès de la phase d initialisation passe par la réalisation de deux étapes successives : Lancement projet Organisation projet INTRODUCTION Le succès de la phase d initialisation passe par la réalisation de deux étapes successives : Le lancement du projet; L organisation du projet. Dossier de fin d'étude Lancement projet Organisation

Plus en détail

DOSSIER TYPE DE DEMANDE DE SUBVENTION

DOSSIER TYPE DE DEMANDE DE SUBVENTION DOSSIER TYPE DE DEMANDE DE SUBVENTION Volet territorial CPER 2015-2020 INTITULE DU PROJET (détaillé en annexe) : COÛT TOTAL DU PROJET : MONTANT DE SUBVENTION SOLLICITE : TOTAL DES AUTRES AIDES PUBLIQUES

Plus en détail

Le GRAND CONSEIL de la République et canton de Genève décrète ce qui suit :

Le GRAND CONSEIL de la République et canton de Genève décrète ce qui suit : Secrétariat du Grand Conseil PL 11476 Projet présenté par le Conseil d Etat Date de dépôt : 11 juin 2014 Projet de loi de bouclement de la loi 10112 ouvrant un crédit de 5 405 000 F destiné à financer

Plus en détail

RECRUTEMENT D UN CHEF DE LA DIVISION DES SERVICES INFORMATIQUES DE LA COMMUNAUTE URBAINE DE DOUALA

RECRUTEMENT D UN CHEF DE LA DIVISION DES SERVICES INFORMATIQUES DE LA COMMUNAUTE URBAINE DE DOUALA COMMUNAUTE URBAINE DE DOUALA REPUBLIQUE DU CAMEROUN ------------------------- --------------------- Paix Travail - Patrie Secrétariat Général ----------------- AVIS D APPEL A CANDIDATURE RECRUTEMENT D

Plus en détail

Etabli le : 05.01.14 Par : Pascal Kramer/Monique Losey Remplace la version du :

Etabli le : 05.01.14 Par : Pascal Kramer/Monique Losey Remplace la version du : CAHIER DES CHARGES 1. Actualisation Etabli le : 05.01.14 Par : Pascal Kramer/Monique Losey Remplace la version du : Motif d actualisation : Mise au concours du poste 2. Identification du poste Département

Plus en détail

MARCHE A PROCEDURE ADAPTEE LOCATION ET MAINTENANCE DE MATERIELS DE REPROGRAPHIE AVEC FOURNITURE DE CONSOMMABLES INFORMATIQUES

MARCHE A PROCEDURE ADAPTEE LOCATION ET MAINTENANCE DE MATERIELS DE REPROGRAPHIE AVEC FOURNITURE DE CONSOMMABLES INFORMATIQUES MARCHE A PROCEDURE ADAPTEE LOCATION ET MAINTENANCE DE MATERIELS DE REPROGRAPHIE AVEC FOURNITURE DE CONSOMMABLES INFORMATIQUES REGLEMENT DE CONSULTATION Date et heure limite de réception des offres : Le

Plus en détail

Amélioration de la qualité des céréales / Programme de soutien à l amélioration du taux de protéine des blés tendres chez les organismes collecteurs

Amélioration de la qualité des céréales / Programme de soutien à l amélioration du taux de protéine des blés tendres chez les organismes collecteurs > AIDES FRANCEAGRIMER février 2014 Amélioration de la qualité des céréales / Programme de soutien à l amélioration du taux de protéine des blés tendres chez les organismes collecteurs échéance au 31 décembre

Plus en détail

AVIS DE RECRUTEMENT. Contrôleur de gestion de l Institut Pasteur de Dakar

AVIS DE RECRUTEMENT. Contrôleur de gestion de l Institut Pasteur de Dakar AVIS DE RECRUTEMENT Contrôleur de gestion de l Institut Pasteur de Dakar INTITULE ET REFERENCE Poste : Contrôleur de gestion Implantation : Institut Pasteur de Dakar Nature : CDD ou CDI A pourvoir : au

Plus en détail

FOURNITURE D UN LOGICIEL DE

FOURNITURE D UN LOGICIEL DE PIÈCE N 0 DIRECTION RESSOURCES & ORGANISATION SERVICE INFORMATIQUE 25 RUE DE LA NUÉE BLEUE F-67000 STRASBOURG TÉL. +33 (0)3 88 21 78 01 FAX +33 (0)3 88 39 35 53 MARCHÉ PUBLIC DE FOURNITURES ET SERVICES

Plus en détail

MARCHE RELATIF A L ACQUISITION D UNE SOLUTION D ARCHIVAGE DEMATERIALISE DE DOCUMENTS

MARCHE RELATIF A L ACQUISITION D UNE SOLUTION D ARCHIVAGE DEMATERIALISE DE DOCUMENTS MARCHE RELATIF A L ACQUISITION D UNE SOLUTION D ARCHIVAGE DEMATERIALISE DE DOCUMENTS QUESTIONNAIRE DE LA CONSULTATION MEMOIRE TECHNIQUE Par la signature finale de ce document par une personne habilitée

Plus en détail

JORF n 0024 du 28 janvier 2012. Texte n 14

JORF n 0024 du 28 janvier 2012. Texte n 14 Le 30 janvier 2012 JORF n 0024 du 28 janvier 2012 Texte n 14 DECRET Décret n 2012-100 du 26 janvier 2012 relatif à l immatriculation des intermédiaires en opérations de banque et en services de paiements,

Plus en détail

Le rapport d audit Modifications apportées par la version révisée de la norme ISA 700 applicable à partir du 31/12/2006

Le rapport d audit Modifications apportées par la version révisée de la norme ISA 700 applicable à partir du 31/12/2006 Le rapport d audit Modifications apportées par la version révisée de la norme ISA 700 applicable à partir du 31/12/2006 Introduction : Dans le but d accroître la transparence et la comparabilité des rapports

Plus en détail

L APPROCHE COMPTABLE, JURIDIQUE ET FINANCIERE DANS LES ASSOCIATIONS

L APPROCHE COMPTABLE, JURIDIQUE ET FINANCIERE DANS LES ASSOCIATIONS L APPROCHE COMPTABLE, JURIDIQUE ET FINANCIERE DANS LES ASSOCIATIONS 504, route de Rouen 11, rue des Immeubles Industriels 28, place de la Gare 80000 AMIENS 75011 PARIS 59000 LILLE Tél. : 03 22 53 27 47

Plus en détail

Terme de référence Spécialiste Gestion financière

Terme de référence Spécialiste Gestion financière Terme de référence Spécialiste Gestion financière Sous la supervision générale du Directeur Général de l A.N.P.I, Agence d Exécution du projet les consultants auront pour mission : 1. Le SGF sera responsable

Plus en détail

Etabli le : 30.04.15 Par : F. Genoud / V. Borin Remplace la version du :

Etabli le : 30.04.15 Par : F. Genoud / V. Borin Remplace la version du : CAHIER DES CHARGES 1. Actualisation Etabli le : 30.04.15 Par : F. Genoud / V. Borin Remplace la version du : Motif d actualisation : Mise au concours du poste 2. Identification du poste Département : INFRASTRUCTURES

Plus en détail

Date limite de réception des offres : Lundi 29 juin 2015 à 16H00

Date limite de réception des offres : Lundi 29 juin 2015 à 16H00 MARCHE 1/2015 Stabilisation et Aménagements du parking de l ENIM Règlement de Consultation (RC) Date limite de réception des offres : Lundi 29 juin 2015 à 16H00 La procédure de consultation utilisée est

Plus en détail

Direction générale PROGRAMME PRINCIPAL 02

Direction générale PROGRAMME PRINCIPAL 02 PROGRAMME PRINCIPAL 02 WO/PBC/4/2 page 33 Direction générale 02.1 Cabinet du directeur général 02.2 Conseiller spécial et commissions consultatives 02.3 Supervision interne Résumé 61. La propriété intellectuelle

Plus en détail

AVIS D'APPEL PUBLIC A LA CONCURRENCE

AVIS D'APPEL PUBLIC A LA CONCURRENCE AVIS D'APPEL PUBLIC A LA CONCURRENCE 1) Identification du pouvoir adjudicateur Régie Autonome Personnalisée du Pôle Arts de la Rue de Chalon-sur-Saône C.S. 70092 71 321 CHALON-SUR-SAONE CEDEX Tel : 03.85.90.94.73

Plus en détail

OBJECTIF PROFESSIONNEL DE LA QUALIFICATION VALIDEE

OBJECTIF PROFESSIONNEL DE LA QUALIFICATION VALIDEE Commission paritaire nationale de l'emploi de la Métallurgie Qualification : MQ 2007 10 89 0264 FICHE D IDENTITE DE LA QUALIFICATION VALIDEE TITRE DE LA QUALIFICATION : Coordonnateur (trice) du développement

Plus en détail