Instaurer un changement positif et important

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Instaurer un changement positif et important"

Transcription

1 LES PREMIÈRES NATIONS ET L EXPLOITATION DES RESSOURCES NATURELLES Instaurer un PREMIÈRE ÉTAPE : Trouver les moyens grâce auxquels les Premières Nations pourront profiter pleinement des avantages de l exploitation des ressources naturelles Rapport du Groupe de travail sur l exploitation des ressources naturelles Février 2015

2

3 Une possibilité sans précédent s offre à tous les Canadiens, à l industrie et aux gouvernements de collaborer avec les Premières Nations d une manière qui favorise véritablement la croissance économique et permet l intégration d approches responsables sur le plan social dans l exploitation des ressources naturelles. Il n est pas nécessaire de chercher bien loin pour trouver des exemples de la bonne voie qu empruntent les entreprises et les Premières Nations. Chacun d entre nous a un rôle à jouer, et le premier pas consiste à engager le dialogue. Il est extrêmement de prendre des mesures pour assurer une réussite durable et meilleure. Il est temps d agir et les possibilités sont immenses. Groupe de travail sur l exploitation des ressources naturelles

4 Remerciements Les membres du Groupe de travail sur le développement des ressources naturelles sont indépendants et bénévoles et ils sont nommés par l Assemblée des Premières Nations (APN) et Affaires autochtones et Développement du Nord Canada (AADNC). Le gouvernement du Canada a financé le processus tandis que l APN et AADNC ont fourni les services de secrétariat. En tant que membres du Groupe de travail, nous sommes reconnaissants d avoir eu la chance de prendre part à cette initiative e. Nous aimerions remercier les personnes, les dirigeants et les experts qui ont pris le temps de participer et de fournir un apport précieux pendant les étapes de collecte de renseignements et de discussion de notre travail. Nous osons espérer que le contenu du présent rapport représente fidèlement les idées de ces personnes et l esprit de nos séances et qu il servira de fondement à un dialogue national qui favorise un concret et pour l ensemble des Premières Nations en ce qui concerne l exploitation des ressources naturelles au Canada.

5 Table des matières Contexte 4 Les Premières Nations et l exploitation des ressources naturelles 4 Mandat et approche du Groupe de travail 5 Membres du groupe de travail 6 Sommaire 8 Aperçu de nos observations et de nos recommandations 10 Premier thème : Gouvernance Établir une approche inclusive, responsable et fondée sur des principes 15 «S engager tôt, s engager souvent» 16 Communiquer et mettre en place une vision de l exploitation des ressources naturelles 16 Améliorer la littératie financière chez les Premières Nations 17 Développer des modèles de gouvernance 17 Comprendre les Premières Nations et travailler avec elles 19 Échanges entre l industrie et les entreprises des Premières Nations 20 Deuxième thème : Environnement Maintenir une approche équilibrée 21 Participation aux processus préréglementaires et réglementaires 22 Répercussions et effets 24 Capacités de renseignements 24 Troisième thème : Prospérité Création d un avenir durable 27 Nouvelle relation fiscale : Partage des revenus 28 Leadership de l industrie 29 Stratégies d embauche 30 Approvisionnement et partenariats d affaires 32 Quatrième thème : Finances Établissement de voies stratégiques 35 Examen d autres structures financières et options 36 Investissement dans la prospérité partagée 37 Développer les marchés et les relations à l échelle internationale 38 Conclusion : Aller de l avant Faire progresser les s concrets et ayant une incidence 40 Notes de fin 43 Références photographiques 44 Page 3

6 Contexte Les Premières Nations et l exploitation des ressources naturelles L exploitation des ressources naturelles est un élément essentiel au maintien de la prospérité économique du Canada. L industrie contribue au maintien de 1,8 million d emplois directs et indirects 1. Entre 2008 et 2012, les gouvernements ont perçu chaque année des recettes totalisant approximativement 30 milliards de dollars des secteurs des ressources naturelles 2. Les possibilités ne cessent de voir le jour et de se multiplier dans l industrie. Les investissements dans l industrie des ressources naturelles du Canada pourraient s élever, selon les estimations, à 675 milliards de dollars au cours de la prochaine décennie 3. Pour cette raison, la contribution de nombreux travailleurs qualifiés et non qualifiés sera nécessaire. Les retombées économiques de l industrie pourraient également amener une prospérité économique e pour tous les Canadiens. Un certain nombre de Premières Nations, de leurs membres et de leurs entreprises profitent à l heure actuelle des avantages que présente l exploitation des ressources. En 2012, l industrie de l exploitation des ressources naturelles était celle qui employait le plus d Autochtones dans le secteur privé au Canada, à hauteur de 8,3 % de sa main-d œuvre 4. Les ententes sur les répercussions et les avantages conclues dans le cadre de projets d exploitation des ressources permettent également à certaines collectivités d accroître leur participation dans des domaines autres que l emploi, notamment ceux de l approvisionnement, de la formation, de l infrastructure communautaire, du partage des recettes et des activités de cogestion. Ces pratiques, et de nombreuses autres, peuvent être partagées, adaptées et utilisées par les autres Premières Nations pour faire progresser leurs propres plans et objectifs. Comme pour n importe quel autre projet, les projets d exploitation des ressources n offrent aucune garantie de succès instantané. Les risques peuvent être élevés et les s soudains du marché, comme l ont démontré récemment les marchés mondiaux du pétrole et du gaz, peuvent entraîner une diminution des recettes et de l emploi. Même dans le cas d entreprises fructueuses, les avantages pour la collectivité peuvent prendre des années à se concrétiser et lorsque c est le cas, ils ne sont pas toujours répartis également au sein d une collectivité. Et, bien sûr, les collectivités ne sont pas toutes situées à des endroits où il est possible de réaliser de grands projets, ce qui leur enlève toute possibilité directe d exploitation des ressources. Ces facteurs doivent également être pris en considération par les Premières Nations. Page 4

7 En dernier lieu, le concept de prospérité pour de nombreuses collectivités des Premières Nations dépasse largement la rémunération pour le travail accompli, l achat de produits ou le partage des redevances. L adoption d une perspective plus large et à plus long terme est nécessaire à la prospérité, et dans cette optique, les décisions, les efforts et les investissements respectivement pris, consentis et réalisés aujourd hui permettront de renforcer les capacités et l infrastructure qui profiteront aux prochaines générations et contribueront encore davantage à la prospérité dans l avenir. Cette approche durable de développement tient compte également du fait qu un maintien de l équilibre est nécessaire entre les répercussions des décisions prises aujourd hui et les besoins futurs des collectivités. Mandat et approche du Groupe de travail Le Groupe de travail sur l exploitation des ressources naturelles a été constitué en décembre 2013 pour déterminer de quelle façon les membres et les collectivités des Premières Nations pourraient participer à des projets d exploitation des ressources naturelles au Canada et profiter de tous les avantages qui en découlent. En tant que groupe indépendant et bénévole, nous avions toute la latitude nécessaire pour sélectionner certains domaines d étude dans les limites de ces paramètres généraux. Afin d accomplir notre travail, nous nous sommes réunis à plusieurs reprises pour discuter du mandat et examiner des études clés récentes sur les Premières Nations et l exploitation des ressources. À la lumière des renseignements obtenus à l étape de collecte, nous avons décidé d examiner quatre thèmes, à savoir la gouvernance, la prospérité, l environnement et les finances. En novembre 2014, nous avons tenu des séances de travail à Toronto et à Edmonton pour approfondir les différents thèmes avec les chefs d entreprises et les dirigeants des Premières Nations qui participent directement à l exploitation des ressources. Les séances visaient à favoriser chez tous les participants une entière collaboration et une franche discussion sur toutes les mesures et les idées es. 5 Les renseignements recueillis et la recherche effectuée en vue des séances, les discussions menées depuis celles-ci et l apport des participants constituent l assise du présent rapport. Page 5

8 Membres du groupe de travail Le chef régional Cameron Alexis (coprésident) a été élu chef régional de l APN de l Alberta en février À l époque, il effectuait son deuxième mandat en qualité de chef de la Nation sioux des Nakota d Alexis. Avant d être élu chef de sa communauté, il a été élu en vue de l exécution d un mandat de grand chef du Traité n o 6 et il a travaillé en étroite collaboration avec les autres grands chefs élus afin de représenter les signataires des Traités n os 7 et 8 en Alberta, en Colombie-Britannique et en Saskatchewan. Le chef régional Alexis a été, pendant 23 ans, membre de la Gendarmerie royale du Canada en Alberta, en Colombie-Britannique et en Saskatchewan. M. Douglas Turnbull, ICD.D, (coprésident) est un ancien vice-président de TD Securities Inc. Il a conseillé les gouvernements, des sociétés d État et diverses sociétés sur la gestion de la dette, les fusions et les acquisitions et les projets d infrastructure. Au cours des 36 dernières années, il a vécu et travaillé à Toronto, New York et Tokyo et il a prononcé des allocutions publiques sur diverses questions liées aux services bancaires d investissement, à la gestion de la dette, à l infrastructure et aux finances. Il est le président fondateur du conseil d administration de Toronto Financial Services Alliance et le président de la George Brown College Foundation. Il a également été membre du conseil d administration de Metrolinx (une société de transport en commun du gouvernement de l Ontario) et d ORBIS Canada. M. Turnbull est aussi membre du conseil de l Office ontarien de financement, membre du conseil consultatif de la durabilité pour le conseil d administration de l Association canadienne de l électricité et ancien membre du groupe consultatif du ministre des Finances de l Ontario. M. Richard Nerysoo a été député, pendant de nombreuses années, de l Assemblée législative des Territoires du Nord- Ouest. En 1979, il a été le plus jeune député élu. En 1983, il est devenu le premier Autochtone à occuper les fonctions de premier ministre des T.N.-O. en même temps que le plus jeune titulaire du poste. En 1989, il est devenu le premier président autochtone de l Assemblée législative. Dans le cadre de son poste, M. Nerysoo a joué un rôle de premier plan et il s est ainsi assuré que les droits des Autochtones soient pris en compte lors du rapatriement, par les gouvernements provinciaux et fédéral, de la Constitution canadienne. M. Nerysoo a également présidé le Conseil tribal des Gwich in et s est vu confier la responsabilité de superviser et de mettre en œuvre l entente historique sur la revendication territoriale des Gwich in. En 2001, il a aussi remporté le Prix national d excellence décerné aux Autochtones, dans la catégorie des services publics. M. Patrick McGuinness a occupé des postes supérieurs, notamment ceux de directeur financier et de présidentdirecteur général, pour diverses sociétés (construction, transformation des aliments, plastiques, transports et distribution, logiciels financiers). Il a contribué à la croissance de Dowland qui est ainsi devenue une société à part entière de services de construction, collaborant à cet égard avec tous les ordres de gouvernement, ainsi qu avec des clients autochtones et privés, dans tout l Arctique nord-américain. Actuellement, M. McGuinness travaille chez WeWi Telecommunications Inc., une entreprise canadienne qui offre des solutions technologiques abordables à des collectivités éloignées et en développement, en faisant appel à l énergie solaire, à Internet et à l informatique. Le chef régional Roger Augustine (coprésident) représente le Nouveau-Brunswick et l Île-du-Prince-Édouard. Il a participé à la politique, au développement économique et à l intendance de l environnement pendant plus de 30 ans. Micmac du Nouveau-Brunswick, M. Augustine a été le chef de la Première Nation Eel Ground de 1980 à Il a été président du conseil d administration du Centre autochtone des ressources environnementales (CARE). Parmi ses nombreuses réalisations, mentionnons son rôle de cofondateur du Congrès des chefs des Premières Nations de l Atlantique et la négociation d un partenariat de 90 millions de dollars entre huit collectivités des Premières Nations du Nouveau-Brunswick et une entreprise de bois des États-Unis. Page 6

9 Nous devons nous préparer maintenant pour faire en sorte que toutes les opportunités et tous les bénéfices de l exploitation des ressources naturelles soient pleinement partagés entre les Premières Nations et tous les Canadiens. Groupe de travail sur l exploitation des ressources naturelles Page 7

10 Sommaire Le Canada est arrivé à un moment charnière de son histoire, du point de vue de l évolution du rôle des Premières Nations dans le façonnement de son avenir et de la place e que l exploitation des ressources naturelles occupe dans l économie du pays. Les investissements dans l industrie des ressources naturelles pourraient s élever, selon les estimations, à 675 milliards de dollars au cours de la prochaine décennie 6. Les possibilités étant de plus en plus nombreuses dans l industrie, le Canada et les Premières Nations doivent disposer de travailleurs qualifiés et non qualifiés et d entreprises de soutien connexes. L industrie de l exploitation des ressources naturelles est déjà celle qui emploie le plus d Autochtones dans tout le secteur privé au Canada. Le temps est maintenant venu de faire en sorte que les Premières Nations et les Canadiens profitent pleinement de tous les avantages et débouchés que présente l exploitation des ressources naturelles. Malgré les difficultés, de nombreuses Premières Nations ont déjà trouvé des façons novatrices de saisir des possibilités que présente l exploitation des ressources naturelles et d en tirer parti. Ces collectivités interviennent dans le marché du travail, l approvisionnement, la formation, l infrastructure communautaire, le partage des recettes, la cogestion et d autres formes de participation et de surveillance. Toutes les Premières Nations ont une occasion unique d investir de façon encore plus considérable et durable dans des projets d exploitation des ressources naturelles, auxquels elles peuvent s associer ou en être les titulaires. En tant que membres du Groupe de travail, nous avions la chance unique d examiner avec les Premières Nations et les spécialistes de l industrie un grand nombre de sujets complexes et de grande portée concernant la participation des Premières Nations à l exploitation des ressources naturelles au Canada. Le présent rapport témoigne de notre collaboration sur quatre thèmes principaux, à savoir la gouvernance, la prospérité, l environnement et les finances. Il comprend nos observations sur les mesures et les activités es que des sociétés, des gouvernements ainsi que des collectivités et des entreprises des Premières Nations ont entreprises pour veiller à une participation fructueuse et avantageuse des Premières Nations dans l exploitation des ressources. Il reflète également les recommandations que nous avons formulées pour favoriser un et pratique dans l immédiat et à plus long terme. Nos séances de collecte de renseignements et de travail se sont révélées une étape nécessaire au lancement de discussions et de mesures ciblées dans des domaines clés et réalisables. Ensemble, nos observations et nos recommandations constituent l assise des discussions et des mesures à venir. Le leadership peut être assuré par des sources multiples. À compter de maintenant, ces discussions doivent être menées à l échelle nationale avec un groupe plus élargi devant inclure les Premières Nations, tous les ordres du gouvernement, l industrie et les organisations non gouvernementales. Pour donner suite au travail que nous avons amorcé, nous recommandons la tenue de séances de travail et de tables rondes supplémentaires dans le cadre desquelles un temps suffisant sera accordé à l examen plus poussé de nos observations et de nos recommandations. Il est urgent de poursuivre notre travail avec la participation et l engagement entiers de tous les ordres de gouvernement et des Premières Nations du Canada. Plus particulièrement, nous recommandons instamment que la prochaine table ronde se concentre exclusivement sur le partage des recettes provenant de l exploitation des ressources, une question urgente pour notre pays et pour l ensemble des Premières Nations. Le gouvernement fédéral peut faciliter ce dialogue en convoquant, en partenariat avec les Premières Nations, une assemblée nationale de toutes les provinces, appuyée par des experts techniques. Page 8

11 Dans l immédiat, nous recommandons également qu un centre de ressources indépendant soit mis en place afin de fournir un accès rapide à une information concrète et technique ainsi qu à des services consultatifs devant permettre aux gouvernements, aux entreprises et aux membres des Premières Nations de participer dans une plus grande mesure à tous les aspects de l exploitation des ressources naturelles. L information recueillie et partagée, notamment au sein des Premières Nations, aidera à améliorer la compréhension, la planification et la prise de décision. Les types de renseignements et les modes de consultation partagés porteront sur la gouvernance, les capacités, les pratiques exemplaires, les compétences, le partage des connaissances, les marchés, les finances, l environnement et la géologie. Les gouvernements fédéral et provinciaux/ territoriaux peuvent jouer un rôle actif afin de contribuer à l établissement d un tel centre de ressources en collaboration avec les Premières Nations. Cette initiative bénéficierait également de l expertise et du savoir-faire de l industrie et du secteur non gouvernemental. Plus que jamais, les relations avec les marchés internationaux et les entreprises/investisseurs sont la clé de la prospérité économique du Canada et des Premières Nations. À cette fin, nous recommandons également qu une assemblée internationale soit organisée au cours des douze prochains mois afin d examiner et d élargir la participation directe des Premières Nations dans les domaines de l exploitation des ressources, des relations commerciales, des partenariats d affaires et de l accès aux marchés étrangers. Pour terminer, une modification fondamentale des méthodes de travail au Canada s impose si nous voulons ne pas rater l occasion qui nous est offerte de faire participer et d intégrer les Premières Nations. L appui et la mise en œuvre de ce de paradigme doivent outrepasser la présentation du présent rapport au chef national de l APN et au ministre des Affaires autochtones et du développement du Nord canadien. Ce nécessite une attention et une intervention immédiates et soutenues des ordres de gouvernement, de l industrie et des Premières Nations. Page 9

12 Aperçu de nos observations et de nos recommandations Recommandations pour ACTION IMMÉDIATE Le dialogue doit se poursuivre L idée de nouvelles relations financières doit être explorée Rendre accessibles les connaissances et les renseignements techniques Les relations internationales doivent être approfondies Engager un dialogue national plus approfondi qui prendra la forme d une table ronde (ou d une série de tables rondes) réunissant les Premières Nations, le gouvernement du Canada, les provinces, les territoires, l industrie et les organismes non gouvernementaux Faire progresser les discussions sur les quatre thèmes principaux mentionnés dans le présent rapport en vue de formuler des recommandations pratiques concernant les mesures à prendre, incluant la préparation d une feuille de route qui aidera les Premières Nations à participer de façon efficace à l exploitation des ressources naturelles au Canada. Tenir une discussion nationale sur le partage des recettes de l exploitation des ressources comme outil par excellence pour éliminer les disparités socioéconomiques Établir un dialogue national entre les dirigeants et les ordres appropriés du gouvernement, avec la participation du personnel technique, afin d élaborer une approche pour le partage des recettes de l exploitation des ressources. Mettre en place une ressource centrale pouvant fournir des connaissances et de l information afin de soutenir et d habiliter les Premières Nations Mettre en place une ressource centrale partagée afin de fournir un accès rapide à des renseignements concrets et techniques ainsi qu à des services consultatifs devant permettre aux gouvernements, aux entreprises et aux membres des Premières nations de participer dans une plus grande mesure à tous les aspects de l exploitation des ressources naturelles. Organiser un forum international pour mettre en valeur les partenariats commerciaux et internationaux avec les Premières Nations Organiser un forum international afin d examiner, de promouvoir, d encourager et d élargir la participation des Premières Nations dans les domaines de l exploitation des ressources, de relations commerciales, des partenariats d affaires et de l accès aux marchés étrangers. Observations et recommandations pour APPROFONDIR LE DIALOGUE Gouvernance : Établir une approche inclusive, responsable et fondée sur des principes «Une concertation précoce et fréquente» est toujours valable dans le cadre d un plan stratégique à long terme qui est judicieux sur le plan administratif Créer et mettre en commun un modèle d étapes cruciales relatives à l engagement que les autres pourraient utiliser ou adapter dans le cadre de leurs projets. De façon proactive, communiquer et mettre en place une vision de l exploitation des ressources naturelles qui favorise l atteinte de résultats positifs à long terme Les Premières Nations doivent être prêtes à élaborer, communiquer et mettre en œuvre la vision, le plan stratégique ou la feuille de route de leurs collectivités concernant l exploitation des ressources. Améliorer la littératie financière chez les populations et les professionnels des Premières Nations afin de favoriser une participation plus grande à l élaboration de la vision de la Page 10

13 collectivité concernant l exploitation des ressources naturelles, et développer des modèles pour assurer le suivi de la prospérité et de la présentation de rapports à ce sujet. Élaborer des modèles de gouvernance pour dissiper les incertitudes Les Premières Nations doivent examiner et mettre sur pied des modèles de gouvernance au sein desquels les rôles et les responsabilités de leurs établissements et sociétés d affaires sont bien définis, durables, responsables et prévisibles, dans le cadre du développement à long terme de la collectivité. Le fait de comprendre les Premières Nations et de travailler avec elles améliorera les relations Accroître la sensibilisation, promouvoir les occasions d échange d information et établir des processus de participation à l intention des multinationales au sujet des principales étapes à suivre pour établir des relations positives avec les Premières Nations. Le fait d accroître les échanges entre l industrie et les entreprises des Premières Nations donnera lieu à des relations et des résultats améliorés Offrir davantage d options de participation aux comités et d échanges au niveau des cadres supérieurs, en plus de celles offertes aux postes permanents de niveau intermédiaire et d entrée. Environnement : Maintenir une approche équilibrée La participation des Premières Nations renforcera la crédibilité du processus d utilisation du territoire et de gestion de l environnement Faire participer directement les Premières Nations aux étapes de planification, de conception, de gestion, de prise en charge et de mise en valeur des projets. L intégration du savoir concernant les traditions, l écologie et l utilisation du territoire améliorera les processus d évaluation et les résultats Travailler avec les aînés et les experts des Premières Nations qui possèdent des connaissances en écologie et en utilisation du territoire, et intégrer ces connaissances aux processus de planification et de prise de décision, notamment à la gestion et à la mise en valeur du territoire. Permettre aux Premières Nations de recueillir les données et l information pertinentes qui permettront d éclairer les processus environnementaux et les discussions sur les impacts cumulatifs et les mesures d atténuation Appuyer les Premières Nations afin qu elles développent et maintiennent la capacité de collecter et de gérer les données sur l environnement et l information sur l utilisation du territoire pour pouvoir présenter des rapports sur les impacts à long terme et cumulatifs et gérer ces impacts. Page 11

14 Observations et recommandations pour APPROFONDIR LE DIALOGUE Prospérité : Créer un avenir durable Tenir une discussion nationale sur le partage des recettes provenant de l exploitation des ressources comme outil par excellence pour éliminer les disparités socioéconomiques* Établir un dialogue national entre les dirigeants et les ordres de gouvernement compétents, avec la participation du personnel technique, afin d élaborer une approche pour le partage des recettes de l exploitation des ressources. Pour donner l exemple, les dirigeants des industries devraient démontrer qu il est judicieux sur le plan administratif de travailler avec les Premières Nations Les hauts dirigeants d entreprises devraient faire la promotion de la valeur, des bénéfices et des avantages commerciaux que procurent les partenariats et les relations d affaires avec les Premières Nations. Mettre en œuvre des stratégies et des politiques de ressources humaines ciblées qui augmenteront les possibilités d emploi pour les Premières Nations et répondront aux besoins en matière de main-d œuvre Les employeurs, les syndicats, l industrie et les associations professionnelles ainsi que les établissements d enseignement, avec l appui du gouvernement, devraient travailler avec les Premières Nations à mettre en place des structures, des procédures et des mesures incitatives favorisant l embauche des membres des Premières Nations. Le maintien à jour de répertoires des entreprises des Premières Nations et de profils de la main-d œuvre augmentera les possibilités d emploi et de passation de marché Établir et mettre à jour régulièrement un répertoire de référence régional et local des entreprises des Premières Nations (personnes-ressources, renseignements en matière de capacité et de profils de la main-d œuvre). Finances : Établir des voies stratégiques Des instruments efficaces de prêt et d emprunt sont essentiels à une économie fonctionnelle et ils doivent être bien compris par les Premières Nations et leur être accessibles Examiner de façon plus approfondie les options qui permettraient de répondre aux besoins en capitaux, notamment : marchés obligataires, garantie de prêt du gouvernement, fonds national et régional, fonds d investissement souverain des Premières Nations ou fiducie de revenu, caisse de retraite des Premières Nations, partenariats public-privé et fonds d infrastructure. Page 12

15 Le fait d investir d abord dans les Premières Nations permettra à ces dernières de mettre leurs ressources en commun Développer des modèles de partenariats coopératifs pour permettre aux Premières Nations de mettre en commun leur capital, de partager leurs ressources, de travailler ensemble, de tirer parti des investissements et de développer et d approfondir des occasions de coentreprise. Organiser un forum international pour mettre en valeur les partenariats et les échanges internationaux avec les Premières Nations* Organiser un forum international afin d examiner, de promouvoir, d encourager et d élargir la participation des Premières Nations dans les domaines de l exploitation des ressources, de relations commerciales, des partenariats d affaires et de l accès aux marchés étrangers. *Le Groupe de travail recommande par ailleurs que des mesures immédiates soient prises concernant ces recommandations en particulier. Page 13

16 Selon les estimations, les investissements dans l industrie des ressources naturelles au Canada pourraient s élever jusqu à 675 milliards de dollars au cours de la prochaine décennie. 7 Page 14

17 Premier thème : Gouvernance Établir une approche inclusive, responsable et fondée sur des principes Les approches et les outils de gouvernance actuels visant à faire participer les Premières Nations à l exploitation des ressources naturelles sont insuffisants et limités dans leur portée. Ils cantonnent souvent les Premières Nations dans le rôle accessoire de répondants, c est-à-dire qu elles n ont plus qu à donner suite à des projets déjà définis dans le cadre d examens réglementaires ou de procédures figées en matière de consultation et d accommodement. De telles approches ne tiennent aucun compte de la jurisprudence existante relativement aux droits ancestraux et aux titres autochtones, ce qui suscite de l incertitude, un manque de confiance et des risques inutiles pour tous les acteurs. Nous avons appris qu un dialogue stratégique inscrit dans la durée et axé sur la collaboration pourrait être établi, ce qui faciliterait l adoption d une approche davantage fondée sur des principes et aboutirait à un processus décisionnel qui se penche sur les problèmes rapidement et avec efficacité, réduit l incertitude et produit de meilleurs résultats pour tous. En outre, notre dialogue a permis d établir que des décisions de la Cour suprême du Canada (par exemple, l arrêt Tsilhqot in) allaient servir de point de départ pour établir une nouvelle relation et favoriser la participation des Premières Nations à l exploitation des ressources naturelles. Nous avons remarqué plusieurs éléments déterminants et applicables de ces approches, qui pourraient servir de modèles pour de futures activités. Page 15

18 Recommandation Créer et mettre en commun un modèle d étapes cruciales relatives à l engagement que les autres pourraient utiliser ou adapter dans le cadre de leurs projets. S engager tôt, s engager souvent Les projets d exploitation des ressources naturelles qui sont couronnés de succès comportent souvent l engagement direct et clair d une entreprise à investir pour apprendre au sujet d une collectivité donnée, même avant d obtenir son permis. C est alors l occasion d en apprendre plus au sujet des aspirations et des positions des Premières Nations, et de savoir si elles permettront l exploitation de ressources sur leur territoire et de quelle manière. En établissant des relations inscrites dans la durée et en mettant en place des structures de collaboration, les entreprises seront plus à même, au fur et à mesure que le projet avance, de comprendre les priorités et les besoins des Premières Nations, et de les respecter. Les entreprises qui s engagent tôt ont la possibilité de devenir des partenaires plus efficaces et plus coopératifs. Nous avons constaté que les sociétés qui investissent et passent du temps dans une collectivité et avec ses membres ont généralement de meilleurs taux de réussite que celles qui consacrent moins d efforts en ce sens. Bien que l industrie et les Premières Nations reconnaissent que les principes d engagement (tôt et souvent) sont essentiels à des partenariats fructueux, la majorité des modèles d engagement ont été conçus en structures cloisonnées et adaptés à des structures de relations d affaires spécifiques. Nous croyons qu il s agit d une occasion ratée pour les autres d apprendre de ces réussites et de favoriser de futures relations de travail constructives. Recommandation Les Premières Nations doivent être prêtes à élaborer, à communiquer et à mettre en œuvre la vision, le plan stratégique ou la feuille de route de leurs collectivités concernant l exploitation des ressources. Communiquer et mettre en place une vision de l exploitation des ressources naturelles Les Premières Nations sont diversifiées, notamment en ce qui a trait à la formulation d objectifs. Le fait d avoir une vision, ou encore un plan stratégique ou une feuille de route pour l exploitation des ressources naturelles, peut aider une Première Nation à atteindre des résultats positifs à long terme. On nous a dit que lorsque la vision d un projet donné comprend une planification à long terme ou multigénérationnelle, le projet a tendance à connaître plus de succès et les résultats obtenus correspondent mieux aux priorités de la collectivité. Les Premières Nations qui sont en mesure de communiquer une vision claire et concrète de l exploitation des ressources naturelles, et notamment leurs attentes et leurs plans concernant la participation de la collectivité à un projet, adoptent une position proactive dans leurs relations avec leurs membres et leurs institutions, les autres Premières Nations, les autres gouvernements, les promoteurs des projets et les partenaires commerciaux. Cela Page 16

19 donne tout naturellement lieu à l établissement d une responsabilité partagée et à des mécanismes de responsabilité qui favorisent l atteinte de cette vision tout au long du cycle de vie d un projet. De nombreuses collectivités réussissent déjà très bien ainsi, mais d autres Premières Nations pourraient bénéficier d une telle façon de faire. Recommandation Améliorer la littératie financière chez les populations et les professionnels des Premières Nations afin de favoriser une participation plus grande à l élaboration de la vision de la collectivité concernant l exploitation des ressources naturelles, et développer des modèles pour assurer le suivi de la prospérité et la présentation de rapports à ce sujet. Améliorer la littératie financière chez les Premières Nations L amélioration de la littératie financière chez les Premières Nations est un élément crucial pour le développement et la mise en œuvre des visions ou des plans de leurs collectivités. Le renforcement des capacités de littératie financière chez les Premières Nations est soutenu par de nombreux intervenants de la politique publique. Les possibilités d encadrement offertes par les établissements financiers sont considérées comme l une des nombreuses étapes à promouvoir. Les programmes d apprentissage et les programmes d attestation du secteur de l administration des Premières Nations ont une portée nationale, ce qui peut favoriser la littératie financière au sein des entreprises des Premières Nations. Nous savons que certaines Premières Nations désirent assurer le suivi des résultats en matière de prospérité. Par exemple, un indice de prospérité fondé sur les définitions qu en donnent les collectivités permettrait aux Premières Nations de mieux évaluer leur propre seuil de réussite. Cet indice pourrait aussi servir à déterminer si des avantages sont obtenus comme prévu et à en assurer le suivi de façon à ce que toutes les parties pertinentes puissent apporter des ajustements au besoin. Recommandation Les Premières Nations doivent envisager et mettre en œuvre des modèles de gouvernance au sein desquels les rôles et les responsabilités de leurs établissements et sociétés d affaires sont bien définis, durables, responsables et prévisibles, dans le cadre du développement à long terme de la collectivité. Développer des modèles de gouvernance Les modèles de gouvernance des collectivités en matière de partenariats et d exploitation des ressources naturelles semblaient être une solution pour aider à définir les zones grises lorsque des dirigeants se retrouvent à jouer un rôle dans tous les aspects d un projet, avec plus ou moins de succès. De tels modèles ont été jugés utiles pour distinguer les rôles qu une collectivité exige de ses dirigeants et de ses représentants d entreprises. Il est que la gouvernance des Premières Nations définisse de quelle façon les gouvernements des Premières Nations peuvent collaborer avec le Canada, les provinces et les territoires pour orienter les activités, planifier l exploitation des ressources et déterminer les projets qui peuvent être menés sur leurs territoires traditionnels. Comme nous l avons mentionné, il est indispensable que les Premières Nations mettent en place des processus pour mettre au point leur vision économique et communiquer de quelle façon ils souhaitent la concrétiser. Page 17

20 On a également fait mention d un certain nombre de cas où la mise en place de systèmes et de processus d affaires distincts représentait un avantage pour les Premières Nations qui prenaient part à l exploitation des ressources. Une telle dissociation, lorsqu elle est appuyée par une vision politique, peut améliorer les résultats d un projet pour une Première Nation, et ce, quel que soit le secteur. Les modèles, les politiques et les cadres de gouvernance pour l exploitation des ressources naturelles peuvent contribuer à dissiper l incertitude et aider les Premières Nations à définir la portée et l envergure de l influence politique généralement requise pour les projets d exploitation des ressources. Les Premières Nations s efforcent d établir une distinction entre la politique et les affaires, et de créer des politiques pour aider le secteur des affaires des Premières Nations et les autres qui aspirent à investir ou à former des partenariats avec les collectivités. Cette constatation est aussi vraie pour le reste du Canada. Toutefois, à titre d exemple, le cycle électoral de deux ans exigé par la Loi sur les Indiens pose des difficultés supplémentaires aux Premières Nations lorsqu il s agit de maintenir de telles distinctions. Institutions et innovations financières À l échelle nationale, les institutions financières des Premières Nations ont été mises sur pied il y a près de 10 ans dans le but de combler les lacunes observées dans l infrastructure financière et d éliminer les obstacles à leur participation à l économie. La Commission de la fiscalité des premières nations, le Conseil de gestion financière des Premières nations et l Administration financière des Premières nations ont chacun un rôle distinct à jouer en offrant des services et des outils, et en renforçant les capacités pour soutenir des emprunts en commun à long terme par l intermédiaire des marchés de capitaux, le tout à l appui des objectifs de développement économique et social des Premières Nations. De façon générale, leurs rôles sont respectivement les suivants : Soumettre des options qui visent à aplanir les obstacles au développement économique sur les terres des Premières Nations, offrir une plus grande certitude aux investisseurs et faire en sorte que les Premières Nations contribuent à leur économie régionale; faciliter la mise sur pied de systèmes de perception de l impôt foncier pour ceux qui manifestent leur intérêt à cet égard. Offrir une gamme d outils et de services de gestion financière aux gouvernements des Premières Nations qui cherchent à solidifier leur administration financière et leur régime de responsabilité ainsi qu à créer les capacités requises pour faire face aux exigences croissantes de leur administration financière. Fournir aux gouvernements autochtones du financement, des opportunités d investissement et des services d expert-conseil et les aider à bâtir leur propre avenir à leur manière, grâce à des services financiers modelés sur les meilleures pratiques des gouvernements provinciaux et locaux. Page Page 18 18

Mise en valeur des ressources naturelles et de l énergie

Mise en valeur des ressources naturelles et de l énergie Mise en valeur des ressources naturelles et de l énergie Développement durable des ressouces naturelles et de l énergie Les Premières Nations font partie intégrante de l avenir des ressources naturelles

Plus en détail

Information supplémentaire pour les titulaires de permis : Consultation des Autochtones

Information supplémentaire pour les titulaires de permis : Consultation des Autochtones Information supplémentaire pour les titulaires de permis : Consultation des Autochtones Avril 2011 Introduction Étape préalable à la demande Phases de l'évaluation environnementale et de l'examen des permis

Plus en détail

Sur la voie du développement pétrolier. Rapport sur la consultation publique sur la stratégie pétrolière et gazière pour les TNO

Sur la voie du développement pétrolier. Rapport sur la consultation publique sur la stratégie pétrolière et gazière pour les TNO Sur la voie du développement pétrolier Rapport sur la consultation publique sur la stratégie pétrolière et gazière pour les TNO Septembre 2015 To request this complete document in French please call the

Plus en détail

BILAN DE L ANNÉE 2010-2011

BILAN DE L ANNÉE 2010-2011 BILAN DE L ANNÉE 2010-2011 Table des matières Grandes lignes... 1 Revue des activités... 2 Énergie... 4 Transport... 4 Mobilité de la main-d œuvre... 4 Collaboration intergouvernementale... 4 La voie à

Plus en détail

LE SECTEUR DE L ÉNERGIE NUCLÉAIRE AU CANADA OÙ ALLONS-NOUS?

LE SECTEUR DE L ÉNERGIE NUCLÉAIRE AU CANADA OÙ ALLONS-NOUS? LE SECTEUR DE L ÉNERGIE NUCLÉAIRE AU CANADA OÙ ALLONS-NOUS? RÉSUMÉ DU RAPPORT Le Forum des politiques publiques est un organisme indépendant, sans but lucratif, qui s efforce de promouvoir l excellence

Plus en détail

Le droit des Autochtones au Canada Introduction

Le droit des Autochtones au Canada Introduction Le droit des Autochtones au Canada Introduction Les questions relatives au droit des Autochtones peuvent avoir des incidences sur tous les aspects des affaires traitées aux quatre coins du Canada. Avant

Plus en détail

Comité permanent des finances de la Chambre des communes Consultations prébudgétaires de 2015

Comité permanent des finances de la Chambre des communes Consultations prébudgétaires de 2015 Comité permanent des finances de la Chambre des communes Consultations prébudgétaires de 2015 Mémoire de l'alliance canadienne des associations étudiantes Résumé Depuis 2008, le gouvernement du Canada

Plus en détail

DÉCLARATION DE PRINCIPES SUR LE SYSTÈME ONTARIEN DE TRANSFERT DES CRÉDITS 2011

DÉCLARATION DE PRINCIPES SUR LE SYSTÈME ONTARIEN DE TRANSFERT DES CRÉDITS 2011 DÉCLARATION DE PRINCIPES SUR LE SYSTÈME ONTARIEN DE TRANSFERT DES CRÉDITS 2011 VISION De nos jours, l éducation postsecondaire offre plus de choix et de possibilités qu auparavant. En outre, les besoins

Plus en détail

Stratégie nationale d atténuation des catastrophes du Canada

Stratégie nationale d atténuation des catastrophes du Canada Stratégie nationale d atténuation des catastrophes du Canada Avant-propos Les gouvernements fédéral, provinciaux et territoriaux ont reconnu que l atténuation est une importante part d un solide cadre

Plus en détail

Mémoire de l ACP pour le budget 2013 de l Ontario Le propane comme solution énergétique pour l Ontario

Mémoire de l ACP pour le budget 2013 de l Ontario Le propane comme solution énergétique pour l Ontario Mémoire de l ACP pour le budget 2013 de l Ontario Le propane comme solution énergétique pour l Ontario L Association canadienne du propane Février 2013 Association canadienne du propane Mémoire pour le

Plus en détail

NOTRE MISSION HISTORIQUE CE QUE NOUS FAISONS

NOTRE MISSION HISTORIQUE CE QUE NOUS FAISONS Exposé présenté par l Association des agents financiers autochtones du Canada à la 33 e Assemblée générale annuelle de l Assemblée des Premières Nations Palais des congrès du Toronto métropolitain du 17

Plus en détail

Stratégie de recherche axée sur le patient. Cadre de renforcement des capacités

Stratégie de recherche axée sur le patient. Cadre de renforcement des capacités Stratégie de recherche axée sur le patient Cadre de renforcement des capacités 2015 Remerciements Les Instituts de recherche en santé du Canada tiennent à souligner la contribution des experts ayant siégé

Plus en détail

Sommet pleines voiles / Groupe de travail sur l autosuffisance : domaines d intérêt communs

Sommet pleines voiles / Groupe de travail sur l autosuffisance : domaines d intérêt communs Sommet pleines voiles / Groupe de travail sur l autosuffisance : domaines d intérêt communs Lors du Sommet pleines voiles en janvier 2007, la Commission des valeurs mobilières du Nouveau-Brunswick a publié

Plus en détail

PROGRAMME ÉLECTRICITÉ DURABLE MC. L engagement du secteur canadien de l électricité en faveur du développement durable

PROGRAMME ÉLECTRICITÉ DURABLE MC. L engagement du secteur canadien de l électricité en faveur du développement durable PROGRAMME ÉLECTRICITÉ DURABLE MC L engagement du secteur canadien de l électricité en faveur du développement durable À PROPOS DU PROGRAMME ÉLECTRICITÉ DURABLE MC Le programme Électricité durable MC est

Plus en détail

Promouvoir la finance sociale au Canada Aller de l avant vers les obligations à impact social

Promouvoir la finance sociale au Canada Aller de l avant vers les obligations à impact social Maintenant et demain L excellence dans tout ce que nous entreprenons Promouvoir la finance sociale au Canada Aller de l avant vers les obligations à impact social Octobre 2012 Objet et vue d ensemble Présenter

Plus en détail

BIBLIOTHÈQUE ET ARCHIVES CANADA PLAN D ÉVALUATION 2008-2009

BIBLIOTHÈQUE ET ARCHIVES CANADA PLAN D ÉVALUATION 2008-2009 BIBLIOTHÈQUE ET ARCHIVES CANADA PLAN D ÉVALUATION 2008-2009 Division du rendement et de l information institutionnels Direction générale de la gestion intégrée Présenté au : Comité d évaluation de Bibliothèque

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social NATIONS UNIES E Conseil économique et social Distr. GÉNÉRALE ECE/MP.PP/2005/2/Add.4 8 juin 2005 Original: ANGLAIS, FRANÇAIS, RUSSE COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L EUROPE Réunion des Parties à la Convention

Plus en détail

SOMMAIRE DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION

SOMMAIRE DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION SOMMAIRE DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION Rapport d évaluation final de l Initiative de la nouvelle économie (INÉ) Date : le 17 mars 2010 Programme de l INÉ : contexte Dans le cadre du plan du gouvernement

Plus en détail

Document archivé L'information archivée sur le Web est disponible à des fins de consultation, de recherche ou de tenue de dossiers seulement.

Document archivé L'information archivée sur le Web est disponible à des fins de consultation, de recherche ou de tenue de dossiers seulement. Document archivé L'information archivée sur le Web est disponible à des fins de consultation, de recherche ou de tenue de dossiers seulement. Elle n a été ni modifiée ni mise à jour depuis sa date d archivage.

Plus en détail

La gestion intégrée du risque, de la planification et du rendement au ministère des Finances Canada

La gestion intégrée du risque, de la planification et du rendement au ministère des Finances Canada La gestion intégrée du risque, de la planification et du rendement au ministère des Finances Canada IGF Québec : Journée thématique sur la gestion des risques Philippe Lajeunesse, Directeur principal Planification

Plus en détail

Plan d action de développement durable 2015-2020

Plan d action de développement durable 2015-2020 Plan d action de développement durable 2015-2020 «Durable Responsable Prospère Ensemble on fait avancer le développement durable au Québec!» La Société du Grand Théâtre de Québec a pour mission de promouvoir

Plus en détail

VERS UNE NOUVELLE VISION NATIONALE

VERS UNE NOUVELLE VISION NATIONALE VERS UNE NOUVELLE VISION NATIONALE Les occasions et les restrictions du Canada face au transport mondial des marchandises Rapport du Comité sénatorial permanent des transports et des communications Juin

Plus en détail

SUBvENTION CANADIENNE LA NOUVELLE POUR L EMPLOI

SUBvENTION CANADIENNE LA NOUVELLE POUR L EMPLOI SUBvENTION CANADIENNE LA NOUVELLE POUR L EMPLOI LE PLAN D ACTION ÉCONOMIQUE DE 2013 Le Plan d action économique de 2013 représente le prochain volet du plan à long terme du gouvernement pour renforcer

Plus en détail

Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010

Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010 Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010 Commissariat aux relations internationales et à l immigration Table des matières Page Déclaration d

Plus en détail

MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION

MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION DIAGNOCURE INC. (la «Société») MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION (le «Conseil») Le rôle du Conseil consiste à superviser la gestion des affaires et les activités commerciales de la Société afin d en assurer

Plus en détail

GOUVERNEMENT DU YUKON

GOUVERNEMENT DU YUKON GOUVERNEMENT DU YUKON Politique 1.7 MANUEL D ADMINISTRATION GÉNÉRALE VOLUME 1 : POLITIQUES MINISTÉRIELLES GÉNÉRALES TITRE : POLITIQUE SUR LES SERVICES EN FRANÇAIS ENTRÉE EN VIGUEUR: 12 mai 1994 DERNIÈRE

Plus en détail

Réunion inaugurale du Réseau de la société civile du mouvement en faveur du renforcement de la nutrition 11 juin 2013, Washington D.C.

Réunion inaugurale du Réseau de la société civile du mouvement en faveur du renforcement de la nutrition 11 juin 2013, Washington D.C. Réunion inaugurale du Réseau de la société civile du mouvement en faveur du renforcement de la nutrition 11 juin 2013, Washington D.C. Résumé La réunion inaugurale du Réseau de la société civile du mouvement

Plus en détail

UN SYSTÈME DE SÉCURITÉ DES PIPELINES CLASSE MONDIALE EMPLOIS, CROISSANCE ET PROSPÉRITÉ À LONG TERME

UN SYSTÈME DE SÉCURITÉ DES PIPELINES CLASSE MONDIALE EMPLOIS, CROISSANCE ET PROSPÉRITÉ À LONG TERME UN SYSTÈME DE SÉCURITÉ DES DE PIPELINES CLASSE MONDIALE EMPLOIS, CROISSANCE ET PROSPÉRITÉ À LONG TERME INTRODUCTION À l échelle du pays, les pipelines acheminent tous les jours, de façon sûre et fiable,

Plus en détail

Rapport concernant les programmes canadiens sur les moyens de transport alternatifs

Rapport concernant les programmes canadiens sur les moyens de transport alternatifs Rapport concernant les programmes canadiens sur les moyens de transport alternatifs VERSION DÉFINITIVE Février 2005 Division de l analyse et de la planification Direction des systèmes de transport Environnement

Plus en détail

CADRE POUR L'ÉDUCATION ET LA FORMATION PROFESSIONNELLE DES AUTOCHTONES. Vue d ensemble

CADRE POUR L'ÉDUCATION ET LA FORMATION PROFESSIONNELLE DES AUTOCHTONES. Vue d ensemble CADRE POUR L'ÉDUCATION ET LA FORMATION PROFESSIONNELLE DES AUTOCHTONES Vue d ensemble Le Cadre pour l'éducation et la formation professionnelle des Autochtones vise trois objectifs : = augmenter les taux

Plus en détail

Les idées peuvent bâtir le Canada. Consultations du budget 2016 Mémoire soumis à la Chambre des communes Comité permanent des finances

Les idées peuvent bâtir le Canada. Consultations du budget 2016 Mémoire soumis à la Chambre des communes Comité permanent des finances Les idées peuvent bâtir le Canada Consultations du budget 2016 Mémoire soumis à la Chambre des communes Comité permanent des finances Août 2015 1 Les idées peuvent bâtir le Canada Les défis auxquels font

Plus en détail

GROUPE TMX LIMITÉE. (anciennement la Corporation d Acquisition Groupe Maple) (la «société») MANDAT DU CONSEIL

GROUPE TMX LIMITÉE. (anciennement la Corporation d Acquisition Groupe Maple) (la «société») MANDAT DU CONSEIL 1. Généralités GROUPE TMX LIMITÉE (anciennement la Corporation d Acquisition Groupe Maple) (la «société») MANDAT DU CONSEIL Le conseil d administration de la société (le «conseil») a pour principale responsabilité

Plus en détail

Littératie financière : un investissement dans l avenir

Littératie financière : un investissement dans l avenir Littératie financière : un investissement dans l avenir Allocution de Terry Campbell Président Association des banquiers canadiens Prononcée devant La Conférence de Montréal Le 12 juin 2012 Montréal SEUL

Plus en détail

Stratégie nationale pour le logement des Premières Nations

Stratégie nationale pour le logement des Premières Nations Stratégie nationale pour le logement des Premières Nations Vision Qu ils vivent dans leur collectivité ou à l extérieur de celle-ci, tous les membres des Premières Nations ont le droit d avoir un abri

Plus en détail

MODIFICATION AU PLAN DE LA SOCIÉTÉ 2009-2013. Se rapprocher Faciliter Optimiser

MODIFICATION AU PLAN DE LA SOCIÉTÉ 2009-2013. Se rapprocher Faciliter Optimiser MODIFICATION AU PLAN DE LA SOCIÉTÉ 2009-2013 Se rapprocher Faciliter Optimiser Voici un résumé de la modification au Plan de la Société 2009-2013 approuvée par le Conseil d administration d EDC en mai

Plus en détail

Fédération canadienne des municipalités Vérification de gestion du Fonds municipal vert Rapport final de vérification

Fédération canadienne des municipalités Vérification de gestion du Fonds municipal vert Rapport final de vérification Services de conseil en gestion Fédération canadienne des municipalités Vérification de gestion du Fonds municipal vert Rapport final de vérification Le 25 septembre 2009 KPMG LLP 160 rue Elgin, Suite 2000

Plus en détail

Le Partenariat canadien contre l Alzheimer et les maladies apparentées. Une vision collective pour une stratégie nationale sur les maladies cognitives

Le Partenariat canadien contre l Alzheimer et les maladies apparentées. Une vision collective pour une stratégie nationale sur les maladies cognitives Le Partenariat canadien contre l Alzheimer et les maladies apparentées Une vision collective pour une stratégie nationale sur les maladies cognitives Le Partenariat rendra possible la collaboration d un

Plus en détail

Proposition d orientations nouvelles pour le Dialogue international

Proposition d orientations nouvelles pour le Dialogue international Proposition d orientations nouvelles pour le Dialogue international Document 04 RÉUNION DU GROUPE DE PILOTAGE DU DIALOGUE INTERNATIONAL 4 Novembre 2015, Paris, France Nouvelle orientation du Dialogue international

Plus en détail

Mémoire présenté au Comité permanent des finances de la Chambre des communes

Mémoire présenté au Comité permanent des finances de la Chambre des communes Mémoire présenté au Comité permanent des finances de la Chambre des communes Consultations prébudgétaires de 2014 Préparé par l Association des banquiers canadiens Août 2014 EXPERTISE CANADA BANKS ON LA

Plus en détail

MÉMOIRE : CONSULTATION SUR L APPRENTISSAGE PRÉCOCE ET LA GARDE DES JEUNES ENFANTS

MÉMOIRE : CONSULTATION SUR L APPRENTISSAGE PRÉCOCE ET LA GARDE DES JEUNES ENFANTS MÉMOIRE : CONSULTATION SUR L APPRENTISSAGE PRÉCOCE ET LA GARDE DES JEUNES ENFANTS PRÉSENTÉ AU MINISTÈRE DES SERVICES FAMILIAUX ET COMMUNAUTAIRES BERNARD RICHARD, OMBUDSMAN ET DÉFENSEUR DES ENFANTS ET DE

Plus en détail

Au service des consommateurs d électricité de l Ontario

Au service des consommateurs d électricité de l Ontario Au service des consommateurs d électricité de l Ontario Message du président et chef de la direction Le début d une nouvelle année offre l occasion d envisager la voie à suivre dans une nouvelle perspective.

Plus en détail

Plan d action pour les services de santé non assurés

Plan d action pour les services de santé non assurés Plan d action pour les services de santé non assurés Plan d action national des Premières Nations pour les services de santé non assurés (SSNA) Avec la participation et l orientation du Comité des Chefs

Plus en détail

COMMUNIQUÉ. Lignes directrices relatives à la gouvernance des technologies de l information (TI)

COMMUNIQUÉ. Lignes directrices relatives à la gouvernance des technologies de l information (TI) COMMUNIQUÉ 14-COM-002 14 juillet 2014 Lignes directrices relatives à la gouvernance des technologies de l information (TI) L Association des superviseurs prudentiels des caisses (ASPC) a créé un groupe

Plus en détail

Un nouveau programme nord-américain de gestion des produits chimiques

Un nouveau programme nord-américain de gestion des produits chimiques Distribution : Générale C/08-00/BACK/03 ORIGINAL : ANGLAIS Un nouveau programme nord-américain de gestion des produits chimiques Le Conseil de la Commission de coopération environnementale renouvelle aujourd

Plus en détail

Compte rendu provisoire 11-1

Compte rendu provisoire 11-1 Conférence internationale du Travail Compte rendu provisoire 104 e session, Genève, juin 2015 11-1 Quatrième question à l ordre du jour: Les petites et moyennes entreprises et la création d emplois décents

Plus en détail

Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP)

Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP) F CDIP/14/5 ORIGINAL : ANGLAIS DATE : 8 SEPTEMBRE 2014 Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP) Quatorzième session Genève, 10 14 novembre 2014 RÉSUMÉ DU RAPPORT D ÉVALUATION DU

Plus en détail

MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION Approuvé par le conseil d administration le 13 novembre 2014

MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION Approuvé par le conseil d administration le 13 novembre 2014 OFFICE D INVESTISSEMENT DES RÉGIMES DE PENSION («INVESTISSEMENTS PSP») Approuvé par le conseil d administration le 13 novembre 2014 13 novembre 2014 PSP-Legal 1633578-1 Page 2 INTRODUCTION Le conseil d

Plus en détail

Stimuler le développement durable de l aquaculture au Canada : Initiative nationale pour des plans d action stratégiques en aquaculture (INPASA)

Stimuler le développement durable de l aquaculture au Canada : Initiative nationale pour des plans d action stratégiques en aquaculture (INPASA) Stimuler le développement durable de l aquaculture au Canada : Initiative nationale pour des plans d action stratégiques en aquaculture (INPASA) Éric Gilbert Pêches et Océans Canada Atelier OCDE, Avril

Plus en détail

Introduction. Activités admissibles. Objectifs. Domaines visés. Guide des candidatures de 2015

Introduction. Activités admissibles. Objectifs. Domaines visés. Guide des candidatures de 2015 Guide des candidatures 2015 Introduction Dans tout l Ontario, il y a beaucoup d entreprises, d organismes, de collectivités et de particuliers qui font plus que ce qui est requis par la législation environnementale,

Plus en détail

Respecter ses engagements. budget. Forger une économie productive et durable. le 23 février 2005

Respecter ses engagements. budget. Forger une économie productive et durable. le 23 février 2005 Respecter ses engagements Le budget de 2005 Forger une économie productive et durable le 23 février 2005 Les résultats économiques et financiers remarquables du Canada Depuis l élimination du déficit en

Plus en détail

CADRE DE RECONNAISSANCE ET DE FINANCEMENT DES ENTREPRISES D INSERTION 1. PREMIER VOLET : LA RECONNAISSANCE DU STATUT D ENTREPRISE D INSERTION

CADRE DE RECONNAISSANCE ET DE FINANCEMENT DES ENTREPRISES D INSERTION 1. PREMIER VOLET : LA RECONNAISSANCE DU STATUT D ENTREPRISE D INSERTION CADRE DE RECONNAISSANCE ET DE FINANCEMENT DES ENTREPRISES D INSERTION Le cadre de reconnaissance et de financement des entreprises d insertion comporte deux volets le premier volet comprend les éléments

Plus en détail

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE COMITÉ DU DÉVELOPPEMENT ET DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE (CDIP)

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE COMITÉ DU DÉVELOPPEMENT ET DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE (CDIP) OMPI CDIP/5/5 Corr. ORIGINAL : anglais DATE : 21 juillet 2010 ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE F COMITÉ DU DÉVELOPPEMENT ET DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE (CDIP) Cinquième session

Plus en détail

CHARTE DU CONSEIL D ADMINISTRATION

CHARTE DU CONSEIL D ADMINISTRATION CHARTE DU CONSEIL D ADMINISTRATION I. RAISON D ÊTRE La présente charte décrit le rôle du conseil d administration (le «conseil») d Aimia Inc. (la «Société»). La présente charte est assujettie aux dispositions

Plus en détail

Étapes suivantes du plan d action du Manitoba

Étapes suivantes du plan d action du Manitoba Juillet 2005 Pour aller de l avant : L apprentissage et la garde des jeunes enfants Étapes suivantes du plan d action du Manitoba Introduction En novembre 1999, le gouvernement du Manitoba a confirmé son

Plus en détail

Initiatives sur les compétences essentielles des conseils sectoriels

Initiatives sur les compétences essentielles des conseils sectoriels Les gens Les partenariats Le savoir Compétences et emploi Bureau de l alphabétisation et des compétences essentielles Initiatives sur les compétences essentielles des conseils sectoriels Études de cas

Plus en détail

DESSAU ET LE DÉVELOPPEMENT DURABLE. Politique de Développement Durable

DESSAU ET LE DÉVELOPPEMENT DURABLE. Politique de Développement Durable DESSAU ET LE DÉVELOPPEMENT DURABLE Politique de Développement Durable Plan d action 2011-2014 Édifice Le Delta III certifié LEED-CS «Or», ville de Québec Mot DE LA DIRECTION Dessau est née d une volonté

Plus en détail

Charte du conseil d administration de La Banque Toronto-Dominion

Charte du conseil d administration de La Banque Toronto-Dominion Charte du conseil d administration de La Banque Toronto-Dominion ~ ~ Superviser la gestion de l entreprise et des affaires de la Banque ~ ~ Principales responsabilités Nous assurons la surveillance nécessaire

Plus en détail

Gestionnaires. Parcoursd apprentissage

Gestionnaires. Parcoursd apprentissage Gestionnaires Parcoursd apprentissage V2 VOTRE PARTENAIRE EN APPRENTISSAGE L École de la fonction publique du Canada offre des produits d apprentissage et de formation qui contribuent au renouvellement

Plus en détail

Plan d action pour un nouveau système de gouvernance locale au Nouveau-Brunswick. Rapport d étape

Plan d action pour un nouveau système de gouvernance locale au Nouveau-Brunswick. Rapport d étape Plan d action pour un nouveau système de gouvernance locale au Nouveau-Brunswick Rapport d étape Introduction Depuis les derniers grands changements qui datent de près d un demi-siècle, le gouvernement

Plus en détail

Favoriser la création d emplois et la croissance dans l industrie et l innovation

Favoriser la création d emplois et la croissance dans l industrie et l innovation Un leadership fort Favoriser la création d emplois et la croissance dans l industrie et l innovation Le gouvernement Harper tient sa promesse de rétablir l équilibre budgétaire en 2015. Le Plan d action

Plus en détail

Plan Stratégique 2008-2013

Plan Stratégique 2008-2013 Plan Stratégique 2008-2013 Version finale Adopté le 26 septembre par le Conseil d administration Septembre 2008 Mission La Société Santé en français est un chef de file national qui assure, en étroite

Plus en détail

RÉSUMÉ DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION ÉVALUATION DES PRIX ET DES BOURSES SPÉCIALES DU CRSH

RÉSUMÉ DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION ÉVALUATION DES PRIX ET DES BOURSES SPÉCIALES DU CRSH RÉSUMÉ DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION ÉVALUATION DES PRIX ET DES BOURSES SPÉCIALES DU CRSH Juillet 2012 Contexte Les prix et les bourses spéciales du Conseil de recherches en sciences humaines (CRSH) forment

Plus en détail

PREMIERE PARTIE POLITIQUE D INVESTISSEMENT SS?

PREMIERE PARTIE POLITIQUE D INVESTISSEMENT SS? STRUCTURE DU CADRE DE POLITIQUE D INVESTISSEMENT DE LA CEDEAO Dr Jonathan A Aremu Consultant Marché commun d investissement de la CEDEAO Département du Secteur Privé Tel: 234-1-8033061476 E-mail: marketlinkconsults@yahoo.com

Plus en détail

Réponse de la direction et plan d action

Réponse de la direction et plan d action Réponse de la direction et plan d action Titre du projet : Évaluation de l Initiative de soutien des familles vivant une séparation ou un divorce Centre de responsabilité : Section de la famille, des enfants

Plus en détail

FINANCE CRITÈRES D ÉVALUATION (Les critères d évaluation doivent être pris en compte de pair avec le Cadre de surveillance du BSIF)

FINANCE CRITÈRES D ÉVALUATION (Les critères d évaluation doivent être pris en compte de pair avec le Cadre de surveillance du BSIF) RÔLE DE LA FONCTION Finance est une fonction autonome qui rend compte avec exactitude et en temps utile du rendement des unités opérationnelles (y compris les secteurs d activité) de l institution financière

Plus en détail

Note technique d orientation n 2 : Élaboration d un plan de travail ITIE

Note technique d orientation n 2 : Élaboration d un plan de travail ITIE Cette note technique a été publiée par le Secrétariat international de l ITIE en collaboration avec GIZ (Coopération internationale allemande). L'objectif de cette note est de prodiguer des conseils aux

Plus en détail

Bureau du vérificateur général du Canada. Rapport sur la revue des pratiques d audit de performance

Bureau du vérificateur général du Canada. Rapport sur la revue des pratiques d audit de performance Bureau du vérificateur général du Canada Rapport sur la revue des pratiques d audit de performance Revues des pratiques effectuées au cours de l exercice 2011-2012 Juillet 2012 Revue des pratiques et audit

Plus en détail

Cadre de travail sur les relations avec les gouvernements et la défense des droits. Société canadienne de la sclérose en plaques

Cadre de travail sur les relations avec les gouvernements et la défense des droits. Société canadienne de la sclérose en plaques Cadre de travail sur les relations avec les gouvernements Société canadienne de la sclérose en plaques Juin 2009 Table des matières Contexte... 3 1.0 Mission de la Société canadienne de la sclérose en

Plus en détail

L évaluation au CRDI. Version de juillet 2013. Division de la stratégie générale et de l évaluation

L évaluation au CRDI. Version de juillet 2013. Division de la stratégie générale et de l évaluation L évaluation au CRDI Version de juillet 2013 Division de la stratégie générale et de l évaluation La démarche du CRDI en matière d évaluation Le CRDI appuie le recours à la recherche, par les pays en développement,

Plus en détail

Stratégies et approches du financement pour le climat à long terme

Stratégies et approches du financement pour le climat à long terme Stratégies et approches du financement pour le climat à long terme Le Canada est heureux de répondre à l invitation, contenue au paragraphe 10 de la décision 3/CP.19, de préparer des rapports bisannuels

Plus en détail

RCDR PLAN STRATÉGIQUE 2013-2016

RCDR PLAN STRATÉGIQUE 2013-2016 RCDR PLAN STRATÉGIQUE 2013-2016 MISSION Le Réseau canadien de documentation pour la recherche (RCDR) est un partenariat d universités canadiennes qui se consacre à étendre l accès au contenu numérique

Plus en détail

Préparez la retraite que vous voulez

Préparez la retraite que vous voulez Préparez la retraite que vous voulez Vous méritez une retraite agréable La retraite est l un des événements les plus importants de votre vie. Elle marque le passage vers une nouvelle étape merveilleuse

Plus en détail

SGPNB au Nouveau-Brunswick. Le développement de l industrie des services financiers et des marchés boursiers dans la province

SGPNB au Nouveau-Brunswick. Le développement de l industrie des services financiers et des marchés boursiers dans la province SGPNB au Nouveau-Brunswick Le développement de l industrie des services financiers et des marchés boursiers dans la province Mise à jour juillet 2013 1 Préambule L information suivante décrit les différents

Plus en détail

Solutions axées sur le revenu créées sur mesure pour les participants FINANCIÈRE SUN LIFE PORTEFEUILLES GÉRÉS REVENU GRANITE

Solutions axées sur le revenu créées sur mesure pour les participants FINANCIÈRE SUN LIFE PORTEFEUILLES GÉRÉS REVENU GRANITE PORTEFEUILLES GÉRÉS REVENU GRANITE MD FINANCIÈRE SUN LIFE Solutions axées sur le revenu créées sur mesure pour les participants RÉSERVÉ AUX PLACEMENTS INSTITUTIONNELS PORTEFEUILLES GÉRÉS REVENU GRANITE

Plus en détail

BCE INC. CHARTE DU CONSEIL D ADMINISTRATION (Y COMPRIS LA DESCRIPTION DES FONCTIONS DU PRÉSIDENT DU CONSEIL)

BCE INC. CHARTE DU CONSEIL D ADMINISTRATION (Y COMPRIS LA DESCRIPTION DES FONCTIONS DU PRÉSIDENT DU CONSEIL) BCE INC. CHARTE DU CONSEIL D ADMINISTRATION (Y COMPRIS LA DESCRIPTION DES FONCTIONS DU PRÉSIDENT DU CONSEIL) Conseil d administration I. Mandat Le conseil d administration (le «conseil») de BCE Inc. (la

Plus en détail

Découvrez l avantage Raymond James

Découvrez l avantage Raymond James Découvrez l avantage Raymond James En choisissant Raymond James, vous obtenez davantage que des services d un conseiller financier d expérience. Son but : répondre à vos besoins. Vous bénéficiez aussi

Plus en détail

Dialogue sur le financement

Dialogue sur le financement CONSEIL EXÉCUTIF EB137/3 Cent trente-septième session 20 mai 2015 Point 5 de l ordre du jour provisoire Dialogue sur le financement Rapport du Secrétariat INTRODUCTION 1. Par la décision WHA66(8), l Assemblée

Plus en détail

CORPORATION CANADIENNE DE COMPENSATION DE PRODUITS DÉRIVÉS (la «société») CHARTE DU CONSEIL

CORPORATION CANADIENNE DE COMPENSATION DE PRODUITS DÉRIVÉS (la «société») CHARTE DU CONSEIL CORPORATION CANADIENNE DE COMPENSATION DE PRODUITS DÉRIVÉS (la «société») 1. Généralités CHARTE DU CONSEIL Le conseil d administration de la société (le «conseil») a pour principale responsabilité la gouvernance

Plus en détail

Liste usuelle des conseillers Les buts de cet outil sont de : Instructions :

Liste usuelle des conseillers Les buts de cet outil sont de : Instructions : Outil Liste usuelle des conseillers L outil Liste usuelle des conseillers vous aidera à faire du transfert de votre entreprise un projet collectif et favorisera le travail d équipe entre vos différents

Plus en détail

Programme de l atelier Cadre bâti sain

Programme de l atelier Cadre bâti sain Programme de l atelier Cadre bâti sain Ce document est destiné à servir de modèle pour un atelier s adressant aux professionnels de la santé environnementale. Cet atelier nécessite un animateur et un conférencier.

Plus en détail

Gestion du risque d entreprise : solutions pratiques. Anne M. Marchetti

Gestion du risque d entreprise : solutions pratiques. Anne M. Marchetti Gestion du risque d entreprise : solutions pratiques Anne M. Marchetti Programme Aperçu général de la gestion des risques, de l évaluation des risques et du contrôle interne Contexte actuel Contrôle interne

Plus en détail

Bref rappel de la stratégie décennale (2008-2018) de la CNULD

Bref rappel de la stratégie décennale (2008-2018) de la CNULD Bref rappel de la stratégie décennale (2008-2018) de la CNULD Atelier de renforcement des capacités des PFN de la CNULD sur l alignement des PAN sur la Stratégie décennale (2008-2018) Bujumbura, 14-17

Plus en détail

Présentation Forum minier 2011 23 septembre 2011 L émergence des ententes de prédéveloppement

Présentation Forum minier 2011 23 septembre 2011 L émergence des ententes de prédéveloppement Présentation Forum minier 2011 23 septembre 2011 L émergence des ententes de prédéveloppement François Dandonneau, associé, Gowlings Jean M. Gagné, associé, Fasken Martineau 1, Place Ville-Marie, 37e étage

Plus en détail

PLAN D ACTION POUR DES COLLECTIVITÉS RURALES FORTES DE LA FÉDÉRATION CANADIENNE DES MUNICIPALITÉS

PLAN D ACTION POUR DES COLLECTIVITÉS RURALES FORTES DE LA FÉDÉRATION CANADIENNE DES MUNICIPALITÉS PLAN D ACTION POUR DES COLLECTIVITÉS RURALES FORTES DE LA FÉDÉRATION CANADIENNE DES MUNICIPALITÉS Pour notre programme complet des élections fédérales 2015, veuillez consulter la Feuille de route pour

Plus en détail

Le volleyball est notre sport, notre passion, notre communauté nous inspirons les Canadiens à embrasser le volleyball pour la vie

Le volleyball est notre sport, notre passion, notre communauté nous inspirons les Canadiens à embrasser le volleyball pour la vie Le volleyball est notre sport, notre passion, notre communauté nous inspirons les Canadiens à embrasser le volleyball pour la vie Révision du plan stratégique de Volleyball Canada février 2009 Table des

Plus en détail

PROFIL DES COMPÉTENCES REQUISES DU CONSEIL D ADMINISTRATION RÉVISION 2 (forme abrégée) APPROUVÉE PAR LE CONSEIL le 30 mars 2009

PROFIL DES COMPÉTENCES REQUISES DU CONSEIL D ADMINISTRATION RÉVISION 2 (forme abrégée) APPROUVÉE PAR LE CONSEIL le 30 mars 2009 CONSTRUCTION DE DÉFENSE (1951) LIMITÉE PROFIL DES COMPÉTENCES REQUISES DU CONSEIL D ADMINISTRATION RÉVISION 2 (forme abrégée) APPROUVÉE PAR LE CONSEIL le 30 mars 2009 (Modifie et abrège le profil en date

Plus en détail

Fiche Compétences en action : une boîte à outils en ligne

Fiche Compétences en action : une boîte à outils en ligne Fiche Compétences en action : une boîte à outils en ligne Centre de formation communautaire de la Mauricie CFCM Depuis sa création en 1988, le Centre de formation communautaire de la Mauricie (CFCM) se

Plus en détail

Opérations régionales. Évaluation du Programme de logement dans les réserves d' AINC DATE D'APPROBATION : 22/02/2011 DATE D ACHÈVEMENT PRÉVUE

Opérations régionales. Évaluation du Programme de logement dans les réserves d' AINC DATE D'APPROBATION : 22/02/2011 DATE D ACHÈVEMENT PRÉVUE COMPTE RENDU SUR L ÉTAT DE LA MISE EN ŒUVRE DU RAPPORT AU COMITÉ D ÉVALUATION, DE MESURE DU RENDEMENT ET D EXAMEN EN DU 30 SEPTEMBRE 2013 D'APPROBATION : 22/02/2011 Il est recommandé que, en collaboration

Plus en détail

Charte du tourisme durable

Charte du tourisme durable Annexes Charte du tourisme durable Annexe 1 Les participants de la Conférence mondiale du Tourisme durable, réunis à Lanzarote, îles Canaries, Espagne, les 27 et 28 avril 1995, Conscients que le tourisme

Plus en détail

CHARTE DU COMITÉ DE GESTION DES RISQUES

CHARTE DU COMITÉ DE GESTION DES RISQUES CHARTE DU COMITÉ DE GESTION DES RISQUES MANDAT Le Comité de gestion des risques (le «Comité») du Conseil d administration (le «Conseil») a pour mandat d assister le Conseil de la Société canadienne d hypothèques

Plus en détail

SUR LE PLAN COMMUNAUTAIRE

SUR LE PLAN COMMUNAUTAIRE Description de programme PROMOUVOIR L AUTONOMIE ÉCONOMIQUE SUR LE PLAN COMMUNAUTAIRE 1125, promenade Colonel By, Ottawa (Ontario) K1S 5B6 Tél. : (613) 520-2600, poste1588 Téléc. : (613) 529-3561 Courriel

Plus en détail

Stratégie de prospection. et de développement. des marchés hors Québec. 2009 sommaire

Stratégie de prospection. et de développement. des marchés hors Québec. 2009 sommaire Stratégie de prospection et de développement des marchés hors Québec 2009 sommaire 2013 1 Rédaction Direction du développement des marchés et de l exportation Transformation Alimentaire Québec Ministère

Plus en détail

Rapport annuel. Exercice se terminant Le 31 mars 2011

Rapport annuel. Exercice se terminant Le 31 mars 2011 Rapport annuel Exercice se terminant Le 31 mars 2011 N o de cat. M175-2011 ISSN 0229-8473 (Imprimé) ISSN 1927-727X (En ligne) Ce rapport est publié séparément dans les deux langues officielles Demandes

Plus en détail

ACCORD DE 2013 SUR LE MANDAT DE L ASSOCIATION CANADIENNE DES ENTRAÎNEURS

ACCORD DE 2013 SUR LE MANDAT DE L ASSOCIATION CANADIENNE DES ENTRAÎNEURS Annexe 1 ACCORD DE 2013 SUR LE MANDAT DE L ASSOCIATION CANADIENNE DES ENTRAÎNEURS Les ministres des gouvernements fédéral et provinciaux/territoriaux responsables du Sport, de l Activité physique et des

Plus en détail

COMMUNIQUÉ. Processus traditionnel de règlement des griefs et processus accéléré spécial

COMMUNIQUÉ. Processus traditionnel de règlement des griefs et processus accéléré spécial COMMUNIQUÉ À l intention de tous les membres de l'afpc qui travaillent ou ont travaillé à l Agence Parcs Canada et qui ont des griefs en suspens liés à l Examen national de la classification (l «Examen

Plus en détail

6 février 2009. Renouvellement des politiques : Directive sur la gestion des technologies de l information

6 février 2009. Renouvellement des politiques : Directive sur la gestion des technologies de l information 6 février 2009 Renouvellement des politiques : Directive sur la gestion des technologies de l information Facteurs déterminants du changement : Examens du GC Examens stratégiques, horizontaux et examens

Plus en détail

ALLEMAGNE. AM021f-Y 1

ALLEMAGNE. AM021f-Y 1 ALLEMAGNE AM021f-Y 1 M. Levin Holle, Directeur de section, Chef de la délégation allemande Discours de la délégation allemande à l occasion de l Assemblée annuelle 2013 de la BERD Nous sommes heureux que

Plus en détail

Réussites et défis dans la formation aux compétences essentielles au Manitoba Compétences pour l avenir 10 juillet 2014 Île-du-Prince-Édouard

Réussites et défis dans la formation aux compétences essentielles au Manitoba Compétences pour l avenir 10 juillet 2014 Île-du-Prince-Édouard Réussites et défis dans la formation aux compétences essentielles au Manitoba Compétences pour l avenir 10 juillet 2014 Île-du-Prince-Édouard Sandi Howell Division du développement de la main-d œuvre et

Plus en détail

Stratégie de participation Jeunesse

Stratégie de participation Jeunesse Stratégie de participation Jeunesse Contexte La Stratégie de participation Jeunesse repose sur le Colloque jeunesse de la Croix-Rouge canadienne, qui a eu lieu à St. John s, à Terre-Neuve, du 14 au 17

Plus en détail

Résolutions et décisions prises par la Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption

Résolutions et décisions prises par la Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption Résolutions et décisions prises par la Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption V.07-80749 (F) 150207 160207 *0780749* Table des matières A. Résolutions... 3

Plus en détail