Dans l entreprise, LE MANAGEMENT DES RISQUES COMME INGENIERIE DU SUBJECTIF

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Dans l entreprise, LE MANAGEMENT DES RISQUES COMME INGENIERIE DU SUBJECTIF"

Transcription

1 Dans l entreprise, LE MANAGEMENT DES RISQUES COMME INGENIERIE DU SUBJECTIF Critique des pratiques courantes et éléments du modèle DOR B. Munier, GRID, CNRS/ENSAM Paris 1

2 Organisation de l exposé I. Pratiques admises ou modèles reçus : typologie selon la notion d accident et problèmes à résoudre II. Le modèle Décision Organisation Référence (DOR, Decision ecision Organization Referral eferral Model) de management des risques et l interaction Homme/organisation, avec quelques éléments de l ingénierie du subjectif sous-jacente. B. Munier, GRID, CNRS/ENSAM Paris 2

3 I.MODELES REçUS et ACCIDENT Type 1. Modèles de causalité séquentielle : Accident = ench t de causes? évènement redouté Type 2. Modèles organisationnels : Variables latentes, défenses en profondeur, nœud de papillon : Accident (modèle( du fromage suisse) =porteurs variables latentes faute de barrières Type 3. Modèles processuels (idée de l analyse fonctionnelle transférée à l audit): Accident = Scenario de dysfonctionnement d un processus B. Munier, GRID, CNRS/ENSAM Paris 3

4 Cartographie des risques reçue Freq. Toutes ces méthodes une telle «carte» Définition qualitative des axes (gravité, fréquence) Actions (séparément) glissements ds le repère Discussions fructueuses Allocation de budgets Grav Mais échelles d intervalle nécessaires!!! B. Munier, GRID, CNRS/ENSAM Paris 4

5 Principaux problèmes à résoudre (1) 1. Pratiques minimisent le risque d évènement redouté, mais n optimisent pas la prise de risque! 2. La plupart des modèles n évaluent au sens strict ni risques ni actions possibles (? impacts /prob. ou /conséq.). Et l évaluation objective d un risque n a pas de sens pour l action : Il n y a d évaluation que d Homme! 3. Modèles reçus ne modélisent pas le(s) rôle(s) de / l Homme : ou bien l Homme est modélisé comme les autres éléments (type 1), ou bien il est à part, mais alors non modélisé (2 derniers types) B. Munier, GRID, CNRS/ENSAM Paris 5

6 Principaux problèmes à résoudre (2) 4. Modèles reçus ne permettent qu une communication ambiguë entre acteurs du système (cf. axes de la cartographie standard) : problèmes cognitifs, pourtant décisifs! 5. Une bonne méthode doit conduire (à travers des action décentralisées) à des états du système possédant un propriété souhaitable 6. Il faut une vision raisonnablement intégrée (risques tech.- org. et si poss. fin.) pour fonder une politique de prévention (? bonne conscience du management!) B. Munier, GRID, CNRS/ENSAM Paris 6

7 En bref Discrimination entre matériels physiques et personnes humaines Anecdote du Dir. Scientifique d une grande compagnie d informatique Incapacité à extraire de chaque individu concerné un jugement de croyance, un jugement de score précis. Pourtant, expérimentation progrès c est possible! B. Munier, GRID, CNRS/ENSAM Paris 7

8 ET PENDANT CE TEMPS PASADENA, TX 1989 TOULOUSE, 2001 B. Munier, GRID, CNRS/ENSAM Paris 8

9 II.L HOMME et le MODELE DOR Système sociotechnique? l Homme en 3 rôles : 1) Homme décideur individuel dans le système, modélisé à travers ses croyances (révélées) et le score multi-attribut de ses choix face au risque 2) Hommes membres d une organisation : Coordonner vraiment et sans cout excessif la mise en oeuvre décentralisée des actions 3) Homme lien entre individuel et collectif régulant le système : communiquer et s organiser pour atteindre une certaine optimalité de l état de l organisation B. Munier, GRID, CNRS/ENSAM Paris 9

10 DOR : Nature du risque Risque = toute déviation constatée par rapport à une anticipation (? accident) : dépend du comportement des autres et pas seulement de la technologie et de l extérieur (ex: pas de prévention, les employés ne l appliquent pas, ) Phénomène largement auto-organisé B. Munier, GRID, CNRS/ENSAM Paris 10 2

11 Conception globale Faire que les représentations du système (et donc des standards de comportement des autres aussi) deviennent CC (?( se coordonner) et à sélectionner des solutions optimales (au regard des parties prenantes) sous contrainte de décentralisation de l exécution DOR (2) coordination de l exl exécution DOR (3) recherche d optimum d de 2nd rang Comment? En partant d abord d de l acteurl individuel, dans la phase DOR (1) B. Munier, GRID, CNRS/ENSAM Paris 11

12 (phases oubliées) Coordonner pourquoi? (1) Déviation par rapport à une anticipation Identification Modélisation du Risque Evaluer pour allouer des ressources 'Mitigation ou 'traitement' et standards de Dealing with comportement Risk managers Sociologues, juristes Comment transférer ou porter les risques résiduels? Mise en oeuvre de la politique Identifying Financing Ingénieurs par recherche & technologie par organisation Risques résiduels B. Munier, GRID, CNRS/ENSAM Paris 12

13 Coordonner pourquoi (2)? Un super-modèle optimisant top down est une illusion a) cognitive (super - modèle inutilisable) et b) organisationnelle (comment contrôler l exécution?) Eval et choix concertés, exécution décentr ée Un point fixe dans l applic de résultat définie sur le produit ensembles de résultats des individus impliqués est un équilibre de Nash possible, mais: Conditions d information? absence de connaissance commune des comportements un équilibre en pièces, très inefficient. D où : B. Munier, GRID, CNRS/ENSAM Paris 13

14 Phase1: le décideur dans le système Courbe TP type (pessimisme, peurs. Courbe d'utilité type (aversion au risque) Amélioration de 1% de probabilité si proche de désintégration? amélio de 1% si fonctionnement normal (~transf non linéaire/ aire/dt ion cumulée)? polynôme 1 er degré en probas 1% de résultat r en plus si les résultats sont critiques? 1% de résultat de plus si bons résultatsr sultats? polynôme du 1 er degré en gains (ou pertes) techniques (ou monét res ) GEMAUT, SERUM B. Munier, GRID, CNRS/ENSAM Paris 14

15 Phase1:cognition et encodage proba de défaillance Sûreté d'approvisionnement Avantage concurrentiel produit: date de réalisation, originalité, substituabilité, etc. Homme/ technologie Difficulté de maniement Acceptabilité personnel, environnement,... Précision de la réalisation Fonctionnalité x... Dangers pour le personnel Etc. Coût directs R & D et induits opérations... L'Homme acteur dans le système Eléments des cartes cognitives des opérateurs (myopie) Analyses et données technologiques ET application dans un autre espace Choix de l'organisation (l'homme évaluateur) B. Munier, GRID, CNRS/ENSAM Paris 15

16 Phase 2:Coordination des équipes En harmonisant de façon volontariste les représentations mais aussi les attitudes par rapport au risque (article 2001) des : - Ingénieurs, (protection, mitigation techno) - Organisateurs et juristes (id orga et jurid.) - Financiers (financement risques résiduels) En rendant de CC expériences et jugements: comportements non formatables de chacun : Culture du risque dans l entreprise B. Munier, GRID, CNRS/ENSAM Paris 16

17 Phase 3: Viser un état optimal de 2nd rg En pratique, nous ne savons pas évaluer l impact des portefeuilles de prévention envisageables ICI, complexité non résolue, MAIS : Optimum de 2d rang pourra être atteint si les avantages évalués de chaque opération de prévention pèsent au moins aussi lourd que son coût global et si on rend les arbitrages entre opérations explicites et cohérentes au niveau de l organisation Implique de passer de l individu au groupe : B. Munier, GRID, CNRS/ENSAM Paris 17

18 Phase 3: lien individu-organisation (1) Réunion de facilitation: Rapprocher les jugements en liant individus et organization sans ambiguité évaluation organisationnelle établie par le facilitateur (int. ou ext.) (2) Rendre les arbitrages organisationnels explicites et non ambigus: Faire ressortir les critères d impact en face des critères de coût. Les individus en tant que groupe se réfèrent ainsi à l organisation globale qui «renvoie» ainsi (leur propre) évaluation. B. Munier, GRID, CNRS/ENSAM Paris 18

19 Référence à l Organisation et individu (2) Facilitateur individu 1 individu 2 individu N Autorité de décision Parties prenantes (3) Arbitrages collectifs finals 3 phases: 1.Encodage individuel 2.Rapprochm t croyances et scores 3.Arbitrages organisation Accessible si non ambigu B. Munier, GRID, CNRS/ENSAM Paris 19

20 III. CONCLUSION 1. Pratiques de management des risques utilisent une technologie très médiocre d extraction subjective des jugements et se privent du savoirfaire expérimenté de l Homme 2.L ingénierie du subjectif face au risque s est pourtant remarquablement développée dans les 20 dernières années 3.Le modèle DOR propose des «règles de l art» et des éléments théoriques pour fonder les pratiques de RM et viser un optimum de 2 nd rang. Versions simplifiées possibles. B. Munier, GRID, CNRS/ENSAM Paris 20

21 Réseau Analyse des Risques Industriels / INRS EIGSI La Rochelle, 11 juin Présentation de l exposé : «Le management des risques comme ingénierie du subjectif» Bertrand Munier, Professeur des Universités à l ENSAM Paris/ESTP Directeur du GRID, CNRS/ENSAM/ESTP * Le management des risques intègre-t-il l Homme dans sa modélisation et dans sa mise en œuvre pratique? Poser la question est déjà y répondre. Il paraîtrait fantaisiste en effet de poser la question si nous pensions à une réponse positive : tant il est vrai que nous sommes intimement convaincus que le management des risques d aujourd hui ignore quasi-complètement l Homme - et manque de ce fait sa cible. Ce domaine des sciences de gestion reste un ensemble de pratiques raisonnées auxquelles de véritables modèles au sens scientifique du terme font défaut. L «état de l art» du domaine tient de l inventaire des tours de mains disponibles, que l on nomme «meilleures pratiques» sans savoir précisément pourquoi et sans doute faute d en avoir imaginé d autres. Le danger est alors que l on soit prisonnier de la représentation collective de l entreprise et que le «modèle» dont on fera usage n aille guère au-delà de l optimisation d une routine, avec toutes les limitations et les dangers sans jeu de mots que cette façon de faire recèle. Il n y a pas que le management des risques qui souffre de cette incapacité à faire la différence entre ce que Chris Argyris appelle «theory in use» et une simple routine, mais c est particulièrement frappant dans le domaine du management des risques, et plus particulièrement sans doute dans les pratiques que les entreprises d Europe continentale ont adoptées. L exposé rappellera en introduction les catégories de pratiques disponibles et leurs principales limitations. On présentera (plus sommairement ici) dans la seconde partie la modélisation DOR en montrant en quoi elle nous semble répondre aux préoccupations précédentes, d une part ; en quoi d autre part elle permet de parler d une (relative) optimisation. Les aspects évoqués ici seront bien entendu développés lors de l exposé oral, à l issue duquel des conclusions seront proposées. 1. Les catégories de pratiques disponibles et leurs limitations. La classification des «modèles» de management des risques est la plupart du temps faite selon les types de techniques utilisées. On distinguera par exemple les modèles probabilistes des modèles déterministes, etc. Cela illustre d ailleurs à quel point on est dépourvu de théories sous-jacentes. Dès lors que l on souhaite pouvoir modéliser, il faut recourir à une classification plus conceptuelle. Compte tenu de la question posée, on se réfèrera ici à une classification selon le concept d accident, l inspiration d origine et la place faite à l Homme. 1

22 On peut alors distinguer trois catégories de pratiques de management des risques dans l entreprise, les collectivités territoriales et les organisations en général : - les pratiques qui ont été inspirées par la sûreté de fonctionnement et la gestion de la qualité. Toutes descendent de l ancêtre commun l AMDEC et tiennent l accident pour une suite de causes physiques qui débouche sur un dysfonctionnement ou un évènement redouté, sans que l on sache toujours très bien définir l un ou l autre. La place faite à l Homme dans certaines versions de ce premier type est alors celle d un processus physique supplémentaire, peu éloigné des processus techniques sinon par le taux d erreur qu il est capable de commettre et la variation selon les circonstances de ce taux d erreur. Les méthodes THERP et leurs dérivés sont ici des illustrations possibles. - les pratiques qui s inspirent d une analyse fonctionnelle généralisée, que l on applique plus seulement aux processus physiques, mais aussi aux processus de génération de valeur qui s attachent à la représentation fonctionnelle de l entreprise. Un grand cabinet américain d audit et son gourou en ont été les inspirateurs premiers. Ces process technico-économiques sont analysés l un après l autre et les sources de danger consignées. On peut penser à des versions purement technologiques ou à des versions plus proches de l audit. L accident est ici une suite d erreurs de conception ou de mise en oeuvre des process susceptibles d en altérer le fonctionnement. On peut considérer ce second type de pratiques comme généralisant le premier type à plusieurs égards, y compris quant à la prise en considération de l Homme, mais la généralisation est plutôt limitée sur ce dernier point. - les pratiques qui découlent de l analyse de la structure organisationnelle. Ces pratiques évoquent les variables latentes, les porteurs de danger, les barrières organisationnelles, etc (James Reason, 1997). L accident est ici une rencontre fortuite de porteurs et de variables latentes faute d avoir imaginé ou mis en place avec suffisamment de vigilance les barrières organisationnelles adéquates. Ce troisième type de pratiques de management des risques attire certes l attention sur des aspects que le courant précédent ignore le plus souvent, et utilise des outils différents, mais le rôle de l Homme n est guère modifié par rapport à ce que l on vient de voir dans le deuxième type. Les trois types de pratiques convergent vers l élaboration d une «cartographie des risques» dans un repère orthonormé, les deux axes étant pourvus de mesures purement qualitatives de fréquence et de gravité. Cette cartographie est censée déboucher sur la mise au point d une politique de prévention et d une affectation de budgets corrélative. Il n est pas très difficile d apercevoir les insuffisances sérieuses de ces pratiques. Distinguons celles que le sujet de la journée nous conduit à souligner : - A) Toutes ces pratiques posent mal le problème et commettent une erreur de spécification au départ : la question n est en effet pas de minimiser les risques, mais d optimiser la prise de risques, ce qui n est pas du tout le même objectif. - B) aucune ne distingue réellement l Homme du reste du système. Celui-ci est implicitement modélisé comme un processus semblable aux autres dans le premier 2

23 type de pratiques, et implicitement vu comme un processus d un niveau supérieur mais non explicité dans les deux autres types, ce qui ôte tout aspect opératoire la démarche. - C) les axes de la cartographie sont définis de façon beaucoup trop floue pour que celle-ci puisse être utilisable aux fins qu on lui assigne (définition d une politique et de budgets associés) - D) ou même pour que les échanges auxquels elle donne lieu sans doute l aspect le plus utile de toute cartographie puissent avoir une vertu formatrice et pédagogique pour l organisation et sa performance. Or, cet aspect des choses est décisif et ne peut s appuyer que sur une communication non ambiguë. Il est donc indispensable de considérer l aspect cognitif du problème en même temps que ses aspects organisationnels et technologiques. - E) Aucune de ces pratiques ne se soucie de modéliser avec un peu de précision ce que doit être une évaluation proprement dite des risques (à ne pas confondre avec l estimation des mesures de risque, probabilités ou autres, et des conséquences attachées). Toutes tombent dans l illusion qu une évaluation émerge des données objectives du risque considéré, alors que l expérience montre qu il n y a d évaluation que d Homme. - F) Aucune de ces pratiques ne saurait dire pourquoi l état auquel elles conduisent et qu elles conduisent à recommander présente pour l organisation les caractéristiques d ensemble de «best practices» (meilleures pratiques). - G) Enfin et pour s en tenir là aucune de ces pratiques ne saurait conduire à une conception intégrée (technologique, organisationnelle et financière) de la gestion des risques faute d un langage ou à défaut d un code minimum qui permette une action collective cohérente. 2. Prise en considération de l Homme : le modèle DOR (Décision-Organisation- Réflexion), l ingénierie du subjectif et ses outils On indiquera très sommairement ici les caractéristiques du modèle proposé : - La complexité vient du caractère socio-technique du système de l entreprise (de l organisation en général, l entreprise industrielle étant prise ici comme le cas le plus caractérisé). Le modèle confère donc trois rôles spécifiques à l homme : - A) L Homme comme élément du système prenant des décisions notamment eu égard à la technologie : il convient de décrire comment, selon quelles croyances et quelles évaluations individuelles influencées par l organisation à l évidence, mais individuelles d un point de vue instrumental. - B) L Homme comme collection d individus dotés de cultures, langages, représentations, etc différentes, en peine de coordination. L important est ici de comprendre pourquoi la coordination est décisive et en même temps pas spontanée, comment on peut la concevoir et la mettre en œuvre. 3

24 - C) L Homme comme responsable de l organisation et décideur d interventions sur le système. Comment évaluer, décider d une politique et essayer d atteindre un état optimum de second rang pour l organisation. - Sous ces trois aspects, les techniques de l analyse décisionnelle permettent d obtenir avec rigueur les croyances ou les probabilités et leurs fonctions de transformation, les conséquences ou les utilités dans le risque (utilités Neumanniennes) de divers indicateurs. Cette ingénierie du subjectif a fait des progrès considérables depuis une quinzaine d années sans que le management des risques en ait tiré parti. Elle ne suffit pas à elle seule à asseoir le management des risques, mais elle en est un support de première importance. - L accident est donc une déviation par rapport à un état anticipé du système. Cette déviation peut être positive ou négative et c est cet aspect de variabilité (apprécié à travers l utilité Neumannienne) composé avec l effet transformation de probabilité qui détermine le repère d évaluation de tout risque : objectif et physique, humain, légal ou conventionnel, etc. - En l absence de coordination de la prévention, le système «entreprise» évolue vers ce que l on peut appeler un «équilibre de Nash appauvri», les conditions d information et de communication entre trois catégories d acteurs responsables du management des risques (l Homme dans les rôles A et B ci-dessus) conférant à cet «équilibre» un caractère «parcellaire», largement inefficient. - Le management des risques apparaît donc comme l intervention qui a pour objet de faire évaluer par l Homme (dans son rôle C ci-dessus de décideur, stakeholders compris) les diverses situations de risques et les actions possibles de prévention et de financement, de façon à déterminer un portefeuille d actions qui conduise à un optimum de second rang. - Comme on le voit, identification, mitigation et financement ne sont certes pas de fausses étapes à considérer dans le processus de management des risques, mais les aspects modélisation du risque, évaluation par l Homme et coordination sont des phases aussi importantes sinon davantage que ces trois étapes «classiques» du management des risques alors qu elles sont ignorées ou passées sous silence par les pratiques évoquées ci-dessus. - Pour un exemple, on renverra à l exposé de François Beaudouin, Ingénieur EDF R&D et à la bibliographie ci-dessous. Références Abdellaoui, M., et B. Munier, 2001 : «Substitutions probabilistiques et décision individuelle devant le risque : enseignements de l expérimentation», Revue d Economie Politique, vol. 111, Argyris, C., 1992, On Organizational Learning, Blackwell, Cambridge, Mass., USA. Barrios, C., 2002, Une réconciliation des mesures de l utilité à l aide de la «Prospect Theory» : Une approche expérimentale, Thèse de Doctorat, GRID, CNRS/ENSAM. 4

25 Beaudouin, F., M. Lassagne et B. Munier, 2004, «Integrating Decision Analysis into Operations Management», Communication à l Euroma Conference, Fontainebleau, juin Chapman, C. et S. Ward, 1997, Project Risk Management, Processes, Techniques and Insights, New York, Wiley. Kahneman, D. et A. Tversky, 1979, «Prospect Theory, An Analysis of Decision Under Risk», Econometrica, Vol. 47, pp Mc Cord, M. et R. de Neufville, 1986, «Lottery Equivalents: Reduction of the Certainty Effect Problem in Utility Assessment», Management Science, Vol. 32, n 1, pp Munier, B., 2001, «Risk Attitudes Appraisal and Cognitive Coordination in Decentralized Systems», Group Decision and Negotiation, Vol. 10, pp Munier, B., 2004, «Global Risk Management: Retrospect and Prospect, From Nuts and Bolts to a Reflexive Multi-Agents Problem», Communication GDN-CORS-INFORMS, 15 mai, Banff, Alberta, Canada. Reason, J., 1997, Managing the Risks of Organizational Accidents, Aldershot, Ashgate Publishing. Tixier, J., G. Dusserre, O.Salvi, D. Gaston, 2002, «Review of 62 risk analysis methodologies of industrial plants», Journal of Loss Prevention in the Process Industries, Vol. 15, p Wakker, P., et D. Deneffe, 1996, «Eliciting von Neumann-Morgenstern Utilities when Probabilities are Distorted or Unknown» Management Science, Vol. 42,

Nous concluons au travers de quatre axes principaux qui ont guidé la. 1) La théorie du regret de Loomes et Sugden comme théorie de la décision

Nous concluons au travers de quatre axes principaux qui ont guidé la. 1) La théorie du regret de Loomes et Sugden comme théorie de la décision Conclusion générale Nous concluons au travers de quatre axes principaux qui ont guidé la rédaction de cette thèse. 1) La théorie du regret de Loomes et Sugden comme théorie de la décision rationnelle compatible

Plus en détail

Evaluer des élèves de Seconde par compétences en Sciences Physiques

Evaluer des élèves de Seconde par compétences en Sciences Physiques Evaluer des élèves de Seconde par compétences en Sciences Physiques Introduction Depuis quelques années, le terme de «compétences» s installe peu à peu dans notre quotidien ; aussi bien dans la vie de

Plus en détail

Jean-Francois DECROOCQ - 11/03/2011

Jean-Francois DECROOCQ - 11/03/2011 www.varm.fr Stratégie des risques Jean-Francois DECROOCQ - 11/03/2011 Sommaire Introduction... 2 La stratégie du risque... 2 I.0 Une démarche d entreprise... 2 I.1 Appétit pour le risque... 3 I.2 La tolérance

Plus en détail

REseau qualité Enseignement supérieur et Recherche L APPROCHE PROCESSUS. Réunion du 00/00/2011 1

REseau qualité Enseignement supérieur et Recherche L APPROCHE PROCESSUS. Réunion du 00/00/2011 1 L APPROCHE PROCESSUS Réunion du 00/00/2011 1 MISSION QUALITE ET METHODE L APPROCHE PROCESSUS Xavier Darrieutort-Approche_PS-Janv_2012 L APPROCHE PROCESSUS 1. SOMMAIRE Définition d un PROCESSUS Caractérisation

Plus en détail

Notre modèle d engagement

Notre modèle d engagement Notre modèle d engagement 1. EVALUER L évaluation des compétences que vous souhaitez améliorer implique un vrai échange entre nos deux équipes, et une étude plus approfondie des écarts et des actions préalablement

Plus en détail

SOMMAIRE SOMMAIRE 7 INTRODUCTION GENERALE...11

SOMMAIRE SOMMAIRE 7 INTRODUCTION GENERALE...11 SOMMAIRE SOMMAIRE 7 INTRODUCTION GENERALE...11 - PARTIE I - Organisation de trésorerie du régime général et principes d optimisation de la régulation des positions de trésorerie à très court terme...15

Plus en détail

Master spécialité «Communication et ressources humaines» : formation par la voie de l apprentissage

Master spécialité «Communication et ressources humaines» : formation par la voie de l apprentissage Master spécialité «Communication et ressources humaines» : formation par la voie de l apprentissage [document mis à jour le 3.05.13] Ce document présente la formation en apprentissage. Il est à lire avant

Plus en détail

TABLEAU DE BORD : SYSTEME D INFORMATION ET OUTIL DE PILOTAGE DE LA PERFOMANCE

TABLEAU DE BORD : SYSTEME D INFORMATION ET OUTIL DE PILOTAGE DE LA PERFOMANCE TABLEAU DE BORD : SYSTEME D INFORMATION ET OUTIL DE PILOTAGE DE LA PERFOMANCE INTRODUCTION GENERALE La situation concurrentielle des dernières années a confronté les entreprises à des problèmes économiques.

Plus en détail

Systèmes et réseaux d information et de communication

Systèmes et réseaux d information et de communication 233 DIRECTEUR DES SYSTÈMES ET RÉSEAUX D INFORMATION ET DE COMMUNICATION Code : SIC01A Responsable des systèmes et réseaux d information FPESIC01 Il conduit la mise en œuvre des orientations stratégiques

Plus en détail

REFERENTIEL D AMENAGEMENT DES ESPACES DE BUREAU DE LA MAIRIE DE PARIS

REFERENTIEL D AMENAGEMENT DES ESPACES DE BUREAU DE LA MAIRIE DE PARIS REFERENTIEL D AMENAGEMENT DES ESPACES DE BUREAU DE LA MAIRIE DE PARIS V2. 3/23/2011 1 / 7 SOMMAIRE DU REFERENTIEL INTRODUCTION PREAMBULE POURQUOI UN REFERENTIEL D AMENAGEMENT DES ESPACES DE BUREAU? P.

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social NATIONS UNIES E Conseil économique et social Distr. GÉNÉRALE ECE/MP.PP/2005/2/Add.4 8 juin 2005 Original: ANGLAIS, FRANÇAIS, RUSSE COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L EUROPE Réunion des Parties à la Convention

Plus en détail

FORMULATING INFORMATION SYSTEMS RISK MANAGEMENT STRATEGIES THROUGH CULTURAL THEORY

FORMULATING INFORMATION SYSTEMS RISK MANAGEMENT STRATEGIES THROUGH CULTURAL THEORY FORMULATING INFORMATION SYSTEMS RISK MANAGEMENT STRATEGIES THROUGH CULTURAL THEORY I- Le processus de risk management selon ISO 27001(2005), NSIT : 8000 (2002) et Frosdick (1997) : Ce processus inclut

Plus en détail

Commission des Outils d évaluation pour les Humanités générales et technologiques. Présentation générale des outils

Commission des Outils d évaluation pour les Humanités générales et technologiques. Présentation générale des outils Commission des Outils d évaluation pour les Humanités générales et technologiques Présentation générale des outils 1. Généralités 1.1. Cadre institutionnel Le décret du 24 juillet 1997 sur les missions

Plus en détail

GUIDE POUR L EVALUATION DES RISQUES PROFESSIONNELS

GUIDE POUR L EVALUATION DES RISQUES PROFESSIONNELS GUIDE POUR L EVALUATION DES RISQUES PROFESSIONNELS SANTE AU TRAVAIL ET MEDECINE DU TRAVAIL 41 Chemin de la Durance 13300 SALON DE PROVENCE 0 SOMMAIRE INTRODUCTION... 2 I. GENERALITES... 3 A. Définitions...

Plus en détail

CONDUITE DE CHANGEMENT ET PREVENTION DES RISQUES PSYCHOSOCIAUX Dans le secteur des maisons de retraite. Action collective inter-entreprises

CONDUITE DE CHANGEMENT ET PREVENTION DES RISQUES PSYCHOSOCIAUX Dans le secteur des maisons de retraite. Action collective inter-entreprises CONDUITE DE CHANGEMENT ET PREVENTION DES RISQUES PSYCHOSOCIAUX Dans le secteur des maisons de retraite Action collective inter-entreprises Fiche méthodologique du groupe de ARACT Bourgogne -2009 1 Étapes

Plus en détail

reconnaissance et l exécution transfrontalières des condamnations pénales?

reconnaissance et l exécution transfrontalières des condamnations pénales? Réunion Informelle des Ministres de la Justice et des Affaires Intérieures Luxembourg, 27-29 janvier 2005 RENFORCER LA JUSTICE - Quelles politiques européennes pour la reconnaissance et l exécution transfrontalières

Plus en détail

TABLE DES MATIERES CDPME Tome 1 «Concepts, outils, problématiques»

TABLE DES MATIERES CDPME Tome 1 «Concepts, outils, problématiques» Avant-propos Mode d emploi du guide TABLE DES MATIERES CDPME Tome 1 «Concepts, outils, problématiques» Chapitre 1 Les PME : Spécificités et problématiques liées au développement 1.1 Le monde méconnu des

Plus en détail

Formations Management

Formations Management Formations Management MANAGEMENT ET COMMUNICATION Ecole du Management : Cycle Animateur d équipe Ecole du Management : Cycle Maîtrise Ecole du Management : Cycle Coordinateur Technique Animateur (trice)

Plus en détail

POLITIQUE DE GOUVERNANCE N o : Le conseil d administration Le :

POLITIQUE DE GOUVERNANCE N o : Le conseil d administration Le : Destinataires : POLITIQUE DE GOUVERNANCE N o : Administrateurs, directeurs, gestionnaires, médecins, employés, bénévoles, stagiaires et fournisseurs Élaborée par : Le conseil d administration Le : Adoptée

Plus en détail

Plan de continuité d activité

Plan de continuité d activité Plan de continuité d activité - Note méthodologique - Cette méthodologie vise à opérationnaliser le PCA en le confrontant - au travers d une simulation - à la réalité du travail futur. La démarche est

Plus en détail

GUIDE POUR LE DÉVELOPPEMENT DE COMPÉTENCES PROFESSIONNELLES (CP) POUR LE 3 ème STAGE

GUIDE POUR LE DÉVELOPPEMENT DE COMPÉTENCES PROFESSIONNELLES (CP) POUR LE 3 ème STAGE 1 GUIDE POUR LE DÉVELOPPEMENT DE COMPÉTENCES PROFESSIONNELLES (CP) POUR LE 3 ème DOMAINES: FONDEMENTS COMPÉTENCE 1: Agir en tant que professionnelle ou professionnel héritier, critique et interprète d

Plus en détail

DEMANDE DE TRAVAUX PAR CODIFICATION D EXPERTISE. M. Lemaitre. Résumé

DEMANDE DE TRAVAUX PAR CODIFICATION D EXPERTISE. M. Lemaitre. Résumé DEMANDE DE TRAVAUX PAR CODIFICATION D EXPERTISE M. Lemaitre Résumé Cet article propose une solution permettant d optimiser le processus de demande d exécution de travaux de réfection de locaux tertiaires.

Plus en détail

Politique de placements

Politique de placements Politique de placements Le 7 octobre 2010 Politique de placements Table des matières 1. La mission de la Fondation pour le développement des coopératives en Outaouais 2. Les principes de la gouvernance

Plus en détail

Tous droits réservés SELENIS

Tous droits réservés SELENIS 1. Objectifs 2. Etapes clefs 3. Notre proposition d accompagnement 4. Présentation de SELENIS 2 Un projet est une réalisation spécifique, dans un système de contraintes donné (organisation, ressources,

Plus en détail

QUATRE ÉLÉMENTS À NE PAS SOUS-ESTIMER DANS LE CONTEXTE D UNE TRANSMISSION D ENTREPRISE

QUATRE ÉLÉMENTS À NE PAS SOUS-ESTIMER DANS LE CONTEXTE D UNE TRANSMISSION D ENTREPRISE QUATRE ÉLÉMENTS À NE PAS SOUS-ESTIMER DANS LE CONTEXTE D UNE TRANSMISSION D ENTREPRISE Table des matières 1. Introduction... 1 2. Développement... 2 2.1. Droit successoral, réserve des héritiers... 2 2.2.

Plus en détail

Fiche Contenu 18-1 : Exigences organisationnelles pour un système de gestion de la qualité

Fiche Contenu 18-1 : Exigences organisationnelles pour un système de gestion de la qualité Fiche Contenu 18-1 : Exigences organisationnelles pour un système de gestion de la qualité Définition Le terme organisation dans le contexte d un modèle de gestion de la qualité est utilisé pour indiquer

Plus en détail

Résumé de Mémoire EN QUOI LE PILOTAGE PAR LES COUTS REPRESENTE-T-IL UN OUTIL DE GESTION ESSENTIEL POUR ASSURER LA PERENNITE FINANCIERE DE LA BRANCHE

Résumé de Mémoire EN QUOI LE PILOTAGE PAR LES COUTS REPRESENTE-T-IL UN OUTIL DE GESTION ESSENTIEL POUR ASSURER LA PERENNITE FINANCIERE DE LA BRANCHE Résumé de Mémoire EN QUOI LE PILOTAGE PAR LES COUTS REPRESENTE-T-IL UN OUTIL DE GESTION ESSENTIEL POUR ASSURER LA PERENNITE FINANCIERE DE LA BRANCHE COURRIER DU GROUPE LA POSTE? Alix LEGRAND ESG MANAGEMENT

Plus en détail

Avantages économiques

Avantages économiques I. QU EST CE QUE LE SYSTEME DE MANAGEMENT ENVIRONNEMENTAL? Le SME est un outil de gestion interne qui favorise l intégration précoce d objectifs écologiques précis dans les autres systèmes de gestion et

Plus en détail

DIRECTIVE DU COMMISSAIRE

DIRECTIVE DU COMMISSAIRE DIRECTIVE DU COMMISSAIRE SUJET: PROCESSUS INTERNE DE RÈGLEMENT DES DIFFÉRENDS N O: DC-12 DATE DE PUBLICATION: 10 AVRIL 2013 DATE D ENTRÉE EN VIGUEUR : 2 SEPTEMBRE 2013 INTRODUCTION Le gouvernement du Canada

Plus en détail

Contrôle de gestion. Section 1 : Positionnement du contrôle de gestion et identification du métier

Contrôle de gestion. Section 1 : Positionnement du contrôle de gestion et identification du métier Section 1 : Positionnement du contrôle de gestion et identification du métier 1. Rôle et place du Contrôle de Gestion dans l organisation Au début du XXème siècle, l émergence de la structure divisionnelle

Plus en détail

Appendice 2. (normative) Structure de niveau supérieur, texte de base identique, termes et définitions de base communs

Appendice 2. (normative) Structure de niveau supérieur, texte de base identique, termes et définitions de base communs Appendice 2 (normative) Structure de niveau supérieur, texte de base identique, termes et définitions de base communs NOTE Dans les propositions de Texte identique, XXX désigne un qualificatif de norme

Plus en détail

Le pilotage des RisQues dans Le GRoupe 199

Le pilotage des RisQues dans Le GRoupe 199 Chapitre 5 LE PILOTAGE DES RISQUES DANS LE GROUPE Le changement et l incertitude sont les seuls éléments constants du monde actuel. Le nombre d événements susceptibles d affecter une entreprise et de la

Plus en détail

Direction générale PROGRAMME PRINCIPAL 02

Direction générale PROGRAMME PRINCIPAL 02 PROGRAMME PRINCIPAL 02 WO/PBC/4/2 page 33 Direction générale 02.1 Cabinet du directeur général 02.2 Conseiller spécial et commissions consultatives 02.3 Supervision interne Résumé 61. La propriété intellectuelle

Plus en détail

Du marketing dans ma PME!

Du marketing dans ma PME! Du marketing dans ma PME! Manque d expérience marketing des managers de sociétés technologiques, difficulté de recruter des profils marketing formés ou expérimentés : pourquoi la mission marketing est-elle

Plus en détail

Finalités de l ouvrage

Finalités de l ouvrage Introduction Il est commun de souligner que la fonction ressources humaines a subi des évolutions rapides et profondes depuis les années qui ont suivi la seconde guerre mondiale. Le rôle du DRH n a cessé

Plus en détail

L essai de Psy.D. (18 crédits) Définition et balises

L essai de Psy.D. (18 crédits) Définition et balises L essai de Psy.D. (18 crédits) Définition et balises politique adoptée par le CECS le 6 novembre 2002 Suite à l adoption par le Comité des études de cycles supérieurs en psychologie du projet de modification

Plus en détail

BIBLIOTHÈQUE ET ARCHIVES CANADA PLAN D ÉVALUATION 2008-2009

BIBLIOTHÈQUE ET ARCHIVES CANADA PLAN D ÉVALUATION 2008-2009 BIBLIOTHÈQUE ET ARCHIVES CANADA PLAN D ÉVALUATION 2008-2009 Division du rendement et de l information institutionnels Direction générale de la gestion intégrée Présenté au : Comité d évaluation de Bibliothèque

Plus en détail

Quelles approches de la mutualisation sur la gestion des hommes et des compétences? Alain MULARD Consultant-Formateur Elu local

Quelles approches de la mutualisation sur la gestion des hommes et des compétences? Alain MULARD Consultant-Formateur Elu local Quelles approches de la mutualisation sur la gestion des hommes et des compétences? Consultant-Formateur Elu local Une question bien embarrassante! Parce qu elle renvoie à la capacité d une organisation

Plus en détail

COMPÉTENCES, ÉLÉMENTS DE COMPÉTENCES ET RESSOURCES À MOBILISER POUR LE DESS, LA MAÎTRISE PROFESSIONNELLE, LA MAÎTRISE RECHERCHE ET LE DOCTORAT

COMPÉTENCES, ÉLÉMENTS DE COMPÉTENCES ET RESSOURCES À MOBILISER POUR LE DESS, LA MAÎTRISE PROFESSIONNELLE, LA MAÎTRISE RECHERCHE ET LE DOCTORAT Direction des affaires académiques et internationales Études supérieures COMPÉTENCES, ÉLÉMENTS DE COMPÉTENCES ET RESSOURCES À MOBILISER POUR LE DESS, LA MAÎTRISE PROFESSIONNELLE, LA MAÎTRISE RECHERCHE

Plus en détail

Textes de référence : articles 313-53-2 à 313-62, 314-3-2 du règlement général de l AMF

Textes de référence : articles 313-53-2 à 313-62, 314-3-2 du règlement général de l AMF Instruction AMF n 2012-01 Organisation de l activité de gestion d OPCVM ou d OPCI et du service d investissement de gestion de portefeuille pour le compte de tiers en matière de gestion des risques Textes

Plus en détail

5. Validité de la méta-analyse

5. Validité de la méta-analyse 5. Validité de la méta-analyse 5.1. Poids de la preuve d une méta-analyse Le poids de la preuve d un résultat scientifique quantifie le degré avec lequel ce résultat s approche de la réalité. Il ne s agit

Plus en détail

# 07 Charte de l audit interne

# 07 Charte de l audit interne Politiques et bonnes pratiques # 07 de l audit Direction générale fédérale Service Redevabilité & Qualité Janvier 2015 Approuvé par le Comité des audits Juin 2013 Approuvé par le Directoire fédéral Juillet

Plus en détail

ECOLE SUPERIEURE DE L EDUCATION NATIONALE

ECOLE SUPERIEURE DE L EDUCATION NATIONALE ECOLE SUPERIEURE DE L EDUCATION NATIONALE Formation des Chefs d Etablissement d Affectation Management adaptatif et délégations Support participants SOMMAIRE La formation dans son contexte p.3 Les facteurs

Plus en détail

Avant-propos. 1. Institut national de recherche en informatique et en automatique.

Avant-propos. 1. Institut national de recherche en informatique et en automatique. Avant-propos J ai découvert, un jour de 1986, l ouvrage de G. Fishman [FIS 73] sur la simulation au centre de documentation de l INRIA 1 à Rocquencourt. J ai été aussitôt attiré par ce procédé numérique

Plus en détail

Management qualité Réflexions et Prescriptions essentielles (Extraits VAE Alain THEBAULT 2013)

Management qualité Réflexions et Prescriptions essentielles (Extraits VAE Alain THEBAULT 2013) Management qualité Réflexions et Prescriptions essentielles (Extraits VAE Alain THEBAULT 2013) 1 Le Système qualité La cartographie des processus, qui se situe entre le manuel qualité et les procédures

Plus en détail

Le tableau de bord de la DSI : un outil pour mieux piloter son informatique.

Le tableau de bord de la DSI : un outil pour mieux piloter son informatique. Le tableau de bord de la DSI : un outil pour mieux piloter son informatique. Introduction Face à l évolution constante des besoins fonctionnels et des outils informatiques, il est devenu essentiel pour

Plus en détail

LE MÉTIER DE CONSULTANT Principes, méthodes, outils

LE MÉTIER DE CONSULTANT Principes, méthodes, outils Patrice Stern Patricia Tutoy LE MÉTIER DE CONSULTANT Principes, méthodes, outils Cinquième édition Éditions d Organisation, 1995, 1997, 1998, 2001, 2003 ISBN : 2-7081-2899-X STYLES DE CONSULTANTS ET TYPES

Plus en détail

Quelques conseils pour le choix des indicateurs

Quelques conseils pour le choix des indicateurs IDENTIFIER LES INDICATEURS ET LES CIBLES Pourquoi se doter d indicateurs de suivi Étant donné l aspect dynamique du contexte dans lequel s inscrit votre projet, il est important de mesurer de façon continue

Plus en détail

BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR TERTIAIRES SESSION 2013

BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR TERTIAIRES SESSION 2013 La commission de choix de sujets a rédigé cette proposition de corrigé, à partir des enrichissements successifs apportés aux différents stades d élaboration et de contrôle des sujets. Pour autant, ce document

Plus en détail

Atelier thématique QUA1 -Présentation de la norme ISO 9001-

Atelier thématique QUA1 -Présentation de la norme ISO 9001- Forum QHSE - QUALITE Atelier thématique QUA1 -Présentation de la norme ISO 9001- Laurent GUINAUDY OC2 Consultants Atelier ISO 9001 1 Présentation du Cabinet OC2 Consultants Cabinet créé en 1996 Zone d

Plus en détail

Gestion et management de projet - Introduction - 1 -

Gestion et management de projet - Introduction - 1 - I Gestion et management de projet - Introduction - 1 - Définition du projet et de la gestion de projets. I-1 Actualité de la gestion de projet ancien ; extension et modification des projets depuis 30 ans

Plus en détail

PROFIL DIRECTION GÉNÉRALE ADJOINTE COMMISSION SCOLAIRE DES PHARES JANVIER 2011

PROFIL DIRECTION GÉNÉRALE ADJOINTE COMMISSION SCOLAIRE DES PHARES JANVIER 2011 H114-8-3 PROFIL DIRECTION GÉNÉRALE ADJOINTE COMMISSION SCOLAIRE DES PHARES JANVIER 2011 Adaptation du document La formation à la gestion d un établissement d enseignement, Les orientations et les compétences

Plus en détail

D après FD X50-176 Management des processus (2005) AC X50-178 Management des processus, Bonnes pratiques et retours d expérience (2002)

D après FD X50-176 Management des processus (2005) AC X50-178 Management des processus, Bonnes pratiques et retours d expérience (2002) L'approche processus D après FD X50-176 Management des processus (2005) AC X50-178 Management des processus, Bonnes pratiques et retours d expérience (2002) Diaporama : Marie-Hélène Gentil (Maître de Conférences,

Plus en détail

Textes de référence : articles 313-53-2 à 313-60, articles 318-38 à 318-43 et 314-3-2 du règlement général de l AMF

Textes de référence : articles 313-53-2 à 313-60, articles 318-38 à 318-43 et 314-3-2 du règlement général de l AMF Instruction AMF n 2012-01 Organisation de l activité de gestion de placements collectifs et du service d investissement de gestion de portefeuille pour le compte de tiers en matière de gestion des Textes

Plus en détail

Module 177 Assurer la gestion des dysfonctionnements

Module 177 Assurer la gestion des dysfonctionnements Module 177 Assurer la gestion des dysfonctionnements Copyright IDEC 2003-2009. Reproduction interdite. Sommaire Introduction : quelques bases sur l ITIL...3 Le domaine de l ITIL...3 Le berceau de l ITIL...3

Plus en détail

PROFIL DE RISQUE INTÉGRÉ DE RENTES DU MOUVEMENT DESJARDINS (RRMD)

PROFIL DE RISQUE INTÉGRÉ DE RENTES DU MOUVEMENT DESJARDINS (RRMD) PROFIL DE RISQUE INTÉGRÉ DU RÉGIME R DE RENTES DU MOUVEMENT DESJARDINS (RRMD) 1 ICA 15 avril 2008 Le RRMD en chiffres Plus de 500 employeurs 35 900 participants actifs 6 600 retraités 12 000 en 2014 5,5

Plus en détail

Gestion des Incidents (Incident Management)

Gestion des Incidents (Incident Management) 31/07/2004 Les concepts ITIL-Incidents 1 «Be prepared to overcome : - no visible management ou staff commitment, resulting in non-availability of resources - [ ]» «Soyez prêts a surmonter : - l absence

Plus en détail

Kit organisation. Synthèse méthodologique VERSION 0.1

Kit organisation. Synthèse méthodologique VERSION 0.1 Kit organisation Synthèse méthodologique VERSION 0.1 SOMMAIRE Présentation de la démarche... 3 1 ETAT DES LIEUX... 3 1.1 Cartographie des processus et de l organisation existants... 3 1.2 Diagnostic de

Plus en détail

LE RAPPORT DE STAGE. Le contenu du rapport de stage

LE RAPPORT DE STAGE. Le contenu du rapport de stage LE RAPPORT DE STAGE Le rapport de stage a pour objet de présenter des faits et des réflexions sur un stage d apprentissage qui, généralement, s est déroulé dans le cadre d un programme de formation professionnelle.

Plus en détail

Guide de production des notes pédagogiques mai 2011, septembre 2014

Guide de production des notes pédagogiques mai 2011, septembre 2014 Centre de cas 7 99 2011 001 Guide de production des notes pédagogiques mai 2011, septembre 2014 Document produit par la professeure Anne MESNY, marginalement révisé par la professeure Alix MANDRON 1 En

Plus en détail

Jean-Francois DECROOCQ - 11/03/2011

Jean-Francois DECROOCQ - 11/03/2011 www.varm.fr La gestion du risque s organise Jean-Francois DECROOCQ - 11/03/2011 Sommaire Introduction... 2 Risques individuels... 2 I.0 La gestion de risques individuels... 2 I.1 La responsabilité des

Plus en détail

CHARTE DE L AUDIT INTERNE

CHARTE DE L AUDIT INTERNE CHARTE DE L AUDIT INTERNE Septembre 2009 Introduction La présente charte définit la mission et le rôle de l audit interne de l Institut National du Cancer (INCa) ainsi que les modalités de sa gouvernance.

Plus en détail

LA GESTION DES RISQUES LIÉS AUX SITUATIONS DE CO-ACTIVITÉ DANS LA PHASE DE PLANIFICATION DES PROJETS. Girard, Julien 1 Urli, Bruno 1 Leroy, Daniel 2

LA GESTION DES RISQUES LIÉS AUX SITUATIONS DE CO-ACTIVITÉ DANS LA PHASE DE PLANIFICATION DES PROJETS. Girard, Julien 1 Urli, Bruno 1 Leroy, Daniel 2 LA GESTION DES RISQUES LIÉS AUX SITUATIONS DE CO-ACTIVITÉ DANS LA PHASE DE PLANIFICATION DES PROJETS. Girard, Julien 1 Urli, Bruno 1 Leroy, Daniel 2 (1) Université du Québec à Rimouski (2) Université François

Plus en détail

Exercices Alternatifs. Quelqu un aurait-il vu passer un polynôme?

Exercices Alternatifs. Quelqu un aurait-il vu passer un polynôme? Exercices Alternatifs Quelqu un aurait-il vu passer un polynôme? c 2004 Frédéric Le Roux, François Béguin (copyleft LDL : Licence pour Documents Libres). Sources et figures: polynome-lagrange/. Version

Plus en détail

Exercices Alternatifs. Quelqu un aurait-il vu passer un polynôme?

Exercices Alternatifs. Quelqu un aurait-il vu passer un polynôme? Exercices Alternatifs Quelqu un aurait-il vu passer un polynôme? c 2004 Frédéric Le Roux, François Béguin (copyleft LDL : Licence pour Documents Libres). Sources et figures: polynome-lagrange/. Version

Plus en détail

Audit interne et contrôle de gestion

Audit interne et contrôle de gestion Jacques Renard Sophie Nussbaumer Préface de Daniel Lebègue, président de l IFA Audit interne et contrôle de gestion Pour une meilleure collaboration, 2011 ISBN : 978-2-212-55246-1 Table des matières Sommaire...V

Plus en détail

Plan d'actions communes inter-instituts

Plan d'actions communes inter-instituts Plan d'actions communes inter-instituts AFSSET, INERIS, INRETS, InVS, IRSN "Les instituts d'expertise nationaux face aux évolutions de la gouvernance des activités et situations à risques pour l'homme

Plus en détail

I. La compétence professionnelle au cœur des situations professionnelles. a. Définition de la compétence professionnelle

I. La compétence professionnelle au cœur des situations professionnelles. a. Définition de la compétence professionnelle Développer des compétences professionnelles du BTS Assistant de Manager en séance d Activités Professionnelles de Synthèse (APS) Par Elodie SERGENT (relecture Maguy Perea) Le BTS assistant de manager forme

Plus en détail

Evolution d un scénario dans l expérience e-colab. EMF, Dakar avril 2009 Gilles Aldon, Eductice, INRP Dominique Raymond-Baroux, IREM Paris 7

Evolution d un scénario dans l expérience e-colab. EMF, Dakar avril 2009 Gilles Aldon, Eductice, INRP Dominique Raymond-Baroux, IREM Paris 7 Evolution d un scénario dans l expérience e-colab EMF, Dakar avril 2009 Gilles Aldon, Eductice, INRP Dominique Raymond-Baroux, IREM Paris 7 Cadre général Groupe e-colab au sein de l INRP Collaboration

Plus en détail

Assainissement de ponts rôle. dans la conservation des ponts

Assainissement de ponts rôle. dans la conservation des ponts Assainissement de ponts rôle des inspections et des interventions dans la conservation des ponts Cet exposé a pour objectif de rappeler, dans un moment de débat accru sur la durabilité et la pérennité

Plus en détail

ENSEIGNEMENT DES SCIENCES ET DE LA TECHNOLOGIE A L ECOLE PRIMAIRE : QUELLE DEMARCHE?

ENSEIGNEMENT DES SCIENCES ET DE LA TECHNOLOGIE A L ECOLE PRIMAIRE : QUELLE DEMARCHE? ENSEIGNEMENT DES SCIENCES ET DE LA TECHNOLOGIE A L ECOLE PRIMAIRE : QUELLE DEMARCHE? Les nouveaux programmes 2008 confirment que l observation, le questionnement, l expérimentation et l argumentation sont

Plus en détail

REFERENTIEL ACTIVITES ET COMPETENCES

REFERENTIEL ACTIVITES ET COMPETENCES SEILLER EMPLOIV CONSEILLER EMPLOI FORMATION INSERTION REFERENTIEL ACTIVITES ET COMPETENCES FONCTION 1 : INTERVENTION AUPRÈS DES PERSONNES ÉLABORATION DE PROJETS ET ACCOMPAGNEMENT DE PARCOURS D INSERTION

Plus en détail

Le management du travail

Le management du travail Le management du travail Un modèle de compréhension et d action!! Eléments de cadrage! Actions engagées par le réseau! Et du côtés de la formation des managers (FI et FC)? qui concerne l ensemble de la

Plus en détail

Ministère de l Education Nationale

Ministère de l Education Nationale Ministère de l Education Nationale BREVETS D ETUDES PROFESSIONNELLES Document d accompagnement des programmes de VIE SOCIALE ET PROFESSIONNELLE - 1 - Direction des lycées et collèges Sous-direction des

Plus en détail

Risque management Un nouveau mot à la mode?

Risque management Un nouveau mot à la mode? SSPS Séminaire d automne 1 Risque management Un nouveau mot à la mode? Andrea Franz Institut de Sécurité Stand: 20.08.2010 RISKMANAGEMENT Les a priori? 2 Le Riskmanagement c est. Très compliqué Des opinions

Plus en détail

Recommandations organisationnelles. Outils et guides. Guide de gestion de projet chirurgie ambulatoire

Recommandations organisationnelles. Outils et guides. Guide de gestion de projet chirurgie ambulatoire Ensemble pour le développement de la chirurgie ambulatoire Recommandations organisationnelles Outils et guides Guide de gestion de projet chirurgie ambulatoire Mai 2013 Le document source est téléchargeable

Plus en détail

MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION Approuvé par le conseil d administration le 13 novembre 2014

MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION Approuvé par le conseil d administration le 13 novembre 2014 OFFICE D INVESTISSEMENT DES RÉGIMES DE PENSION («INVESTISSEMENTS PSP») Approuvé par le conseil d administration le 13 novembre 2014 13 novembre 2014 PSP-Legal 1633578-1 Page 2 INTRODUCTION Le conseil d

Plus en détail

Non déterminante ORGANISATION. Cliquer ici pour visualiser le planning détaillé cours par cours

Non déterminante ORGANISATION. Cliquer ici pour visualiser le planning détaillé cours par cours Niveau : Section : CONTEXTE DE L UNITÉ DE FORMATION 428 98 30 08 U36 D1 (DOMAINE 903) Enseignement supérieur pédagogique de type court Bachelier en éducation spécialisée en accompagnement psycho-éducatif

Plus en détail

SÉMINAIRE CONCLUSIONS

SÉMINAIRE CONCLUSIONS RBB (2012) Conclusions SÉMINAIRE SUR LES BUDGETS BASÉS SUR DES RÉSULTATS: OBJECTIFS RÉSULTATS ATTENDUS ET INDICATEURS DE PERFORMANCE Strasbourg, 25 septembre 2012 CONCLUSIONS A l initiative du Comité du

Plus en détail

Shadow Manager Simulateur de gestion globale d entreprise. Introduction

Shadow Manager Simulateur de gestion globale d entreprise. Introduction Shadow Manager Simulateur de gestion globale d entreprise Introduction Le logiciel de simulation d entreprise Shadow Manager représente le nec plus ultra des outils pédagogiques de simulation de gestion

Plus en détail

STRATÉGIE DE SURVEILLANCE

STRATÉGIE DE SURVEILLANCE STRATÉGIE DE SURVEILLANCE Décembre 2013 SOMMAIRE OBJET page 3 OBJECTIFS DE LA SURVEILLANCE page 3 PRINCIPES D ÉLABORATION DU PROGRAMME page 4 PROGRAMME 2014 page 5 RESSOURCES page 6 PERSPECTIVES 2015/2016

Plus en détail

Lecture critique et pratique de la médecine

Lecture critique et pratique de la médecine 1-00.qxp 24/04/2006 11:23 Page 13 Lecture critique appliquée à la médecine vasculaireecture critique et pratique de la médecine Lecture critique et pratique de la médecine Introduction Si la médecine ne

Plus en détail

Définitions Approches managériales Approches psychologiques

Définitions Approches managériales Approches psychologiques Séminaire [CID] : Créativité, Innovation, Décision Partie B : DECISION Définitions Approches managériales Approches psychologiques www.evoreg.eu M2i : Management International de l Innovation Emmanuel

Plus en détail

CHARTE DES BONNES PRATIQUES

CHARTE DES BONNES PRATIQUES COMITE DES COMITES D ENTREPRISE DU CONSEIL SUPERIEUR DE L ORDRE DES EXPERTS-COMPTABLES CHARTE DES BONNES PRATIQUES ETABLIE au nom du Conseil supérieur de l Ordre des Experts-comptables dans le cadre des

Plus en détail

Joël Darius Eloge ZODJIHOUE

Joël Darius Eloge ZODJIHOUE La gestion axée sur la Performance et les Résultats appliquée à la gestion des Finances Publiques: Préparation et Mise en place du Budget axée sur la performance et les résultats Joël Darius Eloge ZODJIHOUE

Plus en détail

La gestion de la clientèle pour le commerce et l artisanat : vos clients et leurs besoins

La gestion de la clientèle pour le commerce et l artisanat : vos clients et leurs besoins Qu une entreprise cherche à s adapter à son environnement et/ou à exploiter au mieux ses capacités distinctives pour développer un avantage concurrentiel, son pilotage stratégique concerne ses orientations

Plus en détail

Comment organiser une séance d EPS

Comment organiser une séance d EPS Comment organiser une séance d EPS Ce qui est important pour l élève c est de : - comprendre quand il réussit quelle procédure reproductible a été utilisée et isolée pour cette procédure - apprendre pour

Plus en détail

CQP Animateur(trice) d équipe de logistique des industries chimiques. Référentiels d activités et de compétences Référentiel de certification

CQP Animateur(trice) d équipe de logistique des industries chimiques. Référentiels d activités et de compétences Référentiel de certification CQP Animateur(trice) d équipe de logistique des industries chimiques Référentiels d activités et de compétences Référentiel de certification Désignation du métier ou des composantes du métier en lien avec

Plus en détail

Organisme de formation : n 11 92 19791 92. Déclaration d activité enregistrée auprès du Préfet de région Ile de France

Organisme de formation : n 11 92 19791 92. Déclaration d activité enregistrée auprès du Préfet de région Ile de France ASCORA RISQUES MANAGEMENT CONSEIL AUDIT FORMATION 2015 Une démarche unique, globale et intégrée de management des risques créatrice de valeur Des prestations essentiellement effectuées au sein de votre

Plus en détail

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE [Prénom Nom] Rapport sur le stage effectué du [date] au [date] Dans la Société : [NOM DE LA SOCIETE : Logo de la société] à [Ville] [Intitulé du

Plus en détail

L'entretien est conduit par leur supérieur hiérarchique direct et donne lieu à l'établissement d'un compte rendu.

L'entretien est conduit par leur supérieur hiérarchique direct et donne lieu à l'établissement d'un compte rendu. RAPPORT AU CSFPT SUR L APPLICATION DE L ARTICLE 76-1 DE LA LOI N 86-54 DU 26 JANVIER 1984 PORTANT DISPOSITIONS STATUTAIRES RELATIVES A LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE Bilan de l expérimentation de la

Plus en détail

Livre Blanc Oracle Juin 2009. Gérer avec succès les risques des contrats pour établir une relation «gagnant-gagnant»

Livre Blanc Oracle Juin 2009. Gérer avec succès les risques des contrats pour établir une relation «gagnant-gagnant» Livre Blanc Oracle Juin 2009 Gérer avec succès les risques des contrats pour établir une relation «gagnant-gagnant» Préambule Ce livre blanc met en avant certains risques impliqués dans les travaux liés

Plus en détail

Cours et applications

Cours et applications MANAGEMENT SUP Cours et applications 3 e édition Farouk Hémici Mira Bounab Dunod, Paris, 2012 ISBN 978-2-10-058279-2 Table des matières Introduction 1 1 Les techniques de prévision : ajustements linéaires

Plus en détail

Fiche 15 Le système des prix de cession interne.

Fiche 15 Le système des prix de cession interne. Analyse des coûts Fiche 15 Le système des prix de cession interne. 1. Définition. Les orientations actuelles ou récentes de la gestion publique (par exemple, le développement des centres de responsabilité

Plus en détail

Politique et Standards Santé, Sécurité et Environnement

Politique et Standards Santé, Sécurité et Environnement Politique et Standards Santé, Sécurité et Environnement Depuis la création de Syngenta en 2000, nous avons accordé la plus haute importance à la santé, à la sécurité et à l environnement (SSE) ainsi qu

Plus en détail

Les normes de l'audit interne de l État

Les normes de l'audit interne de l État Mission d'inspection générale et d'audit Mission ministérielle d audit interne Les normes de l'audit interne de l État octobre 2014 2 Sommaire Définitions propres à l audit interne de l État... 3 Précisions

Plus en détail

8) Certification ISO 14 001 : une démarche utile et efficace

8) Certification ISO 14 001 : une démarche utile et efficace Aller plus loin 8) Certification ISO 14 001 : une démarche utile et efficace 8) Certification ISO 14 001 8 La norme ISO 14001 et la certification Cette norme internationale vise à établir dans l organisme

Plus en détail

Financement des formations à la sécurité

Financement des formations à la sécurité Financement des formations à la sécurité Il existe de nombreux contentieux, soit avec l administration, soit avec des OPCA, sur la question du financement des formations à la sécurité. La présente note

Plus en détail

RÉSOLUTION N 99/4 SUR LA COMMUNICATION EN SÉCURITÉ ROUTIÈRE [CM(99)16/FINAL]

RÉSOLUTION N 99/4 SUR LA COMMUNICATION EN SÉCURITÉ ROUTIÈRE [CM(99)16/FINAL] RÉSOLUTION N 99/4 SUR LA COMMUNICATION EN SÉCURITÉ ROUTIÈRE 1 RÉSOLUTION N 99/4 SUR LA COMMUNICATION EN SÉCURITÉ ROUTIÈRE [CM(99)16/FINAL] Le Conseil des Ministres des Transports de la CEMT, réuni à Varsovie,

Plus en détail

Facteurs humains, organisationnels et culturels de la sécurité

Facteurs humains, organisationnels et culturels de la sécurité Facteurs humains, organisationnels et culturels de la sécurité Ivan BOISSIERES - ivan.boissieres@icsi-eu.org Institut pour une Culture de Sécurité Industrielle Groupement professionnel Centrale QSE Performance

Plus en détail