Gestion des effets indésirables liés aux traitements par interféron et ribavirine au cours de l hépatite chronique C

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Gestion des effets indésirables liés aux traitements par interféron et ribavirine au cours de l hépatite chronique C"

Transcription

1 Gestion des effets indésirables liés aux traitements par interféron et ribavirine au cours de l hépatite chronique C Albert Tran Service d'hépatologie et de Gastroentérologie, Hôpital de l Archet 2, Nice Points clés Les manifestations hématologiques et neuropsychiatriques sont les principaux effets indésirables du traitement par interféron et RBV et représentent la principale cause de réduction de doses et d arrêt du traitement antiviral. L adhérence au traitement anti-viral est un facteur majeur de réponse virologique soutenue Les facteurs de croissance tels que l EPO ou le G-CSF, et les anti-dépresseurs de type inhibiteurs sélectifs de la recapture de la sérotonine peuvent être utilisés pour améliorer l adhérence à un traitement long et contraignant. Le traitement optimal de l hépatite chronique C actuellement disponible est la combinaison interféron pégylé (IFN-PEG) et RBV qui permet des réponses virologiques soutenues chez environ 55 % des malades tous génotypes confondus (1, 2). Cependant la tolérance de ce traitement est médiocre avec de nombreux effets indésirables, en particulier hématologiques et neuropsychiatriques, qui nécessitent une diminution des doses, voire l arrêt de l un ou des deux médicaments, réduisant ainsi considérablement la probabilité d éradication virale (2-4). Il existe différents traitements complémentaires qui permettent de diminuer les effets indésirables, en évitant les arrêts précoces de traitement. Nous nous focalisons au cours de cette FMC sur la prise en charge des effets secondaires hématologiques et psychologiques de la combinaison interféron pégylé et RBV. Toutefois, les recommandations sur l utilisation des facteurs de croissance ne sont toujours pas publiées au moment de la soumission de ce manuscrit. Par conséquent les données figurant dans ce papier ne peuvent être considérées comme un consensus.

2 Effets indésirables hématologiques Les effets hématologiques de la bithérapie INF-PEG et RBV sont fréquents, incluant des anémies, des leuconeutropénies et des thrombopénies. Anémie Caractéristiques L anémie représente de loin la principale cause d arrêt de traitement antiviral (36 %) (12). Elle a un impact certain sur la qualité de vie des malades et sur l observance du traitement anti-viral et De plus, elle peut également décompenser une maladie organique sousjacente comme une coronaropathie. L anémie survient particulièrement chez des malades coinfectés par le VIH, les transplantés hépatiques et les malades cirrhotiques (5, 6). Au cours de la bithérapie par interféron alpha et RBV, le taux d hémoglogine (Hb) chute en dessous de 10 g/dl dans près de 10 % des cas, avec une réduction moyenne de 2 à 3 g/dl durant le premier mois de traitement (7-9). Cette chute est plus fréquente chez l homme que chez la femme : près de 10 % des hommes et 7 % des femmes ont une chute du taux d Hb 5 g/dl (10). Ces données sont confirmées par une étude observationnelle de traitement par bithérapie IFN-PEG et RBV (11). Dans cette étude, l anémie peut apparaître en début de traitement, mais également s aggraver avec la poursuite de la bithérapie ; le délai moyen de chute d au moins un point du taux d Hb est de 2,6 +/- 1,5 semaines, et le taux d Hb moyen diminue de 14,4g/dL avant traitement à 11,9 g/dl à la 8 e semaine de bithérapie (11). Chez les transplantés hépatiques, l anémie liée à l hémolyse est accentuée par la réduction de la clairance de la créatinine liée à la prise des anti-calcineurines. Mécanismes L anémie est liée à l hémolyse induite par la RBV mais également à une myélosuppression avec inhibition de la production d érythropoïétine, due à l IFN (13). L interféron pégylé exerce un effet myélosuppresseur supérieur à celui de l interféron alpha standard (14, 15). De plus, l IFN peut accroître l apoptose des précurseurs de la lignée érythroblastique, induire une hémolyse auto-immune et aggraver la fonction rénale (16, 17). Relation anémie posologie de RBV De nombreuses études montrent l importance de l utilisation d une dose adéquate de

3 RBV et de la bonne observance du traitement pour maximiser la probabilité d éradication virale, en particulier chez des malades infectés par le génotype 1 avec charge virale élevée (2). Dans l étude pivot de Manns et al. (2) l analyse multivariée confirme que le taux de réponse virologique soutenue augmente avec une dose de RBV jusqu à 13 mg/kg/j. La posologie de RBV actuellement recommandée varie selon l IFN-PEG utilisé : 1 g/j pour un poids < 75 kg et 1,2 g pour un poids 75 kg pour l IFN-PEG α-2a, et 800 mg/j, 1 g/j et 1,2g/j pour des poids respectifs < 65 kg, kg et > 85 kg avec l IFN-PEG α-2b. La réduction du taux d Hb au cours du traitement est davantage corrélée aux concentrations plasmatiques de RBV qu à la dose calculée en fonction du poids. Comme les concentrations plasmatiques de RBV dépendent de la fonction rénale, la posologie initiale devrait être calculée en fonction de la clairance de la créatinine (18, 19). La RBV reste classiquement contre-indiquée en cas d insuffisance rénale sévère (Cl créatinine < 50 ml/min) et en cas d hémoglobinopathie sévère. Les recommandations actuelles suggèrent donc de réduire la dose de RBV à 600 mg/j quand le taux d Hb est < 10 g/dl et de l itnerrompre en-deça de 8,5 g/dl (20). Néanmoins, l étude de Gaeta et al. (12) a montré que parmi les malades ayant interrompu leur traitement, seuls 40 % avaient un taux d Hb < 8,5 g/dl, tandis que l arrêt du traitement était motivé par un taux d Hb compris entre 8,5 et 10,1 g/dl dans les autres cas. Il semble donc que l arrêt ou les modifications de dose soient plus dictés par la tolérance individuelle à l anémie (13). Prise en charge de l anémie L erythropoïétine (EPO) est une glycoprotéine principalement synthétisée par le rein en réponse à l hypoxie tissulaire. Les EPO actuellement disponibles sur le marché sont soit sous forme simple (époiétine-α (Eprex ) et l époiétine-β (Néorecormon )), soit sous forme retard (darépoétine- α (Aranesp )). Ces molécules sont indiquées dans l anémie associée à l insuffisance rénale chronique, chez les malades en cours de chimiothérapie, chez les sujets VIH recevant de la zidovudine et chez les patients devant subir une intervention chirurgicale. Leur utilisation au cours de l hépatite chronique C reste pour le moment confidentielle du fait de l absence d AMM pour cette indication et de l absence d une prise de position officielle de l AFSSAPS sur le sujet. Plusieurs auteurs ont fait appel à l EPO dans le traitement de l hépatite chronique C (21-27). L étude d Afdhal et al. (26) a inclus le plus grand nombre de malades (n = 185) et a montré que l EPO améliore la qualité de vie des malades et que l Hb est un facteur indépendant d amélioration de la qualité de vie chez ces malades traités par bithérapie. Les

4 effets secondaires rapportés au cours de ce travail étaient principalement des céphalées et des nausées ; un cas d accident vasculaire cérébral était également rapporté sans que la relation avec l EPO soit formelle. L EPO permet de maintenir la dose initiale de RBV chez la majorité des malades (26, 28). Son effet sur la réponse virologique est plus complexe. Un travail récent publié sous forme de résumé (29), a évalué l impact de l EPO sur la réponse virologique soutenue chez 146 malades naïfs, de génotype 1, traités selon 3 schémas thérapeutiques : PEG-IFNα-2b 1,5 µg/kg/sem. + RBV 13,3 mg/kg/j (groupe 1), PEG- INFα- 2b 1,5 µg/kg/sem. + RBV 13,3 mg/kg/j + époétine α ( U/sem.) (groupe 2), INFα-2b 1,5 µg/kg/sem. + RBV 15,2 mg/kg/j + époétine α ( U/sem.) (groupe 3). L EPO était débutée à J0 si l Hb < 15 g/dl, ou dès que l Hb chutait en dessous de 15 g/dl. Le taux de Hb était ensuite maintenu à g/dl. Le taux de réponse virologique soutenue était significativement plus élevé dans le groupe 3 (49 %) et dans les groupes 1 (29 %) et s expliquait par un taux de rechutes moins élevé dans le groupe 3 que dans les 2 autres groupes. La proportion des malades ayant un taux de Hb inférieur à 10 mg/dl était de 34 % dans le groupe 1, 9 % dans le groupe 2 et 6 % dans le groupe 3 (p < 0,05 groupe 2 ou 3 versus groupe 1). La réduction moyenne des doses de RBV était de 179 mg, 27 mg et 102 mg respectivement dans les groupes 1, 2 et 3. Il est à noter que les doses de RBV utilisées au cours de cette étude étaient plus élevées que celles habituellement prescrites. Plusieurs questions restent non résolues. Faut il prescrire l EPO avant l apparition de l anémie et donc avant la réduction de la dose de RBV? Faut il prescrire l EPO dès que l Hb est <12 g/dl comme en cancérologie? Quelle est la posologie optimale de RBV en présence d EPO? En l absence de recommandations consensuelles précises, nous pourrions envisager d utiliser l EPO chez les malades insuffisants rénaux ce qui pourrait permettre la prescription de doses sub-optimales de RBV actuellement contre-indiquées chez ces patients (30), chez les malades ayant des antécédents cardiovasculaires, les transplantés hépatiques ou les patients co-infectés par le VIH. De fortes doses de RBV (> 1200 mg/j) associées à l EPO pourrait être une option intéressante chez des malades de génotype 1 avec forte charge virale (31). Enfin, une anémie auto-immune liée à l apparition d anticorps anti-epo peut apparaître sous EPO. Ces anticorps réagissent contre toutes les formes actuellement commercialisées et le traitement doit donc être interrompu (32). Il faut également être prudent sur l utilisation de l EPO chez des malades cirrhotiques. Un effet angiogénique et antiapoptotique est rapporté pouvant être à l origine d une stimulation de la prolifération et de la survie de cellules tumorales qui expriment les récepteurs à l EPO (33, 34).

5 Neutropénie Les neutropénies induites par l IFN sont fréquentes et peuvent atteindre 21 % des malades traités par IFN-PEG et RBV, représentant une cause majeure de réduction de la dose de l IFN. La chute des polynucléaires neutrophiles (PNN) s observe surtout au cours des 2 premières semaines de traitement puis se stabilise (35). Les recommandations en cas de neutropénie, extrapolées de l expérience en cancérologie, indiquent de réduire de moitié la dose d IFN lorsque le taux de PNN est < 750/mm 3 et d arrêter le traitement en-deça de 500/mm 3. Toutefois il n est pas certain que ces recommandations trouvent une réelle justification clinique chez des malades infectés par le VHC qui gardent une immunité intacte et qui n ont aucun co-facteur susceptible d entraîner une augmentation de l incidence des infections. La prudence reste cependant de rigueur pour les malades cirrhotiques. Le GM-CSF est une glycoprotéine produite par les lymphocytes T, les cellules endothéliales et les fibroblastes, qui augmente la production des PNN, des monocytes et des éosinophiles et qui régule la libération de cytokines tumoricides (36). Cette molécule pourrait s avérer efficace dans le traitement complémentaire de l IFN dans l hépatite chronique C par un possible effet anti-viral lié à une amplification de la réponse cytokinique de type Th-1 (37, 38). Des données préliminaires suggèrent en effet une possible action anti-virale du GM-CSF avec une charge virale VHC plus faible en fin de traitement même s il n existe aucune différence significative en termes de réponse virologique en fin de traitement ou de réponse virologique soutenue (39-41). Le G-CSF, moins utilisé que le GM-CSF pourrait également avoir un effet anti-viral et permettre le maintien des doses d interféron, mais les données sont très fragmentaires (42-44). Ces résultats doivent être interprétés avec une extrême réserve. L utilisation des facteurs de croissance granulocytaires dans la neutropénie induite par l interféron ne fait pas partie des indications de l AMM de ces produits. Malgré cela, ces facteurs sont de plus en plus utilisés par les hépatologues. Certains centres experts dans la prise en charge de l hépatite C proposent de maintenir la pleine dose de PEG-interféron en cas de neutropénie comprise entre 500 et 750 (sous couvert d une surveillance NFS hebdomadaire) et d utiliser des facteurs de croissance granulocytaires en cas de neutropénie inférieure à 500 (avis d experts). Thrombopénie Une thrombopénie apparaît chez 3 à 6 % des malades en raison de l effet

6 myélosuppressiof de l IFN (28). Habituellement les plaquettes baissent progressivement en 8 semaines, puis se stabilisent et remontent à leurs taux initiaux 4 semaines après l arrêt du traitement par IFN (35). Cette thrombopénie nécessite rarement une réduction de dose ou d arrêt de traitement par IFN (3 à 6 %). Des études préliminaires ont montré que l interleukine 11, qui stimule la thrombopoïèse, et des agonistes du récepteur de la thrombopoietine pouvaient corriger les thrombopénies initiale et induite par l interféron chez les patients ayant une hépatite C (45-48). L intérêt et l innocuité de ces facteurs de croissance plaquettaire dans l hépatite C font actuellement l objet d études de phase II. En attendant, le RCP du PEG-interféron recommande une diminution de la dose de PEG-interféron en cas de thrombopénie comprise entre et (sous couvert d une surveillance hebdomadaire de la NFS) et un arrêt du PEG-interféron et de la ribavirine si la thrombopénie est inférieure à Effets indésirables neuropsychiatriques liés à l IFN (dépression et fatigue) Les différentes formes d IFN peuvent aggraver ou déclencher des symptômes comme la dépression, la fatigue, l irritabilité, la perte d appétit ou des modifications cognitives. Ces manifestations peuvent toucher jusqu à 44 % des malades atteints d hépatite chronique C traités par IFN (49). Ces effets ne semblent pas être accentués par l adjonction de RBV. Dépression La majorité des dépressions apparaissent entre 2 et 5 mois après le début du traitement. La dépression est d autant plus fréquente que la durée du traitement est prolongée, que la dose d IFN est élevée, que le sujet est âgé et qu il présente une dépression infra-clinique avant la mise en route du traitement. Les tentatives de suicide ou les suicides sont rares mais bien réels et peuvent survenir après l interruption du traitement par IFN (50). La dépression est un facteur indépendant d une moindre réponse virologique précoce au traitement par interféron pégylé et RBV (51). Les raisons évoquées sont une faible adhérence au traitement chez les malades dépressifs et peut être une altération immunitaire induite directement par la dépression (51). Les inhibiteurs sélectifs de la recapture de la sérotonine (sertraline, citalopram, fluoxétine et la paroxétine) ont prouvé leur efficacité dans le traitement de la dépression induite par l interféron ( ). Ces traitements sont également efficaces vis-à-vis de l anxiété. Le moment idéal pour débuter le traitement antidépresseur n est pas connu. Certains

7 auteurs conseillent de traiter en prophylaxie les malades avant la mise en route de l IFN (58, 59). Même si l utilisation prophylactique systématique des antidépresseurs essentiellement des inhibiteurs sélectifs de la recapture de la sérotonine dans le traitement de l hépatite chronique C n est pas acquise, il est souhaitable de proposer une prophylaxie ciblée en s appuyant sur un faisceau de facteurs prédictifs de dépression comme l existence d une dépression infra-clinique pré-thérapeutique, l absence de soutien familial ou de situation socio-économique stable. Autres manifestations psychiatriques? L utilisation de neuroleptiques comme le sulpiride ou l amisulpride peut être utile chez des malades qui ont développé un effet secondaire psychiatrique sous IFN-PEG/RBV et permettre la poursuite du traitement antiviral. Dans l étude de Castéra et al, 55 % des patients traités par PEG-interféron et ribavirine ont présenté au cours du traitement des manifestations maniaques essentiellement sous forme d irritabilité (60). Ces patients ont très bien répondu à des faibles doses d amisulpride (Solian ), ce qui a permis la poursuite du traitement anti-viral dans 96 % des cas. La gabapentine et les benzodiazépines peuvent également apaiser l anxiété liée à l IFN. Fatique La fatigue représente un symptôme majeur au cours de l hépatite chronique C (61). Notre groupe a montré récemment que l ondansetron, un antagoniste des récepteurs 5HT3 améliorait de manière significative la fatigue chez des malades atteints d hépatite chronique C (62). De plus ce traitement réduisait les scores de dépression présente chez ces patients. Pondérer? Il reste à démontrer si ce traitement pourrait être une option intéressante pour améliorer cette symptomatologie invalidante chez ces malades traités par l IFN et RBV. En conclusion, tant qu il n existe pas sur le marché de nouvelles molécules antivirales performantes, les cliniciens doivent continuer à optimiser l utilisation de l IFN-PEG et la RBV. Certains facteurs de croissance comme l EPO ou le G-CSF et les anti-dépresseurs comme les inhibiteurs sélectifs de la recapture de la sérotonine peuvent être utilisés pour améliorer l adhérence à un traitement long et contraignant.

8 Références 1. Fried MW, Shiffman ML, Reddy KR, Smith C, Marinos G, Goncales FL, Jr., et al. Peginterferon alfa-2a plus ribavirin for chronic hepatitis C virus infection. N Engl J Med 2002;347(13): Manns MP, McHutchison JG, Gordon SC, Rustgi VK, Shiffman M, Reindollar R, et al. Peginterferon alfa-2b plus ribavirin compared with interferon alfa-2b plus ribavirin for initial treatment of chronic hepatitis C: a randomised trial. Lancet 2001;358(9286): McHutchison JG, Manns M, Patel K, Poynard T, Lindsay KL, Trepo C, et al. Adherence to combination therapy enhances sustained response in genotype-1-infected patients with chronic hepatitis C. Gastroenterology 2002;123(4): Hadziyannis SJ, Sette H, Jr., Morgan TR, Balan V, Diago M, Marcellin P, et al. Peginterferon-alpha2a and ribavirin combination therapy in chronic hepatitis C: a randomized study of treatment duration and ribavirin dose. Ann Intern Med 2004;140(5): Dieterich DT. Treatment of hepatitis C and anemia in human immunodeficiency virusinfected patients. J Infect Dis 2002;185(Suppl 2): Samuel D, Bizollon T, Feray C, Roche B, Ahmed SN, Lemonnier C, et al. Interferonalpha 2b plus ribavirin in patients with chronic hepatitis C after liver transplantation: a randomized study. Gastroenterology 2003;124(3): Davis GL, Esteban-Mur R, Rustgi V, Hoefs J, Gordon SC, Trepo C, et al. Interferon alfa- 2b alone or in combination with ribavirin for the treatment of relapse of chronic hepatitis C. International Hepatitis Interventional Therapy Group. N Engl J Med 1998;339(21): McHutchison JG, Gordon SC, Schiff ER, Shiffman ML, Lee WM, Rustgi VK, et al. Interferon alfa-2b alone or in combination with ribavirin as initial treatment for chronic hepatitis C. Hepatitis Interventional Therapy Group. N Engl J Med 1998;339(21): Bodenheimer HC, Jr., Lindsay KL, Davis GL, Lewis JH, Thung SN, Seeff LB. Tolerance and efficacy of oral ribavirin treatment of chronic hepatitis C: a multicenter trial. Hepatology 1997;26(2): Sulkowski MS, Wasserman R, Brooks L, Ball L, Gish R. Changes in haemoglobin during interferon alpha-2b plus ribavirin combination therapy for chronic hepatitis C virus infection. J Viral Hepat 2004;11(3): Balan V, Schwartz D, Wu GY, Muir AJ, Ghalib R, Jackson J, et al. Erythropoietic response to anemia in chronic hepatitis C patients receiving combination pegylated interferon/ribavirin. Am J Gastroenterol 2005;100(2): Gaeta GB, Precone DF, Felaco FM, Bruno R, Spadaro A, Stornaiuolo G, et al. Premature discontinuation of interferon plus ribavirin for adverse effects: a multicentre survey in

9 'real world' patients with chronic hepatitis C. Aliment Pharmacol Ther 2002;16(9): Peck-Radosavljevic M, Wichlas M, Homoncik-Kraml M, Kreil A, Hofer H, Jessner W, et al. Rapid suppression of hematopoiesis by standard or pegylated interferon-alpha. Gastroenterology 2002;123(1): Zeuzem S, Feinman SV, Rasenack J, Heathcote EJ, Lai MY, Gane E, et al. Peginterferon alfa-2a in patients with chronic hepatitis C. N Engl J Med 2000;343(23): Lindsay KL, Trepo C, Heintges T, Shiffman ML, Gordon SC, Hoefs JC, et al. A randomized, double-blind trial comparing pegylated interferon alfa-2b to interferon alfa- 2b as initial treatment for chronic hepatitis C. Hepatology 2001;34(2): Tarumi T, Sawada K, Sato N, Kobayashi S, Takano H, Yasukouchi T, et al. Interferonalpha-induced apoptosis in human erythroid progenitors. Exp Hematol 1995;23(12): Kurschel E, Metz-Kurschel U, Niederle N, Aulbert E. Investigations on the subclinical and clinical nephrotoxicity of interferon alpha-2b in patients with myeloproliferative syndromes. Ren Fail 1991;13(2-3): Jen JF, Glue P, Gupta S, Zambas D, Hajian G. Population pharmacokinetic and pharmacodynamic analysis of ribavirin in patients with chronic hepatitis C. Ther Drug Monit 2000;22(5): Lindahl K, Schvarcz R, Bruchfeld A, Stahle L. Evidence that plasma concentration rather than dose per kilogram body weight predicts ribavirin-induced anaemia. J Viral Hepat 2004;11(1): Rebetron (combination therapy containing Rebetol capsules and Intron A) prescribing information. Kenilworth, NJ: Schering; January Talal AH, Weisz K, Hau T, Kreiswirth S, Dieterich DT. A preliminary study of erythropoietin for anemia associated with ribavirin and interferon-alpha. Am J Gastroenterol 2001;96(9): Gergely AE, Lafarge P, Fouchard-Hubert I, Lunel-Fabiani F. Treatment of ribavirin/interferon-induced anemia with erythropoietin in patients with hepatitis C. Hepatology 2002;35(5): Lunel-Fabiani F, Fouchard-Hubert I, Gergely AE. [Use of erythropoietin in the treatment of anemia induced by ribavirin/interferon in patients with hepatitis C]. Pathol Biol (Paris) 2003;51(8-9): Dieterich DT, Wasserman R, Brau N, Hassanein TI, Bini EJ, Bowers PJ, et al. Onceweekly epoetin alfa improves anemia and facilitates maintenance of ribavirin dosing in hepatitis C virus-infected patients receiving ribavirin plus interferon alfa. Am J Gastroenterol 2003;98(11): Di Fazio I, Motta M, Musumeci S, Neri S, Pistone G, Malaguarnera M. Efficacy of human recombinant erythropoietin plus IFN-alpha in patients affected by chronic hepatitis C. J

10 Interferon Cytokine Res 2004;24(10): Afdhal NH, Dieterich DT, Pockros PJ, Schiff ER, Shiffman ML, Sulkowski MS, et al. Epoetin alfa maintains ribavirin dose in HCV-infected patients: a prospective, doubleblind, randomized controlled study. Gastroenterology 2004;126(5): Pockros PJ, Shiffman ML, Schiff ER, Sulkowski MS, Younossi Z, Dieterich DT, et al. Epoetin alfa improves quality of life in anemic HCV-infected patients receiving combination therapy. Hepatology 2004;40(6): Collantes RS, Younossi Z. The use of growth factors to manage the hematologic side effects of PEG-interferon alfa and ribavirin. J Clin Gastroenterol 2005;39(Suppl 1):S Shiffman M, Price A, Hubbard S, Sterling RK, Stravitz RT, Luketic VA, et al. Treatment of chronic hepatitis C virus genotype 1 with peginterferon alfa 2b high weight based dose ribavirin and epoetin alfa enhances sustained virological response (abstract). Hepatology 2005;42 (4 suppl 1):217A. 30. Bruchfeld A, Stahle L, Andersson J, Schvarcz R. Ribavirin treatment in dialysis patients with chronic hepatitis C virus infection--a pilot study. J Viral Hepat 2001;8(4): Lindahl K, Stahle L, Bruchfeld A, Schvarcz R. High-dose ribavirin in combination with standard dose peginterferon for treatment of patients with chronic hepatitis C. Hepatology 2005;41(2): Casadevall N, Nataf J, Viron B, Kolta A, Kiladjian JJ, Martin-Dupont P, et al. Pure redcell aplasia and antierythropoietin antibodies in patients treated with recombinant erythropoietin. N Engl J Med 2002;346(7): Acs G, Acs P, Beckwith SM, Pitts RL, Clements E, Wong K, et al. Erythropoietin and erythropoietin receptor expression in human cancer. Cancer Res 2001;61(9): Leyland-Jones B. Breast cancer trial with erythropoietin terminated unexpectedly. Lancet Oncol 2003;4(8): Fried MW. Side effects of therapy of hepatitis C and their management. Hepatology 2002;36(5 Suppl 1): Nemunaitis J. A comparative review of colony-stimulating factors. Drugs 1997;54(5): Martin J, Quiroga JA, Navas S, Pardo M, Carreno V. Modulation by biologic response modifiers of hepatitis C virus antigen-independent cytokine secretion in blood mononuclear cells. Cytokine 1999;11(4): Tsai SL, Liaw YF, Chen MH, Huang CY, Kuo GC. Detection of type 2-like T-helper cells in hepatitis C virus infection: implications for hepatitis C virus chronicity. Hepatology 1997;25(2): Carreno V, Parra A, Navas S, Quiroga JA. Granulocyte-macrophage colony-stimulating factor as adjuvant therapy for factor as adjuvant therapy for interferon alpha treatment of chronic hepatitis C. Cytokine 1996;8(4):

11 40. Carreno V, Martin J, Pardo M, Brotons A, Anchia P, Navas S, et al. Randomized controlled trial of recombinant human granulocyte-macrophage colony-stimulating factor for the treatment of chronic hepatitis c. Cytokine 2000;12(2): Martin J, Navas S, Quiroga JA, Carreno V. Recombinant human granulocyte colonystimulating factor reduces hepatitis C virus replication in mononuclear cells from chronic hepatitis C patients. Cytokine 1996;8(4): Van Thiel DH, Faruki H, Friedlander L, Fagiuoli S, Caraceni P, Molloy PJ, et al. Combination treatment of advanced HCV associated liver disease with interferon and G- CSF. Hepatogastroenterology 1995;42(6): Gutierrez G, Pereda A. Granulocyte colony stimulating factor for the treatment of interferon-induced neutropenia in patients with chronic hepatitis B. J Pediatr Gastroenterol Nutr 2001;32(2): Neff GW, Montalbano M, O'Brien CB, Nishida S, Safdar K, Bejarano PA, et al. Treatment of established recurrent hepatitis C in liver-transplant recipients with pegylated interferon-alfa-2b and ribavirin therapy. Transplantation 2004;78(9): Teramura M, Kobayashi S, Hoshino S, Oshimi K, Mizoguchi H. Interleukin-11 enhances human megakaryocytopoiesis in vitro. Blood 1992;79(2): Artz AS, Ershler WB, Rustgi V. Interleukin-11 for thrombocytopenia associated with hepatitis C. J Clin Gastroenterol 2001;33(5): Ghalib R, Levine C, Hassan M, McClelland T, Goss J, Stribling R, et al. Recombinant human interleukin-11 improves thrombocytopenia in patients with cirrhosis. Hepatology 2003;37(5): Lawitz EJ, Hepburn MJ, Casey TJ. A pilot study of interleukin-11 in subjects with chronic hepatitis C and advanced liver disease nonresponsive to antiviral therapy. Am J Gastroenterol 2004;99(12): Zdilar D, Franco-Bronson K, Buchler N, Locala JA, Younossi ZM. Hepatitis C, interferon alfa, and depression. Hepatology 2000;31(6): Rifflet H, Vuillemin E, Oberti F, Duverger P, Laine P, Garre JB, et al. [Suicidal impulses in patients with chronic viral hepatitis C during or after therapy with interferon alpha]. Gastroenterol Clin Biol 1998;22(3): Raison CL, Broadwell SD, Borisov AS, Manatunga AK, Capuron L, Woolwine BJ, et al. Depressive symptoms and viral clearance in patients receiving interferon-alpha and ribavirin for hepatitis C. Brain Behav Immun 2005;19(1): Hauser P, Khosla J, Aurora H, Laurin J, Kling MA, Hill J, et al. A prospective study of the incidence and open-label treatment of interferon-induced major depressive disorder in patients with hepatitis C. Mol Psychiatry 2002;7(9): Kraus MR, Schafer A, Faller H, Csef H, Scheurlen M. Paroxetine for the treatment of interferon-alpha-induced depression in chronic hepatitis C. Aliment Pharmacol Ther

12 2002;16(6): Goldman LS. Successful treatment of interferon alfa-induced mood disorder with nortriptyline. Psychosomatics 1994;35(4): Gleason OC, Yates WR, Isbell MD, Philipsen MA. An open-label trial of citalopram for major depression in patients with hepatitis C. J Clin Psychiatry 2002;63(3): Schramm TM, Lawford BR, Macdonald GA, Cooksley WG. Sertraline treatment of interferon-alfa-induced depressive disorder. Med J Aust 2000;173(7): Levenson JL, Fallon HJ. Fluoxetine treatment of depression caused by interferon-alpha. Am J Gastroenterol 1993;88(5): Musselman DL, Lawson DH, Gumnick JF, Manatunga AK, Penna S, Goodkin RS, et al. Paroxetine for the prevention of depression induced by high-dose interferon alfa. N Engl J Med 2001;344(13): Kraus MR, Schafer A, Al-Taie O, Scheurlen M. Prophylactic SSRI during interferon alpha re-therapy in patients with chronic hepatitis C and a history of interferon-induced depression. J Viral Hepat 2005;12(1): Castéra L, Constant A, Demotes-Mainard J, Couzigou P, Henry C. Prevalent manic symptoms in peginterferon-induced mood disorders in patients with chronic hepatitis C: therapeutic implications (abstract). Hepatology 2004(suppl 1);40: Piche T, Gelsi E, Schneider SM, Hebuterne X, Giudicelli J, Ferrua B, et al. Fatigue is associated with high circulating leptin levels in chronic hepatitis C. Gut 2002;51(3): Piche T, Vanbiervliet G, Cherikh F, Antoun Z, Huet PM, Gelsi E, et al. Effect of ondansetron, a 5-HT3 receptor antagonist, on fatigue in chronic hepatitis C: a randomised, double blind, placebo controlled study. Gut 2005;54(8):

Traitement de l hépatite C: données récentes

Traitement de l hépatite C: données récentes Traitement de l hépatite C: données récentes J.-P. BRONOWICKI (Vandœuvre-lès-Nancy) Tirés à part : Jean-Pierre Bronowicki Service d Hépatogastroentérologie, CHU de Nancy, 54500 Vandœuvre-lès-Nancy. Le

Plus en détail

PRISE EN CHARGE DE L HEPATITE CHRONIQUE C EN 2009

PRISE EN CHARGE DE L HEPATITE CHRONIQUE C EN 2009 PRISE EN CHARGE DE L HEPATITE CHRONIQUE C EN 2009 CHU BAB EL OUED DR OSMANE DR MAHIOU PR NAKMOUCHE Evolution du traitement de hépatite c Découverte du génome de l HVC 1989 1989 1989 Evolution du traitement

Plus en détail

EPOETIN BETA (Néorecormon )

EPOETIN BETA (Néorecormon ) Situation temporairement acceptable EPOETIN BETA (Néorecormon ) Anémie (hémoglobine

Plus en détail

Peg-interféron alfa-2b «ViraferonPeg» dans le traitement de l hépatite chronique C

Peg-interféron alfa-2b «ViraferonPeg» dans le traitement de l hépatite chronique C Peg-interféron alfa-2b «ViraferonPeg» dans le traitement de l hépatite chronique C INTRODUCTION - Peg-Interféron + Ribavirine Traitement de référence VHC - Réponse virologique soutenue «Guérison» 50% -

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS DE LA COMMISSION. 10 octobre 2001

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS DE LA COMMISSION. 10 octobre 2001 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS DE LA COMMISSION 10 octobre 2001 VIRAFERONPEG 50 µg 80 µg 100 µg 120 µg 150 µg, poudre et solvant pour solution injectable B/1 B/4 Laboratoires SCHERING PLOUGH Peginterféron

Plus en détail

Marseille 25 octobre 2012 Accompagnement du traitement chez les co-infectés VHC-VIH en pratique

Marseille 25 octobre 2012 Accompagnement du traitement chez les co-infectés VHC-VIH en pratique Marseille 25 octobre 2012 Accompagnement du traitement chez les co-infectés VHC-VIH en pratique Dominique Larrey Service d Hépatogastroenterologie et transplantation Hôpital Saint Eloi CHU Montpellier

Plus en détail

Traitement des hépatites virales C. Avis d experts 5 janvier 2015

Traitement des hépatites virales C. Avis d experts 5 janvier 2015 AFEFoie @AFEFoie Association reconnue d utilité publique Traitement des hépatites virales C Avis d experts 5 janvier 2015 M. Bourlière (Marseille) JP. Bronowicki (Nancy) Ch. Hézode (Créteil) D. Larrey

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE. 10 décembre 2008

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE. 10 décembre 2008 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 10 décembre 2008 VIRAFERONPEG 50 µg/ 0.5 ml, poudre et solvant pour solution injectable B/1 : code CIP 355 189.3 B/4 : code CIP 355 191.8 VIRAFERONPEG, stylo pré-rempli

Plus en détail

Santé Canada approuve INCIVEK MC (télaprévir) pour le traitement des personnes atteintes d hépatite C

Santé Canada approuve INCIVEK MC (télaprévir) pour le traitement des personnes atteintes d hépatite C Santé Canada approuve INCIVEK MC (télaprévir) pour le traitement des personnes atteintes d hépatite C - Près de quatre personnes sur cinq ayant reçu pour la première fois un traitement d association à

Plus en détail

Thérapeutique anti-vhc et travail maritime. O. Farret HIA Bégin

Thérapeutique anti-vhc et travail maritime. O. Farret HIA Bégin Thérapeutique anti-vhc et travail maritime O. Farret HIA Bégin Introduction «L hépatite C est une maladie le plus souvent mineure, mais potentiellement cancérigène, qu on peut ne pas traiter et surveiller

Plus en détail

Place de l interféron dans le traitement de l hépatite B chez le patient co-infecté VIH

Place de l interféron dans le traitement de l hépatite B chez le patient co-infecté VIH Place de l interféron dans le traitement de l hépatite B chez le patient co-infecté VIH Lionel PIROTH CHU Dijon, Université de Bourgogne Tours juin 2012 Un problème? VIH-VHB Piroth L et al, J Hepatol,

Plus en détail

Avis 20 février 2013

Avis 20 février 2013 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 20 février 2013 PEGASYS 135 microgrammes, solution injectable en seringue préremplie Boîte de 1 (CIP 34009 359 958 1 0) Boîte de 4 (CIP 34009 359 959 8 8) PEGASYS 135

Plus en détail

Virus de l hépatite B

Virus de l hépatite B Virus de l hépatite B Virus de l hépatite B Hépatite aiguë B Virus de l hépatite B Hépatite aiguë B Persistance de l antigène HBs 10% - 90% Virus de l hépatite B Hépatite aiguë B faible ou absente Persistance

Plus en détail

en oncologie thoracique

en oncologie thoracique Les facteurs de croissance en oncologie thoracique Stéphanie LOZANO 17 10 2008 Toxicité hématologique de la chimiothérapie Toxicité limitante Concerne de nombreux cytotoxiques Touche toutes les lignées

Plus en détail

Communiqué de presse. Direction Communication Externe/Interne Sylvie Nectoux TEL : 01 44 34 65 73 Email : sylvie.nectoux@boehringeringelheim.

Communiqué de presse. Direction Communication Externe/Interne Sylvie Nectoux TEL : 01 44 34 65 73 Email : sylvie.nectoux@boehringeringelheim. Les données des études pivots de phase III STARTVerso démontrent l'efficacité du faldaprevir * dans des populations de patients difficiles à guérir telles que celles co-infectées par le VIH et celles avec

Plus en détail

LES CO-INFECTIONS VIH-VHC. EPIDEMIOLOGIE, INTERFERENCES. Patrice CACOUB La Pitié Salpêtrière, Paris

LES CO-INFECTIONS VIH-VHC. EPIDEMIOLOGIE, INTERFERENCES. Patrice CACOUB La Pitié Salpêtrière, Paris LES CO-INFECTIONS VIH-VHC. EPIDEMIOLOGIE, INTERFERENCES Patrice CACOUB La Pitié Salpêtrière, Paris 8 Avant l introduction des traitements antirétroviraux hautement actifs (HAART), la majorité des patients

Plus en détail

Profil d expression des micro ARNs hépatiques associés à la réponse virologique prolongée chez des patients atteints d hépatite chronique C

Profil d expression des micro ARNs hépatiques associés à la réponse virologique prolongée chez des patients atteints d hépatite chronique C Profil d expression des micro ARNs hépatiques associés à la réponse virologique prolongée chez des patients atteints d hépatite chronique C E. Estrabaud 1, I. Bièche 2, M. Lapalus 1, S. de Muynck 1, M.

Plus en détail

Hegel Vol. 2 N 1 2012 7. Comment obtenir une efficacité optimale du traitement de l hépatite chronique virale B?

Hegel Vol. 2 N 1 2012 7. Comment obtenir une efficacité optimale du traitement de l hépatite chronique virale B? Hegel Vol. 2 N 1 2012 7 DOI 10.4267/2042/46985 HÉPATOLOGIE Comment obtenir une efficacité optimale du traitement de l hépatite chronique virale B? Denis Ouzan Institut Arnault Tzanck ; F-06700 Saint Laurent

Plus en détail

Les médicaments de la grippe Ahmed Ghoubontini Service de Maladies Infectieuses CHU La Rabta Tunis

Les médicaments de la grippe Ahmed Ghoubontini Service de Maladies Infectieuses CHU La Rabta Tunis Les médicaments de la grippe Ahmed Ghoubontini Service de Maladies Infectieuses CHU La Rabta Tunis Introduction Les virus de la grippe sont des virus «instables». Les virus actuellement en circulation

Plus en détail

Pr Ag Smiti Khanfir Monia Service de Médecine Interne Hôpital la Rabta - Tunis

Pr Ag Smiti Khanfir Monia Service de Médecine Interne Hôpital la Rabta - Tunis Pr Ag Smiti Khanfir Monia Service de Médecine Interne Hôpital la Rabta - Tunis Rationnel Lymphocyte B Rationnel Costimulation Lymphocyte B Lymphocyte T Cytokines Th2 Anticorps anti CD 20 Le Rituximab

Plus en détail

Traitement des hépatites virales B et C

Traitement des hépatites virales B et C Traitement des hépatites virales B et C GFMER Yaoundé 26 Novembre 2007 Dr José M Bengoa foie cirrhotique foie normal Vitesse de développement de la fibrose fibrose VHD VHB VHC années Indications au traitement

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 23 septembre 2015

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 23 septembre 2015 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 23 septembre 2015 FUZEON 90 mg/ml, poudre et solvant pour solution injectable Boîte contenant 60 flacons de poudre + 60 flacons de solvant + 60 seringues de 3 ml + 60

Plus en détail

Hépatite C une maladie silencieuse..

Hépatite C une maladie silencieuse.. Hépatite C une maladie silencieuse.. F. Bally Centre de Maladies Infectieuses et Epidémiologie Institut Central des Hôpitaux Valaisans Histoire Années 70 Hépatite non-a-non-b = hépatite post-transfusionelle

Plus en détail

L hépatite C pas compliqué! Véronique Lussier, M.D., F.R.C.P.C. Gastroentérologue Hôpital Honoré-Mercier 16 avril 2015

L hépatite C pas compliqué! Véronique Lussier, M.D., F.R.C.P.C. Gastroentérologue Hôpital Honoré-Mercier 16 avril 2015 L hépatite C pas compliqué! Véronique Lussier, M.D., F.R.C.P.C. Gastroentérologue Hôpital Honoré-Mercier 16 avril 2015 Objectifs de la présentation Décrire l évolution clinique et la prise en charge d

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 8 septembre 2010

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 8 septembre 2010 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 8 septembre 2010 Examen du dossier de la spécialité inscrite pour une durée de 5 ans à compter du 4 juillet 2005 (JO du 14 juillet 2005) FASLODEX 250 mg/5 ml, solution

Plus en détail

Hépatite C, les nouveaux traitements

Hépatite C, les nouveaux traitements Hépatite C, les nouveaux traitements Dr Ghassan Riachi CHU de Rouen QDN 2014 Revue de presse p L hépatite C est une maladie curable Peginterferon + DAAs 2011 Standard Interferon 1991 + Ribavirin 1998 2001

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 23 septembre 2015

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 23 septembre 2015 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 23 septembre 2015 REYATAZ 150 mg, gélule Boîte de 60 (CIP : 34009 364 043 8 0) REYATAZ 200 mg, gélule Boîte de 60 (CIP : 34009 364 045 0 2) REYATAZ 300 mg, gélule Boîte

Plus en détail

49 ème congrès annuel de la Société Américaine d Oncologie Clinique, Chicago, 2013. Rédigé par Marion Alcantara, Centre Henri Becquerel, Rouen

49 ème congrès annuel de la Société Américaine d Oncologie Clinique, Chicago, 2013. Rédigé par Marion Alcantara, Centre Henri Becquerel, Rouen ETUDES DE PHASE III EVALUANT L EFFICACITÉ ET LA TOLÉRANCE D IDELALISIB (GS-1101) EN ASSOCIATION À OFATUMUMAB OU À BENDAMUSTINE + RITUXIMAB CHEZ DES PATIENTS PRÉSENTANT UNE LLC EN RECHUTE/RÉFRACTAIRE D

Plus en détail

Prescription des IPP en Gériatrie. Journée interrégionale du DESC de Gériatrie 28 mars 2008 Dr SEITE Florent

Prescription des IPP en Gériatrie. Journée interrégionale du DESC de Gériatrie 28 mars 2008 Dr SEITE Florent Prescription des IPP en Gériatrie Journée interrégionale du DESC de Gériatrie 28 mars 2008 Dr SEITE Florent Inhibiteurs de la pompe à protons Mécanisme d action : Inhibition de H+/K+ ATPase diminution

Plus en détail

Bonne lecture!! et si vous souhaitez consulter le document de l AFEF dans son intégralité, c est ici

Bonne lecture!! et si vous souhaitez consulter le document de l AFEF dans son intégralité, c est ici Un résumé des recommandations éditées par l AFEF le 1 er juin 2015 Les recommandations de l AFEF vont plus loin que celles de l EASL. Le Pr Victor De Lédinghen, du CHU de Bordeaux, et secrétaire général

Plus en détail

INTERFERON Traitement adjuvant du mélanome à haut risque de récidive. Dr Ingrid KUPFER-BESSAGUET Dermatologue CH de quimper

INTERFERON Traitement adjuvant du mélanome à haut risque de récidive. Dr Ingrid KUPFER-BESSAGUET Dermatologue CH de quimper INTERFERON Traitement adjuvant du mélanome à haut risque de récidive Dr Ingrid KUPFER-BESSAGUET Dermatologue CH de quimper Pourquoi proposer un TTT adjuvant? Probabilité de survie à 10 ans en fonction

Plus en détail

Christian TREPO, MD, PhD

Christian TREPO, MD, PhD PEG INTERFERON MONOTHERAPI E Christian TREPO, MD, PhD Unmet medical needs in chronic HBV infection Inhibition of viral replication Normalisation of ALT Improvement in liver necroinflammation Improvement

Plus en détail

AVIS de l Agence nationale de sécurité sanitaire de l alimentation, de l environnement et du travail

AVIS de l Agence nationale de sécurité sanitaire de l alimentation, de l environnement et du travail Le directeur général Maisons-Alfort, le 15 avril 2011 AVIS de l Agence nationale de sécurité sanitaire de l alimentation, de l environnement et du travail relatif à l'évaluation des justificatifs concernant

Plus en détail

Pr Bernard Combe. Immuno-Rhumatologie, Hôpital Lapeyronie CHU de Montpellier

Pr Bernard Combe. Immuno-Rhumatologie, Hôpital Lapeyronie CHU de Montpellier Journal de L ANDAR (Association Nationale de Défense contre l Arthrite Rhumatoîde) octobre2008 Le Mabthéra dans la polyarthrite rhumatoïde Pr Bernard Combe Immuno-Rhumatologie, Hôpital Lapeyronie CHU de

Plus en détail

TRAITEMENT DE L HÉPATITE B

TRAITEMENT DE L HÉPATITE B TRAITEMENT DE L HÉPATITE B P Mathurin Service d Hépatogastroentérologie Pr Paris Hôpital Claude Hurriez CHRU Lille CRITERES VIROLOGIQUES ET HISTOIRE NATURELLE 1 OBJECTIF THERAPEUTIQUE: Séroconversion HBe

Plus en détail

1. Recommandations de l AFSSAPS

1. Recommandations de l AFSSAPS E08-1 E08 Hypolipémiants Depuis une dizaine d années de nombreux résultats se sont accumulés pour prouver l intérêt de l abaissement du LDL-cholestérol en prévention primaire et secondaire des évènements

Plus en détail

Traitement de l hépatite C en 2010

Traitement de l hépatite C en 2010 CHU Constantine Service de gastro-entérologie Dr Hmmada Séminaire atelier janvier 2010 Traitement de l hépatite C en 2010 Dr O.AISSOUS Dr L.Belghazi Dr F.Boutraa 1 Pathologie d actualité statistiques alarmantes:

Plus en détail

Traitement de l hépatite C selon le génotype en 2014

Traitement de l hépatite C selon le génotype en 2014 Traitement de l hépatite C selon le génotype en 2014 Docteur Vincent Leroy Clinique d Hépato- gastroentérologie, Pôle DIGI- DUNE, CHU et INSERM/UJF U823, IAPC, IAB, Grenoble Des progrès spectaculaires

Plus en détail

HVC CHRONIQUE MOYENS THERAPEUTIQUES ET BILAN PRE-THERAPEUTIQUE CHAKIB MARRAKCHI. http://www.infectiologie.org.tn

HVC CHRONIQUE MOYENS THERAPEUTIQUES ET BILAN PRE-THERAPEUTIQUE CHAKIB MARRAKCHI. http://www.infectiologie.org.tn HVC CHRONIQUE MOYENS THERAPEUTIQUES ET BILAN PRE-THERAPEUTIQUE CHAKIB MARRAKCHI LES MOYENS THERAPEUTIQUES Les interférons La ribavirine Les nouveaux produits INTERFERONS 1957: activité antivirale Interférence

Plus en détail

FILGRASTIM. Développement clinique de Binocrit. EPO Biosimilaire

FILGRASTIM. Développement clinique de Binocrit. EPO Biosimilaire FILGRASTIM Développement clinique de Binocrit EPO Biosimilaire Binocrit, Une nouvelle Epo α Binocrit est une érythropoïétine recombinante humaine stimulant la formation des érythrocytes (1). Binocrit est

Plus en détail

Hépatite chronique B Moyens thérapeutiques

Hépatite chronique B Moyens thérapeutiques Hépatite chronique B Moyens thérapeutiques Dr Olfa BAHRI Laboratoire de Virologie Clinique Institut Pasteur de Tunis INTRODUCTION Plus de 300. 10 6 porteurs chroniques de VHB dans le monde Hépatite chronique

Plus en détail

Solutions pratiques dans le traitement de l hépatite chronique virale C

Solutions pratiques dans le traitement de l hépatite chronique virale C INFECTIONS VIRALES Solutions pratiques dans le traitement de l hépatite chronique virale C DENIS OUZAN Solutions pratiques dans le traitement de l hépatite chronique virale C DENIS OUZAN Médecin hépatologue

Plus en détail

Best of Hépatologie 2010. Dr Anais VALLET-PICHARD Hépatologie Hôpital Cochin

Best of Hépatologie 2010. Dr Anais VALLET-PICHARD Hépatologie Hôpital Cochin Best of Hépatologie 2010 Dr Anais VALLET-PICHARD Hépatologie Hôpital Cochin Evaluation de la fibrose Analyse des échecs de l élastométrie impulsionnelle Castera L et al. Hepatology 2010;51 (3): 828-35

Plus en détail

de la coinfection VIH-VHC

de la coinfection VIH-VHC le point sur... Cet article a précédemment été publié sur vih.org 1 - Larsen C et al., «Prevalence of hepatitis C and hepatitis B infection in the HIV-infected population of France, 2004», Euro Surveill,

Plus en détail

Intérêt des facteurs de croissance hématopoïétique au cours du traitement de l hépatite virale chronique C

Intérêt des facteurs de croissance hématopoïétique au cours du traitement de l hépatite virale chronique C Intérêt des facteurs de croissance hématopoïétique au cours du traitement de l hépatite virale chronique C doi: 10.1684/hpg.2007.0127 Tirés à part : T. Thevenot Thierry Thevenot 1, Vincent Di Martino 1,

Plus en détail

Traitements de l hépatite B

Traitements de l hépatite B Traitements de l hépatite B S Matheron Service des maladies infectieuses et tropicales A Hôpital Bichat-Claude Bernard Virus de l hépatite B: histoire naturelle Contage Hépatite aigüe 70% asymptomatique

Plus en détail

Y a-t-il une place pour un vaccin thérapeutique contre l hépatite B? H. Fontaine, Unité d Hépatologie Médicale, Hôpital Cochin

Y a-t-il une place pour un vaccin thérapeutique contre l hépatite B? H. Fontaine, Unité d Hépatologie Médicale, Hôpital Cochin Y a-t-il une place pour un vaccin thérapeutique contre l hépatite B? H. Fontaine, Unité d Hépatologie Médicale, Hôpital Cochin Objectifs thérapeutiques Inhibition de la réplication virale Négativation

Plus en détail

SURINFECTION VIRALE AU COURS DES MICI. Seminaire de DES Gastro-entérologie Marine BESNARD

SURINFECTION VIRALE AU COURS DES MICI. Seminaire de DES Gastro-entérologie Marine BESNARD SURINFECTION VIRALE AU COURS DES MICI Seminaire de DES Gastro-entérologie Marine BESNARD INTRODUCTION o Utilisation croissante des immunomodulateurs dans les MICI o Nombreuses infections opportunistes

Plus en détail

ANEMIE ET THROMBOPENIE CHEZ LES PATIENTS ATTEINTS D UN CANCER

ANEMIE ET THROMBOPENIE CHEZ LES PATIENTS ATTEINTS D UN CANCER ANEMIE ET THROMBOPENIE CHEZ LES PATIENTS ATTEINTS D UN CANCER Dr Michael Hummelsberger, Pr Jean-Gabriel Fuzibet, Service de Médecine Interne, Hôpital l Archet, CHU Nice 1. ANEMIE L étiologie de l anémie

Plus en détail

Place du médecin généraliste dans la gestion du traitement de l hépatite C C. Buffet*

Place du médecin généraliste dans la gestion du traitement de l hépatite C C. Buffet* Entretiens de Bichat 26 sept. 2013 Salle 352 A 17 h 30 18 h 30 Place du médecin généraliste dans la gestion du traitement de l hépatite C C. Buffet* * Hépatologue, Université Paris XI, Centre de compétence

Plus en détail

Traitements hypolipémiants et rein. Dr Anne-Elisabeth Heng ANCA 10/06/09

Traitements hypolipémiants et rein. Dr Anne-Elisabeth Heng ANCA 10/06/09 Traitements hypolipémiants et rein Dr Anne-Elisabeth Heng ANCA 10/06/09 Traitements hypolipémiants et rein Traiter pourquoi? Dyslipidémie et pathologies rénales? Pathologie rénale Cholestérol total LDL-c

Plus en détail

Actualités sur le Virus de l'hépatite C

Actualités sur le Virus de l'hépatite C CBP CHRU Lille Actualités sur le Virus de l'hépatite C 2.0 ANNE GOFFARD UNIVERSITÉ LILLE 2 DROIT ET SANTÉ FACULTÉ DES SCIENCES PHARMACEUTIQUES ET BIOLOGIQUES DE LILLE 2012 Table des matières I - Épidémiologie

Plus en détail

Résistance du virus de l hépatite C aux nouveaux traitements anti-viraux

Résistance du virus de l hépatite C aux nouveaux traitements anti-viraux 14 ème forum SOS Hépatites, Lyon Résistance du virus de l hépatite C aux nouveaux traitements anti-viraux Dr. Sylvie LARRAT Laboratoire de Virologie CHU Grenoble Hépatite C chronique 180 millions de porteurs

Plus en détail

Surveillance des patients VHC non traités. Julia ATTALI 15/12/2012

Surveillance des patients VHC non traités. Julia ATTALI 15/12/2012 Surveillance des patients VHC non traités Julia ATTALI 15/12/2012 Patients non traités Absence d indication au traitement: patients F0/F1 Echec traitement Contre-indication au traitement Refus du patient

Plus en détail

REVOLADE MC Purpura thrombopénique idiopathique (PTI)

REVOLADE MC Purpura thrombopénique idiopathique (PTI) REVOLADE MC Purpura thrombopénique idiopathique (PTI) OCTOBRE 2011 Marque de commerce : Revolade Dénomination commune : Eltrombopag Fabricant : GSK Forme : Comprimé Teneurs : 25 mg et 50 mg Avis de refus

Plus en détail

Avis 10 juillet 2013

Avis 10 juillet 2013 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 10 juillet 2013 COPEGUS 200 mg, comprimé pelliculé B/28 (CIP : 34009 362 003 9 5) B/42 (CIP : 34009 361 590 8 2) B/112 (CIP : 34009 362 004 5 6) B/168 (CIP : 34009 361

Plus en détail

D après la communication de Goede V

D après la communication de Goede V RÉSULTATS D UNE ÉTUDE DE PHASE III COMPARANT CHLORAMBUCIL SEUL A OBINUTUZUMAB PLUS CHLORAMBUCIL OU RITUXIMAB PLUS CHLORAMBUCIL CHEZ DES PATIENTS ATTEINTS DE LLC ET PRÉSENTANT DES COMORBIDITÉS D après la

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE. Avis. 1 er octobre 2008

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE. Avis. 1 er octobre 2008 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 1 er octobre 2008 EFFEXOR LP 37,5 mg, gélule à libération prolongée B/30 (CIP 346 563-3) EFFEXOR LP 75 mg, gélule à libération prolongée B/30 (CIP 346 556-7) Laboratoires

Plus en détail

Brèves de l AERIO. Introduction. Patients et méthodes. Résultats

Brèves de l AERIO. Introduction. Patients et méthodes. Résultats Oncologie (2016) 18:76-80 DOI 10.1007/s10269-016-2584-2 REVUE DE PRESSE DE L AERIO / AERIO PRESS REVIEW Brèves de l AERIO AERIO News in Brief Androgen receptor splice variant 7 et efficacité des taxanes

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 14 mars 2007

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 14 mars 2007 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 14 mars 2007 METOJECT 10 mg/ml, solution injectable en seringue pré-remplie 1 seringue pré-remplie en verre de 0,75 ml avec aiguille : 371 754-3 1 seringue pré- remplie

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 6 octobre 2010

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 6 octobre 2010 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 6 octobre 2010 Examen du dossier des spécialités inscrites pour une durée de 5 ans par arrêté du 6 mai 2005 (JO du 27 mai 2005) EPREX, solution injectable Voir les présentations

Plus en détail

Hépatites virales. Dépistage et suivi, à partir de cas cliniques. Dr Jean-Dominique Poveda Laboratoire Cerba

Hépatites virales. Dépistage et suivi, à partir de cas cliniques. Dr Jean-Dominique Poveda Laboratoire Cerba Hépatites virales Dépistage et suivi, à partir de cas cliniques Dr Jean-Dominique Poveda Laboratoire Cerba Journées de Biologie Clinique Necker Institut Pasteur 2010 Mercredi 20 janvier 20 Difficultés

Plus en détail

Prise en charge des effets secondaires des traitements de l hépatite C. Jean Delwaide CHU Sart Tilman Liège

Prise en charge des effets secondaires des traitements de l hépatite C. Jean Delwaide CHU Sart Tilman Liège Prise en charge des effets secondaires des traitements de l hépatite C Jean Delwaide CHU Sart Tilman Liège Efficacité de PegInterféron et Ribavirine Génotype 1 Génotype 2 Génotype 3 Génotype 4 50% 90%

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE. Avis. 20 juillet 2005

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE. Avis. 20 juillet 2005 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 20 juillet 2005 1 flacon(s) en verre de 0,5 ml : 557 767-8 3 flacon(s) en verre de 0,5 ml : 557 768-4 12 flacon(s) en verre de 0,5 ml : 557 769-0 6 flacon(s) en verre

Plus en détail

Algorithme pour le traitement à l oseltamivir et au zanamivir de la grippe peu sévère ou sans complications chez les adultes

Algorithme pour le traitement à l oseltamivir et au zanamivir de la grippe peu sévère ou sans complications chez les adultes Annexe A Algorithme pour le traitement à l oseltamivir et au zanamivir de la grippe peu sévère ou sans complications chez les adultes Adultes atteints de grippe légère ou sans complications Aucun facteur

Plus en détail

Hépatite C : comment traiter en 2015? Quelle est la durée optimale des traitements?

Hépatite C : comment traiter en 2015? Quelle est la durée optimale des traitements? Hépatite C : comment traiter en 2015? Quelle est la durée optimale des traitements? Molécules disponibles en France Sofosbuvir Ribavirine PEG interféron Daclatasvir Lédipasvir Siméprévir Indications Sovaldi

Plus en détail

Cancer inflammatoire du sein Traitement, survie et récurrences

Cancer inflammatoire du sein Traitement, survie et récurrences inflammatoire du sein Traitement, survie et récurrences Huguette Nguele Meke Introduction Le cancer du sein est une maladie gave et fréquente qui touche une femme sur 11 au cours de sa vie et qui est diagnostiqué

Plus en détail

Haute Autorité de santé COMMISSION DE LA TRANSPARENCE

Haute Autorité de santé COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Haute Autorité de santé COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 13 avril 2005 Suite à la demande du ministre chargé de la santé et de la sécurité sociale, la Commission réexamine la spécialité SYMPATHYL, comprimé

Plus en détail

L étude IDEAL : quelle valeur de LDL atteindre en prévention secondaire de la maladie coronaire?

L étude IDEAL : quelle valeur de LDL atteindre en prévention secondaire de la maladie coronaire? AMERICAN HEART ASSOCIATION AHA 25 F. DIEVART Clinique Villette, DUNKERQUE. L étude IDEAL : quelle valeur de LDL atteindre en prévention secondaire de la maladie coronaire? CONTEXTE Les données des études

Plus en détail

L'adéfovir, une nouvelle arme thérapeutique dans l'hépatite chronique B

L'adéfovir, une nouvelle arme thérapeutique dans l'hépatite chronique B Revue critique de l'actualité scientifique internationale sur le VIH et les virus des hépatites n 109 - juillet-août 03 VHB - TRAITEMENT L'adéfovir, une nouvelle arme thérapeutique dans l'hépatite chronique

Plus en détail

Avis 5 mars 2014. PEGASYS 90 microgrammes, solution injectable 1 seringue pré-remplie en verre de 0,5 ml avec aiguille (CIP : 34009 269 805 1 1)

Avis 5 mars 2014. PEGASYS 90 microgrammes, solution injectable 1 seringue pré-remplie en verre de 0,5 ml avec aiguille (CIP : 34009 269 805 1 1) COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 5 mars 2014 PEGASYS 180 microgrammes, solution injectable 1 seringue pré-remplie en verre de 0,5 ml avec aiguille (CIP : 34009 359 960 6 0) 1 stylo pré-rempli de 0,5

Plus en détail

Cas Clinique : Non Répondeur

Cas Clinique : Non Répondeur Cas Clinique : Non Répondeur Badreddine Kilani CHU La Rabta, Tunis, Tunisie Introduction Problème de santé publique La seule infection virale chronique dont on peut guérir Révolution thérapeutique en cours

Plus en détail

Traitement anti-thrombotique suivant la pose d une enprothèse coronarienne chez les patients déjà anticoagulés

Traitement anti-thrombotique suivant la pose d une enprothèse coronarienne chez les patients déjà anticoagulés Traitement anti-thrombotique suivant la pose d une enprothèse coronarienne chez les patients déjà anticoagulés Dr Louis-Philippe Hubert, R1 médecine de famille UMF La Sarre 29 mai 2015 Plan Définition

Plus en détail

Inhibiteurs de la recapture de la sérotonine et sexualité

Inhibiteurs de la recapture de la sérotonine et sexualité Inhibiteurs de la recapture de la sérotonine et sexualité 11 ème congrès de l ANP3SM- 12/06/2013 Xavier Preud homme, MD Duke University xavier.preudhomme@duke.edu Xavier Preud homme, MD Financial/Affiliations

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 17 décembre 2014 DAKLINZA 30 mg, comprimé pelliculé B/28 (CIP : 3400927941160) B/28 (CIP : 3400927941221) DAKLINZA 60 mg, comprimé pelliculé B/28 (CIP : 3400927941399)

Plus en détail

Doxorubicine liposomale pégylée

Doxorubicine liposomale pégylée DENOMINATION DU MEDICAMENT CAELYX = Doxorubicine liposomale pégylée CARACTERISTIQUES Dénomination commune : CAELYX Composition qualitative et quantitative : Doxorubicine liposomale pégylée Statut : A.M.M.

Plus en détail

La réévaluation des médicaments anti-alzheimer

La réévaluation des médicaments anti-alzheimer LES SYNTHÈSES DE LA TRANSPARENCE La réévaluation des médicaments anti-alzheimer Compte tenu de la gravité de la maladie d Alzheimer, de l enjeu de santé publique qu elle représente et des débats suscités

Plus en détail

Faut-il administrer de la Protéine C activée e (PCA) aux patients atteints de choc septique? CONTRE

Faut-il administrer de la Protéine C activée e (PCA) aux patients atteints de choc septique? CONTRE Faut-il administrer de la Protéine C activée e (PCA) aux patients atteints de choc septique? CONTRE SAINT-LEGER MélanieM Réunion inter-régionale de Réanimation R MédicaleM PLAN Efficacité & essais cliniques

Plus en détail

AVENEMENT DE LA «TRI-THERAPIE» POUR L HEPATITE C CHRONIQUE GENOTYPE 1 EN JANVIER 2011.

AVENEMENT DE LA «TRI-THERAPIE» POUR L HEPATITE C CHRONIQUE GENOTYPE 1 EN JANVIER 2011. AVENEMENT DE LA «TRI-THERAPIE» POUR L HEPATITE C CHRONIQUE GENOTYPE 1 EN JANVIER 2011. MODE D EMPLOI DE L AUTORISATION TEMPORAIRE D UTILISATION (ATU) DE COHORTE A L ATTENTION DES PERSONNES ATTEINTES D

Plus en détail

Les facteurs de croissance lignée blanche Polynucléaires neutrophiles Grastims

Les facteurs de croissance lignée blanche Polynucléaires neutrophiles Grastims Les facteurs de croissance lignée blanche Polynucléaires neutrophiles Grastims 12 2014 HEMATOPOIESE Progéniteurs puis précurseurs Stimulation par facteur : activation spécifique de leur récepteur Moelle

Plus en détail

Prise en charge du non répondeur à une bithérapie Pégylée

Prise en charge du non répondeur à une bithérapie Pégylée Prise en charge du non répondeur à une bithérapie Pégylée Marc Bourlière Service d'hépatologie et de Gastroentérologie, Hôpital Saint-Joseph, Marseille Points clés Devant une non réponse à une bithérapie

Plus en détail

Attitudes thérapeutiques au cours des vascularites

Attitudes thérapeutiques au cours des vascularites Attitudes thérapeutiques au cours des vascularites Benjamin Terrier Service de Médecine Interne Centre de Référence Maladies Systémiques et Autoimmunes Hôpital Cochin Université Paris Descartes Classification

Plus en détail

AVIS DE LA COMMISSION. 7 mai 2003

AVIS DE LA COMMISSION. 7 mai 2003 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE REPUBLIQUE FRANÇAISE AVIS DE LA COMMISSION 7 mai 2003 NEULASTA 6 mg, solution injectable Boîte de 1 seringue de verre préremplie Laboratoires AMGEN S.A.S Liste I Prescription

Plus en détail

Recommandations du Comité de lutte contre la grippe du 6 août 2009 susceptibles d actualisation en fonction de l évolution des données.

Recommandations du Comité de lutte contre la grippe du 6 août 2009 susceptibles d actualisation en fonction de l évolution des données. FICHE PRATIQUE D UTILISATION DES ANTIVIRAUX EN EXTRAHOSPITALIER ET EN PERIODE PANDEMIQUE A. TRAITEMENT ANTIVIRAL CURATIF 1 1. Adultes et enfants de plus d un an La prescription d un traitement antiviral

Plus en détail

Traitement standard des GBM: ASTRO 2010: - Nombreuses études rétrospectives - Quelques études cliniques préliminaires

Traitement standard des GBM: ASTRO 2010: - Nombreuses études rétrospectives - Quelques études cliniques préliminaires Tumeurs primitives Traitement standard des GBM: - Résection aussi complète que possible - Bénéfice de la RCT postopératoire - Patients les plus âgés?? (50% > 65 ans) - Quid du TMZ?? ASTRO 2010: - Nombreuses

Plus en détail

Sevrage du patient alcoolodépendant

Sevrage du patient alcoolodépendant Sevrage du patient alcoolodépendant 1/17 Motivation Le 1 er temps de la prise en charge = temps de renforcement de la motivation. Objectif : proposer au patient un sevrage s il est prêt, sinon l aider

Plus en détail

SOMMAIRE I. INTRODUCTION 4 II. SOURCES D INFORMATION 5

SOMMAIRE I. INTRODUCTION 4 II. SOURCES D INFORMATION 5 SOMMAIRE I. INTRODUCTION 4 II. SOURCES D INFORMATION 5 2.1. ETUDES REALISEES PAR LES SERVICES DES CAISSES D ASSURANCE MALADIE 5 2.2. ANALYSE DE LA LITTERATURE 5 2.3. ANALYSE DES VENTES 6 2.4. COMPARAISONS

Plus en détail

Laurence LEGOUT, Michel VALETTE, Henri MIGAUD, Luc DUBREUIL, Yazdan YAZDANPANAH et Eric SENNEVILLE

Laurence LEGOUT, Michel VALETTE, Henri MIGAUD, Luc DUBREUIL, Yazdan YAZDANPANAH et Eric SENNEVILLE Laurence LEGOUT, Michel VALETTE, Henri MIGAUD, Luc DUBREUIL, Yazdan YAZDANPANAH et Eric SENNEVILLE Service Régional Universitaires des Maladies Infectieuses et du Voyageur, Hôpital Gustave Dron 59208 TOURCOING

Plus en détail

Approche comportementale et cognitive de la douleur chronique

Approche comportementale et cognitive de la douleur chronique Approche comportementale et cognitive de la douleur chronique Françoise LAROCHE Centre Evaluation et Traitement de la Douleur Hôpital Saint-Antoine Paris 43 Rationnel dans la douleur chronique nécessité

Plus en détail

Recommandations de l AFEF concernant la grippe pour les malades ayant une maladie chronique du foie. Recommandations générales

Recommandations de l AFEF concernant la grippe pour les malades ayant une maladie chronique du foie. Recommandations générales Recommandations de l AFEF concernant la grippe pour les malades ayant une maladie chronique du foie La diversité des étiologies et la variété des traitements utilisés en hépatologie rendent difficile la

Plus en détail

NAVELBINE voie orale

NAVELBINE voie orale DENOMINATION DU MEDICAMENT & FORME PHARMACEUTIQUE NAVELBINE voie orale CARACTERISTIQUES Dénomination commune : vinorelbine Composition qualitative et quantitative : Statut : A.M.M. A.T.U. Classe ATC :

Plus en détail

F ZOULIM. Traitement du VHB : Interféron ou anti-viraux

F ZOULIM. Traitement du VHB : Interféron ou anti-viraux F ZOULIM Traitement du VHB : Interféron ou anti-viraux - Connaître les objectifs du traitement - Connaître les résultats immédiats et à long terme des traitements - Savoir choisir une option thérapeutique

Plus en détail

Journée SMHP 2010 Dr Jean-Baptiste TRABUT. Hôpital Cochin

Journée SMHP 2010 Dr Jean-Baptiste TRABUT. Hôpital Cochin L hépatite alcoolique aiguë Journée SMHP 2010 Dr Jean-Baptiste TRABUT Unités d Hépatologie et d Addictologie i Hôpital Cochin Histoire naturelle Maladie symptomatique Foie normal Maladie alcoolique du

Plus en détail

EMEND IV MC Prévention des nausées et des vomissements liés à la chimiothérapie OCTOBRE 2011

EMEND IV MC Prévention des nausées et des vomissements liés à la chimiothérapie OCTOBRE 2011 EMEND IV MC Prévention des nausées et des vomissements liés à la chimiothérapie OCTOBRE 2011 Marque de commerce : Emend IV Dénomination commune : Fosaprépitant Fabricant : Merck Forme : Poudre pour perfusion

Plus en détail

Avis 2 avril 2014. Laboratoire SERVIER. Périndopril arginine / indapamide. C09BA04 (inhibiteur de l enzyme de conversion et diurétique)

Avis 2 avril 2014. Laboratoire SERVIER. Périndopril arginine / indapamide. C09BA04 (inhibiteur de l enzyme de conversion et diurétique) COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 2 avril 2014 PRETERAX 2,5 mg / 0,625 mg, comprimé pelliculé Boîte de 30 (CIP : 34009 378 232 2 7) Boîte de 90 (CIP : 34009 378 234 5 6) BIPRETERAX 5 mg / 1,25 mg, comprimé

Plus en détail

Haut Conseil de la santé publique

Haut Conseil de la santé publique Haut Conseil de la santé publique AVIS relatif à la fiche de recommandations pour la prescription d antiviraux en période d épidémie de saisonnière 12 novembre 2015 Le Haut Conseil de la santé publique

Plus en détail

Quantification de l AgHBs Pouquoi? Quand?

Quantification de l AgHBs Pouquoi? Quand? Quantification de l AgHBs Pouquoi? Quand? Michelle Martinot-Peignoux Service d Hépatologie Hôpital Beaujon Université Paris-Diderot INSERM U-773/CRB3 Clichy-France Plan Introduction Applications Cliniques

Plus en détail

Recommandations du Comité de lutte contre la grippe 24 août 2010.

Recommandations du Comité de lutte contre la grippe 24 août 2010. FICHE PRATIQUE D UTILISATION DES ANTIVIRAUX EN EXTRAHOSPITALIER ET EN PERIODE DE CIRCULATION DU VIRUS A(H1N1)v Ces recommandations sont justifiées par la circulation sporadique et modérée des virus grippaux

Plus en détail

AVIS DE LA COMMISSION. 10 novembre 2004

AVIS DE LA COMMISSION. 10 novembre 2004 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE REPUBLIQUE FRANÇAISE AVIS DE LA COMMISSION 10 novembre 2004 GEMZAR 200 mg, lyophilisat pour usage parentéral (IV) Flacon de 10 ml GEMZAR 1000 mg, lyophilisat pour usage parentéral

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 1 février 2006

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 1 février 2006 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 1 février 2006 PRAVADUAL, comprimé Boîte de 30 (CIP : 369873-9) Boîte de 90 (code CIP : 373769-8) Laboratoire BRISTOL MYERS SQUIBB Pravastatine (40 mg/comprimé) + aspirine

Plus en détail