CONCLUSION GENERALE Transfert par infiltration de l'eau et du soluté dans les sols non saturés - Utilisation de la méthode TDR-

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "CONCLUSION GENERALE - 245. Transfert par infiltration de l'eau et du soluté dans les sols non saturés - Utilisation de la méthode TDR-"

Transcription

1 CONCLUSION GENERALE - 245

2 - 246

3 CONCLUSION GENERALE L'étude présentée dans ce mémoire concerne principalement l'analyse et l'interprétation d'essais d'infiltration d'eau et de soluté réalisés, au laboratoire, sur un sol non saturé pour apporter quelques éléments de compréhension du transfert simultané d'eau et de soluté. Pour suivre ce transfert en temps réel et en continu, nous avons utilisé les sondes TDR. Ces sondes permettent de mesurer, en un point, la teneur en eau et la conductivité électrique du sol. Le dispositif expérimental mis au point nous a permis de suivre l'évolution des profils hydriques et de conductivité électrique au cours de l infiltration. Cette mesure de la teneur en eau et de la conductivité électrique des sols a permis d'évaluer le taux d infiltration, le flux d eau dans le sol, les taux de transfert des polluants, et d'évaluer le potentiel de fuite d une barrière étanche. Afin d'utiliser la méthode TDR avec une bonne précision, nous avons effectué une calibration statique des sondes pour différents types de sols et différents liquides puis une comparaison avec les relations de calibration existantes. Cette comparaison a permis d observer le domaine de validité des relations proposées dans la littérature. La relation de calibration θ=f(ε) obtenue a permis le suivi des teneurs en eau volumiques très élevées telle que la teneur en eau des bentonites. Ainsi on a pu suivre l'évolution de teneur en eau dans le géosynthétique bentonitique. Nous avons effectué une série d'essais d'infiltration dans des colonnes de sable argileux, d'argile (du Gault) et de deux couches alluvions séparées par un géosynthétique bentonitique (GSB). Des essais ont été effectués sur des colonnes comportant une couche drainante et un matériau étanche. Ces colonnes de sol ont été soumises à l'infiltration de l'eau et des lixiviats (lixiviats de Miom, de Refiom et de scories). L'étude de l'infiltration de l'eau et des lixiviats dans le sable argileux sous une charge nulle a montré que le processus de saturation d'un sol compacté se fait par la combinaison d'un mouvement de convection et de diffusion capillaire de l'humidité. L'analyse des profils de conductivité électrique a montré que le transport de soluté se fait aussi par dispersion et par convection. Après la comparaison des profils hydriques et de conductivité électrique, on a pu constater que le sol retient les éléments polluants du lixiviat dans les niveaux supérieurs et retarde leur migration vers les parties inférieures. Le sol joue son rôle de filtre en purifiant le lixiviat. Lorsqu'on utilise le lixiviat de Refiom, on constate une forte augmentation de la perméabilité du sol qui n'arrive pas à retenir une grande partie des ions : le lixiviat du Refiom présente un risque de pollution pour les nappes phréatiques. Ces résultats montrent que l infiltration d un liquide ne dépend pas seulement du type de sol, mais dépend aussi du type de liquide et des éléments chimiques qu il contient. L'impact des lixiviats sur le sol se traduit par la réduction du temps de transit (le lixiviat traverse plus rapidement les couches de sol) et de la teneur en eau d'équilibre c'est-à-dire la quantité d'eau que le sol peut retenir. Au cours de l'infiltration de l'eau et des lixiviats de mâchefer et de scories, on observe une propagation progressive de l'humidité dans le sol. Le mouvement du liquide dans le sol non saturé par diffusion capillaire est de même importance que le mouvement par convection sous l'effet de la gravité. C'est le mouvement par convection qui est prépondérant lors de l'infiltration du lixiviat de Refiom. Les résultats des essais d'infiltration dans l'argile du Gault ont montré que les paramètres hydrodynamiques sont aussi influencés par le type de liquide infiltré. Les valeurs de la diffusivité dans la colonne où s'infiltre le lixiviat sont supérieures aux celles mesurées dans la colonne où le liquide infiltré est l'eau pure. De même, les conductivités hydrauliques sont plus élevées dans la - 247

4 colonne où le lixiviat est infiltré. Il faut donc prendre en compte le type du liquide infiltré lors du dimensionnement des barrières étanches. L'analyse du mouvement du liquide dans les colonnes a montré que les modèles courant de conductivité hydraulique peuvent être appliqués pour la description de la percolation à travers une barrière étanche. Les calculs de la conductivité hydraulique ont montré que la valeur de la perméabilité à saturation dans la colonne d'argile est constante au cours du temps. Par contre la valeur de perméabilité du géosynthétique bentonitique augmente au cours de l'infiltration du lixiviat. Le géosynthétique bentonitique (GSB) a perdu progressivement sa propriété de barrière étanche lors d'un contact continu avec le lixiviat. Un contact direct entre une bentonite et un lixiviat tel que le lixiviat de scories utilisé, peut inhiber le gonflement de la bentonite. Il faut donc éviter un flux permanent de lixiviat à travers ce matériau. On a aussi remarqué que la présence d'une couche drainante au-dessous ou au-dessus d'une couche moins perméable influe sur les paramètres hydrodynamiques tels que la vitesse d'infiltration, la capacité de rétention et la succion. La position de cette couche drainante influe aussi sur ces paramètres hydrodynamiques. Une couche drainante située au-dessous d'une couche peu perméable facilite le mouvement des particules fines de cette couche vers la couche drainante. L'étude de la sorption a montré que le lixiviat de scories étudié contient un mélange important d'ions. Ces éléments ont des coefficients de distribution K d différents. Ce qui signifie que la rétention des ions par la matrice solide diffère d'un ion à un autre. L'analyse des sols et des percolats au cours des essais de perméabilité aux lixiviats a montré que les phénomènes d extraction et d adsorption des ions sont plus marqués pour les faibles charges de percolation donc pour les faibles vitesses d infiltration. En effet, avec une faible vitesse d infiltration, le temps de contact entre le lixiviat et les particules solides est plus important. L étude de la diffusion pure du soluté a montré que la migration des ions se fait dans les deux directions, du lixiviat vers le sol et du sol vers lixiviat. Il existe des ions qui quittent le sol et remontent vers le lixiviat. La migration étant liée à la capacité d échange d ions, la présence de lixiviat sur une barrière étanche peut provoquer l appauvrissement en ions de cette barrière. Cet appauvrissement peut augmenter ou diminuer la perméabilité de la barrière. La conception de barrière étanche doit tenir compte d'un tel phénomène. La variation du coefficient de dispersion calculé lors de l'infiltration du lixiviat de scories dans la colonne du GSB suit la variation de la vitesse de Darcy. On a remarqué que le chlore et la fraction soluble FS suivent l'écoulement du liquide infiltré. La concentration en fraction soluble à la sortie permet de suivre le mouvement du liquide avec un retard plus important. Des deux éléments Cl - et FS qui caractérisent le mouvement du liquide chargé, l'ion Cl - joue mieux le rôle d'élément traceur. Les sondes TDR ont permis de suivre l'évolution de la masse de soluté retenu dans le sol. On peut ainsi faire une économie des frais de prélèvement et d'analyse chimique si on dispose de plusieurs profils d'impédance du sol pollué ou de la variation temporelle de l'impédance du sol. On a constaté que la quantité de soluté retenu à un temps donné dépend de l'épaisseur de la couche. L'épaisseur de la couche influe donc sur le temps de sortie du polluant. Pour l'argile du Gault, les courbes des masses de soluté retenu montrent que ce sol a un fort pouvoir de rétention. En admettant une isotherme d'adsorption linéaire, on remarque que le - 248

5 coefficient de dispersion ne varie pas au cours du temps, donc ne dépend pas de l'état hydrique du sol. On peut donc caractériser la migration des éléments solubles du lixiviat par un coefficient de dispersion unique qui ne différencie pas les espèces chimiques. On justifie ainsi le fait que la diffusion moléculaire est faible et que le mouvement du soluté est assuré par la dispersion mécanique. La vitesse de Darcy à l'intérieur de l'argile du Gault a atteint le régime permanent 150 jours après la vitesse d'infiltration à l'entrée de la colonne. Lors de la mesure de la perméabilité in-situ, il faut s'assurer que la vitesse à l'entrée du perméamètre est proche de la vitesse de Darcy à l'intérieur de l'échantillon. Les essais d'infiltration de l'eau et du lixiviat dans les colonnes d'argile sont en cours. Après deux ans et demi d'infiltration, les liquides n'ont pas encore sorti des colonnes. Il faut maintenir ces essais jusqu'à la sortie des solutions de la colonne. On pourra alors étudier l'évolution de la concentration dans les percolats. Les profils hydriques permettront la connaissance de l'état hydrique de la teneur en eau à la sortie, donc connaître le temps de transit. Les profils d'impédances et de conductivité électrique donneront une idée sur la répartition de soluté dans la couche d'argile au cours de la percolation. On peut aussi connaître avec les profils d'impédances et de conductivité électrique, le temps nécessaire pour mobiliser toute la capacité de rétention des ions sur toute la hauteur de la colonne. Le flux de concentration de la fraction soluble ou du Chlore sera alors utilisé pour le calcul du coefficient de dispersion. On pourra alors comparer le coefficient de dispersion obtenu par les profils à celui obtenu par le flux de la matière sortant (méthode statistique). Cette recherche devrait être complétée par une étude effectuée sur des colonnes de sol à multicouche. Ces colonnes seront composées de deux couches d'alluvions séparées par une couche d'argile ou par une couche de sable argileux pour répondre aux problèmes d'équivalence de matériaux étanches. Une étude complète consiste à faire varier les épaisseurs du sable argileux et de l'argile pour étudier cette équivalence. Une étude similaire peut être effectuée dans des bacs équipés des bougies de prélèvement. Ces bougies serviront à mesurer la conductivité électrique du liquide prélevé ainsi que la concentration en soluté. A un point donné, on compare les masses de soluté retenu obtenues par les sondes TDR à la concentration en soluté obtenue par prélèvement. Cet essai permettra de savoir si avec le suivi de la solution à l'entrée ou à la sortie on peut caractériser ce qui ce passe à l'intérieur de l'échantillon. Finalement, les valeurs des coefficients de dispersion et de distribution peuvent être utilisées pour valider les modèle numériques du transfert de soluté en milieu poreux

Formation «Planification, construction, exploitation et fermeture des décharges contrôlées au Maroc»

Formation «Planification, construction, exploitation et fermeture des décharges contrôlées au Maroc» Formation «Planification, construction, exploitation et fermeture des décharges contrôlées au Maroc» un projet du Programme de Gestion et de Protection de l Environnement en Maroc (PGPE) en coopération

Plus en détail

Détermination du comportement à la lixiviation

Détermination du comportement à la lixiviation Détermination du comportement à la lixiviation de déchets utilisés en technique routière Lionel ODIE CETE Ouest / LRPC Saint-Brieuc Laboratoire Central des Ponts et Chaussées 12-13 décembre 2006 Clôture

Plus en détail

LES PROCESSUS HYDROLOGIQUES

LES PROCESSUS HYDROLOGIQUES Résumé - CHAPITRE 10 LES PROCESSUS HYDROLOGIQUES Table des matières Introduction 1 Les précipitations directes à la surface libre du cours d'eau 2 Les écoulements de surface 2 Les écoulements de subsurface

Plus en détail

Détermination de la teneur en eau dans des milieux hydratés par une technique micro-ondes

Détermination de la teneur en eau dans des milieux hydratés par une technique micro-ondes Détermination de la teneur en eau dans des milieux hydratés par une technique micro-ondes J.C. Peuch LEN7/ENSEEIHT, 2 rue Ch. Camichel, 31071 Toulouse Tel : 05-61-58-84-87, e-mail : peuch@len7.enseeiht.fr.

Plus en détail

Une vision Compétitivité mondiale

Une vision Compétitivité mondiale www.fpinnovations.ca Une vision Compétitivité mondiale Une nouvelle force pour un marché en évolution www.fpinnovations.ca Facteurs qui influencent les méthodes d évaluation de la teneur en humidité Dany

Plus en détail

Cours de physique du sol

Cours de physique du sol Logo optimisé par J.-D.Bonjour, SI-DGR 13.4.93 ÉCOLE POLYTECHNIQUE FÉDÉRALE DE LAUSANNE Cours de physique du sol AERATION DU SOL Copie des transparents Version provisoire Prof. A. Mermoud Janvier 2006

Plus en détail

Différentes origines. Polarisation Spontanée (PS) Mécanisme supposé du potentiel de minéralisation. Roger GUÉRIN

Différentes origines. Polarisation Spontanée (PS) Mécanisme supposé du potentiel de minéralisation. Roger GUÉRIN Polarisation spontanée et Polarisation provoquée Roger GUÉRIN roger.guerin@upmc.fr, http://www.sisyphe.upmc.fr/~guerin/ UMR 7619 Sisyphe, Université Pierre et Marie Curie-Paris6 case 105, 4 place Jussieu,

Plus en détail

LABORATOIRE DE PHARMACIE GALENIQUE. ESSAIS DE DISSOLUTION Et LYODISPONIBILITÉ

LABORATOIRE DE PHARMACIE GALENIQUE. ESSAIS DE DISSOLUTION Et LYODISPONIBILITÉ LABORATOIRE DE PHARMACIE GALENIQUE ESSAIS DE DISSOLUTION Et LYODISPONIBILITÉ 1 PLAN INTRODUCTION I-Rappel: devenir du médicament in VIVO II- Devenir d une forme orale solide in VITRO III- Essai de désagrégation

Plus en détail

1.2 Notions de conductivité et de conservation

1.2 Notions de conductivité et de conservation Modélisation d un phénomène de diffusion J. Erhel Janvier 2014 1 Phénomène de diffusion voir http://www.breves-de-maths.fr/la-conduction-un-moteur-universel/ 1.1 Exemples de diffusion Le phénomène de diffusion

Plus en détail

Chimie Analytique II. Chromatographie gazeuse

Chimie Analytique II. Chromatographie gazeuse Chimie Analytique II Chromatographie gazeuse Détermination des conditions optimales de séparation et dosage et l éthanol et du méthanol Daniel Abegg Nicolas Calo Emvuli Mazamay Pedro Surriabre Université

Plus en détail

On peut distinguer les chromatographies en phase liquide et celles en phase gazeuse.

On peut distinguer les chromatographies en phase liquide et celles en phase gazeuse. Page 1 sur 10 1. Définition. C est une méthode de séparation, non destructrice en son principe, basée sur le fait que le coefficient de partage d un soluté entre deux phases dépend de la nature du soluté,

Plus en détail

NOTE SUR LE DOSAGE DES CHLOROALACNES A CHAINES COURTES

NOTE SUR LE DOSAGE DES CHLOROALACNES A CHAINES COURTES Ref : DRC 2005 CHEN 05.0674/ RNg/CLE le 06/12/2005 NOTE SUR LE DOSAGE DES CHLOROALACNES A CHAINES COURTES 1 OBJET Cette note a été rédigée dans le but de mettre en avant trois points importants concernant

Plus en détail

Hydrologie générale. Réponses aux questions des chapitres 4, 5, 6 et 7. Dr. C. Picouet. Cours 2 ème année

Hydrologie générale. Réponses aux questions des chapitres 4, 5, 6 et 7. Dr. C. Picouet. Cours 2 ème année Réponses aux questions des chapitres 4, 5, 6 et 7 Dr. C. Picouet Cours 2 ème année Sections Sciences et Ingénierie de l Environnement (SIE) et Génie Civil (GC) Réponses aux questions n 1 Chapitre 4. L'évaporation

Plus en détail

Modélisation du cas-type 1 du programme TRANSPOL

Modélisation du cas-type 1 du programme TRANSPOL Modélisation du cas-type 1 du programme TRANSPOL Résultats obtenus avec le simulateur UTCHEM Rapport final Ministère de l Ecologie et du Développement Durable O. BOUR Unité Déchets et Sites pollués Direction

Plus en détail

L'équilibre de solubilité. Chimie 12

L'équilibre de solubilité. Chimie 12 L'équilibre de solubilité Chimie 12 Définitions Un ion est un atome ou un groupe d'atomes qui a perdu ou gagné un ou plusieurs électrons. Fe 2+, Fe 3+, Na +, Cl -, H +, NH 4 + Un électrolyte est une substance

Plus en détail

Chapitre 3 HYDRAULIQUE DES SOLS. Dans ce chapitre nous étudierons les écoulements permanents dans un sol saturé.

Chapitre 3 HYDRAULIQUE DES SOLS. Dans ce chapitre nous étudierons les écoulements permanents dans un sol saturé. Chapitre 3 HYDRAULIQUE DES SOLS Dans ce chapitre nous étudierons les écoulements permanents dans un sol saturé. 3.1 - DÉFINITIONS 3.1.1 - Vitesse de l eau dans le sol Par définition, la vitesse apparente

Plus en détail

Conclusion générale CONCLUSION GÉNÉRALE

Conclusion générale CONCLUSION GÉNÉRALE CONCLUSION GÉNÉRALE Dans un centre de stockage de déchets, la réalisation d une barrière de sécurité passive a pour but l obtention d un confinement continu, homogène, présentant l épaisseur et les caractéristiques

Plus en détail

FICHE D ÉVALUATION TECHNIQUE DU COMITÉ SUR LES TECHNOLOGIES DE TRAITEMENT EN EAU POTABLE. Filtre Aquaplast. Niveau de développement :

FICHE D ÉVALUATION TECHNIQUE DU COMITÉ SUR LES TECHNOLOGIES DE TRAITEMENT EN EAU POTABLE. Filtre Aquaplast. Niveau de développement : FICHE D ÉVALUATION TECHNIQUE DU COMITÉ SUR LES TECHNOLOGIES DE TRAITEMENT EN EAU POTABLE Filtre Aquaplast Niveau de développement : EN VALIDATION À L ÉCHELLE RÉELLE Juillet 2007 1. DONNÉES GÉNÉRALES Nom

Plus en détail

Durabilité de matériaux issus de l activation de verres de recyclage

Durabilité de matériaux issus de l activation de verres de recyclage Durabilité de matériaux issus de l activation de verres de recyclage R. IDIR - M. CYR - A. PAVOINE - B. HERRY Laboratoire Eco-Matériaux (CETE Île de France) Laboratoire Matériaux et Durabilité des Constructions

Plus en détail

MIGRATION DE VAPEUR D'EAU

MIGRATION DE VAPEUR D'EAU MIGRATION DE VAPEUR D'EAU Maison individuelle (toutes époques de construction) OBJET L air ambiant contient naturellement de l eau sous forme de vapeur. Sa quantité varie en fonction de la température

Plus en détail

TABLE DES MATIERES. page RÉSUMÉ REMERCIEMENTS

TABLE DES MATIERES. page RÉSUMÉ REMERCIEMENTS RÉSUMÉ REMERCIEMENTS TABLE DES MATIERES LISTE DES TABLEAUX LISTE DES S LISTE DES APPENDICES NOMENCLATURE TABLE DES MATIERES INTRODUCTION 1 1. TRAVAUX ANTÉRIEURS 3 2. DESCRIPTION DU FOUR DE CUISSON D'ANODES

Plus en détail

Cours de physique du sol

Cours de physique du sol Logo optimisé par J.-D.Bonjour, SI-DGR 13.4.93 ÉCOLE POLYTECHNIQUE FÉDÉRALE DE LAUSANNE Cours de physique du sol ETAT DE L EAU DU SOL Copie des transparents Version provisoire Prof. A. Mermoud Janvier

Plus en détail

CONCLUSION GENERALE. Conclusion générale

CONCLUSION GENERALE. Conclusion générale CONCLUSION GENERALE L objectif principal de ce travail de thèse était d étudier la mobilité des HAP contenus dans un sol industriel pollué situé au nord de la France. Très vite la problématique abordée

Plus en détail

LE MELANGE DES LIQUIDES

LE MELANGE DES LIQUIDES LE MELANGE DES LIQUIDES Introduction Opération unitaire fondamentale à la base de la formulation : Mis à part les mélanges : - Gaz/gaz - Solide/solide - Solide/gaz Chaque application est caractérisée par

Plus en détail

TABLE DES MATIERES CHAPITRE I : LES TRANSFERTS EN GENIE DES PROCEDES CHAPITRE II : TRANSFERT DE MATIERE EQUATION DE CONTINUITE

TABLE DES MATIERES CHAPITRE I : LES TRANSFERTS EN GENIE DES PROCEDES CHAPITRE II : TRANSFERT DE MATIERE EQUATION DE CONTINUITE TABLE DES MATIERES Nomenclature VIII IX CHAPITRE I : LES TRANSFERTS EN GENIE DES PROCEDES 1 Transferts unidirectionnels 2 1.1. Cas d une phase non homogène 2 1.2. Transfert électrique 2 1.3. Transfert

Plus en détail

Encadrants : Jean-Paul GAUDET et Yvan ROSSIER (LTHE équipe TRANPORE)

Encadrants : Jean-Paul GAUDET et Yvan ROSSIER (LTHE équipe TRANPORE) Etude d un champ captant : observations et modélisation 3D en focalisant sur le fonctionnement des bassins d infiltration Sébastien LOIZEAU Thèse CIFRE Encadrants : Jean-Paul GAUDET et Yvan ROSSIER (LTHE

Plus en détail

Formation Bâtiment Durable: Gestion des eaux pluviales sur la parcelle

Formation Bâtiment Durable: Gestion des eaux pluviales sur la parcelle Formation Bâtiment Durable: Gestion des eaux pluviales sur la parcelle Bruxelles Environnement Minimisation des surfaces imperméables dans l aménagement des abords et des voies de circulation Sylvie SMETS

Plus en détail

Origine des eaux souterraines

Origine des eaux souterraines Origine des eaux souterraines Les eaux souterraines proviennent essentiellement de l'infiltration dans un terrain des eaux de l atmosphère et de l hydrosphère : précipitations, eau des lacs, des océans

Plus en détail

IV.1 Objectifs et solutions techniques proposées dans le cahier des charges

IV.1 Objectifs et solutions techniques proposées dans le cahier des charges Chapitre IV: Conception d un outil expérimental pour l étude de la mobilité des polluants organiques hydrophobes (HAP) dans des milieux poreux de type sol Comme nous l'avons montré dans le chapitre précédent,

Plus en détail

Les caractéristiques principales des granulats

Les caractéristiques principales des granulats Les caractéristiques principales des granulats I. Caractéristiques physiques A. La masse volumique absolue La masse volumique absolue d'un matériau est la masse d'un mètre cube de ce matériau, déduction

Plus en détail

Evaluation des fonctions de pédotransfert d un sol hétérogène, milieu récepteur d eau usée traitée, sur un site pilote dédié

Evaluation des fonctions de pédotransfert d un sol hétérogène, milieu récepteur d eau usée traitée, sur un site pilote dédié Thèse de Behzad NASRI Evaluation des fonctions de pédotransfert d un sol hétérogène, milieu récepteur d eau usée traitée, sur un site pilote dédié Résumé En 1998, le Ministère de l Environnement a initié

Plus en détail

OUTIL 6 Indicateurs environnementaux globaux

OUTIL 6 Indicateurs environnementaux globaux OUTIL 6 Indicateurs environnementaux globaux INDICATEURS EAU Indicateurs d'activité Volume total d'eau prélevée Volume total des rejets Consommation d'eau totale DBO 5 (Demande Biochimique en Oxygène)

Plus en détail

Exercices d'application des séances de cours d'hydrogéologie Master GEMA et GERINAT M. Bruno ARFIB Aix-Marseille Université

Exercices d'application des séances de cours d'hydrogéologie Master GEMA et GERINAT M. Bruno ARFIB Aix-Marseille Université Exercices d'application des séances de cours d'hydrogéologie Master GEMA et GERINAT M. Bruno ARFIB Aix-Marseille Université www.karsteau.fr Exercice 1- La figure 1 représente le débit d eau q (Fluid flux,

Plus en détail

LA CHROMATOGRAPHIE EN PHASE GAZEUSE

LA CHROMATOGRAPHIE EN PHASE GAZEUSE LA CHROMATOGRAPHIE EN PHASE GAZEUSE I. Définition II. Principe III. Appareillage Manomètre et régulateur de débit 1. Le gaz vecteur Influence de nature et vitesse du gaz sur efficacité Rappel : HEPT =

Plus en détail

Table des matières. Page 1 sur 8. INERIS PREV avril toxique-rideau-eau-vers1.doc

Table des matières. Page 1 sur 8. INERIS PREV avril toxique-rideau-eau-vers1.doc Table des matières 1. DESCRIPTIF TECHNIQUE DU DISPOSITIF... 2 1.1. DESCRIPTION DES RIDEAUX D'EAU... 2 1.1.1. Rideau d'eau fixe... 2 1.1.2. Rideau d'eau mobile... 3 1.2. PRINCIPES DE FONCTIONNEMENT... 4

Plus en détail

Foire aux questions de ProCleanse

Foire aux questions de ProCleanse Foire aux questions de ProCleanse Quel est l historique de ProCleanse? ProCleanse, LLC, est une filiale d une entreprise fortement axée sur les technologies de pointe qui est depuis plus de 40 ans, le

Plus en détail

CHAPITRE II: CHROMATOGRAPHIE LIQUIDE HAUTE PERFORMANCE (HP... CHROMATOGRAPHIE LIQUIDE HAUTE PERFORMANCE (HPLC)

CHAPITRE II: CHROMATOGRAPHIE LIQUIDE HAUTE PERFORMANCE (HP... CHROMATOGRAPHIE LIQUIDE HAUTE PERFORMANCE (HPLC) Page 1 sur 10 CHROMATOGRAPHIE LIQUIDE HAUTE PERFORMANCE (HPLC) I) Principe de la chromatographie La chromatographie est une méthode de séparation des constituants d'un mélange même très complexe. Il existe

Plus en détail

Le cycle de l eau et le bilan hydrologique

Le cycle de l eau et le bilan hydrologique Valérie Borrell Estupina L2 Hydrologie générale - Montpellier 2011 Le cycle de l eau et le bilan hydrologique Cycle Définition, Réservoirs, Flux Ordres de grandeurs Bilan hydrologique Le cycle de l eau

Plus en détail

La planification des réseaux de mesures hydrologiques et de la qualité des eaux des lacs à usages multiples

La planification des réseaux de mesures hydrologiques et de la qualité des eaux des lacs à usages multiples Integrated Design of Hydrological Networks (Proceedings of the Budapest Symposium, July 1986). IAHS Publ. no. 158,1986. La planification des réseaux de mesures hydrologiques et de la qualité des eaux des

Plus en détail

Chap.1 Diffusion de particules

Chap.1 Diffusion de particules Chap.1 Diffusion de particules 1. Description de la diffusion particulaire 1.1. La diffusion : un phénomène de transport à l échelle microscopique 1.2. Flux de particules Vecteur densité de courant 1.3.

Plus en détail

côté : Transferts avec un fluide au repos

côté : Transferts avec un fluide au repos 1.1 Modélisation de la chaleur au voisinage des solides. Le modèle de Newton En l absence de rayonnement thermique, tout au moins en considérant que les phénomènes radiatifs sont négligeables devant les

Plus en détail

Biodégradation de NAPLs: Couplage hydrodynamique/croissance du biofilm

Biodégradation de NAPLs: Couplage hydrodynamique/croissance du biofilm Transferts en Milieux Poreux Laboratoire Environnement, Géomécanique & Ouvrages Biodégradation de NAPLs: Couplage hydrodynamique/croissance du biofilm Présenté par: M. Tiangoua KONE Direction de Thèse:

Plus en détail

Mercredi 03/12/ J. LEPLAT C. KING

Mercredi 03/12/ J. LEPLAT C. KING Mercredi 03/12/2014 - J. LEPLAT C. KING Réhabilitation d'un site industriel chimique par l'usage de plusieurs technologies : extraction multi-phase, injection d'eau sursaturée en CO2 et oxydation chimique

Plus en détail

Introduction Générale CHAPITRE 01

Introduction Générale CHAPITRE 01 CHAPITRE 01 1/QU'EST-CE QUE LA GÉOTECHNIQUE? La Géotechnique est l'ensemble des activités liées aux applications de la Mécanique des Sols, de la Mécanique des Roches et de la Géologie de l'ingénieur. La

Plus en détail

Observation microscopique d un granit sain et d un granit altéré

Observation microscopique d un granit sain et d un granit altéré TP n 16 L érosion des massifs montagneux Thème 1-B-4 Différents phénomènes géologiques mêlant subduction et collision aboutissent à un épaississement crustal important sous la forme d une chaîne de montagnes.

Plus en détail

Concevoir, construire et gérer des structures durables en béton

Concevoir, construire et gérer des structures durables en béton Concevoir, construire et gérer des structures durables en béton Approche performantielle et évolutions normatives Principales agressions et attaques des bétons Nathalie CORDIER CETE Méditerranée Labo d

Plus en détail

Bilan TP9 : La Terre est une planète habitée

Bilan TP9 : La Terre est une planète habitée Bilan TP9 : La Terre est une planète habitée Activité 1 : La distance Soleil- planète. Protocole expérimental : placer une source lumineuse de plus en plus loin d'une sonde lumière (enregistrement grâce

Plus en détail

Formation Bâtiment Durable: Gestion des eaux pluviales sur la parcelle

Formation Bâtiment Durable: Gestion des eaux pluviales sur la parcelle Formation Bâtiment Durable: Gestion des eaux pluviales sur la parcelle Bruxelles Environnement Minimisation des surfaces imperméables dans l aménagement des abords et des voies de circulation Sylvie SMETS

Plus en détail

Jian Liu. Etude expérimentale de la perméabilité relative des matériaux cimentaires et simulation. transfert d eau dans le béton

Jian Liu. Etude expérimentale de la perméabilité relative des matériaux cimentaires et simulation. transfert d eau dans le béton Etude expérimentale de la perméabilité relative des matériaux cimentaires et simulation numérique du transfert d eau dans le béton Jian Liu To cite this version: Jian Liu. Etude expérimentale de la perméabilité

Plus en détail

Etude du transfert des substances polluantes en solution dans un milieu poreux sur banc d essai au laboratoire

Etude du transfert des substances polluantes en solution dans un milieu poreux sur banc d essai au laboratoire Etude du transfert des substances polluantes en solution dans un milieu poreux sur banc d essai au laboratoire Abderrazak Bouanani* Kamila Baba-Hamed*,** Lamia Yebedri ** *Laboratoire 25, Département d

Plus en détail

LEWATIT NM 60. La Lewatit NM 60 est particulièrement adaptée aux applications suivantes:

LEWATIT NM 60. La Lewatit NM 60 est particulièrement adaptée aux applications suivantes: La Lewatit NM 60 est un lit mélangé de résines hautement régénérées d'ions constitué d'un mélange chimiquement équivalent d'une résine anionique forte type I et d'une résine cationique forte. La Lewatit

Plus en détail

Circulaire du 2 avril 2009 relative à la redevance pour pollution de l eau d origine non domestique NOR : DEVO C

Circulaire du 2 avril 2009 relative à la redevance pour pollution de l eau d origine non domestique NOR : DEVO C Aménagement, nature MINISTÈRE DE L ÉCOLOGIE, DE L ÉNERGIE, DU DÉVELOPPEMENT DURABLE Direction générale de l aménagement, du logement et de la nature Direction de l eau et de la biodiversité Circulaire

Plus en détail

Partiel 2 - Chimie générale (2h00)

Partiel 2 - Chimie générale (2h00) Partiel 2 - Chimie générale (2h00) Documents non autorisés - Calculatrice autorisée - Justifier les calculs Séparer calcul littéral et numérique Synthèse du dichlore au laboratoire (sujet 2006) Le permanganate

Plus en détail

TP n 1 : Déterminer la salinité d'une eau de mer. Comment déterminer expérimentalement la salinité d'un échantillon d'eau de mer?

TP n 1 : Déterminer la salinité d'une eau de mer. Comment déterminer expérimentalement la salinité d'un échantillon d'eau de mer? TP n 1 : Déterminer la salinité d'une eau de mer Objectif du TP : Déterminer la salinité d'une eau de mer par conductimétrie La salinité d'une eau de mer, masse d'espèces solides dissoutes dans 1 kg d'eau

Plus en détail

Caractériser la zone source d une pollution organique à l aide du logiciel OREOS Utilisation dans le contexte Suisse

Caractériser la zone source d une pollution organique à l aide du logiciel OREOS Utilisation dans le contexte Suisse Caractériser la zone source d une pollution organique à l aide du logiciel OREOS Utilisation dans le contexte Suisse ChloroForum - 19 Mars 2014 - Berne helenedemougeotrenard@eode.ch www.eode.ch +41 (0)79

Plus en détail

Géosynthétiques et développement durable

Géosynthétiques et développement durable Géosynthétiques et développement durable Influence des géotextiles sur le transferts des polluants ENTPE, Université Laval (Qc), IFSTTAR, UTC 28 mars 2012, Villa créatis, Lyon Table des matières 1 Problématique

Plus en détail

Pouvoir dépolluant des structures drainantes : Résultats et perspectives

Pouvoir dépolluant des structures drainantes : Résultats et perspectives Pouvoir dépolluant des structures drainantes : Résultats et perspectives Polygone de l Eau 29.01.2015 Lic. Sylvie Smets Chercheur-Conseiller Technologique s.smets@brrc.be Routes en Béton et pavages Pavages

Plus en détail

Après différents essais, c est en 1994 qu apparaissent les premiers essais de mélanges à base d chanvre non traité et de liant à base de chaux.

Après différents essais, c est en 1994 qu apparaissent les premiers essais de mélanges à base d chanvre non traité et de liant à base de chaux. LES ENDUITS CHANVRE ET CHAUX UN PRODUIT RECENT EN ISOLATION L utilisation du chanvre pour la correction thermique des habitations est une chose relativement récente : c est vers 1985 que la Chanvrière

Plus en détail

ORIENTATION COMITÉ DES ACCISES. Euromarqueur: Méthode de référence communautaire harmonisée d'analyse de l'euromarqueur

ORIENTATION COMITÉ DES ACCISES. Euromarqueur: Méthode de référence communautaire harmonisée d'analyse de l'euromarqueur COMMISSION EUROPÉENNE DIRECTION GÉNÉRALE FISCALITÉ ET UNION DOUANIÈRE POLITIQUE FISCALE Accises et fiscalité des transports, de l'environnement et de l'énergie Bruxelles, le 18 mai 2005 CED N 494 rev 2

Plus en détail

Méthodes chromatographiques UE :8

Méthodes chromatographiques UE :8 Méthodes chromatographiques UE :8 Il manque des diapos quoi seront mis dans les prochains jours par le professeur Semaine : n 43 (du 19/10/15 au 23/10/15) Date : 22/10/2015 Heure : de 8h00 à 9h00 Binôme

Plus en détail

SYNDICAT MIXTE D'ETUDES POUR LA GESTION DE LA RESSOURCE EN EAU DU DEPARTEMENT DE LA GIRONDE

SYNDICAT MIXTE D'ETUDES POUR LA GESTION DE LA RESSOURCE EN EAU DU DEPARTEMENT DE LA GIRONDE Etude des possibilités de déplacement vers le Nord-Est de prélèvements effectués pour l'alimentation en eau potable dans la nappe de l'eocène au droit de la vallée de l'isle SYNTHESE DE L'ÉTUDE REALISEE

Plus en détail

des sols et de fondations 1

des sols et de fondations 1 Problè111es pratiques de 111écanique des sols et de fondations 1 Généralités Plasticité Calcul des tassements Interprétation des essais in situ Guy Sanglerat/ Gilbert Olivari Bernard Cambou préface de

Plus en détail

ENTPE année scolaire 2005-2006 Cours de Mécanique des Sols II. Essais in situ et capacité portante des fondations superficielles

ENTPE année scolaire 2005-2006 Cours de Mécanique des Sols II. Essais in situ et capacité portante des fondations superficielles Essais in situ et capacité portance des fondations superficielles p. 1 / 13 ENTPE année scolaire 005-006 Cours de Mécanique des Sols II Essais in situ et capacité portante des fondations superficielles

Plus en détail

EAU PRO. Expertise - Conception - Réalisation. Traitement des lixiviats de centres d enfouissement technique de déchets ménagers.

EAU PRO. Expertise - Conception - Réalisation. Traitement des lixiviats de centres d enfouissement technique de déchets ménagers. EAU PRO Notre métier : gestion, traitement et réutilisation de vos effluents Expertise - Conception - Réalisation Environnement Agro-alimentaire Industries Traitement des lixiviats de centres d enfouissement

Plus en détail

DIAGNOSTIC A DISTANCE DES RESEAUX DE DISTRIBUTION ELECTRIQUE ALAIN GILOT SCHNEIDER ELECTRIC, FRANCE

DIAGNOSTIC A DISTANCE DES RESEAUX DE DISTRIBUTION ELECTRIQUE ALAIN GILOT SCHNEIDER ELECTRIC, FRANCE DIAGNOSTIC A DISTANCE DES RESEAUX DE DISTRIBUTION ELECTRIQUE ALAIN GILOT SCHNEIDER ELECTRIC, FRANCE Dans un premier temps, nous rappelons comment la performance d un réseau peut se dégrader en terme d

Plus en détail

Modélisations analytique et numérique intégrale du milieu souterrain vers l'air intérieur à l'échelle de deux sites ateliers

Modélisations analytique et numérique intégrale du milieu souterrain vers l'air intérieur à l'échelle de deux sites ateliers 28 et 29 mai 2013 Gestion des sites et sols pollués Les substances volatiles : caractérisation, modélisation des transferts, surveillance Retour d expérience des projets CITYCHLOR, FLUXOBAT et ATTENA Modélisations

Plus en détail

Concentrations et quantité de matière

Concentrations et quantité de matière Concentrations et quantité de matière Une solution contient des molécules ou des ions dissous dans un solvant. Pour évaluer la quantité d'espèces dissoutes dans un volume donné de solution, on utilise

Plus en détail

Instrumentation innovante pour la caractérisation du transport de soluté et de chaleur en milieu fracturé

Instrumentation innovante pour la caractérisation du transport de soluté et de chaleur en milieu fracturé Instrumentation innovante pour la caractérisation du transport de soluté et de chaleur en milieu fracturé E. Chatton*, J. de La Bernardie*, O. Bour*, N. Guiheneuf*, T. Labasque*, F. Koch**, T. Leborgne*

Plus en détail

L'équation du bilan hydrique se fonde sur l'équation de continuité et peut s'exprimer comme suit, pour une période et un espace donnés :

L'équation du bilan hydrique se fonde sur l'équation de continuité et peut s'exprimer comme suit, pour une période et un espace donnés : Le cycle de l'eau est sujet à des processus complexes et variés parmi lesquels nous citerons les précipitations, l'évaporation, la transpiration (des végétaux), l'interception, le ruissellement, l'infiltration,

Plus en détail

Evaluation de l'efficacité environnementale des zones tampons en vue de limiter la contamination des eaux par les pesticides

Evaluation de l'efficacité environnementale des zones tampons en vue de limiter la contamination des eaux par les pesticides Evaluation de l'efficacité environnementale des zones tampons en vue de limiter la contamination des eaux par les pesticides Jean-Joël Gril, Julien Tournebize et Yves Nédélec, pour les équipes : «Pollutions

Plus en détail

COURS DE FONDATIONS FONDATIONS SUPERFICIELLES

COURS DE FONDATIONS FONDATIONS SUPERFICIELLES COURS DE FONDATIONS FONDATIONS SUPERFICIELLES 2010 Sommaire -1- SOMMAIRE AVANT PROPOS... 2 FONDATIONS SUPERFICIELLES... 3 1.1 Définitions... 3 1.1.1 Types de fondations superficielles... 3 1.1.2 Capacité

Plus en détail

OPUSS MODELISATION DU TRANSPORT DE POLLUANTS DANS LES SOLS ET LE SOUS- SOL EN MILIEU URBAIN Etat de l art

OPUSS MODELISATION DU TRANSPORT DE POLLUANTS DANS LES SOLS ET LE SOUS- SOL EN MILIEU URBAIN Etat de l art OPUSS MODELISATION DU TRANSPORT DE POLLUANTS DANS LES SOLS ET LE SOUS- SOL EN MILIEU URBAIN Etat de l art CONTAMINANT TRANSPORT MODELING IN SOILS AND SUBSOILS IN URBAN ENVIRONMENT A review C. Le Guern,

Plus en détail

La modélisation multi-physique : un nouveau levier pour l optimisation des systèmes mécatroniques ferroviaires

La modélisation multi-physique : un nouveau levier pour l optimisation des systèmes mécatroniques ferroviaires La modélisation multi-physique : un nouveau levier pour l optimisation des systèmes mécatroniques ferroviaires Rail Industry Meetings : Le 7 Mars 2012 Thomas Desbarats Ingénieur application LMS Thomas.desbarats@lmsintl.com

Plus en détail

Protocole d étude. Danger d une contamination des eaux souterraines lors du traitement du bois à la cyperméthrine. Projet Alpeau : Volet micropolluant

Protocole d étude. Danger d une contamination des eaux souterraines lors du traitement du bois à la cyperméthrine. Projet Alpeau : Volet micropolluant Projet Alpeau : Volet micropolluant Protocole d étude Danger d une contamination des eaux souterraines lors du traitement du bois à la cyperméthrine Dimitri Dousse, EPFL Plan Evaluation du danger de contamination

Plus en détail

La protection des bétons en zone littorale STRRES FNTP

La protection des bétons en zone littorale STRRES FNTP www.lerm.fr Ingénierie et Laboratoire conseil en matériaux de construction Marseille, le 27 novembre 2013 La protection des bétons en zone littorale STRRES FNTP Contrôle des Matériaux Diagnostic Constructions

Plus en détail

www.imlab.com Modèle Midcap 834 Référence Désignation: Armoire ventilée à filtration sans raccordement Modèle Midcap 834 PUHT

www.imlab.com Modèle Midcap 834 Référence Désignation: Armoire ventilée à filtration sans raccordement Modèle Midcap 834 PUHT ARMOIRES VENTILÉES DE BASE A RECYCLAGE Modèle de base Midcap-834 : pour ranger en toute sécurité acides, bases ou solvants Armoire ventilée à filtration sans raccordement destinée à la protection du personnel

Plus en détail

BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE

BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE BACCALAURÉAT TECHNLGIQUE Série : Sciences et Technologies de Laboratoire Spécialité : Sciences Physiques et Chimiques en Laboratoire SESSIN 2014 Sous-épreuve écrite de sciences physiques et chimiques en

Plus en détail

Déversement d hydrocarbures lors d une opération de transfert 17 juillet 2010 Speyer Allemagne

Déversement d hydrocarbures lors d une opération de transfert 17 juillet 2010 Speyer Allemagne Déversement d hydrocarbures lors d une opération de transfert 17 juillet 2010 Speyer Allemagne Raffinerie Hydrocarbures Déchargement Tuyauterie Fuite Dépollution Procédures LES INSTALLATIONS CONCERNÉES

Plus en détail

Suivi et Evaluation de 10 chauffages solaires SolisConfort Synthèse du programme ADEME no 0905C0080

Suivi et Evaluation de 10 chauffages solaires SolisConfort Synthèse du programme ADEME no 0905C0080 Suivi et Evaluation de 10 chauffages solaires SolisConfort Synthèse du programme ADEME no 0905C0080 Été 2014 Résumé principales conclusions Dans le cadre de ses missions, l'ademe poursuit la démarche,

Plus en détail

Etude de l isolation thermique du four cible-source pour Spiral2

Etude de l isolation thermique du four cible-source pour Spiral2 Etude de l isolation thermique du four cible-source pour Spiral2 F. Launay To cite this version: F. Launay. Etude de l isolation thermique du four cible-source pour Spiral2. 2010, pp.26.

Plus en détail

AVIS de l Agence nationale de sécurité sanitaire de l alimentation, de l environnement et du travail

AVIS de l Agence nationale de sécurité sanitaire de l alimentation, de l environnement et du travail Direction générale Maisons-Alfort, le 13 février 2016 AVIS de l Agence nationale de sécurité sanitaire de l alimentation, de l environnement et du travail relatif à l utilisation de la résine échangeuse

Plus en détail

Chapitre 3 Conduction électrique des solutions acqueuses

Chapitre 3 Conduction électrique des solutions acqueuses Chapitre 3 Conduction électrique des solutions acqueuses OBJECTIFS Montrer que certaines solutions aqueuses conduisent le courant électrique. Interpréter la conduction du courant par certaines solutions

Plus en détail

Mesure de la concentration d oxygène dans une CEBC: cas du site LTA

Mesure de la concentration d oxygène dans une CEBC: cas du site LTA Mesure de la concentration d oxygène dans une CEBC: cas du site LTA Présenté par Jalila Hamdi Superviseur: Mamert Mbonimpa, ing. Ph.D Co-superviseur: AbdelKabir Maqsoud, Ph.D Été 2007 1 Plan de Présentation

Plus en détail

Financement des infrastructures d eau potable a d assainissement

Financement des infrastructures d eau potable a d assainissement TABLE RONDE DE HAUT NIVEAU Financement des infrastructures d eau potable a d assainissement Gouvernements organisateurs (1) Ministere de l'energie et de l'eau, Mali (2) Gouvernement de la Tunisie 1. Introduction

Plus en détail

1. GES 10 : Traitement de surface des métaux électrodéposition et électroformage du nickel

1. GES 10 : Traitement de surface des métaux électrodéposition et électroformage du nickel 1. GES 10 : Traitement de surface des métaux électrodéposition et électroformage du nickel Cycle de vie Utilisation finale DU de Ni métal Titre libre et court Traitement de surface des métaux électrodéposition

Plus en détail

Gestion, contraintes, innovations et perspectives dans le domaine de la gestion de l eau des piscines publiques

Gestion, contraintes, innovations et perspectives dans le domaine de la gestion de l eau des piscines publiques Journées d Etude Nationales, 21 mars 2012 Gestion, contraintes, innovations et perspectives dans le domaine de la gestion de l eau des piscines publiques Serge Lucas, directeur de la piscine sports loisirs

Plus en détail

LEWATIT MonoPlus S 108 H

LEWATIT MonoPlus S 108 H La Lewatit MonoPlus S 108 H est une résine d'échange cationique fortement acide, de type gel sous forme complètement régénérée (min 99 % H + ), avec des billes de taille uniforme (monodisperse), basé sur

Plus en détail

Influence des conditions d exposition des stationnements multiétagés sur la pénétration des chlorures dans le béton

Influence des conditions d exposition des stationnements multiétagés sur la pénétration des chlorures dans le béton Influence des conditions d exposition des stationnements multiétagés sur la pénétration des chlorures dans le béton Joëlle Perreault-Chabot 1, Marc Jolin 1, Éric Samson 2 1 Centre de recherche sur les

Plus en détail

Echantillonneurs passifs développés pour les eaux douces Verrous et innovations. Ph Négrel avec la collaboration de L. Amalric

Echantillonneurs passifs développés pour les eaux douces Verrous et innovations. Ph Négrel avec la collaboration de L. Amalric Echantillonneurs passifs développés pour les eaux douces Verrous et innovations Ph Négrel avec la collaboration de L. Amalric 1 Bilan du projet ORIGAMI (ANR) Bilan du projet NEPALE (Région Centre Val de

Plus en détail

Cahier des Clauses Techniques Particulières

Cahier des Clauses Techniques Particulières Le 17 octobre 2008 Cahier des Clauses Techniques Particulières «Recensement et analyse critique d'indicateurs dans le domaine de l'eau» Titre : Cahier des charges technique : «Recensement et analyse critique

Plus en détail

ANNEXE AU REGLEMENT DU P.O.S. «GESTION DES EAUX PLUVIALES >> Règlement de P. O. S. applicable aux zones naturelles et urbaines.

ANNEXE AU REGLEMENT DU P.O.S. «GESTION DES EAUX PLUVIALES >> Règlement de P. O. S. applicable aux zones naturelles et urbaines. ANNEXE AU REGLEMENT DU P.O.S. «GESTION DES EAUX PLUVIALES >> Règlement de P. O. S. applicable aux zones naturelles et urbaines. 4-1 - DISPOSITION GENERALES Section 1 -Aspect quantitatif ARTICLE 4 - GESTION

Plus en détail

Calcul d itinéraire. L affectation sur les réseaux et ses indicateurs. Module P23 Calcul d itinéraire

Calcul d itinéraire. L affectation sur les réseaux et ses indicateurs. Module P23 Calcul d itinéraire L affectation sur les réseaux et ses indicateurs 01. Principe de l affectation 02. Perspectives et indicateurs Partie 1 Principe de l affectation 01. Principe de l affectation 02. Perspectives et indicateurs

Plus en détail

Annexe 1 : Dépôt de déchets bitumineux en plein air Traitement des eaux de percolation sur biofiltre. Recommandation

Annexe 1 : Dépôt de déchets bitumineux en plein air Traitement des eaux de percolation sur biofiltre. Recommandation Annexe 1 : Dépôt de déchets bitumineux en plein air Traitement des eaux de percolation sur biofiltre Recommandation 1 INTRODUCTION Les déchets de chantier minéraux représentent la fraction la plus importante

Plus en détail

Encadrants : Laurence Belkessam, CNRSSP Sébastien Denys, INERIS Corinne Perrin-Ganier, ENSAIA (Co-directrice) Michel Schiavon, ENSAIA (Directeur)

Encadrants : Laurence Belkessam, CNRSSP Sébastien Denys, INERIS Corinne Perrin-Ganier, ENSAIA (Co-directrice) Michel Schiavon, ENSAIA (Directeur) Re-mobilisation des hydrocarbures aromatiques polycycliques de terres industrielles de cokerie et mécanismes impliqués dans le "vieillissement" du fluoranthène Encadrants : Laurence Belkessam, CNRSSP Sébastien

Plus en détail

Site: L AIR COMPRIME

Site:  L AIR COMPRIME L AIR COMPRIME Deuxième source d'énergie industrielle, après l'électricité, l'air comprimé doit légitimement bénéficier d'études particulières pour optimiser sa production et son utilisation. Ceci d'autant

Plus en détail

Technologie de maintenance industrielle.

Technologie de maintenance industrielle. Technologie de maintenance industrielle ELC.22 Objectifs du programme Les unités de production et les équipements industriels modernes sont des systèmes de plus en plus complexes et automatisés. Ces systèmes

Plus en détail

DIPLÔME NATIONAL du BREVET

DIPLÔME NATIONAL du BREVET REPERE DIPLÔME NATIONAL du BREVET DNB11-COLPHC1SMET Session 2011 PHYSIQUE - CHIMIE Série Collège DURÉE : 45 min - COEFFICIENT : 1 Ce sujet comporte 8 pages numérotées de 1/8 à 8/8. Le candidat s assurera

Plus en détail

LEWATIT K La Lewatit K 7367 est spécialement destinée aux applications suivantes:

LEWATIT K La Lewatit K 7367 est spécialement destinée aux applications suivantes: La Lewatit K 7367 est une résine polymérique styène-dvb, fortement basique, de structure macroporeuse et se présentant sous forme de billes d un diamètre uniforme (monodisperse). Ces billes monodisperses

Plus en détail

Conception des infrastructures de transports LITEP - Intermodalité des transports et planification 19 février 2013

Conception des infrastructures de transports LITEP - Intermodalité des transports et planification 19 février 2013 Conception des infrastructures de transports Dr P. Tzieropoulos LITEP - Intermodalité des transports et planification 9 février 03 Ne prréparrez rriien,, à ll' 'avance!! Nous ttrraiitterrons ce cas ensemblle,,

Plus en détail

9DOLGDWLRQH[SpULPHQWDOHGXFRGH$,53$. SRXUO pwxghg XQHYHQWLODWLRQSDUGpSODFHPHQW GDQVXQEXUHDX

9DOLGDWLRQH[SpULPHQWDOHGXFRGH$,53$. SRXUO pwxghg XQHYHQWLODWLRQSDUGpSODFHPHQW GDQVXQEXUHDX 9DOLGDWLRQH[SpULPHQWDOHGXFRGH$,53$. SRXUO pwxghg XQHYHQWLODWLRQSDUGpSODFHPHQW GDQVXQEXUHDX Présenté par Mme Sophie LOUAGE(*) (*) FLUENT France, Immeuble Central Gare, 1 place Charles de Gaulle, 78180 Montigny-le-Bretonneux

Plus en détail