Management et souffrance des soignants en oncohématologie

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Management et souffrance des soignants en oncohématologie"

Transcription

1 Psycho-Oncol. DOI /s ARTICLE ORIGINAL / ORIGINAL ARTICLE DOSSIER Management et souffrance des soignants en oncohématologie Management and suffering of caregivers in haematology and oncology P. Colombat A. Altmeyer M. Rodrigues F. Barruel P. Blanchard E. Fouquereau A.-M. Pronost Reçu le 28 février 2011 ; accepté le 25 avril 2011 Springer-Verlag France 2011 Résumé La souffrance des soignants est fréquente en hématologie et en oncologie. Une enquête a été réalisée dans le cadre d un programme hospitalier de recherche clinique. Tous les infirmiers(ières) et les aides-soignants(es) travaillant dans les services d hématologie et d oncologie du P. Colombat (*) Service d hématologie et thérapie cellulaire, CHU Bretonneau, 2 bis, boulevard Tonnellé, F Tours cedex, France A. Altmeyer (*) Service d oncologie médicale et radiothérapie, centre hospitalier Belfort-Montbéliard, site du Mittan, F Montbéliard, France M. Rodrigues (*) Association pour l enseignement et la recherche des internes en oncologie, 149, avenue du Maine, F Paris, France Institut Curie, 26, rue d Ulm, F Paris, France F. Barruel (*) Pôle oncohématologie, GHI Montfermeil, 10, avenue du Général-Leclerc, F Montfermeil, France P. Blanchard (*) Département de radiothérapie, institut Gustave-Roussy, 114, rue Édouard-Vaillant prolongée, F Villejuif, France E. Fouquereau (*) EA 2114 psychologie des âges de la vie, département de psychologie, université de Tours, 3, rue des Tanneurs, F Tours cedex, France A.-M. Pronost (*) Clinique Pasteur, 45, avenue de Lombez, F Toulouse cedex 3, France cancéropôle Grand Ouest ont été contactés. Sur les 64 services ayant répondu, 574 questionnaires soignants ont été analysés dans 53 centres différents. Quatre grands types de causes ont pu être identifiées, liées au soignant lui-même, à la spécialité, à la charge de travail et à l organisation et au management. Notre groupe (Association francophone des soins oncologiques de support [Afsos]) a pu démontrer la relation entre management participatif et qualité de vie au travail des soignants. Cette approche est désormais obligatoire pour la prise en charge de tous les malades en soins palliatifs (mesure 13a de la V3 de la Haute Autorité de santé [HAS]). Les perspectives des résultats de cette étude sont discutées. Pour citer cette revue : Psycho-Oncol. ( ). Mots clés Souffrance des soignants Qualité de vie au travail Management Hématologie Oncologie Abstract The suffering of caregivers is often observed in haematology and oncology teams. A major Programme Hospitalier de Recherche Clinique was conducted in the north-west of France. Every oncology and haematology ward was contacted. On 64 wards we got 574 questionnaires within 53 different centres. Four major causes of aetiology have been identified, linked to the caregiver, to the speciality of oncohaematology, to the workload and to the organisation and team management. Our group (Afsos) has shown a relationship between participative management and quality of life at work of caregivers. This participative management is now mandatory in France for teams caring for palliative patients (measure 13a of HAS accreditation visit). The perspectives of the results are discussed. To cite this journal: Psycho-Oncol. ( ). Keywords Suffering of caregivers Quality of life at work Management Haematology Oncology La souffrance des soignants a déjà été largement étudiée dans les services d oncologie. Si certaines causes sont difficiles à modifier (personnalité du soignant, caractéristiques

2 2 Psycho-Oncol. du travail), d autres peuvent plus facilement être travaillées comme l organisation ou le type du management. Depuis bientôt 20 ans, le Groupe de réflexion sur l accompagnement et les soins palliatifs en hématologie (GRASPH), l un des fondateurs de l Association francophone des soins oncologiques de support (AFSOS), récemment créée, pense que l amélioration de la qualité de vie au travail des soignants, notamment par le biais d un management participatif, aboutirait à une meilleure prise en charge des patients et des proches. Récemment, notre groupe a montré que le management participatif améliorait la qualité de vie au travail des soignants en oncologie. Après avoir rappelé la prévalence et les causes principales de souffrance des soignants en oncohématologie, nous développerons le concept de démarche participative et analyserons son impact sur la qualité de vie des soignants au travail. Souffrance des soignants en oncohématologie La fréquence de la souffrance des soignants dans les services d oncologie ou d hématologie a fait l objet de plusieurs études, la plupart utilisant comme instrument de mesure le Maslach Burnout Inventory (MBI) : il en ressort que la prévalence varie entre 20 et 50 % des personnels soignants selon les études [13,17] avec un taux de 56 % selon la principale étude chez les oncologues aux États-Unis [19] et 44 % chez les internes d oncohématologie en France [3]. L inventaire des causes à l origine de l épuisement professionnel des soignants permet de les séparer en quatre grandes catégories [5,17]. Causes liées à l individu lui-même, son caractère, son histoire de vie ancienne ou récente Certains facteurs sont communs à l ensemble des soignants, on notera par exemple : ses traits de personnalité tels : le caractère «perfectionniste» du soignant, son besoin d aider, son besoin d exercer un certain contrôle sur les autres ; dans son histoire ancienne, parmi ses aspirations à entrer dans le domaine médical et plus particulièrement en oncologie/hématologie, l idéal du soignant peut lui paraître en décalage par rapport à la réalité de terrain ; le difficile équilibre à trouver dans la juste distance à avoir avec les patients ou les proches et l identification avec ceux-ci ; dans sa vie personnelle : un deuil récent ou ancien non élaboré qui a marqué son histoire de vie ; une crise simultanée dans d autres domaines. Il est à noter que, chez les médecins, le niveau de souffrance évalué avec le MBI ne paraît pas être dépendant de l âge ou du niveau d expérience. Il semblerait plutôt que chaque niveau soit associé à des facteurs de souffrance différents. Causes liées à la spécialité médicale On comprendra facilement que les causes d épuisement professionnel soient différentes en oncologie, en réanimation, en gériatrie et en pédiatrie. Pour l oncologie, nous citerons parmi les causes les plus fréquentes : le jeune âge des patients ; la répétition des hospitalisations ; la modification de l image corporelle par les traitements ; la fréquence des symptômes physiques en particulier lorsqu ils sont mal résolus : douleurs, nausées, vomissements, dyspnée, hémorragies extériorisées, symptômes psychiatriques ; les problèmes éthiques non discutés et donc mal résolus (chimiothérapies en phase palliative terminale, transferts en réanimation ) ; les relations difficiles ou conflictuelles avec les proches ; l impression d insensibilité des proches à l égard du patient ; les patients qui vivent au-delà du pronostic prévu. Causes liées à l organisation et à la charge de travail La charge de travail (associée le plus souvent à un manque de personnel) en tant que telle est une source d épuisement professionnel et de dégradation de la qualité de vie au travail jouant particulièrement sur la composante «épuisement émotionnel» du MBI. Ce facteur apparaît particulièrement significatif chez les oncologues [3,19]. Néanmoins, à l interrogatoire des équipes concernées et selon l une des études [3], le facteur purement quantitatif de la charge de travail apparaît comme devant être modulé et amélioré par la reconnaissance professionnelle. En effet, une charge de travail importante peut être supportée temporairement si elle est associée à un encouragement ; dans le cas contraire, le soignant ne s épuisera que plus vite. Ce défaut de reconnaissance peut être conceptualisé comme un déséquilibre entre les investissements du soignant (envers les patients, ses pairs et la hiérarchie) et les retours de ceux-ci. L organisation proprement dite, telle que l ambiguïté des tâches, leur interruption fréquente et leur fragmentation sont des facteurs diminuant la qualité de vie au travail [10]. Il est également important pour les soignants en oncologie de pouvoir planifier les congés et les repos. D où l importance des réunions d organisation pour clarifier les

3 Psycho-Oncol. 3 rôles, discuter des missions de chacun et de l organisation du travail. Causes liées au type de managériat Quatre types de managériat sont classiquement décrits : le managériat directif a l avantage de structurer, fixant les règles et donnant des directives ; Adapté aux jeunes équipes et aux situations d urgence, il induit un rôle purement passif, ne permettant aucun investissement personnel et amenant souvent à appliquer des directives non comprises ; le managériat informatif, persuasif est également hiérarchique mais a l avantage que les décisions prises sont clarifiées et expliquées. Il est adapté à un travail technique et à une équipe de professionnels experts ; le managériat participatif repose sur la création d une ambiance permettant l échange, une amélioration et une responsabilisation des acteurs, mais nécessite une équipe qui respecte les règles et les objectifs ; le managériat délégatif repose sur la confiance et l automotivation. Il doit être réservé à des collaborateurs formés et compétents capables de gérer une équipe. Si tous les types de managériat sont utilisables en fonction du groupe et des circonstances, on sait que les managériats directifs et persuasifs sont sources de souffrance au travail. Ils induisent, comme nous le verrons plus loin, différents aspects qui diminuent la qualité de vie au travail : le manque de reconnaissance (encouragements de l encadrement), le manque de communication, le manque de collaboration et le manque de temps d échanges influencent la qualité de vie au travail. L identification statique de ces quatre grandes catégories permet de comprendre des fonctionnements et n empêche pas que nous nous inscrivions dans une dimension qui relève de la «psychodynamique du travail» (au sens de Dejours) [8] ; c est-à-dire que nous considérons que les situations de travail mobilisent des processus intersubjectifs. Par ailleurs, si nous pensons qu il n existe pas de «pathologie mentale du travail», il nous semble que l organisation du travail est malgré tout largement en cause dans certaines décompensations. Dejours nous éclaire précisément sur ce point ; il montre combien la souplesse de l organisation du travail est essentielle dans l équilibre psychosomatique et la satisfaction du professionnel. Cette souplesse permettant des aménagements indispensables et favorables à l économie psychosomatique individuelle. Nous allons maintenant voir en quoi l approche du management participatif favorise et respecte ces aménagements individuels indispensables. Concept de managériat participatif dans les soins Il est né de deux constats très présents dans les services d hémato- et d oncologie : il est indispensable de réunir les équipes au cours de staffs pluriprofessionnels pour optimiser la prise en charge globale des patients atteints de maladie grave et donc en souffrance, notamment les patients en phase palliative et leurs proches, en particulier pour adapter l information, définir ensemble un projet de soins et un projet de vie et prendre les décisions éthiques ; les soignants des services d oncohématologie sont très souvent en souffrance. La souffrance des soignants a un effet néfaste sur leur qualité de vie et est associée à un risque accru d idées suicidaires [9]. Elle a également été liée à une moins bonne qualité des soins, parfois à une augmentation du risque d erreur [11,18], à une diminution de l empathie [9,16] mais aussi à une augmentation de l absentéisme et du taux de démission [14]. En diminuant cette souffrance, le pari consistait à «permettre un meilleur accompagnement des soignants et donc une meilleure prise en charge des patients». Description du concept Au début des années 1990, le GRASPH, Groupe de réflexion sur l accompagnement et les soins palliatifs en hématologie, association de type Loi 1901 constituée de soignants travaillant dans les services d hématologie, a proposé un schéma de démarche participative visant à «asseoir et développer les soins palliatifs dans tous les services (et à domicile) en facilitant la prise en charge des patients en fin de vie et de leurs proches par la mise en place d une dynamique participative prenant en compte les difficultés des soignants» [6]. Ce schéma repose sur deux points essentiels. La création d espaces de communication au sein de l équipe qui permettent reconnaissance et communication. Ils sont au nombre de trois dans le schéma initial Staffs pluriprofessionnels Leur objectif est de définir un projet de prise en charge globale des patients et de leurs proches par une meilleure analyse des besoins par les regards croisés des aidessoignants(es), infirmiers(ières), médecins, cadres de santé, soignants(es) des composantes des soins de support.

4 4 Psycho-Oncol. Pour être efficaces, ils doivent avoir lieu au moins une fois par semaine et être organisés par unités de soins pour que le nombre de patients présentés et le nombre de personnes présentes ne soient pas trop importants. Les transmissions entre équipes pourraient jouer le même rôle si tous les membres de l équipe (médecins) étaient présents, si la parole de chacun comptait, et si elles étaient assez longues pour discuter des cas difficiles, pour définir des projets de prise en charge. Formations internes Complémentaires aux formations externes, elles ont l avantage de fédérer les professionnels et de participer à la dynamique collective : elles permettent la même formation pour tous les membres de l équipe, la création d espaces de rencontres où les différents soignants de l équipe pourront échanger sur les thèmes abordés, et enfin elles facilitent la prise de parole de ceux qui n en ont pas l habitude, en présence d un bon animateur. Soutien aux équipes En situation de crise, il est réalisé sous forme de «groupes de debriefing» (réunions ponctuelles organisées en situation de crise) à l initiative de l équipe, animés par un psychologue et/ou un psychothérapeute extérieur au service et qui permettent aux soignants de l ensemble de l équipe de s exprimer par rapport aux difficultés induites par la situation. Les groupes de parole réguliers, institutionnalisés ne concernent qu un petit groupe de soignants volontaires et répondent à une demande de l équipe. Ils nécessitent une régularité et une assiduité, et donc une implication plus importante des participants. Ils doivent rester basés sur le volontariat. D autres espaces d échanges, la plupart non décrits dans le schéma initial peuvent exister : les relectures de cas cliniques ou de cas éthiques qui permettent, a posteriori, d échanger autour d une prise en charge clinique ou d une décision éthique en analysant les points forts et les faiblesses éventuelles pouvant amener à proposer des améliorations. La prise de distance ainsi acquise grâce à l analyse et la présence de «regards» extérieurs optimise les facultés relationnelles de chacun ; les réunions morbimortalité, récemment instaurées et obligatoires, correspondent à une analyse d un cas clinique ayant conduit par dysfonctionnement à une morbidité. L analyse des causes de dysfonctionnement par les différentes catégories socioprofessionnelles a une valeur d apprentissage et d amélioration de la sécurité ; les réunions de service permettent de faire le point sur le fonctionnement du service, de faire circuler les informations nécessaires et de donner la parole à l équipe. Tous ces espaces d échange en permettant l écoute, la communication procurent aux membres de l équipe la reconnaissance de leurs pairs et de leur hiérarchie, ce qui est essentiel, car le manque de reconnaissance est, rappelons-le, la première cause de souffrance des soignants. Démarche projet Si dans les textes officiels le projet de service est évoqué, la démarche projet peut concerner des aspects plus restreints, se limitant à un protocole de soins, une procédure de fonctionnement. Elle permet reconnaissance, valorisation et responsabilisation. Elle consiste, à partir d un dysfonctionnement ou d un besoin, à mettre en place un groupe de travail incluant toutes les catégories socioprofessionnelles concernées qui sera chargé de faire des propositions d amélioration. Les différentes étapes de la démarche projet sont bien codifiées : choix du problème à partir du besoin, par la hiérarchie ou par le groupe ; analyse du problème ; rechercher les causes : sélectionner celles sur lesquelles il faut travailler ; proposer des solutions : lister les solutions possibles, les trier, les classer ; choix des solutions : en réunion incluant les décideurs, ce choix de décision passant par une discussion, une recherche de consensus et une explication des choix ; mise en œuvre. Dans le cas d un projet de service partant d une enquête de besoins sur l ensemble des améliorations au sein du service, il est nécessaire de mettre en place plusieurs groupes de travail sur des grands thèmes rassemblant l ensemble des points évoqués. Certaines règles sont indispensables pour la réussite du projet : que les groupes de travail soient pluriprofessionnels et que les responsables des groupes de travail soient de catégories socioprofessionnelles différentes afin que chaque catégorie soit valorisée et reconnue par l ensemble de l équipe ; qu il existe une bonne communication au sein de l équipe ; que les propositions des groupes de travail soient régulièrement validées par l ensemble de l équipe au cours des réunions de service ;

5 Psycho-Oncol. 5 que le projet soit limité dans le temps et que sa mise en œuvre soit suivie et évaluée ; que les managers soient impliqués et garants des décisions prises. Dans un projet de service, les sujets suivants pourraient être abordés : l accueil et l accompagnement des familles et des proches incluant une réflexion sur un salon d accueil et les horaires de visites, le respect du rôle des proches, leur information et leur soutien, la nécessité de tenir compte des spécificités liées à la culture, des spécificités de l accompagnement des enfants et des adolescents, du soutien des personnes endeuillées ; le projet de soins centré autour du patient avec le contrôle des symptômes, la réponse aux besoins, le maintien d autonomie, la relation au corps et le respect de l intimité ; l information au patient et à sa famille qui doit être personnalisée, nécessitant écoute et empathie. Elle doit être donnée avec tact et respecter les défenses et le rythme du patient ; la place des aides extérieures : structures de soins palliatifs, autres composantes des soins de support et autres intervenants ; la place des bénévoles d accompagnement. Témoins de la citoyenneté de la personne malade, ils ont le devoir de confidentialité et doivent être formés et suivis ; l organisation du retour à domicile en s appuyant sur les structures de terrain et en respectant le projet de vie du patient (place essentielle du médecin traitant et des autres acteurs de soins du domicile) ; la place des réseaux de santé. Avant la mise en place d un projet de service, il semble important de s interroger au préalable sur les points suivants : le projet est-il réalisable? Est-ce le bon moment? Quel est le climat d équipe? Y a-t-il des leaders identifiés? A-t-on prévu des temps dédiés au projet? Bien évalué le rapport temps/bénéfices? Enfin, il faut veiller dans la démarche à pratiquer de manière à : aborder et atténuer les résistances : les peurs du changement et luttes de pouvoir sont inévitables, comme la remise en questions des compétences. Il faut donc repenser les fonctionnements, rassurer, permettre à chacun d exprimer ses craintes ; connaître les modes de communication du groupe pilote et de l équipe à évaluer, afin de s y adapter et de garantir la prise de parole de tous les participants, comme la compréhension des enjeux ; développer les principes favorables à l émergence du projet et à la motivation des professionnels : pas de stigmatisation d une catégorie soignante, mettre en place des coresponsabilités, mise en évidence des bénéfices attendus ; s inspirer de l ailleurs : confronter les aspects humains, matériels et organisationnels ; pratiquer la valorisation pour mieux fédérer avec des constats sans jugement des limites et performances de soi comme des autres, ne pas être dans la complaisance mais s appuyer sur les valeurs et qualités intrinsèques individuelles et collectives. Historique du concept de démarche participative dans les soins Il nous semble important de faire un court chapitre sur cet historique pour deux raisons : montrer comment à partir d un constat de terrain, il a été possible de structurer le concept et de le faire passer dans des textes officiels ; insister sur le fait que la France est le seul pays où des textes législatifs ont entériné le concept dans le contexte de la prise en charge en soins palliatifs, contrairement à d autres pays notamment le Canada, où les expériences y sont nombreuses, mais où il n existe aucun texte officiel : le temps de la structuration 1991 à partir des constats relatifs à la nécessité d optimisation des soins et à la souffrance des soignants en hématooncologie, un groupe de soignants en hématologie crée le Groupe de réflexion sur l accompagnement et les soins palliatifs en hématologie (GRASPH) qui élabore le concept en élection au conseil d administration de la Société française d accompagnement et des soins palliatifs (SFAP) : le temps de la reconnaissance 2002, première circulaire du ministère de la Santé prônant la mise en place de la démarche palliative (DP) dans tous les services de soins comme modèle de prise en charge des patients en soins palliatifs grâce à l action combinée du GRASPH et de la SFAP (juin) : rapport de Marie de Hennezel : «Fin de vie : le devoir d accompagnement» consacrant tout un chapitre à la diffusion de la DP.

6 6 Psycho-Oncol (janvier) : conférence de consensus sur «l accompagnement des personnes en fin de vie et de leurs proches» qui consacre tout un chapitre également à la DP : «une telle démarche nécessite entre tous les intervenants professionnels ou bénévoles, à domicile comme en institution, écoute et communication, respect de l autre et tolérance, responsabilisation de chacun, interdisciplinarité et complémentarité. Ce modèle participatif s oppose au modèle hiérarchique de prise de décision. Il rompt avec les habitudes et les traditions d organisation de la médecine française : corporatismes professionnels, cloisonnements entre la ville et l hôpital, entre les soignants et les administrations, entre le chef de service et son équipe, entre les médecins et les paramédicaux, entre les différentes spécialités» (juin) : circulaire ministérielle «Guide de la mise en place de la DP en établissement» décrivant dans le détail le modèle de la DP : intégration du concept de soins de support (ensemble des soins et soutiens nécessaires aux personnes malades parallèlement aux traitements spécifiques, lorsqu il y en a, tout au long des maladies graves) comme modèle de démarche participative des équipes de soins transversales composant les soins de support (douleur, soins palliatifs, psychologues, assistants sociaux, kinésithérapeutes, diététiciennes) en collaboration avec les équipes de soins des services : circulaire du 26 mars relative à l organisation des soins palliatifs reprenant la nécessité de la mise en place de la DP dans tous les services de soins (décembre) : mesure 13a du manuel d accréditation des établissements de la Haute Autorité de santé (HAS) exigeant la mise en place de la DP dans les services de soins des établissements de santé de court, moyen, en long séjour et dans les établissements médicosociaux (établissements d hospitalisations pour personnes âgées dépendantes) comme l une des cinq mesures prioritaires du manuel d accréditation. Impact du management sur la qualité de vie au travail À notre connaissance, une seule étude [15] démontre une relation entre management participatif et qualité de vie au travail des soignants en oncologie. Hypothèse de notre recherche L hypothèse de recherche consistait à rechercher une relation entre les caractéristiques de management des services d oncohématologie dispensant des soins palliatifs, ajustées sur les variables sociodémographiques, et la qualité de la vie au travail, le soutien social perçu, le stress perçu, les modes de faire face (stratégies de coping) des soignants. Population étudiée et déroulement de l enquête Cette enquête a été réalisée dans le cadre d un programme hospitalier de recherche clinique. Le CPP consulté a considéré que l étude ne nécessitait pas son accord. La population étudiée concernait tous les infirmiers(ières) et les aides-soignants(es) travaillant dans les services d hématologie et d oncologie du cancéropôle Grand Ouest. L enquête a été diffusée par les investigateurs de l étude au niveau de tous les services d hématologie et d oncologie médicale des centres anticancéreux, CHU, CHG et cliniques privées identifiées au sein du cancéropôle. Deux cent douze centres ont été contactés, 57 ont accepté de participer à l étude, soit 73 services. Sur les 64 services ayant répondu, 574 questionnaires soignants ont été analysés dans 53 centres différents. Les questionnaires et instruments de mesure : un questionnaire étudiant les caractéristiques de fonctionnement des services et les caractéristiques sociodémographiques des soignants. Dans les caractéristiques de fonctionnement de service ont été étudiées les différentes composantes de la démarche participative, le nombre de lits, le nombre de décès par mois, la durée des temps de transmission, la présence de ressources humaines (psychologue, formation) et de formations, les principales difficultés rencontrées par les soignants ; l échelle validée (alpha de Cronbach 0,85) de qualité de vie au travail (Elizur et Shye, traduction française Delmas, Escobar, Duquette, 2001) ; l échelle validée (alpha de Cronbach 0,85) de soutien social perçu (Social Prevision Scale, Cutrona, Russel, 1989) ; l échelle validée (alpha de Cronbach 0,88 pour la fréquence, 0,091 pour l intensité) de stress perçu (Nursing Stress Scale de Gray-Toft et Anderson, 1981) ; l échelle validée (alpha de Cronbach 0,80) des stratégies de coping (Ways of Coping Questionnaire, traduction abrégée de Bouchard et al., 1995). Résultats Corrélation entre DP et qualité de vie au travail des soignants En dehors de la mauvaise prise en compte des besoins des patients et des proches, et le manque de temps, les facteurs de la DP montrant une relation avec la qualité de vie au

7 Psycho-Oncol. 7 travail des soignants sont le manque de reconnaissance, le manque de formation, le manque de collaboration, l absence de staffs interdisciplinaires (Tableaux 1 et 2). Récemment, notre équipe a montré des résultats similaires en utilisant la même méthodologie auprès de 83 infirmiers en psychiatrie (sous presse). Il apparaît donc que la création d espaces d échanges (staffs, formation, soutien aux équipes) et la démarche projet influent sur la qualité de vie au travail des soignants, soit directement (staffs, formation), soit indirectement par le biais de la reconnaissance, de la communication et de la collaboration. S il n existe pas d autres études concernant l impact sur la qualité de vie au travail, certaines données existent sur la relation entre managériat et satisfaction au travail : Cummings et al. [7] ont étudié la relation entre management et satisfaction au travail de 515 infirmières travaillant dans les services d oncologie au Canada. Ils ont montré que le type de management améliore la satisfaction au travail, notamment la relation entre infirmiers et médecins, l autonomie des infirmières, leur participation aux décisions d organisation, la mise en place d innovations et la gestion des conflits ; en dehors de l oncologie, Gunnarsdotir et al. [12] utilisant l échelle Nursing Work Index Revised (NWI-R) et le MBI ont montré que la satisfaction au travail, l épuisement émotionnel et la qualité des soins évaluée par les infirmières étaient influencés par le soutien perçu de la hiérarchie, l adéquation des réunions et la qualité des relations entre infirmières et médecins. Corrélation entre DP et les autres facteurs psychosociaux influençant la qualité de vie au travail Tableau 1 Corrélation entre le score global pour la qualité de vie et les caractéristiques du service ajustés sur les caractéristiques individuelles des soignants Caractéristiques du service Corrélation qualité de vie au travail Manque de reconnaissance 0,32 < 0,001 Manque de temps 0,27 0,001 Mauvaise prise en compte 0,21 0,002 des besoins des patients Mauvaise prise en compte 0,21 0,001 des besoins des proches Manque de formation 0,18 0,003 Manque de collaboration 0,16 0,008 Aucune réunion interdisciplinaire 0,15 0,034 Ajustée sur le sexe, le choix de travailler dans le service et le souhait de changer de service. p Perspectives La démonstration d une relation entre type de management et qualité de vie au travail des soignants amène plusieurs types de perspectives. La nécessité de démontrer un impact de la qualité de vie au travail des soignants sur la qualité de prise en charge des patients Si des constats théoriques (telles l optimisation de l information, du projet de soins et du projet de vie des patients, des décisions éthiques par les staffs pluriprofessionnels ou l amélioration de l accompagnement par des soignants disponibles dans leur écoute) ou des constats de terrain (tels les compliments réitérés des patients et de leurs proches lorsque les soignants sont à l écoute) laissent à penser que ce managériat a un impact sur la qualité de prise en charge des patients, il apparaît absolument nécessaire de le démontrer. C est pourquoi nous menons une étude visant à étudier les relations entre managériat participatif et qualité de vie au travail et entre qualité de vie au travail et qualité de prise en charge des patients évaluée par l échelle validée QSH45 [2]. Objectif de généralisation de l application du modèle à tous les patients en souffrance Comme nous l avons vu, dans les textes législatifs le modèle détaillé concerne la prise en charge des patients en soins palliatifs au sein du concept de DP. Or, il est clair que tous les patients atteints de maladie grave, même en phase curative, bénéficient des staffs pluriprofessionnels (le projet de service, la formation interne et le soutien aux équipes étant des objectifs beaucoup plus généraux). Tableau 2 Corrélation entre DP et les autres facteurs psychosociaux influençant la qualité de vie au travail Stress perçu Soutien social Manque de reconnaissance x x x Manque de collaboration x x x Tempsdelatransmission x x Manque de formation x x x Absence de staffs x x Stratégies coping

8 8 Psycho-Oncol. L objectif est donc de faire évoluer les textes pour faire bénéficier tous les patients des staffs pluriprofessionnels en particulier tous ceux relevant de l oncologie, de la neurologie ou de la gériatrie, la définition d un projet de vie pour ces patients passant nécessairement par les regards croisés des différents soignants. Nécessité de formation des managers La démarche participative est peu répandue en pratique. Elle suscite des résistances notamment relatives au développement d une approche transversale. Cette dernière heurte les habitudes de fonctionnement pyramidal et directif, ce qui induit généralement un sentiment de perte de sécurité et de pouvoir, ainsi que des craintes d anarchie. La formation à ce type de managériat doit donc intervenir tôt dans le parcours des managers, à savoir dans les cursus de formation : au niveau des facultés de médecine, des écoles de cadres et des écoles de directeurs d établissements hospitaliers. Il s agit de leur faire prendre conscience des avantages de ce type de managériat sur la qualité de vie au travail des soignants, mais aussi sur leur implication, et donc sur leur dans les soins, tout en levant les freins et les a priori. Car, s il est vrai que les espaces de paroles et la démarche projet offrent un droit à la parole, un respect de la parole de l autre, cela ne fonctionne que parce que le manager s implique et cadre ses interventions, répartit la parole, impulse des directions, ce qui est bien loin de l anarchie. Par ailleurs, si le principe de fonctionnement est bien de rechercher la meilleure solution par consensus, cela n empêche pas que la décision finale soit prise par les managers, les médecins ou les cadres de santé, et qu elle puisse parfois ne pas respecter la recherche de consensus : elle devra alors être expliquée et assumée. Le manager ne décide donc plus seul, mais il décide, après avoir tenu compte de l avis des autres. Modèle participatif comme modèle sociétal Le modèle participatif associant création d espace d échanges et démarche projet est un modèle sociétal de prévention de la souffrance : souffrance au travail bien sûr, généralisable au monde de l entreprise, de l éducation et vanté par de nombreux sociologues [1] à partir d expérience de terrain, reposant sur le besoin de reconnaissance de chacun [4] ; mais aussi souffrance liée au handicap, à la prévention du suicide ou à l univers des prisons ou de la banlieue. Cela devient donc un modèle politique de la prévention de la souffrance applicable dans toute «micro» société : entreprise, club sportif, association, conseil municipal Le monde sportif nous permet de penser que ce modèle augmente l efficacité du groupe, toutes les grandes équipes nationales ou de clubs actuels gagnant de grandes compétitions internationales passant par ce type de managériat. Conclusion Il apparaît que beaucoup reste à faire, mais beaucoup a déjà été fait. Le modèle existe dans les textes législatifs pour les patients en soins palliatifs. Il a été démontré que le management participatif influençait la qualité de vie au travail des soignants, et nous espérons que l étude en cours démontrera qu elle améliore la qualité de prise en charge des patients. Il convient désormais de faire en sorte que les staffs puissent bénéficier aux patients «non en soins palliatifs» atteints de maladies ou de pathologies complexes atteignant le pronostic létal ou l autonomie. Il convient aussi de convaincre les autorités sanitaires de l importance de l enjeu pour développer l apprentissage de ce managériat au sein des écoles de managers de la santé (médecins, cadres et directeurs d établissements de soins), car le changement des pratiques sur le terrain en dépend. Conflit d intérêt : les auteurs déclarent ne pas avoir de conflit d intérêt. Références 1. Alter N (2009) Donner et prendre. La coopération en entreprise. Éditions La Découverte - Collection : Textes à l appui, bibliothèque du M.A.U.S.S., Paris 2. Antonietti S, Baumstarck-Barrau K, Simeoni MC, et al (2009) Validation of a French hospitalized patients questionnaire: the QSH-45. Int J Quality in Health Care 21(4): Blanchard P, Truchot D, Albiges-Sauvin L, et al (2010) Prevalence and causes of burnout amongst oncology residents: a comprehensive nationwide cross-sectional study. Eur J Cancer 15: Brun JP. La reconnaissance au travail. 5. Colombat P, Mitaine L, Gaudron S (2001) Une solution à la souffrance des soignants face à la mort : la démarche palliative. Hématologie 7: Colombat P, Nallet G, Jaulmes D, et al (2008) De la démarche participative aux soins de support ou du Groupe de réflexion sur l accompagnement et les soins palliatifs en hématologie (GRASPH) au Groupe de réflexion sur l accompagnement et les soins de support en hématologie et oncologie (GRASSPHO). Oncologie 10: Cummings G, Olson K, Hayduk L, et al (2008) The relationship between, nursing leadership and nurses job satisfaction in Canadian oncology work environments. J Nurs Manag 16: Dejours C (2000) Travail et usure mentale. Bayard éditions, Paris (réédition de 2008) 9. Dyrbye LN, Thomas MR, Massie FS, et al (2008) Burnout and suicidal ideation among US medical students. Ann Intern Med 149:334 41

9 Psycho-Oncol Estryn-Behar M, Le Nezet O (2006) Insuffisance du travail d équipe et burnout, deux prédicteurs majeurs dans l intention de quitter la profession d infirmière. Soins Cadres 10: Fahrenkopf AM, Sectish TC, Barger LK, et al (2008) Rates of medication errors among depressed and burnt out residents: prospective cohort study. BMJ 336: Gunnarsdottir S, Clarke SP, Rafferty AM, Nutbeam D (2009) Front-line management, staffing and nurse-doctor relationships as predictors of nurse and patient outcomes. A survey of Icelandic hospital nurses. Int J Nurs Studies 46: Lissandre S, Abbay-Huguenin H, Bonnin-Scaon S, et al (2008) Facteurs associés au burnout chez les soignants en oncohématologie. Oncologie 10: Prins JT, Hoekstra-Weebers JE, Van de Wiel HB, et al (2007) Burnout among Dutch medical residents. Int J Behav Med 14: Pronost AM, Le Gouge A, Leboul D, et al (2008) Effet des caractéristiques des services d oncohématologie développant la démarche palliative et des caractéristiques sociodémographiques des soignants sur les indicateurs de santé : soutien social, stratégies de coping et qualité de vie au travail. Oncologie 10: Shanafelt TD, Bradley KA, Wipf JE, Back AL (2002) Burnout and selfreported patient care in an internal medicine residency program. Ann Intern Med 136: Trufelli DC, Bensi CG, Garcia JB, et al (2008) Burnout in cancer professionals: a systematic review and meta-analysis. Eur J Cancer Care (Engl) 17: West CP, Tan AD, Habermann TM, et al (2009) Association of resident fatigue and distress with perceived medical errors. JAMA 302: Whippen DA, Canellos GP (1991) Burnout syndrome in the practice of oncology: results of a random survey of 1000 oncologists. J Clin Oncol 9:

Le management participatif comme réponse au stress des équipes

Le management participatif comme réponse au stress des équipes Agir sur la souffrance au travail Le management participatif comme réponse au stress des équipes HYPOTHESE La gestion du stress des équipes est une composante de l efficacité qui doit être prise en compte

Plus en détail

Les soins palliatifs NORA BERRA SECRETAIRE D'ETAT CHARGE DES AINES, AUPRES DU MINISTRE DU TRAVAIL, DE LA SOLIDARITE ET DE LA FONCTION PUBLIQUE

Les soins palliatifs NORA BERRA SECRETAIRE D'ETAT CHARGE DES AINES, AUPRES DU MINISTRE DU TRAVAIL, DE LA SOLIDARITE ET DE LA FONCTION PUBLIQUE NORA BERRA SECRETAIRE D'ETAT CHARGE DES AINES, AUPRES DU MINISTRE DU TRAVAIL, DE LA SOLIDARITE ET DE LA FONCTION PUBLIQUE Les soins palliatifs Contacts presse : Secrétariat d Etat chargée des Aînés Service

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES INFIRMIER-ÈRE DIPLÔMÉ-E

CAHIER DES CHARGES INFIRMIER-ÈRE DIPLÔMÉ-E Madame/Monsieur 1. DÉFINITION DE LA FONCTION Au service du projet institutionnel, la titulaire du poste : Exerce dans un cadre législatif et un contexte sanitaire connus (loi sur l exercice professionnel,

Plus en détail

Modalités d exercice en soins palliatifs

Modalités d exercice en soins palliatifs Modalités d exercice en soins palliatifs Dr Marie DELERUE DANEL Unité de soins palliatifs- Equipe mobile de soins palliatifs Hôpital Saint Vincent de Paul LILLE GHICL Diplôme universitaire de soins palliatifs

Plus en détail

Comment élaborer un programme spécifique d une maladie chronique?

Comment élaborer un programme spécifique d une maladie chronique? RECOMMANDATIONS Éducation thérapeutique du patient Comment élaborer un programme spécifique d une maladie chronique? Juin 2007 OBJECTIF Ces recommandations visent à aider les sociétés savantes et organisations

Plus en détail

Fiche d évolution. Fiche d évolution du MACRO métier. Infirmier/ière. Infirmier/ière

Fiche d évolution. Fiche d évolution du MACRO métier. Infirmier/ière. Infirmier/ière J1504 - Soins infirmiers spécialisés en bloc opératoire spécialisés en anesthésie J1507 - Soins infirmiers spécialisés 1 Les activités principales L infirmier doit assurer, sous l autorité des médecins,

Plus en détail

Formations Management

Formations Management Formations Management MANAGEMENT ET COMMUNICATION Ecole du Management : Cycle Animateur d équipe Ecole du Management : Cycle Maîtrise Ecole du Management : Cycle Coordinateur Technique Animateur (trice)

Plus en détail

RPS : du processus de détection des risques à la mise en œuvre des moyens d actions

RPS : du processus de détection des risques à la mise en œuvre des moyens d actions RPS : du processus de détection des risques à la mise en œuvre des moyens d actions C. Benoist, Chef du personnel FAI D. Pouchard, Chargé de Mission Afpa Transitions Les étapes de la mise en œuvre de la

Plus en détail

Vieillissement, Management, Ethique et fin de vie en dehors de l hôpital

Vieillissement, Management, Ethique et fin de vie en dehors de l hôpital Vieillissement, Management, Ethique et fin de vie en dehors de l hôpital Samedi 18 octobre 2014 9 ème Journée de Lorraine de Soins Palliatifs - Thionville Docteur Eric KARIGER, Gériatre Directeur Médical

Plus en détail

Management Responsabilité

Management Responsabilité L évaluation professionnelle : un enjeu pour l évolution du management hospitalier Identifier la problématique de l évaluation professionnelle Utiliser l entretien annuel d activité comme levier de changement

Plus en détail

Groupe d Analyse de Pratiques Professionnelles

Groupe d Analyse de Pratiques Professionnelles Groupe d Analyse de Pratiques Professionnelles en Santé et Qualité de Vie au Travail A destination des préventeurs, psychologues, IPRP, responsables HSE 1 SOMMAIRE INTRODUCTION... 3 L ANALYSE DE PRATIQUES

Plus en détail

ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DU PATIENT

ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DU PATIENT ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DU PATIENT Recommandations Isabelle Berthon Introduction (1) La Haute Autorité de santé et l Institut National de Prévention et d Education Pour la Santé ont publié en juin 2007

Plus en détail

CATALOGUE FORMATION 2014

CATALOGUE FORMATION 2014 CATALOGUE FORMATION 2014 AT-Talents 56, rue du Ruisseau 75018 Paris 01 42 52 35 35 www.at-talents.com AT-Talents est enregistré en tant qu Organisme de Développement Professionnel Continu auprès de l OGDPC

Plus en détail

BURN OUT DES PROFESSIONNELS DE SANTE. Et Hygiène? Dr JC Perréand-Centre Hospitalier Valence

BURN OUT DES PROFESSIONNELS DE SANTE. Et Hygiène? Dr JC Perréand-Centre Hospitalier Valence BURN OUT DES PROFESSIONNELS DE SANTE Et Hygiène? De quoi parle-t-on? Burn.Out. ou syndrome d épuisement professionnel : «maladie caractérisée par un ensemble de signes, de symptômes et de modifications

Plus en détail

ACCOMPAGNEMENT ET SOINS DES ENFANTS ET DES ADOLESCENTS EN INSTITUTION. Accompagnement et soins des enfants et des adolescents en institution

ACCOMPAGNEMENT ET SOINS DES ENFANTS ET DES ADOLESCENTS EN INSTITUTION. Accompagnement et soins des enfants et des adolescents en institution Accompagnement et soins des enfants et des adolescents en institution Les souffrances des adolescents sont réelles et conséquentes, dans une période du développement de la personne, empreinte de bouleversements.

Plus en détail

Des formations pour la prévention du stress et des performances managériales

Des formations pour la prévention du stress et des performances managériales Des formations pour la prévention du stress et des performances managériales Après dix ans de recherche, huit docteurs en Sciences Humaines ont conçu une méthode innovante au service du savoir-être et

Plus en détail

Fiche de poste. Présentation du poste. Finalités du poste - Missions. Activités principales. Filière métier :

Fiche de poste. Présentation du poste. Finalités du poste - Missions. Activités principales. Filière métier : Filière métier : Fiche de poste Présentation du poste Intitulé de poste Coefficient de référence CCN51 Métier CCN51 Poste du supérieur hiérarchique Direction de rattachement Localisation géographique IDE

Plus en détail

DE LA CLINIQUE INFIRMIÈRE A LA CONSULTATION INFIRMIÈRE EN SANTE AU TRAVAIL

DE LA CLINIQUE INFIRMIÈRE A LA CONSULTATION INFIRMIÈRE EN SANTE AU TRAVAIL DE LA CLINIQUE INFIRMIÈRE A LA CONSULTATION INFIRMIÈRE EN SANTE AU TRAVAIL 1 1. Le raisonnement clinique Définition Face à une demande de soin, le professionnel infirmier axe son raisonnement clinique

Plus en détail

LIEU PRIVILEGIE LIEU INTIME LIEU DE LA RENCONTRE LIEU DE LA CONFIDENCE LIEU DES SOUVENIRS

LIEU PRIVILEGIE LIEU INTIME LIEU DE LA RENCONTRE LIEU DE LA CONFIDENCE LIEU DES SOUVENIRS LE DOMICILE LIEU PRIVILEGIE LIEU INTIME LIEU DE LA RENCONTRE LIEU DE LA CONFIDENCE LIEU DES SOUVENIRS LEGISLATION LOI DU 4 MARS 2002:définition des réseaux de santé : «Ils ont pour objet de favoriser l

Plus en détail

CONCLUSIONS. Par rapport aux résultats obtenus, on peut conclure les idées suivantes :

CONCLUSIONS. Par rapport aux résultats obtenus, on peut conclure les idées suivantes : CONCLUSIONS L application de la PNL à l entreprise est confrontée aux besoins des leaders d équipe, tels que: la gestion de son propre développement, du stress, la résolution des problèmes tels que les

Plus en détail

LA FIN DE VIE EN EHPAD

LA FIN DE VIE EN EHPAD LA FIN DE VIE EN EHPAD Enquête nationale Mai à Août 2013 Observatoire National de la Fin de vie en lien avec l ANESM, la fédération française des associations de médecins coordonnateurs et le programme

Plus en détail

en établissement sanitaire, médico-social et à domicile Promotion de l amélioration des pratiques professionnelles

en établissement sanitaire, médico-social et à domicile Promotion de l amélioration des pratiques professionnelles en établissement sanitaire, médico-social et à domicile Promotion de l amélioration des pratiques professionnelles 1 La bientraitance : le socle du programme MobiQual La «trousse de bientraitance» est

Plus en détail

«Mettre en Synergie nos compétences pour faire émerger vos projets»

«Mettre en Synergie nos compétences pour faire émerger vos projets» «Mettre en Synergie nos compétences pour faire émerger vos projets» Santé et bien- être au travail Risques psychosociaux du travail- Handicap- Gestion des âges Diversité. SynergenceA propose aux entreprises

Plus en détail

Wellness Management 66 Avenue des Champs-Elysées 75008 - PARIS www.wellness-management.com contact@wellness-management.com. Feel Well Work Well

Wellness Management 66 Avenue des Champs-Elysées 75008 - PARIS www.wellness-management.com contact@wellness-management.com. Feel Well Work Well Wellness Management 66 Avenue des Champs-Elysées 75008 - PARIS www.wellness-management.com contact@wellness-management.com Feel Well Work Well POUR MIEUX TRAVAILLER ensemble LE CAPITAL HUMAIN RESTE LA

Plus en détail

Salon Préventica Lille 2013

Salon Préventica Lille 2013 Centre de gestion de la Fonction Publique Territoriale du Nord www.cdg59.fr Risques psychosociaux : méthodologie d intervention pluridisciplinaire du pôle prévention du CDG 59 Salon Préventica Lille 2013

Plus en détail

Introduction : Présentation du Centre Oscar Lambret

Introduction : Présentation du Centre Oscar Lambret Introduction : Présentation du Centre Oscar Lambret Centre Régional de Lutte Contre le Cancer Etablissement privé à but non lucratif participant au service public hospitalier Direction médicale Organisation

Plus en détail

Cancer et Travail : Comment lever les tabous?

Cancer et Travail : Comment lever les tabous? Communiqué de presse 3 décembre 2013 1 er Baromètre Cancer@Work 2013 Cancer et Travail : Comment lever les tabous? A quelques semaines de l annonce du Plan cancer 2014-2018 par le Président de la République,

Plus en détail

Ministère des affaires sociales et de la santé

Ministère des affaires sociales et de la santé Direction générale de l offre de soins Sous-direction des ressources humaines du système de santé Bureau des ressources humaines hospitalières Personne chargée du dossier : Michèle LENOIR-SALFATI tél.

Plus en détail

Education Thérapeutique pour les patients coronariens et insuffisants cardiaques

Education Thérapeutique pour les patients coronariens et insuffisants cardiaques Education Thérapeutique pour les patients coronariens et insuffisants cardiaques L expérience de l équipe de Rééducation cardiaque du C.H.U. de Nîmes Intervention du 22/03/2012 à la Réunion de l Association

Plus en détail

EHPAD LES SIGNOLLES D AJAIN SERVICE DE SOINS A DOMICILE 1,rue du Séminaire 23380 AJAIN 05 55 80 95 00 05 55 81 89 97 06 73 30 97 14 chajain@sil.

EHPAD LES SIGNOLLES D AJAIN SERVICE DE SOINS A DOMICILE 1,rue du Séminaire 23380 AJAIN 05 55 80 95 00 05 55 81 89 97 06 73 30 97 14 chajain@sil. EHPAD LES SIGNOLLES D AJAIN SERVICE DE SOINS A DOMICILE 1,rue du Séminaire 23380 AJAIN 05 55 80 95 00 05 55 81 89 97 06 73 30 97 14 chajain@sil.fr REGLEMENT DE FONCTIONNEMENT DU SERVICE DE SOINS INFIRMIERS

Plus en détail

Personnes Âgées En Risque de Perte d Autonomie PAERPA

Personnes Âgées En Risque de Perte d Autonomie PAERPA Personnes Âgées En Risque de Perte d Autonomie PAERPA Le Comité National de pilotage des parcours de santé des Personnes Âgées En Risque de Perte d Autonomie a été installé en avril 2013 et les projets

Plus en détail

Les soins palliatifs et d accompagnement. Mise en œuvre dans l établissement

Les soins palliatifs et d accompagnement. Mise en œuvre dans l établissement Mise en œuvre dans l établissement Une obligation légale La loi n 99-477 du 9 juin 1999 garantit, dans son premier article, le droit d accès aux soins palliatifs «Toute personne malade, dont l état le

Plus en détail

DESCRIPTION DES STRESSEURS LIÉS AUX SOINS DE FIN DE VIE CHEZ LES INFIRMIÈRES OEUVRANT EN USI

DESCRIPTION DES STRESSEURS LIÉS AUX SOINS DE FIN DE VIE CHEZ LES INFIRMIÈRES OEUVRANT EN USI DESCRIPTION DES STRESSEURS LIÉS AUX SOINS DE FIN DE VIE CHEZ LES INFIRMIÈRES OEUVRANT EN USI Céline Gélinas, inf., Ph.D., Marie-Anik Robitaille, M.A., Lise Fillion, inf., Ph.D. & Manon Truchon, Ph.D. Dans

Plus en détail

Catalogue des Formations

Catalogue des Formations 67, Rue Aziz Bellal, Etage 3, N 2, Maarif. 32, Avenue Abdelali Benchekroune, Etage 5, N 20. Nos atouts formation Thèmes de formation En partenariat avec un réseau national et International, nous dispensons

Plus en détail

Approche des soins palliatifs dans un service de réanimation néonatale

Approche des soins palliatifs dans un service de réanimation néonatale Approche des soins palliatifs dans un service de réanimation néonatale Sandrine Thomas, cadre de santé Dr Léila KARAOUI, PH Service de réanimation néonatale Centre Hospitalier de Meaux Bref historique

Plus en détail

«Rôle et Place des Réseaux de Soins Palliatifs dans l'offre de soins»

«Rôle et Place des Réseaux de Soins Palliatifs dans l'offre de soins» «Rôle et Place des Réseaux de Soins Palliatifs dans l'offre de soins» Hélène Fernandez Cadre Supérieur de Santé, Coordinatrice RESOP06 9 Forum SIH 06 EMSP Cannes Grasse Antibes 4 Mars 2010 Palais des Congrès

Plus en détail

TITRE DE LA FONCTION. L Infirmier(e) en Chef peut confier à un infirmier une ou plusieurs tâches ou missions qui lui sont assignées.

TITRE DE LA FONCTION. L Infirmier(e) en Chef peut confier à un infirmier une ou plusieurs tâches ou missions qui lui sont assignées. DESCRIPTION DE FONCTION CHPLT Sect. Contr. : SOI Année : 2010 N Fonction : 018 Version : 1 TITRE DE LA FONCTION INFIRMIER EN CHEF (H/F) 1. La fonction de l infirmier en Chef L Infirmier en Chef est responsable

Plus en détail

CClin Est. Le 17 avril 2014 Strasbourg

CClin Est. Le 17 avril 2014 Strasbourg Recherche des causes d un grave défaut de transmission d information en présence d une situation à fort risque de contamination CClin Est Le 17 avril 2014 Strasbourg 1 Contexte Développement de la culture

Plus en détail

Mesure du transfert des connaissances dans les pratiques cliniques suite à un e-learning douleur

Mesure du transfert des connaissances dans les pratiques cliniques suite à un e-learning douleur Congrès SIDIIEF 2015 Montréal Mesure du transfert des connaissances dans les pratiques cliniques suite à un e-learning douleur Yolande KOTTELAT, inf, ICL Jenny GENTIZON, inf, MScSI Martine ROESSLI, responsable

Plus en détail

Mesure de l épuisement Professionnel chez les médecins et principes de prévention Monique MARPINARD Médecin du Travail CHU de Toulouse

Mesure de l épuisement Professionnel chez les médecins et principes de prévention Monique MARPINARD Médecin du Travail CHU de Toulouse Mesure de l épuisement Professionnel chez les médecins et principes de prévention Monique MARPINARD Médecin du Travail CHU de Toulouse 1 Les outils de mesure L évaluation du burn - out peut être envisagée

Plus en détail

UNE DÉMARCHE NOVATRICE EN ORGANISATION DES SOINS ET DU TRAVAIL EN SANTÉ MENTALE. Institut universitaire en santé mentale de Québec

UNE DÉMARCHE NOVATRICE EN ORGANISATION DES SOINS ET DU TRAVAIL EN SANTÉ MENTALE. Institut universitaire en santé mentale de Québec UNE DÉMARCHE NOVATRICE EN ORGANISATION DES SOINS ET DU TRAVAIL EN SANTÉ MENTALE Institut universitaire en santé mentale de Québec Madame Lorraine Guillemette Directrice des soins et services cliniques

Plus en détail

3 principes fondamentaux pour un management efficace : 5 formations indispensables pour les managers

3 principes fondamentaux pour un management efficace : 5 formations indispensables pour les managers 3 principes fondamentaux pour un management efficace : A chaque objectif opérationnel un objectif managérial La motivation des collaborateurs : préoccupation centrale La relation Manager / collaborateur

Plus en détail

Pour en savoir plus sur le projet initial : www.qualicarte.ch

Pour en savoir plus sur le projet initial : www.qualicarte.ch Le projet QualiCarte a été initié par la Conférence suisse de la formation professionnelle en collaboration avec des organisations suisses du monde du travail, et plus particulièrement l Union suisse des

Plus en détail

Accompagnement des personnes âgées à domicile:

Accompagnement des personnes âgées à domicile: Accompagnement des personnes âgées à domicile: Réseaux de santé gérontologiques et centres locaux d information et de coordination gérontologiques, deux acteurs complémentaires et incontournables IFSI

Plus en détail

DEVELOPPEMENT D'UN MODELE DE PRATIQUE PROFESSIONNELLE POUR LA PRATIQUE INFIRMIERE AVANCEE

DEVELOPPEMENT D'UN MODELE DE PRATIQUE PROFESSIONNELLE POUR LA PRATIQUE INFIRMIERE AVANCEE DEVELOPPEMENT D'UN MODELE DE PRATIQUE PROFESSIONNELLE POUR LA PRATIQUE INFIRMIERE AVANCEE Marie-José Roulin inf PhD, Directrice adjointe des soins Montserrat Castellsagne Perolini, inf, Spécialiste clinique

Plus en détail

Ecole de Management pour les Médecins des Hôpitaux (EMAMH) de l Assistance Publique Hôpitaux de Paris

Ecole de Management pour les Médecins des Hôpitaux (EMAMH) de l Assistance Publique Hôpitaux de Paris DIRECTION DES RESSOURCES HUMAINES Département du Développement Professionnel Continu Médical Ecole de Management pour les Médecins des Hôpitaux (EMAMH) de l Assistance Publique Hôpitaux de Paris Dr Stéphane

Plus en détail

5 formations indispensables pour une relation managériale efficace!

5 formations indispensables pour une relation managériale efficace! 5 formations indispensables pour une relation managériale efficace! Edition 2010 Des formations -s & -s Nouveauté rentrée 2010 : Réduction de l offre : Le socle + 4 déclinaisons spécifiques www.management-progression.fr

Plus en détail

2 e congrès international francophone de soins palliatifs/23 e congrès du Réseau de soins palliatifs du Québec, 5 mai 2013

2 e congrès international francophone de soins palliatifs/23 e congrès du Réseau de soins palliatifs du Québec, 5 mai 2013 Évaluation du degré d intégration du fonctionnement interdisciplinaire en pratique clinique de soins palliatifs et bénéfices attendus : Perspective d amélioration continue de la qualité des soins et des

Plus en détail

L alliance thérapeutique

L alliance thérapeutique L alliance thérapeutique UE 4.2 S3 Le 5 septembre 2012 FC Un peu d histoire (1) Terme employé par FREUD dès 1913: Alliance forte entre patient et thérapeute indispensable dans le cadre d une psychothérapie

Plus en détail

Une approche exigeante du coaching professionnel. à partir d un document de la

Une approche exigeante du coaching professionnel. à partir d un document de la 1 Une approche exigeante du coaching professionnel à partir d un document de la 2 CHOISIR UN COACH Pourquoi et comment? POURQUOI FAIRE APPEL À UN COACH? Les objectifs du coaching le plus souvent cités

Plus en détail

Le projet de soins palliatifs : Quels objectifs, quels outils?

Le projet de soins palliatifs : Quels objectifs, quels outils? Le projet de soins palliatifs : Quels objectifs, quels outils? 3 Février 2015 Sophie Chrétien Infirmière Clinicienne, MSc «Sciences cliniques en soins Infirmiers» EMASP, Hôpital Bichât, Paris 2 PLAN Approche

Plus en détail

ARRÊTÉ du. relatif au cahier des charges de santé de la maison de santé mentionné à l article L. 6323-3 du code de la santé publique.

ARRÊTÉ du. relatif au cahier des charges de santé de la maison de santé mentionné à l article L. 6323-3 du code de la santé publique. RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère du travail, de l emploi NOR : ARRÊTÉ du relatif au cahier des charges de santé de la maison de santé mentionné à l article L. 6323-3 du code de la santé publique. Le ministre

Plus en détail

RÈGLEMENTS POLITIQUES - PROCÉDURES

RÈGLEMENTS POLITIQUES - PROCÉDURES RÈGLEMENTS POLITIQUES - PROCÉDURES OBJET : Politique de santé globale du personnel COTE : DG 2013-02 APPROUVÉE PAR : Le conseil d administration le 26 février 2013 EN VIGUEUR LE : 26 février 2013 RESPONSABLE

Plus en détail

Pour une performance sociale et durable.

Pour une performance sociale et durable. Pour une performance sociale et durable. NOTRE MISSION La plupart des dirigeants des entreprises et notamment des entreprises socialement responsables savent que le capital humain est la ressource la

Plus en détail

COMPETENCES INFIRMIERES 1

COMPETENCES INFIRMIERES 1 COMPETENCES INFIRMIERES 1 Evaluer une situation clinique et établir un diagnostic dans le domaine des soins infirmiers Communiquer et conduire une relation dans un contexte de soins Concevoir et conduire

Plus en détail

LIVRET D ACCOMPAGNEMENT DU TUTEUR

LIVRET D ACCOMPAGNEMENT DU TUTEUR LIVRET D ACCOMPAGNEMENT DU TUTEUR Nom de l étudiant(e) : Structure d accueil : Nom du tuteur : STAGE BTS AM Lycée Marie Curie 70 avenue de Paris 78000 VERSAILLES 01 39 24 69 24 www.lyc-curie-versailles.ac-versailles.fr

Plus en détail

Notre modèle d engagement

Notre modèle d engagement Notre modèle d engagement 1. EVALUER L évaluation des compétences que vous souhaitez améliorer implique un vrai échange entre nos deux équipes, et une étude plus approfondie des écarts et des actions préalablement

Plus en détail

Analyse et gestion d un évènement indésirable associé aux soins

Analyse et gestion d un évènement indésirable associé aux soins Analyse et gestion d un évènement indésirable associé aux soins Programme de développement professionnel continu Date : juin 2013 Comité de Coordination de l Evaluation Clinique et de la Qualité en Aquitaine

Plus en détail

spécialités infirmières en France»

spécialités infirmières en France» «les nouveaux défis de santé : nécessité de l évolution des spécialités infirmières en France» Florence Ambrosino - Infirmière de pratique avancée en coordination de parcours complexe de soins Séminaire

Plus en détail

BURNOUT COMPRENDRE ET AGIR

BURNOUT COMPRENDRE ET AGIR Anne-Marie GALLET et Valérie LANGEVIN BURNOUT COMPRENDRE ET AGIR Les Assises du CHSCT, Saint-Denis, 30 septembre 2015 Définitions n Origine du terme Burn + out = combustion totale, «carbonisation psychique»

Plus en détail

ÉVALUATION DES COMPÉTENCES niveau 2 ème année bachelor

ÉVALUATION DES COMPÉTENCES niveau 2 ème année bachelor Semestre automne printemps Répétition Lieu de période de formation pratique Institution : Nom de l'étudiant-e : Service : Promotion : Site de formation : Période du / au : PFP 3 PFP 4 ÉVALUATION DES COMPÉTENCES

Plus en détail

PROJET EDUCATION THÉRAPEUTIQUE PEP S 37

PROJET EDUCATION THÉRAPEUTIQUE PEP S 37 PROJET EDUCATION THÉRAPEUTIQUE PEP S 37 Patient(e)s atteint(e)s d un cancer du sein BINOIT NATHALIE ROUSSEAU SOPHIE 17 JUIN 2014 Pourquoi ce projet? Le cancer : une maladie chronique? Les soins de support

Plus en détail

Moyenne d efficacité du travail de l équipe de dispensateurs de SSP (Ensemble d indicateurs : Dispensateurs de soins de santé primaires) Cote moyenne

Moyenne d efficacité du travail de l équipe de dispensateurs de SSP (Ensemble d indicateurs : Dispensateurs de soins de santé primaires) Cote moyenne (Ensemble d indicateurs : Dispensateurs de soins de santé primaires) Définition Cote moyenne de l efficacité du travail de l équipe fondée sur les facteurs suivants : vision; participation ouverte; orientation

Plus en détail

La prévention des facteurs de risques psychosociaux

La prévention des facteurs de risques psychosociaux La prévention des facteurs de risques psychosociaux ETSUP Marina Pietri, Psychologue du travail / Entrelacs Janvier 2011 La prévention des facteurs de risques psychosociaux : trois types d interventions

Plus en détail

État de situation des soins palliatifs au Québec et défis qui nous attendent.

État de situation des soins palliatifs au Québec et défis qui nous attendent. État de situation des soins palliatifs au Québec et défis qui nous attendent. Plan de présentation Le Québec c est État des soins palliatifs au Québec. Éléments de réflexion. Les défis qui nous attendent.

Plus en détail

LA BIENTRAITANCE ET L AMÉLIORATION DES PRATIQUES PROFESSIONNELLES

LA BIENTRAITANCE ET L AMÉLIORATION DES PRATIQUES PROFESSIONNELLES Docteur Christian PETEL, Directeur FORMATIONS FRACTALE SUR SITE ANNÉES 2009-2010 LA BIENTRAITANCE ET L AMÉLIORATION DES PRATIQUES PROFESSIONNELLES La bientraitance met au centre du travail la préoccupation

Plus en détail

- Référentiel de formation CHSCT -

- Référentiel de formation CHSCT - - Référentiel de formation CHSCT - On peut distinguer quatre grands types de fonctions assurées par les membres des CHSCT : 1) Implication dans la démarche globale de prévention des risques : a) Comprendre

Plus en détail

PACTE : Programme d Amélioration Continue du Travail en Equipe Phase d expérimentation

PACTE : Programme d Amélioration Continue du Travail en Equipe Phase d expérimentation PACTE : Programme d Amélioration Continue du Travail en Equipe Phase d expérimentation Centre Hospitalier d Argenteuil (95) F. Lémann, PH-coordonnateur de la gestion des risques associés aux soins Co-facilitateur

Plus en détail

D. I.U. Gestionnaire de cas 1 er avril 2015

D. I.U. Gestionnaire de cas 1 er avril 2015 D. I.U. Gestionnaire de cas 1 er avril 2015 Claire ASTIER Pilote MAIA Paris Est 1 En2009,MAIAinitiéedansle PlannationalAlzheimer:unemaladiequitouche toutes les dimensions de la «santé» (OMS) où les réponses

Plus en détail

Puisse, cette caisse à outils, vous apporter autant d efficacité qu elle en a apporté à ceux avec qui, et pour qui, nous les avons rassemblés ici.

Puisse, cette caisse à outils, vous apporter autant d efficacité qu elle en a apporté à ceux avec qui, et pour qui, nous les avons rassemblés ici. Introduction Cet ouvrage a été conçu à partir de sollicitations exprimées par des managers de terrain soucieux de donner une dimension plus opérationnelle à leur management au quotidien. Il rassemble des

Plus en détail

CATALOGUE DE PRESTATIONS 2014

CATALOGUE DE PRESTATIONS 2014 CATALOGUE DE PRESTATIONS 2014 La Formation Professionnelle Management Relationnel Les Fondamentaux du Management Animation d équipe, Manager Coach Développer son assertivité Communiquer efficacement avec

Plus en détail

Docteur Georges VAN CANG Nathalie ZANDECKI

Docteur Georges VAN CANG Nathalie ZANDECKI Hôpital Vincent Van Gogh : 1ère institution hospitalière belge certifiée ISO 9001/2000 Quels défis, quelle valeur ajoutée pour l institution et les patients? Docteur Georges VAN CANG, Directeur médical

Plus en détail

LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AU CERTIFICAT D APTITUDE AUX FONCTIONS DE DIRECTEUR D ETABLISSEMENT OU DE SERVICE D INTERVENTION SOCIALE

LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AU CERTIFICAT D APTITUDE AUX FONCTIONS DE DIRECTEUR D ETABLISSEMENT OU DE SERVICE D INTERVENTION SOCIALE LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AU CERTIFICAT D APTITUDE AUX FONCTIONS DE DIRECTEUR D ETABLISSEMENT OU DE SERVICE D INTERVENTION SOCIALE 1. RÉFÉRENTIEL PROFESSIONNEL DES DIRECTEURS D ETABLISSEMENT OU DE SERVICE

Plus en détail

Le suivi psychosocial en soins palliatifs

Le suivi psychosocial en soins palliatifs Le suivi psychosocial en soins palliatifs un besoin du client et de ses proches Par Johanne Audet, travailleuse sociale Centre de santé et de services sociaux de Québec-Nord (Secteur Orléans) Congrès RSP,

Plus en détail

HAD et Soins Palliatifs en EHPAD Contraintes réglementaires et situations possibles de collaboration

HAD et Soins Palliatifs en EHPAD Contraintes réglementaires et situations possibles de collaboration HAD et Soins Palliatifs en EHPAD Contraintes réglementaires et situations possibles de collaboration Dr Joséphine Loteteka Dr Tatiana Garcia HAD Santé Service Corpalif 93, 23 mars 2010 Sommaire Le cadre

Plus en détail

GROUPEMENT FRANÇAIS DES PERSONNES HANDICAPEES

GROUPEMENT FRANÇAIS DES PERSONNES HANDICAPEES 1/7 GROUPEMENT FRANÇAIS DES PERSONNES HANDICAPEES PROMOUVOIR LE PARTAGE D'EXPERIENCES POSITIVES ET LA PARTICIPATION CITOYENNE La Pairémulation Une forme de soutien mutuel pour stimuler et soutenir l accès

Plus en détail

Assises professionnelles de l infectiologie

Assises professionnelles de l infectiologie Valoriser l infectiologie transversale par l amélioration de la qualité Arnaud Pouillart Hôpitaux pédiatriques de Nice CHU-Lenval 1 Champ de l étude Activités transversales : Expertise, activité intellectuelle

Plus en détail

CONVENTION-TYPE RELATIVE AUX MODALITES D INTERVENTION DE L EQUIPE D APPUI DEPARTEMENTALE EN SOINS PALLIATIFS DE L INDRE (E.A.D.S.P. 36) DANS LES E.H.

CONVENTION-TYPE RELATIVE AUX MODALITES D INTERVENTION DE L EQUIPE D APPUI DEPARTEMENTALE EN SOINS PALLIATIFS DE L INDRE (E.A.D.S.P. 36) DANS LES E.H. CONVENTION-TYPE RELATIVE AUX MODALITES D INTERVENTION DE L EQUIPE D APPUI DEPARTEMENTALE EN SOINS PALLIATIFS DE L INDRE (E.A.D.S.P. 36) DANS LES E.H.P.A.D. ENTRE L E.H.P.A.D. représenté par d une part,

Plus en détail

Nadia Droz, psychologue FSP-APSYTRA, Unité Santé Sécurité au Travail. La prévention des Risques psychosociaux au CHUV

Nadia Droz, psychologue FSP-APSYTRA, Unité Santé Sécurité au Travail. La prévention des Risques psychosociaux au CHUV Nadia Droz, psychologue FSP-APSYTRA, Unité Santé Sécurité au Travail La prévention des Risques psychosociaux au CHUV Objectifs 1. Définition des risques psychosociaux 2. La prévention des risques psychosociaux

Plus en détail

Charte des ressources humaines

Charte des ressources humaines Charte des ressources humaines ANTICIPER Pour être acteurs stratégiques du changement ACCUEILLIR Savoir identifier, attirer, choisir et fidéliser les collaborateurs RECONNAÎTRE Apprécier les compétences

Plus en détail

Certificat universitaire de Clinique Soignante en Soins Infirmiers

Certificat universitaire de Clinique Soignante en Soins Infirmiers IPs Institut Perspective Soignante Pour une pratique porteuse de sens et respectueuse des personnes UCL Université Catholique de Louvain Unité des sciences hospitalières et médico-sociales Certificat universitaire

Plus en détail

Horaires. B2 60 90 C. Prestations et services C1 20 20 D. Techniques de l information et de la communication

Horaires. B2 60 90 C. Prestations et services C1 20 20 D. Techniques de l information et de la communication ANNEXE III Horaires Première année* Horaires Modules Numéro Heures Total A. Institutions et réseaux A1 30 A2 50 120 A3 40 B. Publics B1 30 B2 60 90 C. Prestations et services C1 20 20 D. Techniques de

Plus en détail

Programmes inter-entreprises

Programmes inter-entreprises Brochure interactive Programmes inter-entreprises France, 2014-2015 Pour plus d informations sur les lieux, dates et prix de nos training, veuillez consulter www.krauthammer.fr (rubrique Programmes inter-entreprises

Plus en détail

Prise en charge de l'élimination intestinale des patients hospitalisés : Un outil pédagogique et didactique pour les soignants..

Prise en charge de l'élimination intestinale des patients hospitalisés : Un outil pédagogique et didactique pour les soignants.. Valérie Berger Cadre Supérieur de santé CHU de Bordeaux Renée Lacomère Cadre supérieur diététicienne ARC CHU de Bordeaux Christine Germain Statisticienne USMR CHU de Bordeaux Geneviève Chêne PU-PH pole

Plus en détail

Résumé mémoire master 2 sciences cliniques infirmières, spécialité coordination du parcours complexe du patient. Pierrette MEURY ; JUIN 2012

Résumé mémoire master 2 sciences cliniques infirmières, spécialité coordination du parcours complexe du patient. Pierrette MEURY ; JUIN 2012 Résumé mémoire master 2 sciences cliniques infirmières, spécialité coordination du parcours complexe du patient. Pierrette MEURY ; JUIN 2012 «2012: État des lieux et perspectives de la coordination par

Plus en détail

8 RISQUES PSYCHOSOCIAUX

8 RISQUES PSYCHOSOCIAUX 8 RISQUES PSYCHOSOCIAUX DE QUOI PARLE T ON? (source : guide DGAFP) La définition de référence des risques psychosociaux (RPS) retenue ici est celle du rapport du collège d experts présidé par Michel Gollac

Plus en détail

Une initiative de la Direction Générale de la Santé. mise en œuvre Société Française de Gériatrie et Gérontologie. en collaboration avec

Une initiative de la Direction Générale de la Santé. mise en œuvre Société Française de Gériatrie et Gérontologie. en collaboration avec Une initiative de la Direction Générale de la Santé mise en œuvre Société Française de Gériatrie et Gérontologie en collaboration avec Améliorer la qualité des pratiques professionnelles MOBIQUAL : MOBILISATION

Plus en détail

142 COMMENT ORGANISER LE RETOUR À DOMICILE D UN PATIENT EN SOINS PALLIATIFS DANS LE CADRE D UNE MALADIE CANCÉREUSE?

142 COMMENT ORGANISER LE RETOUR À DOMICILE D UN PATIENT EN SOINS PALLIATIFS DANS LE CADRE D UNE MALADIE CANCÉREUSE? Item 142 COMMENT ORGANISER LE RETOUR À DOMICILE D UN PATIENT EN SOINS PALLIATIFS DANS LE CADRE D UNE MALADIE CANCÉREUSE? I/ Introduction 1 On rappelle la définition des soins palliatifs, par la S.F.A.P.

Plus en détail

Introduction. La prépondérance des espaces de dialogue dans la qualité de vie au travail. La chaire Management et Santé au Travail

Introduction. La prépondérance des espaces de dialogue dans la qualité de vie au travail. La chaire Management et Santé au Travail La prépondérance des espaces de dialogue dans la qualité de vie au travail Emmanuel Abord de Chatillon Institut d Administration des Entreprises de Grenoble abord@iae-grenoble.fr 1 La chaire Management

Plus en détail

DISPOSITIF D ANNONCE : LE CONTEXTE LEGISLATIF. Amandine Potier Psychologue 3C Besançon

DISPOSITIF D ANNONCE : LE CONTEXTE LEGISLATIF. Amandine Potier Psychologue 3C Besançon DISPOSITIF D ANNONCE : LE CONTEXTE LEGISLATIF Amandine Potier Psychologue 3C Besançon I Un dispositif d annonce : pourquoi? Le 28 novembre 1998 à Paris ont lieu les premiers états généraux de patients

Plus en détail

L externat en médecine générale L exemple de Paris V

L externat en médecine générale L exemple de Paris V L externat en médecine générale L exemple de Paris V Mémoire DIU Pédagogie Médicale 2010 Dr Olivier Benainous CCA médecine générale Dr Mirna Salloum Urgentiste 1 Sommaire I. Externat en médecine générale

Plus en détail

Conseil - Formation Management du changement

Conseil - Formation Management du changement KEY PARTNERS 55 avenue Marceau, 75116 Paris Tel 09 77 19 51 14 / Fax 01 53 01 35 68 email : infos@key-partners.biz www.key-partners.biz Conseil - Formation Management du changement Key Partners est un

Plus en détail

Intégrer un salarié dans l entreprise

Intégrer un salarié dans l entreprise L objectif de ce guide est d aider les managers à optimiser l accueil et l intégration des nouveaux salariés dans l entreprise. Un autre guide Fafsea «Assurer la fonction de tuteur» est à la disposition

Plus en détail

Parcours de formation modulaire

Parcours de formation modulaire Parcours de formation modulaire CQPM 0264 : Coordinateur (trice) du développement des ressources humaines de l entreprise Public concerné Assistant(e) RH débutant dans le poste ou personne chargée de la

Plus en détail

Formation initiale des infirmières en soins palliatifs

Formation initiale des infirmières en soins palliatifs Formation initiale des infirmières en soins palliatifs Dans le nouveau programme de formation de 2009 1 Présentation Recommandations SFAP (infirmières 2011: avis de recherche ) Programme de développement

Plus en détail

Consultations précoces en soins palliatifs

Consultations précoces en soins palliatifs Consultations précoces en soins palliatifs 10 avril 2014 Dr Catherine LACROIX USP /EMSP Précoce tardif Soins de support Soins palliatifs SOINS DE SUPPORT «Ensemble des soins et soutiens nécessaires aux

Plus en détail

www.cadredesanté.com «En quoi les espaces de réflexion permettent-ils aux soignants de dispenser des soins de qualité?».

www.cadredesanté.com «En quoi les espaces de réflexion permettent-ils aux soignants de dispenser des soins de qualité?». Une pratique réflexive pour des soins de qualité Descriptif : Une recherche clinique, réalisée auprès d infirmières et de puéricultrices, illustre l enrichissement des pratiques de soins par la création

Plus en détail

Management médical Améliorer le management médical de vos pôles et spécialités

Management médical Améliorer le management médical de vos pôles et spécialités Management médical Améliorer le management médical de vos pôles et spécialités MANAGEMENT MÉDICAL AMÉLIORER LE MANAGEMENT MÉDICAL DE VOS PÔLES ET SPÉCIALITÉS Le paradoxe du médecin manager Les réformes

Plus en détail

Burn out des professionnels de santé. Quels facteurs? Comment le mesurer? Quelles conséquences?

Burn out des professionnels de santé. Quels facteurs? Comment le mesurer? Quelles conséquences? Burn out des professionnels de santé Quels facteurs? Comment le mesurer? Quelles conséquences? Docteur Jean-Claude PERREAND Centre Hospitalier de Valence De quoi parle t-on? Burn out, ou syndrome d épuisement

Plus en détail

Le meilleur chemin pour nous contacter?

Le meilleur chemin pour nous contacter? Le meilleur chemin pour nous contacter? Vous avez des questions sur les soins à domicile? Vous avez besoin de services ou de soins particuliers? N hésitez pas à nous contacter pour trouver ensemble la

Plus en détail