!!!!!!!!! Séminaire d Eté de la SFjRO

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "!!!!!!!!! Séminaire d Eté de la SFjRO"

Transcription

1 # - Pr René-Jean Bensadoun -!!!!!!!!! Le#Mans#! - 27 juin ! Séminaire d Eté de la SFjRO Cancers des Voies aéro-digestives supérieures Soins de Support: - Gestion des effets secondaires aigus et tardifs - Suivi du patient à long terme

2 SOINS DE SUPPORT : GESTION des EFFETS SECONDAIRES AIGUS et TARDIFS

3 -> PRISE EN CHARGE des Effets secondaires aigus -> PREVENTION des Effets secondaires tardifs

4 A PRISE EN CHARGE des Effets PRECOCES Exemple de la Radio-Chimiothérapie concomitante des Cancers des VADS

5 Radiochimiothérapie! Concomitante! (carcinomes!épidermoïdes! localement!avancés!des!voies! Aéro8Diges;ves!Supérieures)!!

6

7

8

9 D après Clifton Ling, Memorial SK, New York Radiothérapie de l oropharynx et du cavum (RT2D, RC3D, RCMI) IMRT 3D CONFORMAL TRADITIONAL Gy PTV BRAINSTEM/SPINAL CORD

10 EFFETS SECONDAIRES PRECOCES (RT/CT ORL)! Perte de poids! Mucite! Epithélite! Neutropénie fébrile! Surinfections! Insuffisance rénale et troubles métaboliques! Troubles digestifs! Oedème laryngé.

11 MISE EN OEUVRE des protocoles de RADIO- CHIMIOTHERAPIE " Notion d'intensité de dose optimale. " Prise en charge des effets secondaires précoces et support nutritionnel : ("Supportive care") => Notion de rapport "coût fonctionnel"/efficacité, => et FAISABILITE ou non du protocole.

12 Op;misa;on!de!la!Prise!en!Charge!Globale!:! SOINS Oncologiques de SUPPORT - SOS (ou Soins d Optimisation Thérapeutique - SOT) " SUPPORT NUTRITIONNEL ++ " ANTALGIQUES (et AINS) " ANTIBIOTIQUES " ANTINAUSEEUX " SOINS LOCAUX " FACTEURS DE CROISSANCE HEMATOPOIETIQUES (G-CSF, GmCSF) " RADIOPROTECTEURS, CHIMIOPROTECTEURS (Ethyol*)???

13 LIMITES " HOSPITALISATION? Alternatives ++ " Compliance, observance, faisabilité " Qualité de vie?.. " Support logistique " Efficacité à long terme " Coût.

14

15

16

17

18 Essai BiRCF phase III : Toxicité précoce Mucite Grade 3 et 4 Bras A : 69,5 % (57/82) dont 91,2% grade 3 (52), 8,8 % grade 4 (5) Bras B : 76,5 % (62/81) dont 91,9% grade 3 (57), 8,1% grade 4 (5) (119/163 : 73% pour les 2 bras) Epithélite Grade 3 (grade 4 : 1 seul cas, bras B) Bras A : 27 % (22/82) Bras B : 38% (30/81) (53/163 : 32,5% pour les 2 bras) Neutropénie G 3 et 4 Bras A : 2% (2/82) Bras B : 33% (27/81) dont 74,1% grade 3 (20/27), 25,9% grade 4 (7/27) (29/163 = 29% pour les 2 bras) Tox digestive (nausées, vom, diarrhée) grade 3 Bras A : 0 Bras B : 5/81 (6%) (5/163 = 3% pour les 2 bras)

19 #Ciblage!an;8REGF!associé!à!la!Radio8 Chimiothérapie!!!(Thérapies!ciblées!et!mucites)! #

20 Protocole CARISSA (ORL post-opératoire) S-2 S-1 S1 L Ma Me J V S D L Ma Me J V S D L Ma Me J V S D RTH!!!!!! CDDP " " Iressa* # # # # # # # # # # # # # # # (bras B seul) S2 S3 S4 L Ma Me J V S D L Ma Me J V S D L Ma Me J V S D!!!!!!!!!!!!!!! " # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # S5 S6 S7 L Ma Me J V S D L Ma Me J V S D L Ma Me J V S D!!!!!!!!!!!!! " # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # # S+1 S+2 S+3 L Ma Me J V S D L Ma Me J V S D L Ma Me J V S D # # # # # # # # # # RTH : 2 Gy/fraction, du lundi au vendredi ; dose totale : 66 Gy (J1 à J45) CDDP : 100 mg/m² J1 J22 J43 Iressa* (bras B seul) : 500 mg/j (2 cp de 250 mg) : (débute 7 j avant J1 Radiothérapie, et se termine 14 j après la dernière séance de radiothérapie).

21 # # #Op;misa;on!de!la!Prise!en!Charge!Globale!du! pa;ent!traité!pour!cancer!orl!:!!!prise!en!charge!de!la!mucite,!notamment!par!laser!de!basse!énergie!(essais!de!phase!iii)!!!traitement!an;8fongique!local!(coordina;on!de!l essai!de!phase!iii!testant!lauriad8loramyc*)!!!renutri;on!entérale!par!gastrostomie!!(essais!de!phase!ii!et!phase!iii).!! " SUPPORT NUTRITIONNEL ++ " ANTALGIQUES (et AINS) " ANTIBIOTIQUES " ANTINAUSEEUX " SOINS LOCAUX " FACTEURS DE CROISSANCE HEMATOPOIETIQUES!

22 1#)#MUCITES#

23 Grade 3 Radiation-Induced Mucositis

24 Grade 3 Chemo-Induced Mucositis

25 INTRODUCTION!(1)! La#Mucite#radio)induite#est#le#plus#important#effet#secondaire#aigu#chez#les# patients#bénéficicant#d une#radiothérapie#pour#tumeur#de#la#tête#et#du#cou.#elle# provoque#des#douleurs,#qui#sont#aggravées#par#la#déglutition#du#patient#et#même# la#parole#ou#la#salication.#à#son#tour#,#l'inflammation#des#muqueuses#augmente#la# sècheresse#de#la#bouche#(xerostomie)#et#le#risque#d'infection#par#voie#orale,#causée# principalement#par#des#agents#pathogènes#opportunistes.#avec#un#fractionnement# conventionnel#(2#gy#/#jour,#5#fractions#par#semaine),#la#mucite#devient#évidente#au# cours#de#la#troisième#semaine#de#l'irradiation#et#progresse#vers#le#degré#3#(plaques# et#ulcérations#confluentes).# Les#ulcères#buccaux#radio)induits#peuvent#donc#apparaître#après#3)4#semaines#de# traitement,#et#leur#évolution#est#progressive#si#la#radiothérapie#n'est#pas#arrêtée.# Avec#un#fractionnement#conventionnel,#une#incidence#de#33#à#49#%#de#mucite# confluente#est#décrite.#la#sévérité#de#la#mucite#est#augmentée#avec#l'introduction# de#fractionnements#modifiés#en#radiothérapie#des#tumeurs#de#la#tête#et#du#cou.# La#chimiothérapie#seule#(ou#en#combinaison#avec#l irradiation)#augmente#le# risque#de#mucite#buccale#chez#les#patients#atteints#de#cancer#(quel#que#soit#le#site# de#la#tumeur#primitive#+#+#).#

26 MUCOSITIS!Today s!pathobiology!perspec;ve!:!! A"Mul&ple"Mechanism"Model!!(d après"s."sonis"et"al)! Initiation RT ROS CT Upregulation Epithelium Macrophages Endothelium Cell Membrane Connective Tissue NF-κB Signaling and Amplification Fibronectin Breaks Up DNA Injury Gene Upregulation Expression of Adhesion Molecules Sphingomyelinase Ceramide Synthase Activates Macrophages Ulceration COX-2 Ceramide Pathway MMP Healing Clonogenic Cell Death IL-1β IL-6 TNF-α Angiogenesis Apoptosis Tissue Injury

27 Initiation MUCOSITIS:!Today s!pathobiology!perspec;ve!!! A"Mul&ple"Mechanism"Model" Upregulation & Message Gen Signaling & Amplification RADIATION Ulceration Healing ROS ROS Outcome: Generation of ROS within cells ROS Direct damage to cells, tissues, & blood vessels Initiation of other biological events ROS ROS ROS 27 CHEMOTHERAPY MASCC 2003

28 Le!Laser!de!basse!énergie!dans!la!prise!en! charge!des!mucites!et!epithélites!radio8!et! chimio8induites!

29 Place du Laser de Basse Energie (LLLT) La# gestion# de# la# mucite# orale# induite# par# l irradiation# est# principalement# dirigée# vers# les# soins# palliatifs# (gestion# des# symptômes,#et#la#prévention#des#infections).## Le# LLLT# a# été# pour# la# 1 ère # fois# rapporté# comme# efficace# pour# réduire#la#gravité#de#la#mucite#buccale#chez#les#patients#recevant# des#doses#élevées#de#5)fluorouracile#(pourreau#schneider)n,#ciais# G.# et# al,# JNCI,# 1992).# L'efficacité# de# cette# méthode# dans# la# prévention# de# la# stomatite# chimio)induite# a# ensuite# été# confirmée# dans# deux# essais# en# double# aveugle# randomisés# prospectifs,# chez# les# patients# bénéficiant# d une# transplantation# de#moelle#osseuse.## Ces# premiers# résultats# et# l'incidence# élevée# de# la# mucite# radio) induites# ont# incité# l initiation# de# plusieurs# essais# multicentriques# randomisés# pour# évaluer# le# LLLT# pendant# la# radiothérapie#(ou#la#radio)chimiothérapie)#des#tumeurs#orl.#

30 Laser de Basse Energie (ou «Soft-Laser» ou «LLLT») Lasers les plus étudiés : (puissance de 10 à 150 mw max) -> Laser Hélium-Néon (He-Ne, λ=632,8 nm) -> Lasers à diode ( λ=de 650 à 905 nm) Aucune toxicité précoce ou tardive (application préventive de lunettes opaques pour protection de la rétine) 3 effets reconnus: - Antalgique - Anti-inflammatoire - Accélération de la cicatrisation : -> par action directe sur le système énergétique mitochondrial («Biostimulation») -> par activation de la transformation des fibroblastes en myofibroblastes. + réduction de la production de radicaux libres par Chimio- ou Radiothérapie.

31

32

33

34

35

36

37

38

39

40

41

42

43

44

45

46 Laser!trans8cutané!830!nm!traitant!la!muqueuse! buccale!(face!int.!joue!g)! Longueur d ondes: 830 nm +++!

47 LLLT: 3 well known effects : - Pain relief - Anti-inflammatory effect - Healing effect (biostimulation) Considering oral Mucositis Prevention, the main interesting effect of LLLT is the Anti-Inflammatory-effect +++

48 LLLT: Local LLLT effects after first irradiation Enhanced effect by repeated irradiation Effects on biochemical inflammatory markers Reduced PGE 2 levels (5) Reduced TNF α levels (2) ( ) Number of controlled laboratory trials verifying results Reduced IL1β levels (3) Reduced COX-2 mrna levels (2) Reduced plasminogen activator levels (1) Found in 21 out of 24 controlled laboratory trials Effect not due to: Endorphin and opioid receptors (2) Effects on cells and soft tissue Reduced oedema formation (7) Reduced hemorrhagic formation (5) Reduced neutrophil cell influx (4) Enhanced local microcirculation (4) Bjordal et al Photomed Laser Surg

49 Influx of neutrophile cells (dark small dots) 4 hours after carrageenan-induced injury (rat-paw) Control Laser Albertini, Martins-Lopes et.al Photobiology & Photochemistry

50 λ: 660 nm λ: 830 nm

51 Systematic#review# (Mucites)#

52 META-ANALYSE La Photomedicine utilisant la thérapie laser de faible énergie (LLLT) devient un traitement de référence dans la prise en charge préventive et thérapeutique de la mucite orale (OM) chez les patients traités pour cancer. Objectif: Définir les paramètres de traitement par LLLT pour l'om de l'étude observationnelle sur les patients subissant une RT pour la tête et du cou (H & N) cancers. Méthodes: méta-analyse portant sur 33 articles comprenant neuf commentaires, six études de cas, et trois études sur les animaux, avec un échantillon final de 11 essais randomisés contrôlés par placebo à partir de 1997 et jusqu'en Des études observationnelles réalisées sur des patients bénéficiant d une RT de la tête et du cou,en utilisant des dispositifs de LLLT intra-buccaux et extra-oraux, ont également été analysées.

53 Low Level Laser Therapy (LLLT) in Cancer therapy-induced Oral Mucositis: 1) A phase III study during H&N Cancer Radiotherapy 2)A Systematic Review 3) New WALT Guidelines in this erea Jan Magnus Bjordal(1, 2), Rene-Jean Bensadoun(3), Rodrigo Álvaro Brandão Lopes-Martins(4), Jan Tùner(5), Antonio Pinheiro(6), Anne Elisabeth Ljunggren(2) 1 - Bergen University College, Institute for Physical Therapy, Bergen - Norway 2 - Section for Physiotherapy Science, Department of Public Health and Primary Health Care, University of Bergen, Bergen - Norway. 3 - University Hospital, Regional Cancer Institute, Department of Radiation Oncology, Poitiers France. 4 - Laboratory of Pharmacology and Experimental Therapeutics, Department of Pharmacology, Institute of Biomedical Sciences, University of São Paulo (USP), São Paulo, SP - Brazil 5 - Grangesberg dental clinic, Sweden 6 - Federal University of Bahia, Brazil.

54 Systematic review 1. Literature search for: Randomised blinded controlled trials 2. Primary outcome measure: Pain and oral mucositis index (OMI) for severity 3. Treatment: LLLT or narrow-band LED irradiation with wavelengths nm and direct exposure of pathology

55 Literature search and exclusion procedure The#literature#search#revealed#33#potentially#relevant#papers.# Of#these,#nine#studies#were#reviews#and#six#studies#were#case# studies,#while#another#three#were#animal#studies.#three# controlled#studies#were#excluded#for#lack#of#randomization,# while#one#study#lacked#a#placebo)control#group.#the# exclusion/#inclusion#procedure#is#described#according#to#the# Quorum#standard#in#figure#1.# The#final#sample#consisted#of#11#randomized#placebo) controlled#trials#published#from#1997#until#2009#with#a#total# of#415#patients.#

56

57

58

59 First author year Patient numbers/ inducing therapy Wavelength nm Laser Output (mw) Spot Size (cm2) Dose (J) Irradiation time (s) Results Cowen (chemo/radio) * +days/omi+ Bensadoun (radiation) pain/omi+ Maiya (radiation) pain/omi+ Schubert (transplant) 650/780 40/ nm only pain+/omi+ Cruz (chemo/child) n.s. Kuhn (chemo) * 6 54 Days+/OMI+ Antunes (transplant) Pain+/WHO+ Genot-Klastersky (chemo) days+/omi+ Kuhn 09 21(chemo/child) days+/omi+ Abramoff (chemo) days+/omi+ Chor (chemo) ? 2 40 days+/- others

60 Therapeutic effect of LLLT in adults in mucositis λ=685 nm, 60 mw, mm2, 2 J, 33 seconds per point, 6 mins per session, every other day for 3 weeks Cowen et al.

61

62 First author year Patient numbers/ inducing therapy Wavelength nm Laser Output (mw) Spot Size (cm2) Dose (J) Irradiation time (s) Results Cowen (chemo/radio) * +days/omi+ Bensadoun (radiation) pain/omi+ Maiya (radiation) pain/omi+ Schubert (transplant) 650/780 40/ nm only pain+/omi+ Cruz (chemo/child) n.s. Kuhn (chemo) * 6 54 Days+/OMI+ Antunes (transplant) Pain+/WHO+ Genot-Klastersky (chemo) days+/omi+ Kuhn 09 21(chemo/child) days+/omi+ Abramoff (chemo) days+/omi+ Chor (chemo) ? 2 40 days+/- others

63 Effects of LLLT in adults on mucositis severity and duration OM severity with or without LLLT : λ=633 nm, 60 mw, 2 J/cm2, 33 seconds per point, 2Joules per point, daily 5 days in 7w Bensadoun et al.

64

65 Figure 2

66 Subgroup!analysis!of!LLLT!wavelength!effects!on!the! rela;ve!risk!for!developing!om! The#subgroup#analysis#revealed#no#heterogeneity# between#trials#for#the#red#(630)670nm)#and#the# infrared#(780)830nm)#subgroups#respectively######(p>#0.21# and#i2<32%),#and#there#were#no#significant#wavelength# differences#in#relative#risks#between#red##at#2.72#(95%# CI:#1.98#to#3.74)#and#infrared#at#3.48#(95%CI:#1.79#to#6.75).# The#results#are#summarized#in#figure#3.##

67 Figure 3

68 Figure!3bis!

69 Effect!of!LLLT!on!the!dura;on!of!OM!(grade!2!or! higher)!during!cancer!therapy! Six#studies#presented#data#for#this#outcome,#and#LLLT# reduced#significatly#the#number#of#days#with#om#grade#2#or# worse#with#a#mean#of#4.38#d#(95%ci:#3.35#to#5.40).## The#results#for#each#individual#study#and#the#combined# results#are#summarized#in#figure#4.#

70 Figure 4

71 Effects!of!LLLT!on! mucosi;s!severity! Six#trials#presented#seven#different# comparisons#of#continuous#data#for#mucositis# severity.#as#the#trials#used#different#mucositis# index#scales,#the#combined#results#were#only# calculated#as#the#standardized#mean# difference#(smd).## The#combined#SMD#effect#size#was#1.33#(95%# CI:#0.68#to#1.98)#and#corresponding#to#a#very# good#effect.#the#results#for#each#trial#and#the# combined#effect#size#are#presented#in#figure#5.#

72 Figure 5

73 Pain8relieving!effect!of!LLLT! in!oral!mucosi;s! Four#trials#reported#continuous#data#on#pain#intensity# from#different#scales.## The#combined#analysis#revealed#a#significant#effect#of# LLLT#with#an#SMD#at#1.22#(95%#CI:#0.19#to#2.25),#but#also# significant#heterogeneity#caused#by#one#trial#(maiya#2006)# (see#figure#6).#this#trial#differed#clinically#from#the#other# trials#by#a#considerably#longer#treatment#period#of#6# weeks,#while#the#other#studies#lasted#2)3#weeks.#removal# of#this#study#restored#homogeneity#(i2=#0%#and#p=0.58),# and#reduced#the#effect#size#to#0.61#but#now#with#narrow# confidence#intervals#(95%ci:#0.29#to#0.94).#

74 Figure 6

75 In!Summary:!

76 Results:#Meta)analysis#showed#LLLT#in#the#prevention##with#an# RR#2.45#(CI#1.85)3.18),#duration#and#severity#of#OM#reduced#and# the#number#of#days#with#om#significantly#reduced#(4.38#days,# p=0,0009.## No#heterogeneity#between#trials#on#the#red#(630)670#nm)#and# infrared#(780)830#nm)#subgroups.#pain)relieving#effect#based# on#smd#was#at#1.22#(ci#0.19)2,25).## Nil#complications#or#adverse#side#effects#of#LLLT#reported.## We#recommend#the#output#of#diode#between#10)150mW;#dose# of#2)3#joules#for#prophylaxis#and#no#less#than#4#joules#for# therapeutic#effect;#application#on#single#spot#rather#than# scanning.#also#to#follow#are#a#simple#formula,&t(s)&=&d&(joules)&x& Surface&(cm²)&/&Power&(W).## Lesions#must#be#evaluated#by#a#trained#clinician#and#therapy# should#be#repeated#daily#or#every#other#day#or#a#minimum#of# three#times#per#week#until#resolution.##

77 Side8effects!of!LLLT! beyond&those&reported&for&placebo&lllt.## On#the#contrary,#several#trials#reported#that# LLLT#was#well#tolerated#among#patients.#

78 Preventive use of wavelength-specific dark goggles LLLT Side Effects??

79

80 Conclusions 1. There is moderate to strong evidence of a dose-dependent LLLT effect which is significantly better than placebo in relieving pain and severity of oral mucositis. 2. The use of J/cm 2 causes confusion and should be substituted with energy doses in Joules. Wavelengths of nm and nm should be preferred. 3. Optimal procedures should cover all of the oral lesions with irradiation exceeding 30 seconds/1-4 Joules per point, placed 1-2 cm apart. Treament sessions should be performed 3-5 days per week before, or during chemotherapy/radiotherapy.

81 Conclusion!(2),!and!WALT!Guidelines!(1)! This#systematic#review#has#revealed#moderate#to#strong#evidence#for#the# efficacy#of#lllt#in#the#prevention#of#cancer#therapy)induced#oral#mucositis.#in# the#guidelines#from#the#american#cancer#society,#the#evidence#behind#lllt#is# characterized#as#promising,#but#conflicting#evidence,#with#large#operator# variability#and#cost#variability.### Our#analysis#show#that#fairly#inexpensive#diode#lasers#(from#$2500)#with#low# optical#outputs#(10)100mw)#can#be#used#with#similar#success#as#the#more# expensive#gas#lasers#(he/ne)#which#were#used#in#the#early#trials.#however,# diode#laser#have#longer#coherence#lengths,#which#seems#to#require#slightly# higher#doses#for#optimal#effects#in#other#oral#inflammatory#disorders#like# gingivitis.## After#exploring#the#apparent#discrepancies#of#the#material,#our#subgroup# analyses#revealed#plausible#causes#for#the#few#conflicting#results.#the# misunderstandings#caused#by#reporting#lllt#doses#in#j/cm2#with#small#laser# spot#sizes#led#to#under)dosing#in#one#trial.#our#analyses#showed#that#there#is# scientific#evidence#with#meta)analyses#and#narrow#confidence#intervals#from# high#quality#randomized#placebo)controlled#trials.#from#this#evidence#we# gather#that#a#fairly#simple#treatment#procedure#can#be#synthesized:#lllt# should#be#performed#with#diode#laser#outputs#of#10)100mw#in#a#stationary# manner#(not#scanning)#with#a#minimum#irradiation#time#of#30#seconds#per# point#and#a#dose#of#2)3#joules#for#red#wavelengths#or#6#joules#for#infrared# wavelengths.#

82 WALT!Guidelines!(2)! Between#6#and#20#points#should#be#covered#depending#on#the#severity#and# distribution#of#mucositis#in#the#oral#cavity.#lesions#and#inflammatory#areas# should#be#specifically#targeted#for#the#laser#irradiation,#and#treatment#can#be# applied#daily#or#every#other#day.#our#findings#relate#well#to#the#emerging#lllt# evidence#in#other#inflammatory#conditions#such#as#rheumatoid&arthritis&and# acute&postoperative&pain.## The#optimal#clinical#doses#found#in#the#current#review,#are#in#the#same#range#as# those#previously#found#for#rheumatoid#arthritis#and#postoperative#pain.#it#is#also# interesting#to#note#that#the#variety#of#different#cancer#therapies#involved#in#the# included#trials#did#not#seem#to#seriously#interfere#with#the#beneficial#effects#of# LLLT.#How#LLLT#efficacy#compares#to#the#efficacy#of#various#pharmacological# agents#in#controlling#oral#mucositis#is#outside#the#scope#for#this#review.## In#terms#of#side)effects,#LLLT#was#very#well#tolerated#with#hardly#any#withdrawals# due#to#adverse#events,#and#no#serious#incidents#were#reported.##

83 MASCC Mucositis Guidelines 2007 (Cancer 2007 Mar 1;109(5):820-31): Updated MASCC/ISOO Mucositis Guidelines 2011: LLLT -> Level of Evidence II, Grade of Recommendation B (both for BMT and H&N Cancer patients)!!! (Supp Care Cancer 2011, in press) + ESMO Mucositis Guidelines 2011 (same recommandation)

84 Conclusion: Il est mis en évidence par cette méta-analyse qu il existe un effet modéré, mais à fort niveau de preuve, du Laser de Basse Energie (LLLT) dans la prévention et le traitement de la mucite buccale induite par les traitements du cancer, effet uniquement présent avec des doses optimales de LLLT. Il s agit de plus d une méthode sûre, et relativement peu coûteuse

85

86 2#)#Epithélites#

87

88

89 Epithélite aigüe sévère

90 Effet du laser sur l épithélite

91 Laser cutané

92 -Daily baseline skin care in the prevention, treatment, and supportive care of skin toxicity in oncology patients: recommendations from a multinational expert panel. Bensadoun RJ, Humbert P, Krutman J, Luger T, Triller R, Rougier A, Seite S, Dreno B. Cancer Manag Res Dec 9;5: Clinical practice guidelines for the prevention and treatment of acute and late radiation reactions from the MASCC Skin Toxicity Study Group. Wong RK, Bensadoun RJ, Boers-Doets CB, Bryce J, Chan A, Epstein JB, Eaby-Sandy B, Lacouture ME. Support Care Cancer Oct;21(10): Bio-radiation dermatitis: the need of a new grading: in regard to Bernier et al: Ann Oncol 2011; 22(10): Russi EG, Bensadoun RJ, Merlano MC, Bourhis J, Ricardi U, Giralt J, Pinto C, Budach W, Corvò R, Lacouture ME, Bernier J. -[Cutaneous adverse reactions of EGFR (epidermal growth factor receptor)-inhibitors: therapeutic algorithm of the French PROCUR group]. Bachmeyer C, Reguiaï Z, Peuvrel L, Bachet JB, Bensadoun RJ, Ychou M, André T, Bouché O, Dréno B. Bull Cancer May;100(5): Algorithm for dermocosmetic use in the management of cutaneous side-effects associated with targeted therapy in oncology. Dreno B, Bensadoun RJ, Humbert P, Krutmann J, Luger T, Triller R, Rougier A, Seité S. J Eur Acad Dermatol Venereol Sep;27(9): Management of cutaneous adverse events induced by anti-egfr (epidermal growth factor receptor): a French interdisciplinary therapeutic algorithm. - Reguiai Z, Bachet JB, Bachmeyer C, Peuvrel L, Beylot-Barry M, Bezier M, Boucher E, Chevelle C, Colin P, Guimbaud R, Mineur L, Richard MA, Artru P, Dufour P, Gornet JM, Samalin E, Bensadoun RJ, Ychou M, André T, Dreno B, Bouché O. Support Care Cancer Jul;20(7): Folliculitis induced by EGFR inhibitors, preventive and curative efficacy of tetracyclines in the management and incidence rates according to the type of EGFR inhibitor administered: a systematic literature review. Bachet JB, Peuvrel L, Bachmeyer C, Reguiai Z, Gourraud PA, Bouché O, Ychou M, Bensadoun RJ, Dreno B, André T. Oncologist. 2012;17(4): Semiology of skin toxicity associated with epidermal growth factor receptor (EGFR) inhibitors. Peuvrel L, Bachmeyer C, Reguiai Z, Bachet JB, André T, Bensadoun RJ, Bouché O, Ychou M, Dréno B. Support Care Cancer May;20(5): Survey on the management of skin toxicity associated with EGFR inhibitors amongst French physicians. Peuvrel L, Bachmeyer C, Reguiai Z, Bachet JB, André T, Bensadoun RJ, Bouché O, Ychou M, Dréno B; Regional expert groups PROCUR. J Eur Acad Dermatol Venereol Apr;27(4): Clinical practice guidelines for the prevention and treatment of EGFR inhibitor-associated dermatologic toxicities. Lacouture ME, Anadkat MJ, Bensadoun RJ, Bryce J, Chan A, Epstein JB, Eaby-Sandy B, Murphy BA; MASCC Skin Toxicity Study Group. Support Care Cancer Aug;19(8):

93

94

95 B - EFFETS SECONDAIRES TARDIFS: PREVENTION et PRISE en CHARGE

96 EFFETS SECONDAIRES TARDIFS! xérostomie ++! atteintes muqueuses! atteintes cutanées, sous-cutanées, et musculaires! trismus! dysphagie! troubles dentaires (odontonécroses)! atteintes neurologiques! atteintes osseuses (ostéoradionécroses)! fonctions de déglutition, de phonation => qualité de vie => vie de relation => réinsertion sociale.

97 !! Op;misa;on!de!la!Radiothérapie! des!cancers!des!voies! Aéro8Diges;ves!Supérieures!

98 RCMI!ORL" " Résultats"sur"la"préserva&on"salivaire!"

99 D après Clifton Ling, Memorial SK, New York Radiothérapie de l oropharynx et du cavum (RT2D, RC3D, RCMI) IMRT 3D CONFORMAL TRADITIONAL Gy PTV BRAINSTEM/SPINAL CORD

100 Fonction Salivaire avec stimulation (RCMI vs RC3D) 3 mois p=0, mois p=0,05 18 mois p=0,04

101

102

103

104 La Biologie: Facteurs prédictifs biologiques de radiosensibilité (oncogénétique, polymorphismes constitutionnels )

105 PROJET!PHRC!2007!:! " "«"Etude"des"polymorphismes"géné&ques"individuels"visEàEvis"de"la" toxicité"et"de"la"sensibilité"à"la"radioechimiothérapie"dans"les"cancers"des" voies"aéroediges&ves"supérieures"»"!8>!recherche!de!facteurs!moléculaires!individuels!prédic;fs!de!la!réponse!aux!traitements!et/ou! prédic;fs!de!leur!toxicité.!! " Polymorphismes!cons;tu;onnels!des!gènes!poten;ellement!!liés!à!la!RADIOSENSIBILITÉ!(familles! ERCC!et!XRCC!essen;ellement)!:!!!ERCC1,!ERCC2,!ERCC581,!ERCC582,!XRCC1!(gènes!liés!à!la!répara;on!de!l ADN)!! Gènes!poten;ellement!liés!à!la!sensibilité!aux!chimiothérapies!:! 5FU!:!TS!(thymidilate!synthase)! Taxotère!:!MDR1! Cispla;ne!:!GST!π!(glutathion!transférase)! Cetuximab!:!REGF!;!récepteurs!aux!fragments!Fc!!sur!les!cellules!de!l immunité!(nk!&!macrophages)!:!fc! γ!rii!&!iii.!

106 " Ceme!étude!est!réalisée!en!2!temps!:!!! Nous!testons!tout!d'abord!les!valeurs!prédic;ves!de!sensibilité!de!ces!gènes!sur!une! popula;on!rétrospec;ve!dont!nous!disposons!(pa;ents!niçois!des!essais!«!bircf!»! phase!ii!et!phase!iii).!!! Dans!un!second!temps,!nous!validerons!les!gènes!mis!en!évidence!dans!une!popula;on! prospec;ve!(essais!coopéra;fs!de!radio8chimiothérapie!des!carcinomes!des!vads!localement! avancés!gortec! !et!gortec! ).!!! Le!critère!de!jugement!principal!est!le!contrôle!loco8régional!(taux!de!réponse)!à!6!mois! après!la!fin!du!traitement.!! Les!critères!secondaires!sont!la!survie!spécifique!et!la!tolérance.!!! L analyse!de!ces!polymorphismes!géné;ques!cons;tu;onnels!est!réalisée!à!par;r! d une!simple!prise!de!sang!effectuée!avant!l ini;a;on!du!traitement.#

107 NOTION DE «QUALITE de SOINS» : " OBTENIR UNE EFFICACITE MAXIMALE (DOSE, ADMINISTRATION, et CHOIX du TRAITEMENT), avec : une BONNE COMPLIANCE du PATIENT au traitement ; le MOINS POSSIBLE D EFFETS SECONDAIRES (précoces et tardifs). «Doing the right thing right»

108 SUIVI A LONG TERME

109 Bilan Carcinologique d évaluation post-traitement

110 Dépistage des récidives locales et régionales, et des localisations métachrones ORL

111

112 VECU du PATIENT (témoignages..)

113 TEMOIGNAGES: 1) Mr C., 63 ans, traité en 1994 vient de fêter ses 5 ans de contrôle (T4N2c basi-lingual, peu de facteurs de risques alcoolo-tabagiques, mais une exposition prolongée à des produits chimiques industriels dans son métier d ingénieur chimiste, en Italie et à travers le Monde). Il est vu en bonne forme physique et morale, avec beaucoup de projets personnels, et comme il le dit lui-même une «nouvelle énergie dans la vie». Il avoue même devant sa compagne que la maladie l a rendu meilleur, meilleur notamment dans sa façon d appréhender la vie, et ses proches. Il est redevenu le grand gourmet qu il était, même si les aliments les plus épicés et les plus acides posent encore problème. L hyposialie reste présente de grade I, mais le patient dit s y être bien habitué et module son alimentation et sa façon de manger en conséquence. Les substituts salivaires ont été stoppés. Il n y a aucune séquelle trophique ni dysphagie ou dysphonie persistante. Pas de limitation à l ouverture buccale, pas de sclérose cutanée ou souscutanée. A retrouvé son poids antérieur depuis 2 ans. Mr C. garde un souvenir ému mais difficile de son trt combiné radio-chimiothérapique. Notamment, l annonce du 3 ème cycle en dernière semaine de trt reste un souvenir toujours angoissant pour le patient. Il espérait réellement en être dispensé... A 5 ans du traitement, il note une amélioration de la sècheresse buccale, et aussi une diminution de l oedème labial (qui a quasiment disparu) et sousmental. Il se dit non limité dans ses activités et dans sa vie sociale, et a décidé de profiter (enfin) de la vie : il vient de fêter ses «5 ans» en s offrant une voiture de luxe, et apparaît très proche de sa compagne, avec de nombreux projets de voyages. Il passe du temps également à confectionner différentes spécialités culinaires italiennes, à partir des plantes et produits de son jardin. 2) Mr F., 67 ans, traité en 1995, ancien horticulteur, vient à chacune de ses consultations avec quelques roses de la propriété familiale. Il est peu prolixe à l interrogatoire, bien que très reconnaissant voire affectueux. Il dit toujours «tout va bien», même si à l examen persiste une limitation modérée à l ouverture buccale et une sècheresse linguale et oropharyngée grade II. A eu il y a 2 ans une réfection chirurgicale par petit lambeau d une nécrose muqueuse limitée palatine postérieure. Résultat parfait, aucune gêne résiduelle. 3) Mme L., 57 ans, T4N2c basi-lingual en 1995, est en pleine forme. A retrouvé le poids de ses 20 ans, et avec son époux, s occupe activement de diverses associations, et a assisté et participé à plusieurs réunions sur le Cancer, notamment en notre présence. Alors que les réactions précoces et sub-aiguës avaient été assez vives chez cette patiente, elle ne présente à 4 ans aucune séquelle notable de la radiochimiothérapie, notamment sur le plan de l hyposialie et du goût. 4) Mr A., 5x ans, homosexuel, en état cachectique lors du diagnostic initial, est parfaitement contrôle à plus de 3 ans d une BPTM de rattrapage pour suspicion de reliquat tumoral ulcéré oropharyngé (anapath : radionécrose remaniée). 5) Mr V., ouvrier agricole, toujours accompagné de ses patrons, présente un trismus relativement serré à 2 cm. Il est contrôlé après avoir eu une chimio de rattrapage pour suspicion de récidive linguale. 6) Mr F., 6x ans, premier patient traité dans le protocole de phase II, en sept. 92 (7 ans de recul), vit toujours entre Belfort et Nice. Il n a pas réellement modifié sa façon de vivre, bohème et tabagique «comme aux plus beaux jours». Sa fille, qui est une de nos connaissances, nous dit avoir retrouvé son père tel qu il était avant sa maladie, même si à l examen on retrouve une atrophie massétérine modérée, sans limitation à l ouverture buccale ; Il n y a pas d hyposialie résiduelle, mais le patient présente toujours par intermittences des candidoses linguales traitées par Triflucan. Il ne porte aussi que par intermittences ses prothèses dentaires complètes haut et bas, qui sont assez mobiles, du fait de l atrophie gingivale ; La sclérose cervicale est de grade I à II avec «petit coup fin» sans trouble trophique associé ni dysphagie. A retrouvé son poids antérieur, le goût complet des aliments (du vin et de la bière), et a repris sa vie de semi-marginal (au grand dam de ses filles...).

La LASERTHERAPIE. Lasertherapie à l Institut Jules Bordet. Dr. M-T Genot

La LASERTHERAPIE. Lasertherapie à l Institut Jules Bordet. Dr. M-T Genot La LASERTHERAPIE Lasertherapie à l Institut Jules Bordet G Dr. M-T Genot Laser = Light Amplification by Stimulated Emission of Radiation Laser de basse énergie ou Laser froid ou LLL( low level laser) Propriétés:

Plus en détail

Mucite buccale et Thérapies ciblées Cas Clinique: Stomatite sous Everolimus(Afinitor*) Traitement préventif et curatif Place du Laser de Basse Energie

Mucite buccale et Thérapies ciblées Cas Clinique: Stomatite sous Everolimus(Afinitor*) Traitement préventif et curatif Place du Laser de Basse Energie Mucite buccale et Thérapies ciblées Cas Clinique: Stomatite sous Everolimus(Afinitor*) Traitement préventif et curatif Place du Laser de Basse Energie René-Jean Bensadoun CHU de Poitiers Cas Clinique Patiente

Plus en détail

Place des Dermo-Cosmétiques dans la prise en charge préventive et curative des effets secondaires cutanés des traitements anti-cancéreux

Place des Dermo-Cosmétiques dans la prise en charge préventive et curative des effets secondaires cutanés des traitements anti-cancéreux Place des Dermo-Cosmétiques dans la prise en charge préventive et curative des effets secondaires cutanés des traitements anti-cancéreux René-Jean Bensadoun CHU de Poitiers LE GROUPE ESKIMO European SKIn

Plus en détail

The Importance of GSF s in Oncology - Should the Present Guidelines be Modified? Prof. Jean Klastersky Institut Jules Bordet Brussels, Belgium

The Importance of GSF s in Oncology - Should the Present Guidelines be Modified? Prof. Jean Klastersky Institut Jules Bordet Brussels, Belgium The Importance of GSF s in Oncology - Should the Present Guidelines be Modified? Prof. Jean Klastersky Institut Jules Bordet Brussels, Belgium Febrile Neutropenia (fever > 38 C + neutropenia < 500xmm

Plus en détail

Essais cliniques : Voies Aérodigestives et ORL

Essais cliniques : Voies Aérodigestives et ORL Essais cliniques : Voies Aérodigestives et ORL Sommaire des protocoles Page Carcinome des voies aérodigestives supérieures - GORTEC 2004-01 - IMRT Étude randomisée de phase 3 comparant la radiothérapie

Plus en détail

Chimiothérapie d induction pour les carcinomes épidermoïdes T3 oropharyngés : analyse de la littérature

Chimiothérapie d induction pour les carcinomes épidermoïdes T3 oropharyngés : analyse de la littérature Chimiothérapie d induction pour les carcinomes épidermoïdes T3 oropharyngés : analyse de la littérature Dominique de Raucourt 1 / xx 2 / xx Particularités des T3 oropharyngés! " Accessibles le plus souvent

Plus en détail

Chimiothérapie : quel bénéfice? Chimiothérapie : quel bénéfice? Survie globale

Chimiothérapie : quel bénéfice? Chimiothérapie : quel bénéfice? Survie globale 100 90 80 Chimiothérapie : quel bénéfice? Survie globale Différence : 4 % (p < 0.0001) MACH-NC Meta-Analysis of Chemotherapy in Head & Neck Cancer % Control CT 70 60 50 40 30 20 10 0 54 % 50 % 36 % 32

Plus en détail

Fréquence de la fatigue

Fréquence de la fatigue Autres causes de Fatigue TAO Vendredi 21 Novembre 2014 Joly F, MD PHD, Oncologie médicale, Caen Centre François Baclesse - CHU 1 / xx Fréquence de la fatigue Initiale En cours de traitement Post traitement

Plus en détail

Présenté par Mélanie Dessureault, inf. clin. et Caroline Fortin, AIC radio-oncologie

Présenté par Mélanie Dessureault, inf. clin. et Caroline Fortin, AIC radio-oncologie Présenté par Mélanie Dessureault, inf. clin. et Caroline Fortin, AIC radio-oncologie Quiz de la radio-oncologie Rôle de l infirmière en radio-oncologie Mise en contexte (création des outils) Premier outils:

Plus en détail

Prise en charge bucco-dentaire en Oncologie

Prise en charge bucco-dentaire en Oncologie Réunion régionale Oncomip Soins Oncologiques de Support Prise en charge bucco-dentaire en Oncologie Dr Emmanuelle Vigarios MCU PH IUCT-O Consultation multidisciplinaire des pathologies de la muqueuse buccale

Plus en détail

Enjeux de la nutrition en cancérologie digestive

Enjeux de la nutrition en cancérologie digestive Enjeux de la nutrition en cancérologie digestive Dr L Garin et Dr D Picot 05 février 2010 Journée de cancérologie digestive de l ouest Pour le médecin m : la perte de poids fait partie des critères res

Plus en détail

Diététique et pathologies des voies aéro-digestives supérieures. Laurence Lefèbvre Diététicienne Hôpital ERASME

Diététique et pathologies des voies aéro-digestives supérieures. Laurence Lefèbvre Diététicienne Hôpital ERASME Diététique et pathologies des voies aéro-digestives supérieures Laurence Lefèbvre Diététicienne Hôpital ERASME Les V.A.D.S. : schéma Pathologies des VADS: Pathologies cancéreuses (le + svt) ou non reliées

Plus en détail

PROCEDURE PREVENTION ET TRAITEMENT DES MUCITES BUCCALES CHIMIO ET/OU RADIO INDUITES

PROCEDURE PREVENTION ET TRAITEMENT DES MUCITES BUCCALES CHIMIO ET/OU RADIO INDUITES PROCEDURE PREVENTION ET TRAITEMENT DES MUCITES BUCCALES CHIMIO ET/OU RADIO INDUITES DIFFUSION : Groupe de Prévention des Infections en Cancérologie PO GPIC N 000 VERSION N 01 Date :11/07/2011 Page 1/13

Plus en détail

Radiothérapie dans le cancer du col utérin. A. BENIDER Cours d université d été DOURDAN 2009

Radiothérapie dans le cancer du col utérin. A. BENIDER Cours d université d été DOURDAN 2009 Radiothérapie dans le cancer du col utérin A. BENIDER Cours d université d été DOURDAN 2009 Évolution des idées dans le traitement des cancers du col utérin 19 siècle: chirurgie traitement de base 20 siècle:

Plus en détail

en oncologie thoracique

en oncologie thoracique Les facteurs de croissance en oncologie thoracique Stéphanie LOZANO 17 10 2008 Toxicité hématologique de la chimiothérapie Toxicité limitante Concerne de nombreux cytotoxiques Touche toutes les lignées

Plus en détail

La radiothérapie a été longtemps utilisée comme seul traitement locorégional des formes avancées de cancer du sein L expérience acquise permet de

La radiothérapie a été longtemps utilisée comme seul traitement locorégional des formes avancées de cancer du sein L expérience acquise permet de Radiothérapie dans la stratégie néoadjuvante Alain Fourquet Département de Radiothérapie Oncologique Introduction La radiothérapie a été longtemps utilisée comme seul traitement locorégional des formes

Plus en détail

LA MUCITE. Brigitte Boulangier 15 mai 2012

LA MUCITE. Brigitte Boulangier 15 mai 2012 LA MUCITE Brigitte Boulangier 15 mai 2012 Définition et stades La mucite est une inflammation des muqueuses; elle peut s étendre de la bouche à tout le système digestif. La mucite buccale est un effet

Plus en détail

Second cancer après radiothérapie mammaire

Second cancer après radiothérapie mammaire Second cancer après radiothérapie mammaire Sophie Guillerm, service de radiothérapie, Hôpital St Louis Florence Coussy, service d oncologie, Institut Curie Vendredi 25/09/2015 Introduction incidence nombre

Plus en détail

Utilisation des Facteurs de Croissance Hématopoïètiquestiques en Oncologie

Utilisation des Facteurs de Croissance Hématopoïètiquestiques en Oncologie Utilisation des Facteurs de Croissance Hématopoïètiquestiques en Oncologie Médicale R.Sai, K.Bouzid Service d Oncologie d Médicale, M E.H.S Centre P & M Curie, Alger introduction Chimiothérapie anti-canc

Plus en détail

B. Lueza, G Le Teuff, J.P Pignon, D. De Ruysscher, C. Le Pechoux

B. Lueza, G Le Teuff, J.P Pignon, D. De Ruysscher, C. Le Pechoux Hétérogénéité inter et intra-sous groupes d essais pour explorer l hétérogénéité globale Un exemple de méta-analyse sur données individuelles dans le traitement des cancers bronchiques B. Lueza, G Le Teuff,

Plus en détail

La radiothérapie. Définition = utilisation des rayonnements ionisants à des fins thérapeutiques

La radiothérapie. Définition = utilisation des rayonnements ionisants à des fins thérapeutiques La radiothérapie La radiothérapie Définition = utilisation des rayonnements ionisants à des fins thérapeutiques Radiothérapie externe Curiethérapie Radiothérapie métabolique = médecine nucléaire Traitement

Plus en détail

Traitement standard des GBM: ASTRO 2010: - Nombreuses études rétrospectives - Quelques études cliniques préliminaires

Traitement standard des GBM: ASTRO 2010: - Nombreuses études rétrospectives - Quelques études cliniques préliminaires Tumeurs primitives Traitement standard des GBM: - Résection aussi complète que possible - Bénéfice de la RCT postopératoire - Patients les plus âgés?? (50% > 65 ans) - Quid du TMZ?? ASTRO 2010: - Nombreuses

Plus en détail

Indications de la radiothérapie

Indications de la radiothérapie traitements, soins et innovation MAI 2009 Indications de la radiothérapie CANCER Des vads COLLECTION recommandations & référentiels OUTIL D AIDE À LA DÉCISION CONSENSUS D EXPERTS À PARTIR DE RECOMMANDATIONS

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 8 septembre 2010

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 8 septembre 2010 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 8 septembre 2010 Examen du dossier de la spécialité inscrite pour une durée de 5 ans à compter du 4 juillet 2005 (JO du 14 juillet 2005) FASLODEX 250 mg/5 ml, solution

Plus en détail

Cancer de l endomètre localisé à haut risque. Arnaud BEDDOK DES oncologie - radiothérapie Tutrices: Dr RAMDANE, Dr BIHAN

Cancer de l endomètre localisé à haut risque. Arnaud BEDDOK DES oncologie - radiothérapie Tutrices: Dr RAMDANE, Dr BIHAN Cancer de l endomètre localisé à haut risque Arnaud BEDDOK DES oncologie - radiothérapie Tutrices: Dr RAMDANE, Dr BIHAN Plan Introduction: de quoi parle t on? Cas clinique: Mme L 76 ans Recommandations

Plus en détail

Bases de la radiothérapie externe Particularités du sujet âgé. Dr Françoise Pêne

Bases de la radiothérapie externe Particularités du sujet âgé. Dr Françoise Pêne Bases de la radiothérapie externe Particularités du sujet âgé Dr Françoise Pêne 10 FEVRIER 2012 Bases de la Radiothérapie Historique - 1895 : rayons X (Röntgen) - 1896 : radioactivité (Becquerel) - 1898

Plus en détail

CROHN'S DISEASE MANAGEMENT AFTER INTESTINAL RESECTION: A RANDOMISED TRIAL. De Cruz, P. et al. The Lancet. December 24, 2014.

CROHN'S DISEASE MANAGEMENT AFTER INTESTINAL RESECTION: A RANDOMISED TRIAL. De Cruz, P. et al. The Lancet. December 24, 2014. CROHN'S DISEASE MANAGEMENT AFTER INTESTINAL RESECTION: A RANDOMISED TRIAL De Cruz, P. et al. The Lancet. December 24, 2014. DUVEAU Nicolas Bibliographie janvier 2015 Maladie de l Appareil Digestif CHRU

Plus en détail

«NUTRITION ET VIEILLISSEMENT» Christine Bachir-bey Cadre de santé formateur DU gérontologie Master en gérontologie Oct 2013

«NUTRITION ET VIEILLISSEMENT» Christine Bachir-bey Cadre de santé formateur DU gérontologie Master en gérontologie Oct 2013 «NUTRITION ET VIEILLISSEMENT» Christine Bachir-bey Cadre de santé formateur DU gérontologie Master en gérontologie Oct 2013 INTRODUCTION Du fait de l augmentation de l espérance de vie La population des

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 31 mars 2010

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 31 mars 2010 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 31 mars 2010 ANTARENE CODEINE 200 mg/30 mg Boîte de 20 comprimés pelliculés (CIP : 397 555.8) ANTARENE CODEINE 400 mg/60 mg Boîte de 10 comprimés pelliculés (CIP : 397

Plus en détail

CANCER DU SEIN: ACTUALITÉS 2012-2013

CANCER DU SEIN: ACTUALITÉS 2012-2013 CANCER DU SEIN: ACTUALITÉS 2012-2013 Christelle Lévy Centre François Baclesse Ce qui est en train de changer nos pratiques, nouvelles AMM Cancers du sein métastatique RH+ HER2 neg en cas de progression

Plus en détail

Opioïdes et Douleur du Cancer: Les recommandations en 2013

Opioïdes et Douleur du Cancer: Les recommandations en 2013 Opioïdes et Douleur du Cancer: Les recommandations en 2013 Dr Philippe Poulain USP Polyclinique de l Ormeau 65000 Tarbes phpoulain@wanadoo.fr Les Recommandations RèglesOMS 1986 et 1992 Recommandations

Plus en détail

Christophe Fauconnier

Christophe Fauconnier Christophe Fauconnier Kinésithérapeute CHU Brugmann IVme SYMPOSIUM INTERDISCIPLINAIRE Vendredi 21 octobre 2011 Square - Brussels Meeting Center Définition = Abolition ± complète de l Ouverture Buccale

Plus en détail

Les ISRS et le risque d hémorragie gastro-intestinale

Les ISRS et le risque d hémorragie gastro-intestinale Les ISRS et le risque d hémorragie gastro-intestinale Travail supervisé par Dr Alain Renaud Dr Frédéric Picotte Travail réalisé par Amir Taleb Hilda Santiago Gonzalez Mai 2015 UMF Shawinigan Les troubles

Plus en détail

Traitements néoadjuvants des cancers du rectum. Pr. G. Portier CHU Purpan - Toulouse

Traitements néoadjuvants des cancers du rectum. Pr. G. Portier CHU Purpan - Toulouse Traitements néoadjuvants des cancers du rectum Pr. G. Portier CHU Purpan - Toulouse Journées Francophones d Hépato-gastroentérologie et d Oncologie Digestive 2010 CONFLITS D INTÉRÊT Pas de conflit d intérêt

Plus en détail

d e s Mises à jour en Gynécologie et Obstétrique

d e s Mises à jour en Gynécologie et Obstétrique COL L ÈGE N ATIONAL DES GYNÉ COLOGUES E T OBS TÉ TRICIENS FR A NÇ A IS Président : Professeur F. P u e ch EXTRAIT d e s Mises à jour en Gynécologie et Obstétrique Publié le 10 décembre 2010 N o t a. Le

Plus en détail

CARCINOMES EPIDERMOIDES TETE ET COU

CARCINOMES EPIDERMOIDES TETE ET COU OMEDIT Aquitaine Affaire suivie par : Bertrice LOULIERE : bertrice.louliere@omedit-aquitaine.fr Antoine BROUILLAUD : antoine.brouillaud@omedit-aquitaine.fr Morgane GUILLAUDIN : morgane.guillaudin@omedit-aquitaine.fr

Plus en détail

Philippe Faucher. L efficacité de ce protocole est bien établie avant 49 j d aménorrhée ( 7SA)

Philippe Faucher. L efficacité de ce protocole est bien établie avant 49 j d aménorrhée ( 7SA) Quelle est la dose de Mifépristone nécessaire pour une interruption de grossesse avant 49 jours d aménorrhée en association avec 2 comprimés de Misoprostol? Une revue de la littérature Philippe Faucher

Plus en détail

Cancer du poumon à petites cellules. Radiothérapie

Cancer du poumon à petites cellules. Radiothérapie Cancer du poumon à petites cellules Radiothérapie Dr Corinne Faivre-Finn Cours du GOLF Toulouse 11 Septembre 2009 Foundation Trust Foundation Trust Progress in the therapy of SCLC has been painfully slow.

Plus en détail

Référentiels inter-réseaux. Dr Renaud Lefebvre Dr Christophe Debelleix Dr Laurence Digue

Référentiels inter-réseaux. Dr Renaud Lefebvre Dr Christophe Debelleix Dr Laurence Digue Référentiels inter-réseaux Dr Renaud Lefebvre Dr Christophe Debelleix Dr Laurence Digue LD LD LD J2R (Journées Référentiels Réseaux) 10 et 11 décembre 2015 à Nantes 6èmes Journées de mise en commun des

Plus en détail

Radiothérapie adjuvante des CCIS

Radiothérapie adjuvante des CCIS Radiothérapie adjuvante des CCIS standard, abstention, ou surimpression? Pr David AZRIA Pôle de Radiothérapie Oncologique INSERM U896 UM1 Montpellier Retour vers le futur. CCIS peut légitimement être traité

Plus en détail

Impact d une action de prévention ciblée sur les comportements de prévention du mélanome. Un essai contrôlé randomisé en cluster

Impact d une action de prévention ciblée sur les comportements de prévention du mélanome. Un essai contrôlé randomisé en cluster Impact d une action de prévention ciblée sur les comportements de prévention du mélanome Un essai contrôlé randomisé en cluster Financement : INCa INSERM / IRESP Cédric RAT, G. QUEREUX, C. RIVIERE, S.

Plus en détail

Qui et quand opérer. au cours du traitement de l EI?

Qui et quand opérer. au cours du traitement de l EI? Qui et quand opérer au cours du traitement de l EI? Gilbert Habib Département de Cardiologie - Timone Marseille 7es JNI Bordeaux, 8 juin 2006 Université de la Méditerranée Faculté de Médecine de Marseille

Plus en détail

Le dropéridol n est pas un traitement à considérer pour le traitement de la migraine à l urgence

Le dropéridol n est pas un traitement à considérer pour le traitement de la migraine à l urgence Le dropéridol n est pas un traitement à considérer pour le traitement de la migraine à l urgence On pose fréquemment le diagnostic de migraine sévère à l urgence. Bien que ce soit un diagnostic commun,

Plus en détail

TRAITEMENT NEO ADJUVANT DE L ADENOCARCINOME PANCREATIQUE. Laetitia DAHAN CHU Timone Marseille

TRAITEMENT NEO ADJUVANT DE L ADENOCARCINOME PANCREATIQUE. Laetitia DAHAN CHU Timone Marseille TRAITEMENT NEO ADJUVANT DE L ADENOCARCINOME PANCREATIQUE Laetitia DAHAN CHU Timone Marseille Aucun CONFLITS D INTÉRÊT Objectifs pédagogiques Savoir définir un cancer du pancréas localement avancé et border

Plus en détail

Actualités du traitement du cancer Radiothérapie

Actualités du traitement du cancer Radiothérapie Actualités du traitement du cancer Radiothérapie Véronique Vendrely Service d oncologie radiothérapie Hôpital Saint André Bordeaux Club des jeunes néphrologues 20 Mai 2006 Introduction Quelques bases pour

Plus en détail

Lombalgie commune. T. Sacroug, SMPR A.-S. Steiner, SMPR S. Leal, UMPRO S. Rochard, Service de réeducation 23 avril 2008

Lombalgie commune. T. Sacroug, SMPR A.-S. Steiner, SMPR S. Leal, UMPRO S. Rochard, Service de réeducation 23 avril 2008 Lombalgie commune T. Sacroug, SMPR A.-S. Steiner, SMPR S. Leal, UMPRO S. Rochard, Service de réeducation 23 avril 2008 Objectifs Distinguer une lombalgie commune d une lombalgie spécifique Poser l indication

Plus en détail

La myélite radique mythe ou risque réel

La myélite radique mythe ou risque réel Centre de Lutte Contre le Cancer Paul Strauss www.centre-paul-strauss.fr La myélite radique mythe ou risque réel Pr Georges Noël 2ème AFSOS Paris14-17 septembre 2010 Une inquiétude permanente Mars 2010

Plus en détail

Cancer du sein Quelques chiffres

Cancer du sein Quelques chiffres Radiothérapie dans le cancer du sein en Oncogériatrie Laurent Quéro Service de Cancérologie - Radiothérapie Hôpital Saint Louis, Paris Cancer du sein Quelques chiffres Premier cancer en terme d incidence

Plus en détail

Les cancers cervico-faciaux Au carrefour des soins

Les cancers cervico-faciaux Au carrefour des soins Les cancers cervico-faciaux Au carrefour des soins CHU de Charleroi Dr Dany Brohée Oncologie médicale Chef de service d'oncologie et hématologie Ailier chimiothérapeute de l'équipe Tête&Cou Le traitement

Plus en détail

ALK et cancers broncho-pulmonaires. Laurence Bigay-Gamé Unité d oncologie thoracique Hôpital Larrey, Toulouse

ALK et cancers broncho-pulmonaires. Laurence Bigay-Gamé Unité d oncologie thoracique Hôpital Larrey, Toulouse ALK et cancers broncho-pulmonaires Laurence Bigay-Gamé Unité d oncologie thoracique Hôpital Larrey, Toulouse Toulouse, le 19 Février 2013 Adénocarcinomes : Lung Cancer Mutation Consortium Identification

Plus en détail

Cancer du sein Quelques chiffres

Cancer du sein Quelques chiffres Radiothérapie dans le cancer du sein en Oncogériatrie Vendredi 27 mars 2015 Laurent Quéro Service de Cancérologie-Radiothérapie Hôpital Saint Louis, Paris Cancer du sein Quelques chiffres Premier cancer

Plus en détail

10/04/2015 MUCITE : Effets secondaires cutanés des traitements utilisés en oncologie ERUPTIONS CUTANEES CYTOTOXIQUES

10/04/2015 MUCITE : Effets secondaires cutanés des traitements utilisés en oncologie ERUPTIONS CUTANEES CYTOTOXIQUES Effets secondaires cutanés des traitements utilisés en oncologie Effets cytotoxiques dose-dépendants : Eruptions disséminées Erythème acral Mucite Anomalies unguéales Syndrome main-pied Réactions d hypersensibilité

Plus en détail

Cancer du Rectum JOURNEES DES 28/11/14. Candice CAROLA Tuteur : Dr MIRABEL

Cancer du Rectum JOURNEES DES 28/11/14. Candice CAROLA Tuteur : Dr MIRABEL Cancer du Rectum RADIOCHIMIOTHERAPIE JOURNEES DES 28/11/14 Candice CAROLA Tuteur : Dr MIRABEL Plan Généralités (épidémiologie, diagnostic, bilan d extension) PEC néoadjuvante PEC adjuvante PEC métastatique

Plus en détail

Cancer du sein: vers de nouveaux fractionnements?

Cancer du sein: vers de nouveaux fractionnements? Cancer du sein: vers de nouveaux fractionnements? Pr. Eric F. LARTIGAU Centre Oscar Lambret & Université Lille II Lederman «The early history of radiotherapy 1895-1931» IJROBP 1981 Premiers essais du traitement

Plus en détail

Radiothérapie pour les métastases cérébrales

Radiothérapie pour les métastases cérébrales Radiothérapie pour les métastases cérébrales Dre Annie Ebacher Radio-oncologue CHUS, Sherbrooke Congrès du Réseau des soins palliatifs 28 mai 2007 Objectifs Épidémiologie Symptômes, facteurs pronostiques

Plus en détail

Traitement chirurgical et radiothérapique. du cancer du sein en un jour. Véronique Vaini-Cowen et Didier Cowen

Traitement chirurgical et radiothérapique. du cancer du sein en un jour. Véronique Vaini-Cowen et Didier Cowen Traitement chirurgical et radiothérapique du cancer du sein en un jour Véronique Vaini-Cowen et Didier Cowen Place de la radiothérapie dans le cancer du sein - Après chirurgie conservatrice pour un cancer

Plus en détail

STRATEGIE THERAPEUTIQUE DEVANT UNE OU DES METASTASES CEREBRALES QUE RETENIR EN PRATIQUE?

STRATEGIE THERAPEUTIQUE DEVANT UNE OU DES METASTASES CEREBRALES QUE RETENIR EN PRATIQUE? STRATEGIE THERAPEUTIQUE DEVANT UNE OU DES METASTASES CEREBRALES QUE RETENIR EN PRATIQUE? Benouaich-Amiel A. Institut Claudius Regaud Toulouse EPIDEMIOLOGIE Fréquent 8 à 10 % des cancers 100 170 000 nvx

Plus en détail

Place de la radiothérapie dans l hépatocarcinome

Place de la radiothérapie dans l hépatocarcinome 1/34 Place de la radiothérapie dans l hépatocarcinome Dr Xavier Mirabel Département universitaire de radiothérapie Centre Oscar Lambret - Lille - France x-mirabel@o-lambret.fr 2/34 Radiothérapie Traditionnellement

Plus en détail

Cancer Prostatique Localement Avancé (T3) Pr. Vincent RAVERY

Cancer Prostatique Localement Avancé (T3) Pr. Vincent RAVERY Cancer Prostatique Localement Avancé (T3) Pr. Vincent RAVERY Introduction Diagnostic précoce / Dépistage Nombre relatif stable de cancers de la prostate (CaP) localement avancés Meilleure stadification

Plus en détail

INFORMATION : SOCIETE FRANCAISE DE RHUMATOLOGIE (Juillet 2013)

INFORMATION : SOCIETE FRANCAISE DE RHUMATOLOGIE (Juillet 2013) INFORMATION : SOCIETE FRANCAISE DE RHUMATOLOGIE (Juillet 2013) DOSAGE DE LA VITAMINE D QUELLES INDICATIONS DE VALEURS SUR LES COMPTES-RENDUS De nombreuses études scientifiques observationnelles et interventionnelles

Plus en détail

Dénutrition en cancérologie

Dénutrition en cancérologie Dénutrition en cancérologie digestive Dr H La selve Centre de Perharidy Roscoff Rencontre annuelle bretonne de cancérologie digestive Brest 30/01/2009 Dénutrition selon les cancers Dénutrition à l admission

Plus en détail

Draft Template for the Assessment of the methodology during Phase pilote

Draft Template for the Assessment of the methodology during Phase pilote Draft Template for the Assessment of the methodology during Phase pilote Ref interne EudraCT no Title of the Study Abbreviation Sponsor IMP (Repeat if necessary) NIMP (Repeat if necessary) Organisation

Plus en détail

LE CANCER DU PANCRÉAS LOCALEMENT AVANCÉ

LE CANCER DU PANCRÉAS LOCALEMENT AVANCÉ LE CANCER DU PANCRÉAS LOCALEMENT AVANCÉ Michel Ducreux Insitut Gustave Roussy Villejuif,FRANCE 1/28 Le cancer du pancréas. Histoire naturelle: Survie à 3 ans < 5% Maladie métastasée d emblée: 40% Formes

Plus en détail

LOOK, FEEL AND LIVE BETTER. Soin des articulations

LOOK, FEEL AND LIVE BETTER. Soin des articulations LOOK, FEEL AND LIVE BETTER Soin des articulations Nos articulations subissent usure et déchirure avec l âge et les coussinets cartilagineux des surfaces articulaires se dégradent progressivement. Lorsque

Plus en détail

LOOK, FEEL AND LIVE BETTER. Soins topiques de la peau

LOOK, FEEL AND LIVE BETTER. Soins topiques de la peau LOOK, FEEL AND LIVE BETTER Soins topiques de la peau Pycnogenol pour soins topiques de la peau Pycnogenol est largement utilisé en application locale ainsi que par voie orale dans diverses indications

Plus en détail

FOM 2013 Lille 22 mars Radiothérapie et inhibiteurs de l EGFR

FOM 2013 Lille 22 mars Radiothérapie et inhibiteurs de l EGFR FOM 213 Lille 22 mars Radiothérapie et inhibiteurs de l EGFR Jean Louis Lefebvre Centre Oscar Lambret Lille, France Liens d intérêts Membre d advisory boards et conférencier Sanofi-Aventis (jusqu en 21)

Plus en détail

Prise en charge multimodale du cancer du sein modèle du traitement ciblé

Prise en charge multimodale du cancer du sein modèle du traitement ciblé Prise en charge multimodale du cancer du sein modèle du traitement ciblé M. Berlière Clinique du Sein Centre du Cancer Cliniques Universitaires St Luc Quand la cible n est pas seulement la tumeur mais

Plus en détail

ANTIVIRAUX ET NÉVRALGIE POST- HERPÉTIQUE: EN ZONA GRISE VIVIANE PHAN R1 UMF CITÉ DE LA SANTÉ SUPERVISEURE DRE NICOLE AUDET

ANTIVIRAUX ET NÉVRALGIE POST- HERPÉTIQUE: EN ZONA GRISE VIVIANE PHAN R1 UMF CITÉ DE LA SANTÉ SUPERVISEURE DRE NICOLE AUDET ANTIVIRAUX ET NÉVRALGIE POST- HERPÉTIQUE: EN ZONA GRISE VIVIANE PHAN R1 UMF CITÉ DE LA SANTÉ SUPERVISEURE DRE NICOLE AUDET La névralgie post-herpétique Un problème assez fréquent Incidence de 4 à 11,8

Plus en détail

Cancérologie: la roue de la confiance

Cancérologie: la roue de la confiance Cancérologie: la roue de la confiance B. Danhieux, I.Rousseau,G-B Zocco 20 septembre 2012 INTRODUCTION 60.000 nouvelles tumeurs cancéreuses diagnostiquées chaque année en Belgique o1 homme sur 3 o1 femme

Plus en détail

LE TRAITEMENT HORMONAL SUBSTITUTIF DE LA MENOPAUSE THS

LE TRAITEMENT HORMONAL SUBSTITUTIF DE LA MENOPAUSE THS LE TRAITEMENT HORMONAL SUBSTITUTIF DE LA MENOPAUSE THS Dr TSINGAING KAMGAING Jacques Gynécologue-Obstétricien Hôpital Général de Douala Postgraduate Training in Reproductive Health Research Faculty of

Plus en détail

Recommandations : Nutrition en oncogériatrie. Dr Gilbert ZEANANDIN Service de Gastro-entérologie et Nutrition CHU de Nice

Recommandations : Nutrition en oncogériatrie. Dr Gilbert ZEANANDIN Service de Gastro-entérologie et Nutrition CHU de Nice Recommandations : Nutrition en oncogériatrie Dr Gilbert ZEANANDIN Service de Gastro-entérologie et Nutrition CHU de Nice Sommaire Prérequis Objectifs de base et spécifiques du soin nutritionnel Recommandations

Plus en détail

Prof Yves Humblet 22 mai 2014

Prof Yves Humblet 22 mai 2014 Prof Yves Humblet 22 mai 2014 Mr DemS, 56 ans, atteint de cancer de prostate Admis aux urgences pour fièvre à 38 3 au J8 post chimiothérapie Pas de comorbidité, bon EG, pas de frisson, toux grasse Pas

Plus en détail

Radiothérapie et cancers des VADS : expérience du service de raidothérapie-onclogie de Blida. S Mesli, O Ladj, M Ayad, K boualge

Radiothérapie et cancers des VADS : expérience du service de raidothérapie-onclogie de Blida. S Mesli, O Ladj, M Ayad, K boualge Radiothérapie et cancers des VADS : expérience du service de raidothérapie-onclogie de Blida S Mesli, O Ladj, M Ayad, K boualge Epidémiologie 2392 Nouveaux cas de cancers traités a notre niveau en 2012:

Plus en détail

PROJET EDUCATION THÉRAPEUTIQUE PEP S 37

PROJET EDUCATION THÉRAPEUTIQUE PEP S 37 PROJET EDUCATION THÉRAPEUTIQUE PEP S 37 Patient(e)s atteint(e)s d un cancer du sein BINOIT NATHALIE ROUSSEAU SOPHIE 17 JUIN 2014 Pourquoi ce projet? Le cancer : une maladie chronique? Les soins de support

Plus en détail

Cas clinique cancer de l oesophage

Cas clinique cancer de l oesophage Cas clinique cancer de l oesophage P. Michel Service d Hépato-Gastroentérologie CHU de Rouen www.tncd.org Evolution du cancer de l oesophage en 2010 en France en fonction de l année de naissance Tout cancer

Plus en détail

Le nouveau paradigme de l évaluation des médicaments en vie réelle

Le nouveau paradigme de l évaluation des médicaments en vie réelle Académie de Pharmacie 2 décembre 2015 Le nouveau paradigme de l évaluation des médicaments en vie réelle Lucien Abenhaim Laser Analytica London School of Hygiene & Tropical Medicine 1 Questions Définitions

Plus en détail

Cancer du sein et Radiothérapie

Cancer du sein et Radiothérapie Cancer du sein et Radiothérapie Indications et Effets secondaires Valérie Théberge MD FRCPC Radio-Oncologue CHU de Québec L Hôtel-Dieu de Québec Indications de la radiothérapie Mastectomie partielle Après

Plus en détail

F Pico, E Meseguer, C Rosso, J Yeung, ML Chadenat, A Cattenoy, P Aegerter, D Smadja, H Hosseini, Y Samson, P Amarenco

F Pico, E Meseguer, C Rosso, J Yeung, ML Chadenat, A Cattenoy, P Aegerter, D Smadja, H Hosseini, Y Samson, P Amarenco The RESCUE BRAIN study : Multicenter randomized trial on neuroprotection with lower limb ischaemic per-conditioning in the acute phase of cerebral infarction (

Plus en détail

American Society of Clinical Oncology guideline for antiemetics in oncology: Update 2006

American Society of Clinical Oncology guideline for antiemetics in oncology: Update 2006 Guideline American Society of Clinical Oncology guideline for antiemetics in oncology: Update 2006 Mise à jour du guideline: Recommendations for the use of antiemetics: evidence-based, clinical pratice

Plus en détail

Les Signes évocateurs de cancer ORL

Les Signes évocateurs de cancer ORL Les Signes évocateurs de cancer ORL J. Carvalho, A. Dupret-Bories, Ph. Schultz Service d ORL et chirurgie cervico-faciale Hôpital de Hautepierre Objectifs : savoir reconnaître précocement un cancer ORL

Plus en détail

Marion GILBERT Simon CHAUVEAU. DES pneumologie 11 avril 2014

Marion GILBERT Simon CHAUVEAU. DES pneumologie 11 avril 2014 Marion GILBERT Simon CHAUVEAU DES pneumologie 11 avril 2014 Contexte Dépistage du cancer poumon : Santé publique Par scanner injecté (low dose) : Baisse de la mortalité (-20%) : NLSTrial (USA) 2011: «The

Plus en détail

Cancer'&'Homéopathie'' rester'en'forme'et'mieux' supporter'les'traitements''

Cancer'&'Homéopathie'' rester'en'forme'et'mieux' supporter'les'traitements'' Cancer'&'Homéopathie'' rester'en'forme'et'mieux' supporter'les'traitements'' Dr'Jean8Lionel'Bagot' Dr'Jean8Lionel' Bagot' ' Strasbourg' Oncologie' Libérale' ' SSR%&%Soins' pallia=fs' ' ' 3 ème 'Congrès'

Plus en détail

Pour ou Contre le dépistage du cancer de la prostate?

Pour ou Contre le dépistage du cancer de la prostate? Pour ou Contre le dépistage du cancer de la prostate? H. QUINTENS Institut A TZANCK Saint Laurent du Var 25 Mars 2014 Classification TNM Score de GLEASON L'antigène prostatique spécifique L'antigène prostatique

Plus en détail

Facteurs prédictifs de réponse à la radiothérapie

Facteurs prédictifs de réponse à la radiothérapie Facteurs prédictifs de réponse à la radiothérapie Romuald LE SCODAN Oncologie-Radiothérapie Centre Hospitalier Privé St-Grégoire Actualités et controverses, 11 Mai 2012 Irradiation adjuvante des cancers

Plus en détail

INSTITUT CLAUDIUS REGAUD TOULOUSE

INSTITUT CLAUDIUS REGAUD TOULOUSE DIAGNOSTIC DES RECIDIVES LOCOREGIONALES GENERALITES VIVIANE FEILLEL INSTITUT CLAUDIUS REGAUD TOULOUSE OBJECTIFS DE LA SURVEILLANCE Evaluation des séquelles post-thérapeutiques Diagnostic précoce des récidives

Plus en détail

Article paru dans le «Journal du Réseau Cancer de l ULB» 2006

Article paru dans le «Journal du Réseau Cancer de l ULB» 2006 Article paru dans le «Journal du Réseau Cancer de l ULB» 2006 POUR UNE APPROCHE PLUS PHYSIO-PATHOLOGIQUE DES CANCERS THYROIDIENS ET DE LEURS TRAITEMENTS PAR IODE-131! Prof Pierre BOURGEOIS Chef de Clinique

Plus en détail

Prise en charge initiale d un sarcome des tissus mous de l adulte

Prise en charge initiale d un sarcome des tissus mous de l adulte Prise en charge initiale d un sarcome des tissus mous de l adulte Les indications actuelles de la radiothérapie rapie 27 novembre 2009 / DIJON Gilles Truc Rationnel de la radiothérapie dans les sarcomes

Plus en détail

2 Gliomes de haut grade

2 Gliomes de haut grade 2 Gliomes de haut grade Etudes rétrospectives de cohortes populationnelles n Les résultats présentés à l ASCO concernent des études rétrospectives de cohortes. On ne dispose pas de résultats d études de

Plus en détail

PRISE EN CHARGE GLOBALE DES CANCERS DES VADS

PRISE EN CHARGE GLOBALE DES CANCERS DES VADS 15/16 SEPT. 2011 POITIERS PALAIS DES CONGRES DU FUTUROSCOPE 2 e JOURNEES DE RADIOTHERAPIE DU POLE REGIONAL DE CANCEROLOGIE DE POITIERS PRISE EN CHARGE GLOBALE DES CANCERS DES VADS Réunion de consensus

Plus en détail

Cancer de la prostate Nouvelles stratégies médicamenteuses. Werner HILGERS Oncologie médical Institut Sainte Catherine AVIGNON

Cancer de la prostate Nouvelles stratégies médicamenteuses. Werner HILGERS Oncologie médical Institut Sainte Catherine AVIGNON Cancer de la prostate Nouvelles stratégies médicamenteuses Werner HILGERS Oncologie médical Institut Sainte Catherine AVIGNON Cancer de la prostate métastatique 24 novembre 2012 Actualités, innovations

Plus en détail

Ballon ou stent actif : rapport coût-efficacité pour le traitement de la resténose de BMS

Ballon ou stent actif : rapport coût-efficacité pour le traitement de la resténose de BMS Ballon ou stent actif : rapport coût-efficacité pour le traitement de la resténose de BMS Pr Pierre COSTE Hôpital Cardiologique du Haut - Lévêque Université de BORDEAUX 2 - France Conflits d intérêt Subvention

Plus en détail

TOMENF - Iatrogenic risks associated with CT scans received in

TOMENF - Iatrogenic risks associated with CT scans received in TOMENF - Iatrogenic risks associated with CT scans received in childhood Responsable(s) : De Vathaire Florent, Equipe-3 d'epidémiologie des radiations- CESP- UMR 1018 INSERM Date de modification : 14/08/2013

Plus en détail

Prise en charge ambulatoire du patient oncologique. février 15

Prise en charge ambulatoire du patient oncologique. février 15 Prise en charge ambulatoire du patient oncologique février 15 Incidence du cancer et activité oncologie-hématologie Hôpital du Valais Soit un peu plus de 1500 cas / an en Valais février 15 2 Activité du

Plus en détail

Avis 2 avril 2014. Laboratoire SERVIER. Périndopril arginine / indapamide. C09BA04 (inhibiteur de l enzyme de conversion et diurétique)

Avis 2 avril 2014. Laboratoire SERVIER. Périndopril arginine / indapamide. C09BA04 (inhibiteur de l enzyme de conversion et diurétique) COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 2 avril 2014 PRETERAX 2,5 mg / 0,625 mg, comprimé pelliculé Boîte de 30 (CIP : 34009 378 232 2 7) Boîte de 90 (CIP : 34009 378 234 5 6) BIPRETERAX 5 mg / 1,25 mg, comprimé

Plus en détail

CANCERS du RECTUM QUELLE RADIOTHERAPIE PRE OPERATOIRE. LONGUE ou COURTE? M.AFIANE M.HAMEDABDELWAHAB. 12 décembre 2010

CANCERS du RECTUM QUELLE RADIOTHERAPIE PRE OPERATOIRE. LONGUE ou COURTE? M.AFIANE M.HAMEDABDELWAHAB. 12 décembre 2010 CANCERS du RECTUM QUELLE RADIOTHERAPIE PRE OPERATOIRE LONGUE ou COURTE? M.AFIANE M.HAMEDABDELWAHAB 12 décembre 2010 INTRODUCTION - I La Radiotherapie pre opératoire représente le traitement standard des

Plus en détail

ET CORTICOTHERAPIE AU LONG COURS. M Maamar, M Aouni, M Adnaoui Service de Médecine Interne

ET CORTICOTHERAPIE AU LONG COURS. M Maamar, M Aouni, M Adnaoui Service de Médecine Interne OSTEOPOROSE ET CORTICOTHERAPIE AU LONG COURS M Maamar, M Aouni, M Adnaoui Service de Médecine Interne CHU Ibn Sina Rabat MAROC INTRODUCTION O 1950, corticoïdes chez une PR sévère éè 1ère cause d ostéoporose

Plus en détail

Centre Jean Perrin. Centre de Lutte contre le Cancer d'auvergne. Clermont-Ferrand - France - Projet PROGACIR

Centre Jean Perrin. Centre de Lutte contre le Cancer d'auvergne. Clermont-Ferrand - France - Projet PROGACIR Centre Jean Perrin Centre de Lutte contre le Cancer d'auvergne Clermont-Ferrand - France - Projet PROGACIR Positionnement Intérêt du séquençage de l ADN tumoral circulant du gène TP53 muté pour la prédiction

Plus en détail

ACCOMPAGNEMENT COSMÉTIQUE DES EFFETS SECONDAIRES CUTANÉS DES TRAITEMENTS ANTICANCÉREUX

ACCOMPAGNEMENT COSMÉTIQUE DES EFFETS SECONDAIRES CUTANÉS DES TRAITEMENTS ANTICANCÉREUX ACCOMPAGNEMENT COSMÉTIQUE DES EFFETS SECONDAIRES CUTANÉS DES TRAITEMENTS ANTICANCÉREUX GROUPE FRESKIMO Certaines thérapies, utilisées au cours du traitement de différents types de cancers, rendent la peau

Plus en détail

Lecture Critique d un essai thérapeutique dans la maladie d Alzheimer. Sandrine Andrieu Jean François Dartigues

Lecture Critique d un essai thérapeutique dans la maladie d Alzheimer. Sandrine Andrieu Jean François Dartigues Lecture Critique d un essai thérapeutique dans la maladie d Alzheimer Sandrine Andrieu Jean François Dartigues Histoire du dimebon Vous arrivez le matin à la consultation mémoire. Dans la voiture, sur

Plus en détail

Prevention des lesions gastro- duodenales induites par les AINS

Prevention des lesions gastro- duodenales induites par les AINS 5 e FORUM Régional Est de l omnipraticien Oum El Bouaghi, le 04 Novembre 2010 Prevention des lesions gastro- duodenales induites par les AINS Dr Y.CHIKHI Service de médecine interne et gastro-entérologie

Plus en détail