SOMMAIRE. Industrie pétrolière : Signature à Washington d un accord entre l ONHYM, Kosmos Energy et Chevron pour la forma on des ingénieurs marocains.

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "SOMMAIRE. Industrie pétrolière : Signature à Washington d un accord entre l ONHYM, Kosmos Energy et Chevron pour la forma on des ingénieurs marocains."

Transcription

1 DÉPARTEMENT DE L'ENERGIE ET DES MINES Division de la Communica on Jeudi 07 août 2014

2 SOMMAIRE Coopéra on maroco nippone : Abdelkader Amara s est entretenu, mardi 5 août à Rabat, avec une déléga on de parlementaires japonais. Industrie pétrolière : L ONHYM s allie à Kosmos Energy et Chevron. Coopéra on : Une déléga on de parlementaires japonais en visite dans le Royaume. Des compagnes pétrolières US s engagent à former des ingénieurs marocains. L écotaxe élargie aux emballages. Sommet Afrique Etats Unis : Les premiers contrats signés pour le Maroc. Electricité : la libéralisa on avance. Fès : La Régie autonome de distribu on d eau et d électricité de Fès (Radeef) trace ses priorités. Industrie pétrolière/forma on des ingénieurs marocains : Accord à Washington entre l ONHYM, Kosmos Energy et Chevron. Mostafa Terrab nommé Président du conseil d administra on de l IPNI (Interna onal Plant Nutri on Ins tute). Industrie pétrolière : Signature à Washington d un accord entre l ONHYM, Kosmos Energy et Chevron pour la forma on des ingénieurs marocains. Caisse de compensa on : L audit 2014 sous haute tension. Déchets informa ques : IB R Green Systems entre en scène. أجرى عبد القادر اعمارة وزير الطاقة والمعادن والماء والبيئة المغربي مباحثات مع وفد برلماني عن مجلس المستشارين الياباني الذي يزور الرباط حاليا. عالمة الجودة لمركب "المكتب الشريف للفوسفاط" بالجرف األصفر. التوقيع بواشنطن على اتفاقية تكوين مھندسين مغاربة في الصناعة النفطية.

3 توقعات باستمرار انخفاض أسعار البنزين في المغرب. أطفال أزيالل مھددون بالموت عطشا. خبير اقتصادي: ثمن الكھرباء في إفريقيا ثالث أضعاف منه في أوروبا. صناعة النفط : التوقيع بواشنطن على اتفاقية بين المكتب الوطني للھيدروكاربورات والمعادن وشركتي "كوزموس إينيرجي" و"شيفرون" لتكوين مھندسين مغاربة. عطب في شبكة الماء الصالح للشرب يھدد السياحة بشالالت أوزود. مذكرة تفاھم بين المغرب والشركات النفطية األمريكية لتكوين مھندسين في الصناعة النفطية. موقع "آفاق بيئية" يحظى بالتكريم بأكادير. Info NET menara.ma السيد اعمارة يجري محادثات مع وفد عن مجلس المستشارين الياباني. medias24.com medias24.com lefigaro.fr L'Onhym, Kosmos Energy et Chevron signent un accord pour la forma on des ingénieurs marocains. Retour à la mine d'imiter, inves ssements sociaux et dialogue de sourds. Pourquoi le pétrole est au plus bas depuis huit mois. Eco Marché

4

5

6

7

8

9

10

11

12

13

14

15

16

17

18

19

20

21

22

23

24

25

26

27

28 Info NET السيد اعمارة يجري محادثات مع وفد عن مجلس المستشارين الياباني. الرباط/ 5 غشت 2014 /ومع/ أجرى وزير الطاقة والمعادن والماء والبيئة السيد عبد القادر اعمارة يوم الثالثاء بالرباط مباحثات مع وفد برلماني عن مجلس المستشارين الياباني يقوم بزيارة عمل الى المغرب. وقال السيد اعمارة في تصريح للصحافة عقب ھذا اللقاء إن مباحثاته مع الوفد الياباني تمحورت حول شقين يتعلق األول بالتعاون الذي تساھم فيه اليابان لفائدة المغرب مذكرا في ھذا السياق بمتانة العالقات بين البلدين وسعيھما إلى توسيعھا لتشمل مجاالت الماء الصالح للشرب والدراسات حول السدود والبيئة. وأضاف أن الشق الثاني ھم القطاع االستثماري مشيرا في ھذا الصدد إلى وجود عدد كبير من الشركات اليابانية العاملة بالمغرب في مجاالت واعدة السيما في قطاعات الطاقات المتجددة واستكشاف النفط والغاز. وقال السيد اعمارة إنه اقترح خالل ھذا اللقاء أن تزيد الشركات اليابانية من اھتمامھا بالعمل في المملكة متوقعا إعطاء دفعة قوية لھذا االھتمام في ما يھم القطاع الخاص المغربي والطلب العمومي في مجالي الطاقة والماء ال سيما بعد فتح مكتب مجموعة "جيترو" اليابانية في األسابيع القادمة بالمملكة. من جھته قال رئيس الوفد البرلماني الياباني ماساجي ماتسوياما في تصريح مماثل إن ھذه المباحثات ھمت مجاالت الطاقة والبيئة والماء مبرزا أن ھذه المجاالت التي يمكن أن تضطلع فيھا المقاوالت اليابانية بدور مھم تحظى بأھمية بالغة بالنسبة للجانب الياباني. وكان السيد محمد الشيخ بيد الله رئيس مجلس المستشارين أجرى في وقت سابق اليوم مباحثات مع الوفد البرلماني الياباني. L'Onhym, Kosmos Energy et Chevron signent un accord pour la forma on des ingénieurs marocains. Un mémorandum d'entente a été signé mardi à Washington par la directrice générale de l'office na onal des hydrocarbures et des mines (Onhym), Amina Benkhadra et les compagnies américaines "Kosmos Energy" et "Chevron" pour la forma on d'ingénieurs marocains dans le domaine de l'industrie pétrolière. Ce mémorandum perme ra aux étudiants ingénieurs de l'ecole Mohammadia d'ingénieurs et de l'ecole na onale de l'industrie minérale de recevoir des forma ons sous forme de MBA (Master en ges on). Dans une déclara on à la MAP, Mme Benkhadra a indiqué que l'onhym doit, dans le cadre de cet accord de partenariat, préparer, en liaison avec les spécialistes de l'industrie pétrolière, les contenus pédagogiques rela fs à ce e forma on. (Avec MAP). Retour à la mine d'imiter, inves ssements sociaux et dialogue de sourds. REPORTAGE. A l invita on de la Société métallurgique d Imiter* (SMI), Médias 24 a rendu visite à la mine d argent située au sud ouest de Tinghir. Une région déser que où le chô

29 mage règne en maître, secouée par un conflit social et environnemental qui dure depuis l été Imider, commune de habitants située au sud ouest de Tinghir, est depuis trois ans le théâtre d un interminable conflit social. D un côté, les habitants réclament plus de travail, un accès digne aux services d éduca on, de santé et de transport, et le désenclavement de leur région. De l autre, la Société métallurgique d Imiter (SMI), filiale de Managem, la holding minière de la SNI et pour qui le mouvement social n a plus lieu d exister au vu des réalisa ons qu elle a apportées sur le plan du développement humain. Au dialogue de sourds, entretenu par les deux par es qui, trois ans plus tard, n ont pas trouvé d accord, s'ajoute l approche sécuritaire des autorités locales qui en reme ent une couche. Il y a deux mois, Médias 24 avait rendu compte de sa visite aux habitants d Imider en lu e dans un reportage. Nous y décrivions la misère et la vulnérabilité visibles dans lesquelles vivent les familles du bourg. Aujourd hui, nous revenons avec ce récit d une journée passée à l intérieur de la mine et avec ses responsables qui nous ont fait part de leur vision du conflit. Pour Managem, il y a de l eau pour tout le monde Pour les responsables de la mine, la raréfac on des ressources hydrauliques de la région, et qui a conduit aux coupures dans la fourniture d eau aux ménages, est due à la baisse qui a caractérisé la pluviométrie il y a quelques années. Selon Farid El Hamdaoui, responsable de l exploita on de la mine, SMI a fait des efforts pour réduire sa consomma on, améliorer le réseau des Khe aras, mais travaille également pour me re en place des pe ts barrages collinaires, qui re endront l'eau de pluie. "Notre taux de recyclage est actuellement de 62%. El Hamdaoui a d ailleurs affirmé que la mine a obtenu les autorisa ons pour creuser des puits supplémentaires afin d accompagner l extension de produc on, qui nécessite désormais 50% d eau supplémentaires. Nous avons actuellement 5 puits dont deux à l arrêt situés à la commune d Imider, affirme t il. Par ailleurs, un rapport in tulé A propos de l évolu on physio géographique aux confins de la mine d Imiter, commandé par la SMI au cabinet ISIS Technology, affirme que les techniques de traitement numérique a estent une ne e améliora on dans le temps exprimée par l extension des zones agricoles. Inves ssements dans le social La masse salariale annuelle de la SMI pèse 150MDH, cadres et ouvriers mineurs compris. Plus de 60% des ouvriers proviennent de la région allant jusqu à Errachidia, précise El

30 Hamdaoui. Pour lui, c est la première forme de redistribu on des richesses, en plus de la créa on d opportunités pour les sociétés nées dans le ssu local et opérant dans la soustraitance. Par ailleurs, la société s implique dans les ini a ves sociales et environnementales de la région. Ainsi, en plus de l emploi, El Hamdaoui es me l interven on de la SMI dans les affaires sociales à quelque 10 MDH d engagements annuels. Ainsi, la SMI a contribué à la réhabilita on de l ancienne Kasbah d Imider, qu elle souhaite transformée en un centre d ar sanat. Elle a également réparé les circuits de Khe aras, ce qui a permis de mul plier les espaces verts explique El Hamdaoui, citant l étude d ISIS. La SMI s est associée à un ssu associa f, en plus du Laboratoire public d essais et d études (LPEE) afin de poursuivre son plan d inves ssements sociaux, élaboré il y a plus d un an avec quelques associa ons de la région. Dialogue de sourds Comme nous l avions décrit dans le reportage précédent, malgré la fait que certains centres sociaux, au village de Ouaklim notamment, soient ouverts et fonc onnent, ceux d Imider se heurtent à un boyco collec f et ne fonc onnent que très peu, voire pas du tout pour certains. Car les jeunes et les femmes considèrent que leur lu e se poursuit. Pour eux, la revendica on des ressources hydrauliques ne se limite pas à un bon accès à l eau potable, mais il s agit surtout de ne pas épuiser les nappes phréa ques. Du côté de la SMI, ce e demande à caractère environnemental n est qu un prétexte pour maintenir la lu e, et que tout ce que veulent les jeunes d Imider, c est qu ils soient employés dans la mine, sans ques onner leurs compétences, ni prendre en considéra on les besoins de l exploita on. Mais nous restons ouverts pour tout projet proposé par les jeunes, et portant sur des ac vités génératrices de revenus. Nous sou endrons ce genre d ini a ves déclare Farid El Hamdaoui. A ce e impasse, s ajoute le rôle des autorités, qui n arrangent en rien les choses. Les dernières condamna ons à trois ans de prison pour trois jeunes du bourg, portant le nombre des ac vistes ayant subi la répression à une quarantaine, dissipe toute possibilité de pacifica on et de concerta on entre les principaux concernés. De plus, l octroi d agréments d exploita on de carrières par les autorités à des notables de la région n a fait qu ajouter de l huile dans le feu. De toutes ces probléma ques, visiblement solvables, l enjeu sécuritaire des autorités semble le moins discutable. Brahim Udawd, un jeune chômeur du bourg, le résume clairement : tout accord sa sfaisant toutes les par es serait considéré par les autorités comme une victoire, ce qui risque

31 de contaminer les régions voisines, comme autour de Bouazzar, encore plus peuplée de monde qu Imider, et qui connaît aussi un mouvement social naissant. * Ce nom est contesté par la popula on de la région appelée "Imider" ainsi que par les ac- vistes du mouvement amazigh. Mais c'est le nom de l'entreprise qui exploite la mine d'argent qui s'y trouve : Société métallurgique d'imiter. Pourquoi le pétrole est au plus bas depuis huit mois. Malgré les tensions géopoli ques, le baril de pétrole Brent, à 104,6 dollars mardi, a a eint son point le plus bas depuis novembre. L'offre abondante, alimentée par le pétrole de schiste et une demande ralen e apaisent le marché. La guerre civile ensanglante l'irak depuis près de deux mois, les combats en Libye paralysent les exporta ons, mais rien n'y fait, le marché pétrolier ne s'affole pas. Malgré les tensions géopoli ques qui ne manquent pas sur la planète cet été, le cours du baril d'or noir est au plus bas, depuis six mois pour le WTI américain, et même depuis huit mois pour le Brent de la mer du Nord. Ce brut européen, principale référence du marché, a terminé à 104,61 dollars mardi, la cote la plus basse depuis le 7 novembre dernier (103,46 dollars). Mercredi, le baril de Brent se reprenait légèrement, au dessus de 104,7 dollars mais restait à un seuil qui n'avait pas été a eint depuis le 2 avril (104,79 dollars). En juin, l'offensive surprise des islamistes de l'isis en Irak avait fait flamber brièvement le cours à 115 dollars, un pic qui n'avait pas été a eint depuis septembre La tension sur le marché n'avait pas duré quand les inves sseurs avaient compris que la principale région productrice d'or noir en Irak, le Sud, n'était pas menacée. Mais qu'est ce qui explique la baisse actuelle du cours? Une offre abondante Il convient d'abord de nuancer en rappelant qu'à 104 dollars, le cours reste à son al tude de croisière historiquement élevée qu'il n'a pra quement pas qui ée depuis 2011, et qui n'avait jamais été a einte hormis la flambée record de l'été 2008 à 147 dollars. Ce qui rassure le marché est d'abord une offre abondante. En juin, si la produc on des membres de l'opep avait baissé sur un an de barils par jour, selon l'agence interna onale de l'énergie (AIE), celle du reste du monde avait augmenté de 1,7 million de barils par jour. Soit un solde posi f de 1 million de barils, suffisant pour sa sfaire l'augmenta on de la consomma on mondiale. La révolu on du pétrole de schiste aux États Unis reste le phénomène le plus marquant, côté offre. Alors que la ruée vers l'or noir con nue dans le Dakota du Nord, un autre eldo

32 rado pétrolier aux États Unis fait l'actualité : le champ de pétrole de schiste d'eagle Ford au Texas. Sa produc on a triplé en deux ans et demi, relève l'aie, pour a eindre 1,4 million de barils par jour. C'est presque l'équivalent de la produc on de l'algérie, et une fois et demie celle de la Colombie. Ralen ssement de l'appé t chinois Côté demande, le ralen ssement de la croissance chinoise et de plusieurs grands pays émergents contribue à cet apaisement du cours. Dans l'immédiat, les analystes ont observé une faiblesse de la demande d'essence aux États Unis alors que la saison est aux longs voyages en voiture, et que l'économie américaine vient d'afficher un PIB en forte hausse de 4 % au deuxième trimestre. En Europe, la demande de produits raffinés a été très faible ces derniers mois, un autre facteur pesant sur le cours. Dollar à surveiller Pour l'automobiliste français, une poursuite de la baisse du brut est a priori une bonne nouvelle. Le litre de gazole, à 1,2953 euro le 1er août selon la moyenne calculée par le ministère de l'écologie, est à son plus bas depuis février Mais la baisse des prix à la pompe pourrait être limitée par la hausse du dollar, observée depuis fin avril et qui pourrait se poursuivre, surtout si les inves sseurs spéculent sur une hausse des taux d'intérêt par la Fed américaine, laquelle rendrait le billet vert plus a rac f. En ma ère de pétrole, la finance pèse souvent plus sur le marché que le seul équilibre entre offre et demande.

33 Eco Marché Energie Mines PETROLE OPEC $/baril (-0.006) Brent (IPE) $/baril (-0.02) GAZ Gaz naturel 3.93 $/MBTU (+0.92) (Sources : Métaux Cuivre $/T (0.00) Plomb $/T (0.00) Zinc $/T (0.00) OR Argent Cts/Once $/Once (+0.33) (0.00) Aluminium $/T (0.00) Nickel $/T (0.00) Etain $/T (0.00) (Source : Taux de Change Contre Dirham Cours achat Cours vente 1 EURO (-0.001) (-0.001) 1 DOLLAR U.S.A (+0.005) (+0.005) 1 LIVRE STERLING (+0.001) (+0.001) (Source :

Mardi 01 octobre 2013. Division de la Communica on

Mardi 01 octobre 2013. Division de la Communica on Mardi 01 octobre 2013 Division de la Communica on SOMMAIRE OCP brave la crise et poursuit ses inves ssements. Blacklistés pour l achat de phosphate marocain. Phosphates, un marché en reconfigura on. برمجة

Plus en détail

Jeudi 31 octobre 2013. Division de la Communica on

Jeudi 31 octobre 2013. Division de la Communica on Jeudi 31 octobre 2013 Division de la Communica on SOMMAIRE Découverte de gaz naturel vrai ou faux? Abdelkader Amara : «Seule la réalisa on de forages et de tests pourraient révéler l existence ou non d

Plus en détail

Lundi 13 janvier 2014. Division de la Communica on

Lundi 13 janvier 2014. Division de la Communica on Lundi 13 janvier 2014 Division de la Communica on SOMMAIRE Charafat Afilal, ministre déléguée chargée de l Eau : La ges on ra onnelle des ressources hydrauliques du Maroc nécessite l adhésion de l ensemble

Plus en détail

SOMMAIRE. Visite de SM le Roi, au Gabon : Une consécra on du caractère privilégié des rela ons entre Rabat et Libreville.

SOMMAIRE. Visite de SM le Roi, au Gabon : Une consécra on du caractère privilégié des rela ons entre Rabat et Libreville. DÉPARTEMENT DE L'ENERGIE ET DES MINES Division de la Communica on Jeudi 06 Mars 2014 SOMMAIRE Visite de SM le Roi, au Gabon : Une consécra on du caractère privilégié des rela ons entre Rabat et Libreville.

Plus en détail

Georges Thizon Consultant en sûreté privée et civile

Georges Thizon Consultant en sûreté privée et civile PRÉSENTATION: SERVICES RENDUS POUR ENTREPRISES En tant que consultant en sûreté et intervenant en préven on des risques professionnels [IPRP], il est de mon ressort de m assurer que la protec on des biens

Plus en détail

SOMMAIRE. Maroc Gabon : 2 milliards de dollars pour la produc on d engrais. Managem inves t dans le social.

SOMMAIRE. Maroc Gabon : 2 milliards de dollars pour la produc on d engrais. Managem inves t dans le social. DÉPARTEMENT DE L'ENERGIE ET DES MINES Division de la Communica on Lundi 10 Mars 2014 SOMMAIRE Maroc Gabon : 2 milliards de dollars pour la produc on d engrais. Managem inves t dans le social. Environnement

Plus en détail

Les perspectives mondiales, les déséquilibres internationaux et le Canada : un point de vue du FMI

Les perspectives mondiales, les déséquilibres internationaux et le Canada : un point de vue du FMI Présentation à l Association des économistes québécois Le 19 mai 25 Les perspectives mondiales, les déséquilibres internationaux et le Canada : un point de vue du FMI Kevin G. Lynch Administrateur Fonds

Plus en détail

Maroc : Imider (Province de Tinghir) spoliation des ressources naturelles et résistance populaire

Maroc : Imider (Province de Tinghir) spoliation des ressources naturelles et résistance populaire BP 124-108, rue Damremont 75018 Paris, France - Tel/Fax : +33.(0)4.76.25.85.86 Email : congres.mondial.amazigh@wanadoo.fr - www.congres-mondial-amazigh.org Maroc : Imider (Province de Tinghir) spoliation

Plus en détail

La finance internationale : quel impact sur l'économie marocaine? 20 Novembre 2012

La finance internationale : quel impact sur l'économie marocaine? 20 Novembre 2012 La finance internationale : quel impact sur l'économie marocaine? 20 Novembre 2012 Sommaire I - Le rôle prépondérant des marchés financiers I.1 - Financiarisation de l'économie mondiale I.2 Lien avec l'entreprise

Plus en détail

Au cours de la dernière décennie, les IDE vers l Afrique ont connu une croissance spectaculaire

Au cours de la dernière décennie, les IDE vers l Afrique ont connu une croissance spectaculaire Par Soraya Oulad Benchiba, Chargée d'études à l'institut Amadeus Au cours de la dernière décennie, les IDE vers l Afrique ont connu une croissance spectaculaire L afflux d IDE en Afrique a été spectaculaire

Plus en détail

Simulation d impact de l augmentation des salaires du personnel de l administration publique et du SMIG et du SMAG dans le secteur privé

Simulation d impact de l augmentation des salaires du personnel de l administration publique et du SMIG et du SMAG dans le secteur privé Simulation d impact de l augmentation des salaires du personnel de l administration publique et du SMIG et du SMAG dans le secteur privé L augmentation des salaires du personnel de l administration publique

Plus en détail

MOROCCO OIL & GAS SUMMIT ***** Allocution du Dr. Abdelkader AMARA Ministre de l Energie, des Mines, de l Eau et de l Environnement

MOROCCO OIL & GAS SUMMIT ***** Allocution du Dr. Abdelkader AMARA Ministre de l Energie, des Mines, de l Eau et de l Environnement MOROCCO OIL & GAS SUMMIT ***** Allocution du Dr. Abdelkader AMARA Ministre de l Energie, des Mines, de l Eau et de l Environnement Marrakech: 7 mai 2014 Messieurs les Ministres, Excellences, Messieurs

Plus en détail

L incidence des hausses de prix des produits de base sur la balance commerciale du Canada 1

L incidence des hausses de prix des produits de base sur la balance commerciale du Canada 1 Affaires étrangè et Commerce International Canada Le Bureau de l économiste en chef Série de papiers analytiques L incidence des hausses de prix des produits de base sur la balance commerciale du Canada

Plus en détail

OFFRE COMMERCIALE D ASSURANCE

OFFRE COMMERCIALE D ASSURANCE OFFRE COMMERCIALE D ASSURANCE DECOUVRIR ALLIANCE Assurances : ALLIANCE Assurances est une Société par ac ons à capitaux privés na onaux. Elle a débuté ses ac vités en 2005. Le volume des primes collectées

Plus en détail

Comparaison des états financiers d une entreprise et d une banque

Comparaison des états financiers d une entreprise et d une banque CHAPITRE 1 Comparaison des états financiers d une entreprise et d une banque Ce e comparaison met en évidence des différences, liées aux par cularités des ac vités bancaires. 1.1 DESCRIPTION SUCCINCTE

Plus en détail

Orientations stratégiques en matière de développement minier

Orientations stratégiques en matière de développement minier Ministère de l Energie et des Mines Orientations stratégiques en matière de développement minier Journées Nationales de l Industrie Minérale Marrakech, 23-25 novembre 2005 1 Plan de l exposé Place de l

Plus en détail

STRATEGIES-ICMC. Ins tut de Communica on et Méthodologie du Changement

STRATEGIES-ICMC. Ins tut de Communica on et Méthodologie du Changement STRATEGIES-ICMC Ins tut de Communica on et Méthodologie du Changement L équipe STRATEGIES-ICMC vous accueille! Notre équipe d enseignants cer fié s et membres de fédéra on française NLPNL, vous emmène

Plus en détail

TESTS D ÉVALUATION DU FRANÇAIS POUR L ADMISSION AU MASTER

TESTS D ÉVALUATION DU FRANÇAIS POUR L ADMISSION AU MASTER TESTS D ÉVALUATION DU FRANÇAIS POUR L ADMISSION AU MASTER TEST Nr.2 Ière épreuve. ( /20 points) Définissez les termes en remettant en ordre les mots et les expressions suivants: 1. Marché financier : et

Plus en détail

Tableau de bord mensuel du GFI

Tableau de bord mensuel du GFI Tableau de bord mensuel du GFI 1- Taux de change... page 1 2- Taux d intérêt... 2 3- Crédits aux sociétés non financières... 3 4- Matières premières et pétrole... 4 5- Croissance... 5 6- Activité industrielle...

Plus en détail

Les perspectives économiques

Les perspectives économiques Les perspectives économiques Les petits-déjeuners du maire Chambre de commerce d Ottawa / Ottawa Business Journal Ottawa (Ontario) Le 27 avril 2012 Mark Carney Mark Carney Gouverneur Ordre du jour Trois

Plus en détail

Tableau de bord mensuel du GFI

Tableau de bord mensuel du GFI Tableau de bord mensuel du GFI 1- Croissance... 1 2- Activité industrielle... 2 3- Enquêtes de conjoncture... 3 4- Echanges extérieurs... 4 5- Demande intérieure... 5 6- Investissement... 6 7- Coûts salariaux...

Plus en détail

Le logement dans tous ses états. Définition : le logement et l'habitat

Le logement dans tous ses états. Définition : le logement et l'habitat Le logement dans tous ses états 17/10/ 2012 Définition : le logement et l'habitat Le logement est un produit : une maison, un appartement, un type 3, un duplex L'habitat est un service : l'espace produit

Plus en détail

La seconde moitié de 2015 devrait être plus favorable aux matières premières

La seconde moitié de 2015 devrait être plus favorable aux matières premières avril 01 La seconde moitié de 01 devrait être plus favorable aux matières premières La période de morosité se poursuit sur le marché des matières premières alors que les principaux indices de prix ont

Plus en détail

FIN-INTER-01 LE CONTEXTE

FIN-INTER-01 LE CONTEXTE FIN-INTER-01 LE CONTEXTE Public concerné : Etudiants niveau Bac + 2. Durée indicative : 2 heures Objectifs : Positionner le domaine de la finance internationale dans son contexte. Pré requis : Néant. Modalités

Plus en détail

Comment résister aux vents contraires qui freinent l activité économique au Canada

Comment résister aux vents contraires qui freinent l activité économique au Canada Comment résister aux vents contraires qui freinent l activité économique au Canada Chambre de commerce du Grand Moncton Moncton (Nouveau-Brunswick) 21 novembre 2012 Tim Lane Sous-gouverneur Banque du Canada

Plus en détail

CHAPITRE IV : BALANCE DES PAIEMENTS ET TAUX DE CHANGE

CHAPITRE IV : BALANCE DES PAIEMENTS ET TAUX DE CHANGE CHAPITRE IV : BALANCE DES PAIEMENTS ET TAUX DE CHANGE La forte réduction de la dette extérieure durant la seconde moitié des années 2000, en contexte d envolée des importations des biens et services, a

Plus en détail

Tableau de bord mensuel du GFI

Tableau de bord mensuel du GFI Tableau de bord mensuel du GFI 1- Croissance... 1 2- Activité industrielle... 2 3- Enquêtes de conjoncture... 3 4- Echanges extérieurs... 4 5- Demande intérieure... 5 6- Investissement... 6 7- Coûts salariaux...

Plus en détail

Informations générales 2 e trimestre 2015. Inform Matières premières : aucune hausse de prix en vue

Informations générales 2 e trimestre 2015. Inform Matières premières : aucune hausse de prix en vue Informations générales 2 e trimestre 2015 Inform Matières premières : aucune hausse de prix en vue A propos de Swisscanto Swisscanto figure parmi les plus grands promoteurs de fonds de placement et prestataires

Plus en détail

Transition énergétique Les enjeux pour les entreprises

Transition énergétique Les enjeux pour les entreprises Transition énergétique Les enjeux pour les entreprises Alain Grandjean Le 26 novembre 2014 Contact : alain.grandjean@carbone4.com Le menu du jour L énergie dans l économie : quelques rappels Les scénarios

Plus en détail

MYPROPTRADING.COM. Analyse de Marchés. 10 août 2015. Semaine 32. Du 10/08/15 au 16/08/15. 1/ Analyse Contextuelle et Graphique

MYPROPTRADING.COM. Analyse de Marchés. 10 août 2015. Semaine 32. Du 10/08/15 au 16/08/15. 1/ Analyse Contextuelle et Graphique 10 août 2015 fff Semaine 32 Bilan de la semaine précédente : Performance* Depuis le 01/12/14 Depuis le 01/01/15 MyPropTrading +46.33% +42.23% CAC 40 +17.42% +20.64% Variation hebdo Cours* CAC 40 +1.42%

Plus en détail

Perspectives économiques régionales du Moyen-Orient et de l Afrique du Nord

Perspectives économiques régionales du Moyen-Orient et de l Afrique du Nord Perspectives économiques régionales du Moyen-Orient et de l Afrique du Nord Mise à jour - Janvier 2015 Giorgia Albertin Représentante Résidente pour la Tunisie Fonds Monétaire International Plan de l exposé

Plus en détail

LISBONNE- 20 avril 2015 TRANSITION ÉNERGÉTIQUE: EXPÉRIENCE DU MAROC

LISBONNE- 20 avril 2015 TRANSITION ÉNERGÉTIQUE: EXPÉRIENCE DU MAROC LISBONNE- 20 avril 2015 TRANSITION ÉNERGÉTIQUE: EXPÉRIENCE DU MAROC Sommaire de la présentation MAROC EN CONSTANTE EVOLUTION DES RÉFORMES ET DES VISIONS STRATÉGIQUES TRANSITION ÉNERGÉTIQUE: ENJEUX ET DÉFIS

Plus en détail

Une innovation majeure dans le secteur de l assurance santé au Maroc

Une innovation majeure dans le secteur de l assurance santé au Maroc Une innovation majeure dans le secteur de l assurance santé au Maroc Une couverture exceptionnelle pour les particuliers au Maroc ASSUR-PLUS Santé International est un contrat d assurance santé international

Plus en détail

Je suis optimiste quant aux futurs résultats de l exploration de l important potentiel de la Mauritanie,

Je suis optimiste quant aux futurs résultats de l exploration de l important potentiel de la Mauritanie, 1er octobre 2013 PA / 10 ENTRETIEN Je suis optimiste quant aux futurs résultats de l exploration de l important potentiel de la Mauritanie, déclare au PA Saad Cheikh Saad Bouh, directeur général de la

Plus en détail

A PROPOS D ITIL. Parcours de cer fica on. Autres presta ons sur demande GOUVERNANCE DU SI. Où se situe ITIL...

A PROPOS D ITIL. Parcours de cer fica on. Autres presta ons sur demande GOUVERNANCE DU SI. Où se situe ITIL... A PROPOS D ITIL ITIL forme un cadre de meilleures pra ques pour la ges on des systèmes d informa on. ITIL donne des conseils sur la gouvernance des SI avec une focalisa on sur la mesure de la qualité des

Plus en détail

Le rôle de la spéculation sur les marchés pétroliers : une analyse économétrique et comportementale

Le rôle de la spéculation sur les marchés pétroliers : une analyse économétrique et comportementale Séminaire AEE-CFE, Mardi 29 juin 2010 Le rôle de la spéculation sur les marchés pétroliers : une analyse économétrique et comportementale Prof. E. Hache, IFP-School, emmanuel.hache@ifp.fr Prof. F. Lantz,

Plus en détail

Boussaid : «Le gouvernement a répondu favorablement à de nombreuses requêtes des entreprises»

Boussaid : «Le gouvernement a répondu favorablement à de nombreuses requêtes des entreprises» Sommaire PLF 2015 : Les agences internationales confortent le gouvernement Boussaid : «Le gouvernement a répondu favorablement à de nombreuses requêtes des entreprises» Réforme fiscale : Des assises au

Plus en détail

Y-a-t-il vraiment un lien entre le prix du pétrole et le taux de change du dollar?

Y-a-t-il vraiment un lien entre le prix du pétrole et le taux de change du dollar? 7 mars 8- N 98 Y-a-t-il vraiment un lien entre le prix du pétrole et le taux de change du dollar? Beaucoup d observateurs avancent l idée suivante : la hausse du prix du pétrole est une conséquence du

Plus en détail

Marché et prix-1 corrigé 1 Qu est-ce qu un marché? Qui sont les offreurs? Qui sont les demandeurs? Durée 1h00

Marché et prix-1 corrigé 1 Qu est-ce qu un marché? Qui sont les offreurs? Qui sont les demandeurs? Durée 1h00 1 Qu est-ce qu un marché? Qui sont les offreurs? Qui sont les demandeurs? Durée 1h00 Le marché du dimanche 1. Sur les deux photographies suivantes, à quel marché a-t-on à faire? Ce sont des marchés comme

Plus en détail

COMPRENDRE LA BOURSE

COMPRENDRE LA BOURSE COMPRENDRE LA BOURSE Les principaux indicateurs économiques Ce document pédagogique n est pas un document de conseils pour investir en bourse. Les informations données dans ce document sont à titre informatif.

Plus en détail

Chap 6 : L ouverture des économies. I. La mesure des échanges de biens et de services

Chap 6 : L ouverture des économies. I. La mesure des échanges de biens et de services Chap 6 : L ouverture des économies L ouverture des économies a permis une forte progression des échanges internationaux, notamment depuis la Seconde Guerre mondiale, même si tous les pays et les secteurs

Plus en détail

L ENERGIE CORRECTION

L ENERGIE CORRECTION Technologie Lis attentivement le document ressource mis à ta disposition et recopie les questions posées sur une feuille de cours (réponds au crayon) : 1. Quelles sont les deux catégories d énergie que

Plus en détail

PAYS et Associations BIENS / SERVICES REGLEMENTS (CE) RESOLUTIONS DES NATIONS UNIES LEGISLATION BELGE

PAYS et Associations BIENS / SERVICES REGLEMENTS (CE) RESOLUTIONS DES NATIONS UNIES LEGISLATION BELGE LISTE DES PAYS ET ASSOCIATIONS SOUS EMBARGO 1 AFGHANISTAN (certaines personnes et entités) - Règlement (UE) n 753/2011 du Conseil du 1.08.2011 (JO L199 du 2.08.2011) AL-QAIDA (certaines personnes et entités)

Plus en détail

*1450088* TD/B/C.I./MEM.2/25. Conférence des Nations Unies sur le commerce. et le développement. Nations Unies

*1450088* TD/B/C.I./MEM.2/25. Conférence des Nations Unies sur le commerce. et le développement. Nations Unies Nations Unies Conférence des Nations Unies sur le commerce et le développement Distr. générale 29 janvier 2014 Français Original: anglais TD/B/C.I./MEM.2/25 Conseil du commerce et du développement Commission

Plus en détail

Les matières premières : une baisse annoncée

Les matières premières : une baisse annoncée Que s'est-il passé en juillet? Commentaires de marché Focus Marchés Le carnage sur les matières premières et en Chine sur les marchés domestiques ont été les éléments essentiels dans ce qui fut un mois

Plus en détail

Le FMI conclut les consultations de 2008 au titre de l article IV avec le Maroc

Le FMI conclut les consultations de 2008 au titre de l article IV avec le Maroc Note d information au public (NIP) n 08/91 POUR DIFFUSION IMMÉDIATE Le 23 juillet 2008 Fonds monétaire international 700 19 e rue, NW Washington, D. C. 20431 USA Le FMI conclut les consultations de 2008

Plus en détail

Protocole d accord relatif à l égalité professionnelle entre les femmes et les hommes dans la fonction publique

Protocole d accord relatif à l égalité professionnelle entre les femmes et les hommes dans la fonction publique MINISTÈRE DE LA RÉFORME DE L ÉTAT, DE LA DÉCENTRALISATION ET DE LA FONCTION PUBLIQUE 2013 Protocole d accord relatif à l égalité professionnelle entre les femmes et les hommes dans la fonction publique

Plus en détail

PRODUITS MORTELS LES PESTICIDES DANS LE COTON

PRODUITS MORTELS LES PESTICIDES DANS LE COTON Pe s t i c i d e A c t i o n N e t w o r k U K PRODUITS MORTELS LES PESTICIDES DANS LE COTON Résumé exécutif et Recommendations 5 St Peter s St London N1 8JD Royaume Uni t: +44 (0)20 7359 0440 f: +44 (0)20

Plus en détail

À Pékin (heure de Pékin) : 11h00, 20 janvier 2015 À Washington (heure de Washington) : 22h00, 19 janvier 2015 JUSQU À PUBLICATION. Courants contraires

À Pékin (heure de Pékin) : 11h00, 20 janvier 2015 À Washington (heure de Washington) : 22h00, 19 janvier 2015 JUSQU À PUBLICATION. Courants contraires POUR DIFFUSION : À Pékin (heure de Pékin) : 11h00, 20 janvier 2015 À Washington (heure de Washington) : 22h00, 19 janvier 2015 STRICTEMENT CONFIDENTIEL JUSQU À PUBLICATION Courants contraires La baisse

Plus en détail

La gestion déléguée. l expérience de la LYDEC

La gestion déléguée. l expérience de la LYDEC NOT AN OFFICIAL UNCTAD RECORD Partenariat Public-Privé Privé pour le développement du secteur énergétique en Afrique Vendredi 30 avril 2004 - Marrakech La gestion déléguée de la distribution de l'électricité

Plus en détail

ENERGIE SOLAIRE Une Ambition Nationale

ENERGIE SOLAIRE Une Ambition Nationale ENERGIE SOLAIRE Une Ambition Nationale GRANDS AXES DE LA POLITIQUE ENERGÉTIQUE DU MAROC Le renforcement de la sécurité d approvisionnement en energies à travers la diversification des sources et ressources,

Plus en détail

LES ENJEUX DE LA VOLATILITE DU PETROLE ET DU GAZ ENTRETIENS ENSEIGNANTS-ENTREPRISE 28 AOÛT 2013- INSTITUT DE L ENTREPRISE

LES ENJEUX DE LA VOLATILITE DU PETROLE ET DU GAZ ENTRETIENS ENSEIGNANTS-ENTREPRISE 28 AOÛT 2013- INSTITUT DE L ENTREPRISE LES ENJEUX DE LA VOLATILITE DU PETROLE ET DU GAZ ENTRETIENS ENSEIGNANTS-ENTREPRISE 28 AOÛT 213- INSTITUT DE L ENTREPRISE Helle Kristoffersen Directeur de la Stratégie TOTAL VOLATILITÉ DES MATIÈRES PREMIÈRES

Plus en détail

Pourquoi la croissance du commerce international s est-elle essoufflée? Beaucoup d espoir repose sur la libéralisation des échanges commerciaux

Pourquoi la croissance du commerce international s est-elle essoufflée? Beaucoup d espoir repose sur la libéralisation des échanges commerciaux 7 avril Pourquoi la croissance du commerce international s est-elle essoufflée? Beaucoup d espoir repose sur la libéralisation des échanges commerciaux La crise de 9 a eu des conséquences néfastes pour

Plus en détail

2015 et l investissement en actions : la prise de risque est-elle justifiée?

2015 et l investissement en actions : la prise de risque est-elle justifiée? Flash Stratégie Janvier 2015 2015 et l investissement en actions : la prise de risque est-elle justifiée? Jean Borjeix Paris, le 20 janvier 2015 Dans ce document nous allons tout d abord rapprocher nos

Plus en détail

Effets des transferts des migrants sur le développement économique des ménages et pays bénéficiaires

Effets des transferts des migrants sur le développement économique des ménages et pays bénéficiaires Effets des transferts des migrants sur le développement économique des ménages et pays bénéficiaires Chiffres clés En 2010, les 214 millions d'immigrés ont renvoyé approximativement 325 milliards d'euros

Plus en détail

Fiche-Pays : Royaume du Canada

Fiche-Pays : Royaume du Canada Royaume du Maroc Ministère délégué auprès du Ministère de l'industrie, du Commerce, de l'investissement et de l'economie Numérique, Chargé du Commerce Extérieur المملكة المغربية الوزارة المنتدبة لدى وزارة

Plus en détail

Le marché mondial de l énergie a connu ces dix dernières années

Le marché mondial de l énergie a connu ces dix dernières années Éditions La Découverte, collection Repères, Paris, 2013 VII / Énergie : la nouvelle donne américaine Michaël Bret* Le marché mondial de l énergie a connu ces dix dernières années des évolutions importantes.

Plus en détail

ANTICIPATIONS HEBDO. 16 Février 2015. L'élément clé durant la semaine du 9 Février 2015

ANTICIPATIONS HEBDO. 16 Février 2015. L'élément clé durant la semaine du 9 Février 2015 Direction de la Recherche Economique Auteur : Philippe Waechter L'élément clé durant la semaine du 9 Février 2015 Le premier point cette semaine porte sur la croissance modérée de la zone Euro au dernier

Plus en détail

Contexte pétrolier 2010 et tendances

Contexte pétrolier 2010 et tendances Contexte pétrolier 21 et tendances L incertitude du contexte économique, en particulier dans les pays occidentaux, est à l origine d une fluctuation marquée du prix du pétrole en 21 : minimum de 67 $/b

Plus en détail

15 Les Fonds Petroliers

15 Les Fonds Petroliers CHAPTER IV OIL POLICY IN THE GULF OF GUINEA 15 Les Fonds Petroliers By Albert Yama Nkounga I. Introduction 1. La vulnérabilité des économies des pays producteurs de pétrole aux fluctuations à la baisse

Plus en détail

Guide pratique : Je maitrise mon image sur les médias sociaux!

Guide pratique : Je maitrise mon image sur les médias sociaux! Guide pratique : Je maitrise mon image sur les médias sociaux! Ce guide, dédié aux étudiants de l université de Bourgogne a pour objec f de donner des conseils et des bonnes pra ques pour u liser au mieux

Plus en détail

QUATRIÈME TRIMESTRE 2003 PUBLICATION IMMÉDIATE SEMAFO PRÉSENTE SES RÉSULTATS FINANCIERS POUR L ANNÉE SE TERMINANT LE 31 DÉCEMBRE 2003

QUATRIÈME TRIMESTRE 2003 PUBLICATION IMMÉDIATE SEMAFO PRÉSENTE SES RÉSULTATS FINANCIERS POUR L ANNÉE SE TERMINANT LE 31 DÉCEMBRE 2003 COMMUNIQUÉ QUATRIÈME TRIMESTRE 2003 TSX-SMF PUBLICATION IMMÉDIATE SEMAFO PRÉSENTE SES RÉSULTATS FINANCIERS POUR L ANNÉE SE TERMINANT LE 31 DÉCEMBRE 2003 Montréal, Québec, le 21 avril 2004 SEMAFO (TSX SMF)

Plus en détail

Trait d Union. Ce n est qu un au revoir! SOMMAIRE

Trait d Union. Ce n est qu un au revoir! SOMMAIRE Numéro 30 6 juillet 2015 Ce n est qu un au revoir! SOMMAIRE J emporte dans mon cœur toute l affection que les enfants, leurs parents et l ensemble des personnels m ont manifestée lors de la fête de fin

Plus en détail

Les difficultés économiques actuelles devraient demeurer contenues à moins que les tensions financières s amplifient

Les difficultés économiques actuelles devraient demeurer contenues à moins que les tensions financières s amplifient PRÉSENTATION ÉCONOMIQUE ET FINANCIÈRE Association des économistes québécois de l Outaouais 5 à 7 sur la conjoncture économique 3 avril Les difficultés économiques actuelles devraient demeurer contenues

Plus en détail

Panorama de la RDC. La situation économique générale en RDC Les principaux indicateurs conjoncturels L activité bancaire

Panorama de la RDC. La situation économique générale en RDC Les principaux indicateurs conjoncturels L activité bancaire Panorama de la RDC La situation économique générale en RDC Les principaux indicateurs conjoncturels L activité bancaire La situation économique générale en RDC ENVIRONNEMENT INTERNATIONAL SUR LE PLAN ÉCONOMIQUE

Plus en détail

RAPPORT SOMMAIRE DE L ÉTUDE SUR LE MARCHÉ DU PROPANE. Prépare pour. l Association canadienne du gaz propane. Préparé par. Purvin & Gertz Inc.

RAPPORT SOMMAIRE DE L ÉTUDE SUR LE MARCHÉ DU PROPANE. Prépare pour. l Association canadienne du gaz propane. Préparé par. Purvin & Gertz Inc. RAPPORT SOMMAIRE DE L ÉTUDE SUR LE MARCHÉ DU PROPANE Prépare pour l Association canadienne du gaz propane Préparé par Buenos Aires ~ Calgary ~ Dubaï ~ Houston Londres ~ Los Angeles ~ Moscou ~ Singapour

Plus en détail

L'ABC. Le gaz naturel

L'ABC. Le gaz naturel Le gaz naturel Composition SAVIEZ-VOUS QUE? Le pourcentage exact de méthane dans le gaz naturel varie légèrement d'un endroit à l'autre. Dans le réseau de distribution du Québec, il y a 95,4 % de méthane.

Plus en détail

Bonjour! Je m appelle Photon, messager du soleil! Je viens te faire découvrir l énergie Photovoltaïque.

Bonjour! Je m appelle Photon, messager du soleil! Je viens te faire découvrir l énergie Photovoltaïque. Bonjour! Je m appelle Photon, messager du soleil! Je viens te faire découvrir l énergie Photovoltaïque. Question n 1 L'homme a besoin d'énergie pour se déplacer, se chauffer, faire fonctionner ses machines,

Plus en détail

Fiche-Pays : République de l Italie

Fiche-Pays : République de l Italie Royaume du Maroc Ministère délégué auprès du Ministère de l'industrie, du Commerce, de l'investissement et de l'economie Numérique, Chargé du Commerce Extérieur المملكة المغربية الوزارة المنتدبة لدى وزارة

Plus en détail

L INDUSTRIE PÉTROLIÈRE FRANÇAISE EN 2014 ET PERSPECTIVES 2015 CONFÉRENCE DE PRESSE DU 10 MARS 2015

L INDUSTRIE PÉTROLIÈRE FRANÇAISE EN 2014 ET PERSPECTIVES 2015 CONFÉRENCE DE PRESSE DU 10 MARS 2015 L INDUSTRIE PÉTROLIÈRE FRANÇAISE EN 2014 ET PERSPECTIVES 2015 CONFÉRENCE DE PRESSE DU 10 MARS 2015 1 L ÉVÉNEMENT 2014 : FORTE BAISSE DU PRIX DU BARIL Source : UFIP avec des données Reuters 2 1 Marchés

Plus en détail

Attijariwafa bank : un Groupe au service d une Afrique qui avance

Attijariwafa bank : un Groupe au service d une Afrique qui avance Attijariwafa bank : un Groupe au service d une Afrique qui avance En bref : Président Directeur Général: Mohamed EL KETTANI Siège Social : 2. Bd Moulay Youssef - BP: 11141 20000 Casablanca - Maroc Capital:

Plus en détail

BACCALAURÉAT GÉNÉRAL SESSION 2013 SCIENCES. SÉRIES ES et L. Durée de l'épreuve : 1 h 30 coefficient : 2

BACCALAURÉAT GÉNÉRAL SESSION 2013 SCIENCES. SÉRIES ES et L. Durée de l'épreuve : 1 h 30 coefficient : 2 BACCALAURÉAT GÉNÉRAL SESSION 2013 SCIENCES SÉRIES ES et L Durée de l'épreuve : 1 h 30 coefficient : 2 Ce sujet comporte 8 pages numérotées de 1 à 8. L'usage de la calculatrice est autorisé. Le candidat

Plus en détail

5. Filière «GESTION ET VALORISATION DES DECHETS»

5. Filière «GESTION ET VALORISATION DES DECHETS» 5. Filière «GESTION ET VALORISATION DES DECHETS» Le marché du recyclage est en croissance constante depuis 2002 en France et a atteint un chiffre d affaires de 13 Mds, avec 30 000 personnes employées en

Plus en détail

Energie Nucléaire. Principes, Applications & Enjeux. 6 ème - 2014/2015

Energie Nucléaire. Principes, Applications & Enjeux. 6 ème - 2014/2015 Energie Nucléaire Principes, Applications & Enjeux 6 ème - 2014/2015 Quelques constats Le belge consomme 3 fois plus d énergie que le terrien moyen; (0,56% de la consommation mondiale pour 0,17% de la

Plus en détail

Corrigé à l usage exclusif des experts

Corrigé à l usage exclusif des experts Procédure de qualification Assistant du commerce de détail AFP / ECONOMIE Série 2, 2012 Corrigé à l usage exclusif des experts Durée de l'épreuve : Moyens auxiliaires autorisés : 45 minutes machine à calculer

Plus en détail

Ecoval : Solution économique et écologique pour le traitement de déchets

Ecoval : Solution économique et écologique pour le traitement de déchets Ecoval : Solution économique et écologique pour le traitement de déchets Présentation d Ecoval Maroc 2 Sommaire Présentation d Ecoval Maroc Perception du Marché de déchets Objectifs de la plateforme Ecoval

Plus en détail

ACTIVITÉ DE PRODUCTION ORALE. Niveau B2. Les énergies

ACTIVITÉ DE PRODUCTION ORALE. Niveau B2. Les énergies ACTIVITÉ DE PRODUCTION ORALE Niveau B2 Les énergies Le dossier comprend : - une fiche apprenant - une fiche enseignant - le document support Auteurs-concepteurs : Isabelle Barrière, Martine Corsain Fiche

Plus en détail

Présentation au Cercle finance du Québec

Présentation au Cercle finance du Québec PRÉSENTATION ÉCONOMIQUE ET FINANCIÈRE Québec, 19 janvier 1 Présentation au Cercle finance du Québec François Dupuis Vice-président et économiste en chef Mouvement des caisses Desjardins Matières premières

Plus en détail

Quelle relation entre transferts et développement?

Quelle relation entre transferts et développement? MINISTERE DES FINANCES ET DE LA PRIVATISATION Quelle relation entre transferts et développement? Mohamed Chafiki Directeur des Études et des Prévisions Financières 15 décembre 2006 Plan 1. Introduction.

Plus en détail

[ les éco_fiches ] Guerre des changes. Octobre. Mécanismes de la politique monétaire

[ les éco_fiches ] Guerre des changes. Octobre. Mécanismes de la politique monétaire Des fiches pour mieux comprendre l'actualité économique Guerre des changes A l heure actuelle, les Banques Centrales dessinent leurs stratégies de sortie de crise. Deux grands groupes émergent : La Banque

Plus en détail

Pologne I/PRINCIPAUX INDICATEURS : Pays : Pologne. Capitale : Varsovie. Président : Bronislaw Komorowski. Président du conseil : Donald Tusk

Pologne I/PRINCIPAUX INDICATEURS : Pays : Pologne. Capitale : Varsovie. Président : Bronislaw Komorowski. Président du conseil : Donald Tusk Pologne I/PRINCIPAUX INDICATEURS : Pays : Pologne Capitale : Varsovie Président : Bronislaw Komorowski Président du conseil : Donald Tusk Superficie : 312 685 km² Population : 38 441 588 habitants Croissance

Plus en détail

Croissance à crédit. Vladimir Borgy *

Croissance à crédit. Vladimir Borgy * Croissance à crédit Vladimir Borgy * p. 5-15 L économie mondiale a connu en 2004 une conjoncture exceptionnelle, la croissance annuelle au rythme de 5 % est la plus forte enregistrée depuis 1976 et résulte

Plus en détail

Etudier à l'etranger. www.votreguide.ma. Informations. Enseignement ETATS UNIS

Etudier à l'etranger. www.votreguide.ma. Informations. Enseignement ETATS UNIS Etudier à l'etranger ETATS UNIS Informations Langue officielle: Anglais Capitale: Washington Population: 304.367.000 (2008) Superficie: 9.629.090 km2 Monnaie: USD Indicatif téléphonique: +1 Domaine internet:.us

Plus en détail

Croissance plus lente dans les pays émergents, accélération progressive dans les pays avancés

Croissance plus lente dans les pays émergents, accélération progressive dans les pays avancés POUR DIFFUSION : À Washington : 9h00, le 9 juillet 2015 STRICTEMENT CONFIDENTIEL JUSQU À DIFFUSION Croissance plus lente dans les pays émergents, accélération progressive dans les pays avancés La croissance

Plus en détail

Principaux résultats

Principaux résultats L environnement, une opportunité Etat, perspectives et enjeux du marché des engrais Principaux résultats Lundi 28 juin 2010 Pierre Cazeneuve, Directeur GCL DD p.cazeneuve@gcl.tm.fr CONTEXTE GENERAL DE

Plus en détail

LES BRIC: AU DELÀ DES TURBULENCES. Françoise Lemoine, Deniz Ünal Conférence-débat CEPII, L économie mondiale 2014, Paris, 11 septembre 2013

LES BRIC: AU DELÀ DES TURBULENCES. Françoise Lemoine, Deniz Ünal Conférence-débat CEPII, L économie mondiale 2014, Paris, 11 septembre 2013 LES BRIC: AU DELÀ DES TURBULENCES 1. Facteurs structurels du ralentissement de la croissance dans les BRIC 2. Interdépendances commerciales entre les BRIC et le reste du monde Françoise Lemoine, Deniz

Plus en détail

FAITES AFFAIRE AVEC L ALLEMAGNE, PREMIÈRE ÉCONOMIE DE L UNION EUROPÉENNE

FAITES AFFAIRE AVEC L ALLEMAGNE, PREMIÈRE ÉCONOMIE DE L UNION EUROPÉENNE FAITES AFFAIRE AVEC L ALLEMAGNE, PREMIÈRE ÉCONOMIE DE L UNION EUROPÉENNE - Occasions d affaires et secteurs d intérêt - Chambre canadienne allemande de l industrie et du commerce à Montréal Montréal 24

Plus en détail

La Géothermie D.Madet

La Géothermie D.Madet La Géothermie D.Madet La chaleur de la terre augmente avec la profondeur. Les mesures récentes de l accroissement de la température avec la profondeur, appelée gradient géothermique, ont montré que cette

Plus en détail

Animation 6 Le cycle de vie d un téléphone portable

Animation 6 Le cycle de vie d un téléphone portable Animation 6 Le cycle de vie d un téléphone portable Aujourd hui, il est presque impossible de se passer d un téléphone portable. En 2011, près de 100% de la population française est équipée d un téléphone

Plus en détail

La Banque nationale suisse surprend les marchés

La Banque nationale suisse surprend les marchés La Banque nationale suisse surprend les marchés 16 janvier 2015 Faits saillants États-Unis : baisse décevante des ventes au détail en décembre. États-Unis : les prix de l essence font diminuer l inflation,

Plus en détail

CHAPITRE 1 - LES ACTEURS DE L'ECONOMIE

CHAPITRE 1 - LES ACTEURS DE L'ECONOMIE CHAPITRE 1 - LES ACTEURS DE L'ECONOMIE Introduction : les économistes et la rareté Selon les économistes, les hommes sont condamnés au travail pour deu raisons : La nature, à l'état brut, est incapable

Plus en détail

Fonds Granite Financière Sun Life multirisques axés sur une date d échéance

Fonds Granite Financière Sun Life multirisques axés sur une date d échéance Fonds Granite Financière Sun Life multirisques axés sur une date d échéance REVUE DES FONDS, T1 2015 - Opinions au 7 avril 2015 POINTS SAILLANTS SOCIÉTÉ DE GESTION Placements mondiaux Sun Life inc. GESTIONNAIRES

Plus en détail

Changement de moteur

Changement de moteur (CEPII) Présentation de l économie mondiale 2008 On l attendait depuis longtemps! Le déséquilibre de la croissance et les global imbalances Chaque année, commentaire du creusement continu du déficit courant

Plus en détail

Moniteur des branches Industrie MEM

Moniteur des branches Industrie MEM Moniteur des branches Industrie MEM Octobre 2014 Editeur BAKBASEL Rédaction Florian Zainhofer Traduction Anne Fritsch, Verbanet GmbH, www.verbanet.ch Le texte allemand fait foi Adresse BAK Basel Economics

Plus en détail

Hausse du crédit bancaire aux entreprises au Canada

Hausse du crédit bancaire aux entreprises au Canada Hausse du crédit bancaire aux entreprises au Canada Juillet 3 Aperçu Des données récemment publiées, recueillies par Prêts bancaires aux entreprises Autorisations et en-cours (Figure ), l Association des

Plus en détail

N 417. Votre Revue de Presse Du 16/ 06 /2015. press@conect.org.tn tel : +216 31 330 330 Fax: +216 71 231 059 CONECT 2015

N 417. Votre Revue de Presse Du 16/ 06 /2015. press@conect.org.tn tel : +216 31 330 330 Fax: +216 71 231 059 CONECT 2015 N 417 By Votre Revue de Presse Du 16/ 06 /2015 press@conect.org.tn tel : +216 31 330 330 Fax: +216 71 231 059 CONECT 2015 Mardi 16 Juin 2015 1 Site tunisien de l investissement Des handicaps qui persistent

Plus en détail

Analyse et exploitation des données du rapport. du PNUD sur le développement humain

Analyse et exploitation des données du rapport. du PNUD sur le développement humain Royaume du Maroc Direction des Etudes et des Prévisions financières Analyse et exploitation des données du rapport du PNUD sur le développement humain Novembre 1995 Document de travail n 02 Analyse et

Plus en détail

Depuis janvier 2006, les prix des céréales ont plus que doublé, et plus de

Depuis janvier 2006, les prix des céréales ont plus que doublé, et plus de L IDA EN ACTION Réponse de la Banque mondiale à la crise alimentaire Flambée des prix alimentaires : tendances, causes et perspectives Depuis janvier 2006, les prix des céréales ont plus que doublé, et

Plus en détail

Table des matières. Principaux indicateurs macro-économiques. 1

Table des matières. Principaux indicateurs macro-économiques. 1 Tableau de bord des indicateurs macro-économiques mai 2015 Table des matières Présentation générale Principaux indicateurs macro-économiques. 1 Comptes et agrégats de la nation.... 2 Valeur ajoutée réelle

Plus en détail