OFFICE NATIONAL DE L'EAU POTABLE

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "OFFICE NATIONAL DE L'EAU POTABLE"

Transcription

1 OFFICE NATIONAL DE L'EAU POTABLE Communication sociale et Approche participative au service de la gestion durable des ressources hydriques et des projets d alimentation en eau potable Présenté par: Mr B.Belmamoun Office National de l Eau Potable- Maroc 1

2 Sommaire Présentation de l ONEP Aperçu sur la problématique de l eau et sa gestion au Maroc Approche participative et gestion durable des ressources hydriques Approche participative et gestion communautaire des projets d Alimentation en Eau potable en milieu rural 2

3 Présentation de l ONEP Crée en 1972, l Office National de l Eau Potable est un organisme public à caractère industriel et commercial doté de l autonomie financière. Ses Missions: Planification de l'approvisionnement en eau potable du Royaume, Étude, réalisation et gestion des adductions d'eau potable, Gestion de la distribution d'eau potable et de l assainissement dans les communes qui la demandent, Assistance technique en matière, de surveillance de la qualité de l'eau, Contrôle de la qualité des eaux et protection des ressources en eau susceptibles d'être utilisées pour l'alimentation humaine. 3

4 L ONEP EN CHIFFRES INDICATEURS UNITES VALEURS 2007 CHIFFRE D AFFAIRES Millions dhs DEBIT EQUIPE m 3 /s 47,8 PRODUCTION Millions m ABONNES Nombre CENTRES DE DISTRIBUTION Nombre 500 TAUX DE BRANCHEMENT URBAIN % 92 TAUX DE DESSERTE DISTRIBUTION % 85 4

5 L ONEP EN CHIFFRES Désignation Unités Valeurs 2007 STATION D EPURATION Nbre 30 CAPACITE DE TRAITEMENT Millions de m 3 5,5 CENTRES D INTERVENTION Nbre 49 POPULATION CONCERNEE hab

6 Aperçu sur la problématique de l eau et sa gestion au Maroc La limitation des ressources hydriques face à des besoins croissants (recours aux ressources non conventionnelles à partir de 2020); La vulnérabilité des ressources. Le Coût marginal de mobilisation de ressources additionnelles. La généralisation de l eau potable en milieu rural. Le développement du secteur d assainissement liquide pour protéger l environnement, les ressources en eau, la santé des populations 6

7 Aperçu sur la problématique de l eau et sa gestion au Maroc Face à la rareté des ressources, les pouvoirs publics marocains ont décidé de: Favoriser une gestion décentralisée au niveau des bassins versants; Accorder un intérêt particulier à la maîtrise de la demande en eau, qui est l un des objectifs essentiels de la gestion décentralisée de l eau ; tout en maintenant les efforts de développement. Or La mise en œuvre de cette gestion ne peut aboutir que si elle bénéficie de l adhésion de l ensemble des populations et des intervenants dans la gestion des ressources à travers un processus de communication adéquat. 7

8 PARTIE 1 : La Communication sociale au service de l approche participative pour une gestion durable des ressources hydriques PARTIE 2: La Communication sociale au service l approche participative pour une gestion durable des projets d alimentation en eau potable en milieu rural 8

9 Partie 1 La Communication sociale au service de l approche participative pour une gestion durable des ressources hydriques 9

10 STRATÉGIE NATIONALE INTÉGRÉE D ÉCONOMIE DE L EAU SUR LE PLAN JURIQUE ET INSTITUTIONNEL : loi Décentralisation de la gestion des ressources -Des mesures concrètes pour pénaliser le gaspillage et la pollution etc. SUR LE PLAN TECHNIQUE : -Mesures visant l amélioration des rendements des installations. SUR LE PLAN TARIFAIRE : -Tarification progressive par tranches SUR LE PLAN DE LA COMMUNICATION : -Information, sensibilisation et éducation RESULTAT : Le taux d accroissement annuel de la demande est passé de 8% durant les années 80 à moins de 3% actuellement. 10

11 Grands axes de la communication à l ONEP Objectifs de la communication: Promouvoir une culture de respect de l eau et de comportements positifs vis-à-vis de l usage de l eau. Promouvoir des attitudes et comportements favorables à l hygiène. 11

12 a communication sociale: cadre conceptuel Approches de communication sociale: - APPROCHE PEDAGOGIQUE: Centrée sur la transmission du savoir de l Animateur (qui sait) vers le groupe cible (qui «sait pas»); - APPROCHE «MARKETING SOCIAL» : Gérer mieux la situation de communication : étude consommateur, ciblage de Communication, segmentation du public, créativité, stratégie médias, - APPROCHE PARTICIPATIVE : Implication des populations dans l identification du problème et la recherche des solutions ; Tenir compte de l interdépendance individu / environnement social 12

13 la communication sociale: cadre conceptuel FACTEURS INFLUENTS SUR LES COMPORTEMENTS HUMAINS: On distingue deux catégories de facteurs influents sur les comportements : 1. Facteurs internes (cognitifs et affectifs): Connaissances Croyances Traditions Habitudes Normes et valeurs sociales.. Ces facteurs comportements favorisent la décision (l intention d agir) : ils sont vulnérables à l action Communication sociale. 13

14 la communication sociale: cadre conceptuel 2. Facteurs externes : Économique Réglementaire Organisationnel. Cette 2 ème catégorie de facteurs favorisent le comportement (l action) 14

15 Communication sociale : Étapes de mise en œuvre 1982/1984 : Étude de faisabilité Période1984/1990 : Action Grand Public à travers les Médias audiovisuels et écrits (Télé comme média de base, radio, presse écrite, Affiches,..) A partir de 1991 : Actions directes sur sites auprès de divers groupes cibles, dont celui des jeunes constitue une cible privilégiée. 15

16 MISE EN ŒUVRE DE LA CAMPAGNE les messages de la campagne : Les principaux messages de la campagne à différentes périodes : «l eau potable est nécessaire a la santé utilisez la sans la gaspiller» «l eau est un droit commun utilisez la sans la gaspiller» «Une eau saine pour Tous, notre responsabilité, la préserver c est la votre» 16

17 LES PRINCIPALES ACTIONS Actions Médias : -Télé (spots, documentaires, émissions spéciales, ) - Radio (spots, sketchs, émissions, ) - Presse écrite (Publi-rédactionnels, entrefilets,..) - Affichage public,. 17

18 Actions directes auprès de cibles particulières : Enfants et jeunes (écoles, colonies de vacances, visites d installations, ) Femmes (foyers féminins, associations, maisons des jeunes,..) Abonnés (mailing, lettres de vœux, guide de l abonné, ) Agents de presse (journées de presse, visites d installations et de projets, envoi de plaquettes,..) Décideurs,élus, bailleurs de fonds et autres partenaires (journées d information, plaquettes institutionnelles, ) 18

19 QUELQUES ACTIONS MENEES PAR L ONEP Actions Medias: Réalisation de spots télévisés,sketchs à la radio,spots publicitaires dans la presse Émissions et tables rondes, parrainage d émissions spécialisées Organisation de journées presse Actions Hors Medias: Exposés dans les écoles Exposition des différentes manifestations (foires régionales) Organisation de tournées (caravane d eau) Organisation de concours pour les jeunes Sensibilisation directe des populations rurales Sensibilisation directe des populations assainissement liquide Édition de documents et de supports: Préparation et distribution d un Kit Pédagogique Mailing et courriers particuliers aux usagers Tee-shirts, pin s, casquettes Participations à des manifestations particulières Journée Mondiale de l Eau Journée Mondiale de l Environnement Journée Mondiale de l Alimentation Journée Mondiale de la Santé 19

20 20

21 21

22 CONCLUSION La réussite de toute politique de gestion durable des ressources en eau est tributaire de l adhésion de l ensemble des usagers. La Communication est un élément de base pour réussir l approche participative et doit faire partie intégrante d une stratégie globale d économie de l eau (mesures institutionnelles, techniques, administratives et tarifaires). Le succès et l extension des actions de sensibilisation ont été favorisés par l implication d acteurs publics, privés, associatifs et par le soutien des Bailleurs de Fonds. 22

23 Partie 2 La Communication sociale au service l approche participative pour une gestion durable des projets d alimentation en eau potable en milieu rural I- Aspect conceptuel II- Aspect pratique: Expérience de l ONEP 23

24 I- Aspect conceptuel 24

25 APPROCHE PARTICIPATIVE: I- aspect conceptuel Le développement durable des projets ne relève pas de la seule compétence et responsabilité des gouvernements, mais c est aussi l'affaire des populations, qui, une fois structurées et encadrées, peuvent contribuer d'une façon dynamique et appropriée à leur propre avenir. 25

26 APPROCHE PARTICIPATIVE: I- aspect conceptuel La gestion "communautaire" est plus que l'application d'un nouveau mode de gestion, elle correspond aussi à l'introduction d'un nouveau concept du développement : tout en répondant à des objectifs d efficacité et de durabilité, elle vise à avoir des effets d entraînement sur l ensemble de la vie et de l organisation des populations 26

27 APPROCHE PARTICIPATIVE: I- aspect conceptuel La gestion communautaire des projets se cristallise dans les processus d échange d informations, de prise de décisions,de conception/planification,de mise en œuvre, de gestion et d évaluation, d où l importance du processus de communication dans la la réussite et pérennité de cette gestion. 27

28 II- Aspect pratique: Expérience de l ONEP en milieu rural 28

29 l approche participative pour la gestion des projets ONEP en milieu rural Au niveau des zones rurales Marocaines où les conditions géographiques, socio économiques, démographiques et culturelles posant énormément de contraintes sur les plans des coûts de réalisation et d exploitation des ouvrages,de leur gestion, leur maintenance,.. l approche participative est une condition sine qua non pour garantir une gestion efficace, équitable et durable des services d eau 29

30 Les principales spécificités du milieu rural localités et une population d environ13.5 millions hab. Le grand nombre de localités et leur petite taille augmentent la difficulté d'assurer un approvisionnement correct en eau, surtout quand l'habitat est dispersé et les localités situés loin de toute voie de communication de ces localités comptent moins de 200 habitants autres entre 200 et 1000 habitants. Seules 2200 d'entre elles ont plus de 1000 habitants On trouve des douars avec un habitat groupé comme on rencontre des douars à habitat dispersé, ou très éclaté. En plus des contrastes physiques naturels entre les régions du pays, il faut remarquer la variété des données socioculturelles, des mœurs et coutumes, des habitudes et des prédispositions à prendre part à des actions communautaires. La consommation par tête d'habitant varie largement et reste globalement faible (de 5 à 40 litres par personne par jour. 30

31 Bilan des réalisations : Évolution des investissements en milieu rural Année Investissement annuel en millions de DH (ONEP) Taux national Population touchée cumulée (nationale) % % % % % % % % % % % % % % Total %

32 l ONEP assure le développement de la gestion locale pour l AEP rurale à travers plusieurs formules dont : l implication de la population pour la mise en place des projets d AEP par Bornes Fontaines avec un système de Gardiens Gérants (GG); l implication de la population pour la mise en place des projets d AEP par BI via la création d associations d usagers d eau potable; La mobilisation des compétences locales (micro entreprises). 32

33 Bilan des réalisations - Plus Gardiens Gérants assurant la gestion de plus 5000 bornes Fontaines pour une population de 2 millions d habitants; - Plus de 6000 AUEP assurant la gestion des installations d eau pour 2 millions d habitants Ces des systèmes gèrent le service au bénéfice d environ 46% de la population ayant accès à l eau potable en milieu rural00 33

34 OBJECTIFS DE COMMUNICATION A travers la communication, l ONEP vise les objectifs stratégiques suivants : La cohérence dans l action publique en faveur du développement en milieu rural, L implication et la mobilisation de la population et des acteurs locaux pour les nouveaux projets d AEP La sensibilisation et l éducation sanitaire de la population rurale sur l importance de l eau et de l hygiène La formation et l assistance de la population et des autres intervenants pour les impliquer dans la gestion du service de l eau potable. Prise de connaissances des représentations, attentes des populations et des compétences et savoir faire locales 34

35 Cibles intermédiaires Autorités locales ; Elus ; départements régionaux et locaux de l état cibles finales Principales Cibles Populations : Différents groupes cibles (femmes, hommes, enfants, jeunes, leader d opinions,. Associations locales 35

36 Mise en oeuvre v Supports de communication : Communication de proximité sur site (réunions avec la population, usage du langage local,..) Supports audiovisuels ( films vidéo) Des supports écrits (Affiches, ) vautres moyens Unité mobile de sensibilisation dotée d une salle équipée de moyens de projection audio et visuels.. 36

37 Mise en oeuvre v Moyens Humains : Des équipes d animateurs locaux (animateurs et animatrices) formés dans les techniques de communication interpersonnelle et prise de parole en public, maîtrisant le projet et le langage local ; 37

38 Amélioration de la démarche communication Création d un comité de communication au niveau régional Concours dans les écoles de douars Prise en compte de l aspect culturel dans la sensibilisation (versets du coran et des hadiths, adages, en rapport avec l eau) Profiter des prêches du vendredi pour passer des messages sur la préservation de l eau Renforcement des échanges d information entre les anciens bénéficiaires et les nouveaux implication des partenaires dans les séances de sensibilisation: Élus, représentants autorités locales Enseignants, imams, notables, 38

39 Améliorations apportées à la démarche Élaboration d un guide méthodologique : la démarche de planification et de programmation des projets, les critères d accès aux projets d AEP.. Les critères de conception et de dimensionnement des projets d AEP en milieu rural ; La démarche pour la mise en place de systèmes d assainissement rural appropriée. La démarche pour le contrôle et le suivi de la qualité de l eau de boisson en milieu rural. 39

40 En plus, le guide méthodologique est appuyé par deux guides techniques et des documents de référence : Élaboration d un Guide de l animation sociale : destiné équipes d animation( étapes du cycle d'un projet d AEPA, les messages, l'information et la formation d informer, sensibiliser et impliquer les populations dans toutes les étapes du cycle du projet (avant, pendant et après le projet). Élaboration d un guide de l assainissement rural : il traite la conception, le dimensionnement, l implantation, la construction et l exploitation des systèmes d assainissement des eaux usées (eaux ménagères et eaux vannes) adaptés aux zones rurales. 40

41 41

42 42

43 Système gardiens Gérants 43

44 Système de gestion de Bornes Fontaines par gardiens gérants 44

45 Système de gardien gérant - Le Gardien Gérant est choisi par et parmi la population. - cadre de relation : une convention tripartie l ONEP, la commune et le gérant, - Le gardien gérant est appelé à souscrire une police d'abonnement auprès de l'onep et sous la supervision de la commune, de revendre l'eau pour un tarif fixé par la commune et évalué à 10 Dh par m3, alors que l'onep fournit l'eau potable à la BF pour un tarif de 2.30 Dh par m3 (auparavant 6.26 Dh) - Le Gardien Gérant et les usagers se concertent entre eux sur les horaires d ouverture et de fermeture de la Borne Fontaine, de manière à permettre : à la population d être servie en temps voulu ; au Gardien Gérant d exercer éventuellement d autres activités productives (agriculture, élevage,.) 45

46 Système de gestion par les Associations d Usagers d Eau Potable 46

47 Système de gestion des réseaux par des AUEP Missions des AUEP: Gestion du service de l AEP dans les zones d intervention selon les disposition tripartite liant l ONEP, la commune et l association Payer la facture à l ONEP désignation (recrutement) d un technicien gérant qui assure les fonctions liés au bon fonctionnement des installations. Prérogatives: - Prise en charge des travaux de branchements et de réparations des fuites dans le réseau - Surveillance et contrôle du fonctionnement des installations relevé et lecture des compteurs - Établissement d un rapport périodique sur l ensemble des activités de la gestion et le soumettre à l ONEP et la commune. - Établissement du budget annuel et des investissements annuels. - Établissements des documents comptables et financiers 47

48 Les micro entreprises l ONEP intervient de plus en plus dans la gestion de l eau potable et de l assainissement en faveur du milieu rural et des petites et moyennes villes (géographiquement éparpillés à travers tout le territoire du Royaume). La gestion et la maintenance de ces installations posent un défi sérieux auquel l Office ne peut faire face efficacement à travers ses propres structures l inexistence d une sous-traitance de proximité et le désintéressement des grandes entreprises la réalisation de certaines prestations d entretien et de maintenance à caractère répétitif (quotidien) d où l adoption par l ONEP de la formule micro entreprises en faisant appel aux compétences locales des communautés. 48

49 Les micro entreprises 49

50 Opérations préliminaires de mise en place Définition des zones d implantation en fonction des besoins prioritaires de l Office ; Sélection des candidats selon les critères précités ; Formation qui est assurée par l ONEP au profit des candidats retenus au niveau du centre de formation de l ONEP dans les domaines d activités pour lesquels ils sont retenus; La constitution juridique de la micro entreprise, l ONEP à organisé des rencontres et séances de travail avec certains organismes pour venir en aide à ces jeunes promoteurs, principalement les Centres régionaux d Investissement ainsi que les organismes spécialisés dans les micro crédits ; Garantie par l ONEP de commandes minimales sur une période de 5ans; Encadrement et assistance par les services locaux de l Office durant les premiers mois d activité dans l objectif de garantir la qualité du travail accompli et renforcer la compétence de la Micro Entreprise. 50

51 Missions des microentreprises La gestion, la surveillance et le gardiennage des installations d eau potable et d assainissement Travaux d entretien des réseaux d eau potable et d assainissement et réalisation des branchements abonnés Recherche et réparation des fuites sur réseaux d eau potable Les travaux de premier niveau d entretien et de maintenance des équipements électriques, mécaniques et hydrauliques Entretien des locaux (génie civil des ouvrages) et des espaces verts. Prélèvement des échantillons d eau (analyses physicochimique). 51

52 Avantages de la formule Microentreprises Cette formule présente plusieurs avantages à savoir : Une sous-traitance à structures légères et adaptée aux besoins de l Office Une proximité des installations avec une disponibilité permanente et des interventions immédiates Une pérennité du service public rendu aux usagers en améliorant l efficacité des installations Une formule permettant l optimisation des recrutements nécessaires pour la gestion des installations réalisées Redéploiement du personnel de l ONEP vers des tâches à haute valeur ajoutée Des coûts très compétitifs par rapport aux moyennes et grandes entreprises Participation de l Office au développement économique par la création d activité génératrice de revenu 52

53 Bilans des réalisations De 1996 à fin 2008 : 674 unités dont la situation actuelle se présente comme suit : 315 micro entreprises sont en activité dans le cadre de l assistance accordée par l ONEP (période d assistance de 5 ans) 73 nouvelles micro entreprises (programme 2008) sont en cours de mise en place. 286 micros entreprises sont hors assistance ont achevé avec succès la période d assistance ONEP - 56 ont désisté avant l achèvement de la période d assistance - 4 décès Environ 58 % des micros entreprises qui ont achevé leur période d assistance sont en activité avec l ONEP dans le cadre concurrentiel suite à des appels d offres et consultations. 53

54 Évaluation de l Opération micro entreprise L impact sur les plans technique et rationalisation des moyens humains de l Office est comme suit : Réduction des délais des interventions de 80% pour la réalisation des branchements et de 60% pour la réparation des fuites et opérations d entretien curatif: Les délais de branchements sont passés de 8 jours à 2 jours La réparation des fuites demande en moyenne 4 heures au lieu de 8 heures Réalisation de plus de opérations d entretien et de maintenance Amélioration du service rendu aux usagers et réduction à 50 % le temps de traitement des réclamations des abonnés.. 54

55 Avantages des modes de gestion communautaire des projets : Garantir la pérennité du service en permettant d assurer le bon fonctionnement, l entretien, et le gardiennage des installations (équipement des réseaux, BF), Assurer le recouvrement des coûts d exploitation Lutter contre le gaspillage de l eau (préservation des ressources), Réduction des coûts d exploitations Contribuer à la création d emplois La gestion communautaire des projets d AEP favorise le développement durable élément fondamentale à la lutte contre la pauvreté, l amélioration des conditions de vie (femmes, enfants,..et de santé. 55

56 L amélioration soutenue des systèmes de gestion si les expériences de l ONEP ont prouvé que le rôle des gestionnaires locaux en tant que structures parfaitement appropriées pour la gestion de proximité du service de l eau est fondamentale pour la réussite et la pérennité de ce service, il faut signaler cependant qu elles présentent des lacunes et signes apparents de vulnérabilité qui peuvent se traduire par des perturbations de la desserte en eau des populations, d où la nécessité d un suivi et d évaluation régulière et d amélioration continu en vue de perfectionner ces systèmes et les viabiliser. Parmi les principales actions menées à ce niveau, nous citons: 56

57 L amélioration soutenue des systèmes de gestion - Pour les gardiens Gérants: - Réduction de 64% du prix de vente de l ONEP au Gardien Gérant (augmentation de la marge du GG) - Réduction des tarifs de revente d eau par les GG dont la marge est jugée élevée; - Réaliser un vaste programme de formation sur sur site pour les GG; - Mise en place d une application informatique pour le suive de la Gestion des BF par GG 57

58 L amélioration soutenue des systèmes de gestion Pour les AUEP: - la stratégie ONEP pour le développement de la gestion de l AEP rurale à travers cette formule de gestion a consisté en : - la réalisation de plusieurs études d évaluation et expertises - L élaboration d une nouvelle convention de gestion tripartite (ONEP- Commune- AUEP) - L adoption d un tarif national de vente aux associations - La réalisation de plusieurs sessions de Formation au profit d une centaine d associations 58

59 CONCLUSION l expérience de l ONEP a montré que : Grâce à la communication, les populations rurales sont aujourd hui parfaitement conscients des dangers des ressources non contrôlées sur la santé Elles ne veulent plus s approvisionner à partir de ressources traditionnelles, ne se contentent plus des Bornes Fontaines et réclament des branchements individuels. Elles sont prêtes à payer volontiers le prix du service de la desserte en eau. Elles sont acteur principal dans la gestion de leurs projets et le garant de leurs pérennité, La gestion efficace et durable des ressources et des projets est tributaire de l implication effective et consciente des populations. 59

STRATEGIE DE TRANSFORMATION DU CENTRE DE FORMATION PROFESSIONNELLE DE L ONEA EN CENTRE DES METIERS DE L EAU

STRATEGIE DE TRANSFORMATION DU CENTRE DE FORMATION PROFESSIONNELLE DE L ONEA EN CENTRE DES METIERS DE L EAU PLAN DE COMMUNICATION STRATEGIE DE TRANSFORMATION DU CENTRE DE FORMATION PROFESSIONNELLE DE L ONEA EN CENTRE DES METIERS DE L EAU 1. ONEA BURKINA FASO 2. CONTEXTE PN AEPA 3. PN AEPA 4. Volet Formation

Plus en détail

MANUEL DE GESTION DE CYCLE DE PROJET DU SP/CONEDD

MANUEL DE GESTION DE CYCLE DE PROJET DU SP/CONEDD 1 MINISTERE DE L ENVIRONNEMENT ET DU DEVELOPPEMENT DURABLE SECRETRARIAT PERMANENT DU CONSEIL NATIONAL POUR L ENVIRONNEMENT ET LE DEVELOPPEMENT DURABLE MANUEL DE GESTION DE CYCLE DE PROJET DU SP/CONEDD

Plus en détail

CONTRIBUTION DE L ADLR AU DEVELOPPEMENT LOCAL

CONTRIBUTION DE L ADLR AU DEVELOPPEMENT LOCAL ASSOCIATION POUR LE DEVELOPPEMENT LOCAL ADL- Rabat CONTRIBUTION DE L ADLR AU DEVELOPPEMENT LOCAL Octobre 2006 ADL, B.P. 6447, Rabat-Madinat Al Irfane 10.100, Al Massira III, Avenue Al Majd, Imb 14, Apt

Plus en détail

Valeur ajoutée et rentabilité

Valeur ajoutée et rentabilité 6 e Forum Mondial de l Eau Solutions Existantes Titre de la Solution : Gestion sociale des forages en zone rurale Cas d étude : Tchad Groupe-cible 1.1.2: D ici à 20xx, garantir que la population rurale

Plus en détail

Electrification rurale (PERG) au Maroc Avril 2013

Electrification rurale (PERG) au Maroc Avril 2013 Electrification rurale (PERG) au Maroc Avril 2013-1 - Sommaire Présentation; Cadre géographique; Population habitat; Avant le PERG; Le PERG (Configuration institutionnelle, Montage financier, Mode de contractualisation

Plus en détail

ORGANISATION DU SECTEUR DE L EAU AU MAROC

ORGANISATION DU SECTEUR DE L EAU AU MAROC ORGANISATION DU SECTEUR DE L EAU AU MAROC Instance Consultative Conseil Supérieur de l Eau et du Climat Instances de de planification sectorielle M. Agriculture M. Intérieur MEMEE (SEE ABH) ONEP M. Santé

Plus en détail

Développement rural territorial et sécurité alimentaire

Développement rural territorial et sécurité alimentaire Cette présentation revient sur les expériences de de la la FAO en en matière de de développement local, identifie les conditions pour promouvoir une approche territoriale du développement rural, fait des

Plus en détail

Politique de gestion des ressources humaines

Politique de gestion des ressources humaines Politique de gestion des ressources humaines Adopté au conseil d administration le 18 octobre 2005 Résolution numéro 2068 Amendé le 16 avril 2013 par le conseil d administration Résolution numéro 2592

Plus en détail

Les Principes et les Bonnes Pratiques Relatifs à la Sensibilisation et l Education Financières

Les Principes et les Bonnes Pratiques Relatifs à la Sensibilisation et l Education Financières DIRECTORATE FOR FINANCIAL AND ENTERPRISE AFFAIRS Les Principes et les Bonnes Pratiques Relatifs à la Sensibilisation et l Education Financières RECOMMANDATION DU CONSEIL Ces Principes et Bonnes Pratiques

Plus en détail

SECTEUR DE L EAU AU MAROC ET STRATEGIE DE L ONEE

SECTEUR DE L EAU AU MAROC ET STRATEGIE DE L ONEE 1 SECTEUR DE L EAU AU MAROC ET STRATEGIE DE L ONEE Mohammed Serraj Directeur de la Planification Branche Eau Lisbonne, le 06/06/2013 PLAN 1. CONTEXTE DU SECTEUR DE L EAU 2. MISSIONS ET PRINCIPAUX INDICATEURS

Plus en détail

Le CMS : Acteur majeur de soutien & d accompagnement des Microentrepreneurs. www.cm6-microfinance.ma

Le CMS : Acteur majeur de soutien & d accompagnement des Microentrepreneurs. www.cm6-microfinance.ma Le CMS : Acteur majeur de soutien & d accompagnement des Microentrepreneurs au Maroc www.cm6-microfinance.ma Plan de l intervention Deux grands axes : Axe 1 : Vue d ensemble sur l offre actuelle des produits

Plus en détail

Bref rappel de la stratégie décennale (2008-2018) de la CNULD

Bref rappel de la stratégie décennale (2008-2018) de la CNULD Bref rappel de la stratégie décennale (2008-2018) de la CNULD Atelier de renforcement des capacités des PFN de la CNULD sur l alignement des PAN sur la Stratégie décennale (2008-2018) Bujumbura, 14-17

Plus en détail

Réseau International des Centres de formations aux métiers de l Eau Assemblée Constitutive du Réseau Paris 19-21 novembre 2008 Expérience de l

Réseau International des Centres de formations aux métiers de l Eau Assemblée Constitutive du Réseau Paris 19-21 novembre 2008 Expérience de l Réseau International des Centres de formations aux métiers de l Eau Assemblée Constitutive du Réseau Paris 19-21 novembre 2008 Expérience de l Algérienne des Eaux en matière de formation ZAIER Hocine Sommaire

Plus en détail

Kigali 5 décembre 2006 REPUBLIQUE DU RWANDA PROVINCE DE L OUEST DISTRICTS DE KARONGI & RUTSIRO

Kigali 5 décembre 2006 REPUBLIQUE DU RWANDA PROVINCE DE L OUEST DISTRICTS DE KARONGI & RUTSIRO REPUBLIQUE DU RWANDA Districts de Karongi et Rutsiro Province de l Ouest/Rwanda PROVINCE DE L OUEST DISTRICTS DE KARONGI & RUTSIRO Présentation synthétique du document de Programme de renforcement de la

Plus en détail

Fiche de capitalisation ADEMA Séminaire ID-DL Bénin Novembre 2013

Fiche de capitalisation ADEMA Séminaire ID-DL Bénin Novembre 2013 Fiche de capitalisation ADEMA Séminaire ID-DL Bénin Novembre 2013 1. L expérience analysée L animation de la concertation dans le processus d élaboration du Plan Communal de Développement (PCD) de Jean

Plus en détail

L alimentation en eau potable

L alimentation en eau potable Aujourd hui, la qualité de l eau et les réserves potentielles, constituent, au sein de notre société, des préoccupations environnementales majeures. En 1992 et pour la première fois, le principe selon

Plus en détail

Programme d économies d eau 2009-2012

Programme d économies d eau 2009-2012 Programme d économies d eau 2009-2012 Ville de Rennes L eau potable sur le bassin rennais Le Syndicat Mixte de Production d eau potable du Bassin Rennais (SMPBR) a les compétences suivantes : Production

Plus en détail

ROYAUME DU MAROC AGENCE DU BASSIN HYDRAULIQUE DU LOUKKOS

ROYAUME DU MAROC AGENCE DU BASSIN HYDRAULIQUE DU LOUKKOS ROYAUME DU MAROC AGENCE DU BASSIN HYDRAULIQUE DU LOUKKOS Plan de Communication Opérationnel de l Agence du Bassin Hydraulique du Loukkos 1 PLAN 1. Analyse de l environnement 2. l environnement externe

Plus en détail

BURKINA FASO CAHIER 3 : LA GESTION DES AEPS/PEA

BURKINA FASO CAHIER 3 : LA GESTION DES AEPS/PEA BURKINA FASO CAHIER 3 : LA GESTION DES AEPS/PEA Pour les AEPS/PEA, la Réforme exclut le principe de gestion communautaire, et préconise une délégation de gestion à un opérateur privé compétent. La Réforme

Plus en détail

DARNETS. Mairie de SEPTEMBRE 2002. Corrèze A. UNE OBLIGATION B. ROLE DES ELUS C. LA GESTION DE L ASSAINISSEMENT D. LES RESPONSABILITES

DARNETS. Mairie de SEPTEMBRE 2002. Corrèze A. UNE OBLIGATION B. ROLE DES ELUS C. LA GESTION DE L ASSAINISSEMENT D. LES RESPONSABILITES Mairie de DARNETS Corrèze SEPTEMBRE 2002 19300 Darnets Tél. : 05.55.93.09.91 Fax. : 05.55.93.13.06 Email : mairiededarnets@wanadoo.fr A. UNE OBLIGATION B. ROLE DES ELUS C. LA GESTION DE L ASSAINISSEMENT

Plus en détail

POUR DIFFUSION AUX AGENTS. CONSEILLER EN HYGIENE ET PROPRETE (h/f) B- TECHNICIEN TERRITORIAL C- AGENT DE MAITRISE C- ADJOINT TECHNIQUE BOBIGNY

POUR DIFFUSION AUX AGENTS. CONSEILLER EN HYGIENE ET PROPRETE (h/f) B- TECHNICIEN TERRITORIAL C- AGENT DE MAITRISE C- ADJOINT TECHNIQUE BOBIGNY MESDAMES ET MESSIEURS LES DIRECTEURS ET CHEFS DE SERVICE PPRS/DGP/ERH4/CP/FG/DEJ/N 13-21( 1 bis) Equipe RH 4 01 43 93 89 45 POUR DIFFUSION AUX AGENTS POSTE A POURVOIR : DIRECTION ET SERVICE : CATEGORIE

Plus en détail

Ensemble mobilisons nos énergies

Ensemble mobilisons nos énergies Ensemble mobilisons nos énergies «Lancé en Juin 2005, SIRIUS est désormais un projet au cœur de notre entreprise, au service des ambitions et des objectifs qui s inscrivent dans le cadre de notre stratégie

Plus en détail

ACTIVITE 1 ACTIVITE 2 SECTION III UNITE 6. Introduction. Soutien actuel. Durée : 5 minutes

ACTIVITE 1 ACTIVITE 2 SECTION III UNITE 6. Introduction. Soutien actuel. Durée : 5 minutes Appels de fonds : mobiliser des ressources Notes générales La capacité à mobiliser des ressources représente une compétence importante pour les réseaux de plaidoyer. En effet, l accès aux ressources financières

Plus en détail

QUELLE PROTECTION SOCIALE POUR MADAGASCAR? SYSTÈMES DE PROTECTION SOCIALE ET DE SÉCURITÉ SOCIALE A MADAGASCAR

QUELLE PROTECTION SOCIALE POUR MADAGASCAR? SYSTÈMES DE PROTECTION SOCIALE ET DE SÉCURITÉ SOCIALE A MADAGASCAR QUELLE PROTECTION SOCIALE POUR MADAGASCAR? SYSTÈMES DE PROTECTION SOCIALE ET DE SÉCURITÉ SOCIALE A MADAGASCAR Rencontre des experts en protection sociale à Madagascar 18 et 19 Août 2015 Hôtel COLBERT Antaninarenina

Plus en détail

REFERENTIEL ACTIVITES ET COMPETENCES

REFERENTIEL ACTIVITES ET COMPETENCES SEILLER EMPLOIV CONSEILLER EMPLOI FORMATION INSERTION REFERENTIEL ACTIVITES ET COMPETENCES FONCTION 1 : INTERVENTION AUPRÈS DES PERSONNES ÉLABORATION DE PROJETS ET ACCOMPAGNEMENT DE PARCOURS D INSERTION

Plus en détail

ATELIER D INFORMATION DU SECTEUR PRIVE SUR DELEGATION DE LA MAINTENANCE ET DE LA PRODUCTION DES FORAGES RURAUX MOTORISES

ATELIER D INFORMATION DU SECTEUR PRIVE SUR DELEGATION DE LA MAINTENANCE ET DE LA PRODUCTION DES FORAGES RURAUX MOTORISES Ministère de l'hydraulique et de l Assainissement DIERCTION DE L EXPLOITATION ET DE LA MAINTENANCE ATELIER D INFORMATION DU SECTEUR PRIVE SUR DELEGATION DE LA MAINTENANCE ET DE LA PRODUCTION DES FORAGES

Plus en détail

Notre Mission. La FONDEP Micro-Crédit (Fondation pour le Développement local et le Partenariat) est une organisation non gouvernementale,

Notre Mission. La FONDEP Micro-Crédit (Fondation pour le Développement local et le Partenariat) est une organisation non gouvernementale, Notre Mission 2 La FONDEP Micro-Crédit (Fondation pour le Développement local et le Partenariat) est une organisation non gouvernementale, à but non lucratif, qui s investit depuis 1996 dans l action du

Plus en détail

Le club des experts de la CCIRE

Le club des experts de la CCIRE APPEL A CANDIDATURE Le club des experts de la CCIRE Date limite de remise des candidatures Le 30 octobre 2015 à 12h 1 I La problématique Les entreprises pour assurer leur développement dans les meilleures

Plus en détail

PRESENTATION SYNTHETIQUE DE L ENQUETE «COOPERATION DECENTRALISEE & BIODIVERSITE»

PRESENTATION SYNTHETIQUE DE L ENQUETE «COOPERATION DECENTRALISEE & BIODIVERSITE» PRESENTATION SYNTHETIQUE DE L ENQUETE «COOPERATION DECENTRALISEE & BIODIVERSITE» L ENQUETE EN LIGNE Lien d accès : https://fr.surveymonkey.com/s/enqueteuicncoopdecbiodiv Mot de passe : enqueteuicn Réponse

Plus en détail

Al Amana Microfinance

Al Amana Microfinance 1 Secteur de la Microfinance au Maroc Depuis sa création : Plus de 40 milliards de DH de micro crédits accordés 4,55 millions de bénéficiaires dont : 55,28% de femmes 36,57% dans le rural 6 000 emplois

Plus en détail

Joël Darius Eloge ZODJIHOUE

Joël Darius Eloge ZODJIHOUE La gestion axée sur la Performance et les Résultats appliquée à la gestion des Finances Publiques: Préparation et Mise en place du Budget axée sur la performance et les résultats Joël Darius Eloge ZODJIHOUE

Plus en détail

Pacte d Istanbul pour l Eau

Pacte d Istanbul pour l Eau Pacte d Istanbul pour l Eau Des autorités locales et régionales Réunis à Istanbul en mars 2009, nous Maires et autorités locales et régionales des différentes parties du monde adhérons au présent PACTE

Plus en détail

Profession : Expert-Comptable

Profession : Expert-Comptable Profession : Expert-Comptable La profession d expert comptable : La passion du conseil Le monde de l entreprise évolue, la profession d expert comptable aussi. L expert comptable, le conseiller financier

Plus en détail

La différence, notre métier!

La différence, notre métier! La différence, notre métier! NOTRE MISSION Apporter les solutions créative et conceptuelle adéquate à vos fins stratégique NOTRE VISION Le métier de la communication et du design pour lui seul est un levier

Plus en détail

Atelier du 25 Novembre 2010 : «Vers un Système National d Information sur l Eau au Maroc»

Atelier du 25 Novembre 2010 : «Vers un Système National d Information sur l Eau au Maroc» Atelier du 25 Novembre 2010 : «Vers un Système National d Information sur l Eau au Maroc» SYSTÈME D INFORMATIOND DE L ONEPL PLAN DE LA PRESENTATION PRESENTATION GENERALE DE L ONEP SIONEP PÉRIMÈTRE FONCTIONNEL

Plus en détail

Présentation de MCA Sénégal:

Présentation de MCA Sénégal: République du Sénégal Un Peuple Un But Une Foi ---------------- Primature ---------------- TDRs CONSULTANT FACILITATEUR ATELIER DE DEVELOPPEMENT DE L ESPRIT D EQUIPE AU SEIN DU PERSONNEL DE MCA SENEGAL

Plus en détail

Action de soutien à la mobilité

Action de soutien à la mobilité UNION EUROPÉENNE Fonds social européen Investit pour votre avenir PROGRAMME DEPARTEMENTAL D INSERTION 2012-2016 APPEL A PROJETS 2015 Action de soutien à la mobilité Date de lancement de l appel à projets

Plus en détail

FAIRE APPEL À UN EXPERT

FAIRE APPEL À UN EXPERT FAIRE APPEL À UN EXPERT Décembre 2011 Afin d être en mesure d exercer ses missions, le comité d entreprise dispose de nombreux moyens d information, notamment par les documents que doit lui communiquer

Plus en détail

POLITIQUE D'INFORMATION DE COMMUNICATION. Secrétariat général et direction de l information et des communications 2007-09-18

POLITIQUE D'INFORMATION DE COMMUNICATION. Secrétariat général et direction de l information et des communications 2007-09-18 POLITIQUE D'INFORMATION ET DE COMMUNICATION Secrétariat général et direction de l information et des communications 2007-09-18 PRÉAMBULE En raison de son caractère public et de sa mission, la Commission

Plus en détail

Présentation de la Maison de l Entreprise

Présentation de la Maison de l Entreprise Présentation de la Maison de l Entreprise Organisation Intermédiaire de Développement du Secteur Privé Historique La Maison de l Entreprise du Bénin est née de la transformation, d une association professionnelle

Plus en détail

REFERENTIEL DU CQPM. Les missions ou activités confiées au titulaire peuvent porter à titre d exemples non exhaustifs sur :

REFERENTIEL DU CQPM. Les missions ou activités confiées au titulaire peuvent porter à titre d exemples non exhaustifs sur : COMMISION PARITAIRE NATIONALE DE L EMPLOI DE LE METALLURGIE Qualification : Catégorie : D Dernière modification : 30/04/2015 REFERENTIEL DU CQPM TITRE DU CQPM : Responsable d affaires I OBJECTIF PROFESSIONNEL

Plus en détail

POLITIQUE DE DÉVELOPPEMENT DURABLE

POLITIQUE DE DÉVELOPPEMENT DURABLE POLITIQUE DE DÉVELOPPEMENT DURABLE ÉDITION 2014 TABLE DES MATIÈRES 1. À propos du CETEQ 2. Politique de développement durable 3. Notre vision du développement durable 4. L intégration de la responsabilité

Plus en détail

Présentation du Programme

Présentation du Programme Ministère de l Hydraulique et de l Assainissement République du Sénégal ATELIER DE LANCEMENT SECTORIEL EAU-ASSAINISSEMENT Jeudi 25 septembre 2014, King Fahd Palace Hôtel - Dakar Présentation du Programme

Plus en détail

Charte du tourisme durable

Charte du tourisme durable Annexes Charte du tourisme durable Annexe 1 Les participants de la Conférence mondiale du Tourisme durable, réunis à Lanzarote, îles Canaries, Espagne, les 27 et 28 avril 1995, Conscients que le tourisme

Plus en détail

GROUPEMENT VOLONTAIRE POUR LE DÉVELOPPEMENT RURAL DURABLE NORD-SUD (GVDRD NORD-SUD) PLAN STRATÉGIQUE TRIENNAL D INTERVENTION : 2013-2015 AOÛT 2012

GROUPEMENT VOLONTAIRE POUR LE DÉVELOPPEMENT RURAL DURABLE NORD-SUD (GVDRD NORD-SUD) PLAN STRATÉGIQUE TRIENNAL D INTERVENTION : 2013-2015 AOÛT 2012 GROUPEMENT VOLONTAIRE POUR LE DÉVELOPPEMENT RURAL DURABLE NORD-SUD (GVDRD NORD-SUD) PLAN STRATÉGIQUE TRIENNAL D INTERVENTION : 2013-2015 AOÛT 2012 1 ÉNONCÉE DE LA PROBLÉMATIQUE ET MOTIVATION Dans certains

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social NATIONS UNIES E Conseil économique et social Distr. GÉNÉRALE ECE/TRANS/WP.1/2006/5 5 janvier 2006 FRANÇAIS Original: ANGLAIS COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L EUROPE COMITÉ DES TRANSPORTS INTÉRIEURS Groupe

Plus en détail

Présentation de m2ocity

Présentation de m2ocity Présentation de m2ocity Télérelevé ouvert et interopérable : solutions et usages innovants pour la ville durable Septembre 2012 Le télérelevé des compteurs et capteurs intelligents peut aider à apporter

Plus en détail

Appel d offres. Accompagnement des PME-TPE de la métallurgie en région parisienne à la GPEC et à l analyse des besoins de formation

Appel d offres. Accompagnement des PME-TPE de la métallurgie en région parisienne à la GPEC et à l analyse des besoins de formation Appel d offres Accompagnement des PME-TPE de la métallurgie en région parisienne à la GPEC et à l analyse des besoins de formation Le GIM, chambre syndicale territoriale de l UIMM en région parisienne,

Plus en détail

REPUBLIQUE ALGERIENNE DEMOCRATIQUE ET POPULAIRE MINISTERE DE L INDUSTRIE DE LA PETITE ET MOYENNE ENTREPRISE ET DE LA PROMOTION DE L INVESTISSEMENT

REPUBLIQUE ALGERIENNE DEMOCRATIQUE ET POPULAIRE MINISTERE DE L INDUSTRIE DE LA PETITE ET MOYENNE ENTREPRISE ET DE LA PROMOTION DE L INVESTISSEMENT REPUBLIQUE ALGERIENNE DEMOCRATIQUE ET POPULAIRE MINISTERE DE L INDUSTRIE DE LA PETITE ET MOYENNE ENTREPRISE ET DE LA PROMOTION DE L INVESTISSEMENT Titre du projet «Appui à la mise en œuvre de la stratégie

Plus en détail

Application de la stratégie d action au Québec

Application de la stratégie d action au Québec A. Résumé des grandes lignes de la stratégie d action À la suite d une réflexion réalisée en 2013, L ŒUVRE LÉGER a revu sa stratégie d action auprès de ses partenaires et du public en général (se référer

Plus en détail

Les ressources humaines; un enjeu pour la Ville de Montréal

Les ressources humaines; un enjeu pour la Ville de Montréal Les ressources humaines; un enjeu pour la Ville de Montréal Présentation au mini-colloque de l Institut d administration publique de Québec le 25 octobre 2012 Jean-François Beaucaire, chef de division

Plus en détail

MESURES DE REDRESSEMENT

MESURES DE REDRESSEMENT 1 LES MESURES pour l intégration des personnes handicapées au programme d accès à l égalité Le présent document propose des exemples de mesures qui peuvent faire partie du rapport d élaboration pour l

Plus en détail

Le service de l éclairage public *** Présenté par Mr Kheiriddine AOMARI, Chef de Division des Equipements et Services 09 Octobre 2014

Le service de l éclairage public *** Présenté par Mr Kheiriddine AOMARI, Chef de Division des Equipements et Services 09 Octobre 2014 Royaume du Maroc Ministère de l Intérieur Direction Générale des Collectivités Locales Direction de la Planification et de l Equipement Le service de l éclairage public *** Présenté par Mr Kheiriddine

Plus en détail

Echanges sur l I.E.C pour le Changement de Comportement en matière d Eau, Assainissement et Hygiène

Echanges sur l I.E.C pour le Changement de Comportement en matière d Eau, Assainissement et Hygiène Echanges sur l I.E.C pour le Changement de Comportement en matière d Eau, Assainissement et Hygiène Le Fonds d Appui pour l Assainissement (FAA) Vision : Madagascar, Un Pays modèle sans défécation à l

Plus en détail

ETUDES D ASSAINISSEMENT

ETUDES D ASSAINISSEMENT REFFOUH Abdelhafid Chef de division des études Direction de l Eau et de l Assainissement Direction Générale des Collectivités Locales Ministère de l Intérieur 10/12/2009 1 ETUDES D ASSAINISSEMENT Etudes

Plus en détail

Mobilisation des ressources 45. Définition et composantes

Mobilisation des ressources 45. Définition et composantes vec l ouverture du Maroc sur l environnement international et sur les mécanismes et les enjeux planétaires du développement et de la coopération socioéconomique, ainsi qu avec le développement du mouvement

Plus en détail

Présentation presse. Le marché du conseil : tendances et facteurs déterminants

Présentation presse. Le marché du conseil : tendances et facteurs déterminants Présentation presse Le marché du conseil : tendances et facteurs déterminants Le pourquoi de l étude Contexte Un marché du conseil en profonde mutation Une décroissance du chiffre d affaire en 2002 et

Plus en détail

GUIDE PRATIQUE DU MARKETING POUR LES CRÉATEURS D ENTREPRISE

GUIDE PRATIQUE DU MARKETING POUR LES CRÉATEURS D ENTREPRISE MICHEL BADOC EN COLLABORATION AVEC ISABELLE SELEZNEFF GUIDE PRATIQUE DU MARKETING POUR LES CRÉATEURS D ENTREPRISE Éditions d Organisation, 2005 ISBN : 2-7081-3215-6 SOMMAIRE Remerciements... 11 Table des

Plus en détail

Plan d'action de la 2ème phase du projet de coopération franco-chinois sur la gestion intégrée des ressources en eau de la Haihe

Plan d'action de la 2ème phase du projet de coopération franco-chinois sur la gestion intégrée des ressources en eau de la Haihe Plan d'action de la ème phase du projet de coopération franco-chinois sur la gestion intégrée des ressources en eau de la Haihe 1. Objectifs Sur le long terme, le projet vise à consolider une démarche

Plus en détail

TROISIÈME CONFÉRENCE DES NATIONS UNIES SUR LE LOGEMENT ET LE DÉVELOPPEMENT URBAIN DURABLE (HABITAT III)

TROISIÈME CONFÉRENCE DES NATIONS UNIES SUR LE LOGEMENT ET LE DÉVELOPPEMENT URBAIN DURABLE (HABITAT III) TROISIÈME CONFÉRENCE DES NATIONS UNIES SUR LE LOGEMENT ET LE DÉVELOPPEMENT URBAIN DURABLE (HABITAT III) DIRECTIVES ET FORMAT POUR LA PRÉPARATION DE RAPPORTS NATIONAUX SUR SIX SUJETS PRINCIPAUX, TRENTE

Plus en détail

Le défi du renforcement des compétences 2. Un partenariat avec l OFPPT 3. Une formation intensive assurée par des professionnels 4

Le défi du renforcement des compétences 2. Un partenariat avec l OFPPT 3. Une formation intensive assurée par des professionnels 4 RAPPEL DU CONTEXTE 2 Le défi du renforcement des compétences 2 Un partenariat avec l OFPPT 3 Une meilleure adéquation entre la formation et les besoins de l entreprise 3 UN PLAN DE FORMATION ADAPTE 4 Une

Plus en détail

1. LA STRUCTURE DE LA FONCTION COMMERCIALE 3. DEFINITION DES EMPLOIS COMMERCIAUX TYPES

1. LA STRUCTURE DE LA FONCTION COMMERCIALE 3. DEFINITION DES EMPLOIS COMMERCIAUX TYPES Secrétaire commerciale Module 1 : Fiches de commerce Chapitre 2 : Les métiers commerciaux Plan du Chapitre 2 : Les métiers commerciaux 1. LA STRUCTURE DE LA FONCTION COMMERCIALE 2. ANALYSE D'UNE OFFRE

Plus en détail

La santé, un facteur d insertion

La santé, un facteur d insertion La santé, un facteur d insertion Anne Danibert - Chef de projets prévention et promotion de la santé Mutuelle Atlantique Une orientation politique de la Mutuelle En 1996, la mutuelle inscrit comme orientation

Plus en détail

Assistant Technique International pour la Communication MAROC

Assistant Technique International pour la Communication MAROC Agence belge de développement, la CTB mobilise ses ressources et son expertise pour éliminer la pauvreté dans le monde. Contribuant aux efforts de la Communauté internationale, la CTB agit pour une société

Plus en détail

L expérience de la Mutuelle de santé régionale de Sikasso

L expérience de la Mutuelle de santé régionale de Sikasso L expérience de la p Mutuelle de santé régionale de Sikasso La MUSARS La MUSARS (Mutuelle de santé régionale de Sikasso) offre des produits d assurance maladie: basés sur un mécanisme d entraide, de solidarité

Plus en détail

Pourquoi une stratégie nationale? Rôle et importance de la statistique. Pourquoi une stratégie nationale (suite et fin)?

Pourquoi une stratégie nationale? Rôle et importance de la statistique. Pourquoi une stratégie nationale (suite et fin)? Stratégie nationale de de la Stratégie de de la de la République de Guinée Equatoriale. 2003-2008 Séminaire de présentation de la Stratégie de de la de la Guinée Equatoriale. Malabo, 25 janvier 2005 Présentation

Plus en détail

DESCRIPTION DE POSTE

DESCRIPTION DE POSTE DESCRIPTION DE POSTE 1. IDENTIFICATION DE L'EMPLOI 1.1 Titre d'emploi : Agente ou agent de planification, de programmation et de recherche 1.2 Direction : Direction de la santé publique 1.3 Supérieur immédiat

Plus en détail

Les Rencontres Européennes de Cluj - Transylvanie. 2E3D «eau, énergie, déchets et développement durable» 9, 10, 11 mai 2013

Les Rencontres Européennes de Cluj - Transylvanie. 2E3D «eau, énergie, déchets et développement durable» 9, 10, 11 mai 2013 Les Rencontres Européennes de Cluj - Transylvanie 2E3D «eau, énergie, déchets et développement durable» 9, 10, 11 mai 2013 Cluj-Napoca / Transylvanie http://www.institutfrancais-roumanie.com Appel à contribution

Plus en détail

Taux global de nomination préférentielle

Taux global de nomination préférentielle 6.2 MESURES DE REDRESSEMENT 1 Taux global de nomination préférentielle Les mesures de redressement d un programme d accès à l égalité ont pour but d augmenter la représentation de chaque groupe visé afin

Plus en détail

Conférence Nationale Villes et Energies Durables BILAN ET PROGRAMME NATIONAL D ÉFFICACITE ENERGETIQUE À L HORIZON 2030

Conférence Nationale Villes et Energies Durables BILAN ET PROGRAMME NATIONAL D ÉFFICACITE ENERGETIQUE À L HORIZON 2030 MINISTERE DE L ENERGIE Agence Nationale pour la Promotion et la Rationalisation de l Utilisation de l Energie Conférence Nationale Villes et Energies Durables BILAN ET PROGRAMME NATIONAL D ÉFFICACITE ENERGETIQUE

Plus en détail

PARTENARIAT PUBLIC-PRIVE A LA SONEDE

PARTENARIAT PUBLIC-PRIVE A LA SONEDE MINISTERE DE L AGRICULTURE ET DES RESSOURCES HYDRAULIQUES SOCIETE NATIONALE D'EXPLOITATION ET DE DISTRIBUTION DES EAUX S O N E D E GOUVERNANCE DE L EAU ECHANGE D EXPERIENCE ENTRE L OCDE ET LES PAYS ARABES

Plus en détail

CleanTuesday Télérelevé ouvert et interopérable : solutions et usages innovants pour la ville durable

CleanTuesday Télérelevé ouvert et interopérable : solutions et usages innovants pour la ville durable CleanTuesday Télérelevé ouvert et interopérable : solutions et usages innovants pour la ville durable Pierre-Yves Senghor, Directeur Marketing m2ocity 6 mars 2012 1. La société m2ocity : 1 er opérateur

Plus en détail

Rôle des banques centrales dans la promotion de l inclusion financière : référence au cas de l Algérie

Rôle des banques centrales dans la promotion de l inclusion financière : référence au cas de l Algérie Rôle des banques centrales dans la promotion de l inclusion financière : référence au cas de l Algérie Intervention de Mohammed Laksaci Gouverneur de la Banque d Algérie 21 e Conférence des Gouverneurs

Plus en détail

LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AU CERTIFICAT D APTITUDE AUX FONCTIONS DE DIRECTEUR D ETABLISSEMENT OU DE SERVICE D INTERVENTION SOCIALE

LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AU CERTIFICAT D APTITUDE AUX FONCTIONS DE DIRECTEUR D ETABLISSEMENT OU DE SERVICE D INTERVENTION SOCIALE LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AU CERTIFICAT D APTITUDE AUX FONCTIONS DE DIRECTEUR D ETABLISSEMENT OU DE SERVICE D INTERVENTION SOCIALE 1. RÉFÉRENTIEL PROFESSIONNEL DES DIRECTEURS D ETABLISSEMENT OU DE SERVICE

Plus en détail

Management des Ressources Humaines et réformes: les engagements mutuels. Présenté par M. Driss KARIM, DAGL 26 mars 2011

Management des Ressources Humaines et réformes: les engagements mutuels. Présenté par M. Driss KARIM, DAGL 26 mars 2011 Management des Ressources Humaines et réformes: les engagements mutuels Présenté par M. Driss KARIM, DAGL 26 mars 2011 1 Sommaire - Management des RH : orientations et principes - Management des RH : réalisations

Plus en détail

Améliorer l'accès aux services de base : eau et assainissement en milieu urbain en Afrique 2 septembre

Améliorer l'accès aux services de base : eau et assainissement en milieu urbain en Afrique 2 septembre Améliorer l'accès aux services de base : eau et assainissement en milieu urbain en Afrique 2 septembre Présidence : J.-P. Elong M'Bassi (PDM) Intervenants: A. Mathys (Ondeo) /E. Tanawa (ENSP Yaoundé) /

Plus en détail

Orientation 1. Améliorer la qualité de l air et réduire les émissions des GES. Objectif : Réduire les émissions de gaz à effet de serre

Orientation 1. Améliorer la qualité de l air et réduire les émissions des GES. Objectif : Réduire les émissions de gaz à effet de serre PLAN LOCAL DE DÉVELOPPEMENT DURABLE DE LA VILLE MONTRÉAL-EST Introduction 2013-2015 Le développement durable est, de nos jours, un concept très important qui permet à tout décideur de concilier les dimensions

Plus en détail

POLITIQUE 7-05 TITRE: POLITIQUE DE DOTATION EN RESSOURCES HUMAINES

POLITIQUE 7-05 TITRE: POLITIQUE DE DOTATION EN RESSOURCES HUMAINES POLITIQUE 7-05 SECRÉTARIAT GÉNÉRAL SOURCE Service des ressources humaines CIBLE Tout le personnel TITRE: POLITIQUE DE DOTATION EN RESSOURCES HUMAINES SECTEUR RÉSOLUTION CC040615-17 DATE D'ÉMISSION OBJET:

Plus en détail

Agences de Bassins Hydrauliques & Gouvernance de l eau

Agences de Bassins Hydrauliques & Gouvernance de l eau ROYAUME DU MAROC Secrétariat d État chargé de l Eau et de l Environnement Agences de Bassins Hydrauliques & Gouvernance de l eau Mohamed HACHIMI Du 08 au 09/07/2009 à Tunis Gouvernance au niveau des Agences

Plus en détail

CHARTE COMMUNAUTAIRE POUR L ENVIRONNEMENT ET LE DEVELOPPEMENT DURABLE 2006-2011. VARENIO Céline mardi 11 septembre 2007

CHARTE COMMUNAUTAIRE POUR L ENVIRONNEMENT ET LE DEVELOPPEMENT DURABLE 2006-2011. VARENIO Céline mardi 11 septembre 2007 La charte pour l environnement au niveau local : enjeux et rôles des actions de communication et de sensibilisation CHARTE COMMUNAUTAIRE POUR L ENVIRONNEMENT ET LE DEVELOPPEMENT DURABLE 2006-2011 VARENIO

Plus en détail

COMMUNIQUE DE RECRUTEMENT D UN CONSULTANT

COMMUNIQUE DE RECRUTEMENT D UN CONSULTANT COMMUNIQUE DE RECRUTEMENT D UN CONSULTANT 1.L a.s.b.l. FVS/AMADE Burundi désire recruter un consultant pour faire une étude de faisabilité pour la création des mutualités de santé pour les groupements

Plus en détail

COOPERATION DECENTRALISEE. CESR 5 octobre 2007

COOPERATION DECENTRALISEE. CESR 5 octobre 2007 COOPERATION DECENTRALISEE CESR 5 octobre 2007 La coopération internationale et décentralisée S insère dans le cadre plus large de l action extérieure des collectivités Regroupe les actions de coopération

Plus en détail

Appel à Manifestation d Intérêt / Programme CoMun pour la contractualisation de Consultants et/ou Bureaux d études dans divers domaines d expertises

Appel à Manifestation d Intérêt / Programme CoMun pour la contractualisation de Consultants et/ou Bureaux d études dans divers domaines d expertises Appel à Manifestation d Intérêt / Programme CoMun pour la contractualisation de Consultants et/ou Bureaux d études dans divers domaines d expertises du développement urbain Août-Septembre 2015 I. Brève

Plus en détail

RAPPORT FINAL DE PROJET

RAPPORT FINAL DE PROJET REPUBLIQUE DU TCHAD --------------- PRIMATURE --------------- MINISTERE DE L ENVIRONNEMENT, DE L EAU ET DES RESSOURCES HALIEUTIQUES --------------- PROJET PNUD/FEM/ANCR/PIMS/2452/G3 --------------- Project

Plus en détail

Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010

Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010 Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010 Commissariat aux relations internationales et à l immigration Table des matières Page Déclaration d

Plus en détail

Postes Canada : Étude de cas de Home Depot

Postes Canada : Étude de cas de Home Depot Postes Canada : Étude de cas de Home Depot Les partenariats de marketing contribuent à augmenter les taux de conversion de ventes La campagne de services à domicile de Home Depot donne des résultats remarquables

Plus en détail

Le référentiel professionnel du Diplôme d Etat de Technicien de l Intervention Sociale et Familiale

Le référentiel professionnel du Diplôme d Etat de Technicien de l Intervention Sociale et Familiale A R D E Q A F Le référentiel professionnel du Diplôme d Etat de Technicien de l Intervention Sociale et Familiale 1.1 Définition de la profession et du contexte de l intervention p. 2 1.2 Le référentiel

Plus en détail

Commission de Régulation de l Electricité et de l Eau (CREE)

Commission de Régulation de l Electricité et de l Eau (CREE) Commission de Régulation de l Electricité et de l Eau (CREE) 1 1. Les missions de la CREE 2. La régulation 3. Cadre légal et réglementaire (principes tarifaires) 4. Plan d Action Stratégique 5. Les outils

Plus en détail

05 novembre 2015 IREV - Lille

05 novembre 2015 IREV - Lille 05 novembre 2015 IREV - Lille 1. OBJECTIFS GENERAUX Objectifs généraux Objectifs généraux Présenter le club d entreprises FACE MEL, ses actions et spécificités Présenter notre méthodologie de développement

Plus en détail

REFERENTIEL Chef(fe) de Projets Marketing et Commercial Titre certifié de Niveau II (J.O du 09 Août 2014 - code NSF : 312)

REFERENTIEL Chef(fe) de Projets Marketing et Commercial Titre certifié de Niveau II (J.O du 09 Août 2014 - code NSF : 312) REFERENTIEL Chef(fe) de Projets Marketing et Commercial Titre certifié de Niveau II (J.O du 09 Août 2014 - code NSF : 312) REFERENTIEL DE FORMATION CHEF(FE) DE PROJETS MARKETING ET COMMERCIAL TITRE CERTIFIE

Plus en détail

Economie des Transports

Economie des Transports «Economie des Transports». Vision Macro et Stratégique La formation se situe au niveau des relations entre Transports, Territoires et Société. Différentes matières sont interactives comme celles en relation

Plus en détail

Investir dans l action pour le climat, investir dans LIFE

Investir dans l action pour le climat, investir dans LIFE Investir dans l action pour le climat, investir dans LIFE Un aperçu du nouveau sous-programme LIFE Action pour le climat 2014-2020 istock Action pour le climat Qu est-ce que le nouveau sous-programme LIFE

Plus en détail

MESURE DE LA PERFORMANCE DES EXPÉRIENCE DE L INSPECTION GÉNÉRALE POLITIQUES PUBLIQUES AU MAROC: DE L ADMINISTRATION TERRITORIALE

MESURE DE LA PERFORMANCE DES EXPÉRIENCE DE L INSPECTION GÉNÉRALE POLITIQUES PUBLIQUES AU MAROC: DE L ADMINISTRATION TERRITORIALE ROYAUME DU MAROC MINISTERE DE L INTERIEUR INSPECTION GENERALE DE L ADMINISTRATION TERRITORIALE MESURE DE LA PERFORMANCE DES POLITIQUES PUBLIQUES AU MAROC: EXPÉRIENCE DE L INSPECTION GÉNÉRALE DE L ADMINISTRATION

Plus en détail

Québec, le 6 novembre 2012

Québec, le 6 novembre 2012 Québec, le 6 novembre 2012 1 L'aquaresponsabilité municipale Une approche intégrée Englobe toutes les actions réalisées par une ville Pour garantir : la gestion responsable de la ressource eau sur son

Plus en détail

Rareté de la ressource, étiages sévères / Crues soudaines parfois dévastatrices

Rareté de la ressource, étiages sévères / Crues soudaines parfois dévastatrices 1 Rareté de la ressource, étiages sévères / Crues soudaines parfois dévastatrices Les constats sont les suivants : Une eau globalement abondante à l échelle de la Région mais très inégalement répartie

Plus en détail

RÔLE DU MINISTÈRE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES

RÔLE DU MINISTÈRE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES Royaume du Maroc Ministère de l Economie et des Finances RÔLE DU MINISTÈRE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES DANS LE DÉVELOPPEMENT DE LA MICROFINANCE AU MAROC CASABLANCA, LE 20 MARS 2015 AZIZ ALOUANE CHEF

Plus en détail

TABLEAU DE BORD 2010

TABLEAU DE BORD 2010 TABLEAU DE BORD 2010 S Le tableau de bord du SDAGE en quelques mots Aide à la lecture Suivi du bon état des eaux Gérer les conditions favorables à une bonne gouvernance Orientation A Les structures de

Plus en détail

Offre de services spéciale bureaux d études

Offre de services spéciale bureaux d études Offre de services spéciale bureaux d études Analyses et diagnostics multirisques Gestion de crise Cartographie SIG Outils de communication Information préventive Réseau de spécialistes pluridisciplinaires

Plus en détail

BPJEPS Spécialité Loisirs Tous Publics. Du 3 novembre 2014 au 15 décembre 2015. Avignon. Marseille BPJEPS. Loisirs Tous Publics

BPJEPS Spécialité Loisirs Tous Publics. Du 3 novembre 2014 au 15 décembre 2015. Avignon. Marseille BPJEPS. Loisirs Tous Publics Spécialité Loisirs Tous Publics Du 3 novembre 2014 au 15 décembre 2015 Avignon Marseille Loisirs Tous Publics Les métiers de l animation Depuis plus de vingt ans, nous formons les professionnels de l animation

Plus en détail