!!!!!!!!! Séminaire d Eté de la SFjRO

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "!!!!!!!!! Séminaire d Eté de la SFjRO"

Transcription

1 # - Pr René-Jean Bensadoun -!!!!!!!!! Le#Mans#! - 27 juin ! Séminaire d Eté de la SFjRO Cancers des Voies aéro-digestives supérieures Soins de Support: - Gestion des effets secondaires aigus et tardifs - Suivi du patient à long terme

2 SOINS DE SUPPORT : GESTION des EFFETS SECONDAIRES AIGUS et TARDIFS

3 -> PRISE EN CHARGE des Effets secondaires aigus -> PREVENTION des Effets secondaires tardifs

4 A PRISE EN CHARGE des Effets PRECOCES Exemple de la Radio-Chimiothérapie concomitante des Cancers des VADS

5 Radiochimiothérapie! Concomitante! (carcinomes!épidermoïdes! localement!avancés!des!voies! Aéro8Diges;ves!Supérieures)!!

6

7

8

9 D après Clifton Ling, Memorial SK, New York Radiothérapie de l oropharynx et du cavum (RT2D, RC3D, RCMI) IMRT 3D CONFORMAL TRADITIONAL Gy PTV BRAINSTEM/SPINAL CORD

10 EFFETS SECONDAIRES PRECOCES (RT/CT ORL)! Perte de poids! Mucite! Epithélite! Neutropénie fébrile! Surinfections! Insuffisance rénale et troubles métaboliques! Troubles digestifs! Oedème laryngé.

11 MISE EN OEUVRE des protocoles de RADIO- CHIMIOTHERAPIE " Notion d'intensité de dose optimale. " Prise en charge des effets secondaires précoces et support nutritionnel : ("Supportive care") => Notion de rapport "coût fonctionnel"/efficacité, => et FAISABILITE ou non du protocole.

12 Op;misa;on!de!la!Prise!en!Charge!Globale!:! SOINS Oncologiques de SUPPORT - SOS (ou Soins d Optimisation Thérapeutique - SOT) " SUPPORT NUTRITIONNEL ++ " ANTALGIQUES (et AINS) " ANTIBIOTIQUES " ANTINAUSEEUX " SOINS LOCAUX " FACTEURS DE CROISSANCE HEMATOPOIETIQUES (G-CSF, GmCSF) " RADIOPROTECTEURS, CHIMIOPROTECTEURS (Ethyol*)???

13 LIMITES " HOSPITALISATION? Alternatives ++ " Compliance, observance, faisabilité " Qualité de vie?.. " Support logistique " Efficacité à long terme " Coût.

14

15

16

17

18 Essai BiRCF phase III : Toxicité précoce Mucite Grade 3 et 4 Bras A : 69,5 % (57/82) dont 91,2% grade 3 (52), 8,8 % grade 4 (5) Bras B : 76,5 % (62/81) dont 91,9% grade 3 (57), 8,1% grade 4 (5) (119/163 : 73% pour les 2 bras) Epithélite Grade 3 (grade 4 : 1 seul cas, bras B) Bras A : 27 % (22/82) Bras B : 38% (30/81) (53/163 : 32,5% pour les 2 bras) Neutropénie G 3 et 4 Bras A : 2% (2/82) Bras B : 33% (27/81) dont 74,1% grade 3 (20/27), 25,9% grade 4 (7/27) (29/163 = 29% pour les 2 bras) Tox digestive (nausées, vom, diarrhée) grade 3 Bras A : 0 Bras B : 5/81 (6%) (5/163 = 3% pour les 2 bras)

19 #Ciblage!an;8REGF!associé!à!la!Radio8 Chimiothérapie!!!(Thérapies!ciblées!et!mucites)! #

20 Protocole CARISSA (ORL post-opératoire) S-2 S-1 S1 L Ma Me J V S D L Ma Me J V S D L Ma Me J V S D RTH!!!!!! CDDP " " Iressa* # # # # # # # # # # # # # # # (bras B seul) S2 S3 S4 L Ma Me J V S D L Ma Me J V S D L Ma Me J V S D!!!!!!!!!!!!!!! " # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # S5 S6 S7 L Ma Me J V S D L Ma Me J V S D L Ma Me J V S D!!!!!!!!!!!!! " # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # S+1 S+2 S+3 L Ma Me J V S D L Ma Me J V S D L Ma Me J V S D # # # # # # # # # # RTH : 2 Gy/fraction, du lundi au vendredi ; dose totale : 66 Gy (J1 à J45) CDDP : 100 mg/m² J1 J22 J43 Iressa* (bras B seul) : 500 mg/j (2 cp de 250 mg) : (débute 7 j avant J1 Radiothérapie, et se termine 14 j après la dernière séance de radiothérapie).

21 # # #Op;misa;on!de!la!Prise!en!Charge!Globale!du! pa;ent!traité!pour!cancer!orl!:!!!prise!en!charge!de!la!mucite,!notamment!par!laser!de!basse!énergie!(essais!de!phase!iii)!!!traitement!an;8fongique!local!(coordina;on!de!l essai!de!phase!iii!testant!lauriad8loramyc*)!!!renutri;on!entérale!par!gastrostomie!!(essais!de!phase!ii!et!phase!iii).!! " SUPPORT NUTRITIONNEL ++ " ANTALGIQUES (et AINS) " ANTIBIOTIQUES " ANTINAUSEEUX " SOINS LOCAUX " FACTEURS DE CROISSANCE HEMATOPOIETIQUES!

22 1#)#MUCITES#

23 Grade 3 Radiation-Induced Mucositis

24 Grade 3 Chemo-Induced Mucositis

25 INTRODUCTION!(1)! La#Mucite#radio)induite#est#le#plus#important#effet#secondaire#aigu#chez#les# patients#bénéficicant#d une#radiothérapie#pour#tumeur#de#la#tête#et#du#cou.#elle# provoque#des#douleurs,#qui#sont#aggravées#par#la#déglutition#du#patient#et#même# la#parole#ou#la#salication.#à#son#tour#,#l'inflammation#des#muqueuses#augmente#la# sècheresse#de#la#bouche#(xerostomie)#et#le#risque#d'infection#par#voie#orale,#causée# principalement#par#des#agents#pathogènes#opportunistes.#avec#un#fractionnement# conventionnel#(2#gy#/#jour,#5#fractions#par#semaine),#la#mucite#devient#évidente#au# cours#de#la#troisième#semaine#de#l'irradiation#et#progresse#vers#le#degré#3#(plaques# et#ulcérations#confluentes).# Les#ulcères#buccaux#radio)induits#peuvent#donc#apparaître#après#3)4#semaines#de# traitement,#et#leur#évolution#est#progressive#si#la#radiothérapie#n'est#pas#arrêtée.# Avec#un#fractionnement#conventionnel,#une#incidence#de#33#à#49#%#de#mucite# confluente#est#décrite.#la#sévérité#de#la#mucite#est#augmentée#avec#l'introduction# de#fractionnements#modifiés#en#radiothérapie#des#tumeurs#de#la#tête#et#du#cou.# La#chimiothérapie#seule#(ou#en#combinaison#avec#l irradiation)#augmente#le# risque#de#mucite#buccale#chez#les#patients#atteints#de#cancer#(quel#que#soit#le#site# de#la#tumeur#primitive#+#+#).#

26 MUCOSITIS!Today s!pathobiology!perspec;ve!:!! A"Mul&ple"Mechanism"Model!!(d après"s."sonis"et"al)! Initiation RT ROS CT Upregulation Epithelium Macrophages Endothelium Cell Membrane Connective Tissue NF-κB Signaling and Amplification Fibronectin Breaks Up DNA Injury Gene Upregulation Expression of Adhesion Molecules Sphingomyelinase Ceramide Synthase Activates Macrophages Ulceration COX-2 Ceramide Pathway MMP Healing Clonogenic Cell Death IL-1β IL-6 TNF-α Angiogenesis Apoptosis Tissue Injury

27 Initiation MUCOSITIS:!Today s!pathobiology!perspec;ve!!! A"Mul&ple"Mechanism"Model" Upregulation & Message Gen Signaling & Amplification RADIATION Ulceration Healing ROS ROS Outcome: Generation of ROS within cells ROS Direct damage to cells, tissues, & blood vessels Initiation of other biological events ROS ROS ROS 27 CHEMOTHERAPY MASCC 2003

28 Le!Laser!de!basse!énergie!dans!la!prise!en! charge!des!mucites!et!epithélites!radio8!et! chimio8induites!

29 Place du Laser de Basse Energie (LLLT) La# gestion# de# la# mucite# orale# induite# par# l irradiation# est# principalement# dirigée# vers# les# soins# palliatifs# (gestion# des# symptômes,#et#la#prévention#des#infections).## Le# LLLT# a# été# pour# la# 1 ère # fois# rapporté# comme# efficace# pour# réduire#la#gravité#de#la#mucite#buccale#chez#les#patients#recevant# des#doses#élevées#de#5)fluorouracile#(pourreau#schneider)n,#ciais# G.# et# al,# JNCI,# 1992).# L'efficacité# de# cette# méthode# dans# la# prévention# de# la# stomatite# chimio)induite# a# ensuite# été# confirmée# dans# deux# essais# en# double# aveugle# randomisés# prospectifs,# chez# les# patients# bénéficiant# d une# transplantation# de#moelle#osseuse.## Ces# premiers# résultats# et# l'incidence# élevée# de# la# mucite# radio) induites# ont# incité# l initiation# de# plusieurs# essais# multicentriques# randomisés# pour# évaluer# le# LLLT# pendant# la# radiothérapie#(ou#la#radio)chimiothérapie)#des#tumeurs#orl.#

30 Laser de Basse Energie (ou «Soft-Laser» ou «LLLT») Lasers les plus étudiés : (puissance de 10 à 150 mw max) -> Laser Hélium-Néon (He-Ne, λ=632,8 nm) -> Lasers à diode ( λ=de 650 à 905 nm) Aucune toxicité précoce ou tardive (application préventive de lunettes opaques pour protection de la rétine) 3 effets reconnus: - Antalgique - Anti-inflammatoire - Accélération de la cicatrisation : -> par action directe sur le système énergétique mitochondrial («Biostimulation») -> par activation de la transformation des fibroblastes en myofibroblastes. + réduction de la production de radicaux libres par Chimio- ou Radiothérapie.

31

32

33

34

35

36

37

38

39

40

41

42

43

44

45

46 Laser!trans8cutané!830!nm!traitant!la!muqueuse! buccale!(face!int.!joue!g)! Longueur d ondes: 830 nm +++!

47 LLLT: 3 well known effects : - Pain relief - Anti-inflammatory effect - Healing effect (biostimulation) Considering oral Mucositis Prevention, the main interesting effect of LLLT is the Anti-Inflammatory-effect +++

48 LLLT: Local LLLT effects after first irradiation Enhanced effect by repeated irradiation Effects on biochemical inflammatory markers Reduced PGE 2 levels (5) Reduced TNF α levels (2) ( ) Number of controlled laboratory trials verifying results Reduced IL1β levels (3) Reduced COX-2 mrna levels (2) Reduced plasminogen activator levels (1) Found in 21 out of 24 controlled laboratory trials Effect not due to: Endorphin and opioid receptors (2) Effects on cells and soft tissue Reduced oedema formation (7) Reduced hemorrhagic formation (5) Reduced neutrophil cell influx (4) Enhanced local microcirculation (4) Bjordal et al Photomed Laser Surg

49 Influx of neutrophile cells (dark small dots) 4 hours after carrageenan-induced injury (rat-paw) Control Laser Albertini, Martins-Lopes et.al Photobiology & Photochemistry

50 λ: 660 nm λ: 830 nm

51 Systematic#review# (Mucites)#

52 META-ANALYSE La Photomedicine utilisant la thérapie laser de faible énergie (LLLT) devient un traitement de référence dans la prise en charge préventive et thérapeutique de la mucite orale (OM) chez les patients traités pour cancer. Objectif: Définir les paramètres de traitement par LLLT pour l'om de l'étude observationnelle sur les patients subissant une RT pour la tête et du cou (H & N) cancers. Méthodes: méta-analyse portant sur 33 articles comprenant neuf commentaires, six études de cas, et trois études sur les animaux, avec un échantillon final de 11 essais randomisés contrôlés par placebo à partir de 1997 et jusqu'en Des études observationnelles réalisées sur des patients bénéficiant d une RT de la tête et du cou,en utilisant des dispositifs de LLLT intra-buccaux et extra-oraux, ont également été analysées.

53 Low Level Laser Therapy (LLLT) in Cancer therapy-induced Oral Mucositis: 1) A phase III study during H&N Cancer Radiotherapy 2)A Systematic Review 3) New WALT Guidelines in this erea Jan Magnus Bjordal(1, 2), Rene-Jean Bensadoun(3), Rodrigo Álvaro Brandão Lopes-Martins(4), Jan Tùner(5), Antonio Pinheiro(6), Anne Elisabeth Ljunggren(2) 1 - Bergen University College, Institute for Physical Therapy, Bergen - Norway 2 - Section for Physiotherapy Science, Department of Public Health and Primary Health Care, University of Bergen, Bergen - Norway. 3 - University Hospital, Regional Cancer Institute, Department of Radiation Oncology, Poitiers France. 4 - Laboratory of Pharmacology and Experimental Therapeutics, Department of Pharmacology, Institute of Biomedical Sciences, University of São Paulo (USP), São Paulo, SP - Brazil 5 - Grangesberg dental clinic, Sweden 6 - Federal University of Bahia, Brazil.

54 Systematic review 1. Literature search for: Randomised blinded controlled trials 2. Primary outcome measure: Pain and oral mucositis index (OMI) for severity 3. Treatment: LLLT or narrow-band LED irradiation with wavelengths nm and direct exposure of pathology

55 Literature search and exclusion procedure The#literature#search#revealed#33#potentially#relevant#papers.# Of#these,#nine#studies#were#reviews#and#six#studies#were#case# studies,#while#another#three#were#animal#studies.#three# controlled#studies#were#excluded#for#lack#of#randomization,# while#one#study#lacked#a#placebo)control#group.#the# exclusion/#inclusion#procedure#is#described#according#to#the# Quorum#standard#in#figure#1.# The#final#sample#consisted#of#11#randomized#placebo) controlled#trials#published#from#1997#until#2009#with#a#total# of#415#patients.#

56

57

58

59 First author year Patient numbers/ inducing therapy Wavelength nm Laser Output (mw) Spot Size (cm2) Dose (J) Irradiation time (s) Results Cowen (chemo/radio) * +days/omi+ Bensadoun (radiation) pain/omi+ Maiya (radiation) pain/omi+ Schubert (transplant) 650/780 40/ nm only pain+/omi+ Cruz (chemo/child) n.s. Kuhn (chemo) * 6 54 Days+/OMI+ Antunes (transplant) Pain+/WHO+ Genot-Klastersky (chemo) days+/omi+ Kuhn 09 21(chemo/child) days+/omi+ Abramoff (chemo) days+/omi+ Chor (chemo) ? 2 40 days+/- others

60 Therapeutic effect of LLLT in adults in mucositis λ=685 nm, 60 mw, mm2, 2 J, 33 seconds per point, 6 mins per session, every other day for 3 weeks Cowen et al.

61

62 First author year Patient numbers/ inducing therapy Wavelength nm Laser Output (mw) Spot Size (cm2) Dose (J) Irradiation time (s) Results Cowen (chemo/radio) * +days/omi+ Bensadoun (radiation) pain/omi+ Maiya (radiation) pain/omi+ Schubert (transplant) 650/780 40/ nm only pain+/omi+ Cruz (chemo/child) n.s. Kuhn (chemo) * 6 54 Days+/OMI+ Antunes (transplant) Pain+/WHO+ Genot-Klastersky (chemo) days+/omi+ Kuhn 09 21(chemo/child) days+/omi+ Abramoff (chemo) days+/omi+ Chor (chemo) ? 2 40 days+/- others

63 Effects of LLLT in adults on mucositis severity and duration OM severity with or without LLLT : λ=633 nm, 60 mw, 2 J/cm2, 33 seconds per point, 2Joules per point, daily 5 days in 7w Bensadoun et al.

64

65 Figure 2

66 Subgroup!analysis!of!LLLT!wavelength!effects!on!the! rela;ve!risk!for!developing!om! The#subgroup#analysis#revealed#no#heterogeneity# between#trials#for#the#red#(630)670nm)#and#the# infrared#(780)830nm)#subgroups#respectively######(p>#0.21# and#i2<32%),#and#there#were#no#significant#wavelength# differences#in#relative#risks#between#red##at#2.72#(95%# CI:#1.98#to#3.74)#and#infrared#at#3.48#(95%CI:#1.79#to#6.75).# The#results#are#summarized#in#figure#3.##

67 Figure 3

68 Figure!3bis!

69 Effect!of!LLLT!on!the!dura;on!of!OM!(grade!2!or! higher)!during!cancer!therapy! Six#studies#presented#data#for#this#outcome,#and#LLLT# reduced#significatly#the#number#of#days#with#om#grade#2#or# worse#with#a#mean#of#4.38#d#(95%ci:#3.35#to#5.40).## The#results#for#each#individual#study#and#the#combined# results#are#summarized#in#figure#4.#

70 Figure 4

71 Effects!of!LLLT!on! mucosi;s!severity! Six#trials#presented#seven#different# comparisons#of#continuous#data#for#mucositis# severity.#as#the#trials#used#different#mucositis# index#scales,#the#combined#results#were#only# calculated#as#the#standardized#mean# difference#(smd).## The#combined#SMD#effect#size#was#1.33#(95%# CI:#0.68#to#1.98)#and#corresponding#to#a#very# good#effect.#the#results#for#each#trial#and#the# combined#effect#size#are#presented#in#figure#5.#

72 Figure 5

73 Pain8relieving!effect!of!LLLT! in!oral!mucosi;s! Four#trials#reported#continuous#data#on#pain#intensity# from#different#scales.## The#combined#analysis#revealed#a#significant#effect#of# LLLT#with#an#SMD#at#1.22#(95%#CI:#0.19#to#2.25),#but#also# significant#heterogeneity#caused#by#one#trial#(maiya#2006)# (see#figure#6).#this#trial#differed#clinically#from#the#other# trials#by#a#considerably#longer#treatment#period#of#6# weeks,#while#the#other#studies#lasted#2)3#weeks.#removal# of#this#study#restored#homogeneity#(i2=#0%#and#p=0.58),# and#reduced#the#effect#size#to#0.61#but#now#with#narrow# confidence#intervals#(95%ci:#0.29#to#0.94).#

74 Figure 6

75 In!Summary:!

76 Results:#Meta)analysis#showed#LLLT#in#the#prevention##with#an# RR#2.45#(CI#1.85)3.18),#duration#and#severity#of#OM#reduced#and# the#number#of#days#with#om#significantly#reduced#(4.38#days,# p=0,0009.## No#heterogeneity#between#trials#on#the#red#(630)670#nm)#and# infrared#(780)830#nm)#subgroups.#pain)relieving#effect#based# on#smd#was#at#1.22#(ci#0.19)2,25).## Nil#complications#or#adverse#side#effects#of#LLLT#reported.## We#recommend#the#output#of#diode#between#10)150mW;#dose# of#2)3#joules#for#prophylaxis#and#no#less#than#4#joules#for# therapeutic#effect;#application#on#single#spot#rather#than# scanning.#also#to#follow#are#a#simple#formula,&t(s)&=&d&(joules)&x& Surface&(cm²)&/&Power&(W).## Lesions#must#be#evaluated#by#a#trained#clinician#and#therapy# should#be#repeated#daily#or#every#other#day#or#a#minimum#of# three#times#per#week#until#resolution.##

77 Side8effects!of!LLLT! beyond&those&reported&for&placebo&lllt.## On#the#contrary,#several#trials#reported#that# LLLT#was#well#tolerated#among#patients.#

78 Preventive use of wavelength-specific dark goggles LLLT Side Effects??

79

80 Conclusions 1. There is moderate to strong evidence of a dose-dependent LLLT effect which is significantly better than placebo in relieving pain and severity of oral mucositis. 2. The use of J/cm 2 causes confusion and should be substituted with energy doses in Joules. Wavelengths of nm and nm should be preferred. 3. Optimal procedures should cover all of the oral lesions with irradiation exceeding 30 seconds/1-4 Joules per point, placed 1-2 cm apart. Treament sessions should be performed 3-5 days per week before, or during chemotherapy/radiotherapy.

81 Conclusion!(2),!and!WALT!Guidelines!(1)! This#systematic#review#has#revealed#moderate#to#strong#evidence#for#the# efficacy#of#lllt#in#the#prevention#of#cancer#therapy)induced#oral#mucositis.#in# the#guidelines#from#the#american#cancer#society,#the#evidence#behind#lllt#is# characterized#as#promising,#but#conflicting#evidence,#with#large#operator# variability#and#cost#variability.### Our#analysis#show#that#fairly#inexpensive#diode#lasers#(from#$2500)#with#low# optical#outputs#(10)100mw)#can#be#used#with#similar#success#as#the#more# expensive#gas#lasers#(he/ne)#which#were#used#in#the#early#trials.#however,# diode#laser#have#longer#coherence#lengths,#which#seems#to#require#slightly# higher#doses#for#optimal#effects#in#other#oral#inflammatory#disorders#like# gingivitis.## After#exploring#the#apparent#discrepancies#of#the#material,#our#subgroup# analyses#revealed#plausible#causes#for#the#few#conflicting#results.#the# misunderstandings#caused#by#reporting#lllt#doses#in#j/cm2#with#small#laser# spot#sizes#led#to#under)dosing#in#one#trial.#our#analyses#showed#that#there#is# scientific#evidence#with#meta)analyses#and#narrow#confidence#intervals#from# high#quality#randomized#placebo)controlled#trials.#from#this#evidence#we# gather#that#a#fairly#simple#treatment#procedure#can#be#synthesized:#lllt# should#be#performed#with#diode#laser#outputs#of#10)100mw#in#a#stationary# manner#(not#scanning)#with#a#minimum#irradiation#time#of#30#seconds#per# point#and#a#dose#of#2)3#joules#for#red#wavelengths#or#6#joules#for#infrared# wavelengths.#

82 WALT!Guidelines!(2)! Between#6#and#20#points#should#be#covered#depending#on#the#severity#and# distribution#of#mucositis#in#the#oral#cavity.#lesions#and#inflammatory#areas# should#be#specifically#targeted#for#the#laser#irradiation,#and#treatment#can#be# applied#daily#or#every#other#day.#our#findings#relate#well#to#the#emerging#lllt# evidence#in#other#inflammatory#conditions#such#as#rheumatoid&arthritis&and# acute&postoperative&pain.## The#optimal#clinical#doses#found#in#the#current#review,#are#in#the#same#range#as# those#previously#found#for#rheumatoid#arthritis#and#postoperative#pain.#it#is#also# interesting#to#note#that#the#variety#of#different#cancer#therapies#involved#in#the# included#trials#did#not#seem#to#seriously#interfere#with#the#beneficial#effects#of# LLLT.#How#LLLT#efficacy#compares#to#the#efficacy#of#various#pharmacological# agents#in#controlling#oral#mucositis#is#outside#the#scope#for#this#review.## In#terms#of#side)effects,#LLLT#was#very#well#tolerated#with#hardly#any#withdrawals# due#to#adverse#events,#and#no#serious#incidents#were#reported.##

83 MASCC Mucositis Guidelines 2007 (Cancer 2007 Mar 1;109(5):820-31): Updated MASCC/ISOO Mucositis Guidelines 2011: LLLT -> Level of Evidence II, Grade of Recommendation B (both for BMT and H&N Cancer patients)!!! (Supp Care Cancer 2011, in press) + ESMO Mucositis Guidelines 2011 (same recommandation)

84 Conclusion: Il est mis en évidence par cette méta-analyse qu il existe un effet modéré, mais à fort niveau de preuve, du Laser de Basse Energie (LLLT) dans la prévention et le traitement de la mucite buccale induite par les traitements du cancer, effet uniquement présent avec des doses optimales de LLLT. Il s agit de plus d une méthode sûre, et relativement peu coûteuse

85

86 2#)#Epithélites#

87

88

89 Epithélite aigüe sévère

90 Effet du laser sur l épithélite

91 Laser cutané

92 -Daily baseline skin care in the prevention, treatment, and supportive care of skin toxicity in oncology patients: recommendations from a multinational expert panel. Bensadoun RJ, Humbert P, Krutman J, Luger T, Triller R, Rougier A, Seite S, Dreno B. Cancer Manag Res Dec 9;5: Clinical practice guidelines for the prevention and treatment of acute and late radiation reactions from the MASCC Skin Toxicity Study Group. Wong RK, Bensadoun RJ, Boers-Doets CB, Bryce J, Chan A, Epstein JB, Eaby-Sandy B, Lacouture ME. Support Care Cancer Oct;21(10): Bio-radiation dermatitis: the need of a new grading: in regard to Bernier et al: Ann Oncol 2011; 22(10): Russi EG, Bensadoun RJ, Merlano MC, Bourhis J, Ricardi U, Giralt J, Pinto C, Budach W, Corvò R, Lacouture ME, Bernier J. -[Cutaneous adverse reactions of EGFR (epidermal growth factor receptor)-inhibitors: therapeutic algorithm of the French PROCUR group]. Bachmeyer C, Reguiaï Z, Peuvrel L, Bachet JB, Bensadoun RJ, Ychou M, André T, Bouché O, Dréno B. Bull Cancer May;100(5): Algorithm for dermocosmetic use in the management of cutaneous side-effects associated with targeted therapy in oncology. Dreno B, Bensadoun RJ, Humbert P, Krutmann J, Luger T, Triller R, Rougier A, Seité S. J Eur Acad Dermatol Venereol Sep;27(9): Management of cutaneous adverse events induced by anti-egfr (epidermal growth factor receptor): a French interdisciplinary therapeutic algorithm. - Reguiai Z, Bachet JB, Bachmeyer C, Peuvrel L, Beylot-Barry M, Bezier M, Boucher E, Chevelle C, Colin P, Guimbaud R, Mineur L, Richard MA, Artru P, Dufour P, Gornet JM, Samalin E, Bensadoun RJ, Ychou M, André T, Dreno B, Bouché O. Support Care Cancer Jul;20(7): Folliculitis induced by EGFR inhibitors, preventive and curative efficacy of tetracyclines in the management and incidence rates according to the type of EGFR inhibitor administered: a systematic literature review. Bachet JB, Peuvrel L, Bachmeyer C, Reguiai Z, Gourraud PA, Bouché O, Ychou M, Bensadoun RJ, Dreno B, André T. Oncologist. 2012;17(4): Semiology of skin toxicity associated with epidermal growth factor receptor (EGFR) inhibitors. Peuvrel L, Bachmeyer C, Reguiai Z, Bachet JB, André T, Bensadoun RJ, Bouché O, Ychou M, Dréno B. Support Care Cancer May;20(5): Survey on the management of skin toxicity associated with EGFR inhibitors amongst French physicians. Peuvrel L, Bachmeyer C, Reguiai Z, Bachet JB, André T, Bensadoun RJ, Bouché O, Ychou M, Dréno B; Regional expert groups PROCUR. J Eur Acad Dermatol Venereol Apr;27(4): Clinical practice guidelines for the prevention and treatment of EGFR inhibitor-associated dermatologic toxicities. Lacouture ME, Anadkat MJ, Bensadoun RJ, Bryce J, Chan A, Epstein JB, Eaby-Sandy B, Murphy BA; MASCC Skin Toxicity Study Group. Support Care Cancer Aug;19(8):

93

94

95 B - EFFETS SECONDAIRES TARDIFS: PREVENTION et PRISE en CHARGE

96 EFFETS SECONDAIRES TARDIFS! xérostomie ++! atteintes muqueuses! atteintes cutanées, sous-cutanées, et musculaires! trismus! dysphagie! troubles dentaires (odontonécroses)! atteintes neurologiques! atteintes osseuses (ostéoradionécroses)! fonctions de déglutition, de phonation => qualité de vie => vie de relation => réinsertion sociale.

97 !! Op;misa;on!de!la!Radiothérapie! des!cancers!des!voies! Aéro8Diges;ves!Supérieures!

98 RCMI!ORL" " Résultats"sur"la"préserva&on"salivaire!"

99 D après Clifton Ling, Memorial SK, New York Radiothérapie de l oropharynx et du cavum (RT2D, RC3D, RCMI) IMRT 3D CONFORMAL TRADITIONAL Gy PTV BRAINSTEM/SPINAL CORD

100 Fonction Salivaire avec stimulation (RCMI vs RC3D) 3 mois p=0, mois p=0,05 18 mois p=0,04

101

102

103

104 La Biologie: Facteurs prédictifs biologiques de radiosensibilité (oncogénétique, polymorphismes constitutionnels )

105 PROJET!PHRC!2007!:! " "«"Etude"des"polymorphismes"géné&ques"individuels"visEàEvis"de"la" toxicité"et"de"la"sensibilité"à"la"radioechimiothérapie"dans"les"cancers"des" voies"aéroediges&ves"supérieures"»"!8>!recherche!de!facteurs!moléculaires!individuels!prédic;fs!de!la!réponse!aux!traitements!et/ou! prédic;fs!de!leur!toxicité.!! " Polymorphismes!cons;tu;onnels!des!gènes!poten;ellement!!liés!à!la!RADIOSENSIBILITÉ!(familles! ERCC!et!XRCC!essen;ellement)!:!!!ERCC1,!ERCC2,!ERCC581,!ERCC582,!XRCC1!(gènes!liés!à!la!répara;on!de!l ADN)!! Gènes!poten;ellement!liés!à!la!sensibilité!aux!chimiothérapies!:! 5FU!:!TS!(thymidilate!synthase)! Taxotère!:!MDR1! Cispla;ne!:!GST!π!(glutathion!transférase)! Cetuximab!:!REGF!;!récepteurs!aux!fragments!Fc!!sur!les!cellules!de!l immunité!(nk!&!macrophages)!:!fc! γ!rii!&!iii.!

106 " Ceme!étude!est!réalisée!en!2!temps!:!!! Nous!testons!tout!d'abord!les!valeurs!prédic;ves!de!sensibilité!de!ces!gènes!sur!une! popula;on!rétrospec;ve!dont!nous!disposons!(pa;ents!niçois!des!essais!«!bircf!»! phase!ii!et!phase!iii).!!! Dans!un!second!temps,!nous!validerons!les!gènes!mis!en!évidence!dans!une!popula;on! prospec;ve!(essais!coopéra;fs!de!radio8chimiothérapie!des!carcinomes!des!vads!localement! avancés!gortec! !et!gortec! ).!!! Le!critère!de!jugement!principal!est!le!contrôle!loco8régional!(taux!de!réponse)!à!6!mois! après!la!fin!du!traitement.!! Les!critères!secondaires!sont!la!survie!spécifique!et!la!tolérance.!!! L analyse!de!ces!polymorphismes!géné;ques!cons;tu;onnels!est!réalisée!à!par;r! d une!simple!prise!de!sang!effectuée!avant!l ini;a;on!du!traitement.#

107 NOTION DE «QUALITE de SOINS» : " OBTENIR UNE EFFICACITE MAXIMALE (DOSE, ADMINISTRATION, et CHOIX du TRAITEMENT), avec : une BONNE COMPLIANCE du PATIENT au traitement ; le MOINS POSSIBLE D EFFETS SECONDAIRES (précoces et tardifs). «Doing the right thing right»

108 SUIVI A LONG TERME

109 Bilan Carcinologique d évaluation post-traitement

110 Dépistage des récidives locales et régionales, et des localisations métachrones ORL

111

112 VECU du PATIENT (témoignages..)

113 TEMOIGNAGES: 1) Mr C., 63 ans, traité en 1994 vient de fêter ses 5 ans de contrôle (T4N2c basi-lingual, peu de facteurs de risques alcoolo-tabagiques, mais une exposition prolongée à des produits chimiques industriels dans son métier d ingénieur chimiste, en Italie et à travers le Monde). Il est vu en bonne forme physique et morale, avec beaucoup de projets personnels, et comme il le dit lui-même une «nouvelle énergie dans la vie». Il avoue même devant sa compagne que la maladie l a rendu meilleur, meilleur notamment dans sa façon d appréhender la vie, et ses proches. Il est redevenu le grand gourmet qu il était, même si les aliments les plus épicés et les plus acides posent encore problème. L hyposialie reste présente de grade I, mais le patient dit s y être bien habitué et module son alimentation et sa façon de manger en conséquence. Les substituts salivaires ont été stoppés. Il n y a aucune séquelle trophique ni dysphagie ou dysphonie persistante. Pas de limitation à l ouverture buccale, pas de sclérose cutanée ou souscutanée. A retrouvé son poids antérieur depuis 2 ans. Mr C. garde un souvenir ému mais difficile de son trt combiné radio-chimiothérapique. Notamment, l annonce du 3 ème cycle en dernière semaine de trt reste un souvenir toujours angoissant pour le patient. Il espérait réellement en être dispensé... A 5 ans du traitement, il note une amélioration de la sècheresse buccale, et aussi une diminution de l oedème labial (qui a quasiment disparu) et sousmental. Il se dit non limité dans ses activités et dans sa vie sociale, et a décidé de profiter (enfin) de la vie : il vient de fêter ses «5 ans» en s offrant une voiture de luxe, et apparaît très proche de sa compagne, avec de nombreux projets de voyages. Il passe du temps également à confectionner différentes spécialités culinaires italiennes, à partir des plantes et produits de son jardin. 2) Mr F., 67 ans, traité en 1995, ancien horticulteur, vient à chacune de ses consultations avec quelques roses de la propriété familiale. Il est peu prolixe à l interrogatoire, bien que très reconnaissant voire affectueux. Il dit toujours «tout va bien», même si à l examen persiste une limitation modérée à l ouverture buccale et une sècheresse linguale et oropharyngée grade II. A eu il y a 2 ans une réfection chirurgicale par petit lambeau d une nécrose muqueuse limitée palatine postérieure. Résultat parfait, aucune gêne résiduelle. 3) Mme L., 57 ans, T4N2c basi-lingual en 1995, est en pleine forme. A retrouvé le poids de ses 20 ans, et avec son époux, s occupe activement de diverses associations, et a assisté et participé à plusieurs réunions sur le Cancer, notamment en notre présence. Alors que les réactions précoces et sub-aiguës avaient été assez vives chez cette patiente, elle ne présente à 4 ans aucune séquelle notable de la radiochimiothérapie, notamment sur le plan de l hyposialie et du goût. 4) Mr A., 5x ans, homosexuel, en état cachectique lors du diagnostic initial, est parfaitement contrôle à plus de 3 ans d une BPTM de rattrapage pour suspicion de reliquat tumoral ulcéré oropharyngé (anapath : radionécrose remaniée). 5) Mr V., ouvrier agricole, toujours accompagné de ses patrons, présente un trismus relativement serré à 2 cm. Il est contrôlé après avoir eu une chimio de rattrapage pour suspicion de récidive linguale. 6) Mr F., 6x ans, premier patient traité dans le protocole de phase II, en sept. 92 (7 ans de recul), vit toujours entre Belfort et Nice. Il n a pas réellement modifié sa façon de vivre, bohème et tabagique «comme aux plus beaux jours». Sa fille, qui est une de nos connaissances, nous dit avoir retrouvé son père tel qu il était avant sa maladie, même si à l examen on retrouve une atrophie massétérine modérée, sans limitation à l ouverture buccale ; Il n y a pas d hyposialie résiduelle, mais le patient présente toujours par intermittences des candidoses linguales traitées par Triflucan. Il ne porte aussi que par intermittences ses prothèses dentaires complètes haut et bas, qui sont assez mobiles, du fait de l atrophie gingivale ; La sclérose cervicale est de grade I à II avec «petit coup fin» sans trouble trophique associé ni dysphagie. A retrouvé son poids antérieur, le goût complet des aliments (du vin et de la bière), et a repris sa vie de semi-marginal (au grand dam de ses filles...).

Présenté par Mélanie Dessureault, inf. clin. et Caroline Fortin, AIC radio-oncologie

Présenté par Mélanie Dessureault, inf. clin. et Caroline Fortin, AIC radio-oncologie Présenté par Mélanie Dessureault, inf. clin. et Caroline Fortin, AIC radio-oncologie Quiz de la radio-oncologie Rôle de l infirmière en radio-oncologie Mise en contexte (création des outils) Premier outils:

Plus en détail

Traitements néoadjuvants des cancers du rectum. Pr. G. Portier CHU Purpan - Toulouse

Traitements néoadjuvants des cancers du rectum. Pr. G. Portier CHU Purpan - Toulouse Traitements néoadjuvants des cancers du rectum Pr. G. Portier CHU Purpan - Toulouse Journées Francophones d Hépato-gastroentérologie et d Oncologie Digestive 2010 CONFLITS D INTÉRÊT Pas de conflit d intérêt

Plus en détail

Qui et quand opérer. au cours du traitement de l EI?

Qui et quand opérer. au cours du traitement de l EI? Qui et quand opérer au cours du traitement de l EI? Gilbert Habib Département de Cardiologie - Timone Marseille 7es JNI Bordeaux, 8 juin 2006 Université de la Méditerranée Faculté de Médecine de Marseille

Plus en détail

ALK et cancers broncho-pulmonaires. Laurence Bigay-Gamé Unité d oncologie thoracique Hôpital Larrey, Toulouse

ALK et cancers broncho-pulmonaires. Laurence Bigay-Gamé Unité d oncologie thoracique Hôpital Larrey, Toulouse ALK et cancers broncho-pulmonaires Laurence Bigay-Gamé Unité d oncologie thoracique Hôpital Larrey, Toulouse Toulouse, le 19 Février 2013 Adénocarcinomes : Lung Cancer Mutation Consortium Identification

Plus en détail

PRISE EN CHARGE GLOBALE DES CANCERS DES VADS

PRISE EN CHARGE GLOBALE DES CANCERS DES VADS 15/16 SEPT. 2011 POITIERS PALAIS DES CONGRES DU FUTUROSCOPE 2 e JOURNEES DE RADIOTHERAPIE DU POLE REGIONAL DE CANCEROLOGIE DE POITIERS PRISE EN CHARGE GLOBALE DES CANCERS DES VADS Réunion de consensus

Plus en détail

Utilisation des Facteurs de Croissance Hématopoïètiquestiques en Oncologie

Utilisation des Facteurs de Croissance Hématopoïètiquestiques en Oncologie Utilisation des Facteurs de Croissance Hématopoïètiquestiques en Oncologie Médicale R.Sai, K.Bouzid Service d Oncologie d Médicale, M E.H.S Centre P & M Curie, Alger introduction Chimiothérapie anti-canc

Plus en détail

ESMO 14. L oncogériatrie d un coup d éventail! Dr Elisabeth Carola UCOG Picardie

ESMO 14. L oncogériatrie d un coup d éventail! Dr Elisabeth Carola UCOG Picardie ESMO 14 L oncogériatrie d un coup d éventail! Dr Elisabeth Carola UCOG Picardie Cancer du SEIN Taxotere hebdo pas mieux et plus toxique Perrone F et al Ann Oncol 2014 Phase III : CMF vs Taxotere hebdo

Plus en détail

MASTER 2 : Pharmacologie Clinique et Développement Thérapeutique. Evaluation de nouvelles drogues Critères de jugement clinique

MASTER 2 : Pharmacologie Clinique et Développement Thérapeutique. Evaluation de nouvelles drogues Critères de jugement clinique MASTER 2 : Pharmacologie Clinique et Développement Thérapeutique Evaluation de nouvelles drogues Critères de jugement clinique Jean-Marie BOHER, PhD, Institut Paoli-Calmettes, Marseille Novembre 2011 Typologie

Plus en détail

Bilan bucco-dentaire Ostéoradionécrose Réhabilitation prothétique. Dr Bérengère Phulpin

Bilan bucco-dentaire Ostéoradionécrose Réhabilitation prothétique. Dr Bérengère Phulpin Bilan bucco-dentaire Ostéoradionécrose Réhabilitation prothétique Dr Bérengère Phulpin Le Mans 27 juin 2014 Bilan bucco-dentaire n Prise en charge pluridisciplinaire n Indispensable avant et après radiothérapie

Plus en détail

Rapport sur les nouveaux médicaments brevetés Iressa

Rapport sur les nouveaux médicaments brevetés Iressa Rapport sur les nouveaux médicaments brevetés Iressa Au titre de son initiative de transparence, le CEPMB publie les résultats des examens des prix des nouveaux médicaments brevetés effectués par les membres

Plus en détail

Cancers de l hypopharynx

Cancers de l hypopharynx Cancers de l hypopharynx A- GENERALITES 1) Epidémiologie Cancer fréquent et de pronostic grave du fait de son évolution insidieuse et de son caractère lymphophile. C est quasiment toujours un carcinome

Plus en détail

«NUTRITION ET VIEILLISSEMENT» Christine Bachir-bey Cadre de santé formateur DU gérontologie Master en gérontologie Oct 2013

«NUTRITION ET VIEILLISSEMENT» Christine Bachir-bey Cadre de santé formateur DU gérontologie Master en gérontologie Oct 2013 «NUTRITION ET VIEILLISSEMENT» Christine Bachir-bey Cadre de santé formateur DU gérontologie Master en gérontologie Oct 2013 INTRODUCTION Du fait de l augmentation de l espérance de vie La population des

Plus en détail

onnels se mobilisent Les réalisés dans épidémiologie Dans le sur les ORL :

onnels se mobilisent Les réalisés dans épidémiologie Dans le sur les ORL : Communiqué de presse 15/ /09/2015 «Prendre le Cancer à la gorge» «Make Sense» : Pour la 3 ème année, les professiop onnels se mobilisent pour la semainee européenne duu dépistage et de la préventionn des

Plus en détail

INTERFERON Traitement adjuvant du mélanome à haut risque de récidive. Dr Ingrid KUPFER-BESSAGUET Dermatologue CH de quimper

INTERFERON Traitement adjuvant du mélanome à haut risque de récidive. Dr Ingrid KUPFER-BESSAGUET Dermatologue CH de quimper INTERFERON Traitement adjuvant du mélanome à haut risque de récidive Dr Ingrid KUPFER-BESSAGUET Dermatologue CH de quimper Pourquoi proposer un TTT adjuvant? Probabilité de survie à 10 ans en fonction

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE. Avis. 23 mai 2007

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE. Avis. 23 mai 2007 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 23 mai 2007 SUTENT 12,5 mg, gélule Flacon de 30 (CIP: 376 265-0) SUTENT 25 mg, gélule Flacon de 30 (CIP: 376 266-7) SUTENT 50 mg, gélule Flacon de 30 (CIP: 376 267-3)

Plus en détail

Dr Bertrand Michy Département de Pneumologie CHU de Nancy 25 octobre 2013

Dr Bertrand Michy Département de Pneumologie CHU de Nancy 25 octobre 2013 Dr Bertrand Michy Département de Pneumologie CHU de Nancy 25 octobre 2013 Conflits d intérêts Aucun Introduction Constat : CB = Moins de motivation des pneumologues à obtenir le sevrage tabagique (versus

Plus en détail

Le dropéridol n est pas un traitement à considérer pour le traitement de la migraine à l urgence

Le dropéridol n est pas un traitement à considérer pour le traitement de la migraine à l urgence Le dropéridol n est pas un traitement à considérer pour le traitement de la migraine à l urgence On pose fréquemment le diagnostic de migraine sévère à l urgence. Bien que ce soit un diagnostic commun,

Plus en détail

Essai de phase II randomisé mul2centrique: traitement personnalisé des cancers du rectum localement évolués non métasta2ques

Essai de phase II randomisé mul2centrique: traitement personnalisé des cancers du rectum localement évolués non métasta2ques GRECCAR 4 Groupe de REcherche Chirurgical sur le CAncer du Rectum Essai de phase II randomisé mul2centrique: traitement personnalisé des cancers du rectum localement évolués non métasta2ques N EudraCT

Plus en détail

Place de la chirurgie dans le traitement des tumeurs des VADS. D.Dequanter;M.Shahla;C.Aubert;Y.Deniz;P.Lothaire

Place de la chirurgie dans le traitement des tumeurs des VADS. D.Dequanter;M.Shahla;C.Aubert;Y.Deniz;P.Lothaire Place de la chirurgie dans le traitement des tumeurs des VADS D.Dequanter;M.Shahla;C.Aubert;Y.Deniz;P.Lothaire Introduction O.Filleul et all. Bulletin du cancer 2011;8:11-12 Introduction O.Filleul et

Plus en détail

Revue de la littérature

Revue de la littérature Résultats à long terme des anévrysmes traités Revue de la littérature Cours de DES de neurochirurgie Inter-région Rhône-Alpes / Auvergne Vendredi 22/04/11 Méthode (1): sélection bibliographique en fonction

Plus en détail

Julien WEGRZYN, Gualter VAZ, Jean-Paul CARRET

Julien WEGRZYN, Gualter VAZ, Jean-Paul CARRET Prothèse totale de hanche sur tumeur PROTH THESE E TOTALE T E DE HANH ANCHE E SUR TUMEUR Julien WEGRZYN, Gualter VAZ, Jean-Paul CARRET Le squelette de la hanche (os iliaque péri-acétabulaire et extrémité

Plus en détail

Cancers des sinus et des fosses nasales

Cancers des sinus et des fosses nasales Chapitre 8 Cancers des sinus et des fosses nasales Les cancers du cavum, sinus et glandes salivaires sont des tumeurs rares selon la définition du REFCOR. Les cancers des sinus de la face représentent

Plus en détail

Programme AcSé. Accès Sécurisé aux Innovations Thérapeutiques Deux études pilotes : AcSé - crizotinib et AcSé - vémurafenib

Programme AcSé. Accès Sécurisé aux Innovations Thérapeutiques Deux études pilotes : AcSé - crizotinib et AcSé - vémurafenib Programme AcSé Accès Sécurisé aux Innovations Thérapeutiques Deux études pilotes : AcSé - crizotinib et AcSé - vémurafenib G. Vassal, J.Y. Blay, C. Cailliot, N. Hoog-Labouret, F. Denjean, M. Jimenez, A.L.

Plus en détail

CAS CLINIQUE 2. 2013 (juin) : patiente toujours en cours de traitement par Létrozole

CAS CLINIQUE 2. 2013 (juin) : patiente toujours en cours de traitement par Létrozole 2008 (décembre) : Patiente de 60 ans Tumorectomie plus curage CAS CLINIQUE 2 carcinome canalaire infiltrant de 2.5 cm, grade 2 RH+ (RO + 100% +++, Allred 8, RP + 80 % ++ Allred 7) Her2-, KI 67 à 18 %,

Plus en détail

Traitement anti-thrombotique suivant la pose d une enprothèse coronarienne chez les patients déjà anticoagulés

Traitement anti-thrombotique suivant la pose d une enprothèse coronarienne chez les patients déjà anticoagulés Traitement anti-thrombotique suivant la pose d une enprothèse coronarienne chez les patients déjà anticoagulés Dr Louis-Philippe Hubert, R1 médecine de famille UMF La Sarre 29 mai 2015 Plan Définition

Plus en détail

LES NOUVEAUX ANTICOAGULANTS

LES NOUVEAUX ANTICOAGULANTS LES NOUVEAUX ANTICOAGULANTS Pr. Alessandra Bura-Rivière, Service de Médecine Vasculaire Hôpital Rangueil, 1 avenue Jean Poulhès, 31059 Toulouse cedex 9 INTRODUCTION Depuis plus de cinquante ans, les héparines

Plus en détail

MIEUX COMPRENDRE VOTRE TRAITEMENT. LA RADIOTHÉRAPIE DES CANCERS DES Voies Aéro-Digestives Supérieures

MIEUX COMPRENDRE VOTRE TRAITEMENT. LA RADIOTHÉRAPIE DES CANCERS DES Voies Aéro-Digestives Supérieures FICHES INFO THERAPIE MIEUX COMPRENDRE VOTRE TRAITEMENT LA RADIOTHÉRAPIE DES CANCERS DES Voies Aéro-Digestives Supérieures Ce document a été élaboré par les membres du bureau de la SFjRO avec l'aide de

Plus en détail

Epidémiologie et stratégie de prise en charge des métastases cérébrales. Henri Roché, Institut Claudius Regaud

Epidémiologie et stratégie de prise en charge des métastases cérébrales. Henri Roché, Institut Claudius Regaud Epidémiologie et stratégie de prise en charge des métastases cérébrales Henri Roché, Institut Claudius Regaud Toulouse, 9 février 2012 Histoire naturelle Les cancers en cause Les éléments de stratégie

Plus en détail

Actualités thérapeutiques dans le VHC : les recommandations de l AFEF Vendredi 8 et samedi 9 avril 2011 à Paris

Actualités thérapeutiques dans le VHC : les recommandations de l AFEF Vendredi 8 et samedi 9 avril 2011 à Paris Actualités thérapeutiques dans le VHC : les recommandations de l AFEF Vendredi 8 et samedi 9 avril 2011 à Paris Des journées scientifiques pour accompagner l arrivée des nouvelles molécules qui vont modifier

Plus en détail

Cancer bronchique primitif: données épidémiologiques récentes

Cancer bronchique primitif: données épidémiologiques récentes Cancer bronchique primitif: données épidémiologiques récentes Pr Jean Trédaniel Service de pneumologie et oncologie thoracique Groupe Hospitalier Paris Saint Joseph Université Paris Descartes Sources Données

Plus en détail

1 of 5 02/11/2012 14:03

1 of 5 02/11/2012 14:03 1 of 5 02/11/2012 14:03 Le cancer du chat par Sandrine Cayet, docteur-vétérinaire Le cancer chez le chat n est pas une fatalité. Un cancer chez le chat, c est comme chez l homme, ça se diagnostique, ça

Plus en détail

Transplantation pulmonaire et mucoviscidose. Optimiser la prise en charge médicale

Transplantation pulmonaire et mucoviscidose. Optimiser la prise en charge médicale Transplantation pulmonaire et mucoviscidose Optimiser la prise en charge médicale Dr Isabelle Danner-Boucher CRCM adulte de Nantes Unité de Transplantation Thoracique 11èmes Journées Scientifiques de la

Plus en détail

Cas clinique 2. Florence JOLY, Caen François IBORRA, Montpellier

Cas clinique 2. Florence JOLY, Caen François IBORRA, Montpellier Cas clinique 2 Florence JOLY, Caen François IBORRA, Montpellier Cas clinique Patient de 60 ans, ATCD: HTA, IDM en 2007, hypercholestérolémie Juin 2008: Toux, dyspnée (sous 02) et anorexie progressive Bilan

Plus en détail

La santé bucco-dentaire au cabinet OMS. Problèmes majeurs. Santé bucco-dentaire et santé générale. Santé. Déterminants sociaux et santé bucco-dentaire

La santé bucco-dentaire au cabinet OMS. Problèmes majeurs. Santé bucco-dentaire et santé générale. Santé. Déterminants sociaux et santé bucco-dentaire La santé bucco-dentaire au cabinet Santé OMS Déterminants sociaux et santé bucco-dentaire Colloque MPr 14 septembre 2011 Dr J-P Carrel Division de stomatologie, chirurgie orale et radiologie dento-maxillo-faciale

Plus en détail

HTA & Diabète Type 2. Pr F. RKIOUAK 04 Rue Honaine N 7 Agdal Rabat Tel/ Fax: 05 37 67 16 67 Urgence: 06 6110 41 29

HTA & Diabète Type 2. Pr F. RKIOUAK 04 Rue Honaine N 7 Agdal Rabat Tel/ Fax: 05 37 67 16 67 Urgence: 06 6110 41 29 HTA & Diabète Type 2 Pr F. RKIOUAK 04 Rue Honaine N 7 Agdal Rabat Tel/ Fax: 05 37 67 16 67 Urgence: 06 6110 41 29 Adipokines: Adverse Cardiometabolic Effects Lipoprotein lipase HTA IL-6 Angiotensinogen

Plus en détail

CANCERS ET RAYONNEMENTS IONISANTS Fortes doses: seconds cancers après radiothérapie

CANCERS ET RAYONNEMENTS IONISANTS Fortes doses: seconds cancers après radiothérapie CANCERS ET RAYONNEMENTS IONISANTS Fortes doses: seconds cancers après radiothérapie Rencontres Nucléaire et Santé 08/02/2013 Pierre BEY Professeur émérite de Cancérologie;Radiothérapie Université de Lorraine

Plus en détail

TECHNIQUES D AVENIR LASER DOPPLER IMAGING LASER DOPPLER IMAGING LASER DOPPLER IMAGING

TECHNIQUES D AVENIR LASER DOPPLER IMAGING LASER DOPPLER IMAGING LASER DOPPLER IMAGING TECHNIQUES D AVENIR Jonathan LONDNER, Aurélie HAUTIER Centre Régional de Traitement des Grands Brûlés Service de chirurgie Plastique, Hôpital de la Conception, Marseille. DIAGNOSTIC DÉTERSION BOURGEONNEMENT

Plus en détail

GORTEC NUMERO. Actualités Protocoles Publications. Arrêt sur image. Le journal du OCTOBRE 2012. Semestriel

GORTEC NUMERO. Actualités Protocoles Publications. Arrêt sur image. Le journal du OCTOBRE 2012. Semestriel Le journal du GORTEC OCTOBRE 2012 Semestriel NUMERO Groupe d Oncologie Radiothérapie Tête Et Cou Actualités Protocoles Publications Arrêt sur image Octobre 2012 sommaire Directeur de la publication Pascale

Plus en détail

http://www.orphan-dev.org

http://www.orphan-dev.org Dr Joëlle MICALLEF CIC, Centre de Pharmacologie Clinique et d Evaluations Thérapeutiques Service de Pharmacologie Médicale & Clinique Assistance Publique - Hôpitaux de Marseille Aix Marseille Université

Plus en détail

Maurene McQuestion, IA, BScN, MSc, CON(C) John Waldron, MD, FRCPC

Maurene McQuestion, IA, BScN, MSc, CON(C) John Waldron, MD, FRCPC Séance plénière 2 : La collaboration interprofessionnelle entre médecins et infirmières Nous examinerons durant cette séance les questions clés liées à la collaboration interprofessionnelle entre médecins

Plus en détail

Le cancer de la bouche, du pharynx et du larynx

Le cancer de la bouche, du pharynx et du larynx Le cancer de la bouche, du pharynx et du larynx (cancers de la sphère ORL) Causes Symptômes Diagnostic Traitement Pronostic Une information de la Ligue suisse contre le cancer Le cancer de la bouche, du

Plus en détail

Dénutrition de la personne âgée en EHPAD

Dénutrition de la personne âgée en EHPAD Dénutrition de la personne âgée en EHPAD CONSTAT DEFINITION DE LA DENUTRITION «La dénutrition est la conséquence d une insuffisance d apport protéique (dénutrition exogène) ou d un hypercatabolisme lié

Plus en détail

Validation clinique des marqueurs prédictifs le point de vue du méthodologiste. Michel Cucherat UMR CNRS 5558 - Lyon

Validation clinique des marqueurs prédictifs le point de vue du méthodologiste. Michel Cucherat UMR CNRS 5558 - Lyon Validation clinique des marqueurs prédictifs le point de vue du méthodologiste Michel Cucherat UMR CNRS 5558 - Lyon Marqueur prédictif - Définition Un marqueur prédictif est un marqueur qui prédit le bénéfice

Plus en détail

Prise en charge de l embolie pulmonaire

Prise en charge de l embolie pulmonaire Prise en charge de l embolie pulmonaire Dr Serge Motte Liège 06.12.14 - Laack TA et Goyal DG, Emerg Med Clin N Am 2004; 961-983 2 PLAN Diagnostic Prise en charge: Phase aiguë: analyse de gravité Choix

Plus en détail

LE CANCER DE L ESTOMAC (CANCER GASTRIQUE)

LE CANCER DE L ESTOMAC (CANCER GASTRIQUE) LE CANCER DE L ESTOMAC (CANCER GASTRIQUE) Docteur Laurianne Jolissaint (CHU Jean Mingoz, Besancon), Docteur Bruno Buecher, (Institut Curie, Paris), & Comité de Rédaction du site web de la Fédération Francophone

Plus en détail

Essais cliniques de phase 0 : état de la littérature 2006-2009

Essais cliniques de phase 0 : état de la littérature 2006-2009 17 èmes Journées des Statisticiens des Centres de Lutte contre le Cancer 4 ème Conférence Francophone d Epidémiologie Clinique Essais cliniques de phase 0 : état de la littérature 2006-2009 Q Picat, N

Plus en détail

Greffe de moelle osseuse: Guérir ou se soigner?

Greffe de moelle osseuse: Guérir ou se soigner? Greffe de moelle osseuse: Guérir ou se soigner? Malika Benkerrou Site de référence pédiatrique national sur la drépanocytose Hôpital Robert Debré, Paris 3èmes Journées de la Drépanocytose en Martinique

Plus en détail

LE FINANCEMENT DES HOPITAUX EN BELGIQUE. Prof. G. DURANT

LE FINANCEMENT DES HOPITAUX EN BELGIQUE. Prof. G. DURANT LE FINANCEMENT DES HOPITAUX EN BELGIQUE Prof. G. DURANT La Belgique (11 millions d habitants) est un pays fédéral. Le financement est organisé au niveau national sauf le financement des infrastructures

Plus en détail

Cécile Bergeron, B. Sc. inf. cécile.bergeron@rrsss16.gouv.qc.ca. Anne Plante, M.Sc. Inf., CSIO, CSIP anne.plante@rrsss16.gouv.qc.

Cécile Bergeron, B. Sc. inf. cécile.bergeron@rrsss16.gouv.qc.ca. Anne Plante, M.Sc. Inf., CSIO, CSIP anne.plante@rrsss16.gouv.qc. Direction québécoise de cancérologie Les pratiques exemplaires en cancérologie Session d information aux nouveaux patients recevant de la chimiothérapie (version abrégée) 30 novembre 2012 Cécile Bergeron,

Plus en détail

Hypertension artérielle et démences. Pr Olivier Hanon, Hôpital Broca, Paris

Hypertension artérielle et démences. Pr Olivier Hanon, Hôpital Broca, Paris Hypertension artérielle et démences Pr Olivier Hanon, Hôpital Broca, Paris Classification des démences Neurology 2009;72:368 374 Newer representation of the overlap and relative distribution of dementia

Plus en détail

Migraine et Abus de Médicaments

Migraine et Abus de Médicaments Migraine et Abus de Médicaments Approches diagnostiques et thérapeutiques des Céphalées Chroniques Quotidiennes Pr D. DEPLANQUE Département de Pharmacologie médicale EA 1046, Institut de Médecine Prédictive

Plus en détail

Essais précoces non comparatifs : principes et calcul du nombre de sujets nécessaire

Essais précoces non comparatifs : principes et calcul du nombre de sujets nécessaire Essais précoces non comparatifs : principes et calcul du nombre de sujets nécessaire Sylvie CHABAUD Direction de la Recherche Clinique et de l Innovation : Centre Léon Bérard - Lyon Unité de Biostatistique

Plus en détail

Chimiothérapie et radiothérapie concomitante Pour les patients ayant un cancer de la tête et du cou

Chimiothérapie et radiothérapie concomitante Pour les patients ayant un cancer de la tête et du cou Chimiothérapie et radiothérapie concomitante Pour les patients ayant un cancer de la tête et du cou Comité de l évolution des pratiques en oncologie (CEPO) Mai 2005 Chimiothérapie et radiothérapie concomitante

Plus en détail

Lecture critique d article ou comment briller en société sans en avoir trop l air

Lecture critique d article ou comment briller en société sans en avoir trop l air Lecture critique d article ou comment briller en société sans en avoir trop l air Réunion Inter-Corevih Basse Normandie - Bretagne Mont Saint-Michel Février 2014 Jean-Marc Chapplain Plan Actualité Dissection

Plus en détail

S. Kernéis, T. Ancelle, V. Naneix-Laroche, N. Amrane, JP. Leroy, T. Hanslik, O. Launay

S. Kernéis, T. Ancelle, V. Naneix-Laroche, N. Amrane, JP. Leroy, T. Hanslik, O. Launay Etude AMARCOR Tolérance et immunogénicité du vaccin contre la fièvre jaune chez des sujets recevant une corticothérapie par voie générale : étude de cohorte observationnelle S. Kernéis, T. Ancelle, V.

Plus en détail

Peut-on ne pas reprendre des marges «insuffisantes» en cas de Carcinome canalaire infiltrant

Peut-on ne pas reprendre des marges «insuffisantes» en cas de Carcinome canalaire infiltrant Peut-on ne pas reprendre des marges «insuffisantes» en cas de Carcinome canalaire infiltrant Institut Cancérologie de l Ouest CHIRURGIE Dr. Isabelle Jaffré CAS CLINIQUE 1 36 ans 90B sans CI radiothérapie

Plus en détail

Cancers du larynx : diagnostic, principes de traitement (145a) Professeur Emile REYT Novembre 2003 (Mise à jour Mars 2005)

Cancers du larynx : diagnostic, principes de traitement (145a) Professeur Emile REYT Novembre 2003 (Mise à jour Mars 2005) Cancers du larynx : diagnostic, principes de traitement (145a) Professeur Emile REYT Novembre 2003 (Mise à jour Mars 2005) Pré-Requis : Anatomie du larynx Physiologie de la phonation et de la déglutition

Plus en détail

CANCERS DES VOIES AERODIGESTIVES SUPERIEURES : GENERALITES. Professeur Claude Beauvillain de Montreuil

CANCERS DES VOIES AERODIGESTIVES SUPERIEURES : GENERALITES. Professeur Claude Beauvillain de Montreuil DC3 - DC4 CANCERS DES VOIES AERODIGESTIVES SUPERIEURES : GENERALITES Professeur Claude Beauvillain de Montreuil On désigne sous le terme de Cancer des Voies Aérodigestives Supérieures (VADS) les cancers

Plus en détail

seminaires iris Comment augmenter la survie des arrêts cardiaques extra hospitaliers?

seminaires iris Comment augmenter la survie des arrêts cardiaques extra hospitaliers? Comment augmenter la survie des arrêts cardiaques extra hospitaliers? Pierre Mols MD PhD Service des Urgences et du SMUR 13 janvier 2015 Predictors of survival from out-of-hospital cardiac arrest: a systematic

Plus en détail

Radiologie Interven/onnelle sur les nodules pulmonaires. J. Palussière, X. Buy Département imagerie

Radiologie Interven/onnelle sur les nodules pulmonaires. J. Palussière, X. Buy Département imagerie Radiologie Interven/onnelle sur les nodules pulmonaires J. Palussière, X. Buy Département imagerie Radiofréquence Interac*on courant électro- magné*que ma*ère agita*on ionique chaleur Coagula*on Nécrose

Plus en détail

Item 145 : Tumeurs malignes de l'oro-pharynx.

Item 145 : Tumeurs malignes de l'oro-pharynx. Item 145 : Tumeurs malignes de l'oro-pharynx. OBJECTIFS savoir diagnostiquer une tumeur de l oropharynx apprécier les signes de gravité et les facteurs pronostiques l'étudiant doit connaître les stratégies

Plus en détail

Essais de recherche de dose: la cancérologie face au reste du monde? Xavier Paoletti Institut Curie, Sce de Biostatistique / Inserm U900

Essais de recherche de dose: la cancérologie face au reste du monde? Xavier Paoletti Institut Curie, Sce de Biostatistique / Inserm U900 Essais de recherche de dose: la cancérologie face au reste du monde? Xavier Paoletti Institut Curie, Sce de Biostatistique / Inserm U900 Des cytotoxiques vers les agents ciblés: un saut méthodologique?

Plus en détail

Cancer de l ovaire. traitements, soins et innovation. traitements adjuvants et de consolidation. www.e-cancer.fr. juin 2009

Cancer de l ovaire. traitements, soins et innovation. traitements adjuvants et de consolidation. www.e-cancer.fr. juin 2009 traitements, soins et innovation juin 2009 recommandations professionnelles Cancer de l ovaire traitements adjuvants et de consolidation COLLECTION recommandations & référentiels RECOMMANDATIONS DE PRISE

Plus en détail

«PRENDRE LE CANCER A LA GORGE»

«PRENDRE LE CANCER A LA GORGE» «PRENDRE LE CANCER A LA GORGE» Sous l égide de Le livre blanc du cancer de la tête et du cou* Un cancer «curable» qui tue plus de la moitié de ceux qui en sont atteints il est temps de faire quelque chose

Plus en détail

Pemetrexed, pionnier de la chimiothérapie histoguidée. Dr Olivier CASTELNAU Institut Arnault TZANCK ST Laurent du Var

Pemetrexed, pionnier de la chimiothérapie histoguidée. Dr Olivier CASTELNAU Institut Arnault TZANCK ST Laurent du Var Pemetrexed, pionnier de la chimiothérapie histoguidée Dr Olivier CASTELNAU Institut Arnault TZANCK ST Laurent du Var SFPO Octobre 2009 EPIDEMIOLOGIE Incidence : 1.35 M par an dans le monde (12,4%) 28 000

Plus en détail

NAVELBINE voie orale

NAVELBINE voie orale DENOMINATION DU MEDICAMENT & FORME PHARMACEUTIQUE NAVELBINE voie orale CARACTERISTIQUES Dénomination commune : vinorelbine Composition qualitative et quantitative : Statut : A.M.M. A.T.U. Classe ATC :

Plus en détail

Faciliter la transition de la guérison à la palliation en favorisant la communication entourant le choix de soins 16 avril 2009 19e congrès du Réseau

Faciliter la transition de la guérison à la palliation en favorisant la communication entourant le choix de soins 16 avril 2009 19e congrès du Réseau Faciliter la transition de la guérison à la palliation en favorisant la communication entourant le choix de soins 16 avril 2009 19e congrès du Réseau de soins palliatifs du Québec, Montréal Julia Sohi

Plus en détail

Quoi de neuf dans la prise en charge du psoriasis?

Quoi de neuf dans la prise en charge du psoriasis? Quoi de neuf dans la prise en charge du psoriasis? Nathalie QUILES TSIMARATOS Service de Dermatologie Hôpital Saint Joseph Marseille Ce que nous savons Le psoriasis Affection dermatologique très fréquente,

Plus en détail

BEST OF XXIII ème Congrès de la STPI Tunis le 19.04.2013

BEST OF XXIII ème Congrès de la STPI Tunis le 19.04.2013 BEST OF XXIII ème Congrès de la STPI Tunis le 19.04.2013 http://www.infectiologie.org.tn Access to Subspecialty Care for Patients With Mobility Impairment: A Survey T. Lagu et al. Ann Intern

Plus en détail

La physique médicale au service du patient: le rôle de l agence internationale de l énergie atomique

La physique médicale au service du patient: le rôle de l agence internationale de l énergie atomique La physique médicale au service du patient: le rôle de l agence internationale de l énergie atomique Ahmed Meghzifene Chef de la Section Dosimétrie et Physique Médicale, Division de la Santé Humaine, Dept

Plus en détail

Équivalence et Non-infériorité

Équivalence et Non-infériorité Équivalence et Non-infériorité Éléments d Introduction Lionel RIOU FRANÇA INSERM U669 Mars 2009 Essais cliniques de supériorité Exemple d Introduction Données tirées de Brinkhaus B et al. Arch Intern Med.

Plus en détail

ANEMIE ET THROMBOPENIE CHEZ LES PATIENTS ATTEINTS D UN CANCER

ANEMIE ET THROMBOPENIE CHEZ LES PATIENTS ATTEINTS D UN CANCER ANEMIE ET THROMBOPENIE CHEZ LES PATIENTS ATTEINTS D UN CANCER Dr Michael Hummelsberger, Pr Jean-Gabriel Fuzibet, Service de Médecine Interne, Hôpital l Archet, CHU Nice 1. ANEMIE L étiologie de l anémie

Plus en détail

IGRT dans le cancer de la prostate

IGRT dans le cancer de la prostate IGRT dans le cancer de la prostate David Ali CORP, 23 sept 2010 1 Q1) Quelle marges prenez-vous pour passer du CTV au PTV pour la radiothérapie exclusive du cancer de la prostate 1) 10mn partout 2) 10mn

Plus en détail

Traitement des hépatites virales B et C

Traitement des hépatites virales B et C Traitement des hépatites virales B et C GFMER Yaoundé 26 Novembre 2007 Dr José M Bengoa foie cirrhotique foie normal Vitesse de développement de la fibrose fibrose VHD VHB VHC années Indications au traitement

Plus en détail

Chapitre II. Étude de risques spécifiques. Risques optiques

Chapitre II. Étude de risques spécifiques. Risques optiques Chapitre II Étude de risques spécifiques Risques optiques L exposition maximale permise (E.M.P.) est le niveau maximal auquel l œil peut être exposé sans subir de dommage immédiat ou à long terme. Cette

Plus en détail

ACCIDENT AUX NOUVEAUX ANTI-COAGULANTS

ACCIDENT AUX NOUVEAUX ANTI-COAGULANTS ACCIDENT AUX NOUVEAUX ANTI-COAGULANTS Btissame Betari Symposium 8 Avril 2014 1 Cas clinique Mr V. 86 ans ATCD : HTA, ACFA traitée par Xarelto Mode de vie : Vit avec sa femme en pavillon Autonome, marche

Plus en détail

Dépistage du cancer du poumon:

Dépistage du cancer du poumon: Dépistage du cancer du poumon: les enjeux Colloque de l Escalade Genève, 5 décembre 2012 Thierry Rochat, Service de Pneumologie, HUG Le cancer bronchique c est déprimant Lors du diagnostic du ca bronchique

Plus en détail

Guide de bonnes pratiques en chirurgie sénologique

Guide de bonnes pratiques en chirurgie sénologique Guide de bonnes pratiques en chirurgie sénologique Pierre Lèguevaque CHU Rangueil Toulouse Intérêt de la démarche qualité: L amélioration de la qualité des pratiques professionnelles est devenue nécessaire

Plus en détail

Les CANCERS DES VOIES AERODIGESTIVES SUPERIEURES GENERALITES

Les CANCERS DES VOIES AERODIGESTIVES SUPERIEURES GENERALITES Les CANCERS DES VOIES AERODIGESTIVES SUPERIEURES GENERALITES OBJECTIFS EDUCATIONNELS - 1- Connaître les données épidémiologiques des cancers des VADS - 2- Les différents éléments cliniques et thérapeutiques

Plus en détail

On peut estimer que l étude

On peut estimer que l étude Etude AIM HIGH : faut-il augmenter un HDL bas et diminuer des triglycérides élevés? Résumé : L étude AIM HIGH (Atherothrombosis Intervention in Metabolic Syndrome with Low HDL/High Triglycerides : Impact

Plus en détail

TRAUMATISME CRANIEN DE L ENFANT : conduite à tenir?

TRAUMATISME CRANIEN DE L ENFANT : conduite à tenir? TRAUMATISME CRANIEN DE L ENFANT : conduite à tenir? H Le Hors-Albouze Urgences pédiatriques Timone enfants Marseille Traumatismes crâniens (TC) de l enfant Grande fréquence même si incidence réelle mal

Plus en détail

ENDERMOTHÉRAPIE THÉRAPIE TISSULAIRE, ARTICULAIRE ET MUSCULAIRE

ENDERMOTHÉRAPIE THÉRAPIE TISSULAIRE, ARTICULAIRE ET MUSCULAIRE ENDERMOTHÉRAPIE THÉRAPIE TISSULAIRE, ARTICULAIRE ET MUSCULAIRE 1 Endermothérapie THÉRAPIE TISSULAIRE, ARTICULAIRE ET MUSCULAIRE DEPUIS PLUS DE 25 ANS, LPG SYSTEMS ACCOMPAGNE LES KINÉSITHÉRAPEUTES DANS

Plus en détail

Stratégie de prise en charge en matière de dénutrition protéino énergétique chez le sujet âgé

Stratégie de prise en charge en matière de dénutrition protéino énergétique chez le sujet âgé Stratégie de prise en charge en matière de dénutrition protéino énergétique chez le sujet âgé Plan Quelles sont les personnes âgées et/ou les situations à risque de dénutrition? Quels sont les outils de

Plus en détail

Qu avez-vous appris pendant cet exposé?

Qu avez-vous appris pendant cet exposé? Qu avez-vous appris pendant cet exposé? Karl VINCENT, DC IFEC 2010 Diplôme Universitaire de Méthodes en Recherche Clinique Institut de Santé Publique d Epidémiologie et de développement ISPED Bordeaux

Plus en détail

P.L.E.A.S.E. Painless Laser Epidermal System Needle-free drug delivery. Arne Heinrich arne.heinrich@pantec-biosolutions.com

P.L.E.A.S.E. Painless Laser Epidermal System Needle-free drug delivery. Arne Heinrich arne.heinrich@pantec-biosolutions.com P.L.E.A.S.E. Painless Laser Epidermal System Needle-free drug delivery Arne Heinrich arne.heinrich@pantec-biosolutions.com Groupe Pantec: 19 ans de tradition en ingénierie avec spécialisation en mécatronique

Plus en détail

Tumeurs Pulmonaires en Imagerie Interventionnelle A Gangi, X Buy, J Palussiere, T. de Baère

Tumeurs Pulmonaires en Imagerie Interventionnelle A Gangi, X Buy, J Palussiere, T. de Baère Tumeurs Pulmonaires en Imagerie Interventionnelle A Gangi, X Buy, J Palussiere, T. de Baère Traitement des tumeurs pulmonaires par RF Chauffage : particularités pulmonaires NICE guidelines RFA LUNG Percutaneous

Plus en détail

Table Ronde N 7 : Evaluation au remboursement des anticancéreux : méthodologie, relation entre quantité d effet et besoin thérapeutique

Table Ronde N 7 : Evaluation au remboursement des anticancéreux : méthodologie, relation entre quantité d effet et besoin thérapeutique Table Ronde N 7 : Evaluation au remboursement des anticancéreux : méthodologie, relation entre quantité d effet et besoin thérapeutique 1 Qu entend on par évaluation au remboursement? L évaluation est

Plus en détail

Vivre en santé après le traitement pour un cancer pédiatrique

Vivre en santé après le traitement pour un cancer pédiatrique LA SANTÉ DENTAIRE SUITE AU TRAITEMENT D UN CANCER PÉDIATRIQUE Le traitement du cancer chez l enfant augmente souvent le risque de problèmes dentaires. Ayant survécu un cancer pédiatrique, il est très important

Plus en détail

avec atteinte ganglionnaire

avec atteinte ganglionnaire Le mélanome avec atteinte ganglionnaire Comprendre La maladie et son traitement Le mélanome avec atteinte ganglionnaire Mieux comprendre votre maladie, pour mieux vivre avec Conseil scientifique en dermatologie

Plus en détail

Dyslipidémies et accidents ischémiques cérébraux. Epidémiologie

Dyslipidémies et accidents ischémiques cérébraux. Epidémiologie Dyslipidémies et accidents ischémiques cérébraux Epidémiologie Cholestérol et accidents ischémiques cérébraux: plan I Lipides et atteintes des grosses artères cérébrales: 4 Epidémiologie lipides et risque

Plus en détail

Dépister oui! Qui? Pourquoi? V Baclet SUMIV/CIDDIST CH Tourcoing 22 octobre 2013 Journée régionale, prévention VIH, hépatites IST (COREVIH)

Dépister oui! Qui? Pourquoi? V Baclet SUMIV/CIDDIST CH Tourcoing 22 octobre 2013 Journée régionale, prévention VIH, hépatites IST (COREVIH) Dépister oui! Qui? Pourquoi? V Baclet SUMIV/CIDDIST CH Tourcoing 22 octobre 2013 Journée régionale, prévention VIH, hépatites IST (COREVIH) * Qu est ce qu une IST? Infection Sexuellement Transmissible

Plus en détail

Suivi ADOM. Claude Boiron Oncologie Médicale

Suivi ADOM. Claude Boiron Oncologie Médicale Suivi ADOM Claude Boiron Oncologie Médicale PLAN 1. Problématiques du traitement anti cancéreux per os 2. Objectifs du suivi ADOM 3. Procédures 4. Bilan Étude observationnelle Étude médico économique Étude

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 2 avril 2014 DERMOVAL, gel flacon de 20 ml (CIP : 34009 326 130 4 5) DERMOVAL 0,05 POUR CENT, crème tube de 10 g (CIP : 34009 320 432 9 3) Laboratoire GLAXOSMITHKLINE

Plus en détail

Prise en charge des dysplasies et carcinomes in situ de la surface oculaire au CHT de Nouvelle-Calédonie

Prise en charge des dysplasies et carcinomes in situ de la surface oculaire au CHT de Nouvelle-Calédonie Prise en charge des dysplasies et carcinomes in situ de la surface oculaire au CHT de Nouvelle-Calédonie Congrès de la SFO Mai 2011 M. Le Loir (Brest), E. Mancel (Nouméa), L.W. Hirst (Brisbane) Dysplasie

Plus en détail

Du sarcome d Ewing et des oscillations des progrès thérapeutiques au gré des «protocoles» de recherche.

Du sarcome d Ewing et des oscillations des progrès thérapeutiques au gré des «protocoles» de recherche. Du sarcome d Ewing et des oscillations des progrès thérapeutiques au gré des «protocoles» de recherche. Nicole Delépine www.nicoledelepine.fr Pourquoi ne pas poursuive ce protocole qui donne plus de huit

Plus en détail

Evaluation de la prime de risques de la vente d une bande d énergie nucléaire

Evaluation de la prime de risques de la vente d une bande d énergie nucléaire 28/3/2011 ANNEXE 6 (Source: Electrabel) Evaluation de la prime de risques de la vente d une bande d énergie nucléaire Si nous vendons une bande d énergie nucléaire à certains clients, que nous garantissons

Plus en détail

LE CHEMINEMENT DES PATIENTS DIAGNOSTIQUÉS AVEC LE CANCER DU SEIN. Nathaniel Bouganim MD FRCPC Medical Oncologist McGill University Health Center

LE CHEMINEMENT DES PATIENTS DIAGNOSTIQUÉS AVEC LE CANCER DU SEIN. Nathaniel Bouganim MD FRCPC Medical Oncologist McGill University Health Center LE CHEMINEMENT DES PATIENTS DIAGNOSTIQUÉS AVEC LE CANCER DU SEIN Nathaniel Bouganim MD FRCPC Medical Oncologist McGill University Health Center Agenda Vue générale du cancer du sein Cas cliniques Adjuvant

Plus en détail

ETABLISSEMENT D ENSEIGNEMENT OU ORGANISME DE FORMATION / UNIVERSITY OR COLLEGE:

ETABLISSEMENT D ENSEIGNEMENT OU ORGANISME DE FORMATION / UNIVERSITY OR COLLEGE: 8. Tripartite internship agreement La présente convention a pour objet de définir les conditions dans lesquelles le stagiaire ci-après nommé sera accueilli dans l entreprise. This contract defines the

Plus en détail

Prescription des IPP en Gériatrie. Journée interrégionale du DESC de Gériatrie 28 mars 2008 Dr SEITE Florent

Prescription des IPP en Gériatrie. Journée interrégionale du DESC de Gériatrie 28 mars 2008 Dr SEITE Florent Prescription des IPP en Gériatrie Journée interrégionale du DESC de Gériatrie 28 mars 2008 Dr SEITE Florent Inhibiteurs de la pompe à protons Mécanisme d action : Inhibition de H+/K+ ATPase diminution

Plus en détail

Anne-Marie Grenier, MD M.Sc. CSPQ FRCPC ASSS de la Mauricie et du Centre-du-Québec

Anne-Marie Grenier, MD M.Sc. CSPQ FRCPC ASSS de la Mauricie et du Centre-du-Québec Lyne Cloutier, RN, Ph.D., Professeure, Université du Québec à Trois-Rivières Denis Leroux, géographe, Ph.D., Professeur, Université du Québec à Trois- Rivières Anne-Marie Grenier, MD M.Sc. CSPQ FRCPC ASSS

Plus en détail