Répercussions financières et réglementaires de l entrée non réglementée de nouveaux fournisseurs sur le marché canadien de l assurance-hypothèque

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Répercussions financières et réglementaires de l entrée non réglementée de nouveaux fournisseurs sur le marché canadien de l assurance-hypothèque"

Transcription

1 Répercussions financières et réglementaires de l entrée non réglementée de nouveaux fournisseurs sur le marché canadien de l assurance-hypothèque Jeffrey A. Eisenach, Ph.D. 20 juin 2006

2 TABLE DES MATIÈRES RÉSUMÉ I. INTRODUCTION... 1 II. LE MARCHÉ CANADIEN DU FINANCEMENT À L HABITATION... 3 A. Tendances globales de la propriété immobilière et du financement hypothécaire... 4 B. Le secteur du crédit à l habitation Prêteurs hypothécaires L assurance-hypothèque... 8 C. Accessibilité du financement hypothécaire D. Croissance du marché secondaire E. Utilisation de modèles normalisés de souscription efficaces III. PROPOSITIONS DE MODIFICATION DE LA RÉGLEMENTATION DU SECTEUR DE L ASSURANCE-HYPOTHÈQUE IV. CONSÉQUENCES DE L ARRIVÉE NON RÉGLEMENTÉE DE NOUVEAUX INTERVENANTS SUR LE MARCHÉ DE L ASSURANCE HYPOTHÉCAIRE.. 15 A. Le problème de la concurrence inversée B. Problèmes associés à l antisélection et le picorage Antisélection et picorage Conséquences du picorage sur les emprunteurs à risque élevé Conséquences du picorage sur la mise en commun des risques au niveau géographique Conséquences du picorage sur la structure du marché Conséquences du picorage sur la qualité du produit Conséquences du picorage sur le marché hypothécaire secondaire Conséquences du picorage sur la fiabilité des modèles de souscription V. RÉSUMÉ ET CONCLUSIONS... 37

3 RÉSUMÉ Le fait pour le gouvernement du Canada d offrir sa garantie aux nouveaux fournisseurs d assurance-hypothèque entraînera presque à coup sûr l arrivée de nouveaux joueurs. Reste à savoir si cela serait avantageux pour les consommateurs. Si aucune modification n est apportée au cadre réglementaire actuel, cette éventualité coûterait presque sûrement plus qu elle ne rapporterait aux consommateurs. En effet, à moins d une réforme de la réglementation pour empêcher certaines pratiques, les nouveaux fournisseurs d assurance-hypothèque auront recours à deux pratiques qui feraient du tort aux consommateurs. Premièrement, les nouveaux fournisseurs introduiraient sur le marché un ensemble de pratiques commerciales et d arrangements financiers associés à la concurrence inversée. Ces pratiques, qui tiennent au fait que ce sont les prêteurs et non les consommateurs qui choisissent les polices d assurancehypothèque, pourraient amoindrir voire réduire à néant les avantages qu une concurrence accrue présenterait par ailleurs pour les consommateurs. La concurrence inversée forcerait les vendeurs d assurance-hypothèque à offrir divers incitatifs financiers conçus pour obtenir la faveur des prêteurs et gagner ainsi des parts de marché. Ces pratiques sont peut-être avantageuses pour les prêteurs, mais comme les emprunteurs n ont ni le pouvoir ni les connaissances nécessaires pour choisir une assurance-hypothèque, les incitatifs en question ne profitent pas vraiment aux consommateurs. L Australie et les États-Unis ont adopté des lois pour protéger les consommateurs contre les diverses formes de rabais, ristournes et autres pratiques financières associées à la concurrence inversée. Deuxièmement, l absence de réglementation de l arrivée de nouveaux fournisseurs dans ce secteur entraînerait une fragmentation des risques en raison du picorage. Ainsi, les emprunteurs à haut risque (acheteurs d une première maison, personnes à faible revenu et clients ruraux) paieraient des primes d assurance-hypothèque relativement plus élevées que celles des emprunteurs à plus faible risque. Plus important encore, la fragmentation des risques ferait augmenter le degré de risque de l assurance-hypothèque dans son

4 ensemble, ce qui accroît les coûts en capital, hausse le risque d insolvabilité et, en dernière analyse, alourdit les primes pour tous les consommateurs. Le picorage (ou l établissement des prix en fonction du risque) consiste à adopter des normes de souscription et des politiques de prix qui segmentent le marché des emprunteurs en fonction de leur cote de crédit, de leur localisation géographique et d autres facteurs de risque. Les partisans de cette approche affirment qu elle aboutira à une meilleure correspondance entre les prix et les coûts : les emprunteurs à risque élevé paieront des primes qui reflètent leur plus grand risque de défaut de paiement. Une telle redistribution de la fortune n est pas nécessairement conforme à la politique publique canadienne. D un point de vue financier, cependant, la fragmentation du risque aurait des conséquences graves sur l efficience du marché de l assurance-hypothèque, ce qui finirait par entraîner des coûts pour l ensemble des consommateurs. En particulier, la fragmentation du risque, surtout sur une base géographique, exposerait les assureurs à des risques plus élevés, ce qui ferait augmenter leurs coûts en capital et leur risque d insolvabilité et, par voie de conséquence, les primes d assurance de tous les consommateurs; les acheteurs d une première maison, les emprunteurs à faible revenu et les consommateurs des régions rurales devraient assumer globalement des coûts d emprunt plus élevés, et le marché des hypothèques à risque grossirait; les petites institutions financières, comme les caisses de crédit et les caisses populaires, auraient du mal à soutenir la concurrence des grandes banques; les services complémentaires qu offrent actuellement les assureurs hypothécaires comme les programmes d atténuation des pertes seraient réduits ou retirés; la croissance du marché des titres adossés à des créances immobilières pourrait être ralentie du fait de la moindre homogénéité des actifs sous-jacents; la fiabilité des modèles de souscription pourrait se trouver affectée du fait de la ségrégation des données entre de multiples assureurs. Le marché canadien du financement à l habitation est l un des plus efficients du monde, en grande partie parce qu il n a pas été exposé jusqu à maintenant à la concurrence inversée et au picorage. Par l adoption de réformes prudentes de la réglementation, le gouvernement peut préserver les avantages du système actuel tout en permettant l arrivée dans ce secteur de nouveaux fournisseurs.

5 I. INTRODUCTION Les modifications de la réglementation du secteur canadien de l assurancehypothèque 1 autoriseront le ministre des Finances à offrir la garantie d assurancehypothèque dont bénéficie Genworth Financial Canada à n importe quel assureur hypothécaire 2. Ces dispositions vont presque à coup sûr entraîner l arrivée de nouveaux fournisseurs dans le secteur de l assurance-hypothèque. Le présent document présente une analyse des répercussions potentielles de ces mesures législatives sur le marché canadien de l assurance-hypothèque et sur le marché canadien du financement à l habitation en général. En règle générale, les économistes souscrivent au principe qu un accroissement de la concurrence peut améliorer le fonctionnement du marché et être avantageux pour les consommateurs. À première vue, l idée de permettre à d autres fournisseurs d accéder au marché canadien de l assurance-hypothèque paraît conforme à ce principe. Cependant, les marchés financiers en général, et le marché de l assurance en particulier, sont exposés à des types précis de déficiences du marché qui, en l absence d une réglementation appropriée, peuvent entraîner des coûts importants. Le marché de l assurance-hypothèque en particulier présente des caractéristiques qui le rendent particulièrement vulnérable. Premièrement, le marché de l assurance-hypothèque est sujet au problème de la «concurrence inversée». Celle-ci tient au fait que, bien que ce soit le consommateur qui paie l assurance-hypothèque, c est l institution financière prêteuse qui choisit l assurance. Dans certaines circonstances, la concurrence inversée peut aboutir à des arrangements financiers entre prêteurs et assureurs hypothécaires qui empêchent la transmission au consommateur des avantages de la concurrence sur le plan des prix. Deuxièmement, le marché de l assurance en général, et le marché de l assurancehypothèque en particulier, sont sujets à un type d imperfection que les économistes qualifient d «antisélection» et à des problèmes connexes qui tiennent au «picorage» 1 Voir l article 193 de la partie 9 du projet de loi C-13 et le crédit 10 du ministère des Finances dans le Budget principal des dépenses Suivant la définition figurant à l article 192 du projet de loi.

6 qui peuvent à terme entraîner la fragmentation de la clientèle et, dans les cas extrêmes, empêcher les consommateurs d acheter une assurance à un prix raisonnable. Le marché canadien de l assurance-hypothèque a jusqu à présent été largement préservé des problèmes que posent la «concurrence inversée» et le «picorage», en raison de trois caractéristiques : (1) l obligation légale voulant que toutes les hypothèques dont le rapport prêt/valeur est supérieur à 75 % soient assurées; (2) l usage voulant que les assureurs hypothécaires visent principalement ce type d hypothèque et établissent leurs prix en fonction du rapport entre le prêt et la valeur du bien; (3) l usage voulant que les assureurs hypothécaires ne se prêtent pas aux pratiques de la concurrence inversée. C est en grande partie pour ces raisons que le Canada possède l un des marchés du financement à l habitation les plus efficients du monde et affiche l un des taux les plus élevés d accession à la propriété. En l absence de contraintes réglementaires qui les empêcheraient de le faire, les nouveaux fournisseurs adopteront presque certainement les pratiques commerciales associées à la concurrence inversée et s adonneront au picorage. Ils seront fortement enclins à conclure des ententes financières avec les prêteurs qui empêcheront les consommateurs de bénéficier des avantages d une concurrence accrue et à baser leurs activités de souscription sur des pratiques conçues pour sélectionner uniquement les prêts les plus profitables, ce qui fragmenterait la clientèle. Cela aurait des conséquences fâcheuses pour les consommateurs, notamment les suivantes : les nouveaux fournisseurs adopteraient des pratiques commerciales associées à la concurrence inversée, c est à-dire des pratiques conçues pour obtenir une part de marché auprès des grands émetteurs d hypothèques, mais qui ne produiraient sans doute aucun avantage pour les consommateurs; il pourrait s agir par exemple d ententes exclusives de réassurance, de remises et de ristournes et d autres pratiques explicitement interdites par la loi dans d autres pays, notamment en Australie et aux États-Unis; les pratiques associées à la concurrence inversée pourraient empêcher les consommateurs de profiter des avantages qui découleraient normalement d une concurrence accrue; le marché de l assurance deviendrait fragmenté, spécialement sur une base géographique, ce qui exposerait les assureurs à un degré de risque accru et augmenterait du même coup leurs coûts en capital et ferait augmenter les coûts de l assurance-hypothèque pour tous les consommateurs;

7 les primes d assurance-hypothèque des emprunteurs à risque élevé augmenteraient, tandis que celles des emprunteurs à faible risque ne diminueraient pas nécessairement; les acheteurs de certaines régions géographiques (surtout ceux des régions rurales) auraient globalement des coûts d emprunt plus élevés; les petites institutions financières comme les caisses de crédit et les caisses populaires auraient du mal à soutenir la concurrence des grandes banques; les services complémentaires qu offrent actuellement les assureurs hypothécaires comme les programmes d atténuation des pertes seraient réduits ou retirés; la croissance du marché des titres adossés à des créances immobilières pourrait être ralentie du fait de la moindre homogénéité des actifs sous-jacents; la fiabilité des modèles de souscription pourrait se trouver affectée du fait de la ségrégation des données entre de multiples assureurs. Avec des modifications appropriées de la réglementation, il serait possible d atténuer voire d éliminer ces conséquences fâcheuses potentielles de l accroissement de la concurrence. En particulier, les décideurs devraient envisager d interdire la conclusion d arrangements financiers associés à la concurrence inversée et de prévenir le picorage. Le reste du présent rapport est organisé de la manière suivante : la section II donne un aperçu du marché canadien du financement à l habitation en général et de l assurancehypothèque en particulier. La section III décrit brièvement les dispositions relatives à l assurance du projet de loi C-13 et du crédit 10 du Budget principal du ministère des Finances et leurs répercussions sur l accès au marché de l assurancehypothèque. La section IV présente une analyse économique des effets probables de ces dispositions sur le marché, en supposant qu aucun autre changement n est apporté au cadre réglementaire. La section V contient un résumé et des recommandations. II. LE MARCHÉ CANADIEN DU FINANCEMENT À L HABITATION Le système canadien de financement de l habitation est l un des plus efficients du monde. Comme l a dit l Association canadienne des constructeurs d habitations (ACCH), [traduction] «le Canada a l un des meilleurs systèmes de financement de l habitation du monde, comme en témoignent les taux élevés d accession à la propriété 3. 3 Association canadienne des constructeurs d habitations, Présentation en réponse à la consultation sur l Examen de 2006 de la législation du secteur financier du ministère des

8 Le marché canadien de l habitation est caractérisé par des taux élevés et croissants de propriété immobilière, une facilité d accès et un recours croissant au financement hypothécaire, un marché concurrentiel pour le financement d habitations et l assurance hypothécaire, l accès au financement par hypothèque de premier ordre pour presque tous les acheteurs et (par voie de conséquence) un marché relativement petit d hypothèques à risque (hypothèques de second ordre) et l existence d un marché secondaire robuste et en plein essor de titres adossés à des créances hypothécaires. A. Tendances globales de la propriété immobilière et du financement hypothécaire Le Canada affiche l un des plus hauts taux d accession à la propriété du monde. Le taux de propriétaires-occupants augmente dans toutes les tranches de revenu et toutes les régions. De 1996 à 2001, il a augmenté dans tous les groupes d âge, la progression la plus rapide étant observée chez les moins de 35 ans parmi lesquels se retrouvent beaucoup d acheteurs d une première maison 4. En outre, le taux a augmenté dans les 12 provinces et territoires pour lesquels on dispose de données et dans 27 des 28 régions métropolitaines observées 5. Comme on le voit à la figure 1, en 2001, le taux général de propriétaires-occupants a atteint un sommet de 65,8 %, ce qui porte le taux canadien presque au niveau du taux des États-Unis. FIGURE 1 COMPARAISON DES TAUX DE PROPRIÉTAIRES-OCCUPANTS AU CANADA ET AUX ÉTATS-UNIS ( ) Canada États-Unis 60,3 % 62,9 % 62,1 % 64,4 % 62,6 % 64,2 % 65,8 % 66,2 % Finances Canada, document présenté au ministère des Finances du Canada le 20 mai 2005 (http://www.fin.gc.ca/consultresp/06rev_28f.html) [ci-après Réponse de l ACCH]. 4 L observateur du logement au Canada, Tableaux de données sur le logement 2005 (http://www.cmhc-schl.gc.ca/fr/inso/info/obloca/obloca_001.cfm). Voir aussi Clayton Research, Economic Analysis of the Statutory Requirement for Insurance on High-Ratio Mortgage Loan (Présentation en réponse à la consultation sur l Examen de 2006 de la législation du secteur financier du ministère des Finances Canada), 26 mai 2005, figure 8 [ci-après Réponse de Clayton Research]. 5 SCHL, L observateur du logement au Canada, Tableaux de données sur le logement 2005, tableau 10 (http://www.cmhc-schl.gc.ca/fr/inso/info/obloca/upload/tableau10.pdf).

9 Sources : U.S. Census Bureau, SCHL. Un des principaux facteurs qui expliquent la progression du taux de propriétairesoccupants est l augmentation de l offre de crédit à l habitation. La figure 2 illustre la progression régulière du nombre des hypothèques en cours au Canada entre 1990 et FIGURE 2 : NOMBRE DES HYPOTHÈQUES AU CANADA ( ) Janv Juil Janv Juil Janv Juil Janv Juil Janv Juil Janv Juil Janv Juil Janv Juil Janv Juil Janv Juil.-1999

10 Janv Juil Janv Juil Janv Juil Janv Juil Janv Juil Janv Juil Source : Association des banquiers canadiens (http://www.cba.ca/fr/viewdocument.asp?fl=6&sl=110&tl=&docid=421) Nombre d hypothèques La figure 2 montre que le nombre des hypothèques a progressé de plus de 160 % entre 1990 et 2005, augmentation qui reflète le recours croissant au financement à l habitation des acheteurs de logement : entre 1951 et 2001, la proportion des propriétaires-occupants titulaires d une hypothèque est passée de moins de 33 % à plus de 55 % 6, et entre 2001 et 2005, les donneurs d hypothèques ont vu leur encours de prêts hypothécaires à l habitation croître de 40 %, pour passer de 446 milliards de dollars à plus de 623 milliards de dollars7 7. En , les trois quarts de tous les acheteurs d habitation ont pris une hypothèque couvrant une partie au moins du prix d achat 8. Les coûts d emprunt sont demeurés abordables : dans l ensemble, la propriété de logement est plus abordable maintenant (et ce, depuis la fin des années 1990) qu à toute autre époque depuis B. Le secteur du crédit à l habitation 6 Clayton Research Response, supra note 4, sect Statistique Canada (http://www40.statcan.ca/l02/cst01/fin21_f.htm). 8 Clayton Research Response, supra note 4, p. Figure Id., sec

11 La réglementation actuelle a contribué à l établissement de structures compétitives dans les branches du crédit hypothécaire et de l assurance-hypothèque. 1. Prêteurs hypothécaires Le marché de l assurance-hypothèque comprend les grandes banques à charte, de même que les caisses de crédit, les caisses populaires et les sociétés de fiducie, plus petites. Les compagnies d assurance-vie, qui ont déjà dominé le marché, conservent une petite part du marché (part qui diminue). La figure 3 montre les parts de marché de chaque type de donneur d hypothèques. Dans l ensemble, les banques à charte représentent près des deux tiers de l encours hypothécaire, les caisses de crédit, 14 %, et les autres prêteurs (en englobant les hypothèques intégrées à titres adossés à des crédits hypothécaires consentis aux termes de la LNH, dont le gros est émis par les banques à charte) justifient du reste. La part des banques à charte des nouveaux crédits a augmenté depuis dix ans. En 2004, les banques à charte étaient à l origine de plus de 80 % de l ensemble des prêts hypothécaires approuvés 10. La part des six grandes banques a considérablement augmenté depuis le début des années 1990, en partie en raison de l acquisition, par les banques, de sociétés de fiducie et d autres prêteurs hypothécaires, et celles-ci comptent maintenant pour environ 73 % du crédit hypothécaire en dollars 11. FIGURE 3 : CRÉDIT HYPOTHÉCAIRE À L HABITATION, CANADA (2005) Banques à charte 64 % Caisses de crédit et caisses populaires 14 % Prêts sur police d assurance-vie 3 % Titres hypothécaires LNH 14 % Caisses de retraite 2 % Sociétés de titrisation 2 % 10 Virginie Traclet, Structure of the Canadian Housing Market and Finance System, Banque du Canada, (http://www.bis.org/publ/wgpapers/cgfs26traclet.pdf) [ci-après Traclet]. 11 Clayton Research Response, supra note 4, sec

12 Sociétés de fiducie et de prêt hypothécaire 1 % Source : Statistique Canada (http://www40.statcan.ca/l01/cst01/fin21.htm) Encours total : 623,.4 milliards de dollars La distribution des parts de marché entre les divers prêteurs varie sensiblement suivant la région. Les banques à charte dominent surtout dans les régions urbaines et les établissements de moindre envergure comme les caisses de crédit et les caisses populaires jouent un plus grand rôle dans les régions rurales. Il existe beaucoup de petites villes, même dans les provinces populeuses, où les caisses de crédit et les autres petits prêteurs sont les seules institutions financières (il y en a par exemple 40 en Colombie- Britannique 12 et 65 au Manitoba 13 ). Comme on le verra, les petits prêteurs et les petites villes sont les plus susceptibles d être défavorisés par les pratiques qui s établiraient si l on ne réglementait pas l accès au marché de l assurance-hypothèque. 2. L assurance-hypothèque Au Canada, il existe une saine concurrence dans le secteur de l assurancehypothèque, ce qui exerce une pression à la baisse sur les prix et entraîne une variété croissante au niveau des produits offerts 14. L assurance-hypothèque est obligatoire sur les prêts dont le rapport prêt/valeur (RPV) est supérieur à 75 % 15. En conséquence, une grande partie des hypothèques sont assurées, et la proportion augmente. 12 Credit Union Central BC, About Us, dernière visite le 9 juin 2006 (http://www.cucbc.com/aboutus/faqs.html). 13 Manitoba Credit Union, Credit Union News, Manitoba Credit Union Fact Sheets, dernière visite le 9 juin 2006 (http://www.creditunion.mb.ca/cu_news/facts.htm). 14 Voir, par exemple, CHBA Response, supra note 3 (où il est dit que [traduction] «La concurrence existe déjà sur le marché de l assurance hypothèque où sont actifs la Société canadienne d hypothèques et de logement et Genworth Financial Canada. Cette concurrence est avantageuse pour les consommateurs, les institutions prêteuses et le secteur de l habitation, car elle a facilité l apparition de nouveaux produits comme l hypothèque à faible acompte, la transférabilité des hypothèques et l assurance hypothèque, l approbation rapide des hypothèques, et la réduction des primes d assurance hypothèque.») 15 Le ministère des Finances a récemment proposé de porter le plafond du rapport prêt/valeur à 80 %. Voir ministère des Finances du Canada, Examen de 2006 de la législation régissant les institutions financières Propositions pour un cadre législatif

13 Il y a deux fournisseurs d assurance-hypothèque au Canada : la Société canadienne d hypothèques et de logement (SCHL) et Genworth Financial Canada (Genworth). La SCHL, une société fédérale, a été créée en 1946 pour promouvoir l abordabilité des habitations et encourager la variété de l offre; encourager la construction, la réfection et la modernisation des habitations; et améliorer les conditions de vie en général au Canada. Genworth est une société privée qui est entrée sur le marché de l assurance hypothécaire en 1995 (quand elle était encore une division de General Electric). L assurancehypothèque des deux sociétés est garantie par le gouvernement, mais les garanties ne sont pas symétriques : la SCHL bénéficie d une garantie à 100 %, tandis que celle de Genworth est limitée à 90 %. La SCHL occupe les deux tiers environ du marché de l assurance-hypothèque et Genworth, le reste. Si aucun obstacle n empêche explicitement l entrée sur le marché d autres assureurs 16, aucune autre entreprise ne s est vu accorder jusqu à maintenant le bénéfice de la garantie de l État. La concurrence entre la SCHL et Genworth a fait baisser les prix et amélioré la palette des produits offerts. Les primes d assurance prêt hypothécaire baissent régulièrement ces dernières années. Par exemple, globalement, elles ont reculé de 15 % en , et en 2005, Genworth a réduit de 15 % ses primes sur les prêts dont le RPV est de 90 % ou plus 18. efficace et efficient pour le secteur des services financiers, juin 2006 (http://www.fin.gc.ca/activty/pubs/white06f.pdf). 16 En fait, il y avait plusieurs assureurs privés dans les années 1970, mais la mauvaise conjoncture du début des années 1980 a entraîné leur consolidation. Finalement, le dernier assureur privé (la Compagnie d assurance d hypothèques du Canada) a suspendu ses activités en 1993 et a été racheté par la General Electric quand celle-ci est entrée sur ce marché en Voir Clayton Research Response, supra note 4, sec Duncan Mavin, CMHC offers major backstop to ownership, FINANCIAL POST, 7 octobre 2005 (http://www.canada.com/components/print.aspx?id=17f41efe-2c58-4d91- b9fc-a9869d587536). 18 Ian Karleff, CMHC: Our next income trust?, FINANCIAL POST, 29 août 2003; Canadian Homebuyers Benefit from Mortgage Insurance Competition in Strong Spring Real Estate Market, Communiqué de Genworth, 25 avril 2005 (http://www.genworth.ca/mi/eng/misc_pages/ news_releases.html). Voir aussi Traclet,

14 La concurrence entre les deux sociétés a par ailleurs entraîné une amélioration soutenue de l offre d assurance-hypothèque et, par voie de conséquence, donné à un plus grand nombre d acheteurs accès au crédit hypothécaire. Parmi ces améliorations mentionnons 19 : l offre d assurance-hypothèque sur les hypothèques dont le RPV va jusqu à 95 %; la suppression des restrictions qui empêchaient les acheteurs d une première maison d obtenir une hypothèque avec un RPV de 95 %, ce qui permet désormais à tous les acheteurs de maison de donner un acompte de seulement 5 % et d obtenir une hypothèque en fonction de leur revenu et de leurs antécédents en matière de crédit au lieu d être limités par le plafonnement antérieur du prix d achat entre et $ 20 (Genworth et SCHL); extension de l admissibilité aux travailleurs autonomes et aux vendeurs à commission par la création des prêts Alt-A pour travailleurs autonomes; extension de l assurance-hypothèque aux refinancements (hors avoir) et consolidations de créances; transférabilité de l assurance-hypothèque d un bien à un autre; extension de la couverture aux résidences secondaires, aux propriétés de vacances et aux maisons préfabriquées. En outre, la SCHL et Genworth administrent des programmes d atténuation des pertes en collaboration avec les emprunteurs en difficulté et les institutions financières pour prévenir les défauts de paiement. Le programme de Genworth a jusqu à présent supra note 10, tableau 4 (montrant que les primes ont chuté de 27 % entre novembre 2000 et mars 2005). 19 Clayton Research Response, supra note GE Assurance Hypothèque Canada élimine les prix plafonds des maisons, communiqué de GE Assurance Hypothèque Canada, 15 septembre 2003, (http://www.genworth.ca/mi/fre/downloads/newsreleaseseptember pdf).

15 permis à 300 familles de conserver leur maison alors qu elles l auraient autrement perdue par forclusion 21. C. Accessibilité du financement hypothécaire L assurance-hypothèque facilite l obtention de crédit hypothécaire à un segment croissant de la population. Actuellement, 45 % environ de toutes les hypothèques (approximativement nouvelles hypothèques annuellement) affichent un RPV de plus de 75 %, et sur ce nombre, les trois quarts (environ annuellement) ont un RPV de 90 % ou plus 22. Le recours à l assurance-hypothèque n est pas distribué également entre les acheteurs d habitation. Les jeunes emprunteurs (plus souvent acheteurs d une première maison, avec un RPV élevé) sont bien plus susceptibles de prendre une hypothèque assurée que le reste de la population. De tous les acheteurs de maison de moins de 35 ans en , 95 % avaient besoin d une hypothèque (contre 75 % de tous les acheteurs de maison), et 69 % avaient un RPV de plus de 75 % (contre 44 %). Par ailleurs, 63 % avaient besoin d assurance-hypothèque, comparativement à 37 % de tous les acheteurs de maison 23. Sous un autre angle, si les acheteurs de maison de moins de 35 ans représentent 33 % seulement de tous les acheteurs de maison, ils représentent 58 % de ceux qui prennent une assurance-hypothèque 24. L assurance-hypothèque est aussi importante pour les acheteurs de maison à faible revenu, pour ceux qui achètent une maison bon marché 25 et pour ceux qui présentent un risque élevé. Au total, 36 % de tous les emprunteurs ayant une hypothèque de premier ordre et de l assurance-hypothèque sont considérés comme présentant un «risque élevé». En l absence d assurance-hypothèque (ou dans le cas où les normes de souscription seraient modifiées de manière à écarter ces emprunteurs du marché des 21 Genworth Financial Canada, Keeping Canada s Residential Mortgage Market Safe, Fair, Efficient, and Competitive (Submission to the Department of Finance Regarding Canada s Mandatory Mortgage Insurance Requirement), sec. 3.3 (www.fin.gc.ca/consultresp/06rev_29e.html) [ci-après Genworth Response]. 22 Id., sec Clayton Research Response, supra note 4, figure Genworth Response, supra note 21, sec Clayton Research Response, supra note 4, figures

16 hypothèques de premier ordre), ces emprunteurs seraient forcés sur le marché des hypothèques à risque (de second ordre) où ils paieraient des taux d intérêt beaucoup plus élevés 26. Il existe certes déjà un marché des hypothèques de second ordre au Canada, mais il n est pas très important parce que les assureurs hypothécaires peuvent couvrir des prêts qui seraient autrement servis par des prêteurs de second ordre. Les hypothèques de second ordre constituent seulement 5 % environ du marché hypothécaire au Canada 27, comparativement à ce que l on observe aux États-Unis où ces hypothèques se multiplient rapidement et représentent ces dernières années jusqu à 15 % du total 28. Le recours à l assurance-hypothèque varie grandement suivant l âge, le revenu et d autres facteurs, mais pas beaucoup suivant la région géographique. Cela s explique du fait que les assureurs offrent actuellement leurs produits de manière uniforme sur tout le territoire en dépit de l existence (comme on le verra plus loin) de variations substantielles des marchés immobiliers régionaux. En fait, comme on le voit à la figure 4, Genworth assure une part disproportionnée des hypothèques en région rurale 29, c est-à-dire en dehors des RMR. FIGURE 4 : DISTRIBUTION GÉOGRAPHIQUE DE L ASSURANCE-HYPOTHÈQUE Opérations d assurance-hypothèque de Genworth et activité du marché immobilier en dehors des régions métropolitaines de recensement par région, 2004 Pourcentage % en volume de l assurance-hypothèque de Genworth en dehors des régions métropolitaines de recensement % de l ensemble des reventes et achèvements de chaque région qui sont en dehors des régions métropolitaines de recensement Genworth Response, supra note 21, sec Clayton Research Response, supra note 4, p. Sec Federal Reserve Board, Subprime Mortgage Lending: Benefits, Costs, and Challenges, Remarks by Governor Edward M. Gramlich P. the Financial Services Roundtable Annual Housing Policy Meeting, Chicago, Illinois, 21 mai 2004 (http://www.federalreserve.gov/boarddocs/speeches/2004/ /default.htm). 29 Clayton Research Response, supra note 4, sec. 3.2.

17 15 Atlantique Québec Ontario Prairies Alberta Colombie-Britannique Canada Source : Clayton Research sur la base d informations fournies par Genworth Financial Canada En préservant un bassin de risque géographiquement varié et en augmentant le nombre d hypothèques qu ils couvrent, la SCHL et Genworth évitent une segmentation du risque sur le marché de l assurance-hypothèque qui pourrait entraîner une expansion du marché des hypothèques de second ordre. D. Croissance du marché secondaire La concurrence sur le marché de l assurance-hypothèque est avantageuse aussi pour d autres marchés. Le financement sur le marché secondaire par la titrisation ou la vente de prêts partiels aux caisses de retraite et autres institutions serait impossible sans le bénéfice de l assurance-hypothèque 30. Comme on le voit au tableau 1, le recours aux titres adossés à des créances hypothécaires a considérablement augmenté ces dernières années, passant de moins de 35 milliards de dollars en 2001 à plus de 86 milliards de dollars en TABLE 1 : TITRES ADOSSÉS À DES CRÉANCES HYPOTHÉCAIRES (EN MILLIONS DE DOLLARS, ) Titres hypothécaires garantis en vertu de la Loi nationale sur l'habitation Pourcentage de l encours du crédit hypothécaire résidentiel 7,74 % 8,11 % 9,51 % 11,92 % 13,81 % Source : Statistique Canada (http://www40.statcan.ca/l02/cst01/fin21_f.htm). Comme on le voit au tableau 1, les titres hypothécaires ont progressé en valeur absolue et en pourcentage de l encours du crédit hypothécaire résidentiel. Les 30 Id.

18 hypothèques résidentielles constituent non seulement le plus important groupe de biens titrisés au Canada, mais aussi l une des catégories d actif les plus sûres du point de vue de la qualité du crédit 31. E. Utilisation de modèles de souscription normalisés efficaces Le fait que les assureurs hypothécaires assurent des prêts qui représentent un ensemble varié de risques de crédit permet à ceux-ci de recueillir un grand nombre de données sur lesquelles fonder leurs décisions de souscription. Cela leur a permis de mettre au point des modèles extrêmement efficaces. Les assureurs ayant accès à un grand volume de données et étant par voie de conséquence en mesure d élaborer des modèles plus précis que ceux des prêteurs, ces derniers s en remettent maintenant aux modèles des assureurs pour souscrire la moitié environ de leurs activités non assurées 32. Les assureurs d hypothèques ont tout à gagner à ce que les emprunteurs assurent régulièrement le service de leurs prêts et se servent de leurs modèles de souscription pour contrôler les pratiques des créanciers hypothécaires 33. III. PROPOSITIONS DE MODIFICATION DE LA RÉGLEMENTATION DU SECTEUR DE L ASSURANCE-HYPOTHÈQUE Le ministère fédéral des Finances envisage quatre modifications de la réglementation actuelle de l assurance-hypothèque. Premièrement, le plafond des hypothèques garanties par le gouvernement passerait de 100 à 200 milliards de dollars. Deuxièmement, le gouvernement pourrait garantir les créances de n importe quel assureur hypothécaire, y compris celles de nouveaux assureurs. Actuellement, Genworth est la seule société privée qui bénéficie de la garantie de l État. Troisièmement, le 31 Dominion Bond Rating Service Ltd., Residential Mortgage Securitization in Canada, juillet 2000, 1 [ci-après le rapport DBRS]. 32 Genworth Response, supra note 21, p. Sec Susan M Wachter, Mandatory Mortgage Insurance in Canada: The Public Policy Consequences (Présentation en réponse à la consultation sur l Examen de 2006 de la législation du secteur financier du ministère des Finances Canada), 24 mai 2005 (http://www.fin.gc.ca/consultresp/06rev_40e.html) [ci-après Wachter Response].

19 pouvoir de modifier le niveau de garantie de 90 % passerait du Parlement au ministre des Finances. Enfin, tous les bénéficiaires de la garantie de l État seraient tenus de déclarer au ministère des Finances le montant de l encours des créances garanties qu ils assurent. Dans le Plan budgétaire 2006, le gouvernement canadien «confirme les ententes qui permettraient aux nouveaux intervenants qui entrent sur le marché de l assurance hypothécaire d avoir accès à ce mécanisme. De plus, il augmente le montant des prêts qui peuvent être couverts par la garantie de l État en faisant passer celle-ci de 100 milliards à 200 milliards de dollars, pour suivre la hausse des prix des habitations et la croissance du marché hypothécaire. Ces changements se traduiront par un meilleur choix et par de l innovation sur le marché de l assurance hypothécaire, ce qui profitera aux consommateurs et facilitera l accès à la propriété» 34. Si certains de ces résultats sont éminemment souhaitables, les dispositions actuelles qui autorisent l arrivée de nouveaux intervenants sur le marché ne seraient sans doute pas avantageuses pour le consommateur dans le contexte réglementaire actuel. IV. CONSÉQUENCES DE L ARRIVÉE NON RÉGLEMENTÉE DE NOUVEAUX INTERVENANTS SUR LE MARCHÉ DE L ASSURANCE HYPOTHÉCAIRE Le fait d accorder à d autres entreprises la garantie dont seule Genworth bénéficie actuellement entraînera certainement l arrivée de nouveaux fournisseurs sur le marché. Reste à savoir si cela serait avantageux pour le consommateur. Nous expliquerons ici pourquoi, en l absence de réforme de la réglementation, cette éventualité serait coûteuse pour le consommateur. Essentiellement, l arrivée de nouveaux fournisseurs donnerait lieu à une concurrence inversée et encouragerait le picorage, deux phénomènes qui nuisent à l efficience du marché. A. Le problème de la concurrence inversée L arrivée non réglementée de nouveaux fournisseurs sur le marché de l assurancehypothèque entraînerait des problèmes liés à la concurrence inversée. Comme on l a vu, celle-ci tient au fait que l assurance-hypothèque, bien que ce soient les emprunteurs qui la paient, est choisie par les prêteurs. Dans ce contexte, les fournisseurs d assurance- 34 Le Plan budgétaire 2006, ministère des Finances du Canada, 2006, (http://www.fin.gc.ca/budget06/bp/bpc3bf.htm).

20 hypothèque se disputent la faveur des prêteurs en leur offrant toutes sortes d arrangements financiers qui, s ils peuvent d une certaine manière être avantageux pour les prêteurs, ne font pas nécessairement baisser les primes pour les emprunteurs. En conséquence, les assureurs hypothécaires canadiens ont jusqu à présent évité de s adonner à cette pratique, mais les choses changeraient sûrement avec l arrivée de nouveaux fournisseurs. La concurrence inversée est un phénomène connu qui concerne toutes les formes d assurance-crédit où l acheteur (le consommateur) paie le produit, mais où c est l intermédiaire (le prêteur) qui en récolte les avantages. Les problèmes qui en résultent sont décrits notamment dans une étude commandée par le U.S. Federal Home Loan Bank Board. Comme l a expliqué l auteur de l étude Irving Plotkin quand il a comparu devant la commission, [traduction] le terme «concurrence inversée» est utilisé par les économistes et les responsables de la réglementation (le Federal Reserve Board, le Département de la Justice, la Federal Trade Commission et la National Association of Insurance Commissioners) pour décrire un phénomène où la concurrence entre fournisseurs (d assurance-vie, d assurance-crédit ou d assurance de titres) fait augmenter et non baisser les prix. Comme dans tous les genres d assurancecrédit, la personne qui paie le produit d assurance (le consommateur/emprunteur) ne souhaite pas nécessairement se procurer le produit ni, plus important encore, ne choisit le fournisseur. C est un intermédiaire (le prêteur ou le marchand dans le cas de l assurance-crédit, l assurance IARD ou l assurance-vie, un professionnel de l immobilier dans le cas de l assurance de titres ou un prêteur dans le cas de l assurance-hypothèque) qui choisit le fournisseur (l agent ou le souscripteur). La concurrence que se livrent les assureurs pour obtenir la faveur des intermédiaires entraîne toutes sortes de remises et de récompenses. On en trouve un parfait exemple quand l intermédiaire crée une société qui sert d agent d assurance, de souscripteur ou de réassureur Comme l a dit M. Plotkin, les autorités américaines sont au courant du problème depuis longtemps, décrit dans un rapport de 1977 du ministère de la Justice des États-Unis : 35 Irving H. Plotkin, Conflict of Interest, Controlled Business, and Reverse Competition in Private Mortgage Insurance, Statement Before the Federal Home Loan Bank Board, mai 1982, p. 11.

MÉMOIRE DE GENWORTH FINANCIAL CANADA AU COMITÉ PERMANENT DES FINANCES SUR LE PROJET DE LOI C-37 FÉVRIER 2007

MÉMOIRE DE GENWORTH FINANCIAL CANADA AU COMITÉ PERMANENT DES FINANCES SUR LE PROJET DE LOI C-37 FÉVRIER 2007 222 MÉMOIRE DE GENWORTH FINANCIAL CANADA AU COMITÉ PERMANENT DES FINANCES SUR LE PROJET DE LOI C-37 FÉVRIER 2007 RÉSUMÉ Ce mémoire présente les observations de Genworth Financial Canada («Genworth») au

Plus en détail

Coup d œil sur l assurance prêt hypothécaire de la SCHL

Coup d œil sur l assurance prêt hypothécaire de la SCHL Coup d œil sur l assurance prêt hypothécaire de la SCHL Au Canada, en vertu de la loi, les prêteurs assujettis à la réglementation fédérale et la plupart des institutions financières assujetties à une

Plus en détail

Coup d œil sur l assurance prêt hypothécaire de la SCHL

Coup d œil sur l assurance prêt hypothécaire de la SCHL Coup d œil sur l assurance prêt hypothécaire de la SCHL Au Canada, en vertu de la loi, les prêteurs assujettis à la réglementation fédérale et la plupart des institutions financières assujetties à une

Plus en détail

Coup d œil sur l assurance prêt hypothécaire de la SCHL

Coup d œil sur l assurance prêt hypothécaire de la SCHL Coup d œil sur l assurance prêt hypothécaire de la SCHL Au Canada, en vertu de la loi, les prêteurs assujettis à la réglementation fédérale et la plupart des institutions financières assujetties à une

Plus en détail

GENWORTH FINANCIAL CANADA PROPOSITION PRÉBUDGETAIRE OCTOBRE 2006

GENWORTH FINANCIAL CANADA PROPOSITION PRÉBUDGETAIRE OCTOBRE 2006 1211122 GENWORTH FINANCIAL CANADA PROPOSITION PRÉBUDGETAIRE OCTOBRE 2006 RAPPORT SOMMAIRE Cette proposition présente les recommandations de Genworth Financial Canada («Genworth») au Comité permanent des

Plus en détail

SOUTIEN GOUVERNEMENTAL ACCORDÉ AU TITRE DU LOGEMENT PAR L ENTREMISE DU RÉGIME FISCAL : ANALYSE DE TROIS EXEMPLES

SOUTIEN GOUVERNEMENTAL ACCORDÉ AU TITRE DU LOGEMENT PAR L ENTREMISE DU RÉGIME FISCAL : ANALYSE DE TROIS EXEMPLES SOUTIEN GOUVERNEMENTAL ACCORDÉ AU TITRE DU LOGEMENT PAR L ENTREMISE DU RÉGIME FISCAL : ANALYSE DE TROIS EXEMPLES par Marion Steele Département d économie, Université de Guelph et Centre pour les études

Plus en détail

Canada. Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010

Canada. Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010 Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/bank_country-200-fr Canada Merci de citer ce chapitre comme suit

Plus en détail

Financement d une entreprise étrangère qui exerce des activités au Canada

Financement d une entreprise étrangère qui exerce des activités au Canada Financement d une entreprise étrangère qui exerce des activités au Canada Le Canada offre des occasions d affaire à ceux qui souhaitent financer une entreprise étrangère au pays et présente tout un éventail

Plus en détail

Emprunter sur la valeur nette d une maison

Emprunter sur la valeur nette d une maison Série L ABC des prêts hypothécaires Emprunter sur la valeur nette d une maison Comment prendre de bonnes décisions en matière d hypothèques Table des matières Aperçu 1 Quelles sont les différentes options?

Plus en détail

2015 ENQUÊTE AUPRÈS DES EMPRUNTEURS HYPOTHÉCAIRES

2015 ENQUÊTE AUPRÈS DES EMPRUNTEURS HYPOTHÉCAIRES 2015 ENQUÊTE AUPRÈS DES EMPRUNTEURS HYPOTHÉCAIRES La clé qui ouvre de nouvelles portes AU CŒUR DE L HABITATION ENQUÊTE 2015 AUPRÈS DES EMPRUNTEURS HYPOTHÉCAIRES ENQUÊTE 2015 AUPRÈS DES EMPRUNTEURS HYPOTHÉCAIRES

Plus en détail

POLITIQUE 5.1 EMPRUNTS, PRIMES, HONORAIRES D INTERMÉDIATION ET COMMISSIONS

POLITIQUE 5.1 EMPRUNTS, PRIMES, HONORAIRES D INTERMÉDIATION ET COMMISSIONS POLITIQUE 5.1 EMPRUNTS, PRIMES, HONORAIRES D INTERMÉDIATION ET COMMISSIONS Champ d application de la politique La présente politique expose les politiques de la Bourse relatives aux emprunts contractés

Plus en détail

Bulletin de l'autorité des marchés financiers 3.8. Autres décisions. .. 15 mai 2014 - Vol. 11, n 19 182

Bulletin de l'autorité des marchés financiers 3.8. Autres décisions. .. 15 mai 2014 - Vol. 11, n 19 182 3.8 Autres décisions.. 15 mai 2014 - Vol. 11, n 19 182 3.8 AUTRES DÉCISIONS 3.8.1 Dispenses DÉCISION N : 2014-SACD-10009062 Le 7 février 2014 DANS L AFFAIRE DE LA LÉGISLATION EN VALEURS MOBILIÈRES DU QUÉBEC

Plus en détail

Plan de la présentation

Plan de la présentation Plan de la présentation Les facteurs fondamentaux Les prévisions pour 2014 Les intentions à moyen terme Les principaux risques Vers un autre resserrement hypothécaire? Plan de la présentation Les facteurs

Plus en détail

ENQUÊTE AUPRÈS DES ACCÉDANTS À LA PROPRIÉTÉ

ENQUÊTE AUPRÈS DES ACCÉDANTS À LA PROPRIÉTÉ 2015 ENQUÊTE AUPRÈS DES ACCÉDANTS À LA PROPRIÉTÉ La clé qui ouvre de nouvelles portes AU CŒUR DE L HABITATION ENQUÊTE 2015 AUPRÈS DES ACCÉDANTS À LA PROPRIÉTÉ ENQUÊTE 2015 AUPRÈS DES ACCÉDANTS À LA PROPRIÉTÉ

Plus en détail

2.0 Total des dépenses de santé par source de financement

2.0 Total des dépenses de santé par source de financement 2.0 Total des dépenses de santé par source de financement Points saillants du chapitre La répartition des dépenses de santé entre les secteurs privés et publics est stable depuis plus de 10 ans En 2012,

Plus en détail

MODIFICATION AU PLAN DE LA SOCIÉTÉ 2009-2013. Se rapprocher Faciliter Optimiser

MODIFICATION AU PLAN DE LA SOCIÉTÉ 2009-2013. Se rapprocher Faciliter Optimiser MODIFICATION AU PLAN DE LA SOCIÉTÉ 2009-2013 Se rapprocher Faciliter Optimiser Voici un résumé de la modification au Plan de la Société 2009-2013 approuvée par le Conseil d administration d EDC en mai

Plus en détail

Projet de lancement d un programme de mise en pension de titres du gouvernement canadien détenus par la Banque du Canada. Document de travail

Projet de lancement d un programme de mise en pension de titres du gouvernement canadien détenus par la Banque du Canada. Document de travail Projet de lancement d un programme de mise en pension de titres du gouvernement canadien détenus par la Banque du Canada Document de travail le 27 août 2001 2 Introduction Un certain nombre de mesures

Plus en détail

POUR UN ENCADREMENT DES PÉNALITÉS HYPOTHÉCAIRES AU CANADA. Richard Beaumier, FCA, CFA, MBA VICE-PRÉSIDENT, COMITÉ RELATIONS GOUVERNEMENTALES

POUR UN ENCADREMENT DES PÉNALITÉS HYPOTHÉCAIRES AU CANADA. Richard Beaumier, FCA, CFA, MBA VICE-PRÉSIDENT, COMITÉ RELATIONS GOUVERNEMENTALES POUR UN ENCADREMENT DES PÉNALITÉS HYPOTHÉCAIRES AU CANADA Richard Beaumier, FCA, CFA, MBA VICE-PRÉSIDENT, COMITÉ RELATIONS GOUVERNEMENTALES FÉDÉRATION DES CHAMBRES IMMOBILIÈRES DU QUÉBEC Novembre 2010

Plus en détail

Le Baromètre MLS du marché résidentiel. Faits saillants. Région métropolitaine de Trois-Rivières. 1 er trimestre 2012

Le Baromètre MLS du marché résidentiel. Faits saillants. Région métropolitaine de Trois-Rivières. 1 er trimestre 2012 Région métropolitaine de Trois-Rivières Le Baromètre MLS du marché résidentiel Faits saillants Quatrième hausse trimestrielle consécutive des ventes résidentielles Taux d intérêt et marché de l emploi

Plus en détail

LA DETTE PUBLIQUE DU QUÉBEC ET LE FARDEAU FISCAL DES PARTICULIERS

LA DETTE PUBLIQUE DU QUÉBEC ET LE FARDEAU FISCAL DES PARTICULIERS LA DETTE PUBLIQUE DU QUÉBEC ET LE FARDEAU FISCAL DES PARTICULIERS FÉVRIER 2002 DOSSIER 02-02 La dette publique du Québec et le fardeau fiscal des particuliers Le premier ministre du Québec se plaisait

Plus en détail

Résultats attendus et indicateurs

Résultats attendus et indicateurs ANNEXE I Résultats attendus et indicateurs Les indicateurs que la SCHL utilise en ce moment pour valider les résultats attendus de ses activités sont présentés ci-dessous. Ils sont en grande partie basés

Plus en détail

SIMULATEUR DE NÉGOCIATION TMX GUIDE PRATIQUE. Reshaping Canada s Equities Trading Landscape

SIMULATEUR DE NÉGOCIATION TMX GUIDE PRATIQUE. Reshaping Canada s Equities Trading Landscape SIMULATEUR DE NÉGOCIATION TMX GUIDE PRATIQUE Reshaping Canada s Equities Trading Landscape OCTOBER 2014 Horaire des marchés Toutes les données de marché du simulateur sont différées de 15 minutes (sauf

Plus en détail

Le présent chapitre porte sur l endettement des

Le présent chapitre porte sur l endettement des ENDETTEMENT DES MÉNAGES 3 Le présent chapitre porte sur l endettement des ménages canadiens et sur leur vulnérabilité advenant un choc économique défavorable, comme une perte d emploi ou une augmentation

Plus en détail

RÈGLE 3400 RESTRICTIONS ET INFORMATIONS À FOURNIR RELATIVES À LA RECHERCHE

RÈGLE 3400 RESTRICTIONS ET INFORMATIONS À FOURNIR RELATIVES À LA RECHERCHE RÈGLE 3400 RESTRICTIONS ET INFORMATIONS À FOURNIR RELATIVES À LA RECHERCHE Introduction La présente Règle établit les règles que les analystes doivent suivre lorsqu ils publient des rapports de recherche

Plus en détail

Norme canadienne 23-101 Règles de négociation

Norme canadienne 23-101 Règles de négociation Norme canadienne 23-101 Règles de négociation PARTIE 1 DÉFINITION ET INTERPRÉTATION 1.1 Définition 1.2 Interprétation PARTIE 2 LE CHAMP D APPLICATION DE LA RÈGLE 2.1 Le champ d application de la règle

Plus en détail

Normes de capital provisoires des sociétés d assurance hypothécaire

Normes de capital provisoires des sociétés d assurance hypothécaire Préavis Objet : des sociétés d assurance hypothécaire Catégorie : Capital Date : 1 er janvier 2015 I. Introduction Le présent préavis énonce les normes de capital réglementaire auxquelles doivent souscrire

Plus en détail

ÉNONCÉ DE POLITIQUE DE PLACEMENT. septembre 2006

ÉNONCÉ DE POLITIQUE DE PLACEMENT. septembre 2006 ÉNONCÉ DE POLITIQUE DE PLACEMENT septembre 2006 1 Énoncé de politique de placement (septembre 2006) 1. Objet de la politique Le présent document énonce la politique, approuvée par le ministre des Finances

Plus en détail

Renouveler et renégocier votre prêt hypothécaire

Renouveler et renégocier votre prêt hypothécaire Série L ABC des prêts hypothécaires Renouveler et renégocier votre prêt hypothécaire Comment prendre de bonnes décisions en matière d hypothèques Table des matières Aperçu 1 Le processus de renouvellement

Plus en détail

Emprunter sur la valeur nette d une maison

Emprunter sur la valeur nette d une maison Série L ABC des prêts hypothécaires Emprunter sur la valeur nette d une maison Comment prendre de bonnes décisions en matière d hypothèques Table des matières Aperçu 1 Quelles sont les différentes options?

Plus en détail

Frais bancaires Troisième rapport annuel. 20 février 2001 http://carrefourdesconsommateurs.ic.gc.ca

Frais bancaires Troisième rapport annuel. 20 février 2001 http://carrefourdesconsommateurs.ic.gc.ca Frais bancaires Troisième rapport annuel 20 février 2001 http://carrefourdesconsommateurs.ic.gc.ca Aperçu Cette année, le rapport annuel porte sur : 1. L attitude des Canadiens à l égard des frais bancaires

Plus en détail

ENQUÊTE AUPRÈS DES EMPRUNTEURS HYPOTHÉCAIRES

ENQUÊTE AUPRÈS DES EMPRUNTEURS HYPOTHÉCAIRES ENQUÊTE AUPRÈS DES EMPRUNTEURS HYPOTHÉCAIRES La clé qui ouvre de nouvelles portes AU CŒUR DE L HABITATION ENQUÊTE 2014 AUPRÈS DES EMPRUNTEURS HYPOTHÉCAIRES ENQUÊTE 2014 AUPRÈS DES EMPRUNTEURS HYPOTHÉCAIRES

Plus en détail

Rapport sur l examen de l assurance titres résidentielle de la CSFO

Rapport sur l examen de l assurance titres résidentielle de la CSFO Rapport sur l examen de l assurance titres résidentielle de la CSFO Septembre 2015 Table des matières À propos de la Commission des services financiers de l Ontario... 2 Contexte... 2 Introduction... 2

Plus en détail

Flash économique. Agglomération de Montréal. Faits saillants. Septembre 2011

Flash économique. Agglomération de Montréal. Faits saillants. Septembre 2011 Septembre 2011 Faits saillants Selon les données émises par la Chambre immobilière du Grand Montréal, la revente de résidences dans l agglomération de Montréal a atteint les 16 609 transactions en 2010,

Plus en détail

Les effets des regroupements dans le secteur bancaire sur l allocation du capital de risque et la liquidité des marchés*

Les effets des regroupements dans le secteur bancaire sur l allocation du capital de risque et la liquidité des marchés* Les effets des regroupements dans le secteur bancaire sur l allocation du capital de risque et la liquidité des marchés* Chris D Souza et Alexandra Lai Jusqu à récemment, la réglementation en vigueur au

Plus en détail

Mises de fonds et documentation requise

Mises de fonds et documentation requise Mises de fonds et documentation requise VÉRIFICATION DE L AVOIR PROPRE L avoir propre est le montant que l emprunteur verse à titre de mise de fonds à l achat de cette propriété. Les exigences relatives

Plus en détail

Profils des Fonds mutuels TD

Profils des Fonds mutuels TD Profils des Fonds mutuels TD Fonds à revenu fixe Fonds d obligations ultra court terme TD Fonds d obligations à court terme TD Fonds hypothécaire TD Fonds d obligations canadiennes TD Portefeuille à revenu

Plus en détail

La revue financière. Publication du ministère des Finances. Décembre 2008 : excédent budgétaire de 0,2 milliard de dollars

La revue financière. Publication du ministère des Finances. Décembre 2008 : excédent budgétaire de 0,2 milliard de dollars Publication du ministère des Finances Faits saillants 2008 : excédent budgétaire de 0,2 milliard de dollars Un excédent budgétaire de 0,2 milliard de dollars a été enregistré en décembre 2008, comparativement

Plus en détail

Ottawa, le 21 juin 2012 2012-070 Le gouvernement Harper prend des mesures additionnelles pour renforcer le marché canadien du logement

Ottawa, le 21 juin 2012 2012-070 Le gouvernement Harper prend des mesures additionnelles pour renforcer le marché canadien du logement Ottawa, le 21 juin 2012 2012-070 Le gouvernement Harper prend des mesures additionnelles pour renforcer le marché canadien du logement Dans le cadre des efforts soutenus du gouvernement pour renforcer

Plus en détail

Renseignements sur les différents types d hypothèque pour l achat d une propriété résidentielle

Renseignements sur les différents types d hypothèque pour l achat d une propriété résidentielle Renseignements sur les différents types d hypothèque pour l achat d une propriété résidentielle Faire l acquisition d une propriété en toute tranquillité Ce document contient des renseignements sur les

Plus en détail

Comparaison des marchés des prêts hypothécaires à risque et de rechange du Canada et des États-Unis

Comparaison des marchés des prêts hypothécaires à risque et de rechange du Canada et des États-Unis Comparaison des marchés des prêts hypothécaires à risque et de rechange du Canada et des États-Unis Pourquoi le fléchissement des prêts hypothécaires à risque aux États-Unis est un phénomène américain

Plus en détail

NOTICE ANNUELLE LA BANQUE TORONTO-DOMINION

NOTICE ANNUELLE LA BANQUE TORONTO-DOMINION NOTICE ANNUELLE LA BANQUE TORONTO-DOMINION Toronto-Dominion Centre Toronto (Ontario) Canada M5K 1A2 Le 28 février 2000 Avis de distribution Le présent document doit être accompagné d un exemplaire de tous

Plus en détail

Les formes d organisation de l entreprise au Canada

Les formes d organisation de l entreprise au Canada Les formes d organisation de l entreprise au Canada Plusieurs formes d organisation de l entreprise peuvent être mises à contribution pour gérer une entreprise au Canada, chacune comportant ses propres

Plus en détail

La revue financière. Publication du ministère des Finances

La revue financière. Publication du ministère des Finances Publication du ministère des Finances Faits saillants 2009 : excédent budgétaire de 0,8 milliard de dollars Un excédent budgétaire de 0,8 milliard de dollars a été dégagé en février 2009, comparativement

Plus en détail

Efficience de l actif de l entreprise

Efficience de l actif de l entreprise Solutions d assurance-vie Efficience de l actif de l entreprise Gérer. Profiter. Préserver. Une solution intelligente pour les professionnels : l assurance-vie permanente, un actif unique pouvant offrir

Plus en détail

La bulle spéculative de l immobilier résidentiel au Canada est-elle sur le point d éclater?

La bulle spéculative de l immobilier résidentiel au Canada est-elle sur le point d éclater? La bulle spéculative de l immobilier résidentiel au Canada est-elle sur le point d éclater? Maurice N. Marchon Professeur, Institut d économie appliquée HEC Montréal 29 septembre 2008 Toute reproduction

Plus en détail

Abordabilité : les propriétés au Québec sont-elles vraiment devenues inaccessibles?

Abordabilité : les propriétés au Québec sont-elles vraiment devenues inaccessibles? Abordabilité : les propriétés au Québec sont-elles vraiment devenues inaccessibles? Pour plusieurs, la hausse spectaculaire du prix des propriétés au Québec depuis quelques années (le prix moyen d une

Plus en détail

La dette de consommation au Québec et au Canada

La dette de consommation au Québec et au Canada La dette de consommation au Québec et au Canada par : James O Connor Direction des statistiques sur les industries INTRODUCTION La croissance de l endettement à la consommation au Québec et au Canada entre

Plus en détail

Genworth MI Canada continue d afficher une solide rentabilité au deuxième trimestre

Genworth MI Canada continue d afficher une solide rentabilité au deuxième trimestre Genworth MI Canada continue d afficher une solide rentabilité au deuxième trimestre Toronto, ONTARIO (Le 30 juillet 2009) Genworth MI Canada Inc. (TSX : MIC) a présenté aujourd hui des résultats solides

Plus en détail

Politique de gestion des swaps du gouvernement du Canada

Politique de gestion des swaps du gouvernement du Canada Politique de gestion des swaps du gouvernement du Canada Table des matières 1. Objet de la politique...1 2. Objet du programme de swaps...1 3. Gouvernance...1 4. Documentation...1 5. Instruments autorisés...2

Plus en détail

Résultats de simulations : à quel point les Québécois sont-ils vulnérables à une hausse de taux d intérêt?

Résultats de simulations : à quel point les Québécois sont-ils vulnérables à une hausse de taux d intérêt? Résultats de simulations : à quel point les Québécois sont-ils vulnérables à une hausse de taux d intérêt? juin 1 Comme ailleurs au pays, les dettes des Québécois ont augmenté beaucoup plus rapidement

Plus en détail

POLITIQUE DU CONSEIL D ADMINISTRATION EN MATIÈRE DE RISQUE DE CRÉDIT

POLITIQUE DU CONSEIL D ADMINISTRATION EN MATIÈRE DE RISQUE DE CRÉDIT Page 1 de 7 POLITIQUE DU CONSEIL D ADMINISTRATION EN MATIÈRE DE RISQUE DE CRÉDIT 1.0 CONTEXTE La présente politique est établie conformément au principe 16 b) de la Charte du conseil d administration.

Plus en détail

Rapport trimestriel 31 mars 2002 FONDS DE PLACEMENT IMMOBILIER COMINAR

Rapport trimestriel 31 mars 2002 FONDS DE PLACEMENT IMMOBILIER COMINAR Rapport trimestriel 31 mars 2002 FONDS DE PLACEMENT Message aux détenteurs de parts Au nom des fiduciaires et de tous les employés de Cominar, il me fait plaisir de vous présenter les résultats du premier

Plus en détail

Rendement des entreprises et appartenance

Rendement des entreprises et appartenance Rendement des entreprises et appartenance 22 Les données sur le rendement des entreprises exploitées au Canada confirment la forte baisse des résultats concrets au dernier trimestre de 2008 et les années

Plus en détail

Institut canadien des évaluateurs Mémoire présenté au Comité permanent des finances dans le cadre des consultations prébudgétaires Février 2016

Institut canadien des évaluateurs Mémoire présenté au Comité permanent des finances dans le cadre des consultations prébudgétaires Février 2016 Institut canadien des évaluateurs Mémoire présenté au Comité permanent des finances dans le cadre des consultations prébudgétaires Février 2016 L Institut canadien des évaluateurs (ICE) soumet les recommandations

Plus en détail

ÉVOLUTION DES FINANCES PUBLIQUES FÉDÉRALES DE 1983 À 2003

ÉVOLUTION DES FINANCES PUBLIQUES FÉDÉRALES DE 1983 À 2003 PRB 05-40F ÉVOLUTION DES FINANCES PUBLIQUES FÉDÉRALES DE 1983 À 2003 Jean Dupuis Division de l économie Le 8 juin 2005 PARLIAMENTARY INFORMATION AND RESEARCH SERVICE SERVICE D INFORMATION ET DE RECHERCHE

Plus en détail

Énoncé des principes et objectifs de placement du portefeuille à long terme de l Université d Ottawa

Énoncé des principes et objectifs de placement du portefeuille à long terme de l Université d Ottawa Énoncé des principes et objectifs de placement du portefeuille à long terme de l Université d Ottawa 1. But de l Énoncé L Énoncé des principes et objectifs de placement («l EPOP») décrit les objectifs,

Plus en détail

Portrait de l établissement et du retrait de l agriculture au Québec

Portrait de l établissement et du retrait de l agriculture au Québec Portrait de l établissement et du retrait de l agriculture au Québec Section Revenu à la retraite et fiscalité Avril 2004 Note : Le présent document est tiré du Portrait de l établissement et du retrait

Plus en détail

Retirer des fonds d un régime immobilisé

Retirer des fonds d un régime immobilisé Retirer des fonds d un régime immobilisé S T R A T É G I E S P L A C E M E N T S E T F I S C A L I T É N o 5 Les fonds de pension constituent une source importante de revenu de retraite, mais les restrictions

Plus en détail

MANQUEMENT CONTRACTUEL DANS L INFORMATIQUE GESTION EXPERTE DES INFORMATIQUES

MANQUEMENT CONTRACTUEL DANS L INFORMATIQUE GESTION EXPERTE DES INFORMATIQUES MANQUEMENT CONTRACTUEL DANS L INFORMATIQUE GESTION EXPERTE DES LITIGES POUR LES PRESTATAIRES INFORMATIQUES Avec plus de 15 ans d expérience et des équipes de souscription et de sinistres dédiées aux prestataires

Plus en détail

Directives du Programme ontarien de soutien aux personnes handicapées - directives pour le soutien de l'emploi

Directives du Programme ontarien de soutien aux personnes handicapées - directives pour le soutien de l'emploi Directives du Programme ontarien de soutien aux personnes handicapées - directives pour le soutien de l'emploi 5.1 Financement du soutien de l emploi Sommaire de la directive Décrire le cadre de financement

Plus en détail

Tendances de l insolvabilité au Canada

Tendances de l insolvabilité au Canada Tendances de l insolvabilité au Canada Ginette Trahan Directeur général, Services des relations externes Bureau du surintendant des faillites Le 16 novembre 2011 Association canadienne de la gestion de

Plus en détail

LE REMBOURSEMENT ANTICIPÉ DES HYPOTHÈQUES : SOYEZ INFORMÉ

LE REMBOURSEMENT ANTICIPÉ DES HYPOTHÈQUES : SOYEZ INFORMÉ SÉRIE L ABC DES PRÊTS HYPOTHÉCAIRES LE REMBOURSEMENT ANTICIPÉ DES HYPOTHÈQUES : SOYEZ INFORMÉ Comment prendre de bonnes décisions en matière d hypothèques À propos de l Agence de la consommation en matière

Plus en détail

Centrale des caisses de crédit du Canada

Centrale des caisses de crédit du Canada Centrale des caisses de crédit du Canada Mémoire au Comité permanent des finances de la Chambre des communes Martha Durdin, présidente et chef de la direction Le mercredi 6 août 2014 Tout le contenu du

Plus en détail

RÉSULTATS DE L ENQUÊTE AUPRÈS DES ACCÉDANTS À LA PROPRIÉTÉ

RÉSULTATS DE L ENQUÊTE AUPRÈS DES ACCÉDANTS À LA PROPRIÉTÉ RÉSULTATS DE L ENQUÊTE AUPRÈS DES ACCÉDANTS À LA PROPRIÉTÉ La clé qui ouvre nouvelles portes AU CŒUR DE L HABITATION ENQUÊTE 2014 AUPRÈS DES ACCÉDANTS À LA PROPRIÉTÉ ENQUÊTE 2014 AUPRÈS DES ACCÉDANTS À

Plus en détail

ASSOUPLISSEMENTS RELATIFS AUX LOGEMENTS ABORDABLES Assurance prêt hypothécaire pour propriétaires-occupants

ASSOUPLISSEMENTS RELATIFS AUX LOGEMENTS ABORDABLES Assurance prêt hypothécaire pour propriétaires-occupants SOCIÉTÉ CANADIENNE D HYPOTHÈQUES ET DE LOGEMENT ASSOUPLISSEMENTS RELATIFS AUX LOGEMENTS ABORDABLES Assurance prêt hypothécaire pour propriétaires-occupants À titre d organisme national responsable de l

Plus en détail

Direction de la recherche parlementaire

Direction de la recherche parlementaire Mini bulletin MR-105F LES CARTES DE CRÉDIT À FAIBLE TAUX D INTÉRÊT : UNE INNOVATION Terrence J. Thomas Division de l économie Le 27 janvier 1993 Bibliothèque du Parlement Library of Parliament Direction

Plus en détail

ouvrir De ...grâce à l assurance prêt hypothécaire de la SCHL

ouvrir De ...grâce à l assurance prêt hypothécaire de la SCHL ouvrir De nouvelles portes aux logements abordables...grâce à l assurance prêt hypothécaire de la SCHL 65404 À titre d organisme national responsable de l habitation, la Société canadienne d hypothèques

Plus en détail

Comité permanent des finances de la Chambre des communes Consultations prébudgétaires de 2015

Comité permanent des finances de la Chambre des communes Consultations prébudgétaires de 2015 Comité permanent des finances de la Chambre des communes Consultations prébudgétaires de 2015 Mémoire de l'alliance canadienne des associations étudiantes Résumé Depuis 2008, le gouvernement du Canada

Plus en détail

Les dépenses et la dette des ménages

Les dépenses et la dette des ménages Les dépenses et la dette des ménages Les dépenses des ménages représentent près de 65 % 1 du total des dépenses au Canada et elles jouent donc un rôle moteur très important dans l économie. Les ménages

Plus en détail

ÉTUDE JLR 20 AVRIL 2015. Les hypothèques légales. www.jlr.ca

ÉTUDE JLR 20 AVRIL 2015. Les hypothèques légales. www.jlr.ca ÉTUDE JLR 20 AVRIL 2015 Les hypothèques légales www.jlr.ca LES HYPOTHÈQUES LÉGALES Afin d observer les variations dans les mauvaises créances immobilières, les préavis d exercice et les délaissements sont

Plus en détail

Les cartes de crédit : cinq pratiques déplorables. Allocution d Elise Thériault. Avocate, Service juridique, Option consommateurs

Les cartes de crédit : cinq pratiques déplorables. Allocution d Elise Thériault. Avocate, Service juridique, Option consommateurs cinq pratiques déplorables Allocution d Elise Thériault Avocate, Service juridique, Option consommateurs Montréal, 26 novembre 2009 À l approche des Fêtes, nous souhaitons vous présenter les résultats

Plus en détail

Ampleur des besoins impérieux de logement au Canada

Ampleur des besoins impérieux de logement au Canada F É D É R A T I O N D E L H A B I T A T I O N C O O P É R A T I V E D U C A N A D A Ampleur des besoins impérieux de logement au Canada Rapport produit par Will Dunning Inc. pour la Fédération de l habitation

Plus en détail

Assurance détenue par une société Principes d évaluation touchant les règles de disposition présumée au décès du contribuable (paragraphe 70(5))

Assurance détenue par une société Principes d évaluation touchant les règles de disposition présumée au décès du contribuable (paragraphe 70(5)) Assurance détenue par une société Principes d évaluation touchant les règles de disposition présumée au décès du contribuable (paragraphe 70(5)) Introduction Bien des propriétaires d entreprises se demandent,

Plus en détail

Taux fixe, taux variable ou les deux : Comment choisir le type de taux hypothécaire qui vous convient?

Taux fixe, taux variable ou les deux : Comment choisir le type de taux hypothécaire qui vous convient? Financement immobilier Taux fixe, taux variable ou les deux : Comment choisir le type de taux hypothécaire qui vous convient? L une des décisions les plus importantes que doivent prendre les propriétaires

Plus en détail

Commentaires du Conseil du patronat du Québec présentés à la ministre des Finances du Québec, M me Monique Jérôme-Forget, lors des consultations

Commentaires du Conseil du patronat du Québec présentés à la ministre des Finances du Québec, M me Monique Jérôme-Forget, lors des consultations Commentaires du Conseil du patronat du Québec présentés à la ministre des Finances du Québec, M me Monique Jérôme-Forget, lors des consultations prébudgétaires provinciales 2008-2009 Conseil du patronat

Plus en détail

Respecter ses engagements. budget. Forger une économie productive et durable. le 23 février 2005

Respecter ses engagements. budget. Forger une économie productive et durable. le 23 février 2005 Respecter ses engagements Le budget de 2005 Forger une économie productive et durable le 23 février 2005 Les résultats économiques et financiers remarquables du Canada Depuis l élimination du déficit en

Plus en détail

EDC en Direct Guide du Centre d assurance comptes clients

EDC en Direct Guide du Centre d assurance comptes clients EDC en Direct Guide du Centre d assurance comptes clients Table des matières Introduction à EDC en Direct... 2 Section A : Mise en marche... 3 Section B : Approbations de crédit... 5 Demander une approbation

Plus en détail

Liste de vérification de la politique de gestion du risque de liquidité Onglet 5 2010

Liste de vérification de la politique de gestion du risque de liquidité Onglet 5 2010 Liste de vérification Partie A Exigences législatives en matière de politique sur les liquidités La caisse a t elle établi une politique relative à ses liquidités? Par. 85(1) de la Loi. La politique sur

Plus en détail

Titres RBC liés à des obligations de sociétés non protégés avec remboursement de capital, série 1F

Titres RBC liés à des obligations de sociétés non protégés avec remboursement de capital, série 1F RBC Marchés des Juin 2014 TITRES LIÉS À DES TITRES D EMPRUNT I SOLUTIONS DE PLACEMENT GLOBALES RBC Titres RBC liés à des obligations de sociétés non protégés avec remboursement de capital, série 1F Durée

Plus en détail

L achat de biens immobiliers américains par des Canadiens

L achat de biens immobiliers américains par des Canadiens BMO Groupe financier PAGE 1 L achat de biens immobiliers américains par des Canadiens La faiblesse des prix de l immobilier au sud de la frontière, a amené bon nombre de Canadiens à envisager l acquisition

Plus en détail

Document d information n o 1 sur les pensions

Document d information n o 1 sur les pensions Document d information n o 1 sur les pensions Importance des pensions Partie 1 de la série La série complète des documents d information sur les pensions se trouve dans Pensions Manual, 4 e édition, que

Plus en détail

Notes / Instructions aux répondants

Notes / Instructions aux répondants Division de la statistique du revenu Section des enquêtes sur les pensions et le patrimoine Recensement des caisses de retraite en fiducie 2012 Notes / Instructions aux répondants Retour du questionnaire

Plus en détail

Budget fédéral de 2015

Budget fédéral de 2015 Mémoire de l Association canadienne des compagnies d assurances de personnes inc. Budget fédéral de 2015 à l intention du Comité permanent des finances de la Chambre des communes Août 2014 1 RÉSUMÉ L Association

Plus en détail

RAFFINEZ VOTRE STRATÉGIE DE PLACEMENT, SIMPLIFIEZ VOTRE VIE

RAFFINEZ VOTRE STRATÉGIE DE PLACEMENT, SIMPLIFIEZ VOTRE VIE RAFFINEZ VOTRE STRATÉGIE DE PLACEMENT, SIMPLIFIEZ VOTRE VIE Un seul investissement, tout le raffinement que vous recherchez Vous menez une vie active, riche de projets que vous souhaitez réaliser. Vous

Plus en détail

Le 6 novembre 2014. Assureurs hypothécaires fédéraux (AHF)

Le 6 novembre 2014. Assureurs hypothécaires fédéraux (AHF) Référence : Ligne directrice pour les SAM Le 6 novembre 2014 Destinataires : Objet : Assureurs hypothécaires fédéraux (AHF) Version définitive de la ligne directrice B-21, Pratiques et procédures de souscription

Plus en détail

La fixation des loyers, la fiscalité des propriétaires et la rentabilité de l'immobilier MYTHES ET RÉALITÉS DE LA PÉNURIE DE LOGEMENTS LOCATIFS

La fixation des loyers, la fiscalité des propriétaires et la rentabilité de l'immobilier MYTHES ET RÉALITÉS DE LA PÉNURIE DE LOGEMENTS LOCATIFS IRIS Institut de recherche et d informations socio-économiques La fixation des loyers, la fiscalité des propriétaires et la rentabilité de l'immobilier MYTHES ET RÉALITÉS DE LA PÉNURIE DE LOGEMENTS LOCATIFS

Plus en détail

PAR UN ASSUREUR TITULAIRE D'UN PERMIS AU QUÉBEC. Mars 2008. Autorité des marchés financiers

PAR UN ASSUREUR TITULAIRE D'UN PERMIS AU QUÉBEC. Mars 2008. Autorité des marchés financiers GUIDE DE PRÉSENTATION PORTANT SUR LA CONFORMITÉ D UNE CESSION D ENTREPRISE PAR UN ASSUREUR TITULAIRE D'UN PERMIS AU QUÉBEC Mars 2008 Autorité des marchés financiers Ce document a été produit par la Surintendance

Plus en détail

ÉTUDE JLR 24 FÉVRIER 2015. Portrait du marché hypothécaire québécois. www.jlr.ca

ÉTUDE JLR 24 FÉVRIER 2015. Portrait du marché hypothécaire québécois. www.jlr.ca ÉTUDE JLR 24 FÉVRIER 2015 Portrait du marché hypothécaire québécois www.jlr.ca PORTRAIT DU MARCHÉ HYPOTHÉCAIRE QUÉBÉCOIS Le marché hypothécaire se transforme et l équipe de JLR a décidé de faire le point

Plus en détail

Bureau du directeur général des élections

Bureau du directeur général des élections Chapitre 4 Section 4.10 Bureau du directeur général des élections Suivi des vérifications de l optimisation des ressources, section 3.10 du Rapport annuel 2005 Chapitre 4 Section 4.10 Contexte Connu sous

Plus en détail

Transfert du patrimoine de l entreprise avec retrait en espèces :

Transfert du patrimoine de l entreprise avec retrait en espèces : Solutions d assurance-vie Produits Actifs Occasions Garanties Croissance Capital Protection Revenu Avantage Solutions Options Stabilité PLANIFIER AUJOURD HUI. ASSURER L AVENIR. Transfert du patrimoine

Plus en détail

Renouveler et renégocier votre prêt hypothécaire

Renouveler et renégocier votre prêt hypothécaire Série L ABC des prêts hypothécaires Renouveler et renégocier votre prêt hypothécaire Comment prendre de bonnes décisions en matière d hypothèques table des matières Aperçu 1 Le processus de renouvellement

Plus en détail

Votre guide des des polices d assurance-vie avec participation. de la Great-West

Votre guide des des polices d assurance-vie avec participation. de la Great-West Votre guide des des polices d assurance-vie avec participation de la Great-West Ce guide vous donne un aperçu de haut niveau des principales caractéristiques de l assurance-vie avec participation de la

Plus en détail

3. Des données financières globalement positives en 2010

3. Des données financières globalement positives en 2010 3. Des données financières globalement positives 3.1 Une nouvelle progression du bilan À fin 2010, le total de bilan agrégé de l ensemble des organismes d assurance et de réassurance contrôlés par l Autorité

Plus en détail

Ce que vous devez savoir sur la vente liée avec coercition

Ce que vous devez savoir sur la vente liée avec coercition Ce que vous devez savoir sur la vente liée avec coercition Pourquoi publions-nous cette brochure? En vertu de la Loi sur les banques, les banques sont tenues d aviser leurs clients, en langage clair et

Plus en détail

GUIDE SUR L UTILISATION DES VÉHICULES DE GARANTIE

GUIDE SUR L UTILISATION DES VÉHICULES DE GARANTIE PROJET GUIDE SUR L UTILISATION DES VÉHICULES DE GARANTIE Juillet 2013 Guide sur l utilisation des véhicules de garantie Autorité de marchés financiers Page 1 Juillet 2013 Introduction Ce guide présente

Plus en détail

RÉGIME JURIDIQUE DU CRÉDIT À LA CLIENTÈLE TABLE DES MATIÈRES 1.00 INTRODUCTION... 3 2.00 UTILITÉ D UNE POLITIQUE DE CRÉDIT... 3

RÉGIME JURIDIQUE DU CRÉDIT À LA CLIENTÈLE TABLE DES MATIÈRES 1.00 INTRODUCTION... 3 2.00 UTILITÉ D UNE POLITIQUE DE CRÉDIT... 3 RÉGIME JURIDIQUE DU CRÉDIT À LA CLIENTÈLE TABLE DES MATIÈRES PAGE 1.00 INTRODUCTION... 3 2.00 UTILITÉ D UNE POLITIQUE DE CRÉDIT... 3 3.00 ÉVALUATION DU RISQUE... 3 3.01 Demande d ouverture de crédit...

Plus en détail

L achat d une première résidence

L achat d une première résidence L achat d une première résidence Pascal Poirier B.A.A Spécialiste en planification hypothécaire POUR DIFFUSION INTERNE SEULEMENT Ordre du jour Hypothèque, buts Principes de base Mise de fonds et frais

Plus en détail

Réponse du ministère des Finances à l examen du Programme de placement de titres sur le marché de détail, de Cap Gemini Ernst & Young

Réponse du ministère des Finances à l examen du Programme de placement de titres sur le marché de détail, de Cap Gemini Ernst & Young Réponse du ministère des Finances à l examen du Programme de placement de titres sur le marché de détail, de Cap Gemini Ernst & Young Aperçu Au cours de la première moitié des années 1990, le Canada était

Plus en détail

Bâtir l avenir pour les Canadiens Budget 1997. Investir dans l enseignement supérieur

Bâtir l avenir pour les Canadiens Budget 1997. Investir dans l enseignement supérieur Bâtir l avenir pour les Canadiens Budget 1997 Investir dans l enseignement supérieur Février 1997 «Les Canadiennes et les Canadiens savent qu une meilleur e instruction est synonyme de meilleurs emplois.»

Plus en détail

Les difficultés économiques actuelles devraient demeurer contenues à moins que les tensions financières s amplifient

Les difficultés économiques actuelles devraient demeurer contenues à moins que les tensions financières s amplifient PRÉSENTATION ÉCONOMIQUE ET FINANCIÈRE Association des économistes québécois de l Outaouais 5 à 7 sur la conjoncture économique 3 avril Les difficultés économiques actuelles devraient demeurer contenues

Plus en détail