Dans l entreprise, LE MANAGEMENT DES RISQUES COMME INGENIERIE DU SUBJECTIF

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Dans l entreprise, LE MANAGEMENT DES RISQUES COMME INGENIERIE DU SUBJECTIF"

Transcription

1 Dans l entreprise, LE MANAGEMENT DES RISQUES COMME INGENIERIE DU SUBJECTIF Critique des pratiques courantes et éléments du modèle DOR B. Munier, GRID, CNRS/ENSAM Paris 1

2 Organisation de l exposé I. Pratiques admises ou modèles reçus : typologie selon la notion d accident et problèmes à résoudre II. Le modèle Décision Organisation Référence (DOR, Decision ecision Organization Referral eferral Model) de management des risques et l interaction Homme/organisation, avec quelques éléments de l ingénierie du subjectif sous-jacente. B. Munier, GRID, CNRS/ENSAM Paris 2

3 I.MODELES REçUS et ACCIDENT Type 1. Modèles de causalité séquentielle : Accident = ench t de causes? évènement redouté Type 2. Modèles organisationnels : Variables latentes, défenses en profondeur, nœud de papillon : Accident (modèle( du fromage suisse) =porteurs variables latentes faute de barrières Type 3. Modèles processuels (idée de l analyse fonctionnelle transférée à l audit): Accident = Scenario de dysfonctionnement d un processus B. Munier, GRID, CNRS/ENSAM Paris 3

4 Cartographie des risques reçue Freq. Toutes ces méthodes une telle «carte» Définition qualitative des axes (gravité, fréquence) Actions (séparément) glissements ds le repère Discussions fructueuses Allocation de budgets Grav Mais échelles d intervalle nécessaires!!! B. Munier, GRID, CNRS/ENSAM Paris 4

5 Principaux problèmes à résoudre (1) 1. Pratiques minimisent le risque d évènement redouté, mais n optimisent pas la prise de risque! 2. La plupart des modèles n évaluent au sens strict ni risques ni actions possibles (? impacts /prob. ou /conséq.). Et l évaluation objective d un risque n a pas de sens pour l action : Il n y a d évaluation que d Homme! 3. Modèles reçus ne modélisent pas le(s) rôle(s) de / l Homme : ou bien l Homme est modélisé comme les autres éléments (type 1), ou bien il est à part, mais alors non modélisé (2 derniers types) B. Munier, GRID, CNRS/ENSAM Paris 5

6 Principaux problèmes à résoudre (2) 4. Modèles reçus ne permettent qu une communication ambiguë entre acteurs du système (cf. axes de la cartographie standard) : problèmes cognitifs, pourtant décisifs! 5. Une bonne méthode doit conduire (à travers des action décentralisées) à des états du système possédant un propriété souhaitable 6. Il faut une vision raisonnablement intégrée (risques tech.- org. et si poss. fin.) pour fonder une politique de prévention (? bonne conscience du management!) B. Munier, GRID, CNRS/ENSAM Paris 6

7 En bref Discrimination entre matériels physiques et personnes humaines Anecdote du Dir. Scientifique d une grande compagnie d informatique Incapacité à extraire de chaque individu concerné un jugement de croyance, un jugement de score précis. Pourtant, expérimentation progrès c est possible! B. Munier, GRID, CNRS/ENSAM Paris 7

8 ET PENDANT CE TEMPS PASADENA, TX 1989 TOULOUSE, 2001 B. Munier, GRID, CNRS/ENSAM Paris 8

9 II.L HOMME et le MODELE DOR Système sociotechnique? l Homme en 3 rôles : 1) Homme décideur individuel dans le système, modélisé à travers ses croyances (révélées) et le score multi-attribut de ses choix face au risque 2) Hommes membres d une organisation : Coordonner vraiment et sans cout excessif la mise en oeuvre décentralisée des actions 3) Homme lien entre individuel et collectif régulant le système : communiquer et s organiser pour atteindre une certaine optimalité de l état de l organisation B. Munier, GRID, CNRS/ENSAM Paris 9

10 DOR : Nature du risque Risque = toute déviation constatée par rapport à une anticipation (? accident) : dépend du comportement des autres et pas seulement de la technologie et de l extérieur (ex: pas de prévention, les employés ne l appliquent pas, ) Phénomène largement auto-organisé B. Munier, GRID, CNRS/ENSAM Paris 10 2

11 Conception globale Faire que les représentations du système (et donc des standards de comportement des autres aussi) deviennent CC (?( se coordonner) et à sélectionner des solutions optimales (au regard des parties prenantes) sous contrainte de décentralisation de l exécution DOR (2) coordination de l exl exécution DOR (3) recherche d optimum d de 2nd rang Comment? En partant d abord d de l acteurl individuel, dans la phase DOR (1) B. Munier, GRID, CNRS/ENSAM Paris 11

12 (phases oubliées) Coordonner pourquoi? (1) Déviation par rapport à une anticipation Identification Modélisation du Risque Evaluer pour allouer des ressources 'Mitigation ou 'traitement' et standards de Dealing with comportement Risk managers Sociologues, juristes Comment transférer ou porter les risques résiduels? Mise en oeuvre de la politique Identifying Financing Ingénieurs par recherche & technologie par organisation Risques résiduels B. Munier, GRID, CNRS/ENSAM Paris 12

13 Coordonner pourquoi (2)? Un super-modèle optimisant top down est une illusion a) cognitive (super - modèle inutilisable) et b) organisationnelle (comment contrôler l exécution?) Eval et choix concertés, exécution décentr ée Un point fixe dans l applic de résultat définie sur le produit ensembles de résultats des individus impliqués est un équilibre de Nash possible, mais: Conditions d information? absence de connaissance commune des comportements un équilibre en pièces, très inefficient. D où : B. Munier, GRID, CNRS/ENSAM Paris 13

14 Phase1: le décideur dans le système Courbe TP type (pessimisme, peurs. Courbe d'utilité type (aversion au risque) Amélioration de 1% de probabilité si proche de désintégration? amélio de 1% si fonctionnement normal (~transf non linéaire/ aire/dt ion cumulée)? polynôme 1 er degré en probas 1% de résultat r en plus si les résultats sont critiques? 1% de résultat de plus si bons résultatsr sultats? polynôme du 1 er degré en gains (ou pertes) techniques (ou monét res ) GEMAUT, SERUM B. Munier, GRID, CNRS/ENSAM Paris 14

15 Phase1:cognition et encodage proba de défaillance Sûreté d'approvisionnement Avantage concurrentiel produit: date de réalisation, originalité, substituabilité, etc. Homme/ technologie Difficulté de maniement Acceptabilité personnel, environnement,... Précision de la réalisation Fonctionnalité x... Dangers pour le personnel Etc. Coût directs R & D et induits opérations... L'Homme acteur dans le système Eléments des cartes cognitives des opérateurs (myopie) Analyses et données technologiques ET application dans un autre espace Choix de l'organisation (l'homme évaluateur) B. Munier, GRID, CNRS/ENSAM Paris 15

16 Phase 2:Coordination des équipes En harmonisant de façon volontariste les représentations mais aussi les attitudes par rapport au risque (article 2001) des : - Ingénieurs, (protection, mitigation techno) - Organisateurs et juristes (id orga et jurid.) - Financiers (financement risques résiduels) En rendant de CC expériences et jugements: comportements non formatables de chacun : Culture du risque dans l entreprise B. Munier, GRID, CNRS/ENSAM Paris 16

17 Phase 3: Viser un état optimal de 2nd rg En pratique, nous ne savons pas évaluer l impact des portefeuilles de prévention envisageables ICI, complexité non résolue, MAIS : Optimum de 2d rang pourra être atteint si les avantages évalués de chaque opération de prévention pèsent au moins aussi lourd que son coût global et si on rend les arbitrages entre opérations explicites et cohérentes au niveau de l organisation Implique de passer de l individu au groupe : B. Munier, GRID, CNRS/ENSAM Paris 17

18 Phase 3: lien individu-organisation (1) Réunion de facilitation: Rapprocher les jugements en liant individus et organization sans ambiguité évaluation organisationnelle établie par le facilitateur (int. ou ext.) (2) Rendre les arbitrages organisationnels explicites et non ambigus: Faire ressortir les critères d impact en face des critères de coût. Les individus en tant que groupe se réfèrent ainsi à l organisation globale qui «renvoie» ainsi (leur propre) évaluation. B. Munier, GRID, CNRS/ENSAM Paris 18

19 Référence à l Organisation et individu (2) Facilitateur individu 1 individu 2 individu N Autorité de décision Parties prenantes (3) Arbitrages collectifs finals 3 phases: 1.Encodage individuel 2.Rapprochm t croyances et scores 3.Arbitrages organisation Accessible si non ambigu B. Munier, GRID, CNRS/ENSAM Paris 19

20 III. CONCLUSION 1. Pratiques de management des risques utilisent une technologie très médiocre d extraction subjective des jugements et se privent du savoirfaire expérimenté de l Homme 2.L ingénierie du subjectif face au risque s est pourtant remarquablement développée dans les 20 dernières années 3.Le modèle DOR propose des «règles de l art» et des éléments théoriques pour fonder les pratiques de RM et viser un optimum de 2 nd rang. Versions simplifiées possibles. B. Munier, GRID, CNRS/ENSAM Paris 20

21 Réseau Analyse des Risques Industriels / INRS EIGSI La Rochelle, 11 juin Présentation de l exposé : «Le management des risques comme ingénierie du subjectif» Bertrand Munier, Professeur des Universités à l ENSAM Paris/ESTP Directeur du GRID, CNRS/ENSAM/ESTP * Le management des risques intègre-t-il l Homme dans sa modélisation et dans sa mise en œuvre pratique? Poser la question est déjà y répondre. Il paraîtrait fantaisiste en effet de poser la question si nous pensions à une réponse positive : tant il est vrai que nous sommes intimement convaincus que le management des risques d aujourd hui ignore quasi-complètement l Homme - et manque de ce fait sa cible. Ce domaine des sciences de gestion reste un ensemble de pratiques raisonnées auxquelles de véritables modèles au sens scientifique du terme font défaut. L «état de l art» du domaine tient de l inventaire des tours de mains disponibles, que l on nomme «meilleures pratiques» sans savoir précisément pourquoi et sans doute faute d en avoir imaginé d autres. Le danger est alors que l on soit prisonnier de la représentation collective de l entreprise et que le «modèle» dont on fera usage n aille guère au-delà de l optimisation d une routine, avec toutes les limitations et les dangers sans jeu de mots que cette façon de faire recèle. Il n y a pas que le management des risques qui souffre de cette incapacité à faire la différence entre ce que Chris Argyris appelle «theory in use» et une simple routine, mais c est particulièrement frappant dans le domaine du management des risques, et plus particulièrement sans doute dans les pratiques que les entreprises d Europe continentale ont adoptées. L exposé rappellera en introduction les catégories de pratiques disponibles et leurs principales limitations. On présentera (plus sommairement ici) dans la seconde partie la modélisation DOR en montrant en quoi elle nous semble répondre aux préoccupations précédentes, d une part ; en quoi d autre part elle permet de parler d une (relative) optimisation. Les aspects évoqués ici seront bien entendu développés lors de l exposé oral, à l issue duquel des conclusions seront proposées. 1. Les catégories de pratiques disponibles et leurs limitations. La classification des «modèles» de management des risques est la plupart du temps faite selon les types de techniques utilisées. On distinguera par exemple les modèles probabilistes des modèles déterministes, etc. Cela illustre d ailleurs à quel point on est dépourvu de théories sous-jacentes. Dès lors que l on souhaite pouvoir modéliser, il faut recourir à une classification plus conceptuelle. Compte tenu de la question posée, on se réfèrera ici à une classification selon le concept d accident, l inspiration d origine et la place faite à l Homme. 1

22 On peut alors distinguer trois catégories de pratiques de management des risques dans l entreprise, les collectivités territoriales et les organisations en général : - les pratiques qui ont été inspirées par la sûreté de fonctionnement et la gestion de la qualité. Toutes descendent de l ancêtre commun l AMDEC et tiennent l accident pour une suite de causes physiques qui débouche sur un dysfonctionnement ou un évènement redouté, sans que l on sache toujours très bien définir l un ou l autre. La place faite à l Homme dans certaines versions de ce premier type est alors celle d un processus physique supplémentaire, peu éloigné des processus techniques sinon par le taux d erreur qu il est capable de commettre et la variation selon les circonstances de ce taux d erreur. Les méthodes THERP et leurs dérivés sont ici des illustrations possibles. - les pratiques qui s inspirent d une analyse fonctionnelle généralisée, que l on applique plus seulement aux processus physiques, mais aussi aux processus de génération de valeur qui s attachent à la représentation fonctionnelle de l entreprise. Un grand cabinet américain d audit et son gourou en ont été les inspirateurs premiers. Ces process technico-économiques sont analysés l un après l autre et les sources de danger consignées. On peut penser à des versions purement technologiques ou à des versions plus proches de l audit. L accident est ici une suite d erreurs de conception ou de mise en oeuvre des process susceptibles d en altérer le fonctionnement. On peut considérer ce second type de pratiques comme généralisant le premier type à plusieurs égards, y compris quant à la prise en considération de l Homme, mais la généralisation est plutôt limitée sur ce dernier point. - les pratiques qui découlent de l analyse de la structure organisationnelle. Ces pratiques évoquent les variables latentes, les porteurs de danger, les barrières organisationnelles, etc (James Reason, 1997). L accident est ici une rencontre fortuite de porteurs et de variables latentes faute d avoir imaginé ou mis en place avec suffisamment de vigilance les barrières organisationnelles adéquates. Ce troisième type de pratiques de management des risques attire certes l attention sur des aspects que le courant précédent ignore le plus souvent, et utilise des outils différents, mais le rôle de l Homme n est guère modifié par rapport à ce que l on vient de voir dans le deuxième type. Les trois types de pratiques convergent vers l élaboration d une «cartographie des risques» dans un repère orthonormé, les deux axes étant pourvus de mesures purement qualitatives de fréquence et de gravité. Cette cartographie est censée déboucher sur la mise au point d une politique de prévention et d une affectation de budgets corrélative. Il n est pas très difficile d apercevoir les insuffisances sérieuses de ces pratiques. Distinguons celles que le sujet de la journée nous conduit à souligner : - A) Toutes ces pratiques posent mal le problème et commettent une erreur de spécification au départ : la question n est en effet pas de minimiser les risques, mais d optimiser la prise de risques, ce qui n est pas du tout le même objectif. - B) aucune ne distingue réellement l Homme du reste du système. Celui-ci est implicitement modélisé comme un processus semblable aux autres dans le premier 2

23 type de pratiques, et implicitement vu comme un processus d un niveau supérieur mais non explicité dans les deux autres types, ce qui ôte tout aspect opératoire la démarche. - C) les axes de la cartographie sont définis de façon beaucoup trop floue pour que celle-ci puisse être utilisable aux fins qu on lui assigne (définition d une politique et de budgets associés) - D) ou même pour que les échanges auxquels elle donne lieu sans doute l aspect le plus utile de toute cartographie puissent avoir une vertu formatrice et pédagogique pour l organisation et sa performance. Or, cet aspect des choses est décisif et ne peut s appuyer que sur une communication non ambiguë. Il est donc indispensable de considérer l aspect cognitif du problème en même temps que ses aspects organisationnels et technologiques. - E) Aucune de ces pratiques ne se soucie de modéliser avec un peu de précision ce que doit être une évaluation proprement dite des risques (à ne pas confondre avec l estimation des mesures de risque, probabilités ou autres, et des conséquences attachées). Toutes tombent dans l illusion qu une évaluation émerge des données objectives du risque considéré, alors que l expérience montre qu il n y a d évaluation que d Homme. - F) Aucune de ces pratiques ne saurait dire pourquoi l état auquel elles conduisent et qu elles conduisent à recommander présente pour l organisation les caractéristiques d ensemble de «best practices» (meilleures pratiques). - G) Enfin et pour s en tenir là aucune de ces pratiques ne saurait conduire à une conception intégrée (technologique, organisationnelle et financière) de la gestion des risques faute d un langage ou à défaut d un code minimum qui permette une action collective cohérente. 2. Prise en considération de l Homme : le modèle DOR (Décision-Organisation- Réflexion), l ingénierie du subjectif et ses outils On indiquera très sommairement ici les caractéristiques du modèle proposé : - La complexité vient du caractère socio-technique du système de l entreprise (de l organisation en général, l entreprise industrielle étant prise ici comme le cas le plus caractérisé). Le modèle confère donc trois rôles spécifiques à l homme : - A) L Homme comme élément du système prenant des décisions notamment eu égard à la technologie : il convient de décrire comment, selon quelles croyances et quelles évaluations individuelles influencées par l organisation à l évidence, mais individuelles d un point de vue instrumental. - B) L Homme comme collection d individus dotés de cultures, langages, représentations, etc différentes, en peine de coordination. L important est ici de comprendre pourquoi la coordination est décisive et en même temps pas spontanée, comment on peut la concevoir et la mettre en œuvre. 3

24 - C) L Homme comme responsable de l organisation et décideur d interventions sur le système. Comment évaluer, décider d une politique et essayer d atteindre un état optimum de second rang pour l organisation. - Sous ces trois aspects, les techniques de l analyse décisionnelle permettent d obtenir avec rigueur les croyances ou les probabilités et leurs fonctions de transformation, les conséquences ou les utilités dans le risque (utilités Neumanniennes) de divers indicateurs. Cette ingénierie du subjectif a fait des progrès considérables depuis une quinzaine d années sans que le management des risques en ait tiré parti. Elle ne suffit pas à elle seule à asseoir le management des risques, mais elle en est un support de première importance. - L accident est donc une déviation par rapport à un état anticipé du système. Cette déviation peut être positive ou négative et c est cet aspect de variabilité (apprécié à travers l utilité Neumannienne) composé avec l effet transformation de probabilité qui détermine le repère d évaluation de tout risque : objectif et physique, humain, légal ou conventionnel, etc. - En l absence de coordination de la prévention, le système «entreprise» évolue vers ce que l on peut appeler un «équilibre de Nash appauvri», les conditions d information et de communication entre trois catégories d acteurs responsables du management des risques (l Homme dans les rôles A et B ci-dessus) conférant à cet «équilibre» un caractère «parcellaire», largement inefficient. - Le management des risques apparaît donc comme l intervention qui a pour objet de faire évaluer par l Homme (dans son rôle C ci-dessus de décideur, stakeholders compris) les diverses situations de risques et les actions possibles de prévention et de financement, de façon à déterminer un portefeuille d actions qui conduise à un optimum de second rang. - Comme on le voit, identification, mitigation et financement ne sont certes pas de fausses étapes à considérer dans le processus de management des risques, mais les aspects modélisation du risque, évaluation par l Homme et coordination sont des phases aussi importantes sinon davantage que ces trois étapes «classiques» du management des risques alors qu elles sont ignorées ou passées sous silence par les pratiques évoquées ci-dessus. - Pour un exemple, on renverra à l exposé de François Beaudouin, Ingénieur EDF R&D et à la bibliographie ci-dessous. Références Abdellaoui, M., et B. Munier, 2001 : «Substitutions probabilistiques et décision individuelle devant le risque : enseignements de l expérimentation», Revue d Economie Politique, vol. 111, Argyris, C., 1992, On Organizational Learning, Blackwell, Cambridge, Mass., USA. Barrios, C., 2002, Une réconciliation des mesures de l utilité à l aide de la «Prospect Theory» : Une approche expérimentale, Thèse de Doctorat, GRID, CNRS/ENSAM. 4

25 Beaudouin, F., M. Lassagne et B. Munier, 2004, «Integrating Decision Analysis into Operations Management», Communication à l Euroma Conference, Fontainebleau, juin Chapman, C. et S. Ward, 1997, Project Risk Management, Processes, Techniques and Insights, New York, Wiley. Kahneman, D. et A. Tversky, 1979, «Prospect Theory, An Analysis of Decision Under Risk», Econometrica, Vol. 47, pp Mc Cord, M. et R. de Neufville, 1986, «Lottery Equivalents: Reduction of the Certainty Effect Problem in Utility Assessment», Management Science, Vol. 32, n 1, pp Munier, B., 2001, «Risk Attitudes Appraisal and Cognitive Coordination in Decentralized Systems», Group Decision and Negotiation, Vol. 10, pp Munier, B., 2004, «Global Risk Management: Retrospect and Prospect, From Nuts and Bolts to a Reflexive Multi-Agents Problem», Communication GDN-CORS-INFORMS, 15 mai, Banff, Alberta, Canada. Reason, J., 1997, Managing the Risks of Organizational Accidents, Aldershot, Ashgate Publishing. Tixier, J., G. Dusserre, O.Salvi, D. Gaston, 2002, «Review of 62 risk analysis methodologies of industrial plants», Journal of Loss Prevention in the Process Industries, Vol. 15, p Wakker, P., et D. Deneffe, 1996, «Eliciting von Neumann-Morgenstern Utilities when Probabilities are Distorted or Unknown» Management Science, Vol. 42,

Sylvie Guessab Professeur à Supélec et responsable pédagogique du Mastère Spécialisé en Soutien Logistique Intégré des Systèmes Complexes

Sylvie Guessab Professeur à Supélec et responsable pédagogique du Mastère Spécialisé en Soutien Logistique Intégré des Systèmes Complexes Préface Toute personne est un jour confrontée à devoir prendre une décision, qu il s agisse de l étudiant qui réfléchit à son orientation académique, du chercheur qui doit privilégier une option scientifique

Plus en détail

Management de l Innovation

Management de l Innovation Management de l Innovation Mention du Master Sciences et Technologies de l Université Pierre et Marie Curie Directeur du Département de Formation : Patrick Brézillon Contact secrétariat : 01 44 39 08 69

Plus en détail

10 REPÈRES «PLUS DE MAÎTRES QUE DE CLASSES» JUIN 2013 POUR LA MISE EN ŒUVRE DU DISPOSITIF

10 REPÈRES «PLUS DE MAÎTRES QUE DE CLASSES» JUIN 2013 POUR LA MISE EN ŒUVRE DU DISPOSITIF 10 REPÈRES POUR LA MISE EN ŒUVRE DU DISPOSITIF «PLUS DE MAÎTRES QUE DE CLASSES» JUIN 2013 MEN-DGESCO 2013 Sommaire 1. LES OBJECTIFS DU DISPOSITIF 2. LES ACQUISITIONS PRIORITAIREMENT VISÉES 3. LES LIEUX

Plus en détail

Table des matières. PREMIÈRE PARTIE Étapes initiales des études marketing 7

Table des matières. PREMIÈRE PARTIE Étapes initiales des études marketing 7 Table des matières Préface Public 1 Structure de l ouvrage 1 Caractéristiques de l ouvrage 3 Contenu 3 Pédagogie 4 Remarques sur l adaptation française 4 Ressources numériques 5 Biographie 6 PREMIÈRE PARTIE

Plus en détail

LE CADRE COMMUN DE REFERENCE LA CONVERGENCE DES DROITS 3 e forum franco-allemand

LE CADRE COMMUN DE REFERENCE LA CONVERGENCE DES DROITS 3 e forum franco-allemand LE CADRE COMMUN DE REFERENCE LA CONVERGENCE DES DROITS 3 e forum franco-allemand Guillaume Wicker Professeur à l Université Montesquieu - Bordeaux IV 1 Je commencerais par cette interrogation : est-il

Plus en détail

Systèmes et réseaux d information et de communication

Systèmes et réseaux d information et de communication 233 DIRECTEUR DES SYSTÈMES ET RÉSEAUX D INFORMATION ET DE COMMUNICATION Code : SIC01A Responsable des systèmes et réseaux d information FPESIC01 Il conduit la mise en œuvre des orientations stratégiques

Plus en détail

ENSEIGNEMENT DES SCIENCES ET DE LA TECHNOLOGIE A L ECOLE PRIMAIRE : QUELLE DEMARCHE?

ENSEIGNEMENT DES SCIENCES ET DE LA TECHNOLOGIE A L ECOLE PRIMAIRE : QUELLE DEMARCHE? ENSEIGNEMENT DES SCIENCES ET DE LA TECHNOLOGIE A L ECOLE PRIMAIRE : QUELLE DEMARCHE? Les nouveaux programmes 2008 confirment que l observation, le questionnement, l expérimentation et l argumentation sont

Plus en détail

LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AUX ÉDUCATEURS SPÉCIALISÉS

LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AUX ÉDUCATEURS SPÉCIALISÉS LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AUX ÉDUCATEURS SPÉCIALISÉS 1. RÉFÉRENTIEL PROFESSIONNEL D ÉDUCATEUR SPÉCIALISÉ 2. RÉFÉRENTIEL ACTIVITÉS 3. RÉFÉRENTIEL DE 4. RÉFÉRENTIEL DE CERTIFICATION 5. RÉFÉRENTIEL DE FORMATION

Plus en détail

I. Une nouvelle loi anti-discrimination

I. Une nouvelle loi anti-discrimination Extrait du Bulletin de Liaison Le Défi n 17, LHFB, Juillet 2004 Discriminations et assurances ; les apports de la Loi du 25 février 2003 et le rôle du Centre pour l'égalité des chances et la lutte contre

Plus en détail

Organisme de formation : n 11 92 19791 92. Déclaration d activité enregistrée auprès du Préfet de région Ile de France

Organisme de formation : n 11 92 19791 92. Déclaration d activité enregistrée auprès du Préfet de région Ile de France ASCORA RISQUES MANAGEMENT CONSEIL AUDIT FORMATION 2015 Une démarche unique, globale et intégrée de management des risques créatrice de valeur Des prestations essentiellement effectuées au sein de votre

Plus en détail

QUALITÉ, AMÉLIORATION & ÉVALUATION DES PROCESSUS

QUALITÉ, AMÉLIORATION & ÉVALUATION DES PROCESSUS QUALITÉ, AMÉLIORATION & ÉVALUATION DES PROCESSUS Les organisations du secteur privé, comme du secteur public, doivent pouvoir s adapter continuellement à un environnement en perpétuelle mutation. Ceci

Plus en détail

EXAMEN CRITIQUE D UN DOSSIER TECHNIQUE

EXAMEN CRITIQUE D UN DOSSIER TECHNIQUE EXAMEN CRITIQUE D UN DOSSIER TECHNIQUE (Préparation : 5 heures -- Exposé et Questions : 1 heure) Rapport établi par : P.J. BARRE, E. JEAY, D. MARQUIS, P. RAY, A. THIMJO 1. PRESENTATION DE L EPREUVE 1.1.

Plus en détail

Atelier A7. Audit de la gestion globale des risques : efficacité ou conformité?

Atelier A7. Audit de la gestion globale des risques : efficacité ou conformité? Atelier A7 Audit de la gestion globale des risques : efficacité ou conformité? 1 Intervenants Jean-Pierre Hottin Associé, PWC jean-pierre.hottin@fr.pwc.com Annie Bressac Directeur de l audit et du contrôle

Plus en détail

ECOLE SUPERIEURE DE L EDUCATION NATIONALE

ECOLE SUPERIEURE DE L EDUCATION NATIONALE ECOLE SUPERIEURE DE L EDUCATION NATIONALE Formation des Chefs d Etablissement d Affectation Management adaptatif et délégations Support participants SOMMAIRE La formation dans son contexte p.3 Les facteurs

Plus en détail

FORMATION CONTINUE SUR L UTILISATION D EXCEL DANS L ENSEIGNEMENT Expérience de l E.N.S de Tétouan (Maroc)

FORMATION CONTINUE SUR L UTILISATION D EXCEL DANS L ENSEIGNEMENT Expérience de l E.N.S de Tétouan (Maroc) 87 FORMATION CONTINUE SUR L UTILISATION D EXCEL DANS L ENSEIGNEMENT Expérience de l E.N.S de Tétouan (Maroc) Dans le cadre de la réforme pédagogique et de l intérêt que porte le Ministère de l Éducation

Plus en détail

Bureau du surintendant des institutions financières. Audit interne des Services intégrés : Services de la sécurité et de l administration

Bureau du surintendant des institutions financières. Audit interne des Services intégrés : Services de la sécurité et de l administration Bureau du surintendant des institutions financières Audit interne des Services intégrés : Services de la sécurité et de l administration Avril 2014 Table des matières 1. Contexte... 3 2. Objectif, délimitation

Plus en détail

Le management des connaissances

Le management des connaissances Le management des connaissances L essentiel du cours I. Définitions et pratiques du management des connaissances A. Définition du management des connaissances Le management des connaissances et des compétences

Plus en détail

M2S. Formation Management. formation. Animer son équipe Le management de proximité. Manager ses équipes à distance Nouveau manager

M2S. Formation Management. formation. Animer son équipe Le management de proximité. Manager ses équipes à distance Nouveau manager Formation Management M2S formation Animer son équipe Le management de proximité Manager ses équipes à distance Nouveau manager Coacher ses équipes pour mieux manager Déléguer et Organiser le temps de travail

Plus en détail

Référentiel professionnel CQPI Technicien de Maintenance Industrielle

Référentiel professionnel CQPI Technicien de Maintenance Industrielle Référentiel professionnel CQPI Technicien de Maintenance Industrielle Dans le respect des procédures, des règles d hygiène et de sécurité, afin de satisfaire les clients ou fournisseurs internes/externes

Plus en détail

ANNEXE A LA CIRCULAIRE SUR LE CONTROLE INTERNE ET L AUDIT INTERNE TABLE DES MATIERES

ANNEXE A LA CIRCULAIRE SUR LE CONTROLE INTERNE ET L AUDIT INTERNE TABLE DES MATIERES PPB-2006-8-1-CPA ANNEXE A LA CIRCULAIRE SUR LE CONTROLE INTERNE ET L AUDIT INTERNE TABLE DES MATIERES Introduction 0. Base légale 1. Le contrôle interne 1.1. Définition et éléments constitutifs 1.2. Mesures

Plus en détail

Jacques SOYER Fonction formation

Jacques SOYER Fonction formation Jacques Y Fonction formation Troisième édition Éditions d rganisation, 1998, 1999, 2003 IBN : 2-7081-2886-8 Chapitre 1 Préparer la construction vant toute construction du système formation, il est souhaitable

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA VILLE CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA VILLE CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA VILLE CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n o 3054 Convention collective nationale IDCC : 925. DISTRIBUTION ET COMMERCE

Plus en détail

La sécurité informatique, c est votre problème aussi!

La sécurité informatique, c est votre problème aussi! INFOSAFE Un certificat universitaire en management de la Sécurité des Systèmes d Information. Une approche pragmatique pour répondre aux besoins des entreprises et des administrations. La sécurité informatique,

Plus en détail

CQP Inter-branches Technicien de Maintenance Industrielle

CQP Inter-branches Technicien de Maintenance Industrielle CQP Inter-branches Technicien de Maintenance Industrielle Guide de repérage des compétences du candidat Candidat Nom :... Prénom :........ Entreprise :... Le document original est conservé par l entreprise

Plus en détail

Mémoire d Actuariat Tarification de la branche d assurance des accidents du travail Aymeric Souleau aymeric.souleau@axa.com 3 Septembre 2010 Plan 1 Introduction Les accidents du travail L assurance des

Plus en détail

La gestion des connaissances Un nouveau modèle de l entreprise? Jean-Louis Ermine

La gestion des connaissances Un nouveau modèle de l entreprise? Jean-Louis Ermine La gestion des connaissances Un nouveau modèle de l entreprise? Jean-Louis Ermine MODELE THEORIQUE Ce qui décide D Du modèle OID au modèle AIK : De l information à la connaissance Ce qui informe I Production

Plus en détail

REFERENTIEL DU CQPM. TITRE DU CQPM : Electricien maintenancier process 1 OBJECTIF PROFESSIONNEL DU CQPM

REFERENTIEL DU CQPM. TITRE DU CQPM : Electricien maintenancier process 1 OBJECTIF PROFESSIONNEL DU CQPM COMMISION PARITAIRE NATIONALE DE L EMPLOI DE LE METALLURGIE Qualification : Catégorie : B Dernière modification : 10/04/2008 REFERENTIEL DU CQPM TITRE DU CQPM : Electricien maintenancier process 1 I OBJECTIF

Plus en détail

«Une bonne thèse répond à une question très précise!» : comment l enseigner?

«Une bonne thèse répond à une question très précise!» : comment l enseigner? «Une bonne thèse répond à une question très précise!» : comment l enseigner? Congrès du CNGE Angers Novembre 2008 Sébastien Cadier*, Isabelle Aubin**, Pierre Barraine* *Département de médecine générale

Plus en détail

Présentation d une problématique industrielle dans le domaine du nucléaire

Présentation d une problématique industrielle dans le domaine du nucléaire GDR Psycho-Ergo Présentation d une problématique industrielle dans le domaine du nucléaire EDF R&D Département Management des Risques Industriels Groupe Facteurs Humains Présentation du Groupe FH Groupe

Plus en détail

Cohésion d Equipe - Team Building

Cohésion d Equipe - Team Building Public concerné : Cadres et cadres supérieurs. Cohésion d Equipe - Team Building Objectifs : Comprendre les mécanismes de fonctionnement d une équipe. Comprendre les rôles de chacun et le rôle de l encadreur.

Plus en détail

Politique et Standards Santé, Sécurité et Environnement

Politique et Standards Santé, Sécurité et Environnement Politique et Standards Santé, Sécurité et Environnement Depuis la création de Syngenta en 2000, nous avons accordé la plus haute importance à la santé, à la sécurité et à l environnement (SSE) ainsi qu

Plus en détail

Quels outils pour prévoir?

Quels outils pour prévoir? modeledition SA Quels outils pour prévoir? Les modèles de prévisions sont des outils irremplaçables pour la prise de décision. Pour cela les entreprises ont le choix entre Excel et les outils classiques

Plus en détail

Exercices Alternatifs. Quelqu un aurait-il vu passer un polynôme?

Exercices Alternatifs. Quelqu un aurait-il vu passer un polynôme? Exercices Alternatifs Quelqu un aurait-il vu passer un polynôme? c 2004 Frédéric Le Roux, François Béguin (copyleft LDL : Licence pour Documents Libres). Sources et figures: polynome-lagrange/. Version

Plus en détail

Exercices Alternatifs. Quelqu un aurait-il vu passer un polynôme?

Exercices Alternatifs. Quelqu un aurait-il vu passer un polynôme? Exercices Alternatifs Quelqu un aurait-il vu passer un polynôme? c 2004 Frédéric Le Roux, François Béguin (copyleft LDL : Licence pour Documents Libres). Sources et figures: polynome-lagrange/. Version

Plus en détail

REEDUCATION DES TROUBLES APHASIQUES. Introduction Historique Principes Généraux

REEDUCATION DES TROUBLES APHASIQUES. Introduction Historique Principes Généraux REEDUCATION DES TROUBLES APHASIQUES Introduction Historique Principes Généraux La réhabilitation du langage : un désir ancien, une pratique récente Aphasie comme «réversion de l évolution» (Jackson 1915)

Plus en détail

Définir une politique de maintenance et sa stratégie de mise en œuvre de responsabilités

Définir une politique de maintenance et sa stratégie de mise en œuvre de responsabilités Chapitre 1 Définir une politique de maintenance et sa stratégie de mise en œuvre de responsabilités La politique de maintenance, entre prévention et correction 25 f Qu est-ce que le «préventif» et le «correctif»?

Plus en détail

Accompagner le changement et mieux communiquer

Accompagner le changement et mieux communiquer Accompagner le changement et mieux communiquer Catalogue Formations 2009/2010 Dédiées aux acteurs du monde de la communication Management opérationnel des équipes de communication Manager efficacement

Plus en détail

UNIVERSITÉ PARIS DESCARTES

UNIVERSITÉ PARIS DESCARTES UNIVERSITÉ PARIS DESCARTES MASTER Domaine DROIT, ÉCONOMIE, GESTION Mention MONNAIE,BANQUE, FINANCE, ASSURANCE Spécialité RISQUE, ASSURANCE, DÉCISION 2014 / 2015 Z.Trocellier Directeurs Pr Kouroche VAFAÏ

Plus en détail

Qu est-ce qu un avis éthique pour le Comité d éthique de santé publique? sa structure, sa portée

Qu est-ce qu un avis éthique pour le Comité d éthique de santé publique? sa structure, sa portée Qu est-ce qu un avis éthique pour le Comité d éthique de santé publique? sa structure, sa portée Septembre 2003 Analyse et rédaction Lynda Bouthillier Agente de recherche et de planification socioéconomique

Plus en détail

PRÉSENTATION GÉNÉRALE

PRÉSENTATION GÉNÉRALE PRÉSENTATION GÉNÉRALE Cadrage institutionnel : Arrêté du 27 août 2013 fixant le cadre national des formations dispensées au sein des masters «métiers de l enseignement, de l éducation et de la formation»

Plus en détail

MASTER 2 PROFESSIONNEL

MASTER 2 PROFESSIONNEL UNIVERSITE DE NICE - SOPHIA ANTIPOLIS Faculté des Lettres, Arts et Sciences Humaines Département «SCIENCES DE LA COMMUNICATION» MASTER 2 PROFESSIONNEL Ingénierie de la Création Multimédia et Direction

Plus en détail

Simulations de Monte Carlo en finance : Pricer d option

Simulations de Monte Carlo en finance : Pricer d option Emma Alfonsi, Xavier Milhaud - M2R SAF Simulations de Monte Carlo en finance : Pricer d option Sous la direction de M. Pierre Alain Patard ISFA - Mars 2008 . 1 Table des matières 1 Introduction 4 2 Un

Plus en détail

CHAPITRE II : QUELQUES ILLUSTRATIONS DE GESTION DU RISQUE ET DE L INCERTITUDE. I. Les marchés financiers et le choix de portefeuille

CHAPITRE II : QUELQUES ILLUSTRATIONS DE GESTION DU RISQUE ET DE L INCERTITUDE. I. Les marchés financiers et le choix de portefeuille CHAPITRE II : QUELQUES ILLUSTRATIONS DE GESTION DU RISQUE ET DE L INCERTITUDE Les marchés financiers et les marchés agricoles sont sujets à une certaine volatilité des prix, des crises financières et l

Plus en détail

CONTROLE DE GESTION Prix de Cession Internes Centres de Responsabilité et Centres de Profit

CONTROLE DE GESTION Prix de Cession Internes Centres de Responsabilité et Centres de Profit PCI -TD _ Centres Resp et Profit_Correction CAS.doc 1 / 28 CONTROLE DE GESTION Prix de Cession Internes Centres de Responsabilité et Centres de Profit INTRODUCTION SOMMAIRE INTRODUCTION... 1 1 NOTIONS

Plus en détail

Methode Mehari www.ofppt.info

Methode Mehari www.ofppt.info ROYAUME DU MAROC Office de la Formation Professionnelle et de la Promotion du Travail Methode Mehari DIRECTION RECHERCHE ET INGENIERIE DE FORMATION SECTEUR NTIC Sommaire 1. Introduction... 2 2. Chapitre

Plus en détail

LE MÉTIER DE CONSULTANT Principes, méthodes, outils

LE MÉTIER DE CONSULTANT Principes, méthodes, outils Patrice Stern Patricia Tutoy LE MÉTIER DE CONSULTANT Principes, méthodes, outils Cinquième édition Éditions d Organisation, 1995, 1997, 1998, 2001, 2003 ISBN : 2-7081-2899-X STYLES DE CONSULTANTS ET TYPES

Plus en détail

A.3 Les méthodes : L applicabilité

A.3 Les méthodes : L applicabilité SOMMAIRE A. Première partie A.1 Ingénierie système : du besoin au système (produit/service) A.2 SDF, Maintenance et concepts sous-jacents A.3 Les méthodes : L applicabilité A.4 GMAO = GM + AO B. Deuxième

Plus en détail

quelles sont les spécificités du système de gouvernance des PME - PMI?

quelles sont les spécificités du système de gouvernance des PME - PMI? LA GOUVERNANCE DES PME-PMI Gérard CHARREAUX Professeur de Sciences de Gestion à 1 Université de Bourgogne, Dijon PREAMBULE Il est probable que vous vous interrogez sur l'apport des recherches en matière

Plus en détail

MÉTHODOLOGIE DE L ASSESSMENT CENTRE L INSTRUMENT LE PLUS ADÉQUAT POUR : DES SÉLECTIONS DE QUALITÉ DES CONSEILS DE DÉVELOPPEMENT FONDÉS

MÉTHODOLOGIE DE L ASSESSMENT CENTRE L INSTRUMENT LE PLUS ADÉQUAT POUR : DES SÉLECTIONS DE QUALITÉ DES CONSEILS DE DÉVELOPPEMENT FONDÉS MÉTHODOLOGIE DE L ASSESSMENT CENTRE L INSTRUMENT LE PLUS ADÉQUAT POUR : DES SÉLECTIONS DE QUALITÉ ET DES CONSEILS DE DÉVELOPPEMENT FONDÉS 1. Introduction Placer la «bonne personne au bon endroit» représente

Plus en détail

Systèmes d information

Systèmes d information 11 Systèmes Cette famille rassemble des métiers dont la finalité est de concevoir, développer, exploiter et entretenir des solutions (logicielles et matérielles) répondant aux besoins collectifs et individuels

Plus en détail

ECO L1 - - Qu est-ce que l économie? modèles micro et macroéconomiques. ECO L1 - Université de Tours, Arnold Chassagnon, Septembre 2013

ECO L1 - - Qu est-ce que l économie? modèles micro et macroéconomiques. ECO L1 - Université de Tours, Arnold Chassagnon, Septembre 2013 ECO L1 - - Qu est-ce que l économie? modèles micro et macroéconomiques - ECO L1 - Université de Tours, Arnold Chassagnon, Septembre 2013 PLAN DE LA CONFERENCE Introduction à l Analyse économique - Maximisation

Plus en détail

BLANCHIMENT DE CAPITAUX : L ACAM OU LE MESSAGE PASSE AUX COURTIERS. L ACAM a-t-elle déclenché une tempête dans le ciel serein du courtage?

BLANCHIMENT DE CAPITAUX : L ACAM OU LE MESSAGE PASSE AUX COURTIERS. L ACAM a-t-elle déclenché une tempête dans le ciel serein du courtage? BLANCHIMENT DE CAPITAUX : L ACAM OU LE MESSAGE PASSE AUX COURTIERS L ACAM a-t-elle déclenché une tempête dans le ciel serein du courtage? Car c est une impression d orage à venir que laisse la première

Plus en détail

Quand le bâtiment va, tout va

Quand le bâtiment va, tout va Quand le bâtiment va, tout va Citation de Martin Nadeau en 1849 à l Assemblée législative de la France Martin Nadeau Ancien ouvrier maçon Député à l Assemblée législative Les sots font bâtir les maisons

Plus en détail

Groupe Eyrolles, 2006, ISBN : 2-212-11734-5

Groupe Eyrolles, 2006, ISBN : 2-212-11734-5 Groupe Eyrolles, 2006, ISBN : 2-212-11734-5 Chapitre 6 La gestion des incidents Quelles que soient la qualité du système d information mis en place dans l entreprise ou les compétences des techniciens

Plus en détail

«Identifier et définir le besoin en recrutement»

«Identifier et définir le besoin en recrutement» «Identifier et définir le besoin en recrutement» LES ETAPES DU RECRUTEMENT Le recrutement est une démarche structurée qui comporte plusieurs étapes aux quelles il faut attacher de l importance. La majorité

Plus en détail

VISIUM. Méthodologie visuelle Visualisation de système Conception et Optimisation Système d information et d organisation

VISIUM. Méthodologie visuelle Visualisation de système Conception et Optimisation Système d information et d organisation Méthodologie visuelle Visualisation de système Conception et Optimisation Système d information et d organisation Olivier Fargin o.fargin@visium360.fr - www.visium360.fr Méthodologies visuelles (Les atouts

Plus en détail

Activité 54 : Modélisation des phénomènes associés à la convergence au niveau d une fosse océanique

Activité 54 : Modélisation des phénomènes associés à la convergence au niveau d une fosse océanique Fiche professeur - 4 e Activité 54 : Modélisation des phénomènes associés à la convergence au niveau d une fosse océanique 1. EXTRAITS REFERENTIELS DU BO Partie : L activité interne du globe Connaissances

Plus en détail

REFERENTIEL PROFESSIONNEL DU DIPLÔME D ETAT D INGENIERIE SOCIALE (DEIS) Contexte de l intervention

REFERENTIEL PROFESSIONNEL DU DIPLÔME D ETAT D INGENIERIE SOCIALE (DEIS) Contexte de l intervention REFERENTIEL PROFESSIONNEL DU DIPLÔME D ETAT D INGENIERIE SOCIALE (DEIS) Contexte de l intervention Les transformations sociales, la territorialisation et la complexité croissante des dispositifs liés aux

Plus en détail

Définitions Approches managériales Approches psychologiques

Définitions Approches managériales Approches psychologiques Séminaire [CID] : Créativité, Innovation, Décision Partie B : DECISION Définitions Approches managériales Approches psychologiques www.evoreg.eu M2i : Management International de l Innovation Emmanuel

Plus en détail

LISTE DE COMPETENCES BACHELIER EN COMPTABILITE - ENSEIGNEMENT SUPERIEUR ECONOMIQUE DE TYPE COURT

LISTE DE COMPETENCES BACHELIER EN COMPTABILITE - ENSEIGNEMENT SUPERIEUR ECONOMIQUE DE TYPE COURT LISTE DE COMPETENCES BACHELIER EN COMPTABILITE - ENSEIGNEMENT SUPERIEUR ECONOMIQUE DE TYPE COURT A. Compétences à démontrer en fin de formation DESCRIPTION ANALYTIQUE DU PROFIL PROFESSIONNEL EPREUVE INTEGREE

Plus en détail

Diplôme de Comptabilité et de Gestion. D é c r e t N 2 0 0 6-1 7 0 6 d u 2 2 d é c e m b r e 2 0 0 6 - A r r ê t é d u 8 m a r s 2 0 1 0

Diplôme de Comptabilité et de Gestion. D é c r e t N 2 0 0 6-1 7 0 6 d u 2 2 d é c e m b r e 2 0 0 6 - A r r ê t é d u 8 m a r s 2 0 1 0 Diplôme de Comptabilité et de Gestion DCG D é c r e t N 2 0 0 6-1 7 0 6 d u 2 2 d é c e m b r e 2 0 0 6 - A r r ê t é d u 8 m a r s 2 0 1 0 Validation des Acquis de l Expérience VAE R é f é r e n t i e

Plus en détail

Sciences de Gestion Spécialité : SYSTÈMES D INFORMATION DE GESTION

Sciences de Gestion Spécialité : SYSTÈMES D INFORMATION DE GESTION Sciences de Gestion Spécialité : SYSTÈMES D INFORMATION DE GESTION Classe de terminale de la série Sciences et Technologie du Management et de la Gestion Préambule Présentation Les technologies de l information

Plus en détail

Cahier des charges pour le tutorat d un professeur du second degré

Cahier des charges pour le tutorat d un professeur du second degré Cahier des charges pour le tutorat d un professeur du second degré Référence : Circulaire n 2010-037 du 25 février 2010 relative au dispositif d'accueil, d'accompagnement et de formation des enseignants

Plus en détail

Réponse de la FAMH à la consultation concernant la révision de la loi sur l analyse génétique humaine (LAGH)

Réponse de la FAMH à la consultation concernant la révision de la loi sur l analyse génétique humaine (LAGH) FAMH CH-4500 Soleure Office fédéral de la santé publique OFSP Département Biomédecine Genetic Testing Case postale 3003 Berne Soleure, mai 2015 Réponse de la FAMH à la consultation concernant la révision

Plus en détail

Les risques liés à l activité de l entreprise : quels outils pour les identifier?

Les risques liés à l activité de l entreprise : quels outils pour les identifier? Les risques liés à l activité de l entreprise : quels outils pour les identifier? Alger, le 23-24 Novembre 2009 Présentée par: Mlle Amina NADJI Doctorante en 3ème année sciences économiques (CRIISEA, Centre

Plus en détail

son offre Executive Education

son offre Executive Education Destinée aux cadres supérieurs, dirigeants d entreprises et entrepreneurs menée en partenariat avec CentraleSupélecParis Lancée en Octobre 2015 Casablanca, le 2 juin 2015 L Ecole Centrale Casablanca annonce

Plus en détail

sentée e et soutenue publiquement pour le Doctorat de l Universitl

sentée e et soutenue publiquement pour le Doctorat de l Universitl Du rôle des signaux faibles sur la reconfiguration des processus de la chaîne de valeur de l organisation : l exemple d une centrale d achats de la grande distribution française Thèse présent sentée e

Plus en détail

Jean-Francois DECROOCQ - 11/03/2011

Jean-Francois DECROOCQ - 11/03/2011 www.varm.fr La gestion du risque s organise Jean-Francois DECROOCQ - 11/03/2011 Sommaire Introduction... 2 Risques individuels... 2 I.0 La gestion de risques individuels... 2 I.1 La responsabilité des

Plus en détail

Le TBI, véritable outil pour une médiation cognitive en maternelle

Le TBI, véritable outil pour une médiation cognitive en maternelle Le TBI, véritable outil pour une médiation cognitive en maternelle Comme nous le témoignent les recherches sur le tableau blanc interactif (TBI), The interactive whiteboard revolution: Teaching with IWBs

Plus en détail

Les responsabilités de l employeur. APAVE - Diffusion interdite Pilote : P

Les responsabilités de l employeur. APAVE - Diffusion interdite Pilote : P Les responsabilités de l employeur APAVE - Diffusion interdite Pilote : P Date : 10/2012 Différentes responsabilités 1- La Responsabilité Administrative Est relative - au respect des obligations du contrat

Plus en détail

ANALYSE DU RISQUE DE CRÉDIT

ANALYSE DU RISQUE DE CRÉDIT ANALYSE DU RISQUE DE CRÉDIT Banque & Marchés Cécile Kharoubi Professeur de Finance ESCP Europe Philippe Thomas Professeur de Finance ESCP Europe TABLE DES MATIÈRES Introduction... 15 Chapitre 1 Le risque

Plus en détail

Les indices à surplus constant

Les indices à surplus constant Les indices à surplus constant Une tentative de généralisation des indices à utilité constante On cherche ici en s inspirant des indices à utilité constante à définir un indice de prix de référence adapté

Plus en détail

Projet SINF2275 «Data mining and decision making» Projet classification et credit scoring

Projet SINF2275 «Data mining and decision making» Projet classification et credit scoring Projet SINF2275 «Data mining and decision making» Projet classification et credit scoring Année académique 2006-2007 Professeurs : Marco Saerens Adresse : Université catholique de Louvain Information Systems

Plus en détail

Gestion de Projet. Génie Logiciel. Renaud Marlet. LaBRI / INRIA. http://www.labri.fr/~marlet. (d'après A.-M. Hugues) màj 19/04/2007

Gestion de Projet. Génie Logiciel. Renaud Marlet. LaBRI / INRIA. http://www.labri.fr/~marlet. (d'après A.-M. Hugues) màj 19/04/2007 1 Génie Logiciel (d'après A.-M. Hugues) Gestion de Projet Renaud Marlet LaBRI / INRIA http://www.labri.fr/~marlet màj 19/0/007 Est-ce bien nécessaire? Principes de gestion = beaucoup d'évidences Pourtant

Plus en détail

Sujet de thèse CIFRE RESULIS / LGI2P

Sujet de thèse CIFRE RESULIS / LGI2P Ecole des Mines d Alès Laboratoire de Génie Informatique et d Ingénierie de Production LGI2P Nîmes Sujet de thèse CIFRE RESULIS / LGI2P Titre Domaine De l ingénierie des besoins à l ingénierie des exigences

Plus en détail

Démarches de réduction des risques technologiques lors de la conception des terminaux GNL

Démarches de réduction des risques technologiques lors de la conception des terminaux GNL Journées Annuelles du Pétrole Démarches de réduction des risques technologiques lors de la conception des terminaux GNL Mathieu Bertrane Bureau Veritas Mathieu.Bertrane@fr.bureauveritas.com Sommaire Quels

Plus en détail

Réduction des modèles numériques

Réduction des modèles numériques Réduction des modèles numériques Mickaël ABBAS EDF R&D Chef de Projet Méthodes Numériques Avancées Développeur Code_Aster 03 février 2014 Mines ParisTech Plan de la présentation Éléments de contexte industriel

Plus en détail

IBM Content Analytics Libérer l Information

IBM Content Analytics Libérer l Information IBM Content Analytics Libérer l Information Patrick HOFLEITNER patrick_hofleitner@fr.ibm.com Août 2011 TABLE DES MATIERES RESUME...3 INTRODUCTION...4 LA PROBLEMATIQUE...5 1 L EXPLOSION DU CONTENU NON-STRUCTURE...5

Plus en détail

Tableau de Bord. Clas 1.1 Conduite d'un projet de communication

Tableau de Bord. Clas 1.1 Conduite d'un projet de communication Bande de Com! Tableau de Bord Julien Pansier PROJET Clas 1.1 Conduite d'un projet de communication 1.1.1 Prise en charge du dossier de l annonceur C11.1. S approprier la demande de l annonceur - Comprendre

Plus en détail

Chapitre 1 : Introduction au contrôle de gestion. Marie Gies - Contrôle de gestion et gestion prévisionnelle - Chapitre 1

Chapitre 1 : Introduction au contrôle de gestion. Marie Gies - Contrôle de gestion et gestion prévisionnelle - Chapitre 1 Chapitre 1 : Introduction au contrôle de gestion Introduction 2 Contrôle de gestion : fonction aujourd hui bien institutionnalisée dans les entreprises Objectif : permettre une gestion rigoureuse et une

Plus en détail

Modélisation mathématique et finance des produits dérivés

Modélisation mathématique et finance des produits dérivés Modélisation mathématique et finance des produits dérivés Ecole Polytechnique Paris Académie Européenne Interdisciplinaire des Sciences Paris, 28 novembre 2011 Outline Introduction 1 Introduction 2 3 Qu

Plus en détail

UNE EXPLICATION DES FICHES TECHNIQUES EN 4 QUESTIONS-REPONSES. Comment les thèmes ont-ils été choisis? Comment choisir parmi les 28 fiches?

UNE EXPLICATION DES FICHES TECHNIQUES EN 4 QUESTIONS-REPONSES. Comment les thèmes ont-ils été choisis? Comment choisir parmi les 28 fiches? Introduction UNE EXPLICATION DES FICHES TECHNIQUES EN 4 QUESTIONS-REPONSES Comment les thèmes ont-ils été choisis? Sur base du diagnostic qualité des 5 CEFA du Hainaut Occidental, des marges de progrès

Plus en détail

TECH. INFOTECH # 34 Solvabilité 2 : Le calcul du capital économique dans le cadre d un modèle interne. Introduction

TECH. INFOTECH # 34 Solvabilité 2 : Le calcul du capital économique dans le cadre d un modèle interne. Introduction INFO # 34 dans le cadre d un modèle interne Comment les méthodes d apprentissage statistique peuvent-elles optimiser les calculs? David MARIUZZA Actuaire Qualifié IA Responsable Modélisation et Solvabilité

Plus en détail

Mis à jour : Décembre 2007. Catherine VOYNNET FOURBOUL. La confiance

Mis à jour : Décembre 2007. Catherine VOYNNET FOURBOUL. La confiance Mis à jour : Catherine VOYNNET FOURBOUL Décembre 2007 La confiance Bibliographie Ouvrages : A. Duluc(2000),Leadership et confiance, édition DUNOD Revue : Lewicki R. J. et Bunker B. B. (1995), Trust in

Plus en détail

FINANCEMENT OPTIMAL DE LA SOLVABILITE D UN ASSUREUR

FINANCEMENT OPTIMAL DE LA SOLVABILITE D UN ASSUREUR FINANCEMENT OPTIMAL DE LA SOLVABILITE D UN ASSUREUR Guillaume PLANTIN GREMAQ Université Toulouse I 1 La détermination d un plan de réassurance optimal est une des applications les plus classiques de la

Plus en détail

Introduction au datamining

Introduction au datamining Introduction au datamining Patrick Naïm janvier 2005 Définition Définition Historique Mot utilisé au départ par les statisticiens Le mot indiquait une utilisation intensive des données conduisant à des

Plus en détail

overmind La solution précède le problème 2008 Overmind - All rights reserved

overmind La solution précède le problème 2008 Overmind - All rights reserved La solution précède le problème Société Overmind vous propose des solutions d optimisation, d anticipation, de pilotage global capables de prendre en compte l interdépendance des variables en terme de

Plus en détail

Fiche 15 Le système des prix de cession interne.

Fiche 15 Le système des prix de cession interne. Analyse des coûts Fiche 15 Le système des prix de cession interne. 1. Définition. Les orientations actuelles ou récentes de la gestion publique (par exemple, le développement des centres de responsabilité

Plus en détail

Textes de référence : articles 313-53-2 à 313-62, 314-3-2 du règlement général de l AMF

Textes de référence : articles 313-53-2 à 313-62, 314-3-2 du règlement général de l AMF Instruction AMF n 2012-01 Organisation de l activité de gestion d OPCVM ou d OPCI et du service d investissement de gestion de portefeuille pour le compte de tiers en matière de gestion des risques Textes

Plus en détail

Gestion intégrée des risques technologiques émergents

Gestion intégrée des risques technologiques émergents Gestion intégrée des risques technologiques émergents Bruno Debray Délégué scientifique Direction des risques accidentels GIS 3SGS 2011 DCO 17/10/2011 1 / 1 Contexte Les risques émergents : une préoccupation

Plus en détail

Solvabilité II : Quel avenir?

Solvabilité II : Quel avenir? Solvabilité II : Quel avenir? Rapprochement MCEV et Solvabilité II Colloque Actuariat CNAM 06 octobre 2011 Actuariat réalité Plan «actuariat» - Similitudes techniques (et quelques différences) - mais objectifs

Plus en détail

le Rôle de l Information M1 - Arnold Chassagnon, Université de Tours, PSE - Automne 2012

le Rôle de l Information M1 - Arnold Chassagnon, Université de Tours, PSE - Automne 2012 6 le Rôle de l Information - M1 - Arnold Chassagnon, Université de Tours, PSE - Automne 2012 Plan du cours 1. Probabilités subjectives 2. Arrivée symétrique de l information 3. Information asymétrique

Plus en détail

OPTIMISATION DE LA MAINTENANCE DES EQUIPEMENTS DE MANUTENTION DU TERMINAL A CONTENEURS DE BEJAIA (BMT)

OPTIMISATION DE LA MAINTENANCE DES EQUIPEMENTS DE MANUTENTION DU TERMINAL A CONTENEURS DE BEJAIA (BMT) OPTIMISATION DE LA MAINTENANCE DES EQUIPEMENTS DE MANUTENTION DU TERMINAL A CONTENEURS DE BEJAIA (BMT) LAGGOUNE Radouane 1 et HADDAD Cherifa 2 1,2: Dépt. de G. Mécanique, université de Bejaia, Targa-Ouzemour

Plus en détail

Journées ECOTECHNOLOGIES 2012. CONVERGENCE Quand l éco-conception devient une source d innovation

Journées ECOTECHNOLOGIES 2012. CONVERGENCE Quand l éco-conception devient une source d innovation Journées ECOTECHNOLOGIES 2012 CONVERGENCE Quand l éco-conception devient une source d innovation 1 Le consortium Institut Charles Delaunay Coordinateur, spécialistes en éco-conception, économie de fonctionnalité,

Plus en détail

Atelier "INVENTAIRES" - PARIS 10-12 décembre 2008 DOCUMENT DE REFERENCE

Atelier INVENTAIRES - PARIS 10-12 décembre 2008 DOCUMENT DE REFERENCE Euromed Heritage IV Un programme financé par l Union Européenne EUROMED HERITAGE Cadre institutionnel et légal Atelier "INVENTAIRES" - PARIS 10-12 décembre 2008 DOCUMENT DE REFERENCE Coordination : Frank

Plus en détail

FORMATION ET SUIVI DES PROFESSEURS DES ECOLES STAGIAIRES 2013 2014

FORMATION ET SUIVI DES PROFESSEURS DES ECOLES STAGIAIRES 2013 2014 FORMATION ET SUIVI DES PROFESSEURS DES ECOLES STAGIAIRES 2013 2014 1 SOMMAIRE 1) Textes de référence 2) Cadrage départemental 3) Charte du tuteur : rôle et missions 4) Les outils des professeurs des écoles

Plus en détail

QUATRE ÉLÉMENTS À NE PAS SOUS-ESTIMER DANS LE CONTEXTE D UNE TRANSMISSION D ENTREPRISE

QUATRE ÉLÉMENTS À NE PAS SOUS-ESTIMER DANS LE CONTEXTE D UNE TRANSMISSION D ENTREPRISE QUATRE ÉLÉMENTS À NE PAS SOUS-ESTIMER DANS LE CONTEXTE D UNE TRANSMISSION D ENTREPRISE Table des matières 1. Introduction... 1 2. Développement... 2 2.1. Droit successoral, réserve des héritiers... 2 2.2.

Plus en détail

Sommaire. Première partie

Sommaire. Première partie Sommaire Introduction... XIX Première partie Pour bien piloter, il faut mieux mesurer Chapitre 1 Vos tableaux de bord ne sont plus efficaces... 3 Rôle du tableau de bord...3 Le modèle conducteur, automobile

Plus en détail

Diplôme d Etat d infirmier Référentiel de compétences

Diplôme d Etat d infirmier Référentiel de compétences Annexe II Diplôme d Etat d infirmier Référentiel de compétences Les référentiels d activités et de compétences du métier d infirmier diplômé d Etat ne se substituent pas au cadre réglementaire. En effet,

Plus en détail

Appendice 2. (normative) Structure de niveau supérieur, texte de base identique, termes et définitions de base communs

Appendice 2. (normative) Structure de niveau supérieur, texte de base identique, termes et définitions de base communs Appendice 2 (normative) Structure de niveau supérieur, texte de base identique, termes et définitions de base communs NOTE Dans les propositions de Texte identique, XXX désigne un qualificatif de norme

Plus en détail