Comparaison du scanner spiralé sans contraste et de l urographie intraveineuse dans le diagnostic de la colique néphrétique

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Comparaison du scanner spiralé sans contraste et de l urographie intraveineuse dans le diagnostic de la colique néphrétique"

Transcription

1 ARTICLE ORIGINAL Progrès en Urologie (1999), 9, Comparaison du scanner spiralé sans contraste et de l urographie intraveineuse dans le diagnostic de la colique néphrétique Jean-François THIBEAU (1), Stavroula SOURTZIS (2), Marie-Anne BELLEMANS (2), Michel VANDENDRIS (1) (1) Service d Urologie, (2) Service de Radiologie, CHU Brugmann, Bruxelles, Belgique RESUME Buts : Cette étude prospective a pour objectif de déterminer la fiabilité du scanner spiralé sans contraste, comparée à celle de l urographie intraveineuse (UIV), dans le bilan diagnostique de la crise de colique néphrétique. Matériel et Méthodes : 53 patients, admis avec le diagnostic présomptif de colique néphrétique après bilan initial, ont été inclus et ont subi un scanner spiralé sans produit de contraste suivi immédiatement d'une UIV. Ces examens ont été protocolés de manière aveugle par deux radiologues différents. Nous avons, dans un premier temps, recherché la présence de calculs et/ou une obstruction des voies urinaires. Ensuite, pour les patients présentant un calcul et/ou une obstruction (dilatation des voies collectrices) visibles au scanner, nous avons recherché la présence de signes tomodensitométriques associés à la pathologie lithiasique (l infiltration de la graisse périrénale et périurétérale, l oedème de la paroi urétérale et l effacement de la graisse sinusale). Nous avons calculé l association statistique entre la présence ou non d une obstruction et ces mêmes signes accessoires. Résultats : 45 calculs ont été récupérés (dans 36 cas après et dans 9 cas avant les deux examens). 36 calculs ont été identifiés au scanner et 24 seulement à l urographie. La dilatation des voies collectrices a été mise en évidence dans 26 cas parmi les 53 patients aussi bien par l urographie que par le scanner. La fréquence des signes accessoires visibles au scanner en présence d une lithiase (n=36) était de 66% pour l infiltration de la graisse périurétérale, de 36% pour l infiltration de la graisse périrénale et de 75% pour l oedème de la paroi urétérale. Dans les cas de dilatation des voies collectrices, ces fréquences étaient respectivement de 92%, 84% et 60%. Conclusion : Le scanner spiralé sans contraste s avère être un moyen de diagnostic rapide et fiable pour la détection des calculs urinaires, offrant une étude morphologique équivalente à celle de l UIV et permettant une orientation thérapeutique appropriée. Il est amené à remplacer l UIV dans le bilan diagnostique de la colique néphrétique. Mots clés : Uretère, calcul, imagerie, urographie intra-veineuse, scanner hélicoïdal. Le scanner spiralé est de plus en plus utilisé dans l investigation des calculs urinaires, cet examen présentant de nets avantages par rapport à l urographie intraveineuse. Il constitue un examen radiologique rapide, permettant d éviter les risques anaphylactiques liés à l utilisation de produits de contraste. Il ne nécessite pas de préparation intestinale et permet de diagnostiquer des pathologies extra-urinaires. Cet examen, pratiqué sans produit de contraste, permet la détection des calculs urinaires, quelle que soit leur taille, leur localisation ou leur composition chimique [1,3,7]. De plus, la présence de signes tomodensitométriques accessoires associés à l obstruction urinaire, tels que l hydronéphrose, l hydrouretère, l infiltration de la graisse périurétérale ou périrénale, l oedème de la paroi urétérale, et l effacement de la graisse sinusale permet de confirmer le diagnostic, même après élimination récente de la lithiase [5, 6, 9]. Plusieurs études ont montré la valeur du scanner spiralé dans la mise au point des douleurs abdominales [2, 3, 4, 8]. Toutefois, peu d études ont comparé l urographie Manuscrit reçu : juin 1998, accepté : décembre Adresse pour correspondance : Dr. J.F. Thibeau, Service d Urologie, CHU Brugmann, Place Van Gehuchten, 4, 1020 Bruxelles, Belgique. 233

2 et le scanner spiralé sans injection de contraste dans le diagnostic de la colique néphrétique. [7,10]. Le but de notre étude était d analyser les performances du scanner spiralé sans contraste dans la détection des calculs urinaires, comparativement à l UIV (considérée actuellement comme l examen radiologique de référence) et ensuite d évaluer la sensibilité et les valeurs prédictives des signes accessoires mis en évidence par le scanner en présence ou en l absence de calculs et/ou d obstruction urinaire. MATERIEL ET METHODES Durant une période de six mois, 53 patients (32 hommes, 21 femmes d âge moyen 40 ans), hospitalisés pour diagnostic présomptif de colique néphrétique sur la base des examens initiaux réalisés au service des urgences (examen sanguin et urinaire, abdomen sans préparation, échographie du système urinaire) ont été inclus dans cette étude prospective. Les patients ont été adressés aux radiologues sans information sur les résultats des examens préliminaires et sur l élimination éventuelle d un calcul. Ils ont subi, dans les 48 heures suivant leur admission, un scanner spiralé sans injection de contraste suivi immédiatement d une urographie. Les résultats de ces deux examens ont été interprétés séparément par deux radiologues différents. Les patients ont filtré systématiquement leurs urines dès le moment de leur admission, ce qui nous a permis de récupérer dans 45 cas un calcul ou des fragments lithiasiques (dans 35 cas spontanément par filtration des urines, dans 7 cas lors d extractions urétéroscopiques et dans trois cas après lithotritie extracorporelle). Le scanner a été réalisé, sans injection de produit de contraste, en une spirale, de la 12ème vertèbre thoracique au pubis, en apnée ou respiration douce (appareil Prospeed SX, General Electric). Des coupes de 5 mm d épaisseur ont été réalisées avec un incrément de table de 6mm (pitch 1,2) à Kv, mas et ont été reconstruites à 3 mm d intervalle. Les 103 images ainsi produites ont été transférées dans une station de travail (Advantage Windows, General Electric) permettant le reformatage des images dans différents plans. Dans la majorité des cas, le diagnostic était posé sur la lecture des coupes axiales. Dans certains cas, des reconstructions dans différents plans ont été réalisées pour une meilleure mise en évidence des calculs pelviens. L urographie a été réalisée de manière conventionnelle (abdomen sans préparation et clichés à 3,5,10 et 15 minutes après injection intraveineuse de 100 ml de produit de contraste, et prise de clichés tardifs dans les cas d obstruction sévère). Nous avons utilisé les critères radiologiques standard en ce qui concerne la présence ou non de calcul. Les critères d obstruction à l urographie étaient une dilatation unilatérale de l uretère et/ou un retard d excrétion unilatérale du produit de contraste. Le degré d obstruction a été subjectivement défini comme faible, modéré ou sévère. Le critère d obstruction au scanner était la dilatation unilatérale des voies urinaires au-dessus d un certain niveau. Les signes tomodensitométriques accessoires ont été définis selon les critères de la littérature et évalués pour chaque cas par comparaison au côté opposé (supposé sain). Les valeurs de sensibilité pour la détection du calcul urinaire par les deux techniques d imagerie ont été calculées selon le test du coefficient Kappa de Cohen. En présence de calculs urinaires au scanner (n=36), nous avons étudié la fréquence des signes accessoires. La sensibilité, la spécificité et les valeurs prédictives de ces signes tomodensitométriques accessoires ont également été évaluées en présence (n=26 ) ou non (n=27) d une obstruction urinaire. RESULTATS Parmi les 53 patients, 36 ont éliminé un calcul après l investigation radiologique. Neuf patients ont éliminé leur calcul avant celle-ci (cette information n'étant pas fournie aux radiologues). La présence des calculs a été confirmée par leur élimination spontanée (dans les urines filtrées scrupuleusement durant l hospitalisation ou à domicile) ou après leur extraction endoscopique. Huit patients ne présentaient pas de pathologie lithiasique. Lithiase urétérale En ce qui concerne la détection radiologique du calcul, 24 patients avaient un scanner spiralé et une UIV positifs, 12 patients avaient un scanner positif et une UIV négative (Tableau 1). Ces 12 derniers cas ont été confirmés comme vrais positifs : le calcul a été retrouvé par élimination spontanée dans 11 cas et par extraction urétéroscopique dans 1 cas. Dans ce groupe particulièrement intéressant, 6 calculs avaient moins de 4 mm, le plus petit mesurant 2 mm. La taille moyenne du calcul non visualisé à l UIV était de 3,7 mm. Dans 10 cas, le calcul était localisé à la jonction urétéro-vésicale. L analyse chimique a démontré la présence de 2 calculs d acide urique, d un calcul de cystine et de 9 calculs d oxalate de calcium. Dans ce groupe de patients présentant un calcul bas situé et de petite taille, non visible à l urographie, la sensibilité du scanner spiralé (100%) s est donc révélée de loin supérieure à celle de l UIV (66,6%) (p<0,0005). L étude des signes accessoires dans le groupe des

3 Tableau 1. Comparaison de la détection du calcul par l UIV et le scanner. Calcul + indique la présence d un calcul au moment de l examen. UIV et scanner + indiquent la détection de calculs par l examen radiologique. UIV + UIV - Calcul Calcul patients présentant un calcul visible au scanner, a démontré la présence d une hydronéphrose dans 27 cas (75%). L infiltration de la graisse périrénale et périurétérale a été retrouvée respectivement dans 25 cas (68%) et 24 cas (66%). L infiltration de la graisse sinusale a été observée dans 26 cas (70%). La majorité des patients présentait au moins 3 de ces signes accessoires ( Figures 1 à 5). L association de ces signes accessoires avec la présence de calculs est statistiquement significative pour l hydronéphrose, l hydrouretère, l infiltration de la graisse périurétérale et l oedème de la paroi urétérale (p<0,001). Parmi le groupe des 9 patients qui avaient éliminé leur calcul avant l imagerie, nous avons trouvé dans 3 cas une dilatation des voies urinaires au scanner et à l urographie. Le scanner a, de plus, démontré la présence de signes accessoires liés à l obstruction (3 cas d oedème de la paroi urétérale, 2 cas d infiltration de la graisse périurétérale et sinusale). Pas de pathologie lithiasique Scanner + Scanner - Calcul Calcul Dans 8 cas, aucun calcul n a été visualisé par les deux techniques radiologiques. Le scanner a mis en évidence une autre pathologie dans 5 de ces cas (diverticulite dans 2 cas, et dans les 3 autres cas : kyste de l ovaire, anévrisme de l aorte abdominale et pyélonéphrite). Aucune pathologie n a été mise en évidence dans 3 cas. Pour ces 8 patients, aucun signe accessoire n a été visualisé au scanner. Obstruction urinaire en relation avec la lithiase Parmi les 53 patients, 26 présentaient une dilatation des voies urinaires mise en évidence de manière équivalente par les deux techniques (Tableau 2). Parmi ceuxci, 6 présentaient une obstruction sévère (rein muet à Tableau 2. Fréquence des signes accessoires visibles au scan - ner en présence ou en l absence d une obstruction urinaire. Obstruction + Obstruction - (n=26) (n=27) Infiltration 11 2 graisse périrénale Infiltration 24 2 graisse périurétérale Oedème paroi urétérale Effacement 25 3 graisse sinusale Tableau 3. Sensibilité, spécificité, valeurs prédictives des signes accessoires en présence d une obstruction urinaire. Sensibilité Spécificité Valeurs Valeurs prédictives + prédictives - Infiltration graisse périrénale Infiltration graisse périurétérale Oedème paroi urétérale Effacement graisse sinusale l UIV) et 20 une obstruction modérée. 27 ne présentaient aucun signe d obstruction. L étude statistique des signes tomodensitométriques accessoires en présence ou non d une obstruction urinaire démontre une association significative avec cette dernière en ce qui concerne l infiltration de la graisse périurétérale et sinusale (p<0,001) (Tableau 3). DISCUSSION Depuis 1995 et les premiers travaux de SMITH, plusieurs publications ont été consacrées à l application du scanner spiralé dans le bilan diagnostique de la colique néphrétique [1, 2, 4, 5, 6, 7]. L intérêt de notre étude prospective était de réaliser une comparaison directe entre le scanner spiralé et l urographie intraveineuse chez un nombre suffisant de patients. SMITH et KATZ ont montré l excellente sensibilité du scanner spiralé dans la détection des calculs urinaires et nos résultats sont à ce propos comparables [5, 7, 8]. Dans notre étude, la moins bonne sensibilité de l UIV dans la détection lithiasique peut s expliquer de diffé- 235

4 Figure 1. Effacement de la graisse sinusale : sur cette image de reconstruction, la graisse sinusale apparaît visible en noir autour des cavités pyélo-calicielles gauches. Cu côté droit où l uretère est dilaté, la graisse sinusale est presque complète - ment effacée, sans doute en raison d une réaction inflamma - toire (flèches). Figure 2. Cliché de reconstruction montrant un calcul de l uretère sous-pyélique droit (flèche). La graisse sinusale du rein droit est pratiquement effacée. Figure 3. Mise en évidence d un anneau urétéral droit cor - respondant à un oedème de la paroi urétérale après le passa - ge du calcul. Figue 4. Infiltration de la graisse périrénale gauche consécu - tive à l obstruction de l uretère gauche (flèches). Il n y a pas d effacement de la graisse sinusale de ce côté. La graisse péri - rénale droite est normale. Figure 5. Infiltrat périurétéral droit en amont d un calcul. L uretère gauche est normal (flèche). 236

5 rentes manières : par l existence de calculs non radioopaques (acide urique et cystine), de calculs de petite taille (< 4 mm) ou de calculs superposés aux pièces osseuses du bassin, par la possibilité d une confusion avec des phlébolithes pelviens, par l obésité du patient ou encore la mauvaise qualité de la préparation digestive. Dans toutes ces circonstances difficiles, le scanner spiralé offre l avantage d obtenir un diagnostic précis (taille, localisation, nombre de calculs et nature chimique de ceux-ci) éventuellement par l obtention d images reformatées dans différents plans. En ce qui concerne la détection de l obstruction urinaire, les deux examens présentent une sensibilité équivalente. Toutefois, en cas de dilatation des voies urinaires échographiquement visible sans calcul apparent sur les clichés d abdomen, le scanner peut non seulement confirmer l absence de calcul et ainsi orienter le diagnostic vers d autres pathologies, mais également détecter une élimination lithiasique récente par la présence de signes accessoires (tels que l infiltration de la graisse périrénale, périurétérale et sinusale, l oedème de la paroi urétérale). L évaluation des signes accessoires liés à l obstruction montre des résultats intéressants. L infiltration de la graisse périrénale présente une sensibilité de 84% et une bonne corrélation avec l obstruction urinaire (p<0,003). L infiltration de la graisse périurétérale, résultant vraisemblablement d une réaction inflammatoire consécutive au passage du calcul, présente une valeur prédictive positive de 92% en concordance avec les résultats obtenus par FIELDING [4]. Nous avons noté chez nos patients un signe accessoire qui n a pas été décrit jusqu à présent dans la littérature : l effacement de la graisse sinusale (Figures 1 et 2). Ce signe, retrouvé dans 28 cas sur 53 (25 avec et 3 sans obstruction) correspond à la disparition de la transparence aux rayons X de la graisse périsinusale, à la suite de l inflammation consécutive à l extravasation des urines. L apparition de ce signe en cas d obstruction rénale (dilatation du système collecteur) est statistiquement significative, les valeurs prédictives positives et négatives étant élevées. Ce signe radiologique semble constituer un élément sémiologique intéressant. L oedème de la paroi urétérale, correspondant à une irritation de la muqueuse urétérale lors du passage du calcul, a été retrouvé dans 27 cas sur 36 en présence du calcul et persistait encore dans 3 cas parmi les 9 patients ayant éliminé leur calcul avant leur imagerie radiologique. Ce signe ne présentait pas de corrélation statistiquement significative avec l obstruction urinaire. Bien que le cliché d abdomen sans préparation et l échographie restent les examens à réaliser en première approche, le scanner spiralé se révèle être un examen particulièrement utile dans le bilan diagnostique des douleurs abdominales et dans la colique néphrétique [3, 10]. Comparé à l urographie intraveineuse, il offre des avantages intéressants, à savoir sa rapidité d exécution (5 à 10 minutes), l absence de préparation intestinale, la meilleure qualité de l imagerie chez les patients obèses, la découverte de pathologies mimant la colique néphrétique (pathologies digestive et gynécologique, tumeurs urothéliales, caillots...), l absence d injection de produit de contraste iodé (ce qui permet d éviter les risques d anaphylaxie et de néphrotoxicité). En cas de calcul radiotransparent, le scanner permet d éviter une urétéropyélographie rétrograde et de suivre aisément l évolution du calcul en cours de traitement (migration, dissolution,...). L e fficacité du scanner spiralé permet ainsi d orienter rapidement le patient vers le traitement le plus approprié et de réduire la longueur du séjour hospitalier. Les désavantages et limites de la technique tomodensitométrique sont l absence d évaluation de la fonction rénale, la confusion possible de la lithiase avec un phlébolithe ou avec des calcifications vasculaires, particulièrement chez les patients pauvres en graisse rétropéritonéale, les artéfacts générés par la présence de matériel prothétique, l irradiation (toutefois équivalente à celle de l urographie), le coût et la disponibilité du matériel. CONCLUSION Notre étude corrobore les études antérieures consacrées à l apport du scanner spiralé sans contraste dans le bilan diagnostique de la colique néphrétique. Comparé à l urographie intraveineuse, le scanner spiralé sans contraste se révèle plus efficace, permettant un diagnostic plus précis et fiable dans la pathologie lithiasique. Il apparaît plus facile et plus rapide que l urographie, permettant d éviter les risques anaphylactiques. Nous l utilisons actuellement de manière routinière dans le bilan complémentaire de la colique néphrétique, en lieu et place de l urographie intraveineuse. REFERENCES 1. BORIDY I.C., NIKOLAIDIS P., KAWASHIMA A., SANDLER C.M., GOLDMAN S.M. Non contrast CT for ureteral stones. World J. Urol., 1998, 16, DALRYMPLE N.C., VERGA M., ANDERSON K.R., BOVE P., COVEY A.M., ROSENFIELD A.T., SMITH R.C. The value of unenhanced helical computerized tomography in the management of acute flank pain. J. Urol., 1998, 159, FIELDING J.R., STEELE G., FOX L.A., HELLER H., LOUGHLIN K.R. Spiral computerized tomography in the evaluation of acute flank pain : a replacement for excretory urography. J. Urol., 1997, 157, FIELDING J.R., FOX L.A., HELLER H., SELTZER S.E., TEMPA- NY C.M., SILVERMAN S.G., STEELE G. Spiral CT in the evaluation of flank pain : overall accuracy and feature analysis. J. Comp. Ass. Tom., 1997, 21,

6 5. KATZ D.S., LANE M.J., SOMMER F.G. Unhenhanced helical CT of ureteral stones. Incidence of associated urinary tract findings. A.J.R., 1996, 166, LANOUE M.Z., MINDEL H.J. The use of unenhanced helical CT to evaluate suspected renal colic. A.J.R., 1997, 169, SMITH R.C., ROSENFIELD A.T., CHOE K.A., ESSENMACKER K.R., VERGA M., GLICKMAN M.G., LANGE R.C.Comparison of non contrast-enhanced CT and intravenous urography. Radiology, 1995, 194, SMITH R.C., VERGA M., Mc CARTHY S., ROSENFIELD A.T. Diagnosis of acute flank pain : value of unenhanced helical CT. A.J.R., 1996, 166, SMITH R.C., VERGA M., DALRYMPLE N., Mc CARTHY S., ROSENFIELD A. Acute ureteral obstruction : value of secondary signs on helical unenhanced CT. A.J.R., 1996, 167, YILMAZ S., SINDEL T., ARSLAN G., OZKAYNAK C., KARAA- LI K., KABAALIOGLU A., LULECI E. Renal colic : comparison of spiral CT, US and IVU in the detection of ureteral calculi. Eur. Radiol., 1998, 8, Commentaire de Christian Saussine, Service de Chirurgie Urologique, Hôpitaux Universitaires de Strasbourg L enthousiasme soulevé par cet article pour le scanner spiralé sans injection dans le bilan diagnostique d une colique néphrétique mérite d être tempéré. Le diagnostic d une colique néphrétique repose sur la combinaison de signes cliniques souvent très évocateurs pour le patient qui les a déjà présentés, d une opacité en regard de la voie excrétrice urinaire sur le cliché de l abdomen sans préparation, d une dilatation échographique de cette voie urinaire en amont d un calcul parfois visualisé et de la bonne réponse au traitement médical. L UIV est pratiquée en général le lendemain ou le surlendemain de la crise douloureuse, sur un patient soulagé. Elle va certes très souvent confirmer le diagnostic, mais surtout elle va permettre, en association avec la réponse et la tolérance au traitement médical, de poser une indication thérapeutique en fonction du siège et de la taille du calcul mais surtout de son retentissement sur le fonctionnement du rein. Ce dernier point n est pas renseigné par la réalisation d un scanner spiralé sans injection et les auteurs ne l ont pas assez souligné. Dix des douze calculs non vus sur les UIV considérées comme négatives dans ce travail ont été localisés par le scanner au niveau de la jonction urétérovésicale. C est, avec les premiers centimètres lombaires, le segment de l uretère que l on peut explorer facilement avec l échographie. Les auteurs n ont pas précisé les résultats d une éventuelle échographie. Dans le cas des UIV négatives pour la mise en évidence du calcul, les auteurs ne précisent pas si ces examens étaient par ailleurs strictement normaux, sans dilatation ou hypotonie de la voie urinaire. Le scanner spiralé sans injection est indéniablement moins invasif que l UIV mais sa disponibilité n est certainement pas aussi grande actuellement. Les signes indirects décrits par les auteurs doivent, s ils sont reproductibles, faire progresser le diagnostic dans les coliques néphrétiques à UIV normale par expulsion récente d un calcul. Commentaire de Jacques Hubert, Service d Urologie, CHU de Nancy. Bien que pouvant susciter certaines critiques sur le plan de l analyse statistique, cette étude soulève un problème largement débattu depuis quelques années dans la littérature radiologique anglosaxonne : «le scanner spiralé sans injection peut-il remplacer l urographie intraveineuse dans le bilan d une colique néphrétique?». Les avantages du scanner sont sa rapidité (durée de l examen inférieure à 10 mn) et son innocuité. Un certain nombre de signes directs (visualisation du calcul) ou de signes indirects (urétérohydronéphrose, infiltration de la graisse péri-urétérale ou périrénale, oedème de la paroi urétérale...) ont été décrits et les auteurs y ajoutent un nouvel élément sémiologique intéressant. Les limites principales du scanner sont constituées principalement par la difficulté d analyse des calcifications pelviennes et de différenciation entre calcul pelvien et phlébolithe : pour ces lithiases une analyse sémiologique fine est nécessaire.si la difficulté diagnostique persiste, une injection d iode complémentaire est nécessaire soit pour un nouveau scanner, soit pour une urographie intraveineuse. Enfin, pour pouvoir exploiter la totalité des renseignements fournis par le scanner, une analyse de toutes les coupes est nécessaire (soit plus de 100 coupes par patient comme dans cette étude). Le scanner spiralé sans injection présente cependant des avantages incontestables, ce qui fait que plusieurs équipes le préconisent en première intention dans les douleurs de type colique néphrétique. SUMMARY CT or IVU in the assessment of renal colic? Objectives : This prospective study was designed to determine the reliability of noncontrast spiral CT scan, compared to that of intravenous urography (IVU), in the diagnostic assessment of acute renal colid. Material and Methods : 53 patients, admitted with an empirical diagnosis of renal colic after initial assessment, were included and underwent spiral CT scan without contrast agent injection, immediately followed by IVU. These examinations were perfor - med according to a blind protocol by two different radiologists. We initially looked for the presence of stones and/or urinary tract obstruction. Patients with a stone and/or obstruction (urinary tract dilatation) visible on CT scan were then examined for the presence of CT signs associated with stone disease (infiltration of the perirenal and periureteric fat, oedema of the ureteric wall and loss of sinus fat). We calculated the statistical correlation between the presence or absence of obstruction and these accessory signs. Results : 45 stones were recovered (in 36 cases before the two examinations). 36 stones were identified on CT versus only 24 on urography. Urinary tract dilatation was demonstrated in 26 out of 53 cases by both urography and CT. The frequency of accessory signs visible on CT in the presence of stones (n=36) was 66% for infiltration of periureteric fat, 36% for infiltration of perirenal fat and 75% for oedema of the ureteric wall. In the presence of urinary tract dilatation, these frequencies were 92%, 84% and 60% respectively. Conclusion : Noncontrast spiral CT is a reliable and rapid dia - gnostic modality for the detection of urinary stones, providing a morphological study equivalent to that of IVU and able to guide appropriate treatment. It should replace IVU in the diagnostic assessment of renal colic. Key words : Ureter, calculus, imaging, intravenous urography, helical CT scan. 238

ECHOGRAPHIE EN URGENCE DE L APPAREIL URINAIRE

ECHOGRAPHIE EN URGENCE DE L APPAREIL URINAIRE SEMINAIRES DE LA SOCIETE FRANCOPHONE DE MEDECINE D URGENCE ECHOGRAPHIE EN URGENCE DE L APPAREIL URINAIRE Francis JOFFRE, Chef de Service Philippe OTAL, Praticien Hospitalier Sandrine MUSSO, Médecin Attaché

Plus en détail

Place actuelle du scanner «low dose» dans la prise en charge des coliques néphrétiques

Place actuelle du scanner «low dose» dans la prise en charge des coliques néphrétiques Place actuelle du scanner «low dose» dans la prise en charge des coliques néphrétiques Louis BERTHET, Dr Marie JACAMON-MATERNE, Pr Eric DELABROUSSE Service de radiologie A et C CHU J. Minjoz Besançon 10/06/2010

Plus en détail

La Lithiase Urinaire

La Lithiase Urinaire La Lithiase Urinaire Notions générales Pathologie ancestrale: 7000 à 3000 ACN 15 % des hommes et 6 % des femmes Facteurs favorisants Déshydratation Régimes hyperprotéinés, exercice physique, médicaments

Plus en détail

L Imagerie Radiologique et le Cancer. Philippe Devred Laetitia Aycard

L Imagerie Radiologique et le Cancer. Philippe Devred Laetitia Aycard L Imagerie Radiologique et le Cancer Philippe Devred Laetitia Aycard Préoccupations médicales / Techniques variées Technique instrument pour essayer de répondre à certaines questions Radiologie «conventionnelle»

Plus en détail

Echographie des voies urinaires

Echographie des voies urinaires DIU de techniques de monitorage et d ultrasonographie en me decine pré-hospitalie re et salle d accueil des urgences vitales Session janvier 2015 Echographie des voies urinaires Alexandre MOREAU Division

Plus en détail

Expérience clinique de la Tomosynthèse

Expérience clinique de la Tomosynthèse Expérience clinique de la Tomosynthèse Avec la table télécommandée 17 Shimadzu/Fujifilm Centre d imagerie médicale, aurillac, france Dr. alexis lacout / Dr. pierre yves marcy Introduction Il y a un an

Plus en détail

EVALUATION DE LA VALEUR DIAGNOSTIQUE EN TDM DES ANOMALIES PLEUROPARENCHYMATEUSES DANS L EMBOLIE PULMONAIRE AIGÜE.

EVALUATION DE LA VALEUR DIAGNOSTIQUE EN TDM DES ANOMALIES PLEUROPARENCHYMATEUSES DANS L EMBOLIE PULMONAIRE AIGÜE. EVALUATION DE LA VALEUR DIAGNOSTIQUE EN TDM DES ANOMALIES PLEUROPARENCHYMATEUSES DANS L EMBOLIE PULMONAIRE AIGÜE. L.Laborie (1), P.Sarliève (1), P.Manzoni (1), N.Méneveau (2), J-C Dalphin (3), B.Kastler

Plus en détail

HÉMATURIES. Interrogatoire

HÉMATURIES. Interrogatoire HÉMATURIES Nous ne décrirons que les hématuries macroscopiques, c'est-à-dire visibles, seules à pouvoir être retenues dans le cadre d un abord clinique en urologie. L hématurie est révélatrice d une lésion

Plus en détail

La Lithiase Urinaire. DES de radiologie

La Lithiase Urinaire. DES de radiologie La Lithiase Urinaire DES de radiologie 2005-2006 2006 Notions généralesg Pathologie ancestrale: 7000 à 3000 ACN 15 % des hommes et 6 % des femmes Facteurs favorisants Déshydratation Régimes hyperprotéin

Plus en détail

Guide d aide à la décision concernant les implants mammaires PIP

Guide d aide à la décision concernant les implants mammaires PIP Guide d aide à la décision concernant les implants mammaires PIP Dans son point d information du 28 septembre 2010, l Afssaps a recommandé que les femmes porteuses d implants mammaires PIP concernés par

Plus en détail

Guide d aide à la décision concernant les implants mammaires PIP

Guide d aide à la décision concernant les implants mammaires PIP Guide d aide à la décision concernant les implants mammaires PIP Actualisation avril 2011 Afin d aider les femmes et leur chirurgiens dans cette discussion, l Afssaps met à disposition un guide d aide

Plus en détail

INFECTIONS URINAIRES CANDIDOSIQUES: INTERET DE L L IMAGERIE

INFECTIONS URINAIRES CANDIDOSIQUES: INTERET DE L L IMAGERIE INFECTIONS URINAIRES CANDIDOSIQUES: INTERET DE L L IMAGERIE Introduction Autrefois considérées comme rares, les infections candidosiques urinaires ont connu un regain d intd intérêt du fait de la recrudescence

Plus en détail

EDITORIAL p. 3 LITHIASE URINAIRE. www.focusonmedicalimaging.be. TRIMESTRIEL Août > oct. Numéro 4. I. DONNÉES CLINIQUES p. 4

EDITORIAL p. 3 LITHIASE URINAIRE. www.focusonmedicalimaging.be. TRIMESTRIEL Août > oct. Numéro 4. I. DONNÉES CLINIQUES p. 4 TRIMESTRIEL Août > oct. Numéro 4 EDITORIAL p. 3 LITHIASE URINAIRE I. DONNÉES CLINIQUES p. 4 II. L APPROCHE RADIOLOGIQUE: QUAND ET QUEL EXAMEN D IMAGERIE? p. 7 www.focusonmedicalimaging.be Publication de

Plus en détail

Applications potentielles du scanner avec acquisition en énergie spectrale (bi-énergie) pour l exploration de l appareil urinaire

Applications potentielles du scanner avec acquisition en énergie spectrale (bi-énergie) pour l exploration de l appareil urinaire Applications potentielles du scanner avec acquisition en énergie spectrale (bi-énergie) pour l exploration de l appareil urinaire J. CHARTON, E-M. KIEFFER, S. REBIH, G. BAZILLE, H. LANG, C. ROY Service

Plus en détail

Imagerie des atteintes axiales des articulations sacro-iliaques dans la spondylarthrite ankylosante (SPA) E Pluot, J Rousseau, A Feydy, JL Drapé

Imagerie des atteintes axiales des articulations sacro-iliaques dans la spondylarthrite ankylosante (SPA) E Pluot, J Rousseau, A Feydy, JL Drapé Imagerie des atteintes axiales des articulations sacro-iliaques dans la spondylarthrite ankylosante (SPA) R Bazeli, F Thévenin, G Lenczner, E Pluot, J Rousseau, A Feydy, JL Drapé Spondylarthrite ankylosante

Plus en détail

Place de la TDM dans le diagnostic d endométriose

Place de la TDM dans le diagnostic d endométriose Place de la TDM dans le diagnostic d endométriose M. Benjoar, A. Morel, L. Jarboui S. Dechoux-Vodovar, I. Thomassin-Naggara, M. Bazot Service de Radiologie Hôpital Tenon Paris Plan Pourquoi la TDM Littérature

Plus en détail

ECHOGRAPHIE VERSUS IRM DANS LE DIAGNOSTIC POSITIF DES LÉSIONS DE LA COIFFE DES ROTATEURS S.DRISSI, A.BEN OTHMAN, N.BEN DALI, L.REZGUI MARHOUL TUNIS.

ECHOGRAPHIE VERSUS IRM DANS LE DIAGNOSTIC POSITIF DES LÉSIONS DE LA COIFFE DES ROTATEURS S.DRISSI, A.BEN OTHMAN, N.BEN DALI, L.REZGUI MARHOUL TUNIS. ECHOGRAPHIE VERSUS IRM DANS LE DIAGNOSTIC POSITIF DES LÉSIONS DE LA COIFFE DES ROTATEURS S.DRISSI, A.BEN OTHMAN, N.BEN DALI, L.REZGUI MARHOUL TUNIS. OBJECTIFS Evaluer la fiabilité de l imagerie notamment

Plus en détail

ASPECT ECHOGRAPHIQUE NORMAL DE LA CAVITE UTERINE APRES IVG. Dr D. Tasias Département de gynécologie, d'obstétrique et de stérilité

ASPECT ECHOGRAPHIQUE NORMAL DE LA CAVITE UTERINE APRES IVG. Dr D. Tasias Département de gynécologie, d'obstétrique et de stérilité Hôpitaux Universitaires de Genève ASPECT ECHOGRAPHIQUE NORMAL DE LA CAVITE UTERINE APRES IVG Dr D. Tasias Département de gynécologie, d'obstétrique et de stérilité Introduction (1) L IVG chirurgicale est

Plus en détail

PYELONEPHRITE OBSTRUCTIVE: QUELS MODES DE DRAINAGE? Pr. Ag. Fakhfakh Hammadi

PYELONEPHRITE OBSTRUCTIVE: QUELS MODES DE DRAINAGE? Pr. Ag. Fakhfakh Hammadi PYELONEPHRITE OBSTRUCTIVE: QUELS MODES DE DRAINAGE? Pr. Ag. Fakhfakh Hammadi Service d Urolgie, d CHU Habib Bourguiba-Sfax Introduction PNA obstructive: Urgence médico-chirurgicale 31% des urgences chirurgicales

Plus en détail

MESURE DU CONTENU VÉSICAL PAR TECHNIQUE

MESURE DU CONTENU VÉSICAL PAR TECHNIQUE MESURE DU CONTENU VÉSICAL PAR TECHNIQUE ULTRASONIQUE (SYSTÈME D ÉCHOGRAPHIE PORTABLE POUR LA VESSIE) RAPPORT D EVALUATION TECHNOLOGIQUE DÉCEMBRE 2008 Service évaluation des actes professionnels 2 avenue

Plus en détail

EXAMENS RADIOLOGIQUES

EXAMENS RADIOLOGIQUES Fixe : Uro.Nephro EXAMENS RADIOLOGIQUES La cystographie : o Examen permettant de visualiser la vessie au moyen d injection d un produit radio opaque soit : Par voie basse : cystographie rétrograde Par

Plus en détail

Evaluation du scanner hélicoïdal non injecté dans la prise en charge des coliques néphrétiques : série prospective de 81 malades

Evaluation du scanner hélicoïdal non injecté dans la prise en charge des coliques néphrétiques : série prospective de 81 malades ARTICLE ORIGINAL Progrès en Urologie (2003), 13, 29-38 Evaluation du scanner hélicoïdal non injecté dans la prise en charge des coliques néphrétiques : série prospective de 81 malades Eric ANFOSSI (1),

Plus en détail

Efficacité des infiltrations péri radiculaires et péridurales de corticoïdes scano-guidées dans le traitement des lombo- sciatalgies

Efficacité des infiltrations péri radiculaires et péridurales de corticoïdes scano-guidées dans le traitement des lombo- sciatalgies CENTRE HOSPITALIER UNIVERSITAIRE HOPITAL IBN ROCHD ANNABA ALGERIE SERVICE DE RADIOLOGIE ET D IMAGERIE MEDICALE Journées françaises de Radiologie Paris Octobre 2011 Efficacité des infiltrations péri radiculaires

Plus en détail

[...]5 à 10 % des. L hématurie microscopique et macroscopique. La prévalence de l hématurie chez l adulte varie entre 2,5 à 21,2 % 1 et une

[...]5 à 10 % des. L hématurie microscopique et macroscopique. La prévalence de l hématurie chez l adulte varie entre 2,5 à 21,2 % 1 et une Tout L hématurie microscopique et macroscopique Robert Sabbagh, B. Pharm, M.Sc., M.D., FRCSC Présenté dans le cadre de la conférence «Les hématuries miscroscopiques et macroscopiques» au congrès sur l

Plus en détail

Fiche médecin traitant Dépistage et prévention des anévrismes de l aorte abdominale

Fiche médecin traitant Dépistage et prévention des anévrismes de l aorte abdominale Recommandation en santé publique Fiche médecin traitant Dépistage et prévention des anévrismes de l aorte abdominale Novembre 2012 Préambule Objectifs de la fiche d information médecins Contexte Description

Plus en détail

Traitement des calculs urinaires par fragmentation (Lithotripsie par ondes de choc extracorporelle)

Traitement des calculs urinaires par fragmentation (Lithotripsie par ondes de choc extracorporelle) Traitement des calculs urinaires par fragmentation (Lithotripsie par ondes de choc extracorporelle) Le traitement des calculs urétéraux et rénaux a beaucoup changé depuis 1980 avec la venue d un appareil

Plus en détail

Imagerie des hématomes survenus sous anticoagulants

Imagerie des hématomes survenus sous anticoagulants Imagerie des hématomes survenus sous anticoagulants S. Ennouchi, A. Henon, A. Belkacem, L. Monnier-Cholley, JM. Tubiana, L. Arrivé Service de Radiologie - Hôpital Saint-Antoine Introduction Les complications

Plus en détail

Voies biliaires. Olivier Lucidarme

Voies biliaires. Olivier Lucidarme Voies biliaires Olivier Lucidarme VB intrahépatiques VB Principale Sgt hilaire Sgt épiploique Sgt rétro duodénopancréatique Sgt intrapariétal VB accessoire Vésicule Canal cystique Lithiase biliaire et

Plus en détail

Foscolo (1), J Felblinger (2), S Bracard (1) CHU Hôpital central, service de neuroradiologie, Nancy (1) CHU BRABOIS, Centre d investigation clinique

Foscolo (1), J Felblinger (2), S Bracard (1) CHU Hôpital central, service de neuroradiologie, Nancy (1) CHU BRABOIS, Centre d investigation clinique S A l (1) G H (2) S S Aptel (1), G Hossu (2), S Foscolo (1), J Felblinger (2), S Bracard (1) CHU Hôpital central, service de neuroradiologie, Nancy (1) CHU BRABOIS, Centre d investigation clinique innovation

Plus en détail

Imagerie et obstruction urinaire

Imagerie et obstruction urinaire Imagerie et obstruction urinaire -produits de contraste iodés hydrosolubles -radiations ionisantes D. REGENT -ni produits de contraste, ni radiations ionisantes jusqu'à la fin du 20 ème siècle l'urographie

Plus en détail

Techniques d imagerie et Recherche

Techniques d imagerie et Recherche Techniques d imagerie et Recherche Jean-Christophe Ferré, PH 1- Unité de Neuroradiologie, Département de Radiologie et Imagerie Médicale, CHU RENNES 2- Unité/ Projet Visages U746 INSERM/ INRIA, IRISA,

Plus en détail

Artéfact en queue de comète à l échographie hépatique: un signe de maladie des voies biliaires intra-hépatiques

Artéfact en queue de comète à l échographie hépatique: un signe de maladie des voies biliaires intra-hépatiques Artéfact en queue de comète à l échographie hépatique: un signe de maladie des voies biliaires intra-hépatiques T Smayra, L Menassa-Moussa, S Slaba, M Ghossain, N Aoun Hôtel-Dieu de France, Université

Plus en détail

Scanner multibarrettes de la lithiase de l appareil urinaire. Isabelle CHIRADE François CORNUD Centre d imagerie TOURVILLE, PARIS

Scanner multibarrettes de la lithiase de l appareil urinaire. Isabelle CHIRADE François CORNUD Centre d imagerie TOURVILLE, PARIS Scanner multibarrettes de la lithiase de l appareil urinaire Isabelle CHIRADE François CORNUD Centre d imagerie TOURVILLE, PARIS Introduction L imagerie de la lithiase urinaire a été radicalement transformée

Plus en détail

Section G : Système gastro-intestinal

Section G : Système gastro-intestinal G G01. Troubles de la déglutition : dysphagie haute (la lésion peut être haute ou basse) G02. Troubles de la déglutition : dysphagie basse (la lésion sera basse) G03. Pyrosis/douleur thoracique : hernie

Plus en détail

UNITE 93 BIENVENUE. Informations destinées aux étudiant(e)s infirmièr(e)s

UNITE 93 BIENVENUE. Informations destinées aux étudiant(e)s infirmièr(e)s UNITE 93 Informations destinées aux étudiant(e)s infirmièr(e)s BIENVENUE Urologie Unité 93 Route 93 Cliniques Universitaires St-Luc Avenue Hippocrate, 1200Bruxelles Tél/Fax : 02/764 93 03 Notre service

Plus en détail

Plan. Mise en contexte. Objectifs. Intérêts de l étude. Méthodes. Issues

Plan. Mise en contexte. Objectifs. Intérêts de l étude. Méthodes. Issues Plan Mise en contexte Objectifs Intérêts de l étude Méthodes Issues Mise en contexte Recommandations ACC/AHA pour bilan préopératoire des chirurgies de l aorte ascendante Angioscan aorte thoracique synchronisé

Plus en détail

Marion GILBERT Simon CHAUVEAU. DES pneumologie 11 avril 2014

Marion GILBERT Simon CHAUVEAU. DES pneumologie 11 avril 2014 Marion GILBERT Simon CHAUVEAU DES pneumologie 11 avril 2014 Contexte Dépistage du cancer poumon : Santé publique Par scanner injecté (low dose) : Baisse de la mortalité (-20%) : NLSTrial (USA) 2011: «The

Plus en détail

Indications et stratégies des principaux examens d imagerie

Indications et stratégies des principaux examens d imagerie Indications et stratégies des principaux examens d imagerie Pr Jean- Christophe Ferré CHU Rennes, Service de Radiologie et Imagerie Médicale jean-christophe.ferre@chu-rennes.fr 6 octobre 2014 2 Imagerie

Plus en détail

Scanner multibarrettes de la lithiase rénale r nale en dehors de la colique néphrn

Scanner multibarrettes de la lithiase rénale r nale en dehors de la colique néphrn Scanner multibarrettes de la lithiase rénale r nale en dehors de la colique néphrn phrétique Fabrice THÉVENIN François CORNUD Frédéric PRÉAUX Céline ANDREUX Xavier POITTEVIN Raphael CAMPAGNA Alain CHEVROT

Plus en détail

TRAUMATISMES EN UROLOGIE TRAUMATISMES DU REIN. QUI présente ces traumatismes? C est un homme jeune 3 hommes pour 1 femme âge moyen = 25 ans

TRAUMATISMES EN UROLOGIE TRAUMATISMES DU REIN. QUI présente ces traumatismes? C est un homme jeune 3 hommes pour 1 femme âge moyen = 25 ans TRAUMATISMES EN UROLOGIE TRAUMATISMES DU REIN QUI présente ces traumatismes? C est un homme jeune 3 hommes pour 1 femme âge moyen = 25 ans Etiologie des traumatismes du rein Les signes cliniques Signes

Plus en détail

EVALUATION PAR IRM DU CANCER DE L ENDOMETRE : VERS UNE CLASSIFICATION «FIGO-IRM»?

EVALUATION PAR IRM DU CANCER DE L ENDOMETRE : VERS UNE CLASSIFICATION «FIGO-IRM»? EVALUATION PAR IRM DU CANCER DE L ENDOMETRE : VERS UNE CLASSIFICATION «FIGO-IRM»? I Jammet (1), E Decroisette (1), M Pouquet (1), Y Aubard (1), JP Rouanet (2), A Maubon (1) (1) Limoges France, (2) Montpellier

Plus en détail

F Walter 1, 2, Ch Nuehrenboerger 3, D Pape 4, P Page 1, J Azzolin 3, JF Calafat 1, J Vuillemin 1, R Seil 4

F Walter 1, 2, Ch Nuehrenboerger 3, D Pape 4, P Page 1, J Azzolin 3, JF Calafat 1, J Vuillemin 1, R Seil 4 F Walter 1, 2, Ch Nuehrenboerger 3, D Pape 4, P Page 1, J Azzolin 3, JF Calafat 1, J Vuillemin 1, R Seil 4 1. Service d Imagerie Médicale, Clinique d Eich CHL Luxembourg 2. Service d Imagerie Guilloz (Pr.Blum),

Plus en détail

Colique néphrétique. Point fort. Diagnostic. Introduction. A. Houlgatte, E. Deligne

Colique néphrétique. Point fort. Diagnostic. Introduction. A. Houlgatte, E. Deligne 25-180-A-30 Colique néphrétique A Houlgatte, E Deligne Mise en tension brutale de la voie excrétrice en amont d un obstacle, la colique néphrétique est une urgence médicochirurgicale Son diagnostic clinique

Plus en détail

III. Prise en charge de la diverticulose non compliquée

III. Prise en charge de la diverticulose non compliquée Chapitre 22 : Item 234 Diverticulose colique et sigmoïdite I. Définitions - Anatomie II. Épidémiologie physiopathologie III. Prise en charge de la diverticulose non compliquée IV. Complications de la diverticulose

Plus en détail

DEVELOPPEMENT D'UNE ECHELLE D'EVALUATION DU RISQUE DE CONSTIPATION DES PATIENTS HOSPITALISES DESTINEE A LA PRATIQUE INFIRMIERE

DEVELOPPEMENT D'UNE ECHELLE D'EVALUATION DU RISQUE DE CONSTIPATION DES PATIENTS HOSPITALISES DESTINEE A LA PRATIQUE INFIRMIERE Valérie Berger Inf, Ph.D, Cadre Supérieur de santé CHU de Bordeaux Renée Lacomère Cadre supérieur diététicienne ARC CHU de Bordeaux Christine Germain Statisticienne USMR, pole santé publique, CHU de Bordeaux

Plus en détail

Objectifs. Objectif n 1 : Présenter les avantages, limites et inconvénients des différents examens d imagerie abdominale.

Objectifs. Objectif n 1 : Présenter les avantages, limites et inconvénients des différents examens d imagerie abdominale. Objectifs Objectif n 1 : Présenter les avantages, limites et inconvénients des différents examens d imagerie abdominale. Objectif n 2 : Préciser les stratégies d imagerie abdomino-pelvienne en urgence

Plus en détail

Les appendicites. CHU de Poitiers 2007

Les appendicites. CHU de Poitiers 2007 Les appendicites CHU de Poitiers 2007 Plan L appendice (rappel anatomique) Histologie et physiopathologie L appendicite clinique L imagerie de l appendicite Cas particulier de la femme enceinte L expérience

Plus en détail

Exercice n 9 : Ne pas confondre observer et expérimenter

Exercice n 9 : Ne pas confondre observer et expérimenter Le pronostic des cancers du sein dépend de divers facteurs, dont la taille du cancer. En France, au cours d une étude, il a été observé un taux de survie plus important chez les femmes ayant un cancer

Plus en détail

J. Manelfe, E. Desportes, B. Dallaudière, P. Copin, G. Juillien, P. Loriaut, E. Schouman- Claeys, P. Ou

J. Manelfe, E. Desportes, B. Dallaudière, P. Copin, G. Juillien, P. Loriaut, E. Schouman- Claeys, P. Ou J. Manelfe, E. Desportes, B. Dallaudière, P. Copin, G. Juillien, P. Loriaut, E. Schouman- Claeys, P. Ou Service de Radiologie Hôpital Bichat Claude-Bernard Université Paris VII Les fractures de l extrémité

Plus en détail

Échographie normale et pathologique du grand pectoral

Échographie normale et pathologique du grand pectoral Échographie normale et pathologique du grand pectoral JL Brasseur, N Gault, B Mendes, D Zeitoun-Eiss, J Renoux, P Grenier G H Pitié-Salpêtrière Introduction La pathologie du grand pectoral est relativement

Plus en détail

IMAGERIE THORACIQUE. Principales causes des examens inutiles. Doses délivrées dans le cadre de radiodiagnostics. Prescription d un examen d imagerie

IMAGERIE THORACIQUE. Principales causes des examens inutiles. Doses délivrées dans le cadre de radiodiagnostics. Prescription d un examen d imagerie Septembre 2008 ; N 17 IMAGERIE THORACIQUE Principales causes des examens inutiles Doses délivrées dans le cadre de radiodiagnostics Prescription d un examen d imagerie Grossesse et protection de l embryon

Plus en détail

Us et abus des examens d imagerie médicale en pathologie digestive

Us et abus des examens d imagerie médicale en pathologie digestive Us et abus des examens d imagerie médicale en pathologie digestive M. MELANGE michel.melange@uclouvain.be Dampremy 9 janvier 2010 Prescription d imagerie par le médecin généraliste à 22% de ses patients;

Plus en détail

e-learning et Imagerie médicalem

e-learning et Imagerie médicalem e-learning et Imagerie médicalem Perforations digestives : Un module éducatif interactif avec cas cliniques (CDROM / site internet) D. Hoa, O. Ghekiere, P. Taourel CHU Montpellier Perforations digestives

Plus en détail

LA SCINTIGRAPHIE EN MEDECINE VETERINAIRE

LA SCINTIGRAPHIE EN MEDECINE VETERINAIRE Dr. Paul Barthez Médecine Nucléaire - Année 2002-03 D1 1 Année 2002-03 Unité pédagogique de Radiologie Imagerie Médicale D1 Bases Physiques et Techniques en Imagerie Médicale LA SCINTIGRAPHIE EN MEDECINE

Plus en détail

LITHIASES URINAIRES. LEE Ji-Wann CHU NICE Service d Urologie

LITHIASES URINAIRES. LEE Ji-Wann CHU NICE Service d Urologie LITHIASES URINAIRES LEE Ji-Wann CHU NICE Service d Urologie leejiwann@aol.com GENERALITES 1-2% des admissions hospitalières 5% de la population Prédominance homme 20-30 ans 80% s éliminent spontanément

Plus en détail

Réduction de dose en scanographie : 4 ème partie - facteurs comportementaux. Dr Alban GERVAISE

Réduction de dose en scanographie : 4 ème partie - facteurs comportementaux. Dr Alban GERVAISE Réduction de dose en scanographie : 4 ème partie - facteurs comportementaux Dr Alban GERVAISE Facteurs comportementaux A ne pas négliger! Sûrement les facteurs les plus importants +++ 3 grands principes

Plus en détail

La lithiase biliaire (258) Professeur Jean-Pierre ZARSKI Avril 2003 (Mise à jour Mars 2005)

La lithiase biliaire (258) Professeur Jean-Pierre ZARSKI Avril 2003 (Mise à jour Mars 2005) La lithiase biliaire (258) Professeur Jean-Pierre ZARSKI Avril 2003 (Mise à jour Mars 2005) Pré-Requis : Clinique : diagnostic des ictères - douleurs biliaires (colique hépatique) PCEM2 Biologique : exploration

Plus en détail

Radiologie urinaire et génitale

Radiologie urinaire et génitale Radiologie urinaire et génitale télécharger ces fiches au format.pdf - abdomen sans préparation ( voir D1) - UIV standard (U2) - UIV avec étude mictionnelle (U3) - UIV de contrôle simple (U4) - Urétrocystographie

Plus en détail

L IRM dans le. cancer du sein

L IRM dans le. cancer du sein L IRM dans le cancer du sein J.P. BRETTES Hôpitaux Universitaires de Strasbourg FAFEM Alger 2009 IRM généralités Apport diagnostique de l IRM dynamique - injection d un produit de contraste le gadolinium

Plus en détail

Intérêt. Intérêt. Réalisation. Réalisation. Echographie de l Aorte Abdominale. Sessions Echographie 3 au 6 Février 2014

Intérêt. Intérêt. Réalisation. Réalisation. Echographie de l Aorte Abdominale. Sessions Echographie 3 au 6 Février 2014 Séminaire Echographie du patient aigu UNIVERSITE MONTPELLIER I / UNIVERSITE DE LA MEDITERRANEE / UNIVERSITE NICE SOPHIA ANTIPOLIS FACULTES DE MEDECINE DE MONTPELLIER NÎMES/ MARSEILLE / NICE ANNEE UNIVERSITAIRE

Plus en détail

Coliques néphrétiques chez une femme de 34 ans

Coliques néphrétiques chez une femme de 34 ans Enoncé Mme V est une patiente de 34 ans qui consulte en urgence pour des douleurs lombaires gauches et de la fosse iliaque gauche d apparition brutale sans position antalgique accompagnées de nausées et

Plus en détail

Intérêt de l'échographie volumique en pathologie urinaire infantile et adulte - résultats préliminaires

Intérêt de l'échographie volumique en pathologie urinaire infantile et adulte - résultats préliminaires Intérêt de l'échographie volumique en pathologie urinaire infantile et adulte - résultats préliminaires D. Dumitriu, MA. Galloy, M. Claudon Service de Radiologie Pédiatrique, Hôpital d Enfants, CHU Brabois,

Plus en détail

2/3 3/27/2013. DIUE / Capacité d'angiologie / DESC Médecine Vasculaire UFR Médecine Montpellier-Nîmes

2/3 3/27/2013. DIUE / Capacité d'angiologie / DESC Médecine Vasculaire UFR Médecine Montpellier-Nîmes Méthodologie, évaluation des paramètres hémodynamiques VSM = 104+/-25 cm/sec RRA = 1,19+/-0,36 VSM = 93 +/-19 cm/sec RRA = 1,08 +/- 0, 34 Echo Doppler des Artères Rénales Jean Pierre Laroche (Avignon,

Plus en détail

Apport diagnostique du coloscanner à l'eau dans l'exploration des pathologies coliques chez le sujet âgé

Apport diagnostique du coloscanner à l'eau dans l'exploration des pathologies coliques chez le sujet âgé Apport diagnostique du coloscanner à l'eau dans l'exploration des pathologies coliques chez le sujet âgé W. Hajlaoui, P. Dean, N. Hablani, I. Mahé-Halley, D. Sacko, R. Habachou, P. Armand, J. Albisetti.

Plus en détail

DIAGNOSTIC DE L ENDOFIBROSE PAR ANGIOSCANNER. Étude comparative ANGIOSCANNER / ARTERIOGRAPHIE

DIAGNOSTIC DE L ENDOFIBROSE PAR ANGIOSCANNER. Étude comparative ANGIOSCANNER / ARTERIOGRAPHIE DIAGNOSTIC DE L ENDOFIBROSE PAR ANGIOSCANNER Étude comparative ANGIOSCANNER / ARTERIOGRAPHIE M. Papillard 1, N. Girouin 1, R. Boutier 1, G. Pagnoux 1, T. Vitry 1, P. Feugier 2, JM. Chevallier 3, O. Rouvière

Plus en détail

CAT devant un ictère cholestatique

CAT devant un ictère cholestatique CAT devant un ictère cholestatique Dr N.Annane, L.Abid Service de chirurgie viscérale. Pr. L.Abid Hôpital de Bologhine Introduction, définition L ictère est un symptôme clinique coloration jaune des téguments

Plus en détail

CENTRE D UROLOGIE PRADO-LOUVAIN. Le Cancer du rein

CENTRE D UROLOGIE PRADO-LOUVAIN. Le Cancer du rein CENTRE D UROLOGIE PRADO-LOUVAIN Le Cancer du rein Le cancer du rein représente 3% des cancers de l adulte. Il s agit du troisième cancer urologique après le cancer de prostate et celui de la vessie. L

Plus en détail

Cancer inflammatoire du sein Traitement, survie et récurrences

Cancer inflammatoire du sein Traitement, survie et récurrences inflammatoire du sein Traitement, survie et récurrences Huguette Nguele Meke Introduction Le cancer du sein est une maladie gave et fréquente qui touche une femme sur 11 au cours de sa vie et qui est diagnostiqué

Plus en détail

Cancer du pancréas (155) Professeur Jacques FOURNET Avril 2003

Cancer du pancréas (155) Professeur Jacques FOURNET Avril 2003 Cancer du pancréas (155) Professeur Jacques FOURNET Avril 2003 Pré-Requis : Rapports anatomiques du pancréas Voie de drainage lymphatique. Sémiologie de la douleur pancréatique. Syndrome cholestatique.

Plus en détail

PRISE EN CHARGE D UN ICTERE. F Banon, Unité d endoscopie digestive, Synergia

PRISE EN CHARGE D UN ICTERE. F Banon, Unité d endoscopie digestive, Synergia PRISE EN CHARGE D UN ICTERE A Brams, Viscéralis, Synergia F Banon, Unité d endoscopie digestive, Synergia CAS CLINIQUE Monsieur X, âgé de 69 ans, vous consulte pour un ictère associé à une altération de

Plus en détail

La fistule vésico-vaginale

La fistule vésico-vaginale La fistule vésico-vaginale Dr Mehdi Jaidane I- Introduction Définition : La fistule vésico-vaginale (FVV) est définie comme l existence «d un trajet anormal reliant la vessie au vagin». Il s agit d une

Plus en détail

Le cancer du pancréas exocrine est la plus fréquente et la plus grave des tumeurs pancréatiques.

Le cancer du pancréas exocrine est la plus fréquente et la plus grave des tumeurs pancréatiques. Tumeurs du pancréas (155) Professeur B. CHAUFFERT (Département d Oncologie. Centre Georges François Leclerc. Dijon), Professeur F. MORNEX (Département de Radiothérapie. Centre Hospitalier Lyon Sud), Professeur

Plus en détail

APPLICATIONS DE LA MICROSCOPIE CONFOCALE A L ENDOSCOPIE DIGESTIVE. Thierry BARRIOZ CHU de POITIERS

APPLICATIONS DE LA MICROSCOPIE CONFOCALE A L ENDOSCOPIE DIGESTIVE. Thierry BARRIOZ CHU de POITIERS APPLICATIONS DE LA MICROSCOPIE CONFOCALE A L ENDOSCOPIE DIGESTIVE Thierry BARRIOZ CHU de POITIERS 3 L endomicroscopie confocale est une nouvelle technique d endoscopie diagnostique, faisant partie des

Plus en détail

La Tomodensitométrie. S Willoteaux, F Thouveny, A Bouvier, C Nedelcu, C Aubé CHU d Angers

La Tomodensitométrie. S Willoteaux, F Thouveny, A Bouvier, C Nedelcu, C Aubé CHU d Angers La Tomodensitométrie Principes / Techniques S Willoteaux, F Thouveny, A Bouvier, C Nedelcu, C Aubé CHU d Angers Question Vous relisez avec votre senior l acquisition abdominopelvienne réalisée en garde

Plus en détail

compliquée (surinfection aiguë ou chronique, Il faut alors assurer un diagnostic de éventuelles complications, en particulier chez les

compliquée (surinfection aiguë ou chronique, Il faut alors assurer un diagnostic de éventuelles complications, en particulier chez les La lithiase vésiculaire peut être asymptomatique (ASP, échographie) aucune investigation complémentaire douloureuse (colique hépatique) compliquée (surinfection aiguë ou chronique, migration cholédocienne,

Plus en détail

Docteur Brigitte Seradour

Docteur Brigitte Seradour Dépistage du cancer du sein Docteur Brigitte Seradour Pourquoi dépister le cancer du sein? (Selon 10 principes OMS) Il s agit d une maladie grave, fréquente, détectable (phase latente) L examen de dépistage

Plus en détail

Introduction Diagnostic de la cystite aiguë

Introduction Diagnostic de la cystite aiguë CYSTITES Introduction Les infections urinaires basses sont fréquentes : 20 à 30 % des femmes adultes ont au moins une cystite* dans leur vie. La prévalence de l infection urinaire basse est 30 fois plus

Plus en détail

Fièvre d origine bactérienne

Fièvre d origine bactérienne FIÈVRE EN UROLOGIE Elle est présente dans deux cadres cliniques bien distincts : le plus fréquent est celui de l infection bactérienne d un parenchyme appartenant à l appareil urogénital, à savoir les

Plus en détail

UN AGENT DE CONTRASTE CELLULAIRE POUR LA RMN DOTE D UN ÉNORME POTENTIEL CLINIQUE

UN AGENT DE CONTRASTE CELLULAIRE POUR LA RMN DOTE D UN ÉNORME POTENTIEL CLINIQUE UN AGENT DE CONTRASTE CELLULAIRE POUR LA RMN DOTE D UN ÉNORME POTENTIEL CLINIQUE (Traduit et adapté d après Barentsz J. 2005. Intra Venous cellular MR contrast agent with an enormous clinical potential.

Plus en détail

Mathieu Chmpigny Gabril Baril Annie Plante Geneviève Romanesky consultant: Dr Denis Robert consultante: Dre Lise Payant

Mathieu Chmpigny Gabril Baril Annie Plante Geneviève Romanesky consultant: Dr Denis Robert consultante: Dre Lise Payant 1 DIAGNOdent: détecte l invisible des caries Mathieu Chmpigny Gabril Baril Annie Plante Geneviève Romanesky consultant: Dr Denis Robert consultante: Dre Lise Payant Formation Continue Les étapes de l expérimentation

Plus en détail

Item 169 : Évaluation thérapeutique et niveau de preuve

Item 169 : Évaluation thérapeutique et niveau de preuve Item 169 : Évaluation thérapeutique et niveau de preuve COFER, Collège Français des Enseignants en Rhumatologie Date de création du document 2010-2011 Table des matières ENC :...3 SPECIFIQUE :...3 I Différentes

Plus en détail

Quiz Génito-urinaire. Réponse page 125. Réponse page 122. Réponse page 124. Réponse page 121

Quiz Génito-urinaire. Réponse page 125. Réponse page 122. Réponse page 124. Réponse page 121 GENITO-URINAIRE_8.09._bis_Mise en page 8/09/ : Page Quiz Génito-urinaire Augmentation progressive du PSA ; TR : induration prostatique latérale gauche. Réponse page Homme, 9 ans VIH ; examen de l urine

Plus en détail

Echographie des voies urinaires

Echographie des voies urinaires Séminaire Echographie du patient aigu Nîmes, décembre 2013 Echographie des voies urinaires Alexandre MOREAU Division ARDU Pr de La Coussaye CHU Nîmes Carémeau Etude prospective en 1996 126 patients avec

Plus en détail

UE 2.4 S1 processus traumatiques. Les explorations

UE 2.4 S1 processus traumatiques. Les explorations UE 2.4 S1 processus traumatiques Les explorations Plan Introduction 1 ère partie : examens non invasifs 1.1. radiologie 1.2. scanner 1.3. IRM 1.4. échographie des parties molles 2 ème partie : examens

Plus en détail

Session d EPP au cours d un congrès

Session d EPP au cours d un congrès Basée sur les pratiques FMC et EPP sont indissociables Quels outils d évaluation des pratiques des participants? PrJacques Barrier, Président de la FSM Paris 23 janvier 2005 Planification Etape 1: choix

Plus en détail

Le point de vue du radiologue

Le point de vue du radiologue Le point de vue du radiologue Noémie Butori Assistante en radiologie - CH Mâcon Le téléphone sonne à 0h30 60 ans, douleur abdominale et vomissements, multiples ATCD chir abdo. «Je suis interne d ortho,

Plus en détail

THEME : PHLEGMONS PERIAMYGDALIENS

THEME : PHLEGMONS PERIAMYGDALIENS THEME : PHLEGMONS PERIAMYGDALIENS BUT DE LA DEMARCHE : ce référentiel concerne l évaluation de la prise en charge diagnostique et thérapeutique des phlegmons périamygdaliens Définition. Cette collection

Plus en détail

Une complication exceptionnelle du traitement par antivitamine K ou lésion d Antopol-Goldman

Une complication exceptionnelle du traitement par antivitamine K ou lésion d Antopol-Goldman Une complication exceptionnelle du traitement par antivitamine K ou lésion d Antopol-Goldman C.Teriitehau, C. Levêque, O. Hélie, Y.S. Cordoliani H.I.A. Val de Grâce-Paris-France Introduction Description

Plus en détail

BERTHIER E, CHRISTIANO M, PHILIPPE M O, IEHL J, TATARU N, DECAVEL P, VUILLIER F, ELISEEF A, MOULIN T. Introduction (1). Contexte de l étude

BERTHIER E, CHRISTIANO M, PHILIPPE M O, IEHL J, TATARU N, DECAVEL P, VUILLIER F, ELISEEF A, MOULIN T. Introduction (1). Contexte de l étude REPRODUCTIBILITE INTEROBSERVATEUR DU TEST «NIHSS» (National Institutes of Heath Stroke Scale) RÉALISÉ PAR VIDÉOCONFÉRENCE : EXPÉRIENCE DU RÉSEAU DES URGENCES NEUROLOGIQUES (RUN) BERTHIER E, CHRISTIANO

Plus en détail

APPORT DE L IMAGERIE DANS LES INFECTIONS URINAIRES HAUTES M. B RADAI, Y. HENTATI, M. FRIKHA, H. TAYARI, E. KADDOUR, H. FOURATI, E. DAO UED, Z.

APPORT DE L IMAGERIE DANS LES INFECTIONS URINAIRES HAUTES M. B RADAI, Y. HENTATI, M. FRIKHA, H. TAYARI, E. KADDOUR, H. FOURATI, E. DAO UED, Z. APPORT DE L IMAGERIE DANS LES INFECTIONS URINAIRES HAUTES M. B RADAI, Y. HENTATI, M. FRIKHA, H. TAYARI, E. KADDOUR, H. FOURATI, E. DAO UED, Z. MNIF S E RV I C E D I M A G E R I E M É D I C A L E. C H U

Plus en détail

Imagerie en coupe des adénomes parathyroïdiens

Imagerie en coupe des adénomes parathyroïdiens Imagerie en coupe des adénomes parathyroïdiens Dr Cassagneau Pierre Service d imagerie Pr Bartoli-Moulin Hôpital de la Timone - Marseille Place de l imagerie en coupe Très limitée Réservée en principe

Plus en détail

Expertise de la chirurgie viscérale hautement spécialisée Résultats intermédiaires

Expertise de la chirurgie viscérale hautement spécialisée Résultats intermédiaires Expertise de la chirurgie viscérale hautement spécialisée Résultats intermédiaires Esther Waeber-Kalbermatten Cheffe du Département de la santé, des affaires sociales et de la culture Mandat d expertise

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 12 septembre 2007

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 12 septembre 2007 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 12 septembre 2007 INFRACYANINE 25 mg/10 ml, poudre et solvant pour solution injectable Flacon de 25 mg avec 1 ampoule de solvant de 10 ml (CIP : 360 841-7) Laboratoire

Plus en détail

Le diagnostic à main nue, ou presque

Le diagnostic à main nue, ou presque Le diagnostic à main nue, ou presque Carlos El KHOURY, Vienne N 1 samedi Homme, 57 ans, aux urgences,. (d un CH périphérique) Constantes ECG Q1. Hypothèse diagnostique la moins probable : 1 - Colique néphrétique

Plus en détail

Les pancréatites chroniques alcooliques (269) Professeur Jacques FOURNET Avril 2003

Les pancréatites chroniques alcooliques (269) Professeur Jacques FOURNET Avril 2003 Les pancréatites chroniques alcooliques (269) Professeur Jacques FOURNET Avril 2003 Pré-Requis : Physiologie de la sécrétion pancréatique Métabolisme de l'alcool Sémiologie des douleurs pancréatiques Résumé

Plus en détail

Nouvelles caméras CZT cardiaques: une seconde vie pour le thallium 201?

Nouvelles caméras CZT cardiaques: une seconde vie pour le thallium 201? Symposium Covidien, Nice, 10 mai 2010 Nouvelles caméras CZT cardiaques: une seconde vie pour le thallium 201? Bernard Songy Centre Cardiologique du Nord St-Denis Thallium 201: Le thallium 201 présente

Plus en détail

RADIOLOGIE au quotidien. Que retenir pour le praticien généraliste?

RADIOLOGIE au quotidien. Que retenir pour le praticien généraliste? RADIOLOGIE au quotidien Que retenir pour le praticien généraliste? Exemple à critiquer! Cher confrère, Veuillez réaliser chez M. X un scanner abdominal total. Bien confraternellement, Docteur Y La bonne

Plus en détail

Contribution du scanner abdomino-pelvien à la prise en charge des tableaux abdominaux aigus non traumatiques : étude de 90 patients.

Contribution du scanner abdomino-pelvien à la prise en charge des tableaux abdominaux aigus non traumatiques : étude de 90 patients. Contribution du scanner abdomino-pelvien à la prise en charge des tableaux abdominaux aigus non traumatiques : étude de 90 patients. M Foinant (1), E Lipiecka (1), E Buc (2), JY Boire (1), J Schmidt (3),

Plus en détail

INTÉRÊT DE LA CYTOPONCTION DANS L EXPLORATION DES NODULES FROIDS DE LA THYROÏDE

INTÉRÊT DE LA CYTOPONCTION DANS L EXPLORATION DES NODULES FROIDS DE LA THYROÏDE 5 ÈME CONGRÈS NATIONAL 01 AU 03 OCTOBRE 2015 INTÉRÊT DE LA CYTOPONCTION DANS L EXPLORATION DES NODULES FROIDS DE LA THYROÏDE DR SAADAOUI.E ; DR DJILALI AIAD.k CHU SIDI BELABBES - SERVICE ORL INTRODUCTION

Plus en détail

ENTERO-IRM PER OS ET PAR ENTEROCLYSE TECHNIQUES ET RESULTATS

ENTERO-IRM PER OS ET PAR ENTEROCLYSE TECHNIQUES ET RESULTATS ENTERO-IRM PER OS ET PAR ENTEROCLYSE TECHNIQUES ET RESULTATS A Oudjit,, O Vignaux,, H Gouya,, M Guesmi,, S Silvera,, J Augui,, C Delin,, P Legmann Radiologie A U.F.R. Cochin- Port-Royal UNIVERSITE PARIS

Plus en détail