Exercice de la médecine libérale EN ASSOCIATION : quelles formes juridiques?

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Exercice de la médecine libérale EN ASSOCIATION : quelles formes juridiques?"

Transcription

1 Lors de votre installation en libéral vous pouvez opter pour un exercice individuel ou en groupe, chacun présentant ses spécificités : L'installation individuelle Ce mode d installation vous assure une liberté quant à l exercice de votre activité (manière de travailler, jours et horaires, avec ou sans rendez-vous). En contrepartie, outre le fait de devoir investir seul dans du matériel parfois couteux notamment pour certaines spécialités - vous devrez supporter l ensemble des charges liées à votre activité. De même, il peut-être plus difficile d assurer la continuité des soins lors de vos absences. L'installation individuelle peut consister en une création de cabinet ou en une reprise de patientèle (nommée «droit de présentation à patientèle») L'installation en groupe L'installation en groupe entre professionnels de santé de même spécialité ou de spécialités différentes, avec ou sans autres professions de santé, permet de mettre en commun les moyens et/ou les ressources (locaux, informatique, secrétariat, plateaux techniques...). Si l'installation en groupe est attrayant (échanges entre professionnels, meilleure qualité de service proposée aux patients, souplesse des conditions de travail et continuité des soins assurée...), elle nécessite aussi une organisation et requiert le partage de certains objectifs, mais aussi certaines concessions. L'exercice en groupe doit être formalisé par un contrat ou une création de société pour déterminer les engagements de chaque partie prenante. Vous trouverez des informations sur ces formes juridiques dans le paragraphe suivant : Exercice de la médecine libérale EN ASSOCIATION : quelles formes juridiques? Le présent paragraphe a pour objectif de vous présenter les différentes formes juridiques que peut prendre votre cabinet. Il ne saurait remplacer les conseils d un professionnel (avocat, ) mais se veut un outil pédagogique afin de vous permettre d y voir un peu plus clair. 1. Groupements de moyens a. Société Civile de Moyens (SCM)

2 Objet. Structure juridique qui a pour but de faciliter l'exercice de la profession de chacun de ses membres : fourniture de moyens matériels à ses membres. Les professionnels s'associent en vue du partage des moyens d'exercice de leur profession. La clientèle demeure donc personnelle. Avantages. A la différence d autres sociétés d exercice, la SCM peut être pluridisciplinaire. Par la mutualisation des moyens, elle permet un investissement en matériel, par exemple. Elle facilite l organisation du travail. L indépendance professionnelle y est préservée. La SCM, immatriculée au RCS, est dotée de la personnalité morale. Elle dispose donc d un patrimoine propre et d une capacité juridique. Elle présente des avantages fiscaux : elle n est pas soumise à l'impôt sur les sociétés et est exonérée de TVA. Les frais d acquisition des parts sont déductibles (intérêts d emprunt, frais d actes et d enregistrement). Inconvénients. D abord, le risque majeur réside dans le conflit possible entre les associés. Ensuite, la SCM doit répondre à un certain formalisme : tenue d assemblées générales, comptabilité détaillée. Les entrées et sorties des associés sont soumises à agrément. En outre, les associés sont indéfiniment et conjointement responsables des dettes sociales (non solidairement) : ils peuvent être poursuivis personnellement par tout créancier pour l'ensemble de la dette détenue à l'encontre de la SCM. L'associé peut demander aux autres membres de la SCM d être remboursé à hauteur de la part qu'il doit assumer. Par ailleurs, les parts de SCM donnent éventuellement lieu à une plus-value lors de la revente. Enfin, les statuts prévoient souvent une clause de non réinstallation : interdiction à un associé d'exercer sa profession, après son retrait de l'association, dans un périmètre afin d éviter la concurrence directe. b. Société civile immobilière (SCI) Objet. La SCI permet l acquisition en commun d un local professionnel. Avantages. D abord, la SCI est un moyen d être propriétaire du local professionnel : elle permet l achat du local par le biais d un emprunt et facilite l administration de ce bien. La SCI permet donc d effectuer un investissement immobilier important. En outre, elle dissocie le patrimoine privé du patrimoine professionnel, au plan juridique et fiscal. En cas de cession de parts détenues dans la SCI, le praticien est imposé au titre des plus-values privées. La SCI permet une exonération de plus-values en lorsque la cession porte sur un bien détenu depuis plus de 15 ans. Inconvénients. La SCI est une solution à long terme : les exonérations de plus-values n'interviennent qu'après une durée de détention d'au moins 15 ans.

3 2. Groupements d'exercice sans personnalité morale a. Le contrat d exercice en commun («contrat d exercice professionnel à frais commun») Objet. Société de fait entre professionnels de la même spécialité, avec ou sans partage des recettes. Avantage. Association la plus simple (pas de formalité d enregistrement). Inconvénients. Pas de personnalité morale donc pas de capacité juridique. Ce contrat peut être insuffisant pour organiser la vie professionnelle des membres (règlement des litiges, achat d un matériel en commun). Prévoir une indemnité d'intégration. b. Le contrat de collaboration libérale Objet. Collaboration avec un médecin titulaire de même spécialité, avec ou sans mise en commun de la patientèle et des honoraires, sans lien de subordination. Avantages. Le collaborateur libéral dispose d imprimés professionnels personnels, peut apposer une plaque professionnelle et se constituer sa propre clientèle. Les locaux et matériels sont mis à disposition du collaborateur en échange d un pourcentage sur ses honoraires. La collaboration peut aboutir à une association future ou une installation en propre. Inconvénients. Une clause du contrat de collaboration peut interdire au collaborateur de se réinstaller dans un périmètre donné et pendant une durée déterminée, en cas de rupture du contrat de collaboration. Cette clause de non réinstallation peut lui faire perdre de fait le bénéfice de la clientèle constituée. 3. Groupements d'exercices avec personnalité morale a. La Société civile professionnelle (SCP) Objet. Société qui regroupe uniquement des professionnels de la même profession (généralistes et spécialistes). Avantages. La SCP, exerçant une profession par l'intermédiaire de ses membres, permet de mettre en commun les moyens, les patientèles et les recettes. Elle encaisse l'ensemble des honoraires et paye les frais de fonctionnement du cabinet. Les bénéfices sont partagés entre les membres selon des modalités qu'ils déterminent. Le patrimoine de la SCP et celui de ses membres est distingué. Le ou les gérants de la SCP sont obligatoirement nommés parmi les associés. Aucune unicité de lieu n est requise : possibilité d exercice en sites multiples. La

4 SCP préserve l indépendance des membres et une liberté de fonctionnement, sous réserve d une bonne entente. Elle est dotée de la personnalité morale : elle peut donc contracter avec des tiers. Inconvénients. D abord, la SCP ne revêt aucun caractère interprofessionnel. Ensuite, les associés de la SCP sont responsables solidairement et indéfiniment des dettes sociales sur leur patrimoine propre. D une part, chacun d'entre eux peut être poursuivi pour la dette totale. Il peut alors se retourner contre les autres associés. D autre part, dans l hypothèse d un redressement ou d une liquidation judiciaire, une procédure collective pourra être menée : les associés sont alors poursuivis indéfiniment jusqu'à l'apurement du passif. En outre, en matière de responsabilité professionnelle, chaque médecin demeure responsable de ses actes et des condamnations prononcées. Mais la SCP est solidairement responsable des conséquences dommageables de ces actes. Par ailleurs, la SCP doit répondre à un certain formalisme type assemblées générales, formalités d'enregistrement et de publicité. Enfin, le régime fiscal applicable est celui des bénéfices non commerciaux. Le résultat, déterminé au niveau de la société, est imposé au nom de chaque associé. Les associés sont soumis à l impôt sur les revenus pour la part des bénéfices sociaux qui leur est attribuée. Si la SCP opte pour l assujettissement à l impôt sur les sociétés, cette option est irrévocable. Les parts de SCP sont des éléments affectés par nature à l exercice de la profession et donnent éventuellement lieu à une plus-value lors de leur revente. b. Société d exercice libérale (SEL) Objet. Société qui regroupe des individus de même profession et dans la même situation vis-àvis de la Convention Nationale. La plupart des SEL sont d'ailleurs des SELARL (SEL à responsabilité limitée). Avantages. La création d une SEL peut permettre un exercice individuel sous forme de SELARL unipersonnelle. La SEL, exerçant une profession par l'intermédiaire de ses membres, permet de mettre en commun les moyens, les patientèles et les recettes. Elle encaisse l'ensemble des honoraires et paye les frais de fonctionnement du cabinet. Les bénéfices sont partagés entre les membres. D abord, la SEL présente une souplesse dans la gestion. Aucune unicité de lieu n est requise : possibilité d exercice en sites multiples. La SCP préserve l indépendance des membres et une liberté de fonctionnement, sous réserve d une bonne entente. L'apport de capitaux extérieurs, autorisé dans les SEL, permet aux jeunes médecins de s'associer avec un apport minimum de fonds. En matière de dettes sociales, la responsabilité des associés est limitée à hauteur de leurs apports dans le capital (responsabilité limitée et conjointe). En matière de responsabilité professionnelle, chaque associé répond sur l ensemble de son patrimoine des actes professionnels qu il accomplit (responsabilité personnelle et indéfinie). La SEL présente une fiscalité avantageuse : la rémunération des associés est déductible des bénéfices, les distributions de bénéfices étant seules imposables. Elle peut effectuer des réserves et réaliser des investissements importants. Inconvénients. D abord, la SEL ne revêt aucun caractère interprofessionnel. Ensuite, les entrées et sorties sont difficiles. En outre, la SEL est soumise aux Bénéfices industriels et commerciaux (BIC), à l impôt sur les sociétés (IS), à la taxe d apprentissage (0,5% des

5 salaires) et à la contribution sociale de solidarité des sociétés (C3S) lorsque le chiffre d affaires excède euros. Les Bénéfices individuels non commerciaux des associés sont soumis à l impôt sur le revenu («traitements et salaires»). Par ailleurs, les intérêts d emprunt ne sont pas déductibles du revenu pour l acquisition de parts sociales. Enfin, la SEL impose la tenue d une comptabilité commerciale, lourde et complexe. 4. La Société Interprofessionnelle de Soins Ambulatoires (SISA) Objet. La SISA s adresse aux professionnels médicaux, auxiliaires médicaux et pharmaciens, dans le cadre d une maison de santé (organisée dans un lieu unique ou dans des cabinets séparés) et, principalement mais pas seulement, à ceux qui souhaitent bénéficier des nouveaux modes de rémunération (NMR) pour la mise en oeuvre d activités en commun : coordination, éducation thérapeutique, coopération entre professionnels (Art. L du Code de la santé publique). Avantages. Les NMR ne peuvent être versés qu à une structure et non aux professionnels individuellement. Seule la SISA doit pouvoir facturer les activités de coordination, éducation thérapeutique et coopération entre professionnels, sans être assujettie à l impôt sur les sociétés. La SISA est une solution qui permet donc la perception de subventions de l'assurance maladie, de l'état et des collectivités territoriales et la redistribution des revenus entre les professionnels. En dehors même des NMR, toute structure constituée de professionnels de santé qui souhaite exercer des activités en commun (coordination, éducation thérapeutique et coopération) peut se constituer en SISA. Les règles d entrée et de sortie des professionnels sont simplifiées et la SISA présente une souplesse dans sa composition. Union Régionale des Professionnels de Santé Médecins Libéraux de Picardie Vallée des Vignes 27 Avenue d Italie AMIENS - Tél. : Fax : Site internet :

6

LES DIFFERENTS MODES D ASSOCIATION

LES DIFFERENTS MODES D ASSOCIATION LES DIFFERENTS MODES D ASSOCIATION L EXERCICE REGROUPÉ RECOUPE DEUX RÉALITÉS : 1 - IL PEUT S AGIR D UN REGROUPEMENT DE MOYENS UNIQUEMENT Dans une conjoncture économique difficile, le partage d investissement

Plus en détail

Les aspects juridiques du fonctionnement d une SISA en 2015. Maître Jérémie PONTONNIER Avocat au Barreau de Paris

Les aspects juridiques du fonctionnement d une SISA en 2015. Maître Jérémie PONTONNIER Avocat au Barreau de Paris Les aspects juridiques du fonctionnement d une SISA en 2015 Maître Jérémie PONTONNIER Avocat au Barreau de Paris Rappel juridique : qu est ce qu une SISA? Finalité et objet de la structure La SISA permet

Plus en détail

Maison de santé / Pôle de santé Enjeux juridiques

Maison de santé / Pôle de santé Enjeux juridiques Maison de santé / Pôle de santé Enjeux juridiques Séminaire d échange de pratiques à destination des médecins libéraux Samedi 26 Novembre 2011 Maître Caroline KAMKAR (Avocat au Barreau de Lille) Maisons

Plus en détail

SISA MODE D EMPLOI. Laurent LABATTUT Avocat Associé Spécialiste Droit Fiscal et Douanier Droit des Sociétés. Damien SIMON

SISA MODE D EMPLOI. Laurent LABATTUT Avocat Associé Spécialiste Droit Fiscal et Douanier Droit des Sociétés. Damien SIMON Journée de la FAMPOS Samedi 7 février 2015 SISA MODE D EMPLOI Laurent LABATTUT Avocat Associé Spécialiste Droit Fiscal et Douanier Droit des Sociétés Damien SIMON Avocat Associé Docteur en droit public

Plus en détail

LES FORMES JURIDIQUES DE L ENTREPRISE

LES FORMES JURIDIQUES DE L ENTREPRISE LES FORMES JURIDIQUES DE L ENTREPRISE www.apce.com Quel est le nombre d'associés requis? Elle se compose uniquement de l'entrepreneur individuel (Celui-ci peut, bien évidemment, embaucher des salariés).

Plus en détail

L'Actualité légale des entreprises en Espagne

L'Actualité légale des entreprises en Espagne L'Actualité légale des entreprises en Espagne Num. Spécial LOI DES BUDGETS GÉNÉRAUX DE L ÉTAT POUR 2014. Prorrogation du taux réduit d I.S. (Impôt des Sociétés) pour les micro-entreprise créant ou maintenant

Plus en détail

Transmettre son patrimoine/ De la création à la disparition de la SCI

Transmettre son patrimoine/ De la création à la disparition de la SCI Conférence PNI Mars 2014 Transmettre son patrimoine/ De la création à la disparition de la SCI De nombreuses personnes s interrogent sur la manière de transmettre leur patrimoine. La société civile immobilière

Plus en détail

I - Loi de finances 2015. II - Régime des Auto-entrepreneurs

I - Loi de finances 2015. II - Régime des Auto-entrepreneurs I - Loi de finances 2015 2 de Loi de finances rectificative pour 2014 II - Régime des Auto-entrepreneurs Janvier 2015 Mode d emploi du Powerpoint Courrier d invitation à destination de vos clients Loi

Plus en détail

Création de SCP. Caractéristiques de la SCP. Les associés de la SCP. Capital et apports. Règles de constitution

Création de SCP. Caractéristiques de la SCP. Les associés de la SCP. Capital et apports. Règles de constitution 1 Création de SCP Caractéristiques de la SCP But des sociétés civiles... 4000 Professions réglementées... 4001 Hiérarchie des textes... 4001 Intérêt de la SCP... 4003 Régimes fiscal et social... 4003 SCP

Plus en détail

Les grandes décisions financières du Gastroentérologue

Les grandes décisions financières du Gastroentérologue Les grandes décisions financières du Gastroentérologue Symposium SYNMAD - Palais des Congrès de Paris vendredi 26 mars 2010 Le choix du mode d exercice - Faut il choisir la SEL? La transmission du cabinet

Plus en détail

SCI Société Civile Immobilière

SCI Société Civile Immobilière SCI Société Civile Immobilière Pascal Dénos, 2011 ISBN : 978-2-212-54881-5 La location de l immeuble social par la SCI Mise à disposition gratuite de l immeuble social aux associés La SCI peut mettre gratuitement

Plus en détail

T as coupé ton portable toi? OUI, la dernière fois ça m a réveillé pendant l intervention!!!

T as coupé ton portable toi? OUI, la dernière fois ça m a réveillé pendant l intervention!!! T as coupé ton portable toi? OUI, la dernière fois ça m a réveillé pendant l intervention!!! De la fin d études ou De l entrée dans la vie professionnelle Ecole Des Avocats Vendredi 9 septembre 2011 Patrick

Plus en détail

NOTE DE SERVICE ------000------

NOTE DE SERVICE ------000------ MINISTERE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES -------- DIRECTION GENERALE DES IMPOTS -------- Le Directeur général -------- REPUBLIQUE DE COTE D IVOIRE Union Discipline Travail ---------- Abidjan, le 05 janvier

Plus en détail

Fiche Pratique - Édition MyAvocat 2016 LA FISCALITÉ DES SOCIÉTÉS DE PERSONNES : SNC, SCI À L'IR, SCM, SCP

Fiche Pratique - Édition MyAvocat 2016 LA FISCALITÉ DES SOCIÉTÉS DE PERSONNES : SNC, SCI À L'IR, SCM, SCP LA FISCALITÉ DES SOCIÉTÉS DE PERSONNES : SNC, SCI À L'IR, SCM, SCP Le régime fiscal des sociétés de personnes Introduction L'imposition des bénéfices des sociétés peut être faite de deux manières : soit

Plus en détail

VOUS ÊTES DIRIGEANT D ENTREPRISE

VOUS ÊTES DIRIGEANT D ENTREPRISE VOUS ÊTES DIRIGEANT D ENTREPRISE Quelles sont vos responsabilités? Quels sont vos risques patrimoniaux? SOMMAIRE I VOUS ÊTES UN DIRIGEANT DE SOCIÉTÉ COMMERCIALE PAGE 3 I.1- Responsabilité Civile I.2- Responsabilité

Plus en détail

De quelle façon exercer l activité

De quelle façon exercer l activité Page 1 De quelle façon exercer l activité commerciale? Certains aspects juridiques et fiscaux Février 2011 1 Les premiers pas, le premier choix Vous avez une idée, un projet d entreprise. Quel cadre juridique

Plus en détail

SOCIETE EN PARTICIPATION

SOCIETE EN PARTICIPATION SOCIETE EN PARTICIPATION PRINCIPE : LA LIBERTE CONTRACTUELLE La société en participation est celle que les associés ont convenu de ne pas immatriculer. Aux termes de l article 1871 du Code civil, il est

Plus en détail

Fiche pratique : La fiscalité des associations. 1 Approche globale

Fiche pratique : La fiscalité des associations. 1 Approche globale Fiche pratique : La fiscalité des associations A retenir : l association loi 1901 est par nature non lucrative. Cependant, dans la mesure où beaucoup d associations développent des activités économiques,

Plus en détail

EPARGNER POUR SA RETRAITE - SE CONSTITUER DES REVENUS RÉGULIERS

EPARGNER POUR SA RETRAITE - SE CONSTITUER DES REVENUS RÉGULIERS EPARGNER POUR SA RETRAITE - SE CONSTITUER DES REVENUS RÉGULIERS Certains produits d épargne retraite vous permettent de percevoir une rente viagère. Un certain nombre d entre-eux bénéficient d incitations

Plus en détail

SCPI Renovalys 4 SCPI Déficit Foncier à capital fixe Bulletin trimestriel d information n 4 Décembre 2013

SCPI Renovalys 4 SCPI Déficit Foncier à capital fixe Bulletin trimestriel d information n 4 Décembre 2013 SCPI Déficit Foncier à capital fixe Bulletin trimestriel d information n 4 Décembre 2013 Editorial Toute l équipe d Avenir Finance Investment Managers adresse ses meilleurs vœux aux associés de la SCPI

Plus en détail

STATUTS DE L ASSOCIATION GROUPEMENT D EMPLOYEURS SPORT ANIMATION LOISIRS TOURISME DORDOGNE

STATUTS DE L ASSOCIATION GROUPEMENT D EMPLOYEURS SPORT ANIMATION LOISIRS TOURISME DORDOGNE STATUTS DE L ASSOCIATION GROUPEMENT D EMPLOYEURS SPORT ANIMATION LOISIRS TOURISME DORDOGNE ARTICLE 1 : CONSTITUTION DENOMINATION Entre les adhérents aux présents statuts il est créé une association dénommée

Plus en détail

Questionnaire à remplir par l'organisme qui demande à connaître son régime fiscal au regard des impôts commerciaux

Questionnaire à remplir par l'organisme qui demande à connaître son régime fiscal au regard des impôts commerciaux Questionnaire fiscal Questionnaire à remplir par l'organisme qui demande à connaître son régime fiscal au regard des impôts commerciaux (Nos commentaires sont en italiques) I - RENSEIGNEMENTS GÉNÉRAUX

Plus en détail

LE RÉGIME DE LA MICRO-ENTREPRISE : COMMENT ÇA MARCHE?

LE RÉGIME DE LA MICRO-ENTREPRISE : COMMENT ÇA MARCHE? LE RÉGIME DE LA MICRO-ENTREPRISE : COMMENT ÇA MARCHE? CE QUE VOUS DEVEZ SAVOIR En pratique, le régime de la micro-entreprise est un régime fiscal simplifié pouvant s appliquer à tous les exploitants individuels,

Plus en détail

La société interprofessionnelle de soins ambulatoires 12 /2012. Jean VILANOVA Juriste jean.vilanova@ca-predica.fr

La société interprofessionnelle de soins ambulatoires 12 /2012. Jean VILANOVA Juriste jean.vilanova@ca-predica.fr La société interprofessionnelle de soins ambulatoires 12 /2012 Jean VILANOVA Juriste jean.vilanova@ca-predica.fr Le décret n 2012-407 du 23 /03 /2012 (JO du 25 /03) relatif aux sociétés interprofessionnelles

Plus en détail

Associations Dossiers pratiques

Associations Dossiers pratiques Associations Dossiers pratiques Le régime fiscal des associations (Dossier réalisé par Michèle Lorillon, In Extenso) Le principe de base est l exonération des impôts commerciaux pour les associations.

Plus en détail

Les affaires et le droit par M e Micheline Montreuil. Publications CCH ltée. Corrigé du chapitre 14 - La société dans le Code civil

Les affaires et le droit par M e Micheline Montreuil. Publications CCH ltée. Corrigé du chapitre 14 - La société dans le Code civil Les affaires et le droit par M e Micheline Montreuil Publications CCH ltée Corrigé du chapitre 14 - La société dans le Code civil Réponses aux questions 14.1 Les trois grandes catégories de sociétés sont

Plus en détail

Transmission d entreprise

Transmission d entreprise Formation métier Transmission d entreprise FVI Patrimoine & Entreprise Tour Polygone 265 avenue des Etats du Languedoc 34000 Montpellier www.fvi.fr Objectif : Vous saurez mettre en œuvre différentes stratégies

Plus en détail

Plan d urgence Officine

Plan d urgence Officine Plan d urgence Officine Maintien de l accès au médicament sur l ensemble du territoire Les officines ont été sévèrement impactées par les baisses de prix sur le médicament. L analyse des comptes des officines

Plus en détail

CABINET COMPTABLE N...

CABINET COMPTABLE N... OG 2015 à nous retourner avec la liasse fiscale, la balance, les bordereaux CA3 ou CA12, et le rapprochement de TVA ADHERENT N. CABINET COMPTABLE N.... Les O.G.A. ont la nécessité de collecter un certain

Plus en détail

LA LOCATION-GERANCE : UN BON INSTRUMENT DE TRANSMISSION

LA LOCATION-GERANCE : UN BON INSTRUMENT DE TRANSMISSION FICHE PRATIQUE : LA LOCATION-GERANCE : UN BON INSTRUMENT DE TRANSMISSION La location-gérance (appelée également «gérance libre») est un contrat par lequel le propriétaire d un fonds de commerce (ou artisanal)

Plus en détail

MODELE DE CONTRAT DE TRAVAIL DE MASSEUR-KINESITHERAPEUTE EN MILIEU SPORTIF

MODELE DE CONTRAT DE TRAVAIL DE MASSEUR-KINESITHERAPEUTE EN MILIEU SPORTIF MODELE DE CONTRAT DE TRAVAIL DE MASSEUR-KINESITHERAPEUTE EN MILIEU SPORTIF CONTRAT DE TRAVAIL A DUREE INDETERMINEE ENTRE: La structure sportive, par exemple: La Fédération sportive du Société: Dénomination

Plus en détail

La Scop est l'acronyme de société coopérative de production ou société coopérative et participative.

La Scop est l'acronyme de société coopérative de production ou société coopérative et participative. www.entreprendre-en-franche-comte.fr / SCOP Source : Agence France Entrepreneur Date de mise à jour: 08 mars 2016 Une Scop est une société coopérative de type SARL, SAS ou SA, dont les associés majoritaires

Plus en détail

DOCUMENT POUR REMPLIR LA DÉCLARATION DES REVENUS DE 2013

DOCUMENT POUR REMPLIR LA DÉCLARATION DES REVENUS DE 2013 2041 GQ N 50793 # 14 DOCUMENT POUR REMPLIR LA DÉCLARATION DES REVENUS DE 2013 Ce document n'a qu'une valeur indicative. Il ne se substitue pas à la documentation officielle de l'administration. BÉNÉFICES

Plus en détail

INFIRMIER LIBÉRAL SOMMAIRE

INFIRMIER LIBÉRAL SOMMAIRE INFIRMIER LIBÉRAL SOMMAIRE LE MARCHÉ DE L'INFIRMIER LIBÉRAL... 2 LA RÉGLEMENTATION DE L'INFIRMIER LIBÉRAL... 5 L'ACTIVITÉ DE L'INFIRMIER LIBÉRAL... 7 LES POINTS DE VIGILANCE DE L'INFIRMIER LIBÉRAL... 10

Plus en détail

Dossier investisseur. Pièces à renvoyer

Dossier investisseur. Pièces à renvoyer Dossier investisseur Vous trouverez dans ce dossier l ensemble des documents à compléter, ainsi que les pièces à fournir afin de constituer votre dossier investisseur. Merci de nous le retourner à l adresse

Plus en détail

24ème Congrès de l AMA Durabilité et croissance

24ème Congrès de l AMA Durabilité et croissance 24ème Congrès de l AMA Durabilité et croissance La gestion de patrimoine du chef d entreprise. Les options d investissements dans chaque pays. Les informations essentielles à connaitre Le 23 Octobre 2015

Plus en détail

Chapitre 1 : Le choix d une STRUCTURE JURIDIQUE

Chapitre 1 : Le choix d une STRUCTURE JURIDIQUE Thème 2 : Les structures et les organisations DROIT Chapitre 1 : Le choix d une STRUCTURE JURIDIQUE Compétences : - Identifier les motivations du ou des créateur (s) - Justifier le choix d une structure

Plus en détail

Fiche Pratique - Édition MyAvocat 2016 ENTREPRENDRE EN NOM PROPRE OU EN SOCIÉTÉ? CARACTÉRISTIQUES JURIDIQUES, SOCIALES ET FISCALES DU CHOIX

Fiche Pratique - Édition MyAvocat 2016 ENTREPRENDRE EN NOM PROPRE OU EN SOCIÉTÉ? CARACTÉRISTIQUES JURIDIQUES, SOCIALES ET FISCALES DU CHOIX ENTREPRENDRE EN NOM PROPRE OU EN SOCIÉTÉ? CARACTÉRISTIQUES JURIDIQUES, SOCIALES ET FISCALES DU CHOIX Entreprise individuelle ou société? Introduction Vous souhaitez créer votre entreprise ou développer

Plus en détail

A 8 LA SOCIETE EN PARTICIPATION ENTRE ARTISANS. Juillet 2014

A 8 LA SOCIETE EN PARTICIPATION ENTRE ARTISANS. Juillet 2014 A 8 LA SOCIETE EN PARTICIPATION ENTRE ARTISANS Juillet 2014 Pour toute précision concernant le contenu de ce document, vous pouvez contacter le service juridique à l adresse suivante : cma.juridique@cm-alsace.fr

Plus en détail

MODE D'EMPLOI DES TABLEAUX 3.1 ET 3.2. - Tableau d'analyse du compte de résultat fiscal - - Sociétés soumises à l I.S. -

MODE D'EMPLOI DES TABLEAUX 3.1 ET 3.2. - Tableau d'analyse du compte de résultat fiscal - - Sociétés soumises à l I.S. - MODE D'EMPLOI DES TABLEAUX 3.1 ET 3.2 - Tableau d'analyse du compte de résultat fiscal - - Sociétés soumises à l I.S. - Ce document reprend les éléments figurant sur les déclarations fiscales de résultats

Plus en détail

L INSTALLATION DU MEDECIN LIBERAL PARIS 8 JUIN 2007

L INSTALLATION DU MEDECIN LIBERAL PARIS 8 JUIN 2007 L INSTALLATION DU MEDECIN LIBERAL PARIS 8 JUIN 2007 L INSTALLATION DU PROFESSIONNEL LIBERAL Dépenses de base Dépenses accessoires Problèmes dominants Création de cabinet Matériel Aménagements Véhicule

Plus en détail

La transmission de l entreprise familiale

La transmission de l entreprise familiale La transmission de l entreprise familiale Mai 2011 «Il a pourtant eu le loisir de m observer à la tête de mon affaire, absent à la maison, stressé, inquiet, totalement impliqué et parfois même défaitiste

Plus en détail

Matinale Economie sociale et solidaire

Matinale Economie sociale et solidaire Matinale Economie sociale et solidaire Le 21 octobre 2014 Patrick Chavalle 06-19-65-28-81 1 Les fonds de dotation 2 Les fonds de dotation 1 847 fonds de dotation au 31 août 2014 45 % en Ile de France Action

Plus en détail

Règles de déontologie et recommandations pour la constitution d une société professionnelle de médecins (S.P.R.L. et S.P.R.L.U.)

Règles de déontologie et recommandations pour la constitution d une société professionnelle de médecins (S.P.R.L. et S.P.R.L.U.) Mis à jour le 10 août 2009 Règles de déontologie et recommandations pour la constitution d une société professionnelle de médecins (S.P.R.L. et S.P.R.L.U.) Introduction : Les règles de déontologie relatives

Plus en détail

SCPI Robien. Multihabitation 2. Pour optimiser sa fiscalité, tout est affaire d opportunité.

SCPI Robien. Multihabitation 2. Pour optimiser sa fiscalité, tout est affaire d opportunité. SCPI Robien Multihabitation 2 Pour optimiser sa fiscalité, tout est affaire d opportunité. Multihabitation 2 : investir et défiscaliser autrement Multihabitation 2 est un investissement immobilier collectif

Plus en détail

L immobilier en centre ville

L immobilier en centre ville La note d information relative à la seconde offre au public a reçu le visa de l AMF n 12-12 en date du 01/06/2012 ; elle peut être obtenue gratuitement auprès de la Société de Gestion par demande adressée

Plus en détail

L ENTREPRISE INDIVIDUELLE :

L ENTREPRISE INDIVIDUELLE : Création d entreprise Pascal Dénos L ENTREPRISE INDIVIDUELLE : EI, EIRL, AUTO-ENTREPRISE, EURL, SASU Guide Pratique L ENTREPRISE INDIVIDUELLE Création d entreprise Pour se mettre à son compte en toute

Plus en détail

Questionnaire de connaissance du client

Questionnaire de connaissance du client Questionnaire de connaissance du client Madame, Monsieur, Avant de réaliser l investissement qui vous a été présenté par votre partenaire financier, il est important d évaluer votre niveau de connaissance

Plus en détail

1. Modèle de délégation de pouvoirs intra-groupe et organigramme de délégation de pouvoirs

1. Modèle de délégation de pouvoirs intra-groupe et organigramme de délégation de pouvoirs 1. Modèle de délégation de pouvoirs intra-groupe et organigramme de délégation de pouvoirs N.B. : Le présent modèle de délégation de pouvoirs intra-groupe ne constitue qu'un exemple théorique et abstrait

Plus en détail

PARAMEDICAUX. Modalités d'exercice

PARAMEDICAUX. Modalités d'exercice Code APE 851 G PARAMEDICAUX Les paramédicaux sont des auxiliaires médicaux qui se consacrent aux soins, au traitement des malades, sans appartenir au corps médical. Cette profession comprend principalement

Plus en détail

SPECIFICITES JURIDIQUES, COMPTABLES

SPECIFICITES JURIDIQUES, COMPTABLES SUCCURSALE SPECIFICITES JURIDIQUES, COMPTABLES et FISCALES CONFERENCE du 13 DECEMBRE 2006 Béatrice COQUEREAU Patrick DONSIMONI Commission Internationale Conférence 13/12/2006 - SUCCURSALE 1 INTRODUCTION

Plus en détail

1. Objet de l option. Cette option vise à inciter les masseurs-kinésithérapeutes libéraux à :

1. Objet de l option. Cette option vise à inciter les masseurs-kinésithérapeutes libéraux à : CONTRAT INCITATIF MASSEUR-KINÉSITHÉRAPEUTE : OPTION CONVENTIONNELLE DESTINÉE À FAVORISER L INSTALLATION ET LE MAINTIEN DES MASSEURS- KINÉSITHÉRAPEUTES LIBÉRAUX CONVENTIONNÉS EN ZONES «TRÈS SOUS-DOTÉES»

Plus en détail

EXAMENS DE CERTIFICATION. Unité de valeur 3. Investissement immobilier. Durée : 2 heures. Documents à disposition : Néant

EXAMENS DE CERTIFICATION. Unité de valeur 3. Investissement immobilier. Durée : 2 heures. Documents à disposition : Néant Association Française des Conseils en Gestion de Patrimoine Certifiés CGPC Affiliée au Certified Financial Planner Board of Standards et à l'international Certified Financial Planners Council Association

Plus en détail

Evolution juridique d une association

Evolution juridique d une association Evolution juridique d une association Confrontées à un environnement en perpétuelle évolution, mais aussi à des impératifs économiques qu elles ne peuvent ignorer, de nombreuses associations sont amenées

Plus en détail

ENTREPRENDRE EN FAMILLE

ENTREPRENDRE EN FAMILLE ENTREPRENDRE EN FAMILLE Lorsqu une personne décide de créer ou de reprendre une entreprise, le futur chef d entreprise est confronté au financement de son projet, mais aussi, à la protection de ses biens

Plus en détail

LE STATUT DU COLLABORATEUR LIBERAL LOIT DU 2 AOUT 2005 ART. 18

LE STATUT DU COLLABORATEUR LIBERAL LOIT DU 2 AOUT 2005 ART. 18 1 LE STATUT DU COLLABORATEUR LIBERAL LOIT DU 2 AOUT 2005 ART. 18 La loi du 2 août 2005, art. 18, a crée un nouveau mode d exercice des professions libérales : celui de collaborateur libéral. Deux professions

Plus en détail

Loi n 43-95 promulguée par dahir n 1-96-106 du 21 rabii I 1417 (7 août 1996), portant réorganisation de la Caisse Marocaine des Retraites 1.

Loi n 43-95 promulguée par dahir n 1-96-106 du 21 rabii I 1417 (7 août 1996), portant réorganisation de la Caisse Marocaine des Retraites 1. Loi n 43-95 promulguée par dahir n 1-96-106 du 21 rabii I 1417 (7 août 1996), portant réorganisation de la Caisse Marocaine des Retraites 1. Titre premier Dénomination et objet Article premier La Caisse

Plus en détail

Professionnel de santé ou étudiant... Je m installe en Auvergne

Professionnel de santé ou étudiant... Je m installe en Auvergne Professionnel de santé ou étudiant...... Je m installe en Auvergne Mesures incitatives à l installation en : zone déficitaire zone de revitalisation rurale et zone franche urbaine Mise à jour novembre

Plus en détail

ARTICLE 2186 *** Mise en situation 1

ARTICLE 2186 *** Mise en situation 1 Table des matières Avant-propos... 1 Comment utiliser ce livre... 3 Abréviations... 5 Code civil du Québec... 7 Sociétés... 7 Sociétés par actions... 39 Code civil du Québec... 39 Loi canadienne sur les

Plus en détail

GERANT DE SOCIETE : UNE RESPONSABILITE CIVILE ET PENALE.

GERANT DE SOCIETE : UNE RESPONSABILITE CIVILE ET PENALE. GERANT DE SOCIETE : UNE RESPONSABILITE CIVILE ET PENALE. Article juridique publié le 22/11/2013, vu 2393 fois, Auteur : Maître HADDAD Sabine Il faut entendre par gérant de fait la personne qui se comporterait

Plus en détail

Cessation d activité. Cessation d activité : les procédures à suivre

Cessation d activité. Cessation d activité : les procédures à suivre Cessation d activité Cessation d activité : les procédures à suivre Adie Conseil Cessation d activité Introduction Cette fiche récapitule les formalités de cessation pour les cas les plus fréquemment rencontrés

Plus en détail

Éditions d Organisation Groupe Eyrolles 61, bd Saint-Germain 75240 Paris cedex 05. www.editions-organisation.com www.editions-eyrolles.

Éditions d Organisation Groupe Eyrolles 61, bd Saint-Germain 75240 Paris cedex 05. www.editions-organisation.com www.editions-eyrolles. Éditions d Organisation Groupe Eyrolles 61, bd Saint-Germain 75240 Paris cedex 05 www.editions-organisation.com www.editions-eyrolles.com Le Code de la propriété intellectuelle du 1 er juillet 1992 interdit

Plus en détail

Gemmeo Commerce SCPI À CAPITAL VARIABLE. L immobilier de commerce français en portefeuille.

Gemmeo Commerce SCPI À CAPITAL VARIABLE. L immobilier de commerce français en portefeuille. Gemmeo Commerce SCPI À CAPITAL VARIABLE L immobilier de commerce français en portefeuille. AVERTISSEMENT Facteurs de risques Avant d investir dans une société civile de placement immobilier (ci-après,

Plus en détail

en10 points L entrepreneur individuel à responsabilité limitée

en10 points L entrepreneur individuel à responsabilité limitée L entrepreneur individuel à responsabilité limitée en10 points Frédéric LEFEBVRE, Secrétaire d État chargé du Commerce, de l Artisanat, des Petites et Moyennes Entreprises, du Tourisme, des Services, des

Plus en détail

ETOILE PARTENAIRES Code valeur : FR0010502096

ETOILE PARTENAIRES Code valeur : FR0010502096 ETOILE PARTENAIRES Code valeur : FR0010502096 Le 31/10/2014 Madame, Monsieur, Vous avez investi dans «Etoile Partenaires» (FR0010502096) qui est l un des compartiments du Fonds Commun de Placement (FCP)

Plus en détail

Le dispositif Censi-Bouvard

Le dispositif Censi-Bouvard Le dispositif Censi-Bouvard Vous pouvez bénéficier d une réduction d impôts sur le revenu en fonction des investissements réalisés en qualité de Loueur Meublé Non Professionnel (LMNP). Le dispositif CENSI-BOUVARD

Plus en détail

Initiation à la comptabilité simplifiée

Initiation à la comptabilité simplifiée Lot 2 : Fiscalité et comptabilité Initiation à la comptabilité simplifiée Ville de Paris Carrefour des Associations Parisiennes PROJETS-19 projets19@projets19.org Organisation matérielle : 3 heures avec

Plus en détail

Sommaire. La fiscalité des associations. Les déclarations de résultat. Le sponsoring et le mécénat

Sommaire. La fiscalité des associations. Les déclarations de résultat. Le sponsoring et le mécénat Document établi le 12/07/2011 Sommaire La fiscalité des associations Les déclarations de résultat Le sponsoring et le mécénat L obligation de nomination du commissaire aux comptes La rémunération de salariés

Plus en détail

Plan de la Table Ronde

Plan de la Table Ronde Intervenants Michel Duquaire Avocat et Président de l Arapl Rhône Alpes Véronique Durand - Urssaf Evelyne Philippe - RAM Didier Le Bras Allianz Laurence Vieux Rochas HSBC Jean Patrick Bedoucha BNP Laurence

Plus en détail

1.1.1. Création d une société nouvelle

1.1.1. Création d une société nouvelle L EURL La loi n 2005-882 du 2 août 2005 en faveur des petites et moyennes entreprises (dite Loi PME) a simplifié les règles de constitution et de fonctionnement de l'eurl. 1. Constitution de l EURL 1.1.

Plus en détail

Investissement immobilier : modalités juridiques

Investissement immobilier : modalités juridiques JUILLET 2013 FICHE PRATIQUE Investissement immobilier : modalités juridiques 1. Préambule 2. Le propriétaire assume seul l investissement 3. Participation du locataire aux charges découlant de l investissement

Plus en détail

Prenez le temps d anticiper

Prenez le temps d anticiper Prenez le temps d anticiper L IFC : UNE OBLIGATION LÉGALE Selon l article 122-14-13 du code du travail, lors du départ à la retraite d un de vos salariés, vous devez lui verser une indemnité exclusivement

Plus en détail

Les aides pour les sociétés civiles immobilières

Les aides pour les sociétés civiles immobilières Comprendre TRAVAUX DE RÉNOVATION ÉNERGÉTIQUE Les aides pour les sociétés civiles immobilières Des conditions d attribution spécifiques Des aides financières existent pour soutenir les particuliers qui

Plus en détail

La politique de valorisation du CNRS

La politique de valorisation du CNRS LIMSI 22 mars La politique de valorisation du CNRS Franck Charron La valorisation : mission du CNRS Décret n 82-993 du 24 novembre 1982 modifié portant organisation et fonctionnement du CNRS (Article 2)

Plus en détail

Une SCPI, c est quoi? Les SCPI. OCTOBRE 2004 S informer sur...

Une SCPI, c est quoi? Les SCPI. OCTOBRE 2004 S informer sur... OCTOBRE 2004 S informer sur... Une SCPI, c est quoi? Les SCPI Une Société Civile de Placement Immobilier (SCPI) a pour objet exclusif l acquisition et la gestion d un patrimoine immobilier locatif. Les

Plus en détail

Même s il confie sa comptabilité à un cabinet d expertise comptable, un bon entrepreneur connaît parfaitement et maîtrise son activité.

Même s il confie sa comptabilité à un cabinet d expertise comptable, un bon entrepreneur connaît parfaitement et maîtrise son activité. Gérer son entreprise Gérer une entreprise et la faire prospérer ne s improvisent pas. Cela nécessite au contraire des connaissances spécifiques, de la réactivité et une grande rigueur. Si votre métier

Plus en détail

LE REGIME FISCAL DES ORGANISMES A BUT NON LUCRATIF

LE REGIME FISCAL DES ORGANISMES A BUT NON LUCRATIF 1/6 NOTE JURIDIQUE LE REGIME FISCAL DES ORGANISMES A BUT NON LUCRATIF 1. Les enjeux. En principe, les associations relevant de la loi du 1er juillet 1901, et plus généralement les organismes à but non

Plus en détail

COMPARATIF Belgique France SUR LE REGIME SIMPLIFIE DES ENTREPRENEURS.

COMPARATIF Belgique France SUR LE REGIME SIMPLIFIE DES ENTREPRENEURS. COMPARATIF Belgique France SUR LE REGIME SIMPLIFIE DES ENTREPRENEURS. BELGIQUE PROPOSITION DE LOI n 1618 du 19 JANVIER 2016 : Proposition de loi-cadre visant à créer un statut simplifié pour les indépendants.

Plus en détail

Modifications proposées aux normes comptables pour les organismes sans but lucratif des secteurs privé et public

Modifications proposées aux normes comptables pour les organismes sans but lucratif des secteurs privé et public Modifications proposées aux normes comptables pour les organismes sans but lucratif des secteurs privé et public Août 2013 En bref Introduction En avril 2013, le Conseil des normes comptables («CNC») et

Plus en détail

CHALLENGE FIDAL-PARIS XI. Concours juridique et fiscal 2011. Présentation du cas «SARL Log-Tel»

CHALLENGE FIDAL-PARIS XI. Concours juridique et fiscal 2011. Présentation du cas «SARL Log-Tel» CHALLENGE FIDAL-PARIS XI Concours juridique et fiscal 2011 Présentation du cas «SARL Log-Tel» 1 Lettre reçue de votre client, Monsieur MARTIN Voici la lettre que vous venez de recevoir de Monsieur MARTIN

Plus en détail

BREVET DE TECHNICIEN. 1816Le B.O. SUPÉRIEUR - MODIFICATION

BREVET DE TECHNICIEN. 1816Le B.O. SUPÉRIEUR - MODIFICATION 1816Le B.O. BREVET DE TECHNICIEN a) Techniques commerciales appliquées aux affaires immobilières 1 - La connaissance des besoins et du marché dans le domaine de l immobilier 1.1 La connaissance du marché

Plus en détail

NOTE DE SERVICE ------000------

NOTE DE SERVICE ------000------ MINISTERE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES -------- DIRECTION GENERALE DES IMPOTS -------- Le Directeur général -------- REPUBLIQUE DE COTE D IVOIRE Union Discipline Travail ---------- Abidjan, le 05 janvier

Plus en détail

L examen des contrats - L étendue de la mission du conseil départemental

L examen des contrats - L étendue de la mission du conseil départemental Pascale Mathieu Secrétaire générale Jean-François Dumas Délégué du président aux affaires juridiques Mathilde Guest Conseillère juridique Ns. Ref. : DJA/PM/MG/ n 1/ 2012.09.06 L examen des contrats - L

Plus en détail

I. CHAMP D'APPLICATION. A. Quant à la nature de l entreprise

I. CHAMP D'APPLICATION. A. Quant à la nature de l entreprise MICRO ENTREPRISE 06/01/2011 La micro-entreprise n'est pas une structure juridique en soi mais un simple régime fiscal applicable, dans certaines conditions, aux entreprises individuelles. Les bénéfices

Plus en détail

IDENTIFICATION ET BUDGET PREVISIONNEL DE L'ORGANISME

IDENTIFICATION ET BUDGET PREVISIONNEL DE L'ORGANISME DOSSIER DE DEMANDE DE SUBVENTION Date d'arrivée :... 1 FICHE A REMPLIR OBLIGATOIREMENT IDENTIFICATION ET BUDGET PREVISIONNEL DE L'ORGANISME I. IDENTIFICATION Nom statutaire (nom sous lequel l organisme

Plus en détail

ENTREPRENEUR L ENTREPRENEUR

ENTREPRENEUR L ENTREPRENEUR ENTREPRENEUR L ENTREPRENEUR www.notaires.paris-idf.fr L ENTREPRENEUR Le notaire a toujours été le conseil privilégié de l entrepreneur. Il apporte une aide à tous les stades de la vie de l entreprise :

Plus en détail

Le Conseil d Etat (Section de l intérieur), saisi par le ministre de la culture et de la communication des questions suivantes :

Le Conseil d Etat (Section de l intérieur), saisi par le ministre de la culture et de la communication des questions suivantes : Section de l intérieur Avis n 370.169 18 mai 2004 Domaine public de l Etat Consistance et délimitation Cas de la mise à disposition de la Cinémathèque française de locaux acquis par l Etat - Affectation

Plus en détail

GUIDE PRATIQUE DE LA SARL

GUIDE PRATIQUE DE LA SARL PASCAL DÉNOS Diplômé d expertise-comptable et Commissaire aux Comptes DESS en Banques et Finances GUIDE PRATIQUE DE LA SARL ET DE L EURL Création et gestion de la SARL, de l EURL, de la SELARL, de la SELU

Plus en détail

Lettre d'information - Juin 2008 ENTREPRISES 1. FRANCE - Contentieux fiscal - Représentation de personne morale

Lettre d'information - Juin 2008 ENTREPRISES 1. FRANCE - Contentieux fiscal - Représentation de personne morale Lettre d'information - Juin 2008 ENTREPRISES 1. FRANCE - Contentieux fiscal - Représentation de personne morale 2. FRANCE - Contentieux - Association sans but lucratif 3. UNION EUROPEENNE - Liberté d établissement

Plus en détail

CONTRAT DE COPRODUCTION

CONTRAT DE COPRODUCTION CONTRAT DE COPRODUCTION ENTRE LES SOUSSIGNEES : 1. Dénomination sociale de l'entreprise : dont le siège social est situé à immatriculée au Registre du Commerce et des Sociétés de sous le n N TVA intracommunautaire

Plus en détail

MODELE DE STATUTS D UN ETABLISSEMENT PUBLIC DE COOPERATION CULTURELLE GERANT UNE ACTIVITE PATRIMONIALE. TITRE Ier - DISPOSITIONS GENERALES

MODELE DE STATUTS D UN ETABLISSEMENT PUBLIC DE COOPERATION CULTURELLE GERANT UNE ACTIVITE PATRIMONIALE. TITRE Ier - DISPOSITIONS GENERALES MODELE DE STATUTS D UN ETABLISSEMENT PUBLIC DE COOPERATION CULTURELLE GERANT UNE ACTIVITE PATRIMONIALE TITRE Ier - DISPOSITIONS GENERALES Article 1 er - Création Il est créé entre : - la (les) collectivité(s)

Plus en détail

http://www.apce.com/pid1627/comparaison-rapide.html?espace=1

http://www.apce.com/pid1627/comparaison-rapide.html?espace=1 Page 1 of 9 Comparaison rapide EIRL : entrepreneur individuel à responsabilité limitée : entreprise unipersonnelle à responsabilité limitée ( unipersonnelle) : société à responsabilité limitée SA : société

Plus en détail

LE STATUT FISCAL DE L ORDRE. Rapport de Monsieur le Bâtonnier Thierry FARIGOULE, Bâtonnier de l Ordre des avocats de Cusset-Vichy

LE STATUT FISCAL DE L ORDRE. Rapport de Monsieur le Bâtonnier Thierry FARIGOULE, Bâtonnier de l Ordre des avocats de Cusset-Vichy LE STATUT FISCAL DE L ORDRE Rapport de Monsieur le Bâtonnier Thierry FARIGOULE, Bâtonnier de l Ordre des avocats de Cusset-Vichy Session de formation Tours Les 4, 5 et 6 juin 2015 I) FONCTIONS ET ACTIVITES

Plus en détail

Les délais de conservation des documents. d une entreprise

Les délais de conservation des documents. d une entreprise Vie de l entreprise Plus d informations sur les obligations d une entreprise sur www.apce.com Les délais de conservation des documents d une entreprise Ce document présente un récapitulatif des durées

Plus en détail

URPS. Les modes de collaboration des professions médicales et paramédicales. Caen, le 15 mai 2014

URPS. Les modes de collaboration des professions médicales et paramédicales. Caen, le 15 mai 2014 URPS Les modes de collaboration des professions médicales et paramédicales Caen, le 15 mai 2014 Animé par Jean-Yves DUPUY Expert comptable Associé SOMMAIRE 1. Quels sont les différents modes de collaboration

Plus en détail

PARA HÔTELLERIE & LMP/LMNP

PARA HÔTELLERIE & LMP/LMNP BIENVENUE AU DOMAINE DU GRAND TOURTRE UN SÉJOUR DE VACANCES INOUBLIABLE 18 place de l Hôtel de Ville 16 210 CHALAIS Tel: +33(0)5 45 98 31 56 Fax: +33(0)5 45 98 31 55 Email: france@shelbournedevelopment.com

Plus en détail

Cas pratique de synthèse FER

Cas pratique de synthèse FER Cas pratique de synthèse FER I. L impôt sur le revenu Mme. FER Lucie est chef d entreprise. Elle détient 90% d une SARL assujettie à l impôt sur les sociétés dont le siège est à MONTPELLIER. Mariée à Monsieur

Plus en détail

CONDITIONS GENERALES D UTILISATION PAR LES ORGANISATEURS, LES ACHETEURS ET LES AUTRES PERSONNES (AUTRES QU ORGANISATEURS)

CONDITIONS GENERALES D UTILISATION PAR LES ORGANISATEURS, LES ACHETEURS ET LES AUTRES PERSONNES (AUTRES QU ORGANISATEURS) CONDITIONS GENERALES D UTILISATION PAR LES ORGANISATEURS, LES ACHETEURS ET LES AUTRES PERSONNES (AUTRES QU ORGANISATEURS) INTRODUCTION Heaventys est une solution de billetterie en ligne, destinée à des

Plus en détail

Le besoin de trésorerie

Le besoin de trésorerie OCTOBRE 2015 ENTREPRENEURS N 3 lesclesdelabanque.com Le site pédagogique sur la banque et l argent FINANCEMENT LES MINI-GUIDES BANCAIRES & aveclespme.fr Le nouveau site pratique de la Fédération Bancaire

Plus en détail

GUIDE PRATIQUE DE LA SCI

GUIDE PRATIQUE DE LA SCI PASCAL DÉNOS Diplômé d expertise-comptable DESS en Banques et Finances GUIDE PRATIQUE DE LA SCI Bien gérer son patrimoine Huitième édition, 1998, 2001, 2004, 2008, 2010, 2012, 2013, 2014 ISBN : 978-2-212-55995-8

Plus en détail