Comparaison du scanner spiralé sans contraste et de l urographie intraveineuse dans le diagnostic de la colique néphrétique

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Comparaison du scanner spiralé sans contraste et de l urographie intraveineuse dans le diagnostic de la colique néphrétique"

Transcription

1 ARTICLE ORIGINAL Progrès en Urologie (1999), 9, Comparaison du scanner spiralé sans contraste et de l urographie intraveineuse dans le diagnostic de la colique néphrétique Jean-François THIBEAU (1), Stavroula SOURTZIS (2), Marie-Anne BELLEMANS (2), Michel VANDENDRIS (1) (1) Service d Urologie, (2) Service de Radiologie, CHU Brugmann, Bruxelles, Belgique RESUME Buts : Cette étude prospective a pour objectif de déterminer la fiabilité du scanner spiralé sans contraste, comparée à celle de l urographie intraveineuse (UIV), dans le bilan diagnostique de la crise de colique néphrétique. Matériel et Méthodes : 53 patients, admis avec le diagnostic présomptif de colique néphrétique après bilan initial, ont été inclus et ont subi un scanner spiralé sans produit de contraste suivi immédiatement d'une UIV. Ces examens ont été protocolés de manière aveugle par deux radiologues différents. Nous avons, dans un premier temps, recherché la présence de calculs et/ou une obstruction des voies urinaires. Ensuite, pour les patients présentant un calcul et/ou une obstruction (dilatation des voies collectrices) visibles au scanner, nous avons recherché la présence de signes tomodensitométriques associés à la pathologie lithiasique (l infiltration de la graisse périrénale et périurétérale, l oedème de la paroi urétérale et l effacement de la graisse sinusale). Nous avons calculé l association statistique entre la présence ou non d une obstruction et ces mêmes signes accessoires. Résultats : 45 calculs ont été récupérés (dans 36 cas après et dans 9 cas avant les deux examens). 36 calculs ont été identifiés au scanner et 24 seulement à l urographie. La dilatation des voies collectrices a été mise en évidence dans 26 cas parmi les 53 patients aussi bien par l urographie que par le scanner. La fréquence des signes accessoires visibles au scanner en présence d une lithiase (n=36) était de 66% pour l infiltration de la graisse périurétérale, de 36% pour l infiltration de la graisse périrénale et de 75% pour l oedème de la paroi urétérale. Dans les cas de dilatation des voies collectrices, ces fréquences étaient respectivement de 92%, 84% et 60%. Conclusion : Le scanner spiralé sans contraste s avère être un moyen de diagnostic rapide et fiable pour la détection des calculs urinaires, offrant une étude morphologique équivalente à celle de l UIV et permettant une orientation thérapeutique appropriée. Il est amené à remplacer l UIV dans le bilan diagnostique de la colique néphrétique. Mots clés : Uretère, calcul, imagerie, urographie intra-veineuse, scanner hélicoïdal. Le scanner spiralé est de plus en plus utilisé dans l investigation des calculs urinaires, cet examen présentant de nets avantages par rapport à l urographie intraveineuse. Il constitue un examen radiologique rapide, permettant d éviter les risques anaphylactiques liés à l utilisation de produits de contraste. Il ne nécessite pas de préparation intestinale et permet de diagnostiquer des pathologies extra-urinaires. Cet examen, pratiqué sans produit de contraste, permet la détection des calculs urinaires, quelle que soit leur taille, leur localisation ou leur composition chimique [1,3,7]. De plus, la présence de signes tomodensitométriques accessoires associés à l obstruction urinaire, tels que l hydronéphrose, l hydrouretère, l infiltration de la graisse périurétérale ou périrénale, l oedème de la paroi urétérale, et l effacement de la graisse sinusale permet de confirmer le diagnostic, même après élimination récente de la lithiase [5, 6, 9]. Plusieurs études ont montré la valeur du scanner spiralé dans la mise au point des douleurs abdominales [2, 3, 4, 8]. Toutefois, peu d études ont comparé l urographie Manuscrit reçu : juin 1998, accepté : décembre Adresse pour correspondance : Dr. J.F. Thibeau, Service d Urologie, CHU Brugmann, Place Van Gehuchten, 4, 1020 Bruxelles, Belgique. 233

2 et le scanner spiralé sans injection de contraste dans le diagnostic de la colique néphrétique. [7,10]. Le but de notre étude était d analyser les performances du scanner spiralé sans contraste dans la détection des calculs urinaires, comparativement à l UIV (considérée actuellement comme l examen radiologique de référence) et ensuite d évaluer la sensibilité et les valeurs prédictives des signes accessoires mis en évidence par le scanner en présence ou en l absence de calculs et/ou d obstruction urinaire. MATERIEL ET METHODES Durant une période de six mois, 53 patients (32 hommes, 21 femmes d âge moyen 40 ans), hospitalisés pour diagnostic présomptif de colique néphrétique sur la base des examens initiaux réalisés au service des urgences (examen sanguin et urinaire, abdomen sans préparation, échographie du système urinaire) ont été inclus dans cette étude prospective. Les patients ont été adressés aux radiologues sans information sur les résultats des examens préliminaires et sur l élimination éventuelle d un calcul. Ils ont subi, dans les 48 heures suivant leur admission, un scanner spiralé sans injection de contraste suivi immédiatement d une urographie. Les résultats de ces deux examens ont été interprétés séparément par deux radiologues différents. Les patients ont filtré systématiquement leurs urines dès le moment de leur admission, ce qui nous a permis de récupérer dans 45 cas un calcul ou des fragments lithiasiques (dans 35 cas spontanément par filtration des urines, dans 7 cas lors d extractions urétéroscopiques et dans trois cas après lithotritie extracorporelle). Le scanner a été réalisé, sans injection de produit de contraste, en une spirale, de la 12ème vertèbre thoracique au pubis, en apnée ou respiration douce (appareil Prospeed SX, General Electric). Des coupes de 5 mm d épaisseur ont été réalisées avec un incrément de table de 6mm (pitch 1,2) à Kv, mas et ont été reconstruites à 3 mm d intervalle. Les 103 images ainsi produites ont été transférées dans une station de travail (Advantage Windows, General Electric) permettant le reformatage des images dans différents plans. Dans la majorité des cas, le diagnostic était posé sur la lecture des coupes axiales. Dans certains cas, des reconstructions dans différents plans ont été réalisées pour une meilleure mise en évidence des calculs pelviens. L urographie a été réalisée de manière conventionnelle (abdomen sans préparation et clichés à 3,5,10 et 15 minutes après injection intraveineuse de 100 ml de produit de contraste, et prise de clichés tardifs dans les cas d obstruction sévère). Nous avons utilisé les critères radiologiques standard en ce qui concerne la présence ou non de calcul. Les critères d obstruction à l urographie étaient une dilatation unilatérale de l uretère et/ou un retard d excrétion unilatérale du produit de contraste. Le degré d obstruction a été subjectivement défini comme faible, modéré ou sévère. Le critère d obstruction au scanner était la dilatation unilatérale des voies urinaires au-dessus d un certain niveau. Les signes tomodensitométriques accessoires ont été définis selon les critères de la littérature et évalués pour chaque cas par comparaison au côté opposé (supposé sain). Les valeurs de sensibilité pour la détection du calcul urinaire par les deux techniques d imagerie ont été calculées selon le test du coefficient Kappa de Cohen. En présence de calculs urinaires au scanner (n=36), nous avons étudié la fréquence des signes accessoires. La sensibilité, la spécificité et les valeurs prédictives de ces signes tomodensitométriques accessoires ont également été évaluées en présence (n=26 ) ou non (n=27) d une obstruction urinaire. RESULTATS Parmi les 53 patients, 36 ont éliminé un calcul après l investigation radiologique. Neuf patients ont éliminé leur calcul avant celle-ci (cette information n'étant pas fournie aux radiologues). La présence des calculs a été confirmée par leur élimination spontanée (dans les urines filtrées scrupuleusement durant l hospitalisation ou à domicile) ou après leur extraction endoscopique. Huit patients ne présentaient pas de pathologie lithiasique. Lithiase urétérale En ce qui concerne la détection radiologique du calcul, 24 patients avaient un scanner spiralé et une UIV positifs, 12 patients avaient un scanner positif et une UIV négative (Tableau 1). Ces 12 derniers cas ont été confirmés comme vrais positifs : le calcul a été retrouvé par élimination spontanée dans 11 cas et par extraction urétéroscopique dans 1 cas. Dans ce groupe particulièrement intéressant, 6 calculs avaient moins de 4 mm, le plus petit mesurant 2 mm. La taille moyenne du calcul non visualisé à l UIV était de 3,7 mm. Dans 10 cas, le calcul était localisé à la jonction urétéro-vésicale. L analyse chimique a démontré la présence de 2 calculs d acide urique, d un calcul de cystine et de 9 calculs d oxalate de calcium. Dans ce groupe de patients présentant un calcul bas situé et de petite taille, non visible à l urographie, la sensibilité du scanner spiralé (100%) s est donc révélée de loin supérieure à celle de l UIV (66,6%) (p<0,0005). L étude des signes accessoires dans le groupe des

3 Tableau 1. Comparaison de la détection du calcul par l UIV et le scanner. Calcul + indique la présence d un calcul au moment de l examen. UIV et scanner + indiquent la détection de calculs par l examen radiologique. UIV + UIV - Calcul Calcul patients présentant un calcul visible au scanner, a démontré la présence d une hydronéphrose dans 27 cas (75%). L infiltration de la graisse périrénale et périurétérale a été retrouvée respectivement dans 25 cas (68%) et 24 cas (66%). L infiltration de la graisse sinusale a été observée dans 26 cas (70%). La majorité des patients présentait au moins 3 de ces signes accessoires ( Figures 1 à 5). L association de ces signes accessoires avec la présence de calculs est statistiquement significative pour l hydronéphrose, l hydrouretère, l infiltration de la graisse périurétérale et l oedème de la paroi urétérale (p<0,001). Parmi le groupe des 9 patients qui avaient éliminé leur calcul avant l imagerie, nous avons trouvé dans 3 cas une dilatation des voies urinaires au scanner et à l urographie. Le scanner a, de plus, démontré la présence de signes accessoires liés à l obstruction (3 cas d oedème de la paroi urétérale, 2 cas d infiltration de la graisse périurétérale et sinusale). Pas de pathologie lithiasique Scanner + Scanner - Calcul Calcul Dans 8 cas, aucun calcul n a été visualisé par les deux techniques radiologiques. Le scanner a mis en évidence une autre pathologie dans 5 de ces cas (diverticulite dans 2 cas, et dans les 3 autres cas : kyste de l ovaire, anévrisme de l aorte abdominale et pyélonéphrite). Aucune pathologie n a été mise en évidence dans 3 cas. Pour ces 8 patients, aucun signe accessoire n a été visualisé au scanner. Obstruction urinaire en relation avec la lithiase Parmi les 53 patients, 26 présentaient une dilatation des voies urinaires mise en évidence de manière équivalente par les deux techniques (Tableau 2). Parmi ceuxci, 6 présentaient une obstruction sévère (rein muet à Tableau 2. Fréquence des signes accessoires visibles au scan - ner en présence ou en l absence d une obstruction urinaire. Obstruction + Obstruction - (n=26) (n=27) Infiltration 11 2 graisse périrénale Infiltration 24 2 graisse périurétérale Oedème paroi urétérale Effacement 25 3 graisse sinusale Tableau 3. Sensibilité, spécificité, valeurs prédictives des signes accessoires en présence d une obstruction urinaire. Sensibilité Spécificité Valeurs Valeurs prédictives + prédictives - Infiltration graisse périrénale Infiltration graisse périurétérale Oedème paroi urétérale Effacement graisse sinusale l UIV) et 20 une obstruction modérée. 27 ne présentaient aucun signe d obstruction. L étude statistique des signes tomodensitométriques accessoires en présence ou non d une obstruction urinaire démontre une association significative avec cette dernière en ce qui concerne l infiltration de la graisse périurétérale et sinusale (p<0,001) (Tableau 3). DISCUSSION Depuis 1995 et les premiers travaux de SMITH, plusieurs publications ont été consacrées à l application du scanner spiralé dans le bilan diagnostique de la colique néphrétique [1, 2, 4, 5, 6, 7]. L intérêt de notre étude prospective était de réaliser une comparaison directe entre le scanner spiralé et l urographie intraveineuse chez un nombre suffisant de patients. SMITH et KATZ ont montré l excellente sensibilité du scanner spiralé dans la détection des calculs urinaires et nos résultats sont à ce propos comparables [5, 7, 8]. Dans notre étude, la moins bonne sensibilité de l UIV dans la détection lithiasique peut s expliquer de diffé- 235

4 Figure 1. Effacement de la graisse sinusale : sur cette image de reconstruction, la graisse sinusale apparaît visible en noir autour des cavités pyélo-calicielles gauches. Cu côté droit où l uretère est dilaté, la graisse sinusale est presque complète - ment effacée, sans doute en raison d une réaction inflamma - toire (flèches). Figure 2. Cliché de reconstruction montrant un calcul de l uretère sous-pyélique droit (flèche). La graisse sinusale du rein droit est pratiquement effacée. Figure 3. Mise en évidence d un anneau urétéral droit cor - respondant à un oedème de la paroi urétérale après le passa - ge du calcul. Figue 4. Infiltration de la graisse périrénale gauche consécu - tive à l obstruction de l uretère gauche (flèches). Il n y a pas d effacement de la graisse sinusale de ce côté. La graisse péri - rénale droite est normale. Figure 5. Infiltrat périurétéral droit en amont d un calcul. L uretère gauche est normal (flèche). 236

5 rentes manières : par l existence de calculs non radioopaques (acide urique et cystine), de calculs de petite taille (< 4 mm) ou de calculs superposés aux pièces osseuses du bassin, par la possibilité d une confusion avec des phlébolithes pelviens, par l obésité du patient ou encore la mauvaise qualité de la préparation digestive. Dans toutes ces circonstances difficiles, le scanner spiralé offre l avantage d obtenir un diagnostic précis (taille, localisation, nombre de calculs et nature chimique de ceux-ci) éventuellement par l obtention d images reformatées dans différents plans. En ce qui concerne la détection de l obstruction urinaire, les deux examens présentent une sensibilité équivalente. Toutefois, en cas de dilatation des voies urinaires échographiquement visible sans calcul apparent sur les clichés d abdomen, le scanner peut non seulement confirmer l absence de calcul et ainsi orienter le diagnostic vers d autres pathologies, mais également détecter une élimination lithiasique récente par la présence de signes accessoires (tels que l infiltration de la graisse périrénale, périurétérale et sinusale, l oedème de la paroi urétérale). L évaluation des signes accessoires liés à l obstruction montre des résultats intéressants. L infiltration de la graisse périrénale présente une sensibilité de 84% et une bonne corrélation avec l obstruction urinaire (p<0,003). L infiltration de la graisse périurétérale, résultant vraisemblablement d une réaction inflammatoire consécutive au passage du calcul, présente une valeur prédictive positive de 92% en concordance avec les résultats obtenus par FIELDING [4]. Nous avons noté chez nos patients un signe accessoire qui n a pas été décrit jusqu à présent dans la littérature : l effacement de la graisse sinusale (Figures 1 et 2). Ce signe, retrouvé dans 28 cas sur 53 (25 avec et 3 sans obstruction) correspond à la disparition de la transparence aux rayons X de la graisse périsinusale, à la suite de l inflammation consécutive à l extravasation des urines. L apparition de ce signe en cas d obstruction rénale (dilatation du système collecteur) est statistiquement significative, les valeurs prédictives positives et négatives étant élevées. Ce signe radiologique semble constituer un élément sémiologique intéressant. L oedème de la paroi urétérale, correspondant à une irritation de la muqueuse urétérale lors du passage du calcul, a été retrouvé dans 27 cas sur 36 en présence du calcul et persistait encore dans 3 cas parmi les 9 patients ayant éliminé leur calcul avant leur imagerie radiologique. Ce signe ne présentait pas de corrélation statistiquement significative avec l obstruction urinaire. Bien que le cliché d abdomen sans préparation et l échographie restent les examens à réaliser en première approche, le scanner spiralé se révèle être un examen particulièrement utile dans le bilan diagnostique des douleurs abdominales et dans la colique néphrétique [3, 10]. Comparé à l urographie intraveineuse, il offre des avantages intéressants, à savoir sa rapidité d exécution (5 à 10 minutes), l absence de préparation intestinale, la meilleure qualité de l imagerie chez les patients obèses, la découverte de pathologies mimant la colique néphrétique (pathologies digestive et gynécologique, tumeurs urothéliales, caillots...), l absence d injection de produit de contraste iodé (ce qui permet d éviter les risques d anaphylaxie et de néphrotoxicité). En cas de calcul radiotransparent, le scanner permet d éviter une urétéropyélographie rétrograde et de suivre aisément l évolution du calcul en cours de traitement (migration, dissolution,...). L e fficacité du scanner spiralé permet ainsi d orienter rapidement le patient vers le traitement le plus approprié et de réduire la longueur du séjour hospitalier. Les désavantages et limites de la technique tomodensitométrique sont l absence d évaluation de la fonction rénale, la confusion possible de la lithiase avec un phlébolithe ou avec des calcifications vasculaires, particulièrement chez les patients pauvres en graisse rétropéritonéale, les artéfacts générés par la présence de matériel prothétique, l irradiation (toutefois équivalente à celle de l urographie), le coût et la disponibilité du matériel. CONCLUSION Notre étude corrobore les études antérieures consacrées à l apport du scanner spiralé sans contraste dans le bilan diagnostique de la colique néphrétique. Comparé à l urographie intraveineuse, le scanner spiralé sans contraste se révèle plus efficace, permettant un diagnostic plus précis et fiable dans la pathologie lithiasique. Il apparaît plus facile et plus rapide que l urographie, permettant d éviter les risques anaphylactiques. Nous l utilisons actuellement de manière routinière dans le bilan complémentaire de la colique néphrétique, en lieu et place de l urographie intraveineuse. REFERENCES 1. BORIDY I.C., NIKOLAIDIS P., KAWASHIMA A., SANDLER C.M., GOLDMAN S.M. Non contrast CT for ureteral stones. World J. Urol., 1998, 16, DALRYMPLE N.C., VERGA M., ANDERSON K.R., BOVE P., COVEY A.M., ROSENFIELD A.T., SMITH R.C. The value of unenhanced helical computerized tomography in the management of acute flank pain. J. Urol., 1998, 159, FIELDING J.R., STEELE G., FOX L.A., HELLER H., LOUGHLIN K.R. Spiral computerized tomography in the evaluation of acute flank pain : a replacement for excretory urography. J. Urol., 1997, 157, FIELDING J.R., FOX L.A., HELLER H., SELTZER S.E., TEMPA- NY C.M., SILVERMAN S.G., STEELE G. Spiral CT in the evaluation of flank pain : overall accuracy and feature analysis. J. Comp. Ass. Tom., 1997, 21,

6 5. KATZ D.S., LANE M.J., SOMMER F.G. Unhenhanced helical CT of ureteral stones. Incidence of associated urinary tract findings. A.J.R., 1996, 166, LANOUE M.Z., MINDEL H.J. The use of unenhanced helical CT to evaluate suspected renal colic. A.J.R., 1997, 169, SMITH R.C., ROSENFIELD A.T., CHOE K.A., ESSENMACKER K.R., VERGA M., GLICKMAN M.G., LANGE R.C.Comparison of non contrast-enhanced CT and intravenous urography. Radiology, 1995, 194, SMITH R.C., VERGA M., Mc CARTHY S., ROSENFIELD A.T. Diagnosis of acute flank pain : value of unenhanced helical CT. A.J.R., 1996, 166, SMITH R.C., VERGA M., DALRYMPLE N., Mc CARTHY S., ROSENFIELD A. Acute ureteral obstruction : value of secondary signs on helical unenhanced CT. A.J.R., 1996, 167, YILMAZ S., SINDEL T., ARSLAN G., OZKAYNAK C., KARAA- LI K., KABAALIOGLU A., LULECI E. Renal colic : comparison of spiral CT, US and IVU in the detection of ureteral calculi. Eur. Radiol., 1998, 8, Commentaire de Christian Saussine, Service de Chirurgie Urologique, Hôpitaux Universitaires de Strasbourg L enthousiasme soulevé par cet article pour le scanner spiralé sans injection dans le bilan diagnostique d une colique néphrétique mérite d être tempéré. Le diagnostic d une colique néphrétique repose sur la combinaison de signes cliniques souvent très évocateurs pour le patient qui les a déjà présentés, d une opacité en regard de la voie excrétrice urinaire sur le cliché de l abdomen sans préparation, d une dilatation échographique de cette voie urinaire en amont d un calcul parfois visualisé et de la bonne réponse au traitement médical. L UIV est pratiquée en général le lendemain ou le surlendemain de la crise douloureuse, sur un patient soulagé. Elle va certes très souvent confirmer le diagnostic, mais surtout elle va permettre, en association avec la réponse et la tolérance au traitement médical, de poser une indication thérapeutique en fonction du siège et de la taille du calcul mais surtout de son retentissement sur le fonctionnement du rein. Ce dernier point n est pas renseigné par la réalisation d un scanner spiralé sans injection et les auteurs ne l ont pas assez souligné. Dix des douze calculs non vus sur les UIV considérées comme négatives dans ce travail ont été localisés par le scanner au niveau de la jonction urétérovésicale. C est, avec les premiers centimètres lombaires, le segment de l uretère que l on peut explorer facilement avec l échographie. Les auteurs n ont pas précisé les résultats d une éventuelle échographie. Dans le cas des UIV négatives pour la mise en évidence du calcul, les auteurs ne précisent pas si ces examens étaient par ailleurs strictement normaux, sans dilatation ou hypotonie de la voie urinaire. Le scanner spiralé sans injection est indéniablement moins invasif que l UIV mais sa disponibilité n est certainement pas aussi grande actuellement. Les signes indirects décrits par les auteurs doivent, s ils sont reproductibles, faire progresser le diagnostic dans les coliques néphrétiques à UIV normale par expulsion récente d un calcul. Commentaire de Jacques Hubert, Service d Urologie, CHU de Nancy. Bien que pouvant susciter certaines critiques sur le plan de l analyse statistique, cette étude soulève un problème largement débattu depuis quelques années dans la littérature radiologique anglosaxonne : «le scanner spiralé sans injection peut-il remplacer l urographie intraveineuse dans le bilan d une colique néphrétique?». Les avantages du scanner sont sa rapidité (durée de l examen inférieure à 10 mn) et son innocuité. Un certain nombre de signes directs (visualisation du calcul) ou de signes indirects (urétérohydronéphrose, infiltration de la graisse péri-urétérale ou périrénale, oedème de la paroi urétérale...) ont été décrits et les auteurs y ajoutent un nouvel élément sémiologique intéressant. Les limites principales du scanner sont constituées principalement par la difficulté d analyse des calcifications pelviennes et de différenciation entre calcul pelvien et phlébolithe : pour ces lithiases une analyse sémiologique fine est nécessaire.si la difficulté diagnostique persiste, une injection d iode complémentaire est nécessaire soit pour un nouveau scanner, soit pour une urographie intraveineuse. Enfin, pour pouvoir exploiter la totalité des renseignements fournis par le scanner, une analyse de toutes les coupes est nécessaire (soit plus de 100 coupes par patient comme dans cette étude). Le scanner spiralé sans injection présente cependant des avantages incontestables, ce qui fait que plusieurs équipes le préconisent en première intention dans les douleurs de type colique néphrétique. SUMMARY CT or IVU in the assessment of renal colic? Objectives : This prospective study was designed to determine the reliability of noncontrast spiral CT scan, compared to that of intravenous urography (IVU), in the diagnostic assessment of acute renal colid. Material and Methods : 53 patients, admitted with an empirical diagnosis of renal colic after initial assessment, were included and underwent spiral CT scan without contrast agent injection, immediately followed by IVU. These examinations were perfor - med according to a blind protocol by two different radiologists. We initially looked for the presence of stones and/or urinary tract obstruction. Patients with a stone and/or obstruction (urinary tract dilatation) visible on CT scan were then examined for the presence of CT signs associated with stone disease (infiltration of the perirenal and periureteric fat, oedema of the ureteric wall and loss of sinus fat). We calculated the statistical correlation between the presence or absence of obstruction and these accessory signs. Results : 45 stones were recovered (in 36 cases before the two examinations). 36 stones were identified on CT versus only 24 on urography. Urinary tract dilatation was demonstrated in 26 out of 53 cases by both urography and CT. The frequency of accessory signs visible on CT in the presence of stones (n=36) was 66% for infiltration of periureteric fat, 36% for infiltration of perirenal fat and 75% for oedema of the ureteric wall. In the presence of urinary tract dilatation, these frequencies were 92%, 84% and 60% respectively. Conclusion : Noncontrast spiral CT is a reliable and rapid dia - gnostic modality for the detection of urinary stones, providing a morphological study equivalent to that of IVU and able to guide appropriate treatment. It should replace IVU in the diagnostic assessment of renal colic. Key words : Ureter, calculus, imaging, intravenous urography, helical CT scan. 238

Traitement des calculs urinaires par fragmentation (Lithotripsie par ondes de choc extracorporelle)

Traitement des calculs urinaires par fragmentation (Lithotripsie par ondes de choc extracorporelle) Traitement des calculs urinaires par fragmentation (Lithotripsie par ondes de choc extracorporelle) Le traitement des calculs urétéraux et rénaux a beaucoup changé depuis 1980 avec la venue d un appareil

Plus en détail

La fistule vésico-vaginale

La fistule vésico-vaginale La fistule vésico-vaginale Dr Mehdi Jaidane I- Introduction Définition : La fistule vésico-vaginale (FVV) est définie comme l existence «d un trajet anormal reliant la vessie au vagin». Il s agit d une

Plus en détail

Artéfact en queue de comète à l échographie hépatique: un signe de maladie des voies biliaires intra-hépatiques

Artéfact en queue de comète à l échographie hépatique: un signe de maladie des voies biliaires intra-hépatiques Artéfact en queue de comète à l échographie hépatique: un signe de maladie des voies biliaires intra-hépatiques T Smayra, L Menassa-Moussa, S Slaba, M Ghossain, N Aoun Hôtel-Dieu de France, Université

Plus en détail

uestion 4 Quels moyens simples pour explorer et visualiser le pancréas? Veine cave inférieure Aorte Estomac Foie Vésicule biliaire Rate Duodénum

uestion 4 Quels moyens simples pour explorer et visualiser le pancréas? Veine cave inférieure Aorte Estomac Foie Vésicule biliaire Rate Duodénum uestion 4 Quels moyens simples pour explorer et visualiser le pancréas?? 4 > En raison de son petit volume et de sa situation très profonde, le pancréas n est pas palpable à ventre fermé, contrairement

Plus en détail

KYSTE HYDATIQUE ABDOMINAL EXTRA-HEPATIQUE : APPORT DE L IMAGERIE. Service de Radiologie de l hôpital l Tunis. Tunisie

KYSTE HYDATIQUE ABDOMINAL EXTRA-HEPATIQUE : APPORT DE L IMAGERIE. Service de Radiologie de l hôpital l Tunis. Tunisie KYSTE HYDATIQUE ABDOMINAL EXTRA-HEPATIQUE : APPORT DE L IMAGERIE Service de Radiologie de l hôpital l Habib Thameur, Tunis. Tunisie INTRODUCTION Les kystes hydatiques abdominaux extrahépatiques: : rares

Plus en détail

Foscolo (1), J Felblinger (2), S Bracard (1) CHU Hôpital central, service de neuroradiologie, Nancy (1) CHU BRABOIS, Centre d investigation clinique

Foscolo (1), J Felblinger (2), S Bracard (1) CHU Hôpital central, service de neuroradiologie, Nancy (1) CHU BRABOIS, Centre d investigation clinique S A l (1) G H (2) S S Aptel (1), G Hossu (2), S Foscolo (1), J Felblinger (2), S Bracard (1) CHU Hôpital central, service de neuroradiologie, Nancy (1) CHU BRABOIS, Centre d investigation clinique innovation

Plus en détail

Coloscopie virtuelle, Coloscanner à l eau et aux hydrosolubles : Techniques, Indications, Images pièges

Coloscopie virtuelle, Coloscanner à l eau et aux hydrosolubles : Techniques, Indications, Images pièges Coloscopie virtuelle, Coloscanner à l eau et aux hydrosolubles : Techniques, Indications, Images pièges Y. Fargeaudou, M. Boudiaf, M. Abitbol, P. Soyer, A. Merlin, V. Calmels, R. Rymer Service de radiologie

Plus en détail

Item 169 : Évaluation thérapeutique et niveau de preuve

Item 169 : Évaluation thérapeutique et niveau de preuve Item 169 : Évaluation thérapeutique et niveau de preuve COFER, Collège Français des Enseignants en Rhumatologie Date de création du document 2010-2011 Table des matières ENC :...3 SPECIFIQUE :...3 I Différentes

Plus en détail

ASPECT ECHOGRAPHIQUE NORMAL DE LA CAVITE UTERINE APRES IVG. Dr D. Tasias Département de gynécologie, d'obstétrique et de stérilité

ASPECT ECHOGRAPHIQUE NORMAL DE LA CAVITE UTERINE APRES IVG. Dr D. Tasias Département de gynécologie, d'obstétrique et de stérilité Hôpitaux Universitaires de Genève ASPECT ECHOGRAPHIQUE NORMAL DE LA CAVITE UTERINE APRES IVG Dr D. Tasias Département de gynécologie, d'obstétrique et de stérilité Introduction (1) L IVG chirurgicale est

Plus en détail

PLACE DE L IRM DANS LE BILAN D EXTENSION DU CANCER DU RECTUM. Professeur Paul LEGMANN Radiologie A - Cochin Paris

PLACE DE L IRM DANS LE BILAN D EXTENSION DU CANCER DU RECTUM. Professeur Paul LEGMANN Radiologie A - Cochin Paris PLACE DE L IRM DANS LE BILAN D EXTENSION DU CANCER DU RECTUM Professeur Paul LEGMANN Radiologie A - Cochin Paris Cancer du rectum France : 15000 décès/an : 1ère cause. Pronostic souvent réservé Métastases

Plus en détail

Chirurgie assistée par robot et laparoscopie en 3D à l avantage des patients?

Chirurgie assistée par robot et laparoscopie en 3D à l avantage des patients? HigHligHts 2012: CHiRURgiE Chirurgie assistée par robot et laparoscopie en 3D à l avantage des patients? Lukasz Filip Grochola a, Hubert John b, Thomas Hess c, Stefan Breitenstein d a Clinique de chirurgie

Plus en détail

DOULEURS ABDOMINALES : ORIENTATIONS A LA SORTIE DES URGENCES SANS

DOULEURS ABDOMINALES : ORIENTATIONS A LA SORTIE DES URGENCES SANS SEMINAIRE S.F.M.U. 2001 DOULEURS ABDOMINALES NON TRAUMATIQUES : prise en charge aux Urgences DOULEURS ABDOMINALES : ORIENTATIONS A LA SORTIE DES URGENCES SANS AVIS DU CHIRURGIEN Ph. Jean, P. Nelh, R. Mazellier,

Plus en détail

INTERET PRATIQUE DU MDRD AU CHU DE RENNES

INTERET PRATIQUE DU MDRD AU CHU DE RENNES INTERET PRATIQUE DU MDRD AU CHU DE RENNES QU EST-CE QUE LE MDRD? Il s agit d une formule permettant d estimer le débit de filtration glomérulaire et donc la fonction rénale La formule est la suivante :

Plus en détail

Échographie normale et pathologique du grand pectoral

Échographie normale et pathologique du grand pectoral Échographie normale et pathologique du grand pectoral JL Brasseur, N Gault, B Mendes, D Zeitoun-Eiss, J Renoux, P Grenier G H Pitié-Salpêtrière Introduction La pathologie du grand pectoral est relativement

Plus en détail

Uretère ectopique. Diagnostic et traitement CONGRÈS. Étiologie. Examen clinique. Prédisposition. Diagnostic différentiel.

Uretère ectopique. Diagnostic et traitement CONGRÈS. Étiologie. Examen clinique. Prédisposition. Diagnostic différentiel. Uretère ectopique Diagnostic et traitement L ectopie urétérale est une anomalie congénitale qui connaît quelques prédispositions raciales et affecte plus volontiers les femelles. Plusieurs formes sont

Plus en détail

Concept de formation post-graduée en Radiologie

Concept de formation post-graduée en Radiologie Date de la dernière modification : juin 2012 Concept de formation post-graduée en Radiologie Le Service de radiodiagnostic et radiologie interventionnelle assure la formation des médecins assistants désirant

Plus en détail

Apports de la TDM thanatologique dans les décès par armes à feu

Apports de la TDM thanatologique dans les décès par armes à feu Apports de la TDM thanatologique dans les décès par armes à feu T. MARTINELLI 1, V. SCOLAN 2, F. PAYSAN 2, D. COLLOMB 1, L. BARRET 1, G.FERRETTI 1 Services de Radiologie 1 et de Médecine Légale 2 CHU -

Plus en détail

Entérocolpodéfécographie associée à l'étude du temps de transit colique: procédure diagnostique pour exécution en même temps.

Entérocolpodéfécographie associée à l'étude du temps de transit colique: procédure diagnostique pour exécution en même temps. Entérocolpodéfécographie associée à l'étude du temps de transit colique: procédure diagnostique pour exécution en même temps. Marco Estienne, Piero Glorialanza, Veronica Giasotto, Fabrizio Gandolfo, Marianella

Plus en détail

Dr N. BOUCHAOUR,Dr L.STOF, Pr B.MANSOURI Service d Imagerie Médicale CHU Beb-el-Oued Alger

Dr N. BOUCHAOUR,Dr L.STOF, Pr B.MANSOURI Service d Imagerie Médicale CHU Beb-el-Oued Alger Dr N. BOUCHAOUR,Dr L.STOF, Pr B.MANSOURI Service d Imagerie Médicale CHU Beb-el-Oued Alger *Malgré les progrès de dialyse, la transplantation rénale demeure le meilleur choix thérapeutique de l insuffisance

Plus en détail

LIPOASPIRATION DU VENTRE ET DES HANCHES

LIPOASPIRATION DU VENTRE ET DES HANCHES FR É D É R I C SA U V E U R S A R FAT I Ancien Interne des Hôpitaux de Paris Ancien Chef de Clinique à l Hôpital Saint-Louis Fellow of the Endoscopic Plastic Surgery Center Baltimore U.S.A. C H I R U R

Plus en détail

Revue de la littérature

Revue de la littérature Résultats à long terme des anévrysmes traités Revue de la littérature Cours de DES de neurochirurgie Inter-région Rhône-Alpes / Auvergne Vendredi 22/04/11 Méthode (1): sélection bibliographique en fonction

Plus en détail

LE CANCER DE L ESTOMAC (CANCER GASTRIQUE)

LE CANCER DE L ESTOMAC (CANCER GASTRIQUE) LE CANCER DE L ESTOMAC (CANCER GASTRIQUE) Docteur Laurianne Jolissaint (CHU Jean Mingoz, Besancon), Docteur Bruno Buecher, (Institut Curie, Paris), & Comité de Rédaction du site web de la Fédération Francophone

Plus en détail

Activité 38 : Découvrir comment certains déchets issus de fonctionnement des organes sont éliminés de l organisme

Activité 38 : Découvrir comment certains déchets issus de fonctionnement des organes sont éliminés de l organisme Activité 38 : Découvrir comment certains déchets issus de fonctionnement des organes sont éliminés de l organisme 1. EXTRAITS REFERENTIELS DU BO Partie du programme : Fonctionnement de l organisme et besoin

Plus en détail

Nouvelles caméras CZT cardiaques: une seconde vie pour le thallium 201?

Nouvelles caméras CZT cardiaques: une seconde vie pour le thallium 201? Symposium Covidien, Nice, 10 mai 2010 Nouvelles caméras CZT cardiaques: une seconde vie pour le thallium 201? Bernard Songy Centre Cardiologique du Nord St-Denis Thallium 201: Le thallium 201 présente

Plus en détail

Pierre OLIVIER - Médecine Nucléaire

Pierre OLIVIER - Médecine Nucléaire Diplôme Universitaire Corrélations anatomo-physio-pathologiques en imagerie thoracique 25 mai 2011 Imagerie TEP et pathologie tumorale bronchique Pierre OLIVIER - Médecine Nucléaire Détection en coincidence

Plus en détail

Imagerie des lésions traumatiques du muscle iliopsoas chez le sportif

Imagerie des lésions traumatiques du muscle iliopsoas chez le sportif Imagerie des lésions traumatiques du muscle iliopsoas chez le sportif Lionel Pesquer, Pascal Huot, Maryse Moinard, Gérald Paris, Alain Silvestre, Philippe Meyer Clinique du sport de Bordeaux - Mérignac

Plus en détail

Quel apport de l imagerie dans les traitements anti-angiogéniques?

Quel apport de l imagerie dans les traitements anti-angiogéniques? Quel apport de l imagerie dans les traitements anti-angiogéniques? L Fournier, D Balvay, CA Cuénod Service de radiologie, Hôpital Européen Georges Pompidou Laboratoire de Recherche en Imagerie, Equipe

Plus en détail

Migraine et céphalées de tension: diagnostic différentiel et enjeux thérapeutiques

Migraine et céphalées de tension: diagnostic différentiel et enjeux thérapeutiques Migraine et céphalées de tension: diagnostic différentiel et enjeux thérapeutiques Dr Solène de Gaalon Service de neurologie- CHU Nantes Société française des migraines et céphalées Céphalées de tension

Plus en détail

Transplantation pulmonaire et mucoviscidose. Optimiser la prise en charge médicale

Transplantation pulmonaire et mucoviscidose. Optimiser la prise en charge médicale Transplantation pulmonaire et mucoviscidose Optimiser la prise en charge médicale Dr Isabelle Danner-Boucher CRCM adulte de Nantes Unité de Transplantation Thoracique 11èmes Journées Scientifiques de la

Plus en détail

TVP fémorale. Systématisation. La TVP : écho-doppler JP Laroche Unité de Médecine Vasculaire CHU Montpellier. Thrombus mobile

TVP fémorale. Systématisation. La TVP : écho-doppler JP Laroche Unité de Médecine Vasculaire CHU Montpellier. Thrombus mobile Systématisation VCI Fémorale Superf. 3/4 Iliaque Poplitée La TVP : écho-doppler JP Laroche Unité de Médecine Vasculaire CHU Montpellier Mars 2015 Fémorale Sural Difficultés et Pièges: écho-doppler Veineux

Plus en détail

Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur la scintigraphie osseuse et le TEP-SCAN

Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur la scintigraphie osseuse et le TEP-SCAN Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur la scintigraphie osseuse et le TEP-SCAN Docteur Antoine MONET Centre d Imagerie Fonctionnelle Clinique Saint Augustin Jeudi 25 Septembre 2008 Un peu d histoire

Plus en détail

Apport de la TDM dans les cellulites cervico-faciales

Apport de la TDM dans les cellulites cervico-faciales Apport de la TDM dans les cellulites cervico-faciales A propos de 35cas L.Derouich, N.El Benna, N.Moussali, A.Gharbi, A.Abdelouafi Service de Radiologie Hôpital 20 Aout CHU Ibn Roch Casablanca Maroc plan

Plus en détail

Expertise de la chirurgie viscérale hautement spécialisée Résultats intermédiaires

Expertise de la chirurgie viscérale hautement spécialisée Résultats intermédiaires Expertise de la chirurgie viscérale hautement spécialisée Résultats intermédiaires Esther Waeber-Kalbermatten Cheffe du Département de la santé, des affaires sociales et de la culture Mandat d expertise

Plus en détail

LES CONTUSIONS DU REIN

LES CONTUSIONS DU REIN LES CONTUSIONS DU REIN Table des matières Table des matières 3 I - Épidémiologie 9 II - Mécanismes lésionnels 11 A. 1. Choc direct...11 B. 2. Lésions indirectes...11 C. 3. Plaies pénétrantes...11 D. 4.

Plus en détail

Infections urinaires chez l enfant

Infections urinaires chez l enfant Infections urinaires chez l enfant Questions et réponses pour diminuer vos inquiétudes Chers parents, Cette brochure a pour but de faciliter votre compréhension et de diminuer vos inquiétudes en vous

Plus en détail

admission directe du patient en UNV ou en USINV

admission directe du patient en UNV ou en USINV Société française de neurologie RÉFÉRENTIEL D AUTO-ÉVALUATION DES PRATIQUES EN NEUROLOGIE Prise en charge hospitalière initiale des personnes ayant fait un accident vasculaire cérébral (AVC) : admission

Plus en détail

Veraviewepocs 3De Le Panoramique dentaire qui répond à tous vos besoins en imagerie tridimensionnelle (3D)

Veraviewepocs 3De Le Panoramique dentaire qui répond à tous vos besoins en imagerie tridimensionnelle (3D) Veraviewepocs 3De Le Panoramique dentaire qui répond à tous vos besoins en imagerie tridimensionnelle (3D) Thinking ahead. Focused on life. Veraviewepocs 3De Le générateur à Rayons X pour tous vos besoins

Plus en détail

IMAGERIE en PELVI PERINEOLOGIE de la PERSONNE AGEE

IMAGERIE en PELVI PERINEOLOGIE de la PERSONNE AGEE IMAGERIE en PELVI PERINEOLOGIE de la PERSONNE AGEE Frank Boudghène Hopital Tenon - Université Paris 6 PLACE de l IMAGERIE TROUBLES IRRITATIFS du VIEILLISSEMENT Ø Distinguer vieillissement physiologique

Plus en détail

LE FINANCEMENT DES HOPITAUX EN BELGIQUE. Prof. G. DURANT

LE FINANCEMENT DES HOPITAUX EN BELGIQUE. Prof. G. DURANT LE FINANCEMENT DES HOPITAUX EN BELGIQUE Prof. G. DURANT La Belgique (11 millions d habitants) est un pays fédéral. Le financement est organisé au niveau national sauf le financement des infrastructures

Plus en détail

J. Goupil (1), A. Fohlen (1), V. Le Pennec (1), O. Lepage (2), M. Hamon (2), M. Hamon-Kérautret (1)

J. Goupil (1), A. Fohlen (1), V. Le Pennec (1), O. Lepage (2), M. Hamon (2), M. Hamon-Kérautret (1) J. Goupil (1), A. Fohlen (1), V. Le Pennec (1), O. Lepage (2), M. Hamon (2), M. Hamon-Kérautret (1) (1) Pôle d Imagerie, service de Radiologie, CHU Caen (2) Pôle Cardio-thoracique, service de Chirurgie

Plus en détail

Nouvelles définitions des infections nosocomiales ce qui a changé. Christine ROBERT Montpellier Joseph HAJJAR - Valence

Nouvelles définitions des infections nosocomiales ce qui a changé. Christine ROBERT Montpellier Joseph HAJJAR - Valence Nouvelles définitions des infections nosocomiales ce qui a changé Christine ROBERT Montpellier Joseph HAJJAR - Valence Il y a 35 ans Circulaire du 18 octobre 1973 CLI Pas de définition de l infection nosocomiale

Plus en détail

INTERVENTIONS CHIRURGICALES EN GYNÉCOLOGIE

INTERVENTIONS CHIRURGICALES EN GYNÉCOLOGIE INTERVENTIONS CHIRURGICALES EN GYNÉCOLOGIE Informations générales pour la convalescence Pour vous, pour la vie Ce feuillet est destiné à mieux vous renseigner sur les points à observer après une opération

Plus en détail

Votre guide des définitions des maladies graves de l Assurance maladies graves express

Votre guide des définitions des maladies graves de l Assurance maladies graves express Votre guide des définitions des maladies graves de l Assurance maladies graves express Votre guide des définitions des maladies graves de l Assurance maladies graves express Ce guide des définitions des

Plus en détail

Mathieu Chmpigny Gabril Baril Annie Plante Geneviève Romanesky consultant: Dr Denis Robert consultante: Dre Lise Payant

Mathieu Chmpigny Gabril Baril Annie Plante Geneviève Romanesky consultant: Dr Denis Robert consultante: Dre Lise Payant 1 DIAGNOdent: détecte l invisible des caries Mathieu Chmpigny Gabril Baril Annie Plante Geneviève Romanesky consultant: Dr Denis Robert consultante: Dre Lise Payant Formation Continue Les étapes de l expérimentation

Plus en détail

ECHOGRAPHIE EN GYNECOLOGIE ET EN OBSTETRIQUE

ECHOGRAPHIE EN GYNECOLOGIE ET EN OBSTETRIQUE ECHOGRAPHIE EN GYNECOLOGIE ET EN OBSTETRIQUE (Diplôme Interuniversitaire National d ) 17/02/2015 avec Bordeaux, Brest, Lille, Lyon, Marseille, Nantes, Paris V et XII, Toulouse et Tours Objectifs : Formation

Plus en détail

Voxar 3D TM. Suite logicielle pour la visualisation et l analyse avancées des images médicales

Voxar 3D TM. Suite logicielle pour la visualisation et l analyse avancées des images médicales Voxar 3D TM Suite logicielle pour la visualisation et l analyse avancées des images médicales FAMILLE DE PRODUITS VOXAR 3D TM Fonctions et caractéristiques VOXAR 3D TM (workstation) VOXAR 3D ENTERPRISE

Plus en détail

Carte de soins et d urgence

Carte de soins et d urgence Direction Générale de la Santé Carte de soins et d urgence Emergency and Healthcare Card Porphyries Aiguës Hépatiques Acute Hepatic Porphyrias Type de Porphyrie* Déficit en Ala déhydrase Ala Dehydrase

Plus en détail

schémas du by-pass gastrique pour obésité morbide

schémas du by-pass gastrique pour obésité morbide Femme de 58 ans, opérée d un by-pass gastrique 2 ans auparavant. Depuis 10jours, nausées et vomissements. Quels sont les éléments sémiologiques significatifs à retenir sur ls images scanographiques après

Plus en détail

La Dysplasie Ventriculaire Droite Arythmogène

La Dysplasie Ventriculaire Droite Arythmogène 1 La Dysplasie Ventriculaire Droite Arythmogène Document rédigé par l équipe pluridisciplinaire du centre de référence pour les maladies cardiaques héréditaires (Paris), en collaboration avec des patients

Plus en détail

GUIDE D INFORMATIONS A LA PREVENTION DE L INSUFFISANCE RENALE

GUIDE D INFORMATIONS A LA PREVENTION DE L INSUFFISANCE RENALE GUIDE D INFORMATIONS A LA PREVENTION DE L INSUFFISANCE RENALE SOURCES : ligues reins et santé A LA BASE, TOUT PART DES REINS Organes majeurs de l appareil urinaire, les reins permettent d extraire les

Plus en détail

Sujets présentés par le Professeur Olivier CUSSENOT

Sujets présentés par le Professeur Olivier CUSSENOT ANAMACaP Association Nationale des Malades du Cancer de la Prostate 17, bis Avenue Poincaré. 57400 SARREBOURG Sujets présentés par le Professeur Olivier CUSSENOT Place des nouvelles techniques d imagerie

Plus en détail

Découvrez L INSTITUT UNIVERSITAIRE DU CANCER DE TOULOUSE

Découvrez L INSTITUT UNIVERSITAIRE DU CANCER DE TOULOUSE Découvrez L INSTITUT UNIVERSITAIRE DU CANCER DE TOULOUSE 2014 L INSTITUT UNIVERSITAIRE DU CANCER DE TOULOUSE L Institut universitaire du cancer de Toulouse (IUCT) est un nouveau modèle français d organisation

Plus en détail

Comité National de l Enfance 13 boulevard Lefebvre 75015 Paris

Comité National de l Enfance 13 boulevard Lefebvre 75015 Paris Comité National de l Enfance 13 boulevard Lefebvre 75015 Paris L INFECTION URINAIRE CHEZ L ENFANT Conférence présidée par le Docteur Jean LAVAUD Président du Comité National de l Enfance avec la participation

Plus en détail

CPAM REGLES D ASSOCIATION DES ACTES

CPAM REGLES D ASSOCIATION DES ACTES CPAM REGLES D ASSOCIATION DES ACTES Règle générale L'association de deux actes au plus, y compris les gestes complémentaires, peut être tarifée. L'acte dont le tarif hors modificateurs est le plus élevé,

Plus en détail

UNE RARE CAUSE DE SCIATIQUE NON DISCALE : LE SYNDROME DU MUSCLE PYRAMIDAL A PROPOS D UN D. Service de Neuroradiologie, Hôpital des Spécialit

UNE RARE CAUSE DE SCIATIQUE NON DISCALE : LE SYNDROME DU MUSCLE PYRAMIDAL A PROPOS D UN D. Service de Neuroradiologie, Hôpital des Spécialit UNE RARE CAUSE DE SCIATIQUE NON DISCALE : LE SYNDROME DU MUSCLE PYRAMIDAL A PROPOS D UN D CAS L Jroundi, M Benrami, A EL Quessar, My R EL Hassani, H Benchaaboune,, N Chakir, N Boukhrissi,, M Jiddane Service

Plus en détail

Compte rendu d hospitalisation hépatite C. À partir de la IIème année MG, IIIème années MD et Pharmacie

Compte rendu d hospitalisation hépatite C. À partir de la IIème année MG, IIIème années MD et Pharmacie Compte rendu d hospitalisation hépatite C À partir de la IIème année MG, IIIème années MD et Pharmacie ASSISTANCE PUBLIQUE HOPITAUX DE PARIS HOPITAL DU BON SECOURS Service d HEPATHOLOGIE du Professeur

Plus en détail

Propositions de conduite à tenir pour les femmes porteuses d implants mammaires : Avis d experts coordonné par l Institut National du Cancer (INCa)

Propositions de conduite à tenir pour les femmes porteuses d implants mammaires : Avis d experts coordonné par l Institut National du Cancer (INCa) Propositions de conduite à tenir pour les femmes porteuses d implants mammaires : Avis d experts coordonné par l Institut National du Cancer (INCa) Mars 2014 Propositions de conduite à tenir pour les femmes

Plus en détail

Convivial Polyvalent Rentable. Faisceau conique 3D et imagerie panoramique numérique combinés en un système unique.

Convivial Polyvalent Rentable. Faisceau conique 3D et imagerie panoramique numérique combinés en un système unique. Convivial Polyvalent Rentable Faisceau conique 3D et imagerie panoramique numérique combinés en un système unique. Un meilleur rapport qualité-prix SOREDEX fabrique des systèmes de radiographie de qualité

Plus en détail

Evaluation d un appareil quantitatif ultrasonore utilisant des matrices (Beam scanner):précision standardisée

Evaluation d un appareil quantitatif ultrasonore utilisant des matrices (Beam scanner):précision standardisée Evaluation d un appareil quantitatif ultrasonore utilisant des matrices (Beam scanner):précision standardisée M-A Gomez, M Nasser-Eddin, M Defontaine, B Giraudeau, F Jacquot, F Patat INTRODUCTION L ostéoporose

Plus en détail

Symposium des Société Française d Angéiologie (SFA) et Société Francophone de Médecine Sexuelle (SFMS), Paris, Journées internationales Francophones

Symposium des Société Française d Angéiologie (SFA) et Société Francophone de Médecine Sexuelle (SFMS), Paris, Journées internationales Francophones Symposium des Société Française d Angéiologie (SFA) et Société Francophone de Médecine Sexuelle (SFMS), Paris, Journées internationales Francophones d Angéiologie 8 Janvier 2010 Historique 1550 Falloppio

Plus en détail

L impact des avis des usagers sur l amélioration de la prise en charge du patient dans un CHU

L impact des avis des usagers sur l amélioration de la prise en charge du patient dans un CHU L impact des avis des usagers sur l amélioration de la prise en charge du patient dans un CHU Michèle WOLF, MCU-PH, Direction de la qualité, de la coordination des risques et des relations avec les usagers,

Plus en détail

MINISTERE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTE. Annexe n 3 : mise en place d un programme de GDR co nsacré à l amélioration de la pertinence des soins

MINISTERE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTE. Annexe n 3 : mise en place d un programme de GDR co nsacré à l amélioration de la pertinence des soins MINISTERE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTE Annexe n 3 : mise en place d un programme de GDR co nsacré à l amélioration de la des soins 1. Contexte Concernant le repérage des enjeux d amélioration de

Plus en détail

Peut-on reconnaître une tumeur de bas-grade en imagerie conventionnelle? S. Foscolo, L. Taillandier, E. Schmitt, A.S. Rivierre, S. Bracard, CHU NANCY

Peut-on reconnaître une tumeur de bas-grade en imagerie conventionnelle? S. Foscolo, L. Taillandier, E. Schmitt, A.S. Rivierre, S. Bracard, CHU NANCY Peut-on reconnaître une tumeur de bas-grade en imagerie conventionnelle? S. Foscolo, L. Taillandier, E. Schmitt, A.S. Rivierre, S. Bracard, CHU NANCY A quoi sert l imagerie conventionnelle dans le diagnostic

Plus en détail

Causes d insatisfactions du patient pris en charge en ambulatoire

Causes d insatisfactions du patient pris en charge en ambulatoire Causes d insatisfactions du patient pris en charge en ambulatoire Michel MAILLET Unité d Anesthésie & Chirurgie Ambulatoires Hôpital Tenon, AP-HP 4 rue de la Chine; 75020 Paris Chemin Clinique Éligibilité

Plus en détail

Leucémies de l enfant et de l adolescent

Leucémies de l enfant et de l adolescent Janvier 2014 Fiche tumeur Prise en charge des adolescents et jeunes adultes Leucémies de l enfant et de l adolescent GENERALITES COMMENT DIAGNOSTIQUE-T-ON UNE LEUCEMIE AIGUË? COMMENT TRAITE-T-ON UNE LEUCEMIE

Plus en détail

Diatélic DP : télémédecine pour la prévention des aggravations de santé des dialysés à domicile

Diatélic DP : télémédecine pour la prévention des aggravations de santé des dialysés à domicile DP : télémédecine pour la prévention des aggravations de santé des dialysés à domicile Jacques CHANLIAU, François CHARPILLET, Pierre-Yves DURAND, Robert HERVY, Jean-Pierre THOMESSE, Luis VEGA Résumé. DP

Plus en détail

Le GRAND CONSEIL de la République et canton de Genève décrète ce qui suit :

Le GRAND CONSEIL de la République et canton de Genève décrète ce qui suit : Secrétariat du Grand Conseil PL 10267 Projet présenté par le Conseil d Etat Date de dépôt: 22 mai 2008 Projet de loi ouvrant un crédit au titre d'indemnité cantonale d'investissement de 3 000 000 F, pour

Plus en détail

GUIDE PATIENT - AFFECTION DE LONGUE DURÉE. La prise en charge du cancer du rein

GUIDE PATIENT - AFFECTION DE LONGUE DURÉE. La prise en charge du cancer du rein GUIDE PATIENT - AFFECTION DE LONGUE DURÉE La prise en charge du cancer du rein Novembre 2010 Pourquoi ce guide? Votre médecin traitant vous a remis ce guide pour vous informer sur le cancer du rein, son

Plus en détail

Résultat du traitement de la varicocèle chez l'adolescent par l'association coils-sclérosants.

Résultat du traitement de la varicocèle chez l'adolescent par l'association coils-sclérosants. Résultat du traitement de la varicocèle chez l'adolescent par l'association coils-sclérosants. P. Fajadet, L. Carfagna, O. Loustau, J. Vial, J. Moscovici, J.J. Railhac, N. Sans. Radiologie Interventionnelle

Plus en détail

Dépistage du cancer du poumon:

Dépistage du cancer du poumon: Dépistage du cancer du poumon: les enjeux Colloque de l Escalade Genève, 5 décembre 2012 Thierry Rochat, Service de Pneumologie, HUG Le cancer bronchique c est déprimant Lors du diagnostic du ca bronchique

Plus en détail

EXEMPLE DE METHODOLOGIE POUR L ELABORATION D UN PROTOCOLE DOULEUR Marie AUBRY Infirmière référente douleur Hôpital TENON AP-HP Paris XX e SOMMAIRE

EXEMPLE DE METHODOLOGIE POUR L ELABORATION D UN PROTOCOLE DOULEUR Marie AUBRY Infirmière référente douleur Hôpital TENON AP-HP Paris XX e SOMMAIRE EXEMPLE DE METHODOLOGIE POUR L ELABORATION D UN PROTOCOLE DOULEUR Marie AUBRY Infirmière référente douleur Hôpital TENON AP-HP Paris XX e SOMMAIRE Etape n 1 : Faire l état des lieux Identifier la situation

Plus en détail

Le cliché thoracique

Le cliché thoracique Le cliché thoracique Date de création du document 2008-2009 Table des matières * Introduction... 1 1 Nomenclature radiologique... 1 2 Le cliché thoracique de face... 2 2. 1 Qualité du cliché... 1 2. 2

Plus en détail

IRM du Cancer du Rectum

IRM du Cancer du Rectum IRM du Cancer du Rectum quels CHOIX TECHNIQUES pour quels OBJECTIFS THERAPEUTIQUES? Frank Boudghène, T. Andre, A. Stivalet, I. Frey, L. Paslaru, V. Ganthier, M. Tassart Hopital Tenon - Université Paris

Plus en détail

Acquis et limites de la classification BI-RADS Prélever ou surveiller. Mammographie-Echographie-IRM

Acquis et limites de la classification BI-RADS Prélever ou surveiller. Mammographie-Echographie-IRM Acquis et limites de la classification BI-RADS Prélever ou surveiller Mammographie-Echographie-IRM Dr Luc Ceugnart LILLE SFSPM Paris 14 novembre 2012 BI-RADS: Breast Imaging Reporting And Data System de

Plus en détail

L évaluation médico-économique. Les études microéconomiques. Julien GUIGNET CHU/CH Montmorillon

L évaluation médico-économique. Les études microéconomiques. Julien GUIGNET CHU/CH Montmorillon L évaluation médico-économique Les études microéconomiques Julien GUIGNET CHU/CH Montmorillon Arbitrage et Aide à la décision (1) Ressources limitées du secteur sanitaire Nécessité de faire des choix Développement

Plus en détail

INFORMATION À DESTINATION DES PROFESSIONNELS DE SANTÉ LE DON DU VIVANT

INFORMATION À DESTINATION DES PROFESSIONNELS DE SANTÉ LE DON DU VIVANT INFORMATION À DESTINATION DES PROFESSIONNELS DE SANTÉ LE DON DU VIVANT QUELS RÉSULTATS POUR LE RECEVEUR? QUELS RISQUES POUR LE DONNEUR? DONNER UN REIN DE SON VIVANT PEUT CONCERNER CHACUN /////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

Plus en détail

Imagerie Médicale. Introduction

Imagerie Médicale. Introduction Imagerie Médicale Introduction Source: uhrad.com. Isabelle Bloch Département Traitement du Signal et des Images, Télécom ParisTech CNRS UMR 5141 LTCI 46 rue Barrault, 75013 Paris. Un peu d histoire Des

Plus en détail

BERTHIER E, CHRISTIANO M, PHILIPPE M O, IEHL J, TATARU N, DECAVEL P, VUILLIER F, ELISEEF A, MOULIN T. Introduction (1). Contexte de l étude

BERTHIER E, CHRISTIANO M, PHILIPPE M O, IEHL J, TATARU N, DECAVEL P, VUILLIER F, ELISEEF A, MOULIN T. Introduction (1). Contexte de l étude REPRODUCTIBILITE INTEROBSERVATEUR DU TEST «NIHSS» (National Institutes of Heath Stroke Scale) RÉALISÉ PAR VIDÉOCONFÉRENCE : EXPÉRIENCE DU RÉSEAU DES URGENCES NEUROLOGIQUES (RUN) BERTHIER E, CHRISTIANO

Plus en détail

LASER DOPPLER. Cependant elle n est pas encore utilisée en routine mais reste du domaine de la recherche et de l évaluation.

LASER DOPPLER. Cependant elle n est pas encore utilisée en routine mais reste du domaine de la recherche et de l évaluation. LASER DOPPLER INTRODUCTION La technique qui utilise l effet Doppler à partir d un faisceau laser est l une des seules qui permette d enregistrer en continu le reflet de la perfusion superficielle de tissus

Plus en détail

CE QU IL FAUT SAVOIR PARTICIPATION À UN ESSAI CLINIQUE SUR UN MÉDICAMENT

CE QU IL FAUT SAVOIR PARTICIPATION À UN ESSAI CLINIQUE SUR UN MÉDICAMENT CE QU IL FAUT SAVOIR PARTICIPATION À UN ESSAI CLINIQUE SUR UN MÉDICAMENT Sommaire Comment se fait la recherche sur un nouveau médicament? (page 1) A quoi sert la recherche sur un nouveau médicament? (page

Plus en détail

Spondylarthropathies : diagnostic, place des anti-tnf et surveillance par le généraliste. Pr P. Claudepierre CHU Henri Mondor - Créteil

Spondylarthropathies : diagnostic, place des anti-tnf et surveillance par le généraliste. Pr P. Claudepierre CHU Henri Mondor - Créteil Spondylarthropathies : diagnostic, place des anti-tnf et surveillance par le généraliste Pr P. Claudepierre CHU Henri Mondor - Créteil Le Diagnostic Objectif de la démarche diagnostique Diagnostic de SPONDYLARTHROPATHIE

Plus en détail

Fibrillation atriale cause de l accident vasculaire cérébral: comment la détecter?

Fibrillation atriale cause de l accident vasculaire cérébral: comment la détecter? Fibrillation atriale cause de l accident vasculaire cérébral: comment la détecter? Paul Milliez, MD, PhD Service de Cardiologie CHU Cote de Nacre, Caen Définition arythmie emboligène. Arythmie caractérisée

Plus en détail

Annexe 7. Le «Télé-AVC» : téléconsultation neurologique téléradiologie application à l AVC de la télémédecine

Annexe 7. Le «Télé-AVC» : téléconsultation neurologique téléradiologie application à l AVC de la télémédecine Annexe 7 Le «Télé-AVC» : téléconsultation neurologique téléradiologie application à l AVC de la télémédecine A37 Le «Télé-AVC» : téléconsultation neurologique téléradiologie application à l AVC de la

Plus en détail

MODULE D EXERCICE PROFESSIONNEL NOTION MÉDICO-ÉCONOMIQUE DES DE RADIOLOGIE ET IMAGERIE MÉDICALE. Dr F Lefèvre (1-2), Pr M Claudon (2)

MODULE D EXERCICE PROFESSIONNEL NOTION MÉDICO-ÉCONOMIQUE DES DE RADIOLOGIE ET IMAGERIE MÉDICALE. Dr F Lefèvre (1-2), Pr M Claudon (2) MODULE D EXERCICE PROFESSIONNEL NOTION MÉDICO-ÉCONOMIQUE DES DE RADIOLOGIE ET IMAGERIE MÉDICALE Dr F Lefèvre (1-2), Pr M Claudon (2) 1 - SCP Radiolor 2 - CHU de Nancy MODE D EXERCICE DU PRATICIEN Choix

Plus en détail

Qui et quand opérer. au cours du traitement de l EI?

Qui et quand opérer. au cours du traitement de l EI? Qui et quand opérer au cours du traitement de l EI? Gilbert Habib Département de Cardiologie - Timone Marseille 7es JNI Bordeaux, 8 juin 2006 Université de la Méditerranée Faculté de Médecine de Marseille

Plus en détail

admission aux urgences

admission aux urgences Société française de neurologie RÉFÉRENTIEL D AUTO-ÉVALUATION DES PRATIQUES EN NEUROLOGIE Prise en charge hospitalière initiale des personnes ayant fait un accident vasculaire cérébral (AVC) : admission

Plus en détail

Julien WEGRZYN, Gualter VAZ, Jean-Paul CARRET

Julien WEGRZYN, Gualter VAZ, Jean-Paul CARRET Prothèse totale de hanche sur tumeur PROTH THESE E TOTALE T E DE HANH ANCHE E SUR TUMEUR Julien WEGRZYN, Gualter VAZ, Jean-Paul CARRET Le squelette de la hanche (os iliaque péri-acétabulaire et extrémité

Plus en détail

Scolioses lombaires de l adulte : clinique et traitement médical

Scolioses lombaires de l adulte : clinique et traitement médical Scolioses lombaires de l adulte : clinique et traitement médical Par Pierre Antonietti Chirurgien orthopédiste Clinique Jouvenet, Paris Il existe deux types de scolioses de l adulte : des scolioses de

Plus en détail

Quantification en tomographie d émission

Quantification en tomographie d émission Quantification en tomographie d émission Irène Buvat Imagerie et Modélisation en Neurobiologie et Cancérologie UMR 8165 CNRS - Paris 7 - Paris 11 buvat@imnc.in2p3.fr http://www.guillemet.org/irene Séminaire

Plus en détail

RECUEIL DE LEGISLATION. S o m m a i r e. Caisse nationale de santé Statuts page 4300

RECUEIL DE LEGISLATION. S o m m a i r e. Caisse nationale de santé Statuts page 4300 MEMORIAL Journal Officiel du Grand-Duché de Luxembourg 4299 1623 MEMORIAL Amtsblatt des Großherzogtums Luxemburg RECUEIL DE LEGISLATION A N 232 110 30 décembre 22 mai 2009 2013 S o m m a i r e Caisse nationale

Plus en détail

LA LOMBALGIE CHRONIQUE : Facteurs de risque, diagnostic, prise en charge thérapeutique

LA LOMBALGIE CHRONIQUE : Facteurs de risque, diagnostic, prise en charge thérapeutique LA LOMBALGIE CHRONIQUE : Facteurs de risque, diagnostic, prise en charge thérapeutique Caroline Karras-Guillibert Rhumatologue, Hôpital Saint Joseph, Marseille La lombalgie chronique : le «mal du siècle»?

Plus en détail

SMSTO / ANMTEPH Journées d Automne 2009

SMSTO / ANMTEPH Journées d Automne 2009 SMSTO / ANMTEPH Journées d Automne 2009 Cancers professionnels des cavités nasales et sinusiennes Dr Dominique Tripodi Centre Hospitalier Universitaire de Nantes Place Alexis Ricordeau - 44093 Nantes Cedex

Plus en détail

Intérêt de la TEP-FDG dans les cancers de l ovaire

Intérêt de la TEP-FDG dans les cancers de l ovaire Intérêt de la TEP-FDG dans les cancers de l ovaire T. Mognetti et F. Giammarile Introduction La TEP-FDG (Tomographie par Émission de Positons après injection de 18 F- Fluoro-2-Déoxy-Glucose) est un des

Plus en détail

Le principe de la TEP

Le principe de la TEP couplée TDM Le principe de la TEP C est un atome contenant un positon supplémentaire, libéré dans l organisme lors de la désintégration.il se désintègre selon une radioactivité beta+ Lorsque le positron

Plus en détail

Algorithme pour le traitement à l oseltamivir et au zanamivir de la grippe peu sévère ou sans complications chez les adultes

Algorithme pour le traitement à l oseltamivir et au zanamivir de la grippe peu sévère ou sans complications chez les adultes Annexe A Algorithme pour le traitement à l oseltamivir et au zanamivir de la grippe peu sévère ou sans complications chez les adultes Adultes atteints de grippe légère ou sans complications Aucun facteur

Plus en détail

Professeur Diane GODIN-RIBUOT

Professeur Diane GODIN-RIBUOT UE3-2 - Physiologie rénale Chapitre 5 : Mesure de la fonction rénale : la clairance rénale Professeur Diane GODIN-RIBUOT Année universitaire 2011/2012 Université Joseph Fourier de Grenoble - Tous droits

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES DES UNITES NEURO-VASCULAIRES

CAHIER DES CHARGES DES UNITES NEURO-VASCULAIRES CAHIER DES CHARGES DES UNITES NEURO-VASCULAIRES 1 TEXTES DE REFERENCE 1.1 Cadre juridique Loi n o 2004-806 du 9 août 2004 relative à la politique de santé publique, notamment la mesure 72 de son annexe

Plus en détail

PROTOCOLE d utilisation de la MORPHINE en PCA, hors traitement postopératoire

PROTOCOLE d utilisation de la MORPHINE en PCA, hors traitement postopératoire Comité de lutte contre la douleur PROTOCOLE d utilisation de la MORPHINE en PCA, hors traitement postopératoire Référence : CLUD 18 Version : 2 Date de diffusion Intranet : 23-10-2007 Objet Ce protocole

Plus en détail

Etude non invasive du remodelage bronchique chez la souris

Etude non invasive du remodelage bronchique chez la souris Etude non invasive du remodelage bronchique chez la souris M. Lederlin, M. Montaudon, P. Berger, A. Ozier, F. Laurent Laboratoire de physiologie cellulaire respiratoire INSERM U885, Bordeaux 2 Unité d

Plus en détail