Une étude. Étude exploratoire sur la communication et la confiance : comment mieux communiquer? Présentation de l'étude

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Une étude. Étude exploratoire sur la communication et la confiance : comment mieux communiquer? Présentation de l'étude"

Transcription

1 Une étude & Étude exploratoire sur la communication et la confiance : comment mieux communiquer? Présentation de l'étude

2 Un constat de départ Bien que les associations et fondations faisant appel à la générosité du public soient largement contrôlées, les Français, donateurs ou non, n ont pas cette impression. A l heure où les associations ou fondations faisant appel à la générosité du public consacrent une part importante de leur budget communication à publier leurs comptes et à les mettre à disposition des donateurs : Pourquoi le message n arrive-t-il pas à passer? Que faut-il faire pour consolider la confiance alors que la part dédiée à «rendre compte» est déjà très importante? 3 2 objectifs 1. Identifier ce qui fonctionne et ce qui ne fonctionne pas dans le comportement, la communication des associations et fondations 2. Mettre à jour des pistes opérationnelles pour aider les associations et fondations à mieux communiquer Une étude sur la confiance,, et non sur l incitation à donner : Deux choses, comme on le verra, à bien distinguer, même s il s existe entre elles des passerelles évidentes 4

3 4 réunions de groupe 2 réunions r de Donateurs réguliers r Sens, le 4 novembre 2008 : catégories socioprofessionnelles moyennes Paris, le 5 novembre 2008 : catégories socioprofessionnelles supérieures 2 réunions r de Prospects (donateurs occasionnels lors de grandes causes, non réfractaires aux associations caritatives et humanitaires) Sens, le 3 novembre 2008 : catégories socioprofessionnelles supérieures Paris, le 6 novembre 2008 : catégories socioprofessionnelles moyennes 5 En préambule : la dynamique de la confiance ou comment se construitelle?

4 La confiance dans les associations et fondations faisant appel à la générosité du public fait appel à 2 registres : l émotionnel et le rationnel ÉMOTIONNEL La rencontre avec une association Une caution de l entourage La proximité et notamment en Province, l enracinement local Un malaise (se sentir choqué, une obligation morale) Un acte de foi : c est parfois un choix de «décider» de faire confiance RATIONNEL La réputation (donc une prime aux associations les plus connues) La consolidation par des preuves Et aussi Des cautions externes L acceptation de dons en nature A noter : l identification au bénéficiaire de l action, bien que puissant levier d incitation au don, n est pas un ressort de confiance majeur. 7 Le discours des donateurs comme des prospects fait appel aux 2 registres «C est un coup de cœur depuis que je suis ado, ça date de 1973 je crois, je m y suis intéressée dès que j en ai entendu parler» «Je soutiens le Secours Catholique parce que j ai un membre de ma famille qui est prêtre et je suis catholique. Plutôt que de donner à des associations où on ne sait pas ce qu il y a derrière je préfère ça, je sais où ça va.» «J ai rencontré des gens à ce moment-là, des militants de ces associations que je soutiens, on a parlé et puis voilà» «Je n ai jamais rien entendu, lu ou vu de négatif sur cette association donc pour moi c est la confiance» «Une asso me prouve qu elle est sérieuse par l atteinte d objectifs fixés, elle ne s invente pas des objectifs inatteignables» «Les déductions fiscales ça joue aussi mais moi je donnais avant ça. Mais ça joue sur la confiance parce que si l État accorde une déduction d impôts c est qu il se porte garant.» 8

5 2 registres de confiance qu il faut absolument articuler L ÉMOTIONNEL Le plus souvent, le déclencheur de l envie de donner LE RATIONNEL Une possible confortation du choix émotionnel Indispensable dans le cadre d une fidélisation du donateur Le don comme un élan du cœur, altruiste et non calculé Un lien affectif fort et immédiat avec l association Il lutte activement contre le doute et peut constituer un rempart protecteur efficace en cas de scandales dans le secteur Un facteur de lien et d impulsion pas nécessairement synonyme de fidélisation Un ingrédient qui travaille l installation d une relation mais ne peut, à lui seul, enclencher le don 9 Face à cette mécanique de la confiance, une double logique de réserve ÉMOTIONNELLES Le sentiment que les associations se multiplient et font toutes un peu la même chose Une séduction qui s oriente trop sur un terrain marketing au détriment d une posture d authenticité morale L impression que les donateurs ne sont pas valorisés RATIONNELLES Une impression prégnante que l argent serait mal utilisé «Des présidents d associations ont un train de vie phénoménal et vivent comme des rois» Des statuts juridiques parfois flous Des bilans souvent inintelligibles «On n est qu un porte-monnaie!» Un manque de visibilité offerte sur l avenir et sur les moyens utilisés 10

6 Deux avocats pour aider le public à surmonter ses doutes Les cautions Une démarche rationnelle, de délégation: Je ne suis pas moi-même capable de juger la compétence, l honnêteté, le dévouement d une association Les modèles Une démarche affective, une aspiration à l identification : J aime / je suis attiré par Il / elle me dit avoir confiance Je m en remets à d autres, plus compétents que moi : les «experts» privés et publics, les gens en qui j ai confiance et qui voient l association de l intérieur Alors moi aussi, je fais confiance! Les cautions peuvent être des medias, des institutions ou des personnes Les modèles sont quasi exclusivement des personnes Mais une même personne peut être à la fois caution et modèle 11 Et deux temps de réaction : court et long terme, des objectifs à ne pas confondre pour une association LE COURT TERME = OBTENIR UN DON LE LONG TERME = CONSTRUIRE / CONSOLIDER L IMAGE DE MARQUE DE L ASSOCIATION En effet Certaines recettes, qui fonctionnent bien sur cet objectif les images chocs la culpabilisation les cadeaux une mise en avant forte des avantages fiscaux ne servent pas la confiance voire parfois la desservent par exemple, les cadeaux jettent un doute sur la bonne gestion des coûts trop de culpabilisation fait naître un désir de contestation 12

7 De ces constats, découlent 33 enjeux clé de communication mêlant émotionnel et rationnel, court et long terme 1. positionner les associations et les inscrire dans une dynamique 2. rendre (des) compte(s) de façon accessible et parlante 3. donner envie de faire confiance! 13 Trois enjeux clés, trois leviers et comment les activer?

8 1er enjeu : Positionner les associations et les inscrire dans une dynamique Faire passer un positionnement clair et distinctif Une certaine difficulté du public à Faire transparaître tre l originalitl originalité 1 positionner les associations de façon didactique (un point Une impression de superposition et fort auprès des Donateurs) de recoupement entre des acteurs de l humanitaire et du caritatif qui paraissent de plus en plus nombreux «On est sur des associations qui font à peu près les mêmes choses donc une association qui fait quelque chose de nouveau ça me donne «La sclérose en plaque, il confiance» y a deux asso qui s en occupent et ils n ont pas assez d argent» Impact confiance Légitimer par la spécificité de l association et de ses actions 16

9 Faire mieux comprendre qui est l association et ses objectifs, pour impliquer par rapport à une démarche 2 Un public qui souhaite de la visibilité sur le futur : quid des défis encore à relever, et concrètement des projets de l association? Mettre en avant une projection de l association l à moyen terme (les ambitions sur l année et surtout la manière d y répondre) «Elles ne parlent qu au passé, elles ne parlent pas de l avenir» «Définir les actions qui seront menées dans l année, on ne va pas résoudre tous les problèmes du monde mais trouver des objectifs clairs et abordables, réalisables» Impact confiance Légitimer par l inscription dans une démarche active et concrète 17 Montrer l association en mouvement 3 Un public qui souhaite une recherche constante d efficacité : et qui s intéresse aux bilans mais aussi aux moyens mis en place pour y parvenir (dans une logique avant / après) ainsi qu aux innovations développées Montrer les résultats r mais aussi le process Mettre en en valeur celui-ci, ci, souligner notamment les innovations, les idées de l association «Il faudrait mettre des photos de réalisations, l image d un hôpital dans la brousse avant / après» Impact confiance on voit que c est une vraie entreprise, on les voit bâtir, c est important» Légitimer par l inscription dans l action et le progrès 18

10 2ème enjeu : Rendre (des) compte(s) de façon accessible et parlante Rendre des comptes, c est agir sur deux axes d égale Importance De la transparence financière Présenter les résultats de l action Impact confiance 1) Prouver l efficacité de l association, son professionnalisme 2) Asseoir des notions de réciprocité et de respect entre l association et ses donateurs actuels ou potentiels CONFIANCE RATIONNELLE UN LEVIER PLUS ÉMOTIONNEL QUI TRAVAILLE SUR LE LONG TERME 20

11 Un préalable incontournable : combiner en matière d information proactivité et accessibilité 1. PROACTIVITÉ L information doit venir au public, sans lui demander d efforts (media TV +++, mailings ++) Quand elle n est pas donnée directement, sa disponibilité doit être clairement communiquée et même être mise en avant «Être en confiance, c est être détendu et serein : donc ne pas être obligé de faire des recherches, de se renseigner on n a pas le temps de s occuper de ça, on ne va pas passer notre temps à éplucher les comptes!» + 2. MAXIMISATION SYSTÉMATIQUE DE L ACCESSIBILITÉ Maître mot : la simplicité du contenu La concision «Clair, succinct et compréhensif, pas embrouillé, ça me laisse à penser que c est sérieux» Privilégier les éléments graphiques pour visualiser instantanément Pour les textes, multiplication des accompagnements de lecture et soigner la séduction, l attractivité 21 La transparence financière : un besoin réel, une thématique au cœur des interrogations Qui se résume en fait à une seule vraie question, simple et concrète : que devient mon don? «Avoir la preuve que ce qu on donne soit utilisé à bon escient» Prioritairement Un contrôle global sur la part frais de fonctionnement / argent dédié à l action Aussi Un regard sur la répartition entre les actions entreprises 2 POINTS D ANCRAGE D INCONTOURNABLES POUR CONSOLIDER LES RELATIONS DE CONFIANCE AVEC LES DONATEURS 22

12 MAIS une nécessité de trouver le bon dosage ACTUELLEMENT, UNE AMBITION DE TRANSPARENCE TOTALE QUI S AVÈRE CONTRE PERFORMANTE À GRANDE ÉCHELLE Un grand public très majoritairement incapable de lire des tableaux de bilan, et encore plus un rapport moral et financier Trop d information tue l information : les comptes-rendus trop longs et trop exhaustifs et techniques découragent d emblée les destinataires (support papier ou CR Rom) Au final, une sensation d opacité persistante 23 MAIS une nécessité de trouver le bon dosage (suite) UNE GESTION À 2 NIVEAUX S IMPOSES 1 Premier niveau : la réassurance basique - L information de transparence par excellence = un camembert de répartition des dépenses de l année, avec un détail sur les actions menées - Pour les donateurs : un résumé du rapport d activité (quatre pages maximum) -Éventuellement : Une information simple sur le statut juridique et les dirigeants, et le cachet d une autorité comptable compétente et un contact 2 Deuxième niveau : la mise à disposition exhaustive - Faire savoir de façon très lisible que l intégralité de l information détaillée est disponible et accessible de façon simple (Internet, numéro vert, etc.) «La transparence c est savoir que tout est vérifiable si on le souhaite» 24

13 D autres espaces de transparence sont à gérer mais de façon succincte Surtout pour les associations un peu moins connues, d autres informations peuvent venir consolider la confiance, MAIS toujours dans une perspective minimaliste Le parcours des figures phares de l association dans ses grandes lignes (le pourquoi de l engagement, les compétences) «Des informations pour estimer si le dirigeant est quelqu un de bien» Un aperçu sur le statut juridique, extrêmement simplifié (effet de réassurance sur le sérieux) Et pourquoi pas l organisation de moments interactifs (forum Internet, )? «On pense à l Arche de Zoé : une charte pour dire ce qu une association a le droit de faire et de ne pas faire» 25 Présenter les résultats de l association, c est aussi une preuve par l action, à rendre aussi concrète que possible Rendre des comptes, c est aussi prouver qu on est efficace Une nécessité absolue et pas seulement envers les donateurs Un marquage fort et très identifiable de l action de terrain «Cette association, on voit que les actions grandissent, qu il y a des antennes délocalisées, des actions de réinsertion, de nourriture, de relogement, et ça progresse. Visuellement on voit les antennes qui s ouvrent» Concrétiser les résultats dans la communication Chiffrer Recourir à l exemplarité d une ou deux opérations «Ce qui fait tilt c est les opérations précises, vérifiables, c est le plus convaincant, la culture du résultat» Mettre en avant les avancées réalisées Illustrer les réalisations Ne pas négliger un retour qualitatif 26

14 3ème enjeu : Donner envie de faire confiance! Donner envie de faire confiance en donnant un visage à l association Trois métonymies dominantes: 1 Le parrain : un «grand témoin» de la confiance Impact confiance Une caution morale et une valeur d exemplarité 2 Le bénéficiaire : le «dernier maillon du don» Une preuve émouvante de l action de l association et une personnification du don 3 Le bénévole : un vrai pouvoir de projection Le symbole du désintéressement et de la générosité de l association 28

15 Un parrainage bien choisi est un atout majeur pour la confiance Émotionnel et valeur d exemplarité Exemplarité de la confiance «Des célébrités qui donnent leur temps à la télé pour une association, ça rassure, ça rajoute une valeur, ça nous incite à en faire autant» Un vecteur d émotion plus doux et moins culpabilisant que le témoignage direct Une empathie maximisée si le parrain est personnellement touché «Le cas de Laetitia Hallyday, elle est touchée et ça nous touche» Rationnel et valeur de caution L image personnelle du parrain «Une image sérieuse comme C. Bouquet» «Chez Lino Ventura transparaît une certaine rectitude» Le désintéressement supposé On imagine qu ils sont plus avertis que le grand public «On se dit qu elle n irait pas se faire avoir!» D où une capacité d entraînement indéniable Valorisation de la cause par l intérêt porté par la personnalité et par la sincérité avec laquelle elle en parle «Leur aspect jovial, convaincant, leur solidité, des gens qui sont vrais, même si ça passe par la télé on sent qu ils sont vrais, ça leur sort du cœur» Incarnation de l association, qui devient moins lointaine 29 Le bénéficiaire est un témoin à l égard duquel le public a de fortes exigences d authenticité : un levier à manier avec précaution Dans un contexte de sollicitation du don Attention à ce que le témoignage inclue des pistes de solutions, et pas seulement une exposition du problème = Ouvrir un espoir et suggérer que l association peut faire quelque chose (et que la contribution du donateur potentiel est utile) En s adressant aux donateurs Des témoignages centrés sur les résultats, à élever au rang de preuve (on mêle alors efficacement confiance émotionnelle et rationnelle) «Des témoignages, des photos, une interview, quelqu'un qui est passé par un drame social ou médical, qu il témoigne de ce par quoi il est passé et l apport de l association» 30

16 Le bénévole est une figure moins mise en avant dans la communication et pourtant potentiellement très porteuse de confiance Une exemplarité proche, moins institutionnelle Une incarnation d un élan collectif tendu vers un but (l essence même d une association) Une incarnation de l association en action / sur le terrain «Après le journal il y avait un témoignage d un bénévole, on peut tous se retrouver dedans, c est parlant et ça durait 2mn et ça ne montrait pas que Paris» «L envie d aider c est quand on sent que l association est bien impliquée : l esprit d équipe, ça se sent aussi des témoignages de gens qui ont donné de leur temps et qui sont heureux.c est palpable, c est une force d entraînement, un effet courroie» «On les voit s impliquer, c est important de les voir agir on voit que c est une vraie entreprise, on voit bâtir, c est important» (d, P) 31 Donner envie de donner confiance, c est aussi (ré)installer un dialogue 1) QUI VALORISE PLEINEMENT LA GÉNÉROSITÉ Attention aux INTERPELLATIONS AGRESSIVES «moi je reçois ça, c est la poubelle immédiatement, c est clair. C est vraiment agressif, c est rentre dedans, c est vraiment méchant» INCITATRICES DE DON A COURT TERME MAIS POUVANT NUIRE À L IMAGE DE L ASSOCIATION SUR LE LONG TERME Une invalidation du réconfort psychologique que procure le don Une dévalorisation implicite des efforts des donateurs Un point d interrogation sur la confiance dans l efficacité de l association 32

17 Repositionner le don dans la générosité, pas dans la pitié = Un discours constructif, porteur d espoir + des images non misérabilistes + des remerciements Valoriser la participation de celui qui donne, tout en respectant la dignité de celui qui reçoit 33 Donner envie de donner confiance, c est aussi (ré)installer un dialogue 2) QUI SE DEMARQUE DU MARKETING CLASSIQUE ATTENTION AUX EFFETS TROP MARKETING LE CAS DES CADEAUX / DES BOÎTIERS Certes, un impact de court terme (surtout si les cadeaux sont utiles type étiquettes autocollantes, jetons de caddie, agenda ) MAIS un facteur de défiance Attirer sur un mode publicitaire : où est l authenticité de l engagement? Des ressources qui devraient aller à la cause sont dilapidées ATTENTION À LA GESTION DE LA FORME DES DOCUMENTS : Les traitements formels ostentatoires se révèlent à double tranchant Une forme haut de gamme : de la considération pour le destinataire ou un gaspillage? Du papier recyclé : une responsabilité environnementale ou un support dévalorisé par sa moindre qualité? Un traitement formel qui gagne à se faire oublier = Privilégier des supports neutres pour ne pas susciter de polémiques 34

18 Donner envie de donner confiance, c est aussi (ré)installer un dialogue 3) QUI VALORISE LE DONATEUR ET SATISFASSE SON DESIR D AFFILIATION 1. S adresser à lui individuellement Une adresse personnalisée Un discours axé sur la reconnaissance «Grâce à vous, vous avez sauvé... s adresser directement à celui qui donne, il devient un héros» Un respect constant Un espace laissé à la relation, en dehors de la sollicitation pécuniaire 2. tout en donnant corps à la dimension collective du don L inscription dans un projet commun Une valorisation égalitaire de tous les types d implication (non donateurs +++) Un ton de coopération, axé sur l espoir de faire bouger les choses ensemble «Ça me plait bien le côté petit geste et grands effets ça peut marquer : on ne peut pas donner beaucoup donc si on met en valeur le fait que ça va être décuplé c est bien» Essayer d incarner la communauté des donateurs «Envie de sentir qu on est ensemble, on participe à quelque chose, on créé quelque chose ensemble» 35 En conclusion quelles règles se donner?

19 En ligne de mire : la spécificité et la complexité de l objectif de confiance Les sources de confiance sont multiples et ne dépendent pas toutes de la communication directe de l association. La recherche d information par les donateurs et par les prospects est très faible, c est à travers des relais simples et facilement visibles qu ils vont chercher les points d appui rationnels et émotionnels de la confiance. Au centre des nécessaires efforts de communication se trouve l exigence de jouer à plusieurs niveaux plus ou moins compatibles : L Émotionnel, déclencheur du don et fondateur de lien affectif ET le Rationnel, consolidateur de confiance Le Court Terme, celui du rendement immédiat ET le Long Terme, fondateur de fidélisation L individuel, qui valorise ET le Collectif, qui implique Sans oublier que chaque association, comme chaque français, est unique : dosages optima différents d une association à une autre! 37 Au final Nos dix recommandations Faire de l objectif «créer et entretenir la confiance» un objectif à part entière (et donc distinct de «faire rentrer de l argent dans les caisses») Définir un objectif de positionnement clair, et travailler sur le long terme à l installer Penser sa communication de façon globale, définir et organiser l articulation des divers outils et moments de communication mobilisables par l association Parler au cœur et àla raison Parler au donateur un langage qui lui parle. Éviter de confondre transparence et surabondance d information. Ne pas noyer les donateurs sous l information, mais montrer que celle-ci existe et qu elle est facilement accessible. 38

20 Mobiliser des témoins et des modèles, en définissant précisément ce que l on attend d eux en termes de caution et d exemplarité Manifester reconnaissance et respect pour contrebalancer l effet de culpabilisation Être désintéressé, mais être «pro» Se méfier des communications susceptibles d être perçues comme des «me too» des astuces marketing des marques commerciales Éviter tout ce qui peut jeter un doute sur l austérité attendue des dépenses de fonctionnement 39 Merci de votre attention Merci de votre attention!

Donateur : qui es tu? «Donateur : qui es-tu?» - 4 oct.

Donateur : qui es tu? «Donateur : qui es-tu?» - 4 oct. Donateur : qui es tu? Ton profil? 2 Plus de la moitié des Français sont concernés par le don d argent % Donne au moins tous les 2/3 ans 53 47 53 53 57 46 45 42 Donne rarement ou jamais Crise 2004 2005

Plus en détail

Les jeunes et la création d activité dans l Economie Sociale et Solidaire en région Centre

Les jeunes et la création d activité dans l Economie Sociale et Solidaire en région Centre Les jeunes et la création d activité dans l Economie Sociale et Solidaire en région Centre Synthèse de l étude-action Entreprendre dans l ESS : une opportunité pour les jeunes Derrière le terme d Economie

Plus en détail

Documents mis à disposition par : http://www.marketing-etudiant.fr. Attention

Documents mis à disposition par : http://www.marketing-etudiant.fr. Attention Documents mis à disposition par : http://www.marketing-etudiant.fr Attention Ce document est un travail d étudiant, il n a pas été relu et vérifié par Marketing-etudiant.fr. En conséquence croisez vos

Plus en détail

Réussir sa collecte. Contactez-nous! contact@helloasso.com 06 58 39 99 60

Réussir sa collecte. Contactez-nous! contact@helloasso.com 06 58 39 99 60 Réussir sa collecte Contactez-nous! contact@helloasso.com 06 58 39 99 60 MENU // P.3 P.6 INTRODUCTION COLLECTER TOUT AU LONG DE L ANNÉE Étape 1 : Offrir la possibilité de vous soutenir tout au long de

Plus en détail

Le crowdfunding pour développer ses projets LE GUIDE DE MOBILISATION

Le crowdfunding pour développer ses projets LE GUIDE DE MOBILISATION Le crowdfunding pour développer ses projets LE GUIDE DE MOBILISATION Internet a bouleversé notre quotidien La finance participative au cœur des nouveaux usages de consommation collaborative. Ouverture

Plus en détail

Donateurs, associations : les conditions Jeudi 5 de novembre la confiance 2009

Donateurs, associations : les conditions Jeudi 5 de novembre la confiance 2009 Donateurs, associations : les conditions Jeudi 5 de novembre la confiance 2009 Donateurs, associations : les conditions Jeudi 5 de novembre la confiance 2009 Conférence C08 Donateurs, associations : les

Plus en détail

Mobiliser son équipe! reconnaissance!

Mobiliser son équipe! reconnaissance! Mobiliser son équipe! Un outil indispensable, la reconnaissance! Agenda La mobilisation Pourquoi s intéresser à la reconnaissance? Les composantes de la reconnaissance Les intervenants Les phrases qui

Plus en détail

Don ou commandite? Apprenez les règles et vous en serez récompensés

Don ou commandite? Apprenez les règles et vous en serez récompensés IMAGINE CANADA ET BÉNÉVOLES CANADA FORUM 2011 DES PARTENARIATS CANADIENS ENTRE LES ENTREPRISES ET LA COLLECTIVITÉ Montebello 9 juin 2011 Don ou commandite? Apprenez les règles et vous en serez récompensés

Plus en détail

Ficoba. Le Parc des Expositions du Gipuzkoa

Ficoba. Le Parc des Expositions du Gipuzkoa Le Parc des Expositions du Gipuzkoa «Pour bien préparer un Salon» Justification des Salons - Le SALON est l outil de marketing le plus utilisé après la propre force de vente. - Contacter un visiteur à

Plus en détail

Projet associatif d Action Contre la Faim

Projet associatif d Action Contre la Faim Projet associatif d Action Contre la Faim Adopté par l Assemblée Générale du 18 juin 2011 PREAMBULE Ce projet est un cadre de référence ordonnant nos valeurs et les principes directeurs de notre action,

Plus en détail

Responsable mécénat/ partenariats entreprises

Responsable mécénat/ partenariats entreprises N 4 - RESPONSABLE MÉCÉNAT/ PARTENARIATS ENTREPRISES RESPONSABLE MÉCÉNAT (DÉNOMINATION DAVANTAGE UTILISÉE DANS LA CULTURE), RESPONSABLE PARTENARIATS ENTREPRISES Le responsable Mécénat/partenariats entreprises

Plus en détail

tendances du marketing BtoB à adopter sans tarder.

tendances du marketing BtoB à adopter sans tarder. 2015 tendances du marketing BtoB à adopter sans tarder. Pour réussir son année, 7 sujets majeurs à mettre sur votre to-do-list. Les 7 tendances du marketing BtoB à adopter sans tarder. Selon Laurent Ollivier,

Plus en détail

Le plaisir de la simplicité!

Le plaisir de la simplicité! Les Français et la consommation responsable Le plaisir de la simplicité! Mars En collaboration avec Aegis Media Solutions Et avec le soutien de I ADEME Edito par Elizabeth Pastore-Reiss, Présidente d Ethicity

Plus en détail

Comment initier et réussir votre collecte quels que soient vos moyens

Comment initier et réussir votre collecte quels que soient vos moyens Comment initier et réussir votre collecte quels que soient vos moyens Comment se lancer avec succès dans la collecte de fonds? Comment la développer? Du discours de conviction à la définition de ses objectifs

Plus en détail

Stratégie de promotion et de communication touristique

Stratégie de promotion et de communication touristique Stratégie de promotion et de communication touristique Présentation Une stratégie de promotion : pourquoi? La démarche de travail L ambition touristique de la CCPR Les implications Concrètement : quels

Plus en détail

PLAN DETAILLE DE REDACTION DE PROJET DE COLLECTE DE FONDS PRIVES

PLAN DETAILLE DE REDACTION DE PROJET DE COLLECTE DE FONDS PRIVES PLAN DETAILLE DE REDACTION DE PROJET DE COLLECTE DE FONDS PRIVES Titre du projet Sigles et abréviations Résumé du projet (deux pages maximum) Titre du projet Résumé mobilisateur de l identité de l association

Plus en détail

Les solutions business outils et services pour votre entreprise. vendre. communiquer. fidéliser. prospecter

Les solutions business outils et services pour votre entreprise. vendre. communiquer. fidéliser. prospecter Les solutions business outils et services pour votre entreprise vendre communiquer fidéliser prospecter Plus loin à vos côtés Vous êtes une jeune entreprise, client Hager ou membre du Réseau Hager? Votre

Plus en détail

Le Projet de soins. c a l m e. Première formalisation dans le cadre du Projet d établissement. Fondements du Projet de Soins

Le Projet de soins. c a l m e. Première formalisation dans le cadre du Projet d établissement. Fondements du Projet de Soins Le Projet de soins c a l m e Première formalisation dans le cadre du Projet d établissement. L article L.6143-2 du CSP prévoit que le Projet d établissement «comporte un projet de prise en charge des patients

Plus en détail

La communication des associations et le web 2.0

La communication des associations et le web 2.0 La communication des associations et le web 2.0 12 octobre 2011 Philippe Bouquillion Françoise Paquienseguy Hervé Serry Catherine Vénica Sommaire 1. Les objectifs de la recherche et la méthodologie 2.

Plus en détail

COMMENT UTILISER LES RESEAUX SOCIAUX POUR MIEUX COMMUNIQUER?

COMMENT UTILISER LES RESEAUX SOCIAUX POUR MIEUX COMMUNIQUER? COMMENT UTILISER LES RESEAUX SOCIAUX POUR MIEUX COMMUNIQUER? COMMENT UTILISER LES RESEAUX SOCIAUX POUR MIEUX COMMUNIQUER? Benoit DUDRAGNE http://bdc-etourisme.com Benoit.dudragne@gmail.com www.facebook.com/bdc.conseil.etourisme

Plus en détail

PROGRAMME DE FORMATION SAVOIR VENDRE AVEC EFFICACITÉ

PROGRAMME DE FORMATION SAVOIR VENDRE AVEC EFFICACITÉ CV315 SAVOIR VENDRE AVEC EFFICACITÉ 1. Identifier les objectifs commerciaux Les 4 objectifs clés du commercial L esprit de conquête, clé de la performance La psychologie du vendeur face à l acheteur 2.

Plus en détail

Observatoire des partenariats Associations / Entreprises. Synthèse ARPEA Entreprises. Associations / entreprises : l amorce d une profonde mutation!

Observatoire des partenariats Associations / Entreprises. Synthèse ARPEA Entreprises. Associations / entreprises : l amorce d une profonde mutation! Observatoire des partenariats Associations / Entreprises Associations / entreprises : l amorce d une profonde mutation! Mai 2009 2 Le monde change, les postures aussi! Les relations entre les associations

Plus en détail

Lancer et réussir sa campagne de collecte

Lancer et réussir sa campagne de collecte Lancer et réussir sa campagne de collecte Contactez-nous! contact@helloasso.com 06 58 39 99 60 Lancer et réussir votre campagne de collecte Étape 1 : Rédiger votre page de collecte - Présenter votre projet

Plus en détail

Rapport de recherche

Rapport de recherche Programme Fondations d Avenir Rapport de recherche Novembre 2014 Programme en partenariat avec : Les travaux de recherche du RAMEAU sont diffusés grâce au soutien de la Fondation Bettencourt Schueller

Plus en détail

DPAS n 3 Les recettes d un bon Mailing

DPAS n 3 Les recettes d un bon Mailing DPAS n 3 Les recettes d un bon Mailing Le Mailing est un outil marketing, qui est utilisé pour faire la promotion d un produit, d un service, d une entreprise. Le mailing est un support papier comme par

Plus en détail

Responsable grands donateurs

Responsable grands donateurs N 2 - RESPONSABLE GRANDS DONATEURS MAJOR DONORS, RESPONSABLE DÉVELOPPEMENT GRANDS DONATEURS, RESPONSABLE PROSPECTION GRANDS DONATEURS, DÉLÉGUÉ GRANDS DONATEURS Le responsable Grands Donateurs a pour mission

Plus en détail

Mon portrait Renseignements généraux Les renseignements généraux font état des principales caractéristiques du jeune. On y trouve quand, où et avec

Mon portrait Renseignements généraux Les renseignements généraux font état des principales caractéristiques du jeune. On y trouve quand, où et avec MON PORTRAIT Ce portrait, obtenu à partir du questionnaire en ligne, permet de structurer l échange avec le jeune en vue de planifier les actions à entreprendre. Il procure à celui-ci un bilan de ses réponses

Plus en détail

Les «commerciaux» dans les Entreprises de Propreté : état des lieux

Les «commerciaux» dans les Entreprises de Propreté : état des lieux Les enquêtes de l Observatoire de la Propreté n 9 Synthèse Avril 2015 Les «commerciaux» dans les Entreprises de Propreté : état des lieux Les enquêtes de l Observatoire de la Propreté n 9 Synthèse Avril

Plus en détail

Et si le class gift s invitait chez vous? Céline Garsault (INSEAD) Léa Sarica (Fondation HEC)

Et si le class gift s invitait chez vous? Céline Garsault (INSEAD) Léa Sarica (Fondation HEC) Et si le class gift s invitait chez vous? Céline Garsault (INSEAD) Léa Sarica (Fondation HEC) Questions abordées 1) Définition du Class Gift 2) Quelles conditions réunir pour lancer et structurer un Class

Plus en détail

LA RECONNAISSANCE AU TRAVAIL: DES PRATIQUES À VISAGE HUMAIN

LA RECONNAISSANCE AU TRAVAIL: DES PRATIQUES À VISAGE HUMAIN LA RECONNAISSANCE AU TRAVAIL: DES PRATIQUES À VISAGE HUMAIN JEAN-PIERRE BRUN PROFESSEUR CHAIRE EN GESTION DE LA SANTÉ ET DE LA SÉCURITÉ DU TRAVAIL UNIVERSITÉ LAVAL http://cgsst.fsa.ulaval.ca Dans quatre

Plus en détail

NOTRE MÉTIER CHANGE... CHANGER NOTRE IMAGE POUR AFFIRMER UNE IMAGE POSITIVE ET ATTRACTIVE DES EXPERTS-COMPTABLES BRETONS

NOTRE MÉTIER CHANGE... CHANGER NOTRE IMAGE POUR AFFIRMER UNE IMAGE POSITIVE ET ATTRACTIVE DES EXPERTS-COMPTABLES BRETONS NOTRE MÉTIER CHANGE... CHANGER NOTRE IMAGE POUR AFFIRMER UNE IMAGE POSITIVE ET ATTRACTIVE DES EXPERTS-COMPTABLES BRETONS NOTRE MÉTIER CHANGE... CHANGER NOTRE IMAGE 800 EXPERTS-COMPTABLES COMMUNICANTS

Plus en détail

Chap 5 : Renforcer l efficacité relationnelle

Chap 5 : Renforcer l efficacité relationnelle Chap 5 : Renforcer l efficacité relationnelle I. Communiquer avec efficacité A. Intégrer les processus d influence sociale 1. La personnalité Les métaprogrammes sont les traits de personnalité qui, gravés

Plus en détail

Quelle attractivité auprès des jeunes?

Quelle attractivité auprès des jeunes? 05 scope SYNTHÈSE D ÉTUDE SEPTEMBRE 2009 Métiers des Industries Alimentaires Quelle attractivité auprès des jeunes? www.observia-metiers.fr Les Industries Alimentaires, en tant que second employeur industriel

Plus en détail

L ESSENTIEL DES COMTPES

L ESSENTIEL DES COMTPES L ESSENTIEL DES COMTPES l association qui lutte contre la leucémie L ESSENTIEL 2014 DES COMPTES I - En préambule 3 II - Chiffres clés 4 III - Une volonté forte de limiter les frais de fonctionnement 5

Plus en détail

LES REGLES DE BASE. Ø Le porteur de projet. Ø Le financement. Ø La contrepartie. [Choisir la date] Ø L éligibilité du projet

LES REGLES DE BASE. Ø Le porteur de projet. Ø Le financement. Ø La contrepartie. [Choisir la date] Ø L éligibilité du projet GUIDE CO- CITY Comment réussir sa campagne de crowdfunding? LES REGLES DE BASE Ø L éligibilité du projet Co-city ne finance pas de projet personnel, il doit s agir d un projet collectif à but non lucratif.

Plus en détail

Panorama du mécénat des entreprises du CAC 40

Panorama du mécénat des entreprises du CAC 40 Panorama du mécénat des entreprises du CAC 40 Préambule Méthodologie Structures observées Les recherches ont porté sur toutes les entreprises entrant dans la composition de l indice CAC 40 au 1 er juillet

Plus en détail

Colloque conseil SFER. Évaluation des prestations de conseil :

Colloque conseil SFER. Évaluation des prestations de conseil : Colloque conseil SFER 14 &15 octobre 2010 Évaluation des prestations de conseil : Mesurer la capacité d une organisation à satisfaire les besoins de conseil de l ensemble de ses clients Philippe BOULLET

Plus en détail

Savoir bien répondre aux commentaires et avis des clients sur internet

Savoir bien répondre aux commentaires et avis des clients sur internet Savoir bien répondre aux commentaires et avis des clients sur internet (sessions hôtellerie - anglais / français) Référence ECRFRA15H Contexte et besoin Les commentaires et avis des clients de l hôtellerie

Plus en détail

LEGS > > > DONATIONS > > > ASSURANCE-VIE. Léguer, c est voir autrement, voir plus loin

LEGS > > > DONATIONS > > > ASSURANCE-VIE. Léguer, c est voir autrement, voir plus loin LEGS > > > DONATIONS > > > ASSURANCE-VIE Léguer, c est voir autrement, voir plus loin Une empreinte dans le monde de demain Prendre le temps de désigner un héritier dont on partage les valeurs, dont on

Plus en détail

Caisse des Dépôts et Consignations Étude sur les fondations universitaires à l étranger

Caisse des Dépôts et Consignations Étude sur les fondations universitaires à l étranger DOCUMENT PROJET Caisse des Dépôts et Consignations Étude sur les fondations universitaires à l étranger Synthèse de l étude Réunion CPU du 18 juin 2009 Membre du réseau Ernst & Young Global Limited Les

Plus en détail

Vendeur du 3 e millénaire

Vendeur du 3 e millénaire Éditorial La fonction commerciale est au centre d un séisme sans précédent. En effet, rares sont les métiers à avoir connu une telle transformation des pratiques performantes en si peu d années. Ce séisme

Plus en détail

LA E-REPUTATION LES SITES D AVIS CLIENTS. Mardi 25 mars 2014

LA E-REPUTATION LES SITES D AVIS CLIENTS. Mardi 25 mars 2014 LA E-REPUTATION LES SITES D AVIS CLIENTS Mardi 25 mars 2014 OFFICE DE TOURISME Maison du Patrimoine 2 rue de la Chapelle 66820 VERNET-LES-BAINS Tel : 04 68 05 55 35 www.vernet-les-bains.fr Contact e-tourisme

Plus en détail

PRESENTATION DU SERVICE MARKETING. Vendredi 3 Octobre 2014. Une collecte 2013 de 33.397.014

PRESENTATION DU SERVICE MARKETING. Vendredi 3 Octobre 2014. Une collecte 2013 de 33.397.014 PRESENTATION DU SERVICE MARKETING Vendredi 3 Octobre 2014 Une collecte 2013 de 33.397.014 30 juillet 2015 Profil donateur : 35-55 ans 1 newsletter par mois Web-Marketing 12 millions d email envoyés par

Plus en détail

Recommandations pour MS event!

Recommandations pour MS event! Recommandations pour MS event! I) BILAN ET DIAGNOSTIC A- BILAN MS com!, agence de communication spécialisée dans l édition et la communication globale, souhaite mettre en place une stratégie de communication

Plus en détail

MARKETING DIRECT LES SOLUTIONS D ENVOI. Dynamisez vos ventes, donnez de l élan à votre relation client.

MARKETING DIRECT LES SOLUTIONS D ENVOI. Dynamisez vos ventes, donnez de l élan à votre relation client. MARKETING DIRECT LES SOLUTIONS D ENVOI Dynamisez vos ventes, donnez de l élan à votre relation client. CADEAU! Un logiciel professionnel pour créer vos mailings! ENVOI OPTIMISEZ L EFFICACITÉ DE VOS CAMPAGNES

Plus en détail

Baromètre de la Confiance - Vague 7

Baromètre de la Confiance - Vague 7 Rapport de résultats 1 er octobre 2014 1 Présentation de l étude Fiche technique Echantillon Mode de recueil Dates de terrain Echantillon national de 1020 personnes, représentatif de la population française

Plus en détail

Partenariat / Mécénat. Les incontournables pour réussir vos partenariats entreprises

Partenariat / Mécénat. Les incontournables pour réussir vos partenariats entreprises Partenariat / Mécénat Les incontournables pour réussir vos partenariats entreprises Parties prenantes : kezako? Pouvoirs Publics Conformité, fiscalité réglementation Actionnaires Rentabilité, maîtrise

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES ELABORATION ET REALISATION D UNE STRATEGIE COMMUNICATION GLOBALE

CAHIER DES CHARGES ELABORATION ET REALISATION D UNE STRATEGIE COMMUNICATION GLOBALE Communauté de communes de la haute vallée du Thoré Rue de la mairie 81240 Saint-Amans-Valtoret 05 63 97 98 08 CAHIER DES CHARGES ELABORATION ET REALISATION D UNE STRATEGIE COMMUNICATION GLOBALE 2015 SOMMAIRE

Plus en détail

Communication et collecte, comment ça marche? Hélène Bongrain juin 2009

Communication et collecte, comment ça marche? Hélène Bongrain juin 2009 Hélène Bongrain juin 2009 Plan de la présentation Comm et collecte, état des lieux Faire fructifier sa collecte grâce à la comm Quelques petits conseils La collecte 1 er vecteur de comm d une association

Plus en détail

Transformation digitale et communication interne

Transformation digitale et communication interne Transformation digitale et communication interne Présentation des résultats de l enquête en ligne Novembre 2015 Sommaire 1 2 3 4 Profil des répondants et de leur organisation Position et rôle : perception

Plus en détail

Apprentis d Auteuil 1866-2012 Quel chemin parcouru?

Apprentis d Auteuil 1866-2012 Quel chemin parcouru? Apprentis d Auteuil 1866-2012 Quel chemin parcouru? Xavier DELATTRE Vanessa De LAUZAINGHEIN Roland RAYMOND 1866 1950: Le temps des pères fondateurs L abbé Roussel: l appel à la mobilisation 1866-1923

Plus en détail

Maison des Associations de Tourcoing

Maison des Associations de Tourcoing - Validées, à l unanimité, par le Conseil d Administration du 19 juin 2013 Maison des Associations de Tourcoing 100, rue de Lille 59200 TOURCOING tel. 03 20 26 72 38 fax 03 20 11 15 04 contact@mda-tourcoing.fr

Plus en détail

INTRODUCTION I- RÔLE DU PUBLIPOSTAGE. 1 / Réalisation et composition d un publipostage

INTRODUCTION I- RÔLE DU PUBLIPOSTAGE. 1 / Réalisation et composition d un publipostage INTRODUCTION Le publipostage ou mailing est une technique marketing qui vise à établir un contact personnalisé et mesurable entre l entreprise et des clients potentiels sélectionnés selon divers critères

Plus en détail

CAMPAGNE DE COMMUNICATION 2014-2015

CAMPAGNE DE COMMUNICATION 2014-2015 CAMPAGNE DE COMMUNICATION 2014-2015 Développer la notoriété de l association en valorisant le rôle spécifique du papier au cœur des échanges sociétaux d aujourd hui et de demain. AVEC QUI AVEZ-VOUS PASSÉ

Plus en détail

Comment développer des relations avec les associations : le point de vue des PME

Comment développer des relations avec les associations : le point de vue des PME Comment développer des relations avec les associations : le point de vue des PME Contexte Les relations entre associations et grandes entreprises s intensifient et le volume financier augmente Pourtant

Plus en détail

MARKETING DIRECT LES SOLUTIONS D ENVOI. Dynamisez vos ventes, donnez de l élan à votre relation client. NOUVEAU. www.laposte.fr

MARKETING DIRECT LES SOLUTIONS D ENVOI. Dynamisez vos ventes, donnez de l élan à votre relation client. NOUVEAU. www.laposte.fr NOUVEAU MARKETING DIRECT LES SOLUTIONS D ENVOI Dynamisez vos ventes, donnez de l élan à votre relation client. www.laposte.fr OPTIMISEZ L EFFICACITÉ DE VOS CAMPAGNES MAILINGS Le saviez-vous? Le courrier

Plus en détail

LE PARTENAIRE D AFFAIRES RH : CATALYSEUR DES CHANGEMENTS ORGANISATIONNELS RÉUSSIS

LE PARTENAIRE D AFFAIRES RH : CATALYSEUR DES CHANGEMENTS ORGANISATIONNELS RÉUSSIS LE PARTENAIRE D AFFAIRES RH : CATALYSEUR DES CHANGEMENTS ORGANISATIONNELS RÉUSSIS Par Jacqueline Codsi Comme le mentionne éloquemment Hervey Sériex, «Autrefois, le changement était l'exception et le statu

Plus en détail

Politique de communication citoyenne

Politique de communication citoyenne Politique de communication citoyenne Service des relations avec le milieu Décembre 2011 Table des matières Préambule... 3 Définitions... 3 1. Raisons d être de la politique... 4 2. Définition de la communication

Plus en détail

QUELLES PERSPECTIVES POUR LES TERRITOIRES?

QUELLES PERSPECTIVES POUR LES TERRITOIRES? L e s C a h i e r s d e l O b s e r v a t o i r e - n 7 CHAPITRE 3 QUELLES PERSPECTIVES POUR LES TERRITOIRES? Dans quelle mesure, les initiatives, expérimentations, réflexions, présentées dans les chapitres

Plus en détail

COMMUNICATION P R É A L A B L E À L A M I S E E N P L A C E D UNE ÉVÉNEMENTIELS-INFOGRAPHIE

COMMUNICATION P R É A L A B L E À L A M I S E E N P L A C E D UNE ÉVÉNEMENTIELS-INFOGRAPHIE Fonction de service émergente NUEL PROFESSIONNEL (dont la mutualisation entre CPIE ou structures locales pourrait être pertinente) COMMUNICATION ÉVÉNEMENTIELS-INFOGRAPHIE P R É A L A B L E À L A M I S

Plus en détail

«La participation des jeunes autour d un événement ponctuel, et dans le contexte associatif»

«La participation des jeunes autour d un événement ponctuel, et dans le contexte associatif» «La participation des jeunes autour d un événement ponctuel, et dans le contexte associatif» Cap Berriat est une association loi 1901. A sa création, en 1964, c est un club Léo Lagrange qui propose des

Plus en détail

L AACC Customer Marketing prône une approche consensuelle et durable de l utilisation des données personnelles

L AACC Customer Marketing prône une approche consensuelle et durable de l utilisation des données personnelles COMMUNIQUÉ DE PRESSE Paris, le 1 er octobre 2013 L AACC Customer Marketing prône une approche consensuelle et durable de l utilisation des données personnelles Focus sur les conclusions du nouveau livre

Plus en détail

Comment mobiliser les acteurs du territoire dans les démarches de développement durable?

Comment mobiliser les acteurs du territoire dans les démarches de développement durable? Comment mobiliser les acteurs du territoire dans les démarches de développement durable? RECOMMANDATIONS Présentation Milka Pantelic, dirige l'agence de communication Comme un Arbre! depuis 10 ans. L agence

Plus en détail

La Participation, un cadre de référence(s) Support de formation Pays et Quartiers d Aquitaine Mars 2011

La Participation, un cadre de référence(s) Support de formation Pays et Quartiers d Aquitaine Mars 2011 + La Participation, un cadre de référence(s) Support de formation Pays et Quartiers d Aquitaine Mars 2011 Présentation Cheikh Sow (Anthropologue au CLAP Sud-Ouest) et Mehdi Hazgui (Sociologue- Consultant)

Plus en détail

Avril 2013 DIAGNOSTIC NUMERIQUE. Réalisé par l Office de Tourisme Andernos-les-Bains

Avril 2013 DIAGNOSTIC NUMERIQUE. Réalisé par l Office de Tourisme Andernos-les-Bains Avril 2013 DIAGNOSTIC NUMERIQUE Réalisé par l Office de Tourisme Andernos-les-Bains Sommaire Présentation...3 Matériel numérique...4 Mise à disposition de matériel numérique...4 Mise à disposition d une

Plus en détail

Rêvez, Osez, Créez! Check-list

Rêvez, Osez, Créez! Check-list Rêvez, Osez, Créez! Check-list En complément du guide «Rêvez, Osez, Créez! Les clés de l entreprise sociale» (disponible sur up-conferences.fr), vous trouverez dans ce petit livret des conseils pour avancer

Plus en détail

LES PRATIQUES D EVALUATION DE LA PERFORMANCE AU SEIN DES ORGANISMES FAISANT APPEL A LA GENEROSITE DU PUBLIC

LES PRATIQUES D EVALUATION DE LA PERFORMANCE AU SEIN DES ORGANISMES FAISANT APPEL A LA GENEROSITE DU PUBLIC LES PRATIQUES D EVALUATION DE LA PERFORMANCE AU SEIN DES ORGANISMES FAISANT APPEL A LA GENEROSITE DU PUBLIC Octobre 2008 Mesurer son efficacité, évaluer son efficience, donner à voir l impact de ses actions

Plus en détail

CONSTRUIRE VOTRE BUSINESS PLAN SOCIAL AU FORMAT GSVC PARTIE 1 : LA STRUCTURE DU BUSINESS PLAN POUR LA GSVC SELON BERKELEY

CONSTRUIRE VOTRE BUSINESS PLAN SOCIAL AU FORMAT GSVC PARTIE 1 : LA STRUCTURE DU BUSINESS PLAN POUR LA GSVC SELON BERKELEY CONSTRUIRE VOTRE BUSINESS PLAN SOCIAL AU FORMAT GSVC Selon les critères de la GSVC établis par la Haas School of Business de Berkeley, à la différence d un business plan classique, un business plan social

Plus en détail

Kit commercial type pour une force commerciale B2B. Juin 2015. Confidentiel Copie interdite

Kit commercial type pour une force commerciale B2B. Juin 2015. Confidentiel Copie interdite Kit commercial type pour une force commerciale B2B Juin 2015 Confidentiel Copie interdite Points majeurs sur l approche grande groupe (1/2) Avoir des responsables grands comptes et s y référer systématiquement

Plus en détail

Qu est-ce qu un programme de dons?

Qu est-ce qu un programme de dons? 1 Qu est-ce qu un programme de dons? Le terme «programme de dons» réfère à votre approche politique, stratégique, active visant à construire une relation durable avec vos abonnés et les donateurs. Tout

Plus en détail

Innover pour un tourisme durable en Picardie Appel à projets 2012 Règlement

Innover pour un tourisme durable en Picardie Appel à projets 2012 Règlement Innover pour un tourisme durable en Picardie Appel à projets 2012 Règlement Préambule A l horizon 2015, la Région Picardie souhaite dynamiser son offre touristique pour permettre aux acteurs régionaux

Plus en détail

La gouvernance des associations

La gouvernance des associations La gouvernance des associations Synthèse des résultats de l enquête quantitative CPCA / CNAM Mai 2012 Afin de mieux connaître les pratiques de gouvernance associatives et d ouvrir un débat public entre

Plus en détail

Noël. + de fréquentation. + de communication

Noël. + de fréquentation. + de communication GUIDE DE NOËL GROUPE PROGMAG - ZA de Clairac - 260 rue St-Exupéry - 26760 Beaumont les Valence Téléphone : +33 4 75 780 780 - Fax : +33 4 75 780 781 Email : progmag@progmag.com Site : www.progmag.com Les

Plus en détail

LA MARQUE EMPLOYEUR DE LA DIRECTION DU CONTRÔLE FINANCIER

LA MARQUE EMPLOYEUR DE LA DIRECTION DU CONTRÔLE FINANCIER LA MARQUE EMPLOYEUR DE LA DIRECTION DU CONTRÔLE FINANCIER SOMMAIRE MÉTHODOLOGIE DE L ÉTUDE BEST PRACTICES / ATTIRER LES TALENTS / MOBILITÉ INTERNE : au-delà des bonnes intentions / RÉTENTION DES TALENTS

Plus en détail

L ENGAGEMENT ETHIQUE de GSF. dans les AFFAIRES

L ENGAGEMENT ETHIQUE de GSF. dans les AFFAIRES L ENGAGEMENT ETHIQUE de GSF dans les AFFAIRES AVANT-PROPOS Ce document présente les règles éthiques de GSF. Celles-ci sont destinées à servir de ligne de conduite claire et sécurisante à tous les salariés

Plus en détail

Groupe Dyadeo _ Offre Conquête. 22/08/2013 GROUPE DYADEO - Reproduction interdite

Groupe Dyadeo _ Offre Conquête. 22/08/2013 GROUPE DYADEO - Reproduction interdite Groupe Dyadeo _ Offre Conquête 1 Les enjeux de la conquête Conquérir, c est : Rendre concrètes les ambitions stratégiques, Avoir une cohérence globale entre sa politique de communication globale, sa démarche

Plus en détail

Nouer des relations saines : Apprendre à écouter

Nouer des relations saines : Apprendre à écouter Nouer des relations saines : Apprendre à écouter Résultats d apprentissage du programme Santé et préparation pour la vie, Alberta Education Les élèves vont : R 7.5 examiner les caractéristiques inhérentes

Plus en détail

POURQUOI ET COMMENT CREER UN SITE INTERNET?

POURQUOI ET COMMENT CREER UN SITE INTERNET? POURQUOI ET COMMENT CREER UN SITE INTERNET? Création de site web référencement réseaux sociaux 04 42 04 44 34 Une agence web complète CREATION DE SITE ET REFERENCEMENT COMMUNITY MANAGEMENT STRATEGIE FORMATION

Plus en détail

Générer du chiffre d affaires

Générer du chiffre d affaires Générer du chiffre d affaires L entreprise est un système d interactions entre trois secteurs : gestion Production Commercialisation Générer du chiffre d affaires Un système qui doit interagir avec son

Plus en détail

Le parcours du Secours Islamique France

Le parcours du Secours Islamique France Le parcours du Secours Islamique France Mailing Emailing Web Collecte terrain Télémarketing Evènementiel Accueil Ouahid ABASSI Directeur Département Développement des Ressources Financières Email: abassi@secours-islamique.org

Plus en détail

Rencontre des Parrains Bénévoles d Aquitaine pour l emploi et l insertion 27 novembre 2012 ARML-IBP

Rencontre des Parrains Bénévoles d Aquitaine pour l emploi et l insertion 27 novembre 2012 ARML-IBP Rencontre des Parrains Bénévoles d Aquitaine pour l emploi et l insertion 27 novembre 2012 75 PARRAINS présents 22 réseaux présents Ouverture : Constance de Peyrelongue ARML, Laurence Bernet DIRECCTE,

Plus en détail

Quelles clés pour choisir un cabinet de reclassement?

Quelles clés pour choisir un cabinet de reclassement? 1 Quelles clés pour choisir un cabinet de reclassement? Livre blanc Objectif du document : Ce document a pour objectif de présenter les principaux éléments de choix d un cabinet de reclassement collectif

Plus en détail

des essources umaines

des essources umaines chéma irecteur des essources umaines 2013-2014 www.cramif.fr Le mot du Directeur Général Huit mots-clés pour ouvrir les portes du nouveau SDRH 2013-2014 qui s inscrit dans la continuité du précédent,

Plus en détail

Madame la Présidente, Monsieur le Directeur général, Mesdames et Messieurs les Délégués,

Madame la Présidente, Monsieur le Directeur général, Mesdames et Messieurs les Délégués, Madame la Présidente, Monsieur le Directeur général, Mesdames et Messieurs les Délégués, Le Ministre belge de la Coopération au développement, monsieur Armand De Decker, aurait bien voulu être des nôtres

Plus en détail

Comment séduire sur un site de rencontres en toute simplicité?

Comment séduire sur un site de rencontres en toute simplicité? Séduire en ligne Comment séduire sur un site de rencontres en toute simplicité? Sommaire : ce que vous trouverez dans cet ouvrage INTRODUCTION p.5 1 ère PARTIE : ÉTAT D ESPRIT ET OBJECTIFS DE LA SÉDUCTION

Plus en détail

LE DON : UN MODELE DE MANAGEMENT AU SERVICE DE LA COOPERATION

LE DON : UN MODELE DE MANAGEMENT AU SERVICE DE LA COOPERATION LE DON : UN MODELE DE MANAGEMENT AU SERVICE DE LA COOPERATION Face à une rationalisation croissante du secteur social et médico-social, accentuée par les effets de crise, comment un directeur de structure

Plus en détail

Le guide du Webinaire

Le guide du Webinaire Le guide du Webinaire P A N O R A M A C O N C E P T : p a n o r a m a c o n c e p t @ f r e e. f r Page 1 S ommaire 1. Qu est-ce qu un Webinaire? 2. Webinaire ou visio-conférence? 3. Quand et pourquoi

Plus en détail

Charte éthique du mécénat et du parrainage d entreprise. dans les Parcs naturels régionaux

Charte éthique du mécénat et du parrainage d entreprise. dans les Parcs naturels régionaux Charte éthique du mécénat et du parrainage d entreprise dans les Parcs naturels régionaux Mars 2012 Préambule Les Parcs naturels régionaux offrent aux entreprises privées des espaces privilégiés pour développer

Plus en détail

Bulletin d adhésion. Adhésion 2015

Bulletin d adhésion. Adhésion 2015 Bulletin d adhésion Adhérer à l'association Française des Fundraisers, c'est se doter d'un espace privilégié pour échanger avec vos pairs, pour vous former et pour vous informer. C est aussi partager des

Plus en détail

10 ENGAGEMENTS, 30 PROPOSITIONS DE LA MAJORITÉ DÉPARTEMENTALE «Avec vous, une Saône et Loire innovante et attractive»

10 ENGAGEMENTS, 30 PROPOSITIONS DE LA MAJORITÉ DÉPARTEMENTALE «Avec vous, une Saône et Loire innovante et attractive» 10 ENGAGEMENTS, 30 PROPOSITIONS DE LA MAJORITÉ DÉPARTEMENTALE «Avec vous, une Saône et Loire innovante et attractive» Préambule Si l actuelle majorité peut indéniablement se prévaloir d un très bon bilan,

Plus en détail

ALLOCUTION DE VALERIE FOURNEYRON AU FORUM DES ASSOCIATIONS ET DES FONDATIONS Jeudi 25 octobre 2012

ALLOCUTION DE VALERIE FOURNEYRON AU FORUM DES ASSOCIATIONS ET DES FONDATIONS Jeudi 25 octobre 2012 Service de Presse Paris, le 25 octobre 2012 ALLOCUTION DE VALERIE FOURNEYRON AU FORUM DES ASSOCIATIONS ET DES FONDATIONS Jeudi 25 octobre 2012 Mesdames, Messieurs, Je suis très heureuse que les organisateurs

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. www.clubcapitales.com www.facebook.com/clubcapitales

DOSSIER DE PRESSE. www.clubcapitales.com www.facebook.com/clubcapitales DOSSIER DE PRESSE Du réseau social au local, c est capital! Contact Presse Julien Boissier contact@clubcapitales.com 06 09 69 51 98 Octobre 2013 www.clubcapitales.com www.facebook.com/clubcapitales QUI?

Plus en détail

GUIDE DU BENEVOLE. Mai 2011

GUIDE DU BENEVOLE. Mai 2011 Mai 2011 GUIDE DU BENEVOLE Le présent document précise les engagements de tout adhérent 1 à Electriciens sans frontières. Ces engagements déclinent de manière opérationnelle les valeurs et principes énoncées

Plus en détail

LA COMMUNICATION WEB & PAPIER : UNE COMBINAISON OPTIMISÉE

LA COMMUNICATION WEB & PAPIER : UNE COMBINAISON OPTIMISÉE LA COMMUNICATION WEB & PAPIER : UNE COMBINAISON OPTIMISÉE À L ÉCOUTE DE NOS CLIENTS Le papier, c est fini. Maintenant, il faut passer sur Internet. Il y a trop de monde sur Internet, C est impossible de

Plus en détail

EN MAÎTRISANT INTERNET, APPORTEZ UN NOUVEL ÉLAN À VOTRE ACTIVITÉ

EN MAÎTRISANT INTERNET, APPORTEZ UN NOUVEL ÉLAN À VOTRE ACTIVITÉ EN MAÎTRISANT INTERNET, APPORTEZ UN NOUVEL ÉLAN À VOTRE ACTIVITÉ CRÉER ET GÉRER SON IDENTITÉ NUMÉRIQUE François BONNEVILLE Aricia Jean-Baptiste MERILLOT Photo & Cetera Le terme d'identité recouvre plusieurs

Plus en détail

Notre fils qui a commencé à manquer d assiduité dans son travail à partir de la fin de la 4ème (jusque-là, nous n avions que des compliments).

Notre fils qui a commencé à manquer d assiduité dans son travail à partir de la fin de la 4ème (jusque-là, nous n avions que des compliments). Notre fils qui a commencé à manquer d assiduité dans son travail à partir de la fin de la 4ème (jusque-là, nous n avions que des compliments). Bien que la seconde ait été chaotique, il est passé en première

Plus en détail

La communication hospitalière : obligatoire, utile ou nécessaire?

La communication hospitalière : obligatoire, utile ou nécessaire? La communication hospitalière : obligatoire, utile ou nécessaire? Haute Ecole de la Province de Liège Mardi 27 novembre 2012 Hôpitaux = paysage en pleine mutation Hôpital = entreprise rentabilité recherche

Plus en détail

Étude 2013 sur la. reconnaissance des bénévoles. Contenu. Comment les bénévoles canadiens souhaitent-ils que leurs contributions soient reconnues?

Étude 2013 sur la. reconnaissance des bénévoles. Contenu. Comment les bénévoles canadiens souhaitent-ils que leurs contributions soient reconnues? Étude 2013 sur la reconnaissance des bénévoles Contenu Objectifs et méthodologie de la 2 recherche 3 Principaux résultats 4 Engagement bénévole Reconnaissance des bénévoles 6 Comment les bénévoles canadiens

Plus en détail

PLAN DE COMMUNICATION REGIONAL POUR LA PROMOTION DES FONDS EUROPEENS FEDER, FSE et FEADER EN ILE-DE-FRANCE

PLAN DE COMMUNICATION REGIONAL POUR LA PROMOTION DES FONDS EUROPEENS FEDER, FSE et FEADER EN ILE-DE-FRANCE PLAN DE COMMUNICATION REGIONAL POUR LA PROMOTION DES FONDS EUROPEENS FEDER, FSE et FEADER EN ILE-DE-FRANCE Version du 23 avril 2008 1 Sommaire 1. RAPPEL DU CONTEXTE_ 3 2. PILOTAGE ET PERIMETRE DU PLAN

Plus en détail

«L impact de la loi de sécurisation de l emploi sur le dialogue social et les institutions représentatives du personnel».

«L impact de la loi de sécurisation de l emploi sur le dialogue social et les institutions représentatives du personnel». Compte Rendu Café RH Dauphine du vendredi 7 février 2014 «L impact de la loi de sécurisation de l emploi sur le dialogue social et les institutions représentatives du personnel». Ce compte rendu vise à

Plus en détail