Délai entre infection et diagnostic et

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Délai entre infection et diagnostic et"

Transcription

1 Délai entre infection et diagnostic et épidémie cachée du VIH en France Virginie Supervie 1, Jacques Ndawinz 1, Sara Lodi 2 & Dominique Costagliola 1 1 Inserm U943 & Université Pierre and Marie Curie, Paris, France 2 Instituto de Salud Carlos III, Madrid, Espagne

2 Connaître la taille de l épidémie cachée, élément essentiel pour : mettre en place des stratégies de dépistage prévoir et planifier les ressources nécessaires à la prise en charge des patients mesurer la quantité de virus qui circule dans la population 2

3 Epidémie cachée en France (1) Données : déclaration obligatoire des nouveaux diagnostics VIH Méthode : nouveau modèle de rétrocalcul Incidence de l infection à VIH Nombre de nouveaux diagnostics VIH notifiés au cours du temps + Stade clinique au diagnostic Distribution du délai entre infection et diagnostic VIH Ndawinz JD, Costagliola D, Supervie V. (2011) New method for estimating HIV incidence and time from infection to diagnosis using HIV surveillance data: results for France. AIDS 25:

4 Estimation de incidence de l infection à VIH en France par groupe de transmission Nombre de nouvelles infections à VIH Hommes qui ont des rapports sexuels avec des hommes Femmes hétérosexuelles étrangères Hommes hétérosexuels étrangers Femmes hétérosexuelles françaises Hommes hétérosexuels français Usagers de drogues injectables Années Ndawinz JD, Costagliola D, Supervie V. (2011) New method for estimating HIV incidence and time from infection to diagnosis using HIV surveillance data: results for France. AIDS 25:

5 Estimation de incidence de l infection à VIH en France par groupe de transmission Nombre de nouvelles infections à VIH Hommes qui ont des rapports sexuels avec des hommes 2900 Femmes hétérosexuelles étrangères 1400 Hommes hétérosexuels étrangers Femmes hétérosexuelles françaises Hommes hétérosexuels français Usagers de drogues injectables 100 Années Ndawinz JD, Costagliola D, Supervie V. (2011) New method for estimating HIV incidence and time from infection to diagnosis using HIV surveillance data: results for France. AIDS 25:

6 Délais estimés entre infection et diagnostic du VIH en France par groupe de transmission Délais variables entre les groupes de transmission Ndawinz JD, Costagliola D, Supervie V. (2011) New method for estimating HIV incidence and time from infection to diagnosis using HIV surveillance data: results for France. AIDS 25:

7 Délais estimés entre infection et diagnostic du VIH en France par groupe de transmission Hétérogénéité dans le recours au test de dépistage au sein de chaque groupe de transmission Ndawinz JD, Costagliola D, Supervie V. (2011) New method for estimating HIV incidence and time from infection to diagnosis using HIV surveillance data: results for France. AIDS 25:

8 Epidémie cachée en France (2) Données : déclaration obligatoire des nouveaux diagnostics VIH Méthode : nouveau modèle de rétrocalcul Incidence de l infection à VIH Nombre de nouveaux diagnostics VIH notifiés au cours du temps + Stade clinique au diagnostic Nombre de VIH+ Ignorant leur séropositivité + durée de séropositivité Distribution du délai entre infection et diagnostic VIH 8

9 Probabilités cumulées (estimées) de ne pas être diagnostiqué pour le VIH 9

10 Probabilités cumulées (estimées) de ne pas être diagnostiqué pour le VIH 50% 50% 47% 38% 36% 31% 10

11 Probabilités cumulées (estimées) de ne pas être diagnostiqué pour le VIH <5% 11

12 Nombres de personnes VIH+ qui ne connaissaient pas leur statut VIH en 2010 Nb personnes vivant avec le VIH non diagnostiquées Total ( ) Total Hommes ( ) Total Femmes 9200 ( ) HSH 9000 ( ) UDI 500 ( ) Hétérosexuels étrangers 9500 ( ) Hétérosexuels français 9800 ( ) Taux prévalence VIH non diagnostiquée pour (5 9) 10 (7 13) 5 (3 6) 288 ( ) 62 (12 99) 36 (23 47) 3 (1 4) 12

13 Durée de séropositivité des VIH+ qui ne connaissaient pas leur statut VIH en 2010 années 13

14 Durée de séropositivité des VIH+ qui ne connaissaient pas leur statut VIH en 2010 années 14

15 Durée de séropositivité des VIH+ qui ne connaissaient pas leur statut VIH en 2010 années 20% 53% 28% 15

16 Durée de séropositivité des VIH+ qui ne connaissaient pas leur statut VIH en 2010 années 20% 53% 28% 16

17 Durée de séropositivité des VIH+ qui ne connaissaient pas leur statut VIH en 2010 années 20% 53% 28% 17

18 Epidémie cachée en France (3) Données : déclaration obligatoire des nouveaux diagnostics VIH Méthode : nouveau modèle de rétrocalcul Incidence de l infection à VIH Nombre de nouveaux diagnostics VIH notifiés au cours du temps + Stade clinique au diagnostic Distribution du temps entre infection et diagnostic VIH Nombre de VIH+ Ignorant leur séropositivité + durée de séropositivité + Taux de CD4 Données histoire naturelle du VIH (diminution des CD4) 18

19 Distribution des CD4 après la séroconversion Données CASCADE* : collaboration internationale de 26 cohortes d adultes infectés par le VIH dont on a pu estimer la date de séroconversion cellules/mm 3 *Concerted Action on SeroConversion to AIDS and Death in Europe (http://www.cascade-collaboration.org/) 19

20 Distribution des CD4 après la séroconversion Données CASCADE* : collaboration internationale de 26 cohortes d adultes infectés par le VIH dont on a pu estimer la date de séroconversion 29% 19% cellules/mm 3 24% 27% *Concerted Action on SeroConversion to AIDS and Death in Europe (http://www.cascade-collaboration.org/) 20

21 Taux de CD4 des VIH+ qui ne connaissaient pas leur statut VIH en 2010 cellules/mm 3 21

22 Taux de CD4 des VIH+ qui ne connaissaient pas leur statut VIH en 2010 cellules/mm 3 22

23 Taux de CD4 des VIH+ qui ne connaissaient pas leur statut VIH en 2010 cellules/mm 3 23

24 Taux de CD4 des VIH+ qui ne connaissaient pas leur statut VIH en 2010 cellules/mm 3 18% 18% 19% 45% 24

25 Taux de CD4 des VIH+ qui ne connaissaient pas leur statut VIH en 2010 cellules/mm 3 18% 18% 19% 45% 25

26 Taux de CD4 des VIH+ qui ne connaissaient pas leur statut VIH en 2010 cellules/mm 3 18% 18% 19% 45% 26

27 Conclusion [ ] personnes ignoraient leur séropositivité en France fin 2010, soit un taux de prévalence de 0,07% [0,05 0,09]; 2/3 étaient des hommes. 29% [27 31] infectées récemment ( 1 an) et 16% [14 18] il y a plus de 5 ans. Proportion d infections récentes plus élevée chez les HSH et les femmes hétérosexuelles nées à l étranger. Proportion d infections anciennes plus élevée chez les hommes hétérosexuels et les UDI. 59% [57 61] avaient des CD4<500 cellules/mm 3 ; 19% [17 21] des CD4<200. Les hommes, et en particulier les hommes hétérosexuels français ou bien nés à l étranger, avaient des CD4 plus bas que les femmes. Urgence à réduire le délai entre l infection et diagnostic de l infection, et donc à multiplier les occasions de dépistage du VIH (notamment chez les hommes) 27

28 Hétérosexuels français Hétérosexuels étrangers Nombres de VIH+ qui ignorent leur séropositivité en 2010 Nb personnes vivant avec le VIH non diagnostiquées (IC à 95%) Total ( ) HSH 9000 ( ) 9800 ( ) 9500 ( ) UDI 500 ( ) Total Hommes ( ) Total Femmes 9200 ( ) Taux prévalence VIH non diagnostiquée pour (IC à 95%) 7 (5-9) 288 ( ) 3 (1-4) 36 (23-47) 62 (12-99) 10 (7-13) 5 (3-6) Stratégie coûtefficace si taux > 10 pour (Yazdanpanah Y, Plos One, 2010) 28

29 Hétérosexuels français Hétérosexuels étrangers Nombres de VIH+ qui ignorent leur séropositivité en 2010 Nb personnes vivant avec le VIH non diagnostiquées (IC à 95%) Total ( ) HSH 9000 ( ) 9800 ( ) 9500 ( ) UDI 500 ( ) Total Hommes ( ) Total Femmes 9200 ( ) Taux prévalence VIH non diagnostiquée pour (IC à 95%) 7 (5-9) 288 ( ) 3 (1-4) 36 (23-47) 62 (12-99) 10 (7-13) 5 (3-6) Stratégie coûtefficace si taux > 10 pour (Yazdanpanah Y, Plos One, 2010) Dépistage généralisé pas coût-efficace 29

30 Hétérosexuels français Hétérosexuels étrangers Nombres de VIH+ qui ignorent leur séropositivité en 2010 Nb personnes vivant avec le VIH non diagnostiquées (IC à 95%) Total ( ) HSH 9000 ( ) 9800 ( ) 9500 ( ) UDI 500 ( ) Total Hommes ( ) Total Femmes 9200 ( ) Taux prévalence VIH non diagnostiquée pour (IC à 95%) 7 (5-9) 288 ( ) 3 (1-4) 36 (23-47) 62 (12-99) 10 (7-13) 5 (3-6) Stratégie coûtefficace si taux > 10 pour (Yazdanpanah Y, Plos One, 2010) Dépistage ciblé coût-efficace 30

31 Hétérosexuels français Hétérosexuels étrangers Nombres de VIH+ qui ignorent leur séropositivité en 2010 Nb personnes vivant avec le VIH non diagnostiquées (IC à 95%) Total ( ) HSH 9000 ( ) 9800 ( ) 9500 ( ) UDI 500 ( ) Total Hommes ( ) Total Femmes 9200 ( ) Taux prévalence VIH non diagnostiquée pour (IC à 95%) 7 (5-9) 288 ( ) 3 (1-4) 36 (23-47) 62 (12-99) 10 (7-13) 5 (3-6) Stratégie coûtefficace si taux > 10 pour (Yazdanpanah Y, Plos One, 2010) Dépistage généralisé chez les hommes coût-efficace 31

32 Cascade de la prise en charge en France en 2010 par groupe de transmission Supervie V. & Costagliola D. The spectrum of engagement in HIV care in France: strengths and gaps. 20th Conference on Retroviruses and Opportunistic Infections. Atlanta, USA: March Abstract #:

33 Cascade de la prise en charge en France en % 92% 81% 86% Supervie V. & Costagliola D. The spectrum of engagement in HIV care in France: strengths and gaps. 20th Conference on Retroviruses and Opportunistic Infections. Atlanta, USA: March Abstract #:

Evolution de la Survie des personnes infectées es par le VIH

Evolution de la Survie des personnes infectées es par le VIH Evolution de la Survie des personnes infectées es par le VIH Réunion Act Up Mardi 13 décembre 2005 Dr Caroline Semaille Unité VIH/Sida-IST-VHC Département des Maladies Infectieuses, InVS Évolution du nombre

Plus en détail

Tests rapides VIH : Comment, pour qui? Diane Descamps, Yazdan Yazdanpanah Laboratoire de Virologie, Service des Maladies Infectieuses et Tropicales Hôpital-Bichat Claude Bernard, HUPNVS UFR de Médecine

Plus en détail

ÉPIDEMIOLOGIE DU SIDA ET DE L INFECTION À VIH EN BELGIQUE

ÉPIDEMIOLOGIE DU SIDA ET DE L INFECTION À VIH EN BELGIQUE Service maladies infectieuses dans la population générale ÉPIDEMIOLOGIE DU SIDA ET DE L INFECTION À VIH EN BELGIQUE Situation au 31 décembre ÉPIDEMIOLOGIE DU SIDA ET DE L INFECTION À VIH EN BELGIQUE Ce

Plus en détail

Situation du VIH-sida en France

Situation du VIH-sida en France Situation du VIH-sida en France Données du 3 juin 27 Unité VIH/Sida-IST-VHC Département des Maladies Infectieuses Institut de Veille Sanitaire 1 Sommaire I - Découvertes de séropositivité VIH diapositive

Plus en détail

Nouvelles stratégies de dépistage du VIH. Dr Laurent Malato Laboratoire de Virologie CHU Bordeaux Pellegrin 12 Décembre 2011

Nouvelles stratégies de dépistage du VIH. Dr Laurent Malato Laboratoire de Virologie CHU Bordeaux Pellegrin 12 Décembre 2011 Nouvelles stratégies de dépistage du VIH Dr Laurent Malato Laboratoire de Virologie CHU Bordeaux Pellegrin 12 Décembre 2011 Point épidémiologique sur le VIH Dépistage du VIH en France 5 millions de sérologies

Plus en détail

Table Ronde «Prévention et Dépistage»

Table Ronde «Prévention et Dépistage» Table Ronde «Prévention et Dépistage» «L infection à VIH/SIDA en 2013» Conférence organisée par la Ville de Marseille Dr Pervenche Martinet Dr Chantal Vernay Vaïsse 29/11/2013 1 Le dépistage aujourd'hui

Plus en détail

ÉPIDEMIOLOGIE DU SIDA ET DE L INFECTION À VIH EN BELGIQUE

ÉPIDEMIOLOGIE DU SIDA ET DE L INFECTION À VIH EN BELGIQUE Service maladies infectieuses au sein de la population générale ÉPIDEMIOLOGIE DU SIDA ET DE L INFECTION À VIH EN BELGIQUE Situation au 31 décembre 2011 ÉPIDEMIOLOGIE DU SIDA ET DE L INFECTION À VIH EN

Plus en détail

TERMES DE REFERENCE. I- Contexte et justification

TERMES DE REFERENCE. I- Contexte et justification TERMES DE REFERENCE Recrutement d un/e Consultant/e National/e pour la réalisation d une analyse des barrières à l accès au dispositif national de conseil et de dépistage anonyme et gratuit du VIH existant

Plus en détail

La vaccination contre le VHB à l heure du consensus. Ariane Chryssostalis Service d hépatogastroentérologie Hopital Cochin

La vaccination contre le VHB à l heure du consensus. Ariane Chryssostalis Service d hépatogastroentérologie Hopital Cochin La vaccination contre le VHB à l heure du consensus Ariane Chryssostalis Service d hépatogastroentérologie Hopital Cochin Pourquoi vacciner? Epidémiologie du VHB 370.000.000 de porteurs chroniques du VHB

Plus en détail

Hépatite C une maladie silencieuse..

Hépatite C une maladie silencieuse.. Hépatite C une maladie silencieuse.. F. Bally Centre de Maladies Infectieuses et Epidémiologie Institut Central des Hôpitaux Valaisans Histoire Années 70 Hépatite non-a-non-b = hépatite post-transfusionelle

Plus en détail

Etes-vous sûr de savoir diagnostiquer une primo-infection à V.I.H.?

Etes-vous sûr de savoir diagnostiquer une primo-infection à V.I.H.? Etes-vous sûr de savoir diagnostiquer une primo-infection à V.I.H.? Retard au diagnostic de primo-infection par le VIH après consultation auprès de différentes structures de soins. Weintrob, J. Giner,

Plus en détail

SUIVI DES ACTIVITES DE PREVENTION DU VIH/SIDA DANS LE CANTON DE GENEVE EN 2009

SUIVI DES ACTIVITES DE PREVENTION DU VIH/SIDA DANS LE CANTON DE GENEVE EN 2009 Centre hospitalier universitaire vaudois Département universitaire de médecine et de santé communautaires Institut universitaire de médecine sociale et préventive Lausanne SUIVI DES ACTIVITES DE PREVENTION

Plus en détail

Sélection et Évaluation Quantitative des Médicaments pour la Prise en Charge du VIH/SIDA. Sophie Logez, OMS/PSM Addis Abeba, Ethiopie, Février 2005

Sélection et Évaluation Quantitative des Médicaments pour la Prise en Charge du VIH/SIDA. Sophie Logez, OMS/PSM Addis Abeba, Ethiopie, Février 2005 Sélection et Évaluation Quantitative des Médicaments pour la Prise en Charge du VIH/SIDA Sophie Logez, OMS/PSM Addis Abeba, Ethiopie, Février 2005 Sélection et Évaluation Quantitative Références Sélection

Plus en détail

LIGNES DIRECTRICES CLINIQUES TOUT AU LONG DU CONTINUUM DE SOINS : Objectif de ce chapitre. 6.1 Introduction 86

LIGNES DIRECTRICES CLINIQUES TOUT AU LONG DU CONTINUUM DE SOINS : Objectif de ce chapitre. 6.1 Introduction 86 LIGNES DIRECTRICES CLINIQUES TOUT AU LONG DU CONTINUUM DE SOINS : ÉTABLISSEMENT DE LIENS ENTRE LES PERSONNES CHEZ QUI UN DIAGNOSTIC D INFECTION À VIH A ÉTÉ POSÉ ET LES SERVICES DE SOINS ET DE TRAITEMENT

Plus en détail

LES CO-INFECTIONS VIH-VHC. EPIDEMIOLOGIE, INTERFERENCES. Patrice CACOUB La Pitié Salpêtrière, Paris

LES CO-INFECTIONS VIH-VHC. EPIDEMIOLOGIE, INTERFERENCES. Patrice CACOUB La Pitié Salpêtrière, Paris LES CO-INFECTIONS VIH-VHC. EPIDEMIOLOGIE, INTERFERENCES Patrice CACOUB La Pitié Salpêtrière, Paris 8 Avant l introduction des traitements antirétroviraux hautement actifs (HAART), la majorité des patients

Plus en détail

Analyse de la survie des sujets atteints de Sida dans les principaux hôpitaux parisiens entre 1981 et 1993

Analyse de la survie des sujets atteints de Sida dans les principaux hôpitaux parisiens entre 1981 et 1993 Retour au sommaire des BEH de 1997 Analyse de la survie des sujets atteints de Sida dans les principaux hôpitaux parisiens entre 1981 et 1993 INTRODUCTION A partir des données de surveillance du Sida,

Plus en détail

Détection et prise en charge de la résistance aux antirétroviraux

Détection et prise en charge de la résistance aux antirétroviraux Détection et prise en charge de la résistance aux antirétroviraux Jean Ruelle, PhD AIDS Reference Laboratory, UCLouvain, Bruxelles Corata 2011, Namur, 10 juin 2011 Laboratoires de référence SIDA (Belgique)

Plus en détail

Organisation de la journée mondiale de lutte contre le Sida 1er décembre 2011

Organisation de la journée mondiale de lutte contre le Sida 1er décembre 2011 Organisation de la journée mondiale de lutte contre le Sida 1er décembre 2011 ARS et COREVIH en Alsace Dr Géraldine ROSET ARS Alsace ARS - Direction Alsace 8 mars 2011 - Pôle - Initiales de l agent - Date

Plus en détail

La cytométrie de flux

La cytométrie de flux TD5 La cytométrie de flux Air sous-pression Signal de formation des gouttes Signal de charge des gouttes Cellules en suspension Liquide de Gaine Vibrateur Ultrason Dˇtecteur de Lumi re Arrt du Faisceau

Plus en détail

analyses et surveillance

analyses et surveillance PORTRAIT DES INFECTIONS TRANSMISSIBLES SEXUELLEMENT ET PAR LE SANG (ITSS), DE L HÉPATITE C, DE L INFECTION PAR LE VIH ET DU SIDA AU QUÉBEC S A N T É P U B L I Q U E analyses et C O L L E C T I O N surveillance

Plus en détail

Implication des Corevih dans l arrivée des ADVIH: Expérience du Corevih LCA

Implication des Corevih dans l arrivée des ADVIH: Expérience du Corevih LCA Implication des Corevih dans l arrivée des ADVIH: Expérience du Corevih LCA Réunion Icône 2015 STRASBOURG Laurence Boyer - PH -SMIT- CHU Nancy Contexte Plan VIH/Sida/IST- 2010/14: Augmenter le dépistage:

Plus en détail

Plan national VIH/SIDA IST 2010 2014. de lutte contre le. et les

Plan national VIH/SIDA IST 2010 2014. de lutte contre le. et les Plan national de lutte contre le VIH/SIDA et les IST 2010 2014 Plan national de lutte contre le VIH/SIDA et les IST 2010-2014 Sommaire Enjeux, principes et objectif 7 Élaboration du plan VIH/IST 2010-2014

Plus en détail

Liste de vérification pour la planification des services d approche

Liste de vérification pour la planification des services d approche Liste de vérification pour la planification des services d approche Janvier 2014 La présente liste de vérification s adresse aux praticiens de la santé publique qui font du travail de proximité auprès

Plus en détail

Liste des principales abréviations

Liste des principales abréviations 2014-2019 2 Liste des principales abréviations ART CRS DMG DPG FSF HSH IST LGBTQI MAS NONOPEP OPEP PMTCT PrEP PVVIH SIDA TasP TPE VIH Thérapie antirétrovirale Centres de référence Sida Dossier médical

Plus en détail

Recommandation de la Haute autorité de santé (France) pour le dépistage biologique des hépatites virales B et C

Recommandation de la Haute autorité de santé (France) pour le dépistage biologique des hépatites virales B et C Recommandation de la Haute autorité de santé (France) pour le dépistage biologique des hépatites virales B et C Guidelines of the French National Authority for Health for the biological screening of B

Plus en détail

Qu est-ce qu elle nous montre?

Qu est-ce qu elle nous montre? Qu est-ce qu elle nous montre? Description des répondants et résultats généraux Pour quoi faire une enquête sur la PrEP? En France, et contrairement aux Etats-Unis depuis juillet 2012, l utilisation d

Plus en détail

Vaccination contre l hépatite B des personnes vivant avec le VIH

Vaccination contre l hépatite B des personnes vivant avec le VIH Vaccination contre l hépatite B des personnes vivant avec le VIH Odile Launay CIC de vaccinologie Cochin Pasteur Hôpital Cochin, Paris 6 ème journée de vaccinologie clinique JG Guillet Mardi 4 juin 2013

Plus en détail

M me Florence Chanut. «Injection : Comment articuler prévention, éducation et réduction des risques?»

M me Florence Chanut. «Injection : Comment articuler prévention, éducation et réduction des risques?» M me Florence Chanut Psychiatre Responsable du programme de psychiatrie des toxicomanies du Centre Hospitalier Universitaire de Montréal (CHUM) Professeur adjoint de clinique au département de psychiatrie

Plus en détail

Le VIH/sida, la loi et vous

Le VIH/sida, la loi et vous Le VIH/sida, la loi et vous Protection contre la discrimination Le VIH et le sida sont considérés comme des invalidités comme n importe quel autre état pathologique. Le Code canadien des droits de la personne

Plus en détail

Le test Xpert MTB/RIF sur le site de soins pour les suspects de tuberculose à frottis négatif dans un dispensaire de soins primaires en Afrique du Sud

Le test Xpert MTB/RIF sur le site de soins pour les suspects de tuberculose à frottis négatif dans un dispensaire de soins primaires en Afrique du Sud INT J TUBERC LUNG DIS 17(3):368 372 2013 The Union Le test Xpert MTB/RIF sur le site de soins pour les suspects de tuberculose à frottis négatif dans un dispensaire de soins primaires en Afrique du Sud

Plus en détail

Traitement et questions connexes

Traitement et questions connexes Traitement et questions connexes L essentiel du congrès sur le sida AIDS 2012 (et des ateliers du congrès 14 th International Workshops on Comorbidities and Adverse Drug Reactions in HIV, juillet 2012)

Plus en détail

Favoriser un lien durable entre soignant et soigné: L exemple des programmes pour et avec les populations à risque (HSH, UDVI, TS) en Asie

Favoriser un lien durable entre soignant et soigné: L exemple des programmes pour et avec les populations à risque (HSH, UDVI, TS) en Asie Favoriser un lien durable entre soignant et soigné: L exemple des programmes pour et avec les populations à risque (HSH, UDVI, TS) en Asie Dr Niklas Luhmann MD, MPH HIV/AIDS and HR Advisor Médecins du

Plus en détail

Impact économique de la nouvelle indication de PREZISTA sur le budget de l assurance maladie

Impact économique de la nouvelle indication de PREZISTA sur le budget de l assurance maladie Impact économique de la nouvelle indication de PREZISTA sur le budget de l assurance maladie Annabelle Godet 1, Dan Havet 1, Anne Anceau 1, Julien Robert 2 Antoine Lafuma 2 1 Janssen, Issy les Moulineaux,

Plus en détail

Restitution de l 'atelier 1 Protocoles thérapeutiques et aspects médicaux de la PTME

Restitution de l 'atelier 1 Protocoles thérapeutiques et aspects médicaux de la PTME Restitution de l 'atelier 1 Protocoles thérapeutiques et aspects médicaux de la PTME Modérateur : Dr Didier Koumavi Ekouevi INSERM U-897, Université Bordeaux Segalen, PACCI, Abidjan et Université de Lomé

Plus en détail

TERMES DE REFERENCE Mission n 15SANIN128

TERMES DE REFERENCE Mission n 15SANIN128 TERMES DE REFERENCE Mission n 15SANIN128 I. Informations générales Intitulé de la mission Composante Thématique(s) Bénéficiaire(s) Pays Subventions FM concernées Elaborer le paquet minimum d'activités

Plus en détail

Les usagers de drogues âgés de 40 ans et plus pris en charge dans les structures de soins pour leurs problèmes d addiction

Les usagers de drogues âgés de 40 ans et plus pris en charge dans les structures de soins pour leurs problèmes d addiction Les usagers de drogues âgés de 40 ans et plus pris en charge dans les structures de soins pour leurs problèmes d addiction OFDT Note n 2010-12 Saint-Denis, le 09/08/2010 Introduction Les premières structures

Plus en détail

Le VIH et le sida au Canada

Le VIH et le sida au Canada Santé Canada Health Canada Le VIH et le sida au Canada Rapport de surveillance en date du 31 décembre 1999 Avril 2000 Notre mission est d aider les Canadiens et les Canadiennes à maintenir et à améliorer

Plus en détail

VACCINS ANTIPNEUMOCOCCIQUES

VACCINS ANTIPNEUMOCOCCIQUES VACCINS ANTIPNEUMOCOCCIQUES Infections respiratoires SPIF - 15 Novembre 2014 Patrick Petitpretz Déclaration de liens d'intérêts J ai actuellement, ou j ai eu au cours des trois dernières années, une affiliation

Plus en détail

Peut-on réduire l incidence de la gastroentérite et ses conséquences dans les écoles primaires à l aide de solution hydro-alcoolique?

Peut-on réduire l incidence de la gastroentérite et ses conséquences dans les écoles primaires à l aide de solution hydro-alcoolique? Peut-on réduire l incidence de la gastroentérite et ses conséquences dans les écoles primaires à l aide de solution hydro-alcoolique? Service des Maladies Infectieuses; CHR Orléans Unité Inserm U-707,

Plus en détail

RISQUE DE TRANSMISSION DU VIH : SOMMAIRE DES DONNÉES SCIENTIFIQUES

RISQUE DE TRANSMISSION DU VIH : SOMMAIRE DES DONNÉES SCIENTIFIQUES PRÉVENTION ET CONTRÔLE DES MALADIES INFECTIEUSES RISQUE DE TRANSMISSION DU VIH : SOMMAIRE DES DONNÉES SCIENTIFIQUES PROTÉGER LES CANADIENS CONTRE LES MALADIES PROMOUVOIR ET PROTÉGER LA SANTÉ DES CANADIENS

Plus en détail

THESE DOCTORAT DE L UNIVERSITE BORDEAUX 2. Mention : Epidémiologie et Santé Publique

THESE DOCTORAT DE L UNIVERSITE BORDEAUX 2. Mention : Epidémiologie et Santé Publique Université Victor Segalen Bordeaux 2 Année 2003 Thèse n 1078 THESE Pour le DOCTORAT DE L UNIVERSITE BORDEAUX 2 Mention : Epidémiologie et Santé Publique Présentée et soutenue publiquement Le 22/12/2003

Plus en détail

Chlamydia Trachomatis : Qui,quand et comment dépister? Dr Isabelle Le Hen CDAG-CIDDIST de Bordeaux

Chlamydia Trachomatis : Qui,quand et comment dépister? Dr Isabelle Le Hen CDAG-CIDDIST de Bordeaux Chlamydia Trachomatis : Qui,quand et comment dépister? Dr Isabelle Le Hen CDAG-CIDDIST de Bordeaux Introduction Chlamydia trachomatis (Ct) : IST la + fréquente dans les pays développés Portage asymptomatique

Plus en détail

Les femmes **** **** Historique

Les femmes **** **** Historique Les femmes **** Historique Et les femmes? Statistiques Symptômes spécifiques aux femmes atteintes du VIH Biologie et liquides organiques Inégalité Connaissez les faits **** Historique Au début des années

Plus en détail

Dépister oui! Qui? Pourquoi? V Baclet SUMIV/CIDDIST CH Tourcoing 22 octobre 2013 Journée régionale, prévention VIH, hépatites IST (COREVIH)

Dépister oui! Qui? Pourquoi? V Baclet SUMIV/CIDDIST CH Tourcoing 22 octobre 2013 Journée régionale, prévention VIH, hépatites IST (COREVIH) Dépister oui! Qui? Pourquoi? V Baclet SUMIV/CIDDIST CH Tourcoing 22 octobre 2013 Journée régionale, prévention VIH, hépatites IST (COREVIH) * Qu est ce qu une IST? Infection Sexuellement Transmissible

Plus en détail

Les TROD - tests rapides d'orientation diagnostique de l'infection à VIH. Dossier de synthèse documentaire et bibliographique

Les TROD - tests rapides d'orientation diagnostique de l'infection à VIH. Dossier de synthèse documentaire et bibliographique Les TROD - tests rapides d'orientation diagnostique de l'infection à VIH Dossier de synthèse documentaire et bibliographique Septembre 2013 Marseille : 18, rue Stanislas Torrents 13006 Marseille Tél. :

Plus en détail

Cancer bronchique primitif: données épidémiologiques récentes

Cancer bronchique primitif: données épidémiologiques récentes Cancer bronchique primitif: données épidémiologiques récentes Pr Jean Trédaniel Service de pneumologie et oncologie thoracique Groupe Hospitalier Paris Saint Joseph Université Paris Descartes Sources Données

Plus en détail

Infection à VIH et Sida à La Réunion

Infection à VIH et Sida à La Réunion Tableau de bord Tableau de bord Infection à VIH et Sida à La Réunion CIRE océan Indien Novembre 2011 Contexte Contexte national Le nombre de personnes ayant découvert leur séropositivité en 2009 est estimé

Plus en détail

Vivre avec le VIH. Point de départ

Vivre avec le VIH. Point de départ Vivre avec le VIH Point de départ Vous venez d apprendre que vous avez le VIH et vous cherchez des repères? Nous pouvons vous aider. Voici quelques questions auxquelles vous trouverez réponse dans ce livret

Plus en détail

Sommaire. LA MISE EN PLACE DE LA COREVIH page 1

Sommaire. LA MISE EN PLACE DE LA COREVIH page 1 Sommaire LA MISE EN PLACE DE LA COREVIH page 1 EPIDEMIOLOGIE DE L INFECTION PAR LE VIH EN GUADELOUPE page 2 - Chiffres-clés page 2 - Découvertes de séropositivité page 3 DEPISTAGE page 4 - Recommandations

Plus en détail

VIH-sida : les hommes homosexuels particulièrement touchés en France et en Europe

VIH-sida : les hommes homosexuels particulièrement touchés en France et en Europe N 2 / 27 novembre 2009 VIH-sida : les hommes homosexuels particulièrement touchés en France et en Europe Coordination scientifique : Françoise Cazein, Institut de veille sanitaire, Saint-Maurice, France.

Plus en détail

Modélisation au service de la recherche en santé publique

Modélisation au service de la recherche en santé publique Modélisation au service de la recherche en santé publique Kenneth A. Freedberg, MD, MSc Massachusetts General Hospital Harvard Medical School Journées scientifiques PAC-CI 2012 16 Février 2012 Financements:

Plus en détail

Série de webinaires de CATIE (Partie 2) La santé des hommes gais et la prévention du VIH au Canada

Série de webinaires de CATIE (Partie 2) La santé des hommes gais et la prévention du VIH au Canada Série de webinaires de CATIE (Partie 2) La santé des hommes gais et la prévention du VIH au Canada L abandon du condom entre partenaires : Réflexions et constatations émanant du projet SPOT Date : le lundi

Plus en détail

Contexte SIDA PATHOLOGIES. Dans le thème «Pathologies» Mortalité générale et espérance de vie. Mortalité prématurée. Maladies cardiovasculaires.

Contexte SIDA PATHOLOGIES. Dans le thème «Pathologies» Mortalité générale et espérance de vie. Mortalité prématurée. Maladies cardiovasculaires. PATHOLOGIES SIDA Dans le thème «Pathologies» Mortalité générale et espérance de vie. Mortalité prématurée. Maladies cardiovasculaires. Cancers : vue d ensemble. Cancers du poumon. Cancers du sein. Cancers

Plus en détail

La dépression, une pathologie hautement récidivante? Dr J.M. Bonnin

La dépression, une pathologie hautement récidivante? Dr J.M. Bonnin La dépression, une pathologie hautement récidivante? Dr J.M. Bonnin PSYCHIATRE CLINIQUE ANOUSTE (Bordeaux) Thérapeute Comportemental et Cognitif Enseignant à l IRCCADE La dépression Un des principaux problèmes

Plus en détail

Brève présentation de la consultation de Médecine 2 et des missions des infirmières psycho-sociales Objectifs de l atelier Quizz VIH/SIDA :

Brève présentation de la consultation de Médecine 2 et des missions des infirmières psycho-sociales Objectifs de l atelier Quizz VIH/SIDA : Brève présentation de la consultation de Médecine 2 et des missions des infirmières psycho-sociales Objectifs de l atelier Quizz VIH/SIDA : Constats de départ Objectifs du projet Présentation de l outil

Plus en détail

Dépistage de l infection par le VIH en France

Dépistage de l infection par le VIH en France RECOMMANDATIONS EN SANTÉ PUBLIQUE Dépistage de l infection par le VIH en France Stratégies et dispositif de dépistage SYNTHESE ET RECOMMANDATIONS Octobre 2009 Document non soumis à relecture typographique

Plus en détail

D A N S L E S PAY S F R A N C O P H O N E S

D A N S L E S PAY S F R A N C O P H O N E S REGARD SUR L EPIDEMIE DU VIH D A N S L E S PAY S F R A N C O P H O N E S Photo: ONUSIDA Levier de la riposte au sida, l ONUSIDA s emploie à bâtir l action politique et à promouvoir les droits de tous les

Plus en détail

Quels bénéfices cliniques d une indétectabilité rapide? Pascale Leclercq CHU Grenoble

Quels bénéfices cliniques d une indétectabilité rapide? Pascale Leclercq CHU Grenoble Quels bénéfices cliniques d une indétectabilité rapide? Pascale Leclercq CHU Grenoble Quels liens entre puissance et rapidité d action? Est-ce un avantage d obtenir une décroissance virale rapide? Dans

Plus en détail

Du dépistage du VIH à domicile à l accès aux soins l l exemple de l essai ANRS 12249 TasP en Afrique du Sud

Du dépistage du VIH à domicile à l accès aux soins l l exemple de l essai ANRS 12249 TasP en Afrique du Sud Séminaire ANRS 24 /25 septembre 2015 Du dépistage du VIH à domicile à l accès aux soins l l exemple de l essai ANRS 12249 TasP en Afrique du Sud Mélanie Plazy Post-doctorante sur le projet ANRS 12249 TasP

Plus en détail

Traitement antibiotique probabiliste des urétrites et cervicites non compliquées

Traitement antibiotique probabiliste des urétrites et cervicites non compliquées Bon usage Mise au point Traitement antibiotique probabiliste des urétrites et cervicites non compliquées Actualisation Octobre 2008 MESSAGES CLÉS L évolution de la résistance du gonocoque aux quinolones

Plus en détail

AU PLUS PROCHE DE LA PRÉCARITÉ

AU PLUS PROCHE DE LA PRÉCARITÉ 33333 Dépannage d Urgence de Nuit et Echanges service actif en matière de toxicomanie agréé par la Commission communautaire commune de la Région de Bruxelles-Capitale et «photo du dispositif mobile de

Plus en détail

Acteur majeur de la lutte contre le sida Antenne genevoise de l Aide Suisse contre le Sida Membre de la Coalition internationale PLUS

Acteur majeur de la lutte contre le sida Antenne genevoise de l Aide Suisse contre le Sida Membre de la Coalition internationale PLUS Acteur majeur de la lutte contre le sida Antenne genevoise de l Aide Suisse contre le Sida Membre de la Coalition internationale PLUS Groupe sida Genève 9, rue du Grand-Pré CH-1202 Genève info@groupesida.ch

Plus en détail

Indicateurs de qualité : cancer du sein. Cliniques Universitaires Saint-Luc (2001-2006)

Indicateurs de qualité : cancer du sein. Cliniques Universitaires Saint-Luc (2001-2006) Indicateurs de qualité : cancer du sein (2001-2006) 1 1 Survie observée Dans le cadre du projet du KCE sur l évaluation d indicateurs de qualité pour le cancer du sein, la survie observée et relative à

Plus en détail

PRINCIPE DU TEST INSTI IMMUNO-FLOW

PRINCIPE DU TEST INSTI IMMUNO-FLOW Présentation du test Formation TROD SFLS Akli BOUAZIZ 15/12/2011 PRINCIPE DU TEST INSTI IMMUNO-FLOW Point Contrôle (Protéine A) Membrane Nitrocellulose Absorbant Point Test (gp36/ gp41) N 134 Onglet d

Plus en détail

GHUPC Projet de transformation du site Hôtel Dieu. Pr S CHAUSSADE, Dr I. FERRAND

GHUPC Projet de transformation du site Hôtel Dieu. Pr S CHAUSSADE, Dr I. FERRAND GHUPC Projet de transformation du site Hôtel Dieu Pr S CHAUSSADE, Dr I. FERRAND PREAMBULE - Déçisions du directoire de l APHP : 1) le site de l HTD ne serait pas fermé 2) le site de l HTD ne serait pas

Plus en détail

Cible 5.A. Afrique subsaharienne. Asie du Sud. Océanie. Caraïbes. Asie du Sud-Est

Cible 5.A. Afrique subsaharienne. Asie du Sud. Océanie. Caraïbes. Asie du Sud-Est 28 Objectifs du millénaire pour le développement : rapport de 2013 Objectif 5 Améliorer la santé maternelle Faits en bref XX En Asie de l Est, en Afrique du Nord et en, la mortalité maternelle a diminué

Plus en détail

Dijon, le 8 Octobre 2009. Grippe A / H1N1 v. Pr Ch. RABAUD

Dijon, le 8 Octobre 2009. Grippe A / H1N1 v. Pr Ch. RABAUD Dijon, le 8 Octobre 2009 Grippe A / H1N1 v Pr Ch. RABAUD On avait prévu Une grippe H5, grave, nous venant des oiseaux et d ASIE Grippe aviaire (1997) : 407 cas ; 256 décès pas de transmission interhumaine

Plus en détail

Prise en charge du VIH et des ITS

Prise en charge du VIH et des ITS Prise en charge du VIH et des ITS Clinique médicale m l Actuell Centre d excellence d de soins intégr grés s en santé sexuelle Réjean Thomas, md Président fondateur Fondateur MDM Canada Nice, 29 octobre

Plus en détail

Ma ville contre le sida

Ma ville contre le sida Ma ville contre le sida Des pistes pour agir localement Lutter avec vous Vous êtes Maire, Adjoint délégué à la santé, aux affaires sociales, à la solidarité ou encore à la jeunesse ou Conseiller municipal

Plus en détail

Prévention de la transmission du VIH en Afrique Subsaharienne, expérience eu Burundi.

Prévention de la transmission du VIH en Afrique Subsaharienne, expérience eu Burundi. Prévention de la transmission du VIH en Afrique Subsaharienne, expérience eu Burundi. W E B I N A R D U 2 4 AV R I L 2 0 1 4 U N I C E F, E S T H E R, S F L S, C H U D E R E N N E S D R C É D R I C A R

Plus en détail

La prise en charge précoce de

La prise en charge précoce de Ministère de l Enseignement Supérieur Et de la Recherche Scientifique La prise en charge précoce de l adulte Temprano infecté Quantiféron par le VIH : de «Cotrimo CI ANRS 12» à 224 «Temprano» Dr Christine

Plus en détail

Recommandations de Recueil

Recommandations de Recueil Recommandations de Recueil Murielle Mary-Krause INSERM U943 SFLS Juin 2013 Document Ministériel Règles de base Homogénéisation du recueil Envoyé aux ARS et aux différents hôpitaux Recueil de données :

Plus en détail

Optimiser le dépistage et le diagnostic de l infection par le virus de l immunodéficience humaine

Optimiser le dépistage et le diagnostic de l infection par le virus de l immunodéficience humaine Optimiser le dépistage et le diagnostic de l infection par le virus de l immunodéficience humaine INSTITUT NATIONAL DE SANTÉ PUBLIQUE DU QUÉBEC Avis Optimiser le dépistage et le diagnostic de l infection

Plus en détail

Passeport : même périmé depuis moins de 5 ans ou carte d'identité en cours de validité.

Passeport : même périmé depuis moins de 5 ans ou carte d'identité en cours de validité. Espagne - Formalités Passeport : même périmé depuis moins de 5 ans ou carte d'identité en cours de validité. Nouvelle procédure d'entrée sur le territoire : Trois nouvelles réglementations désormais obligatoires

Plus en détail

Perspectives en sciences sociales et santé publique. Bernard Taverne (CRCF/IRD)

Perspectives en sciences sociales et santé publique. Bernard Taverne (CRCF/IRD) Perspectives en sciences sociales et santé publique Bernard Taverne (CRCF/IRD) Journée scientifique ANRS, Dakar 25 juin 2010 Le devenir des patients au delà d un processus de recherche clinique, Organisation

Plus en détail

ABL and Evivar Medical for Strategic Partnership and Alliance in HIV and Hepatitis

ABL and Evivar Medical for Strategic Partnership and Alliance in HIV and Hepatitis ABL and Evivar Medical for Strategic Partnership and Alliance in HIV and Hepatitis Conférence de Presse ABL SA - Chambre de Commerce de Luxembourg - Mardi 29 Septembre 2009, 18h Annonce de Presse ABL and

Plus en détail

Rendre les résultats d un test VIH, communiquer les messages pour refaire le test et fournir un conseil à l adulte

Rendre les résultats d un test VIH, communiquer les messages pour refaire le test et fournir un conseil à l adulte Rendre les résultats d un test VIH, communiquer les messages pour refaire le test et fournir un conseil à l adulte Il est prévu que les recommandations contenues dans ce document resteront valables jusqu

Plus en détail

PORTRAIT DE SITUATION DE

PORTRAIT DE SITUATION DE PORTRAIT DE SITUATION DE L HÉPATITE C AU QUÉBEC 199-24 ANALYSE DE LA DEMANDE DE SERVICES PAR LES PERSONNES ATTEINTES DU VIRUS DE L HÉPATITE C DIRECTION RISQUES BIOLOGIQUES, ENVIRONNEMENTAUX ET OCCUPATIONNELS

Plus en détail

La surveillance de deuxième génération du VIH : un nouvel instrument de santé internationale pour la prise de décision

La surveillance de deuxième génération du VIH : un nouvel instrument de santé internationale pour la prise de décision La surveillance de deuxième génération du VIH : un nouvel instrument de santé internationale pour la prise de décision Présenté dans le cadre de la journée La santé publique internationale : expériences

Plus en détail

Droits des patients et indemnisation des accidents médicaux

Droits des patients et indemnisation des accidents médicaux Droits des patients et indemnisation des accidents médicaux Etablissement public sous la tutelle du Ministère chargé de la santé Les recours possibles pour les patients OBTENIR DES EXPLICATIONS Si un patient

Plus en détail

Droits des patients et indemnisation des accidents médicaux

Droits des patients et indemnisation des accidents médicaux Droits des patients et indemnisation des accidents médicaux Etablissement public sous la tutelle du Ministère chargé de la santé Lorsqu il estime avoir été victime, de la part d un établissement ou d un

Plus en détail

Vaccins du futur Atelier «Croisière dans l archipel des nouveaux vaccins»

Vaccins du futur Atelier «Croisière dans l archipel des nouveaux vaccins» Vaccins du futur Atelier «Croisière dans l archipel des nouveaux vaccins» Bernard Duval Institut National de Santé Publique du Québec 18 avril 2002 Objectifs Grands axes de la réponse immunitaire Conjugaison

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE. Avis. 8 septembre 2010

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE. Avis. 8 septembre 2010 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 8 septembre 2010 VAQTA 50 U/ml, suspension injectable en seringue préremplie. Vaccin de l'hépatite A, inactivé, adsorbé B/ 1 seringue préremplie en verre de 1 ml (CPI

Plus en détail

Drug Misuse and Treatment in Morocco

Drug Misuse and Treatment in Morocco Drug Misuse and Treatment in Morocco Fatima El Omari Centre National de Traitement, de Prévention et de Recherche en Addictions, Hôpital Arrazi, CHU Rabat-Salé, Maroc Morocco AFRIQUE Le Maroc Population:

Plus en détail

Formation Continue. Docteur Nathalie VIGET

Formation Continue. Docteur Nathalie VIGET 27 èmes Journées de JFHOD 2009 19-22 mars 2009 Formation Continue Palais des congrès PARIS Docteur Nathalie VIGET Indications vaccinales et gestion des infections opportunistes au cours des MICI Quelles

Plus en détail

Les jeunes non mariés

Les jeunes non mariés Les jeunes non mariés et les grossesses non désirées Introduction Il est important de veiller à ce que les jeunes non mariés disposent d informations et de services de contraception. Les grossesses non

Plus en détail

www.saint-quentin-en-yvelines.fr

www.saint-quentin-en-yvelines.fr IPS - 3, place de la Mairie 78190 Trappes-en-Yvelines Tél. : 01 30 16 17 80 www.saint-quentin-en-yvelines.fr Un Institut au cœur des problématiques de santé créé par l agglomération de Saint- Quentin-en-Yvelines

Plus en détail

Souvenirs du DMAC (*) (1987)

Souvenirs du DMAC (*) (1987) Souvenirs du DMAC (*) (1987) A-J Valleron (*) il s agit de l ancêtre du FHDH Contexte 1981 (1982): création de l URBB (Unité de Recherches Biomathématiques et Biostatistique de l inserm, U263) avec

Plus en détail

Utilisation d échantillons de convenance sur internet et dans la presse gay : intérêts et limites Application aux hommes ayant des relations

Utilisation d échantillons de convenance sur internet et dans la presse gay : intérêts et limites Application aux hommes ayant des relations Utilisation d échantillons de convenance sur internet et dans la presse gay : intérêts et limites Application aux hommes ayant des relations sexuelles avec des hommes Annie Velter - Alice Bouyssou - Pascale

Plus en détail

Les traitements antirétroviraux très précoces chez l adulte, actualités. Christine DANEL

Les traitements antirétroviraux très précoces chez l adulte, actualités. Christine DANEL Les traitements antirétroviraux très précoces chez l adulte, actualités Christine DANEL Contexte Les recommandations OMS En 2006 : antirétroviraux si CD4

Plus en détail

FONCTIONNEMENT ET LA PRESTATION DE SERVICES

FONCTIONNEMENT ET LA PRESTATION DE SERVICES ORIENTATIONS SUR LE FONCTIONNEMENT ET LA PRESTATION DE SERVICES 09 9.1 Introduction 176 9.2 Observance du traitement antirétroviral 176 9.2.1 Obstacles à l observance du traitement antirétroviral 176 9.2.2

Plus en détail

Programme québécois d aide financière aux personnes infectées par le virus de l hépatite C

Programme québécois d aide financière aux personnes infectées par le virus de l hépatite C Programme québécois d aide financière aux personnes infectées par le virus de l hépatite C Mars 2004 Le gouvernement du Québec offre une aide financière aux personnes qui ont été infectées par le virus

Plus en détail

9. Les registres d essais cliniques

9. Les registres d essais cliniques 9. Les registres d essais cliniques Les registres d essais thérapeutiques sont des bases de données qui enregistrent les essais thérapeutiques planifiés, en cours de réalisation ou terminés, possédant

Plus en détail

Foire aux questions concernant l hépatite C

Foire aux questions concernant l hépatite C Foire aux questions concernant l hépatite C???? Qu est-ce que l hépatite C? L hépatite C est un virus qui peut endommager le foie. 1 Comment se transmet l hépatite C? Le virus de l hépatite C se transmet

Plus en détail

ACCÉLÉRER METTRE FIN À L ÉPIDÉMIE DE SIDA D ICI À 2030

ACCÉLÉRER METTRE FIN À L ÉPIDÉMIE DE SIDA D ICI À 2030 ACCÉLÉRER METTRE FIN À L ÉPIDÉMIE DE SIDA D ICI À 2030 Mettre fin à l épidémie de sida ces mots renferment de tels espoirs et de telles promesses. Grâce à des engagements mondiaux et à des objectifs précis,

Plus en détail

Utilisation d échantillons de convenance sur internet : intérêts et limites

Utilisation d échantillons de convenance sur internet : intérêts et limites Utilisation d échantillons de convenance sur internet : intérêts et limites Les enquêtes auprès des hommes ayant des relations sexuelles avec des hommes Annie Velter Pascale Bernillon Département des maladies

Plus en détail

Exemple d utilisation de nouvelles technologies pour réaliser l IPPAP Protocole de la région de Montréal

Exemple d utilisation de nouvelles technologies pour réaliser l IPPAP Protocole de la région de Montréal Exemple d utilisation de nouvelles technologies pour réaliser l IPPAP Protocole de la région de Montréal 9 avril 2014 Colloque MI et ITSS - Québec Geneviève Boily, inf. M.Sc. Direction de santé publique

Plus en détail

Infections endovasculaires

Infections endovasculaires Infections endovasculaires O. Leroy Service de Réanimation et Maladies Infectieuses CH Tourcoing 59 Conflits d intérêt Laboratoires Novartis: Orateur Laboratoires Sanofi-Aventis: Orateur, investigateur

Plus en détail

Ariane MALLAT. Tabac, cannabis et foie

Ariane MALLAT. Tabac, cannabis et foie Ariane MALLAT Tabac, cannabis et foie Connaître le rôle du tabac et du cannabis dans le développement de la fibrose Savoir l évaluer Connaître les conséquences pratiques chez un malade porteur d une hépatopathie

Plus en détail

ALD 8 DIABÈTE DE TYPE 1 DE L ENFANT ET DE L ADOLESCENT

ALD 8 DIABÈTE DE TYPE 1 DE L ENFANT ET DE L ADOLESCENT ALD 8 DIABÈTE DE TYPE 1 DE L ENFANT ET DE L ADOLESCENT GUIDE MÉDECIN -1- SOMMAIRE INTRODUCTION... 3 GUIDE MEDECIN ALD 8 - DIABETE DE TYPE 1 DE L ENFANT ET DE L ADOLESCENT... 4 I. BILAN INITIAL... 4 I.1.

Plus en détail