OBJECTIVATION DES PENURIES SUR LE MARCHE DE L EMPLOI. RAPPORT FINAL 1ére partie

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "OBJECTIVATION DES PENURIES SUR LE MARCHE DE L EMPLOI. RAPPORT FINAL 1ére partie"

Transcription

1 ASSOCIATION D'ECONOMETRIE APPLIQUEE APPLIED ECONOMETRICS ASSOCIATION OBJECTIVATION DES PENURIES SUR LE MARCHE DE L EMPLOI RAPPORT FINAL 1ére partie Mars 2006 JOFFREY MALEK MANSOUR ANNE PLASMAN ROBERT PLASMAN RAPPORT REALISE A LA DEMANDE DE MADAME MARIE ARENA, MINISTRE DE LA FORMATION ET DE MONSIEUR JEAN-CLAUDE MARCOURT, MINISTRE DE L ECONOMIE, DE L EMPLOI ET DU COMMERCE EXTERIEUR 1

2 Remerciements Les auteurs tiennent à remercier tous les participants des différentes tables-rondes ainsi que les CSEF qui ont pris en charge leurorganisation. Une foule d informations précieuses y ont été diffusées et discutées. Nous avons tenté de les synthétiser et d en faire état dans ce rapport final. Celui-ci ne peut cependant refléter toute la richesse des exposés et des échanges et il n est pas impossible que tel ou tel élément jugé important par l un ou l autre participant ne se trouve pas traité ou évoqué dans ce rapport. C est malheureusement inhérent à tout travail de synthèse. Les opinions et recommandations qui figurent dans ce rapport sont celles de l équipe de recherche du DULBEA, secondée par Pour la Solidarité et l Association d Econométrie Appliquée. Elles n engagent en rien les organisateurs des tables-rondes et les cabinets ministériels à la demande desquels cette étude a été réalisée. 2

3 Table des matières Première partie du rapport Introduction générale...11 Partie I. Introduction...13 II. Le contexte général : évolution économique récente Au plan international Au niveau de la Région wallonne Pénuries et conjoncture...17 III. Concepts et définitions...17 IV. 1. Définitions de base Typologie des tensions sur le marché du travail Selon leur nature Selon leur origine Et les pénuries de main-d œuvre là-dedans? Une liste prospective des causes potentielles Résumé...22 Notre approche Une méthode en deux étapes Remarque méthodologique : comment identifier les fonctions critiques? La méthodologie de FEDERGON INTERIM et du CEFORA La méthodologie du FOREM Une petite remarque L enquête IDEE Voir plus loin : comment anticiper les fonctions critiques? Résumé...25 V. Caractérisation globale du marché du travail en Région wallonne et alentours Structure et dynamique de l emploi Structure de l emploi en Région wallonne et alentours Caractéristiques de la main-d œuvre et du tissu économique Degré d éducation et qualifications Mobilité Taille des entreprises Les canaux de recrutement Les difficultés de recrutement : appréciation globale Intensité Causes

4 VI Nature...40 Conclusion...42 Partie Introduction...44 Construction et Electricite...46 I. Présentation du secteur Description générale du secteur Les divers sous-secteurs Les Commissions paritaires compétentes Caractéristiques de l emploi dans le secteur Structure de l emploi (type, sexe, statut) Age et ancienneté Salaires Evolution récente du secteur Evolution de la valeur ajoutée sectorielle Evolution de l emploi Importance du secteur En terme d emploi En terme de valeur ajoutée En terme d investissements...52 II. Les métiers du secteur...52 III. Les principales fonctions critiques du secteur Charpentier - menuisier Coffreurs - Ferrailleurs Couvreur Electricien et technicien en électricité Maçon 1 er et 2 ème échelon Peintre au pistolet Plafonneur Une photo de la demande pour ces professions en mai IV. Causes potentielles de criticité Quantitatif lié au secteur ou au métier Raison cyclique/transitoire Piège à l emploi pour chômeur Utilisation importante du travail à temps partiel Image du secteur Canaux d information inadéquats Quantitatif lié à la firme ou au poste Conditions de travail Lien avec le salaire proposé Gestion de l entreprise

5 3. Qualitatif Manque de travailleurs possédant :...60 Chimie, Pharmacie, Biotechnologie et Sciences du vivant...63 I. Présentation du secteur Description générale du secteur Les divers sous-secteurs Les Commissions paritaires compétentes Caractéristiques de l emploi dans le secteur Structure de l emploi (type, sexe, statut) Age et ancienneté Salaires Evolution récente du secteur Evolution de la valeur ajoutée sectorielle Evolution de l emploi Importance du secteur En terme d emploi En terme de valeur ajoutée En terme d investissements...72 II. Les métiers du secteur...72 III. Les principales fonctions critiques du secteur Assistant en pharmacie et en logistique hospitalière Technicien en chimie et en biochimie Personnel de haut niveau universitaire et gradués en chimie Electromécanicien Que demandent les entreprises?...76 IV. Causes potentielles de criticité Quantitatif lié au secteur ou au métier Raison cyclique/transitoire Piège à l emploi pour chômeur Utilisation importante du travail à temps partiel Image du secteur Canaux d information inadéquats Quantitatif lié à la firme ou au poste Conditions de travail Lien avec le salaire proposé Gestion de l entreprise Qualitatif Manque de travailleurs possédant :...79 Fabrications métalliques et Industrie technologique...82 I. Présentation du secteur Description générale du secteur

6 1.1. Les divers sous-secteurs Commissions paritaires compétentes Caractéristiques de l emploi dans le secteur Structure de l emploi (type, sexe, statut) Age et ancienneté Salaires Evolution récente du secteur Evolution de la valeur ajoutée sectorielle Evolution de l emploi Importance du secteur et de ses composantes En terme d emploi En terme de valeur ajoutée En terme d investissements...91 II. Les métiers du secteur...92 III. Les principales fonctions critiques du secteur Plombier et tuyauteur Soudeur et découpeur Electromécanicien ou technicien en électromécanique Régleur conducteur de machines-outils Fraiseur et tourneur...95 IV. Causes potentielles de criticité Quantitatif lié au secteur ou au métier Raison cyclique/transitoire Piège à l emploi pour chômeur Utilisation importante du travail à temps partiel Image du secteur Canaux d information inadéquats Quantitatif lié à la firme ou au poste Conditions de travail Lien avec le salaire proposé Gestion de l entreprise Qualitatif Manque de travailleurs possédant :...97 Non-marchand (sauf enseignement, socio-culturel et services publics) I. Présentation du secteur Description générale du secteur Les divers sous-secteurs Commissions paritaires compétentes Caractéristiques de l emploi dans le secteur Structure de l emploi (type, sexe, statut) Evolution récente du secteur Evolution de la valeur ajoutée sectorielle

7 3.2. Evolution de l emploi Importance du secteur et de ses composantes En terme d emploi En terme de valeur ajoutée En terme d investissements II. Les métiers du secteur III. Les fonctions critiques du secteur IV. Causes potentielles de criticité Quantitatif lié au secteur ou au métier Raison cyclique/transitoire Piège à l emploi pour chômeur Utilisation importante du travail à temps partiel Image du secteur Canaux d information inadéquats Quantitatif lié à la firme ou au poste Conditions de travail Lien avec le salaire proposé Gestion de l entreprise Qualitatif Manque de travailleurs possédant : Transport de marchandises et Logistique I. Présentation du secteur Description générale du secteur Les divers sous-secteurs Commissions paritaires compétentes Caractéristiques de l emploi dans le secteur Structure de l emploi (type, sexe, statut) Age et ancienneté Salaires Evolution récente du secteur Evolution de la valeur ajoutée sectorielle Evolution de l emploi Importance du secteur et de ses composantes En terme d emploi En terme de valeur ajoutée En terme d investissements II. Les métiers du secteur III. Les principales fonctions critiques du secteur Mécanicien camion Chauffeur de camion Grutiers - Pontiers Caristes

8 IV. Causes potentielles de criticité Quantitatif lié au secteur ou au métier Raison cyclique/transitoire Piège à l emploi pour chômeur Utilisation importante du travail à temps partiel Image du secteur Canaux d information inadéquats Quantitatif lié à la firme ou au poste Conditions de travail Lien avec le salaire proposé Gestion de l entreprise Qualitatif Manque de travailleurs possédant : Bois I. Présentation du secteur Description générale du secteur Les divers sous-secteurs Les Commissions paritaires compétentes Caractéristiques de l emploi dans le secteur Structure de l emploi (type, sexe, statut) Age et ancienneté Salaires Evolution récente du secteur Evolution de la valeur ajoutée sectorielle Evolution de l emploi Importance du secteur En terme d emploi En terme de valeur ajoutée En terme d investissements II. Les métiers du secteur III. Les principales fonctions critiques du secteur IV. 1. Charpentiers et menuisiers Au sein des métiers de la «construction bois» Divers Fonctions «Horizontales» Les causes potentielles de criticité Quantitatif lié au secteur ou au métier Raison cyclique/transitoire Piège à l emploi pour chômeur Utilisation importante du travail à temps partiel Image du secteur Canaux d information inadéquats

9 2. Quantitatif lié à la firme ou au poste Conditions de travail Lien avec le salaire proposé Gestion de l entreprise Qualitatif Manque de travailleurs possédant : Garage et Commerce du métal I. Présentation du secteur Description générale du secteur Les divers sous-secteurs Les Commissions paritaires compétentes Caractéristiques de l emploi dans le secteur Structure de l emploi (type, sexe, statut) Age et ancienneté Salaires Evolution récente du secteur Evolution de la valeur ajoutée sectorielle Evolution de l emploi Importance du secteur En terme d emploi En terme de valeur ajoutée En terme d investissements II. Les métiers du secteur III. Les principales fonctions critiques du secteur IV. 1. Fonctions d ouvrier Fonctions d employés Les causes potentielles de criticité Quantitatif lié au secteur ou au métier Raison cyclique/transitoire Piège à l emploi pour chômeur Utilisation importante du travail à temps partiel Image du secteur Canaux d information inadéquats Quantitatif lié à la firme ou au poste Conditions de travail Lien avec le salaire proposé Gestion de l entreprise Qualitatif Manque de travailleurs possédant : Horeca I. Présentation du secteur Description générale du secteur

10 1.1. Les divers sous-secteurs Les Commissions paritaires compétentes Caractéristiques de l emploi dans le secteur Structure de l emploi (type, sexe, statut) Age et ancienneté Salaires Evolution récente du secteur Evolution de la valeur ajoutée sectorielle Evolution de l emploi Importance du secteur En terme d emploi En terme de valeur ajoutée En terme d investissements II. Les métiers du secteur III. Les principales fonctions critiques du secteur Cuisiniers et aide-cuisiniers Garçons de salle et employés de réception IV. Causes potentielles de criticité Quantitatif lié au secteur ou au métier Raison cyclique/transitoire Piège à l emploi pour chômeur Utilisation importante du travail à temps partiel Image du secteur Canaux d information inadéquats Quantitatif lié à la firme ou au poste Conditions de travail Lien avec le salaire proposé Gestion de l entreprise Qualitatif Manque de travailleurs possédant : Industrie alimentaire I. Présentation du secteur Description générale du secteur Les divers sous-secteurs Les Commissions paritaires compétentes Classification verticale Caractéristiques de l emploi dans le secteur Structure de l emploi (type, sexe, statut) Age et ancienneté Salaires Evolution récente du secteur Evolution de la valeur ajoutée sectorielle Evolution de l emploi

11 4. Importance du secteur En terme d emploi En terme de valeur ajoutée En terme d investissements II. Les métiers du secteur III. Les principales fonctions critiques du secteur Industrie des viandes Boucher charcutier Autres métiers spécifiques Boulangerie - Pâtisserie Industrie du lait et des corps gras Divers Profils généraux et transversaux Evolutions et profils du futur IV. Causes potentielles de criticité Quantitatif lié au secteur ou au métier Raison cyclique/transitoire Piège à l emploi pour chômeur Utilisation importante du travail à temps partiel Image du secteur Canaux d information inadéquats Quantitatif lié à la firme ou au poste Conditions de travail Lien avec le salaire proposé Gestion de l entreprise Qualitatif Manque de travailleurs possédant : Analyse transversale Difficultés quantitatives liées au secteur ou au métier Travail saisonnier Piège à l emploi Mauvaise image du secteur Manque de visibilité Canaux d information Difficultés quantitatives liées au travail ou au poste Travail dangereux ou malsain Travail pénible Stress Mauvaise image du poste à pourvoir Horaire difficile Travail à temps partiel Eloignement domicile lieu de travail Lien avec le salaire Gestion de l entreprise

12 3. Difficultés qualitatives Manque de travailleur possédant les bons diplômes Manque de travailleur possédant les bonnes compétences particulières Manque de travailleurs possédant de l expérience Manque de travailleur possédant les bonnes connaissances linguistiques 187 Manque de travailleur possédant les bonnes caractéristiques comportementales et «savoir-être» Divers Bibliographie

13 INTRODUCTION GÉNÉRALE Parmi les priorités définies dans le Plan Marshall, la lutte contre les pénuries de travailleurs représente un défi important pour la Région wallonne. Préalablement à la mise en place d un dispositif de lutte contre les pénuries au sein du FOREM, le Gouvernement wallon a confié au Dulbea une action de réflexion et de consultation afin d objectiver ces pénuries sur le marché de l emploi. Afin de mener cette tâche à bien, le Dulbea s est entouré de deux partenaires : l Association d Econométrie Appliquée et l association Pour la Solidarité. Cette action s est traduite dans un premier temps par l organisation d un ensemble de neuf tables rondes sectorielles réunissant les acteurs principaux des secteurs considérés et dans un second temps par la réalisation du présent rapport qui s est basé sur une recherche théorique et sur l analyse des réflexions relevées au cours des tables rondes. Le rapport est structuré de la manière suivante. La première partie présente une mise en perspective situant la problématique wallonne dans le cadre belge et européen. La seconde partie de ce rapport fera dans une premier temps la synthèse des neuf tables rondes suivantes : construction, chimie-pharmacie, fabrications métalliques, non marchand, transport-logistique, bois, Horeca et industrie alimentaire. A la suite de ces différentes synthèses, une analyse transversale sera proposée. La deuxième partie du rapport constitue une synthése de la première partie et se termine par les recommandations qui concluent les travaux menés au sein des neuf tables-rondes. 11

14 12 PARTIE 1

15 I. INTRODUCTION La situation peut sembler paradoxale à première vue : la Région wallonne recensait, en 2005, plus de chômeurs complets indemnisés demandeurs d emploi. Pourtant, au même moment et sur le même territoire, des milliers d offres d emploi ne trouvaient pas de preneur. S agit-il d une particularité wallonne? Assurément pas! Comme nous le montrerons dans cette première partie, le phénomène est bien plus général ; il s étend à toutes les régions alentours et même au-delà, un peu partout en Europe et même ailleurs dans le monde. A l inverse, dans bien des dimensions, le phénomène n est pas réparti de manière homogène à travers le territoire wallon. Certaines difficultés de recrutement peuvent se rencontrer dans certaines sous - régions, mais pas ailleurs... La dimension géographique n est évidemment pas seule en cause. Les caractéristiques des offres et des demandes d emploi, qui vont des procédures de recrutement ou de recherche d emploi, aux qualifications offertes et demandées, en passant par l intensité et la nature de l activité économique et bien d autres facteurs encore, jouent également un rôle important, comme il sera développé ci-dessous. Tout ceci suggère, comme nous le montrerons également, que les causes du phénomène sont complexes et multiples et qu il n y a pas de solution universelle à ce problème. La prudence et la rigueur dans l analyse s imposent donc. En particulier, et pour nous avancer sur des concepts qui seront développés infra, soulignons d emblée que les difficultés de recrutement peuvent admettre des origines conjoncturelles, structurelles ou encore résulter de réelles pénuries de main-d œuvre. Il importe de faire la part des choses entre ce qui résulte de l évolution économique générale, de la conjoncture donc, et ce qui relève des caractéristiques du marché du travail. Nous commencerons donc par brosser un rapide tableau de l évolution des conditions économiques générales, afin de fixer les idées sur le contexte global dans lequel s inscrit la présente étude. Ensuite, afin de pouvoir procéder à une analyse rigoureuse des difficultés de recrutement, nous proposerons un certain nombre de définitions et typologies. De celles-ci seront déduits divers critères pratiques, utilisables dans l analyse des causes des difficultés. La section suivante servira, précisément, à détailler l approche analytique utilisée dans le présent document. Nous passerons alors à l analyse proprement dite, qui aura pour but de situer la Région wallonne dans son cadre de référence européen au regard d un certain nombre de critères pertinents à l objectivation des pénuries et/ou difficultés. Enfin, nous conclurons pour cette première partie. 13

16 II. RECENTE LE CONTEXTE GENERAL : EVOLUTION ECONOMIQUE 1. Au plan international De manière générale, l évolution macroéconomique a suivi des chemins à peu près parallèles en Belgique et en Europe ces dix dernières années. Si on regarde la dynamique du PIB réel, cette évolution récente peut se résumer comme suit : croissance soutenue entre 1996 et 2000, suivie, sinon d un brusque arrêt de la croissance, au moins d un fort ralentissement de cette dernière, à partir de Un début de reprise sérieuse, qui n a néanmoins pas la vigueur des phénomènes qui ont caractérisé la fin des années 90, voit le jour en 2004, mais cette tendance ne s est pas confirmée en La Figure 1 illustre ces tendances. Les causes qui sous-tendent ces évolutions sont bien connues et ont été maintes fois commentées. Pour ne citer que les plus connues, mentionnons que la croissance de la fin des années 90 a été engendrée en grande partie par le développement des nouvelles technologies de l information (NTIC), par un prix du pétrole assez bas, la confiance des ménages dans un futur toujours plus prospère (certains parlaient même parfois, à l époque, de «fin des cycles économiques»), l euphorie liée à la création de l euro,... L année 2000 fut le point culminant de ces dynamiques positives, une année exceptionnelle. Puis sont venus les chocs adverses, et avec eux le retournement de conjoncture. Déjà, vers la fin de 2000, le prix du pétrole repassait au-dessus des 30$ le baril, et l économie US montrait des premiers signes d essoufflement. C est à peu près à ce moment qu Alan Greenspan, alors président de la Federal Reserve américaine, décida d en finir avec la «bulle internet» et augmenta ses taux d intérêts, provoquant par la même un séisme dans le monde des NTIC et une sévère correction des marchés financiers. Le milieu agricole aussi eut à se plaindre de 2001 : crises sanitaires et mauvaises récoltes allaient être au rendez-vous. Puis, arriva le tristement célèbre 11 septembre 2001 et son cortège de conséquences : faillites de compagnies aériennes, renchérissement du pétrole, baisse de la confiance des ménages. L année 2002 ne fut pas de meilleure facture : scandales comptables (Enron, Worldcom,...) qui portent un nouveau coup à la confiance et dégradent encore un peu plus la situation des marchés financiers, appréciation de l euro qui, si elle nous immunise en partie contre la hausse des prix pétroliers, nuit aux exportations européennes,... L année 2003 servit à terminer de digérer ces mauvaises nouvelles, et 2004 semble enfin avoir marqué un vrai redémarrage. Cependant, les premières estimations pour l exercice 2005 indiquent un nouveau ralentissement de la croissance (qui devrait se situer aux alentours de 1,4% pour la Belgique et de 1.3% pour la Zone Euro, selon la Commission européenne). Au niveau de l emploi agrégé, également représenté sur la Figure 1, on observe à peu près les mêmes évolutions, avec un léger décalage temporel néanmoins. Pour la Belgique, il y a eu une croissance soutenue jusqu en 2000, moins forte ensuite en 2001, et une baisse nette tant en 2002 qui fut l année noire - qu en Il a fallu attendre 2004 pour revoir une embellie sur le front de l emploi. Au niveau de la Zone Euro, on n a pas connu de baisse nette de l emploi, mais des années 2002 et 2003 très difficiles également. 14

17 Figure 1: Evolution économique récente - Belgique et Zone Euro Source : Eurostat 15

18 2. Au niveau de la Région wallonne Comme le montre la Figure 2, la croissance en Région wallonne a suivi un chemin grosso modo parallèle à celui du reste de l Europe. Néanmoins, en terme de niveaux, elle a un peu moins bien profité des années fastes ( ), mais a fait mieux que l Union européenne en Malheureusement, en 2001, l effondrement a également été plus brutal que dans l Union en général. Par contre, en , tandis que la croissance continue à ralentir dans l UE-15, elle s accélère en Région wallonne. Nous ne disposons pas de chiffres comparables pour 2004, et a fortiori pour 2005, qui nous permettent d affirmer si cette tendance s est poursuivie. Figure 2 : Croissance du PIB Réel - Région wallonne et Union européenne 4 3,5 3 Taux de croissance 2,5 2 1,5 1 0, Année RW UE15 Source : IWEPS (2005a) Afin de brosser un rapide portrait de l évolution globale du marché du travail en Région wallonne, il peut s avérer intéressant de regarder quelques statistiques agrégées. Dans ce but, la Figure 3 représente les évolutions du taux de chômage et du taux d emploi pour la Région, sur la période Rappelons brièvement, à toutes fins utiles, que le taux de chômage mesure le rapport entre le nombre d actifs inoccupés et la population active totale, tandis que le taux d emploi désigne le rapport entre le nombre d actifs occupés et la population d âge actif. Bien que ces deux grandeurs doivent logiquement varier en sens inverse l une de l autre, ce n est pas nécessairement le cas : le lien entre ces variables est également influencé par le taux d activité (rapport entre la population active totale et la population d âge actif) 1. 1 La relation exacte entre ces variables est: taux d emploi = taux d activité x (1 taux de chômage) 16

19 Sur la Figure 3, la reprise de 2000 apparaît clairement, avec une baisse conséquente du taux de chômage et une hausse appréciable du taux d emploi. En 2001, le chômage continue à baisser un peu mais déjà le taux d emploi accuse le coup du retournement de conjoncture. L année 2002 voit une nouvelle dégradation du taux d emploi, accompagnée cette fois d une légère hausse du taux de chômage. Pour les deux années qui suivent, le chômage continuera sa lente progression tandis que le taux d emploi rebondira en 2003 pour baisser à nouveau en En terme de niveau, par rapport au reste de l Europe, il convient de souligner que ces chiffres sont fort bas (le taux d emploi dans l UE-15 était de 64,7% en 2004 selon Eurostat, contre 55,1% en Wallonie). Figure 3: Taux de chômage et taux d'emploi en Région wallonne 14 56, tx. de chômage (%) ,5 55 tx. d'emploi (%) , Année 54 Tx. Chômage Tx. Emploi 3. Pénuries et conjoncture Source : IWEPS (2005b) Les pénuries de main-d œuvre, qui constituent un sous-ensemble, et seulement l une des causes possibles, d un phénomène bien plus large, celui des difficultés de recrutement. Comme il sera expliqué dans la Section suivante, ces difficultés admettent des causes diverses. Il est néanmoins intuitivement évident que, parmi ces causes, l état de la conjoncture peut expliquer un certain nombre des difficultés rencontrées. Il est donc important, lorsqu on regarde des statistiques globales ou sectorielles sur les difficultés de recrutement, de tenir compte de cet état. III. CONCEPTS ET DEFINITIONS 1. Définitions de base Ce travail s intéresse aux pénuries de main-d œuvre en Région wallonne, dans les régions limitrophes et dans les pays voisins. Avant d entrer dans le vif du sujet, il est indispensable de préciser certaines notions 17

20 Comme il vient d être dit, le concept de pénurie de main-d œuvre se rencontre dans le cadre d une problématique plus large, celle des difficultés de recrutement et des tensions sur le marché du travail. Pour fixer les idées, on se réfèrera aux définitions proposées par Van Haeperen (2005). Il y a des tensions sur le marché du travail lorsqu il apparaît des problèmes d ajustement (difficultés d appariement) entre l offre et la demande sur le marché du travail. Il y a difficulté de recrutement lorsqu une entreprise souhaite embaucher mais éprouve des difficultés à pourvoir les postes vacants. Il s agit donc d un concept au niveau de la firme. Un concept lié est celui de fonction critique, qui désigne un emploi/métier pour lequel il existe des difficultés de recrutement particulièrement importantes. Le recrutement, en tant que tel, peut être défini comme l acte ou l activité de recruter de nouveaux membres pour une organisation (de nouveaux travailleurs pour une entreprise, en l espèce). En amont du processus de recrutement, l entreprise poste ou annonce en général une vacance. Derrière cette définition se cache une première difficulté : qu est-ce qu une vacance? Au sens du Petit Robert, la définition en semble pourtant claire : «Etat d une charge, d un poste vacant. (...) Par extension : poste sans titulaire, à pourvoir». Toute claire qu elle semble, cette définition n est pas pour autant opérationnelle. Des ambiguïtés subsistent à ce niveau. Ainsi, pour reprendre les interrogations de Statistics Netherlands et du Netherlands Economic Institute (1997) : quand peut-on réellement considérer que la vacance commence à exister, et quand peut-on considérer qu elle a cessé? Quid si l entreprise, ne trouvant pas de candidat à la mesure de ses attentes, décide d engager quelqu un qui ne convient a priori pas, quitte à assurer sa formation? Quid des «vacances» pour indépendants? Le document des instituts néerlandais reprend pas moins de 7 définitions publiées dans la littérature scientifique, et identifie les caractéristiques les plus consensuelles pour une définition opérationnelle du concept de vacance dans le cadre des difficultés de recrutement : L employeur doit rechercher activement à embaucher (ce qui nous amène à la problématique des canaux de recrutement, qui sera développée plus longuement infra) Il convient d exclure les vacances purement internes, qui résultent plus de la politique de gestion de la firme que de la dynamique du marché de la firme La vacance se termine au moment de l embauche du travailleur, de la signature du contrat, peu importe quand il ou elle commencera effectivement à travailler Il n y a aucune raison d exclure les vacances pour contrats à temps partiels, les CDD, les contrats intérimaires, etc... Par contre, il y a un débat sur la durée minimale de l emploi proposé Ainsi, sur base d une enquête auprès des employeurs en 1960, le Illinois Bureau of Employment Security proposait de ne prendre en compte que les emplois d une durée minimale de trois jours. Pour nous résumer, certaines vacances sont donc difficiles à pourvoir, soit au niveau de la firme, soit au niveau du marché. Il y a un grand nombre de causes possibles à ce 18

Etat du marché de l emploi dans la région du Centre et point sur l impact de la crise économique

Etat du marché de l emploi dans la région du Centre et point sur l impact de la crise économique Etat du marché de l emploi dans la région du Centre et point sur l impact de la crise économique Contexte actuel difficile Contexte actuel local marqué par la perte de 601 emplois chez Duferco/NLMK Au-delà,

Plus en détail

L EVOLUTION DES FORMES D EMPLOI : SYNTHESE DU RAPPORT

L EVOLUTION DES FORMES D EMPLOI : SYNTHESE DU RAPPORT 1 RAPPORT DU CONSEIL D ORIENTATION POUR L EMPLOI 8 AVRIL 2014 L EVOLUTION DES FORMES D EMPLOI : SYNTHESE DU RAPPORT LES «FORMES D EMPLOI : DES REALITES TRES DIVERSES ET EN PLEINE EVOLUTION, QUI DESSINENT

Plus en détail

DES EMPLOIS POUR LES JEUNES BELGIQUE Février 2007

DES EMPLOIS POUR LES JEUNES BELGIQUE Février 2007 DES EMPLOIS POUR LES JEUNES BELGIQUE Février 2007 RÉSUMÉ ET PRINCIPALES RECOMMANDATIONS Le marché du travail des jeunes en Belgique est moins performant que la moyenne En Belgique, les jeunes qui sortent

Plus en détail

Les fonctions critiques en RW en 2003 Les fonctions communes avec la Région de Bruxelles-Capitale

Les fonctions critiques en RW en 2003 Les fonctions communes avec la Région de Bruxelles-Capitale 1 Les fonctions critiques en RW en 2003 Les fonctions communes avec la Région de Bruxelles-Capitale FOREM Conseil Présentation au CSEF - 14 décembre 2004 2 Méthodologie retenue Source : postes vacants

Plus en détail

Note méthodologique. Les principales différences avec les TES sont mentionnées dans l encadré 1.

Note méthodologique. Les principales différences avec les TES sont mentionnées dans l encadré 1. Version intégrale Note méthodologique 1. Les tableaux des ressources et des emplois dans les comptes nationaux L élaboration des comptes nationaux de la Belgique s effectue conformément à la méthodologie

Plus en détail

Etude de l Offre sur le Bassin d emploi de Louviers

Etude de l Offre sur le Bassin d emploi de Louviers Etude de l Offre sur le Bassin d emploi de Louviers Durée: Du 17 Mars au 27 Juin 2011 Sources: Pôle Emploi, APEC, Presse locale, magazines spécialisés Périmètre de l étude: Bassin d emploi de Louviers

Plus en détail

éclairages QUI SONT LES ALLOCATAIRES INDEMNISÉS PAR L ASSURANCE CHÔMAGE? Près de 3 demandeurs d emploi sur 5 sont couverts par l Assurance chômage

éclairages QUI SONT LES ALLOCATAIRES INDEMNISÉS PAR L ASSURANCE CHÔMAGE? Près de 3 demandeurs d emploi sur 5 sont couverts par l Assurance chômage éclairages ÉTUDES ET ANALYSES N 5 AVRIL 213 QUI SONT LES ALLOCATAIRES INDEMNISÉS PAR L ASSURANCE CHÔMAGE? L Unédic a réalisé une étude pour approfondir la compréhension de la population des allocataires

Plus en détail

Comparaison des enjeux énergétiques de la France et de l Allemagne

Comparaison des enjeux énergétiques de la France et de l Allemagne Comparaison des enjeux énergétiques de la France et de l Allemagne Dans la perspective de la première conférence franco-allemande sur l énergie qui se tiendra le 2 juillet prochain à Paris 1, il paraît

Plus en détail

Le Contrat premier emploi

Le Contrat premier emploi www.far.be Le Contrat premier emploi Marie Greffe Septembre 06 Historique En 1999, afin de stimuler le travail des jeunes, Laurette Onkelinx (PS), alors ministre de l Emploi, lance l idée d un «Plan Rosetta»,

Plus en détail

Synthèse Contrat. d Objectifs. Diagnostic Les services de l automobile En Midi-Pyrénées. Réalisation Observatoire régional emploi, formation, métiers

Synthèse Contrat. d Objectifs. Diagnostic Les services de l automobile En Midi-Pyrénées. Réalisation Observatoire régional emploi, formation, métiers Synthèse Contrat d Objectifs Diagnostic Les services de l automobile En Midi-Pyrénées Réalisation Observatoire régional emploi, formation, métiers Rédaction Christiane LAGRIFFOUL () Nadine COUZY (DR ANFA

Plus en détail

www.biop.ccip.fr Les métiers porteurs Perspectives 2015

www.biop.ccip.fr Les métiers porteurs Perspectives 2015 Les métiers porteurs Perspectives 2015 2 Rappel Titre Les métiers porteurs Cette présentation est principalement basée sur les résultats d un rapport publié en janvier 2007 par le groupe «Prospective des

Plus en détail

Analyse des fonctions significativement critiques

Analyse des fonctions significativement critiques Analyse des fonctions significativement critiques Service Études et Statistiques 09/04/2010 1/47 BRUELLES FORMATION/Service Etudes et Statistiques/DRA Table des Matières Avant-propos et critiques... 4

Plus en détail

DOCUMENT DE TRAVAIL : ENQUÊTE ANNUELLE SUR LES DANS LES PME DE SEINE-SAINT SAINT DENIS (Données 2012)

DOCUMENT DE TRAVAIL : ENQUÊTE ANNUELLE SUR LES DANS LES PME DE SEINE-SAINT SAINT DENIS (Données 2012) Février 2014 DOCUMENT DE TRAVAIL : ENQUÊTE ANNUELLE SUR LES MOUVEMENTS D EMPLOI D DANS LES PME DE SEINE-SAINT SAINT DENIS (Données 2012) Délégation au DéveloppementD Économique, à l Emploi, à la Formation

Plus en détail

Focus. Lien entre rémunération du travail et allocation de chômage

Focus. Lien entre rémunération du travail et allocation de chômage Focus Lien entre rémunération du travail et allocation de chômage Introduction Le travailleur qui devient chômeur et qui est admissible sur base de prestations de travail se voit, en application du principe

Plus en détail

La mobilité professionnelle revêt

La mobilité professionnelle revêt Mobilité professionnelle 17 Du changement de poste au changement d entreprise, en passant par la promotion : la mobilité des Franciliens Les salariés franciliens, notamment les cadres, ont une propension

Plus en détail

R a p p o r t 2 0 0 5-2 0 0 6

R a p p o r t 2 0 0 5-2 0 0 6 R a p p o r t 2 0 0 5-2 0 0 6 O b s e r v a t o i r e des filières de qualification de l enseignement technique et professionnel en alternance Secteur de l Industrie Technologique Technopass Centre de

Plus en détail

SITUATION FINANCIÈRE DE L ASSURANCE CHÔMAGE

SITUATION FINANCIÈRE DE L ASSURANCE CHÔMAGE SITUATION FINANCIÈRE DE L ASSURANCE CHÔMAGE pour l année 2014 Janvier 2014 1/12 Situation financière de l Assurance chômage pour l année 2014 14 janvier 2014 Cette note présente la prévision de la situation

Plus en détail

Les salariés du transport et de la logistique

Les salariés du transport et de la logistique Les salariés du transport et de la logistique Les salariés du secteur Transport-Logistique sont essentiellement des hommes (82%), exerçant un métier d ouvrier (68%), qualifié pour la plupart. Globalement,

Plus en détail

MWQ/Mesurer/ Baromètre Qualité/ Rapport : Les certifications ISO 9001 et ISO 14001 en Union Européenne/ Octobre 2009 1

MWQ/Mesurer/ Baromètre Qualité/ Rapport : Les certifications ISO 9001 et ISO 14001 en Union Européenne/ Octobre 2009 1 LES CERTIFICATIONS ISO 9001 ET 14001 EN UNION EUROPEENNE Via son «Baromètre Qualité», le MWQ s est donné pour mission d entre autres répertorier l ensemble privé, public et associatif des organismes wallons,

Plus en détail

Comité sectoriel de la sécurité sociale et de la santé Section sécurité sociale

Comité sectoriel de la sécurité sociale et de la santé Section sécurité sociale Comité sectoriel de la sécurité sociale et de la santé Section sécurité sociale CSSSS/15/044 DÉLIBÉRATION N 15/020 DU 7 AVRIL 2015 RELATIVE À LA COMMUNICATION DE DONNÉES À CARACTÈRE PERSONNEL CODÉES AU

Plus en détail

COMMENTAIRE. Services économiques TD

COMMENTAIRE. Services économiques TD COMMENTAIRE Services économiques TD 16 juillet 213 LES MÉNAGES CANADIENS SONT PLUS ENDETTÉS QUE LES MÉNAGES AMÉRICAINS, MAIS UNIQUEMENT PAR SUITE DU RÉCENT DÉSENDETTEMENT AUX ÉTATS-UNIS Faits saillants

Plus en détail

Le marché du travail en Belgique en 2012

Le marché du travail en Belgique en 2012 1 Le marché du travail en Belgique en 2012 Le marché du travail en Belgique en 2012 1. Le statut sur le marché du travail de la population de 15 ans et plus Un peu moins de la moitié de la population de

Plus en détail

Tableau de bord. Issu du dialogue économique entre les organisations syndicales et le MEDEF

Tableau de bord. Issu du dialogue économique entre les organisations syndicales et le MEDEF Tableau de bord Issu du dialogue économique entre les organisations syndicales et le MEDEF Septembre 2009 Sommaire Introduction...4 1 Marché du travail et emploi...7 1-1 Emploi...8 1-2 Coût du travail...14

Plus en détail

à Master professionnel Enquête sur le devenir au 1 er décembre 2013 des diplômés de Master professionnel promotion 2011

à Master professionnel Enquête sur le devenir au 1 er décembre 2013 des diplômés de Master professionnel promotion 2011 observatoire régional #41 Synthèse régionale août 2014 à Master professionnel Enquête sur le devenir au 1 er décembre 2013 des diplômés de Master professionnel promotion 2011 2 899 diplômés de M2 professionnel

Plus en détail

Cahier de l OPEQ n 136 Avril 2007. OPEQ Chambre Régionale de Commerce et d'industrie Champagne-Ardenne 10 rue de Chastillon BP 537

Cahier de l OPEQ n 136 Avril 2007. OPEQ Chambre Régionale de Commerce et d'industrie Champagne-Ardenne 10 rue de Chastillon BP 537 LA PROFESSION D AMBULANCIER EN CHAMPAGNE-ARDENNE Cahier de l OPEQ n 136 Avril 2007 OPEQ Chambre Régionale de Commerce et d'industrie Champagne-Ardenne 10 rue de Chastillon BP 537 51011 Châlons en Champagne

Plus en détail

GESTION, ADMINISTRATION

GESTION, ADMINISTRATION GESTION, ADMINISTRATION A vec 73 5 emplois et 9,8 % des actifs, les métiers de la gestion et de l administration des entreprises constituent le troisième domaine professionnel dans la région, un rang identique

Plus en détail

L écart salarial entre les femmes et les hommes en Belgique

L écart salarial entre les femmes et les hommes en Belgique L écart salarial entre les femmes et les hommes en Belgique Rapport 2014 Table des matières Le rapport 2014... 5 1. Différences salariales générales... 6 1.1 L écart salarial en salaires horaires et annuels...

Plus en détail

Programme «Société et Avenir»

Programme «Société et Avenir» Programme «Société et Avenir» Rapport final volet «Synthèse de recherche» 1 CONTRAT DE RECHERCHE : TA/00/23 ACRONYME DU PROJET : REFBARIN TITRE : «RÉFORME DU MARCHÉ DES BIENS ET SERVICES, NÉGOCIATION SALARIALE

Plus en détail

études Le travailleur à temps partiel volontaire au chômage: un profil

études Le travailleur à temps partiel volontaire au chômage: un profil études Le travailleur à temps partiel volontaire au chômage: un profil Sommaire Introduction... 3 1. Evolution du nombre de travailleurs à temps partiel volontaire au chômage selon le sexe... 5. Evolution

Plus en détail

193/2014-15 décembre 2014. Coûts horaires de la main-d'œuvre dans les États membres de l'ue28, 2012 (en euros)

193/2014-15 décembre 2014. Coûts horaires de la main-d'œuvre dans les États membres de l'ue28, 2012 (en euros) 193/2014-15 décembre 2014 Enquête 2012 sur les coûts de la main-d œuvre dans l UE28 Coûts de la main-d'œuvre les plus élevés dans le secteur financier et des assurances Le triple de ceux du secteur de

Plus en détail

Décembre 2011. Nord-du-Québec

Décembre 2011. Nord-du-Québec Enquête sur les besoins de main-d œuvre et de formation des entreprises du secteur de l industrie de l information, de l industrie culturelle, des finances, des assurances, des services immobiliers et

Plus en détail

Le secteur bancaire suisse: une histoire à succès, mais aussi à risque

Le secteur bancaire suisse: une histoire à succès, mais aussi à risque Le secteur bancaire suisse: une histoire à succès, mais aussi à risque Le secteur bancaire génère presque 1% du produit intérieur brut (PIB) de la Suisse; il représente ainsi une branche essentielle de

Plus en détail

Étude sur la compétitivité des administrations cantonales

Étude sur la compétitivité des administrations cantonales Étude sur la compétitivité des administrations cantonales réalisée pour les Chambres de commerce latines Avril 2015 2 1. Descriptif de la recherche Contexte et méthodologie 3 La 7 ème vague de l étude

Plus en détail

www.biop.ccip.fr Les métiers porteurs Perspectives 2016

www.biop.ccip.fr Les métiers porteurs Perspectives 2016 Les métiers porteurs Perspectives 2016 2 Rappel Titre Les métiers porteurs Cette présentation est basée sur les résultats d études publiées par la DARES et le Ministère du Travail en 2011 complétée par

Plus en détail

Principaux résultats de l enquête BMO 2011 dans les TPE Jeudi 12 mai 2011 Paris

Principaux résultats de l enquête BMO 2011 dans les TPE Jeudi 12 mai 2011 Paris Principaux résultats de l enquête BMO 2011 dans les TPE Jeudi 12 mai 2011 Paris Document pouvant être diffusé BMO 2011 : Deuxième année de l enquête rénovée Elargissement du champ Nomenclature des métiers

Plus en détail

Point d actualité. Conseil Economique, Social & Environnemental Régional. Séance plénière 2 février 2015

Point d actualité. Conseil Economique, Social & Environnemental Régional. Séance plénière 2 février 2015 Conseil Economique, Social & Environnemental Régional Point d actualité Séance plénière 2 février 2015 Rapporteur général : Jean-Jacques FRANCOIS, au nom du Comité de Conjoncture CONTEXTE GÉNÉRAL A la

Plus en détail

Les comptes nationaux et le SEC 2010

Les comptes nationaux et le SEC 2010 Les comptes nationaux et le SEC 2010 7 ème séminaire de la Banque nationale de Belgique pour enseignants en économie du secondaire Bruxelles, le 22 octobre 2014 Catherine RIGO Plan de l exposé Introduction

Plus en détail

travail MRC Vaudreuil-Soulanges Recensement 2006 Présenté par Hubert Létourneau Le 28 janvier 2009

travail MRC Vaudreuil-Soulanges Recensement 2006 Présenté par Hubert Létourneau Le 28 janvier 2009 Lemarché du travail MRC Vaudreuil-Soulanges Recensement 2006 Présenté par Hubert Létourneau Le 28 janvier 2009 600, boul. Casavant Est, Saint-Hyacinthe (Québec) J2S 7T2 450 773-7463 Plan de la présentation

Plus en détail

Un climat des affaires incertain

Un climat des affaires incertain AVRIL 2015 Un climat des affaires incertain Au premier trimestre, 39 % des TPE-PME rhônalpines ont observé une baisse de chiffre d affaires par rapport à la même période de 2014 et seulement 24 % une hausse.

Plus en détail

«Vaincre la crise par la solidarité» La réduction collective du temps de travail sans perte de salaire et avec embauche compensatoire

«Vaincre la crise par la solidarité» La réduction collective du temps de travail sans perte de salaire et avec embauche compensatoire «Vaincre la crise par la solidarité» La réduction collective du temps de travail sans perte de salaire et avec embauche compensatoire Congrès exceptionnel FGTB Liège-Huy-Waremme 2009 - Document de travail

Plus en détail

BELGIQUE. 1. Principes généraux.

BELGIQUE. 1. Principes généraux. BELGIQUE Les dépenses de protection sociale en Belgique représentent 27,5%PIB. Le système belge est de logique bismarckienne. La principale réforme récente concerne le risque maladie. 1. Principes généraux.

Plus en détail

L impératif des gains de productivité

L impératif des gains de productivité COLLOQUE ANNUEL DE L ASDEQ MONTRÉAL Plan de présentation Montréal, 9 décembre 9 L impératif des gains de productivité Partie L importance de rehausser notre productivité La diminution du bassin de main-d

Plus en détail

Baromètre PME Wallonie Bruxelles : Quatrième trimestre 2013

Baromètre PME Wallonie Bruxelles : Quatrième trimestre 2013 Baromètre PME Wallonie Bruxelles : Quatrième trimestre 2013 L UCM a créé un indicateur de conjoncture pour les PME wallonnes et bruxelloises. Ce "baromètre" est réalisé chaque trimestre, sur base des réponses

Plus en détail

main-d oeuvr mploi Profil économique opulation active construction résidentielle logement

main-d oeuvr mploi Profil économique opulation active construction résidentielle logement Profil économique VILLE DE MONTRÉAL Arrondissement de Rivière-des-Prairies Pointe-aux-Trembles chômage mploi logement établissements d affaires localisation de l emploi revenus d emploi professions main-d

Plus en détail

Réformes socio-économiques

Réformes socio-économiques Réformes socio-économiques Le 27 novembre 2011, suite à la dégradation de la note belge par l agence Standard & Poor s, les six partis ont conclu, dans l urgence, un accord sur le budget et sur la réforme

Plus en détail

Quelle est l influence d une réduction des prestations d 1/5, via le crédit-temps et l interruption de carrière, sur le revenu du ménage?

Quelle est l influence d une réduction des prestations d 1/5, via le crédit-temps et l interruption de carrière, sur le revenu du ménage? Etudes Quelle est l influence d une réduction des prestations d 1/5, via le crédit-temps et l interruption de carrière, sur le revenu du ménage? Table des matières Introduction...7 Objectif, méthodologie

Plus en détail

Objet : Remarques de Manufacturiers et exportateurs du Québec sur le régime d assuranceemploi

Objet : Remarques de Manufacturiers et exportateurs du Québec sur le régime d assuranceemploi Le 15 juillet 2013 Madame Rita Dionne-Marsolais Monsieur Gilles Duceppe Coprésidents Commission nationale d examen sur l assurance-emploi Tour de la Place Victoria, C.P. 100 800, rue du Square Victoria,

Plus en détail

Eco-Fiche BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1

Eco-Fiche BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1 Eco-Fiche Janvier 2013 BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1 Retour sur l année 2012 : l atonie En 2012, le Produit Intérieur Brut (PIB) s est élevé à 1 802,1 milliards d euros, soit

Plus en détail

Secteurs et métiers en tension à Paris : éléments de cadrage

Secteurs et métiers en tension à Paris : éléments de cadrage Secteurs et métiers en tension à Paris : éléments de cadrage Réunion du Service Public de l Emploi Départemental (SPED) Séminaire de travail thématique Préfecture de la région d Île-de-France Préfecture

Plus en détail

SITUATION FINANCIÈRE DE L ASSURANCE CHÔMAGE

SITUATION FINANCIÈRE DE L ASSURANCE CHÔMAGE SITUATION FINANCIÈRE DE L ASSURANCE CHÔMAGE pour les années 2014 et 2015 Mai 2014 1/14 Situation financière de l Assurance chômage pour les années 2014 et 2015 22 mai 2014 Cette note présente la prévision

Plus en détail

Principe et règles d audit

Principe et règles d audit CHAPITRE 2 Principe et règles d audit 2.1. Principe d audit Le principe et les règles d audit suivent logiquement l exposé précédent. D abord, comme dans toute branche de l activité d une entreprise, l

Plus en détail

Le secteur de la logistique

Le secteur de la logistique Mai 2014 Le secteur de la logistique Service Etudes CCI Indre Le secteur de la logistique Toute reproduction interdite sans l autorisation de l auteur Page 1 SOMMAIRE SECTEUR DE LA LOGISTIQUE EN FRANCE

Plus en détail

Investissements et R & D

Investissements et R & D Investissements et R & D Faits marquants en 2008-2009 - L investissement de l industrie manufacturière marque le pas en 2008 et se contracte fortement en 2009 - Très fort recul de l utilisation des capacités

Plus en détail

OTT Observatoire du Travail Temporaire. L intérim dans le secteur du BTP

OTT Observatoire du Travail Temporaire. L intérim dans le secteur du BTP L intérim dans le secteur du BTP Septembre 2005 Sommaire Introduction page 3 I Données de cadrage du secteur du BTP page 4 A) Evolution du nombre de intérimaires et du taux de recours à l intérim pages

Plus en détail

12ème. *Source : Centre d Analyse Stratégique «Les secteurs de la nouvelle croissance : une projection à l horizon 2030», Rapport n 48, janvier 2012

12ème. *Source : Centre d Analyse Stratégique «Les secteurs de la nouvelle croissance : une projection à l horizon 2030», Rapport n 48, janvier 2012 2000 2001 2002 2003 2004 2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013 2013-T1 2013-T2 2013-T3 2013-T4 2014-T1 2014-T2 2014-T3 2014-T4 Fiche Synthèse Sectorielle juillet 2015 Activités juridiques, comptables,

Plus en détail

Les femmes restent plus souvent au foyer, travaillent davantage à temps partiel, gagnent moins et sont plus exposées à la pauvreté

Les femmes restent plus souvent au foyer, travaillent davantage à temps partiel, gagnent moins et sont plus exposées à la pauvreté DIRECTION GÉNÉRALE STATISTIQUE ET INFORMATION ÉCONOMIQUE COMMUNIQUÉ DE PRESSE 7 mars 2008 Les femmes restent plus souvent au foyer, travaillent davantage à temps partiel, gagnent moins et sont plus exposées

Plus en détail

ENQUETE BESOIN EN MAIN-D ŒUVRE 2012 Bassin de Vaulx Meyzieu. 2 429 projets de recrutement en 2012

ENQUETE BESOIN EN MAIN-D ŒUVRE 2012 Bassin de Vaulx Meyzieu. 2 429 projets de recrutement en 2012 ENQUETE BESOIN EN MAIN-D ŒUVRE 2012 Bassin de Vaulx Meyzieu 2 429 projets de recrutement en 2012 1 Sommaire 1 L ESSENTIEL 2 LES METIERS PORTEURS 3 LES METIERS NON SAISONNIERS 4 LES METIERS DIFFICILES 5

Plus en détail

La permission de diffuser est accordée. Prière de mentionner l Association des infirmières et infirmiers du Canada.

La permission de diffuser est accordée. Prière de mentionner l Association des infirmières et infirmiers du Canada. Énoncé de position LA PLANIFICATION NATIONALE DES RESSOURCES HUMAINES DE LA SANTÉ POSITION DE L AIIC L AIIC croit qu une planification réussie des ressources humaines de la santé au Canada passe par un

Plus en détail

Lambotte J.-M. Géographe-Urbaniste. Chercheur au Lepur ULg. Semaine Universitaire Luxembourgeoise de l'environnement - Libramont - 15-11-2011

Lambotte J.-M. Géographe-Urbaniste. Chercheur au Lepur ULg. Semaine Universitaire Luxembourgeoise de l'environnement - Libramont - 15-11-2011 Aménagement rural et développement durable Dépendance à la voiture en milieu rural : le cas de la Province du Luxembourg Constats, enjeux et pistes de solutions à moyen-long terme via l aménagement du

Plus en détail

CONSEIL SUPERIEUR DES INDEPENDANTS ET DES PME

CONSEIL SUPERIEUR DES INDEPENDANTS ET DES PME CONSEIL SUPERIEUR DES INDEPENDANTS ET DES PME F REGL PROF - Qualifications prof. A2 Bruxelles, 26 mai 2011 MH/JC/JP A V I S sur LA REFORME DE LA DIRECTIVE RELATIVE A LA RECONNAISSANCE DES QUALIFICATIONS

Plus en détail

Le point de vue de l UNSA

Le point de vue de l UNSA Le point de vue de l UNSA La GPEC, une opportunité pour le dialogue social dans l entreprise La gestion prévisionnelle des emplois et des compétences (GPEC) est devenue objet de négociation dans l entreprise

Plus en détail

La politique monétaire de la Banque du Canada

La politique monétaire de la Banque du Canada La politique monétaire de la Banque du Canada Conférence «Conjoncture et perspectives économiques 2011» Montréal, 9 décembre 2010 Laurent Martin Économiste et représentant principal Bureau du Québec, Banque

Plus en détail

Economie Générale Initiation Ecole des Ponts - ParisTech

Economie Générale Initiation Ecole des Ponts - ParisTech Economie Générale Initiation Ecole des Ponts - ParisTech Stéphane Gallon Caisse des Dépôts stephane.gallon@caissedesdepots.fr https://educnet.enpc.fr/course/view.php?id=2 1 Macroéconomie : croissance à

Plus en détail

Aptitude professionnelle des conducteurs professionnels affectés au transport de marchandises

Aptitude professionnelle des conducteurs professionnels affectés au transport de marchandises Aptitude professionnelle des conducteurs professionnels affectés au transport de marchandises Objet : Arrêté royal du 4 mai 2007 relatif au permis de conduire, à l aptitude professionnelle et à la formation

Plus en détail

Notes méthodologiques

Notes méthodologiques Notes méthodologiques SUPERFICIE Service Public Fédéral Economie, PME, Classes moyennes et Energie, Direction générale Statistique et Information économique (SPF Economie / DGSIE), Statistiques Utilisation

Plus en détail

REGARDS SUR L ÉDUCATION 2013 : POINTS SAILLANTS POUR LE CANADA

REGARDS SUR L ÉDUCATION 2013 : POINTS SAILLANTS POUR LE CANADA REGARDS SUR L ÉDUCATION 2013 : POINTS SAILLANTS POUR LE CANADA Regards sur l éducation est un rapport annuel publié par l Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) et portant sur

Plus en détail

Les délais et les défauts de paiement dans l industrie

Les délais et les défauts de paiement dans l industrie Les défauts de paiement sur les dettes fournisseurs en 2004 dans les sociétés de l industrie Les incidents de paiement sur effets de commerce Les dettes commerciales non payées à l échéance par les sociétés

Plus en détail

Les mécanismes de transmission de la politique monétaire

Les mécanismes de transmission de la politique monétaire Chapitre 5 Les mécanismes de transmission de la politique monétaire Introduction (1/3) Dans le chapitre 4, on a étudié les aspects tactiques de la politique monétaire Comment la BC utilise les instruments

Plus en détail

PLATEFORME HORIZONS EMPLOI. Métiers et professions

PLATEFORME HORIZONS EMPLOI. Métiers et professions PLATEFORME HORIZONS EMPLOI Métiers et professions Cadre de la gestion des ressources humaines (32121 ) Informations sur le groupe de métiers Les métiers du groupe Responsable des ressources humaines..................................

Plus en détail

Contrat d étude prospective de l emploi et de LA formation de la filière santé dans le Nord-Pas de Calais. Synthèse des résultats

Contrat d étude prospective de l emploi et de LA formation de la filière santé dans le Nord-Pas de Calais. Synthèse des résultats Contrat d étude prospective de l emploi et de LA formation de la filière santé dans le Nord-Pas de Calais Synthèse des résultats Septembre 2013 Etude coordonnée par Dispositif soutenu et financé par Le

Plus en détail

LES RETRAITES. Dossier d information. Avril 2010

LES RETRAITES. Dossier d information. Avril 2010 LES RETRAITES en france Dossier d information Avril 2010 LES RETRAITES en france Dossier d information Avril 2010 Contact presse Éva Quickert-Menzel 01 44 38 22 03 Sommaire Chiffres-clés des retraites...

Plus en détail

La saisonnalité de l emploi au. Normand Roy Directeur Analyse et information sur le marché du travail (DAIMT) Janvier 2011

La saisonnalité de l emploi au. Normand Roy Directeur Analyse et information sur le marché du travail (DAIMT) Janvier 2011 La saisonnalité de l emploi au Québec Normand Roy Directeur Analyse et information sur le marché du travail (DAIMT) Janvier 2011 Plan de la présentation: Définition Mesure, causes et conséquences Certaines

Plus en détail

Répercussions sur l emploi de l activité de l habitation et du crédit hypothécaire

Répercussions sur l emploi de l activité de l habitation et du crédit hypothécaire Répercussions sur l emploi de l activité de l habitation et du crédit hypothécaire Préparé pour : Association canadienne des conseillers hypothécaires accrédités Par : Will Dunning économiste en chef de

Plus en détail

L analyse de processus au service de la gestion des risques

L analyse de processus au service de la gestion des risques L analyse de processus au service de la gestion des risques 1. Pourquoi faire? 2. L analyse des processus : une notion clé Définition Typologie et cartographie Niveaux d approche 3. Une approche pour identifier

Plus en détail

Vous voulez devenir apprenti(e)?

Vous voulez devenir apprenti(e)? Vous voulez devenir apprenti(e)? Plan 1. Comment fonctionne l apprentissage 2. Les CFA à Montpellier et environs 3. Les métiers porteurs 4. Les effectifs d apprentis 5. Et si vous ne trouvez pas d employeur?

Plus en détail

«Extrait du cahier de l OPEQ n 148»

«Extrait du cahier de l OPEQ n 148» «Extrait du cahier de l OPEQ n 148» LE CONTEXTE ECONOMIQUE DU PRF 2006-2007 PREQUALIFICATION, QUALIFICATION, ACCES A L EMPLOI En 2007, l emploi salarié privé en région tend à la hausse sur l ensemble des

Plus en détail

Le métier de Credit Manager

Le métier de Credit Manager Le métier de Credit Manager 2012 2 Enquête 2012 SUR LE METIER DE CREDIT MANAGER Cette note de synthèse est le résultat de l enquête menée conjointement par Robert Half, spécialiste du recrutement temporaire

Plus en détail

Enquête sur les perspectives des entreprises

Enquête sur les perspectives des entreprises Enquête sur les perspectives des entreprises Résultats de l enquête de l été 15 Vol. 12.2 6 juillet 15 L enquête menée cet été laisse entrevoir des perspectives divergentes selon les régions. En effet,

Plus en détail

Le taux de création et de survie des entreprises par zone d emploi

Le taux de création et de survie des entreprises par zone d emploi Thème : Société de la connaissance et développement socio-économique Orientation : S adapter aux changements structurels de l économie et répondre aux défis de la mondialisation Le taux de création et

Plus en détail

Le Parlement jeunesse du Québec PARLEMENT JEUNESSE DU QUÉBEC 64 E LÉGISLATURE. Projet de loi n 1

Le Parlement jeunesse du Québec PARLEMENT JEUNESSE DU QUÉBEC 64 E LÉGISLATURE. Projet de loi n 1 Le Parlement jeunesse du Québec PARLEMENT JEUNESSE DU QUÉBEC 64 E LÉGISLATURE Projet de loi n 1 Loi sur la représentativité des sexes sur le marché du travail Présenté par Mme Jade Boivin Ministre du Travail

Plus en détail

Diagnostic portant sur la situation de l emploi des jeunes et des seniors

Diagnostic portant sur la situation de l emploi des jeunes et des seniors Diagnostic portant sur la situation de l emploi des jeunes et des seniors Branche professionnelle des entreprises du froid et connexes Commission Mixte Paritaire 19 septembre 2013 Service Observatoires

Plus en détail

ENQUETE BESOINS EN MAIN-D ŒUVRE 2011 Bassin d Oullins

ENQUETE BESOINS EN MAIN-D ŒUVRE 2011 Bassin d Oullins ENQUETE BESOINS EN MAIN-D ŒUVRE 2011 Bassin d Oullins 2 675 projets de recrutement en 2011 Sommaire 1 L ESSENTIEL 2 LES METIERS PORTEURS 3 LES METIERS NON SAISONNIERS 4 LES METIERS DIFFICILES 5 LES METIERS

Plus en détail

L EMPLOI EN FRANCE ET EN ZONE EURO : VERS LA REPRISE?

L EMPLOI EN FRANCE ET EN ZONE EURO : VERS LA REPRISE? La Lettre du Centre Etudes & Prospective du Groupe ALPHA N 17 Février 215 L EMPLOI EN FRANCE ET EN ZONE EURO : VERS LA REPRISE? L horizon s éclaircit pour l économie européenne : la baisse de l euro, conjuguée

Plus en détail

Baromètre de conjoncture de la Banque Nationale de Belgique

Baromètre de conjoncture de la Banque Nationale de Belgique BANQUE NATIONALE DE BELGIQUE ENQUETES SUR LA CONJONCTURE Baromètre de conjoncture de la Banque Nationale de Belgique Janvier 211 15 1 5-5 -1-15 -2 - -3-35 21 22 23 24 26 27 28 29 21 211 Série dessaisonalisée

Plus en détail

Consultations prébudgétaires 2011-2012

Consultations prébudgétaires 2011-2012 Présenté au Comité permanent des finances de la Chambre des communes 12 août 2011 Sommaire Dans le cadre des consultations prébudgétaires du Comité permanent des finances de la Chambre des communes, le

Plus en détail

pas de santé sans ressources humaines

pas de santé sans ressources humaines Résumé Une vérité universelle : pas de santé sans ressources humaines + alliance mondiale pour les personnels de santé Résumé Objectif Le présent rapport est destiné à éclairer les débats du troisième

Plus en détail

RAPPORT TECHNIQUE CCE 2014-2415

RAPPORT TECHNIQUE CCE 2014-2415 RAPPORT TECHNIQUE CCE 2014-2415 CCE 2014-2415 Rapport technique 2014 22 décembre 2014 2 CCE 2014-2415 3 CCE 2014-2415 Le tableau 1 présente les principaux indicateurs du contexte macro-économique belge

Plus en détail

Société pour la gestion du personnel S E P

Société pour la gestion du personnel S E P Société pour la gestion du personnel S E P Section neuchâteloise Procès-verbal No 287 Présents : 27 Séance 12 septembre 2000, Grand Hôtel Les Endroits, La Chaux-de-Fonds Thème : L ÉVOLUTION DES PRATIQUES

Plus en détail

DES SOCIÉTÉS FERMÉES DANS L UNION EUROPÉENNE...

DES SOCIÉTÉS FERMÉES DANS L UNION EUROPÉENNE... DES SOCIÉTÉS FERMÉES DANS L UNION EUROPÉENNE... DROIT ET PRATIQUE DE LA SOCIÉTÉ FERMÉE DANS L UNION EUROPÉENNE : DIVERSITÉ ET CONVERGENCES Exposé introductif * M. Jean-Jacques DAIGRE, Professeur à l Université

Plus en détail

CONVENTION COLLECTIVE NATIONALE DE LA MUTUALITE ACCORD DE BRANCHE SUR L EGALITE PROFESSIONNELLE

CONVENTION COLLECTIVE NATIONALE DE LA MUTUALITE ACCORD DE BRANCHE SUR L EGALITE PROFESSIONNELLE CONVENTION COLLECTIVE NATIONALE DE LA MUTUALITE ACCORD DE BRANCHE SUR L EGALITE PROFESSIONNELLE PREAMBULE L égalité professionnelle doit être un axe fort de la politique des ressources humaines au sein

Plus en détail

Liège, le 8 juillet 2014 APPEL EXTERNE AUX CANDIDATURES N 2014-090

Liège, le 8 juillet 2014 APPEL EXTERNE AUX CANDIDATURES N 2014-090 Centre Hospitalier Universitaire de Liège Domaine Universitaire du Sart Tilman B35 4000 LIEGE 1 www.chuliege.be Département de Gestion des Ressources Humaines Service Recrutement Liège, le 8 juillet 2014

Plus en détail

Les critères d identification des pays les moins avancés

Les critères d identification des pays les moins avancés Les critères d identification des pays les moins avancés Vue d ensemble Ce document reprend les éléments présentés sur le site du Comité des politiques de développement http://www.un.org/en/development/desa/policy/cdp/ldc/ldc_criteria.shtml

Plus en détail

Observatoire de la métallurgie. Baromètre national intentions d embauche Deuxième vague UIMM Auvergne Juillet 2015

Observatoire de la métallurgie. Baromètre national intentions d embauche Deuxième vague UIMM Auvergne Juillet 2015 Observatoire de la métallurgie Baromètre national intentions d embauche Deuxième vague UIMM Auvergne Juillet 2015 Méthodologie adoptée et questionnaires récoltés Champ de l'enquête Commanditée par l'observatoire

Plus en détail

Définir le collectif : retour d expérience du G20 sur la sécurité alimentaire

Définir le collectif : retour d expérience du G20 sur la sécurité alimentaire Pierre Jacquet Pierre Jacquet est chef économiste de l Agence Française de Développement (AFD). Il est membre du Conseil économique pour le développement durable (CEDD). Définir le collectif : retour d

Plus en détail

Le Pacte de responsabilité et de solidarité

Le Pacte de responsabilité et de solidarité Le Pacte de responsabilité et de solidarité La France est à un moment décisif. Depuis plus de dix ans, l appareil de production s est affaibli, la compétitivité s est détériorée et le niveau de chômage

Plus en détail

Taux de risque de pauvreté ou d exclusion sociale le plus élevé en Bulgarie, le plus faible en République tchèque

Taux de risque de pauvreté ou d exclusion sociale le plus élevé en Bulgarie, le plus faible en République tchèque 168/2014-4 Novembre 2014 Risque de pauvreté ou d'exclusion sociale dans l'ue28 Plus de 120 millions de personnes menacées de pauvreté ou d exclusion sociale en 2013 Soit près d une personne sur quatre

Plus en détail

L ANALYSE DU «PARC SOCIAL DE FAIT» PARISIEN EN 2003 : UNE ANALYSE TERRITORIALISÉE DES PROFILS D OCCUPATION DES PARCS ET DES QUARTIERS

L ANALYSE DU «PARC SOCIAL DE FAIT» PARISIEN EN 2003 : UNE ANALYSE TERRITORIALISÉE DES PROFILS D OCCUPATION DES PARCS ET DES QUARTIERS ATELIER PARISIEN D URBANISME - 17, BD MORLAND 75004 PARIS TÉL : 01 42 71 28 14 FAX : 01 42 76 24 05 http://www.apur.org Observatoire de l'habitat de Paris L ANALYSE DU «PARC SOCIAL DE FAIT» PARISIEN EN

Plus en détail

Enjeux associés aux modifications du régime de l assurance-emploi en 2012-2013 pour la région de l Abitibi-Témiscamingue

Enjeux associés aux modifications du régime de l assurance-emploi en 2012-2013 pour la région de l Abitibi-Témiscamingue Enjeux associés aux modifications du régime de l assurance-emploi en 2012-2013 pour la région de MÉMOIRE présenté à la Commission nationale d examen sur l assuranceemploi Le 12 juillet 2013 Ce document

Plus en détail

Nécessité d un «électrochoc» fiscal

Nécessité d un «électrochoc» fiscal Les Analyses du Centre Jean Gol Nécessité d un «électrochoc» fiscal Janvier 2014 Administrateur délégué : Richard Miller Directrice : Laurence Glautier Directeur scientifique : Corentin de Salle Les analyses

Plus en détail