ET DE L'ÉCHELLE DE STRUCTURE DE PERSONNALITÉ (ESP)

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "ET DE L'ÉCHELLE DE STRUCTURE DE PERSONNALITÉ (ESP)"

Transcription

1 CAROLINE CHIASSON validité CONCURRENTE DE L'OBJECT RELATION -0RY (ORI) ET DE L'ÉCHELLE DE STRUCTURE DE PERSONNALITÉ (ESP) Merno ire présenté à la Faculté des études supérieures de l'université Lavai pour l'obtention du grade de maître en psychologie (M.PS.) École de psychologie FACULTÉ DES SCIENCES SOCIALES UNIVERSITÉ LAVAL (D CAROLINE CHIASSON, 1997

2 National Library Acquisitions and Bibliographie Senices Bibliothèque nationale du Canada Acquisitions et services bibliographiques 395 Wellington Street 395, rue Wellington Ot&wa ON KIA ON4 Ottawa ON K1A ON4 Canada Canada The author has granted a nonexclusive licence allowing the National Library of Canada to reproduce, loaq distri'bute or sell copies of this thesis in microform, paper or electronic formats. The author retains ownership of the copyright in this thesis. Neither the thesis nor substmtial extracts fiom it may be printed or othenivise reproduced without the author's permission. L'auteur a accordé une licence non exclusive permettant à la Bibliothèque nationale du Canada de reproduire, prêter, distri'buer ou vendre des copies de cette thèse sous la forme de microfiche/film, de reproduction sur papier ou sur fonnat électronique. L'auteur conserve la propriété du droit d'auteur qui protège cette thèse. Ni la thèse ni des extraits substantiels de celle-ci ne doivent être imprimés ou autrement reproduits sans son autorisation.

3 Cette recherche examine les corr61ations entre différentes variables de deux intruments: dé échelle de Spucture de la Personnalité (mesurant les structures de personnalité et des dimensions des relations d'objets) et I'Object Relations Inventory (mesurant les relations d 'objets sur un continuum développemental). Plus précisement, l'objectif principal de cette étude est de vérifier les liens entre les relations d'objets, les stades d6veloppementaux et les structures de personnaiité. Quarante sujets adultes participent à cette étude. Ils sont tous en psychothérapie en clinique externe soit au Service de Consultation de dé école de Psychologie de l'université Laval, en clinique médicale ou dans des hopitaux psychiatriques de la r6gion de Québec. Vingt-six sujets présentent des troubles sur les axes 1 et II du DSM-III-R (APA, 1987), sept sujets sur l'axe I seulement, un sujet ne présente qu'une pathologie sur l'axe II et enfin, six sujets ne présentent aucun trouble. Les résultats indiquent un lien entre la capacité d'investissement des objets et le niveau développemental de la personnalité. Par ailleurs, les résultats révèlent la présence d'un lien entre la force du moi, la transformation d'un récit et le niveau de d6veloppernent de l'objet. De plus, ces résultats supportent les théories de Bergeret (1976) et de Kernberg (1980) sur les liens entre les structures de personnalité et le niveau de developpement de l'objet. Toutefois, les théories sur les mécanismes de défenses (clivage et idéalisation) et le niveau de développement objectal ne sont pas confirmées après examen des résultats. h u i s Digfir, directeur de recherche Caroline Chiasson

4 AVANT-PROPOS III Tout d'abord, j'offre ma reconnaissance à mon directeur de recherche M. Louis Diguer, Ph.D. pour avoir permis la réalisation de ce projet. C'est un homme très cultiv6, brillant et professionnel. Il possède également un souci d'exactitude au travail, qui demeurera pour moi un exemple important. De plus, je conserverai de lui ce goût d'apprendre qui motive à se surpasser constamment. Maintenant, peu importe l'évolution que prendra ma carrière, je suis heureuse du fondement acquis. Je remercie aussi mes parents, Paul et Rose-Alma, pour m'avoir encourage moralement et financièrement à poursuivre mes études. Qu'ils sachent que chacun à leur façon, leur exemple fut pour moi un facteur aidant dans I'accomplissement de mes travaux. De plus, je tiens à remercier mes proches collaborateurs pour leur précieux travail. Jean Descôteaux m'a apporté un support statistique de grande qualité, en plus d'avoir participé à la cotation des récits ESP avec Jean-Pierre Rousseau; ce dernier m'a également conseillé lors de l'élaboration de mon échantillon. Syivie Pelletier, quant à elle, a collaboré & la cotation des descriptions ORI, au choix de l'indice de fidélité et a traduit certains textes de S.Blatt. Merci! Finalement, je remercie Éric Dubé, autre collaborateur, pour sa participation à l'entraînement de la grille d'or1 (Marziali et Oleniuk).

5 TABLE DES MATIERES Résumé ,... II Avant-propos III - Table des meres , iv Liste da tableaux vi lei Pr6sentation des deux m~~m..em...e...m..ememe..eem..e...e.ee..ee.wm..a.ee.ee L'Object Relation Inventory (ORI) Introduction sur les relations d'objets Les premières recherches empiriques Object Relation Inventory (ORI) Introduction sur les schkrnas narratifs , Échelle de Structure de Personnalité (ESP) L' Échelle de Structure de Personnalité (ESP) 1.2. Théories psychodynamiques de la peiso-6.m..e.eem.e..~mm~...mme.e...mm Type de relation d'objet et type d'angoisse Mécanismes de défenses O Qualité d'investissement de l'objet Normalité et force du moi , Présentation des variables.....e.m..e.mma..eme..mm.m...emo.m.e...a..eee.e..~

6 4-10 ~ d 6 l i t é m * ~. o o ~. ~ ~ e o - ~ ~ e ~ o ~ ~ ~ ~ o ~ ~ ~ ~ ~ e ~ ~ ~ ~ o ~ o ~ ~ ~ ~ ~ ~ e e e ~ 4.2* NO CodWions entre le degd d9ambivaience et Ie niveau conceptuel de IyORL Corréiations entre les items et échelles de la ESP Corrélations entre I'ORI et 19ESP Capacité d'investissement objedal et niveau de développement de la personnalité Force du moi. transformation d'un récit et niveau de développement objecta Sruchires de personnalité et développement objecta1...o Mécanismes de défenses: clivage et idéaiisation primitive = Limites de I'hde 30. Références Annexe.. A: Tableaux du memoue...., Annexe B: Documents et exemple relatifs à l'échelle de Srucnire de Personnalité CONSIGNE STANDARDISÉE (RAP) GRILLE D'ANALYSE DE L'ESP MANUEL DE COTATION DE L' ESP (version abrégée) UN EXEMPLE DE COTATION D'UN RÉCIT Annexe C: Documents et exemple relatifs à I'Object Relation Inventory CONSIGNE STANDARDISÉE (ORI) MANUEL DE COTATION POUR LE NIVEAU CONCEPTUEL ET LE DEGRÉ D'AMBIVALENCE UN EXEMPLE DE COTATION D'UNE DESCRIPTION PARENTALE Annexe D: Formulaire de consentement FORMULAIRE DE CONSENTEMENT...80

7 LISTE DES TABLEAUX Tableau 1 : Comparaison entre les lignées structurelles (Bergeret, 1976) Tableau 2: Hypothèses spécifiques: corrélations entre les échelles de I'ORI et les échelles et items de I'ESP Tableau 3: Fidélité interjuges: moyennes des pourcentages d'accord pour les dix items de I'ESP Tableau 4: Fidélité interjuges: moyennes des corrélations de Pearson pour les cinq échelles de I'ESP ,....., Tableau 5: Corrélations entre les dix items et cinq échelles de I'ESP TabIeau 6: Corrélations entre les variables de I'ORI et de 1'ESP Tableau 7: Composition du modèle linéaire pour l'échelle degré d'ambivalence en fonction des items d'esp , , Tableau 8: Composition du modèle linéaire pour l'échelle niveau conceptuel en fonction des items d'esp ,

8 ÉTUDE DE VALIDITÉ CONCURRENTE DE L'OBJECT RELATION INVENTORY (ORI) ET DE L'ÉCHELLE DE STRUCTVRE DE PERSONNALITÉ (ESP) INTRODUCTION G- Les relations d'objets ainsi que les structures de personnalité sont des concepts centraux dans l'ensemble des théories développementales et psychanalytiques contemporaines. Ces concepts trouvent leur sens dans la pratique clinique. Toutefois, jusqu'à maintenant, peu de recherches empiriques se sont intéressées à valider empiriquement les liens entre ces concepts. Cette étude, à visée exploratoire, a pour objectif de comparer I'Object Relation Inventory (ON)(Blatt et al ) et l'échelle de Structure de Personnalité (ESP) (Diguer, 1994). afin de vérifier spécifiquement lu liens entre les relations d'objets, les stades développernentaux et les structures de personnalité. L'Object Relation Inventory est une méthode non-projective permenant d'évaluer certaines dimensions des relations d'objets sur un continuum développemental. Plus précisément, l'échelle Degré d'ambivalence, permet de vérifier dans quelle mesure le sujet exprime des sentiments opposés tels I'arnour et la haine envers les objets significatifs. D'autre part, l'échelle Niveau Conceptuel comprend cinq niveaux de développement du concept d'objet, soit les niveaux sensorimoteur, percephel, iconique externe. iconique interne et conceptuel. L'atteinte du dernier niveau indique l'intégration de i'objet total. tandis qu'à l'inverse, les niveaux inferieurs indiquent une intégration incomplète de l'objet. Diguer (1994), a construit l'échelle de Structure de Personnalité (ESP). Cet instru- ment permet d'identifier la structure relationnelle mise en scène dans un récit. L'ESP est constituée de deux parties. La première, l'analyse S&niotique, permet de segmenter le récit en ses composantes principales. La deuxième, l'analyse Psychodynamique, permet de qua1 i- fier ces segments à partir de la classification des structures de perso~dité de Bergeret (1974) et Kemberg (1984). Cette section comprend 22 items psychodynamiques référents aux méca-

9 nismes de d&enses, au concept de l'objet, à la force du moi et au degré d'investissement des objets. Les cotes données à chaque item sont additionnées et pondérées afin de donner cinq scores finaux qui correspondent respectivement aux stnictures de personnalité ncwotique, etat-limite et psychotique, à la force du moi et au degré d'investissement du récit. Quarante sujets prennent part à l'étude. Parmi ceux-ci, trente-quatre présentent des troubles psychologiques de gravité variable. Ils sont rencontrés au Service de Consultation de I'Ecole de Psychologie de l'université Lavai (SCEP) par des psychologues ou des étudiants de deuxibrne cycle en psychologie sous supervision. L'administration du Mini-SCID et du SCID-II permet d'établir un diagnostic sur les axes 1 et 2 du DSM-III-R. Ensuite, le participant est invité à raconter IO récits selon la méthode RAP (Luborsky, 1990). ainsi qu'à décrire son père, sa mère et son conjoint (ou son meilleur ami), permettant ultérieurement d'appliquer respectivement, les grilles ESP et ON. La contribution originale de cette recherche repose sur l'étude des liens entre plu- sieurs postulats psychanalytiques tels: les structures de personnaiite, le développement objec- ta1 et le développement de la personnalit&

10 1. CADRE THÉORIQUE 1.1 Présentation des deux mesures L'Object Relation Inventory (ORO Introduction sur les relations d'objets Le concept de relation d'objet ut un paradigme de grand intérêt de nos jours en psychologie et en psychanalyse. Historiquement, ce sont des Britanniques tels M. Klein, Fairbairn, Balint et Winnicott qui ont, les premiers, 6laboré leurs théorie. Par la suite, des Américains tels Kemberg. Jacobson et Mahler poursuivirent cette lancée en édifiant, à leur tour, leurs théories des relations d'objets. Récemment, Kernberg a fait un effort majeur pour intégrer plusieurs théories sur les relations d'objet dans un modèle théorique de la psychologie du Moi (Moore and Fine, 1995). Selon Kemberg (1996), une relation d'objet est d'abord la représentation d'une interaction entre soi et les autres significatifs. Cette interaction peut être réelle ou fantasmée, et elle est toujours liée par un affect. Pour qu'il y ait d6veloppement psychologique normal chez I'enfant, il est nécessaire que les premières relations d'objets int6riorisées soient sufisamment positives pour mener à I'accompIissement d'une série d'échelons qui transforment successivement ces relations d'objet en une identité du moi normale Les premières recherches empiriques Depuis quelques décemies, des chercheurs ont tenté de mesurer empiriquement le concept de relation d'objet. Deux principaux groupes de recherche ont cantribue de façon marquante au développement de méthodes d'évaluation des reprbentations objectales. Le groupe de Martin Mayman de l'université du Michigan a employé des méthodes telles que l'analyse des premiers souvenirs et des rêves, des autobiographies et des méthodes projec-

11 Uves. A titre d'exemple, en 1967, Mayrnan a montré qu'il était possible de prédire certains niveaux de psychopathologie par l'analyse de contenu des représentations d'objets produites par un sujet au Rorschach. De même, en 1974, Krohn et Mayman ont d6veloppé I'Object Representdon Scule for Drem grâce auquel ils ont établi la validité de construit de la notion de représentation d'objets et l'utilité de leur échelle pour la mesurer. Ces chercheurs ont développé leurs méthodes d'evaluation à partir des thbries de la psychologie du moi (ego psychology), de Margaret Malher, F. Pine, A. Bergman et Otto Kernberg (Lerner 1991; Diguer, Morissette, Normandin, 1997). Un second groupe de chercheurs dirigt par Sydney Blatt de l'université Yale ont, quant à eux, tenté de mesurer les relations d'objets dans une perspective cognitive et stnicturale. Leurs travaux reposent à la fois sur les théories des relations d'objets et de la psychologie du moi, en plus d'intégrer les théories développementales de chercheurs tels J. Piaget et H. Werner. En 1976, Blatt, Breinis, Schimek et Glick dkveloppent a comprehensive Concept of the Object Scale, une procédure de cotation permenant de coter les figures humaines (Hs) au Rorschach sur un continuum développemental. La fidélit6 interjuges fut très satisfaisante recueillant plus de d'accord entre les juges. Des résultats empiriques ont dtmontré qu'il y aurait des différences importantes au plan de la structure et du contenu des représentations d'objets dans plusieurs formes de pathologies (Blatt et Lerner, 1983). A titre d'exemple, chez un sujet schizophrène non-paranoide, les représentations objectales sont souvent inappropriées et de bas niveau développemental tandis que chez un sujet hysterique, les représentations d'objets sont plus appropriées et plus élaborées L'Object Relation Inventory (ON) En 1979, Blatt, Wein, Chevron et Quinlan developpent 1 'Object Relation Inventory (ORI), un des premiers systèmes de cotation des relations d'objet qui repose sur des bases autres que celles liées aux méthodes projectives. Ce système allait fournir du materiel analysable tout comme le Rorschach et d'autres méthodes projectives, mais en réduisant le temps nécessaire à la cotation (Smith, 1993). A l'époque, on avait démontré cliniquement le lien

12 entre un type de soin parental insensible, non disponible ou inmisif avec la dépression à l'âge adulte. L'OH fut donc d'abord utilisé afin de mesurer la relation qui pouvait exister entre la dépression à I'âge adulte et les représentations parentales (Blatt et al, 1979). Lors d'une entrevue semi-structurée, les sujets ont pour consigne de décrire des per- sonnes significatives de leur entourage (tels leur père et leur mère) par écrit en 5 minutes par description. Ensuite, 2 juges experts cotent indépendamment ce matériel d'après une grille etablie à cet effet. La premi8re section de cette grille comprend 12 attn0iûs à partir desquels on qualifie l'objet sur une échelle likert en 7 points. Ces variables sont les suivantes: af- fection, ambition, bienveillance, chaleur, qualité de l'investissement, intérêt intellectuel, propension à la critique, idéal positif ou négatif, qualité matemante, réussite et la force per- sonnelle. Ensuite, s'ajoute l'échelle Degré d'ambivalence qui varie d'absence il très ambi- valent sur une échelle de 5 points. On vérifie ici dans quelle mesure le sujet exprime des sentiments opposés tels l'amour et la haine ou les aspects négatifs (ex: austérité, vanité, anxiété) et positifs (ex: bonne humeur, intelligence, empathie) dans sa description de l'objet. L'échelle suivante, le Niveau Conceptuel comporte 9 valeurs possibles: sensorimoteur-pré- operatoire (1)' concret-perceptuel (3), iconiqueexterne (5). iconique interne (7), représenta- tion conceptuelle (9); les chiffres pairs sont utilisés lorsque la cote représentant le mieux une description se situe entre ces niveaux. Finalement, une échelle permet d'apprécier la Lon- gueur de la Description sur un continuum de 7 points. Quidan, Blatt, Chevron, & Wein (1992) rapportent une &ude de fidélité dans laquelle 2 juges indépendants ont coté les descriptions parentales de 27 sujets. Les résultats démontrent une fidélité interjuges généralement satisfaisante pour les 12 îzmibufs variant de r = -917(chaleur) à r =A49 (affection). Le Degré d'ambivalence évalue en 3 points (à cette kpoque) fut plus problématique (r = -413). Pour pallier cette faiblesse, on utilisa désormais une échelle en 5 points avec laquelle un r de Pearson de.87 fut obtenu. La fidélité se rapportant au Niveau Conceptuel ainsi qu'à la Longueur de la Description fit aussi satisfkisante: r =.88 à L'indice de Pearson pour chacune des 2 échelles. Une 6tude de Blatt et al. (1991) rapporte elle aussi une bonne fidélité interjuges pour l'échelle conceptueile (r = -88).

13 Toutefois, il apparaiat que les 12 attributs de I'ORI ne reflètent pas nécessairement des dimensions importantes liées aux représentations d'objets. Ce système de cotation pourrait être amaméiior6 par une théorie de base reprenant des dimensions dites fondamentales des représentations d'objets (Blatt et al., 1991). L'échelle du Niveau Conceptuel serait celle qui possède la meilleure validité de construit puisqu'elle s'appuie sur des concepts psychologiques dérivés de Piaget, Werner et des théories psychanalytiques di5veloppementales. Marziali et Oleniuk (1990) se sont particulièrement intéressés P cette échelle. Reprenant les mêmes fondements théoriques que Blatt, ces auteurs ont dheloppé leur propre système de cotation. Celui-ci comprend 5 scores totaux indiquant le profil des niveaux de représentation objectai. Leurs travaux ont permis de démontrer que les sujets normaux utilisent significativement plus de relations objectales de niveaux supkrieurs (III-V) que les borderlines. Une étude de Daoust, Hébert, Turgeon, Diguer, Rousseau et Descôteaux (1997) présente des résultats allant dans le même sens. En effet, ayant utilisé cette methode auprès de 32 sujets soit névrotique ou borderline, leurs résultats démontrent que les névrotiques utilisent significativement plus de relations d'objets de niveaux supérieurs (III-V) que les borderline. La fidélité interjuges fut satisfaisante, tel qu'en t6moigne un ICC de L'Échelle de Structure de Personnalité Introduction sur les schémas narratifs Depuis les vingt dernières années, les théories sur les schémas sont devenues graduelle- ment centrales en psychologie clinique et en psychanalyse. Plusieurs auteurs ont rapporté que la plupart des psychotherapies, et particulièrement les thérapies dynamiques et psychanalyti- ques, peuvent être définies à travers la narration d'un schema personnel pathoghe. Lester Luborsky, pionnier dans ce domaine, a émis I'hypothése que l'analyse de récits puisse permettre d'avoir accès à des éléments signifiants de ces schémas et de l'interaction subtile présente entre l'analyste et l'analys6. A partir des années 80, Luborsky developpa le Cure Confüaual Relutionrhip niemes (CCRT). Cet instrument permit d'établir deux conclusions.

14 Premi&rement, il est possible de faire de la recherche quantitative sur les schémas relationnels centraux qui influencent les comportements, les émotions et les cognitions. Deuxièmement, il est possible d'effectuer de la recherche quantitative sur la relation entre l'analyste et I'anaiysk en thhipie, le transfert (Luborsky, Barber et Diguer, 1993). Un schéma narratif est un modèle conceptuel particulier qui a la charge d'organiser au niveau cognitif les informations contenues (ou contenables) dans un récit (Diguer, 1993). Il existe divers types de modèles conceptuels de schémas narratifs. Propp, linguiste et Fomaliste russe, fut la figure de proue dans ce domaine elaborant notamment 31 sphères d'actions qu'il nomma fonction. Il conceptualisa une triade fondamentale de fonctions nécessaires au schéma narratif (1928). Plus récemment, des linguistes tels Bremond (1973) et Greimas (1970), ont élaboré leur modèle respectif. Chaque modèle de schtma nanatif s'articule autour d'un état initial, d'une transformation et d'un Ctat final. De plus, peu importe sur quel modèle on le défini, le schéma narratif incarne le résultat de l'analyse de l'invariance interindividuelle du fonctionnement cognitif habituei et normal (Diguer, 1993). Fayol (1985) et Diguer (1993) estiment qu'il faut désormais s'interesser aux differences individuelles au niveau du schéma narratif. Ainsi, Diguer (1993) a choisi un modèle conceptuel de structure narrative fondé sur les travaux de psychologues cognitivistes, tels Mandler (1984) et Rumelhart (1977), ainsi que de sérnioticiens tel Greimas pour fonder les assises de ses travaux. A l'aide de la grille d'analyse du programme narratif, il tente d'identifier et d'intégrer les différences individuelles dans ce modde géneral de schéma narratif par le biais de I'analyse de rtcits. Suite à une expérimentation auprès d'un échantillon de 130 récits (13 sujets à 10 récits chacun), les résultats obtenus confrment que les récits proviennent d'un schéma relationnel central propre à chaque sujet développe sous l'influence des expériences significatives qui ont façonné sa vie (Diguer, 1993).

15 : ~'lkhelle de Saucture de Personnalité (ESP) Dans la poursuite de ses travaux, Diguer (1994) a commit l'échelle de Structure de Personnalité (ESP), instrument de mesure dkveloppk afin d'identifier le type de structure de personnaiitk mis en scène dans un récit. Cette méthode d'analyse peut ê e un bon complé- ment au CCRT ainsi qu'aux m&hodes connexes. L'ESP est constituée de 2 parties. La première, l'analyse sémiotique est fondée principalement sur les mvaw de psychologues cognitivistes tels Mandler et Rumelhart et de ~Cmioticiens tel Greimas. De plus, elle corres- pond uès exactement en la grille d'analyse narrative mise au point et testée dans Diguer (1993). Celle-ci permet de découper un récit en ses composantes stnicturdes essentielles, c'est-à-dire les phases du recit: (manipulation, compétence, opération et sanction) et ses ac- tants (sujet d'état, opérateur, objet, opposant, adjuvant, etc). De plus, elle permet de décrire brièvement en termes sémiotiques les relations entre ces actants. La deuxième partie, l'analyse psychodynamique, dérive des modèles de la personnalité et de la psychopathologie de Bergeret (1976) et de Kernberg (1986), qui intégrent les principales théories contemporai- nes sur les relations d'objets. Cette section comprend 22 items psychodynamiques qui ont été identifiés lors de I'analyse sémiotique. Les cotes données à chaque item sont additionnées et pondérées afin de donner 5 scores finaux qui correspondent respectivement aux trois struc- tures de personnalité; soit les echelles psychotique, anaditique et névrotique; la 4e échelle correspond à la force du Moi et la dernière échelle, au degré d'investissement du récit. En 1994, Diguer fit une étude de fidélité sur la première section de I'ESP: I'analyse structurale. Treize sujets acceptèrent de décrire 10 récits où ils étaient en reiation avec d'autres personnes. Trois juges experts ont participé B la cotation. Les resultats obtenus indiquent des pourcentages d'accord variant entre et ainsi que des r de Pearson variant de.77 à.89 entre les juges. Ces résultats permettent de conclure à une bonne fidélité interjuges pour l'analyse sémiotique. Une étude de Diguer, Rousseau, Morissette et Lefebvre (1995), fut menée afin d'établir la fidélité de la 2e section de I'ESP (partie psychodynamique). Trente-huit sujets

16 provenant de la région de Québec participèrent à l'étude. Chacun devait raconter 10 récits conformement à la méthode d'entrevue RAP (Lubonky, 1990). Ils etaient tous en traitement psychothérapique au Service de Consultation externe de 1'Ecole de Psychologie de l'université Laval ou dans un hôpital psychiatrique de la region. Ainsi, 380 récits funnt cotés par 3 juges experts ayant reçu un entraînement spécifique. Les résultats ont indiqué une bonne fidélité interjuges. En effet, les pourcentages d'accord obtenus pour 1 'analyse psychodynamique sont tous audessus de 90% indépendamment des combinaisons (ex. juges 1 vs 2, juges 1 vs 3....). De plus, des r de Pearson variant de -57 à.95 furent obtenus aux 4 échelles psychodynamique (les trois structures et la force du moi). Cet instrument, bien que récent, a déjà produit des résultats préliminaires intéressants. A titre d'exemple, Rousseau et ai., (1995) ont démontré que l'échelle psychotique de I'ESP différencie les sujets psychotique des sujets n'ayant pas de trouble de personnalité. Les résultats de fidélité interjuges indiquent des pourcentages d'accord satisfaisants variant de 72,6% à 92,s 1 et un r de Pearson moyen de -69 pour les items psychodynamiques. Une autre étude de Morissette et al., (1995) a permi d'établir I'absence de correspondance entre les diagnostics de troubles de personnalité du DSM-III-R et les structures de personnalité telles que mesurées par I'ESP. Des rkssultats de fidélité interjuges similaires à la précédente étude furent obtenus, 1.2 Théories psychodynamiques de la personnafité Types de relation d'objet et types d'angoisse Dans la communauté psychanalytique, il est géneralement admis qu'il existe trois grandes organisations de la personnalit6 desquelles découlent, entre autres, un type de relation d'object et un type d'angoisse dominante. La structure psychotique est celle qui est la plus régressée au plan développemental. Ainsi, la relation entre soi et I'objet est mai différenciée. typiquement fusionnelle et l'angoisse associée en est une de morcellement. Chez la structure limite, la relation d'objet est: anaditique, œ qui vient d'amkiitos: "compter sur".

17 Pour ce type de sujet, les objets deviement indispensables pour assurer soins et protections. Ils vivent des angoisses depressives en lien avec la perte de l'objet. Finalement, le type de relation privilégié des névrotiques est gknital. La plupart du temps, la relation à l'autre est envisagée en termes de plaisir et de déplaisir. Cette saucaire est la plus Claborée au plan développemental. L'angoisse de castration est présente en lien avec la transgression de l'interdit (Bergeret, 1976). Le tableau 1 présente en détails ces distinctions structuraies (ainsi que certains mécanismes de défenses, discutés ci-dessous). Voir Tableau Mécanismes de défenses Selon Kernberg (1980, 1996), les sujets de structures limite et psychotique présentent des mécanismes de défenses primitifs regroupés autour du clivage de l'objet. Ces défenses sont: l'identification projective, I'idéalisation primitive, le déni, la toute-puissance et la devalorisation. Au moyen de ces défenses, la structure limite protégerait son moi des conflits éventuels en séparant compiètement les experiences contradictoires (bonnes et mauvaises) du soi et des objets significatifs. Le psychotique, pour sa part, se protègerait de la désintégration des frontières entre lui et les autres. Ces défenses primitives se retrouvent occasionnellement chez les sujets de structures névrotique dans certains contextes où d'autres mécanismes de plus haut niveau ne suffkent pas. Kernberg (1980) indique que les sujets de structure névrotique présentent des dbfenses de haut niveau dérivées du refoulement, tels la formation réactionnelle, I'isolation, l'annulation, l'intellectualisation et la rationnalisation. Ces dkfenses protègent le moi des conflits intrapsychiques en permettant le rejet de (a représentation gênante (toutefois sans clivage). De plus, Bergeret (1976), indique la dramatisation comme &tant un mode typiquement

18 nevrotique d'expression. Ce mode d'expression permettrait la mise en &ne de relations con- flictualisées, par exemple, à l'intérieur de récits Qualité de l'investissement de I'objet Selon Kernberg (1992; 1996) I'investissement des objets en profondeur ne serait possible que chez une structure névrotique normale. En effet, le sujet névrotique serait capable d'échanges objectaux empreints de tendresse et d'affection. Seuls les sentiments de culpabilitk inconsciente dans certaines relations pathog5nes spécifiques engendreraient I'incapacite d'investir profondément les objets. Chez la structure limite, les relations intimes manquent d'intégration, à cause de la diffusion d'identitk. ce qui occasionnerait un investissement des objets déformée et problématique. Ainsi, Kernberg rapporte que chez le névrotique l'agressivité est au service de I'érotisation tandis que chez l'état-limite, 170ppos6 se produit, ce qui nuit à la qualité de l'investissement des objets (1992). Chez le psychotique, la qualité d'investissement des objets serait d'autant plus chaotique du fait qu'il y a perte des frontières entre le soi et l'objet. En conséquence, le maintien de l'empathie nécessaire aux relations sociales, serait largement déficitaire particulièrement en periode d'hallucinations et de délire NormaIité et force du moi Selon Kernberg (1996), la structure névrotique est un préalable à une identité normale et à une bonne force du moi. En conséquence, seule cette structure pourrait gerer efficacement l'anxiété, I'irnpulsivit6 et la productivité au travail. La faiblesse du moi se manifesterait chez les patients limites par leur manque de tolérance à l'anxiété, leur manque de persévérance et de productivité au travail, leur qualité d'investissement de I'objet problématique, etc. Les sujets de saucture psychotique, quant à eux, n'ont pratiquement aucune chance d'atteindre la normalité dans leur vie (Kernberg, 1996). En effet, ils présentent tous une forme atypique de psychose par laquelle se révèle un moi si faible qu'il peut perdre le contact avec Ia réalité.

QMF-6. Questionnaire de Motivation à la réussite en Formation RÉSULTATS. Yann FORNER XV41ZUJK 15/04/2010 TATA. Féminin. Lycéens.

QMF-6. Questionnaire de Motivation à la réussite en Formation RÉSULTATS. Yann FORNER XV41ZUJK 15/04/2010 TATA. Féminin. Lycéens. Questionnaire de Motivation à la réussite en Formation Yann FORNER RÉSULTATS Nom: Sexe: 15/04/2010 Féminin Âge: 17 Étalonnage: Lycéens Introduction Le Questionnaire de Motivation en situation de Formation

Plus en détail

Concordance entre le SOGS-RA et les critères du jeu pathologique du DSM-IV chez les jeunes

Concordance entre le SOGS-RA et les critères du jeu pathologique du DSM-IV chez les jeunes Résumé de recherche Concordance entre le SOGS-RA et les critères du jeu pathologique du DSM-IV chez les jeunes Robert Ladouceur, Ph.D. 1 Francine Ferland, Ph.D. Christiane Poulin, M.D., M.Sc., F.R.C.P.C.

Plus en détail

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE [Prénom Nom] Rapport sur le stage effectué du [date] au [date] Dans la Société : [NOM DE LA SOCIETE : Logo de la société] à [Ville] [Intitulé du

Plus en détail

Validité prédictive des questionnaires Cebir. Etude 1 : validité critérielle dans le secteur du gardiennage

Validité prédictive des questionnaires Cebir. Etude 1 : validité critérielle dans le secteur du gardiennage Validité prédictive des questionnaires Cebir Introduction Dans le domaine de la sélection, il est particulièrement intéressant de déterminer la validité prédictive d un test. Malheureusement, les occasions

Plus en détail

en Mauricie et au Centre-du-Québec, ESCC cycle 1.1 (2000-2001)

en Mauricie et au Centre-du-Québec, ESCC cycle 1.1 (2000-2001) Analyse des données de santé mentale -, ESCC cycle 1.1 (2000-) Avant-propos Ce document traite des principaux résultats régionaux de l ESCC 1.1 portant sur la santé mentale. Les indicateurs présentés ici

Plus en détail

Services d'intégration socioprofessionnelle

Services d'intégration socioprofessionnelle Définition du domaine d'examen Services d'intégration socioprofessionnelle ISP-1018-1 Confiance en soi Définition du domaine d'examen Services d'intégration socioprofessionnelle ISP-1018-1 Confiance en

Plus en détail

EXPOSE LA COMMUNICATION ET MOTIVATION DANS L ENTREPRISE

EXPOSE LA COMMUNICATION ET MOTIVATION DANS L ENTREPRISE EXPOSE LA COMMUNICATION ET MOTIVATION DANS L ENTREPRISE Plan Introduction I : Définition des concepts A. : la communication (com. Interne) B. : la motivation II : la communication dans l entreprise A.

Plus en détail

Évaluation du retard de développement. Lignes directrices

Évaluation du retard de développement. Lignes directrices Évaluation du retard de développement Lignes directrices Aucun instrument de mesure n est légalement réservé à un professionnel ou à un autre. Par contre, dans ce domaine, des règles de compétence s appliquent,

Plus en détail

DÉPARTEMENT DE MÉDECINE SOCIALE ET PRÉVENTIVE UNIVERSITÉ DE MONTRÉAL DESCRIPTION DE COURS

DÉPARTEMENT DE MÉDECINE SOCIALE ET PRÉVENTIVE UNIVERSITÉ DE MONTRÉAL DESCRIPTION DE COURS DÉPARTEMENT DE MÉDECINE SOCIALE ET PRÉVENTIVE UNIVERSITÉ DE MONTRÉAL DESCRIPTION DE COURS SIGLE : MSO 6039 TITRE : Sc. humaines/sociales en santé publique BRÈVE DESCRIPTION : Introduction aux concepts

Plus en détail

Évaluation du Plan stratégique de développement

Évaluation du Plan stratégique de développement C.A. 08.11.26.10 Évaluation du Plan stratégique de développement Devis d évaluation Document soumis au comité d évaluation lors de la deuxième rencontre le 7 novembre 2008 Table des matières 1. Introduction...2

Plus en détail

différence groupe-conseil en statistique

différence groupe-conseil en statistique Vais-je atteindre mon objectif cette année? Par Martin Carignan, associé chez Différence www.difference-gcs.com Contexte Les gestionnaires sont souvent évalués sur des résultats mesurés par des indicateurs

Plus en détail

NC 11 Norme comptable relative aux Modifications comptables

NC 11 Norme comptable relative aux Modifications comptables NC 11 Norme comptable relative aux Modifications comptables Objectifs 01. La divulgation des informations financières repose sur les caractéristiques qualitatives prévues par le cadre conceptuel, notamment,

Plus en détail

À l ère d une GRH en transition 3 e édition

À l ère d une GRH en transition 3 e édition DelasupervisionàlagestiondesRESSOURCESHUMAINES Àl èred unegrhentransition 3 e édition Chapitre4 L analysedespostesetlaplanificationdesressources humaines 1. Parmi les méthodes suivantes, laquelle ne fait

Plus en détail

ARTICLE. La réussite des étudiants à l'université du Québec à Chicoutimi passe par le respect de tous et le respect des différences

ARTICLE. La réussite des étudiants à l'université du Québec à Chicoutimi passe par le respect de tous et le respect des différences ARTICLE La réussite des étudiants à l'université du Québec à Chicoutimi passe par le respect de tous et le respect des différences Carole Dion Professeure Département des sciences des sciences de l'éducation

Plus en détail

Sondage France Alzheimer / Opinion Way Paroles de personnes malades Principaux résultats Septembre 2015

Sondage France Alzheimer / Opinion Way Paroles de personnes malades Principaux résultats Septembre 2015 Synthèse Sondage Sondage France Alzheimer / Opinion Way Paroles de personnes malades Principaux résultats Septembre 2015 Préambule Donner la parole aux personnes malades, ne pas s exprimer à leur place,

Plus en détail

ÉTUDE SUR LE POIDS RELATIF DE LA FRANCHISE DANS L ÉCONOMIE QUÉBÉCOISE

ÉTUDE SUR LE POIDS RELATIF DE LA FRANCHISE DANS L ÉCONOMIE QUÉBÉCOISE 1 ÉTUDE SUR LE POIDS RELATIF DE LA FRANCHISE DANS L ÉCONOMIE QUÉBÉCOISE JANVIER 2012 PRÉSENTÉE AU : CONSEIL QUÉBÉCOIS DE LA FRANCHISE PARTENAIRES : PRINCIPAUX RÉSULTATS 2 À L AUTOMNE 2011, LE CONSEIL QUÉBÉCOIS

Plus en détail

L addiction à l alcool l états limites. Sous la direction de M. WAWRZYNIAK

L addiction à l alcool l états limites. Sous la direction de M. WAWRZYNIAK L addiction à l alcool l et les états limites. Sous la direction de M. WAWRZYNIAK LAMBERT Christophe christophe.lambert7@gmail.com LABORATOIRE DE PSYCHOLOGIE APPLIQUEE UNIVERSITE PICARDIE JULES VERNE SOMMAIRE

Plus en détail

T.S.A T E S T S E N I O R A T T I T U D E S. Un test de personnalité spécifiquement conçu pour le recrutement et le bilan professionnel des seniors

T.S.A T E S T S E N I O R A T T I T U D E S. Un test de personnalité spécifiquement conçu pour le recrutement et le bilan professionnel des seniors T.S.A T E S T S E N I O R A T T I T U D E S Un test de personnalité spécifiquement conçu pour le recrutement et le bilan professionnel des seniors Une analyse fonctionnelle de l image de soi et des compétences

Plus en détail

Politique de soutien à la réussite aux études de 1 er cycle

Politique de soutien à la réussite aux études de 1 er cycle ANNEXE 2006-CA505-09-R5077 Politique de soutien à la réussite aux études de 1 er cycle Décanat des études de premier cycle Février 2006 Énoncé de politique l Université s engage à soutenir l étudiant dans

Plus en détail

SONDAGE DES MEMBRES DE L APIGQ RÉSULTATS ET ANALYSE

SONDAGE DES MEMBRES DE L APIGQ RÉSULTATS ET ANALYSE SONDAGE DES MEMBRES DE L APIGQ RÉSULTATS ET ANALYSE SEPTEMBRE 2008 TABLE DES MATIÈRES INTRODUCTION... 3 SONDAGE ET ÉCHANTILLONNAGE... 3 SONDAGE... 3 ÉCHANTILLONNAGE... 4 COMPILATION DES RÉSULTATS... 4

Plus en détail

PRINCIPES DIRECTEURS PERMETTANT DE DÉTERMINER L ENDROIT OÙ DOIVENT ÊTRE CLASSÉS LES DOCUMENTS DE BREVET DANS LA CIB

PRINCIPES DIRECTEURS PERMETTANT DE DÉTERMINER L ENDROIT OÙ DOIVENT ÊTRE CLASSÉS LES DOCUMENTS DE BREVET DANS LA CIB PRINCIPES DIRECTEURS PERMETTANT DE DÉTERMINER L ENDROIT OÙ DOIVENT ÊTRE CLASSÉS LES DOCUMENTS DE BREVET DANS LA CIB adoptés par le Comité d experts de l Union de l IPC à sa quarante-deuxième session et

Plus en détail

Projet 8INF206 (3cr) Guide

Projet 8INF206 (3cr) Guide Module d informatique et de mathématique Projet 8INF206 (3cr) Guide Version avril 2012 Université du Québec à Chicoutimi Département d'informatique et de mathématique TABLE DES MATIÈRES INFORMATION GÉNÉRALE...

Plus en détail

Introduction à l'analyse de contenu qualitative : Voyage au pays du qualitatif

Introduction à l'analyse de contenu qualitative : Voyage au pays du qualitatif 1 Introduction à l'analyse de contenu qualitative : Voyage au pays du qualitatif Narration pour présentation Prezi (http://prezi.com/5tjog4mzpuhh/analyse-de-donneestextuelles-analyse-de-contenu-qualitative/)

Plus en détail

Convention sur la lutte contre la désertification

Convention sur la lutte contre la désertification NATIONS UNIES Convention sur la lutte contre la désertification Distr. GÉNÉRALE 29 juillet 2008 FRANÇAIS Original: ANGLAIS COMITÉ CHARGÉ DE L EXAMEN DE LA MISE EN ŒUVRE DE LA CONVENTION Septième session

Plus en détail

L approche Bases de données

L approche Bases de données L approche Bases de données Cours: BD. Avancées Année: 2005/2006 Par: Dr B. Belattar (Univ. Batna Algérie) I- : Mise à niveau 1 Cours: BDD. Année: 2013/2014 Ens. S. MEDILEH (Univ. El-Oued) L approche Base

Plus en détail

L essai de Psy.D. (18 crédits) Définition et balises

L essai de Psy.D. (18 crédits) Définition et balises L essai de Psy.D. (18 crédits) Définition et balises politique adoptée par le CECS le 6 novembre 2002 Suite à l adoption par le Comité des études de cycles supérieurs en psychologie du projet de modification

Plus en détail

Introduction à l analyse quantitative

Introduction à l analyse quantitative Introduction à l analyse quantitative Vue d ensemble du webinaire Le webinaire sera enregistré. Les diapositives et tous les autres documents seront envoyés aux participants après la séance. La séance

Plus en détail

RÈGLES POUR LE PASSAGE D UNE CLASSE À L AUTRE AU PRIMAIRE ET POUR LE CLASSEMENT DES ÉLÈVES

RÈGLES POUR LE PASSAGE D UNE CLASSE À L AUTRE AU PRIMAIRE ET POUR LE CLASSEMENT DES ÉLÈVES RÈGLES POUR LE PASSAGE D UNE CLASSE À L AUTRE AU PRIMAIRE ET POUR LE CLASSEMENT DES ÉLÈVES Présentées au conseil d établissement de l école Notre-Dame-du-Rosaire lors de la séance ordinaire du 9 juin 2014.

Plus en détail

Enquête menée par le Cnesco Redoublement : qu en pensent les collégiens et les lycéens?

Enquête menée par le Cnesco Redoublement : qu en pensent les collégiens et les lycéens? 26 janvier 2015 Enquête menée par le Cnesco Redoublement : qu en pensent les collégiens et les lycéens? La parole des élèves est peu analysée dans la recherche. C'est pourquoi le Cnesco a décidé de mener

Plus en détail

QMP-7. Questionnaire de Motivation à la réussite en situation Professionelle RÉSULTATS. Yann FORNER U55MA65U 08/01/2014 MIAOU. Masculin.

QMP-7. Questionnaire de Motivation à la réussite en situation Professionelle RÉSULTATS. Yann FORNER U55MA65U 08/01/2014 MIAOU. Masculin. Questionnaire de Motivation à la réussite en situation Professionelle Yann FORNER RÉSULTATS Nom: Sexe: 08/01/2014 Masculin Âge: 37 Introduction Le Questionnaire de Motivation en situation Professionnelle

Plus en détail

Livret du Stagiaire en Informatique

Livret du Stagiaire en Informatique Université François-Rabelais de Tours Campus de Blois UFR Sciences et Techniques Département Informatique Livret du Stagiaire en Informatique Licence 3ème année Master 2ème année Année 2006-2007 Responsable

Plus en détail

MOI-questionnaire sur le concept de soi

MOI-questionnaire sur le concept de soi MOI-questionnaire sur le concept de soi Wilfrid LAROCHELLE QUEBEC conseiller d'orientation Atelier de pratique :français / Workshop of practices :French Nom des intervenants & Institutions d appartenance

Plus en détail

Rapport pour Syndicat des professionnelles et professionnels du gouvernement du Québec

Rapport pour Syndicat des professionnelles et professionnels du gouvernement du Québec Rapport pour Syndicat des professionnelles et professionnels du gouvernement du Québec Programme de bourses Fonds commémoratif Louise-Montpetit-Morisseau Développement et validation de l échelle de mesure

Plus en détail

(Statistical Package for the Social Sciences)

(Statistical Package for the Social Sciences) Initiation à l utilisation de SPSS (Statistical Package for the Social Sciences) 1 SPSS 2 3 Plan de l exposé Faire une recherche (bibliographique) sur le test; Définir le test à mesurer; Expliquer les

Plus en détail

Directives nationales sur le classement et la progression en formation linguistique

Directives nationales sur le classement et la progression en formation linguistique Directives nationales sur le classement et la progression en formation linguistique Août 2013 Août 2013 Directives nationales sur le classement et la progression en formation linguistique 1 OBJECTIF DE

Plus en détail

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 620 UTILISATION DES TRAVAUX D'UN EXPERT

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 620 UTILISATION DES TRAVAUX D'UN EXPERT NORME INTERNATIONALE D AUDIT 620 UTILISATION DES TRAVAUX D'UN EXPERT SOMMAIRE Paragraphes Introduction... 1-5 Détermination de la nécessité de recourir à un expert... 6-7 Compétence et objectivité de l'expert...

Plus en détail

Évaluation au rendement: D'une culture d'évaluation à une culture d'appréciation

Évaluation au rendement: D'une culture d'évaluation à une culture d'appréciation 102-1406 Esther Blondin, Québec, G1Y 3S5 www.sane-solution.com 418-952-3243 Évaluation au rendement: D'une culture d'évaluation à une culture d'appréciation Lorsqu'on parle d'évaluation au rendement, voici

Plus en détail

Profils. COMPÉTENCE de COMMUNICATION ÉBAUCHE. ébauche ébauche ébauche ébauche ébauche ébauche

Profils. COMPÉTENCE de COMMUNICATION ÉBAUCHE. ébauche ébauche ébauche ébauche ébauche ébauche C Profils COMPÉTENCE de COMMUNICATION ÉBAUCHE ébauche ébauche ébauche ébauche ébauche ébauche C Profils COMPÉTENCE de COMMUNICATION APERÇU La compétence de communication englobe l ensemble des aptitudes

Plus en détail

APPROCHE PAR COMPÉTENCES ET ÉVALUATION

APPROCHE PAR COMPÉTENCES ET ÉVALUATION APPROCHE PAR COMPÉTENCES ET ÉVALUATION (Gérard Scallon, 2005) PLAN DE FORMATION À L ÉVALUATION Introduction L évaluation des apprentissages est sans contredit un élément clé de tout programme de formation.

Plus en détail

Lignes directrices de l AAI sur l éducation 2013

Lignes directrices de l AAI sur l éducation 2013 Lignes directrices de l AAI sur l éducation 2013 1. Le Conseil de l AAI a approuvé le Programme-cadre d études et les Lignes directrices sur l éducation lors de la réunion qui a eu lieu le 6 juin 1998,

Plus en détail

Symposium Exploration de facteurs intrapersonnels et interpersonnels de la régulation émotionnelle. Organisateur Serge Lecours Université de Montréal

Symposium Exploration de facteurs intrapersonnels et interpersonnels de la régulation émotionnelle. Organisateur Serge Lecours Université de Montréal Symposium Exploration de facteurs intrapersonnels et interpersonnels de la régulation émotionnelle Organisateur Serge Lecours Université de Montréal Les émotions nous animent, pour le meilleur et pour

Plus en détail

QUESTIONNAIRE SUR LA REPRÉSENTATION DE VOTRE CONDITION DE SANTÉ ACTUELLE

QUESTIONNAIRE SUR LA REPRÉSENTATION DE VOTRE CONDITION DE SANTÉ ACTUELLE Nom : # Dossier : Date : QUESTIONNAIRE SUR LA REPRÉSENTATION DE VOTRE CONDITION DE SANTÉ ACTUELLE Dans le questionnaire suivant, nous nous intéressons à votre propre vision de votre condition actuelle,

Plus en détail

CONCLUSIONS. Par rapport aux résultats obtenus, on peut conclure les idées suivantes :

CONCLUSIONS. Par rapport aux résultats obtenus, on peut conclure les idées suivantes : CONCLUSIONS L application de la PNL à l entreprise est confrontée aux besoins des leaders d équipe, tels que: la gestion de son propre développement, du stress, la résolution des problèmes tels que les

Plus en détail

La notion de besoin peut décrire : La notion de besoin peut décrire :

La notion de besoin peut décrire : La notion de besoin peut décrire : La notion de besoin peut décrire : une expérience vécue dont la personne est parfaitement consciente : Exemple : «J ai besoin de me divertir»; La notion de besoin peut décrire : 2. «une exigence née de

Plus en détail

Facteurs liés au rendement des élèves au Test de mathématiques, 9 e année, de l OQRE

Facteurs liés au rendement des élèves au Test de mathématiques, 9 e année, de l OQRE n Quelles sont les différences et les similarités, d après certaines caractéristiques du milieu familial et les réponses au questionnaire, entre les élèves de 9 e année inscrits au cours théorique et au

Plus en détail

La gestion de projet

La gestion de projet K E K σ C D C C O N S U L T A N T S rue Hugi 3 CH 2502 Biel Bienne Tél: +41 32 325 19 25 Fax: +41 32 325 19 29 e-mail: kessler@kek.ch www.kek.ch La gestion de projet Sommaire 1 Le concept de «projet» 1

Plus en détail

UNIVERSITÉ DE MONTRÉAL DÉPARTEMENT DE SOCIOLOGIE ************* Cours de niveau gradué en méthodes quantitatives *************

UNIVERSITÉ DE MONTRÉAL DÉPARTEMENT DE SOCIOLOGIE ************* Cours de niveau gradué en méthodes quantitatives ************* ************* Cours de niveau gradué en méthodes quantitatives ************* SOL 6210 - Analyse quantitative avancée Le séminaire d analyse quantitative avancée se donne en classe une fois par année. Chaque

Plus en détail

Table des matières. Avant-propos. Zoothérapie : médiation par l animal? La communication La professionnalisation

Table des matières. Avant-propos. Zoothérapie : médiation par l animal? La communication La professionnalisation Table des matières Avant-propos. Zoothérapie : médiation par l animal? La communication La professionnalisation IX XI XII PREMIÈRE PARTIE ZOOTHÉRAPIE, MÉDIATION PAR L ANIMAL : AFFAIRE DE PROFESSIONNELS

Plus en détail

POLITIQUE : 5-12 TITRE: POLITIQUE RELATIVE À LA VALORISATION DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE À LA COMMISSION SCOLAIRE DU LAC-SAINT-JEAN

POLITIQUE : 5-12 TITRE: POLITIQUE RELATIVE À LA VALORISATION DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE À LA COMMISSION SCOLAIRE DU LAC-SAINT-JEAN POLITIQUE : 5-12 Services éducatifs Entrée en vigueur : 19 avril 2011 (CC110419-10) TITRE: POLITIQUE RELATIVE À LA VALORISATION DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE À LA COMMISSION SCOLAIRE DU LAC-SAINT-JEAN

Plus en détail

SOMMAIRE DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION

SOMMAIRE DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION SOMMAIRE DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION Rapport d évaluation final de l Initiative de la nouvelle économie (INÉ) Date : le 17 mars 2010 Programme de l INÉ : contexte Dans le cadre du plan du gouvernement

Plus en détail

RECUEIL DES RÈGLES DE GESTION POLITIQUE D'ÉVALUATION DES CADRES (PO-09)

RECUEIL DES RÈGLES DE GESTION POLITIQUE D'ÉVALUATION DES CADRES (PO-09) RECUEIL DES RÈGLES DE GESTION POLITIQUE D'ÉVALUATION DES CADRES (PO-09) RECUEIL DES RÈGLES DE GESTION POLITIQUE D'ÉVALUATION DES CADRES (PO-09) Adoptée par le Conseil d'administration le 14 février 1985

Plus en détail

DE LA COMMUNICATION A LA RELATION «CE QU ECOUTER VEUT DIRE?»

DE LA COMMUNICATION A LA RELATION «CE QU ECOUTER VEUT DIRE?» DE LA COMMUNICATION A LA RELATION «CE QU ECOUTER VEUT DIRE?» UVA FOREZ Nathalie Monge Rodriguez 1 PLAN DE L INTERVENTION I. Communiquer :quelques rappels théoriques. II. De la communication à la relation.

Plus en détail

AEC en Techniques d éducation à l enfance

AEC en Techniques d éducation à l enfance (JEE.0K) 322-101-MV Introduction à la profession Ce cours permet à l étudiant d explorer la profession d éducatrice à l enfance dans son ensemble et de bien cerner le contexte des services de garde au

Plus en détail

SOMMAIRE I. INTRODUCTION 4 II. SOURCES D INFORMATION 5

SOMMAIRE I. INTRODUCTION 4 II. SOURCES D INFORMATION 5 SOMMAIRE I. INTRODUCTION 4 II. SOURCES D INFORMATION 5 2.1. ETUDES REALISEES PAR LES SERVICES DES CAISSES D ASSURANCE MALADIE 5 2.2. ANALYSE DE LA LITTERATURE 5 2.3. ANALYSE DES VENTES 6 2.4. COMPARAISONS

Plus en détail

CHARTE DE L AUDIT INTERNE

CHARTE DE L AUDIT INTERNE CHARTE DE L AUDIT INTERNE Septembre 2009 Introduction La présente charte définit la mission et le rôle de l audit interne de l Institut National du Cancer (INCa) ainsi que les modalités de sa gouvernance.

Plus en détail

DES SAVOIRS PROFESSIONNELS DU TRAVAIL SOCIAL Définition, construction, contenus, validation, Questions épistémologiques

DES SAVOIRS PROFESSIONNELS DU TRAVAIL SOCIAL Définition, construction, contenus, validation, Questions épistémologiques 2328 DES SAVOIRS PROFESSIONNELS DU TRAVAIL SOCIAL Définition, construction, contenus, validation, Questions épistémologiques I ENJEU SOCIAL : UN DEBAT DANS LE CHAMP PROFESSIONNEL Il existe un débat récurrent

Plus en détail

ALAIN DUNBERRY Avec la collaboration de Frédéric Legault Professeurs DEFS, UQAM Septembre 2013 2 1. Introduction 5 6 7 8 11 12 2. La méthodologie 14 15 16 3. Les résultats des opérations d évaluation

Plus en détail

Evaluation de votre conférence de méthode ou cours-séminaire

Evaluation de votre conférence de méthode ou cours-séminaire Enseignement : INTRODUCTION A LA SOCIOLOGIE 2 : CONCEPTS, METHODES, ET ENJEU ACTUELS Excellent Bon Moyen Insuffisant Comment évaluez-vous la préparation et l'organisation des séances? 6 (30%) 11 (55%)

Plus en détail

D après FD X50-176 Management des processus (2005) AC X50-178 Management des processus, Bonnes pratiques et retours d expérience (2002)

D après FD X50-176 Management des processus (2005) AC X50-178 Management des processus, Bonnes pratiques et retours d expérience (2002) L'approche processus D après FD X50-176 Management des processus (2005) AC X50-178 Management des processus, Bonnes pratiques et retours d expérience (2002) Diaporama : Marie-Hélène Gentil (Maître de Conférences,

Plus en détail

Formation continue Cournoyer, Essopos et Lachance

Formation continue Cournoyer, Essopos et Lachance Formation continue Cournoyer, Essopos et Lachance Offre de formation continue par tutorat en ligne destinée aux professionnels de l orientation et du développement de carrière Un groupe composé de deux

Plus en détail

Budgétisation et gestion financière

Budgétisation et gestion financière Budgétisation et gestion financière PRATIQUE RECOMMANDÉE DE LA GFOA Planification financière à long terme (2009) (BUDGET) Contexte. La planification financière à long terme combine les prévisions financières

Plus en détail

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE UNION INTERNATIONALE DE COOPERATION EN MATIERE DE BREVETS (UNION DU PCT) ASSEMBLEE

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE UNION INTERNATIONALE DE COOPERATION EN MATIERE DE BREVETS (UNION DU PCT) ASSEMBLEE OMPI PCT/A/34/4 ORIGINAL : anglais DATE : 15 août 2005 ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE F UNION INTERNATIONALE DE COOPERATION EN MATIERE DE BREVETS (UNION DU PCT) ASSEMBLEE Trente-

Plus en détail

Pourquoi se faire superviser?

Pourquoi se faire superviser? Pourquoi se faire superviser? La supervision a pour but de fournir l'encadrement professionnel nécessaire pour parvenir, avec l'aide d'un professionnel expérimenté, à la maîtrise de l'intervention pratique

Plus en détail

Introduction. Pourquoice livre?... Comment utiliser ce livre?... Que contient ce manuel?... Chapitre 1

Introduction. Pourquoice livre?... Comment utiliser ce livre?... Que contient ce manuel?... Chapitre 1 " Table des matières Introduction Pourquoice livre?... Comment utiliser ce livre?... Que contient ce manuel?... 7 8 8 Chapitre 1 Connaître les bases de l'affirmation de soi et de la communication Les comportements

Plus en détail

Il y a trois types principaux d analyse des résultats : l analyse descriptive, l analyse explicative et l analyse compréhensive.

Il y a trois types principaux d analyse des résultats : l analyse descriptive, l analyse explicative et l analyse compréhensive. L ANALYSE ET L INTERPRÉTATION DES RÉSULTATS Une fois les résultats d une investigation recueillis, on doit les mettre en perspective en les reliant au problème étudié et à l hypothèse formulée au départ:

Plus en détail

L intérêt de l activité pour l enfant se trouve-t-il dans le plaisir de faire ou dans le résultat?

L intérêt de l activité pour l enfant se trouve-t-il dans le plaisir de faire ou dans le résultat? Compte-rendu de la soirée-débat du RAM du 25 juin 2015 Thème: «La distance professionnelle entre professionnelles de la petite enfance» Pour cette ultime soirée-débat de l'année, il a été fait le choix

Plus en détail

KEY ISSUES - Corporate Governance COMMISSION BANCAIRE ET FINANCIERE

KEY ISSUES - Corporate Governance COMMISSION BANCAIRE ET FINANCIERE KEY ISSUES - Corporate Governance COMMISSION BANCAIRE ET FINANCIERE Reporting corporate governance Bruxelles, le 18 novembre 1999 Madame, Monsieur La Commission bancaire et financière et Brussels Exchanges

Plus en détail

Les femmes aux conseils d administration : le temps d agir mais comment?

Les femmes aux conseils d administration : le temps d agir mais comment? Les femmes aux conseils d administration : le temps d agir mais comment? Professeur Yvan Allaire, Ph.D. (MIT), FRSC Président exécutif du conseil d administration Institut sur la gouvernance (IGOPP) 2013

Plus en détail

L'étape de planification de votre projet technologique

L'étape de planification de votre projet technologique L'étape de planification de votre projet technologique Résumé : Pour gérer l ensemble des contraintes de votre projet - humaines, matérielles, temporelles et surtout financières et accroître ses chances

Plus en détail

27. Projet d exposé. Français 20-2. Discours analytique : Des vampires aux Bermudes. Cahier de l élève. Nom :

27. Projet d exposé. Français 20-2. Discours analytique : Des vampires aux Bermudes. Cahier de l élève. Nom : 27. Projet d exposé Discours analytique : Des vampires aux Bermudes Français 20-2 Cahier de l élève Nom : Des vampires aux Bermudes DESCRIPTION DU PROJET Tu auras l occasion de faire un exposé où tu analyseras

Plus en détail

pratiques. Nous avons abondamment illustré l'application correcte et efficace des nombreuses pratiques en assurance qualité par des cas pratiques.

pratiques. Nous avons abondamment illustré l'application correcte et efficace des nombreuses pratiques en assurance qualité par des cas pratiques. Cet ouvrage s inscrit dans le cadre d une problématique globale portant sur l amélioration de la qualité du logiciel pour des organismes qui ont atteint un certain niveau de maturité. Il cherche à rapprocher

Plus en détail

éq studio srl Gestion des informations pour un choix- consommation raisonnée - GUIDE EXPLICATIVE

éq studio srl Gestion des informations pour un choix- consommation raisonnée - GUIDE EXPLICATIVE Résumé PREFACE 2 INTRODUCTION 2 1. BUT ET CHAMP D APPLICATION 2 2. REFERENCES DOCUMENTAIRES ET NORMES 3 3. TERMES ET DEFINITIONS 3 4. POLITIQUE POUR UNE CONSOMMATION RAISONNEE (PCC) 3 5. RESPONSABILITE

Plus en détail

Politique relative à l emploi et à la qualité de la langue française

Politique relative à l emploi et à la qualité de la langue française Politique relative à l emploi et à la qualité de la langue française Direction des études Août 2009 Préambule Fondé en 1917, le Collège Bart est un établissement d enseignement collégial privé autorisé

Plus en détail

J u i n 2 0 1 0. C o n s e i l n a t i o n a l d e r e c h e r c h e s d u C a n a d a. V é r i f i c a t i o n i n t e r n e d u C N R C

J u i n 2 0 1 0. C o n s e i l n a t i o n a l d e r e c h e r c h e s d u C a n a d a. V é r i f i c a t i o n i n t e r n e d u C N R C C o n s e i l n a t i o n a l d e r e c h e r c h e s d u C a n a d a Vérification de la gestion des risques V é r i f i c a t i o n i n t e r n e d u C N R C J u i n 2 0 1 0 Juin 2010 i 1.0 Sommaire

Plus en détail

Commission des Outils d évaluation pour les Humanités générales et technologiques. Présentation générale des outils

Commission des Outils d évaluation pour les Humanités générales et technologiques. Présentation générale des outils Commission des Outils d évaluation pour les Humanités générales et technologiques Présentation générale des outils 1. Généralités 1.1. Cadre institutionnel Le décret du 24 juillet 1997 sur les missions

Plus en détail

I n t r o d u c t i o n Les étapes de la recherche à l a r e c h e r c h e

I n t r o d u c t i o n Les étapes de la recherche à l a r e c h e r c h e I n t r o d u c t i o n Les étapes de la recherche à l a r e c h e r c h e Les objectifs pédagogiques Savoir délimiter les trois phases distinctes de la recherche Savoir identifier, pour chacune des trois

Plus en détail

A. Introduction. Chapitre 4. - les entités de sécurité ; - les sécurisables ; - les autorisations.

A. Introduction. Chapitre 4. - les entités de sécurité ; - les sécurisables ; - les autorisations. Chapitre 4 A. Introduction Le contrôle d'accès représente une opération importante au niveau de la gestion de la sécurité sur un serveur de bases de données. La sécurisation des données nécessite une organisation

Plus en détail

Le Modèle Conceptuel de Virginia Henderson. P. Bordieu (2007)

Le Modèle Conceptuel de Virginia Henderson. P. Bordieu (2007) Le Modèle Conceptuel de Virginia Henderson P. Bordieu (2007) Postulats qui l étayent (= fondements) Valeurs qui le justifient Éléments qui le composent: - But poursuivi - Cible - Rôle de l infirmière -

Plus en détail

L ENTRETIEN de Recherche

L ENTRETIEN de Recherche L ENTRETIEN de Recherche I. UTILISATION DE L ENTRETIEN DE RECHERCHE I.1. L entretien Exploratoire I.1.A. Caractéristiques Techniques Des Entretiens Exploratoires I.1.B. Fonctions De L entretien Exploratoire

Plus en détail

Les premiers contacts du directeur avec l étudiant Contexte

Les premiers contacts du directeur avec l étudiant Contexte Fiche pour les directeurs: Accepter un étudiant/ page 1 Contexte À l occasion du premier contact entre un professeur (directeur potentiel) et un étudiant à la recherche d un superviseur dans le cadre de

Plus en détail

ACCUEIL...2 LA DEMANDE DE DEVIS...11 COMPLETER UN DEVIS...12 ACCEPTER OU A REFUSER LE DEVIS...13

ACCUEIL...2 LA DEMANDE DE DEVIS...11 COMPLETER UN DEVIS...12 ACCEPTER OU A REFUSER LE DEVIS...13 ACCUEIL...2 LA COMMANDE...3 ONGLET "NATURE DES TRAVAUX"...3 ONGLET INFORMATIONS...8 ONGLET RECAPITULATIF...9 LA COMMANDE SIMPLE A VALIDER PAR LES ACHETEURS...10 LA DEMANDE DE DEVIS...11 COMPLETER UN DEVIS...12

Plus en détail

FINANCE CRITÈRES D ÉVALUATION (Les critères d évaluation doivent être pris en compte de pair avec le Cadre de surveillance du BSIF)

FINANCE CRITÈRES D ÉVALUATION (Les critères d évaluation doivent être pris en compte de pair avec le Cadre de surveillance du BSIF) RÔLE DE LA FONCTION Finance est une fonction autonome qui rend compte avec exactitude et en temps utile du rendement des unités opérationnelles (y compris les secteurs d activité) de l institution financière

Plus en détail

1. Introduction. Description du programme de maîtrise en administration

1. Introduction. Description du programme de maîtrise en administration Re sume de l e valuation pe riodique de la maı trise en administration: concentrations en finance, en intervention et changement organisationnel, en gestion du commerce e lectronique et en marketing Description

Plus en détail

I - Introduction à La psychologie Expérimentale

I - Introduction à La psychologie Expérimentale LA METHODE EXPERIMENTALE I - Introduction à La psychologie Expérimentale I.1. Introduction I.2. Critiques concernant l utilisation de la méthode expérimentale en psychologie I.2.A. Critiques morales I.2.A.

Plus en détail

CERTIFICAT DE FORMATION CONTINUE EN RESTAURATION ET SERVICE HOSPITALIER. A - Règlement général de la formation. B - Règlement d'examen.

CERTIFICAT DE FORMATION CONTINUE EN RESTAURATION ET SERVICE HOSPITALIER. A - Règlement général de la formation. B - Règlement d'examen. CERTIFICAT DE FORMATION CONTINUE EN RESTAURATION ET SERVICE HOSPITALIER A - Règlement général de la formation B - Règlement d'examen Annexe C - Directive du travail de projet A - Règlement général du certificat

Plus en détail

Règlement de stage BA en Sciences de l'éducation (domaine I)

Règlement de stage BA en Sciences de l'éducation (domaine I) UNIVERSITE DE FRIBOURG SUISSE dès AA 2006-2007 DEPARTEMENT DES SCIENCES DE L'EDUCATION Rue P.-A. de Faucigny 2 CH - 1700 Fribourg Règlement de stage BA en Sciences de l'éducation (domaine I) I OBJECTIFS

Plus en détail

CONSEIL DE L'EUROPE COMITÉ DES MINISTRES RECOMMANDATION N R (97) 5 DU COMITÉ DES MINISTRES AUX ÉTATS MEMBRES

CONSEIL DE L'EUROPE COMITÉ DES MINISTRES RECOMMANDATION N R (97) 5 DU COMITÉ DES MINISTRES AUX ÉTATS MEMBRES CONSEIL DE L'EUROPE COMITÉ DES MINISTRES RECOMMANDATION N R (97) 5 DU COMITÉ DES MINISTRES AUX ÉTATS MEMBRES RELATIVE À LA PROTECTION DES DONNÉES MÉDICALES (adoptée par le Comité des ministres le 13 février

Plus en détail

Questionnaire. Questionnaire. www.quint-essenz.ch Promotion Santé Suisse, Avenue de la Gare 52, CH-1001 Lausanne. Fonction

Questionnaire. Questionnaire. www.quint-essenz.ch Promotion Santé Suisse, Avenue de la Gare 52, CH-1001 Lausanne. Fonction Version: 2.0 / 14.10.2003 / 1 Fonction En général, pour les projets de prévention et de promotion de la santé, on utilise un questionnaire pour obtenir des informations et/ou des données sur des avis ou

Plus en détail

ANNEXE 4 RAPPORT DU COMITE PERMANENT SUR L'ADMINISTRATION ET LES FINANCES (SCAF)

ANNEXE 4 RAPPORT DU COMITE PERMANENT SUR L'ADMINISTRATION ET LES FINANCES (SCAF) ANNEXE 4 RAPPORT DU COMITE PERMANENT SUR L'ADMINISTRATION ET LES FINANCES (SCAF) RAPPORT DU COMITE PERMANENT SUR L'ADMINISTRATION ET LES FINANCES (SCAF) En vue d'une première discussion, le comité permanent

Plus en détail

Profils COMPÉTENCE D IDENTITÉ PERSONNELLE ET CULTURELLE POSITIVE ÉBAUCHE. ébauche ébauche ébauche ébauche ébauche ébauche

Profils COMPÉTENCE D IDENTITÉ PERSONNELLE ET CULTURELLE POSITIVE ÉBAUCHE. ébauche ébauche ébauche ébauche ébauche ébauche Profils COMPÉTENCE D IDENTITÉ PERSONNELLE ET CULTURELLE POSITIVE ÉBAUCHE ébauche ébauche ébauche ébauche ébauche ébauche Profils COMPÉTENCE D IDENTITÉ PERSONNELLE ET CULTURELLE POSITIVE APERÇU Pour avoir

Plus en détail

POLITIQUE INSTITUTIONNELLE D ÉVALUATION DES PROGRAMMES DE TOUS LES CYCLES 1 INTRODUCTION 1998-05-19 CE-125-491

POLITIQUE INSTITUTIONNELLE D ÉVALUATION DES PROGRAMMES DE TOUS LES CYCLES 1 INTRODUCTION 1998-05-19 CE-125-491 POLITIQUE INSTITUTIONNELLE D ÉVALUATION DES PROGRAMMES DE TOUS LES CYCLES Adoption 1998-05-19 CE-125-491 Modifications 2002-09-19 CA-230-2030 (concordance) 2003-11-18 CE-150-652 2006-11-30 CA-255-2478

Plus en détail

Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP)

Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP) F CDIP/14/INF/10 ORIGINAL : ANGLAIS DATE : 18 SEPTEMBRE 2014 Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP) Quatorzième session Genève, 10 14 novembre 2014 RÉSUMÉ DE L ÉTUDE SUR LES POLITIQUES

Plus en détail

Lors de sa réunion des 5 et 6 mai 2003, le Conseil a adopté les conclusions du Conseil susmentionnées telles qu'elles figurent ci-après.

Lors de sa réunion des 5 et 6 mai 2003, le Conseil a adopté les conclusions du Conseil susmentionnées telles qu'elles figurent ci-après. CONSEIL DE L'UNION EUROPÉENNE Bruxelles, le 7 mai 003 (.05) (OR. en) 898/03 EDUC 83 RÉSULTATS DES TRAVAUX du: Conseil en date des : 5 et 6 mai 003 n doc. préc.: 8486/03 EDUC 73 + COR (fr) + COR (de) Objet:

Plus en détail

Échantillon VÉRIFICATION DE RÉFÉRENCES DOCUMENT PROTÉGÉ. Code du concours : 20090309. Date de la vérification de référence : 2009-03-17

Échantillon VÉRIFICATION DE RÉFÉRENCES DOCUMENT PROTÉGÉ. Code du concours : 20090309. Date de la vérification de référence : 2009-03-17 VÉRIFICATION DE RÉFÉRENCES Code du concours : 20090309 Nom du candidat : Exemple Candidat Date de la vérification de référence : 2009-03-17 Nom du répondant : Exemple Répondant Titre du répondant : M.

Plus en détail

Conseil et formation

Conseil et formation Conseil et formation Pour répondre efficacement aux sollicitations de nos clients, nous avons bâti une relation «cousue-main» avec une équipe de consultants expérimentés indépendants dont la richesse se

Plus en détail

IFT3913 Qualité du logiciel et métriques. Chapitre 5 Mesure de la qualité du logiciel

IFT3913 Qualité du logiciel et métriques. Chapitre 5 Mesure de la qualité du logiciel IFT3913 Qualité du logiciel et métriques Chapitre 5 Mesure de la qualité du logiciel Plan du cours Introduction Théorie de la mesure Qualité du logiciel Mesure du produit logiciel Mesure de la qualité

Plus en détail

Référentiel de compétences en psychologie clinique (V 29.8.09)

Référentiel de compétences en psychologie clinique (V 29.8.09) Référentiel de compétences en psychologie clinique (V 29.8.09). PSYCHOLOGIE CLINIQUE : définition de base o Nature du domaine professionnel : la psychologie clinique est une discipline se souciant du bien-être

Plus en détail

Classification des risques Rapport d audit Rapport n o 7/14 20 novembre 2014

Classification des risques Rapport d audit Rapport n o 7/14 20 novembre 2014 Classification des risques Rapport d audit Rapport n o 7/14 20 novembre 2014 Diffusion Destinataires : Président et chef de la direction Premier vice-président et chef de la direction financière Premier

Plus en détail

Techniques d évaluation des risques norme ISO 31010

Techniques d évaluation des risques norme ISO 31010 Techniques d évaluation des risques norme ISO 31010 www.pr4gm4.com Gestion des risques Présentation Mars 2010 Copyright 2010 - PR4GM4 Actualité du 27 janvier 2010 2 Actualité du 11 février 2010 3 Domaine

Plus en détail