Deux seules questions : quand et ou?

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Deux seules questions : quand et ou?"

Transcription

1 Deux seules questions : quand et ou? Pierre-Alain Cotnoir 5304J avenue du Parc Montréal (Québec) H2V 4G7 Mémoire présenté le 8 octobre 2015 dans le cadre de la consultation publique de la commission de l environnement de la Communauté métropolitaine de Montréal sur le projet d oléoduc Énergie Est de TransCanada.

2 Il n y a que deux questions qui doivent être posées en regard du projet d Oléoduc Énergie Est de TransCanada sur le territoire de la Communauté métropolitaine de Montréal. Quand et où se produira le premier déversement d hydrocarbure? Pourquoi de telles questions? D une part, comme le rappelle avec justesse Jean-Jacques Salomon : Avec le machinisme et l'industrialisation, l'échelle des catastrophes technologiques n'a pas cessé de s'élever. Ces accidents ont fait partie du paysage industriel dès ses débuts : coups de grisou; déraillements de trains, ruptures de barrages, explosions d'usines, incendies de grands magasins, etc. Comme le XX e siècle, a concentré, multiplié, agrandi les entreprises de mégatechnologie, l'étendue des dégâts possibles s'est accrue. 1 D autre part, plus précisément, c est que le risque dans le domaine de l exploitation et du transport pétrolier reste omniprésent. Aussi, la probabilité d incidents lors du transport par pipeline entraînant des déversements de pétrole demeure élevée comme l a estimé la journaliste scientifique Valérie Borde dans la revue L Actualité : Le transport de 1,1 million de barils de brut par jour que prévoit Transcanada pour son oléoduc Énergie-Est correspond à 30 % de la quantité transportée par pipeline en 2013, au Canada. La longueur prévue de l oléoduc, soit km, correspond à 24 % de celle des pipelines de compétence fédérale ayant servi au transport de produits pétroliers en 2013, au Canada. On devrait donc s attendre, en proportion, à ce que le projet d Énergie Est engendre, en gros, entre un quart et un tiers des déversements qui se sont produits en 2013 sur tout le réseau de pipelines canadiens transportant des produits pétroliers. Ce qui donne, au minimum, huit déversements par an. 2 Un reportage de la Société Radio-Canada nous apprenait également que «Le taux d'incidents liés à la sûreté des oléoducs et gazoducs a plus que doublé au cours de la dernière décennie au pays [ ] En ce qui concerne uniquement les fuites et les déversements (par km), ce taux a plus que triplé durant cette période.». 3 1 Salomon, Jean-Jacques (2006) Une civilisation à hauts risques, Éditions Charles Léopold Mayer, Paris, page

3 Figure 1 Bureau de la sécurité des transports du Canada : Sommaire statistique des événements de pipeline 2013 Figure 2 Société Radio-Canada : Pipelines canadiens : les incidents ont plus que doublé en 10 ans Alors, il vaut donc la peine de se projeter à quoi pourrait bien ressembler un tel déversement dans l une des trois situations suivantes : Dans un cours d eau En milieu agricole En milieu résidentiel

4 C est ce que nous allons faire afin d illustrer les dangers que recèle le transport par oléoduc d une quantité imposante du pétrole synthétique produit à partir de l exploitation des sables bitumineux. En trois articles fictifs de presse, nous allons mettre en scène les impacts sur la société et l environnement de telles catastrophes. Nous n aborderons pas la nécessité, soulevée par la communauté scientifique à l orée de la conférence de Paris sur les changements climatiques, de laisser 85% du pétrole non conventionnel dans le sous-sol si nous ne voulons pas léguer à nos enfants et petits-enfants un enfer climatique. Mais nous le gardons en mémoire et, soyez assurés que nous en sommes profondément préoccupés. La rivière des Mille-Îles contaminée Le Devoir Mercredi 31 janvier 2021 Dans la nuit de lundi à mardi, un important déversement de pétrole provenant de l oléoduc d Énergie Est entré en fonction à la fin de novembre dernier s est produit à la hauteur de Terrebonne dans la rivière des Mille-Îles. Ce sont l équivalent de barils, soit 3 millions de litres d hydrocarbures qui se sont répandus dans le cours d eau. Les opérations de nettoyage seront très difficiles à réaliser à cause du couvert de glace qui nuit fortement aux opérations de récupération. Figure 3 Savaria: Propagation estimée du panache de déversement dans la rivière des Mille Îles Les citoyens des municipalités de Repentigny, Varennes, Verchères, Saint-Sulpice et de Contrecoeur sont avisés de s astreindre à ne pas utiliser l eau en provenance des aqueducs

5 municipaux. Un service d urgence doit être mis en place par les municipalités afin de permettre aux résidents de ces localités de s approvisionner en eau potable. Le Ministre de l Environnement du Québec s est déclaré catastrophé par l impact de ce déversement. Non seulement les travaux de nettoyage prendront des mois, mais parallèlement les citoyens situés en aval seront privés d eau potable pendant toute la période de restauration des zones contaminées. Le porte-parole de la compagnie Trans-Canada a tenté de minimiser ces impacts en déclarant que des diluants pourraient être utilisés afin de disperser le pétrole déversé. Réagissant à cette déclaration, le porte-parole de Greenpeace a souligné que ces dispersants contenant plusieurs produits toxiques ne vont qu aggraver la perturbation des écosystèmes marins tant dans la rivière des Mille-Îles que dans le fleuve et le lac Saint-Pierre. Signalons enfin que la circulation des navires commerciaux sur le fleuve Saint-Laurent sera temporairement interrompue probablement jusqu en avril prochain. D autres nouvelles suivront. Les terres de Mirabel toujours imbibées de pétrole La Presse Lundi 17 mai 2021 Le pétrole déversé, il y a deux semaines, suite à un bris dans le pipeline de la compagnie Trans- Canada à la hauteur de Mirabel a contaminé, selon les évaluations des experts du ministère de l Environnement dépêchés sur les lieux, les plantes, les sédiments et les sols des terrains sousjacents. Les habitats de plusieurs espèces fauniques en cette saison de reproduction pour plusieurs espèces ont été durablement altérés par la connexion du site contaminé avec les ruisseaux et rivières affluents à la rivière des Mille-Îles.

6 La nappe phréatique ayant déjà été atteinte par les hydrocarbures, la production agricole environnante risque d être fortement touchée. À titre d exemple la prise d eau souterraine des serres maraichères de Mirabel a déjà été contaminée, affectant toute la production. La réhabilitation du site pourrait prendre jusqu à six mois, les coûts étant estimés à plusieurs dizaines de millions de dollars. Incendie monstre à Rivière-des-Prairies Le Journal de Montréal, samedi 8 octobre 2022 Vendredi, vers 23 heures, la conduite du pipeline de TransCanada, à la sortie de sa traversée de la Rivière-des-Prairies sur l île de Montréal, s est brisée entraînant un incendie dans un quartier résidentiel. Au moment de mettre sous presse, on ignorait encore s il y avait des victimes. En guise de conclusion Est-ce vraiment le futur que nous voulons risquer de voir se produire dans un avenir pas si lointain en donnant le feu vert à un tel projet? Car, je le rappelle, la seule question n est pas de savoir s il y a un risque probable d un déversement, non. Il s agit plutôt de se demander quand et où le produira. Les histoires fictives que je viens d esquisser restent plausibles, inspirées de faits s étant produits et du «Premier rapport technique» concernant la mise en service de l oléoduc Énergie Est de TransCanada rédigé par la Savaria Experts-Conseils inc. et publié le 6 mai dernier.

UN PORT INTERNATIONAL FICHE 4-02

UN PORT INTERNATIONAL FICHE 4-02 UN PORT INTERNATIONAL FICHE 4-02 La région de Québec possède historiquement des liens très étroits avec les activités portuaires et maritimes. Le port de Québec a toujours constitué un centre d activités

Plus en détail

Fredericton, Nouveau-Brunswick Séance du comité d audience. Office national de l énergie 15 août 2016

Fredericton, Nouveau-Brunswick Séance du comité d audience. Office national de l énergie 15 août 2016 Fredericton, Nouveau-Brunswick Séance du comité d audience Office national de l énergie 15 août 2016 1 Qu est-ce que le projet Oléoduc Énergie Est? 15,7 milliards $* financé par le secteur privé à 100%

Plus en détail

ANALYSE DES RUPTURES DANS LES PRINCIPAUX RÉSEAUX PIPELINIERS DU CANADA ET RELEVÉ DES TENDANCES

ANALYSE DES RUPTURES DANS LES PRINCIPAUX RÉSEAUX PIPELINIERS DU CANADA ET RELEVÉ DES TENDANCES ANALYSE DES RUPTURES DANS LES PRINCIPAUX RÉSEAUX PIPELINIERS DU CANADA ET RELEVÉ DES TENDANCES FRANCI JEGLIC OFFICE NATIONAL DE L ÉNERGIE CALGARY (CANADA) Résumé Le nombre de ruptures par année est un

Plus en détail

Quantification du risque : calcul de la probabilité d une rupture d un pipeline d Énergie Est

Quantification du risque : calcul de la probabilité d une rupture d un pipeline d Énergie Est Quantification du risque : calcul de la probabilité d une rupture d un pipeline d Énergie Est Quantification du risque : calcul de la probabilité d une rupture d un pipeline d Énergie Est TransCanada propose

Plus en détail

L Empreinte de l eau, source de gouvernance

L Empreinte de l eau, source de gouvernance Mémoire L Empreinte de l eau, source de gouvernance Présenté à l Office de consultation publique de Montréal par Aqua Climax inc. 29 août 2013 Mémoire rédigé par : Bastien Guérard Aqua Climax info@aquaclimax.com

Plus en détail

JANVIER Horaire de pleine mer. Accès possible Mercredi h30 06h40 08h20. Mercredi h56 19h10 20h50

JANVIER Horaire de pleine mer. Accès possible Mercredi h30 06h40 08h20. Mercredi h56 19h10 20h50 JANVIER 2015 aux Mercredi 21 103 12.60 07h30 06h40 08h20 Mercredi 21 106 12.55 19h56 19h10 20h50 Jeudi 22 109 13.00 08h16 07H50 08H50 07h20 09h30 Jeudi 22 109 12.75 20h42 20h30 20h50 19h50 21h40 Vendredi

Plus en détail

Révision de la numérotation des règlements

Révision de la numérotation des règlements Révision de la numérotation des règlements Veuillez prendre note qu un ou plusieurs numéros de règlements apparaissant dans ces pages ont été modifiés depuis la publication du présent document. En effet,

Plus en détail

Colloque transport maritime et sécurité Comité ZIP Jacques-Cartier. 13 avril 2016

Colloque transport maritime et sécurité Comité ZIP Jacques-Cartier. 13 avril 2016 Colloque transport maritime et sécurité Comité ZIP Jacques-Cartier 13 avril 2016 Plan de la présentation 1. Qui sommes-nous? 2. Portrait de l industrie maritime québécoise 3. Création du Bureau d information

Plus en détail

Le réseau hydrographique

Le réseau hydrographique Le réseau hydrographique Le réseau hydrographique de la MRC représente un milieu aquatique d environ 600 kilomètres de cours d eau et du double de rives. Le fleuve Saint-Laurent représente le grand collecteur

Plus en détail

Bassin versant de la rivière Ferrée

Bassin versant de la rivière Ferrée Carte d identité n 19 OBV de la Côte-du-Sud L'Île-d'Orléans Montmagny Québec L'Islet Cette carte d identité dresse le portrait du bassin versant de la rivière Ferrée, inclus dans le territoire de l OBV

Plus en détail

LES POLLUTIONS MARITIMES

LES POLLUTIONS MARITIMES MINISTERE DE LA JUSTICE SERVICE DES AFFAIRES EUROPEENNES ET INTERNATIONALES PARIS LES POLLUTIONS MARITIMES REGIME DES INFRACTIONS ET DES PEINES NOTION DE RESPONSABILITE FEDERATION DE RUSSIE, LITUANIE,

Plus en détail

DISPONIBILITE SUR VOLS SPECIAUX ET CONTINGENTES pour séjours de 8 jours EN DATE DU 30/12/2016 AU DEPART DE BORDEAUX

DISPONIBILITE SUR VOLS SPECIAUX ET CONTINGENTES pour séjours de 8 jours EN DATE DU 30/12/2016 AU DEPART DE BORDEAUX décembre 2 016 1 janvier 2 017 Vendredi 20 Vendredi 27 février 2 017 Samedi 18 Samedi 25 Vendredi 3 Vendredi 10 Vendredi 17 Vendredi 24 Mardi 14 mars 2 017 Samedi 4 Samedi 11 Samedi 18 Samedi 25 Page 1

Plus en détail

Énergie Est : une menace à l eau potable AVRIL 2016

Énergie Est : une menace à l eau potable AVRIL 2016 Énergie Est : une menace à l eau potable AVRIL 2016 COPRODUIT PAR : EN COLLABORATION AVEC : Conservation Council of New Brunswick Équiterre Greenpeace Canada Northwatch Manitoba Energy Justice Coalition

Plus en détail

8- Assurance des chantiers

8- Assurance des chantiers 514.642.6696 ; marius@cirdfa.com 1 8- Assurance des chantiers La proposition doit contenir tous les renseignements nécessaires à la tarification du risque et à l émission de la police Aucun détail ne peut

Plus en détail

DÉVELOPPEMENT DURABLE

DÉVELOPPEMENT DURABLE Complexe industriel de QIT-Fer et Titane à Sorel-Tracy situé sur la rive sud du fleuve Saint-Laurent Agrandissement d un port à Sorel-Tracy Une approche intégrée, proactive et participative Christian Blanchet,

Plus en détail

http://www.univers-nature.com Un futur noir : Shell autorisé à effectuer des forages dans l Arctique Lundi 17 août 2015, la compagnie anglo-néerlandaise, Shell, a finalement rempli les conditions pour

Plus en détail

Saint John, Nouveau-Brunswick Séance du comité d audience. Office national de l énergie 8 août 2016

Saint John, Nouveau-Brunswick Séance du comité d audience. Office national de l énergie 8 août 2016 Saint John, Nouveau-Brunswick Séance du comité d audience Office national de l énergie 8 août 2016 1 Qu est-ce que le projet Oléoduc Énergie Est? 15,7 milliards $* financé par le secteur privé à 100% 4

Plus en détail

Formation 2.1 - L'État de l'énergie au Québec et la nouvelle politique énergétique Mercredi 10 février 2016 10h30-11h45 Hôtel Château Laurier Québec

Formation 2.1 - L'État de l'énergie au Québec et la nouvelle politique énergétique Mercredi 10 février 2016 10h30-11h45 Hôtel Château Laurier Québec Formation 2.1 - L'État de l'énergie au Québec et la nouvelle politique énergétique Mercredi 10 février 2016 10h30-11h45 Hôtel Château Laurier Québec - Des Plaines B, 1220, Place George V Ouest, Québec

Plus en détail

Mémoire d Attention FragÎles

Mémoire d Attention FragÎles Mémoire d Attention FragÎles Enjeux énergétiques des Îles-de-la-Madeleine Présenté dans le cadre des Consultations publiques de la Commission sur les enjeux énergétiques du Québec. Îles-de-la-Madeleine

Plus en détail

CONVENTION DE STAGE SALARIÉ

CONVENTION DE STAGE SALARIÉ CONVENTION DE STAGE SALARIÉ AVERTISSEMENT Les personnes qui sollicitent le bénéfice d une convention de stage doivent être obligatoirement inscrites et participer réellement à un cycle de formation ou

Plus en détail

Transport. Graphique 29.1 Produit intérieur brut aux prix de base, certaines industries des transports. Transport par camion.

Transport. Graphique 29.1 Produit intérieur brut aux prix de base, certaines industries des transports. Transport par camion. Transport 29 Le réseau de transport canadien, desservant l un des plus grands pays du monde, compte plus de 1,4 million de kilomètres de routes, 10 grands aéroports internationaux, 300 petits aéroports,

Plus en détail

PRÉVISIONS D ACTIVITÉS 2015-2016

PRÉVISIONS D ACTIVITÉS 2015-2016 PRÉVISIONS D ACTIVITÉS 2015-2016 Présenté à l assemblée générale annuelle du 6 juillet 2015 Mouvement de valorisation du patrimoine naturel des Îles-de-la-Madeleine Activités visant à préserver la nature

Plus en détail

CONSULTATION PUBLIQUE SUR LES CONDITIONS DE VIE DES AÎNÉS

CONSULTATION PUBLIQUE SUR LES CONDITIONS DE VIE DES AÎNÉS CONSULTATION PUBLIQUE SUR LES CONDITIONS DE VIE DES AÎNÉS MÉMOIRE PRÉSENTÉ À MADAME MARGUERITE BLAIS MINISTRE DES AÎNÉS ET DE LA FAMILLE PAR L Porte-parole : Rosaire Quévillon, vice-président BROSSARD,

Plus en détail

1. La Chine et l Inde vont-elles épuiser les ressources énergétiques de la planète?

1. La Chine et l Inde vont-elles épuiser les ressources énergétiques de la planète? LA GUERRE DE L ÉNERGIE N EST PAS UNE FATALITÉ en 10 questions / réponses 1. La Chine et l Inde vont-elles épuiser les ressources énergétiques de la planète? Un Chinois consomme une tonne équivalent pétrole

Plus en détail

Les comités de zone d intervention prioritaire (ZIP) : concertation et action pour le Saint-Laurent. Stratégies Saint-Laurent, 2010

Les comités de zone d intervention prioritaire (ZIP) : concertation et action pour le Saint-Laurent. Stratégies Saint-Laurent, 2010 Les comités de zone d intervention prioritaire (ZIP) : concertation et action pour le Saint-Laurent Stratégies Saint-Laurent, 2010 Le Saint-Laurent, épine dorsale du Québec Voie de navigation et de communication

Plus en détail

La Loi sur la qualité de l Environnement, des origines à nos jours Jean Piette Associé principal Norton Rose Fulbright Canada S.E.N.C.R.L., s.r.l.

La Loi sur la qualité de l Environnement, des origines à nos jours Jean Piette Associé principal Norton Rose Fulbright Canada S.E.N.C.R.L., s.r.l. La Loi sur la qualité de l Environnement, des origines à nos jours Jean Piette Associé principal Norton Rose Fulbright Canada S.E.N.C.R.L., s.r.l. 5 février 2015 Colloque du réseau de l environnement (Hôtel

Plus en détail

Fiche de renseignements de la CEN. Foire aux questions

Fiche de renseignements de la CEN. Foire aux questions Fiche de renseignements de la CEN Foire aux questions Q. Qu est ce que l escarpement du Niagara et où se trouve t il? R. L escarpement du Niagara est une crête boisée qui s étend sur 725 km de Queenston,

Plus en détail

Thierry de Tombeur STAR-APIC 26 septembre 2011

Thierry de Tombeur STAR-APIC 26 septembre 2011 Thierry de Tombeur STAR-APIC 26 septembre 2011 Constat Le droit à l eau potable est un droit économique et social reconnu par l ONU. 1,5 milliard de personnes n ont pas accès à l eau potable. Dans les

Plus en détail

Le site et ses installations

Le site et ses installations CARTE D IDENTITE CSA Centre de stockage de l Aube pour les déchets de faible et moyenne activité à vie courte Actualisée au 15/07/2012 Le site et ses installations Situation géographique et économique

Plus en détail

Un musée en pleine évolution

Un musée en pleine évolution Un musée en pleine évolution Campagne de financement Campagne de financement Un musée en pleine évolution Le Musée de et de l évolution (MPE) est un organisme sans but lucratif et de bienfaisance reconnu

Plus en détail

PLAN FAMILIAL DE MISE EN SECURITE

PLAN FAMILIAL DE MISE EN SECURITE Numéros utiles Téléphone Conseil général 04 77 48 42 42 Conseil régional 04 72 59 40 00 Croix rouge française 04 77 26 50 63 Direction Départementale de la Protection des Populations de la Loire 04 77

Plus en détail

La rivière des Outaouais : saviez-vous que

La rivière des Outaouais : saviez-vous que La rivière des Outaouais : saviez-vous que La rivière des Outaouais : saviez-vous que La rivière D une longueur de 1 271 km, c est la 13e rivière en importance de l Amérique du Nord. Le bassin versant

Plus en détail

Consignes spécifiques de sécurité par type de risque

Consignes spécifiques de sécurité par type de risque Fiche pratique La sécurité des terrains de camping Consignes spécifiques de sécurité par type de risque 1. Risque feux de forêt avec le concours des propriétaires forestiers ou de leurs groupements En

Plus en détail

RÈGLEMENT SUR L USAGE DE L EAU POTABLE CHAPITRE 1 DISPOSITIONS GÉNÉRALES ET INTERPRÉTATIVES

RÈGLEMENT SUR L USAGE DE L EAU POTABLE CHAPITRE 1 DISPOSITIONS GÉNÉRALES ET INTERPRÉTATIVES CANADA PROVINCE DE QUÉBEC VILLE DE SEPT-ÎLES RÈGLEMENT N 2012-249 RÈGLEMENT SUR L USAGE DE L EAU POTABLE ATTENDU QUE le conseil municipal estime dans l intérêt de la Ville de contrôler l utilisation de

Plus en détail

Maîtrise d œuvre Construction d un nouveau réservoir d eau potable

Maîtrise d œuvre Construction d un nouveau réservoir d eau potable PIECE N 4 ARCHIPEL DE SAINT-PIERRE ET MIQUELON ILE DE SAINT-PIERRE COMMUNE DE SAINT-PIERRE Régie Eau et Assainissement DOSSIER DE CONSULTATION Objet : Maîtrise d œuvre Construction d un nouveau réservoir

Plus en détail

Mémoire déposé à la commission du BAPE sur le projet Énergie Est de TransCanada Section québécoise. Non à Énergie Est! Non aux sables bitumineux!

Mémoire déposé à la commission du BAPE sur le projet Énergie Est de TransCanada Section québécoise. Non à Énergie Est! Non aux sables bitumineux! Mémoire déposé à la commission du BAPE sur le projet Énergie Est de TransCanada Section québécoise Non à Énergie Est! Non aux sables bitumineux! Le 19 avril 2016 Lucie Léger Saint-Sulpice Monsieur le Président,

Plus en détail

Développement durable de l'industrie des gaz de schiste au Québec

Développement durable de l'industrie des gaz de schiste au Québec Développement durable de l'industrie des gaz de schiste au Québec Questions de Stratégies Saint-Laurent Regroupement des comités de zones d intervention prioritaire (ZIP) du Québec Déposées à La Commission

Plus en détail

ÉTUDE DE L INVALIDITÉ Pensions - Allocations - Rentes. Flux 2001 CNRACL - ATIACL

ÉTUDE DE L INVALIDITÉ Pensions - Allocations - Rentes. Flux 2001 CNRACL - ATIACL ÉTUDE DE L INVALIDITÉ Pensions - Allocations - Rentes Flux 2001 CNRACL - ATIACL Caisse des Dépôts et Consignations Etablissement de Bordeaux Service "Etudes et Actuariat" octobre 2002 Caisse des dépôts

Plus en détail

RAPPORT DU MAIRE SUR LA SITUATION FINANCIÈRE DE LA VILLE DE VAUDREUIL-DORION SÉANCE DU CONSEIL MUNICIPAL DU 2 NOVEMBRE 2015

RAPPORT DU MAIRE SUR LA SITUATION FINANCIÈRE DE LA VILLE DE VAUDREUIL-DORION SÉANCE DU CONSEIL MUNICIPAL DU 2 NOVEMBRE 2015 RAPPORT DU MAIRE SUR LA SITUATION FINANCIÈRE DE LA VILLE DE VAUDREUIL-DORION SÉANCE DU CONSEIL MUNICIPAL DU 2 NOVEMBRE 2015 Cette déclaration sur la situation financière de la Ville de Vaudreuil-Dorion

Plus en détail

Sécurité des installations de gaz à haute pression

Sécurité des installations de gaz à haute pression Industrie gazière suisse Sécurité des installations de gaz à haute pression Galeries et canaux Explications relatives au "rapport-cadre de l estimation de l ampleur des dommages et de l'étude de risque

Plus en détail

Journée de réflexion sur la SÉCURITÉ FERROVIAIRE liée au transport de MATIÈRES DANGEREUSES

Journée de réflexion sur la SÉCURITÉ FERROVIAIRE liée au transport de MATIÈRES DANGEREUSES Journée de réflexion sur la SÉCURITÉ FERROVIAIRE liée au transport de MATIÈRES DANGEREUSES Par : Gaétan Drouin Directeur Service de la sécurité incendie Ville de Lévis 1 LE CONVOI FERROVIAIRE Source National

Plus en détail

Centre d Innovation et de Management Euroméditerranée. Mastère spécialisé MIQE. Soutenance de stage et thèse professionnelle

Centre d Innovation et de Management Euroméditerranée. Mastère spécialisé MIQE. Soutenance de stage et thèse professionnelle Centre d Innovation et de Management Euroméditerranée Mastère spécialisé MIQE Soutenance de stage et thèse professionnelle Thomas Pelletier Lundi 30 janvier 2006 Sommaire I/ Stage Pellenc Selective Technologies

Plus en détail

QUINZAINE DU DÉVELOPPEMENT DURABLE

QUINZAINE DU DÉVELOPPEMENT DURABLE QUINZAINE DU DÉVELOPPEMENT DURABLE 2015 i a m 2 i2 d e r d n Du vaemedi 6 juin au s dardilly.fr 0478661450 Cette année la quinzaine du Développement Durable s articule autour de 3 thématiques : tri attitude,

Plus en détail

Résumé du Plan Nord du gouvernement du Québec

Résumé du Plan Nord du gouvernement du Québec À propos du Plan Nord Le Plan Nord va se déployer sur 25 ans. Résumé du Plan Nord du gouvernement du Québec Territoire concerné: 1,2 millions de km 2 soit 72% du Québec. Le territoire visé se situe au

Plus en détail

Foire aux questions T1 2007

Foire aux questions T1 2007 Foire aux questions T1 2007 1. Pourquoi n avez-vous pas fractionné vos actions? Nous nous penchons régulièrement sur toutes les questions liées au capital, y compris les fractionnements d actions. Tel

Plus en détail

Mémoire de la Société de développement économique du Saint-Laurent (Sodes)

Mémoire de la Société de développement économique du Saint-Laurent (Sodes) Mémoire de la Société de développement économique du Saint-Laurent (Sodes) sur le projet de la Corporation internationale d avitaillement de Montréal (CIAM) présenté à la Communauté métropolitaine de Montréal

Plus en détail

COUP D ŒIL SUR LE COMMERCE AGROALIMENTAIRE

COUP D ŒIL SUR LE COMMERCE AGROALIMENTAIRE COUP D ŒIL SUR LE COMMERCE AGROALIMENTAIRE Nos exportations atteignent de nouveaux sommets en 2008 L industrie agroalimentaire contribue fortement à l économie du Québec La contribution directe de l industrie

Plus en détail

Prolongement de l autoroute 73

Prolongement de l autoroute 73 PR-1 Prolongement de l autoroute 73 Octobre 2006 13,4 km Emprise : 105 m 2 chaussées Prolongement de l autoroute à Beauceville 2,1 km, gravier 3,7 km, pavé 2,8 km, pavé 4 voies contiguës (route 173/autoroute)

Plus en détail

GESTION DE LA DEMANDE EN EAU POTABLE DES USAGES DOMESTIQUE ET TOURISTIQUE

GESTION DE LA DEMANDE EN EAU POTABLE DES USAGES DOMESTIQUE ET TOURISTIQUE SOCIETE NATIONALE D EXPLOITATION ET DE DISTRIBUTION DES EAUX (SONEDE) GESTION DE LA DEMANDE EN EAU POTABLE DES USAGES DOMESTIQUE ET TOURISTIQUE Présentée par : Mohamed Ali Khouaja (Président Directeur

Plus en détail

CONSOLIDATION DE L ALIMENTATION EN EAU

CONSOLIDATION DE L ALIMENTATION EN EAU CONSOLIDATION DE L ALIMENTATION EN EAU Ville de Québec INFRA 2012 Novembre 2012 CONTEXTE À la suite des fusions municipales de 2002, la nouvelle Ville de Québec s'est retrouvée à gérer 5 réseaux de distribution

Plus en détail

Horaires Saint-exupéry. gare. 4h53. 1h16 MONTIGNY TRAPPES. L i g n e f o r t e. Le Manet. La Sourderie. Saint-Quentin centre

Horaires Saint-exupéry. gare. 4h53. 1h16 MONTIGNY TRAPPES. L i g n e f o r t e. Le Manet. La Sourderie. Saint-Quentin centre 414 MONTIGNY Saint-exupéry TRAPPES gare L i g n e f o r t e 4h53 Saint-Quentin centre La Sourderie 1h16 ne pas jeter sur la voie publique Horaires 2016 à compter du 04/01/2016 Prochains horaires d été

Plus en détail

Réglementation des antennes de télécommunications Office de consultation publique de Montréal. 20 Octobre 2011

Réglementation des antennes de télécommunications Office de consultation publique de Montréal. 20 Octobre 2011 Réglementation des antennes de télécommunications Office de consultation publique de Montréal 20 Octobre 2011 Public Mobile: Qui sommes-nous? En 2008, le gouvernement canadien a octroyé des licenses pour

Plus en détail

Bioéthanol : Atouts et enjeux

Bioéthanol : Atouts et enjeux Bioéthanol : Atouts et enjeux L environnement, véritable défi du Bioéthanol Indépendance énergétique Perspectives économiques L environnement, véritable défi du Bioéthanol Depuis 2 siècles, nos sociétés

Plus en détail

Présentation de la démarche

Présentation de la démarche PLAN LOCAL D URBANISME COMMUNE DE GUENGAT Présentation de la démarche Réunion avec la Commission PLU 23 août 2012 Conception Réalisation: GEOLITT - 7 Rue Le Reun - 29480 Le Relecq Kerhuon Tél : 02 98 28

Plus en détail

Optimiser les pratiques rurales exemplaires pour améliorer la qualité de l'eau

Optimiser les pratiques rurales exemplaires pour améliorer la qualité de l'eau Optimiser les pratiques rurales exemplaires pour améliorer la qualité de l'eau Utiliser des technologies et approches SIG avancées pour cibler les lieux de gestion des sols et des éléments nutritifs Un

Plus en détail

Mémoire du Yukon présenté au Comité permanent des finances de la Chambre des communes

Mémoire du Yukon présenté au Comité permanent des finances de la Chambre des communes Mémoire du Yukon présenté au Comité permanent des finances de la Chambre des communes Libérer le potentiel du Nord pour aider à créer un meilleur Canada Page 1 sur 10 Le gouvernement du Yukon est heureux

Plus en détail

POLITIQUE ENVIRONNEMENTALE DE LA VILLE DE COWANSVILLE

POLITIQUE ENVIRONNEMENTALE DE LA VILLE DE COWANSVILLE POLITIQUE ENVIRONNEMENTALE DE LA VILLE DE COWANSVILLE Ville de Cowansville 2012 Coordination et rédaction : Virginie Hébert Comité de suivi : Stéphanie Côté, Isabelle Gariépy, Martine Proteau Améliorer

Plus en détail

Effets et coûts d un déversement Scénario de la rivière Etchemin 16 mars 2016

Effets et coûts d un déversement Scénario de la rivière Etchemin 16 mars 2016 Effets et coûts d un déversement Scénario de la rivière Etchemin 16 mars 2016 Document Number - Énergie Est - Protégé - Version imprimée non-vérifiée Estimation des coûts de l intervention d urgence Estimé

Plus en détail

Service de sécurité incendie Ville de L Assomption

Service de sécurité incendie Ville de L Assomption Service de sécurité incendie Ville de L Assomption Édition 2008 Mot du directeur Il me fait plaisir de vous présenter le rapport annuel du Service de sécurité incendie de la Ville de L Assomption pour

Plus en détail

Et si nous étions «source» d eau pour tous?

Et si nous étions «source» d eau pour tous? Et si nous étions «source» d eau pour tous? L eau du monde est en péril le thème de la prochaine édition du Salon Valériane est révélateur de l enjeu fondamental des ressources d eau dans le monde. Bien

Plus en détail

L importance du castor

L importance du castor L importance du castor Aperçu de la leçon Les élèves expliquent l importance et l influence du commerce des fourrures dans l histoire du Canada en créant un dépliant. Niveau ciblé 5 e année (primaire)

Plus en détail

ORDRE DU JOUR SÉANCE RÉGULIÈRE DU 3 JUIN 2008

ORDRE DU JOUR SÉANCE RÉGULIÈRE DU 3 JUIN 2008 ORDRE DU JOUR SÉANCE RÉGULIÈRE DU 3 JUIN 2008 VEUILLEZ PRENDRE NOTE QUE L ORDRE DU JOUR EST DIFFUSÉ À TITRE D INFORMATION ET PEUT ÊTRE SUJET À CHANGEMENT AVANT LA TENUE DE LA SÉANCE PUBLIQUE DE 20 HEURES.

Plus en détail

Défi EDD : adopter une charte de l'eau pour l'école. Réponse de la classe de CM2 de Madame Verroye, école André Le Nôtre, Ormesson (Val-de-Marne)

Défi EDD : adopter une charte de l'eau pour l'école. Réponse de la classe de CM2 de Madame Verroye, école André Le Nôtre, Ormesson (Val-de-Marne) Défi EDD : adopter une charte de l'eau pour l'école Réponse de la classe de CM2 de Madame Verroye, école André Le Nôtre, Ormesson (Val-de-Marne) Illustrations Ce que nous avons trouvé Quelques utilisations

Plus en détail

Lignes directrices relatives à la délimitation

Lignes directrices relatives à la délimitation Groupe d experts des Nations Unies Pour les noms géographiques Working Paper No. 56 (a) Vingt-cinquième session Nairobi, 5-12 mai 2009 Point 10 de l ordre du jour provisoire Activités relatives au Groupe

Plus en détail

Port à l Aéroport : projet d avenir ou flop assuré?

Port à l Aéroport : projet d avenir ou flop assuré? La Jeune Chambre Economique de Nice Côte d'azur, en partenariat avec le Club de la Presse 06, a le plaisir de vous convier personnellement à son nouveau Petit Déjeuner Débat sur le thème : Port à l Aéroport

Plus en détail

RAPPORT D'ENQUÊTE SUR ÉVÉNEMENT AÉRONAUTIQUE SORTIE EN BOUT DE PISTE

RAPPORT D'ENQUÊTE SUR ÉVÉNEMENT AÉRONAUTIQUE SORTIE EN BOUT DE PISTE Bureau de la sécurité des transports du Canada Transportation Safety Board of Canada RAPPORT D'ENQUÊTE SUR ÉVÉNEMENT AÉRONAUTIQUE SORTIE EN BOUT DE PISTE RELIANT AIRLINES INC. DASSAULT / SUD FAN JET FALCON

Plus en détail

DOCUMENT D INFORMATION POUR L ALLOCUTION NOTES D ALLOCUTION CHEF CARL SIDNEY, AU NOM DE LA GRANDE CHEF MASSIE

DOCUMENT D INFORMATION POUR L ALLOCUTION NOTES D ALLOCUTION CHEF CARL SIDNEY, AU NOM DE LA GRANDE CHEF MASSIE NOTES D ALLOCUTION CHEF CARL SIDNEY, AU NOM DE LA GRANDE CHEF MASSIE TABLE RONDE DU MINISTÈRE DE LA DÉFENSE NATIONALE LE 27 AVRIL 2016 11 h À 5 h FAIRMOUNT WATERFRONT, 900, CANADA PLACE WAY VANCOUVER (COLOMBIE-BRITANNIQUE)

Plus en détail

PLAN GÉNÉRAL D AMÉNAGEMENT FORESTIER DE LA SEIGNEURIE DE BEAUPRÉ VERSION 2015

PLAN GÉNÉRAL D AMÉNAGEMENT FORESTIER DE LA SEIGNEURIE DE BEAUPRÉ VERSION 2015 PLAN GÉNÉRAL D AMÉNAGEMENT FORESTIER DE LA SEIGNEURIE DE BEAUPRÉ VERSION 2015 QU EST QU UN PLAN GÉNÉRAL D AMÉNAGEMENT FORESTIER (PGAF) PLAN GÉNÉRAL D AMÉNAGEMENT FORESTIER DE LA SEIGNEURIE DE BEAUPRÉ (2015-2025)

Plus en détail

Horaires gare. Saint-exupéry. 5h04. 0h48 TRAPPES MONTIGNY. L i g n e f o r t e. Le Manet. La Sourderie. Saint-Quentin centre

Horaires gare. Saint-exupéry. 5h04. 0h48 TRAPPES MONTIGNY. L i g n e f o r t e. Le Manet. La Sourderie. Saint-Quentin centre 414 TRAPPES gare MONTIGNY Saint-exupéry L i g n e f o r t e 5h04 Saint-Quentin centre La Sourderie 0h48 ne pas jeter sur la voie publique 11324 1115 Horaires 2016 à compter du 04/01/2016 Prochains horaires

Plus en détail

RÈGLEMENT DÉCRÉTANT LES TAXES ET LES TARIFS POUR COMPENSATION DE L ANNÉE 2011

RÈGLEMENT DÉCRÉTANT LES TAXES ET LES TARIFS POUR COMPENSATION DE L ANNÉE 2011 PROVINCE DE QUÉBEC MUNICIPALITÉ DE SAINT-ANTOINE-DE-TILLY MRC DE LOTBINIÈRE RÈGLEMENT 2010-558 RÈGLEMENT DÉCRÉTANT LES TAXES ET LES TARIFS POUR COMPENSATION DE L ANNÉE 2011 CONSIDÉRANT QUE CONSIDÉRANT

Plus en détail

Maîtres chez nous ( I )

Maîtres chez nous ( I ) Maîtres chez nous ( I ) Une corporation n a pas besoin de boire de l eau, mais nous les personnes, oui La vie a beau être moderne, il nous est encore nécessaire de boire de l eau. Comme vous le savez sûrement,

Plus en détail

Le gaz naturel du Shale d Utica Document d orientation présenté à la Commission d enquête de l industrie des gaz de schiste au Québec

Le gaz naturel du Shale d Utica Document d orientation présenté à la Commission d enquête de l industrie des gaz de schiste au Québec Le gaz naturel du Shale d Utica Document d orientation présenté à la Commission d enquête de l industrie des gaz de schiste au Québec Jean-Yves Laliberté, ing., M.Sc. Direction générale des hydrocarbures

Plus en détail

L espace économique de la francophonie canadienne

L espace économique de la francophonie canadienne L espace économique de la francophonie canadienne Mario Lefebvre Directeur, Centre des études municipales, Le Conference Board du Canada Le 15 novembre 2013 conferenceboard.ca En 2006, le Québec comptait

Plus en détail

Examen de l analyse économique initiale de l aéroport du Grand Ouest

Examen de l analyse économique initiale de l aéroport du Grand Ouest Examen de l analyse économique initiale de l aéroport du Grand Ouest Comparaison avec des améliorations sur Nantes Atlantique Dr. Jasper Faber, 26 October 211 CE Delft Cabinetconseil indépendant à but

Plus en détail

LES RISQUES. La notion de risque : Les risques naturels majeurs : Conclusion

LES RISQUES. La notion de risque : Les risques naturels majeurs : Conclusion LES RISQUES Sources : DIREN pays de la Loire DRIRE Pays de la Loire La notion de risque : Les grands principes de la gestion des risques Le Dossier Départemental des Risques Majeurs Les risques technologiques

Plus en détail

Juillet 2015. Rapport présenté à la Division des relations avec les citoyens et communications de l arrondissement d Ahuntsic- Cartierville

Juillet 2015. Rapport présenté à la Division des relations avec les citoyens et communications de l arrondissement d Ahuntsic- Cartierville Juillet 2015 Investissements municipaux dans le parc Raimbault Rapport de la soirée d information publique du 17 juin 2015 Rapport présenté à la Division des relations avec les citoyens et communications

Plus en détail

PROJET PIPELINE SAINT-LAURENT D ULTRAMAR. Avis

PROJET PIPELINE SAINT-LAURENT D ULTRAMAR. Avis CRECQ Conseil régional de l environnement du Centre-du-Québec 243 P X NP DM67 Projet de construction de l oléoduc Pipeline Saint-Laurent entre Lévis et Montréal-Est Lévis et Montréal-Est 6211-18-011 PROJET

Plus en détail

11. Attendu qu un règlement municipal peut comporter plusieurs aspects et poursuivre plusieurs finalités;

11. Attendu qu un règlement municipal peut comporter plusieurs aspects et poursuivre plusieurs finalités; Règlement déterminant le rayon de protection entre les sources d eau potable et les opérations visant l exploration et l exploitation d hydrocarbures dans le territoire de la municipalité 1. Attendu qu

Plus en détail

Comment calculer l indice composite de son enfant?

Comment calculer l indice composite de son enfant? Comment calculer l indice composite de son enfant? Pour déterminer son indice composite, il faut multiplier entre eux les 7 s qui suivent. Coefficient. La préférence Ce fascicule est destiné à vous aider

Plus en détail

POURQUOI INVESTIR DANS LA GESTION DES BASSINS VERSANTS?

POURQUOI INVESTIR DANS LA GESTION DES BASSINS VERSANTS? POURQUOI INVESTIR DANS LA GESTION DES BASSINS VERSANTS? POURQUOI INVESTIR DANS LA GESTION DES BASSINS VERSANTS? ORGANISATION DES NATIONS UNIES POUR L ALIMENTATION ET L AGRICULTURE ROME, 2009 ISBN-978-92-5-205805-2

Plus en détail

Visite du Président Guy Teissier au poste de contrôle des eaux pluviales de Marseille

Visite du Président Guy Teissier au poste de contrôle des eaux pluviales de Marseille Dossier de presse Visite du Président Guy Teissier au poste de contrôle des eaux pluviales de Marseille Lundi 12 octobre 2015 Retrouvez toute l actualité de MPM, les communiqués et les dossiers de presse

Plus en détail

Localisation du territoire

Localisation du territoire Plan du cours 1. Localisation du territoire urbain 2. Analyse des traits majeurs de Lagos 3. Caractéristiques démographiques 4. Caractéristiques urbaines et analyse paysagère 5. Caractéristiques climatiques

Plus en détail

QUALI-PRO IMIDACLOPRID 0.5 INSECTICIDE GRANULEUX

QUALI-PRO IMIDACLOPRID 0.5 INSECTICIDE GRANULEUX GROUPE 4 INSECTICIDE QUALI-PRO IMIDACLOPRID 0.5 INSECTICIDE GRANULEUX TRAITEMENT SYSTÉMIQUE POUR LA SUPPRESSION DES LARVES DU HANNETON EUROPÉEN, DU SCARABÉE JAPONAIS ET DU SCARABÉE NOIR DU GAZON ET LA

Plus en détail

10 ème Congrès sur la viabilité hivernale

10 ème Congrès sur la viabilité hivernale Un enjeu environnemental : les déversements de sels de voirie et leurs impacts sur les prises d eau potable de la Ville de Québec François Proulx, Ph. D., chimiste Directeur de la Division de la qualité

Plus en détail

Guide de participation à l audience publique Projet Oléoduc Énergie Est de TransCanada section québécoise. Le projet

Guide de participation à l audience publique Projet Oléoduc Énergie Est de TransCanada section québécoise. Le projet Guide de participation à l audience publique Projet Oléoduc Énergie Est de TransCanada section québécoise Le projet Oléoduc Énergie Est de TransCanada est un projet de pipeline de 4 600 km qui transporterait

Plus en détail

OUTIL 6 Indicateurs environnementaux globaux

OUTIL 6 Indicateurs environnementaux globaux OUTIL 6 Indicateurs environnementaux globaux INDICATEURS EAU Indicateurs d'activité Volume total d'eau prélevée Volume total des rejets Consommation d'eau totale DBO 5 (Demande Biochimique en Oxygène)

Plus en détail

Le salaire brut / différents types de rémunération

Le salaire brut / différents types de rémunération Le salaire brut / différents types de rémunération Le salaire brut est le salaire gagné par l'employé avant les retenues, tels les impôts et les déductions. Ce salaire peut être calculé de plusieurs façons,

Plus en détail

Forme urbaine pour une gestion économe des sols

Forme urbaine pour une gestion économe des sols Forme urbaine pour une gestion économe des sols Fiche thème B Préserver les fonctions de production alimentaire des espaces agricoles Garantir les fonctions environnementales de l espace rural Décliner

Plus en détail

Vu le paragraphe 3º de l article 89 de la Charte de la Ville de Montréal (L.R.Q., chapitre C-11.4);

Vu le paragraphe 3º de l article 89 de la Charte de la Ville de Montréal (L.R.Q., chapitre C-11.4); VILLE DE MONTRÉAL RÈGLEMENT 08-048 RÈGLEMENT AUTORISANT LA CONSTRUCTION ET L OCCUPATION D UN ENSEMBLE RÉSIDENTIEL, COMMERCIAL ET INDUSTRIEL SITUÉ SUR LE QUADRILATÈRE DÉLIMITÉ PAR LE BOULEVARD RENÉ-LÉVESQUE,

Plus en détail

Section 11 L intégration du parc immobilier et de la gestion des services de soutien

Section 11 L intégration du parc immobilier et de la gestion des services de soutien COLLECTION Implantation des centres de santé et de services sociaux Guide d implantation des centres de santé et de services sociaux Volume 2 Section 11 L intégration du parc immobilier et de la gestion

Plus en détail

PROJET DE RESTAURATION ENVIRONNEMENTALE DE LA BERGE BORDANT LE SITE D UNE ANCIENNE USINE D ALLIAGES DE FERRO- MANGANÈSE À BEAUHARNOIS

PROJET DE RESTAURATION ENVIRONNEMENTALE DE LA BERGE BORDANT LE SITE D UNE ANCIENNE USINE D ALLIAGES DE FERRO- MANGANÈSE À BEAUHARNOIS PROJET DE RESTAURATION ENVIRONNEMENTALE DE LA BERGE BORDANT LE SITE D UNE ANCIENNE USINE D ALLIAGES DE FERRO- MANGANÈSE À BEAUHARNOIS Étude d impact sur l environnement déposée au Ministère du Développement

Plus en détail

POLITIQUE ÉNERGÉTIQUE Réflexions de Virginie Gensel, secrétaire générale de la Fédération Nationale des Mines et de l Energie.

POLITIQUE ÉNERGÉTIQUE Réflexions de Virginie Gensel, secrétaire générale de la Fédération Nationale des Mines et de l Energie. POLITIQUE ÉNERGÉTIQUE Réflexions de Virginie Gensel, secrétaire générale de la Fédération Nationale des Mines et de l Energie. 2020-2050 : quels scénarios du futur, quelles interdépendances et quelles

Plus en détail

IDENTIFICATION ET DÉLIMITATION

IDENTIFICATION ET DÉLIMITATION IDENTIFICATION ET DÉLIMITATION DES MILIEUX HYDRIQUES ET RIVERAINS SOMMAIRE 1. INTRODUCTION... 2 2. OBJECTIFS... 2 3. ASPECTS LÉGAUX... 2 4. LACS ET COURS D EAU... 2 4.1. IDENTIFICATION... 2 4.2. DÉLIMITATION...

Plus en détail

Donné à Saint-Cléophas-de-Brandon ce 19ième jour du mois de janvier de l an deux mille dix-sept. CERTIFICAT DE PUBLICATION

Donné à Saint-Cléophas-de-Brandon ce 19ième jour du mois de janvier de l an deux mille dix-sept. CERTIFICAT DE PUBLICATION Est, par la présente, donné, par la soussignée secrétaire trésorière et directrice générale, de la susdite municipalité, que lors de la séance ordinaire, tenue le 9 janvier 2017, le conseil de la municipalité

Plus en détail

CHIFFRES-CLÉS DU QUÉBEC FORESTIER ÉDITION

CHIFFRES-CLÉS DU QUÉBEC FORESTIER ÉDITION CHIFFRES-CLÉS DU QUÉBEC FORESTIER ÉDITION ZONES DE VÉGÉTATION DU QUÉBEC C A N A D A Forêt boréale Forêt mélangée Forêt feuillue 551 400 km 2 98 600 km 2 111 100 km 2 Tracé de 1927 du conseil privé (non

Plus en détail

TAXE ADDITIONNELLE À LA TAXE SUR LES SURFACES COMMERCIALES (Art. 302 bis ZA du code général des impôts) NOTICE EXPLICATIVE

TAXE ADDITIONNELLE À LA TAXE SUR LES SURFACES COMMERCIALES (Art. 302 bis ZA du code général des impôts) NOTICE EXPLICATIVE DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES TAXE SUR LES SURFACES COMMERCIALES (TASCOM) (Loi n 72-657 du 13 juillet 1972 modifiée par l article 77 de la loi n 2009-1673 de finances pour 2010 et par l article

Plus en détail

Faits saillants. Particuliers. Entreprises. Autres mesures

Faits saillants. Particuliers. Entreprises. Autres mesures Faits saillants Particuliers 1. Dons de bienfaisance 2. Accélération du plan de réduction de la contribution santé en vue de son abolition en 2018 3. Réduction de 50% de la contribution additionnelle à

Plus en détail

Règlementation. Articles de référence, extraits du code du travail

Règlementation. Articles de référence, extraits du code du travail Articles de référence, extraits du code du travail n I. SÉCURITÉ Responsabilités du chef d établissement : obligations de moyens et de formation en matière de sécurité Article L4121-1 L employeur prend

Plus en détail

081 Le 13 octobre 2015

081 Le 13 octobre 2015 081 Le 13 octobre 2015 Séance ordinaire du conseil municipal de Pointe-Calumet, tenue le 13 octobre 2015 à 20h à la salle de délibérations du conseil, sous la présidence de son Honneur le Maire Denis Gravel.

Plus en détail

Événements du Mois de l archéologie 2007 à Québec

Événements du Mois de l archéologie 2007 à Québec Événements du Mois de l archéologie 2007 à Québec Dimanche, 5 août Église de La Nativité Notre-Dame de Beauport Salle paroissiale (sous-sol) de l église La Nativité de Notre-Dame de Beauport 25, avenue

Plus en détail