DIPLOME SUPERIEUR DE GESTION DES ENTREPRISES

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "DIPLOME SUPERIEUR DE GESTION DES ENTREPRISES"

Transcription

1 CESAG Centre Africain d"etudes Supérieure:s en Geslion SODEFOR Société de Développement des Forêts MEMOIRE DIPLOME SUPERIEUR DE GESTION DES ENTREPRISES Spécialité: Analyse Evaluation et Gestion de Projet ELABORATION D'UN CADRE METHODOLOGIQUE D'IDENTIFICATION ET D'EVALUATION DES RISQUES LIES AUX PROJETS EN AFRIQUE : CAS DE LA SODEFOR (Abidjan, Côte d'ivoire) Soutenu publiquement le 29 mai 2002 à Dakar par :. 1 Kouamé Nestor KOUAME Trtutaire de. DEA d'ecdogie T rcpicaie DESS Environnement et Qualité c:ies Eaux Devant le iury composé de MM : Ahmadou TRAORE, Directeur de l'isgeo (Président) - Gilles MORISSON, Chef du projet Mastère Ba nque & Finance (Membre) t"""'... l.-i-. ~AVI:' lainid,4 r~ rjes Finances du Sénégal c M0231 DSGE02 2

2 SOMMAIRE Pages Liste des tableaux... III Liste des figures... IV Liste des sigles et abréviations... V Résumé... VI Petit lexique du Project Manager... VII Avant-propos... IX Remerciements... XI Introduction... 1 Chapitre 1 : Cadre général de l'étude Entreprise étudiée : Présentation de la SODEFOR... _ : Mission : Stratégie : Financement : Direction des Etudes et Projets (DEP) : Elaboration de projets : Gestion des projets cofinancés II - Cadre théorique et conceptuel : Définition des concepts : Définition et caractérisation du projet : Définition et caractérisation du risque : Distinction entre les notions d'aléa, d'incertitude et de risque : Le concept de risque d'un projet : Différents types de risques liés aux projets : Risques organisationnels et humains : Risques liés au management des projets Chapitre 2 : Cadre méthodologique Démarche de management des risques d' un projet : Identification et analyse des risques : Evaluation et hiérarchisation des risques : Maîtrise des risques : Suivi et contrôle des risques : Capitalisation et documentation des risques II- Méthodes de gestion des risques dans les projets : Méthodes théoriques : Méthodes descendantes : Méthodes ascendantes... 26

3 rr ; Méthodes basées sur les processus stoc!,astiques : Démarches de gestion des risques développées dans de grandes Entreprises..., III - Outils et méthodes de notre étude : Instruments de l'étude : Population à l'étude : Présentation du modèle d'étude : Variables à étudier : Variables indépendantes : Gravité (ou Sévérité) : Fréquence (ou occurrence) :Probabilité de non-détection (ou détectabilité) : Variable dépendante: criticité ou nombre de priorité du risque : Modèle retenu : Méthodologie et opérationnalisation du modèle : Technique de recueil de données : Processus de traitement des données Chapitre 3 : Résultats et discussion I- Résultats : Identification et analyse des risques : Evaluation et hiérarchisation des rifques idzntifiés : Evaluation des risques : Hiérarchisation des risques II- Discussion : Fréquence : Gravité : Détectabilité : Criticité ou nombre de priorité de risque Chapitre 4 : Synthèse et recommandations l - Synthèse II- Recommandations Conclusion..., Bibliographie Annexes....

4 III LISTE DES TABLEAUX Pages Tableau 1 : Situation des projets orbt achevés à la SODEFOR (avril 2002)... 8 Tableau 2 : les caractéristiques essentielles d'un projet T bl 3. Ct'. t' d'. 't d ',., 11 a eau. arac ens Iques es projets e es operations.... Tableau 4 : Les caractéristiques des risques d'un projet Tableau 5 : Les différents types de risques organisationnels et humains Tableau 6 : Les différents types de risques liés au management des projets Tableau 7 : Avantages et limites des méthodologies de gestion des risques d'un Projet Tableau 8 : Grille d'évaluation AMDEC (FMECA) des risques Tableau 9 : Répartition du nombre de personnes ayant participés à l'étude des risques au siège de la SODEFOR (mars-avril 2002) Tableau 10 : Présentation du taux de réponses et du taux de risques identifiés (hors document de synthèse) Tableau 11 : Liste des risques liés aux projets identifiés à la SODEFOR (mars 2002) Tableau 12 : Liste des 10 risques soumis è évaluation (désordre) Tableau 13 : Grille AMDEC d'évaluation des risques lés aux projets à la SODEFOR Tableau 14 : Grille de hiérarchisation des risques liés aux projets à la SODEFOR Tableau 15 : Conséquences essentielles des risques liés aux projets à la SODEFOR... 42

5 IV LISTE DES FIGURES Pages Figure 1 : le processus classique de management des risques d'un projet Figure 2 : Les processus théoriques utilisables dans le Risk Management Figure 3 : Grille d'analyse qualitative des risques liés aux projets (extrait) Figure 4 : Questionnaire d'évaluation des risques (extrait) Figure 5 : Fréquence des risques liés aux projets à la SODEFOR Figure 6 : Gravité des risques liés aux projets à la SODEFOR Figure 7 : Détectabilité des risques liés aux projets à la SODEFOR Figure 8 : Evolution synchrone de G, F et D en 3 D Figure 9 : Criticité des risques liés aux projets à la SODEFOR Figure 10 : Proportions Cio) des fréquences des risques liés aux projets... 43

6 v LISTE DES SIGLES ET ABREVIATIONS ACDI : Agence Canadienne pour le Développement International ADD : Arbre de Défauts et de Défaillances ADR: Analyse de Risques en Opérations AFD : Agence Française de Développement AFITEP: Association Française des Ingénieurs et des Techniciens d'estimation AFNOR: Association Française de Normalisation AMDEC : Analyse des Modes de Défaillances de leurs Effets et de leurs Criticité APR : Analyse Préliminaire des Risques BAD: Banque Africaine de Développement BIRD : Banque International pour la Reconstruction et le Développement BOAD : Banque Ouest Africaine de Développement CESAG: Centre Africain d'etudes Supérieures en Gestion CI : Côte d'ivoire CNE S : Centre National d'etudes Spatiales DAI: Département de l'audit Interne DCC: Diagramme Causes-Conséquences DEP : Direction des Etudes et Projets DF : Direction Financière DG : Direction Générale DGA : Direction Générale de l'armement DIBC; Département de l'informatique la Biométrie et la Cartographie DRH : Direction des Ressources Humaines DT: Direction Technique EPA : Etablissement Publique à caractère Administratif EPIC: Etablissement Publique à caractère Industriel et Commercial ERA : Estimation Risk Analysis et de Planification FED : Fonds Européen de Développement F MECA : Faîlure Mode Effects and Criticality Analysis GTZ: Deutsche Gesellschaft für Technische Zusammenarbeit Gmbh HCR : Haut Commissariat aux Réfugiés MMR : Méthode de Management des Risques OIBT: Organisation Internationale de Bois Tropicaux PSF: Programme Sectoriel Forestier SNCB: Société Nationale des Chemins de fer Belges SODEFOR : Société de Développement des Forêts TOPSI : The Overall Project Simulator UE : Union Européenne

7 VI RESUME La prise en compte des risques liés aux projets à la SODEFOR commence véritablement par la présente étude. La SODEFOR (société d'etat), est chargée de la mise en œuvre du Plan Directeur Foresl:f::.r de la Côte d'ivoire. Elle gère un ensemble de 217 forêts classées d'une superficie globale de ha, distribués sur toute l'étendue du territoire national. Comme tout projet, ceux exécutés par la SODEFOR encourent de nombreux risques allant des risques financiers aux risques managériaux en passant par les risques techniques, organisationnels, humains, juridiques, etc. Le risque se décline sous trois variables principales que sont: sa gravité, sa fréquence et sa détectabilité. Il se mesure par sa criticité ou son nombre de priorité (NPR), qui permet de se focaliser sur les risques prépondérants, de préparer les parades les plus efficaces possibles et de définir les actions concrètes à mener en priorité pour les maîtriser. L'analyse des risques liés aux projets se fait selon un cadre méthodologique très rigoureux, épousant parfaitement le processus théorique du Risk Management, à savoir: identification des risques, évaluation des risques, hiérarchisation des risques, etc. L'AMDEC est une méthode d'analyse descendante des risques liés aux projets. Sur la base de questionnaires, il ressort que l'essentiel des périls qui menacent les projets à la SODEFOR sont les risques organisationnels et humains, ainsi que ceux qui sont liés au management. Ceci est d'autant plus vrai que l'organisation, le découpage des responsabilités, la méthode de gestion conditionnent fortement le succès du projet. Autrement dit, il Y a autant de fiascos dus à une mauvaise gestion des hommes qu'à un manque de compétences techniques. La preuve est que le risque ayant présenté la critîcité la plus élevée est le problème de rétention d'information et le manque de communication sur et au sein des projets à la SODEFOR.

8 VII PE~rl1'LEXIQUE DU MANAGER DE PROJE'r (Nonne AFNOR X50-1 (5) «l'ill' assurance collcctlve protège mieux et cotlte moins cher t(ul1e multitude d'assurances individuelles», AnA: /loii'ltl' iii! Arrow AoN :,Ie/il'lil' (III I\!()(/C BIlII~I't il date: Budget qui intègre les décisions modificatives intervenues pour tenir compte des difficultés ou opportul1ités rencontrées, Budget initial: Budget défini lors du lancement du projet Bllliget non distt-ibué : Budget destiné à l'exécution de tâches encore mal spécifiées et/ou pour un groupe de lùchcs bicn spécifiées mais trop détaillées, Cahier des chm-ges de projet: Document qui propose 1111 ;;cénai'io de réalisation du projet et qui précise les Illoyens et l'organisation nécessaire à l'atteinte des objectifs qui lui sont assignés, Canse de la défaillance: Elément inducteur ou facteur il I"ongllle de celle-ci. ('BTC : (OÙl Budgété du Travail en Cours. CBTE : ('mit Budgété du Travail Effectué, CBTI' : ('mit nudgété du Travail Prévu (budget encouru), ('Iausl's lec!llii11lles : Ensemble de règles et de fournitu,,;s techniqucs il observer (moyens d'essais imposés, cxigences ct critères permettant d'évaluer les travaux. etc), Coutraintes culllulatives : Elles imposent la prise en compte de la disponibilité datée de différentes ressources non slockables et de leur consommation datée par les tâcbes dans la recherche d'un ordonnancement. ('ontraintes dis,ionctives : Elles imposent la non-réalisation simultanée de deux tâches, ('olltrailltes potentielles: Contrainte selon laquelle une. tâche Il' peu! être exécutée en dehors d'une fenêtre de Il'mps ou tant que d'autres tâches ne sont pas achevées, Cl'Îticitl' dn mode de défaillance: Détermine l'importance relative qu'oll va lui accorder. ('l'{ti~ : (mil j{éel du Travail Effectué, CPM : Cmiml/JI/lh /viei/wr/. Date de déhut :tu plus tard: Date après laquelle une tâche ne peut débuter. Datt' dt, déhut au plus tôt: Date avant laquelle une tiiâw ne peut débuter. Date de fill,lu plus tard: Date après laquelle une tâche ne peut se terminer. Ilatl' de fin,ill plus tôt: Date avant laquelle une tâche ne peut se terminer. Délai: Diifi'l'cnce de temps existant entre cieux dates; que ce temps ait ou non un contenu, c'est-à-dire qu'il y <1 il dcs activités pendant ce temps ou non. D1VIR: Dossier de Management des Risques.

9 VIII DlIr(~e : 1 )iflërcnee de temps existant entre l'événement du début et l'événement de fin d'une action. Elle n' a pas d\::\lstcnce réelle et se détermine à partir d'line quantité de travail à effechler et d'un processus oplt<lloire qui s'ajuste en fonction dès ressource", disponihles. Ecart de planning: Diftërence entre le coùt budgété du travail réalisé et le budget encouru. Erfel d'iib Illode de défaillance: Conséquence ou impact de celui-ci.. Iallill :1 ÙCllC de vérification ou de décision, le plus souvent considéré comme étant de durée nulle et ne c(\nsommant pas de ressources. Lissage des charges: Technique de résolution de conflits (1 'lltili:;dtion de ressources, conduisant à une. litilisation plus régulière de celle-ci (rapprochement des maximas de ressources requises vers les quantités allouees) sans modifier la date de fin du projet. Maq!;e libre: Intervalle de temps pendant lequel il est possible de déplacer une tâche sans retarder aucune des,\litres tàches. :\Im'ge lotalt' : fvlesure du degré de IibeI1é dont on dispose pour programmer une tâche sans remettre en cause la dllll'l' li' exécution minimale du projet. j'inde de défailhlllœ : Manière selon laquelle un système pourrait ne pas satisfaire à (ou délivrer) sa fonction prévue. ~i\'('i1ell1ent des charges: Technique de résolution de conflits d'utilisation de ressources, autorisant un déealage (le la date de fin du projet (lorsqu'une tâche ne peut être réalisée à une date donnée, parcequ'on manque de ressources, elle est reculée jusqu'au moment où les ressources nécessaires seront disponibles. l'dm: l'j'('(edcllu' Dzagramming A4ethod. PF~RT : l'f'ljl',mm Evaluatio/1 and Review technique. PM R :!'1~1I1 de Management des Risques. l']\,,! : /'1'0/('('/ ivl'ill'ork Technique. l'.b.s. (l'l'oduct Breakdown Structure) : Méthode de struchlration qui consiste, par décomposition progressive. à définir de façon précise la nomenclature du produit. Projet: 1 kmarche spécifique qui permet de stmchlrer méthodiquement et progressivement une réalité à venir. 1 :11 projet est défini et mis en œuvre pour élaborer une réponse au besoin d'un utilisateur, d'un client ou d '!llle clientèle et il implique un objectif et des actions il entreprendre avec des ressources données. R.B.S. (Resollrce Bl'eakdown Structure) : Méthode de structuration qui consiste, par décomposition progressive, ù définir de tàçon précise les quaiification;" les métiers, les spécialités et les individus 110cessaires à la réalisation du projet. IH~st'rVl' (Il' gestion: Budget destiné à faîre face aux imprévus. I{isk!Vlallagemcnt : Ensemble de concepts, de démarches et d'outils destinés à identifier, à évaluer. à contrôler cl ù ma itriser les risques aléatoires qui pèsent sur la VIe de r entreprise afin de les prévenir, de les réduire,'1 dl' rechercher les meilleurs financements possibles. 'l'fiche (llctivité) : Eusemble d'opérations élémentaires, carudérisé par 1111 début et une fin clalrement identifiés el consommant des ressources. Tâche récllpitulative : Macro Tâche regroupant plusieurs tâches subordonnées. WBS (Wllrk Breakdown Structure) : Organigramme Technique (OT): méthode de structuration qui consiste, pm décomposition progressive, à définir de fàçon précise les dittérentes tâches du projet à réaliser. Elle pl'1l1lel aillsi d'attemclre une plus grande exhaustivité et d'assurer la cohérence des actions techniques, doclllncnlaires. administratives et financières du prolel.

10 IX AVANT - PROPOS Le présent mémoire de fin de cycle du Diplôme Supérieur de Gestion des Entreprises (DSGE/MBA) est le résultat d'un travail de recherche entrepris depuis plusieurs mois sur le thème: le Risk Management dans les projets à la SODEFOR. S'appuyant sur notre expérience dans l'environnement des projets, ce travail s'inscrit dans une perspective de détection anticipée et de prévision des risques d'un projet au niveau d'une Agence d'execution. Il souhaite ainsi répondre à cette préoccupation grandissante qui est apparue ces dernières années au niveau des Bailleurs de Fonds (Banque Mondiale, BAD, KFW-GTZ, UE, CFD, FED, CRDI, OIBT, etc.) et des praticiens de la gestion de projets, concernant le Risk Management dans les projets. Il vise à apporter aux acteurs projets, une vision claire et un cadre méthodologique d'identification et de gestion anticipative des risques qui peuvent compromettre irrémédiablement la possibilité d'atteindre les objectifs de délais, de coûts et de spécifications techniques. Par ailleurs, cet ouvrage doit conduire les responsables de projet à une meilleure compréhension des risques encourus lors du développement et de la réalisation de leur projet. Le présent ouvrage est le premier volet d'une étude plus vaste portant sur «le Risk Management dans les projets exécutés en Afrique: du Bailleur de Fonds (amont) à l'agence d'exécution (aval)». A cette occasion, nous avions ciblé deux types d'institutions intervenant prioritairement dans le cycle de vie des projets en Afrique: une institution internationale de financement de projets (BAD) ; - une agence d'exécution de projets (SODEFOR). Pour les besoins de notre mémoire de MBA, nous nous somme intéressé en premier au cas de la SODEFOR. Nous réaliserons le cas de la BAD ultérieurement, dans des ouvrages sépatés. L'objet de notre propos n'est pas d'établir une liste exhaustive de toutes les sources de risque inhérentes à la gestion de projet à la SODEFOR. Elles sont trop nombreuses et il serait illusoire de prétendre pouvoir le faire en si peu de temps.

11 x Dans le même ordre d'idées, les risques financiers, les risques d'affaires, les risques de marché, les risques de taux d'intérêt, les risques de taux de change, les risques de prix, les risques politiques, les risques pays, etc. et les couvertures associées (heldging) ne seront pas traités ici. Le constat étant que: dans les projets, les causes de défaillance relèvent en majorité de facteurs humains et organisationnels que de facteurs techniques, et que ces deux catégories de risques sont étroitement liées. L'objet de cet ouvrage est de chercher è. répondre aux questions suivantes: quels sont les risques potentiels liés aux projets à la SODE FOR? quelle est leur importance relative? dans quel ordre peut-on les classer? comment gérer de façon proactive les risques identifiés? La réponse que nous essayerons d'apporter à de telles questions présente un triple intérêt: elle répond à cette préoccupation mainte fois exprimée par les responsables de l'entreprise; elle offre ainsi une meilleure compréhension, sur le plan conceptuel et pratique, de cette problématique qu'est la gestion des risques d'un projet; elle propose un cadre méthodologique, très pratique, destiné à identifier, à quantifier, à hiérarchiser et à mieux maîtriser les risques associés à un projet. Les développements qui vont suivre ont donc pour objet d'améliorer la maîtrise du risque et par conséquent celle d'un projet. Maîtriser les risques, c'est d'abord les prévenir, mais c'est aussi en limiter les conséquences lorsque ces évènements redoutés se produisent malgré tout. Cependant, nous ne saurons trop insister sur le fait que la recherche de son élimination reste une entreprise vouée à l'échec. On peut réduire le risque, mais en aucun cas on ne peut l'éliminer totalement. Lors de l'exécution d'un projet, on constate en effet qu'il est inévitable que des retards imprévus et des goulets d'étranglement se produisent fréquemment.

12 XI REMERCIEMENTS J'ai à la fois le devoir et l'agréable plaisir d'exprimer ma profonde gratitude à tous ceux et celles qui m'ont soutenus dans! accomplissement de mes études et / ou ont contribué à la réalisation de ce mémoire. Dans un premier temps, je désire exprimer mes sincères remerciements à MM. : Patrice KOUAME : Directeur Général du CESAG, pour m'avoir inoculé le virus du management, le goût du travail bien fait et la recherche du savoir; Venance K. N'guettia KOUADIO : Directeur Général de la SODEFOR, pour le soutien qu'il m'accorde et sa clairvoyance dans le choix de jeunes cadres dynamiques qui l'accompagnent dans sa tâche. Mes remerciements s'adressent également à MM. Ahmadou TRAORE, Directeur de l'isgeo (CESAG) et Léon SIAGOUE, Directeur des Etudes et Projets (SODEFOR) pour leur compréhension et leur sympathie. Je sui s également très reconnaissant envers tout le corps enseignant du CESAG, aussi bien permanent que vacataire, pour la qualité du savoir qu'ils m'ont dispensé. A ces noms, celui de Mme Monique KOUASSI LENOIR, Secrétaire de Direction à la DEP, mérite d'être ajouté pour souligner la qualité exceptionnelle de nos relations. Je profite de l'occasion pour dire «grand merci» à : tout le personnel du siège de la SODEFOR et particulièrement celui de la DEP: - tout le personnel du CESAG et surtout celui de ITSGEO. Je rends un vibrant hommage aux 28 stagiaires, hommes et femmes, de la quatorzième promotion (Promo 14) du DSGE/MBA "Gestion des Entreprises" du CESAG. Je leur souhaite une bonne carrière professionnelle en tant que "Meilleurs Managers Africains du troisième millénaire". Enfin, Je voudrais conclure ces remerciements par une pensée particulière à l'endroit de mes proches parents : mon défunt père, Feu N' DRI Kouamé ; ma mère, KOU AME Affoué; mes frères: Léopold, Williams et Elysée : mes sœurs: Marie-Jeanne, Raymonde, Elodie et Gisseline. Pour l'affection dont ils m'entourent, leur soutien moral et matériel et qui, à juste titre, ont trouvé cette formation à Dakar un peu trop longue et exclusive.

13 INTRODUCTION Poussées, évidemment, par une concurrence impitoyable et une globalisation des marchés, un nombre croissant d'entreprises semblent accorder de plus en plus d'importance à la «gestion par projet». Aussi, les difficultés qu'elles rencontrent très souvent dans le management de leurs projets nous conduisent à nous intéresser au problème spécifique des risques liés à la réalisation de ce type d'activités. En effet, comme le disent si bien O'SHAUGHNESSY (1992) et COURTOT (1998), l'une des raisons que l'on évoque régulièrement comme responsable de l'insuccès des projets est la non prise en considération des risques susceptibles de Se produire dans le cours du projet. Les gestionnaires conçoivent souvent leurs projets en prenant comme cadre de référence un univers de certitude absolue; ce qui implicitement revient à SuppoSer qu'aucun événement critique ne viendra les contrecarrer. Si bien que, lorsque les conditions critiques du cadre logique d'un projet autorisent à le caractériser de risqué, ce dernier est systématiquement rejeté. Alors que la rentabilité d'un projet est directement proportionnelle au risque qui lui est associé et vice-versa. Tout comme les activités que nous entreprenons, un projet est susceptible de générer des évènements non désirables qui n'ont pas été prévus. Dépendamment de leur importance, ces imprévus peuvent mettre en péril le projet ou faire en sorte qu'il n'atteigne pas les objectifs (coûts, qualité et délais) pour lesquels il a été conçu. Ainsi, à partir du moment où nous ne contrôlons pas avec certitude notre environnement, nous sommes, d'un point de vue théorique, soit en contexte de risque soit en contexte d'incertitude (DECLERCK et al ). La prise en compte du risque devient donc, de plus en plus, une composante incontournable dans le management de projet. C'est cette préoccupation qui nous a amené à aborder ce thème assez intéressant, dans le cadre de notre mémoire de,~aba Gestion des entreprises dans "option Il Analyse Evaluation et Gestion de Projets lt

14 2 Le Risk Management était, il Y a de cela quelques années, l'exclusivité des organisations financières et des compagnies d'assurance. Il devient d'année en année, un puissant outil de gestion des entreprises et particulièrement des projets. C'est à juste titre que l'audit interne s'en est approprié avec beaucoup de succès. Même s'il est possible d'identifier une finalité globale pour l'ensemble des méthodes de management des risques, à savoir: la prise en compte et la maîtrise des risques susceptibles de se produire, force est de constater que celle que nous adoptons poursuit les objectifs suivants: contribuer à définir de manière plus pertinente, en Afrique, les différents objectifs du projet (en terme de délai, de coûts et de spécifications techniques), grâce à l'accroissement et à l'amélioration de la qualité des informations; conduire à une meilleure maîtrise du projet, en ajustant son déroulement aux diverses évolutions de son environnement et en organisant la réactivité face aux différents évènements susceptibles de se produire; accroître les chances de succès des projets en Afrique, grâce à une meilleure compréhension et identification des risques encourus et à une meilleure définition des actions visant à s'en prémunir, dans le contexte africain; communiquer et informer les divers acteurs du niveau d'exposition aux risques; fournir une meilleure connaissance du projet et faciliter ainsi la prise de décision et la définition des priorités qui diffèrent selon les pays; aider l'organisation à assurer la mawrise efficiente et continue de la réduction des risques auxquels elle est exposée. La spécificité de notre étude se retrouve en partie dans ses finalités. Toutefois, elle présente des particularités et des singularités remarquables. D'abord, au plan académique, c'est l'une des l'ares fois qu'une étude aussi fouillée, profonde et documentée est consacrée aux risques liés aux projets en Afrique subsaharienne. Quoi qu'une tentative ait été initiée, il y a quelque années, au niveau des projets de la BOAD (... ). Il est tout aussi remarquable d'indiquer que la présente étude va permettre de déterminer et de fixer des seuils de risque et de niveau de priorité de risque à partir de la criticité de ceux-ci.

15 3 Ce qui permettra de coter (rating) les entreprises (le Nombre de Priorité du Risque reflète la vulnérabilité) à travers les risques qu'elles encourent que ce soit au niveau financier, organisationnel, managérial, commercial, etc. Au plan géopolitique et économique, l'étude porte sur une entreprise d'état ivoirienne, jouissant d'un monopole dans son domaine. Cela est d'autant plus intéressant que, très souvent, ce sont des cabinets occidentaux de rating (Coface, Standard and Poors, Mc Kinsey etc.) qui déterminent le niveau d'exposition aux risques des entreprises africaines. Il est à mentionner que la de la Coface vient de s'installer à Abidjan (avril 2002). Dans cet ouvrage, notre propos s'articulera autour des axes suivant : le chapitre 1 sera consacré au cadre général de l'étude avec une brève présentation de la SODEFOR, ainsi que du cadre théorique et conceptuel des risques liés aux projets. Le chapitre 2 quant à lui, sera dédié au cadre méthodologique du management des risques de même que l'approche adoptée pour réaliser le présent travail. Le chapitre 3 présentera les principaux, ésultats obtenus, sous-forme de tableaux et de graphes. Ces résultats seront ensuite soumis à une discussion contradictoire à la lumière de ceux obtenus par d'autres auteurs. Cette confrontation nous autorisera enfin à faire une synthèse et à formuler des recommandations dont la prise en comte permettra de mieux maîtriser les risques liés aux projets en Afrique. Nous terminerons par une conclusion sur l'ensemble du travail.

16 !!III'"ral/()/i d'iiii,({tll'l' 1I1I;,llOilo!agitllll! ti'iilel/li{î('(/lioi1i'1 ti";vi//1i111/0/l dn ris'!iii'i hi" (fi/\ l'ruil'i,i {'Il 1I/I'Itllie, ((II dl' III SOI l/,'fo!< 4 Chapitre 1 CADRE GENERAL DE L'ETUDE l'raicl'l & Ri,IN MIIlll/gel' kkl1('slol'l.!,;f1otmail.com

17 !:!UJ,U/{I!!(}i! ri'lil! l'lidl'l' 11/,:IIIO!lO!OgÙ/IW (/'idcl/lifi('tllioil 1'/ i/'(>"ollirtliol! de.' (fllfilt's lié.\ (111.\ Iimieis,'II o/ii!j//(' 1'([.1 tll' 10 S(}f)I;I{)" 5 l - ENTREPRISE ETUDIEE 1.1 : Présentation de la SODEFOR La Société de Développement des Forêts (SODEFOR) a été créée en 1966 sous la forme juridique d'une société d'etat. En fonction des changements successifs de raison sociale, le statut de l'entreprise a évolué comme il suit: : Société d'etat; : Etablissement Publique à caractère Administratif (EPA) ; : Etablissement Publique à caractère Industriel et Commercial (EPIC); Depuis 1993 : Société d'etat gérant 217 forêts classées couvrant une superficie de ha : Mission La mission principale de la SODEFOR est de participer à l'élaboration et à la mise en œuvre de la politique du gouvernement en matière de : enrichissement du patrimoine forestier national; développement de la production forestière; valorisation des produits de la forê1' ; sauvegarde des zones forestières. Pour ce faire, elle est chargée de : gérer et équiper les forêts et les terres domaniales qui lui sont confiées par l'administration aux termes de conventions générales et particulières; concevoir et mettre en œuvre des mcdè!es de gestion aptes à permettre l'exécution du Plan Directeur Forestier (PDF ) ; exécuter ou faire exécuter tous travaux relatifs à l'entretien, à l'équipement ou à la restauration des domaines forestiers publiques ou privés; contribuer à l'organisation des zones rurales voisines des zones forestières qu'elle gère; valoriser son savoir-faire à l'extérieur de la Côte d'ivoire; participer de façon générale à toute octivité et étude se rattachant à l'objet social. En somme, les activités de la SODEFOR s'organisent autour de trois missions, essentielles qui sont: une mission patrimoniale; une mission de service publique; une mission commerciale. VI'.\''''' AI J(. LIli:. MKI kkl1cstor(jjj/lollllail.coll1

18 !:JI/hfll'lliroli (/'1111 ('[1I!r" 1II';'/lOdo!ogiqlle d'idemil/colio/1 cl d'é\'aillmioll des 1/.\1/1/('.\ lit',., mit projels Cil a/rù/i/(' : ('fis de /fi SOI J/:FOI? () : Stratégie La stratégie de la SODEFOR s'articule autour de trois grands axes; Une organisation décentralisée : un conseil d'administration de huit (8) inembres siège aux destinées de la SODEFOR. Le siège, situé à Abidjan lcocody), héberge la Direction Générale, cinq (5) Directions et deux (2) Départements. Les Centres de Gestion (7) constituent le premier niveau de décentralisation. Chacun couvre en moyenne ha de forêt. 26 Divisions et 78 secteurs représentent des échelons administratifs et techniques de terrain; Une cogestion avec le monde rural: la principale force de la SODEFOR est d'associer de façon effective les populations locales à la gestion forestière. La cogestion développée par la SODEFOR s'articule autour de la participation des populations riveraines des forêts classées aux prises de décisions concernant leur aménagement. L'instrument principal de cette cogestion est la commission paysans-forêts (CPF) qui se présente comme un organe de concertation, de conciliation et de proposition sur les actions à entreprendre pour la réhabilitation et l'aménagement des forêts classées; La sous-traitance : cet instrument de gestion flexible constitue un élément stratégique permettant à la SODEFOR de réduire les coûts des travaux d'aménagement (reboisements, pépinières, plantations, délimitations, etc.). Elle vise également à impliquer plus activement les populations paysannes à la réhabilitation et à la conservation forestières par le biais de groupements villageois ou de coopératives de travailleurs : Financement De 1992 à 1996, les activités de la SODEFOR étaient financées à 70 /'0 par des aides extérieures sous forme de dons ou de prêts et 30 1'0 sur fonds propres. Cette tendance semble se modifier, compte tenu de la clôture des grands projets régionaux de développement forestier tel que le Programme Sectoriel Forestier (PSF) qui n'a connu que sa première phase (PSFl). Il était financé par la Banque Mondiale à travers la BIRD et la CDC. En dehors du PSFI qui a mobilisé environ 52 millions de Dollars US, on peut citer; le projet d'aménagement des forêts du sud-est, financé par la CFD (68 mi Ilions FF) ; le projet d'aménagement de la forêt classée de Duékoué, financé par l'acdi (5 millions Dollars Can.) ; 'l'ni"! I,(I!.1,I/le.. 1//1./ 1'1'(l/etl & Nis/( :\Il/llllgel' kkl1cslor(m/ioi!!wil.coli!

19 le projet d' aménagement des forêts de la zone de savane et de contact forêt-savane, financé par la BAD (16.1 millions UCB). Seuls, quelques bailleurs de fonds maintiennent encore leur coopération à travers des projets de petite et moyenne envergure couvrant moins de ha. Il s'agit entre autres de : la KFW /GTZ (à l'est), le FED (au centre et au sud-ouest), le HCR (sud-ouest) et l'oibt (études et recherches spécifiques). Les négociations pour le financement du PSF2 sont en cours avec les partenaires au développement. 1.2 : Direction des Etudes et Projets (DEP) La DEP qui nous a accueilli pour la réalisation de la présente étude est composée de neuf (9) agents dont un Directeur, un Conseiller Technique du Directeur, deux Sous-Directeurs, un Chargé d'études (suivi-évaluation), trois Secrétaires et un Chauffeur. Elle a pour mission essentielle: la définition de la politique générale de gestion des projets, l' harmonisation de l'action des bailleurs de fonds et l'application des procédures des bailleurs de fonds dans l'exécution des projets. Dans la pratique, le fonctionnement de la DEP s'assimile à celui d'un bureau d'études. Elle est chargée d'élaborer les projets, d'en suivre l'exécution et de servir d'interface entre les bailleurs de fonds et la SODEFOR : Elaboration de projets Les idées de projet peuvent avoir plusieurs sources: bailleurs de fonds, DG, DT, DF, DEP, Centres de Gestion, etc.). Ces idées sont ensuite formalisées suivant le canevas duces) bailleur(s) de fonds potentiel(s) du projet. Le document de projet est enfin soumis pour financement au bailleur de fonds retenu, sous couvert de la Direction Générale : Gestion des projets cofinancés L'exécution des projets à la SODEFOR est guidée par la charte des responsabilités instaurée en juillet 1998 par la note d'instruction n Cette note d'instruction établit également le principe des devis-programmes semestriels pour la gestion des projets. \"",.d,ut,1,111\//1./ ProfCeI & NI,1i,1lflnagcl" kk I1cst(}r~t)IJOII11t1 il.com

20 Ufil!(!II/!W!I d'illi (mll'l' 1I11;,llOdologlqIW d'idelliification e! d'éva!ua/ioll dc" rillllll's li"" (fiix l'miels Cil afl'iqlll' : cas d,' la S()/)/:FO/? 8 Le devis-programme est élaboré par le servîce chargé de l'exécution d'un projet donné, en fonction des activités techniques à mener pour les six (6) mois à venir. Il est analysé par la DEP et la DF, à la lumière du document de projet et de l'accord de financement. Il est éventuellement amendé et réajusté avant d'être adressé au service exécuteur du projet, sous la double signature du DEP et du DF. Le devisprogramme, ai nsi signé, tient lieu de guide d'imputation budgétaire des dépenses futures liées à "exécution du projet. Le suivi du projet se fait selon des périodes de trois (3) mois, à travers des missions sur le terrain pour faire le point de l'avancement technique et financier et relever les difficultés rencontrées dans son exécution. Ces missions sont documentées et les conclusions sont transmises au DEP, au DG ou à tout autre direction pour les décisions à prendre. Le tableau 1 ci-dessous présente la situation des projets OIBT. Tableau 1 : Situation des projets OIBT achevés à la SODEFOR (avril 2002) CODE l---inti-tu-le--'---'-~d--e'""b-u-t"""--f~i-n -rc0ntribution l "RAPPORTS '"J.:ci.NIE. 1 DOSE.V : ; (US $),-----L", "" AUDIT ATIONS rmst- ---CI i TECHNI 1 ACHEVEMENT FINANCIER li PD : AppUI à la politique Ï D-é-:-"c :~ ou~ue oui, Ok 109/90 de modernisation, RevA (F) restructuration et développement de l' 1 ndustrie du bois en CI 1 1 PD 18/92 i Détermination Avr-96 Déc-DO "1 EO ;"" l 1 : l' '-ui----- En caurs,appel Rev,2 (F) i d'une typologie d'analyse d'offres i forestière en lancé 1 fonction des ; [Interventions, 1 1 ~i3-/961 ~~;II:~~:tion d'un h6900~-l',',-07;i--l',-;;~-i ---'-'1' N~;;---+-I;, 1 R;vl (F) i réseau de placeaux 1 1 i :! permanents dans L jj.es reboisements 1 PD 3/95 i Amélioration de la 1996 Déc-DO oui ~~;-Tk Rev,2 (F) 1 résistance 1 génétique de i l'iroko à ; i : i 1 /lin/or!( (JI,';1 MI,', M lu Proi''C1 & RisI< Mtllwgcl'!ikl1(,Slor~,;hollllai/.com

Les risques liés à l activité de l entreprise : quels outils pour les identifier?

Les risques liés à l activité de l entreprise : quels outils pour les identifier? Les risques liés à l activité de l entreprise : quels outils pour les identifier? Alger, le 23-24 Novembre 2009 Présentée par: Mlle Amina NADJI Doctorante en 3ème année sciences économiques (CRIISEA, Centre

Plus en détail

Nom-Projet MODELE PLAN DE MANAGEMENT DE PROJET

Nom-Projet MODELE PLAN DE MANAGEMENT DE PROJET Nom-Projet MODELE PLAN DE MANAGEMENT DE PROJET Glossaire La terminologie propre au projet, ainsi que les abréviations et sigles utilisés sont définis dans le Glossaire. Approbation Décision formelle, donnée

Plus en détail

Contrôle interne et organisation comptable de l'entreprise

Contrôle interne et organisation comptable de l'entreprise Source : "Comptable 2000 : Les textes de base du droit comptable", Les Éditions Raouf Yaïch. Contrôle interne et organisation comptable de l'entreprise Le nouveau système comptable consacre d'importants

Plus en détail

LE PLAN D'AMÉLIORATION DE LA FONCTION MARKETING

LE PLAN D'AMÉLIORATION DE LA FONCTION MARKETING LE PLAN D'AMÉLIORATION DE LA FONCTION MARKETING Direction du développement des entreprises et des affaires Préparé par Michel Coutu, F. Adm.A., CMC Conseiller en gestion Publié par la Direction des communications

Plus en détail

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 260 COMMUNICATION DES QUESTIONS SOULEVÉES À L OCCASION DE L AUDIT AUX PERSONNES CONSTITUANT LE GOUVERNEMENT D'ENTREPRISE

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 260 COMMUNICATION DES QUESTIONS SOULEVÉES À L OCCASION DE L AUDIT AUX PERSONNES CONSTITUANT LE GOUVERNEMENT D'ENTREPRISE NORME INTERNATIONALE D AUDIT 260 COMMUNICATION DES QUESTIONS SOULEVÉES À L OCCASION DE L AUDIT AUX PERSONNES CONSTITUANT LE GOUVERNEMENT D'ENTREPRISE SOMMAIRE Paragraphes Introduction... 1-4 Personnes

Plus en détail

Chapitre 1 : Introduction au contrôle de gestion. Marie Gies - Contrôle de gestion et gestion prévisionnelle - Chapitre 1

Chapitre 1 : Introduction au contrôle de gestion. Marie Gies - Contrôle de gestion et gestion prévisionnelle - Chapitre 1 Chapitre 1 : Introduction au contrôle de gestion Introduction 2 Contrôle de gestion : fonction aujourd hui bien institutionnalisée dans les entreprises Objectif : permettre une gestion rigoureuse et une

Plus en détail

La démarche qualité dans sa dimension humaine

La démarche qualité dans sa dimension humaine La démarche qualité dans sa dimension humaine Agadir-Maroc 15 décembre 2007 Thierry LONGEAU www.alcantis.fr Thierry LONGEAU Dirigeant du cabinet Alcantis Experts en systèmes d informations et de gestion

Plus en détail

Business Project Management : Cycle de vie des documents et workflow

Business Project Management : Cycle de vie des documents et workflow Business Project Management : Cycle de vie des documents et workflow Iut de Tours Département Information-Communication Option Gestion de l Information et du Document dans les Organisations Page 1 sur

Plus en détail

OCA African Desk. Audit et Conseil des opérations en Afrique

OCA African Desk. Audit et Conseil des opérations en Afrique Audit et Conseil des opérations en Afrique 2 Le société OCA OCA est une société d'audit, de Conseil et d'expertise Comptable. Fondée en 1984 par Alain Ouaniche, OCA intervient à tous les stades de la vie

Plus en détail

Annexe sur la maîtrise de la qualité

Annexe sur la maîtrise de la qualité Version du 09/07/08 Annexe sur la maîtrise de la qualité La présente annexe précise les modalités d'application, en matière de maîtrise de la qualité, de la circulaire du 7 janvier 2008 fixant les modalités

Plus en détail

LIGNE DIRECTRICE RELATIVE AUX PRATIQUES PRUDENTES DE PLACEMENT DES REGIMES DE RETRAITE

LIGNE DIRECTRICE RELATIVE AUX PRATIQUES PRUDENTES DE PLACEMENT DES REGIMES DE RETRAITE LIGNE DIRECTRICE N 6 LIGNE DIRECTRICE RELATIVE AUX PRATIQUES PRUDENTES DE PLACEMENT DES REGIMES DE RETRAITE Le 15 novembre 2011 TABLE DES MATIÈRES CONTEXTE DE LA LIGNE DIRECTRICE... 3 Pratiques prudentes

Plus en détail

Degré de confiance pour les indicateurs de performance : degré de fiabilité du processus de production et écart significatif 1

Degré de confiance pour les indicateurs de performance : degré de fiabilité du processus de production et écart significatif 1 Degré de confiance pour les indicateurs de performance : degré de fiabilité du processus de production et écart significatif 1 L utilisation des indicateurs de performance ne peut se faire de manière pertinente

Plus en détail

LA PROCEDURE D'EVALUATION A.NA.PSY.p.e. EST LE RESULTAT D'UNE RECHERCHE

LA PROCEDURE D'EVALUATION A.NA.PSY.p.e. EST LE RESULTAT D'UNE RECHERCHE LA PROCEDURE D'EVALUATION A.NA.PSY.p.e. EST LE RESULTAT D'UNE RECHERCHE CETTE RECHERCHE A ETE FINANCEE PAR Le Ministère des Affaires Sociales et de l'emploi, Direction Générale de la Santé,Sous- Direction

Plus en détail

La démarche qualité dans sa dimension humaine

La démarche qualité dans sa dimension humaine La démarche qualité dans sa dimension humaine Fédérer, responsabiliser votre personnel autour d un projet commun. Un outil intelligent de management. Séminaire démarche qualité en hôtellerie, 23/01/07

Plus en détail

En outre 2 PDD sont impliqués dans le développement de politiques locales destinées à favoriser l'insertion des personnes handicapées.

En outre 2 PDD sont impliqués dans le développement de politiques locales destinées à favoriser l'insertion des personnes handicapées. PHOES Version : 2.0 - ACT id : 3813 - Round: 2 Raisons et Objectifs Programme de travail et méthodologie Dispositions financières Dispositions organisationnelles et mécanismes décisionnels Procédures de

Plus en détail

Systèmes de transport public guidés urbains de personnes

Systèmes de transport public guidés urbains de personnes service technique des Remontées mécaniques et des Transports guidés Systèmes de transport public guidés urbains de personnes Principe «GAME» (Globalement Au Moins Équivalent) Méthodologie de démonstration

Plus en détail

Prise de position de l'iia LES TROIS LIGNES DE MAÎTRISE POUR UNE GESTION DES RISQUES ET UN CONTRÔLE EFFICACES

Prise de position de l'iia LES TROIS LIGNES DE MAÎTRISE POUR UNE GESTION DES RISQUES ET UN CONTRÔLE EFFICACES Prise de position de l'iia LES TROIS LIGNES DE MAÎTRISE POUR UNE GESTION DES RISQUES ET UN CONTRÔLE EFFICACES JANVIER 2013 TABLE DES MATIÈRES Introduction... 1 La surveillance du système de gestion des

Plus en détail

RÈGLES DE CERTIFICATION D ENTREPRISE

RÈGLES DE CERTIFICATION D ENTREPRISE RÈGLES DE CERTIFICATION D ENTREPRISE Fabrication et transformation de matériaux et d emballages destinés au contact des aliments : respect des règles d hygiène (méthode HACCP) Réf. Rédacteur LNE PP/GLB

Plus en détail

SEP 2B juin 20. Guide méthodologique de calcul du coût d une prestation

SEP 2B juin 20. Guide méthodologique de calcul du coût d une prestation SEP 2B juin 20 12 Guide méthodologique de calcul du coût d une Sommaire Préambule 3 Objectif et démarche 3 1 Les objectifs de la connaissance des coûts 4 2 Définir et identifier une 5 Calculer le coût

Plus en détail

CONSEIL SUPERIEUR DES INDEPENDANTS ET DES PME

CONSEIL SUPERIEUR DES INDEPENDANTS ET DES PME CONSEIL SUPERIEUR DES INDEPENDANTS ET DES PME F REGL PROF - Qualifications prof. A2 Bruxelles, 26 mai 2011 MH/JC/JP A V I S sur LA REFORME DE LA DIRECTIVE RELATIVE A LA RECONNAISSANCE DES QUALIFICATIONS

Plus en détail

Structure défendue par H. Fayol, qui met en avant l'unité de commandement : chaque individu n'a qu'un seul supérieur.

Structure défendue par H. Fayol, qui met en avant l'unité de commandement : chaque individu n'a qu'un seul supérieur. Structure défendue par H. Fayol, qui met en avant l'unité de commandement : chaque individu n'a qu'un seul supérieur. Découpage des activités (et donc des responsabilités) par fonctions, par unités de

Plus en détail

MINISTÈRE DE LA DÉFENSE SECRÉTARIAT GÉNÉRAL POUR L'ADMINISTRATION CHARTE DE L'AUDIT INTERNE DU SECRÉTARIAT GÉNÉRAL POUR L'ADMINISTRATION

MINISTÈRE DE LA DÉFENSE SECRÉTARIAT GÉNÉRAL POUR L'ADMINISTRATION CHARTE DE L'AUDIT INTERNE DU SECRÉTARIAT GÉNÉRAL POUR L'ADMINISTRATION MINISTÈRE DE LA DÉFENSE SECRÉTARIAT GÉNÉRAL POUR L'ADMINISTRATION CHARTE DE L'AUDIT INTERNE DU SECRÉTARIAT GÉNÉRAL POUR L'ADMINISTRATION 02 CHARTE DE L'AUDIT INTERNE DU SECRÉTARIAT GÉNÉRAL POUR L'ADMINISTRATION

Plus en détail

PROJET DE CONCEPTION (6GIN333)

PROJET DE CONCEPTION (6GIN333) PROJET DE CONCEPTION (6GIN333) Cours #7 Hiver 2012 Ordre du jour Gestion des risques Introduction Concepts & définitions Processus d analyse Outils & méthodes Résultats Pause de 15 minutes Suivit des coûts

Plus en détail

M2S. Formation Gestion de projet. formation

M2S. Formation Gestion de projet. formation Formation Gestion de projet M2S formation Conduire et gérer un projet Construire et rédiger un chahier des charges de projet Conduite de projet informatiques Découpage et planification de projet Les méthodes

Plus en détail

Chapitre 1 : Introduction aux bases de données

Chapitre 1 : Introduction aux bases de données Chapitre 1 : Introduction aux bases de données Les Bases de Données occupent aujourd'hui une place de plus en plus importante dans les systèmes informatiques. Les Systèmes de Gestion de Bases de Données

Plus en détail

METHODOLOGIE DE RECOMMANDATIONS D'EXPERTS

METHODOLOGIE DE RECOMMANDATIONS D'EXPERTS - 1 - METHODOLOGIE DE RECOMMANDATIONS D'EXPERTS Bureau du Consensus Société de Réanimation de Langue Française (SRLF) P. Charbonneau (secrétaire), J-L. Diehl, B. Garrigues, B. Guidet, O. Jonquet, P. Jouvet,

Plus en détail

I - Clarification...5. A - Analyse de la demande...6. Outil 1 : Lettre de mission...6. Outil 2 : Cahier des charges...8

I - Clarification...5. A - Analyse de la demande...6. Outil 1 : Lettre de mission...6. Outil 2 : Cahier des charges...8 Gestion de projet 2 Gestion de projet Sommaire I - Clarification...5 A - Analyse de la demande...6 Outil 1 : Lettre de mission...6 Outil 2 : Cahier des charges...8 B - Traduction de la demande...11 Outil

Plus en détail

360 feedback «Benchmarks»

360 feedback «Benchmarks» 360 feedback «Benchmarks» La garantie d un coaching ciblé Pour préparer votre encadrement aux nouveaux rôles attendus des managers, Safran & Co vous propose un processus modulable, adapté aux réalités

Plus en détail

Expression des besoins

Expression des besoins Centre national de la recherche scientifique Direction des systèmes d'information REFERENTIEL QUALITE Guide méthodologique Expression des besoins Référence : CNRS/DSI/conduite-projet/developpement/technique/guide-expression-besoins

Plus en détail

Assurer la bonne gestion des deniers publics. Exécution du budget. 3 jours. Gestion d'une régie d'avances et de recettes. 2 jours

Assurer la bonne gestion des deniers publics. Exécution du budget. 3 jours. Gestion d'une régie d'avances et de recettes. 2 jours Itinéraire de formation GESTION DE LA DEPENSE PUBLIQUE Domaine ITINERAIRE THEMATIQUE But: Maîtriser l'ensemble des compétences et outils liés à la dépense publique de l'administration de la Polynésie française

Plus en détail

Description normative des procédures de contrôle interne de la comptabilité financière

Description normative des procédures de contrôle interne de la comptabilité financière Description normative des procédures de contrôle interne de la comptabilité financière Les objectifs du contrôle interne. Les objectifs du contrôle interne consistent à : Assurer en permanence une bonne

Plus en détail

PREVENTION EVALUATION ET MANAGEMENT DU RISQUE SOCIAL

PREVENTION EVALUATION ET MANAGEMENT DU RISQUE SOCIAL Développer, Optimiser, Maintenir la Performance de lhomme et de lentreprise PREVENTION EVALUATION ET MANAGEMENT DU RISQUE SOCIAL Le «Risque Social» doit être pris en charge comme nimporte quel autre type

Plus en détail

PROBLEMES D'ORDONNANCEMENT AVEC RESSOURCES

PROBLEMES D'ORDONNANCEMENT AVEC RESSOURCES Leçon 11 PROBLEMES D'ORDONNANCEMENT AVEC RESSOURCES Dans cette leçon, nous retrouvons le problème d ordonnancement déjà vu mais en ajoutant la prise en compte de contraintes portant sur les ressources.

Plus en détail

Joël Darius Eloge ZODJIHOUE

Joël Darius Eloge ZODJIHOUE La gestion axée sur la Performance et les Résultats appliquée à la gestion des Finances Publiques: Préparation et Mise en place du Budget axée sur la performance et les résultats Joël Darius Eloge ZODJIHOUE

Plus en détail

Comprendre ITIL 2011

Comprendre ITIL 2011 Editions ENI Comprendre ITIL 2011 Normes et meilleures pratiques pour évoluer vers ISO 20000 Collection DataPro Extrait 54 Comprendre ITIL 2011 Normes et meilleures pratiques pour évoluer vers ISO 20000

Plus en détail

ACCORD RELATIF A L'APPLICATION DE L'AMENAGEMENT ET DE LA REDUCTION DU TEMPS DE TRAVAIL AUX INTERIMAIRES

ACCORD RELATIF A L'APPLICATION DE L'AMENAGEMENT ET DE LA REDUCTION DU TEMPS DE TRAVAIL AUX INTERIMAIRES ACCORD RELATIF A L'APPLICATION DE L'AMENAGEMENT ET DE LA REDUCTION DU TEMPS DE TRAVAIL AUX INTERIMAIRES PREAMBULE Les organisations signataires veulent par le présent accord, préciser la situation des

Plus en détail

Lilurti ÉgQ.//ti Fr41rrnili. RbuBLlQ.UE FJtANÇAISE LE SECRETAIRE D'ETAT CHARGE DU BUDGET

Lilurti ÉgQ.//ti Fr41rrnili. RbuBLlQ.UE FJtANÇAISE LE SECRETAIRE D'ETAT CHARGE DU BUDGET Lilurti ÉgQ.//ti Fr41rrnili RbuBLlQ.UE FJtANÇAISE LE MINISTRE DES FINANCES ET DES COMPTES PUBLICS LE SECRETAIRE D'ETAT CHARGE DU BUDGET LE SECRETAIRE D'ETAT CHARGE DE LA REFORME DE L'ETAT ET DE LA SIMPLIFICATION

Plus en détail

MS PROJECT 2000. Prise en main. Date: Mars 2003. Anère MSI. 12, rue Chabanais 75 002 PARIS E mail : jcrussier@anere.com Site : www.anere.

MS PROJECT 2000. Prise en main. Date: Mars 2003. Anère MSI. 12, rue Chabanais 75 002 PARIS E mail : jcrussier@anere.com Site : www.anere. DOCUMENTATION MS PROJECT 2000 Prise en main Date: Mars 2003 Anère MSI 12, rue Chabanais 75 002 PARIS E mail : jcrussier@anere.com Site : www.anere.com Le présent document est la propriété exclusive d'anère

Plus en détail

C ) Détail volets A, B, C, D et E. Hypothèses (facteurs externes au projet) Sources de vérification. Actions Objectifs Méthode, résultats

C ) Détail volets A, B, C, D et E. Hypothèses (facteurs externes au projet) Sources de vérification. Actions Objectifs Méthode, résultats C ) Détail volets A, B, C, D et E Actions Objectifs Méthode, résultats VOLET A : JUMELAGE DE 18 MOIS Rapports d avancement du projet. Réorganisation de l administration fiscale Rapports des voyages d étude.

Plus en détail

Identification, évaluation et gestion des incidents

Identification, évaluation et gestion des incidents Identification, évaluation et gestion des incidents De la cartographie des risques à la mise en place de la base incidents Xavier DIVAY Responsable de la conformité et du contrôle permanent QUILVEST BANQUE

Plus en détail

Analyse et modélisation de tâches

Analyse et modélisation de tâches Analyse et modélisation de tâches 1. Introduction La conception de logiciel interactif (ou conception d'interface homme-machine [IHM], ou conception d'interface) est l'activité qui vise à définir le fonctionnement

Plus en détail

BÂTIR UNE STRATÉGIE DE RÉMUNÉRATION

BÂTIR UNE STRATÉGIE DE RÉMUNÉRATION Introduction L a question de la rémunération se situe, par nature, au fondement même des pratiques de gestion du personnel. Aussi peu développée soit-elle, toute gestion des ressources humaines s organise

Plus en détail

ANNEXE A LA CIRCULAIRE SUR LE CONTROLE INTERNE ET L AUDIT INTERNE TABLE DES MATIERES

ANNEXE A LA CIRCULAIRE SUR LE CONTROLE INTERNE ET L AUDIT INTERNE TABLE DES MATIERES PPB-2006-8-1-CPA ANNEXE A LA CIRCULAIRE SUR LE CONTROLE INTERNE ET L AUDIT INTERNE TABLE DES MATIERES Introduction 0. Base légale 1. Le contrôle interne 1.1. Définition et éléments constitutifs 1.2. Mesures

Plus en détail

FORMATION. Connaître les exigences réglementaires appliquées aux Systèmes d Information. 1 JOUR soit 7 heures. Réf.AQ-Q1

FORMATION. Connaître les exigences réglementaires appliquées aux Systèmes d Information. 1 JOUR soit 7 heures. Réf.AQ-Q1 Réf.AQ-Q1 Les Systèmes d'information des entreprises réglementées font l'objet d'exigences spécifiques. Celles-ci sont souvent difficiles à appréhender pour les spécialistes métier de l'assurance Qualité,

Plus en détail

NC 06 Norme comptable relative aux Immobilisations incorporelles

NC 06 Norme comptable relative aux Immobilisations incorporelles NC 06 Norme comptable relative aux Immobilisations incorporelles Objectif 01. Une entreprise peut acquérir des éléments incorporels ou peut elle-même les développer. Ces éléments peuvent constituer des

Plus en détail

Développement rural 2007-2013. Document d orientation

Développement rural 2007-2013. Document d orientation Développement rural 2007-2013 MANUEL RELATIF AU CADRE COMMUN DE SUIVI ET D EVALUATION Document d orientation Septembre 2006 Direction générale de l agriculture et du développement rural TABLE DES MATIÈRES

Plus en détail

Services informatiques aux organisations

Services informatiques aux organisations I. APPELLATION DU DIPLÔME II. CHAMP D'ACTIVITÉ Services informatiques aux organisations Spécialité «Solutions logicielles et applications métiers» Spécialité «Solutions d infrastructure, systèmes et réseaux»

Plus en détail

Baccalauréat technologique

Baccalauréat technologique Baccalauréat technologique Épreuve relative aux enseignements technologiques transversaux, épreuve de projet en enseignement spécifique à la spécialité et épreuve d'enseignement technologique en langue

Plus en détail

Enquête 2014 de rémunération globale sur les emplois en TIC

Enquête 2014 de rémunération globale sur les emplois en TIC Enquête 2014 de rémunération globale sur les emplois en TIC Enquête 2014 de rémunération globale sur les emplois en TIC Les emplois repères de cette enquête sont disponibles selon les trois blocs suivants

Plus en détail

Le management des risques de l entreprise Cadre de Référence. Synthèse

Le management des risques de l entreprise Cadre de Référence. Synthèse Le management des risques de l entreprise Cadre de Référence Synthèse SYNTHESE L incertitude est une donnée intrinsèque à la vie de toute organisation. Aussi l un des principaux défis pour la direction

Plus en détail

PROPOSITION DE VERSION DEFINITIVE Révisée sous les auspices du Comité scientifique ICOMOS sur l interprétation et la présentation

PROPOSITION DE VERSION DEFINITIVE Révisée sous les auspices du Comité scientifique ICOMOS sur l interprétation et la présentation Charte ICOMOS Pour l interprétation et la présentation des sites culturels patrimoniaux PROPOSITION DE VERSION DEFINITIVE Révisée sous les auspices du Comité scientifique ICOMOS sur l interprétation et

Plus en détail

AIDE-MÉMOIRE POUR L ÉLABORATION D UN PLAN DE COMMUNICATION

AIDE-MÉMOIRE POUR L ÉLABORATION D UN PLAN DE COMMUNICATION AIDE-MÉMOIRE POUR L ÉLABORATION D UN PLAN DE COMMUNICATION Direction du développement des entreprises et des affaires Préparé par Benoît Tremblay Conseiller en gestion Collaborateurs : MM. Paul Bleau,

Plus en détail

LA SURVEILLANCE ET LE SUIVI DE L'ENVIRONNEMENT. Pierre Guimont Conseiller en environnement Unité Environnement Division Équipement, Hydro-Québec

LA SURVEILLANCE ET LE SUIVI DE L'ENVIRONNEMENT. Pierre Guimont Conseiller en environnement Unité Environnement Division Équipement, Hydro-Québec LA SURVEILLANCE ET LE SUIVI DE L'ENVIRONNEMENT Pierre Guimont Conseiller en environnement Unité Environnement Division Équipement, Hydro-Québec Introduction L'un des principes directeurs de la politique

Plus en détail

Mieux répondre aux objectifs de la loi du 13 août 2004 et de la convention d'objectifs et de gestion

Mieux répondre aux objectifs de la loi du 13 août 2004 et de la convention d'objectifs et de gestion 1/9 Mieux répondre aux objectifs de la loi du 13 août 2004 et de la convention d'objectifs et de gestion La loi du 13 août 2004 a confié à l'assurance Maladie de nouvelles responsabilités en matière de

Plus en détail

Leçon 10. Procédures d inventaire et valorisation des stocks

Leçon 10. Procédures d inventaire et valorisation des stocks CANEGE Leçon 10 Procédures d inventaire et valorisation des stocks Objectif : A l'issue de la leçon l'étudiant doit être capable : d'appréhender les différentes techniques de valorisation des stocks et

Plus en détail

RAPPORT DU PRESIDENT DU CONSEIL D ADMINISTRATION EXERCICE SOCIAL 2008 2009

RAPPORT DU PRESIDENT DU CONSEIL D ADMINISTRATION EXERCICE SOCIAL 2008 2009 FIDUCIAL OFFICE SOLUTIONS SA au capital de 22 000 000 Siège social : 41, rue du Capitaine Guynemer 92400 COURBEVOIE RAPPORT DU PRESIDENT DU CONSEIL D ADMINISTRATION EXERCICE SOCIAL 2008 2009 Conformément

Plus en détail

Définir le contexte stratégique des Ressources Humaines

Définir le contexte stratégique des Ressources Humaines Zoom sur le contexte des ressources humaines Définir le contexte stratégique des Ressources Humaines Au travers de leur management stratégique, les entreprises voient les ressources humaines comme le moyen

Plus en détail

PNPMS Ministère de la Santé. Plan 2009-2011. Les grandes lignes Synthèse des travaux de l'atelier du 13 au 16/02/2009

PNPMS Ministère de la Santé. Plan 2009-2011. Les grandes lignes Synthèse des travaux de l'atelier du 13 au 16/02/2009 PNPMS Ministère de la Santé Plan 2009-2011 Les grandes lignes Synthèse des travaux de l'atelier du 13 au 16/02/2009 Le document reprend les éléments essentiels produits lors de l'atelier qui s'est tenu

Plus en détail

DU RISQUE DANS LES CADRES RÉGLEMENTAIRES*

DU RISQUE DANS LES CADRES RÉGLEMENTAIRES* R. GESTION DU RISQUE DANS LES CADRES RÉGLEMENTAIRES* Le Groupe de travail des politiques de coopération en matière de et de normalisation: Reconnaissant que l atténuation du risque qui peut avoir une incidence

Plus en détail

Introduction. Les articles de la presse spécialisée tendent à nous laisser penser que c est en effet le cas :

Introduction. Les articles de la presse spécialisée tendent à nous laisser penser que c est en effet le cas : Introduction Le CRM se porte-t-il si mal? Les articles de la presse spécialisée tendent à nous laisser penser que c est en effet le cas : «75 % de projets non aboutis» «La déception du CRM» «Le CRM : des

Plus en détail

Workshop Gestion de projet- IHEID- MIA- Décembre 2008 Cas Colombie Cucuta

Workshop Gestion de projet- IHEID- MIA- Décembre 2008 Cas Colombie Cucuta PROJET FORMATION DE LEADERS POUR LA DEMOCRATISATION ET LE DEVELOPPEMENT LOCAL DANS LA MUNICIPALITE DE SAN JOSE DE CUCUTA COLOMBIE. 1. CADRE D'INSERTION DU PROJET Les conditions de vie de la population,

Plus en détail

وزارة السكنى والتعمير وسياسة المدينة

وزارة السكنى والتعمير وسياسة المدينة وزارة السكنى والتعمير وسياسة المدينة Phase 3 Planification de la solution retenue et stratégie de changement Elaboration du Schéma Directeur du Système d Information des agences urbaines 2013 Sommaire

Plus en détail

++++++++++++++++++++++++++++++++++++ Présenté par : Imed ENNOURI

++++++++++++++++++++++++++++++++++++ Présenté par : Imed ENNOURI ++++++++++++++++++++++++++++++++++++ Présenté par : Imed ENNOURI Réglementation de la profession d expert comptable en Tunisie - Loi 88-108 du 18 août 1988, portant refonte de la législation relative à

Plus en détail

LEXIQUE. Extraits du document AFNOR (Association Française de Normalisation) www.afnor.fr. NF EN ISO 9000 octobre 2005

LEXIQUE. Extraits du document AFNOR (Association Française de Normalisation) www.afnor.fr. NF EN ISO 9000 octobre 2005 LEXIQUE DEFINITIONS NORMALISEES (ISO 9000) Extraits du document AFNOR (Association Française de Normalisation) www.afnor.fr NF EN ISO 9000 octobre 2005 DEFINITIONS NORMALISEES (ISO 9000) - GENERAL ISO

Plus en détail

Gestion de projet - principales caractéristiques d'un projet

Gestion de projet - principales caractéristiques d'un projet Gestion de projet - principales caractéristiques d'un projet GÉRARD CASANOVA - DENIS ABÉCASSIS Paternité - Pas d'utilisation Commerciale - Pas de Modification : http://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/2.0/fr/

Plus en détail

Service de planification et de conception de réseau sans fil unifié Cisco

Service de planification et de conception de réseau sans fil unifié Cisco Service de planification et de conception de réseau sans fil unifié Cisco Augmentez la précision, la vitesse et l'efficacité du déploiement d'une solution de réseau sans fil unifié Cisco. Adoptez une approche

Plus en détail

Objectifs : piloter l organisation à travers des indicateurs (regroupés dans un tableau de bord), et informer des résultats la hiérarchie.

Objectifs : piloter l organisation à travers des indicateurs (regroupés dans un tableau de bord), et informer des résultats la hiérarchie. C HAPI TRE 8 Tableau de bord et reporting Objectifs : piloter l organisation à travers des indicateurs (regroupés dans un tableau de bord), et informer des résultats la hiérarchie. 1 Principes A Le tableau

Plus en détail

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 330 PROCÉDURES A METTRE EN ŒUVRE PAR L'AUDITEUR EN FONCTION DE SON ÉVALUATION DES RISQUES

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 330 PROCÉDURES A METTRE EN ŒUVRE PAR L'AUDITEUR EN FONCTION DE SON ÉVALUATION DES RISQUES NORME INTERNATIONALE D AUDIT 330 PROCÉDURES A METTRE EN ŒUVRE PAR L'AUDITEUR EN FONCTION DE SON ÉVALUATION DES RISQUES SOMMAIRE Paragraphes Introduction... 1-3 Réponses globales... 4-6 Procédures d'audit

Plus en détail

Recommandation AMF n 2006-15 Expertise indépendante dans le cadre d opérations financières

Recommandation AMF n 2006-15 Expertise indépendante dans le cadre d opérations financières Recommandation AMF n 2006-15 Expertise indépendante dans le cadre d opérations financières Texte de référence : article 262-1 du règlement général de l AMF Le titre VI du livre II du règlement général

Plus en détail

ANALYSE DE RISQUE AVEC LA MÉTHODE MEHARI Eric Papet e.papet@dev1-0.com Co-Fondateur SSII DEV1.0 Architecte Logiciel & Sécurité Lead Auditor ISO 27001

ANALYSE DE RISQUE AVEC LA MÉTHODE MEHARI Eric Papet e.papet@dev1-0.com Co-Fondateur SSII DEV1.0 Architecte Logiciel & Sécurité Lead Auditor ISO 27001 ANALYSE DE RISQUE AVEC LA MÉTHODE MEHARI Eric Papet e.papet@dev1-0.com Co-Fondateur SSII DEV1.0 Architecte Logiciel & Sécurité Lead Auditor ISO 27001 PLAN Introduction Générale Introduction MEHARI L'analyse

Plus en détail

GESTION CENTRALISÉE DELL POWERVAULT DL 2000 OPTIMISÉ PAR SYMANTEC

GESTION CENTRALISÉE DELL POWERVAULT DL 2000 OPTIMISÉ PAR SYMANTEC GESTION CENTRALISÉE DELL POWERVAULT DL 2000 OPTIMISÉ PAR SYMANTEC NOTE DE SYNTHESE La solution Dell PowerVault DL2000 optimisée par Symantec Backup Exec est la seule à proposer un système intégré de sauvegarde

Plus en détail

FORMATION RESPONSABLE COMMERCIAL EN AGROBUSINESS TITRE DE NIVEAU II contenu des modules de formation

FORMATION RESPONSABLE COMMERCIAL EN AGROBUSINESS TITRE DE NIVEAU II contenu des modules de formation Niveau Code Module Intitulé Unité d Enseignement Objectifs B B AF 2 Agro-fourniture Agro-ressources Acquérir une connaissance approfondie du marché des céréales alimentaires et non alimentaires dans un

Plus en détail

Contenu attendu des guides nationaux de bonnes pratiques d hygiène GBPH

Contenu attendu des guides nationaux de bonnes pratiques d hygiène GBPH Contenu attendu des guides nationaux de bonnes pratiques d hygiène GBPH Note d information à l usage des professionnels En complément de cette note, des informations relatives au contenu des GBPH sont

Plus en détail

Séance commune des Conseils du jeudi 20 décembre 2007 -----------------------------------------------------------------------------

Séance commune des Conseils du jeudi 20 décembre 2007 ----------------------------------------------------------------------------- CONSEIL CENTRAL DE L'ECONOMIE CONSEIL NATIONAL DU TRAVAIL CCE 2007-1537 DEF AVIS N 1.625 Séance commune des Conseils du jeudi 20 décembre 2007 -----------------------------------------------------------------------------

Plus en détail

MANAGEMENT SITUATIONNEL VERS L AUTONOMIE ET LA RESPONSABILISATION

MANAGEMENT SITUATIONNEL VERS L AUTONOMIE ET LA RESPONSABILISATION Fiche de lecture : MANAGEMENT SITUATIONNEL VERS L AUTONOMIE ET LA RESPONSABILISATION I. PRESENTATION GENERALE «Management situationnel Vers l autonomie et la responsabilisation» (nouvelle édition enrichie),

Plus en détail

CADASTRE DU LOGEMENT SOCIAL. Avis du Comité permanent des Sociétés de Logement de Service public de l'union des Villes et Communes de Wallonie

CADASTRE DU LOGEMENT SOCIAL. Avis du Comité permanent des Sociétés de Logement de Service public de l'union des Villes et Communes de Wallonie CADASTRE DU LOGEMENT SOCIAL Avis du Comité permanent des Sociétés de Logement de Service public de l'union des Villes et Communes de Wallonie Les sociétés de logement de service public gèrent un parc de

Plus en détail

NÉGOCIER LES ACHATS. durée 2x2 jours

NÉGOCIER LES ACHATS. durée 2x2 jours Catalogue Achats NÉGOCIER LES ACHATS durée 2x2 jours L'OBJET DE LA NEGOCIATION Fixer les objectifs à atteindre d'une négociation interne ou externe à l'achat. Préparer cette négociation en structurant

Plus en détail

Depuis 2009, l'éducation nationale s'est déjà mobilisée pour développer des banques de stages et des outils associés.

Depuis 2009, l'éducation nationale s'est déjà mobilisée pour développer des banques de stages et des outils associés. Pôles de stages Mise en place dans les académies de pôles de stages NOR : MENE1505070C circulaire n 2015-035 du 25-2-2015 MENESR - DGESCO A2-2 Texte adressé aux rectrices et recteurs d'académie Que ce

Plus en détail

SOCIETE FRANCAISE EXXONMOBIL CHEMICAL S.C.A. Rapport du Président du Conseil de Surveillance

SOCIETE FRANCAISE EXXONMOBIL CHEMICAL S.C.A. Rapport du Président du Conseil de Surveillance SOCIETE FRANCAISE EXXONMOBIL CHEMICAL S.C.A. Rapport du Président du Conseil de Surveillance Procédures de contrôle interne relatives à l'élaboration et au traitement de l'information comptable et financière

Plus en détail

Gestion de projets. avec. Microsoft Office PROJECT 2003

Gestion de projets. avec. Microsoft Office PROJECT 2003 Gestion de projets avec Microsoft Office PROJECT 2003 Décembre 2006 1 Sommaire 1. Présentation de MS Office Project 2003 2. Aperçu général de l interface 3. Elaboration d un plan de projet 4. Gestion des

Plus en détail

La méthode des cas et le plan marketing : énoncé seul

La méthode des cas et le plan marketing : énoncé seul La méthode des cas et le plan marketing : énoncé seul 12_07_2011 Table des matières Table des matières 3 I - 1. Point méthodologique 7 A. 1.1. Définitions...7 B. 1.2. Plan d'analyse type...8 C. 1.3. Synthèse...13

Plus en détail

DIANE-SPIRALE. Rôle du PMP

DIANE-SPIRALE. Rôle du PMP DIANE-SPIRALE V1 Rôle du PMP Copyright Michel ANDRE Page 1 sur 8 02/12/2005 1. PRESENTATION : 3 2. OBJECTIFS : 3 3. MAQ A DISPOSITION : 4 4. CONTENU : 4 5. UTILISATION : 6 6. PILOTAGE : 6 7. GUIDES & AIDES

Plus en détail

Méthodologie d Ouverture, de Dépouillement et d Evaluation des Offres Relatives à la Consultation 09 S V.E.De.R

Méthodologie d Ouverture, de Dépouillement et d Evaluation des Offres Relatives à la Consultation 09 S V.E.De.R Programme Projet Instrument Européen de Voisinage et de Partenariat - Coopération Transfrontalière Italie- "Valorisation Energétique des Résidus V.E.De.R PS2.3/02" Composante.2 Communication et Diffusion

Plus en détail

1 ) La prévision dans l'entreprise

1 ) La prévision dans l'entreprise R Cordier LA GESTION BUDGETAIRE Malgré les critiques dont elle fait l objet, la gestion budgétaire constitue toujours la méthode de contrôle de gestion la plus utilisée par les entreprises. Mais si presque

Plus en détail

LE CONTROLE DE GESTION DANS L'ASSURANCE : UNE REHABILITATION VITALE EN TUNISIE

LE CONTROLE DE GESTION DANS L'ASSURANCE : UNE REHABILITATION VITALE EN TUNISIE LE CONTROLE DE GESTION DANS L'ASSURANCE : UNE REHABILITATION VITALE EN TUNISIE Par Nabila EL HEDDA, Elyès JOUINI et Denis CHEMILLIER-GENDREAU "Le marché tunisien de l'assurance va connaître, dans les années

Plus en détail

Stratégie de rémunération

Stratégie de rémunération CONSULTING Offre Conseil RH Stratégie de rémunération La stratégie de rémunération est un facteur de stabilité et de performance de l'entreprise. GFI Consulting vous accompagne en mettant en cohérence

Plus en détail

ABIP Eurl CABINET D INGENIEURS CONSEILS & MISE A DISPOSITION DE PERSONNEL D ENCADREMENT. Prestations Intellectuelles et de sous-traitance

ABIP Eurl CABINET D INGENIEURS CONSEILS & MISE A DISPOSITION DE PERSONNEL D ENCADREMENT. Prestations Intellectuelles et de sous-traitance ABIP Eurl CABINET D INGENIEURS CONSEILS & MISE A DISPOSITION DE PERSONNEL D ENCADREMENT Prestations Intellectuelles et de sous-traitance Accompagnement aux normes Internationales et ISO Formations diverses

Plus en détail

CONTROLE GÉNÉRAL ÉCONOMIQUE ET FINANCIER

CONTROLE GÉNÉRAL ÉCONOMIQUE ET FINANCIER CONTROLE GENERAL ECONOMIQUE ET FINANCIER MISSION AUDIT 3, boulevard Diderot 75572 PARIS CEDEX 12 CONTROLE GÉNÉRAL ÉCONOMIQUE ET FINANCIER CHARTE DE L'AUDIT Validée par le comité des audits du 4 avril 2012

Plus en détail

Olivier Terrettaz, Expert diplômé en finance et controlling 1

Olivier Terrettaz, Expert diplômé en finance et controlling 1 Olivier Terrettaz Expert diplômé en finance et controlling Economiste d'entreprise HES Olivier Terrettaz, Expert diplômé en finance et controlling 1 Gouvernement d'entreprise Définition Le gouvernement

Plus en détail

LA GESTION DE PROJET INFORMATIQUE

LA GESTION DE PROJET INFORMATIQUE Structurer, assurer et optimiser le bon déroulement d un projet implique la maîtrise des besoins, des objectifs, des ressources, des coûts et des délais. Dans le cadre de la gestion d un projet informatique

Plus en détail

LA GESTION DE PROJET INFORMATIQUE

LA GESTION DE PROJET INFORMATIQUE LA GESTION DE PROJET INFORMATIQUE Lorraine Structurer, assurer et optimiser le bon déroulement d un projet implique la maîtrise des besoins, des objectifs, des ressources, des coûts et des délais. Dans

Plus en détail

O RMATION. Ingénierie Système Management de Projet Évaluation de la Maturité

O RMATION. Ingénierie Système Management de Projet Évaluation de la Maturité PLANS F de O RMATION Ingénierie Système Management de Projet Évaluation de la Maturité O R G A N I S A T I O N ACTEURS CONCERNÉS Les concepteurs de systèmes doivent détecter, analyser les besoins des utilisateurs,

Plus en détail

Le tableau de bord d une agence ou d une activité bancaire

Le tableau de bord d une agence ou d une activité bancaire Le tableau de bord d une agence ou d une activité bancaire Mme ASKRI Leila Mrs ZHIOU Hamza HAMDI Mourad JELIZI Walid Les thèmes 1. Définitions et concepts 2. Les composantes et la Conception d'un tableau

Plus en détail

GLOBAL SUPPLY CHAIN MANAGEMENT & STRATEGIE LOGISTIQUE

GLOBAL SUPPLY CHAIN MANAGEMENT & STRATEGIE LOGISTIQUE GLOBAL SUPPLY CHAIN MANAGEMENT & STRATEGIE LOGISTIQUE La logistique représentait traditionnellement l activité allant de la mise à disposition des produits finis par l usine ou le négociant jusqu à la

Plus en détail

Définir une politique de maintenance et sa stratégie de mise en œuvre de responsabilités

Définir une politique de maintenance et sa stratégie de mise en œuvre de responsabilités Chapitre 1 Définir une politique de maintenance et sa stratégie de mise en œuvre de responsabilités La politique de maintenance, entre prévention et correction 25 f Qu est-ce que le «préventif» et le «correctif»?

Plus en détail

ANNEXES : MANAGEMENT, QUALITÉ, PROJET, EXEMPLES DE MÉTHODES

ANNEXES : MANAGEMENT, QUALITÉ, PROJET, EXEMPLES DE MÉTHODES ANNEXES : MANAGEMENT, QUALITÉ, PROJET, EXEMPLES DE MÉTHODES LA MÉTHODE AMDEC HACCP Technique spécifique de la sûreté de fonctionnement, l'analyse des Modes de Défaillance, de leurs Effets et de leur Criticité

Plus en détail

Principe et règles d audit

Principe et règles d audit CHAPITRE 2 Principe et règles d audit 2.1. Principe d audit Le principe et les règles d audit suivent logiquement l exposé précédent. D abord, comme dans toute branche de l activité d une entreprise, l

Plus en détail

A1 GESTION DE LA RELATION AVEC LA CLIENTELE

A1 GESTION DE LA RELATION AVEC LA CLIENTELE Référentiel des Activités Professionnelles A1 GESTION DE LA RELATION AVEC LA CLIENTELE L assistant prend en charge l essentiel du processus administratif des ventes. Il met en place certaines actions de

Plus en détail

Fiche Technique n 2. Le cycle de projet à la Banque Mondiale. Étapes du cycle

Fiche Technique n 2. Le cycle de projet à la Banque Mondiale. Étapes du cycle Fiche Technique n 2 Le cycle de projet à la Banque Mondiale Étapes du cycle Stratégie d'assistance au pays La Banque reconnaît que l'assistance fournie dans le passé, y compris par ses propres services,

Plus en détail