LE DEPÔT DE SANG :UN OPTIMUM POUR L ETABLISSEMENT DE SOINS AU VU DE LA NOUVELLE REGLEMENTATION? Bruno LAFEUILLADE - EFS Rhône Alpes, site de Grenoble

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "LE DEPÔT DE SANG :UN OPTIMUM POUR L ETABLISSEMENT DE SOINS AU VU DE LA NOUVELLE REGLEMENTATION? Bruno LAFEUILLADE - EFS Rhône Alpes, site de Grenoble"

Transcription

1 LE DEPÔT DE SANG :UN OPTIMUM POUR L ETABLISSEMENT DE SOINS AU VU DE LA NOUVELLE REGLEMENTATION? Bruno LAFEUILLADE - EFS Rhône Alpes, site de Grenoble

2 Schéma général d une délivrance et de sa réception Commande de PSL Réception : prescription + IH (RAI, GS) Vérification et correction des non conformités Préparation de la commande Sélection PSL - en fonction IH PSL et Receveur - historique et protocoles Saisie informatique* Contrôle de délivrance Remise des PSL Contrôle de délivrance Transport Réception par l ES

3 Délivrance et dépôt de délivrance Etablissement de Soins Demande d approvisionnement en PSL par l ES à l EFS Commande de PSL Réception : prescription + IH (RAI, GS) Vérification et correction des non conformités Réception des PSL Stockage des PSL Gestion du stock Eviter les péremptions Gérer les renouvellement Préparation de la commande Sélection PSL - en fonction IH PSL et Receveur - historique et protocoles - du stock Saisie informatique Contrôle de délivrance Contrôle de délivrance Remise des PSL

4 Commande de PSL Réception : prescription + IH (RAI, GS) Vérification et correction des non conformités Préparation de la commande Sélection PSL EFS - en fonction IH PSL et Receveur - historique et protocoles Saisie informatique Contrôle de délivrance Contrôle de délivrance Remise des PSL destinés au dépôt Délivrance et dépôt relais Etablissement de Soins Dépôt Relais Stockage PSL délivrés (à un patient) dans le dépôt Demande de remise de PSL par le service Contrôle de délivrance Contrôle de délivrance Remise des PSL à la personne mandate par le service prescripteur

5 Dépôt d urgence vitale Etablissement de Soins Gestion simplifiée de stock le plus souvent 2 O+ / 2O- renouvellement simplifié Commande de PSL en UVI Réception : prescription +/- IH (RAI, GS) Préparation de la commande Sélection PSL simplifié (CGR O, Plasma AB) uniquement choix RH D+ ou D- pour les CGR Remise des PSL

6 Délai d obtention Commande de PSL Réception : prescription + IH (RAI, GS) Vérification et correction des non conformités Fax : < 5mn Autres :? Délai d obtention Préparation de la commande Sélection PSL - en fonction IH PSL et Receveur - historique et protocoles Saisie informatique* mn Contrôle de délivrance Remise des PSL Contrôle de délivrance Transport Réception par l ES

7 Contraintes d un ES à distance d un site Transport Un délai de transport = délai pour obtenir le transporteur délai du trajet vers l EFS délai du trajet EFS vers ES Logistique transport (optimiser le coût du transport, problème des transports multiples) Ces contraintes sont d autant plus importantes que l ES est loin que son activité de délivrance est importante qu il traite les urgences Difficulté organisationnelle pour les actes transfusionnels Le dépôt : une solution?

8 Bilan des 80 dépôts de la région Rhône Alpes en terme d activité et de distance Répartition des temps de transport entre le dépôt et le site EFS 12% 10% 4% 1% 5% > 60 minutes 34% 0-15 mn mn mn mn mn 39% mn 73 % < 30 minutes

9 Répartition de l'activité des dépôt (CGR délivrés) 7% > 2000 CGR / an > 8CGR / J ou 4 délivrance / J 9% 7% 22% <250 11% % 30% % < 500 CGR / an (< 2CGR ou 1 délivrance / J)

10 Analyser les besoins : Délai d obtention, délai de transport Logistique transport Besoins transfusionnels / pathologie (chirurgicale, médecine, urgence ) Coût transport / coût du dépôt Complexité réglementaire du dépôt Quelles solutions? en déduire Alternatives possibles Amélioration organisationnelle quand cela est possible «Descendre d un cran»

11 Dépôt de délivrance Dépôt relais + / - Dépôt UV Entreposage (bloc) Aucun dépôt (Optimisation organisationnelle)

12 Le dépôt relais Principe : Possibilité de conserver des PSL (au-delà de 6 heures) Ces PSL sont délivrés par l EFS à un patient Seule la conservation et la remise des PSL est à la charge de l ES Un facteur critique : la remise des PSL Cette étape a été à l origine d erreur d attribution et d incompatibilité ABO Nécessité d une procédure précise Aspects logistiques et économiques Le dépôt relais permet de regrouper le transport des PSL et donc de limiter le transport (le plus souvent <=1/jour) Nouvel réglementation : nécessité d un système informatisé gérant les flux de PSL et leur traçabilité Évaluer l économie en transport réalisé par le dépôt relais / coût du dépôt au vue de la nouvelle réglementation

13 Le dépôt relais dans l activité chirurgicale Concerne la chirurgie hémorragique Les contraintes : L heure de la transfusion est difficile à prévoir La série transfusionnelle peut nécessiter d être répartie dans le temps, et peut se dérouler hors du bloc (retour du patient dans le service) Le dépôt relais par la conservation des PSL permet de répondre à ces deux points Difficultés du dépôt relais dans le cadre de l activité chirurgicale : Evaluer avec précision les besoins Limiter la non utilisation Indicateur de bon fonctionnement % de destruction ou de retour pour réintégration (quand la procédure est prévue)

14 Le dépôt relais dans le cadre de l activité médicale Concerne la transfusion d anémie par défaut de production Le plus souvent constituées progressivement Donc pas de notion d urgence relative (2-3 heures) le plus souvent (Exemple : myélodysplasie, aplasie iatrogène..) concerne le plus souvent les personnes âgées (médiane 70 ans). Les contraintes transfuser au moment où les moyens du service permettent la meilleure surveillance et non au moment de la réception de remettre les PSL au rythme jugé optimal par le médecin selon l état clinique Difficultés du dépôt relais dans l activité médicale Qui prend en charge la gestion du dépôt Indicateur de bon fonctionnement % de destruction

15 Conclusion Avantages : Le dépôt relais offre une grande souplesse pour l organisation des actes transfusionnelles Il permet de limiter les transports (d autant plus intéressant que l activité est importante) Les étapes les plus critiques de la délivrance sont effectuées par l EFS Inconvénients Le coût du dépôt : surtout au vu de la nouvelle réglementation Les moyens humains pour le faire fonctionner C est un choix d établissement

16 Principes : pouvoir conserver les PSL pendant une durée pouvant dépasser 6 heures mais toujours < 24 heures avec un conteneur L entreposage Restrictions : Uniquement l activité chirurgicale du bloc : Situation chirurgicale à haut risque hémorragique Pour le bloc (pas de possibilité de transfuser ultérieurement dans le service) Conservation : Pendant la durée de l intervention Toujours < 24 heures Nécessité à la fermeture du bloc de renvoyer tous les PSL restants. Intérêt : diminuer la contrainte Convention versus dossier de dépôt relais

17 Le conteneur Point critique : éviter les erreurs de destination toujours avoir un contenant avec identification complète ES/Service/ Patient avec Fiche de délivrance = le sac EFS même rigueur dans les procédures de réception que le dépôt relais Propositions pour la notion réglementaire du conteneur : Un contenant identifié Un conteneur de transport qualifié Pas de changement aux pratiques actuelles Un conteneur d entreposage : une enceinte qualifiée Remise des PSL : même contrainte que les dépôts Etape critique (des dysfonctionnements à ce niveau ont été à l origine d accident ABO) Nécessité d une procédure précise comme dans le dépôt relais

18 Enregistrement de température et reprise Les PSL de la commande sont solidarisées avec un enregistreur (commun à la région) Conséquences : gestion des retours de ces enregistreurs à prévoir conduite à tenir en cas de perte et de non retour (identification des enregistreurs, facturation ( euros? = ½ CGR, dans quel délai..) Indicateur : déterminer un taux de retour «acceptable» Valorisation du retour et de la réintégration : échelle de grandeur (20 30 euros)

19 Conclusion sur l entreposage Solution moins contraignante / dépôt relais Mais plus limité Attention à la simplicité apparente Importance de structurer ce mode de fonctionnement dans la convention : Transport Le cas échéant reprise La gestion du matériel, leur retour (la sonde), la facturation si perte..)

20 Comparaison entreposage/ dépôt relais Domaine d application Services Durée de stockage Contraintes Informatique Besoin de responsable et gestionnaire dépôt Modes opératoires : Reprise Réception Remise des PSL Gestion des retours des enregistreurs = Perte = Gain Dépôt relais Tous services (médecine, chirurgie Tous services Durée > 6heures sans limitation Administratif (dossier) Oui Oui Oui Le cas échéant Si retour prévu Entreposage Chirurgicale Bloc Durée de l intervention, < 24 heures Convention Non Non Oui, avec la même rigueur Le cas échéant Dans tous les cas

21 Alternative pour les dépôts relais à activité médicale Concerne les transfusions non urgentes (> 2-3 heures de délai d obtention) Organiser la «logistique» des demandes transfusionnelles Regrouper les commandes Un transport pour plusieurs commandes Indication d une «chronologie type» en CSTH Numération : quand? Commande, envoi commande : quand? Navette de transport : quel navette? Réception? Cette logistique peut répondre à : Limitation des frais de transport Pouvoir transfuser dans un délai < 6 heures Inconvénients Pas très souple Nécessité de l adhésion des prescripteurs.

22 Dépôt d urgence vitale (1) Niveau d urgence vitale : Urgence vitale immédiate Sans délai des PSL sur place Urgence vitale <30 minutes Dans la mesure du possible isogroupe prévoir, structurer les demandes de groupe, en absence de documents de groupage

23 Dépôt d urgence vitale (2) Le dépôt d UV est «une solution d attente» Sa composition dépend : De l éloignement Du type d activité Le stock est toujours limité Ressource rare Réduire l immobilisation (200 CGR O- immobilisés, soit 25 % des O-) S intègre dans une procédure de gestion de l urgence vitale : 4 temps Délivrance simplifié de O (O+ ou O- selon les cas) Groupage en urgence en absence de groupe Demande de réapprovisionnement du DUV Commande des PSL isogroupes pour la continuité de la prise en charge transfusionnelle

24 Dépôt d urgence vitale (3) Aspects logistiques Prévoir un circuit rapide de communication de la prescription et du réappro (fax, / ) Prévoir un transport disponible 24h/24h pour l urgence Prévoir un circuit rapide pour les prélèvements de groupe et de RAI et un groupage rapide par le labo Indicateur de bon fonctionnement Nombre de PSL utilisé pour la thérapeutique transfusionnelle À titre indicatif, un nombre <5 nécessite l analyse de la pertinence de la mention UV

25 Alternatives et solutions Dépôt de délivrance Dépôt relais + / - Dépôt UV Entreposage (bloc) Aucun dépôt (Optimisation organisationnelle)

Zone de commentaires. Convention EFS / ES ( document à joindre) II, Les systèmes d'information OUI NON NC Zone de commentaires. Zone de commentaires

Zone de commentaires. Convention EFS / ES ( document à joindre) II, Les systèmes d'information OUI NON NC Zone de commentaires. Zone de commentaires 5. ENSEMBLE DES PIECES CONSTITUANT LE DOSSIER A FOURNIR A L'AGENCE REGIONALE DE L'HOSPITALISATION POUR UNE DEMANDE D AUTORISATION DE FONCTIONNEMENT D UN DEPÔT DE SANG DANS UN ETABLISSEMENT DE SANTE I.

Plus en détail

Transfuser en O négatif : Comment concilier disponibilité et Sécurité Transfusionnelle?

Transfuser en O négatif : Comment concilier disponibilité et Sécurité Transfusionnelle? Transfuser en O négatif : Comment concilier disponibilité et Sécurité Transfusionnelle? 3 ème réunion Inter-régionale d Hémovigilance du Nord de France Amiens - le 24 Novembre 2009 Docteur Elisabeth COQUIN

Plus en détail

Formulaire FIG Liste complémentaire des incidents graves de la chaîne transfusionnelle

Formulaire FIG Liste complémentaire des incidents graves de la chaîne transfusionnelle Formulaire FIG Liste complémentaire des incidents graves de la chaîne transfusionnelle Anomalie à l ETS Anomalie à l ETS Identification donneur sélection homonyme à l accueil collecte sélection homonyme

Plus en détail

Quizz d éd. évaluation. Simulation. 18 e Journée d actualisation des connaissances en pratique transfusionnelle

Quizz d éd. évaluation. Simulation. 18 e Journée d actualisation des connaissances en pratique transfusionnelle Simulation Quizz d éd évaluation 18 e Journée d actualisation des connaissances en pratique transfusionnelle Unité de Sécurité Transfusionnelle et d Hémovigilance CHU de Bordeaux La sécurits curité transfusionnelle

Plus en détail

Etablissement de Soins

Etablissement de Soins Sécurité transfusionnelle au niveau d un Etablissement de Soins 1 Sur prescription médicale prélever en deux temps, en deux points de ponction et par deux opérateurs différents la première puis la seconde

Plus en détail

CAS CLINIQUES. CAS CLINIQUE n 1 14/05/2012. Patiente née en 1970. Allogreffe de CSH prévue dans 3 semaines

CAS CLINIQUES. CAS CLINIQUE n 1 14/05/2012. Patiente née en 1970. Allogreffe de CSH prévue dans 3 semaines ÉTABLISSEMENT FRANÇAIS DU SANG CAS CLINIQUE n 1 Patiente née en 1970 CAS CLINIQUES Allogreffe de CSH prévue dans 3 semaines Prescription de 2 CGR et CP (Hb : 7,5 g/dl et plaquettes = 12 000/mm 3 ) sans

Plus en détail

Une situation confuse!

Une situation confuse! Une situation confuse! Présenté par le Dr. Pascale RENOM 1 L alarme Au dépôt-relais hospitalier : un ASH et une IDE ramènent 2 CGR délivrés 5 minutes auparavant «les poches n ont pas le bon numéro» 2 Les

Plus en détail

SYNTHÈSE DE LA RECOMMANDATION DE BONNE PRATIQUE

SYNTHÈSE DE LA RECOMMANDATION DE BONNE PRATIQUE SYNTHÈSE DE L RECOMMNDTION DE ONNE PRTIQUE Transfusions de globules rouges homologues : produits, indications, alternatives nesthésie, réanimation, chirurgie, urgence Novembre 2014 NÉMIE IGUË Indication,

Plus en détail

Rôle de l infirmier dans la Transfusion Sanguine

Rôle de l infirmier dans la Transfusion Sanguine Rôle de l infirmier dans la Transfusion Sanguine XIème CONGRES NATIONAL 1ère JOURNEE DES INFIRMIERS EN HEMATOLOGIE 24-25 - 26 Avril 2014 Sheraton, Alger Dr N Ferroudj. Pr S Nekkal. Pr M Belhani CHU Béni

Plus en détail

Guide pour l'informatisation des systèmes d'information

Guide pour l'informatisation des systèmes d'information Guide pour l'informatisation des systèmes d'information des dépôts de sang RELAIS Le présent document vise à rappeler l'obligation d'informatisation des systèmes d'information des dépôts de sang relais

Plus en détail

stock d urgence d en produits sanguins labiles

stock d urgence d en produits sanguins labiles Gestion d un d stock d urgence d en produits sanguins labiles G. Fathi - Obaton Cadre infirmier de santé F. D HaussyD - Plet Praticien Hospitalier Anesthésie sie - Réanimation Centre Hospitalier Dunkerque

Plus en détail

Franche-Comté. Olivier BOUX Arlette DELBOSC Laurent BARDIAUX. GCS EMOSIST-fc ARS-FC EFS-BFC CONGRÈS INFORMATISATION EN TRANSFUSION

Franche-Comté. Olivier BOUX Arlette DELBOSC Laurent BARDIAUX. GCS EMOSIST-fc ARS-FC EFS-BFC CONGRÈS INFORMATISATION EN TRANSFUSION Réseau RégionalR Franche-Comté Olivier BOUX Arlette DELBOSC Laurent BARDIAUX GCS EMOSIST-fc ARS-FC EFS-BFC CONGRÈS INFORMATISATION EN TRANSFUSION CHI70 - LUXEUIL CHI70 - LURE CHI70 - VESOUL Clinique ST

Plus en détail

Les Echanges de Données Informatisées (EDI) en Nord de France

Les Echanges de Données Informatisées (EDI) en Nord de France Les Echanges de Données Informatisées (EDI) en Nord de France M. Jean-Pierre BECQUART Directeur Informatique E.F.S Nord de France Dr. Bachir BRAHIMI Coordonnateur Régional d Hémovigilance DRASS Picardie

Plus en détail

évènements indésirables chaîne transfusionnelle en établissements de santé

évènements indésirables chaîne transfusionnelle en établissements de santé évènements indésirables chaîne transfusionnelle en établissements de santé M.Sandlarz, D.Taverne réunion inter-régionale hémovigilance, 2 octobre 2008 Quelques chiffres (2006) nombre de PSL : 168 645 /

Plus en détail

Informatisation des données transfusionnelles

Informatisation des données transfusionnelles Informatisation des données transfusionnelles Dr Marie-France Angelini Tibert Coordonnateure régionale d hémovigilance Réunion - Mayotte Objectifs Optimiser et sécuriser les circuits Optimiser et sécuriser

Plus en détail

DON DE SANG. Label Don de Soi

DON DE SANG. Label Don de Soi DON DE SANG Label Don de Soi 2015 SOMMAIRE Les différents types de dons p.3 Le don de sang total Le don de plasma Le don de plaquettes Le don de moelle osseuse Que soigne-t-on avec un don de sang? p.7

Plus en détail

LA TRANSFUSION EN SITUATION D EXCEPTION

LA TRANSFUSION EN SITUATION D EXCEPTION LA TRANSFUSION EN SITUATION D EXCEPTION Expérience du service de santé des armées SFVTT-2010 A. SAILLIOL, E. PEYTEL Les situations d exception pour le SSA 1. Opérations militaires hors du territoire français

Plus en détail

LE DIRECTEUR GENERAL DE LA SANTE LE DIRECTEUR DE L'HOSPITALISATION ET DE L'ORGANISATION DES SOINS

LE DIRECTEUR GENERAL DE LA SANTE LE DIRECTEUR DE L'HOSPITALISATION ET DE L'ORGANISATION DES SOINS MINISTERE DE LA SANTE, DE LA FAMILLE ET DES PERSONNES HANDICAPEES Direction générale Paris, de la santé Sous direction de la politique des produits de santé (SD3) Sous direction de la qualité du système

Plus en détail

Rencontre ARS / ARLIN-FELIN / Ecoles paramédicales et sages-femmes 13 juin 2013. Geneviève Razafitsifehera

Rencontre ARS / ARLIN-FELIN / Ecoles paramédicales et sages-femmes 13 juin 2013. Geneviève Razafitsifehera Rencontre ARS / ARLIN-FELIN / Ecoles paramédicales et sages-femmes 13 juin 2013 Geneviève Razafitsifehera Méthode qui consiste à identifier pour un processus à risque : les défaillances potentielles leurs

Plus en détail

OUTIL D'EVALUATION DU TEMPS ARC / CHEF DE PROJET PROMOTEUR REQUIS POUR UNE RECHERCHE BIOMEDICALE V 2.3 DE L OUTIL NOTICE D UTILISATION

OUTIL D'EVALUATION DU TEMPS ARC / CHEF DE PROJET PROMOTEUR REQUIS POUR UNE RECHERCHE BIOMEDICALE V 2.3 DE L OUTIL NOTICE D UTILISATION OUTIL D'EVALUATION DU TEMPS ARC / CHEF DE PROJET PROMOTEUR REQUIS POUR UNE RECHERCHE BIOMEDICALE V 2.3 DE L OUTIL NOTICE D UTILISATION i) Contexte :... - 2 - ii) But de l outil :... - 2 - iii) Fonctionnement

Plus en détail

Sommaire de la rubrique «Faire un don du sang» Site Internet des villes région Pays de la Loire FAIRE UN DON

Sommaire de la rubrique «Faire un don du sang» Site Internet des villes région Pays de la Loire FAIRE UN DON Sommaire de la rubrique «Faire un don du sang» Site Internet des villes région Pays de la Loire FAIRE UN DON Page d accueil de la rubrique avec un point sur les besoins en sang de la région Page 2 Pourquoi

Plus en détail

HemoServeur. HemoService - LaboServeur IH

HemoServeur. HemoService - LaboServeur IH HemoServeur HemoService - LaboServeur IH La solution de référence pour la gestion de la transfusion et des produits sanguins dans les établissements de soins software solutions Pionnier et leader des logiciels

Plus en détail

LABO EXPRESS - 6, avenue Charles de Gaulle - 78150 Le Chesnay 451 372 361 00027 RCS Versailles SARL au capital de 20 000 Tél. 01.39.43.78.78 / Fax.

LABO EXPRESS - 6, avenue Charles de Gaulle - 78150 Le Chesnay 451 372 361 00027 RCS Versailles SARL au capital de 20 000 Tél. 01.39.43.78.78 / Fax. LABO EXPRESS - 6, avenue Charles de Gaulle - 78150 Le Chesnay 451 372 361 00027 RCS Versailles SARL au capital de 20 000 Tél. 01.39.43.78.78 / Fax. 01.39.43.78.79 www.laboexpress.fr SOMMAIRE I. PRESENTATION

Plus en détail

I- L ÉTABLISSEMENT FRANÇAIS DU SANG ÎLE-DE- FRANCE, ACTEUR MAJEUR DE SANTÉ PUBLIQUE

I- L ÉTABLISSEMENT FRANÇAIS DU SANG ÎLE-DE- FRANCE, ACTEUR MAJEUR DE SANTÉ PUBLIQUE I- L ÉTABLISSEMENT FRANÇAIS DU SANG ÎLE-DE- FRANCE, ACTEUR MAJEUR DE SANTÉ PUBLIQUE L Établissement Français du Sang, est l unique opérateur civil de la transfusion sanguine en France. Sa mission première

Plus en détail

LES DIFFERENTS PSL : qualifications, transformations et leurs indications

LES DIFFERENTS PSL : qualifications, transformations et leurs indications ÉTABLISSEMENT FRANÇAIS DU SANG L Etablissement français du sang LES DIFFERENTS PSL : qualifications, transformations et leurs indications Dr Anne-Lise MARACHET DIU Cancérologie/Hématologie EFS IDF- Site

Plus en détail

Etude d impact de la mise en conformité des échanges électroniques entre dépôts de sang et EFS d Île-de-France. Présentation du 15 décembre 2012

Etude d impact de la mise en conformité des échanges électroniques entre dépôts de sang et EFS d Île-de-France. Présentation du 15 décembre 2012 Etude d impact de la mise en conformité des échanges électroniques entre dépôts de sang et EFS d Île-de-France Présentation du 15 décembre 2012 Dans un contexte d échanges électroniques multiples, impliquant

Plus en détail

Transport de PSL: une histoire de licence

Transport de PSL: une histoire de licence Transport de PSL: une histoire de licence Dr Andrée-Laure HERR Coordonnateur Régional d Hémovigilance Lille, IVème Journée Interrégionale d Hémovigilance Le 13 mars 2012. XX/XX/XX Incident du 22 février

Plus en détail

Communication. Nouveaux outils de l hémovigilance, l exemple du CH de Salon de Provence LABORATOIRE PRATIQUE

Communication. Nouveaux outils de l hémovigilance, l exemple du CH de Salon de Provence LABORATOIRE PRATIQUE Christine LINGET* Nouveaux outils de l hémovigilance, l exemple du CH de Salon de Provence Communication RÉSUMÉ Le récent décret relatif à l hémovigilance du 01 février 2006 rappelle les rôles des Etablissements

Plus en détail

www.etablissement-francais-du-sang.fr E.R.A. Echanges des Résultats d Analyses

www.etablissement-francais-du-sang.fr E.R.A. Echanges des Résultats d Analyses www.etablissement-francais-du-sang.fr E.R.A. Echanges des Résultats d Analyses E.R.A. L EFS, les Etablissements de Santé et les laboratoires effectuant des analyses d I.H. pour des patients susceptibles

Plus en détail

RAPPELS concernant : Les BONNES PRATIQUES TRANSFUSIONNELLES. Le processus transfusionnel Les Produits Sanguins Labiles L EFS

RAPPELS concernant : Les BONNES PRATIQUES TRANSFUSIONNELLES. Le processus transfusionnel Les Produits Sanguins Labiles L EFS RAPPELS concernant : Les BONNES PRATIQUES TRANSFUSIONNELLES Le processus transfusionnel Les Produits Sanguins Labiles L EFS Notions d IMMUNO-HEMATOLOGIE pour la formation initiale et continue destinée

Plus en détail

Dossier de presse. Le don de sang sur les lieux fixes de collecte. Juin 2013. Contact presse :

Dossier de presse. Le don de sang sur les lieux fixes de collecte. Juin 2013. Contact presse : Dossier de presse Le don de sang sur les lieux fixes de collecte Juin 2013 Contact presse : EFS Île-de-France Pôle Relations institutionnelles et communication d image Audrey Larquier : audrey.larquier@efs.sante.fr

Plus en détail

Déménagement et informatisation du dépôt d délivrance de PSL. J. EXINGER Responsable du dépôt de sang Centre Hospitalier de Haguenau

Déménagement et informatisation du dépôt d délivrance de PSL. J. EXINGER Responsable du dépôt de sang Centre Hospitalier de Haguenau Déménagement et informatisation du dépôt d de délivrance de PSL J. EXINGER Responsable du dépôt de sang Centre Hospitalier de Haguenau Objectif Déménagement et informatisation d un dépôt de délivrance:

Plus en détail

WHA63.12 Disponibilité, innocuité et qualité des produits sanguins 4,5

WHA63.12 Disponibilité, innocuité et qualité des produits sanguins 4,5 WHA63/200/REC/ WHA63.2 Disponibilité, innocuité et qualité des produits sanguins... 9 WHA63.2 Disponibilité, innocuité et qualité des produits sanguins 4,5 La Soixante-Troisième Assemblée mondiale de la

Plus en détail

FICHE D INFORMATION AVANT UNE TRANSFUSION

FICHE D INFORMATION AVANT UNE TRANSFUSION FICHE D INFORMATION AVANT UNE TRANSFUSION Madame, Monsieur, Si votre état de santé nécessite une transfusion sanguine, ce document est destiné à vous informer sur les avantages et les risques de la transfusion,

Plus en détail

L archivage électronique au sein des Cliniques universitaires Saint-Luc. G. MOLLERS Conseiller Sécurité S.I.

L archivage électronique au sein des Cliniques universitaires Saint-Luc. G. MOLLERS Conseiller Sécurité S.I. L archivage électronique au sein des Cliniques universitaires Saint-Luc Partage d expériences G. MOLLERS Conseiller Sécurité S.I. L archivage électronique au sein des Cliniques universitaires Saint-Luc

Plus en détail

L identitovigilance en hémovigilance Cellule Régionale d Hémovigilance ARS Nord Pas de Calais

L identitovigilance en hémovigilance Cellule Régionale d Hémovigilance ARS Nord Pas de Calais L identitovigilance en hémovigilance Cellule Régionale d Hémovigilance ARS Nord Pas de Calais Dr Marianne SANDLARZ, Dr Philippe CABRE Assistante Mlle Laurence BRISSET Chiffres Hémovigilance Nord Pas de

Plus en détail

DPC «ACTION EN SECURITE TRANSFUSIONNELLE»

DPC «ACTION EN SECURITE TRANSFUSIONNELLE» Programme de DPC «ACTION EN SECURITE TRANSFUSIONNELLE» Séance cognitive DPC Samedi 20 juin 2015 Journée Régionale d Hémovigilance ARS IDF Généralités Unprogramme de DPC est un ensemble d activités d évaluation

Plus en détail

Diplôme d Etat. Technicien de laboratoire médical Référentiel de compétences

Diplôme d Etat. Technicien de laboratoire médical Référentiel de compétences Diplôme d Etat Technicien de laboratoire médical Référentiel de compétences Les référentiels d activités et de compétences du métier de technicien de laboratoire médical ne se substituent pas au cadre

Plus en détail

LES BONNES PRATIQUES TRANSFUSIONNELLES

LES BONNES PRATIQUES TRANSFUSIONNELLES Les Bonnes Pratiques Transfusionnelles République Algérienne Démocratique et Populaire Ministère de la Santé, de la Population et de la Reforme Hospitalière Agence Nationale du Sang LES BONNES PRATIQUES

Plus en détail

EVALUATION INTERMEDIAIRE EN STAGE Compétences, Actes, activités et techniques de soins

EVALUATION INTERMEDIAIRE EN STAGE Compétences, Actes, activités et techniques de soins Support d évaluation intermédiaire en stage EVALUATION INTERMEDIAIRE EN STAGE Compétences, Actes, activités et techniques de soins NOM DE L ETUDIANT : PRENOM : I.F.S.I. : LIEU DE STAGE : TYPE DE STAGE

Plus en détail

UN NOUVEL OUTIL DE FORMATION A LA TRANSFUSION SANGUINE : «FLORENCE»

UN NOUVEL OUTIL DE FORMATION A LA TRANSFUSION SANGUINE : «FLORENCE» 1 UN NOUVEL OUTIL DE FORMATION A LA TRANSFUSION SANGUINE : «FLORENCE» M. SANDLARZ (1), P. CABRE (1), M. LAMIAUX (2), E. POULAIN (3) (1): Cellule Régionale d Hémovigilance Nord Pas-de-Calais, (2): AUDACE,

Plus en détail

AIDE MÉMOIRE DE PROMOTION DU DON DE SANG

AIDE MÉMOIRE DE PROMOTION DU DON DE SANG CENTRE NATIONAL DE TRANSFUSION SANGUINE ---------------------------------- DIRECTION DE LA COMMUNICATION ET DE LA PROMOTION DU DON DE SANG AIDE MÉMOIRE DE PROMOTION DU DON DE SANG Pour vos dons et activités

Plus en détail

PROTOCOLE DE TRANSFUSION MASSIVE DE L HÔPITAL DU SACRÉ-CŒUR DE MONTRÉAL

PROTOCOLE DE TRANSFUSION MASSIVE DE L HÔPITAL DU SACRÉ-CŒUR DE MONTRÉAL Présentation des auteures PROTOCOLE DE TRANSFUSION MASSIVE DE L HÔPITAL DU SACRÉ-CŒUR DE MONTRÉAL Le protocole de transfusion massive (PTM) de l Hôpital du Sacré-Cœur de Montréal a été présenté lors du

Plus en détail

Systèmes d'information et d'échanges transfusionnels: Evaluation et Perspectives

Systèmes d'information et d'échanges transfusionnels: Evaluation et Perspectives Systèmes d'information et d'échanges transfusionnels: Evaluation et Perspectives Anne Doly, Centre Jean Perrin Toulouse, 7 et 8 juin 2010 Systèmes d'information et d'échanges transfusionnels Atouts du

Plus en détail

Exploration des Effets Indésirables Receveur (EIR) immédiats

Exploration des Effets Indésirables Receveur (EIR) immédiats Exploration des Effets Indésirables Receveur (EIR) immédiats Groupe de travail : C Linget, L Campergue, B Lassale, JP Aullen, D Legrand - La procédure infirmière doit rester la plus homogène possible.

Plus en détail

GESTION DES DISPOSITIFS MÉDICAUX STÉRILES PAR LES PREPARATEURS EN PHARMACIE HOSPITALIERE AU BLOC OPERATOIRE

GESTION DES DISPOSITIFS MÉDICAUX STÉRILES PAR LES PREPARATEURS EN PHARMACIE HOSPITALIERE AU BLOC OPERATOIRE GESTION DES DISPOSITIFS MÉDICAUX STÉRILES PAR LES PREPARATEURS EN PHARMACIE HOSPITALIERE AU BLOC OPERATOIRE Odile NUIRY, Pharmacien, CHU de SAINT-ETIENNE CONTEXTE Projet de modernisation du CHU En 2009

Plus en détail

MODES D ORGANISATION DE LA CHIRURGIE AMBULATOIRE. Ch. Bourdallé-Badie, F. Sztark

MODES D ORGANISATION DE LA CHIRURGIE AMBULATOIRE. Ch. Bourdallé-Badie, F. Sztark MODES D ORGANISATION DE LA CHIRURGIE AMBULATOIRE AVANTAGES, INCONVENIENTS Ch. Bourdallé-Badie, F. Sztark D.A.R. 1 - Bordeaux DIU - Alternative à l Hospitalisation Conventionnelle 2005 PREMIERES APPLICATIONS

Plus en détail

DOSSIER TRANSPORTS DE PRODUITS SANGUINS LABILES

DOSSIER TRANSPORTS DE PRODUITS SANGUINS LABILES DOSSIER TRANSPORTS DE PRODUITS SANGUINS LABILES VERSION II Juin 2006 Version Juin 2006 1 1. ENQUÊTE RÉGIONALE relative aux transports de produits sanguins labiles assurés par les Établissements de Santé...

Plus en détail

Don du sang Lisieux Une première en Normandie

Don du sang Lisieux Une première en Normandie DOSSIER DE PRESSE : Don du sang Lisieux Une première en Normandie SOMMAIRE : Une opération unique en Normandie : page 3 Les différents acteurs : page 4 L association «Don du Sang de Lisieux» : page 5 Page

Plus en détail

Expérience d accréditation ISO 22870 en biologie délocalisée

Expérience d accréditation ISO 22870 en biologie délocalisée Expérience d accréditation ISO 22870 en biologie délocalisée Dr Pascal PERNET Dr Bénédicte BÉNÉTEAU-BURNAT Hôpitaux Universitaires Est Parisien, Site Saint-Antoine Pôle de Biologie médicale et Pathologie

Plus en détail

L incompatibilité immunologique érythrocytaire

L incompatibilité immunologique érythrocytaire Fiches techniques des Effets Indésirables Receveurs L incompatibilité immunologique érythrocytaire Qu est ce que l incompatibilité immunologique erythrocytaire et quels en sont les mécanismes physiopathologiques?

Plus en détail

COMPTE-RENDU D ACCREDITATION DE LA CLINIQUE CHIRURGICALE DE BORDEAUX-MÉRIGNAC. 9, rue Jean-Moulin 33700 MERIGNAC

COMPTE-RENDU D ACCREDITATION DE LA CLINIQUE CHIRURGICALE DE BORDEAUX-MÉRIGNAC. 9, rue Jean-Moulin 33700 MERIGNAC COMPTE-RENDU D ACCREDITATION DE LA CLINIQUE CHIRURGICALE DE BORDEAUX-MÉRIGNAC 9, rue Jean-Moulin 33700 MERIGNAC Août 2003 SOMMAIRE COMMENT LIRE LE «COMPTE-RENDU D ACCREDITATION»... p.3 PARTIE 1 PRESENTATION

Plus en détail

Constitution du dossier transfusionnel

Constitution du dossier transfusionnel Constitution du dossier transfusionnel R e c o m m a n d a t i o n s Constitution du dossier transfusionnel - Recommandations TABLE DES MATIERES INTRODUCTION Page 4 I - METHODOLOGIE Page 5 I.1 Composition

Plus en détail

5 ème conférence sur la Qualité dans les Services Publics en Europe. LE CAF EN FRANCE Lundi 20 Octobre 2008

5 ème conférence sur la Qualité dans les Services Publics en Europe. LE CAF EN FRANCE Lundi 20 Octobre 2008 5 ème conférence sur la Qualité dans les Services Publics en Europe LE CAF EN FRANCE Lundi 20 Octobre 2008 Retour d expérience - Lancement d une démarche CAF à l EFS Muriel Freyssinet et Antoine Bastin

Plus en détail

Comparer les indicateurs en stérilisation: un monde imaginaire?

Comparer les indicateurs en stérilisation: un monde imaginaire? Comparer les indicateurs en stérilisation: un monde imaginaire? La vérité est dans l imaginaire Eugène Ionesco 1 Points abordés Imaginer ce dont les indicateurs peuvent témoigner Superposer l imaginaire

Plus en détail

C:\ADCW\GESTION ADMINISTRATIVE GENERALE\SERVICES ADMINISTRATIFS\GESTION DES RESSOURCES HUMAINES\FICHES DE POSTE\Fiche poste IDE.

C:\ADCW\GESTION ADMINISTRATIVE GENERALE\SERVICES ADMINISTRATIFS\GESTION DES RESSOURCES HUMAINES\FICHES DE POSTE\Fiche poste IDE. C:\ADCW\GESTION ADMINISTRATIVE GENERALE\SERVICES ADMINISTRATIFS\GESTION DES RESSOURCES HUMAINES\FICHES DE \Fiche poste IDE.doc Association Diaconale Nord Alsace CSI WOERTH 10, rue de l église 67360 WOERTH

Plus en détail

Transfusion en hémato-oncologie

Transfusion en hémato-oncologie Transfusion en hémato-oncologie Pour qui? Pour quoi? Comment? Dr.Dominique Jaulmes (hématologie St Antoine Paris) Support transfusionnel et cancer Le support transfusionnel fait partie intégrante du traitement

Plus en détail

Désinfection et stérilisation des dispositifs médicaux réutilisables

Désinfection et stérilisation des dispositifs médicaux réutilisables 7 SOINS D HYGIÈNE ET DE CONFORT, TOILETTE Désinfection et stérilisation des dispositifs médicaux réutilisables Temps prévu de préparation : variable Temps prévu pour le soin : variable C3, capacité 4,

Plus en détail

Nouvelle structure managériale des blocs opératoires. Où en sommes-nous?

Nouvelle structure managériale des blocs opératoires. Où en sommes-nous? Nouvelle structure managériale des blocs opératoires Où en sommes-nous? Yves Watterman Chef de sites opératoires Prof. Patrick De Coster Directeur général et médical Ariane Bouzette Directrice des opérations

Plus en détail

CATALOGUE DES FORMATIONS

CATALOGUE DES FORMATIONS Etablissement Français du Sang LE LIEN ENTRE LA GÉNÉROSITÉ DES DONNEURS DE SANG ET LES BESOINS DES MALADES CATALOGUE DES FORMATIONS Formation continue Formation universitaire Développement Professionnel

Plus en détail

Exemple d étude de risques Programmation opératoire. Module A08

Exemple d étude de risques Programmation opératoire. Module A08 Exemple d étude de risques Programmation opératoire 1 Objectifs de l étude 1. Identifier et analyser l existant en matière de traitement des risques de la programmation opératoire. Proposer, à partir de

Plus en détail

ANALYSES DE MÉDECINE TRANSFUSIONNELLE CHEZ LE PATIENT

ANALYSES DE MÉDECINE TRANSFUSIONNELLE CHEZ LE PATIENT ANALYSES DE MÉDECINE TRANSFUSIONNELLE CHEZ LE PATIENT Recommandations de l ASMT et de T-CH CRS à l attention du personnel de laboratoire et des établissements de soin sur les analyses immuno-hématologiques

Plus en détail

COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DU CENTRE ALMA SANTE

COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DU CENTRE ALMA SANTE COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DU CENTRE ALMA SANTE Chemin de l Étrat BP 57 42210 MONTROND-LES-BAINS Février 2004 Agence nationale d accréditation et d évaluation en santé SOMMAIRE COMMENT LIRE LE «COMPTE-RENDU

Plus en détail

Réorganisation du processus de transfusion sanguine au Liban

Réorganisation du processus de transfusion sanguine au Liban Réorganisation du processus de transfusion sanguine au Liban Cahier des charges du Logiciel Médico Technique Rédigé en collaboration avec Cahier des charges du Logiciel Médico Technique La procédure d

Plus en détail

ANALYSE DES CAUSES. Approche méthodologique Anne Bardet EPSILIM. Mise en oeuvre. Journée technique des gestionnaires de risque du Limousin 17/2/2011

ANALYSE DES CAUSES. Approche méthodologique Anne Bardet EPSILIM. Mise en oeuvre. Journée technique des gestionnaires de risque du Limousin 17/2/2011 Journée technique des gestionnaires de risque du Limousin 17/2/2011 Clinique des Emailleurs ANALYSE DES CAUSES Approche méthodologique Anne Bardet EPSILIM Mise en oeuvre Catherine Buge, Christelle Nozières

Plus en détail

Aesculap Service Systems Instacount

Aesculap Service Systems Instacount Aesculap Service Systems Instacount 1 er choix pour la gestion de l instrumentation Nos solutions Votre succès NOTRE LOGICIEL INSTACOUNT Parc d instruments L instrumentation chirurgicale, les optiques,

Plus en détail

Prions. Joseph Hajjar Valence

Prions. Joseph Hajjar Valence Prions Joseph Hajjar Valence Quelles actualités sur la transmission en particulier sanguine? Quels risques liés à la manipulation d instruments souillés? Rappels Agents Transmissibles Non Conventionnels

Plus en détail

ADDITIF AU RAPPORT DE CERTIFICATION V2010 CLINIQUE CHIRURGICALE DU LIBOURNAIS

ADDITIF AU RAPPORT DE CERTIFICATION V2010 CLINIQUE CHIRURGICALE DU LIBOURNAIS ADDITIF AU RAPPORT DE CERTIFICATION V2010 CLINIQUE CHIRURGICALE DU LIBOURNAIS 119 rue de la marne - 33500 - Libourne NOVEMBRE 2014 SOMMAIRE PREAMBULE 1. Présentation du document 2. Les niveaux de certification

Plus en détail

ADDITIF AU RAPPORT DE SUIVI CLINIQUE DU PARC LYON. 86, boulevard des Belges 69006 LYON NOVEMBRE 2007

ADDITIF AU RAPPORT DE SUIVI CLINIQUE DU PARC LYON. 86, boulevard des Belges 69006 LYON NOVEMBRE 2007 ADDITIF AU RAPPORT DE SUIVI 2 ÈME PROCÉDURE CLINIQUE DU PARC LYON 86, boulevard des Belges 69006 LYON NOVEMBRE 2007 ACC01_F042_A Page 1 sur 11 PARTIE 1 PRÉSENTATION DE L ÉTABLISSEMENT Nom de l établissement

Plus en détail

L UGAP LANCE DES SOLUTIONS DE TRACABILITE CODE-BARRES ET DE MOBILITE POUR LE MONDE DE LA SANTE

L UGAP LANCE DES SOLUTIONS DE TRACABILITE CODE-BARRES ET DE MOBILITE POUR LE MONDE DE LA SANTE L UGAP LANCE DES SOLUTIONS DE TRACABILITE CODE-BARRES ET DE MOBILITE POUR LE MONDE DE LA SANTE L'augmentation de la demande de sécurisation des clients du secteur médical conduit l UGAP, la centrale d

Plus en détail

Chirurgie Ambulatoire: Les enjeux d une organisation efficace dans le changement de paradigme.

Chirurgie Ambulatoire: Les enjeux d une organisation efficace dans le changement de paradigme. Chirurgie Ambulatoire: Les enjeux d une organisation efficace dans le changement de paradigme. Pauline Viguerie Infirmière Responsable de l unité de Chirurgie Ambulatoire Clinique Médipôle Garonne HISTORIQUE

Plus en détail

LE PROGRAMME 2015 EMMANUEL DE THOMASSON

LE PROGRAMME 2015 EMMANUEL DE THOMASSON LE PROGRAMME 2015 EMMANUEL DE THOMASSON A quoi sert le programme 2015 2 A valider votre bilan (annuel ou d accréditation) 2015 Participe éventuellement à votre DPC 2015 Le programme 2015 3 Activités obligatoires:

Plus en détail

Laboratoires cliniques et services connexes. Zoom sur. Le nouveau site Glen simplifie et accélère nos activités aux

Laboratoires cliniques et services connexes. Zoom sur. Le nouveau site Glen simplifie et accélère nos activités aux s cliniques et services connexes no re Zoom sur site GLEN Le nouveau site Glen simplifie et accélère nos activités aux laboratoires cliniques, aux centres de prélèvements ainsi qu en pathologie grâce à

Plus en détail

TRANSFUSION SANGUINE. Des. réponses. à vos. questions

TRANSFUSION SANGUINE. Des. réponses. à vos. questions TRANSFUSION SANGUINE Des réponses à vos questions Des réponses à vos questions La présente brochure s adresse aux personnes qui pourraient avoir besoin d une transfusion de sang ou de produits sanguins

Plus en détail

Sang, plasma, plaquettes...

Sang, plasma, plaquettes... Guide des dons Sang, plasma, plaquettes... et vous, que donnerez-vous? Le don de sang, un geste incontournable En donnant votre sang, vous aidez par exemple une femme qui a perdu beaucoup de sang lors

Plus en détail

DES DMS Exemple du CHU de Nîmes

DES DMS Exemple du CHU de Nîmes PLATEFORME LOGISTIQUE ET CIRCUIT DES DMS Exemple du CHU de Nîmes L ensemble des illustrations a été supprimé en raison de la taille du fichier incompatible avec la diffusion sur le site euro-pharmat.com.

Plus en détail

Gestion des risques : Principes et méthodes d analyse d accidents thérapeutiques

Gestion des risques : Principes et méthodes d analyse d accidents thérapeutiques Gestion des risques : Principes et méthodes d analyse d accidents thérapeutiques 6ème journée "Actualités et perspectives» Réseau d Hémovigilance Aquitaine Limousin 27/11/08 Dr P.Roussel Institut National

Plus en détail

ANALYSES DE MÉDECINE TRANSFUSIONNELLES CHEZ LE PATIENT

ANALYSES DE MÉDECINE TRANSFUSIONNELLES CHEZ LE PATIENT ANALYSES DE MÉDECINE TRANSFUSIONNELLES CHEZ LE PATIENT Recommandations de l ASMT et de T-CH CRS à l attention du personnel de laboratoire et des établissements de soin sur les analyses immuno-hématologiques

Plus en détail

Les objectifs et les enjeux La solution cible Le planning prévisionnel de déploiement

Les objectifs et les enjeux La solution cible Le planning prévisionnel de déploiement Présentation du projet U Les objectifs et les enjeux La solution cible Le planning prévisionnel de déploiement ichard Magand (SI hône-alpes) & Jean Casteuble (SI Auvergne-Loire) Yoann Noailhat (SI hône-alpes)

Plus en détail

Solutions de gestion du sang et de transfusion au chevet du patient

Solutions de gestion du sang et de transfusion au chevet du patient Solutions de gestion du sang et de transfusion au chevet du patient Améliorer la sécurité des patients. Maintenir la traçabilité. Réduire les déchets sanguins. Solutions de gestion du sang et de transfusion

Plus en détail

COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DE LA CLINIQUE DE L ESSONNE

COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DE LA CLINIQUE DE L ESSONNE COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DE LA CLINIQUE DE L ESSONNE Boulevard des Champs-Élysées 91024 ÉVRY Mars 2004 Agence nationale d accréditation et d évaluation en santé SOMMAIRE COMMENT LIRE LE «COMPTE-RENDU

Plus en détail

Analyse des incidents

Analyse des incidents Analyse des incidents Formation B-Quanum 26/06/2012 N. Jacques Coordinatrice Qualité CMSE Introduction Contexte Contrat SPF Coordinateur qualité Médecine nucléaire Hôpital = Entreprise à Haut Risque Efficacité

Plus en détail

Les référentiels et les formations de la fonction Logistique

Les référentiels et les formations de la fonction Logistique Les référentiels et les formations de la fonction Gérer la politique d approvisionnement et de distribution des produits en : - organisant l activité (prévoir, coordonner, et ajuster les moyens disponibles)

Plus en détail

SOMMAIRE : SCIENCES CM

SOMMAIRE : SCIENCES CM SOMMAIRE : SCIENCES CM LE COEUR DOCUMENTS ET TRACES ÉCRITES 1. L organe et son activité 2. Transporteur de sang 3. Organe vital 4. Le Cœur : l organe et son activité (document élève) 5. Le Cœur : l organe,

Plus en détail

GPAO bloc opératoire Retour d expérience : CHPL

GPAO bloc opératoire Retour d expérience : CHPL 1/ 35 GPAO bloc opératoire Francis REYMONDON freymondon@chpl.fr http://www.chpl.fr Présentation : Francis REYMONDON 2/ 35 Formation : Ingénieur INSA spécialité Génie Industriel Fonction CHPL : Responsable

Plus en détail

Brèves de qualité. Certification L EMPREINTE QUALITÉ-GESTION DES RISQUES DU CHA. Dans ce numéro : Brèves de qualité 1.

Brèves de qualité. Certification L EMPREINTE QUALITÉ-GESTION DES RISQUES DU CHA. Dans ce numéro : Brèves de qualité 1. L EMPREINTE QUALITÉ-GESTION DES RISQUES DU CHA Numéro 21 Brèves de qualité Les résultats du questionnaire bientraitance / maltraitance ont été présentés au personnel lors de séances de restitution en décembre

Plus en détail

STRUCTURE DES COMITÉS

STRUCTURE DES COMITÉS STRUCTURE DES COMITÉS Afin d assurer une opérationalisation efficiente du programme de soins et services pour les personnes traumatisées, le CHRR s est doté d une structure de comités chargés de la coordination

Plus en détail

CEMAFROID FORMATION. Les ESP (Équipements Sous Pression) et les CTP (Cahiers Techniques Professionnels)

CEMAFROID FORMATION. Les ESP (Équipements Sous Pression) et les CTP (Cahiers Techniques Professionnels) Les ESP (Équipements Sous Pression) et les CTP (Cahiers Techniques Professionnels) Le 09/06/2015 Objectifs : Savoir réaliser les contrôles annuels des équipements sous pression Bénéfices pour l entreprise

Plus en détail

L ANALYSE DES PRATIQUES PROFESSIONNELLES. Le point de vue de l assureur

L ANALYSE DES PRATIQUES PROFESSIONNELLES. Le point de vue de l assureur 43ÈMES JOURNÉES DE LA SFMP L ANALYSE DES PRATIQUES PROFESSIONNELLES Le point de vue de l assureur 15 novembre 2013, Monaco Marianne Henry-Blanc, Consultante Pôle services Présentation de notre société

Plus en détail

3 e symposium international

3 e symposium international 3 e symposium international de l Association internationale des Acheteurs et Approvisionneurs publics et privés de la Santé Bruxelles, les 18 et 19 octobre 2012 Les Achats: Du support à la coordination

Plus en détail

Ontario Contingency Plan for the Management of Blood

Ontario Contingency Plan for the Management of Blood Ontario Contingency Plan for the Management of Blood Plan ontarien d urgence pour la gestion du sang Version 2 Shortages Version 2 October 30, 2012 Le 28 février 2013 Pour obtenir un exemplaire de ce document,

Plus en détail

Risques liés à l explantation des DMIA de cardiologie : données bibliographiques (références bibliographiques disponibles en Annexe IV)

Risques liés à l explantation des DMIA de cardiologie : données bibliographiques (références bibliographiques disponibles en Annexe IV) Risques liés à l explantation des DMIA de cardiologie : données bibliographiques (références bibliographiques disponibles en Annexe IV) Les points importants de la littérature sur les risques liés à l

Plus en détail

Plan. A partir de l exemple du circuit sécurisé des DMI

Plan. A partir de l exemple du circuit sécurisé des DMI Plan A partir de l exemple du circuit sécurisé des DMI Retour sur le processus, les acteurs, les messages, les informations, le SIH Analyse des causes déterminantes du circuit: focus sur les échanges d

Plus en détail

Sécurité transfusionnelle. transfusionnel par. au niveau d un d. Etablissement de Soins. pour recherche des agglutinines. et détermination ABO

Sécurité transfusionnelle. transfusionnel par. au niveau d un d. Etablissement de Soins. pour recherche des agglutinines. et détermination ABO Sécurité transfusionnelle au niveau d un d Etablissement de Soins Prélèvements pour recherche des agglutinines irréguli gulières et détermination O Marc Pellerin - mars 2007 1 Marc Pellerin - mars 2007

Plus en détail

LA BIOLOGIE DELOCALISEE

LA BIOLOGIE DELOCALISEE LA BIOLOGIE DELOCALISEE ASPECTS REGLEMENTAIRES, ORGANISATIONNELS ET FINANCIERS Dominique Lasne, Necker Cadre règlementaire Analyse de biologie médicale Art L-6211-1 à L. 6222-5 et R 6211-1 à R. 6221-10

Plus en détail

Théorie et Rôle Infirmier. Stéphane Dubus Cadre de santé formateur

Théorie et Rôle Infirmier. Stéphane Dubus Cadre de santé formateur Théorie et Rôle Infirmier Stéphane Dubus Cadre de santé formateur Plan Définition Objectifs Lieux de ponction Quand effectuer une prise de sang Matériel nécessaire Rôle Infirmier / prélèvement sanguin

Plus en détail

Evaluation du temps ARC promoteur

Evaluation du temps ARC promoteur Evaluation du temps ARC promoteur Exemple d une RBM au CHU de Caen ASSEMBLEE DES DRCI GT 5 «Budget des projets de recherche» Mercredi 27 juin 2012 Principes d élaboration de l outil d estimation 1. Définition

Plus en détail

Organiser le transport des échantillons biologiques

Organiser le transport des échantillons biologiques ENJEUX La mise en place et le développement de coopérations entre laboratoires nécessitent une organisation rigoureuse des transports d échantillons biologiques dont le nombre va nécessairement augmenter.

Plus en détail

Intégration de la dispensation automatisée dans la prise en charge des patients Du circuit du médicament à la prise en charge médicamenteuse

Intégration de la dispensation automatisée dans la prise en charge des patients Du circuit du médicament à la prise en charge médicamenteuse Intégration de la dispensation automatisée dans la prise en charge des patients Du circuit du médicament à la prise en charge médicamenteuse Etienne COUSEIN Centre Hospitalier de Valenciennes Pharmacien

Plus en détail