Conception du système informatique

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Conception du système informatique"

Transcription

1 Gestion du système des retraites Conception du système informatique Oleksiy Sluchynsky Company LOGO 1

2 Sujets de la Présentation I. Conception & Programme de mise en œuvre du système II. Élaboration du processus III. Élaboration des données IV. Acquisition et mise en route du système informatique 2

3 Première Partie Conception & Programme de mise en oeuvre du Système 3

4 A quel moment Concevoir ou Restructurer le système informatique des retraites Automatisation des processus existants ou Redéfinir ou améliorer les procédures existantes ou Une réforme systémique complète ou Mise en route d un nouveau système 4

5 Étape capitale pour la conception et à la mise en route système (*) Programme stratégique Évaluation des positions stratégiques en cours Détermination des futurs points stratégiques à relever Aligner le programme du système informatique sur celui de l organisation stratégique Évaluer les secteurs où une amélioration technologique est attendue Analyse et conception du système informatique Élaboration d un Modèle de procédure de haut niveau Modèle de procédures utilisant les organigramme des données Élaboration d un Modèle de Données global Analyse des types de données et leurs formats Analyse des exigences de l utilisateur des données Conception de formulaires, rapports et écrans Lancement du système Définir les conditions requises par le matériel informatique et les logiciels Décider des options d acquisition et de lancement Préparer un plan de gestion du lancement. Allouer des ressources suffisantes pour les tests et la formation. (*) Partiellement basé sur Data Modeling, G. L. Sanders,

6 Planification stratégique Tout n est qu une question de données L information vaut de l or, cela s applique littéralement aux activités de gestion des régimes d assurance vieillesse, privés ou publics Sans un bon système d archives, il n existe aucun droit clair et légitime à des avantages ou des avoirs. Il n existe pas non plus de retraite sure. Des programmes de réforme des retraites réussis devraient allouer des sommes considérables à la conception d un système informatique, ainsi qu à son lancement. 6

7 Programmation stratégique et ses coûts Des données de qualité passent par des coûts; Les systèmes de cotisation sont particulièrement exigeants Les coûts peuvent être atténués à travers une étude à grande échelle des procédures, la conception du système, une coopération efficace entre les agences tant dans la phase de lancement que dans celle de la maintenance La conception ou la restructuration des systèmes informatiques va de pair avec l analyse et la (re) conception des procédures et opérations de l activité. 7

8 Deuxième Partie Elaboration du processus: Topologie du processus d entreprise Et Répartition Institutionnelle du Travail 8

9 Les Concepteurs de Systèmes doivent totalement assimiler les procédures liées à l activité Missions Institutions Procéssus Qu es ce qui doit être fait? Qui est impliqué? CommentC omment les tâches sont elles réalisées? 9

10 Missions de haut niveau dans la gestion des fonds de pension Enregistrement des Membres Enregistrement des Entreprises Système d enregistrement Collecte du paiement des cotisations Collecte des rapports d encaissements Comptabilisation et suivi Application Système de collecte Gestion financière Archivage individuel Gestion des investissements Système administratif Paiement des prestations Système de paiement 10

11 Institutions Impliquées Bureau de l état civil Bureau d enregistrement des entreprises (ex: ministère du commerce et de l industrie) Bureau de paiement des cotisations (BP) (ex: administration fiscale) Administration des Retraites de la Fonction Publique (ARFP) Banques commerciales Banques Centrales (BC) Trésorerie Administrateurs de fonds de Retraite Privés (ARP) Dépositaire des biens Gestionnaire privé indépendant. 11

12 Échantillon du système de collecte des fonds de retraite Flux d informatiqued Bureau d état civil Business d enregistrement des entreprises Employeur Flux monnétaire Bureau de paiement des cotisations (administration fiscale) Banques commerciales Administration des retraites du secteur public Comptes de collecte (Banque Centrale) Trésorerie Nationale Administrateurs de fonds de retraite privés Gérant indépendant des biens Dépositaire des biens 12

13 Échantillon de matrice des procédure: Enregistrement des membres Institution Processus Bureau d état civil ARFP et/ou ARP Formulaires de demandes de cotisation Vérification/correction des erreurs, attribution des statuts Enregistrement des nouveaux numéros d identification, notification à l employé Échange des données avec les ARFP et les BP Mise à jour continue des données personnelles (situation de famille, adresse, etc. ) Enregistrement des nouveaux membres Vérification des données avec l état civil, émission de courriers de notification Conservation des données mises à jour. 13

14 Échantillon de matrice de processus: Enregistrement des entreprises Institution Processus Bureau d enregistrement des entreprises ARFP et/ou ARP Collecte des formulaires de demande Vérifier/corriger les erreurs, attribuer des statuts Enregistrer les numéros des nouvelles entreprises; notification aux entreprises Échange des données avec les ARFP et les BP Mise à jour continue des données des entreprises (adresse, secteur, statut; etc. ) Enregistrement des nouvelles entreprises Vérifier les données auprès du service d enregistrement des entreprises Maintenir les données des entreprises à jour 14

15 Échantillon de la matrice de matrice de processus: Collecte des paiements Institution Banques commerciales Banque Centrale Trésorerie Processus Collecte des paiements des entreprises et les travailleurs indépendants Collecte et enregistrement des formulaires de déclaration Regrouper les transferts vers le compte de collecte général Rapports des transactions vers les BP et les BC Conciliation du regroupement des versements vis à vis de la BC Regroupement des paiements auprès des banques commerciales et crédit du compte de collecte Rapport émis vers les BP et les ARFP Exécuter les instructions sur l utilisation des fonds. Réaliser les paiements de cotisations des travailleurs du secteur public Rapport sur les cotisation auprès des BC et des BP Bureau de collecte Collecte et enregistrement des copies de toutes les déclarations et rapports émis par les BC et les banques commerciales Recoupement et suivi des divergences Soumission des données enregistrées aux ARFP 15

16 Échantillon de matrice de processus: Collecte des rapports Institution Bureau de paiement Processus Collecte, vérification et traitement des déclarations de paiement Collecte des rapports de cotisation périodiques détaillés émis par les employeurs Contrôle quotidien, attribution des statuts et suivi avec les employeurs Gestion de l entrée des données et traitement de tous les rapports. Émission, distribution, collecte et traitement des rapports d erreurs Collecte et traitement des rapports de correction émis par les employeurs Soumission des données traitées ARFP 16

17 Échantillon de matrice des processus: Rapprochements Institution Bureau de paiement Processus Contrôler la concordance des montants entre: (a) les paiements et les déclarations, (b) les déclarations et les rapports de cotisation périodiques Identifier et suivre les paiements, déclarations et rapports manquants Émettre et distribuer les avis de contradiction dans le cadre de paiements, déclarations et rapports. Enregistrer et traiter les paiements supplémentaires ainsi que les remboursements Rapport des résultats auprès des ARFP 17

18 Remarques sur la reconfiguration des processus de rapprochement Les réformes qui introduisent un plan de cotisation précis imposent un niveau très élevé du traitement et de la qualité des données. Identifier la propriété des avoirs devient un produit capital de l activité commerciale de collecte et recoupement. Les procédures de collecte et de recoupement ont parfois besoin d être totalement redéfinies et/ou renforcées Au vu de la complexité de la tache, les bureaux de paiement pourraient vite se retrouver à court de ressources. Rien ne peut remplacer un processus de recoupement de qualité, mais un bon suivi et certains mécanismes de contrôle supplémentaires se révèleront utiles: Des fiche de paie détaillés produits par l employeur Une saisie en partie double des données critiques par les BP Vérification et rapprochements faits par les ARFP Rapports périodiques émis par les ARFP au membres système 18

19 Échantillon de matrice de processus: Mise en application Institution Bureau de collecte Processus Retracer la fiabilité des entreprises et des travailleurs indépendants Émettre et distribuer les notices d évaluation Imposer les pénalités Suivi avec la participation des payeurs de cotisations. 19

20 Échantillon de matrice de processus: Gestion Financière Institution Processus Administration de Retraites de la Fonction Publique (ARFP) Collecte et enregistrement de toutes les informations provenant des BP Rapprocher avec celles des BC Produire et traiter les rapports d erreurs pour les BP et les BC Distinguer les fonds de bénéfices définis des fonds des systèmes de cotisation. Émettre des instructions quant à l utilisation de ces fonds Exécuter le parcours d une transaction d audit Rapport aux administrateurs de fonds de retraite privés Administration de Retraites Privés (ARP) Recevoir et traiter les informations des ARFP Rapprochement avec le dépositaire Produire et traiter les rapports d erreurs de ARFP Émettre les instructions sur l utilisation des fonds Mettre en oeuvre une comptabilité des coûts adéquate Mettre en place un parcours pour un audit de transaction 20

21 Échantillon de matrice de processus: Gestion des investissements Institution Processus ARFP et/ou ARP, Gérant, gardien des avoirs Produire et exécuter les instructions d investissement Suivre l évolution des fonds investis Comptabilité des gains/pertes générés par les investissements Fournir et gérer les investissements à options multiples 21

22 Échantillon de matrice processus: Archivage individuel Institution ARFP et/ou ARP Processus Maintenir la base de données des participants avec des informations sur leur cotisations, leur historique professionnel et le paiement de leur prestations Collecte et traitement d informations sur les nouvelles cotisations provenant des BP et des ARFP Garder séparément les composantes des cotisations selon celles employeurs/employés, obligatoires/volontaires. Mise en oeuvre des mécanismes de partage des bénéfices provenant des investissements entre les comptes des membres. Suivre l équilibre des comptes des membres individuels Rechercher les investissements que préfèrent les membres Enregistrer et traiter les requêtes individuelles de changement d option d investissements Rechercher le droit individuel aux prestations de retraite Collecter et enregistrer les informations sur les personnes bénéficiaires désignées par le membre Émettre et distribuer des relevés de compte individuels 22

23 Échantillon de matrice de processus: Paiement des avantages Institution Processus ARFP et/ou ARP Rechercher et vérifier le bon droit des membres et de leur bénéficiaires Émettre et distribuer les courriers de notification d admissibilité Collecter, enregistrer et traiter les demandes de prestations Conserver les caractéristiques d admissibilité (vieillesse, survivant, handicap) Calcul du montant des prestations. Détermination des types de paiements (annuel, forfaitaire, progressifs, progressifs avec retraits) Émettre et faire parvenir les courriers stipulant la décision Émission des instructions de paiement Permettre indexation, correction et ajustement des prestations. Faire un rapprochement des les montants payés auprès de la banque 23

24 Conception de processus Diagramme de flux des données (Graphiques de flux) Représentation schématique logique du détail des activités de l entreprise Il existe des ensembles de prestations commerciales permettant une assistance dans la tâche. 24

25 Troisième Partie Élaboration des données: Définir, Classifier, Conserver et Lier les Données 25

26 Catégories d informations Agents du système (Employeurs, Membres, Bénéficiaires, Banques, etc.) Transactions financières Équilibres financiers Transactions non financières Attributs et statuts 26

27 Collecte & Classification des données La nature de la donnée déterminera la façon dont elle sera collectée, organisée et conservée Donnée Statique Collectée une fois, elle sollicite une une mise à jour peu régulière (ex: Informations sur les participants, leurs bénéficiaires, les entreprises, etc.) Donnée Dynamique Collectée ou générée sur une base périodique (pré-déterminée) (ex: salaires, cotisations, équilibre des comptes, etc.) Comprendre la nature de la donnée permettra une structure de la base de donnée plus efficace dans le cadre de son exploitation 27

28 Lier et conserver les données Modèle de donnée logique Détermine la donnée qui doit être conservée afin de répondre aux besoins de toute activité Fournit une description de divers éléments de données Détermine une relation entre les éléments des données Modèle de donnée physique Précise la manière dont la donnée est concrètement conservée dans la base de données Permet une performance optimale de la base de donnée 28

29 Échange des données Les interfaces sont critiques La structure et le nombre d interface auront un impact important sur la conception du modèle de données. Un manque de clarté dès la phase initiale des interfaces intraorganisationnelles peut considérablement augmenter le risque d un lancement retardé du système à cause d un constant effort de reconception ayant un effet sur la totalité du système Les concepteurs de systèmes doivent être conscients des déficiences opérationnelles et informatiques du système d interfaces, afin que les contingences externes soient, autant que possible, incorporées. Les composants de l interface de la base de données devraient être structurées dans en vue d une expansibilité fonctionnelle 29

30 Quatrième partie Système informatique Acquisition et lancement 30

31 Mise en œuvre d un système informatique Ce processus devrait rassembler la partie opérationnelle et les informaticiens. L informatique est seulement une partie de la solution. Toutes les opérations devraient être évaluées de manière critique. Les équipes devraient être composées de dirigeants, d informaticiens et des opérateurs de terrain. Les ressources internes et les expertises externes devraient être attentivement soupesées afin que soit déterminée les compétences disponibles mises en place pour optimiser la stratégie de lancement. Réaliser une enquête sur les solutions informatiques existant ailleurs pour la réalisation des mêmes tâches, rechercher les produits commerciaux disponibles. Définir et attentivement analyser tous les risques impliqués dans le développement et la maintenance. S attendre à l inattendu. Être prêt à affronter de nombreuses contingences. La mise en application est une phase qui prend beaucoup de temps. 31

32 Les défis de la mise en œuvre informatique L activation d un système informatique est une entreprise difficile Moyennes aux États Unis: 50% of des activations de grande échelle échouent 80% entraînent des avenants aux contrats Plus de la moitié entraînent des conflits Éléments tirés de la présentation Procurement of Information System and Technology réalisée par Carlos Ferreira, BM,

33 Approche courante de la Restructuration des systèmes informatiques (*) Re-conception Analyse, élaboration et modification d un système d organisation existant. Restructuration Retrait de la plate-forme informatique centralisée et le service centralisé du système informatique..déplacements vers un réseau local et vers une structure client-serveur. Sous traitance Contracter des fonctions de système variées auprès de prestataires externes de services. Intégration du système Fusion des divers matériaux, logiciels et systèmes de communication vers une nouvelle unité opérationnelle consolidée (*) Basé sur Modélisation des données, G. L. Sanders,

34 Développer les solutions informatiques Opérations de sous traitance Contracter des fonctions de système variées auprès de prestataires externes de services. Aucune responsabilité directe sur le processus. Adapter un produit d emploi courrant Reprise sur mesure d un produit commercial déjà développé afin de l adapter aux besoins de l activité. Sous traitance du développement Recrutement d une entreprise de consultant informatique professionnelle pour développer un logiciel ou ses composantes. Développement en interne Mobilisation d une équipe de spécialistes internes et externes pour développer un système sous l organisation interne. 34

35 Considérations Stratégiques Opérations de sous traitance Adapter un produit d emploi courrant Sous traiter le développement Développement en interne Avantages Expertise et capacités externes Peut éviter des coûts par la spécialisation Peut être simple et rapide Exploitation interne des systèmes et contrôle sur le processus de l activité Avantage de l expertise technique externe Totale détention du processus Changement de fonction totalement interne Savoir faire en contexte, réseau, besoins, utilisateurs Risques Faute d attention aux petits détails du processus ou des besoins qui peuvent se révéler essentiels et menacer la mise en route L exploitation peut être associée à un contingent important et à des coûts cachés (ex besoin d aller vers de nouvelles versions) La reprise sur mesure peut prendre plus de temps que prévu à cause de spécificités locales La maintenance peut se révéler coûteuse Une grande dépendance vis à vis du prestataire, ainsi que des coûts fixes irrécupérables Il est impossible de préciser toutes les contingences dans le contrat d origine Risque important que les contingences soient supplantés par les coûts de temps et d argent Une grande dépendance vis à vis du prestataire, ainsi que des coûts fixes irrécupérables Manque de spécialistes en informaticiens et en gestion dans le secteur public. La différence qui existe entre les salaires du secteur privé et ceux du secteur public peut aboutir à une perte de personnel apte à la maintenance. 35

36 Risques à l acquisition (*) Contractuel Gestion Externe Manque de spécialisation dans les besoins techniques initiaux Manque de mécanismes d ajustement aux changements Ambiguïté dans l approbation des procédures Risque de dépassement de coûts et de temps Plan de gestion de mauvaise qualité et moyens d application laxistes Manque de compétences de contrôle et/ou d efforts de la part du client Attention et ressources du prestataires allant doucement vers de nouveaux projets et clients. Approche non interventionniste qui ne peut que retarder la crise alors que la gestion à petite échelle par le client lève de nouveaux engagements. Changements légaux, de politique et de réglementation. Changement de gestion Changements technologiques rapides (*) Partiellement basé sur la présentation de Carlos Ferreira, WB, Procurement of Information Systems and Technology,

37 Conclusions Des données de qualité et des procédures claires sont essentielles à une administration moderne de sécurité sociale. Les systèmes précis sont particulièrement cruciaux pour les plans de retraite de comptes individuels. Un système informatique bien organisé a toujours des retombées favorables. Il rend la tâche plus efficace et renforce la confiance publique dans les institutions de la sécurité sociale. La reconfiguration du système informatique, sa conception et sa mise en œuvre doivent «appartenir» à l organisation, sans être dirigés par un groupe de consultants externes. 37

38 Conclusions La reconfiguration du système concerne les changements dans l organisation. Un traitement de données satisfaisant nécessitera: Des canaux d information bien établis; Des procédures de travail bien définies et efficaces; L engagement, le soutien et la volonté politique de la direction autant que du personnel. Le lancement du projet doit avoir un programme et des responsabilités clairement déterminées. Les chances de réussite peuvent être accrues si l équipe du personnel et/ou des consultants engagés dans la conception et le développement des nouveaux systèmes travaillent le plus près possible des unités opérationnelles.. Comparer avant d acheter. On gagne à apprendre des solution pratiquées dans d autres pays. Une stratégie de reconfiguration/développement sure est aussi capitale qu un budget conséquent. 38

Système d information : Maximiser le retour sur investissement

Système d information : Maximiser le retour sur investissement Améliorer le contrôle interne Système d information : Maximiser le retour sur investissement LAURA FREDERICK, CONSULTANTE EN TI ET GESTION DU CHANGEMENT, ECHANGE, LLC, (MARS 2002) WWW.GLOBALECHANGE.COM

Plus en détail

LE CONCEPT DE L EXPLOITATION IMPLANTÉ AU MTQ ET LE PROGICIEL DÉVELOPPÉ À L APPUI DE LA PRISE DE DÉCISION EN ENTRETIEN ESTIVAL DES ROUTES

LE CONCEPT DE L EXPLOITATION IMPLANTÉ AU MTQ ET LE PROGICIEL DÉVELOPPÉ À L APPUI DE LA PRISE DE DÉCISION EN ENTRETIEN ESTIVAL DES ROUTES LE CONCEPT DE L EXPLOITATION IMPLANTÉ AU MTQ ET LE PROGICIEL DÉVELOPPÉ À L APPUI DE LA PRISE DE DÉCISION EN ENTRETIEN ESTIVAL DES ROUTES Philippe Veillette, ing. Anne Baril, ing. Ministère des Transports

Plus en détail

Mise à jour : octobre 2011. Chapitre 8 La mission d audit La planification

Mise à jour : octobre 2011. Chapitre 8 La mission d audit La planification Mise à jour : octobre 2011 Chapitre 8 La mission d audit La planification Table des matières 1. Les procédés préliminaires... 1 2. L approche de partenariat avec le gestionnaire... 2 3. La connaissance

Plus en détail

Guide de rédaction. Plan d affaires d une entreprise ou d un projet d économie sociale

Guide de rédaction. Plan d affaires d une entreprise ou d un projet d économie sociale Guide de rédaction Plan d affaires d une entreprise ou d un projet d économie sociale Table des matières LA PRÉSENTATION DU PROJET 1.1. Le résumé du projet 1.2. L utilité sociale du projet 1.3. Le lien

Plus en détail

COMITE D AUDIT RAPPORT ANNUEL - 2012

COMITE D AUDIT RAPPORT ANNUEL - 2012 COMITE D AUDIT RAPPORT ANNUEL - 2012 INSTITUT NATIONAL DU CANCER RAPPORT AU COMITE D AUDIT Page 1 Sommaire I. TRAVAUX DU COMITE D AUDIT EN 2012... 3 II. PLAN ANNUEL D AUDIT 2012... 3 1. CONTEXTE... 3 2.

Plus en détail

Comment surveiller un changement profond :

Comment surveiller un changement profond : : présenter votre plan de basculement aux IFRS dans le rapport de gestion Le basculement des normes canadiennes d information financière aux Normes internationales d information financière (les «IFRS»)

Plus en détail

POLITIQUE GESTION ET SÉCURITÉ DE L INFORMATION

POLITIQUE GESTION ET SÉCURITÉ DE L INFORMATION POLITIQUE GESTION ET SÉCURITÉ DE L INFORMATION Objectifs Encadrer la gestion de l information conformément aux lois et règlements en la matière Promouvoir une utilisation efficace, appropriée et sécuritaire

Plus en détail

COMMENT LE BPM MODERNISE LE SECTEUR PUBLIC

COMMENT LE BPM MODERNISE LE SECTEUR PUBLIC COMMENT LE BPM MODERNISE LE SECTEUR PUBLIC Découvrez comment la mise en place de Bonita BPM a permis d optimiser les processus au sein du secteur public, tant pour les agents que pour les usagers. Le grand

Plus en détail

Cartographie de compétences d un entrepreneur

Cartographie de compétences d un entrepreneur Cartographie de compétences d un entrepreneur Mission générale L entrepreneur définit la stratégie générale de l entreprise et supervise sa mise en œuvre Principales activités L entrepreneur fixe les objectifs

Plus en détail

ANNEXE I RÉFÉRENTIEL PROFESSIONNEL DES DIRECTEURS D ÉTABLISSEMENT OU DE SERVICE D INTERVENTION SOCIALE. Contexte de l intervention

ANNEXE I RÉFÉRENTIEL PROFESSIONNEL DES DIRECTEURS D ÉTABLISSEMENT OU DE SERVICE D INTERVENTION SOCIALE. Contexte de l intervention ANNEXE I RÉFÉRENTIEL PROFESSIONNEL DES DIRECTEURS D ÉTABLISSEMENT OU DE SERVICE D INTERVENTION SOCIALE Contexte de l intervention Les directeurs d établissements ou de services d intervention sociale orientent,

Plus en détail

Logiciel de gestion de la main-d œuvre

Logiciel de gestion de la main-d œuvre Logiciel de gestion de la main-d œuvre Logiciel de gestion de la main-d œuvre GoalPost Le logiciel de gestion de la main-d œuvre GoalPost d Intelligrated procure des renseignements sur demande pour évaluer,

Plus en détail

Fiches emplois communautaires. Réseau Cicas Version Collaborateurs 07/10/2015

Fiches emplois communautaires. Réseau Cicas Version Collaborateurs 07/10/2015 Fiches emplois communautaires Réseau Cicas Version Collaborateurs 07/10/2015 l[ NOTICE MÉTHODOLOGIQUE Utilisation des fiches emplois communautaires LES OBJECTIFS DES FICHES EMPLOIS COMMUNAUTAIRES Les fiches

Plus en détail

Recommandation relative à l adoption d une bonne politique de rémunération dans les établissements financiers

Recommandation relative à l adoption d une bonne politique de rémunération dans les établissements financiers Circulaire _2009_34 du 26 novembre 2009 Recommandation relative à l adoption d une bonne politique de rémunération dans les établissements financiers Champ d'application: Les principes énoncés dans la

Plus en détail

RECRUTEMENT FONDÉ SUR LE SAVOIR

RECRUTEMENT FONDÉ SUR LE SAVOIR RECRUTEMENT FONDÉ SUR LE SAVOIR Par Alan Davis Solutions de dotation en personnel pour le nouveau millénaire QU EST-CE QUE LE RECRUTEMENT FONDÉ SUR LE SAVOIR? Le recrutement fondé sur le savoir donne lieu

Plus en détail

BTS - Comptabilité et gestion des organisations

BTS - Comptabilité et gestion des organisations Impression à partir du site https://offredeformation.picardie.fr le 18/12/2015. Fiche formation BTS - Comptabilité et gestion des organisations - N : 16037 - Mise à jour : 07/09/2015 BTS - Comptabilité

Plus en détail

LE CRM À L ÈRE DU CLIENT. façons de satisfaire vos clients et de stimuler la croissance de votre entreprise grâce à un CRM moderne.

LE CRM À L ÈRE DU CLIENT. façons de satisfaire vos clients et de stimuler la croissance de votre entreprise grâce à un CRM moderne. LE CRM À L ÈRE DU CLIENT façons de satisfaire vos clients et de stimuler la croissance de votre entreprise grâce à un CRM moderne ebook 1 SOMMAIRE Résumé analytique Mieux aligner les ventes et le marketing

Plus en détail

CATALOGUE DE FORMATIONS. AfCA NIGER à l honneur de vous présenter son catalogue dans les domaines suivants :

CATALOGUE DE FORMATIONS. AfCA NIGER à l honneur de vous présenter son catalogue dans les domaines suivants : CATALOGUE DE FORMATIONS AfCA NIGER à l honneur de vous présenter son catalogue dans les domaines suivants : DOMAINE 1 : Management de la qualité DOMAINE 2: Management des ressources humaines DOMAINE 3:

Plus en détail

Révisions ISO Livre blanc

Révisions ISO Livre blanc Révisions ISO ISO Revisions Révisions ISO Livre blanc Quelle est la différence entre une approche procédure et une approche processus? Aborder le changement Processus vs procédures : Qu est-ce que cela

Plus en détail

Quels sont les avantages d une phase d audit bien préparée?

Quels sont les avantages d une phase d audit bien préparée? Faciliter l audit des comptes consolidés en 10 étapes clés Quel processus suivre pour bien préparer l audit des comptes? Comment se faire assister de l outil informatique? Quels sont les avantages d une

Plus en détail

TERMES DE REFERENCE POUR L AUDIT EXTERNE DES PROJETS FINANCÉS PAR LE GROUPE DE LA BANQUE AFRICAINE DE DÉVELOPPEMENT

TERMES DE REFERENCE POUR L AUDIT EXTERNE DES PROJETS FINANCÉS PAR LE GROUPE DE LA BANQUE AFRICAINE DE DÉVELOPPEMENT Annexe 4 TERMES DE REFERENCE POUR L AUDIT EXTERNE DES PROJETS FINANCÉS PAR LE GROUPE DE LA BANQUE AFRICAINE DE DÉVELOPPEMENT 1. CONTEXTE 1.1 Le Groupe de la Banque africaine de développement (la Banque)

Plus en détail

Initiation à la comptabilité simplifiée

Initiation à la comptabilité simplifiée Lot 2 : Fiscalité et comptabilité Initiation à la comptabilité simplifiée Ville de Paris Carrefour des Associations Parisiennes PROJETS-19 projets19@projets19.org Organisation matérielle : 3 heures avec

Plus en détail

Aide-Mémoire. Nouvelles approches de réforme, d innovation et de modernisation des services publics et des institutions de l Etat

Aide-Mémoire. Nouvelles approches de réforme, d innovation et de modernisation des services publics et des institutions de l Etat African Training and Research Centre in Administration for Development المرآز الا فريقي للتدريب و البحث الا داري للا نماء Centre Africain de Formation et de Recherche Administratives pour le Développement

Plus en détail

TD n 1 de fonctionnement des organisations (introduction au cours)

TD n 1 de fonctionnement des organisations (introduction au cours) TD n 1 de fonctionnement des organisations (introduction au cours) Organisations = rassemblent de personnes qui répartit des tâches : I) Présentation de l entreprise A) Approche économique et sociale 1)

Plus en détail

M i n i s t è r e d e l a S a n t é S e c r é t a r i a t G é n é r a l d u M i n i s t è r e

M i n i s t è r e d e l a S a n t é S e c r é t a r i a t G é n é r a l d u M i n i s t è r e R é p u b l i q u e d u B é n i n M i n i s t è r e d e l a S a n t é S e c r é t a r i a t G é n é r a l d u M i n i s t è r e Direction des Pharmacies, du Médicament et des Explorations Diagnostiques

Plus en détail

Cartographie de compétences : conception d un plan d affaire

Cartographie de compétences : conception d un plan d affaire Cartographie de compétences : conception d un plan d affaire Processus Activité Attitudes / comportements Capacités Connaissances Définition de l idée Utilise des méthodes et des techniques d évaluation

Plus en détail

QUESTIONNAIRE ADRESSÉ AUX PAYS SYNTHÈSE DES RÉPONSES

QUESTIONNAIRE ADRESSÉ AUX PAYS SYNTHÈSE DES RÉPONSES QUESTIONNAIRE ADRESSÉ AUX PAYS SYNTHÈSE DES RÉPONSES Pour préparer la réunion du Comité de la Gouvernance publique au niveau ministériel, un questionnaire a été adressé aux pays. Le présent document se

Plus en détail

GÉNIE LOGICIEL (SOFTWARE ENGINEERING)

GÉNIE LOGICIEL (SOFTWARE ENGINEERING) GÉNIE LOGICIEL (SOFTWARE ENGINEERING) 7ÈME PARTIE GESTION DE PROJETS (PROJECT MANAGEMENT) Faculté des Sciences et Techniques http://perso.univ-st-etienne.fr/jacquene/gl/ Francois.Jacquenet@univ-st-etienne.fr

Plus en détail

Bac professionnel comptabilité E.U.R.L ALTITOIT

Bac professionnel comptabilité E.U.R.L ALTITOIT Bac professionnel comptabilité E.U.R.L ALTITOIT SESSION 2009 SOMMAIRE I.Introduction 1 Pages II. Présentation de l entreprise 2 III. l organigramme de la société 3 IV. Description d un thème comptable

Plus en détail

Accessibilité handicapés. Adaptation du parc immobilier de l enseignement catholique aux règles d accessibilité pour les personnes handicapées

Accessibilité handicapés. Adaptation du parc immobilier de l enseignement catholique aux règles d accessibilité pour les personnes handicapées Accessibilité handicapés Adaptation du parc immobilier de l enseignement catholique aux règles d accessibilité pour les personnes handicapées Introduction Les établissements de l Enseignement catholique

Plus en détail

1. PRELEVEMENT SEPA : LE CADRE REGLEMENTAIRE

1. PRELEVEMENT SEPA : LE CADRE REGLEMENTAIRE Avril 2013 Zoom sur la réglementation SEPA (Single Euro Payments Area)- échéance 1er février 2014 : 1. PRELEVEMENT SEPA : LE CADRE REGLEMENTAIRE 1.1. Introduction : Le Conseil Européen des Paiements (European

Plus en détail

Projet de stratégie financière pour l OMS

Projet de stratégie financière pour l OMS CONSEIL EXÉCUTIF EB136/36 Cent trente-sixième session 24 décembre 2014 Point 12.1 de l ordre du jour provisoire Projet de stratégie financière pour l OMS Rapport du Secrétariat 1. En mai 2014, la Soixante-Septième

Plus en détail

TERMES DE REFERENCE POUR LE RECRUTEMENT DU CABINET D AUDIT EXTERNE DU PROJET PAI-STATFIN

TERMES DE REFERENCE POUR LE RECRUTEMENT DU CABINET D AUDIT EXTERNE DU PROJET PAI-STATFIN TERMES DE REFERENCE POUR LE RECRUTEMENT DU CABINET D AUDIT EXTERNE DU PROJET PAI-STATFIN 1. CONTEXTE 1.1 Le Groupe de la Banque Africaine de Développement appuie le Gouvernement de la République Démocratique

Plus en détail

Analyse et conception de systèmes d information

Analyse et conception de systèmes d information Analyse et conception de systèmes d information Présentation réalisée par P.-A. Sunier Professeur à la HE-Arc de Neuchâtel http://lgl.isnetne.ch Juin 2005 [SJB-02] Chapitre 4 1 Références Ce document a

Plus en détail

Le Certificat de Compétences en Entreprise (CCE)

Le Certificat de Compétences en Entreprise (CCE) Le Certificat de Compétences en Entreprise (CCE) PRINCIPE Le Certificat de Compétences en Entreprise (CCE) a pour objet : De mesurer et certifier les compétences constatées en milieu de travail, indépendamment

Plus en détail

SOLUTIONS DE GOUVERNANCE OPERATIONNELLE. Servir l excellence opérationnelle des organisations en optimisant les coûts et les risques

SOLUTIONS DE GOUVERNANCE OPERATIONNELLE. Servir l excellence opérationnelle des organisations en optimisant les coûts et les risques SOLUTIONS DE GOUVERNANCE OPERATIONNELLE Servir l excellence opérationnelle des organisations en optimisant les coûts et les risques La qualité d exécution des opérations d une organisation détermine son

Plus en détail

Repenser la retraite. Les lettres de crédit sont-elles la solution à la crise du provisionnement des régimes de retraite?

Repenser la retraite. Les lettres de crédit sont-elles la solution à la crise du provisionnement des régimes de retraite? Repenser la retraite Les lettres de crédit sont-elles la solution à la crise du provisionnement des régimes de retraite? Numéro 4, avril 2012 Une décennie de taux d intérêt en décroissance, plusieurs marchés

Plus en détail

Commentaires de la Banque Nationale

Commentaires de la Banque Nationale Commentaires de la Banque Nationale Livre blanc de l OCRCVM Modifications apportées aux règles concernant l obligation de mise à niveau des compétences et le versement direct de commissions Le 29 avril

Plus en détail

PLANIFICATION STRATÉGIQUE. 2014 à 2016. Planification stratégique Consortium en foresterie Version avril 2014 Page 1

PLANIFICATION STRATÉGIQUE. 2014 à 2016. Planification stratégique Consortium en foresterie Version avril 2014 Page 1 PLANIFICATION STRATÉGIQUE 2014 à 2016 Version avril 2014 Page 1 1. INTRODUCTION La forêt occupe une place importante pour la région de la Gaspésie et des Îles-de-la- Madeleine. Par conséquent, les besoins

Plus en détail

Table des matières INTRODUCTION... 3 1. GOUVERNANCE AU SEIN DES INSTITUTIONS APPLIQUANT L APPROCHE STANDARD AU TITRE DU RISQUE OPÉRATIONNEL...

Table des matières INTRODUCTION... 3 1. GOUVERNANCE AU SEIN DES INSTITUTIONS APPLIQUANT L APPROCHE STANDARD AU TITRE DU RISQUE OPÉRATIONNEL... CADRE DE TRAVAIL Caisses non membres d une fédération, sociétés de fiducie et sociétés d épargne désirant adopter une approche standard pour le calcul des exigences de fonds propres au titre du risque

Plus en détail

Soumission. Réalisation du site Web des municipalités de Saint-André-du-Lac-Saint-Jean Saint-François-de-Sales Sainte-Hedwidge Lac-Bouchette

Soumission. Réalisation du site Web des municipalités de Saint-André-du-Lac-Saint-Jean Saint-François-de-Sales Sainte-Hedwidge Lac-Bouchette Soumission Réalisation du site Web de la municipalité de Saint-Ludger-de-Milot Soumission Le 26 mars 2011 Réalisation du site Web des municipalités de Saint-André-du-Lac-Saint-Jean Saint-François-de-Sales

Plus en détail

Vers un Nouveau Mode Opératoire des Systèmes Bancaires. 1. Introduction

Vers un Nouveau Mode Opératoire des Systèmes Bancaires. 1. Introduction Vers un Nouveau Mode Opératoire des Systèmes Bancaires 1. Introduction Augmenter les revenus et réduire les coûts opérationnels représentent pour toute société deux moyens d augmenter leur profitabilité.

Plus en détail

Plan de communication stratégique de l Union Maghrébine des Agriculteurs (UMAGRI) 2013-2016

Plan de communication stratégique de l Union Maghrébine des Agriculteurs (UMAGRI) 2013-2016 Plan de communication stratégique de l Union Maghrébine des Agriculteurs (UMAGRI) 2013-2016 Consultante : jihène Ferjani Table des matières Présentation générale... 3 I. Diagnostic de la situation communicationnelle

Plus en détail

La Reconnaissance de la Qualité de Travailleur Handicapé (RQTH)

La Reconnaissance de la Qualité de Travailleur Handicapé (RQTH) Délégation Midi-Pyrénées Handicap et vie professionnelle La loi du 11 février 2005 1 a renforcé les exigences vis-à-vis de l emploi des personnes en situation de handicap. Ainsi, les personnes reconnues

Plus en détail

GBIF (2008) Vers l établissement d un point nodal opérationnel de participants du GBIF : définitions et considérations générales.

GBIF (2008) Vers l établissement d un point nodal opérationnel de participants du GBIF : définitions et considérations générales. Titre: Type de document: Expéditeur: Auteur(s) principal(aux)/ contact(s): Vers l établissement d un point nodal opérationnel de participants du GBIF : définitions et considérations générales Présentation

Plus en détail

Séminaire sur le partage des bonnes expériences et des défis en matière de e-gouvernance/e-administration

Séminaire sur le partage des bonnes expériences et des défis en matière de e-gouvernance/e-administration Centre Africain de Formation et de Recherche Administratives pour le Développement (CAFRAD) Fondation pour le Renforcement des Capacités en Afrique (ACBF) Original: Anglais Séminaire sur le partage des

Plus en détail

ROGAM CONSULTING Conseil Secteur Banque, Finance, Assurance

ROGAM CONSULTING Conseil Secteur Banque, Finance, Assurance ROGAM CONSULTING Conseil Secteur Banque, Finance, Assurance Associé Fondateur : Rony GAMIETTE - Tél : 06 03 79 31 03 E-Mail : rony.gamiette@rogamconsulting.com 1 L AUDIT DE PERFORMANCE 2 SOMMAIRE Introduction

Plus en détail

Système de management intégré pour le secteur des services : l expérience d une banque russe

Système de management intégré pour le secteur des services : l expérience d une banque russe Système de management intégré pour le secteur des services : l expérience d une banque russe par Valentin Nikonov Cet article présente un modèle de système de management intégré pour les entreprises de

Plus en détail

Pourquoi une fonction contrôle de gestion?

Pourquoi une fonction contrôle de gestion? Introduction Pourquoi une fonction contrôle de gestion? On constate une mutation profonde au cours des 30 dernières années dans l environnement et la pratique des entreprises, autour de deux points centraux

Plus en détail

ACCORD SUR LA CLASSIFICATION NATIONALE DES EMPLOIS Adopté en CPN le 28 mars 2006 Modifié en CPN le 10 juin 2008 Modifié en CPN le XX/XX/2014

ACCORD SUR LA CLASSIFICATION NATIONALE DES EMPLOIS Adopté en CPN le 28 mars 2006 Modifié en CPN le 10 juin 2008 Modifié en CPN le XX/XX/2014 ACCORD SUR LA CLASSIFICATION NATIONALE DES EMPLOIS Adopté en CPN le 28 mars 2006 Modifié en CPN le 10 juin 2008 Modifié en CPN le XX/XX/2014 PREAMBULE : OBJECTIFS DE LA CLASSIFICATION DES EMPLOIS Les Chambres

Plus en détail

Entraîner votre équipe à atteindre des résultats optimaux

Entraîner votre équipe à atteindre des résultats optimaux Entraîner votre équipe à atteindre des résultats optimaux Recrutement Professionnels Solutions RH Services en entreprise Entraîner votre équipe à atteindre des résultats optimaux L époque du travail individuel

Plus en détail

CRÉATION D UN COMITÉ NATIONAL DANS VOTRE PAYS

CRÉATION D UN COMITÉ NATIONAL DANS VOTRE PAYS CRÉATION D UN COMITÉ NATIONAL DANS VOTRE PAYS PLUS DE TRENTE COMITÉS NATIONAUX EXISTENT DÉJÀ. SEREZ-VOUS LE PROCHAIN PAYS? SOMMAIRE Guide de création d un comité national - 2 1. ÉTAPE 1 : MIEUX CONNAÎTRE

Plus en détail

DÉPÔT DU RAPPORT ANNUEL 2010-2011 DU PROTECTEUR DU CITOYEN

DÉPÔT DU RAPPORT ANNUEL 2010-2011 DU PROTECTEUR DU CITOYEN COMMUNIQUÉ DE PRESSE DÉPÔT DU RAPPORT ANNUEL 2010-2011 DU PROTECTEUR DU CITOYEN LA PROTECTRICE DU CITOYEN INVITE LES SERVICES PUBLICS À FAIRE PREUVE DE RIGUEUR TOUT EN ÉVITANT LA RIGIDITÉ ADMINISTRATIVE

Plus en détail

Étude de cas. Le cas de Robert et Élizabeth, titulaires d un compte enregistré À L USAGE EXCLUSIF DES CONSEILLERS

Étude de cas. Le cas de Robert et Élizabeth, titulaires d un compte enregistré À L USAGE EXCLUSIF DES CONSEILLERS Étude de cas Le cas de Robert et Élizabeth, titulaires d un compte enregistré À L USAGE EXCLUSIF DES CONSEILLERS Robert et Élizabeth : mise en contexte Robert et Élizabeth, un couple marié, tous deux âgés

Plus en détail

ACQUISITION D UN LOGICIEL DE GESTION DES MARCHES PUBLICS ET PRESTATIONS DE MAINTENANCE ASSOCIEES

ACQUISITION D UN LOGICIEL DE GESTION DES MARCHES PUBLICS ET PRESTATIONS DE MAINTENANCE ASSOCIEES COMMUNAUTE DE COMMUNES DES TROIS-PAYS 14 rue Clémenceau 62340 Guînes Tél : 03 21 00 83 33 Fax : 03 21 00 83 30 ACQUISITION D UN LOGICIEL DE GESTION DES MARCHES PUBLICS ET PRESTATIONS DE MAINTENANCE ASSOCIEES

Plus en détail

Une prise de décision maitrisée et en toute confiance dans le cadre de Solvabilité II

Une prise de décision maitrisée et en toute confiance dans le cadre de Solvabilité II Une prise de décision maitrisée et en toute confiance dans le cadre de Solvabilité II LIVRE BLANC SOLVABILITÉ II DE SECONDFLOOR www.secondfloor.com Table des matières 3 Présentation : Pourquoi les rapports

Plus en détail

Normes comptables pour les entreprises à capital fermé (Partie II du Manuel de CPA Comptabilité) Octobre 2014

Normes comptables pour les entreprises à capital fermé (Partie II du Manuel de CPA Comptabilité) Octobre 2014 Normes comptables pour les entreprises à capital fermé (Partie II du Manuel de CPA Comptabilité) Octobre 2014 Ordre du jour Développements en 2014 Amélioration majeure Avantages sociaux futurs Améliorations

Plus en détail

Projet de contribution du Cercle Ecole et Société. La formation des enseignants

Projet de contribution du Cercle Ecole et Société. La formation des enseignants «La refondation de l Ecole» Projet de contribution du Cercle Ecole et Société Sur le thème : La formation des enseignants La mission de l Ecole est de transmettre des savoirs et des connaissances mais

Plus en détail

Fonds de placement garanti BMO

Fonds de placement garanti BMO Fonds de placement garanti BMO Pour vous aider à atteindre votre objectif de placement plus rapidement. Les Fonds de placement garanti BMO... pour dormir en toute tranquillité Choix de fonds établis selon

Plus en détail

Référentiel de certification

Référentiel de certification Référentiel de certification Compétences Fonctions Capacités Compétences terminales F1, F2, F3 C1 Analyser F3, F4 C2 Concevoir F2, F4 C3 Réaliser Toutes fonctions Toutes fonctions C4 S informer, informer,

Plus en détail

Le guide. pratiques. entreprise. des bonnes. à l intégration en

Le guide. pratiques. entreprise. des bonnes. à l intégration en Le guide des bonnes pratiques à l intégration en entreprise La réussite d intégration dans une entreprise dépend essentiellement de deux acteurs : le nouvel embauché et son attitude pour réussir son intégration,

Plus en détail

Première partie. Maîtriser les pratiques d achat fondamentales

Première partie. Maîtriser les pratiques d achat fondamentales Introduction! Dans un contexte de mondialisation croissante des affaires et de forte demande de création de valeur de la part des dirigeants, l acheteur doit non seulement parfaitement maîtriser ses techniques

Plus en détail

Réussir le Use Test est une exigence critique pour les assureurs ayant

Réussir le Use Test est une exigence critique pour les assureurs ayant Réussir le Use Test est une exigence critique pour les assureurs ayant demandé la validation de leur sous Solvabilité II. Cet article décrit comment les assureurs peuvent en même temps satisfaire aux exigences

Plus en détail

Paiements de transfert Chapitre SP 3410. Avril 2011. Bases des conclusions CCSP

Paiements de transfert Chapitre SP 3410. Avril 2011. Bases des conclusions CCSP Paiements de transfert Chapitre SP 3410 Avril 2011 CCSP AVANT-PROPOS La lettre de mise à jour n o 33 du Manuel de comptabilité de l ICCA pour le secteur public, publiée en mars 2011, comprenait le chapitre

Plus en détail

MISSION DES AUDITS. Fiche d organisation fonctionnelle n 2 : Préparer une mission d audit

MISSION DES AUDITS. Fiche d organisation fonctionnelle n 2 : Préparer une mission d audit MISSION DES AUDITS Fiche d organisation fonctionnelle n 2 : Préparer une mission d audit Novembre 2011 Sommaire Objectifs de la fiche d organisation fonctionnelle 3 Domaine d application 3 Responsable

Plus en détail

Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP)

Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP) F CDIP/10/6 ORIGINAL : ANGLAIS DATE : 28 SEPTEMBRE 2012 Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP) Dixième session Genève, 12 16 novembre 2012 RAPPORT D ÉVALUATION DU PROJET RELATIF

Plus en détail

PROJET SUR L HÉRITAGE DES DOCUMENTS DES ACTIVITÉS OPÉRATIONNELLES PLAN GÉNÉRIQUE ET MODÈLE DE RESSOURCES APERÇU

PROJET SUR L HÉRITAGE DES DOCUMENTS DES ACTIVITÉS OPÉRATIONNELLES PLAN GÉNÉRIQUE ET MODÈLE DE RESSOURCES APERÇU PROJET SUR L HÉRITAGE DES DOCUMENTS DES ACTIVITÉS OPÉRATIONNELLES PLAN GÉNÉRIQUE ET MODÈLE DE RESSOURCES APERÇU TABLE DES MATIÈRES 1 Introduction... 3 2 Projet sur l'héritage des documents des activités

Plus en détail

de la part des membres de la holding afin que l intégration des sociétés entrantes se déroule pour le mieux et concrétise les synergies.

de la part des membres de la holding afin que l intégration des sociétés entrantes se déroule pour le mieux et concrétise les synergies. Chapitre 2 LA HOLDING : COHÉSION ET SYNERGIE La trentaine de membres s organisent autour de pôles de compétences nommés directions fonctionnelles du Groupe : Direction financière, Direction commerciale,

Plus en détail

Axes prioritaires d interventions économiques de la. Chambre de commerce de Lévis

Axes prioritaires d interventions économiques de la. Chambre de commerce de Lévis 1 Axes prioritaires d interventions économiques de la Chambre de commerce de Lévis Préambule Regroupant près de 140 000 habitants et plus de 65 000 travailleurs, le territoire de la Ville de Lévis profite

Plus en détail

VERS LES FONCTIONS SUPPORT DE L AGENCE FRANCAISE POUR LA BIODIVERSITE

VERS LES FONCTIONS SUPPORT DE L AGENCE FRANCAISE POUR LA BIODIVERSITE VERS LES FONCTIONS SUPPORT DE L AGENCE FRANCAISE POUR LA BIODIVERSITE 1- Des fonctions support organisées différemment selon les établissements Des fonctions support et/ou soutien existent dans chacun

Plus en détail

Voyages & Notes de Frais Étude KDS 2010. Automne 2010. Contenu par : KDS Téléphone: +33 (1) 46 29 33 80 www.kds.com

Voyages & Notes de Frais Étude KDS 2010. Automne 2010. Contenu par : KDS Téléphone: +33 (1) 46 29 33 80 www.kds.com Voyages & Notes de Frais Étude KDS 2010 Automne 2010 Contenu par : KDS Téléphone: +33 (1) 46 29 33 80 www.kds.com Verbatim... «Les voyages et les notes de frais sont des tâches ennuyantes, incohérentes

Plus en détail

La fidélisation des employés : un remède efficace face à la pénurie

La fidélisation des employés : un remède efficace face à la pénurie La fidélisation des employés : un remède efficace face à la pénurie Par Serge Lamarche, vice-président, Service à la clientèle, ADP Canada Dénicher des employés qualifiés dans le secteur du commerce de

Plus en détail

EFFICACITE JURIDIQUE ET PERFORMANCE COMMERCIALE. Yatma Mody NDIAYE Directeur a2i-cabinet Conseils (221) 77 639 43 83/E-mail: yatmamody@yahoo.

EFFICACITE JURIDIQUE ET PERFORMANCE COMMERCIALE. Yatma Mody NDIAYE Directeur a2i-cabinet Conseils (221) 77 639 43 83/E-mail: yatmamody@yahoo. EFFICACITE JURIDIQUE ET PERFORMANCE COMMERCIALE Yatma Mody NDIAYE Directeur a2i-cabinet Conseils (221) 77 639 43 83/E-mail: yatmamody@yahoo.fr AGENDA I. IMPACTS DES PROBLEMES JURIDIQUES SUR LA PERFORMANCE

Plus en détail

PROJET (propositions du groupe de travail)

PROJET (propositions du groupe de travail) APPUI OPERATIONNEL A L ELABORATION DES OUTILS PRATIQUES DE MISE EN PLACE DES CLASSIFICATIONS AU SEIN DE LA BRANCHE DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE PROJET (propositions du groupe de travail) Préambule Pourquoi

Plus en détail

Génie Logiciel. Hassan El Mansouri

Génie Logiciel. Hassan El Mansouri Hassan El Mansouri 1 Plan du cours Problématique et naissance du génie logiciel Cycle de développement, cycle de vie, cahier des charges Patrons de conception Programmation par composants, réutilisation

Plus en détail

CANADA SNOWBOARD - DIRECTEUR EXÉCUTIF

CANADA SNOWBOARD - DIRECTEUR EXÉCUTIF CANADA SNOWBOARD - DIRECTEUR EXÉCUTIF Canada Snowboard, l organisation nationale régissant le sport de snowboard compétitif au Canada, est à la recherche d un Directeur Exécutif à temps plein. Le Directeur

Plus en détail

chapitre 4 L innovation dans Le GRoupe

chapitre 4 L innovation dans Le GRoupe chapitre 4 L innovation dans Le GRoupe 4.1 définir L innovation selon l insee, l innovation est un changement significatif de nature technique, commerciale, organisationnelle, structurelle ou de logique

Plus en détail

Vers un cadre européen des qualifications 1 (EQF) pour un apprentissage tout au long de la vie.

Vers un cadre européen des qualifications 1 (EQF) pour un apprentissage tout au long de la vie. Vers un cadre européen des qualifications 1 (EQF) pour un apprentissage tout au long de la vie. Eléments de réflexion pour répondre à la consultation de la Commission européenne 1. Remarque préliminaire

Plus en détail

Plan de développement stratégique 2013-2016

Plan de développement stratégique 2013-2016 Plan de développement stratégique 2013-2016 INTRODUCTION Le Plan de développement stratégique présenté dans les pages qui suivent expose les objectifs du Groupe de Collaboration Internationale en Ingénierie

Plus en détail

COURS 1 460011 COURS 2 460025

COURS 1 460011 COURS 2 460025 COURS 1 460011 MÉTIER ET FORMATION Objectif de situation Se situer au regard du métier et de la démarche de formation. Connaître la réalité du métier; comprendre le projet de formation; confirmer son orientation

Plus en détail

Processus de demande sur EASE

Processus de demande sur EASE Processus de demande Démo de EASE Réservé aux conseillers à titre d information seulement Processus de demande sur EASE À B2B Banque, nous savons à quel point il est important de fournir aux conseillers

Plus en détail

Norme comptable internationale 24 Information relative aux parties liées

Norme comptable internationale 24 Information relative aux parties liées Norme comptable internationale 24 Information relative aux parties liées Objectif 1 L objectif de la présente norme est d assurer que les états financiers d une entité contiennent les informations nécessaires

Plus en détail

LES GROUPES DE PAROLE A France ALZHEIMER

LES GROUPES DE PAROLE A France ALZHEIMER LES GROUPES DE PAROLE A France ALZHEIMER L Association France Alzheimer est une association de familles créée par des familles et des professionnels du soin en 1985. A cette époque il n existe aucun traitement

Plus en détail

PROJET DE LOI ------- ÉTUDE D IMPACT. I - Situation de référence et objectifs de l accord ou convention :

PROJET DE LOI ------- ÉTUDE D IMPACT. I - Situation de référence et objectifs de l accord ou convention : RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère des affaires étrangères et européennes NOR : MAEJ1002191L PROJET DE LOI autorisant l approbation de l avenant à la convention entre la France et la Suisse en vue d éviter

Plus en détail

REGROUPEMENT DES RETRAITÉS RIO TINTO ALCAN, RCRA MEMBRES DU RÉGIME DE PENSION RPRTA

REGROUPEMENT DES RETRAITÉS RIO TINTO ALCAN, RCRA MEMBRES DU RÉGIME DE PENSION RPRTA REGROUPEMENT DES RETRAITÉS RIO TINTO ALCAN, RCRA MEMBRES DU RÉGIME DE PENSION RPRTA CFP 005M C.P. Rapport D Amours MÉMOIRE SUR LE RAPPORT 9 juillet 2013 1. Résumé exécutif Regroupement des Retraités de

Plus en détail

POSITION DE LA CES. Livre Blanc sur les pensions : «Pour garantir les retraites : Ne se tromper ni sur les objectifs, ni sur les moyens» 1

POSITION DE LA CES. Livre Blanc sur les pensions : «Pour garantir les retraites : Ne se tromper ni sur les objectifs, ni sur les moyens» 1 POSITION DE LA CES Livre Blanc sur les pensions : «Pour garantir les retraites : Ne se tromper ni sur les objectifs, ni sur les moyens» 1 1. Le 16 février 2012 la Commission a publié son Livre Blanc sur

Plus en détail

PROGRAMME DE LA FORMATION

PROGRAMME DE LA FORMATION PROGRAMME DE LA FORMATION Compétences du domaine professionnel Soutien à la communication et aux relations internes et externes : Collaborer avec le(s) manager (s) - Instaurer et entretenir la relation

Plus en détail

ECE/ Nations. Unies. européenss. Résumé /CES/2015/12. 2 avril 2015 Françaiss. Modèle générique. statistiques (ECE/CES/2014/3). GE.

ECE/ Nations. Unies. européenss. Résumé /CES/2015/12. 2 avril 2015 Françaiss. Modèle générique. statistiques (ECE/CES/2014/3). GE. Nations Unies Conseil économique et social ECE/ Distr. générale 2 avril 2015 Françaiss Original: anglais /CES/2015/12 Commission économique pour l Europe Conférence des statisticiens européenss Soixante-troisième

Plus en détail

Directives pour le contrôle interne Association suisse des banquiers (ASB) Juin 2002

Directives pour le contrôle interne Association suisse des banquiers (ASB) Juin 2002 Directives pour le contrôle interne Association suisse des banquiers (ASB) Juin 2002 2 Table des matières Préambule 3 I. Définition, objectifs et délimitation 4 II. Surveillance par le management et culture

Plus en détail

Loi fédérale sur le centre pour la qualité dans l assurance obligatoire des soins

Loi fédérale sur le centre pour la qualité dans l assurance obligatoire des soins Avant-Projet Loi fédérale sur le centre pour la qualité dans l assurance obligatoire des soins du L'Assemblée fédérale de la Confédération suisse, vu l'art. 117, al. 1, de la Constitution 1, vu le message

Plus en détail

P. O. Box 3243, Addis Ababa, ETHIOPIA Tel.: (251-11) 5517700 Fax: (251-11) 5517844 www.au.int AVIS DE VACANCE DE POSTE COMMISSAIRE DE POLICE

P. O. Box 3243, Addis Ababa, ETHIOPIA Tel.: (251-11) 5517700 Fax: (251-11) 5517844 www.au.int AVIS DE VACANCE DE POSTE COMMISSAIRE DE POLICE AFRICAN UNION UNION AFRICAINE 1. Poste: AVIS DE VACANCE DE POSTE COMMISSAIRE DE POLICE UNIÃO AFRICANA P. O. Box 3243, Addis Ababa, ETHIOPIA Tel.: (251-11) 5517700 Fax: (251-11) 5517844 www.au.int Titre

Plus en détail

L INFORMATIQUE OPÉRATIONNELLE

L INFORMATIQUE OPÉRATIONNELLE INTERBRANCHES FAMILLE MALADIE RECOUVREMENT RETRAITE ORGANISATION DU DISPOSITIF NATIONAL Le dispositif de formation est proposé par l Ucanss et mis en oeuvre par le Crafep, le CRF de Tours et le CRF de

Plus en détail

ENQUÊTE NATIONALE SUR LES PROFESSIONS RELIÉES AUX TECHNOLOGIES DE L INFORMATION 2002 DÉFINITIONS DES CONCEPTS

ENQUÊTE NATIONALE SUR LES PROFESSIONS RELIÉES AUX TECHNOLOGIES DE L INFORMATION 2002 DÉFINITIONS DES CONCEPTS ENQUÊTE NATIONALE SUR LES PROFESSIONS RELIÉES AUX TECHNOLOGIES DE L INFORMATION 2002 DÉFINITIONS DES CONCEPTS A Activités ou fonctions Ensemble d actions ou de tâches assignées accomplies par un employé

Plus en détail

Génie Logiciel. Hassan El Mansouri. Plan du cours. Problématique du Génie Logiciel

Génie Logiciel. Hassan El Mansouri. Plan du cours. Problématique du Génie Logiciel Hassan El Mansouri 1 Plan du cours Cycle de développement, cycle de vie, cahier des charges Patrons de conception Programmation par composants, réutilisation de composants Gestion des exceptions Stratégies

Plus en détail

COURS 1 462012 COURS 2 462025

COURS 1 462012 COURS 2 462025 COURS 1 462012 MÉTIER ET FORMATION Se situer au regard du métier et de la démarche de formation. Connaître la réalité du métier, comprendre le projet de formation, confirmer son orientation professionnelle.

Plus en détail

La Gestion des talents entre dans une nouvelle ère

La Gestion des talents entre dans une nouvelle ère La Gestion des talents entre dans une nouvelle ère Tom Pfeiffer Partner Audit Deloitte Sacha Thill Senior Consultant Operations Excellence & Human Capital Deloitte Soucieuses du bien-être et du développement

Plus en détail

Guide pour la préparation d une feuille de route pour élaborer la Stratégie Nationale de Développement de la Statistique (SNDS)

Guide pour la préparation d une feuille de route pour élaborer la Stratégie Nationale de Développement de la Statistique (SNDS) Guide pour la préparation d une feuille de route pour élaborer la Stratégie Nationale de Développement de la Statistique (SNDS) Février 2005 1 I. INTRODUCTION La réalisation d une SNDS en général et d

Plus en détail

La collecte et le traitement des données sur les Entreprises et la Banque de France

La collecte et le traitement des données sur les Entreprises et la Banque de France La collecte et le traitement des données sur les Entreprises et la Banque de France Yves Nachbaur Directeur des Entreprises Rabat, le 30 Mars 2012 1. La Banque de France et le suivi des Entreprises : quel

Plus en détail

PRESTATIONS D ASSURANCE-EMPLOI OU D ASSURANCE PARENTALE

PRESTATIONS D ASSURANCE-EMPLOI OU D ASSURANCE PARENTALE PRESTATIONS D ASSURANCE-EMPLOI OU D ASSURANCE PARENTALE INFORMATIONS GÉNÉRALES RELEVÉ D EMPLOI POUR LA PÉRIODE DES FÊTES 2008-2009 COMMUNIQUÉ IMPORTANT PÉRIODE DES FÊTES 2008-2009 RELEVÉ D EMPLOI POUR

Plus en détail

Gestion et exploitation d un réseau de transport en commun du 18 mai au 21 mai 2015

Gestion et exploitation d un réseau de transport en commun du 18 mai au 21 mai 2015 Gestion et exploitation d un réseau de transport en commun du 18 mai au 21 mai 2015 Recommandations générales Bernard Rivalta Ancien Président du SYTRAL Laurent Sénigout Directeur de l exploitation KEOLIS

Plus en détail

INTEGRITE DANS LE SECTEUR DE L EAU

INTEGRITE DANS LE SECTEUR DE L EAU INTEGRITE DANS LE SECTEUR DE L EAU DISPOSITIF DE CONTRÔLE INTERNE ET DE GESTION DES RISQUES COMME CADRE DE L INTEGRITE Expérience de l ONEE-Branche Eau DAO 1 Mostafa ETTOURKI Direction Audit et Organisation

Plus en détail