Le Journal du CODDEVE

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Le Journal du CODDEVE"

Transcription

1 Le Journal du CODDEVE N 1 juin 2010 POURQUOI le CODDEVE? En 2009 les habitants de Verlin et des environs ont appris par une note, jointe à leur facture d eau, que la «Grande Source» qui les alimente était polluée par un pesticide dérivé de l atrazine la consommation d eau étant déconseillée aux femmes enceintes et aux jeunes enfants et que la construction d une station de filtrage avait été décidée par le Syndicat des Eaux. Renseignement pris cette décision remontait à plus d un an à la suite d une mise en demeure de la DDAS. Mais les habitants n avaient reçu aucune information sur ce projet au moment de la décision. Ni a fortiori, aucun débat n avait été organisé. C est justement pour que l information circule et que chacun puisse participer au débat, que, l été dernier, quelques habitants ont constitué un dossier sur l eau, reprenant en particulier des données sur les effets des pesticides sur la santé. Et en octobre ils ont organisé une réunion publique. Cela a été un succès ; le débat a été riche et intéressant.

2 C est alors qu a germé l idée d un collectif, dont le but serait d assurer l information des citoyens, la transparence des décisions, et de prendre à bras le corps le problème de la pollution. Il s agit de le résoudre à la source. Ainsi est né le CODDEVE, Collectif pour la Dépollution et la Défense de l Environnement de Verlin et de ses Environs, avec pour objectifs de contribuer à réduire et à terme faire cesser les sources de pollution (d origine agricole, industrielle et domestique), de rechercher et de proposer les moyens de dépollution de l eau, de l air et de la terre, d assurer la transparence par une information la plus large possible sur ces questions, et de susciter le débat. Nous vous invitons à lire le premier numéro de notre petit journal «Eau, Sol, Air». Ses colonnes sont ouvertes à toutes celles et tous ceux qui partagent nos préoccupations, et veulent contribuer à la dépollution de notre environnement. Le journal, les projections de films et les réunions publiques que le CODDEVE organisera seront l occasion, nous l espérons, de se parler et de se convaincre que «nous pouvons nous dépolluer». LES RENDEZ-VOUS Cet été le CODDEVE, en collaboration avec l ADENY et l association C3V, organisera trois soirées conviviales avec projection d un film documentaires : CHAMPVALLON, vendredi 13 août, «On revient sur terre» de Suzanne Körösi JOIGNY, jeudi 19 août, «Un monde pas tout à fait mortel» d Isabelle Jéhannin VERLIN, vendredi 27 août, «Le Bien Commun : l assaut final» de Carole Poliquin. Ne manquez pas ces rendez-vous! A l automne 2010, réunion publique à VERLIN. Eau, Sol, Air journal du CODDEVE rue de La Mardelle, Verlin Rédaction : Edwige Billiette, Gilles Emsalem, Michel Emsalem, Suzanne Körösi LA «GRANDE SOURCE» A VERLIN : UNE STATION DE FILTRAGE. ET APRES? A la suite d analyses qui ont révélé une contamination de l eau de la Grande Source à Verlin par un dérivé de l atrazine (un pesticide agricole aujourd hui interdit) à un taux supérieur au seuil autorisé, le Syndicat des Eaux a décidé de construire une station de filtrage. Les usagers payent déjà d ailleurs dans le prix de l eau une partie du montant de cette installation, dont les travaux de construction devraient commencer à Verlin en juin prochain. Au delà de ce remède, nous avons voulu savoir ce qui est prévu pour traiter le problème à la source, c est à dire réduire la quantité de polluants d origine agricole, en particulier de

3 pesticides, sur les zones sensibles du bassin d alimentation. Nous avons interrogé Mr. Arnaud Hebert, qui est chargé d opération au bureau de l Agence de l Eau Seine Normandie à Sens, et Mr. Claude Habert, président du Syndicat des Eaux, sur les programmes qui seront mis en œuvre pour restaurer la qualité des eaux dans le bassin de captage de la «Grande Source» à Verlin. Les possibilités d intervention sont-elles multiples, avec l aide des subventions de l Agence de l Eau comme le suggère Mr Hebert? Ou bien les moyens d une petite structure comme le Syndicat des Eaux de Verlin sont-ils trop faibles pour entreprendre quoi que ce soit, comme le dit Mr Habert? Réponse dans les mois ou les années qui viennent. Sans doute la prise de conscience des usagers et leur mobilisation sera-t-elle essentielle pour faire bouger les choses. Entretien avec Arnaud Hébert, chargé d opération au sein de l Agence de l Eau à Sens. 10 mai 2010 Les agences de l eau sont des organismes publics chargés d appliquer sur le terrain la politique de l eau. La France est divisée en six grands bassins gérés par six agences de l eau. A Verlin, nous dépendons de l agence Seine Normandie, dont le siège local se trouve à Sens. Nous avons interrogé Monsieur Arnaud Hébert, chargé d opération au sein de l Agence de l eau de Sens. Comment l Agence de l Eau Seine Normandie intervient-elle pour l amélioration de la qualité de l eau de la Grande Source à Verlin? Où en est-on? Nous prenons en charge 40% du financement de l usine de filtration de l eau (filtration sur sable et affinage sur filtre à charbon actif en grain (CAG) pour l élimination des micropolluants notamment de type pesticides), actuellement en cours d installation à Verlin. Mais nous conditionnons notre soutien à la mise en place d actions préventives par le Syndicat des Eaux, dans le but de rétablir la qualité de l eau de la source et ce de manière pérenne. La première action consiste en le lancement d une étude du bassin d alimentation de captage qui complète l étude précédente sur la vulnérabilité de la ressource. Cette étude doit comprendre en particulier un volet agricole, qui permettra de déterminer les zones les plus sensibles à protéger selon l occupation du sol et de son utilisation. Un prestataire de service a été désigné pour cette étude, mais à ma connaissance l étude n a pas encore démarré. Dans le cas des anciennes carrières (sols calcaires comportant des fissures, et donc particulièrement vulnérables), le maire de St Loup d Ordon a d ores et déjà entrepris des démarches en vue de l acquisition des terrains. Là encore l Agence de l Eau peut intervenir par un soutien financier à hauteur de 40% de subvention et de 20% d avance à taux 0% sur 15 ans, mais la demande n a pas encore été faite officiellement. Quelles conséquences pratiques seront tirées de cette étude? Une des conséquences de l étude devrait être la révision du périmètre éloigné autour du captage, et l application des prescriptions de l hydrogéologue agréé pour la protection des zones sensibles. Les communes peuvent intervenir par la révision du plan d occupation des sols. En ce qui concerne les pollutions d origine agricole, elles peuvent, en collaboration avec la Mission d Assistance et Conseil à la mise en œuvre des Mesures Agro-Environnementales de l Yonne (MACMAE) hébergée par la Chambre d Agriculture, inciter sur la base du volontariat les agriculteurs exploitant des zones sensibles, à diminuer voire à supprimer les intrants chimiques (azote, produits phytosanitaires) sources de pollution de l eau par contractualisation notamment de mesures-agro-environnementales auxquelles l agence de l eau participe financièrement. Quels sont les moyens d action dont dispose l Agence de l Eau, maintenant que sa participation au financement de la station de filtration a été accordée? La «Grande Source» à Verlin est prioritaire pour l Agence de l Eau. Celle-ci est prête à fournir son aide technique et financière

4 dans les différentes étapes du programme d actions préventives en vue de la restauration de la qualité de l eau, qui est un des principaux objectifs de la politique de l eau, dans le cadre de la directive européenne. Le contrat qui lie l Agence de l Eau avec le Syndicat des Eaux soumet d ailleurs explicitement la participation de l agence au financement de la station de filtration à la réalisation dans les trois ans du programme d actions préventives, qui vise à la restauration de la qualité de l eau. Il faut rappeler enfin, qu en cas de pollution accidentelle, les maires qui n auraient pas rendu les périmètres de protection règlementaires compatibles avec les prescriptions de l hydrogéologue agréé du Département sont responsables des conséquences de la pollution. Entretien avec Mr. Claude Habert, Président du Syndicat des eaux de Verlin 14 mai 2010 La construction d une usine de filtrage a été décidée pour remédier au taux trop élevé en pesticides constaté dans l eau de la Grande Source à Verlin? Où en est-on? Et quel sera l impact du coût de cette installation sur le prix de l eau? Le permis de construire a été accordé début avril, et les travaux devraient débuter en juin. La station pourrait être opérationnelle début Globalement la part financée par le Syndicat des Eaux induira une augmentation d environ 25 centimes par mètre cube. Mais le Syndicat des Eaux a anticipé et procédé à un étalement de cette augmentation sur les trois dernières années. Les usagers payent déjà la charge de cette installation. Mais il ne devrait pas y avoir de nouvelle augmentation liée à ces travaux dans les prochaines années. L Agence de l Eau qui participe au financement de cette installation à hauteur de 40%, subordonne son aide à la mise en place d un programme visant à la restauration de la qualité de l eau. Une première étape consiste en une enquête de bassin d alimentation, qui complète la précédente, en particulier sur le volet agricole. Cette enquête a-telle été lancée? Un prestataire de service a été désigné pour conduire cette étude. Elle devrait débuter dans un mois et demi à deux mois, et durer un peu plus d un an. Quelles conséquences pratiques seront tirées de cette étude? Quel est le programme du Syndicat des Eaux pour contribuer à la diminution des pollutions d origine agricole? Notre Syndicat des Eaux est un petit syndicat aux moyens financiers limités. Ainsi toute intervention foncière le rachat de terres dans les zones sensibles me semble totalement exclu. Est-ce à dire que le Syndicat des Eaux ne peut rien faire? L aide que peut nous apporter l Agence de l Eau ne peut dépasser 60% du coût d acquisitions éventuelles, et l on ne peut compter sur des subventions complémentaires du conseil général, ni du conseil régional qui concentre ses interventions sur de plus grosses structures. Même réduite à 40% du coût, la charge financière d acquisitions de terres dépasse les moyens du Syndicat des Eaux. Monsieur Hebert, de l Agence de l Eau Seine Normandie, a cité l exemple de l acquisition par la commune de St Loup d Ordon des carrières situées sur le territoire de la commune. C est le maire de St Loup que vous devez interroger sur cette question. Pour ce qui concerne le Syndicat des Eaux, j ai appuyé le maire de St Loup dans cette démarche, dans la mesure où cette zone représente un danger potentiel de pollution de la nappe phréatique. Mais déjà la décharge sauvage qui s y était développée a été neutralisée, et la zone concernée est interdite au public.

5 Source CPP-Corpen ETAT DES LIEUX SUR LA POLLUTION DE L EAU l Yonne, la France, l Europe Lorsque l on se promène dans notre jolie région, il est parfois difficile de croire que nos campagnes sont actuellement aussi polluées que nos grandes villes. En effet la pollution est présente dans l air, dans l eau et dans les sols. Prenons l exemple de l eau. Dans nos villages, les analyses réalisées révèlent des pollutions inquiétantes de l eau. Dans les environs de Verlin, quelques exemples concrets sur les deux substances les plus connues : les nitrates et le déséthyl-atrazine. La Celle Saint-Cyr cumule les deux depuis 1996 date à laquelle déjà son eau était déclarée non conforme! Verlin, depuis 7 ans au moins a un taux de déséthyl-atrazine trop élevé. Osons parler de Béon qui a eu en 2001, à plusieurs reprises un taux d atrazine 7 fois plus élevé que la limite de qualité (0,1µg/l) sans parler des nitrates, des traces de Toluène, de mercure et de plomb et de divers PCB! Ces analyses d ailleurs montrent une grande ambiguïté entre les termes «limite de qualité», obligatoires, et «référence de qualité» simplement indicatrices. Le nombre de substances contrôlées est de plus trop restreint pour révéler la réelle qualité de l eau dite potable. Dans son article 1 er, notre loi 92-3 stipule : «l eau fait partie du bien commun de la nation». Malgré cette belle déclaration, notre pays est régulièrement condamné par l Europe pour manquement à ses engagements L Union Européenne, vu l ampleur du problème de santé humaine posé par la pollution de l eau, a pris des dispositions contraignant les Etats à prendre des mesures. Elle a ainsi réglementé le cadre de l eau en promulguant plusieurs lois. La Directive-cadre sur l eau du 23 octobre 2000 prévoit que les Etats devaient recenser toutes les ressources en eau avant 2004, puis, en 2009, un plan de gestion et un programme d actions devaient être élaborés.

6 Rappelons les trois buts énoncés dans la Directive européenne : 1.) prévenir la détérioration, améliorer et restaurer l état des masses d eau de surface, réduire la pollution, 2.) protéger, améliorer et restaurer les eaux, prévenir la pollution, assurer l équilibre entre les captages et leur renouvellement, 3.) préserver les zones protégées. L application de cette directive pouvait être reportée ou assouplie jusqu à Qu en est-il à l heure actuelle? Mauvaise élève, la France sollicite délais et dérogations, et prend beaucoup de retard. Elle n a donc à présent que cinq ans pour tenir ses engagements pour 2015! Vu l état dégradé de nos eaux et compte tenu de l échéance de 2015, seule une véritable volonté politique pourrait faire avancer les choses. En France, pour le moment, au lieu de réduire la quantité de substances chimiques dans les eaux, on a élevé les seuils autorisés! Prenons l exemple du taux de nitrates autorisé dans l eau potable : il est passé de 25mg/l à 50mg et nombre de nos captages dépasse encore ce seuil pourtant déjà dangereux. Pourtant, l OMS (l Organisation Mondiale de la Santé) préconise encore et toujours de ne pas aller audelà de 25mg/l. Mais revenons chez nous, pour constater que certaines municipalités, dont La Celle Saint-Cyr, omettent de fournir avec la facture une analyse annuelle complète de leur eau, alors que la loi Barnier les y oblige depuis De même les affichages des mêmes analyses et la nécessité de prévenir les consommateurs en cas de dépassement des taux maximum sont souvent oubliés ou mal présentés. Pollution, tu nous tiens. Malheureusement pour nous, l Yonne est le 3éme département français le plus pollué! Il suffit de regarder la carte des pesticides pour constater que nous habitons dans une région très atteinte. Les principales substances sont les nitrates et l atrazine avec ses dérivés ; déséthyl et déisopropyl, toutes d origine agricole. Notre eau devient de plus en plus chère, puisqu elle serait soi-disant assainie, et paradoxe, elle est de moins en moins propre à la consommation. Que faire? Nous ne pouvons que nous tourner vers nos élus puisqu ils doivent légalement s assurer de la bonne qualité de cette eau. Les municipalités, les syndicats des eaux peuvent choisir pour les zones sensibles des bassins de captages d imposer l agriculture biologique (cultures ou prairies) - sans utilisation de pesticides de synthèse donc - ou/et la plantation de bois. Elles ont la possibilité de préempter les terrains concernés avec des crédits à taux très bas. Toutes ces opérations peuvent bénéficier du soutien de l Agence de l Eau, en particulier sous forme de subventions.

7 DOSSIER DU BIO À LA CANTINE? Nous avons lu le dossier préparé et diffusé par le Syndicat National de la Restauration Collective (SNRRC) et l ONG écologiste WWF* sur les multiples intérêts de l introduction d aliments bio dans les cantines des communes rurales. Voici un résumé de ce dossier fort bien élaboré et documenté. L introduction du bio dans les cantines scolaires dépend du conseil municipal et du maire. Les mairies qui se sont engagées dans cette voie ont constaté des conséquences très positives sur plusieurs secteurs de la vie communale. Le dossier présente de manière détaillée les effets de la cantine bio tout d abord sur la santé des enfants, puis sur la dépollution et la préservation de l environnement (eaux, sols et air), et donc sur le bien être de la population générale. Il présente enfin l influence de la cantine bio sur l économie de la commune et de ses environs. La santé des enfants La cuisine scolaire bio, si elle est préparée par un cuisinier ou une cuisinière ayant eu une formation adéquate, est une cuisine équilibrée, variée, ayant des qualités gustatives très appréciées. Elle est préparée avec des ingrédients de saison, produits à proximité et, ce qui est le plus important, sans insecticides, fongicides et engrais chimiques, préservant ainsi les enfants des effets nocifs de ces derniers. Le dossier insiste sur le fait qu à l heure actuelle, l offre des produits bio est insuffisante pour proposer aux enfants des repas entièrement composés de produits bio. Il s agit donc d une démarche progressive. On introduit d abord un, puis deux, et de plus en plus d éléments bio dans les repas, en fonction du développement de l offre locale. La dépollution et la préservation de l environnement Les municipalités, qui ont décidé de fournir aux enfants une alimentation saine et de proximité, ont opté aussi pour le développement durable de la commune : elles agissent non seulement sur la réduction des émissions des gaz à effet de serre et de la pollution due aux transports, mais aussi sur la quantité de pesticides déversés par les agriculteurs des environs,

8 pesticides dont on connait de plus en plus les effets nocifs sur la santé. Résultat : une dépollution progressive des eaux, du sol et de l air de la commune et de ses environs. Ainsi la cantine bio devient le moteur de l amélioration des conditions de vie de toute la population. [Un petit point qu on peut ajouter, la diminution et, à terme, l élimination de la gêne occasionnée par l odeur des traitements est un grand soulagement pour tout le monde. c est un peu «rentre dedans», non?] Justement, à Verlin et dans plusieurs communes environnantes, la consommation d eau est à présent déconseillée aux femmes enceintes et aux jeunes enfants en raison de sa teneur en pesticides. Plusieurs exemples montrent que le coût d un programme de soutien à l agriculture biologique est très nettement inférieur à celui de la seule dénitrification en France (0,01 /m3 contre 0,27 /m3). (Source FNAB 2009 L agriculture biologique : un outil efficace et économe pour protéger les ressources en eau) En France, un tiers des établissements de restauration collective, soit établissements, servent des repas bio. Parmi eux, les cantines scolaires arrivent en tête, puisque près de la moitié d entre elles ont intégré, au moins ponctuellement, des produits bio dans leurs menus. L Agence bio prévoit que d ici 2012, 7 restaurants sur 10 auront intégré le bio dans leurs menus. (Source ANDInternational/ Agence Bio-2009) L économie de la commune et de ses environs Ces municipalités, par le biais de la cantine scolaire bio, proposent aux agriculteurs, qui sont prêts à abandonner les pratiques polluantes, un débouché régulier et ainsi une sécurité financière. Comme l agriculture bio a besoin de plus de maind œuvre (20-30% de plus à l hectare) que l agriculture intensive, la municipalité agit également de manière positive sur l emploi et sur la valorisation du travail des agriculteurs. Les mairies peuvent installer de nouveaux agriculteurs. Pour permettre l installation de nouveaux agriculteurs biologiques, l un des outils majeurs des collectivités locales réside dans la constitution de réserves foncières destinées à des projets d agriculture biologique. Pour cela, les collectivités territoriales n hésitent pas à utiliser leur pouvoir de décision en matière d occupation des sols et leur droit de préemption sur les terres agricoles. Les mairies peuvent aussi aider les agriculteurs présents sur le territoire à passer au bio! Pour inciter à la conversion des surfaces en agriculture biologique, des mécanismes de contractualisation et d incitation financière peuvent être mis en place sur les terrains acquis par la collectivité, ou auprès de l ensemble des agriculteurs présents sur le territoire de la commune. Ces démarches ont montré toute leur efficacité dans les collectivités qui ont favorisé l agriculture biologique à des fins de protection des zones de captage d eau potable : en arrêtant les pollutions agricoles en amont, ces collectivités ont pu faire des économies notables en matière de traitement de l eau de consommation, tout en développant une activité économique locale. Quel est le «juste» prix du bio? Certes, la mise en place d une restauration collective bio génère souvent des surcoûts

9 par rapport à un repas conventionnel, amenant la collectivité et/ou les parents à assumer une part du surplus. Toutefois, à court terme, cette dépense supplémentaire est maîtrisable et à long terme, elle est même rentable. Des aides peuvent être obtenues auprès de la Région pour couvrir le surcoût. Le surcoût des produits bio est souvent de l ordre de 30% des coûts matières (Source FNAB repasbio.org). Mais d un autre côté, la collecte et l assainissement (dépollution) des eaux usées représentent 31 % du coût de l eau pour les collectivités (Source CNRS cnrs.fr). L aliment non biologique a des coûts cachés souvent méconnus : dépenses liées à la dépollution des eaux et aux problèmes de santé publique, subventions agricoles financées par l impôt, pertes d emplois agricoles, Pour en savoir plus : Les mairies peuvent contacter le SGAR (Secrétariat Général aux Affaires Régionales) de la région ou le Conseil régional. Des financements sont possibles dans le cadre du Contrat de Plan Etat/Région (CPER) *Le dossier «Bio à la cantine» du (SNRRC) et l ONG écologiste WWF est téléchargeable sur : files/du%20bio%20%c3%a0%20la%20cantine,%20 mode%20d%27emploi_wwf-snrc.pdf LE COIN PRATIQUE ET ECOLO Venir à bout des tâches de gras. Pas besoin d acheter dans le commerce un détachant, qui contient des produits chimiques polluants! Un peu de talc suffit. Le vêtement étant étendu à plat, répandez le talc sur la tâche de gras, couvrez d un tissu ou d une feuille d essuie-tout, et posez dessus un poids, par exemple un dictionnaire. Laissez agir une nuit. Il ne vous reste qu à secouer et brosser : la tâche est effacée! Recette de soupe aux fanes de radis et navets. Vous jetez les fanes : dommage! Voici une recette qui vous permettra de les apprêter délicieusement. Lavez les feuilles et coupez-les grossièrement. Dans un peu de corps gras, laissez fondre à petit feu avec un oignon. Ajoutez un litre d eau, trois pommes de terre à soupe moyennes, salez, poivrez, et laissez cuire. Passez ou mixez après cuisson de façon à obtenir une crème onctueuse. Ajoutez un peu de crème fraîche et un filet de citron. Il ne vous reste qu à déguster cette délicieuse soupe, qui ne vous aura pas coûté très cher! Un truc pour éviter que le lait ne se sauve. Enduisez le bord intérieur de la casserole d un tout petit peu de corps gras (huile, beurre ou margarine). Vous pouvez oublier votre casserole sur le feu. Le lait gonflera, mais s arrêtera juste en dessous du bord. Cela marche aussi pour la confection des confitures!

10 BONNES FEUILLES LE PASSEUR DE CHADONG construction d un pont, la traversée s effectuait alors sur un bac à proue carrée, capable de changer à chaque voyage vingt passagers, hommes et chevaux. Quand venant de Sichuan, on entre au Hunan par l ouest, on rencontre sur la grande route, juste à la limite de deux provinces, une bourgade de montagne nommée Chadong. Il y coule une petite rivière au bord de laquelle se dresse une pagode blanche. Au pied de cette pagode vivait autrefois une famille isolée, composée d un vieillard, d une jeune fille et d un chien jaune. La rivière contourne la colline rocheuse pour aller se jeter dans le fleuve à Chadong, environs trois li 1 plus bas. Mais si, franchissant le cours d eau, on coupe à travers la montagne, il n y a qu un li à parcourir pour atteindre le bourgade de Chadong. Le tracé de la rivière est comme le dos d un arc dont le chemin de terre serait la corde, ce qui explique cette petite différence. D environ six mètres de large, elle coule dans un lit de grosses pierres. Même aux endroits où ses eaux calmes ont une telle profondeur qu une perche n en atteint pas le fond, elle est si limpide et si transparente qu on peut y compter les poissons. Voie de communication principale entre les deux provinces, cette rivière connaît des alternances de hautes et de basses eaux. Comme, par ailleurs, les moyens financiers ne permettaient pas d envisager la Quant les clients étaient nombreux, il devait faire plusieurs allers et retours. On avait dressé à l avant du bateau une petite perche de bambou à laquelle était accroché un anneau de fer mobile. Un câble de bambou était tendu au dessus de l eau : si des clients se présentaient, le batelier y passait l anneau de fer et, en s agrippant au câble, tirait lentement le bateau vers l autre rive. Quand le bac approchait de la berge, le batelier, tout en criant «Attention, attention!», sautait d un bond à terre et tirait sur l anneau, tandis que le bateau se vidait de son chargement : hommes, marchandises et bétail ne tardaient pas à disparaître de l autre côté de la montagne. Service public, le passage était gratuit. Certains voyageurs, par scrupule, lançaient une poignée de monnaie sur le pont du bateau. 1 Un li équivaut à 500 mètres. Shen Congwen, Le passeur de Chadong, Ed. Albin Michel 1990 pages 7 et 8

Devenez point de chute d une ferme du réseau québécois d agriculture soutenue par la communauté (ASC)

Devenez point de chute d une ferme du réseau québécois d agriculture soutenue par la communauté (ASC) GUIDE À L INTENTION DES ORGANISATIONS Devenez point de chute d une ferme du réseau québécois d agriculture soutenue par la communauté (ASC) Pour des paniers de légumes locaux et sains, directement livrés

Plus en détail

Fiche d évaluation des actions conduites par les partenaires

Fiche d évaluation des actions conduites par les partenaires Fiche d évaluation des actions conduites par les partenaires Chaque partenaire relais d une agence de l eau est invité à compléter cette fiche d évaluation à l issue des manifestations (réunions, expositions,

Plus en détail

UNE MEILLEURE CROISSANCE, UN MEILLEUR CLIMAT

UNE MEILLEURE CROISSANCE, UN MEILLEUR CLIMAT UNE MEILLEURE CROISSANCE, UN MEILLEUR CLIMAT The New Climate Economy Report EXECUTIVE SUMMARY La Commission Mondiale sur l Économie et le Climat a été établie pour déterminer s il est possible de parvenir

Plus en détail

Séminaire du 17 octobre 2014 «La gestion des milieux aquatiques dans la loi MAPTAM et le SAGE : quels enjeux pour la Baie de Saint Brieuc?

Séminaire du 17 octobre 2014 «La gestion des milieux aquatiques dans la loi MAPTAM et le SAGE : quels enjeux pour la Baie de Saint Brieuc? Séminaire du 17 octobre 2014 «La gestion des milieux aquatiques dans la loi MAPTAM et le SAGE : quels enjeux pour la Baie de Saint Brieuc?» Le Schéma d Aménagement et de Gestion des Eaux (SAGE) de la baie

Plus en détail

L eau c est la vie! À l origine était l eau... La planète bleue. Les propriétés de l eau. L homme et l eau. ... et l eau invita la vie.

L eau c est la vie! À l origine était l eau... La planète bleue. Les propriétés de l eau. L homme et l eau. ... et l eau invita la vie. 1 L eau c est la vie! À l origine était l eau... Lors du refroidissement de la terre, qui était une boule de feu à sa création, les nuages qui l entouraient ont déversé leur eau, formant les mers et les

Plus en détail

GUIDE DE L'ÉCO-PRESTATAIRE

GUIDE DE L'ÉCO-PRESTATAIRE GUIDE DE L'ÉCO-PRESTATAIRE Politique Environnementale du Groupe UNILOGI 70.000 personnes logées au sein de notre patrimoine dans 210 communes sur 7 départements et 3 régions, xxx entreprises fournisseurs

Plus en détail

RÉGLEMENT INTÉRIEUR 2015 DU RESTAURANT SCOLAIRE adopté par le conseil municipal du 9 décembre 2014

RÉGLEMENT INTÉRIEUR 2015 DU RESTAURANT SCOLAIRE adopté par le conseil municipal du 9 décembre 2014 Ville de Saint-Palais-sur-Mer Groupe scolaire Lucien Robin RÉGLEMENT INTÉRIEUR 2015 DU RESTAURANT SCOLAIRE adopté par le conseil municipal du 9 décembre 2014 Préambule Le restaurant scolaire n est pas

Plus en détail

RESTAURANTS SCOLAIRES COMMUNAUX RESTAURANT DU CENTRE DE LOISIRS SANS HEBERGEMENT «RÉGLEMENTATION RELATIVE AU FONCTIONNEMENT»

RESTAURANTS SCOLAIRES COMMUNAUX RESTAURANT DU CENTRE DE LOISIRS SANS HEBERGEMENT «RÉGLEMENTATION RELATIVE AU FONCTIONNEMENT» Page 1 ANNEE SCOLAIRE 2014/2015 RESTAURANTS SCOLAIRES COMMUNAUX RESTAURANT DU CENTRE DE LOISIRS SANS HEBERGEMENT «RÉGLEMENTATION RELATIVE AU FONCTIONNEMENT» Le Maire de la Commune de Labouheyre, Vu l article

Plus en détail

EAU ET MILIEUX AQUATIQUES. Les 9 es programmes d intervention des agences de l eau 2007-2012

EAU ET MILIEUX AQUATIQUES. Les 9 es programmes d intervention des agences de l eau 2007-2012 EAU ET MILIEUX AQUATIQUES Les 9 es programmes d intervention des agences de l eau 2007-2012 Janvier 2007 9 es 2007-2012 programmes des agences de l eau «L Europe s est dotée d un cadre communautaire pour

Plus en détail

«Cette action contribue au PNNS». À CHÂTEAU THIERRY

«Cette action contribue au PNNS». À CHÂTEAU THIERRY «Cette action contribue au PNNS». «IL FAIT BIO À CHÂTEAU THIERRY A Chateau Thierry, la Municipalité souhaite développer les produits BIO et issus de filières de proximité dans les menus de la restauration

Plus en détail

REGLEMENT DU RESTAURANT SCOLAIRE DU RPI OZENAY-PLOTTES ECOLE LES JOYEUX CARTABLES

REGLEMENT DU RESTAURANT SCOLAIRE DU RPI OZENAY-PLOTTES ECOLE LES JOYEUX CARTABLES REGLEMENT DU RESTAURANT SCOLAIRE DU RPI OZENAY-PLOTTES ECOLE LES JOYEUX CARTABLES Article 1 Bénéficiaires Le restaurant scolaire municipal accueille les enfants scolarisés dans les écoles DU RPI OZENAY-PLOTTES.

Plus en détail

pour un pacte écologique local : questions aux futurs élus locaux

pour un pacte écologique local : questions aux futurs élus locaux pour un pacte écologique local : questions aux futurs élus locaux Préserver la biodiversité dans la commune La commune dispose-t-elle d'un inventaire du patrimoine écologique local? Quelle part de budget

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANÇAISE. REGLEMENT DES SERVICES PERISCOLAIRES 2013/2014 (RESTAURANT SCOLAIRE et GARDERIE et CENTRE D ANIMATION)

REPUBLIQUE FRANÇAISE. REGLEMENT DES SERVICES PERISCOLAIRES 2013/2014 (RESTAURANT SCOLAIRE et GARDERIE et CENTRE D ANIMATION) REPUBLIQUE FRANÇAISE M A I R I E DE P O N T H E V R A R D 5, PLACE DE LA MAIRIE 78730 PONTHEVRARD TELEPHONE : 01.30.41.22.13 - TELECOPIE : 01.30.88.20.26 EMAIL : PONTHEVRARD@ORANGE.FR REGLEMENT DES SERVICES

Plus en détail

Le Plan Départemental de l Eau

Le Plan Départemental de l Eau de l Eau CG1/PIADDT/DAE/MD-LS-9/05/009 de l Eau Son organisation schématique va s appuyer sur : 1. Les infrastructures existantes d intérêt départemental,. Les schémas directeurs territoriaux, 3. Des maillages

Plus en détail

STAGE CUISINE MARDI 6 OCTOBRE 2009 CUISINE DU MARCHE

STAGE CUISINE MARDI 6 OCTOBRE 2009 CUISINE DU MARCHE STAGE CUISINE MARDI 6 OCTOBRE 2009 CUISINE DU MARCHE RECETTE N 1 Escalope de foie gras rôti, pommes de terre confite, oignon rouge et jus au vin rouge. 100 g d échalotes 4 g poivre mignonnette 2 g de coriandre

Plus en détail

EDUCATION A L ENVIRONNEMENT QUALITE DE L EAU

EDUCATION A L ENVIRONNEMENT QUALITE DE L EAU DOCUMENT D AIDE A LA PREPARATION DE LA CLASSE Plan de Rénovation de l Enseignement des Sciences et de la Technologie A l école au cycle 3. EDUCATION A L ENVIRONNEMENT QUALITE DE L EAU Groupe sciences Isère

Plus en détail

«L énergie la moins chère et la moins polluante est celle qu on ne consomme pas»

«L énergie la moins chère et la moins polluante est celle qu on ne consomme pas» Énergie «L énergie la moins chère et la moins polluante est celle qu on ne consomme pas» La première fonction de l agriculture est la valorisation de l énergie solaire en énergie alimentaire par la photosynthèse.

Plus en détail

EXTRAIT DU REGISTRE DES ARRETES DU PRESIDENT DE LA COMMUNAUTE URBAINE DE LYON

EXTRAIT DU REGISTRE DES ARRETES DU PRESIDENT DE LA COMMUNAUTE URBAINE DE LYON REPUBLIQUE FRANCAISE DEPARTEMENT DU RHONE EXTRAIT DU REGISTRE DES ARRETES DU PRESIDENT DE LA COMMUNAUTE URBAINE DE LYON ARRETE N 2013-07-15-R-0287 commune(s) : Villeurbanne objet : Autorisation de déversement

Plus en détail

p. 4-5 p. 6-7 p. 8-9 p. 10-11

p. 4-5 p. 6-7 p. 8-9 p. 10-11 L eau est une ressource essentielle partagée par tous. Elle est indispensable à l équilibre des écosystèmes, au développement durable et à notre survie même. L eau fait partie des préoccupations prioritaires

Plus en détail

RÈGLEMENT INTÉRIEUR DU RESTAURANT SCOLAIRE DE JUMIÈGES

RÈGLEMENT INTÉRIEUR DU RESTAURANT SCOLAIRE DE JUMIÈGES RÈGLEMENT INTÉRIEUR DU RESTAURANT SCOLAIRE DE JUMIÈGES I - RÈGLES GÉNÉRALES Article 1 - Le restaurant scolaire n a pas un caractère obligatoire, il a pour objet d assurer, dans les meilleures conditions

Plus en détail

Sdage, état d avancement de la révision et prochaine consultation

Sdage, état d avancement de la révision et prochaine consultation Sdage, état d avancement de la révision et prochaine consultation Ingrid HERMITEAU Agence de l eau Loire-Bretagne Cap sur la révision du Sdage 1. Rappel : qu est-ce que le Sdage? 2. Les éléments de réflexion

Plus en détail

Agriculture biologique et qualité de l eau Une question d intérêt général

Agriculture biologique et qualité de l eau Une question d intérêt général Agriculture biologique et qualité de l eau Une question d intérêt général 10 propositions du réseau FNAB pour une nouvelle politique de l eau (2013-2018) Cahier propositionnel du réseau FNAB dans le cadre

Plus en détail

REGLEMENT INTERIEUR du RESTAURANT SCOLAIRE COMMUNE DE PLOUGUIEL

REGLEMENT INTERIEUR du RESTAURANT SCOLAIRE COMMUNE DE PLOUGUIEL REGLEMENT INTERIEUR du RESTAURANT SCOLAIRE COMMUNE DE PLOUGUIEL PREAMBULE La commune de Plouguiel a mis en place un service de restauration scolaire en 1976. Ce service fonctionne pour l'école publique

Plus en détail

RESTAURATION SCOLAIRE

RESTAURATION SCOLAIRE RESTAURATION SCOLAIRE REGLEMENT INTERIEUR L admission à la cantine ne constitue pas une obligation pour la commune, mais un service rendu aux familles dans le cadre de l organisation arrêtée par la collectivité

Plus en détail

Comptes rendus d Activités Techniques et Financières du Service de l Eau Potable Année 2004

Comptes rendus d Activités Techniques et Financières du Service de l Eau Potable Année 2004 Service de l Eau Potable Année 2004 1 Ville de VENELLES Comptes rendus d activités Techniques et financières du Service de l Eau Potable Destinataire : Monsieur le Maire de la commune de VENELLES (13770)

Plus en détail

Opérations collectives vers les entreprises, PME/PMI et artisans :

Opérations collectives vers les entreprises, PME/PMI et artisans : Opérations collectives vers les entreprises, PME/PMI et artisans : Quels intérêts? Stéphanie BOULAY Direction des Rivières Ile-de-France Service Investissements Industries Ile-de-France SIARH - 3 décembre

Plus en détail

Bordeaux, le 22 mars 2010. Le Président Références à rappeler : Ch.R//CB/ROD II/ /033017992. Monsieur le Président,

Bordeaux, le 22 mars 2010. Le Président Références à rappeler : Ch.R//CB/ROD II/ /033017992. Monsieur le Président, Le Président Références à rappeler : Ch.R//CB/ROD II/ /033017992 Bordeaux, le 22 mars 2010 Monsieur le Président, Par lettre du 9 septembre 2008, vous avez été informé que la Chambre régionale des comptes

Plus en détail

Restauration d entreprise

Restauration d entreprise A s s o c i a t i o n d e s R e s p o n s a b l e s d e S e r v i c e s G é n é r a u x F a c i l i t i e s M a n a g e r s A s s o c i a t i o n Restauration d entreprise L article R. 4228-19 du Code

Plus en détail

Mon installation d assainissement non collectif PRÉSERVER LA RESSOURCE EN EAU ET RESPECTER LES MILIEUX AQUATIQUES. Guide.

Mon installation d assainissement non collectif PRÉSERVER LA RESSOURCE EN EAU ET RESPECTER LES MILIEUX AQUATIQUES. Guide. Mon installation d assainissement non collectif PRÉSERVER LA RESSOURCE EN EAU ET RESPECTER LES MILIEUX AQUATIQUES Guide d entretien Aillevans - Athesans Etroitefontaine - Autrey Le Vay - Beveuge - Bonnal

Plus en détail

Commune de SENAN Séance du 8 septembre 2014. Séance du lundi 8 septembre 2014. A 20 h 30, Monsieur Gérard CHAT, Maire, déclare la séance ouverte.

Commune de SENAN Séance du 8 septembre 2014. Séance du lundi 8 septembre 2014. A 20 h 30, Monsieur Gérard CHAT, Maire, déclare la séance ouverte. Séance du lundi 8 septembre 2014 Convocation du Conseil Municipal le 2 septembre 2014 (affichage ce même jour), à effet de délibérer sur l'ordre du jour suivant : - Redevances d occupation du domaine public

Plus en détail

Vous voudrez bien indiquer au greffe de la juridiction la date de cette réunion.

Vous voudrez bien indiquer au greffe de la juridiction la date de cette réunion. Le Président REF. : N 1027 Poitiers, le 29 décembre 2006 Rod2-1 RECOMMANDE AVEC A.R. Monsieur le Maire, Le rapport d observations définitives sur la gestion de la commune de Saint-Sauveur-d Aunis, arrêté

Plus en détail

Les principaux thèmes liés à cette cause sont :

Les principaux thèmes liés à cette cause sont : S engager pour l environnement Les hommes sont dépendants de leur environnement : c est leur lieu de vie. C est pourquoi lutter contre la pollution et le gaspillage est important. La défense de l environnement,

Plus en détail

ROYAUME DU MAROC AGENCE DU BASSIN HYDRAULIQUE DU LOUKKOS

ROYAUME DU MAROC AGENCE DU BASSIN HYDRAULIQUE DU LOUKKOS ROYAUME DU MAROC AGENCE DU BASSIN HYDRAULIQUE DU LOUKKOS Plan de Communication Opérationnel de l Agence du Bassin Hydraulique du Loukkos 1 PLAN 1. Analyse de l environnement 2. l environnement externe

Plus en détail

RESTAURATION SCOLAIRE REGLEMENT INTERIEUR

RESTAURATION SCOLAIRE REGLEMENT INTERIEUR RESTAURATION SCOLAIRE REGLEMENT INTERIEUR L admission à la cantine ne constitue pas une obligation pour la commune, mais un service facultatif rendu aux familles dans le cadre de l organisation arrêtée

Plus en détail

Cadre stratégique pour l agriculture du Canada Programmes d intendance environnementale

Cadre stratégique pour l agriculture du Canada Programmes d intendance environnementale Agriculture and Agri-Food Canada Agriculture et Agroalimentaire Canada Cadre stratégique pour l agriculture du Canada Programmes d intendance environnementale Les initiatives environnementales Eau Nutriments,

Plus en détail

Démarche «Bien manger au restaurant scolaire»

Démarche «Bien manger au restaurant scolaire» Démarche «Bien manger au restaurant scolaire» Jean Pascal Arcangeli, association Les Petits Palais Yoann Loyen, Groupement des Agriculteurs Biologiques de Loire-Atlantique Par l association Les Petits

Plus en détail

NOR : DEV O 08 1 5 9 0 7 C

NOR : DEV O 08 1 5 9 0 7 C REPUBLIQUE FRANCAISE MINISTERE DE L ECOLOGIE, DE L ENERGIE, DU DEVELOPPEMENT DURABLE ET DE L AMENAGEMENT DU TERRITOIRE DIRECTION DE L'EAU Sous-Direction de l'action territoriale, De la directive cadre

Plus en détail

INFORMATIONS UTILES À DESTINATION DES ÉTUDIANTS VENANT À MALTE ET GOZO POUR APPRENDRE L ANGLAIS

INFORMATIONS UTILES À DESTINATION DES ÉTUDIANTS VENANT À MALTE ET GOZO POUR APPRENDRE L ANGLAIS INFORMATIONS UTILES À DESTINATION DES ÉTUDIANTS VENANT À MALTE ET GOZO POUR APPRENDRE L ANGLAIS INTRODUCTION Bienvenue. Cette brochure a pour but de vous donner des conseils pratiques et des informations

Plus en détail

Adaptation Aux changements climatiques. Agriculture et sécurité alimentaire: Cas du Burkina Faso

Adaptation Aux changements climatiques. Agriculture et sécurité alimentaire: Cas du Burkina Faso Adaptation Aux changements climatiques Agriculture et sécurité alimentaire: Cas du Burkina Faso Sommaire Le Le contexte Notion Notion d adaptation Stratégies Stratégies et techniques d adaptation Les Les

Plus en détail

CONCLUSIONS ET AVIS MOTIVE DU COMMISSAIRE ENQUETEUR

CONCLUSIONS ET AVIS MOTIVE DU COMMISSAIRE ENQUETEUR DEPARTEMENT DE LA GIRONDE COMMUNE DE BORDEAUX Enquête publique du 1 er juillet 2013 au 31 juillet 2013 inclus : Demande de permis de construire déposée à la mairie de Bordeaux et concernant le projet d

Plus en détail

Indications pédagogiques B2 / 32

Indications pédagogiques B2 / 32 à la Communication Objectif général Indications pédagogiques B2 / 32 B : S INFORMER / SE DOCUMENTER Degré de difficulté 2 Objectif intermédiaire Objectif opérationnel Pré-requis Nombre d exercices proposés

Plus en détail

Pour une meilleure santé

Pour une meilleure santé Pour une meilleure santé LA CONSOMMATION QUOTIDIENNE DE VIANDE APPORTE DES GRAISSES SATURÉES. => AUGMENTATION TAUX DE CHOLESTÉROL ET MALADIES CARDIO-VASCULAIRES. => RISQUE DE SURPOIDS ET D'OBÉSITÉ. LES

Plus en détail

REFORME DU CREDIT A LA CONSOMMATION DECRET SUR LE REMBOURSEMENT MINIMAL DU CAPITAL POUR LES CREDITS RENOUVELABLES

REFORME DU CREDIT A LA CONSOMMATION DECRET SUR LE REMBOURSEMENT MINIMAL DU CAPITAL POUR LES CREDITS RENOUVELABLES REFORME DU CREDIT A LA CONSOMMATION DECRET SUR LE REMBOURSEMENT MINIMAL DU CAPITAL POUR LES CREDITS RENOUVELABLES DOSSIER DE PRESSE FICHE 1 Une réforme pour réduire le coût des crédits renouvelables et

Plus en détail

CONGRES REGIONAL CTA/ ATPS DE LA JEUNESSE EN AFRIQUE

CONGRES REGIONAL CTA/ ATPS DE LA JEUNESSE EN AFRIQUE CONGRES REGIONAL CTA/ ATPS DE LA JEUNESSE EN AFRIQUE Exploiter le Potentiel de la Science, de la Technologie et de l Innovation dans les chaînes Agro-alimentaires en Afrique : Créer emplois et richesse

Plus en détail

INTRODUCTION... 2 CALENDRIER... 3 TRAVAUX DE L ANNEE 2004... 4 BUDGET REALISE 2004... 8 ANNEXES... 10

INTRODUCTION... 2 CALENDRIER... 3 TRAVAUX DE L ANNEE 2004... 4 BUDGET REALISE 2004... 8 ANNEXES... 10 Rapport d avancement des travaux de lla Commiissiion Localle de ll Eau du bassiin du Loiiret ANNÉE 2004 INTRODUCTION... 2 CALENDRIER... 3 TRAVAUX DE L ANNEE 2004... 4 BUDGET REALISE 2004... 8 ANNEXES...

Plus en détail

INSCRIPTION au RESTAURANT SCOLAIRE Année 2014 / 2015

INSCRIPTION au RESTAURANT SCOLAIRE Année 2014 / 2015 NOM DE L ENFANT :. PRENOM DE L ENFANT : Date de Naissance :.. Sexe de l enfant: Masculin Féminin 1 Dossier à compléter par enfant. Maternelle : Elémentaire : - petite section - moyenne section.. Classe

Plus en détail

BUREAU SYNDICAL SMIRTOM DU SAINT AMANDOIS

BUREAU SYNDICAL SMIRTOM DU SAINT AMANDOIS Délibération n 3 MISSIONS SPECIALES DU PRESIDENT ET DES VICE PRESIDENTS Vu le code général des collectivités territoriales et en particulier ses articles L2123-17 à L2123-24-1, Monsieur, Président, Messieurs

Plus en détail

Maps Tableau de bord avec MindManager et Power Markers

Maps Tableau de bord avec MindManager et Power Markers Maps Tableau de bord avec MindManager et Power Markers Nick Duffill, Harport Consulting traduction Martine Jésus Qu est-ce exactement qu une map tableau de bord? Qu est-ce qu une map tableau de bord? N

Plus en détail

Le restaurant scolaire est ouvert le lundi, mardi, jeudi et vendredi de 12H05 à 13 H30 : Article 2 : ACCES AU RESTAURANT

Le restaurant scolaire est ouvert le lundi, mardi, jeudi et vendredi de 12H05 à 13 H30 : Article 2 : ACCES AU RESTAURANT COMMUNE DE NIVILLAC REGLEMENT INTERIEUR DU RESTAURANT SCOLAIRE ANNEE 2014-2015 ECOLE PRIMAIRE PUBLIQUE «LES PETITS MURINS» La cantine scolaire a pour objectif d assurer, dans les meilleures conditions

Plus en détail

RÉSULTATS DE L OBSERVATOIRE TECHNICO-ÉCONOMIQUE DU RAD Synthèse 2011 - Exercice comptable 2010

RÉSULTATS DE L OBSERVATOIRE TECHNICO-ÉCONOMIQUE DU RAD Synthèse 2011 - Exercice comptable 2010 Les essentiels du Réseau agriculture durable RÉSULTATS DE L OBSERVATOIRE TECHNICO-ÉCONOMIQUE DU Synthèse 2011 - Exercice comptable 2010 Réseau d information comptable agricole du Ministère de l Agriculture,

Plus en détail

Municipalité de la paroisse de Saint-Lazare

Municipalité de la paroisse de Saint-Lazare Municipalité de la paroisse de Saint-Lazare PROVINCE DE QUÉBEC MUNICIPALITÉ DE LA PAROISSE DE SAINT-LAZARE M.R.C. DE VAUDREUIL-SOULANGES RÈGLEMENT NUMÉRO 627 RÈGLEMENT VISANT À INTERDIRE L UTILISATION

Plus en détail

COMPTES-RENDUS DES ATELIERS THÉMATIQUES AGENDA 21 COMMUNAUTÉ DE COMMUNES PAYS AUBENAS VALS JUIN 2010 - PHASE DE DIAGNOSTIC

COMPTES-RENDUS DES ATELIERS THÉMATIQUES AGENDA 21 COMMUNAUTÉ DE COMMUNES PAYS AUBENAS VALS JUIN 2010 - PHASE DE DIAGNOSTIC COMPTES-RENDUS DES ATELIERS THÉMATIQUES JUIN 2010 - PHASE DE DIAGNOSTIC AGENDA 21 COMMUNAUTÉ DE COMMUNES PAYS AUBENAS VALS ATELIER N 1 «STRATÉGIE TERRITORIALE ET AMÉNAGEMENT» Animateur des ateliers thématiques

Plus en détail

REGLEMENT INTERIEUR DE LA RESTAURATION SCOLAIRE

REGLEMENT INTERIEUR DE LA RESTAURATION SCOLAIRE La commune du Beausset REGLEMENT INTERIEUR DE LA RESTAURATION SCOLAIRE PREAMBULE La commune du Beausset dispose de trois restaurants scolaires : Malraux, Pagnol et Gavot. Afin d améliorer la qualité du

Plus en détail

Enjeux et Perspectives de la composante «Environnement Santé» du Plan d Action de l Initiative Environnement du NEPAD

Enjeux et Perspectives de la composante «Environnement Santé» du Plan d Action de l Initiative Environnement du NEPAD PRÉSENTATION POWER POINT Enjeux et Perspectives de la composante «Environnement Santé» du Plan d Action de l Initiative Environnement du NEPAD Cheikh FOFANA, Assistant au Secrétaire Exécutif, Secrétariat

Plus en détail

REGLEMENT INTERIEUR SERVICE DE RESTAURATION SCOLAIRE. Pris en application de la délibération du Conseil Municipal du 10 mars 2011

REGLEMENT INTERIEUR SERVICE DE RESTAURATION SCOLAIRE. Pris en application de la délibération du Conseil Municipal du 10 mars 2011 REGLEMENT INTERIEUR SERVICE DE RESTAURATION SCOLAIRE Pris en application de la délibération du Conseil Municipal du 10 mars 2011 Modifié par délibérations des 9 juin et 15 décembre 2011 NOM et Prénom de

Plus en détail

Nouvel immeuble de bureaux pour la C.U.B - Groupe FAYAT

Nouvel immeuble de bureaux pour la C.U.B - Groupe FAYAT COMPTE RENDU DE VISITE ECOLE CENTRALE PARIS Nouvel immeuble de bureaux pour la C.U.B - Groupe FAYAT Introduction Pour la dernière journée de notre voyage d intégration, nous avons été accueillis le vendredi

Plus en détail

Le risque inondation : comment s en protéger?

Le risque inondation : comment s en protéger? Franck Boston PRÉVENTION ET SÉCURITÉ Le risque inondation : comment s en protéger? RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Liberté Égalité Fraternité Le principal risque naturel susceptible d affecter l Île-de-France est

Plus en détail

APPROUVE l acte constitutif du groupement de commandes pour l achat d électricité coordonné par le Syndicat d Energie des Yvelines.

APPROUVE l acte constitutif du groupement de commandes pour l achat d électricité coordonné par le Syndicat d Energie des Yvelines. PROCÈS VERBAL DE LA RÉUNION DU 12 FÉVRIER 2015 - Approbation du procès-verbal de la séance du 20 janvier 2015 - Adhésion au groupement de commande d électricité - Adhésion au groupement de commande pour

Plus en détail

Comment utiliser les graines de soja à la cuisine

Comment utiliser les graines de soja à la cuisine Comment utiliser les graines de soja à la cuisine Auteur : Renate Schemp Box 90612 Luanshya Zambie Traduction : SECAAR Service Chrétien d Appui à l Animation Rurale 06 BP 2037 Abidjan 06 Côte d Ivoire

Plus en détail

Fiche action Consommer l eau du robinet, ça me plait!

Fiche action Consommer l eau du robinet, ça me plait! Fiche action Consommer l eau du robinet, ça me plait! Eco E Team Sommaire Remplacer l achat de bouteilles d eau par le placement de fontaines à eau ou par la consommation directe de l eau du robinet, c

Plus en détail

LES ORIENTATIONS DU 10 ème PROGRAMME D INTERVENTION DE L AGENCE DE L EAU RMC Volet eau potable

LES ORIENTATIONS DU 10 ème PROGRAMME D INTERVENTION DE L AGENCE DE L EAU RMC Volet eau potable LES ORIENTATIONS DU 10 ème PROGRAMME D INTERVENTION DE L AGENCE DE L EAU RMC Volet eau potable Accroître les soutiens aux projets de territoire Budget total du 10 e programme : 3 653 M dont 3561 M pour

Plus en détail

Réforme du crédit à la consommation. Statut des enseignants chercheurs. Point sur les États généraux de l outre-mer

Réforme du crédit à la consommation. Statut des enseignants chercheurs. Point sur les États généraux de l outre-mer LE PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE A REUNI LE CONSEIL DES MINISTRES AU PALAIS DE L ÉLYSÉE LE MERCREDI 22 AVRIL 2009 A L ISSUE DU CONSEIL, LE SERVICE DE PRESSE DE LA PRESIDENCE DE LA REPUBLIQUE A DIFFUSÉ LE

Plus en détail

Pour un Plan d Investissement Communal plus Participatif

Pour un Plan d Investissement Communal plus Participatif MINISTERE DE L INTERIEUR CAISSE DES PRETS ET DE SOUTIEN DES COLLECTIVITES LOCALES 9, rue de l assistance Cité El Khadhra -1003 Tunis Pour un Plan d Investissement Communal plus Participatif Ines SALLEM

Plus en détail

COMPTE - RENDU DU CONSEIL MUNICIPAL DU 8 MARS 2012

COMPTE - RENDU DU CONSEIL MUNICIPAL DU 8 MARS 2012 COMPTE - RENDU DU CONSEIL MUNICIPAL DU 8 MARS 2012 Etaient présents : Mrs BLEVIN Pierre ; BONNET Claude ; GODERE Yannick ; MOUE Philippe ; MORICEAU Bertrand ; QUELVEN Jacques ; SEITZ Alfred ; SUISSE Michel

Plus en détail

Parties communes et services

Parties communes et services Parties communes et services Ergonomie pratique en 128 points CHECKPOINT 95 Mettre des vestiaires et des sanitaires à la disposition des employés pour garantir un bon niveau d'hygiène et de propreté. POURQUOI

Plus en détail

CONSEIL MUNICIPAL DU MARDI 13 SEPTEMBRE 2005 A 18h30 NOTE DE SYNTHESE

CONSEIL MUNICIPAL DU MARDI 13 SEPTEMBRE 2005 A 18h30 NOTE DE SYNTHESE CONSEIL MUNICIPAL DU MARDI 13 SEPTEMBRE 2005 A 18h30 NOTE DE SYNTHESE En préalable, Mr Mély donne lecture des actes et contrats signés lors des derniers mois A remarquer un nombre de transactions toujours

Plus en détail

FACE AUX DÉFIS ÉCOLOGIQUES

FACE AUX DÉFIS ÉCOLOGIQUES L ENVIRONNEMENT EN FRANCE 2 FACE AUX DÉFIS ÉCOLOGIQUES des initiatives locales et des actions de long terme VERS UN RAPPROCHEMENT DES ACTIVITÉS ÉCONOMIQUES ET DE L ENVIRONNEMENT? INTRODUCTION L OBSERVATION

Plus en détail

Données générales à propos de l Estonie

Données générales à propos de l Estonie Données générales à propos de l Estonie Nom complet: République d Estonie Surface: 45,227 km² Capitale: Tallinn Autres grandes villes: Tartu, Narva et Pärnu Division régionale: il y a 15 comtés, 33 villes

Plus en détail

Bien vivre, dans les limites de notre planète

Bien vivre, dans les limites de notre planète isstock Bien vivre, dans les limites de notre planète 7e PAE le programme d action général de l Union pour l environnement à l horizon 2020 Depuis le milieu des années 70, la politique environnementale

Plus en détail

Ateliers Cloud Computing / ADIJ [Atelier n 2] Solutions aux risques juridiques et catalogue des meilleures pratiques contractuelles

Ateliers Cloud Computing / ADIJ [Atelier n 2] Solutions aux risques juridiques et catalogue des meilleures pratiques contractuelles Ateliers Cloud Computing / ADIJ [Atelier n 2] Solutions aux risques juridiques et catalogue des meilleures pratiques contractuelles Co-animés par Helle Frank Jul-Hansen, Béatrice Delmas- Linel et David

Plus en détail

Règlement numéro LA GESTION DES EAUX DE SURFACE ET LES RACCORDEMENTS AUX SERVICES D AQUEDUC ET D ÉGOUT. Avril 2011

Règlement numéro LA GESTION DES EAUX DE SURFACE ET LES RACCORDEMENTS AUX SERVICES D AQUEDUC ET D ÉGOUT. Avril 2011 Règlement numéro 346 LA GESTION DES EAUX DE SURFACE ET LES RACCORDEMENTS AUX SERVICES D AQUEDUC ET D ÉGOUT Avril 2011 VOS RESPONSABILITÉS LIÉES AUX SERVICES D AQUEDUC ET D ÉGOUT DE VOTRE IMMEUBLE Protection

Plus en détail

Simul actif : débat au conseil pédagogique : «quelles évolutions de nos formations par rapport aux enjeux énergétiques et environnementaux actuels?

Simul actif : débat au conseil pédagogique : «quelles évolutions de nos formations par rapport aux enjeux énergétiques et environnementaux actuels? Simul actif : débat au conseil pédagogique : «quelles évolutions de nos formations par rapport aux enjeux énergétiques et environnementaux actuels?» Objectifs : 1) simuler un jeu d acteur possible sur

Plus en détail

Le 10 ème programme (2013-2018) de l Agence de l eau Seine-Normandie

Le 10 ème programme (2013-2018) de l Agence de l eau Seine-Normandie Le 10 ème programme (2013-2018) de l Agence de l eau Seine-Normandie Les aides aux activités économiques Franck LEROY Responsable du Service Investissements Collectivités et Industrie Direction Seine Aval

Plus en détail

Convention de Minamata sur le mercure

Convention de Minamata sur le mercure Convention de Minamata sur le mercure Les Parties à la présente Convention, Reconnaissant que le mercure est une substance chimique préoccupante à l échelle mondiale vu sa propagation atmosphérique à longue

Plus en détail

Congrès INFRA 2014- Montréal Plan d adaptation aux changements climatiques municipal

Congrès INFRA 2014- Montréal Plan d adaptation aux changements climatiques municipal Congrès INFRA 2014- Montréal Plan d adaptation aux changements climatiques municipal Julien St-Laurent, M.Sc.Env. Spécialiste environnement Direction de l Aménagement, gestion et développement durable

Plus en détail

Règlement Intérieur des Services de Restauration Scolaire et d Accueil Périscolaire de la Ville de Jarvillela-Malgrange

Règlement Intérieur des Services de Restauration Scolaire et d Accueil Périscolaire de la Ville de Jarvillela-Malgrange Accusé de réception - Ministère de l'intérieur 054-215402744-20140619-N6-19-06-2014-DE Accusé certifié exécutoire Réception par le préfet : 26/06/2014 Règlement Intérieur des Services de Restauration Scolaire

Plus en détail

PROJET CANTINE ET PROMOTION DE L HYGIENE EN MILIEU SCOLAIRE A TANGASSOGO ET GAH RAPPORT DE MISE EN OEUVRE

PROJET CANTINE ET PROMOTION DE L HYGIENE EN MILIEU SCOLAIRE A TANGASSOGO ET GAH RAPPORT DE MISE EN OEUVRE PROJET CANTINE ET PROMOTION DE L HYGIENE EN MILIEU SCOLAIRE A TANGASSOGO ET GAH RAPPORT DE MISE EN OEUVRE Mai 2013 INTRODUCTION Le projet cantine et promotion de l hygiène en milieu scolaire est la suite

Plus en détail

Grand atelier éco-citoyen le samedi 19 janvier

Grand atelier éco-citoyen le samedi 19 janvier Samedi 19 janvier 2008 Communiqué de presse Grand atelier éco-citoyen le samedi 19 janvier La Ville de Bordeaux a adopté, fin janvier 2007, une charte d écologie urbaine et de développement durable. Elle

Plus en détail

EPLEFPA "LES SARDIERES" 79 AVENUE DE JASSERON 01 000 BOURG EN BRESSE Tel : 04.74.45.50.80

EPLEFPA LES SARDIERES 79 AVENUE DE JASSERON 01 000 BOURG EN BRESSE Tel : 04.74.45.50.80 Maître d'ouvrage : EPLEFPA "LES SARDIERES" 79 AVENUE DE JASSERON 01 000 BOURG EN BRESSE Tel : 04.74.45.50.80 Objet : Récupération des eaux pluviales pour le jardin partagé des Sardières CAHIER DES CHARGES

Plus en détail

Utilisation de produits sains et sûrs Mise en oeuvre de procédures strictes et rigoureuses

Utilisation de produits sains et sûrs Mise en oeuvre de procédures strictes et rigoureuses INTRODUCTION H.A.C.C.P. ou A.R.M.P.C. L Analyse des risques et maîtrise des points critique La nouvelle réglementation en matière d hygiène (ar. 09 mai 1995 et ar. 29 septembre 1997) oblige les responsables

Plus en détail

Lecture graphique. Table des matières

Lecture graphique. Table des matières Lecture graphique Table des matières 1 Lecture d une courbe 2 1.1 Définition d une fonction.......................... 2 1.2 Exemple d une courbe........................... 2 1.3 Coût, recette et bénéfice...........................

Plus en détail

SELLE Masse d'eau AR51

SELLE Masse d'eau AR51 SELLE Masse d'eau AR51 Présentation Générale : Superficie : 720 m² exutoire : Somme canalisée à Amiens longueur des cours d'eaux principaux : 63,27 km Population du bassin Versant 2006 : 28 211 hab Évolution

Plus en détail

L EAU POTABLE : COMMENT LA PRÉSERVER Bien que l eau soit une ressource renouvelable, il ne faut pas pour autant la gaspiller. Les Québécois sont les

L EAU POTABLE : COMMENT LA PRÉSERVER Bien que l eau soit une ressource renouvelable, il ne faut pas pour autant la gaspiller. Les Québécois sont les L EAU POTABLE : COMMENT LA PRÉSERVER Bien que l eau soit une ressource renouvelable, il ne faut pas pour autant la gaspiller. Les Québécois sont les deuxièmes plus grands consommateurs d eau potable, juste

Plus en détail

Comment concevoir son lit biologique

Comment concevoir son lit biologique santé - sécurité au travail > RISQUE PHYTOSANITAIRE Gestion des effluents phytosanitaires Comment concevoir son lit biologique > Choix du procédé > Méthode de conception > Construction du lit biologique

Plus en détail

Maîtrisez les risques environnementaux de votre entreprise

Maîtrisez les risques environnementaux de votre entreprise Artisans, Professionnels, PME, TPE, Collectivités vous êtes concernés! Maîtrisez les risques environnementaux de votre entreprise Fédération française des sociétés dʼassurances Dans le cadre de la gestion

Plus en détail

Le financement du projet

Le financement du projet Le financement du projet Comment financer mon projet? 14 Votre budget doit faire l objet d une étude approfondie. Pour vous aider à établir votre plan de financement, faites appel à l Association Départementale

Plus en détail

D Ismaël RAMI à Henri- Francis DUFOUR Marie-Christine BINOUX-REMY Christine LEBOCQ-CESTAN Khalil HENNI Amélie PASCAL

D Ismaël RAMI à Henri- Francis DUFOUR Marie-Christine BINOUX-REMY Christine LEBOCQ-CESTAN Khalil HENNI Amélie PASCAL D Ismaël RAMI à Henri- Francis DUFOUR Marie-Christine BINOUX-REMY Christine LEBOCQ-CESTAN Khalil HENNI Amélie PASCAL Montbéliard, le 4 Mars 2011 Objet : Compte-rendu de la réunion en mairie de Vieux Charmont

Plus en détail

Bibliothèque Royale Albert 1er

Bibliothèque Royale Albert 1er Bibliothèque Royale Albert 1er Description du projet Ce projet a pour but de valoriser des espaces plats et inutilisés (toit, terrasse ou autre) par la création de potagers écologique (sans pesticide,

Plus en détail

Investir dans l action pour le climat, investir dans LIFE

Investir dans l action pour le climat, investir dans LIFE Investir dans l action pour le climat, investir dans LIFE Un aperçu du nouveau sous-programme LIFE Action pour le climat 2014-2020 istock Action pour le climat Qu est-ce que le nouveau sous-programme LIFE

Plus en détail

Les plans de menus sont fournis par le prestataire de service à la semaine et sont affichés à l entrée de la cantine.

Les plans de menus sont fournis par le prestataire de service à la semaine et sont affichés à l entrée de la cantine. RESTAURANT SCOLAIRE D HABERE LULLIN REGLEMENT INTERIEUR Article préliminaire La cantine scolaire n a pas de caractère obligatoire et a pour objet d assurer, dans les meilleures conditions possibles d hygiène

Plus en détail

Conseil Municipal 21 FEVRIER 2013 Procès Verbal

Conseil Municipal 21 FEVRIER 2013 Procès Verbal Conseil Municipal 21 FEVRIER 2013 Procès Verbal Sous la présidence de : M. Daniel VERDELHAN Présents : DEL CONFETTO COMTE GARD BELLAGAMBA GRAVEZAT GUILLEMET AYMARETTI HLYWA GARCIA MALACHANNE MERLE PERTUS

Plus en détail

JEUNE CONSEIL DE MONTRÉAL

JEUNE CONSEIL DE MONTRÉAL JEUNE CONSEIL DE MONTRÉAL XXVII e Édition Règlement n o 2014-02 : Règlement sur le développement des toits verts et l agriculture urbaine PRÉSENTATION Présenté par M. Charles Marois, membre du comité exécutif,

Plus en détail

La politique marseillaise en faveur des Seniors

La politique marseillaise en faveur des Seniors La politique marseillaise en faveur des Seniors Le Centre Communal d Action Sociale de la Ville de Marseille est un établissement public administratif communal. Il oriente ses actions en faveur des personnes

Plus en détail

Consultation sur le référencement entre assureurs de dommages et carrossiers. Commentaires présentés à L Autorité des marchés financiers

Consultation sur le référencement entre assureurs de dommages et carrossiers. Commentaires présentés à L Autorité des marchés financiers entre assureurs de dommages et carrossiers Commentaires présentés à L Autorité des marchés financiers Novembre 2006 entre assureurs de dommages et carrossiers 2 PRÉAMBULE Le Groupement des assureurs automobiles

Plus en détail

- Les êtres vivants dans leur environnement, rôle et place des êtres vivants - Lecture de textes documentaires

- Les êtres vivants dans leur environnement, rôle et place des êtres vivants - Lecture de textes documentaires Titre de l atelier : Les vers de terre Domaines d activité Les êtres vivants dans leur environnement, rôle et place des êtres vivants Lecture de textes documentaires Motsclés Vers de terre Vie du sol Compétences

Plus en détail

N abandonnons pas notre héritage commun.

N abandonnons pas notre héritage commun. N abandonnons pas notre héritage commun. Chaque semaine, 200 fermes disparaissent en France. Disparition des surfaces agricoles, spéculation foncière : nous pouvons agir. Grâce à vous, Terre de liens acquiert

Plus en détail

MÉMOIRE PRÉSENTÉ À LA COMMISSION SUR L EAU, L ENVIRONNEMENT, LE DÉVELOPPEMENT DURABLE ET LES GRANDS PARCS

MÉMOIRE PRÉSENTÉ À LA COMMISSION SUR L EAU, L ENVIRONNEMENT, LE DÉVELOPPEMENT DURABLE ET LES GRANDS PARCS MÉMOIRE PRÉSENTÉ À LA COMMISSION SUR L EAU, L ENVIRONNEMENT, LE DÉVELOPPEMENT DURABLE ET LES GRANDS PARCS Association québécoise de lutte contre la pollution atmosphérique 484, route 277, Saint-Léon-de-Standon,

Plus en détail

Exemples de réclamations Assurance pollution pour entrepreneurs

Exemples de réclamations Assurance pollution pour entrepreneurs Groupe ENCON inc. 500-1400, Blair Place Ottawa (Ontario) K1J 9B8 Téléphone 613-786-2000 Télécopieur 613-786-2001 Sans frais 800-267-6684 www.encon.ca Exemples de réclamations Assurance pollution pour entrepreneurs

Plus en détail

LES ORIENTATIONS DU 10 ème PROGRAMME D INTERVENTION DE L AGENCE DE L EAU RMC

LES ORIENTATIONS DU 10 ème PROGRAMME D INTERVENTION DE L AGENCE DE L EAU RMC LES ORIENTATIONS DU 10 ème PROGRAMME D INTERVENTION DE L AGENCE DE L EAU RMC Accroître les soutiens aux projets de territoire Budget total du 10 e programme : 3 653 M dont 3561 M pour le bassin Rhône Méditerranée,

Plus en détail

3 ème année. Cet appel à proposition s inscrit dans la continuité du travail engagé en année 1 et 2.

3 ème année. Cet appel à proposition s inscrit dans la continuité du travail engagé en année 1 et 2. Appel à proposition Projet Alimen terre Un système d'alimentation local sur le Pays de Vannes 3 ème année Avec près de 60 % de surfaces agricoles, l agriculture demeure prépondérante sur notre territoire.

Plus en détail