PROVINCE NORD. Rapport d activités des services

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "PROVINCE NORD. Rapport d activités des services"

Transcription

1 PROVINCE NORD Rapport d activités des services Année 2013

2 Rapport d activités des services administratifs Année 2011 Editorial Vous trouverez dans ce rapport la synthèse de l action des services de la province conduite en application des politiques publiques pendant l année C est la 4 ème année consécutive que ce rapport d activités est produit. Il met en valeur le travail de l ensemble des 1300 agents provinciaux qui exercent leur activité dans un très grand nombre de domaines. Cette année, deux métiers sont mis en exergue parmi cette grande diversité : les sages-femmes et les instituteurs spécialisés. Au niveau de la collectivité, l année a été jalonnée de nombreux évènements dont les suivants : Dans le cadre de la modernisation administrative, l application informatique de préparation des délibérations, puis la mise en service de la «K-box», constituent un pas important dans l usage du numérique. L adoption du Programme Pluriannuel de Fonctionnement a permis de poser le second pilier, après le Programme Pluriannuel d Investissement l année précédente, d une gestion rigoureuse du budget à moyen terme. Le calendrier institutionnel a été marqué par l organisation de plusieurs séances plénières exceptionnelles sur trois sujets de fond : la stratégie nickel, la Sofinor et le renforcement de la ressource en eau sur VKP. Les inaugurations ont rythmé l année jusqu en octobre. Elles ont permis de marquer la mise en service d équipements importants et ont associé les populations et acteurs concernés. Il s est agi du pont de Tiponite, du quai de Dau Ar (Bèlep), du lotissement Le Bosquet à Koohnê (Koné), du centre de traitement des fruits et légumes de Pwëbuu (Pouembout) et du premier tronçon du sentier de Grande Randonnée à Tuo Cèmuhî (Touho). Au cours de l année, de gros chantiers routiers très attendus par la population, ont été ouverts, ce sont celui du Col d Amos versant Est ainsi que les premiers travaux de la liaison Hienghène / Bwapanu (Kaala-Gomen). Dans le même temps, l aménagement du territoire provincial s est poursuivi avec la construction toujours en cours de la maison de l enfance VKP, de la base nautique de Pandop et de celle du centre culturel de Koohnê (Koné). Parmi les nombreuses manifestations, notons le cinquième anniversaire de l inscription des lagons et récifs à l UNESCO marqué par le forum de Ouano où tous les comités de gestion se sont retrouvés et le lancement de l émission de NCTV sur le réseau de la TNT. Pour approfondir votre connaissance de l action provinciale, nous vous invitons à lire ce rapport et à nous faire part de toutes vos remarques de nature à en améliorer le contenu et la présentation. Bonne lecture! 2

3 Sommaire Éditorial...2 Partie I - les supports de l action 1. Les ressources humaines Le budget L administration...7 Partie II - les fonctions opérationnelles 1. La santé et la solidarité L aménagement et le foncier L enseignement, la formation, l insertion et la jeunesse Le développement économique L environnement Les sports et les activités socio-éducatives La culture L amélioration de la condition féminine Le partenariat avec les communes L accompagnement de l usine du Nord La coopération régionale Annexe : Etat des participations de la province Nord dans les sociétés d économie mixte - Année 2012 Introduction Les SAEML «ETH» La Sofinor L aménagement de la région Vook (Voh), Koohnê (Koné), Pwëbuu (Pouembout) NCTV Crédits photos : Le Pays, Services provinciaux, François Tron (CI), CPOSN, GIE Tourisme, Jean-Luc David 3

4 PARTIE I : 1. Les ressources humaines Partie I : les supports de l action 1. Les ressources humaines L administration provinciale, coordonnée par le secrétariat général, est organisée en six directions opérationnelles et quatre directions fonctionnelles. La cellule Koniambo est rattachée au Président de l assemblée de la province Nord. Les directions opérationnelles sont chargées de mettre en œuvre sur le terrain et auprès de la population, les politiques publiques provinciales. Les directions fonctionnelles ont pour mission de venir en appui à l ensemble des autres services provinciaux. Les effectifs budgétaires étaient de 1299 postes au 1 er janvier 2013, soit 19 de plus qu en 2012 et une augmentation de 1,5 %. Près de 9 agents sur 10 exercent leur activité au sein d une direction opérationnelle Affectation Nombre de postes Répartition relative Présidence et Assemblée Présidence 25,5 2,0 % Groupes politiques 12 0,9 % Cellule Koniambo 7 0,5 % Secrétariat général (y compris mission de la femme) 18 1,4 % Direction des systèmes d information 29 2,2 % Directions fonctionnelles Direction des affaires juridiques, administratives et du patrimoine 27,5 2,1 % Direction des ressources humaines 16,5 1,3 % Direction des finances et du budget 15 1,2 % Direction de l enseignement, de la formation, de l insertion et de la jeunesse ,9 % Direction de la santé, des affaires sociales et des problèmes de société 240,5 18,5 % Directions opérationnelles Direction de l aménagement et du foncier ,4 % Direction du développement économique et de l environnement 126,5 9,7 % Direction des sports et des activités socio-éducatives 33 2,5 % Direction de la culture 17,5 1,3 % Total

5 2. Le budget Les dépenses réalisées Le budget 2013 a été globalement exécuté à 62 %. (en mouvements réels). Section Budget voté Montant mandaté Taux d exécution Fonctionnement % Investissement % Total général % Rappel % Unité : millions F.CFP Les dépenses réelles d investissement corrigées des mouvements financiers traduisent la capacité d investissement provinciale «sur le terrain» soit par le biais de travaux et d équipements conduits par la collectivité, soit sous la forme de subventions d investissement versées à des tiers. Elles s élèvent à 7,670 milliards F.CFP. Elles sont en diminution de 700 millions F.CFP par rapport à Le graphique ci-contre indique son évolution dans le temps. La province a opté pour un vote par fonction lors de la mise en œuvre la nomenclature M52 en 2012 afin d obtenir une meilleure lisibilité de l action de la collectivité. La répartition des dépenses réalisées par fonction est indiquée dans les graphiques suivants pour chaque section. En fonctionnement, les fonctions «protection et action sociale» et «enseignement» représentent plus de la moitié des dépenses. En investissement, la répartition est plus équilibrée. La fonction la plus importante est «l aménagement et l environnement», elle est suivie à parts égales des fonctions «protection et l action sociale», «transport de communication» et «administration». 5

6 PARTIE I : 2. Le budget Les recettes Les recettes perçues, en mouvements réels, s élèvent à 33,04 milliards F.CFP, toutes sections confondues. Le graphique en indique la répartition par origine. Les dotations de la Dotations Etat légales 7,7% Dotations NC légales 75,7% Nouvelle-Calédonie prévues dans la loi organique sont de loin les plus importantes et s élèvent à 25 milliards F.CFP, en augmentation de 5,7 % par rapport à La seconde ressource a pour origine l État dont les versements se sont élevés à 3,9 milliards F.CFP malgré une réduction des recettes du contrat de développement de 43 %. L emprunt de 2 milliards F.CFP a été mobilisé à hauteur de 500 millions F.CFP pour le financement de l investissement. Il faut noter au titre des mouvements financiers, les recettes issues de la STCPI qui se sont élevées à 462 millions F.CFP.Enfin, les recettes fiscales ont été de 358 M.CFP, soit 1,5 % de plus que l année précédente. Le contrat de développement Recettes des services Participation Etat 6,9% CD 3,3% Emprunt 1,5% Mouv.ts financiers 1,4% Le Contrat de Développement (CD) Etat-Province Nord est constitué d une enveloppe totale de 15,658 milliards F.CFP avec une participation de l Etat à hauteur de 75 %, soit 11,737 milliards F.CFP. L avenant n 2 a été signé pour redéployer environ 1 milliard F.CFP de crédit entre les opérations suivantes : de l habitat VKP vers l habitat hors VKP et de la route de Foaè (Foué) vers la liaison Hienghène-Bwapanu (Kaala-Gomen). Deux comités de suivi, un en avril et un en octobre, ont réuni l ensemble des services instructeurs et financiers de l Etat ainsi que les directions provinciales. D autre part pour assurer un suivi rapproché de l exécution du contrat, chaque mois, une réunion a lieu entre la subdivision administrative Nord et le secrétariat général et une autre, en interne, réunit les référents provinciaux selon une fréquence bimensuelle. Autre 3,5% Répartition des recettes réelles globales Fiscalité 1,1% La collectivité a transmis à l État des demandes d engagement pour 2,3 milliards F.CFP au cours de l année. Cependant, l État a retourné 10 dossiers pour une valeur d environ 1 milliard F.CFP, par défaut de crédits pour en effectuer l engagement. Le graphique représente l exécution du contrat par la province, en termes d engagement. Au 31 décembre 2013, le taux de demande d engagement est de 44 % de la valeur totale du CD. Dotations Etat Equipement des collèges 0,8% Remb.ts 0,5% Autres participations 1,1% 6

7 3. L administration La gestion des ressources humaines La gestion partagée des ressources humaines repose aussi sur l animation du réseau de correspondants RH des directions qui permet de faire un point régulier sur l ensemble des dossiers RH. Des rencontres régulières sont organisées mensuellement avec les directions de taille importante : DASSPS, DEFIJ, DAF et DDE-E et trimestriellement avec les autres. La finalité de la direction est de gérer avec efficience les ressources humaines de l administration provinciale. Elle a pour objectifs de : Favoriser l emploi local Favoriser l adéquation entre les attentes des directions et les compétences des agents recrutés Prévenir les conflits sociaux Fidéliser l emploi en province Nord > Gérer les rémunérations L activité de gestion de la rémunération recouvre principalement la réalisation de la paye mensuelle des agents et les formalités sociales de l employeur. La masse salariale totale s est élevée à 9,287 milliards F.CFP, dont la répartition est indiquée dans le graphique. Le processus de paie mis en place par le bureau de la solde s étale sur tout le mois et permet le versement à date fixe et régulière des rémunérations. Le paiement des salaires et des charges sociales a représenté virements sur l année. > Gérer les effectifs, les recrutements, les carrières La gestion des carrières permet de suivre les évolutions individuelles des différentes catégories de personnel (fonctionnaires, contractuels et convention collective) dont une partie est désormais établie sur la base des Entretiens Annuels d Evaluation (EAE). Elle comprend également l élaboration des propositions de recrutement, l élaboration des contrats de travail, les déclarations d entrée et de sortie aux organismes sociaux (CAFAT, Mutuelle), le suivi de l absentéisme et l organisation des procédures disciplinaires. La gestion des recrutements a conduit à la publication de 168 avis de vacances de postes (AVP) pour 165 postes, soit 16 % de moins que l an dernier. 89 % des AVP sont uniquement publiés en interne à la fonction publique (DRHFP-NC). Seuls 11 % l ont été en externe (parution dans les médias). L ensemble des AVP est communiqué à Cap Emploi et ils sont consultables sur le site internet provincial. La DASS-PS en représente 34 % (58 AVP), ce qui est notamment lié à la rotation du personnel médical et paramédical, en particulier sur les postes itinérants. Elle est suivie par la DEFIJ (28 AVP) puis la DAF (26 AVP). Cependant, avec 11 AVP, c est à la DSI qu ils ont été les plus nombreux proportionnellement à l effectif de la direction. 7

8 PARTIE I : 3. L administration Au final 160 recrutements sur des postes permanents ont été effectués, soit une réduction de 22 % sur un an. La DASS-PS en représente plus de la moitié. D autre part, 420 recrutements à des fins de remplacement ont été réalisés, en général pour pallier l absence d agents, plus des 2/3 sont des contrats de remplacement pour la DEFIJ. La procédure interne de recrutement est harmonisée et la direction des ressources humaines participe aux jurys de recrutement des candidats. La promotion interne est toujours mise en œuvre de façon active, tout particulièrement sur les postes d encadrement. Au cours de l année 2013, 12 postes d encadrement supérieur ou intermédiaire ont été pourvus : 6 par la promotion interne, 5 par le recrutement externe de citoyens calédoniens, 1 seul par le recrutement d un non-citoyen calédonien (CDD de 3 ans). L embauche de citoyens calédoniens est un objectif prioritaire de la politique des ressources humaines. La DRH a établi une situation à la fin de l année 2013 qui porte sur l ensemble des métiers présents au sein de la collectivité hormis les enseignants du primaire, soit un effectif de 921 agents en poste. Le nombre de postes occupés par des personnes ayant la qualité de citoyen est de 810, soit 88 % du total et seuls 111 postes sont occupés par des personnes ne l ayant pas. Celles-ci sont en général contractuelles (dans 85 % des situations) et l on ne rencontre qu un tout petit nombre de fonctionnaires. De leur côté, tous les agents de la convention collective sont des citoyens. Le taux d occupation des emplois par des citoyens diminue au fur et à mesure que la catégorie d emploi s élève. Ce taux s établit à quasiment 100 % pour les catégories C et D et à 69 % pour la catégorie A. Les emplois occupés par des «non citoyens» sont des emplois hautement qualifiés puisque plus de la moitié sont de catégorie A. Les trois-quarts des postes concernés relèvent des métiers de la santé et du social. La Gestion Prévisionnelle des Emplois et Compétences (GPEC), mise en pratique dans deux directions pilotes pour lesquelles le recrutement sur des métiers techniques était difficile par défaut de candidats : la DAF et la DSI a permis de répondre aux besoins de court terme. La préparation d une méthode générale permettra de gérer à moyen terme les mouvements, lorsqu ils peuvent être anticipés, en favorisant de façon permanente la promotion interne et le recrutement local. 8

9 > Gérer la formation des agents Le développement des compétences fait appel à la formation professionnelle dont la mise en œuvre s appuie sur le plan annuel de formation. Le nombre de bénéficiaires, tout comme le volume de formation sont relativement stables sur un an. Une augmentation importante avait été observée en Près des deux-tiers des agents ont suivi au moins une formation cette année. 171 sessions ont été organisées en province Nord, soit plus de 6 sur 10. Ce taux est en augmentation constante depuis quelques années. L Institut de Formation de l Administration Publique (IFAP) est le principal organisme dispensateur. Bénéficiaires 2013 Evolution/ 2012 Agents inscrits en formation % Agents ayant au moins suivi une formation % Formations réalisées % Sessions réalisées % Jours de formation % La répartition des sessions par secteur est précisée dans la figure : Il faut noter en particulier pour leur importance : Le parcours managérial des directeurs d écoles, L accompagnement du passage à «Microsoft Office 2010» de tous les agents des services centraux, La formation du personnel des internats (directeurs, adjoints d éducation et personnels de cuisine et d entretien), Le diplôme universitaire «TERA MAP» pour les cadres de la DDE-E (développement d une culture et d outils communs en matière de développement local, de protection de l environnement et de développement économique) 9

10 PARTIE I : 3. L administration La collectivité appuie également les formations professionnelles Formations diplômantes Nombre longues, c est-à-dire d une durée d au moins trois mois. Formations achevées 12 Actuellement, les domaines individuelles longues en cours 1 représentés sont l informatique, diplômes obtenus 1 la santé et le social ainsi que VAE l enseignement/ formation. Cellesci en cours 1 correspondent notamment à des besoins difficiles à pourvoir par des recrutements externes. La Validation des Acquis de l Expérience (VAE) est également encouragée et accompagnée. Elle nécessite un important engagement personnel des personnes qui intègrent un cursus. Répartition des dépenses de formation Montant (million FCFP) Cotisation IFAP 62,5 Frais pédagogique hors IFAP et d environnement 77,4 L effort financier global pour la formation s est établi à 140 millions F.CFP, soit 11 % de plus qu en z Organiser la communication dans le cadre du dialogue social Le dialogue social au sein de la province s appuie notamment sur deux instances formelles où se rencontrent les représentants élus du personnel et les responsables de Réunions Nombre DP 6 CTP 4 l administration : les réunions de Délégués de Personnel (DP) et le Comité Technique Paritaire (CTP). Les élections pour le renouvellement des huit représentants des délégués du personnel pour les agents non fonctionnaires ont eu lieu en fin d année. Le collège 2 (agents de maitrise et cadres) a demandé un 2 ème tour. Globalement sur un collège d électeurs de 514 agents, seuls 44 % ont participé au vote. Aucun conflit social impliquant un nombre important d agents n a marqué l année La mise en service de l usine du Nord est l événement majeur de l année en province Nord 10

11 La gestion du budget La gestion budgétaire est une fonction partagée avec les directions qui disposent chacune d un service administratif et financier. La Direction des Finances et du Budget (DFB) a assuré la préparation des étapes budgétaires, ce qui comprend l élaboration des lettres de cadrage, l accompagnement des directions par la production de fichiers nécessaires à l expression de leurs besoins, la coordination des synthèses et des rencontres techniques avec le secrétariat général. La finalité de la direction est de moderniser les finances publiques de la province et de préserver sa capacité d action dans le temps au service du rééquilibrage. Elle a pour objectif de soutenir les directions opérationnelles dans leurs actions d investissement sur le terrain et dans leurs interventions de fonctionnement au profit de la population. Calendrier budgétaire 2013 Budget Supplémentaire 2013 Compte Administratif et compte de gestion 2012 Décision modificative n 2 Débat d Orientation budgétaire 2014 Décision modificative n 3 Budget Primitif 2014 Date APN 28 juin 28 juin 06 septembre 24 octobre 25 octobre 19 décembre Le but final est d atteindre l équilibre budgétaire, dans le respect des outils mis en place, le plan pluriannuel d investissement (PPI) et de fonctionnement (PPF) ainsi que la rédaction des documents de présentation. Le PPI a amené les services à une gestion pluriannuelle de leurs opérations par le financement au travers des enveloppes constituées par les autorisations de programme, pour rapprocher davantage la mobilisation des crédits de paiement du calendrier des opérations sur le terrain (gestion physico-financière). Le vote du PPF à l assemblée d avril et sa mise en œuvre est l évènement majeur de l année. Le PPF a pour ambition de maîtriser la capacité de la collectivité à dégager de l épargne (autofinancement) en maitrisant l évolution des dépenses de fonctionnement. Le taux d évolution global pour la période 2013/2012 a été fixé à 3,07%, il est de 2,97 % pour la période suivante. Il a aussi été défini des catégories de dépenses avec des taux d évolution différents comme indiqué dans le tableau suivant. Catégories Poste Budget 2013 Evolution 2013/2012 masse salariale ,0 % dépenses aides sociales ,3 % obligatoires contributions obligatoires ,0 % charges d intérêts ,0 % subventions et participations ,0 % bourses scolaires 762 2,0 % équipements ,0 % dépenses missions des services ,0 % ajustables formation professionnelle ,5 % fonctionnement des services 713 2,0 % entretien du patrimoine 523 3,0 % financement investissement ,9 % Unité : millions F.CFP 11

12 PARTIE I : 3. L administration Les postes sont eux-mêmes décomposés en sous-postes. Ce sont par exemple, les secteurs d activités pour les subventions ou les types de dépenses pour le fonctionnement des services. A l instar de la section d investissement, les services ont été encouragés à créer des enveloppes de financement au titre des dépenses récurrentes : ce sont les autorisations d engagement. Elles permettent d engager juridiquement la collectivité sans qu il soit besoin de «geler» des crédits de paiement et ainsi réduire le volume des reports d un exercice à l autre. Cela permet par la même occasion une meilleure lisibilité du budget tant pour les élus que pour les administrés. Un comité de suivi des dépenses de fonctionnement composé du secrétariat général et des directions des ressources humaines et du budget a été constitué. Le travail sur l état de l actif a été poursuivi, il a consisté en : La mise à jour des immobilisations en cours (articles 23*) pour les intégrer dès achèvement des travaux (articles 21*) et ainsi procéder à leur amortissement. La neutralisation des amortissements par le biais des subventions reçues. Les routes sont un poste important du PPI. Ici, les travaux préparatoires sur la transversale Hienghène-Bwapanu (Kaala-Gomen) La concertation avec les services du payeur a été renforcée pour valider, dans la mesure du possible, certaines dispositions relatives à l imputation de dépenses ou de recettes. La gestion du patrimoine, en lien avec la gestion financière des biens, avec l outil IMMONET dont l utilisation est devenue obligatoire pour toute acquisition ou cession de biens impactant l état du patrimoine de la collectivité (Investissement) a été mise en place. Au niveau de l exécution, la DFB réalise le contrôle des liquidations de recettes et de dépenses et émet les mandats de paiement ainsi que les titres de perception. Les délais moyens de paiement ont été de 34 jours, soit 1 jour de moins qu en Enfin, le service «centre de services» a mis en production l outil de gestion des demandes formulées à la DFB (isilog). Chiffres clés de l exécution budgétaire 2013 Nombre Mandats émis Rejets du payeur 796 Délais moyens de paiement de l ordonnateur (*) 34 jours Marchés publics (actes passés en 2013) 275 Conventions (actes passés en 2013) 492 (*) Analyse sur mandats (Ceux émis au titre de la masse salariale ne sont pas pris en compte) 12

13 La gestion des affaires générales, juridiques et du patrimoine Les finalités de la direction sont d assurer le bon fonctionnement de l institution provinciale et de valoriser le patrimoine et le domaine provincial. Elle a pour objectifs : D assurer une interface efficace entre l organe délibérant et les directions D assurer un appui efficace aux directions De moderniser les pratiques administratives et de les adapter à l environnement interne et externe De gérer le patrimoine et le domaine provincial Le projet de direction préparé en 2012 a été validé. Il se décline en projets de service (un par service) et en un plan d actions composé de 29 projets. L antenne de Nouméa a pour missions principales d informer et d orienter le public dans ses démarches administratives et de réaliser divers actes administratifs au profit des ressortissants de la province Nord. L outil de visioconférence confirme son intérêt et 69 séances ont été organisées. > Assurer la coordination administrative La gestion de l activité institutionnelle consiste notamment à organiser l agenda des assemblées et des commissions dans le respect de la répartition du calendrier avec le congrès et à assurer la préparation des dossiers ainsi que leur transmission aux élus dans les délais impartis. A la suite du vote des délibérations, il s agit d en assurer le suivi : mise en signature, contrôle de légalité, notification aux intéressés, publication au JONC si nécessaire, etc. Activité institutionnelle 2013 Session Séance Délibérations Exemplaires adoptées dossiers/séance Assemblée Bureau Assemblée plénière 2 CAAFB 7 Commissions sectorielles 102 Deux projets très importants ont abouti : - L application informatique de préparation des délibérations sous la forme d un «work-flow» est mise en service depuis juin. Chaque agent instructeur poste ses projets qui suivent ensuite une série de vérification : direction, juridique, financière avant la validation finale par le secrétariat général. - Le «projet KBOX», c est-à-dire la dématérialisation des séances d assemblée depuis la dernière APN de l année avec la mise en service de la solution numérique de partage des dossiers. 13

14 PARTIE I : 3. L administration La rédaction des procès-verbaux des séances publiques et de la Commission des Affaires Administratives, des Finances et du Budget (CAAFB) se poursuit. 9 PV de séances publiques ont été approuvés. L archivage des documents, selon une méthode professionnelle, permet progressivement de désengorger les locaux de leurs stocks de documents périmés. L inventaire et le tri des documents stockés dans le local d archivage provincial sont arrivés à terme. Le résultat est indiqué dans le tableau. Catégorie métrage linéaire (m) Destruction 98,8 Pré-archivage 100,5 Versement aux archives de NC 31,1 > Gérer les affaires générales et juridiques Contentieux administratifs Requêtes en défense 8 dont gagnées 1 dont perdues 4 en cours à la fin de l année 3 Requête engagée par la PN 0 Requêtes en appel et 1 2 perdue en cours Contentieux judiciaires Dépôts de plaintes 5 Dans sa fonction juridique, la DAJAP participe à l élaboration des réglementations provinciales et des textes. Elle suit les contentieux, fournit un conseil juridique à la demande et assure le contrôle juridique des actes. Depuis la mise en œuvre des applications de suivi des délibérations et des conventions, tous les projets d actes sont soumis à l avis des juristes par les directions ont été contrôlés dans ce cadre. La gestion des affaires générales concerne des domaines diversifiés : l instruction des autorisations de manifestations publiques, les octrois de licences de vente d alcool, les déclarations de Groupement de Droit Particulier Local (GDPL) et les demandes d homologation de circuits recevant des épreuves sportives mécaniques. Le nombre de nouveaux GDPL a été particulièrement élevé, le double de l année précédente. Nombre d accords délivrés Manifestations Ouvertures tardives Licences Déclarations publiques de restaurant d alcool de GDPL Circuits (dont 21 modifications) 3 Le bureau des marchés assure la mise en œuvre de la procédure d Appels d Offres (AO) et de passation des marchés publics de l ensemble de la collectivité, en conformité avec la réglementation. La fréquence des réunions de la commission d appel d offres (CAO) et de la commission technique de Nombre séances Dossiers Plis dépouillement (CTAO) est mensuelle à l OJ 30 avis d AO ont fait l objet de publicité CTAO et 98 marchés nouveaux ont été CAO formalisés. 14

15 > Gérer le domaine provincial, les moyens et le patrimoine La gestion des moyens englobe celle des véhicules et des logements. Pour les véhicules, il s agit principalement d assurer leur renouvellement (27 nouveaux ont été réceptionnés), de gérer leur assurance et l approvisionnement en carburant. L étude de la gestion informatisée du parc mutualisé de véhicules à l hôtel de province est finalisée et le marché de sa construction a été attribué. La vente de biens provinciaux réformés a rapporté 12,4 millions F.CFP au cours de 2 enchères publiques. Le parc de logements gérés est composé de 325 logements répartis sur 16 communes. 103 états des lieux (entrées et sorties) ont été effectués. La commission d attribution des logements s est réunie à huit reprises pour examiner 49 demandes. Le service a traité 16 demandes d occupation ou de location sur le Domaine Public Maritime provincial (DPM) exprimées en vue d une activité économique : camping, aquaculture, etc. Deux projets ont nécessité l ouverture d une enquête publique. Il a également été saisi pour avis de 31 demandes relatives au domaine privé de la Nouvelle-Calédonie. Cérémonie marquant la 1 ére coulée de métal le 19 avril

16 PARTIE I : 3. L administration La gestion des systèmes d information La finalité de la direction est d accompagner l administration provinciale dans la gestion de son système d information. Elle a pour objectifs de : Gérer et de faire évoluer les systèmes d information Améliorer la qualité du service aux clients de la DSI Mettre en œuvre l autonomisation des systèmes d information Définir et mettre en œuvre des services d e-administration Accompagner la démocratisation du numérique auprès de la population Répartition des interventions de l année La direction a fonctionné en l absence de directeur toute l année. Cependant, hormis Programme Equipement informatique Montant dépensé 98 pour le poste de directeur, les difficultés de recrutement relevées au cours des années Autonomisation des SI 92 passées se sont aplanies et l effectif de la direction était quasiment au complet en fin E-administration 71 d année. Système d information 35 Le Schéma Directeur des Systèmes Autres 15 d Informations (SDSI) validé en 2012 Total budget DSI 309 Unité : millions F.CFP constitue la feuille de route de projets pour répondre à des besoins métiers exprimés par les directions et dont l importance de chacun a été hiérarchisée. La méthode permet également de préciser clairement ce qui relève de la maîtrise d ouvrage (MOA - en général la direction qui exprime le besoin) et ce qui est du ressort du maître d œuvre (MOE) et de l assistance à la maîtrise d ouvrage (AMOA) : la DSI. Grâce à cette nouvelle organisation, la DSI peut prendre pleinement sa place de MOE et d AMOA au service des besoins métiers. Le Comité Informatique Métier (CIME) est le lieu de rencontre où les directions, maîtres d ouvrages de leurs projets informatiques, abordent, avec la DSI : Un état des lieux synthétique des projets réalisés, en cours et à venir ; les projets qui ont été identifiés par les directions et non planifiés initialement dans le SDSI ; les dysfonctionnements constatés vis-à-vis desquels des solutions doivent être trouvées, arbitrées et mises en œuvre. Le CIME ne s est réuni qu une seule fois mais cela n a pas freiné la mise en œuvre du schéma. Des évolutions techniques importantes ont marqué l année : - La migration du parc utilisateurs sous Windows 7 et Office 2010 est effectuée pour l ensemble du site de l hôtel de province, soit 385 postes. L installation du nouveau système d exploitation s est accompagnée d une formation d un jour et demie pour les utilisateurs. 16

17 - Le renforcement de la sécurité par la mise en œuvre d une solution de pare-feu qui permettra l ouverture en extranet du système d information pour de futures applications accessibles depuis l extérieur. - Le déploiement des nouveaux outils ArcGis pour les utilisateurs du système Construction du data center d information géographique (SIG). - La migration de la messagerie et des agendas sous Exchange Enfin, le bâtiment qui recevra le Datacenter a été réceptionné. Il constituera le pilier du système d information grâce à la meilleure sécurisation des serveurs et une plus grande capacité de stockage et de raccordements nouveaux. Dans un souci de mise en conformité des bases d information provinciale au niveau de la Commission Nationale Informatique et Liberté (CNIL), un état des lieux a été réalisé par des experts spécialisés. Equipement 2013 Nbre Ordinateurs mis en service : 145 PC fixe 85 Portable 60 dont renouvellement 114 Serveurs déployés 86 Dont sites distants 21 Adresse de messageries individuelles 890 Le parc de matériel en exploitation est composé de 741 postes de travail : PC ou portables. Pour la première fois, tous les directeurs d écoles ont été équipés. D autre part, 52 ipads ont été déployés dans le cadre du projet «K-Box». Trois nouveaux sites sont raccordés au réseau provincial : le CAFED à Kawewath (Témala), les nouveaux bureaux de la Brigade Garde Nature (BGN) à Tuo Cèmuhî (Touho) et à Pwëbuu (Pouembout). Des d outils de supervision sont mis en place. Ils permettent d asseoir une véritable gestion des outils affectés aux utilisateurs logiciels, copieurs, serveurs etc. mais aussi de connaître la cartographie du réseau et son état en temps réel. L assistance aux utilisateurs et la résolution des incidents et problèmes rencontrés sont prises en charge par le Centre de Services. Le centre de services joue sa fonction de guichet unique pour toutes les demandes exprimées auprès de la DSI. Les agents provinciaux en ont effectué plus de Centre de services Nombre Demandes Tickets clôturés Dont traitement niveau Dont traitement niveau Plus de deux demandes sur trois ont été traitées par le centre de services (niveau 1), le reste relevait du niveau 2. Le taux important de traitement au premier niveau dénote la montée en compétence des agents pour résoudre une grande partie des questions. 17

18 PARTIE I : 3. L administration Conformément au schéma directeur, de nouvelles applications ont été mises en services : la dématérialisation avancée des traitements des délibérations et des conventions, la consultation des délibérations sur l applicatif K-Box, la gestion des stocks et des flux liés à l approvisionnement des CMS, la gestion des commandes de denrées alimentaires par les internats ainsi que l applicatif de suivi des activités de la BGN. Il faut noter la mise en place d un nouvel environnement de programmation. Il remplace l ancienne plateforme qui n était plus maintenue par l éditeur et il favorisera la gestion de versions tout en offrant une possibilité de travail collaboratif. La valorisation de l information porte notamment sur la structuration de données spatiales ou non-spatiales Répartition des licences ARCGIS (utilisateurs SIG) afin de les rendre disponibles aux utilisateurs. Le Système d Information Géographique (SIG) accompagne les services dans la création, la gestion DSI DDEE 6 23 et la diffusion de données SIG. Le réseau d utilisateurs DAF 26 s est étendu. 57 logiciels SIG sont déployés, soit 12 de DAJAP 2 plus sur un an. Parmi ceux-ci, 20 postes sont situés dans des sites décentralisés. L animation métier est conduite par le biais de rencontres trois fois par an ayant pour objectif : - d informer les utilisateurs SIG sur les actions de la cellule SIG, les nouveautés et les formations, - d échanger sur les problèmes spécifiques des utilisateurs SIG et définir les évolutions souhaitées sur les outils ou les données. Dans le même temps, la cellule poursuit l intégration de données générales et assure la gestion de la fourniture et des échanges avec des tiers : instituts de recherche, bureaux d études, collectivités publiques. La production cartographique est restée soutenue avec l édition de 293 cartes, dont 115 à des fins de publication et 178 à titre de document de travail. Le graphique joint en précise la répartition par direction. Dans le domaine statistique et à la suite de l inventaire des données métiers, un contrôle de cohérence et des propositions d amélioration de la qualité de la donnée ont été faits à certains gestionnaires de bases d information (DDE-E, DEFIJ, DRH). Un appui méthodologique en vue de la réalisation d enquêtes a également été apporté auprès des services demandeurs. La troisième édition du mémento, comprenant les chiffres clés de la province Nord, a été coproduite avec le secrétariat général. Coulée de scorie incandescente 18

19 Partie II : L action opérationnelle I. 1. Développement La santé et la solidarité des compétences Les finalités de la direction sont de contribuer de manière efficiente au meilleur état sanitaire de la population et de concourir à la solidarité avec les plus démunis. Elle a pour objectifs de : Faciliter un égal accès aux soins à toute la population Réduire la prévalence des pathologies à impact socio-économique important Maîtriser les dépenses de santé Améliorer les conditions sociales du plus grand nombre L action de proximité auprès de la population s appuie sur l implantation communale des infrastructures et des équipes médico-sociales. Le réseau est formé de 15 centres médicosociaux (CMS), un centre mère-enfants à Pwêêdi Wiimîâ (Poindimié), un centre polyvalent à Koumac. Seule Pwëbuu Répartition des interventions de l année Programme Montant dépensé Aides sociales Centres médico-sociaux 631 Prévention 204 Aides aux communes 68 Total budget DASS-PS Unité : millions F.CFP (Pouembout), en raison de sa proximité avec Koohnê (Koné), n en a pas. Il existe aussi deux infirmeries localisées à : Bondé et à Népwî (Népoui) ouvertes quotidiennement. Soigner les populations L effectif en personnel des CMS est composé de 188 postes, en augmentation depuis Sept postes ont été créés cette année. Quatre pour faire face à l augmentation de la demande de soins sur Vook (Voh), Koohnê (Koné) et Pwëbuu (Pouembout), il s agit d un dentiste, d une sage-femme, d un infirmier et d un assistant social. Un autre poste est celui d infirmier référent gérontologie sur Pwêêdi Wiimîâ (Poindimié). Enfin, il s agit de deux cadres de santé dont l un chargé de la petite enfance. La répartition par catégorie est indiquée dans la figure. 19

20 PARTIE II : 1.La santé et la solidarité Le personnel médical est composé de 33 médecins (dont 5 itinérants), de 11 dentistes, 7 sages-femmes et 2 pharmaciens. Il y a parmi eux, deux médecins spécialistes basés à Pwêêdi Wiimîâ (Poindimié) : un pédiatre et un gynécologue. Le personnel paramédical est majoritairement constitué de 52 infirmiers (dont 7 itinérants) mais également de 11 assistants sociaux et de 7 éducateurs sanitaires. Les auxiliaires de santé sont assistants dentaires, ouvriers/ambulanciers et auxiliaires de vie et de santé. Enfin, les agents techniques administratifs regroupent les femmes de service et les secrétaires régisseurs. CMS de Koohnê (Koné) Pour assurer la continuité des soins, la province recherche la stabilité des équipes médicales. C est ainsi que l amélioration de l accueil a conduit à mieux équiper les logements des médecins et que le système de sélection des candidats aux postes de médecins a été modifié. Depuis 2012, une réelle réduction de la rotation des médecins généralistes titulaires est observée. La figure ci-contre présente la durée de présence des 25 médecins titulaires à leur poste à la fin de l année. Ainsi, le nombre de postes de «moins de 6 mois» s est fortement réduit tandis que ceux «entre 2 et 4 ans» a nettement progressé. Les CMS font régulièrement l objet d actes d incivilités. Le dépôt de plaintes est désormais systématique en cas de dégradations, de vol ou d agressions envers les professionnels et les équipements. Le projet provincial de santé publique élaboré en 2012 constitue le support à des plans d actions mis en œuvre localement dans les dispensaires. L animation et la coordination du réseau des dispensaires en sont renforcées. La mise en œuvre du projet provincial de santé publique s est traduit en particulier par : La nomination d un infirmier référent pour chaque thème de santé publique prioritaire : diabète/obésité, tuberculose, RAA, santé scolaire, protection maternelle et infantile, médicament, matériel médical, pathologies respiratoires, psychiatrie. Il est chargé de coordonner et d animer le réseau des professionnels soignants des CMS. Le lancement d une formation des médecins chefs pour développer leurs compétences (formations «Management d établissement médico-social» et «Santé publique»). Le renforcement de l offre de soins par de nouvelles vacations spécialisées en CMS (gynécologie dans le Grand Nord, addictologie, gériatrie). Un programme d amélioration des logements du personnel soignant itinérant. Le départ d un agent pour une formation de «cadre infirmier». L élaboration du plan d action de la filière Santé Maternelle et Infantile, avec le Centre Mère Enfant. 20

Fiche métier. Assistant socio-éducatif. Formation. Domaine de compétence. Activités. Au sein des Maisons du Rhône du secteur d habitation

Fiche métier. Assistant socio-éducatif. Formation. Domaine de compétence. Activités. Au sein des Maisons du Rhône du secteur d habitation Assistant socio-éducatif 4 diplôme d état d assistant de service social 4 formation diplômante sur 3 ans dont 12 mois de stages pratiques 4 accueil, écoute, évaluation, information, orientation des personnes

Plus en détail

Référentiel métier de directeur d établissement social et médico-social

Référentiel métier de directeur d établissement social et médico-social Référentiel métier de directeur d établissement social et médico-social Avertissement Ce référentiel couvre les fonctions des directeurs exerçant dans les établissements du secteur médico-social et social

Plus en détail

Situation sanitaire en Nouvelle Calédonie. 2008 Les services de santé: les autres structures de soins

Situation sanitaire en Nouvelle Calédonie. 2008 Les services de santé: les autres structures de soins Situation sanitaire en Nouvelle alédonie 2008 Les services de santé: les autres structures de soins * Archipel des Belep entres hospitaliers publics liniques privées Belep Structures de santé de compétence

Plus en détail

Édito. Bonne lecture! Catherine DI FOLCO, Présidente du Centre de gestion de la fonction publique territoriale du Rhône et de la Métropole de Lyon

Édito. Bonne lecture! Catherine DI FOLCO, Présidente du Centre de gestion de la fonction publique territoriale du Rhône et de la Métropole de Lyon Édito L année 2014 a constitué pour le Centre de gestion du Rhône et de la Métropole de Lyon une année forte d évolutions et de renouvellement avec en parallèle la poursuite des nombreuses activités qui

Plus en détail

Délibération n 407/CP du 23 mai 1995 relative aux bourses territoriales de formation professionnelles continue

Délibération n 407/CP du 23 mai 1995 relative aux bourses territoriales de formation professionnelles continue Délibération n 407/CP du 23 mai 1995 relative aux bourses territoriales de formation professionnelles continue Historique : Créée par Délibération n 407/CP du 23 mai 1995 relative aux bourses territoriales

Plus en détail

La fonction publique en France

La fonction publique en France MINISTÈRE DE LA RÉFORME DE L ÉTAT, DE LA DÉCENTRALISATION ET DE LA FONCTION PUBLIQUE édition 2013 La fonction en France Des métiers au service des citoyens les essentiels Dans la fonction, tous les agents

Plus en détail

Référentiel métier de Directeur des Soins en établissement et en institut de formation mars 2010

Référentiel métier de Directeur des Soins en établissement et en institut de formation mars 2010 Référentiel métier de Directeur(trice) des soins Ce référentiel intègre à la fois le métier Directeur(trice) des soins en établissement et celui de Directeur(trice) des soins en institut de formation paramédicale.

Plus en détail

CENTRE DE GESTION DE LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE. Le partage de solutions

CENTRE DE GESTION DE LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE. Le partage de solutions CENTRE DE GESTION DE LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE Le partage de solutions RH Partageons nos solutions RH... Dans chaque collectivité, la collaboration active entre élus et personnels est la clé de

Plus en détail

Ressources humaines Ministère de la Culture et de la Communication - 01/2012 223

Ressources humaines Ministère de la Culture et de la Communication - 01/2012 223 Ministère de la Culture et de la Communication - 01/2012 223 RESPONSABLE DE RESSOURCES HUMAINES Code : GRH01 Responsable de ressources humaines FPEGRH01 Il définit et met en œuvre la politique de ressources

Plus en détail

Protection Maternelle et Infantile Santé scolaire (33b) Professeur Dominique PLANTAZ Septembre 2004

Protection Maternelle et Infantile Santé scolaire (33b) Professeur Dominique PLANTAZ Septembre 2004 Protection Maternelle et Infantile Santé scolaire (33b) Professeur Dominique PLANTAZ Septembre 2004 Objectifs : indiquer les objectifs de prévention du Service départemental de Protection Maternelle et

Plus en détail

Un Budget 2012 en hausse pour la jeunesse et l emploi. Unique et inédit!

Un Budget 2012 en hausse pour la jeunesse et l emploi. Unique et inédit! Conférence de presse du 30 novembre 2011 Session budgétaire de la Région Auvergne* Un Budget 2012 en hausse pour la jeunesse et l emploi Unique et inédit! L Auvergne : 1 ère Région de France à lancer une

Plus en détail

Organiser une permanence d accès aux soins de santé PASS

Organiser une permanence d accès aux soins de santé PASS Établissements de santé Droits et accueil des usagers Organiser une permanence d accès aux soins de santé PASS Recommandations et indicateurs Préface Faire face aux inégalités de santé qui touchent tout

Plus en détail

STATUTS ET REGLEMENTS TITRE III REGLEMENT FINANCIER

STATUTS ET REGLEMENTS TITRE III REGLEMENT FINANCIER TITRE III REGLEMENT FINANCIER 59 Chapitre I : Les intervenants Article 1 : Le bureau Le bureau vote les budgets initiaux de fonctionnement et d investissements avant leur soumission à l accord du Comité

Plus en détail

Grands Magasins et Magasins Multi-Commerces

Grands Magasins et Magasins Multi-Commerces Famille professionnelle de l, Secrétaire / Assistant Assistant, assistant administratif Le secrétaire aide à la planification et à l organisation des activités afin de faciliter la gestion de l information.

Plus en détail

«Donnons envie aux entreprises de faire de la Formation continue à l Université!» (Stand D07) La formation continue à l Université Fiche expérience

«Donnons envie aux entreprises de faire de la Formation continue à l Université!» (Stand D07) La formation continue à l Université Fiche expérience «Donnons envie aux entreprises de faire de la Formation continue à l Université!» (Stand D07) La formation continue à l Université Fiche expérience UNIVERSITE PARIS 8 ENTREPRISE FNAIM Monter les salariés

Plus en détail

Délégation générale à l emploi et à la formation professionnelle MISSIONS ET MÉTIERS

Délégation générale à l emploi et à la formation professionnelle MISSIONS ET MÉTIERS Délégation générale à l emploi et à la formation professionnelle MISSIONS ET MÉTIERS Version provisoire - Mars 2010 La Délégation générale à l emploi et à la formation professionnelle Placée sous l autorité

Plus en détail

conseil municipal L équipement des écoles en numérique va se poursuivre pendant tout le mandat.

conseil municipal L équipement des écoles en numérique va se poursuivre pendant tout le mandat. conseil municipal L équipement des écoles en numérique va se poursuivre pendant tout le mandat. Les enfants des écoles vont régulièrement rencontrer les résidents des logements-foyers. PoitiersMag page

Plus en détail

Les pratiques de gestion des ressources humaines et de formation

Les pratiques de gestion des ressources humaines et de formation Observatoire de l emploi, des métiers et des compétences de la fonction publique territoriale Les pratiques de gestion des ressources humaines et de formation Décembre 2010 Rapport sur la mise en œuvre

Plus en détail

Au profit des apprentis du bâtiment et des travaux publics

Au profit des apprentis du bâtiment et des travaux publics DOSSIER DE PRESSE PARTENARIAT CCCA-BTP et PRO BTP Au profit des apprentis du bâtiment et des travaux publics Bernard Charpenel / CCCA-BTP Signature de la convention et point presse 10 mars 2010 0 SOMMAIRE

Plus en détail

Guide du porteur de projet

Guide du porteur de projet infos : 0810 18 18 18 Union européenne Fonds Social Européen Guide du porteur de projet Mesure «appui aux microprojets associatifs» FSE 4.2.3 en Ile-de-France Cette action est soutenue par le Fonds social

Plus en détail

DEBAT D ORIENTATIONS BUDGETAIRES 2015

DEBAT D ORIENTATIONS BUDGETAIRES 2015 DEBAT D ORIENTATIONS BUDGETAIRES 2015 Le Code Général des Collectivités Territoriales prévoit dans les communes de plus de 3 500 habitants, les départements, les régions et les EPCI la tenue d un débat

Plus en détail

Gestion budgétaire et financière

Gestion budgétaire et financière Élaboration et suivi de la programmation budgétaire Exécution budgétaire et comptable Aide au pilotage et contrôle financier externe Expertise financière et juridique Ministère de la Culture et de la Communication

Plus en détail

Fonctionnaires, votre assurance maladie-maternité 2015-1

Fonctionnaires, votre assurance maladie-maternité 2015-1 Fonctionnaires, votre assurance maladie-maternité 2015-1 Comment fonctionne la CAFAT? Salariés Trav. indépendants Fonctionnaires Cotisations sur salaires Cotisations sur revenus professionnels Cotisations

Plus en détail

Comment fonctionne la CAFAT?

Comment fonctionne la CAFAT? Comment fonctionne la CAFAT? EDITION JANVIER 2015 Salariés Trav. indépendants Fonctionnaires Cotisations sur salaires Cotisations sur revenus professionnels Cotisations sur salaires Recettes d origine

Plus en détail

LIVRET D ACCUEIL De la maison d enfants Brun Pain. Géré par le Home des Flandres

LIVRET D ACCUEIL De la maison d enfants Brun Pain. Géré par le Home des Flandres HOME DES FLANDRES 355, Boulevard Gambetta 59200 TOURCOING 03.20.24.75.78 Fax : 03.20.11.02.49 LIVRET D ACCUEIL De la maison d enfants Brun Pain Géré par le Home des Flandres 337 bis rue du Brun Pain 59200

Plus en détail

Guide synthétique de la comptabilité des dépenses engagées

Guide synthétique de la comptabilité des dépenses engagées Guide synthétique de la comptabilité des dépenses engagées La tenue de la comptabilité d engagement ou comptabilité administrative est de la responsabilité de l exécutif de la collectivité. Le CGCT prévoit

Plus en détail

La Mutualité en chiffres Édition 2011

La Mutualité en chiffres Édition 2011 La Mutualité en chiffres Édition 2011 La Mutualité en chiffres Édition 2011 La Mutualité, acteur principal de la complémentaire santé page 6 Sommaire Message du directeur général de la Mutualité Française

Plus en détail

Débat national sur les valeurs, missions et métiers de la Fonction publique. Synthèse des contributions des participants au débat public 25/02/2008

Débat national sur les valeurs, missions et métiers de la Fonction publique. Synthèse des contributions des participants au débat public 25/02/2008 Débat national sur les valeurs, missions et métiers de la Fonction publique Synthèse des contributions des participants au débat public 25/02/2008 Sommaire 1. Périmètre du débat et méthodologie des contributions

Plus en détail

Note sur la simplification de l instruction budgétaire et comptable M14

Note sur la simplification de l instruction budgétaire et comptable M14 Note sur la simplification de l instruction budgétaire et comptable M14 L instruction budgétaire et comptable M14 est appliquée aux collectivités locales depuis 1997 soit bientôt près de dix ans. Elle

Plus en détail

Maison de l entreprise. Cellule Koniambo BRED-FAB. Banques ADIE INC DDEE DEFIJ

Maison de l entreprise. Cellule Koniambo BRED-FAB. Banques ADIE INC DDEE DEFIJ Qui quoi? fait CMA CCI CANC Maison de l entreprise DDEE DEFIJ Banques ADIE INC BRED-FAB ICAP Groupe SOFINOR Cabinets de défiscalisation SAEML VKP SEM Espaces de l Ouest Bureau des Entreprises du Nord CAP

Plus en détail

Projet éducatif départemental relatif aux accueils de mineurs : centre de loisirs et séjours vacances

Projet éducatif départemental relatif aux accueils de mineurs : centre de loisirs et séjours vacances RAPPORT COMMISSION PERMANENTE DU CONSEIL GENERAL DU 26 MARS 2013 Projet éducatif départemental relatif aux accueils de mineurs : centre de loisirs et séjours vacances Conformément aux textes en vigueur

Plus en détail

RÈGLEMENT INTÉRIEUR RÈGLEMENT INTÉRIEUR DE LA CROIX-ROUGE FRANÇAISE

RÈGLEMENT INTÉRIEUR RÈGLEMENT INTÉRIEUR DE LA CROIX-ROUGE FRANÇAISE RÈGLEMENT INTÉRIEUR Règlement intérieur de la Croix-Rouge française adopté par l assemblée générale extraordinaire du 20 janvier 2012 et approuvé par le ministre de l Intérieur RÈGLEMENT INTÉRIEUR DE LA

Plus en détail

LE DIETETICIEN AU SEIN DES COLLECTIVITES TERRITORIALES

LE DIETETICIEN AU SEIN DES COLLECTIVITES TERRITORIALES LE DIETETICIEN AU SEIN DES COLLECTIVITES TERRITORIALES Sommaire : Les missions page 2 Les secteurs d interventions page 2 Les contacts privilégiés page 3 Les cibles : A La restauration collective 1. Objectifs

Plus en détail

Tableau d archivage des EPLE

Tableau d archivage des EPLE Tableau d archivage des EPLE Délais de conservation et traitement des archives produites par les collèges et lycées Réalisé par les archives départementales de la Vienne en collaboration avec la cellule

Plus en détail

CAHIER REVENDICATIF DES PERSONNELS DU CONSEIL GENERAL DU PUY DE DÔME

CAHIER REVENDICATIF DES PERSONNELS DU CONSEIL GENERAL DU PUY DE DÔME SYNDICAT LA CGT DU PERSONNEL DÉPARTEMENTAL Clermont-Ferrand, le 16 décembre 2010 CAHIER REVENDICATIF DES PERSONNELS DU CONSEIL GENERAL DU PUY DE DÔME Validé par la Commission Exécutive du 7 décembre 2010

Plus en détail

Les autorisations d'absence

Les autorisations d'absence Les autorisations d'absence 1/18/MA Service «Gestion des carrières - Protection sociale» Pôle "Valorisation de l'information juridique" 05 59 84 59 44 05 59 90 03 94 statut@cdg-64.fr LES AUTORISATIONS

Plus en détail

COMPTE RENDU DE LA SEANCE DU 20 novembre 2012

COMPTE RENDU DE LA SEANCE DU 20 novembre 2012 COMPTE RENDU DE LA SEANCE DU 20 novembre 2012 Le présent Conseil Municipal approuve à l unanimité et en tous ses points le compterendu de la précédente séance du 12 septembre 2012. Le Conseil Municipal,

Plus en détail

COMMUNIQUÉ DU GOUVERNEMENT DE LA NOUVELLE-CALÉDONIE DU 11 AOUT 2015

COMMUNIQUÉ DU GOUVERNEMENT DE LA NOUVELLE-CALÉDONIE DU 11 AOUT 2015 Pôle communication Tél. : 24 66 40 Mardi 11 août 2015 COMMUNIQUÉ DU GOUVERNEMENT DE LA NOUVELLE-CALÉDONIE DU 11 AOUT 2015 Sous la présidence de Monsieur Philippe Germain, le Gouvernement de la Nouvelle-

Plus en détail

Dispositions déclarées contraires à la Constitution :

Dispositions déclarées contraires à la Constitution : Loi n 2011-940 du 10 août 2011 modifiant certaines dispositions de la loi n 2009-879 du 21 juillet 2009 portant réforme de l hôpital et relative aux patients, à la santé et aux territoires Texte définitivement

Plus en détail

Indicateur n 13 : Evolution des effectifs et des dépenses de personnel des établissements de santé

Indicateur n 13 : Evolution des effectifs et des dépenses de personnel des établissements de santé Programme «Maladie» 47 Indicateur n 13 : Evolution des effectifs et des dépenses de personnel des établissements de santé Sous-indicateur n 13-1 : Évolution des effectifs (en équivalent temps plein) de

Plus en détail

Cahier des charges du secrétaire municipal et administrateur des finances municipales (les définitions personnelles se rapportent aux deux sexes)

Cahier des charges du secrétaire municipal et administrateur des finances municipales (les définitions personnelles se rapportent aux deux sexes) 1 Commune municipale Cahier des charges du secrétaire municipal et administrateur des finances municipales (les définitions personnelles se rapportent aux deux sexes) I. GENERALITES 1. Bases légales, prescriptions

Plus en détail

Indicateurs de diagnostic des risques psychosociaux

Indicateurs de diagnostic des risques psychosociaux MINISTÈRE DE LA RÉFORME DE L ÉTAT, DE LA DÉCENTRALISATION ET DE LA FONCTION PUBLIQUE ÉDITION 2014 Indicateurs de diagnostic des risques psychosociaux OUTILS DE LA GRH 1/ La présente annexe propose une

Plus en détail

Plus de 43 000 recrutements et deux concours externes

Plus de 43 000 recrutements et deux concours externes Plus de 43 000 recrutements et deux concours externes 2013 marque le début de la refondation de la formation initiale des enseignants > Pour remplacer les départs des enseignants en 2013, 22 100 postes

Plus en détail

Le comité d entreprise

Le comité d entreprise Le comité d entreprise En bref Dans les entreprises de 50 salariés et plus, le chef d entreprise est tenu d organiser la mise en place d un comité d entreprise (CE) composé de représentants élus du personnel

Plus en détail

Ministère de l éducation nationale, de la jeunesse et de la vie associative

Ministère de l éducation nationale, de la jeunesse et de la vie associative Ministère de l éducation nationale, de la jeunesse et de la vie associative Secrétariat général Direction générale des ressources humaines Sous-direction du recrutement CONCOURS INTERNE COMMUN POUR LE

Plus en détail

LE RÉFÉRENTIEL ACTIVITÉS/COMPÉTENCES TRANSVERSES

LE RÉFÉRENTIEL ACTIVITÉS/COMPÉTENCES TRANSVERSES RÉFÉRENTIEL ACTIVITÉS/COMPÉTENCES TRANSVERSES LE RÉFÉRENTIEL ACTIVITÉS/COMPÉTENCES TRANSVERSES Il décline les activités/compétences qui peuvent être partagées par d autres métiers et d autres familles

Plus en détail

Règlement d aide sociale facultative. C.C.A.S. de DIVONNE LES BAINS. 1 Opportunités d un règlement d aide sociale facultative

Règlement d aide sociale facultative. C.C.A.S. de DIVONNE LES BAINS. 1 Opportunités d un règlement d aide sociale facultative Règlement d aide sociale facultative C.C.A.S. de DIVONNE LES BAINS 1 Opportunités d un règlement d aide sociale facultative Le présent règlement d aide sociale facultative précise les règles selon lesquelles

Plus en détail

C ) Détail volets A, B, C, D et E. Hypothèses (facteurs externes au projet) Sources de vérification. Actions Objectifs Méthode, résultats

C ) Détail volets A, B, C, D et E. Hypothèses (facteurs externes au projet) Sources de vérification. Actions Objectifs Méthode, résultats C ) Détail volets A, B, C, D et E Actions Objectifs Méthode, résultats VOLET A : JUMELAGE DE 18 MOIS Rapports d avancement du projet. Réorganisation de l administration fiscale Rapports des voyages d étude.

Plus en détail

JOURNAL OFFICIEL DE LA REPUBLIQUE ALGERIENNE N 05

JOURNAL OFFICIEL DE LA REPUBLIQUE ALGERIENNE N 05 8 Article 1er. Le présent décret a pour objet de modifier le décret exécutif n 11-19 du 20 Safar 1432 correspondant au 25 janvier 2011, susvisé. Art. 2. La dénomination de la «direction de wilaya de l'industrie,

Plus en détail

Stratégie de développement des Ressources Humaines du Ministère de la santé

Stratégie de développement des Ressources Humaines du Ministère de la santé Stratégie de développement des Ressources Humaines du Ministère de la santé Stratégie de développement des Ressources Humaines du Ministère de la santé Stratégie de développement des RH Page 1 Introduction

Plus en détail

COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DU CENTRE HOSPITALIER DE RUMILLY. 23, rue Charles-de-Gaulle 74151 RUMILLY

COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DU CENTRE HOSPITALIER DE RUMILLY. 23, rue Charles-de-Gaulle 74151 RUMILLY COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DU CENTRE HOSPITALIER DE RUMILLY 23, rue Charles-de-Gaulle 74151 RUMILLY FEVRIER 2006 SOMMAIRE COMMENT LIRE LE «COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION»... p.3 PARTIE 1 PRÉSENTATION

Plus en détail

TITRE DU PROJET Construction d un complexe de santé pour le compte de l ONG Education Pour la Santé et la Promotion de l Emploi (EPSPE)

TITRE DU PROJET Construction d un complexe de santé pour le compte de l ONG Education Pour la Santé et la Promotion de l Emploi (EPSPE) TITRE DU PROJET Construction d un complexe de santé pour le compte de l ONG Education Pour la Santé et la Promotion de l Emploi (EPSPE) PAYS ET REGION DE MISE EN ŒUVRE DU PROJET Ce projet sera mise en

Plus en détail

CIRCULAIRE CDG90 COMITE TECHNIQUE COMITE D HYGIENE, DE SECURITE ET DES CONDITIONS DE TRAVAIL COMMISSION ADMINISTRATIVE PARITAIRE

CIRCULAIRE CDG90 COMITE TECHNIQUE COMITE D HYGIENE, DE SECURITE ET DES CONDITIONS DE TRAVAIL COMMISSION ADMINISTRATIVE PARITAIRE CIRCULAIRE CDG90 11/12 COMITE TECHNIQUE COMITE D HYGIENE, DE SECURITE ET DES CONDITIONS DE TRAVAIL COMMISSION ADMINISTRATIVE PARITAIRE Loi n 83-634 du 13 juillet 1983 modifiée, portant droits et obligations

Plus en détail

Tableau de tri des archives des associations

Tableau de tri des archives des associations Tableau de tri des archives des associations *Durée d utilité l association : la durée de conservation de documents dans les locaux de l association avant sort final. La durée d utilité commence à la clôture

Plus en détail

MINISTERE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTE

MINISTERE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTE MINISTERE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTE Direction générale de l offre de soins Sous-direction de la régulation Bureau R4 Dossier suivi par Denise Bauer Tél. : 01 40 56 52 78 Mel. : denise.bauer@sante.gouv.fr

Plus en détail

action sociale en faveur des personnels de l académie de Paris et des retraités résidant à Paris

action sociale en faveur des personnels de l académie de Paris et des retraités résidant à Paris action sociale en faveur des personnels de l académie de Paris et des retraités résidant à Paris 2014 2015 Sommaire - Les bénéficiaires de l action sociale 3 - Les différentes allocations proposées aux

Plus en détail

Aux côtés des salariés et des entreprises, tout au long de l activité professionnelle et à l heure de la retraite

Aux côtés des salariés et des entreprises, tout au long de l activité professionnelle et à l heure de la retraite accompagnement social compte individuel - données sociales prévention des accidents du travail Accompagnement de la retraite dématérialisation - efficacité prévention de la dépendance des seniors accessibilité

Plus en détail

DECISION N 401 DU 5 JUIN 2012 PORTANT ORGANISATION DE L ENIM Version consolidée au 1 er juillet 2014

DECISION N 401 DU 5 JUIN 2012 PORTANT ORGANISATION DE L ENIM Version consolidée au 1 er juillet 2014 SOUS-DIRECTION DES AFFAIRES JURIDIQUES Département des Etudes Juridiques DECISION N 401 DU 5 JUIN 2012 PORTANT ORGANISATION DE L ENIM Version consolidée au 1 er juillet 2014 LE DIRECTEUR DE L ETABLISSEMENT

Plus en détail

CERTIFICATION DE SERVICES FORMATION RECHERCHE www.qualicert.fr. 12, rue de Kergoat

CERTIFICATION DE SERVICES FORMATION RECHERCHE www.qualicert.fr. 12, rue de Kergoat Poursuites d études Le diplômé peut occuper un des métiers suivants : Ingénieur d affaires avant-vente Ingénieurs d étude Consultant ingénieur informatique Ingénieur informatique études / développement

Plus en détail

LEADER... LE PROJET DU PAYS DE SAINT-MALO : UN OBJECTIF FORT : LEADER ACCOMPAGNE : LES 4 THÉMATIQUES : POUR VOUS ACCOMPAGNER

LEADER... LE PROJET DU PAYS DE SAINT-MALO : UN OBJECTIF FORT : LEADER ACCOMPAGNE : LES 4 THÉMATIQUES : POUR VOUS ACCOMPAGNER LE DISPOSITIF DE FINANCEMENT EUROPÉEN LEADER AU SERVICE DE L ATTRACTIVITÉ TERRITORIALE LE PROJET DU PAYS DE SAINT-MALO : Le programme LEADER est un outil au service de la mise en œuvre du projet de territoire

Plus en détail

Panorama Synthétique. Social et Culturel

Panorama Synthétique. Social et Culturel Panorama Synthétique Social et Culturel Secteur Social Le domaine de l action sociale regroupe l ensemble des politiques, institutions, professionnels, moyens et prestations qui concourent à la cohésion

Plus en détail

Le système de protection sociale en santé en RDC

Le système de protection sociale en santé en RDC REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO MINISTERE DE L EMPLOI, DU TRAVAIL ET DE LA PREVOYANCE SOCIALE Le système de protection sociale en santé en RDC 13/09/2013 1 I. Contexte national Plan II. Mesures de protection

Plus en détail

CONTRAT DE VILLE DE NOUVELLE GENERATION

CONTRAT DE VILLE DE NOUVELLE GENERATION Direction de la ville et de la cohésion urbaine CONTRATT DE VILLE DE NOUVELLE GENERATION Proposition d architecture Novembre 2014 Les contrats de ville de nouvelle génération qui succèderont, à compter

Plus en détail

Principales autorisations d absence. Référence : circulaire n 2002-168 du 02 août 2002 r elative aux autorisations d absence de droit et facultatives

Principales autorisations d absence. Référence : circulaire n 2002-168 du 02 août 2002 r elative aux autorisations d absence de droit et facultatives Principales autorisations d absence Référence : circulaire n 2002-168 du 02 août 2002 r elative aux autorisations d absence de droit et facultatives Les autorisations d'absence de droit Travaux d'une assemblée

Plus en détail

www.rhonealpes.fr PLAN RÉGIONAL EN FAVEUR DES JEUNES POUR LE RACCROCHAGE EN FORMATION ET POUR L EMPLOI

www.rhonealpes.fr PLAN RÉGIONAL EN FAVEUR DES JEUNES POUR LE RACCROCHAGE EN FORMATION ET POUR L EMPLOI www.rhonealpes.fr PLAN RÉGIONAL EN FAVEUR DES JEUNES POUR LE RACCROCHAGE EN FORMATION ET POUR L EMPLOI PLAN REGIONAL EN FAVEUR DES JEUNES POUR LE RACCROCHAGE EN FORMATION ET POUR L EMPLOI Lors de son assemblée

Plus en détail

Règlement Départemental d Aide Sociale PRÉAMBULE. aide sociale aux personnes handicapées,

Règlement Départemental d Aide Sociale PRÉAMBULE. aide sociale aux personnes handicapées, Février 2008 PRÉAMBULE L aide sociale qui relève de la compétence des conseils généraux depuis les lois de décentralisation de 1983 comprend des prestations et services destinés aux personnes qui se trouvent

Plus en détail

FEDERATION FRANCAISE DE BASEBALL ET SOFTBALL REGLEMENT FINANCIER

FEDERATION FRANCAISE DE BASEBALL ET SOFTBALL REGLEMENT FINANCIER FEDERATION FRANCAISE DE BASEBALL ET SOFTBALL REGLEMENT FINANCIER ANNEXE DU REGLEMENT INTERIEUR ARTICLE 88 Validé par le Comité Directeur du 5 Novembre 2005 Adopté par l Assemblée Générale du 18 mars 2006

Plus en détail

Notre offre de service : un accompagnement par des experts sur l ensemble des problématiques liées au diagnostic financier

Notre offre de service : un accompagnement par des experts sur l ensemble des problématiques liées au diagnostic financier SANTE Diagnostic financier et aide à l élaboration d un plan de redressement Comment s approprier la démarche de diagnostic? Les enjeux Depuis la mise en place de la T2A, les établissements de santé sont

Plus en détail

DIRECTION GENERALE - SIEGE SOCIAL DOCUMENT UNIQUE DE DELEGATION

DIRECTION GENERALE - SIEGE SOCIAL DOCUMENT UNIQUE DE DELEGATION DIRECTION GENERALE - SIEGE SOCIAL DOCUMENT UNIQUE DE DELEGATION DOCUMENT UNIQUE PRECISANT LES DEFINITIONS DE FONCTION ET LA DELEGATION DE POUVOIRS DU DIRECTEUR GENERAL DE L'association. NOM : Prénom :

Plus en détail

Domaine 1. «Conduite de la définition et de la mise en œuvre du projet d établissement ou de service»

Domaine 1. «Conduite de la définition et de la mise en œuvre du projet d établissement ou de service» Domaine 1. «Conduite de la définition et de la mise en œuvre du projet d établissement ou de service» DANS LE RESPECT DU PROJET ET DU FONCTIONNEMENT DE LA PERSONNE MORALE, EN CONFORMITE AVEC LA LEGISLATION

Plus en détail

ASSEMBLÉE NATIONALE PROJET DE LOI

ASSEMBLÉE NATIONALE PROJET DE LOI TEXTE ADOPTÉ n 749 «Petite loi» ASSEMBLÉE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 TREIZIÈME LÉGISLATURE SESSION ORDINAIRE DE 2011-2012 17 octobre 2011 PROJET DE LOI de finances rectificative pour 2011,

Plus en détail

La Mutualité en chiffres

La Mutualité en chiffres La Mutualité en chiffres Édition 2012 La Mutualité en chiffres Édition 2012 La Mutualité, acteur principal de la complémentaire santé page 5 La complémentaire santé dans l activité des mutuelles Les prestations

Plus en détail

La plateforme de propositions de la FNASEPH. Mercredi 25 janvier 2012 Université de Paris Dauphine

La plateforme de propositions de la FNASEPH. Mercredi 25 janvier 2012 Université de Paris Dauphine La plateforme de propositions de la FNASEPH Le Grenelle de la formation et de l accès à la vie sociale des Jeunes Handicapés Mercredi 25 janvier 2012 Université de Paris Dauphine De la scolarisation aux

Plus en détail

RÉPUBLIQUE FRANÇAISE. Ministère de l enseignement supérieur et de la recherche NOR :

RÉPUBLIQUE FRANÇAISE. Ministère de l enseignement supérieur et de la recherche NOR : RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère de l enseignement supérieur et de la recherche NOR : Décret du Modifiant le décret n 84-431 du 6 juin 1984 fixant les dispositions statutaires communes applicables aux enseignants-chercheurs

Plus en détail

www.saint-quentin-en-yvelines.fr

www.saint-quentin-en-yvelines.fr IPS - 3, place de la Mairie 78190 Trappes-en-Yvelines Tél. : 01 30 16 17 80 www.saint-quentin-en-yvelines.fr Un Institut au cœur des problématiques de santé créé par l agglomération de Saint- Quentin-en-Yvelines

Plus en détail

Activités. Boîte à idées pour remplir la fiche de poste * Direction. Animation d équipe et organisation du travail. Conduite de projets

Activités. Boîte à idées pour remplir la fiche de poste * Direction. Animation d équipe et organisation du travail. Conduite de projets Boîte à idées pour remplir la fiche de poste * Activités 1. 1. Pilotage, management Direction Informer et aider les élus à la décision Définir (ou participer à la définition de) la stratégie de la direction

Plus en détail

EXTRAIT DU REGISTRE DES DÉLIBÉRATIONS DU CONSEIL D'ADMINISTRATION

EXTRAIT DU REGISTRE DES DÉLIBÉRATIONS DU CONSEIL D'ADMINISTRATION EXTRAIT DU REGISTRE DES DÉLIBÉRATIONS DU CONSEIL D'ADMINISTRATION Séance du mardi 17 décembre 2013 à 9h00 présidée par Monsieur Christian BATY, Vice-Président DATE DE CONVOCATION 12 DECEMBRE 2013 NOMBRE

Plus en détail

Action sociale. Nos actions dans le domaine du handicap. L Action sociale vous accompagne dans les moments importants de votre vie

Action sociale. Nos actions dans le domaine du handicap. L Action sociale vous accompagne dans les moments importants de votre vie Action sociale Nos actions dans le domaine du handicap L Action sociale vous accompagne dans les moments importants de votre vie Assumer au quotidien une situation de handicap est difficile pour une famille

Plus en détail

Livret d accueil MISSIONS TEMPORAIRES. Centre Interdépartemental de Gestion de la Grande Couronne de la Région d Île-de-France

Livret d accueil MISSIONS TEMPORAIRES. Centre Interdépartemental de Gestion de la Grande Couronne de la Région d Île-de-France Centre Interdépartemental de Gestion de la Grande Couronne de la Région d Île-de-France MISSIONS TEMPORAIRES Livret d accueil 15 rue Boileau 78008 Versailles cedex Téléphone : 01 39 49 63 00 Fax : 01 39

Plus en détail

Programme Opérationnel Interrégional FEDER du Massif des Alpes (POIA)

Programme Opérationnel Interrégional FEDER du Massif des Alpes (POIA) APPEL A PROPOSITIONS Programme Opérationnel Interrégional FEDER du Massif des Alpes (POIA) Région Provence Alpes Côte d Azur Région Rhône-Alpes Axe 3 «Développer la résilience des territoires et des populations

Plus en détail

de la consultation «innover et simplifier avec les agents publics»

de la consultation «innover et simplifier avec les agents publics» Bilan de la consultation «innover et simplifier avec les agents publics» Premier ministre SECRÉTARIAT GÉNÉRAL POUR LA MODERNISATION DE L ACTION PUBLIQUE La participation des agents à la modernisation de

Plus en détail

SANTE ECOLE ENSEIGNANTS

SANTE ECOLE ENSEIGNANTS SANTE ECOLE ENSEIGNANTS Formation des directeurs 13 mai 2014 Nadine Colin, déléguée MGEN SANTE ECOLE ENSEIGNANTS 1. La MGEN, acteur de santé? 2. Eléments de réflexion et de débats 3. Dispositifs et outils

Plus en détail

La CNMSS solidaire de votre santé www.cnmss.fr

La CNMSS solidaire de votre santé www.cnmss.fr La CNMSS solidaire de votre santé www.cnmss.fr 12 avril 1949 Création du régime de sécurité sociale des militaires et de la CNMSS. Octobre 1949 Création des sections de paiement pour les armées Air, Gendarmerie,

Plus en détail

LICENCE PROFESSIONNELLE. BAC + 1 2 3 4 5 Domaine :

LICENCE PROFESSIONNELLE. BAC + 1 2 3 4 5 Domaine : LICENCE PROFESSIONNELLE 2011-2012 Management des Organisations Spécialité Management de l Aide à la Personne 1. Editorial du responsable Les services à la personne sont, selon la définition officielle

Plus en détail

1. Contexte de la consultation... 3 2. Présentation DE l INRA et de la DSI... 5

1. Contexte de la consultation... 3 2. Présentation DE l INRA et de la DSI... 5 ASSISTANCE AU DEPOUILLEMENT DES OFFRES POUR UNE OPERATION DE TIERCE MAINTENANCE APPLICATIVE, EVOLUTION ET PRESTATIONS ASSOCIEES DU SYSTEME D INFORMATION DE GESTION CAHIER DES CHARGES Version : 3.0 Date

Plus en détail

Programme d Investissements d'avenir Action «Projets innovants en faveur de la jeunesse»

Programme d Investissements d'avenir Action «Projets innovants en faveur de la jeunesse» Programme d Investissements d'avenir Action «Projets innovants en faveur de la jeunesse» Synthèse et Questions/Réponses de l appel à projets Version du 28 juillet 2015 Synthèse Dans la continuité du «Plan

Plus en détail

Aides financières pour les patients de moins de 60 ans atteints de maladie chronique Véronique LACROIX FRANCOIS

Aides financières pour les patients de moins de 60 ans atteints de maladie chronique Véronique LACROIX FRANCOIS Aides financières pour les patients de moins de 60 ans atteints de maladie chronique Véronique LACROIX FRANCOIS Définition Qu est ce qu une pathologie chronique? «C est une maladie de longue durée, évolutive,

Plus en détail

LE DYNAMISME DU SECTEUR MÉDICO-SOCIAL EN ILE-DE-FRANCE

LE DYNAMISME DU SECTEUR MÉDICO-SOCIAL EN ILE-DE-FRANCE LE DYNAMISME DU SECTEUR MÉDICO-SOCIAL EN ILE-DE-FRANCE DOSSIER DE PRESSE 11 FÉVRIER 2014 Contacts Presse : Burson Marsteller I & E Courriel : tanaquil.papertian@bm.com Tanaquil PAPERTIAN Téléphone : 01

Plus en détail

29 Dhou El Hidja 1431 5 décembre 2010 JOURNAL OFFICIEL DE LA REPUBLIQUE ALGERIENNE N 74

29 Dhou El Hidja 1431 5 décembre 2010 JOURNAL OFFICIEL DE LA REPUBLIQUE ALGERIENNE N 74 10 29 Dhou El Hidja 1431 Vu le décret exécutif n 91-311 du 7 septembre 1991, complété, relatif à la nomination et à l agrément des comptables publics ; Vu le décret exécutif n 08-04 du 11 Moharram 1429

Plus en détail

PROJET DE LOI DE FINANCES POUR 2006 GUIDE DE LECTURE DES NOUVEAUX DOCUMENTS BUDGÉTAIRES PAR MISSION DU BUDGET DE L ÉTAT

PROJET DE LOI DE FINANCES POUR 2006 GUIDE DE LECTURE DES NOUVEAUX DOCUMENTS BUDGÉTAIRES PAR MISSION DU BUDGET DE L ÉTAT PROJET DE LOI DE FINANCES POUR 2006 GUIDE DE LECTURE DES NOUVEAUX DOCUMENTS BUDGÉTAIRES PAR MISSION DU BUDGET DE L ÉTAT LES NOUVEAUX BLEUS BUDGÉTAIRES ET LES PROJETS ANNUELS DE PERFORMANCES Les documents

Plus en détail

CATALOGUE DE SERVICES DE LA DIRECTION DU SYSTEME D INFORMATION DE L UNIVERSITE DE LIMOGES

CATALOGUE DE SERVICES DE LA DIRECTION DU SYSTEME D INFORMATION DE L UNIVERSITE DE LIMOGES CATALOGUE DE SERVICES DE LA DIRECTION DU SYSTEME D INFORMATION DE L UNIVERSITE DE LIMOGES Sommaire Fiche 1 : Gestion des identités : annuaires et authentification Fiche 2 : Connectez-vous en toute sécurité

Plus en détail

La santé des jeunes Rhônalpins en insertion

La santé des jeunes Rhônalpins en insertion La santé des jeunes Rhônalpins en insertion Diagnostic commun et actions partenariales URML, URHAJ et MFRA CRDSU (centre de ressources et d'échanges pour le développement social urbain) 12 octobre 2012

Plus en détail

Le code de la Santé Publique appelle, dans le cadre du projet d'établissement, une définition des objectifs généraux en matière de gestion.

Le code de la Santé Publique appelle, dans le cadre du projet d'établissement, une définition des objectifs généraux en matière de gestion. I - LE CADRE REGLEMENTAIRE Le code de la Santé Publique appelle, dans le cadre du projet d'établissement, une définition des objectifs généraux en matière de gestion. Ce projet - Administration, Gestion,

Plus en détail

Contrat d objectifs et de moyens relatif au développement de l apprentissage dans la région Languedoc Roussillon 2005-2009

Contrat d objectifs et de moyens relatif au développement de l apprentissage dans la région Languedoc Roussillon 2005-2009 Contrat d objectifs et de moyens relatif au développement de l apprentissage dans la région Languedoc Roussillon 2005-2009 Vu l article 52 de la loi n 93-1313 du 20 décembre 1993 relative au travail, à

Plus en détail

Une exposition : «Les services à la personne»

Une exposition : «Les services à la personne» Une exposition : «Les services à la personne» Pour tous vos forums, salons, espaces d'accueil de public, une exposition itinérante en 4 panneaux (100 x 40 cm) disponible gratuitement. Un aperçu des activités,

Plus en détail

74 ème Congrès Annuel des Directeurs Généraux des Collectivités Territoriales

74 ème Congrès Annuel des Directeurs Généraux des Collectivités Territoriales 74 ème Congrès Annuel des Directeurs Généraux des Collectivités Territoriales Introduction Une politique des Ressources Humaines est au cœur de défis majeurs. Un réel levier de performance publique. L

Plus en détail

Règlement intérieur de l Université Sorbonne Paris Cité

Règlement intérieur de l Université Sorbonne Paris Cité Règlement intérieur de l Université Sorbonne Paris Cité (adopté par le Conseil d administration du 8 octobre 2014) * Chapitre 1. Dispositions électorales communes aux instances de gouvernance Article 1.

Plus en détail

Rappel chronologique. Projet de loi présenté au Conseil des ministres du 26 juin 2013. Loi votée les 20 et 21 février 2014.

Rappel chronologique. Projet de loi présenté au Conseil des ministres du 26 juin 2013. Loi votée les 20 et 21 février 2014. Information Atelier PLH Grand Avignon 7 octobre 2014 Rappel chronologique Projet de loi présenté au Conseil des ministres du 26 juin 2013. Loi votée les 20 et 21 février 2014. Décision du Conseil constitutionnel

Plus en détail

FICHE TECHNIQUE : METTRE EN PLACE UNE GPEC

FICHE TECHNIQUE : METTRE EN PLACE UNE GPEC METTRE EN PLACE UNE GPEC Gestion Prévisionnelle des Emplois et des Compétences Cette fiche technique aborde la mise en place d une démarche GPEC sous l angle de la description d un processus. Elle présente

Plus en détail

Master. 1 - Objectifs de la formation. Débouchés. Management des Organisations du Secteur Sanitaire et Social MASTER MASTER 2

Master. 1 - Objectifs de la formation. Débouchés. Management des Organisations du Secteur Sanitaire et Social MASTER MASTER 2 1 - Objectifs de la formation La formation MOSSS vise à former les cadres managers, au sein d établissements privés ou publics des secteurs sanitaires, sociaux, médico-sociaux ou d organismes d insertion

Plus en détail