ET DE L'ÉCHELLE DE STRUCTURE DE PERSONNALITÉ (ESP)

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "ET DE L'ÉCHELLE DE STRUCTURE DE PERSONNALITÉ (ESP)"

Transcription

1 CAROLINE CHIASSON validité CONCURRENTE DE L'OBJECT RELATION -0RY (ORI) ET DE L'ÉCHELLE DE STRUCTURE DE PERSONNALITÉ (ESP) Merno ire présenté à la Faculté des études supérieures de l'université Lavai pour l'obtention du grade de maître en psychologie (M.PS.) École de psychologie FACULTÉ DES SCIENCES SOCIALES UNIVERSITÉ LAVAL (D CAROLINE CHIASSON, 1997

2 National Library Acquisitions and Bibliographie Senices Bibliothèque nationale du Canada Acquisitions et services bibliographiques 395 Wellington Street 395, rue Wellington Ot&wa ON KIA ON4 Ottawa ON K1A ON4 Canada Canada The author has granted a nonexclusive licence allowing the National Library of Canada to reproduce, loaq distri'bute or sell copies of this thesis in microform, paper or electronic formats. The author retains ownership of the copyright in this thesis. Neither the thesis nor substmtial extracts fiom it may be printed or othenivise reproduced without the author's permission. L'auteur a accordé une licence non exclusive permettant à la Bibliothèque nationale du Canada de reproduire, prêter, distri'buer ou vendre des copies de cette thèse sous la forme de microfiche/film, de reproduction sur papier ou sur fonnat électronique. L'auteur conserve la propriété du droit d'auteur qui protège cette thèse. Ni la thèse ni des extraits substantiels de celle-ci ne doivent être imprimés ou autrement reproduits sans son autorisation.

3 Cette recherche examine les corr61ations entre différentes variables de deux intruments: dé échelle de Spucture de la Personnalité (mesurant les structures de personnalité et des dimensions des relations d'objets) et I'Object Relations Inventory (mesurant les relations d 'objets sur un continuum développemental). Plus précisement, l'objectif principal de cette étude est de vérifier les liens entre les relations d'objets, les stades d6veloppementaux et les structures de personnaiité. Quarante sujets adultes participent à cette étude. Ils sont tous en psychothérapie en clinique externe soit au Service de Consultation de dé école de Psychologie de l'université Laval, en clinique médicale ou dans des hopitaux psychiatriques de la r6gion de Québec. Vingt-six sujets présentent des troubles sur les axes 1 et II du DSM-III-R (APA, 1987), sept sujets sur l'axe I seulement, un sujet ne présente qu'une pathologie sur l'axe II et enfin, six sujets ne présentent aucun trouble. Les résultats indiquent un lien entre la capacité d'investissement des objets et le niveau développemental de la personnalité. Par ailleurs, les résultats révèlent la présence d'un lien entre la force du moi, la transformation d'un récit et le niveau de d6veloppernent de l'objet. De plus, ces résultats supportent les théories de Bergeret (1976) et de Kernberg (1980) sur les liens entre les structures de personnalité et le niveau de developpement de l'objet. Toutefois, les théories sur les mécanismes de défenses (clivage et idéalisation) et le niveau de développement objectal ne sont pas confirmées après examen des résultats. h u i s Digfir, directeur de recherche Caroline Chiasson

4 AVANT-PROPOS III Tout d'abord, j'offre ma reconnaissance à mon directeur de recherche M. Louis Diguer, Ph.D. pour avoir permis la réalisation de ce projet. C'est un homme très cultiv6, brillant et professionnel. Il possède également un souci d'exactitude au travail, qui demeurera pour moi un exemple important. De plus, je conserverai de lui ce goût d'apprendre qui motive à se surpasser constamment. Maintenant, peu importe l'évolution que prendra ma carrière, je suis heureuse du fondement acquis. Je remercie aussi mes parents, Paul et Rose-Alma, pour m'avoir encourage moralement et financièrement à poursuivre mes études. Qu'ils sachent que chacun à leur façon, leur exemple fut pour moi un facteur aidant dans I'accomplissement de mes travaux. De plus, je tiens à remercier mes proches collaborateurs pour leur précieux travail. Jean Descôteaux m'a apporté un support statistique de grande qualité, en plus d'avoir participé à la cotation des récits ESP avec Jean-Pierre Rousseau; ce dernier m'a également conseillé lors de l'élaboration de mon échantillon. Syivie Pelletier, quant à elle, a collaboré & la cotation des descriptions ORI, au choix de l'indice de fidélité et a traduit certains textes de S.Blatt. Merci! Finalement, je remercie Éric Dubé, autre collaborateur, pour sa participation à l'entraînement de la grille d'or1 (Marziali et Oleniuk).

5 TABLE DES MATIERES Résumé ,... II Avant-propos III - Table des meres , iv Liste da tableaux vi lei Pr6sentation des deux m~~m..em...e...m..ememe..eem..e...e.ee..ee.wm..a.ee.ee L'Object Relation Inventory (ORI) Introduction sur les relations d'objets Les premières recherches empiriques Object Relation Inventory (ORI) Introduction sur les schkrnas narratifs , Échelle de Structure de Personnalité (ESP) L' Échelle de Structure de Personnalité (ESP) 1.2. Théories psychodynamiques de la peiso-6.m..e.eem.e..~mm~...mme.e...mm Type de relation d'objet et type d'angoisse Mécanismes de défenses O Qualité d'investissement de l'objet Normalité et force du moi , Présentation des variables.....e.m..e.mma..eme..mm.m...emo.m.e...a..eee.e..~

6 4-10 ~ d 6 l i t é m * ~. o o ~. ~ ~ e o - ~ ~ e ~ o ~ ~ ~ ~ o ~ ~ ~ ~ ~ e ~ ~ ~ ~ o ~ o ~ ~ ~ ~ ~ ~ e e e ~ 4.2* NO CodWions entre le degd d9ambivaience et Ie niveau conceptuel de IyORL Corréiations entre les items et échelles de la ESP Corrélations entre I'ORI et 19ESP Capacité d'investissement objedal et niveau de développement de la personnalité Force du moi. transformation d'un récit et niveau de développement objecta Sruchires de personnalité et développement objecta1...o Mécanismes de défenses: clivage et idéaiisation primitive = Limites de I'hde 30. Références Annexe.. A: Tableaux du memoue...., Annexe B: Documents et exemple relatifs à l'échelle de Srucnire de Personnalité CONSIGNE STANDARDISÉE (RAP) GRILLE D'ANALYSE DE L'ESP MANUEL DE COTATION DE L' ESP (version abrégée) UN EXEMPLE DE COTATION D'UN RÉCIT Annexe C: Documents et exemple relatifs à I'Object Relation Inventory CONSIGNE STANDARDISÉE (ORI) MANUEL DE COTATION POUR LE NIVEAU CONCEPTUEL ET LE DEGRÉ D'AMBIVALENCE UN EXEMPLE DE COTATION D'UNE DESCRIPTION PARENTALE Annexe D: Formulaire de consentement FORMULAIRE DE CONSENTEMENT...80

7 LISTE DES TABLEAUX Tableau 1 : Comparaison entre les lignées structurelles (Bergeret, 1976) Tableau 2: Hypothèses spécifiques: corrélations entre les échelles de I'ORI et les échelles et items de I'ESP Tableau 3: Fidélité interjuges: moyennes des pourcentages d'accord pour les dix items de I'ESP Tableau 4: Fidélité interjuges: moyennes des corrélations de Pearson pour les cinq échelles de I'ESP ,....., Tableau 5: Corrélations entre les dix items et cinq échelles de I'ESP TabIeau 6: Corrélations entre les variables de I'ORI et de 1'ESP Tableau 7: Composition du modèle linéaire pour l'échelle degré d'ambivalence en fonction des items d'esp , , Tableau 8: Composition du modèle linéaire pour l'échelle niveau conceptuel en fonction des items d'esp ,

8 ÉTUDE DE VALIDITÉ CONCURRENTE DE L'OBJECT RELATION INVENTORY (ORI) ET DE L'ÉCHELLE DE STRUCTVRE DE PERSONNALITÉ (ESP) INTRODUCTION G- Les relations d'objets ainsi que les structures de personnalité sont des concepts centraux dans l'ensemble des théories développementales et psychanalytiques contemporaines. Ces concepts trouvent leur sens dans la pratique clinique. Toutefois, jusqu'à maintenant, peu de recherches empiriques se sont intéressées à valider empiriquement les liens entre ces concepts. Cette étude, à visée exploratoire, a pour objectif de comparer I'Object Relation Inventory (ON)(Blatt et al ) et l'échelle de Structure de Personnalité (ESP) (Diguer, 1994). afin de vérifier spécifiquement lu liens entre les relations d'objets, les stades développernentaux et les structures de personnalité. L'Object Relation Inventory est une méthode non-projective permenant d'évaluer certaines dimensions des relations d'objets sur un continuum développemental. Plus précisément, l'échelle Degré d'ambivalence, permet de vérifier dans quelle mesure le sujet exprime des sentiments opposés tels I'arnour et la haine envers les objets significatifs. D'autre part, l'échelle Niveau Conceptuel comprend cinq niveaux de développement du concept d'objet, soit les niveaux sensorimoteur, percephel, iconique externe. iconique interne et conceptuel. L'atteinte du dernier niveau indique l'intégration de i'objet total. tandis qu'à l'inverse, les niveaux inferieurs indiquent une intégration incomplète de l'objet. Diguer (1994), a construit l'échelle de Structure de Personnalité (ESP). Cet instru- ment permet d'identifier la structure relationnelle mise en scène dans un récit. L'ESP est constituée de deux parties. La première, l'analyse S&niotique, permet de segmenter le récit en ses composantes principales. La deuxième, l'analyse Psychodynamique, permet de qua1 i- fier ces segments à partir de la classification des structures de perso~dité de Bergeret (1974) et Kemberg (1984). Cette section comprend 22 items psychodynamiques référents aux méca-

9 nismes de d&enses, au concept de l'objet, à la force du moi et au degré d'investissement des objets. Les cotes données à chaque item sont additionnées et pondérées afin de donner cinq scores finaux qui correspondent respectivement aux stnictures de personnalité ncwotique, etat-limite et psychotique, à la force du moi et au degré d'investissement du récit. Quarante sujets prennent part à l'étude. Parmi ceux-ci, trente-quatre présentent des troubles psychologiques de gravité variable. Ils sont rencontrés au Service de Consultation de I'Ecole de Psychologie de l'université Lavai (SCEP) par des psychologues ou des étudiants de deuxibrne cycle en psychologie sous supervision. L'administration du Mini-SCID et du SCID-II permet d'établir un diagnostic sur les axes 1 et 2 du DSM-III-R. Ensuite, le participant est invité à raconter IO récits selon la méthode RAP (Luborsky, 1990). ainsi qu'à décrire son père, sa mère et son conjoint (ou son meilleur ami), permettant ultérieurement d'appliquer respectivement, les grilles ESP et ON. La contribution originale de cette recherche repose sur l'étude des liens entre plu- sieurs postulats psychanalytiques tels: les structures de personnaiite, le développement objec- ta1 et le développement de la personnalit&

10 1. CADRE THÉORIQUE 1.1 Présentation des deux mesures L'Object Relation Inventory (ORO Introduction sur les relations d'objets Le concept de relation d'objet ut un paradigme de grand intérêt de nos jours en psychologie et en psychanalyse. Historiquement, ce sont des Britanniques tels M. Klein, Fairbairn, Balint et Winnicott qui ont, les premiers, 6laboré leurs théorie. Par la suite, des Américains tels Kemberg. Jacobson et Mahler poursuivirent cette lancée en édifiant, à leur tour, leurs théories des relations d'objets. Récemment, Kernberg a fait un effort majeur pour intégrer plusieurs théories sur les relations d'objet dans un modèle théorique de la psychologie du Moi (Moore and Fine, 1995). Selon Kemberg (1996), une relation d'objet est d'abord la représentation d'une interaction entre soi et les autres significatifs. Cette interaction peut être réelle ou fantasmée, et elle est toujours liée par un affect. Pour qu'il y ait d6veloppement psychologique normal chez I'enfant, il est nécessaire que les premières relations d'objets int6riorisées soient sufisamment positives pour mener à I'accompIissement d'une série d'échelons qui transforment successivement ces relations d'objet en une identité du moi normale Les premières recherches empiriques Depuis quelques décemies, des chercheurs ont tenté de mesurer empiriquement le concept de relation d'objet. Deux principaux groupes de recherche ont cantribue de façon marquante au développement de méthodes d'évaluation des reprbentations objectales. Le groupe de Martin Mayman de l'université du Michigan a employé des méthodes telles que l'analyse des premiers souvenirs et des rêves, des autobiographies et des méthodes projec-

11 Uves. A titre d'exemple, en 1967, Mayrnan a montré qu'il était possible de prédire certains niveaux de psychopathologie par l'analyse de contenu des représentations d'objets produites par un sujet au Rorschach. De même, en 1974, Krohn et Mayman ont d6veloppé I'Object Representdon Scule for Drem grâce auquel ils ont établi la validité de construit de la notion de représentation d'objets et l'utilité de leur échelle pour la mesurer. Ces chercheurs ont développé leurs méthodes d'evaluation à partir des thbries de la psychologie du moi (ego psychology), de Margaret Malher, F. Pine, A. Bergman et Otto Kernberg (Lerner 1991; Diguer, Morissette, Normandin, 1997). Un second groupe de chercheurs dirigt par Sydney Blatt de l'université Yale ont, quant à eux, tenté de mesurer les relations d'objets dans une perspective cognitive et stnicturale. Leurs travaux reposent à la fois sur les théories des relations d'objets et de la psychologie du moi, en plus d'intégrer les théories développementales de chercheurs tels J. Piaget et H. Werner. En 1976, Blatt, Breinis, Schimek et Glick dkveloppent a comprehensive Concept of the Object Scale, une procédure de cotation permenant de coter les figures humaines (Hs) au Rorschach sur un continuum développemental. La fidélit6 interjuges fut très satisfaisante recueillant plus de d'accord entre les juges. Des résultats empiriques ont dtmontré qu'il y aurait des différences importantes au plan de la structure et du contenu des représentations d'objets dans plusieurs formes de pathologies (Blatt et Lerner, 1983). A titre d'exemple, chez un sujet schizophrène non-paranoide, les représentations objectales sont souvent inappropriées et de bas niveau développemental tandis que chez un sujet hysterique, les représentations d'objets sont plus appropriées et plus élaborées L'Object Relation Inventory (ON) En 1979, Blatt, Wein, Chevron et Quinlan developpent 1 'Object Relation Inventory (ORI), un des premiers systèmes de cotation des relations d'objet qui repose sur des bases autres que celles liées aux méthodes projectives. Ce système allait fournir du materiel analysable tout comme le Rorschach et d'autres méthodes projectives, mais en réduisant le temps nécessaire à la cotation (Smith, 1993). A l'époque, on avait démontré cliniquement le lien

12 entre un type de soin parental insensible, non disponible ou inmisif avec la dépression à l'âge adulte. L'OH fut donc d'abord utilisé afin de mesurer la relation qui pouvait exister entre la dépression à I'âge adulte et les représentations parentales (Blatt et al, 1979). Lors d'une entrevue semi-structurée, les sujets ont pour consigne de décrire des per- sonnes significatives de leur entourage (tels leur père et leur mère) par écrit en 5 minutes par description. Ensuite, 2 juges experts cotent indépendamment ce matériel d'après une grille etablie à cet effet. La premi8re section de cette grille comprend 12 attn0iûs à partir desquels on qualifie l'objet sur une échelle likert en 7 points. Ces variables sont les suivantes: af- fection, ambition, bienveillance, chaleur, qualité de l'investissement, intérêt intellectuel, propension à la critique, idéal positif ou négatif, qualité matemante, réussite et la force per- sonnelle. Ensuite, s'ajoute l'échelle Degré d'ambivalence qui varie d'absence il très ambi- valent sur une échelle de 5 points. On vérifie ici dans quelle mesure le sujet exprime des sentiments opposés tels l'amour et la haine ou les aspects négatifs (ex: austérité, vanité, anxiété) et positifs (ex: bonne humeur, intelligence, empathie) dans sa description de l'objet. L'échelle suivante, le Niveau Conceptuel comporte 9 valeurs possibles: sensorimoteur-pré- operatoire (1)' concret-perceptuel (3), iconiqueexterne (5). iconique interne (7), représenta- tion conceptuelle (9); les chiffres pairs sont utilisés lorsque la cote représentant le mieux une description se situe entre ces niveaux. Finalement, une échelle permet d'apprécier la Lon- gueur de la Description sur un continuum de 7 points. Quidan, Blatt, Chevron, & Wein (1992) rapportent une &ude de fidélité dans laquelle 2 juges indépendants ont coté les descriptions parentales de 27 sujets. Les résultats démontrent une fidélité interjuges généralement satisfaisante pour les 12 îzmibufs variant de r = -917(chaleur) à r =A49 (affection). Le Degré d'ambivalence évalue en 3 points (à cette kpoque) fut plus problématique (r = -413). Pour pallier cette faiblesse, on utilisa désormais une échelle en 5 points avec laquelle un r de Pearson de.87 fut obtenu. La fidélité se rapportant au Niveau Conceptuel ainsi qu'à la Longueur de la Description fit aussi satisfkisante: r =.88 à L'indice de Pearson pour chacune des 2 échelles. Une 6tude de Blatt et al. (1991) rapporte elle aussi une bonne fidélité interjuges pour l'échelle conceptueile (r = -88).

13 Toutefois, il apparaiat que les 12 attributs de I'ORI ne reflètent pas nécessairement des dimensions importantes liées aux représentations d'objets. Ce système de cotation pourrait être amaméiior6 par une théorie de base reprenant des dimensions dites fondamentales des représentations d'objets (Blatt et al., 1991). L'échelle du Niveau Conceptuel serait celle qui possède la meilleure validité de construit puisqu'elle s'appuie sur des concepts psychologiques dérivés de Piaget, Werner et des théories psychanalytiques di5veloppementales. Marziali et Oleniuk (1990) se sont particulièrement intéressés P cette échelle. Reprenant les mêmes fondements théoriques que Blatt, ces auteurs ont dheloppé leur propre système de cotation. Celui-ci comprend 5 scores totaux indiquant le profil des niveaux de représentation objectai. Leurs travaux ont permis de démontrer que les sujets normaux utilisent significativement plus de relations objectales de niveaux supkrieurs (III-V) que les borderlines. Une étude de Daoust, Hébert, Turgeon, Diguer, Rousseau et Descôteaux (1997) présente des résultats allant dans le même sens. En effet, ayant utilisé cette methode auprès de 32 sujets soit névrotique ou borderline, leurs résultats démontrent que les névrotiques utilisent significativement plus de relations d'objets de niveaux supérieurs (III-V) que les borderline. La fidélité interjuges fut satisfaisante, tel qu'en t6moigne un ICC de L'Échelle de Structure de Personnalité Introduction sur les schémas narratifs Depuis les vingt dernières années, les théories sur les schémas sont devenues graduelle- ment centrales en psychologie clinique et en psychanalyse. Plusieurs auteurs ont rapporté que la plupart des psychotherapies, et particulièrement les thérapies dynamiques et psychanalyti- ques, peuvent être définies à travers la narration d'un schema personnel pathoghe. Lester Luborsky, pionnier dans ce domaine, a émis I'hypothése que l'analyse de récits puisse permettre d'avoir accès à des éléments signifiants de ces schémas et de l'interaction subtile présente entre l'analyste et l'analys6. A partir des années 80, Luborsky developpa le Cure Confüaual Relutionrhip niemes (CCRT). Cet instrument permit d'établir deux conclusions.

14 Premi&rement, il est possible de faire de la recherche quantitative sur les schémas relationnels centraux qui influencent les comportements, les émotions et les cognitions. Deuxièmement, il est possible d'effectuer de la recherche quantitative sur la relation entre l'analyste et I'anaiysk en thhipie, le transfert (Luborsky, Barber et Diguer, 1993). Un schéma narratif est un modèle conceptuel particulier qui a la charge d'organiser au niveau cognitif les informations contenues (ou contenables) dans un récit (Diguer, 1993). Il existe divers types de modèles conceptuels de schémas narratifs. Propp, linguiste et Fomaliste russe, fut la figure de proue dans ce domaine elaborant notamment 31 sphères d'actions qu'il nomma fonction. Il conceptualisa une triade fondamentale de fonctions nécessaires au schéma narratif (1928). Plus récemment, des linguistes tels Bremond (1973) et Greimas (1970), ont élaboré leur modèle respectif. Chaque modèle de schtma nanatif s'articule autour d'un état initial, d'une transformation et d'un Ctat final. De plus, peu importe sur quel modèle on le défini, le schéma narratif incarne le résultat de l'analyse de l'invariance interindividuelle du fonctionnement cognitif habituei et normal (Diguer, 1993). Fayol (1985) et Diguer (1993) estiment qu'il faut désormais s'interesser aux differences individuelles au niveau du schéma narratif. Ainsi, Diguer (1993) a choisi un modèle conceptuel de structure narrative fondé sur les travaux de psychologues cognitivistes, tels Mandler (1984) et Rumelhart (1977), ainsi que de sérnioticiens tel Greimas pour fonder les assises de ses travaux. A l'aide de la grille d'analyse du programme narratif, il tente d'identifier et d'intégrer les différences individuelles dans ce modde géneral de schéma narratif par le biais de I'analyse de rtcits. Suite à une expérimentation auprès d'un échantillon de 130 récits (13 sujets à 10 récits chacun), les résultats obtenus confrment que les récits proviennent d'un schéma relationnel central propre à chaque sujet développe sous l'influence des expériences significatives qui ont façonné sa vie (Diguer, 1993).

15 : ~'lkhelle de Saucture de Personnalité (ESP) Dans la poursuite de ses travaux, Diguer (1994) a commit l'échelle de Structure de Personnalité (ESP), instrument de mesure dkveloppk afin d'identifier le type de structure de personnaiitk mis en scène dans un récit. Cette méthode d'analyse peut ê e un bon complé- ment au CCRT ainsi qu'aux m&hodes connexes. L'ESP est constituée de 2 parties. La première, l'analyse sémiotique est fondée principalement sur les mvaw de psychologues cognitivistes tels Mandler et Rumelhart et de ~Cmioticiens tel Greimas. De plus, elle corres- pond uès exactement en la grille d'analyse narrative mise au point et testée dans Diguer (1993). Celle-ci permet de découper un récit en ses composantes stnicturdes essentielles, c'est-à-dire les phases du recit: (manipulation, compétence, opération et sanction) et ses ac- tants (sujet d'état, opérateur, objet, opposant, adjuvant, etc). De plus, elle permet de décrire brièvement en termes sémiotiques les relations entre ces actants. La deuxième partie, l'analyse psychodynamique, dérive des modèles de la personnalité et de la psychopathologie de Bergeret (1976) et de Kernberg (1986), qui intégrent les principales théories contemporai- nes sur les relations d'objets. Cette section comprend 22 items psychodynamiques qui ont été identifiés lors de I'analyse sémiotique. Les cotes données à chaque item sont additionnées et pondérées afin de donner 5 scores finaux qui correspondent respectivement aux trois struc- tures de personnalité; soit les echelles psychotique, anaditique et névrotique; la 4e échelle correspond à la force du Moi et la dernière échelle, au degré d'investissement du récit. En 1994, Diguer fit une étude de fidélité sur la première section de I'ESP: I'analyse structurale. Treize sujets acceptèrent de décrire 10 récits où ils étaient en reiation avec d'autres personnes. Trois juges experts ont participé B la cotation. Les resultats obtenus indiquent des pourcentages d'accord variant entre et ainsi que des r de Pearson variant de.77 à.89 entre les juges. Ces résultats permettent de conclure à une bonne fidélité interjuges pour l'analyse sémiotique. Une étude de Diguer, Rousseau, Morissette et Lefebvre (1995), fut menée afin d'établir la fidélité de la 2e section de I'ESP (partie psychodynamique). Trente-huit sujets

16 provenant de la région de Québec participèrent à l'étude. Chacun devait raconter 10 récits conformement à la méthode d'entrevue RAP (Lubonky, 1990). Ils etaient tous en traitement psychothérapique au Service de Consultation externe de 1'Ecole de Psychologie de l'université Laval ou dans un hôpital psychiatrique de la region. Ainsi, 380 récits funnt cotés par 3 juges experts ayant reçu un entraînement spécifique. Les résultats ont indiqué une bonne fidélité interjuges. En effet, les pourcentages d'accord obtenus pour 1 'analyse psychodynamique sont tous audessus de 90% indépendamment des combinaisons (ex. juges 1 vs 2, juges 1 vs 3....). De plus, des r de Pearson variant de -57 à.95 furent obtenus aux 4 échelles psychodynamique (les trois structures et la force du moi). Cet instrument, bien que récent, a déjà produit des résultats préliminaires intéressants. A titre d'exemple, Rousseau et ai., (1995) ont démontré que l'échelle psychotique de I'ESP différencie les sujets psychotique des sujets n'ayant pas de trouble de personnalité. Les résultats de fidélité interjuges indiquent des pourcentages d'accord satisfaisants variant de 72,6% à 92,s 1 et un r de Pearson moyen de -69 pour les items psychodynamiques. Une autre étude de Morissette et al., (1995) a permi d'établir I'absence de correspondance entre les diagnostics de troubles de personnalité du DSM-III-R et les structures de personnalité telles que mesurées par I'ESP. Des rkssultats de fidélité interjuges similaires à la précédente étude furent obtenus, 1.2 Théories psychodynamiques de la personnafité Types de relation d'objet et types d'angoisse Dans la communauté psychanalytique, il est géneralement admis qu'il existe trois grandes organisations de la personnalit6 desquelles découlent, entre autres, un type de relation d'object et un type d'angoisse dominante. La structure psychotique est celle qui est la plus régressée au plan développemental. Ainsi, la relation entre soi et I'objet est mai différenciée. typiquement fusionnelle et l'angoisse associée en est une de morcellement. Chez la structure limite, la relation d'objet est: anaditique, œ qui vient d'amkiitos: "compter sur".

17 Pour ce type de sujet, les objets deviement indispensables pour assurer soins et protections. Ils vivent des angoisses depressives en lien avec la perte de l'objet. Finalement, le type de relation privilégié des névrotiques est gknital. La plupart du temps, la relation à l'autre est envisagée en termes de plaisir et de déplaisir. Cette saucaire est la plus Claborée au plan développemental. L'angoisse de castration est présente en lien avec la transgression de l'interdit (Bergeret, 1976). Le tableau 1 présente en détails ces distinctions structuraies (ainsi que certains mécanismes de défenses, discutés ci-dessous). Voir Tableau Mécanismes de défenses Selon Kernberg (1980, 1996), les sujets de structures limite et psychotique présentent des mécanismes de défenses primitifs regroupés autour du clivage de l'objet. Ces défenses sont: l'identification projective, I'idéalisation primitive, le déni, la toute-puissance et la devalorisation. Au moyen de ces défenses, la structure limite protégerait son moi des conflits éventuels en séparant compiètement les experiences contradictoires (bonnes et mauvaises) du soi et des objets significatifs. Le psychotique, pour sa part, se protègerait de la désintégration des frontières entre lui et les autres. Ces défenses primitives se retrouvent occasionnellement chez les sujets de structures névrotique dans certains contextes où d'autres mécanismes de plus haut niveau ne suffkent pas. Kernberg (1980) indique que les sujets de structure névrotique présentent des dbfenses de haut niveau dérivées du refoulement, tels la formation réactionnelle, I'isolation, l'annulation, l'intellectualisation et la rationnalisation. Ces dkfenses protègent le moi des conflits intrapsychiques en permettant le rejet de (a représentation gênante (toutefois sans clivage). De plus, Bergeret (1976), indique la dramatisation comme &tant un mode typiquement

18 nevrotique d'expression. Ce mode d'expression permettrait la mise en &ne de relations con- flictualisées, par exemple, à l'intérieur de récits Qualité de l'investissement de I'objet Selon Kernberg (1992; 1996) I'investissement des objets en profondeur ne serait possible que chez une structure névrotique normale. En effet, le sujet névrotique serait capable d'échanges objectaux empreints de tendresse et d'affection. Seuls les sentiments de culpabilitk inconsciente dans certaines relations pathog5nes spécifiques engendreraient I'incapacite d'investir profondément les objets. Chez la structure limite, les relations intimes manquent d'intégration, à cause de la diffusion d'identitk. ce qui occasionnerait un investissement des objets déformée et problématique. Ainsi, Kernberg rapporte que chez le névrotique l'agressivité est au service de I'érotisation tandis que chez l'état-limite, 170ppos6 se produit, ce qui nuit à la qualité de l'investissement des objets (1992). Chez le psychotique, la qualité d'investissement des objets serait d'autant plus chaotique du fait qu'il y a perte des frontières entre le soi et l'objet. En conséquence, le maintien de l'empathie nécessaire aux relations sociales, serait largement déficitaire particulièrement en periode d'hallucinations et de délire NormaIité et force du moi Selon Kernberg (1996), la structure névrotique est un préalable à une identité normale et à une bonne force du moi. En conséquence, seule cette structure pourrait gerer efficacement l'anxiété, I'irnpulsivit6 et la productivité au travail. La faiblesse du moi se manifesterait chez les patients limites par leur manque de tolérance à l'anxiété, leur manque de persévérance et de productivité au travail, leur qualité d'investissement de I'objet problématique, etc. Les sujets de saucture psychotique, quant à eux, n'ont pratiquement aucune chance d'atteindre la normalité dans leur vie (Kernberg, 1996). En effet, ils présentent tous une forme atypique de psychose par laquelle se révèle un moi si faible qu'il peut perdre le contact avec Ia réalité.

Favoriser l'attachement sécurisant chez les bébés et les jeunes enfants : Le Cercle de sécurité

Favoriser l'attachement sécurisant chez les bébés et les jeunes enfants : Le Cercle de sécurité Favoriser l'attachement sécurisant chez les bébés et les jeunes enfants : Le Cercle de sécurité Congrès Enfanter le monde 26 novembre 2010 Claud Bisaillon, Ph.D. Psychologue, professeure Plan de la présentation

Plus en détail

LES MECANISMES DE DEFENSE

LES MECANISMES DE DEFENSE LES MECANISMES DE DEFENSE Table des matières Table des matières 3 I - GENERALITES, DEFINITION 7 A. GENERALITES, DEFINITION...7 II - LES PRINCIPAUX MECANISMES DE DEFENSE 9 A. le refoulement :...9 B. la

Plus en détail

Guide à l intention des familles AU COEUR. du trouble de personnalité limite

Guide à l intention des familles AU COEUR. du trouble de personnalité limite Guide à l intention des familles AU COEUR du trouble de personnalité limite À propos du trouble de personnalité limite Ce document a été élaboré en 2001 par madame France Boucher, infirmière bachelière,

Plus en détail

3-La théorie de Vygotsky Lev S. VYGOTSKY (1896-1934)

3-La théorie de Vygotsky Lev S. VYGOTSKY (1896-1934) 3-La théorie de Vygotsky Lev S. VYGOTSKY (1896-1934) Psychologue russe contemporain de Piaget, a également élaboré une théorie interactionniste de l'apprentissage, sage, mais qui insiste sur tout sur la

Plus en détail

«La capacité à être seul», WINNICOTT

«La capacité à être seul», WINNICOTT «La capacité à être seul», WINNICOTT La capacité d être seul est un signe des plus importants de la maturité du développement affectif. On repère chez le sujet ce qu il éprouve dans des situations de solitude,

Plus en détail

METHODOLOGIE DE RECOMMANDATIONS D'EXPERTS

METHODOLOGIE DE RECOMMANDATIONS D'EXPERTS - 1 - METHODOLOGIE DE RECOMMANDATIONS D'EXPERTS Bureau du Consensus Société de Réanimation de Langue Française (SRLF) P. Charbonneau (secrétaire), J-L. Diehl, B. Garrigues, B. Guidet, O. Jonquet, P. Jouvet,

Plus en détail

Épreuve orale de TIPE

Épreuve orale de TIPE Banque Agro Veto. Session 2012 Rapport sur les concours A TB Épreuve orale de TIPE Concours Nb cand. Moyenne Ecart type TB ENSA- ENITA Note la plus basse Note la plus haute 65 11,98 3,09 5 20 TB ENV 28

Plus en détail

FORMATION : POSTURE COACH, LES METIERS D ACCOMPAGNEMENT

FORMATION : POSTURE COACH, LES METIERS D ACCOMPAGNEMENT FORMATION : POSTURE COACH, LES METIERS D ACCOMPAGNEMENT Que vous soyez parent, enseignant, formateur, pédagogue, coach, manager Que votre activité professionnelle ou simplement la quête de vous-même vous

Plus en détail

L'EPS à l'école primaire aucune modification des programmes

L'EPS à l'école primaire aucune modification des programmes L'EPS à l'école primaire aucune modification des programmes Les 3 objectifs sont poursuivis aussi bien à l'école maternelle, qu'à l école primaire MATERNELLE * Favoriser la construction des actions motrices

Plus en détail

a) La technique de l analyse discriminante linéaire : une brève présentation. 3 étapes de la méthode doivent être distinguées :

a) La technique de l analyse discriminante linéaire : une brève présentation. 3 étapes de la méthode doivent être distinguées : a) La technique de l analyse discriminante linéaire : une brève présentation. Nous nous limiterons ici à l'analyse discriminante linéaire et à deux groupes : - linéaire, la variante utilisée par ALTMAN

Plus en détail

L analyse d entretiens de recherche qualitatifs

L analyse d entretiens de recherche qualitatifs L analyse d entretiens de recherche qualitatifs Annie Gendron, M.Ps. Candidate au doctorat en psychologie, UQTR Natacha Brunelle, Ph.D. Professeure au département de psychoéducation, UQTR 19 mars 2010

Plus en détail

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 260 COMMUNICATION DES QUESTIONS SOULEVÉES À L OCCASION DE L AUDIT AUX PERSONNES CONSTITUANT LE GOUVERNEMENT D'ENTREPRISE

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 260 COMMUNICATION DES QUESTIONS SOULEVÉES À L OCCASION DE L AUDIT AUX PERSONNES CONSTITUANT LE GOUVERNEMENT D'ENTREPRISE NORME INTERNATIONALE D AUDIT 260 COMMUNICATION DES QUESTIONS SOULEVÉES À L OCCASION DE L AUDIT AUX PERSONNES CONSTITUANT LE GOUVERNEMENT D'ENTREPRISE SOMMAIRE Paragraphes Introduction... 1-4 Personnes

Plus en détail

MASTER 2 SCIENCES HUMAINES ET SOCIALES Mention Psychologie. Spécialité : Recherches en psychologie

MASTER 2 SCIENCES HUMAINES ET SOCIALES Mention Psychologie. Spécialité : Recherches en psychologie S3 Spécialité : Recherches en psychologie UE OBLIGATOIRES UE 1 : Epistémologie et méthodes de recherche en psychologie Ce séminaire aborde plusieurs aspects de la recherche en psychologie. Il présente

Plus en détail

FORCE DE VENTE : une approche commerciale efficace

FORCE DE VENTE : une approche commerciale efficace Les formations standardisées voulant mettre le commercial dans un «moule» et formater une personne en appliquant des techniques à la lettre sont bien différentes de ce que nous vous proposons chez Semaphorus.

Plus en détail

Société Française de Coaching Compte rendu de conférence

Société Française de Coaching Compte rendu de conférence ATELIER SFCoach PACA du 30 septembre 2003 Marseille Les contre-indications du coaching Intervenant : Roland BRUNNER (RB): coach et psychanalyste, membre fondateur de la SF Coach, Vice Président de l'institut

Plus en détail

Information sur le sujet. Tests-assignés

Information sur le sujet. Tests-assignés BRIEF - Sommaire Adulte Inventaire de comportements reliés aux fonctions exécutives Robert M. Roth, Ph.D., Peter K. Isquith, Ph.D., and Gerard A. Gioia, Ph.D. Adaptation et traduction française, Institut

Plus en détail

Comité sectoriel de la Sécurité sociale et de la Santé Section «Sécurité sociale»

Comité sectoriel de la Sécurité sociale et de la Santé Section «Sécurité sociale» Comité sectoriel de la Sécurité sociale et de la Santé Section «Sécurité sociale» CSSS/09/102 DÉLIBÉRATION N 09/055 DU 1 ER SEPTEMBRE 2009 RELATIVE À LA COMMUNICATION DE DONNÉES À CARACTÈRE PERSONNEL PAR

Plus en détail

Attirez-vous les Manipulateurs? 5 Indices

Attirez-vous les Manipulateurs? 5 Indices Attirez-vous les Manipulateurs? Claire Parent 1 Attirez-vous les Manipulateurs? Claire Parent Mini livre gratuit Sherpa Consult Bruxelles, Mai 2012 Tous droits de reproduction, d'adaptation et de traduction

Plus en détail

Le psychiatre face aux risques psycho-sociaux. sociaux. Gestion des conflits en entreprise.

Le psychiatre face aux risques psycho-sociaux. sociaux. Gestion des conflits en entreprise. Le psychiatre face aux risques psycho-sociaux. sociaux. Gestion des conflits en entreprise. Docteur David ATTAL. Psychiatre. Praticien Hospitalier. Centre Hospitalier Régional Universitaire de Marseille.

Plus en détail

LES CARTES À POINTS : POUR UNE MEILLEURE PERCEPTION

LES CARTES À POINTS : POUR UNE MEILLEURE PERCEPTION LES CARTES À POINTS : POUR UNE MEILLEURE PERCEPTION DES NOMBRES par Jean-Luc BREGEON professeur formateur à l IUFM d Auvergne LE PROBLÈME DE LA REPRÉSENTATION DES NOMBRES On ne conçoit pas un premier enseignement

Plus en détail

LE QUESTIONNAIRE ISALEM : ETUDE STATISTIQUE

LE QUESTIONNAIRE ISALEM : ETUDE STATISTIQUE LE QUESTIONNAIRE ISALEM : ETUDE STATISTIQUE 1. OBJECTIFS DE L'ETUDE STATISTIQUE Le traitement statistique des données a été effectué par le Professeur A. ALBERT du Centre Interdisciplinaire de Statistique

Plus en détail

"Couples séparés mais toujours parents"

Couples séparés mais toujours parents "Couples séparés mais toujours parents" Compte rendu Rencontre à thème Le 31 Janvier 2012 Matin Intervenante : Katell Jouffe, psychologue à l'hôpital de jour pour enfants autistes et psychotiques et médiatrice

Plus en détail

Le développement cognitif selon Jean Piaget. Les stades du développement cognitif selon Piaget

Le développement cognitif selon Jean Piaget. Les stades du développement cognitif selon Piaget Le développement cognitif selon Jean Piaget Piaget (BIO) et ses collaborateurs sont sans conteste les auteurs qui ont le plus contribué à notre compréhension du développement des capacités mentales durant

Plus en détail

La méthode des cas et le plan marketing : énoncé seul

La méthode des cas et le plan marketing : énoncé seul La méthode des cas et le plan marketing : énoncé seul 12_07_2011 Table des matières Table des matières 3 I - 1. Point méthodologique 7 A. 1.1. Définitions...7 B. 1.2. Plan d'analyse type...8 C. 1.3. Synthèse...13

Plus en détail

Réponse et temps de réponse aux items en psychométrie. R. Trouillet M.C.F. H.D.R. Lab. Epsylon EA4556

Réponse et temps de réponse aux items en psychométrie. R. Trouillet M.C.F. H.D.R. Lab. Epsylon EA4556 Réponse et temps de réponse aux items en psychométrie R. Trouillet M.C.F. H.D.R. Lab. Epsylon EA4556 Thérapies psychodynamiques Levy & Ablond (2009). Handbook of Evidence-Based Psychodynamic Psychotherapy..

Plus en détail

d évaluation Objectifs Processus d élaboration

d évaluation Objectifs Processus d élaboration Présentation du Programme pancanadien d évaluation Le Programme pancanadien d évaluation (PPCE) représente le plus récent engagement du Conseil des ministres de l Éducation du Canada (CMEC) pour renseigner

Plus en détail

Guide francophone d analyse systématique des articles scientifiques (GFASAS) S. Tétreault 1, E. Sorita, A. Ryan & A. Ledoux (2013)

Guide francophone d analyse systématique des articles scientifiques (GFASAS) S. Tétreault 1, E. Sorita, A. Ryan & A. Ledoux (2013) Guide francophone d analyse systématique des articles scientifiques (GFASAS) S. Tétreault 1, E. Sorita, A. Ryan & A. Ledoux (2013) Considérant le nombre d articles scientifiques disponibles, il est essentiel

Plus en détail

Introduction. Pourquoice livre?... Comment utiliser ce livre?... Que contient ce manuel?... Chapitre 1

Introduction. Pourquoice livre?... Comment utiliser ce livre?... Que contient ce manuel?... Chapitre 1 " Table des matières Introduction Pourquoice livre?... Comment utiliser ce livre?... Que contient ce manuel?... 7 8 8 Chapitre 1 Connaître les bases de l'affirmation de soi et de la communication Les comportements

Plus en détail

Relation soignant-soigné au cœur de la psychologie médicale

Relation soignant-soigné au cœur de la psychologie médicale 19 Relation soignant-soigné au cœur de la psychologie médicale RENCONTRE, TRANSFERT ET CONTRE-TRANSFERT La notion de transfert découle des travaux de la psychanalyse (S. Freud) où ont été décrits des mouvements

Plus en détail

QUESTIONNAIRE SUR LA REPRÉSENTATION DE VOTRE CONDITION DE SANTÉ ACTUELLE

QUESTIONNAIRE SUR LA REPRÉSENTATION DE VOTRE CONDITION DE SANTÉ ACTUELLE Nom : # Dossier : Date : QUESTIONNAIRE SUR LA REPRÉSENTATION DE VOTRE CONDITION DE SANTÉ ACTUELLE Dans le questionnaire suivant, nous nous intéressons à votre propre vision de votre condition actuelle,

Plus en détail

Une échelle d évaluation semistructurée. B. Gravier

Une échelle d évaluation semistructurée. B. Gravier Une échelle d évaluation semistructurée : la HCR-20 B. Gravier Exemple de jugement clinique structuré: The Historical Clinical Risk Management 20 item scale HCR - 20 Echelle utilisée par les cliniciens

Plus en détail

SOMMAIRE. METHODE VITTOZ... P3 La Méthode... P3 Le champ d action... P3. Centre de formation AKOUO : CCCM 77 rue Ste Cécile 13005 Marseille

SOMMAIRE. METHODE VITTOZ... P3 La Méthode... P3 Le champ d action... P3. Centre de formation AKOUO : CCCM 77 rue Ste Cécile 13005 Marseille FORMATION A LA METHODE VITTOZ Centre Culturel CCCM 77 rue Ste Cécile 13005 Marseille Tel 04 91 25 88 89 Mail : centre.culturel.cccm@free.fr Site : http://centre.culturel.cccm.free.fr http://vittoz-akouo-formation-marseille.com

Plus en détail

Affirmation de soi, confiance en soi, estime de soi

Affirmation de soi, confiance en soi, estime de soi Affirmation de soi, confiance en soi, estime de soi Estime de soi MOI Affirmation de soi AUTRES Confiance en soi ACTION Contexte Règles fondamentales de la communication 1) On ne peut pas décider, par

Plus en détail

1. Les tests passés lors de la Journée Défense et Citoyenneté (JDC)

1. Les tests passés lors de la Journée Défense et Citoyenneté (JDC) LES JEUNES FACE A L ECRIT UN NOUVEAU DISPOSITIF D EVALUATION MASSIVE DE LEURS PERFORMANCES EN LECTURE Thierry Rocher* * DEPP, thierry.rocher@education.gouv.fr Mots-clés : illettrisme, test automatisé,

Plus en détail

Troubles psychiques de la grossesse et du post-partum Q19. Psychiatrie adulte Module D Pr Jean Louis Senon Année universitaire 2002-2003

Troubles psychiques de la grossesse et du post-partum Q19. Psychiatrie adulte Module D Pr Jean Louis Senon Année universitaire 2002-2003 Troubles psychiques de la grossesse et du post-partum Q19 Psychiatrie adulte Module D Pr Jean Louis Senon Année universitaire 2002-2003 Plans et objectifs Pendant la grossesse Troubles mineurs, dépressions

Plus en détail

SONDAGE DES MEMBRES DE L APIGQ RÉSULTATS ET ANALYSE

SONDAGE DES MEMBRES DE L APIGQ RÉSULTATS ET ANALYSE SONDAGE DES MEMBRES DE L APIGQ RÉSULTATS ET ANALYSE SEPTEMBRE 2008 TABLE DES MATIÈRES INTRODUCTION... 3 SONDAGE ET ÉCHANTILLONNAGE... 3 SONDAGE... 3 ÉCHANTILLONNAGE... 4 COMPILATION DES RÉSULTATS... 4

Plus en détail

Nom-Projet MODELE PLAN DE MANAGEMENT DE PROJET

Nom-Projet MODELE PLAN DE MANAGEMENT DE PROJET Nom-Projet MODELE PLAN DE MANAGEMENT DE PROJET Glossaire La terminologie propre au projet, ainsi que les abréviations et sigles utilisés sont définis dans le Glossaire. Approbation Décision formelle, donnée

Plus en détail

La supervision en soins infirmiers

La supervision en soins infirmiers La supervision en soins infirmiers (article en deux parties : version jumelée) La pratique de la supervision en soins infirmiers étant peu courante en France et les écrits la concernant de même, bien que

Plus en détail

Degré de confiance pour les indicateurs de performance : degré de fiabilité du processus de production et écart significatif 1

Degré de confiance pour les indicateurs de performance : degré de fiabilité du processus de production et écart significatif 1 Degré de confiance pour les indicateurs de performance : degré de fiabilité du processus de production et écart significatif 1 L utilisation des indicateurs de performance ne peut se faire de manière pertinente

Plus en détail

Chapitre 1 : Introduction aux bases de données

Chapitre 1 : Introduction aux bases de données Chapitre 1 : Introduction aux bases de données Les Bases de Données occupent aujourd'hui une place de plus en plus importante dans les systèmes informatiques. Les Systèmes de Gestion de Bases de Données

Plus en détail

Formation ABA par Caroline Peters, BCABA 2014-2015

Formation ABA par Caroline Peters, BCABA 2014-2015 Formation ABA par Caroline Peters, BCABA 2014-2015 Notre programme se compose d'une formation de base (4 journées) et six formations en profondeur (le weekend, (samedi et dimanche). Vous pouvez vous inscrire

Plus en détail

La psychothérapie. Se poser les bonnes questions

La psychothérapie. Se poser les bonnes questions La psychothérapie Se poser les bonnes questions? LA PSYCHOTHÉRAPIE Au Québec, la psychothérapie est une activité réservée par la loi * depuis juin 2012, ce qui signifie que seules les personnes autorisées,

Plus en détail

AEU de Thérapies Comportementales et Cognitives (Niveau 1)

AEU de Thérapies Comportementales et Cognitives (Niveau 1) AEU de Thérapies Comportementales et Cognitives (Niveau 1) Responsables scientifiques et pédagogiques : Jérôme Palazzolo et Galina Iakimova Jérôme Palazzolo Psychiatre - Psychothérapeute (MD, PhD, HDR)

Plus en détail

COMPÉTENCES CLINIQUES - SANTÉ MENTALE CONNAISSANCES PRÉALABLE OBJECTIFS 1. ENTRETIEN PSYCHIATRIQUE. 1.1. Les buts de l entretien psychiatrique

COMPÉTENCES CLINIQUES - SANTÉ MENTALE CONNAISSANCES PRÉALABLE OBJECTIFS 1. ENTRETIEN PSYCHIATRIQUE. 1.1. Les buts de l entretien psychiatrique CONNAISSANCES PRÉALABLE Les séminaires de compétences cliniques de santé mentale se basent sur l enseignement «Anamnèse et compétences psychosociales» du N. Blondel & C. Salathé (2014) et les cours de

Plus en détail

DOCUMENT DE TRAVAIL DES SERVICES DE LA COMMISSION RÉSUMÉ DE L ANALYSE D IMPACT. accompagnant la

DOCUMENT DE TRAVAIL DES SERVICES DE LA COMMISSION RÉSUMÉ DE L ANALYSE D IMPACT. accompagnant la COMMISSION EUROPÉENNE Bruxelles, le 4.10.2012 SWD(2012) 291 final DOCUMENT DE TRAVAIL DES SERVICES DE LA COMMISSION RÉSUMÉ DE L ANALYSE D IMPACT accompagnant la proposition de règlement du Parlement européen

Plus en détail

Systèmes de transport public guidés urbains de personnes

Systèmes de transport public guidés urbains de personnes service technique des Remontées mécaniques et des Transports guidés Systèmes de transport public guidés urbains de personnes Principe «GAME» (Globalement Au Moins Équivalent) Méthodologie de démonstration

Plus en détail

LE PROBLEME DU PLUS COURT CHEMIN

LE PROBLEME DU PLUS COURT CHEMIN LE PROBLEME DU PLUS COURT CHEMIN Dans cette leçon nous définissons le modèle de plus court chemin, présentons des exemples d'application et proposons un algorithme de résolution dans le cas où les longueurs

Plus en détail

Dr Julie Dauphin, Ph.D. Psychologue clinicienne

Dr Julie Dauphin, Ph.D. Psychologue clinicienne CHAMPS D EXPERTISE Dr Julie Dauphin, Ph.D. Psychologue clinicienne Hôpital Louis- H. Lafontaine Institut Universitaire en santé mentale Programme des troubles psychotiques - Clinique Sherbrooke 7401 Hochelaga

Plus en détail

Le test s'est déroulé en trois étapes successives

Le test s'est déroulé en trois étapes successives TEST SUR LES BASES BIBLIOGRAPHIQUES Rapport* du bureau Marcel van Dijk L'étude qui suit présente les résultats du test quantitatif et qualitatif de 5 bases bibliographiques disponibles en France : BNOPALE

Plus en détail

Critères de Choix d une Echelle de Qualité De Vie. Etudes cliniques dans l autisme. Introduction

Critères de Choix d une Echelle de Qualité De Vie. Etudes cliniques dans l autisme. Introduction Critères de Choix d une Echelle de Qualité De Vie Etudes cliniques dans l autisme Marie-Christine Picot Congrès Epsylon 5 avril 2013 Introduction Mesurer la Qualité de Vie liée à la Santé : Evaluer les

Plus en détail

Drogues, toxicomanies, conduites addictives

Drogues, toxicomanies, conduites addictives Drogues, toxicomanies, conduites addictives Jean-Etienne PODIK Mots clefs Addictions, dépendance Toxicomanies Politique de réduction des risques Comportements à risques Coûts Tabac Alcool Drogues licites,

Plus en détail

MODULE V: POLITIQUE DE REMUNÉRATION

MODULE V: POLITIQUE DE REMUNÉRATION MODULE V: POLITIQUE DE REMUNÉRATION INTRODUCTION Plusieurs entreprises tentent de compenser les coupures au niveau de la rémunération par l'introduction d'avantages moins coûteux, comme une plus grande

Plus en détail

Evaluation de la variabilité d'un système de mesure

Evaluation de la variabilité d'un système de mesure Evaluation de la variabilité d'un système de mesure Exemple 1: Diamètres des injecteurs de carburant Problème Un fabricant d'injecteurs de carburant installe un nouveau système de mesure numérique. Les

Plus en détail

LE PLAN D'AMÉLIORATION DE LA FONCTION MARKETING

LE PLAN D'AMÉLIORATION DE LA FONCTION MARKETING LE PLAN D'AMÉLIORATION DE LA FONCTION MARKETING Direction du développement des entreprises et des affaires Préparé par Michel Coutu, F. Adm.A., CMC Conseiller en gestion Publié par la Direction des communications

Plus en détail

MBA À TEMPS PARTIEL OFFERT EN LIGNE

MBA À TEMPS PARTIEL OFFERT EN LIGNE MBA À TEMPS PARTIEL OFFERT EN LIGNE ÉDUCATION PERMANENTE L'Universitépartoutentouttemps! Programme offert entièrement en ligne à temps partiel par la Faculté d administration en collaboration avec l Éducation

Plus en détail

La Protection de l'enfance Signalement et information préoccupante

La Protection de l'enfance Signalement et information préoccupante Rapport adopté lors de la session du Conseil national de l Ordre des médecins du 8 octobre 2010 Dr Irène KAHN-BENSAUDE Dr Jean-Marie FAROUDJA La Protection de l'enfance Signalement et information préoccupante

Plus en détail

Relation entre deux variables : estimation de la corrélation linéaire

Relation entre deux variables : estimation de la corrélation linéaire CHAPITRE 3 Relation entre deux variables : estimation de la corrélation linéaire Parmi les analyses statistiques descriptives, l une d entre elles est particulièrement utilisée pour mettre en évidence

Plus en détail

LA PROCEDURE D'EVALUATION A.NA.PSY.p.e. EST LE RESULTAT D'UNE RECHERCHE

LA PROCEDURE D'EVALUATION A.NA.PSY.p.e. EST LE RESULTAT D'UNE RECHERCHE LA PROCEDURE D'EVALUATION A.NA.PSY.p.e. EST LE RESULTAT D'UNE RECHERCHE CETTE RECHERCHE A ETE FINANCEE PAR Le Ministère des Affaires Sociales et de l'emploi, Direction Générale de la Santé,Sous- Direction

Plus en détail

OLITIQUE CONCERNANT LE PLACEMENT D'ADOLESCENTS EN APPARTEMENT SEMI- AUTONOME

OLITIQUE CONCERNANT LE PLACEMENT D'ADOLESCENTS EN APPARTEMENT SEMI- AUTONOME LE CENTRE JEUNESSE GASPÉSIE/LES ÎLES P OLITIQUE CONCERNANT LE PLACEMENT D'ADOLESCENTS EN APPARTEMENT SEMI AUTONOME DOCUMENT RÉVISÉ DIRECTION DES SERVICES D'HÉBERGEMENT NOVEMBRE 1995 TABLE DES MATIÈRES

Plus en détail

4720.5560.46 (septembre 2009) 30 %

4720.5560.46 (septembre 2009) 30 % 4720.5560.46 (septembre 2009) 30 % Prévenir le jeu excessif chez les adolescents C est toujours gagnant! Pourquoi ce dépliant? [ ] Le rôle des parents est déterminant dans la prévention du jeu excessif

Plus en détail

Formation des formateurs en entreprise

Formation des formateurs en entreprise en entreprise Le (CQFA) du Cégep de Chicoutimi et le Service de formation continue de l'université du Québec à Chicoutimi (UQAC) unissent leurs efforts et leur expertise respective pour offrir aux organisations

Plus en détail

Bases de données et RefWorks Sylvain Fiset - Automne 2008. Bases de données et Refworks. Sylvain Fiset

Bases de données et RefWorks Sylvain Fiset - Automne 2008. Bases de données et Refworks. Sylvain Fiset Bases de données et Refworks Sylvain Fiset 1 Plan de l atelier Démontrer l utilisation des bases de données dans un contexte pédagogique. Démontrer l utilisation des bases de données et de RefWorks dans

Plus en détail

Internet, jeux vidéo, téléphone portable: frontière entre utilisation intensive et dépendance comportementale

Internet, jeux vidéo, téléphone portable: frontière entre utilisation intensive et dépendance comportementale Internet, jeux vidéo, téléphone portable: frontière entre utilisation intensive et dépendance comportementale Derniers résultats de la recherche Gregor Waller, MSc Berne, le 7 mars 2013 Forum national

Plus en détail

Guide de jumelage d emploi

Guide de jumelage d emploi Indice de personnalité de travail Guide de jumelage d emploi Important: Lisez ce guide au complet avant d utiliser le jumelage d emploi de l Indice de personnalité de travail (IPT) 2003 Psychometrics Canada

Plus en détail

Description des résidants dans les IHP et les MSP

Description des résidants dans les IHP et les MSP I RAPPORT NATIONAL RPM 1999 Description des résidants dans les IHP et les MSP Données d admission D après le tableau 1 A (p.1), au 30 juin 1999, les initiatives d habitation protégée comptaient 2853 résidants

Plus en détail

Stress des soignants et Douleur de l'enfant

Stress des soignants et Douleur de l'enfant 5e rencontre francophone Suisse et France voisine de la douleur chez l enfant Stress des soignants et Douleur de l'enfant Céline ROUSSEAU-SALVADOR Psychomotricienne - Psychologue Clinicienne Service d

Plus en détail

3 Les premiers résultats des plans d'actions

3 Les premiers résultats des plans d'actions 3 Les premiers résultats des plans d'actions Les résultats que nous avons obtenus en ce qui concerne les plans d'action, résultent de l'analyse de 48 entreprises seulement. Revenons sur notre échantillon.

Plus en détail

Les problèmes de mise en œuvre d un SIH

Les problèmes de mise en œuvre d un SIH Les problèmes de mise en œuvre d un SIH N.Qarmiche 1*, K.Amzian 2, M.Berraho 1, Z.Srhier 1, K.El Rhazi 1, S.El Fakir 1, N.Tachfouti 1, C.Nejjari 1 1 Laboratoire d Epidémiologie et Santé Publique, Faculté

Plus en détail

CONSEILS POUR LA REDACTION DU RAPPORT DE RECHERCHE. Information importante : Ces conseils ne sont pas exhaustifs!

CONSEILS POUR LA REDACTION DU RAPPORT DE RECHERCHE. Information importante : Ces conseils ne sont pas exhaustifs! CONSEILS POUR LA REDACTION DU RAPPORT DE RECHERCHE Information importante : Ces conseils ne sont pas exhaustifs! Conseils généraux : Entre 25 et 60 pages (hormis références, annexes, résumé) Format d un

Plus en détail

Les ateliers de pratique réflexive lieu d intégration des données probantes, moteur de changement de la pratique

Les ateliers de pratique réflexive lieu d intégration des données probantes, moteur de changement de la pratique Les ateliers de pratique réflexive lieu d intégration des données probantes, moteur de changement de la pratique Préparé par: Rose-Anne Buteau, Inf. Ph D. (c) Sylvie Garand-Rochette, M.Sc.. Monique Thibault,

Plus en détail

Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur Les Assessment Centers.

Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur Les Assessment Centers. Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur Les Assessment Centers. Apparus dans les armées allemande et britannique durant la seconde guerre mondiale, puis développés aux USA et dans le Royaume- Uni

Plus en détail

LES DEPENDANCES Article théorique psy au vocabulaire professionnel LE MODELE CLASSIQUE PSYCHANALYTIQUE : FREUD ABRAHAM KLEIN WINNICOTT- FENICHEL

LES DEPENDANCES Article théorique psy au vocabulaire professionnel LE MODELE CLASSIQUE PSYCHANALYTIQUE : FREUD ABRAHAM KLEIN WINNICOTT- FENICHEL LES DEPENDANCES Article théorique psy au vocabulaire professionnel Par Christiane RASSAERT, psychothérapeute, gestalt praticienne, Spécialiste de la thérapie de personnes dépendantes aux produits et des

Plus en détail

L IMPACT DES N.T.I.C. DANS LA FORMATION PROFESSIONNELLE DES CADRES DE L INSTITUTION MILITAIRE

L IMPACT DES N.T.I.C. DANS LA FORMATION PROFESSIONNELLE DES CADRES DE L INSTITUTION MILITAIRE N 198 PETREIN Olivier L IMPACT DES N.T.I.C. DANS LA FORMATION PROFESSIONNELLE DES CADRES DE L INSTITUTION MILITAIRE Introduction L'emploi des Nouvelles Technologies de l'information et de la Communication

Plus en détail

L INTELLIGENCE CHEZ L ENFANT (Bases neurologiques, Déficience, Précocité) 1 er et 2 octobre 2015

L INTELLIGENCE CHEZ L ENFANT (Bases neurologiques, Déficience, Précocité) 1 er et 2 octobre 2015 Le Centre Régional de Diagnostic des Troubles d'apprentissage organise, dans le cadre de son activité de formation universitaire, cinq sessions de 2 jours et deux sessions d une journée dédiées aux troubles

Plus en détail

9.11 Les jeux de hasard et d argent

9.11 Les jeux de hasard et d argent 9.11 Les jeux de hasard et d argent Maud Pousset, Marie-Line Tovar 288 Les jeux de hasard et d argent (JHA) constituent une activité ancienne et répandue, mais longtemps interdite. Leur offre s est étoffée,

Plus en détail

L'ANALYSE DE LA RÉCEPTION ET LA RECHERCHE SUR LES MÉDIAS

L'ANALYSE DE LA RÉCEPTION ET LA RECHERCHE SUR LES MÉDIAS Université de Bologne L'ANALYSE DE LA RÉCEPTION ET LA RECHERCHE SUR LES MÉDIAS Il est stratégique, pour la recherche sur les médias, et en particulier, pour les théories de la réception, de parvenir à

Plus en détail

L'appel public à l'épargne, pour quel besoin de financement? (2/3)

L'appel public à l'épargne, pour quel besoin de financement? (2/3) L'appel public à l'épargne, pour quel besoin de financement? (2/3) Lors d'une précédente analyse, nous avions présenté deux outils d'appel public à l'épargne qui bénéficient d'un régime légal favorable

Plus en détail

Schweizerische Gesellschaft für Forensische Psychiatrie SGFP Société Suisse de Psychiatrie Forensique SSPF

Schweizerische Gesellschaft für Forensische Psychiatrie SGFP Société Suisse de Psychiatrie Forensique SSPF Schweizerische Gesellschaft für Forensische Psychiatrie SGFP Société Suisse de Psychiatrie Forensique SSPF Arrêt du Tribunal fédéral du 03.11.2006 sur l'assistance au suicide d'une personne atteinte de

Plus en détail

I. LE CAS CHOISI PROBLEMATIQUE

I. LE CAS CHOISI PROBLEMATIQUE I. LE CAS CHOISI Gloria est une élève en EB4. C est une fille brune, mince avec un visage triste. Elle est timide, peureuse et peu autonome mais elle est en même temps, sensible, serviable et attentive

Plus en détail

Les représentations sociales des juges et des experts concernant le meilleur intérêt de l enfant dont la garde est contestée

Les représentations sociales des juges et des experts concernant le meilleur intérêt de l enfant dont la garde est contestée Les représentations sociales des juges et des experts concernant le meilleur intérêt de l enfant dont la garde est contestée Elisabeth Godbout Doctorante en service social Université Laval Colloque Autour

Plus en détail

Relation soignant / soigné

Relation soignant / soigné Relation soignant / soigné 3 métiers impossibles selon Freud : gouverner soigner éduquer Car met les personnes dans une situation de dépendance et d autorité Relation = activité ou une situation dans laquelle

Plus en détail

Guide d accompagnement pour la prise en charge des troubles anxieux chez l enfant

Guide d accompagnement pour la prise en charge des troubles anxieux chez l enfant Guide d accompagnement pour la prise en charge des troubles anxieux chez l enfant Guide d accompagnement pour la prise en charge des troubles anxieux chez l enfant MYLÈNE GINCHEREAU M.SC. PSYCHOÉDUCATION

Plus en détail

La démarche qualité dans sa dimension humaine

La démarche qualité dans sa dimension humaine La démarche qualité dans sa dimension humaine Fédérer, responsabiliser votre personnel autour d un projet commun. Un outil intelligent de management. Séminaire démarche qualité en hôtellerie, 23/01/07

Plus en détail

Types de REA produites dans le cadre de la séquence pédagogique

Types de REA produites dans le cadre de la séquence pédagogique Scénario pédagogique APPRENDRE À ENSEIGNER AUTREMENT Description générale du scénario Titre Les bases de données relationnelles Résumé Dans le cadre d'un cours à distance, la visioconférence est une REA

Plus en détail

GROUPE DE CONFIANCE protection de la personnalité MEDIATION INFORMATIONS

GROUPE DE CONFIANCE protection de la personnalité MEDIATION INFORMATIONS GROUPE DE CONFIANCE protection de la personnalité INFORMATIONS MEDIATION La médiation fait partie du dispositif de protection de la personnalité des membres du personnel de l'etat de Genève et des institutions

Plus en détail

360 feedback «Benchmarks»

360 feedback «Benchmarks» 360 feedback «Benchmarks» La garantie d un coaching ciblé Pour préparer votre encadrement aux nouveaux rôles attendus des managers, Safran & Co vous propose un processus modulable, adapté aux réalités

Plus en détail

Les principes de la sécurité

Les principes de la sécurité Les principes de la sécurité Critères fondamentaux Master 2 Professionnel Informatique 1 Introduction La sécurité informatique est un domaine vaste qui peut appréhender dans plusieurs domaines Les systèmes

Plus en détail

Qu est-ce que la maladie de Huntington?

Qu est-ce que la maladie de Huntington? Qu est-ce que la maladie de Huntington? Description sommaire Qu est-ce que la maladie de Huntington? La maladie de Huntington (MH) est une maladie neurodégénérative longtemps connue sous le nom de Chorée

Plus en détail

La démarche qualité dans sa dimension humaine

La démarche qualité dans sa dimension humaine La démarche qualité dans sa dimension humaine Agadir-Maroc 15 décembre 2007 Thierry LONGEAU www.alcantis.fr Thierry LONGEAU Dirigeant du cabinet Alcantis Experts en systèmes d informations et de gestion

Plus en détail

Thème 5. Proposition d'une activité d'exploration élève : Micro-trottoir «Qu'est-ce qu'une entreprise?»

Thème 5. Proposition d'une activité d'exploration élève : Micro-trottoir «Qu'est-ce qu'une entreprise?» Thème 5. Proposition d'une activité d'exploration élève : Micro-trottoir «Qu'est-ce qu'une entreprise?» Propriétés Description Intitulé court Proposition d'une activité d'exploration élève de type Micro-trottoir

Plus en détail

Université du Québec à Trois-Rivières Politique de gestion des documents actifs, semi-actifs et inactifs de l'u.q.t.r.

Université du Québec à Trois-Rivières Politique de gestion des documents actifs, semi-actifs et inactifs de l'u.q.t.r. Université du Québec à Trois-Rivières Politique de gestion des documents actifs, semi-actifs et inactifs de l'u.q.t.r. (Résolution 398-CA-3497, 25 novembre 1996) 1. Énoncé Par cette politique, l'université

Plus en détail

DIU Soins Palliatifs et d Accompagnement.

DIU Soins Palliatifs et d Accompagnement. DIU Soins Palliatifs et d Accompagnement. Centre - Pays de Loire CHRU Tours COMMUNICATION «Conflits internes et Cohérence personnelle» SOMMAIRE Introduction page 3 Communication Page 4 Les paramètres d

Plus en détail

QU EST-CE QUI VOUS MÈNE: LA TÊTE OU LE COEUR?

QU EST-CE QUI VOUS MÈNE: LA TÊTE OU LE COEUR? QU EST-CE QUI VOUS MÈNE: LA TÊTE OU LE COEUR? Source: DUMONT, Nicole. Femmes d aujourd hui, Vol. 1 No. 8., janvier 1996. On dit de certaines personnes qu elles n ont pas de tête ou qu elles n ont pas de

Plus en détail

L E. P. S. 4 A 4 Michel FAURE, CPD EPS DA 13

L E. P. S. 4 A 4 Michel FAURE, CPD EPS DA 13 L E. P. S. 4 A 4 Michel FAURE, CPD EPS DA 13 Les 4 tableaux format A4 suivants (l EPS 4 à 4!) sont le résultat d une tentative personnelle de présentation synthétique d utiles connaissances et considérations

Plus en détail

Retentissement de la réforme de l'ircantec 2008 sur la retraite des Praticiens Hospitaliers.

Retentissement de la réforme de l'ircantec 2008 sur la retraite des Praticiens Hospitaliers. Retentissement de la réforme de l'ircantec 2008 sur la retraite des Praticiens Hospitaliers. Dr Raphaël BRIOT ; Dr Jean GARRIC Syndicat National des Praticiens Hospitaliers d'anesthésie-réanimation RÉSUMÉ

Plus en détail

Communication IV ème Congrès de l AFS Grenoble 5-8 juillet 2011 Réseau thématique 20 Méthodes

Communication IV ème Congrès de l AFS Grenoble 5-8 juillet 2011 Réseau thématique 20 Méthodes Communication IV ème Congrès de l AFS Grenoble 5-8 juillet 2011 Réseau thématique 20 Méthodes «Une association de l analyse des réseaux sociaux à une perspective clinique des histoires et du contexte de

Plus en détail

02/12/2014. Institut Jean-Pierre Lallemand. Historique. Historique. Théorie de la communication

02/12/2014. Institut Jean-Pierre Lallemand. Historique. Historique. Théorie de la communication Institut Jean-Pierre Lallemand Théorie de la communication Chapitre 6 PNL (30 périodes) Bachelier Educateur spécialisé Niveau I Approche conceptuelle I Année académique 2010-2011 Cours de Daniel Cornelis

Plus en détail

Méthodologie Actuelle des Recommandations Formalisées d Experts SFAR/SRLF

Méthodologie Actuelle des Recommandations Formalisées d Experts SFAR/SRLF Méthodologie Actuelle des Recommandations Formalisées d Experts SFAR/SRLF Parmi les référentiels servant de base aux recommandations de pratiques professionnelles, la Société Francaise d Anesthésie-Réanimation

Plus en détail

LES FONDEMENTS METHODOLOGIQUES

LES FONDEMENTS METHODOLOGIQUES Partie 1 LE TEST «LE STAGIAIRE EN CLASSE : PERCEPTION DES ÉLÈVES» LES FONDEMENTS METHODOLOGIQUES La position du problème Jean D. Bélanger, professeur Mario Labbé, assistant de recherche Outre l'enseignant

Plus en détail