Professeur des écoles

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Professeur des écoles"

Transcription

1 ENSEIGNEMENT CONCOURS 2014 Concours NOUVEAU CRPE Professeur des écoles Entretien à partir d un dossier EPS et Système éducatif Plannings de révision Méthode 16 sujets Corrigés détaillés Épreuve d admission Exposé suivi d un entretien sur l enseignement de l EPS Exposé à partir d un dossier suivi d un entretien sur la connaissance du système éducatif français

2

3 Votre concours, votre métier Vous avez choisi de devenir professeur des écoles. Vous vous interrogez sans doute sur les études à suivre, les modalités de recrutement, le contenu et le calendrier des épreuves et peut-être les perspectives de carrière. Autant de questions auxquelles le présent ouvrage va tenter de répondre rapidement en préambule, avant d aborder la préparation méthodologique de l épreuve orale d entretien à partir d un dossier du nouveau concours de recrutement des professeurs des écoles (CRPE). 1. Quelques éléments sur le CRPE A. Conditions de diplômes requises Pour accéder au métier de professeur des écoles, il faut avoir obtenu un master et satisfaire aux épreuves du concours de recrutement des professeurs des écoles (CRPE). Le nouveau CRPE, dont les épreuves comportent désormais une dimension professionnelle importante, s adresse principalement aux étudiants qui commenceront en septembre 2013 un master «métiers de l enseignement, de l éducation et de la formation» (MEEF) au sein d une école supérieure du professorat et de l éducation (ÉSPÉ). Il se déroulera en totalité (admissibilité et admission) à la fin de la première année de master. Le nouveau CRPE est également ouvert aux étudiants inscrits en master 2 et aux personnes titulaires d un diplôme de master ou d un grade équivalent. Par grade équivalent, il faut entendre l un des trois cas de figure suivants : un titre ou diplôme sanctionnant un cycle d études postsecondaires d au moins cinq années, acquis en France ou dans un autre État, et attesté par l autorité compétente de l État considéré ; un diplôme conférant le grade de master, conformément aux dispositions de l article 2 du décret du 30 août 1999, par exemple, DESS, DEA, diplôme d ingénieur ; un titre ou diplôme classé au niveau 1 du répertoire national des certifications professionnelles. 5

4

5 Votre concours, votre métier Les nouvelles épreuves du CRPE Deux épreuves écrites d admissibilité Cadre de référence : Programmes de l école primaire Niveau attendu : Maîtrise des programmes du collège, connaissance approfondie des cycles d enseignement de l école primaire et des éléments du socle commun de connaissances et de compétences Épreuve écrite de français Barème : 40 points Durée : 4 heures 1. Question sur un ou plusieurs textes littéraires ou 11 points documentaires 2. Connaissance de la langue grammaire, orthographe, lexique et système phonologique 11 points questions portant sur des connaissances ponctuelles analyse d erreurs types dans des productions d élèves 3. Analyse d un dossier composé d un ou plusieurs supports d enseignement du français (manuels, documents 13 points pédagogiques) et de productions d élèves Épreuve écrite de mathématiques Barème : 40 points Durée : 4 heures 1. Problème portant sur un ou plusieurs domaines des programmes de l école ou du collège ou sur des éléments 13 points du socle commun de connaissances 2. Exercices indépendants complémentaires à la première partie : QCM, réponses construites, analyse d erreurs types 13 points dans des productions d élèves 3. Analyse d un dossier composé d un ou plusieurs supports d enseignement (manuels, documents 14 points pédagogiques) et de productions d élèves Note globale 10 éliminatoire Correction syntaxique et qualité écrite de la production du candidat notées sur 5 points Note globale 10 éliminatoire 5 points au maximum peuvent être retirés pour la correction syntaxique et la qualité écrite. 7

6 Deux épreuves orales d admission Entretien avec un jury afin d évaluer la capacité du candidat à s exprimer avec clarté et précision, et à réfléchir aux enjeux scientifiques, didactiques, épistémologiques, culturels et sociaux que revêt l enseignement des champs disciplinaires du concours Épreuve de mise en situation professionnelle dans un domaine au choix du candidat Barème : 60 points Durée : 1 heure Domaines d enseignement : sciences et technologie, histoire, géographie, histoire des arts, arts visuels, éducation musicale, enseignement moral et civique (domaine à choisir au moment de l inscription) 1. Remise préalable au jury d un dossier de 10 pages au plus portant sur le sujet choisi (format papier accompagné le cas échéant d un CD) 2. Présentation du dossier par le candidat synthèse des fondements scientifiques relatifs au sujet retenu 20 points 20 minutes description d une séquence pédagogique relative au sujet et accompagnée de documents 3. Entretien avec le jury aspects scientifiques, pédagogiques et didactiques du dossier 40 points 40 minutes approfondissement dans le domaine considéré, notamment sur les différentes théories du développement de l enfant Entretien à partir d un dossier Barème : 100 points Durée : 1 h 15 Préparation : 3 heures Objectifs de cet entretien : évaluer les compétences du candidat pour l enseignement de l éducation physique et sportive, ainsi que sa connaissance de la place de cet enseignement dans l éducation à la santé à l école primaire. Apprécier les connaissances du candidat sur le système éducatif français et plus particulièrement l école primaire (organisation, valeurs, objectifs, histoire et enjeux contemporains). Apprécier la capacité du candidat à se situer comme futur agent du service public et comme futur professeur des écoles dans la communauté éducative. 1. Éducation physique et sportive Sujet proposé par le jury et relatif à une activité physique, sportive et artistique praticable à l école élémentaire ou au domaine des activités physiques et expériences corporelles à l école maternelle 2. Exposé à partir d un dossier de 5 pages maximum fourni par le jury et portant sur une situation professionnelle inscrite dans le fonctionnement de l école primaire. L exposé vise à attester, de la part du candidat, de compétences professionnelles en cours d acquisition. Entretien portant sur les acquis et besoins des élèves, sur la diversité des conditions d exercice du métier et sur les valeurs de la République 8 40 points 60 points Exposé : 20 points Entretien : 40 points Exposé : 10 minutes Entretien : 20 minutes Exposé : 15 minutes Entretien : 30 minutes À la lecture de ces quelques éléments du texte officiel de cadrage du nouveau concours, on aura aisément constaté qu il est fait explicitement référence aux programmes de l école primaire. En conséquence, nous invitons les candidats au CRPE

7 Repères didactiques néanmoins l expression générique EPS pour couvrir les 3 cycles. Parallèlement, d autres textes officiels régissent ou orientent l enseignement de l EPS. Le texte paru au BO n 1 du 5 janvier 2012 fixe des progressions d apprentissage pour le C2 et le C3, et ce, pour l atteinte des compétences relatives aux différentes familles d activités physiques, sportives et artistiques (APSA) au programme. Les caractéristiques de certaines AP justifient des textes officiels spécifiques. C est le cas des activités aquatiques et nautiques (AAN). Le texte paru au BO n 28 du 14 juillet 2011 oriente et règlemente l enseignement des AAN à l école. Il rappelle «qu apprendre à nager à tous les élèves est une priorité nationale» et fait du cycle 2 (C2) le moment privilégié pour cet apprentissage. Ce texte officiel donne également des repères didactiques et pédagogiques pour optimiser l enseignement de la natation. Une trentaine de séances doivent être programmées sur 2 ou 3 unités d apprentissage (UA), auxquelles peut se rajouter une UA au cycle 3 (C3). Ce BO fixe aussi les normes d encadrement à respecter, les conditions matérielles d accueil, la surveillance des bassins, les rôles et responsabilités des acteurs concernés. L enseignement de certaines AP doit également respecter la circulaire n du 21 septembre 1999 relative à l organisation des sorties réalisées à l école primaire. ENSEIGNEMENT DE L EPS A. Visées et moyens éducatifs de l EPS a. Visées éducatives Les visées éducatives de l EPS peuvent être formulées sur plusieurs échelles temporelles. Par finalité, nous entendons ici une visée éducative générale à long terme, qui constitue une sorte d idéal. La santé, l autonomie ou le développement moteur illustrent cette définition car ils peuvent toujours être perfectionnés. Souvent, une finalité de l EPS concerne également d autres disciplines scolaires et tisse des liens avec le socle commun de connaissances et de compétences (cf. la citoyenneté par exemple). L enseignement de l EPS participe ainsi à des visées éducatives plus larges qui dépassent sa spécificité disciplinaire Le contenu des programmes a été cité, ou reformulé légèrement, pour favoriser la clarté du propos. 15

8 2 L exposé porteur de nouveaux apprentissages (par exemple dans une SA en basket-ball centrée sur l objectif de la progression collective de la balle, on peut interdire aux élèves de se déplacer avec la balle pour les amener à faire des passes), tandis que les ressources constituent une aide facilitant la résolution du problème (dans le même exemple, on peut faire jouer 3 attaquants contre 2 défenseurs pour faciliter le démarquage d un joueur, ou encore augmenter le temps durant lequel le porteur de balle a le droit de garder celle-ci). Ci-après, sont reprises les rubriques fréquemment présentées en EPS (certaines formulations pouvant varier selon les supports professionnels). Organiser une SA L objectif est la compétence spécifique visée par l enseignant. Le but est ce que doit faire l élève dans la tâche. Sa formulation doit être claire, concise, adaptée au niveau de développement de l enfant pour qu il la comprenne et la retienne. Le(s) critère(s) de réussite(s) (CR) permet(tent) à l élève de savoir s il a réussi ou non la tâche. Un critère de réussite peut être formulé selon des paramètres qualitatifs (par exemple rouler dans l axe, si le but est de faire une roulade avant) et/ou quantitatif (marquer au moins 3 paniers sur 5 essais en basket-ball). Le nombre et la nature des critères de réussite doivent être adaptés au niveau de développement, d attention et de mémorisation des élèves. L aménagement matériel et humain permet aux élèves de réaliser la tâche. Il peut concerner l attribution de rôles différents (plusieurs équipes, un observateur, un arbitre ), le matériel orientant l activité des élèves (un parcours aménagé en gymnastique ). Les règles de fonctionnement permettent aux élèves de répondre aux questions : qui fait quoi? où? quand? comment? avec qui? Les règles de sécurité s avèrent très importantes, en général en EPS, et plus particulièrement dans certaines AP présentant des risques objectifs (par exemple en natation : on ne court pas dans la piscine, en course d orientation : on reste dans le dispositif et les limites de la tâche). Les interventions didactiques de l enseignant regroupent tout ce que l enseignant est susceptible de faire une fois que la tâche a débuté pour favoriser l apprentissage des élèves et leur intégration des CE. Ces interventions répondent aux comportements et problèmes des élèves observés par l enseignant. Elles peuvent prendre la forme de démonstrations pour expliquer autrement la tâche, ou de consignes verbales orientant l activité d apprentissage de l élève, ses actions («Tends tes jambes» lors d une roue), sa prise d information («Vérifie que ton camarade est démarqué avant de lui faire la passe» en handball), son attention («N oublie pas que tu dois changer de rôle après» lors d un atelier en gymnastique), ses réflexions («Est-ce qu il vaut mieux faire une passe en cloche ou tendue?» en basket-ball), etc. Ces interventions peuvent aussi conduire l enseignant à adapter la tâche aux difficultés ou réussites des élèves, en augmentant ou en diminuant la complexité 44

9 Méthodologie et conseils de la SA en utilisant des variables didactiques (par exemple le nombre d attaquants et de défenseurs en sports collectifs, la hauteur d un banc en gymnastique). Comme vu plus haut, selon les difficultés d apprentissage des élèves (dans le cadre de l acquisition d une compétence), l enseignant ne choisit pas forcément les mêmes CE. Il est donc utile de prévoir une liste de CE potentiellement associés à une compétence. Ceci permet à l enseignant, une fois en classe par exemple, de mieux cibler ses interventions sur certains CE selon les comportements et difficultés des élèves. La conception d une SA adaptée et pertinente repose sur une adéquation entre la compétence visée, les difficultés d apprentissage rencontrées par les élèves, leurs ressources, et les caractéristiques de la situation. L enseignant le candidat dans ses réponses doit donc tenir compte et mettre en relation plusieurs éléments essentiels : la compétence spécifique visée dans l AP considérée, et les CE potentiellement associés ; le niveau des élèves dans l AP considérée, leurs difficultés d apprentissage, leur niveau de développement (qui peut influer sur certains paramètres de la SA) ; des connaissances relatives aux apprentissages en EPS, aux différents types de SA ; des connaissances didactiques sur l AP (par exemple les ressources sollicitées, les VD ) ; des connaissances pédagogiques sur l enseignement de l EPS et de l AP. ENSEIGNEMENT DE L EPS 2. Sujets types envisagés Le ministère de l Éducation nationale a proposé deux exemples de sujets pouvant éclairer les candidats sur la nature de l épreuve 1 : En classe de moyenne section de maternelle, lors des premières séances d activité physique, vous avez mis en œuvre, pour vos élèves, des activités liées au déplacement dans un parcours aménagé. Vous souhaitez maintenant faire évoluer les réponses motrices des enfants. Présentez les ateliers d activités gymniques que vous organiseriez pour développer les habiletés motrices suivantes : se suspendre, se balancer, se renverser. Dans votre classe de CM2, vous avez prévu d organiser, en EPS, un cycle de jeux collectifs. L an passé, vos élèves avaient participé à une rencontre sportive au cours de laquelle vous aviez constaté leur difficulté à s organiser dans leur jeu d équipe. À partir d un jeu collectif que vous préciserez, décrivez une programmation sur 3 séances ayant pour objectif la prise de conscience du rôle d attaquant, du rôle de défenseur et de la notion de démarquage. 1. MEN, note de présentation des épreuves d admission du concours «Concours de recrutement de professeurs des écoles présentation des épreuves orales d admission». Consultation sur le site 45

10 2 L exposé Ces exemples ne sont pas exhaustifs et doivent être appréhendés avec certaines précautions. Ils ne couvrent pas tout le champ des possibles. Ils ont néanmoins en commun le fait de proposer des sujets relativement précis et contextualisés. Chaque sujet est associé à une classe et à une famille d AP. Le premier oriente la question autour de SA relatives à 3 catégories d actions gymniques, dans le prolongement des premières séances d une UA. Le second part de difficultés d apprentissage constatées chez les élèves dans une famille d AP et fixe l objectif organisant une progression d apprentissage sur 3 séances. Pour autant, d autres sujets sont possibles et ce, indépendamment du niveau de classe et de l AP considérée. Les sujets peuvent a priori être plus ou moins précis et contextualisés au regard des paramètres permettant de définir une progression ou une SA 1. Les sujets relatifs aux progressions pourraient prendre les formes suivantes : Pour l atteinte d une compétence dans une AP (en lien éventuellement avec une situation de référence) et pour un niveau de classe donnés, et au regard d une à plusieurs difficultés(s) d apprentissage constatées chez les élèves, proposez une progression d apprentissage sur un nombre déterminé de séances. À partir d un objet d enseignement relatif à une AP qui pose problème (formulé de façon plus ou moins large) à des élèves d un niveau de classe donné, proposez une progression d apprentissage sur un nombre déterminé de séances. Dans une AP et pour une classe données, proposez une progression d apprentissage sur un nombre déterminé de séances. Les sujets relatifs aux SA pourraient prendre les formes suivantes : Pour l atteinte d une compétence dans une AP (en lien éventuellement avec une SR) et pour un niveau de classe donnés, et compte tenu d une à plusieurs difficultés d apprentissage rencontrées par les élèves, proposez une à plusieurs SA. À partir d un objet d enseignement relatif à une AP qui pose un problème (formulé de façon plus ou moins large) à des élèves d un niveau de classe donné, proposez une à plusieurs SA. Face à une ou plusieurs difficultés d apprentissage rencontrées par des élèves d une classe dans une SA ou une SR, proposez une à plusieurs SA. Dans une SA ou SR, proposez des difficultés pouvant être observées chez les élèves et une ou plusieurs SA permettant d y remédier. Les sujets corrigés proposés plus loin s appuient sur cet éventail de possibilités. 1. En l absence d expérience antérieure du nouveau concours et de données plus précises sur les sujets qui seront proposés dans les jurys académiques ou inter académiques, ces orientations ont le statut d hypothèses. 46

11 Sujet n 2 : Parcours de motricité Durée 1 heure Question Lors de la pratique d activités physiques de motricité, vous percevez chez vos élèves de petite section de maternelle des difficultés pour s équilibrer et ramper. Proposez des situations d apprentissage visant à surmonter ces difficultés. Comment aborder le sujet?1 Il est question ici du début du cycle 1 et des activités de motricité : ce dernier terme mérite d être précisé car les contours de la motricité sont vastes. Il s agit ici d activités d adaptation au matériel répondant à des consignes sur les formes motrices à réaliser : marcher, sauter, rouler, ramper, grimper, etc. Ces activités ont pour la plupart une orientation gymnique, avec une recherche de prise de risques subjectif (les risques perçus par l élève) lié à des postures inhabituelles. Elles relèvent du domaine de compétences «adapter ses déplacements à des environnements ou contraintes variés» (programmes 2008). Elles s organisent principalement sous la forme de parcours (succession d actions à réaliser par tous les élèves sur un aménagement matériel) et d ateliers (espaces sur lesquels chacun des groupes d élèves est censé rester pour une durée définie) à l école maternelle. risquée par l élève : en surélevé, sur des surfaces restreintes ou en appuis fuyants (tapis mous par exemple). On peut ainsi considérer que les objets d enseignement (OE) sont ramper et marcher en équilibre, suite à une évaluation diagnostique dans le cadre d une unité d apprentissage. Les difficultés des élèves ont trait ici aux actions de ramper (se déplacer à l aide des membres supérieurs et inférieurs, allongé au sol en position ventrale) et de s équilibrer. Ce terme mérite aussi des précisions pour que l on sache de quoi il s agit. Vraisemblablement, on parle ici de «marcher en équilibre», sous-entendu en situation perçue comme En petite section (PS), on peut imaginer que les élèves ont eu à ramper sous des obstacles, avec des changements de direction, dans le cadre d un parcours aménagé ne se limitant pas à ces actions de ramper. S agissant d une motricité inhabituelle, en posture allongée, on peut avancer au moins deux hypothèses quant aux difficultés des élèves : L exposé gagnerait alors à préciser (en termes d hypothèses) dans quelles situations d évaluation diagnostique l enseignant a pu repérer des difficultés et quelle est leur nature (ce qui n est pas explicite dans le sujet mais se révèle indispensable). Le principe de construction d une SA (c est la réponse au sujet) repose sur l identification des besoins de l élève dans une situation de départ : le comportement observable accompagné d une hypothèse explicative sur les difficultés d apprentissages, les obstacles rencontrés en lien avec les ressources mobilisées. 1. Pour analyser et traiter ce sujet, le candidat est invité à se référer aux parties présentes de ce chapitre, en étant particulièrement attentif à la sous-partie 2. Programmes et textes officiels (page 14), à la sous-partie 1. Connaissances scientifiques sur l enfant et l apprentissage moteur (page 28), à la sous partie 3. Repères sur l enseignement de l EPS (pages 36), au point B. Définition et conception d une SA (page 43) et à la sous partie 3. Repères méthodologiques pour construire la réponse au sujet (page 47). 59 ENSEIGNEMENT DE L EPS Difficulté

12 Sujet 2 le premier comportement observable (A) se caractérise par un déplacement à quatre pattes, l élève refusant ainsi de rester en position ventre au sol car il perçoit la contrainte comme inconfortable et préfère utiliser une motricité plus usuelle pour avancer (problème lié aux ressources affectives sollicitées) ; le second comportement possible (B) pourrait concerner les élèves qui privilégient des tractions des membres supérieurs pour ramper ; c est la coordination consistant à pousser avec les membres inférieurs et tirer avec les membres supérieurs qui pose problème (en lien avec les ressources motrices et biomécaniques). Dans le cadre du même parcours, l enseignant a pu repérer des difficultés à marcher en équilibre sur des briquettes, puis sur un banc, puis sur un tapis mou par exemple. Compte tenu de l âge des enfants, ces difficultés pourraient se caractériser ainsi : l élève (comportement C) demande un appui pour s engager (besoin d un soutien affectif pour surmonter la peur de perdre son équilibre) ; l élève (comportement D) progresse par glissements des deux pieds, sur le banc, en les regardant, traduisant un besoin de conserver le plus d appuis possibles et de les regarder : la bascule de la tête accentue encore la sensation qu un maximum d appuis est nécessaire (problèmes moteurs et biomécaniques, et informationnels). Le sujet montre que ce sont des SA qui sont attendues (la question de l intégration de ces SA dans la ou les séances n est pas posée). Vous pouvez donc présenter brièvement : ce qu est une SA et comment vous concevez l apprentissage au regard des ressources des élèves ; la nécessaire définition de l objectif d apprentissage en lien avec une difficulté repérée et les besoins des élèves (liés ici aux conduites motrices A, B, C et D). Vous pouvez, compte tenu du temps imparti pour l exposé, faire le choix de ne traiter que deux ou trois des quatre conduites) ; le procédé d apprentissage retenu au regard de l âge des élèves : ici, l aménagement du milieu semble s imposer ; la méthodologie de construction de la SA elle-même (en particulier le recours aux variables didactiques liées à l AP) ; la prise en compte, pour chaque SA proposée, d une quantité de pratique suffisante (répétitions) : rappeler ici qu essayer une fois la SA ne peut être efficace. Corrigé Nous choisissons de ne traiter que deux difficultés d élèves sur les quatre définies ci-dessus. SA en réponse à la conduite motrice B (ramper) Objectif d apprentissage : découvrir la propulsion par poussées des membres inférieurs et construire la coordination des bras et des jambes. But : transporter le ballon jusqu à la caisse en passant sous le tunnel. Aménagement matériel : des ballons au départ du tunnel ; 3 à 4 obstacles bas matérialisant le tunnel ; une caisse-cible pour les ballons. Règles de fonctionnement : vous prenez un ballon dans les mains avant d entrer dans le tunnel ; vous le transportez jusqu à la caisse sans le perdre. Critère de réussite : le tunnel n est pas touché et le ballon n est pas perdu. Interventions de l enseignant : la consigne «pousser avec ses pieds pour avancer» sera donnée par l enseignant systématiquement et sans trop attendre. Elle pourra faire l objet d une démonstration par un élève. Des variables de simplification sont prévues en cas d échec répété (transporter un foulard en en tenant un bout dans chaque main, transporter le ballon en position dorsale) et des complexifications tendent vers la 60

13 Sujets corrigés coordination complète (une balle dans chaque main, le tunnel comporte des virages, valoriser la vitesse ). Éléments de justification : le principe est d encombrer les mains au point que la poussée des membres inférieurs devienne incontournable. Intégration de la situation dans la séance : si la SA est intégrée dans le parcours habituel de la classe, l élève sera confronté à l apprentissage avec un temps de latence important et un nombre de répétitions faible. On préférera donc insérer la SA à plusieurs endroits du parcours, ou alors fonctionner en ateliers (avec un atelier «ramper», dit «atelier dirigé», parmi les quatre proposés). SA en réponse à la conduite motrice D (marcher en équilibre) Objectif d apprentissage : accepter le passage d un pied sur l autre et libérer le regard des pieds. But : transporter l anneau jusqu à la caisse. Aménagement : une réserve d anneaux au départ, une caisse-cible à l arrivée ; trois chemins possibles pour aller jusqu à la caissecible (un chemin étroit au sol, un chemin continu de briquettes, un chemin sur un banc) ; un repère au bout de chaque chemin. Règles de fonctionnement : l élève doit prendre un anneau et le transporter posé sur la tête. L élève choisit un chemin et, au bout de celui-ci, peut prendre et déposer l anneau dans la caisse. Critère de réussite : ne pas perdre l anneau en chemin. Interventions de l enseignant : il amène les élèves à choisir un chemin et à en changer en fonction de leurs réussites et échecs. Il peut prévoir de simplifier la situation (en supprimant un chemin trop difficile, en supprimant la contrainte de l anneau sur la tête) ou de la complexifier (une information visuelle à prendre face aux élèves). Éléments de justification : d une part, ajuster le risque perçu par chaque élève en laissant des choix ; d autre part, libérer le regard des pieds en transportant ; c est la combinaison des deux principes qui est pertinente. Intégration de la situation dans la séance : si on l intègre dans le parcours habituel de la classe, l élève sera confronté à l apprentissage avec un temps de latence important et un nombre de répétitions faible. On préférera donc insérer la SA à deux endroits du parcours, ou alors fonctionner en ateliers (avec un ou deux ateliers «marcher», dirigé(s), parmi les quatre proposés). Les SA proposées peuvent faire l objet d une phase d apprentissage de 3 séances, intégrées à une UA de 6 séances, dont les objets d enseignement seraient RAMPER et MARCHER EN ÉQUILIBRE. Deux OE pour cette UA constituent un grand maximum car l enseignant ne peut être présent à plusieurs «endroits» du parcours ou ateliers d apprentissage (dirigés). Les compétences visées «ramper en passant sous des obstacles avec des changements de direction» et «marcher sur des supports étroits, surélevés ou instables» ne sont pas perceptibles dans les programmes. On les construit donc en confrontant les caractéristiques des enfants de 4 ans à la prise de risques nécessaire pour que les activités gymniques aient du sens. En effet, les émotions positives (liées à la prise de risques) ainsi suscitées sont un puissant facteur de développement de l enfant. Les compétences visées participent plus largement au développement de l enfant, en particulier aux plans moteur et cognitif. ENSEIGNEMENT DE L EPS Questions possibles lors de l entretien avec le jury La structuration de l UA en phases (la succession des séances) D autres difficultés d élèves D autres OE à caractère gymnique (rouler, grimper, sauter, quadrupédies, se suspendre) La progression sur le cycle (quelles compétences ou situations en fin de maternelle) Votre avis sur les formes de travail en parcours et en ateliers 61

14 Sujet n 3 : Course de vitesse Difficulté Durée 1 heure 15 Question Vous avez inscrit vos élèves de CP dans un challenge interécoles d athlétisme parmi lequel figure la course de vitesse. Vous prévoyez une UA pour préparer votre classe à cet événement. Décrivez la progression suivie sur 5 à 6 séances ayant pour objectif de courir vite sur une distance de 20 mètres. Comment aborder le sujet?1 Le sujet vous invite à concevoir une progression d apprentissage sur 5 à 6 séances pour des élèves de CP afin de les amener à être capable de courir vite dans le cadre d un challenge interécoles. Il doit vous amener à solliciter vos connaissances concernant l activité athlétique en même temps que son enseignement dans le cadre scolaire. Comme ce sera souvent le cas dans les formulations de sujets portant sur la conception de progressions, il vous faudra éviter une présen- tation linéaire séance par séance, n exposant que des situations pédagogiques ou tâches motrices. L activité physique proposée, ici la course de vitesse, est une activité simple à analyser et à comprendre au plan des enjeux. Votre attention doit s attacher à mettre en évidence les modalités pédagogiques que vous mettez en œuvre afin de permettre aux élèves de progresser en cherchant à argumenter et justifier vos choix didactiques et pédagogiques. Corrigé Définition et analyse de l activité course Nous abordons ici la question de la course de vitesse en cours préparatoire. Cette activité, étudiée ici isolément, sera vécue au cours de séances dans lesquelles divers ateliers athlétiques seront proposés. En effet, nous pensons qu à ce niveau de la scolarité les trois catégories de disciplines athlétiques (courses, sauts, lancers) doivent être abordées simultanément au cours de mêmes séances. Par ailleurs, nous l avons vu dans l intitulé du sujet, il s agit de préparer les élèves à un challenge d athlétisme. Nous ne traitons ici qu un atelier sur les trois que comporte chaque séance. Dans le cas de la course de vitesse, il s agit de courir une courte distance le plus vite possible. Les courses sont des activités motrices simples mettant en jeu des coordinations d actions élémentaires que les enfants mettent spontanément en jeu. Les enfants dans leurs jeux se mettent souvent à courir spontanément. Ici, le sens du 1. Pour analyser et traiter ce sujet, le candidat est invité à se référer aux parties présentes de ce chapitre, en étant particulièrement attentif à la sous-partie 2. Programmes et textes officiels (page 14), à la sous-partie 1. Connaissances scientifiques sur l enfant et l apprentissage moteur (page 28), à la sous partie 3. Repères sur l enseignement de l EPS (pages 36), au point A. Définition et conception d une UA (page 42) et à la sous partie 3. Repères méthodologiques pour construire la réponse au sujet (page 47). 62

15 Méthodologie et conseils «sur une situation professionnelle inscrite dans le fonctionnement de l école primaire». La visée pratique est patente : une «situation professionnelle» est une situation concrète rencontrée dans le cadre de la profession, ou vécue dans la pratique des enseignants d aujourd hui. C est en fait une exigence du métier pratiqué au jour le jour sur le terrain. En aucun cas, le dossier ne sera donc de type universitaire, même s il est évident qu il pourra toujours faire écho à des recherches théoriques. Il n est pas inutile de souligner qu une «situation» ne se confond pas tout à fait avec un «cas». Un cas, objet éventuel d une «étude de cas», désigne soit un événement ponctuel soit un individu à part. Il s agit toujours d une «expérience unique», même si on peut toujours rencontrer des cas analogues dans d autres occurrences. Mais analogue n est pas parfaitement identique : il y a alors des ressemblances sur fond de différences. En revanche, une situation désigne un cadre essentiellement spatio-temporel, une ambiance ou des circonstances, dans lesquels on peut fort bien inclure des «expériences communes ou généralisables». Décider si tel élève doit être puni parce qu il a triché, cela peut faire l objet d une étude de cas, voire d un cas de conscience. Savoir manier à bon escient la punition, c est maîtriser une situation qui se rencontre à coup sûr, tôt ou tard. Aujourd hui, c est donc bien sur des situations générales que portent les dossiers et non plus sur des cas particuliers. Cela doit orienter les candidats vers une authentique connaissance de ce qui se vit réellement, en situation, dans nos écoles, c est-à-dire de ce qui se rencontre inévitablement dans l exercice même de leur futur métier. Si l on s appuie sur les deux dossiers donnés en exemple à la fin de la «note de présentation des épreuves d admission», on confirme une nette orientation vers des problèmes réels auxquels aucun enseignant n échappera jamais : la place des parents à l école et l évaluation des élèves. Les textes permettant d aborder ces questions sont d ordres très différents : documents officiels du MEN ou de l OCDE, livres, articles scientifiques, articles de presse (journal, revue ou magazine). Première leçon, dont il faut bien s imprégner Tous les dossiers doivent porter l attention du candidat sur une situation concrète inhérente au métier de professeur des écoles. La disparité des types de textes dans chaque dossier doit permettre d enrichir un point de vue diversifié, mais complémentaire et convergent vers la situation visée. Connaissance du système éducatif Seconde leçon À en croire les dossiers de la «note de présentation» du MEN, chaque dossier présente à sa suite une série de 3 questions auxquelles le candidat devra répondre et qui, en conséquence, peuvent et doivent lui servir pour construire son exposé. Ce qui, soit dit en passant, constitue une aide appréciable dont il doit savoir profiter. Nous y reviendrons plus loin. C. La préparation On l a dit, la durée globale de préparation pour toute l épreuve est de 3 heures. Aucun découpage de temps n est dévolu par avance à chacune des deux parties 95

16 2 Préparation de l épreuve Les parents seront également invités à répondre aux demandes de l équipe éducative dans l intérêt de l enfant. [...] II. Droit de réunion II.1. Réunions avec les parents Lors de sa première réunion, le conseil d école ou le conseil d administration examine notamment les conditions d accueil des parents. Celles-ci pourront être développées, au-delà des dispositions prévues par le décret, selon les particularités, ou les pratiques déjà satisfaisantes, de l école ou de l établissement. Les parents sont informés par écrit des rencontres prévues (réunions d information, rencontres parents/professeurs, remises des bulletins ). Il leur est ainsi précisé le nombre, la date et l objet de ces rencontres rythmant l année scolaire. Les parents des élèves nouvellement inscrits doivent désormais être réunis par le directeur d école ou le chef d établissement en début d année scolaire. Les modalités d organisation sont laissées à l appréciation du directeur d école ou du chef d établissement en fonction des contraintes propres à l établissement, mais ces rencontres devront nécessairement se tenir au tout début de l année scolaire et au plus tard avant la fin de la troisième semaine suivant la rentrée. Cette exigence nouvelle n interdit naturellement pas aux établissements qui ont la possibilité ou la tradition de réunir l ensemble des parents de le faire. Le conseil des maîtres présidé par le directeur d école dans le premier degré, le chef d établissement dans le second degré sont également désormais tenus d organiser au moins deux fois par an et par classe une rencontre entre les parents et les professeurs. Ces rencontres, dans le premier comme dans le second degré, n ont pas toujours le même objet et ne revêtent donc pas nécessairement la même forme : rencontres individuelles de chaque parent avec chaque enseignant, ou rencontres collectives Au moins une fois par an, dans les collèges et lycées, une information sur l orientation est assurée dans ce cadre, en tenant compte de l autonomie et de l âge de l élève. II.1.1. Les réunions collectives Elles doivent être organisées à des horaires compatibles avec les contraintes horaires et matérielles des parents. La prise en compte des obligations des parents permettra l instauration de conditions favorables aux échanges. L organisation des rencontres devra être soigneusement préparée et la communication assurée afin de faciliter la venue du plus grand nombre. Les rencontres collectives seront organisées soit pour l ensemble des parents (informations de rentrée, parents d élèves nouvellement inscrits ), soit pour un groupe de parents d élèves : par classe, ou même, selon la question abordée, en sous-groupes. II.1.2. Les rencontres individuelles avec les enseignants 112

17 Méthodologie et conseils Les rencontres individuelles avec les enseignants ou les autres personnels de la communauté scolaire se dérouleront dans le cadre le mieux adapté à la demande, dans le respect de la confidentialité des propos échangés. Il conviendra de veiller à faciliter les échanges avec les parents qui n ont pas l habitude de ces rencontres ou qui ne maîtrisent pas bien la langue française. Le dialogue avec les parents d élèves est fondé sur une reconnaissance mutuelle des compétences et des missions des uns et des autres (le professionnalisme des enseignants dans le cadre de leurs fonctions, les responsabilités éducatives des parents) ainsi que sur le souci commun du respect de la personnalité de l élève. [...] Texte 2 Guide pratique des parents. Année 2012/2013. Document du MEN, p. 12. Participer à la vie de l école Voter aux élections des représentants de parents d élèves Les représentants des parents d élèves au conseil d école, un par classe, sont élus chaque année à la mi-octobre. Vous pouvez voter au bureau de vote ouvert à l école ou par correspondance. Vous pouvez poser votre candidature et devenir représentant de parents d élèves. Pour toute information, vous pouvez vous adresser au service départemental de l Éducation nationale dont vous relevez. Être représentant de parents d élèves Les parents élus participent au bon fonctionnement de l école et font valoir le point de vue des familles. Le directeur d école les réunit périodiquement. Aussi leur élection est-elle un acte important pour chaque parent. Le parent élu assure un lien entre l équipe éducative (directeur, enseignants et médecin scolaire) et les autres parents. Il assiste au conseil d école. Adhérer à une association de parents Le rôle des associations de parents d élèves est reconnu, n est pas obligatoire, mais ces associations contribuent à la vie de l école. Le rôle des associations de parents d élèves est reconnu par le code de l éducation (articles D à D ). À quoi sert le conseil d école? Le conseil d école vote le règlement intérieur ; adopte le projet d école ; donne des avis sur le fonctionnement et les questions liées à la vie de l école (intégration des enfants handicapés, activités périscolaires, restauration scolaire, hygiène, sécurité des enfants) ; peut proposer de réorganiser le temps scolaire ; est informé des résultats globaux de l école. Connaissance du système éducatif 113

18 Sujet 1 notamment les tensions perçues entre les évaluations formatives intervenants en classe et les tests sommatifs à forte visibilité destinés à amener les établissements à répondre des résultats des élèves, ainsi qu un manque de cohérence entre les démarches d évaluation des systèmes, des établissements et des classes. Les principes de l évaluation formative peuvent être appliqués au niveau des établissements et des politiques pour déterminer les domaines à améliorer et promouvoir une culture efficace et constructive de l évaluation à tous les niveaux des systèmes éducatifs. Un recours plus fréquent à l évaluation formative dans l ensemble des systèmes peut aider les parties prenantes à surmonter les obstacles mêmes à sa diffusion dans les classes. 130

19 Sujets corrigés Corrigé Introduction 1. La question de l évaluation à l école n a pas toujours été un sujet de réflexion et de débats. C est au siècle dernier qu elle s est révélée primordiale et surtout plus complexe qu on avait pu le croire. 2. Ce dossier est constitué de trois textes qui témoignent de cet intérêt chacun à leur manière. Le premier extrait d un rapport de l INRP écrit par Maryse Hesse, tout comme le troisième extrait de la conférence internationale OCDE-CERI faite en 2012, nous indiquent que les chercheurs et les spécialistes font de l évaluation un sujet d étude. Le deuxième est un article issu du site internet du Point, mensuel non spécialisé sur ces questions, il s adresse à un large public, désormais sensibilisé à la question de l évaluation, ce public étant composé notamment de parents d élèves. Le référentiel de compétences de juillet 2010 indiquait la nécessité d évaluer les élèves, celui de 2013 est plus explicite, il demande d évaluer les progrès et les acquisitions des élèves. Cette formulation met l accent sur l aspect constructif de l évaluation, alors qu elle a été longtemps considérée sous un jour plus répressif. L évaluation ne doit pas peser sur l élève comme une sanction mais elle doit contribuer à la réussite de ses apprentissages. Les enjeux de l évaluation exposés dans ce dossier et les questions posées nous permettront de répondre à la question suivante : Comment l évaluation peut-elle remplir ce rôle qui lui est assigné? 3. En un premier temps, il faudra montrer que l évaluation a de multiples facettes, contrairement à ce qui a été longtemps pensé. Nous en dégagerons donc les caractéristiques pour bien cerner sa nature et ses fonctions. Ensuite il sera possible de porter un regard critique sur certains de ses aspects qui font l objet d une critique contemporaine, notamment la notation. On examinera ses limites pour montrer l importance de ne pas y avoir un recours exclusif. La dernière partie permettra de prendre conscience que les choix en matière d évaluation s inscrivent dans des choix pédagogiques plus larges et relèvent de la responsabilité de l enseignant. I. Nature et caractéristiques de l évaluation Par un jugement qualitatif (appréciations) ou un jugement quantitatif (notes), l évaluation permet d apprécier la validité des apprentissages engagés, c est une étape indispensable. Pour ne pas avancer à l aveugle, l enseignant a besoin des informations que lui donnent les évaluations. Il existe aussi des évaluations de l efficacité des systèmes éducatifs, notamment avec le Pisa, programme international de l OCDE auquel participe la France. Ce n est pas l élève qui est alors jugé mais la qualité de l apprentissage qui lui est proposé. Dans la classe, l évaluation permet à l enseignant de prendre des décisions pédagogiques ou didactiques. Ce ne peut être un acte mené dans le flou, c est un acte organisé (existence de normes, de critères), conçu de telle sorte que sa validité soit maximale et que les décisions prises par la suite soient pertinentes. Selon le moment des apprentissages où elle intervient, elle a différentes caractéristiques qui correspondent à différentes fonctions. Après une séquence d apprentissage, elle sert à vérifier, contrôler les acquis. On parle alors d «évaluation sommative». Cependant nous reconnaissons maintenant que des jugements évaluatifs peuvent être portés à d autres moments de l apprentissage avec d autres intentions. Ils peuvent accompagner l apprentissage et même en faire partie intégrante, ils aident l élève au fur et à mesure et le font progresser : c est le cas de l évaluation formative. Ils interviennent aussi avant la mise en place d un apprentissage et ils permettent de le concevoir : il s agit alors de l évaluation diagnostique. Enfin ils ont pour tâche de prévoir, d orienter au mieux, dans le cas de l évaluation pronostique. Il va de soi que ces différents aspects se complètent et ne se supplantent pas, pas plus qu ils ne se contredisent. Les différentes caractéristiques de l évaluation : contrôler, accompagner, Connaissance du système éducatif 131

20 Sujet 1 préparer, orienter concourent toutes à la réussite des apprentissages. II. Problèmes rencontrés dans la pratique de l évaluation (spécialement lors de l évaluation sommative) En effet, celle-ci s effectue souvent par le biais de la notation, une pratique très répandue en France malgré des efforts successifs pour en limiter l usage. La notation chiffrée est très précise (9,5 ce n est pas 10!) et donne l illusion d une scientificité qui n existe pas vraiment. Pierre Merle dénonce ce qu il appelle «l incertitude de la notation professorale». La notation est loin d être aussi objective qu on pourrait être tenté de le croire, même dans les matières scientifiques. Un référentiel qui identifie les compétences à évaluer comme un barème qui contribue à une distribution réfléchie des points est certes préconisé. Son usage peut limiter l incertitude dont parle Pierre Merle, mais il ne permet pas d y parvenir totalement (une référence utile sur ces différents points : Charles Hadji, L Évaluation, règles du jeu. Des intentions aux outils). Il faut aussi mentionner le caractère brutal de la note, qui atteint l élève de plein fouet. C est elle que les élèves regardent en premier sans toujours chercher ensuite à comprendre pourquoi on la leur a attribuée, ce qui ne permet guère de s améliorer. L article du Point insiste sur le fait que souvent les notes peuvent décourager et produire de l échec. L attribution de mauvaises notes risque souvent d être vécue par l élève comme le signe de son incapacité, il se dévalorise et perd toute confiance en lui, d autant que les notes sont souvent accompagnées d appréciations très sévères voire blessantes. Un autre problème se pose concernant l évaluation. Les évaluations sommatives, les plus visibles, sont omniprésentes dans les établissements scolaires, notamment au collège, elles peuvent alors jouer un rôle très négatif car elles ne laissent pas place à la possibilité de faire des erreurs sans conséquences pour l élève. Or, nous savons que faire des erreurs fait partie de l apprentissage, l élève ne doit pas être paralysé par la crainte d en faire. Comment faire alors pour évaluer de manière constructive? III. L évaluation s inscrit dans des choix pédagogiques plus larges Il s agit non pas de renoncer à l évaluation sommative mais plutôt, en s appuyant sur les recommandations ministérielles dès la loi d orientation de 1989, d évaluer les compétences avec des appréciations du type «acquis, en cours d acquisition, non acquis» et d échapper aux effets délétères de la notation. Il faut par ailleurs mettre l accent sur l évaluation formative. Cette dernière en effet ne sanctionne pas mais elle aide à progresser. Elle permet de tenir compte des spécificités des élèves et de leurs besoins ; moins formatée, elle s adapte à chacune. On a donc affaire à une pratique pédagogique plus souple qui introduit la possibilité d individualiser les apprentissages. C est une forme d évaluation essentielle qui contribue à réduire les inégalités entre élèves, en permettant d aider au fur et à mesure les élèves selon leurs besoins. L évaluation formative est un outil important pour la pédagogie différenciée. Par ailleurs, cette évaluation permet à l élève de mieux comprendre la nature des ses erreurs, il peut y être associé par un dialogue avec l enseignant, ce qui lui permet d avancer et de progresser. C est également une pratique qui favorise l accès à l autonomie et l investissement des élèves dans leurs apprentissages. C est une tendance forte de l école que de vouloir développer ces comportements. Prenons deux situations opposées : dans un cas, l école mettrait l accent sur les notes, voire le classement, elle proposerait ainsi une perspective élitiste qui pénalise les élèves les plus fragiles et risque donc de leur faire perdre pied très vite ; dans l autre, avec un recours fréquent, quotidien, à l évaluation formative, les élèves sont tirés vers le haut, et ils risquent moins de se décourager. Cette deuxième option, qui semble de loin la meilleure, n est pas toujours facile à mettre en œuvre de manière efficace. En effet, l évaluation sommative quand elle est pratiquée sans réflexion ni précaution risque d annuler les effets positifs liés à l évaluation formative. 132

21 Sujets corrigés On peut ainsi dire que toutes les décisions concernant l évaluation prises par le système éducatif, l école, le maître s enracinent dans des choix pédagogiques beaucoup plus larges. Conclusion Nous pouvons dire que le professeur des écoles a une grande responsabilité dans la manière dont il met en œuvre l évaluation avec ses différentes caractéristiques. Cette responsabilité n est ni mineure ni simplement technique, elle s inscrit dans une conception générale du rôle de l enseignant. Elle s articule à des valeurs fortes, notamment la volonté de permettre une plus grande égalité des chances. Questions possibles lors de l entretien avec le jury Qu est-ce que le Pisa? C est le programme international pour le suivi des élèves mis en place par l OCDE depuis Il concerne les élèves de 15 ans et a lieu tous les trois ans. Il s agit d évaluer leurs capacités à utiliser les compétences et les connaissances. Cette étude concerne 34 pays membres de l OCDE et 41 pays partenaires. La dernière évaluation connue date de Les résultats en ont été donnés en 2010, la France est dans la moyenne des pays de l OCDE, cependant une analyse fine révèle des inégalités scolaires inquiétantes. Quels sont les dangers liés à l évaluation pronostique? Son rôle prédictif doit en restreindre l utilisation à des situations d orientation spécifiques à l école. Dans la classe, elle peut avoir des effets très dangereux sur les apprentissages (voir l ouvrage de Robert A. Rosenthal et Lenore Jacobson, Pygmalion à l école). Peut-on évaluer en maternelle? On retrouve en maternelle toutes les caractéristiques de l évaluation. Elle permet de contrôler, accompagner et préparer. À quelles conditions peut-on associer les élèves à leur évaluation? On parle alors d évaluation formatrice. C est une pratique qui se prépare, des outils sont construits avec les élèves (grilles d autoévaluation). Pour qu elle soit efficace, il faut développer chez les élèves des attitudes métacognitives. Peut-on se passer des notes? C est une question d actualité! Plusieurs demandes ont été faites en ce sens à cause des effets pervers de la notation. On dispose d outils, depuis la mise en place des cycles en 1989, qui devraient permettre d y renoncer ; le dernier en date est le livret personnel de compétences. Connaissance du système éducatif 133

22 Sujet n 2 : Enseigner la morale laïque Difficulté Durée 2 heures Dossier documentaire Document 1 : Pour un enseignement laïque de la morale, rapport de la mission sur l enseignement de la morale laïque, avril Résumé des préconisations du rapport. Document 2 : Olivier Reboul, L Endoctrinement, PUF, Document 3 : Propos tenus par François Dubet dans le Café pédagogique du 23 avril Questions Pouvez-vous exposer, à partir des documents, le rôle de l enseignement de la morale à l école? Quels risques peuvent être liés à l enseignement de la morale laïque à l école? Comment concevoir cet enseignement de manière constructive? Document 1 Un enseignement laïque de la morale : principes et objectifs La morale enseignée à l école ne peut être qu une morale laïque en ce qu elle est non confessionnelle, et une morale civique en ce qu elle est en lien étroit avec les principes et les valeurs de la citoyenneté républicaine et démocratique. Condition d un enseignement de la morale laïque Le principe d un enseignement laïque de la morale requiert : la formulation de principes organisateurs et fédérateurs d un projet commun ; l identification claire et précise des valeurs communes à transmettre ; la réaffirmation de la légitimité des enseignants à transmettre ces valeurs, qui suppose une éthique laïque reposant sur la connaissance et la compréhension du principe de laïcité ; l affirmation de la nécessité de la discipline, comme condition préalable à toute éducation et à tout enseignement, impliquant tout autant les contenus d enseignement que la vie scolaire ; le respect des principes du pluralisme des opinions et des croyances, de la liberté de conscience, des droits des élèves et de leur famille. Objectifs de l enseignement de la morale : former le sujet moral, le jugement moral, la personne morale Il s agit pour l enseignement moral de renouer l individu et le commun, de réarticuler le moral et le civique, la personne et le citoyen, de retrouver les conditions pour faire communauté : par la remobilisation du principe de l intérêt général ; par la formation du sujet moral, du jugement moral, de la personne morale. 134

23 Sujets corrigés L enseignement de la morale vise une appropriation libre et éclairée par les élèves des valeurs qui fondent la République et la démocratie : le socle des valeurs communes comprend la dignité, la liberté, l égalité notamment entre les filles et les garçons, la solidarité, la laïcité, l esprit de justice, le respect et l absence de toute forme de discrimination, c est-à-dire les valeurs constitutionnelles de la République française, inscrites dans la Déclaration des droits de l homme et du citoyen de 1789 et dans le préambule de la Constitution de Les valeurs doivent être transmises dans leur dimension intellectuelle (leur contenu), mais aussi pour ce qu elles «valent» (leur raison d être) et ce qu elles induisent comme conduite et comme engagement. L enseignement de la morale doit former le jugement moral, c est-à-dire la capacité des élèves d apprécier et de discuter les jugements moraux. Outre le développement de ces capacités de délibération et de discussion, l enseignement doit former un sujet moral capable d agir dans la relation à l autre : il doit donc reposer sur la coopération, la prise de responsabilité, les pratiques participatives et valoriser l engagement des élèves dans la communauté. Un enseignement laïque de la morale : quelles modalités? L enseignement laïque de la morale devrait être articulé autour de deux grandes dimensions : une dimension d enseignement proprement dite et une dimension «vie de la classe» et «vie scolaire» pour favoriser une culture de la responsabilité, de l égalité, de la coopération et de la solidarité. Pédagogie de la morale Cet enseignement doit faire appel à la réflexion des élèves, mais pas seulement ; il doit permettre de mettre en acte les principes et les valeurs de la morale, d orienter l action. Il doit privilégier le libre examen, auquel les élèves seront progressivement exercés. Il doit permettre une progression dans l acquisition des outils du langage par la lecture de textes, la présentation de dilemmes moraux, l engagement dans un projet, etc. Il doit impliquer les élèves pour les amener à construire leur propre jugement. Il doit mettre en œuvre des pratiques sociales qui permettent de construire la relation aux autres. Dans le premier degré L enseignement moral et civique devrait occuper une heure par semaine, clairement identifiée. Une approche profondément modifiée, l abandon du travail par maxime au profit d une démarche d apprentissage méthodique et régulière à partir de supports diversifiés : textes littéraires, contes, documents, images, films, situations de la vie quotidienne, etc. La morale commune ne peut plus, à l image de la morale laïque du passé, prescrire et imposer la conception d une vie bonne, ce qui reviendrait à imposer une conception du bien parmi d autres, en violation de la neutralité laïque, Connaissance du système éducatif 135

24 Sujet 2 et pourrait mettre les élèves et leur famille dans une situation délicate. Le principe et le fait du pluralisme doivent être respectés. Mais l école a en même temps pour rôle et pour mission de faire respecter les valeurs qui fondent la République et la démocratie. La marge est étroite ici entre «imposer» et «faire respecter» : c est l espace de l éducation. Celle-ci ne peut bien entendu pas être comprise comme une inculcation. C est toujours une appropriation libre et éclairée des valeurs par les élèves, y compris des valeurs impliquées dans les savoirs que l école et les enseignants visent. A fortiori dans un cadre démocratique soucieux du respect du pluralisme des opinions et des croyances, de la liberté de conscience, des droits des élèves et de leur famille. Dans le meilleur des cas, les vertus de la liberté, de l égalité, de la solidarité, de la laïcité sont découvertes et conquises de l intérieur. C est la dynamique même de l émancipation. Sans cette dynamique, les valeurs communes demeurent étrangères, lointaines et peuvent même sembler arbitraires tant elles sont dépourvues de sens pour orienter sa pensée et sa vie. Or, cette dynamique est bien souvent en panne. Les enseignants, les conseillers principaux d éducation comme l ensemble des membres de la communauté scolaire font quotidiennement l expérience de cette difficulté, souvent vécue comme une impuissance à conduire les élèves sur le chemin d une émancipation de soi qui leur permettrait de trouver leur place dans la communauté scolaire, sociale et politique. La difficulté tient ici, pour toute une frange d élèves, dans l impossibilité de se relier, comme individus, à la sphère de ce qui est commun à tous. Il convient donc de réfléchir aux conditions d un renouage de l individu et du commun Document 2 La neutralité est-elle souhaitable? Il est impossible d être totalement neutre. Maintenant, là même où elle est possible, la neutralité est-elle souhaitable? Je voudrais partir d une idée fort répandue en France : que l enseignement public, étant laïque, doit être neutre. Historiquement et juridiquement, c est une erreur. L école laïque, dès son origine, s est proclamée neutre à l égard des croyances religieuses, mais non pas neutre dans l absolu. Le simple fait qu elle fut «républicaine», à une époque où l idée républicaine avec ses corollaires (la souveraineté du peuple, l égalité de tous devant la loi, l instruction universelle) étaient loin d être admis par tous les Français, montre que l école laïque n est pas neutre au point de vue politique, qu elle a pris parti. Et l école n a pas pu contribuer au fait que ledit parti ait fini par s imposer et cessé d apparaître comme un parti pris! Loin d être un principe de l école laïque, la neutralité fut une arme aux mains de ses adversaires ; ou mieux : le carcan dans lequel ils voulurent l enfermer. Et ses fondateurs surent voir le piège. F. Buisson écrivait ainsi : «Les cléricaux nous disent aujourd hui : N oubliez pas qu il y a une loi qui vous impose la neutralité. Soyez neutres, mes bons amis. Ils veulent dire : Soyez nuls.» 136

25 Sujets corrigés Et Jaurès lui fait écho, à la même époque : «La plus perfide manœuvre des ennemis de l école laïque, c est de la rappeler à ce qu ils appellent la neutralité, et de la condamner par là à n avoir ni doctrine, ni pensée, ni efficacité intellectuelle et morale. En fait, il n y a que le néant qui soit neutre.» 1 Malheureusement l enseignement laïque, son administration surtout, n a que trop écouté les sirènes d en face. Anxieux de rester neutre, on s est réfugié, sur tout dans le secondaire, dans un enseignement hyper-intellectualiste, négligeant la formation politique, artistique, morale, sexuelle, bref, tout ce qui pouvait ressembler à une éducation. Cette prudence bureaucratique, qui tua dans l œuf tant d initiatives pédagogiques, n a pas peu contribué à l ennui et la misère de tant d internats français. Poser la neutralité totale revient à renoncer à l éducation. Car toute éducation repose sur des valeurs qu on ne peut pas prouver, sur des choix aussi indémontrables qu inéluctables ; on ne peut démontrer que le respect humain vaut mieux que le racisme, la vérité que le mensonge, etc. Un enseignement sans éducation? Certains nous répondront : «Admettons que l éducation n est pas neutre ; alors laissons-la aux familles et réservons à l école publique l enseignement, qui lui du moins est objectif.» On retrouve ici les craintes, sincères mais sectaires, de certains théoriciens de la laïcité : du moment que les cléricaux, dans leurs collèges, dispensent une éducation qui est en réalité un endoctrinement, évitons dans les nôtres toute éducation ; nous éviterons l endoctrinement. À quoi l on peut répondre trois choses. 1 D abord l enseignement le plus objectif n exclut pas lui-même la nécessité de choisir ; les qualités qui font l esprit scientifique (l honnêteté intellectuelle, le souci des faits et des preuves, l acceptation et même la recherche des objections) sont autant d options que la science présuppose et ne démontre pas. Sans ces options, la science ne serait pas possible, certes ; mais, après tout, on peut se passer de science : pourquoi préférer l esprit positif à la magie, la réalité au désir? Comme on l a vu avec l affaire Lyssenko, même des savants peuvent se passer de science! 2 L enseignement le plus objectif n est après tout que le moyen d atteindre certaines fins, et tout le problème est de savoir lesquelles. On peut instruire les élèves en fonction des exigences du marché. On peut les instruire pour eux-mêmes, pour développer leur jugement, répondre à leur curiosité, leur permettre de comprendre le monde. On peut enfin tenter de concilier les deux buts. Mais, dans tous les cas, la finalité de l enseignement découle d un choix qui ne peut être objectif. 3 Enfin, n est-il pas étrange que l enseignement public, dans sa volonté d être neutre, laisse à d autres la charge d éduquer? Il s agit, dit-on, du «droit des parents». Mais si l enseignement public s abstient d éduquer pour éviter d endoctriner, que veut dire le droit des parents, sinon celui d endoctriner, d inculquer aux enfants les croyances partiales et polémiques que l enseignement Connaissance du système éducatif 1. Ibid., p. 221 ; texte de

26 ENSEIGNEMENT CONCOURS 2014 Concours Professeur des écoles Entretien à partir d un dossier EPS et Système éducatif Mettez toutes les chances de votre côté! Un ouvrage complet : des plannings de révision une méthode pas à pas 16 sujets d entraînement des corrigés détaillés Des auteurs spécialistes du concours, enseignants et formateurs au plus près des réalités des épreuves Une collection pour répondre à tous vos besoins Le Tout-en-un pour une préparation complète Les Entraînements pour se mettre en condition Les Fiches pour aller à l essentiel Un site dédié aux concours : toutes les infos utiles et de nombreux entraînements gratuits ISSN : ISBN :

Programme de la formation. Écrit : 72hdepréparation aux épreuves d admissibilité au CRPE

Programme de la formation. Écrit : 72hdepréparation aux épreuves d admissibilité au CRPE Programme de la formation Écrit : 72hdepréparation aux épreuves d admissibilité au CRPE o 36 h pour la préparation à l'épreuve écrite de français Cette préparation comprend : - un travail sur la discipline

Plus en détail

BO hors-série n 3 du 19 juin 2008 «Horaires et programmes d enseignement de l école primaire»

BO hors-série n 3 du 19 juin 2008 «Horaires et programmes d enseignement de l école primaire» Horaires et Programmes EPS à l école primaire BO hors-série n 3 du 19 juin 2008 «Horaires et programmes d enseignement de l école primaire» Les programmes 2008 s appuient sur le Socle commun de connaissances

Plus en détail

Les liens entre les. Compétences Méthodologiques et Sociales

Les liens entre les. Compétences Méthodologiques et Sociales Les liens entre les Compétences Méthodologiques et Sociales et le Socle Commun de Connaissances et de Compétences. GRA 2011 Orléans-Tours 1 Le plan d intervention 1. Rappel institutionnel : Les C.M.S.

Plus en détail

PROTOCOLE POUR LES VISITES D INSPECTION 2014 2015 CADRE REGLEMENTAIRE ENJEUX MODALITES ET EXPLOITATIONS I LE CADRE REGLEMENTAIRE II LES ENJEUX

PROTOCOLE POUR LES VISITES D INSPECTION 2014 2015 CADRE REGLEMENTAIRE ENJEUX MODALITES ET EXPLOITATIONS I LE CADRE REGLEMENTAIRE II LES ENJEUX PROTOCOLE POUR LES VISITES D INSPECTION 2014 2015 CADRE REGLEMENTAIRE ENJEUX MODALITES ET EXPLOITATIONS Jean Paul BURKIC I.E.N. LE PORT I LE CADRE REGLEMENTAIRE - Note de service n 83 512 du 13 décembre

Plus en détail

PRÉPARER LA PREMIÈRE ÉPREUVE ORALE D ADMISSION OPTION EPS. DEVOIRS SUPPLÉMENTAIRES 1 et 2

PRÉPARER LA PREMIÈRE ÉPREUVE ORALE D ADMISSION OPTION EPS. DEVOIRS SUPPLÉMENTAIRES 1 et 2 CONCOURS DE RECRUTEMENT DE PROFESSEURS DES ÉCOLES PRÉPARER LA PREMIÈRE ÉPREUVE ORALE D ADMISSION OPTION EPS DEVOIRS SUPPLÉMENTAIRES 1 et 2 Rédaction Jean-Pierre GUICHARD Conseiller pédagogique en EPS Ministère

Plus en détail

Languedoc - Roussillon

Languedoc - Roussillon Master Métiers de l enseignement, de l éducation et de la formation 1 er degré MEEF Concours préparés : Concours de recrutement des professeurs des écoles (CRPE) Lieu : Carcassonne - Mende - Montpellier

Plus en détail

PROGRAMMES EN EPS A L ECOLE PRIMAIRE

PROGRAMMES EN EPS A L ECOLE PRIMAIRE PROGRAMMES EN EPS A L ECOLE PRIMAIRE B.O. n 3 du 19 juin 2008 HORS SERIE Maternelle : AGIR ET S EXPRIMER AVEC SON CORPS Compétences visées (Cv) Se repérer et se déplacer dans l espace. Adapter ses actions

Plus en détail

Maths et socle commun : Quelle articulation entre «socle» et «programmes»? Alfred BARTOLUCCI ()

Maths et socle commun : Quelle articulation entre «socle» et «programmes»? Alfred BARTOLUCCI () Maths et socle commun : Quelle articulation entre «socle» et «programmes»? Alfred BARTOLUCCI () I. Se donner une compréhension de ce qu est ou pourrait être le socle. A. Une lecture critique de ces 50

Plus en détail

10 REPÈRES «PLUS DE MAÎTRES QUE DE CLASSES» JUIN 2013 POUR LA MISE EN ŒUVRE DU DISPOSITIF

10 REPÈRES «PLUS DE MAÎTRES QUE DE CLASSES» JUIN 2013 POUR LA MISE EN ŒUVRE DU DISPOSITIF 10 REPÈRES POUR LA MISE EN ŒUVRE DU DISPOSITIF «PLUS DE MAÎTRES QUE DE CLASSES» JUIN 2013 MEN-DGESCO 2013 Sommaire 1. LES OBJECTIFS DU DISPOSITIF 2. LES ACQUISITIONS PRIORITAIREMENT VISÉES 3. LES LIEUX

Plus en détail

Programmer l E.P.S. Que proposer pour varier les activités sur l ensemble du cycle?

Programmer l E.P.S. Que proposer pour varier les activités sur l ensemble du cycle? Programmer l E.P.S. Comment assurer la continuité des apprentissages sur le cycle 3, sur l ensemble de la scolarité primaire? Que proposer pour varier les activités sur l ensemble du cycle? Le plan d action

Plus en détail

EDUCATION PHYSIQUE ET SPORTIVE CYCLE 4 HYPER TEXTE

EDUCATION PHYSIQUE ET SPORTIVE CYCLE 4 HYPER TEXTE EDUCATION PHYSIQUE ET SPORTIVE CYCLE 4 HYPER TEXTE LE VOLET 1 DU CYCLE 4 est un texte général qui oriente toutes les disciplines et qui permet de cibler la singularité des axes de formation. LE VOLET 2

Plus en détail

CHARTE DES PROGRAMMES

CHARTE DES PROGRAMMES CHARTE DES PROGRAMMES Charte relative à l élaboration, à la mise en œuvre et au suivi des programmes d enseignement ainsi qu aux modalités d évaluation des élèves dans l enseignement scolaire CONSEIL SUPÉRIEUR

Plus en détail

Programme d E.P.S. de l Ecole

Programme d E.P.S. de l Ecole Programme d E.P.S. de l Ecole Primaire CONNAISSANCE DU MILIEU SCOLAIRE Ecu 1.2.3.4 F.S.S.E.P LILLE 2 L.MICHEL-connaissance des milieux FSSEP Université Lille 2 1 SOMMAIRE PRESENTATION DU Eduscol.education.fr

Plus en détail

Mention MEEF Enseignement dans le 1er degré

Mention MEEF Enseignement dans le 1er degré Mention MEEF Enseignement dans le 1er degré Offre de formation 201-2014 La Mention MEEF Enseignement dans le 1 er degré comprend parcours : Enseignement polyvalent Enseignement bilingue français-allemand

Plus en détail

Ministère de l Education Nationale

Ministère de l Education Nationale Ministère de l Education Nationale BREVETS D ETUDES PROFESSIONNELLES Document d accompagnement des programmes de VIE SOCIALE ET PROFESSIONNELLE - 1 - Direction des lycées et collèges Sous-direction des

Plus en détail

SOCLE COMMUN: LA CULTURE SCIENTIFIQUE ET TECHNOLOGIQUE. alain salvadori IA IPR Sciences de la vie et de la Terre 2009-2010 ALAIN SALVADORI IA-IPR SVT

SOCLE COMMUN: LA CULTURE SCIENTIFIQUE ET TECHNOLOGIQUE. alain salvadori IA IPR Sciences de la vie et de la Terre 2009-2010 ALAIN SALVADORI IA-IPR SVT SOCLE COMMUN: LA CULTURE SCIENTIFIQUE ET TECHNOLOGIQUE alain salvadori IA IPR Sciences de la vie et de la Terre 2009-2010 ALAIN SALVADORI IA-IPR SVT SOCLE COMMUN ET PROGRAMMES La référence pour la rédaction

Plus en détail

Bachelier - AESI en sciences

Bachelier - AESI en sciences Haute Ecole Léonard de Vinci Programme du Bachelier - AESI en sciences Année académique 2015-2016 Contenu 1. Identification de la formation... 2 2. Référentiel de compétences... 3 3. Profil d enseignement...

Plus en détail

IO 2002. La lecture des programmes permet de constater que :

IO 2002. La lecture des programmes permet de constater que : LE PROGRAMME en EDUCATION PHYSIQUE à L ECOLE PRIMAIRE IO 2002 Les instructions officielles de 2002 ne présentent pas de point de rupture avec celles de 1995 mais sont cependant plus détaillées et précises

Plus en détail

L éducation physique et sportive. Etude comparée des programmes d'eps à l'école primaire et au collège

L éducation physique et sportive. Etude comparée des programmes d'eps à l'école primaire et au collège L éducation physique et sportive Etude comparée des programmes d'eps à l'école primaire et au collège LES PROGRAMMES OFFICIELS Priorités, objectifs généraux, connaissances et compétences, Horaires et spécificités

Plus en détail

Eléments de présentation du projet de socle commun de connaissances, de compétences et de culture par le Conseil supérieur des programmes

Eléments de présentation du projet de socle commun de connaissances, de compétences et de culture par le Conseil supérieur des programmes Eléments de présentation du projet de socle commun de connaissances, de compétences et de culture par le Conseil supérieur des programmes Le projet de socle de connaissances, de compétences et de culture,

Plus en détail

Le nouveau projet académique : prendre en compte tous les parcours de réussite

Le nouveau projet académique : prendre en compte tous les parcours de réussite Le nouveau projet académique : prendre en compte tous les parcours de réussite Les projets académiques 2003-2006 (prorogé jusqu en 2007) et 2007-2010 étaient organisés autour des quatre mêmes priorités

Plus en détail

Groupe départemental EPS 1 Rhône Pour une programmation en EPS janvier 2010 1

Groupe départemental EPS 1 Rhône Pour une programmation en EPS janvier 2010 1 Vers UNE PROGRAMMATION EN EDUCATION PHYSIQUE ET SPORTIVE A L ECOLE PRIMAIRE DANS LE DEPARTEMENT DU RHONE Groupe départemental EPS 1 Rhône Pour une programmation en EPS janvier 2010 1 La programmation :

Plus en détail

Les «devoirs à la maison», une question au cœur des pratiques pédagogiques

Les «devoirs à la maison», une question au cœur des pratiques pédagogiques Les «devoirs à la maison», une question au cœur des pratiques pédagogiques Parmi les trois domaines d activités proposés aux élèves volontaires dans le cadre de l accompagnement éducatif, «l aide aux devoirs

Plus en détail

L E. P. S. 4 A 4 Michel FAURE, CPD EPS DA 13

L E. P. S. 4 A 4 Michel FAURE, CPD EPS DA 13 L E. P. S. 4 A 4 Michel FAURE, CPD EPS DA 13 Les 4 tableaux format A4 suivants (l EPS 4 à 4!) sont le résultat d une tentative personnelle de présentation synthétique d utiles connaissances et considérations

Plus en détail

FORMATION ET SUIVI DES PROFESSEURS DES ECOLES STAGIAIRES 2013 2014

FORMATION ET SUIVI DES PROFESSEURS DES ECOLES STAGIAIRES 2013 2014 FORMATION ET SUIVI DES PROFESSEURS DES ECOLES STAGIAIRES 2013 2014 1 SOMMAIRE 1) Textes de référence 2) Cadrage départemental 3) Charte du tuteur : rôle et missions 4) Les outils des professeurs des écoles

Plus en détail

UE5 Mise en situation professionnelle M1 et M2. Note de cadrage Master MEEF enseignement Mention second degré

UE5 Mise en situation professionnelle M1 et M2. Note de cadrage Master MEEF enseignement Mention second degré UE5 Mise en situation professionnelle M1 et M2 Note de cadrage Master MEEF enseignement Mention second degré ESPE Lille Nord de France Année 2014-2015 Cette note de cadrage a pour but d aider les collègues

Plus en détail

Institut de Formation d Aides-Soignants Tél. : 03 88 71 62 92 Fax : 03 88 71 62 66 ifas@neuenberg.fr N SIRET : 778 950 550 000 54 N de déclaration d

Institut de Formation d Aides-Soignants Tél. : 03 88 71 62 92 Fax : 03 88 71 62 66 ifas@neuenberg.fr N SIRET : 778 950 550 000 54 N de déclaration d Institut de Formation d Aides-Soignants Tél. : 03 88 71 62 92 Fax : 03 88 71 62 66 ifas@neuenberg.fr N SIRET : 778 950 550 000 54 N de déclaration d activité en tant qu organisme formateur : 42670364267

Plus en détail

Saison 1999-2000. U.S.E.P. 88 rue du Préfet Bonnefoy BP 74107 44041 NANTES Cedex 1 02 51 86 33 10 Fax 02 40 29 14 97. Dossier préparation Cycle 2

Saison 1999-2000. U.S.E.P. 88 rue du Préfet Bonnefoy BP 74107 44041 NANTES Cedex 1 02 51 86 33 10 Fax 02 40 29 14 97. Dossier préparation Cycle 2 ACTIVITÉ CYCLE 2 Gymnastique Saison 1999-2000 Dossier préparation Cycle 2 U.S.E.P. 88 rue du Préfet Bonnefoy BP 74107 44041 NANTES Cedex 1 02 51 86 33 10 Fax 02 40 29 14 97 FR/VP - 20/07/07- R CYCLE 2

Plus en détail

Agir et s exprimer avec son corps

Agir et s exprimer avec son corps Agir et s exprimer avec son corps LES JEUX COLLECTIFS À L ÉCOLE MATERNELLE Mercredi 10 décembre 2014 ANDREU Sophie, CPC 9 ème BOTHUA Alexandre, CPC 10 ème BREYTON Maryline, CPC 9 ème Déroulé de la formation

Plus en détail

EPS à l École primaire

EPS à l École primaire Contribue à l épanouissement de l enfant Relève de la compétence des maîtres S envisage dans le cadre de projet pédagogique EPS à l École primaire Fait l objet une attention particulière Contribue à l

Plus en détail

Projet d école 2014-2018. Guide méthodologique

Projet d école 2014-2018. Guide méthodologique Projet d école 2014-2018 Guide méthodologique 1 SOMMAIRE INTRODUCTION... 3 LES TEXTES DE REFERENCES... 4 LES ETAPES D ELABORATION DU PROJET D ECOLE... 4 ETAPE 1 : BILAN DU PROJET, DIAGNOSTIC... 5 1. LE

Plus en détail

Grilles d évaluations

Grilles d évaluations Grilles d évaluations 1) Quelques définitions Evaluer (De Ketele 1 ) signifie : Recueillir un ensemble d informations suffisamment pertinentes, valides et fiables Et examiner le degré d adéquation entre

Plus en détail

FORMATION L ÉVALUATION

FORMATION L ÉVALUATION FORMATION L ÉVALUATION Economie-gestion en lycée professionnel Académie de la Guyane 2014-2015 Formation Date : vendredi 05 Décembre 2014 Lieu : LP Raymond TARCY / Saint Laurent du Maroni Public : professeurs

Plus en détail

Devenez expert en éducation. Une formation d excellence avec le master Métiers de l Enseignement, de l Education et de la Formation

Devenez expert en éducation. Une formation d excellence avec le master Métiers de l Enseignement, de l Education et de la Formation Institut Universitaire de Formation des Maîtres Université de Provence - Aix-Marseille Université 20 ans d expérience dans la formation des professionnels dans les métiers de l enseignement, de l éducation

Plus en détail

Plan d accompagnement personnalisé

Plan d accompagnement personnalisé Logo de l académie et/ou du département Plan d accompagnement personnalisé Vu la loi n 2013-595 du 8 juillet 2013 d orientation et de programmation pour la refondation de l École de la République ; vu

Plus en détail

Cahier des charges pour le tutorat d un professeur du second degré

Cahier des charges pour le tutorat d un professeur du second degré Cahier des charges pour le tutorat d un professeur du second degré Référence : Circulaire n 2010-037 du 25 février 2010 relative au dispositif d'accueil, d'accompagnement et de formation des enseignants

Plus en détail

PROJET EDUCATIF 1/ INTRODUCTION AU PROJET EDUCATIF : BUT, PUBLIC VISE ET DUREE DU PROJET

PROJET EDUCATIF 1/ INTRODUCTION AU PROJET EDUCATIF : BUT, PUBLIC VISE ET DUREE DU PROJET PROJET EDUCATIF 1/ INTRODUCTION AU PROJET EDUCATIF : BUT, PUBLIC VISE ET DUREE DU PROJET 2/LES INTENTIONS EDUCATIVES 3/ LES VALEURS PRINCIPALES 4/ LES ACTEURS EDUCATIFS, LEUR CHAMPS D INTERVENTION ET LES

Plus en détail

PATINAGE EN MILIEU SCOLAIRE DOSSIER D'INFORMATION ------- POUR LES INTERVENANTS EXTÉRIEURS BÉNÉVOLES

PATINAGE EN MILIEU SCOLAIRE DOSSIER D'INFORMATION ------- POUR LES INTERVENANTS EXTÉRIEURS BÉNÉVOLES PATINAGE EN MILIEU SCOLAIRE DOSSIER D'INFORMATION ------- POUR LES INTERVENANTS EXTÉRIEURS BÉNÉVOLES Équipe départementale EPS 1 degré du Puy de Dôme 1 GENERALITES Préambule Ce document a pour objet d

Plus en détail

Référentiel d'activités professionnelles et référentiel de certification Diplôme d'état de professeur de musique

Référentiel d'activités professionnelles et référentiel de certification Diplôme d'état de professeur de musique Référentiel d'activités professionnelles et référentiel de certification Diplôme d'état de professeur de musique I Contexte du métier 1. Définition Les professeurs de musique diplômés d'état sont chargés

Plus en détail

Concours du second degré Rapport de jury. Session 2011 CONCOURS INTERNE DE RECRUTEMENT DE PROFESSEURS D ÉDUCATION PHYSIQUE ET SPORTIVE (CAPEPS)

Concours du second degré Rapport de jury. Session 2011 CONCOURS INTERNE DE RECRUTEMENT DE PROFESSEURS D ÉDUCATION PHYSIQUE ET SPORTIVE (CAPEPS) Secrétariat Général Direction générale des ressources humaines Sous-direction du recrutement Concours du second degré Rapport de jury Session 2011 CONCOURS INTERNE DE RECRUTEMENT DE PROFESSEURS D ÉDUCATION

Plus en détail

MASTER Mention MEEF. «Métiers de l Enseignement, l Education et la Formation Second Degré». Spécialité : HISTOIRE-GEOGRAPHIE

MASTER Mention MEEF. «Métiers de l Enseignement, l Education et la Formation Second Degré». Spécialité : HISTOIRE-GEOGRAPHIE MASTER Mention MEEF «Métiers de l Enseignement, l Education et la Formation Second Degré». Spécialité : HISTOIRE-GEOGRAPHIE Nouveau master mis en place à compter de septembre 2013 pour les M1. Pour le

Plus en détail

EPS ET SOCLE COMMUN. Les activités athlétiques à l'école primaire. Pour l'équipe EPS 35 : J.L. Béquignon, F. Bodin, H. Le Nost, P. Moniot, C.

EPS ET SOCLE COMMUN. Les activités athlétiques à l'école primaire. Pour l'équipe EPS 35 : J.L. Béquignon, F. Bodin, H. Le Nost, P. Moniot, C. EPS ET SOCLE COMMUN Les activités athlétiques à l'école primaire CONNAISSANCES 2 Piliers Tout élève devra connaître courir Sauter Lancer Un vocabulaire juste et précis pour désigner des objets réels, des

Plus en détail

Charte de la laïcité à l École Charte commentée

Charte de la laïcité à l École Charte commentée Charte de la laïcité à l École Charte commentée Ce document propose un commentaire de la phrase de préambule et de chacun des articles de la Charte de la laïcité à l École. Il explicite le sens des principales

Plus en détail

BILAN DE L EDUCATION PHYSIQUE A L ECOLE PRIMAIRE RAPPORT DE LA COMMISSION DES INSPECTEURS DU VALAIS ROMAND (CPI)

BILAN DE L EDUCATION PHYSIQUE A L ECOLE PRIMAIRE RAPPORT DE LA COMMISSION DES INSPECTEURS DU VALAIS ROMAND (CPI) Département de l'éducation, de la culture et du sport Service de l enseignement Inspectorat de la scolarité obligatoire BILAN DE L EDUCATION PHYSIQUE A L ECOLE PRIMAIRE RAPPORT DE LA COMMISSION DES INSPECTEURS

Plus en détail

Programmes et et programmation de. à l école primaire

Programmes et et programmation de. à l école primaire Programmes et et programmation de de l EPS à l école primaire D. Smadja,, IEN Maromme Animation pédagogique p cycle 2 février 2011 1-1- CONTENUS D ENSEIGNEMENTD Enjeux et finalités Compétences et activités

Plus en détail

Comment remplir une demande d AVS Remplir les dossiers administratifs quand on a un enfant autiste et TED (3) : demander une AVS

Comment remplir une demande d AVS Remplir les dossiers administratifs quand on a un enfant autiste et TED (3) : demander une AVS Comment remplir une demande d AVS Remplir les dossiers administratifs quand on a un enfant autiste et TED (3) : demander une AVS Intégration était le maître mot de la loi de 75, scolarisation est ce lui

Plus en détail

Préparation au concours infirmier «Droit commun» (Titulaires du baccalauréat ou homologué)

Préparation au concours infirmier «Droit commun» (Titulaires du baccalauréat ou homologué) Préparation au concours infirmier «Droit commun» (Titulaires du baccalauréat ou homologué) Vous souhaitez vous engager dans le métier d infirmier, vous pouvez intégrer notre cycle préparatoire combinant

Plus en détail

EPS PLAN D ACTION DEPARTEMENTAL 06 2009 2012

EPS PLAN D ACTION DEPARTEMENTAL 06 2009 2012 EPS PLAN D ACTION DEPARTEMENTAL 06 2009 2012 1 LE PLAN D ACTION DEPARTEMENTAL EN EPS 2OO9-2012 L Education Physique et Sportive est une discipline à part entière de l école maternelle et élémentaire. Elle

Plus en détail

Programme de travail académique des inspecteurs 2009-2010 INSPECTION. novembre 2009. Rectorat 3, boulevard de Lesseps Versailles www.ac-versailles.

Programme de travail académique des inspecteurs 2009-2010 INSPECTION. novembre 2009. Rectorat 3, boulevard de Lesseps Versailles www.ac-versailles. novembre 2009 Programme de travail académique des inspecteurs 2009-2010 Rectorat 3, boulevard de Lesseps Versailles www.ac-versailles.fr INSPECTION COMMUNICATION Sommaire Les finalités du Programme de

Plus en détail

Collège (3DP). Le texte du programme -Mathématiques- :

Collège (3DP). Le texte du programme -Mathématiques- : L évaluation des Mathématiques en Lycée Professionnel Quelle est la place de l évaluation dans une séquence de mathématiques en Lycée professionnel? Collège (3DP). Le texte du programme -Mathématiques-

Plus en détail

ADMISSION DIRECTE AU NIVEAU MASTER HEC, ESCP SAINT CYR

ADMISSION DIRECTE AU NIVEAU MASTER HEC, ESCP SAINT CYR ADMISSION DIRECTE AU NIVEAU MASTER HEC, ESCP SAINT CYR 1 SOMMAIRE 2 PREPARER HEC / L ESCP EUROPE A L ELEAD 3 -L EPREUVE DE DOSSIER 4 - L EPREUVE DE LANGUE 5 -L EPREUVE D OPTION 6 - LES EPREUVES ORALES

Plus en détail

Ligne directrice du cours menant à une qualification additionnelle. Musique instrumentale (deuxième partie)

Ligne directrice du cours menant à une qualification additionnelle. Musique instrumentale (deuxième partie) Ligne directrice du cours menant à une qualification additionnelle Musique instrumentale (deuxième partie) Annexe D Règlement 184/97 Qualifications requises pour enseigner Mai 2005 This document is available

Plus en détail

I. LE CAS CHOISI PROBLEMATIQUE

I. LE CAS CHOISI PROBLEMATIQUE I. LE CAS CHOISI Gloria est une élève en EB4. C est une fille brune, mince avec un visage triste. Elle est timide, peureuse et peu autonome mais elle est en même temps, sensible, serviable et attentive

Plus en détail

Une situation d'apprentissage du lexique en MS Les activités gymniques

Une situation d'apprentissage du lexique en MS Les activités gymniques Cette séquence permet l acquisition des compétences nécessaires à la construction des connaissances : - Connaître et enrichir le lexique de base de l action «se déplacer» : marcher, ramper, courir, grimper-escalader,

Plus en détail

Le contexte. Quels enjeux? UN PEU D HISTOIRE. Une demande des élèves : Les infrastructures : L encadrement : Pour les élèves :

Le contexte. Quels enjeux? UN PEU D HISTOIRE. Une demande des élèves : Les infrastructures : L encadrement : Pour les élèves : SECTION SPORTIVE SCOLAIRE FOOTBALL Le contexte Septembre 2003 : La SSL en visite au FC Nantes UN PEU D HISTOIRE 2003 Création de la Section Sportive Locale. 11 élèves de 5ème (10 garçons et 1 fille) et

Plus en détail

Les dossiers de l enseignement scolaire. l Éducation nationale et la formation professionnelle en France

Les dossiers de l enseignement scolaire. l Éducation nationale et la formation professionnelle en France Les dossiers de l enseignement scolaire 2010 l Éducation nationale et la formation professionnelle en France ministère éducation nationale L Éducation nationale et la formation professionnelle en France

Plus en détail

Master «Éducation et métiers de l enseignement du premier degré» Vadémécum du Contrôle des connaissances. Master 1 et Master 2

Master «Éducation et métiers de l enseignement du premier degré» Vadémécum du Contrôle des connaissances. Master 1 et Master 2 Master «Éducation et métiers de l enseignement du premier degré» Vadémécum du Contrôle des connaissances 2012 2013 Master 1 et Master 2 24-08-2012 master 1 er degré Sommaire I. PRINCIPES GÉNÉRAUX... 3

Plus en détail

REFERENTIEL PROFESSIONNEL DES ASSISTANTS DE SERVICE SOCIAL

REFERENTIEL PROFESSIONNEL DES ASSISTANTS DE SERVICE SOCIAL 1 REFERENTIEL PROFESSIONNEL DES ASSISTANTS DE SERVICE SOCIAL DEFINITION DE LA PROFESSION ET DU CONTEXTE DE L INTERVENTION L assistant de service social exerce de façon qualifiée, dans le cadre d un mandat

Plus en détail

Proposition module maternelle : courir

Proposition module maternelle : courir Proposition module maternelle : courir Compétences des programmes Champs d actions Capacité Forme(s) de pratique(s) Adapter ses déplacements à des environnements ou des contraintes variées Pratique d activités

Plus en détail

Une École juste pour tous et exigeante pour chacun PROJET DE LOI POUR LA REFONDATION DE L ÉCOLE DOSSIER DE PRÉSENTATION

Une École juste pour tous et exigeante pour chacun PROJET DE LOI POUR LA REFONDATION DE L ÉCOLE DOSSIER DE PRÉSENTATION Une École juste pour tous et exigeante pour chacun PROJET DE LOI POUR LA REFONDATION DE L ÉCOLE DOSSIER DE PRÉSENTATION #RefondonslEcole education.gouv.fr photos : PictureTank - MEN Les 25 mesures clés

Plus en détail

L'EPS à l'école primaire aucune modification des programmes

L'EPS à l'école primaire aucune modification des programmes L'EPS à l'école primaire aucune modification des programmes Les 3 objectifs sont poursuivis aussi bien à l'école maternelle, qu'à l école primaire MATERNELLE * Favoriser la construction des actions motrices

Plus en détail

EVS ORMATIONS EVS. Proposées par le Greta Est-Bretagne GEB (35)

EVS ORMATIONS EVS. Proposées par le Greta Est-Bretagne GEB (35) FORMATION ORMATIONS EVS EVS Proposées par le Greta Est-Bretagne GEB Des modules de deux jours pour valoriser des compétences et acquérir des connaissances complémentaires Compétences et métiers de l aide

Plus en détail

COMMUNICATION AUX ENSEIGNANTS n 2

COMMUNICATION AUX ENSEIGNANTS n 2 Périgueux, le 23 septembre 2013 L Inspecteur de l Education nationale, à Mesdames et Messieurs les Directeurs d école et Mesdames et Messieurs les enseignants de la circonscription de Périgueux II COMMUNICATION

Plus en détail

proposant des formations et enseignements professionnels

proposant des formations et enseignements professionnels proposant des formations et enseignements professionnels proposant des formations et enseignements professionnels Sommaire Introduction 5 Le contexte et les enjeux 5 La cible du guide 6 La valeur-ajoutée

Plus en détail

PRÉPARER SA CLASSE EN QUELQUES CLICS

PRÉPARER SA CLASSE EN QUELQUES CLICS PROFESSEUR DES ÉCOLES PRÉPARER SA CLASSE EN QUELQUES CLICS Éric SEGOUIN Denis BASCANS Une méthode et un outil d aide à la conception et à la programmation de séquences d enseignement pour l école primaire

Plus en détail

LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AUX ÉDUCATEURS SPÉCIALISÉS

LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AUX ÉDUCATEURS SPÉCIALISÉS LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AUX ÉDUCATEURS SPÉCIALISÉS 1. RÉFÉRENTIEL PROFESSIONNEL D ÉDUCATEUR SPÉCIALISÉ 2. RÉFÉRENTIEL ACTIVITÉS 3. RÉFÉRENTIEL DE 4. RÉFÉRENTIEL DE CERTIFICATION 5. RÉFÉRENTIEL DE FORMATION

Plus en détail

Guide Pédagogique 2013-2014

Guide Pédagogique 2013-2014 MASTER Métiers de l Enseignement, de l Education et de la Formation 1er degré PARCOURS Enseignement polyvalent Guide Pédagogique 2013-2014 - 1 - Administrateur provisoire de l ESPE Richard Kleinschmager

Plus en détail

Enseigner l acrosport aux cycles 2 et 3 Guillaume CATOIS, conseiller pédagogique EPS, circonscription d Argentan.

Enseigner l acrosport aux cycles 2 et 3 Guillaume CATOIS, conseiller pédagogique EPS, circonscription d Argentan. Enseigner l acrosport aux cycles 2 et 3 Guillaume CATOIS, conseiller pédagogique EPS, circonscription d Argentan. - 1 - SOMMAIRE 1. Définition de l APS acrosport 2. Caractéristiques de l APS 3. Références

Plus en détail

NOM : Prénom : Date de naissance : Ecole : CM2 Palier 2

NOM : Prénom : Date de naissance : Ecole : CM2 Palier 2 NOM : Prénom : Date de naissance : Ecole : CM2 Palier 2 Résultats aux évaluations nationales CM2 Annexe 1 Résultats de l élève Compétence validée Lire / Ecrire / Vocabulaire / Grammaire / Orthographe /

Plus en détail

Les services en ligne

Les services en ligne X Les services en ligne (ressources partagées, cahier de texte numérique, messagerie, forum, blog ) Extrait de l étude «Le développement des usages des TICE dans l enseignement secondaire», 2005-2008 SDTICE

Plus en détail

Cadrage du mémoire de master MEEF commun aux mentions «1 er degré», «2 nd degré» et «Encadrement Educatif»

Cadrage du mémoire de master MEEF commun aux mentions «1 er degré», «2 nd degré» et «Encadrement Educatif» Cadrage du mémoire de master MEEF commun aux mentions «1 er degré», «2 nd degré» et «Encadrement Educatif» Chaque parcours pourra compléter ce cadrage général par un cadrage spécifique au parcours prenant

Plus en détail

Plan d action des médecins et infirmier(e) de l académie

Plan d action des médecins et infirmier(e) de l académie Plan d action des médecins et infirmier(e) de l académie 1 Le cap fixé : - le projet académique 2011-2015 - et sa lecture par et pour l action des médecins et infirmier(e)s de l E.N Deux postulats : Le

Plus en détail

SOMMAIRE ENSEIGNER : UNE AMBITION POUR SOI, UNE AMBITION POUR LA FRANCE CONCOURS DE RECRUTEMENT 2014 : LES RÉPONSES À VOS QUESTIONS

SOMMAIRE ENSEIGNER : UNE AMBITION POUR SOI, UNE AMBITION POUR LA FRANCE CONCOURS DE RECRUTEMENT 2014 : LES RÉPONSES À VOS QUESTIONS SOMMAIRE ENSEIGNER : UNE AMBITION POUR SOI, UNE AMBITION POUR LA FRANCE DEVENIR ENSEIGNANT : LES NOUVEAUTÉS ENQUÊTE : LES FRANÇAIS ET LE MÉTIER D ENSEIGNANT CONCOURS DE RECRUTEMENT 2014 : LES RÉPONSES

Plus en détail

CONFERENCE NATIONALE DU HANDICAP. Relevé des conclusions

CONFERENCE NATIONALE DU HANDICAP. Relevé des conclusions PRÉSIDENCE DE LA RÉPUBLIQUE Service de presse Paris, le 11 décembre 2014 CONFERENCE NATIONALE DU HANDICAP Relevé des conclusions A l occasion de la Conférence nationale du handicap du 11 décembre 2014,

Plus en détail

Septembre 2012 : Document validé par le service des ressources humaines et le service juridique du Rectorat de l Académie de Strasbourg

Septembre 2012 : Document validé par le service des ressources humaines et le service juridique du Rectorat de l Académie de Strasbourg Académie de Strasbourg Groupe Professionnel de Secteur CPE Colmar Septembre 2012 : Document validé par le service des ressources humaines et le service juridique du Rectorat de l Académie de Strasbourg

Plus en détail

I - LE PROJET PEDAGOGIQUE

I - LE PROJET PEDAGOGIQUE ENSEIGNER L ACTIVITE HOCKEY A L ECOLE ELEMENTAIRE I - LE PROJET PEDAGOGIQUE Avant d avoir eu les élèves /joueurs A - DEFINITION DE L ACTIVITE SUPPORT : LE HOCKEY Le hockey est un jeu collectif praticable

Plus en détail

Exemples de différenciations pédagogiques en classe. Elémentaires Collèges. Ordinaires & ASH

Exemples de différenciations pédagogiques en classe. Elémentaires Collèges. Ordinaires & ASH Exemples de différenciations pédagogiques en classe. Elémentaires Collèges Ordinaires & ASH PRESENTATION ESPRIT DES OUTILS PRESENTES L objectif de cette plaquette est de proposer des tours de mains aux

Plus en détail

LICENCE PROFESSIONNELLE ASSURANCE BANQUE - FINANCE

LICENCE PROFESSIONNELLE ASSURANCE BANQUE - FINANCE LICENCE PROFESSIONNELLE ASSURANCE BANQUE - FINANCE Spécialité: Gestion Clientèle Particuliers Arrêté d habilitation : 20090979 REGLEMENT DU CONTRÔLE DES CONNAISSANCES 2013-2015 VU la loi 84-52 du 26 janvier

Plus en détail

SOMMAIRE. I - Définition de l activité «Jeux de Lutte» Page 2. II - Composantes de l activité Page 3

SOMMAIRE. I - Définition de l activité «Jeux de Lutte» Page 2. II - Composantes de l activité Page 3 SOMMAIRE I - Définition de l activité «Jeux de Lutte» Page 2 II - Composantes de l activité Page 3 III - incontournables de l activité Page 4 IV - Construire une unité d apprentissage au cycle 1 Page 5

Plus en détail

FICHE 7 Propositions d ensemble pour l EPS à l école primaire

FICHE 7 Propositions d ensemble pour l EPS à l école primaire FICHE 7 Propositions d ensemble pour l EPS à l école primaire Quel pas en avant est possible? Le premier progrès à réaliser pour que tous les élèves bénéficient de l enseignement de l EPS est d assurer

Plus en détail

BTS MANAGEMENT DES UNITES COMMERCIALES GUIDE DU TUTEUR

BTS MANAGEMENT DES UNITES COMMERCIALES GUIDE DU TUTEUR BTS MANAGEMENT DES UNITES COMMERCIALES GUIDE DU TUTEUR Vous êtes tuteur d un étudiant en BTS management des unités commerciales. Ce guide vous est destiné : il facilite votre préparation de l arrivée du

Plus en détail

LA SCOLARISATION À LA MAISON. Orientations

LA SCOLARISATION À LA MAISON. Orientations LA SCOLARISATION À LA MAISON Orientations Gouvernement du Québec Ministère de l Éducation, du Loisir et du Sport, 2010 ISBN 978-2-550-57703-4 (PDF) Dépôt légal - Bibliothèque et Archives nationales du

Plus en détail

REPONDRE AU BESOIN DE BOUGER CHEZ LE JEUNE ENFANT

REPONDRE AU BESOIN DE BOUGER CHEZ LE JEUNE ENFANT REPONDRE AU BESOIN DE BOUGER CHEZ LE JEUNE ENFANT L enfant de deux, trois ans, a besoin de bouger pour développer ses capacités motrices. Aménagement des lieux dans l école et dans la classe La cour de

Plus en détail

Inspection de l'éducation Nationale de Saint-Julien-en-Genevois. Des situations d'apprentissage dédiées à la gymnastique au cycle 1 1 SE RENVERSER

Inspection de l'éducation Nationale de Saint-Julien-en-Genevois. Des situations d'apprentissage dédiées à la gymnastique au cycle 1 1 SE RENVERSER Inspection de l'éducation Nationale de Saint-Julien-en-Genevois Des situations d'apprentissage dédiées à la gymnastique au cycle 1 1 SE RENVERSER 1 In Apprendre en éducation physique Tome 2, Collectif

Plus en détail

GDR des CPE sous la direction de Nathalie Szoc LIVRET DE FORMATION ET DE COMPETENCE CPE

GDR des CPE sous la direction de Nathalie Szoc LIVRET DE FORMATION ET DE COMPETENCE CPE GDR des CPE sous la direction de Nathalie Szoc LIVRET DE FORMATION ET DE COMPETENCE CPE Compétences communes à tous les professeurs et personnels d éducation Référentiel des compétences professionnelles

Plus en détail

N 163 - ROUX-PEREZ Thérèse. 1. Problématique

N 163 - ROUX-PEREZ Thérèse. 1. Problématique N 163 - ROUX-PEREZ Thérèse CONSTRUCTION IDENTITAIRE DES ENSEIGNANTS EN FORMATION INTIALE : ENTRE REPRESENTATIONS PARTAGEES ET ELEMENTS DE DIFFERENCIATION DANS LE RAPPORT AU METIER 1. Problématique L étude

Plus en détail

COMPETENCES E P S et BASKET BALL au CYCLE 3. R.Reynaud CPC. LYON PART-DIEU mai 2003 en référence au document d'antoine Muguet

COMPETENCES E P S et BASKET BALL au CYCLE 3. R.Reynaud CPC. LYON PART-DIEU mai 2003 en référence au document d'antoine Muguet COMPETENCES E P S et BASKET BALL au CYCLE 3 R.Reynaud CPC. LYON PART-DIEU mai 2003 en référence au document d'antoine Muguet basket-ball au CYCLE 3 - COMPETENCES EPS R.Reynaud-05/2003 CPC Lyon Part Dieu

Plus en détail

SOMMAIRE. I. Questions relatives aux métier, rôles, fonctions. L obtention du CAP Petite Enfance est-elle une condition pour devenir ATSEM?...

SOMMAIRE. I. Questions relatives aux métier, rôles, fonctions. L obtention du CAP Petite Enfance est-elle une condition pour devenir ATSEM?... SOMMAIRE I. Questions relatives aux métier, rôles, fonctions 1 Quelles ont été les évolutions importantes du métier d ATSEM?... 15 2 Comment devient-on ATSEM?... 16 3 L obtention du CAP Petite Enfance

Plus en détail

Préparer la formation

Préparer la formation Préparer Profédus propose des exemples variés de contenus d enseignement en éducation à la santé. Les fiches ne sont pas conçues en «prêt à penser» ; elles restent largement enracinées dans le contexte

Plus en détail

Céline Nicolas Cantagrel CPC EPS Grande Section /CP Gérer et faciliter la continuité des apprentissages

Céline Nicolas Cantagrel CPC EPS Grande Section /CP Gérer et faciliter la continuité des apprentissages Céline Nicolas Cantagrel C EPS Grande Section / Gérer et faciliter la continuité des apprentissages GS Quelques pistes par rapport à l équipe pédagogique : renforcer les liens, clarifier les paramètres

Plus en détail

ORGANISER L'EPS A L'ECOLE PRIMAIRE

ORGANISER L'EPS A L'ECOLE PRIMAIRE ORGANISER L'E A L'ECOLE PRIMAIRE Cadre réglementaire et recommandations départementales Comme précisé dans les programmes scolaires de juin 2008, l'activité physique et les expériences corporelles contribuent

Plus en détail

eduscol Ressources pour la voie professionnelle Français Ressources pour les classes préparatoires au baccalauréat professionnel

eduscol Ressources pour la voie professionnelle Français Ressources pour les classes préparatoires au baccalauréat professionnel eduscol Ressources pour la voie professionnelle Ressources pour les classes préparatoires au baccalauréat professionnel Français Présentation des programmes 2009 du baccalauréat professionnel Ces documents

Plus en détail

QUELQUES CONSEILS AU PROFESSEUR STAGIAIRE POUR ASSEOIR SON AUTORITE

QUELQUES CONSEILS AU PROFESSEUR STAGIAIRE POUR ASSEOIR SON AUTORITE QUELQUES CONSEILS AU PROFESSEUR STAGIAIRE POUR ASSEOIR SON AUTORITE Le premier contact avec vos élèves est déterminant, il y a de nombreux éléments à prendre en compte pour le réussir. Un professeur doit

Plus en détail

MONITEUR-EDUCATEUR ANNEXE I : REFERENTIEL PROFESSIONNEL. Le moniteur-éducateur intervient dans des contextes différents :

MONITEUR-EDUCATEUR ANNEXE I : REFERENTIEL PROFESSIONNEL. Le moniteur-éducateur intervient dans des contextes différents : MONITEUR-EDUCATEUR ANNEXE I : REFERENTIEL PROFESSIONNEL 1.1 DEFINITION DE LA PROFESSION ET DU CONTEXTE DE L INTERVENTION Le moniteur-éducateur participe à l'action éducative, à l'animation et à l'organisation

Plus en détail

DOCUMENT PROVISOIRE L ENTRETIEN AVEC UN JURY

DOCUMENT PROVISOIRE L ENTRETIEN AVEC UN JURY ATTACHÉ PRINCIPAL fa-ob 23/10/2009 Note de cadrage DOCUMENT PROVISOIRE Cette note entend présenter précisément l épreuve aux candidats, aux formateurs et aux membres du jury. Chacun, selon sa qualité,

Plus en détail

Adoptée : En vigueur : Amendement :

Adoptée : En vigueur : Amendement : SCOLARISATION À LA MAISON Adoptée : En vigueur : Amendement : 9 novembre 2010 (CC-2010-463) 9 novembre 2010 TABLE DES MATIÈRES 1. DISPOSITIONS GÉNÉRALES.. 3 1.1 Objet et but de la politique 3 1.2 Champ

Plus en détail

FICHE 4 TOUT CE QUI CHANGE EN MATIERE D INFORMATION- CONSULTATION DU CE

FICHE 4 TOUT CE QUI CHANGE EN MATIERE D INFORMATION- CONSULTATION DU CE FICHE 4 TOUT CE QUI CHANGE EN MATIERE D INFORMATION- CONSULTATION DU CE 1. Les délais de consultation du CE Sur le principe, rien ne change, en pratique, toute votre vie d élu CE va être bouleversée et

Plus en détail

LIVRET DE SUIVI DE PROFESSIONNALISATION

LIVRET DE SUIVI DE PROFESSIONNALISATION LIVRET DE SUIVI DE PROFESSIONNALISATION 1 MASTER 2 MEEF en ALTERNANCE PRESENTATION GENERALE 2 La professionnalisation en alternance que vous allez vivre cette année vous permettra d entrer dans le métier

Plus en détail

Rédacteur territorial principal de 2 ème classe L ENTRETIEN AVEC UN JURY

Rédacteur territorial principal de 2 ème classe L ENTRETIEN AVEC UN JURY 17/10/2013 Document élaboré par les membres d une cellule pédagogique nationale associant des représentants des centres de gestion de la fonction publique territoriale Rédacteur territorial principal de

Plus en détail