Conservatoire National des Arts et Métiers - FFPS

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Conservatoire National des Arts et Métiers - FFPS"

Transcription

1 Conservatoire National des Arts et Métiers - FFPS Mémoire présenté en vue d obtenir le DIPLOME DE CADRE CHARGE DE LA FONCTION FORMATION par Pascal Bonnin L EVOLUTION DES COMPETENCES DANS LES PROJETS DE DEVELOPPEMENT LOCAL Jury Président : Membres : Serge de Witte Caroline Auricoste Anne Froment Vincent Merle Christine Vern 25 mai 2004

2 RESUME A travers son activité professionnelle dans le développement local, l auteur a pu constater l importance du projet comme mode d organisation de l action. Dans le contexte de l émergence d initiatives locales en milieu rural, ce mode d organisation regroupe des acteurs issus d organismes différents, concernés par la propriété, la finalisation, l usage, ou la gestion d un objet projeté. Les activités qu ils y mettront en œuvre vont évoluer en fonction du stade d avancement du projet. La question de l évolution des compétences dans les projets est alors posée. Pour tenter de trouver des réponses, l auteur diagnostique le fonctionnement de quatre projets mis en œuvre par plusieurs acteurs, qu il a retenus parce qu ils représentent des domaines variés de développement : commerce de minéraux, dynamisation d un village, mise en valeur d un patrimoine agricole et culturel, hébergement touristique. Ces quatre projets comportent également une finalité économique. Les diagnostics réalisés par l auteur confirment une hypothèse de départ : le développement des compétences des participants à un groupe projet est nécessaire pour faire face à la complexité croissante qu ils découvrent chemin faisant. Mais surtout, il ressort de ses analyses que le projet comme forme d organisation et comme mode d action génère la construction de compétences nouvelles chez les acteurs du projet. L auteur met au jour trois modalités, complémentaires les unes des autres, qui interviennent dans ce développement des compétences. Repartant des diagnostics de fonctionnement, l auteur extrait de ses résultats des modalités de gestion de projet facilitant le développement des compétences. Il conclue notamment que certaines pratiques d accompagnement de projets, se prêtant bien à l acquisition de compétences, peuvent rendre les individus réellement acteurs du projet auquel ils participent et que cette expérience contribue probablement à développer aussi leurs capacités. - o - Mots clef : Accompagnement de projet, communication, compétences, développement local, ingénierie concourante, organisation, projet, représentations. Project training, communication, competences, local development, concurrent engineering, organization, project, cognitive schemes. FFPS Sud - Mémoire de diplôme de cadre de la fonction formation Pascal Bonnin 1

3 SOMMAIRE INTRODUCTION : LES ENJEUX DE L ORGANISATION PAR PROJET 4 PREMIERE PARTIE : LA DEMARCHE D INVESTIGATION 7 1 MON HYPOTHESE DE TRAVAIL 7 2 FACTEURS DE BIAIS 8 3 LA METHODE SOUHAITABLE 9 4 LA METHODE RELLEMENT MISE EN ŒUVRE 12 DEUXIEME PARTIE : LE CADRE DE REFERENCE 14 1 LA COMPETENCE La notion de compétence Le développement des compétences La place de la compétence dans l action Les modalités d acquisition de la compétence 18 2 LE PROJET La notion de projet La gestion de projet Les grandes phases du projet Le management du projet L organisation du projet Les relations sociales dans le groupe projet 26 3 PARTICULARITES DES PROJETS MULTI PARTENAIRES DANS LE DEVELOPPEMENT LOCAL 3.1 La notion de temps L organisation du groupe projet multi-partenaire Le management La prescription des objectifs et le contrôle L émergence de leaders FFPS Sud - Mémoire de diplôme de cadre de la fonction formation Pascal Bonnin 1

4 TROISIEME PARTIE : L EVOLUTION DES COMPETENCES DANS 4 PROJETS 32 1 LES CONTEXTES, ENJEUX ET LA DESCRIPTION BREVE DES PROJETS Le projet de mise en réseau d une offre promotionnelle en hôtellerie de plein air Le projet d exposition vente de minéraux et fossiles Le projet de mise en valeur de trois plantes du patrimoine local Le projet de développement d un sport plein air dans un village de caractère 35 2 LE DIAGNOSTIC COMPARE DES PROJETS La stratégie du projet Les activités mises en œuvre dans les projets et leurs évolutions L organisation du projet La dynamique sociale du groupe projet Les facteurs - clefs de la structuration des compétences observés dans les projets 45 3 LES MODALITES D EVOLUTION DES COMPETENCES La démarche progressive du projet La dynamique sociale du groupe projet La communication 55 QUATRIEME PARTIE : DEVELOPPER DES COMPETENCES GRÂCE AU PROJET (influence du projet et de sa conduite sur le développement des compétences) 59 1 L ALTERNANCE IDEE / CONCRETISATION 59 2 LA CONFRONTATION DES REPRESENTATIONS 60 3 LA FORMALISATION 62 4 LA DYNAMIQUE DU DEVELOPPEMENT DES COMPETENCES DANS LE PROJET 63 5 RETOURS SUR HYPOTHESES 63 FFPS Sud - Mémoire de diplôme de cadre de la fonction formation Pascal Bonnin 2

5 CINQUIEME PARTIE : ENSEIGNEMENTS EN MATIERE DE CONDUITE DE PROJETS 1 LES LIMITES ET PRECAUTIONS 2 PRECONISATIONS : ACCOMPAGNER LE DEVELOPPEMENT DES COMPETENCES DANS LES PROJETS CONCLUSION 70 BIBLIOGRAPHIE 71 ANNEXES 74 FFPS Sud - Mémoire de diplôme de cadre de la fonction formation Pascal Bonnin 3

6 INTRODUCTION LE CONTEXTE : LES ENJEUX DE L ORGANISATION PAR PROJET LES GRANDS CHANGEMENTS DE L'ECONOMIE Le monde a subi plus de changements au XX e siècle que dans toute l'histoire qui le précède. Dans le champ de l'économie, on a pu constater des évolutions considérables notamment depuis le milieu du siècle. Notre économie postindustrielle a vu le développement de l'incertitude économique, qui conduit les entreprises à être réactives. L'apparition et la progression rapide de technologies génériques ont recomposé le paysage industriel, avec un décloisonnement des frontières traditionnelles entre métiers. La globalisation de l'économie génère une forte concurrence, qui se joue aujourd'hui à l'échelle planétaire. Enfin, l'émergence d'une société basée sur la connaissance rend les agents (salariés, consommateurs, citoyens, actionnaires) à la fois plus informés et plus exigeants. Face à ces mutations profondes, il a bien fallu que nombre d'entreprises s'organisent autrement : s est opérée une redistribution des activités nécessaires à la production de biens et services, tant au sein de l'entreprise 1, qu'au niveau de «filières» de production. Les organisations ont aussi été amenées à être plus réactives, plus flexibles, plus attentives à la demande des consommateurs ou usagers, et à se préoccuper de la qualité. Dans ce contexte, de nouvelles formes d organisation apparaissent. Les améliorations, les changements, de nouvelles structures sont mis en place, par exemple avec DES PROJETS POUR ETRE REACTIF OU PRO-ACTIF La notion de gestion par projet a en effet permis de mobiliser des compétences très diverses, qui sont la plupart du temps détenues par plusieurs personnes, dans le but de créer quelque chose de nouveau : un bâtiment, un nouveau concept de produit, un contrat commercial complexe, un nouveau modèle d'avion... Quand les personnes mobilisées ne sont pas présentes dans la même entité (entreprise, administration, association...), on a affaire à des fonctionnements de projets multi-partenaires, nécessaires dans les organisations en réseau ou dans la création ponctuelle de nouveaux biens, services ou équipements. 1 Dans des organisations matricielles, des organisations de type apprenantes, des fonctionnements par projets, certaines démarches qualité FFPS Sud - Mémoire de diplôme de cadre de la fonction formation Pascal Bonnin 4

7 C'est le cas par exemple dans les industries mobilisant de la sous-traitance (aéronautique, automobile, chemins de fer britanniques...), dans l'organisation de filières agro-alimentaires (production agricole, transformation, distribution, commercialisation). LE DEVELOPPEMENT LOCAL : une logique de projets multipartenaires Cette logique de co-opération s est développée à la suite de la crise des années 70. «En un temps très court, des contrées qui avaient connu l opulence sont condamnées. La crise [ ] s amplifie dans les zones fragiles [ ]. Ses effets affectent l ensemble des structures économiques, sociales et culturelles de territoires importants 2». Dans ce contexte, pour répondre à des demandes de proximité, les collectivités ou associations sont amenées à se pencher sur des problèmes de plus en plus complexes, nécessitant la contribution de plusieurs acteurs 3. Par exemple, le renouveau démographique d'un territoire rural, avec de nouveaux foyers dont les deux conjoints sont actifs, nécessitera des services à la petite enfance. Il sera important, pour créer une crèche associative, d'associer : des futurs usagers ; la caisse d'allocations familiales (financeur de ce type d'opération) ; la commune (maître d'ouvrage de l'équipement, et parce qu'il s'agit d'une prérogative publique) ; un architecte qui concevra et pilotera la construction de l'équipement (maître d œuvre) ; la Protection maternelle et infantile (Conseil général) qui donnera l agrément administratif. Parallèlement, depuis les années 80, on assiste à une décentralisation lente mais certaine, de l'action publique. Ce véritable mouvement de fond se manifeste de multiples façons, notamment par la réforme du fonctionnement de l'etat 4, et des politiques publiques qui mettent de plus en plus l'accent (dans les textes en tout cas) sur l émergence d initiatives par des acteurs les plus proches du terrain, voire par les bénéficiaires eux-mêmes 5. Fort de ce mouvement, le développement local se définit de plus en plus comme l'émergence d'initiatives locales qui peuvent être économiques, sociales ou culturelles, et qui concourent au développement d un territoire local : le quartier, une petite ville, un territoire rural. La dimension de proximité s'accompagne d'une dimension participative. C'est en impliquant les prestataires, usagers et autres acteurs d'un projet local qu'on donne les meilleures chances au projet de s'implanter durablement. Les référents de la gestion de projet dans le domaine industriel et la 2 Patrick Senault, «Formation-développement, origines, principes et méthodes», revue Pour, Paris, GREP, p C est ce que Katalin Kolosy définit, dans l introduction d un mémoire collectif thématique de DESS, comme l approche en réseau, caractérisées par «le renforcement mutuel des stratégies d acteurs sous la forme de partenariats locaux» (Esposito Giovanna - Eymat Dephine - Kolosy Katalin, «le concept de développement local: réflexion pour une définition théorique du concept», mémoire thématique collectif DESS COCITS Université Paris VIII, juillet 1997). 4 Délégation de prérogatives aux régions en 1983, puis partage des responsabilités et des ressources entre communes (ou leurs groupements), départements, régions, et Etat central. A propos des prérogatives des collectivités publiques, le terme consacré en droit public est «compétence». On ne l'emploiera pas ici pour éviter la confusion car il ne s'agit pas de la même définition de la compétence. 5 Les collectivités publiques, dans leurs procédures de développement (rural, urbain, aménagement régional), comportent de plus en plus d injonctions de ce type. FFPS Sud - Mémoire de diplôme de cadre de la fonction formation Pascal Bonnin 5

8 demande sociale de proximité ont engagé les pouvoirs publics à imposer le modèle du projet et la concertation comme corollaires de nombreux financements publics au développement 6. On a affaire ici à des logiques transversales, qui vont au-delà du métier ou de la branche. Faire travailler ensemble des acteurs proches dans l'espace et interdépendants les uns des autres ne s'improvise pas. Les praticiens 7 dans ce domaine font travailler ensemble autour de projets, des acteurs ayant des compétences et/ou des enjeux différents et complémentaires. En effet, ces projets liés au développement local nécessitent la collaboration de plusieurs personnes issues d organisations différentes. Dans ces cas-là, le projet en tant qu organisation à part entière est une entité sans frontière apparente, non circonscrite dans une organisation plus pérenne. Il s ensuit que ni le choix des participants, ni les objectifs ne sont imposés par une hiérarchie. Comme il n y a pas de prescription des objectifs, ceux-ci doivent faire l objet d une coconstruction pour que la production des participants aille dans le même sens. Partant d une idée et d une analyse stratégique, le projet passe par différentes phases. Les activités mises en œuvre évoluent. La notion de compétences mobilisées dans le projet revêt alors une importance particulière. Il m a paru intéressant de relier les acquis du cycle FFPS à ma pratique professionnelle, en observant l évolution des compétences dans les projets de développement local. - o - 6 Les fonds structurels européens, les initiatives communautaires, le fonctionnement des territoires de projets (loi sur les Pays, politiques de la ville, contractualisation des Parcs Naturels Régionaux...), comportent de plus en plus d injonctions en terme de projet, de transversalité, et de concertation (d après des travaux du laboratoire «dynamiques rurales» - Université de Toulouse, ENSA, INRA). 7 Agents consulaires (Chambres de métiers, de commerce et d'industrie, d'agricultures), «développeurs» des collectivités (animateurs des politiques de la ville ou de développement rural, techniciens des agences de développement économique, des comités d'expansion, des comités de bassin d'emploi, des missions locales...), et bien entendu les consultants qui agissent en appui. FFPS Sud - Mémoire de diplôme de cadre de la fonction formation Pascal Bonnin 6

9 PREMIERE PARTIE LA DEMARCHE D INVESTIGATION Dans le développement local, le projet est une forme d action couramment pratiquée, regroupant des personnes issues de d organismes différents. Dans la suite du mémoire, on qualifiera donc ces projets de «multi-partenaires». Le projet comme forme d organisation permet de mobiliser des compétences détenues séparément par plusieurs personnes, au travers de plusieurs phases. Les activités qui y sont mises en œuvre devront s adapter au cheminement du projet. Ce mémoire a pour objet l évolution des compétences dans les projets «multi-partenaires», observés dans le contexte du développement local. - o - 1. MON HYPOTHESE DE TRAVAIL En abordant ce mémoire, je pars avec l idée largement préconçue que : au fur et à mesure de l avancement du projet «multi-partenaires», ses protagonistes découvrent de plus en plus de contraintes liées à l environnement social du projet et à l organisation. Ils seraient alors amenés à intégrer un nombre plus important de paramètres dans la stratégie et dans l action. Ils développeraient nécessairement des compétences tout au long du projet pour faire face à la complexité de sa mise en œuvre. plusieurs modalités de développement des compétences interviennent. - L aller et retour entre une idée (une représentation de l objet à construire) et le concret (la construction de cet objet) permettrait de former la compétence dans l action. - L implication de plusieurs acteurs dans un projet (à l intérieur ou à l extérieur du groupe projet) amènerait les participants à ces groupes projet à confronter leurs représentations. Je formule l hypothèse que les participants à des groupes projet développent des compétences pour et grâce au projet. FFPS Sud - Mémoire de diplôme de cadre de la fonction formation Pascal Bonnin 7

10 2. FACTEURS DE BIAIS Le travail de diagnostic de projets et de description des compétences est sujet à interprétation. Pour éviter de biaiser les résultats de mes investigations et analyses, il est nécessaire d identifier les sources possibles de biais : enjeux, implications personnelles, éléments de faisabilité. Les risques mis au jour, il est possible de s en prémunir en prévoyant des méthodes ou actions particulières vis à vis des acteurs de projets diagnostiqués et de mon environnement professionnel Enjeux et implication Mon activité professionnelle de conseiller en formation s applique au développement local. De plus, avant de commencer le cycle FFPS, j exerçais une activité d animateur pour le développement d une zone rurale. J ai donc dans ces deux contextes acquis des expériences en matière de conduite de projet. Je risque d avoir des a priori (issus de ma pratique et non d une méthode rigoureuse) sur la notion de projet, et sur des compétences développées dans les groupes projets. Cela peut me conduire à interpréter certains faits, et à ne rendre compte des compétences réellement mises en œuvre par les participants aux groupes projet. Pour éviter ce risque, je vais me référer rigoureusement à la méthode prévue : je ferai notamment valider la description des activités et des compétences par les personnes concernées, afin de limiter au maximum la subjectivité de cette analyse. Par ailleurs, les chantiers supports de mes investigations seront réalisés dans le cadre de mon activité professionnelle à l ADEFPAT 8. Mon activité professionnelle consiste en l analyse de besoins d accompagnement de projets par la formation, traduite en objectifs de formation, et en un suivi «à distance» du déroulement de la formation et du projet. Cela me donne toute légitimité pour recueillir de l information auprès de groupes projet, et en tirer des analyses de l activité et des compétences. Je prends alors le risque de constater des écarts importants entre le cadre de référence de ce mémoire et les référents de l ADEFPAT, et donc de ne pas satisfaire aux exigences de mon employeur. Pour éviter ce risque, au cas où des écarts importants pourraient me mettre en difficulté, je présenterai à mes collègues ces difficultés et ce travail de mémoire comme un support de réflexion sur nos pratiques, ce qui va dans le sens d une habitude de recherche-développement interne à la structure. Je ferai donc valider par mes pairs à l ADEFPAT et avec ma directrice de mémoire, les objectifs et méthodes de ce travail. De plus, pour éviter toute ambiguïté sur l intérêt de mon travail de mémoire, j indiquerai dès le départ à ma directrice et à mes collègues que ce mémoire porte sur l évolution des compétences dans les projets, ce qui peut concourir à l enrichissement des référents l ADEFPAT. Ce risque est fortement contrebalancé par ma motivation à réaliser ce mémoire. En effet, la reconnaissance donnée par le diplôme d une part, et le développement de mes compétences en réalisant ce travail d autre part, sont pour moi suffisamment motivants pour que je me permette un regard critique sur les référents de l ADEFPAT. Cela m est d autant moins difficile qu ils sont malgré tout proches de ceux du cycle FFPS. 8 L ADEFPAT (Association pour le développement par la formation des pays aveyronnais et tarnais) est une association para-publique qui élabore et finance des formations en accompagnements de projets de développement local. FFPS Sud - Mémoire de diplôme de cadre de la fonction formation Pascal Bonnin 8

11 2.2. Faisabilité Par mon activité de conseil en formation-développement, j ai accès à une quinzaine de chantiers par an, dont une grande partie est susceptible de concerner des projets multi-partenaires. Je souhaite m appuyer sur certains de ces projets, qui doivent pouvoir se terminer dans l année de préparation du mémoire. Pour éviter le risque de ne pas disposer de ces chantiers comportant des groupes projet, j ai identifié dès à présent certains de ces projets très en amont du démarrage du groupe projet. 3. LA METHODE SOUHAITABLE Pour vérifier mon hypothèse, je vais diagnostiquer le fonctionnement de plusieurs groupes projets. Je m attacherai à décrire : leur organisation ; leur management et l ingénierie du projet ; les caractéristiques des participants ; les compétences qu ils mettent en œuvre La construction du cadre de référence Ce cadre de référence me servira à construire une grille d analyse de chaque projet. Il concernera les différentes facettes des diagnostics à réaliser : - l ingénierie et le management de projet ; - l organisation des groupes projet, la dynamique de groupe (les instances du projet, les règles, les jeux de pouvoir 9, les visions du projet, les relations avec l environnement, les fonctions et rôles, le management ) ; - les compétences mises en œuvre 10. Je construirai ce cadre de référence à partir d une bibliographie sur les sujets abordés, de mon expérience, et en reprenant l ensemble des apports du cycle FFPS qui concernent mon sujet. 9 Notamment à l aide de l analyse stratégique proposée par Michel Crozier et Erhardt Friedberg. 10 Notamment d après la théorie développée par Gérard Malglaive. FFPS Sud - Mémoire de diplôme de cadre de la fonction formation Pascal Bonnin 9

12 3.2. Les investigations Sélection des projets Pour disposer de suffisamment d informations et pour ne pas limiter l analyse à ce qui pourrait sembler un cas particulier, les informations à recueillir concerneront 3 à 4 groupes projets. Les critères de choix de ces groupes projet seront les suivants : - des groupes projets composés de personnes issues d organisations différentes, car ce mémoire traite de groupes projets multi-partenaires; - des groupes projets diversifiés, traitant de secteurs d activité différents (TPE/PME de production, économie sociale, activité culturelle ou touristique...) ; - des projets qui comportent une finalité économique. Diagnostic des projets retenus Cette phase doit conduire à l élaboration de diagnostics de fonctionnement par groupe projet, y compris la réalisation d un référentiel de compétences des participants à différentes phases de chaque projet. Les informations à recueillir (voir tableau ci-dessous) permettront de décrire le fonctionnement de chaque groupe projet, et de caractériser les grands traits de ce fonctionnement au regard du cadre de référence. Une analyse des diagnostics réalisés, permettra : Analyse - de repérer les liens entre compétences mises en œuvre à trois moments du projet et caractéristiques du fonctionnement de ces groupes projet ; - de caractériser les compétences acquises ainsi que leur mode d acquisition ; - d en ressortir des recommandations en matière d accompagnement des projets multipartenaires. FFPS Sud - Mémoire de diplôme de cadre de la fonction formation Pascal Bonnin 10

13 Champs d inves-tigation Le fonctionnement des groupes projet Les caractéristiques des participants au groupe projet Informations recherchées Cadrage du projet (contexte, situation de départ, objectifs) L ensemble des aspects de l organisation du projet (instances, calendrier, étapes, ressources...) Le management du groupe projet Les relations entre les membres du groupe projet, jeux stratégiques Les motivations, les attentes, les caractéristiques personnelles (cursus, origine professionnelle, autres activités ) Les compétences (des participants au groupe et des chefs de projet) et leurs modalités d acquisition : - dans chaque groupe projet, - à plusieurs phases du projet (définition stratégique, élaboration, finalisation) acteurs concernés 2 à 3 membres de chaque groupe projet Le groupe 2 à 3 participants par groupe projet L ensemble des membres du groupe projet Le chef de projet de chaque groupe 2 à 3 autres membres de chaque groupe projet outils méthodologiques Grille d analyse des projets Grille d entretien * Entretiens semi-directifs Grille d analyse des projets Grille d entretien* Grille d observation* du groupe Entretiens et observations Grilles d entretien* et entretiens semi-directifs avec 2 ou 3 d entre eux Grilles d observation* des jeux stratégiques (d après Crozier et Friedberg) et observations Grilles d entretien* Entretiens semi-directifs Méthode ADAC, entretiens individuels Observation du groupe, repérage des situations d apprentissage (confrontation de points de vue, résolution de problèmes, intervention d experts, accompagnement par des professionnels de l ingénierie de projet ) Les positionnements stratégiques (voir ci-dessus fonctionnement du groupe) * Les grilles d entretien et d analyse seront élaborées en s appuyant sur le cadre de référence. FFPS Sud - Mémoire de diplôme de cadre de la fonction formation Pascal Bonnin 11

14 4. LA METHODE RELLEMENT MISE EN ŒUVRE 4.1. Le choix des projets observés Il ne m a pas été possible de retenir un projet concernant un groupe de très petites, petites ou moyennes entreprises de production, n ayant aucun chantier de ce type en cours dans mon activité professionnelle. On pourrait craindre que le panel de projets retenus ne soit pas suffisamment représentatif de la finalité économique. Les projets ayant fait l objet d observations sont les suivants : - un projet de mise en réseau de gérants de camping pour commercialiser des séjours hors saison ; - un projet de mise en valeur économique et touristique de trois plantes du patrimoine local ; - un projet de création d une d exposition - vente de minéraux ; - un projet de dynamisation d une commune s appuyant sur des activités liées à l endurance équestre. Pour les trois premiers projets, on trouve un fort enjeu économique induisant une logique «productive» et des exigences de résultat. - Pour les gérants de campings, l enjeu est la désaisonnalisation, qui lisse la saison et permet de capter un chiffre d affaire supplémentaire sans investissement. Cette désaisonnalisation est nécessaire car la saison se concentre de plus en plus sur des périodes courtes en été, ce qui se traduit par des baisses de chiffre d affaires pour certains, ou des stagnations pour d autres. - Pour la mise en valeur de trois plantes du patrimoine local, la plupart des personnes concernées dans le groupe projet ont un enjeu économique non négligeable : enjeu de création d une activité d artisanat d art, enjeu de pérennisation de l office du tourisme avec des activités reconnues par la collectivité, enjeu de diversification des activités pour une pépiniériste, enjeu de diversification des produits et de la clientèle pour une exploitation agricole réalisant de la vente directe. - Pour le projet d exposition vente de minéraux, le porteur de projet souhaitant créer son activité professionnelle à son compte a un fort enjeu économique personnel en même temps qu un enjeu social de sortie du chômage et de reconnaissance de ses compétences. Pour le quatrième projet, la finalité économique est plus indirecte. Le maire de la commune, entouré de quelques responsables associatifs (initiateurs et animateurs de la démarche) se positionnent plus comme des assembleurs n ayant pas d enjeux économiques personnels Le panel de personnes enquêtées Je n ai pas, comme prévu dans la méthode souhaitable, réalisé des référentiels de compétences de 2 à 3 personnes par groupe projet, puisqu un des quatre projets est diagnostiqué sans référentiel de compétences. Sur ce projet, le travail de recueil d information a été commencé et n a pu être terminé. En effet, des dysfonctionnements importants m ont conduit à privilégier la résolution de problèmes posés par le chantier (internes au groupe et avec les intervenants). De ce fait, je n ai pas eu suffisamment FFPS Sud - Mémoire de diplôme de cadre de la fonction formation Pascal Bonnin 12

15 d informations et de surcroît, je n ai eu aucune légitimité pour terminer et faire valider le référentiel des compétences mises en œuvre. Par contre, en ayant à traiter des problèmes posés par le fonctionnement de ce groupe, j ai eu accès à des informations profitables à l analyse. Ce projet m a parfois permis de confirmer par le contre-exemple certaines interprétations tirées des autres projets. Les difficultés rencontrées ici n induisent donc pas de limites, elles m ont au contraire permis d enrichir la méthode Les moments d observation des projets et d analyse des compétences La durée de maturation des projets observés est longue. Pour l un d entre eux, elle a été de plus de 2 ans. Il m a donc fallu prendre le parti de réaliser les observations à trois moments différents, moments parfois éloignés du début de l élaboration du projet ou de sa fin, mais comprenant l ensemble des phases du projet. Première phase temps Deuxième phase Troisième phase Premier recueil d informations Second recueil d informations Troisième recueil d informations - o - Pour vérifier l hypothèse que les projets nécessitent et génèrent des compétences nouvelles, j ai prévu de conduire un certain nombre d observations de terrain, et d analyser l évolution des compétences dans les projets observés. Il est nécessaire préalablement à mes investigations, d expliciter les notions que j utilise : qu est-ce que la compétence, comment se développe-t-elle, qu est-ce qu un projet, comment se gèrent les projets, quelles sont les particularités des projets de développement local? C est ce que je vais m efforcer de préciser dans le chapitre suivant. FFPS Sud - Mémoire de diplôme de cadre de la fonction formation Pascal Bonnin 13

16 DEUXIEME PARTIE LE CADRE DE REFERENCE Le projet permettant d apporter une réponse à un problème, dans des situations complexes et uniques, il va nécessiter la mise en œuvre avec succès, par plusieurs acteurs, d une série d activités. Les solutions mises en œuvre dans le cadre de projets, et l organisation nécessaire pour les concrétiser, n étant pas reproductibles dans le cadre de procédures pré-formatées, les notions de compétence et de développement des compétences y revêtent une importance particulière. S agissant de l intervention de plusieurs acteurs pour mener à terme un projet, il est aussi nécessaire de s intéresser à cette forme d organisation qu est le projet. Les apports du cycle FFPS, les lectures complémentaires, et mon expérience de la conduite de projets de développement local m amènent à poser les bases sur lesquelles s appuie mon cadre de référence : La capacité d un individu à réaliser quelque chose est indépendante du contexte dans lequel il se trouve 11, alors que la compétence se rapporte à une activité donnée, dans un contexte de travail précis. La compétence est une notion abstraite se rapportant à l individu. S agissant de groupes de travail, on ne peut donc parler de compétences collectives. Par contre, s intéresser à la compétence dans l action collective nécessite de comprendre : l articulation entre les compétences individuelles ; la construction collective des représentations ; l organisation du groupe. On ne parlera donc pas ici de compétences collectives 12, mais bien des compétences individuelles des acteurs d un groupe projet, ainsi que des facteurs sociaux et managériaux influençant leur mise en œuvre et leur développement. 11 Je me réfère ici à la notion de capacité comme un ensemble des ressources propres d un individu : motivations, connaissances, expérience, méthodes, savoir-faire 12 Sophie Gache constate dans son mémoire de diplôme du CNAM de cadre de la fonction formation : «Pour une ingénierie des compétences collectives», que la compétence reste une construction individuelle ; que la construction collective des représentations communes est nécessaire pour un co-investissement des compétences individuelles, et que la valeur ajoutée d une action collective dépend du management et de l organisation du groupe. FFPS Sud - Mémoire de diplôme de cadre de la fonction formation Pascal Bonnin 14

17 Un projet conduit par des individus différents ne peut être observé comme une organisation sociale mécanique et fonctionnelle. Les rapports sociaux entre les individus dépendent autant d intérêts motivés rationnellement que de sentiments subjectifs d appartenance à un même ensemble et d aspects affectifs. Les acteurs du groupe projet y entrent avec leur histoire personnelle, leur parcours préalable, leurs motivations propres, entraînant des jeux stratégiques, une répartition des activités et des rôles dans le groupe. - o - 1. LA COMPETENCE La question posée par ce mémoire est celle de l acquisition des compétences dans les groupes projet. La notion de compétence étant centrale dans le sujet traité, il est important de la définir. Audelà de la définition, et afin de comprendre comment elle s acquiert ou se développe, il est nécessaire de se référer aux savoirs, éléments composant cette compétence, et à leur mise en dynamique La notion de compétence De nombreuses définitions de la compétence existent. Certaines d entre elles, issues de la psychologie, distinguent savoirs théoriques, savoir-faire, et savoir être (d autres parleront de savoir faire comportementaux). Pourtant, des personnes ayant des traits de personnalités très divers peuvent se révéler tout aussi compétentes pour réaliser la même activité. Le savoir être n est-il pas pour partie de l acceptation de traits de culture de la situation de travail, pour partie du savoir-faire ou des connaissances (savoir théorique) des codes sociaux en vigueur, pour partie de la motivation 13? Je reprendrais ici la définition du cycle FFPS, issue des travaux de Gérard Malglaive 14. La compétence est une combinaison, dans l activité, de savoirs formalisés (théoriques et procéduraux), et de savoirs en actes (savoir-faire et savoir pratique). La compétence est individuelle : chaque individu mobilise de manière différente les savoirs dont il dispose. Elle est contextuelle, (valable dans une situation donnée), et contingente (elle peut varier dans un même contexte selon les circonstances de sa mise en œuvre). 13 Voir à ce propos l ouvrage d Annick Penso Latouche : «Savoir être, compétence ou illusion», Editions Liaisons, Paris, Les différentes formes de savoir et la définition proposée dans ce chapitre font référence à la théorie développée par Gérard Malglaive, dans «Enseigner à des adultes», PUF, FFPS Sud - Mémoire de diplôme de cadre de la fonction formation Pascal Bonnin 15

18 Retenons de cette définition, que la compétence des participants à un groupe projet est celle qui s exprime dans le projet..., et pas dans un autre projet ou dans une autre situation sociale ou professionnelle, puisqu un autre projet ou une autre situation implique un changement de contexte. De plus, s agissant de la conduite d un projet, la compétence va s exprimer dans des activités spécifiques à la conduite du projet Le développement des compétences Savoirs formalisés, savoirs agis Nous apprenons à partir de ce que nous connaissons, de ce qui est transmissible (parce que formalisé). Ces savoirs formalisés sont nécessaires pour agir. SAVOIRS FORMALISES Investissement SAVOIRS AGIS L investissement des savoirs formalisés dans l action (d après G. Malglaive, «Enseigner à des adultes») La dynamique des savoirs : savoir pour agir En formalisant des acquis (savoirs théoriques : ce qu est l objet sur lequel on agit et ses propriétés), on peut les transmettre, les remettre en actes plus facilement, et mieux les mobiliser. Mais les connaissances ne suffisent pas à elles seules : pour les investir dans l'action, il faut des méthodes (procédures, règles, ce qu il faut faire pour transformer un objet, le mode opératoire pour agir dessus, «si j observe ça je fais telle chose»...). Ce sont les savoirs procéduraux. En appliquant des méthodes sans en comprendre les fondements (savoirs théoriques), on ne peut pas régler tous les problèmes : les procédures sont toujours adaptées à des cas particuliers. Pour agir en situation de travail, rien ne sert d avoir des connaissances ou de savoir des méthodes si on ne sait pas mettre en acte (savoir-faire). Mais nous apprenons aussi par l action. En formalisant et en thématisant ce que nous apprenons par l action, nous enrichissons nos capacités. FFPS Sud - Mémoire de diplôme de cadre de la fonction formation Pascal Bonnin 16

19 La dynamique des savoirs : et agir pour savoir A partir de notre expérience, de nos pratiques, nous pouvons déduire des «lois», des théories, nous pouvons décrire ce sur quoi nous agissons, nous pouvons formaliser des connaissances. Les savoirs pratiques sont les savoirs que l on ne sait pas formaliser ou expliquer (le tour de main, l expérience, le «flair» ). Quand on arrive à l expliquer, on ne parle plus alors de savoir pratique mais d une combinaison des trois autres savoir : les savoirs théoriques, renseignant sur l objet traité, permettent d agir dessus (savoir faire) avec l aide de règles, méthodes, sorte de modes d emploi de l action (les savoirs procéduraux). SAVOIRS THEORIQUES SAVOIRS PROCEDURAUX Formalisation Investissement SAVOIR-FAIRE SAVOIRS PRATIQUES La formalisation et l investissement des savoirs (d après G. Malglaive, «Enseigner à des adultes») 1.3. La place de la compétence dans la réussite de l action La compétence n est pas seule en jeu dans la réussite d une action entreprise. La formule pseudomathématique P=(CMOR) E=k développée par le laboratoire d études FFPS décrit la performance P comme dépendant non seulement de la compétence (C), mais aussi de la motivation (M), des objectifs donnés (O), et des ressources allouées (R), le tout dans un environnement donné. La compétence (Savoir Agir) s insère dans un triptyque Savoir agir / Vouloir agir / Pouvoir agir. L observation de l action des personnes travaillant sur un projet n apporte donc de renseignement que sur le résultat visible, mais ne dit rien du processus cognitif qui les a conduits à réaliser cette action. Il est important de se pencher sur les savoirs qu ils ont mobilisés et combinés dans cette action. FFPS Sud - Mémoire de diplôme de cadre de la fonction formation Pascal Bonnin 17

20 1.4. Les modalités d acquisition de la compétence Comme on l a vu ci-dessus, les différentes formes de savoir ont une origine différente. Les savoirfaire et savoirs pratiques sont des savoirs en acte, ils s acquièrent dans l action. Les savoirs pratiques sont caractéristiques de l action contextualisée et ne sont donc pas transmissibles. Par ailleurs, il est souvent difficile de les décrire. Pour cette raison, ils ne peuvent s acquérir qu en agissant, avec une expérience personnelle longue. Au contraire, les savoir-faire peuvent aisément se montrer, notamment en faisant référence à des savoirs théoriques et à des savoirs procéduraux. Il est alors possible de les transmettre par la démonstration. Ils peuvent s apprendre en agissant, par des répétitions de gestes, de raisonnements, d actions élémentaires. Les savoirs théoriques se développement par l acquisition de connaissances, que ce soit par de la formation «académique» ou par de l auto-formation (lectures, discussions, information ). Comme les savoirs procéduraux consacrent le passage de la théorie au «faire», ils nécessitent de s exercer à faire en appliquant la procédure requise. Enfin, comme la compétence est une combinaison de savoirs et qu elle s exprime dans l activité, il est important de noter que l ensemble de la compétence s acquiert dans l activité. Rien ne sert isolément de savoir ou de savoir-faire, si l on ne sait réaliser l ensemble de l activité dans le contexte de travail réel. D où la grande importance de la réalisation en contexte réel de l activité, à plusieurs reprises. Dans la compétence, il est certes question des savoirs mobilisés, mais aussi de leur mise en dynamique. Savoirs théoriques, savoirs procéduraux, savoir-faire, et savoirs pratiques se combinent dans l action. L acquisition de ces savoirs seuls ne peut donc suffire pour développer des compétences. Il est nécessaire de savoir aussi les combiner en les investissant dans l action. Concernant l action sur un projet, la compétence étant contextuelle, l acquisition de compétences se fait en situation dans le projet, en mettant en œuvre des activités liées au projet, mobilisant des savoirs formalisés des savoirs agis. Enfin, la compétence n est pas seule en cause dans la réussite du projet. La disponibilité de ressources, le management, la motivation facilitent la finalisation de l action. 2. LE PROJET De nos jours, la notion de projet est très courante. Elle est utilisée dans de multiples contextes : au niveau personnel (projet professionnel, projet de vie), dans les organisations (projet éducatif, projet de service, projet associatif, projet d entreprise), en politique (projet de société), en architecture (projet, avant-projet de construction), en développement local (projet de territoire, projet structurant, d aménagement). On parlera dans ce mémoire du projet comme mode d organisation de l action. Encore faut-il au préalable préciser sa définition, car le mot projet peut prêter à confusion. FFPS Sud - Mémoire de diplôme de cadre de la fonction formation Pascal Bonnin 18

fiche pratique Préparer un accord GPEC Octobre 2008 #10 des repères pour agir dans les entreprises de plus de 50 salariés

fiche pratique Préparer un accord GPEC Octobre 2008 #10 des repères pour agir dans les entreprises de plus de 50 salariés h fiche pratique des repères pour agir #10 Préparer un accord GPEC dans les entreprises de plus de 50 salariés Octobre 2008 Le souci de se mettre en conformité avec la loi pousse un certain nombre d entreprises

Plus en détail

Puisse, cette caisse à outils, vous apporter autant d efficacité qu elle en a apporté à ceux avec qui, et pour qui, nous les avons rassemblés ici.

Puisse, cette caisse à outils, vous apporter autant d efficacité qu elle en a apporté à ceux avec qui, et pour qui, nous les avons rassemblés ici. Introduction Cet ouvrage a été conçu à partir de sollicitations exprimées par des managers de terrain soucieux de donner une dimension plus opérationnelle à leur management au quotidien. Il rassemble des

Plus en détail

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE [Prénom Nom] Rapport sur le stage effectué du [date] au [date] Dans la Société : [NOM DE LA SOCIETE : Logo de la société] à [Ville] [Intitulé du

Plus en détail

LA DEMARCHE DE GESTION DE PROJET POUR L EPREUVE DU CPPC

LA DEMARCHE DE GESTION DE PROJET POUR L EPREUVE DU CPPC LA DEMARCHE DE GESTION DE PROJET POUR L EPREUVE DU CPPC La gestion de projet ne présente pas de difficultés particulières mais une méthodologie qui va demander énormément de précisions tout au long de

Plus en détail

CHARTE DES BONNES PRATIQUES

CHARTE DES BONNES PRATIQUES COMITE DES COMITES D ENTREPRISE DU CONSEIL SUPERIEUR DE L ORDRE DES EXPERTS-COMPTABLES CHARTE DES BONNES PRATIQUES ETABLIE au nom du Conseil supérieur de l Ordre des Experts-comptables dans le cadre des

Plus en détail

Tous droits réservés SELENIS

Tous droits réservés SELENIS 1. Objectifs 2. Etapes clefs 3. Notre proposition d accompagnement 4. Présentation de SELENIS 2 Un projet est une réalisation spécifique, dans un système de contraintes donné (organisation, ressources,

Plus en détail

ECOLE SUPERIEURE DE L EDUCATION NATIONALE

ECOLE SUPERIEURE DE L EDUCATION NATIONALE ECOLE SUPERIEURE DE L EDUCATION NATIONALE Formation des Chefs d Etablissement d Affectation Management adaptatif et délégations Support participants SOMMAIRE La formation dans son contexte p.3 Les facteurs

Plus en détail

L achat de formation en 3 étapes :

L achat de formation en 3 étapes : L achat de formation en 3 étapes : 1- La définition du besoin de formation L origine du besoin en formation peut avoir 4 sources : Une évolution des choix stratégiques de l entreprise (nouveau métier,

Plus en détail

REFERENTIEL D AMENAGEMENT DES ESPACES DE BUREAU DE LA MAIRIE DE PARIS

REFERENTIEL D AMENAGEMENT DES ESPACES DE BUREAU DE LA MAIRIE DE PARIS REFERENTIEL D AMENAGEMENT DES ESPACES DE BUREAU DE LA MAIRIE DE PARIS V2. 3/23/2011 1 / 7 SOMMAIRE DU REFERENTIEL INTRODUCTION PREAMBULE POURQUOI UN REFERENTIEL D AMENAGEMENT DES ESPACES DE BUREAU? P.

Plus en détail

Master de Sciences Po Affaires internationales Environnement, développement durable et risques

Master de Sciences Po Affaires internationales Environnement, développement durable et risques Master de Sciences Po Affaires internationales Environnement, développement durable et risques 1. OBJECTIFS DE LA FORMATION La valeur ajoutée de cette formation de haut niveau réside dans son caractère

Plus en détail

LA DEMARCHE COMPETENCE

LA DEMARCHE COMPETENCE LA DEMARCHE COMPETENCE Chapitre 6 : Les actions de la Démarche Compétence Chapitre 6 : Les actions de la Démarche Compétence... 1 6.1. Évaluation des compétences... 2 6.1.1 Mesure des écarts entre compétences

Plus en détail

N 2. Favoriser des partenariats concrets entre gares et collectivités locales

N 2. Favoriser des partenariats concrets entre gares et collectivités locales 82, bd des Batignolles - 75017 Paris - FRANCE Tél. : +33 (0)1 53 42 35 35 / Fax : +33 (0)1 42 94 06 78 Web : www.carrenoir.com N 2 Favoriser des partenariats concrets entre gares et collectivités locales

Plus en détail

GUIDE POUR L ENTRETIEN

GUIDE POUR L ENTRETIEN GUIDE POUR L ENTRETIEN PROFESSIONNEL 1 Ce guide s inscrit dans le cadre du décret du 17 septembre 2007 : il vise à faciliter la réalisation de l entretien professionnel, à la fois pour les agents et pour

Plus en détail

Comment organiser une séance d EPS

Comment organiser une séance d EPS Comment organiser une séance d EPS Ce qui est important pour l élève c est de : - comprendre quand il réussit quelle procédure reproductible a été utilisée et isolée pour cette procédure - apprendre pour

Plus en détail

par le Réseau Anact avec le département d ergonomie de l université de Bordeaux

par le Réseau Anact avec le département d ergonomie de l université de Bordeaux Des difficultés à investir le champ des conditions de travail L évolution du monde du travail montre la prégnance des conditions et de l organisation du travail dans le de nouveaux risques. Ces questions

Plus en détail

Projet PHARES. Note de cadrage sur la production de livrables en phase finale du projet

Projet PHARES. Note de cadrage sur la production de livrables en phase finale du projet Projet PHARES Note de cadrage sur la production de livrables en phase finale du projet L.Brami, S.Damart, M. Detchessahar, M. Devigne, J. Habib, F. Kletz, C. Krohmer. Document joint à l avenant au contrat

Plus en détail

SOCA-D-544 : Diagnostic et gestion de projets

SOCA-D-544 : Diagnostic et gestion de projets SOCA-D-544 : Diagnostic et gestion de projets Secteur non-marchand Professeure : Síle O Dorchai Année académique 2014-2015 1 Qu est-ce qu un projet? Comment le concevoir? Comment l organiser et le réaliser?

Plus en détail

Intégrer un salarié dans l entreprise

Intégrer un salarié dans l entreprise L objectif de ce guide est d aider les managers à optimiser l accueil et l intégration des nouveaux salariés dans l entreprise. Un autre guide Fafsea «Assurer la fonction de tuteur» est à la disposition

Plus en détail

Intégrer un salarié dans l entreprise

Intégrer un salarié dans l entreprise L objectif de ce guide est d aider les managers à optimiser l accueil et l intégration des nouveaux salariés dans l entreprise. Un autre guide Fafsea «Assurer la fonction de tuteur» est à la disposition

Plus en détail

Notre modèle d engagement

Notre modèle d engagement Notre modèle d engagement 1. EVALUER L évaluation des compétences que vous souhaitez améliorer implique un vrai échange entre nos deux équipes, et une étude plus approfondie des écarts et des actions préalablement

Plus en détail

Faciliter l autonomie des dirigeants pour qu ils puissent piloter la démarche par eux-mêmes : UNE PÉDAGOGIE ADAPTÉE.

Faciliter l autonomie des dirigeants pour qu ils puissent piloter la démarche par eux-mêmes : UNE PÉDAGOGIE ADAPTÉE. POUR FAVORISER LA RÉUSSITE DE VOTRE PROJET ASSOCIATIF, IL EST INDISPENSABLE D ÉLABORER UNE STRATÉGIE. L URIOPSS DES PAYS DE LA LOIRE VOUS PROPOSE UN GUIDE D ÉLABORATION D UNE STRATÉGIE ASSOCIATIVE QUI

Plus en détail

Le bilan de compétences : Déroulement, durée et outils

Le bilan de compétences : Déroulement, durée et outils Le bilan de compétences : Déroulement, durée et outils Pour vous donner une vision la plus complète possible de la démarche, le contenu qui vous est présenté ici a été élaboré pour correspondre à une personne

Plus en détail

Recommandations organisationnelles. Outils et guides. Guide de gestion de projet chirurgie ambulatoire

Recommandations organisationnelles. Outils et guides. Guide de gestion de projet chirurgie ambulatoire Ensemble pour le développement de la chirurgie ambulatoire Recommandations organisationnelles Outils et guides Guide de gestion de projet chirurgie ambulatoire Mai 2013 Le document source est téléchargeable

Plus en détail

ADAPTER LA METHODE AUX OBJECTIFS DE L ENQUETE

ADAPTER LA METHODE AUX OBJECTIFS DE L ENQUETE Déchets : outils et exemples pour agir Fiche méthode n 1 www.optigede.ademe.fr ADAPTER LA METHODE AUX OBJECTIFS DE L ENQUETE Origine et objectif de la fiche : Les retours d expérience des collectivités

Plus en détail

Document de référence des activités et compétences des membres du CHSCT

Document de référence des activités et compétences des membres du CHSCT Document de référence des activités et compétences des membres du CHSCT Au niveau national comme au niveau régional, les partenaires sociaux ont la capacité de fixer les orientations qui seront mises en

Plus en détail

Politique de soutien à la réussite aux études de 1 er cycle

Politique de soutien à la réussite aux études de 1 er cycle ANNEXE 2006-CA505-09-R5077 Politique de soutien à la réussite aux études de 1 er cycle Décanat des études de premier cycle Février 2006 Énoncé de politique l Université s engage à soutenir l étudiant dans

Plus en détail

Glossaire GRH. Il vise à proposer un langage commun, et permet d éviter d éventuels risques de malentendus ou de confusions.

Glossaire GRH. Il vise à proposer un langage commun, et permet d éviter d éventuels risques de malentendus ou de confusions. Ce glossaire a été élaboré dans un souci de clarification des notions et concepts clés communément utilisés en Gestion des Ressources Humaines, et notamment dans le champ de la gestion prévisionnelle des

Plus en détail

Guide pour aider à l évaluation des actions de formation

Guide pour aider à l évaluation des actions de formation Guide pour aider à l évaluation des actions de formation Pourquoi évaluer? L évaluation constitue la dernière étape du service d ingénierie que le conseiller de l AGEFOS PME Bretagne peut apporter à l

Plus en détail

Profils. COMPÉTENCE de COMMUNICATION ÉBAUCHE. ébauche ébauche ébauche ébauche ébauche ébauche

Profils. COMPÉTENCE de COMMUNICATION ÉBAUCHE. ébauche ébauche ébauche ébauche ébauche ébauche C Profils COMPÉTENCE de COMMUNICATION ÉBAUCHE ébauche ébauche ébauche ébauche ébauche ébauche C Profils COMPÉTENCE de COMMUNICATION APERÇU La compétence de communication englobe l ensemble des aptitudes

Plus en détail

ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DU PATIENT

ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DU PATIENT ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DU PATIENT Recommandations Isabelle Berthon Introduction (1) La Haute Autorité de santé et l Institut National de Prévention et d Education Pour la Santé ont publié en juin 2007

Plus en détail

CYCLE MANAGEMENT DE L INET

CYCLE MANAGEMENT DE L INET CYCLE MANAGEMENT DE L INET Conseiller formation : Anne GERARD Contact inscription : Delphine Marcangeli 03 83 19 22 05 Delphine.marcangeli@cnfpt.fr 1 CYCLE MANAGEMENT DE L INET OBJECTIFS DU CYCLE Ce cycle

Plus en détail

A M E N A G E M E N T D U TERRITOIRE

A M E N A G E M E N T D U TERRITOIRE U n i v e r s i t é d e l a M é d i t e r r a n é e F a c u l t é d e s S c i e n c e s E c o n o m i q u e s e t d e G e s t i o n M a s t e r E c o n o m i e, P o l i t i q u e e t G e s t i o n P u

Plus en détail

Conférence Group S - 19/03/2014 Titel Subtitel + auteur L AUDIT SOCIAL, ou comment optimiser ses pratiques sociales 2 1 PROPOS INTRODUCTIFS DÉFINITIONS DE L AUDIT «Forme d observation qui tend à vérifier

Plus en détail

Mobilisation des ressources 45. Définition et composantes

Mobilisation des ressources 45. Définition et composantes vec l ouverture du Maroc sur l environnement international et sur les mécanismes et les enjeux planétaires du développement et de la coopération socioéconomique, ainsi qu avec le développement du mouvement

Plus en détail

APPRENTISSAGE EN SITUATION DE TRAVAIL

APPRENTISSAGE EN SITUATION DE TRAVAIL APPRENTISSAGE EN SITUATION DE TRAVAIL ET PRATIQUES DE TUTORAT Démarche d accompagnement des entreprises 1 2 Un outil de diagnostic flash Un guide d accompagnement au montage de projet 1 Tutorat et apprentissage

Plus en détail

Développer son expertise en tant que Responsable Formation

Développer son expertise en tant que Responsable Formation 1 Développer son expertise en tant que Responsable Formation Environnement et fondamentaux de la formation professionnelle L environnement de la formation professionnelle revêt un caractère de plus en

Plus en détail

Formation - VAE TITRES PROFESSIONNELS VAE. Trois nouveaux titres professionnels accessibles par la VAE sont créés

Formation - VAE TITRES PROFESSIONNELS VAE. Trois nouveaux titres professionnels accessibles par la VAE sont créés Formation - VAE TITRES PROFESSIONNELS VAE Trois nouveaux titres professionnels accessibles par la VAE sont créés Arrêtés du 21 et 22 octobre 2003, JO du 08/11/03 Pour rappel les titres professionnels constituent

Plus en détail

Profil de compétences Directeur de projets SECTEUR BANCAIRE

Profil de compétences Directeur de projets SECTEUR BANCAIRE Profil de compétences Directeur de projets SECTEUR BANCAIRE PENSÉE ET VISION STRATÉGIQUE Avoir une perspective globale des enjeux actuels et futurs du client ainsi que de définir des orientations visant

Plus en détail

Systèmes et réseaux d information et de communication

Systèmes et réseaux d information et de communication 233 DIRECTEUR DES SYSTÈMES ET RÉSEAUX D INFORMATION ET DE COMMUNICATION Code : SIC01A Responsable des systèmes et réseaux d information FPESIC01 Il conduit la mise en œuvre des orientations stratégiques

Plus en détail

PREALABLE : ARCHITECTURE DE LA FORMATION : RESPIRE

PREALABLE : ARCHITECTURE DE LA FORMATION : RESPIRE DE JEPS Animation socio éducative ou culturelle Développement de s, territoires et réseaux Blois 2014 2016 PREALABLE : Cette formation concerne principalement des professionnels occupant des postes de

Plus en détail

LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AU CERTIFICAT D APTITUDE AUX FONCTIONS DE DIRECTEUR D ETABLISSEMENT OU DE SERVICE D INTERVENTION SOCIALE

LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AU CERTIFICAT D APTITUDE AUX FONCTIONS DE DIRECTEUR D ETABLISSEMENT OU DE SERVICE D INTERVENTION SOCIALE LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AU CERTIFICAT D APTITUDE AUX FONCTIONS DE DIRECTEUR D ETABLISSEMENT OU DE SERVICE D INTERVENTION SOCIALE 1. RÉFÉRENTIEL PROFESSIONNEL DES DIRECTEURS D ETABLISSEMENT OU DE SERVICE

Plus en détail

Fiche «Politique culturelle européenne»

Fiche «Politique culturelle européenne» Fiche «Politique culturelle européenne» Prospective appliquée à la définition d'une politique nationale dans le domaine de la culture et de la communication Fiche variable sur les facteurs de l environnement

Plus en détail

Management des processus opérationnels

Management des processus opérationnels Ecole Nationale Supérieure de Management Master Management des organisations Management des processus opérationnels Dr TOUMI Djamila Cours n 1: La vision processus dans le management des organisations

Plus en détail

MMA - Projet Capacity Planning LOUVEL Cédric. Annexe 1

MMA - Projet Capacity Planning LOUVEL Cédric. Annexe 1 Annexe 1 Résumé Gestion Capacity Planning Alternance réalisée du 08 Septembre 2014 au 19 juin 2015 aux MMA Résumé : Ma collaboration au sein de la production informatique MMA s est traduite par une intégration

Plus en détail

Charte nationale de l accompagnement à la scolarité

Charte nationale de l accompagnement à la scolarité 1 Le droit à l éducation est un droit fondamental dans notre société. Cette exigence démocratique d une meilleure formation générale et d un haut niveau de qualification pour tous correspond aux besoins

Plus en détail

REFERENTIEL ACTIVITES ET COMPETENCES

REFERENTIEL ACTIVITES ET COMPETENCES SEILLER EMPLOIV CONSEILLER EMPLOI FORMATION INSERTION REFERENTIEL ACTIVITES ET COMPETENCES FONCTION 1 : INTERVENTION AUPRÈS DES PERSONNES ÉLABORATION DE PROJETS ET ACCOMPAGNEMENT DE PARCOURS D INSERTION

Plus en détail

Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010

Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010 Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010 Commissariat aux relations internationales et à l immigration Table des matières Page Déclaration d

Plus en détail

MANUEL DE POLITIQUES ET PROCÉDURES PROVENANCE : NUMÉRO : DRH-006. Direction des ressources humaines OBJET : EN VIGUEUR :

MANUEL DE POLITIQUES ET PROCÉDURES PROVENANCE : NUMÉRO : DRH-006. Direction des ressources humaines OBJET : EN VIGUEUR : MANUEL DE POLITIQUES ET PROCÉDURES PROVENANCE : Direction des ressources humaines OBJET : Formation et développement des ressources humaines (excluant le personnel cadre) NUMÉRO : DRH-006 EN VIGUEUR :

Plus en détail

CONSEIL REGIONAL RAPPORT DU PRESIDENT SCHEMA REGIONAL DE DEVELOPPEMENT DES FORMATIONS PROFESSIONNELLES

CONSEIL REGIONAL RAPPORT DU PRESIDENT SCHEMA REGIONAL DE DEVELOPPEMENT DES FORMATIONS PROFESSIONNELLES REUNION DU 20 DECEMBRE 2013 RAPPORT N CR-13/06.653 CONSEIL REGIONAL RAPPORT DU PRESIDENT SCHEMA REGIONAL DE DEVELOPPEMENT DES FORMATIONS PROFESSIONNELLES Stratégie régionale de formation des jeunes et

Plus en détail

GUIDE POUR LE DÉVELOPPEMENT DE COMPÉTENCES PROFESSIONNELLES (CP) POUR LE 3 ème STAGE

GUIDE POUR LE DÉVELOPPEMENT DE COMPÉTENCES PROFESSIONNELLES (CP) POUR LE 3 ème STAGE 1 GUIDE POUR LE DÉVELOPPEMENT DE COMPÉTENCES PROFESSIONNELLES (CP) POUR LE 3 ème DOMAINES: FONDEMENTS COMPÉTENCE 1: Agir en tant que professionnelle ou professionnel héritier, critique et interprète d

Plus en détail

POLITIQUE SUR LA FORMATION ET SUR LE DÉVELOPPEMENT DES RESSOURCES HUMAINES

POLITIQUE SUR LA FORMATION ET SUR LE DÉVELOPPEMENT DES RESSOURCES HUMAINES POLITIQUE SUR LA FORMATION ET SUR LE DÉVELOPPEMENT DES RESSOURCES HUMAINES Politique adoptée par la Résolution CA-2013-2014-7 du conseil d administration du Conservatoire à sa 26 e séance ordinaire tenue

Plus en détail

L'étape de planification de votre projet technologique

L'étape de planification de votre projet technologique L'étape de planification de votre projet technologique Résumé : Pour gérer l ensemble des contraintes de votre projet - humaines, matérielles, temporelles et surtout financières et accroître ses chances

Plus en détail

La conduite du changement

La conduite du changement point de vue stratégie et gouvernance des systèmes d'information La conduite du changement dans les projets SI 1 En préambule Devant les mutations économiques, sociales et technologiques engagées depuis

Plus en détail

Formations Management

Formations Management Formations Management MANAGEMENT ET COMMUNICATION Ecole du Management : Cycle Animateur d équipe Ecole du Management : Cycle Maîtrise Ecole du Management : Cycle Coordinateur Technique Animateur (trice)

Plus en détail

Conduire les entretiens annuels d évaluation

Conduire les entretiens annuels d évaluation Ce guide s adresse aux dirigeants et aux responsables en charge de la fonction ressources humaines qui envisagent de mettre en place des entretiens annuels. Il constitue un préalable à l instauration d

Plus en détail

Le management du travail

Le management du travail Le management du travail Un modèle de compréhension et d action!! Eléments de cadrage! Actions engagées par le réseau! Et du côtés de la formation des managers (FI et FC)? qui concerne l ensemble de la

Plus en détail

LES BILANS L ESPRIT DANS LEQUEL NOUS TRAVAILLONS NOTRE DEONTOLOGIE. Les bilans sont pluriels dans la mesure où :

LES BILANS L ESPRIT DANS LEQUEL NOUS TRAVAILLONS NOTRE DEONTOLOGIE. Les bilans sont pluriels dans la mesure où : LES BILANS Les bilans sont pluriels dans la mesure où : Ils peuvent Répondre àdes objectifs différents : définir/valider un projet d évolution, retrouver du sens àson parcours, anticiper un changement

Plus en détail

L entretien professionnel annuel

L entretien professionnel annuel L entretien professionnel annuel Informations-repères pour la mise en œuvre du décret du 17 septembre 2007 et de l arrêté du 10 avril 2008 portant sur l appréciation de la valeur professionnelle des fonctionnaires

Plus en détail

Dossiers méthodologiques DURANTON CONSULTANTS. Le Projet de service,

Dossiers méthodologiques DURANTON CONSULTANTS. Le Projet de service, Dossiers méthodologiques DURANTON CONSULTANTS Le Projet de service, la recherche conjointe de la Qualité et de la Performance Version actualisée le 8 octobre 2012 Adresse du siège social : 190 rue Lecourbe

Plus en détail

et la communication dans les Guide et mallette pédagogique Les savoirs de base pour l emploi

et la communication dans les Guide et mallette pédagogique Les savoirs de base pour l emploi Les compétences de base et la communication dans les Secteurs du Tourisme et des Loisirs Document de présentation Guide et mallette pédagogique Les savoirs de base pour l emploi Formation aux savoirs de

Plus en détail

Présentation du «Guide de planification stratégique»

Présentation du «Guide de planification stratégique» Commission de développement économique des Premières Nations du Québec et du Labrador Présentation du «Guide de planification stratégique» Préparé par Raymond Chabot Grant Thornton Août 2011 Mise en contexte

Plus en détail

Conseil. en Organisation et Gestion de Bloc Opératoire. www.adessa-software.com. tel : +32 (0)10 841 921 fax : +32 (0)10 227 657

Conseil. en Organisation et Gestion de Bloc Opératoire. www.adessa-software.com. tel : +32 (0)10 841 921 fax : +32 (0)10 227 657 Conseil en Organisation et Gestion de Bloc Opératoire tel : +32 (0)10 841 921 fax : +32 (0)10 227 657 www.adessa-software.com Avant-Propos De part sa nature complexe et évolutive, le bloc opératoire est

Plus en détail

Catalogue des Formations

Catalogue des Formations 67, Rue Aziz Bellal, Etage 3, N 2, Maarif. 32, Avenue Abdelali Benchekroune, Etage 5, N 20. Nos atouts formation Thèmes de formation En partenariat avec un réseau national et International, nous dispensons

Plus en détail

GRILLE D ANALYSE D UNE SEQUENCE D APPRENTISSAGE

GRILLE D ANALYSE D UNE SEQUENCE D APPRENTISSAGE GRILLE D ANALYSE D UNE SEQUENCE D APPRENTISSAGE 1 - LA DEFINITION DES OBJECTIFS DE LA SEQUENCE : - Ai-je bien identifié l objectif de la séquence? - Est-il clairement situé dans la progression générale

Plus en détail

1. Introduction. Description du programme de maîtrise en administration

1. Introduction. Description du programme de maîtrise en administration Re sume de l e valuation pe riodique de la maı trise en administration: concentrations en finance, en intervention et changement organisationnel, en gestion du commerce e lectronique et en marketing Description

Plus en détail

Appel d offres. Accompagnement des PME-TPE de la métallurgie en région parisienne à la GPEC et à l analyse des besoins de formation

Appel d offres. Accompagnement des PME-TPE de la métallurgie en région parisienne à la GPEC et à l analyse des besoins de formation Appel d offres Accompagnement des PME-TPE de la métallurgie en région parisienne à la GPEC et à l analyse des besoins de formation Le GIM, chambre syndicale territoriale de l UIMM en région parisienne,

Plus en détail

Quelles clés pour choisir un cabinet de reclassement?

Quelles clés pour choisir un cabinet de reclassement? Quelles clés pour choisir un cabinet de reclassement? L organisation Livre blanc Objectif du document : Ce document a pour objectif de présenter les principaux éléments de choix d un cabinet de reclassement

Plus en détail

Le tableau de bord de la DSI : un outil pour mieux piloter son informatique.

Le tableau de bord de la DSI : un outil pour mieux piloter son informatique. Le tableau de bord de la DSI : un outil pour mieux piloter son informatique. Introduction Face à l évolution constante des besoins fonctionnels et des outils informatiques, il est devenu essentiel pour

Plus en détail

Parcours développement stratégique commercial

Parcours développement stratégique commercial P01 Parcours professionnalisant de formation Parcours développement stratégique commercial Partenaires : Avec le soutien de : P02 Parcours professionnalisant de formation INTERVENANTS Sophie DESCHAMPS

Plus en détail

REFERENTIEL D EVALUATION DES ACQUIS DE L EXPERIENCE POUR LE DIPLOME CAFERUIS

REFERENTIEL D EVALUATION DES ACQUIS DE L EXPERIENCE POUR LE DIPLOME CAFERUIS REFERENTIEL D EVALUATION DES ACQUIS DE L EXPERIENCE POUR LE DIPLOME CAFERUIS Référentiel d activités Le référentiel d activités décline les activités rattachées aux six fonctions exercées par l encadrement

Plus en détail

INNOVATION COLLABORATIVE, CO-INNOVER AVEC SON ÉCOSYSTÈME : Quels modes de relation établir?

INNOVATION COLLABORATIVE, CO-INNOVER AVEC SON ÉCOSYSTÈME : Quels modes de relation établir? INNOVATION COLLABORATIVE, CO-INNOVER AVEC SON ÉCOSYSTÈME : Quels modes de relation établir? étude Bird & Bird et Buy.O Group Empower your Business Relationships Edito Globalisation, démocratisation de

Plus en détail

Préparation des programmes européens 2007-2013

Préparation des programmes européens 2007-2013 Préparation des programmes européens 2007-2013 Présentation AGILE 9h30-10h30 8 Préparation des programmes européens 2007-2013 Le contexte La méthode de travail État d avancement des travaux : bilan, diagnostic

Plus en détail

«Il n y a de vent favorable que pour celui qui sait où il va.» Démarche GPEC

«Il n y a de vent favorable que pour celui qui sait où il va.» Démarche GPEC «Il n y a de vent favorable que pour celui qui sait où il va.» «La sécurité, c est la capacité de réagir à toute éventualité» Horemis Paris : 19 rue du Général Foy 75008 Paris - Tel: 33 (1) 55 06 01 51

Plus en détail

BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR TERTIAIRES SESSION 2013

BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR TERTIAIRES SESSION 2013 La commission de choix de sujets a rédigé cette proposition de corrigé, à partir des enrichissements successifs apportés aux différents stades d élaboration et de contrôle des sujets. Pour autant, ce document

Plus en détail

repères pour agir et mettre en place un projet de consolidation des compétences de Base des Apprentis

repères pour agir et mettre en place un projet de consolidation des compétences de Base des Apprentis repères pour agir et mettre en place un projet de consolidation des compétences de Base des Apprentis Version 2 : 20 juillet 2012 L expérimentation conduite par l Agence nationale de lutte contre l illettrisme

Plus en détail

Développer vos compétences, pour innover sur vos territoires. Extrait du catalogue 2005

Développer vos compétences, pour innover sur vos territoires. Extrait du catalogue 2005 Développer vos compétences, pour innover sur vos territoires. Extrait du catalogue 2005 Association Rhône Alpes des professionnels des Développeurs Economiques Locaux 14 rue Passet 69007 Lyon Tél. : 04

Plus en détail

CATALOGUE DE FORMATION POUR LES CABINETS D AVOCATS

CATALOGUE DE FORMATION POUR LES CABINETS D AVOCATS 2009 CATALOGUE DE FORMATION POUR LES CABINETS D AVOCATS SE DISTINGUER PAR LES COMPETENCES Signe Distinctif accompagne les cabinets d avocats pour développer de nouvelles compétences professionnelles indispensables

Plus en détail

2014-2015. Programme régional de formation

2014-2015. Programme régional de formation 2014-2015 Programme régional de formation L E C A D R E, U N G E S T I O N N A I R E D E P E R S O N N E S D A N S U N C O N T E X T E D E R É S E A U X D E S E R V I C E S À L A P O P U L A T I O N À

Plus en détail

Quelques conseils pour le choix des indicateurs

Quelques conseils pour le choix des indicateurs IDENTIFIER LES INDICATEURS ET LES CIBLES Pourquoi se doter d indicateurs de suivi Étant donné l aspect dynamique du contexte dans lequel s inscrit votre projet, il est important de mesurer de façon continue

Plus en détail

TABLEAU DE BORD : SYSTEME D INFORMATION ET OUTIL DE PILOTAGE DE LA PERFOMANCE

TABLEAU DE BORD : SYSTEME D INFORMATION ET OUTIL DE PILOTAGE DE LA PERFOMANCE TABLEAU DE BORD : SYSTEME D INFORMATION ET OUTIL DE PILOTAGE DE LA PERFOMANCE INTRODUCTION GENERALE La situation concurrentielle des dernières années a confronté les entreprises à des problèmes économiques.

Plus en détail

FAIRE APPEL À UN EXPERT

FAIRE APPEL À UN EXPERT FAIRE APPEL À UN EXPERT Décembre 2011 Afin d être en mesure d exercer ses missions, le comité d entreprise dispose de nombreux moyens d information, notamment par les documents que doit lui communiquer

Plus en détail

Recruter et sélectionner son personnel avec Emploi-Québec

Recruter et sélectionner son personnel avec Emploi-Québec Recruter et sélectionner son personnel avec Emploi-Québec Coordination Direction des mesures et services aux entreprises et du placement Ministère de l Emploi et de la Solidarité sociale Rédaction Direction

Plus en détail

Livre Blanc. Optimiser la gestion et le pilotage des opérations. Août 2010

Livre Blanc. Optimiser la gestion et le pilotage des opérations. Août 2010 Livre Blanc Optimiser la gestion et le pilotage des opérations Août 2010 Un livre blanc édité par : NQI - Network Quality Intelligence Tél. : +33 4 92 96 24 90 E-mail : info@nqicorp.com Web : http://www.nqicorp.com

Plus en détail

BILAN DE CARRIERE. La convergence de 2 mondes : Les Ressources Humaines Le développement personnel & l engagement relationnel www.elansol.

BILAN DE CARRIERE. La convergence de 2 mondes : Les Ressources Humaines Le développement personnel & l engagement relationnel www.elansol. - 1 - Conseil RH et Formation BILAN DE CARRIERE La convergence de 2 mondes : Les Ressources Humaines Le développement personnel & l engagement relationnel www.elansol.fr L heure est au changement et, pour

Plus en détail

Thème : Vers un Nouveau Management Public des stratégies de développement : Quel rôle pour le Haut Commissariat au Plan?

Thème : Vers un Nouveau Management Public des stratégies de développement : Quel rôle pour le Haut Commissariat au Plan? Thème : Vers un ouveau Management Public des stratégies de développement : Quel rôle pour le Haut Commissariat au Plan? Auteur : Mr Mhamed MOUAACHA, Chef de Division au Haut Commissariat au Plan (HCP)

Plus en détail

LA CONTRACTUALISATION DANS LA RELATION DE

LA CONTRACTUALISATION DANS LA RELATION DE réseau PLURIDIS LA CONTRACTUALISATION DANS LA RELATION DE COACHING 1. ANALYSER LA DEMANDE, UNE ACTION DE COACHING A PART ENTIERE Dans la relation de coaching, l étape de l analyse de la demande représente

Plus en détail

«CADRE D ACTIONS POUR LE DEVELOPPEMENT DES COMPETENCES ET DES QUALIFICATIONS TOUT AU LONG DE LA VIE»

«CADRE D ACTIONS POUR LE DEVELOPPEMENT DES COMPETENCES ET DES QUALIFICATIONS TOUT AU LONG DE LA VIE» Confédération Européenne des Syndicats 1 Union des Confédérations de l Industrie et des Employeurs d Europe UNICE/UEAPME 2 Centre Européen des Entreprises à Participation Publique et des Entreprises d

Plus en détail

CONSEIL INGENIERIE FORMATION MANAGEMENT

CONSEIL INGENIERIE FORMATION MANAGEMENT CONSEIL MANAGEMENT Assurer la responsabilité opérationnelle d une équipe Développer son leadership au sein d une équipe Pratiquer la délégation Conduire une réunion Conduire un entretien individuel-professionnel

Plus en détail

Référentiel professionnel pour le Diplôme d État d Ingénierie Sociale DEIS

Référentiel professionnel pour le Diplôme d État d Ingénierie Sociale DEIS Institut du Travail Social de Tours Cellule VAE Référentiel professionnel pour le Diplôme d État d Ingénierie Sociale DEIS Annexe I de l arrêté du 2 août 2006 relatif au Diplôme d État d Ingénierie Sociale

Plus en détail

Shadow Manager Simulateur de gestion globale d entreprise. Introduction

Shadow Manager Simulateur de gestion globale d entreprise. Introduction Shadow Manager Simulateur de gestion globale d entreprise Introduction Le logiciel de simulation d entreprise Shadow Manager représente le nec plus ultra des outils pédagogiques de simulation de gestion

Plus en détail

Pédagogie du projet?

Pédagogie du projet? Pédagogie du projet? Toute pédagogie qui place l intérêt des apprenants comme levier des conduites éducatives est appelée «pédagogie fonctionnelle». Ainsi, la pédagogie du projet peut rentrer dans cette

Plus en détail

CERTIFICAT (CAS), DIPLÔME (DAS) & MASTER (MAS) EN MANAGEMENT DES INSTITUTIONS DE SANTÉ 2014/2015 SANTE.UNIGE.CH

CERTIFICAT (CAS), DIPLÔME (DAS) & MASTER (MAS) EN MANAGEMENT DES INSTITUTIONS DE SANTÉ 2014/2015 SANTE.UNIGE.CH CERTIFICAT (CAS), DIPLÔME (DAS) & MASTER (MAS) EN MANAGEMENT DES INSTITUTIONS DE SANTÉ 2014/2015 SANTE.UNIGE.CH SOMMAIRE > OBJECTIFS 04 > STRUCTURE / FORMATION MODULAIRE 05 > DÉTAIL DU PROGRAMME 06 > CORPS

Plus en détail

PLAN DE GESTION CENTRE HISTORIQUE DE PORTO

PLAN DE GESTION CENTRE HISTORIQUE DE PORTO PLAN DE GESTION CENTRE HISTORIQUE DE PORTO LE BESOIN D UN PLAN DE GESTION Le patrimoine culturel et naturel fait partie des biens inestimables et irremplaçables non seulement de chaque pays mais de toute

Plus en détail

GUIDE DE LA GESTION PRÉVISIONNELLE DES EMPLOIS ET DES COMPÉTENCES

GUIDE DE LA GESTION PRÉVISIONNELLE DES EMPLOIS ET DES COMPÉTENCES Françoise KERLAN GUIDE DE LA GESTION PRÉVISIONNELLE DES EMPLOIS ET DES COMPÉTENCES Préface de Jean-Louis Muller Directeur à la CEGOS Ancien responsable de Formation à l Université Paris 9 Dauphine Deuxième

Plus en détail

Solvabilité II Solution elearning

Solvabilité II Solution elearning Solvabilité II Solution Solvabilité II Solution Jusqu à présent les programmes Solvabilité II se sont surtout concentrés sur les éléments quantitatifs. La mise en place réussie de Solvabilité II exige

Plus en détail

REFERENTIEL STRATEGIQUE DES COMPETENCES DU RESPONSABLE DE FORMATION EN ENTREPRISE INTERVENTION DU 13 OCTOBRE DE VERONIQUE RADIGUET GARF (*) FRANCE

REFERENTIEL STRATEGIQUE DES COMPETENCES DU RESPONSABLE DE FORMATION EN ENTREPRISE INTERVENTION DU 13 OCTOBRE DE VERONIQUE RADIGUET GARF (*) FRANCE REFERENTIEL STRATEGIQUE DES COMPETENCES DU RESPONSABLE DE FORMATION EN ENTREPRISE INTERVENTION DU 13 OCTOBRE DE VERONIQUE RADIGUET GARF (*) FRANCE Le monde de la formation est en plein bouleversement,

Plus en détail

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE COMITÉ DU DÉVELOPPEMENT ET DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE (CDIP)

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE COMITÉ DU DÉVELOPPEMENT ET DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE (CDIP) OMPI CDIP/5/5 Corr. ORIGINAL : anglais DATE : 21 juillet 2010 ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE F COMITÉ DU DÉVELOPPEMENT ET DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE (CDIP) Cinquième session

Plus en détail

Elaborer un projet d action

Elaborer un projet d action FICHE PRATI QUE Elaborer un projet d action Un projet n est pas le fruit du hasard mais le résultat d une situation que l on juge insatisfaisante et que l on souhaite changer. On pourrait dans ce sens

Plus en détail

MASTER MAE MANAGEMENT

MASTER MAE MANAGEMENT MASTER MAE MANAGEMENT Parcours INGÉNIERIE DE PROJET N habilitation de la formation au RNCP : 20070790 Présentation de la formation Année 2016 1 Public Cible Diplômés de niveau Bac +4 1 souhaitant acquérir

Plus en détail

Par conséquent, l année 2010 a été la dernière année d organisation du dispositif Accompagnement +.

Par conséquent, l année 2010 a été la dernière année d organisation du dispositif Accompagnement +. CIRCULAIRE Agirc 2011-04- DAS Objet : Nouveau partenariat Apec - Agirc Madame, Monsieur le directeur, Depuis 2003, le partenariat Apec - Agirc avait pour objet la mise en place de sessions d accompagnement

Plus en détail