LE DEPÔT DE SANG :UN OPTIMUM POUR L ETABLISSEMENT DE SOINS AU VU DE LA NOUVELLE REGLEMENTATION? Bruno LAFEUILLADE - EFS Rhône Alpes, site de Grenoble

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "LE DEPÔT DE SANG :UN OPTIMUM POUR L ETABLISSEMENT DE SOINS AU VU DE LA NOUVELLE REGLEMENTATION? Bruno LAFEUILLADE - EFS Rhône Alpes, site de Grenoble"

Transcription

1 LE DEPÔT DE SANG :UN OPTIMUM POUR L ETABLISSEMENT DE SOINS AU VU DE LA NOUVELLE REGLEMENTATION? Bruno LAFEUILLADE - EFS Rhône Alpes, site de Grenoble

2 Schéma général d une délivrance et de sa réception Commande de PSL Réception : prescription + IH (RAI, GS) Vérification et correction des non conformités Préparation de la commande Sélection PSL - en fonction IH PSL et Receveur - historique et protocoles Saisie informatique* Contrôle de délivrance Remise des PSL Contrôle de délivrance Transport Réception par l ES

3 Délivrance et dépôt de délivrance Etablissement de Soins Demande d approvisionnement en PSL par l ES à l EFS Commande de PSL Réception : prescription + IH (RAI, GS) Vérification et correction des non conformités Réception des PSL Stockage des PSL Gestion du stock Eviter les péremptions Gérer les renouvellement Préparation de la commande Sélection PSL - en fonction IH PSL et Receveur - historique et protocoles - du stock Saisie informatique Contrôle de délivrance Contrôle de délivrance Remise des PSL

4 Commande de PSL Réception : prescription + IH (RAI, GS) Vérification et correction des non conformités Préparation de la commande Sélection PSL EFS - en fonction IH PSL et Receveur - historique et protocoles Saisie informatique Contrôle de délivrance Contrôle de délivrance Remise des PSL destinés au dépôt Délivrance et dépôt relais Etablissement de Soins Dépôt Relais Stockage PSL délivrés (à un patient) dans le dépôt Demande de remise de PSL par le service Contrôle de délivrance Contrôle de délivrance Remise des PSL à la personne mandate par le service prescripteur

5 Dépôt d urgence vitale Etablissement de Soins Gestion simplifiée de stock le plus souvent 2 O+ / 2O- renouvellement simplifié Commande de PSL en UVI Réception : prescription +/- IH (RAI, GS) Préparation de la commande Sélection PSL simplifié (CGR O, Plasma AB) uniquement choix RH D+ ou D- pour les CGR Remise des PSL

6 Délai d obtention Commande de PSL Réception : prescription + IH (RAI, GS) Vérification et correction des non conformités Fax : < 5mn Autres :? Délai d obtention Préparation de la commande Sélection PSL - en fonction IH PSL et Receveur - historique et protocoles Saisie informatique* mn Contrôle de délivrance Remise des PSL Contrôle de délivrance Transport Réception par l ES

7 Contraintes d un ES à distance d un site Transport Un délai de transport = délai pour obtenir le transporteur délai du trajet vers l EFS délai du trajet EFS vers ES Logistique transport (optimiser le coût du transport, problème des transports multiples) Ces contraintes sont d autant plus importantes que l ES est loin que son activité de délivrance est importante qu il traite les urgences Difficulté organisationnelle pour les actes transfusionnels Le dépôt : une solution?

8 Bilan des 80 dépôts de la région Rhône Alpes en terme d activité et de distance Répartition des temps de transport entre le dépôt et le site EFS 12% 10% 4% 1% 5% > 60 minutes 34% 0-15 mn mn mn mn mn 39% mn 73 % < 30 minutes

9 Répartition de l'activité des dépôt (CGR délivrés) 7% > 2000 CGR / an > 8CGR / J ou 4 délivrance / J 9% 7% 22% <250 11% % 30% % < 500 CGR / an (< 2CGR ou 1 délivrance / J)

10 Analyser les besoins : Délai d obtention, délai de transport Logistique transport Besoins transfusionnels / pathologie (chirurgicale, médecine, urgence ) Coût transport / coût du dépôt Complexité réglementaire du dépôt Quelles solutions? en déduire Alternatives possibles Amélioration organisationnelle quand cela est possible «Descendre d un cran»

11 Dépôt de délivrance Dépôt relais + / - Dépôt UV Entreposage (bloc) Aucun dépôt (Optimisation organisationnelle)

12 Le dépôt relais Principe : Possibilité de conserver des PSL (au-delà de 6 heures) Ces PSL sont délivrés par l EFS à un patient Seule la conservation et la remise des PSL est à la charge de l ES Un facteur critique : la remise des PSL Cette étape a été à l origine d erreur d attribution et d incompatibilité ABO Nécessité d une procédure précise Aspects logistiques et économiques Le dépôt relais permet de regrouper le transport des PSL et donc de limiter le transport (le plus souvent <=1/jour) Nouvel réglementation : nécessité d un système informatisé gérant les flux de PSL et leur traçabilité Évaluer l économie en transport réalisé par le dépôt relais / coût du dépôt au vue de la nouvelle réglementation

13 Le dépôt relais dans l activité chirurgicale Concerne la chirurgie hémorragique Les contraintes : L heure de la transfusion est difficile à prévoir La série transfusionnelle peut nécessiter d être répartie dans le temps, et peut se dérouler hors du bloc (retour du patient dans le service) Le dépôt relais par la conservation des PSL permet de répondre à ces deux points Difficultés du dépôt relais dans le cadre de l activité chirurgicale : Evaluer avec précision les besoins Limiter la non utilisation Indicateur de bon fonctionnement % de destruction ou de retour pour réintégration (quand la procédure est prévue)

14 Le dépôt relais dans le cadre de l activité médicale Concerne la transfusion d anémie par défaut de production Le plus souvent constituées progressivement Donc pas de notion d urgence relative (2-3 heures) le plus souvent (Exemple : myélodysplasie, aplasie iatrogène..) concerne le plus souvent les personnes âgées (médiane 70 ans). Les contraintes transfuser au moment où les moyens du service permettent la meilleure surveillance et non au moment de la réception de remettre les PSL au rythme jugé optimal par le médecin selon l état clinique Difficultés du dépôt relais dans l activité médicale Qui prend en charge la gestion du dépôt Indicateur de bon fonctionnement % de destruction

15 Conclusion Avantages : Le dépôt relais offre une grande souplesse pour l organisation des actes transfusionnelles Il permet de limiter les transports (d autant plus intéressant que l activité est importante) Les étapes les plus critiques de la délivrance sont effectuées par l EFS Inconvénients Le coût du dépôt : surtout au vu de la nouvelle réglementation Les moyens humains pour le faire fonctionner C est un choix d établissement

16 Principes : pouvoir conserver les PSL pendant une durée pouvant dépasser 6 heures mais toujours < 24 heures avec un conteneur L entreposage Restrictions : Uniquement l activité chirurgicale du bloc : Situation chirurgicale à haut risque hémorragique Pour le bloc (pas de possibilité de transfuser ultérieurement dans le service) Conservation : Pendant la durée de l intervention Toujours < 24 heures Nécessité à la fermeture du bloc de renvoyer tous les PSL restants. Intérêt : diminuer la contrainte Convention versus dossier de dépôt relais

17 Le conteneur Point critique : éviter les erreurs de destination toujours avoir un contenant avec identification complète ES/Service/ Patient avec Fiche de délivrance = le sac EFS même rigueur dans les procédures de réception que le dépôt relais Propositions pour la notion réglementaire du conteneur : Un contenant identifié Un conteneur de transport qualifié Pas de changement aux pratiques actuelles Un conteneur d entreposage : une enceinte qualifiée Remise des PSL : même contrainte que les dépôts Etape critique (des dysfonctionnements à ce niveau ont été à l origine d accident ABO) Nécessité d une procédure précise comme dans le dépôt relais

18 Enregistrement de température et reprise Les PSL de la commande sont solidarisées avec un enregistreur (commun à la région) Conséquences : gestion des retours de ces enregistreurs à prévoir conduite à tenir en cas de perte et de non retour (identification des enregistreurs, facturation ( euros? = ½ CGR, dans quel délai..) Indicateur : déterminer un taux de retour «acceptable» Valorisation du retour et de la réintégration : échelle de grandeur (20 30 euros)

19 Conclusion sur l entreposage Solution moins contraignante / dépôt relais Mais plus limité Attention à la simplicité apparente Importance de structurer ce mode de fonctionnement dans la convention : Transport Le cas échéant reprise La gestion du matériel, leur retour (la sonde), la facturation si perte..)

20 Comparaison entreposage/ dépôt relais Domaine d application Services Durée de stockage Contraintes Informatique Besoin de responsable et gestionnaire dépôt Modes opératoires : Reprise Réception Remise des PSL Gestion des retours des enregistreurs = Perte = Gain Dépôt relais Tous services (médecine, chirurgie Tous services Durée > 6heures sans limitation Administratif (dossier) Oui Oui Oui Le cas échéant Si retour prévu Entreposage Chirurgicale Bloc Durée de l intervention, < 24 heures Convention Non Non Oui, avec la même rigueur Le cas échéant Dans tous les cas

21 Alternative pour les dépôts relais à activité médicale Concerne les transfusions non urgentes (> 2-3 heures de délai d obtention) Organiser la «logistique» des demandes transfusionnelles Regrouper les commandes Un transport pour plusieurs commandes Indication d une «chronologie type» en CSTH Numération : quand? Commande, envoi commande : quand? Navette de transport : quel navette? Réception? Cette logistique peut répondre à : Limitation des frais de transport Pouvoir transfuser dans un délai < 6 heures Inconvénients Pas très souple Nécessité de l adhésion des prescripteurs.

22 Dépôt d urgence vitale (1) Niveau d urgence vitale : Urgence vitale immédiate Sans délai des PSL sur place Urgence vitale <30 minutes Dans la mesure du possible isogroupe prévoir, structurer les demandes de groupe, en absence de documents de groupage

23 Dépôt d urgence vitale (2) Le dépôt d UV est «une solution d attente» Sa composition dépend : De l éloignement Du type d activité Le stock est toujours limité Ressource rare Réduire l immobilisation (200 CGR O- immobilisés, soit 25 % des O-) S intègre dans une procédure de gestion de l urgence vitale : 4 temps Délivrance simplifié de O (O+ ou O- selon les cas) Groupage en urgence en absence de groupe Demande de réapprovisionnement du DUV Commande des PSL isogroupes pour la continuité de la prise en charge transfusionnelle

24 Dépôt d urgence vitale (3) Aspects logistiques Prévoir un circuit rapide de communication de la prescription et du réappro (fax, / ) Prévoir un transport disponible 24h/24h pour l urgence Prévoir un circuit rapide pour les prélèvements de groupe et de RAI et un groupage rapide par le labo Indicateur de bon fonctionnement Nombre de PSL utilisé pour la thérapeutique transfusionnelle À titre indicatif, un nombre <5 nécessite l analyse de la pertinence de la mention UV

25 Alternatives et solutions Dépôt de délivrance Dépôt relais + / - Dépôt UV Entreposage (bloc) Aucun dépôt (Optimisation organisationnelle)

Dépôts de PSL quels moyens pour quel dépôt? Françoise CHENAIS

Dépôts de PSL quels moyens pour quel dépôt? Françoise CHENAIS Dépôts de PSL quels moyens pour quel dépôt? Françoise CHENAIS 1 Enceinte de stockage Personnel Responsable + remplaçant Dossier de qualification À la mise en service Après maintenance curative Entretien

Plus en détail

Remerciements aux organisateurs. Pas de conflit d'intérêt. 1 V. Lovi Reims Juin 2014

Remerciements aux organisateurs. Pas de conflit d'intérêt. 1 V. Lovi Reims Juin 2014 Remerciements aux organisateurs Pas de conflit d'intérêt 1 V. Lovi Reims Juin 2014 De la prescription des PSL à la gestion du stock au dépôt de 2 V. Lovi Reims Juin 2014 délivrance Vème Journée inter-régionale

Plus en détail

LIGNE DIRECTRICE RELATIVE A LA DISTRIBUTION

LIGNE DIRECTRICE RELATIVE A LA DISTRIBUTION LIGNE DIRECTRICE RELATIVE A LA DISTRIBUTION I- PERSONNEL 41 I-1 Le responsable de la distribution 41 I-2 Les autres personnels 42 II- LOCAUX 42 III- DISTRIBUTION 42 III-1 Attribution nominative 43 III-1-1

Plus en détail

Transfusion de P.S.L. dans un établissement de soins (E.S.)

Transfusion de P.S.L. dans un établissement de soins (E.S.) Transfusion de P.S.L. dans un établissement de soins (E.S.) Expérience des E.H.du Bessin Mise en place du logiciel d hémovigilance CURSUS 2 Logiciel CURSUS 2 PC des salles de soins Avril 2003 : opérationnel

Plus en détail

EFS/ES Une collaboration efficace pour la récupération d une erreur

EFS/ES Une collaboration efficace pour la récupération d une erreur EFS/ES Une collaboration efficace pour la récupération d une erreur 5ème journée de transfusion pratique de la SFVTT Jeudi 06 Octobre 2011 Institut Montsouris V ème journée de transfusion pratique - Institut

Plus en détail

DEPOTS DE SANG CADRE LEGAL ET REGLEMENTAIRE

DEPOTS DE SANG CADRE LEGAL ET REGLEMENTAIRE DEPOTS DE SANG CADRE LEGAL ET REGLEMENTAIRE LES NOUVELLES DONNES Marie-Odile MANSARD 5 février 2008 DEUX DECRETS Décret n 2006-99 du 1er février 2006 relatif à l'etablissement français du sang et à l'hémovigilance

Plus en détail

LA SECURITE TRANSFUSIONNELLE LE CADRE LEGAL HEMOVIGILANCE DOSSIER TRANSFUSIONNEL LES EXAMENS IMMUNOHEMATOLOGIQUES RECEPTION

LA SECURITE TRANSFUSIONNELLE LE CADRE LEGAL HEMOVIGILANCE DOSSIER TRANSFUSIONNEL LES EXAMENS IMMUNOHEMATOLOGIQUES RECEPTION LA SECURITE TRANSFUSIONNELLE LE CADRE LEGAL HEMOVIGILANCE DOSSIER TRANSFUSIONNEL LES EXAMENS IMMUNOHEMATOLOGIQUES RECEPTION Être responsable Se reconnaître auteur incontestable de ses actes et en assumer

Plus en détail

Zone de commentaires. Convention EFS / ES ( document à joindre) II, Les systèmes d'information OUI NON NC Zone de commentaires. Zone de commentaires

Zone de commentaires. Convention EFS / ES ( document à joindre) II, Les systèmes d'information OUI NON NC Zone de commentaires. Zone de commentaires 5. ENSEMBLE DES PIECES CONSTITUANT LE DOSSIER A FOURNIR A L'AGENCE REGIONALE DE L'HOSPITALISATION POUR UNE DEMANDE D AUTORISATION DE FONCTIONNEMENT D UN DEPÔT DE SANG DANS UN ETABLISSEMENT DE SANTE I.

Plus en détail

Méthode originale de l évaluation des pratiques professionnelles autour du prélèvements des échantillons pour Groupage Sanguin

Méthode originale de l évaluation des pratiques professionnelles autour du prélèvements des échantillons pour Groupage Sanguin 1ére Journée Régionale de la Transfusion Jeudi 02 février 2012 Méthode originale de l évaluation des pratiques professionnelles autour du prélèvements des échantillons pour Groupage Sanguin Aphérèse Thérapeutique

Plus en détail

Formulaire FIG Liste complémentaire des incidents graves de la chaîne transfusionnelle

Formulaire FIG Liste complémentaire des incidents graves de la chaîne transfusionnelle Formulaire FIG Liste complémentaire des incidents graves de la chaîne transfusionnelle Anomalie à l ETS Anomalie à l ETS Identification donneur sélection homonyme à l accueil collecte sélection homonyme

Plus en détail

La gestion de la délivrance en urgence vitale par l EFS Bourgogne Franche-Comté

La gestion de la délivrance en urgence vitale par l EFS Bourgogne Franche-Comté La gestion de la délivrance en urgence vitale par l EFS Bourgogne Franche-Comté Laurent Bardiaux Site de Besançon 1 LB 26/04/05 ❶ Rappels réglementaires ❷ Place de l urgence transfusionnelle dans l activité

Plus en détail

L influence d un progiciel de gestion sur le système d information d une organisation

L influence d un progiciel de gestion sur le système d information d une organisation Chapitre 8 L influence d un progiciel de gestion sur le système d information d une organisation Notions Processus : nature et présentation Progiciels de gestion dans les métiers de l organisation : approche

Plus en détail

Dr Buttard Service de cardiologie CH W.Morey Chalon sur saone.

Dr Buttard Service de cardiologie CH W.Morey Chalon sur saone. 1 Dr Buttard Service de cardiologie CH W.Morey Chalon sur saone. PLAN 1. SONDAGE 2. POURQUOI INFORMATISER LE CIRCUIT DU MEDICAMENT 3. EXPERIENCE CHALONNAISE 1. CONTEXTE 2. PRESENTATION DU LOGICIEL 3. UTILISATION

Plus en détail

IDENTIFICATION DES PRELEVEMENTS SANGUINS ANALYSE D INCIDENT ET AUDIT DES PRATIQUES

IDENTIFICATION DES PRELEVEMENTS SANGUINS ANALYSE D INCIDENT ET AUDIT DES PRATIQUES IDENTIFICATION DES PRELEVEMENTS SANGUINS ANALYSE D INCIDENT ET AUDIT DES PRATIQUES Dr Isabelle SALIMBENI Biologiste Dr Françoise CARMAGNOL Biologiste Dominique TONELLOT Cadre du Pôle Parents-Femme-Enfant

Plus en détail

MISE EN PLACE DE LA PRESCRIPTION INFORMATISEE DANS UN SERVICE D HEMATOLOGIE CLINIQUE: PRESENTATION DU LOGICIEL ET EVALUATION AUPRES DES PRESCRIPTEURS

MISE EN PLACE DE LA PRESCRIPTION INFORMATISEE DANS UN SERVICE D HEMATOLOGIE CLINIQUE: PRESENTATION DU LOGICIEL ET EVALUATION AUPRES DES PRESCRIPTEURS MISE EN PLACE DE LA PRESCRIPTION INFORMATISEE DANS UN SERVICE D HEMATOLOGIE CLINIQUE: PRESENTATION DU LOGICIEL ET EVALUATION AUPRES DES PRESCRIPTEURS M. DELHOUME(), S.GIRAULT(2), N.DUBOSC-MARCHENAY(2),

Plus en détail

SÉCURITÉ TRANSFUSIONNELLE

SÉCURITÉ TRANSFUSIONNELLE Rapport sur la SÉCURITÉ TRANSFUSIONNELLE DANS LE MONDE 1998 1999 Résumé Etabli à partir de la Base de Données mondiale sur la Sécurité transfusionnelle World Health Organization Blood Transfusion Safety

Plus en détail

stock d urgence d en produits sanguins labiles

stock d urgence d en produits sanguins labiles Gestion d un d stock d urgence d en produits sanguins labiles G. Fathi - Obaton Cadre infirmier de santé F. D HaussyD - Plet Praticien Hospitalier Anesthésie sie - Réanimation Centre Hospitalier Dunkerque

Plus en détail

La nouvelle réglementation des dépôts de sang Réflexions d un E.S. P. Gérôme, médecin biologiste, HIA Desgenettes

La nouvelle réglementation des dépôts de sang Réflexions d un E.S. P. Gérôme, médecin biologiste, HIA Desgenettes La nouvelle réglementation des dépôts de sang Réflexions d un E.S. P. Gérôme, médecin biologiste, HIA Desgenettes Introduction Hôpital Desgenettes, Lyon Médecin biologiste Hématologie, hémostase, IH Correspondant

Plus en détail

PRO IHC 002 E 10 EFS Alpes-Méditerranée 1/8

PRO IHC 002 E 10 EFS Alpes-Méditerranée 1/8 PRO IHC 002 E 10 EFS Alpes-Méditerranée 1/8 Titre : Cahier des charges prélèvements sanguins pour analyses d immuno-hématologie Erythrocytaire (manuel de prélèvement) Référence : PRO IHC 002 E 10 Responsable

Plus en détail

CAS CLINIQUES. CAS CLINIQUE n 1 14/05/2012. Patiente née en 1970. Allogreffe de CSH prévue dans 3 semaines

CAS CLINIQUES. CAS CLINIQUE n 1 14/05/2012. Patiente née en 1970. Allogreffe de CSH prévue dans 3 semaines ÉTABLISSEMENT FRANÇAIS DU SANG CAS CLINIQUE n 1 Patiente née en 1970 CAS CLINIQUES Allogreffe de CSH prévue dans 3 semaines Prescription de 2 CGR et CP (Hb : 7,5 g/dl et plaquettes = 12 000/mm 3 ) sans

Plus en détail

IMPORTANCE DU SUIVI IMMUNO-HEMATOLOGIQUE DE LA FEMME ENCEINTE PLACE DES NOUVELLES TECHNOLOGIES

IMPORTANCE DU SUIVI IMMUNO-HEMATOLOGIQUE DE LA FEMME ENCEINTE PLACE DES NOUVELLES TECHNOLOGIES IMPORTANCE DU SUIVI IMMUNO-HEMATOLOGIQUE DE LA FEMME ENCEINTE PLACE DES NOUVELLES TECHNOLOGIES Dr. Christine André-Botté 20 mai 2010 Les partenaires Risque vital Besoin de PSL particuliers EFS Laboratoire

Plus en détail

Indicateurs de performance. P. Noreau A. Ruiz G. St-Laurent - J. Vallerand

Indicateurs de performance. P. Noreau A. Ruiz G. St-Laurent - J. Vallerand Indicateurs de performance P. Noreau A. Ruiz G. St-Laurent - J. Vallerand Plan Pourquoi se pencher sur la performance? La mesure, instrument de pilotage La notion de performance Les indicateurs Les tableaux

Plus en détail

Transfuser en O négatif : Comment concilier disponibilité et Sécurité Transfusionnelle?

Transfuser en O négatif : Comment concilier disponibilité et Sécurité Transfusionnelle? Transfuser en O négatif : Comment concilier disponibilité et Sécurité Transfusionnelle? 3 ème réunion Inter-régionale d Hémovigilance du Nord de France Amiens - le 24 Novembre 2009 Docteur Elisabeth COQUIN

Plus en détail

PROTOCOLE D INTERCHANGE. Définissant les modalités de mise en œuvre et d exploitation de l échange informatisé de données ENTRE

PROTOCOLE D INTERCHANGE. Définissant les modalités de mise en œuvre et d exploitation de l échange informatisé de données ENTRE PROTOCOLE D INTERCHANGE Définissant les modalités de mise en œuvre et d exploitation de l échange informatisé de données ENTRE L ETABLISSEMENT FRANÇAIS DU SANG ALPES-MEDITERRANEE ET LES ETABLISSEMENTS

Plus en détail

Une situation confuse!

Une situation confuse! Une situation confuse! Présenté par le Dr. Pascale RENOM 1 L alarme Au dépôt-relais hospitalier : un ASH et une IDE ramènent 2 CGR délivrés 5 minutes auparavant «les poches n ont pas le bon numéro» 2 Les

Plus en détail

CONTRIBUTION DES PARAMÉDICAUX À LA GDR DANS LES ES. V. Carpin - CSS -Rencontre ARS/ARS-FELIN /Ecoles paramédicales et SF.

CONTRIBUTION DES PARAMÉDICAUX À LA GDR DANS LES ES. V. Carpin - CSS -Rencontre ARS/ARS-FELIN /Ecoles paramédicales et SF. CONTRIBUTION DES PARAMÉDICAUX À LA GDR DANS LES ES V. Carpin - CSS -Rencontre ARS/ARS-FELIN /Ecoles paramédicales et SF. PLAN 1/ Cadre législatif 2/ éléments nécessaires pour une contribution des paramédicaux

Plus en détail

Maladie hémolytique néonatale : Evolution de la présentation clinique et de la prise en charge Dr Anne CORTEY CNRHP Clinique

Maladie hémolytique néonatale : Evolution de la présentation clinique et de la prise en charge Dr Anne CORTEY CNRHP Clinique : Evolution de la présentation clinique et de la prise en charge Dr Anne CORTEY CNRHP Clinique Pôle Périnatalité Hôpital Armand Trousseau (AP-HP) GHU Est Parisien La maladie hémolytique néonatale est le

Plus en détail

Quizz d éd. évaluation. Simulation. 18 e Journée d actualisation des connaissances en pratique transfusionnelle

Quizz d éd. évaluation. Simulation. 18 e Journée d actualisation des connaissances en pratique transfusionnelle Simulation Quizz d éd évaluation 18 e Journée d actualisation des connaissances en pratique transfusionnelle Unité de Sécurité Transfusionnelle et d Hémovigilance CHU de Bordeaux La sécurits curité transfusionnelle

Plus en détail

Une évaluation des pratiques transfusionnelles au CHU de Nantes en 2012 Xème Congrès National d Hémovigilance et de Sécurité Transfusionnelle

Une évaluation des pratiques transfusionnelles au CHU de Nantes en 2012 Xème Congrès National d Hémovigilance et de Sécurité Transfusionnelle Une évaluation des pratiques transfusionnelles au CHU de Nantes en 2012 Xème Congrès National d Hémovigilance et de Sécurité Transfusionnelle Nantes - Jeudi 15 novembre 2012 Léa Bruneau - Dr JC. Rigal

Plus en détail

Belfort. Vesoul. Montbéliard Strasbourg. Besançon. Colmar. Mulhouse. Lons-le-Saunier DRASS - ES - EFS

Belfort. Vesoul. Montbéliard Strasbourg. Besançon. Colmar. Mulhouse. Lons-le-Saunier DRASS - ES - EFS Vesoul Besançon Belfort Montbéliard Strasbourg Colmar Lons-le-Saunier Mulhouse Bonnes pratiques en transfusion sanguine L information du patient Travail interrégional Alsace - Franche-Comté Version 1-2008

Plus en détail

RÉFÉRENTIEL DE CERTIFICATION

RÉFÉRENTIEL DE CERTIFICATION RÉFÉRENTIEL DE CERTIFICATION PREMIÈRE PARTIE : COMPÉTENCES PROFESSIONNELLES Pôle 1 - Mise en œuvre de la fonction logistique 1.1. Réceptionner 1.2. Mettre en stock 1.3. Gérer et suivre les stocks 1.4.

Plus en détail

Hémovigilance et Sécurité Transfusionnelle. Hémovigilance. Aspects réglementaires. Aspects réglementaires

Hémovigilance et Sécurité Transfusionnelle. Hémovigilance. Aspects réglementaires. Aspects réglementaires Hémovigilance et Sécurité Transfusionnelle Hémovigilance Aspects réglementaires Définition de l hémovigilance : loi 2004-806 du 9 août 2004 relative à la politique de santé publique l ensemble des procédures

Plus en détail

INDICATEUR DE QUALITE

INDICATEUR DE QUALITE Direction de la Santé Publique et de l Offre Médico-Sociale Département de Sécurité des Soins et des Produits de Santé Cellule Régionale d Hémovigilance LE DOSSIER TRANSFUSIONNEL : INDICATEUR DE QUALITE

Plus en détail

DELIBERATION N 2015-93 DU 21 OCTOBRE 2015 DE LA COMMISSION DE CONTROLE DES INFORMATIONS NOMINATIVES PORTANT AVIS FAVORABLE A LA MISE EN ŒUVRE DU

DELIBERATION N 2015-93 DU 21 OCTOBRE 2015 DE LA COMMISSION DE CONTROLE DES INFORMATIONS NOMINATIVES PORTANT AVIS FAVORABLE A LA MISE EN ŒUVRE DU DELIBERATION N 2015-93 DU 21 OCTOBRE 2015 DE LA COMMISSION DE CONTROLE DES INFORMATIONS NOMINATIVES PORTANT AVIS FAVORABLE A LA MISE EN ŒUVRE DU TRAITEMENT AUTOMATISE D INFORMATIONS NOMINATIVES AYANT POUR

Plus en détail

TRANSFUSION SANGUINE. Des. réponses. à vos. questions

TRANSFUSION SANGUINE. Des. réponses. à vos. questions TRANSFUSION SANGUINE Des réponses à vos questions Des réponses à vos questions La présente brochure s adresse aux personnes qui pourraient avoir besoin d une transfusion de sang ou de produits sanguins

Plus en détail

PREVENTION DE L ALLO IMMUNISATION ANTI ERYTHROCYTAIRE RHESUS D CHEZ LA FEMME ENCEINTE DE RHESUS NEGATIF

PREVENTION DE L ALLO IMMUNISATION ANTI ERYTHROCYTAIRE RHESUS D CHEZ LA FEMME ENCEINTE DE RHESUS NEGATIF version 3 page 1/10 Référence : RSN/PR/REA.O/009/C Date de 1 ère mise en service : 09/05/2004 Suivi des modifications N Date de la Objet de la modification Faite par : version modification 1 13/12/2006

Plus en détail

I OBJECTIF PROFESSIONNEL DU CQPM

I OBJECTIF PROFESSIONNEL DU CQPM COMMISSION PARITAIRE NATIONALE DE L'EMPLOI DE LA METALLURGIE Qualification : Catégorie : C* Dernière modification : 06/06/2007 REFERENTIEL DU CQPM TITRE DU CQPM : Gestionnaire de flux de commandes à l

Plus en détail

Franche-Comté. Olivier BOUX Arlette DELBOSC Laurent BARDIAUX. GCS EMOSIST-fc ARS-FC EFS-BFC CONGRÈS INFORMATISATION EN TRANSFUSION

Franche-Comté. Olivier BOUX Arlette DELBOSC Laurent BARDIAUX. GCS EMOSIST-fc ARS-FC EFS-BFC CONGRÈS INFORMATISATION EN TRANSFUSION Réseau RégionalR Franche-Comté Olivier BOUX Arlette DELBOSC Laurent BARDIAUX GCS EMOSIST-fc ARS-FC EFS-BFC CONGRÈS INFORMATISATION EN TRANSFUSION CHI70 - LUXEUIL CHI70 - LURE CHI70 - VESOUL Clinique ST

Plus en détail

CAP Agent d entreposage et de messagerie RÉFÉRENTIEL DES ACTIVITÉS PROFESSIONNELLES

CAP Agent d entreposage et de messagerie RÉFÉRENTIEL DES ACTIVITÉS PROFESSIONNELLES RÉFÉRENTIEL DES ACTIVITÉS PROFESSIONNELLES 5 CHAMP D ACTIVITÉ 1.1. DÉFINITION Le titulaire du CAP «AGENT D ENTREPOSAGE ET DE MESSAGERIE» exécute, en fonction des directives qu il reçoit, les opérations

Plus en détail

REFERENTIEL DU CQPM. TITRE DU CQPM : Gestionnaire de flux de commandes à l international

REFERENTIEL DU CQPM. TITRE DU CQPM : Gestionnaire de flux de commandes à l international COMMISION PARITAIRE NATIONALE DE L EMPLOI DE LE METALLURGIE Qualification : Catégorie : C* Dernière modification : 06/06/2007 REFERENTIEL DU CQPM TITRE DU CQPM : Gestionnaire de flux de commandes à l international

Plus en détail

Le bilan pré opératoire en gynécologie obstétrique

Le bilan pré opératoire en gynécologie obstétrique Le bilan pré opératoire en gynécologie obstétrique JC Mangin Anesthésiste réanimateur Centre Olympe de Gouges CHU Bretonneau Tours mardi_11_juin_2013 Recommandations formalisées d experts SFAR 2012 Le

Plus en détail

SYNTHÈSE DE LA RECOMMANDATION DE BONNE PRATIQUE

SYNTHÈSE DE LA RECOMMANDATION DE BONNE PRATIQUE SYNTHÈSE DE L RECOMMNDTION DE ONNE PRTIQUE Transfusions de globules rouges homologues : produits, indications, alternatives nesthésie, réanimation, chirurgie, urgence Novembre 2014 NÉMIE IGUË Indication,

Plus en détail

évènements indésirables chaîne transfusionnelle en établissements de santé

évènements indésirables chaîne transfusionnelle en établissements de santé évènements indésirables chaîne transfusionnelle en établissements de santé M.Sandlarz, D.Taverne réunion inter-régionale hémovigilance, 2 octobre 2008 Quelques chiffres (2006) nombre de PSL : 168 645 /

Plus en détail

L informatique à la Clinique Saint Joseph d Angoulême. 19 juin 2009 Jean-Marie Constantin, Didier Delavaud, Thomas Guichard.

L informatique à la Clinique Saint Joseph d Angoulême. 19 juin 2009 Jean-Marie Constantin, Didier Delavaud, Thomas Guichard. L informatique à la Clinique Saint Joseph d Angoulême. 19 juin 2009 Jean-Marie Constantin, Didier Delavaud, Thomas Guichard. L informatique et la tête de veau HISTORIQUE : ILChir Janvier 1987 : début du

Plus en détail

Améliorer la gestion de ses stocks de manière continue

Améliorer la gestion de ses stocks de manière continue Améliorer la gestion de ses stocks de manière continue 17 juin 2010 1 Avec efficacité? 2 2 Vis-à-vis du marché Identifier la priorité L un ou l autre Vis-à-vis de l organisation interne 3 3 Connaître le

Plus en détail

HemoServeur. HemoService - LaboServeur IH

HemoServeur. HemoService - LaboServeur IH HemoServeur HemoService - LaboServeur IH La solution de référence pour la gestion de la transfusion et des produits sanguins dans les établissements de soins software solutions Pionnier et leader des logiciels

Plus en détail

CQP Animation d équipe option maintenance. Référentiel de compétences

CQP Animation d équipe option maintenance. Référentiel de compétences CQP Animation d équipe option maintenance Référentiel de compétences Le CQP Animation équipe présente deux options : Production Maintenance Ce document présente le CQP Animation d équipe option maintenance

Plus en détail

Transfusion de globules rouges homologues : produits, indications alternatives

Transfusion de globules rouges homologues : produits, indications alternatives RECOMMANDATION DE BONNE PRATIQUE Transfusion de globules rouges homologues : produits, indications alternatives Méthode Recommandations pour la pratique clinique RECOMMANDATIONS Novembre 2014 Les recommandations

Plus en détail

- 04 - LA GESTION DES APPROVISIONNEMENTS ET DES STOCKS. Principes d'évaluation des stocks : coût moyen, Gestion des stocks en quantité et en valeur.

- 04 - LA GESTION DES APPROVISIONNEMENTS ET DES STOCKS. Principes d'évaluation des stocks : coût moyen, Gestion des stocks en quantité et en valeur. - 04 - LA GESTION DES APPROVISIONNEMENTS ET DES STOCKS Objectif(s) : o o Pré requis : o o Cadence d'approvisionnement, Optimisation de la gestion des stocks. Principes d'évaluation des stocks : coût moyen,

Plus en détail

- 06 - LA GESTION DE LA PRODUCTION : PARTIE 1

- 06 - LA GESTION DE LA PRODUCTION : PARTIE 1 - 06 - LA GESTION DE LA PRODUCTION : PARTIE 1 Objectif(s) : o o Pré requis : o o o Contraintes de production, Optimisation de la gestion de la production. Coût de production, Production sous contraintes,

Plus en détail

Ateliers «Retours d expériences» REGULATIONDESFLUXDEPATIENTS: la création d un salon de sortie au Centre Hospitalier de MARTIGUES N.

Ateliers «Retours d expériences» REGULATIONDESFLUXDEPATIENTS: la création d un salon de sortie au Centre Hospitalier de MARTIGUES N. Ateliers «Retours d expériences» REGULATIONDESFLUXDEPATIENTS: au Centre Hospitalier de MARTIGUES N.BOURBON N.ESTIENNE S.LUIGI M.ROBIN Le contexte au Centre Hospitalier de Martigues: Augmentation continue

Plus en détail

HEMOVIGILANCE ET SECURITE TRANSFUSIONNELLE IDENTITOVIGILANCE

HEMOVIGILANCE ET SECURITE TRANSFUSIONNELLE IDENTITOVIGILANCE HEMOVIGILANCE ET SECURITE TRANSFUSIONNELLE IDENTITOVIGILANCE Hémovigilance Historique Traçabilité des produits sanguins: enregistrer la preuve de la transfusion de telle poche pour tel patient Effets indésirables

Plus en détail

Gestion des risques a priori sur le circuit du médicament

Gestion des risques a priori sur le circuit du médicament Gestion des risques a priori sur le circuit du médicament Expérience de la Clinique du Parc de Charleville-Mézières Hélène Vanoverberghe Pharmacien Responsable Assurance Qualité Contexte institutionnel

Plus en détail

SEFi - Information Février 2016 Information sur le Service Electronique de Facturation intégré

SEFi - Information Février 2016 Information sur le Service Electronique de Facturation intégré SEFi - Information Information sur le Service Electronique de Facturation intégré Quitter sommaire préc. Quitter sommaire Le SEFi dans l offre Projet transport de l Assurance Maladie une réponse aux demandes

Plus en détail

Etablissement de Soins

Etablissement de Soins Sécurité transfusionnelle au niveau d un Etablissement de Soins 1 Sur prescription médicale prélever en deux temps, en deux points de ponction et par deux opérateurs différents la première puis la seconde

Plus en détail

CHAMP DE PRATIQUE ACTUEL

CHAMP DE PRATIQUE ACTUEL DÉFINITION DU CHAMP DE PRATIQUE : 1. Le champ de pratique de chaque médecin est différent. 2. Le champ de pratique d un médecin est déterminé par les patients qu il traite, par les interventions qu il

Plus en détail

Montbéliard Strasbourg

Montbéliard Strasbourg Vesoul Besançon Belfort Montbéliard Strasbourg Colmar Lons-le-Saunier Mulhouse Contrôle ultime pré-transfusionnel Travail interrégional Alsace - Franche-Comté Version 1-2008 Ont participé à la réalisation

Plus en détail

La création de l ordre de mission Déplacements temporaires

La création de l ordre de mission Déplacements temporaires Dernière modification : 24/09/2014 La création de l ordre de mission Déplacements temporaires REF : CDT_M04_004_00 Détails et explicitations dans les commentaires du document Comprendre les différents

Plus en détail

SECURITE TRANSFUSIONNELLE : LES LEÇONS DE L HEMOVIGILANCE

SECURITE TRANSFUSIONNELLE : LES LEÇONS DE L HEMOVIGILANCE Sécurité en anesthésie 63 SECURITE TRANSFUSIONNELLE : LES LEÇONS DE L HEMOVIGILANCE F. Forestier 1, G. Janvier 1, P. Fialon 2, B. David 3-1 Département d Anesthésie- Réanimation Chirurgicale II, CHU de

Plus en détail

Une solution complémentaire fondamentale pour le pilotage de la performance

Une solution complémentaire fondamentale pour le pilotage de la performance TCI améliore la visibilité sur SAP via GEDIA Audit Une solution complémentaire fondamentale pour le pilotage de la performance Thémis Conception Informatique SAS (TCI) lance la conception d'un connecteur

Plus en détail

Projet Gestion De Production

Projet Gestion De Production Projet Gestion De Production Groupe de Projet LALUQUE Florian MONTANVERT Kevin PERS Cyril ROSE Aurélien SAUJOT Steeven Enseignants Responsables LEROUX Stéphane VIDAL Jean- Baptiste Introduction Dans le

Plus en détail

Législation de la transfusion sanguine

Législation de la transfusion sanguine Session Anesthésie Transfusion Législation de la transfusion sanguine Pascale Mizon Lille CHRU Diapositive 1 Actualités Réglementaires Diapositive 2 Nombreux textes réglementaires Constante évolution Loi

Plus en détail

Le test de Kleihauer. Principe et indications

Le test de Kleihauer. Principe et indications Le test de Kleihauer Principe et indications Soirée EPU 27/11/2014 Magali DUPONT ETABLISSEMENT FRANCAIS DU SANG Site de Chambéry http://lbm.efs-rhonealpes.dondusang.net PRINCIPE (1) Le test de Kleihauer

Plus en détail

Transfusion sanguine. 1. Rappels : Antigènes Anticorps Groupe sanguin RAI Compatibilité Bonnes Pratiques 2. L acte transfusionnel

Transfusion sanguine. 1. Rappels : Antigènes Anticorps Groupe sanguin RAI Compatibilité Bonnes Pratiques 2. L acte transfusionnel Transfusion sanguine 1. Rappels : Antigènes Anticorps Groupe sanguin RAI Compatibilité Bonnes Pratiques 2. L acte transfusionnel UE 4.4 S4 : «Thérapeutiques et contribution au diagnostic médical» Transfusion

Plus en détail

Gestion des approvisionnements avec SAP Business One Optimisation des approvisionnements grâce à l intégration de la logistique et de la comptabilité

Gestion des approvisionnements avec SAP Business One Optimisation des approvisionnements grâce à l intégration de la logistique et de la comptabilité distributeur des solutions FICHE TECHNIQUE Module : Gestion des achats Gestion des approvisionnements avec SAP Business One Optimisation des approvisionnements grâce à l intégration de la logistique et

Plus en détail

Prescription médicamenteuse par téléphone (ou téléprescription) dans le cadre de la régulation médicale

Prescription médicamenteuse par téléphone (ou téléprescription) dans le cadre de la régulation médicale SYNTHÈSE DES RECOMMANDATIONS DE BONNES PRATIQUES PROFESSIONNELLES Prescription médicamenteuse par téléphone (ou téléprescription) dans le cadre de la régulation médicale Février 2009 MESSAGES CLÉS Ces

Plus en détail

MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ ANNEXE RÉFÉRENTIEL D ACTIVITÉS

MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ ANNEXE RÉFÉRENTIEL D ACTIVITÉS ANNEXES ANNEXE I RÉFÉRENTIEL D ACTIVITÉS Les référentiels d activités et de compétences du métier de manipulateur d électroradiologie médicale ne se substituent pas au cadre réglementaire. En effet, un

Plus en détail

Déménagement et informatisation du dépôt d délivrance de PSL. J. EXINGER Responsable du dépôt de sang Centre Hospitalier de Haguenau

Déménagement et informatisation du dépôt d délivrance de PSL. J. EXINGER Responsable du dépôt de sang Centre Hospitalier de Haguenau Déménagement et informatisation du dépôt d de délivrance de PSL J. EXINGER Responsable du dépôt de sang Centre Hospitalier de Haguenau Objectif Déménagement et informatisation d un dépôt de délivrance:

Plus en détail

Stratégie de prévention des erreurs d identité et des erreurs de patients

Stratégie de prévention des erreurs d identité et des erreurs de patients Stratégie de prévention des erreurs d identité et des erreurs de patients Le bon soin au bon patient 28 MAI 2009 Annick Macrez - Bertrand Le Corre CHU Bichat Claude Bernard Deux axes Prévention des erreurs

Plus en détail

LES CIRCUITS AU BLOC OPERATOIRE

LES CIRCUITS AU BLOC OPERATOIRE LES CIRCUITS AU BLOC OPERATOIRE Atelier-action du Resclin «Gestion du risque infectieux associé à une intervention chirurgicale» 4ème Trimestre Prévention du risque infectieux Priorité Préoccupation constante

Plus en détail

FICHE D INFORMATION AVANT UNE TRANSFUSION

FICHE D INFORMATION AVANT UNE TRANSFUSION FICHE D INFORMATION AVANT UNE TRANSFUSION Madame, Monsieur, Si votre état de santé nécessite une transfusion sanguine, ce document est destiné à vous informer sur les avantages et les risques de la transfusion,

Plus en détail

Au cœur des nouvelles logiques hospitalières

Au cœur des nouvelles logiques hospitalières Au cœur des nouvelles logiques hospitalières Hôpital avec sa nouvelle gouvernance.. Responsabiliser le personnel soignant et non soignant Elargir l autonomie de l établissement Mise en place des pôles

Plus en détail

FLUX ET STOCKS DANS LA DISTRIBUTION. 18/12/2012 Edith

FLUX ET STOCKS DANS LA DISTRIBUTION. 18/12/2012 Edith FLUX ET STOCKS DANS LA DISTRIBUTION 18/12/2012 Edith PLAN Présentation générale de Bergams Activité Bergams L équipe Schéma des flux logistiques et informatiques chez Bergams Organisation physique de l

Plus en détail

Plan. A partir de l exemple du circuit sécurisé des DMI

Plan. A partir de l exemple du circuit sécurisé des DMI Plan A partir de l exemple du circuit sécurisé des DMI Retour sur le processus, les acteurs, les messages, les informations, le SIH Analyse des causes déterminantes du circuit: focus sur les échanges d

Plus en détail

Rôle de l infirmier dans la Transfusion Sanguine

Rôle de l infirmier dans la Transfusion Sanguine Rôle de l infirmier dans la Transfusion Sanguine XIème CONGRES NATIONAL 1ère JOURNEE DES INFIRMIERS EN HEMATOLOGIE 24-25 - 26 Avril 2014 Sheraton, Alger Dr N Ferroudj. Pr S Nekkal. Pr M Belhani CHU Béni

Plus en détail

CAS PRATIQUES : TRANSFUSION INUTILE

CAS PRATIQUES : TRANSFUSION INUTILE CAS PRATIQUES : TRANSFUSION INUTILE Présenté par le Dr. Silvana LEO-KODELI V ème journée de transfusion pratique - Institut Montsouris - 06 octobre 2011 1 Identification de l évènement transfusion inutile

Plus en détail

MedManager. AutoInventory. Aperçu permanent des stocks pour les homes et les hôpitaux

MedManager. AutoInventory. Aperçu permanent des stocks pour les homes et les hôpitaux MedManager AutoInventory Aperçu permanent des stocks pour les homes et les hôpitaux Wiegand Medication Safety au service de la santé publique Son vaste savoir-faire et son expérience de longue date font

Plus en détail

INFORMATISATION DU DOSSIER DE SOINS: UN PROGRES?

INFORMATISATION DU DOSSIER DE SOINS: UN PROGRES? INFORMATISATION DU DOSSIER DE SOINS: UN PROGRES? Aude SOURY-LAVERGNE Réanimation polyvalente CHRU Lille JILAR 2012 Dossier unique Dossier médical Dossier paramédical Feuille de surveillance Biologie Dossier

Plus en détail

CHIRURGIE ORTHOPEDIQUE PROGRAMMEE CHEZ UN PATIENT HEMOPHILE ROLE DU PHARMACIEN HOSPITALIER

CHIRURGIE ORTHOPEDIQUE PROGRAMMEE CHEZ UN PATIENT HEMOPHILE ROLE DU PHARMACIEN HOSPITALIER CHIRURGIE ORTHOPEDIQUE PROGRAMMEE CHEZ UN PATIENT HEMOPHILE ROLE DU PHARMACIEN HOSPITALIER Melle GRIMAUX Julie Melle LO PRESTI Coralie Melle SPADONI Sophie CHU Timone CH Martigues CH Sainte Anne Toulon

Plus en détail

GESTION DES DISPOSITIFS MÉDICAUX STÉRILES PAR LES PREPARATEURS EN PHARMACIE HOSPITALIERE AU BLOC OPERATOIRE

GESTION DES DISPOSITIFS MÉDICAUX STÉRILES PAR LES PREPARATEURS EN PHARMACIE HOSPITALIERE AU BLOC OPERATOIRE GESTION DES DISPOSITIFS MÉDICAUX STÉRILES PAR LES PREPARATEURS EN PHARMACIE HOSPITALIERE AU BLOC OPERATOIRE Odile NUIRY, Pharmacien, CHU de SAINT-ETIENNE CONTEXTE Projet de modernisation du CHU En 2009

Plus en détail

supply chain solution

supply chain solution 1 trm trace wms rms Bi supply chain solution 2 Notre philosophie 4 structure physique 6 Principes & concepts 8 flux d entrée Principes & concepts 10 flux de sortie 3 Notre philosophie Notre démarche s

Plus en détail

Diplôme professionnel d aide-soignant. Guide d évaluation par candidat

Diplôme professionnel d aide-soignant. Guide d évaluation par candidat Diplôme professionnel d aide-soignant Guide d évaluation par candidat Prénom et nom du candidat (ou identification du candidat) : Date : Dossier n Page 1 / 23 Evaluation de l unité de compétence 1 du DPAS

Plus en détail

BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE SESSION 2015 SÉRIE : SCIENCES ET TECHNOLOGIES DU MANAGEMENT ET DE LA GESTION SPÉCIALITÉ : GESTION ET FINANCE

BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE SESSION 2015 SÉRIE : SCIENCES ET TECHNOLOGIES DU MANAGEMENT ET DE LA GESTION SPÉCIALITÉ : GESTION ET FINANCE BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE SESSION 2015 SÉRIE : SCIENCES ET TECHNOLOGIES DU MANAGEMENT ET DE LA GESTION SPÉCIALITÉ : GESTION ET FINANCE ÉLÉMENTS INDICATIFS DE CORRIGÉ Ce dossier comporte des éléments de

Plus en détail

OUTIL D'EVALUATION DU TEMPS ARC / CHEF DE PROJET PROMOTEUR REQUIS POUR UNE RECHERCHE BIOMEDICALE V 2.3 DE L OUTIL NOTICE D UTILISATION

OUTIL D'EVALUATION DU TEMPS ARC / CHEF DE PROJET PROMOTEUR REQUIS POUR UNE RECHERCHE BIOMEDICALE V 2.3 DE L OUTIL NOTICE D UTILISATION OUTIL D'EVALUATION DU TEMPS ARC / CHEF DE PROJET PROMOTEUR REQUIS POUR UNE RECHERCHE BIOMEDICALE V 2.3 DE L OUTIL NOTICE D UTILISATION i) Contexte :... - 2 - ii) But de l outil :... - 2 - iii) Fonctionnement

Plus en détail

LA PLATE-FORME LOGISTIQUE DE LA COMMUNAUTE DU NEUBOURG

LA PLATE-FORME LOGISTIQUE DE LA COMMUNAUTE DU NEUBOURG 1 LA PLATE-FORME LOGISTIQUE DE LA COMMUNAUTE DU NEUBOURG Démarche régionale d optimisation des achats hospitaliers ARS 10 Avril 2012 2 Le GIP Le Concordia - Plate-forme de stockage de produits notamment

Plus en détail

Les donneurs bénévoles constituent un élément fondamental et précieux du système d approvisionnement en sang. Le donneur doit :

Les donneurs bénévoles constituent un élément fondamental et précieux du système d approvisionnement en sang. Le donneur doit : 1 : DU DONNEUR AU RECEVEUR UN OUVRAGE SUR L ACTIVITÉ TRANSFUSIONNELLE AU CANADA Robert Barr et Ted Alport Le système canadien d approvisionnement en sang est complexe, solidement intégré et rigoureusement

Plus en détail

Document complémentaire au référentiel du Bac pro Technicien Conseil-Vente en Alimentation option Produits alimentaires option Vins et spiritueux

Document complémentaire au référentiel du Bac pro Technicien Conseil-Vente en Alimentation option Produits alimentaires option Vins et spiritueux Document complémentaire au référentiel du Bac pro Technicien Conseil-Vente en Alimentation option Produits alimentaires option Vins et spiritueux Février 2011 Sommaire Ce document complémentaire du référentiel

Plus en détail

Marché à bons de commande

Marché à bons de commande Etablissement Public Local d Enseignement et de Formation Professionnelle Agricoles de Quetigny Plombières-Lès-Dijon 21 Boulevard Olivier de Serres BP 42 21801 QUETIGNY cedex : Tel. : 03 80 71 80 00 Fax

Plus en détail

Etude d impact de la mise en conformité des échanges électroniques entre dépôts de sang et EFS d Île-de-France. Présentation du 15 décembre 2012

Etude d impact de la mise en conformité des échanges électroniques entre dépôts de sang et EFS d Île-de-France. Présentation du 15 décembre 2012 Etude d impact de la mise en conformité des échanges électroniques entre dépôts de sang et EFS d Île-de-France Présentation du 15 décembre 2012 Dans un contexte d échanges électroniques multiples, impliquant

Plus en détail

PARTICULARITÉS DE LA SANTÉ MATERNELLE DANS LES PAYS À RESSOURCES LIMITÉES. Julie TORT 04/04/2014 DIU Médecine tropicale Santé Internationale

PARTICULARITÉS DE LA SANTÉ MATERNELLE DANS LES PAYS À RESSOURCES LIMITÉES. Julie TORT 04/04/2014 DIU Médecine tropicale Santé Internationale 1 PARTICULARITÉS DE LA SANTÉ MATERNELLE DANS LES PAYS À RESSOURCES LIMITÉES Julie TORT 04/04/2014 DIU Médecine tropicale Santé Internationale Plan 2 Santé maternelle dans les pays à ressources limitées:

Plus en détail

HUG-CHUV / PLEXUS. Gestion logistique et traçabilité

HUG-CHUV / PLEXUS. Gestion logistique et traçabilité Plateforme logistique HUG-CHUV / PLEXUS Gestion logistique et traçabilité CAIB / RA / 29.04.2016 Ordre du jour 1. Les contraintes des deux hôpitaux 2. Historique 3. Gains attendus 4. Organisation du projet

Plus en détail

Référentiel de certification

Référentiel de certification Référentiel de certification Compétences Fonctions Capacités Compétences terminales F1, F2, F3 C1 Analyser F3, F4 C2 Concevoir F2, F4 C3 Réaliser Toutes fonctions Toutes fonctions C4 S informer, informer,

Plus en détail

ORGANISER CP3 : Organiser et optimiser les activités de maintenance

ORGANISER CP3 : Organiser et optimiser les activités de maintenance CP3.1 : Définir et/ou optimiser la stratégie de La liste des biens Déterminer les indicateurs de Les indicateurs sont correctement disponibilité des biens déterminés La politique de Les données de production

Plus en détail

Modèle. Convention portant sous-traitance de la préparation des traitements anticancéreux injectables

Modèle. Convention portant sous-traitance de la préparation des traitements anticancéreux injectables Modèle Convention portant sous-traitance de la préparation des traitements anticancéreux injectables Vu les articles R. 5126-9, R. 5126-10, R. 5126-20, L.5126-2 du CSP, Vu l arrêté du 31 mars 1999 relatif

Plus en détail

PROFIL DE POSTE. Cadre de santé

PROFIL DE POSTE. Cadre de santé Centre Hospitalier de Dreux Pôle Admissions Non Programmées (ANP) PROFIL DE POSTE Cadre de santé Réanimation Polyvalente / Unité de Surveillance Continue (USC) Version n Nombre de pages : Diffusée le :

Plus en détail

CONVENTION-TYPE RELATIVE AUX MODALITES D INTERVENTION DE L EQUIPE D APPUI DEPARTEMENTALE EN SOINS PALLIATIFS DE L INDRE (E.A.D.S.P. 36) DANS LES E.H.

CONVENTION-TYPE RELATIVE AUX MODALITES D INTERVENTION DE L EQUIPE D APPUI DEPARTEMENTALE EN SOINS PALLIATIFS DE L INDRE (E.A.D.S.P. 36) DANS LES E.H. CONVENTION-TYPE RELATIVE AUX MODALITES D INTERVENTION DE L EQUIPE D APPUI DEPARTEMENTALE EN SOINS PALLIATIFS DE L INDRE (E.A.D.S.P. 36) DANS LES E.H.P.A.D. ENTRE L E.H.P.A.D. représenté par d une part,

Plus en détail

Le processus transfusionnel

Le processus transfusionnel Le processus transfusionnel Description des étapes successives de réalisation d un acte transfusionnel, dans le but de maîtriser au mieux les paramètres de ces étapes pour la qualité et la sécurité de

Plus en détail

Bonjour HERA HEALTH RESEARCH FOR ACTION.

Bonjour HERA HEALTH RESEARCH FOR ACTION. Bonjour 1 ATELIER SUR LA GESTION RATIONNELLE DES MEDICAMENTS Bujumbura, du 26 au 27 Janvier2011 2 Les enjeux de l approvisionnement en médicaments. Ph. Séverin KAMBAYEKO Pharmacien Consultant Chef de mission

Plus en détail

ETABLISSEMENT D HOSPITALISATION A DOMICILE

ETABLISSEMENT D HOSPITALISATION A DOMICILE ETABLISSEMENT D HOSPITALISATION A DOMICILE 5, avenue Louis-Blériot 63100 Clermont-Ferrand Tél. 0 820 200 444 Ou 04 73 36 00 37 Fax 04 73 42 98 77 contact@clinidom.fr www.clinidom.fr Finess 63 000 811 8

Plus en détail

Outils de Planification des Approvisionnements

Outils de Planification des Approvisionnements Outils de Planification des Approvisionnements Séminaire Technique de Préparation des Consultants pour les Programmes VIH, TB et Paludisme Dakar 6-9 Mars 2006 Aoua Diarra Moyens de Prévention des Ruptures

Plus en détail