La problématique du plurilinguisme en entreprise : une enquête exploratoire

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "La problématique du plurilinguisme en entreprise : une enquête exploratoire"

Transcription

1 La problématique du plurilinguisme en entreprise : une enquête exploratoire L'étude qui vous est présentée ci-dessous a pour but de soulever des questions, que nous aimerions creuser ensuite. En tant que sociolinguistes, nous trouvons que ce sont des questions importantes : nous espérons que, de votre point de vue aussi, elles méritent d'être approfondies. Cela pourrait être le point de départ de collaborations utiles aux uns et aux autres. Quand vous aurez parcouru ces pages, il nous serait très utile que vous nous communiquiez ce qui, ici, vous étonne, vous parait bien vu ou mal vu, pas assez ou trop souligné, ce que vous aimeriez voir développer, etc... C'est à cette fin que nous faisons figurer ici notre adresse. Université de Picardie Jules Verne Faculté des Lettres LABORATOIRE D'ETUDES SOCIOLINGUISTIQUES SUR LES CONTACTS DE LANGUES ET LA POLITIQUE LINGUISTIQUE (LESCLAP) M. LE PROF. J.M. ELOY chemin du Thil Amiens Courr.él. :

2 La problématique du plurilinguisme en entreprise : une enquête exploratoire. 1 Introduction L'enquête dont nous rendons compte ici a été menée dans le cadre d'un mémoire de maîtrise (soutenue par Mlle Armelle Salva). Elle ne prétend pas maitriser toute la complexité du sujet. Il existe en effet une multiplicité des types d'entreprises donc une multiplicité des types de situations linguistiques : il n'est absolument pas envisageable d'interroger tous les modèles d'entreprises. Il s'agit donc d'un travail de première approche, reposant sur un échantillon d'entreprises mince. Il existe assez peu de recherches sur ce sujet, et on peut se demander pourquoi. Outre la complexité des terrains, et le fait que les entreprises constituent des systèmes difficilement accessibles de l'extérieur, on peut penser à une réticence par rapport à l'aspect jugé polémique ou anecdotique de la question des langues en entreprises. Le Forum Francophone des Affaires affirme que "si en France la question [des] pratiques linguistiques est posée à une entreprise française employant majoritairement des collaborateurs de langue maternelle française, c'est bien parce que l'on suppose qu'on peut observer des usages en décalage avec ce que l'on est censé trouver". 1 Les chercheurs du Forum Francophone des Affaires se demandaient "comment s'inscriv[ait] la politique (ou les pratiques) linguistique dans l'activité économique de l'entreprise" et "quel [était] l'impact de cette politique sur les collaborateurs." 2 Questions intéressantes s'il en est, mais ne faudrait-il pas déterminer d'abord si les entreprises ont effectivement des politiques linguistiques au sens propre du terme? Les entreprises ont-elles des politiques linguistiques ou bien se contententelles de simples choix linguistiques? Autrement dit, la pratique des langues est-elle soumise à des stratégies d'entreprise? Cela supposerait que les entreprises prennent des décisions explicites, prévoient des investissements, du temps, du personnel et des moyens matériels pour mettre en oeuvre une politique linguistique comme elles le feraient pour élaborer une politique de recrutement ou une politique économique par exemple. Cette grande question sous-tend une multitude de questions plus précises. Quels choix de langues les entreprises font-elles quant aux langues à pratiquer par leurs employés? Par quels impératifs les dirigeants sont-ils contraints? Comment la gestion des langues contribue-t-elle à leurs objectifs économiques et sociaux? Quelles représentations les dirigeants se font-ils sur ces questions? Nous serons amenés à traiter des idéologies linguistiques. Sous ce terme, nous voulons désigner ici les idées qui entourent, c'est-à-dire décrivent mais aussi déterminent, l'utilisation des langues en entreprises. On peut y distinguer à la fois le bilan rationnel de l'expérience, et aussi du préconçu, voire des mythes. La principale idée concernant le français et son utilisation au sein des entreprises est que son usage est minoritaire ou en recul en tant que langue de travail : comme le dit l'un des témoins interviewés, "une entreprise franco-française aujourd'hui elle est vouée à l'échec ça c'est fini mais c'est clair franco-français c'est c'est mort". Cette idée se rencontre en quelque sorte au point de départ de notre enquête, mais nous verrons qu'il y a lieu de dépasser la problématique du français 1 Cf. Rapport du Forum Francophone des Affaires, Politiques et pratiques linguistiques des entreprises à vocation internationale, 2002, p.5. 2 Cf. Rapport Forum Francophone des Affaires, p.4.

3 pour s'ouvrir à celle du plurilinguisme. 2 L'enquête : On a choisi, à partir des annuaires industriels 3, une centaine d entreprises situées uniquement en Picardie, pour des raisons de commodité mais aussi pour l'intérêt économique de la région. Ce qui a été privilégié n'est pas le secteur d'activité, mais le pourcentage à l'export des entreprises, qui était mentionné. De plus, les pays avec lesquels les entreprises traitaient étaient précisés. En réponse à l'envoi de courriers de demandes d'entretien, le taux de réponses favorables s'est élevé à 6 % : seules ont donc pu être contactées, pour l'instant, six entreprises, dont la représentativité n'est pas établie, bien qu'elle ne soit pas a priori invraisemblable. La raison la plus souvent invoquée pour refuser l'entrevue était le manque de temps. Mais nous avons cru constater dans certains courriers de refus une certaine méfiance. Au vu de nos conclusions, cela n'est pas complètement impossible. On ne saurait ignorer cette difficulté d'entrer en relation avec les entreprises, et on apprécie d'autant plus la bonne volonté de nos interlocuteurs. On trouvera en annexe une brève présentation de ces six entreprises. La démarche d'enquête a consisté à conduire des entretiens avec des personnes à responsabilité dans chacune de ces entreprises. 4 L'entretien était appuyé sur un questionnaire inspiré de l'appel d'offre de la Délégation Générale à la Langue Française de 2001 et enregistré sur une cassette audio. Nous retranscrirons les réponses de façon non-identifiable, sauf pour une entreprise de notre échantillon, site de production d'un groupe américain, qui présente des singularités (nous la désignerons par G.A. comme "groupe américain") 3 Divers aspects des langues Certains aspects de notre questionnement, apparemment marginaux par rapport à l'international, doivent pourtant être abordés en préalable, car ils interviennent fortement dans le concret et interfèrent sur les questions principales. 3.1 Quelques remarques sur l'oral et l'écrit Si l'on sait bien aujourd'hui que la communication est essentielle à la plupart des activités de travail, il est utile de préciser le rapport entre écrit et oral dans l'entreprise. Ce rapport oral/écrit est assez complexe. Par exemple, le lien vendeur / client, déclenché par une information écrite (annuaire, site, publicité) est souvent établi sur la base d une conversation téléphonique, d'où s ensuivent des courriers ( lettres, fax, courriel ). L'écrit peut prendre des formes aussi diverses que l'oral, formes parmi lesquelles il peut être utile de distinguer ce qui est interne à l'entreprise (circulaires, notes de service ) de ce qui est externe (contrats, factures, notices, bilans, publicité ). Le premier impératif est de minimiser les défauts de compréhension, ce qui concerne aussi bien les relations internes, que les relations entre entreprises francophones ou entre entreprises franco-étrangères. La forme écrite limite les malentendus, les erreurs de compréhension et les différends que peut induire l'oralité. L'écrit n'est pas simplement une copie de l'oral, celui-ci se situant davantage dans l'improvisation et la 3 Cf. et cités en bibliographie. 4 Les lettres étaient systématiquement destinées aux directeurs des ressources humaines, jugés les plus aptes à répondre aux questions

4 dimension interactive. L'écrit immobilise l'information et limite les erreurs. Enfin l'écrit est sous surveillance parce que l'image de l'entreprise et sa relation avec la clientèle en dépendent. (voir l'article de Sophie Pène. 5 ) Cette complémentarité exige une égale prise en compte des deux modalités. Nous avons donc questionné les dirigeants d'entreprise sur le type de compétences requises à cet égard pour les salariés. Les réponses de nos enquêtés varient. L'un préfère l'oral, car il privilégie le contact humain. Pour lui, si le niveau écrit est moins bon que le niveau oral, ce n'est pas grave mais il faut que le niveau oral soit supérieur à l'écrit : "l'écrit [ ] c'est trop facile je dirais". Pour un autre (G.A.), "l'anglais c'est oral et écrit pour les autres [langues]" et ce qu'il valorise "c'est une compétence orale". Pour d'autres, il faut les deux mais avec quand même une part écrite prédominante ou tout au moins décisive, car "l'écrit va venir formaliser" l'oral. De plus, on peut se rattraper sur l'oral ce qui est beaucoup plus difficile avec l'écrit. Et il y aurait un risque à délaisser l'écrit : il faut éviter de transmettre des courriers ou documents avec des fautes d'orthographe. L'oral et l'écrit sont donc tous deux valorisés, mais différemment. 3.2 Communication interne Nous avons demandé aux dirigeants si des personnes de diverses origines travaillaient ensemble au sein de leurs entreprises. Il s'agissait de voir comment l'entreprise régit les langues lorsque des personnes de langues maternelles étrangères travaillent avec des personnes de langue maternelle française. En général, les personnes étrangères embauchées ont un niveau de langue française suffisamment avancé pour communiquer sans difficultés. Seules quatre enquêtés nous ont dit avoir des personnes étrangères travaillant dans l'un de leurs services. Les dirigeants interrogés n'ont fait allusion à aucun problème de communication ni orale ni écrite. La communication interne est en français pour cinq entreprises sur six, entreprises de taille moyenne dont toute la population salariée est connue et définie comme étant de langue maternelle française. S'il est fréquent que des étrangers non francophones ou maîtrisant mal le français soient présents dans une équipe, une traduction est obligatoire. Par exemple, dans une des entreprises enquêtées, les consignes de sécurité pour les routiers sont traduites en plusieurs langues. L'entreprise est de taille importante et beaucoup de camions arrivent tous les jours de toute l'europe. Il faut donc à l'entreprise un panel de traductions assez important pour parer à toutes les situations. Nous pouvons faire un lien entre communication interne et communication externe en analysant la façon dont les langues étrangères des salariés sont utilisées ou exploitées. Les langues maternelles des personnes étrangères ne sont en général pas utiles pour la communication interne mais sont plus ou moins - exploitées dans la communication externe. Dans l'une des entreprises, un Hollandais travaille dans l'équipe, mais sa langue maternelle n'est pas exploitée : il travaille en français avec ses collègues (en outre il maîtrise correctement l'anglais et l'allemand). "Il travaille comme un Français", dit notre témoin 6. Ailleurs, le directeur d'usine est allemand et sa femme, allemande elle aussi, travaille avec lui. Ils n'utilisent pas leur langue maternelle en communication interne mais dans le cadre de leurs relations professionnelles avec des clients ou des fournisseurs. En communication interne, leur langue maternelle ne leur est pas utile. Un autre informateur sait que deux personnes originaires du Portugal travaillent dans son usine mais leurs connaissances ne lui sont pas utiles. Dans le cas de l'entreprise G.A., beaucoup de cadres étrangers travaillent pour l'entreprise 5 Sophie PENE, "Trace de mains sur les écrits gris", in Paroles au travail. 6 Cette remarque suggère qu'un Français "normal" est monolingue

5 (égyptiens, pakistanais, irlandais, allemands, italiens, anglais ). Cependant, leurs langues maternelles n'existent pas pour notre informateur. "On a un collègue qui est égyptien, j'ai jamais eu l'occasion de parler arabe avec [ ] mais je ne valorise pas ou nous ne valorisons pas sur le site le fait qu'il parle arabe." Quand les capacités des personnes de langues maternelles étrangères sont exploitées, c'est donc plutôt pour la communication externe. Nous n'avons pas perçu à cet égard de choix ou de stratégies d'entreprises, qu'il s'agisse d'utiliser ou non les langues de leurs employés étrangers. Dans les réponses des enquêtés, il n'est pas apparu que le fait d'embaucher une personne étrangère pose quelque problème que ce soit en ce qui concerne la communication interne et l'entente entre employés. Il est vrai que peu d'entreprises interrogées avaient des personnes étrangères dans leurs services, et il se peut aussi que le fait de ne pas embaucher de personnes étrangères relève d'un choix ou d'une politique de l'entreprise. 3.3 Définition du parler d'entreprise On sait que le parler d'entreprise est la marque d'une sorte de culture communautaire, définissable comme l'identification possible des membres d'un même groupe, ici les salariés, à tous niveaux hiérarchiques, grâce à un langage spécifique. Il s'agit de la création d'une communauté partageant la même langue. Dardo Mario de Vecchi explique que "chaque entreprise montre son identité à travers des formes linguistiques qui lui sont propres" 7. On peut aussi parler de "jargon", terme qui serait plus approprié mais peut porter un jugement de valeur négatif ; l'expression "parler d'entreprise" a l'avantage d'offrir une définition plus neutre. Le parler d'entreprise inclut le langage opératif, défini comme une économie de langage qui évite l'émission d'informations inutiles. Ce langage opératif n'est utilisable que dans le cadre d'une activité spécifique et seulement avec certains interlocuteurs. Notre informateur de l'entreprise G.A., soulignant ce problème, emploie, lui, le mot "jargon" ( 4/119) et il est difficile de dire si ce terme est exempt pour lui de connotation négative. Il évoque un "mixte de trois langues [ ] le français l'anglais et ce que j'appellerai le jargon [de l'entreprise]." Ce jargon commun à l'entreprise vient de l'anglais. La communication interne comporte déjà les titres et les fonctions des personnes en un jargon anglais, ce qui est difficile à comprendre pour "le commun des mortels de l'usine." Ce jargon a toujours plus ou moins existé dans l'entreprise. Il existe des difficultés, liées à ce langage interne, qui ne sont pas sans conséquences. Pour cet enquêté, le danger du parler d'entreprise est de constituer des habitudes de traductions incorrectes, de perpétuer de mauvais usages qui ne se révèleront que lors de la confrontation avec un référentiel correct. "C'est un risque important" et une "dérive" assez fréquente. Le problème éventuel serait que, même si les employés de l'entreprise se comprennent entre eux en communication interne, il y ait, en communication externe, des difficultés de compréhension à cause des habitudes prises - traductions incorrectes ou langage simplifié. Notre enquêté avoue sans détours que c'est "franchement de la facilité", que ça évite de "traduire un concept anglais en français alors que les mots en français sont pas toujours évidents" et que c'est de "la paresse intellectuelle". Une première difficulté est que ce mixte entre du français et de l'anglais et le jargon préexistant de l'usine est incompréhensible pour les personnes étrangères ou nouvelles à l'usine : "ce qui fait qu'une personne qui débarque chez nous a pas forcement même si elle parle très bien anglais aura 7 Cf. DE VECCHI Dardo Mario,"N'écrivez pas ça, c'est du jargon!"le parler d'entreprise, solution aux problèmes de l'image de la langue en entreprise in GEPE, Journées internationales d'étude Langue et travail : champs et objets de recherche, 15 et 16 mars 2002, Université Marc Bloch, Strasbourg

6 beaucoup de mal à comprendre notre jargon puisqu'on va utiliser des mots qui ne sont pas forcément dans le contexte anglais et surtout beaucoup d'abréviations que tout le monde comprend sur le site mais que cette personne mettra plusieurs jours ou semaines à comprendre" Un autre problème est que si ce langage n'est pas maîtrisé, il peut y avoir exclusion de la communauté linguistique et culturelle de l'entreprise. Dardo Mario de Vecchi affirme que le parler d'entreprise "est un facteur essentiel de l'intégration et de l'adhésion à la communauté linguistique. Il constitue une composante symbolique de la culture d'entreprise et accompagne son histoire." 8 Et il semble que ce jargon ne soit pas beaucoup plus compréhensible pour le personnel de l'usine. Ce mélange de langues est "un jargon interne qui est très difficile" mais qui finit par être utilisé "d'une manière extrêmement naturelle" mais dont il est dur de sortir une fois assimilé car il comporte des termes anglais, par exemple, qui sont "incompréhensibles pour un Anglais lui-même." La difficulté même au sein de l'entreprise est le manque de communication que notre interlocuteur déplore et tente de résoudre : "on a fait des sondages d'opinion, si je peux appeler ça comme ça, sur l'entreprise donc avec un certain nombre de personnes ; ce qui est remonté très clairement, c'est le manque de compréhension justement de ce jargon plus que de l'anglais, c'est ce jargon que les gens ne comprennent pas, donc on a mis sur intranet un glossaire où on a essayé de traduire tous les mots de notre jargon dans un français à peu près correct, donc, si c'est quelquefois difficile ; et on renforce le message vis-à-vis de nos cadres notamment que lorsqu'on parle à la population de l'usine on doit avoir un langage qui est plus simplifié et qu'on doit s'assurer qu'effectivement la personne peut comprendre ou les personnes plutôt peuvent comprendre ce qu'on est en train de raconter" 3.4 Langue et culture Maîtriser une langue, maternelle ou étrangère, ne suffit pas à se faire comprendre. Il est nécessaire que les personnes en contact avec les pays étrangers assimilent la culture du pays avec lequel ils cherchent à établir le contact. Il existe des erreurs à éviter. Dans son article "Langage et interaction transculturelle dans le monde du travail", Alex Tessonneau apporte quelques éclairages. 9 Le langage à lui seul ne peut assurer une communication parfaite, il faut aussi acquérir des codes culturels (messages d'accueil, message d'au revoir, respect du temps de paroles, intonation ). Une faute culturelle peut être lourde de conséquence et peut être très mal interprétée par l'interlocuteur. La difficulté supplémentaire en entreprise est que l'on ne peut avoir systématiquement la personne devant soi. L'acquisition des langues étrangères est une grande part du travail à accomplir mais, même connues dans leurs plus subtiles nuances, les langues ne peuvent suffire à réussir une communication idéale. Les codes culturels et communicationnels d'autres communautés doivent être intégrés en même temps que la langue pour assurer une communication au moins correcte. On peut donc se demander si ces codes culturels sont enseignés avant l'embauche ou s'ils sont assimilés au fil de l'expérience. Une partie de la culture du pays dont on apprend la langue est dispensée à l'université. Mais une fois que l'on doit pratiquer cette langue et mettre en place ces codes culturels appris, l'enseignement actuel des langues est-il suffisant? Il semblerait que non. L'explication est simple : à chaque interlocuteur correspond une communication différente et tous les cas de figure ne sont pas envisageables dans le cadre d'études universitaires. Les formations proposées au personnel 8 Ibid. 9 TESSONNEAU Alex, Langage et interaction transculturelle dans le monde du travail deuxième partie, thème numéro 3, Imaginaire et représentations culturelles de la technique dans l'éducation et la formation, résumé des communications sur le colloque Langage et travail. Enjeu de formation, 1998.

7 pourraient servir, d'une part, à se perfectionner dans une langue au niveau purement langagier et d'autre part, à mieux assimiler les codes culturels et communicationnels des pays avec lesquels l'entreprise est en contact. De plus, le travail à distance ne permet pas d'acquérir des réflexes culturels nécessaires à une bonne communication. Le personnel a du mal à s'adapter au contexte culturel, particulièrement pour la Chine et les gens ont beaucoup de mal à s'entendre et à se comprendre. De même, lors de l'embauche d'une personne pour un pays étranger, les questions ne sont pas d'ordre économique mais plus d'ordre culturel. "Pour vendre à un Américain faut un Américain c'est plus culturel que [ ] linguistique". 10 Or la culture s'apprend en partie sur le terrain, ce que nous ont confirmé quelques remarques telles que "les Chinois sont très pointus et les Turcs sont chiants"! 3.5 Les formations du personnel Elles ont pour but une remise à niveau ou un perfectionnement dans certaines langues. Elles peuvent être choisies par les employés ou imposées par la direction. La majorité des entreprises de nos informateurs dispensent des formations continues depuis plusieurs années déjà. Ces formations ont pour but la remise à niveau ou le perfectionnement dans une ou plusieurs langues. Cependant, nous avons remarqué qu'elles étaient le plus souvent consacrées à la langue anglaise. Dans l'entreprise G.A., un professeur d'anglais est même présent à plein temps sur le site. Dans d'autres entreprises de l'échantillon, elles sont assez irrégulières. Un informateur précise que chez lui les formations sont continues en anglais mais occasionnelles en allemand. Dans d'autres entreprises, les formations n'existent qu'en anglais, et irrégulièrement. On fait appel parfois à une sous-traitance spécialisée. Dans l'une des entreprises, qui propose apparemment très peu de formations, on nous a dit que c'était parce qu'elles sont trop traditionnelles, et mal adaptées au personnel : le besoin, pour les personnes qui travaillent sur les chantiers, est seulement d'un "kit de survie" avec environ deux cent mots. Quand elles existent, ces formations sont dispensées à des techniciens, agents de maîtrise, assistantes de direction, commerciaux, standardistes et plus généralement à un ensemble de personnes dont les compétences linguistiques se situent en dessous de ce qui est constaté ou attendu aux mêmes niveaux hiérarchiques. Tout le personnel n'en bénéficie donc pas : question de besoin, certes, mais également de budget et de temps. La plupart des formations sont réservées à des personnes qui en ont vraiment besoin par rapport aux pré-requis de leur poste de travail. 4 La place de l'anglais Les travaux du CREDOC et du Forum Francophone des Affaires ont pour intérêt de mettre en lumière les idées communes concernant l'anglais. Ils en donnent des explications surtout historiques. Ces idées se sont surtout répandues après la seconde Guerre Mondiale, lorsque de grandes entreprises du nord de l'europe ont été les premières à donner un grand rôle à l'anglais et aussi quand, dans les années 70-80, les formations pour adultes se sont largement développées en faveur de l'anglais. L'implantation de grandes entreprises multinationales explique également l'essor de ces formations et le statut de monopole qu'a pris l'anglais. L'attribution d'un statut privilégié à l'anglais s'est finalisé dans les années 90 grâce aux entreprises qui voulaient parvenir à un stade 10 Cf. 3/70-3/75; 3/77-3/97; 3/115-3/119.

8 mondial. 11 A partir de ce rôle majeur, les poncifs concernant l'anglais sont nombreux. "L'anglais est ainsi valorisé car c'est une langue liée [ ] à la gestion d'entreprise, la conception de technologies et la recherche scientifique." "La connaissance de l'anglais passe pour donner des atouts économiques et une compétitivité accrue sur le marché international", elle donne des "avantages économiques et [ouvre] l'accès au pouvoir." 12 Le Forum Francophone des Affaires affirme quant à lui que "l'anglais, au sein de toutes ces entreprises, quel que soit le cas de figure, jouit d'un statut particulier. Il n'est pas nécessairement reconnu ou recommandé comme langue de travail [ ] mais il est pratiqué comme langue alternative au français dès que celui-ci se révèle inopérant" car l'anglais est perçu comme "langue des affaires, du commerce, des échanges, de la communication internationale." 13 Les deux rapports expliquent tous deux que l'anglais a un statut particulier au sein des entreprises mais nous pouvons noter qu'ils ont interrogé des entreprises multinationales et très connues comme Total Fina Elf, Danone, AXA, Hachette, Crédit Lyonnais ou Renault. Nous n'avons pas pu rencontrer ce type d'entreprise donc nos conclusions sur le statut de l'anglais ne peuvent être les mêmes, bien que nous rencontrions aussi les idéologies qu'ils évoquent. Là où nous pouvons contredire le Forum Francophone des Affaires, c'est quand il affirme que l'anglais n'est pas "nécessairement reconnu ou recommandé comme langue de travail." Une récente enquête sur "les entreprises et les langues", menée par l'institut d'études Agicom et Transfac auprès de 300 grandes entreprises nous dit que l'anglais reste la langue "incontournable" et que seules 1% des entreprises interrogées ne l'exigent pas lors d'un recrutement à vocation internationale. 14 L'anglais est donc requis, et les autres langues comme l'allemand sont de petits plus. Il est une condition à l'embauche et l'on en fait une obligation même si le poste n'en fait pas une nécessité. Les entreprises contactées ne peuvent se passer de l'anglais qui est, pour elles, la clé qui ouvre toutes les portes de la communication. Nous leur avons demandé s'il y a prédominance de l'anglais dans les relations entre entreprises, surtout pour voir s'il y aurait des nuances dans les réponses et aussi pour voir les réactions des enquêtés. Les réponses sont sans appel : "C'est la langue de communication", "dans le commerce international c'est une nécessité", c'est "clair", "primordial", "certain", "évident". L'anglais reste la référence pour toute communication, voilà une idée bien ancrée, qui lui donne un statut particulier. 5 Le français et les autres langues Nous avons demandé à nos informateurs quelle est la place du français et des autres langues dans les communications, internes comme externes, et orales comme écrites. Faut-il le mentionner? On sait que la loi du 4 août 1994, dite "loi Toubon", "pose le principe que la langue française est la langue de l'enseignement, du travail, des échanges et des services publics." La loi exige l'usage du français en communication interne, dans la mesure où les contenus sont liés à l'exécution du contrat de travail contrats eux-mêmes, notes de service impératives ou nécessaires à l'exécution des tâches fixées par le contrat. Cependant, la loi ne disant rien d'autre de la façon dont les entreprises doivent résoudre leurs problèmes de langues, elle est largement ignorée et souvent contournée. 11 TRUCHOT Claude "A propos de l'anglais au travail" in Journées internationales d'étude Langue et travail : champs et objets de recherche, 15 et 16 mars 2002, Université Marc Bloch, Strasbourg 12 Cf. Rapport du CREDOC p.6, p Cf. Rapport du Forum Francophone des Affaires p.12, p.13, p Cf.

9 Pour la moitié de nos informateurs la place du français "est prépondérante" et en particulier toute communication interne est écrite en français : "ça ne peut être qu'en français". Pour les autres entreprises, la situation est moins claire. L'un mentionne que les contrats sont en français et les conditions de vente sont en français et en anglais. Un autre fait état d'une situation plus délicate, car il existe des difficultés de communication en français, dans certains pays, avec les expatriés. Il nous a évoqué le cas d'un expatrié français qui ne sait plus s'exprimer correctement en français et qui refuse donc de s'exprimer en français et veut s'exprimer en anglais. Il y a possibilité de parler français avec les Suisses, les Espagnols et les Italiens mais pour les communications avec d'autres pays, l'anglais reste la langue la plus courante, même avec des personnes censées parler français car embauchées au sein d'une entreprise française. Le cas de l'entreprise G.A. est encore un peu particulier. Le français a une importance en communication interne avec les techniciens et les notes de service sont en français. Cependant, les titres et fonctions des personnes sont en jargon anglais, dont nous avons parlé plus haut. De même, les notices techniques, contrats et documents pour les fournisseurs sont en anglais et les documents utilisés avec les clients français sont en anglais car communs à l'ensemble des filiales du groupe. Il existe des entreprises où l'anglais, dit-on, s'impose à cause des visites d'usine. Mais dans l'ensemble, en communication interne, il doit être rare que l'anglais tende à supplanter le français, car on est loin d'une telle situation même dans l'entreprise à direction anglophone de notre enquête. Une remarque s'impose quant aux réponses de nos enquêtés. La question était : quelle est la place du français et des autres langues dans les communications? Cette question concernait principalement le français, certes, mais n'excluait en aucun cas de parler de toutes les autres langues étrangères. Néanmoins, les dirigeants n'ont presque mentionné que l'anglais à l'externe, ce qui mérite d'être interrogé La pluralité des langues 6.1 L'anglais ou "la langue du client"? Nous avons demandé à nos dirigeants s'il fallait parler plusieurs langues et si oui, combien, pour travailler dans leurs entreprises. Les réponses parlent d'elles-mêmes. "Pour être international si vous avez pas au moins deux ou trois personnes dans la société qui maîtrisent l'allemand et l'anglais c'est pas possible" mais "même en anglais c'est déjà bien." Un autre témoin dit qu'il faut "au minimum l'anglais", et un autre juge que la langue anglaise est une obligation. "Français et anglais ça suffit largement", nous dit-on, " même si l'allemand est un plus". Qu'en est-il des autres langues? Elles ont été peu évoquées précédemment mais quelques allusions à l'allemand et à l'espagnol ont été faites. Il existe une représentation selon laquelle l'utilisation de langues moins connues que l'anglais serait un facteur d'échec dans le sens où l'efficacité serait moindre. Cette idée n'existerait pas sans la croyance, en parallèle, que l'utilisation de l'anglais règle bon nombre de problèmes et qu'il est le meilleur moyen de réussir une communication. La meilleure langue pour réussir une communication en entreprise est-elle l'anglais, ou, comme on le dit parfois, celle du client? L'utilisation d'autres langues que l'anglais serait-elle un facteur d'échec, et au contraire celle de l'anglais un facteur de réussite systématique? Les idéologies concernant l'utilisation des langues 15 Cf. Rapport du Forum Francophone des Affaires p.15 : "Il est admis que le français ne peut pas tenir le rôle de langue de communication internationale ; dès lors, on prend acte du fait que c'est l'anglais et aucune autre langue qui remplit cette fonction."

10 0 autres que l'anglais sont-elles fondées? L'utilisation quasi exclusive de l'anglais manifeste-t-elle une réticence (ou un refus) à utiliser d'autres langues? Nous avons demandé aux dirigeants d'évoquer les difficultés et problèmes rencontrés en matière de langues étrangères. A travers cette question, nous voulions comprendre en quels cas et en quelles circonstances les langues pouvaient être un facteur de réussite ou un facteur d'échec de la communication. L'un des enquêtés pense que la principale difficulté en ce domaine est de maîtriser les vocabulaires techniques et commerciaux. Il faut être polyvalent donc savoir vendre, promouvoir les produits et connaître les vocabulaires pour pouvoir le faire est "la grosse difficulté." Sur un autre plan, il nous affirme que l'incompréhension en matière de langue étrangère est rare mais que la mauvaise compréhension est plus fréquente. Il prend l'exemple d'un contact avec le Brésil qui s'avère difficile car personne dans l'entreprise ne parle portugais et les interlocuteurs parlent un anglais "pas très très brillant." Le principal problème envisagé par le représentant de l'entreprise G.A. est le jargon utilisé dans son entreprise. Mais il prend un autre exemple intéressant : lorsqu'il travaillait à Genève, où des Allemands correspondaient avec lui au téléphone, ceux-ci parlaient "très mal anglais" et il a cherché des collègues allemands pour qu'ils lui expliquent en anglais ce que lui disait la personne. Le terrain d'entente cherché est "systématiquement l'anglais" : si quelqu'un veut correspondre en allemand, il ne trouve personne capable de lui répondre, sauf "par chance". La diversité linguistique ne serait-elle qu'utopique? ou au contraire l'anglais passe-partout est-il une utopie? "La langue c'est soit un barrage si vous ne pouvez pas communiquer [ ] soit c'est une clé qui permet d'ouvrir la porte", dit un informateur, ce qui donne plus de poids aux langues que de les considérer seulement - idée fort répandue - comme des "moyens". Mais s'il est difficile de trouver des personnes compétentes à tous les niveaux (juridique, commercial, technique ) dans une seule langue, la tâche est encore plus ardue pour trouver une personne avec les mêmes qualités pour deux langues. Les dirigeants sont confrontés à un cercle vicieux : ils embauchent, pour la plupart, des personnes maîtrisant l'anglais, en faisant de cette compétence le principal facteur d'embauche. Ils refusent ensuite l'utilisation d'autres langues, par un sentiment, plus ou moins fondé, de meilleure réussite en anglais. Les autres langues étant peu ou pas employées, le besoin s'exprime peu, à la prochaine embauche, la maîtrise de la langue anglaise sera à nouveau le facteur décisif. Le besoin en langues semble être plutôt satisfait mais la diversité n'est pas de mise pour plusieurs raisons : difficulté de trouver du personnel compétent, difficulté de mettre en place des formations autant pour les nouveaux que pour les anciens salariés afin d'éviter des coupures sociales, difficulté d'avoir l'argent pour payer le personnel et les formations. L'anglais, au final, semble limiter les impacts négatifs sur le climat social et sur la compétitivité, à défaut de contenter tout le monde. Mais les langues sont rarement considérées en positif, par les possibilités qu'elles offrent. 6.2 Les "postes à langues" Faut-il beaucoup de personnes manipulant les langues étrangères? L'occupation des postes à langues est-elle stratégique? Apparemment oui. Pour les relever pêle-mêle, on nous cite comme ayant besoin de l'anglais et souvent de l'allemand et de l'espagnol, les expatriés, les cadres, les agents de maîtrise dans le domaine de la logistique, les agents de maîtrise technique en tant que cadres de demain, les chefs de

11 1 projet usine et les animateurs qualité, les postes au comité de direction, l'accueil et le standard, les fonctions à responsabilité logistique et technico-commerciale, les responsables de projet et les assistantes technico-commerciales, les services comptable, commercial et administratif. En revanche, les gens de la production ne sont pas tenus de parler des langues étrangères. Un témoin nous cite la situation précise de son entreprise : le PDG, le directeur des ressources humaines, le directeur commercial et le responsable des achats parlent allemand et anglais. Les assistantes parlent un peu anglais mais "aucune d'entre elles ne parle couramment anglais". La standardiste parle un peu anglais pour "orienter les appels" parce que c'est quelque chose dont ils ont besoin et la personne actuellement en poste n'aurait pas été embauchée "si elle parlait pas au moins trois mots d'anglais". "Toutes les nouvelles personnes qui arrivent dans l'entreprise", "c'est une nécessité qu'elles parlent un petit peu l'anglais" et c'est pour cela "qu'on prend du personnel jeune." Suite à ces réponses, nous pouvons affirmer que le choix des postes est stratégique, lui aussi, puisqu'il s'agit principalement de postes à responsabilité. Les chefs ou responsables de projet, les cadres, agents de maîtrise et les postes commerciaux sont cités par tous nos enquêtés. Pour quatre d'entre eux, le standard et l'accueil sont des postes clé car c'est de là que sont orientés les appels et que se fait la première opinion sur l'entreprise. Comme ce sont des postes qui consistent à orienter les appels, les personnes embauchées ne doivent pas nécessairement maîtriser parfaitement plusieurs langues mais parler au moins quelques mots et savoir tenir une communication courte. De plus, l'un d'eux met l'accent sur le fait qu'il prend du personnel jeune : le monde de l'entreprise se sent en évolution, et embaucher des jeunes semble garantir une meilleure ouverture aux langues. 6.3 Circonstances exceptionnelles? les recours des entreprises La faible diversité linguistique est un fait, tout du moins dans les entreprises que nous avons interrogées. Pourtant les situations linguistiques des entreprises sont variées, et elles rencontrent parfois des obstacles, qu'elles s'emploient à résoudre. Comment font-elles lorsqu'elles se retrouvent dans une situation linguistique imprévue? Quels sont leurs recours? Etant donné que l'anglais est censé résoudre presque tous les problèmes, la question ne devrait même pas se poser. Néanmoins, n'est-il pas nécessaire parfois d'avoir une personne parlant une langue spécifique? Les compétences de certains employés sont-elles exploitées à ce moment? Selon le sondage "les entreprises et les langues" de l'institut Agicom, même si l'anglais reste la langue incontournable, l'allemand est demandé "toujours" ou "souvent" dans 45% des cas étudiés et l'espagnol dans 42% des situations. Le chinois est quant à lui cité à hauteur de 11%. Une troisième langue est considérée comme un plus pour 51% des entreprises interrogées. Que font les entreprises de notre échantillon à cet égard? Le système D est souvent la solution la plus adoptée. Un informateur, qui dit avoir toujours réussi à trouver la ressource nécessaire, a reçu un jour tout un document écrit en allemand mais il a "réussi à le traduire". La "débrouille" permet de pallier le manque de langues dans l'entreprise donc il n'y a "pas trop de problèmes". Les entreprises reçoivent des camions en provenance de toute l'europe, et les chauffeurs manipulent le français de "manière relativement sommaire", donc on a parfois besoin de quelqu'un parlant quelques mots d'allemand ou d'espagnol. Ce sont des situations très ponctuelles c'est pourquoi les employés se débrouillent seuls. Les entreprises ont d'autres moyens pour parer aux barrières de la langue. Il est facile, nous dit-on, de trouver sur le marché "des gens", des Russes par exemple, car il y a "des réseaux de gens". Il s'agit de personnes privées, indépendantes, qui font des traductions à la demande et font des heures en vacataire. "C'est pas très difficile". On peut aussi faire appel à des moyens plus conventionnels. Un informateur nous raconte la visite d'une délégation russe dans l'usine pour une

12 2 présentation des méthodes d'achat et de fonctionnement. Il a embauché les services d'une interprète russe car le niveau de langue était relativement pointu. Sinon, il aurait fallu passer du français à l'anglais et de l'anglais au russe : les risques d'incompréhension auraient été trop importants. Il nous précise lui aussi que ce sont des situations particulières, peu courantes et que "95% du business peut se faire [ ] avec l'anglais". Un autre informateur a également eu affaire à des Russes qui ne parlaient que leur langue maternelle, il a donc dû faire appel à des traducteurs. Il avoue ne pas aimer faire cela parce qu'il faut trouver la bonne traductrice qui ne parle pas à votre place, qui ne fasse pas du mot à mot et qui transcrive correctement la pensée. Même s'il n'aime pas cela, il le faut car sinon c'est un "sérieux handicap". De ces réponses, nous dégageons trois recours principaux : la "débrouille", les cabinets de traductions, plutôt en ce qui concerne les documents écrits, et les interprètes-traducteurs, plutôt en ce qui concerne l'oralité. Dans tous les cas, ces recours semblent donner satisfaction et apportent la solution espérée. La "débrouille", comme l'appellent certains dirigeants, n'évite pas les problèmes liés à la communication en langues étrangères. Toutefois, nos enquêtés ont tous affirmé qu'il s'agissait de situations assez rares, qui ne les obligent donc pas à s'intéresser plus à la diversité linguistique. Les entreprises, à 48% 16, font appel à des cabinets de traduction extérieurs particulièrement pour des documents techniques. Les logiciels de traduction ne convainquent pas ; 91% des entreprises 17 estiment qu'ils ne permettront pas de se passer de l'intervention humaine. Nos enquêtés ne se sont pas exprimés sur ce point. Cependant, les logiciels peuvent être une solution pour traduire certains mots techniques par exemple. Utilisés ponctuellement, ils ne peuvent pas supplanter l'homme. Il y a un paradoxe tout de même car l'appel à des traducteurs, à des interprètes ou à des cabinets de traduction a un coût, quand bien même ponctuel. Les dirigeants ne savent pas si leurs employés pourraient connaître des langues particulières, ne serait-ce que quelques mots pour les dépanner en cas d'imprévu. Le coût engendré ne doit pas être excessif mais il pourrait peut-être être évité dans certains cas. 7 Quelques conséquences des choix linguistiques Sur quoi se fondent les pratiques linguistiques des entreprises? Quelle est la part de préconçu et quelle est la part de prise en compte rationnelle de la réalité? Pour éclairer les zones d'ombres entourant ces choix et pratiques linguistiques, nous avons demandé à nos dirigeants quelles étaient les conséquences de leurs choix et de leurs pratiques linguistiques. Entre réel choix, obligation, volonté et désirs, les réponses varient. Un de nos informateurs a vécu dix ans au Mexique et maîtrise parfaitement l'espagnol. Ainsi, les clients du Mexique, d'argentine, du Brésil, d'espagne s'adressent directement à lui : il dit lui-même de cette capacité que, pour son entreprise, "c'est un atout majeur." Il désirerait avoir une personne parlant italien dans son personnel, mais il se sert de ses connaissances en espagnol pour traduire l'italien. Il est difficile d'apprécier l'importance de ce besoin pour la compétitivité. Cependant, il nous avoue que ce serait "fabuleux" d'avoir quelqu'un parlant la langue de chacun de leurs clients. Même raisonnement pour un autre de nos informateurs qui, lui, embauche les gens par rapport à leur "valeur morale". "Evidemment que ce serait génial d'avoir une personne qui correspond à chaque [ ] étranger [ ] c'est génial mais ça reste utopique". Il a donc fait le choix de l'anglais comme 16 Selon Agicom et Transfac. 17 id.

13 3 langue à pratiquer en priorité car c'est la "clé qui vous permet de voyager partout dans le monde". Il regrette toutefois de ne pas avoir de personnel parlant espagnol et russe. Il s'agit pour lui d'un problème de génération car, dans certains pays, la vieille génération parle allemand et russe et la jeune génération parle généralement anglais. Ceci explique le choix de l'anglais principalement mais il n'a "ni le temps [ ] ni l'argent forcément aujourd'hui" pour développer une diversité linguistique dans son entreprise. Pour un autre informateur, qui compte beaucoup sur l'aspect humain et l'aspect culturel socialisant, la diversité des langues n'est pas importante, même si c'est "un atout supplémentaire" parce qu'il est plus important encore que l'entreprise se donne à travers son capital humain ; sans le service, l'entreprise n'a aucune chance sur le plan international. Un autre encore affirme qu' "on est obligé" de tendre vers l'anglais de façon à pouvoir communiquer avec tout le monde. Les réponses n'éclairent pas beaucoup sur les conséquences du choix des langues. Mais on peut déjà remarquer que les causes des choix sont largement financières et concurrentielles. Quelles sont les vraies conséquences des choix opérés? Le choix principal de l'entreprise, nous dit un informateur, est "d'essayer de parler au client dans sa langue". L'impact de ce choix se ressent sur le climat social, car cela a "tendance à exclure beaucoup de gens" parce qu'ils ne pratiquent pas les langues. Il admet également faire appel à des étrangers plutôt qu'à des français pour certaines tâches afin de réduire ce principe d'exclusion. L'entreprise G.A. a aussi cette difficulté d'exclusion sociale face aux langues. Même avec une seule langue, les problèmes existent cf. le "jargon" que nous avons déjà évoqué, qui pose problème par "manque de compréhension du jargon plus que de l'anglais", et, de là, un "mal être social". Les conséquences qui en résultent ne sont pas anodines quant au climat social car les salariés n'arrivent pas "à avoir une cause commune sur laquelle tout le monde doit se battre pour pouvoir effectivement être bons sur l'ensemble des marchés pour lesquels on travaille". Les conséquences des choix linguistiques sont surtout sociales, et le choix des langues entre donc dans les solutions. Le choix de l'anglais pour éviter de gérer plusieurs langues, "c'est franchement de la facilité", c'est de la "paresse intellectuelle", dit l'un. Mais un autre, un seul, de nos informateurs a un avis tranché sur la diversité linguistique : "c'est de la foutaise quasiment parce que tout le monde travaille [ ] en anglais aujourd'hui". La richesse de la diversité attire, car plus il y a de différences, plus on s'enrichit, mais le coût humain n'est pas négligeable. Ce qu'il faut retenir de toutes ces réponses, c'est que la diversité linguistique est presque absente, et en tout cas interprétée comme charge plutôt que comme atout. Ecrasées par le poids de l'anglais, les autres langues sont pour ainsi dire transparentes, et ne sont utilisées qu'en dépannage ou en dernier secours quand l'anglais ne donne pas de bons résultats. La diversité peut même être dévalorisée, "foutaise" pour certains, risquée pour d'autres. La situation est tout de même paradoxale parce que les entreprises critiquent le système français d'enseignement des langues, elles préconisent d'intensifier l'enseignement mais, au final, elles ne sont pas clairement demandeuses de personnes maîtrisant plusieurs langues. Ainsi, si les entreprises ne se diversifient pas, cela peut être soit parce qu'elles n'en ressentent pas la nécessité, soit parce qu'elles jugent qu'elles n'en ont pas les moyens (à l'embauche ou en formation). Dans les deux cas, le préjugé en faveur de l'anglais fait marquant de l'idéologie linguistique actuelle - peut influencer voire biaiser les analyses, ce dont témoignent les problèmes cités par nos informateurs. Le coût n'est pas la seule cause qui empêche la diversité linguistique. Les problèmes se situent en amont. On relève les problèmes de formation des jeunes étudiants (jeunes pas assez formés, exigences salariales des mieux formés). Le sentiment de mauvaise ou de très mauvaise qualité de l'enseignement est très répandu dans les entreprises. Les universités n'ont pas bonne

14 4 réputation et seules les grandes écoles sont considérées comme des lieux d'excellence pour 91% des entreprises. Autre paradoxe, en ce qui concerne notre sujet, on notera que le "tout-anglais" est attribuable à l'influence des préoccupations des entreprises sur l'enseignement. Or si l'absence de diversité linguistique provient aussi du manque de volonté des dirigeants d'entreprises, et qu'ils le déplorent, il y a là un cercle vicieux. On peut dire cependant que si, comme résultat de ces stratégies, on arrive à une situation de quasi-diglossie 18 au sein des entreprises, cela ne sera probablement pas sans conséquences. Quel est le résultat des stratégies d'entreprise et des enjeux? Une situation typique d'un grand nombre d'entreprises est le bilinguisme presque strict, une utilisation bipolaire quasi-exclusive du français et de l'anglais. La distribution fonctionnelle accorde au français la communication interne et la communication externe à l'anglais La distribution se veut aussi stratégique. Existe-t-il des perspectives d'évolution ou de changement? Travailler en anglais est devenu quelque chose de normal, d'évident et de naturel, pour tous les échanges commerciaux internationaux. Il y a là un trait fort d'idéologie linguistique, qui a pour corollaire que le français n'est pas apte à exprimer tous les concepts et situations du monde des affaires. 19 Pourquoi en est-on arrivé à une telle situation? Cela tient bien sûr d'un contexte historique, donc éventuellement évolutif. Pour le Forum Francophone des Affaires, "le recul du français n'est pas une décision de gestion, mais l'autre face d'une réalité, l'expression en abyme du rayonnement anglo-américain " 8 Politique, stratégie(s), choix Les enjeux étant importants, peut-on penser que des entreprises négligent d'avoir une stratégie relative aux langues? La compétitivité sur le plan international exige que les entreprises soignent le choix des langues qu'elles pratiqueront et réfléchissent aux postes qui requièrent une telle compétence. Tout cela ne peut tenir du hasard, mais les entreprises rechignent à dire qu'elles élaborent des stratégies. Cela explique en partie les limites de cette enquête, et le caractère hypothétique de ses conclusions. Il subsiste un décalage entre les souhaits des entreprises, la volonté d'une réelle diversité linguistique, qui leur ouvrirait peut-être d'autres horizons, et la réalité des moyens qui y sont consacrés. Le Forum Francophone des Affaires propose de promouvoir les métiers de la traduction et de l'interprétation, pour notamment renforcer le multilinguisme dans les pratiques des entreprises. Il estime que développer d'égales compétences techniques dans diverses langues est probablement rentable. 20 Le Forum Francophone des Affaires s'interroge sur l'existence de politiques linguistiques au sein des entreprises et affirme que "rares sont celles qui conceptualisent à priori l'utilisation qu'elles ont ou qu'elles feront des langues". 21 Nous sommes tout à fait d'accord avec cela et nous avons la même interrogation. Les stratégies linguistiques se présentent-elles sous forme de choix ou de politique à part entière? Nous pourrions peut-être parler de politique linguistique pour l'entreprise G.A. En effet, l'utilisation dominante de l'anglais ajouté au jargon interne très spécifique est définie par le siège social de l'entreprise. Mais tout le monde ne comprend pas l'anglais dans la société et le personnel a apparemment d'énormes difficultés à comprendre ce jargon comme on nous l'a avoué. Pourquoi 18 Diglossie : coexistence de deux langues, qui se répartissent les fonctions sociales de façon hiérarchisée : il y aurait une "langue haute" l'anglais et une "langue basse", le français. 19 Cf. Rapport Forum Francophone des Affaires p.16, 17, Cf. Rapport du Forum Francophone des Affaires p Cf. ibid. p.14.

15 5 cette utilisation des langues n'est-elle pas abandonnée si elle pose tant de problèmes? C'est justement parce qu'il s'agit d'une politique linguistique, peut-être décidée par des responsables idéologiquement très déterminés et assez éloignés des problèmes. En revanche, en ce qui concerne les entreprises de taille plus modeste, les politiques n'existent probablement pas. Pourquoi? Il y a le manque de temps et d'argent, mais cela n'explique peut-être pas tout. Nous avons posé la question de l'adoption d'une stratégie linguistique pour l'entreprise et du rôle des langues dans ces stratégies. Apparemment la question a de quoi faire sourire puisque deux informateurs ont ri à l'énoncé de la question. Les langues ne font pas du tout partie des stratégies de l'entreprise, nous dit l'un d'eux, tout du moins il n'a pas de stratégie purement linguistique. Toutefois, il avoue qu'elle est implicite car pour un ou deux postes bien déterminés, il cherche quand même, en plus de la compétence pour le commercial, quelqu'un qui connaisse un peu les langues. Quatre des dirigeants interrogés n'accordent pas la dimension de stratégie aux langues parce que pour eux, elles ne méritent pas tant d'importance. Elles sont plutôt partie intégrante de stratégies de conquêtes de marchés, comme supplément ou aide. Les deux autres dirigeants confirment qu'ils ont bien une stratégie dans laquelle les langues ont un rôle. L'un estime que sa stratégie est d'avoir dans le personnel un niveau suffisant de maîtrise des langues anglaise et allemande, au niveau de l'embauche et en fonction de l'évolution des postes. L'autre envisage de faire rentrer des personnes étrangères dans le cadre de sa stratégie linguistique. Néanmoins, cela pose beaucoup de problèmes au niveau de l'intégration. "En stratégie linguistique si ça ne tenait qu'à moi demain, je prendrais 80% d'étrangers." Ils sont les seuls à avouer réfléchir aux langues et à les intégrer dans une stratégie, si ce n'est purement linguistique tout du moins une stratégie de conquête des marchés. Il existe donc bien une relation étroite entre choix des langues, pratique des langues et stratégie de conquêtes de marchés et de compétitivité. Les enjeux du choix des langues sont cruciaux pour les entreprises. L'enjeu consiste à faire le bon choix des langues mais aussi à choisir les personnes et les postes qui auront la responsabilité de pratiquer les langues. Les postes sont le point clé. 9 Conclusion. De l'avis du Credoc, "les déséquilibres dans la pratique linguistique des entreprises en faveur de l'anglais ne peuvent être corrigés". 22 En effet, les entreprises sont poussées à choisir l'anglais comme langue principale de travail, et comme tout fonctionne à peu près correctement elles peuvent ne pas envisager de changer leur mode de fonctionnement. S'il ne peut pas être question, actuellement, de remettre en cause l'utilisation de l'anglais comme langue de travail, devenue une évidence, on peut s'interroger, en particulier dans une visée prospective, sur les moyens de développer le plurilinguisme. Nous avons relevé des paradoxes, comme l'appel à de la sous-traitance linguistique (traducteurs, etc.) alors que les ressources internes sont mal connues, ce qui laisse penser que certains coûts peut-être pourraient être évités ; ou bien, alors que l'influence des préoccupations des entreprises sur l'enseignement est devenue importante, et que des dirigeants d'entreprises déplorent la faible diversité linguistique, leur demande dans ce sens est faible également, ce qui constitue un cercle vivieux Il est certain que les entreprises pourraient favoriser le plurilinguisme plus qu'elles ne le font 22 Cf. Rapport du CREDOC p.6.

16 6 aujourd'hui, et adopter une réelle diversité linguistique pour casser le bilinguisme dont elles s'accommodent. Il faudrait aussi bien sûr que l'enseignement des langues en France se diversifie et se perfectionne. Des stages d'immersion dans un pays étranger devraient être obligatoires beaucoup plus tôt qu'au stade des études supérieures. Enfin, il semble difficile de réglementer plus précisément l'usage des langues en entreprises que ce que fait la loi de La situation bipolaire de la plupart des entreprises est également paradoxale à l'heure de l'élargissement de l'europe : l'ouverture à une multiplicité de langues offre de nouvelles perspectives. Il est vrai que les pays sont aussi plus petits, leurs langues, en général, faibles et pas du tout à rayonnement mondial : mais la diversité de la population française et la liberté de circulation en Europe offrent également des ressources. La seule économie de temps et d'argent, argument actuel pour le bilinguisme françaisanglais, va à l'encontre d'un investissement dans les langues, pourtant sérieusement envisageable pour permettre des gains de compétitivité. Jean-Michel ELOY, Armelle SALVA

17 7 Bibliographie Livres et articles -AMALBERTI René (dir.), MONTMOLLIN Maurice de (dir.), THEUREAU Jacques (dir.) Modèles en analyse du travail, 1991, Liège : Pierre Mardaga. -BORZEIX, FRAENKEL (sous le dir.), Langage et travail. Communication, cognition, action, 2001, Paris : Editions du CNRS, ISBN : BOUTET Josiane, "Activité de langage et activité de travail",1993/2, Paradigme du travail in Futur Antérieur n 16, La marche du temps. -BOUTET Josiane, Paroles au travail, 1995, collection Langage et travail, Paris : L Harmattan, ISBN : CREDOC, (sous la dir.) POQUET Guy, Les pratiques linguistiques dans les entreprises à vocation internationale. Esquisse de typologie, 2002, département " Evaluation des politiques publiques ". -FAITA, "Monde du travail et pratiques langagières" in Langages n 93, 1989, p FORUM FRANCOPHONE DES AFFAIRES, Politiques et pratiques linguistiques des entreprises à vocation internationale, GIRIN Jacques, "Problèmes du langage dans les organisations" in L'individu dans l'organisation: les dimensions oubliées, 1990, Presse Universitaire de Laval, EDITIONS Eska. -LACOSTE Michèle, GROSJEAN Michèle, GRUSENMEYER Corinne, TROGNON Alain, FRAENKEL Béatrice, FAITA Daniel, BORZEIX Anni, GIRIN Jacques, DIDIER Bertrand, CASTRA Denis, CHABROL Claude, Dire et faire au travail, 1995, collection Connexions, Ramonville Saint-Agne : Eres, ISBN : LERAT Pierre, Les langues spécialisées, 1995, collection Linguistique nouvelle, Paris : Presse universitaire de France, ISBN : SAILLARD Claire, "Les acteurs plurilingues au travail : une communauté linguistique?" in Revue Française de linguistique appliquée, La langue dans son contexte social, 2000, volume V-1, Paris : AFLA, ISSN : SCHWARTZ Yves, " Place, formes et fonctions du langage et de la communication dans les activités de travail" in Cahiers de praxématique N 14, 1990 La linguistique insatisfaite, pages 21-29, ISSN: STEFANI (de) Elwys, MIECZNIKOWSKI Johanna, MONDADA Lorenza, "Les activités de traduction dans les réunions de travail plurilingues" in Revue Française de linguistique appliquée, La langue dans son contexte social, 2000, volume V-1, Paris : AFLA, ISSN : TRUCHOT Claude (sous la dir.) Journées internationales d'étude Langue et travail : champs et objets de recherche, 15 et 16 mars 2002, Université Marc Bloch, Strasbourg -TRUCHOT, Claude "La langue au travail. Évolution des pratiques linguistiques dans les entreprises multinationales en Europe ", Conférence au Colloque Communiquer en milieu professionnel plurilingue de l'association Suisse de Linguistique appliquée, Lugano, septembre bulletin/7/fr/truchot.html Sites Internet -http://www.culture.gouv.fr/culture/dglf/rapport/rap-act-2000/rap1.html: troisième partie du rapport au Parlement de l'an 2000 sur l'application de la loi du 4 août 1994, relative à l'emploi de la langue française, intitulé "La protection des salariés et les politiques linguistiques des entreprises". -http://crg.polytechnique.fr/reseauxrecherche/langageet.html: site de l'ecole polytechnique Cnrs-SHS qui présente le réseau "Langage et travail". -http://www.lamaisondesenseignants.com/index.php?action=afficher&rub=5&id=196 : extrait d'un sondage sur les entreprises et les langues vivantes rendu public à l'expo langues http://www.sommexpansion.com/: site du comité d'expansion économique de la Somme et annuaire

18 8 industriel des entreprises de la Somme. -www.telexport.tm.fr -www.telexport.tm.fr : -www.telexport.tm.fr -www.telexport.tm.fr : site de recherche des entreprises importatrices et exportatrices de France-www.telexport.tm.fr

19 9 Annexe : Entreprises enquêtées 1) Effectifs locaux : 360 personnes Maison-mère : France/USA Production : Joints et pièces en caoutchouc (moulage, recoupage) % export : 32,00 % (Allemagne, Italie, Espagne, Brésil...) 2) Effectifs locaux : 220 personnes Maison-mère : France Production : Transformation des matières plastiques. Equipement automobile % export : 56,00 % (Europe, Amérique du Nord, Asie du Sud-Est) 3) Effectifs locaux : 100 personnes Maison-mère : France Production : Machines-outils lourdes % export : 72,00 % (Allemagne, Suisse, Chine) 4) Effectifs locaux : 755 personnes Maison-mère : USA Production : Détergents % export : 27,70 % (Divers pays) 5) Effectifs locaux : 140 personnes Maison-mère : indépendante Production : Fabrication de papiers peints % export : 46,60 % (Divers pays) 6) Effectifs locaux : 120 personnes Maison-mère : Indépendante Production : Recyclage textile % export : 91,00 % Afrique, Moyen-Orient, Asie

CONCLUSIONS. Par rapport aux résultats obtenus, on peut conclure les idées suivantes :

CONCLUSIONS. Par rapport aux résultats obtenus, on peut conclure les idées suivantes : CONCLUSIONS L application de la PNL à l entreprise est confrontée aux besoins des leaders d équipe, tels que: la gestion de son propre développement, du stress, la résolution des problèmes tels que les

Plus en détail

JEU DE QUESTIONS ET RÉPONSES

JEU DE QUESTIONS ET RÉPONSES JEU DE QUESTIONS ET RÉPONSES Question posée Réponses lors de l'université d'été de EDE, 01/09/2012 à Grésillon Autres réponses possibles? 1/ Vous êtes candidats du parti espéranto, et vous proposez qu'on

Plus en détail

Résultats obtenus pour le questionnaire «Clientèle»

Résultats obtenus pour le questionnaire «Clientèle» Résultats obtenus pour le questionnaire «Clientèle» Introduction Suite à l envoi du questionnaire «Clientèle», nous avons reçu un total de 588 réponses. Ce résultat nous semble tout à fait satisfaisant

Plus en détail

Conditions de travail des assistants diplômés en Lettres Compte rendu de l enquête

Conditions de travail des assistants diplômés en Lettres Compte rendu de l enquête Conditions de travail des assistants diplômés en Lettres Compte rendu de l enquête 1. Les faits L enquête sous forme de questionnaire a été menée durant le mois d octobre 2011 auprès des assistants diplômés

Plus en détail

1. QU'EST-CE QUE L'INNOVATION

1. QU'EST-CE QUE L'INNOVATION 1. QU'EST-CE QUE L'INNOVATION L'innovation, étymologiquement, signifie «renouveler». L'innovation caractérise l'acte de déploiement du potentiel économique d'un résultat produit dans le champ de la connaissance

Plus en détail

DEVELOPPEMENT COMMERCIAL AUX ETATS-UNIS : 10 ERREURS A NE PAS COMMETTRE. SOMMAIRE

DEVELOPPEMENT COMMERCIAL AUX ETATS-UNIS : 10 ERREURS A NE PAS COMMETTRE. SOMMAIRE DEVELOPPEMENT COMMERCIAL AUX ETATS-UNIS : 10 ERREURS A NE PAS COMMETTRE. Nous souhaitons, avec ce document, vous faire partager les écueils que nous constatons chez les PME françaises qui abordent le marché

Plus en détail

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE [Prénom Nom] Rapport sur le stage effectué du [date] au [date] Dans la Société : [NOM DE LA SOCIETE : Logo de la société] à [Ville] [Intitulé du

Plus en détail

1. Compte rendu de l'enquête effectuée auprès des utilisateurs du site Web de l'omc

1. Compte rendu de l'enquête effectuée auprès des utilisateurs du site Web de l'omc 1. Compte rendu de l'enquête effectuée auprès des utilisateurs du site Web de l'omc L'équipe Web de l'omc remercie les personnes qui ont rempli le questionnaire destiné aux utilisateurs. Les renseignements

Plus en détail

ENQUÊTE SUR LA FORMATION PROFESSIONNELLE DANS LES ENTREPRISES

ENQUÊTE SUR LA FORMATION PROFESSIONNELLE DANS LES ENTREPRISES ENQUÊTE SUR LA FORMATION PROFESSIONNELLE DANS LES ENTREPRISES Synthèse des principaux résultats Conseil Régional Centre Septembre 2003 1 Afin de poursuivre l'élaboration de son Plan Régional de Développement

Plus en détail

Avenir des métiers Métiers d avenir

Avenir des métiers Métiers d avenir Résultats de l enquête croisée «Entreprises / Jeunes» de l Association Jeunesse et Entreprises Avenir des métiers Métiers d avenir Enquête réalisée avec OpinionWay, de juin à septembre 2014 auprès de 304

Plus en détail

Résultats de l enquête EPCI

Résultats de l enquête EPCI Sondage Résultats de l enquête EPCI Intitulé du sondage : Les EPCI françaises et Internet Intranet, Extranet Référence : 02SD421 Destinataire(s) : Répondants à l enquête Version : 1.0 Date : Octobre 2002

Plus en détail

TEST D'APTITUDE COMMERCIALE Dossier d'information

TEST D'APTITUDE COMMERCIALE Dossier d'information TEST D'APTITUDE COMMERCIALE Dossier d'information L'outil solution personnalisable pour sélectionner et évaluer les capacités des commerciaux L'écart d'efficacité entre un commercial "moyen" et un "bon"

Plus en détail

LA GESTION DE LA FORCE DE VENTE ABORDEE SOUS L ANGLE DE LA REMUNERATION

LA GESTION DE LA FORCE DE VENTE ABORDEE SOUS L ANGLE DE LA REMUNERATION LA GESTION DE LA FORCE DE VENTE ABORDEE SOUS L ANGLE DE LA REMUNERATION Depuis quelques années, on constate une grande évolution de la fonction vente ; avec le passage de la notion de l acte de vente à

Plus en détail

L ouverture des marchés de l électricité et du gaz naturel pour les clients professionnels Baromètre annuel vague 7 Septembre 2011

L ouverture des marchés de l électricité et du gaz naturel pour les clients professionnels Baromètre annuel vague 7 Septembre 2011 L ouverture des marchés de l électricité et du gaz naturel pour les clients professionnels Baromètre annuel vague 7 Septembre 2011 Baromètre annuel vague 7-1 - PRESENTATION DE L ETUDE Baromètre annuel

Plus en détail

Du marketing dans ma PME!

Du marketing dans ma PME! Du marketing dans ma PME! Manque d expérience marketing des managers de sociétés technologiques, difficulté de recruter des profils marketing formés ou expérimentés : pourquoi la mission marketing est-elle

Plus en détail

Évaluation au rendement: D'une culture d'évaluation à une culture d'appréciation

Évaluation au rendement: D'une culture d'évaluation à une culture d'appréciation 102-1406 Esther Blondin, Québec, G1Y 3S5 www.sane-solution.com 418-952-3243 Évaluation au rendement: D'une culture d'évaluation à une culture d'appréciation Lorsqu'on parle d'évaluation au rendement, voici

Plus en détail

ANNEXE 7 Procédure d accompagnement. du pôle petite enfance de Soule. pour une labellisation au modèle C

ANNEXE 7 Procédure d accompagnement. du pôle petite enfance de Soule. pour une labellisation au modèle C ANNEXE 7 Procédure d accompagnement du pôle petite enfance de Soule pour une labellisation au modèle C Politique linguistique de l OPLB en matière de petite enfance Pour stopper le déclin de la langue

Plus en détail

Intégrer un salarié dans l entreprise

Intégrer un salarié dans l entreprise L objectif de ce guide est d aider les managers à optimiser l accueil et l intégration des nouveaux salariés dans l entreprise. Un autre guide Fafsea «Assurer la fonction de tuteur» est à la disposition

Plus en détail

Agile Learning Comment faire face aux changements organisationnels? Une étude internationale réalisée par Lumesse

Agile Learning Comment faire face aux changements organisationnels? Une étude internationale réalisée par Lumesse Comment faire face aux changements organisationnels? Une étude internationale réalisée par Lumesse Introduction Le monde du travail est plus que familier avec la notion de changement. Synonyme d innovation

Plus en détail

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 260 COMMUNICATION DES QUESTIONS SOULEVÉES À L OCCASION DE L AUDIT AUX PERSONNES CONSTITUANT LE GOUVERNEMENT D'ENTREPRISE

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 260 COMMUNICATION DES QUESTIONS SOULEVÉES À L OCCASION DE L AUDIT AUX PERSONNES CONSTITUANT LE GOUVERNEMENT D'ENTREPRISE NORME INTERNATIONALE D AUDIT 260 COMMUNICATION DES QUESTIONS SOULEVÉES À L OCCASION DE L AUDIT AUX PERSONNES CONSTITUANT LE GOUVERNEMENT D'ENTREPRISE SOMMAIRE Paragraphes Introduction... 1-4 Personnes

Plus en détail

INFLUENCE DE L APPARENCE DU CANDIDAT SUR LA DÉCISION D EMBAUCHE

INFLUENCE DE L APPARENCE DU CANDIDAT SUR LA DÉCISION D EMBAUCHE INFLUENCE DE L APPARENCE DU CANDIDAT SUR LA DÉCISION D EMBAUCHE Etude menée début 2012 auprès de 80 personnes réalisant des entretiens de recrutement en France Propriété intellectuelle de Karine Averseng.

Plus en détail

25 Le rythme du cours peut paraitre un peu lent sur les derniers amphis pour les élèves issus de la filière MP Info.

25 Le rythme du cours peut paraitre un peu lent sur les derniers amphis pour les élèves issus de la filière MP Info. 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 Le rythme du cours peut paraitre un peu lent sur les derniers amphis pour les élèves issus de la filière MP Info. 26 27 28 29 30 31 32

Plus en détail

PROGRAMME DES ÉPREUVES EXAMEN BTS NOTARIAT

PROGRAMME DES ÉPREUVES EXAMEN BTS NOTARIAT PROGRAMME DES ÉPREUVES EXAMEN BTS NOTARIAT www.imnrennes.fr ÉPREUVE E1 - CULTURE GÉNÉRALE ET EXPRESSION Coefficient 3 L objectif visé est de vérifier l aptitude des candidats à communiquer avec efficacité

Plus en détail

Horizons. L'impact financier du BYOD. 10 points clés de l'étude Cisco IBSG Horizons. Introduction

Horizons. L'impact financier du BYOD. 10 points clés de l'étude Cisco IBSG Horizons. Introduction L'impact financier du BYOD 10 points clés de l'étude Jeff Loucks/Richard Medcalf Lauren Buckalew/Fabio Faria Entre 2013 et 2016, le nombre d'appareils personnels utilisés pour le travail dans les six pays

Plus en détail

Intégrer un salarié dans l entreprise

Intégrer un salarié dans l entreprise L objectif de ce guide est d aider les managers à optimiser l accueil et l intégration des nouveaux salariés dans l entreprise. Un autre guide Fafsea «Assurer la fonction de tuteur» est à la disposition

Plus en détail

G R E C A U Rapport sur le mémoire de thèse de doctorat ENSA de Toulouse, INSA, école doctorale MEGeP, Spécialité Génie Civil, En co-tutelle avec l'université de Laval, Québec, Canada présenté par Catherine

Plus en détail

Bien-être et performance au travail

Bien-être et performance au travail Bien-être et performance au travail Synthèse des résultats de l enquête «Parlons bienêtre au travail» en Suisse romande Cette enquête porte sur 723 employés de Suisse romande. Elle s est déroulée sous

Plus en détail

Parcours. Année scolaire 2006-2007. Programme de DANSE (506.A0)

Parcours. Année scolaire 2006-2007. Programme de DANSE (506.A0) Année scolaire 2006-2007 Parcours Programme de DANSE (506.A0) Marlène Parent, conseillère pédagogique Local 1001-4, poste tél. 243 (Courriel : parentm@cdrummond.qc.ca) Département de Danse, local 1908,

Plus en détail

RESPONSABLE MARKETING

RESPONSABLE MARKETING LES VIDÉOS LESMÉTIERS.NET : ÉCONOMIE - GESTION - FINANCE RESPONSABLE MARKETING Production exécutive : Prod interactive GIP CARIF Île-de-France, 2006 Durée : 02 min 35 s L'enseignement de découverte professionnelle

Plus en détail

Christophe Fournier. Clinique de Thuys. Aunége - Christophe Fournier

Christophe Fournier. Clinique de Thuys. Aunége - Christophe Fournier Christophe Fournier Clinique de Thuys Aunége - Christophe Fournier 2 Table des matières Information sur l'échantillon 3 Structure de l'échantillon...4 Point méthodologique 6 Point méthodologique...7 Représentativité

Plus en détail

Protection des données et e-commerce: Aide à la mise en pratique et propositions présentées par le préposé fédéral à la protection des données

Protection des données et e-commerce: Aide à la mise en pratique et propositions présentées par le préposé fédéral à la protection des données Le Préposé fédéral à la protection des données et à la transparence Protection des données et e-commerce: Aide à la mise en pratique et propositions présentées par le préposé fédéral à la protection des

Plus en détail

Chapitre V : Résultats. 5.1 Présentation des résultats obtenus. 5.1.1 Interprétation des corrélations

Chapitre V : Résultats. 5.1 Présentation des résultats obtenus. 5.1.1 Interprétation des corrélations Chapitre V : Résultats Les corrélations présentées par la suite, sont celles qui correspondent aux chiffres choisis (corrélation de 0,13 ou 0,13), et celles que nous avons jugées les plus significatifs

Plus en détail

Elaborer un projet d action

Elaborer un projet d action FICHE PRATI QUE Elaborer un projet d action Un projet n est pas le fruit du hasard mais le résultat d une situation que l on juge insatisfaisante et que l on souhaite changer. On pourrait dans ce sens

Plus en détail

Document de travail issu de la commission CTI-SMF-SMAI

Document de travail issu de la commission CTI-SMF-SMAI Document de travail issu de la commission CTI-SMF-SMAI 1) Place des mathématiques actuellement dans le document de référence de la CTI Le document CTI - Références et Orientations n évoque pas explicitement

Plus en détail

OUTIL D AUTOÉVALUATION DU

OUTIL D AUTOÉVALUATION DU Institut de leadership en éducation OUTIL D AUTOÉVALUATION DU L EADERSHIP Instructions Ministère de l Éducation INSTRUCTIONS ET RECOMMANDATIONS POUR L UTILISATION EFFICACE DE L OUTIL Les recherches montrent

Plus en détail

GERER DES PROBLEMES. Marc Thiébaud. Novembre 2005

GERER DES PROBLEMES. Marc Thiébaud. Novembre 2005 www.forres.ch Séminaire de base GERER DES PROBLEMES Marc Thiébaud Novembre 2005 «Un problème, c'est un défi à surmonter. Mais c'est surtout un défi que l'on se crée, car il n'est pas simplement posé, il

Plus en détail

Quelles clés pour choisir un cabinet de reclassement?

Quelles clés pour choisir un cabinet de reclassement? Quelles clés pour choisir un cabinet de reclassement? L organisation Livre blanc Objectif du document : Ce document a pour objectif de présenter les principaux éléments de choix d un cabinet de reclassement

Plus en détail

CONSEIL NATIONAL D'ÉVALUATIONS DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE

CONSEIL NATIONAL D'ÉVALUATIONS DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE CONSEIL NATIONAL D'ÉVALUATIONS DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE «Les usages et pratiques de la formation dans les entreprises de 10 à 49 salariés et leurs effets sur le développement professionnel des salariés»

Plus en détail

ICE - FAGIOLI & PARTENAIRES

ICE - FAGIOLI & PARTENAIRES ICE - FAGIOLI & PARTENAIRES MANAGEMENT RELATIONS HUMAINES ENTREPRENEURSHIP Place St-François 12bis, 1002 Lausanne Téléphone : 021 12 70 6 mail@icefagioli.ch - www.icefagioli.ch - www.moncoach.ch ENQUÊTE

Plus en détail

3 Les premiers résultats des plans d'actions

3 Les premiers résultats des plans d'actions 3 Les premiers résultats des plans d'actions Les résultats que nous avons obtenus en ce qui concerne les plans d'action, résultent de l'analyse de 48 entreprises seulement. Revenons sur notre échantillon.

Plus en détail

Votre kit gratuit Coaching Emploi. Compétences

Votre kit gratuit Coaching Emploi. Compétences Votre kit gratuit Coaching Emploi Compétences Bienvenue dans votre ESPACE Coaching Emploi Votre Coach Emploi est une vraie professionnelle du développement de carrière. Elle a accompagné un grand nombre

Plus en détail

Mémoire de stage et soutenance

Mémoire de stage et soutenance Mémoire de stage et soutenance Le choix du sujet Le sujet du mémoire est défini avant le commencement du stage ou au début de celui-ci : il résulte d'une concertation entre le stagiaire et le maître de

Plus en détail

Bonjour, Stéphane Vang, notre jeunot du groupe, et surtout notre expert en programmation.

Bonjour, Stéphane Vang, notre jeunot du groupe, et surtout notre expert en programmation. Bonjour, Tout d'abord, présentons nous rapidement. Stéphane Vang, notre jeunot du groupe, et surtout notre expert en programmation. - BTS info indus - Maitrise en informatique et reseau international -

Plus en détail

Evaluation de votre conférence de méthode ou cours-séminaire

Evaluation de votre conférence de méthode ou cours-séminaire Enseignement : INTRODUCTION A LA SOCIOLOGIE 2 : CONCEPTS, METHODES, ET ENJEU ACTUELS Excellent Bon Moyen Insuffisant Comment évaluez-vous la préparation et l'organisation des séances? 6 (30%) 11 (55%)

Plus en détail

OBSERVATOIRE DU REGROUPEMENT DE CREDITS - Sondage PollingVox pour Bourse des Crédits -

OBSERVATOIRE DU REGROUPEMENT DE CREDITS - Sondage PollingVox pour Bourse des Crédits - OBSERVATOIRE DU REGROUPEMENT DE CREDITS - Sondage PollingVox pour Bourse des Crédits - PollingVox 67, rue Saint-Jacques 75005 Paris pollingvox.com SOMMAIRE Note technique... 3 Synthèse des résultats...

Plus en détail

Rapport d évaluation de la licence

Rapport d évaluation de la licence Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence Langues étrangères appliquées de l Université de Cergy-Pontoise Vague E 2015-2019 Campagne d évaluation 2013-2014 Section des Formations

Plus en détail

À votre service...? Let s drive business

À votre service...? Let s drive business À votre service...? Analyse du marché : L entreprise satisfaitelle les attentes des consommateurs européens en ce qui concerne la prise de rendez-vous et les délais de livraison? Étude de marché : Prestation

Plus en détail

Votre implantation à l étranger

Votre implantation à l étranger Votre implantation à l étranger Afin de déterminer la forme de présence la plus adaptée à la commercialisation de vos produits et de vos services, un choix est nécessaire entre quelques grandes options

Plus en détail

Evaluer des élèves de Seconde par compétences en Sciences Physiques

Evaluer des élèves de Seconde par compétences en Sciences Physiques Evaluer des élèves de Seconde par compétences en Sciences Physiques Introduction Depuis quelques années, le terme de «compétences» s installe peu à peu dans notre quotidien ; aussi bien dans la vie de

Plus en détail

Safety Coach. Un projet pour l'accompagnement des jeunes dans les entreprises

Safety Coach. Un projet pour l'accompagnement des jeunes dans les entreprises Safety Coach Un projet pour l'accompagnement des jeunes dans les entreprises Contenu 1 Doyens et benjamins 3 2 Objectifs 3 3 Le déroulement 4 4 Le Fonds de l'expérience professionnelle 4 5 Contact 5 Safety

Plus en détail

FIT EUROPE CODE DE PRATIQUE PROFESSIONNELLE

FIT EUROPE CODE DE PRATIQUE PROFESSIONNELLE CODE DE PRATIQUE PROFESSIONNELLE Considérant le rôle majeur que jouent les traducteurs et les interprètes dans la facilitation et la promotion de la communication et de la compréhension internationales,

Plus en détail

Licence professionnelle Assistant export trilingue anglais-espagnol

Licence professionnelle Assistant export trilingue anglais-espagnol Formations et diplômes Rapport d'évaluation Licence professionnelle Assistant export trilingue anglais-espagnol Université Stendhal - Grenoble 3 Campagne d évaluation 2014-2015 (Vague A) Formations et

Plus en détail

ANALYSE QUALITATIVE RESTREINTE

ANALYSE QUALITATIVE RESTREINTE Uniquement disponible sur le site web du CELV: http//www.ecml.at Document de référence 3: ANALYSE QUALITATIVE RESTREINTE Objet et méthode: Nous avons voulu comprendre au-delà des réponses au questionnaire

Plus en détail

Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP)

Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP) F CDIP/14/5 ORIGINAL : ANGLAIS DATE : 8 SEPTEMBRE 2014 Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP) Quatorzième session Genève, 10 14 novembre 2014 RÉSUMÉ DU RAPPORT D ÉVALUATION DU

Plus en détail

Texte 9 Analyse des causes de la non-persistance Études portant sur la non-persistance dans trois programmes du Collège

Texte 9 Analyse des causes de la non-persistance Études portant sur la non-persistance dans trois programmes du Collège Texte 9 Analyse des causes de la non-persistance Études portant sur la non-persistance dans trois programmes du Collège LASNIER, Monique. Plan institutionnel d'aide à la réussite et à la persistance.collège

Plus en détail

Etude OpinionWay pour ZUPdeCO : L impact de l accompagnement scolaire

Etude OpinionWay pour ZUPdeCO : L impact de l accompagnement scolaire www.zupdeco.org Communiqué de presse Avril 2015 Etude OpinionWay pour ZUPdeCO : L impact de l accompagnement scolaire Difficultés d apprentissage, décrochage, accompagnement scolaire et perception de réussite

Plus en détail

2012- Présentation de la Section Européenne Anglais. Mme HAMEL & M. ONGARETTI Collège Francine Fromond 2012-2013 MINISTÈRE DE L ÉDUCATION NATIONALE

2012- Présentation de la Section Européenne Anglais. Mme HAMEL & M. ONGARETTI Collège Francine Fromond 2012-2013 MINISTÈRE DE L ÉDUCATION NATIONALE 2012- MINISTÈRE DE L ÉDUCATION NATIONALE MINISTÈRE DE L ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR ET DE LA RECHERCHE 2013 Présentation de la Section Européenne Anglais Mme HAMEL & M. ONGARETTI Collège Francine Fromond 2012-2013

Plus en détail

Etude relative aux rapports des présidents sur les procédures de contrôle interne et de gestion des risques pour l exercice 2011

Etude relative aux rapports des présidents sur les procédures de contrôle interne et de gestion des risques pour l exercice 2011 Etude relative aux rapports des présidents sur les procédures de contrôle interne et de gestion des risques pour l exercice 2011 SOMMAIRE Synthèse et Conclusion... 1 Introduction... 4 1. La description

Plus en détail

Un concept central aujourd hui : les compétences dans le monde du travail

Un concept central aujourd hui : les compétences dans le monde du travail Introduction Un concept central aujourd hui : les compétences dans le monde du travail En devenant une notion clé de la gestion des ressources humaines, le concept de compétence a progressivement élargi

Plus en détail

Enquête sur l importance du patrimoine en Suisse. réalisée pour l Office fédéral de la culture

Enquête sur l importance du patrimoine en Suisse. réalisée pour l Office fédéral de la culture Département fédéral de l'intérieur DFI Office fédéral de la culture OFC Enquête sur l importance du patrimoine en Suisse réalisée pour l Office fédéral de la culture Juillet 2014 Table des matières 1.

Plus en détail

2.1. AVANT LA FORMATION 2.1.1. ANALYSER COLLECTIVEMENT LE BESOIN

2.1. AVANT LA FORMATION 2.1.1. ANALYSER COLLECTIVEMENT LE BESOIN AVANT LA FORMATION 2.1. AVANT LA FORMATION L avant-formation est l étape initiale du processus de formation et son importance est cruciale pour la réussite du programme. C est en effet lors de ce moment

Plus en détail

Partage de données: opinions, usages et besoins

Partage de données: opinions, usages et besoins Partage de données: opinions, usages et besoins Enquête DARIS auprès des chercheuses et chercheurs en sciences sociales en Suisse Eliane Ferrez et Martina Bichsel Lausanne, mars 2012 Introduction Le Service

Plus en détail

LES INTERMEDIAIRES de l ASSURANCE. Etat des lieux et perspectives

LES INTERMEDIAIRES de l ASSURANCE. Etat des lieux et perspectives LES INTERMEDIAIRES de l ASSURANCE Etat des lieux et perspectives Contexte de l étude Plus de 30 000 courtiers et agents généraux en France sont au cœur des transformations en cours dans le secteur de l

Plus en détail

Bienvenue dans le monde de la construction logicielle

Bienvenue dans le monde de la construction logicielle Chapitre 1 Bienvenue dans le monde de la construction logicielle Sommaire : 1.1 La construction logicielle, qu est-ce que c est? : page 3 1.2 Pourquoi la construction logicielle est-elle importante? :

Plus en détail

Cahier Technique Différences Batigest Standard/Evolution. Apibâtiment. Documentation technique

Cahier Technique Différences Batigest Standard/Evolution. Apibâtiment. Documentation technique Cahier Technique Différences Batigest Standard/Evolution Apibâtiment Documentation technique Sommaire Sommaire I. Préambule... 3 II. Différences Batigest Standard/Evolution... 4 1. Eléments... 4 2. Devis

Plus en détail

Regard des parents sur la confiance et les jeunes à l école et en famille

Regard des parents sur la confiance et les jeunes à l école et en famille Regard des parents sur la confiance et les jeunes à l école et en famille Février 2013 Contact : Julien Goarant Directeur de clientèle Tel : 01 80 48 30 80 Email : jgoarant@opinion-way.com Méthodologie

Plus en détail

Le dialogue compétitif

Le dialogue compétitif Rapports et études Les prises de position de la Chambre de commerce et d industrie de Paris Le dialogue compétitif Trois propositions d'amélioration de la procédure dans les marchés publics et les contrats

Plus en détail

LES CADRES ET LEUR CARRIÈRE : PROJETS ET CONSEILS

LES CADRES ET LEUR CARRIÈRE : PROJETS ET CONSEILS LES CADRES ET LEUR CARRIÈRE : PROJETS ET CONSEILS Novembre 11 Plus de la moitié des cadres en poste envisage une mobilité professionnelle dans un avenir proche, que ce soit un changement de poste dans

Plus en détail

DIRECTIVE DU COMMISSAIRE

DIRECTIVE DU COMMISSAIRE DIRECTIVE DU COMMISSAIRE SUJET: PROCESSUS INTERNE DE RÈGLEMENT DES DIFFÉRENDS N O: DC-12 DATE DE PUBLICATION: 10 AVRIL 2013 DATE D ENTRÉE EN VIGUEUR : 2 SEPTEMBRE 2013 INTRODUCTION Le gouvernement du Canada

Plus en détail

International. Criminal Court. Cour Pénale tf \ Information Circular - Circulaire d'information Ref. ICC/INF/2006/009 Date: 27 Mars 2006

International. Criminal Court. Cour Pénale tf \ Information Circular - Circulaire d'information Ref. ICC/INF/2006/009 Date: 27 Mars 2006 Cour Pénale tf \ Internationale v Le Greffier International Criminal Court ^s The Registrar Information Circular - Circulaire d'information Ref. ICC/INF/2006/009 Date: 27 Mars 2006 Formation et perfectionnement

Plus en détail

3. ÉPREUVES. Épreuve E4 : Communication et relations avec les acteurs internes et externes

3. ÉPREUVES. Épreuve E4 : Communication et relations avec les acteurs internes et externes 3. ÉPREUVES À l issue des épreuves orales, aussi bien en CCF qu'en forme ponctuelle, les s ne donnent aucune indication sur la valeur de la prestation du candidat. La note proposée n'est pas communiquée

Plus en détail

L'importance de la marque employeur

L'importance de la marque employeur Talent Solutions Livre blanc L'importance de la marque employeur L'influence de la marque entreprise et de la marque employeur sur l'intérêt pour l'emploi Conclusions principales 1) Une marque globale

Plus en détail

INTRODUCTION. OCTOBRE 2012 «BILAN DE SANTÉ» Prise VI ÉTUDE POINTS DE VUE BDC Recherche et intelligence de marché de BDC TABLE DES MATIÈRES

INTRODUCTION. OCTOBRE 2012 «BILAN DE SANTÉ» Prise VI ÉTUDE POINTS DE VUE BDC Recherche et intelligence de marché de BDC TABLE DES MATIÈRES OCTOBRE 2012 «BILAN DE SANTÉ» Prise VI ÉTUDE POINTS DE VUE BDC Recherche et intelligence de marché de BDC TABLE DES MATIÈRES Faits saillants du sondage 2 Méthode de sondage 3 Profil des répondants 3 Santé

Plus en détail

de données >> Méthodologies qualitatives

de données >> Méthodologies qualitatives FR Collecte de données >> Méthodologies qualitatives 1 collecte de données >> méthodologies qualitatives page 13 1. L observation page 45 2. l entretien individuel page 73 3. le focus group page 107 4.

Plus en détail

Enquête auprès de 4 générations de primo-accédants ayant souscrit un prêt au Crédit Foncier de France

Enquête auprès de 4 générations de primo-accédants ayant souscrit un prêt au Crédit Foncier de France Enquête auprès de 4 générations de primo-accédants ayant souscrit un prêt au Crédit Foncier de France Rapport rédigé par : Jean-Daniel Lévy, Directeur du Département Opinion & Corporate Marion Desreumaux,

Plus en détail

Plan pluriannuel d accessibilité de l Office de la qualité et de la responsabilité en éducation (OQRE)

Plan pluriannuel d accessibilité de l Office de la qualité et de la responsabilité en éducation (OQRE) Plan pluriannuel d accessibilité de l Office de la qualité et de la responsabilité en éducation (OQRE) 1 Table des matières Introduction... 3 À propos du Plan pluriannuel d accessibilité de l OQRE... 3

Plus en détail

ENTRETIENS, VIE EN ENTREPRISE, VIE DE TOUS LES JOURS 5 CONSEILS EN OR POUR AVOIR LA SWISS ATTITUDE

ENTRETIENS, VIE EN ENTREPRISE, VIE DE TOUS LES JOURS 5 CONSEILS EN OR POUR AVOIR LA SWISS ATTITUDE Travailler- en- Suisse.ch ENTRETIENS, VIE EN ENTREPRISE, VIE DE TOUS LES JOURS 5 CONSEILS EN OR POUR AVOIR LA SWISS ATTITUDE A lire absolument si vous voulez avoir une approche professionnelle sur le marché

Plus en détail

L'usage des langues étrangères dans les entreprises françaises

L'usage des langues étrangères dans les entreprises françaises Sophie Bressé L'usage des langues étrangères dans les entreprises françaises En France comme ailleurs, dans les entreprises, et tout particulièrement dans celles qui travaillent à l'international, la capacité

Plus en détail

14 Adopter une attitude professionnelle

14 Adopter une attitude professionnelle 14 Adopter une attitude professionnelle Pour mener à bien votre projet et instaurer des relations constructives le groupe doit adopter une attitude professionnelle et se montrer : 1. Mobilisé tous les

Plus en détail

ANNEXES. Evaluation de la formation à Polytech Lille Département GIS. Enseignements les plus utiles. Enseignements à renforcer

ANNEXES. Evaluation de la formation à Polytech Lille Département GIS. Enseignements les plus utiles. Enseignements à renforcer ANNEXES Evaluation de la formation à Polytech Lille Département GIS Enseignements les plus utiles Enseignements à renforcer Enseignements à intégrer Commentaires Généraux Accompagnement Professionnel Enseignements

Plus en détail

Master 1 T2M. Instructions pour la rédaction des notes de stage

Master 1 T2M. Instructions pour la rédaction des notes de stage Master 1 T2M Instructions pour la rédaction des notes de stage I Dispositions générales Selon le pays où vous êtes en stage, un enseignant de la langue concernée sera chargé de suivre votre stage et la

Plus en détail

Résultats du sondage effectué des «Discussions du Manitoba sur l éducation»

Résultats du sondage effectué des «Discussions du Manitoba sur l éducation» Résultats du sondage effectué des «Discussions du Manitoba sur l éducation» Tableau 1 : Sujets abordés Sujets (n = 3 220) n Innovation et qualité dans l apprentissage des jeunes enfants 2 775 86 Aider

Plus en détail

Canevas d aide au montage et cahier des charges de votre action de formation

Canevas d aide au montage et cahier des charges de votre action de formation Canevas d aide au montage et cahier des charges de votre action de formation FINALITÉS DE L ACTION (à établir avec le commanditaire) Quels sont les objectifs finals du commanditaire (ses finalités : économiques,

Plus en détail

Synthèse 12 mars 2015 VOTRE CONTACT. Delphine MIRANDE Directrice adjointe +33 (0) 1 40 53 47 09 delphine.mirande@infraforces.com

Synthèse 12 mars 2015 VOTRE CONTACT. Delphine MIRANDE Directrice adjointe +33 (0) 1 40 53 47 09 delphine.mirande@infraforces.com BRANCHE PROFESSIONNELLE DES COMMERCES ET SERVICES DE L'AUDIOVISUEL, DE L'ÉLECTRONIQUE ET DE L'ÉQUIPEMENT MÉNAGER - ENQUÊTE SUR LES BESOINS EN COMPÉTENCES DES SALARIÉS DES ENTREPRISES DE MOINS DE 10 SALARIÉS

Plus en détail

Plan de services en français 2014-2015 de la Régie régionale de la santé Cumberland

Plan de services en français 2014-2015 de la Régie régionale de la santé Cumberland Plan de services en français 2014-2015 de la Régie régionale de la santé Cumberland Plan de services en français 2014-2015 1 Table des matières Table des matières... page 2 Message du directeur général...

Plus en détail

1-9 August 2003, Berlin

1-9 August 2003, Berlin World Library and Information Congress: 69th IFLA General Conference and Council 1-9 August 2003, Berlin Code Number: 014-F Meeting: 91. Education and Training Simultaneous Interpretation: Yes Rapport

Plus en détail

FAIRE APPEL À UN EXPERT

FAIRE APPEL À UN EXPERT FAIRE APPEL À UN EXPERT Décembre 2011 Afin d être en mesure d exercer ses missions, le comité d entreprise dispose de nombreux moyens d information, notamment par les documents que doit lui communiquer

Plus en détail

Mission de pédagogie universitaire Université Saint-Joseph Glossaire 1

Mission de pédagogie universitaire Université Saint-Joseph Glossaire 1 glossaire Les définitions succinctes, présentées dans ce glossaire, sont, en grande partie, tirées des chapitres du Manuel. Elles sont en harmonie avec les références relatives au Processus de Bologne.

Plus en détail

Épreuves écrites et orales, deux sessions d'examens. Dossier, mémoire et rapports de stages donnant lieu à des soutenances.

Épreuves écrites et orales, deux sessions d'examens. Dossier, mémoire et rapports de stages donnant lieu à des soutenances. UFR de Langues et Cultures Étrangères Campus Chemin du Thil 80025 Amiens Cedex 1 03 22 82 73 73 www.u-picardie.fr Master Professionnel Domaine Arts, Lettres, Langues Mention Langue(s), Textes, Échanges

Plus en détail

Analyse et synthèses des réponses au questionnaire. L initiative Philanthropique Jerôme KOHLER

Analyse et synthèses des réponses au questionnaire. L initiative Philanthropique Jerôme KOHLER Analyse et synthèses des réponses au questionnaire L initiative Philanthropique Jerôme KOHLER Quelques éléments préalables 47 réponses pour 93 questionnaires envoyés Base de réponse de 50% Les principaux

Plus en détail

Opinion publique par rapport à l accueil des réfugiés au Luxembourg

Opinion publique par rapport à l accueil des réfugiés au Luxembourg TNS ILRES Sondage pour le Ministère de la Famille et de l Intégration Opinion publique par rapport à l accueil des réfugiés au Luxembourg conférence de presse du 27 octobre 2015 octobre 2015 Fiche technique

Plus en détail

Stéphane Beaulieu. L avenir de la formation universitaire en psychologie. Marie Girard-Hurtubise

Stéphane Beaulieu. L avenir de la formation universitaire en psychologie. Marie Girard-Hurtubise CHRONIQUE ENTREVUE Stéphane Beaulieu L avenir de la formation universitaire en psychologie Marie Girard-Hurtubise À l instar d autres universités québécoises, le département de psychologie de l Université

Plus en détail

TABLEAU DE BORD : SYSTEME D INFORMATION ET OUTIL DE PILOTAGE DE LA PERFOMANCE

TABLEAU DE BORD : SYSTEME D INFORMATION ET OUTIL DE PILOTAGE DE LA PERFOMANCE TABLEAU DE BORD : SYSTEME D INFORMATION ET OUTIL DE PILOTAGE DE LA PERFOMANCE INTRODUCTION GENERALE La situation concurrentielle des dernières années a confronté les entreprises à des problèmes économiques.

Plus en détail

Les CPGE EC économiques préparent en deux ans les étudiants aux concours des grandes écoles de management.

Les CPGE EC économiques préparent en deux ans les étudiants aux concours des grandes écoles de management. ECE Economique et commerciale, voie économique Les classes préparatoires économiques et commerciales préparent en deux ans les étudiants aux concours des grandes écoles de gestion et de management, afin

Plus en détail

COMMENT LIRE L AFFICHAGE DES RÉSULTATS D UN EXERCICE D ÉQUITÉ SALARIALE?

COMMENT LIRE L AFFICHAGE DES RÉSULTATS D UN EXERCICE D ÉQUITÉ SALARIALE? COMMENT LIRE L AFFICHAGE DES RÉSULTATS D UN EXERCICE D ÉQUITÉ SALARIALE? Information à l intention des personnes salariées travaillant dans une entreprise de 10 à 49 personnes salariées La Loi sur l équité

Plus en détail

www.accountemps.be 1 Comment faire pour conserver vos meilleurs collaborateurs?

www.accountemps.be 1 Comment faire pour conserver vos meilleurs collaborateurs? www.accountemps.be 1 Comment faire pour conserver vos meilleurs collaborateurs? Fournir du personnel intérimaire spécialisé dans le domaine de la comptabilité et des finances, c est notre métier. Mais

Plus en détail

Conduire les entretiens annuels d évaluation

Conduire les entretiens annuels d évaluation Ce guide s adresse aux dirigeants et aux responsables en charge de la fonction ressources humaines qui envisagent de mettre en place des entretiens annuels. Il constitue un préalable à l instauration d

Plus en détail

L ouverture des marchés de l électricité et du gaz naturel pour les clients professionnels Baromètre annuel vague 6 Septembre 2010

L ouverture des marchés de l électricité et du gaz naturel pour les clients professionnels Baromètre annuel vague 6 Septembre 2010 L ouverture des marchés de l électricité et du gaz naturel pour les clients professionnels Baromètre annuel vague 6 Septembre 2010 Baromètre annuel vague 6-1 - PRESENTATION DE L ETUDE Baromètre annuel

Plus en détail