O.C.D.E. Immeuble Marshall. 1 rue André Pascal PARIS

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "O.C.D.E. Immeuble Marshall. 1 rue André Pascal 75016 - PARIS"

Transcription

1 Pôle Prévention DADEC RAPPORT DE VISITE O.C.D.E. Immeuble Marshall 1 rue André Pascal PARIS Police n Délégation PARIS Visite du 3 février 2012 Par Vincent MOUFFLARGE Intermédiaire VERSPIEREN Dossier n 3137A Participants M. MARBLEZ Chef de l Unité des Services Contractés O.C.D.E. M. PELLETIER Conseiller Technique en Sécurité et Gestion des Risques O.C.D.E. M. RABILLON Chef des Ateliers O.C.D.E. Mme. VANDENBROUCK Mme. CARQUIN Responsable de Compte VERSPIEREN Chargée de Souscription GAN Eurocourtage M. MOUFFLARGE Ingénieur Prévention GAN Eurocourtage Capitaux à assurer (A titre indicatif - non contractuel) Source de renseignement : Expertise Galtier INCENDIE 113,78 MEUR Chiffre d affaires - MEUR Bâtiments 99,86 MEUR Marge brute annuelle 10,50 MEUR Matériel 13,92* MEUR Bris de machines 0,50 MEUR Marchandises Vol 0,25 MEUR * sur la totalité des bâtiments du siège Expertise préalable : Expertise préalable Galtier du 17/11/2011. Précédente visite le 27/05/2008 (visite portant sur le Centre de Conférences de l OCDE). Ce rapport a pour objet de nous permettre de mieux connaître votre activité et de vous aider à réduire les possibilités de sinistres. Ceci n exclut pas l existence d autres situations dangereuses. La responsabilité de GAN Eurocourtage et des compagnies souscrivant ce risque est limitée aux capitaux et conditions particulières et générales de la police d assurance. Aucune autre responsabilité ne sera assumée du fait de ce rapport consultatif.. Pôle Prévention DADEC - GAN Eurocourtage Immeuble Élysées La Défense 7 place du Dôme 1er étage LA DEFENSE Cedex Téléphone : Télécopie :

2 1. SYNTHESE ET CONCLUSIONS L OCDE est une Organisation internationale qui regroupe 34 pays et dont la vocation est de collecter et de traiter des informations concernant les différents aspects de la vie économique et administrative des Etats. L OCDE développe donc, dans ses locaux parisiens, deux activités principales : - une activité de collecte et de traitement d informations essentiellement statistiques ; - une activité de mise au point et d analyse statistique, de confrontation d expérience et de diffusion des connaissances impliquant la participation de représentants des administrations des 34 pays à des conférences. Le siège de l O.C.D.E., implanté dans le quartier de la Muette (16 ème arrondissement de Paris), comporte 8 bâtiments. Ce rapport concerne le Bâtiment Marshall, situé au 1 rue André Pascal. Le Bâtiment Marshall est à usage de bureaux pour l essentiel des surfaces occupées, avec présence de parkings en sous-sol, et de salles de réunion et salle de sport classées ERP de type L et X de 5 ème catégorie. Le Bâtiment Marshall a subi de lourds travaux de restructuration entre 2006 et Ce bâtiment, monobloc, s élève sur 7 niveaux en superstructure et 6 niveaux en infrastructure, les 4 derniers niveaux de sous-sols étant occupés par un parc de stationnement couvert. L édifice est de construction en béton armé, avec couverture en zinc sur charpente métallique et bois (pour l aile Pascal). Des recoupements coupe-feu sont établis dans les circulations horizontales, tous les 25 m, par portes coupe-feu 30 minutes. Cependant les cloisons de recoupement sont traversées par des utilités, sans calfeutrement (voir Recommandation). Aussi, les traversées des descentes techniques au travers des planchers ne sont visiblement pas adéquatement calfeutrées (voir Recommandation). Les principaux locaux techniques sont regroupés en locaux coupe-feu 2h en rez-de-chaussée, ce qui est satisfaisant. Le bâtiment dispose de sa propre alimentation électrique, distincte de celle des autres bâtiments du siège de l O.C.D.E. L électricité haute tension est livrée en haute tension en double dérivation. Les 3 transformateurs alimentant le bâtiment sont à diélectrique liquide, sur rétention et équipés de relais de protection DGPT2 dont les alarmes 1 er seuil en température ne sont pas reportées au PCS (voir Recommandation). Ces transformateurs sont dans le même local, sans séparation physique entre eux. L alimentation électrique est secourue par un groupe électrogène 630 kva à fioul. La vérification périodique annuelle des installations électriques fait l objet de la remis du compte rendu Q18, dont le dernier exemplaire est vierge de tout danger d incendie ou d explosion. A noter que la traçabilité des actions correctives du rapport électrique devrait toutefois être améliorée (voir Recommandation). Un contrôle par thermographie infrarouge est effectué, sans délivrance de la déclaration Q19 (voir Recommandation). Le chauffage de confort est fourni par une sous station C.P.C.U. (chauffage urbain), sans aggravation particulière Les locaux sont équipés de ventilo-convecteurs. La prévention incendie s appuie principalement sur une interdiction de fumer affichée et strictement appliquée à l intérieur du bâtiment, sur une vérification annuelle des moyens de lutte contre l incendie et des installations techniques, sur une procédure de permis de feu appliquée avec contrôle de chantier par le service sécurité, ainsi que sur un service sécurité incendie et sûreté d un haut niveau. Pôle Prévention DADEC GAN Eurocourtage 3137A Page 2

3 La protection incendie repose sur un parc d extincteurs, conforme au Code du Travail et à la règlementation ERP, ce qui est ici acceptable du fait d une activité essentiellement tertiaire. Un total de 10 colonnes sèches sont à la disposition des pompiers, ainsi que plusieurs bornes d incendie sur la voie public. Une installation de détection automatique d incendie, partie intégrante du SSI de catégorie A du bâtiment, surveille les circulations horizontales ainsi que les zones à risques (locaux techniques, parkings, zones photocopieurs, ) La gestion de la sécurité incendie et de la sûreté de l OCDE est centralisée au Poste Central de Sécurité aménagé dans l un des 2 pavillons d entrée du Château, en face du bâtiment Marshall, où tous les reports d alarmes feu et intrusion convergent. Un présence permanente d au moins 2 agents de sécurité incendie est assurée. L environnement du site est non aggravant (principalement des immeubles à usage d habitations et de bureaux), sans exposition particulière aux risques naturels (hors zone d inondation du PPRI de la Seine). Pôle Prévention DADEC GAN Eurocourtage 3137A Page 3

4 2. PRESENTATION GENERALE DE L'ENTREPRISE 2.1. Rubrique TRE : 991 Activité L OCDE est une Organisation internationale qui regroupe 30 pays et dont la vocation est de collecter et de traiter des informations concernant les différents aspects de la vie économique et administrative des Etats. L OCDE développe donc, dans ses locaux parisiens, deux activités principales : - une activité de collecte et de traitement d informations essentiellement statistiques ; - une activité de mise au point et d analyse statistique, de confrontation d expérience et de diffusion des connaissances impliquant la participation de représentants des administrations des 30 pays à des conférences. Implantation Pôle Prévention DADEC GAN Eurocourtage 3137A Page 4

5 Le siège de l O.C.D.E. à Paris est composé de 4 bâtiments principaux : - le Château de la Muette : bâtiment historique du site, à usage de salle informatique, salles de conférence et bureaux. L édifice a fait l objet en 2008 d une remise aux normes globale, tant sur le plan de la sécurité incendie que de l électricité. Le Château n est a priori pas classé comme Monument Historique. - le Centre de Conférences et d accueil : bâtiment construit en 2007, à usage principal de salles de conférences, de hall d accueil et de parc de stationnement couvert. - le bâtiment Franqueville 1 : bâtiment à usage de bureaux mitoyen du Centre de Conférences. - le bâtiment Marshall (objet du présent rapport) : bâtiment entièrement restructuré, dédié aux activités administratives, avec présence d un parc de stationnement couvert en sous-sols. Ce bâtiment est soumis principalement au Code du Travail, ainsi qu à la réglementation des ERP du fait de la présence de la salle de sport et de salles de réunion/formation pouvant accueillir du public (ERP de type L et X de 5 ème catégorie). Les bâtiments sont implantés sur 2 terrains distincts séparés par une voie privée (rue André Pascal), en communication par 2 passages piétons sous voirie (tunnels) : le bâtiment Marshall se situe d un côté de cette rue, les autres bâtiments de l autre côté. Effectifs Effectif total : 2800 employés répartis dans tous les bâtiments du site. Effectif minimal : présence permanente d au moins 2 agents de sécurité. Présence : 1 x 8, 5 jours / semaine. Fermeture annuelle : non INFORMATIQUE Objet du système informatique : principalement traitement statistique. Type de matériel informatique : serveurs, micro-ordinateurs (PC et MAC), ordinateurs portables en réseau, équipements périphériques.. Implantation : 1 grande salle informatique au niveau -1 du Château.. Détection et/ou Protection particulière : système d extinction automatique à gaz inhibiteur FM200, asservi à une détection incendie.. Contrôle des accès : oui. Sauvegardes : salle informatique back-up dans le bâtiment Marshall (en rez-de-chaussée) également protégée par FM200. Contrat de maintenance des systèmes : oui. Des venti-tests sont réalisés annuellement. Alimentation en énergie :. Alimentation par TGBT spécial sous courant ondulé (2 onduleurs).. Installation électrique secourue par groupe électrogène. Climatisation : oui, groupes froids avec redondance. A noter que toutes les salles secondaires réparties dans les bâtiments du siège par lesquelles transitent des informations, une dizaine environ, sont protégées par une extinction automatique à gaz FM200. Pour le bâtiment Marshall, les locaux climatisation de la salle informatique et le local baies de sûreté et interphonie de sécurité font l objet d une extinction automatique à gaz FM200. Pôle Prévention DADEC GAN Eurocourtage 3137A Page 5

6 2.3. VOL Nature des marchandises stockées : pas d activité d entreposage de marchandises, mais présence de matériels informatiques, vidéo et hi-fi. Protections mécaniques : satisfaisantes. Détection intrusion : oui. Alarme agréée NF A2P : NR. Zones surveillées : les accès, par 400 contacts magnétiques d ouverture répartis dans l ensemble des bâtiments. A noter 14 laser protégeant la périphérie du terrain côté 2 rue André Pascal. Report d'alarme auprès de : P.C.S. Sûreté. Délai d'intervention : < 5 minutes. Gardiennage : voir chapitre 6.9. Vidéosurveillance : 400 caméras, intérieur et extérieur, surveille l ensemble du site de la Muette. 8 caméras surveillant les extérieurs du bâtiment Marshall. Contrôle d accès : 350 lecteurs de badges dans les bâtiments RISQUES ANNEXES Emploi de liquides inflammables : présence d une cuve de fioul pour le fonctionnement du groupe électrogène du bâtiment Marshall, en enceinte coupe-feu en carreaux de plâtre dans le local groupe électrogène (capacité : 800L). A noter également une cuve de 1500L pour l alimentation des groupes électrogènes du Château et du Centre de Conférences. Emploi de gaz inflammables : non. Le site n est pas alimenté en gaz. Transformation de matières plastiques : non. Application de peintures et vernis : non. Travail mécanique du bois : non. 3. CONSTRUCTION / VOISINAGE Etat général du bâtiment : état neuf. De lourds travaux de réfection, avec curage complet des niveaux, ont été entrepris sur le bâtiment Marshall entre 2006 et Année de construction : NR. Le Souscripteur est : propriétaire. Les locaux de l'assuré sont-ils occupés par d'autres sociétés : une agence bancaire de la Société Générale, dédiée au personnel de l O.C.D.E., est implantée au niveau -1 (le coffrefort contient un quantité modéré d espèces [< 20 k d après la Société Générale]). ELEMENTS DE CONSTRUCTION NOM DU BATIMENT : MARSHALL Surface totale : m² CODE OSSATURE (O) : Béton armé CHARPENTE : Bois (aile Pascal)/métallique 4 REMPLISSAGE (Me) : Béton + vitrages 2 PLANCHER (P) : (plancher bas < 28 m) Plancher 3 maçonné, escaliers encagés par PCF 1/2h NIVEAUX (A/B/C) : 13 niveaux : R+6 sur 6 niveaux de soussol C (dont 1 niveau d entresol). (plancher bas < 28 m) TOITURE (Co) : Zinc 1 AMENAGEMENTS INTERIEURS (A) : Majoritairement incombustibles 1 Pôle Prévention DADEC GAN Eurocourtage 3137A Page 6

7 L immeuble Marshall s élève en superstructure et en infrastructure au n 1 de la rue André Pascal. La surface totale de m², pour m² au sol, est répartie comme suit : - Niveaux -5 à -2 : parc de stationnement couvert, locaux de stockage m² - Niveau 1 : salles de réunion, Atrium, salle de reproduction rapide, bibliothèque, zone restauration rapide m² - Entresol : bureaux m² - Rez-de-chaussée : bureaux, salle de sport, salle informatique back-up, locaux électriques HT/BT m² - Niveau 1 : bureaux m² - Niveau 2 : bureaux m² - Niveau 3 : bureaux m² - Niveau 4 : bureaux m² - Niveau 5 : bureaux m² - Niveau 6 : bureaux m² Recoupement coupe-feu dans le bâtiment : les escaliers sont encagés (degrés coupe-feu 30 min au minium). Les paliers des ascenseurs sont également compartimentés (30 min minimum). Des portes coupe-feu maintenues ouvertes sur ventouses sont disposées dans les couloirs, tous les 25 m : la fermeture de ces portes est asservie au SSI. Les installations techniques sont en cellules coupe-feu 2h avec ouverture protégée par porte coupe-feu 1h. Les calfeutrements coupe-feu au niveau des passages de câbles ou canalisations verticaux paraissent non adéquats (voir recommandation). Les calfeutrements des passages d utilités au travers des cloisons horizontales sont globalement inexistants (voir Recommandation). Division du risque : le bâtiment Marshall est monobloc, sans compartimentage interne coupe-feu conforme MSCF, avec une continuité combustible. Le bâtiment Marshall forme donc un unique complexe SMP. Aussi, en considérant le site dans sa globalité, et en l état des communications existantes entre les différents bâtiments, l ensemble du site forme un unique complexe SMP. En effet, les 2 tunnels reliant le bâtiment Marshall au Centre de Conférences de l autre côté de la rue André Marshall pourraient propager un incendie de part et d autre. Des mesures ont été préconisées lors de la visite de risques pour réduire l étendue du SMP (cf. compte rendu du 8/2/2012). Communication / Contiguïté avec des tiers : non. Voisinage aggravant : non. Type de voisinage : zone résidentielle. Le premier voisin est distant de plus de 10 mètres. Exposition aux risques naturels : le site est hors des zones à risques du PPRI de la Seine. 4. INSTALLATIONS ELECTRIQUES Organisme vérificateur : APAVE. Clause 27 A insérable Le compte rendu Q18 est délivré. Le dernier Q18 du bâtiment Marshall ne fait état d aucun danger d incendie ou d explosion. A noter toutefois que les comptes-rendus Q18 des bâtiments Franqueville et du bâtiment d Issy-les-Moulineaux comportent des dangers d incendie, les travaux étant confiés à une entreprise extérieure. La traçabilité des actions correctives devrait être améliorée (voir Recommandation). Thermographie infrarouge : oui, par l APAVE, sans Q19 délivré (voir recommandation). Pôle Prévention DADEC GAN Eurocourtage 3137A Page 7

8 Puissance Transformateur : un poste de distribution alimentant spécifiquement le bâtiment Marshall est implanté en local coupe-feu du rez-de-chaussée. Tension in/out Type d alimentation 3x1600kVA 20 kv/400 V Double dérivation Liquide (huile minérale) Diélectrique Localisation Local de type C.E.F. au niveau rez-dechaussée Protections - Rétention - DGPT2 Les informations des relais de protection électrique DGPT2 sont exploitées en alarme (report en façade de la cellule de protection uniquement), et en déclenchement par l ouverture de l interrupteur HT correspondant (voir recommandation). Groupe électrogène : 1 groupe électrogène 630 kva sur TGS.. Combustible : fioul.. Usage : secours avec automatisme de basculement automatique normal/secours.. Type de local : local CF2h en rez-de-chaussée.. Puissance : NR. 5. CHAUFFAGE/CLIMATISATION Le chauffage du bâtiment s effectue via une sous-station CPCU (chauffage urbain), sans aggravation. Les plateaux de bureaux sont équipés de ventilo convecteurs (climatisation réversible). Autre procédé utilisant un chauffage spécifique : non. Chaufferie : non. Groupe froids : présence de groupes froids, notamment pour la climatisation de la salle informatique. Pôle Prévention DADEC GAN Eurocourtage 3137A Page 8

9 6. MOYENS DE SECOURS ET DE PREVENTION 6.1. EXTINCTEURS MOBILES : Clause 28 A assimilable Parc d extincteurs mobiles judicieusement répartis selon le Code du Travail et la réglementation ERP, sans être strictement conforme à la règle APSAD R4. Ceci reste acceptable au regard des risques en présence (activité essentiellement tertiaire). Vérificateur : ISOGUARD (certifié APSAD de Service) RIA : Clause 28 B non insérable Sans objet EQUIPE DE SECURITE : Le personnel est-il formé contre l'incendie : le personnel formé est : - tous les agents de sécurité incendie et sûreté ; - les équipiers de sécurité d étage de tous les bâtiments. Périodicité : formation annuelle. Moyens d'alerte intérieure : déclencheurs manuels avec alarme sonore, téléphones dédiés EXTINCTEURS AUTOMATIQUES A EAU : non DETECTION AUTOMATIQUE INCENDIE : Détection d incendie installée dans les circulations horizontales et les locaux techniques, ainsi que sous les charpentes du bâtiment, les zones photocopieurs, les zones convivialités et les sous-sols (parkings et locaux de stockage). Cette installation, sans conformité avec la règle APSAD R7, est satisfaisante pour une activité essentiellement tertiaire. Cette détection automatique d incendie fait partie intégrante du SSI de catégorie A du bâtiment. A noter que les baies SSI, situées dans le PCS Incendie, sont sous détection d incendie de type DFHS. Vérificateur : SIEMENS. Installateur : SIEMENS. Report d'alarmes : P.C.S. Clause 28 E non insérable 6.6. DÉSENFUMAGE : Clause 28 G non insérable Vérificateur : NR. Vérification annuelle. Zones couvertes : - les escaliers et circulations encloisonnés ; - les niveaux de parc de stationnement couvert (désenfumage mécanique) ; - les tunnels de liaison sous la rue André Pascal (désenfumage mécanique). Les niveaux de bureaux ne sont pas désenfumés : il a été retenu l option d un cloisonnement des plateaux par cantons de 300 m² (selon le Code du Travail) : cependant, ce schéma de Pôle Prévention DADEC GAN Eurocourtage 3137A Page 9

10 cantonnement est rendu peu efficace de part les ouvertures non calfeutrées dans les cloisons (voir Recommandation) SAPEURS-POMPIERS : Caserne : Caserne d Auteuil de la 6 ème Compagnie du 3 ème Groupement de la B.S.P.P, et caserne de Grenelle en renfort. Localité : 2/4 rue François Millet, Paris. Temps d'intervention maxi estimé : 15 minutes (à 3,3 km). Plan d'intervention : oui, la caserne d Auteuil possède un plan d établissement répertorié par bâtiment, dont un double se trouve dans des classeurs au PCS. Connaissance du risque : oui. Les pompiers se rendent périodiquement sur le site (tous les trimestres). Ligne directe : oui, par téléphone d'alerte à surveillance automatique de ligne (TASAL). Accès au bâtiment : aisé. Nombre de Sapeurs-pompiers volontaires dans l effectif : NR POTEAUX OU BOUCHES INCENDIE : Nombre dans un rayon de 150 mètres : 5 PIN/BIN sur voie public. Autres sources disponibles : non SURVEILLANCE HUMAINE INCENDIE ET INTRUSION : La gestion de la sécurité incendie et de la sûreté de l OCDE est centralisée au Poste Central de Sécurité aménagé dans l un des 2 pavillons à l entrée du Château (côté 2 rue André Pascal). Les parties vitrées en rez-de-chaussée du Pavillon sont pare-balles. Composition et formation du service de sécurité incendie : - 1 conseiller technique en sécurité et gestion des risques incendie (M. Pelletier, ancien de la BSPP) : formation SSIAP3 Agréé INSSI CT INSSAT, - 1 Chef d Unité Opérationnelle Incendie et Secours : formation Maîtrise AES SSIAP3 Agréé INSSI, - 1 adjoint au Chef d Unité : formation SSIAP3 - Equipe dédiée incendie : 1 chef d équipe SSIAP2 et 3 agents SSIAP1 (sous-traitants) - 10 agents OCDE polyvalents incendie/sûreté : formation SSIAP1 et SSIAP2 Composition et formation du service de sûreté : 10 agents polyvalents OCDE + agents d une société extérieure (société DPSA, avec des références dans le milieu bancaire et du luxe). A noter des rondes aléatoires de la police dans le quartier, ainsi que la présence de policiers en civil dans l établissement CONSIGNES / PLANS D'INCENDIE : Affichés et tenus à jour : oui. Pôle Prévention DADEC GAN Eurocourtage 3137A Page 10

11 6.11. PERMIS DE FEU : procédure en place et adéquatement appliquée, avec ronde de chantier systématique par les agents de sécurité pendant 2h après travaux INTERDICTION DE FUMER : affichée et respectée. Clause 80 A insérable TENUE DES LOCAUX : Balayage quotidien : oui. Clause 80 B assimilable Propreté des locaux : bonne. Encombrement : normal. Bennes / Compacteurs implantés à plus de 10 mètres des bâtiments : oui AUTRES : Chargé de sécurité : oui, le chef de la sécurité incendie (ancien sapeur pompier de la BSPP). Abonnement Prévention Conseil : non. Inspections internes : oui. Rondes de fermeture : oui. A noter également la présence de 10 colonnes sèches dans le bâtiment : 6 colonnes montantes et 4 colonnes descendantes. Des clapets et volets coupe-feu, dont la majorité sont télécommandés, sont en place dans les gaines. Pôle Prévention DADEC GAN Eurocourtage 3137A Page 11

12 7. ENGAGEMENT SUR SINISTRES ENVISAGEABLES 7.1. SINISTRALITE Sinistres significatifs sur les 10 dernières années (incendie, bris de machines, perte d exploitation, inondation, tempêtes,...). Il s agit là d informations recueillies sur place, durant la visite, en complément des sinistres déclarés aux compagnies et traités par ailleurs. Néant concernant le bâtiment Marshall. A noter toutefois en novembre 2010 un départ d incendie sur un onduleur au Château, éteint par l installation d extinction automatique à gaz protégeant le local. Aussi, il a été évoqué un échauffement d une carte électronique d un SSI dans le PCS incendie. Depuis, l ensemble du pupitre SSI est sous détection d incendie de type DFHS SMP (SINISTRE MAXIMUM POSSIBLE) Définition CEA : Le Sinistre Maximum Possible est celui qui peut survenir lorsque les circonstances les plus défavorables se trouvant plus ou moins exceptionnellement réunies, le sinistre n'est pas ou mal combattu et n'est arrêté que par un obstacle infranchissable ou faute d'aliments. Dommages directs : 100 % SRE (SINISTRE RAISONNABLEMENT ESCOMPTABLE) Définition : c est l estimation exprimée en pourcentage des capitaux du risque assuré (bâtiment et/ou contenu) pouvant être affectés par un sinistre se produisant dans des circonstances «normales» d activités, d occupation et de défense de l établissement considéré en tenant compte de la présence éventuelle de sprinkleurs. En tenant compte de la présence humaine permanente, de la détection d incendie couvrant la majorité des volumes, la proximité des pompiers professionnels et les moyens en eau satisfaisants, et des calfeutrements coupe-feu verticaux et horizontaux inadéquats (voir Recommandation) : Dommages directs : 35 %. Pôle Prévention DADEC GAN Eurocourtage 3137A Page 12

13 8. RECOMMANDATIONS Les recommandations suivantes vous sont données afin d'améliorer la protection et de préserver les biens de votre Entreprise. Elles peuvent servir de base à l'établissement d'un "plan de prévention". Elles sont affectées d'un degré d'urgence : - U1 : application immédiate (compte tenu du risque ou de la faiblesse de l'investissement) - U2 : application dans les six mois qui suivent la visite - U3 : mesure nécessitant une étude spécifique ou un délai supérieur à l'année. Le programme réellement appliqué par l'entreprise dépendra de ses propres contraintes. Enfin, les cahiers des charges et plans concernant soit des projets de protection incendie, soit des aménagements ou constructions nouvelles significatifs, doivent être soumis pour a GAN Eurocourtage avant tout engagement PASSAGES DE CABLES ET DE CANALISATIONS - U2 Les ouvertures pratiquées dans les planchers béton où passent verticalement les câbles et canalisations devraient être systématiquement calfeutrées afin de restituer le caractère intrinsèquement coupe-feu de la dalle béton (calfeutrements actuels en mousse de polyuréthanne ou mousse de silicone). Les passages de câbles au travers des parois des compartiments des plateaux de bureaux devraient également être adéquatement calfeutrés (calfeutrement inexistant aujoud hui). Seuls des matériaux dûment certifiés coupe-feu pour cette application (PV d essais à demander) devraient être utilisés à cet effet : l utilisation de produits à base de mousse de polyuréthanne, même sous l appellation «coupe-feu» devrait être proscrite. Il pourrait ainsi être utilisé soit un mortier de calfeutrement composé d un liant hydraulique (ciment ou chaux) ou un produit intumescent. La propriété intumescente du silicate de sodium hydraté est largement utilisée pour le calfeutrement coupe feu car il peut étancher des interstices par augmentation de volume (produit incombustible contenant de l eau). Il est ici recommandé de faire appel à une société spécialisée dans le calfeutrement coupefeu VERIFICATIONS ELECTRIQUES TRACABILITE U1 La traçabilité des travaux électriques réalisés suite à la remise des rapports de vérification périodique annuelle réglementaire, des Q18 et des rapports de contrôle par thermographie infrarouge, devrait être améliorée. Il s agit ici de maintenir en un lieu unique (sur une GMAO, les rapports eux-mêmes ou un document séparé) une traçabilité à un instant T des actions correctives effectuées sur les installations électriques. Pour chaque anomalie levée, il conviendrait d identifier : le numéro d identification de l anomalie (le même que celui indiqué dans les documents de vérification), la date de la levée, le nom de la personne ayant effectué l opération, ainsi que sa signature (si document papier). Pôle Prévention DADEC GAN Eurocourtage 3137A Page 13

14 THERMOGRAPHIE INFRAROUGE U2 La thermographie infrarouge met en évidence des anomalies de comportement thermique des composants électriques par des mesures de températures à l aide d une caméra infrarouge. Ces anomalies, plus communément appelées "points chauds", identifient des défauts ou dégradations locales par des élévations anormales de température. Les anomalies les plus souvent détectés sont (par ordre décroissant) : - problème de serrage. - usure, oxydation ou corrosion de contacts. - positionnement incorrect de contacts mobiles. - problème de calibration de l appareillage. - déséquilibre des charges entre phases. - ventilation insuffisante de tableaux ou locaux électriques. - problème de conception des installations (problèmes d induction). Pour anticiper la survenance d une panne ou d un risque d incendie lié à ces défauts thermiques, il est important d effectuer un contrôle par thermographie infrarouge annuel sur l ensemble de l installation électrique. Cette vérification doit être réalisée sur l installation en charge, dans des conditions d exploitation les plus contraignantes. Le contrôle est à réaliser par un opérateur habilité par le CNPP, avec délivrance du compte rendu Q19. Commentaire : Actuellement un contrôle par thermographie infrarouge est réalisé, mais sans délivrance du compte rendu Q PREVENTION ET PROTECTION DES TRANSFORMATEURS U2 - Pour prévenir ou limiter les dégâts pour survenir dans le transformateur du site, ainsi que les dommages consécutifs à la suite d'une défaillance de fonctionnement, il convient de vérifier le branchement du relais de protection électrique de type DGPT2 (Dégagement Gazeux Pression Température 2 seuils), l alarme 1 er seuil devant être reportée au P.C.S. - L huile contenue dans le transformateur a une fonction d isolation et de refroidissement. Au cours de la vie du transformateur, la qualité de l huile peut se dégrader, au point de ne plus remplir son rôle, ce qui aura pour conséquence des dysfonctionnements du transformateur, allant jusqu à sa destruction. Il est donc important de réaliser régulièrement, au minimum tous les 3 ans, une analyse prédictive complète du diélectrique (analyse physico-chimique et des gaz dissous). Pôle Prévention DADEC GAN Eurocourtage 3137A Page 14

15

COMPTE-RENDU DT 3137 Emetteur : Vincent MOUFFLARGE Date : 08/02/2012. Objet : Étude in situ portant sur la détermination du SMP du siège de l OCDE

COMPTE-RENDU DT 3137 Emetteur : Vincent MOUFFLARGE Date : 08/02/2012. Objet : Étude in situ portant sur la détermination du SMP du siège de l OCDE COMPTE-RENDU DT 3137 Emetteur : Vincent MOUFFLARGE Date : 08/02/2012 Objet : Étude in situ portant sur la détermination du SMP du siège de l OCDE Lieu : 2 rue André Pascal 75775 Paris CEDEX 16 Date de

Plus en détail

NOTICE DESCRIPTIVE DE SECURITE ERP

NOTICE DESCRIPTIVE DE SECURITE ERP NOTICE DESCRIPTIVE DE SECURITE ERP A joindre à la demande de permis de construire, déclaration de travaux ou d aménagement Cette notice n est pas exhaustive ; tous renseignements complémentaires doivent

Plus en détail

COUR DE JUSTICE DE L'UNION EUROPEENNE APPEL D'OFFRES CJ 04/2014 ASSURANCE TOUS RISQUES ELECTRONIQUE CLARIFICATION Q&A #1

COUR DE JUSTICE DE L'UNION EUROPEENNE APPEL D'OFFRES CJ 04/2014 ASSURANCE TOUS RISQUES ELECTRONIQUE CLARIFICATION Q&A #1 COUR DE JUSTICE DE L'UNION EUROPEENNE APPEL D'OFFRES CJ 04/2014 ASSURANCE TOUS RISQUES ELECTRONIQUE CLARIFICATION Q&A #1 Référence: CJ-04-2014-Q&A-1 Page 1/5 Q 1 Concernant le marché dont question en rubrique

Plus en détail

Agent de sécurité incendie S.S.I.A.P. 1

Agent de sécurité incendie S.S.I.A.P. 1 Agent de sécurité incendie S.S.I.A.P. 1 OBJECTIFS Assurer la sécurité des personnes et la sécurité incendie des biens. PUBLIC / PRE REQUIS Postulants agents de sécurité incendie en établissement recevant

Plus en détail

Notice descriptive relative à la sécurité des personnes (Article R 123.22 du CCH)

Notice descriptive relative à la sécurité des personnes (Article R 123.22 du CCH) 1 Notice descriptive relative à la sécurité des personnes (Article R 123.22 du CCH) Conformément à Article R*111-19-17 du CCH, la présente notice fait partie du dossier permettant de vérifier la conformité

Plus en détail

Réhabilitation de la Maison de Radio France LA MISE EN SECURITE INCENDIE DE LA MAISON DE RADIO FRANCE

Réhabilitation de la Maison de Radio France LA MISE EN SECURITE INCENDIE DE LA MAISON DE RADIO FRANCE Réhabilitation de la Maison de Radio France LA MISE EN SECURITE INCENDIE DE LA MAISON DE RADIO FRANCE ETUDE DE L EXISTANT CONSTRUCTION STRUCTURE (Références photos du chantier- 1960) LA GRANDE COURONNE

Plus en détail

NOTICE DESCRIPTIVE DE SECURITE

NOTICE DESCRIPTIVE DE SECURITE NOTICE DESCRIPTIVE DE SECURITE Notice obligatoire en application de l Art. R 123-24 du Code de la Construction et de l Habitation pour les demandes de Permis de Construire dans les Etablissements Recevant

Plus en détail

QUESTIONNAIRE ABATTOIRS DECOUPE DE VIANDES

QUESTIONNAIRE ABATTOIRS DECOUPE DE VIANDES QUESTIONNAIRE ABATTOIRS DECOUPE DE VIANDES Collectivité : Communauté de communes du Volvestre Désignation du risque concerné : Atelier de découpe et de salaison de viandes Valeur du bâtiment concerné (avec

Plus en détail

RENSEIGNEMENTS DIVERS

RENSEIGNEMENTS DIVERS NOTICE DE SECURITE Références: A joindre obligatoirement à tout dossier de permis de construire ou déclaration de travaux exemptés de permis de construire relatifs à un établissement recevant du public

Plus en détail

Construction d une salle dédiée à l école de musique de Lipsheim. Dossier de demande de permis de construire. Notice de Sécurité (PC40)

Construction d une salle dédiée à l école de musique de Lipsheim. Dossier de demande de permis de construire. Notice de Sécurité (PC40) Construction d une salle dédiée à l école de musique de Lipsheim Dossier de demande de permis de construire Notice de Sécurité (PC40) NOTICE DE SECURITE E.R.P. Remarque : Cette notice de sécurité comprend

Plus en détail

ETABLISSEMENT RECEVANT DU PUBLIC 5 ème CATEGORIE sans locaux à sommeil

ETABLISSEMENT RECEVANT DU PUBLIC 5 ème CATEGORIE sans locaux à sommeil EXEMPLE DE NOTICE DE SECURITE INCENDIE ETABLISSEMENT RECEVANT DU PUBLIC 5 ème CATEGORIE sans locaux à sommeil NOTA : Cet exemple de notice est un document simplifié. Des renseignements complémentaires

Plus en détail

GUIDE BÂTIMENTS D HABITATION

GUIDE BÂTIMENTS D HABITATION GUIDE BÂTIMENTS D HABITATION sécurité incendie Réglementation et mise en sécurité incendie des bâtiments d habitation > Bâtiments d habitation > Parcs de stationnement > s - foyers Sécurité incendie dans

Plus en détail

DEMANDE D'ASSURANCE. Dommages aux biens et Pertes d exploitation

DEMANDE D'ASSURANCE. Dommages aux biens et Pertes d exploitation DEMANDE D'ASSURANCE Dommages aux biens et Pertes d exploitation L'attention du demandeur est attirée sur l'intérêt qu'il a à remplir le présent document de façon complète et précise ; ses déclarations

Plus en détail

NOTICE DESCRIPTIVE DE SECURITE POUR LES ETABLISSEMENTS RECEVANT DU PUBLIC

NOTICE DESCRIPTIVE DE SECURITE POUR LES ETABLISSEMENTS RECEVANT DU PUBLIC NOTICE DESCRIPTIVE DE SECURITE POUR LES ETABLISSEMENTS RECEVANT DU PUBLIC Préambule : Cette notice concerne les dispositions essentielles de sécurité à prévoir en fonction du classement de l'établissement

Plus en détail

PNO/PNE/IMMEUBLE. Rapport de vérification

PNO/PNE/IMMEUBLE. Rapport de vérification PNO/PNE/IMMEUBLE Rapport de vérification Souscripteur N de suspens / N de contrat : Nom, prénom : Raison sociale : Adresse : Qualité : Propriétaire unique Syndic de coporopriété Code postal : Ville : Tel

Plus en détail

La prévention des risques assurés. 13 septembre 2012

La prévention des risques assurés. 13 septembre 2012 1 La prévention des risques assurés 13 septembre 2012 2 Sinistralité. Risques assurés Différentes sources de sinistres : Mesures de prévention et de protection Quel soutien peut apporter Groupama Sinistralité

Plus en détail

ETABLISSEMENTS INDUSTRIELS OU ARTISANAUX

ETABLISSEMENTS INDUSTRIELS OU ARTISANAUX prevolivier www.ssiap.com Notice descriptive de sécurité ETABLISSEMENTS INDUSTRIELS OU ARTISANAUX Remarques Cette notice descriptive de sécurité, élaborée à l attention des maîtres d ouvrage et maîtres

Plus en détail

NOTICE DESCRIPTIVE DE SECURITE ETABLISSEMENT RECEVANT DU PUBLIC

NOTICE DESCRIPTIVE DE SECURITE ETABLISSEMENT RECEVANT DU PUBLIC NOTICE DESCRIPTIVE DE SECURITE ETABLISSEMENT RECEVANT DU PUBLIC (Code de la construction et de l habitation Art. R123 à R123.55 arrêté du 22 juin 1990) S agissant d une opération en site existant, en application

Plus en détail

Les contrôles et vérifications obligatoires dans les ERP. APAVE - Diffusion interdite Pilote : P Date : 03/2012

Les contrôles et vérifications obligatoires dans les ERP. APAVE - Diffusion interdite Pilote : P Date : 03/2012 Les contrôles et vérifications obligatoires dans les ERP Pilote : P Date : 03/2012 Généralités sur les ERP Définition de l ERP et généralités en sécurité contre l incendie Qu est-ce qu un E.R.P.? Art.

Plus en détail

Le feu et ses conséquences

Le feu et ses conséquences Formation SSIAP 1 Le feu et ses conséquences Le triangle du feu Les trois éléments indispensables à l incendie Le Combustible Le Comburant (Solide, liquide, gazeux) l air: L énergie d activation (Thermique,

Plus en détail

LE RISQUE INCENDIE. Introduction

LE RISQUE INCENDIE. Introduction Direction des études Mission Santé-sécurité au travail dans les fonctions publiques (MSSTFP) Introduction LE RISQUE INCENDIE Contrairement à des idées reçues, la survenance d un incendie reste une probabilité

Plus en détail

QUESTIONNAIRE/PROPOSITION*

QUESTIONNAIRE/PROPOSITION* Code intermédiaire Intermédiaire Date QUESTIONNAIRE/PROPOSITION* MULTIRISQUE IMMEUBLE (PROPRIETAIRE NON OCCUPANT) BATIMENTS OCCUPES USAGE PROFESSIONNEL (COMMERCE, INDUSTRIEL) *(faisant partie intégrante

Plus en détail

S.S.I.A.P 1 Module complémentaire Agent de sécurité incendie

S.S.I.A.P 1 Module complémentaire Agent de sécurité incendie S.S.I.A.P 1 Module complémentaire Agent de sécurité incendie Public : Homme du rang des sapeurs-pompiers professionnels ou volontaires, des pompiers militaires de l armée de terre, des pompiers militaires

Plus en détail

NOTICE DE RENSEIGNEMENTS CONCERNANT LES ETABLISSEMENTS RELEVANT DU CODE DU TRAVAIL

NOTICE DE RENSEIGNEMENTS CONCERNANT LES ETABLISSEMENTS RELEVANT DU CODE DU TRAVAIL 1 NOTICE DE RENSEIGNEMENTS CONCERNANT LES ETABLISSEMENTS RELEVANT DU CODE DU TRAVAIL NOM DE L ETABLISSEMENT : Atelier 1 menuiserie, Ateliers 2, 3 et 4 non connu à ce jour NATURE DE L EXPLOITATION : Ateliers

Plus en détail

Voici un guide indicatif à suivre afin de réaliser un audit sécurité de votre établissement. Ce guide indique les points principaux à respecter.

Voici un guide indicatif à suivre afin de réaliser un audit sécurité de votre établissement. Ce guide indique les points principaux à respecter. Voici un guide indicatif à suivre afin de réaliser un audit sécurité de votre établissement. Ce guide indique les points principaux à respecter. Cependant si vous désirez un audit sécurité complet, il

Plus en détail

NOTICE DE SÉCURITÉ. Document mis à jour le 10.05.2012

NOTICE DE SÉCURITÉ. Document mis à jour le 10.05.2012 NOTICE DE SÉCURITÉ concernant les ETABLISSEMENTS RECEVANT DU PUBLIC du (5 ème catégorie) conformément au Code de l'aménagement de la Polynésie Française Document mis à jour le 10.05.2012 01 - PRÉSENTATION

Plus en détail

LA REGLEMENTATION INCENDIE

LA REGLEMENTATION INCENDIE LA REGLEMENTATION INCENDIE SOMMAIRE 1/ Les objectifs de la règlementation incendie 2/ Les grandes familles de construction soumises à la règlementation incendie 3/ La règlementation incendie en bref 4/

Plus en détail

Etablissement Recevant du Public (ERP) de 5 ème catégorie avec locaux à sommeil

Etablissement Recevant du Public (ERP) de 5 ème catégorie avec locaux à sommeil Notice de sécurité Etablissement Recevant du Public (ERP) de 5 ème catégorie avec locaux à sommeil Cette notice a été établie à l'attention des exploitants d Etablissements Recevant du Public (ERP), afin

Plus en détail

SQY SAFETY SSIAP 1 PLANNING DES SEQUENCES DISPENSES

SQY SAFETY SSIAP 1 PLANNING DES SEQUENCES DISPENSES SQY SAFETY SSIAP 1 PLANNING DES SEQUENCES DISPENSES 1re Partie : LE FEU ET SES CONSEQUENCES 6h00 FORMATEUR DE LA SESSION : M WITKOWSKI SSIAP 3 SEQUENCE 1 LE FEU 4 h00 Éclosion et développement du feu Théorie

Plus en détail

Sécurité des bâtiments : Protection contre l incendie. Liste de contrôle

Sécurité des bâtiments : Protection contre l incendie. Liste de contrôle 1 Conformément à l article 3a en association avec l article 6 de la loi sur le travail et à l ordonnance 3 relative à la loi sur le travail, l employeur (canton) est tenu d adopter des mesures appropriées

Plus en détail

INERIS PKu 19 février 2004-46059/entrepôts_compartimentage_v2 TABLE DES MATIERES 2. EXIGENCES TECHNIQUES...6 3. PRINCIPAUX CONSTRUCTEURS...

INERIS PKu 19 février 2004-46059/entrepôts_compartimentage_v2 TABLE DES MATIERES 2. EXIGENCES TECHNIQUES...6 3. PRINCIPAUX CONSTRUCTEURS... TABLE DES MATIERES 1. PRESENTATION TECHNIQUE DU DISPOSITIF...2 1.1 Les murs coupe-feu...3 1.2 Les portes coupe-feu automatiques - Principes de fonctionnement...4 1.3 Le calfeutrement de penetration de

Plus en détail

NOTICE DESCRIPTIVE DE SECURITE CONCERNANT LES PETITS HOTELS ET LES TRES PETITS HOTELS

NOTICE DESCRIPTIVE DE SECURITE CONCERNANT LES PETITS HOTELS ET LES TRES PETITS HOTELS NOTICE DESCRIPTIVE DE SECURITE CONCERNANT LES PETITS HOTELS ET LES TRES PETITS HOTELS TEXTES REGLEMENTAIRES APPLICABLES ERP DU 1 er GROUPE ET DE 5 ème CATEGORIE Code de la construction et de l habitation

Plus en détail

A- CLASSEMENT DE L ETABLISSEMENT Il s agit d un établissement de Type U «Etablissement de soins sans hébergement»

A- CLASSEMENT DE L ETABLISSEMENT Il s agit d un établissement de Type U «Etablissement de soins sans hébergement» MAITRE D OUVRAGE COMMUNAUTE DE COMMUNES DES PLAINES ET VALLEES DUNOISES Mairie de Donnemain Saint Mamès 28200 Donnemain Saint Mamès Objet : Permis de construire «POLE SANTE D EQUILIBRE» Construction d

Plus en détail

Prévention et lutte contre l incendie

Prévention et lutte contre l incendie Prévention et lutte contre l incendie Voici les principales obligations des établissements de commerce de détail de l habillement en matière de prévention et de lutte contre l incendie. Cette fiche ne

Plus en détail

REFERENTIEL PEDAGOGIQUE

REFERENTIEL PEDAGOGIQUE Public 12 stagiaires maximum Durée totale indicative 67 heures Hors examen et temps de déplacement Pré requis Respect des dispositions de l article 4 1 de l arrêté du 02 Mai 2005 dont par exemple : Soit

Plus en détail

QUESTIONNAIRE/PROPOSITION *

QUESTIONNAIRE/PROPOSITION * Cabinet : Date : DOMMAGES DIRECTS + PE QUESTIONNAIRE/PROPOSITION * *(faisant partie intégrante du contrat) RENSEIGNEMENTS GENERAUX NOM DE L ENTREPRISE : SIEGE SOCIAL : SITUATION DU RISQUE : - Nombre de

Plus en détail

ERP type J Structure d accueil pour personnes âgées et personnes handicapées

ERP type J Structure d accueil pour personnes âgées et personnes handicapées ERP type J Structure d accueil pour personnes âgées et personnes handicapées ERP type U Établissement de soins Registre de sécurité incendie d ouverture du registre de clôture du registre GUILLARD Réf:

Plus en détail

NOTICE DESCRIPTIVE DE SECURITE

NOTICE DESCRIPTIVE DE SECURITE NOTICE DESCRIPTIVE DE SECURITE D un projet de construction d un ÉTABLISSEMENT RECEVANT DU PUBLIC Soumis : Aux dispositions générales des articles R 123-1 à R 123-55 du code de la construction et de l habitation

Plus en détail

QUESTIONNAIRE PARTICULIER POUR DEMANDE D AUTORISATION

QUESTIONNAIRE PARTICULIER POUR DEMANDE D AUTORISATION Domaine de la prévention Etablissement cantonal d assurance et de prévention Place de la Gare 4, Case postale, 2002 Neuchâtel Tél. 032 889 62 22 www.ecap-ne.ch Fax 032 889 62 33 ecap@ne.ch QUESTIONNAIRE

Plus en détail

Plan : Introduction : Quelques remarques préliminaires 1) Les dispositions applicables aux établissements à modifier

Plan : Introduction : Quelques remarques préliminaires 1) Les dispositions applicables aux établissements à modifier L arrêté du 24 juillet 2006 Plan : Introduction : Quelques remarques préliminaires 1) Les dispositions applicables aux établissements à modifier 1.1) La détection automatique incendie 1.2) La protection

Plus en détail

NOTICE DESCRIPTIVE DE SECURITE

NOTICE DESCRIPTIVE DE SECURITE NOTICE DESCRIPTIVE DE SECURITE Dénomination de l'établissement : Gymnase des Closeaux Adresse principale : Petite voie des Fontaines 94.150 RUNGIS Maîtrise d ouvrage (Nom ou raison sociale) : Ville de

Plus en détail

NOTICE DE SECURITE pour les ERP de 5 ème catégorie SANS LOCAUX A SOMMEIL (Effectif reçu supérieur à 19 personnes) Arrêté du 22/06/1990

NOTICE DE SECURITE pour les ERP de 5 ème catégorie SANS LOCAUX A SOMMEIL (Effectif reçu supérieur à 19 personnes) Arrêté du 22/06/1990 NOTICE DE SECURITE pour les ERP de 5 ème catégorie SANS LOCAUX A SOMMEIL (Effectif reçu supérieur à 19 personnes) Arrêté du 22/06/1990 Documents obligatoires à joindre à cette notice de sécurité pour le

Plus en détail

CONFORMITE DE L OPERATION AVEC LES REGLES DE SECURITE

CONFORMITE DE L OPERATION AVEC LES REGLES DE SECURITE CONFORMITE DE L OPERATION AVEC LES REGLES DE SECURITE Maître d ouvrage : SIVU DE LA CRECHE INTERCOMMUNALE THOIRY 3 place de la Fontaine 78 770 THOIRY Adresse des travaux : Rue de la Mare Agrad 78 770 THOIRY

Plus en détail

NOTICE DE SECURITE. SANS LOCAUX A SOMMEIL (Effectif reçu supérieur à 19 personnes) Arrêté du 22/06/1990

NOTICE DE SECURITE. SANS LOCAUX A SOMMEIL (Effectif reçu supérieur à 19 personnes) Arrêté du 22/06/1990 NOTICE DE SECURITE POUR LES ERP DE 5 E CATEGORIE SANS LOCAUX A SOMMEIL (Effectif reçu supérieur à 19 personnes) Arrêté du 22/06/1990 Documents obligatoires à joindre à cette notice de sécurité pour le

Plus en détail

F I C H E T E C H N I Q U E N 2 0 1 0 / 2. Préconisations pour la mise en place de panneaux photovoltaïques

F I C H E T E C H N I Q U E N 2 0 1 0 / 2. Préconisations pour la mise en place de panneaux photovoltaïques F I C H E T E C H N I Q U E N 2 0 1 0 / 2 Préconisations pour la mise en place de panneaux Service PréveNTiON edition mars 2010 En l absence de réglementation applicable à l installation de panneaux,

Plus en détail

IRVE et Hybrides Rechargeables dans les ERP et les IGH - Cahier des Charges de la Commission Centrale de Sécurité (Ministère de l Intérieur) SOMMAIRE

IRVE et Hybrides Rechargeables dans les ERP et les IGH - Cahier des Charges de la Commission Centrale de Sécurité (Ministère de l Intérieur) SOMMAIRE NOTEC N 544 L E S N O T E S T E C H N I Q U E S DE LA F F I E 1 5 J A N V I E R 2 0 1 3 IRVE et Hybrides Rechargeables dans les ERP et les IGH - Cahier des Charges de la Commission Centrale de Sécurité

Plus en détail

NOTICE DE SÉCURITÉ. Document mis à jour le 10.05.2012

NOTICE DE SÉCURITÉ. Document mis à jour le 10.05.2012 NOTICE DE SÉCURITÉ concernant les ETABLISSEMENTS RECEVANT DU PUBLIC du 1 er groupe (1 ère à 4 ème catégorie) conformément au Code de l'aménagement de la Polynésie Française Document mis à jour le 10.05.2012

Plus en détail

(Notice de Sécurité)

(Notice de Sécurité) Service Vie Associative et Municipale DEMANDE D AUTORISATION D INSTALLATION D UN E.R.P DE TYPE CHAPITEAUX-TENTES-STRUCTURES (Notice de Sécurité) RAPPEL DE LA REGLEMENTATION Les dispositions du règlement

Plus en détail

NOTICE DE SECURITE 1 Ŕ REMARQUE PRELIMINAIRE

NOTICE DE SECURITE 1 Ŕ REMARQUE PRELIMINAIRE PREFECTURE DE LA HAUTE-GARONNE Service Départemental d Incendie et de Secours de la Haute-Garonne Bureau Prévention 49 Chemin de l Armurié BP 123 31776 COLOMIERS CEDEX Tél.: 05.61.06.37.60 Fax : 05.61.06.37.64

Plus en détail

Département de Seine-et-Marne VILLE DE COUILLY PONT-AUX-DAMES. 46 rue Eugène Léger 77860 Couilly Pont-aux-Dames

Département de Seine-et-Marne VILLE DE COUILLY PONT-AUX-DAMES. 46 rue Eugène Léger 77860 Couilly Pont-aux-Dames Département de Seine-et-Marne VILLE DE COUILLY PONT-AUX-DAMES 46 rue Eugène Léger 77860 Couilly Pont-aux-Dames R E Q U A L I F I C A T I O N E T A G R A N D I S S E M E N T D E L A M A I R I E D E C O

Plus en détail

LORS DE MANIFESTATIONS TEMPORAIRES TELLES QUE CONCERTS, THEATRES ET AUTRES

LORS DE MANIFESTATIONS TEMPORAIRES TELLES QUE CONCERTS, THEATRES ET AUTRES RESUME DES EXIGENCES EN MATIERE DE PREVENTION DES INCENDIES LORS DE MANIFESTATIONS TEMPORAIRES TELLES QUE CONCERTS, THEATRES ET AUTRES 1. Base Les prescriptions de protection incendie AEAI sont la base

Plus en détail

SCDC- Bissy. Résumé non technique de l étude de dangers

SCDC- Bissy. Résumé non technique de l étude de dangers Eras Metal Calais / Note d information du Préfet / Présentation des modifications SCDC- Bissy Résumé non technique de l étude de dangers Réf. Entime 3302-006-007 / Rév. A /16.07.2013 DOC. ICPE / 2211-006-008

Plus en détail

DETECTION ET ALARME INCENDIE DANS LES E.R.P

DETECTION ET ALARME INCENDIE DANS LES E.R.P DETECTION ET ALARME INCENDIE DANS LES E.R.P Le système d'alarme incendie doit permettre de signaler un sinistre et de le localiser. Il fonctionne sur une source autonome en l'absence de courant. L'action

Plus en détail

ASSURANCES DE DOMMAGES INCENDIE DE L ANALYSE AU COÛT DU RISQUE

ASSURANCES DE DOMMAGES INCENDIE DE L ANALYSE AU COÛT DU RISQUE ASSURANCES DE DOMMAGES INCENDIE DE L ANALYSE AU COÛT DU RISQUE 25 septembre 2013 Patrick Biot - agréé CNPP 1 AGREPI? ASSOCIATION DES INGÉNIEURS & CADRES SPÉCIALISTES DE LA MAÎTRISE DES RISQUES INCENDIE

Plus en détail

Art. 1er. - Objectif et champ d'application. 1.1. Généralités

Art. 1er. - Objectif et champ d'application. 1.1. Généralités GRAND-DUCHE DE LUXEMBOURG Strassen, février 2009 Le présent texte a été établi par l Inspection du Travail et des Mines et le Service Incendie et Ambulance de la Ville de Luxembourg. Prescriptions de sécurité

Plus en détail

NOTICE DE SECURITE ETABLISSEMENT : MAITRE DE L OUVRAGE : CONSEIL REGIONAL ILE DE FRANCE 35, Boulevard des Invalides 75007 Paris

NOTICE DE SECURITE ETABLISSEMENT : MAITRE DE L OUVRAGE : CONSEIL REGIONAL ILE DE FRANCE 35, Boulevard des Invalides 75007 Paris MAITRE DE L OUVRAGE : CONSEIL REGIONAL ILE DE FRANCE 35, Boulevard des Invalides 75007 Paris ETABLISSEMENT : LYCEE ANDRE BOULLOCHE 18, Boulevard Gutenberg 93190 Livry-Gargan REFECTION DE L EQUIPEMENT D

Plus en détail

NOTICE TECHNIQUE DE SECURITE ETABLISSEMENT DE TYPE T EXPOSITIONS A CARACTERE TEMPORAIRE SALLE D EXPOSITIONS

NOTICE TECHNIQUE DE SECURITE ETABLISSEMENT DE TYPE T EXPOSITIONS A CARACTERE TEMPORAIRE SALLE D EXPOSITIONS NOTICE TECHNIQUE DE SECURITE ETABLISSEMENT DE TYPE T EXPOSITIONS A CARACTERE TEMPORAIRE SALLE D EXPOSITIONS Est classé «type T» tout établissement à vocation commerciale destinés à des expositions, des

Plus en détail

REGISTRE DE SECURITE DES ETABLISSEMENTS RECEVANT DU PUBLIC

REGISTRE DE SECURITE DES ETABLISSEMENTS RECEVANT DU PUBLIC REGISTRE DE SECURITE DES ETABLISSEMENTS RECEVANT DU PUBLIC NOM DE LA COLLECTIVITE : RAPPEL REGLEMENTAIRE Article R123-51 du Code de la Construction et de l Habitation Dans les établissements soumis aux

Plus en détail

QUESTIONNAIRE Risques Industriels Sensibles

QUESTIONNAIRE Risques Industriels Sensibles QUESTIONNAIRE Risques Industriels Sensibles MULTIRISQUE INDUSTRIELLE BATIMENT VIDE CACHET COURTIER Affaire Nouvelle Nouveau site sur contrat n :... Effet du : / / Echéance : / (JJ/MM) COURTIER Nom du cabinet

Plus en détail

MEMENTO SECURITE INCENDIE

MEMENTO SECURITE INCENDIE MEMENTO SECURITE INCENDIE PRINCIPES FONDAMENTAUX DE SECURITE La prévention incendie a pour but d'éviter l'éclosion d'un sinistre, de limiter sa propagation, de faciliter l'évacuation du public et l'intervention

Plus en détail

FORMULAIRE DE DECLARATION DE RISQUE DOMMAGES AUX BIENS ENTREPRISES

FORMULAIRE DE DECLARATION DE RISQUE DOMMAGES AUX BIENS ENTREPRISES FORMULAIRE DE DECLARATION DE RISQUE DOMMAGES AUX BIENS ENTREPRISES COURTIER Nom du Cabinet : Nom et prénom du représentant : E-mail : Téléphone : Adresse : N : Type de voie : Nom de la voie : Code postal

Plus en détail

Questionnaire proposition Tous Risques Informatique

Questionnaire proposition Tous Risques Informatique Questionnaire proposition Tous Risques Informatique 1. Proposant : Nom ou raison sociale Adresse ou siège social Code postal Commune Activité de l entreprise : Code NAF : Description générale du système

Plus en détail

Quels sont les leviers efficaces pour réduire le risque d incendie, limiter ses conséquences et optimiser la tarification assurance?

Quels sont les leviers efficaces pour réduire le risque d incendie, limiter ses conséquences et optimiser la tarification assurance? Quels sont les leviers efficaces pour réduire le risque d incendie, limiter ses conséquences et optimiser la tarification assurance? En matière d'incendie, les moyens de prévention réelle et de protection

Plus en détail

>I En savoir plus I Le feu

>I En savoir plus I Le feu n L incendie d un bâtiment est la résultante de nombreux facteurs. Il entre dans son premier état, dit de démarrage, si trois conditions sont remplies : défaillance des installations d alarme, proximité

Plus en détail

Sécurité dans les établissements de type J

Sécurité dans les établissements de type J Sécurité dans les établissements de type J HEBERGEMENT DES PERSONNES AGEES PRESENTANT DES DIFFICULTES D AUTONOMIE - HEBERGEMENT DES PERSONNES EN SITUATION DE HANDICAP Pourquoi une réunion de sensibilisation?

Plus en détail

QUESTIONNAIRE/PROPOSITION*

QUESTIONNAIRE/PROPOSITION* Code intermédiaire Intermédiaire Date QUESTIONNAIRE/PROPOSITION* DOMMAGES DIRECTS & PERTES D EXPLOITATION *(faisant partie intégrante du contrat) RENSEIGNEMENTS GENERAUX NOM DE L ENTREPRISE : Siège social

Plus en détail

NOTICE DESCRIPTIVE DE SECURITE ERP du 2ème groupe (5ème catégorie) sans locaux à sommeil. (Arrêté du 25/06/1980 modifié Arrêté du 22/06/1990 modifié)

NOTICE DESCRIPTIVE DE SECURITE ERP du 2ème groupe (5ème catégorie) sans locaux à sommeil. (Arrêté du 25/06/1980 modifié Arrêté du 22/06/1990 modifié) NOTICE DESCRIPTIVE DE SECURITE ERP du 2ème groupe (5ème catégorie) sans locaux à sommeil. (Arrêté du 25/06/1980 modifié Arrêté du 22/06/1990 modifié) La présente notice descriptive (article R.123-22 du

Plus en détail

QUESTIONNAIRE/PROPOSITION PROPRIETAIRE NON OCCUPANT

QUESTIONNAIRE/PROPOSITION PROPRIETAIRE NON OCCUPANT QUESTIONNAIRE/PROPOSITION PROPRIETAIRE NON OCCUPANT BATIMENT VIDE DE TOUT OCCUPANT et de CONTENU ou OCCUPE - USAGE PROFESSIONNEL (COMMERCE, INDUSTRIEL) NOM DU PRENEUR D ASSURANCES ADRESSE CODE POSTAL VILLE

Plus en détail

FORMULAIRE DE DECLARATION DU RISQUE

FORMULAIRE DE DECLARATION DU RISQUE FORMULAIRE DE DECLARATION DU RISQUE Nom, Prénom Adresse du proposant : (sera le preneur d assurances si le contrat est souscrit)------------------------------- Affaire Nouvelle Avenant Remplacement No

Plus en détail

NOTICE DESCRIPTIVE DE SECURITE ETABLISSEMENT RECEVANT DU PUBLIC 5 ème CATEGORIE SANS LOCAUX A SOMMEIL

NOTICE DESCRIPTIVE DE SECURITE ETABLISSEMENT RECEVANT DU PUBLIC 5 ème CATEGORIE SANS LOCAUX A SOMMEIL NOTICE DESCRIPTIVE DE SECURITE ETABLISSEMENT RECEVANT DU PUBLIC 5 ème CATEGORIE SANS LOCAUX A SOMMEIL Remarque préliminaire Cette notice a été élaborée à votre attention dans le but de faciliter votre

Plus en détail

QUESTIONNAIRE Loisirs & Immeubles

QUESTIONNAIRE Loisirs & Immeubles QUESTIONNAIRE Loisirs & Immeubles DOMMAGES AUX BIENS ET RC PROPRIETAIRE D IMMEUBLE COMPRENANT UN ETABLISSEMENT DE NUIT OU DE LOISIRS Cachet Courtier Affaire Nouvelle Remplacement du contrat n :... Effet

Plus en détail

Préfecture de l Allier. Que dois-je faire en ma qualité d exploitant?

Préfecture de l Allier. Que dois-je faire en ma qualité d exploitant? Préfecture de l Allier Que dois-je faire en ma qualité d exploitant? - réaliser les contrôles et vérifications périodiques des installations techniques, tels que prévus par le règlement de sécurité, -

Plus en détail

DISPOSITIONS SPECIFIQUES. Bâtiments administratifs

DISPOSITIONS SPECIFIQUES. Bâtiments administratifs GRAND-DUCHE DE LUXEMBOURG Strassen, février 2009 Le présent texte a été établi par l Inspection du Travail et des Mines et le Service Incendie et Ambulance de la Ville de Luxembourg. ITM-SST 1504.1 Prescriptions

Plus en détail

Étude de dangers et Maîtrise de l urbanisation autour des entrepôts 1510-A

Étude de dangers et Maîtrise de l urbanisation autour des entrepôts 1510-A 1 Étude de dangers et Maîtrise de l urbanisation autour entrepôts 1510-A P. CASTEL Service Prévention Risques Risques Industriels Accidentels 2 Programme Généralités réglementaires sur la maîtrise de l

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L ÉCOLOGIE, DU DÉVELOPPEMENT ET DE L AMÉNAGEMENT DURABLES Arrêté du 17 octobre 2007 modifiant l arrêté du 2 mai 2002 modifié relatif aux prescriptions

Plus en détail

Bibliothèques - Sécurité et accessibilité des personnes - Sécurité des collections

Bibliothèques - Sécurité et accessibilité des personnes - Sécurité des collections Bibliothèques - Sécurité et accessibilité des personnes - Sécurité des collections 1 Une bibliothèque publique est un Etablissement Recevant du Public (ERP) Les réglementations en vigueur prévoient des

Plus en détail

DOSSIER D'ETUDE D'UN ETABLISSEMENT RECEVANT DU PUBLIC BASE REGLEMENTAIRE

DOSSIER D'ETUDE D'UN ETABLISSEMENT RECEVANT DU PUBLIC BASE REGLEMENTAIRE DOSSIER D'ETUDE D'UN ETABLISSEMENT RECEVANT DU PUBLIC Une notice de sécurité est à joindre obligatoirement à tout dossier concernant la construction d'un établissement recevant du public. BASE REGLEMENTAIRE

Plus en détail

NOTICE DESCRIPTIVE DE SECURITE D UN ETABLISSEMENTS RECEVANT DU PUBLIC DE 5 ème CATEGORIE SANS LOCAUX A SOMMEIL

NOTICE DESCRIPTIVE DE SECURITE D UN ETABLISSEMENTS RECEVANT DU PUBLIC DE 5 ème CATEGORIE SANS LOCAUX A SOMMEIL DIRECTION DEPARTEMENTALE DES SERVICES D'INCENDIE ET DE SECOURS DU MORBIHAN NOTICE DESCRIPTIVE DE SECURITE D UN ETABLISSEMENTS RECEVANT DU PUBLIC DE 5 ème CATEGORIE SANS LOCAUX A SOMMEIL Remarque préliminaire

Plus en détail

Les établissements recevant du public - ERP

Les établissements recevant du public - ERP Arrêté du 25 juin 1980 (modifié) Les établissements recevant du public - ERP Article EC 7 L éclairage de sécurité doit être à l état de veille pendant l exploitation du bâtiment. L éclairage de sécurité

Plus en détail

Gymnase Carole MONTILLET Procédures et consignes de sécurité

Gymnase Carole MONTILLET Procédures et consignes de sécurité Gymnase Carole MONTILLET Procédures et consignes de sécurité Albens, PRINCIPES FONDAMENTAUX DE SECURITE : La prévention incendie a pour but d'éviter l'éclosion d'un sinistre, de limiter sa propagation,

Plus en détail

MAITRE D OUVRAGE. BENET IMMOBILIER Syndic Copropriété Sumène (15) Le Lioran 20 bis, Rue des Frères 15000 AURILLAC OPERATION

MAITRE D OUVRAGE. BENET IMMOBILIER Syndic Copropriété Sumène (15) Le Lioran 20 bis, Rue des Frères 15000 AURILLAC OPERATION MAITRE D OUVRAGE BENET IMMOBILIER Syndic Copropriété Sumène (15) Le Lioran 20 bis, Rue des Frères 15000 AURILLAC OPERATION DESENFUMAGE DES CIRCULATIONS HORIZONTALES MISE A L AIR LIBRE DE LA CAGE D ESCALIER

Plus en détail

Rencontre Chambre des Métiers du 14 Novembre 2011

Rencontre Chambre des Métiers du 14 Novembre 2011 DE 5èmes CATEGORIES Rencontre Chambre des Métiers du 14 Novembre 2011 Cdt JL IMBERT SDIS Esplanade de l Arm l Armée d Afrique d 84018 AVIGNON CEDEX 1 * Tél T l 04.90.81.18.18. 1 / 17 LES DIFFERENTES REGLEMENTATIONS

Plus en détail

Prescriptions de prévention incendie DISPOSITIONS SPECIFIQUES Bâtiments administratifs

Prescriptions de prévention incendie DISPOSITIONS SPECIFIQUES Bâtiments administratifs GRAND-DUCHE DE LUXEMBOURG Strassen, septembre 2012 Le présent texte a été établi par l Inspection du travail et des mines et le Service Incendie et Ambulance de la Ville de Luxembourg. ITM-SST 1504.2 Prescriptions

Plus en détail

NOTICE DE SECURITE. 54530 MONT ST MARTIN Rue de Lille CONSTRUCTION D'UN EHPAD PC 40

NOTICE DE SECURITE. 54530 MONT ST MARTIN Rue de Lille CONSTRUCTION D'UN EHPAD PC 40 NOTICE DE SECURITE 54530 MONT ST MARTIN Rue de Lille CONSTRUCTION D'UN EHPAD Notice de sécurité établie avec M. FOURMONT Bureau de contrôle VERITAS PC 40 SOMMAIRE 1. GENERALITES 2. DESCRIPTION DU PROJET

Plus en détail

Un poste central de sécurité, pour quoi faire? XVII e rencontres nationales du GP Sup Clermont-Ferrand - 24 et 25 juin 2004

Un poste central de sécurité, pour quoi faire? XVII e rencontres nationales du GP Sup Clermont-Ferrand - 24 et 25 juin 2004 Un poste central de sécurité, pour quoi faire? XVII e rencontres nationales du GP Sup Clermont-Ferrand - 24 et 25 juin 2004 Présentation du site Rénovation d un site industriel de la Manufacture des Tabacs

Plus en détail

NOTICE TECHNIQUE DE SECURITE

NOTICE TECHNIQUE DE SECURITE MODELE N 3 sur http://www.auvergne.pref.gouv.fr/protection_civile/etablissements _recevant_public/sec_incendie_erp/procedure.php NOTICE TECHNIQUE DE SECURITE Etablissement Recevant du Public du 2 ème groupe

Plus en détail

EXPOSITIONS-FOIRES-SALONS TEMPORAIRES A VOCATION COMMERCIALE TYPE T

EXPOSITIONS-FOIRES-SALONS TEMPORAIRES A VOCATION COMMERCIALE TYPE T EXPOSITIONS-FOIRES-SALONS TEMPORAIRES A VOCATION COMMERCIALE TYPE T Un arrêté du 18 novembre 1987modifié, fixe des dispositions particulières pour l organisation d expositions, foires expositions ou salons

Plus en détail

OBLIGATIONS RELATIVES À LA CRÉATION OU MODIFICATION D UN ERP

OBLIGATIONS RELATIVES À LA CRÉATION OU MODIFICATION D UN ERP L exploitation d un Établissement Recevant du Public nécessite de respecter un certain nombre de règles spécifiques. Deux domaines sont particulièrement surveillés : l accessibilité, ces établissements

Plus en détail

VEILLE RÉGLEMENTAIRE Sécurité des personnes Fiche VRE.30

VEILLE RÉGLEMENTAIRE Sécurité des personnes Fiche VRE.30 VEILLE RÉGLEMENTAIRE Sécurité des personnes Fiche VRE.30 Incendie Code du Travail R4216-1 à R4216-7 ; R4216-11 à R4216-34 Code du Travail R4225-8 Code du Travail R4227-34 à R4227-36 Code du Travail R4227-1

Plus en détail

PC40 - NOTICE DE SECURITÉ

PC40 - NOTICE DE SECURITÉ PC40 - NOTICE DE SECURITÉ Maître d Ouvrage : Architecte : Commune de Wormhout Mr Pierre Coppe Architecte desl Monsieur le Maire 47 place du Général de Gaulle BP 60 393 59 337 Tourcoing Cedex Tél : 03 28

Plus en détail

QUESTIONNAIRE PROPOSITION

QUESTIONNAIRE PROPOSITION QUESTIONNAIRE PROPOSITION RENSEIGNEMENTS SUR L ENTREPRISE ENTREPRISE : Forme juridique : Code APE : SIRET : Adresse : Téléphone : Fax : Nom du dirigeant : Nombre de salariés : Masse Salariale Plafonnée

Plus en détail

SURFACES ET EFFECTIFS

SURFACES ET EFFECTIFS 2,91 m 3,50 m 6 m 3,50 m 3,50 m 5,80 m 3,50 m 3 m 3,50 m rue des Sablons COUPE RESTRUCTURATION D'UN ENSEMBLE IMMOBILIER 29-31 rue des Sablons - Impasse des prêtres 75016 PARIS COMMERCIALISATION COUPE COMMERCIALISATION

Plus en détail

SECURITE INCENDIE. La problématique du risque incendie est omniprésente pour les collectivités ou les établissements publics.

SECURITE INCENDIE. La problématique du risque incendie est omniprésente pour les collectivités ou les établissements publics. Fiche Prévention SECURITE INCENDIE La problématique du risque incendie est omniprésente pour les collectivités ou les établissements publics. La sécurité incendie est régie par de nombreuses réglementations

Plus en détail

Bilan du contrôle du site de CREYS-MALVILLE en 2013

Bilan du contrôle du site de CREYS-MALVILLE en 2013 Bilan du contrôle du site de CREYS-MALVILLE en 2013 11 juin 2014 Réunion de la CLI du site de Creys-Malville 1 Bilan du contrôle du site de CREYS-MALVILLE en 2013 Contrôles et actions exercés par l Autorité

Plus en détail

SYNTHESE REGLEMENTATION

SYNTHESE REGLEMENTATION 2012 SYNTHESE REGLEMENTATION CODE DU TRAVAIL Le saviez-vous? L obligation générale de formation à la sécurité a été introduite par la loi n 76-1106 du 6 décembre 1976 relative à la prévention des accidents

Plus en détail

18 BATIMENT TP PHYSIQUE

18 BATIMENT TP PHYSIQUE PHOTO SITE 8 BATIMENT TP PHYSIQUE LOT N SECURITE INCENDIE Date Etabli par QUALICONSULT Etabli par COPLAN 6/5/ x Marché M9-9 Pascal MASSACRIER y ref QC ref COPLAN z 64-6933 88- Indice Bâtiment n : 8 Diffusion

Plus en détail

QUESTIONNAIRE/PROPOSITION BAM

QUESTIONNAIRE/PROPOSITION BAM QUESTIONNAIRE/PROPOSITION BAM Nom de l établissement ou de l enseigne : Situation du risque : Proposant : Agissant en qualité de : Adresse : Code postal : Ville : Téléphone : Télécopie : I. ACTIVITE -

Plus en détail

Communiqué de presse Non ruine en chaîne des éléments de structure des entrepôts couverts Philippe Gallois, Antoine Fillault & Thierry Murat - SAGL

Communiqué de presse Non ruine en chaîne des éléments de structure des entrepôts couverts Philippe Gallois, Antoine Fillault & Thierry Murat - SAGL Communiqué de presse Non ruine en chaîne des éléments de structure des entrepôts couverts Philippe Gallois, Antoine Fillault & Thierry Murat - SAGL Les entrepôts couverts relèvent actuellement de la nomenclature

Plus en détail

Agent de sécurité incendie module complémentaires REF : SSIAP 1 module

Agent de sécurité incendie module complémentaires REF : SSIAP 1 module Agent de sécurité incendie module complémentaires REF : SSIAP 1 module Public 12 stagiaires maximum Durée totale indicative 43 heures 30 minutes horstemps de déplacement Pré requis Respect des dispositions

Plus en détail

- DOCUMENT NON CONTRACTUEL -

- DOCUMENT NON CONTRACTUEL - 2 S O M M A I R E Un immeuble écrin Une situation Capitale Respect de l existant et modernité Un espace optimisé Space planning 4 6 8 12 14 3 4 UN ÉCRIN DE 1 000 M 2 AU COEUR DU 7 ÈME ARRONDISSEMENT La

Plus en détail