Freins et leviers aux conversions à l agriculture biologique en Grandes cultures

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Freins et leviers aux conversions à l agriculture biologique en Grandes cultures"

Transcription

1 Freins et leviers aux conversions à l agriculture biologique en Grandes cultures Etude d un cas type ROSACE 1 Travail réalisé par Richard d Humières, élève AgroParisTech, stagiaire au Pôle économie et politiques agricoles de l APCA en Les freins et leviers au développement de la filière céréales biologiques peuvent se manifester en amont, au niveau de l exploitation. Les handicaps habituellement identifiés sont d ordre technique, économique, psychologique, etc. Cet article propose de se focaliser sur les résultats économiques de l exploitation spécialisée en grandes cultures biologiques. La question de la rentabilité est souvent posée : que devient le résultat de l exploitation lorsque les rendements chutent, notamment lorsque les prix de vente sont plus faibles, pendant la période de conversion? Et que penser des légumineuses, à la base des rotations en agriculture biologique, qui dégagent une marge plus faible que les céréales? La conversion à l agriculture biologique implique un tel changement dans la formation des produits et des charges de l exploitation, qu il paraît nécessaire d étudier des indicateurs qui les intègrent dans leur globalité. Cet article présente une simulation des Résultats courants avant impôt (RCAI) d une exploitation qui se convertit à l agriculture biologique. La simulation est réalisée à partir d un cas-type 2 ROSACE spécialisé en grandes cultures. Elle s appuie sur des références économiques collectées par les conseillers en agriculture biologique. 1 ROSACE : Réseau d Observation des Systèmes Agricoles pour le Conseil et les Etudes, mis en place et suivi par le réseau Chambres d agriculture. 2 Le cas-type est une exploitation modélisée à partir de données collectées sur le terrain. Sa structure est cohérente avec ses données économiques. Il représente un ensemble d exploitations réelles. 1

2 I) Un cas-type ROSACE, en région Centre Les cas-types sont établis par zones géographiques. La région Centre a été choisie, pour sa surface significative en grandes cultures. Les références économiques biologiques utilisées ont été essentiellement produites et fournies par la Chambre d agriculture de Seine-et-Marne. Plusieurs cas-types en grandes cultures existent en région Centre. Le cas-type GC 121 fait l objet de la simulation, car il représente le maximum d exploitations dans cette région. Cas-type GC 121, ROSACE Centre Typologie : 100 ha, 1 UMO, Potentiel agronomique moyen en sec, Exploitation spécialisée Grandes Cultures sans Légumes ni Cultures Spéciales Assolement : - Blé Tendre : 55 ha - Orge d hiver : 15 ha - Colza : 20 ha - Tournesol : 10 ha Représentativité : 1260 exploitations en région Centre Contexte et intérêt de cette simulation Les différents départements ou régions impliqués dans le réseau ROSACE réfléchissent à l élaboration de cas-types en agriculture biologique. En fonction des cas, la construction de cas-types biologiques est démarrée ou envisagée : la simulation s inscrit dans un processus de réalisation de références systèmes. La démarche suivie dans ce contexte est toutefois différente. Les charges et les produits du cas-type sont adaptés à partir des références biologiques disponibles. La simulation permet d obtenir des sorties interprétables et dépendantes d un certain nombre de paramètres fixés (rendement, prix de vente ). La sortie de base de la simulation est ici le RCAI, calculé comme suit : RCAI = Produits Charges Produits Produit des ventes Premier pilier Droits à Paiement Unique (DPU) Charges Charges opérationnelles Fertilisants, traitements, semences Charges de structure Fermage, Travaux par tiers, Main d œuvre 2

3 Deuxième pilier Aides couplées salariée et charges salariales, Certification AB, Carburant et Entretien/Réparations, Mutualité Sociale Agricole (MSA), Divers Aides à la conversion et au maintien de l agriculture biologique (CAB, MAB) Amortissements Frais financiers Sans outil de simulation, il est difficile de définir les impacts individuels ou conjoints conséquents aux valeurs prises par les différents paramètres. Les utilités de la simulation sont multiples, le RCAI modélisé résultant de paramètres dont les valeurs sont fixées par l opérateur. Ainsi, le RCAI peut être simulé sous conditions particulières : contexte de prix, rendements Les hypothèses de simulation Les hypothèses permettent de simplifier les calculs. Des limites y sont inévitablement liées. à Assolement représentatif de la rotation longue luzerne, dominante dans les systèmes spécialisés en Centre (1/3 blé tendre dans la rotation à 1/3 blé tendre de la SAU) à Surface de l exploitation constante à Conversion totale dès la première année de conversion à Rendements constants pendant l exploitation en agriculture biologique La rotation longue luzerne 1 - Luzerne 2 - Luzerne 3 - Blé tendre d hiver 4 - Colza 5 - Blé tendre d hiver 6 - Légumineuse (Pois, Féverole) Cette rotation longue luzerne de 9 ans a été suggérée par Claude Aubert (Chambre d Agriculture de Seine-et-Marne). Elle se veut représentative des pratiques. La luzerne est parfois implantée jusqu à 4 années à la suite. La rotation peut aussi être rallongée d une année en introduisant un mélange céréalier en fin de rotation. D autres cultures telles que le seigle, le sarrasin, le maïs, le tournesol etc. sont cultivées en pratique, mais moins représentées. Les références les concernant sont de ce fait moins étoffées, c est pourquoi elles ne sont pas prises en compte ici. 7 - Blé tendre d hiver 3

4 Le choix des résultats biologiques modélisés Les résultats sont choisis en croisant les différentes valeurs que prennent les aides, les prix de vente et les charges opérationnelles «semences» : Prix de vente : - Conventionnels en première année de conversion (C1) - Intermédiaires entre le conventionnel et le bio en deuxième année de conversion (C2), pour les productions vendues pour l alimentation animale - Biologiques à partir de la troisième récolte N.B : Le prix de vente de la luzerne dépend de sa qualité et non du mode de production. Le prix de vente de la luzerne est fixé à 12 /q et il ne sera pas fait de distinction entre la luzerne déshydratée et la luzerne foin. Charges opérationnelles en semences : - Semences totalement achetées certifiées AB lors des trois premières années - Semences à la fois achetées et produites sur la ferme les années suivantes, dont les proportions d utilisation sont celles observée sur le terrain Aides à l agriculture biologique : - Aide à la Conversion à l Agriculture Biologique (CAB plafonnée en région Centre à /an) les cinq premières années d exploitation - Aide au Maintien de l Agriculture Biologique (MAB, nulle en 2009) les années suivantes Les résultats biologiques simulés seront donc les suivants : 1 ère récolte, 2 ème récolte, 4 ème /5 ème récoltes et vitesse de croisière. Le principe de la minimisation du résultat AB Dans le cadre de la simulation, des choix méthodologiques ont dû être opérés. A chaque fois, le choix s oriente dans le sens de la minimisation du résultat produit par l agriculture biologique. La simulation pouvant être un outil montrant la rentabilité de l exploitation AB, celle-ci ne doit pas représenter un résultat maximum. Les choix méthodologiques tendent à former un résultat moyen, voire minimisé : 4

5 - Le crédit d impôts d une part, les aides à la certification et l aide à l investissement d autre part, ne sont pas pris en compte dans cette analyse. - En pratique, le tournesol remplace le blé en C1 car son rendement baisse peu avec la conversion en agriculture biologique. En C2, l orge de printemps et le colza sont remplacés par une culture pouvant être vendue à l alimentation animale afin de bénéficier de prix de vente C2 Formules et hypothèses de calcul : Pour le calcul de l aide couplée : le rendement de référence régional est appliqué Les prix C2 des cultures sont la moyenne des prix de vente en conventionnel et en bio Les traitements chimiques interdits en AB, donc considérés comme nuls, Les charges de structure suivantes sont supposées égales à celles définies dans le cas-type en conventionnel : Fermage ( ), Travaux par tiers (1.300 ), Divers (8.000 ) Des formules de comptabilité de gestion utilisées dans le cas-type sont appliquées, concernant le calcul des amortissements, des frais financiers ainsi que de la cotisation MSA. Ainsi, les amortissements dépendent de l investissement valeur à neuf du matériel (IVAN), les frais financiers dépendent de l IVAN et des charges opérationnelles. Enfin, la MSA est proportionnelle au résultat (MSA non incluse). Cela permet de tenir compte des investissements ou des ventes de matériel liés à la conversion : Investissements : - Epandeur à hérissons horizontaux 10t - Houe rotative et rouleau Packer 6m - Bineuse 12 rangs 50cm - Herse étrille 12m Dans cette simulation les prix à neuf sont ceux du barème BCMA 2008 A dire d expert, le besoin supplémentaire en main d œuvre est de 0,3UTH pour une exploitation de 100 ha. Ce besoin tient compte de l ensemble des tâches : traction, désherbage manuel, observation des cultures, formation. Afin de tenir compte du coût supplémentaire que cela peut engendrer (si l agriculteur ne travaille pas plus), nous utilisons la norme d Arvalis, de /an pour un chauffeur de tracteur Le coût de la certification est déterminé à partir de la grille de calcul de Qualité France, organisme de certification 5

6 Les charges en Carburant et Entretien/Réparations ont été calculées par culture, à partir des itinéraires techniques en conventionnel et en bio. Trois tracteurs sont présents sur l exploitation, chacun tractant des outils différents. Il en a été tenu compte, en suivant les indications données par Sylvain Deseau, conseiller machiniste à la Chambre d agriculture du Loiret. Le prix du carburant utilisé pour les calculs est de 0,5 /L. Enfin, les temps de traction sont majorés de 50% (estimation utilisée dans le cadre des cas-types ROSACE en région Centre), car les tracteurs ne fonctionnent pas uniquement sur les parcelles Pour les charges de mécanisation liées au transport, la norme de 150 h/ha utilisée dans le cas-type est reprise dans le cas de l exploitation biologique. Le choix des analyses menées Les résultats des exploitations dépendent de nombreux paramètres qui varient dans le temps. Ici, les résultats sont simulés avec : - Les prix de vente moyens ( ), hauts (2007) et bas (2005) - Les aides PAC en 2009 et les PAC en 2010, en tenant compte des effets du Bilan de Santé. Un regard sur la compensation des manques à gagner grâce à l aide à la conversion à l agriculture biologique (CAB) et sur l effet du déplafonnement des aides est aussi proposé. Les temps de traction de l exploitation, en conventionnel et en bio, seront aussi détaillés. Les résultats de la simulation Pour des prix de vente moyens, aides PAC 2009 Evolution des produits et des charges Lors des deux premières années de conversion, les résultats biologiques sont bien inférieurs. Ils sont en revanche plus élevés lors des années suivantes. La simulation montre ici que l exploitation biologique est plus rentable à partir de la troisième récolte. 6

7 Produits, Charges et RCAI calculés - Cas-type GC Charges RCAI Conventionnel C C2 Récoltes 4 et 5 Croisière La simulation montre que les résultats s expliquent par les produits de l exploitation. En C1 et C2, ils sont bien inférieurs du fait de prix de vente en conventionnel (C1) et intermédiaires (C2) et de rendements bien inférieurs (exemple du blé tendre : 70q/ha en conventionnel et 40q/ha en bio), malgré l aide de à la conversion en agriculture biologique. Les années suivantes, les produits sont bien plus élevés, grâce à la vente des productions aux prix AB (exemple du blé tendre : 13,5 /q en conventionnel et 23,6 /q en bio). En vitesse de croisière, les produits apparaissent plus faibles qu aux 3 ème /4 ème et 5 ème récoltes, du fait de la non prise en compte du crédit d impôts ou à partir de 210 de l aide au maintien. Les charges sont globalement stables. Prises individuellement, elles peuvent varier considérablement. C est le cas des charges opérationnelles et des charges de structure. Premièrement, les charges opérationnelles moyennes de l exploitation chûtent de 59%. Les charges moyennes en semences sont de deux à trois fois plus élevées mais des charges opérationnelles en traitements nulles et des charges en fertilisants plus faibles. Enfin, les charges en semences correspondant aux couverts végétaux, non pris en compte en conventionnel, sont peu élevées car elles n ont été prises que sur les cultures de printemps. 7

8 Charges opérationnelles moyennes en agriculture conventionnelle et biologique (Cas-type GC 121) Coûts ( /ha) Couvert Phytosanitaires Fertilisation Semences 0 Conventionnel Bio (Sources : ROSACE et Chambre d agriculture de Seine-et-Marne) Les charges opérationnelles semences sont diminuées à partir de la quatrième récolte, passant de 103 /ha à 79 /ha (-30%). Il existe donc une marge de progrès non négligeable à produire des semences de ferme ; néanmoins dans le cas de la luzerne, il est délicat de produire ces semences fermières. Les autres charges sont globalement en augmentation. Le coût de certification représente un coût supplémentaire mais il est relativement faible : 540 environ. La main d œuvre s ajoute aussi aux charges, avec La MSA est variable puisqu elle est proportionnelle au résultat. Les amortissements sont plus élevés en agriculture biologique (+13%), du fait d un IVAN bien supérieur. Les frais financiers sont quant à eux stables, car proportionnels aux charges opérationnelles et à l IVAN. Enfin, les deux postes Carburant et Entretien/Réparations sont proches, avec : Carburant ( /ha) Entretien /Réparations ( /ha) Conventionnel 55,4 55,4 Bio Les charges en carburant sont plus faibles qu en conventionnel. Il faut ici souligner que les charges en carburant sont plus faibles du fait que les travaux de coupe, de récolte et de transport de la luzerne ne sont pas comptés car elle est vendue en déshydratation. Sous les hypothèses de trois coupes et d un rendement de 109 q/ha, la consommation de carburant supplémentaire de l exploitation serait de Les charges en carburant sont directement liées aux temps de traction de chaque culture. Il est donc intéressant de les détailler. 8

9 Les résultats biologiques sont compétitifs, grâce à l aide à la conversion et grâce aux prix de vente qui compensent la chute de rendement à partir de la troisième année d exploitation. Les charges totales sont stables, avec la diminution des charges opérationnelles qui «tamponne» le surcoût en main-d œuvre et en amortissements. En comparaison, la certification et les postes carburant et entretien/réparations ont des impacts économiques faibles. Les temps de traction de l exploitation Les temps de traction sont variables entre les itinéraires techniques bio et conventionnel et d une culture à l autre. Par exemple, le désherbage mécanique et un travail du sol plus importants en bio remplacent les passages de pulvérisateur. Voici les itinéraires techniques «moyens» retenus pour la simulation (hors luzerne en bio), au prorata des surfaces des cultures de l exploitation : Travail du sol Couvert du sol Semis Fertilisation I.T Conventionnel 1 Déchaumage 1 Labour 0,2 Préparation du sol ¼ Décompactage Aucun 1 Semis 0,9 Roulage 2,7 Distributeur d engrais I.T Biologique 2,9 Déchaumages 1 Labour ¼ Décompactage 0,3 Semis 0,3 Déchaumage 1 Semis 5,6t/ha Compost 1,2t/ha Engrais organiques (Fientes, plumes de volailles, vinasses) Traitements phytosanitaires 4,1 Pulvérisateur 0 Désherbage mécanique Aucun 0,8 Herse étrille 0,2 Bineuse 0,5 Houe rotative Récolte 1 Récolte (Itinéraires calculés à partir des données ROSACE et Chambre d agriculture de Seine-et-Marne) 9

10 Les itinéraires techniques sont variables en fonction des cultures. En conventionnel, les différences se situent sur le nombre de passages de distributeur d engrais, de pulvérisateur et sur la présence d un roulage ou de préparation du sol. En agriculture biologique, ils sont plus variables, avec par exemple la présence ou non d un couvert ou de fertilisation sur la culture. La combinaison et le nombre de passages des outils de désherbage sont aussi très variables. Les temps de traction sur les différentes cultures sont assez proches dans chaque système de production. Ils sont aussi très proches entre les deux modes de production conventionnel et biologique. La différence entre les deux temps de traction est proche du temps de traction lié au couvert végétal, non pris en compte dans l I.T en conventionnel : les temps de traction ne sont pas significativement différents. Même si l agriculteur produisait lui-même sa luzerne foin, le temps de traction de l exploitation serait plus élevé qu en conventionnel, mais insuffisant pour l expliquer. Il serait donc plutôt lié à d autres activités, non étudiées ici : le désherbage manuel, l observation des cultures, Le résultat en fonction de différents contextes de prix Les résultats varient aussi bien en bio qu en conventionnel, avec de fortes différences entre les années de bas prix (2005) et de haut prix (2007) : Conventionnel C1 C2 5 ième récolte Croisière Prix moyens Prix hauts (2007) Prix bas (2005)

11 En conventionnel, la différence est particulièrement forte, avec un résultat 7,5 fois plus élevé en 2007 qu en La variation de résultat n est pas proportionnelle à la variation des prix car les produits des ventes compensent les charges et les produits restants permettent un résultat positif. Les résultats sont très sensibles aux variations des prix. Lorsque les prix sont bas, la simulation montre que tous les résultats calculés en agriculture biologique sont supérieurs au résultat en conventionnel : l exploitation en agriculture biologique est plus rentable que l exploitation en conventionnel. Dans un contexte où les prix sont hauts, l aide à la conversion apparaît nécessaire, comme dans le cas où les prix de vente sont moyens. Sans l aide à la conversion, les résultats AB en C1 et C2 pourraient décourager l exploitation en bio. La production AB est rapidement favorable au résultat, dès la troisième récolte et en rythme de croisière, bien que l aide au maintien ne soit pas touchée. En rythme de croisière, le résultat est supérieur à celui réalisé en conventionnel. La conversion à l agriculture biologique est favorable au résultat de l exploitation, sur le long terme, pour les trois conjonctures de prix testées. Dans tous les cas, l aide à la conversion est nécessaire pour passer le cap des deux premières années de conversion. Ces résultats montrent aussi la forte sensibilité des résultats aux prix. L exploitation biologique peut être fortement contrariée par une mauvaise valorisation des productions ou par des rendements très faibles. L impact de l aide à la conversion à l Agriculture Biologique L aide à la conversion est une aide à la surface, de 200 /ha pour les cultures annuelles (y compris prairies temporaires) et plafonnée à pour l exploitation, en région Centre. Elle est établie pour compenser les manques à gagner liés à la conversion à l agriculture biologique. Elle tient compte des différences de marge brute entre les deux modes de production et du besoin supplémentaire en main d œuvre. Qu en est-il dans le cas particulier du cas-type GC 121? En tenant compte des charges opérationnelles (intrants uniquement), des produits des ventes et de la main d œuvre supplémentaire (69 /ha), la simulation montre que les manques à gagner de l exploitation sont très variables en fonction de l année d exploitation en agriculture biologique. Les manques à gagner ne sont pas couverts lors de la première année. Ils sont en revanche couverts en deuxième année. De plus, l exploitation en bio est avantageuse dès la troisième année, de telle manière que l aide à la conversion est un «bonus» à 3 Le montant de par exploitation sur 5 ans est garanti. Une intervention complémentaire de à est possible dès 2009, si les crédits disponibles au niveau régional le permettent. 11

12 l échelle des cinq premières années de conversion. Voici le tableau des différences de marge (Bio conventionnel) : Manques à gagner ( /ha) P luzerne : 12 /q par année d exploitation en bio C1 C2 3 ième récolte 4 ème /5 ème récoltes moyen 5 La simulation montre que l aide à la conversion est nécessaire lors des deux premières années. Elle est un «bonus» à l échelle des cinq premières années d exploitation. Cette conclusion n est pas généralisable aux exploitations en grandes cultures et doit être nuancée, pour deux raisons principalement : - Les manques à gagner croissent avec la taille de l exploitation tandis que l aide est limitée par le plafonnement : à partir d une taille critique de l exploitation, les aides ne compensent plus les manques à gagner - Les manques à gagner peuvent être largement plus élevés en cas de moins bonne valorisation des productions, en particulier dans le cas des productions principales dont les rendements et/ou prix de vente sont élevés et dont les variations impactent fortement le résultat. Par exemple, la simulation montre que le manque à gagner moyen n est pas couvert si la luzerne est vendue à un prix inférieur à 7,7 /q. 12

Évaluation des coûts de production en grandes cultures biologiques

Évaluation des coûts de production en grandes cultures biologiques Évaluation des coûts de production en grandes cultures biologiques Jean-François GARNIER ARVALIS Institut du Végétal D après un travail de Pierre Emilien ROUGER JOURNEE TECHNIQUE GRANDES CULTURES BIOLOGIQUES

Plus en détail

Développement de l Agriculture Biologique sur le territoire Dombes-Saône

Développement de l Agriculture Biologique sur le territoire Dombes-Saône Développement de l Agriculture Biologique sur le territoire Dombes-Saône Photo : M Benmergui L agriculture biologique sur le territoire 14 exploitations en AB, 1.66% des exploitations 758 ha soit 1.5%

Plus en détail

Outil de gestion de l azote pour le blé tendre d hiver biologique en Ile-de-France

Outil de gestion de l azote pour le blé tendre d hiver biologique en Ile-de-France Outil de gestion de l azote pour le blé tendre d hiver biologique en Ile-de-France Prévoir la fertilisation en sortie d hiver à l échelle de l exploitation Charlotte Glachant, Claude Aubert, Chambre d

Plus en détail

Caractéristiques. Fréquence du système. Perspectives. Utilisation des surfaces. Atouts. Contraintes. Système plantes sarclées

Caractéristiques. Fréquence du système. Perspectives. Utilisation des surfaces. Atouts. Contraintes. Système plantes sarclées Système plantes sarclées Caractéristiques Variantes de ce système Production de viande (vaches allaitantes ou bœufs sur 10ha d herbe) 1,3 unité de main d œuvre : 1 chef d exploitation et 1 salarié occasionnel

Plus en détail

Maintenir ses marges, tout en limitant l usage des intrants, des pistes existent!

Maintenir ses marges, tout en limitant l usage des intrants, des pistes existent! Maintenir ses marges, tout en limitant l usage des intrants, des pistes existent! Les essais présentés dans ce document font état des références actuellement disponibles sur les systèmes économes en intrants

Plus en détail

La production de blé panifiable bio pour diversifier son assolement en polyculture-élevage

La production de blé panifiable bio pour diversifier son assolement en polyculture-élevage La production de blé panifiable bio pour diversifier son assolement en polyculture-élevage Filière blé panifiable Bio 6 Juin 2012 Matthieu BLIN Minoterie BLIN Jean-Pierre GAUME Agriculteur (53) Charlotte

Plus en détail

Durabilité agronomique des systèmes biologiques comparée à d autres systèmes (raisonnés, intégrés ).

Durabilité agronomique des systèmes biologiques comparée à d autres systèmes (raisonnés, intégrés ). Durabilité agronomique des systèmes biologiques comparée à d autres systèmes (raisonnés, intégrés ). 1 Philippe VIAUX Correspondant de l Académie d Agriculture de France. 27/11/2012 Séminaire AB Angers

Plus en détail

CAS-TYPE BIO : des références systèmes pour sécuriser les conversions et optimiser les systèmes en agriculture biologique

CAS-TYPE BIO : des références systèmes pour sécuriser les conversions et optimiser les systèmes en agriculture biologique FOCUS Économie Février 2012 N 1204 CAS-TYPE BIO : des références systèmes pour sécuriser les conversions et optimiser les systèmes en agriculture biologique L'enjeu de l'élaboration de référence systèmes

Plus en détail

Description d un système de production

Description d un système de production Edition 2013 : campagne 2011 et conjoncture 2012 Description d un système de production Les systèmes de production décrits dans ce dossier sont présentés de manière identique sous forme de cas types. Chaque

Plus en détail

«FAVORISER ET SÉCURISER L ÉMERGENCE DE BONNES PRATIQUES AGRICOLES POUR PRÉSERVER LA RESSOURCE EN EAU»

«FAVORISER ET SÉCURISER L ÉMERGENCE DE BONNES PRATIQUES AGRICOLES POUR PRÉSERVER LA RESSOURCE EN EAU» «FAVORISER ET SÉCURISER L ÉMERGENCE DE BONNES PRATIQUES AGRICOLES POUR PRÉSERVER LA RESSOURCE EN EAU» ETUDE SUR LA GESTION DU RISQUE EN AGRICULTURE BIOLOGIQUE Etude réalisée par PERI G et CERFRANCE juin

Plus en détail

RÉSULTATS DE L OBSERVATOIRE TECHNICO-ÉCONOMIQUE DU RAD Synthèse 2011 - Exercice comptable 2010

RÉSULTATS DE L OBSERVATOIRE TECHNICO-ÉCONOMIQUE DU RAD Synthèse 2011 - Exercice comptable 2010 Les essentiels du Réseau agriculture durable RÉSULTATS DE L OBSERVATOIRE TECHNICO-ÉCONOMIQUE DU Synthèse 2011 - Exercice comptable 2010 Réseau d information comptable agricole du Ministère de l Agriculture,

Plus en détail

productifs exploités dans un but commercial (en attente de précisions du cadre national) apas de seuil minimal de surface à engager

productifs exploités dans un but commercial (en attente de précisions du cadre national) apas de seuil minimal de surface à engager AIDES 2015 MISE À JOUR 24 AVRIL 2015 1 Conversion et maintien à l agriculture biologique Retour de l aide sur le 2nd pilier avec des engagements sur 5 ans et localisés à la parcelle. Pour cette nouvelle

Plus en détail

Systèmes bovins laitiers en Poitou-Charentes

Systèmes bovins laitiers en Poitou-Charentes R E F E R E N C E S Systèmes bovins laitiers en Poitou-Charentes Avril 2008 Les cas-types... mode d emploi R E F E R E N C E S Vous avez dit cas-type? Un cas-type est une exploitation représentative d'un

Plus en détail

Cette épreuve comprend deux parties notées chacune sur 10 points.

Cette épreuve comprend deux parties notées chacune sur 10 points. EPREUVE N 2 EPREUVE D ECONOMIE (Coefficient : 1 - Durée : 4 heures) ------------------------------ L usage de la calculatrice est autorisé. RAPPEL : Au cours de l épreuve, la calculatrice est autorisée

Plus en détail

Conventions de calcul pour la réalisation des cas types en agriculture biologique

Conventions de calcul pour la réalisation des cas types en agriculture biologique Conventions de calcul pour la réalisation des cas types en agriculture biologique Conjoncture retenue pour la construction des cas-types Prix de la viande bovine Conjoncture 1 er trimestre 2012 Prix des

Plus en détail

Analyses et Perspectives

Analyses et Perspectives Analyses et Perspectives Références Systèmes Septembre 2013 N 1304 Complémentarité et autonomie en protéines en région Centre Potentiels et freins à lever La France importe aujourd hui 40% de ces besoins

Plus en détail

Projet SYSTEMES : Des références actualisées en élevage AB sur le Massif Central (dont l Auvergne)

Projet SYSTEMES : Des références actualisées en élevage AB sur le Massif Central (dont l Auvergne) Projet SYSTEMES : Des références actualisées en élevage AB sur le Massif Central (dont l Auvergne) Les références technicoéconomiques : une nécessité Besoin exprimé par les acteurs de terrain Pour mieux

Plus en détail

nourrir, employer, préserver

nourrir, employer, préserver nourrir, employer, préserver Historique du projet Une ferme, un projet La Corbière est le nom d une ferme située au Sud du Maine-et-Loire, dans le pays des Mauges, où la terre à été transmise de père à

Plus en détail

Le revenu agricole régional baisse à cause du recul des prix de la plupart des productions, malgré des rendements souvent élevés

Le revenu agricole régional baisse à cause du recul des prix de la plupart des productions, malgré des rendements souvent élevés Agreste Champagne-Ardenne n 5- Octobre 2015 Analyse des comptes de l agriculture champardennaise en 2014 En 2014, le revenu net d exploitation par actif non salarié baisse de 13,3 % en valeur courante

Plus en détail

NOTICE EXPLICATIVE. Bilan global de fertilisation azotée : Bilan CORPEN

NOTICE EXPLICATIVE. Bilan global de fertilisation azotée : Bilan CORPEN NOTICE EXPLICATIVE Bilan global de fertilisation azotée : Bilan CORPEN Ce bilan global de la fertilisation azotée est obligatoire pour toute exploitation située en zone vulnérable et qui a contractualisé

Plus en détail

TCS, strip-till et semis direct

TCS, strip-till et semis direct Témoignage dethierry Lesvigne Polyculture Elevage Bovin Lait La Bernaudie 24 480 ALLES- SUR-DORDOGNE Depuis 2008, Thierry Lesvigne a choisi repenser l ensemble de son système agronomique et a arrêté définitivement

Plus en détail

AXEREAL, Un intérêt commun, le grain Des activités complémentaires. CA : 3,4 Milliards d euros - Une répartition équilibrée

AXEREAL, Un intérêt commun, le grain Des activités complémentaires. CA : 3,4 Milliards d euros - Une répartition équilibrée AXEREAL, Un intérêt commun, le grain Des activités complémentaires 1 Transformation : 25,1 % - 853 M Meunerie 176 M Nutrition Animale : 209 M Activités spécialisées : 2,6 % - 88 M Malterie : 467 M 42,5

Plus en détail

Les Fermobioscopies d Agrobio 35

Les Fermobioscopies d Agrobio 35 LA FERME DU ROZAY Pierre ROZE et Sébastien HIVERT Essé Redon Vaches allaitantes 2012 2011 L HISTORIQUE 2003 2005 2010 2011 2012 Installation de Pierre qui reprend la ferme de ses parents en créant une

Plus en détail

Le verdissement de la Politique agricole commune

Le verdissement de la Politique agricole commune Jean Claude VAN SCHINGEN Direction des surfaces agricoles Département des Aides Le verdissement de la Politique agricole commune en Région wallonne Présentations Septembre octobre 2014 1. Limite de l exposé

Plus en détail

«Performance et production de protéines à la ferme»

«Performance et production de protéines à la ferme» Témoignage d une approche AEI en production laitière : «Performance et production de protéines à la ferme» Philippe Cadoret Gaec De Trémelin 8 UTH associé à Camors (56) Membre des réseaux Triskalia Agrosol

Plus en détail

Revenu agricole 2013 : une année délicate pour les productions céréalières

Revenu agricole 2013 : une année délicate pour les productions céréalières Agreste Champagne-Ardenne n 4 - Juillet 2015 Réseau d information comptable agricole En 2013, le Résultat Courant Avant Impôt (RCAI) moyen des exploitations agricoles champardennaises couvertes par le

Plus en détail

vous propose UNE FUMURE OPTIMALE la solution de l avenir!

vous propose UNE FUMURE OPTIMALE la solution de l avenir! vous propose UNE FUMURE OPTIMALE la solution de l avenir! Les principaux objectifs et avantages L agronomie En étudiant scientifiquement les critères biologiques, physiques et chimiques, elle joue un rôle

Plus en détail

Tine Seeder. Implanter une culture au moindre coût

Tine Seeder. Implanter une culture au moindre coût Tine Seeder Implanter une culture au moindre coût Tine Seeder Polyvalent et rapide Le semoir combiné T-S (Tine Seeder) est conçu pour implanter une culture au moindre coût. Il peut être utilisé aussi bien

Plus en détail

Agrosyst, le système d'information au coeur du Plan Ecophyto de réduction d'usage des pesticides

Agrosyst, le système d'information au coeur du Plan Ecophyto de réduction d'usage des pesticides INRA MC Lhopital Agrosyst, le système d'information au coeur du Plan Ecophyto de réduction d'usage des pesticides Données, agriculture, environnement... innovation Vendredi 4 septembre 2015 Estelle Ancelet,

Plus en détail

FRAB Midi-Pyrénées- Fédération Régionale des Agriculteurs Biologiques

FRAB Midi-Pyrénées- Fédération Régionale des Agriculteurs Biologiques 32 300 ESTIPOUY Grandes cultures, volailles, agroforesterie Située dans le Sud-Ouest du Gers près de Mirande, au cœur du Haut Armagnac, la ferme de Simon Graf, s étend sur 65 ha. Les poules pondeuses,

Plus en détail

Contrôlabilité du taux de chargement et des effectifs animaux des mesures 10, 11 et 12 des programmes de développement rural 2015-2020

Contrôlabilité du taux de chargement et des effectifs animaux des mesures 10, 11 et 12 des programmes de développement rural 2015-2020 Contrôlabilité du taux de chargement et des effectifs animaux des mesures 10, 11 et 12 des programmes de développement rural 2015-2020 Cette note a pour objet de définir les animaux et les surfaces pris

Plus en détail

CAPRINS LAITIERS + BOVINS VIANDE ENSILAGE DE MAÏS

CAPRINS LAITIERS + BOVINS VIANDE ENSILAGE DE MAÏS CLBV AQMP02 CAPRINS LAITIERS + BOVINS VIANDE ENSILAGE DE MAÏS 2 UMO sur 39 ha avec 200 chèvres produisant 160 000 litres de lait et engraissement de 40 génisses Ce système se rencontre principalement dans

Plus en détail

De Rochefort. La famille

De Rochefort. La famille La famille EARL de la Ferme céréalière diversifiée en légumes de plein champ. Situation de la ferme dans son environnement le site principal à Coinces fabrication de la farine Tours Eure-et-Loir Eure-et-Loir

Plus en détail

CALCULER LE COÛT DE PRODUCTION D UN ATELIER BOVINS LAIT

CALCULER LE COÛT DE PRODUCTION D UN ATELIER BOVINS LAIT RÉSEAUX D ÉLEVAGE POUR LE CONSEIL ET LA PROSPECTIVE COLLECTION THÉMA CALCULER LE COÛT DE PRODUCTION D UN ATELIER BOVINS LAIT Méthode nationale développée par l Institut de l Élevage dans le cadre du dispositif

Plus en détail

4. Verdissement, une PAC plus verte

4. Verdissement, une PAC plus verte 4. Verdissement, une PAC plus verte Aides Couplées JA Verdissement Paiement redistributif DPB Trois obligations à respecter : 1. Diversification des assolements 2. Maintien des prairies permanentes 3.

Plus en détail

Élevage laitier. Conseils Références OBJECTIF RENTABILITÉ. Misez sur l efficacité durable

Élevage laitier. Conseils Références OBJECTIF RENTABILITÉ. Misez sur l efficacité durable Élevage laitier Conseils Références OBJECTIF RENTABILITÉ Misez sur l efficacité durable CONSEILS & RÉFÉRENCES Élevages L aitiers Sommaire PRÉSENTATION SYNERGIE DES EXPERTISES Pour un conseil global EBE

Plus en détail

L autoguidage diminue-t-il vraiment la consommation de carburant?

L autoguidage diminue-t-il vraiment la consommation de carburant? L autoguidage diminue-t-il vraiment la consommation de carburant? Lorsqu un producteur achète un système d autoguidage, on lui fait souvent valoir des économies de carburant et une plus grande précision

Plus en détail

Mémo Conversion Agriculture Biologique Productions végétales

Mémo Conversion Agriculture Biologique Productions végétales Mémo Conversion Agriculture Biologique Productions végétales Co-rédacteur Partenaires financiers Parution Chambre Régionale d Agriculture du Languedoc-Roussillon L agriculture biologique est un mode de

Plus en détail

Parcours vers la conversion : Découvrir l outil VISA pour le bio. Une initiative des

Parcours vers la conversion : Découvrir l outil VISA pour le bio. Une initiative des Parcours vers la conversion : Découvrir l outil VISA pour le bio Parcours vers la conversion : Découvrir l outil VISA pour le bio Animateur : Sylvie Dulenc - Chambre d agriculture de l Hérault Intervenants

Plus en détail

Pratiques culturales pour améliorer la rentabilité de l entreprise agricole

Pratiques culturales pour améliorer la rentabilité de l entreprise agricole Pratiques culturales pour améliorer la rentabilité de l entreprise agricole Louis Robert, agronome MAPAQ Centre de services de Ste-Marie Dans notre région, l agriculture est basée pour une forte proportion

Plus en détail

Démonstration d implantation des engrais verts après moisson

Démonstration d implantation des engrais verts après moisson Démonstration d implantation des engrais verts après moisson Mercredi 2 juillet 2014 14 h - Ittenheim Edouard Cholley Félix Meyer Gérald Huber Introduction Voir les couverts végétaux, comme un outil agronomique

Plus en détail

Le CETIOM s implique dans les réseaux d agriculteurs innovants

Le CETIOM s implique dans les réseaux d agriculteurs innovants Le CETIOM s implique dans les réseaux d agriculteurs innovants Gilles Sauzet CETIOM La recherche de systèmes de production doublement performants, d un point de vue économique et environnemental, doit

Plus en détail

ARVALIS - Institut du végétal

ARVALIS - Institut du végétal Implantation du maïs: quelles innovations pour quels bénéfices? R. LEGERE Arvalis Institut du Végétal Programme Les différents itinéraires techniques d implantation Focus sur les itinéraires très simplifiés:

Plus en détail

En Ségala tarnais, un système Veaux d Aveyron diversifié grandes cultures

En Ségala tarnais, un système Veaux d Aveyron diversifié grandes cultures 2005-2006 701.2 En Ségala tarnais, un système Veaux d Aveyron diversifié grandes cultures Midi-Pyrénées 58 vaches Limousines 70 UGB 75 ha de SAU 2 UMO 1,3 UGB/ha SFP Ventes 8 vaches finies 16 veaux d Aveyron

Plus en détail

RÉSULTATS DE L OBSERVATOIRE TECHNICO-ÉCONOMIQUE DU RAD Synthèse 2014 - Exercice comptable 2013

RÉSULTATS DE L OBSERVATOIRE TECHNICO-ÉCONOMIQUE DU RAD Synthèse 2014 - Exercice comptable 2013 Les essentiels du Réseau agriculture durable RÉSULTATS DE L OBSERVATOIRE TECHNICO-ÉCONOMIQUE DU Synthèse 2014 - Exercice comptable 2013. Réseau d information comptable agricole du Ministère de l Agriculture,

Plus en détail

Comparaison Robot Salle de traite

Comparaison Robot Salle de traite Comparaison Robot Salle de traite Résultats technico-économiques (présentation similaire aux fiches repères du Réseau Bovins Lait) issus des 114 suivis coûts de production réalisés par les Chambres d agriculture

Plus en détail

L Agriculture de précision aujourd hui en France, Les pratiques des Agriculteurs

L Agriculture de précision aujourd hui en France, Les pratiques des Agriculteurs L Agriculture de précision aujourd hui en France, Les pratiques des Agriculteurs Présentation : Marc VAN COILLIE. Fondateur en 1996 de SATplan (Gps et Agriculture) Jusqu en 2012 ( 25 collaborateurs, 6

Plus en détail

DIAGNOSTIC DE DURABILITE du Réseau Agriculture Durable

DIAGNOSTIC DE DURABILITE du Réseau Agriculture Durable DIAGNOSTIC DE DURABILITE du Réseau Agriculture Durable Guide de l utilisateur 2010 Si vous êtes amenés à utiliser cet outil, merci d indiquer votre source. Réseau agriculture durable - Inpact Bretagne

Plus en détail

Catalogue de formations - Printemps 2014

Catalogue de formations - Printemps 2014 Groupement des Agriculteurs Biologiques des Alpes de Haute Provence Catalogue de formations - Printemps 2014 9 Production de petits fruits rouges en AB. 9 Itinéraire technique du blé bio : du semis au

Plus en détail

EPREUVE ECRITE D ADMISSIBILITE

EPREUVE ECRITE D ADMISSIBILITE CONCOURS DE RECRUTEMENT DE PROFESSEURS DE LYCEE PROFESSIONNELS AGRICOLE (PLPA) SESSION 2011 Concours : INTERNE Section : Sciences économiques et sociales et gestion Option A : Sciences économiques et sociales

Plus en détail

Analyses de groupe Exploitations laitières en Agriculture Biologique Résultats année d exercice 2008 / 2009

Analyses de groupe Exploitations laitières en Agriculture Biologique Résultats année d exercice 2008 / 2009 Analyses de groupe Exploitations laitières en Agriculture Biologique Résultats année d exercice 2008 / 2009 Cette étude a été réalisée dans le cadre du projet transfrontalier «Améliorer les performances

Plus en détail

Dossier de Presse 23 mai 2011

Dossier de Presse 23 mai 2011 Dossier de Presse 23 mai 2011 De la production à la mise en marché, de l organisation du travail au pilotage stratégique de l entreprise, des hommes et des femmes explorent des voies nouvelles et tracent

Plus en détail

LES COÛTS DE PRODUCTION EN ELEVAGE OVIN ALLAITANT DANS LE SUD-OUEST

LES COÛTS DE PRODUCTION EN ELEVAGE OVIN ALLAITANT DANS LE SUD-OUEST LES COÛTS DE PRODUCTION EN ELEVAGE OVIN ALLAITANT DANS LE SUD-OUEST Référentiel 2009-2010 des coûts de production des élevages ovin allaitants des Réseaux d Élevage en Aquitaine et Midi-Pyrénées La flambée

Plus en détail

Bilan Carbone des interventions viticoles

Bilan Carbone des interventions viticoles Chambre d agriculture de Vaucluse Bilan Carbone des interventions viticoles Silvère DEVEZE Chambre d Agriculture de Vaucluse Tél : 04.90.23.65.65 fax : 04.90.23.65.40 email : accueil@vaucluse.chambagri.fr

Plus en détail

Cultures Pièges à Nitrate : une assurance contre les déperditions d azote par lessivage

Cultures Pièges à Nitrate : une assurance contre les déperditions d azote par lessivage 1 Cultures Pièges à Nitrate : une assurance contre les déperditions d azote par lessivage P. Courtois 3, J-P Destain 4, C. Vandenberghe 5, J.M. Marcoen 5 1. Introduction : l azote, le sol et le nitrate

Plus en détail

Création d un atelier ovin

Création d un atelier ovin RÉSEAUX D ÉLEVAGE POUR LE CONSEIL ET LA PROSPECTIVE COLLECTION THÉMA Création d un atelier ovin Une réelle opportunité offerte aux exploitations Grâce à sa souplesse pour agneler à différentes périodes

Plus en détail

Techniques agronomiques innovantes de la conduite du maïs fourrage

Techniques agronomiques innovantes de la conduite du maïs fourrage Techniques agronomiques innovantes de la conduite du maïs fourrage Romain LEGERE- Arvalis(station de la Jaillière Collaboration Bruno Couilleau-CA44 (Ferme de Derval) Techniques agronomiques innovantes

Plus en détail

RefAB : Des références pour les systèmes de production agricoles biologiques

RefAB : Des références pour les systèmes de production agricoles biologiques RefAB : Des références pour les systèmes de production agricoles biologiques Proposition d un cadre méthodologique innovant Présentation par Céline Cresson, ACTA et Catherine xperton, ITAB Préparée avec

Plus en détail

CALCULER LE COÛT DE PRODUCTION EN ÉLEVAGE OVIN VIANDE

CALCULER LE COÛT DE PRODUCTION EN ÉLEVAGE OVIN VIANDE RÉSEAUX D ÉLEVAGE POUR LE CONSEIL ET LA PROSPECTIVE COLLECTION THÉMA CALCULER LE COÛT DE PRODUCTION EN ÉLEVAGE OVIN VIANDE Méthode nationale développée par l Institut de l Elevage dans le cadre des Réseaux

Plus en détail

Concepts de base, utilité Prise d information Traitement de l information Analyse de l information

Concepts de base, utilité Prise d information Traitement de l information Analyse de l information Concepts de base, utilité Prise d information Traitement de l information Analyse de l information Ensemble de coûts directs et indirects de production et distribution par unité vendue Varie entre produits

Plus en détail

Lait biologique : des chiffres à découvrir

Lait biologique : des chiffres à découvrir Lait biologique : des chiffres à découvrir 2013-2014 Depuis 2003 les éleveurs laitiers biologiques du Nord Pas de Calais qui le souhaitent peuvent chaque année analyser leurs résultats. L outil GTE lait

Plus en détail

Implantation de colza au Strip till. Thibaud LEROY Alexandre EECKHOUT Chambre d Agriculture de la Somme

Implantation de colza au Strip till. Thibaud LEROY Alexandre EECKHOUT Chambre d Agriculture de la Somme Implantation de colza au Strip till Thibaud LEROY Alexandre EECKHOUT Chambre d Agriculture de la Somme Objectifs de l essai Comparer différentes techniques d implantation simplifiée en colza Mono-graine

Plus en détail

VITICULTURE. Chambres d Agriculture. Associations de Gestion et de Comptabilité. Des Départements 49, 44, 72

VITICULTURE. Chambres d Agriculture. Associations de Gestion et de Comptabilité. Des Départements 49, 44, 72 VITICULTURE 125 126 GROUPE VITICULTURE Le groupe comprend 75 entreprises dont 47 en société (63 %). La vigne représente 88 % des produits, le complément étant apporté par des grandes cultures ou d autres

Plus en détail

ORGES HYBRIDES. www.semencesdefrance.com

ORGES HYBRIDES. www.semencesdefrance.com ORGES HYBRIDES www.semencesdefrance.com Gamme Variйtale Semences de France Orges hybrides 6 rangs fourragиres PS Nouveautй GOODY 2014 (SY212.121) 5 (1/2 hiver 7 (précoce) 8 6 6 7 6 HOBBIT 2009 6 6 1/2

Plus en détail

Fiche Technique. Filière Maraichage. Mais doux. Septembre 2008

Fiche Technique. Filière Maraichage. Mais doux. Septembre 2008 Fiche Technique Production Peu Développée en Languedoc-Roussillon Filière Maraichage Mais doux Septembre 2008 Rédigée par : Julien GARCIA Chambre Régionale d Agriculture du Languedoc-Roussillon Potentiel

Plus en détail

GAEC La Plaine de Foumard : «une exploitation fermière caprine bio»

GAEC La Plaine de Foumard : «une exploitation fermière caprine bio» 300 chèvres -65 ha de SAU - 3 associés Système mixte laitier fermier - fromage bio (AB) Route du Chabichou et Biosèvres. Fiche n 8 GAEC La Plaine de Foumard : «une exploitation fermière caprine bio» L

Plus en détail

Fertiliser le maïs autrement

Fertiliser le maïs autrement Fertiliser le maïs autrement Dans un contexte de renchérissement des ressources en azote organique et de recherche de plus d autonomie, les agriculteurs biologiques picards et leurs conseillers au sein

Plus en détail

Elevage de chevaux de trait Comtois spécialisé en circuit de vente directe Vente de poulains finis 8 à 12 mois

Elevage de chevaux de trait Comtois spécialisé en circuit de vente directe Vente de poulains finis 8 à 12 mois RÉFÉrences - Réseau Économique de la Filière Équine Haute-Loire Elevage de chevaux de trait Comtois spécialisé en circuit de vente directe Vente de poulains finis 8 à 12 mois Cet élevage de trait Comtois

Plus en détail

Système Polyculture Elevage à dominante élevage (SPE)

Système Polyculture Elevage à dominante élevage (SPE) Réunion d information sur les mesures agro-environnementales et climatiques (MAEC) Système Polyculture Elevage à dominante élevage (SPE) Mise à jour 9 juin 2015 Adage 35 02,99,77,09,56 www.adage35.org

Plus en détail

NUMÉRO DU PROJET : CETA-1-LUT-11-1538

NUMÉRO DU PROJET : CETA-1-LUT-11-1538 Rapport final réalisé dans le cadre du programme Prime-Vert, sousvolet 11.1 Appui à la Stratégie phytosanitaire québécoise en agriculture TITRE DU PROJET : Développement de deux méthodes de lutte contre

Plus en détail

En zones herbagères, un système spécialisé lait, tout herbe

En zones herbagères, un système spécialisé lait, tout herbe Cas type HL 1 En zones herbagères, un système spécialisé lait, tout herbe Rouen Évreux Amiens Beauvais Arras Lille Laon Culture à faible densité d'élevage Herbagère à forte densité d'élevage Mixte à moyenne

Plus en détail

L ASSURANCE DES PRAIRIES une démarche innovante pour la protection du revenu des éleveurs. Point presse 18 mai 2015

L ASSURANCE DES PRAIRIES une démarche innovante pour la protection du revenu des éleveurs. Point presse 18 mai 2015 L ASSURANCE DES PRAIRIES une démarche innovante pour la protection du revenu des éleveurs Point presse 18 mai 2015 1 L enjeu : protéger la production fourragère Pour les éleveurs : assurer la ration alimentaire

Plus en détail

Acquérir des références sur des systèmes de cultures pour réduire l usage des produits phytosanitaires

Acquérir des références sur des systèmes de cultures pour réduire l usage des produits phytosanitaires Acquérir des références sur des systèmes de cultures pour réduire l usage des produits phytosanitaires Octobre 2013 Les agriculteurs engagés dans le plan Ecophyto ont ouvert leurs portes du 15 au 22 mai

Plus en détail

PROJET AGRO-ÉCOLOGIQUE POUR LA FRANCE

PROJET AGRO-ÉCOLOGIQUE POUR LA FRANCE PROJET AGRO-ÉCOLOGIQUE POUR LA FRANCE Un changement dans les modes de production est enclenché, dont sont acteurs des agricultrices et des agriculteurs qui adoptent et appliquent les principes de l agro-écologie.

Plus en détail

La bio : un choix. pour une eau de qualité!

La bio : un choix. pour une eau de qualité! La bio : un choix pour une eau de qualité! Actuellement, en France, avoir de l eau potable au robinet est considéré comme normal et ordinaire. Pourtant, soumise aux pollutions industrielles, agricoles

Plus en détail

Fourrages et production de protéines

Fourrages et production de protéines A. Devouard (Prolea) Fourrages et production de protéines Huyghe C. Direction Scientifique Agriculture INRA - Paris En hommage à Jean-Claude Simon Pourquoi se préoccuper de protéines? Alimentation animale

Plus en détail

RENTABILITÉ ÉCONOMIQUE MODÈLES DE CALCUL

RENTABILITÉ ÉCONOMIQUE MODÈLES DE CALCUL Faits et chiffres de l aviculture CH 2.6 RENTABILITÉ ÉCONOMIQUE MODÈLES DE CALCUL 1. Généralités sur les coûts de production et la rentabilité économique Les modèles de calcul en annexe sont à interpréter

Plus en détail

Description Les calendriers d interdiction d épandage sont fixés selon l occupation du sol de chaque parcelle et les catégories de fertilisants.

Description Les calendriers d interdiction d épandage sont fixés selon l occupation du sol de chaque parcelle et les catégories de fertilisants. Mesure n 1 Périodes d'interdiction d'épandage des fertilisants Les calendriers d interdiction d épandage sont fixés selon l occupation du sol de chaque parcelle et les catégories de fertilisants. Types

Plus en détail

Chambre d Agriculture des Vosges. Autoproduire des protéines sur mon exploitation, Un pas vers plus d autonomie

Chambre d Agriculture des Vosges. Autoproduire des protéines sur mon exploitation, Un pas vers plus d autonomie Chambre d Agriculture des Vosges Autoproduire des protéines sur mon exploitation, Un pas vers plus d autonomie Autoproduire des protéines sur mon exploitation, Un pas vers plus d autonomie Une culture

Plus en détail

PAC. ce qui change. vraiment

PAC. ce qui change. vraiment PAC 2014 2020 ce qui change vraiment Dotée d un budget préservé de l ordre de 9,1 milliards par an, la nouvelle pac entrera pleinement en application en 2015 et sera le cadre commun de l agriculture européenne

Plus en détail

C ntex e t x e D u e x x h ist s oire r s e Les e s a r a b r re r s e s et e la a PA P C S at a ut f isc s a c l a et e juri r dique

C ntex e t x e D u e x x h ist s oire r s e Les e s a r a b r re r s e s et e la a PA P C S at a ut f isc s a c l a et e juri r dique REGLEMENTATIONS Contexte Deux histoires Les arbres et la PAC Statut fiscal et juridique Une perte de paysages arborés en Europe Des arbres considérés comme des «aliens» REGLEMENTATIONS Contexte Deux histoires

Plus en détail

Prix et coûts de production de six grandes cultures : blé, maïs, colza, tournesol, betterave et pomme de terre

Prix et coûts de production de six grandes cultures : blé, maïs, colza, tournesol, betterave et pomme de terre Prix et coûts de production de six grandes cultures : blé, maïs, colza, tournesol, betterave et pomme de terre Dominique Desbois, Bernard Legris* Les prix à la production des principaux produits agricoles

Plus en détail

Théme 1: matière organique et biodiversité

Théme 1: matière organique et biodiversité Théme 1: matière organique et biodiversité Jan Valckx Provincie Limburg (B) Union européenne - Europese Unie Fonds Européen de Développement Régional Europees Fonds voor Regionale Ontwikkeling Interreg

Plus en détail

PAC 2014/2020 : Application des orientations annoncées le 2 octobre à Cournon. Relevé de décisions suite au CSO du 17 décembre 2013

PAC 2014/2020 : Application des orientations annoncées le 2 octobre à Cournon. Relevé de décisions suite au CSO du 17 décembre 2013 PAC 2014/2020 : Application des orientations annoncées le 2 octobre à Cournon Relevé de décisions suite au CSO du 17 décembre 2013 Le Président de la République a annoncé le 2 octobre à Cournon le cadre

Plus en détail

Les agriculteurs reviendront-ils à leurs moutons?

Les agriculteurs reviendront-ils à leurs moutons? DIVERSIFICATION PAR L OVIN La dynamique lancée depuis 2014 par le groupe Filière ovine du Comité Régional Elevage pour démontrer l intérêt de la diversification dans le mouton trouve un écho favorable

Plus en détail

Nouveau module de gestion des stocks

Nouveau module de gestion des stocks La Lettre n 6 - août 2010 De nouvelles évolutions conséquentes viennent d'être mises en ligne : la possibilité de saisir ses factures et gérer ses stocks d'intrants, saisir les personnes qui interviennent

Plus en détail

Un petit compte-rendu d'un tour de plaine chez Sylvain et Jérôme Rétif, en Loir et Cher.

Un petit compte-rendu d'un tour de plaine chez Sylvain et Jérôme Rétif, en Loir et Cher. {{Et voici les notes de Guillaume Bodovillé}} Un petit compte-rendu d'un tour de plaine chez Sylvain et Jérôme Rétif, en Loir et Cher. Sylvain et Jérôme exploitent 270 ha en propre et 50 ha à façon. Sur

Plus en détail

PLANETE : METHODE POUR L ANALYSE ENERGETIQUE DE L EXPLOITATION L AGRICULTURE ET L ENERGIE : UNE PREOCCUPATION CROISSANTE OBJECTIF ET METHODE

PLANETE : METHODE POUR L ANALYSE ENERGETIQUE DE L EXPLOITATION L AGRICULTURE ET L ENERGIE : UNE PREOCCUPATION CROISSANTE OBJECTIF ET METHODE PLANETE : METHODE POUR L ANALYSE ENERGETIQUE DE L EXPLOITATION AGRICOLE ET L EVALUATION DES EMISSIONS DE GAZ A EFFET DE SERRE. Jean-Luc BOCHU SOLAGRO, 75 voie du TOEC, 31076 TOULOUSE Cedex 3 (France) Membre

Plus en détail

CERTIFICATION DE QUALIFICATION PROFESSIONNELLE. «Salarié agricole qualifié en polyculture» REFERENTIEL PROFESSIONNEL

CERTIFICATION DE QUALIFICATION PROFESSIONNELLE. «Salarié agricole qualifié en polyculture» REFERENTIEL PROFESSIONNEL CERTIFICATION DE QUALIFICATION PROFESSIONNELLE «Salarié agricole qualifié en polyculture» REFERENTIEL PROFESSIONNEL CPNE du 22 février 2005 - mise à jour décembre 2005 SOMMAIRE 1 - LE SECTEUR DES GRANDES

Plus en détail

Tracteur agricole de moins de 50 CV (avec cabine ou arceaux) et ceinture de retenue au poste de conduite (1) X X X X X

Tracteur agricole de moins de 50 CV (avec cabine ou arceaux) et ceinture de retenue au poste de conduite (1) X X X X X TRAVAUX RÉGLEMENTÉS ET MATÉRIELS SOUMIS À DÉROGATION Filière aménagement paysager : CA - BPA T - BP - BAC PRO - - - Travaux soumis à dérogation D.4153-27 - Conduite d équipements de travail mobiles automoteurs

Plus en détail

Besoins en protéines des filières animales monogastriques pour une alimentation 100 % bio et potentialités de production de légumineuses à graines bio

Besoins en protéines des filières animales monogastriques pour une alimentation 100 % bio et potentialités de production de légumineuses à graines bio Besoins en protéines des filières animales monogastriques pour une alimentation 100 % bio et potentialités de production de légumineuses à graines bio Synthèse du mémoire de fin d'études de C. Dupetit

Plus en détail

Les systèmes de guidage en agriculture. Fiche descriptive

Les systèmes de guidage en agriculture. Fiche descriptive Les systèmes de guidage en agriculture Fiche descriptive L agriculture française se tourne de plus en plus vers une agriculture de précision pour répondre aux contraintes économiques et environnementales

Plus en détail

L agriculture de l Oise

L agriculture de l Oise L agriculture de l Oise 17 juin 2010 Direction départementale des territoires de l'oise Service Economie Agricole Le département de l Oise Superficie de 5890 km² 800 000 habitants 693 communes 90% des

Plus en détail

Mise en œuvre des outils. L. VARVOUX (Terrena)

Mise en œuvre des outils. L. VARVOUX (Terrena) Mise en œuvre des outils L. VARVOUX (Terrena) Témoignage de Laurent Varvoux Service Agronomie Terrena Responsable relations Sol - Cultures Fertilisation Outils d Aide à la Décision Couverts végétaux Membre

Plus en détail

AGRI-STRUCTURES. Fabrication et commercialisation de matériel agricole. www.agristructures.fr

AGRI-STRUCTURES. Fabrication et commercialisation de matériel agricole. www.agristructures.fr AGRI-STRUCTURES Fabrication et commercialisation de matériel agricole FABRICATION FRANÇAISE SEMOIR SEMFLEX EVO SEMOIR SEMFLEX EVO Pour technique simplifiée ou traditionnelle Aptitudes à travailler en conditions

Plus en détail

Coûts des pratiques viticoles dans le Sud-Ouest en fonction de la typologie de production. Damien AMELINE, CER France Midi-Pyrénées

Coûts des pratiques viticoles dans le Sud-Ouest en fonction de la typologie de production. Damien AMELINE, CER France Midi-Pyrénées Coûts des pratiques viticoles dans le Sud-Ouest en fonction de la typologie de production Damien AMELINE, CER France Midi-Pyrénées 10 Damien décembre Ameline 2010 (CER France Toulouse Midi-Pyrénées) Compétitivité

Plus en détail

Valeur ajoutée de la modélisation en agriculture dans la chaine de transformation céréalière

Valeur ajoutée de la modélisation en agriculture dans la chaine de transformation céréalière Valeur ajoutée de la modélisation en agriculture dans la chaine de transformation céréalière Philippe Lehrmann, PhD Axéréal Axéréal: structuration en Business Units Groupe coopératif agro-industriel, leader

Plus en détail

CONFÉRENCE. Grande culture biologique et semis direct. Les essais Rodale. Conférence présentée au cégep de Victoriaville, le 28 février 2013

CONFÉRENCE. Grande culture biologique et semis direct. Les essais Rodale. Conférence présentée au cégep de Victoriaville, le 28 février 2013 Club CDA CONFÉRENCE Grande culture biologique et semis direct Les essais Rodale Conférence présentée au cégep de Victoriaville, le 28 février 2013 Projet 12-INNO2-04 Jeff Moyer1, Denis La France 2, Fin

Plus en détail

Interculture courte pour optimiser le rendement des blés sur blé

Interculture courte pour optimiser le rendement des blés sur blé Fiche technique mise à jour : février 2014 Association Couvert végétal - Cycle ultra court Interculture courte pour optimiser le rendement des blés sur blé Pour sécuriser et déplafonner les rendements

Plus en détail

Chèvrerie de l@ Joanna / N 1

Chèvrerie de l@ Joanna / N 1 Chèvrerie de l@ Joanna / N 1 Communication Avril 2015 Sur la commune de Brindas (69) dans la plaine de «La Pras», Que se passe-t-il en Avril à la ferme Race : Alpine chamoisée De la part de Sandrine Il

Plus en détail