Les entreprises familiales suisses et la Bourse E NTREPRENEUR M ARKET

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Les entreprises familiales suisses et la Bourse E NTREPRENEUR M ARKET"

Transcription

1 Les entreprises familiales suisses et la Bourse E NTREPRENEUR M ARKET

2 Impressum Editeur Ernst & Young SA Peter Bühler, Partner Responsable du marché Entrepreneur Bleicherweg 21 Case postale, 8022 Zurich Commandes/changements d adresse Ernst & Young SA Sales & Marketing Services Case postale,1213 Genève Conception Schminke & Team AG, Zurich Impression Imprimeries Réunies Lausanne SA Copyright Ernst & Young SA, 2005 Toute reproduction, même partielle, autorisée uniquement avec l indication précise de la source. Prière d envoyer un exemplaire justificatif à l éditeur. Remarque importante Les auteurs rejettent toute responsabilité quant aux décisions prises sur la base de cette étude et à leurs conséquences. De même, la présente étude ne saurait remplacer les conseils prodigués par des professionnels. Les opinions, assertions et interprétations qui y figurent n engagent que leurs auteurs et ne reflètent donc pas systématiquement le point de vue des entreprises auprès desquelles ces derniers sont employés. 2 FAMILIENUNTERNEHMEN AN DER S CHWEIZER B ÖRSE

3 Sommaire 1 Editorial 2 2 La part des entreprises familiales dans le paysage entrepreneurial suisse L importance des entreprises familiales sur les différentes places boursières dans le monde L importance des entreprises familiales à la Bourse suisse 8 3 Les performances des entreprises familiales à la Bourse suisse Les performances des entreprises familiales au regard du SPI Les performances des entreprises familiales face aux entreprises non-familiales Evolution des entreprises familiales dans des contextes boursiers hétérogènes Les clés de la réussite des entreprises familiales en Bourse Les entreprises familiales, une catégorie de placement spécifique 15 4 Champs d action Conforter et préserver durablement les avantages des entreprises familiales Concilier stratégie familiale et stratégie de l entreprise Intégration de membres étrangers à la famille Gestion des risques et préservation du patrimoine des entreprises familiales et familles d entrepreneurs Choisir le bon moment pour effectuer des transactions sur le marché des capitaux Planifier la succession avec l aide de professionnels 18 5 Conclusion 20 6 Liste des entreprises familiales cotées en Bourse 21 7 Bibliographie 25 L ES ENTREPRISES FAMILIALES SUISSES ET LA B OURSE 1

4 1 Editorial Peter Bühler Ernst & Young Avec près de 90% des sociétés suisses détenues par des familles, les entreprises familiales sont incontestablement un élément incontournable du paysage économique helvétique, dont on s aperçoit, à les examiner de plus près, qu elles récoltent pleinement les fruits d une stratégie souvent axée sur le long terme et une croissance durable. Des entreprises familiales qui sont également confrontées plus souvent qu on ne le pense aux mêmes problèmes que les grands groupes multinationaux tout en ayant leur propre spécificité et leurs propres défis à relever. A commencer par la préservation de leur autonomie et, question connexe, la planification de leur succession, sans oublier le contrôle et la surveillance exercés par la famille. Parvenir à concilier stratégie de l entreprise et stratégie familiale, afin de mettre en œuvre une gestion adéquate des risques et de préserver durablement le patrimoine familial, n est pas chose facile, d autant que les solutions requises sont souvent complexes. Aussi le succès des entreprises familiales dépend-il en grande partie du professionnalisme qu elles mettent dans la gestion des questions juridiques et fiscales et de leur maîtrise des spécificités en termes de planification, de gestion des risques et de valorisation. Cabinet d audit et de conseil spécialisé notamment dans les entreprises de moyenne envergure axées sur la croissance, Ernst & Young se réjouit d avoir participé à l étude menée par l Institut suisse des petites et moyennes entreprises de l Université de St-Gall (Schweizerisches Institut für Klein- und Mittelunternehmen an der Universität St. Gallen) et d avoir pu ainsi contribuer à mettre en lumière la santé prospère de ces sociétés et leurs particularités. Ernst & Young Peter Bühler, Partner Responsable du marché Entrepreneur pour la Suisse Pierre-Alain Cardinaux Ernst & Young Pierre-Alain Cardinaux, Partner Responsable du marché Entrepreneur pour la Suisse romande 2 LES ENTREPRISES FAMILIALES SUISSES ET LA B OURSE

5 Rarement considérées par le passé comme un objet de recherches digne d intérêt, les entreprises familiales ont longtemps vu leur importance minimisée. Il était jugé préférable de passer sous silence l influence «dérangeante» exercée par ces structures familiales. Ceci a été mis en évidence avec l étude circonstanciée consacrée à la société canadienne Steinberg Inc. Petit magasin d alimentation créé en 1917, Steinberg Inc. se transforme au fil du temps en une immense chaîne de supermarchés, donnant jusqu en 1974 l image d une entreprise solide et florissante. Mais il est un élément décisif que les auteurs occultent, volontairement ou non : la famille. Or à la mort du fondateur Sam Steinberg, ses successeurs se déchirent tant et plus que leurs querelles finissent par provoquer la perte de l entreprise, puis sa revente. Prof. Urs Fueglistaller Institut suisse des petites et moyennes entreprises de l Université de St-Gall Une histoire édifiante qui montre à quel point il est devenu urgent d examiner à la loupe, pour mieux les comprendre, les caractéristiques si particulières de ces entreprises et d en mesurer l influence familiale pour en tirer tous les atouts possibles. Aussi sommes-nous particulièrement heureux d avoir pu éclairer d un jour nouveau l univers des entreprises familiales suisses et contribuer, conjointement avec le cabinet Ernst & Young, à mieux les faire connaître, d autant qu un constat réjouissant s est très vite imposé à nous : la plupart des entreprises familiales cotées en Bourse tirent magnifiquement leur épingle du jeu! L Institut suisse des petites et moyennes entreprises de l Université de St-Gall Prof. Urs Fueglistaller Thomas Zellweger, lic. éco. Université de St-Gall Thomas Zellweger Institut suisse des petites et moyennes entreprises de l Université de St-Gall L étude a été menée sous la direction de Thomas Zellweger, responsable de projet à l Institut suisse des petites et moyennes entreprises de l Université de St-Gall et spécialiste du Family Business et de l Entrepreneurial Finance, qui s est adjoint, pour la partie empirique de l étude, les précieux services de Joerg Schegg. Le choix des entreprises familiales s est appuyé sur les thèses rédigées en 2004 par Harald Peicher et Elio Vanoli. L ES ENTREPRISES FAMILIALES SUISSES ET LA B OURSE 3

6 2 La part des entreprises familiales dans le paysage entrepreneurial suisse L intérêt porté aux entreprises familiales par la communauté des chercheurs et le monde professionnel n a cessé de croître ces dernières années mais le retard accumulé en Suisse par rapport aux Etats-Unis, où la recherche en la matière est déjà fort avancée, n est pas près d être comblé. Une première étude d envergure a néanmoins été publiée en 2004 par Frey, Halter et Zellweger, prémisse à la constitution d une base de données que l on espère fiable et exhaustive. 11.6% 88.4% Grandes entreprises Grandes entreprises à l actionnariat dispersé dirigées par un manager Grandes entreprises dominées par un actionnaire familial 0.2% 0.06% 0.14% PME PME sans actionnaire familial ou individuel dominant et dirigées par un manager PME dominées par un actionnaire familial 99.8% 11.54% 88.26% Entreprises non-familiales Entreprises familiales Graphique 1 : Répartition en pour cent des entreprises familiales en Suisse en fonction de leur taille (Frey, Halter, Zellweger, 2004) D après cette étude, 88,4% des sociétés suisses sont des entreprises familiales un taux élevé comparé au reste du monde. S agissant de leur dimension, l enquête confirme les résultats observés dans d autres pays : plus la taille des entreprises augmente, plus le nombre d entreprises familiales diminue. Autant dire que pour obtenir des données fiables, il convient d adopter une définition pertinente et universellement applicable de l entreprise familiale. A ce titre, les auteurs de l étude publiée en 2004 ont choisi de s appuyer non seulement sur la part de capital détenue par la famille mais également sur divers autres éléments susceptibles de refléter l influence prépondérante qu elle exerce en outre par l intermédiaire d organes comme la direction ou le conseil d administration ou en imprégnant la culture de l entreprise de ses propres valeurs. La définition retenue pour l étude a donc été conçue pour prendre en compte tous ces paramètres de pouvoir dévolus à la famille au sein de l entreprise. 4 LES ENTREPRISES FAMILIALES SUISSES ET LA B OURSE

7 La question brûlante du Corporate Governance Les caractéristiques très particulières des entreprises familiales s illustrent également dans le domaine du Corporate Governance. En effet, près de 80% d entre elles comptent seulement trois associés et il est beaucoup plus rare de rencontrer des structures regroupant plus d une dizaine d actionnaires tant parmi les entreprises familiales que parmi les autres sociétés. De même, à peine 2,7% des familles dirigeantes possèdent moins de 50% du capital. Autre particularité, la taille moyenne du conseil d administration est de 3,3 membres dont 2,2 nommés par la famille. Ce qui ne laisse qu un siège pour une personne venue de l extérieur. Autant dire que le conseil ne dispose d aucun moyen de contrôle externe et indépendant de la direction, notamment lorsque la troisième personne s avère être, par des voies détournées, un client ou un fournisseur de l entreprise. La direction se compose elle-même en moyenne de 2,55 personnes, soit sensiblement moins qu au sein des entreprises non-familiales, qui comptent en moyenne 3,48 dirigeants. Les familles semblent également enclines à en prendre directement le contrôle puisqu elles y font siéger en moyenne 1,71 membre de leur clan, ce qui représente une part de 67% dans l équipe dirigeante. Sans compter que dans 62,8% des cas, la direction est entièrement entre les mains de la famille. C est dire si la question de l indépendance des contrôles exercés au sein des entreprises familiales est sensible, pour ne pas dire sujette à controverse. Au point d ailleurs de susciter un certain malaise, comme si la simple intervention d un organe de surveillance externe jetait automatiquement la suspicion sur les membres du clan occupant des postes à haute responsabilité. On comprend dès lors la retenue des entreprises familiales à l égard des professionnels de la surveillance. L ES ENTREPRISES FAMILIALES SUISSES ET LA B OURSE 5

8 L A PART DES ENTREPRISES FAMILIALES DANS LE PAYSAGE ENTREPRENEURIAL SUISSE 2.1 L importance des entreprises familiales sur les différentes places boursières dans le monde Partout dans le monde, les entreprises cotées en Bourse sont souvent considérées comme la proie d une nuée d investisseurs anonymes, en raison de cette idée généralement répandue que leur actionnariat est forcément très dispersé. Une idée reçue désormais dépassée car on sait aujourd hui que les plus grandes entreprises cotées en Bourse sont souvent aux mains de structures familiales, et ce dans les pays peu développés comme dans les grandes nations industrialisées (cf. graphique 2). 35% 30% 30% 25% 25% 25% 20% 20% 20% 20% 15% 15% 15% 10% 10% 10% 5% 5% 50% 50% 50% 45% 45% 70% 65% 100% 0% Mexique Hongkong Argentine Belgique Grèce Israël Portugal Suède Danemark Singapour Suisse Canada Nouvelle-Zélande Norvège Etats-Unis France Corée du Sud Pays-Bas Espagne Autriche Italie Irlande Finlande Allemagne Australie Japon Angleterre Moyenne 30% Graphique 2 : Pourcentage d entreprises familiales figurant parmi les 20 plus grandes sociétés cotées en Bourse, par pays (La Porta et al., 1999) Dans les pays industrialisés, 30% en moyenne des 20 plus grandes entreprises cotées en Bourse sont des empires familiaux. Certes, cette proportion varie fortement d un pays à l autre puisqu elle atteint par exemple 100% au Mexique contre seulement 5% au Japon et qu elle est nulle en Angleterre. Mais elle augmente aussi fortement lorsqu on prend en compte les entreprises de plus petite taille inscrites à la cote officielle. Les disparités constatées dépendent par ailleurs du degré de protection accordé par les législations nationales aux actionnaires minoritaires. Ainsi la perte de contrôle de l entreprise est-elle généralement mal vécue et mal tolérée par les familles dans les pays où ce degré de protection est élevé. Rares sont en effet les familles habituées à régner sans partage sur leur entreprise qui acceptent sans hésiter de se voir reléguées au même rang qu un actionnaire minoritaire. Ce serait contraire à leur volonté absolue de contrôle. 6 LES ENTREPRISES FAMILIALES SUISSES ET LA B OURSE

9 On ne s étonnera donc guère de ne trouver que peu d entreprises familiales cotées en Bourse dans les pays soucieux de protéger les petits porteurs. Confirmation par l exemple : les Etats-Unis, réputés pour avoir ce souci, ne comptent que 20% d entreprises familiales parmi les sociétés cotées en Bourse. A l inverse, la Belgique dont la législation est moins stricte en la matière, affiche une part de 50%. 100% 75% 50% 11% 16% 25% 17% 22% 34% 25% 0% 48% Forte protection des actionnaires minoritaires 27% Faible protection des actionnaires minoritaires Actionnariat très dispersé Contrôle exercé par l Etat Contrôle exercé par la famille Autres Graphique 3 : Part moyenne des entreprises familiales et des autres formes d entreprise sur l ensemble des sociétés inscrites à la cote officielle, en fonction du degré de protection accordé aux actionnaires minoritaires (La Porta et al., 1999) Cette différence de protection des actionnaires minoritaires peut avoir des retombées très concrètes. En effet, pour peu qu elles y soient autorisées par la loi, les familles utilisent leurs actions à droit de vote privilégié afin d exercer un contrôle renforcé sur l entreprise, en dépit d une maigre participation au capital. D après une étude comparative menée dans 26 pays industrialisés, il leur suffit de posséder en moyenne 18,6% du capital pour rassembler 20% des droits de vote. Une participation au capital qui monte jusqu à 20% dans les pays à forte protection des actionnaires minoritaires comme les Etats-Unis et la Grande- Bretagne, et qui redescend à 12,6% en Suède ou 14,2% en Suisse, pays moins attentifs à défendre les petits porteurs. L ES ENTREPRISES FAMILIALES SUISSES ET LA B OURSE 7

10 L A PART DES ENTREPRISES FAMILIALES DANS LE PAYSAGE ENTREPRENEURIAL SUISSE 2.2 L importance des entreprises familiales à la Bourse suisse Comme le montre le graphique 2, la Suisse se situe très exactement à la moyenne de l éventail de pays industrialisés examinés, avec 30% d entreprises familiales figurant parmi les 20 plus importantes sociétés cotées en Bourse. Définition utilisée Ce pourcentage pose naturellement la question de savoir quelle a été la définition de l entreprise familiale retenue pour l enquête. Car s il est vrai, comme nous l avons précisé au début de la présente étude, que l influence du clan familial sur l entreprise s exerce au travers de différents organes, les auteurs de l enquête ont choisi, tout comme nous, de différencier les entreprises familiales et les entreprises non-familiales à l aune du seul critère de la participation au capital. Ainsi l entreprise familiale est-elle définie comme une entreprise contrôlée par un actionnaire qu il s agisse d une famille ou non détenant directement ou indirectement 20% des droits de vote, ce qui correspond en Suisse à environ 14,2% du capital. Cette définition a été choisie pour deux raisons : d abord, pour permettre une comparaison des résultats à l échelle internationale. Ensuite, parce que s il est possible d évaluer l influence exercée par la famille au sein de la direction et du conseil d administration en fonction des sièges qu elle y occupe, il est par contre très difficile de mesurer son ascendant réel. Ainsi pourrait-on imaginer qu un entrepreneur ne disposant que d une seule voix au sein d un conseil d administration composé de plusieurs personnes y jouisse en réalité d une position dominante résultant du choix des autres membres du conseil ou de leur dépendance vis-à-vis des contrats attribués par son entreprise. Il suffit par ailleurs que deux fondateurs sans lien de parenté entre eux détiennent ensemble plus de 20% des voix pour que la société en question soit considérée comme une entreprise familiale. Il y a également entreprise familiale lorsque plusieurs actionnaires individuels décident de se regrouper au sein d un pool d investisseurs en concluant un pacte d actionnaires et que le nombre de droits de vote qu ils détiennent ensemble est supérieur à 20%. Précisons à cet égard que les informations contenues dans la présente étude ont été tirées des derniers rapports annuels publiés par les sociétés, pour la plupart clos au Nous avons également consulté le service Investor Relations de certaines entreprises et fait appel aux compétences de spécialistes du secteur bancaire qui nous ont transmis des documents complémentaires sur l actionnariat de plusieurs sociétés. 8 LES ENTREPRISES FAMILIALES SUISSES ET LA B OURSE

11 Influence exercée par la famille Nous avons choisi d illustrer les différents types de participations existant en Suisse au travers de quelques entreprises familiales représentatives : Dans la plupart des entreprises, les actionnaires principaux sont nommément connus. Il en va ainsi par exemple au sein d AFG Arbonia-Forster-Holding AG, dont l actionnaire majoritaire est Edgar Oehler avec une participation de 58,90%. Dans certains cas cependant, les participations familiales sont détenues indirectement, par le biais d une société entièrement possédée par la famille. C est par exemple le choix qu a fait la famille Decaux qui détient 30% d Affichage Holding AG par l intermédiaire de Decaux SA. Peu d entreprises familiales suisses affichent une structure pyramidale. C est pourtant le cas d Also Holding AG, détenue à 64,50% par la société Schindler Holding AG, ellemême dominée à 65,08% par les familles Schindler et Bonnard. Enfin, 68% des entreprises familiales suisses recourent à un double régime actionnarial, à l image de la société Roche Holding AG, dont les familles Oeri et Hoffmann ne détiennent certes que 9,29% du capital mais 50,01% des droits de vote. Pourcentage d entreprises familiales cotées à la Bourse suisse Au final, on compte à la Bourse suisse pas moins de 99 entreprises contrôlées par des structures familiales, soit, en octobre 2004, 37% des sociétés ayant leur siège en Suisse ou dans la principauté du Liechtenstein et inscrites à la cote officielle suisse. Vous trouverez la liste complète de ces entreprises ainsi que le nom de leurs principaux actionnaires au chapitre 6. Entreprises familiales Entreprises non-familiales 37% 63% Graphique 4 : Part des entreprises familiales sur l ensemble des sociétés cotées à la Bourse suisse L écart par rapport au pourcentage obtenu par La Porta et al. en 1999 (30%) tient au fait que l étude ne portait pas sur la même période et que ses auteurs n ont pas passé au crible toutes les entreprises cotées à la Bourse suisse. L ES ENTREPRISES FAMILIALES SUISSES ET LA B OURSE 9

12 3 Les performances des entreprises familiales à la Bourse suisse L opinion publique considère généralement les entreprises familiales comme des sociétés certes solides mais trop sclérosées. D où le sentiment partagé par bon nombre d observateurs qu en dépit d une stratégie orientée sur le long terme, elles ne sont pas en mesure de faire jeu égal avec leurs concurrentes cotées en Bourse. Un préjugé que nous nous proposons d examiner dans les chapitres qui suivent. 3.1 Les performances des entreprises familiales en regard du SPI Mesurées en regard du SFI ou Swiss Family Index, les actions des entreprises familiales cotées en Bourse ont été les leaders de l ensemble du marché boursier helvétique depuis Ainsi un investisseur qui aurait placé 100 francs dans l indice des entreprises familiales suisses début janvier 1990 serait-il aujourd hui en possession de 516 francs, alors que le même placement sur le marché général ne lui aurait rapporté sur la même période que 365 francs SPI reconstitué SFI Graphique 5 : Le Swiss Family Index (SFI ) comparé à l ensemble du marché La sélection des entreprises familiales s est opérée en fonction de la définition donnée précédemment. Les indices retenus sont des indices de performance, ce qui permet d établir une comparaison avec le SPI. L évolution du free float des différentes sociétés n a pas été prise en compte, que ce soit lors de la reconstitution du SPI ou dans les indices des entreprises familiales et des entreprises non-familiales, et ce en raison de sa quasi-constance tout au long de la période examinée. En revanche, tous les indices ont été corrigés en fonction de l arrivée de nouvelles entreprises et des changements majeurs intervenus dans le capital (émissions, rachats d actions, etc.) ayant eu pour effet de modifier sensiblement la capitalisation boursière de l entreprise (augmentation ou diminution d au moins 20% de la valeur 10 LES ENTREPRISES FAMILIALES SUISSES ET LA B OURSE

13 boursière en l espace d un jour pour les entreprises affichant une capitalisation supérieure à 1 milliard de francs). Le dépouillement des données repose sur l analyse du cours journalier de chacune des entreprises figurant dans le SPI entre le 1 er janvier 1990 et le 15 octobre Notons à ce titre que le nombre d entreprises familiales a grimpé de 60 à 99 depuis Un chiffre impressionnant qu il convient cependant de relativiser face à l augmentation du nombre d entreprises non-familiales (66 sociétés). Rappelons également que les entreprises familiales sont généralement peu enclines à s exposer aux marchés des capitaux, preuve de leur crainte de perdre tout ou partie du contrôle de la société, un risque bien présent dans ce genre d opérations. 3.2 Les performances des entreprises familiales face aux entreprises non-familiales Mesurées en regard du Swiss Family Index (SFI ), les entreprises familiales tirent bien mieux leur épingle du jeu que l ensemble du marché. Un jugement qu il convient toutefois d affiner dans la mesure où ces entreprises font aussi partie intégrante de ce marché. Raison pour laquelle il nous semble plus judicieux de comparer les entreprises familiales d un côté et les entreprises non-familiales de l autre Swiss Family Index (SFI ) Swiss Nonfamily Index (NSFI ) Graphique 6 : Comparaison entre le Swiss Family Index (SFI ) et le Swiss Nonfamily Index (NSFI ) L ES ENTREPRISES FAMILIALES SUISSES ET LA B OURSE 11

14 L ES PERFORMANCES DES ENTREPRISES FAMILIALES À LA B OURSE SUISSE Conformément aux attentes, les entreprises familiales se placent là encore nettement en tête puisque l écart se creuse à près de 214 points et qu à aucun moment la courbe des entreprises familiales ne passe au-dessous de celles des entreprises non-familiales. 3.3 Evolution des entreprises familiales dans des contextes boursiers hétérogènes Au rang des spécificités des entreprises familiales figurent la politique de l entreprise inscrite dans le long terme et la plus grande stabilité des bénéfices réalisés comparé aux entreprises non-familiales (Zellweger, 2004a). Une réussite financière qui s avère cependant en parfaite contradiction avec l évolution de leurs actions, comme l illustrent les graphiques suivants. Car s ils ont particulièrement le vent en poupe en période d essor boursier, les titres des entreprises familiales accusent des pertes au moins aussi conséquentes que leurs homologues lors des phases de repli. Une hypothèse de travail qui s est vérifiée durant six périodes différentes, trois d euphorie et trois de repli. Le premier exemple (graphique 7) compare l évolution des cours durant la période de forte euphorie qui a marqué l aube des années nonante y = x R 2 = y = x R 2 = Entreprises familiales (SFI ) Représentation linéaire (entreprises familiales [SFI ]) Entreprises non-familiales (NSFI) Représentation linéaire (entreprises non-familiales [NSFI ]) Graphique 7 : Le Swiss Family Index (SFI ) dans un environnement boursier porteur 12 LES ENTREPRISES FAMILIALES SUISSES ET LA B OURSE

15 Témoin (au graphique 7), la période allant de mai 1990 à fin 1993 où, dopées par le climat euphorique des marchés boursiers, les actions des entreprises familiales se sont envolées, affichant des cours supérieurs à la moyenne y = x R 2 = y = x R 2 = Entreprises familiales (SFI ) Représentation linéaire (entreprises familiales [SFI ]) Entreprises non-familiales (NSFI) Représentation linéaire (entreprises non-familiales [NSFI ]) Graphique 8 : Le Swiss Family Index (SFI ) en phase de repli La phase de repli est illustrée, au graphique 8, par la période allant de mai 2001 à février 2003 où les entreprises familiales ont vu les cours de leurs actions évoluer comme ceux des titres des entreprises non-familiales. En résumé, les entreprises familiales se détachent largement du lot en période d essor boursier mais accusent tout autant le coup en phase de repli. L orientation à long terme et surtout la stabilité supérieure à la moyenne des bénéfices qu elles engrangent ne se reflètent donc pas dans la tenue des cours de leurs actions. Au contraire même, puisque ces derniers connaissent des marges de fluctuation bien plus fortes que les titres des entreprises nonfamiliales. En d autres termes, bien qu elles offrent des rendements supérieurs et à plus long terme, les actions des entreprises familiales sont tout aussi sévèrement pénalisées par les marchés que les autres en période de repli. On comprend dès lors que ces sociétés soient peu enclines à s exposer aux marchés des capitaux et à faire de la hausse de leurs actions un impératif. D autant que la volatilité incroyablement élevée de ces marchés est précisément en contradiction avec leur orientation à long terme et la stabilité de leurs bénéfices. L ES ENTREPRISES FAMILIALES SUISSES ET LA B OURSE 13

16 L ES PERFORMANCES DES ENTREPRISES FAMILIALES À LA B OURSE SUISSE 3.4 Les clés de la réussite des entreprises familiales en Bourse Ce constat ne peut que nous interpeller sur les paramètres qui sous-tendent la réussite des entreprises familiales à la Bourse suisse. D abord parce que l engagement financier mais aussi l identification personnelle de ces familles avec leur entreprise sont à ce point forts que leurs membres n entrevoient guère d activité possible en dehors du giron entrepreneurial familial. Ensuite parce que pas moins de 69% du patrimoine familial est investi en moyenne dans l entreprise (Forbes, 2002), un pourcentage élevé qui limite considérablement le potentiel de diversification des risques. Une dimension que l orientation stratégique à long terme doit intégrer lors du choix des investissements afin de ne pas mettre en danger ce patrimoine. De fait, l engagement à long terme des capitaux de la famille dans l entreprise influe considérablement sur la gestion des risques de placement. En misant sur le long terme, autrement dit sur une ou plusieurs générations, les entreprises familiales ne cherchent ni à rentabiliser au maximum chacun de leurs investissements, ni à les renouveler à intervalles réguliers (cinq ans ou moins) comme c est traditionnellement le cas des entreprises dirigées par des gérants. Du fait de la longue période de détention, le risque moyen annuel décroît proportionnellement plus vite que le temps qui passe. La preuve par l exemple : Une entreprise dirigée par un gérant a un horizon de placement d environ cinq ans, ce qui correspond au nombre d années qu un gérant passe en général à la tête d une grande entreprise. Ce gérant tente de recueillir au cours de ces cinq ans les fruits de son investissement. Si ce placement comporte un risque (mesuré à un écart-type) de 10, le risque moyen annuel est de 4,47 (= 10 * 5 / 5). S il s engage sur 25 ans, soit l équivalent d une génération, le risque moyen annuel ne sera plus que de 2 (= 10 * 25 / 25) Délai de détention de 5 ans Délai de détention de 25 ans Graphique 9 : Evaluation du risque moyen annuel d un placement en fonction de sa durée de détention Contre-poids de l augmentation de la durée de détention, la diminution du risque moyen annuel influe à son tour sur le coût du capital. Car si le risque annuel diminue, il est logique que la rémunération du capital investi soit elle aussi plus faible. Autrement dit, les entre- 14 LES ENTREPRISES FAMILIALES SUISSES ET LA B OURSE

17 prises familiales ont les reins suffisamment solides pour supporter des risques plus élevés et effectuer certains types d investissements inaccessibles aux entreprises dépendantes d investisseurs financiers anonymes. Une caractéristique que l on retrouve au niveau des branches dans lesquelles les entreprises familiales réussissent tout particulièrement, comme celles des matières premières (Famille Schmidheiny avec Holcim) ou de l immobilier (Famille Bosch avec la Züblin Immobilien Holding). Autres gages de réussite, les secteurs où stratégie à long terme et stabilité procurent des avantages à la clientèle : c est le cas des services bancaires offerts par les familles Bär, Rothschild et Sarasin. Ces familles connaissent aussi un franc succès dans les branches où le client attache beaucoup de valeur à l identification des membres de la famille avec leur entreprise, comme le commerce de détail (Famille Loeb), l hôtellerie (le Beau Rivage Palace SA à Lausanne contrôlé par la Fondation de la famille Sandoz / Landolt), ou les produits de luxe cycliques, que ce soit au plan national (la Compagnie Financière Richemont SA dirigée par la Famille Rupert) ou international (Swarovski, Versace ou encore la famille Rothschild avec la production de vin). 3.5 Les entreprises familiales, une catégorie de placement spécifique Outre qu elles cristallisent l évolution et les performances toutes particulières des entreprises familiales sur les marchés financiers, ces caractéristiques sont autant d atouts susceptibles d être exploités tant par les investisseurs que par les familles et leurs entreprises lorsqu elles effectuent des transactions sur les marchés des capitaux. La présente enquête ne saurait néanmoins conclure, bien que certains éléments aillent dans ce sens, que les entreprises familiales constituent une catégorie de placement à part dans les sociétés cotées en Bourse. Il faudrait en effet mesurer leurs performances à l aune des variables auxquelles recourent les sociétés financières et pouvoir, par exemple, calculer le bêta de la catégorie de classement concernée afin de déterminer à quel point le portefeuille de telle ou telle entreprise familiale est sensible aux fluctuations du marché boursier. L ES ENTREPRISES FAMILIALES SUISSES ET LA B OURSE 15

Le secteur bancaire suisse: une histoire à succès, mais aussi à risque

Le secteur bancaire suisse: une histoire à succès, mais aussi à risque Le secteur bancaire suisse: une histoire à succès, mais aussi à risque Le secteur bancaire génère presque 1% du produit intérieur brut (PIB) de la Suisse; il représente ainsi une branche essentielle de

Plus en détail

Rentabilité et règles du jeu des entreprises familiales

Rentabilité et règles du jeu des entreprises familiales Rentabilité et règles du jeu des entreprises familiales Table des matières Editorial 1 Introduction 1.1 Collecte des données et définitions 1.2 Structure de l étude et questions de recherche 2 Théorie

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES 7 QUILVEST WEALTH MANAGEMENT 9 LE GROUPE QUILVEST WEALTH MANAGEMENT 13 LES VALEURS 19 LES SERVICES 23 LE GROUPE QUILVEST

TABLE DES MATIÈRES 7 QUILVEST WEALTH MANAGEMENT 9 LE GROUPE QUILVEST WEALTH MANAGEMENT 13 LES VALEURS 19 LES SERVICES 23 LE GROUPE QUILVEST 1 2 TABLE DES MATIÈRES 7 QUILVEST WEALTH MANAGEMENT 9 LE GROUPE QUILVEST WEALTH MANAGEMENT 13 LES VALEURS 19 LES SERVICES 23 LE GROUPE QUILVEST 6 Quilvest Wealth Management QUILVEST WEALTH MANAGEMENT

Plus en détail

Actifs des fonds de pension et des fonds de réserve publics

Actifs des fonds de pension et des fonds de réserve publics Extrait de : Panorama des pensions 2013 Les indicateurs de l'ocde et du G20 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/pension_glance-2013-fr Actifs des fonds de pension et des fonds de réserve

Plus en détail

Les performances passées ne préjugent pas des performances futures.

Les performances passées ne préjugent pas des performances futures. M&G : expert en gestion d actifs depuis 1931 360 Mds M&G gère aujourd hui plus de 360 milliards d euros (au 30.06.15) au sein de diverses classes d actifs : actions, obligations, immobilier et liquidités,

Plus en détail

La communauté d achat pour les caisses de pension

La communauté d achat pour les caisses de pension La communauté d achat pour les caisses de pension Des risques maîtrisés Avadis est le principal prestataire de services complets pour les caisses de pension suisses. La gestion de fortune parfaitement

Plus en détail

Fonds de placement Le modèle adapté à chaque type d investisseur.

Fonds de placement Le modèle adapté à chaque type d investisseur. Fonds de placement Le modèle adapté à chaque type d investisseur. Bienvenue. Des arguments qui comptent Les points forts des fonds de placement du Credit Suisse. De nets avantages Les fonds de placement:

Plus en détail

LA RÉDUCTION DU TEMPS DE TRAVAIL : UNE COMPARAISON DE LA POLITIQUE DES «35 HEURES» AVEC LES POLITIQUES D AUTRES PAYS MEMBRES DE L OCDE

LA RÉDUCTION DU TEMPS DE TRAVAIL : UNE COMPARAISON DE LA POLITIQUE DES «35 HEURES» AVEC LES POLITIQUES D AUTRES PAYS MEMBRES DE L OCDE LA RÉDUCTION DU TEMPS DE TRAVAIL : UNE COMPARAISON DE LA POLITIQUE DES «35 HEURES» AVEC LES POLITIQUES D AUTRES PAYS MEMBRES DE L OCDE par John P. Martin, Martine Durand et Anne Saint-Martin* Audition

Plus en détail

Wealth & Tax Planning Private Insurance

Wealth & Tax Planning Private Insurance Wealth & Tax Planning Private Insurance Parties dans une Private Insurance Structure simplifiée Mandant = Preneur d assurance Contrat d assurance Transfert des actifs Police d assurance Compagnie d assurance

Plus en détail

Conseil en stratégie pour investisseurs institutionnels Un conseil compétent pour des questions délicates

Conseil en stratégie pour investisseurs institutionnels Un conseil compétent pour des questions délicates Investisseurs institutionnels Conseil en pour investisseurs institutionnels Un conseil compétent pour des questions délicates Règlement de placement En tant que principal instrument de gestion, le règlement

Plus en détail

Gérer votre patrimoine.

Gérer votre patrimoine. Gérer votre patrimoine. Planifier votre avenir. Nous vivons dans un monde en constante évolution. 2 Introduction Introduction 3 Gérer votre patrimoine dans un monde en constante évolution. Nous vivons

Plus en détail

Compte d exploitation 2013. Prévoyance professionnelle Swiss Life Suisse

Compte d exploitation 2013. Prévoyance professionnelle Swiss Life Suisse Compte d exploitation 2013 Prévoyance professionnelle Swiss Life Suisse Editorial Chère lectrice, cher lecteur, En 2013, Swiss Life a une nouvelle fois fait la preuve éclatante de sa stabilité financière,

Plus en détail

Étude EcoVadis - Médiation Inter-Entreprises COMPARATIF DE LA PERFORMANCE RSE DES ENTREPRISES FRANCAISES AVEC CELLE DES PAYS DE L OCDE ET DES BRICS

Étude EcoVadis - Médiation Inter-Entreprises COMPARATIF DE LA PERFORMANCE RSE DES ENTREPRISES FRANCAISES AVEC CELLE DES PAYS DE L OCDE ET DES BRICS Étude EcoVadis - Médiation Inter-Entreprises COMPARATIF DE LA PERFORMANCE RSE DES ENTREPRISES FRANCAISES AVEC CELLE DES PAYS DE L OCDE ET DES BRICS 23 mars 2015 Synthèse Avec plus de 12.000 évaluations

Plus en détail

Wealth & Tax Planning Private Company

Wealth & Tax Planning Private Company Wealth & Tax Planning Private Company Parties dans une Private Company Structure simplifiée Mandant = Actionnaire Procure des recommandations Conseil d administration Les actions peuvent être détenues

Plus en détail

Âge effectif de sortie du marché du travail

Âge effectif de sortie du marché du travail Extrait de : Panorama des pensions 2013 Les indicateurs de l'ocde et du G20 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/pension_glance-2013-fr Âge effectif de sortie du marché du travail Merci

Plus en détail

Aperçu des prix des opérations de placement. Édition de janvier 2015

Aperçu des prix des opérations de placement. Édition de janvier 2015 Aperçu des prix des opérations de placement Édition de janvier 2015 2 Aperçu des prix des opérations de placement Remarques générales Remarques générales Votre conseiller/conseillère à la clientèle vous

Plus en détail

à la Consommation dans le monde à fin 2012

à la Consommation dans le monde à fin 2012 Le Crédit à la Consommation dans le monde à fin 2012 Introduction Pour la 5 ème année consécutive, le Panorama du Crédit Conso de Crédit Agricole Consumer Finance publie son étude annuelle sur l état du

Plus en détail

Click to edit Master title style

Click to edit Master title style Le Service des délégués commerciaux MAECI: Orientation et rôle Investissement étranger direct (IED) Anderson Blanc Délégué commercial Click to edit Master title style Investissement & Innovation Coordonnateur

Plus en détail

Quel est le temps de travail des enseignants?

Quel est le temps de travail des enseignants? Quel est le temps de travail des enseignants? Dans les établissements publics, les enseignants donnent, en moyenne et par an, 779 heures de cours dans l enseignement primaire, 701 heures de cours dans

Plus en détail

Bref portrait. LGT Bank (Suisse) SA

Bref portrait. LGT Bank (Suisse) SA Bref portrait LGT Bank (Suisse) SA S.A.S. le Prince Max von und zu Liechtenstein (à gauche) et Heinrich Henckel (à droite) Votre partenaire pour des générations Chère cliente, cher client, Au cours de

Plus en détail

Info Finance. et Prévoyance. En 2013 aussi, les clients profitent d une rémunération globale attractive!

Info Finance. et Prévoyance. En 2013 aussi, les clients profitent d une rémunération globale attractive! Allianz Suisse Case postale 8010 Zurich www.allianz-suisse.ch Info Finance 01 YDPPR267F et Prévoyance Édition 01, mars 2013 EXCÉDENTS LPP En 2013 aussi, les clients profitent d une rémunération globale

Plus en détail

DES SOCIÉTÉS FERMÉES DANS L UNION EUROPÉENNE...

DES SOCIÉTÉS FERMÉES DANS L UNION EUROPÉENNE... DES SOCIÉTÉS FERMÉES DANS L UNION EUROPÉENNE... DROIT ET PRATIQUE DE LA SOCIÉTÉ FERMÉE DANS L UNION EUROPÉENNE : DIVERSITÉ ET CONVERGENCES Exposé introductif * M. Jean-Jacques DAIGRE, Professeur à l Université

Plus en détail

ACTIONS ET OBLIGATIONS Les placements financiers en quelques mots

ACTIONS ET OBLIGATIONS Les placements financiers en quelques mots Aperçu des actions et des obligations Qu est-ce qu une action? Une action est une participation dans une entreprise. Quiconque détient une action est copropriétaire (actionnaire) de l entreprise (plus

Plus en détail

Gérer les excédents de trésorerie Épargnes et placements

Gérer les excédents de trésorerie Épargnes et placements Gérer les excédents de trésorerie Épargnes et placements SÉRIE PARTENAIRES EN AFFAIRES Établir un plan Mettre votre plan à exécution Penser à long terme SÉRIE PARTENAIRES EN AFFAIRES Votre argent doit

Plus en détail

La révision des indices du cours du franc suisse, nominaux et réels, pondérés par les exportations

La révision des indices du cours du franc suisse, nominaux et réels, pondérés par les exportations La révision des indices du cours du franc suisse, nominaux et réels, pondérés par les exportations par Robert Fluri et Robert Müller, Direction de la statistique, Banque nationale suisse, Zurich BNS 42

Plus en détail

Les avantages d une gestion de portefeuille cœur-satellite

Les avantages d une gestion de portefeuille cœur-satellite Les avantages d une gestion de portefeuille cœur-satellite Table des matières 1 Cœur-satellite : une méthode de placement efficace 3 Avantages d une gestion indicielle pour le cœur du portefeuille 6 La

Plus en détail

Mesdames et messieurs, chers actionnaires,

Mesdames et messieurs, chers actionnaires, Allocution de monsieur Réal Raymond président et chef de la direction de la Banque Nationale du Canada Fairmont Le Reine Elizabeth Montréal, le 8 mars 2006 Mesdames et messieurs, chers actionnaires, Permettez-moi

Plus en détail

AS Equities Opportunity Switzerland (CHF)

AS Equities Opportunity Switzerland (CHF) AS Investment Management (CHF) Rapport annuel 2011 Philosophie d investissement AS Equities - Opportunity Switzerland est un fonds long-short en actions suisses, avec une faible corrélation au marché suisse.

Plus en détail

Fonds d investissement Tangerine

Fonds d investissement Tangerine Fonds d investissement Tangerine Prospectus simplifié Portefeuille Tangerine revenu équilibré Portefeuille Tangerine équilibré Portefeuille Tangerine croissance équilibrée Portefeuille Tangerine croissance

Plus en détail

Découvrez TD Waterhouse. Placements et gestion de patrimoine pour chaque période de votre vie

Découvrez TD Waterhouse. Placements et gestion de patrimoine pour chaque période de votre vie Découvrez TD Waterhouse Placements et gestion de patrimoine pour chaque période de votre vie Bienvenue à TD Waterhouse Tout le personnel de TD Waterhouse* s engage à vous aider à atteindre vos objectifs

Plus en détail

Petit aperçu de l ASIP: les services aux actionnaires existant en Suisse

Petit aperçu de l ASIP: les services aux actionnaires existant en Suisse Corporate Governance Agence Suisse (CGAS) En bref: la CGAS, qui est opérationnelle depuis janvier 2006, propose des prestations dans le domaine des recommandations de vote, l exercice des droits de vote

Plus en détail

Directives de placement de. Tellco Fondation de placement. valable au 09.03.2015. Tellco Fondation de placement

Directives de placement de. Tellco Fondation de placement. valable au 09.03.2015. Tellco Fondation de placement Directives de placement de Tellco Fondation de placement valable au 09.03.2015 Tellco Fondation de placement Bahnhofstrasse 4 Postfach 713 CH-6431 Schwyz t + 41 41 819 70 30 f + 41 41 819 70 35 tellco.ch

Plus en détail

GREAT-WEST LIFECO 100 % 100 % 100 % 100 % 100 % 100 % [2]

GREAT-WEST LIFECO 100 % 100 % 100 % 100 % 100 % 100 % [2] GREAT-WEST LIFECO Great-West Lifeco Inc. est une société de portefeuille internationale spécialisée dans les services financiers ayant des participations dans l assurance-vie, l assurance-maladie, les

Plus en détail

Zurich Invest SA. Le placement de vos valeurs patrimoniales est une activité exigeante et délicate. Confiez-la à des professionnels.

Zurich Invest SA. Le placement de vos valeurs patrimoniales est une activité exigeante et délicate. Confiez-la à des professionnels. Zurich Invest SA Le placement de vos valeurs patrimoniales est une activité exigeante et délicate. Confiez-la à des professionnels. Zurich Invest SA à l écoute des investisseurs. Zurich Invest SA, filiale

Plus en détail

Coffre-fort de données : comment la Suisse peut rester un site d excellence pour les datacenter dossierpolitique

Coffre-fort de données : comment la Suisse peut rester un site d excellence pour les datacenter dossierpolitique Schweizerischer Verband der Telekommunikation Association Suisse des Télécommunications Swiss Telecommunications Association Coffre-fort de données : comment la Suisse peut rester un site d excellence

Plus en détail

LES SOCIETES DE GESTION DE PATRIMOINE FAMILIAL

LES SOCIETES DE GESTION DE PATRIMOINE FAMILIAL LES SOCIETES DE GESTION DE PATRIMOINE FAMILIAL (SPF) www.bdo.lu 2 Les Sociétés de Gestion de Patrimoine Familial (SPF) TABLE DES MATIERES AVANT-PROPOS 3 1. INTRODUCTION 4 2. ACTIVITES D UNE SPF 2.1 Activités

Plus en détail

S E R V I C E D E G E S T I O N P R I V É E

S E R V I C E D E G E S T I O N P R I V É E S E R V I C E D E G E S T I O N P R I V É E 2 QUAND LA GESTION DE PORTEFEUILLE SE DÉMOCRATISE 3 Le debut des activités, en 2011, de la Société de gestion privée des Fonds FMOQ inc. marque une nouvelle

Plus en détail

Stratégie de transfert du patrimoine de l entreprise

Stratégie de transfert du patrimoine de l entreprise Série Monarque de la Transamerica Guide du client Stratégie de transfert du patrimoine Série Monarque La logique à l appui de la solution Série Monarch Monarque Series La logique à l appui de la solution

Plus en détail

FINANCEMENTS IMMOBILIERS

FINANCEMENTS IMMOBILIERS BANQUE JULIUS BAER & CIE SA Bahnhofstrasse 36 Case postale 8010 Zurich Suisse Téléphone +41 (0) 58 888 1111 Téléfax +41 (0) 58 888 1122 www.juliusbaer.com Le Groupe Julius Baer est présent sur plus de

Plus en détail

REGARDS SUR L ÉDUCATION 2013 : POINTS SAILLANTS POUR LE CANADA

REGARDS SUR L ÉDUCATION 2013 : POINTS SAILLANTS POUR LE CANADA REGARDS SUR L ÉDUCATION 2013 : POINTS SAILLANTS POUR LE CANADA Regards sur l éducation est un rapport annuel publié par l Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) et portant sur

Plus en détail

HSBC Global Asset Management (France) Politique de vote - Mars 2015

HSBC Global Asset Management (France) Politique de vote - Mars 2015 HSBC Global Asset Management (France) Politique de vote - Mars 2015 Ce document présente les conditions dans lesquelles la société de gestion HSBC Global Asset Management (France) entend exercer les droits

Plus en détail

LES STRATEGIES DE REEQUILIBRAGE OU DE LAISSER-FAIRE

LES STRATEGIES DE REEQUILIBRAGE OU DE LAISSER-FAIRE LES STRATEGIES DE REEQUILIBRAGE OU DE LAISSER-FAIRE Dr. Jean Benetti, Dr. Andreas Reichlin 13 FEVRIER 2002 La gestion du risque au niveau stratégique dans les caisses de pension Introduction Plusieurs

Plus en détail

Fonds Private Label. L essence de notre metier

Fonds Private Label. L essence de notre metier Fonds Private Label L essence de notre metier CONTENU 5 VOTRE PARTENAIRE POUR VOS SOLUTIONS PRIVATE LABELLING DEPUIS 20 ANS 7 CREEZ VOTRE PROPRE FONDS 9 LE SUCCES GRGRACE AU MELANGE ADEQUAT 11 CONSEIL

Plus en détail

Lignes directrices pour les investisseurs institutionnels en vue de l exercice des droits sociaux dans les sociétés anonymes

Lignes directrices pour les investisseurs institutionnels en vue de l exercice des droits sociaux dans les sociétés anonymes Éditeurs ASIP, Association suisse des Institutions de prévoyance Fonds de compensation AVS/AI/APG economiesuisse, Fédération des entreprises suisses Ethos Fondation suisse pour un développement durable

Plus en détail

Boostez votre investissement dans la bourse suisse!

Boostez votre investissement dans la bourse suisse! ING (A+/Aa3) À QUOI VOUS ATTENDRE? P. 2 ING - est un titre de dette structuré. Le produit est émis par ING Bank N.V. et vous permet de miser sur l évolution du SMI (Swiss Market Index), l indice boursier

Plus en détail

expertises management packages conseil patrimonial et family office entreprises familiales immobilier

expertises management packages conseil patrimonial et family office entreprises familiales immobilier expertises management packages conseil patrimonial et family office entreprises familiales immobilier + Management Packages Qu ils soient négociés à l occasion d un changement de contrôle ou, dans les

Plus en détail

Floored Floater sur le taux d intérêt LIBOR CHF à trois mois avec emprunt de référence «General Electric Capital Corporation»

Floored Floater sur le taux d intérêt LIBOR CHF à trois mois avec emprunt de référence «General Electric Capital Corporation» sur le taux d intérêt LIBOR CHF à trois mois avec emprunt de référence «General Electric Capital Corporation» Dans l environnement actuel caractérisé par des taux bas, les placements obligataires traditionnels

Plus en détail

DÉCLARATION DE SEOUL SUR LE FUTUR DE L'ÉCONOMIE INTERNET. 18 juin 2008. Session ministérielle

DÉCLARATION DE SEOUL SUR LE FUTUR DE L'ÉCONOMIE INTERNET. 18 juin 2008. Session ministérielle DÉCLARATION DE SEOUL SUR LE FUTUR DE L'ÉCONOMIE INTERNET 18 juin 2008 Session ministérielle OCDE 2008 DÉCLARATION DE SEOUL SUR LE FUTUR DE L'ÉCONOMIE INTERNET 5 DÉCLARATION DE SEOUL SUR LE FUTUR DE L'ÉCONOMIE

Plus en détail

Décembre 2013 Directives concernant le mandat de gestion de fortune

Décembre 2013 Directives concernant le mandat de gestion de fortune Décembre 2013 Directives concernant le mandat de gestion de fortune Préambule 1. Les présentes Directives ont été adoptées par le Conseil d administration de l Association suisse des banquiers dans le

Plus en détail

TROISIEME REUNION DU FORUM SUR L ADMINISTRATION FISCALE DE L OCDE

TROISIEME REUNION DU FORUM SUR L ADMINISTRATION FISCALE DE L OCDE ORGANISATION FOR ECONOMIC CO-OPERATION AND DEVELOPMENT TROISIEME REUNION DU FORUM SUR L ADMINISTRATION FISCALE DE L OCDE 14-15 septembre 2006 Séoul, Corée Déclaration de Séoul (version définitive) CENTRE

Plus en détail

Document à caractère publicitaire

Document à caractère publicitaire Ce titre de créance complexe émis par Natixis (Standard & Poor s : A / Moody s : A2 / Fitch : A), dont l investisseur supportera le risque de crédit, est une alternative à un placement risqué en actions

Plus en détail

Intraday Pricing Service. Votre traitement instantané quand vous le souhaitez.

Intraday Pricing Service. Votre traitement instantané quand vous le souhaitez. Intraday Pricing Service Votre traitement instantané quand vous le souhaitez. Intraday Pricing Service associe une base de données sur les instruments financiers d envergure internationale à un système

Plus en détail

Baer Online e-banking Des opérations bancaires simplifiées

Baer Online e-banking Des opérations bancaires simplifiées Baer Online e-banking Des opérations bancaires simplifiées Effectuez vos opérations bancaires à domicile Indépendance, rapidité et sécurité Bienvenue sur Baer Online e-banking! Flexible et sûr, ce service

Plus en détail

master Principes de Finance d Entreprise Corporate Finance Création de valeur Philippe Thomas Collection BANQUE FINANCE ASSURANCE

master Principes de Finance d Entreprise Corporate Finance Création de valeur Philippe Thomas Collection BANQUE FINANCE ASSURANCE Collection master BANQUE FINANCE ASSURANCE Principes de Finance d Entreprise Corporate Finance Création de valeur Philippe Thomas Table des matières Introduction... 9 Chapitre 1 L entreprise : l investissement

Plus en détail

Enquête APM sur le Gouvernement d entreprise dans les PME-PMI : quelques résultats et commentaires

Enquête APM sur le Gouvernement d entreprise dans les PME-PMI : quelques résultats et commentaires Enquête APM sur le Gouvernement d entreprise dans les PME-PMI : quelques résultats et commentaires Pierre-Yves GOMEZ Professeur EMLYON Directeur de l Institut Français de Gouvernement des Entreprises (IFGE)

Plus en détail

2010 Directives concernant le mandat de gestion de fortune

2010 Directives concernant le mandat de gestion de fortune 2010 Directives concernant le mandat de gestion de fortune Les présentes Directives ont été adoptées par le Conseil d administration de l Association suisse des banquiers dans le but de promouvoir et de

Plus en détail

Transamerica Vie Canada. Principes fondamentaux en matière de placement pour votre régime vie universelle

Transamerica Vie Canada. Principes fondamentaux en matière de placement pour votre régime vie universelle Transamerica Vie Canada Principes fondamentaux en matière de placement pour votre régime vie universelle MD L assurance vie est un outil très efficace pour protéger votre famille et vos options de placement

Plus en détail

La gamme de produits de SIX Financial Information. Pour répondre à tous vos besoins.

La gamme de produits de SIX Financial Information. Pour répondre à tous vos besoins. La gamme de produits de SIX Financial Information Pour répondre à tous vos besoins. Depuis plus de 80 ans, SIX Financial Information collecte, traite et distribue des informations financières internationales.

Plus en détail

Le nombre de faillites au premier semestre 2009 atteint, avec 2455 faillites, un nouveau record depuis plus de 10 ans

Le nombre de faillites au premier semestre 2009 atteint, avec 2455 faillites, un nouveau record depuis plus de 10 ans Faillites et créations d entreprise Chiffres de janvier à juin comparés à l année précédente 1 er semestre Editeur: Dun & Bradstreet (Schweiz) AG Grossmattstrasse 9 8902 Urdorf Téléphone 044 735 61 11

Plus en détail

Tirez le meilleur profit de votre argent. Solutions de placement

Tirez le meilleur profit de votre argent. Solutions de placement Tirez le meilleur profit de votre argent Solutions de placement 2 TIREZ LE MEILLEUR PROFIT DE VOTRE ARGENT Sommaire 3 Bienvenue chez Valiant 4 Solutions de placement Valiant 9 Gestion de fortune 14 Conseil

Plus en détail

Tarif des principales opérations sur titres

Tarif des principales opérations sur titres Tarif des principales opérations sur titres 01 janvier 2015 Ordres Euronext... 2 Bourse étrangère... 3 Euro-obligations... 4 Fonds de placement KBC (1)... 4 Produits d investissement KBC émis par KBC AM...

Plus en détail

AUGMENTATION DE CAPITAL 2014 RESERVEE AUX ADHERENTS DU PLAN D EPARGNE DU GROUPE SAINT-GOBAIN

AUGMENTATION DE CAPITAL 2014 RESERVEE AUX ADHERENTS DU PLAN D EPARGNE DU GROUPE SAINT-GOBAIN Compagnie de Saint-Gobain Les Miroirs 18, avenue d'alsace (92400) Courbevoie France S.A. au capital de 2 220 707 160 542 039 532 R.C.S. Nanterre Le 21 mars 2014 Communiqué AUGMENTATION DE CAPITAL 2014

Plus en détail

Les entreprises familiales face au risque financier et aux investissements

Les entreprises familiales face au risque financier et aux investissements Les entreprises familiales face au risque financier et aux investissements Impressum Editeur Ernst & Young SA Peter Bühler, Partner Responsable Entrepreneur Markets Bleicherweg 21 Case postale, 8022 Zurich

Plus en détail

Gérants. de fortune. indépendants. SG Private Banking (Suisse) S.A.

Gérants. de fortune. indépendants. SG Private Banking (Suisse) S.A. SG Private Banking (Suisse) S.A. Gérants de fortune indépendants 2 SG Private Banking (Suisse) S.A. Équilibre Une équipe dédiée au sein de SGPB Suisse Au service des Gérants de Fortune Indépendants depuis

Plus en détail

Des caisses diversifiées et gérées professionnellement. Les Caisses privées

Des caisses diversifiées et gérées professionnellement. Les Caisses privées Des caisses diversifiées et gérées professionnellement Les Caisses privées 3 La simplicité rendue accessible 4 Qu est-ce qu une Caisse privée? 6 La diversification, ou comment réduire votre risque 8 Une

Plus en détail

SOMMAIRE. AVRIL 2013 TECHNOLOGIE ÉTUDE POINTS DE VUE BDC Recherche et intelligence de marché de BDC TABLE DES MATIÈRES

SOMMAIRE. AVRIL 2013 TECHNOLOGIE ÉTUDE POINTS DE VUE BDC Recherche et intelligence de marché de BDC TABLE DES MATIÈRES AVRIL 2013 TECHNOLOGIE ÉTUDE POINTS DE VUE BDC Recherche et intelligence de marché de BDC TABLE DES MATIÈRES Faits saillants du sondage 2 Contexte et méthode de sondage 3 Profil des répondants 3 Investissements

Plus en détail

Zugerberg Asset Management ZAM. Gestion de fortune exclusive principalement basée sur des titres individuels. ZAM Z.

Zugerberg Asset Management ZAM. Gestion de fortune exclusive principalement basée sur des titres individuels. ZAM Z. Zugerberg Asset Management ZAM. Gestion de fortune exclusive principalement basée sur des titres individuels. ZAM Z. 1 Mesdames et messieurs, Une gestion de fortune clairvoyante, réaliste et compétente

Plus en détail

Un fonds d obligations mondiales «pour tous les temps», capable de tirer son épingle du jeu dans toutes les conditions de marché

Un fonds d obligations mondiales «pour tous les temps», capable de tirer son épingle du jeu dans toutes les conditions de marché un méthode différente pour contrer la volatilité des marchés Fonds à revenu stratégique Manuvie* *Aussi offert : Catégorie de revenu stratégique Manuvie Un fonds d obligations mondiales «pour tous les

Plus en détail

LE RETRAIT DE COTE : UNE OPERATION

LE RETRAIT DE COTE : UNE OPERATION LE RETRAIT DE COTE : UNE OPERATION PERTINENTE DANS UN CONTEXTE DE MARCHE DIFFICILE Si les marchés actions semblent se reprendre en ce début d année 2012, le CAC 40 demeure en baisse de près de 9 % sur

Plus en détail

dans le cadre de son introduction en bourse

dans le cadre de son introduction en bourse C O M M U N I Q U É D E P R E S S E Elior place avec succès environ 847 millions d euros dans le cadre de son introduction en bourse Paris, le 11 juin 2014 Offre souscrite pour un montant global de 847

Plus en détail

Règlement de placement de la Fondation collective Perspectiva pour la prévoyance professionnelle. Édition janvier 2015

Règlement de placement de la Fondation collective Perspectiva pour la prévoyance professionnelle. Édition janvier 2015 Règlement de placement de la Fondation collective Perspectiva pour la prévoyance professionnelle Édition janvier 2015 2 Règlement de placement de la Fondation collective Perspectiva pour la prévoyance

Plus en détail

Floored Floater. Cette solution de produit lui offre les avantages suivants:

Floored Floater. Cette solution de produit lui offre les avantages suivants: sur le taux d intérêt LIBOR CHF à trois mois avec emprunt de référence «Sony» sur le taux d intérêt EURIBOR EUR à trois mois avec emprunt de référence «Sony» Dans l environnement actuel caractérisé par

Plus en détail

Comment mieux comprendre la communication financière?

Comment mieux comprendre la communication financière? Comment mieux comprendre la communication financière? AXA Group Solutions Web Shared Services/Digital Studio - Novembre 2012 Focus sur l Investor Day Contacts: Communication interne Groupe : comint@axa.com

Plus en détail

Présentation Asset Management. Andreas Schlatter

Présentation Asset Management. Andreas Schlatter Asset management Confidentiel Présentation Asset Management Andreas Schlatter 12 juin 2012 L Asset Management en tant qu activité Univers de placement Asset Manager en qualité d intermédiaire Investisseur

Plus en détail

FONDATION COMMUNAUTAIRE D OTTAWA POLITIQUE

FONDATION COMMUNAUTAIRE D OTTAWA POLITIQUE FONDATION COMMUNAUTAIRE D OTTAWA POLITIQUE POLITIQUE : PLACEMENT La Fondation communautaire d Ottawa (FCO) est une fondation publique établie dans le but de subventionner un vaste éventail d activités

Plus en détail

CAISSE REGIONALE DU CREDIT AGRICOLE MUTUEL D AQUITAINE

CAISSE REGIONALE DU CREDIT AGRICOLE MUTUEL D AQUITAINE CAISSE REGIONALE DU CREDIT AGRICOLE MUTUEL D AQUITAINE Eléments d appréciation du prix de rachat des CCI émis par la CRCAM d Aquitaine dans le cadre de l approbation par l'assemblée générale des sociétaires,

Plus en détail

La variation du taux de change et la compétitivité du secteur manufacturier canadien

La variation du taux de change et la compétitivité du secteur manufacturier canadien La variation du taux de change et la compétitivité du secteur manufacturier canadien Publication n o 2013-19-F Le 22 avril 2013 Mathieu Frigon Division de l économie, des ressources et des affaires internationales

Plus en détail

Cinq stratégies pour faire face aux marchés difficiles

Cinq stratégies pour faire face aux marchés difficiles Quand les marchés sont volatils, il est tout à fait normal de s inquiéter de l incidence sur votre portefeuille. Et quand vous vous inquiétez, vous voulez agir. Cinq stratégies pour faire face aux marchés

Plus en détail

Savoir conjuguer Bourse et immobilier

Savoir conjuguer Bourse et immobilier Savoir conjuguer Bourse et immobilier Questions Quel nom porte une société par actions dont l activité consiste à investir dans l immobilier les capitaux qu elle collecte? Sous quel nom désigne-t-on l

Plus en détail

RISQUE, COMPORTEMENT ET CONVICTIONS DES INVESTISSEURS RÉSUMÉ

RISQUE, COMPORTEMENT ET CONVICTIONS DES INVESTISSEURS RÉSUMÉ RISQUE, COMPORTEMENT ET CONVICTIONS DES INVESTISSEURS RÉSUMÉ Rédigé par Edwin L. Weinstein, Ph.D., C.Psych. The Brondesbury Group Résumé Le présent sondage a pour objectif premier de cerner les facteurs

Plus en détail

alpha sélection est une alternative à un placement risqué en actions et présente un risque de perte en capital, en cours de vie et à l échéance.

alpha sélection est une alternative à un placement risqué en actions et présente un risque de perte en capital, en cours de vie et à l échéance. alpha sélection alpha sélection est une alternative à un placement risqué en actions et présente un risque de perte en capital, en cours de vie et à l échéance. Instrument financier émis par Natixis (Moody

Plus en détail

BCVs / WKB (CH) FUNDS - BCVs / WKB (CH) Equity Switzerland

BCVs / WKB (CH) FUNDS - BCVs / WKB (CH) Equity Switzerland Rapport semestriel au 30 juin 2015 Table des matières Direction du fonds et organisation... 2 Politique d investissement... 3 Chiffres comptables... 4 Inventaire et transactions... 6 Notes aux états financiers.....

Plus en détail

Performance 2010. Eléments clés de l étude

Performance 2010. Eléments clés de l étude Advisory, le conseil durable Consulting / Operations Performance 2010 Eléments clés de l étude Ces entreprises qui réalisent deux fois plus de croissance. Une enquête sur les fonctions ventes et marketing.

Plus en détail

Réservé aux Professionnels de l investissement au sens de la MIF LES MEILLEURS TALENTS EN EUROPE PARVEST EQUITY EUROPE SMALL CAP

Réservé aux Professionnels de l investissement au sens de la MIF LES MEILLEURS TALENTS EN EUROPE PARVEST EQUITY EUROPE SMALL CAP Réservé aux Professionnels de l investissement au sens de la MIF LES MEILLEURS TALENTS EN EUROPE PARVEST EQUITY EUROPE SMALL CAP 5 D INVESTIR DANS RAISONS PARVEST EQUITY EUROPE SMALL CAP 1 LES PETITES

Plus en détail

Comparaison de Performance Pensionskasse der Muster AG

Comparaison de Performance Pensionskasse der Muster AG Comparaison de Performance Pensionskasse der Muster AG au 31 décembre 2013 Contenu Pages 3 Portefeuille total 9 Annexe 16 Liste des participants 17 Disclaimer 18 Comparaison de Performance au 31 décembre

Plus en détail

Solutions d assurance-vie. progresse, les affaires aussi. Protection de la vie. Stratégie Emprunt garanti de l entreprise

Solutions d assurance-vie. progresse, les affaires aussi. Protection de la vie. Stratégie Emprunt garanti de l entreprise Solutions d assurance-vie progresse, les affaires aussi Protection de la vie Stratégie Emprunt garanti de l entreprise Augmentez le flux de trésorerie de votre entreprise grâce à une police d assurance-vie

Plus en détail

LA PLACE FINANCIÈRE VAUDOISE

LA PLACE FINANCIÈRE VAUDOISE LA PLACE FINANCIÈRE VAUDOISE Présentation établie sur la base de l étude CREA Institut d économique appliquée Novembre 2007 Avoir confiance en l avenir! -Vaud région financière recouvre une importante

Plus en détail

et idées sur le marché du pétrole Diversification de styles dans les placements en revenu fixe : défis et solutions Septembre 2015

et idées sur le marché du pétrole Diversification de styles dans les placements en revenu fixe : défis et solutions Septembre 2015 Point de Analyse vue sur le marché du pétrole Septembre 2015 Diversification de styles dans les placements en revenu fixe : défis et solutions Les investisseurs en obligations ne seront pas étonnés de

Plus en détail

Comprendre le financement des placements par emprunt. Prêts placement

Comprendre le financement des placements par emprunt. Prêts placement Comprendre le financement des placements par emprunt Prêts placement Comprendre le financement des placements par emprunt Le financement des placements par emprunt consiste simplement à emprunter pour

Plus en détail

Réponse du ministère des Finances à l examen du Programme de placement de titres sur le marché de détail, de Cap Gemini Ernst & Young

Réponse du ministère des Finances à l examen du Programme de placement de titres sur le marché de détail, de Cap Gemini Ernst & Young Réponse du ministère des Finances à l examen du Programme de placement de titres sur le marché de détail, de Cap Gemini Ernst & Young Aperçu Au cours de la première moitié des années 1990, le Canada était

Plus en détail

OFFRE PUBLIQUE DE RACHAT DE SES PROPRES ACTIONS

OFFRE PUBLIQUE DE RACHAT DE SES PROPRES ACTIONS OFFRE PUBLIQUE DE RACHAT DE SES PROPRES ACTIONS présentée par BNP Paribas Crédit Agricole Corporate and Investment Bank HSBC France Rothschild & Cie Banque Société Générale Termes de l Offre : 30 euros

Plus en détail

G&R Europe Distribution 5

G&R Europe Distribution 5 G&R Europe Distribution 5 Instrument financier émis par Natixis, véhicule d émission de droit français, détenu et garanti par Natixis (Moody s : A2 ; Standard & Poor s : A au 6 mai 2014) dont l investisseur

Plus en détail

L investissement en fonction du passif : qu en est-il de son usage à travers le monde?

L investissement en fonction du passif : qu en est-il de son usage à travers le monde? GROUPE DE RECHERCHE SUR LES PRATIQUES DE GESTION DES RÉGIMES DE RETRAITE L investissement en fonction du passif : qu en est-il de son usage à travers le monde? SOMMAIRE Le Groupe de recherche sur les pratiques

Plus en détail

JCDecaux annonce le dépôt d une offre publique dans le cadre de son programme de rachat d actions

JCDecaux annonce le dépôt d une offre publique dans le cadre de son programme de rachat d actions JCDecaux annonce le dépôt d une offre publique dans le cadre de son programme de rachat d actions Paris, le 27 mai 2015 JCDecaux SA (Euronext Paris : DEC), numéro un mondial de la communication extérieure,

Plus en détail

La publication, au second

La publication, au second Les entreprises industrielles françaises de plus en plus impliquées dans les NTIC Malgré l adoption accélérée des différents outils des nouvelles technologies de l information et de la communication (NTIC)

Plus en détail

COMMUNIQUE RELATIF AU DEPOT D UN PROJET DE NOTE EN REPONSE A L OFFRE PUBLIQUE D ACHAT SIMPLIFIEE VISANT LES ACTIONS DE LA SOCIÉTÉ

COMMUNIQUE RELATIF AU DEPOT D UN PROJET DE NOTE EN REPONSE A L OFFRE PUBLIQUE D ACHAT SIMPLIFIEE VISANT LES ACTIONS DE LA SOCIÉTÉ COMMUNIQUE RELATIF AU DEPOT D UN PROJET DE NOTE EN REPONSE A L OFFRE PUBLIQUE D ACHAT SIMPLIFIEE VISANT LES ACTIONS DE LA SOCIÉTÉ INITIÉE PAR LA SOCIÉTÉ EREN agissant de concert avec les personnes dénommées

Plus en détail

Be selective. Swiss Invest. En Suisse, votre capital évolue comme vous le souhaitez.

Be selective. Swiss Invest. En Suisse, votre capital évolue comme vous le souhaitez. Be selective. Swiss Invest En Suisse, votre capital évolue comme vous le souhaitez. Bienvenue en Suisse Depuis des décennies, la Suisse offre la stabilité et la sécurité auxquelles on aspire pour des

Plus en détail

Le creusement des inégalités touche plus particulièrement les jeunes et les pauvres

Le creusement des inégalités touche plus particulièrement les jeunes et les pauvres LE POINT SUR LES INÉGALITÉS DE REVENU Le creusement des inégalités touche plus particulièrement les jeunes et les pauvres Résultats issus de la Base de données de l OCDE sur la distribution des revenus

Plus en détail

FAITS ESSENTIELS. L intensité du savoir croissante des économies de la zone

FAITS ESSENTIELS. L intensité du savoir croissante des économies de la zone FAITS ESSENTIELS La présente édition du Tableau de bord de la science, de la technologie et de l industrie indique que l intensité du savoir des économies de la zone OCDE a poursuivi sa progression ces

Plus en détail

TREETOP ASSET MANAGEMENT S.A. - INFORMATIONS RÉGLEMENTAIRES LA SOCIÉTÉ TREETOP ASSET MANAGEMENT S.A. FORME JURIDIQUE

TREETOP ASSET MANAGEMENT S.A. - INFORMATIONS RÉGLEMENTAIRES LA SOCIÉTÉ TREETOP ASSET MANAGEMENT S.A. FORME JURIDIQUE TREETOP ASSET MANAGEMENT S.A. - INFORMATIONS LA SOCIÉTÉ TREETOP ASSET MANAGEMENT S.A. RÉGLEMENTAIRES FORME JURIDIQUE TreeTop Asset Management S.A. (ci-après «TREETOP» ou la «Société») est une société anonyme

Plus en détail