Tableau de bord économique de la Seine-Saint-Denis

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Tableau de bord économique de la Seine-Saint-Denis"

Transcription

1 Club Conjoncture 93 Tableau de bord économique de la Seine-Saint-Denis Octobre 2014 Préfecture de la Seine-Saint-Denis * Chambre de commerce et d industrie départementale de Seine-Saint-Denis * Conseil général de Seine-Saint-Denis * Chambre de Métiers et de l Artisanat de la Seine-Saint-Denis * Tribunal de Commerce * DIRECCTE Ile-de-France * URSSAF de Paris- Région Parisienne * Pôle Emploi Seine-Saint-Denis * Direction Régionale et Interdépartementale de l Equipement et de l Aménagement * Comité Départemental du Tourisme * Banque de France de la Seine-Saint-Denis * Direction départementale des Finances Publiques * Direction régionale des Douanes de Paris-Est

2 Le Club Conjoncture 93 est une structure informelle qui réunit les principaux acteurs économiques de la Seine-Saint-Denis : la Préfecture de la Seine-Saint-Denis, le Conseil général de Seine-Saint-Denis, la Chambre de commerce et d industrie de Paris Seine-Saint-Denis, la DIRECCTE Ile-de-France, la Banque de France de Seine-Saint-Denis, la Direction Départementale des Finances Publiques, le Comité départemental de tourisme de la Seine-Saint-Denis, le Pôle Emploi Seine-Saint-Denis, l Unité Territoriale de Seine-Saint-Denis de la Direction Régionale et Interdépartementale de l Equipement et de l Aménagement, la Chambre de métiers et de l artisanat de la Seine-Saint-Denis, le Tribunal de commerce de Seine-Saint-Denis, la Direction régionale des douanes de Paris-Est et l URSSAF de Paris- Région Parisienne. Il a pour objet l analyse et le suivi de la conjoncture économique du département, et s organise autour de deux aspects différents du suivi et de l analyse de la conjoncture départementale : le suivi régulier d indicateurs en premier lieu, et l examen plus structurel par thématique de certains aspects de l économie départementale, en second lieu. Dans cette perspective, le Club 93 Conjoncture réalise semestriellement un Tableau de Bord Économique de la Seine-Saint-Denis qui regroupe des séries chronologiques économiques collectées auprès des différents partenaires et tente de faire l analyse d indicateurs départementaux relatifs aux ménages, aux entreprises, au tourisme et aux événements d affaires, à l emploi et à la construction et au marché de l immobilier. Un Tableau de Bord Économique «en bref» en fait la synthèse. Ces documents sont consultables sur les sites internet des partenaires du Club 93 Conjoncture suivants : Préfecture de la Seine-Saint-Denis : Conseil Général de la Seine-Saint-Denis : Chambre de commerce et d industrie départementale de Seine-Saint-Denis : Chambre de métiers et de l artisanat de Seine-Saint-Denis : Comité départemental du tourisme : Préfecture de la Seine-Saint-Denis * Chambre de commerce et d industrie départementale de Seine-Saint-Denis * Conseil général de Seine-Saint-Denis * Chambre de Métiers et de l Artisanat de la Seine-Saint-Denis * Tribunal de Commerce * DIRECCTE Ile-de-France * URSSAF de Paris- Région Parisienne * Pôle Emploi Seine-Saint-Denis * Direction Régionale et Interdépartementale de l Equipement et de l Aménagement * Comité Départemental du Tourisme * Banque de France de la Seine-Saint-Denis * Direction départementale des Finances Publiques * Direction régionale des Douanes de Paris-Est

3 SOMMAIRE GÉNÉRAL LES MÉNAGES 5 L investissement des ménages - Crédits à l habitat 5 La consommation des ménages - Crédits à la consommation 5 LES ENTREPRISES 7 La démographie des entreprises 8 L analyse des enregistrements au RCS en Le tissu économique artisanal de la Seine-Saint-Denis 10 L artisanat en Seine-Saint-Denis 11 Evolution des créations et radiations enregistrées par le Répertoire des Métiers 11 Evolution par catégories professionnelles 12 Evolution des immatriculations selon le statut juridique des entreprises 12 Profil créateurs-stagiaires SPI 13 La création d entreprise 14 Les chiffres à fin septembre Le dispositif ZFU 16 L évolution et répartitions du nombre d établissements en ZFU 17 Les principaux faits marquants de la fin d année 2013/début LA VIE DES ENTREPRISES EN SEINE-SAINT-DENIS 20 Le commerce extérieur de la Seine-Saint-Denis 21 Approche globale 22 Approche sectorielle 23 Approche géographique 25 LA TVA ET L IMPÔT SUR LES SOCIÉTÉS 27 Evolution des recettes de TVA dans le département de la Seine-Saint-Denis 28 Le chiffre d affaires 28 Les recettes de TVA 29 Evolution des recettes d impôt sur les sociétés (IS) dans le département de la Seine-Saint-Denis 30 Les ventes immobilières en Seine-Saint-Denis au 30 juin LES ENTREPRISES : INNOVATION 51 Préfecture de la Seine-Saint-Denis * Chambre de commerce et d industrie départementale de Seine-Saint-Denis * Conseil général de Seine-Saint-Denis * Chambre de Métiers et de l Artisanat de la Seine-Saint-Denis * Tribunal de Commerce * DIRECCTE Ile-de-France * URSSAF de Paris- Région Parisienne * Pôle Emploi Seine-Saint-Denis * Direction Régionale et Interdépartementale de l Equipement et de l Aménagement * Comité Départemental du Tourisme * Banque de France de la Seine-Saint-Denis * Direction départementale des Finances Publiques * Direction régionale des Douanes de Paris-Est

4 LE TOURISME ET LES EVÉNEMENTS D AFFAIRES 32 L hôtellerie 33 Les principaux lieux touristiques 34 Le Musée de l air et de l espace 34 La Basilique de Saint-Denis 34 Le Stade de France 34 Paris Nord Villepinte 35 Paris Le Bourget 36 LE CHÔMAGE ET L EMPLOI 37 Les taux de chômage en Ile-de-France 38 Evolution comparée des taux de chômage de la Seine-Saint-Denis, de l Ile-de-France et de la France entière 38 La demande d emploi à fin juin Les offres en Seine-Saint-Denis en 2011, 2012, 2013 et Offres d emploi enregistrées et offres d emploi satisfaites en Seine-Saint-Denis par type et taille 41 Offres enregistrées par secteur NAF (cumul juillet-août) 42 Offres d emploi enregistrées (OEE), satisfaites (OES) 43 Evolution des déclarations uniques d embauche (DUE) Seine-Saint-Denis 44 Répartition des DUE par activités 44 Indicateurs de suivi du secteur privé (évolution annuelle à fin juin 2014) 45 Le revenu de solidarité active (RSA) 47 Evolution du nombre d allocataires entre décembre 2009 et décembre Comparaison entre les départements franciliens 49 Evolution comparative 50 Indice de comparaison 50 Evolutions des estimations trimestrielles des effectifs salariés dans les grands secteurs de l emploi 51 Le recours au chômage partiel 52 Hausse du nombre de licenciements économiques avec PSE 52 LA CONSTRUCTION ET LE MARCHÉ IMMOBILIER 53 Volume de la construction des logements neufs 54 Construction des logements neufs par territoires (privée sociale) 55 Logements locatifs sociaux 56 Marché des appartements neufs (promotion privée) 57 Marché des appartements neufs par territoire (promotion privée) 58 Volume de construction de locaux d entreprises 59 NOTE MÉTHODOLOGIQUE 60 CONTACTS 65 Préfecture de la Seine-Saint-Denis * Chambre de commerce et d industrie départementale de Seine-Saint-Denis * Conseil général de Seine-Saint-Denis * Chambre de Métiers et de l Artisanat de la Seine-Saint-Denis * Tribunal de Commerce * DIRECCTE Ile-de-France * URSSAF de Paris- Région Parisienne * Pôle Emploi Seine-Saint-Denis * Direction Régionale et Interdépartementale de l Equipement et de l Aménagement * Comité Départemental du Tourisme * Banque de France de la Seine-Saint-Denis * Direction départementale des Finances Publiques * Direction régionale des Douanes de Paris-Est

5 LES MÉNAGES 5

6 L indice des crédits à l habitat en Seine Saint-Denis poursuit sa progression au deuxième trimestre 2014, sur une tendance annuelle d environ + 2,5 %. Cette croissance ne faiblit pas et reste conforme à celle observée depuis le début de l année Les crédits à la consommation des ménages ont faiblement augmenté au deuxième trimestre 2014, et restent quasiment stables depuis le début de l année

7 LES ENTREPRISES 7 7

8 DÉMOGRAPHIE DES ENTREPRISES 8 8

9 Analyse des enregistrements au RCS au premier semestre 2014 Tribunal de commerce Pas de contribution ce semestre 9 9

10 LE TISSU ECONOMIQUE ARTISANAL DE LA SEINE-SAINT-DENIS Au 2ème semestre 2013 Deux critères définissent l entreprise artisanale : La nature de son activité : l entreprise doit exercer une activité professionnelle de production, de réparation, de transformation ou de prestation de services qui figure sur une liste établie par le décret d avril Il y a quatre grandes catégories d activités : l alimentation, le bâtiment, la fabrication et les services. Sa taille : l entreprise doit employer moins de 10 salariés au moment de sa création. Le droit de suite lui permet, toutefois, de garder son rattachement au secteur des métiers au-delà du seuil de 10 salariés. Toute entreprise de moins de 10 salariés dont l activité relève du champ de l artisanat doit être immatriculée au Répertoire des Métiers tenu par la Chambre de Métiers et de l Artisanat

11 L artisanat en Seine-Saint-Denis Fin juin 2014, entreprises sont inscrites au Répertoire des Métiers de la Chambre de Métiers et de l Artisanat de Seine-Saint-Denis, selon quatre catégories ou secteurs professionnels: Sur les 12 derniers mois, le Répertoire des Métiers de l artisanat est en baisse d effectif (-775 entreprises) cette diminution provient du fléchissement des immatriculations (-8%). Le point positif provient de la nette baisse des radiations d entreprises, nous retrouvons un niveau comparatif à 2012; les cessations d activité affectent plus particulièrement les jeunes entreprises, il se situe autour de 50 % pour celles de moins de trois années d existence. La conjoncture de l artisanat français sur le 1 er semestre 2014 confirme la baisse d activités avec un recul de 2% des chiffres d affaires, comme pour l ensemble de l économie française l artisanat est suspendu à l effet des baisses des charges et à la création d un plan de relance de la construction de l immobilier public et de particuliers. Evolution des immatriculations et radiations 1 er sem er sem Delta Delta % Immatriculation % Radiation % 11 11

12 Sur le 1 er semestre 2014, le Répertoire des Métiers a immatriculé entreprises, soulignant ainsi la nette diminution de l attractivité de la création d entreprise comme facteur de promotion social par l activité indépendante. Ce phénomène était déjà observé sur l année précédente. Il reflète la réduction des perspectives de reprises économiques en particulier dans le bâtiment (- 20% de création d entreprises) et le tassement de la consommation des ménages. Les variations de l activité économique des entreprises artisanales sont des curseurs qui viennent en écho de l économie réelle et des infléchissements produits par les politiques publiques. Durant cette période, entreprises ont été radiées des effectifs du Répertoire des Métiers de la Chambre de Métiers et de l Artisanat. Le rapport entre l immatriculation et la radiation pour le 1 er semestre 2014, se répartie d une manière équitable contrairement aux années précédentes. Variations sur 12 mois des immatriculations par catégories professionnelles 1 er sem er sem Delta Delta % Tendance Alimentation ,29% Bâtiment ,70% Fabrication ,12% Services ,02% Total ,82% Répartition du secteur artisanal par catégories professionnelles Alimentation : boulangers, pâtissiers, poissonniers, préparation de plats à emporter, etc. Fabrication : bijoutiers, fabricants de meubles, imprimerie et arts graphiques, prothésistes dentaires, fabrication de vêtements, etc. Bâtiment : maçons, plombiers, électriciens, serruriers, etc. Services : taxis, coiffeurs, cordonniers, réparateurs de matériel électroménager et informatique, nettoyeurs de locaux, fleuristes, réparateurs d automobiles et de cycles, teinturiers, blanchisseurs, etc. Variations sur 12 mois des immatriculations par statut juridique Statuts juridiques 1 er sem er Sem Delta Delta % Sociétés % Entreprises individuelles % Auto-entrepreneurs % Total des immatriculations % L auto-entrepreneuriat avec sa prise de risque minimum demeure en progression parmi les créateurs d entreprises. 12

13 Profil créateurs stagiaires SPI Stagiaires du SPI er S er S 2014 Statut initial Salariés 34% 28,70% 30,70% 26% Demandeurs d emploi 48% 50,40% 48,70% 51% (RSA) dont 6% dont 11% dont 5,1% dont 11,7% Chefs d entreprises en exercice 17,50% 20,90% 20,50% 23% (Auto-Entrepreneurs) dont 4,5% dont 12% dont 5,5% dont 52% Qualification et Expérience Possédant une qualification professionnelle en lien avec l activité Possédant une expérience professionnelle en lien avec l activité Sans expérience professionnelle en lien avec l'activité Futur(e)s Dirigeant(e)s sans expérience avec l activité de l entreprise 28% 31, 6% 30, 7% 29% 46% 46, 5% 47, 1% 52% 12% 4,30% 5,10% 3% 14% 17, 6% 17% 16% Repreneurs Reprises déclarées 14,40% 12,80% 15, 4% 11,3% Echantillon de 100 stagiaires Sur le 1er semestre 2014, 671 personnes ont effectué le Stage de Préparation à l'installation en vue de créer leurs entreprises. Nous avons réalisé un échantillon représentatif par catégories professionnelles créateurs d'entreprises s'immatriculant sur le 1er semestre de l'ensemble des Premiers éléments d'analyse: - Baisse du nombre de salariés créateurs. - Ce semestre est marqué par la croissance du nombre des auto-entrepreneurs effectuant la formation. A noter que la loi Pinel porte l'obligation aux auto-entrepreneurs d'effectuer le SPI pour pouvoir s'immatriculer. Dans le secteur artisanal un entrepreneur sur deux n'a pas suivi une formation professionnelle, ou ne possède pas un diplôme correspondant à l'activité de l entreprise

14 LA CREATION D ENTREPRISE Janvier à juin

15 Les chiffres : juin 2014 Source APCE création et reprise toutes formes Création/reprise d entreprise Janvier - Juin 2013 Janvier Juin 2014 Evolution Ile-de-France ,0 % Seine-Saint-Denis ,5 % 15 15

16 LE DISPOSITIF ZFU Cet indicateur est mis à jour au début de chaque année civile. Pour 2014 : Les ZFU de Seine-Saint-Denis confirment leur dynamisme économique. Le nombre total d établissements privés est de 8 099, soit une progression de 5,36% sur un an. Il faut noter que depuis quelques années, le nombre d installations est en baisse : en 2013 (+5,1%), en 2012 (+6,2%), en 2011 (+7,1%). La ZFU ayant le plus fortement concouru à cette croissance est celle de La Courneuve, avec une hausse de 10,3%. Ce chiffre est à mettre en rapport avec l étroitesse territoriale de la ZFU. Clichy-sous-Bois/Montfermeil reste la ZFU Comptant le plus grand nombre d entreprises implantées (2 188 établissements), même si le taux de croissance est plus modéré

17 Evolution et répartition du nombre d établissement en ZFU Neuilly-sur-Marne - Les Fauvettes 9000 Bobigny/Pantin/Drancy/Aubervilliers - Etoile, Grémillon, Pont de Pierre, Les Courtillières Sevran - Les Beaudottes 8000 Le Blanc-Mesnil/Dugny - Pont Yblon - Quartiers Nord (Cité Grand ensemble des Tilleuls - Cité Floréal Aviation) 760 Stains - Clos Saint Lazare - Allende 7000 Epinay-sur-Seine - Orgemont Aulnay-sous-Bois - La Rose des Vents - Cité Emmaüs - Les Merisiers - Les Etangs La Courneuve - Les 4000 Bondy - Quartier Nord Clichy-sous-Bois/Monfermeil - Grand Ensemble (Haut et Bas) Total Source : INSEE - Sirene Pour rappel: Le chiffre de établissements exclut le secteur public, la santé et les associations qui représentent 386 établissements

18 Les principaux faits marquants de la fin d année 2013/début 2014 De nouveaux dispositifs de la politique de la ville L expérimentation des emplois francs Le Ministère de la ville a lancé l expérimentation des «emplois francs», outil de lutte contre les discriminations (Décret n du 26 juin 2013). Ce dispositif fait partie des mesures prises dans le cadre du Pacte National pour la Croissance, la Compétitivité et l emploi, tout comme le Crédit Impôt pour la Compétitivité et l Emploi (CICE) et les contrats de génération. En Seine-Saint-Denis, deux communes se sont lancées dans cette expérimentation des emplois francs, les villes de Clichy-sous-Bois et de Montfermeil. Elles ont été rejointes, au 31 octobre 2013, par sept villes de la communauté d agglomération de Plaine Commune (Saint-Denis, Aubervilliers, La Courneuve, Epinay-sur-Seine, Pierrefitte-sur-Seine, Stains, Villetaneuse) et par les villes d Aulnay-sous-Bois et de Sevran. L idée principale est d encourager financièrement les entreprises embauchant de jeunes diplômés habitant dans des quartiers «frappés par le chômage». Ce dispositif prévoit l expérimentation, pour une durée de trois ans, d une aide forfaitaire fixée à 5000 euros. Les entreprises du secteur marchand doivent embaucher un jeune en recherche d emploi, rencontrant des difficultés d accès à l emploi et résidant dans les zones urbaines sensibles (ZUS) de certaines communes en contrat à durée indéterminée (CDI) à temps complet. Pour bénéficier de l aide, le jeune doit remplir, à la date de l embauche, les conditions cumulatives suivantes : Etre âgé de moins de trente ans ; Résider depuis au moins six mois consécutifs dans une zone urbaine sensible (ZUS) ; Faire état d une durée de douze mois minimum de recherche d emploi au cours des dix-huit derniers mois. L aide est attribuée en deux versements (le premier au terme de la période d essai et le second au terme du dixième mois d exécution du contrat de travail) par Pôle emploi, pour le compte de l Etat, dans la limite d une enveloppe financière annuelle. Le bénéfice de l aide est subordonné au maintien du jeune dans l effectif de l entreprise dans les deux ans suivant le premier jour d exécution du contrat de travail. Quelque emplois francs doivent être créés du 1er juillet 2013 au 30 juin L évaluation de l expérimentation sera assurée par un comité directement rattaché à l Observatoire National des Zones Urbaines Sensibles (ZUS). Les premiers retours des chefs d entreprises, lors d entretiens individuels ou de réunions collectives sur le sujet, montrent une réelle difficulté d application de ce dispositif sur le territoire de la Seine-Saint-Denis

19 Une refonte de la politique de la ville qui se poursuit La Loi de programmation pour la ville et la cohésion urbaine a été promulguée le 21 février Le projet de Loi avait été présenté le 2 août 2013 en Conseil des ministres par François Lamy, ministre délégué à la Ville. Elle réforme le cadre de la politique de la ville, par la simplification et la concentration des moyens et prévoit qu environ «quartiers prioritaires de la politique de la ville» seront désignés, en s appuyant sur un critère unique et objectif : le revenu des habitants. Ce critère rend compte en effet de l ensemble des difficultés économiques et sociales rencontrées par les habitants des quartiers. Indissociable du volet social de la politique de la ville, le volet urbain bénéficiera d un nouveau programme national de renouvellement urbain, à hauteur de 5 milliards d euros d engagements de l agence nationale de rénovation urbaine, qui permettront avec les investissements des bailleurs et des collectivités, un financement à hauteur de 20 milliards d euros pour le nouveau plan de rénovation urbaine. La loi met en place un contrat de ville unique pour la ville et la cohésion sociale : il traitera dans un même cadre des enjeux de cohésion sociale, de renouvellement urbain et de développement économique. Ce contrat unique permettra la mobilisation de l ensemble des politiques publiques. Cette loi inscrit également le principe d une co-construction de la politique de la ville avec les habitants, ils participeront notamment à la réflexion autour des projets de renouvellement urbain. Parallèlement à cette Loi, la suppression ou le maintien du dispositif Zones Franches Urbaines a été au cœur des réflexions. L année 2013 a vu naitre deux rapports sur le sujet : Un rapport Parlementaire rendu le 14 mai 2013 par le député Henri JIBRAYEL, rapporteur de la mission parlementaire sur l avenir des Zones Franches Urbaines (ZFU). Un rapport du Conseil Economique, Social et Environnemental, présenté par Mme Eveline DUHAMEL, son rapporteur, et adopté à l unanimité le 15 janvier Dans cette optique, la CCI Seine-Saint-Denis, identifiée comme un interlocuteur incontournable sur le sujet des Zones Franches Urbaines, a fait l objet d une audition le 22 octobre 2013 et d une visite sur site le 19 novembre Ces deux rapports ont pour proposition commune de renforcer l information et l accompagnement des chefs d entreprise installés dans les quartiers «prioritaires». L avenir des ZFU sera quant à lui décidé en fin d année

20 LA VIE DES ENTREPRISES EN SEINE-SAINT-DENIS Situation au 31 décembre 2013 Le commerce extérieur L activité des entreprises en Seine-Saint-Denis La taxe sur la valeur ajoutée (TVA) L impôt sur les sociétés (IS) 20 20

21 LE COMMERCE EXTERIEUR DE LA SEINE-SAINT-DENIS 2 ème semestre er semestre

22 APPROCHE GLOBALE Evolution par secteur d'activité en millions d'euros des exportations en Seine-Saint-Denis : 22

23 APPROCHE SECTORIELLE Export : Le secteur du textile demeure au 1 er semestre 2014, le premier secteur d'exportation de la Seine- Saint-Denis avec 779 millions d'euros de valeur, malgré une baisse (-12 %) au 1er semestre 2014, par rapport au 2 ème semestre Les exportations dans le secteur des produits chimiques, parfums et cosmétiques en 8 ème position connaissent la plus forte augmentation au 1er semestre 2014 (+13%). Il en est de même pour les produits en caoutchouc, en plastique et les produits minéraux divers qui évoluent de (+12%). A l'inverse les produits métallurgiques et métalliques continuent de subir une forte baisse (-40%). EVOLUTION DES EXPORTATIONS Produits métallurgiques et métalliques Produits en caoutchouc et en plastique, Équipements électriques et ménagers Machines industrielles et agricoles, Produits informatiques, électroniques et VAL EXP S VAL EXP S Matériels de transport

24 Import : Avec une hausse de (+15 %) au 1er semestre 2014, le secteur des matériels de transport demeure le premier secteur d'importation en valeur de la Seine-Saint-Denis. Les équipements électriques et ménagers maintiennent néanmoins une (+17%) à (+13%) au 1 er semestre progression passant de Par contre les produits l'importation (-54%). chimiques, parfums et cosmétiques connaissent la plus forte baisse à EVOLUTION DES IMPORTATIONS Produits métallurgiques et métalliques Produits en caoutchouc et en Équipements électriques et ménagers Machines industrielles et agricoles, VAL IMP S VAL IMP S Produits informatiques, Matériels de transport

25 APPROCHE GEOGRAPHIQUE Export : L'Union européenne reste le premier partenaire commercial de la Seine-Saint-Denis, suivie des Etats- Unis. Les Etats-Unis, l'allemagne, la Suisse, l'italie sont les 4 pays dont la valeur à l'exportation est la plus élevée. Il faut noter que les exportations vers le Royaume-Uni qui ont connu au 2è semestre 2013 une hausse de (+ 69 %), ont subi une baisse de (-50 %) au 1 er semestre 2014; par contre les exportations vers les Pays-Bas ont augmenté de (+39%) pendant la même période de référence. 25

26 Import : En ce qui concerne les importations, la Chine reste le premier partenaire commercial de la Seine-Saint- Denis, même si celles-ci ont baissé de (-5%) au 1 er semestre Les importations en provenance des Etats-Unis bien qu'ayant connu une augmentation de (+30%) au dernier semestre 2013 ont baissé de (-12%) au 1 er semestre Les importations en provenance du Royaume-Uni évoluent de (+31%) au 1er semestre L'Espagne et le Japon ont connu au 1er semestre 2014, une augmentation à l'importation respectivement de 14 % et de 10 % par rapport au 2 ème semestre

27 LA TVA ET L IMPÔT SUR LES SOCIÉTÉS 27 27

28 EVOLUTION DES RECETTES DE TVA DANS LE DEPARTEMENT DE LA SEINE-SAINT-DENIS L analyse des données a porté sur les secteurs d activité suivants : les biens de consommation, l automobile, les biens intermédiaires, les biens d équipement, l énergie, la construction, la réparation automobile, le commerce de gros et les intermédiaires de commerce, le commerce de détail, les transports, les activités financières, les services aux entreprises, les services aux particuliers, l éducation, la santé, l action sociale, l administration, l agro-alimentaire. Pour ce faire, trois paramètres ont été privilégiés : le chiffre d affaires, la TVA déductible sur immobilisations (donnée reflétant les investissements des entreprises), la TVA nette à payer. 1 - LE CHIFFRE D AFFAIRES Les données relatives au chiffre d affaires sont celles que les entreprises portent sur les différentes déclarations fiscales qu elles sont tenues de déposer. NB : compte tenu du caractère résiduel de l activité «agriculture, sylviculture et pêche» dans le département, les données concernant cette activité n ont pas été prises en compte. Au titre du seul mois de juin 2014, les secteurs ayant généré le plus de chiffre d affaires sont : Commerce, réparation automobile 29,85 % Transport et entreposage 26,55 % Industrie manufacturière 15,42 % 3% 3% 6% 3% 15% 2% industries extractives industrie manufacturière 1% 4% 6% Construction commerce, réparation automobile transport et entreprosage hébergement et restauration information et communication 27% 30% activités financières et d'assurance activités spécialisées et techniques activités de services administratifs et de soutien autres 28 28

29 Évolution du chiffre d'affaires déclaré en Seine-Saint-Denis Au 30 juin 2014, le cumul du chiffre d'affaires déclaré par entreprises sur un an a progressé de 4,78% par rapport à l'année précédente. La courbe francilienne suit la même évolution (+6,73%). Le 1er semestre 2014 marque ainsi une progression par rapport au même semestre en 2013 : + 8,08% en Seine-Saint-Denis et + 5,03 % en Ile-de-France. Toutefois, cet indicateur diminue de 2,46% au 2ème trimestre 2014 par rapport au trimestre précédent alors qu'il croît de 2,58% au niveau régional. 2 - LES RECETTES DE TVA Sur une année glissante, le montant de la TVA recouvrée au 30 juin 2014 s'est élevé à , soit une hausse de 0,77% par rapport à l'année précédente. L'ensemble des départements franciliens a enregistré une augmentation de ses recettes de TVA au cours de cette période, liée notamment au rehaussement des taux de TVA depuis le 1er janvier Ainsi, la TVA recouvrée au cours du 1er semestre 2014 a augmenté pour l'ensemble des départements franciliens par rapport au 1er semestre 2013 (+7,49%). Toutefois, la Seine-Saint-Denis marque la plus faible progression sur cette période (+3,41%). En revanche, au 2ème trimestre 2014, les recettes de TVA ont augmenté de 2,13% en Seine-Saint-Denis alors qu'elles ont régressé de 1,41% en Île-de-France

30 Comparaison régionale sur douze mois glissants : 3 - LES RECETTES D IMÔTS DUR LES SOCIETES Au 30 juin 2014, le montant des recettes d'is a diminué de 8,34% sur un an et 11,78% par rapport à l'année Hormis le département de Seine-et-Marne qui marque une légère progression, l'ensemble des départements franciliens a connu une baisse du recouvrement de cet impôt en LES VENTES IMMOBILIERES EN SEINE-SAINT-DENIS AU 30 JUIN ventes immobilières ont été enregistrées au cours du 1er semestre 2014, soit une quasistagnation par rapport au 1er semestre 2013 (+0,10%). Sur un an, le nombre total des ventes immobilières s'est établi à soit une augmentation de 4% par rapport au 30 juin Toutefois, ce volume de ventes est en recul de près de 20% par rapport à celui constaté au 30/6/

31 L indice des crédits d équipement en Seine Saint-Denis fléchit légèrement au second trimestre 2014 et ce pour la première fois depuis près de quatre ans. Il reste néanmoins élevé et quasiment stable depuis un an.

32 LES ENTREPRISES : INNOVATION Actualité des pôles de compétitivité DIRECCTE Ile-de-France Pas de contribution ce semestre 32 32

33 LE TOURISME ET LES ÉVÉNEMENTS D AFFAIRES 33 33

34 L hôtellerie L activité hôtelière est globalement bien orientée Les taux d occupation ne marquent pas de variations très sensibles Par rapport au 1 er semestre 2013, la fréquentation hôtelière reste stable au premier semestre 2014 sauf pour les établissements des catégories superéconomique et économique. Les établissements de moyen de gamme enregistrent un léger tassement d un peu plus d un point tandis que les établissements haut de gamme de la plate-forme aéroportuaire CDG bénéficient d un rebond de plus de 4 points. Taux d'occupation Super-éco 85,8% 80,4% 80,1% 81,8% 81,4% 79,4% 79,8% Economique 80,1% 71,4% 70,8% 71,5% 71,7% 71,2% 72,2% Moyenne gamme 71,0% 63,1% 67,7% 69,7% 67,0% 67,5% 66,2% Haut de gamme 73,5% 65,5% 72,3% 71,0% 71,9% 69,8% 74,1% Les prix moyens progressent dans les petites catégories et reculent en moyen et haut de gamme Le prix moyen des établissements de petites catégories continuent de progresser (d environ 1,50 ). Celui des établissements de moyen de gamme se tasse légèrement (0,40 ). Il recule nettement pour les établissements haut de gamme de CDG (- 4,00 ) ; cette baisse de prix peut être mise en relation avec la hausse du taux d occupation de ces établissements. Prix moyen par chambre Super-éco 43,3 46,7 46,5 47,4 50,3 51,0 52,4 Economique 71,0 70,8 69,2 70,6 73,6 74,9 76,6 Moyenne gamme 83,7 85,4 83,0 88,9 91,3 93,2 92,8 Haut de gamme 132,8 124,3 116,3 122,2 123,7 122,8 118,8 Les revenus moyens par chambre progressent sauf en moyen de gamme Le revenu moyen par chambre progresse de 1,20 en catégorie super-économique à 2,30 en haut de gamme. C est le résultat des évolutions conjuguées de prix moyens et des taux d occupation. Logiquement, le recul simultané de ces deux indices pour les établissements de moyen de gamme aboutit au recul du revenu moyen par chambre (-1.40 ) Revenu moyen par chambre Super-éco 37,1 37,6 37,2 38,8 40,9 40,5 41,7 Economique 56,9 50,6 49,0 50,4 52,7 53,3 55,3 Moyenne gamme 59,5 53,9 56,2 61,9 61,4 62,9 61,5 Haut de gamme 97,6 81,4 84,1 86,7 88,9 85,7 88,

35 Les principaux lieux touristiques La fréquentation du Musée de l air se redresse, celle de la Basilique fléchit, tandis que celle du Stade de France reste stable Le Musée de l air et de l espace Par rapport au 1 er semestre 2013, la fréquentation du Musée de l air et de l espace semble en recul. Mais la comparaison n est possible qu en écartant l effet du salon international de d aéronautique en juin Hors effet salon, la fréquentation du 1 er trimestre 2014 témoigne d un sérieux redressement et dépasse de 35 % celle de Une nouvelle démarche marketing s appuyant sur les grands réseaux de distribution en ligne permet d inverser nettement la tendance à la baisse constatée depuis Musée de l'air et de l'espace Nombre de visiteurs au 1er semestre La Basilique de Saint-Denis Après une forte progression depuis 2010, le 1 er trimestre 2014 confirme un recul sensible (-8%) qui avait été amorcé au 2 semestre Cette fréquentation reste néanmoins au même niveau qu au premier semestre Basilique Saint- Denis Nombre de visiteurs au 1er semestre Le Stade de France La fréquentation des visites du Stade de France ne marque pas variation notable et semble se stabiliser depuis plusieurs années. La progression de 4% par rapport au 1 semestre 2013 doit être relativisée au regard du grand nombre de journées d événements, qui en 2013, avait pénalisé les visites. Stade de France Nombre de visiteurs au 1er semestre

36 Paris Nord Villepinte Les chiffres clé : 71 manifestations ont été accueillies, du 1er janvier au 30 septembre 2014 : - 12 salons : 11 salons professionnels et un salon grand public ; - 24 événements d entreprises ; - 34 autres types d événements essentiellement les examens ; - un spectacle visiteurs sur cette période : Lors de salons : visiteurs dont visiteurs étrangers exposants dont exposants étrangers Lors d évènements corporate : participants Lors de spectacles : spectateurs Les nouveautés : En infrastructure : Les travaux d extension de la galerie d accueil (débutés en mars 2013 et livrés en janvier 2014) a donné naissance à m² de surface supplémentaire. Longue de 105 m² et haute de 10 mètres, la galerie aménageable permettra d accueillir des événements d entreprises de plus de personnes : lancements de produits, dîners de gala, soirées, défilés de mode, etc. Les passages couverts entre les halls 4 et 5 ont été reconstruits à l été Les passages couverts reliant les halls 1 et 2 ainsi que les halls 3 et 4 ont été reconstruits à l été En services : Le Wi-Fi gratuit est proposé désormais à tous les visiteurs, non seulement dans la galerie d accueil mais aussi dans l esplanade du parc. Le service E-Parking est proposé depuis septembre 2014 aux exposants. Croissance des salons : Japan Expo Après le succès de l édition 2013 avec une fréquentation de plus de visiteurs, l organisateur a pris le parti d un jour d ouverture supplémentaire en Eurosatory En 2014, ce salon biennal, premier rendez-vous mondial des professionnels de la Défense et de la Sécurité terrestre et aéroterrestre a augmenté sa surface de 15% pour atteindre m² accueillant plus de visiteurs, exposants, 700 journalistes et 170 délégations officielles venues de 88 pays

37 CPHI worldwide Après son édition en 2010 à Paris Nord Villepinte, le leader mondial des événements de l industrie pharmaceutique revient à Paris Nord Villepinte du 6 au 9 octobre Plus de visiteurs et exposants de 140 pays sont attendus. Paris Le Bourget Les chiffres clé Nombre de manifestations 17-5 salons : 4 salons professionnels dont un nouveau salon et un salon grand public ; - 9 événements d entreprises ; - un autre type d événement (concours) - 2 spectacles Nombre de visiteurs Lors de salons : visiteurs dont visiteurs étrangers exposants dont exposants Lors d évènements corporate : participants Lors de spectacles : spectateurs Les nouveautés : En infrastructure : Le parking C a été recouvert de grave pendant l été En services : Le service E-Parking est proposé depuis septembre 2014 aux exposants. Nouveau salon : World Nuclear Exhibition, créé à l initiative de l Association des Industriels Français Exportateurs du Nucléaire et géré par le groupe Reed Expositions France, est un nouveau salon biennal qui se tiendra du 14 au 16 octobre Plus de 400 exposants et plus professionnels du monde entier sont attendus. Evènements d exception : Le lancement de la Citroën C4 Cactus Le constructeur automobile Citroën a choisi Paris Le Bourget pour le lancement de la C4 Cactus devant membres du réseau de distribution international venant 76 pays. Un espace de m² d exposition en marge du lancement invitait les spectateurs à découvrir les différents modèles de la marque. La conférence sur le climat (COP 21) Paris le Bourget a été choisi par l ONU pour accueillir la 21e édition de la conférence sur le climat en 2015, du 30 novembre au 11 décembre. Plus de délégués sont attendus dont 195 délégations officielles de tous les continents, journalistes, de nombreuses associations environnementales, etc.

38 LE CHÔMAGE ET L EMPLOI 38 38

39 8,1% 7,9% 7,1% 7,4% 7,6% 8,6% 9,8% 8,6% 9,7% 12,7% TABLEAU DE BORD ÉCONOMIQUE DE LA SEINE-SAINT-DENIS Octobre 2014 Les taux de chômage en Ile-de-France : A la fin du mois de mars 2014, le taux de chômage s élève en Seine-Saint-Denis à 12,7% (1), contre 8,6% en Ile-de-France et 9,7% pour la France entière. Ce taux est le plus élevé de la région Ile-de-France. Il augmente de +0,1 point sur un trimestre et sur un an. 14,0% 12,0% 10,0% 8,0% Taux de chômage localisés à fin MARS ,0% 4,0% 2,0% 0,0% IDF FE 1 A partir du quatrième trimestre 2013, les séries de taux de chômage localisés sont révisées. D une part, le nombre de chômeurs est revu à la baisse au niveau national après la rénovation du questionnaire de l enquête Emploi, ce qui a une incidence comparable sur les taux de chômage estimés au niveau local. D autre part, la méthode d estimation des taux de chômage localisés a été améliorée sur différents points (passage de l emploi au lieu de travail à l emploi au lieu de résidence, information sur les travailleurs frontaliers, etc ). Les nouvelles séries de taux de chômage régionaux et départementaux sont rétropolées, l impact des changements de méthode ayant été neutralisé, elles sont cohérentes sur l ensemble de la période d estimation. Source : INSEE Evolution comparée des taux de chômage de la Seine-Saint-Denis, de l Ile-de-France et de la France entière (de 2000 à 2014) : Fin mars 2014, après une légère baisse au quatrième trimestre 2013, le taux de chômage augmente en Seine-Saint-Denis. La courbe de l évolution du taux de chômage en Seine-Saint-Denis suit celles de la région d Ile-de-France et de la France métropolitaine mais à un niveau plus élevé. 14,0 Evolution du taux de chômage ,0 12,7 12,0 11,0 10,0 9,0 9,7 8,6 8,0 7,0 6,0 France Ile-de-France Seine-Saint-Denis Source : INSEE 39 39

40 La demande d emploi à fin juin 2014 : Fin juin 2014, le nombre de demandeurs d emploi de catégorie A, B, C ( DEFM), augmente de +9% sur un an et de +66,8% depuis septembre 2008 (91 910). Depuis janvier 1997 (date des séries statistiques disponibles), la Seine-Saint-Denis n a jamais connu un nombre aussi élevé de demandeurs d emploi inscrits en catégories A,B,C. La hausse atteint surtout les seniors (+14,3%) et les demandeurs d emploi de longue durée (+12,6%) ; le nombre de demandeurs d emploi de moins de 25 ans enregistre une augmentation de +1,1% sur un an. Le nombre de demandeurs d emploi hommes augmente de +9,2% et celui des femmes de +8,7%. Les hommes représentent 53% des demandeurs d emploi. Situation à fin juin 2014 Valeur Évolution annuelle a) Demande d emploi fin de mois cat. A,B,C (1) (données CVS), dont : femmes hommes DELD moins de 25 ans 50 ans et plus a) Demande d emploi enregistrée, catégorie A,B,C données brutes (cumul annuel), dont : jeunes de moins de 25 ans femmes ,0% ,7% ,2% ,6% ,1% ,3% ,9% ,8% ,8% Sources : STMT-Pôle Emploi, DARES. Cvs : Direccte Ile-de-France (traitement Direccte IDF/UT 93) (1) Les différentes catégories de demandeurs d emploi : catégorie A : demandeurs d emploi tenus de faire des actes positifs de recherche d emploi, sans emploi ; catégorie B : demandeurs d emploi tenus de faire des actes positifs de recherche d emploi, ayant exercé une activité réduite courte (78 heures ou moins au cours du mois) ; catégorie C : demandeurs d emploi tenus de faire des actes positifs de recherche d emploi, ayant exercé une activité réduite longue (plus de 78 heures au cours du mois) ; catégorie D : demandeurs d emploi non tenus de faire des actes positifs de recherche d emploi (en raison d un stage, d une formation, d une maladie ), sans emploi ; catégorie E : demandeurs d emploi non tenus de faire des actes positifs de recherche d emploi, en emploi (par exemple : bénéficiaires de contrats aidés)

41 Les offres d'emploi en Seine-Saint-Denis en 2011, 2012, 2013 et 2014 Structure géographique de l établissement : janvier février mars avril mai juin juillet août septembre octobre novembre décembre Offres enregistrées en Seine-Saint-Denis en 2011,2012,2013,

42 Offres d'emploi enregistrées et offres d'emploi satisfaites en Seine-Saint-Denis par type et taille OEE Seine-Saint-Denis par type d'offres (cumul janvier à août) Evolution Total ,8% Emploi durable ,0% Emploi temporaire ,7% Emploi occasionnel ,6% Emploi non salarié ,3% OEE Seine-Saint-Denis par taille d'établissement (cumul janvier-août) Evolution Total ,8% K ,9% 1 à 9 salariés ,9% 10 à 49 salariés ,1% 50 salariés et plus ,8% Non défini ,3% Offres satisfaites par type d'offres (cumul janvier-août) Evolution Total ,4% Emploi durable ,9% Emploi temporaire ,5% Emploi occasionnel ,7% Emploi non salarié ,4% 42 42

43 Offres enregistrées par secteur NAF (cumul janvier à août) Evolution TOUS NAF 01 AGRICULTURE 02 INDUSTRIE 03 B.T.P G COMMERCE, REPARATION D'AUTOMOBILES ET DE MOTOCYCLES ,8% ,7% ,3% ,7% ,1% H TRANSPORTS ET ENTREPOSAGE ,1% I HEBERGEMENT ET RESTAURATION ,3% J INFORMATION ET COMMUNICATION ,7% K ACTIVITES FINANCIERES ET D'ASSURANCE ,2% L ACTIVITES IMMOBILIERES ,9% M ACTIVITES SPECIALISEES, SCIENTIFIQUES ET TECHNIQUES ,1% N ACTIVITES DE SERVICES ADMINISTRATIFS ET DE SOUTIEN ,9% O ADMINISTRATION PUBLIQUE ,2% P ENSEIGNEMENT ,5% Q SANTE HUMAINE ET ACTION SOCIALE ,8% R ARTS, SPECTACLES ET ACTIVITES RECREATIVES ,5% S AUTRES ACTIVITES DE SERVICES ,2% T ACTIVITES DES MENAGES EN TANT QU'EMPLOYEURS, ACTIVITES INDIFFERENCIEES DES MENAGES EN TANT QUE PRODUCTEURS DE BIENS ET SERVICES POUR USAGE PROPRE 4 4 0,0% Non Renseigné ,6% 43 43

44 Offres d emploi enregistrées (OEE) et satisfaites (OES) Le cumul des offres collectées au cours des douze derniers mois (43 236) augmente de +4,4% sur un an. Les offres d emploi durable (27 322) représentent 63% des offres et enregistrent une hausse de +19,2% sur un an. Les offres d emploi temporaire (12 230) représentent 28% des offres et régressent de -13,7% sur un an. Les offres d emploi occasionnel (3 684) représentent 9% des offres, elles diminuent de -15,1% sur un an. Le cumul des offres d emploi satisfaites au cours des douze derniers mois ( offres tous types) enregistrent une augmentation de +14,1% sur un an. Situation à fin juin 2014 Offres d emploi enregistrées tous types données brutes (cumul annuel), dont : offres d emploi durable offres d emploi temporaire offres d emploi occasionnel Offres d emploi satisfaites tous types, données brutes (cumul annuel) % par nature de contrat Valeur Evolution annuelle ,4% 63% ,2% 28% ,7% 9% ,1% ,1% Sources : STMT-Pôle Emploi, DARES (traitement Direccte IDF/UT 93) 44 44

45 Evolution des déclarations uniques d embauches (DUE) Seine-Saint-Denis I N D U S T R I E Secteur d'activité Déclaration d'embauche 1er S Poids secteur Evolution 1S14/ 1S13 Industries agro alimentaire ,80% 101,82% Cokéfaction et raffinage 6 0,00% -68,42% Equipements electriques, electroniques, informatiques 308 0,10% 10,00% Fabrication de matériels de transport 93 0,03% -65,43% Autres produits industriels ,23% 6,04% Industries extractives, energie, eau ,35% 46,81% INDUSTRIE ,52% 26,92% CONST. CONSTRUCTION ,21% 3,50% T E R T I A I R E Commerce ; réparation d'automobiles et de motocycles ,83% 12,73% Transport ,85% 6,49% Hébergement et restauration ,02% -11,70% Information et communication ,84% -10,95% Activités financières et d'assurance ,08% 3,05% Activités immobilières 850 0,28% -4,28% Activités scientifiques et techniques ; soutien et services administratifs Administrations publiques, défense, enseignement, santé humaine et action sociale ,79% 3,38% ,15% 2,28% Autres activités de services ,43% 3,83% TERTIAIRE ,27% -0,67% AUTRES Activités diverses et non classées 8 0,00% - TOTAL hors interim ,00% 0,21% Répartition des DUE par activités 89% Les données du graphiques : 1S2014 TERTIAIRE ,27% INDUSTRIE ,52% CONSTRUCTION ,21% ,00% 8% 3% Au 1er semestre 2014 le nombre déclarations uniques d'embauches augmente faiblement de 0,21% (652 DUE en plus) par rapport au 1er semestre Les secteurs de la construction et de l'industrie voient leurs nombres de DUE augmentés de 3,50% et 26,92%

46 Indicateurs de suivi du secteur privé (évolution annuelle à fin juin 2014) Entreprises de moins de 10 salariés Entreprises de plus de 9 salariés Taux de restes à recouvrer + 0,94 pt Taux de restes à recouvrer + 0,06 pt Nombre de délais demandés (sur 12 mois glissants) + 0,2 % Nombre de délais demandés (sur 12 mois glissants) + 8,7 % Taux de restes à recouvrer : montant des cotisations non soldés par rapport aux cotisations déclarées par les entreprises 46

47 Le revenu de solidarité active (RSA) Première baisse du nombre des allocataires du RSA en Seine-Saint-Denis depuis Nombre d'allocataires du RSA en Seine-Saint-Denis (décembre 2009 à mars 2014) Période Socle seulement Activité seulement Socle et activité Ensemble RSA Déc_ Déc_ Déc_ Déc_ Mars_ Juin_ Sept_ Dec_ Mars_ source : CAF/CG Pour la première fois depuis 2009, la Seine-Saint-Denis enregistre une baisse du nombre des allocataires du RSA au 1er trimestre Entre décembre 2013 et mars 2014, le nombre d'allocataires du RSA est passé de à C'est donc plus de 1700 personnes en moins dans le dispositif soit une régression de 1,9%

48 Evolution des composantes du RSA en Seine-Saint-Denis 240 Evolution trimestrielle (en base 100) des différentes composantes du RSA en Seine-Sanit-Denis de juin 2009 à mars 2014 :(Source: site CAF) , , , ,3 100 Juin_09 Déc_09 Juin_10 Déc_10 Juin_11 Déc_2011 Juin_12 déc_12 Juin_06 Dec_13 Socle seulement Activité seulement Socle et activité Ensemble La baisse enregistrée en mars 2014 concerne toutes les composantes du RSA. Ainsi, le nombre d'allocataires "RSA socle seulement" et le RSA "Socle et Activité" sont en baissent de 2% tandis que celui "d'activité seulement" a reculé de 1,3%. Ces observations montrent que ce sont les travailleurs pauvres qui ont été les moins touchés par cette baisse, comparativement aux allocataires de l'ancien dispositif du RMI. LEXIQUE : RSA socle seul : un foyer allocataire du «RSA socle seul» n a pas de revenus d activité, ou bien au moins un de ses membres est en période de cumul intégral [1]. RSA socle et activité : les bénéficiaires du «RSA socle et activité» ont de faibles revenus d activité et l ensemble de leurs ressources est inférieur au montant forfaitaire. Ils bénéficient donc à la fois du RSA socle (fraction) et du RSA activité. RSA activité seul : les bénéficiaires du «RSA activité seul» ont de faibles revenus d activité et l ensemble de leurs ressources est supérieur au montant forfaitaire. C est cette composante qui est véritablement nouvelle avec la mise en place du RSA et qui sert le plus souvent de référence pour apprécier la montée en charge du RSA. [1] Le cumul intégral consiste à neutraliser l ensemble des revenus d activité pour le calcul du RSA, pendant une période de 4 mois (éventuellement fractionnée) 48 48

49

50 Comparaison entre les départements franciliens Evolution du RSA dans les départements franciliens : Mars 2014 / Décembre 2013 NB RSA en mars 2014 NB RSA en décembre 2013 Evolution entre dec2013 et mars 2014 (Effectif) Evolution entre dec2013 et mars 2014 (en %) Paris ,48 Seine-et-Marne ,10 Yvelines ,02 Essonne ,04 Hauts-de-Seine ,42 Seine-Saint-Denis ,86 Val-de-Marne ,52 Val-d'Oise ,74 IDF ,64 France Métropolitaine ,55 Source : CAF93, mars 2014 En nombre d'allocataires, le département de la Seine-Saint-Denis est le premier en Île de France devant Paris, bien qu'en terme de population il occupe la troisième place. Au niveau francilien, c'est la Seine-Saint-Denis (-1,9%) qui a enregistré la baisse la plus importante suivie de Paris et du Val de Marne (-1,5%) tandis que les départements de la grande couronne, à l'exception des Yvelines, connaissent plutôt une progression du nombre d'allocataires du RSA sur leur territoire

51 Evolution comparative 180 Evolution dun nombre d'allocataires du RSA dans les départements franciliens de juin 2009 mars 2014 (base 100 = juin 2009) , , ,5 135,9 153,4 149, ,6 134, ,9 120, juin-09 sept-09 déc-09 mars-10 juin-10 sept-10 déc-10 mars-11 juin-11 sept-11 déc-11 mars-12 juin-12 sept-12 déc-12 mars-13 juin-13 sept-13 déc-13 mars IDF France Métrop Plus de personnes couvertes par le RSA en Seine-Saint-Denis, soit près de 26% du nombre de personnes couvertes en Ile-de-France. Poids des départements franciliens dans les populations couvertes par le RSA en IDF en mars 2014 (source : Site CAF) 10,7 16,4 Paris 12,0 9,9 Seine-et-Marne Yvelynes Essonne Hauts-de-Seine 25,9 Seine-Saint-Denis 7,1 Seine-Saint-Denis Val de Marne 8,6 Val d'oise 9,5 51

52 Evolutions des estimations trimestrielles des effectifs salariés dans les grands secteurs de l emploi (données CVS) Selon les dernières estimations de l Insee, à fin mars 2014, les effectifs salariés ( emplois) augmentent de +0,1% sur un trimestre (+588 emplois) et de +1,2% sur un an, soit emplois. Sur un an, l emploi salarié dans les principaux secteurs d activité, évolue de la manière suivante : Industrie (- 6,2%), Construction (+3,7%), Commerce (+2,4%) et Services marchands (+1,9%). 6,5% Évolution annuelle des effectifs salariés en Seine-Saint-Denis 5,5% 1 er trimestre er trimestre ,5% 3,5% 2,5% 1,5% 0,5% -0,5% -1,5% -2,5% -3,5% -4,5% -5,5% -6,5% Industrie Construction Commerce Services marchands TOTAL Source : Insee, estimations d emploi (traitement Direccte IDF/UT 93) L intérim, variable d ajustement de l emploi aux variations d activité (données CVS) Selon les dernières estimations de l Insee, à fin mars 2014, le nombre d intérimaires (6 278) diminue de -1,5% sur un trimestre mais augmente de +1,1% sur un an. Évolution annuelle des emplois intérimaires en Seine-Saint-Denis 1 er trimestre er trimestre ,0% 10,0% 0,0% -3,5% 0,6% 0,0% -0,4% -0,8% 4,5% 1,1% -10,0% -10,4% -9,4% -10,4% -9,3% -8,5% -20,0% -18,6% Source : Insee, estimations d emploi (traitement Direccte IDF/UT 93) 52 52

53 Le recours au chômage partiel Au premier semestre 2014, heures de chômage partiel ont été autorisées, concernant 86 entreprises et 589 salariés. Le nombre d heures autorisées augmente de +127,7% ; celui des entreprises ayant eu recours au chômage partiel diminue de -16,5% et celui des salariés concernés de -81,5% par rapport au premier semestre 2013 ( heures de chômage partiel ont été autorisées, concernant 103 entreprises et salariés). Hausse du nombre de licenciements économiques avec PSE : Au premier semestre 2014, nos services ont enregistré 32 projets de licenciements économiques avec PSE représentant suppressions d emploi sur le département. Le nombre des procédures diminue de -3% ; celui des suppressions de postes augmente de +37% par rapport au premier semestre 2013 (33 procédures et suppressions de postes) Nbre suppressions d'emploi Nbre PSE Source : Direccte IDF/UT

54 LA CONSTRUCTION ET LE MARCHÉ IMMOBILIER 54 54

55 Volume de la construction des logements neufs (privée et sociale) Les analyses de la construction réalisées semestriellement pour le tableau de bord du club 93 conjoncture sont établies d après les séries de chiffres dites «en date de prise en compte» (dans le système statistique). Celles-ci donnent une indication de tendance, par différence avec les séries de chiffres dites «en date réelle», dont la stabilisation prend un an minimum, préférées pour les analyses structurelles de long terme, notamment pour communiquer sur le suivi de la réalisation des objectifs de construction pour résoudre la crise du logement en Île-de-France. Avec la loi du 3 juin 2010 relative au Grand Paris, l'objectif régional de construction a été porté à logements par an, la part de la Seine-Saint-Denis s'élevant à un peu plus de logements répartis sur 4 bassins de territorialisation. Le volume des autorisations à construire de logements ordinaires en Seine-Saint-Denis a très peu évolué entre le 1 er semestre 2014 et le précédent : avec 4360 logements, l offre projetée n augmente que de 1,3 % par rapport au second semestre En revanche, sur la même période, le développement de l'offre de logements en résidences (pour étudiants, personnes âgées, etc ) a atteint des niveaux records avec 1525 logements autorisés, soit le triple par rapport au dernier semestre Avec un total de 5900 logements, tous types confondus, autorisés sur les 6 premiers mois de l année 2014, le département enregistre une augmentation de 22 % de sa production dans un contexte régional en légère baisse (-2 %). La part de la Seine-Saint-Denis représente 19 % de l offre régionale, soit une hausse de 4 points par rapport au semestre précédent. Un peu plus de logements auraient été mis en chantier au premier semestre 2014 dans le département, soit le double du semestre précédent. Au niveau régional, environ logements ont été commencés, volume en progression de 18 % par rapport au second semestre Source : DRIEA IF / Unité territoriale de la Seine-Saint-Denis en date de prise en compte) 55 55

Tableau de bord économique de la Seine-Saint-Denis

Tableau de bord économique de la Seine-Saint-Denis Club Conjoncture93 Tableau de bord économique de la Seine-Saint-Denis Avril 2014 Préfecture de la Seine-Saint-Denis * Chambre de commerce et d industrie départementale de Seine-Saint-Denis * Conseil général

Plus en détail

Tableau de bord économique de la Seine-Saint-Denis Avril 2011

Tableau de bord économique de la Seine-Saint-Denis Avril 2011 Tableau de bord économique de la Seine-Saint-Denis Avril 2011 Préfecture de la Seine-Saint-Denis * Chambre de Commerce et d Industrie de Paris Seine-Saint-Denis * Conseil Général de Seine-Saint-Denis *

Plus en détail

Données statistiques relatives à l'emploi sur les communes de Seine-Saint-Denis. 4ème trimestre 2013

Données statistiques relatives à l'emploi sur les communes de Seine-Saint-Denis. 4ème trimestre 2013 Données statistiques relatives à l'emploi sur les communes de Seine-Saint-Denis 4ème trimestre 2013 UT 93 de la Direccte d'île-de-france Service Statistiques - Synthèses / LA 30 avril 2014 Sommaire Données

Plus en détail

Données statistiques relatives à l'emploi sur les communes de Seine-Saint-Denis. 3ème trimestre 2013

Données statistiques relatives à l'emploi sur les communes de Seine-Saint-Denis. 3ème trimestre 2013 Données statistiques relatives à l'emploi sur les communes de Seine-Saint-Denis 3ème trimestre 2013 UT 93 de la Direccte d'île-de-france Service Statistiques - Synthèses / LA 06 janvier 2014 Sommaire Données

Plus en détail

Tableau de bord économique de la Seine-Saint-Denis

Tableau de bord économique de la Seine-Saint-Denis Club Conjoncture93 Tableau de bord économique de la Seine-Saint-Denis Avril 2013 Préfecture de la Seine-Saint-Denis * Chambre de commerce et d industrie Seine-Saint-Denis * Conseil général de Seine-Saint-Denis

Plus en détail

DOCUMENT DE TRAVAIL : ENQUÊTE ANNUELLE SUR LES DANS LES PME DE SEINE-SAINT SAINT DENIS (Données 2012)

DOCUMENT DE TRAVAIL : ENQUÊTE ANNUELLE SUR LES DANS LES PME DE SEINE-SAINT SAINT DENIS (Données 2012) Février 2014 DOCUMENT DE TRAVAIL : ENQUÊTE ANNUELLE SUR LES MOUVEMENTS D EMPLOI D DANS LES PME DE SEINE-SAINT SAINT DENIS (Données 2012) Délégation au DéveloppementD Économique, à l Emploi, à la Formation

Plus en détail

Commission départementale de financement de l économie C.D.F.E

Commission départementale de financement de l économie C.D.F.E Commission départementale de financement de l économie C.D.F.E Préfecture de Vaucluse 6 février 2015 L ordre du jour Eléments de la conjoncture PACA Analyse de la situation économique en Vaucluse Présentation

Plus en détail

Le tableau de bord trimestriel. de l emploi salarié

Le tableau de bord trimestriel. de l emploi salarié Le tableau de bord trimestriel de l emploi salarié septembre 2012 oc Direction éditoriale : François Magnien Auteur : Patrick Salvatori Conception : Gwenaëlle Solignac Maquette : Hélène Allias-Denis, Clément

Plus en détail

Tableau de Bord Conjoncturel en Seine-Saint-Denis

Tableau de Bord Conjoncturel en Seine-Saint-Denis Tableau de Bord Conjoncturel en Seine-Saint-Denis JUIN 2005 Préfecture de la Seine-Saint-Denis Chambre de Commerce et d Industrie de Paris Seine-Saint-Denis Conseil Général de Seine-Saint-Denis Chambre

Plus en détail

NOGENT-SUR-MARNE. Présentation du territoire

NOGENT-SUR-MARNE. Présentation du territoire Population totale du territoire 430 808 NOGENT-SUR-MARNE Présentation du territoire Poids dans le département 32,3% Source : Insee, RP2011 / exploitation principale Nombre de communes 16 Evolution de l'emploi

Plus en détail

PARIS 18-19-20. Présentation du territoire

PARIS 18-19-20. Présentation du territoire Population totale du territoire 587 259 Présentation du territoire Poids dans le département 26,1% Nombre de communes 3 Source : Insee, RP2011 / exploitation principale Evolution de l'emploi salarié par

Plus en détail

Demandeurs d'emploi inscrits et offres collectées par Pôle emploi en Guadeloupe en février 2015

Demandeurs d'emploi inscrits et offres collectées par Pôle emploi en Guadeloupe en février 2015 DIECCTE DR Pôle emploi et Îles du Nord Demandeurs d'emploi inscrits et offres collectées par Pôle emploi en en février 2015 Demandeurs d'emploi inscrits en fin de mois à Pôle emploi Catégories A et A,

Plus en détail

BREF Thématique L EMPLOI DES SENIORS EN ILE-DE-FRANCE

BREF Thématique L EMPLOI DES SENIORS EN ILE-DE-FRANCE BREF Thématique N 25 mai 2011 Direction régionale des entreprises, de la concurrence, de la consommation, du travail et de l emploi d Ile de France L EMPLOI DES SENIORS EN ILE-DE-FRANCE LES PRINCIPAUX

Plus en détail

SITUATION FINANCIÈRE DE L ASSURANCE CHÔMAGE

SITUATION FINANCIÈRE DE L ASSURANCE CHÔMAGE SITUATION FINANCIÈRE DE L ASSURANCE CHÔMAGE pour les années 2014 et 2015 Mai 2014 1/14 Situation financière de l Assurance chômage pour les années 2014 et 2015 22 mai 2014 Cette note présente la prévision

Plus en détail

Point d actualité. Conseil Economique, Social & Environnemental Régional. Séance plénière 2 février 2015

Point d actualité. Conseil Economique, Social & Environnemental Régional. Séance plénière 2 février 2015 Conseil Economique, Social & Environnemental Régional Point d actualité Séance plénière 2 février 2015 Rapporteur général : Jean-Jacques FRANCOIS, au nom du Comité de Conjoncture CONTEXTE GÉNÉRAL A la

Plus en détail

Demandeurs d'emploi inscrits et offres collectées par Pôle emploi en Guyane en janvier 2015

Demandeurs d'emploi inscrits et offres collectées par Pôle emploi en Guyane en janvier 2015 DIECCTE DR Pôle emploi Demandeurs d'emploi inscrits et offres collectées par Pôle emploi en en janvier 2015 Demandeurs d'emploi inscrits en fin de mois à Pôle emploi Catégories A et A, B, C (en cvs) 24

Plus en détail

Le régime. L activité déclarée sous le régime auto-entrepreneur peut. Le point sur. Auto-entrepreneur

Le régime. L activité déclarée sous le régime auto-entrepreneur peut. Le point sur. Auto-entrepreneur Le point sur Le régime Auto-entrepreneur L activité déclarée sous le régime auto-entrepreneur peut être exercée à titre principal, par exemple, par un chômeur qui veut se lancer «à son compte» ou à titre

Plus en détail

SITUATION FINANCIÈRE DE L ASSURANCE CHÔMAGE

SITUATION FINANCIÈRE DE L ASSURANCE CHÔMAGE SITUATION FINANCIÈRE DE L ASSURANCE CHÔMAGE pour l année 2014 Janvier 2014 1/12 Situation financière de l Assurance chômage pour l année 2014 14 janvier 2014 Cette note présente la prévision de la situation

Plus en détail

POINT DE CONJONCTURE. Direction Régionale des Entreprises, de la Concurrence, de la Consommation, du travail et de l Emploi d Alsace DIRECCTE ALSACE

POINT DE CONJONCTURE. Direction Régionale des Entreprises, de la Concurrence, de la Consommation, du travail et de l Emploi d Alsace DIRECCTE ALSACE DIRECCTE ALSACE Direction Régionale des Entreprises, de la Concurrence, de la Consommation, du travail et de l Emploi d Alsace POINT DE CONJONCTURE Septembre Sommaire : I. La conjoncture régionale L activité

Plus en détail

Baromètre de conjoncture de la Banque Nationale de Belgique

Baromètre de conjoncture de la Banque Nationale de Belgique BANQUE NATIONALE DE BELGIQUE ENQUETES SUR LA CONJONCTURE Baromètre de conjoncture de la Banque Nationale de Belgique Janvier 211 15 1 5-5 -1-15 -2 - -3-35 21 22 23 24 26 27 28 29 21 211 Série dessaisonalisée

Plus en détail

Baromètre de conjoncture de la Banque Nationale de Belgique

Baromètre de conjoncture de la Banque Nationale de Belgique BANQUE NATIONALE DE BELGIQUE ENQUETES SUR LA CONJONCTURE Baromètre de conjoncture de la Banque Nationale de Belgique Janvier 212 1 1 - -1-1 -2-2 -3-3 22 23 24 2 26 27 28 29 21 211 212 Série dessaisonalisée

Plus en détail

Le régime. L activité déclarée sous le régime auto-entrepreneur peut. Auto-entrepreneur. À jour au 1 er janvier 2014

Le régime. L activité déclarée sous le régime auto-entrepreneur peut. Auto-entrepreneur. À jour au 1 er janvier 2014 Le point sur ( ) Le régime Auto-entrepreneur À jour au 1 er janvier 2014 L activité déclarée sous le régime auto-entrepreneur peut être exercée à titre principal, par exemple, par un chômeur qui veut se

Plus en détail

12ème. *Source : Centre d Analyse Stratégique «Les secteurs de la nouvelle croissance : une projection à l horizon 2030», Rapport n 48, janvier 2012

12ème. *Source : Centre d Analyse Stratégique «Les secteurs de la nouvelle croissance : une projection à l horizon 2030», Rapport n 48, janvier 2012 2000 2001 2002 2003 2004 2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013 2013-T1 2013-T2 2013-T3 2013-T4 2014-T1 2014-T2 2014-T3 2014-T4 Fiche Synthèse Sectorielle juillet 2015 Activités juridiques, comptables,

Plus en détail

L activité déclarée sous le régime auto-entrepreneur peut. Le régime. Le point sur. Auto-entrepreneur

L activité déclarée sous le régime auto-entrepreneur peut. Le régime. Le point sur. Auto-entrepreneur Le point sur Le régime Auto-entrepreneur L activité déclarée sous le régime auto-entrepreneur peut être exercée à titre principal, par exemple, par un chômeur qui veut se lancer «à son compte», par un

Plus en détail

Avant propos. Ce rapport présente les résultats de la vague 2015 de l'enquête "Besoins en main-d'œuvre" (BMO) pour la région Ile-de-France.

Avant propos. Ce rapport présente les résultats de la vague 2015 de l'enquête Besoins en main-d'œuvre (BMO) pour la région Ile-de-France. 2015 Avant propos Ce rapport présente les résultats de la vague 2015 de l'enquête "Besoins en main-d'œuvre" (BMO) pour la région Ile-de-France. Le champ de cette vague est le même que celui de l enquête

Plus en détail

CHIFFRES-CLÉS CONJONCTURE

CHIFFRES-CLÉS CONJONCTURE CHIFFRES-CLÉS CONJONCTURE 2013 Val d Oise SOMMAIRE entreprises département Au 31 décembre 2012 138,1 entreprises artisanales pour 10 000 habitants 3 430 immatriculations Enregistrées par le Centre de Formalités

Plus en détail

Portrait économique du secteur des activités immobilières

Portrait économique du secteur des activités immobilières Portrait économique du secteur des activités immobilières Branche professionnelle de l immobilier Service Observatoires AGEFOS PME 187, quai de Valmy 75010 PARIS agefos-pme.com Portrait économique de la

Plus en détail

L activité déclarée sous le régime auto-entrepreneur peut. Le régime. Le point sur. Auto-entrepreneur

L activité déclarée sous le régime auto-entrepreneur peut. Le régime. Le point sur. Auto-entrepreneur Le point sur Le régime Auto-entrepreneur L activité déclarée sous le régime auto-entrepreneur peut être exercée à titre principal, par exemple, par un chômeur qui veut se lancer «à son compte» ou à titre

Plus en détail

Tableau de bord de l emploi du Pays Rochefortais. Sous-Préfecture de Rochefort - 17 décembre 2003

Tableau de bord de l emploi du Pays Rochefortais. Sous-Préfecture de Rochefort - 17 décembre 2003 Tableau de bord de l emploi du Sous-Préfecture de Rochefort - 17 décembre 2003 Demandeurs d emploi Effectif au 30 sept. 2003 total jeunes longue durée (sup 1 an) femmes Commune Tonnay-Charente 324 89 108

Plus en détail

bilan d étape après 6 mois de mise en œuvre

bilan d étape après 6 mois de mise en œuvre l auto entrepreneur bilan d étape après 6 mois de mise en œuvre Hervé NOVELLI Secrétaire d Etat chargé du Commerce, de l Artisanat, des Petites et Moyennes Entreprises, du Tourisme, des Services et de

Plus en détail

éclairages QUI SONT LES ALLOCATAIRES INDEMNISÉS PAR L ASSURANCE CHÔMAGE? Près de 3 demandeurs d emploi sur 5 sont couverts par l Assurance chômage

éclairages QUI SONT LES ALLOCATAIRES INDEMNISÉS PAR L ASSURANCE CHÔMAGE? Près de 3 demandeurs d emploi sur 5 sont couverts par l Assurance chômage éclairages ÉTUDES ET ANALYSES N 5 AVRIL 213 QUI SONT LES ALLOCATAIRES INDEMNISÉS PAR L ASSURANCE CHÔMAGE? L Unédic a réalisé une étude pour approfondir la compréhension de la population des allocataires

Plus en détail

TRAVAUX DE PLOMBERIE SOMMAIRE

TRAVAUX DE PLOMBERIE SOMMAIRE TRAVAUX DE PLOMBERIE SOMMAIRE LE MARCHÉ DES TRAVAUX DE PLOMBERIE... 2 LA RÉGLEMENTATION DES TRAVAUX DE PLOMBERIE... 5 L'ACTIVITÉ DES TRAVAUX DE PLOMBERIE... 8 LES POINTS DE VIGILEANCE DES TRAVAUX DE PLOMBERIE...

Plus en détail

Le régime. L activité déclarée sous le régime autoentrepreneur. Auto-entrepreneur. À jour au 1 er janvier 2015

Le régime. L activité déclarée sous le régime autoentrepreneur. Auto-entrepreneur. À jour au 1 er janvier 2015 Le point sur ( ) Le régime Auto-entrepreneur À jour au 1 er janvier 2015 L activité déclarée sous le régime autoentrepreneur peut être exercée à titre principal, par exemple, par un chômeur qui veut se

Plus en détail

Le régime. L activité déclarée sous le régime auto-entrepreneur. Auto-entrepreneur SPÉCIAL DOM. À jour au 1 er janvier 2015

Le régime. L activité déclarée sous le régime auto-entrepreneur. Auto-entrepreneur SPÉCIAL DOM. À jour au 1 er janvier 2015 Le point sur ( ) SPÉCIAL DOM Le régime Auto-entrepreneur À jour au 1 er janvier 2015 L activité déclarée sous le régime auto-entrepreneur peut être exercée à titre principal, par exemple, par un chômeur

Plus en détail

Le régime. L activité déclarée sous le régime auto-entrepreneur peut. Le point sur. Auto-entrepreneur SPÉCIAL DOM

Le régime. L activité déclarée sous le régime auto-entrepreneur peut. Le point sur. Auto-entrepreneur SPÉCIAL DOM Le point sur SPÉCIAL DOM Le régime Auto-entrepreneur L activité déclarée sous le régime auto-entrepreneur peut être exercée à titre principal, par exemple, par un chômeur qui veut se lancer «à son compte»

Plus en détail

Avant propos. Ce rapport présente les résultats de la vague 2013 de l'enquête "Besoins en main-d'œuvre" (BMO) pour la région Ile-de-France.

Avant propos. Ce rapport présente les résultats de la vague 2013 de l'enquête Besoins en main-d'œuvre (BMO) pour la région Ile-de-France. Avant propos Ce rapport présente les résultats de la vague 2013 de l'enquête "Besoins en main-d'œuvre" (BMO) pour la région Ile-de-France. Le champ de cette vague est le même que celui de l enquête 2012,

Plus en détail

LES PREMIÈRES ÉTAPES DU PACTE DE RESPONSABILITÉ ET DE SOLIDARITÉ EN SEINE-SAINT-DENIS

LES PREMIÈRES ÉTAPES DU PACTE DE RESPONSABILITÉ ET DE SOLIDARITÉ EN SEINE-SAINT-DENIS LES PREMIÈRES ÉTAPES DU PACTE DE RESPONSABILITÉ ET DE SOLIDARITÉ EN SEINE-SAINT-DENIS Edition 2014 SOMMAIRE Editorial de Monsieur le préfet. 1 Le pacte est au service des entreprises et des ménages 2-3

Plus en détail

L emploi des jeunes dans les entreprises de l économie sociale et solidaire

L emploi des jeunes dans les entreprises de l économie sociale et solidaire L emploi des jeunes dans les entreprises de l économie sociale et solidaire Contexte régional Créé en 2010 par l Atelier Centre de ressources régional de l économie sociale et solidaire et la Chambre régionale

Plus en détail

main-d oeuvr mploi Profil économique opulation active construction résidentielle logement

main-d oeuvr mploi Profil économique opulation active construction résidentielle logement Profil économique VILLE DE MONTRÉAL Arrondissement de Rivière-des-Prairies Pointe-aux-Trembles chômage mploi logement établissements d affaires localisation de l emploi revenus d emploi professions main-d

Plus en détail

Observatoire de la récupération, du recyclage et de la valorisation

Observatoire de la récupération, du recyclage et de la valorisation Avril-Mai-Juin 20 Note trimestrielle N 30 Observatoire de la récupération, du recyclage et de la valorisation RESUME DE L EVOLUTION DU TRIMESTRE (Avril-Mai-Juin 20) Sensible progression Dans la continuité

Plus en détail

INSTALLATION D ÉQUIPEMENTS D ÉNERGIE RENOUVELABLE

INSTALLATION D ÉQUIPEMENTS D ÉNERGIE RENOUVELABLE INSTALLATION D ÉQUIPEMENTS D ÉNERGIE RENOUVELABLE SOMMAIRE LE MARCHÉ DE L'INSTALLATION D ÉQUIPEMENTS D ÉNERGIE RENOUVELABLE... 2 LA RÉGLEMENTATION DE L'INSTALLATION D ÉQUIPEMENTS D ÉNERGIE RENOUVELABLE...

Plus en détail

Table des matières. Chiffres clés en Champagne-Ardenne... 1 Point démographique... 2 A. Économie... 5

Table des matières. Chiffres clés en Champagne-Ardenne... 1 Point démographique... 2 A. Économie... 5 N 9 Juin 214 Ce tableau de bord rassemble un certain nombre d indicateurs régionaux phares relatifs à l économie et à l emploi, dans une vision volontairement large. Il est un outil d aide à l élaboration

Plus en détail

Eléments. de diagnostic territorial. en Midi-Pyrénées. Zone d emploi. Toulouse. Décembre 2006

Eléments. de diagnostic territorial. en Midi-Pyrénées. Zone d emploi. Toulouse. Décembre 2006 Eléments de diagnostic territorial en Zone d emploi Décembre 2006 Contrat de plan Etat-Région 2000-2006 Eléments de diagnostic territorial : zone d emploi de La zone d emploi de TOULOUSE La zone d emploi

Plus en détail

ACTIVITÉ DE L ARTISANAT DU BÂTIMENT : UN DÉBUT D ANNÉE DIFFICILE ET DES TRÉSORERIES ENCORE DÉGRADÉES

ACTIVITÉ DE L ARTISANAT DU BÂTIMENT : UN DÉBUT D ANNÉE DIFFICILE ET DES TRÉSORERIES ENCORE DÉGRADÉES LA LETTRE D INFORMATION HEBDOMADAIRE DU RÉSEAU Conjoncture du 1 er trimestre 215 Avril 215 ACTIVITÉ DE L ARTISANAT DU BÂTIMENT : UN DÉBUT D ANNÉE DIFFICILE ET DES TRÉSORERIES ENCORE DÉGRADÉES Au 1 er trimestre

Plus en détail

OBSERVATOIRE IMMOBILIER DE PROVENCE LA CONJONCTURE IMMOBILIERE AU 1 ER SEMESTRE 2014 DANS LE VAR

OBSERVATOIRE IMMOBILIER DE PROVENCE LA CONJONCTURE IMMOBILIERE AU 1 ER SEMESTRE 2014 DANS LE VAR COMMUNIQUE DE PRESSE - Mercredi 1 er octobre 2014 OBSERVATOIRE IMMOBILIER DE PROVENCE LA CONJONCTURE IMMOBILIERE AU 1 ER SEMESTRE 2014 DANS LE VAR Présidée depuis mars 2014 par Jean- Michel LAVEDRINE,

Plus en détail

Enquête sur le devenir des diplômés de licence professionnelle

Enquête sur le devenir des diplômés de licence professionnelle Enquête sur le devenir des diplômés de licence professionnelle Vous pouvez répondre à ce questionnaire en vous connectant sur Internet avec le code ci-contre : http://enquetes.u-bordeaux.fr/orpea/lp2012/questionnaire.htm

Plus en détail

Légère progression de la production des IAA en juillet 2014

Légère progression de la production des IAA en juillet 2014 Agreste Conjoncture Industries agroalimentaires octobre 2014 octobre 2014 Industries agroalimentaires Tableau de bord Légère progression de la production des IAA en juillet 2014 Sommaire Production en

Plus en détail

OBSERVATOIRE FPI DU LOGEMENT NEUF

OBSERVATOIRE FPI DU LOGEMENT NEUF OBSERVATOIRE FPI DU LOGEMENT NEUF REDRESSEMENT DES VENTES AU 4EME TRIMESTRE 2014 : LA RELANCE EST A NOTRE PORTÉE MERCREDI 11 FEVRIER 2015, 9 HEURES Palais Brongniart PARIS CONTACTS PRESSE Franck Thiébaux

Plus en détail

Le marché immobilier de bureaux en Ile-de-France 4 ème trimestre 2014. Accelerating success.

Le marché immobilier de bureaux en Ile-de-France 4 ème trimestre 2014. Accelerating success. Le marché immobilier de bureaux en Ile-de-France 4 ème trimestre 214 Accelerating success. PERSPECTIVES Une année 215 dans la continuité > Après le creux de 213, l activité sur le marché des bureaux francilien

Plus en détail

L évolution du pouvoir d achat immobilier selon l âge des ménages. Paris et 12 communes d Ile-de-France

L évolution du pouvoir d achat immobilier selon l âge des ménages. Paris et 12 communes d Ile-de-France c re di tfo nc i e r.c o m U N E É T U D E I S S U E D U PA R T E N A R I AT C H A I R E V I L L E E T I M M O B I L I E R E N T R E L U N I V E R S I T É PA R I S - D A U P H I N E E T L E C R É D I T

Plus en détail

INSTALLATION D ÉQUIPEMENTS THERMIQUES ET DE CLIMATISATION

INSTALLATION D ÉQUIPEMENTS THERMIQUES ET DE CLIMATISATION INSTALLATION D ÉQUIPEMENTS THERMIQUES ET DE CLIMATISATION SOMMAIRE LE MARCHÉ DE L'INSTALLATION D ÉQUIPEMENTS THERMIQUES ET DE CLIMATISATION... 2 LA RÉGLEMENTATION DE L'INSTALLATION D ÉQUIPEMENTS THERMIQUES

Plus en détail

Arrondissementt de Waremme Pour toute information complémentaire sur les données et les métadonnées, merci de consulter le site www.iweps.

Arrondissementt de Waremme Pour toute information complémentaire sur les données et les métadonnées, merci de consulter le site www.iweps. Arrondissementt de Waremme Pour toute information complémentaire sur les données et les métadonnées, merci de consulter le site www.iweps.be Des informations communales sont également disponibles sur le

Plus en détail

Eco-Fiche BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1

Eco-Fiche BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1 Eco-Fiche Janvier 2013 BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1 Retour sur l année 2012 : l atonie En 2012, le Produit Intérieur Brut (PIB) s est élevé à 1 802,1 milliards d euros, soit

Plus en détail

Fiscalité du Grand Paris

Fiscalité du Grand Paris Fiscalité du Grand Paris Afin de financer le projet du métro automatique du Grand Paris Express et le plan de mobilisation pour les transports d IdF, l Etat a décidé de prélever de nouvelles recettes fiscales

Plus en détail

ZOOM TERRITORIAL BASSIN D'EMPLOI DE RENNES

ZOOM TERRITORIAL BASSIN D'EMPLOI DE RENNES ZOOM TERRITORIAL BASSIN D'EMPLOI DE RENNES Juillet 2015 Avertissements Impact de la meilleure complétude des données administratives : À compter de juin 2015, Pôle emploi accède à des données administratives

Plus en détail

Dépendance et rayonnement. des établissements franciliens

Dépendance et rayonnement. des établissements franciliens ILE -DE- FRANCE études études Mai 2006 Dépendance et rayonnement des établissements franciliens Document réalisé dans le cadre du Schéma Directeur Régional de l'ile-de-france Julie Roy Insee Ile-de-France

Plus en détail

FICHE PRATIQUE ACCOMPAGNER LA CREATION D ACTIVITE INDEPENDANTE DES ROUMAINS ET BULGARES EN FRANCE

FICHE PRATIQUE ACCOMPAGNER LA CREATION D ACTIVITE INDEPENDANTE DES ROUMAINS ET BULGARES EN FRANCE AVRIL 2014 FICHE PRATIQUE ACCOMPAGNER LA CREATION D ACTIVITE INDEPENDANTE DES ROUMAINS ET BULGARES EN FRANCE Cette fiche a été réalisée grâce aux apports de l Asav, du Gisti et du CNDH Romeurope SOMMAIRE

Plus en détail

TABLEAU DE COMPARAISON ENTRE L EIRL, LA MICRO-ENTREPRISE ET LE REGIME DE L AUTO-ENTREPRENEUR

TABLEAU DE COMPARAISON ENTRE L EIRL, LA MICRO-ENTREPRISE ET LE REGIME DE L AUTO-ENTREPRENEUR TABLEAU DE COMPARAISON ENTRE L EIRL, LA MICRO-ENTREPRISE ET LE REGIME DE L AUTO-ENTREPRENEUR Source : site Internet de l agence pour la création d entreprise (APCE) : http://www.apce.com/ SOMMAIRE : 1.

Plus en détail

Ce qu il faut savoir en 20 points

Ce qu il faut savoir en 20 points Ce qu il faut savoir en 20 points 1. Comptabilité allégée : o registre des ventes : les obligations comptables des autoentrepreneurs sont réduites. Ils peuvent simplement tenir un livre chronologique mentionnant

Plus en détail

Licence professionnelle Management des relations commerciales

Licence professionnelle Management des relations commerciales Promotion 29/2 Site : Clermont-Ferrand Licence professionnelle Management des relations commerciales Objectifs de cette licence professionnelle : D'une part, former des étudiants destinés à intégrer le

Plus en détail

Artisans, commerçants et professionnels libéraux. L'auto-entrepreneur. Édition janvier 2012

Artisans, commerçants et professionnels libéraux. L'auto-entrepreneur. Édition janvier 2012 Artisans, commerçants et professionnels libéraux L'auto-entrepreneur Édition janvier 2012 2 L auto-entrepreneur Qui peut devenir auto-entrepreneur? Ce dispositif permet à toute personne de créer, avec

Plus en détail

LA FILIÈRE ÉCO-ACTIVITÉS EN ÎLE-DE-FRANCE

LA FILIÈRE ÉCO-ACTIVITÉS EN ÎLE-DE-FRANCE Monographie économique LA FILIÈRE ÉCO-ACTIVITÉS Le plan filières des éco-activités en Île-de-France, piloté par le pôle de compétitivité Advancity, est mis en œuvre en partenariat avec la Chambre de commerce

Plus en détail

GESTION, ADMINISTRATION

GESTION, ADMINISTRATION GESTION, ADMINISTRATION A vec 73 5 emplois et 9,8 % des actifs, les métiers de la gestion et de l administration des entreprises constituent le troisième domaine professionnel dans la région, un rang identique

Plus en détail

Dares Analyses. Emploi, chômage, population active : bilan de l année 2012

Dares Analyses. Emploi, chômage, population active : bilan de l année 2012 Dares Analyses juin 2013 N 037 publication de la direction de l'animation de la recherche, des études et des statistiques Emploi, chômage, population active : bilan de l année Avec la contraction de l

Plus en détail

22M 151M. L action de l Union européenne. 3 fonds. européens. 3 objectifs pour 2007-2013. Et l Ile-de-France? FSE : FEADER FEDER FSE

22M 151M. L action de l Union européenne. 3 fonds. européens. 3 objectifs pour 2007-2013. Et l Ile-de-France? FSE : FEADER FEDER FSE ça change notre quotidien! L Union européenne consacre plus d un tiers de son budget à l accompagnement des politiques nationales et régionales. L objectif est d harmoniser les niveaux de vie dans l ensemble

Plus en détail

I. Marché du travail et emploi salarié privé. Evolution du nombre de demandeurs d emploi (cat ABC) à fin octobre 2012. Oct. 2011 Oct.

I. Marché du travail et emploi salarié privé. Evolution du nombre de demandeurs d emploi (cat ABC) à fin octobre 2012. Oct. 2011 Oct. M a i s o n d e l E m p l o i L es Cahier s J a n v i e r 2 0 1 3 - N u m é r o 1 9 Avec la participation de : Ce cahier construit par et pour les acteurs de l Emploi, de la Formation et du Développement

Plus en détail

L emploi lié au tourisme dans le Territoire de Belfort

L emploi lié au tourisme dans le Territoire de Belfort Chiffres clés 1 207 emplois en moyenne sur l année 2011 dans le Territoire de Belfort*. Soit 850 emplois en équivalent temps plein (dont plus de 700 en zone urbaine). 2,4 % de l emploi total du département.

Plus en détail

Le diagnostic territorial emploi formation: propositions pour un socle commun aux territoires de Picardie

Le diagnostic territorial emploi formation: propositions pour un socle commun aux territoires de Picardie : propositions pour un socle commun aux territoires de Picardie Les ateliers régionaux de l orientation tout au long de la vie Amiens, le 23 novembre 2010 Sommaire Le diagnostic territorial, de quoi parle-t-on?

Plus en détail

ARTISANAT. 1 Résumé de l étude Insee sur les marges de progression pour l artisanat en Nord-Pas-de-Calais

ARTISANAT. 1 Résumé de l étude Insee sur les marges de progression pour l artisanat en Nord-Pas-de-Calais CPRDFP Document d orientation État 1/5 ARTISANAT 1 Résumé de l étude Insee sur les marges de progression pour l artisanat en Nord-Pas-de-Calais 1.1 Panorama des métiers de l artisanat Les coiffeurs, les

Plus en détail

L année touristique 2014 démarre de façon positive pour Paris avec un taux d occupation des hôtels de 72,5 % en progression de 0,6 point en janvier.

L année touristique 2014 démarre de façon positive pour Paris avec un taux d occupation des hôtels de 72,5 % en progression de 0,6 point en janvier. L année touristique 2014 démarre de façon positive pour Paris avec un taux d occupation des hôtels de 72,5 % en progression de 0,6 point en janvier. Sommaire Synthèse 1 Arrivées hôtelières par pays 2 Nuitées

Plus en détail

ACCRE et auto-entrepreneur

ACCRE et auto-entrepreneur ACCRE et auto-entrepreneur Il n y a pas incompatibilité entre ACCRE et régime de l autoentrepreneur, mais succession dans le temps de l effet des mesures. L ACCRE consiste en une exonération des charges

Plus en détail

Réunion d'information 1

Réunion d'information 1 Réunion d'information 1 Introduction Auto-entrepreneur = Immatriculation simplifiée et gratuite + Dispense de collecte de TVA + Régime micro-social simplifié + Sur option : régime micro-fiscal simplifié

Plus en détail

LES ZONES FRANCHES URBAINES

LES ZONES FRANCHES URBAINES LES ZONES FRANCHES URBAINES HIDS 26 juin au 1 er juillet 2011 Consolide les données de suivi socioéconomique à l échelle des 4 ZFU. Tableau de bord des ZFU ZFU La Duchère (Lyon 9) 10 200 hab ts en 2006

Plus en détail

Sommaire. Foncière Commune, un outil stratégique foncier sur le long terme.3. Les instances de Foncière Commune.4

Sommaire. Foncière Commune, un outil stratégique foncier sur le long terme.3. Les instances de Foncière Commune.4 Dossier de presse Sommaire La communauté d agglomération Plaine Commune, terrain d enjeux pour les acquéreurs publics et privés.2 Foncière Commune, un outil stratégique foncier sur le long terme.3 Les

Plus en détail

I) Evolution de la demande d emploi mensuelle

I) Evolution de la demande d emploi mensuelle Document rédigé le 27/04/2015 LES ESSENTIELS DE L EMPLOI - Chiffres de mars 2015 Plan : I) Evolution de la demande d emploi mensuelle (pages 1 et 2) - Catégorie A - Catégorie ABC - Entrées et sorties/offres

Plus en détail

REGIME DE L AUTO-ENTREPRENEUR

REGIME DE L AUTO-ENTREPRENEUR REGIME DE L AUTO-ENTREPRENEUR 1 Remarques introductives Statut mis en œuvre par la loi de Modernisation de l Economie du 4 août 2008 Statut en vigueur à compter du 1er janvier 2009 Site internet : http://www.auto-entrepreneur.cci.fr/

Plus en détail

L analyse des marchés immobiliers par Crédit Foncier Immobilier sur les 9 premiers mois de 2013

L analyse des marchés immobiliers par Crédit Foncier Immobilier sur les 9 premiers mois de 2013 Paris, le 15 octobre 2013 COMMUNIQUE DE PRESSE L analyse des marchés immobiliers par Crédit Foncier Immobilier sur les 9 premiers mois de 2013 Un marché immobilier résidentiel caractérisé par une baisse

Plus en détail

La Silver Normandie : une filière et des secteurs innovants

La Silver Normandie : une filière et des secteurs innovants Emploi... La Silver Normandie : une filière et des secteurs innovants La Basse-Normandie, première Silver région inaugurée en France, en janvier 2014, figure parmi les 7 régions françaises les plus attractives

Plus en détail

Pacte de responsabilité et de solidarité. Réunions des 16, 19 et 26 juin 2014 à Digne-les-Bains, Castellane, Barcelonnette et Forcalquier

Pacte de responsabilité et de solidarité. Réunions des 16, 19 et 26 juin 2014 à Digne-les-Bains, Castellane, Barcelonnette et Forcalquier Pacte de responsabilité et de solidarité Réunions des 16, 19 et 26 juin 2014 à Digne-les-Bains, Castellane, Barcelonnette et Forcalquier 1 2 INTERVENTION DE MONSIEUR MICHEL JOUVENOT DIRECTEUR DE LA BANQUE

Plus en détail

Investissements et R & D

Investissements et R & D Investissements et R & D Faits marquants en 2008-2009 - L investissement de l industrie manufacturière marque le pas en 2008 et se contracte fortement en 2009 - Très fort recul de l utilisation des capacités

Plus en détail

Évolution du tissu artisanal en Bretagne

Évolution du tissu artisanal en Bretagne du tissu artisanal en Bretagne Alors que le nombre d entreprises artisanales bretonnes a baissé depuis 1990, 28 000 emplois salariés supplémentaires ont été créés dans le secteur en 14 ans. La taille des

Plus en détail

ZFU - TERRITOIRES ENTREPRENEURS ET MESURES FISCALES DE SOUTIEN AUX COMMERCES DE PROXIMITÉ

ZFU - TERRITOIRES ENTREPRENEURS ET MESURES FISCALES DE SOUTIEN AUX COMMERCES DE PROXIMITÉ ZFU - TERRITOIRES ENTREPRENEURS ET MESURES FISCALES DE SOUTIEN AUX COMMERCES DE PROXIMITÉ DIRECTION DE LA VILLE ET DE LA COHÉSION URBAINE Bureau du développement économique et de l emploi Février 2015

Plus en détail

Repères & Analyses Études

Repères & Analyses Études Décembre 2013 - Hors série service études, veille et prospective Repères & Analyses Études Direction régionale Nord - Pas de Calais Sommaire Dynamisme économique Analyse Chiffres clés Démographie des établissements

Plus en détail

Artisans, commerçants et professionnels libéraux. L'auto-entrepreneur. Édition 2011

Artisans, commerçants et professionnels libéraux. L'auto-entrepreneur. Édition 2011 Artisans, commerçants et professionnels libéraux L'auto-entrepreneur Édition 2011 2 L auto-entrepreneur 3 Qui peut devenir auto-entrepreneur? Ce dispositif permet à toute personne de créer, avec des formalités

Plus en détail

publication de la direction de l'animation de la recherche, des études et des statistiques

publication de la direction de l'animation de la recherche, des études et des statistiques Dares Indicateurs mars 2013 N 016 publication de la direction de l'animation de la recherche, étu et statistiques Les tensions sur le marché du travail au 4 E 2012 Au 4 e 2012, l indicateur de tension

Plus en détail

AUTO ENTREPRENEURS NOUVEAUTES 2015

AUTO ENTREPRENEURS NOUVEAUTES 2015 AUTO ENTREPRENEURS NOUVEAUTES 2015 Introduction A compter du 1 er janvier 2015, certaines conditions de l auto entreprise changent : un seul statut unique immatriculation obligatoire aux chambres consulaires

Plus en détail

Rapport pour la commission permanente du conseil régional

Rapport pour la commission permanente du conseil régional Rapport pour la commission permanente du conseil régional MAI 2011 Présenté par Jean-Paul Huchon Président du conseil régional d'ile-de-france ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE APPUI AU FONCTIONNEMENT

Plus en détail

Bulletin trimestriel de conjoncture n 59

Bulletin trimestriel de conjoncture n 59 Bulletin trimestriel de conjoncture n 59 2 ème trimestre 2013 Repli accentué au 2 ème trimestre (-2%) du volume de travaux d entretienrénovation de logements Cette baisse d activité correspond à une baisse

Plus en détail

Les crédits nouveaux à l habitat des ménages : les tendances à mi 2014

Les crédits nouveaux à l habitat des ménages : les tendances à mi 2014 Les crédits nouveaux à l habitat des ménages : les tendances à mi 214 Gwenaëlle FEGAR Direction des Statistiques monétaires et financières Service d Analyse des financements nationaux Après une forte progression

Plus en détail

«Extrait du cahier de l OPEQ n 148»

«Extrait du cahier de l OPEQ n 148» «Extrait du cahier de l OPEQ n 148» LE CONTEXTE ECONOMIQUE DU PRF 2006-2007 PREQUALIFICATION, QUALIFICATION, ACCES A L EMPLOI En 2007, l emploi salarié privé en région tend à la hausse sur l ensemble des

Plus en détail

Parc et statut d occupation

Parc et statut d occupation Parc et statut d occupation Commissariat général au développement durable Service de l observation et des statistiques 7 1.1 - PARC DE LOGEMENTS Le parc de logement est constitué de 33,5 millions de logements

Plus en détail

Devenir propriétaire de son logement

Devenir propriétaire de son logement GUIDE PRATIQUE DES NOUVELLES MESURES Devenir propriétaire de son logement Photos Patrick Modé www.logement.gouv.fr www.cohesionsociale.gouv.fr www.anah.fr Accession à la propriété. Les règles ont changé.

Plus en détail

Guide juridique et fiscal -entrepreneur

Guide juridique et fiscal -entrepreneur Dossiers numériques Guide juridique et fiscal -entrepreneur présentation, analyse et commentaires textes et circulaires administratives formulaires et jurisprudences Francis VARENNES Juriste-Fiscaliste

Plus en détail

Les réformes se poursuivent en faveur d une économie française plus compétitive et d un appui renforcé aux entreprises à l export

Les réformes se poursuivent en faveur d une économie française plus compétitive et d un appui renforcé aux entreprises à l export Les réformes se poursuivent en faveur d une économie française plus compétitive et d un appui renforcé aux entreprises à l export Depuis 2012, un ensemble d actions est engagé au service du renforcement

Plus en détail

Le taux de création et de survie des entreprises par zone d emploi

Le taux de création et de survie des entreprises par zone d emploi Thème : Société de la connaissance et développement socio-économique Orientation : S adapter aux changements structurels de l économie et répondre aux défis de la mondialisation Le taux de création et

Plus en détail

CDC Entreprises présente son étude annuelle : Le capital investissement dans les PME en France

CDC Entreprises présente son étude annuelle : Le capital investissement dans les PME en France CDC Entreprises présente son étude annuelle : Le capital investissement dans les PME en France Communiqué de presse Paris, le 20 novembre 2012 CDC Entreprises, filiale de la Caisse des Dépôts, gère dans

Plus en détail

Saint-Vallier-de-Thiey Bar-sur-Loup. Grasse. Grasse-sud

Saint-Vallier-de-Thiey Bar-sur-Loup. Grasse. Grasse-sud PROVENCE-ALPES-COTE D'AZUR 17 rue Menpenti 13387 MARSEILLE CEDEX 1 Tél. : 4 91 17 57 57 Fax : 4 91 17 59 59 http://www.insee.fr TERRITOIRE CA POLE AZUR PROVENCE 5 communes, 2 chefs lieux de cantons, unité

Plus en détail

Le tableau de bord. Ré g i o n Ce n t r e. de l observatoire régional de l habitat et du foncier de la région Centre. Édition octobre 2009.

Le tableau de bord. Ré g i o n Ce n t r e. de l observatoire régional de l habitat et du foncier de la région Centre. Édition octobre 2009. O bservatoire R H F égional abitat oncier Ré g i o n Ce n t r e Cher - Eure-et-Loir - Indre Indre-et-Loire - Loir-et-Cher - Loiret Le tableau de bord de l observatoire régional de l habitat et du foncier

Plus en détail

Pacte de responsabilité et de solidarité. Réunion du 6 juin 2014 AGEN

Pacte de responsabilité et de solidarité. Réunion du 6 juin 2014 AGEN Pacte de responsabilité et de solidarité Réunion du 6 juin 2014 AGEN 5 années de croissance perdues 1 850 Volume de la production nationale en milliard d'euros constants (valeur 2005) 1 800 1 750 1 700

Plus en détail

COMMUNICATION PREPAREE PAR M. BRUNO ROBINE AU NOM DE LA COMMISSION DE L EMPLOI ET DU DEVELOPPEMENT ECONOMIQUE

COMMUNICATION PREPAREE PAR M. BRUNO ROBINE AU NOM DE LA COMMISSION DE L EMPLOI ET DU DEVELOPPEMENT ECONOMIQUE COMMUNICATION PREPAREE PAR M. BRUNO ROBINE AU NOM DE LA COMMISSION DE L EMPLOI ET DU DEVELOPPEMENT ECONOMIQUE 4 MAI 2004 LA SITUATION DE L EMPLOI ET DE LA CONJONCTURE ECONOMIQUE EN REGION D ILE-DE-FRANCE

Plus en détail