OBJECTIVATION DES PENURIES SUR LE MARCHE DE L EMPLOI. RAPPORT FINAL 1ére partie

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "OBJECTIVATION DES PENURIES SUR LE MARCHE DE L EMPLOI. RAPPORT FINAL 1ére partie"

Transcription

1 ASSOCIATION D'ECONOMETRIE APPLIQUEE APPLIED ECONOMETRICS ASSOCIATION OBJECTIVATION DES PENURIES SUR LE MARCHE DE L EMPLOI RAPPORT FINAL 1ére partie Mars 2006 JOFFREY MALEK MANSOUR ANNE PLASMAN ROBERT PLASMAN RAPPORT REALISE A LA DEMANDE DE MADAME MARIE ARENA, MINISTRE DE LA FORMATION ET DE MONSIEUR JEAN-CLAUDE MARCOURT, MINISTRE DE L ECONOMIE, DE L EMPLOI ET DU COMMERCE EXTERIEUR 1

2 Remerciements Les auteurs tiennent à remercier tous les participants des différentes tables-rondes ainsi que les CSEF qui ont pris en charge leurorganisation. Une foule d informations précieuses y ont été diffusées et discutées. Nous avons tenté de les synthétiser et d en faire état dans ce rapport final. Celui-ci ne peut cependant refléter toute la richesse des exposés et des échanges et il n est pas impossible que tel ou tel élément jugé important par l un ou l autre participant ne se trouve pas traité ou évoqué dans ce rapport. C est malheureusement inhérent à tout travail de synthèse. Les opinions et recommandations qui figurent dans ce rapport sont celles de l équipe de recherche du DULBEA, secondée par Pour la Solidarité et l Association d Econométrie Appliquée. Elles n engagent en rien les organisateurs des tables-rondes et les cabinets ministériels à la demande desquels cette étude a été réalisée. 2

3 Table des matières Première partie du rapport Introduction générale...11 Partie I. Introduction...13 II. Le contexte général : évolution économique récente Au plan international Au niveau de la Région wallonne Pénuries et conjoncture...17 III. Concepts et définitions...17 IV. 1. Définitions de base Typologie des tensions sur le marché du travail Selon leur nature Selon leur origine Et les pénuries de main-d œuvre là-dedans? Une liste prospective des causes potentielles Résumé...22 Notre approche Une méthode en deux étapes Remarque méthodologique : comment identifier les fonctions critiques? La méthodologie de FEDERGON INTERIM et du CEFORA La méthodologie du FOREM Une petite remarque L enquête IDEE Voir plus loin : comment anticiper les fonctions critiques? Résumé...25 V. Caractérisation globale du marché du travail en Région wallonne et alentours Structure et dynamique de l emploi Structure de l emploi en Région wallonne et alentours Caractéristiques de la main-d œuvre et du tissu économique Degré d éducation et qualifications Mobilité Taille des entreprises Les canaux de recrutement Les difficultés de recrutement : appréciation globale Intensité Causes

4 VI Nature...40 Conclusion...42 Partie Introduction...44 Construction et Electricite...46 I. Présentation du secteur Description générale du secteur Les divers sous-secteurs Les Commissions paritaires compétentes Caractéristiques de l emploi dans le secteur Structure de l emploi (type, sexe, statut) Age et ancienneté Salaires Evolution récente du secteur Evolution de la valeur ajoutée sectorielle Evolution de l emploi Importance du secteur En terme d emploi En terme de valeur ajoutée En terme d investissements...52 II. Les métiers du secteur...52 III. Les principales fonctions critiques du secteur Charpentier - menuisier Coffreurs - Ferrailleurs Couvreur Electricien et technicien en électricité Maçon 1 er et 2 ème échelon Peintre au pistolet Plafonneur Une photo de la demande pour ces professions en mai IV. Causes potentielles de criticité Quantitatif lié au secteur ou au métier Raison cyclique/transitoire Piège à l emploi pour chômeur Utilisation importante du travail à temps partiel Image du secteur Canaux d information inadéquats Quantitatif lié à la firme ou au poste Conditions de travail Lien avec le salaire proposé Gestion de l entreprise

5 3. Qualitatif Manque de travailleurs possédant :...60 Chimie, Pharmacie, Biotechnologie et Sciences du vivant...63 I. Présentation du secteur Description générale du secteur Les divers sous-secteurs Les Commissions paritaires compétentes Caractéristiques de l emploi dans le secteur Structure de l emploi (type, sexe, statut) Age et ancienneté Salaires Evolution récente du secteur Evolution de la valeur ajoutée sectorielle Evolution de l emploi Importance du secteur En terme d emploi En terme de valeur ajoutée En terme d investissements...72 II. Les métiers du secteur...72 III. Les principales fonctions critiques du secteur Assistant en pharmacie et en logistique hospitalière Technicien en chimie et en biochimie Personnel de haut niveau universitaire et gradués en chimie Electromécanicien Que demandent les entreprises?...76 IV. Causes potentielles de criticité Quantitatif lié au secteur ou au métier Raison cyclique/transitoire Piège à l emploi pour chômeur Utilisation importante du travail à temps partiel Image du secteur Canaux d information inadéquats Quantitatif lié à la firme ou au poste Conditions de travail Lien avec le salaire proposé Gestion de l entreprise Qualitatif Manque de travailleurs possédant :...79 Fabrications métalliques et Industrie technologique...82 I. Présentation du secteur Description générale du secteur

6 1.1. Les divers sous-secteurs Commissions paritaires compétentes Caractéristiques de l emploi dans le secteur Structure de l emploi (type, sexe, statut) Age et ancienneté Salaires Evolution récente du secteur Evolution de la valeur ajoutée sectorielle Evolution de l emploi Importance du secteur et de ses composantes En terme d emploi En terme de valeur ajoutée En terme d investissements...91 II. Les métiers du secteur...92 III. Les principales fonctions critiques du secteur Plombier et tuyauteur Soudeur et découpeur Electromécanicien ou technicien en électromécanique Régleur conducteur de machines-outils Fraiseur et tourneur...95 IV. Causes potentielles de criticité Quantitatif lié au secteur ou au métier Raison cyclique/transitoire Piège à l emploi pour chômeur Utilisation importante du travail à temps partiel Image du secteur Canaux d information inadéquats Quantitatif lié à la firme ou au poste Conditions de travail Lien avec le salaire proposé Gestion de l entreprise Qualitatif Manque de travailleurs possédant :...97 Non-marchand (sauf enseignement, socio-culturel et services publics) I. Présentation du secteur Description générale du secteur Les divers sous-secteurs Commissions paritaires compétentes Caractéristiques de l emploi dans le secteur Structure de l emploi (type, sexe, statut) Evolution récente du secteur Evolution de la valeur ajoutée sectorielle

7 3.2. Evolution de l emploi Importance du secteur et de ses composantes En terme d emploi En terme de valeur ajoutée En terme d investissements II. Les métiers du secteur III. Les fonctions critiques du secteur IV. Causes potentielles de criticité Quantitatif lié au secteur ou au métier Raison cyclique/transitoire Piège à l emploi pour chômeur Utilisation importante du travail à temps partiel Image du secteur Canaux d information inadéquats Quantitatif lié à la firme ou au poste Conditions de travail Lien avec le salaire proposé Gestion de l entreprise Qualitatif Manque de travailleurs possédant : Transport de marchandises et Logistique I. Présentation du secteur Description générale du secteur Les divers sous-secteurs Commissions paritaires compétentes Caractéristiques de l emploi dans le secteur Structure de l emploi (type, sexe, statut) Age et ancienneté Salaires Evolution récente du secteur Evolution de la valeur ajoutée sectorielle Evolution de l emploi Importance du secteur et de ses composantes En terme d emploi En terme de valeur ajoutée En terme d investissements II. Les métiers du secteur III. Les principales fonctions critiques du secteur Mécanicien camion Chauffeur de camion Grutiers - Pontiers Caristes

8 IV. Causes potentielles de criticité Quantitatif lié au secteur ou au métier Raison cyclique/transitoire Piège à l emploi pour chômeur Utilisation importante du travail à temps partiel Image du secteur Canaux d information inadéquats Quantitatif lié à la firme ou au poste Conditions de travail Lien avec le salaire proposé Gestion de l entreprise Qualitatif Manque de travailleurs possédant : Bois I. Présentation du secteur Description générale du secteur Les divers sous-secteurs Les Commissions paritaires compétentes Caractéristiques de l emploi dans le secteur Structure de l emploi (type, sexe, statut) Age et ancienneté Salaires Evolution récente du secteur Evolution de la valeur ajoutée sectorielle Evolution de l emploi Importance du secteur En terme d emploi En terme de valeur ajoutée En terme d investissements II. Les métiers du secteur III. Les principales fonctions critiques du secteur IV. 1. Charpentiers et menuisiers Au sein des métiers de la «construction bois» Divers Fonctions «Horizontales» Les causes potentielles de criticité Quantitatif lié au secteur ou au métier Raison cyclique/transitoire Piège à l emploi pour chômeur Utilisation importante du travail à temps partiel Image du secteur Canaux d information inadéquats

9 2. Quantitatif lié à la firme ou au poste Conditions de travail Lien avec le salaire proposé Gestion de l entreprise Qualitatif Manque de travailleurs possédant : Garage et Commerce du métal I. Présentation du secteur Description générale du secteur Les divers sous-secteurs Les Commissions paritaires compétentes Caractéristiques de l emploi dans le secteur Structure de l emploi (type, sexe, statut) Age et ancienneté Salaires Evolution récente du secteur Evolution de la valeur ajoutée sectorielle Evolution de l emploi Importance du secteur En terme d emploi En terme de valeur ajoutée En terme d investissements II. Les métiers du secteur III. Les principales fonctions critiques du secteur IV. 1. Fonctions d ouvrier Fonctions d employés Les causes potentielles de criticité Quantitatif lié au secteur ou au métier Raison cyclique/transitoire Piège à l emploi pour chômeur Utilisation importante du travail à temps partiel Image du secteur Canaux d information inadéquats Quantitatif lié à la firme ou au poste Conditions de travail Lien avec le salaire proposé Gestion de l entreprise Qualitatif Manque de travailleurs possédant : Horeca I. Présentation du secteur Description générale du secteur

10 1.1. Les divers sous-secteurs Les Commissions paritaires compétentes Caractéristiques de l emploi dans le secteur Structure de l emploi (type, sexe, statut) Age et ancienneté Salaires Evolution récente du secteur Evolution de la valeur ajoutée sectorielle Evolution de l emploi Importance du secteur En terme d emploi En terme de valeur ajoutée En terme d investissements II. Les métiers du secteur III. Les principales fonctions critiques du secteur Cuisiniers et aide-cuisiniers Garçons de salle et employés de réception IV. Causes potentielles de criticité Quantitatif lié au secteur ou au métier Raison cyclique/transitoire Piège à l emploi pour chômeur Utilisation importante du travail à temps partiel Image du secteur Canaux d information inadéquats Quantitatif lié à la firme ou au poste Conditions de travail Lien avec le salaire proposé Gestion de l entreprise Qualitatif Manque de travailleurs possédant : Industrie alimentaire I. Présentation du secteur Description générale du secteur Les divers sous-secteurs Les Commissions paritaires compétentes Classification verticale Caractéristiques de l emploi dans le secteur Structure de l emploi (type, sexe, statut) Age et ancienneté Salaires Evolution récente du secteur Evolution de la valeur ajoutée sectorielle Evolution de l emploi

11 4. Importance du secteur En terme d emploi En terme de valeur ajoutée En terme d investissements II. Les métiers du secteur III. Les principales fonctions critiques du secteur Industrie des viandes Boucher charcutier Autres métiers spécifiques Boulangerie - Pâtisserie Industrie du lait et des corps gras Divers Profils généraux et transversaux Evolutions et profils du futur IV. Causes potentielles de criticité Quantitatif lié au secteur ou au métier Raison cyclique/transitoire Piège à l emploi pour chômeur Utilisation importante du travail à temps partiel Image du secteur Canaux d information inadéquats Quantitatif lié à la firme ou au poste Conditions de travail Lien avec le salaire proposé Gestion de l entreprise Qualitatif Manque de travailleurs possédant : Analyse transversale Difficultés quantitatives liées au secteur ou au métier Travail saisonnier Piège à l emploi Mauvaise image du secteur Manque de visibilité Canaux d information Difficultés quantitatives liées au travail ou au poste Travail dangereux ou malsain Travail pénible Stress Mauvaise image du poste à pourvoir Horaire difficile Travail à temps partiel Eloignement domicile lieu de travail Lien avec le salaire Gestion de l entreprise

12 3. Difficultés qualitatives Manque de travailleur possédant les bons diplômes Manque de travailleur possédant les bonnes compétences particulières Manque de travailleurs possédant de l expérience Manque de travailleur possédant les bonnes connaissances linguistiques 187 Manque de travailleur possédant les bonnes caractéristiques comportementales et «savoir-être» Divers Bibliographie

13 INTRODUCTION GÉNÉRALE Parmi les priorités définies dans le Plan Marshall, la lutte contre les pénuries de travailleurs représente un défi important pour la Région wallonne. Préalablement à la mise en place d un dispositif de lutte contre les pénuries au sein du FOREM, le Gouvernement wallon a confié au Dulbea une action de réflexion et de consultation afin d objectiver ces pénuries sur le marché de l emploi. Afin de mener cette tâche à bien, le Dulbea s est entouré de deux partenaires : l Association d Econométrie Appliquée et l association Pour la Solidarité. Cette action s est traduite dans un premier temps par l organisation d un ensemble de neuf tables rondes sectorielles réunissant les acteurs principaux des secteurs considérés et dans un second temps par la réalisation du présent rapport qui s est basé sur une recherche théorique et sur l analyse des réflexions relevées au cours des tables rondes. Le rapport est structuré de la manière suivante. La première partie présente une mise en perspective situant la problématique wallonne dans le cadre belge et européen. La seconde partie de ce rapport fera dans une premier temps la synthèse des neuf tables rondes suivantes : construction, chimie-pharmacie, fabrications métalliques, non marchand, transport-logistique, bois, Horeca et industrie alimentaire. A la suite de ces différentes synthèses, une analyse transversale sera proposée. La deuxième partie du rapport constitue une synthése de la première partie et se termine par les recommandations qui concluent les travaux menés au sein des neuf tables-rondes. 11

14 12 PARTIE 1

15 I. INTRODUCTION La situation peut sembler paradoxale à première vue : la Région wallonne recensait, en 2005, plus de chômeurs complets indemnisés demandeurs d emploi. Pourtant, au même moment et sur le même territoire, des milliers d offres d emploi ne trouvaient pas de preneur. S agit-il d une particularité wallonne? Assurément pas! Comme nous le montrerons dans cette première partie, le phénomène est bien plus général ; il s étend à toutes les régions alentours et même au-delà, un peu partout en Europe et même ailleurs dans le monde. A l inverse, dans bien des dimensions, le phénomène n est pas réparti de manière homogène à travers le territoire wallon. Certaines difficultés de recrutement peuvent se rencontrer dans certaines sous - régions, mais pas ailleurs... La dimension géographique n est évidemment pas seule en cause. Les caractéristiques des offres et des demandes d emploi, qui vont des procédures de recrutement ou de recherche d emploi, aux qualifications offertes et demandées, en passant par l intensité et la nature de l activité économique et bien d autres facteurs encore, jouent également un rôle important, comme il sera développé ci-dessous. Tout ceci suggère, comme nous le montrerons également, que les causes du phénomène sont complexes et multiples et qu il n y a pas de solution universelle à ce problème. La prudence et la rigueur dans l analyse s imposent donc. En particulier, et pour nous avancer sur des concepts qui seront développés infra, soulignons d emblée que les difficultés de recrutement peuvent admettre des origines conjoncturelles, structurelles ou encore résulter de réelles pénuries de main-d œuvre. Il importe de faire la part des choses entre ce qui résulte de l évolution économique générale, de la conjoncture donc, et ce qui relève des caractéristiques du marché du travail. Nous commencerons donc par brosser un rapide tableau de l évolution des conditions économiques générales, afin de fixer les idées sur le contexte global dans lequel s inscrit la présente étude. Ensuite, afin de pouvoir procéder à une analyse rigoureuse des difficultés de recrutement, nous proposerons un certain nombre de définitions et typologies. De celles-ci seront déduits divers critères pratiques, utilisables dans l analyse des causes des difficultés. La section suivante servira, précisément, à détailler l approche analytique utilisée dans le présent document. Nous passerons alors à l analyse proprement dite, qui aura pour but de situer la Région wallonne dans son cadre de référence européen au regard d un certain nombre de critères pertinents à l objectivation des pénuries et/ou difficultés. Enfin, nous conclurons pour cette première partie. 13

16 II. RECENTE LE CONTEXTE GENERAL : EVOLUTION ECONOMIQUE 1. Au plan international De manière générale, l évolution macroéconomique a suivi des chemins à peu près parallèles en Belgique et en Europe ces dix dernières années. Si on regarde la dynamique du PIB réel, cette évolution récente peut se résumer comme suit : croissance soutenue entre 1996 et 2000, suivie, sinon d un brusque arrêt de la croissance, au moins d un fort ralentissement de cette dernière, à partir de Un début de reprise sérieuse, qui n a néanmoins pas la vigueur des phénomènes qui ont caractérisé la fin des années 90, voit le jour en 2004, mais cette tendance ne s est pas confirmée en La Figure 1 illustre ces tendances. Les causes qui sous-tendent ces évolutions sont bien connues et ont été maintes fois commentées. Pour ne citer que les plus connues, mentionnons que la croissance de la fin des années 90 a été engendrée en grande partie par le développement des nouvelles technologies de l information (NTIC), par un prix du pétrole assez bas, la confiance des ménages dans un futur toujours plus prospère (certains parlaient même parfois, à l époque, de «fin des cycles économiques»), l euphorie liée à la création de l euro,... L année 2000 fut le point culminant de ces dynamiques positives, une année exceptionnelle. Puis sont venus les chocs adverses, et avec eux le retournement de conjoncture. Déjà, vers la fin de 2000, le prix du pétrole repassait au-dessus des 30$ le baril, et l économie US montrait des premiers signes d essoufflement. C est à peu près à ce moment qu Alan Greenspan, alors président de la Federal Reserve américaine, décida d en finir avec la «bulle internet» et augmenta ses taux d intérêts, provoquant par la même un séisme dans le monde des NTIC et une sévère correction des marchés financiers. Le milieu agricole aussi eut à se plaindre de 2001 : crises sanitaires et mauvaises récoltes allaient être au rendez-vous. Puis, arriva le tristement célèbre 11 septembre 2001 et son cortège de conséquences : faillites de compagnies aériennes, renchérissement du pétrole, baisse de la confiance des ménages. L année 2002 ne fut pas de meilleure facture : scandales comptables (Enron, Worldcom,...) qui portent un nouveau coup à la confiance et dégradent encore un peu plus la situation des marchés financiers, appréciation de l euro qui, si elle nous immunise en partie contre la hausse des prix pétroliers, nuit aux exportations européennes,... L année 2003 servit à terminer de digérer ces mauvaises nouvelles, et 2004 semble enfin avoir marqué un vrai redémarrage. Cependant, les premières estimations pour l exercice 2005 indiquent un nouveau ralentissement de la croissance (qui devrait se situer aux alentours de 1,4% pour la Belgique et de 1.3% pour la Zone Euro, selon la Commission européenne). Au niveau de l emploi agrégé, également représenté sur la Figure 1, on observe à peu près les mêmes évolutions, avec un léger décalage temporel néanmoins. Pour la Belgique, il y a eu une croissance soutenue jusqu en 2000, moins forte ensuite en 2001, et une baisse nette tant en 2002 qui fut l année noire - qu en Il a fallu attendre 2004 pour revoir une embellie sur le front de l emploi. Au niveau de la Zone Euro, on n a pas connu de baisse nette de l emploi, mais des années 2002 et 2003 très difficiles également. 14

17 Figure 1: Evolution économique récente - Belgique et Zone Euro Source : Eurostat 15

18 2. Au niveau de la Région wallonne Comme le montre la Figure 2, la croissance en Région wallonne a suivi un chemin grosso modo parallèle à celui du reste de l Europe. Néanmoins, en terme de niveaux, elle a un peu moins bien profité des années fastes ( ), mais a fait mieux que l Union européenne en Malheureusement, en 2001, l effondrement a également été plus brutal que dans l Union en général. Par contre, en , tandis que la croissance continue à ralentir dans l UE-15, elle s accélère en Région wallonne. Nous ne disposons pas de chiffres comparables pour 2004, et a fortiori pour 2005, qui nous permettent d affirmer si cette tendance s est poursuivie. Figure 2 : Croissance du PIB Réel - Région wallonne et Union européenne 4 3,5 3 Taux de croissance 2,5 2 1,5 1 0, Année RW UE15 Source : IWEPS (2005a) Afin de brosser un rapide portrait de l évolution globale du marché du travail en Région wallonne, il peut s avérer intéressant de regarder quelques statistiques agrégées. Dans ce but, la Figure 3 représente les évolutions du taux de chômage et du taux d emploi pour la Région, sur la période Rappelons brièvement, à toutes fins utiles, que le taux de chômage mesure le rapport entre le nombre d actifs inoccupés et la population active totale, tandis que le taux d emploi désigne le rapport entre le nombre d actifs occupés et la population d âge actif. Bien que ces deux grandeurs doivent logiquement varier en sens inverse l une de l autre, ce n est pas nécessairement le cas : le lien entre ces variables est également influencé par le taux d activité (rapport entre la population active totale et la population d âge actif) 1. 1 La relation exacte entre ces variables est: taux d emploi = taux d activité x (1 taux de chômage) 16

19 Sur la Figure 3, la reprise de 2000 apparaît clairement, avec une baisse conséquente du taux de chômage et une hausse appréciable du taux d emploi. En 2001, le chômage continue à baisser un peu mais déjà le taux d emploi accuse le coup du retournement de conjoncture. L année 2002 voit une nouvelle dégradation du taux d emploi, accompagnée cette fois d une légère hausse du taux de chômage. Pour les deux années qui suivent, le chômage continuera sa lente progression tandis que le taux d emploi rebondira en 2003 pour baisser à nouveau en En terme de niveau, par rapport au reste de l Europe, il convient de souligner que ces chiffres sont fort bas (le taux d emploi dans l UE-15 était de 64,7% en 2004 selon Eurostat, contre 55,1% en Wallonie). Figure 3: Taux de chômage et taux d'emploi en Région wallonne 14 56, tx. de chômage (%) ,5 55 tx. d'emploi (%) , Année 54 Tx. Chômage Tx. Emploi 3. Pénuries et conjoncture Source : IWEPS (2005b) Les pénuries de main-d œuvre, qui constituent un sous-ensemble, et seulement l une des causes possibles, d un phénomène bien plus large, celui des difficultés de recrutement. Comme il sera expliqué dans la Section suivante, ces difficultés admettent des causes diverses. Il est néanmoins intuitivement évident que, parmi ces causes, l état de la conjoncture peut expliquer un certain nombre des difficultés rencontrées. Il est donc important, lorsqu on regarde des statistiques globales ou sectorielles sur les difficultés de recrutement, de tenir compte de cet état. III. CONCEPTS ET DEFINITIONS 1. Définitions de base Ce travail s intéresse aux pénuries de main-d œuvre en Région wallonne, dans les régions limitrophes et dans les pays voisins. Avant d entrer dans le vif du sujet, il est indispensable de préciser certaines notions 17

20 Comme il vient d être dit, le concept de pénurie de main-d œuvre se rencontre dans le cadre d une problématique plus large, celle des difficultés de recrutement et des tensions sur le marché du travail. Pour fixer les idées, on se réfèrera aux définitions proposées par Van Haeperen (2005). Il y a des tensions sur le marché du travail lorsqu il apparaît des problèmes d ajustement (difficultés d appariement) entre l offre et la demande sur le marché du travail. Il y a difficulté de recrutement lorsqu une entreprise souhaite embaucher mais éprouve des difficultés à pourvoir les postes vacants. Il s agit donc d un concept au niveau de la firme. Un concept lié est celui de fonction critique, qui désigne un emploi/métier pour lequel il existe des difficultés de recrutement particulièrement importantes. Le recrutement, en tant que tel, peut être défini comme l acte ou l activité de recruter de nouveaux membres pour une organisation (de nouveaux travailleurs pour une entreprise, en l espèce). En amont du processus de recrutement, l entreprise poste ou annonce en général une vacance. Derrière cette définition se cache une première difficulté : qu est-ce qu une vacance? Au sens du Petit Robert, la définition en semble pourtant claire : «Etat d une charge, d un poste vacant. (...) Par extension : poste sans titulaire, à pourvoir». Toute claire qu elle semble, cette définition n est pas pour autant opérationnelle. Des ambiguïtés subsistent à ce niveau. Ainsi, pour reprendre les interrogations de Statistics Netherlands et du Netherlands Economic Institute (1997) : quand peut-on réellement considérer que la vacance commence à exister, et quand peut-on considérer qu elle a cessé? Quid si l entreprise, ne trouvant pas de candidat à la mesure de ses attentes, décide d engager quelqu un qui ne convient a priori pas, quitte à assurer sa formation? Quid des «vacances» pour indépendants? Le document des instituts néerlandais reprend pas moins de 7 définitions publiées dans la littérature scientifique, et identifie les caractéristiques les plus consensuelles pour une définition opérationnelle du concept de vacance dans le cadre des difficultés de recrutement : L employeur doit rechercher activement à embaucher (ce qui nous amène à la problématique des canaux de recrutement, qui sera développée plus longuement infra) Il convient d exclure les vacances purement internes, qui résultent plus de la politique de gestion de la firme que de la dynamique du marché de la firme La vacance se termine au moment de l embauche du travailleur, de la signature du contrat, peu importe quand il ou elle commencera effectivement à travailler Il n y a aucune raison d exclure les vacances pour contrats à temps partiels, les CDD, les contrats intérimaires, etc... Par contre, il y a un débat sur la durée minimale de l emploi proposé Ainsi, sur base d une enquête auprès des employeurs en 1960, le Illinois Bureau of Employment Security proposait de ne prendre en compte que les emplois d une durée minimale de trois jours. Pour nous résumer, certaines vacances sont donc difficiles à pourvoir, soit au niveau de la firme, soit au niveau du marché. Il y a un grand nombre de causes possibles à ce 18

Etat du marché de l emploi dans la région du Centre et point sur l impact de la crise économique

Etat du marché de l emploi dans la région du Centre et point sur l impact de la crise économique Etat du marché de l emploi dans la région du Centre et point sur l impact de la crise économique Contexte actuel difficile Contexte actuel local marqué par la perte de 601 emplois chez Duferco/NLMK Au-delà,

Plus en détail

L évolution du marché du travail de 1986 à 2006

L évolution du marché du travail de 1986 à 2006 DIRECTION GÉNÉRALE STATISTIQUE ET INFORMATION ÉCONOMIQUE COMMUNIQUÉ DE PRESSE 26 avril 2007 L évolution du marché du travail de 1986 à 2006 Ces 20 dernières années, 740.000 travailleurs sont venus grossir

Plus en détail

L automobile dans l espace européen et français

L automobile dans l espace européen et français L automobile dans l espace européen et français Fin 2004, l industrie automobile emploie 2,54 millions de salariés 1 dans l Union européenne des 25. Ces salariés se répartissent pour 1,12 million dans

Plus en détail

Exportation wallonne et certification ISO

Exportation wallonne et certification ISO Exportation wallonne et certification ISO Janvier 2015 1 Contenu 1. Introduction... 3 2. Méthodologie d analyse... 3 3. Résultats chiffrés... 4 3.1. Au global... 4 3.2. Répartition par province... 4 3.3.

Plus en détail

Note mensuelle de conjoncture wallonne

Note mensuelle de conjoncture wallonne Note mensuelle de conjoncture wallonne Août 2012 L IWEPS est un institut scientifique public d aide à la prise de décision à destination des pouvoirs publics. Par sa mission scientifique transversale,

Plus en détail

FICHE N 11 : ANALYSER LA COMPOSITION ET LA SÉLECTION DES CANDIDATURES REÇUES

FICHE N 11 : ANALYSER LA COMPOSITION ET LA SÉLECTION DES CANDIDATURES REÇUES FICHE N 11 : ANALYSER LA COMPOSITION ET LA SÉLECTION DES CANDIDATURES REÇUES De quoi s agit-il? L examen d un CV, un entretien téléphonique ou en face à face, constituent autant d étapes qui peuvent donner

Plus en détail

MEDEF Actu-Eco - n 194 Semaine du 16 au 20 février 2015

MEDEF Actu-Eco - n 194 Semaine du 16 au 20 février 2015 MEDEF Actu-Eco - n 194 Semaine du 16 au 2 février 215 SOMMAIRE FRANCE 1. Financement des ETI et des grandes entreprises en février 215 : situation de trésorerie d exploitation inchangée 2. Créations d

Plus en détail

Le marché du travail et la relation formation emploi Véronique Deprez Boudier

Le marché du travail et la relation formation emploi Véronique Deprez Boudier Le marché du travail et la relation formation emploi Véronique Deprez Boudier www.strategie.gouv.fr 18 octobre 2013, Conseil National Education Economie De quoi parle-t-on? La «relation formation emploi»

Plus en détail

MARCHÉ DE L EMPLOI. Un ZOOM sur le métier d OPERATEUR DE PRODUCTION ALIMENTAIRE

MARCHÉ DE L EMPLOI. Un ZOOM sur le métier d OPERATEUR DE PRODUCTION ALIMENTAIRE MARCHÉ DE L EMPLOI ANALYSE SEPTEMBRE 2011 Un ZOOM sur le métier d OPERATEUR DE PRODUCTION ALIMENTAIRE Dans le cadre du plan Marshall 2.vert, plan stratégique transversal pour la Wallonie, le Forem poursuit

Plus en détail

Chiffres clés de l'europe

Chiffres clés de l'europe Sommaire 1 L économie et les finances... 1 1.1 Le PIB... 1 1.2 La production économique... 3 1.3 Les dépenses du PIB et les investissements... 5 1.4 La productivité de la main-d œuvre... 6 2 La population

Plus en détail

Notes méthodologiques

Notes méthodologiques Notes méthodologiques SUPERFICIE Service Public Fédéral Economie, PME, Classes moyennes et Energie, Direction générale Statistique et Information économique (SPF Economie / DGSIE), Statistiques Utilisation

Plus en détail

Les emplois salariés vacants en Belgique

Les emplois salariés vacants en Belgique 1 Les emplois salariés vacants en Belgique Les emplois salariés vacants en Belgique 1. Les emplois salariés vacants dans le secteur marchand principalement En 2013, 2,6 % des emplois salariés étaient vacants

Plus en détail

OFFRE D EMPLOI. 2.1 La définition du poste

OFFRE D EMPLOI. 2.1 La définition du poste OFFRE D EMPLOI 1 Introduction Définir une offre d emploi type n est pas un processus anodin à sous-estimer. En effet, l offre que l entreprise va communiquer représente la proposition d emploi vacant.

Plus en détail

L emploi à temps partiel et les parcours professionnels des salariés dans la branche de la pharmacie d officine Synthèse

L emploi à temps partiel et les parcours professionnels des salariés dans la branche de la pharmacie d officine Synthèse L emploi à temps partiel et les parcours professionnels des salariés dans la branche de la pharmacie d officine Synthèse Observatoire des métiers des Professions Libérales 52-56 rue Kléber - 92309 LEVALLOIS-PERRET

Plus en détail

Le secteur informatique

Le secteur informatique Mai 2014 Le secteur informatique Service Etudes CCI Indre Le secteur informatique Toute reproduction interdite sans l autorisation de l auteur Page 1 SOMMAIRE SECTEUR INFORMATIQUE EN FRANCE Etablissements

Plus en détail

Article paru dans la Lettre d'information tef n 3/99. Le bilan social : une nouvelle source d informations sur l emploi

Article paru dans la Lettre d'information tef n 3/99. Le bilan social : une nouvelle source d informations sur l emploi Article paru dans la Lettre d'information tef n 3/99 Le bilan social : une nouvelle source d informations sur l emploi Esteban Martinez TEF-ULB L établissement par les entreprises d un bilan social est

Plus en détail

L immobilier dans l économie

L immobilier dans l économie ETUDE EN BREF Janvier 29 L immobilier dans l économie Avec 2 % de la valeur ajoutée en 27 et 45 % de l investissement, l immobilier a une place prépondérante dans l économie française. Phénomène nouveau?

Plus en détail

A la recherche de vents porteurs

A la recherche de vents porteurs OCTOBRE 2014 A la recherche de vents porteurs Le bilan d activité des TPE-PME pour le troisième trimestre s inscrit dans le prolongement des trimestres précédents. Après avoir été un peu plus favorable

Plus en détail

Les indicateurs de Lisbonne appliqués au cas de la Région Wallonne

Les indicateurs de Lisbonne appliqués au cas de la Région Wallonne Florence HENNART, Attachée Ministère de la Région Wallonne Direction de la Politique Economique Les indicateurs de Lisbonne appliqués au cas de la Région Wallonne Plan Contexte européen Cadre belge et

Plus en détail

La mesure des «emplois vacants» : situation actuelle et perspectives

La mesure des «emplois vacants» : situation actuelle et perspectives La mesure des «emplois vacants» : situation actuelle et perspectives DARES Département Métiers et Qualifications Sabine Bessière La mesure des «emplois vacants» Introduction Les objectifs du groupe de

Plus en détail

Avec 464 000 entreprises et un chiffre

Avec 464 000 entreprises et un chiffre 8.1 Chiffres clés de la construction Avec 464 entreprises et un chiffre d affaires de 272 milliards d euros en 211, la construction représente 16 % des entreprises et 7 % du chiffre d affaires de l ensemble

Plus en détail

Rapport préliminaire sur les tendances en matière d investissement

Rapport préliminaire sur les tendances en matière d investissement Rapport préliminaire sur les tendances en matière d investissement ONTARIO : 215-224 L investissement dans le secteur de la construction de l Ontario croîtra à moyen terme, parallèlement à de nombreux

Plus en détail

Les exigences linguistiques sur le marché du travail et les connaissances linguistiques des demandeurs d emploi bruxellois

Les exigences linguistiques sur le marché du travail et les connaissances linguistiques des demandeurs d emploi bruxellois Les exigences linguistiques sur le marché du travail et les connaissances linguistiques des demandeurs d emploi bruxellois Observatoire bruxellois de l Emploi 2011 De par sa position de capitale de la

Plus en détail

Les évolutions de pouvoir d achat des retraités depuis 1992 à partir des cas types du COR. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites

Les évolutions de pouvoir d achat des retraités depuis 1992 à partir des cas types du COR. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 14 octobre 2015 à 9 h 30 «Le pouvoir d achat des retraités» Document n 3 Document de travail, n engage pas le Conseil Les évolutions de pouvoir d

Plus en détail

Enquête sur l innovation. wallonnes

Enquête sur l innovation. wallonnes Enquête sur l innovation chez les TPE/PME wallonnes 7 TPE/PME wallonnes sur 10 innovent Lorsqu elles innovent et qu elles se font aider pour cela, elles enregistrent une croissance de 27,5% de leurs marges

Plus en détail

Tendances et enjeux. Les institutions sans but lucratif au service des

Tendances et enjeux. Les institutions sans but lucratif au service des Tendances et enjeux Tendances de l emploi dans les institutions sans but lucratif au service des ménages : Les organisations du domaine de la santé et des services sociaux Les institutions sans but lucratif

Plus en détail

Délibération n 2009-199 du 27 avril 2009

Délibération n 2009-199 du 27 avril 2009 Délibération n 2009-199 du 27 avril 2009 Emploi privé- âge- procédure de recrutement-rejet de la candidature sans entretien profil surdimensionné- diplôme- compétences managériales expérience professionnelle

Plus en détail

LES FEMMES ET LA CREATION D ENTREPRISE

LES FEMMES ET LA CREATION D ENTREPRISE MINISTERE DELEGUE A LA COHESION SOCIALE ET A LA PARITE V E I L L E S T A T I S T I Q U E service des droits des femmes et de l'égalité V E I L L E S T A T I S T I Q U E LES FEMMES ET LA CREATION D ENTREPRISE

Plus en détail

Enquête mensuelle de conjoncture auprès des ménages

Enquête mensuelle de conjoncture auprès des ménages Note Méthodologique Dernière mise à jour : 27-1-214 Enquête mensuelle de conjoncture auprès des ménages Présentation de l enquête L Insee réalise depuis janvier 1987 l enquête mensuelle de conjoncture

Plus en détail

Enquête sur les investissements dans l industrie

Enquête sur les investissements dans l industrie Note Méthodologique Dernière mise à jour : 30-08-2010 Enquête sur les investissements dans l industrie Avertissement : depuis mai 2010, les résultats de l enquête trimestrielle sur les investissements

Plus en détail

Les non-salariés pluri-actifs permanents

Les non-salariés pluri-actifs permanents Les non-salariés pluri-actifs Franck Evain* Les pluri-actifs, c est-à-dire les personnes qui cumulent de manière permanente activité salariée (hors fonction publique d État) et activité non salariée, sont

Plus en détail

LE CPAS ET L ÉTAT SOCIAL ACTIF

LE CPAS ET L ÉTAT SOCIAL ACTIF LE CPAS ET L ÉTAT SOCIAL ACTIF Journée de formation FEBISP juin 2001 Intervention de Monsieur Michel COLSON Président de la Section CPAS de l Association de la Ville et des Communes de la Région de Bruxelles-Capitale

Plus en détail

Point de conjoncture

Point de conjoncture Point de conjoncture Mars 2013 COMMENTAIRE DE LA CGPME Le 22 février dernier, la Commission européenne a rendu son verdict. Dans ses prévisions d hiver, elle estime à 0,1 % la croissance française pour

Plus en détail

OBSERVATOIRE PERSPECTIVES D EMBAUCHES ET DIFFICULTES DE RECRUTEMENT DANS LES ENTREPRISES DU CRA

OBSERVATOIRE PERSPECTIVES D EMBAUCHES ET DIFFICULTES DE RECRUTEMENT DANS LES ENTREPRISES DU CRA OBSERVATOIRE Progression d activité PERSPECTIVES D EMBAUCHES ET DIFFICULTES DE RECRUTEMENT DANS LES ENTREPRISES DU CRA 1 Compte tenu de la forte croissance actuelle au niveau de l ensemble de l économie

Plus en détail

Enquête auprès des acteurs économiques de la Relation Client

Enquête auprès des acteurs économiques de la Relation Client Enquête auprès des acteurs économiques de la Relation Client Mission Nationale de la Relation Client / AGEFOS PME Avril 2011 Nobody s Unpredictable Fiche technique Etude et sondage effectués pour Observatoire

Plus en détail

MARCHÉ DE L EMPLOI. Un ZOOM sur le métier de

MARCHÉ DE L EMPLOI. Un ZOOM sur le métier de MARCHÉ DE L EMPLOI ANALYSE MAI 2011 SOMMAIRE Un ZOOM sur le métier de POSEUR DE FERMETURES MENUISEES Dans le cadre du Plan Marshall 2.vert, Plan stratégique transversal pour la Wallonie, le Forem poursuit

Plus en détail

PLATEFORME HORIZONS EMPLOI Métiers et professions

PLATEFORME HORIZONS EMPLOI Métiers et professions PLATEFORME HORIZONS EMPLOI Métiers et professions Informations sur le groupe de métiers Analyste de gestion (32115 ) Les métiers du groupe Contrôleur de gestion............................................

Plus en détail

ENQUÊTE SUR LE RECRUTEMENT ET L EMPLOI AU QUÉBEC (EREQ)

ENQUÊTE SUR LE RECRUTEMENT ET L EMPLOI AU QUÉBEC (EREQ) EMPLOI-QUÉBEC ENQUÊTE SUR LE RECRUTEMENT ET L EMPLOI AU QUÉBEC (EREQ) RAPPORT ANALYTIQUE VOLUME 12 ENQUÊTE 2012 SUR LES DONNÉES DE 2011 Ce document a été préparé par la Direction de l analyse et de l information

Plus en détail

UNE ANALYSE ÉCONOMIQUE SUR L ÉVOLUTION DE QUELQUES POSTES DE COÛT DES INDUSTRIES JANVIER 2015

UNE ANALYSE ÉCONOMIQUE SUR L ÉVOLUTION DE QUELQUES POSTES DE COÛT DES INDUSTRIES JANVIER 2015 UNE ANALYSE ÉCONOMIQUE SUR L ÉVOLUTION DE QUELQUES POSTES DE COÛT DES INDUSTRIES JANVIER 2015 UN REPLI SENSIBLE DU PRIX DU BARIL DEPUIS QUELQUES MOIS Le cours du baril de Brent a chuté à partir de l été

Plus en détail

Analyse de l évolution de la structure des ménages dans l enquête sur le budget des ménages

Analyse de l évolution de la structure des ménages dans l enquête sur le budget des ménages Analyse de l évolution de la structure des ménages dans l enquête sur le budget des ménages S. Winandy, R. Palm OCA GxABT/ULg oca.gembloux@ulg.ac.be décembre 2011 1 Introduction La Direction Générale Statistique

Plus en détail

3. FORMATION EN MILIEU PROFESSIONNEL INTERNATIONAL

3. FORMATION EN MILIEU PROFESSIONNEL INTERNATIONAL 3. FORMATION EN MILIEU PROFESSIONNEL INTERNATIONAL 3.1. CONCEPT La formation professionnelle doit être envisagée comme un moyen de fournir aux étudiants les connaissances théoriques et pratiques requises

Plus en détail

Les inégalités d accès à la formation continue en entreprise

Les inégalités d accès à la formation continue en entreprise Ans Note d éducation permanente de l ASBL Fondation Travail Université (FTU) N 2015 5, avril 2015 www.ftu.be/ep Les inégalités d accès à la formation continue en entreprise Une comparaison avec les pays

Plus en détail

Les critères d identification des pays les moins avancés

Les critères d identification des pays les moins avancés Les critères d identification des pays les moins avancés Vue d ensemble Ce document reprend les éléments présentés sur le site du Comité des politiques de développement http://www.un.org/en/development/desa/policy/cdp/ldc/ldc_criteria.shtml

Plus en détail

Les territoires ruraux en Wallonie. Leur situation démographique actuelle et future. Thierry Eggerickx

Les territoires ruraux en Wallonie. Leur situation démographique actuelle et future. Thierry Eggerickx Les territoires ruraux en Wallonie. Leur situation démographique actuelle et future Thierry Eggerickx " 1. La définition des territoires ruraux en Wallonie 2. Diversité et évolution démographique récente

Plus en détail

ECARTS DE COMPETENCES, MIGRATIONS, MOBILITES : TENDANCES et ROLE DES SERVICES PUBLICS DE L EMPLOI

ECARTS DE COMPETENCES, MIGRATIONS, MOBILITES : TENDANCES et ROLE DES SERVICES PUBLICS DE L EMPLOI ECARTS DE COMPETENCES, MIGRATIONS, MOBILITES : TENDANCES et ROLE DES SERVICES PUBLICS DE L EMPLOI Congrès Mondial de l AMSEP Annie GAUVIN- Istanbul- le 6 mai 2015 Faits et tendances actuels 200 millions

Plus en détail

Focus. Lien entre rémunération du travail et allocation de chômage

Focus. Lien entre rémunération du travail et allocation de chômage Focus Lien entre rémunération du travail et allocation de chômage Introduction Le travailleur qui devient chômeur et qui est admissible sur base de prestations de travail se voit, en application du principe

Plus en détail

Le travail après la retraite

Le travail après la retraite Grant Schellenberg, Martin Turcotte et Bali Ram L es travailleurs prennent leur retraite de diverses façons. Certains quittent un emploi de longue date, faisant une transition nette du travail aux loisirs.

Plus en détail

R a p p o r t 2 0 0 5-2 0 0 6

R a p p o r t 2 0 0 5-2 0 0 6 R a p p o r t 2 0 0 5-2 0 0 6 O b s e r v a t o i r e des filières de qualification de l enseignement technique et professionnel en alternance Secteur de l Industrie Technologique Technopass Centre de

Plus en détail

Description du projet et contexte dans lequel il s inscrit au sein de l institution

Description du projet et contexte dans lequel il s inscrit au sein de l institution Nom de l Institution Service public fédéral Emploi, Travail et Concertation sociale Nom du projet Base de données salaires et durée conventionnels de travail Acronyme CAO-CCT Description du projet et contexte

Plus en détail

La situation économique espagnole est très préoccupante et le

La situation économique espagnole est très préoccupante et le FICHE PAYS ESPAGNE : VERS UNE DÉCENNIE PERDUE? Danielle Schweisguth Département analyse et prévision La situation économique espagnole est très préoccupante et le spectre de la décennie perdue japonaise

Plus en détail

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE [Prénom Nom] Rapport sur le stage effectué du [date] au [date] Dans la Société : [NOM DE LA SOCIETE : Logo de la société] à [Ville] [Intitulé du

Plus en détail

Tendances sur le marché du travail belge (1983-2013)

Tendances sur le marché du travail belge (1983-2013) 1 Tendances sur le marché du travail belge (1983-2013) Tendances sur le marché du travail belge (1983-2013) 1. Statut sur le marché de l'emploi de la population de 15 ans et plus en 1983 et en 2013 La

Plus en détail

Baromètre de conjoncture de la Banque Nationale de Belgique

Baromètre de conjoncture de la Banque Nationale de Belgique BANQUE NATIONALE DE BELGIQUE ENQUETES SUR LA CONJONCTURE Baromètre de conjoncture de la Banque Nationale de Belgique Décembre 211 1 1 - -1-1 -2-2 -3-3 21 22 23 24 2 26 27 28 29 21 211 Série dessaisonalisée

Plus en détail

SAINT-LOUIS ET MILE-END À LA LOUPE

SAINT-LOUIS ET MILE-END À LA LOUPE SAINT-LOUIS ET MILE-END À LA LOUPE PROFIL SOCIO-ÉCONOMIQUE 2001 Ce profil est appuyé par les données issues du recensement de Statistique Canada pour les années 1991, 1996 et 2001. UNE POPULATION HAUTEMENT

Plus en détail

Objectif plein emploi

Objectif plein emploi Synthèse Objectif plein emploi Les Etudes sur la situation de l entreprise avaient déjà consacré son édition 2007 au thème «Entreprises et marché du travail» en Wallonie. En substance, les études contenues

Plus en détail

2014-2015 DS n 3 Chap 1-2h. Épreuve composée

2014-2015 DS n 3 Chap 1-2h. Épreuve composée Épreuve composée Pour la partie 3 (Raisonnement s appuyant sur un dossier documentaire), il est demandé au candidat de traiter le sujet : en développant un raisonnement ; en exploitant les documents du

Plus en détail

culture chiffres PRODUCTION, DIFFUSION ET MARCHÉS Les entreprises du commerce du marché de l art 2009-4 François Rouet *

culture chiffres PRODUCTION, DIFFUSION ET MARCHÉS Les entreprises du commerce du marché de l art 2009-4 François Rouet * culture Secrétariat général Délégation au développement et aux affaires internationales Département des études, de la prospective et des statistiques 182, rue Saint-Honoré, 75033 Paris cedex 01 01 40 15

Plus en détail

Simulations de l impact de politiques. économiques sur la pauvreté et les inégalités

Simulations de l impact de politiques. économiques sur la pauvreté et les inégalités Simulations de l impact de politiques économiques sur la pauvreté et les inégalités L analyse de l évolution des conditions de vie et des comportements des classes moyennes, à la lumière de l observation

Plus en détail

Chap 6. Le marché : la demande globale

Chap 6. Le marché : la demande globale Chap 6 Le marché : la demande globale L entreprise commerciale doit adopter son offre aux attentes des consommateurs. Pour cela, elle doit parfaitement les connaître et s adapter à leurs spécificités.

Plus en détail

TOP PERSONNEL MANUEL. www.trendstop.be

TOP PERSONNEL MANUEL. www.trendstop.be TOP PERSONNEL MANUEL www.trendstop.be L outil Top Personnel Le Top Personnel vous permet de composer des listes de prospection sur la base des paramètres de votre choix ou de dresser des classements Top

Plus en détail

La productivité du travail et le salaire moyen par tête à l horizon 2050

La productivité du travail et le salaire moyen par tête à l horizon 2050 CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du mercredi 26 septembre 2007 à 9 h 30 «Actualisation des projections à long terme : les hypothèses» Document N 04 Document de travail, n engage pas

Plus en détail

Malgré des échanges peu dynamiques, le déficit commercial se réduit grâce à la baisse des importations d énergie

Malgré des échanges peu dynamiques, le déficit commercial se réduit grâce à la baisse des importations d énergie Malgré des échanges peu dynamiques, le déficit commercial se réduit grâce à la baisse des importations d énergie Au premier semestre, les importations diminuent (-1,2%), tandis que les exportations sont

Plus en détail

Culture familiale et ouverture sur le monde

Culture familiale et ouverture sur le monde > Culture familiale et ouverture sur le monde Il est dans notre culture d entreprendre, d investir dans de nouveaux projets, de croître internationalement. Location automobile à court terme CHIFFRES CLÉS

Plus en détail

Population étudiante en médecine vétérinaire : projections

Population étudiante en médecine vétérinaire : projections Population étudiante en médecine vétérinaire : projections Assemblée Générale des étudiants de Louvain 17 juin 2015 1 Avant-propos Depuis quelques semaines, la question de la surpopulation dans les filières

Plus en détail

Les fonctions critiques en RW en 2003 Les fonctions communes avec la Région de Bruxelles-Capitale

Les fonctions critiques en RW en 2003 Les fonctions communes avec la Région de Bruxelles-Capitale 1 Les fonctions critiques en RW en 2003 Les fonctions communes avec la Région de Bruxelles-Capitale FOREM Conseil Présentation au CSEF - 14 décembre 2004 2 Méthodologie retenue Source : postes vacants

Plus en détail

Le secteur de la logistique

Le secteur de la logistique Mai 2014 Le secteur de la logistique Service Etudes CCI Indre Le secteur de la logistique Toute reproduction interdite sans l autorisation de l auteur Page 1 SOMMAIRE SECTEUR DE LA LOGISTIQUE EN FRANCE

Plus en détail

Répercussions de la TVA et de certaines réformes de la TVA. sur l économie

Répercussions de la TVA et de certaines réformes de la TVA. sur l économie Répercussions de la TVA et de certaines réformes de la TVA sur l économie par Frank Bodmer Economiste indépendant et chargé de cours, Université de Bâle Etude demandée par l Administration fédérale des

Plus en détail

Les femmes restent plus souvent au foyer, travaillent davantage à temps partiel, gagnent moins et sont plus exposées à la pauvreté

Les femmes restent plus souvent au foyer, travaillent davantage à temps partiel, gagnent moins et sont plus exposées à la pauvreté DIRECTION GÉNÉRALE STATISTIQUE ET INFORMATION ÉCONOMIQUE COMMUNIQUÉ DE PRESSE 7 mars 2008 Les femmes restent plus souvent au foyer, travaillent davantage à temps partiel, gagnent moins et sont plus exposées

Plus en détail

Fiche méthode n 1 Révision des outils de mesure des proportions et des variations

Fiche méthode n 1 Révision des outils de mesure des proportions et des variations Fiche méthode n 1 Révision des outils de mesure des proportions et des variations 1 Objectif de ce TD: - Mobiliser vos connaissances de l an dernier afin de réutiliser et de maîtriser ces outils statistiques

Plus en détail

Résultats de l enquête OPALE Outil de Prévision de l Artisanat de Lorraine MOT DU PRÉSIDENT - L artisanat lorrain

Résultats de l enquête OPALE Outil de Prévision de l Artisanat de Lorraine MOT DU PRÉSIDENT - L artisanat lorrain Résultats de l enquête OPALE Outil de Prévision de l Artisanat de Lorraine MOT DU PRÉSIDENT - L artisanat lorrain La fin de l année est l occasion pour chacun de faire le point sur la situation économique

Plus en détail

SITUATION FINANCIERE PREVISION POUR LES ANNEES 2015 ET 2016 DE L ASSURANCE CHOMAGE. Octobre 2015

SITUATION FINANCIERE PREVISION POUR LES ANNEES 2015 ET 2016 DE L ASSURANCE CHOMAGE. Octobre 2015 SITUATION FINANCIERE DE L ASSURANCE CHOMAGE PREVISION POUR LES ANNEES 2015 ET 2016 Octobre 2015 Cette note présente la prévision de la situation financière de l Assurance chômage pour les années 2015 et

Plus en détail

Qualité et limites des données

Qualité et limites des données Qualité et limites des données Le Registre des entreprises s appuie en grande partie sur les données obtenues au cours de l inscription à un numéro d entreprise (NE) auprès de l Agence de revenu du Canada

Plus en détail

L équilibre Ressources Emplois de biens et services schématisé par une balance

L équilibre Ressources Emplois de biens et services schématisé par une balance IV) l équilibre ressources - emplois et son interprétation Cet article fait suite à ceux du 19 janvier et du 18 février 2013. Il en est le complément logique sur les fondamentaux macro- économiques d un

Plus en détail

Recommandation de RECOMMANDATION DU CONSEIL. concernant le programme national de réforme du Luxembourg pour 2015

Recommandation de RECOMMANDATION DU CONSEIL. concernant le programme national de réforme du Luxembourg pour 2015 COMMISSION EUROPÉENNE Bruxelles, le 13.5.2015 COM(2015) 265 final Recommandation de RECOMMANDATION DU CONSEIL concernant le programme national de réforme du Luxembourg pour 2015 et portant avis du Conseil

Plus en détail

«Panorama transfrontalier de l économie sociale et solidaire»

«Panorama transfrontalier de l économie sociale et solidaire» Une implantation forte de l Economie Sociale et Solidaire de part et d autre de la frontière. Forte de plus de 13 000 établissements et de plus de 200 000 emplois sur le territoire transfrontalier, l économie

Plus en détail

La confiance joue un rôle prépondérant en économie ; c est un fait avéré et il n est point nécessaire de produire un recensement exhaustif pour s en convaincre. Une seule référence peut suffire : celle

Plus en détail

Recruter et animer un réseau d agents commerciaux dans l Union Européenne Pour toute information complémentaire, contactez : Le Département

Recruter et animer un réseau d agents commerciaux dans l Union Européenne Pour toute information complémentaire, contactez : Le Département Recruter et animer un réseau d agents commerciaux dans l Union Européenne Pour toute information complémentaire, contactez : Le Département Développement International de la Chambre de Commerce et d Industrie

Plus en détail

L emploi et la formation des jeunes à Bruxelles : Les résultats en chiffres

L emploi et la formation des jeunes à Bruxelles : Les résultats en chiffres L emploi et la formation des jeunes à Bruxelles : Les résultats en chiffres A. Introduction L emploi et la formation des jeunes bruxellois est un des défis majeurs du Gouvernement. Notre objectif ultime

Plus en détail

L'emploi, l Intérim et les métiers à l'horizon 2015

L'emploi, l Intérim et les métiers à l'horizon 2015 L'emploi, l Intérim et les métiers à l'horizon 2015 Principaux résultats de l'étude OTT- CRÉDOC - GESTE 25 janvier 2011 Le marché du travail à l'horizon 2015 Le marché du travail en 2015 Aujourd'hui 24

Plus en détail

MAXIMISER LA DISPONIBILITÉ DES PRODUITS DANS LES MAGASINS

MAXIMISER LA DISPONIBILITÉ DES PRODUITS DANS LES MAGASINS Distribution MAXIMISER LA DISPONIBILITÉ DES PRODUITS DANS LES MAGASINS METTRE LES RUPTURES SOUS CONTRÔLE Introduction Tout distributeur veut que tous les produits soient bien présents dans ses rayons.

Plus en détail

1 - Salaires nets tous secteurs confondus

1 - Salaires nets tous secteurs confondus N 627 Résultats l enquête annuelle sur les s auprès s entreprises - Mai 2011 - L enquête annuelle sur les s auprès s entreprises, réalisée par voie postale par l ONS a donné les résultats présentés ci-ssous.

Plus en détail

Commerce intra-zone Euro : et maintenant, on va où?

Commerce intra-zone Euro : et maintenant, on va où? Commerce intra-zone Euro : et maintenant, on va où? Résumé : La création de la Zone Euro a participé au développement rapide des échanges entre ses membres. L Allemagne est l élément moteur de l essor

Plus en détail

FONDS DES ACCIDENTS DU TRAVAIL 11/12/2007

FONDS DES ACCIDENTS DU TRAVAIL 11/12/2007 FONDS DES ACCIDENTS DU TRAVAIL 11/12/2007 Rapport statistique des accidents du travail de 2006 1 Introduction La déclaration d accident du travail constitue le socle de la collecte des données relatives

Plus en détail

Matinée rencontre entre opérateurs de formation/insertion et des employeurs du secteur de la santé et de l action sociale. 18 septembre 2008.

Matinée rencontre entre opérateurs de formation/insertion et des employeurs du secteur de la santé et de l action sociale. 18 septembre 2008. Matinée rencontre entre opérateurs de formation/insertion et des employeurs du secteur de la santé et de l action sociale. 18 septembre 2008. Dans le cadre des travaux de la Commission Consultative Sous-Régionale

Plus en détail

internationale, nationale et vendéenne Petit-déjeuner de l OESTV - Vendredi 11 juillet 2014

internationale, nationale et vendéenne Petit-déjeuner de l OESTV - Vendredi 11 juillet 2014 Regards sur la conjoncture internationale, nationale et vendéenne Petit-déjeuner de l OESTV - Vendredi 11 juillet 2014 CONJONCTURE INTERNATIONALE & NATIONALE Reprise lente en ZONE EURO et à rythmes variables

Plus en détail

MARCHÉ DE L EMPLOI. Chef de chantier - Conducteur de travaux. Un ZOOM sur les métiers. Description et conditions de travail.

MARCHÉ DE L EMPLOI. Chef de chantier - Conducteur de travaux. Un ZOOM sur les métiers. Description et conditions de travail. MARCHÉ DE L EMPLOI ANALYSE SEPTEMBRE 2013 Un ZOOM sur les métiers Chef de chantier - Conducteur de travaux Dans le cadre du Plan Marshall 2.vert, Plan stratégique transversal pour la Wallonie, le Forem

Plus en détail

Résultats pour la Communauté Française Analyse Vaccination (chez les adultes) Enquête Santé, Belgique, 1997

Résultats pour la Communauté Française Analyse Vaccination (chez les adultes) Enquête Santé, Belgique, 1997 6.4.1. Introduction L importance des programmes de vaccination a été largement démontrée. Les questions n ont été posée qu aux personnes âgées de 15 ans et plus parce que la couverture vaccinale chez les

Plus en détail

POLITIQUE DE FORMATION

POLITIQUE DE FORMATION POLITIQUE DE FORMATION ET DE DEVELOPPEMENT DES COMPETENCES Table des matières 1. Préambule... - 2-2. Buts généraux... - 2-3. Objectifs... - 2-4. Axes et typologie de formation... - 3-4.1 Axes de formation...

Plus en détail

Une amélioration qui demande confirmation

Une amélioration qui demande confirmation JANVIER 2016 Une amélioration qui demande confirmation 2015 s avère plus favorable que prévu pour les TPE-PME de Rhône-Alpes. Contrairement aux années précédentes, les entreprises qui déclarent un chiffre

Plus en détail

LA CRÉATION D ENTREPRISE

LA CRÉATION D ENTREPRISE FOCUS études septembre 2012 LA CRÉATION D ENTREPRISE en Seine-et-Marne information économique Depuis 2009, la crise économique mondiale et la création du statut d auto-entrepreneur ont profondément bouleversé

Plus en détail

I n t r o d u c t i o n Les étapes de la recherche à l a r e c h e r c h e

I n t r o d u c t i o n Les étapes de la recherche à l a r e c h e r c h e I n t r o d u c t i o n Les étapes de la recherche à l a r e c h e r c h e Les objectifs pédagogiques Savoir délimiter les trois phases distinctes de la recherche Savoir identifier, pour chacune des trois

Plus en détail

P.1 LES FORMATIONS PRIORITAIRES : PLUS COURTES, ET S ADRESSANT PLUS QUE LES AUTRES FORMATIONS À DES DEMANDEURS D EMPLOI DE NIVEAU CAP/BEP

P.1 LES FORMATIONS PRIORITAIRES : PLUS COURTES, ET S ADRESSANT PLUS QUE LES AUTRES FORMATIONS À DES DEMANDEURS D EMPLOI DE NIVEAU CAP/BEP ÉCLAIRAGES ET SYNTHÈSES SEPTEMBRE 2015 N 17 SOMMAIRE P.1 LES FORMATIONS PRIORITAIRES : PLUS COURTES, ET S ADRESSANT PLUS QUE LES AUTRES FORMATIONS À DES DEMANDEURS D EMPLOI DE NIVEAU CAP/BEP P.3 6 PERSONNES

Plus en détail

Chapitre 4. Impacts sur les personnes admissibles de l assuranceemploi

Chapitre 4. Impacts sur les personnes admissibles de l assuranceemploi Chapitre 4 Impacts sur les personnes admissibles de l assuranceemploi 4.1 Ensemble des participants Parmi les 3 347 personnes interrogées dans le cadre de cette étude, 616 (18 %) étaient des personnes

Plus en détail

Territoire de Châlons-en-Champagne

Territoire de Châlons-en-Champagne Territoire de POPULATION, EMPLOI, RECRUTEMENT ELEMENTS PROSPECTIFS Ce travail a été initié par le Conseil Régional afin de préparer le PRDF (Plan Régional de Développement des Formations). Ce document,

Plus en détail

La présence syndicale au Québec en 2014

La présence syndicale au Québec en 2014 La présence syndicale au Québec en 2014 Alexis Labrosse Secrétariat du Travail Direction de l information sur le travail Mars 2015 1 Table des matières Introduction... 4 Les sources de données, la population

Plus en détail

Les salariés et la réforme de la formation professionnelle

Les salariés et la réforme de la formation professionnelle Les salariés et la réforme de la formation professionnelle Sondage Ifop pour Théâtre à la Carte Contacts Ifop : Anne-Sophie VAUTREY - Directrice d études Département Opinion et Stratégies d Entreprise

Plus en détail

INSERTION DES JEUNES DIPLOMES Groupe ESC DIJON BOURGOGNE Enquête 2011*

INSERTION DES JEUNES DIPLOMES Groupe ESC DIJON BOURGOGNE Enquête 2011* INSERTION DES JEUNES DIPLOMES Groupe ESC DIJON BOURGOGNE Enquête 2011* La 19me enquête «Insertion des jeunes Diplômés» de la Conférence des Grandes Écoles s intéresse aux conditions d insertion professionnelle

Plus en détail

ÉNERGISER L AVENIR Étude d information sur le marché du travail 2008

ÉNERGISER L AVENIR Étude d information sur le marché du travail 2008 Construire un avenir brillant ÉNERGISER L AVENIR Étude d information sur le marché du travail 2008 www.avenirbrillant.ca Financé par le gouvernement du Canada par l entremise du Programme des conseils

Plus en détail

Enquête de satisfaction et de suivi des bénéficiaires du Projet Emploi Jeune et Développement des compétences (PEJEDEC)

Enquête de satisfaction et de suivi des bénéficiaires du Projet Emploi Jeune et Développement des compétences (PEJEDEC) CONTEXTE & OBJECTIFS Enquête de satisfaction et de suivi des bénéficiaires du Projet Emploi Jeune et Développement des compétences (PEJEDEC) Rapport de synthèse Janvier 2015 Au sortir de deux décennies

Plus en détail

Leçon 12. Le tableau de bord de la gestion des stocks

Leçon 12. Le tableau de bord de la gestion des stocks CANEGE Leçon 12 Le tableau de bord de la gestion des stocks Objectif : A l'issue de la leçon l'étudiant doit être capable de : s initier au suivi et au contrôle de la réalisation des objectifs fixés au

Plus en détail