ASP fondatrice documents administratifs - Groupes de parole. Groupes de parole

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "ASP fondatrice documents administratifs - Groupes de parole. Groupes de parole"

Transcription

1 Groupes de parole Préambule Le groupe de parole est un des éléments essentiels d une association de bénévoles d'accompagnement. Il participe du soutien continu prévu à l article 2 de l annexe du décret du 16 octobre 2000 pris en application de la loi du 9 juin Les fondements Le groupe de parole a des objectifs différents et complémentaires : - soutien des bénévoles d accompagnement ; - formation sur les attitudes et les comportements au travers du partage d expérience; - prise de conscience de la dimension collective de l accompagnement ; dans les cas où ses participants exercent leur bénévolat dans une même équipe, le groupe de parole contribue au renforcement de cette équipe. Pendant les groupes de parole, les bénévoles partagent leurs émotions, leurs ressentis et ont la possibilité de travailler sur leurs motivations. C est un lieu d interrogations plus que de réponses, où les bénévoles, soutenus par le psychologue, peuvent ensemble analyser les situations. Une des missions du psychologue est de veiller à discerner ce qui est du ressort du groupe de parole ou de la réunion d équipe (prise de décision, action, intervention d un tiers ). C'est, de manière régulière, un lieu de travail sur l écoute de soi et l écoute de l autre et sur le non jugement dans l ici et le maintenant. Au travers des échanges et du partage autour de la relation au malade, aux proches et aux soignants, en présence du psychologue, le groupe peut aider les bénévoles à dépasser les difficultés de l accompagnement et éviter l usure en leur permettant de prendre du recul, en travaillant par exemple sur la sensation d inutilité, l impression de non-sens, ou encore sur l attachement, la séparation, la différenciation. Ce travail peut avoir un impact sur l évolution de la personne, même si le groupe de parole n est ni un groupe thérapeutique, ni un groupe analytique.

2 Les contenus Tous les sujets touchant à la relation d accompagnement peuvent être abordés dans le respect de chacun des participants. - Le vécu de l accompagnant à partir de la relation avec le malade et/ou ses proches (Liste non limitative, mais qui reprend les thèmes les plus fréquemment cités) - trouver sa juste place, sans projet pour l autre ; - l attachement ; - l absence de parole (malade inconscient ou dans le coma), ou la parole confuse ; - le refus d un malade ou de ses proches, les réactions d agressivité ; - le décès ou le départ des malades ; - la demande d euthanasie ; - les besoins spirituels et l accompagnement ; - les questions du malade et/ou de ses proches sur l identité du bénévole en soins palliatifs. - Les relations inter-personnelles au sein de l équipe et inter-équipes - l arrivée et le départ des bénévoles ; - le parrainage d un bénévole et le bilan à mi-parcours ; - les relations avec l équipe soignante (cas particulier de la confrontation à la maltraitance) ; - Les relations avec les autres associations de bénévoles (question de l identité du bénévole d accompagnement) ; - les tensions dans l équipe de bénévoles ; - la transgression des règles associatives (rester dans le non jugement et permettre au bénévole de s interroger sur les raisons de son geste). - Accompagnement et vie personnelle - les motivations du bénévole, et leurs évolutions ; - les répercussions sur le lien social et familial ; - les accompagnements des proches. Ces trois derniers sujets doivent pouvoir être abordés en groupe de parole, dans le respect de chacun et de la capacité du groupe à l accueillir. Cela peut permettre d aider un bénévole à accepter un break. Bilan et évaluation du groupe de parole - une évaluation annuelle est indispensable. Celle-ci aura lieu en fin de deuxième trimestre et fera l objet d un compte-rendu rédigé en collaboration avec le psychologue, adressé par le coordinateur d équipe au service bénévolat ; - en cas de difficultés, les bénévoles du groupe et/ou le psychologue peuvent demander que tout ou partie d un groupe de parole soit consacré à un échange sur le fonctionnement du groupe ;

3 - une «mini-évaluation» de 10 minutes peut être mise en place de manière systématique à la fin de chaque séance.

4 Le cadre - Règles d organisation : animation par un psychologue ; groupe réservé aux bénévoles d accompagnement, d une ou de plusieurs équipes ; les bénévoles (5 à 15) participent à un groupe de parole donné, qui accueille de nouveaux participants au moment de leur parrainage dans une équipe ; si le nombre de bénévoles est systématiquement inférieur à 5 participants il sera envisagé un regroupement avec une autre équipe ; lieu fixe, clos, confortable et sécurisant, dans l hôpital, l institution ou l association ; Périodicité régulière, toutes les trois semaines, horaires et jours planifiés et connus de tous ; Durée : 2 heures. - Règles de fonctionnement Elles sont à rappeler régulièrement, en particulier au moment de l accueil d un nouveau bénévole : assiduité et régularité de la présence sauf impératif sérieux et occasionnel ; respect des horaires de début et de fin de séance ; participation active ; confidentialité des échanges ; écoute mutuelle : parler à la 1ère personne ; non jugement dans l écoute ; tolérance vis à vis des ressentis et expressions de chacun ; bienveillance dans l expression ; pas de passage à l acte (sorties en cours de séance, violence verbale ). Remarque : Une question abordée en groupe de parole peut nécessiter une réflexion des membres de l association et/ou amener à une prise de décision. C est au psychologue de faire valider par le groupe, en lien avec le coordinateur, la nécessité de l aborder dans un autre espace (réunion d équipe, rencontre avec les soignants, travail avec d autres cadres associatifs ). - Cas particuliers : - absentéisme : - Une collaboration étroite est nécessaire entre le psychologue et le coordinateur d équipe pour déterminer la marche à suivre en cas de non respect avéré et répété des règles de fonctionnement du groupe de parole par un bénévole ; - En cas d absentéisme collectif, il est de la responsabilité de l association d en explorer les raisons et d apporter les mesures propres à y remédier. - suspension temporaire des accompagnements (Break): Compte tenu du caractère spécifique de ce bénévolat, toute modification importante survenant dans la vie d'un bénévole peut entraîner un arrêt temporaire des accompagnements et par

5 conséquence de sa participation au groupe de parole. Il peut néanmoins continuer à venir en réunion d'équipe. Le rôle et la fonction du psychologue L animateur d un groupe de parole est un psychologue, recruté par le Référent des psychologues et rémunéré par l ASP fondatrice. - Place dans le groupe Le psychologue est l animateur du groupe de parole. Il est garant du cadre du groupe de parole et de son fonctionnement, mais il n est pas garant du respect du cadre associatif. Sa neutralité dans le groupe est garantie en partie par le choix du psychologue par l association et non par le coordinateur d équipe. Toutefois, psychologue et coordinateur d équipe sont en lien pour les modalités pratiques d organisation du groupe. Le coordinateur d équipe peut être amené à solliciter l aide du psychologue en cas de difficulté avec un bénévole, par exemple en cours de parrainage. C est le coordinateur d équipe qui prend la décision de suspendre l activité d un bénévole, après validation de la décision par le Référent relations humaines. Pendant le temps du groupe de parole, le coordinateur d équipe est un bénévole parmi d autres.. - Rôle et fonction : - le psychologue rappelle les règles du groupe de parole. Il est garant de la circulation de la parole ; - il accueille et favorise la parole de chaque bénévole, en veillant à l équilibre de la prise de parole de chacun ; - il gère les silences et favorise l expression ; - il analyse et aide à dénouer les tensions éventuelles dans une équipe, mais ne tranche pas en cas de décision à prendre ; - il ne fait pas de thérapie dans le groupe, il n est pas thérapeute des bénévoles à l extérieur mais peut accueillir une demande d aide et orienter vers un autre thérapeute. Le groupe de parole n est pas un lieu de formation théorique. Cependant, le psychologue peut occasionnellement donner quelques indications théoriques si cela semble nécessaire ou utile pour le soutien des bénévoles. Il s appuie sur son expérience et sa pratique personnelle, dans le respect du cadre associatif défini. - Départ Le départ d un psychologue peut être à son initiative, ou à celle de l association. Il doit être précédé d un entretien individuel avec le Référent des psychologues.

6 Quelles qu en en soient les raisons, le départ du psychologue doit être préparé et verbalisé dans le groupe. Le départ du psychologue fera l'objet d'un «tuilage» avec son remplaçant. Il est recommandé que la durée d'un psychologue au sein d'une équipe soit de l'ordre de quatre ans. - Animation des psychologues Les psychologues sont invités à participer à une ou deux réunions par an avec le Référent des psychologues de l'association afin d'harmoniser les pratiques et améliorer le lien entre tous. Le rôle et la fonction du Coordinateur d'équipe - Le Coordinateur d'équipe organise la périodicité et les dates du Groupe de parole en accord avec le psychologue. - En cas de disfonctionnement au sein du Groupe de parole le Coordinateur d'équipe doit avertir le référent des psychologues.

ASP-Yvelines PROJET ASSOCIATIF. Période

ASP-Yvelines PROJET ASSOCIATIF. Période ASP-Yvelines PROJET ASSOCIATIF Période 2016 2018 L objectif de l association Le contexte général de l évolution des soins palliatifs en France Le projet pour la mission Accompagnement Le projet pour la

Plus en détail

LE BENEVOLAT D ACCOMPAGNEMENT : OBLIGATION D INFORMATION RECIPROQUE ENTRE BENEVOLES ET SOIGNANTS - FICHE DE RECOMMANDATIONS

LE BENEVOLAT D ACCOMPAGNEMENT : OBLIGATION D INFORMATION RECIPROQUE ENTRE BENEVOLES ET SOIGNANTS - FICHE DE RECOMMANDATIONS Textes produits par les commissions nationales de la fédération JALMALV Texte élaboré par la Commission Bénévolat et validé par le CA de la Fédération du 5 novembre 2005 LE BENEVOLAT D ACCOMPAGNEMENT :

Plus en détail

Les 3 objectifs de la prise en charge de la personne dépressive

Les 3 objectifs de la prise en charge de la personne dépressive 1 Généralités Les 3 objectifs de la prise en charge de la personne dépressive Amélioration des symptômes et de la qualité de vie Restauration fonctionnelle Prévention des rechutes et des récidives La prise

Plus en détail

Pratiques psychomotrices : conscience corporelle. Respiration et mouvement

Pratiques psychomotrices : conscience corporelle. Respiration et mouvement Université Pierre et Marie Curie Pratiques psychomotrices : conscience corporelle. Respiration et mouvement Psychomotricité troisième année 2003-2004 Agnès Servant-Laval Mise à jour : 28 novembre 2003

Plus en détail

Pourquoi et comment traiter la demande d euthanasie, dans le respect du patient et des valeurs de chacun?

Pourquoi et comment traiter la demande d euthanasie, dans le respect du patient et des valeurs de chacun? Pourquoi et comment traiter la demande d euthanasie, dans le respect du patient et des valeurs de chacun? Réflexions et expériences dans le cadre de soins palliatifs àdomicile. 16/01/2012 1 Anne Lodewick

Plus en détail

Les relations avec les familles

Les relations avec les familles 1 Des pièges à éviter Des situations de conflit peuvent rapidement s installer entre les équipes et les familles Les soignants qualifient parfois les familles de «bonnes» ou «mauvaises» en fonction de

Plus en détail

LA FORMATION A JALMALV

LA FORMATION A JALMALV Textes produits par les commissions nationales de la fédération JALMALV Texte élaboré par la commission Formation en concertation avec la commission Bénévolat Validé par le CA de mars 1999, septembre 2000,

Plus en détail

L éducation thérapeutique collective

L éducation thérapeutique collective L éducation thérapeutique collective Dr Cécile BRUNET-CARTIER, médecin coordonnateur du programme régional ETP VIH adulte en Pays de la Loire M. Pascal MALO, représentant associatif AIDES, membre du comité

Plus en détail

Sommaire. Formation secteur scolaire ou périscolaire

Sommaire. Formation secteur scolaire ou périscolaire Formation secteur scolaire ou périscolaire Sommaire Conférence : devenir un enseignant plus relationnel.page 2 Formation complète pour les enseignants.page 3 Analyse de pratique..page 5 Développer les

Plus en détail

Formation Praticien TEMPEAU Cycle Découverte MODULE 1 L IMPACT ÉMOTIONNEL DU TOUCHER

Formation Praticien TEMPEAU Cycle Découverte MODULE 1 L IMPACT ÉMOTIONNEL DU TOUCHER MODULE 1 L IMPACT ÉMOTIONNEL DU TOUCHER Bien qu utilisé au quotidien par un grand nombre de soignants, d éducateurs, de praticiens ou de thérapeutes, le toucher dans sa forme technique ou relationnelle

Plus en détail

L ASSISTANT FAMILIAL 1. Référentiel professionnel 1.1. Définition de la profession et du contexte de l intervention

L ASSISTANT FAMILIAL 1. Référentiel professionnel 1.1. Définition de la profession et du contexte de l intervention L ASSISTANT FAMILIAL 1. Référentiel professionnel 1.1. Définition de la profession et du contexte de l intervention L assistant familial est un travailleur social qui exerce une profession définie et réglementée

Plus en détail

Le partage du secret professionnel : gardons l usager au centre de nos pratiques et évaluons l effet sur la relation d aide. Claire MEERSSEMAN,

Le partage du secret professionnel : gardons l usager au centre de nos pratiques et évaluons l effet sur la relation d aide. Claire MEERSSEMAN, Le partage du secret professionnel : gardons l usager au centre de nos pratiques et évaluons l effet sur la relation d aide Claire MEERSSEMAN, Psychologue, psychothérapeute et formatrice La confiance,

Plus en détail

«Espaces d échanges au service du lien»

«Espaces d échanges au service du lien» «Espaces d échanges au service du lien» Accompagner les familles Former les professionnels qui les soutiennent L EPE participe à la formation des partenaires de l éducation et des professionnels de l enfance

Plus en détail

Des groupes d accompagnement et d analyse de pratiques

Des groupes d accompagnement et d analyse de pratiques Des groupes d accompagnement et d analyse de pratiques Anne CHEVALIER Formatrice CGé Ex-enseignante Dans la structure classique de l organisation de l école, chaque enseignant se retrouve seul face à sa

Plus en détail

RELATION D AIDE ATTITUDES AIDANTES UE 4. 2 S 3 Noëlle LEPRINCE 2013

RELATION D AIDE ATTITUDES AIDANTES UE 4. 2 S 3 Noëlle LEPRINCE 2013 RELATION D AIDE ATTITUDES AIDANTES UE 4. 2 S 3 Noëlle LEPRINCE 2013 La relation d aide est une forme d aide psychologique, un soin qui se manifeste à travers la relation. Elle s inscrit dans le champ du

Plus en détail

Comment faire pire en croyant faire bien?

Comment faire pire en croyant faire bien? Comment faire pire en croyant faire bien? Par Katryn DRIFFIELD Psychologue Clinicienne 47è journées d Études de l A.F.D.N Reims, le Vendredi 5 juin 2009 Un peu d humour pour commencer Le poids des mots

Plus en détail

Souhaits de mort des familles et des soignants : quelle place pour les équipes de soins palliatifs? Reny Justine Psychologue clinicienne EMSP Dreux

Souhaits de mort des familles et des soignants : quelle place pour les équipes de soins palliatifs? Reny Justine Psychologue clinicienne EMSP Dreux XIème Journée Régionale de Soins Palliatifs en région Centre 25 septembre 2014 Souhaits de mort des familles et des soignants : quelle place pour les équipes de soins palliatifs? Reny Justine Psychologue

Plus en détail

Psychologie & Education Physique Thérapeutique. Sandrine MESTRE - Psychologue Mutualité Française Marne

Psychologie & Education Physique Thérapeutique. Sandrine MESTRE - Psychologue Mutualité Française Marne Psychologie & Education Physique Thérapeutique Sandrine MESTRE - Psychologue Mutualité Française Marne L origine Ce qui amène le patient à se retrouver face à vous est rarement lié à un choix personnel

Plus en détail

ASSISTANT DE SOINS EN GERONTOLOGIE. MODULE I : DF1 (35 h)

ASSISTANT DE SOINS EN GERONTOLOGIE. MODULE I : DF1 (35 h) INFOR SANTE ASSISTANT DE SOINS EN GERONTOLOGIE CENTRE MODULE I : DF1 (35 h) Concourir à l élaboration et à la mise en œuvre du projet individualisé dans le respect de la personne - Repérer les besoins

Plus en détail

ANALYSE DE LA PRATIQUE

ANALYSE DE LA PRATIQUE ANALYSE DE LA PRATIQUE PROGRAMME DPC 2018 Projet conçu pour : ANALYSE DE LA PRATIQUE PERSONNEL CONCERNE Personnel encadrant : Cadres de santé, Cadres administratifs, Directeurs, Médecins DUREE D UNE SEANCE

Plus en détail

Clinique EVC/EPR : Notions psychologiques

Clinique EVC/EPR : Notions psychologiques CRFTC Hôpital Broussais 14 Mai 2012 N. GEGOUT Psychologue clinicien Unité EVC/EPR Korian Canal de l Ourcq 75019 gegoutnicolas@gmail.com Clinique EVC/EPR : Notions psychologiques 1 PRESENTATION: Préambule

Plus en détail

ACCOMPAGNEMENT DU DEUIL ET FORMATION

ACCOMPAGNEMENT DU DEUIL ET FORMATION Textes produits par les commissions nationales de la fédération JALMALV Texte modifié par la Commission Nationale Deuil lu et adopté lors du CA du 28 février 2015 ACCOMPAGNEMENT DU DEUIL ET FORMATION Préambule

Plus en détail

LES SOINS RELATIONNELS. IFSI S2 Soraya Baccouche Psychologue clinicienne MFME/DRH CHUMartinique

LES SOINS RELATIONNELS. IFSI S2 Soraya Baccouche Psychologue clinicienne MFME/DRH CHUMartinique IFSI S2 Soraya Baccouche Psychologue clinicienne MFME/DRH CHUMartinique LA RELATION 1. DEFINITION La relation est une rencontre entre deux personnes, où interviennent des caractéristiques liées à chacune

Plus en détail

Le recrutement des bénévoles MAJ le 29 septembre 2016

Le recrutement des bénévoles MAJ le 29 septembre 2016 LES FICHES B.R.ASS «LES BONNES RECETTES ASSOCIATIVES» FICHE N 2 : Le recrutement des bénévoles MAJ le 29 septembre 2016 Le recrutement de bénévoles - Où les trouver? critères de sélection? - Les interviewer?

Plus en détail

Association Parrainage d Enfants en Lorraine

Association Parrainage d Enfants en Lorraine PROTOCOLE DE PARTENARIAT Entre les soussignés : PARENLOR Centre socioculturel «Bon Pasteur» 10, rue du Bon Pasteur Représentée par : Catherine CHAUMA en sa qualité de Présidente, ET...... Représenté (e)

Plus en détail

Pratiques psychomotrices : conscience corporelle

Pratiques psychomotrices : conscience corporelle Université Pierre et Marie Curie Pratiques psychomotrices : conscience corporelle Psychomotricité première année 2006-2007 Agnès Servant-Laval Mise à jour : 5 avril 2007 2/7 Pratiques psychomotrices :

Plus en détail

PROGRAMME DE FORMATIONS 2017

PROGRAMME DE FORMATIONS 2017 PROGRAMME DE FORMATIONS 2017 Pour les bénévoles en activité 1. La communication non verbale Jeudi 23 février 2017, de 9h à 12h et de 13h30 à 17h00 Le lien à l autre, nous le mettons à l épreuve par la

Plus en détail

RÉFÉRENTIEL PROFESSIONNEL MEDIATEUR FAMILIAL

RÉFÉRENTIEL PROFESSIONNEL MEDIATEUR FAMILIAL RÉFÉRENTIEL PROFESSIONNEL MEDIATEUR FAMILIAL CONTEXTE DE L INTERVENTION Le médiateur familial exerce de façon qualifiée une profession de spécialisation s appuyant sur une expérience professionnelle acquise

Plus en détail

Projets et Formations

Projets et Formations Accompagnement de fin de vie Prise en charge non médicamenteuse De la douleur Projets et Formations Spécialiste Santé Projets & Formations Propose des formations concrètes, parfaitement adaptées au contexte

Plus en détail

LES SOINS RELATIONNELS. IFSI S2 Soraya Baccouche Psychologue clinicienne MFME/DRH CHUMartinique

LES SOINS RELATIONNELS. IFSI S2 Soraya Baccouche Psychologue clinicienne MFME/DRH CHUMartinique IFSI S2 Soraya Baccouche Psychologue clinicienne MFME/DRH CHUMartinique LA RELATION 1. DEFINITION La relation est une rencontre entre deux personnes, où interviennent des caractéristiques liées à chacune

Plus en détail

Synthèse des réunions interassociations «Cadre pratique et déontologique des groupes de parole»

Synthèse des réunions interassociations «Cadre pratique et déontologique des groupes de parole» Synthèse des réunions interassociations «Cadre pratique et déontologique des groupes de parole» Nombre de réunions en 2009 : 4 3 (13 février, 10 avril, 22 septembre 2009) + 1 dérivée : «mutualisation des

Plus en détail

La médiation par les pairs

La médiation par les pairs Service de médiation 6, Rue du Cygne 57100 THIONVILLE 03 82 53 05 06 La médiation par les pairs PETIT HISTORIQUE DE LA MEDIATION PAR LES PAIRS Années 70 aux U.S.A.: programmes de gestion des conflits pour

Plus en détail

REGLEMENT INTERIEUR DE L'ELAN

REGLEMENT INTERIEUR DE L'ELAN REGLEMENT INTERIEUR DE L'ELAN Contenu REGLEMENT INTERIEUR DE L'ELAN... 1 Contenu... 1 1 PREAMBULE... 2 2 LES ADHERENTS... 2 2.1 Participation... 2 2.2 Adhésion... 2 2.3 Période d accueil... 2 2.4 Cotisation...

Plus en détail

Rapport de formation pratique ASE Complément

Rapport de formation pratique ASE Complément Rapport de formation pratique ASE Complément Education CNK Cornu Patrik 2015 Consignes Rapport de formation pratique ASE-E complément educationcnk@gmail.com 1 Rapport de formation pratique ASE Complément

Plus en détail

Recrutement d un Coordinateur en ETP

Recrutement d un Coordinateur en ETP ! 2012 : Souhait de développer une culture éducative commune à tous les professionnels de la santé afin de permettre à tout patient du territoire un accès au soin éducatif " «L Educ attitude» au quotidien

Plus en détail

Guide de l accompagnateur bénévole pour adultes en difficulté avec les savoirs de base

Guide de l accompagnateur bénévole pour adultes en difficulté avec les savoirs de base Guide de l accompagnateur bénévole pour adultes en difficulté avec les savoirs de base La charte représente le cadre dans lequel s inscrit un bénévole et une structure. Le guide propose les grandes orientations

Plus en détail

L INTERVENTION PSYCHOTHERAPEUTIQUE POST-IMMEDIATE OU DEBRIEFING 1

L INTERVENTION PSYCHOTHERAPEUTIQUE POST-IMMEDIATE OU DEBRIEFING 1 L INTERVENTION PSYCHOTHERAPEUTIQUE POST-IMMEDIATE OU DEBRIEFING 1 Entre 2 à 10 jours après l évènement L intervention psychothérapeutique post-immédiate (IPPI) ou le débriefing psychologique est un travail

Plus en détail

L'ASSISTANT FAMILIAL

L'ASSISTANT FAMILIAL L'ASSISTANT FAMILIAL 1 REFERENTIEL PROFESSIONNEL 1.1 DEFINITION DE LA PROFESSION ET DU CONTEXTE DE L'INTERVENTION L'Assistant familial est un travailleur social qui exerce une profession définie et réglementée

Plus en détail

Un(e) psy pour les soignants : pour quoi faire? Martine Ruszniewski 23 novembre 2012

Un(e) psy pour les soignants : pour quoi faire? Martine Ruszniewski 23 novembre 2012 Un(e) psy pour les soignants : pour quoi faire? Martine Ruszniewski 23 novembre 2012 1 Pourquoi? Un(e) psy exclusivement pour les soignants, Est-ce : - nécessaire ou superflu? - original ou banal? - une

Plus en détail

Objectifs de la séquence Contenus de la séquence Méthode d accompagnement pédagogique Matériels, ressources, outils - Présentation des

Objectifs de la séquence Contenus de la séquence Méthode d accompagnement pédagogique Matériels, ressources, outils - Présentation des Nom de l organisme : AXE PRO FORMATION Intitulé de la formation : La fin de vie, le deuil Réf : PAAD Nbre d heures : 20 Nom du (des) intervenant(s) : BARBERO Elodie Horaires proposés : 8h30/12h30 13h30/17h30

Plus en détail

Le patient face à la maladie grave

Le patient face à la maladie grave Le patient face à la maladie grave L annonce du diagnostic Un acte si court aux répercussions si longues 1 2 L ATTENTE L existence de symptômes et de signes de dysfonctionnement évocateurs ont incité la

Plus en détail

Charte de. Fonctionnement. du Conseil. Municipal des. Jeunes

Charte de. Fonctionnement. du Conseil. Municipal des. Jeunes Charte de Fonctionnement du Conseil Municipal des Jeunes 1 I) LE CONSEIL MUNICIPAL DES JEUNES Le Conseil Municipal des Jeunes est une instance qui permet aux jeunes Fontenillois de participer et de s impliquer

Plus en détail

Fiche de poste PSYCHOLOGUE DU TRAVAIL

Fiche de poste PSYCHOLOGUE DU TRAVAIL Fiche de poste PSYCHOLOGUE DU TRAVAIL La fiche de fonction est un outil d organisation du travail. Elle a pour but de répertorier les missions et les principales activités associées à la fonction de psychologue

Plus en détail

Approche des groupes de patients ou de familles à visée psychothérapeutique. P. Bruguière, P. de Collasson, H. Petropoulou, Psychologues cliniciennes

Approche des groupes de patients ou de familles à visée psychothérapeutique. P. Bruguière, P. de Collasson, H. Petropoulou, Psychologues cliniciennes Approche des groupes de patients ou de familles à visée psychothérapeutique P. Bruguière, P. de Collasson, H. Petropoulou, Psychologues cliniciennes Pratique des psychothérapies avec les patients cérébrolésés

Plus en détail

Identité de l élève. Structure pédagogique Environnement général de l élève :

Identité de l élève. Structure pédagogique Environnement général de l élève : Année scolaire 20.. / 20.. Document à joindre au «formulaire de demande(s) auprès de la MDPH» Identité de l élève Nom et prénom :.. Date de naissance :. Structure pédagogique Environnement général de l

Plus en détail

«LE PARCOURS DE LA FORMATION JALMALV»

«LE PARCOURS DE LA FORMATION JALMALV» «LE PARCOURS DE LA FORMATION JALMALV» Textes élaborés par la Commission Formation en coordination avec la Commission Bénévolat Mars 1999 à 2002 LA FORMATION : principes généraux - Septembre 2000 Présentation

Plus en détail

Quelle place pour l interprète dans le soin proposé aux personnes exilées victimes de tortures?

Quelle place pour l interprète dans le soin proposé aux personnes exilées victimes de tortures? COLLOQUE LA ROCHELLE 25 JUIN 2012 Quelle place pour l interprète dans le soin proposé aux personnes exilées victimes de tortures? «L INTERPRETE, CO-INTERVENANT DANS LE DISPOSITIF DE SOIN» I. Introduction

Plus en détail

Guide d ouverture d un lieu d accueil enfants-parents

Guide d ouverture d un lieu d accueil enfants-parents Guide d ouverture d un lieu d accueil enfants-parents L accompagnement de la fonction parentale s inscrit dans les finalités de l action sociale des Caf. Pour permettre à l enfant de se construire dans

Plus en détail

CHARTE DE QUALITÉ. pour l accueil des enfants de 0 à 6 ans dans leur diversité. Edition 2012

CHARTE DE QUALITÉ. pour l accueil des enfants de 0 à 6 ans dans leur diversité. Edition 2012 CHARTE DE QUALITÉ CHARTE DE QUALITÉ pour l accueil des enfants de 0 à 6 ans dans leur diversité Rédigée dans le cadre de la commission départementale de l accueil des jeunes enfants de l Isère Edition

Plus en détail

Maintenir et valoriser l indépendance

Maintenir et valoriser l indépendance Maintenir et valoriser l indépendance Bouge, le 21 novembre 2012 Animation : Jean-Claude Simon c est une organisation de La ligue Alzheimer a.s.b.l. Objectifs de cet atelier de réflexion Aborder les modalités

Plus en détail

LA MARIONNETTE : UN OUTIL DE MÉDIATION PRIVILÉGIÉE

LA MARIONNETTE : UN OUTIL DE MÉDIATION PRIVILÉGIÉE LA MARIONNETTE : UN OUTIL DE MÉDIATION PRIVILÉGIÉE «La marionnette ce n est pas un acteur qui parle, c est une parole qui agit» P. Claudel Contenu Création d'une marionnette à tige à main prenante, destinée

Plus en détail

au fil du lien thérapie positive

au fil du lien thérapie positive au fil du lien thérapie positive Le conseil conjugal et familial Seul, en couple ou en famille, vous traversez une crise ; un moment difficile dans votre vie en lien avec les différentes étapes de la vie

Plus en détail

ESAT PEP GIENNOIS Les Saponaires Bilan d activité 2013

ESAT PEP GIENNOIS Les Saponaires Bilan d activité 2013 ESAT PEP GIENNOIS Les Saponaires Bilan d activité 2013 Préambule : Présentation de l Etablissement et Service d Aide par le Travail Géré par l AD PEP 45, l ESAT les Saponaires existe depuis octobre 1988.

Plus en détail

CODE NATIONAL DE DÉONTOLOGIE DU MÉDIATEUR

CODE NATIONAL DE DÉONTOLOGIE DU MÉDIATEUR CODE NATIONAL DE DÉONTOLOGIE DU MÉDIATEUR Rédigé par le Rassemblement des Organisations de la Médiation (R.O.M.) Présenté au Palais Bourbon le 5 février 2009 LE RASSEMBLEMENT DES ORGANISATIONS DE LA MÉDIATION

Plus en détail

Gestion des conflits : venez découvrir une autre façon de les résoudre! Aline DI MÉGLIO, Médiateur professionnel

Gestion des conflits : venez découvrir une autre façon de les résoudre! Aline DI MÉGLIO, Médiateur professionnel Gestion des conflits : venez découvrir une autre façon de les résoudre! Aline DI MÉGLIO, Médiateur professionnel Gestion des conflits Venez découvrir une autre façon de les résoudre! Petit déjeuner de

Plus en détail

L atelier d Education Populaire Un centre de Formation dédié aux secteurs du social et de l éducatif

L atelier d Education Populaire Un centre de Formation dédié aux secteurs du social et de l éducatif Fédération de l Hérault L atelier d Education Populaire Un centre de Formation dédié aux secteurs du social et de l éducatif Le Projet Pédagogique SOMMAIRE L émergence du projet, le contexte... 3 Présentation

Plus en détail

Précisions relatives à l utilisation de la grille d évaluation

Précisions relatives à l utilisation de la grille d évaluation GRILLE D EVALUATION DES PROFESSEURS STAGIAIRES LAUREATS DES CONCOURS CPIF «COORDINATION PEDAGOGIQUE ET INGENIERIE DE FORMATION» Précisions relatives à l utilisation de la grille d évaluation La grille

Plus en détail

CHARTE DU BENEVOLAT AU SEIN DU CEM

CHARTE DU BENEVOLAT AU SEIN DU CEM 1 CHARTE DU BENEVOLAT AU SEIN DU CEM 2 Tout bénévole accueilli et intégré au CEM se voit remettre la présente Charte. Elle définit le cadre des relations et des règles qui doivent s instituer entre la

Plus en détail

PATIENTS PARTENAIRES DE L EDUCATION THERAPEUTIQUE : L EXEMPLE D UNE ASSOCIATION FRANÇAISE DE PATIENTS HEMOPHILES

PATIENTS PARTENAIRES DE L EDUCATION THERAPEUTIQUE : L EXEMPLE D UNE ASSOCIATION FRANÇAISE DE PATIENTS HEMOPHILES PATIENTS PARTENAIRES DE L EDUCATION THERAPEUTIQUE : L EXEMPLE D UNE ASSOCIATION FRANÇAISE DE PATIENTS HEMOPHILES XVI ème Journée de l IPCEM 25 novembre 2008 Thomas Sannié Lydie Wintz Claude Guérois 1.

Plus en détail

Accompagnements des enfants (0 à 12 ans).

Accompagnements des enfants (0 à 12 ans). FORMATION INTERVENANTS EN ARTS-THERAPEUTIQUE Accompagnements des enfants (0 à 12 ans). Lieu : MURET (31600) A la THEARERIE EVEIL CREATIF / COGNITIF-SENSORIEL / EXPRESSION CORPORELLE / RELAXATION. Vous

Plus en détail

La qualité de travail des enseignant-e-s et qualité de vie Congrès suisse de pédagogie spécialisée, Berne, 2013

La qualité de travail des enseignant-e-s et qualité de vie Congrès suisse de pédagogie spécialisée, Berne, 2013 La qualité de travail des enseignant-e-s et qualité de vie Congrès suisse de pédagogie spécialisée, Berne, 2013 Lucia Polli, Aggiunta presso l'ufficio della Pedagogia speciale, Canton Ticino Anne-Claude

Plus en détail

SOINS DE SUPPORT SOINS PALLIATIFS DEMARCHE PALLIATIVE EN ONCO HEMATOLOGIE. Ph. COLOMBAT Tours 11 mars 2005

SOINS DE SUPPORT SOINS PALLIATIFS DEMARCHE PALLIATIVE EN ONCO HEMATOLOGIE. Ph. COLOMBAT Tours 11 mars 2005 SOINS DE SUPPORT SOINS PALLIATIFS DEMARCHE PALLIATIVE EN ONCO HEMATOLOGIE Ph. COLOMBAT Tours 11 mars 2005 DEMARCHE PALLIATIVE DEMARCHE PALLIATIVE DEFINITION «Asseoir et développer les Soins Palliatifs

Plus en détail

De l intérêt de ne pas rester seul...

De l intérêt de ne pas rester seul... De l intérêt de ne pas rester seul... Valérie de Chabalier Cadre de Santé Nena Stadelmaier Psychologue 1 Comment repérez-vous Chez vous, chez vos collègues Ce qu on appelle épuisement professionnel? 2

Plus en détail

INTERVENTION PEDAGOGIQUE DU 5/03/2015. Spécificités en soins palliatifs par profession

INTERVENTION PEDAGOGIQUE DU 5/03/2015. Spécificités en soins palliatifs par profession 1 INTERVENTION PEDAGOGIQUE DU 5/03/2015 Spécificités en soins palliatifs par profession OBJECTIFS : Appréhender la spécificité en fonction de l exercice professionnel et le lieu (en Institution, en EMSP,

Plus en détail

Bulletin officiel n 13 du 26 mars Précisions relatives à l utilisation de la grille d évaluation

Bulletin officiel n 13 du 26 mars Précisions relatives à l utilisation de la grille d évaluation Fiche n 13 - Grille d évaluation du conseiller principal d éducation stagiaire Précisions relatives à l utilisation de la grille d évaluation La grille d évaluation ci-après, fondée sur le référentiel

Plus en détail

Christine RICARD, Médecin anesthésiste Charlotte BEVIS, Puéricultrice. Audrey MASTRAS Puéricultrice

Christine RICARD, Médecin anesthésiste Charlotte BEVIS, Puéricultrice. Audrey MASTRAS Puéricultrice Christine RICARD, Médecin anesthésiste Charlotte BEVIS, Puéricultrice Centre d Analgésie et de soins palliatifs de l enfant Audrey MASTRAS Puéricultrice Service d hémodialyse pédiatrique CHRU, Montpellier.

Plus en détail

Ateliers d art-thérapie. En milieux scolaires et structures spécialisées pour enfants.

Ateliers d art-thérapie. En milieux scolaires et structures spécialisées pour enfants. Association, loi 1901 - «Arc en Ciel en Soit» 31600 MURET arcencielensoit@gmail.com Mathilde DELAVENNE 05-81-60-48-92 / 06-74-04-09-56 Ateliers d art-thérapie. En milieux scolaires et structures spécialisées

Plus en détail

La vieillesse est une période inévitable et naturelle de la vie humaine durant laquelle chaque personne doit pouvoir poursuivre son épanouissement.

La vieillesse est une période inévitable et naturelle de la vie humaine durant laquelle chaque personne doit pouvoir poursuivre son épanouissement. Rue des Planchettes 35 2900 Porrentruy Suisse www.foyerlesplanchettes.ch La vieillesse est une période inévitable et naturelle de la vie humaine durant laquelle chaque personne doit pouvoir poursuivre

Plus en détail

4 ème ET 3 ème SEGPA EN COLLEGE PROPOSITIONS POUR LA MISE EN PLACE D UN SERVICE DE SUITE POUR REUSSIR L ENTREE EN VOIE PROFESSIONNELLE RECTORAT

4 ème ET 3 ème SEGPA EN COLLEGE PROPOSITIONS POUR LA MISE EN PLACE D UN SERVICE DE SUITE POUR REUSSIR L ENTREE EN VOIE PROFESSIONNELLE RECTORAT RECTORAT Corps inspection IEN 4 ème ET 3 ème SEGPA EN COLLEGE PROPOSITIONS POUR LA MISE EN PLACE D UN SERVICE DE SUITE POUR REUSSIR L ENTREE EN VOIE PROFESSIONNELLE JANVIER 2015 RECOMMANDATIONS PEDAGOGIQUES

Plus en détail

AIDE AUX AIDANTS : CONTRIBUTION D UN GROUPE DE PROTECTION SOCIALE A L EMERGENCE DE SOLUTIONS

AIDE AUX AIDANTS : CONTRIBUTION D UN GROUPE DE PROTECTION SOCIALE A L EMERGENCE DE SOLUTIONS AIDE AUX AIDANTS : CONTRIBUTION D UN GROUPE DE PROTECTION SOCIALE A L EMERGENCE DE SOLUTIONS vendredi 19 mai 2017 Intervenant(s) : Céline LABARRE Animateur d équipe Service Manifestations Sociales Protéger

Plus en détail

LIEUX D ACCUEIL ENFANTS PARENTS

LIEUX D ACCUEIL ENFANTS PARENTS LIEUX D ACCUEIL ENFANTS PARENTS 1 PREAMBULE LES LIEUX D ACCUEILS ENFANTS-PARENTS (LAEP) Les lieux d accueil enfants/parents sont ouverts à tous les petits enfants (moins de 4 ans ou moins de 6 ans selon

Plus en détail

1 - Les objectifs pédagogiques 2 - Le rôle du Conseil des enfants 3 - L élection du Conseil des enfants 4 Le fonctionnement du Conseil des enfants

1 - Les objectifs pédagogiques 2 - Le rôle du Conseil des enfants 3 - L élection du Conseil des enfants 4 Le fonctionnement du Conseil des enfants 1 - Les objectifs pédagogiques 2 - Le rôle du Conseil des enfants 3 - L élection du Conseil des enfants 4 Le fonctionnement du Conseil des enfants 1 1 - Les objectifs pédagogiques Le conseil municipal

Plus en détail

REFERENTIEL METIER : Directeur de Centre Social

REFERENTIEL METIER : Directeur de Centre Social ANNEXE 1 REFERENTIEL METIER : Directeur de Centre Social FINALITES DE LA FONCTION - Etre le garant de la conception, du pilotage, de la mise en œuvre et de l évaluation du projet social de la structure

Plus en détail

La France bénévole 2017

La France bénévole 2017 La France bénévole 2017 14 ème édition Juin 2017 Cécile BAZIN Marie DUROS Jacques MALET Au sommaire 2 1. Repères sur le bénévolat associatif en France 2. Les parcours bénévoles au sein d une association

Plus en détail

Soutien à la parentalité : à la rencontre de parents d adolescents

Soutien à la parentalité : à la rencontre de parents d adolescents Soutien à la parentalité : à la rencontre de parents d adolescents Historique, création d une action régionale La rencontre de trois éléments, en 2009 : FNMF : création d un cahier des charges sur les

Plus en détail

CIRCULAIRE N DU 06/05/2004. Niveaux et services : FOND (PRIMAIRE)/SECONDAIRE Année scolaire et suivantes

CIRCULAIRE N DU 06/05/2004. Niveaux et services : FOND (PRIMAIRE)/SECONDAIRE Année scolaire et suivantes CIRCULAIRE N 00847 DU 06/05/2004 Objet : Equipes mobiles susceptibles d intervenir au sein des établissements scolaires concernés par un phénomène de violence ou de décrochage scolaire Réseaux : Tous Niveaux

Plus en détail

«Le trio : Enfer ou Paradis?»

«Le trio : Enfer ou Paradis?» «Le trio : Enfer ou Paradis?» Docteur Dominique Garrot Madame Anabella Rocha 22 ème Journée Gérontologique le 09 octobre 2014 1 Introduction Etude : manque de communication entre l équipe et la famille

Plus en détail

PLACE ET RÔLE DE L ENTOURAGE DU PATIENT DANS LES PROJETS DE SOINS

PLACE ET RÔLE DE L ENTOURAGE DU PATIENT DANS LES PROJETS DE SOINS Le vendredi 8 décembre 06 PLACE ET RÔLE DE L ENTOURAGE DU PATIENT DANS LES PROJETS DE SOINS Danièle Le Couster Infirmière Clinicienne, Consultante en Soins Palliatifs et Douleur en Gérontologie, titulaire

Plus en détail

FORMATION CONTINUEE DES CADRES

FORMATION CONTINUEE DES CADRES CENTRE CATHOLIQUE POUR LA FORMATION EN COURS DE CARRIERE (CECAFOC) APPEL A CONCURRENCE en vue de l année 2016-2017 FORMATION CONTINUEE DES CADRES FICHES TECHNIQUES DU CAHIER DES CHARGES Critères pris en

Plus en détail

AVS/EVS: Repères communs pour un établissement scolaire

AVS/EVS: Repères communs pour un établissement scolaire Préambule D un département à l autre, d un diocèse à l autre, la gestion des AVS est différente. Certains diocèses ne rencontrent aucune difficulté pour avoir des contrats de l éducation nationale, d autres

Plus en détail

L entretien motivationnel

L entretien motivationnel L entretien motivationnel K. M bailara Psychologue clinicienne, C.H. Charles Perrens, Bordeaux Enseignant-chercheur en psychologie, Université Bordeaux DU Education thérapeutique 10-12-2011 L entretien

Plus en détail

Journée hygiène risque et qualité chez la personne âgée

Journée hygiène risque et qualité chez la personne âgée Journée hygiène risque et qualité chez la personne âgée Accueil du résident par l infirmier à l entrée dans l institution Nîmes,27/09/2012 Intervenants: Me Callejon M. Infirmière CHU Nîmes M. Largo Torres,

Plus en détail

L évaluation par la méthode du patient-traceur en établissement de santé

L évaluation par la méthode du patient-traceur en établissement de santé L évaluation par la méthode du patient-traceur en établissement de santé Colloques de l IUMSP, Lausanne Nathalie Thilly 28 Avril 2015 Université de Lorraine (EA 4360 Apemac) et CHU de Nancy, France 1 CONTEXTE

Plus en détail

Projet de Soins Personnalisé et Anticipé P.S.P.A.

Projet de Soins Personnalisé et Anticipé P.S.P.A. Projet de Soins Personnalisé et Anticipé P.S.P.A. pour les personnes âgées résidant en maison de repos et de soins Vous souhaitez exprimer vos souhaits par rapport à la façon dont vous désirez que l on

Plus en détail

LISTE DES FORMATIONS PROPOSÉES POUR L ANNÉE 2016

LISTE DES FORMATIONS PROPOSÉES POUR L ANNÉE 2016 Association déclarée le 4 juillet 2011 N W751210692 Avril 2016 LISTE DES FORMATIONS PROPOSÉES POUR L ANNÉE 2016 LA MALTRAITANCE AU REGARD DE LA LOI La définition de la maltraitance. Les textes légaux et

Plus en détail

MISE EN ŒUVRE DE LA CHARTE-QUALITE DE L ACCUEIL DU JEUNE ENFANT EN ARDECHE

MISE EN ŒUVRE DE LA CHARTE-QUALITE DE L ACCUEIL DU JEUNE ENFANT EN ARDECHE MISE EN ŒUVRE DE LA CHARTE-QUALITE DE L ACCUEIL DU JEUNE ENFANT EN ARDECHE Les différents acteurs de la petite enfance (CG, CAF, MSA, réseaux associatifs) de la Commission Départementale d Accueil du Jeune

Plus en détail

Précisions relatives à l utilisation de la grille d évaluation

Précisions relatives à l utilisation de la grille d évaluation GRILLE D EVALUATION DES PROFESSEURS STAGIAIRES LAUREATS DES CONCOURS CPIF «COORDINATION PEDAGOGIQUE ET INGENIERIE DE FORMATION» Précisions relatives à l utilisation de la grille d évaluation La grille

Plus en détail

Approche concrète des démences et de la maladie d Alzheimer pour les activités du quotidien

Approche concrète des démences et de la maladie d Alzheimer pour les activités du quotidien Impression à partir du site https://offredeformation.npdcp.fr le 30/12/2016. Fiche formation Approche concrète des démences et de la maladie d Alzheimer pour les activités du quotidien - N : 17770 - Mise

Plus en détail

DISPOSITIF DE PREVENTION DU STRESS ET DES RISQUES PSYCHOSOCIAUX

DISPOSITIF DE PREVENTION DU STRESS ET DES RISQUES PSYCHOSOCIAUX DISPOSITIF DE PREVENTION DU STRESS ET DES RISQUES PSYCHOSOCIAUX Le dispositif de prévention des RPS a pour objectif d être : - Fonctionnel : S insérer dans les pratiques de la Ville de Clermont Ferrand.

Plus en détail

INTRODUCTION «comment se développe un enfant tout un processus de paramètres différents s organisant entre eux

INTRODUCTION «comment se développe un enfant tout un processus de paramètres différents s organisant entre eux INTRODUCTION Au-delà des notions anatomiques traditionnelles, perpétuellement en arrière-plan, nous voulons au travers de ce document tenter d exprimer une synthèse d un travail de plusieurs années de

Plus en détail

Rotary Youth Exchange Program. Le conseiller de jeune

Rotary Youth Exchange Program. Le conseiller de jeune Rotary Youth Exchange Program Le conseiller de jeune Préface Code de déontologie concernant les jeunes : Le Rotary International s'engage à assurer la sécurité des participants à ses programmes. Il incombe

Plus en détail

AVIS DE VACANCE DE POSTE

AVIS DE VACANCE DE POSTE Direction des Ressources Humaines Localisation : Placement Familial de Romans AVIS DE VACANCE DE POSTE RESPONSABLE D UNITÉ DE PLACEMENT FAMILIAL POSITIONNEMENT DU POSTE DANS LA STRUCTURE Direction : Direction

Plus en détail

Projet éducatif des vacances adaptées

Projet éducatif des vacances adaptées Projet éducatif des vacances adaptées Ex Aequo est une association Loi 1901 à but non lucratif reconnue d intérêt général. L association s'est donnée pour vocation de favoriser l'intégration sociale et

Plus en détail

GUIDE DE LA VIE SCOLAIRE. (à l usage des surveillants)

GUIDE DE LA VIE SCOLAIRE. (à l usage des surveillants) GUIDE DE LA VIE SCOLAIRE (à l usage des surveillants) SOMMAIRE 1. Introduction 2. Rappel du rôle du CPE 3. Compétences attendues des éducateurs 4. Missions spécifiques des éducateurs 5. Conclusion 1. INTRODUCTION

Plus en détail

Proposition d ateliers de relaxation, de méditation, et de développement personnel Par Emma Milon

Proposition d ateliers de relaxation, de méditation, et de développement personnel Par Emma Milon Proposition d ateliers de relaxation, de méditation, et de développement personnel Par Emma Milon 06 83 10 43 82 www.emmamilon.fr email : emma@emmamilon.fr Introduction J accompagne en individuel ou en

Plus en détail

Le réseau gérontologique du Nyonsais-Baronnies vise à promouvoir, dans des conditions sanitaires et sociales optimales :

Le réseau gérontologique du Nyonsais-Baronnies vise à promouvoir, dans des conditions sanitaires et sociales optimales : CHARTE DU RÉSEAU I PREAMBULE Le réseau gérontologique du Nyonsais-Baronnies vise à promouvoir, dans des conditions sanitaires et sociales optimales : Le maintien à domicile le plus longtemps possible des

Plus en détail

Enquête Famille. Cette enquête, par questionnaire (cf dossier joint), comportait deux volets et explorait trois domaines :

Enquête Famille. Cette enquête, par questionnaire (cf dossier joint), comportait deux volets et explorait trois domaines : Enquête Famille Le contexte : Le Centre Ressource Handicap Psychique des Pays de la Loire participe à développer une réflexion collective régionale sur l évolution de la place des familles dans le soin

Plus en détail

Accompagnement et soins des enfants et des adolescents en institution

Accompagnement et soins des enfants et des adolescents en institution et soins des enfants et des adolescents Les souffrances des adolescents sont réelles et conséquentes, dans une période du développement de la personne, empreinte de bouleversements. La spécificité de la

Plus en détail

Intérêt des Art-thérapies pour les patients à profil complexe en Hôpital de jour SSR

Intérêt des Art-thérapies pour les patients à profil complexe en Hôpital de jour SSR Intérêt des Art-thérapies pour les patients à profil complexe en Hôpital de jour SSR Élisabeth Damoiseau ( Musicothérapeute) Dr Florence Bonté ( Gériatre) Hôpital de Jour Psychogériatrique Centre Paris

Plus en détail

Formation soins palliatifs et qualité de vie

Formation soins palliatifs et qualité de vie Formation soins palliatifs et qualité de vie Le soutien aux proches durant la maladie: informer et soutenir Martine Hennuy Introduction La maladie grave = traumatisme, séisme pour le malade et les proches

Plus en détail