PROCEDE DE STABILISATION DE RESIDUS MINERAUX

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "PROCEDE DE STABILISATION DE RESIDUS MINERAUX"

Transcription

1 PROCEDE DE STABILISATION DE RESIDUS MINERAUX CONTAMINÉS S PAR DES MÉTAUX M LOURDS ET DES COMPOSÉS S ORGANIQUES G. Depelsenaire SOLVAY INTERSOL 29 mars

2 Plan de l exposl exposé 1. Le procédé NOVOSOL 2. Les applications potentielles du procédé 3. Les applications testées en unité pilote 3.1. Les cendres volantes d incinération des ordures ménagères 3.2. Les sédiments contaminés portuaires ou fluviaux 4. Les investissements et les coûts d exploitation INTERSOL 29 mars

3 LE PROCEDE NOVOSOL La stabilisation de résidus minéraux contaminés par des métaux lourds et des composés organiques Procédé en deux étapes qui peuvent être dissociées dans le temps et dans l espace Etape A STABILISATION DES METAUX LOURDS par piégeage dans des phosphates de calcium [Ca 3 (PO 4 ) 2 ]xh 2 O formés par ajout de H 3 PO 4 H 3 PO 4 Etape B DESTRUCTION DES COMPOSES ORGANIQUES par calcination (650 C C) Calories Résidus minéraux Formation de phosphates de calcium Destruction des composés organiques Résidus minéraux stabilisés destinés à la valorisation INTERSOL 29 mars

4 LES APPLICATIONS POTENTIELLES Applications potentielles Cendres volantes d incinération d ordures ménagères Sédiments de curage des ports et des canaux Résidus de broyage d'automobiles Sols contaminés Boues industrielles... La démonstration du procédé en unité pilote industrielle a été réalisée sur : - les cendres volantes d incinérateurs d ordures ménagères - les sédiments fluviaux INTERSOL 29 mars

5 LES APPLICATIONS TESTEES EN UNITE PILOTE Traitement par le procédé NOVOSOL mousse : mise en oeuvre simplifiée du procédé H 3 PO 4 Sédiments/Sols à 50% H 2 O Site A Lit de maturation et de séchage Stockage temporaire En fonction des législations locales, valorisation possible en remblais Valorisation, des matériaux stabilisés Site B Calcination Valorisation directe des calories pour séchage ou production d électricité INTERSOL 29 mars

6 LES APPLICATIONS TESTEES EN UNITE PILOTE Traitement par le procédé Composition type des sédiments contaminés (2005) Sédiment (Lille) France Sédiment (Dampremy) Région Wallonne Sédiment (Passaic River) USA Humidité (%) ph Carbone Organique %MS Carbonates % MS As 4.2 As As Cd 37.6 Cd Cd non dosé Métaux lourds après digestion totale (mg/kg matière sèche) Cr Cr Cr Hg 8.1 Hg 1.20 Hg 6.2 Cu Cu Cu non dosé Ni Ni Ni 73.8 Pb Pb Pb Zn Zn Zn INTERSOL 29 mars

7 LES APPLICATIONS TESTEES EN UNITE PILOTE Traitement par le procédé Classification européenne des déchets : * Boues de dragage contenant des substances dangereuses Valeurs limites (composition) en métaux lourds à partir desquelles les sédiments sont considérés comme dangereux en mg/kg matières sèches FRANCE (*) PAYS-BAS FLANDRE KLASSE 4 BELGIQUE B. WALLONIE ITALIE VENISE (*) As Cd Cr Hg Cu Ni Pb Zn * sediments marins (portuaires) INTERSOL 29 mars

8 LES APPLICATIONS TESTEES EN UNITE PILOTE Traitement par le procédé Unité mini pilote de phosphatation Capacité: 400 l/j de sédiments à 50 % H 2 O INTERSOL 29 mars

9 LES APPLICATIONS TESTEES EN UNITE PILOTE Traitement par le procédé Unité pilote industrielle de phosphatation Schéma de principe Capacité: 40 t/mois de sédiments à 50% H 2 O INTERSOL 29 mars

10 Traitement par le procédé LES APPLICATIONS TESTEES EN UNITE PILOTE Unité pilote industrielle mobile de phosphatation Première version Capacité: 40 t/mois de sédiments à 50% H 2 O INTERSOL 29 mars

11 LES APPLICATIONS TESTEES EN UNITE PILOTE Traitement par le procédé Unité pilote industrielle mobile de phosphatation Seconde version Capacité: 40 t/mois de sédiments à 50% H 2 O INTERSOL 29 mars

12 LES APPLICATIONS TESTEES EN UNITE PILOTE Traitement par le procédé Unité pilote industrielle mobile de calcination Capacité 20 t/mois de sédiments traités INTERSOL 29 mars

13 Traitement par le procédé LES APPLICATIONS TESTEES EN UNITE PILOTE Unité pilote industrielle mobile de calcination Vue générale Capacité 20 t/mois de sédiments traités INTERSOL 29 mars

14 Traitement par le procédé Composition mg/kg matières sèches Bruts Phosphates Calcinés Lixiviation CH 3 COOH 0,5 M L/S=20 mg/kg matières sèches Compositio n mg/kg matières sèches Lixiviation CH 3 COOH 0,5 M L/S=20 mg/kg matières sèches Composition mg/kg matières sèches Lixiviation CH 3 COOH 0,5 M L/S=20 mg/kg matières sèches As Cd < Cr < Hg 0.89 < < 0.10 Cu < < Ni Pb < Zn Total métaux Taux d évolution des métaux dans la matrice minérale Taux de lixiviation des métaux LES APPLICATIONS TESTEES EN UNITE PILOTE Performances du procédé NOVOSOL : Lixiviation à l acide acétique 0.5 M 100 % % 125 % 20.8 % 5.08 % 2.03 % INTERSOL 29 mars

15 Traitement par le procédé Caractéristiques du matériau routier réalisé avec 40% de sédiments traités par le procédé NOVOSOL Lixiviations (X ) - Résultats Fraction soluble LES APPLICATIONS TESTEES EN UNITE PILOTE Sédiments fluviaux phosphatés et calcinés en unités pilotes A et B Composition en mg/kg matières sèches Lixiviation H 2 O L/S = 10 en mg/kg matières sèches Matériau routier «Sable ciment pour assise de chaussée contenant 40% de sédiments NOVOSOL» Lixiviation H 2 O L/S = 10 en mg/kg matières sèches Directive 1999/31/CE relative à la mise en décharge des déchets Matériau inerte * Lixiviation H 2 O L/S = 10 en mg/kg matières sèches As < 0.10 < Cd 8.30 < 0.02 < Cr < Hg < Cu < 0.02 < Ni < 0.05 < Pb Zn < * Directive 1999/31/CE relative à la mise en décharge des déchets INTERSOL 29 mars

16 Traitement par le procédé LES APPLICATIONS TESTEES EN UNITE PILOTE Filière de valorisation produits routiers Construction de la route test à Dombasle avec une couche d assise (épaisseur 25 cm) réalisée en sable ciment, incorporant 30 % de sédiments fluviaux traités par NOVOSOL Membrane de récolte des percolats Membrane de sécurité INTERSOL 29 mars

17 LES APPLICATIONS TESTEES EN UNITE PILOTE Traitement par le procédé Filière de valorisation produits routiers Construction de la route test à Dombasle avec une couche d assise (épaisseur 25 cm) réalisée en sable ciment, incorporant 30 % de sédiments fluviaux traités par NOVOSOL 1- répendage et prélèvements pour moulages 2- précompactage au cylindre vibrant 3- compactage au pneu P1 4- réglage fin e= 0,25 m INTERSOL 29 mars

18 LES APPLICATIONS TESTEES EN UNITE PILOTE Traitement par le procédé Caractéristiques du sable-ciment à 30 % de sédiments NOVOSOL mis en oeuvre pour construire la couche d assise de la route test Percolats récoltés sur la route «test» SEQ Eaux souterraines Production d eau potable, qualité acceptable Compositio n mg/kg après 10 joursmg/l après 2 mois mg/l après 10 mois mg/l mg/l * Composition du sable-ciment - calcaire 0/6 mm 63% - sédiments NOVOSOL 30% - liant ROC SG 7% As < Cd < Cr < Hg < Cu Ni < * cas de percolation contaminée par de la chaux répandue sur la route Pb < Zn < INTERSOL 29 mars

19 L APPROCHE COMMERCIALE L accès à la technologie NOVOSOL est concédé par Solvay, via l octroi d une licence rétribuée d exploitation du procédé NOVOSOL. La licence est concédée par projet. Elle est donc limitée dans le temps et portera sur une zone géographique définie. INTERSOL 29 mars

20 LES INVESTISSEMENTS ET LES COUTS Unité industrielle de phosphatation séchage de m 3 /an de sédiments bruts (50 % H 2 O) soit t/an OPTION - Mise en décharge des sédiments phosphatés séchés Prix de revient Investissements du traitement k /t NOVOSOL A ( t/an) Décharge 60 classe 2 (2) (90000 t/an) Décharge 15 classe 3 (90000 t/an) Coûts annuels k Total Décharge 59.5 Coût du traitement d une tonne de classe 2 sédiments bruts Décharge 32.5 classe 3 INTERSOL 29 mars

21 LES INVESTISSEMENTS ET LES COUTS Unité industrielle de phosphatation et calcination de m3/an de sédiments bruts (50 % H 2 O) soit t/an OPTION Production d un sable valorisable en technique routière (1) Coût interne Coûts Investissements du traitement annuels k (2) k /t NOVOSOL A ( t/an) NOVOSOL B (3) (82560 t/an) 7425 Total Prix de revient du traitement d une tonne de sédiments bruts (50% H 2 O) 73 L utilisation de combustibles alternatifs permettra de réduire le coût de l étape de calcination INTERSOL 29 mars

22 Déchets minéraux ECOLOGIE INDUSTRIELLE Déchets Combustibles Sédiments Traitement de gaz Traitement de fumées NEUTREC Fioul dérivé de déchets (RDF) Cendres volantes Unité A Phosphatation Séchage Unité B Calcination Boues de STEP séchées Fines minérales Résidu de broyage H 3 PO 4 Autres PRODUIT FINI A Résidus minéraux phosphatés et séchés Produit fini pour remblais sous certaines conditions PRODUIT FINI B Produit fini pour matériaux type route brique - béton INTERSOL 29 mars

23 INTERSOL 29 mars

24 Le rôle de Bertin Technologies dans le développement d du procédé BERTIN collabore avec SOLVAY depuis 10 années pour : L évaluation technique et économique du procédé à partir des résultats du laboratoire Les études d avant projet des différentes variantes du procédé pour les applications industrielles visées La réalisation des unités pilotes semi-industrielles La mise en service des unités pilotes et leur optimisation La coordination des échanges entre les laboratoires de recherche et de développement La coordination des opérations de démonstration en techniques routières Partenaires de dans NOVOSOL - Recherche INTERSOL 29 mars

25 Le rôle de Bertin Technologies dans le développement d du procédé Les enjeux en traitement des sédimentss 3 millions de m 3 de sédiments dans les voies navigables du Nord de la France 2, 5 millions de m 3 dans les canaux et fleuves wallons des dizaines de milliers de m 3 dans les ports et estuaires français. ais. Le clapage au large est de plus en plus réglementr glementé même pour les sédiments non pollués Les financements limitent les opérations industrielles de remise au gabarit des voies navigables et des ports INTERSOL 29 mars

26 Le rôle de Bertin Technologies dans le développement d du procédé exemple d implantation d d une d unité A de m 3 /an de sédiments s bruts INTERSOL 29 mars

27 Le rôle de Bertin Technologies dans le développement d du procédé L application industrielle du procédé au traitement des sédiments s pollués BERTIN participe actuellement le montage d un consortium capable d apporter une réponse globale au besoin des gestionnaires de ports et de voies navigables Évaluation du gisement à traiter et définition de l unité industrielle correspondante et des filières de valorisation des sédiments traités Dragage et transfert des sédiments sur le site de traitement Traitement de la fraction polluée par le procédé NOVOSOL Valorisation, ou à défaut élimination, des sédiments traités Objectif : une première opération en INTERSOL 29 mars

POJET DE COMPOSTAGE DE LA COMMUNE DE DSCHANG. Le compostage des ordures ménagères à Dschang.

POJET DE COMPOSTAGE DE LA COMMUNE DE DSCHANG. Le compostage des ordures ménagères à Dschang. POJET DE COMPOSTAGE DE LA COMMUNE DE DSCHANG Le compostage des ordures ménagères à Dschang. Le site de compostage Site de Ngui Le site de compostage PARTENAIRES Equipe de mise en œuvre Encadreurs Dr Emmanuel

Plus en détail

S-II-1V2 EXTRACTION DES ÉLÉMENTS MÉTALLIQUES EN TRACE (ETM) SOLUBLES DANS L EAU RÉGALE

S-II-1V2 EXTRACTION DES ÉLÉMENTS MÉTALLIQUES EN TRACE (ETM) SOLUBLES DANS L EAU RÉGALE S-II-1V2 EXTRACTION DES ÉLÉMENTS MÉTALLIQUES EN TRACE (ETM) SOLUBLES DANS L EAU RÉGALE 1. Objet Méthode pour l extraction des éléments en traces présents dans les sols (y compris les sédiments), les matières

Plus en détail

FORMATION BÂTIMENTS DURABLES: DÉCHETS DE CONSTRUCTION Journée 1.5

FORMATION BÂTIMENTS DURABLES: DÉCHETS DE CONSTRUCTION Journée 1.5 FORMATION BÂTIMENTS DURABLES: DÉCHETS DE CONSTRUCTION Journée 1.5 L'incinération (avec récupération d'énergie) des déchets ménagers et assimilés en Belgique Aurore De Boom, U.L.B., Ecole Polytechnique,

Plus en détail

Extrait : DTU 26-1 Travaux d enduits de mortiers Avril 2008

Extrait : DTU 26-1 Travaux d enduits de mortiers Avril 2008 3 Liants 3.1 Ciments Les ciments Portland (CEM I) et ciments Portland composés (CEM II) doivent être conformes à la norme NF EN 197-1. NOTE 1 La marque NF-Liants hydrauliques, ou son équivalent dans les

Plus en détail

MISE EN DÉCHARGE. Une entreprise de Bayer et LANXESS

MISE EN DÉCHARGE. Une entreprise de Bayer et LANXESS MISE EN DÉCHARGE Une entreprise de Bayer et LANXESS MISE EN DÉCHARGE Introduction INTRODUCTION La mise en décharge, dans le respect de l environnement, de certains types de déchets est un complément important

Plus en détail

Guides d applications MA en TR

Guides d applications MA en TR Guides d applications MA en TR MIDND et matériaux de la déconstruction du BTP Cerema / DTecITM Nies BOUSSIOUF Trame des guides d application DÉCHET Non Dangereux élaboration description du déchet et de

Plus en détail

P R É F E C T U R E D E L A S E I N E - M A R I T I M E DIRECTION DE L'ENVIRONNEMENT ET DU DEVELOPPEMENT DURABLE

P R É F E C T U R E D E L A S E I N E - M A R I T I M E DIRECTION DE L'ENVIRONNEMENT ET DU DEVELOPPEMENT DURABLE P R É F E C T U R E D E L A S E I N E - M A R I T I M E DIRECTION DE L'ENVIRONNEMENT ET DU DEVELOPPEMENT DURABLE Affaire suivie par : Mme Gisèle ATOUBA 02 32 76 53 91 mél : 02 32 76 54 60 gisele.atouba@seine-maritime.pref.gouv.fr

Plus en détail

La sortie du statut de déchets du bois d emballage :

La sortie du statut de déchets du bois d emballage : La sortie du statut de déchets du bois d emballage : point d avancement et conséquences DÉROULEMENT Préambule : les enjeux dans lequel s inscrit la SSD Analyse comparée des régimes déclaration et enregistrement

Plus en détail

LA MIGRATION DES SELS DANS UN SUPPORT

LA MIGRATION DES SELS DANS UN SUPPORT M. GHARBI SOCOL SA GR GROUPE LA MIGRATION DES SELS DANS UN SUPPORT MINERAL OU EFFLORESCENCES 1/Définition L humidité présente dans les éléments de construction, qu elle provienne d une condensation, d

Plus en détail

La gestion des REFIOM des UIOM françaises

La gestion des REFIOM des UIOM françaises ENQUÊTE! Série Technique DT 42 Mars 2012 La gestion des REFIOM des UIOM françaises Réalisé avec le soutien financier de : Remerciements : Nous remercions les collectivités et les exploitants qui ont répondu

Plus en détail

Projet AUTOMATIQUE Analyse et commande d un incinérateur de boues en vue de la maîtrise des émissions de NOx

Projet AUTOMATIQUE Analyse et commande d un incinérateur de boues en vue de la maîtrise des émissions de NOx Projet AUTOMATIQUE Analyse et commande d un incinérateur de boues en vue de la maîtrise des émissions de NOx Extrait de la thèse de Shi LI - GIPSA-lab - Département Automatique sous la direction de Catherine

Plus en détail

Déchets spécifiques de type F, stockés en alvéole spécifique mono matériaux, dans un centre de stockage d inertes

Déchets spécifiques de type F, stockés en alvéole spécifique mono matériaux, dans un centre de stockage d inertes Les déchets actuellement considérés comme inertes en France et stockés comme tels sont des déchets suivants : (1) Stockage en classe III, recyclage, 17 01 01 Béton (armé ou non) 17 01 02 Briques (1) Stockage

Plus en détail

Quand les métaux arrivent en ville. Enjeux et stratégies pour les matières premières critiques.

Quand les métaux arrivent en ville. Enjeux et stratégies pour les matières premières critiques. Parole d experts Quand les métaux arrivent en ville. Enjeux et stratégies pour les matières premières critiques. Panel d experts autour de Prof. Eric PIRARD, ULg - GeMMe Avec le soutien de : Les déchets

Plus en détail

SOMMAIRE 7- COIFFEUR I - PRESENTATION DE L'ACTIVITE...3 II - REPRESENTATIVITE...5 III - REJETS, DECHETS ET PRODUITS DANGEREUX DE L'ACTIVITE...

SOMMAIRE 7- COIFFEUR I - PRESENTATION DE L'ACTIVITE...3 II - REPRESENTATIVITE...5 III - REJETS, DECHETS ET PRODUITS DANGEREUX DE L'ACTIVITE... 7. COIFFEUR SOMMAIRE I - PRESENTATION DE L'ACTIVITE...3 I.1 - PRINCIPALES OPERATIONS...3 I.2 - PRODUITS UTILISES...3 I.3 - GRANDEUR CARACTERISTIQUE DE L ACTIVITE...3 I.4 - RUBRIQUE ICPE ET ARRETE SPECIFIQUE

Plus en détail

des installations réalisées sous la direction de Xavier MEYRIGNE

des installations réalisées sous la direction de Xavier MEYRIGNE des installations réalisées sous la direction de Xavier MEYRIGNE CENDRES DE CHARBON OU D INCINERATION D ORDURES MENAGERES OU DE DECHETS INDUSTRIELS APPALETTE Group WALTER MATERIALS HANDLING pour LAFARGE

Plus en détail

LA GESTION DES DÉCHETS

LA GESTION DES DÉCHETS LA GESTION DES DÉCHETS Les catégories de déchets L essentiel de la réglementation Les filières d élimination Les Plans Départementaux des Déchets de la Réunion 1. LES CATÉGORIES DE DÉCHETS DÉFINITION DU

Plus en détail

"Traitement et valorisation des déchets: Partage d expériences à travers les résultats du projet Stratégie de Réduction des Déchets à Ouagadougou"

Traitement et valorisation des déchets: Partage d expériences à travers les résultats du projet Stratégie de Réduction des Déchets à Ouagadougou www.cifal-ouaga.org www.reseau-villes-africaines.org CENTRE INTERNATIONAL DE FORMATION DES AUTORITES/ACTEURS LOCAUX "Traitement et valorisation des déchets: Partage d expériences à travers les résultats

Plus en détail

Rapport explicatif sur la modification de l OTD concernant l élimination des résidus de broyage (RBA)

Rapport explicatif sur la modification de l OTD concernant l élimination des résidus de broyage (RBA) Rapport explicatif sur la modification de l OTD concernant l élimination des résidus de broyage (RBA) 1. Situation initiale Chaque année, en Suisse, 240 000 véhicules environ sont retirés de la circulation.

Plus en détail

TRAITEMENT DES DÉCHETS DU BÂTIMENT ET DES TRAVAUX PUBLICS

TRAITEMENT DES DÉCHETS DU BÂTIMENT ET DES TRAVAUX PUBLICS TRAITEMENT DES DÉCHETS DU BÂTIMENT ET DES TRAVAUX PUBLICS UN CHANTIER D AVENIR Direction Départementale de l Equipement de la Sarthe Décembre 2002 DÉCHETS DU BTP : DE NOUVEAUX COMPORTEMENTS A ADOPTER Le

Plus en détail

Potentiel de valorisation d un déchet en filière métallurgique

Potentiel de valorisation d un déchet en filière métallurgique Potentiel de valorisation d un déchet en filière métallurgique CRM: Centre de Recherches Métallurgiques ASBL établie en Belgique Créée en 1948 par l industrie sidérurgique belge Certifiée ISO 17025 et

Plus en détail

La réalisation d essais en réacteur pilote en vue d une demande d homologation de digestat

La réalisation d essais en réacteur pilote en vue d une demande d homologation de digestat La réalisation d essais en réacteur pilote en vue d une demande d homologation de digestat M CORDELIER, JF. LASCOURREGES, C. PEYRELASSE, C.LAGNET, P.POUECH 4 ième Journées Industrielles Méthanisation 4

Plus en détail

Etude de Ca 2+ par absorption atomique avec flamme et Dosage de Cd 2+ par absorption atomique sans flamme

Etude de Ca 2+ par absorption atomique avec flamme et Dosage de Cd 2+ par absorption atomique sans flamme Travaux Pratique Chimie Analytique Semestre d hiver 1999 Julien Hutin Laurent Beget Alexandre Myalou Etude de Ca 2+ par absorption atomique avec flamme et Dosage de Cd 2+ par absorption atomique sans flamme

Plus en détail

Pour l environnement. Strength. Performance. Passion.

Pour l environnement. Strength. Performance. Passion. Strength. Performance. Passion. Pour l environnement Réduire les émissions de CO 2 en optimisant les matériaux de construction et les méthodes de production Holcim (Suisse) SA Les fondements de notre avenir

Plus en détail

ACCREDITATION CERTIFICATE. N 1-1663 rév. 5. Satisfait aux exigences de la norme NF EN ISO/CEI 17025 : 2005 Fulfils the requirements of the standard

ACCREDITATION CERTIFICATE. N 1-1663 rév. 5. Satisfait aux exigences de la norme NF EN ISO/CEI 17025 : 2005 Fulfils the requirements of the standard Convention N 2393 Section Laboratoires ATTESTATION D ACCREDITATION ACCREDITATION CERTIFICATE N 1-1663 rév. 5 Le Comité Français d'accréditation (Cofrac) atteste que : The French Committee for Accreditation

Plus en détail

Analyse comparée du cycle de vie des fenêtres bois, aluminium et PVC Etude de cas

Analyse comparée du cycle de vie des fenêtres bois, aluminium et PVC Etude de cas Pour une éco-construction dans les règles de l art Analyse comparée du cycle de vie des fenêtres bois, aluminium et PVC Etude de cas Mars 2011 www.eti-construction.fr - 1 - RENFORCER L ENVELOPPE chap.

Plus en détail

Prévisions des eaux de drainage & programme d essai de lixiviation des métaux: pratiques actuelles

Prévisions des eaux de drainage & programme d essai de lixiviation des métaux: pratiques actuelles Février 2012 Prévisions des eaux de drainage & programme d essai de lixiviation des métaux: pratiques actuelles CONFIDENTIEL Sommaire Mise en contexte sur DMA / LM Objectifs du programme de DMA / LM Composantes

Plus en détail

Foyer de saturnisme infantile dans un bidonville du Port Ile de la Réunion

Foyer de saturnisme infantile dans un bidonville du Port Ile de la Réunion Foyer de saturnisme infantile dans un bidonville du Port Ile de la Réunion Journée scientifique du réseau SEGA Antananarivo, 25 janvier 2012 Solet JL, Renault P, Denys JC, Teulé G, Dennemont RM, Garnier

Plus en détail

L enfouissement des déchets ultimes

L enfouissement des déchets ultimes L E C E N T R E D E N F O U I S S E M E N T T E C H N I Q U E L enfouissement des déchets ultimes L E C E N T R E D E N F O U I S S E M E N T T E C H N I Q U E LE CENTRE D ENFOUISSEMENT TECHNIQUE (C.E.T.)

Plus en détail

CM2E 2014. Colloque Martinique Energie Environnement. Production d électricité renouvelable : La méthanisation comme agent de régulation

CM2E 2014. Colloque Martinique Energie Environnement. Production d électricité renouvelable : La méthanisation comme agent de régulation CM2E 2014 Colloque Martinique Energie Environnement Production d électricité renouvelable : La méthanisation comme agent de régulation M. Torrijos, Laboratoire de Biotechnologie de l Environnement, INRA-LBE,

Plus en détail

AGIRE Atelier sur l Assainissement, l Epuration et la Réutilisation des Eaux Usées. Gestion des Eaux Industrielles au Maroc

AGIRE Atelier sur l Assainissement, l Epuration et la Réutilisation des Eaux Usées. Gestion des Eaux Industrielles au Maroc AGIRE Atelier sur l Assainissement, l Epuration et la Réutilisation des Eaux Usées Gestion des Eaux Industrielles au Maroc Mme Touria JAOUHER Département de l Eau Agadir, du 7 au 11 Décembre 2009 8000

Plus en détail

Module Physico-chimie

Module Physico-chimie Université Paris XII-Val de Marne ENPC Université Paris 7 Module Physico-chimie chimie Chap. 2.4. Équilibres de complexation D. Thévenot & B. Aumont thevenot@cereve.enpc.fr aumont@lisa.univ-paris12.fr

Plus en détail

Une brève présentation du Projet Intégré

Une brève présentation du Projet Intégré ENGINEERING STUDIES and DEMONSTRATION of REPOSITORY DESIGNS VI ème PROGRAMME-CADRE de RECHERCHE et de FORMATION EURATOM de l UNION EUROPEENNE (2002-2006) Gestion des déchets radioactifs Une brève présentation

Plus en détail

LA MATIERE ORGANIQUE

LA MATIERE ORGANIQUE ITV France FERTILISATION DE LA VIGNE Un point sur les préconisations FICHE 3 LA MATIERE ORGANIQUE L objectif général est la conservation ou l amélioration du patrimoine sol, en évitant l appauvrissement

Plus en détail

Les concepts et atouts des revêtements et structures réservoirs

Les concepts et atouts des revêtements et structures réservoirs Chapitre3 Les concepts et atouts des revêtements et structures réservoirs 1 - Les concepts 2 - Les atouts des chaussées à structures réservoirs en béton 37 Chapitre 3 Les concepts et atouts des revêtements

Plus en détail

1.1. Réglementation et règles de l art

1.1. Réglementation et règles de l art Afin d assurer la qualité de l assainissement collectif, la loi a donné l obligation aux particuliers de se raccorder au réseau d eaux usées lorsqu il est en place. Pour faciliter en pratique la réalisation

Plus en détail

Contexte : Objectif : Expérimentation :

Contexte : Objectif : Expérimentation : Estimation de la valeur fertilisante de digestats issus de la biométhanisation. Résultat de 3 années d expérimentation en culture de maïs (2009 à 2011). (JFr. Oost 1, Marc De Toffoli 2 ) 1 Centre pilote

Plus en détail

Capteurs Passifs et Outils de Monitoring des Sédiments

Capteurs Passifs et Outils de Monitoring des Sédiments .Un préalable indispensable : Caractérisation des sédiments / Connaissance de l impact environnemental Projet CaPMoS : Capteurs Passifs et Outils de Monitoring des Sédiments Claire Alary (Mines Douai)

Plus en détail

Traitement des boues et matières de vidange par LSPR

Traitement des boues et matières de vidange par LSPR Le roseau et l avenir de l eau Traitement des boues et matières de vidange par LSPR Stéphane TROESCH Journée Techn Eau 11/04/2012 Avancées et innovations en phytoépuration 2 Principe de fonctionnement

Plus en détail

Gestion des déchets de chantier, Les bonnes pratiques

Gestion des déchets de chantier, Les bonnes pratiques Gestion des déchets de chantier, Les bonnes pratiques Conférences thématiques 17 et 18 novembre 2014 1 Mot d introduction 2 Cadrage général de la gestion des déchets de chantiers, responsabilités des différents

Plus en détail

UE6 cours 6 Production du médicament

UE6 cours 6 Production du médicament UE6 cours 6 Production du médicament 6.4 Production du MédicamentM Production industrielle et changement d éd échelle Assurance qualité Bonnes Pratiques Etude de procédés s et matériels adaptés à la production

Plus en détail

NORME CODEX POUR LES SUCRES 1 CODEX STAN 212-1999

NORME CODEX POUR LES SUCRES 1 CODEX STAN 212-1999 CODEX STAN 212-1999 Page 1 de 5 NORME CODEX POUR LES SUCRES 1 CODEX STAN 212-1999 1. CHAMP D'APPLICATION ET DESCRIPTION La présente norme vise les sucres énumérés ci-après destinés à la consommation humaine

Plus en détail

Chaux pour le traitement des sols

Chaux pour le traitement des sols Chaux pour le traitement des sols 1. Qu entend-on par traitement des sols à la chaux? Le traitement à la chaux des sols trop humides et/ou trop plastiques,tels les sols argileux ou limoneux, est une solution

Plus en détail

1. IDENTIFICATION DE LA SUBSTANCE/PREPARATION ET DE LA SOCIETE/ENTREPRISE

1. IDENTIFICATION DE LA SUBSTANCE/PREPARATION ET DE LA SOCIETE/ENTREPRISE Page : 1/8 1. IDENTIFICATION DE LA SUBSTANCE/PREPARATION ET DE LA SOCIETE/ENTREPRISE Identification de la préparation Utilisation de la préparation Identification de la Société / Entreprise Adresse : Eosine

Plus en détail

SÉRIES SM Cribles CRIBLES À TROMMELS SM 414 SM 414 K SM 518 SM 620 SM 620 K SM 720 CRIBLE À ÉTOILES SM 1200 WE CARE

SÉRIES SM Cribles CRIBLES À TROMMELS SM 414 SM 414 K SM 518 SM 620 SM 620 K SM 720 CRIBLE À ÉTOILES SM 1200 WE CARE SÉRIES SM Cribles CRIBLES À TROMMELS SM 414 SM 414 K SM 518 SM 620 SM 620 K SM 720 CRIBLE À ÉTOILES SM 1200 WE CARE CRIBLES SÉRIE SM CRIBLES À TROMMELS POUR UN CRIBLAGE OPTIMAL CRIBLES À TROMMELS Le trommel

Plus en détail

Méthode A : dosage du cadmium, chrome, cobalt, cuivre, plomb, manganèse, nickel et zinc par spectrométrie d absorption atomique avec flamme.

Méthode A : dosage du cadmium, chrome, cobalt, cuivre, plomb, manganèse, nickel et zinc par spectrométrie d absorption atomique avec flamme. S-II-2.1V1 DOSAGE DES ELEMENTS METALLIQUES EN TRACE DANS LES EXTRAITS À L EAU RÉGALE : MÉTHODE PAR ABSORPTION ATOMIQUE AVEC FLAMME ET ATOMISATION ÉLECTROTHERMIQUE (AAS/GF) 1. Objet Dosage des éléments

Plus en détail

RAPPORT D ÉTUDE 02/11/2010 N INERIS-DRC-10-105335-11618A. Qualité chimique des sédiments marins en France : Synthèse des bases de données disponibles

RAPPORT D ÉTUDE 02/11/2010 N INERIS-DRC-10-105335-11618A. Qualité chimique des sédiments marins en France : Synthèse des bases de données disponibles RAPPORT D ÉTUDE 2/11/21 N INERIS-DRC-1-15335-11618A Qualité chimique des sédiments marins en France : Synthèse des bases de données disponibles Qualité chimique des sédiments marins en France : Synthèse

Plus en détail

01601 EPAC 2408 -------------------- FICHE DE DONNEES DE SECURITE Conforme à 2001/58/CE et à NF ISO 11014-1

01601 EPAC 2408 -------------------- FICHE DE DONNEES DE SECURITE Conforme à 2001/58/CE et à NF ISO 11014-1 01601 EPAC 2408 -------------------- FICHE DE DONNEES DE SECURITE Conforme à 2001/58/CE et à NF ISO 11014-1 EPAC1 / LV Création : 20/02/08 Edition n 01 du 20/02/08 1. IDENTIFICATION 1.1 Désignation Nom

Plus en détail

Améliorations et renforcements de sol à l arrière des quais

Améliorations et renforcements de sol à l arrière des quais 3ème Conférence Magrébine en Ingénierie Géotechnique CMIG 2013 Améliorations et renforcements de sol à l arrière des quais Thierry Hermges Serge Lambert Karim Boudersa www.keller-france.com Keller Fondations

Plus en détail

Centre Environnemental Multifilières

Centre Environnemental Multifilières Centre Environnemental Multifilières Application industrielle du traitement OXALOR Communauté de Communes du LEZAYEN Document protégé par le droit de la propriété intellectuelle Un site exceptionnel Avec

Plus en détail

Plan de gestion des décanteurs viticoles du bassin versant du Boiron

Plan de gestion des décanteurs viticoles du bassin versant du Boiron Plan de gestion des décanteurs viticoles du bassin versant du Boiron Établit par Febbraro Immacolata Juin 2003 Tables des matière 1. La situation... 2 1.1 Introduction... 2 1.1 État des lieux... 3 2. Le

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. 6 millions de m³ de sédiments encombrent le réseau fluvial wallon

DOSSIER DE PRESSE. 6 millions de m³ de sédiments encombrent le réseau fluvial wallon DOSSIER DE PRESSE 6 millions de m³ de sédiments encombrent le réseau fluvial wallon Châtelet : un laboratoire géant piloté par le CTP va permettre aux industriels du secteur de les valoriser Page 1 A l

Plus en détail

Terminologie recommandée pour l analyse des métaux

Terminologie recommandée pour l analyse des métaux Centre d'expertise en analyse environnementale du Québec Terminologie recommandée pour l analyse des métaux 4 e édition : 2012-06-28 Coordination de la rédaction Jean-Pierre Blouin Centre d expertise en

Plus en détail

Biométhanisation de Bois-Guilbert (Haute Normandie)

Biométhanisation de Bois-Guilbert (Haute Normandie) Biométhanisation de Bois-Guilbert (Haute Normandie) Contexte Localisation Earl Ferme Equestre de Bois Guilbert 1001 route d'héronchelles - 76750 Bois Guilbert - Tél : 02 35 34 42 51 - Fax : 02 35 32 65

Plus en détail

A FER ET ALLIAGES FERREUX (CRM-RM) A3-1 Aciers non alliés MASSIF IRSID -1- C S i M n P S Cr M o N i

A FER ET ALLIAGES FERREUX (CRM-RM) A3-1 Aciers non alliés MASSIF IRSID -1- C S i M n P S Cr M o N i A FER ET ALLIAGES FERREUX (CRM-RM) A3-1 Aciers non alliés MASSIF IRSID -1- C S i M n P S Cr M o N i Massifs divers Epaisseur mini 30 IRS1636 0,47 0,40 0,78 0,029 0,037 (0,060)... 0,092 Acier non allié

Plus en détail

Résumé. A. Qu est-ce que la méthanisation?

Résumé. A. Qu est-ce que la méthanisation? Résumé Afin de compléter les travaux réalisés par l'arene, l'ademe, Gaz de France et l'agence de l'eau Seine-Normandie depuis 1999 sur le sujet de la méthanisation, filière de traitement des biodéchets

Plus en détail

LES PRINCIPAUX DÉCHETS Banals

LES PRINCIPAUX DÉCHETS Banals FICHE 01 Les déchets par corps de métiers Gros oeuvre - Terrassement Inertes Emballages et Recyclages TERRE PIERRE CONSIGNÉES PAPIER MÉLANGE MÉTAUX EMBALLAGE Base de Ciment, mortier, et béton Brique Mélanges

Plus en détail

Démolition de l ancienne station d épuration situé Les Prés Couris. Note technique et règlement de la consultation

Démolition de l ancienne station d épuration situé Les Prés Couris. Note technique et règlement de la consultation Démolition de l ancienne station d épuration situé Les Prés Couris Note technique et règlement de la consultation 1. Présentation 1.1) Localisation Le site étudié est localisé dans le secteur sud-ouest

Plus en détail

Le bac à graisses PRETRAITEMENT. Schéma de principe. Volume du bac à graisses. Pose

Le bac à graisses PRETRAITEMENT. Schéma de principe. Volume du bac à graisses. Pose Le bac à graisses Schéma de principe Lorsqu on a une longueur de canalisation importante entre la sortie des eaux de cuisine et la fosse septique toutes eaux, il est fortement conseillé d intercaler un

Plus en détail

Le traitement mécano-biologique des déchets Important pour le Maroc? Casablanca, 23 Mars 2011

Le traitement mécano-biologique des déchets Important pour le Maroc? Casablanca, 23 Mars 2011 Le traitement mécano-biologique des déchets Important pour le Maroc? Casablanca, 23 Mars 2011 Plan de la présentation Partie I Pourquoi le TMB? Partie II Variantes techniques Partie III Conclusions pour

Plus en détail

eedd LA PLANETE N EST PAS UNE POUBELLE 1/7

eedd LA PLANETE N EST PAS UNE POUBELLE 1/7 eedd LA PLANETE N EST PAS UNE POUBELLE 1/7 I- ETUDE D UNE PHOTOGRAPHIE DE YANN ARTHUS-BERTRAND : Stockage d ordures dans la périphérie de Saint-Domingue en République dominicaine au cœur des Caraïbes Légende

Plus en détail

MAITEK SRL. Innovation technologique et respect pour l environnement - Traitement, recyclage et récupération des agrégats -

MAITEK SRL. Innovation technologique et respect pour l environnement - Traitement, recyclage et récupération des agrégats - MAITEK SRL Innovation technologique et respect pour l environnement - Traitement, recyclage et récupération des agrégats - MAITEK s.r.l. démarre ses activités en 1999 avec l objectif de développer des

Plus en détail

QUELS SONT LES BUTS?

QUELS SONT LES BUTS? Service de l environnement (SEN) Conférence cantonale de la construction (CCC) La gestion des déchets de Canton de Fribourg Dans le canton de Fribourg, l ordre décroissant de priorité suivant a été défini

Plus en détail

ADETONAH Wilfried MBA OBAME Marcellin ETUDE BIBLIGRAPHIQUE

ADETONAH Wilfried MBA OBAME Marcellin ETUDE BIBLIGRAPHIQUE ADETONAH Wilfried MBA OBAME Marcellin ETUDE BIBLIGRAPHIQUE VALORISATION DES BOUES DE STATIONS D EPURATION, FLUVIALES ET MARINES : ETUDE DES COMPOSTS Promotion 2007 Année scolaire 2005 2006 - 2 - - 3 -

Plus en détail

Maximum Yield Technology. Maximum Yield Technolog technologie à rendement maximal

Maximum Yield Technology. Maximum Yield Technolog technologie à rendement maximal MYT Business Unit Zweckverband Abfallbehandlung Kahlenberg (ZAK) Bergwerkstraße 1 D-77975 Ringsheim Téléphone : +49 (0)7822 8946-0 Télécopie : +49 (0)7822 8946-46 E-mail : info@zak-ringsheim.de www.zak-ringsheim.de

Plus en détail

SPECTROMETRIE D ABSORPTION ATOMIQUE

SPECTROMETRIE D ABSORPTION ATOMIQUE Chapitre IV SPECTROMETRIE D ABSORPTION ATOMIQUE I INTRODUCTION La spectrométrie d absorption atomique (AAS) est une technique décrite pour la 1 ère fois par Walsh (1955). AAS étudie les absorptions de

Plus en détail

Notice explicative du formulaire CERFA n 12571*01 relatif au bordereau de suivi des déchets dangereux

Notice explicative du formulaire CERFA n 12571*01 relatif au bordereau de suivi des déchets dangereux Notice explicative du formulaire CERFA n 12571*01 Décret n 2005-635 du 30 mai 2005 Arrêté du 29 juillet 2005 Notice explicative du formulaire CERFA n 12571*01 relatif au bordereau de suivi des déchets

Plus en détail

LA CORROSION : FORMES ET EXEMPLES. christophe.holterbach@cetim-cermat.fr Corrosion et Traitement de surface. Tél: 03-89-32-72-20 Fax:03-89-59-97-87

LA CORROSION : FORMES ET EXEMPLES. christophe.holterbach@cetim-cermat.fr Corrosion et Traitement de surface. Tél: 03-89-32-72-20 Fax:03-89-59-97-87 LA CORROSION : FORMES ET EXEMPLES christophe.holterbach@cetim-cermat.fr Corrosion et Traitement de surface Tél: 03-89-32-72-20 Fax:03-89-59-97-87 PRINCIPAL MODE DE DEGRADATION DANS LE MONDE devant les

Plus en détail

TRAVAUX D ASSAINISSEMENT

TRAVAUX D ASSAINISSEMENT MAITRE D'OUVRAGE : Commune de BUELLAS REFERENCE DOSSIER : 01 06513 01/ 13308_10-04-2015 DQE rev1 Travaux de réhabilitation des réseaux d assainissement EU / EP RD 936 Route de Corgenon Dossier de Consultation

Plus en détail

La valorisation des terres excavées

La valorisation des terres excavées La valorisation des terres excavées Matinée "Matières premières et matériaux du BTP " Céline Blanc c.blanc@brgm.fr BRGM / Direction Eau, Environnement et Ecotechnologies Lundi 2 décembre, 2013 Contexte

Plus en détail

Ressources minérales et Hydrocarbures. Hedi SELLAMI Centre de Géosciences MINES ParisTech

Ressources minérales et Hydrocarbures. Hedi SELLAMI Centre de Géosciences MINES ParisTech Ressources minérales et Hydrocarbures Hedi SELLAMI Centre de Géosciences MINES ParisTech Colloque IMT «Ressources naturelles & Environnement», 5 et 6 novembre 2014 Les minéraux d intérêt économique Minéraux

Plus en détail

Septembre 2013. Le schéma des carrières de la Guadeloupe enjeux et perspectives

Septembre 2013. Le schéma des carrières de la Guadeloupe enjeux et perspectives Septembre 2013 Le schéma des carrières de la Guadeloupe enjeux et perspectives Si le recours aux matériaux recyclés ou aux déchets inertes progresse, les secteurs d activité du bâtiment ou des travaux

Plus en détail

IR Temp 210. Thermomètre infrarouge. Des techniques sur mesure

IR Temp 210. Thermomètre infrarouge. Des techniques sur mesure IR Temp 210 Thermomètre infrarouge Contenu 1. Spécifications...26 2. Touches et affichages...28 3. Utilisation...30 4. Entretien...31 5. Elimination des piles et de l appareil...31 6. Tableau de facteur

Plus en détail

Pour améliorer la qualité Objectif esthétique pour l eau potable 1 mg/l

Pour améliorer la qualité Objectif esthétique pour l eau potable 1 mg/l Dans une goutte d eau Cuivre Le cuivre (Cu) est présent à l état naturel dans la roche, le sol, les plantes, les animaux, l eau, les sédiments et l air. Le cuivre est souvent présent sous forme de minéraux,

Plus en détail

Matériaux Stratégiques, Quelles Alternatives. «Solutions Technologiques» Cas des Accumulateurs

Matériaux Stratégiques, Quelles Alternatives. «Solutions Technologiques» Cas des Accumulateurs Matériaux Stratégiques, Quelles Alternatives «Solutions Technologiques» Cas des Accumulateurs Développements au CEA-LITEN 4 marchés principaux adressés CEA-LITEN 900 p. 400 brevets (+160 in 2010) Automobile

Plus en détail

FICHE DE DONNEES DE SECURITE

FICHE DE DONNEES DE SECURITE PAGE 1/7 DATE DE MISE A JOUR : 16/11/2011 1/ - IDENTIFICATION DU PRODUIT ET DE LA SOCIETE Identification du produit : Gaines, films, housses, et/ou sacs transparents et colorés en polyéthylène. Famille

Plus en détail

Commission Locale d Information et de Surveillance (CLIS) Réunion du 29 Avril 2010

Commission Locale d Information et de Surveillance (CLIS) Réunion du 29 Avril 2010 Commission Locale d Information et de Surveillance (CLIS) Réunion du 29 Avril 2010 Contexte La revitalisation interne du site a été articulée autour de 4 projets.centre de service ArcelorMittal Eurofield

Plus en détail

Calcaire ou eau agressive en AEP : comment y remédier?

Calcaire ou eau agressive en AEP : comment y remédier? Calcaire ou eau agressive en AEP : comment y remédier? Les solutions techniques Principes et critères de choix Par Sébastien LIBOZ - Hydrogéologue Calcaire ou eau agressive en AEP : comment y remédier?

Plus en détail

Vulcano Pièges Fourmis

Vulcano Pièges Fourmis FDS Conforme au règlement 1907/2006/CE et 1272/2008/CE 16-12-10- Page 1/5 FICHES DE DONNEES DE SECURITE 1. IDENTIFICATION DU PRODUIT ET DE LA SOCIETE Produit : Utilisation : Fournisseur : Vulcano Pièges

Plus en détail

T4 Pourquoi éteindre les phares d une voiture quand le moteur est arrêté? Comment fabriquer une pile? un accumulateur?

T4 Pourquoi éteindre les phares d une voiture quand le moteur est arrêté? Comment fabriquer une pile? un accumulateur? T4 Pourquoi éteindre les phares d une voiture quand le moteur est arrêté? Comment fabriquer une pile? un accumulateur? Pour ce module, sont proposés et présentés des phases de recherche documentaire, de

Plus en détail

Liquéfaction par fermentation anaérobie

Liquéfaction par fermentation anaérobie fosse septique ovoïde en polyéthylène Fabrication en polyéthylène haute densité traité anti U.V. Entrée et sortie munies d un joint souple à lèvre Ø 100 mm qui assure l emboîtement et l étanchéité du raccordement

Plus en détail

DOSSIER DU CESRW L ENVIRONNEMENT ET L ENERGIE

DOSSIER DU CESRW L ENVIRONNEMENT ET L ENERGIE DOSSIER DU CESRW L ENVIRONNEMENT ET L ENERGIE MAI 2011 1. L air La thématique de l air est abordée sous trois aspects : les substances acidifiantes, les particules en suspension et les gaz à effet de serre.

Plus en détail

1 TRAVAUX PREPARATOIRES

1 TRAVAUX PREPARATOIRES 1 TRAVAX PREPARATOIRES 1.1 Installation de chantier J 100 1.2 Implantation et récolement du projet J 30 1.3 Nettoyage et débrousaillage du terrain sur emprise des Travaux m2 100 1.4 Démolition d'ouvrages

Plus en détail

CODEX ŒNOLOGIQUE INTERNATIONAL. SUCRE DE RAISIN (MOUTS DE RAISIN CONCENTRES RECTIFIES) (Oeno 47/2000, Oeno 419A-2011, Oeno 419B-2012)

CODEX ŒNOLOGIQUE INTERNATIONAL. SUCRE DE RAISIN (MOUTS DE RAISIN CONCENTRES RECTIFIES) (Oeno 47/2000, Oeno 419A-2011, Oeno 419B-2012) SUCRE DE RAISIN (MOUTS DE RAISIN CONCENTRES RECTIFIES) (Oeno 47/2000, Oeno 419A-2011, Oeno 419B-2012) 1. OBJET, ORIGINE ET DOMAINE D APPLICATION Le sucre de raisin est obtenu exclusivement à partir du

Plus en détail

ATRITOR. Broyeurs-Sécheurs Séries A et B. Des Poudre Parfaites

ATRITOR. Broyeurs-Sécheurs Séries A et B. Des Poudre Parfaites Broyeurs-Sécheurs Séries A et B Des Poudre Parfaites Des Poudres Parfaites Le broyeur-sécheur Atritor Le principe et la conception du broyeur-sécheur Atritor demeurent uniques. Fondamentalement, c est

Plus en détail

Installations de lavage Herbold Systèmes modulaires pour le lavage de bouteilles usagées en polyester (PET)

Installations de lavage Herbold Systèmes modulaires pour le lavage de bouteilles usagées en polyester (PET) Installations de lavage Herbold Systèmes modulaires pour le lavage de bouteilles usagées en polyester (PET) Unité de lavage à chaud Principe de modularité Composants choisis en fonction de la pureté requise

Plus en détail

www.lacentraledupoele.com Auteur: Christian MARTENOT cmt@sas-lcdp.com

www.lacentraledupoele.com Auteur: Christian MARTENOT cmt@sas-lcdp.com www.lacentraledupoele.com Auteur: Christian MARTENOT cmt@sas-lcdp.com 1 ère partie : Qui sommes-nous? Nos activités Se chauffer avec du granulé : Qu est-ce que le granulé? Pourquoi utiliser du granulé

Plus en détail

Le partenariat Agence de l eau l Artois-Picardie. impact de la navigation sur l'état chimique et écologique en milieu canalisé

Le partenariat Agence de l eau l Artois-Picardie. impact de la navigation sur l'état chimique et écologique en milieu canalisé Le partenariat Agence de l eau l Artois-Picardie Université Lille1 impact de la navigation sur l'état chimique et écologique en milieu canalisé J. Prygiel 1,2, G. Billon 2, E. Prygiel 2 1 Agence de l eau

Plus en détail

Systèmes de supportage. Systèmes coupe-feu. Hilti. Performance. Fiabilité.

Systèmes de supportage. Systèmes coupe-feu. Hilti. Performance. Fiabilité. Systèmes de supportage Systèmes coupe-feu Hilti. Performance. Fiabilité. Mastics coupe-feu Mastic coupe-feu silicone CFS-S SIL page 252 Mastic coupe-feu acrylique CFS-S ACR page 253 Mastic coupe-feu intumescent

Plus en détail

Qualité des sols et de l eau

Qualité des sols et de l eau Qualité des sols et de l eau Objectifs du programme Le sol, milieu d échanges de matières Exploiter des documents et mettre en œuvre un protocole pour comprendre les interactions entre le sol et une solution

Plus en détail

Projets soumis à étude d impact. Installations soumises à autorisation.

Projets soumis à étude d impact. Installations soumises à autorisation. Annexe à l article R.122-1 code de l environnement Catégorie d aménagement, d ouvrage et de travaux Projets soumis à étude d impact Installations classées pour la protection de l environnement (ICPE) 1

Plus en détail

Production mondiale d énergie

Production mondiale d énergie Chapitre 14: Autres sources d énergie Énergie nucléaire Énergie solaire Énergie géothermale Hydro-électricité Énergie éolienne Production mondiale d énergie 23% 39% 27% Coal Nuclear Hydro Geothermal Petroleum

Plus en détail

Développement de procédés de recyclage du phosphore sous une forme valorisable en agriculture. Les enjeux du recyclage à partir d effluents chargés

Développement de procédés de recyclage du phosphore sous une forme valorisable en agriculture. Les enjeux du recyclage à partir d effluents chargés Développement de procédés de recyclage du phosphore sous une forme valorisable en agriculture Les enjeux du recyclage à partir d effluents chargés Contexte et objectif Recycler le P comme engrais phosphaté

Plus en détail

République Algérienne Démocratique et Populaire Ministère du Commerce Direction du Commerce Wilaya de Skikda. Service de la qualité

République Algérienne Démocratique et Populaire Ministère du Commerce Direction du Commerce Wilaya de Skikda. Service de la qualité République Algérienne Démocratique et Populaire Ministère du Commerce Direction du Commerce Wilaya de Skikda Service de la qualité Produits Chimiques L'action entreprise par la Communauté européenne dans

Plus en détail

UTILISATION DES SÉDIMENTS VALORISÉS : exemple de la plate-forme expérimentale SOLINDUS pour le pré-traitement des produits de dragage

UTILISATION DES SÉDIMENTS VALORISÉS : exemple de la plate-forme expérimentale SOLINDUS pour le pré-traitement des produits de dragage UTILISATION DES SÉDIMENTS VALORISÉS : exemple de la plate-forme expérimentale SOLINDUS pour le pré-traitement des produits de dragage Dr H. Bréquel, Responsable département Recherche 1 1 /20 CONTEXTE ET

Plus en détail

Fonctionnement d un centre de stockage

Fonctionnement d un centre de stockage II. Fonctionnement d un centre de stockage 1. Principe Le fonctionnement d une décharge peut être assimilé à un réacteur bio-physico-chimique donnant lieu à des réactions et à des évolutions complexes

Plus en détail

COLLECTE SELECTIVE ET RECYCLAGE DU VERRE Premier chantier utilisant du verre recyclé parking du Stade scolaire avenue d Estrée à Cayenne

COLLECTE SELECTIVE ET RECYCLAGE DU VERRE Premier chantier utilisant du verre recyclé parking du Stade scolaire avenue d Estrée à Cayenne COLLECTE SELECTIVE ET RECYCLAGE DU VERRE Premier chantier utilisant du verre recyclé parking du Stade scolaire avenue d Estrée à Cayenne Contacts presse : CCCL : Ellin HALBEHER Tél : 05 94 28 90 50 - service.dechet-cccl@wanadoo.fr

Plus en détail

GUIDE DE PRÉPARATION DE SURFACE

GUIDE DE PRÉPARATION DE SURFACE Aggloméré de bois, panneaux de copeaux agglomérés et panneaux d appui OSB Masonite Plancher de bois dur et parquet-mosaïque Contreplaqué Luan Feuilles de revêtement de sol en vinyle à endos spongieux ou

Plus en détail

Déchetterie. Ordures ménagères prestataire

Déchetterie. Ordures ménagères prestataire 1 Les déchets Les déchets issus de l activité d électricien peuvent être classés en trois catégories : Les déchets inertes, qui représentent des volumes importants. Ils ne sont pas polluants mais peuvent

Plus en détail

INRA-DRH Concours externes 2007

INRA-DRH Concours externes 2007 INRA-DRH Concours externes 2007 Page 1 of 2 AI Assistant en techniques d'analyse chimique profil n : AI07-EA-3 emploi-type n : B3C03 Orléans concours : AIB02 Lieu du concours : Orléans :::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::

Plus en détail

Les produits à base de bois dans la lutte contre le changement climatique. Utiliser davantage de bois pour sauver la planète

Les produits à base de bois dans la lutte contre le changement climatique. Utiliser davantage de bois pour sauver la planète Les produits à base de bois dans la lutte contre le changement climatique Utiliser davantage de bois pour sauver la planète Les responsables politiques cherchent à réduire les émissions de gaz à effet

Plus en détail