L'INSERTION EN DORDOGNE

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "L'INSERTION EN DORDOGNE"

Transcription

1 page 9 Développer le Périgord Renforcer la sécurité aux passages à niveau page 19 PÉRIGORD PRATIQUE Bergerac Roumanière : pour vous aussi page 22 Planète Périgord Dordogne Atlantique : un contrat de rivière innovant L'INSERTION EN DORDOGNE n 1 2 NOVEMBRE 2007

2 Un nouveau bibliobus circule dans le département La BDP (Bibliothèque Départementale de Prêt) s est équipée d un nouveau bibliobus qui dessert les bibliothèques de 175 communes du département. Les livres, documents, revues, ainsi prêtés par la BDP alimentent le fonds documentaire des points de lecture abonnés à ce service en Dordogne.

3 É D I T O R I A L Sécurité Vivre en Périgord fait le point sur la suppression des passages à niveau, des sites dangereux dont la catastrophe de Port-Sainte-Foy, qui fît 13 morts et 43 blessés le 8 septembre 1997, demeure la déchirante illustration. Plus jamais ça! Accessibilité Le Conseil général aidera les communes pour qu elles rendent leurs bâtiments publics accessibles aux personnes handicapées. L exercice d une vie normale pour nos concitoyens handicapés passe par la mobilité, tous les acteurs publics doivent donc se mobiliser pour la réaliser au plus tôt. Bernard Cazeau Sénateur de la Dordogne Président du Conseil général Insertion De bons résultats, avec la baisse de 15 % des bénéficiaires du RMI en 18 mois. Après deux ans de gestion du dispositif par le Conseil général, on recense 1000 bénéficiaires en moins dont la majeure partie a retrouvé un emploi. Pour poursuivre dans cette voie, le Département est candidat à l expérimentation du Revenu de Solidarité Active, une nouvelle manière de cumuler revenu du travail et revenu de la solidarité. Contrat de rivière Les départements de la Gironde et de la Dordogne viennent de s unir pour programmer de nouvelles actions de défense et de promotion de la rivière Dordogne (restauration des berges, sauvegarde des poissons migrateurs, construction d une véloroute ) De Limeuil en Périgord au Bec d Ambès, en Gironde, 102 communes et habitants sont concernés. Agenda 21 Le Conseil général a défini 25 actions à mettre en place pour améliorer ses performances environnementales dans ses achats, ses constructions, ses aides diverses. Désormais, il importe de donner la parole aux citoyens pour écrire l Agenda 21 départemental, par une série de réunions publiques animées par des spécialistes dont ce magazine vous donne le calendrier. A compter du 20 novembre, toutes les informations seront disponibles sur un site dédié : agenda21.cg24.fr S O M M A I R E Actualités en Périgord p 4 Développer le Périgord p 8 Conty a rejoint le groupe Couach p 8 Renforcer la sécurité aux passages à niveau p 9 Mesure de la fréquentation touristique : comment ça marche? p10 DOSSIER Revenu Minimum d Insertion : ce qui a changé p11 Planète Périgord p.22 Dordogne Atlantique : un contrat de rivière innovant p22 Huit débats pour l Agenda 21 de la Dordogne p23 Au rythme du Périgord p.24 Boulazac Basket Dordogne, une aventure à 3 points p24 Seniors, soyez sport! p25 Jours de fêtes, produits de fêtes p26 Le Périgord en pratique Bergerac Roumanière : pour vous aussi Le Périgord Solidaire Accessibilité des bâtiments publics : le Département va aider les communes La label «Tourisme et Handicap» se développe p19 p20 p20 p21 3

4 a c t u a l i t é s E N P É R I G O R D Ribéracois : La RD 5 bientôt terminée Avec la fin des travaux de la section de route dite «Bois des Chapelles», la RD 5 entre Saint-Aulaye et la Roche-Chalais est totalement rénovée. Les choses avancent aussi du côté de Ribérac avec l inauguration récente du giratoire du Gayet. Ce dernier, qui fut longtemps considéré comme un point sensible en terme de sécurité à l intersection des routes de Saint- Aulaye et Montpon, a fait l objet d une rénovation complète. Lors de l inauguration en présence de nombreux élus dont le député Michel Debet, le maire Rémy Terrienne, Béatrice Gendreau, vice-présidente du Conseil régional, le président Cazeau a indiqué que les derniers travaux sur la RD 5 allaient rapidement débuter au niveau de la Borderie à la sortie de Ribérac pour une durée de 6 mois. Des travaux qui étaient inscrits pour l ensemble de la liaison Ribérac La Roche-Chalais dans le Plan Routier Régional, la Région finançant le projet à hauteur de 30 %. Autre bonne nouvelle pour les ribéracois et les usagers de la route, les virages du Bourdaleix sur la RD 708, en sortie nord, ne sont plus qu un mauvais souvenir depuis cet été. Une nouvelle jeunesse pour la base de Rouffiac Le plan d eau de Rouffiac doit faire l objet, une fois tous les 10 ans, d une auscultation de la digue et des ouvrages habituellement noyés. Pour cela, il faut vidanger l étang. Pour la réaliser, le Département, propriétaire de l ouvrage depuis 2006, s est placé dans une démarche de concertation, sous l impulsion de Jean-Michel Lamassiaude, Conseiller général du canton, dès le début de l étude des modalités de vidange. Vidange et pêche (notre photo) ont été réalisées dans les délais impartis (entre les mois de septembre et octobre) avec les partenaires suivants : la fédération départementale de pêche, le SIDET qui a géré l ouvrage durant des années, les services de police de l eau (Office National de l Eau et des Milieux Aquatiques ONEMA et Direction Départementale de l Agriculture et de la Forêt DDAF), ainsi que le Syndicat Mixte Isle/Auvézère. Le temps clément a permis un abaissement rapide du niveau et cela, sans difficulté quant au maintien de la qualité de l eau dans la Haute Loue. Les travaux ont débuté fin octobre. Des diagnostics de la digue, de la conduite et de la vanne de vidange vont être établis. Le plan d eau devrait être maintenu en «assec» durant un mois, en fonction des travaux éventuels et des conditions météorologiques. La remise en eau sera progressive et complète avant la prochaine saison estivale sans oublier un ré-empoissonnement pris en charge par le Département. Le Conseil général réfléchit par ailleurs à l aménagement futur de la base touristique, et notamment à l assainissement des eaux usées à moderniser. Journée chargée pour les conseillers départementaux juniors Le Conseil Départemental Junior de la Dordogne s est réuni une nouvelle fois le mercredi 17 octobre pour travailler sur leurs projets de commissions : Les membres de la Commission Economie-Emploi se sont rendus à la maison de retraite Parot à Périgueux pour rencontrer les personnes âgées. Au programme : recueil des récits de vies, visite des locaux, entretiens avec le personnel soignant et d animation Les membres de la Commission nutrition ont, quant à eux, planché sur des fiches de recettes. Ils devront servir un repas équilibré dans un collège du département d ici la fin de l année. La commission environnement s est rendue au service «Pôle Paysage et Espaces verts» du Conseil général afin de travailler sur le futur giratoire de Pazayac. Les conseillers doivent notamment monter un cahier des charges, dessiner des plans - Enfin, les jeunes conseillers de la Commission sécurité routière ont élaboré des dessins sur le thème de la sécurité routière. Ces dessins visent à démontrer le danger qui existe à ne pas respecter les limitations de vitesse en ville. Retrouvez leurs dessins à la fin de ce magazine!

5 LA GROTTE DE LASCAUX MENACÉE Un nouveau phénomène inquiétant pour Lascaux vient d être révélé : des taches noires sont apparues dans certaines zones de la grotte. Récemment nommé par la ministre de la culture à la commission nationale des monuments historiques «pour l intérêt qu il porte à Lascaux et à sa politique de valorisation», Bernard Cazeau a réagi à cette annonce en préconisant «une fermeture beaucoup plus stricte pour limiter les allées et venues dans cette grotte très fragile». Comme l a souligné le président du Conseil général, l apparition de telles menaces met en évidence tout l intérêt et l utilité des fac-similés que réalise le Conseil général qui permettent de préserver l intégrité des sites originaux. Restauration du patrimoine : LA DORDOGNE EXPORTE SON SAVOIR-FAIRE Samarkand, Boukhara, autant de villes de rêve qui font partie du patrimoine de l Humanité. Problème : la préservation et la valorisation de ce magnifique patrimoine culturel et architectural posent quelques difficultés à l'ouzbekistan. Un partenariat vient de s engager entre ce pays, l Université de Bordeaux et des entreprises périgourdines dont la SOCRA, appuyé par le Conseil général de la Dordogne afin de travailler à un programme d étude puis de restauration de ce patrimoine. Ce partenariat s est concrétisé au mois d octobre avec la visite d une délégation ouzbèke. Notre département confirme ainsi, par delà la qualité de son patrimoine, qu il dispose d un savoir-faire mondialement renommé dans le domaine de la restauration. Bergerac Mussidan : la route est ouverte Depuis le 25 octobre au matin, la «nouvelle» RD 709 reliant le nord de Bergerac à l échangeur autoroutier des Lèches est entièrement réalisée, avec la mise en service du 5ème et dernier tronçon (la Ressègue). Ce rapprochement du Bergeracois et de l A89 a nécessité un effort financier important de la collectivité de plus de 32 millions d euros. Les travaux ont duré quatre ans. Et chacun des tronçons a été mis en circulation à la date prévue. Voie de la Vallée Bergerac-Couze : Le Conseil général déterminé à avancer Lors d une réunion de travail avec l ensemble des maires du canton de Lalinde le vendredi 21 septembre dernier, Bernard Cazeau a réaffirmé la volonté du Département d aller de l avant concernant la réalisation de la future liaison Bergerac-Couze, «malgré des retards qui ne sont pas de notre fait! Il s agit pour nous d un axe prioritaire au même titre que la liaison Bergerac-Mussidan-A89.» Depuis le 4 février 2003, le Département dispose en effet d un arrêté préfectoral de Déclaration d Utilité Publique du projet de voie nouvelle entre Bergerac et Couze. Des recours intentés par des particuliers et une association retardent le projet. Le tribunal administratif a donné raison au Conseil général en mai dernier. Si l association, la SEPANSO, a renoncé à faire appel, il n en est pas de même pour lesdits particuliers, il est donc à craindre que le contentieux dure encore quelques années. Sans procès, les travaux pourraient débuter. En l état actuel des choses, il convient de fixer à 2012 la perspective de démarrage des travaux. Faisant le point sur les autres dossiers routiers du canton, Serge Mérillou, conseiller général de Lalinde, a évoqué les travaux d aménagement en cours de la RD 32 entre Bergerac et Sainte-Alvère signalant par ailleurs le futur élargissement du pont de Lalinde qui débutera à l horizon 2009.

6 a c t u a l i t é s E N P É R I G O R D Sport nautique : Trémolat de nouveau à la Une de l actualité Trémolat accueille une nouvelle épreuve internationale. Il s agit des championnats de Wake Board (Ski nautique acrobatique) qui se dérouleront en août Venu présenté l événement, Michel Botton, président de la fédération française de ski nautique, s est déclaré «impressionné par la qualité du site et des installations», appréciant par ailleurs la démarche du Conseil général en faveur du développement des sports et loisirs de pleine nature. Une démarche explicitée de visu par le président Cazeau, qui s est déclaré satisfait que le site de Trémolat poursuive une belle dynamique après avoir accueilli l an passé des championnats du monde de canoë marathon. La Dordogne confirme ainsi son statut de département leader en matière de sports et loisirs nautiques, étant par ailleurs l un des seuls en France à disposer à la fois d un téléski (à Rouffiac) et d un plan d eau adéquat. Président du comité départemental de Mobilisation pour le dépistage du cancer du sein en Dordogne ski nautique, Vincent Cazcarra a souligné l importance d une compétition qui verra s affronter plusieurs centaines de «riders» venus d Europe, d Afrique et du Moyen- Orient. Dévoilant le projet pour 2008, il a insisté sur la volonté du comité et du club local de Trémolat - cinquième club de France par le nombre de licenciés - de faire de l événement une grande fête populaire. Le cancer du sein est le plus fréquent des cancers féminins, responsable de plus de 3500 décès par an. En Dordogne, le nombre de femmes qui participent au dépistage du cancer du sein a atteint 51,5% (contre 50,8% en 2005). Le Conseil général, a la volonté de mobiliser des ressources humaines et budgétaires pour la prévention. La méthode retenue sur le département a été celle du partenariat, établi entre l Institution Départementale, les Caisses d Assurance Maladie et les professionnels de la santé. Depuis 2 ans, octobre est devenu le mois de mobilisation pour sensibiliser au dépistage. De nombreuses actions ont été menées partout en Dordogne dans le but de rappeler aux femmes que la mammographie de dépistage, gratuite et lue par deux radiologues, est le moyen le plus efficace de lutter contre le cancer du sein. Les femmes de 50 à 74 ans doivent renouveler la mammographie tous les deux ans. A CONSULTER Gold Périgord Web TV vous invite à venir consulter le reportage illustrant l action du Conseil général en faveur de la jeunesse sur son site Centre de Secours : Un nouveau centre pour Villamblard Le centre d incendie et de secours de Villamblard assure la couverture en 1 er appel de 8 communes totalisant une population de plus de 2360 habitants. Effectuant une moyenne de 206 sorties par an, il dispose de 26 sapeurs-pompiers dont trois personnels de santé. La responsabilité du centre relève de l adjudant-chef Charly Robert. Formé de volontaires, le centre de Villamblard est un service public de proximité qui a fait l objet d une complète rénovation. Sur les 41 centres d incendie et de secours que compte la Dordogne, 11 casernes étaient à reconstruire. Avec Villamblard, 10 le sont désormais et il ne restera à réaliser qu un centre, celui de Beaumont-du-Périgord. Lors de la récente inauguration en présence de la sous-préfète, du maire et conseiller général du canton Jean Fourloubey, de Jacky Monmarson et Jacques Auzou, respectivement président et vice-président du SDIS, Bernard Cazeau a souligné l effort important du Département en faveur des pompiers. Le Département est le premier contributeur du SDIS. En l espace de cinq ans, le Conseil général a presque doublé sa participation. Tout est fait pour que les sapeurs-pompiers disposent de moyens convenables pour mener à terme les missions qui leur sont confiées dans des conditions les plus satisfaisantes au bénéfice de la population.

7 8 débats pour préparer l Agenda 21 de la Dordogne Le Conseil général organise 8 débats dans le département, ouverts à tous, pour permettre aux Périgourdins de participer à l élaboration de l Agenda 21 de la Dordogne. (présentation plus détaillée de l Agenda 21 en rubrique «Planète Périgord», page 23). Calendrier des réunions publiques : Mardi 27 novembre à 20h30 à Nontron (salle des fêtes) Vendredi 30 novembre à 18h à Ribérac (salle polyvalente) Mardi 4 décembre à 20h30 à Sarlat (Ancien Evêché) Vendredi 7 décembre à 20h30 à Excideuil (salle du Château) Mardi 11 décembre à 20h30 à Montignac (salle des fêtes) Vendredi 14 décembre à 20h30 à Périgueux (Centre Départemental de la Communication) Mardi 18 décembre à 20h30 à Bergerac (salle René Coiquaud) Jeudi 20 décembre à 20h30 à Mussidan (salle des fêtes) La Dordogne présente à la 74 ème Fête des Vendanges à Montmartre Du 12 au 14 octobre dernier, une délégation de la Dordogne a participé à la 74ème édition de la Fête des Vendanges de Montmartre à Paris. Le Conseil général a offert un emplacement à trois caves coopératives du département qui ont représenté la Dordogne dans cette grande fête populaire et chaleureuse. Pendant 3 jours, munis d un stock de près de 1800 bouteilles, l Union vinicole Bergeracle Fleix, la cave de Sigoulès et les Vignerons de Montaigne et Gurson ont fait découvrir, déguster et vendu les appellations de notre département. Une expérience très positive pour ces viticulteurs qui ont ainsi pu prendre des contacts. VILAINE, le film actuellement en tournage en Dordogne C est à Villetoureix que le Département a officialisé son partenariat avec la production du film Vilaine. Pour la première fois un long métrage est tourné intégralement sur notre territoire. L équipe de production est présente depuis le début de l été pour les repérages et les castings. Quant au tournage, il a débuté dans le ribéracois début octobre, il se poursuit par Bassillac et Condat-sur-Vézère jusqu au 5 décembre. Chantal Lauby, Pef et Marilou Berry se partageront l affiche de Vilaine qui sortira en salles au dernier trimestre contrats de figurants et de techniciens ont été signés pour sa réalisation. Des avants-premières sont d ores et déjà prévues en Dordogne au sein du réseau Ciné Passion Périgord et le film est déjà acheté par une chaîne de télévision nationale.

8 d é v e l o p p e r L E P É R I G O R D CONTY A REJOINT LE GROUPE COUACH L entreprise de Terrasson fabriquait du meuble de style, elle découvre les aménagements intérieurs de haute qualité et les matériaux composites applicables au yachting. Et un nouvel horizon. Le savoir-faire des ébénistes de Conty a facilité leur adaptation à de nouveaux matériaux et à de nouvelles méthodes. En avril, l ancienne société meubles Conti, entreprise de Terrasson alors en liquidation judiciaire, était rachetée par le Groupe Couach, de Gujan-Mestras (Gironde) pour devenir Conty. A priori, un monde sépare le groupe Couach qui est en train de conquérir le marché du yachting à moteur, et la société périgourdine, connue pour ses meubles de style et pour la forme particulière en arbalète de ses panneaux et montants en bois massif. Le groupe girondin, relancé spectaculairement au milieu des années 1990, voit grand, de plus en plus même. Il s oriente vers la conception et la fabrication de grands yachts de 24 à 37 m. Dans cette optique, le chantier a déjà lancé la construction d un " méga-yacht " de 50 m à laquelle participera la société Conty. Dans cette stratégie de développement, le groupe Couach a rapidement mesuré l opportunité de racheter l ancienne menuiserie meubles Conti. Olivier Goudet, responsable administratif du groupe Couach, explique : " Pour nous, les meubles Conti représentaient quatre atouts majeurs : le savoir-faire d une équipe d ébénistes, un outillage spécifique et notamment une machine à commande numérique, une surface importante de fabrication et, enfin, la proximité : 200 km avec l autoroute. " Effectivement, travailler le bois massif n a rien à voir avec la fabrication et l aménagement des mobiliers installés à bord des yachts, mais cela s apprend avec un savoir-faire d ébéniste. Les nouvelles productions ont démarré en juillet et montent actuellement en puissance. Le plan de développement de l entreprise est ambitieux (il prévoit d arriver à 50 emplois dans les 3 ans) et original. Conty réalise des éléments de structure et des mobiliers intérieurs ou extérieurs pour les bateaux Couach. Témoignage Stéphane Raux nouveau responsable industriel de Conty. " Les conditions pour remettre en production l entreprise " Dans le même temps, Conty, filiale à 100% du groupe Couach, poursuit l activité d ébénisterie traditionnelle de haut de gamme qui a fait sa réputation. Enfin, l ancien et le nouveau savoirfaire du personnel de Conty vont être valorisés à travers une activité innovante : la fabrication et la commercialisation d une nouvelle gamme de meubles très soignés inspirée des lignes marines et intégrant les dernières technologies propres au yachting. " 18 des anciens salariés ont été réembauchés. Nous avons entrepris une formation, avec le soutien des pouvoirs publics, dont le Conseil général, pour que ces ébénistes puissent maîtriser les technologies du yachting (collage sous vide, vernis, ), se préparer à travailler les composites entrant dans les mobiliers de bateaux. Il leur fallait aussi maîtriser les machines à commande numérique, se former à la 3D et à la fabrication assistée par ordinateur. Il y avait de la compétence, donc l appréhension a disparu très vite. Un ancien ponceur conduit aujourd hui une machine à commande numérique. Cependant, nous prévoyons encore près de 6 mois de formation pour parvenir à former l ensemble de l équipe reprise. En septembre, nous avons lancé le recrutement de 6 ébénistes. Nous venons d embaucher un apprenti et deux jeunes, un garçon et une fille, ayant l un un BTS d agencement, l autre un CAP d ébénisterie. "

9 RENForcer la sécurité aux PASSAGES À NIVEAU Le Conseil général concentre son intérêt sur trois passages à niveau à aménager. Suppression du passage à niveau de Charpenet à Terrasson Prévue dans le Contrat de Plan Etat- Région , la suppression du passage à niveau de Charpenet n était pas réalisée lors du transfert en 2006 de la RN89 au Département. Il revient donc au Conseil général de reprendre le dossier. En novembre 2006, sur la base du projet établi par la DDE, les travaux de suppression de ce passage à niveau ont été déclarés d utilité publique par le préfet. Lors de la commission permanente de début octobre, le Département a confirmé la reprise de la maîtrise d ouvrage et lancé les acquisitions de terrains. Le montant de l opération est estimé à plus de 5 millions d euros et sa réalisation suppose l engagement financier de l Etat, de la Région, de Réseau Ferré de France et de la Ville de Terrasson. L ouverture prochaine du dernier tronçon de l A89 soulagera ce passage d une partie du trafic (notamment en haute saison touristique), mais le danger subsiste. Le franchissement direct sera donc supprimé et remplacé par un pont franchissant la ligne. Un automobiliste venant de Périgueux n entrera plus dans la courbe prononcée à droite, mais empruntera la nouvelle voie s éloignant vers la gauche et aboutissant à un nouveau giratoire d où partira la voie de raccordement, longue de 675m, passant au dessus de la voie SNCF avant de rejoindre la route menant au centre ville. Les acquisitions de terrains sont en cours et les travaux pourraient démarrer dans 18 mois. Suppression du passage à niveau du Libraire à Bergerac Ce passage à niveau est situé dans la zone d activités du Libraire à l Est de Bergerac où l espace est limité et où d autres projets sont annoncés (lycée, centre de secours). Le Conseil général, maître d ouvrage, a ouvert un dossier d études préliminaires pour retenir la meilleure solution de suppression du passage à niveau. Après concertation avec les parties concernées (Etat, Région, Communauté de communes de Bergerac Pourpre et Réseau Ferré de France), on s oriente vers la construction d un pont-route franchissant le rail. Aménagement du passage à niveau de Saint-Chamassy Pour le troisième passage à niveau concerné, celui de Saint-Chamassy, entre Le Bugue et Le Buisson-de- Cadouin, les contraintes techniques sont telles que, dans l immédiat, le choix a été fait de renforcer la signalisation (marquage au sol, bandes rugueuses, signaux lumineux ).

10 d é v e l o p p e r L E P É R I G O R D mesure de la fréquentation touristique : Comment ça marche? Le tourisme, c est le quart de l activité économique du Périgord, d où un grand intérêt suscité par ce secteur dès les premiers beaux jours Explications. Alors que certains se plaisent à dresser des bilans dès le 15 juillet cette activité s étend en fait sur toute l année en Dordogne. Si l on veut être rigoureux, il faut en effet parler de l ANNEE TOURISTIQUE, qui s étend en réalité du 1 er janvier au 31 décembre, et non de la simple saison qui désigne généralement les seuls mois de juillet-août. Deux indicateurs parlants en Dordogne En hôtellerie, juillet et août ne représentent que le tiers des nuitées de l année (les 2/3 s effectuent donc en dehors de cette période, principalement au printemps et à l automne). Sur les 182 sites et monuments ouverts à la visite, 117 (soit 64 %) sont ouverts à l année et 142, plus de 6 mois (soit 78%), même si c est parfois sur rendez-vous en hiver. Il y a donc une activité continue dans notre département de tourisme culturel (ce qui n est pas le cas du littoral). Quels sont les outils de mesure disponibles et quand les résultats sont-ils connus? Le Comité Départemental du Tourisme (CDT), au travers de son observatoire touristique, synthétise les données chiffrées : enquêtes mensuelles de l INSEE pour les nuitées hôtels et campings, statistiques de son service de réservation Loisirs Accueil, interrogations mensuelles des sites, tenue de baromètres mensuels du moral d un panel de prestataires représentatifs (ex. Hôteliers Logis de France) Souvent, c est le cas pour l INSEE, le dépouillement des données prend du temps, les résultats du 10 mois M ne sont connus qu en M+2 (et font parfois l objet de réajustements en fin d année après exploitations des données des retardataires ). En réalité, le bilan véritable de l année ne peut intervenir, au mieux, que durant le 1 er trimestre de l année suivante, d autant que les variations se situent souvent dans une fourchette variant entre + ou 5%. Eviter les analyses hâtives Souvent, on se contente d invoquer la variation du nombre de nuitées, alors que d autres indicateurs doivent être pris en compte, tels que le chiffre d affaires, où le taux d occupation Plusieurs données doivent être croisées, telles que l évolution des prix ou celle de l offre, en plus des événements particuliers (ex : élections en France au Printemps, Semaine Fédérale de Cyclotourisme, Coupe du monde de Rugby ). Une année comme 2007 est révélatrice : la météo a favorisé les hôteliers - restaurateurs qui disposaient de salles, y compris le midi. Cela a également été le cas des campings disposant de restauration et d animations et ayant misé sur la qualité. Le chiffre d affaires est lié à l évolution des prix, or ceux-ci ont augmenté au niveau national dans l hôtellerie de 4,5 % sur les 12 derniers mois. L offre en hébergements marchands sur le département a progressé de 4% en un an. Donc, rendez-vous début 2008 pour un point complet sur une année qui s annonce somme toute correcte pour la plupart des secteurs.

11 REvENU minimum D INSERTION : ce qui a changé 11 en un an, la baisse du nombre de rmistes (moins de personnes) atteint 10% en Dordogne. c est le résultat visible d une politique d insertion que le conseil général met en œuvre depuis qu il a remplacé l etat dans la gestion des fonds rmi et le suivi des allocataires. L accompagnement individualisé favorise en effet un engagement de la personne aidée dans un véritable parcours d insertion. L attention portée aux demandes, mais aussi les contrôles, font partie des moyens complémentaires mis en œuvre. Le Département a voulu mettre le point sur le " i " du rmi au travers d une politique fondée sur l accompagnement et non sur l assistance. La solidarité implique de ne laisser personne sur le bord du chemin et d adapter chaque contrat d insertion à la personne concernée, à ses difficultés, mais aussi à ses ressources et qualités qu il faut détecter et lui permettre d exprimer.

12 D o S S i e r L égalité DE TOUS ET L accompagnement DE chacun le nombre de RMIstes en Dordogne recule sensiblement pour la première fois, depuis A l évidence, la conjoncture économique n explique pas, seule, cette embellie. Depuis qu il en a officiellement la compétence (1 er janvier 2004), le Conseil général a défini, puis mis en œuvre progressivement, une politique d insertion qui ne laisse dans l ombre aucun aspect de la situation des RMIstes. les effets se font pleinement sentir aujourd hui. Depuis le 1 er janvier 2004, la décentralisation confie aux Départements l autonomie de gestion des fonds rmi, l organisation du dispositif et l accompagnement des allocataires. le Département exerce l ensemble de la compétence. il a choisi, comme dans les autres domaines de sa politique (accès aux sports, aux transports, à la culture...) de privilégier l égalité de traitement de l insertion sur l ensemble du territoire départemental. la demande de RMI est partout prise en compte de la même manière : dans le cadre général ou sur dérogation. Accompagnement : un référent d insertion est désigné pour chaque bénéficiaire. celui-ci a trois mois pour entrer en contact avec le référent et entamer un parcours d insertion. cette rapidité du contact est un choix : plus la situation de la personne est abordée rapidement, moins elle se dégradera. Auparavant, certaines personnes pouvaient être privées pendant plusieurs années d accompagnement. sur ce même principe d égalité, le conseil général a choisi d assurer cet accompagnement avec des référents spécialisés implantés dans les unités territoriales, au plus près des personnes en situation d insertion. le Département poursuit, sur le même mode, le financement des actions d insertion assurées par le secteur associatif. 12 la CAf et la MSA, qui connaissent précisément la situation de chaque famille, versent toujours le rmi. elles reçoivent les sommes nécessaires du Département et assurent le suivi des situations administratives (vérification des droits, des prestations familiales, des allocations logement, des indemnités chômage). Un retour à l esprit Le rmi n est ni une fatalité, ni un choix de vie. instauré à l échelle nationale par le gouvernement de michel rocard, le rmi a pour objectif d aider une personne qui a connu un accident de vie et cela peut arriver à tout le monde de disposer d un revenu minimum et d un accompagnement social. L un et l autre aidant la personne à ne pas s enfoncer dans l exclusion. L absence fréquente d accompagnement a dévoyé l esprit de cette avancée sociale. s il est légitime que la société aide une partie de ses membres à passer un cap difficile, il n est pas normal qu elle les laisse s installer dans une situation de précarité durable. La politique départementale d insertion, qui s attache à chaque personne allocataire, a voulu retrouver cet esprit initial du rmi.

13 Questions à Jean-Paul Lotterie Conseiller général de Montpon, co-président de la commission " solidarité, insertion, affaires sociales ". " une VRAIE POlItIquE D INSERtION " QU EST-CE QUI A CHANGÉ? Notre action marque véritablement une rupture avec ce que faisait l Etat. On peut parler maintenant d une vraie politique d insertion qui vise réellement le retour à l emploi. Nous avons exprimé, en y mettant les personnels et les moyens, la volonté de suivre toutes les personnes percevant le RMI pour qu elles ne soient pas livrées à elles-mêmes. LES CONTRÔLES ONT-ILS ÉTÉ RENFORCÉS? Nous souhaitions tous cette rigueur. Il est normal que le RMI ne soit pas versé à des personnes qui n en remplissent pas les conditions. C est une question de bon usage des deniers publics : c est aussi le moyen d organiser des actions d insertion nouvelles. QUELLE PLACE POUR LES ASSOCIATIONS? Les actions d insertion continueront à reposer notamment sur les associations. Mais nous devons maîtriser cette politique. Nous souhaitons passer une commande publique pour l insertion par l emploi, l alphabétisation, la santé, dans laquelle nous précisons nos objectifs. Les associations qui ont acquis ce savoir-faire pourront répondre à cet appel d offres. Ce nouveau mode de partenariat s instaurera progressivement. CE SONT DES CHANGEMENTS IMPORTANTS? En quelques années, notre approche de l insertion aura considérablement évolué. C est d abord une question de volonté politique. Ensuite, il faut du réalisme. Nous savons que peu d allocataires sont capables de prétendre à une insertion rapide par l emploi. C est pourquoi, nous avons souhaité qu à côté de l effort sur le RMA dans le secteur privé (lire par ailleurs), on utilise les contrats d avenir qui sont leur équivalent dans le secteur public ou para-public. 71% des RMIstes font l objet d un suivi personnel " L insertion professionnelle est la véritable insertion ". A cette conviction qui est aussi un constat de l expérience le Département s est donné les moyens d accompagner les allocataires du rmi dans une démarche d insertion construite. Dans chacune des 8 unités territoriales réparties dans le département, on trouve un référent d insertion qui est chargé d accompagner les étapes de la réinsertion. ce référent, au contact des travailleurs sociaux assurant le suivi individuel des rmistes, a été choisi sur un profil spécifique et sur sa capacité à sensibiliser le milieu économique et les entreprises en mal de main d œuvre ou souhaitant jouer le jeu de la solidarité. Aujourd hui, 71% des allocataires bénéficient d un contrat d insertion. L objectif est d atteindre 75%, alors que le chiffre n était que de 30% début stagiaires ou le droit à la retraite pour des personnes de plus de 60 ans. Une baisse significative Au 31 août dernier, la Dordogne est repassée sous la barre des allocataires du rmi (5 970). Depuis l année 2000 (la comptabilisation caf a changé à cette date), on n a connu une telle situation qu en novembre 2002 et dans une moindre mesure à l été entre-temps, la situation s était dégradée, faisant écho à une mauvaise conjoncture économique. Après des sommets en 2005 (souvent au-dessus de la barre des 7000 allocataires), la situation s améliore depuis l été 2006, avec les effets progressifs du programme départemental d insertion. Contrôles renforcés Les conditions d éligibilité au rmi n ont pas varié, mais le dossier de déclaration est devenu beaucoup plus précis, conformément à la loi, certaines demandes peuvent être refusées : démission volontaire d un emploi, travailleurs indépendants au réel, employeurs de salariés, personnes atteignant ou dépassant l âge légal de la retraite L examen attentif de chaque situation et le dialogue avec la personne concernée permettent d envisager d autres formes d aides comme les bourses pour les étudiants ou 13

14 D o S S i e r QU EST-CE QU UN PROGRAMME D INSERTION? Le programme départemental, approuvé par le Comité départemental d insertion et le Conseil général fixe à 3 ans ( ) nos objectifs, les actions qui en découlent et les moyens que nous y mettons pour répondre aux besoins. Car, comme le rappelait, le président du Conseil général, Bernard Cazeau, «Nous nous refusons à considérer les gens comme des numéros ou comme des pensionnés statistiques ". QUEL EST L OBJECTIF PRIORITAIRE? C est très clairement l insertion professionnelle. L ADDress 24, Association Départementale de Développement et de ressources de l economie sociale et solidaire, que préside Pierre garnier, a organisé en 2006, avec le concours du conseil général, un colloque pour faire mieux connaître ce qu est l économie sociale et solidaire. s appuyant sur des acteurs mobilisés comme l'udess (union Départementale des employeurs de l'economie sociale et solidaire), des Fondations, des coopératives non financières, des mutuelles de santé ou Questions à Mireille Bordes Conseillère générale de Périgueux Ouest, vice-présidente chargée de l insertion et de la formation. Ce qui nous a conduit à conforter le partenariat avec l ANPE, à mobiliser nos partenaires (Chambres consulaires, Espaces Economie Emploi, Agences pour l Emploi, Banques, etc.), à promouvoir chantiers et clauses d insertion. QUELLES SONT LES ACTIONS D ACCOMPAGNEMENT? L insertion par l emploi ne se conçoit qu en favorisant la mobilité des personnes, par des aides au permis de conduire par exemple, par une plateforme mobilité ou la création d un garage social itinérant. Le garant de l insertion est le suivi individualisé que nous avons institué. Il lie insertion DES chantiers D INSERTION aux clauses D INSERTION ouvrant des emplois provisoires aux allocataires du rmi, dans les conditions de la vie en entreprise ou sur un chantier, les chantiers d insertion concernent les métiers du bâtiment, du paysage, etc. Les collectivités locales, comme les associations, peuvent y recourir en accompagnement d une réalisation. Les services du conseil général montrent également l exemple. c est notamment le cas du pôle " paysage et espaces verts " qui a déjà ouvert plusieurs chantiers d insertion : un chantier " vigne " dans le cadre de l aménagement d une route départementale à vélines, deux chantiers (espaces verts et maçonnerie) pour le giratoire des réaux, et prochainement, le premier d une série sur les espaces extérieurs des hlm de terrasson. Pour conduire " PRIORIté à l INSERtION PROfESSIONNEllE " Une place pour l'économie sociale et solidaire 1 professionnelle et accompagnement social pour la santé, le logement, la lutte contre l illettrisme. QUELS SONT LES MOYENS ENGAGÉS? Ils sont à la hauteur de nos attentes. La mission insertion, est composée de 8 responsables d insertion (1 par Unité Territoriale) et 28 travailleurs sociaux. Ce sont eux qui assurent le suivi individuel des RMIstes. Nous disposons d un fonds départemental d insertion doté de plus de 5 M /an dont 3,4 M pour les actions liées à la reprise d activité. Les dépenses d allocations RMI sont de 33,4 M / an. d assurance et même certaines banques, elle privilégie " le service rendu par rapport au profit dégagé et intègre la dimension sociale dans la vie économique ". c est au cours de ce colloque qu a été développé le projet d une maison de l économie sociale et solidaire en Dordogne. elle regrouperait dans l agglomération de Périgueux un centre de ressources pour les associations d insertion et servirait de cadre à des activités de remobilisation ou d insertion. ses expériences, le service s appuie sur les associations d insertion : interm Aide, questions de culture, sages 24, etc. vont se développer également les clauses d insertion. elles ont pour objet d inciter les entreprises à faire elles aussi de l insertion. comment? en incorporant au cahier des charges d un projet l obligation de confier un pourcentage d heures de travail (5% par ensemble) à des personnes en réinsertion professionnelle. c est le cas sur le chantier de construction des services sociaux départementaux à mussidan. L objectif a d ailleurs été doublement atteint puisque le travailleur bénéficiant de cette mesure rejoindra une des entreprises du chantier à la fin de son contrat d insertion. Autre procédé : le développement de projets entièrement réalisés en prestations d insertion. c est ce qui se prépare sur la communauté de communes de l ouest bergeracois pour un chantier vert de , avec le concours technique du conseil général. Chargé de mission assurant l ingénierie sociale et juridique : Pierre Bidous :

15 La DORDOGNE veut TESTER LE REvENU DE SOLIDaRITé active Le revenu de solidarité Active (rsa) que l etat va expérimenter dans plusieurs départements doit éviter à une personne retrouvant un emploi de voir son revenu diminuer. " cette difficulté est un frein majeur au retour à l activité des allocataires du rmi, rappelle sophie Lhôte, directrice de la DDsP (Direction Départementale de la solidarité et de la Prévention). Le Département a fait acte de candidature pour expérimenter ce rsa qui doit garantir que chaque heure travaillée apporte effectivement un complément de ressources à la personne ou à la famille. " si l etat retient la demande du conseil général, le rsa sera expérimenté sur un secteur urbain et un secteur rural. Pour justifier l intérêt d une expérimentation en Dordogne, plusieurs critères ont été avancés : le département a un potentiel fiscal par habitant parmi les plus bas de France, la part du rmi agricole est plus importante (8,8% contre une moyenne nationale de 3%), le fort impact du travail saisonnier agricole et touristique qui voit les gens entrer et sortir du cadre du rmi sans perspective durable d insertion, la proposition de familles monoparentales est importante. DU RmI À La création D UNE activité nouveau développement du plan d insertion : depuis septembre, un chargé de mission de la Direction de l economie du conseil général est chargé d accueillir les rmistes qui réfléchissent à la création d une activité leur permettant de devenir travailleur indépendant ou même employeur. Lorsque les équipes sociales du conseil général estiment que la réflexion doit se poursuivre sur le terrain économique ou que la personne doit se confronter aux difficultés du montage d un projet, ils transmettent son dossier à leur correspondant de la Direction de l economie. A lui de mesurer le degré de viabilité du projet et d implication du porteur pour apporter les réponses adaptées. Allocataires du rmi ou non, nombre de demandeurs d emplois pensent à créer une activité. Le conseil général et ses partenaires sont très engagés dans le dispositif ADie (association pour le droit à l initiative économique) qui apporte un premier financement à un projet jugé viable. " Lorsque vous avez une entreprise et que tout s arrête brutalement, quelle que soit la raison et quelles que soient vos compétences, cela va très vite et vous vous retrouvez avec un passif qui vous submerge ". nicolas guittet avait créé une verrerie dans la cité médiévale de cordes (tarn). Aujourd hui, avec sa compagne et beaucoup de soutiens familiaux ou amicaux, il repart de zéro à mauzens-et-miremont, construisant le four et le local qui vont lui permettre 1 de redevenir un souffleur de verre réputé. Allocataire du rmi depuis 2005, il a créé son activité en août et devrait vendre ses premières productions au printemps gilles rebmann (La chapelle-aubareil), décorateur, a connu l âge d or de la sfp (télévision) à Paris avant de venir en Dordogne. Pendant 15 ans, jusqu en 2003, il est artisan peintre-décorateur. " J ai eu un accident, qui m a touché physiquement et psychologiquement. en une descente vertigineuse, j ai tout perdu jusqu au goût de vivre. J ai commencé à boire et je suis parti me cacher dans un autre département. " L amour de ses enfants, l aide d un médecin vont être le déclic : " Je suis revenu, c est ma vie ici. Je voulais de nouveau assumer des responsabilités, prendre ma revanche sur tout ça. mon ancienne boîte s appelait " Ambiance et couleurs ", j ai donc choisi " Ambiance et nouvelles couleurs ". entre sous-traitance et nouvelle clientèle, l entreprise est repartie depuis avril : " Je fais l une de mes meilleures années. Le seul problème c est que quand vous revenez à la surface, les problèmes financiers d avant et l administration se rappellent à vous. mais quand on a été rmiste, qu on a bien " dégusté " et que l on a été capable de rebondir, on vit avec une autre philosophie. il faut être plus fort que tout ça. "

16 D o S S i e r au cœur DE L INSERTION, ExpéRIENcES ET OpINIONS Comment évoluent les activités d insertion? quels sont les effets de la politique mise en œuvre par le Département? quelles sont les pistes de réflexion? Plusieurs acteurs de l insertion témoignent. " Des parcours d insertion cohérents " Louise Rasera (AFAC 24 à Coulounieix-Chamiers) : Activités. " nous assurons trois types d activités qui permettent des parcours d insertion cohérents : des ateliers de remobilisation sociale et professionnelle, avec accompagnement de chaque projet personnel ; l aide à la mobilité par la mise à disposition de 2 roues ou de voitures et par un garage social (l un des trois de Dordogne) où l on prend en charge les véhicules des personnes en situation précaire. Economie solidaire. " c est le troisième volet de notre action à travers deux structures qui emploient des personnes plus avancées dans leur parcours d insertion, le restaurant Aci carpe Diem et, à mauzac-et-grandcastang, une ferme-école où la formation professionnelle dispensée peut ouvrir sur un cap agriculture. Programme départemental d insertion (PDI). " La démarche de suivi individualisé est plutôt positive si elle doit permettre de mieux cibler les besoins des personnes. La désignation d un référent pour chaque allocataire à une importance à la fois symbolique et concrète. Privilégier l insertion professionnelle est légitime mais ne doit pas faire oublier que certains en sont très loin et que les parcours sont tous différents. " " Des personnes plus motivées " Didier Gouze, SAGES 24 (Coulounieix- Chamiers) : Activité. " nos chantiers d insertion dans le bâtiment ont l agrément officiel. nous faisons traditionnellement de la réhabilitation de bâti ancien pour le logement social et nous évoluons maintenant vers le petit patrimoine, nous avons d ailleurs recruté un salarié permanent pour l encadrement. nous avons toujours trois chantiers d insertion simultanés, chacun employant 12 personnes : actuellement à etouars et colombiers, ainsi que sur la communauté de communes du val de Drone qui nous a confié une vingtaine de petites restaurations de patrimoine bâti. Programme d insertion. " il s agit de rapprocher les décisions de leur terrain d exécution. on n est plus dans un dispositif d etat, lointain, mais en prise directe avec des référents que chaque allocataire du rmi peut identifier. cela semble se traduire par une pression positive, un encouragement à se prendre en main. nous commençons à voir arriver des personnes plus motivées. " " Entreprise d insertion, le chaînon manquant " Jean-François Briand, Mosaïque à Boulazac : De l insertion à l entreprise. " nos structures d insertion font un travail de remobilisation, apprendre à se lever, être à l heure, retrouver les attitudes de la vie sociale et professionnelle. nous nous sommes aperçus que 1 nos structures avaient leurs limites et qu il y avait un chaînon manquant entre les actions d insertion et l entreprise traditionnelle : souvent les structures ne peuvent pas répondre à des chantiers car leurs statuts ne leur permettent pas d être dans le champs concurrentiel. c est ce qui nous a conduits à créer l entreprise d insertion Périgord construction Développement (PcD). une vraie entreprise. " elle œuvre dans le bâtiment avec les mêmes compétences qu une autre entreprise, si ce n est que notre but est de voir les gens nous quitter quand ils seront parfaitement opérationnels. il y a certaines réticences dans le monde de l insertion comme dans celui de l entreprise, mais les entreprises d insertion ont une place à prendre entre les deux puisque l objectif est de réinsérer les gens par le travail. C est autour d un projet global né en 2005 que l association mosaïque et le centre de formation Passerelle s associent sur ce projet commun de création d entreprise d insertion. Aides publiques. nous avons bénéficié de soutiens importants pour le fonctionnement et l investissement (etat, région). il reste cependant un point à faire évoluer : les activités d insertion sont bien soutenues par le Département mais les entreprises d insertion ne peuvent pas bénéficier de ces aides, ni de celles accordées aux entreprises classiques. " L insertion s est professionnalisée " Stéphane Guthinger, Interm Aide 24 (Terrasson, Nontron, Thiviers Excideuil, Thenon, Savignac-les-Eglises, Lanouaille, Bussière-Badil, Jumilhac, St- Pardoux-la-Rivière, Hautefort, Champagnac-de-Bélair) : Référents RMI. " c est un outil important. Les référents rmi sont des professionnels qui parviennent à mettre en concordance les attentes des personnes qu elles accompagnent et nos moyens d insertion. ce qui nous permet de bien faire notre travail auprès

17 des particuliers et des entreprises, tout en répondant à notre mission. sur la situation de chaque personne employée en activités et chantiers d insertion, un point régulier est fait entre les référents rmi et nos accompagnatrices sociales. Métiers de l insertion. " L insertion est une activité qui a été rendue nécessaire parce que trop de gens sont exclus par notre société. il a bien fallu inventer des réponses. Aujourd hui, je vois ces métiers se structurer, évoluer vers plus de professionnalisme. c est un progrès à condition de jamais oublier que nous travaillons avec et pour des personnes. " Parcours d insertion. " nous disposons, dans l idéal, de la capacité à offrir des parcours d insertion complets : primo-insertion, remobilisation, activités et chantiers d insertion qui peuvent conduire vers une entreprise d insertion ou une entreprise classique. nous développons aussi des projets spécifiques. A saint-pierre-de-côle, nous avons monté un projet de production de plaquettes bois pour la chaufferie. 4 des 7 personnes qui y ont pris part sont aujourd hui en activité. Auto-école associative. «nous ouvrons aujourd hui une annexe à coulounieixchamiers. notre auto-école est en cours de labellisation qualité effectuée par notre fédération nationale FAre sur les parcours individuels des personnes. Plusieurs partenariats avec d autres structures, notamment pour l alphabétisation avant le passage du code, se sont avérés des outils nécessaires. 65 personnes ont passé leur permis à inservolant 24 pour un taux d insertion sociale et professionnelle de 87%. " " Mieux cerner les besoins " Eric Broucaret, La Main Forte (Sarlat, Vézac) : Programme départemental d insertion : " L accent est mis sur le retour à l emploi, ce qui est normal. ce sont les référents de l unité territoriale qui nous contactent lorsqu ils estiment qu une personne peut être orientée vers nos activités et chantiers d insertion (bâtiment, espaces verts, déménagements, garage). L individualisation du suivi cerne mieux les besoins car chaque personne a une histoire particulière. la clause sociale des marchés : " on nous a demandé d augmenter notre autofinancement, ce qui va nous conduire à travailler plus avec les collectivités. Pour ne pas être accusés de concurrence déloyale parce que nous ne payons pas les mêmes taxes, il faut que les collectivités utilisent davantage la clause sociale des marchés (la clause 30) qui permet de comparer les offres sur cet aspect de l insertion. il faudrait d ailleurs un guichet unique entre les collectivités et les activités et chantiers d insertion pour promouvoir cette clause sociale. " " Du généraliste au spécialiste " Anne-Catherine Balland, Cultivons l Espoir et la Solidarité en Périgord (réseau Jardins de cocagne) à Saint-Félix-de-Reilhac : Activité. " nous accueillons des personnes en grande précarité pour produire des légumes biologiques commercialisés auprès d un réseau d adhérents consommateurs. Aux 20 heures de maraîchage, nous ajoutons des activités de remobilisation pour préparer le code, faire la cuisine, se remettre à niveau en calcul, lecture, écriture ; préparer un cv, un entretien d embauche ; s initier à l informatique... nous y mettons de la convivialité parce que les personnes en difficulté en ont besoin. Référents d insertion. " c est une méthode très intéressante. D une certaine manière, l assistante sociale était la généraliste et la référente rmi est la spécialiste. nous connaissons bien les référentes et elles connaissent bien les personnes qu elles nous proposent. Donc, nous allons plus vite à l essentiel. nous commençons toujours par une phase d observation de 15 jours. ensuite, je fais un premier point avec l équipe encadrante où nous décidons de signer ou pas un contrat de travail ; puis un second point avec la référente et la personne où nous expliquons notre choix. en 2006, 10 jardiniers ayant quitté la structure ont eu une sortie positive dans des domaines pouvant leur sembler inaccessibles. " 1 MIEux RéPARtIR les ACtIONS D INSERtION En choisissant d exercer pleinement et directement les compétences liées à l insertion, le Conseil général a privilégié la connaissance des bénéficiaires du RMI et la mise en place des outils nécessaires à leur accompagnement. Avec le même souci d égalité des chances et donc d une meilleure répartition géographique des ateliers de remobilisation ou d insertion, le Département va réorienter progressivement son action, finançant les actions qui correspondent à ses objectifs. Parallèlement, il pourra lancer une commande publique, auprès des associations ou des entreprises d insertion, pour créer une activité jugée nécessaire à l échelle de la Dordogne ou d un secteur précis. Les conventions passées avec les acteurs de l insertion évolueront vers des cahiers des charges fixant des objectifs et évaluant les résultats. La réorientation se fera en concertation avec les associations. Aujourd hui, le paysage des activités d insertion est extrêmement divers tant géographiquement que dans les activités et les résultats. Il semble que les " recettes " à conserver soient les mêmes que pour le suivi individualisé : " Les actions qui ont de bons résultats sont celles qui font du " sur mesure ", note Anne-Marie De Marco, responsable du pôle RMI à la DDSP. Ce sont les activités où l on est reparti du contrat d insertion signé entre l allocataire et son référent afin de préciser le besoin de remobilisation ou de formation pour réaliser des évaluations de la personne dans une situation proche de celles du monde du travail. "

18 D o S S i e r DU RmI au Rma, L ENGaGEmENT DU DépaRTEmENT comme les services sociaux du conseil général, sa Direction de l economie est mobilisée dans la lutte pour l insertion par l emploi. il lui revient de sensibiliser les entreprises au recrutement de rmistes et rechercher celles qui peuvent ouvrir des emplois, d abord en phase d observation réciproque, puis dans un rapport de confiance pouvant évoluer vers un contrat à durée indéterminée. en effet, une personne qui a perdu le contact avec le monde du travail (et connaît souvent des problèmes sociaux ou matériels importants) ne devient pas instantanément un salarié opérationnel et intégré. D où le besoin d un tuteur pendant les premiers mois de travail. A cet effet, le Département rémunère des structures chargées du suivi des bénéficiaires du rmi dans les entreprises à partir de la méthode élaborée par la Direction de l economie du Département et mesurant l intégration, le respect des horaires, le respect des délais et cadences, l adaptation aux tâches, etc. cette Direction assure la partie administrative des contrats. Près de 300 ont déjà été signés entre entreprises et rmistes. Renseignements : Un travail commun avec l ANPE un partenariat actif a été institué avec l AnPe pour donner plus d efficacité à l accompagnement des allocataires. Dans ce but, le Département finance l équivalent de 5,5 postes de techniciens à l AnPe dans les agences locales. chaque semaine, ces chargés de mission AnPe, qui maîtrisent le profil des emplois disponibles, et les adjoints d insertion du conseil général qui, eux, connaissent chaque situation personnelle, croisent leurs informations. D où une grande réactivité pour proposer à l employeur des candidatures ciblées. Pour des stages d insertion, des formations particulières, l accord entre l AnPe et le conseil général permet de bénéficier de programmes ou d actions financés par l etat ou co-financés par le Département et la région. 1 PAROlES D EMPlOYEuRS La réinsertion des allocataires du RMI dans le monde du travail n est pas, on s en doute, un long fleuve tranquille. Même si bien des difficultés ont été aplanies lors du parcours d insertion, l étape ultime, celle de l entrée en entreprise, demande un réel engagement des deux parties. Trois témoignages spontanés, recueillis dans divers secteurs d activités, en attestent : Société de transport : " Ce chauffeur est chez nous depuis deux ans. Il est maintenant en contrat à durée indéterminée et commence à travailler sur les longues distances. L expérience est positive, même si les débuts ont été difficiles, avec pas mal de casse mécanique. Sans doute a-t-il eu la chance de tomber sur une entreprise comme la nôtre, car nous avons accepté de le garder. Ses difficultés dans l entreprise venaient du fait, je pense, qu il n avait pas assez confiance en lui. La personne chargée de son suivi d insertion venait dialoguer avec lui et a su le maintenir sur la bonne voie. Et petit à petit, il s est intégré. " Commerce de fleurs : " On m avait proposé d autres personnes avant elle, mais je n avais pas accepté de les prendre. Là, j ai dit oui et j ai eu de la chance. Mon employée en est à son troisième et dernier contrat d insertion et cela me plairait bien de l embaucher ensuite. C est à elle de voir, mais je ne sais pas encore ce qu elle décidera... Le suivi de la personne par sa référente ne m est pas apparu contraignant. " Profession libérale réglementée : " L expérience dure depuis plus d un an maintenant. Je m étais engagé à prendre un employé en contrat de professionnalisation. Pour moi, c est très exigeant et cela demande une grande vigilance. Ce n est pas toujours facile non plus pour les autres employés. Le retour au travail est très compliqué pour des personnes qui ont été sans habitudes d emploi pendant longtemps. Il me semble très important, même hors de l emploi classique, d occuper les gens, de leur donner une activité quelle qu elle soit ; et surtout de ne pas les laisser s enfermer chez eux. "

19 l e p é r i g o r D e n p r A T i Q U e bergerac-roumanière : pour vous aussi Massivement utilisé par la clientèle anglaise et anglo-périgourdine, l aéroport de la Dordogne à Bergerac souhaite développer ses parts de marché françaises. Pourquoi pas vous! Des formalités rapides, une très courte distance entre le parking et le hall de départ, à peine plus entre l enregistrement départ et l avion, la possibilité de prendre le frais ou le soleil jusqu au dernier moment, un accueil très professionnel et des services de qualité : pour aller au royaume-uni, les raisons d utiliser l aéroport de Bergerac-roumanière ne manquent pas. " Pas de stress, pas de temps perdu : nous offrons une ambiance qu un grand aéroport urbain ne pourra jamais proposer, note olivier gribelin, le nouveau directeur du site. nous avons actuellement une clientèle qui est composée de Britanniques à 97%, mais nous voulons attirer ici des habitants de la région qui souhaitent voyager autrement. " Des habitants de la Dordogne bien sûr, mais aussi des Agenais, Libournais et pourquoi pas des Bordelais (Bergerac a davantage de destinations britanniques que mérignac). L aéroport va d ailleurs développer ses actions de marketing auprès des comités d entreprises et des groupes. il devrait avoir bientôt de nouveaux arguments puisque d autres destinations pourraient être proposées en lowcost : la Belgique et les Pays-Bas dans un premier temps, les pays d europe du nord ou du sud plus tard. L aéroport souhaite aussi devenir une destination charter. un premier vol pour marrakech, affrété par les agences de voyages Fram et nouvelles Frontières, a été récemment l occasion d une action de communication. Destinations Les lignes régulières actuelles pour le royaume-uni sont les suivantes : Avec ryanair : Londres (stansted), Liverpool, east midlands. Avec Flybe : southampton, edimburg (la ligne la plus récente et qui connaît le plus fort aux de remplissage), Birmingham, exeter, manchester, Londres (gatwick), Leeds. La durée moyenne des vols est d environ 1h30 pour Londres, 1h20 pour exeter ou un peu plus de 2h pour edimbourg. Prix ils sont extrêmement variables, suivant les principes commerciaux des compagnies " low-cost ". La fourchette peut aller de 30 euros (pour un prix plancher trouvé en réservant sur les sites internet des deux compagnies) à 300 euros environ pour une réservation de dernière minute aux guichets de vente de l aéroport. fr.flybe.com (site en français) (site en français) Services L'aéroport dispose d'un parking payant de 535 places qu on doit utiliser même pour stationner brièvement (mais les 30 premières minutes 1 sont gratuites). un stationnement de longue durée est possible et très abordable (des abonnements à 30 euros le mois). Les halls d embarquement et d arrivée ont été réaménagés pour faire face à l augmentation du trafic ( passagers en 2006). il existe un service complet, dont le parking, pour l accessibilité des personnes à mobilité réduite. un service de restauration est ouvert chaque jour. Coordonnées L aéroport de Bergerac Périgord-Dordogne est situé sur la route d Agen. Comptoir vente et bureau d escale SMAD Le syndicat mixte Air Dordogne (SMAD) a été officiellement créé l été dernier pour administrer l aéroport. Il est composé des Villes de Bergerac (49%) et de Périgueux (1%), du Conseil général (30%) et de la CCI de la Dordogne (20%) qui reste l exploitant du site où travaillent chaque jour 80 personnes.

20 L E P É R I G O R D S O L I D A I R E ACCESSIBILITÉ DES BÂTIMENTS PUBLICS : LE DÉPARTEMENT VA AIDER LES COMMUNES Le Conseil général va financer les études et une partie des travaux rendant accessibles aux personnes handicapées les équipements publics des communes de moins de habitants. Le Département aussi Une partie des équipements et locaux du Conseil général répondent déjà aux normes d'accéssibilité. Le Département est évidemment concerné par la mise en œuvre de cette loi. Le même cabinet technique, choisi dans le cadre d un marché public, assurera les diagnostics des bâtiments communaux et des équipements départementaux : les locaux administratifs, mais aussi les collèges, les centres de vacances, les centres médico-sociaux, une partie des unités territoriales (services sociaux décentralisés). Cela représente au total, pour le Département, 275 bâtiments et m². Au départ, une loi, celle de février 2005 sur l égalité des droits et des chances pour les personnes handicapées. C est à partir de ce texte notamment que le Département a décidé la création de la Maison Départementale des Personnes Handicapées qui regroupe toutes les administrations compétentes pour les droits des personnes en situation de handicap, qu il s agisse de prestations sociales (dont la Prestation de Compensation du Handicap, PCH), de scolarité, de travail, etc. Cette loi prévoit également que dans un délai de 10 ans (2015), tous les équipements publics devront être accessibles aux personnes handicapées, quel que soit leur handicap : moteur, mental, auditif ou visuel. Une étape intermédiaire est prévue (1 er janvier 2011) pour que chaque collectivité fasse établir un diagnostic de ses équipements et une évaluation financière des travaux à réaliser. Si les collectivités importantes, à l image du Conseil général ou des principales villes de Dordogne, peuvent faire face à cette obligation, il n en va pas de même pour les communes de moins de habitants, dont les ressources peuvent être limitées, et qui ne disposent pas de services techniques capables de conduire ou d encadrer ces études et les travaux qui en découleront : rampes d accès, signalisation des cheminements, adaptation des sanitaires, stationnements réservés, voire boucle magnétique dans les équipements les plus importants. C est pourquoi, le Conseil général a décidé de prendre en charge financièrement et techniquement les diagnostics d accessibilité des communes de moins de habitants, soit 540 des 577 communes de la Dordogne. Cette aide sera complétée par une participation du Département aux travaux que devra faire la commune : une aide forfaitaire de euros ou l équivalent en bonification d intérêts. Au budget départemental, cela représente un effort estimé à pour la phase diagnostic et à 5,4 millions d euros (étalés sur 7 ans) pour les travaux. 20

Au profit des apprentis du bâtiment et des travaux publics

Au profit des apprentis du bâtiment et des travaux publics DOSSIER DE PRESSE PARTENARIAT CCCA-BTP et PRO BTP Au profit des apprentis du bâtiment et des travaux publics Bernard Charpenel / CCCA-BTP Signature de la convention et point presse 10 mars 2010 0 SOMMAIRE

Plus en détail

Comité syndical 29 avril 2015 à Janzé

Comité syndical 29 avril 2015 à Janzé Comité syndical 29 avril 2015 à Janzé Les missions du Pays touristique (inscrites dans les statuts du Syndicat Mixte). 1. Élaborer et participer à la mise en œuvre d un projet de développement touristique

Plus en détail

AIDE A LA MOBILITE DU POLE EMPLOI DE ST ASTIER

AIDE A LA MOBILITE DU POLE EMPLOI DE ST ASTIER AIDE A LA MOBILITE DU POLE EMPLOI DE ST ASTIER 1 AIDE AU PERMIS DE CONDUIRE POLE EMPLOI Aide plafonnée à 1200. Avoir une période d'inscription à Pôle Emploi d'au moins 6 mois. Bénéficiaire de l'allocation

Plus en détail

10 ENGAGEMENTS, 30 PROPOSITIONS DE LA MAJORITÉ DÉPARTEMENTALE «Avec vous, une Saône et Loire innovante et attractive»

10 ENGAGEMENTS, 30 PROPOSITIONS DE LA MAJORITÉ DÉPARTEMENTALE «Avec vous, une Saône et Loire innovante et attractive» 10 ENGAGEMENTS, 30 PROPOSITIONS DE LA MAJORITÉ DÉPARTEMENTALE «Avec vous, une Saône et Loire innovante et attractive» Préambule Si l actuelle majorité peut indéniablement se prévaloir d un très bon bilan,

Plus en détail

Conseil communautaire Le 22 avril 2008 à 20 h 30 Maison des Services de Pays

Conseil communautaire Le 22 avril 2008 à 20 h 30 Maison des Services de Pays Page 1 sur 13 Communauté de Communes du Pays Thibérien Maison des Services 24800 THIVIERS Tél.: 05-53-622-822 Fax: 05-53-62-31-57 Conseil communautaire Le 22 avril 2008 à 20 h 30 Maison des Services de

Plus en détail

La politique marseillaise en faveur des Seniors

La politique marseillaise en faveur des Seniors La politique marseillaise en faveur des Seniors Le Centre Communal d Action Sociale de la Ville de Marseille est un établissement public administratif communal. Il oriente ses actions en faveur des personnes

Plus en détail

Intervention de Philippe Bas, Ministre délégué à la Sécurité sociale, aux Personnes âgées, aux Personnes handicapées et à la Famille

Intervention de Philippe Bas, Ministre délégué à la Sécurité sociale, aux Personnes âgées, aux Personnes handicapées et à la Famille Ministère délégué à la Sécurité sociale, aux Personnes âgées, aux Personnes handicapées et à la Famille Intervention de Philippe Bas, Ministre délégué à la Sécurité sociale, aux Personnes âgées, aux Personnes

Plus en détail

Compte rendu de la journée technique du mardi 23 septembre organisée par ODIT France à la Maison du Tourisme 75014 Paris

Compte rendu de la journée technique du mardi 23 septembre organisée par ODIT France à la Maison du Tourisme 75014 Paris Compte rendu de la journée technique du mardi 23 septembre organisée par ODIT France à la Maison du Tourisme 75014 Paris Thème : Commercialiser la campagne : les questions de base posées aux territoires

Plus en détail

POURQUOI INSTALLER DE NOUVEAUX

POURQUOI INSTALLER DE NOUVEAUX POURQUOI INSTALLER DE NOUVEAUX AGRICULTEURS? ELEMENTS DE CONTEXTE L ENJEU DU RENOUVELLEMENT DE LA POPULATION ACTIVE AGRICOLE Les installations ne permettent pas aujourd hui de compenser les départs en

Plus en détail

ASSEMBLEE NATIONALE AMENDEMENT

ASSEMBLEE NATIONALE AMENDEMENT Finalité de la prime d activité Article 24 Rédiger ainsi l alinéa 6 : «Art. L. 841-1. La prime d activité a pour objet de soutenir le pouvoir d achat des travailleurs modestes, qu ils soient salariés ou

Plus en détail

N.E.A. 2 NAUTISME ESPACE ATLANTIQUE 2 LE PLAN D ACTION

N.E.A. 2 NAUTISME ESPACE ATLANTIQUE 2 LE PLAN D ACTION N.E.A. 2 NAUTISME ESPACE ATLANTIQUE 2 LE PLAN D ACTION 1 1 La coordination NEA2 Coordination «Economie» Coordination «Environnement» Coordination «Social» Chef de file Coordination technique transnationale

Plus en détail

CONSEIL DES MINISTRES

CONSEIL DES MINISTRES CONSEIL DES MINISTRES LE PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE A REUNI LE CONSEIL DES MINISTRES AU PALAIS DE L ÉLYSEE LE MERCREDI 1 ER AVRIL 2015 À L ISSUE DU CONSEIL, LE SERVICE DE PRESSE DE LA PRESIDENCE DE LA

Plus en détail

L Académie des Dalons

L Académie des Dalons L L est un projet expérimental d insertion sociale et professionnelle dans un dispositif global de soutien de jeunes en difficulté. Il s adresse aux volontaires âgés de 18 à 25 ans qui, sans formation

Plus en détail

Contrat d objectifs et de moyens relatif au développement de l apprentissage dans la région Languedoc Roussillon 2005-2009

Contrat d objectifs et de moyens relatif au développement de l apprentissage dans la région Languedoc Roussillon 2005-2009 Contrat d objectifs et de moyens relatif au développement de l apprentissage dans la région Languedoc Roussillon 2005-2009 Vu l article 52 de la loi n 93-1313 du 20 décembre 1993 relative au travail, à

Plus en détail

Comité national d évaluation du rsa Annexes

Comité national d évaluation du rsa Annexes Comité national d évaluation du rsa Annexes Annexe 11 La mise en place du Rsa dans les caisses d allocations familiales (*) Pauline Domingo, Stéphane Donné (Cnaf) Décembre 2011 Les documents d études sont

Plus en détail

LES PREMIÈRES ÉTAPES DU PACTE DE RESPONSABILITÉ ET DE SOLIDARITÉ EN SEINE-SAINT-DENIS

LES PREMIÈRES ÉTAPES DU PACTE DE RESPONSABILITÉ ET DE SOLIDARITÉ EN SEINE-SAINT-DENIS LES PREMIÈRES ÉTAPES DU PACTE DE RESPONSABILITÉ ET DE SOLIDARITÉ EN SEINE-SAINT-DENIS Edition 2014 SOMMAIRE Editorial de Monsieur le préfet. 1 Le pacte est au service des entreprises et des ménages 2-3

Plus en détail

Les pratiques de gestion des ressources humaines et de formation

Les pratiques de gestion des ressources humaines et de formation Observatoire de l emploi, des métiers et des compétences de la fonction publique territoriale Les pratiques de gestion des ressources humaines et de formation Décembre 2010 Rapport sur la mise en œuvre

Plus en détail

E D I T O L A L E T T R E N 3 0. De l intérêt d un syndicat employeur

E D I T O L A L E T T R E N 3 0. De l intérêt d un syndicat employeur E D I T O Sommaire P1 L édito P2 Révision des classifications et rémunérations minimales : Accord à l unanimité P3 Suite révision des classifications P4 Accord sur la sécurisation de l emploi et le temps

Plus en détail

Avenir de la Fonction publique «parcours professionnels, carrières, rémunérations»

Avenir de la Fonction publique «parcours professionnels, carrières, rémunérations» Avenir de la Fonction publique «parcours professionnels, carrières, rémunérations» Point d étape de la négociation PPCR 10 Mars 2015 Discours d ouverture de Marylise LEBRANCHU Mesdames et Messieurs, Nous

Plus en détail

1 Travailler dans le secteur social

1 Travailler dans le secteur social 1 Travailler dans le secteur social Proposer des formations aux métiers de la solidarité. Accéder à un emploi dans un secteur porteur. Parmi les acteurs : AskOria, les métiers des solidarités Cet organisme

Plus en détail

PLEIN PHARE SUR LA CLAUSE SOCIALE

PLEIN PHARE SUR LA CLAUSE SOCIALE PLEIN PHARE SUR LA CLAUSE SOCIALE Un certain regard sur les résultats 2011 Ce guide est cofinancé par l Union Européenne Ce guide est cofinancé par l Union Européenne PLEIN PHARE SUR LA CLAUSE SOCIALE

Plus en détail

A Besançon, un nouveau dispositif d aide sociale, le micro-crédit personnel à taux zéro Présentation le 28 avril 2010

A Besançon, un nouveau dispositif d aide sociale, le micro-crédit personnel à taux zéro Présentation le 28 avril 2010 A Besançon, un nouveau dispositif d aide sociale, le micro-crédit personnel à taux zéro Présentation le 28 avril 2010 Contacts CCAS - Solidarités Marie-Noëlle GRANDJEAN 03 81 41 21 69 marie-noelle.grandjean@besancon.fr

Plus en détail

Bilan de saison 2014 et propositions d actions 2015 Finistère > Ouest Cornouaille. Bilan de saison 2014 Agence Ouest Cornouaille Développement

Bilan de saison 2014 et propositions d actions 2015 Finistère > Ouest Cornouaille. Bilan de saison 2014 Agence Ouest Cornouaille Développement Bilan de saison 2014 et propositions d actions 2015 Finistère > Ouest Cornouaille L Agence Ouest Cornouaille Développement, en quelques mots L AOCD, en quelques mots www.pro-aocd.fr => Financée en majeure

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA VILLE MINISTÈRE DE LA SANTÉ ET DES SPORTS PROTECTION SOCIALE

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA VILLE MINISTÈRE DE LA SANTÉ ET DES SPORTS PROTECTION SOCIALE PROTECTION SOCIALE ASSURANCE MALADIE, MATERNITÉ, DÉCÈS MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA VILLE MINISTÈRE DU BUDGET, DES COMPTES PUBLICS, DE LA FONCTION

Plus en détail

LE GUIDE DE VOTRE RECHERCHE D EMPLOI

LE GUIDE DE VOTRE RECHERCHE D EMPLOI MAI 2013 LA COOPÉRATIVE - William Daniels - Mai 2013 - Réf. 500 LE GUIDE DE VOTRE RECHERCHE POLE-EMPLOI.FR POLE-EMPLOI.FR PÔLE EMPLOI VOUS ACCOMPAGNE DURANT TOUTE VOTRE RECHERCHE Le chômage est une période

Plus en détail

Mobilisation contre le décrochage scolaire. Bilan de l action entreprise sur l année 2013 et perspectives pour l année 2014

Mobilisation contre le décrochage scolaire. Bilan de l action entreprise sur l année 2013 et perspectives pour l année 2014 Mobilisation contre le décrochage scolaire Bilan de l action entreprise sur l année 2013 et perspectives pour l année 2014 Mercredi 8 janvier 2014 SOMMAIRE Introduction : la Nation mobilisée contre le

Plus en détail

Je vous souhaite la bienvenue à cette rencontre. Je suis heureuse d être ici avec vous aujourd hui.

Je vous souhaite la bienvenue à cette rencontre. Je suis heureuse d être ici avec vous aujourd hui. Mesdames et Messieurs, 1 Je vous souhaite la bienvenue à cette rencontre. Je suis heureuse d être ici avec vous aujourd hui. Le but de ce moment d échange est de mieux faire connaissance. Il est aussi

Plus en détail

Contrat unique d insertion Le contrat d accompagnement dans l emploi (CAE)

Contrat unique d insertion Le contrat d accompagnement dans l emploi (CAE) DIRECCTE de Bretagne Contrat unique d insertion Le contrat d accompagnement dans l emploi (CAE) Fiche pratique A qui s adresse le contrat d accompagnement dans l emploi? Quels employeurs? Quel type de

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. Centre d hébergement et de réinsertion sociale (CHRS) pour l accueil de femmes en difficulté CENON. www.aquitanis.

DOSSIER DE PRESSE. Centre d hébergement et de réinsertion sociale (CHRS) pour l accueil de femmes en difficulté CENON. www.aquitanis. DOSSIER DE PRESSE Architecte : Agence BDM Architectes (Bordeaux) Centre d hébergement et de réinsertion sociale (CHRS) pour l accueil de femmes en difficulté CENON www.aquitanis.fr Office public de l habitat

Plus en détail

CONTRAT DE PRESENCE POSTALE TERRITORIALE 2014-2016

CONTRAT DE PRESENCE POSTALE TERRITORIALE 2014-2016 Département Administration Paris, le 3 mars 2014 et Gestion Communales VP/AH/Note 11 Affaire suivie par Véronique PICARD CONTRAT DE PRESENCE POSTALE TERRITORIALE 2014-2016 La continuité - maintien du montant

Plus en détail

L Etat dans l Eure SERVICE CIVIQUE UNIVERSEL. Edito de René BIDAL, Préfet de l Eure. Juin 2015

L Etat dans l Eure SERVICE CIVIQUE UNIVERSEL. Edito de René BIDAL, Préfet de l Eure. Juin 2015 L Etat dans l Eure Juin 2015 SERVICE CIVIQUE UNIVERSEL Edito de René BIDAL, Préfet de l Eure A compter du 1er juin, le Service Civique devient universel : tout jeune de 16 à 25 ans qui voudra s'engager

Plus en détail

LE DEVENIR DES DIPLOMÉS

LE DEVENIR DES DIPLOMÉS LE DEVENIR DES DIPLOMÉS Master Aménagement urbanisme développement et prospective Finalité : Professionnelle Situation professionnelle deux ans après l obtention d un master 2 Les enquêtes sur le devenir

Plus en détail

Accompagnement renforcé du public PLIE Cadre de référence de Plaine Commune, Le PLIE

Accompagnement renforcé du public PLIE Cadre de référence de Plaine Commune, Le PLIE Accompagnement renforcé du public PLIE Cadre de référence de Plaine Commune, Le PLIE I- PREAMBULE 2 II- CAHIER DES CHARGES 2 II-1-Objectifs /Finalité 2 II-2-Public visé 3 II-3-Durée des parcours 3 II-4-Missions

Plus en détail

Les maisons d assistants maternels

Les maisons d assistants maternels GUIDE Direction de l Enfance et de la Famille Les maisons d assistants maternels Édition 2014 Sommaire Sommaire 3 Préambule 4 PARTIE 1 - DÉFINITION et PRINCIPES GÉNÉRAUX I. DÉFINITION 6 1- Les codes 6

Plus en détail

Intitulé du projet : PARTAJ (Plan d Accompagnement Régional et Territorial pour l Avenir des Jeunes)

Intitulé du projet : PARTAJ (Plan d Accompagnement Régional et Territorial pour l Avenir des Jeunes) Direction de la jeunesse, de l éducation populaire et de la vie associative Mission d animation du Fonds d expérimentations pour la jeunesse NOTE D ETAPE SUR L EVALUATION AU 31 DECEMBRE 2010 REDIGEE PAR

Plus en détail

1. STRUCTURATION FEDERALE BI POLAIRE

1. STRUCTURATION FEDERALE BI POLAIRE ADDITIF EXPLICATIF 1. STRUCTURATION FEDERALE BI POLAIRE Organisation de deux «secteurs» clairement identifiés dans leurs objectifs et missions. Sous la responsabilité d un pilotage unique, ces deux «secteurs»

Plus en détail

CONFERENCE NATIONALE DU HANDICAP. Relevé des conclusions

CONFERENCE NATIONALE DU HANDICAP. Relevé des conclusions PRÉSIDENCE DE LA RÉPUBLIQUE Service de presse Paris, le 11 décembre 2014 CONFERENCE NATIONALE DU HANDICAP Relevé des conclusions A l occasion de la Conférence nationale du handicap du 11 décembre 2014,

Plus en détail

P R O J E T E D U C AT I F. Association Espace Jeunesse

P R O J E T E D U C AT I F. Association Espace Jeunesse P R O J E T E D U C AT I F Association Espace Jeunesse I N T R O D U C T I O N Ce projet éducatif expose les orientations éducatives de l Association ESPACE JEUNESSE, chargée par la municipalité du Séquestre

Plus en détail

Rhône Développement Initiative 1993-2013. Au service de l entrepreneuriat 20 ans et de l économie de proximité. www.rdi.asso.fr

Rhône Développement Initiative 1993-2013. Au service de l entrepreneuriat 20 ans et de l économie de proximité. www.rdi.asso.fr Rhône Développement Initiative 1993-2013 Au service de l entrepreneuriat 20 ans et de l économie de proximité www.rdi.asso.fr Jean-Jacques MARTIN, Président de RDI Membre des réseaux nationaux RDI Edito

Plus en détail

PAR THEMATIQUE. N THEME Présentation

PAR THEMATIQUE. N THEME Présentation PAR THEMATIQUE N THEME Présentation A B C D Apprentissage/alternance Formation continue Développement/ investissement Hygiène, sécurité, accessibilité Les conseillères du Service Apprentissage ont pour

Plus en détail

Aides forfaitaires incitatives géographiques ou sectorielles (sans condition de ressources)

Aides forfaitaires incitatives géographiques ou sectorielles (sans condition de ressources) Les Autres Aides Bourse à la mobilité de la Région Midi Pyrénées Etudiants boursiers sur critères sociaux, inscrits en DUT, DUETE, en L3, M1, M2 dans un établissement d enseignement supérieur de la région,

Plus en détail

DE LA STRATEGIE LEADER. Appel d offres Novembre 2014

DE LA STRATEGIE LEADER. Appel d offres Novembre 2014 CAHIER DES CHARGES ACCOMPAGNEMENT A LA DEFINITION DE LA STRATEGIE LEADER DU PNR DE LA BRENNE Appel d offres Novembre 2014 Parc naturel régional de la Brenne Maison du Parc Le Bouchet - 36300 ROSNAY 02

Plus en détail

Le Contrat premier emploi

Le Contrat premier emploi www.far.be Le Contrat premier emploi Marie Greffe Septembre 06 Historique En 1999, afin de stimuler le travail des jeunes, Laurette Onkelinx (PS), alors ministre de l Emploi, lance l idée d un «Plan Rosetta»,

Plus en détail

la pauvreté 33 ses lutte contre territorial. création.cette n ne doit pas d insertion. 1. UNE Accompagner la Participation travaux sont évidemment

la pauvreté 33 ses lutte contre territorial. création.cette n ne doit pas d insertion. 1. UNE Accompagner la Participation travaux sont évidemment Accompagner la participation des allocataires Par Marion Drouault, responsable de projets à l (Version courte) Participation et RSA : «Accompagner la l participation des allocataires» S appuyant en particulier

Plus en détail

PROTECTION SOCIALE SÉCURITÉ SOCIALE : ORGANISATION, FONCTIONNEMENT MINISTÈRE DU BUDGET, DES COMPTES PUBLICS ET DE LA FONCTION PUBLIQUE

PROTECTION SOCIALE SÉCURITÉ SOCIALE : ORGANISATION, FONCTIONNEMENT MINISTÈRE DU BUDGET, DES COMPTES PUBLICS ET DE LA FONCTION PUBLIQUE PROTECTION SOCIALE SÉCURITÉ SOCIALE : ORGANISATION, FONCTIONNEMENT MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE ET DE LA SOLIDARITÉ MINISTÈRE DE LA SANTÉ, DE LA JEUNESSE, DES SPORTS ET DE

Plus en détail

PROGRAMME OPERATIONNEL NATIONAL DU FONDS SOCIAL EUROPEEN. objectif compétitivité régionale et emploi

PROGRAMME OPERATIONNEL NATIONAL DU FONDS SOCIAL EUROPEEN. objectif compétitivité régionale et emploi UNION EUROPEENNE L Europe s engage en Limousin Avec le Fonds social européen PROGRAMME OPERATIONNEL NATIONAL DU FONDS SOCIAL EUROPEEN objectif compétitivité régionale et emploi 2007 2013 Axe 3 «cohésion

Plus en détail

PREPARER SA VISITE AUX «COULISSES DU BATIMENT» Livret destiné aux collégiens et lycéens visitant les chantiers et ateliers

PREPARER SA VISITE AUX «COULISSES DU BATIMENT» Livret destiné aux collégiens et lycéens visitant les chantiers et ateliers PREPARER SA VISITE AUX «COULISSES DU BATIMENT» Livret destiné aux collégiens et lycéens visitant les chantiers et ateliers Rendez-vous le 11 octobre 2012 pour visiter le chantier GROUPE SCOLAIRE ILOT DE

Plus en détail

Séminaire du 17 octobre 2014 «La gestion des milieux aquatiques dans la loi MAPTAM et le SAGE : quels enjeux pour la Baie de Saint Brieuc?

Séminaire du 17 octobre 2014 «La gestion des milieux aquatiques dans la loi MAPTAM et le SAGE : quels enjeux pour la Baie de Saint Brieuc? Séminaire du 17 octobre 2014 «La gestion des milieux aquatiques dans la loi MAPTAM et le SAGE : quels enjeux pour la Baie de Saint Brieuc?» Le Schéma d Aménagement et de Gestion des Eaux (SAGE) de la baie

Plus en détail

Maréchal Ardans-Vilain. Denis. "Nos priorités : la jeunesse, la solidarité et le développement économique." Programme. Michel Petiot.

Maréchal Ardans-Vilain. Denis. Nos priorités : la jeunesse, la solidarité et le développement économique. Programme. Michel Petiot. Canton Meudon - Chaville élections départementales Denis Cécile Maréchal Ardans-Vilain Alice Carton Michel Petiot Programme "Nos priorités : la jeunesse, la solidarité et le développement économique."

Plus en détail

Tableau comparatif des contrats d apprentissage et de professionnalisation

Tableau comparatif des contrats d apprentissage et de professionnalisation Tableau comparatif des contrats d apprentissage et de professionnalisation Attention : Ce document a été établit en juin 2015. Les informations qu il contient peuvent avoir évoluées en fonction des lois

Plus en détail

«seul le prononcé fait foi»

«seul le prononcé fait foi» «seul le prononcé fait foi» Discours à l occasion de la réunion du Pacte de Responsabilité et de Solidarité Lundi 26 mai 2014 Lesparre-Médoc Mesdames et Messieurs les Parlementaires Mesdames et Messieurs

Plus en détail

La fréquentation touristique en Gironde

La fréquentation touristique en Gironde La fréquentation touristique en Gironde Données de cadrage actualisées DONNÉES SOURCES : BASE DE DONNÉES RÉGIONALE CRT AQUITAINE - 2010 Avril 2012 SOMMAIRE Méthodologie Les caractéristiques des séjours

Plus en détail

APPEL A PROJETS DEPARTEMENTAL 2015

APPEL A PROJETS DEPARTEMENTAL 2015 CONSEIL DEPARTEMENTAL DU JURA APPEL A PROJETS DEPARTEMENTAL 2015 PON FSE 2014-2020 Axe 3 «Lutter contre la pauvreté et promouvoir l inclusion» Programme Départemental d Insertion 2015 Date de lancement

Plus en détail

L'insertion professionnelle des bénéficiaires du RSA en outre-mer

L'insertion professionnelle des bénéficiaires du RSA en outre-mer Inspection générale des affaires sociales RM2014-090R Inspection générale de l administration N 14-122/14-077/01 L'insertion professionnelle des bénéficiaires du RSA en outre-mer SYNTHESE Établie par Michel

Plus en détail

Les réformes se poursuivent en faveur d une économie française plus compétitive et d un appui renforcé aux entreprises à l export

Les réformes se poursuivent en faveur d une économie française plus compétitive et d un appui renforcé aux entreprises à l export Les réformes se poursuivent en faveur d une économie française plus compétitive et d un appui renforcé aux entreprises à l export Depuis 2012, un ensemble d actions est engagé au service du renforcement

Plus en détail

Monsieur le Préfet, j ai porté une grande attention sur le chapitre relatif à la sauvegarde de l emploi et au développement économique.

Monsieur le Préfet, j ai porté une grande attention sur le chapitre relatif à la sauvegarde de l emploi et au développement économique. Question de M. Michel PETIT, Conseiller Général du canton de Beaumetz-les-Loges, Président du groupe Union@ction.62, à M. Denis ROBIN, Préfet du Pas-de-Calais, sur les mesures en matière de soutien à l

Plus en détail

CONTRIBUTION DU CESER

CONTRIBUTION DU CESER CONTRIBUTION DU CESER à l élaboration du Contrat de Plan Régional de Développement des Formations Professionnelles Cette contribution a été élaborée par la Commission «Éducation Formation» qui a tenu quatre

Plus en détail

Une exposition : «Les métiers des services à la personne»

Une exposition : «Les métiers des services à la personne» Une exposition : «Les métiers des services à la personne» Pour tous vos forums, salons, espaces d'accueil de public, une exposition itinérante en 5 panneaux (200 x 80 cm) disponible gratuitement : Les

Plus en détail

Délégation générale à l emploi et à la formation professionnelle MISSIONS ET MÉTIERS

Délégation générale à l emploi et à la formation professionnelle MISSIONS ET MÉTIERS Délégation générale à l emploi et à la formation professionnelle MISSIONS ET MÉTIERS Version provisoire - Mars 2010 La Délégation générale à l emploi et à la formation professionnelle Placée sous l autorité

Plus en détail

OFFRE DE FORMATIONS 2014 A DESTINATION DES ENTREPRISES DE LA BRANCHE DU TOURISME SOCIAL ET FAMILIAL ADHÉRENTES A UNIFORMATION

OFFRE DE FORMATIONS 2014 A DESTINATION DES ENTREPRISES DE LA BRANCHE DU TOURISME SOCIAL ET FAMILIAL ADHÉRENTES A UNIFORMATION OFFRE DE FORMATIONS 2014 A DESTINATION DES ENTREPRISES DE LA BRANCHE DU TOURISME SOCIAL ET FAMILIAL ADHÉRENTES A UNIFORMATION FORMATION METHODE HACCP TECHNIQUES DE BASE Uniformation Département Ressources

Plus en détail

Les ressources humaines

Les ressources humaines Avec une masse salariale s élevant à 4,3 milliards d euros en 2003, le secteur de l assurance est une «industrie de main-d œuvre» qui offre un produit en grande partie immatériel : la couverture d un risque.

Plus en détail

REGLEMENT APPEL A PROJETS D ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE EN SEINE-SAINT-DENIS ANNEE 2013

REGLEMENT APPEL A PROJETS D ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE EN SEINE-SAINT-DENIS ANNEE 2013 REGLEMENT APPEL A PROJETS D ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE EN SEINE-SAINT-DENIS ANNEE 2013 ARTICLE 1 : CONTEXTE Dans le prolongement de son Agenda 21 qui s intègre dans une logique de développement durable,

Plus en détail

Compensation. Mots-clés de l aide à l autonomie

Compensation. Mots-clés de l aide à l autonomie Mots-clés de l aide à l autonomie Compensation Aide ou ensemble d aides de toute nature apportées à une personne subissant des altérations substantielles et durables de son état physique, intellectuel

Plus en détail

Dossier de presse. 1) Adoption du Compte administratif 2013

Dossier de presse. 1) Adoption du Compte administratif 2013 Dossier de presse Séance plénière, le vendredi 11 avril 2014 1) Adoption du Compte administratif 2013 2) Vote du taux de foncier bâti 2014 Vendredi 11 avril 2014, à 15h30, les élus départementaux sont

Plus en détail

DOCUMENT D ORIENTATION. Contribution à l élaboration du contrat de plan régional de développement des. formations professionnelles 2011-2015

DOCUMENT D ORIENTATION. Contribution à l élaboration du contrat de plan régional de développement des. formations professionnelles 2011-2015 PREFET DE LA REGION MIDI-PYRENEES DOCUMENT D ORIENTATION Contribution à l élaboration du contrat de plan régional de développement des formations professionnelles 2011-2015 Direction régionale des entreprises,

Plus en détail

Etude sur la formation professionnelle des personnes handicapées

Etude sur la formation professionnelle des personnes handicapées Etude sur la formation professionnelle des personnes handicapées Rappel méthodologique Contexte & objectifs 1 2 Semaine pour l emploi des personnes handicapées : après avoir longtemps centré le regard

Plus en détail

Résidence d écriture à vocation territoriale et de médiation. Appel à candidature

Résidence d écriture à vocation territoriale et de médiation. Appel à candidature Résidence d écriture à vocation territoriale et de médiation Appel à candidature Au printemps 2016, le département de la Sarthe et la Direction Régionale des Affaires culturelles des Pays de la Loire,

Plus en détail

1.1 - Favoriser l accueil et le développement des. entreprises

1.1 - Favoriser l accueil et le développement des. entreprises Module 1 : Formation, développement et innovation économique 1.1 - Favoriser l accueil et le développement des réservée : 560 000 OBJECTIFS STRATÉGIQUES - Encourager les modes de production responsables

Plus en détail

Réunion d information du samedi 13 juin 2015 à Etretat

Réunion d information du samedi 13 juin 2015 à Etretat Projet de parc éolien en mer de Fécamp Réunion d information du samedi 13 juin 2015 à Etretat ************************* OUVERTURE DE LA REUNION Plus d une vingtaine de personnes étaient réunies le samedi

Plus en détail

Caisse régionale de Crédit Agricole Mutuel Charente-Maritime Deux-Sèvres. 18 septembre 2012

Caisse régionale de Crédit Agricole Mutuel Charente-Maritime Deux-Sèvres. 18 septembre 2012 Caisse régionale de Crédit Agricole Mutuel Charente-Maritime Deux-Sèvres 18 septembre 2012 Sommaire Communiqué de synthèse P. 1 Le projet de regroupement des fonctions support : un projet stratégique P.

Plus en détail

TRAVAILLEURS HANDICAPES OBTENIR OU CONSERVER UN EMPLOI

TRAVAILLEURS HANDICAPES OBTENIR OU CONSERVER UN EMPLOI Novembre 2010 TRAVAILLEURS HANDICAPES OBTENIR OU CONSERVER UN EMPLOI www.mdph77.fr Maison Départementale des Personnes Handicapées de Seine et Marne 16, rue de l Aluminium 77 543 SAVIGNY LE TEMPLE Cedex

Plus en détail

LEADER... LE PROJET DU PAYS DE SAINT-MALO : UN OBJECTIF FORT : LEADER ACCOMPAGNE : LES 4 THÉMATIQUES : POUR VOUS ACCOMPAGNER

LEADER... LE PROJET DU PAYS DE SAINT-MALO : UN OBJECTIF FORT : LEADER ACCOMPAGNE : LES 4 THÉMATIQUES : POUR VOUS ACCOMPAGNER LE DISPOSITIF DE FINANCEMENT EUROPÉEN LEADER AU SERVICE DE L ATTRACTIVITÉ TERRITORIALE LE PROJET DU PAYS DE SAINT-MALO : Le programme LEADER est un outil au service de la mise en œuvre du projet de territoire

Plus en détail

FORMATION ET EMPLOI DOSSIER DE PRESSE

FORMATION ET EMPLOI DOSSIER DE PRESSE PRÉSIDENCE DE LA RÉPUBLIQUE FORMATION ET EMPLOI DOSSIER DE PRESSE Bobigny Mardi 1 er mars 2011 1 SOMMAIRE INTRODUCTION. p. 3 1. L EMPLOI DES JEUNES.. p. 4 Développer l alternance Financer l augmentation

Plus en détail

La Silver Normandie : une filière et des secteurs innovants

La Silver Normandie : une filière et des secteurs innovants Emploi... La Silver Normandie : une filière et des secteurs innovants La Basse-Normandie, première Silver région inaugurée en France, en janvier 2014, figure parmi les 7 régions françaises les plus attractives

Plus en détail

Réunion des partenaires du Pays Ruthénois Projet d auto-école sociale itinérante. COMPTE-RENDU de la réunion du 20 mai 2011 Salle Brameloup 09h30

Réunion des partenaires du Pays Ruthénois Projet d auto-école sociale itinérante. COMPTE-RENDU de la réunion du 20 mai 2011 Salle Brameloup 09h30 Réunion des partenaires du Pays Ruthénois Projet d auto-école sociale itinérante COMPTE-RENDU de la réunion du 20 mai 2011 Salle Brameloup 09h30 Présents : - Alain CENRAUD Service Accueil Spécialisé -

Plus en détail

DIRECCTE de Bretagne Contrat unique d insertion Le contrat d accompagnement dans l emploi (CAE)

DIRECCTE de Bretagne Contrat unique d insertion Le contrat d accompagnement dans l emploi (CAE) DIRECCTE de Bretagne Contrat unique d insertion Le contrat d accompagnement dans l emploi (CAE) Fiche pratique A qui s adresse le contrat d accompagnement dans l emploi? Quels employeurs? Quel type de

Plus en détail

Chantier formation à la cuisine nomade. CRALIM VILLENAVE d'ornon 24 Novembre 2011

Chantier formation à la cuisine nomade. CRALIM VILLENAVE d'ornon 24 Novembre 2011 Chantier formation à la cuisine nomade CRALIM VILLENAVE d'ornon 24 Novembre 2011 Les partenaires Le parrain : Thierry MARX, Chef étoilé du Mandarin Oriental à Paris Le porteur de projet : Centre Communal

Plus en détail

D 4. Handicap COHESION SOCIALE ENTRE LES POPULATIONS, LES TERRITOIRES, LES GENERATIONS

D 4. Handicap COHESION SOCIALE ENTRE LES POPULATIONS, LES TERRITOIRES, LES GENERATIONS D 4 COHESION SOCIALE ENTRE LES POPULATIONS, LES TERRITOIRES, LES GENERATIONS Les spécificités urbanistiques du territoire vélizien soulignent l enjeu de l accessibilité de la ville aux personnes à mobilité

Plus en détail

Service Civique. Service civique. Esprit

Service Civique. Service civique. Esprit Service civique Esprit Contact : Nathalie Chaverot servicecivique@la-guilde.org Tel : 01 43 26 97 52 www.la-guilde.org www.service-civique.gouv.fr La loi du 10 mars 2010 a créé l engagement de Service

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES DE L APPEL A PROJETS REGIONAL «INNOVATION» SESSION PLENIERE DES 19 ET 20 JUIN 2014

CAHIER DES CHARGES DE L APPEL A PROJETS REGIONAL «INNOVATION» SESSION PLENIERE DES 19 ET 20 JUIN 2014 CAHIER DES CHARGES DE L APPEL A PROJETS REGIONAL «INNOVATION» I.Contexte : Convaincue de l intérêt stratégique de l innovation pour le renforcement de la compétitivité des entreprises, la a lancé un appel

Plus en détail

CFA création et innovation industrielle

CFA création et innovation industrielle CFA création et innovation industrielle Inauguration à l Ecole de design Nantes Atlantique Atlanpole La Chantrerie Mardi 28 novembre 2006 à 10h45 Communiqué de synthèse p 2 Région des Pays de la Loire

Plus en détail

Les dossiers de l enseignement scolaire. l Éducation nationale et la formation professionnelle en France

Les dossiers de l enseignement scolaire. l Éducation nationale et la formation professionnelle en France Les dossiers de l enseignement scolaire 2010 l Éducation nationale et la formation professionnelle en France ministère éducation nationale L Éducation nationale et la formation professionnelle en France

Plus en détail

Appel à candidature. Portage d une plateforme mobilité sur le territoire de la Communauté d agglomération d Angers

Appel à candidature. Portage d une plateforme mobilité sur le territoire de la Communauté d agglomération d Angers Appel à candidature Portage d une plateforme mobilité sur le territoire de la Communauté d agglomération d Angers Contexte La mobilité géographique est l un des sujets centraux lorsque l on aborde la question

Plus en détail

Le nouveau projet académique : prendre en compte tous les parcours de réussite

Le nouveau projet académique : prendre en compte tous les parcours de réussite Le nouveau projet académique : prendre en compte tous les parcours de réussite Les projets académiques 2003-2006 (prorogé jusqu en 2007) et 2007-2010 étaient organisés autour des quatre mêmes priorités

Plus en détail

Lancement du site internet

Lancement du site internet PAY S DE SAI NT MALO Dossier de presse Jeudi 12 juillet 2012 Sommaire : Communiqué de presse Partenaires En présence des principaux acteurs et partenaires, Monsieur René COUANAU, maire de Saint-Malo et

Plus en détail

2.1 - Améliorer l offre de soins sur le Pays

2.1 - Améliorer l offre de soins sur le Pays Module 2 : Services à la population 2.1 - Améliorer l offre de soins sur le Pays réservée : 400 000 OBJECTIFS STRATÉGIQUES - Développer les solidarités locales et l'accessibilité de tous aux services (Axe

Plus en détail

A4 BÂTIMENTS : RECEVOIR TOUS LES PUBLICS

A4 BÂTIMENTS : RECEVOIR TOUS LES PUBLICS A4 BÂTIMENTS : RECEVOIR TOUS LES PUBLICS Organisateur INSET DE MONTPELLIER Animateur Serge MASSIS, Directeur des Études urbaines, Ville de Cannes, AITF (Association des ingénieurs territoriaux de France)

Plus en détail

STATUTS Association Cantonale d Animation de la Combe de Savoie. Titre 1 : Constitution, objet, siège social, durée

STATUTS Association Cantonale d Animation de la Combe de Savoie. Titre 1 : Constitution, objet, siège social, durée STATUTS Association Cantonale d Animation de la Combe de Savoie Titre 1 : Constitution, objet, siège social, durée Article 1 : Constitution et dénomination Il est fondé entre les adhérents aux présents

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. Vendredi 24 juillet 2015. Le Grand Narbonne présente les 6 premiers mois d activités d IN ESS

DOSSIER DE PRESSE. Vendredi 24 juillet 2015. Le Grand Narbonne présente les 6 premiers mois d activités d IN ESS DOSSIER DE PRESSE Vendredi 24 juillet 2015 Le Grand Narbonne présente les 6 premiers mois d activités d IN ESS Le Grand Narbonne a fait du développement économique et de l emploi la priorité N 1 de ses

Plus en détail

QuickTime et un décompresseur sont requis pour visionner cette image. ETUDE DE CLIENTELE TOURISTIQUE DU LIMOUSIN. 7 avril 2009

QuickTime et un décompresseur sont requis pour visionner cette image. ETUDE DE CLIENTELE TOURISTIQUE DU LIMOUSIN. 7 avril 2009 ETUDE DE CLIENTELE TOURISTIQUE DU LIMOUSIN 7 avril 2009 Objectifs de l enquête Définir les caractéristiques des clientèles touristiques du Limousin : motivations, profils et comportements Mesurer leur

Plus en détail

Guide pour la création d une MAM

Guide pour la création d une MAM LES MAISONS D ASSISTANTS MATERNELS Guide pour la création d une MAM Commission Départementale d Accueil du Jeune Enfant Le cadre législatif La loi n 2010-625 du 9 juin 2010 relative à la création des maisons

Plus en détail

contre la pauvreté et pour l inclusion sociale

contre la pauvreté et pour l inclusion sociale PREMIER MINISTRE PLAN PLURIANNUEL contre la pauvreté et pour l inclusion sociale 3 mars 2015 SYNTHÈSE Adopté à la suite d un comité interministériel de lutte contre l exclusion en 2013, le plan pluriannuel

Plus en détail

LES CHIFFRES CLÉS DE L ARTISANAT. Bilan des immatriculations / radiations d entreprises artisanales. Solde net 1 002 entreprises 74%

LES CHIFFRES CLÉS DE L ARTISANAT. Bilan des immatriculations / radiations d entreprises artisanales. Solde net 1 002 entreprises 74% n 6 - JANVIER 21 LES CHIFFRES CLÉS DE L ARTISANAT 23 629 c est * le nombre d entreprises 2 inscrites au Répertoire des métiers de l Essonne. dirigeants d entreprise artisanale ont été interrogés à la fin

Plus en détail

L équipe de direction et l ensemble des personnels se tiennent à votre disposition pour tout renseignement relatif aux métiers et aux modalités de

L équipe de direction et l ensemble des personnels se tiennent à votre disposition pour tout renseignement relatif aux métiers et aux modalités de L équipe de direction et l ensemble des personnels se tiennent à votre disposition pour tout renseignement relatif aux métiers et aux modalités de déroulement de la formation. UN CONTRAT DE TRAVAIL UN

Plus en détail

Quelles sont les conditions de travail de l apprenti?

Quelles sont les conditions de travail de l apprenti? Quelles sont les conditions de travail de l apprenti? L apprenti est un salarié à part entière. À ce titre, les lois, les règlements et la convention collective de la branche professionnelle ou de l entreprise

Plus en détail

SOMMAIRE. 2/ Phase de travaux et de lancement

SOMMAIRE. 2/ Phase de travaux et de lancement SOMMAIRE Tout projet doit être mûrement réfléchi pour juger de sa pertinence, de sa faisabilité et des enjeux économiques qui en résultent, de ses coûts et finalement de sa rentabilité. La constitution

Plus en détail

Contributions de la FEP au développement du sport : Enjeux et propositions

Contributions de la FEP au développement du sport : Enjeux et propositions Contributions de la FEP au développement du sport : Enjeux et propositions Contributions de la FEP au développement du sport : Enjeux et propositions Présentation Rassemblant les syndicats et associations

Plus en détail

Le guide de l apprentissage 2014-2015. Page 1

Le guide de l apprentissage 2014-2015. Page 1 Le guide de l apprentissage 2014-2015 Page 1 Bienvenue au CFA Sport et Animation Rhône-Alpes Le CFA* Sport et Animation Rhône-Alpes est, depuis 1996, l acteur régional unique de la formation par l apprentissage

Plus en détail

Chantier-Formation PARTENARIAT ENTRE UNE ENTREPRISE PRIVÉE ET 2 STRUCTURES D INSERTION POUR LA RÉPONSE À UNE CLAUSE ART.14 DANS UN MARCHÉ PUBLIC

Chantier-Formation PARTENARIAT ENTRE UNE ENTREPRISE PRIVÉE ET 2 STRUCTURES D INSERTION POUR LA RÉPONSE À UNE CLAUSE ART.14 DANS UN MARCHÉ PUBLIC Chantier-Formation PARTENARIAT ENTRE UNE ENTREPRISE PRIVÉE ET 2 STRUCTURES D INSERTION POUR LA RÉPONSE À UNE CLAUSE ART.14 DANS UN MARCHÉ PUBLIC LOCALISATION : Quartier des bassins à Cherbourg-Octeville

Plus en détail

Le Conseil Municipal,

Le Conseil Municipal, MF/EG SEANCE DU 16 SEPTEMBRE 2002 2002/1561 - PRÉSENTATION DU RAPPORT ANNUEL 2001 DE LA CAISSE DE CRÉDIT MUNICIPAL DE LYON (DIRECTION DES FINANCES) Le Conseil Municipal, Vu le rapport en date du 20 août

Plus en détail