Freins et leviers aux conversions à l agriculture biologique en Grandes cultures

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Freins et leviers aux conversions à l agriculture biologique en Grandes cultures"

Transcription

1 Freins et leviers aux conversions à l agriculture biologique en Grandes cultures Etude d un cas type ROSACE 1 Travail réalisé par Richard d Humières, élève AgroParisTech, stagiaire au Pôle économie et politiques agricoles de l APCA en Les freins et leviers au développement de la filière céréales biologiques peuvent se manifester en amont, au niveau de l exploitation. Les handicaps habituellement identifiés sont d ordre technique, économique, psychologique, etc. Cet article propose de se focaliser sur les résultats économiques de l exploitation spécialisée en grandes cultures biologiques. La question de la rentabilité est souvent posée : que devient le résultat de l exploitation lorsque les rendements chutent, notamment lorsque les prix de vente sont plus faibles, pendant la période de conversion? Et que penser des légumineuses, à la base des rotations en agriculture biologique, qui dégagent une marge plus faible que les céréales? La conversion à l agriculture biologique implique un tel changement dans la formation des produits et des charges de l exploitation, qu il paraît nécessaire d étudier des indicateurs qui les intègrent dans leur globalité. Cet article présente une simulation des Résultats courants avant impôt (RCAI) d une exploitation qui se convertit à l agriculture biologique. La simulation est réalisée à partir d un cas-type 2 ROSACE spécialisé en grandes cultures. Elle s appuie sur des références économiques collectées par les conseillers en agriculture biologique. 1 ROSACE : Réseau d Observation des Systèmes Agricoles pour le Conseil et les Etudes, mis en place et suivi par le réseau Chambres d agriculture. 2 Le cas-type est une exploitation modélisée à partir de données collectées sur le terrain. Sa structure est cohérente avec ses données économiques. Il représente un ensemble d exploitations réelles. 1

2 I) Un cas-type ROSACE, en région Centre Les cas-types sont établis par zones géographiques. La région Centre a été choisie, pour sa surface significative en grandes cultures. Les références économiques biologiques utilisées ont été essentiellement produites et fournies par la Chambre d agriculture de Seine-et-Marne. Plusieurs cas-types en grandes cultures existent en région Centre. Le cas-type GC 121 fait l objet de la simulation, car il représente le maximum d exploitations dans cette région. Cas-type GC 121, ROSACE Centre Typologie : 100 ha, 1 UMO, Potentiel agronomique moyen en sec, Exploitation spécialisée Grandes Cultures sans Légumes ni Cultures Spéciales Assolement : - Blé Tendre : 55 ha - Orge d hiver : 15 ha - Colza : 20 ha - Tournesol : 10 ha Représentativité : 1260 exploitations en région Centre Contexte et intérêt de cette simulation Les différents départements ou régions impliqués dans le réseau ROSACE réfléchissent à l élaboration de cas-types en agriculture biologique. En fonction des cas, la construction de cas-types biologiques est démarrée ou envisagée : la simulation s inscrit dans un processus de réalisation de références systèmes. La démarche suivie dans ce contexte est toutefois différente. Les charges et les produits du cas-type sont adaptés à partir des références biologiques disponibles. La simulation permet d obtenir des sorties interprétables et dépendantes d un certain nombre de paramètres fixés (rendement, prix de vente ). La sortie de base de la simulation est ici le RCAI, calculé comme suit : RCAI = Produits Charges Produits Produit des ventes Premier pilier Droits à Paiement Unique (DPU) Charges Charges opérationnelles Fertilisants, traitements, semences Charges de structure Fermage, Travaux par tiers, Main d œuvre 2

3 Deuxième pilier Aides couplées salariée et charges salariales, Certification AB, Carburant et Entretien/Réparations, Mutualité Sociale Agricole (MSA), Divers Aides à la conversion et au maintien de l agriculture biologique (CAB, MAB) Amortissements Frais financiers Sans outil de simulation, il est difficile de définir les impacts individuels ou conjoints conséquents aux valeurs prises par les différents paramètres. Les utilités de la simulation sont multiples, le RCAI modélisé résultant de paramètres dont les valeurs sont fixées par l opérateur. Ainsi, le RCAI peut être simulé sous conditions particulières : contexte de prix, rendements Les hypothèses de simulation Les hypothèses permettent de simplifier les calculs. Des limites y sont inévitablement liées. à Assolement représentatif de la rotation longue luzerne, dominante dans les systèmes spécialisés en Centre (1/3 blé tendre dans la rotation à 1/3 blé tendre de la SAU) à Surface de l exploitation constante à Conversion totale dès la première année de conversion à Rendements constants pendant l exploitation en agriculture biologique La rotation longue luzerne 1 - Luzerne 2 - Luzerne 3 - Blé tendre d hiver 4 - Colza 5 - Blé tendre d hiver 6 - Légumineuse (Pois, Féverole) Cette rotation longue luzerne de 9 ans a été suggérée par Claude Aubert (Chambre d Agriculture de Seine-et-Marne). Elle se veut représentative des pratiques. La luzerne est parfois implantée jusqu à 4 années à la suite. La rotation peut aussi être rallongée d une année en introduisant un mélange céréalier en fin de rotation. D autres cultures telles que le seigle, le sarrasin, le maïs, le tournesol etc. sont cultivées en pratique, mais moins représentées. Les références les concernant sont de ce fait moins étoffées, c est pourquoi elles ne sont pas prises en compte ici. 7 - Blé tendre d hiver 3

4 Le choix des résultats biologiques modélisés Les résultats sont choisis en croisant les différentes valeurs que prennent les aides, les prix de vente et les charges opérationnelles «semences» : Prix de vente : - Conventionnels en première année de conversion (C1) - Intermédiaires entre le conventionnel et le bio en deuxième année de conversion (C2), pour les productions vendues pour l alimentation animale - Biologiques à partir de la troisième récolte N.B : Le prix de vente de la luzerne dépend de sa qualité et non du mode de production. Le prix de vente de la luzerne est fixé à 12 /q et il ne sera pas fait de distinction entre la luzerne déshydratée et la luzerne foin. Charges opérationnelles en semences : - Semences totalement achetées certifiées AB lors des trois premières années - Semences à la fois achetées et produites sur la ferme les années suivantes, dont les proportions d utilisation sont celles observée sur le terrain Aides à l agriculture biologique : - Aide à la Conversion à l Agriculture Biologique (CAB plafonnée en région Centre à /an) les cinq premières années d exploitation - Aide au Maintien de l Agriculture Biologique (MAB, nulle en 2009) les années suivantes Les résultats biologiques simulés seront donc les suivants : 1 ère récolte, 2 ème récolte, 4 ème /5 ème récoltes et vitesse de croisière. Le principe de la minimisation du résultat AB Dans le cadre de la simulation, des choix méthodologiques ont dû être opérés. A chaque fois, le choix s oriente dans le sens de la minimisation du résultat produit par l agriculture biologique. La simulation pouvant être un outil montrant la rentabilité de l exploitation AB, celle-ci ne doit pas représenter un résultat maximum. Les choix méthodologiques tendent à former un résultat moyen, voire minimisé : 4

5 - Le crédit d impôts d une part, les aides à la certification et l aide à l investissement d autre part, ne sont pas pris en compte dans cette analyse. - En pratique, le tournesol remplace le blé en C1 car son rendement baisse peu avec la conversion en agriculture biologique. En C2, l orge de printemps et le colza sont remplacés par une culture pouvant être vendue à l alimentation animale afin de bénéficier de prix de vente C2 Formules et hypothèses de calcul : Pour le calcul de l aide couplée : le rendement de référence régional est appliqué Les prix C2 des cultures sont la moyenne des prix de vente en conventionnel et en bio Les traitements chimiques interdits en AB, donc considérés comme nuls, Les charges de structure suivantes sont supposées égales à celles définies dans le cas-type en conventionnel : Fermage ( ), Travaux par tiers (1.300 ), Divers (8.000 ) Des formules de comptabilité de gestion utilisées dans le cas-type sont appliquées, concernant le calcul des amortissements, des frais financiers ainsi que de la cotisation MSA. Ainsi, les amortissements dépendent de l investissement valeur à neuf du matériel (IVAN), les frais financiers dépendent de l IVAN et des charges opérationnelles. Enfin, la MSA est proportionnelle au résultat (MSA non incluse). Cela permet de tenir compte des investissements ou des ventes de matériel liés à la conversion : Investissements : - Epandeur à hérissons horizontaux 10t - Houe rotative et rouleau Packer 6m - Bineuse 12 rangs 50cm - Herse étrille 12m Dans cette simulation les prix à neuf sont ceux du barème BCMA 2008 A dire d expert, le besoin supplémentaire en main d œuvre est de 0,3UTH pour une exploitation de 100 ha. Ce besoin tient compte de l ensemble des tâches : traction, désherbage manuel, observation des cultures, formation. Afin de tenir compte du coût supplémentaire que cela peut engendrer (si l agriculteur ne travaille pas plus), nous utilisons la norme d Arvalis, de /an pour un chauffeur de tracteur Le coût de la certification est déterminé à partir de la grille de calcul de Qualité France, organisme de certification 5

6 Les charges en Carburant et Entretien/Réparations ont été calculées par culture, à partir des itinéraires techniques en conventionnel et en bio. Trois tracteurs sont présents sur l exploitation, chacun tractant des outils différents. Il en a été tenu compte, en suivant les indications données par Sylvain Deseau, conseiller machiniste à la Chambre d agriculture du Loiret. Le prix du carburant utilisé pour les calculs est de 0,5 /L. Enfin, les temps de traction sont majorés de 50% (estimation utilisée dans le cadre des cas-types ROSACE en région Centre), car les tracteurs ne fonctionnent pas uniquement sur les parcelles Pour les charges de mécanisation liées au transport, la norme de 150 h/ha utilisée dans le cas-type est reprise dans le cas de l exploitation biologique. Le choix des analyses menées Les résultats des exploitations dépendent de nombreux paramètres qui varient dans le temps. Ici, les résultats sont simulés avec : - Les prix de vente moyens ( ), hauts (2007) et bas (2005) - Les aides PAC en 2009 et les PAC en 2010, en tenant compte des effets du Bilan de Santé. Un regard sur la compensation des manques à gagner grâce à l aide à la conversion à l agriculture biologique (CAB) et sur l effet du déplafonnement des aides est aussi proposé. Les temps de traction de l exploitation, en conventionnel et en bio, seront aussi détaillés. Les résultats de la simulation Pour des prix de vente moyens, aides PAC 2009 Evolution des produits et des charges Lors des deux premières années de conversion, les résultats biologiques sont bien inférieurs. Ils sont en revanche plus élevés lors des années suivantes. La simulation montre ici que l exploitation biologique est plus rentable à partir de la troisième récolte. 6

7 Produits, Charges et RCAI calculés - Cas-type GC Charges RCAI Conventionnel C C2 Récoltes 4 et 5 Croisière La simulation montre que les résultats s expliquent par les produits de l exploitation. En C1 et C2, ils sont bien inférieurs du fait de prix de vente en conventionnel (C1) et intermédiaires (C2) et de rendements bien inférieurs (exemple du blé tendre : 70q/ha en conventionnel et 40q/ha en bio), malgré l aide de à la conversion en agriculture biologique. Les années suivantes, les produits sont bien plus élevés, grâce à la vente des productions aux prix AB (exemple du blé tendre : 13,5 /q en conventionnel et 23,6 /q en bio). En vitesse de croisière, les produits apparaissent plus faibles qu aux 3 ème /4 ème et 5 ème récoltes, du fait de la non prise en compte du crédit d impôts ou à partir de 210 de l aide au maintien. Les charges sont globalement stables. Prises individuellement, elles peuvent varier considérablement. C est le cas des charges opérationnelles et des charges de structure. Premièrement, les charges opérationnelles moyennes de l exploitation chûtent de 59%. Les charges moyennes en semences sont de deux à trois fois plus élevées mais des charges opérationnelles en traitements nulles et des charges en fertilisants plus faibles. Enfin, les charges en semences correspondant aux couverts végétaux, non pris en compte en conventionnel, sont peu élevées car elles n ont été prises que sur les cultures de printemps. 7

8 Charges opérationnelles moyennes en agriculture conventionnelle et biologique (Cas-type GC 121) Coûts ( /ha) Couvert Phytosanitaires Fertilisation Semences 0 Conventionnel Bio (Sources : ROSACE et Chambre d agriculture de Seine-et-Marne) Les charges opérationnelles semences sont diminuées à partir de la quatrième récolte, passant de 103 /ha à 79 /ha (-30%). Il existe donc une marge de progrès non négligeable à produire des semences de ferme ; néanmoins dans le cas de la luzerne, il est délicat de produire ces semences fermières. Les autres charges sont globalement en augmentation. Le coût de certification représente un coût supplémentaire mais il est relativement faible : 540 environ. La main d œuvre s ajoute aussi aux charges, avec La MSA est variable puisqu elle est proportionnelle au résultat. Les amortissements sont plus élevés en agriculture biologique (+13%), du fait d un IVAN bien supérieur. Les frais financiers sont quant à eux stables, car proportionnels aux charges opérationnelles et à l IVAN. Enfin, les deux postes Carburant et Entretien/Réparations sont proches, avec : Carburant ( /ha) Entretien /Réparations ( /ha) Conventionnel 55,4 55,4 Bio Les charges en carburant sont plus faibles qu en conventionnel. Il faut ici souligner que les charges en carburant sont plus faibles du fait que les travaux de coupe, de récolte et de transport de la luzerne ne sont pas comptés car elle est vendue en déshydratation. Sous les hypothèses de trois coupes et d un rendement de 109 q/ha, la consommation de carburant supplémentaire de l exploitation serait de Les charges en carburant sont directement liées aux temps de traction de chaque culture. Il est donc intéressant de les détailler. 8

9 Les résultats biologiques sont compétitifs, grâce à l aide à la conversion et grâce aux prix de vente qui compensent la chute de rendement à partir de la troisième année d exploitation. Les charges totales sont stables, avec la diminution des charges opérationnelles qui «tamponne» le surcoût en main-d œuvre et en amortissements. En comparaison, la certification et les postes carburant et entretien/réparations ont des impacts économiques faibles. Les temps de traction de l exploitation Les temps de traction sont variables entre les itinéraires techniques bio et conventionnel et d une culture à l autre. Par exemple, le désherbage mécanique et un travail du sol plus importants en bio remplacent les passages de pulvérisateur. Voici les itinéraires techniques «moyens» retenus pour la simulation (hors luzerne en bio), au prorata des surfaces des cultures de l exploitation : Travail du sol Couvert du sol Semis Fertilisation I.T Conventionnel 1 Déchaumage 1 Labour 0,2 Préparation du sol ¼ Décompactage Aucun 1 Semis 0,9 Roulage 2,7 Distributeur d engrais I.T Biologique 2,9 Déchaumages 1 Labour ¼ Décompactage 0,3 Semis 0,3 Déchaumage 1 Semis 5,6t/ha Compost 1,2t/ha Engrais organiques (Fientes, plumes de volailles, vinasses) Traitements phytosanitaires 4,1 Pulvérisateur 0 Désherbage mécanique Aucun 0,8 Herse étrille 0,2 Bineuse 0,5 Houe rotative Récolte 1 Récolte (Itinéraires calculés à partir des données ROSACE et Chambre d agriculture de Seine-et-Marne) 9

10 Les itinéraires techniques sont variables en fonction des cultures. En conventionnel, les différences se situent sur le nombre de passages de distributeur d engrais, de pulvérisateur et sur la présence d un roulage ou de préparation du sol. En agriculture biologique, ils sont plus variables, avec par exemple la présence ou non d un couvert ou de fertilisation sur la culture. La combinaison et le nombre de passages des outils de désherbage sont aussi très variables. Les temps de traction sur les différentes cultures sont assez proches dans chaque système de production. Ils sont aussi très proches entre les deux modes de production conventionnel et biologique. La différence entre les deux temps de traction est proche du temps de traction lié au couvert végétal, non pris en compte dans l I.T en conventionnel : les temps de traction ne sont pas significativement différents. Même si l agriculteur produisait lui-même sa luzerne foin, le temps de traction de l exploitation serait plus élevé qu en conventionnel, mais insuffisant pour l expliquer. Il serait donc plutôt lié à d autres activités, non étudiées ici : le désherbage manuel, l observation des cultures, Le résultat en fonction de différents contextes de prix Les résultats varient aussi bien en bio qu en conventionnel, avec de fortes différences entre les années de bas prix (2005) et de haut prix (2007) : Conventionnel C1 C2 5 ième récolte Croisière Prix moyens Prix hauts (2007) Prix bas (2005)

11 En conventionnel, la différence est particulièrement forte, avec un résultat 7,5 fois plus élevé en 2007 qu en La variation de résultat n est pas proportionnelle à la variation des prix car les produits des ventes compensent les charges et les produits restants permettent un résultat positif. Les résultats sont très sensibles aux variations des prix. Lorsque les prix sont bas, la simulation montre que tous les résultats calculés en agriculture biologique sont supérieurs au résultat en conventionnel : l exploitation en agriculture biologique est plus rentable que l exploitation en conventionnel. Dans un contexte où les prix sont hauts, l aide à la conversion apparaît nécessaire, comme dans le cas où les prix de vente sont moyens. Sans l aide à la conversion, les résultats AB en C1 et C2 pourraient décourager l exploitation en bio. La production AB est rapidement favorable au résultat, dès la troisième récolte et en rythme de croisière, bien que l aide au maintien ne soit pas touchée. En rythme de croisière, le résultat est supérieur à celui réalisé en conventionnel. La conversion à l agriculture biologique est favorable au résultat de l exploitation, sur le long terme, pour les trois conjonctures de prix testées. Dans tous les cas, l aide à la conversion est nécessaire pour passer le cap des deux premières années de conversion. Ces résultats montrent aussi la forte sensibilité des résultats aux prix. L exploitation biologique peut être fortement contrariée par une mauvaise valorisation des productions ou par des rendements très faibles. L impact de l aide à la conversion à l Agriculture Biologique L aide à la conversion est une aide à la surface, de 200 /ha pour les cultures annuelles (y compris prairies temporaires) et plafonnée à pour l exploitation, en région Centre. Elle est établie pour compenser les manques à gagner liés à la conversion à l agriculture biologique. Elle tient compte des différences de marge brute entre les deux modes de production et du besoin supplémentaire en main d œuvre. Qu en est-il dans le cas particulier du cas-type GC 121? En tenant compte des charges opérationnelles (intrants uniquement), des produits des ventes et de la main d œuvre supplémentaire (69 /ha), la simulation montre que les manques à gagner de l exploitation sont très variables en fonction de l année d exploitation en agriculture biologique. Les manques à gagner ne sont pas couverts lors de la première année. Ils sont en revanche couverts en deuxième année. De plus, l exploitation en bio est avantageuse dès la troisième année, de telle manière que l aide à la conversion est un «bonus» à 3 Le montant de par exploitation sur 5 ans est garanti. Une intervention complémentaire de à est possible dès 2009, si les crédits disponibles au niveau régional le permettent. 11

12 l échelle des cinq premières années de conversion. Voici le tableau des différences de marge (Bio conventionnel) : Manques à gagner ( /ha) P luzerne : 12 /q par année d exploitation en bio C1 C2 3 ième récolte 4 ème /5 ème récoltes moyen 5 La simulation montre que l aide à la conversion est nécessaire lors des deux premières années. Elle est un «bonus» à l échelle des cinq premières années d exploitation. Cette conclusion n est pas généralisable aux exploitations en grandes cultures et doit être nuancée, pour deux raisons principalement : - Les manques à gagner croissent avec la taille de l exploitation tandis que l aide est limitée par le plafonnement : à partir d une taille critique de l exploitation, les aides ne compensent plus les manques à gagner - Les manques à gagner peuvent être largement plus élevés en cas de moins bonne valorisation des productions, en particulier dans le cas des productions principales dont les rendements et/ou prix de vente sont élevés et dont les variations impactent fortement le résultat. Par exemple, la simulation montre que le manque à gagner moyen n est pas couvert si la luzerne est vendue à un prix inférieur à 7,7 /q. 12

Évaluation des coûts de production en grandes cultures biologiques

Évaluation des coûts de production en grandes cultures biologiques Évaluation des coûts de production en grandes cultures biologiques Jean-François GARNIER ARVALIS Institut du Végétal D après un travail de Pierre Emilien ROUGER JOURNEE TECHNIQUE GRANDES CULTURES BIOLOGIQUES

Plus en détail

Caractéristiques. Fréquence du système. Perspectives. Utilisation des surfaces. Atouts. Contraintes. Système Pommes de terre et légumes.

Caractéristiques. Fréquence du système. Perspectives. Utilisation des surfaces. Atouts. Contraintes. Système Pommes de terre et légumes. Système Pommes de terre et légumes. Caractéristiques Variantes de ce système : Il existe près de 150 exploitations de moins de 100 ha qui produisent de la pomme de terre, essentiellement pour une vente

Plus en détail

Développement de l Agriculture Biologique sur le territoire Dombes-Saône

Développement de l Agriculture Biologique sur le territoire Dombes-Saône Développement de l Agriculture Biologique sur le territoire Dombes-Saône Photo : M Benmergui L agriculture biologique sur le territoire 14 exploitations en AB, 1.66% des exploitations 758 ha soit 1.5%

Plus en détail

Tech Infos Grandes Cultures Bio

Tech Infos Grandes Cultures Bio Tech Infos Grandes Cultures Bio N 9 / janvier 2015 Evaluer les systèmes en grandes cultures biologiques Résultats de 4 années d essais à La Saussaye L ESSAI EN BREF Afin d évaluer la faisabilité technique,

Plus en détail

«Outil d aide à la décision» Rendements Equivalents Bio / conventionnel

«Outil d aide à la décision» Rendements Equivalents Bio / conventionnel Journée e technique Grandes Cultures biologiques ITAB / Arvalis-Institut du Végétal «Outil d aide à la décision» «outil à palabres» Rendements Equivalents Bio / conventionnel Journée technique Grandes

Plus en détail

Outil de gestion de l azote pour le blé tendre d hiver biologique en Ile-de-France

Outil de gestion de l azote pour le blé tendre d hiver biologique en Ile-de-France Outil de gestion de l azote pour le blé tendre d hiver biologique en Ile-de-France Prévoir la fertilisation en sortie d hiver à l échelle de l exploitation Charlotte Glachant, Claude Aubert, Chambre d

Plus en détail

Sommaire. Système sec 60 ha double actif. Système sec 100 ha fort potentiel. Système sec 150 ha fort potentiel. Système sec 150 ha moyen potentiel

Sommaire. Système sec 60 ha double actif. Système sec 100 ha fort potentiel. Système sec 150 ha fort potentiel. Système sec 150 ha moyen potentiel Sommaire Système sec 60 ha double actif Système sec 100 ha fort potentiel Système sec 150 ha fort potentiel Système sec 150 ha moyen potentiel Système sec 200 ha moyen potentiel Edition 2015 : campagne

Plus en détail

Passer du conventionnel à l économe en 3 ans. Emilie Denis, Adeas Civam 72 Sébastien Lallier, agriculteur

Passer du conventionnel à l économe en 3 ans. Emilie Denis, Adeas Civam 72 Sébastien Lallier, agriculteur Passer du conventionnel à l économe en 3 ans Emilie Denis, Adeas Civam 72 Sébastien Lallier, agriculteur Contexte & Système d exploitation CONTEXTE Localisation Climat Beauce. Au sud de l Eure-et-Loir.

Plus en détail

Approche technicoéconomiques. des pratiques respectueuses. de l environnement

Approche technicoéconomiques. des pratiques respectueuses. de l environnement Station Régionale ITV Midi-Pyrénées Approche technicoéconomiques des pratiques respectueuses de l environnement 40 - Viticulture durable et environnement - Décembre 2007 Station Régionale ITV Midi-Pyrénées

Plus en détail

Maraîchage bio diversifié en circuits courts

Maraîchage bio diversifié en circuits courts fiche Repères 2014 Maraîchage bio diversifié en circuits courts Ces fiches repères ont été réalisées en 2014 par des techniciens spécialisés en maraîchage bio en Poitou-Charentes, sur la base de chiffres

Plus en détail

ATOUTS ET CONTRAINTES PAR RAPPORT AU CAHIER DES CHARGES DE L AB Filière Bovins Lait

ATOUTS ET CONTRAINTES PAR RAPPORT AU CAHIER DES CHARGES DE L AB Filière Bovins Lait LE SOL forts Sol sensible à l érosion Part du parcellaire labourable faible Accès limité ou difficile aux parcelles pâturées Peu d engrais organiques (effluents d élevage) disponibles sur l exploitation

Plus en détail

Programme RotAB. Connaître, caractériser et évaluer les rotations en systèmes de grandes cultures biologiques

Programme RotAB. Connaître, caractériser et évaluer les rotations en systèmes de grandes cultures biologiques Programme RotAB Connaître, caractériser et évaluer les rotations en systèmes de grandes cultures biologiques Rotations en grandes cultures biologiques sans élevage 8 fermes-types, 11 rotations Repères

Plus en détail

Relance de la culture de luzerne en Poitou-Charentes en lien avec le développement de la méthanisation

Relance de la culture de luzerne en Poitou-Charentes en lien avec le développement de la méthanisation Relance de la culture de luzerne en Poitou-Charentes en lien avec le développement de la méthanisation - Groupe de travail Etude de la rentabilité des systèmes de culture intégrant de la luzerne Synthèse

Plus en détail

Performances technico-économiques en Agriculture Biologique en Ile-de- France

Performances technico-économiques en Agriculture Biologique en Ile-de- France Performances technico-économiques en Agriculture Biologique en Ile-de- France 1 1. Données générales sur la bio en Ile-de-France (p. 3-4) 2. Les grandes cultures bio en Ile-de-France (p. 5) 3. Le maraîchage

Plus en détail

Caractéristiques. Fréquence du système. Perspectives. Utilisation des surfaces. Atouts. Contraintes. Système plantes sarclées

Caractéristiques. Fréquence du système. Perspectives. Utilisation des surfaces. Atouts. Contraintes. Système plantes sarclées Système plantes sarclées Caractéristiques Variantes de ce système Production de viande (vaches allaitantes ou bœufs sur 10ha d herbe) 1,3 unité de main d œuvre : 1 chef d exploitation et 1 salarié occasionnel

Plus en détail

ACTION N 1 Itinéraires techniques du colza en agrobiologie

ACTION N 1 Itinéraires techniques du colza en agrobiologie ACTION N 1 Itinéraires techniques du colza en agrobiologie Maître d œuvre : Chambres d Agriculture de Bretagne Partenaires : INRA, Cetiom, CRA des Pays de la Loire, Union Eolys, semenciers Durée du programme

Plus en détail

L efficacité énergétique dans le secteur des grandes cultures

L efficacité énergétique dans le secteur des grandes cultures L efficacité énergétique dans le secteur des grandes cultures Mars 2008 Cette fiche pratique, publiée à l intention des productrices et producteurs céréaliers, fournit des renseignements et des conseils

Plus en détail

Exploitation individuelle 1.5 UMO. Système bovin viande. Vaches allaitantes Limousine. Système spécialisé en Veaux d'aveyron et du Ségala

Exploitation individuelle 1.5 UMO. Système bovin viande. Vaches allaitantes Limousine. Système spécialisé en Veaux d'aveyron et du Ségala Cas-type 71.1 Système spécialisé en Veaux d'aveyron et du Ségala En Ségala, la forte densité des exploitations et l'accés difficile et coûteux au foncier concourent au Conjoncture : 21 développement de

Plus en détail

Traject ires. Références Techniques Grandes Cultures. Travail sans labour. Quels éléments clés de réussite? Quels résultats économiques?

Traject ires. Références Techniques Grandes Cultures. Travail sans labour. Quels éléments clés de réussite? Quels résultats économiques? Traject ires Références Techniques Grandes Cultures Travail sans labour Quels éléments clés de réussite? Quels résultats économiques? Juin 29 Chambre Régionale d Agriculture du Languedoc-Roussillon Trajectoires

Plus en détail

Après-midi technique à l EARL de la Rue. Tournesol. A Bretoncelles, le lundi 3 juin 2013. - le Mildiou :

Après-midi technique à l EARL de la Rue. Tournesol. A Bretoncelles, le lundi 3 juin 2013. - le Mildiou : - le Mildiou : - le Sclérotinia : Semer sur des parcelles bien ressuyées Eviter les mouillères Détruire les repousses Arracher manuellement toute plante contaminée prévenir la DRAAF < 01/07 en cas d attaque

Plus en détail

Production de la biomasse végétale

Production de la biomasse végétale 4 Production de la biomasse végétale Ce support a été réalisé avec le soutien financier du Compte d'affectation spéciale "Développement Agricole et Rural" du Ministère de l'alimentation, de l'agriculture

Plus en détail

BAREME D INDEMNISATION POUR DEGATS CAUSES AUX CULTURES ET AUX SOLS

BAREME D INDEMNISATION POUR DEGATS CAUSES AUX CULTURES ET AUX SOLS BAREME D INDEMNISATION POUR DEGATS CAUSES AUX CULTURES ET AUX SOLS Mars 2015 Campagne 2013-2014 150018 AF PRÉALABLE Les barèmes suivants permettent d'évaluer les préjudices subis par l'exploitant agricole

Plus en détail

Coûts de production et stratégies gagnantes des élevages charolais

Coûts de production et stratégies gagnantes des élevages charolais Coûts de production et stratégies gagnantes des élevages charolais Les Chambres d agriculture de l Allier et du Puy-de-Dôme organisent des formations collectives d analyse des résultats économiques afin

Plus en détail

LE SEMOIR À DISQUES : UN OUTIL OPPORTUN. Témoignage de Jean-Paul SAMSON

LE SEMOIR À DISQUES : UN OUTIL OPPORTUN. Témoignage de Jean-Paul SAMSON LE SEMOIR À DISQUES : UN OUTIL OPPORTUN Témoignage de Jean-Paul SAMSON 1 Jean Paul SAMSON Lorry-Mardigny (57) 1.3 UTH Types de sol principaux : 75% argilo-calcaire 20% argilo-limoneux SAU 137 ha orge hiver

Plus en détail

Agriculture en systèmes naturels

Agriculture en systèmes naturels Agriculture en systèmes naturels Mélanges de cultivars, cultures-abris et cultures intercalaires - blé de printemps biologique Contexte Blé avec avoine comme culture associée La production de céréales

Plus en détail

www.biopaysdelaloire.fr Contexte de l étude :

www.biopaysdelaloire.fr Contexte de l étude : Contexte de l étude : LOIRE ATLANTIQUE GAB 44 02-40-79-46-57 accueil@wanadoo.fr MAINE ET LOIRE GABBAnjou 02-41-37-19-39 gabbanjou@wanadoo.fr MAYENNE CIVAM Bio 53 02-43-53-93-93 civambio53@wanadoo.fr SARTHE

Plus en détail

Description d un système de production

Description d un système de production Edition 2013 : campagne 2011 et conjoncture 2012 Description d un système de production Les systèmes de production décrits dans ce dossier sont présentés de manière identique sous forme de cas types. Chaque

Plus en détail

Nouvelle Politique Agricole Commune 2014-2020

Nouvelle Politique Agricole Commune 2014-2020 - Conférence Bio Interbev - Cournon, le 01 octobre 2014 1 Nouvelle Politique Agricole Commune 2014-2020 Y. CAREL - Pôle Economie Systèmes de production - Conférence Bio Interbev - Cournon, le 01 octobre

Plus en détail

Annexes Définition des variables présentées

Annexes Définition des variables présentées 72 Chiffre d affaires Somme des produits sur ventes, travaux à façon, activités annexes, produits résiduels, pensions d animaux, terres louées prêtes à semer, agritourisme, autres locations. Classe de

Plus en détail

Session 4 : Produire et utiliser des légumineuses à graines AB

Session 4 : Produire et utiliser des légumineuses à graines AB Session 4 : Produire et utiliser des légumineuses à graines AB Session 4 Produire des légumineuses à graines pour l alimentation porcine AB : atouts et contraintes S. Lubac (IBB), F. Pressenda (Céréopa)

Plus en détail

La production de blé panifiable bio pour diversifier son assolement en polyculture-élevage

La production de blé panifiable bio pour diversifier son assolement en polyculture-élevage La production de blé panifiable bio pour diversifier son assolement en polyculture-élevage Filière blé panifiable Bio 6 Juin 2012 Matthieu BLIN Minoterie BLIN Jean-Pierre GAUME Agriculteur (53) Charlotte

Plus en détail

«FAVORISER ET SÉCURISER L ÉMERGENCE DE BONNES PRATIQUES AGRICOLES POUR PRÉSERVER LA RESSOURCE EN EAU»

«FAVORISER ET SÉCURISER L ÉMERGENCE DE BONNES PRATIQUES AGRICOLES POUR PRÉSERVER LA RESSOURCE EN EAU» «FAVORISER ET SÉCURISER L ÉMERGENCE DE BONNES PRATIQUES AGRICOLES POUR PRÉSERVER LA RESSOURCE EN EAU» ETUDE SUR LA GESTION DU RISQUE EN AGRICULTURE BIOLOGIQUE Etude réalisée par PERI G et CERFRANCE juin

Plus en détail

Performances et rentabilité des cultures principales en Wallonie (années 2009 à 2011)

Performances et rentabilité des cultures principales en Wallonie (années 2009 à 2011) Performances et rentabilité des cultures principales en Wallonie (années 29 à 211) J-M Bouquiaux et J-M. Marsin, Direction de l Analyse Economique Agricole M-H Buron, Centre d Economie Rurale de Marloie

Plus en détail

LES FERMES LAITIÈRES BIOLOGIQUES BAS-NORMANDES : DES SYSTÈMES TRÈS DIVERSIFIÉS. 39 fermes enquêtées Zoom sur 11 fermes Focus séchoir

LES FERMES LAITIÈRES BIOLOGIQUES BAS-NORMANDES : DES SYSTÈMES TRÈS DIVERSIFIÉS. 39 fermes enquêtées Zoom sur 11 fermes Focus séchoir Les fermes bio bas-normandes enquêtées montrent qu elles sont efficaces et qu elles génèrent de la richesse. LES FERMES LAITIÈRES BIOLOGIQUES BAS-NORMANDES : DES SYSTÈMES TRÈS DIVERSIFIÉS CAMPAGNE 2-22

Plus en détail

Adaptation du mode de conduite dans le vignoble nantais

Adaptation du mode de conduite dans le vignoble nantais Adaptation du mode de conduite dans le vignoble nantais Soucieux de prévoir l adaptation du vignoble à de nouvelles contraintes, les administrateurs du Syndicat de Défense des Appellations d Origine Muscadet

Plus en détail

Variabilité des coûts de production dans les élevages laitiers

Variabilité des coûts de production dans les élevages laitiers Variabilité des coûts de production dans les élevages laitiers Prix d équilibre? Coût de production? Prix de revient? Des méthodes différentes d analyse Le prix d équilibre Celui qui permet d équilibrer

Plus en détail

Rotation et Assolement

Rotation et Assolement Cas type grandes cultures biologiques TERRES E GROIES SUPERFICIEES AEC UZERNE Orge de printemps Rotation et Assolement MAIN d oeuvre uth Pois de printemps Tournesol Triticale SAU ha SO Terres de groies

Plus en détail

Rencontre des partenaires des producteurs de lait de Poitou-Charentes. Résultats économiques des élevages laitiers de Poitou-Charentes.

Rencontre des partenaires des producteurs de lait de Poitou-Charentes. Résultats économiques des élevages laitiers de Poitou-Charentes. Rencontre des partenaires des producteurs de lait de Poitou-Charentes Résultats économiques des élevages laitiers de Poitou-Charentes. Equipe régionale des réseaux d élevage de Poitou-Charentes Contexte

Plus en détail

Projet SYSTEMES : Des références actualisées en élevage AB sur le Massif Central (dont l Auvergne)

Projet SYSTEMES : Des références actualisées en élevage AB sur le Massif Central (dont l Auvergne) Projet SYSTEMES : Des références actualisées en élevage AB sur le Massif Central (dont l Auvergne) Les références technicoéconomiques : une nécessité Besoin exprimé par les acteurs de terrain Pour mieux

Plus en détail

Maîtrise de l énergie, GES et qualité de l air. Bilan et perspectives

Maîtrise de l énergie, GES et qualité de l air. Bilan et perspectives Maîtrise de l énergie, GES et qualité de l air Bilan et perspectives Les missions Sensibilisation, communication, formation Acquisition de références Olivier THIERCY Conseillers en maîtrise de l énergie

Plus en détail

Données économiques et comptables

Données économiques et comptables Données économiques et comptables Comptes de l agriculture 2009 Seconde année consécutive de baisse du revenu des exploitants agricoles Le Résultat Courant Avant Impôt (RCAI) par actif non salarié des

Plus en détail

Réforme de la PAC 2014-2020. Septembre 2014

Réforme de la PAC 2014-2020. Septembre 2014 Réforme de la PAC 2014-2020 Septembre 2014 1 Les éléments figurant dans ce diaporama sont ceux connus à la date de présentation (Septembre 2014) et peuvent encore évoluer pour certains en fonction des

Plus en détail

exploitant agricole Fermoscopie réalisée par le Gabnor Situation de la ferme dans son environnement Présentation de la ferme

exploitant agricole Fermoscopie réalisée par le Gabnor Situation de la ferme dans son environnement Présentation de la ferme exploitant agricole Une ferme céréalière 100% bio diversifiée dans la production de légumes de plein champ 12 OrléansLoiret 8 13 Loiret [45] Centre Blois 9 (45) Chartres Loir-et-Cher et-cher [41] (41)

Plus en détail

AGRICULTURE BIOLOGIQUE HORIZON 2012

AGRICULTURE BIOLOGIQUE HORIZON 2012 GRAND CONSEIL D ORIENTATION DE L AGENCE BIO 12 SEPTEMBRE 2007 ALLOCUTION DE MICHEL BARNIER AGRICULTURE BIOLOGIQUE HORIZON 2012 I) INTRODUCTION Je suis très heureux d être parmi vous pour ce Grand conseil

Plus en détail

L accompagnement public pour le développement de la filière AB en Languedoc-Roussillon

L accompagnement public pour le développement de la filière AB en Languedoc-Roussillon L accompagnement public pour le développement de la filière AB en Languedoc-Roussillon Par Florence FOREST, DRAAF Cindy SCHULTZ, Conseil Régional L-R En termes de bilan sur l année 2010, les interventions

Plus en détail

Etude des rendements en viticulture Biologique Re gion Aquitaine

Etude des rendements en viticulture Biologique Re gion Aquitaine Etude des rendements en viticulture Biologique Re gion Aquitaine Campagne 2013 Sommaire I. Présentation de l étude et de ses données 2 II. Rendements globaux 4 1. Rendement AOC et IGP/VDF 4 2. Rendements

Plus en détail

LUTTE CONTRE LES POLLUTIONS DIFFUSES SUR LE BASSIN VERSANT DE LA COISE : MISE EN PLACE DE 2 OUTILS AU GAEC DU MANIPAN

LUTTE CONTRE LES POLLUTIONS DIFFUSES SUR LE BASSIN VERSANT DE LA COISE : MISE EN PLACE DE 2 OUTILS AU GAEC DU MANIPAN LUTTE CONTRE LES POLLUTIONS 1 DIFFUSES SUR LE BASSIN VERSANT DE LA COISE : MISE EN PLACE DE 2 OUTILS AU GAEC DU MANIPAN MARC THIZY JUSTINE LAGREVOL Journée ARRA Eau et Agriculture 5 Novembre 2013 Le Bassin

Plus en détail

Programme d actions à mettre en œuvre en zones vulnérables. Notice explicative. Les essentiels. Octobre 2012

Programme d actions à mettre en œuvre en zones vulnérables. Notice explicative. Les essentiels. Octobre 2012 Programme d actions à mettre en œuvre en zones vulnérables Notice explicative Octobre 2012 Les essentiels Depuis le 1 er septembre 2012, un nouveau programme d actions national s applique sur la totalité

Plus en détail

Fiches Techniques un outil pour faciliter l évaluation du crédit agricole

Fiches Techniques un outil pour faciliter l évaluation du crédit agricole Fiches Techniques un outil pour faciliter l évaluation du crédit agricole Michael Marx, Centre d investissement Organisation des Nations Unies pour l Agriculture et l Alimentation Date: 18 mars 2015 AgriFin

Plus en détail

Contrats Natura 2000

Contrats Natura 2000 Contrats Natura 2000 A. MESURES NON AGRICOLES ET NON FORESTIÈRES B. MESURES AGRO-ENVIRONNEMENTALES (MAE) B.1 MAE territorialisées : liste nationale (PDRH, décembre 2008) Conditions d accès à certaines

Plus en détail

La crise mondiale des revenus agricoles

La crise mondiale des revenus agricoles Le marché a perdu la clé des champs André D Beaudoin Secrétaire Général UPA DI La crise mondiale des revenus agricoles Forum Souveraineté alimentaire Niamey/ novembre 2006 Depuis plus de quatre décennies:

Plus en détail

Journée technique GC AB Essai système de culture

Journée technique GC AB Essai système de culture Journée technique GC AB Essai système de culture Contexte Contexte V. Salou 2011 2012 2013 2014 Constat : la production de céréales et de protéagineux bio est déficitaire de 30% en Bretagne Conception

Plus en détail

Résultats. Observatoire des exploitations viticoles

Résultats. Observatoire des exploitations viticoles Résultats 2006 Observatoire des exploitations viticoles Réalisation de l étude Cette étude est réalisée par le Conseil national des centres d économie rurale (CNCER) pour le compte de Viniflhor. L observatoire

Plus en détail

FICHE 6 : LES LEVIERS POUR OPTIMISER LE COÛT DE PRODUCTION

FICHE 6 : LES LEVIERS POUR OPTIMISER LE COÛT DE PRODUCTION RÉSEAUX D ÉLEVAGE POUR LE CONSEIL ET LA PROSPECTIVE COLLECTION THÉMA REPÈRES SUR LE POSTE Il comprend : FICHE 6 : LES LEVIERS POUR OPTIMISER LE COÛT DE PRODUCTION Les bâtiment et équipements d élevage

Plus en détail

La culture de la betterave sucrière est très présente en Champagne-Ardenne (87 130 ha et 4 sucreries en

La culture de la betterave sucrière est très présente en Champagne-Ardenne (87 130 ha et 4 sucreries en est-ce possible en Champagne-Ardenne? La culture de la betterave sucrière est très présente en Champagne-Ardenne (87 130 ha et 4 sucreries en 2013). Il s agit de la deuxième région française en termes

Plus en détail

Simulation de modifications. du mode de calcul du salaire annuel moyen au régime général

Simulation de modifications. du mode de calcul du salaire annuel moyen au régime général CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 25 septembre 2012 à 14 h 30 «I - Avis technique sur la durée d assurance de la génération 1956 II - Réflexions sur les règles d acquisition des droits

Plus en détail

Capital Économique et Gestion Actif - Passif dans la Banque de Détail et l Assurance-vie

Capital Économique et Gestion Actif - Passif dans la Banque de Détail et l Assurance-vie Capital Économique et Gestion Actif - Passif dans la Banque de Détail et l Assurance-vie Françoise Turpin / Alexandre Adam Équipe Modèles Financiers Gestion Actif - Passif BNP PARIBAS 1 Plan Objectifs

Plus en détail

David, agriculteur en Dordogne

David, agriculteur en Dordogne David, agriculteur en Dordogne David, âgé de 32 ans, s est associé avec ses parents sur une exploitation où il élève 160 vaches. Il a, depuis ces 5 dernières années, changé ses habitudes de travail : il

Plus en détail

Charges de mécanisation : des marges de manœuvre nombreuses et variées

Charges de mécanisation : des marges de manœuvre nombreuses et variées Charges de mécanisation : des marges de manœuvre nombreuses et variées Thomas FACQUEUR FD CUMA 43 Chambre d Agriculture 43 1 La mécanisation dans une exploitation Le poids de la mécanisation dans les charges

Plus en détail

PAC 2014 : Aide à l'assurance récolte

PAC 2014 : Aide à l'assurance récolte PRÉFET DE L'INDRE DIRECTION DEPARTEMENTALE DES TERRITOIRES Service de la Politique Agricole et du Développement Rural Cité administrative Bd George Sand CS 60616 36020 CHATEAUROUX Cedex ARTICLE DDT 2014

Plus en détail

Fiche Technique. Septembre 2008

Fiche Technique. Septembre 2008 Fiche Technique Production Développée en Languedoc-Roussillon Filière Oléo-Protéagineux Soja Septembre 2008 Rédigée par : Christophe BONNEMORT Chambre d Agriculture de l Aude Potentiel des marchés Production

Plus en détail

Rencontre SENAT 31 Mai 2011

Rencontre SENAT 31 Mai 2011 Rencontre SENAT 31 Mai 2011 QUI NOUS SOMMES 1 ER RESEAU ASSOCIATIF DE CONSEIL ET D EXPERTISE COMPTABLE NOTRE METIER SPECIALISTE DU CONSEIL PLURIDISCIPLINAIRE AU CHEF D ENTREPRISE OU SOMMES-NOUS? 700 AGENCES

Plus en détail

Construction et analyse des comptes d acteurs. Livret de l apprenant

Construction et analyse des comptes d acteurs. Livret de l apprenant Projet de Renforcement de l Information des Acteurs des Filières Rizicoles PRIAF RIZ Analyse des filières riz par les organisations professionnelles d Afrique de l Ouest Livret de l apprenant Module 3

Plus en détail

Calcul de la marge brute de la culture du miscanthus

Calcul de la marge brute de la culture du miscanthus Calcul de la marge brute de la culture du miscanthus Table des matières Table des matières... 1 Table des figures... 1 1. Introduction... 2 1.1. Actualisation des données... 2 1.2. Calcul de la marge brute

Plus en détail

Maintenir ses marges, tout en limitant l usage des intrants, des pistes existent!

Maintenir ses marges, tout en limitant l usage des intrants, des pistes existent! Maintenir ses marges, tout en limitant l usage des intrants, des pistes existent! Les essais présentés dans ce document font état des références actuellement disponibles sur les systèmes économes en intrants

Plus en détail

GRILLE DE DÉCISION SUPPORTANT LE CHOIX DE CARACTÉRISER OU NON LES EFFLUENTS D ÉLEVAGE D UNE ENTREPRISE BOVINE

GRILLE DE DÉCISION SUPPORTANT LE CHOIX DE CARACTÉRISER OU NON LES EFFLUENTS D ÉLEVAGE D UNE ENTREPRISE BOVINE Base de connaissances effluents d élevage GRILLE DE DÉCISION SUPPORTANT LE CHOIX DE CARACTÉRISER OU NON LES EFFLUENTS D ÉLEVAGE D UNE ENTREPRISE BOVINE Ce document est issu du projet Caractérisation des

Plus en détail

Planification Mise en œuvre Evaluation Programmation Suivi TRF Grille d évaluation

Planification Mise en œuvre Evaluation Programmation Suivi TRF Grille d évaluation 1- La place du Suivi dans un cycle de projet Le suivi est un processus continu prenant en compte la dimension dynamique du cycle de projet. Le contexte change, l exécution des activités modifie la réalité

Plus en détail

Soja et mais semé dans du seigle roulé, orge semé dans le sarrasin

Soja et mais semé dans du seigle roulé, orge semé dans le sarrasin Soja et mais semé dans du seigle roulé, orge semé dans le sarrasin Objectif. Il y a 4 ans je m installait dans une ferme de 100Ha. Apres 2 ans observant l'état si pauvre et usé de la terre, j ai devenu

Plus en détail

DIAGNOSTIC REGION CENTRE FILIERE GRANDES CULTURES. Septembre 2011

DIAGNOSTIC REGION CENTRE FILIERE GRANDES CULTURES. Septembre 2011 DIAGNOSTIC REGION CENTRE FILIERE GRANDES CULTURES Septembre 2011 Rédigé par : 1 Partenaires membres du comité technique Partenaires membres du comité de filière 2 SOMMAIRE 1. LA PRODUCTION EN GRANDES CULTURES

Plus en détail

Comment répondre aux besoins alimentaires et préserver les ressources indispensables à l agriculture?

Comment répondre aux besoins alimentaires et préserver les ressources indispensables à l agriculture? Martin Bortzmeyer est chef de bureau au Commissariat Général au développement durable. Le Commissariat est membre de droit du Conseil Economique pour le développement durable (CEDD). Comment répondre aux

Plus en détail

Variation annuelle (en%) -2-4 100 = 2012 T4. 1 L indice du 1 er trimestre 2014 (109.0) a été remplacé par la moyenne de

Variation annuelle (en%) -2-4 100 = 2012 T4. 1 L indice du 1 er trimestre 2014 (109.0) a été remplacé par la moyenne de Numéro 3 Octobre 2015 Le logement en chiffres est une publication commune du STATEC et de l Observatoire de l habitat (service du ministère du Logement dont les travaux sont réalisés en collaboration avec

Plus en détail

Coûts de production en céréales biologiques dans les Alpes de Haute Provence : blé tendre, blé dur et orge

Coûts de production en céréales biologiques dans les Alpes de Haute Provence : blé tendre, blé dur et orge Sommaire Objectifs et contexte de l étude Méthodologie Résultats Conclusions et perspectives Objectifs et contexte de l étude Afin de permettre une structuration plus durable de la filière céréale biologique

Plus en détail

COMPTE RENDU Journée formation

COMPTE RENDU Journée formation COMPTE RENDU Journée formation Agriculture de conservation des sols Profils de sol 1. Vincent Etchebarne à St Jean le Vieux prairie 2. Alain Claverie à Behasque sol nu / couverts multiples 3. Bernard Hourquebie

Plus en détail

Contribution au Conseil d analyse économique sur le basculement des cotisations patronales

Contribution au Conseil d analyse économique sur le basculement des cotisations patronales Contribution au Conseil d analyse économique sur le basculement des cotisations patronales Michel Didier et Michel Martinez 1. Les dépenses de Sécurité sociale à caractère universel (maladie, famille)

Plus en détail

Résultats technico-économiques des éleveurs et gaveurs de palmipèdes gras

Résultats technico-économiques des éleveurs et gaveurs de palmipèdes gras Résultats technico-économiques des éleveurs et gaveurs de palmipèdes gras Résultats 2006 1. Présentation de l échantillon 2006 Les données centralisées en 2006 en canards et en oies ont été fournies par

Plus en détail

COUT DES FOURRAGES DANS LES ELEVAGES LAITIERS DE RHONE-ALPES

COUT DES FOURRAGES DANS LES ELEVAGES LAITIERS DE RHONE-ALPES COUT DES FOURRAGES DANS LES ELEVAGES LAITIERS DE RHONE-ALPES De la production jusqu à la gueule de l animal OBJECTIFS DE L ETUDE De nombreuses questions se posent sur la place nécessaire de l ensilage

Plus en détail

assumer ses responsabilités pour la sauvegarde de l environnement

assumer ses responsabilités pour la sauvegarde de l environnement En production: assumer ses responsabilités pour la sauvegarde de l environnement par Caroline Martineau, IQDHO Article écrit pour le magazine Québec Vert et publié par Medias Transcontinental S.E.N.C en

Plus en détail

y Négoce Productions Végétales y Activités y Chiffres y Spécificités

y Négoce Productions Végétales y Activités y Chiffres y Spécificités y Négoce Productions Végétales y Activités y Chiffres y Spécificités NEGOCE PRODUCTIONS VEGETALES w 396 millions d euros de chiffre d affaires w 220 salariés w 75 centres appro/collecte w 1,02 million

Plus en détail

CANALISATION DE TRANSPORT DE GAZ NATUREL ARC DE DIERREY. Barèmes d indemnisation des dommages causés aux cultures et aux sols

CANALISATION DE TRANSPORT DE GAZ NATUREL ARC DE DIERREY. Barèmes d indemnisation des dommages causés aux cultures et aux sols CANALISATION DE TRANSPORT DE GAZ NATUREL ARC DE DIERREY Barèmes d indemnisation des dommages causés aux cultures et aux sols Canalisation CUVILLY (60) VOISINES (52) page 1 SOMMAIRE Pages 1 Indemnités pour

Plus en détail

Quels autres services environnementaux peut-on attendre?

Quels autres services environnementaux peut-on attendre? 1 Quels autres services environnementaux peut-on attendre? Une réduction des transferts de nitrates par drainage à Ludelange Expérimentation Bougies Poreuses à Ludelange (57) (comparaison SDSC/Labour)

Plus en détail

!" #$%& "' ( # ) * +,

! #$%& ' ( # ) * +, !" #$%& "' ( # ) * +, 1 !" % # " %'# " # $#%$ # #" $ % " $ '# % '$)$ '# "% ' #-., %$# '$ )$ %'# "-.$% %%')$ * #&%+ '# ')$ '# " #&%# # #&% #%'&%(% #%)'# " L environnement devient un enjeu de plus en plus

Plus en détail

LE DESHERBAGE THERMIQUE

LE DESHERBAGE THERMIQUE Repères technico-économiques Le désherbage thermique est une spécificité des systèmes biologiques qui trouve sa place dans des systèmes légumiers. Elle représente un coût important pour l exploitation

Plus en détail

NOTICE EXPLICATIVE. Bilan global de fertilisation azotée : Bilan CORPEN

NOTICE EXPLICATIVE. Bilan global de fertilisation azotée : Bilan CORPEN NOTICE EXPLICATIVE Bilan global de fertilisation azotée : Bilan CORPEN Ce bilan global de la fertilisation azotée est obligatoire pour toute exploitation située en zone vulnérable et qui a contractualisé

Plus en détail

Efficacité énergétique et production d énergie renouvelable : des moyens d action pour faire face au nouveau contexte énergétique

Efficacité énergétique et production d énergie renouvelable : des moyens d action pour faire face au nouveau contexte énergétique Colloque sur la pomme de terre LA POMME DE TERRE : NOURRIR SON MONDE Le vendredi 14 novembre 2008, Hôtel Québec Inn, Québec Efficacité énergétique et production d énergie renouvelable : des moyens d action

Plus en détail

La Pomme de Terre de fécule

La Pomme de Terre de fécule La Pomme de Terre de fécule Enquête technique Récolte 2014 SOMMAIRE Retour sur les conditions climatiques 2014 03 Caractéristiques de la campagne 2014 04 Vous trouverez dans ce document les résultats

Plus en détail

Bilan Carbone des interventions viticoles

Bilan Carbone des interventions viticoles Chambre d agriculture de Vaucluse Bilan Carbone des interventions viticoles Silvère DEVEZE Chambre d Agriculture de Vaucluse Tél : 04.90.23.65.65 fax : 04.90.23.65.40 email : accueil@vaucluse.chambagri.fr

Plus en détail

Faut-il investir pour faire plus de lait?

Faut-il investir pour faire plus de lait? Normandie Faut-il investir pour faire plus de lait? RÉFLÉCHIR L APRÈS-QUOTA A partir de 2015, les quotas laitiers en place depuis plus de 30 ans disparaissent. Pour beaucoup d éleveurs, ce changement représente

Plus en détail

Après quota : Préparons ensemble nos projets d éleveurs

Après quota : Préparons ensemble nos projets d éleveurs Après quota : Préparons ensemble nos projets d éleveurs Dans un contexte économique fluctuant, tracer les chemins de l aprèsquota à l horizon 2015 est primordial. Les 14 groupes lait issus des GEDA (Groupes

Plus en détail

Édition n 16 : Opérations de couverture

Édition n 16 : Opérations de couverture www.bdo.ca CERTIFICATION ET COMPTABILITÉ Comparaison des normes IFRS et des PCGR du Canada Édition n 16 : Opérations de couverture Les normes IFRS et les PCGR du Canada constituent des cadres fondés sur

Plus en détail

Pays de la Loire - Juillet 2013. Les références 2012 des entreprises agricoles en SARTHE, MAINE-ET-LOIRE. et LOIRE-ATLANTIQUE

Pays de la Loire - Juillet 2013. Les références 2012 des entreprises agricoles en SARTHE, MAINE-ET-LOIRE. et LOIRE-ATLANTIQUE Pays de la Loire - Juillet 213 Les références 212 des entreprises agricoles en SARTHE, MAINE-ET-LOIRE et LOIRE-ATLANTIQUE ETUDE DE GROUPE 212 Un reflet des Pays de la Loire Sarthe L étude a été élaborée

Plus en détail

Durabilité agronomique des systèmes biologiques comparée à d autres systèmes (raisonnés, intégrés ).

Durabilité agronomique des systèmes biologiques comparée à d autres systèmes (raisonnés, intégrés ). Durabilité agronomique des systèmes biologiques comparée à d autres systèmes (raisonnés, intégrés ). 1 Philippe VIAUX Correspondant de l Académie d Agriculture de France. 27/11/2012 Séminaire AB Angers

Plus en détail

Bulletin de Santé du Végétal (BSV) en Aquitaine : Résultats de l enquête de satisfaction GRANDES CULTURES

Bulletin de Santé du Végétal (BSV) en Aquitaine : Résultats de l enquête de satisfaction GRANDES CULTURES Bulletin de Santé du Végétal (BSV) en Aquitaine : Résultats de l enquête de satisfaction GRANDES CULTURES -1- Rappel dispositif BSV Dispositif cadré par la circulaire du 4 mars 2009 et complété par notes

Plus en détail

Nom du Document : FAITES LE BILAN A L HEURE DES COMPTES OU COMMENT LIRE SON BILAN ET INTERPRETER SON RESULTAT

Nom du Document : FAITES LE BILAN A L HEURE DES COMPTES OU COMMENT LIRE SON BILAN ET INTERPRETER SON RESULTAT OU COMMENT LIRE SON BILAN ET INTERPRETER SON FICHE CONSEIL Page : 1/9 INTERPRETER SON Vous connaissez chaque année le résultat de votre activité lors de l élaboration de vos comptes annuels. Vous pouvez

Plus en détail

COMMERCE BIO SOMMAIRE

COMMERCE BIO SOMMAIRE COMMERCE BIO SOMMAIRE LE MARCHÉ DU COMMERCE BIO... 2 LA RÉGLEMENTATION DU COMMERCE BIO... 5 L'ACTIVITÉ DU COMMERCE BIO... 7 LES POINTS DE VIGILANCE DU COMMERCE BIO... 10 EN SAVOIR PLUS SUR CE SECTEUR...

Plus en détail

Essai colza en système de cultures innovant

Essai colza en système de cultures innovant Essai colza en système de cultures innovant Compte-rendu d essais Année 2010-2011 COURTOIS Nicolas Avec la collaboration de M. BOSSON Christophe, exploitant à Aire-la-Ville Sommaire 1. Présentation...

Plus en détail

L autoguidage diminue-t-il vraiment la consommation de carburant?

L autoguidage diminue-t-il vraiment la consommation de carburant? L autoguidage diminue-t-il vraiment la consommation de carburant? Lorsqu un producteur achète un système d autoguidage, on lui fait souvent valoir des économies de carburant et une plus grande précision

Plus en détail

REGLES TECHNIQUES APPLICABLES AUX BÂTIMENTS FAISANT L OBJET D UNE DEMANDE DE LABEL BEPOS-EFFINERGIE VERSION 3 8 septembre 2015

REGLES TECHNIQUES APPLICABLES AUX BÂTIMENTS FAISANT L OBJET D UNE DEMANDE DE LABEL BEPOS-EFFINERGIE VERSION 3 8 septembre 2015 1.Objet REGLES TECHNIQUES APPLICABLES AUX BÂTIMENTS FAISANT L OBJET D UNE DEMANDE DE LABEL BEPOS-EFFINERGIE VERSION 3 8 septembre 2015 Les présentes Règles Techniques établies par l association Collectif

Plus en détail

(Application de la Loi du 29 Décembre 1892)

(Application de la Loi du 29 Décembre 1892) Annexe 1 PROJET VOIRIE DEPARTEMENTALE Département des Deux-Sèvres Protocole d indemnisation relatif à l exécution des travaux topographiques, sondages de reconnaissance géotechniques et présondages des

Plus en détail

Les différentes structures de coûts

Les différentes structures de coûts 1 I LES DIFFÉRENTS TYPES DE COÛTS :...3 En fonction du champ d'application :...3 En fonction du contenu :...3 En fonction du moment des calculs :...3 II LES ÉLÉMENTS CONS TITUTIFS DES COÛTS :...3 A) LES

Plus en détail

Quelle politique pour les bioénergies? Christian Couturier, SOLAGRO, décembre 2007

Quelle politique pour les bioénergies? Christian Couturier, SOLAGRO, décembre 2007 CONTRIBUTION AUX DÉBATS PRÉPARATOIRES DE LA LOI GRENELLE DE L ENVIRONNEMENT Quelle politique pour les bioénergies? Christian Couturier, SOLAGRO, décembre 2007 Nota : solagro a - représenté le CLER (comité

Plus en détail