L ÉCONOMIE SOCIALE en Jamésie

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "L ÉCONOMIE SOCIALE en Jamésie"

Transcription

1 L ÉCONOMIE SOCIALE en Jamésie LA JAMÉSIE La région administrative Nord-du-Québec, créée en 1987, couvre plus de la moitié du territoire québécois, soit près de km². La Jamésie, partie sud de la région administrative Nord-du-Québec située entre le 49 e et le 55 e parallèle, présente quant à elle une superficie de km², découpée toutefois en 3 catégories différentes de terres établies par la Convention de la Baie-James et du Nord québécois de La Jamésie est habitée par des Cris et par des Jamésiens. Le Nunavik, essentiellement habité par des Inuits, couvre la partie nord de la même région administrative. C est donc Jamésiens qui résident pour la plupart dans 5 municipalités (Chapais, Chibougamau, Lebel-sur-Quévillon et Matagami) et 3 localités (Radisson, Valcanton et Villebois), constituant la Municipalité de Baie-James. ÉCONOMIE SOCIALE ET DÉVELOPPEMENT LOCAL Le travail des entreprises d économie sociale est crucial pour le développement d un territoire en raison de la finalité sociale à laquelle elles répondent. En effet, ces organisations «contribuent à améliorer les conditions de vie en misant sur la participation des individus, la reconnaissance de leur potentiel et l action collective au sein de plusieurs secteurs d activités : ceux de la culture, des loisirs, de la santé et des services sociaux, de l environnement, du développement économique et local, des associations professionnelles, de l amélioration du cadre de vie ou du coopératisme.» LA JAMÉSIE EN CHIFFRES Jamésie Superficie en terre ferme (2009) ,5 km 2 Densité de population (2009) 0,1 hab./km 2 Population totale (2009) Solde migratoire interrégional ( ) Perspectives démographiques (variation 2001/2006) hab hab. - 25,2 % Travailleurs de ans (2008) Taux de travailleurs de ans (2008) 74,3 % Revenu d'emploi moyen des travailleurs de ans (2008) $ Taux de faible revenu des familles (2006) 5,4 % Revenu personnel disponible par habitant (2010) $ Valeur totale des permis de bâtir (2009) $ Valeur foncière moyenne des maisons unifamiliales (2010) $ 1

2 ÉCONOMIE SOCIALE VS ENTREPRISES D ÉCONOMIE SOCIALE On convient généralement que la sphère de l économie sociale englobe toutes les activités et les initiatives des organismes à but non lucratif, des coopératives et des associations. On apporte une nuance importante entre l économie sociale et le domaine des entreprises d économie sociale, qui est une section de cette sphère et qui concerne des organisations du secteur marchand (vente de biens et de services) présentant les valeurs de l économie sociale. Le Chantier de l économie sociale définit ce domaine comme étant l ensemble des activités et organismes, issus de l entrepreneuriat collectif, qui s ordonnent autour des principes et règles suivants : L entreprise d économie sociale a pour finalité de servir ses membres ou la collectivité plutôt que de simplement engendrer des profits et viser le rendement financier; Elle a une autonomie de gestion à l égard de l État; Dans ses statuts et façons de faire, elle intègre un processus démocratique qui met à contribution les usagères et usagers ainsi que les travailleuses et travailleurs; Elle défend la primauté des personnes et du travail sur le capital dans la répartition de ses surplus et revenus; Elle fonde ses activités sur le principe de la participation de même que de la prise en charge de la responsabilité individuelle et collective. Ces entreprises fonctionnent comme des entreprises privées et produisent des biens et des services pour l économie de marché, mais gèrent leurs activités et réaffectent leurs excédents de manière à appuyer la réalisation d objectifs sociaux et environnementaux. Elles sont soit des coopératives ou des organismes à but non lucratif (OBNL) du secteur marchand. LES ENTREPRISES D ÉCONOMIE SOCIALE EN JAMÉSIE Distinctions entre entreprises privées et entreprises d économie sociale Nombre d entreprises d économie sociale : La Jamésie peut se targuer de se positionner avantageusement quant au nombre d entreprises d économie sociale. Ayant potentiellement 49 entreprises d économie sociale pour une population de personnes (Institut de la statistique du Québec (ISQ)), on obtient un ratio de 3,3 entreprises par personnes. En comparaison, l Abitibi- Témiscamingue comptait 239 entreprises (Chantier de l économie sociale, 2006) pour une population de personnes (Observatoire de l Abitibi- Témiscamingue), se soldant en un ratio de 1,6 entreprise par habitants. Secteurs d activités Nombre d entreprises Art et culture 1 Commerces et services 5 Environnement 1 Habitation 1 Loisirs, sports et tourisme 17 Services aux personnes 17 Technologie de l informatique et de la communication 7 TOTAL 49 2

3 À SOULIGNER STATUT JURIDIQUE DES ENTREPRISES D ÉCONOMIE SOCIALE JAMÉSIENNES La très grande majorité des entreprises d économie sociale est constituée d organismes à but non lucratif. En effet, près de 95 % des entreprises revêtent le statut légal d OBNL. Cette proportion est nettement supérieure à la moyenne québécoise où les 2 formes juridiques se répartissent à peu près équitablement. Il n existe que 5 coopératives jamésiennes sur tout le territoire. Phase de vie des entreprises d économie sociale Les résultats montrent que 63,9 % des entreprises sont dans une phase de développement, 27,8 % sont en phase de maturité et 8 % sont en phase de relance. Malgré le nombre relativement important d entreprises d économie sociale en Jamésie, il n y a pas eu de création de nouvelles entreprises depuis 2004, soit depuis 5 ans. EMPLOI Les entreprises d économie sociale de la Jamésie comptent 284 emplois dont 157 sont à plein temps et 127 sont à temps partiel. Soulignons que 76 % de ces emplois sont occupés par des femmes. Plus de 30 % des emplois bénéficient du soutien financier d un programme gouvernemental de subvention. Par conséquent, les entreprises bénéficiant d une subvention salariale devront remplacer du personnel une fois la subvention terminée. Âge des employés dans les entreprises d économie sociale CONDITIONS SALARIALES Les cadres reçoivent en moyenne 18,77 $ l heure, tandis que les salariés reçoivent en moyenne 12,79 $ l heure. Dans un cas comme dans l autre, ces échelles salariales sont relativement faibles ce qui est particulièrement préoccupant pour des emplois qui se trouvent dans un territoire où les revenus moyens sont plus élevés que la moyenne québécoise (selon l ISQ, le revenu disponible par habitant est de $/habitant dans l ensemble du Québec, alors qu il est de $/habitant en Jamésie). 3

4 RECRUTEMENT Les données montrent que 71,9 % des entreprises ont un problème de recrutement. Les entreprises déplorent en premier lieu le manque de qualifications disponibles ou encore le niveau de salaire offert qui ne permet pas de se doter des compétences voulues. Chez les entreprises ayant recours à des subventions salariales, on déplore la difficulté de maintenir les emplois au terme d une subvention, augmentant de ce fait le roulement de personnel déjà fort élevé. Motifs principaux de difficulté de recrutement TRAVAIL BÉNÉVOLE Une proportion de 68,6 % des entreprises d économie sociale doit recourir à l apport de bénévoles pour assurer l offre de produits ou de services. Les données recueillies montrent que 237 personnes, majoritairement des femmes, ont travaillé dans les entreprises d économie sociale. En estimant le coût moyen de cette main-d œuvre à 15,75 $ l heure, le travail bénévole représente $ par année. Bénévolat dans les entreprises d économie sociale selon le sexe et l âge Les bénévoles sont membres du conseil d administration à 30,1 %. D autre part, le recrutement se fait à plus de 50 % de façon informelle. FORMATION Environ 74 % des entreprises d économie sociale n ont pas réservé de budget spécifique pour la formation des employés. Pourtant, 67 % d entre elles affirment avoir des besoins en formation. Le graphique de droite démontre les besoins en formation selon le type de personnel. 4

5 SOURCES DE REVENUS Les entreprises d économie sociale ont généré près de 8 millions de chiffre d affaires en 2008, et ont dépensé plus de 7 millions. Leur chiffre d affaires total est composé, à 80 %, de revenus autonomes répartis ainsi : ventes de produits ou service 28,4 %; contrats de service avec un palier de gouvernement 44,3 %; campagne de financement et cotisation des membres 7,3 %. Pour l ensemble des entreprises, c est 44,3 % des revenus autonomes qui sont issus de contrats de service avec un palier de gouvernement, dont la très grande majorité avec le gouvernement du Québec (43,1 %). Cependant, seulement 40 % des entreprises d économie sociale disposent de tels contrats de service. Pour les 60 % qui ne bénéficient pas de contrats de service, la proportion des revenus autonomes diminue à 57 % dont 45 % en ventes directes à des particuliers ou à des entreprises. TAUX D ENDETTEMENT Le taux d endettement des entreprises s est amélioré constamment depuis les 3 dernières années passant de 52 à 46 %. Considérant que les normes de financement exigent en général 20 à 25 % de mise de fonds, donc de 75 à 80 % d endettement par projet, ces résultats illustrent la bonne santé générale des entreprises d économie sociale. Sources de financement Lorsque les entreprises reçoivent une aide financière, 77,1 % reçoivent ladite aide d organismes locaux et régionaux. Seulement 18,9 % disent en avoir reçu de programmes extrarégionaux spécifiques à l économie sociale. Ce financement extrarégional provient de : Fiducie du Chantier de l économie sociale; Investissement Québec; Capital régional et coopératif Desjardins; Société d habitation du Québec; Fédération des clubs de motoneige du Québec; Développement économique Canada. Provenance du financement local et régional Pourcentage Organismes d entreprises bénéficiaires Centre local de développement de la Baie-James 22,2 % Municipalités 20,0 % Société d aide au développement des collectivités 15,7 % Emploi-Québec 11,1 % Conférence régionale des élus de la Baie-James 6,6 % Centre régional de santé et services sociaux de la Baie- 6,6 % James Commission Loisir et Sport de la Baie-James 4,4 % Pacte rural 4,4 % Entreprises 2,2 % Autres (ex. : Centraide) 6,6 % 5

6 INVESTISSEMENTS PROJETÉS Malgré le fait que 42,3 % des entreprises d économie sociale disent avoir des problèmes de liquidités, en général, le chiffre d affaires des entreprises d économie sociale est en hausse. Parmi celles-ci, 77 % souhaitent faire de nouveaux investissements dont les investissements projetés atteignent près de 3 millions. Voici les détails des besoins permettant de réaliser de nouveaux projets : 35 % n ont pas encore chiffré leurs besoins; 22 % souhaitent investir de $ à $; 30 % souhaitent investir de $ à $; 3 % estiment des besoins entre $ et $; 10 % souhaitent investir plus d un million de dollars. EXPLOITATION Plus de 85 % des entreprises d économie sociale en Jamésie affirment avoir des problèmes d exploitation. Parmi ces entreprises, environ 50 % déclarent manquer d équipements requis pour une production maximale ou encore que ceux-ci sont désuets, ce qui représente une proportion relativement importante des entreprises. Type de problèmes d exploitation PROMOTION Il semble aussi que les entreprises d économie sociale soient peu préoccupées par les efforts de mise en marché. En effet, moins de 1 % des dépenses totales sont consacrées à la promotion et autres efforts de commercialisation. Ce dernier élément pourrait constituer un enjeu majeur pour les entreprises d économie sociale, surtout pour celles qui ne peuvent s appuyer sur des contrats de service avec un palier gouvernemental. OBSERVATIONS ET PISTES D ACTION Le portrait des entreprises d économie sociale recèle plusieurs éléments très positifs, mais certains faits méritent une attention toute spéciale. 1 Il n y a pas eu de création de nouvelles entreprises depuis 2004, soit depuis 5 ans. Est-il possible que le modèle de l économie sociale soit mal connu en Jamésie? D autre part, le modèle coopératif est très peu répandu. Peu d indices nous permettent d en expliquer la cause. Le modèle coopératif est répandu partout au Québec, pourquoi ne le serait-il pas en Jamésie? Considérant la tendance toujours grandissante de l État de se retirer de divers domaines et des besoins toujours croissants des sociétés modernes, les pouvoirs publics auraient avantage à promouvoir ce modèle d affaires et à l encourager. On pourrait penser à : une campagne de promotion auprès des élus municipaux; une campagne publique de sensibilisation (avec des témoignages locaux); des conférences dans les chambres de commerce; des outils pour faciliter la mise en place de projets collectifs. 6

7 2 3 Le recrutement de bénévoles constitue un élément clé du développement des entreprises d économie sociale. Pourtant, les modes de recrutement sont, en général, assez limités. Des modes de recrutement plus dynamiques auraient certainement avantage à être mis en place. Des séances de formation, des séminaires ou des forums d échange sur cet aspect auraient assurément des impacts positifs. Plusieurs entreprises affirment devoir remplacer différentes infrastructures, mais ne pas pouvoir le faire, faute de soutien financier. Pourtant, plusieurs de ces entreprises présentent des bilans financiers qui, théoriquement, pourraient justifier un financement à long terme. Or, différents outils de financement existent, mais peu d entreprises semblent y faire appel. Des formations à ce sujet ainsi que de l accompagnement auprès des entreprises auraient sans doute des impacts positifs. 4 Les entreprises utilisent peu d outils de gestion financière. Par contre, 42,3 % disent avoir des problèmes de liquidités. Des formations variées à ce sujet ainsi que de l accompagnement pourraient venir en aide à plusieurs entreprises. 5 Plusieurs entreprises vivent des problèmes de recrutement de personnel. En effet, beaucoup d entreprises (principalement celles de petite taille) ont recours à des subventions salariales. Ainsi, au terme de la subvention salariale, l entreprise ne peut soutenir l emploi à long terme. Afin de pouvoir continuer à bénéficier d une subvention, l entreprise doit créer un nouveau poste et parfois même en modifier la description. En effet, trop souvent, un même poste ne peut être subventionné 2 fois. Pour les entreprises ne bénéficiant pas de revenus suffisants pour assurer la permanence des emplois, cela peut devenir un véritable casse-tête. Faut-il questionner les politiques de subvention? De même, plusieurs attribuent la cause des difficultés de recrutement aux très hauts salaires payés dans certaines entreprises et institutions de la Jamésie, ce qui peut se révéler fondé. Par contre, certaines ont trouvé des façons intéressantes d enrichir les conditions de travail, ce qui peut parfois compenser en partie un salaire moins élevé. 6 Les actions de mise en marché sont pour ainsi dire inexistantes. Pourtant près de 30 % des revenus des entreprises d économie sociale proviennent de ventes de produits et de services achetés par les consommateurs et les entreprises. De plus, 60 % des entreprises n ont pas de contrat de service avec le gouvernement. Cela veut donc dire que les entreprises d économie sociale de la Jamésie doivent mettre en marché leurs solutions si elles souhaitent maintenir ou augmenter leur rythme. La formation et l accompagnement professionnel pourraient s avérer des pistes de solution utiles pour pallier cette carence. 7

8 PÔLE D ÉCONOMIE SOCIALE DE LA JAMÉSIE Le Pôle d économie sociale de la Jamésie a été créé suite à la signature de l Entente spécifique en économie sociale du Nord-du-Québec, secteur Jamésie entre la Conférence régionale des élus de la Baie- James et le ministère des Affaires municipales, des Régions et de l Occupation du territoire. L investissement de $ par année sur 5 ans des partenaires de ladite Entente permettra au Pôle de remplir ses mandats qui sont les suivants : la promotion de l économie sociale; la concertation et la mise en réseaux des différents acteurs du domaine; la consolidation, l expérimentation et le développement de nouveaux créneaux et projets; le développement des compétences et de la relève; la reconnaissance régionale des entreprises d économie sociale jamésiennes. Le développement de l économie sociale permettra d offrir aux différents milieux des moyens de poursuivre leurs efforts collectifs en vue d accroître le dynamisme de la région et de répondre aux besoins des communautés qui y vivent. RECONNAISSANCE RÉGIONALE DES ENTREPRISES D ÉCONOMIE SOCIALE Dernièrement, le Centre local de développement de la Baie-James (CLDBJ) a donné au Pôle d économie sociale de la Jamésie le mandat de mettre en place un processus de reconnaissance régionale des entreprises d économie sociale jamésiennes. Cette reconnaissance régionale permettra d avoir un portrait réel des entreprises d économie sociale jamésiennes. Dans le cadre du processus de reconnaissance régional, un projet de mise en valeur visant principalement à améliorer la notoriété des entreprises d économie sociale jamésiennes par une image de marque commune permettra d identifier ces entreprises, de promouvoir les valeurs qui leur sont communes ainsi que leur apport au développement économique et social. À quoi sert la reconnaissance régionale? La reconnaissance régionale des entreprises d économie sociale peut être requise afin d être éligible à certains programmes tels que le Fonds de développement des entreprises d économie sociale (FDÉES) du CLDBJ ou encore le Fonds de main-d œuvre du Centre local d emploi. Pour plus de renseignements sur le processus de reconnaissance régionale des entreprises d économie sociale jamésiennes, veuillez contacter le Centre d affaires local (point de service du CLDBJ) de votre municipalité. INVESTISSEMENTS RÉGIONAUX Destiné uniquement aux entreprises d économie sociale jamésiennes, le FDÉES au CLDBJ vise à créer et soutenir des entreprises viables, favoriser le développement de l emploi et contribuer au développement économique et social de la Jamésie. Durant les 5 dernières années, ledit fonds a permis de venir en aide à plus de 20 entreprises jamésiennes par des investissements totaux de $. Il s agit donc d investissement majeur permettant de soutenir le démarrage, l expansion ou la consolidation d entreprises d économie sociale. 8

9 Portrait d une entreprise d économie sociale jamésienne La résidence "F.G.L. - Étoile Filante inc." construite en 1997 à Lebel-sur-Quévillon est un organisme sans but lucratif qui a été parrainé par la Fondation Guy Leblanc. Cette résidence, qui a pour mission d offrir des loyers au meilleur prix possible aux aînés autonomes et semi-autonomes, est entièrement gérée par des gens de Lebelsur-Quévillon. La résidence compte 16 logements confortables qui permettent ainsi d'accueillir et de fournir une excellente qualité de vie aux pionniers de Lebel-sur- Quévillon afin qu'ils puissent continuer de vivre près de leur famille. RÉSIDENCE F.G.L. ÉTOILE FILANTE INC. Grâce à l aide financière et technique de différents organismes comme le Centre régional de santé et services sociaux, le centre de santé de Lebel-sur-Quévillon, la Société d habitation du Québec, le Centre local d emploi de la Baie-James, la Ville de Lebel-sur-Quévillon ainsi que l apport de bénévoles, la résidence F.G.L. Étoile Filante inc. peut offrir des services de qualité à ses résidents. Ces derniers peuvent, entre autres, se prévaloir des services d une infirmière qui est sur place tous les jours, d une visite mensuelle du médecin, d un service de vaccin, des services de maintient à domicile et d accompagnement, etc. De plus, le service aux tables de repas équilibrés et adaptés aux diètes spécifiques de chacun est offert aux résidents. Suite à l évaluation de la résidence par le Centre local de développement de la Baie- James, le Pôle d économie sociale de la Jamésie a reconnu l organisme comme entreprise d économie sociale et souhaite souligner le rôle qu elle joue auprès des ainés, de leurs familles et de leurs amis, de même que l apport d une dizaine d emplois permanents que la résidence maintient à Lebel-sur-Quévillon. Préparé par : Patrick ST-Germain Centre local de développement de la Baie-James 9

10 Notez que le Portrait des entreprises d économie sociale de la Jamésie ainsi que le document intitulé Économie sociale en Jamésie sont disponibles sur le site Internet des partenaires suivants : Comité de développement social de la Baie-James : Conférence régionale des élus de la Baie-James : Coopérative de développement régional du Saguenay-Lac-Saint-Jean/Nord-du-Québec : Ministère des Affaires municipales, des Régions et de l Occupation du territoire : Société d Aide au Développement des Collectivités Abitibi-Ouest : Société d Aide au Développement des Collectivités Barraute-Senneterre-Quévillon : Société d Aide au Développement des Collectivités Chibougamau-Chapais : Société d Aide au Développement des Collectivités de Matagami : Ce document a été créé dans le cadre de l Entente spécifique en économie sociale pour la région Nord-du-Québec, secteur Jamésie en partenariat avec la Conférence régionale des élus de la Baie-James et le ministère des Affaires municipales, des Régions et de l Occupation du territoire. RÉFÉRENCES : ADN Organisations, Portrait des entreprises d économie sociale de la Jamésie, mars 2010, 132 p. MINISTÈRE DES AFFAIRES MUNICIPALES, DES RÉGIONS ET DE L OCCUPATION DU TERRITOIRE. [En ligne], [ COMITÉ DE DÉVELOPPEMENT SOCIAL DE LA BAIE-JAMES. [En ligne] [ VILLE DE LEBEL-SUR-QUÉVILLON. [En ligne] [ MOUVEMENT JEUNESSE BAIE-JAMES [En ligne] [ CHANTIER DE L ÉCONOMIE SOCIALE. [En ligne] [ Document produit par le Pôle d économie sociale de la Jamésie Personne à contacter pour questions ou commentaires : Mme Marie-Josée Racicot 110, boulevard Matagami, C. P. 850 Matagami (Québec) J0Y 2A0 Tél. : , poste 225 SF. :

CAT 037M C.P. P.L. 27 Économie sociale

CAT 037M C.P. P.L. 27 Économie sociale CAT 037M C.P. P.L. 27 Économie sociale Mémoire présenté à la Commission de l aménagement du territoire dans le cadre de consultations particulières et auditions publiques sur le projet de loi n 27 Loi

Plus en détail

Prochaine publication. Portrait de l emploi des technologies de l information au sein du gouvernement québécois. Prochain bulletin S@voir.

Prochaine publication. Portrait de l emploi des technologies de l information au sein du gouvernement québécois. Prochain bulletin S@voir. Septembre 2006 Volume 6, numéro 4 Prochaine publication Un rapport d analyse de données de l Enquête sur la population active portant sur les ressources humaines en science et technologie paraîtra au cours

Plus en détail

Le régime général d assurance médicaments

Le régime général d assurance médicaments Le régime général d assurance médicaments Régie de l assurance maladie du Québec Rapport d activité 2000-2001 du régime général d assurance médicaments Rappel de la Loi sur l assurance-médicaments et de

Plus en détail

Pour une intégration accrue des préoccupations de développement durable

Pour une intégration accrue des préoccupations de développement durable 2008-2015 Pour une intégration accrue des préoccupations de développement durable 2008-2015 MISE À JOUR DU PLAN D ACTION DE DÉVELOPPEMENT DURABLE En février 2012, le gouvernement du Québec a autorisé le

Plus en détail

La priorité : répondre aux besoins

La priorité : répondre aux besoins La priorité : répondre aux besoins Avis présenté par la Confédération des organismes de personnes handicapées du Québec sur le plan d action de lutte contre la pauvreté et l exclusion sociale, avec ou

Plus en détail

Fédération des Mouvements Personne d Abord du Québec

Fédération des Mouvements Personne d Abord du Québec Consultation générale de la Commission des affaires sociales de l Assemblée nationale «Garantir l accès : un défi d équité, d efficience et de qualité» Livre blanc du ministère de la Santé et des Services

Plus en détail

«Enquête 2010 correspondants RIL» Synthèse des résultats à destination des correspondants RIL et des élus locaux

«Enquête 2010 correspondants RIL» Synthèse des résultats à destination des correspondants RIL et des élus locaux Cnis Groupe de travail de la Cnerp sur la collaboration Insee Collectivités locales dans la constitution des RIL «Enquête 2010 correspondants RIL» Synthèse des résultats à destination des correspondants

Plus en détail

VERS UNE APPROCHE GLOBALE DU SOUTIEN À LA CRÉATION D'EMPLOI ET L'IMPLANTATION D'UNE CULTURE DE LA FORMATION CONTINUE DANS LE SECTEUR CULTUREL

VERS UNE APPROCHE GLOBALE DU SOUTIEN À LA CRÉATION D'EMPLOI ET L'IMPLANTATION D'UNE CULTURE DE LA FORMATION CONTINUE DANS LE SECTEUR CULTUREL VERS UNE APPROCHE GLOBALE DU SOUTIEN À LA CRÉATION D'EMPLOI ET L'IMPLANTATION D'UNE CULTURE DE LA FORMATION CONTINUE DANS LE SECTEUR CULTUREL Stratégie québécoise de développement des ressources humaines

Plus en détail

LAN D ACTION DE ÉVELOPPEMENT DURABLE

LAN D ACTION DE ÉVELOPPEMENT DURABLE LAN D ACTION DE ÉVELOPPEMENT DURABLE 013-2015 Table des matières M p E 03 Message du président et chef de la direction 04 Contexte 06 Actions 15 Annexe 1 : Tableau synoptique du plan d action de développement

Plus en détail

POLITIQUE DE COMMANDITES

POLITIQUE DE COMMANDITES POLITIQUE DE COMMANDITES Adoptée le 12 août 2015 Afin de simplifier le texte, l entité qui soumet la demande est identifiée dans ce document comme «demandeur», qu il s agisse d un organisme, d un événement

Plus en détail

Des environnements facilitants pour une société universelle. Présentation de la politique d accessibilité universelle de la Ville de Granby

Des environnements facilitants pour une société universelle. Présentation de la politique d accessibilité universelle de la Ville de Granby Des environnements facilitants pour une société universelle Présentation de la politique d accessibilité universelle de la Ville de Granby par Patrice Faucher Mise en contexte de l adoption de la politique

Plus en détail

Enquête annuelle de suivi du programme Adultes-relais SYNTHÈSE NATIONALE

Enquête annuelle de suivi du programme Adultes-relais SYNTHÈSE NATIONALE Enquête annuelle de suivi du programme Adultes-relais SYNTHÈSE NATIONALE Octobre 2015 Sommaire 1. Le programme Adultes-Relais...3 Présentation du programme adultes-relais pour l année 2014... 4 Les domaines

Plus en détail

ORIENTATION ENJEU ACTIVITÉS

ORIENTATION ENJEU ACTIVITÉS MISSION Par la concertation et la mobilisation des acteurs du secteur, le Comité sectoriel de main-d œuvre des pêches maritimes (CSMOPM) a pour mission d analyser, développer et diffuser un ensemble d

Plus en détail

CONCOURS 2015 DU FONDS COLLÈGE-INDUSTRIE POUR L INNOVATION VOLET 1 : INFRASTRUCTURE DE RECHERCHE INVITATION À SOUMETTRE DES PROPOSITIONS

CONCOURS 2015 DU FONDS COLLÈGE-INDUSTRIE POUR L INNOVATION VOLET 1 : INFRASTRUCTURE DE RECHERCHE INVITATION À SOUMETTRE DES PROPOSITIONS CONCOURS 2015 DU FONDS COLLÈGE-INDUSTRIE POUR L INNOVATION VOLET 1 : INFRASTRUCTURE DE RECHERCHE INVITATION À SOUMETTRE DES PROPOSITIONS DESCRIPTION Le Fonds collège-industrie pour l innovation (FCII)

Plus en détail

Document d information Budget du Québec 2015-2016

Document d information Budget du Québec 2015-2016 Document d information Budget du Québec 2015-2016 27 mars 2015 LE BUDGET EN BREF 3 FORMATION ET ÉDUCATION Déclarations pertinentes Discours sur le budget 4 Explication des mesures 5 1- Adapter la formation

Plus en détail

LA QUALITÉ DE L ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR AU QUÉBEC. Rencontre thématique

LA QUALITÉ DE L ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR AU QUÉBEC. Rencontre thématique LA QUALITÉ DE L ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR AU QUÉBEC Rencontre thématique Contribution de la Fédération des cégeps Le 30 novembre 2012 LES CÉGEPS PARTICIPENT À LA CONSTRUCTION DE LA SOCIÉTÉ DU SAVOIR Au Québec,

Plus en détail

L Alliance pour l avenir des villes. Projet de texte soumis à la discussion et au débat

L Alliance pour l avenir des villes. Projet de texte soumis à la discussion et au débat Réunion du Groupe consultatif Montréal, Canada - 12-13 juin 2000 CG/2 L Alliance pour l avenir des villes Projet de texte soumis à la discussion et au débat L ALLIANCE POUR L AVENIR DES VILLES L Alliance

Plus en détail

Pour une contribution accrue de l économie sociale à une croissance inclusive

Pour une contribution accrue de l économie sociale à une croissance inclusive Pour une contribution accrue de l économie sociale à une croissance inclusive Consultations pré-budgétaires annuelles 2016 Comité permanent des finances de la Chambre des communes Gouvernement du Canada

Plus en détail

Corporation de développement communautaire Beauce- Etchemins GUIDE DE PRÉ DÉMARRAGE D UN OBNL

Corporation de développement communautaire Beauce- Etchemins GUIDE DE PRÉ DÉMARRAGE D UN OBNL Corporation de développement communautaire Beauce- Etchemins GUIDE DE PRÉ DÉMARRAGE D UN OBNL REVISÉ PAR LA CDCBE 2013 Les étapes dans le développement d un organisme communautaire 1 LA PRÉPARATION 1-

Plus en détail

Section 11 L intégration du parc immobilier et de la gestion des services de soutien

Section 11 L intégration du parc immobilier et de la gestion des services de soutien COLLECTION Implantation des centres de santé et de services sociaux Guide d implantation des centres de santé et de services sociaux Volume 2 Section 11 L intégration du parc immobilier et de la gestion

Plus en détail

L EMPLOI. Le système d emploi traditionnel. Surmonter les obstacles de l avenir

L EMPLOI. Le système d emploi traditionnel. Surmonter les obstacles de l avenir Web Japan http://web-japan.org/ L EMPLOI Surmonter les obstacles de l avenir Quartier des affaires du centre ville (Crédit photo : AFLO) Le système d emploi japonais a joué un rôle essentiel dans la forte

Plus en détail

Loi modifiant diverses dispositions législatives en matière municipale concernant notamment le financement politique

Loi modifiant diverses dispositions législatives en matière municipale concernant notamment le financement politique Mémoire de la FQM sur le projet de loi n o 83 Loi modifiant diverses dispositions législatives en matière municipale concernant notamment le financement politique 23 février 2016 1 LA FÉDÉRATION QUÉBÉCOISE

Plus en détail

SOUTIEN FINANCIER AUX ENTREPRISES D ÉCONOMIE SOCIALE

SOUTIEN FINANCIER AUX ENTREPRISES D ÉCONOMIE SOCIALE SOUTIEN FINANCIER AUX ENTREPRISES D ÉCONOMIE SOCIALE INFORMATIONS GÉNÉRALES MANDAT ET RÔLE DU CLD DE ROUSSILLON «Le CLD offre des services de première ligne d accompagnement ou de soutien technique ou

Plus en détail

Plan d action favorisant l intégration des personnes vivant avec une incapacité ou un handicap Page 2

Plan d action favorisant l intégration des personnes vivant avec une incapacité ou un handicap Page 2 !" #$#%&!# Sanctionné le 17 décembre 2004, le projet de loi n o 56 modifie substantiellement la Loi assurant l'exercice des droits des personnes handicapées en vigueur depuis 1978, et la rebaptise en y

Plus en détail

Programme de 2 ème Année Secondaire ECONOMIE & SERVICES

Programme de 2 ème Année Secondaire ECONOMIE & SERVICES RÉPUBLIQUE TUNISIENNE MINISTÈRE DE L ÉDUCATION ET DE LA FORMATON DIRECTION GÉNÉRALE DES PROGRAMMES ET DE LA FORMATION CONTINUE -------------------------- DIRECTION DES PROGRAMMES ET DES MANUELS SCOLAIRES

Plus en détail

Index GRI (Global Reporting Initiative)

Index GRI (Global Reporting Initiative) Index GRI (Global Reporting Initiative) RBC a adopté une stratégie à plusieurs volets pour son rapport sur le développement durable et publie son bilan social, environnemental et déontologique à différents

Plus en détail

Politique de développement durable

Politique de développement durable Politique de développement durable Ville de Bécancour Décembre 2013 Ville de Bécancour 1295, Nicolas-Perrot Bécancour (Québec), G9N 1A1 TABLE DES MATIÈRES INTRODUCTION... 2 1. DÉVELOPPEMENT DURABLE...

Plus en détail

LE RÉSEAU DES ASSOCIATIONS TOURISTIQUES RÉGIONALES

LE RÉSEAU DES ASSOCIATIONS TOURISTIQUES RÉGIONALES LE RÉSEAU DES ASSOCIATIONS TOURISTIQUES RÉGIONALES CATALYSEUR DE L ÉCONOMIE TOURISTIQUE DANS TOUTES LES RÉGIONS DU QUÉBEC 2 e ÉDITION JANVIER 2015 LE RÉSEAU DES ATR 9651 ENTREPRISES ET ORGANISMES Le Québec

Plus en détail

Résumé du Plan Nord du gouvernement du Québec

Résumé du Plan Nord du gouvernement du Québec À propos du Plan Nord Le Plan Nord va se déployer sur 25 ans. Résumé du Plan Nord du gouvernement du Québec Territoire concerné: 1,2 millions de km 2 soit 72% du Québec. Le territoire visé se situe au

Plus en détail

Politique d habitation : Plan d action 2015

Politique d habitation : Plan d action 2015 Habiter ma ville Politique d habitation : Plan d action 2015 (recommandé par la Commission permanente sur l habitation, le 4 février 2015 et à adopterpar le conseil municipal, le 17 mars 2015) Politique

Plus en détail

ASSOCIATION DES ETATS DE LA CARAIBE DEMANDE DE PROPOSITIONS

ASSOCIATION DES ETATS DE LA CARAIBE DEMANDE DE PROPOSITIONS ASSOCIATION DES ETATS DE LA CARAIBE DEMANDE DE PROPOSITIONS L Association des Etats de la Caraïbe (AEC) invite les consultants éligibles intéressés à soumettre des propositions pour la fourniture d un

Plus en détail

POLITIQUE DONS ET COMMANDITES PARTAGER NOS VALEURS COOPÉRATIVES POUR DONNER VIE À VOS RÊVES!

POLITIQUE DONS ET COMMANDITES PARTAGER NOS VALEURS COOPÉRATIVES POUR DONNER VIE À VOS RÊVES! PARTAGER NOS VALEURS COOPÉRATIVES POUR DONNER VIE À VOS RÊVES! OBJECTIFS La Caisse Desjardins de Châteauguay a à coeur le développement de son milieu et c est par l attribution de dons et de commandites

Plus en détail

La Fiducie du Chantier de l économie sociale : du capital patient

La Fiducie du Chantier de l économie sociale : du capital patient Page1 Volume 4, numéro 3 La Fiducie du Chantier de l économie sociale : du capital patient Jacques Charest Directeur général de la Fiducie du Chantier de l économie sociale Contexte d émergence Comme toute

Plus en détail

PRÉSENTATION. Un «grand collège» qui continue de se développer!

PRÉSENTATION. Un «grand collège» qui continue de se développer! PRÉSENTATION Un «grand collège» qui continue de se développer! Voilà le titre qui chapeautait la présentation du plan stratégique 2010 2015 que le conseil d administration avait adopté en juin 2010. Deux

Plus en détail

Faits saillants. Particuliers. Entreprises. Autres mesures

Faits saillants. Particuliers. Entreprises. Autres mesures Faits saillants Particuliers 1. Dons de bienfaisance 2. Accélération du plan de réduction de la contribution santé en vue de son abolition en 2018 3. Réduction de 50% de la contribution additionnelle à

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. Table ronde. sur l insertion professionnelle des femmes en difficulté. et visite de l association ADAGE

DOSSIER DE PRESSE. Table ronde. sur l insertion professionnelle des femmes en difficulté. et visite de l association ADAGE DOSSIER DE PRESSE Table ronde sur l insertion professionnelle des femmes en difficulté et visite de l association ADAGE Lundi 07 mars 2016 SOMMAIRE L ASSOCIATION ADAGE 4 ADAGE, une association au service

Plus en détail

Note de propositions Consultations prébudgétaires 2014-2015

Note de propositions Consultations prébudgétaires 2014-2015 Rencontre avec Nicolas Marceau, ministre des Finances et de l Économie du Québec, 24 janvier 2014 Note de propositions Consultations prébudgétaires 2014-2015 REPRÉSENTATION POLITIQUE / INFORMATION STRATÉGIQUE

Plus en détail

Profil de l habitation Village urbain 8 Centre-Ville GATINEAU PORTRAIT DE. Volume 3 cahier 9

Profil de l habitation Village urbain 8 Centre-Ville GATINEAU PORTRAIT DE. Volume 3 cahier 9 Profil de l habitation Village urbain 8 Volume 3 cahier 9 PORTRAIT DE GATINEAU TABLE DES MATIÈRES Présentation...3 Population, ménages et logements en propriété...4 Logements en propriété...4 Âge des soutiens

Plus en détail

Les femmes dans l économie mondiale en temps de crise

Les femmes dans l économie mondiale en temps de crise Point 3 (a) (i) de l ordre du jour provisoire E/CN.6/2010/1 pour la cinquantequatrième session de la Commission de la condition de la femme, du 1 er au 12 mars 2010 : Révision de la mise en œuvre de la

Plus en détail

POLITIQUE ADMINISTRATIVE

POLITIQUE ADMINISTRATIVE POLITIQUE ADMINISTRATIVE DONS ET COMMANDITES Juillet 2015 A) OBJECTIF Encadrer les opérations de la Caisse en ce qui a trait au traitement des demandes de dons et commandites accordés aux organismes. B)

Plus en détail

Un diplôme d études secondaires équivalent pour les jeunes et les adultes

Un diplôme d études secondaires équivalent pour les jeunes et les adultes Un diplôme d études secondaires équivalent pour les jeunes et les adultes Mémoire présenté au Conseil supérieur de l éducation en vue de la production d un avis sur la sanction des études secondaires en

Plus en détail

Forum de la société civile de la Mauricie. Présentation de Gaby Tessier et Marie-Christine Hudon

Forum de la société civile de la Mauricie. Présentation de Gaby Tessier et Marie-Christine Hudon Forum de la société civile de la Mauricie Présentation de Gaby Tessier et Marie-Christine Hudon UN PEU D HISTOIRE Issue de la volonté des coopératives du Centredu-Québec et de la Mauricie de se doter d

Plus en détail

DECLARATION CONSTITUTIVE DU CNAJEP

DECLARATION CONSTITUTIVE DU CNAJEP DECLARATION CONSTITUTIVE DU CNAJEP FIAP, le 27 mai 1968 Au moment où notre pays connaît un profond bouleversement social, les associations d éducation populaire, de développement culturel et de jeunesse

Plus en détail

RAPPORT ANNUEL DE LʼADIE EN ALSACE 2014 25 ANS ET TOUJOURS + INNOVANTE

RAPPORT ANNUEL DE LʼADIE EN ALSACE 2014 25 ANS ET TOUJOURS + INNOVANTE RAPPORT ANNUEL DE LʼADIE EN ALSACE 2014 25 ANS ET TOUJOURS + INNOVANTE SOMMAIRE L OFFRE DE 1SERVICE FINANCIER Le microcrédit professionnel 5 Le microcrédit pour l emploi salarié 10 2 L OFFRE DE SERVICE

Plus en détail

CIBLE 1 - FAVORISER LE DÉVELOPPEMENT OPTIMAL DES ENFANTS VIVANT DANS DES FAMILLES VULNÉRABLES

CIBLE 1 - FAVORISER LE DÉVELOPPEMENT OPTIMAL DES ENFANTS VIVANT DANS DES FAMILLES VULNÉRABLES PETITE ENFANCE (MOINS DE 5 ANS) CIBLES DU PLAN D ACTION RÉGIONAL CIBLE 1 - FAVORISER LE DÉVELOPPEMENT OPTIMAL DES ENFANTS VIVANT DANS DES FAMILLES VULNÉRABLES CIBLE 2 - PROMOUVOIR L ALLAITEMENT MATERNEL

Plus en détail

Reddition de comptes annuelle CIBC 2005 Pour ce qui compte dans votre vie

Reddition de comptes annuelle CIBC 2005 Pour ce qui compte dans votre vie 22 La CIBC et la société > Notre personnel Reddition de comptes annuelle CIBC 20 Notre personnel La CIBC et la société Stratégie En vue d être reconnue comme chef de file des relations avec la clientèle,

Plus en détail

Mémoire du Yukon présenté au Comité permanent des finances de la Chambre des communes

Mémoire du Yukon présenté au Comité permanent des finances de la Chambre des communes Mémoire du Yukon présenté au Comité permanent des finances de la Chambre des communes Libérer le potentiel du Nord pour aider à créer un meilleur Canada Page 1 sur 10 Le gouvernement du Yukon est heureux

Plus en détail

ÉVALUATION DU PARTENARIAT DU TOURISME DU CANADA ATLANTIQUE 2012-2015

ÉVALUATION DU PARTENARIAT DU TOURISME DU CANADA ATLANTIQUE 2012-2015 ÉVALUATION DU PARTENARIAT DU TOURISME DU CANADA ATLANTIQUE 2012-2015 RAPPORT FINAL 2012-2015 - SOMMAIRE Document présenté à PARTENARIAT DU TOURISME DU CANADA ATLANTIQUE par AVRIL 2015 LISTE DES ABRÉVIATIONS

Plus en détail

LE TEXTE LU FAIT FOI. Cap sur l innovation et la productivité 2

LE TEXTE LU FAIT FOI. Cap sur l innovation et la productivité 2 Allocution de Josée Fortin Directrice générale de Sherbrooke Innopole Chambres de commerce de Sherbrooke et Fleurimont 30 avril 2013 LE TEXTE LU FAIT FOI Cap sur l innovation et la productivité 2 Bonjour,

Plus en détail

Ministère de l Économie, de la Science et de l Innovation CÔTE-NORD PORTRAIT RÉGIONAL. Automne 2016

Ministère de l Économie, de la Science et de l Innovation CÔTE-NORD PORTRAIT RÉGIONAL. Automne 2016 Ministère de l Économie, de la Science et de l Innovation PORTRAIT RÉGIONAL Automne 2016 TABLE DES MATIÈRES Occupation du territoire... 4 Démographie... 5 Conditions de vie... 6 Structure économique...

Plus en détail

CADRE DE GESTION RELATIF AUX PROJETS IMMOBILIERS

CADRE DE GESTION RELATIF AUX PROJETS IMMOBILIERS ANNEXE 2015-CA619-04.08.02-R6676 CADRE DE GESTION RELATIF AUX PROJETS IMMOBILIERS Adopté le 7 décembre 2015. Table des matières 1.0 Préambule... 1 2.0 Objectifs et portée... 1 2.1 Objectifs... 1 2.2 Portée...

Plus en détail

Mémoire dans le cadre de la consultation publique du ministère de la Culture et des Communications sur le renouvellement de la Politique culturelle

Mémoire dans le cadre de la consultation publique du ministère de la Culture et des Communications sur le renouvellement de la Politique culturelle Mémoire dans le cadre de la consultation publique du ministère de la Culture et des Communications sur le renouvellement de la Politique culturelle Présenté par : Loisir Sport Baie-James Août 2016 Table

Plus en détail

POLITIQUE FAMILIALE. Préparé par : Mélanie Théroux, Agente sports et loisirs

POLITIQUE FAMILIALE. Préparé par : Mélanie Théroux, Agente sports et loisirs Préparé par : Mélanie Théroux, Agente sports et loisirs 13 septembre 2013 TABLE DES MATIÈRES Avant-propos...3 Définition de la famille...4 Mission de la politique...4 Portrait statistique de la population...5

Plus en détail

Vue d ensemble des programmes de recyclage des minéraux et des métaux et de leurs effets sur le changement climatique. Rapport final Mars 2004

Vue d ensemble des programmes de recyclage des minéraux et des métaux et de leurs effets sur le changement climatique. Rapport final Mars 2004 Vue d ensemble des programmes de recyclage des minéraux et des métaux et de leurs effets sur le changement climatique Rapport final Projet entrepris par le Recycling Council of Alberta en partenariat avec

Plus en détail

Règles d utilisation du Label «Lyon, Ville équitable et durable»

Règles d utilisation du Label «Lyon, Ville équitable et durable» Règles d utilisation du Label «Lyon, Ville équitable et durable» Sommaire 1. Présentation du Label Lyon ville équitable et durable 2. Critériologie 2.1 Gouvernance 2.2 Environnement 2.3 Consommation responsable

Plus en détail

Le plan de développement durable de la collectivité montréalaise

Le plan de développement durable de la collectivité montréalaise PLAN D ACTION Le plan de développement durable de la collectivité montréalaise 2010 2015 ENSEMBLE POUR UNE MÉTROPOLE DURABLE Le Plan de développement durable de la collectivité montréalaise 2010-2015 mobilise

Plus en détail

Direction des ressources humaines Document d information

Direction des ressources humaines Document d information Direction des ressources humaines Document d information Le projet de modernisation de la gestion de la rémunération des cadres et professionnels sur fonds courant 19 janvier 2007 1. Rappel du projet de

Plus en détail

PLAN DE CLASSIFICATION PERSONNEL PROFESSIONNEL COLLÈGES D ENSEIGNEMENT GÉNÉRAL ET PROFESSIONNEL

PLAN DE CLASSIFICATION PERSONNEL PROFESSIONNEL COLLÈGES D ENSEIGNEMENT GÉNÉRAL ET PROFESSIONNEL PLAN DE CLASSIFICATION PERSONNEL PROFESSIONNEL COLLÈGES D ENSEIGNEMENT GÉNÉRAL ET PROFESSIONNEL ÉDITION 2008 NOTE Le présent document prend effet à compter du 15 août 2008 TABLE DES MATIÈRES INTRODUCTION...

Plus en détail

Contribution de la Région wallonne et de la Communauté française de Belgique au débat sur la future stratégie «UE 2020»

Contribution de la Région wallonne et de la Communauté française de Belgique au débat sur la future stratégie «UE 2020» Contribution de la Région wallonne et de la Communauté française de Belgique au débat sur la future stratégie «UE 2020» Introduction L Europe est au carrefour de ses propres ambitions. Le choix des voies

Plus en détail

Enquête sur les relations économiques entre les Autochtones et les entreprises de l Abitibi-Témiscamingue

Enquête sur les relations économiques entre les Autochtones et les entreprises de l Abitibi-Témiscamingue Enquête sur les relations économiques entre les Autochtones et les entreprises de l Abitibi-Témiscamingue Chaire Desjardins en développement d des petites collectivités Enquête sur les relations économiques

Plus en détail

SYNTHESE DE LA STRATEGIE NATIONALE DE RELANCE DE LA FILIERE CAFE

SYNTHESE DE LA STRATEGIE NATIONALE DE RELANCE DE LA FILIERE CAFE SYNTHESE DE LA STRATEGIE NATIONALE DE RELANCE DE LA FILIERE CAFE Objectif général L objectif général de ce programme de développement est d atteindre une production de qualité, de 1000 tonnes de café marchand,

Plus en détail

HÉBERGEMENT TOURISTIQUE Guide de démarrage

HÉBERGEMENT TOURISTIQUE Guide de démarrage 2012 HÉBERGEMENT TOURISTIQUE Guide de démarrage Chantal Landry Conseillère en promotion touristique CLD du Kamouraska Le CLD du Kamouraska est heureux de vous offrir ce Guide de démarrage d un hébergement

Plus en détail

SONDAGE 2015 SUR LES DÉMARCHES DE DÉVELOPPEMENT DURABLE DES ORGANISMES MUNICIPAUX

SONDAGE 2015 SUR LES DÉMARCHES DE DÉVELOPPEMENT DURABLE DES ORGANISMES MUNICIPAUX MINISTÈRE DES AFFAIRES MUNICIPALES ET DE L OCCUPATION DU TERRITOIRE DÉVELOPPEMENT DURABLE SONDAGE 2015 SUR LES DÉMARCHES DE DÉVELOPPEMENT DURABLE DES ORGANISMES MUNICIPAUX VERSION ABRÉGÉE Ce document a

Plus en détail

Appels à projets, prix et bourses 2013, appel à candidature. Financements privés

Appels à projets, prix et bourses 2013, appel à candidature. Financements privés Avril 2013 Appels à projets, prix et bourses 2013, appel à candidature Financements privés Le récapitulatif des appels à projets que nous vous proposons est le résultat de la veille quotidienne réalisée

Plus en détail

Excellente dynamique commerciale. Investissements pour le développement du pôle Paiement rentabilisés. Lancement du plan stratégique «Puissance 5»

Excellente dynamique commerciale. Investissements pour le développement du pôle Paiement rentabilisés. Lancement du plan stratégique «Puissance 5» 29 MARCH 2016 Excellente dynamique commerciale +109% CA Paiement +57% CA Telecom Investissements pour le développement du pôle Paiement rentabilisés EBITDA Paiement à l équilibre Résultat net positif global

Plus en détail

Extrait des «Directives de qualité de la CDAS Est+ pour les institutions pour adultes handicapés (personnes invalides au sens de la LIPPI)»

Extrait des «Directives de qualité de la CDAS Est+ pour les institutions pour adultes handicapés (personnes invalides au sens de la LIPPI)» SG CDAS / mars 2015 Extrait des «Directives de qualité de la CDAS Est+ pour les institutions pour adultes handicapés (personnes invalides au sens de la LIPPI)» du 12 septembre 2011 Traduction en français

Plus en détail

Plan POLITIQUE RÉGIONALE DES AÎNÉS. d action 2015-2017

Plan POLITIQUE RÉGIONALE DES AÎNÉS. d action 2015-2017 POLITIQUE RÉGIONALE DES AÎNÉS Plan d action 2015-2017 Constats Plusieurs aînés rencontrés connaissent peu ou pas les différents services offerts par le réseau public ou communautaire sur le territoire

Plus en détail

Axe 3 : Développer une économie durable et créative

Axe 3 : Développer une économie durable et créative Axe 3 : Développer une économie durable et créative Intitulé de la fiche Responsable technique de la fiche : Etat d avancement de la fiche : 32.0 Mise en œuvre du plan d actions MECABOURG Frédérique Laroche

Plus en détail

créer de l emploi dans les territoires

créer de l emploi dans les territoires 3 créer de l emploi dans les territoires 3 Créer de l emploi dans les territoires L Économie sociale et solidaire trouve sa force dans les territoires : quartiers urbains, zones rurales, bassins industriels

Plus en détail

Alternative Assistance Informatique : une société de dépannage informatique à domicile

Alternative Assistance Informatique : une société de dépannage informatique à domicile Alternative Assistance Informatique : une société de dépannage informatique à domicile CRÉATION ET DÉVELOPPEMENT D UNE COOPÉRATIVE DE SERVICES À LA PERSONNE SPÉCIALISÉE DANS L INFORMATIQUE. Initiative

Plus en détail

Résultats de l enquête Relations publiques

Résultats de l enquête Relations publiques Résultats de l enquête Relations publiques Les services Relations publiques et Développement de l effectif du Rotary International ont réalisé une enquête sur les pratiques de relations publiques (RP)

Plus en détail

MANDAT ET DESCRIPTION DES FONCTIONS

MANDAT ET DESCRIPTION DES FONCTIONS MANDAT ET DESCRIPTION DES FONCTIONS Titre du poste : Nature du poste : DIRECTEUR GÉNÉRAL Poste cadre à temps complet 1 Sommaire des responsabilités : Le directeur général est responsable de la planification

Plus en détail

Le pilotage institutionnel du projet est assuré par le Ministère des Finances et le PNUD.

Le pilotage institutionnel du projet est assuré par le Ministère des Finances et le PNUD. Communication du DNP L objectif de cette journée de restitution est de partager avec tous les acteurs du marché financier les résultats finaux des travaux réalisés par les experts internationaux dans le

Plus en détail

FORMULAIRE DE DEMANDE D ADHÉSION

FORMULAIRE DE DEMANDE D ADHÉSION FORMULAIRE DE DEMANDE D ADHÉSION DÉMARCHE ET DOCUMENTS À FOURNIR Afin de devenir membre du ROCGÎM, un organisme communautaire autonome doit remplir une demande d'adhésion dûment complétée et adresser cette

Plus en détail

Politique de l arbre DE LA VILLE DE SAINT-LAMBERT

Politique de l arbre DE LA VILLE DE SAINT-LAMBERT Politique de l arbre DE LA VILLE DE SAINT-LAMBERT TABLE DES MATIÈRES Message du maire 1 Les arbres de Saint-Lambert Page d histoire l urbanisation et la foresterie urbaine 2 L arbre urbain, une richesse

Plus en détail

PLAN DE CLASSIFICATION PERSONNEL PROFESSIONNEL COLLÈGES D ENSEIGNEMENT GÉNÉRAL ET PROFESSIONNEL

PLAN DE CLASSIFICATION PERSONNEL PROFESSIONNEL COLLÈGES D ENSEIGNEMENT GÉNÉRAL ET PROFESSIONNEL PLAN DE CLASSIFICATION PERSONNEL PROFESSIONNEL COLLÈGES D ENSEIGNEMENT GÉNÉRAL ET PROFESSIONNEL ÉDITION 2012 NOTE Le présent document prend effet à compter du 1 er avril 2012 TABLE DES MATIÈRES INTRODUCTION...

Plus en détail

Politique dons et commandites

Politique dons et commandites Politique dons et commandites La Politique de dons et de commandites est un outil permettant de reconnaître les efforts des citoyens regroupés en comités et des organismes bénévoles contribuant à la qualité

Plus en détail

Chambre Wakefield - La Pêche. Plan opérationnel du Conseil d administration 2016

Chambre Wakefield - La Pêche. Plan opérationnel du Conseil d administration 2016 Chambre Wakefield - La Pêche Plan opérationnel du Conseil d administration 2016 1 er Objectif stratégique : viabilité. Créer un organisme viable et responsable qui a suffisamment de ressources financières

Plus en détail

CANDIDATURE DE LA VILLE DE PARIS «NOUVELLES DYNAMIQUES DE RENOVATION DES LOGEMENTS» Sommaire :

CANDIDATURE DE LA VILLE DE PARIS «NOUVELLES DYNAMIQUES DE RENOVATION DES LOGEMENTS» Sommaire : CANDIDATURE DE LA VILLE DE PARIS «NOUVELLES DYNAMIQUES DE RENOVATION DES LOGEMENTS» Sommaire : 1- Spécificités du parc parisien et priorités politiques 2- Les dispositifs parisiens d incitation à la rénovation

Plus en détail

Programme services-conseils (PSC)

Programme services-conseils (PSC) Programme services-conseils (PSC) Dans le présent document, l emploi du masculin pour désigner des personnes n a d autres fins que celle d alléger le texte. Des mesures d aide décrites dans ce programme

Plus en détail

Avant-projet de. Loi sur la libre circulation des personnes et l immigration. Résumé

Avant-projet de. Loi sur la libre circulation des personnes et l immigration. Résumé Avant-projet de Loi sur la libre circulation des personnes et l immigration Résumé «Conscient de l apport positif de l immigration légale à la société et à l économie du Luxembourg, une nouvelle législation

Plus en détail

Politique de soutien aux entreprises

Politique de soutien aux entreprises Politique de soutien aux entreprises Préambule Suite à l adoption de la Loi 28 par le gouvernement du Québec, des modifications ont été apportées à la mise en œuvre de la nouvelle gouvernance municipale

Plus en détail

Vieillir et vivre ensemble. Chez soi, dans sa communauté, au Québec

Vieillir et vivre ensemble. Chez soi, dans sa communauté, au Québec Vieillir et vivre ensemble Chez soi, dans sa communauté, au Québec Vieillir et vivre ensemble une vision d avenir La société québécoise vit des changements démographiques importants. Le rythme accéléré

Plus en détail

Contribution au Groupe de travail Plan Bâtiment Durable. Région Grand Est, site de Strasbourg

Contribution au Groupe de travail Plan Bâtiment Durable. Région Grand Est, site de Strasbourg Contribution au Groupe de travail Plan Bâtiment Durable Région Grand Est, site de Strasbourg 1. Identification... 1 Structure : Région Grand Est... 1 en partenariat avec l ADEME Délégation Alsace Champagne-Ardenne

Plus en détail

au troisième trimestre de 2000

au troisième trimestre de 2000 Caisses populaires et credit unions de l Ontario PERSPECTIVES DU MOUVEMENT au troisième trimestre de 2000 DANS CE NUMÉRO Faits saillants économiques: En l an 2000, la croissance devrait dépasser 4 % Page

Plus en détail

PROGRAMME DE FINANCEMENT DE LA PARTICIPATION COMMUNAUTAIRE

PROGRAMME DE FINANCEMENT DE LA PARTICIPATION COMMUNAUTAIRE PROGRAMME DE FINANCEMENT DE LA PARTICIPATION COMMUNAUTAIRE W GUIDE DU DEMANDEUR www.tc.gc.ca/pfpc 1.0 Aperçu Le Programme de financement de la participation communautaire («PFPC» ou «le Programme») fournit

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. Belfort, le 03 juin 2014

DOSSIER DE PRESSE. Belfort, le 03 juin 2014 DOSSIER DE PRESSE Belfort, le 03 juin 2014 La Maison départementale des personnes handicapées mise à l honneur par un plaidoyer «Un collectif d associations de personnes en situation de handicap reconnait

Plus en détail

ADMINISTRATION DE PILOTAGE DES LAURENTIDES RÉSUMÉ DU PLAN D ENTREPRISE 2012-2016 RÉSUMÉ DU BUDGET D EXPLOITATION RÉSUMÉ DU BUDGET D INVESTISSEMENT

ADMINISTRATION DE PILOTAGE DES LAURENTIDES RÉSUMÉ DU PLAN D ENTREPRISE 2012-2016 RÉSUMÉ DU BUDGET D EXPLOITATION RÉSUMÉ DU BUDGET D INVESTISSEMENT ADMINISTRATION DE PILOTAGE DES LAURENTIDES RÉSUMÉ DU PLAN D ENTREPRISE 2012-2016 RÉSUMÉ DU BUDGET D EXPLOITATION 2012 RÉSUMÉ DU BUDGET D INVESTISSEMENT 2012 FÉVRIER 2012 Résumé du plan L orientation stratégique

Plus en détail

LE BUDGET DE SCIENCES PO EN 13 QUESTIONS

LE BUDGET DE SCIENCES PO EN 13 QUESTIONS Printemps 2003 LE BUDGET DE SCIENCES PO EN 13 QUESTIONS FONDATION NATIONALE DES SCIENCES POLITIQUES / INSTITUT D ETUDES POLITIQUES DE PARIS 27, RUE SAINT-GUILLAUME 75337 PARIS CEDEX 07. TEL : +33 (0)1

Plus en détail

IR LA TÊTE À L EMP O LO AV I 32E CONGRÈS-JEUNES THÉMATIQUE NATIONALE

IR LA TÊTE À L EMP O LO AV I 32E CONGRÈS-JEUNES THÉMATIQUE NATIONALE AVOIR LA TÊTE À L EMPLOI 32 E CONGRÈS-JEUNES THÉMATIQUE NATIONALE RÉSOLUTIONS - THÉMATIQUE NATIONALE 2014 La tête à l emploi pour un système d éducation plus performant Gouvernement du Québec s emploie

Plus en détail

CRITERES DE SELECTION PO FSE ETAT MARTINIQUE 2014-2020 Version consolidée par le CSI du 27 Novembre 2015

CRITERES DE SELECTION PO FSE ETAT MARTINIQUE 2014-2020 Version consolidée par le CSI du 27 Novembre 2015 l CRITERES DE SELECTION PO FSE ETAT MARTINIQUE 2014-2020 Version consolidée par le CSI du 27 Novembre 2015 Le Programme Opérationnel (PO) FSE Martinique Etat 2014-2020 adopté par la Commission européenne

Plus en détail

«GARANTIR LE DROIT À UNE ALPHABÉTISATION DE QUALITÉ POUR TOUS»

«GARANTIR LE DROIT À UNE ALPHABÉTISATION DE QUALITÉ POUR TOUS» «GARANTIR LE DROIT À UNE ALPHABÉTISATION DE QUALITÉ POUR TOUS» POLITIQUES D ALPHABÉTISATION ET DE LUTTE CONTRE L ILLETTRISME EN COMMUNAUTÉ FRANÇAISE DE BELGIQUE Politiques d alphabétisation Catherine STERCQ

Plus en détail

Conseil d administration de. l Association des économistes québécois LE PROJET DE LOI 123 : UN BON VÉHICULE MAIS POUR ALLER OÙ?

Conseil d administration de. l Association des économistes québécois LE PROJET DE LOI 123 : UN BON VÉHICULE MAIS POUR ALLER OÙ? Conseil d administration de l Association des économistes québécois LE PROJET DE LOI 123 : UN BON VÉHICULE MAIS POUR ALLER OÙ? MÉMOIRE PRÉSENTÉ À LA COMMISSION PARLEMENTAIRE DES FINANCES PUBLIQUES 18 novembre

Plus en détail

POLITIQUE DE SOUTIEN AUX PROJETS STRUCTURANTS POUR AMÉLIORER LES MILIEUX DE VIE. Dans le cadre de l Entente relative au

POLITIQUE DE SOUTIEN AUX PROJETS STRUCTURANTS POUR AMÉLIORER LES MILIEUX DE VIE. Dans le cadre de l Entente relative au POLITIQUE DE SOUTIEN AUX PROJETS STRUCTURANTS POUR AMÉLIORER LES MILIEUX DE VIE Dans le cadre de l Entente relative au Fonds de développement des territoires (FDT) 2016-2017 Présentée au Ministère des

Plus en détail

CAHIER BUDGÉTAIRE. Programme triennal d immobilisations (PTI) 2015-2017. Société du parc Jean-Drapeau

CAHIER BUDGÉTAIRE. Programme triennal d immobilisations (PTI) 2015-2017. Société du parc Jean-Drapeau CAHIER BUDGÉTAIRE Programme triennal d immobilisations (PTI) 2015-2017 Société du parc Jean-Drapeau Table des matières Présentation de la Société du parc Jean-Drapeau.. 2 Statut de la Société du parc Jean-Drapeau

Plus en détail

I. FORMATION DES ARCHITECTES LIBERAUX : LES DISPOSITIFS DE SOUTIEN EXISTANTS

I. FORMATION DES ARCHITECTES LIBERAUX : LES DISPOSITIFS DE SOUTIEN EXISTANTS Le comité stratégique du Plan Bâtiment du Grenelle a réuni les organisations représentant les entreprises du bâtiment, les architectes, les bureaux d études et les grandes écoles du bâtiment, afin de renforcer

Plus en détail

Portraits des 4 zones d emploi de Guadeloupe et des Îles du Nord

Portraits des 4 zones d emploi de Guadeloupe et des Îles du Nord Îles du Nord Ministère du travail, de l emploi et de la santé Portraits des 4 zones d emploi de Guadeloupe et des Îles du Nord Population, emploi, demande d emploi Est Grande-Terre Pointe-à-Pitre Basse-Terre

Plus en détail

(2) ACTIVITÉS GÉNÉRATRICES DE REVENUS

(2) ACTIVITÉS GÉNÉRATRICES DE REVENUS (2) ACTIVITÉS GÉNÉRATRICES DE REVENUS Dans les 10 premières années de son activité, M&D a concentré toutes ses forces sur les infrastructures villageoises. A la fin des années 90, la question des activités

Plus en détail

Vers des communautés durables et en santé : grille d analyse de projet

Vers des communautés durables et en santé : grille d analyse de projet Vers des communautés durables et en santé : grille d analyse de projet SOCIAL HUMAIN SANTÉ ÉCOLOGIQUE ÉCONOMIQUE Siège social à Québec 945, avenue Wolfe, 5 ième étage, Sainte-Foy (Québec), G1V 5B3 Téléphone

Plus en détail

Critères d admissibilité et conseils :

Critères d admissibilité et conseils : Institut des États-Unis pour la paix (USIP) Octroi de bourses Appel à propositions Promotion de l engagement des jeunes et de la lutte contre l extrémisme violent en Libye et en Tunisie Historique Depuis

Plus en détail