Point sur les outils du GREPHH Nouveautés

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Point sur les outils du GREPHH Nouveautés 2013-2014"

Transcription

1 Les outils du GREPHH : la liste s allonge Point sur les outils du GREPHH Nouveautés Delphine Verjat-Trannoy et Danièle Landriu CClin Paris-Nord Réunion sur la prévention du risque infectieux en Ile-de-France Lundi 9 décembre Paris POP HYGMAIN QUALIMAIN CVP PS NOUVEAUTES PC = Précautions Complémentaires mise à disposition décembre 2013 (outil informatique : début 2014) Interlocuteur : D. Landriu ENDO = Endoscopie Mise à disposition fin 2014 audit national Interlocuteur : D. Verjat Objectifs de l audit «PC» Les Référentiels Evaluer le niveau d application des Précautions complémentaires CONTACT GOUTTELETTES - AIR dans les établissements de santé et médico-sociaux en termes : d organisation de moyens mis en œuvre de connaissances des professionnels ICD Gale PCC PCA / PCG NB : il est préférable, mais non obligatoire, d avoir évalué les précautions standard dans l établissement avant la réalisation de l audit PC

2 Champs d application Méthode d audit et outils de recueil Quels établissements? Tout établissement de santé public, privé ou Espic Toutes catégories : CHU, CH, hôpital local, clinique MCO, SSR, SLD, HIA, psychiatrie, institut de lutte contre le cancer Outil proposé également aux établissements médico-sociaux : EHPAD, FAM, MAS Outil peu adapté aux HAD Quels Patients? Tout patient placé en PC pendant la période de l audit Quels Professionnels? Tous les personnels prenant en charge les patients (médicaux et paramédicaux) 6 Fiche Etablissement Fiche Patient Concerne les patients placés en PC Evaluation sur environ 2 mois (objectif : 30 patients) obligatoire au moins 1 des 2 Fiche Professionnel 10 cas cliniques proposés (1 fiche/cas) 3 fiches à remplir par chaque professionnel (médical ou paramédical) - soit les 3 mêmes pour l établissement - soit les 3 mêmes pour un service donné En explorant les différentes PC (objectif : 30 professionnels) optionnel Fiche Médecin 20 situations cliniques (sur 1 seule fiche) (objectif : 30 médecins) Audit documentaire Organisation et procédures Audit de ressources (observation) Modalités mise en place Audit de connaissances (auto-questionnaire) Mesures à mettre en place selon le type de PC Audit de connaissances (auto-questionnaire) PC à prescrire selon la situation clinique Critères évalués Système d alerte Procédures PC Fiche Etablissement Organisation et procédures Gestion des excréta (dont état des lieux des lave-bassins) Contrôle des mesures mises en place Critères évalués Prescription des PC Fiche Patient Modalités mises en place Information du patient / signalisation Organisation (chambre / sanitaires) Matériels et produits mis à disposition selon les PC Entretien de la chambre et de l environnement proche du patient 7

3 Fiche Professionnel Mesures à mettre en place selon le type de PC Saisieinformatique des données et édition des résultats 10 cas cliniques proposés Critères évalués 5 PC Contact (PCC) 3 classiques ulcère variqueux colonisé à SARM infection urinaire à EBLSE diarrhée virale aigue 2 PCC spécifiques gale diarrhée à C.difficile toxinogène 3 PC Gouttelettes (PCG) coqueluche infection à VRS grippe saisonnière 2 PC Air (PCA) rougeole tuberculose active contagieuse 1. Hygiène des mains Quand? Quelle technique? 2. EPI : gants, tablier, masque Quand? Quel type? 3. Chambre / fermeture porte 4. Environnement du patient Traitement du linge, traitement de la vaisselle Entretien de la chambre : Quand? Comment? 5. Elimination des excréta Comment? selon présence ou non de lave-bassin douchette Application en ligne WEBAPC 10 Nouveau thème d audit : l endoscopie Vaste sujet! Endoscopes = dispositifs médicaux réutilisables, architecture complexe, difficulté de traitement, criticité du séchage Traitement : respect des étapes, performance des produits (ATC/ATNC), qualité des fluides (eau) Stockage : type de stockage Maintenance Contrôles microbiologiques : technique, indications, interprétation Formation des opérateurs de traitement Locaux, équipements Organisation (circuits de l information, questionnaire/ séquestration ATNC,.) Procédures Traçabilité Référentiel multiple! Site Nosobase : Réglementation : 5 documents Recommandations : 18 documents Choix de l objectif et du type d audit Consensus du groupe de travail évaluation des mesures de prévention du risque infectieux pour le patient Audit simple approfondi Audit complexe transversal + Autres thèmes

4 Choix de l objectif et du type d audit Consensus du groupe de travail : évaluation des mesures de prévention du risque infectieux pour le patient Les difficultés rencontrées dans l élaboration des outils Choix des critères : les plus pertinents par rapport au risque infectieux patient (sélection par cotation) Audit simple approfondi Audit complexe transversal + Autres thèmes Prise en compte de l hétérogénéité des organisations locales traitement centralisé ou non regroupement de certaines spécialités endoscopiques endoscopie au bloc / en réanimation Niveau de spécialisation des EOH en endoscopie? Principe de l audit en préparation Tronc commun 1 fiche établissement (protocoles, maintenance, traçabilité contrôles microbiologiques,gestion WE/gardes) Audit documentaire 1 fiche «service» (locaux, circuits, stockage) Visite 1 fiche «secteur de traitement» (traitement manuel / LDE) Audit par observation 1 fiche «personnel» (formation) Auto-questionnaire Modules Complémentaires (approfondissement) Module ESET (qualification/contrôles) Module Maintenance ( et LDE) Module contrôles microbiologiques ( et eau, technique et analyse) Module Traça-Test (performance du système de traçabilité) Champ d application : limité aux ES concernés par l endoscopie Critères d inclusion ES ayant une activité endoscopique Services d endoscopie digestive, bronchique, urologique, gynécologique y compris bloc et réanimation Essai d ouverture au libéral (demande du COSPIN) Endoscopes souples à canaux internes critiques ou semi-critiques Traitement manuel ou automatique Thématique non évaluée : protection du personnel (risque infectieux ou chimique)

5 Outil de simulation «Traça-Test» Module complémentaire préparé par CClin Paris-Nord (conception : D. Verjat / F. Bekaert) Principe : au-delà des supports de traçabilité mis en place (variables selon les services/es), vérification de la performance du système de traçabilité Méthode : 3 scénarios prévus permettant de simuler des situations de recherche d informations : 1- cas d un patient infecté 2- cas d un endoscope contaminé 3- cas d un défaut de traitement de l endoscope Les différentes traçabilité en endoscopie Exemple du cas 1 Patient infecté Conclusion 1 : ce qu il reste à faire Traçabilité explorée : patient-endoscope endoscope-patients Partie gauche logigramme = résumé du scénario Partie droite : Q/R sur données tracées Bonus : évaluation de la durée nécessaire au recueil des informations (optionnel) 1. Finalisation des grilles d audit - Relecture/Tests 2. Protocole, Diaporama, Outil informatique Tests 3. Communication Diffusion des outils 4. Réunions de formation des EOH (2 ème trimestre 2014) 5. Enquête nationale prévue 2 ème semestre 2014 Démarche soutenue et attendue par le Ministère (DGOS + DGS) Révision complète et uniformisation du référentiel d endoscopie

6 Conclusion 2 : ce que cet audit va permettre Mesurer le niveau d implication des ES en endoscopie Engager les EOH à travailler sur ce thème et sensibiliser le personnel d endoscopie aux recommandations Merci pour votre attention Harmoniser les pratiques au sein des ES d endoscopie multisites Contribuer à une organisation optimale et favoriser la mise en place d un système qualité autour de l endoscopie Faire levier pour une éventuelle centralisation du traitement Faire levier pour l informatisation des données (aide à la traçabilité)

Audit Précautions Complémentaires 2014

Audit Précautions Complémentaires 2014 Audit Précautions Complémentaires 2014 Présentation S Desmons ARLIN PACA Avril 2014 1 PLAN : Contexte Objectifs Méthodologie de l audit Données recueillies Organisation de l audit Saisie informatique S

Plus en détail

Audit Précautions complémentaires

Audit Précautions complémentaires Audit Précautions complémentaires mentaires Présentation Année 2013 Programme national 2009-2013 2013 Contexte Maîtrise de la diffusion des BMR Émergence des phénom nomènes nes infectieux Prévention de

Plus en détail

PRÉCAUTIONS COMPLÉMENTAIRES :

PRÉCAUTIONS COMPLÉMENTAIRES : 1 PRÉCAUTIONS COMPLÉMENTAIRES : AUDIT DU GREPHH: PRÉSENTATION DES RÉSULTATS DU RÉSEAU D HYGIÈNE CHOLETAIS-SAUMUROIS Murielle Chapu & Agnès Petiteau, IDE Hygiènistes Audit National 2 Audit proposé sur 3

Plus en détail

Evaluation des précautions complémentaires Contact - Gouttelettes - Air. Protocole d audit

Evaluation des précautions complémentaires Contact - Gouttelettes - Air. Protocole d audit Evaluation des précautions complémentaires Contact - Gouttelettes - Air Protocole d audit Décembre 2013 COORDINATION Marie-Alix ERTZSCHEID (CClin Ouest), Nathalie VERNIER (CClin Est) GROUPE DE TRAVAIL

Plus en détail

Evaluation des Précautions Complémentaires de type Contact :

Evaluation des Précautions Complémentaires de type Contact : Evaluation des Précautions Complémentaires de type Contact : Un nouvel outil pour les équipes d hygiène Xe JOURNEE REGIONALE DE PREVENTION DES INFECTIONS ASSOCIEES AUX SOINS Yann Ollivier 1 Contexte /

Plus en détail

Réseau de lutte contre les Infections Nosocomiales de la Sarthe

Réseau de lutte contre les Infections Nosocomiales de la Sarthe Réseau de lutte contre les Infections Nosocomiales de la Sarthe Formation - Surveillance - Evaluation Centre Hospitalier du Mans Réseau LUTIN 72 LUTte contre les Infections Nosocomiales en Sarthe La FORMATION

Plus en détail

Prévenir la Diffusion des BHRe en région Centre : les nouvelles recommandations françaises pour le SSR, le SLD, l HAD et le secteur Médico-Social

Prévenir la Diffusion des BHRe en région Centre : les nouvelles recommandations françaises pour le SSR, le SLD, l HAD et le secteur Médico-Social Prévenir la Diffusion des BHRe en région Centre : les nouvelles recommandations françaises pour le SSR, le SLD, l HAD et le secteur Médico-Social Bruno Grandbastien pour le groupe de travail du HCSP Faculté

Plus en détail

La gestion des excreta en région Nord-Pas de Calais

La gestion des excreta en région Nord-Pas de Calais 14 besoins fondamentaux selon Virginia Henderson La gestion des excreta en région Nord-Pas de Calais Journée EHPAD Ile de France 03 avril 2014 Nouara Baghdadi pour le groupe de travail Nord Pas de Calais

Plus en détail

Annexe 4 Pondération des indicateurs et score agrégé du tableau de bord des infections nosocomiales pour les activités 2012

Annexe 4 Pondération des indicateurs et score agrégé du tableau de bord des infections nosocomiales pour les activités 2012 Annexe Pondération des indicateurs et score agrégé du tableau de bord des infections nosocomiales pour les activités 2012 Le document explicite la pondération de chaque item servant au calcul des indicateurs

Plus en détail

Retour d expérience. Visite de certification V2010

Retour d expérience. Visite de certification V2010 Retour d expérience Visite de certification V2010 www.clinique-lorient.fr PLAN DE L INTERVENTION Organisation de l auto-évaluation Préparation de la visite de certification Programme d action du CLIN répondant

Plus en détail

Gestion des risques en

Gestion des risques en Gestion des risques en Réseau des Praticiens en Hygiène hospitalière du Rhône 12 novembre 2012 endoscopie B Grisi : PH en Hygiene A Boudilmi : Ingénieur Qualité L hôpital nord ouest Villefranche Région

Plus en détail

Audit précautions standard. Rapport national 2011

Audit précautions standard. Rapport national 2011 Audit précautions standard Rapport national 211 Octobre 212 COORDONNATEURS DE L AUDIT GIARD Marine, praticien en hygiène hospitalière, CClin Sud-Est LAPRUGNE-GARCIA Elisabeth, cadre supérieur de santé

Plus en détail

Présentation générale du Programme

Présentation générale du Programme Contexte Le Propias fait suite à Plan stratégique national 2009-2013 de prévention des infections associées aux soins Programme national de prévention des infections nosocomiales 2009-2013 (Propin) Programme

Plus en détail

Visite test de certification V2014 Retour du CHU de Rennes GCS CAPPS Vendredi 12 juin 2015

Visite test de certification V2014 Retour du CHU de Rennes GCS CAPPS Vendredi 12 juin 2015 Visite test de certification V2014 Retour du CHU de Rennes GCS CAPPS Vendredi 12 juin 2015 CENTRE HOSPITALIER UNIVERSITAIRE DE RENNES Le CHU de Rennes Etablissement MCO, SSR, SLD de 1860 lits et places

Plus en détail

Gestion des épidémies en FAM et MAS. 2 ère réunion annuelle FAM/MAS 20 mars 2015

Gestion des épidémies en FAM et MAS. 2 ère réunion annuelle FAM/MAS 20 mars 2015 Gestion des épidémies en FAM et MAS 2 ère réunion annuelle FAM/MAS 20 mars 2015 Rappels En EMS, le risque infectieux est présent, avec cumul des différents aspects de ce risque: Infections communautaires:

Plus en détail

Evaluation des Précautions Complémentaires de type Contact

Evaluation des Précautions Complémentaires de type Contact Evaluation des Précautions Complémentaires de type Contact GUIDE POUR L ORGANISATION DE L ÉVALUATION ET LE RECUEIL DES DONNÉES Novembre 2011 Composition groupe de travail / Etablissements test : CH Germon

Plus en détail

PROJETS CCLIN OUEST 2015

PROJETS CCLIN OUEST 2015 PROJETS CCLIN OUEST 2015 Ebola Audit national en néonatalogie et pédiatrie concernant la pose et ls manipulations de CVC de nutrition parentérale Restructuration des vigilances en région Codir du réseau

Plus en détail

Commission spécialisée Sécurité Patient

Commission spécialisée Sécurité Patient Commission spécialisée Sécurité Patient Constitution d un GT représentatif : Hygiénistes, infectiologues, bactériologistes Recrutement de 2 chargés de mission (bibliographie) Partenariat avec Sociétés

Plus en détail

Prélèvements microbiologiques des endoscopes

Prélèvements microbiologiques des endoscopes Prélèvements microbiologiques des endoscopes 1 Pourquoi? Endoscopes = dispositifs complexes Plusieurs dizaines de pièces assemblées Matériaux divers Canaux >1 m / diamètre ~ 1 mm Reliés par des jonctions

Plus en détail

Qu est ce qu une BMR? Bactérie Multi Résistante aux antibiotiques

Qu est ce qu une BMR? Bactérie Multi Résistante aux antibiotiques Les BMR en EHPAD Hygiène et Prévention du risque infectieux en EHPAD 28 mai 2009 SGRIVi CHRU - Lille Qu est ce qu une BMR? Bactérie Multi Résistante aux antibiotiques Résistante aux antibiotiques Ex: SARM

Plus en détail

La communication engageante dans la campagne de vaccination contre la grippe

La communication engageante dans la campagne de vaccination contre la grippe La communication engageante dans la campagne de vaccination contre la grippe L expérience du Centre Hospitalier de DIEPPE en 2012 Chantal DELESTRE, infirmière de Santé au Travail Centre Hospitalier de

Plus en détail

COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DU CENTRE SAINT-DOMINIQUE. 18, avenue Henry-Dunant 06100 NICE

COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DU CENTRE SAINT-DOMINIQUE. 18, avenue Henry-Dunant 06100 NICE COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DU CENTRE SAINT-DOMINIQUE 18, avenue Henry-Dunant 06100 NICE Octobre 2006 SOMMAIRE COMMENT LIRE LE «COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION»... p.3 PARTIE 1 PRÉSENTATION DE L ÉTABLISSEMENT

Plus en détail

EHPAD» 12 9.1 12 9.2 12 9.3 12 9.4 12 9.5 12 9.6 SFHH

EHPAD» 12 9.1 12 9.2 12 9.3 12 9.4 12 9.5 12 9.6 SFHH CLIN Paris -Nord Antenne Régionale de Lutte contre les Infections Nosocomiales Nord Pas de Calais Docteur Karine BLANCKAERT, Coordonnateur Antenne Régionale Nord-Pas-de-Calais du CCLIN Paris Nord SOMMAIRE

Plus en détail

COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DE L HÔPITAL D ENFANTS. 60 rue Bertin BP 840 97400 SAINT DENIS DE LA RÉUNION

COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DE L HÔPITAL D ENFANTS. 60 rue Bertin BP 840 97400 SAINT DENIS DE LA RÉUNION COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DE L HÔPITAL D ENFANTS 60 rue Bertin BP 840 97400 SAINT DENIS DE LA RÉUNION Octobre 2005 SOMMAIRE COMMENT LIRE LE «COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION»... p.3 PARTIE 1 PRÉSENTATION

Plus en détail

ADDITIF AU RAPPORT DE CERTIFICATION (SUITE À RAPPORT DE SUIVI) CENTRE HOSPITALIER UNIVERSITAIRE DE NÎMES

ADDITIF AU RAPPORT DE CERTIFICATION (SUITE À RAPPORT DE SUIVI) CENTRE HOSPITALIER UNIVERSITAIRE DE NÎMES ADDITIF AU RAPPORT DE CERTIFICATION (SUITE À RAPPORT DE SUIVI) 2 ÈME PROCÉDURE CENTRE HOSPITALIER UNIVERSITAIRE DE NÎMES Place du Professeur Debré 30029 NÎMES CEDEX 9 Mai 2011 PARTIE 1 PRÉSENTATION DE

Plus en détail

COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DU CENTRE HOSPITALIER DE RUMILLY. 23, rue Charles-de-Gaulle 74151 RUMILLY

COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DU CENTRE HOSPITALIER DE RUMILLY. 23, rue Charles-de-Gaulle 74151 RUMILLY COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DU CENTRE HOSPITALIER DE RUMILLY 23, rue Charles-de-Gaulle 74151 RUMILLY FEVRIER 2006 SOMMAIRE COMMENT LIRE LE «COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION»... p.3 PARTIE 1 PRÉSENTATION

Plus en détail

Journées d hygiène et qualité des soins 9 et 10 Décembre 2010

Journées d hygiène et qualité des soins 9 et 10 Décembre 2010 Journées d hygiène et qualité des soins 9 et 10 Décembre 2010 Groupe de travail: Centre Hospitalier Louis Daniel Beauperthuy Centre Hospitalier Maurice Selbonne ARLIN Guadeloupe L enjeu du programme national

Plus en détail

ENQUETE NATIONALE DE PREVALENCE

ENQUETE NATIONALE DE PREVALENCE ENQUETE NATIONALE DE PREVALENCE MODULE REGIONAL PORTAGE DIGESTIF EBLSE ET EPC PROTOCOLE www.rhc-arlin.com 1 CONTEXTE La prévalence de la colonisation digestive à EBLSE pour les patients des établissements

Plus en détail

POLITIQUE DE DÉPISTAGE DES BMR

POLITIQUE DE DÉPISTAGE DES BMR POLITIQUE DE DÉPISTAGE DES BMR CLIN avril 2012 CONTEXTE : ICALIN 2 Nouveaux items pour le calcul du score du bilan des activités de lutte contre les infections nosocomiales dans les établissements de santé

Plus en détail

ET DE RÉADAPTATION FONCTIONNELLE COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DE CENTRE DE RÉÉDUCATION DE HAUTE-PROVENCE L EAU-VIVE. 04250 TURRIERS Juin 2005

ET DE RÉADAPTATION FONCTIONNELLE COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DE CENTRE DE RÉÉDUCATION DE HAUTE-PROVENCE L EAU-VIVE. 04250 TURRIERS Juin 2005 COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DE CENTRE DE RÉÉDUCATION ET DE RÉADAPTATION FONCTIONNELLE DE HAUTE-PROVENCE L EAU-VIVE Le Village 04250 TURRIERS Juin 2005 SOMMAIRE COMMENT LIRE LE «COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION»...p.3

Plus en détail

Quelle politique de dépistage des BMR au sein des établissements de santé?

Quelle politique de dépistage des BMR au sein des établissements de santé? Quelle politique de dépistage des BMR au sein des établissements de santé? Journée Régionale des CLIN et EOH de Haute Normandie Mardi 20 avril 2010 Dr Sophie Boyer Laboratoire de Microbiologie Nouvelles

Plus en détail

BILAN CAMPAGNE STOPRISK. Sylvie Monier CCLIN Sud-Est Septembre 2010

BILAN CAMPAGNE STOPRISK. Sylvie Monier CCLIN Sud-Est Septembre 2010 BILAN CAMPAGNE STOPRISK Sylvie Monier CCLIN Sud-Est Septembre 2010 1 2 3 BILAN CAMPAGNE STOPRISK 4 BILAN CAMPAGNE STOPRISK Nombre d établissements engagés: 245/956 répertoriés Nombre d établissements ayant

Plus en détail

Bilan de la démarche. de certification V 2010. Haute-Normandie

Bilan de la démarche. de certification V 2010. Haute-Normandie Bilan de la démarche de certification V 2010 Haute-Normandie Juin 2013 La certification V 2010 en Haute Normandie Bilan au 1 er juin 2013 Etat d avancement de la démarche Au 1 er juin 2013, 69 établissements

Plus en détail

en structures de soins de suite et de réadaptation et de soins de longue durée

en structures de soins de suite et de réadaptation et de soins de longue durée XVI e Congrès s National de la Société Française aise d Hygid Hygiène Hospitalière Reims, les 02 et 03 juin 2005 Problèmes spécifiques d hygid hygiène en structures de soins de suite et de réadaptation

Plus en détail

Jean-Christophe Richard Véronique Merle CHU de Rouen

Jean-Christophe Richard Véronique Merle CHU de Rouen Gestion d un cas de portage d entérocoque résistant aux glycopeptides (ERG- ERV) Jean-Christophe Richard Véronique Merle CHU de Rouen IXème Journée régionale de Prévention des infections associées aux

Plus en détail

https://webpub.chu-rennes.fr/cclin/apc/

https://webpub.chu-rennes.fr/cclin/apc/ Audit précautions complémentaires https://webpub.chu-rennes.fr/cclin/apc/ Année 2013 I. Connexion... 4 II. Authentification... 5 III. Accès à l application... 6 IV. Fonctionnalités... 8 V. Organisation

Plus en détail

La communication engageante dans la campagne de vaccination contre la grippe

La communication engageante dans la campagne de vaccination contre la grippe La communication engageante dans la campagne de vaccination contre la grippe L expérience du Centre Hospitalier de DIEPPE Chantal DELESTRE, infirmière de Santé au Travail Dr Stéphanie ROCHON EDOUARD, Praticien

Plus en détail

Vous avez dit: armoires??

Vous avez dit: armoires?? Vous avez dit: armoires?? Prononcer : ESET Enceinte de Stockage des Endoscopes Thermosensibles Pr. René LAUGIER Dr. Joseph HAJJAR Recommandations de bonnes pratiques d utilisation des ESET Promoteurs :

Plus en détail

ARLIN Nord-pas de Calais

ARLIN Nord-pas de Calais PLAN DE MAITRISE D UNE EPIDEMIE Date : 07/07/11 Page : 1/15 REDACTION VERIFICATION APPROBATION ARLIN Nord-pas de Calais NOM : Fonction : Visa : NOM : Fonction : Visa : NOM : Fonction Visa : I. OBJET Proposer

Plus en détail

BMR/ BHR en EHPAD Prise en charge des résidents

BMR/ BHR en EHPAD Prise en charge des résidents BMR/ BHR en EHPAD Prise en charge des résidents L. Grolier-Bois - Médecin hygiéniste Centre Hospitalier de Bretagne-Sud (56) Centre Hospitalier de Quimperlé (29) ARLIN BRETAGNE Journée Régionale de Formation

Plus en détail

AUDIT «HYGIENE DES MAINS» Partie I Observance / pertinence

AUDIT «HYGIENE DES MAINS» Partie I Observance / pertinence AUDIT «HYGIENE DES MAINS» Partie I Observance / pertinence RESULTATS NATIONAUX FEVRIER 2011 GROUPE DE TRAVAIL THEMATIQUE ELABORATION DE LA METHODOLOGIE ET DE L OUTIL NATIONAL DU GREPHH Daniel ZARO-GONI...Responsable

Plus en détail

Formations 2014 HYGIENE HOSPITALIERE

Formations 2014 HYGIENE HOSPITALIERE Formations 2014 HYGIENE HOSPITALIERE Nous contacter : Tél. : 09 69 32 22 72 - Fax : 08 20 56 90 05 - E-mail : formation@alpagroupe.fr Contexte : Afin de prévenir le risque infectieux et maîtriser l hygiène

Plus en détail

La mise en place des précautions «contact»

La mise en place des précautions «contact» La mise en place des précautions «contact» Expérience du CRMPR «Les Herbiers» S. Verfaille, MPR, président du CLIN Les précautions «contact» Quand? En complément des précautions «standard» A chaque fois

Plus en détail

Lien entre incidence des bactéries multi-résistantes et précautions d hygiène

Lien entre incidence des bactéries multi-résistantes et précautions d hygiène Lien entre incidence des bactéries multi-résistantes et précautions d hygiène B. Branger, H. Sénéchal, N. Garreau, S. Bataillon, MA. Ertzscheid, F. Coulomb, R. Baron, F. Borgey, N. Van der Mee-Marquet,

Plus en détail

Programme National de Prévention des infections associées aux soins en ES, 2009-2012

Programme National de Prévention des infections associées aux soins en ES, 2009-2012 Programme National de Prévention des infections associées aux soins en ES, 2009-2012 Pr Coordonnateur Groupe de Pilotage du Programme National de Lutte contre les Infections Nosocomiales Séminaire National

Plus en détail

novembre au CH de Laon, le 27 novembre au CRF Saint Lazare et le 28 novembre au CH Pinel), auxquelles 200

novembre au CH de Laon, le 27 novembre au CRF Saint Lazare et le 28 novembre au CH Pinel), auxquelles 200 R é s e a u QUALITE RISQUES P i c a r d i e A c t u a l i t é d u r é s e a u Bienvenue aux nouveaux adhérents Le réseau s est agrandi depuis la dernière newsletter et compte à présent un peu plus de 90

Plus en détail

Document téléchargeable sur notre site Internet. http://www.felin.re COMPLEMENTAIRES

Document téléchargeable sur notre site Internet. http://www.felin.re COMPLEMENTAIRES Document téléchargeable sur notre site Internet http://www.felin.re AUDIT PRECAUTIONS COMPLEMENTAIRES CONNAISSANCE DES PERSONNELS ET OBSERVATION DES MOYENS TECHNIQUES ET ORGANISATIONNELS MIS EN ŒUVRE GUIDE

Plus en détail

SF2H-Lille-2012 AUDIT CONTINU SUR LES PRECAUTIONS COMPLEMENTAIRES ET AMELIORATION DES PRATIQUES

SF2H-Lille-2012 AUDIT CONTINU SUR LES PRECAUTIONS COMPLEMENTAIRES ET AMELIORATION DES PRATIQUES SF2H-Lille-2012 AUDIT CONTINU SUR LES PRECAUTIONS COMPLEMENTAIRES ET AMELIORATION DES PRATIQUES CONTEXTE Contexte Surveillance quotidienne par l EOH des BMR et autres germes nécessitant la mise en place

Plus en détail

Recommandations des experts de la Société de réanimation de langue française, janvier 2002 Prévention de la transmission croisée en réanimation

Recommandations des experts de la Société de réanimation de langue française, janvier 2002 Prévention de la transmission croisée en réanimation Réanimation 2002 ; 11 : 250-6 2002 Éditions scientifiques et médicales Elsevier SAS. Tous droits réservés S1624069302002414/FLA RECOMMANDATIONS Recommandations des experts de la Société de réanimation

Plus en détail

CIRCUIT DU LINGE IFSI 2012

CIRCUIT DU LINGE IFSI 2012 Hôpitaux Universitaires La Pitié-Salpêtrière-Charles Foix CIRCUIT DU LINGE IFSI 2012 Christine KHAVAS, IDE Hygiéniste EOHH Charles FOIX - IFSI Les Règles R professionnelle des infirmier(e)s e)s L article

Plus en détail

POLYCLINIQUE DU COTENTIN

POLYCLINIQUE DU COTENTIN POLYCLINIQUE DU COTENTIN PROGRAMME D ACTIONS POUR LA QUALITE ET LA SECURITE DES SOINS 2013-2014 Sommaire PREAMBULE... 3 Bilan des actions 2011/2012... 4 AXE 1 : Certification de l établissement en octobre

Plus en détail

FICHE ETABLISSEMENT. A remplir par l EOH (praticien ou IDE hygiéniste) Nom de la personne qui remplit le questionnaire :...

FICHE ETABLISSEMENT. A remplir par l EOH (praticien ou IDE hygiéniste) Nom de la personne qui remplit le questionnaire :... Feuille n FICHE ETABLISSEMENT A remplir par l EOH (praticien ou IDE hygiéniste) Nom de la personne qui remplit le questionnaire :... Date : / / Nom de l établissement : CCLIN de rattachement Code établissement

Plus en détail

ROLE ET MISSIONS DU MEDECIN COORDONNATEUR D EHPAD

ROLE ET MISSIONS DU MEDECIN COORDONNATEUR D EHPAD ROLE ET MISSIONS DU MEDECIN COORDONNATEUR D EHPAD F DELAMARRE DAMIER MD MBA PH CH Cholet,et Médecin coordonnateur d EHPAD EHPADS d Aigrefeuille sur Maine et de Boussay 44 1 PLAN 1. Evolution du métier

Plus en détail

Les visites de risques de l assureur : Bilan et perspectives. 23 Mai 2013, Strasbourg

Les visites de risques de l assureur : Bilan et perspectives. 23 Mai 2013, Strasbourg Les visites de risques de l assureur : Bilan et perspectives. 23 Mai 2013, Strasbourg Sommaire Sham en quelques chiffres Les visites d analyse de risques Quel bilan? Perspectives Synthèse Sham en quelques

Plus en détail

10 ème RENCONTRE ANNUELLE DE L OCÉAN INDIEN

10 ème RENCONTRE ANNUELLE DE L OCÉAN INDIEN Prévention de la transmission croisée par voie respiratoire Air ou Gouttelettes 10 ème RENCONTRE ANNUELLE DE L OCÉAN INDIEN Catherine PAYET Antenne Régionale D après un diaporama d Anne BERGER-CARBONNE

Plus en détail

CHRA PR HYG 03 ind 2 ISOLEMENT SEPTIQUE

CHRA PR HYG 03 ind 2 ISOLEMENT SEPTIQUE CHRA PR HYG 03 ind 2 ISOLEMENT SEPTIQUE Date de diffusion : 06/2000 Version : 2 Pages : 5 Rédigée par : M.C. Hum et A. Charvier Vérifiée par : C. Santré Validée par : CLIN Objet : La procédure a pour but

Plus en détail

Gestion d un patient ayant été hospitalisé à l étranger

Gestion d un patient ayant été hospitalisé à l étranger Gestion d un patient ayant été hospitalisé à l étranger Dr Cécile MOURLAN Pharmacien hygieniste ARLIN Languedoc Roussillon Pourquoi se méfier des patients ayant été hospitalisés à l étranger BHRe? Bactérie

Plus en détail

Nouvelles définitions des infections nosocomiales ce qui a changé. Christine ROBERT Montpellier Joseph HAJJAR - Valence

Nouvelles définitions des infections nosocomiales ce qui a changé. Christine ROBERT Montpellier Joseph HAJJAR - Valence Nouvelles définitions des infections nosocomiales ce qui a changé Christine ROBERT Montpellier Joseph HAJJAR - Valence Il y a 35 ans Circulaire du 18 octobre 1973 CLI Pas de définition de l infection nosocomiale

Plus en détail

Travail réalisé à la Résidence St Jean à Laventie (Temps de vie)

Travail réalisé à la Résidence St Jean à Laventie (Temps de vie) Travail réalisé à la Résidence St Jean à Laventie (Temps de vie) Cette évaluation s est réalisée sur le mois d aout 2013. Un groupe de travail a été formé avec le médecin coordonateur, l infirmière coordinatrice,

Plus en détail

INFECTION RESPIRATOIRE AIGUE (IRA) EN EHPAD : LA GRIPPE

INFECTION RESPIRATOIRE AIGUE (IRA) EN EHPAD : LA GRIPPE INFECTION RESPIRATOIRE AIGUE (IRA) EN EHPAD : LA GRIPPE 1 R I S Q U E É P I D É M I Q U E I M P O R TA N T E N S T R U C T U R E D H É B E R G E M E N T Trois parties 1 / l a c h a i n e é p i d é m i

Plus en détail

BMR et personnel soignant

BMR et personnel soignant BMR et personnel soignant Dr. ML. LEPORI Service de Santé au Travail CHU BRABOIS NANCY Rappels On appelle infection nosocomiale ou infection hospitalière toute maladie contractée à l hôpital due à des

Plus en détail

Hôpital performant et soins de qualité. La rencontre des extrêmes estelle

Hôpital performant et soins de qualité. La rencontre des extrêmes estelle Hôpital performant et soins de qualité. La rencontre des extrêmes estelle possible? 18 octobre 2012 Professeur Philippe KOLH CIO, Directeur du Service des Informations Médico-Economiques CHU de LIEGE Plan

Plus en détail

La position et la stratégie française Yannick Le Guen, sousdirecteur, Le 03 avril 2014. Direction générale de l offre de soins - DGOS

La position et la stratégie française Yannick Le Guen, sousdirecteur, Le 03 avril 2014. Direction générale de l offre de soins - DGOS La position et la stratégie française Yannick Le Guen, sousdirecteur, DGOS. Le 03 avril 2014 Session Santé Numérique : quelle est la place de la France en Europe? Etat des lieux et comparatifs La position

Plus en détail

EVALUER LA MAITRISE DU RISQUE INFECTIEUX EN EHPAD

EVALUER LA MAITRISE DU RISQUE INFECTIEUX EN EHPAD EVALUER LA MAITRISE DU RISQUE INFECTIEUX EN EHPAD Dr. Nathalie MAUBOURGUET Lundi 24 novembre 2008 Ministère de la Santé, Salle Laroque Séminaire National sur l Organisation de la Prévention des Infections

Plus en détail

INFECTIONS NOSOCOMIALES

INFECTIONS NOSOCOMIALES INFECTIONS NOSOCOMIALES I - Définitions La définition générale d une infection nososcomiale est la suivante : infection contractée au cours d un séjour dans un établissement de soins. Un délai de 48h au

Plus en détail

Les Infections Associées aux Soins

Les Infections Associées aux Soins Les Infections Associées aux Soins Dr Catherine Sartor EOH Conception Assistance Publique Hôpitaux de Marseille Ecole IFSI, Marseille, 12 septembre 2014 Définitions 2007 Infection Nosocomiale (IN) 1999

Plus en détail

Gestion d une épidémie de KPC : retour d expérience : investigation et gestion de crise

Gestion d une épidémie de KPC : retour d expérience : investigation et gestion de crise Gestion d une épidémie de KPC : retour d expérience : investigation et gestion de crise Dr G. ANTONIOTTI Direction des Risques Coordonnateur Risques Infectieux Générale de Santé, Paris Atelier A5 Société

Plus en détail

Compte Qualité. Maquette V1 commentée

Compte Qualité. Maquette V1 commentée Compte Qualité Maquette V1 commentée Élaborée suite à l expérimentation conduite par la Haute Autorité de santé au second semestre 2013 auprès de 60 établissements testeurs. Direction de l Amélioration

Plus en détail

H2012 : Cahier des charges

H2012 : Cahier des charges H2012 : Cahier des charges Présentation COPIL régional 28/10/2010 ES 1 Rappel de la démarche ES 1 ES 3 Cartographie du SI ES 37 Définition du contexte de mise en œuvre dans chaque ES ES 1 ES 1 ES 3 ES

Plus en détail

RAPPORT DE CERTIFICATION L HOPITAL LOCAL DEPARTEMENTAL DE REIGNIER. 411 Grande Rue 74930 REIGNIER

RAPPORT DE CERTIFICATION L HOPITAL LOCAL DEPARTEMENTAL DE REIGNIER. 411 Grande Rue 74930 REIGNIER RAPPORT DE CERTIFICATION L HOPITAL LOCAL DEPARTEMENTAL DE REIGNIER 411 Grande Rue 74930 REIGNIER Mars 2010 PRÉSENTATION DE L ÉTABLISSEMENT...4 PARTIE 1 DÉMARCHE QUALITÉ ET CERTIFICATION 5 I Historique

Plus en détail

POLITIQUE D AMELIORATION DE LA QUALITE ET DE LA GESTION DES RISQUES 2013-2017. Document validé le. Visa : Visa :

POLITIQUE D AMELIORATION DE LA QUALITE ET DE LA GESTION DES RISQUES 2013-2017. Document validé le. Visa : Visa : POLITIQUE D AMELIORATION DE LA QUALITE ET DE LA GESTION DES RISQUES 2013-2017 Document validé le Nom : M. GROHEUX Nom : M. MATHIEU Fonction : Directeur Fonction : Président de la CME Visa : Visa : Page

Plus en détail

4ème enquête sur la prescription des Antibiotiques SPA 2012 ou SPA-4

4ème enquête sur la prescription des Antibiotiques SPA 2012 ou SPA-4 4ème enquête sur la prescription des Antibiotiques SPA 2012 ou SPA-4 A l'occasion de la Journée Européenne sur les Antibiotiques (European Awareness Day) du 18 novembre 2012, et pour la quatrième année

Plus en détail

Assises professionnelles de l infectiologie

Assises professionnelles de l infectiologie Valoriser l infectiologie transversale par l amélioration de la qualité Arnaud Pouillart Hôpitaux pédiatriques de Nice CHU-Lenval 1 Champ de l étude Activités transversales : Expertise, activité intellectuelle

Plus en détail

POURQUOI L HYGIENE HYGIENE = PROPRETE HYGIENE = PREVENTION DES INFECTIONS COMMUNAUTAIRES ET DES INFECTIONS ASSOCIEES AUX SOINS

POURQUOI L HYGIENE HYGIENE = PROPRETE HYGIENE = PREVENTION DES INFECTIONS COMMUNAUTAIRES ET DES INFECTIONS ASSOCIEES AUX SOINS Prise en charge d un «résident septique» en Etablissements Médico Sociaux PRÉVENTION DES RISQUES INFECTIEUX EN ETABLISSEMENTS MÉDICO SOCIAUX INFECTIONS NOSOCOMIALES ET COMMUNAUTAIRES ASSOCIÉES AUX SOINS

Plus en détail

10 questions sur les BHRe Tout ce que les recommandations du HCSP ne vous disent pas

10 questions sur les BHRe Tout ce que les recommandations du HCSP ne vous disent pas 10 questions sur les BHRe Tout ce que les recommandations du HCSP ne vous disent pas Olivier Baud ARlin Auvergne EOHH CHU Clermont Ferrand Méthode Relecture des recommandations Recherche des questions

Plus en détail

RAPPORT DE CERTIFICATION DE LA POLYCLINIQUE DE LA RÉGION MANTAISE. 23, boulevard Victor-Duhamel 78200 MANTES-LA-JOLIE

RAPPORT DE CERTIFICATION DE LA POLYCLINIQUE DE LA RÉGION MANTAISE. 23, boulevard Victor-Duhamel 78200 MANTES-LA-JOLIE RPPORT DE CERTIFICTION DE L POLYCLINIQUE DE L RÉGION MNTISE 23, boulevard Victor-Duhamel 78200 MNTES-L-JOLIE Février 2007 S O M M I R E PRÉSENTTION DE L ÉTBLISSEMENT p. 5 Chapitre IV Évaluations et dynamiques

Plus en détail

PSDP et usage des pénicillines - ESAC

PSDP et usage des pénicillines - ESAC Plan National d alerte sur les Antibiotiques 2011/2016 Déclinaison régionale Pr Pierre DELLAMONICA CHU de Nice ARS 29/11/12 1 Plans précédents 2001/2005 et 2007/2010 «Menace de santé publique majeure»

Plus en détail

Sécurisation du circuit des médicaments et des dispositifs médicaux. Au Centre hospitalier de Valenciennes

Sécurisation du circuit des médicaments et des dispositifs médicaux. Au Centre hospitalier de Valenciennes Sécurisation du circuit des médicaments et des dispositifs médicaux Au Centre hospitalier de Valenciennes 1 Le centre hospitalier de Valenciennes MCO Psychiatrie SSR Soins de longue durée Maison de retraite

Plus en détail

«Quoi de neuf en Hygiène»

«Quoi de neuf en Hygiène» «Quoi de neuf en Hygiène» 1 Logo CCLIN 2 Nouvelle version Juin 2010 3 http://cclin-sudest.chu-lyon.fr/antennes/auvergne/activites/activites.html 4 http://cclin-sudest.chu-lyon.fr/antennes/auvergne/activites/activites.html

Plus en détail

COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DE L HÔPITAL DE MOZE. 1, rue du Docteur-Tourasse 07320 SAINT-AGRÈVE

COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DE L HÔPITAL DE MOZE. 1, rue du Docteur-Tourasse 07320 SAINT-AGRÈVE COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DE L HÔPITAL DE MOZE 1, rue du Docteur-Tourasse 07320 SAINT-AGRÈVE Février 2007 SOMMAIRE COMMENT LIRE LE «COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION»... p.3 PARTIE 1 PRÉSENTATION DE L

Plus en détail

COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DU CENTRE ALMA SANTE

COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DU CENTRE ALMA SANTE COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DU CENTRE ALMA SANTE Chemin de l Étrat BP 57 42210 MONTROND-LES-BAINS Février 2004 Agence nationale d accréditation et d évaluation en santé SOMMAIRE COMMENT LIRE LE «COMPTE-RENDU

Plus en détail

Enquêtes de Satisfaction Patients I-Satis et Enquête AP-HPen Ligne

Enquêtes de Satisfaction Patients I-Satis et Enquête AP-HPen Ligne Enquêtes de Satisfaction Patients I-Satis et Enquête AP-HPen Ligne CME 13/01/15 D.P.U.A Qualité de vie à l hôpital I. I-Satis : Enquête de satisfaction réglementaire auprès des patients hospitalisés en

Plus en détail

AUDIT ISO SUR CESARIENNE CH MACON

AUDIT ISO SUR CESARIENNE CH MACON AUDIT ISO SUR CESARIENNE CH MACON JOURNEE DU «RESEAU MATER» Jeudi 18 novembre 2010 C. Brunet M.P. Veuillet Sage-femme cadre I.D.E. hygiéniste PRESENTATION DU SERVICE MATERNITE CH MACON niveau 2B PERSONNELS

Plus en détail

Mise en ligne 19 08 2010

Mise en ligne 19 08 2010 Mise en ligne 19 08 2010 Contexte Problématique du rapatriement en France de patients, porteurs de BMR Difficultés : patients asymptomatiques Patients atteints d infections urinaires ou cutanées à BMR

Plus en détail

Contexte de l étude réalisée sur 10 semaines

Contexte de l étude réalisée sur 10 semaines Réalisation d un examen cytobactériologique des urines dans le service des maladies infectieuses et tropicales du CHU de Rouen : vers un résultat fiable à 100% A. Deperrois-Lefebvre, A. Le Gouas, F. Boissaud,

Plus en détail

MANUEL QUALITE DE LA PRISE EN CHARGE MEDICAMENTEUSE. Etablissement

MANUEL QUALITE DE LA PRISE EN CHARGE MEDICAMENTEUSE. Etablissement MANUEL QUALITE DE LA PRISE EN CHARGE MEDICAMENTEUSE Etablissement Rédacteurs Manuel qualité de la prise en charge médicamenteuse Référence : Validation du contenu Approbation de la forme Autorisation de

Plus en détail

ADDITIF AU RAPPORT DE SUIVI CLINIQUE DU PARC LYON. 86, boulevard des Belges 69006 LYON NOVEMBRE 2007

ADDITIF AU RAPPORT DE SUIVI CLINIQUE DU PARC LYON. 86, boulevard des Belges 69006 LYON NOVEMBRE 2007 ADDITIF AU RAPPORT DE SUIVI 2 ÈME PROCÉDURE CLINIQUE DU PARC LYON 86, boulevard des Belges 69006 LYON NOVEMBRE 2007 ACC01_F042_A Page 1 sur 11 PARTIE 1 PRÉSENTATION DE L ÉTABLISSEMENT Nom de l établissement

Plus en détail

Conduite à tenir en cas de grippe A (H1N1)

Conduite à tenir en cas de grippe A (H1N1) Établissements d hébergement pour personnes handicapées Conduite à tenir en cas de grippe A (H1N1) La grippe est une infection respiratoire aiguë très contagieuse et les mesures à mettre en œuvre s inscrivent

Plus en détail

Chapitre VI : Gestion des risques épidémiques

Chapitre VI : Gestion des risques épidémiques Chapitre VI : Fiche n VI.1 : Gale Fiche n VI.2 : Tubeculose pulmonaire (accessible dans la prochaine version) Fiche n VI.3 : Gastro-entérite Fiche n VI.4 : Infection respiratoire aigüe basse Sommaire Sommaire

Plus en détail

Prions. Joseph Hajjar Valence

Prions. Joseph Hajjar Valence Prions Joseph Hajjar Valence Quelles actualités sur la transmission en particulier sanguine? Quels risques liés à la manipulation d instruments souillés? Rappels Agents Transmissibles Non Conventionnels

Plus en détail

PRISE EN CHARGE D'UN PATIENT ATTEINT OU SUSPECT DE CLOSTRIDIUM DIFFICILE

PRISE EN CHARGE D'UN PATIENT ATTEINT OU SUSPECT DE CLOSTRIDIUM DIFFICILE PRISE EN CHARGE D'UN PATIENT ATTEINT OU SUSPECT DE CLOSTRIDIUM DIFFICILE PG SPI SUR 014 v1 2011 1/5 OBJET Conduite à tenir dans le cadre de l'arrivée d'un patient atteint ou suspect de portage de Clostridium

Plus en détail

Sécurisation de la prise en charge médicamenteuse (PECM) des patients. Retour d expérience CHU de Nîmes

Sécurisation de la prise en charge médicamenteuse (PECM) des patients. Retour d expérience CHU de Nîmes Sécurisation de la prise en charge médicamenteuse (PECM) des patients Retour d expérience CHU de Nîmes CAREMEAU - MCO 853 lits - SSR 182 lits - Psy 110 lits SERRE CAVALIER - SLD, EHPAD 500 lits 1845 lits

Plus en détail

Le contrat de bon usage des médicaments, produits et prestations

Le contrat de bon usage des médicaments, produits et prestations Le contrat de bon usage des médicaments, produits et prestations 1 ASPECTS RÉGLEMENTAIRES ET IMPACTS Elise Remy Pharmacien coordonnateur Aspects réglementaires 2 S inscrit dans la réforme de la T2A, accès

Plus en détail

INFECTIONS NOSOCOMIALES ET HYGIENE HOSPITALIERE

INFECTIONS NOSOCOMIALES ET HYGIENE HOSPITALIERE Diplô me inter- universitaire INFECTIONS NOSOCOMIALES ET HYGIENE HOSPITALIERE Coordination : G. BRUCKER - Paris VI B. REGNIER - Paris VII J.C. DARBORD - Paris V Objectifs et public concerné Former les

Plus en détail

Mise en place du contrôle du bon usage des carbapénèmes: expérience d une équipe pluridisciplinaire

Mise en place du contrôle du bon usage des carbapénèmes: expérience d une équipe pluridisciplinaire Mise en place du contrôle du bon usage des carbapénèmes: expérience d une équipe pluridisciplinaire Murielle Galas, Gaëlle Dunoyer, Claude Olive, Rafaëlle Théodose, François Lengellé, Patrick Hochedez,

Plus en détail

Enceintes de stockage d endoscopes thermosensibles -ESET. Joseph HAJJAR (Valence)

Enceintes de stockage d endoscopes thermosensibles -ESET. Joseph HAJJAR (Valence) Enceintes de stockage d endoscopes thermosensibles -ESET Joseph HAJJAR (Valence) Rappels Risque infectieux estimé à partir de cas publiés 1 infection / 1,8 millions de procédures (endoscopie digestive)

Plus en détail

Retour d expérience sur le partage d une personne ressource en qualité et gestion des risques

Retour d expérience sur le partage d une personne ressource en qualité et gestion des risques Retour d expérience sur le partage d une personne ressource en qualité et gestion des risques Mme S. El Bakri Centre Marie Curie / CH Montélimar Dr B. Fleury Centre Marie Curie / CH Montélimar Réunion

Plus en détail

Étape 1: Rassembler le matériel avant d'entrer dans la chambre du patient. Étape 1a: Rassembler le matériel pour réaliser les écouvillonnages oraux

Étape 1: Rassembler le matériel avant d'entrer dans la chambre du patient. Étape 1a: Rassembler le matériel pour réaliser les écouvillonnages oraux Situation sur le terrain Comment procéder sans risque à des écouvillonnages oraux (prélèvements de salive) chez des patients décédés, que l on suspecte d être infectés par le virus Ebola Étape 1: Rassembler

Plus en détail