Un piège est un danger caché où l on risque de tomber par ignorance ou par imprudence. Dictionnaire Robert

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Un piège est un danger caché où l on risque de tomber par ignorance ou par imprudence. Dictionnaire Robert"

Transcription

1 Vincent Bernier MD, FRCPC Présentation à la journée scientifique de l Association des cytologistes du Québec 12 novembre 2010 Au terme de la présentation, le participant/la participante devrait être en mesure de Comprendre l a différence entre les phases pré analytiques et analytiques dans l interprétation d un spécimen de ponctionaspiration à l aiguille fine des ganglions lymphatiques. Connaitre les pièges inhérents à l interprétation d un tel spécimen. Connaître les moyens disponibles pour contourner ces pièges. Un programme d assurance qualité vise à détecter, contrôler et prévenir les erreurs afin d assurer l excellence dans la prestation des soins de santé. Un piège est un danger caché où l on risque de tomber par ignorance ou par imprudence. Dictionnaire Robert Technique Lorsqu on sait reconnaître les pièges et qu on connaît les moyens de les contourner, on évite les erreurs. Données cliniques Interprétation DIAGNOSTIC Examens spéciaux : technique interprétation 1

2 Un programme d assurance qualité doit viser les trois étapes du processus analytique d un test: Phase pré analytique Données cliniques Technique de l aspiration à l aiguille fine Technique des examens spéciaux Phase analytique Interprétation des frottis Interprétation des examens spéciaux Phase post analytique Production du rapport Envoi et réception Homme 54 ans lymphatique cervical gauche 2

3 Homme 54 ans lymphatique cervical gauche «Population lymphoïde polymorphe constituée de petits lymphocytes, de lymphocytes activés, de macrophages à corps tingibles, d histiocytes et de cellules réticulaires. Présence de grandes cellules présentant des atypies de nature indéterminée. Une vérification histologique est essentielle afin de préciser le diagnostic» CK5/ 6 Homme 54 ans Exérèse d un ganglion lymphatique cervical gauche «Métastase d un carcinome épidermoïde non kératinisant» PHASE PRÉ ANALYTIQUE Échantillon non représentatif: atteinte partielle du ganglion lymphatique par un processus pathologique 3

4 Femme 84 ans lymphatique axillaire gauche 4

5 Femme 84 ans lymphatique axillaire gauche «Matériel cellulaire adéquat; altérations bénignes de type réactionnel» CD56 Cam5.2 5

6 Femme 84 ans Biopsie par trocart d une masse axillaire gauche «Carcinome à différenciation neuro endocrine pour lequel la première hypothèse à envisager est celle d un carcinome à cellules de Merkel (métastase intra ganglionnaire vs primaire à la peau?)» PHASE ANALYTIQUE Pièges reliés aux caractéristiques cytologiques du tissu ou de la lésion cible: Cellules malignes cytologiquement peu atypiques Femme 27 ans lymphatique cervical gauche 6

7 Femme 27 ans lymphatique cervical gauche «Matériel cellulaire adéquat; aspect morphologique compatible avec un kyste branchial» Femme 27 ans Évidement ganglionnaire cervical gauche «Kyste branchial avec changements fibro inflammatoires; ganglions lymphatiques montrant une hyperplasie lymphoïde avec plasmocytose réactionnelle» PHASE ANALYTIQUE Pièges reliés aux caractéristiques générales du tissu ou de la lésion cible: Kyste branchial vs métastase d un carcinome épidermoïde Homme 60 ans lymphatique médiastinal #7 7

8 Homme 60 ans lymphatique médiastinal #7 «Matériel très peu cellulaire composé de cellules épithéliales pavimenteuses et glandulaires bronchiques de morphologie bénigne et de rares cellules épithéliales glandulaires atypiques montrant des atypies suspectes de malignité» 8

9 Homme 60 ans Ganglion lymphatique, région sous carènale «Absence de métastase» NB: lobectomie pulmonaire inférieure droite: adénocarcinome SAI, grade 2 à 3/4. PHASE PRÉ ANALYTIQUE Contamination du spécimen par des cellules des tissus adjacents: Cellules des tissus/organes traversés pour se rendre au site de la ponction endoscopie œsophage aiguille Ganglion avec cancer Garçon 3 ans lymphatique cervical gauche Cancer du poumon 9

10 RENSEIGNEMENTS CLINIQUES: Test demandé : Résultats : M. tuberculosis Autre M ycobacterium Détection de M ycobactérium tuberculosis no n-d étecté no n-d étecté IDENTIFICATION DU PATIENT: REMARQUES: L'am plification du gène de contrôle de qualité APOE montre que l'adn purifié de cet échantillon est de bonne qualité. Garçon 3 ans lymphatique cervical gauche «Matériel peu abondant, constitué de sang, de débris cellulaires, de petits placards de nécrose, de plusieurs polynucléaires neutrophiles et de quelques lymphocytes mal conservés. Il n y a pas de granulomes clairement identifiables. La fluorescence BK (Auramine) et la coloration de Ziehl ont révélé la présence de rares structures bacillaires compatibles avec des mycobactéries» Ziehl T ype de prélèvem ent: FF PE NOM : Marier, Xavier Service: Pathologie No de dossier: N um éro de patho: N A01 RA MQ: MAR X Tissu: G an glion ly mp h. C ervic al Médecin: Dr Chantal Veilleux Date de réception: Hôpital: CHUL N um éro d'échantillon : P Auramine M. avium M. tuberculosis patient Contrôle négatif 10

11 Garçon 3 ans Exérèse d un ganglion lymphatique cervical gauche «Adénite granulomateuse nécrosante (tuberculose)» PHASE PRÉ ANALYTIQUE Échantillon non représentatif: Nécrose seulement sans cellules néoplasiques (cancer) ou sans histiocytes épithélioïdes ou cellules géantes (inflammation granulomateuse nécrosante) Femme 84 ans lymphatique cervical droit 11

12 Femme 84 ans lymphatique cervical droit «Matériel insuffisant pour interprétation cytologique mais dont certains éléments doivent faire évoquer l hypothèse d un lymphome. Si jugé cliniquement nécessaire, il serait préférable de procéder à l exérèse du ganglion lymphatique» 12

13 CD5 CD2 0 CD23 CD20+, CD5+, CD10-, CD23+, CD43+, BCL1-, BCL6- LLC B/< LY B LPL MANTEAU FOLLICULAIRE MARGINALE CD 5 + /+ + CD 10 + CD 23 + /+ /+ CD 43 + /+ + /+ S Ig C Ig /+ + + BCL 1 + BCL 6 + Femme 84 ans Exérèse d un ganglion lymphatique cervical droit «Lymphome malin non hodgkinien, diffus à petites cellules de phénotype B de bas grade de l ordre d un lymphome de type LLC» Femme 41 ans lymphatique cervical gauche PHASE PRÉ ANALYTIQUE Qualité inadéquate de l échantillon: Acellulaire ou hypocellularité 13

14 Femme 41 ans lymphatique cervical gauche «Matériel cellulaire adéquat; altérations bénignes de type réactionnel (hyperplasie lymphoïde). Un suivi est indiqué. Si après deux ou trois semaines, les adénopathies persistaient ou avaient augmenté de volume, il faudrait envisager de procéder à l exérèse chirurgicale d un ganglion. De plus, s il n y avait pas corrélation entre la clinique et le diagnostic cytologique, il faudrait également considérer l exérèse d un ganglion» 14

15 Femme 41 ans Exérèse d un ganglion lymphatique cervical gauche «Lymphadénite dont l image histologique est évocatrice d une toxoplasmose. Une sérologie est indiquée» PHASE PRÉ ANALYTIQUE Échantillon non représentatif: Cellules diagnostiques absentes Femme 59 ans lymphatique axillaire droit très suspect 15

16 Femme 59 ans lymphatique axillaire droit très suspect «Carcinome. Toutefois on ne peut déterminer si le carcinome siège au sein d un ganglion lymphatique auquel cas il serait considéré comme métastatique. L autre hypothèse est celle d un carcinome mammaire siégeant dans le prolongement axillaire du tissu mammaire. En conclusion, l interprétation du diagnostic cytologique doit se faire en fonctions des données cliniques et de l imagerie médicale.» 16

17 SEIN Femme 59 ans Mastectomie radicale modifiée gauche avec dissection axillaire ipsilatérale «Carcinome lobulaire infiltrant. Métastases ganglionnaires lymphatiques (3:6) avec dépassement capsulaire.» PHASE PRÉ ANALYTIQUE Renseignements cliniques manquants ou trompeurs Site exact de ponction 17

18 Homme 66 ans lymphatique cervical droit Primaire inconnu Homme 66 ans lymphatique cervical droit Primaire inconnu «Matériel très peu cellulaire, non représentatif d un ganglion lymphatique: sang et cellules inflammatoires. A corréler avec la clinique.» 18

19 Homme 66 ans Biopsie par trocart d une collection postopératoire antérieure à la thyroïde Primaire inconnu «Fragment de tissu nécrotique infiltrés de cellules inflammatoires et bordé d un tissu de granulation riche en cellules inflammatoires. Absence de malignité.» PHASE PRÉ ANALYTIQUE Échantillon non représentatif Infiltrat inflammatoire au pourtour d une lésion pathologique significative Homme 66 ans lymphatique cervical droit Néoplasie cutanée près de l oreille gauche 19

20 Homme 66 ans lymphatique cervical droit Néoplasie cutanée près de l oreille gauche «Matériel dont l interprétation est limitée par l hypocellularité et mauvaise conservation. Présence sur le bloc cellulaire de fragment épithéliaux suspects de malignité. On ne peut toutefois exclure qu ils puissent originer de l épiderme.» 20

21 Homme 66 ans Exérèse d un ganglion lymphatique jugulodigastrique gauche «Métastase d une tumeur épithéliale maligne (acrospirome eccrin).» PHASE PRÉ ANALYTIQUE Contamination du spécimen par des cellules des tissus adjacents Cellules des tissus/organes traversés pour se rendre au site de la ponction Femme 28 ans lymphatique cervical droit 21

22 Femme 28 ans lymphatique cervical droit «Sang et cellules inflammatoires (quelques lymphocytes et polynucléaires neutrophiles). La richesse relative en polynucléaires neutrophiles pourrait possiblement faire envisager l hypothèse d un abcès ou d un processus inflammatoire aigu.» Femme 28 ans Le diagnostic cytologique n étant pas concordant à la clinique lymphatique cervical droit de 17 mm 22

23 Femme 28 ans Le diagnostic cytologique n étant pas concordant à la clinique lymphatique cervical droit de 17 mm «Population lymphocytaire atypique pour laquelle on ne peut exclure la possibilité d un lymphome de bas grade, compatible avec un lymphome à cellules marginales (lymphome MALT)» Femme 28 ans Thyroïdectomie totale et exérèse d un ganglion lymphatique jugulo digastrique droit «Carcinome folliculaire minimalement invasif de la thyroïde; ganglion lymphatique révélant une hyperplasie folliculaire réactionnelle en voie d involution. Commentaire: la zone T du ganglion est très monomorphe. L aspiration pouvait elle provenir principalement de cette zone?» 23

24 PHASE PRÉ ANALYTIQUE Qualité inadéquate de l échantillon Sang seulement: ne pas méprendre pour un processus inflammatoire Femme 46 ans lymphatique axillaire gauche PHASE PRÉ ANALYTIQUE Échantillon non représentatif Cellules diagnostiques absentes Bloc cellulaire acellulaire 24

25 Femme 46 ans lymphatique axillaire gauche «Matériel cellulaire adéquat mais dont l interprétation est limitée par l hypocellularité et la conservation cellulaire sous optimale; aspect cytologique avant tout compatible avec un processus réactionnel» BCL2 25

26 MIB-1 BCL 2 MIB 1 FOLLICULE TRÈS ÉLEVÉ HYPERPLASIQUE FOLLICULE FAIBLE / ELEVÉ + NÉOPLASIQUE FOLLICULES RÉACTIONNELS VS NÉOPLASIQUES IMMUNOCYTOCHIMIE FOLLICULES RÉACTIONNELS VS NÉOPLASIQUES CRITÈRES CYTOLOGIQUES HYPERPLASIE LYMPHOME HYPERPLASIE LYMPHOME BCL2 BCL2 Hétérogénéité de la composition cellulaire générale Hétérogénéité de la population lymphoïde Macrophages à corps tingibles Mitoses Groupes lymphoréticulaires hétérogènes Homogénéité de la composition cellulaire générale Homogénéité de la population lymphoïde F macrophages à corps tingibles F mitoses Groupes lymphoréticulaires homogènes MIB-1 MIB-1 HYPERPLASIE LYMPHOME Femme 46 ans Exérèse d un ganglion lymphatique axillaire gauche «Hyperplasie lymphoïde» 26

27 Femme 60 ans Aspiration à l aiguille fine d une «masse cervicale droite» PHASE PRÉ ANALYTIQUE Qualité inadéquate de l échantillon Frottis séché avant la fixation 27

28 CD20 CD3 CD20 Femme 60 ans Aspiration à l aiguille fine d une «masse cervicale droite» «Population lymphocytaire mixte pour laquelle on ne peut conclure; monotonie lymphoïde suggère un lymphome mais sachant que le ganglion ne mesure que 12 mm, on doit soulever l hypothèse d une hyperplasie folliculaire en grande partie involuée ; attendons PCR» RENSEIGNEMENTS CLINIQUES: IDENTIFICATION DU PATIENT: Type de prélèvement: FFPE NOM: Lacoursiere, Josette Service: Pathologie No de dossier: Numéro de patho: N A01 RAMQ: LACJ Tissu: Ponction cou Médecin: Dr Vincent Bernier Date de réception: Hôpital: Hôtel-Dieu de Québec Numéro d'échantillon: P Test demandé : Résultats : Résultat Population monoclonale B non-détecté Échelle de poids H2O 2 2 moléculaire pb 300pb 200pb 100pb 1- CTL négatif 2- Patient 3- CTL positif REMARQUES: L'amplification du gène de contrôle de qualité APOE montre que l'adn purifié de cet échantillon est de bonne qualité. RÉFÉRENCES: Gène contrôle de qualité fait par qpcr (design interface) Fait par PCR selon Leukemia (2003) 17; Date du rapport : Exécutant : Annick Lalonde 28

29 Femme 60 ans Exérèse d un ganglion lymphatique cervical droit droite» «Hyperplasie folliculaire réactionnelle en voie d involution» PHASE PRÉ ANALYTIQUE Renseignements cliniques manquants ou trompeurs Impression clinique Renseignements cliniques manquants ou trompeurs. Échantillon non représentatif. Contamination du spécimen par des cellules des tissus adjacents. Qualité inadéquate de l échantillon. Qualité inadéquate des examens spéciaux. Renseignements cliniques manquants ou trompeurs: Antécédents cliniques (cancer ou autre) Données d imagerie médicale ou biologiques Impression clinique ou d imagerie médicale biaisée Site exact de la ponction Échantillon non représentatif: Atteinte partielle du ganglion lymphatique par un processus pathologique Cellules diagnostiques absentes Infiltrat inflammatoire au pourtour d une lésion pathologique significative Nécrose seulement, sans cellules néoplasiques (cancer) ou sans histiocytes épithélioïdes (granulomes nécrosants) Échantillon avec seulement des cellules normales, prudence car on ne biopsie pas un organe/tissu normal 29

30 Contamination du spécimen par des cellules des tissus adjacents: Groupes de cellules épithéliales du tissu cutané Cellules des tissus/organes traversés pour se rendre au site de la ponction Qualité inadéquate de l échantillon: Spécimen acellulaire ou hypocellulaire Sang seulement: ne pas méprendre pour un processus inflammatoire Frottis séché avant la fixation: noyaux gonflés, perte des détails Période prolongée du séchage des frottis utilisés pour le Giemsa (humidité trop intense, froid): noyaux plus petits, hyperchromatiques Étalement trop généreux: étirement des cellules, bris des groupes cellulaires Sang et fibrine: faux groupes cellulaires Qualité inadéquate des examens spéciaux: Cytométrie de flux (ne permet pas de savoir quelles sont les cellules analysées) PCR (ne permet pas de savoir quelles sont les cellules analysées) Immunocytochimie: bruit de fond, perte d antigénicité Hybridation in situ (expérience pour la lecture) Pièges reliés aux caractéristiques générales propres au tissu ou à la lésion cible. Pièges reliés aux caractéristiques cytologiques propres au tissu ou à la lésion cible. Pièges reliés à la classification des tumeurs. CYTOMÉTRIE DE FLUX IMMUNOCYTOCHIMIE HYBRIDATION IN SITU Pièges reliés aux caractéristiques générales propres au tissu ou à la lésion cible. Inclusions épithéliales Endométriose Desmoplasie Kyste branchial vs métastase d un carcinome épidermoïde Ganglion cervical supérieur: acini et canaux de glandes salivaires Ganglion cervical inférieur: follicules thyroïdiens Ganglion axillaire: canaux mammaires et cellules myoépithéliales Ganglion médiastinal: cellules cylindriques Ganglion mésentérique: glandes coliques Ganglion péri rénal: tubules rénaux Ganglion rétro péritonéal: cellules glandulaires de la sphère génitale; endométriose Ganglion périphérique: cellules naeviques 30

31 INCLUSIONS ÉPITHÉLIALES OU AUTRES Cellules naeviques: S-100 Pièges reliés aux caractéristiques cytologiquesdu tissu ou de la lésion cible. Ganglion inactif vs lymphome à petits lymphocytes Hyperplasie lymphoïde vs lymphome Cellules malignes cytologiquement peu atypiques Réaction histiocytaire endométriose Pièges reliés à la classification des lymphomes. Lymphomes à petites cellules Lymphome à grandes cellules B riche en cellules T Lymphome de Hodgkin LLC B/< LY B LPL MANTEAU FOLLICULAIRE MARGINALE LLC B/< LY B LPL MANTEAU FOLLICULAIRE MARGINALE CD 5 + /+ + CD 10 + CD 23 + /+ /+ CD 43 + /+ + /+ S Ig C Ig /+ + + BCL 1 + BCL 6 + Un frottis constitué très majoritairement de lymphocytes T: Penser d abord réactionnel. Penser lymphome à cellules T dans les cas où les lymphocytes présentent d importantes atypies nucléaires; si l infiltrat comprend une population de cellules réactionnelles: histiocytes, éosinophiles, plasmocytes. Penser lymphome à grandes cellules B riche en cellules T si les cellules B sont que des grandes cellules. 31

32 Les cellules néoplasiques du lymphome de Hodgkin est la cellule de Reed Sternberg et ses variantes: cellule L&H, cellule lacunaire, cellule sarcomateuse, et la cellule de Hodgkin. L environnement est habituellement constitué d une population cellulaire hétérogène soit une quantité variable de lymphocytes, d histiocytes, d éosinophiles et de plasmocytes. Renseignements cliniques manquants ou trompeurs Vérifiez toujours les antécédents dans la banque de données de votre laboratoire. Vérifiez les renseignements cliniques s il n y a pas corrélation avec les trouvailles cytologiques ou si manquants. Renseignements cliniques manquants ou trompeurs Faites un commentaire si les renseignements cliniques sont manquants: «La première hypothèse à envisager est celle de.les données cytologiques doivent être interprétées en fonction des données cliniques» Commentez si le site de la ponction est questionnable par rapport aux trouvailles cytologiques. Échantillon non représentatif Commentez sur la possibilité d une atteinte partielle si la cytologie n expliquent pas les données cliniques ou d imagerie médicale dans les cas où l on soupçonne un cancer. Pour un matériel de nature inflammatoire, commentez sur la possibilité que la réaction inflammatoire puisse être au voisinage d une lésion tumorale dans les cas où l on soupçonne un cancer. Échantillon non représentatif En l absence de cellules diagnostiques accompagnant un matériel nécrotique, utilisez les techniques spéciales pour rechercher une étiologie infectieuse (colorations spéciales, PCR) ou une étiologie tumorale (immunohistochimie) et/ ou demandez une biopsie en suggérant que du matériel soit envoyé au laboratoire de microbiologie pour culture. Suggérez une biopsie pour les cas où les trouvailles cytologiques n expliquent pas les données cliniques. Contamination du spécimen par des cellules des tissus adjacents Informez vous de la procédure utilisée pour la ponction aspiration à l aiguille fine que vous avez à interpréter. 32

33 Qualité inadéquate de l échantillon Toujours indiquer si un spécimen est adéquat, adéquat mais limité par, ou inadéquat. Interprétez ce que vous voyez, ne pas extrapoler. Utilisez les examens spéciaux au besoin. N hésitez pas à faire reprendre le prélèvement ou à biopsier la lésion si vous avez des doutes sur la possibilité d un cancer. Qualité inadéquate des examens spéciaux Les examens spéciaux sont toujours là pour venir en support à la microscopie; attention à l interprétation s il n y a pas corrélation entre les résultats et votre hypothèse diagnostique. Si vous n avez pas de matériel pour des examens spéciaux, mentionnez le dans votre rapport en indiquant que votre interprétation est limitée à la morphologie seule. Pièges reliés aux caractéristiques générales propres au tissu ou à la lésion cible Pour les intrus dans le matériel de la ponction d un ganglion lymphatique, appliquez tous les critères pour distinguer une cellule bénigne d un cellule maligne. Pièges reliés aux caractéristiques cytologiques du tissu ou de la lésion cible Évaluez toujours l ensemble des critères diagnostiques; attention de sauter aux conclusions sur la base d un seul critère. Interprétez toujours le matériel en fonction des données cliniques et d imagerie médicale. Pièges reliés à la classification des lymphomes La morphologie seule peut parfois être déroutante pour classifier adéquatement un lymphome, utilisez les techniques spéciales pour y parvenir. Pour les cas plus difficiles, n hésitez pas à diagnostiquer «lymphome, SAI» et recommandez une biopsie. Souvenez vous que pour un diagnostic de lymphome de novo, il faut recommander une biopsie pour confirmer le diagnostic et le classifier adéquatement car le diagnostic est essentiel pour le choix du traitement. 33

Conduite à tenir devant une adénopathie (291) Docteur Rémy GRESSIN Avril 2005

Conduite à tenir devant une adénopathie (291) Docteur Rémy GRESSIN Avril 2005 Conduite à tenir devant une adénopathie (291) Docteur Rémy GRESSIN Avril 2005 Pré-requis : Connaître l anatomie du système lymphatique et notamment les sites de drainage des principaux sites ganglionnaires

Plus en détail

Rôle du pathologiste dans le diagnostic des cancers

Rôle du pathologiste dans le diagnostic des cancers UE : Biopathologie Oncologie Date : 23 mars 2011 Promo : PCEM2 Plage horaire : 16h-18h Enseignant : M.Coindre Ronéistes : de LABARRE Marie (marie.delabarre40@laposte.net) ALLOUCHE Justine (justine_ptitezoe@hotmail.fr)

Plus en détail

Formes histologiques des cancers du sein

Formes histologiques des cancers du sein Formes histologiques des cancers du sein DESC Régional Rennes 24/01/2013 Giretti Giovanni Tours Plan Introduction Histologie du tissu mammaire Carcinome in situ (intra-canalaire et intra-lobulaire) Carcinomes

Plus en détail

Le rôle du pathologiste en cancérologie. PCEM2 Faculté Denis Diderot année 2007-2008

Le rôle du pathologiste en cancérologie. PCEM2 Faculté Denis Diderot année 2007-2008 Le rôle du pathologiste en cancérologie PCEM2 Faculté Denis Diderot année 2007-2008 Qu est ce que la Pathologie? patients tissus cellules diagnostic formation recherche Un bon diagnostic permet : d expliquer

Plus en détail

UE11.3 RÉVISIONS HEM DFASM3

UE11.3 RÉVISIONS HEM DFASM3 DC2 UE11.3 HEM 10 nov 2015 1 UE11.3 RÉVISIONS HEM DFASM3 DC2 CG/ TB 10 nov 2015 DC2 révision Chez une femme de 59 ans, une échographie abdominale a été réalisée devant des douleurs abdominales intermittentes

Plus en détail

Masses kystiques compliquées et complexes du sein de l image échographique à l histologie S.Kechaou, M.Jrad, A.Ayedi,M.Chaabane Ayedi Service de radiologie de l hôpital de l Ariana. Tunis.Tunisie INTRODUCTION

Plus en détail

Orientation diagnostique devant une adénopathie superficielle 1

Orientation diagnostique devant une adénopathie superficielle 1 Orientation diagnostique devant une adénopathie superficielle 1 Item n 291 : Devant une adénopathie superficielle, argumenter les principales hypothèses diagnostiques et justifier les examens complémentaires

Plus en détail

Item 291 : Adénopathie superficielle

Item 291 : Adénopathie superficielle Item 291 : Adénopathie superficielle Date de création du document 2010-2011 Table des matières I Diagnostic d'adénopathie...3 I.1 Circonstances de découverte...3 I.2 Diagnostic positif...3 II Démarche

Plus en détail

Importance de la stadification médiastinale en cas de cancer du poumon ONCOLOGIE THORACIQUE

Importance de la stadification médiastinale en cas de cancer du poumon ONCOLOGIE THORACIQUE ONCOLOGIE THORACIQUE Peer-reviewed article Stadification ganglionnaire médiastinale du cancer du poumon: nouveaux concepts Kurt G. Tournoy Oncologie thoracique, Onze-Lieve-Vrouw Ziekenhuis Aalst; Universiteit

Plus en détail

La maladie de Hodgkin (164b) Docteur Remy GRESSIN Février 2005

La maladie de Hodgkin (164b) Docteur Remy GRESSIN Février 2005 La maladie de Hodgkin (164b) Docteur Remy GRESSIN Février 2005 Pré-requis : Séméiologie adénopathie, imagerie Anatomie du système lymphatique Mode d'action et toxicité de la chimiothérapie et de la radiothérapie

Plus en détail

Maladie de Castleman à expression mésentérique. À propos d une observation. Alexandra FOURNEL, interne, Service d Anatomo-Pathologie,

Maladie de Castleman à expression mésentérique. À propos d une observation. Alexandra FOURNEL, interne, Service d Anatomo-Pathologie, Maladie de Castleman à expression mésentérique. À propos d une observation Alexandra FOURNEL, interne, Service d Anatomo-Pathologie, Introduction La maladie de castleman ou hyperplasie angio folliculaire

Plus en détail

Pourquoi la relecture peut-elle changer une prise en charge? Dr Nathalie Stock, PH Service d Anatomie et Cytologie pathologique CHU de Rennes

Pourquoi la relecture peut-elle changer une prise en charge? Dr Nathalie Stock, PH Service d Anatomie et Cytologie pathologique CHU de Rennes Pourquoi la relecture peut-elle changer une prise en charge? Dr Nathalie Stock, PH Service d Anatomie et Cytologie pathologique CHU de Rennes Sarcomes Ubiquitaires: touche les tissus mous, les viscères,

Plus en détail

MALADIE DE HODGKIN DEFINITION I - HISTOPATHOLOGIE

MALADIE DE HODGKIN DEFINITION I - HISTOPATHOLOGIE MALADIE DE HODGKIN DEFINITION I - HISTOPATHOLOGIE II - DIAGNOSTIC A - Circonstances du diagnostic B - Diagnostic de certitude = biopsie ganglionnaire C - Bilan d extension III - FORMES CLINIQUES IV - PRONOSTIC

Plus en détail

Le diagnostic de cancer Chapitre 14 Cancérologie - Hématologie

Le diagnostic de cancer Chapitre 14 Cancérologie - Hématologie Le diagnostic de cancer Chapitre 14 Cancérologie - Hématologie Le moment des examens est une période de doute et d espoir : «on me fait tant d examens car il y a un espoir qu il n y ait rien». Le rôle

Plus en détail

IRM mammaire : quelles indications?

IRM mammaire : quelles indications? JIM.fr 05 mars 2015 IRM mammaire : quelles indications? Centre d imagerie médicale JURAS, Paris Service de radiodiagnosic, Hôpital René Huguenin, Institut CURIE L'IRM améliore la détection des tumeurs

Plus en détail

PATHOLOGIE MAMMAIRE. Plan de cours I RAPPEL STRUCTURAL. II - MOYENS D ETUDE A - Aspiration à l aiguille fine : orientation diagnostique

PATHOLOGIE MAMMAIRE. Plan de cours I RAPPEL STRUCTURAL. II - MOYENS D ETUDE A - Aspiration à l aiguille fine : orientation diagnostique 1 Plan de cours I RAPPEL STRUCTURAL II - MOYENS D ETUDE A - Aspiration à l aiguille fine : orientation diagnostique B - Ponction à l aiguille tournante (drill biopsie) ou tranchante (trucut) C - Tumorectomie

Plus en détail

Autres tumeurs de la paroi digestive. Polype fibroïde inflammatoire Leiomyome Leiomyosarcome Schwannome Tumeur maligne des gaines nerveuses

Autres tumeurs de la paroi digestive. Polype fibroïde inflammatoire Leiomyome Leiomyosarcome Schwannome Tumeur maligne des gaines nerveuses Autres tumeurs de la paroi digestive Polype fibroïde inflammatoire Leiomyome Leiomyosarcome Schwannome Tumeur maligne des gaines nerveuses Leiomyome du tube digestif Beaucoup plus rare que les GIST Localisations

Plus en détail

Moyens d'exploration tissulaires

Moyens d'exploration tissulaires 27/10/2014 SABEG Marine L2 (Relecteur : Hamza Berguigua) BTIME Pr. Charpin 12 pages Moyens d'exploration tissulaires Plan A. Examen macroscopique B. Examen microscopique de base C. Techniques complémentaires

Plus en détail

INTÉRÊT DE LA CYTOPONCTION DANS L EXPLORATION DES NODULES FROIDS DE LA THYROÏDE

INTÉRÊT DE LA CYTOPONCTION DANS L EXPLORATION DES NODULES FROIDS DE LA THYROÏDE 5 ÈME CONGRÈS NATIONAL 01 AU 03 OCTOBRE 2015 INTÉRÊT DE LA CYTOPONCTION DANS L EXPLORATION DES NODULES FROIDS DE LA THYROÏDE DR SAADAOUI.E ; DR DJILALI AIAD.k CHU SIDI BELABBES - SERVICE ORL INTRODUCTION

Plus en détail

UN AGENT DE CONTRASTE CELLULAIRE POUR LA RMN DOTE D UN ÉNORME POTENTIEL CLINIQUE

UN AGENT DE CONTRASTE CELLULAIRE POUR LA RMN DOTE D UN ÉNORME POTENTIEL CLINIQUE UN AGENT DE CONTRASTE CELLULAIRE POUR LA RMN DOTE D UN ÉNORME POTENTIEL CLINIQUE (Traduit et adapté d après Barentsz J. 2005. Intra Venous cellular MR contrast agent with an enormous clinical potential.

Plus en détail

4- MODE DE CONTAMINATION

4- MODE DE CONTAMINATION PNEUMOCYSTOSE 1- DEFINITION La pneumocystose humaine est due à un microorganisme, cosmopolite, ubiquitaire, opportuniste, Pneumocystis jiroveci, se développant principalement dans les poumons de patients

Plus en détail

Tumeur du Sein. Service de Pathologie Hôtel-Dieu de France Beyrouth- Liban Juillet 2007 Julien DAHDAH

Tumeur du Sein. Service de Pathologie Hôtel-Dieu de France Beyrouth- Liban Juillet 2007 Julien DAHDAH Tumeur du Sein Service de Pathologie Hôtel-Dieu de France Beyrouth- Liban Juillet 2007 Julien DAHDAH Cas Clinique En Juillet 2006, Patiente de 34 ans, mariée, mère d un enfant de 5 ans, se plaint depuis

Plus en détail

A Belarbi, ZC Amir, MG Mokhtech, F Asselah Service d Anatomie et de Cytologie Pathologique CHU Mustapha Alger

A Belarbi, ZC Amir, MG Mokhtech, F Asselah Service d Anatomie et de Cytologie Pathologique CHU Mustapha Alger Apport de la cytoponction ganglionnaire dans le diagnostic des lymphomes A Belarbi, ZC Amir, MG Mokhtech, F Asselah Service d Anatomie et de Cytologie Pathologique CHU Mustapha Alger Introduction Large

Plus en détail

Principes du traitement des cancers Consultation oncologique multidisciplinaire G. JERUSALEM. Oncologie médicale CHU Sart Tilman - Liège

Principes du traitement des cancers Consultation oncologique multidisciplinaire G. JERUSALEM. Oncologie médicale CHU Sart Tilman - Liège Principes du traitement des cancers Consultation oncologique multidisciplinaire G. JERUSALEM Oncologie médicale CHU Sart Tilman - Liège Principes généraux Importance du diagnostic d un cancer au stade

Plus en détail

Qu est-ce qu un bilan exhaustif?

Qu est-ce qu un bilan exhaustif? Qu est-ce qu un bilan exhaustif? Référentiel interrégional (Alsace, Bourgogne, Franche-Comté, Lorraine) Examen clinique Mammographie Incidences face et oblique Le profil permet de préciser la topographie

Plus en détail

RÉSUMÉ La biopsie des ganglions sentinelles dans le cadre du traitement du cancer du sein : indications et contre-indications

RÉSUMÉ La biopsie des ganglions sentinelles dans le cadre du traitement du cancer du sein : indications et contre-indications RÉSUMÉ La biopsie des ganglions sentinelles dans le cadre du traitement du cancer du sein : indications et contre-indications Mars 2012 Une production de l Institut national d excellence en santé et en

Plus en détail

CLASSIFICATION OMS DES PROLIFERATIONS TUMORALES LYMPHOIDES

CLASSIFICATION OMS DES PROLIFERATIONS TUMORALES LYMPHOIDES CLASSIFICATION OMS DES PROLIFERATIONS TUMORALES LYMPHOIDES LYMPHOMES MALINS T / NK Lymphomes malins T précurseurs LM lymphoblastique T / Leucémie aiguë lymphoblastique T Lymphomes malins T matures ( périphériques

Plus en détail

Quality-Dashboard Explications

Quality-Dashboard Explications Quality-Dashboard Explications pour la certification de centres du sein Ligue suisse contre le cancer / Société suisse de sénologie Label de qualité de la Ligue suisse contre le cancer de sénologie Société

Plus en détail

Tumeurs primitives de la plèvre Mésothéliome malin Collège Français des Pathologistes (CoPath)

Tumeurs primitives de la plèvre Mésothéliome malin Collège Français des Pathologistes (CoPath) Tumeurs primitives de la plèvre Mésothéliome malin Collège Français des Pathologistes (CoPath) 2013 1 Table des matières Préambule... 3 1. Prérequis... 3 2. Mésothéliome malin... 3 2.1. Généralités...

Plus en détail

Cancers de la thyroïde Docteur Olivier CHABRE Avril 2003

Cancers de la thyroïde Docteur Olivier CHABRE Avril 2003 Cancers de la thyroïde Docteur Olivier CHABRE Avril 2003 1. Introduction La plupart des cancers thyroïdiens ont une évolution lente, une extension le plus souvent locoregionale, et un bon pronostic. Cependant

Plus en détail

INDICATIONS CHIRURGICALES DANS LE CANCER DU SEIN

INDICATIONS CHIRURGICALES DANS LE CANCER DU SEIN Calformed, 09/02/2007, Dr J.M Loez, Calais INDICATIONS CHIRURGICALES DANS LE CANCER DU SEIN I - RAPPEL DE LA CLASSIFICATION CLINIQUE DES CANCERS DU SEIN A - TUMEUR PRIMITIVE Tx non déterminé To pas de

Plus en détail

Lésions des mâchoires

Lésions des mâchoires Lésions des mâchoires lésions osseuses lésions salivaires lésions odontogènes (et autres kystes) kystes acquis kystes congénitaux tumeurs bénignes (et/ou hamartomes) tumeurs malignes Lésions osseuses lésions

Plus en détail

Sarcomes des tissus mous Liposarcome Pr. Philippe PELISSIER

Sarcomes des tissus mous Liposarcome Pr. Philippe PELISSIER Liposarcome Pr. Philippe PELISSIER Service de Chirurgie Plastique Centre F.X. Michelet CHU de Bordeaux www.e-plastic.fr Cellule adipeuse Source de cellules souches Source de facteurs de croissance Possibilité

Plus en détail

1. Cancérogénèse et anatomopathologie. 1.1. Cancérogénèse. 1.2. Anatomie-Pathologique

1. Cancérogénèse et anatomopathologie. 1.1. Cancérogénèse. 1.2. Anatomie-Pathologique Diagnostiquer une tumeur du sein : argumenter l'attitude thérapeutique et justifier le suivi du patient Professeur X Pivot, Professeur M Marty, Docteur M Espié CHU de Besançon, Hôpital Saint Louis-Paris

Plus en détail

MICRO OU MACROBIOPSIE MAMMAIRE

MICRO OU MACROBIOPSIE MAMMAIRE MICRO OU MACROBIOPSIE MAMMAIRE Dr Philippe de Vanssay de Blavous Sénologie interventionnelle Clinique des ORMEAUX AHFMC 2 avril 2015 EPIDEMIOLOGIE DU CANCER DU SEIN 50 000 nouveaux cas/an 11 000 décès/an

Plus en détail

DIAGNOSTIC ET TRAITEMENT DES SARCOMES DES TISSUS MOUS CHEZ L ADULTE. R. MAZA SACOT Décembre 2010

DIAGNOSTIC ET TRAITEMENT DES SARCOMES DES TISSUS MOUS CHEZ L ADULTE. R. MAZA SACOT Décembre 2010 DIAGNOSTIC ET TRAITEMENT DES SARCOMES DES TISSUS MOUS CHEZ L ADULTE R. MAZA SACOT Décembre 2010 INTRODUCTION Tumeurs malignes développées aux dépens du tissu conjonctif extra squelettique (adipeux musculaire

Plus en détail

Le carcinome mammaire chez l'homme est exceptionnel, représentant environ 1 % de l'ensemble des cancers mammaires.

Le carcinome mammaire chez l'homme est exceptionnel, représentant environ 1 % de l'ensemble des cancers mammaires. Le carcinome mammaire chez l'homme est exceptionnel, représentant environ 1 % de l'ensemble des cancers mammaires. Environ 300 hommes par an sont diagnostiqués comme ayant un cancer du sein. L'âge moyen

Plus en détail

CANCER DE LA PROSTATE

CANCER DE LA PROSTATE CANCER DE LA PROSTATE Il peut se présenter sous la forme d une tumeur localisée (circonscrite à la prostate) ou sous une forme évoluée, avec des métastases ganglionnaires et osseuses. La prostate est une

Plus en détail

Aspects cliniques du mélanome cutané

Aspects cliniques du mélanome cutané MONOGRAPHIE ATLAS Aspects cliniques du mélanome cutané Marie-Françoise Avril* Les aspects du mélanome cutané sont nombreux et souvent trompeurs. Une exérèse cutanée doit donc être facilement pratiquée

Plus en détail

Définitions : tumeur. Une tumeur : prolifération anormale de cellules (bénigne ou maligne). Peut toucher tous les tissus vivants.

Définitions : tumeur. Une tumeur : prolifération anormale de cellules (bénigne ou maligne). Peut toucher tous les tissus vivants. Les tumeurs Définitions : tumeur Une tumeur : prolifération anormale de cellules (bénigne ou maligne). Peut toucher tous les tissus vivants. Définitions : tumeur bénigne Tumeur bénigne : -néoformation

Plus en détail

Oncologie Interventionnelle Information pour les patients

Oncologie Interventionnelle Information pour les patients Oncologie Interventionnelle Information pour les patients Radiologie Interventionnelle: Votre alternative à la chirurgie www.cirse.org Cardiovascular and Interventional Radiological Society of Europe Cardiovascular

Plus en détail

CHIRURGIE DANS LES CANCERS DU SEIN

CHIRURGIE DANS LES CANCERS DU SEIN CHIRURGIE DANS LES CANCERS DU SEIN FORMATION IDE ONCOLOGIE-HÉMATOLOGIE «Connaissance de la maladie cancéreuse» T. de Lapparent, unité de pathologie mammaire, CHBM PLAN Définitions Place de la chirurgie

Plus en détail

Intérêts et limites de la cytoponction à l aiguille fine de la thyroïde

Intérêts et limites de la cytoponction à l aiguille fine de la thyroïde Dr Monique RIVES-ANZIEU Dr Bernard ANZIEU Dr Carole MUSSO-RIGAL OCCITANIE PATHOLOGIE Intérêts et limites de la cytoponction à l aiguille fine de la thyroïde I - Introduction Intérêts : - geste simple,

Plus en détail

Enseignement d Anatomopathologie DCEM 1 2011/2012. TP n 6. Pathologie mammaire. Dystrophie et Cancer du sein

Enseignement d Anatomopathologie DCEM 1 2011/2012. TP n 6. Pathologie mammaire. Dystrophie et Cancer du sein Enseignement d Anatomopathologie DCEM 1 2011/2012 TP n 6 Pathologie mammaire Dystrophie et Cancer du sein Lames virtuelles TP 6 Mastose Carcinome mammaire HES 1 Carcinome mammaire HES 2 Carcinome mammaire

Plus en détail

IRM DE LA MOELLE OSSEUSE. Dr Hamidou DEME Ancien interne des Hôpitaux

IRM DE LA MOELLE OSSEUSE. Dr Hamidou DEME Ancien interne des Hôpitaux IRM DE LA MOELLE OSSEUSE Dr Hamidou DEME Ancien interne des Hôpitaux OBJECTIFS Décrire la composition et la distribution normale des différentes moelles osseuses en fonction de l âge Connaître le signal

Plus en détail

Mort cellulaire. Lara Chalabreysse

Mort cellulaire. Lara Chalabreysse Mort cellulaire Lara Chalabreysse 1 1/ Apoptose 2 Définition Forme de mort cellulaire Eliminer les cellules indésirables Étapes coordonnées programmées Gènes dédiés à cette tache Implications Développement

Plus en détail

Dépistage du Cancer du sein

Dépistage du Cancer du sein Dépistage du Cancer du sein Dr M Si Hocine Département de Médecine M Interne Hôpital St Camille (Bry sur Marne) Données de base 42 000 nouveaux cancers diagnostiqués /an Taux brut : 38,5 /100 000 11 700

Plus en détail

Analyses moléculaires des tumeurs conjonctives Expérience de l Institut Bergonié Bordeaux. Activité FISH/CGH et présentation de cas

Analyses moléculaires des tumeurs conjonctives Expérience de l Institut Bergonié Bordeaux. Activité FISH/CGH et présentation de cas Analyses moléculaires des tumeurs conjonctives Expérience de l Institut Bergonié Bordeaux Activité FISH/CGH et présentation de cas Gaëlle Pérot Institut Bergonié Département de Biopathologie Bordeaux Département

Plus en détail

CHAPITRES DU COURS LE TISSU CANCEREUX ET CELLULES CANCEREUSES MOYENS DE DIAGNOSTIC ANATOMOPATHOLOGIQUE DU CANCER

CHAPITRES DU COURS LE TISSU CANCEREUX ET CELLULES CANCEREUSES MOYENS DE DIAGNOSTIC ANATOMOPATHOLOGIQUE DU CANCER CHAPITRES DU COURS GENERALITES SUR LES TUMEURS LE TISSU CANCEREUX ET CELLULES CANCEREUSES HISTOIRE NATURELLE ET BASES MOLECULAIRES DU CANCER MOYENS DE DIAGNOSTIC ANATOMOPATHOLOGIQUE DU CANCER 1 OBJECTIFS

Plus en détail

Problématiques de recherche en chirurgie du sein. Problématiques de recherche en chirurgie du sein. Incidence et mortalités des cancers féminins

Problématiques de recherche en chirurgie du sein. Problématiques de recherche en chirurgie du sein. Incidence et mortalités des cancers féminins Problématiques de recherche en chirurgie du sein Problématiques de recherche en chirurgie du sein C MATHELIN 1, MF BRETZ-GRENIER 2, S CROCE 3, D BRASSE 4, A GANGI 2 1. Pôle de gynécologie-obstétrique,

Plus en détail

Structure spatiale et modes de croissance tumorale des gliomes. Conséquences diagnostiques et corrélations avec l l imagerie.

Structure spatiale et modes de croissance tumorale des gliomes. Conséquences diagnostiques et corrélations avec l l imagerie. Structure spatiale et modes de croissance tumorale des gliomes. Conséquences diagnostiques et corrélations avec l l imagerie. P.Varlet. Hopital Sainte Anne et Inserm U752 Paris V. PLAN Structure spatiale

Plus en détail

Inflammations granulomateuses

Inflammations granulomateuses Pathologie Générale Inflammation et Cicatrisation Inflammations granulomateuses Pr Gérard ABADJIAN USJ 2014 Définitions et introduction Granulome inflammatoire ensemble des éléments cellulaires (leucocytaires,

Plus en détail

Approche chirurgicale de l aisselle: nouveautés

Approche chirurgicale de l aisselle: nouveautés Approche chirurgicale de l aisselle: nouveautés Brigitte Poirier, md, FRCS (C) Chirurgienne-oncologue Centre des maladies du sein, HSS CHU de Québec 26 septembre 2014 Objectifs Discuter de l évaluation

Plus en détail

Quand demander un TEP? Situations actuelles et émergentes

Quand demander un TEP? Situations actuelles et émergentes Quand demander un TEP? Situations actuelles et émergentes Eric ZERBIB Médecine Nucléaire, CIMEN Centre Chirurgical Val d Or, 92210 Saint-Cloud, Eric.zerbib@cimen.fr Conflit d intérêt : aucun Quand demander

Plus en détail

Éric Poirier, MD, FRCSC Chirurgien Oncologue Clinique des Maladies du Sein Deschênes-Fabia CHU de Québec

Éric Poirier, MD, FRCSC Chirurgien Oncologue Clinique des Maladies du Sein Deschênes-Fabia CHU de Québec Éric Poirier, MD, FRCSC Chirurgien Oncologue Clinique des Maladies du Sein Deschênes-Fabia CHU de Québec Conflits d intérêts Aucun avec la présente présentation Masse palpable F 54 ans Masse palpable

Plus en détail

Indications de l IRM préopératoire. Dr. A. Coessens CHU St. Pierre Clinique du Sein ISALA

Indications de l IRM préopératoire. Dr. A. Coessens CHU St. Pierre Clinique du Sein ISALA Indications de l IRM préopératoire. Dr. A. Coessens CHU St. Pierre Clinique du Sein ISALA 1 IRM du sein: généralités Sensibilité - spécificité bilan sénologique classique : mammographie, échographie indications

Plus en détail

Les macrobiopsies mammaires sous guidage échographique : à propos de 424 cas le mammotome HH Ronan Plantade, Centre Nice Europe/NICE Journées

Les macrobiopsies mammaires sous guidage échographique : à propos de 424 cas le mammotome HH Ronan Plantade, Centre Nice Europe/NICE Journées Les macrobiopsies mammaires sous guidage échographique : à propos de 424 cas le mammotome HH Ronan Plantade, Centre Nice Europe/NICE Journées Françaises de Radiologie Paris, 10-15 Octobre 2005 L objectif

Plus en détail

Fertilité après cancer du sein. Anne-Sophie HAMY, Marc ESPIE Journées de Sénologie Interactives Centre des maladies du sein 22/09/2011

Fertilité après cancer du sein. Anne-Sophie HAMY, Marc ESPIE Journées de Sénologie Interactives Centre des maladies du sein 22/09/2011 Fertilité après cancer du sein Anne-Sophie HAMY, Marc ESPIE Journées de Sénologie Interactives Centre des maladies du sein 22/09/2011 Introduction Cancer du sein=1er cancer de la femme Cancer du sein chez

Plus en détail

INSTITUT CLAUDIUS REGAUD TOULOUSE

INSTITUT CLAUDIUS REGAUD TOULOUSE DIAGNOSTIC DES RECIDIVES LOCOREGIONALES GENERALITES VIVIANE FEILLEL INSTITUT CLAUDIUS REGAUD TOULOUSE OBJECTIFS DE LA SURVEILLANCE Evaluation des séquelles post-thérapeutiques Diagnostic précoce des récidives

Plus en détail

A. GAMOUDI. H. BOUSSEN

A. GAMOUDI. H. BOUSSEN CLASSIFICATION MOLECULAIRE DU CANCER DU SEIN: ETUDE RETROSPECTIVE DE 1514 CAS A L INSTITUT SALAH AZAIEZ DE TUNIS ET REVUE DE LA LITTERATURE. A. GAMOUDI. H. BOUSSEN INTRODUCTION Cancer du sein: 1 ère pathologie

Plus en détail

Variation de l aspect l imagerie de l hamartome mammaire chez la femme enceinte et allaitante

Variation de l aspect l imagerie de l hamartome mammaire chez la femme enceinte et allaitante Variation de l aspect l en imagerie de l hamartome l mammaire chez la femme enceinte et allaitante A. SALEM, S. MEHIRI, N. BOUASSIDA, F. B. AMARA, M. FELFEL, H. RAJHI, R. HAMZA, N.MNIF Service d imagerie

Plus en détail

SERVICE PUBLIC FEDERAL, SANTE PUBLIQUE, SECURITE DE LA CHAINE ALIMENTAIRE ET ENVIRONNEMENT COMMISSION DE BIOLOGIE CLINIQUE RAPPORT GLOBAL

SERVICE PUBLIC FEDERAL, SANTE PUBLIQUE, SECURITE DE LA CHAINE ALIMENTAIRE ET ENVIRONNEMENT COMMISSION DE BIOLOGIE CLINIQUE RAPPORT GLOBAL SERVICE PUBLIC FEDERAL, SANTE PUBLIQUE, SECURITE DE LA CHAINE ALIMENTAIRE ET ENVIRONNEMENT COMMISSION DE BIOLOGIE CLINIQUE SERVICE DES LABORATOIRES DE BIOLOGIE CLINIQUE COMITE DES EXPERTS RAPPORT GLOBAL

Plus en détail

TESTS DE PAP POSITIFS : mieux comprendre le diagnostic et le traitement

TESTS DE PAP POSITIFS : mieux comprendre le diagnostic et le traitement TESTS DE PAP POSITIFS : mieux comprendre le diagnostic et le traitement Le programme manitobain de dépistage du cancer du col utérin est un programme offert par Santé Manitoba et Action cancer Manitoba

Plus en détail

HÉMATURIES. Interrogatoire

HÉMATURIES. Interrogatoire HÉMATURIES Nous ne décrirons que les hématuries macroscopiques, c'est-à-dire visibles, seules à pouvoir être retenues dans le cadre d un abord clinique en urologie. L hématurie est révélatrice d une lésion

Plus en détail

La médecine personnalisée Daniel Locker Professeur honoraire Université Orléans

La médecine personnalisée Daniel Locker Professeur honoraire Université Orléans La médecine personnalisée Daniel Locker Professeur honoraire Université Orléans Introduction En 1992, l introduction d'un anticorps monoclonal, l herceptine, pour le traitement du cancer du sein a donné

Plus en détail

Renseignements pour les patients

Renseignements pour les patients Biopsie du ganglion lymphatique sentinelle Renseignements pour les patients Avertissement Ces renseignements ont été préparés par L Hôpital d Ottawa et ne visent pas à remplacer les conseils d un fournisseur

Plus en détail

Lésions séreuses de l ovaire M A S T E R C L A S S 25 F O R P A T H M F D E H O U, G J A C O M E N 2 1 0 3 2 0 1 3

Lésions séreuses de l ovaire M A S T E R C L A S S 25 F O R P A T H M F D E H O U, G J A C O M E N 2 1 0 3 2 0 1 3 Lésions séreuses de l ovaire M A S T E R C L A S S 25 F O R P A T H M F D E H O U, G J A C O M E N 2 1 0 3 2 0 1 3 Classification OMS des tumeurs ovariennes Tumeurs épithéliales (90%) Tumeurs séreuses

Plus en détail

P artie 2... PATHOLOGIES

P artie 2... PATHOLOGIES P artie 2 PATHOLOGIES Gynécologie AU PROGRAMME Cancer du sein Processus tumoral 1. Épidémiologie C est le cancer le plus fréquent chez la femme. Au cours de sa vie, 1 femme/11 présentera un cancer du

Plus en détail

Comment je traite un cancer infiltrant du sein?

Comment je traite un cancer infiltrant du sein? Comment je traite un cancer infiltrant du sein? Pr Carole Mathelin Unité de sénologie, hôpital de Hautepierre CHRU Strasbourg Strasbourg le 15 Novembre 2014 Qu est ce qu un cancer infiltrant? Canaux galactophores

Plus en détail

J. Maladie du sein. Sommaire 01 J 02 J 03 J 04 J 05 J 06 J 07 J 08 J 09 J 10 J 11 J 12 J 13 J 14 J 15 J 16 J 17 J 18 J 19 J

J. Maladie du sein. Sommaire 01 J 02 J 03 J 04 J 05 J 06 J 07 J 08 J 09 J 10 J 11 J 12 J 13 J 14 J 15 J 16 J 17 J 18 J 19 J J. Maladie du sein Sommaire 1 J 2 J 3 J 4 J 5 J 6 J 7 J 8 J 9 J 1 J 11 J 12 J 13 J 14 J 15 J 16 J 17 J 18 J 19 J Dépistage : femmes de moins de 4 ans sans risque génétique... 1 Dépistage : femmes de 4-49

Plus en détail

Le Centre Hospitalier de Valenciennes optimise la prise en charge du cancer du sein grâce à la Technique OSNA

Le Centre Hospitalier de Valenciennes optimise la prise en charge du cancer du sein grâce à la Technique OSNA Le Centre Hospitalier de Valenciennes optimise la prise en charge du cancer du sein grâce à la Technique OSNA 1 Sommaire Contexte... p. 3 Une technologie de pointe pour une meilleure prise en charge du

Plus en détail

Sommaire : LES CANCERS DU SEIN. 1-Qu est- ce qu un cancer? 2-Qu est -ce qu un cancer du sein? 3- Les facteurs de risque.

Sommaire : LES CANCERS DU SEIN. 1-Qu est- ce qu un cancer? 2-Qu est -ce qu un cancer du sein? 3- Les facteurs de risque. LES CANCERS DU SEIN Ne donnez pas votre sein au cancer! Sommaire : 1-Qu est- ce qu un cancer? 2-Qu est -ce qu un cancer du sein? 3- Les facteurs de risque. 4-Le dépistage : Les symptômes. Ce dépliant est

Plus en détail

Un numéro de téléphone pour un rendez-vous mammographie

Un numéro de téléphone pour un rendez-vous mammographie Dossier de presse Lyon, le 4 avril 2012 Cancer du sein : accompagner les patientes à chaque étape de leur maladie Une nouvelle plateforme à l hôpital de la Croix-Rousse Avec plus de 50 000 nouveaux cas

Plus en détail

31/03/2014 THOMASSIN Guillaume L2 AIH Carole CASSAGNE Relecteur 6 10 pages LA PNEUMOCYSTOSE. Plan

31/03/2014 THOMASSIN Guillaume L2 AIH Carole CASSAGNE Relecteur 6 10 pages LA PNEUMOCYSTOSE. Plan 31/03/2014 THOMASSIN Guillaume L2 AIH Carole CASSAGNE Relecteur 6 10 pages LA PNEUMOCYSTOSE Plan A. L'agent infectieux I. Développement de la maladie II. Mode de transmission III. Cycle du parasite IV.

Plus en détail

Pratique de l immunohistochimie Applications diagnostiques Tumeurs des tissus mous. JM Coindre - Bordeaux

Pratique de l immunohistochimie Applications diagnostiques Tumeurs des tissus mous. JM Coindre - Bordeaux Pratique de l immunohistochimie Applications diagnostiques Tumeurs des tissus mous JM Coindre - Bordeaux 1 Tumeurs des tissus mous Rappels Tumeurs rares (2% des prélèvements) Tumeurs variées (150 types

Plus en détail

Cytogénétique et biologie moléculaire

Cytogénétique et biologie moléculaire Cytogénétique et biologie moléculaire apport au diagnostic, à l évaluation pronostique et au suivi des hémopaties malignes C Bastard, DESC, 21 septembre 2009 Pourquoi est-ce possible? Parce que les anomalies

Plus en détail

Lésions élémentaires réactionnelles

Lésions élémentaires réactionnelles PATHOLOGIE GANGLIONNAIRE INFLAMMATOIRE ET REACTIONNELLE Lésions élémentaires réactionnelles J. Audouin 1. Hyperplasie lymphoïde diffuse Etiologie : Rare soit une présentation clinique pseudo appendiculaire

Plus en détail

Surveillance. Éléments de la surveillance. Principe : alternance. Examen d imagerie. Examen clinique. Le suivi post thérapeutique en ville

Surveillance. Éléments de la surveillance. Principe : alternance. Examen d imagerie. Examen clinique. Le suivi post thérapeutique en ville Le suivi post thérapeutique en ville Surveillance Docteur Elisabeth LUPORSI Centre Alexis Vautrin-CHU 25 mai 2012 Strasbourg CNGOF Quelle indications? Quel rythme? Que surveiller? Quand changer l hormonothérapie?

Plus en détail

Référentiel SFORL Société Française ORL & CCF

Référentiel SFORL Société Française ORL & CCF Référentiel Société Française ORL & CCF THEME : BILAN PRETHERAPEUTIQUE DES CARCINOMES DES VADS BUT DE LA DEMARCHE : ce référentiel concerne l optimisation du bilan pré thérapeutique des carcinomes épidermoïdes

Plus en détail

CORRELATION TNM CLINIQUE ET ANATOMOPATHOLOGIQUE DU CANCER DU LARYNX

CORRELATION TNM CLINIQUE ET ANATOMOPATHOLOGIQUE DU CANCER DU LARYNX CORRELATION TNM CLINIQUE ET ANATOMOPATHOLOGIQUE DU CANCER DU LARYNX R.MESSALA, S.TOUATI, A.MECIBAH Service ORL et Chirurgie Cervico-Faciale EPH BATNA Cancers du larynx : INTRODUCTION - Place importante

Plus en détail

N1: ganglions métastatiques hilaires ou péri-bronchiques homolatéraux

N1: ganglions métastatiques hilaires ou péri-bronchiques homolatéraux Bilan d extension ganglionnaire du cancer bronchique B Padovani, D Ducreux, S Stolear, A Ocelli, E Giordana, L Mondot, S Chanalet, CP Raffaelli, P Carrier Extension ganglionnaire Élément essentiel de l

Plus en détail

leucémie lymphoïde chronique

leucémie lymphoïde chronique la leucémie lymphoïde chronique S.Taoussi, M.T. Abad Service hématologie, EHS ELCC Blida Ce travail a été réalisé au laboratoire hématologie du CAC Blida avec le soutien du CMNG et du laboratoire de recherche

Plus en détail

PRESENTATION DU PROGRAMME «ACSE MOLECULAIRE»

PRESENTATION DU PROGRAMME «ACSE MOLECULAIRE» Avril 2013 PRESENTATION DU PROGRAMME «ACSE MOLECULAIRE» Face au développement des nouveau médicaments et du diagnostic moléculaire, l INCa lance un programme pour faciliter l accès à l innovation dans

Plus en détail

FAUT IL ENCORE FAIRE DES CURAGES AXILLAIRES? Journée de formation 25 avril 2015 Dr Isabelle Jeanjot

FAUT IL ENCORE FAIRE DES CURAGES AXILLAIRES? Journée de formation 25 avril 2015 Dr Isabelle Jeanjot FAUT IL ENCORE FAIRE DES CURAGES AXILLAIRES? Journée de formation 25 avril 2015 Dr Isabelle Jeanjot INTRODUCTION Nécessité de connaître l état des ganglions axillaires (staging, pronostic) 80% des T1 sont

Plus en détail

Diagnostic prénatal des maladies génétiques

Diagnostic prénatal des maladies génétiques Diagnostic prénatal des maladies génétiques Collège National des Enseignants et Praticiens de Génétique Médicale C. Coutton, V. Satre, F. Amblard et F. Devillard Date de création du document 2010-2011

Plus en détail

Docteur Antoine MONET Centre d Imagerie Fonctionnelle Clinique Saint Augustin - Bordeaux. Jeudi 25 Septembre 2008

Docteur Antoine MONET Centre d Imagerie Fonctionnelle Clinique Saint Augustin - Bordeaux. Jeudi 25 Septembre 2008 Docteur Antoine MONET Centre d Imagerie Fonctionnelle Clinique Saint Augustin - Bordeaux Jeudi 25 Septembre 2008 Indications oncologiques Indications issues des SOR (standards, options et recommandations).

Plus en détail

Cl: pneumopathie fébrile Arthralgies, Erythème noueux tabagisme: 30 pqts-années ATCD=0 Voyage USA il y a 1 mois

Cl: pneumopathie fébrile Arthralgies, Erythème noueux tabagisme: 30 pqts-années ATCD=0 Voyage USA il y a 1 mois Dossier CT Marrakech P Fajadet, J Giron F, 57 ans Cl: pneumopathie fébrile Arthralgies, Erythème noueux tabagisme: 30 pqts-années ATCD=0 Voyage USA il y a 1 mois Diagnostic? Un peu plus de clinique?

Plus en détail

Cytologie ganglionnaire : démarche diagnostique. F Trimoreau, Limoges

Cytologie ganglionnaire : démarche diagnostique. F Trimoreau, Limoges Cytologie ganglionnaire : démarche diagnostique F Trimoreau, Limoges «Nouveau Monde» cytologique «Nouveau Monde» cytologique Espèces cellulaires «inconnues» du sang et de la moelle Normales Lymphoïdes

Plus en détail

Micrométastases, ganglion sentinelle

Micrométastases, ganglion sentinelle Micrométastases, ganglion sentinelle 3- Marqueurs spécifiques d organes, utiles si métastases inaugurales Carcinome métastatique d origine inconnue biopsie du site métastatique (os, poumon, foie, ) ex.

Plus en détail

L imagerie post radio-chimiothérapie dans les cancers tête et cou: l expérience du CHUM

L imagerie post radio-chimiothérapie dans les cancers tête et cou: l expérience du CHUM Congrès de l AORLQ - Octobre 2012 L imagerie post radio-chimiothérapie dans les cancers tête et cou: l expérience du CHUM Moein Alizadeh, William Guertin, Louise Lambert, Louis Guertin, Manon Bélair, Luc

Plus en détail

CONCEPT DU GANGLION SENTINELLE

CONCEPT DU GANGLION SENTINELLE 1 CONCEPT DU GANGLION SENTINELLE En 1994, GIULIANO (Annal of Surgery) applique le concept du ganglion sentinelle dans la prise en charge chirurgicale du cancer du sein. Les bénéfices attendus sont : -

Plus en détail

Le médiastin est classiquement divisé en 3 compartiments. 1: Médiastin antérieur 2: Médiastin moyen 3: Médiastin postérieur

Le médiastin est classiquement divisé en 3 compartiments. 1: Médiastin antérieur 2: Médiastin moyen 3: Médiastin postérieur LE MEDIASTIN: DU PLUS SIMPLE AU PLUS COMPLIQUE D.Ducreux, A Ocelli, S Stolear, E Giordana, L Mondot, B Padovani CHU Nice, Hôpital Pasteur Le médiastin est classiquement divisé en 3 compartiments 1: Médiastin

Plus en détail

TP n 9. Pathologie ganglionnaire. Localisation ganglionnaire d un d. lymphome. Métastases ganglionnaires d un d. carcinome peu différenci

TP n 9. Pathologie ganglionnaire. Localisation ganglionnaire d un d. lymphome. Métastases ganglionnaires d un d. carcinome peu différenci Enseignement d Anatomopathologie DCEM 1 2011/2012 TP n 9 Pathologie ganglionnaire Localisation ganglionnaire d un d lymphome Métastases ganglionnaires d un d carcinome peu différenci rencié et d un d carcinome

Plus en détail

GY MATERNITE - GYNECOLOGIE LE SEIN

GY MATERNITE - GYNECOLOGIE LE SEIN GY MATERNITE - GYNECOLOGIE LE SEIN I - RAPPEL ANATOMO-PHYSIOLOGIQUE A - ANATOMIE Trois parties : La peau La glande La graisse a) La peau Seul système de soutien du sein. Plaque aréolo-mamelonnaire. Mamelon

Plus en détail

Section G : Système gastro-intestinal

Section G : Système gastro-intestinal G G01. Troubles de la déglutition : dysphagie haute (la lésion peut être haute ou basse) G02. Troubles de la déglutition : dysphagie basse (la lésion sera basse) G03. Pyrosis/douleur thoracique : hernie

Plus en détail

A.R. 11.2.2013 En vigueur 1.3.2013 M.B. 25.2.2013

A.R. 11.2.2013 En vigueur 1.3.2013 M.B. 25.2.2013 A.R. 11.2.2013 En vigueur 1.3.2013 M.B. 25.2.2013 Modifier Insérer Enlever Article 32 - ANATOMO-PATHOLOGIE 1 er. Sont considérées comme prestations qui requièrent la qualification de médecin spécialiste

Plus en détail

CANCER DU FOIE ET TUMEURS

CANCER DU FOIE ET TUMEURS CANCER DU FOIE ET TUMEURS CANCER DU FOIE ET TUMEURS Foie en santé Foie cirrhotique Tumeur Quelle est la cause du cancer du foie? Plusieurs facteurs jouent un rôle dans le développement du cancer. Comme

Plus en détail

QUAND DEMANDER UNE IRM MAMMAIRE?

QUAND DEMANDER UNE IRM MAMMAIRE? QUAND DEMANDER UNE IRM MAMMAIRE? Dr Loïc BOULANGER, Pr Denis VINATIER Service de chirurgie gynécologique et mammaire Dr Marion DEWAILLY, Dr Nathalie FAYE Service d imagerie de la femme Hôpital Jeanne de

Plus en détail

Chimiothérapie première des cancers du sein et expérience de l hôpital Saint Louis

Chimiothérapie première des cancers du sein et expérience de l hôpital Saint Louis Chimiothérapie première des cancers du sein et expérience de l hôpital Saint Louis M. Espié, J Lehman Che, A de Roquancourt, C. Cuvier, E. Bourstyn, L. Cahen-Doidy, C. de Bazelaire,M. Maylin, M. Marty,

Plus en détail

Cliquez pour modifier le style des soustitres. Patiente 37 ans qui consulte pour un suivi de contraceptif oral

Cliquez pour modifier le style des soustitres. Patiente 37 ans qui consulte pour un suivi de contraceptif oral Cliquez pour modifier le style des soustitres du masque Patiente 37 ans qui consulte pour un suivi de contraceptif oral Antécédents PR a 13 ans 2 accouchements normaux à terme Chir=0 Med=0 Fam= 2 sœurs

Plus en détail