Il s agit de la troisième partie du compte rendu de la réunion d échanges de mai 2005 entre le

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Il s agit de la troisième partie du compte rendu de la réunion d échanges de mai 2005 entre le"

Transcription

1 La dématérialisation dans le monde hospitalier Il s agit de la troisième partie du compte rendu de la réunion d échanges de mai 2005 entre le collège des directeurs généraux de CHU et l Association des trésoriers-payeurs généraux et receveurs des finances. Benoît LECLERCQ, directeur général des Hospices civils de Lyon On a évoqué plusieurs fois les axes de la dématérialisation ; je voudrais simplement en introduction indiquer que l on a pris l exemple des Hospices civils de Lyon en collaboration étroite avec la recette des finances qu anime M. Farconnet. Ces axes de dématérialisation s appuient sur un projet de gestion en cours de finalisation aux HCL qui alimentera et appuiera lui-même le projet d établissement. C est un axe de simplification et de productivité administratives : on fait le pari de le mener à bien avec le receveur des finances et la Direction générale des Hospices. C est ainsi un des outils de simplification administrative et de productivité administrative important qui peut sans doute nous faire gagner de la productivité au-delà de l efficacité et de la simplicité. La conséquence attendue est aussi une amélioration dans la rapidité de traitement des échanges financiers et l enjeu, devant nous, de la facturation des groupes homogènes de séjour à partir de 2006 ou 2007 au plus tard. Ce nouveau mode ne pourra pas supporter un système papier et il est clair que la dématérialisation est sans doute une des réponses, encore faut-il s y préparer activement. L exposé qui va être fait devant vous en montrera à la fois les intérêts, mais aussi la nécessité d appropriation lors de la montée en charge grâce à une collaboration étroite entre les partenaires principaux ordonnateurs et comptables des hôpitaux, et également à celle de tous les partenaires avec qui l on échange des informations de ce type. Il paraît important de redire que l axe de dématérialisation que nous développons aux HCL est bien un des axes forts de notre projet de gestion. L objectif plus centré sur le sujet aujourd hui c est la dématérialisation des recettes avec une cible de titres de recettes, ce qui est déjà en soi un problème important à traiter, notamment avec l application des normes d échanges avec les caisses d assurance maladie. Le deuxième axe de la dématérialisation tourne autour des justificatifs de dépenses avec une cible de factures, qui est donc importante. Aujourd hui, les factures de l ensemble du secteur pharmacie des HCL avec un démarrage en septembre 2003 sur le plan de la conception et de la prévision, sont opérationnelles depuis mars 2005 et demain, c est l ensemble des mandats et des factures grâce à HELIOS. Troisième axe des aspects de la dématérialisation qui seront évoqués au cours de cet exposé, c est l intégration dans une politique nationale à travers la charte nationale du 7 décembre Il y a un enjeu énorme, tout au moins pour un ordonnateur, qui fait environ bulletins de paie mensuels. Dans les problèmes de la paie, il y a là un enjeu très important. La dématérialisation des procédures de marchés publics, c est aussi un point intéressant à développer, même si le reproche qui était fait aux ordonnateurs, aux services publics donneurs d ordres de travaux en particulier, c était qu il y avait la partie HCL, la partie mairie de Lyon, la partie communauté urbaine du Grand-Lyon, la Région, le Département. Les entreprises du BTP trouvent que cela fait un peu désordre devant ces multiples modèles. Effectivement, il y aura sans doute matière à réflexion mais il n empêche que déjà on s est lancé, depuis le printemps, dans un certain nombre d opérations notamment autour des marchés publics. Mme Karine ISTIN, directrice adjointe, Direction des ressources financières et du contrôle de gestion aux HCL Concernant la dématérialisation des titres de recettes ou plus exactement des avis de sommes à payer, émis à l encontre des organismes payeurs, qu il s agisse de l assurance maladie ou des mutuelles, nous l avons vu, l enjeu essentiel est la T2A. Avec la facturation directe à l assurance maladie à partir du 1 er janvier 2006, on peut en effet prévoir le doublement du nombre de factures. Pourquoi? A chaque prestation, qu il s agisse de séjour ou de soins externes, une facture sera émise au tiers payant (c est-à-dire au particulier lui-même ou à sa mutuelle) mais également à l assurance maladie pour la part obligatoire qui nous est aujourd hui financée par dotation globale. Au niveau des HCL, environ titres sont émis chaque année, qu il s agisse de soins externes ou d hospitalisation, l enjeu demain est d environ titres et avis de sommes à payer. Il est donc clair que le risque majeur est l engorgement des différents systèmes et services de facturation, aussi bien des établissements que de la recette des finances et surtout des caisses primaires d assurance maladie, puisqu on peut supposer que les CPAM n ont pas les moyens de traiter manuellement cet afflux massif de factures qu elles ne reçoivent pas aujourd hui. Il est évident que la dématérialisation des factures à l assurance maladie sera une obligation à partir du moment où nous facturerons directement nos prestations. Concrètement, comment s organise la dématérialisation? L établissement public de santé émet à l encontre de l assurance maladie mais également des mutuelles, des avis de sommes à payer télématiques, via la norme B2 pour l assurance maladie, ou NOE pour les mutuelles. La CPAM, en retour, renvoie un bordereau via la norme NOEMIE à l établissement et fait parallèlement un virement bancaire accompagné d un règlement télématique au comptable à la recette des finances, ce qui permet un émargement global des titres. Cette dématérialisation des échanges entre l établissement, les organismes payeurs et le Trésor n empêche pas parallèlement une dématérialisation des échanges entre l établissement et le comptable au sein de chaque hôpital ; aux HCL, cela a été fait en deux temps. Des échanges entre l établissement et le comptable se sont faits en 1997 aux HCL. Quant à la dématérialisation des échanges entre l assurance maladie et les HCL, elle a commencé fin début 2001 par la dématérialisation des titres CMUC, qui représentent à peu près 4 millions d euros aux HCL pour titres annuels environ. Aujourd hui, nous étendons cette dématérialisation à l ensemble des prestations facturées à l assurance maladie hors dotation globale : AME et migrants. Au total environ 12 millions d euros et titres sont concernés, ce qui reste relativement faible au vu de l ensemble des titres que l on peut émettre aujourd hui au niveau d un établissement de santé. Parallèlement, nous avons développé la télétransmission avec plusieurs e année - nº 1 - janvier 2006

2 mutuelles, trois aujourd hui, et nous pensons dans les mois qui viennent la développer avec quatre autres pour atteindre à peu près 6 millions d euros et titres. Quel bilan peut-on tirer aux HCL de cette expérience de télétransmission? Le bilan est globalement positif. Plusieurs avantages ont été mis en évidence : Accélération des flux de facturation puisqu on gagne environ une semaine entre l émission et l envoi d un titre par voie postale ; évidemment, l enjeu demain reste la facturation directe à l assurance maladie avec la nécessité d accélérer ces flux de facturation pour permettre une diminution des délais de recouvrement. Avec la CPAM de Lyon, les délais de recouvrement sont descendus de jours à 8 jours à peu près aujourd hui. Autre avantage : la baisse des coûts du fait de la diminution du volume papier, des frais d affranchissement et surtout de la simplification des circuits, puisqu on diminue considérablement le nombre d acteurs impliqués dans toute la chaîne de facturation de l émission des titres. La remise à plat des organisations : toutes les réflexions techniques sur la télétransmission nous ont permis de réfléchir également à nos organisations internes, notamment pour le traitement des rejets et des contentieux que nous avons décentralisés au niveau de chaque site et qui étaient auparavant gérés au niveau central, tout en les intégrant dans la chaîne de la recette des finances pour les éventuelles suspensions de poursuites, etc. ; avec les mutuelles, cela nous a permis de revoir un certain nombre de points de nos conventions. En revanche, nous avons rencontré plusieurs difficultés dont deux essentielles : La première : un délai de préparation des systèmes d information qui n est pas négligeable, en particulier pour la mise en place de la norme B2-NOEMIE. Les HCL sont leur propre éditeur pour le logiciel de facturation, ce qui peut expliquer que l on a été assez impliqué dans ces difficultés de mise en place. Aujourd hui, nous rencontrons à nouveau ces difficultés pour l intégration de la nouvelle norme B qui permet de télétransmettre la CCAM. Nous avons dû parallèlement revoir entièrement notre module débiteur. Ces délais sont bien évidemment à prendre en considération si l on part du principe qu au 1 er janvier 2006, la télétransmission deviendra obligatoire. Autre risque et inconvénient majeurs de la télétransmission, ce sont les rejets automatiques : le fait d automatiser un processus permet aussi d automatiser un certain nombre de contrôles au niveau des caisses, ce qui engendre de manière systématique certains rejets qui auparavant pouvaient être traités manuellement par les CPAM. Jusqu à l année dernière, les taux de rejets des factures CMUC aux HCL ont atteint jusqu à 30 % des factures émises sur certains lots. A quoi étaient dus ces rejets? Essentiellement à l automatisation des contrôles, mais également à des difficultés techniques, comme à des informations qui ne passaient pas avec des rejets entiers de lots de facturation. Ils étaient également dus à des différences de conventions ou de normes entre l Assurance maladie et les HCL : normes différentes pour les dates de naissance inconnues (1 er janvier N dans un cas, 31 décembre N dans l autre), non-concordance de tables ou de fichiers entre l assurance maladie et l établissement (aux HCL de nombreux rejets ont été générés du fait de la discordance de nos tables de disciplines médico-tarifaires). En conclusion, quelle réponse peut-on y apporter? A mon sens, la télétransmission est un projet en tant que tel qu il ne faut pas négliger, il est stratégique. Il faut s y préparer en mettant en place une véritable gestion de projet qui implique les directions des finances, les bureaux pour les entrées, les directions des systèmes d information des hôpitaux et bien sûr la recette des finances ainsi que les services de la CPAM. Il est nécessaire de préparer les organisations au préalable, et en particulier les modalités de traitement des rejets, qui sont inévitables. Le délai de préparation et le démarrage engendrent forcément un volume de rejets important qu il ne faut pas laisser traîner. Il est fondamental de prévoir les circuits, d homogénéiser les nomenclatures et les normes pour éviter les rejets dont je vous ai parlé en particulier sur les disciplines médico-tarifaires. Il faut prendre le temps nécessaire pour les tests, un petit peu de temps perdu en amont permet d éviter bien des déboires en aval et enfin assurer un suivi constant avec les interlocuteurs de la CPAM puisque de nouvelles causes de rejets peuvent apparaître à tout moment. Il est important de surveiller ces taux de rejets et faire en sorte que les différents acteurs échangent sur des changements de pratiques en interne qui pourraient avoir des conséquences non négligeables sur les autres. Aujourd hui, aux HCL, le taux de rejets sur les prestations télétransmises à l assurance maladie est descendu à 4 %. Pour ce reliquat de rejets, les causes ont été identifiées mais nous n avons pas encore trouvé les solutions techniques. Gérard FARCONNET, receveur des finances, receveur des HCL Comme Mme Istin vient de le développer, la mise en œuvre des protocoles B2-NOEMIE et NOE constitue un enjeu stratégique pour l ordonnateur, mais cette «facturation dématérialisée» représente aussi des gains majeurs de productivité pour le comptable. S agissant de la dématérialisation des titres de recettes, un constat positif : le secteur des hôpitaux est largement en avance par rapport aux collectivités locales car 85 % des 230 conventions de dématérialisation de titres de recettes ont été signées par des centres hospitaliers. Néanmoins, il apparaît que quelques CHU n ont pas encore dématérialisé leurs titres. A Lyon, la dématérialisation est intervenue dès 1997 (quelques CHU l avaient réalisée précédemment). La méthode retenue a été conforme à celle qui est préconisée officiellement par l instruction DGCP du 14 février 2002, à savoir une démarche concertée entre les services ordonnateurs et les services du Trésor et un accord de la chambre régionale des comptes (CRC). Sur le plan technique, la dématérialisation des titres prend la forme de 3 CD-Rom par an : la périodicité annuelle de confection des CD-Rom est en effet possible car le comptable bénéficie de connexions sur les fichiers informatiques - recettes de l ordonnateur. A défaut de connexions informatiques de cette nature, deux autres techniques peuvent être utilisées pour dématérialiser les titres de recettes : soit l informatique du CHU édite des microfiches et les remet au comptable pour ses besoins de consultation, voire de reproduction éventuelle des titres : un jeu de ces microfiches étant destiné à la CRC à l appui des autres documents du compte de gestion. Le système des microfiches est dépassé car peu facile à utiliser - et à conserver - ; cette technique est donc à déconseiller ; soit le CHU produit un CD-Rom à chaque émission de titres (le nouveau CD-Rom récapitulant toutes les émissions antérieures) dans l hypothèse où le comptable ne peut être connecté aux fichiers - recettes du CHU. Même si les besoins de rematérialisation des titres restent importants près de 8 % des titres émis pour une période récente, à destination des tiers payants mais aussi des particuliers, la dématérialisation des titres représente un gain papier très appréciable : près de 6 tonnes par an pour les HCL et elle évite également de lourds travaux de manutention, aussi bien chez le comptable qu à la CRC e année - nº 1 - janvier 2006

3 Dans le secteur des dépenses, plusieurs projets de dématérialisation sont (ou ont été) conduits par les HCL : Enchères électroniques inversées, afin d acheter des produits simples (papier photocopie, huile, etc.) pour lesquels le prix est le seul critère d achat. Les enchères électroniques inversées ont été réalisées dès 2003 avec l aide de la société Synerdeal, prestataire également retenu par le conseil général de la Moselle, précurseur en ce domaine. Dossiers de consultation des entreprises. Réception d offres dématérialisées. Pour ces deux derniers thèmes, la Conférence des DG de CHU a repris les initiatives des divers CHU et a créé, notamment, un portail inter-chu «www.achats-chu.com», qui regroupe 25 CHU sous la forme d un groupement de commandes. Dématérialisation des factures de la pharmacie centrale des HCL. L expérience conduite par les HCL en ce domaine est née du constat qu il y avait déjà un processus de dématérialisation entre la pharmacie centrale (PC) et les grands laboratoires au niveau de la commande et de la livraison des médicaments. D où l idée de dématérialiser l ensemble du processus : de la commande jusqu au paiement de la facture avec, pour objectif initial, la dématérialisation des factures de la pharmacie centrale (11 000/an), dans les conditions suivantes : un robot de dématérialisation fait partir les bons de commande via un portail Internet (Hospitalis au cas présent) ; le portail Internet et le robot d EDI, qui permettent d assurer le suivi de la commande puis de la livraison, offrent désormais la possibilité aux laboratoires pharmaceutiques d envoyer leurs factures dématérialisées à la PC (pharmacie centrale) ; les HCL ont créé le logiciel d interface pour intégrer les données de la facture dans leur logiciel comptable et financier, ce qui permet de procéder à la liquidation automatique des factures ; lancé depuis l automne 2003, le projet de dématérialisation des factures de la PC a abouti à des premières transmissions de factures via Internet en mars 2005 par Aventis et par 5 autres grands laboratoires, dans les trois mois suivants ; à terme, s agissant des 5 à 10 % de factures qui continueraient d arriver sous forme papier, les HCL les scanneront pour procéder à la liquidation automatique de la dépense ; au-delà de l objectif spécifique aux factures de la PC, l objectif général sera d aboutir à la dématérialisation de l ensemble des factures des HCL ( par an), tous les fournisseurs étant invités à envoyer leurs factures via un (voire deux) portail(s) Internet. Les principales difficultés rencontrées : l obligation d archivage des factures pèse aussi bien sur le fournisseur que sur le client (donc le CHU), afin d être en mesure de respecter les prescriptions du Code général des impôts (art. 286, 289, etc.) relatives aux garanties d authenticité de l origine des factures électroniques et de l intégrité de leur contenu. Ce qui générera un coût, que le CHU organise cet archivage en interne ou le confie à un tiers de confiance ; la dématérialisation complète, jusqu à la CRC, reste à réaliser sous forme d échanges de données, en prenant en compte le futur protocole d échanges standard d HELIOS. S agissant des gains attendus : les gains se situent évidemment au niveau des délais de transmission qui sont considérablement raccourcis ; les temps de traitement administratif des factures sont également raccourcis : deux minutes par facture de la PC, étant précisé que ce gain sera nettement supérieur pour d autres factures car la PC bénéficiait déjà des gains consécutifs à la dématérialisation de la commande et du suivi de la livraison ; une meilleure négociation des prix et/ou des escomptes plus importants, en raison des raccourcissements des délais de paiement des fournisseurs ; une configuration logicielle permise avec le futur progiciel de gestion intégré des HCL : ses fonctionnalités intègrent le concept de pièce jointe et de référence, ce qui supprime potentiellement leurs saisies ; la réduction des litiges avec les fournisseurs et leur traitement facilité ; des économies d archivages avec la suppression à terme des supports papier. Emmanuel SPINAT, responsable technique de la dématérialisation, projet HELIOS Le pôle national de dématérialisation rattaché au programme HELIOS a été créé il y a environ un an. Nous travaillons sur le plan d action de la dématérialisation qui concerne l ensemble du secteur public local et bien entendu le secteur hospitalier. Nous travaillons avec l ensemble des partenaires, une charte nationale de dématérialisation a été signée par l ensemble des représentations d ordonnateurs et par les administrations concernées, notamment la DHOS. Cette charte partenariale prévoit la dématérialisation des grands flux de papier et définit un certain nombre de grands principes. Tout d abord, elle est basée sur le volontariat des établissements publics de santé pour dématérialiser, les établissements choisissent de dématérialiser ou non. En la matière, nous incitons «la dématérialisation» car nous pensons que c est quelque chose qui va dans la bonne direction pour l ensemble des partenaires. Autre principe, autant que faire se peut, quand un des acteurs de la chaîne dématérialise, il faut que l acteur suivant se mette en capacité de recevoir les éléments dématérialisés. Cela a l air très simple tel que c est exprimé, mais c est beaucoup plus compliqué à mettre en œuvre. C est un principe important qui dit que tout le monde va faire des efforts pour éviter la rematérialisation. Des grands principes sur lesquels nous nous sommes mis d accord et qui permettent d avancer sur les démarches de dématérialisation concrètes sur des flux concrets. Nous avons eu une entrevue avec Paul Castel de la Conférence des DG de CHU ici présent pour faire le point sur ce sujet et nous allons, en octobre, vous présenter l ensemble du plan d action détaillé lors d une réunion de la Conférence. Nous avons des travaux en cours avec la structure partenariale qui a été mise en place et où siègent vos représentants. Cette structure va se réunir au mois de juin pour évoquer un certain nombre de sujets importants, notamment la dématérialisation des pièces justificatives initiales des marchés publics. Qu avons-nous fait depuis la signature de cette charte de dématérialisation en décembre 2004? Nous avons travaillé prioritairement sur la dématérialisation des états justificatifs de la paie. En matière de pièces justificatives dans le cadre du mandatement de la paie, c est la plupart du temps la copie des bulletins de paie ou du journal de paie qui est transmise. Cela représente des volumes considérables puisque nous avons évalué à peu près à une cinquantaine de millions de bulletins de paie qui circulent entre les différents acteurs de la chaîne comptable et financière des établissements et collectivités locales, comptables et juge des comptes. C est considérable et c est pourquoi nous avons choisi avec les partenaires d agir en priorité sur ce point. Nous nous sommes mis d accord sur une convention-cadre qui a fait l objet d un accord à la mi-janvier. Cette convention-cadre a défini un certain nombre de modalités de dématérialisation. Nous retrouvons la fameuse gestion électronique de documents, c est-à-dire la possibilité d indexer des documents sur un certain nombre de critères. C est une des solutions référencées mais ce n est pas la solution favorisée. La solution préconisée est l échange de données. On a parlé de télétransmission tout à l heure ; on est toujours dans cette logique, comme cela est prévu et préconisé dans la charte de dématérialisation. Nous allons favoriser l échange de données, c est-à-dire la télétransmission de données entre les différents acteurs e année - nº 1 - janvier 2006

4 Ainsi, nous nous sommes mis d accord sur un schéma de données de l état justificatif de paie pour mettre progressivement un terme à l échange de ces bulletins de paie et journaux de paie qui circulent actuellement sous forme papier dans le réseau du Trésor et qui génère des coûts d exploitation importants ; par ailleurs, ils ne permettent pas toujours à l ensemble des acteurs de réaliser leurs fonctions de façon simple. Cependant, il n était pas suffisant de se mettre d accord sur un schéma de données ; il fallait aussi être en capacité d exploiter ces données. C est pour cela que la DGCP a décidé très rapidement de réaliser un outil d exploitation pour l édition au format XML des données de la paie. Cet outil bureautique intitulé XéMéLios sera fourni à l ensemble des partenaires gratuitement et publié sur le site Admisource de l ADAE ainsi que sur l Intranet Magellan. Ce logiciel va permettre d exploiter cet état au format XML parce que, si aujourd hui je vous envoie un fichier XML, ce n est pas très exploitable. Vous pourrez tous, «tous les acteurs», faire des recherches multicritères, de la visualisation de bulletins de paie mais aussi des possibilités d exporter des données partielles vers des outils bureautiques. Tel est le rôle de cet outil qui pourra être utilisé par les établissements publics de santé, y compris pour leur propre contrôle interne, mais aussi pour l archivage. C est un point important, les représentations d ordonnateurs ont souhaité que cet outil permette l archivage des données des bulletins de paie aux formats qui ont été arrêtés. Cet outil vous permettra de réaliser un archivage qui aura une pérennité très importante. C est une solution clés en main qui est prête. Nous avons sensibilisé les éditeurs à cette question pour qu ils intègrent au plus vite cette édition au format XML dans leurs progiciels de ressources humaines. Il y a d ores et déjà des éditeurs qui annoncent, pour le mois de juin, la disponibilité de cet état, d autres pour le mois de septembre. Les choses se mettent en place. Nous lançons les expérimentations : un premier site au 1 er juillet avec le conseil général des Yvelines et, par ailleurs, Boulogne-Billancourt. Les choses vont vite et vous pouvez vous engager dans cette démarche en vous rapprochant de vos éditeurs. Dans le secteur hospitalier, vous avez un très fort volume de paie et là, la dématérialisation de la paie est donc une démarche tout à fait pertinente. Autre sujet d actualité : la dématérialisation des pièces justificatives initiales de marché. C est la conséquence de l application de l article 56 du Code des marchés qui prévoit l obligation pour une collectivité locale, mais aussi pour les établissements publics de santé, d être en capacité de recevoir des offres dématérialisées. Si vous recevez des offres dématérialisées avec signature électronique, un jour ou l autre, il y a une forte probabilité pour qu une offre soit retenue et que vous ayez un acte d engagement dématérialisé et que vous souhaitiez transmettre cet acte d engagement au comptable puisque c est une pièce justificative. Nous nous mettons en capacité de répondre à ce besoin : nous avons des discussions actuellement avec tous les partenaires pour faire une convention type (du côté du réseau du Trésor) pour recevoir ces pièces justificatives dématérialisées. Dans un premier temps, c est extrêmement ponctuel parce que nous savons qu il n y a pas beaucoup d offres pour l instant sous forme électronique, mais les choses évolueront. Nous devons être prêts pour éviter autant que possible la matérialisation de documents électroniques sachant que si vous imprimez un acte d engagement avec deux signatures électroniques, vous n avez plus de signature et cela pose un certain nombre de questions. Du côté du réseau du Trésor, nous nous mettons en capacité pour accueillir ces pièces justificatives dématérialisées, mais cela sous-entend de se mettre en accord sur un certain nombre de règles avec les partenaires. C est pour cela que nous avons pris contact avec les CHU de Montpellier et Toulouse qui sont en charge d un projet de dématérialisation à la fois des appels d offres et, par la suite, de toute la gestion de la dépense, la gestion de la commande et l exécution. Nous travaillons avec eux pour nous assurer que la plate-forme mise en place au niveau des CHU en matière de dématérialisation respectera les règles que nous sommes en train d arrêter avec les partenaires et qui devraient être connues pour l été ; c est notre objectif. Cette plate-forme permettra bien in fine de transmettre les pièces justificatives au Trésor Public. Enfin, nous avons encore un autre objectif ambitieux : arrêter une convention-cadre pour la dématérialisation des mandats, des titres de recettes et des factures sous forme d échange de données au plus tard pour la fin de l année et prenant en compte le protocole d échanges standard d HELIOS. Comme vous le voyez, beaucoup de travaux sont donc en cours, en partenariat avec vos représentations et les administrations concernées et en particulier avec la DHOS. Mme THOREL, chef de bureau, sous-direction des affaires financières, DHOS Précisions sur la T2A. La CNAMTS (1) et la DHOS (2) ont organisé une maîtrise d ouvrage commune depuis quelques mois et l ensemble des chantiers liés à la réforme de l assurance maladie et à la T2A (3) sont engagés. Notre chantier de la T2A interfère avec celui de la loi assurance maladie. En termes de facturation, les hôpitaux sont concernés par la mise en œuvre du parcours coordonné de soins que nous sommes en train de définir sur un plan technique avec l assurance maladie. Tous les textes ne sont pas parus et devraient paraître assez prochainement (4). Ce parcours de soins est extrêmement difficile à mettre en œuvre, notamment pour les personnes qui accueilleront les patients sur le plan administratif. Deux conséquences : si la personne vient sans être adressée par son médecin traitant, elle sera soumise à un ticket modérateur majoré, d une part et une augmentation du tarif de sa consultation, d autre part. L application de ces majorations n est pas simple à déterminer lors de l échange entre le patient et le bureau d accueil et cela va très certainement faire intervenir le médecin dans la détermination du montant à facturer. Les établissements doivent donc envisager à la fois des modifications dans les procédures de prise en charge administrative du patient ainsi que dans leur système de facturation. L autre aspect de la réforme de l assurance maladie, mais qui n affecte pas le système de facturation, c est le décompte de la participation forfaitaire d un euro perçue par les caisses d assurance maladie depuis le 1 er janvier 2005 sur les consultations et les actes. Les hôpitaux vont devoir transmettre à l assurance maladie des informations sur les consultations et actes externes dont ont bénéficié les patients dans les établissements au cours de l année Cela n impacte pas les systèmes de facturation puisque cela ne change rien au montant facturé au patient ; par contre, les établissements doivent, théoriquement depuis le 1 er janvier dernier, conserver des informations sur ces actes externes pour être en mesure de les transmettre à l assurance maladie en fin d année. Ces informations serviront aux caisses pour incrémenter le «compteur» en quelque sorte de chacun des assurés sociaux qui se sont présentés en 2005 dans les hôpitaux. La mise en œuvre de la loi assurance maladie constitue une charge informatique supplémentaire pour les établissements de santé. Cette réforme de l assurance maladie introduit des conditions de facturation plus complexes sur le plan administratif et informatique, tenant compte d une appréciation portée par le médecin, multipliant les cas particuliers, introduisant des notions de seuils ou d historique de la consommation de soins du patient. Dans ce contexte, l information n est plus immédiate, le circuit de recueil de l information se complique et peut remettre en cause par exemple les organisations visant au prépaiement des consultations et actes externes par les patients. Parallèlement aux travaux sur l application à l hôpital de la loi assurance maladie, nous travaillons avec la CNAMTS pour que les établissements puissent bénéficier, au moment où ils seront en facturation au fil de l eau, d outils leur permettant d accéder plus facilement à une information sur les droits des patients (régime d affiliation, droits ouverts, etc.) qui sera enrichie si possible afin d améliorer la qualité des titres de recettes émis. (1) Caisse nationale d assurance maladie des travailleurs salariés. (2) Direction de l hospitalisation et de l organisation des soins. (3) Tarification à l activité. (4) Deux arrêtés sont parus en juillet sur les missions du médecin traitant et sur les majorations tarifaires. Un décret est attendu au dernier trimestre sur la majoration de ticket modérateur ainsi qu une circulaire d application e année - nº 1 - janvier 2006

5 Dans le cadre de la T2A, l organisation des caisses pivots constitue un chantier primordial. A deux reprises dans la loi de financement de la Sécurité sociale, les caisses pivots ont fait l objet de dispositions spécifiques. La conception du dispositif est délicate, tant sur le plan institutionnel que sur le plan juridique et technique. Les directions du ministère comme les caisses d assurance maladie y travaillent depuis plusieurs mois, mais le projet n a pas abouti encore aujourd hui. La première contrainte posée par la DHOS au nom des hôpitaux est d avoir un interlocuteur financier et technique unique, quoi qu il arrive, que la facture puisse être payée par cette caisse pivot ou qu elle soit liquidée par la caisse gestionnaire du patient comme le demandent certains régimes. En tout état de cause, nous exigeons que ce soit complètement transparent pour les établissements et pour les comptables également, puisque nous souhaitons que ce soit une même caisse qui, dans tous les cas, reçoive la facture et la paie. La question de la liquidation de la facture et de la responsabilité de l agent comptable de la caisse gestionnaire du patient est le point crucial de cette réforme. La deuxième contrainte que nous avons fixée est la dématérialisation complète de cette procédure, comme celle que vous connaissez au travers des factures de médicaments rétrocédés qui sont normalement télétransmises sans pièces papier jointes si les protocoles sont bien respectés. Les établissements ne transmettent pas les prescriptions médicales, qui sont la pièce justificative de ces factures ; ces pièces doivent être conservées à la disposition de l assurance maladie. De même, les avis des sommes à payer «papier» ne sont pas transmis. Nous souhaitons absolument rester dans le même système pour l avenir. Le flux sera dématérialisé et, pour nous, il n est envisageable de joindre à ce flux le moindre document papier. Cela suppose que l on sécurise toutes ces procédures et que l on fixe aux établissements des obligations pour la conservation des pièces justificatives. La troisième contrainte concerne le délai de paiement, non défini à ce jour, mais qui tournerait autour d une semaine. Pour résumer, trois contraintes encadrent la facturation au fil de l eau : interlocuteur financier et technique unique ; dématérialisation ; délai de paiement. Sur la dématérialisation des factures et la facturation au fil de l eau, différents intervenants de cette journée d étude ont mentionné l échéance du 1 er janvier Il est évident que ni les établissements, ni l assurance maladie ne seront prêts pour le 1 er janvier Nous étudions la possibilité qu il y ait, à partir de l année prochaine, une facturation directe au fil de l eau des actes externes pour les établissements qui se sentiraient prêts, qui seraient volontaires, et probablement selon un cahier des charges que nous allons définir. Cela suppose aussi qu un certain nombre de prérequis soient réglés et il est prématuré aujourd hui de vous dire que c est faisable (5). Je vous livre cette hypothèse ; dans ce cas-là, bien entendu, les CHU pourraient être nos interlocuteurs privilégiés dans la mesure où vous êtes assez souvent éditeurs de logiciels, que vous avez aussi des équipes qui permettent de suivre de tels projets. Toutefois, dès 2006, nous allons de facto préparer techniquement cette facturation au fil de l eau en demandant un effort important aux établissements pour développer la télétransmission sur le champ des prestations faisant déjà l objet d une facturation directe à l assurance maladie : AME, CMUC, rétrocession de médicaments, migrants ainsi que sur la transmission des informations relatives à la participation d un euro. L objectif est de généraliser la télétransmission au cours de 2006 de manière à être prêts au 1 er janvier 2007 pour la télétransmission des factures T2A. Sur la montée en charge de ce processus, il est évident qu il faut que nous allions très vite et très fort dans la dématérialisation en raison de l importance et des enjeux qui s y s attachent. Aujourd hui, la télétransmission porte sur les prestations dites hors «dotation globale» qui vont devenir minoritaires, très marginales par rapport aux autres prestations qui feront l objet d une facturation au fil de l eau. Les volumes sont estimés à environ 50 millions de factures générées par la T2A. L enjeu est majeur et nous allons donner une impulsion très forte pour le 1 er janvier prochain en terme de dématérialisation. Concernant les CHU, des informations qui nous remontent, la grande majorité des CHU ont commencé à dématérialiser leurs factures, les tests sont engagés pratiquement partout avec des objectifs qui se situent en fin d année, d autres fonctionnent déjà en routine mais sur un champ géographique limité et une gamme de prestations limitée. Les évolutions de système d information, la mise en place de la CCAM et des différentes réformes justifient que cela ait pris un peu de temps. J insiste sur l échéance du 1 er janvier prochain qui devrait être une date de démarrage pour la télétransmission des informations concernant la participation forfaitaire d un euro qu il n est pas envisagé de transmettre sous une autre forme, ainsi que des factures de médicaments rétrocédés comportant des informations enrichies et probablement un codage en UCD (6). Ces différents sujets posent le problème de la gestion des référentiels nécessaires au processus de facturation et de recouvrement : c est un sujet qui devient crucial dans tous ces échanges. La bonne gestion des référentiels garantit les gains de productivité associés à la dématérialisation. A contrario, leur mauvaise gestion est source de dysfonctionnements, consommateurs de ressources humaines et préjudiciables à la trésorerie des établissements. Sur ce problème, la DHOS a confié une étude au GEMSIH (7). Celui-ci a travaillé avec les représentants de la DGCP, des établissements et du corps médical sur la mise en œuvre de la T2A et sur les modalités de facturation ; ses travaux sont disponibles sur son site internet (GMSIH.fr). L ensemble des chantiers qui viennent d être évoqués fait l objet d un suivi permanent par la maîtrise d ouvrage de la DHOS et de la CNAMTS. Les éditeurs de logiciels sont très régulièrement réunis et toutes les informations utiles à l avancement de ces chantiers leur sont communiquées aussi tôt qu il est possible de manière à ce qu ils puissent anticiper les développements nécessaires. Philippe DOMY La dématérialisation est opérationnelle pratiquement dans l intégralité des CHU, la difficulté réside dans «l enrôlement» des fournisseurs. Nous avons à ce jour moins d une dizaine d offres dématérialisées, en réponse à l ensemble des appels d offres lancés selon cette procédure sur 29 CHU. Le premier groupement d achats d envergure nationale entre les CHU a précisément concerné l achat d un produit logiciel de dématérialisation de marchés publics. A ce jour, 18 CHU ont contractualisé sur le e-procurement. L enjeu, dans le cadre de la dématérialisation des marchés publics, est d accélérer le pas et de promouvoir une politique de e-procurement opérationnelle dès la saison Nous en sommes à l étape de la structuration juridique de l élément de coordination national. Nous buttons quelque peu sur les éléments de statuts ; la création d un groupement de sanitaires nécessiterait l avis formel de chacune des 31 agences régionales de l hospitalisation, ce qui impliquerait des procédures dilatoires, qui ne sont pas acceptables compte tenu de nos échéances. Nous réfléchissons à la solution éventuelle du groupement d intérêt public. Quelle que soit la structuration de l échelon national, nous allons nous engager dans la constitution des groupements d achats. L utilisation de procédures dématérialisées débutera, sur une grande échelle, dès le dernier trimestre de l année. (5) Les modalités transitoires de facturation de l activité MCO à l assurance maladie via les ARH ont été reconduites pour l année La facturation directe à l assurance maladie n interviendra qu à partir du 1 er janvier 2007, tant pour les actes et consultations externes que pour les séjours. (6) Unité commune de dispensation. (7) GEMSIH ou GMSIH : Groupement pour la modernisation du système d information hospitalier e année - nº 1 - janvier 2006

Point FIDES ARS Rhône Alpes

Point FIDES ARS Rhône Alpes Point FIDES ARS Rhône Alpes 6 Décembre 2011 Pascale MARTIN Agence Nationale d Appui à la Performance des établissements de santé et médico-sociaux FIDES FIDES c est quoi? FIDES : Facturation Individuelle

Plus en détail

10èmes Rencontres Mondiales du Logiciel Libre. NANTES, Le 7 Juillet 2009

10èmes Rencontres Mondiales du Logiciel Libre. NANTES, Le 7 Juillet 2009 10èmes Rencontres Mondiales du Logiciel Libre NANTES, Le 7 Juillet 2009 Les principes généraux : enjeux, approche partenariale... 2 Des enjeux financiers et qualitatifs les coûts de papier, d édition et

Plus en détail

La dématérialisation dans le secteur public local. Réunion Dématérialisation 20 février 2012

La dématérialisation dans le secteur public local. Réunion Dématérialisation 20 février 2012 La dématérialisation dans le secteur public local Réunion Dématérialisation 20 février 2012 La dématérialisation : un plan d action en partenariat Charte nationale partenariale Cadre National d Acceptation

Plus en détail

Groupe de travail SNP/EPS

Groupe de travail SNP/EPS La dématérialisation des documents de la chaîne comptable et financière dans le secteur public local et de santé Groupe de travail SNP/EPS le 10 janvier 2013 LA DEMATERIALISATION UN ENJEUX STRATEGIQUE

Plus en détail

La conduite du projet de dématérialisation dans les EPS

La conduite du projet de dématérialisation dans les EPS La conduite du projet de dématérialisation dans les EPS Objet de la présente fiche La fiche vise à présenter le contexte organisationnel et informatique de la conduite d un projet de dématérialisation

Plus en détail

La dématérialisation dans le secteur public local des documents «papier» de la chaîne comptable et financière. J-F NICOL mars 2005 1

La dématérialisation dans le secteur public local des documents «papier» de la chaîne comptable et financière. J-F NICOL mars 2005 1 La dématérialisation dans le secteur public local des documents «papier» de la chaîne comptable et financière J-F NICOL mars 2005 1 1- Un contexte favorable Des évolutions juridiques : facture électronique

Plus en détail

LES ECHANGES DEMATERIALISES ENTRE L ORDONNATEUR ET LE COMPTABLE

LES ECHANGES DEMATERIALISES ENTRE L ORDONNATEUR ET LE COMPTABLE LES ECHANGES DEMATERIALISES ENTRE L ORDONNATEUR ET LE COMPTABLE Le Contexte comptable : Hélios, l application unique du secteur public local de la DGFiP DGFIP 26 CRC Etat Secteur Local 2 665 Postes Comptables

Plus en détail

La dématérialisation des pièces comptables et justificatives dans le secteur public local 18 septembre 2014

La dématérialisation des pièces comptables et justificatives dans le secteur public local 18 septembre 2014 La dématérialisation des pièces comptables et justificatives dans le secteur public local 18 septembre 2014 Les obligations réglementaires A compter du 1er janvier 2015, toutes les collectivités devront

Plus en détail

Section Gestion comptable publique n 14-0010

Section Gestion comptable publique n 14-0010 DIRECTION GENERALE DES FINANCES PUBLIQUES Section Gestion comptable publique n 14-0010 NOR : FCPE1414565J Instruction du 17 juin 2014 DIFFUSION DE L'INSTRUCTION DGFIP DGOS DU 05 JUIN 2014 Bureau CL-1C

Plus en détail

La dématérialisation dans le secteur hospitalier

La dématérialisation dans le secteur hospitalier La dématérialisation dans le secteur hospitalier Généralités Généralités Qu est ce que le PES? Le PES est un format de données de type XML («langage de balisage extensible») Le PES est un Protocole d Échanges

Plus en détail

CONVENTION DE DÉLÉGATION DE PAIEMENT «Etablissements hospitaliers 1»

CONVENTION DE DÉLÉGATION DE PAIEMENT «Etablissements hospitaliers 1» CONVENTION DE DÉLÉGATION DE PAIEMENT «Etablissements hospitaliers 1» ENTRE : (nom de l établissement ou du groupement d établissements) Sis au Représenté par.. en qualité de. et dûment mandaté à cet effet,

Plus en détail

La dématérialisation des pièces comptables et justificatives dans le secteur public local

La dématérialisation des pièces comptables et justificatives dans le secteur public local La dématérialisation des pièces comptables et justificatives dans le secteur public local DDFiP de la Creuse Felletin - 10 septembre 2012 Guéret - 11 septembre 2012 Sommaire Un cadre juridique sécurisé

Plus en détail

Chorus Factures, solution de dématérialisation fiscale des factures. Kit de communication à destination des fournisseurs. Version 2.0.

Chorus Factures, solution de dématérialisation fiscale des factures. Kit de communication à destination des fournisseurs. Version 2.0. Chorus Factures, solution de dématérialisation fiscale des Kit de communication à destination des fournisseurs Version 2.0 Réf : SOMMAIRE Introduction Enjeux de la dématérialisation fiscale des Description

Plus en détail

Déploiement du PES v2. 09 & 10 Octobre 2014 à PERPIGNAN

Déploiement du PES v2. 09 & 10 Octobre 2014 à PERPIGNAN Déploiement du PES v2 09 & 10 Octobre 2014 à PERPIGNAN La Société Créée en 1981 Société française, indépendante Un chiffre d affaires en croissance depuis sa création 4,6 millions d euros 47 personnes

Plus en détail

Dématérialisation des factures du Secteur Public. Présentation de l obligation à la fédération des offices publics de l habitat 3 avril 2015

Dématérialisation des factures du Secteur Public. Présentation de l obligation à la fédération des offices publics de l habitat 3 avril 2015 Dématérialisation des factures du Secteur Public Présentation de l obligation à la fédération des offices publics de l habitat 3 avril 2015 1 La dématérialisation des factures 2 2008 : La première étape

Plus en détail

La dématérialisation des documents de la chaîne comptable et financière dans le secteur hospitalier. A, le juin 2013

La dématérialisation des documents de la chaîne comptable et financière dans le secteur hospitalier. A, le juin 2013 La dématérialisation des documents de la chaîne comptable et financière dans le secteur hospitalier A, le juin 2013 1. La dématérialisation, un enjeu stratégique 1. La dématérialisation, un enjeu stratégique

Plus en détail

Ministère des affaires sociales et de la santé Ministère de l économie et des finances UNCAM UNOCAM ; FNMF ; FFSA ; CTIP

Ministère des affaires sociales et de la santé Ministère de l économie et des finances UNCAM UNOCAM ; FNMF ; FFSA ; CTIP Ministère des affaires sociales et de la santé Ministère de l économie et des finances UNCAM UNOCAM ; FNMF ; FFSA ; CTIP (Remboursement des Organismes Complémentaires) Instance consultative des représentants

Plus en détail

La dématérialisation de tous les échanges avec la trésorerie

La dématérialisation de tous les échanges avec la trésorerie La dématérialisation de tous les échanges avec la trésorerie Conférence du 18 février 2014 proposée dans le cadre de l UPEL 71 Julien Carnot, chef de projets Dématérialisation au GIP e-bourgogne Au programme

Plus en détail

La dématérialisation des échanges et des moyens de paiement

La dématérialisation des échanges et des moyens de paiement La dématérialisation des échanges et des moyens de paiement Réunions Inter-cantonales en partenariat avec l AMF, Association des Maires de France. DDFiP du Cantal Mars 2012 1 1- La dématérialisation 2

Plus en détail

Charte de la dématérialisation dans le secteur public local

Charte de la dématérialisation dans le secteur public local DIRECTION GENERALE DE LA COMPTABILITE PUBLIQUE PROGRAMME HELIOS Pôle national de dématérialisation pour le secteur public local Immeuble Maille Nord bat.3 9-10 Porte de Neuilly 93192 Noisy-le-Grand Charte

Plus en détail

La dématérialisation fiscale

La dématérialisation fiscale La dématérialisation fiscale Mondial Assistance met en place la facture électronique, ou dématérialisation fiscale. Ce document a pour objectif de vous présenter les normes qui encadrent un nouveau mode

Plus en détail

ASPECTS GENERAUX de la DEMATERIALISATION

ASPECTS GENERAUX de la DEMATERIALISATION 1 ASPECTS GENERAUX de la DEMATERIALISATION La dématérialisation du relevé des opérations d achats publics effectués par carte complète, accélère et sécurise la régularisation de l avance faite aux fournisseurs

Plus en détail

matérialisation dans le secteur public : bilan et perspectives

matérialisation dans le secteur public : bilan et perspectives Présentation du plan d action de la dématérialisation dans le secteur public La dématd matérialisation dans le secteur public : bilan et perspectives D AVERSA Adrien Analyste Pôle National de Dématérialisation

Plus en détail

Dématérialisation des factures du Secteur Public

Dématérialisation des factures du Secteur Public Dématérialisation des factures du Secteur Public Rencontre Editeurs de solutions informatiques à destination du secteur public local 16 mars 2015 Ordre du jour 1. Présentation d ensemble du projet CPP

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES, DE LA SANTÉ ET DES DROITS DES FEMMES Décret n o 2014-1765 du 31 décembre 2014 relatif à la facturation individuelle des établissements

Plus en détail

LA DÉCLARATION SOCIALE NOMINATIVE

LA DÉCLARATION SOCIALE NOMINATIVE DOSSIER DE PRESSE LA DÉCLARATION SOCIALE NOMINATIVE mars 2014 CONTACTS PRESSE GIP-MDS / net-entreprises.fr Alexandre Azar 01 58 10 47 28 alexandre.azar@gip-mds.fr Agence Wellcom Alexia Diez-Soto & Gaël

Plus en détail

Livre blanc Compta La dématérialisation en comptabilité

Livre blanc Compta La dématérialisation en comptabilité Livre blanc Compta La dématérialisation en comptabilité Notre expertise en logiciels de gestion et rédaction de livres blancs Compta Audit. Conseils. Cahier des charges. Sélection des solutions. ERP reflex-erp.com

Plus en détail

Dossier de presse L'archivage électronique

Dossier de presse L'archivage électronique Dossier de presse L'archivage électronique Préambule Le développement massif des nouvelles technologies de l information et de la communication (TIC) a introduit une dimension nouvelle dans la gestion

Plus en détail

Dématérialisation PES V2

Dématérialisation PES V2 Dématérialisation PES V2 D E R N I È R E N O U V E L L E Bonjour, A compter du 01/01/2015, seul le protocole d échange PES V2 sera supporté par les trésoreries. Il remplacera les protocoles d échanges

Plus en détail

Déclaration Sociale Nominative (DSN) 11/05/2015. Allianz Courtage

Déclaration Sociale Nominative (DSN) 11/05/2015. Allianz Courtage Déclaration Sociale Nominative (DSN) 11/05/2015 Allianz Courtage Sommaire 1. La Déclaration Sociale Nominative (DSN) : présentation 2. Les pré requis à mettre en place par l entreprise pour télétransmettre

Plus en détail

2015 c est demain comment s y préparer

2015 c est demain comment s y préparer 2015 c est demain comment s y préparer Yves-René Guillou, Avocat Associé, Cabinet Earth Avocats La dématérialisation : notions Dématérialisation des procédures de marchés publics = utilisation de la voie

Plus en détail

L AMELIORATION DE LA PERFORMANCE DU PROCESSUS DE FACTURATION

L AMELIORATION DE LA PERFORMANCE DU PROCESSUS DE FACTURATION L AMELIORATION DE LA PERFORMANCE DU PROCESSUS DE FACTURATION CHU DE RENNES 2013 à 2015 CENTRE HOSPITALIER UNIVERSITAIRE DE RENNES 05/11/2014 2 Activités d un bureau des entrées Accueillir les patients

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES, DE LA SANTÉ ET DES DROITS DES FEMMES Décret n o 2015-390 du 3 avril 2015 autorisant les traitements de données à caractère

Plus en détail

Intégration du relevé d opérations dans la comptabilité des Collectivités

Intégration du relevé d opérations dans la comptabilité des Collectivités Intégration du relevé d opérations dans la comptabilité des Collectivités Xavier Lugol : Ingénieur Intégration Sylvie Thiroine : Responsable Intégration/Customisation Astre GFI Progiciels Page 1 Sommaire

Plus en détail

Sujets d actualité, débats, perspectives, enjeux Tendances Achats vous donne la parole et analyse pour vous le monde des Achats.

Sujets d actualité, débats, perspectives, enjeux Tendances Achats vous donne la parole et analyse pour vous le monde des Achats. Sujets d actualité, débats, perspectives, enjeux Tendances Achats vous donne la parole et analyse pour vous le monde des Achats. DEMATERIALISATION DES FACTURES FOURNISSEURS : PROJET ACHATS OU PROJET D

Plus en détail

Mut Santé. Protocole de mise en œuvre du dispositif de gestion lié à la dispense d avance des frais

Mut Santé. Protocole de mise en œuvre du dispositif de gestion lié à la dispense d avance des frais Mut Santé Protocole de mise en œuvre du dispositif de gestion lié à la dispense d avance des frais Préambule Les organismes d assurance maladie complémentaire (dont la liste est jointe en annexe A), ont

Plus en détail

La dématérialisation des procédures concerne plusieurs documents et plusieurs aspects :

La dématérialisation des procédures concerne plusieurs documents et plusieurs aspects : DEMATERIALISER LES PROCEDURES COMPTABLES ET FINANCIERES La dématérialisation des procédures comptables et financières s inscrit dans l évolution actuelle des collectivités locales car elle permet de gagner

Plus en détail

la Facture électronique mes premiers pas

la Facture électronique mes premiers pas b e X la Facture électronique SOMMAIRE INTRODUCTION Pourquoi émettre des factures?... 5 Pourquoi passer à l électronique?... 6 Etape 1 : qu est-ce que c est? 8 Définition... 8 Modes d échange... 8 Etape

Plus en détail

Acheter autrement : un enjeu public et privé Jean-Jacques.Rivy@dr5.cnrs.fr

Acheter autrement : un enjeu public et privé Jean-Jacques.Rivy@dr5.cnrs.fr Pépinière Acheteurs publics 21 avril 2006 Atelier : «Conduite du changement» Acheter autrement : un enjeu public et privé Jean-Jacques.Rivy@dr5.cnrs.fr Atelier «Conduite du changement» Plan de l intervention

Plus en détail

Dématérialisation des factures Chorus portail pro. Stéphane THEVENET. Chargé de mission après de la Directrice de l AIFE

Dématérialisation des factures Chorus portail pro. Stéphane THEVENET. Chargé de mission après de la Directrice de l AIFE 1 Dématérialisation des factures Chorus portail pro Stéphane THEVENET Chargé de mission après de la Directrice de l AIFE La dématérialisation des factures fournisseurs du secteur public : Une généralisation

Plus en détail

la Facture électronique mes premiers pas

la Facture électronique mes premiers pas b X la Facture électronique mes premiers pas 2 e SOMMAIRE INTRODUCTION Pourquoi émettre des factures?... 5 Pourquoi passer à l électronique?... 6 Etape 1 La facture électronique : qu est-ce que c est?

Plus en détail

Généralisation de la facturation individuelle des établissements de santé (FIDES) out se joue maintenant!

Généralisation de la facturation individuelle des établissements de santé (FIDES) out se joue maintenant! Généralisation de la facturation individuelle des établissements de santé (FIDES) Tout out se joue maintenant! L article 63 3 de la loi de financement de la sécurité sociale (LFSS) pour 2013,, modifiant

Plus en détail

Présentation du projet AB Dématérialisation des Actes Budgétaires. Collectivités

Présentation du projet AB Dématérialisation des Actes Budgétaires. Collectivités Présentation du projet AB Dématérialisation des Actes Budgétaires Collectivités 1. Présentation générale du projet Actes Budgétaires 2. Bilan de l expérimentation de 2011 3. Les changements au sein des

Plus en détail

Caisse Nationale de l'assurance Maladie des Travailleurs Salariés Sécurité Sociale

Caisse Nationale de l'assurance Maladie des Travailleurs Salariés Sécurité Sociale Caisse Nationale de l'assurance Maladie des Travailleurs Salariés Sécurité Sociale Circulaire CNAMTS Date : MMES et MM 14/09/95 Les Directeurs et Agents Comptables Origine : CABDIR - des CPAM - des CTI

Plus en détail

La Dématérialisation des pièces de marché dans le secteur public local. Novembre 2006

La Dématérialisation des pièces de marché dans le secteur public local. Novembre 2006 La Dématérialisation des pièces de marché dans le secteur public local Novembre 2006 1 La dématérialisation : un enjeu important 500 Millions de feuilles de papier par an (+ 2 M/jour ouvré) = 2 500 T de

Plus en détail

sociales (pour information) CIRCULAIRE DGS(SD6/A)/DGAS/DSS/2002/551 / du 30 octobre 2002 relative aux appartements de coordination thérapeutique (ACT)

sociales (pour information) CIRCULAIRE DGS(SD6/A)/DGAS/DSS/2002/551 / du 30 octobre 2002 relative aux appartements de coordination thérapeutique (ACT) Le Ministre de la Santé, de la Famille Et des personnes Handicapées A Mesdames et Messieurs les Préfets de région Direction régionales des affaires sanitaires et sociales Mesdames et Messieurs les Préfets

Plus en détail

Ainsi plusieurs dispositions ont été prises pour enrichir les informations disponibles sur les médicaments et dispositifs médicaux :

Ainsi plusieurs dispositions ont été prises pour enrichir les informations disponibles sur les médicaments et dispositifs médicaux : des produits et prestations en sus des tarifs d hospitalisation renforcent la nécessité d une information partagée sur l utilisation de ces produits au sein des établissements de santé. Ainsi plusieurs

Plus en détail

DELIBERATION N 2014-06 DU 4 FEVRIER 2014 DE LA COMMISSION DE CONTROLE DES INFORMATIONS NOMINATIVES PORTANT AVIS FAVORABLE A LA MISE EN ŒUVRE

DELIBERATION N 2014-06 DU 4 FEVRIER 2014 DE LA COMMISSION DE CONTROLE DES INFORMATIONS NOMINATIVES PORTANT AVIS FAVORABLE A LA MISE EN ŒUVRE DELIBERATION N 2014-06 DU 4 FEVRIER 2014 DE LA COMMISSION DE CONTROLE DES INFORMATIONS NOMINATIVES PORTANT AVIS FAVORABLE A LA MISE EN ŒUVRE DU TRAITEMENT AUTOMATISE D INFORMATIONS NOMINATIVES AYANT POUR

Plus en détail

CHANGEMENT DE REGIME COMPTABLE

CHANGEMENT DE REGIME COMPTABLE La loi donne aux OPH la possibilité de choisir leur régime budgétaire et comptable : public ou commercial. Le choix qui se pose est donc généralement celui du passage en comptabilité de commerce. Il doit

Plus en détail

Avis et communications

Avis et communications Avis et communications AVIS DIVERS MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ Avis relatif à l avenant n o 4 à la convention destinée à organiser les rapports entre les infirmières et les infirmiers

Plus en détail

SIGNATURE DE LA CONVENTION DE DEMATERIALISATION DES DOCUMENTS DE LA CHAINE COMPTABLE ET FINANCIERE ENTRE LA CACL, LA DGFIP ET LA CRC

SIGNATURE DE LA CONVENTION DE DEMATERIALISATION DES DOCUMENTS DE LA CHAINE COMPTABLE ET FINANCIERE ENTRE LA CACL, LA DGFIP ET LA CRC SIGNATURE DE LA CONVENTION DE DEMATERIALISATION DES DOCUMENTS DE LA CHAINE COMPTABLE ET FINANCIERE ENTRE LA CACL, LA DGFIP ET LA CRC Pour une administration plus efficace et une gestion publique moderne

Plus en détail

centre de santé : vos relations avec la camieg

centre de santé : vos relations avec la camieg centre de santé : vos relations avec la camieg Juillet 2013 Caisse d Assurance Maladie des Industries électriques et Gazières camieg.fr Quelle est la spécificité des assurés de la Camieg? Comment faire

Plus en détail

LES ECHANGES DE DONNEES INFORMATISEES

LES ECHANGES DE DONNEES INFORMATISEES L EDI (Échange de Données Informatisées) est un processus d échange d informations, sous forme électronique, entre deux systèmes informatiques distincts. Cette technique utilisée au moins depuis deux décennies

Plus en détail

Guide pratique frais de santé

Guide pratique frais de santé www.mutuelle-saint-martin.fr Guide pratique frais de santé Bien vous accompagner dans le quotidien de votre complémentaire santé Mutuelle Saint-Martin Bien vous accompagner dans le quotidien de votre complémentaire

Plus en détail

Forum International de l Assurance

Forum International de l Assurance Forum International de l Assurance La dématérialisation des échanges en assurance santé Enjeux Retours d expériences Perspectives Antoine AIZPURU Président Cegedim Assurances 19 Avril 2013 Introduction

Plus en détail

Du paiement à la facture : la fluidification de la chaine financière avec Chorus

Du paiement à la facture : la fluidification de la chaine financière avec Chorus Du paiement à la facture : la fluidification de la chaine financière avec Chorus Emmanuel SPINAT Délégué de la directrice à la Maintenance et Supervision Opérationnelle (DMSO) de l Agence pour l Informatique

Plus en détail

I. PRINCIPALES MISSIONS DES SERVICES DU TRÉSOR TRÉSORERIE GÉNÉRALE DE LA RÉGION BOURGOGNE. Trésorier-Payeur Général : Mme Jacqueline ESCARD

I. PRINCIPALES MISSIONS DES SERVICES DU TRÉSOR TRÉSORERIE GÉNÉRALE DE LA RÉGION BOURGOGNE. Trésorier-Payeur Général : Mme Jacqueline ESCARD TRÉSORERIE GÉNÉRALE DE LA RÉGION BOURGOGNE Trésorier-Payeur Général : Mme Jacqueline ESCARD Adresse : 1 bis place de la Banque 21042 DIJON CEDEX Tél : 03 80 59 26 00 Fax : 03 80 50 14 75 Mail : tg21.contact@cp.finances.gouv.fr

Plus en détail

L espace SEPA comprend les Etats membres de l Union européenne ainsi que l Islande, le Liechtenstein, la Norvège et la Suisse.

L espace SEPA comprend les Etats membres de l Union européenne ainsi que l Islande, le Liechtenstein, la Norvège et la Suisse. SEPA, mode d'emploi tout savoir sur l'espace unique de paiement en euros Qu'est-ce que SEPA? Qu est-ce que SEPA change pour les entreprises? [Qu est-ce que SEPA?] SEPA (SingleEuroPaymentsArea - Espace

Plus en détail

L arrivée de la DSN révolutionne l assurance collective

L arrivée de la DSN révolutionne l assurance collective L arrivée de la DSN révolutionne l assurance collective 01 JUILLET 2014 Par Jean-Luc Gérard, associé assurance et protection sociale, TnP consultants RÉSERVÉ AUX ABONNÉS Le 9 janvier dernier, le président

Plus en détail

CONVENTION DE DÉLÉGATION DE PAIEMENT MEDECINS GENERALISTES

CONVENTION DE DÉLÉGATION DE PAIEMENT MEDECINS GENERALISTES CONVENTION DE DÉLÉGATION DE PAIEMENT MEDECINS GENERALISTES ENTRE... Sis au... Représentée par......en qualité de...... et dûment mandaté à cet effet, Ci-après dénommé le Médecin ; ET : L Association Santé-Pharma,

Plus en détail

Réunion ASA. Prades 3 décembre 2014

Réunion ASA. Prades 3 décembre 2014 Réunion ASA Prades 3 décembre 2014 EXECUTION BUDGETAIRE ET COMPTABLE Points de repère Exécution budgétaire et comptable: Points de repère Une application de l instruction M14 < 500 habitants Améliorer

Plus en détail

ACTES, PASSAGE AU PROTOCOLE PESV2, DEMATERIALISATION, SIGNATURE ELECTRONIQUE UTILISATION DE CERTIFICATS ET ARCHIVAGE ELECTRONIQUE

ACTES, PASSAGE AU PROTOCOLE PESV2, DEMATERIALISATION, SIGNATURE ELECTRONIQUE UTILISATION DE CERTIFICATS ET ARCHIVAGE ELECTRONIQUE ACTES, PASSAGE AU PROTOCOLE PESV2, DEMATERIALISATION, SIGNATURE ELECTRONIQUE UTILISATION DE CERTIFICATS ET ARCHIVAGE ELECTRONIQUE Les élus du Centre de Gestion souhaitent proposer aux collectivités un

Plus en détail

GROUPE DE TRAVAIL N 4 «LE REGIME BUDGETAIRE ET COMPTABLE»

GROUPE DE TRAVAIL N 4 «LE REGIME BUDGETAIRE ET COMPTABLE» GROUPE DE TRAVAIL N 4 «LE REGIME BUDGETAIRE ET COMPTABLE» FICHE : PROCEDURES COMPTABLES ELEMENTS DE CONTEXTE Du fait de son statut d établissement public, l hôpital obéit au principe de séparation ordonnateur

Plus en détail

GESTION DU PATIENT - FACTURATION BUREAU DES ENTRÉES

GESTION DU PATIENT - FACTURATION BUREAU DES ENTRÉES GESTION DU PATIENT - FACTURATION BUREAU DES ENTRÉES MEDICAL INTERFACE propose un ensemble de programmes développés spécifiquement pour le personnel de la Gestion du Patient, du Bureau des Entrées et du

Plus en détail

Relevé de concertation - Réunion du 03/12/2013

Relevé de concertation - Réunion du 03/12/2013 BERCY 3 10, RUE DU CENTRE 93464 NOISY-LE-GRAND CEDEX Standard : (+33) 1 57 33 99 00 PROJET DE LOI D HABILITATION RELATIF A LA SIMPLIFICATION DE LA VIE DES ENTREPRISES DEMATERIALISATION DES FACTURES TRANSMISES

Plus en détail

Journées des maires de la Mayenne 15 février 2013. Préfecture de la Mayenne

Journées des maires de la Mayenne 15 février 2013. Préfecture de la Mayenne Journées des maires de la Mayenne 15 février 2013 Préfecture de la Mayenne La dématérialisation pour faciliter les échanges comptables entre les collectivités locales et la DGFiP 1 Préambule: un cadre

Plus en détail

Questions les plus fréquemment posées par les utilisateurs de Actes

Questions les plus fréquemment posées par les utilisateurs de Actes 1 Utilisation de la nomenclature Questions les plus fréquemment posées par les utilisateurs de Actes Les actes relatifs aux redevances d assainissement et les actes concernant les tarifications des cimetières

Plus en détail

Les mentions et abréviations employées se lisent donc de la façon suivante :

Les mentions et abréviations employées se lisent donc de la façon suivante : CIRCULAIRE AD 94-2 DU 18 JANVIER 1994 Tri et conservation des archives des établissements publics de santé : documents produits après 1968 par les services administratifs chargés de la gestion des hospitalisations

Plus en détail

Dématérialisation du processus fournisseur

Dématérialisation du processus fournisseur Dématérialisation du processus fournisseur De l expression l du besoin à la commande 2 De l expression l du besoin à la commande Les flux dématérialisés depuis chaque service Les demandes d approvisionnements

Plus en détail

Les factures dématérialisées

Les factures dématérialisées ANNEXE 8 Les factures dématérialisées Les sources de droit en matière de factures. Deux sources de droit définissent la facture : le Code de commerce et le Code général des impôts. Article 441-3 du Code

Plus en détail

Cette convention vous permettra d accéder aux diverses plateformes mutualisées mises à disposition par le CDG.

Cette convention vous permettra d accéder aux diverses plateformes mutualisées mises à disposition par le CDG. > Objet : Dématérialisation > Contact : 04-76-33-20-28 respinfo@cdg38.fr > Pôle : Informatique > Type de document : note d information > Référence : 2015 / 07 / 07 / PE > Date : le 23 / 07 / 2015 ACTES,

Plus en détail

Le point sur la couverture du risque maladie au Niger

Le point sur la couverture du risque maladie au Niger REPUBLIQUE DU NIGER MINISTERE DE LA SANTE PUBLIQUE ET DE LA LUTTE CONTRE LES ENDEMIES Le point sur la couverture du risque maladie au Niger I PLACE ACTUELLE DE L ASSURANCE MALADIE 1. Recensement des dispositions

Plus en détail

Déjouer la fraude aux «faux» virements. MEDEF Lyon Rhône Mardi 28 avril 2015

Déjouer la fraude aux «faux» virements. MEDEF Lyon Rhône Mardi 28 avril 2015 Déjouer la fraude aux «faux» virements MEDEF Lyon Rhône Mardi 28 avril 2015 Typologie de la fraude sur les moyens de paiements Source BDF Données fraude sur les moyens de paiements en France Source BDF

Plus en détail

S PA : les enjeux des nouveaux moyens de paiement européens. Délégation Alsace - Lorraine Conférence du mardi 23 novembre à Nancy

S PA : les enjeux des nouveaux moyens de paiement européens. Délégation Alsace - Lorraine Conférence du mardi 23 novembre à Nancy S PA : les enjeux des nouveaux moyens de paiement européens Délégation Alsace - Lorraine Conférence du mardi 23 novembre à Nancy Agenda Présentation générale du S PA Rappel des caractéristiques du SCT,

Plus en détail

Avis et communications

Avis et communications Avis et communications AVIS DIVERS MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES, DE LA SANTÉ ET DES DROITS DES FEMMES Avis d appel public à la concurrence en application du décret n o 2014-1144 du 8 octobre 2014 relatif

Plus en détail

Cette démarche concerne aujourd hui les procédures ACTES et passage au PESV2

Cette démarche concerne aujourd hui les procédures ACTES et passage au PESV2 > Objet : Dématérialisation > Contact : 04-76-33-20-28 respinfo@cdg38.fr > Pôle : Informatique > Type de document : note d information > Référence : 2015 / 07 / 07 / PE > Date : le 23 / 07 / 2015 ACTES,

Plus en détail

FIDES réunion régionale Champagne Ardenne. ARS Chalons en Champagne le 8 février 2013 PAC délégation Est

FIDES réunion régionale Champagne Ardenne. ARS Chalons en Champagne le 8 février 2013 PAC délégation Est FIDES réunion régionale Champagne Ardenne ARS Chalons en Champagne le 8 février 2013 PAC délégation Est Pour mémoire La facturation individuelle des hôpitaux s inscrit dans le prolongement de la mise en

Plus en détail

LES MOYENS MODERNES D ENCAISSEMENT DES RECETTES DES COLLECTIVITES LOCALES. 20 février 2012

LES MOYENS MODERNES D ENCAISSEMENT DES RECETTES DES COLLECTIVITES LOCALES. 20 février 2012 LES MOYENS MODERNES D ENCAISSEMENT DES RECETTES DES COLLECTIVITES LOCALES 20 février 2012 1- LE TIP (titre interbancaire de paiement) Définition et avantages du TIP Le TIP est un moyen de paiement automatisé...

Plus en détail

Recette Présentation du processus standard de la recette

Recette Présentation du processus standard de la recette Gestion Budgétaire et Comptable Publique (GBCP) Recette Présentation du processus standard de la recette Détails et explicitations dans les commentaires du document Préambule Présentation de l ensemble

Plus en détail

Description des prestations

Description des prestations Description des prestations Envoi, réception et archivage d e-factures Valable à partir du 01. 01.2015 Table des matières 1. Principes 3 1.1 Définitions 3 1.2 Canaux de communication 3 1.3 Moyens d identification

Plus en détail

ACQUISITION DU PROGICIEL GESTION FINANCIERE. Cahier des Clauses Techniques Particulières

ACQUISITION DU PROGICIEL GESTION FINANCIERE. Cahier des Clauses Techniques Particulières ACQUISITION DU PROGICIEL GESTION FINANCIERE Cahier des Clauses Techniques Particulières Sommaire I. PRESENTATION DE L EXISTANT... 1 II. CARACTERISTIQUES GENERALES... 2 III. REPRISE DES DONNEES FINANCIERES...

Plus en détail

NOTE D INFORMATION COMMUNIQUE DE MISE A JOUR

NOTE D INFORMATION COMMUNIQUE DE MISE A JOUR Le 12 Mars 2014 NOTE D INFORMATION Objet : Les nouveautés SAGE V i7.70 COMMUNIQUE DE MISE A JOUR SOMMAIRE Page (s) 1. Le Pôle Financier 2 La Comptabilité Les Moyens de Paiement La Trésorerie LA COMPTABILITÉ

Plus en détail

Pourquoi un régime collectif? Frais de santé Prévoyance

Pourquoi un régime collectif? Frais de santé Prévoyance Pourquoi un régime collectif? Frais de santé Prévoyance 10 Santé Ce régime, aussi nommé «complémentaire santé», permet le remboursement total ou partiel des frais de santé restant à la charge de l assuré

Plus en détail

La dématérialisation : un incontournable pour le succès de votre entreprise.

La dématérialisation : un incontournable pour le succès de votre entreprise. STRATEGIES MANAGEMENT La dématérialisation : un incontournable pour le succès de votre entreprise. Quelle approche pragmatique adopter? KPMG ENTREPRISES 2008 KPMG S.A., société anonyme d'expertise comptable

Plus en détail

La dématérialisation dans les collectivités territoriales

La dématérialisation dans les collectivités territoriales La dématérialisation dans les collectivités territoriales Une équipe informatique à votre écoute Conseil, formation et assistance technique Démarche et gestion des conventions et Web-TIC Philippe Maubert

Plus en détail

Sommaire : le Service d Aide àla prise en charge / PEC+

Sommaire : le Service d Aide àla prise en charge / PEC+ Sommaire : le Service d Aide àla prise en charge / PEC+ Introduction : le projet transport Le fonctionnement du service PEC+ Les modalités de généralisation du service PEC+ Comment disposer du service

Plus en détail

LES FRAIS D HEBERGEMENT EN EHPAD PERSONNES AGEES

LES FRAIS D HEBERGEMENT EN EHPAD PERSONNES AGEES LES FRAIS D HEBERGEMENT EN EHPAD PERSONNES AGEES CONDITIONS GENERALES Age : art. L 113-1 du CASF Toute personne âgée de 65 ans ou 60 ans en cas d inaptitude, peut bénéficier de l Aide Sociale pour la prise

Plus en détail

Le PESv2 doit remplacer à horizon 2015 les protocoles tels qu Indigo utilisé aujourd hui par les collectivités

Le PESv2 doit remplacer à horizon 2015 les protocoles tels qu Indigo utilisé aujourd hui par les collectivités Qu est ce que la dématérialisation de la chaîne financière et comptable? La génération de flux comptables : La génération des éléments nécessaires au Trésorier ( bordereau + mandats/titres + pièces justificatives)

Plus en détail

LANCEMENT DE LA DSN. n Déclaration sociale nominative

LANCEMENT DE LA DSN. n Déclaration sociale nominative LANCEMENT DE LA DSN AU Régime agricole n Déclaration sociale nominative La DSN : une déclaration pour remplacer toutes les autres Instituée par la loi du 22 mars 2012 relative à la simplification du droit

Plus en détail

Dossier de presse 2013

Dossier de presse 2013 Dossier de presse 2013 Contact presse : Nathalie Philippe 04 70 07 67 66 06 22 69 23 89 n.philippe@cepisoft.net C EP I 1 b i s ru e G a s p a rd M o n g e - 3 7 2 7 0 M o n t l o u i s s u r L o i re -

Plus en détail

Fiche n 1. Le traitement comptable du risque de non recouvrabilité, la comptabilisation des dépréciations des créances et des admissions en non valeur

Fiche n 1. Le traitement comptable du risque de non recouvrabilité, la comptabilisation des dépréciations des créances et des admissions en non valeur Fiche n 1 Le traitement comptable du risque de non recouvrabilité, la comptabilisation des dépréciations des créances et des admissions en non valeur Direction générale des fi nances publiques 1 I. OBJET

Plus en détail

MAIRIE DE LA WANTZENAU MARCHE DE FOURNITURES PROCEDURE ADAPTEE CAHIER DES CHARGES

MAIRIE DE LA WANTZENAU MARCHE DE FOURNITURES PROCEDURE ADAPTEE CAHIER DES CHARGES MAIRIE DE LA WANTZENAU MARCHE DE FOURNITURES PROCEDURE ADAPTEE CAHIER DES CHARGES LOT 2 Fourniture et installation d un système de GED pour la Mairie de La Wantzenau. Fiche technique Cahier des Charges

Plus en détail

Centre de rattachement dont vous dépendez

Centre de rattachement dont vous dépendez Procédure Sesam Vitale Masseurs-kinésithérapeutes Centre de rattachement dont vous dépendez Votre centre de rattachement Caisse Primaire d'assurance Maladie de l Aube Pôle Prestations - Flux externes 113

Plus en détail

La dématérialisation et l E-administration : catalyseurs et leviers de changement pour les collectivités territoriales

La dématérialisation et l E-administration : catalyseurs et leviers de changement pour les collectivités territoriales La dématérialisation et l E-administration : catalyseurs et leviers de changement pour les collectivités territoriales Atelier organisé par la ville de Chelles Intervenants : Michelle FLOCH BRUN, directrice

Plus en détail

PROTOCOLE D ACCORD DE DEMATERIALISATION DES ORDONNANCES SUR cd-rom DISPOSITIF INTERMEDIAIRE D EXPERIMENTATION SUR L ENSEMBLE DES DEPARTEMENTS

PROTOCOLE D ACCORD DE DEMATERIALISATION DES ORDONNANCES SUR cd-rom DISPOSITIF INTERMEDIAIRE D EXPERIMENTATION SUR L ENSEMBLE DES DEPARTEMENTS Version signature 14.04.2011 PROTOCOLE D ACCORD DE DEMATERIALISATION DES ORDONNANCES SUR cd-rom DISPOSITIF INTERMEDIAIRE D EXPERIMENTATION SUR L ENSEMBLE DES DEPARTEMENTS Vu le code de la sécurité sociale,

Plus en détail

NOTE D INFORMATION COMMUNIQUE DE MISE A JOUR V.8. Comptabilité Gestion Commerciale Moyens de Paiement Immobilisations

NOTE D INFORMATION COMMUNIQUE DE MISE A JOUR V.8. Comptabilité Gestion Commerciale Moyens de Paiement Immobilisations Le 2 Novembre 2015 NOTE D INFORMATION Objet : Les nouveautés SAGE Génération i7 V 8. COMMUNIQUE DE MISE A JOUR V.8. La nouvelle version V8. pour les logiciels SAGE : Comptabilité Gestion Commerciale Moyens

Plus en détail

L informatique à la Clinique Saint Joseph d Angoulême. 19 juin 2009 Jean-Marie Constantin, Didier Delavaud, Thomas Guichard.

L informatique à la Clinique Saint Joseph d Angoulême. 19 juin 2009 Jean-Marie Constantin, Didier Delavaud, Thomas Guichard. L informatique à la Clinique Saint Joseph d Angoulême. 19 juin 2009 Jean-Marie Constantin, Didier Delavaud, Thomas Guichard. L informatique et la tête de veau HISTORIQUE : ILChir Janvier 1987 : début du

Plus en détail

La dématérialisation des documents de la chaîne comptable et financière dans le secteur public local.

La dématérialisation des documents de la chaîne comptable et financière dans le secteur public local. DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES DIRECTION DÉPARTEMENTALE DES FINANCES PUBLIQUES DE l EURE Division secteur public local boulevard Georges Chauvin 27023 Evreux Cedex Affaire suivie par mr Kerbaul

Plus en détail