Compétences à développer ÉTAT HÉMODYNAMIQUE. Compétences à développer (suite) Coronaropathie. Étiologie et physiopathologie. Tuniques d une artère

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Compétences à développer ÉTAT HÉMODYNAMIQUE. Compétences à développer (suite) Coronaropathie. Étiologie et physiopathologie. Tuniques d une artère"

Transcription

1 ÉTAT HÉMODYNAMIQUE Les pathologies cardiaques Compétences à développer Expliquer l étiologie et la physiopathologie de la coronaropathie (processus d athérosclérose) Connaître les facteurs de risque de la coronaropathie Différencier le différents types d angine et leurs manifestations cliniques Josée Desrochers, infirmière CSI Pierre Bellemare, infirmier Dernière révision nov Compétences à développer (suite) Connaître la pharmacothérapie du SCA Différencier l angine de l infarctus du myocarde Coronaropathie L athérosclérose constitue la cause principale de la coronaropathie Caractérisée par un dépôt local de cholestérol et de lipides (LDL), principalement sur la paroi de l intima artérielle 3 4 Tuniques d une artère Étiologie et physiopathologie La genèse de la formation des plaques est le résultat de réactions complexes entre les composantes du sang et les éléments qui forment la paroi vasculaire Le concept de la lésion endothéliale est au centre des théories actuelles de l athérogénèse 5 6 1

2 Stades de développement Coronaropathie Stries lipidiques Accumulation de plaques fibreuses résultant de la prolifération des cellules musculaires lisses Lésions arthéroscléreuses 7 8 Circulation collatérale Facteurs de risque de la coronaropathie Attribuable à deux facteurs : Prédisposition héréditaire au développement de nouveaux vaisseaux sanguins Présence d ischémie chronique 9 10 L angine L angine (suite) C est un déséquilibre entre les besoins et l apport en O 2. Le déséquilibre est causé soit par une diminution de l apport en O 2 ou une augmentation des besoins en O 2 ou les deux. La perfusion coronarienne se fait surtout en diastole car en systole les coronaires sont comprimées. Les besoins en O 2 sont influencés par: La fréquence cardiaque La contractilité La tension sur la paroi du ventricule (hypertension artérielle, sténose aortique..)

3 La sténose aortique Sténose aortique La sténose aortique est une rétrécissement de l orifice de la valvule aortique, entrainant un faible débit sanguin du ventricule gauche vers l aorte Hypertrophie du ventricule gauche Sténose aortique Sténose aortique Symptômes cliniques Étiologie Dyspnée Douleur thoracique, angine Syncope Rhumatisme articulaire aigu (RAA) Anomalie congénitale Origine dégénérative et calcifications Historique Le premier remplacement valvulaire aortique par voie percutanée fut réalisé à Rouen, en 2002 par le professeur Cribier Au chum Dr Masson et Dr Gobeil depuis 2009 Patients à haut risque chirurgical Bioprothèse valvulaire aortique percutanée Valve Edwards SAPIEN

4 Bioprothèse valvulaire aortique percutanée: Edwards SAPIEN Bioprothèse valvulaire aortique percutanée trans- fémorale VOIE TRANS-FÉMORALE VOIE TRANS-APICALE (Medscape Source: F1000M 2009 Medecine ReportLtd.) Medscape Source: F1000M 2009 Medecine ReportLtd.) Bioprothèse valvulaire aortique percutanée CORE VALVE EN POSITION AORTIQUE CORE VALVE

5 L ischémie Causes de l angine Résulte du rétrécissement d un vaisseau et d un tonus anormal attribuable à l athérosclérose induite par un dysfonctionnement endothélial Le dommage dépend de la sévérité et de la durée du déséquilibre entre l apport et la demande d O2 1. Athérosclérose 2. Spasme 3. Anémie 4. Arythmies Le diagnostic d angine est posé à la suite de : Ischémie ou lésion? Histoire de cas ( antécédents de santé détaillés ) Examen physique Troponine ECG Réf: L e.c.g. pour les nuls, DOOR TO ECG DOOR TO BALLOON

6 ECG Test simple et utile Délais de 10 min Vu par un médecin Il est normal dans 3% des infarctus Il est normal dans 50 % des SCA DANS QUELLES SITUATIONS CLINIQUES VOUS INITIEZ UN ECG? Caractéristiques de la douleur angineuse L angine est un diagnostic clinique; une douleur angineuse typique correspond à : Malaise rétro sternal caractéristique en durée (3-20 minutes) et en qualité (constrictive, serrative, brûlure, pesanteur) Provoquée par l exercice, un effort ou un stress émotionnel. Soulagée par le repos ou la nitro Les aspects de la douleur Le début L intensité La durée Les facteurs qui provoquent et soulagent Les symptômes associés L angine peut se présenter sous différentes formes: Angine stable: (sténose fixe) La lumière ou le flot sanguin qui est diminué, douleur présente à l effort X

7 L angine peut se présenter sous différentes formes (Suite): Angine instable /accélérée: La plaque se rupture Agrégation des plaquettes Douleurs plus rapprochées L angine peut se présenter sous différentes formes (Suite): Prinzmetal: angine vasospastique Crises spontanées caractérisées par une douleur au repos et un sus-décalage du segment ST Spasme d une artère coronaire Associé à un risque élevé d infarctus L angine peut se présenter sous différentes formes (Suite): Atypique: présentation de symptômes cliniques atypiques Clientèles à risques Le Tako-Tsubo Clientèles:

8 Tako-tsubo Cardiomyopathie de stress Syndrome caractérisé par une dysfonction sévère du VG, survenant le plus souvent suite à un stress émotionnel intense Le plus souvent chez les femmes de 50 ans et plus Élévation légère des troponines Élévation du segment ST à l ECG et ou inversion des ondes T Akinésie ou dyskinésie de l apex et des segments moyens du VG FEVG diminuée en aigüe Coronaires normales Ballonisation apicale du Ventricule Gauche Tako-tsubo Tests diagnostics ECG FSC Électrolytes, urée, créatinine, glucose Bilan lipidique Troponines hs, CK-MB Radiographie pulmonaire Épreuve d effort Épreuve d effort avec Thallium ou MIBI MIBI persantin Échographie cardiaque Coronarographie Processus Thérapeutique ACTP La mise en place d une endoprothèse vasculaire Pontage aortocoronarien (PAC) Pontage mammocoronarien (PMC) L angioplastie au laser L athérectomie L athérectomie Traitement de l angor stable (vidéo) Le but du traitement est de prolonger la vie, de ralentir la progression de la maladie et de réduire les symptômes. Comment? la demande en O 2 et l apport en O 2 Traitement non-pharmacologique: Installer oxygène

9 Traitement de l angor stable (suite) L Aspirine Traitement pharmacologique ASA Nitrates Bêta-bloquants Bloqueurs canaux calciques si contre-indications aux bêta-bloquants Traitement des lipides Inhibiteurs de l enzyme de conversion de l angiotensine (IECA: si hx d infarctus, de dysfonction VG, IRC ou DB) Réduit le risque d événements futurs de 30%. Inhibe l agrégation plaquettaire. Dose mg po, sans enrobage gastro résistant dès que possible Dose mg po die, le plus souvent 80 mg die Contre-indications Nitrates Allergie (donner clopidogrel-plavix) Ulcères gastro-duodénaux actifs. Triade de Widal Le traitement aux nitrates constitue l intervention initiale la plus fréquente pour améliorer le débit sanguin coronarien Nitrates Entraîne la formation de NO Le NO a une courte demi-vie Les veines et les grosses artères sont les plus sensibles aux effets des nitrates Au triage:p2 Histoire de cas Dame 78 ans arrive en ambulance à 22 h 44 DRS avec irradiation au sein gauche et au dos à 4/10 depuis 21h30 environ Douleur augmentée au mouvement Antécédents: HTA, hernie hiatale, colon irritable, arthrite rhumatoïde, fibromyalgie

10 Histoire de cas (suite) SV : PA:130/68, Pls: 54/ min rég resp: 20/ min Sat: 97% AA Temp:36.2 La patiente est non soulagée par la nitro reçu dans l ambulance Histoire de cas (suite) 1 er ECG: 22 h 49 Dans l ambulance les signes vitaux avant prise de nitro: 22 h 10: PA:160/pal, pls 54,resp h 12: Nitro 0.4mg spray 22 h 17: PA: 96/pal, pls 54, resp 18 Protocole de nitro arrêté patiente non soulagée ème ECG: 23 h

11 Bêta-bloquants Contre-indications Lopresor (metoprolol) Sectral (acétabutolol) Corgard (nadolol) Ténormin (aténolol) Monocor (bisoprolol) Fréquence cardiaque < 60 bpm Tension artérielle systolique < 100 mmhg Insuffisance cardiaque gauche Signes d hypoperfusion périphérique Bloc AV du 2 ou du 3 degré Asthme ou bronchospasme, HTP Cocaine WPW Administration récente de BCC Bloqueurs des canaux calciques Contre-indications Cardizem (diltiazem) Vérapamil (isoptin) Norvasc (amlodipine) Adalat (nifédipine) Fréquence cardiaque < 60 bpm Tension artérielle systolique < 100 mmhg Insuffisance cardiaque gauche Administration concomitante de BB Statines 25-35% de réduction de mortalité et d événements cardiaques majeurs Rôle de stabilisateur de la plaque athéromateuse Restaure la fonction endothéliale Réduit les épisodes ischémiques Une fois le cholestérol abaissé, le maintien du traitement permet de faire durer cet effet Statines (suite) Atorvastatine (Lipitor) Simvastatine (Zocor) Rosuvastatin (Crestor) Pravastatine(Pravachol) Lovastatine(Mévacor) Effets secondaires: Céphalées, troubles gastriques, myalgie, augmentation enzymes hépatiques. *Contrôle des enzymes hépatiques et des CK au début du traitement et 12 semaines suite à son instauration

12 Syndrome coronarien aigu C est un diagnostic temporaire qui est utilisé jusqu à ce qu un diagnostic final soit établit et qui réfère à des symptômes et des signes d ischémie myocardique Angor instable Infarctus sans élévation ST (NSTEMI) Infarctus avec élévation ST (STEMI) Angine instable Si troponines négatives et ECG négatif risque faible Si troponines négatives et ECG positif, risque intermédiaire Si troponines positives et ECG positif haut risque L infarctus Nécrose ischémique du muscle cardiaque due habituellement à une interruption brusque de l irrigation coronarienne dans un territoire myocardique L infarctus se produit à la suite de l occlusion prolongée ou définitive d une artère coronaire et les cellules myocardiques de la région atteinte meurent par manque d oxygénation Infarctus (suite) Souvent lors d une activité intense Souvent tôt le matin Causé par une rupture de plaque Embolie coronarienne Spasme parfois par cocaïne ou autres Dumonceau, Présentation Typiquement, DRS serrative, plus sévère que l angor De plus de 20 minutes Symptômes associés: nausées, vomissements, dyspnée, diaphorèse, anxiété Non soulagée par la nitro ou partiellement soulagée Souvent confondu avec indigestion Examen physique Peau froide et moite Tachycardie ou bradycardie PA élevée ou basse Peut présenter des crépitants à l auscultation pulmonaire Jugulaire parfois distendue si infarctus du cœur droit B4 parfois, B3 si gros infarctus avec atteinte du VG

13 Pronostic La gravité de l infarctus dépend de plusieurs facteurs De la portion du muscle atteint (%) De l atteinte des coronaires et de la qualité d irrigation du muscle sain De l état du cœur au moment de l infarctus (insuffisance cardiaque, infarctus ancien) De l état de santé du sujet et des maladies associés au moment de l infarctus (HTA, diabète, MPOC) Classification des infarctus (Échelle Killip) Classe Critères Analyse % décès Killip 1 Absence de râles Absence de B3 Fréquence cardiaque La tachycardie témoigne de la compensation homéostasique pour maintenir le DC (s. sympathique) 2 5 % Killip 2 Killip 3 Râles < 50 % des surfaces pulmonaires, présence d un B3 ou pas B3 Râles > 50% des surfaces pulmonaires et fréquents OAP B3 + fréquence cardiaque >100 Transsudation de plasma dans les alvéoles, distension du VG Défaillance VG; grande difficulté de l organisme à compenser la perte, essai de compensation homéostasique 5 10 % 44% et moins Killip 4 Choc cardiogénique Incapacité de l organisme à compenser PLUS DE 80% Tests diagnostics ECG Troponines hs, CK CK-MB Radiographie des poumons Parfois un échographie Bio-marqueurs CK (cœur, muscle et cerveau) CK-MB: cœur Calcul du ratio CK-MB/CK, si >2,5% dommage myocardique Les niveaux de CK-MB commencent à s élever dans le sang 3-8 heures après l infarctus Pic: 24 heures Durée heures Bio-marqueurs (suite) Troponines I et T de haute sensibilité (Tnt-hs): Protéines qui régularisent l action de la myosine et de l actine dans les cellules musculaires Plus spécifiques que les CK Des troponines négatives à l urgence n excluent pas d emblée un IM Les troponines commencent à s élever 2 à 4 heures après à l infarctus Pic heures Durée: 10 jours Tnt-hs: 18ng/L (homme) Tnt-hs: 9ng/L (femme) Traitements de l angine instable et du NSTEMI Repos au lit avec monitoring Oxygène pour saturation >90% ASA mg Bêta-bloquants, parfois dose de lopresor IV si patient tachycarde Héparine standard vs héparine de bas poids moléculaire

14 Traitements de l angine instable et du NSTEMI (suite) Nitro spray, Nitro IV Plavix IECA parfois (inhibiteur de l enzyme de conversion de l angiotensine) Statines Morphine Parfois inhibiteurs GP IIbIIIa (GlycoProtéine) Plavix (clopidogrel) PLAVIX: Comprimé de 75 mg po Classe : Antiplaquettaire Indications cliniques : Symptômes associés à l athérosclérose Plavix 75 mg po 9 mois à 1an (si pose de tuteur coronarien) Dose de charge: 600mg po si procédure de ACTP prévu Effets secondaires : Éruptions ou démangeaisons Diarrhée Douleurs abdominales Indigestion ou brûlures d estomac Constipation Saignement au niveau de l estomac, les intestins ou les yeux Formulaire de médication d exception Tableau des médicaments IECA Infarctus avec élévation segment ST (STEMI) Traitement aigu MONA Morphine Oxygène Nitro ASA Escalade du caillot Autres Rx en aigu: Bêta-bloqueurs (prudence si infarctus inférieur) Héparine IV Inhibiteurs GP IIbIIIa (GlycoProtéine)

15 Les antiplaquettaires Comment agissent-ils? Les GP IIB IIIA sont les principaux récepteurs de surface des plaquettes intervenant dans l agrégation plaquettaire Lorsqu il y a rupture d une plaque athéroscléreuse, il y a adhésion et activation des plaquettes. L agrégation plaquettaire réalisée par le fibrinogène donne naissance à un thrombus riche en plaquettes provoquant ainsi l occlusion vasculaire Aggrastat(tirofiban) Intégrillin(eptifibatide) Classe : Antiplaquettaire (bloqueur des récepteurs GP IIbIIIa) Indications cliniques : SCA Angine instable Infarctus du myocarde sans onde Q Patient devant subir une angioplastie transluminale percutanée des coronaires (dans le but de prévenir des épisodes d ischémie) Effets secondaires : Hémorragies (suintement ou saignement léger) Thrombocytopénie Fièvre Céphalée Nausée Aggrastat / Intégrillin (suite) Réopro (abciximab) Effet rapidement réversible : Demi-vie : 1,9 à 2,2 heures Rétablissement de la fonction plaquettaire procurant une hémostase en général dans les 4 heures qui suivent l arrêt du traitement Laboratoire d hémodynamie Les patients sont prêts pour une intervention chirurgicale 4 heures à peine après la fin de la perfusion Compatible avec une solution de NACL 0,9% ou du dextrose 5% Compatible avec de l héparine dans la même tubulure Administration conjointe avec AAS Soins infirmiers en phase aigue Rassurer le patient et sa famille Installer confortablement Évaluer de la douleur (PQRST) Examen physique (signes vitaux, respiration, SaO 2) Auscultation cardio-pulmonaire État de conscience Débit urinaire Moniteur/ECG Vérifier les taux sériques des marqueurs Notes d observations détaillées Complications post infarctus Mécaniques Rupture du septum ventriculaire Rupture muscle papillaire (surtout dans l infarctus inféropostérieur) Rupture de la paroi libre du VG Ischémiques Angor post IM Anévrysme Thrombus Arythmies Défaillance cardiaque-choc cardiogénique Péricardite post IM (syndrome de Dressler)

16 Péricardite post infarctus Peut se produire rapidement ou tardivement (ad 8 semaines) post infarctus: Processus auto-immun Moins fréquent angioplastie précoce Parfois associée à fièvre, leucocytose Douleur aiguë qui se modifie avec la position Parfois avec effusion Traitement: Complications post infarctus (suite) Infarctus du cœur droit Infarctus du ventricule droit Symptômes: Hypotension, poumons clairs jugulaires distendues Optimiser le volume Éviter les nitrates et prudence avec les bêta-bloquants Évaluation clinique de la douleur thoracique L infarctus avec élévation du segment ST L infarctus avec élévation du segment ST OU STÉMI, est associé à un risque plus élevé de complications et de mortalité STEMI territoire inférieur STEMI territoire inférieur Dérivations: Coronaire:

17 Infarctus septal STEMI territoire antérieur Dérivations: Coronaire: Dérivations: Coronaire: STEMI territoire antérieur STEMI territoire latéral Coronaire: Dérivations: STEMI territoire latéral Traitement de reperfusion premier choix Angioplastie primaire A privilégier si door-to-balloon moins de 90 minutes Si sx ont débuté depuis heures avec : IC sévère Instabilité électrique Contre-indications thrombolyse Infarctus de Killip 3 Choc cardiogénique

18 Thrombolyse coronarienne Les agents thrombolytiques Agents thrombolytiques administrés lors d un infarctus aigu du myocarde ou lors d ischémie transmurale à l ECG Streptokinase (retrait de la liste au chum) Ténecteplase (TNKase) Alteplase (rt-pa) Traitement de reperfusion Thrombolyse: 1 er choix si douleurs < 3 heures et délais pour PTCA > 90 min. Thrombolyse coronarienne (suite) Contre-indications absolues Hémorragie cérébrale Néoplasie AVC thrombotique < 3 mois Dissection aortique suspectée Saignement actif Contre-indications relatives TA > 180/110 ou HTA non contrôlée Hémorragie interne <2-4 semaines, ulcères peptiques actifs AVC thrombotique > 3 mois avec démence Chirurgie majeure < 3 semaines, RCR > 10 minutes INR élevé, ponction vasculaire non compressible Grossesse Médicaments thrombolytiques utilisés 1.Ténecteplase 50 mg/fiole (TNKase) $ La TNKase est indiqué comme traitement intraveineux chez les adultes pour la lyse des thrombus coronariens occlusifs responsables d un infarctus du myocarde transmural en évolution Thrombolyse coronarienne (suite) Limiter la taille de l infarctus en provoquant la dissolution du caillot de fibrine qui occlus l artère coronaire (80 à 90% des infarctus) et ainsi rétablir le flot sanguin La reperfusion réduit la taille de l infarctus, préserve la fonction ventriculaire gauche et améliore la survie du patient et diminue les complications post-infarctus Thrombolyse coronarienne (suite) Signes de reperfusion (environ 20% des infarctus ne peuvent être reperfusés) Le soulagement de la douleur thoracique (dans les 90 minutes suivant le début du traitement), signe le plus fiable La normalisation de l élévation du segment ST La survenue d arythmies de reperfusion (ESV, RIVA, TV, bradycardie sinusale)

19 Thrombolyse coronarienne (suite) Médicaments thrombolytiques utilisés (suite) 2. Alteplase (rt-pa) ou Activase ($ FIOLE DE 50MG/ $ FIOLE DE 100MG) Action sélective sur les caillots frais Peu de risque de réaction allergique Peu de risque d hypotension Thrombolyse coronarienne (suite) Précautions à prendre pour l administration AVANT Thrombolyse coronarienne (suite) Précautions à prendre pour l administration (suite) PENDANT Thrombolyse coronarienne (suite) Précautions à prendre pour l administration (suite) APRÈS LABORATOIRE D HÉMODYNAMIE Coronarographie Examen diagnostique permettant identifier les blocages causés par les plaques d athérome dans les artères coronaires But : déterminer le meilleur traitement pour le patient ( médicaments, dilatation coronarienne, pontage aorto-coronarien ou autre )

20 Coronarographies et Angioplasties au CHUM 2500 / année ( Statistiques 2011) 1/1000 complication coronarographie et dilatation (majeur) 1/100 complication coronarographie et dilatation (mineur) Complications de la coronarographie et de l angioplastie L hémorragie Les lésions vasculaires La thrombose, l infarctus du myocarde et les spasmes coronariens sont des complications moins fréquentes Risque d arythmie Complications (suite) CORONAROGRAPHIE NORMALE DE LA CORONAIRE DROITE La dissection de l artère dilatée L infarctus AVC La resténose Choc anaphylactique Visualisation d une occlusion complète de l artèrecoronaire droite DILATATION D UNE CORONAIRE AVEC UN STENT

21 Tuteur intracoronarien STENT La pose d un stent Petit ressort métallique introduit dans l artère occluse, en se servant d un ballon pour l y emmener et le déployer dans le but de maintenir l artère ouverte Support efficace au traitement médical ou alternative à la chirurgie cardiaque La pose d un stent Le stent médicamenté TAXUS CYPHER Xience Endeavor Stents Le Clopidogrel (Plavix) est essentiel suite à l angioplastie pour éviter la resténose 75 mg die qu il faut continuer pour un minimum de: 1 mois pour un stent standard 3 mois si stent sirolimus (Cypher) 6 mois si stent paclitaxel (Taxus) 9-12 mois dans contexte de SCA Resténose Patient qui a été dilaté et qui se représente pour de l angor: Resténose exceptionnelle < 1 mois post PTCA Pic de la resténose est à 3 mois, plateau ad 6 mois, inhabituel après 12 mois Resténose plus fréquente chez les diabétiques, longues lésions, plusieurs stents

22 Soins infirmiers pour coronarographie et / ou dilatation coronarienne Vérifier si le médecin a informé le patient sur la procédure et les risques qu elle comporte un vidéo sur la coronarographie et la dilatation est disponible, information pamphlet Soins infirmiers pour coronarographie et / ou dilatation coronarienne (suite) S assurer que le patient ne présente pas: allergie à l iode, insuffisance rénale chronique, diabétique(cesser metformine 24hres avant la procédure) Si oui, avisez le médecin afin qu il prescrive une préparation (voir protocole de préparation) Vérifier laboratoire Rasage des deux aines, de l ombilic à la micuisse, et rasage des poignets du poignet droit Soins infirmiers pour coronarographie et / ou dilatation coronarienne (suite) Un ou deux accès veineux perméables (aucun accès veineux poignet droit) À jeun à partir de minuit la veille Prendre les médicaments usuels le matin avec un peu d eau(à moins d avis contraire) Attention ne pas donner les diurétiques si patient n a pas de sonde Déjeuner léger si procédure prévue en après -midi Soins infirmiers postcoronarographie/dilatation Repos au lit pour quelques heures(app radiale ou fémorale) Signes vitaux à l arrivée puis selon la routine Surveiller la région ponctionnée et le pansement Si radiale : décomprimer le bracelet, selon ordonnance médicale puis aux 30 minutes ad hémostase Si fémorale : Vérifier les pouls distaux selon ordonnance médicale Sensibilité / mobilité Coloration / chaleur/œdème et remplissage capilaire

23 Soins infirmiers post - coronarographie/dilatation (suite) Vérifier les résultats de laboratoire (selon le cas) Faire ECG post-angioplastie et le lendemain matin ECG stat si présence de DRS et aviser le médecin Traitement des complications Hématome Habituellement visible à l examen physique, mais parfois difficile chez le patient obèse Si saignement: Comprimer immédiatement 2 cm plus haut que le site de ponction et aviser. Délimiter l étendue de l hématome Vérifier signes vitaux et reprendre séquence de surveillance Faire Hb/Ht Rassurer le patient et lui expliquer ce que vous faites RÉFÉRENCES Beaumont, J-L, Les Arythmies cardiaques: un guide clinique et thérapeutique, 5 e édition, Montréal, Gaëtan Morin éditeur Bouziane. A, N. Blais. A,Roussin;Guide posologique Héparine de bas poids moléculaire au CHUM Brunner.Lilian S, et Suddarth.Doris S., Soins infirmiers en médecine-chirurgie, 2e édition, Montréal, Édition du Renouveau Pédagogique, 1985, 1507 pages. RÉFÉRENCES (suite) Département de pharmacie CHUM, Guide d administration des médicaments injectables, unité de soins critiques, révisé en novembre Document Cardiologie, Volet 3 CHUM, Fondation des maladies du cœur du Canada» À la conquête de solutions»;guide des soins d urgence cardiovasculaire,

24 RÉFÉRENCES (suite) Fondation des maladies du cœur du Canada «À la conquête de solutions»;points saillants des lignes directrices, Green, D.,»General considerations of coagulation proteins».,ann Clin Lab Sci : Furger.P.; Gilbert. M.; Leblanc; Vadeboncoeur. A.(2003). Guide médical; urgence et diagnostic différentiel, Saint- Nicolas, Canada: Éditions européennes. RÉFÉRENCES (suite) HAS: Haute Autorité De Santé «Évaluation des bioprothèses valvulaires aortiques implantées par voie rétrograde trans fémorale et trans apicale» janvier Institut national d excellence en santé et en service sociaux., INESS: Le savoir prend forme. Implantation valvulaire aortique par cathéter. Mai Pédagogie de l ECG; l ECG pour les nuls, RÉFÉRENCES (suite) Pharmacologie /RCR BCLS avancé(adultes) Médicaments inclus dans les chariots d urgence cardiaque. Révisé, sept Pore.,Burley,M.,.When a broken heart is real:takotsubo cardiomyopathy.nursing 2012 critical care. Vol.7,number 1 Reeves.F.(2007).Prévenir l infarctus ou y survivre. Canada: édition du CHU Sainte -Justine. RÉFÉRENCES (suite) Remplacement valvulaire aortique percutanée. Rev.Med Suisse 2009;5: Revue médicale Suisse; La triade de Widal, A Leimgruber,2005. Urgence Cardiovasculaires et soins infirmiers : L essentiel, Journée pré-congrès de l AIIUQ,

La coronaropathie en 2010 Angor, syndrome coronaire aigu, infarctus du myocarde, stent acier, stent nu, stent actif, stent biorésorbable

La coronaropathie en 2010 Angor, syndrome coronaire aigu, infarctus du myocarde, stent acier, stent nu, stent actif, stent biorésorbable La coronaropathie en 2010 Angor, syndrome coronaire aigu, infarctus du myocarde, stent acier, stent nu, stent actif, stent biorésorbable Pr PAGANELLI, Service de cardiologie CHU NORD 1 I) Angor Angor =

Plus en détail

S o m m a i r e 1. Sémiologie 2. Thérapeutique

S o m m a i r e 1. Sémiologie 2. Thérapeutique Sommaire 1. Sémiologie... 1 Auscultation cardiaque... 1 Foyers d auscultation cardiaque... 1 Bruits du cœur... 1 Souffles fonctionnels... 2 Souffles organiques... 2 Souffle cardiaque chez l enfant... 3

Plus en détail

Prise en charge de l IDM ; Rôle infirmier

Prise en charge de l IDM ; Rôle infirmier Définition Prise en charge de l IDM ; Rôle infirmier Compétence 4 UE 2.8 Véronique Nédélec-Gimbert octobre 2012 L'infarctus du myocarde (IDM étant une abréviation courante) est une nécrose (mort de cellules)

Plus en détail

Prise en charge des troubles du rythme en phase aiguë d infarctus du myocarde. Z. Zerrouk Service de cardiologie CH-Martigues

Prise en charge des troubles du rythme en phase aiguë d infarctus du myocarde. Z. Zerrouk Service de cardiologie CH-Martigues Prise en charge des troubles du rythme en phase aiguë d infarctus du myocarde Z. Zerrouk Service de cardiologie CH-Martigues Points essentiels phase aiguë d IDM : deux priorités (1) éviter la mort subite

Plus en détail

STEMI / La Thrombolyse

STEMI / La Thrombolyse ESC STEMI / La Thrombolyse Les thrombolytiques activent la transformation du plasminogène en plasmine. La plasmine exerce une action protéolytique sur la fibrine des caillots mais aussi sur le fibrinogène

Plus en détail

HYPERTENSION ARTERIELLE ET GROSSESSE MC AUMONT. 1) L HTA représente la première cause de morbidité et de mortalité périnatales.

HYPERTENSION ARTERIELLE ET GROSSESSE MC AUMONT. 1) L HTA représente la première cause de morbidité et de mortalité périnatales. HYPERTENSION ARTERIELLE ET GROSSESSE MC AUMONT POINTS IMPORTANTS. 1) L HTA représente la première cause de morbidité et de mortalité périnatales. 2) Physiologiquement, la pression artérielle baisse au

Plus en détail

QUESTIONS /REPONSES PATIENTS, à propos de l Angioplastie rénale : - Pourquoi m a-t-on proposé une dilatation de l artère rénale?

QUESTIONS /REPONSES PATIENTS, à propos de l Angioplastie rénale : - Pourquoi m a-t-on proposé une dilatation de l artère rénale? QUESTIONS /REPONSES PATIENTS, à propos de l Angioplastie rénale : - Pourquoi m a-t-on proposé une dilatation de l artère rénale? La «sténose» ou diminution du diamètre de l artère ( d au moins 50% ) peut

Plus en détail

Infarctus aigu du myocarde diagnostic différentiel piège à pieuvre

Infarctus aigu du myocarde diagnostic différentiel piège à pieuvre Infarctus aigu du myocarde diagnostic différentiel piège à pieuvre Dimanche fin novembre 2010 A 13 heures 17 la centrale d appel sanitaire d urgence à Lausanne reçoit un appel de détresse : Personne âgée

Plus en détail

oblitération partielle ou complète d une veine par un caillot

oblitération partielle ou complète d une veine par un caillot Plan du cours Phlébite Définition Rappel anatomique Physiopathologie de la thrombose veineuse Diagnostic Complications des phlébites Embolie pulmonaire Maladie veineuse post-phlébitique Traitement Traitement

Plus en détail

TRONC COMMUN SOINS CRITIQUES : Cardiologie - Document du participant Module 2 DIRECTION DES SOINS INFIRMIERS ET DES REGROUPEMENTS CLIENTÈLES

TRONC COMMUN SOINS CRITIQUES : Cardiologie - Document du participant Module 2 DIRECTION DES SOINS INFIRMIERS ET DES REGROUPEMENTS CLIENTÈLES TRONC COMMUN SOINS CRITIQUES : Cardiologie - Document du participant Module 2 DIRECTION DES SOINS INFIRMIERS ET DES REGROUPEMENTS CLIENTÈLES Tous droits réservés, CHUM, août 2014 1 Situation infirmière

Plus en détail

ORDONNANCE COLLECTIVE

ORDONNANCE COLLECTIVE ORDONNANCE COLLECTIVE ORDONNANCE : Interventions lors d une réaction transfusionnelle. PROFESSIONNELS VISÉS TYPE D ORDONNANCE Infirmières Ordonnance visant à initier des mesures diagnostiques ou thérapeutiques

Plus en détail

ACTES ET PRESTATIONS AFFECTION DE LONGUE DURÉE MALADIE CORONARIENNE STABLE

ACTES ET PRESTATIONS AFFECTION DE LONGUE DURÉE MALADIE CORONARIENNE STABLE ACTES ET PRESTATIONS AFFECTION DE LONGUE DURÉE MALADIE CORONARIENNE STABLE Juillet 2015 Ce document est téléchargeable sur www.has-sante.fr Haute Autorité de Santé 2 avenue du Stade de France - F 93218

Plus en détail

Travailler ensemble. Une brochure pour le patient.

Travailler ensemble. Une brochure pour le patient. Travailler ensemble. Une brochure pour le patient. Ce document a pour seul objectif d informer, il ne s agit pas Ce d un document outil de diagnostic. a pour seul Pour objectif toute d informer, question,

Plus en détail

A G E N C E FRANCAISE DE SECURITE SANITAIRE DES PRODUITS DE SANTE

A G E N C E FRANCAISE DE SECURITE SANITAIRE DES PRODUITS DE SANTE A G E N C E FRANCAISE DE SECURITE SANITAIRE DES PRODUITS DE SANTE COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS DE TRANSPARENCE 9 mai 2001 METALYSE 10 000 unités, poudre et solvant pour solution injectable Flacon

Plus en détail

Recommandations AFU/SFAR/AFCA/ANAP

Recommandations AFU/SFAR/AFCA/ANAP 83983 Volume 23 - Novembre 2013 - hors- série 6 Chirurgie ambulatoire en Urologie Cette recommandation de bonne pratique a reçu le label de la HAS. Ce label signifie que cette recommandation de bonne pratique

Plus en détail

Les troubles du rythmes et de la conduc2on au cours du cathétérisme cardiaque. Marie-stella Vanderplancke, hight tech 2013

Les troubles du rythmes et de la conduc2on au cours du cathétérisme cardiaque. Marie-stella Vanderplancke, hight tech 2013 Les troubles du rythmes et de la conduc2on au cours du cathétérisme cardiaque Marie-stella Vanderplancke, hight tech 2013 La conduc)on cardiaque L eléctrocardiogramme en rythme sinusal CHAPITRE 1 Le malaise

Plus en détail

La prise en charge de l AVC ischémique à l urgence

La prise en charge de l AVC ischémique à l urgence La prise en charge de l AVC ischémique à l urgence Nathalie Bourdages, inf., B. Sc., conseillère en soins infirmiers, Direction des soins infirmiers et des regroupement clientèles, Centre hospitalier de

Plus en détail

MONOGRAPHIE. tenecteplase. Poudre pour solution - 50 mg/fiole Stérile, lyophilisée. Agent fibrinolytique

MONOGRAPHIE. tenecteplase. Poudre pour solution - 50 mg/fiole Stérile, lyophilisée. Agent fibrinolytique MONOGRAPHIE Pr TNKase tenecteplase Poudre pour solution - 50 mg/fiole Stérile, lyophilisée Agent fibrinolytique Distribué par : Hoffmann-La Roche Limitée 2455, boulevard Meadowpine Mississauga (Ontario)

Plus en détail

Le syndrome coronarien aigu

Le syndrome coronarien aigu C est le nouveau terme qui englobe la notion d angor et d infarctus. Synonymes : Angor, Angine de poitrine, Rhume de poitrine, Infarctus, Attaque, Les artères coronaires : Ce sont les artères nourricières

Plus en détail

La conduite automobile est considérée comme un droit acquis lors de

La conduite automobile est considérée comme un droit acquis lors de D O S S I E R Cœur et accidents de la voie publique M. LERECOUVREUX, F. REVEL Hôpital d Instruction des Armées de Percy, CLAMART. Contre-indications cardiovasculaires temporaires ou définitives à la conduite

Plus en détail

SYNDRÔME CORONARIEN AIGU ST-

SYNDRÔME CORONARIEN AIGU ST- SYNDRÔME CORONARIEN AIGU ST- C est la forme la plus fréquente du syndrome coronarien aigu. En dépit des progrès réalisés, la mortalité globale reste élevée, équivalente à celle du SCA ST + à 6 mois. Il

Plus en détail

Épreuve d effort électrocardiographique

Épreuve d effort électrocardiographique Épreuve d effort électrocardiographique J. Valty Diagnostic des coronaropathies. Pronostic après infarctus du myocarde. Indications particulières. Risques de l épreuve d effort? 1- Épreuve positive : segment

Plus en détail

AUDIT MEDICAL. Les indications des agents antiplaquettaires sont-elles respectées? 4 avril 2011 Julie GOEURY

AUDIT MEDICAL. Les indications des agents antiplaquettaires sont-elles respectées? 4 avril 2011 Julie GOEURY AUDIT MEDICAL Les indications des agents antiplaquettaires sont-elles respectées? 4 avril 2011 Julie GOEURY JUSTIFICATIONS ET BASES DE CE TRAVAIL Fréquence de prescription : 3 à 5% de la population française

Plus en détail

GUIDE D INFORMATION. sur la coronarographie et la dilatation coronarienne

GUIDE D INFORMATION. sur la coronarographie et la dilatation coronarienne GUIDE D INFORMATION sur la coronarographie et la dilatation coronarienne Table des matières Maladie coronarienne athérosclérotique 1 Coronarographie 2 Dilatation coronarienne 2 Préparation avant l examen

Plus en détail

LES MARQUEURS CARDIAQUES

LES MARQUEURS CARDIAQUES 1 LES MARQUEURS CARDIAQUES Les recommandations de la HAS 2010 (consensus formalisé sans groupe de cotation extérieur..) + Prescrire AMMPPU. Cycle Analyse des Recommandations. J.Birgé. 1 er février 2011

Plus en détail

Module 9: 3 cas cliniques d athérosclérose

Module 9: 3 cas cliniques d athérosclérose Professeur François SCHIELE Université de FRANCHE COMTE Service de Cardiologie 25000 BESANCON Module 9: 3 cas cliniques d athérosclérose L athérosclérose, les facteurs de risque, la prévention primaire

Plus en détail

UN PATIENT QUI REVIENT DE LOIN. Abdelmalek AZZOUZ GRCI 29/11/2012 Service de Cardiologie A2 CHU Mustapha. Alger Centre. Algérie

UN PATIENT QUI REVIENT DE LOIN. Abdelmalek AZZOUZ GRCI 29/11/2012 Service de Cardiologie A2 CHU Mustapha. Alger Centre. Algérie Abdelmalek AZZOUZ GRCI 29/11/2012 Service de Cardiologie A2 CHU Mustapha. Alger Centre. Algérie Mr A.A. âgé de 55ans. Facteurs de risque: Diabétique depuis 5ans. Antécédents: aucun. Fumeur 15paquets/année.

Plus en détail

Item 132 : Angine de poitrine et infarctus myocardique

Item 132 : Angine de poitrine et infarctus myocardique Item 132 : Angine de poitrine et infarctus myocardique Auteur(s) Collège des Enseignants de Cardiologie Date de création du document 10/01/09 Table des matières 1 Rappel physiopathologique... 1 1. 1 Les

Plus en détail

CENTRE HOSPITALIER UNIVERSITAIRE VAUDOIS Centre de la Résonance Magnétique Cardiaque (CRMC) du CHUV

CENTRE HOSPITALIER UNIVERSITAIRE VAUDOIS Centre de la Résonance Magnétique Cardiaque (CRMC) du CHUV CENTRE HOSPITALIER UNIVERSITAIRE VAUDOIS Centre de la Résonance Magnétique Cardiaque (CRMC) du CHUV Directeur: Pr. J. Schwitter Protocole Titre : RMC de stress pharmacologique Définition Examen fonctionnel

Plus en détail

Cas n 1. Types de Stents

Cas n 1. Types de Stents Cas n 1 Colloque MPR 23 septembre 2009 Dr Burgan, cardiologue Dr de Sousa, interniste méconnue, obésité DRS inaugurale à 4h00 du matin ECG: onde de Pardee de V1-V5 Troponine négative (1h post-douleur)

Plus en détail

DVD scientifique à usage pédagogique de 15 minutes.

DVD scientifique à usage pédagogique de 15 minutes. Notice Du diagnostic au traitement des maladies cardio-vasculaires DVD scientifique à usage pédagogique de 15 minutes. L objectif du vidéogramme est de visualiser les manifestations de l activité cardiaque

Plus en détail

Votre guide des définitions des maladies graves de l Assurance maladies graves express

Votre guide des définitions des maladies graves de l Assurance maladies graves express Votre guide des définitions des maladies graves de l Assurance maladies graves express Votre guide des définitions des maladies graves de l Assurance maladies graves express Ce guide des définitions des

Plus en détail

Cardiopathies ischémiques

Cardiopathies ischémiques AU PROGRAMME Cardiopathies ischémiques Processus obstructif Notions essentielles 1. Définition Les cardiopathies sont des malformations du cœur : soit acquises, survenant au cours de la vie (cardiopathies

Plus en détail

C.Diagnostic différentiel précordialgie et sus-décalage ST

C.Diagnostic différentiel précordialgie et sus-décalage ST 30/03/15 Battista Jennifer D1 CR : Claire MARIE Système Cardiovasculaire Dr Pons 10 pages Cas clinique Plan A. Cas clinique 1 B. Algorithmes décisionnels C.Diagnostic différentiel précordialgie et sus-décalage

Plus en détail

Prise en charge de l embolie pulmonaire

Prise en charge de l embolie pulmonaire Prise en charge de l embolie pulmonaire Dr Serge Motte Liège 06.12.14 - Laack TA et Goyal DG, Emerg Med Clin N Am 2004; 961-983 2 PLAN Diagnostic Prise en charge: Phase aiguë: analyse de gravité Choix

Plus en détail

CARDIOLOGIE & GAZ ARTÉRIEL 101

CARDIOLOGIE & GAZ ARTÉRIEL 101 CARDIOLOGIE & GAZ ARTÉRIEL 101 D interpréter un gaz artériel/veineux; Connaître les éléments qui font varier un gaz artériel/veineux; Connaître les interventions de bases qui visent à corriger les déséquilibres

Plus en détail

Anticoagulants. Hémostase primaire Coagulation Fibrinolyse Vasoconstriction localisée + agrégation plaquettaire = formation d un thrombus plaquettaire

Anticoagulants. Hémostase primaire Coagulation Fibrinolyse Vasoconstriction localisée + agrégation plaquettaire = formation d un thrombus plaquettaire Anticoagulants I. Antiagrégants plaquettaires 1. Rappel Hémostase primaire Coagulation Fibrinolyse Vasoconstriction localisée + agrégation plaquettaire = formation d un thrombus plaquettaire Formation

Plus en détail

Hypertension artérielle (item 130)

Hypertension artérielle (item 130) Cardiologie 17 Référence Hypertension artérielle (item 130) Recommandations de la Société Européenne d Hypertension Artérielle et de la Société Européenne de Cardiologie (2007). Contexte La morbi-mortalité

Plus en détail

ORDONNANCE COLLECTIVE

ORDONNANCE COLLECTIVE ORDONNANCE COLLECTIVE ORDONNANCE : Traitement d urgence lors d une réaction anaphylactique secondaire à l administration d une substance par voie parentérale. NUMÉRO : 1.14 DATE : Novembre 2005 RÉVISÉE

Plus en détail

Conflits Intérêt, Jacques Machecourt (3 dernières années)

Conflits Intérêt, Jacques Machecourt (3 dernières années) Conflits Intérêt, Jacques Machecourt (3 dernières années) Rémunération directe PEC frais déplacement Abbott Vascular X X Biotronik Boston Scientific Cordis X X Hexacath X X Medtronic Versements Association

Plus en détail

Prise en charge initiale des patients adultes atteints d accident vasculaire cérébral. - Aspects médicaux -

Prise en charge initiale des patients adultes atteints d accident vasculaire cérébral. - Aspects médicaux - RECOMMANDATIONS POUR LA PRATIQUE CLINIQUE Prise en charge initiale des patients adultes atteints d accident vasculaire cérébral - Aspects médicaux - Synthèse des recommandations SEPTEMBRE 2002 Service

Plus en détail

Michel Samson m.d. Cardiologue CHUL du CHUQ Québec. L angine

Michel Samson m.d. Cardiologue CHUL du CHUQ Québec. L angine Michel Samson m.d. Cardiologue CHUL du CHUQ Québec L angine Quels sont les critères d angine de notre patient??? Diagnostic de l angine La douleur est 1. rétro-sternale et de type viscérale (pesanteur,

Plus en détail

Antiagrégants Pour la pratique. Les nouvelles recommandations. C Decoene

Antiagrégants Pour la pratique. Les nouvelles recommandations. C Decoene Antiagrégants Pour la pratique Les nouvelles recommandations C Decoene Avant toute intervention chirurgicale La coagulation doit être normalisée Ischémie Myocardique péri-opératoire Thrombus /plaque Déficit

Plus en détail

La maladie. Artères coronaires. Maladie, diagnostic et traitements. La maladie : l athérome coronaire. Qu est-ce que l athérome coronaire?

La maladie. Artères coronaires. Maladie, diagnostic et traitements. La maladie : l athérome coronaire. Qu est-ce que l athérome coronaire? CENTRE CARDIO-THORACIQUE DE MONACO information du patient La maladie des artères coronaires Maladie, diagnostic et traitements 1 La maladie : l athérome coronaire Artères coronaires Le cœur est un muscle

Plus en détail

Dossier Médical de Base

Dossier Médical de Base Dossier Médical de Base (Tous Ages Tous Niveaux) Joueur : Nom :....Prénom :. Date de naissance : (Jour-Mois-Année). Club :... Poste : Caractéristiques : - Gardien de but - Défenseur - Milieu - Attaquant

Plus en détail

Administration de l adrénaline (épinéphrine) en cas de choc anaphylactique Date de mise en vigueur :

Administration de l adrénaline (épinéphrine) en cas de choc anaphylactique Date de mise en vigueur : ORDONNANCE COLLECTIVE Référence à un protocole : oui non Titre ou numéro : PIQ Administration de l adrénaline (épinéphrine) en cas de choc anaphylactique de mise en vigueur : Janvier 2008 de révision :

Plus en détail

Pathologies et médicaments cardiovasculaires

Pathologies et médicaments cardiovasculaires Pathologies et médicaments cardiovasculaires 2 12 2015 F. Carré Hôpital Pontchaillou - Université Rennes 1-INSERM U 1099 Activité physique et espérance de vie chez le cardiaque Cohorte de Framingham 5209

Plus en détail

L'épreuve d'effort. Date de création du document : - Université Médicale Virtuelle Francophone -

L'épreuve d'effort. Date de création du document : - Université Médicale Virtuelle Francophone - L'épreuve d'effort Date de création du document : 2008-2009 Table des matières * Introduction... 1 1 Modalités de réalisation... 1 2 Indications...2 3 Contre-indications...3 4 Interprétation... 4 PRÉ-REQUIS

Plus en détail

Endoscopie et traitement anticoagulant ou anti-aggrégant plaquettaire

Endoscopie et traitement anticoagulant ou anti-aggrégant plaquettaire Endoscopie et traitement anticoagulant ou anti-aggrégant plaquettaire Recommandations en 2007 Yann le baleur DES Introduction 1 million de patients sous aspirine 300.000 patients sous anti-vitamine K (AVK)

Plus en détail

Sommaire. Prologue. Préfaces

Sommaire. Prologue. Préfaces Sommaire Prologue Préfaces I. Prendre en charge les urgences cardiovasculaires 1. Principes de gestion de l'urgence cardiologique par le professionnel de santé au travail Rôle du professionnel de santé

Plus en détail

DM : L ATHÉROSCLÉROSE

DM : L ATHÉROSCLÉROSE PARTIE II : Cœur et circulation Chapitre 1 : Vaisseaux sanguins et circulation sanguine DM : L ATHÉROSCLÉROSE Objectifs : Définir l athérosclérose Définir les facteurs de pathogénicité en lien avec la

Plus en détail

Crise cardiaque. Les hommes sont trois fois plus sujets aux crises cardiaques que les femmes.

Crise cardiaque. Les hommes sont trois fois plus sujets aux crises cardiaques que les femmes. Crise cardiaque Introduction Une crise cardiaque, également appelée infarctus du myocarde ou thrombose coronarienne, se produit lorsque le muscle cardiaque meurt par manque d oxygène. Une crise cardiaque

Plus en détail

CARDIOPATHIES ET VOYAGES AERIENS QUELS RISQUES?

CARDIOPATHIES ET VOYAGES AERIENS QUELS RISQUES? CARDIOPATHIES ET VOYAGES AERIENS QUELS RISQUES? Pr Jean Pierre GOURBAT clinique de Chatillon Mise à jour février 2013 Santé et voyages aériens Certaines affections peuvent se décompenser lors d un vol

Plus en détail

SERINGUE AUTO-POUSSEUSE DE DOPAMINE

SERINGUE AUTO-POUSSEUSE DE DOPAMINE SERINGUE AUTO-POUSSEUSE DE DOPAMINE Muret Elise Ranson Charlotte Lambinet Denis Jung Emmanuelle Gangloff Sébastien DEFINITIONS LA SERINGUE AUTO-POUSSEUSE est un appareil électrique permettant d administrer

Plus en détail

Les Inotropes. Daniela Laux Service de Cardiologie pédiatrique M3C-Necker

Les Inotropes. Daniela Laux Service de Cardiologie pédiatrique M3C-Necker Les Inotropes Daniela Laux Service de Cardiologie pédiatrique M3C-Necker Inotropes un des piliers du traitement de l insuffisance cardiaque Quand mettre un patient avec CMD sous inotropes? Bonne perfusion

Plus en détail

B06 - CAT devant une ischémie aiguë des membres inférieurs

B06 - CAT devant une ischémie aiguë des membres inférieurs B06-1 B06 - CAT devant une ischémie aiguë des membres inférieurs L ischémie aiguë est une interruption brutale du flux artériel au niveau d un membre entraînant une ischémie tissulaire. Elle constitue

Plus en détail

QUI PEUT CONTRACTER LA FA?

QUI PEUT CONTRACTER LA FA? MODULE 1 : COMPRENDRE LA FIBRILLATION AURICULAIRE 16 QUI PEUT CONTRACTER LA FA? La FA est plus fréquente chez les personnes âgées. Par contre, la FA dite «isolée» (c.-à-d. sans qu il y ait de maladie du

Plus en détail

IMAGERIE CARDIAQUE. Dr Mickaël OHANA. Scanner NHC

IMAGERIE CARDIAQUE. Dr Mickaël OHANA. Scanner NHC IMAGERIE CARDIAQUE Scanner Dr Mickaël OHANA NHC PLAN Anatomie Physiologie Scanner cardiaque Technique Dosimétrie Indications Exemple de la FA Recherche et développements ANATOMIE PLANS DE COUPE ANATOMIE

Plus en détail

INSUFFISANCE CARDIAQUE. École de sages-femmes L2 Dr Etienne SAVIN CHU Lariboisière 01 43 89 14 66

INSUFFISANCE CARDIAQUE. École de sages-femmes L2 Dr Etienne SAVIN CHU Lariboisière 01 43 89 14 66 INSUFFISANCE CARDIAQUE École de sages-femmes L2 Dr Etienne SAVIN CHU Lariboisière 01 43 89 14 66 I. DÉFINITION L'insuffisance cardiaque (IC) est l incapacité du coeur à assurer, dans les conditions normales,

Plus en détail

Vous allez avoir une implantation d'une endoprothèse aortique abdominale

Vous allez avoir une implantation d'une endoprothèse aortique abdominale Vous allez avoir une implantation d'une endoprothèse aortique abdominale Madame, Monsieur, Votre médecin vous a proposé un examen radiologique. Il sera pratiqué avec votre consentement. Vous avez en effet

Plus en détail

Conduite automobile et maladie cardiaque. Présenté par Jean-François Dorval, M.D.

Conduite automobile et maladie cardiaque. Présenté par Jean-François Dorval, M.D. Conduite automobile et maladie cardiaque Présenté par Jean-François Dorval, M.D. Maladie coronarienne Recommandation générales Patients avec maladie coronarienne athérosclérotique Recommandation spécifiques

Plus en détail

Système cardiovasculaire - CV CV111 CV110. aliskirène Rasilez

Système cardiovasculaire - CV CV111 CV110. aliskirène Rasilez aliskirène Rasilez CV111 Pour le traitement de l hypertension artérielle, en association avec au moins un agent antihypertenseur, si échec thérapeutique, intolérance ou contre-indication à un agent de

Plus en détail

Traitement chirurgical dans l hypertension artérielle

Traitement chirurgical dans l hypertension artérielle Traitement chirurgical dans l hypertension artérielle pulmonaire Pr. Abid Abdelfatteh XXIème Journée Nationale de Médecine Interne 30 Octobre 2010- Monastir Introduction L HTAP est caractérisée par anormale

Plus en détail

La prise en charge de votre insuffisance cardiaque

La prise en charge de votre insuffisance cardiaque G U I D E - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E La prise en charge de votre insuffisance cardiaque Vivre avec une insuffisance cardiaque Décembre 2007 Pourquoi ce guide? Votre médecin traitant

Plus en détail

GUIDE D AIDE À LA SÉLECTION DES RISQUES. Assurance individuelle

GUIDE D AIDE À LA SÉLECTION DES RISQUES. Assurance individuelle GUIDE D AIDE À LA SÉLECTION DES RISQUES Assurance individuelle TABLE DES MATIÈRES À propos du guide... 4 Conditions médicales Accident vasculaire cérébral (AVC)...5 Accident ischémique transitoire (AIT)...5

Plus en détail

Item 236 : Fibrillation atriale

Item 236 : Fibrillation atriale Item 236 : Fibrillation atriale Collège des Enseignants de Cardiologie et Maladies Vasculaires Date de création du document 2011-2012 Table des matières ENC :...3 SPECIFIQUE :...3 I Définition...3 II Physiopathologie

Plus en détail

Informations sur le rivaroxaban (Xarelto md ) et l apixaban (Eliquis md )

Informations sur le rivaroxaban (Xarelto md ) et l apixaban (Eliquis md ) Informations sur le rivaroxaban (Xarelto md ) et l apixaban (Eliquis md ) Préambule Ce document présente plusieurs informations utiles pour les prescripteurs afin de les aider lors de l utilisation du

Plus en détail

LES EXAMENS RADIOLOGIQUES EN CARDIOLOGIE

LES EXAMENS RADIOLOGIQUES EN CARDIOLOGIE Le 01-03-05 Soins Infirmiers aux personnes atteintes d affections cardio-vasculaires Mr L HERONDEL LES EXAMENS RADIOLOGIQUES EN CARDIOLOGIE I Exploration radiologique vasculaire par cathétérisme A Aortographie

Plus en détail

Le VIH et votre cœur

Le VIH et votre cœur Le VIH et votre cœur Le VIH et votre cœur Que dois-je savoir au sujet de mon cœur? Les maladies cardiovasculaires représentent une des cause les plus courante de décès, elles incluent: les maladies coronariennes,

Plus en détail

Programme de prise en charge et de suivi en anticoagulothérapie

Programme de prise en charge et de suivi en anticoagulothérapie Programme de prise en charge et de suivi en anticoagulothérapie (PEACE) Médecins réviseurs : Dr Steve Brulotte, cardiologue, CSSSAD-Lévis Dr Daniel D Amours, cardiologue, CHU Dr Guy Boucher, cardiologue,

Plus en détail

ORDONNANCE COLLECTIVE

ORDONNANCE COLLECTIVE ORDONNANCE COLLECTIVE Assurer le suivi des personnes recevant un Page 1 de 12 O.C. 6.5 Professionnels visés : Les infirmières qui possèdent la formation, les connaissances et les compétences nécessaires,

Plus en détail

L Infarctus Du Myocarde Epidémiologie

L Infarctus Du Myocarde Epidémiologie Définition L infarctus du myocarde: diagnostic, complications et principes de traitement Florence leclercq Cardiologie A Nécrose d origine d ischémique d une d partie du muscle cardiaque Occlusion coronaire

Plus en détail

Pour en finir avec l infarctus du myocarde

Pour en finir avec l infarctus du myocarde Abdallah Fayssoil Pour en finir avec l infarctus du myocarde Publibook Retrouvez notre catalogue sur le site des Éditions Publibook : http://www.publibook.com Ce texte publié par les Éditions Publibook

Plus en détail

Comprendre la maladie coronarienne

Comprendre la maladie coronarienne Comprendre la maladie coronarienne Aperçu de la trousse Les maladies cardiovasculaires sont la première cause de décès chez les Américains. Chaque année, le nombre de décès dus à ces maladies est plus

Plus en détail

Item 281 : Rétrécissement aortique (Evaluations)

Item 281 : Rétrécissement aortique (Evaluations) Item 281 : Rétrécissement aortique (Evaluations) Date de création du document 2011-2012 CAS CLINIQUE Scénario : Vous voyez en consultation un patient de 71 ans en bon état général qui se plaint de dyspnée

Plus en détail

La prise en charge de votre fibrillation auriculaire

La prise en charge de votre fibrillation auriculaire G U I D E - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E La prise en charge de votre fibrillation auriculaire Vivre avec une fibrillation auriculaire Octobre 2008 Pourquoi ce guide? Votre médecin traitant

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 04 janvier 2006

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 04 janvier 2006 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 04 janvier 2006 TAHOR 10 mg, comprimé pelliculé TAHOR 20 mg, comprimé pelliculé TAHOR 40 mg, comprimé pelliculé TAHOR 80 mg, comprimé pelliculé Laboratoires PFIZER atorvastatine

Plus en détail

Prise en charge des troubles du rythme. Michaël Peyrol, Service de cardiologie, C.H.U. Nord, Pr Paganelli

Prise en charge des troubles du rythme. Michaël Peyrol, Service de cardiologie, C.H.U. Nord, Pr Paganelli Prise en charge des troubles du rythme Michaël Peyrol, Service de cardiologie, C.H.U. Nord, Pr Paganelli Cas clinique Patient âgé de 65 ans Infarctus du myocarde ancien, FeVG = 30 % Traitement médical

Plus en détail

En considérant que l effet anticoagulant du dabigatran débute dans les 2 heures suivant la prise du médicament :

En considérant que l effet anticoagulant du dabigatran débute dans les 2 heures suivant la prise du médicament : Informations sur le dabigatran (Pradaxa md ) Préambule : Ce document présente plusieurs informations utiles pour les prescripteurs afin de les aider lors de l utilisation du dabigatran (Pradaxa md ). L

Plus en détail

ÉVALUATION DE LA PERSONNE ATTEINTE D HYPERTENSION ARTÉRIELLE

ÉVALUATION DE LA PERSONNE ATTEINTE D HYPERTENSION ARTÉRIELLE ÉVALUATION DE LA PERSONNE ATTEINTE D HYPERTENSION ARTÉRIELLE PRISE EN CHARGE SYSTÉMATISÉE DES PERSONNES ATTEINTES D HYPERTENSION ARTÉRIELLE SOCIÉTÉ QUÉBÉCOISE D HYPERTENSION ARTÉRIELLE 23 ÉVALUATION DE

Plus en détail

La Dysplasie Ventriculaire Droite Arythmogène

La Dysplasie Ventriculaire Droite Arythmogène 1 La Dysplasie Ventriculaire Droite Arythmogène Document rédigé par l équipe pluridisciplinaire du centre de référence pour les maladies cardiaques héréditaires (Paris), en collaboration avec des patients

Plus en détail

La Cardiomyopathie Dilatée

La Cardiomyopathie Dilatée 1 La Cardiomyopathie Dilatée Document rédigé par l équipe pluridisciplinaire du centre de référence pour les maladies cardiaques héréditaires (Paris), en collaboration avec des patients atteints de la

Plus en détail

En annexe, des références ont été misent pour chaque indicateur afin de faciliter la recherche de l information par l infirmière.

En annexe, des références ont été misent pour chaque indicateur afin de faciliter la recherche de l information par l infirmière. Ce document énonce une liste d éléments que l infirmière devrait connaître ou maîtriser avant le début de l orientation aux soins critiques. La liste n est pas exhaustive, il s agit d indicateurs pour

Plus en détail

Révisions sur les TTT Anti-agrégants plaquettaires :

Révisions sur les TTT Anti-agrégants plaquettaires : Révisions sur les TTT Anti-agrégants plaquettaires : Gestion du TTT antithrombotique en péri-opératoire d une chirurgie carcinologique : Par an en France : _120 000 IDM _200 000 stents implantés : (110

Plus en détail

Pas de conflit d intérêt

Pas de conflit d intérêt Pas de conflit d intérêt Actualités dans la prévention secondaire de l AVC Dr S Debiais, Dr I Bonnaud, Dr D Saudeau Service de Neurologie, CHRU de Tours FMC septembre 2008 AVC : Pourquoi les prévenir?

Plus en détail

chronique La maladie rénale Un risque pour bon nombre de vos patients Document destiné aux professionnels de santé

chronique La maladie rénale Un risque pour bon nombre de vos patients Document destiné aux professionnels de santé Document destiné aux professionnels de santé Agence relevant du ministère de la santé La maladie rénale chronique Un risque pour bon nombre de vos patients Clés pour la dépister et ralentir sa progression

Plus en détail

Douleur thoracique Pathologie coronaire

Douleur thoracique Pathologie coronaire Douleur thoracique Pathologie coronaire Pr Hervé Le Breton Service Cardiologie, CHU Rennes Vendredi 12 Mars 2010 Plan 1- CAT devant une «douleur thoracique» 2- Généralités sur l athérosclérose 3- Les Syndromes

Plus en détail

DÉFINITION, DIAGNOSTIC ET MÉTHODES DE MESURE

DÉFINITION, DIAGNOSTIC ET MÉTHODES DE MESURE PRISE EN CHARGE SYSTÉMATISÉE DES PERSONNES ATTEINTES D HYPERTENSION ARTÉRIELLE SOCIÉTÉ QUÉBÉCOISE D HYPERTENSION ARTÉRIELLE 15 DÉFINITION, ET MÉTHODES DE MESURE DÉFINITION - Quand parle-t-on d hypertension

Plus en détail

ACTUALITES EN CARDIOLOGIE INTERVENTIONNELLE : LES STENTS COATES SYSTEMES DE FERMETURE. Emilie GENTINA- Nathalie PARISIS CH Tourcoing 20 Novembre 2004

ACTUALITES EN CARDIOLOGIE INTERVENTIONNELLE : LES STENTS COATES SYSTEMES DE FERMETURE. Emilie GENTINA- Nathalie PARISIS CH Tourcoing 20 Novembre 2004 ACTUALITES EN CARDIOLOGIE INTERVENTIONNELLE : LES STENTS COATES SYSTEMES DE FERMETURE Emilie GENTINA- Nathalie PARISIS CH Tourcoing 20 Novembre 2004 I. Introduction : historique de l angioplastie II. Evolution

Plus en détail

Note d Information. Certificat Médical. de non contre-indication à la pratique de l Aïkido. Etablie par la Commission Médicale Nationale de la FFAAA

Note d Information. Certificat Médical. de non contre-indication à la pratique de l Aïkido. Etablie par la Commission Médicale Nationale de la FFAAA Note d Information Certificat Médical de non contre-indication à la pratique de l Aïkido Etablie par la Commission Médicale Nationale de la FFAAA Chère pratiquante, Cher pratiquant, Pour obtenir votre

Plus en détail

FIBRILLATION AURICULAIRE. Informations destinées aux patients

FIBRILLATION AURICULAIRE. Informations destinées aux patients FIBRILLATION AURICULAIRE Informations destinées aux patients INTRODUCTION Votre médecin a constaté que vous présentez une arythmie cardiaque appelée fibrillation auriculaire. Mais qu est-ce qu une arythmie

Plus en détail

Table des matières. 5 Préparations à la coronarographie. 6 Soins après la coronarographie. 8 Sortie après la coronarographie

Table des matières. 5 Préparations à la coronarographie. 6 Soins après la coronarographie. 8 Sortie après la coronarographie EXAMENS coronaires INTERVENTIONNELS Table des matières 3 Préface 4 Introduction 4 Généralités 5 Préparations à la coronarographie 6 La coronarographie 6 Soins après la coronarographie 7 Complications possibles

Plus en détail

Pontage artériel fémoro-poplité

Pontage artériel fémoro-poplité Tél : 021 314.53.56 Document d information patient Pontage artériel fémoro-poplité Madame, Monsieur Vous allez bénéficier prochainement d une intervention dans le domaine de la chirurgie vasculaire. Afin

Plus en détail

Les différentes maladies du coeur

Les différentes maladies du coeur Auteur : Dr Pascal AMEDRO Les différentes maladies du coeur 1. Le cœur normal L oxygène capté dans l air va dans les poumons, où le sang «bleu» est alors oxygéné et devient «rouge». Il est conduit par

Plus en détail

sur la valve mitrale À propos de l insuffisance mitrale et du traitement par implantation de clip

sur la valve mitrale À propos de l insuffisance mitrale et du traitement par implantation de clip À propos de l insuffisance mitrale et du traitement par implantation de clip sur la valve mitrale Support destiné aux médecins en vue d informer les patients. À propos de l insuffisance mitrale L insuffisance

Plus en détail

Dilatation Coronaire

Dilatation Coronaire Guide du Patient La Dilatation Coronaire Unité d Angiographie et de Cardiologie Interventionnelle Docteurs X. de Boisgelin - G. Lévy - P. Gallay - M. Pons - D. Carabasse - F. Rivalland Clinique du Millénaire

Plus en détail

RCR et soulagement de l étouffement

RCR et soulagement de l étouffement RCR et soulagement de l étouffement Partie 1: document Matériel supplémentaire du CD Les pages pour les notions à retenir, en plus de ce qui est inscrit dans les notes de cours, font référence à ce document.

Plus en détail

PRINTEMPS MEDICAL DE BOURGOGNE ASSOCIATIONS ANTIAGREGANTS ET ANTICOAGULANTS : INDICATIONS ET CONTRE INDICATIONS

PRINTEMPS MEDICAL DE BOURGOGNE ASSOCIATIONS ANTIAGREGANTS ET ANTICOAGULANTS : INDICATIONS ET CONTRE INDICATIONS PRINTEMPS MEDICAL DE BOURGOGNE ASSOCIATIONS ANTIAGREGANTS ET ANTICOAGULANTS : INDICATIONS ET CONTRE INDICATIONS Dr Mourot cardiologue Hôpital d Auxerre le 31 mars 2012 PLAN DE LA PRESENTATION ASSOCIATION

Plus en détail

Prévention secondaire de la pathologie cardiaque par les antiagrégants plaquettaires

Prévention secondaire de la pathologie cardiaque par les antiagrégants plaquettaires Prévention secondaire de la pathologie cardiaque par les antiagrégants plaquettaires Dr G. Pacouret Unité de Soins Cardiaques Intensifs Hôpital Trousseau, Tours. 45 ème Journées de Formation Médicale Continue

Plus en détail