L interdisciplinarité à l école primaire : des discours aux pratiques.

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "L interdisciplinarité à l école primaire : des discours aux pratiques."

Transcription

1 L interdisciplinarité à l école primaire : des discours aux pratiques. BAILLAT Gilles, Professeur des Universités ANDRIEUX Guillaume, Doctorant IUFM de Champagne Ardenne, 23 rue Clément Ader, Reims Mots clés : polyvalence, école primaire, interdisciplinarité, pratiques enseignantes Résumé «L individu n apprend que parce qu il trouve du sens dans une entreprise» dit André Giordan (2002, p. 195). Apprendre pour apprendre, apprendre pour savoir, n est plus le moteur de l Ecole. L élève d aujourd hui ne s engage dans un processus volontaire d apprentissage que s il perçoit un but pratique à sa démarche, que s il peut donner du sens à ce qu il fait. Cette recherche du sens devient un enjeux national : «l'intérêt des élèves commande d'engager cette solution : plus on donnera du sens aux apprentissages, plus la réussite scolaire sera effective.» disait Ségolène Royale en 1999 (Ministère de l'education Nationale, 1999). A la recherche du sens perdu Le sens passerait par un enseignement qui crée de la cohérence entre les savoirs eux-mêmes et entre les savoirs et la vie de tous les jours, ne se contentant pas d un empilement de connaissances qui deviennent improductives (Boumédiene, 2003). Mais, d après Giordan (2002, p. 37), nous ne pouvons que constater «l inadéquation de plus en plus ample entre, d une part, des savoirs fragmentés, disjoints, compartimentés [et], d autre part, des réalités globales, multidimensionnelles et transnationales». Ainsi, comme l illustre François Audigier dans la question «le monde n'est pas disciplinaire, les élèves non plus, et les connaissances?» (2001, p. 43), le problème se situe bien au niveau de l incapacité des disciplines isolées à expliquer un monde pluriel et global. Dans le but de relier les disciplines scolaires, différents outils ont été mis en avant par les Ministres de l Education Nationale au cours de ces quinze dernières années. Sans entrer dans leur énumération, nous pouvons remarquer que ces outils sont quasiment tous développés en direction de l enseignement secondaire. A l école primaire, le rapprochement des apprentissages est en théorie facilité par le maître unique. Les textes le rappellent : «l enseignant met à profit sa polyvalence pour multiplier les liaisons et les renvois d un domaine à l autre. Il évite ainsi l empilement désordonné des exercices tout en maintenant un niveau d exigence élevé, gage de la construction de connaissances solides.» (Ministère de l'education Nationale, 2002, p. 14), et ils considèrent comme naturel et automatique la mise en place par les enseignants polyvalent de liens entre les disciplines. Or, différentes enquêtes montrent que les professeurs des écoles ne sont peut-être pas autant polyvalents que les textes le voudraient 1

2 Le professeur des écoles : un enseignant polyvalent? Une première étude (Baillat, et al., 2000) menées par le Groupe de Recherche sur les Pratiques Professionnelles Enseignantes (GRPPE), à partir de 1996, met en évidence d un côté un profond attachement au caractère polyvalent de leur pratique, et d un autre côté la tendance a déléguer de plus en plus d enseignements à d autres personnes (enseignantes ou non) au fur et à mesure que l on monte dans les classes de l école élémentaire. Les résultats de cette enquête posent une question de fond : «Pourquoi les enseignants mettent ils en oeuvre des dispositifs pédagogiques qui réduisent leur polyvalence alors même qu ils la revendiquent comme un élément important de leur identité professionnelle?» (Baillat, et al., 2000, p. 50). C est ce paradoxe que se propose d éclairer la seconde enquête du GRPPE (Baillat, et al., 2003). Les chercheurs y mettent en évidence que 86 % des enseignants interrogés se déclarent très ou assez attachés à la polyvalence (p. 8). Parmi les raisons invoquées, la polyvalence favorise une «pédagogie globale» pour 27 % des enseignants, la «variété» (pour 22 %), une approche globale de l enfant (pour 21 %) Néanmoins, beaucoup de réserves sont aussi exprimées, au premier rang desquelles on trouve un sentiment d incompétence important à enseigner toutes les disciplines scolaires. D ailleurs «ce sentiment d incompétence apparaît de plus en plus fréquemment dans les réponses au fur et à mesure que le degré d adhésion la polyvalence diminue» (Baillat, et al., 2003, p. 15). En guise de synthèse, nous pouvons citer les propos d une enseignante, rapportés par Gilles Baillat (2000, p. 92) : «c est bien de voir l élève travailler dans différentes matières, mais c est difficile pour l enseignant d être performant dans toutes les disciplines». L interdisciplinarité pédagogique Le concept de l interdisciplinarité, dans le milieu scolaire, n a pas de définition qui fasse consensus. D une manière générale il s agirait moins de la juxtaposition de disciplines différentes (Bourguignon) que d une recherche de connexion entre les disciplines, qui suppose la mise en cohérence des apprentissages et la possibilité de donner un sens global à l apprentissage de l élève : un enseignement interdisciplinaire ne se réduit pas à la transmission d une mosaïque de savoirs fragmentaires. Alors que la pluridisciplinarité fait appel à des disciplines isolées, apportant chacune un éclairage spécifique sur un objet, dans le cas de l interdisciplinarité différentes disciplines sont appelées à coopérer. Autrement dit, «au simple constat collectif que permet la pluridisciplinarité, l'interdisciplinarité est donc tenue au consensus» (Boumédiene, 2003). Dans ce sens, Maryse Clary et Pierre Giolitto (1995) attestent de la notion de coopération dans leur définition de l interdisciplinarité : elle «doit se comprendre comme l'utilisation, l'association et la coordination des disciplines appropriées, dans une approche intégrée des problèmes». L interdisciplinarité scolaire est constituée par l interaction de trois niveaux opérationnels définis par Yves Lenoir (1998) : un niveau curriculaire, un niveau didactique et un niveau pédagogique. L interdisciplinarité curriculaire en est le premier niveau : elle constitue «le préalable à toute interdisciplinarité didactique et pédagogique» (Lenoir et Sauvé, 1998, p. 110). Elle 2

3 «consiste en l établissement [ ] de liens d interdépendance, de convergence, et de complémentarité entre ces objets et, par là, entre les différentes matières scolaire qui forment le cursus d un ordre d enseignement donné l enseignement primaire par exemple afin de faire ressortir du curriculum scolaire ou de lui fournir une structure interdisciplinaire à orientations intégratrices» (Ibid.). L interdisciplinarité didactique assume «une fonction médiatrice entre le niveau curriculaire et la pratique pédagogique» (Ibid.). Elle consiste à prendre en compte le niveau curriculaire afin de traiter le contenu didactique «en ayant pour objectif l articulation des savoirs à enseigner et leur insertion dans des situations d apprentissage» (Ibid.). L interdisciplinarité, au niveau pédagogique, pourrait d après Yves Lenoir, être appelée «circumdisciplinaire» car elle «doit prendre en compte non seulement un ensemble de contraintes contextuelles et situationnelles, mais aussi des savoirs de diverses provenances, dont les savoirs d expérience qui ne procèdent pas, du moins directement et exclusivement, des champs disciplinaires» (Ibid.). L interdisciplinarité scolaire consiste donc à «la mise en relation de deux ou de plusieurs disciplines scolaires qui s exerce à la fois aux niveaux curriculaire, didactique et pédagogique et qui conduit à l établissement de liens de complémentarité ou de coopération, d interpénétrations ou d actions réciproques entre elles sous divers aspects (finalités, objets d études, concepts et notions, démarches d apprentissage, habiletés techniques, etc.) en vue de favoriser l intégration des processus d apprentissage et des savoirs chez les élèves» (Ibid., p. 121). Une méthodologie originale A l issue de ses différentes enquêtes, Gilles Baillat (2000, p. 49) remarque que «[ses] résultats présentent les limites des caractéristiques de l enquête elle-même : portant sur des déclarations d enseignants, ils ne peuvent être interprétés comme une photographie des pratiques de classes proprement dites». C est pour cette raison qu il nous a semblé intéressant d aller dans les classes pour observer la pratique réelle de la polyvalence Néanmoins, l observation d une situation pédagogique en classe, bien qu offrant de nombreuses possibilités, ne permet une analyse qu au travers des yeux du chercheur, avec tous les risques d investissements affectifs que cela comporte et les dangers d une interprétation abusive de l intention de l enseignant observé Ainsi, pour bien comprendre les actions du sujet, ses objectifs, les raisons de ses décisions, il est utile de lui permettre d expliquer lui-même sa pratique a posteriori. L entretien apparaît alors comme un bon moyen d avoir accès à ce que ne montre pas une simple observation. Le sujet peut commenter ce qu il fait mais également ce qu il ne fait pas, ne peut faire, choisit de ne pas faire et qui demeure en lui au cours de l action. Mais, remarque Philippe Astier (2003), «nombre de travaux, d horizons très divers, soulignent qu une part de l activité ne semble pas accessible directement par le questionnement du sujet lui-même». En effet, l activité, et notamment ce qui l organise, n est pas nécessairement 3

4 présente à la conscience du sujet Lorsqu on l interroge dessus, ces éléments peuvent demeurer absents du discours. Ainsi, le moyen permettant au sujet de commenter sa pratique tout en la «revivant», tout du moins virtuellement, dans le but de recréer consciemment le cheminement inconscient de l action, paraît bien être celui de l autoconfrontation. L autoconfrontation, telle qu elle est définie par Yves Clot (Clot, 1999), est une technique d entretien qui consiste en une situation de dialogue avec le chercheur au cours de laquelle le sujet est incité à commenter sa propre activité a posteriori. L autoconfrontation dite «simple» met en présence le sujet, le chercheur et les images : à l'activité du sujet qui dit ce qu'il fait ou ce qu'il aurait pu ou ne pas faire en se voyant à l'écran, répond l'activité du chercheur qui, voulant s'assurer une bonne compréhension, conduit la pensée du sujet par l'entretien. Notre approche de l autoconfrontation est très peu différente de celle de Goigoux : selon lui ce n est pas le chercheur qui définit «la nature des problèmes à élucider ou les aspects de l activité à commenter», mais c est la personne observée qui «verbalise les points qui lui semblent importants en essayant, à notre demande, de centrer son attention et ses commentaires sur [certains éléments] de son activité» (Goigoux, 2001, p. 119). Pour notre part, si le sujet est libre de choisir les moments qui lui semblent intéressant de commenter, le chercheur se réserve le droit de demander à l enseignant un renseignement sur d autres moments. Parmi les «méthodes de verbalisation consécutive, provoquée et assistée par les traces», Jacques Theureau (1992) a développé une technique d autoconfrontation se déroulant en deux phases. Tout d abord, il procède à «l autoconfrontation dite de premier niveau», «dans laquelle un agent est confronté à un enregistrement (en général audio-vidéo) de son comportement» afin de le remettre dans son contexte. «La consigne est de commenter, et éventuellement de désigner et de mimer, ses perceptions, actions et communications, et également de restituer les interprétations et émotions qui les ont accompagnées» (Salembier, et al., 2001). Cette première phase sera suivie d une «autoconfrontation de second niveau», «destinée à faire collaborer l agent à l analyse, et dans laquelle sa réflexivité sera favorisée», qui inclus donc la participation d un observateur extérieur à l action enregistrée pour apporter son point de vue. Pascal Salembier remarque toutefois que, comme toute méthode, l autoconfrontation comporte des limites : «l enregistrement a l inconvénient de focaliser l agent et ses relances par l observateur-interlocuteur sur ce qui est audible, visible et directement lié aux tâches réalisées» et peut donc éluder certains commentaires. C est pourquoi il propose en complément de l autoconfrontation la méthode de «l entretien d explicitation», développée par P. Vermersch (1994). Notre procédure d entretien prend en compte ces méthodes : nous attendons du sujet qu il commente le plus complètement possible sa pratique (autoconfrontation de premier niveau), si le sujet ne commente pas un point qui semble important pour le chercheur, ce dernier peut apporter un commentaire, poser une question (autoconfrontation de second niveau), afin d inciter le sujet à «décrire ce qu il faisait, ce à quoi il pensait, ce qu il prenait en compte pour agir et ce qu il ressentait» (Leblanc, 2000, p. 2) dans le but de saisir au mieux «ses actions, ses focalisations, interprétations et sentiments dans la situation» (Ibid.). 4

5 enfin, à la fin de l entretien d autoconfrontation, nous pouvons procéder, si besoin est, à un entretien d explicitation afin de compléter ou d approfondir certains points relatifs à la pratique du sujet que nous avons pu observer. Le traitement des données Toutes les données brutes, c'est-à-dire les séquences de classe sous forme de films, et les entretiens d autoconfrontation sous forme d enregistrements audio, ont été retranscrits. En ce qui concerne les séquences de classe, quatre grands groupes d informations ont été rassemblés : «ce que dit l enseignant», «ce que fait l enseignant», «ce que disent les élèves», «ce que font les élèves». Néanmoins, une grande partie de ce disent les élèves a été perdue à cause du système d enregistrement du son par micro-cravate qui, s il est très performant pour récupérer ce que disent les enseignants, se montre inefficace à moyenne distance. Mais cette perte est à relativiser, puisque notre objectif principal reste la pratique de l enseignant. De même, «ce que font les élèves» n est pas toujours complet : le sujet principal étant toujours l enseignante, la caméra suivait ses déplacements et des actions d élèves hors champ ont pu être perdues. Ainsi l analyse expliquée par la suite ne porte que sur «ce que dit l enseignant». Ces scripts ont ensuite subi une analyse de contenu. L'analyse de contenu, d après Robert et Bouillaguet (Robert et Bouillaguet, 1997) est une méthode objective, systématique et, à l'occasion, quantitative d'étude des textes, en vue d'en classer et d'en interpréter les éléments constitutifs qui ne sont pas totalement accessibles à la lecture naïve. Ceci nous permettra deux analyses principales : Une analyse quantitative des interventions de différents types grâce au découpage des scripts en unités de sens, Une analyse thématique, en faisant ressortir des périodes identifiables qui permettront de retrouver l organisation générale de la séance. Ce type d analyse consiste donc, à partir des scripts, à classer les données en regroupant les unités de sens par catégories de sens pour les décrire (induction) puis, dans un deuxième temps, à inférer de cette mise en ordre les conditions de production ou de réception de ces données (déduction). Cette méthode s appuie sur l ouvrage de L Ecuyer (1990), qui décrit l analyse de contenu comme le découpage d une communication en unités de sens en fonction de catégories. Ces unités de sens sont «liées à l identification des éléments du texte possédant un "sens complet" en eux-mêmes.» (p. 61). Une unité de sens peut être un mot, une phrase, voire un paragraphe que l on classe dans une catégorie de sens. Ainsi, un même mot ou groupe de mot tiré des scripts des séquences pourra avoir différentes significations en fonction du contexte dans lequel l enseignant l utilise. Pour présenter les données d une manière plus systématique, nous avons classé les dires des enseignants dans trois domaines, regroupant plusieurs catégories de sens, qui ont été réactualisés tout au long de l analyse de contenu. Toutefois, par rapport aux catégorisations en paroles de l enseignant, il convient de suivre les recommandations de Stéphane Martineau et «garder à l esprit que la catégorisation des comportements de l enseignant comporte toujours le danger de présenter une vision stéréotypée et figée» (Martineau, et al., 1999, p. 492) de la pratique en classe. 5

6 Domaine 1 : énoncés à caractères didactiques ce qui relève des consignes, c'est-à-dire des interventions de l enseignant consistant à questionner les élèves, à annoncer ce qu il attend d eux... ce qui relève des régulations, c'est-à-dire les rectifications apportées aux élèves, les rappels de consignes ce qui relève des apports de connaissances, en relation avec l objet du cours. Domaine 2 : énoncés à caractères interdisciplinaires Pour caractériser ce type d interventions faites par l enseignant, nous reprenons la typologie des «ponts» entre les disciplines faite par le GRPPE REFERENCES, à partir de la notion passerelle (Yves Lenoir (1998, pp ).. - liaison «outil» : une discipline réputée «fondamentale» (math ou français) est utilisée dans le cours. - liaison thématique : l enseignant organise son enseignement autour d un thème faisant appel des activités de disciplines différentes. - liaison par juxtaposition : l enseignant juxtapose simplement une autre discipline (pluridisciplinarité). - liaison «prétexte» : le travail dans la discipline est utilisé comme prétexte pour réaliser un apprentissage dans une autre discipline (pédagogie du détour, au bénéfice de disciplines «fondamentales»). - liaison au travers de concepts communs : l enseignant utilise un terme utilisé aussi dans plusieurs disciplines. - liaison par une activité commune : une procédure commune est appliquée dans des activités appartenant à des disciplines différentes. - liaison avec la vie réelle : l enseignant souligne que ce qui est fait dans le cours est réutilisable en dehors de l école. Domaine 3 : énoncés relatifs à la gestion de classe La gestion de classe consiste en un ensemble de règles et de dispositifs mis en place pour créer et maintenir un environnement ordonné favorable à l enseignement ainsi qu à l apprentissage.(doyle, 1986). Pour caractériser les types d interventions faites par l enseignant et se rapportant à la gestion de classe, nous nous baserons sur une typologie proposée par Stéphane Martineau (Martineau, et al., 1999) : - ce qui relève de l application des mesures disciplinaires et sanctions : cela couvre les interventions pour rappeler à l ordre un élève, un groupe d élèves, ou l ensemble de la classe, et, éventuellement, a le ou les punir. - ce qui relève de l application des règles et procédures : il s agit de rappeler les routines de classe, les règles de vie collective - ce qui relève de la supervision active de l accomplissement du travail : c'est-à-dire toutes les stratégies visant à garder un élève ou groupe d élèves en alerte et centré sur la tâche. 6

7 Nous ne nous intéresserons ici qu aux résultats du domaine 2, les énoncés à caractère interdisciplinaire. Par ailleurs, notons bien qu il s agit là d un travail qualitatif sans autre visée que l étude de trois cas. Il n a pas l ambition de présenter des résultats généralisables à l ensemble des professeurs des écoles. Les trois professeurs des écoles étudiés sont titulaires d une licence de sciences naturelles et ont été observées dans plusieurs disciplines. Pour chacun, l étude porte sur une séance de sciences. De même, nous ne pouvons négliger le biais que comporte la technique d enregistrement. La présence du caméraman dans la classe, bien qu ayant été la plus discrète possible, a influencé les enseignants dans leur comportement et leur relationnel (tous ont au moins une fois au cours de la séance fait une référence au fait que le cours était filmé («Imaginez que les gens vont écouter et regarder le film si tout le monde parle en même temps, ils ne vont rien comprendre» ), au cours d un entretien, une enseignante expliquera que «ça [leurs] permet de trouver un prétexte pour les recadrer») et les élèves (grimaces devant l objectif, ou au contraire attitudes pour paraître «élève modèle»...). Pratiques et conception de l interdisciplinarité Les résultats mettent en évidence le très faible nombre de ponts repérés dans les séances étudiées. Sur les trois séances étudiées (toutes trois en sciences), nous avons mis en évidence six énoncés à caractères interdisciplinaires : quatre liaisons de type «outil», deux liaisons au travers de concepts communs. Les matières «fondamentales», français et mathématiques, sont les plus importantes aux yeux des enseignants, une professeur des écoles exprime même avoir plus de compétences pour juger des élèves en français ou en maths que dans sa discipline de spécialité («Alors après, dans les autre matières, français, maths, peut-être que je relance moins parce que je vais directement voir ceux qui ont qui ont besoin d un soutien en français ou en maths parce que là je cible bien, je sais mieux où il faut aller et vers lequel il faut aller»). On ne s étonnera donc pas de les retrouver dans les deux tiers des énoncés dits à «caractère interdisciplinaire». Toutefois, les liaisons de type «outils» dans ces séances sont involontaires. Une enseignante travaillant sur la solubilité des corps dans l eau reprend un élève sur la conjugaison du verbe «dissoudre», mais à l entretien, il apparaît que l enseignante n avait pas pensé que ce point difficile allait trouver une accroche dans une séance de cours autre que réservée au français. En construisant son cours de sciences, une enseignante dit ne penser qu aux sciences : «Quand je fais ma séquence de bio, je ne pense pas spécialement à faire des retours, alors que là bon, sur le mouvement, c est quand même une séquence qui s y prêterait! Mais non, je ne pense pas à faire le lien.», elle «ne pense pas faire des retours sur ce qu on fait en sport.» Pour une autre enseignante, les liens entre EPS et sciences permettent d aider et d enrichir les débuts de leçons en sciences : «quand on aborde ce qu on pense au départ, ben c est un peu plus riche quoi hein, on a plus de choses à dire». Dans l autre sens, «c est une bonne idée», mais dans son cas, l organisation des cours sur l année ne lui permet pas ce genre lien. De même, d après l enseignante précédente, l introduction des cours de biologie en EPS semble beaucoup plus difficile à mettre en oeuvre que ce soit «au niveau du 7

8 vocabulaire ou de ce qu on a fait». L adaptation d un même discours dans deux disciplines poserait de grosses difficultés et nécessiterait d après eux une maîtrise parfaite des deux domaines, hors dans notre cas, ces enseignantes sont «spécialistes» en sciences (titulaires d une licence sciences naturelles) D une manière générale, si l enseignant ne pense pas avoir fait de liens entre deux disciplines, sa première réaction est de s en excuser : «mais en fait c est une habitude à prendre quoi», «ça aurait été le moment d en faire». Néanmoins une autre enseignante donne quelques exemples de liens entre disciplines qu elle a l occasion de faire : «géographie et sciences», «informatique» avec tout, «techno et français», «math et techno, même avec sciences» L utilisation des projets, même s ils sont assez rares, permet de lier toutes les matières : «quand on fait un projet on s arrange pour le répartir sur tout». Mais ces liens restent marginaux Conclusion Les professeurs des écoles sont-ils donc des enseignants polyvalents et spécialistes, des enseignants spécialistes et polyvalents ou encore des enseignants spécialistes de la polyvalence, comme le réclame de tout cœur depuis vingt ans maintenant Gilbert Gusdorf, attendant «l'avènement d'une race de spécialistes de la nonspécialité» (1984, p. 40). L évolution actuelle verrait plutôt le recul des spécialistes de la polyvalence, que pouvaient être, en partie seulement, les anciens maîtres d écoles, recevant à l Ecole Normale une formation pluridisciplinaire. Quant au second profil, il correspondrait aux enseignants actuels, spécialistes initialement puis formé à la polyvalence, bien qu ils déclarent tous être polyvalents avant d être spécialistes dans les cœurs Mais dans les faits? Le premier profil ne correspondrait-il pas à l évolution actuelle du métier? C est en tout cas ce que laissent voir les textes officiels du Ministère de l Education Nationale, dont la Charte pour bâtir l Ecole du XXIe siècle qui réaffirme toujours plus fort la polyvalence du professeur des écoles, tout en défendant l idée d une évolution inexorable vers la valorisation des différentes compétences disciplinaires de chacun Mais ce qui manque aux enseignants du primaire, c est peut-être la reconnaissance officielle de l interdisciplinarité scolaire (Lenoir et Sauvé, 1998, p. 109). Ne se confinant pas à l action pédagogique, elle doit aussi opérer aux niveaux curriculaire et didactique. Il faudrait donc affirmer et accompagner l enseignement interdisciplinaire au niveau curriculaire (le système scolaire) et au niveau didactique (dans les contenus et organisation des séances) Les trois enseignantes se sont arrêtées au niveau pédagogique, avec une simple gestion de classe ponctuelle et sans suite, sans intentions de faire entrer ses liens dans les apprentissages liés au cours caractères Astier, P., 2003, Analyse du travail et pratique enseignante, Cahiers pédagogiques, n 416 (samedi 13 septembre 2003), Contribution à l'édition Internet. 8

9 Audigier, F., 2001, Le monde n'est pas disciplinaire, les élèves non plus, et les connaissances?, in G. Baillat and J.-P. Renard, Interdisciplinarité, polyvalence et formation professionnelle en IUFM, Reims: CRDP de Champagne-Ardenne, p Baillat, G., Brau-Anthony, S., et al., 2003, Polyvalence, conceptions didactiques et partage du travail chez les enseignants du premier degré, Reims: IUFM Champagne-Ardenne, 160 pages. Baillat, G., Guillon, R., et al., 2000, Enquête du groupe de recherche sur les pratiques professionnelles enseignantes, Reims: IUFM de Reims, 177 pages. Boumédiene, S.-L., 2003, Interdisciplinarité : une réelle ouverture d'esprit?, Papiers Universitaires, n 21. Bourguignon, A., 1997, De la pluridisciplinarité à la trandisciplinarité, Locarno: Congrès de Locarno (30 avril - 2 mai 1997). Clary, M. et Giolitto, P., 1995, Eduquer à l'environnement, Paris: Hachette Education, 384. Clot, Y., 1999, La fonction psychologique du travail, Paris: Presses Universitaires de France. Doyle, W., 1986, Classroom organization and management, in M. C. Wittrock, Handbook of research on teaching, New York: Macmillan, pages Giordan, A., 2002, Une autre école pour nos enfants?, Paris: Delagrave, 250 pages. Goigoux, R., 2001, Enseigner la lecture à l'école primaire, Note de synthèse pour l'habilitation à Diriger des Recherches, Paris: Université Paris 8. Gusdorf, G., 1984, Interdisciplinarité, Université de Liège: Colloque international, Psychologie et Sciences de l'education (22 et 23 novembre 1984). Leblanc, S., 2000, Complexité de l'apprentissage dans un environnement d'autoformation multimédia, 2 èmes Rencontres mondiales sur l'autoformation (22-23 juin 2000). Lecuyer, R., 1990, Méthodologie de l'analyse développementale de contenu. Méthode GPS et concept de soi, Québec: Presses de l'université du Québec. Lenoir, Y. et Sauvé, L., 1998, De l'interdisciplinarité scolaire à l'interdisciplinarité dans la formation à l'enseignement : un état de la question. 2. Interdisciplinarité scolaire et formation interdisciplinaire à l'enseignement, Revue Française de Pédagogie, n 125 (octobrenovembre-décembre 1998), pages Martineau, S., Gauthier, C., et al., 1999, La gestion de classe au coeur de l'effet enseignant, Revue des sciences de l'éducation, Vol 25, n 3, pages Ministère de l'education Nationale, 1999, La mutation des collèges : un collège pour tous et pour chacun, Bulletin Officiel du Ministère de l'education Nationale et du Ministère de la Recherche, n 23 (supplément) (10 juin 1999). Ministère de l'education Nationale, 2002, Horaires et programmes d'enseignement de l'école primaire, Bulletin Officiel du Ministère de l'education Nationale et du Ministère de la Recherche, n 1 Hors Série (14 février 2002). Robert, A. et Bouillaguet, A., 1997, L'analyse de contenu, Paris: Presses Universitaires de France. Salembier, P., Theureau, J., et al., 2001, Action/Cognition située et assistance à la coopération, Grenoble: 12 e Journées francophones d'ingénierie des connaissances IC'2001 (25-27 juin 2001). Theureau, J., 1992, Le cours d'action : analyse sémio-logique, Berne: Peter Lang. 9

10 Vermersch, P., 1994, L'entretien d'explicitation, Paris: Editions ESF. 10

RÉSUMÉ DES NORMES ET MODALITÉS D ÉVALUATION AU SECONDAIRE

RÉSUMÉ DES NORMES ET MODALITÉS D ÉVALUATION AU SECONDAIRE , chemin de la côte Saint-Antoine Westmount, Québec, HY H7 Téléphone () 96-70 RÉSUMÉ DES NORMES ET MODALITÉS D ÉVALUATION AU SECONDAIRE À TRANSMETTRE AU PARENTS Année scolaire 0-0 Document adapté par Tammy

Plus en détail

Bachelier - AESI en sciences

Bachelier - AESI en sciences Haute Ecole Léonard de Vinci Programme du Bachelier - AESI en sciences Année académique 2015-2016 Contenu 1. Identification de la formation... 2 2. Référentiel de compétences... 3 3. Profil d enseignement...

Plus en détail

Travail en groupe Apprendre la coopération

Travail en groupe Apprendre la coopération Travail en groupe Apprendre la coopération Travailler en groupe, en atelier peut répondre à de nombreux objectifs qui peuvent être très différents les uns des autres. Nous insisterons ici sur les pratiques

Plus en détail

Préparer la classe outils méthodologiques

Préparer la classe outils méthodologiques Préparer la classe outils méthodologiques Formation du 19 novembre 2008 Dijon CRDP Enseigner. Concevoir. Anticiper. Planifier. Ce qui implique : Des choix philosophiques Des obligations institutionnelles

Plus en détail

GUIDE POUR LE DÉVELOPPEMENT DE COMPÉTENCES PROFESSIONNELLES (CP) POUR LE 3 ème STAGE

GUIDE POUR LE DÉVELOPPEMENT DE COMPÉTENCES PROFESSIONNELLES (CP) POUR LE 3 ème STAGE 1 GUIDE POUR LE DÉVELOPPEMENT DE COMPÉTENCES PROFESSIONNELLES (CP) POUR LE 3 ème DOMAINES: FONDEMENTS COMPÉTENCE 1: Agir en tant que professionnelle ou professionnel héritier, critique et interprète d

Plus en détail

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE [Prénom Nom] Rapport sur le stage effectué du [date] au [date] Dans la Société : [NOM DE LA SOCIETE : Logo de la société] à [Ville] [Intitulé du

Plus en détail

Comment organiser une séance d EPS

Comment organiser une séance d EPS Comment organiser une séance d EPS Ce qui est important pour l élève c est de : - comprendre quand il réussit quelle procédure reproductible a été utilisée et isolée pour cette procédure - apprendre pour

Plus en détail

DES SAVOIRS PROFESSIONNELS DU TRAVAIL SOCIAL Définition, construction, contenus, validation, Questions épistémologiques

DES SAVOIRS PROFESSIONNELS DU TRAVAIL SOCIAL Définition, construction, contenus, validation, Questions épistémologiques 2328 DES SAVOIRS PROFESSIONNELS DU TRAVAIL SOCIAL Définition, construction, contenus, validation, Questions épistémologiques I ENJEU SOCIAL : UN DEBAT DANS LE CHAMP PROFESSIONNEL Il existe un débat récurrent

Plus en détail

ADAPTER LA METHODE AUX OBJECTIFS DE L ENQUETE

ADAPTER LA METHODE AUX OBJECTIFS DE L ENQUETE Déchets : outils et exemples pour agir Fiche méthode n 1 www.optigede.ademe.fr ADAPTER LA METHODE AUX OBJECTIFS DE L ENQUETE Origine et objectif de la fiche : Les retours d expérience des collectivités

Plus en détail

IX èmes journées internationales d étude - CRCIE et CRIE- Sherbrooke, 15-16 octobre 2007. ENFA de Toulouse-Auzeville (France)

IX èmes journées internationales d étude - CRCIE et CRIE- Sherbrooke, 15-16 octobre 2007. ENFA de Toulouse-Auzeville (France) IX èmes journées internationales d étude - CRCIE et CRIE- Sherbrooke, 15-16 octobre 2007 ENFA de Toulouse-Auzeville (France) Notre projet général Les pratiques d enseignement, centre de nos recherches

Plus en détail

Etude relative aux rapports des présidents sur les procédures de contrôle interne et de gestion des risques pour l exercice 2011

Etude relative aux rapports des présidents sur les procédures de contrôle interne et de gestion des risques pour l exercice 2011 Etude relative aux rapports des présidents sur les procédures de contrôle interne et de gestion des risques pour l exercice 2011 SOMMAIRE Synthèse et Conclusion... 1 Introduction... 4 1. La description

Plus en détail

Rapport d évaluation de la licence

Rapport d évaluation de la licence Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence Informatique des organisations de l Université Paris Dauphine Vague D 2014-2018 Campagne d évaluation 2012-2013 Section des Formations

Plus en détail

Préparer la formation

Préparer la formation Préparer Promouvoir des enseignants Profédus propose des exemples variés de contenus d enseignement en éducation à la santé. Les fiches ne sont pas conçues en «prêt à penser» ; elles restent largement

Plus en détail

G R E C A U Rapport sur le mémoire de thèse de doctorat ENSA de Toulouse, INSA, école doctorale MEGeP, Spécialité Génie Civil, En co-tutelle avec l'université de Laval, Québec, Canada présenté par Catherine

Plus en détail

Comment motiver les apprenants : Innovation et créativité en cours de langues

Comment motiver les apprenants : Innovation et créativité en cours de langues REAL2 143504-LLP-1-2008-1-FR-KA2-KA2NW 2010/06/06 Comment motiver les apprenants : Innovation et créativité en cours de langues Motiver à apprendre et apprendre à motiver Cracovie, Pologne, 18 21 septembre

Plus en détail

Types de REA produites dans le cadre de la séquence pédagogique

Types de REA produites dans le cadre de la séquence pédagogique Scénario pédagogique APPRENDRE À ENSEIGNER AUTREMENT Description générale du scénario Titre Les bases de données relationnelles Résumé Dans le cadre d'un cours à distance, la visioconférence est une REA

Plus en détail

Evaluer des élèves de Seconde par compétences en Sciences Physiques

Evaluer des élèves de Seconde par compétences en Sciences Physiques Evaluer des élèves de Seconde par compétences en Sciences Physiques Introduction Depuis quelques années, le terme de «compétences» s installe peu à peu dans notre quotidien ; aussi bien dans la vie de

Plus en détail

Les règles de métier et «l Aide en Cours de Stage»

Les règles de métier et «l Aide en Cours de Stage» Les règles de métier et «l Aide en Cours de Stage» Pour en savoir davantage : Bruno, E., Chaliès S., Euzet, J.P., Méard, J. (2007). Les règles de métier à l épreuve de la pratique de classe, l exemple

Plus en détail

Note sur le projet CEFRIO de formation de base en entreprise à l aide des TIC

Note sur le projet CEFRIO de formation de base en entreprise à l aide des TIC Note sur le projet CEFRIO de formation de base en entreprise à l aide des TIC Quelques constats et remarques formulés à partir de l examen de trois rapports d activités (juin 2008, avril et juin 2009)

Plus en détail

Document de travail issu de la commission CTI-SMF-SMAI

Document de travail issu de la commission CTI-SMF-SMAI Document de travail issu de la commission CTI-SMF-SMAI 1) Place des mathématiques actuellement dans le document de référence de la CTI Le document CTI - Références et Orientations n évoque pas explicitement

Plus en détail

Un livre illustré. Cycle: fin du 1 er cycle du primaire Durée de l activité: plusieurs semaines

Un livre illustré. Cycle: fin du 1 er cycle du primaire Durée de l activité: plusieurs semaines Un livre illustré Cycle: fin du 1 er cycle du primaire Durée de l activité: plusieurs semaines Résumé de la tâche Domaines généraux de formation Compétences transversales Domaines d apprentissage et compétences

Plus en détail

COMMENT PROGRAMMER et EVALUER LE LANGAGE?

COMMENT PROGRAMMER et EVALUER LE LANGAGE? COMMENT PROGRAMMER et EVALUER LE LANGAGE? PROGRAMMER LES APPRENTISSAGES Programmation # Progression Progression: division du savoir en petites unités réparties dans le temps: aller du simple au complexe.

Plus en détail

Forum international Gestion publique Recrutement et compétence / Comment moderniser les modes et outils de recrutement

Forum international Gestion publique Recrutement et compétence / Comment moderniser les modes et outils de recrutement Forum international Gestion publique Recrutement et compétence / Comment moderniser les modes et outils de recrutement INTRODUCTION : Le constat Le principe d une école destinée à former tous les magistrats

Plus en détail

À propos du Programme d évaluation international des compétences des adultes, le PEICA

À propos du Programme d évaluation international des compétences des adultes, le PEICA Automne 2013 À propos du Programme d évaluation international des compétences des adultes, le PEICA Par Giselle Boisvert, conseillère pédagogique, Commission scolaire de Montréal Les données de la troisième

Plus en détail

Comment présenter le livret de compétences aux familles?

Comment présenter le livret de compétences aux familles? Séminaire Évaluation Comment présenter le livret de compétences aux familles? Introduction Dans la perspective d une acquisition effective des compétences attendues à la fin de l école maternelle relatives

Plus en détail

Synthèse du Rapport de l auto- évaluation des cursus en Psychologie. - Bachelor -

Synthèse du Rapport de l auto- évaluation des cursus en Psychologie. - Bachelor - Synthèse du Rapport de l auto- évaluation des cursus en Psychologie - Bachelor - Lausanne, Février 2011 Au cours de l année 2010, l Institut de Psychologie de la Faculté des sciences sociales et politiques

Plus en détail

HOTELLERIE - ALIMENTATION

HOTELLERIE - ALIMENTATION Projet : Ecole Compétences Entreprise SECTEUR : 4 HOTELLERIE - ALIMENTATION ORIENTATION D' ETUDES : EQUIPIER POLYVALENT EQUIPIERE POLYVALENTE EN RESTAURATION FORMATION EN COURS DE CARRIERE Avec l'aide

Plus en détail

INDUSTRIE SECTEUR : 2. Projet : Ecole Compétences -Entreprise ORIENTATION D'ETUDES :

INDUSTRIE SECTEUR : 2. Projet : Ecole Compétences -Entreprise ORIENTATION D'ETUDES : 1 Projet : Ecole Compétences -Entreprise SECTEUR : 2 INDUSTRIE ORIENTATION D'ETUDES : ELECTRICIEN INSTALLATEUR MONTEUR ELECTRICIENNE INSTALLATRICE MONTEUSE Formation en cours de Carrière Avec l aide du

Plus en détail

MOI-questionnaire sur le concept de soi

MOI-questionnaire sur le concept de soi MOI-questionnaire sur le concept de soi Wilfrid LAROCHELLE QUEBEC conseiller d'orientation Atelier de pratique :français / Workshop of practices :French Nom des intervenants & Institutions d appartenance

Plus en détail

Travailler avec des objets pédagogiques, un PLUS pour l autonomie de l enseignant. Colloque SFIB/CTIE 2008

Travailler avec des objets pédagogiques, un PLUS pour l autonomie de l enseignant. Colloque SFIB/CTIE 2008 Travailler avec des objets pédagogiques, un PLUS pour l autonomie de l enseignant Colloque SFIB/CTIE 2008 Jean Zahnd / P.-O. Vallat Points traités Modalités de l expérimentation 1 Aspects techniques et

Plus en détail

Danny Brochu, conseiller d orientation Stéphanie Côté, enseignante

Danny Brochu, conseiller d orientation Stéphanie Côté, enseignante Danny Brochu, conseiller d orientation Stéphanie Côté, enseignante Nom, école Ce qui vous amène Ce que je connais de l entrepreneuriat étudiant 2 2000.réflexion sur les programmes et sur l entrepreneurship

Plus en détail

Les meilleures pratiques de promotion et de prévention en contexte scolaire québécois. Catherine Martin 14 mai 2009

Les meilleures pratiques de promotion et de prévention en contexte scolaire québécois. Catherine Martin 14 mai 2009 Les meilleures pratiques de promotion et de prévention en contexte scolaire québécois Catherine Martin 14 mai 2009 Sommaire de la présentation 1. Comment définir les meilleures pratiques et les inscrire

Plus en détail

L Approche programme

L Approche programme L Approche programme Margot Phaneuf, inf., Ph.D. mai 2003 Révision oct. 2012 Qu'est-ce que c'est? Le programme en soins infirmiers repose fondamentalement sur une organisation par programme. C est une

Plus en détail

fiche pratique Préparer un accord GPEC Octobre 2008 #10 des repères pour agir dans les entreprises de plus de 50 salariés

fiche pratique Préparer un accord GPEC Octobre 2008 #10 des repères pour agir dans les entreprises de plus de 50 salariés h fiche pratique des repères pour agir #10 Préparer un accord GPEC dans les entreprises de plus de 50 salariés Octobre 2008 Le souci de se mettre en conformité avec la loi pousse un certain nombre d entreprises

Plus en détail

Coaching, Une méthode scientifique

Coaching, Une méthode scientifique Coaching, Une méthode scientifique ROSELYNE KATTAR Tout le monde parle de coaching sans savoir exactement de quoi il s agit. Afin de clarifier cette approche selon moi, je vous propose de répondre à 3

Plus en détail

CONCLUSIONS. Par rapport aux résultats obtenus, on peut conclure les idées suivantes :

CONCLUSIONS. Par rapport aux résultats obtenus, on peut conclure les idées suivantes : CONCLUSIONS L application de la PNL à l entreprise est confrontée aux besoins des leaders d équipe, tels que: la gestion de son propre développement, du stress, la résolution des problèmes tels que les

Plus en détail

Ministère de l Education Nationale

Ministère de l Education Nationale Ministère de l Education Nationale BREVETS D ETUDES PROFESSIONNELLES Document d accompagnement des programmes de VIE SOCIALE ET PROFESSIONNELLE - 1 - Direction des lycées et collèges Sous-direction des

Plus en détail

DESCRIPTIF DE COURS Année académique 2015-2016. Ces séminaires questionnent la médiation sous l angle particulier des publics :

DESCRIPTIF DE COURS Année académique 2015-2016. Ces séminaires questionnent la médiation sous l angle particulier des publics : DESCRIPTIF DE COURS Année académique 2015-2016 U1AG Unité d enseignement UAG/10 ECTS Savoir-faire/Stage U1AG Intitulé du cours : séminaires interdisciplinaires d analyse des pratiques Enseignant(s) : Cécile

Plus en détail

CÉLÉBRATION DU 12 ANNIVERSAIRE DE SA CRÉATION CARTHAGÈNE 2003-2015

CÉLÉBRATION DU 12 ANNIVERSAIRE DE SA CRÉATION CARTHAGÈNE 2003-2015 II COLLOQUE SUR L INTERDISCIPLINARITÉ DANS LA FORMATION DU PROFESSEUR DE LANGUES ÉTRANGÈRES (CIFLEX) 19-21 mars 2015 PROGRAMME DE LICENCE EN LANGUES MODERNES, OPTIONS ANGLAIS ET FRANÇAIS CÉLÉBRATION DU

Plus en détail

«Co-enseigner pour faire progresser

«Co-enseigner pour faire progresser «Co-enseigner pour faire progresser tous les élèves» Formation Maîtres supplémentaires Circonscriptions de Décines, Meyzieu, Vaulx en Velin B. Parrini, A. Sanial-Lanternier, F. Delay-Goyet 28 novembre

Plus en détail

Texte 9 Analyse des causes de la non-persistance Études portant sur la non-persistance dans trois programmes du Collège

Texte 9 Analyse des causes de la non-persistance Études portant sur la non-persistance dans trois programmes du Collège Texte 9 Analyse des causes de la non-persistance Études portant sur la non-persistance dans trois programmes du Collège LASNIER, Monique. Plan institutionnel d'aide à la réussite et à la persistance.collège

Plus en détail

Apprendre en stage. Présentation aux référents 02.09.2010. C. MASIAS-VALDES Ch. BORALEY

Apprendre en stage. Présentation aux référents 02.09.2010. C. MASIAS-VALDES Ch. BORALEY Apprendre en stage Présentation aux référents 02.09.2010 C. MASIAS-VALDES Ch. BORALEY Et pour commencer De quoi un étudiant a-t-il besoin pour apprendre en stage? Contenu de la présentation Introduction

Plus en détail

CHARTE DE FONCTIONNEMENT DE «L AIDE AUX DEVOIRS» DES COLLEGIENS

CHARTE DE FONCTIONNEMENT DE «L AIDE AUX DEVOIRS» DES COLLEGIENS CHARTE DE FONCTIONNEMENT DE «L AIDE AUX DEVOIRS» DES COLLEGIENS ARTICLE I : PRESENTATION L Aide aux devoirs est un atelier que le Centre jeunesse municipal propose aux résidants de la commune, scolarisés

Plus en détail

Guide méthodologique 4

Guide méthodologique 4 N/Réf : X2 217 012 Collection Guides méthodologiques Comment réaliser un travail de recherche Guide méthodologique 4 Louis Gaudreau Conseiller en documentation Centre des médias Septembre 2007 TABLE DES

Plus en détail

LA PÉDAGOGIE DE PROJET COMME MOTEUR D APPRENTISSAGE ET DE PLAISIR!

LA PÉDAGOGIE DE PROJET COMME MOTEUR D APPRENTISSAGE ET DE PLAISIR! LA PÉDAGOGIE DE PROJET COMME MOTEUR D APPRENTISSAGE ET DE PLAISIR! LES MOTEURS DU PLAISIR POUR L APPRENANT Comment peut-on avoir du plaisir en apprenant? Le plaisir d apprendre doit être identique au plaisir

Plus en détail

UE5 Mise en situation professionnelle M1 et M2. Note de cadrage Master MEEF enseignement Mention second degré

UE5 Mise en situation professionnelle M1 et M2. Note de cadrage Master MEEF enseignement Mention second degré UE5 Mise en situation professionnelle M1 et M2 Note de cadrage Master MEEF enseignement Mention second degré ESPE Lille Nord de France Année 2014-2015 Cette note de cadrage a pour but d aider les collègues

Plus en détail

Profils. COMPÉTENCE de COMMUNICATION ÉBAUCHE. ébauche ébauche ébauche ébauche ébauche ébauche

Profils. COMPÉTENCE de COMMUNICATION ÉBAUCHE. ébauche ébauche ébauche ébauche ébauche ébauche C Profils COMPÉTENCE de COMMUNICATION ÉBAUCHE ébauche ébauche ébauche ébauche ébauche ébauche C Profils COMPÉTENCE de COMMUNICATION APERÇU La compétence de communication englobe l ensemble des aptitudes

Plus en détail

Professionnelle. Construire un lien entre théorie et pratique

Professionnelle. Construire un lien entre théorie et pratique A.F.P. Ateliers de Formation Professionnelle Construire un lien entre théorie et pratique Plan de la présentation 1. Les A.F.P. Une nouveauté dans la réforme de la formation initiale des enseignants 2.

Plus en détail

Synthè sè dè l animation «Pènsèr lès atèlièrs autrèmènt»

Synthè sè dè l animation «Pènsèr lès atèlièrs autrèmènt» Synthè sè dè l animation «Pènsèr lès atèlièrs autrèmènt» année scolaire 2011 2012 Animation Pédagogique du 11 janvier 2012 partie 2 Les axes de travail Réflexion autour des diverses organisations possibles

Plus en détail

GUIDE PRATIQUE D ACCUEIL DES PROFESSEURS D ECOLE STAGIAIRES EN STAGE FILE

GUIDE PRATIQUE D ACCUEIL DES PROFESSEURS D ECOLE STAGIAIRES EN STAGE FILE GUIDE PRATIQUE D ACCUEIL DES PROFESSEURS D ECOLE STAGIAIRES EN STAGE FILE ENSEIGNANTS STAGIAIRES IUFM CIRCONSCRIPTIONS DIRECTEURS D ECOLE Cadre de référence : Arrêté du 19/12/2006 ( BOEN n 1 du 04 janvier

Plus en détail

Cahier des charges du stage d observation et de pratique accompagnée pour les étudiants inscrits en 1 ère année de Master MEEF 2 nd degré

Cahier des charges du stage d observation et de pratique accompagnée pour les étudiants inscrits en 1 ère année de Master MEEF 2 nd degré Cahier des charges du stage d observation et de pratique accompagnée pour les étudiants inscrits en 1 ère année de Master MEEF 2 nd degré à destination des chefs d établissements, des formateurs, des professeurs

Plus en détail

Carole Dupré, Ann Ménard et Danielle Sylvestre, enseignantes-chercheuses en éducation à l enfance au Cégep Marie-Victorin

Carole Dupré, Ann Ménard et Danielle Sylvestre, enseignantes-chercheuses en éducation à l enfance au Cégep Marie-Victorin ARTICLE DE VULGARISATION DES RÉSULTATS DE LA RECHERCHE Documenter le quotidien d un groupe d enfants Carole Dupré, Ann Ménard et Danielle Sylvestre, enseignantes-chercheuses en éducation à l enfance au

Plus en détail

Projet : Ecole Compétences Entreprise ECONOMIE

Projet : Ecole Compétences Entreprise ECONOMIE Projet : Ecole Compétences Entreprise SECTEUR : 7 ECONOMIE ORIENTATION D' ETUDES : AGENT/AGENTE EN ACCUEIL ET TOURISME FORMATION EN COURS DE CARRIERE Avec l'aide du Fonds Social Européen Outils pédagogiques

Plus en détail

SÉMINAIRE 2 : point de vue des IA-IPR

SÉMINAIRE 2 : point de vue des IA-IPR SÉMINAIRE 2 : point de vue des IA-IPR Les séminaires et la continuité à assurer Il est essentiel qu au terme de chaque séminaire, le bilan établi et mis en ligne soit examiné dans chaque lycée par l ensemble

Plus en détail

Projet : Ecole Compétences Entreprise ECONOMIE TECHNICIEN/TECHNICIENNE EN COMPTABILITE

Projet : Ecole Compétences Entreprise ECONOMIE TECHNICIEN/TECHNICIENNE EN COMPTABILITE Projet : Ecole Compétences Entreprise SECTEUR 7 ECONOMIE ORIENTATION D' ETUDES : TECHNICIEN/TECHNICIENNE EN COMPTABILITE Outils pédagogiques construits selon l approche FORMATION EN COURS DE par les compétences

Plus en détail

Programme de la formation. Écrit : 72hdepréparation aux épreuves d admissibilité au CRPE

Programme de la formation. Écrit : 72hdepréparation aux épreuves d admissibilité au CRPE Programme de la formation Écrit : 72hdepréparation aux épreuves d admissibilité au CRPE o 36 h pour la préparation à l'épreuve écrite de français Cette préparation comprend : - un travail sur la discipline

Plus en détail

Motion de résultats Christine Panchaud, Coordinatrice de programme, Bureau International de l Education, UNESCO

Motion de résultats Christine Panchaud, Coordinatrice de programme, Bureau International de l Education, UNESCO 3 ème séminaire international BIE - UNESCO Dialogue politique et stratégies de mise en œuvre du changement du curriculum de l éducation de base pour lutter contre la pauvreté. Ouagadougou 13-17 mars 2006

Plus en détail

AIDE FAMILIAL : STAGE D INTEGRATION

AIDE FAMILIAL : STAGE D INTEGRATION MINISTERE DE LA COMMUNAUTE FRANCAISE ADMINISTRATION GENERALE DE L'ENSEIGNEMENT ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE ENSEIGNEMENT DE PROMOTION SOCIALE DE REGIME 1 DOSSIER PEDAGOGIQUE UNITE DE FORMATION AIDE

Plus en détail

Kit d organisation des rencontres académiques

Kit d organisation des rencontres académiques Concertation nationale sur le numérique pour l éducation Kit d organisation des rencontres académiques Ce kit a été réalisé en coopération avec 1 Comment organiser une rencontre au sein de mon académie

Plus en détail

Pilier 1 du socle commun: la maîtrise de la langue française

Pilier 1 du socle commun: la maîtrise de la langue française Pilier 1 du socle commun: la maîtrise de la langue française Présentation des programmes 2007: nouveautés par rapport à 2002 Objectif prioritaire: savoir lire, écrire et s exprimer oralement dans toutes

Plus en détail

UN MONDE D ENGAGEMENT

UN MONDE D ENGAGEMENT UN MONDE D ENGAGEMENT PROJET ÉDUCATIF Le collège Édouard-Montpetit est un établissement d enseignement supérieur public et laïc qui fait partie du réseau des collèges d enseignement général et professionnel

Plus en détail

Dossier numérique et évaluation des compétences.

Dossier numérique et évaluation des compétences. Dossier numérique et évaluation des compétences. Les usages du DNC pour la formation, l évaluation, la validation et la certification de compétences Emmanuel LE CLAINCHE Responsable de formation à Isfec

Plus en détail

OBJECTIFS DE STAGE ET. VALIDATION DES STAGES M1 et M2. Modules assurés par Frédérique Marguerin M1 : EC 2D, EC 7A, EC 7B M2 : EC 56 C, EC 59 C

OBJECTIFS DE STAGE ET. VALIDATION DES STAGES M1 et M2. Modules assurés par Frédérique Marguerin M1 : EC 2D, EC 7A, EC 7B M2 : EC 56 C, EC 59 C INSTITUT SUPÉRIEUR DE FORMATION DE L ENSEIGNEMENT CATHOLIQUE JACQUES SEVIN 2, rue Edouard Branly 51500 TAISSY Tel: 03.26.85.14.10 Fax : 03.26.85.22.73 F E-mail : acfpec51.taissy@wanadoo.fr 22, rue Charles

Plus en détail

Les routines dans la pratique enseignante Quelques aspects méthodologiques

Les routines dans la pratique enseignante Quelques aspects méthodologiques Les routines dans la pratique enseignante Quelques aspects méthodologiques Utilisation des vidéoscopies Abdelkarim Zaid Elmostafa Habboub France Lacourse Juin 2007 La recherche REFEPROF «Contribution au

Plus en détail

Solvabilité II Solution elearning

Solvabilité II Solution elearning Solvabilité II Solution Solvabilité II Solution Jusqu à présent les programmes Solvabilité II se sont surtout concentrés sur les éléments quantitatifs. La mise en place réussie de Solvabilité II exige

Plus en détail

Rôle de l ENT dans l apprentissage des langues vivantes dans l enseignement secondaire.

Rôle de l ENT dans l apprentissage des langues vivantes dans l enseignement secondaire. Rôle de l ENT dans l apprentissage des langues vivantes dans l enseignement secondaire. Le fait que tous les enseignants de l Académie de Clermont-Ferrand disposent d un environnement numérique de travail

Plus en détail

Intitulé recruteur : Université Paris Sorbonne Paris 4

Intitulé recruteur : Université Paris Sorbonne Paris 4 Intitulé recruteur : Université Paris Sorbonne Paris 4 Organisme de rattachement : Ministère de l'éducation nationale/ministère de l'enseignement supérieur et de la recherche Date de disponibilité Catégorie

Plus en détail

FORMATIONS ET ÉDUCATION ARTISTIQUE ET CULTURELLE À L ESPÉ DE LYON TROIS DISPOSITIFS

FORMATIONS ET ÉDUCATION ARTISTIQUE ET CULTURELLE À L ESPÉ DE LYON TROIS DISPOSITIFS L ÉDUCATION ARTISTIQUE ET CULTURELLE À L ESPÉ DE L ACADÉMIE DE LYON FORMATIONS ET ÉDUCATION ARTISTIQUE ET CULTURELLE À L ESPÉ DE LYON TROIS DISPOSITIFS ESPACE DE STRUCTURATION DES PRATIQUES ARTISTIQUES

Plus en détail

LE RAPPORT DE STAGE. Le contenu du rapport de stage

LE RAPPORT DE STAGE. Le contenu du rapport de stage LE RAPPORT DE STAGE Le rapport de stage a pour objet de présenter des faits et des réflexions sur un stage d apprentissage qui, généralement, s est déroulé dans le cadre d un programme de formation professionnelle.

Plus en détail

Le web dans la formation des enseignants

Le web dans la formation des enseignants Fatiha Mamache amamache@ushb.dz USTHB Avril 2013 Plan Introduction Pourquoi parle-t-on de formation des enseignants du supérieur? Comment accueillir et encadrer les enseignants débutants? L université

Plus en détail

I. Compétences communes à tous les professeurs

I. Compétences communes à tous les professeurs REFERENTIEL DE COMPETENCES DES PROFESSEURS Au sein de l équipe pédagogique, l enseignante ou l enseignant accompagne chaque élève dans la construction de son parcours de formation. Afin que son enseignement

Plus en détail

Apprendre avec les TICE? Projet de recherche PluriFormation (PPF) Une approche pluridisciplinaire Alain Mille Journées Eductice 14-15 mai 2009

Apprendre avec les TICE? Projet de recherche PluriFormation (PPF) Une approche pluridisciplinaire Alain Mille Journées Eductice 14-15 mai 2009 Apprendre avec les TICE? Projet de recherche PluriFormation (PPF) Une approche pluridisciplinaire Alain Mille Journées Eductice 14-15 mai 2009 Plan de l exposé Apprendre avec les TICE? Les questions qui

Plus en détail

I. La compétence professionnelle au cœur des situations professionnelles. a. Définition de la compétence professionnelle

I. La compétence professionnelle au cœur des situations professionnelles. a. Définition de la compétence professionnelle Développer des compétences professionnelles du BTS Assistant de Manager en séance d Activités Professionnelles de Synthèse (APS) Par Elodie SERGENT (relecture Maguy Perea) Le BTS assistant de manager forme

Plus en détail

AEC en Techniques d éducation à l enfance

AEC en Techniques d éducation à l enfance (JEE.0K) 322-101-MV Introduction à la profession Ce cours permet à l étudiant d explorer la profession d éducatrice à l enfance dans son ensemble et de bien cerner le contexte des services de garde au

Plus en détail

Termes de référence pour le recrutement d un consultant en communication

Termes de référence pour le recrutement d un consultant en communication Termes de référence pour le recrutement d un consultant en communication A. Contexte La Conférence des Ministres de l Éducation des États et gouvernements de la Francophonie (CONFEMEN) est une organisation

Plus en détail

EVALUATION DU MASTER EN MANAGEMENT SYNTHESE DU DECANAT HEC

EVALUATION DU MASTER EN MANAGEMENT SYNTHESE DU DECANAT HEC EVALUATION DU MASTER EN MANAGEMENT SYNTHESE DU DECANAT HEC Septembre 2013 Cette synthèse fait suite à la procédure d évaluation du Master en Management HEC, réalisée au semestre d automne 2011,et incluant

Plus en détail

Techniques de l informatique 420.AC. DEC intensif en informatique, option gestion de réseaux informatiques

Techniques de l informatique 420.AC. DEC intensif en informatique, option gestion de réseaux informatiques Plan de cours Techniques de l informatique 420.AC DEC intensif en informatique, option gestion de réseaux informatiques 420-691-MA Stage en entreprise Site du stage en entreprise : http://stages.cmaisonneuve.qc.ca/evaluation/1748/

Plus en détail

GUIDE DE LA GESTION PRÉVISIONNELLE DES EMPLOIS ET DES COMPÉTENCES

GUIDE DE LA GESTION PRÉVISIONNELLE DES EMPLOIS ET DES COMPÉTENCES Françoise KERLAN GUIDE DE LA GESTION PRÉVISIONNELLE DES EMPLOIS ET DES COMPÉTENCES Préface de Jean-Louis Muller Directeur à la CEGOS Ancien responsable de Formation à l Université Paris 9 Dauphine Deuxième

Plus en détail

Résumé de Thèse. David LAFARGE. Thèse de Doctorat en Sciences de l Éducation

Résumé de Thèse. David LAFARGE. Thèse de Doctorat en Sciences de l Éducation Résumé de Thèse Thèse de Doctorat en Sciences de l Éducation Analyse didactique de l enseignement-apprentissage de la chimie organique jusqu à bac+2 pour envisager sa restructuration David LAFARGE (ex-

Plus en détail

L ÉVALUATION DANS LES DIFFÉRENTS PROCESSUS DE FORMATION

L ÉVALUATION DANS LES DIFFÉRENTS PROCESSUS DE FORMATION STONA Laurent ls@bepecaser.org L DANS LES DIFFÉRENTS PROCESSUS DE FORMATION Évaluer, c est donner une valeur. Puisque toute formation vise des objectifs, tout acte de formation ou de sensibilisation nécessite

Plus en détail

S5 - MANAGEMENT. 511 L organisation notion d organisation modèles organisationnels

S5 - MANAGEMENT. 511 L organisation notion d organisation modèles organisationnels S5 - MANAGEMENT Le Management est un élément central de la formation. C est d ailleurs la fonction n 1 du référentiel des activités professionnelles. Il mobilise non seulement des savoirs issus de la psychologie,

Plus en détail

PROJET PEDAGOGIQUE 45

PROJET PEDAGOGIQUE 45 PROJET PEDAGOGIQUE 45 1. OBJECTIFS GÉNÉRAUX a) L enseignement spécialisé secondaire professionnel a pour objectif de donner aux élèves une formation générale, sociale et professionnelle les amenant à s

Plus en détail

DÉROULEMENT D UNE SÉANCE DE COURS IMPLIQUANT L ÉLÈVE. Marie-Madeleine PIROCHE IEN Économie Gestion Académie de Nice

DÉROULEMENT D UNE SÉANCE DE COURS IMPLIQUANT L ÉLÈVE. Marie-Madeleine PIROCHE IEN Économie Gestion Académie de Nice DÉROULEMENT D UNE SÉANCE DE COURS IMPLIQUANT L ÉLÈVE Marie-Madeleine PIROCHE IEN Économie Gestion Académie de Nice Les étapes d une séance de cours Introduire le sujet Dégager la problématique Traiter

Plus en détail

SINGA LANGUES et culture

SINGA LANGUES et culture SINGA LANGUES et culture SINGA souhaite valoriser la dimension vivante de la langue française et éveiller la curiosité des apprenants. La plupart des personnes réfugiées a besoin d apprendre le français

Plus en détail

Autoconfrontation et. analyse de l activité. Séminaire ED Genève S Leblanc & L Ria

Autoconfrontation et. analyse de l activité. Séminaire ED Genève S Leblanc & L Ria Autoconfrontation et 1 analyse de l activité Serge Leblanc Luc Ria ESPE LIRDEF UM IFE ENS Lyon Différencier ces entretiens 2 Non-directif Semi-directif Questionnaire Croyances, Représentations, Opinions

Plus en détail

Le bilan de compétences : Déroulement, durée et outils

Le bilan de compétences : Déroulement, durée et outils Le bilan de compétences : Déroulement, durée et outils Pour vous donner une vision la plus complète possible de la démarche, le contenu qui vous est présenté ici a été élaboré pour correspondre à une personne

Plus en détail

RENFORCEMENT DES CAPACITES DES ACTEURS EN GESTION COLLABORATIVE DE L INNOVATION

RENFORCEMENT DES CAPACITES DES ACTEURS EN GESTION COLLABORATIVE DE L INNOVATION RENFORCEMENT DES CAPACITES DES ACTEURS EN GESTION COLLABORATIVE DE L INNOVATION 1 CONTEXTE Liens avec d autres initiatives du FIDA: - Projet de développement agricole de Matam (PRODAM), Sénégal - Agrinovia,

Plus en détail

MARSEILLE LE 31 JANVIER 2013. Ref: J-M.LOUIS, F.RAMOND. Scolariser l élève intellectuellement précoce. Dunod.

MARSEILLE LE 31 JANVIER 2013. Ref: J-M.LOUIS, F.RAMOND. Scolariser l élève intellectuellement précoce. Dunod. MARSEILLE LE 31 JANVIER 2013 Ref: J-M.LOUIS, F.RAMOND. Scolariser l élève intellectuellement précoce. Dunod. Des élèves qui sont «contre l école». Elle leur est un appui. Tout en ayant des capacités de

Plus en détail

Glossaire GRH. Il vise à proposer un langage commun, et permet d éviter d éventuels risques de malentendus ou de confusions.

Glossaire GRH. Il vise à proposer un langage commun, et permet d éviter d éventuels risques de malentendus ou de confusions. Ce glossaire a été élaboré dans un souci de clarification des notions et concepts clés communément utilisés en Gestion des Ressources Humaines, et notamment dans le champ de la gestion prévisionnelle des

Plus en détail

L ORIENTATION AU LYCéE

L ORIENTATION AU LYCéE L ORIENTATION AU LYCéE L orientation, construite, progressive est au cœur de la rénovation des voies générale, technologique et professionnelle. Ce document a vocation à aider les équipes dans les établissements

Plus en détail

Scénario n 24 : QUOI FAIRE AVEC MON BAC PRO TRANSPORT /LOGISTIQUE?

Scénario n 24 : QUOI FAIRE AVEC MON BAC PRO TRANSPORT /LOGISTIQUE? Scénario n 24 : QUOI FAIRE AVEC MON BAC PRO TRANSPORT /LOGISTIQUE? SUJET(S) : Production par les élèves de ressources numériques / Former à la veille et à la diffusion de l information / Collaborer avec

Plus en détail

Section des Formations et des diplômes. Évaluation des masters de l Ecole des Hautes Etudes en Santé Publique

Section des Formations et des diplômes. Évaluation des masters de l Ecole des Hautes Etudes en Santé Publique Section des Formations et des diplômes Évaluation des masters de l Ecole des Hautes Etudes en Santé Publique juin 2008 Section des Formations et des diplômes Évaluation des masters de l Ecole des Hautes

Plus en détail

Politique de soutien à la réussite aux études de 1 er cycle

Politique de soutien à la réussite aux études de 1 er cycle ANNEXE 2006-CA505-09-R5077 Politique de soutien à la réussite aux études de 1 er cycle Décanat des études de premier cycle Février 2006 Énoncé de politique l Université s engage à soutenir l étudiant dans

Plus en détail

Politique linguistique

Politique linguistique Code : 2310-02-11-01 POLITIQUE X DIRECTIVE RÈGLEMENT PROCÉDURE Politique linguistique Date d approbation : 22 mars 2011 Service dispensateur : Direction générale Date d entrée en vigueur : 22 mars 2011

Plus en détail

Formation complémentaire à la pédagogie professionnelle destinée aux personnes autorisées à enseigner au Gymnase Selon l art. 46, al.3, let.

Formation complémentaire à la pédagogie professionnelle destinée aux personnes autorisées à enseigner au Gymnase Selon l art. 46, al.3, let. Formation complémentaire à la pédagogie professionnelle destinée aux personnes autorisées à enseigner au Gymnase Selon l art. 46, al.3, let. b, OFPr Filière d études Certificat complémentaire pour la maturité

Plus en détail

La danse : un moyen d illustrer le processus de création Un travail de composition en exploitant un éventail de combinaisons

La danse : un moyen d illustrer le processus de création Un travail de composition en exploitant un éventail de combinaisons La danse : un moyen d illustrer le processus de création Un travail de composition en exploitant un éventail de combinaisons Le processus de création est une activité intellectuelle complexe qui nécessite

Plus en détail

Entraînement, consolidation, structuration... Que mettre derrière ces expressions?

Entraînement, consolidation, structuration... Que mettre derrière ces expressions? Entraînement, consolidation, structuration... Que mettre derrière ces expressions? Il est clair que la finalité principale d une démarche d investigation est de faire acquérir des connaissances aux élèves.

Plus en détail

1. Contexte. 2. Objectifs

1. Contexte. 2. Objectifs Royaume du Maroc Ministère de l Education Nationale Secrétariat Général Direction de la Stratégie, des Etudes et de la Planification L''écolle et lles Technollogiies de ll''iinformatiion et de lla Communiicatiion

Plus en détail

TABLEAU DE BORD : SYSTEME D INFORMATION ET OUTIL DE PILOTAGE DE LA PERFOMANCE

TABLEAU DE BORD : SYSTEME D INFORMATION ET OUTIL DE PILOTAGE DE LA PERFOMANCE TABLEAU DE BORD : SYSTEME D INFORMATION ET OUTIL DE PILOTAGE DE LA PERFOMANCE INTRODUCTION GENERALE La situation concurrentielle des dernières années a confronté les entreprises à des problèmes économiques.

Plus en détail