Nº13 - Août Newsletter- Août 2012-

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Nº13 - Août 2012. Newsletter- Août 2012-"

Transcription

1 Nº13 - Août 2012 Newsletter- Août 2012-

2 Opera sofa Benvenuti a casa. DOWNTOWN BEIRUT - Foch Residence Bldg - Chafic Wazzan avenue - Marfaa - Tel

3 M V E dito rial 1 Août 2012 Le Co nseil d' A dministratio n Liban S. A. R. I. S o c ié té A Respo nsabilité I nex istante P ré sident Dr. Fouad Zmokhol Zimco Printing Press sarl ic e- P ré sident Claude J. Bahsali ITG (Holding) sal T ré so rier Patrick Farajian Société Sodetel S ec ré taire G é né rale Dr. Ahmad Hage embres Michel Asseily Prime Investment SAL Nabil Gemayel Gemayel Frères sal Jean Hleiss Adir Insurance Carine Husni Heliozid Technologies sarl Sami Rizk Pierre Sayegh Société Librairie du Liban Éditeurs sal Jamil Taleb Dar el-handasah, Nazih Taleb & Partners Samir Tawilé Intercontinental Bank of Lebanon sal Rassemblement de Dirigeants et Chefs D'entreprises Libanais Immeuble Sarraf, 12e étage Avenue de l'indépendance, Achrafieh, Beyrouth Tél : Fax : Web: Nous nous sommes sûrement tous un jour ou l autre demandé comment notre pays et notre économie nationale se sont maintenus durant toutes ces longues années de guerre? Comment avons-nous pu survivre dans un environnement instable et incertain alors que le monde qui nous entoure avance à grande vitesse et que nous reculions au même rythme à contre-courant? Comment avons-nous résisté économiquement alors que toutes les données négatives nous poussaient à la dérive? La réponse à ces questions est très claire : notre économie locale s est maintenue durant toutes les années de guerre et a pu survivre jusqu à présent grâce à ses trois piliers centraux et vitaux : la communauté d expatriés dans le monde, le secteur privé et les ressources humaines. Par Dr Fouad ZMOKHOL Il est donc crucial dans ces moments difficiles que nous traversons, tant au niveau local que régional et même encore international, de : maintenir notre économie libanaise, libre et indépendante des tiraillements politiques qui enveniment le monde des affaires, offrir des opportunités à nos ressources humaines qui quittent constamment le pays, maintenir des liens étroits avec nos expatriés qui représentent le vrai «pétrole» libanais, le pétrole que nous devons chercher et maintenir à jamais! Notre pays est désormais connu pour avoir exporté l alphabet, pour constamment exporter ses cerveaux, ses talents, ses jeunes, ses familles, ses entreprises... mais surtout pour importer les problèmes des autres sur notre terre. Notre communauté d expatriés constitue une de nos plus grandes ressources. Leurs transferts de fonds et leurs investissements contribuent positivement à notre croissance économique. Leurs visites périodiques et régulières à leur terre d origine soutiennent clairement notre secteur touristique et les échanges commerciaux qu ils développent, nous incitent à créer de nouveaux marchés. Il est clair que nous pouvons et devons beaucoup mieux exploiter cette mine d or négligée! L homme d affaires libanais est renommé pour ses capacités à s adapter très rapidement aux situations difficiles et à tout changement brusque et inattendu de son environnement. Il a acquis l expérience de substituer certaines crises en opportunités et a surtout appris à transformer les défaites en succès. Son courage l a toujours poussé à continuellement investir malgré les risques et incertitudes qui l entourent. Nous sommes fiers de notre secteur privé libanais et de nos sociétés qui ont réussi, malgré les guerres et les instabilités, à surmonter tous les obstacles et qui se sont étendues dans le monde entier selon des normes internationales et suivant une gouvernance de haute qualité. Notre secteur privé est connu pour être un des plus performants de la région. Ce n est que grâce à son développement et son expansion que nous pouvons espérer bâtir une croissance régulière stable et continue. Nos entreprises, dont la croissance constitue «l oxygène «de notre économie, arrivent à se maintenir et à se développer grâce à leurs dirigeants qui sont continuellement poussés par une volonté farouche de réussir, qui sont motivés à aller de l avant et qui dessinent des stratégies de croissance claires selon des plans prédéfinis. Nous avons des conseils d administration efficaces, des comités exécutifs performants et des comités d audit méticuleux et réguliers : on ne peut s empêcher donc de se demander s il serait possible un jour d appliquer cette «formule magique «à notre secteur public et d essayer de gérer notre pays comme une grande société! Mais il est certes inutile de s aventurer dans cette métaphore vu que les ingrédients de réussite ne sont pas regroupés : il n y a aucune volonté commune, mais, par contre, plusieurs résolutions contradictoires entre les partenaires, il n y a pas une seule vision claire qui regroupe les protagonistes autour d objectifs communs, mais plusieurs concepts qui tournent autour d intérêts personnels. Les stratégies qui sont rarement tracées ne sont maintenues qu à très court terme et changent continuellement avec les permutations fréquentes des décideurs. Nos infrastructures sont quasi inexistantes et il existe très peu de plans viables pour les bâtir avec des moyens utopiques. Quant au recours aux créanciers, il est de plus en plus difficile vu que ces derniers sont méfiants et prêtent difficilement à une «société «rongée par une corruption galopante. Les dépenses sont en augmentation continue et créent un déficit récurrent sans aucun plan clair de restructuration et de réduction de coûts. Nous assistons continuellement à des conflits entre partenaires au lieu de complémentarité qui est indispensable pour la réussite des projets. Nous sommes témoins d une incapacité totale de procéder à des appels d offres basées sur des cahiers des charges clairs et transparents qui pressent à prendre la meilleure décision pour le bien général et non à accepter des solutions de compromis peu productives et efficaces, sans vainqueur et vaincu. Si cette «société» devrait porter un nom, ce serait Liban S.A.R.I. : Société à responsabilité inexistante.

4 Sommaire 2 Août Editorial du Président (Français) Tribune Libre Tables Rondes et Débat Conférence de presse concernant le nouveau projet sur l Assurance Vieillesse présenté par le RDCL Table ronde avec le Président du Conseil d Etat, le juge Chucri Sader Conférence - Débat: «La Crise Economique du Printemps Arabe et en Europe et son Impact sur l Economie Libanaise» Table ronde avec le Président de la CGTL M. Ghassan Ghosn Table ronde: «Budget 2012: Paramètres et propositions» Table ronde avec la Directrice Générale Adjointe du Fonds Monétaire (FMI) Nemat Shafik Table ronde sur les Chèques Commerciaux Réunion du Comité Fiscal du RDCL avec Mr Alain Bifani concernant le financement des sociétés «Holdings» Table ronde sur le «Financement des Entreprises Libanaises» Conférences Participation du RDCL au colloque «Pour une Gestion durable de notre Territoire» Participation du RDCL au «Forum Régional du Français Professionnel» Participation du RDCL aux tables rondes organisées par la Banque Mondiale Participation du RDCL à la conférence «The Lebanese NGO Donor Fair» Participation du RDCL à la Conférence «Introducing Lebanon New Capital Markets Law» Activités Externes et Réception Déjeuner-débat avec le Ministre de l Économie et du Commerce S.E M. Nicolas Nahas Happy Hour des Fêtes - Décembre 2011 Déjeuner-débat avec le Président de Renault-Nissan M. Carlos Ghosn Happy Hour de Pâques - Avril 2012 Visites au RDCL Visite d une délégation d hommes d affaires Soudanais Visite d une délégation du Comité Économique et Social Européen (CESE) Visite d une délégation de l Ambassade Américaine au Liban Visite d une délégation de «LEAD» Rencontre avec des représentants «d'idal» Réunion avec la Chambre de Commerce Franco-Libanaise (CCFL) Visite des représentants de «l'agence Française de développement (AFD)» Visite de l'association pour la protection du Jabal Moussa Visite d'une délégation Américaine du «National Council for US-Arab Relations» (NCUSAR) Réunion avec les représentant du project LEAP «The Lebanon Employment Assistance to people with disabilities» Réunion Externe Réunion avec le responsable du service économique régional français Réunion avec le directeur régional de l UNIDO Réunion avec le Ministre de l Économie et du Commerce S.E M. Nicolas Nahas Visite au Président de la République Libanaise le Général Michel Sleiman Visite au Premier Ministre M. Najib Mikati Visite au Ministre du Travail S.E M. Sélim Jreissati Visite au nouvel Ambassadeur de France S.E M. Patrice Paoli Etudes et Positions Accord avec le CGTL sur la hausse des salaires

5 Sommaire 3 Août Suspension des Prêts Subventionés Projets Divers Participation du RDCL au Forum des métiers à l'esa Participation du RDCL à la proposition «Global Social Venture Competition (GSVC)» Assemblées Générales Assemblées Générales Ordinaire et Extraordinaire Infos des Membres Mr. Zafer Chaoui reçoit le Prix d Excellence de l Industrie Libanaise Mr. Habib Hatem, élu Président du «Swiss Business Council - Lebanon» Mr. Elie Ziadé élu pour la 2ème fois président de la FMBA Mr. Assaad Mirza réélu président de L'ACAL Christine Sfeir, nommée Femme d Affaires de l Année Sodeco Gestion-nouvelle agence à Clémenceau Commercial Insurance Projet Hawa Akkar Le RDCL perd un de ses pilliers, «Hommage à Jean Claude Boulos» Article «Pour un rôle accru de prospective et de leadership des organismes économiques» par SEM Roger Dib «La satisfaction nationale brut, vers un nouveau paradigme économique» par Mr Roger Nasnas «...Lorsqu on vient d en rire, on devrait en pleurer» par Dr Fouad Zmokhol «A propos de table ronde» par Mr Fouad Tabet «Cessez d exporter nos jeunes et nos talents et d importer les problèmes du monde» par Dr Fouad Zmokhol Business in Beirut, «the Economist Magazine» Annexes Compte rendu de la conférence - débat: «La Crise Économique du Printemps Arabe et en Europe et son Impact sur l Economie Libanaise» Compte rendu de la table ronde: «Budget 2012: Paramètres et propositions» Compte rendu de la participation du RDCL au colloque «Pour une gestion durable de notre territoire» Compte rendu de la participation du RDCL au «Forum Régional du Français Professionnel» Compte rendu de la participation du RDCL aux tables rondes organisées par la Banque Mondiale Compte rendu du déjeuner-débat avec le Président de Renault-Nissan M. Carlos Ghosn Compte rendu de la réunion avec le Ministre de l Économie et du Commerce M. Nicolas Nahas Compte rendu du déjeuner-débat avec le Ministre de l Économie et du Commerce M. Nicolas Nahas Compte rendu de la participation du RDCL à la conférence «Introducing Lebanon New Capital Markets Law» Compte rendu de la table ronde sur le financement des Entreprises Libanaises Compte rendu de la table ronde sur les Chèques Commerciaux Compte rendu de la table ronde avec la Directrice Générale Adjointe du Fonds Monétaire (FMI) Mme Nemat Shafik Compte rendu de la Tables ronde avec le Président de la CGTL M. Ghassan Ghosn Compte rendu de la Tables ronde avec le Président du Conseil d Etat, le juge Chucri Sader Compte rendu de la conférence de presse sur le nouveau projet sur l assurance-vieillesse présenté par le RDCL 100 Editorial du Président (Arabe)

6 T ribu ne Libre 4 Août 2012 T ribu ne Libre Par Raphaël Debbané (membre fondateur du RDCL) Juin 2012 Celui qui, comme moi, regarde aujourd hui le RDCL plutôt de dehors que de «dedans» a certains avantages, dont l objectivité. De plus, je profite de l occasion qui m est offerte de parler «librement» dans cette Tribune pour évaluer avec franchise et lucidité les résultats du parcours du RDCL depuis que j ai participé à sa création en Il est vrai que la critique est aisée mais l art est difficile! Quel est «l art» qui est vraiment demandé aux RDCéliens? A la création du RDCL, l objectif était de rendre l environnement des affaires au Liban autrement «meilleur» à tous points de vue de ce qu il était et de ce qu il est Les jeunes du RDCL (et les moins jeunes) étaient enthousiasmés et ils étaient déterminés avec leur dynamisme et leur conviction à réussir ces objectifs. Qu en est-il après 25 ans d existence du RDCL? Avons-nous réussi à être ce levain qui devait, devrait influencer / changer / améliorer la pâte? Je reconnais que les tentatives au cours de toutes ces années ont été laborieuses et nombreuses. Les divers membres des Conseils d administration et les Présidents qui se sont succédé au RDCL n ont pas économisé leurs efforts. Mais, avons-nous été ce facteur de changement réel et profond dans le climat du monde des affaires au Liban? Avons-nous réussi à ne pas être «domestiqués» par les politiciens libanais? Je me rappelle encore le conseil que m a donné un jour un ministre de l Economie (au Liban) : «ne laissez pas les politiciens vous domestiquer vous, jeunes hommes d affaires libanais!» La réalité au Liban, c est que les «moins jeunes» patrons ont montré qu en général, ayant assez roulé leur bosse dans la «chose» publique, ils seraient dans leur fort intérieur bien contents de récolter les fruits de leurs efforts passés à faire du lobbying, par quelque portefeuille ou autre honneur ressemblant!... Vous me direz : c est humain. Peut-être. Mais le RDCL n a pas été créé dans cet esprit et le but de son existence c était de réussir à faire, le changement. La réalité aujourd hui c est que les RDCéliens moins jeunes, comme moi, ont heureusement laissé petit à petit la place aux plus jeunes, et c est certainement un grand atout. Le passé n étant plus entre nos mains, utilisons l expérience acquise pour faire mieux, beaucoup mieux, beaucoup plus! La vérité c est que le président actuel du RDCL nous montre (presque) tous les jours qu il est lui, en droite ligne dans l exécution des souhaits des fondateurs et de tous ceux qui, au fil de toutes ces années, n ont pas pu réussir à réaliser le rêve, la mission du RDCL. On sent clairement que le Président en exercice du RDCL se sent investi, et de l expérience des 25 ans du RDCL, et de la nécessité de réussir la mission du RDCL: rappeler, marteler, insister et animer les autres «instances» économiques de notre pays. La communauté des affaires doit aller plus fort, plus loin, moins timidement, et avec une profonde conviction pour mobiliser nos leaders politiques et les «forcer» à raisonner juste, à réfléchir honnêtement, à oublier leurs intérêts, leur égoïsme politique, pour penser, pays, nation, long terme, avec long souffle et désintéressement! Fouad Zmokhol, tu es sur la bonne voie. Tous mes souhaits pour que le RDCL, grâce à toi, avec toi et après toi réussisse sa mission de changement dans l excellence, pour le plus grand bien du Liban et des entreprises libanaises. Bonne chance. Raphaël Debbané

7 T ables Ro ndes et Dé bats 5 Août 2012 Co nfé renc e de presse c o nc ernant le no u v eau pro j et su r l assu ranc e- v ieillesse pré senté par le RDCL Le RDCL a organisé le Mardi 27 Septembre 2011 une conférence de presse dans le but de présenter son projet sur l Assurance vieillesse, étudié et préparé par le Comité des Affaires Sociales au sein du rassemblement. Ce projet a été communiqué aux différents acteurs concernés, notamment le Ministère du travail, le Comité Parlementaire en charge de la finalisation de la loi sur le régime des retraites ainsi qu aux instances économiques. En annexe : Le projet proposé par le RDCL p 99 T able ro nde av ec le P ré sident du Co nseil d E tat, le j u ge Chu c ri S ader Le RDCL a organisé le Mercredi 2 Novembre 2011 une table ronde avec le Président du Conseil d Etat, le Juge Chucri Sader pour discuter le renvoi du décret gouvernemental relatif aux augmentations salariales (décision du 27 Octobre 2011), ainsi que des solutions alternatives se basant sur les dispositions de la Constitution et du Code de Travail. En annexe : Le communiqué de presse et compte rendu de la réunion p 95

8 T ables Ro ndes et Dé bats 6 Août 2012 Co nfé renc e - Dé bat: «La Crise E c o no miq u e du P rintemps A rabe et en E u ro pe et so n I mpac t su r l E c o no mie Libanaise» Le RDCL a organisé le Jeudi 24 Novembre 2011 une conférence débat en collaboration avec le «MEREF» (Mouvement des Entreprises et Représentations Economiques Françaises au Liban), animée par le Professeur Jean Marc Daniel (Ingénieur Polytechnique, INSEA et Professeur Associé en Économie), à l Ecole Supérieure des Affaires ESA. En annexe : Le compte rendu de la conférence p 60 T able ro nde av ec le P ré sident de la CG T L M. G hassan G ho sn Le RDCL a organisé le Jeudi 25 Janvier une table ronde avec le Président de la CGTL M. Ghassan Ghosn pour discuter l augmentation des salaires et la création d une synergie entre Syndicats et Patronat sur les projets socio-économiques actuels. En annexe : Le communiqué de presse et compte rendu de la réunion p 92

9 T ables Ro ndes et Dé bats 7 Août 2012 T able ro nde: «B u dget : P aramè tres et pro po sitio ns» Le RDCL a organisé dans ses locaux le Jeudi 16 Février 2012 une table ronde sur le thème : «Budget 2012 : Paramètres et Propositions» avec pour invités : - le Professeur Joseph Gemayel - Doyen de la Faculté d Economie à l USJ - Me Karim Daher - Avocat à la cour au Barreau de Beyrouth, Chargé de cours de droit fiscal à l USJ En annexe : Le compte-rendu de la table ronde p 62

10 T ables Ro ndes et Dé bats 8 Août 2012 T able ro nde av ec la Direc tric e G é né rale A dj o inte du Fonds Monétaire International (FMI) Nemat Shafik Le RDCL a organisé une table ronde, le Mercredi 09 Mai 2012, avec la Directrice Générale Adjointe du Fonds Monétaire International (FMI), Nemat Shafik, afin d évaluer «la santé» de l économie libanaise, notamment les conséquences des bouleversements régionaux sur la performance des secteurs productifs libanais. Shafik a insisté, entre autres, sur l urgence de la mise en place d une infrastructure capable de redonner confiance aux investisseurs et de redynamiser la croissance économique. Cette rencontre a eu lieu en présence du Premier Vice Gouverneur de la Banque du Liban, Mr Raëd Charafeddine, du Président de l Agence pour le Développement des Investissements au Liban (IDAL), Dr Nabil Itani, ainsi que des présidents des instances économiques à savoir : Sheikh Fouad El Khazen (Président du Syndicat des Travaux Publics), Jacques Sarraf (Doyen des Industriels), Wajih Bizri (Président de la CCI), Maroun Chammas (Président de l Association des Importateurs de pétrole), Assaad Mirza (Président de ACAL), Antoine Eid (Président de l Association des Commerçants d Achrafieh), Ziad Bekdache (Vice-Président de l Association des Industriels), Edmond Jreissati (Président de la CCIA de Zahlé), Mohamad Saleh (Président de la CCIA de Saida), Mohamad Rahal (Président de l Association des Economistes Libanais) Toufic Dabboussi (Secrétaire Général de la CCIA de Tripoli), Salim Saad (Secrétaire Général du Syndicat des Importateurs de Voitures) et Nabil Fahed (Vice President de la Chambre de Commerce de Beyrouth et Président du Syndicat des Propriétaires de Supermarchés), ainsi que des hauts responsables du secteur économique privé et certains membres du Conseil d Administration du RDCL. Cette rencontre fut clôturée par un vin d honneur. En annexe : Le compte rendu de la table ronde p 87

11 Tables Rondes et Débats 9 Août 2012

12 T ables Ro ndes et Dé bats 10 Août 2012 T able ro nde su r les Chè q u es Co mmerc iau x Le RDCL a organisé une Table Ronde le Jeudi 14 Juin 2012, concernant «Les Chèques Commerciaux : Postdatés, Endossés, Barrés» Cette rencontre a eu lieu en présence de plusieurs spécialistes ainsi que certains experts fiscaux, légaux et financiers, notamment: Me Pierre Kanaan (Chef du département juridique à la Banque Du Liban), le Juge Peter Germanos, Mr Adel Cortas (Ancien Ministre), M. Kamal Samaha (ancien membre de la Commission de Contrôle Bancaire), le Professeur Nasri Diab, Me Rony Araiji, Me Edmond Chammas, ainsi que des hauts responsables du secteur économique privé et certains membres du Conseil d Administration du RDCL. En annexe : Le communiqué de presse p 85

13 T ables Ro ndes et Dé bats 11 Août 2012 Ré u nio n du Co mité F isc al du RDCL av ec M r A lain B ifani concernant le financement des Sociétés «Holding» Les membres du Comité Fiscal du RDCL ont tenu une réunion avec le Directeur Général du Ministère des Finances M. Alain Bifani, le Mardi 26 Juin 2012 au RDCL, concernant la nouvelle loi sur le financement des sociétés «Holding» et ce, en présence de plusieurs spécialistes en matière fiscale, légale et en finance. L application de la dite loi et les décrets y relatifs ont été discutés en détails par les participants notamment leur conséquence sur nos entreprises. M. Bifani a pris note de tous les arguments exposés; il a été convenu d attendre les commentaires du Conseil d Etat et d agir conjointement en fonction. Le résultat des efforts joints et du «lobby» fourni et assidu ont été constructifs, étant donné que le Ministère des Finances a suspendu la décision concernant le financement des sociétés «holding».

14 T ables Ro ndes et Dé bats 12 Août 2012 T able Ro nde su r le «F inanc ement des E ntreprises Libanaises» Le RDCL a organisé une Table Ronde le Mardi 17 Juillet 2012, intitulée «Le Financement des Entreprises Libanaises : Les actions préférentielles (Preffered Shares) sont elles un outil envisageable?». Nous rappelons que depuis plusieurs mois, le Conseil d Administration du RDCL avait mandaté la «BEMO securitisation BESEC» de mener une enquête concernant les besoins du secteur privé en matière de financement sur base d un échantillon représentatif d entreprises libanaises et d investisseurs institutionnel. Au cours de cette réunion les résultats menées ont été présentés et argumentés et des recommandations ont été formulées afin de permettre une meilleure compréhension des enjeux économiques liés aux réformes en cours et une meilleure évaluation des attentes et des besoins de financements des entreprises Libanaises. Cette rencontre fut clôturée par un vin d honneur. Les résultats de cette étude et enquête seront envoyés et suivis de prés avec les instances économiques ainsi qu avec les commissions parlementaires et ministérielles concernées. En annexe : Le communiqué de presse p 83

15 Co nfé renc es 13 Août 2012 P artic ipatio n du RDCL au c o llo q u e «P o u r u ne gestio n du rable de no tre territo ire» o rganisé par le F F A Le RDCL a activement participé au colloque «Pour une Gestion durable de notre Territoire» organisé par le Forum Francophone Français (FFA) à L Ecole Supérieure des Affaires (ESA) les 28 et 29 Novembre Le développement durable est une vraie tendance de fond, amenée à faire évoluer profondément nos entreprises, tout en protégeant notre environnement. Il est donc du devoir du RDCL d en être le principal moteur et défendeur. Les attentes de la société sont considérables et reflètent le changement radical du paysage politique et économique mondial. Le rôle de nos entreprises s est nettement renforcé et nous sommes désormais tenus d obtenir des résultats dans des domaines qui relevaient auparavant des pouvoirs publics à titre exclusif. Voilà le pari que nous nous sommes lancés en pénétrant cette nouvelle phase cruciale du mouvement vers le développement durable! En annexe : Présentation et feuille de route préparée et présentée par le Président du RDCL Dr Fouad Zmokhol p 68 P F o F P E S A artic ipatio n du RDCL au «ru m Ré gio nal du ranç ais ro fessio nnel» à L' Le RDCL a activement participé au «Forum Régional du Français Professionnel» organisé par l Ecole Supérieure des Affaires (ESA), les 26 et 27 Mars 2012, en partenariat avec l Institut Français de l Ambassade de France au Liban, la Chambre de Commerce et d Industrie de Paris et l Agence Universitaire de la Francophonie. En annexe : L intervention du Président du RDCL, intitulée «La langue française: Quel avenir?» p 70

16 Co nfé renc es 14 Août 2012 P artic ipatio n du RDCL au x tables ro ndes o rganisé es par la B anq u e M o ndiale Le Président Dr Fouad Zmokhol a participé à deux tables rondes consultatives organisées par la Banque Mondiale sur les thèmes suivants: - «Jobs in the Middle East and North Africa (MENA region): opening up opportunities for all.» - «Workers Protection Systems: the role of wage policy, pension, unemployment benefits and health insurance.» Les principaux points argumentées par le Président Zmokhol sont résumés ci-dessous: La c ré atio n d emplo is: Il est indispensable que notre économie soit en mesure de créer environ emplois par an face à une offre d emplois de 3500 uniquement, représentant 5 fois plus! Le secteur public étant saturé, notre seul recours reste le secteur privé, formé à 80 % de petites et moyennes entreprises (PME). Ainsi, afin d encourager ces PME à croître et à offrir des opportunités d emploi, il faudrait: 1. Leur assurer des moyens de financement facilement accessible et à coût réduit. 2. Faciliter la création des entreprises et leur fermeture en cas d échec. 3. Permettre l emploi / licenciement suivant des contrats d embauche ainsi que l emploi en temps partiel. 4. Proposer des primes ou «incentive taxes «aux nouvelles sociétés (start up) surtout au cours des années de démarrage. L au gmentatio n de salaires: Le Président Zmokhol a réitéré sa position qui stipule que l Etat ne devrait intervenir que sur le salaire minimum tout en rappelant que le problème majeur réside dans la baisse du pouvoir d achat et du niveau de vie des ménages: conséquence de la crise économique mondiale. Il est crucial que les augmentations de salaires soient établies sur base de mérites, d expérience et de réussite et non d une manière unilatérale. Nous sommes partisans d un réajustement du salaire minimum tout en permettant aux salaires des tranches supérieures à s autoréguler par la loi d offre et de demande et par la concurrence de l emploi (au niveau de l entreprise, entre les différentes entreprises et entre les pays limitrophes ). Il faut se mettre d accord d ores et déjà sur un processus/mécanisme régulier suivant les règles internationales, proposant une révision régulière du salaire minimum, se basant sur les taux d inflation annuels (donnés par les organismes internationaux). D autre part, l objectif ultime devrait être de réduire les dépenses superflues des ménages: double facturation d électricité et d eau, dépenses de santé (en l absence d une sécurité sociale efficace), d éducation (en l absence d une éducation publique de niveau acceptable), de transport (en l absence de transport public). Ces objectifs ne pourront être atteints que par la participation du secteur privé et une restructuration complète de la politique sociale et économique, en priorité: l assurance vieillesse, les transports publics, la couverture médicale, la supervision des prix de la double facturation (eau / électricité..) avec des mesures à court, moyen et long terme. Les retraites: Le Président du RDCL a résumé le projet qui a été préparé et présenté par le RDCL en Septembre 2011, qui prend en compte les projets et les recommandations précédemment fournis et qui assure un salaire de fin de service égal à 40% du dernier salaire, divisant les contribuables en trois tranches en corrélations avec le salaire minimum, avec plafonnement. En annexe : La présentation du Président du RDCL p71

17 Co nfé renc es 15 Août 2012 P artic ipatio n du RDCL à la c o nfé renc e «T he Lebanese N G O Do no r F air» Le RDCL a activement participé le 03 Mai dernier, à la conférence «The Lebanese NGO Donor Fair» organisée par Middle East Partnership Initiative (MEPI), The Catholic Relief Service (CRS) et l Ambassade Américaine au Liban. Au nom du RDCL, le Président Fouad Zmokhol a essentiellement insisté sur l importance du secteur privé, «colonne vertébrale» de notre économie locale, ainsi que sur les initiatives privées sociales qui avancent à grande vitesse par rapport au secteur public qui demeure désormais complètement «gelé». Nos sociétés, nos idées, nos ressources humaines et nos talents s exportent dans le monde entier et nous importons par ailleurs les meilleures méthodes de gestion dans nos entreprises. Le concept de responsabilité sociale s est rapidement développé au Liban et les entreprises libanaises soutiennent de plus en plus leurs communautés, dans différents secteurs, à différentes échelles et de différentes façons. Nous sommes fiers des multiples succès qui ont été réalisés ces dernières années dans ce domaine ; le RDCL joue un rôle important sur la scène économique afin de promouvoir ce concept qui pourrait offrir des avantages aux sociétés ainsi qu à notre très cher pays. Les organisations non gouvernementales, présentes à la conférence, exposeront sans tarder leurs initiatives aux entreprises libanaises et le RDCL fera de son mieux pour transmettre les propositions et aider à trouver un financement aux différentes initiatives de la société civile à travers les entreprises privées. Ce n est que par une forte implication du secteur privé et de la société civile que nous pouvons faire évoluer notre pays!

18 Co nfé renc es 16 Août 2012 P artic ipatio n du RDCL à la Co nfé renc e «Introducing Lebanon New Capital Markets Law» Le RDCL a activement participé le Mardi 12 Juin 2012 à la conférence «Introducing Lebanon New Capital Markets Law» organisée par «Data Investment Consult» avec la participation de la Banque Centrale et la bourse de Beyrouth «Beirut Stock Exchange» En annexe : L'intervention du Dr Fouad Zmokhol p 81

19 CARTE BLANCHE 01/ Short Nº: 1332 Call Center: 1272

20

Compte Rendu de l Atelier. Participation du Secteur Privé dans les Infrastructures d Eau au Liban : Le Rôle des Banques. Le 9 décembre 2010

Compte Rendu de l Atelier. Participation du Secteur Privé dans les Infrastructures d Eau au Liban : Le Rôle des Banques. Le 9 décembre 2010 Compte Rendu de l Atelier Participation du Secteur Privé dans les Infrastructures d Eau au Liban : Le Rôle des Banques 1. Contexte Le 9 décembre 2010 Beyrouth - Liban Les besoins en investissement pour

Plus en détail

Le secteur bancaire syrien, levier de reprise Réalités et Perspectives

Le secteur bancaire syrien, levier de reprise Réalités et Perspectives Le secteur bancaire syrien, levier de reprise Réalités et Perspectives Juin 2013 Agenda Facteurs de développement du secteur bancaire syrien Le secteur bancaire syrien: performance solide, mais La Syrie

Plus en détail

Charte du tourisme durable

Charte du tourisme durable Annexes Charte du tourisme durable Annexe 1 Les participants de la Conférence mondiale du Tourisme durable, réunis à Lanzarote, îles Canaries, Espagne, les 27 et 28 avril 1995, Conscients que le tourisme

Plus en détail

MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION

MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION Transcontinental inc. (la Société) est une société dont les valeurs sous-tendent une saine gestion d entreprise. Son conseil d administration (le conseil) a pour mission

Plus en détail

Allocution de monsieur Ali HADDAD Président du Forum des Chefs d Entreprise

Allocution de monsieur Ali HADDAD Président du Forum des Chefs d Entreprise CONFERENCE SUR LES OPPORTUNITES D ECHANGES ET D INVESTISSEMENT ALGERIE USA Organisé par le Conseil d Affaires Algérie-USA (USABC) Et le Forum des Chefs d Entreprise (FCE) à Alger, le 2 Mars 2015 **********************************************

Plus en détail

CONCLUSIONS ET RECOMMANDATIONS DES TRAVAUX DE LA SEMAINE DE LA DIASPORA EDITION 2014

CONCLUSIONS ET RECOMMANDATIONS DES TRAVAUX DE LA SEMAINE DE LA DIASPORA EDITION 2014 REPUBLIQUE DU BURUNDI MINISTERE DES RELATIONS EXTERIEURES ET DE LA COOPERATION INTERNATIONALE CONCLUSIONS ET RECOMMANDATIONS DES TRAVAUX DE LA SEMAINE DE LA DIASPORA EDITION 2014 Au Gouvernement du Burundi

Plus en détail

La Délégation interministérielle à l intelligence économique (D2IE)

La Délégation interministérielle à l intelligence économique (D2IE) La Délégation interministérielle à l intelligence économique (D2IE) Qu est ce que l intelligence économique (IE)? L intelligence économique (IE) consiste à collecter, analyser, valoriser, diffuser et protéger

Plus en détail

LE SECTEUR DE L ÉNERGIE NUCLÉAIRE AU CANADA OÙ ALLONS-NOUS?

LE SECTEUR DE L ÉNERGIE NUCLÉAIRE AU CANADA OÙ ALLONS-NOUS? LE SECTEUR DE L ÉNERGIE NUCLÉAIRE AU CANADA OÙ ALLONS-NOUS? RÉSUMÉ DU RAPPORT Le Forum des politiques publiques est un organisme indépendant, sans but lucratif, qui s efforce de promouvoir l excellence

Plus en détail

POURQUOI LE GABON A-T-IL BESOIN DE STATISTIQUES FIABLES?

POURQUOI LE GABON A-T-IL BESOIN DE STATISTIQUES FIABLES? Mai 2010 POURQUOI LE GABON A-T-IL BESOIN DE STATISTIQUES FIABLES? Direction Générale des Statistiques Ministère de l Economie, du Commerce, de l Industrie et du Tourisme Pourquoi le Gabon a-t-il besoin

Plus en détail

RESTITUTION DES TRAVAUX EFFECTUES AU COURS DES TROIS DERNIERES SESSIONS DE LA CNUCED/ISAR

RESTITUTION DES TRAVAUX EFFECTUES AU COURS DES TROIS DERNIERES SESSIONS DE LA CNUCED/ISAR LE ROLE DE LA COMPTABILITE DANS LE DEVELOPPEMENT ECONOMIQUE SEMINAIRE ORGANISE PAR LE CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITE RESTITUTION DES TRAVAUX EFFECTUES AU COURS DES TROIS DERNIERES SESSIONS DE LA CNUCED/ISAR

Plus en détail

Réunion inaugurale du Réseau de la société civile du mouvement en faveur du renforcement de la nutrition 11 juin 2013, Washington D.C.

Réunion inaugurale du Réseau de la société civile du mouvement en faveur du renforcement de la nutrition 11 juin 2013, Washington D.C. Réunion inaugurale du Réseau de la société civile du mouvement en faveur du renforcement de la nutrition 11 juin 2013, Washington D.C. Résumé La réunion inaugurale du Réseau de la société civile du mouvement

Plus en détail

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE COMITÉ DU DÉVELOPPEMENT ET DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE (CDIP)

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE COMITÉ DU DÉVELOPPEMENT ET DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE (CDIP) OMPI CDIP/5/5 Corr. ORIGINAL : anglais DATE : 21 juillet 2010 ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE F COMITÉ DU DÉVELOPPEMENT ET DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE (CDIP) Cinquième session

Plus en détail

Le volleyball est notre sport, notre passion, notre communauté nous inspirons les Canadiens à embrasser le volleyball pour la vie

Le volleyball est notre sport, notre passion, notre communauté nous inspirons les Canadiens à embrasser le volleyball pour la vie Le volleyball est notre sport, notre passion, notre communauté nous inspirons les Canadiens à embrasser le volleyball pour la vie Révision du plan stratégique de Volleyball Canada février 2009 Table des

Plus en détail

Remise de l Ordre National du Mérite à Mmes Elena Vladimirovna Danilova et Natalia Vladimirovna Orlova. Moscou 26 ami 2014

Remise de l Ordre National du Mérite à Mmes Elena Vladimirovna Danilova et Natalia Vladimirovna Orlova. Moscou 26 ami 2014 Remise de l Ordre National du Mérite à Mmes Elena Vladimirovna Danilova et Natalia Vladimirovna Orlova Moscou 26 ami 2014 Discours de M. Jean-Maurice Ripert Ambassadeur de France en Russie Chère Elena

Plus en détail

Partie I L Allemagne

Partie I L Allemagne Partie I L Allemagne Avant-propos L Allemagne est le premier partenaire économique de la France, le plus grand marché de consommateurs en Europe et, selon la banque mondiale, c est le pays qui est actuellement

Plus en détail

POLITIQUE SCIENCE, TECHNOLOGIE ET INNOVATION DE LA CEDEAO (ECOPOST)

POLITIQUE SCIENCE, TECHNOLOGIE ET INNOVATION DE LA CEDEAO (ECOPOST) POLITIQUE SCIENCE, TECHNOLOGIE ET INNOVATION DE LA CEDEAO Présenté par: Prof. Dr. Djénéba TRAORE Directrice Générale Institut de l Afrique de l Ouest Email: Djeneba.Traore@iao.gov.cv Site web: www.westafricainstitute.org

Plus en détail

Succès d une entreprise étrangère dans la pénétration du secteur financier en Amérique Latine

Succès d une entreprise étrangère dans la pénétration du secteur financier en Amérique Latine Succès d une entreprise étrangère dans la pénétration du secteur financier en Amérique Latine Coface - Natixis a décidé d internationaliser son activité d assurance crédit en Amérique Latine en 1997. Le

Plus en détail

Secrétariat d Etat auprès du Premier Ministre chargé des Technologies Nouvelles

Secrétariat d Etat auprès du Premier Ministre chargé des Technologies Nouvelles République Islamique de Mauritanie Honneur Fraternité - Justice Secrétariat d Etat auprès du Premier Ministre chargé des Technologies Nouvelles Communication de Madame la Secrétaire d Etat Fatimetou Mint

Plus en détail

EXPANDING SERVICES AND GROWING : INSTITUT AFRICAIN DE GESTION URBAINE

EXPANDING SERVICES AND GROWING : INSTITUT AFRICAIN DE GESTION URBAINE EXPANDING SERVICES AND GROWING : INSTITUT AFRICAIN DE GESTION URBAINE L IAGU est une ONG internationale spécialisée dans la recherche/action, l appui technique et l information dans le domaine de l environnement

Plus en détail

PRESENTATION. HR Excellium Tél : 03/88/15/07/63

PRESENTATION. HR Excellium Tél : 03/88/15/07/63 PRESENTATION HR Excellium Tél : 03/88/15/07/63 Zone aéroparc2 Contact : M Jean-Claude REBISCHUNG 3 rue des Cigognes Email : info@hrexcellium.fr 67960 Strasbourg-aéroport Site web : www.hrexcellium.fr (en

Plus en détail

GROUPE TMX LIMITÉE. (anciennement la Corporation d Acquisition Groupe Maple) (la «société») MANDAT DU CONSEIL

GROUPE TMX LIMITÉE. (anciennement la Corporation d Acquisition Groupe Maple) (la «société») MANDAT DU CONSEIL 1. Généralités GROUPE TMX LIMITÉE (anciennement la Corporation d Acquisition Groupe Maple) (la «société») MANDAT DU CONSEIL Le conseil d administration de la société (le «conseil») a pour principale responsabilité

Plus en détail

PREMIERE PARTIE POLITIQUE D INVESTISSEMENT SS?

PREMIERE PARTIE POLITIQUE D INVESTISSEMENT SS? STRUCTURE DU CADRE DE POLITIQUE D INVESTISSEMENT DE LA CEDEAO Dr Jonathan A Aremu Consultant Marché commun d investissement de la CEDEAO Département du Secteur Privé Tel: 234-1-8033061476 E-mail: marketlinkconsults@yahoo.com

Plus en détail

Demande de propositions (DP) 13-1415. Services de recrutement d un ou d une cadre de direction. La Société du Paysage de Grand- Pré

Demande de propositions (DP) 13-1415. Services de recrutement d un ou d une cadre de direction. La Société du Paysage de Grand- Pré La Société du Paysage de Grand- Pré Demande de propositions (DP) 13-1415 Services de recrutement d un ou d une cadre de direction Page 1 de 8 Page 2 de 8 Demande de propositions pour des services de recrutement

Plus en détail

Lettre de soutien. Paris, le 30 août 2012

Lettre de soutien. Paris, le 30 août 2012 Lettre de soutien Paris, le 30 août 2012 Secrétariat du Forum Mondial sur le Droit, la justice et le Développement c/o La Banque Mondiale Vice présidence juridique 1818 H Street N.W. Washington D.C. 20433

Plus en détail

La formation interministérielle

La formation interministérielle 1 La formation interministérielle La formation interministérielle mise en œuvre par la DGAFP s organise autour des trois axes suivants : La formation interministérielle déconcentrée dont les acteurs principaux

Plus en détail

Les priorités de Sylvia PINEL pour le secteur de la restauration & Le bilan du contrat d avenir. Dossier de presse

Les priorités de Sylvia PINEL pour le secteur de la restauration & Le bilan du contrat d avenir. Dossier de presse Les priorités de Sylvia PINEL pour le secteur de la restauration & Le bilan du contrat d avenir Dossier de presse Vendredi 23 novembre 2012 Contact presse : Cabinet de Sylvia PINEL Nadhéra BELETRECHE 01

Plus en détail

RESULTATS 2014 Swiss Life France enregistre une bonne progression de son résultat associée à une croissance soutenue

RESULTATS 2014 Swiss Life France enregistre une bonne progression de son résultat associée à une croissance soutenue Paris, le 05/03/2015 RESULTATS 2014 Swiss Life France enregistre une bonne progression de son résultat associée à une croissance soutenue Swiss Life France annonce une progression de son résultat opérationnel

Plus en détail

CONFERENCE SOUS LE THEME

CONFERENCE SOUS LE THEME CONFERENCE SOUS LE THEME «Enjeux et modes opératoires de la délégation de la Centrale des Risques de Bank AL-Maghrib» ALLOCUTION INAUGURALE DE MONSIEUR LE GOUVERNEUR DE BANK AL-MAGHRIB Rabat lundi 26 Novembre

Plus en détail

De meilleures statistiques pour des vies meilleures. PARIS21 Partenariat statistique au service du développement au XXIe siècle

De meilleures statistiques pour des vies meilleures. PARIS21 Partenariat statistique au service du développement au XXIe siècle De meilleures statistiques pour des vies meilleures PARIS21 Partenariat statistique au service du développement au XXIe siècle Présentation de PARIS21 PARIS21 est l acronyme de l anglais Partnership in

Plus en détail

Renforcer un environnement des affaires propice pour les femmes dans les économies arabes Conclusions de la Conférence

Renforcer un environnement des affaires propice pour les femmes dans les économies arabes Conclusions de la Conférence Renforcer un environnement des affaires propice pour les femmes dans les économies arabes Conclusions de la Conférence Beyrouth, Liban, 24 novembre 2010 CONCLUSIONS DE LA CONFÉRENCE «RENFORCER UN ENVIRONNEMENT

Plus en détail

Communication on progress (COP) / en cours. Intégration des principes du «UNITED NATION GLOBAL COMPACT» au sein du GROUPE BSL.

Communication on progress (COP) / en cours. Intégration des principes du «UNITED NATION GLOBAL COMPACT» au sein du GROUPE BSL. Communication on progress (COP) / en cours Intégration des principes du «UNITED NATION GLOBAL COMPACT» au sein du GROUPE BSL. 1 er RAPPORT DE COMMUNICATION SUR NOS ENGAGEMENTS Date : 23/06/2014 1. INTRODUCTION

Plus en détail

Charles Sirois. Bagoré Bathily

Charles Sirois. Bagoré Bathily ENABLIS SENEGAL Charles Sirois Président Fondateur d Enablis Global Le monde ne peut se passer de l Afrique; les cultures, le talent, les richesses naturelles que l on retrouve en Afrique, l humanité

Plus en détail

1. Introduction p3 2. Le conseil des étudiants: description p3 3.La Haute Ecole

1. Introduction p3 2. Le conseil des étudiants: description p3 3.La Haute Ecole Sommaire 1. Introduction p3 2. Le conseil des étudiants: description p3 3.La Haute Ecole p5 3.1. Une Haute Ecole, c est quoi? p5 3.2. Les organes participatifs de la Haute Ecole & les différents conseils

Plus en détail

REUNION DU COMITE DE PILOTAGE DE L INITIATIVE OCDE - MENA POUR LA GOUVERNANCE ET L INVESTISSEMENT A L APPUI DU DEVELOPPEMENT

REUNION DU COMITE DE PILOTAGE DE L INITIATIVE OCDE - MENA POUR LA GOUVERNANCE ET L INVESTISSEMENT A L APPUI DU DEVELOPPEMENT ROYAUME DU MAROC REUNION DU COMITE DE PILOTAGE DE L INITIATIVE OCDE - MENA POUR LA GOUVERNANCE ET L INVESTISSEMENT A L APPUI DU DEVELOPPEMENT DISCOURS D OUVERTURE M. Driss EL AZAMI EL IDRISSI Ministre

Plus en détail

«seul le prononcé fait foi»

«seul le prononcé fait foi» «seul le prononcé fait foi» Discours à l occasion du séminaire transition énergétique et écologique Services de l Etat en Aquitaine Lundi 15 décembre 2014 Messieurs les Préfets, Mesdames et Messieurs les

Plus en détail

Séminaire Intersession du Groupe Francophone Jeudi 28 mai 2015, Hôtel Royal, Genève

Séminaire Intersession du Groupe Francophone Jeudi 28 mai 2015, Hôtel Royal, Genève COMPTE-RENDU Séminaire Intersession du Groupe Francophone Jeudi 28 mai 2015, Hôtel Royal, Genève SYNTHÈSE GÉNÉRALE En vue de préparer sa participation à la 29 e session du Conseil des droits de l Homme

Plus en détail

ENTREPRENEURS RÉSILIENTS CONTRIBUENT AUX VILLES RÉSILIENTES.

ENTREPRENEURS RÉSILIENTS CONTRIBUENT AUX VILLES RÉSILIENTES. ENTREPRENEURS RÉSILIENTS CONTRIBUENT AUX VILLES RÉSILIENTES. ORGANISATEURS INTRODUCTION Efforts vers la Résilience Développement du secteur privé LES VILLES RÉSILIENTES? La résilience est la capacité d

Plus en détail

Guide. méthodologique. Réduction des risques naturels en zone urbaine en Haïti

Guide. méthodologique. Réduction des risques naturels en zone urbaine en Haïti Guide méthodologique Réduction des risques naturels en zone urbaine en Haïti mieux prendre en compte le risque naturel dans l urbanisation et l aménagement du territoire Préface Monsieur Yves Germain

Plus en détail

Agir pour le développement économique et l innovation dans les vallées hydrauliques

Agir pour le développement économique et l innovation dans les vallées hydrauliques Agir pour le développement économique et l innovation dans les vallées hydrauliques Raphaël Mehr Directeur de l Unité de Production Hydraulique Est EDF s engage en faveur du développement économique et

Plus en détail

Banque Africaine de Développement

Banque Africaine de Développement The Next 50 Years: The Africa We Want Banque Africaine de Développement Programme Provisoire Côte d Ivoire, Abidjan, 25 29 mai 2015 Samedi 23 et dimanche 24 mai 2015, de 9 h à 17 h : Enregistrement des

Plus en détail

«LES MERCREDI DE L ENA» Termes de référence DANS LES PAYS DE L UEMOA»

«LES MERCREDI DE L ENA» Termes de référence DANS LES PAYS DE L UEMOA» REPUBLIQUE DU SENEGAL =-=-=-= PRIMATURE =-=-=-= ECOLE NATIONALE D ADMINISTRATION =-=-=-= «LES MERCREDI DE L ENA» Edition spéciale Termes de référence THEME : «REFORMES DES FINANCES PUBLIQUES DANS LES PAYS

Plus en détail

Campagne de Développement 2010-2012. Ensemble, développons RMS!

Campagne de Développement 2010-2012. Ensemble, développons RMS! Campagne de Développement 2010-2012 Ensemble, développons RMS! RMS : une stratégie de développement dans laquelle s inscrit la Fondation Les valeurs de RMS Innovation et esprit d entreprise Excellence

Plus en détail

14 ème RENCONTRE GOUVERNEMENT / SECTEUR PRIVE Thème : «Problématique du financement des PME/PMI au Burkina Faso : enjeux, défis et perspectives»

14 ème RENCONTRE GOUVERNEMENT / SECTEUR PRIVE Thème : «Problématique du financement des PME/PMI au Burkina Faso : enjeux, défis et perspectives» De 14 ème RENCONTRE GOUVERNEMENT / SECTEUR PRIVE Thème : «Problématique du financement des PME/PMI au Burkina Faso : enjeux, défis et perspectives» Mot liminaire de la Chambre de Commerce et d Industrie

Plus en détail

Rôle des stratégies nationales de financement du développement durable

Rôle des stratégies nationales de financement du développement durable REPUBLIQUE DU SENEGAL UN PEUPLE - UN BUT - UNE FOI ****** MINISTERE DE L ECONOMIE, DES FINANCES ET DU PLAN PROCESSUS PREPARATOIRE DE LA TROISIEME CONFERENCE INTERNATIONALE SUR LE FINANCEMENT DU DEVELOPPEMENT

Plus en détail

Rappel du PARCOURS DE LA BOURSE D ALGER.

Rappel du PARCOURS DE LA BOURSE D ALGER. Journée de restitution des Travaux relatifs a la Reforme du Marché Financier Intervention du Directeur National du Projet de la Reforme du Marché Financier en Algérie Messieurs les ministres, les PDG des

Plus en détail

TEMBEC INC. MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION

TEMBEC INC. MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION 1 TEMBEC INC. MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION I. INTRODUCTION A. Objet et objectifs Le Conseil d administration (le «Conseil») de la société par actions Tembec Inc. (la «Société») est responsable de

Plus en détail

Termes de référence pour le recrutement d un consultant en communication

Termes de référence pour le recrutement d un consultant en communication Termes de référence pour le recrutement d un consultant en communication A. Contexte La Conférence des Ministres de l Éducation des États et gouvernements de la Francophonie (CONFEMEN) est une organisation

Plus en détail

Le web dans la formation des enseignants

Le web dans la formation des enseignants Fatiha Mamache amamache@ushb.dz USTHB Avril 2013 Plan Introduction Pourquoi parle-t-on de formation des enseignants du supérieur? Comment accueillir et encadrer les enseignants débutants? L université

Plus en détail

ALLEMAGNE. AM021f-Y 1

ALLEMAGNE. AM021f-Y 1 ALLEMAGNE AM021f-Y 1 M. Levin Holle, Directeur de section, Chef de la délégation allemande Discours de la délégation allemande à l occasion de l Assemblée annuelle 2013 de la BERD Nous sommes heureux que

Plus en détail

Conférence internationale sur les Energies renouvelables et efficacité énergétique

Conférence internationale sur les Energies renouvelables et efficacité énergétique Conférence internationale sur les Energies renouvelables et efficacité énergétique Instruments novateurs en matière de politique et de financement pour les pays voisins au sud et à l est de l Union européenne

Plus en détail

L Observatoire des coûts d envoi d argent à l étranger depuis la France CHARTE SOCIETE CIVILE

L Observatoire des coûts d envoi d argent à l étranger depuis la France CHARTE SOCIETE CIVILE L Observatoire des coûts d envoi d argent à l étranger depuis la France CHARTE SOCIETE CIVILE 1. Objet de la Charte L objet de la présente charte (ci-après la «Charte») est de définir les modalités de

Plus en détail

Découvrez l avantage Raymond James

Découvrez l avantage Raymond James Découvrez l avantage Raymond James En choisissant Raymond James, vous obtenez davantage que des services d un conseiller financier d expérience. Son but : répondre à vos besoins. Vous bénéficiez aussi

Plus en détail

Profil de compétences Directeur de projets SECTEUR BANCAIRE

Profil de compétences Directeur de projets SECTEUR BANCAIRE Profil de compétences Directeur de projets SECTEUR BANCAIRE PENSÉE ET VISION STRATÉGIQUE Avoir une perspective globale des enjeux actuels et futurs du client ainsi que de définir des orientations visant

Plus en détail

Refondation de l Ecole De la République. Contribution des CCI de France

Refondation de l Ecole De la République. Contribution des CCI de France Refondation de l Ecole De la République Contribution des CCI de France Octobre 2012 Etablissements publics dirigés par des chefs d entreprises élus par leurs pairs, les CCI de France assurent globalement

Plus en détail

TRAINFORTRADE EQUIPE CENTRALE

TRAINFORTRADE EQUIPE CENTRALE TRAINFORTRADE TRAINFORTRADE EQUIPE CENTRALE TRAINFORTRADE CNUCED Division de l infrastructure des services pour le développement et l efficacité commerciale (SITE) Palais des Nations CH-1211 Genève 10

Plus en détail

Fiche de capitalisation ADEMA Séminaire ID-DL Bénin Novembre 2013

Fiche de capitalisation ADEMA Séminaire ID-DL Bénin Novembre 2013 Fiche de capitalisation ADEMA Séminaire ID-DL Bénin Novembre 2013 1. L expérience analysée L animation de la concertation dans le processus d élaboration du Plan Communal de Développement (PCD) de Jean

Plus en détail

Rapport de transparence. Exercice clos le 30 juin 2014 Cabinet EXCO COTE D'AZUR

Rapport de transparence. Exercice clos le 30 juin 2014 Cabinet EXCO COTE D'AZUR Rapport de transparence Exercice clos le 30 juin 2014 Cabinet EXCO COTE D'AZUR Table des matières Préambule... 1 Présentation de Kreston International LTD... 2 Structure juridique et principaux chiffres...

Plus en détail

Vous êtes à la tête d une petite entreprise et vous souhaitez booster votre business?

Vous êtes à la tête d une petite entreprise et vous souhaitez booster votre business? présente Vous êtes à la tête d une petite entreprise et vous souhaitez booster votre business? Vous avez créé récemment votre start-up et vous cherchez des soutiens pour accélérer votre croissance? Vous

Plus en détail

PROFIL DE L ENTREPRISE

PROFIL DE L ENTREPRISE PROFIL DE L ENTREPRISE ACT EST UN CABINET DE CONSEIL ET DE FACILITATION À VOCATION PANAFRICAINE Créé en avril 2012, le cabinet ACT est implanté à Dakar, au Sénégal. ACT a composé une équipe d experts confirmés

Plus en détail

L immigration : une solution à la rareté de maind œuvre et un levier de développement économique? 35 e Congrès de l ASDEQ 13 mai 2010

L immigration : une solution à la rareté de maind œuvre et un levier de développement économique? 35 e Congrès de l ASDEQ 13 mai 2010 L immigration : une solution à la rareté de maind œuvre et un levier de développement économique? 35 e Congrès de l ASDEQ 13 mai 2010 Mission PÔLE Québec Chaudière-Appalaches a pour mission de contribuer

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social Nations Unies Conseil économique et social ECE/CECI/CONF.10/1 Distr. générale 23 novembre 2010 Français Original: anglais Commission économique pour l Europe Comité de la coopération et de l intégration

Plus en détail

Les orientations stratégiques en matière de prévention des risques professionnels 2012-2013 s inscrivent dans le cadre : PREAMBULE

Les orientations stratégiques en matière de prévention des risques professionnels 2012-2013 s inscrivent dans le cadre : PREAMBULE Les présentes orientations stratégiques ministérielles ont reçu l avis favorable du CHSCT ministériel de l éducation nationale, en sa séance du 10 octobre 2012 Direction générale des ressources humaines

Plus en détail

COMITE DIRECTEUR DE LA CULTURE, DU PATRIMOINE ET DU PAYSAGE (CDCPP)

COMITE DIRECTEUR DE LA CULTURE, DU PATRIMOINE ET DU PAYSAGE (CDCPP) COMITE DIRECTEUR DE LA CULTURE, DU PATRIMOINE ET DU PAYSAGE (CDCPP) CDCPP (2012) 9 le 20 mars 2012 lère Session Plénière Strasbourg, 14-16 mai 2012 CONVENTION EUROPEENNE DU PAYSAGE 10e Réunion du Conseil

Plus en détail

Communiqué de presse ALTER PERFORMANCE, un modèle de start up qui a le vent en poupe

Communiqué de presse ALTER PERFORMANCE, un modèle de start up qui a le vent en poupe Dossier de presse Communiqué de presse ALTER PERFORMANCE, un modèle de start up qui a le vent en poupe ALTER PERFORMANCE est une nouvelle société de conseil qui a fait le choix d'accompagner les TPE-PME

Plus en détail

L entrepreneur. 1. Qu est ce que l entrepreneur?

L entrepreneur. 1. Qu est ce que l entrepreneur? L 1. Qu est ce que l? Un est celui qui observe son environnement, identifie les opportunités qui se présentent eu plan économique ou social, réunit les moyens nécessaires, met en œuvre l activité et en

Plus en détail

Présenté devant la Commission des finances publiques du Québec Dans le cadre des consultations sur le Projet de loi 130

Présenté devant la Commission des finances publiques du Québec Dans le cadre des consultations sur le Projet de loi 130 POUR LE MAINTIEN DU CONSEIL DES AÎNÉS Présenté devant la Commission des finances publiques du Québec Dans le cadre des consultations sur le Projet de loi 130 1 er février 2011 Réseau FADOQ Responsables

Plus en détail

+ engagements. Charte. de l ouverture à la société

+ engagements. Charte. de l ouverture à la société 2009 Charte de l ouverture à la société + engagements 3 3 «Toute personne a le droit, dans les conditions et les limites définies par la loi, d accéder aux informations relatives à l environnement détenues

Plus en détail

Intervention du Directeur d AFRITAC de l Ouest, M. Jean Le DEM, lors de la présentation par visioconférence du projet de mise en œuvre des

Intervention du Directeur d AFRITAC de l Ouest, M. Jean Le DEM, lors de la présentation par visioconférence du projet de mise en œuvre des Intervention du Directeur d AFRITAC de l Ouest, M. Jean Le DEM, lors de la présentation par visioconférence du projet de mise en œuvre des dispositions de Bale II et Bale III dans l UMOA. Lieu : Salle

Plus en détail

Et si votre carrière s inventait avec. mc 2 i Groupe? 5 RAISONS DE NOUS REJOINDRE - www.mc2i.fr

Et si votre carrière s inventait avec. mc 2 i Groupe? 5 RAISONS DE NOUS REJOINDRE - www.mc2i.fr Et si votre carrière s inventait avec mc 2 i Groupe? 5 RAISONS DE NOUS REJOINDRE - www.mc2i.fr mc 2 i Groupe Des missions de conseil en systèmes d information, à forte valeur ajoutée Depuis sa création

Plus en détail

M. Godin fait partie des bâtisseurs de l industrie des technologies de l information. Il a pavé la voie pour de nombreux autres entrepreneurs

M. Godin fait partie des bâtisseurs de l industrie des technologies de l information. Il a pavé la voie pour de nombreux autres entrepreneurs Monsieur l Ambassadeur, Monsieur le Délégué général, Monsieur Maynard - Président la Chambre de commerce France-Canada, Monsieur Godin, Distingués invités, Mesdames et Messieurs, Mon nom est Eric Lemieux,

Plus en détail

POLITIQUE DE PROMOTION DE LA PME EN ALGERIE

POLITIQUE DE PROMOTION DE LA PME EN ALGERIE RÉPUBLIQUE ALGÉRIENNE DÉMOCRATIQUE ET POPULAIRE Ministère de l Industrie, de la PME et de la Promotion de l Investissement POLITIQUE DE PROMOTION DE LA PME EN ALGERIE SAID BENDRIMIA DIRECTEUR D ETUDES/

Plus en détail

Rapport de Responsabilité Sociétale d Entreprise 2013-2014

Rapport de Responsabilité Sociétale d Entreprise 2013-2014 Rapport de Responsabilité Sociétale d Entreprise 2013-2014 Le sens de notre action Les questions relatives à l amélioration du cadre de vie et au bien-être des hommes sont des préoccupations sociétales

Plus en détail

Master de Sciences Po Affaires internationales Environnement, développement durable et risques

Master de Sciences Po Affaires internationales Environnement, développement durable et risques Master de Sciences Po Affaires internationales Environnement, développement durable et risques 1. OBJECTIFS DE LA FORMATION La valeur ajoutée de cette formation de haut niveau réside dans son caractère

Plus en détail

Ghana, de l Inde, de la Jordanie, du Kenya, du Mexique, de New Zélande, du Portugal, de Serbie et du Royaume Uni.

Ghana, de l Inde, de la Jordanie, du Kenya, du Mexique, de New Zélande, du Portugal, de Serbie et du Royaume Uni. Principes de Belgrade sur la relation entre les Institutions nationales des droits de l Homme et les Parlements (Belgrade, Serbie, les 22-23 février 2012) Le séminaire international de février 2012 sur

Plus en détail

CONTEXTE. Union des Tunisiens de Québec Page 1

CONTEXTE. Union des Tunisiens de Québec Page 1 CONTEXTE L Union des Tunisiens de Québec (UTQ), et en présence du Consul de la Tunisie à Montréal, a organisé le 18 février 2012 le premier forum sur les préoccupations de la communauté tunisienne de la

Plus en détail

Les Rencontres Européennes de Cluj - Transylvanie. 2E3D «eau, énergie, déchets et développement durable» 9, 10, 11 mai 2013

Les Rencontres Européennes de Cluj - Transylvanie. 2E3D «eau, énergie, déchets et développement durable» 9, 10, 11 mai 2013 Les Rencontres Européennes de Cluj - Transylvanie 2E3D «eau, énergie, déchets et développement durable» 9, 10, 11 mai 2013 Cluj-Napoca / Transylvanie http://www.institutfrancais-roumanie.com Appel à contribution

Plus en détail

Vos affaires sont nos affaires! Programme d actions

Vos affaires sont nos affaires! Programme d actions Vos affaires sont nos affaires! Programme d actions Orkhan Aslanov/ Fotolia.com > Suivez le guide nous saisissons vos opportunités de marchés publics! > Gardons Avec le Centre de Veille le contact nous

Plus en détail

http://www.economie.gouv.fr

http://www.economie.gouv.fr PIERRE MOSCOVICI MINISTRE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES http://www.economie.gouv.fr Discours de Pierre MOSCOVICI, Ministre de l Economie et des Finances Conférence de presse pour le lancement de la Banque

Plus en détail

L évolution du G20 et de l économie mondiale - Perspective du ministère des Finances

L évolution du G20 et de l économie mondiale - Perspective du ministère des Finances L évolution du G20 et de l économie mondiale - Perspective du ministère des Finances Présentation à l Association des économistes québécois Par Jean-François Perrault Direction des finances et des échanges

Plus en détail

ASSOCIATION BULGARE DE L INDUSTRIE METALLURGIQUE /АBIM/

ASSOCIATION BULGARE DE L INDUSTRIE METALLURGIQUE /АBIM/ ASSOCIATION BULGARE DE L INDUSTRIE METALLURGIQUE /АBIM/ Carte routière de restucturation dans le secteur métallurgique - gestion de la restructuration, inclusion active des partenaire sociaux, diffusion

Plus en détail

ORDRE DES PROFESSIONNELS COMPTABLES DU BURUNDI «OPC»

ORDRE DES PROFESSIONNELS COMPTABLES DU BURUNDI «OPC» ORDRE DES PROFESSIONNELS COMPTABLES DU BURUNDI «OPC» Par Pierre-Claver NZOHABONAYO SECRETAIRE GENERAL ORDRE DES PROFESSIONNELS COMPTABLES «OPC» 1. OBJECTIFS Dès sa création, l OPC vise une régulation articulée

Plus en détail

IUCN Position Paper. Première réunion de l Assemblée Plénière d IPBES, 3-7 Octobre 2011, Nairobi, Kenya

IUCN Position Paper. Première réunion de l Assemblée Plénière d IPBES, 3-7 Octobre 2011, Nairobi, Kenya Position de l UICN IUCN Position Paper LA VISION DE L UICN POUR UNE PLATEFORME INTERGOUVERNEMENTALE ET PLURI-ACTEURS SCIENTIFIQUE ET POLITIQUE SUR LA BIODIVERSITE ET LES SERVICES ECOSYSTEMIQUES (IPBES)

Plus en détail

N 362. Votre Revue de Presse Du 24/ 03 /2015. press@conect.org.tn tel : +216 31 330 330 Fax: +216 71 231 059 CONECT 2015

N 362. Votre Revue de Presse Du 24/ 03 /2015. press@conect.org.tn tel : +216 31 330 330 Fax: +216 71 231 059 CONECT 2015 N 362 By Votre Revue de Presse Du 24/ 03 /2015 press@conect.org.tn tel : +216 31 330 330 Fax: +216 71 231 059 CONECT 2015 Création d entreprises Nouveaux promoteursle parcours d obstacles Les jeunes promoteurs

Plus en détail

CONSEIL DES MINISTRES

CONSEIL DES MINISTRES CONSEIL DES MINISTRES LE PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE A REUNI LE CONSEIL DES MINISTRES AU PALAIS DE L ÉLYSEE LE MERCREDI 28 OCTOBRE 2015 À L ISSUE DU CONSEIL, LE SERVICE DE PRESSE DE LA PRESIDENCE DE LA

Plus en détail

DES MOMENTS GRATIFIANTS ET STIMULANTS TOUS LES JOURS L EXPÉRIENCE DES FRANCHISÉS KUMON

DES MOMENTS GRATIFIANTS ET STIMULANTS TOUS LES JOURS L EXPÉRIENCE DES FRANCHISÉS KUMON DES MOMENTS GRATIFIANTS ET STIMULANTS TOUS LES JOURS L EXPÉRIENCE DES FRANCHISÉS KUMON LE PROGRAMME KUMON Découvrez le sentiment d épanouissement personnel que peut vous procurer la réalisation du plein

Plus en détail

SOMMAIRE DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION

SOMMAIRE DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION SOMMAIRE DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION Rapport d évaluation final de l Initiative de la nouvelle économie (INÉ) Date : le 17 mars 2010 Programme de l INÉ : contexte Dans le cadre du plan du gouvernement

Plus en détail

Termes de référence du séminaire sur le cadre d élaboration et de mise en œuvre du plan de trésorerie de l Etat

Termes de référence du séminaire sur le cadre d élaboration et de mise en œuvre du plan de trésorerie de l Etat FONDS MONETAIRE INTERNATIONAL Centre Régional d Assistance Technique pour l Afrique Centrale AFRITAC Centre Libreville, Gabon Termes de référence du séminaire sur le cadre d élaboration et de mise en œuvre

Plus en détail

Pendant 18 mois : un dispositif exceptionnel pour mobiliser et donner à voir les solutions Climat

Pendant 18 mois : un dispositif exceptionnel pour mobiliser et donner à voir les solutions Climat Pendant 18 mois : un dispositif exceptionnel pour mobiliser et donner à voir les solutions Climat En perspective de la Conférence Mondiale des Nations Unies sur le Climat qui se tiendra à Paris en décembre

Plus en détail

«LE Capital-Investissement : accelerateur de croissance de l economie tunisienne»

«LE Capital-Investissement : accelerateur de croissance de l economie tunisienne» «accelerateur de croissance de l economie tunisienne» Note conceptuelle LE MOT DU PRESIDENT Le Capital-Investissement - ou Private Equity - est un des moteurs du financement de l économie réelle et du

Plus en détail

COMMISSION DE L ÉCONOMIE, DU COMMERCE, DU TRAVAIL ET DES BLOCS COMMERCIAUX

COMMISSION DE L ÉCONOMIE, DU COMMERCE, DU TRAVAIL ET DES BLOCS COMMERCIAUX PARLEMENTAIRE DE S COMMISSION DE L ÉCONOMIE, DU COMMERCE, DU TRAVAIL ET DES BLOCS COMMERCIAUX La Commission de l économie, du commerce, du travail et des blocs commerciaux examine les questions économiques

Plus en détail

Qu est-ce que la Gestion des Ressources Humaines?

Qu est-ce que la Gestion des Ressources Humaines? Qu est-ce que la Gestion des Ressources Humaines? Chapitre 1 La gestion des ressources humaines (GRH) peut être définie comme la gestion des hommes au travail dans des organisations (Martory et Crozet,

Plus en détail

Stratégie de prospection. et de développement. des marchés hors Québec. 2009 sommaire

Stratégie de prospection. et de développement. des marchés hors Québec. 2009 sommaire Stratégie de prospection et de développement des marchés hors Québec 2009 sommaire 2013 1 Rédaction Direction du développement des marchés et de l exportation Transformation Alimentaire Québec Ministère

Plus en détail

LA MAISON RÉGIONALE DES ENTREPRISES

LA MAISON RÉGIONALE DES ENTREPRISES LA MAISON RÉGIONALE DES ENTREPRISES I. Présentation de l action La Région Guadeloupe a créé en 2007 une Agence régionale de développement économique (ARDE) afin de se doter d un outil performant capable

Plus en détail

Une proposition de partenariat pour l éducation primaire

Une proposition de partenariat pour l éducation primaire Une proposition de partenariat pour l éducation primaire Le Gouvernement de la République Démocratique du Congo et la communauté internationale poursuivent un objectif commun pour la stabilité et le développement

Plus en détail

POUR DIFFUSION AUX AGENTS. CONSEILLER EN HYGIENE ET PROPRETE (h/f) B- TECHNICIEN TERRITORIAL C- AGENT DE MAITRISE C- ADJOINT TECHNIQUE BOBIGNY

POUR DIFFUSION AUX AGENTS. CONSEILLER EN HYGIENE ET PROPRETE (h/f) B- TECHNICIEN TERRITORIAL C- AGENT DE MAITRISE C- ADJOINT TECHNIQUE BOBIGNY MESDAMES ET MESSIEURS LES DIRECTEURS ET CHEFS DE SERVICE PPRS/DGP/ERH4/CP/FG/DEJ/N 13-21( 1 bis) Equipe RH 4 01 43 93 89 45 POUR DIFFUSION AUX AGENTS POSTE A POURVOIR : DIRECTION ET SERVICE : CATEGORIE

Plus en détail

Paris Europlace Forum financier international 20 avril 2015 «FAVORISER LA CROISSANCE ÉCONOMIQUE EN EUROPE»

Paris Europlace Forum financier international 20 avril 2015 «FAVORISER LA CROISSANCE ÉCONOMIQUE EN EUROPE» Paris Europlace Forum financier international 20 avril 2015 «FAVORISER LA CROISSANCE ÉCONOMIQUE EN EUROPE» Table ronde 3 : Revue de la stabilité financière de la Banque de France «Financement de l économie

Plus en détail

L ACCOMPAGNEMENT BANCAIRE DES ENTREPRISES CANADIENNES DANS LEUR EXPANSION EN EUROPE

L ACCOMPAGNEMENT BANCAIRE DES ENTREPRISES CANADIENNES DANS LEUR EXPANSION EN EUROPE L ACCOMPAGNEMENT BANCAIRE DES ENTREPRISES CANADIENNES DANS LEUR EXPANSION EN EUROPE CARREFOUR EUROPE 6 NOVEMBRE 2013 Présenté par: Équipe internationale, Banque Nationale du Canada 1 Contexte Situation

Plus en détail

Accès au financement

Accès au financement Accès au financement Objectif de cette enquête L accès au financement est d une importance cruciale pour la réussite d une entreprise et un facteur important de la croissance économique en Europe suite

Plus en détail

Honorables invités, Mesdames et Messieurs,

Honorables invités, Mesdames et Messieurs, Discours du Gouverneur de la Banque Centrale des Comores à l occasion de la cérémonie officielle de lancement de la nouvelle pièce de 250 FC Palais du Peuple, le 02 janvier 2014 - Excellence Monsieur le

Plus en détail

Première réunion du Groupe de Superviseurs Francophones. Rabat le 8 mars 2005. Discours d ouverture de Monsieur Abdellatif JOUAHRI,

Première réunion du Groupe de Superviseurs Francophones. Rabat le 8 mars 2005. Discours d ouverture de Monsieur Abdellatif JOUAHRI, Première réunion du Groupe de Superviseurs Francophones Rabat le 8 mars 2005 Discours d ouverture de Monsieur Abdellatif JOUAHRI, Gouverneur de Bank Al Maghrib Monsieur le Secrétaire Général, Mesdames

Plus en détail