sporozoïtes Oocystes* Schizontes* ookinètes mérozoites zygotes Développement : Durée de la sporogonie (à 28 C, en jours)

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "sporozoïtes Oocystes* Schizontes* ookinètes mérozoites zygotes Développement : Durée de la sporogonie (à 28 C, en jours)"

Transcription

1 500 Nombre de cas de paludisme diagnostiqué en Belgique LA MALARIA : Nombre de cas Méthodes diagnostiques Année LA MALARIA fr 2006 ver pg 01 Sur base des données fournies par les 121 laboratoires vigies du réseau de surveillance des maladies infectieuses, soit 51 % des laboratoires agrées en 2002 pour la microbiologie. (Ministère des Affaires Sociales, de la Santé Publique et de l'environnement. Institut Scientifique de la Santé Publique-Louis Pasteur EPH / EPI REPORTS, Nr ). Sur base de ces données, on estime le nombre de total de cas à environ 500 par an pour la Belgique. Anophèles Hommes * = multiplication Anophèles Hommes * = multiplication sporozoïtes Repas sanguin sporozoïtes Repas sanguin Oocystes* GLANDES SALIVAIRES HEMOLYMPHE schizontes hépathiques* Oocystes* GLANDES SALIVAIRES HEMOLYMPHE schizontes hépathiques* Schizontes* Schizontes* ookinètes mérozoites GLOBULES ROUGES ookinètes mérozoites GLOBULES ROUGES zygotes ESTOMAC gamétocytes formes en anneaux ou trophozoites zygotes ESTOMAC gamétocytes formes en anneaux ou trophozoites macro & microgamètes Repas sanguin GLOBULES ROUGES macro & microgamètes GLOBULES ROUGES Primaquine Repas sanguin (Artéméther) Fansidar P. falciparum P. malariae P. ovale P. vivax Seuil clinique 1000 Parasites /µl 100 Seuil de patence 10 1 période prépatente Modalités d évolution de la parasitémie incubation Effet Traitement suppressif Traitement radical < 0, schizogonie hépatique inoculation rechute ou réinfection recrudescence de l immunité parasitémies asymptomatiques Temps (en jours) parasitémies subpatentes Développement : Durée de la sporogonie (à 28 C, en jours) Durée de la phase hépatique (en jours) Durée du cycle érythrocytaire (en heures) Périodicité Période pré patente (en jours) Incubation (en jours)[moyenne] Apparition des gamétocytes (en jours) Hypnozoïtes Distribution géographique : Afrique du Nord Afrique occidentale Afrique centrale Afrique orientale Madagascar, Océan Indien Amérique centrale Amérique du Sud Asie du Sud-ouest Inde, Indochine Indonésie Iles du Pacifique fièvre tierce maligne [12] 8-15 non fièvre quarte [10] 5-23 non fièvre tierce bénigne oui Très rare - Malaisie, Philippines fièvre tierce bénigne [14] 5 oui Très rare Très rare 1

2 Répartition des espèces (n= 262) pour les cas de paludisme diagnostiqués 11% 10% en 1998 en Belgique 2% 0% 0% Répartition des espèces (n= 210) pour les cas de paludisme diagnostiqués en 2002 en Belgique 1% 10% 4% 77% 85% P. falciparum P. vivax P. ovale P. malariae P. falciparum + P. ovale P. falciparum + P. malariae P. falciparum P. vivax P. ovale P. malariae Sur base des données fournies par les 121 laboratoires vigies du réseau de surveillance des maladies infectieuses, soit 51 % des laboratoires agrées en 2002 pour la microbiologie (données recorrigées par le laboratoire de référence). Le laboratoire de référence a reçu en échantillons pour confirmation, soit 62,5 % des cas (en décomptant les 123 cas diagnostiqués directement par le laboratoire de référence). Il est à remarquer que les demandes de confirmation sont en baisse constante depuis 5 ans. Cette baisse de 77,0 % des cas en 1998 à 62,5 % des cas en 2002, devrait être liée à l introduction de tests de détection des antigènes de Plasmodium. (Ministère des Affaires Sociales, de la Santé Publique et de l'environnement. Institut Scientifique de la Santé Publique-Louis Pasteur EPH / EPI REPORTS, Nr ). Diagnostic du paludisme : 6. Détection D d une d infection par les automates hématologiquesh 1. [Diagnostic clinique ] 2. Détection des parasites (microscopie). 3. Détection des antigènes nes parasitaires. 4. Détection de matériel génétique g (ADN ou ARN) parasitaire (PCR). 5. Détection d anticorps d dirigés s contre le parasite. 6. Détection d une d infection par les automates hématologiques] Altération du volume cellulaire Pigment malarien (dépolarisation) 6. Détection d une d infection par les automates hématologiques h : ADVANTAGES Automatisé. En même temps que le comptage différentiel. DESADVANTAGES Quantification Équipement. Sensibilité Spécificit cificité Différentiation des espèces? Pre-Screening pour patients non (peu) suspects 5. Détection D d anticorpsd Détermination possible d anciennes infections guéries (diagnostic rétrospectif). r Utilité dans le cadre des néphropathies malariennes. Utilité dans le cadre de la transfusion sanguine (zone non endémique). Ne détecte d pas les infections très s récentes. r Lent. Nécessite une expertise. Coûteux Négativation en 6 mois à 2 ans Pas pour diagnostic. C. Fourcade, M.J.C. Casbas, H. Belaouni, J.J.D. Gonzales, P.J.J. Garcia, M.A.E. Pepio (2004). Automated detection of malaria by means of the haematology analyser Coulter GEN.STM. Clin.lab.Haem. 26,

3 4. PCR (détection d ADN) d Sensible (jusqu à parasites/µl) Spécifique. Différentiation des espèces (pas toujours!). Détermination des infections mixtes. Délais pour lancer un «run». Lent. Coûteux. Contaminations. Équipement spécialis cialisé. Personnel spécialis cialisé. non disponible en dehors des heures (Quantification?). Pas pour diagnostic. 4. PCR USAGES (2) Étude de résistance r aux anti-malariques. Identification de nouvelles espèces infectant l homme l ( (P. knowlesi,...). Patient suspect de malaria avec GE répétées négatives n (ex. parasitémie basse après s un traitement partiel). Confirmation pour des infections mixtes. Confirmation de l espl espèce en cas de doutes microscopiques. 4. Real time PCR (3)? 3. Détection des antigènes nes parasitaires : HRP HRP-2 [Histidine Rich Protein-2, glycoprotéine produite et larguée e par les tes et les jeunes (pas si matures) gamétocytes de P. falciparum]. HRP-2 2 /aldolase/ (combinaison) [Aldolase Aldolase ou panmalarial antigens (PMA), présents dans les 4 espèces de plasmodium]. Avantage : idem + rapide. Inconvénients nients : idem + coûts ts pldh (combinaison) (combinaison) [Parasite Lactate DeHydrogenase produite par les formes sexuées es et asexuées es des parasites du paludisme. Distinction entre les iso-enzymes de pldh de P. falciparum et non falciparum]. HRP2/ pldh (combinaison) Tests Rapides malaria disponibles commercialement (1) (Cette liste n est n basée e sur aucun critère re de qualité des produits. Dernière re mise à jour 12/2005) Plasmodium Producteur Nom du test Sites Web détection ACON Laboratories Malaria P.f. Rapid Test Palutop+4 P.f., P.v., Pan. (HRP2, pldh) ALL DIAG Palutop AmeriTek, Inc. One Step Malaria Test P.f., P.v., Pan. (HRP2, NOW Malaria Binax Aldolase) Now P.f. casette Tests Rapides malaria disponibles commercialement (2) (Cette liste n est n basée e sur aucun critère re de qualité des produits. Dernière re mise à jour 12/2005) Plasmodium Producteur Nom du test Sites Web détection Hexagon Malaria Human GmBH Hexagon malaria Combi P.f., P.v., Pan. (pldh) International Immuno- One-Step Malaria (PF/PV) P.f., Diagnostics Kat-Medical KAT-Quick Malaria test Mega Diagnostics, Inc. MegaKwik Malaria (Pf) Card Test Visitect Malaria Omega Diagnostics Ltd. Visitec Malaria Combo Bio-Quant, Inc BQ023-A One Step Malaria Test Orchid Biomedical Systems Paracheck Pf Cellabs Pty. Ltd Core Diagnostics Ltd. Cortez Diagnostics, Inc. Cypress diagnostics DiaMed SA Flow Inc. Rapimal dipstick Rapimal cassette Malaria travellers kit CORE Malaria (Pf, Pf/Pv, Pan Pf) CORE Malaria (Pf) OneStep RapiCard InstaTest OneStep Malaria RapiDip instatest Malaria Quick Test Malaria Total Quick Test OptiMAL Rapid Malaria Test OptiMAL Rapid Malaria Test P.f., P.v., Pan. P.f., P.v., Pan. (pldh) P.f., P.v., Pan. (pldh) Plaza Diagnostics Premier Medical Corporation Princeton BioMeditech Corporation R & R Marketing SPAN Diagnostics Ltd. Standard Diagnostics Inc. Plaza Smart Chek Malaria Ag Tests First Response Malaria P.f / P.v Antigen Strips BioSign Malaria ICT Malaria test Cassette format ICT Malaria test Strip format ICT Malaria test Cassette format ParaHIT f SD Bioline Malaria Antigen SD Bioline Malaria Antigen POCT P.f., P.f., P.f., P.f., Genix Technology Malaria (P. fal.) Ag Trinity Biotech Rapid Uni-Gold Malaria (Pf.) Genelabls Diagnostics Ltd. ASSURE Malaria P.f. Rapid Test Vencor International Inc. DxStrip Malaria Combo Global emed, LLC Smartcheck Malaria F Malarai Combo Rapid Strip Smart Strip Malaria Test Zephyr Biomedical Systems Parascreen FalciVax ParaMax 3 / Para bank P.f., Pan. (HRP2, pldh) P.f., P.v. (HRP2, pldh) P.f., P.v., Pan. (HRP2, pldh) 3

4 Tests rapides : procédure généraleg HRP-2 Exemple : Parasight F SENSIBILITE : 96 % parasitémie > 100 P.f. / µl 80 % parasitémie P.f. / µl < 60 % parasitémie < 10 P.f. / µl SPECIFICITE : De l ordre l de 95 % Rapide (< 15 minutes). Pas d expertise d nécessaire. n Pas d éd équipement nécessaire. n Sang total Détection possible même en cas de séquestration s des parasites ( (P. falciparum). PRIX (Europe 2005) : Parasight F 4.5 ICT F 4 Ultimed 2.8 Paracheck 1.5 HRP-2 (2) Pas de quantification. Sensibilité Détecte uniquement P. falciparum. Persistance des antigènes nes après traitement (entre 3 et 35 jours). [68 à 7 jours, 27 % à 28 jours] Faux négatifs n avec hautes parasitémies possibles (prozone Dilution? ). Faux négatifs n si délétion d ou expression hétérogh rogène du gène g HRP-2, 2, Faux positifs avec facteur rhumatoïde, syndromes inflammatoires, hépatites h virales, Exemple : Now ICT HRP-2 / Aldolase SENSIBILITE : De l ordre l de 95 % (P.f.) 96 % (parasitémie > 5000 P.v./µl) 100 % (parasitémie entre 1000 et 5000 P.v./µl) 71 % (parasitémie entre 500 et 1000 P.v./µl) 70 % (parasitémie entre 100 et 500 P.v./µl) 33 % (parasitémie < 100 P.v./µl) De l ordre l de 60 % (autres espèces) SPECIFICITE : De l ordre l de 89 % (P.f.) De l ordre l de 95 % (autres ) HRP-2 / Aldolase (2) Rapide (< 15 minutes). Pas d expertise d nécessaire. n Pas d éd équipement nécessairen cessaire. Sang total. Détection possible même en cas de séquestration des parasites (P. falciparum). Pseudo différentiation des PRIX (Europe 2005) : ICT Now 5 Pas de quantification. Sensibilité + Faible sensibilité pour P.vivax. (et P. ovale et P. malariae). Coût. Persistance des antigènes nes HRP-2 2 après traitement (entre 3 et 35 jours), idem pour l aldolasel Faux négatifs n avec hautes parasitémies possibles (prozone( prozone). Faux négatifs n si délétion d ou expression hétérogène du gène g HRP-2, 2, Faux positifs avec facteur rhumatoïde, etc. Différentiation limitée e des Infections mixtes peu identifiables. Exemple : Optimal pldh SENSIBILITE : % (P.f.) De l ordre l de 94 % (P.v.) (61 %?) Plus basse pour autres espèces SPECIFICITE : % (P.f.) De l ordre l de 97 % (P.v.) Plus basse pour autres espèces 4

5 Rapide (< 15 minutes). Pas d expertise d nécessaire. n Pas d éd équipement nécessaire. n Sang total. Pseudo différentiation des Détection possible même en cas de séquestration s des parasites (P. falciparum). Persistance courte après traitement (5-10 jours). PRIX (Europe 2005) : Optimal : 2.1 pldh (2) Pas de quantification. Sensibilité + Faible sensibilité pour P. ovale et P. malariae. Infections mixtes non identifiables. Faux négatifs n avec hautes parasitémies possibles (prozone). Faux positifs avec facteur rhumatoïde (moins que pour HRP- 2), etc. mies non actives (gamétocytes de P. falciparum) donnent un test positif. Différentiation limitée e des Exemple : Palutop+4 HRP-2 2 / pldh SENSIBILITE : % (P.f.) De l ordre l de 95 % (P.v.) Plus basse pour autres espèces SPECIFICITE : % (P.f.) De l ordre l de 96 % (P.v.) Plus basse pour autres espèces HRP-2 2 / pldh (2) 2. Détection des parasites (microscopie). Rapide (< 15 minutes). Pas d expertise d nécessaire. n Pas d éd équipement nécessaire. n Sang total. Pseudo différentiation des Infections mixtes (peu) identifiables. Détection possible même en cas de séquestration s des parasites (P. falciparum). Persistance courte après traitement pldh (5-10 jours). PRIX (Europe 2005) : Palutop+4 : 8 Pas de quantification. Sensibilité + Faible sensibilité pour P. ovale et P. malariae. Faux négatifs n avec hautes parasitémies possibles (prozone). Faux positifs avec facteur rhumatoïde Persistance des antigènes nes HRP-2 après s traitement (entre 3 et 35 jours). mies non actives (gamétocytes de P. falciparum) donnent un test positif. Différentiation limitée e des espèces (aucune distinction P.o et P.v.). QBC. Coloration de Giemsa sur GE ou frottis sanguins (ph 8; Giemsa 3,5 %; 20 min.) GE : GE si + FROTTIS FROTTIS GIEMSA (hémolyse et coloration) Éosine (acide) colore les éléments basiques. Bleu de méthylm thylène (basique) colore les éléments acides. Azur (basique) colore les éléments acides. Mise en évidence des parasites. Quantification (parasitémie/ mie/µl l de sang). Pré différentiation des Différentiation des Quantification (% GR parasités). s). Dilution extemporanée e du colorant. Influence du ph. 5

6 GE et Frottis coloré colorés au Giemsa Équipement et ré réactifs simples. Sensible : < parasites/µ parasites/µl (100 CONCLUSIONS parasites/µ parasites/µl?). Diffé Différentiation des espè Quantification. Diffé Différentiation de parasité parasitémies actives (asexué (asexuées)/ non actives (sexué (sexuées). Détermination des infections mixtes. Microscope né nécessaire. > 60 minutes avant un ré résultat. Nécessite une expertise. (Subjectif). Coû Coûteuse en personnel. Nuits et WeekWeek-end? GE et frottis restent le standard d d or. Associé Associé avec une (ou des) recherche(s) d antigè antigènes parasitaires.! Un test rapide né négatif ne confirme rien! PRIX : Golden standard 0,12 0,40 $ + dé détection et identification UTILISATION SUR LE TERRAIN : GE ou test rapide? possible des microfilaires, de la trypanosomiase et des fiè fièvres récurrentes. P. falciparum P. vivax (caracté (caractéristiques en frottis sanguin) Hématies parasité parasitées normales. Normalement pas de schizontes dans le sang pé périphé riphérique, excepté excepté en cas d'infection grave. (caracté (caractéristiques en frottis sanguin) Hématies parasité parasitées agrandies et dé déformé formées. Tous les stades évolutifs sont possibles. Trophozoï Trophozoïtes fins, en forme de Forme amiboï amiboïde typique Gamé Gamétocytes en forme de bananes; bagues; formes accolé accolées; image uniforme, polyparasitisme. polyparasitisme. une dizaine de jours aprè après l'invasion initiale des hé hématies. Taches de Maurer possible (ph=8). Fortes parasité parasitémies possibles pouvant atteindre plus de 5 %. P. ovale P. malariae (caracté (caractéristiques en frottis sanguin) Hématies parasité parasitées variables en volume; déformé formées. Tous les stades évolutifs sont possibles. Parasites moyennement compacts. Schizontes mû mûrs à 8 noyaux en moyenne, n'occupant pas toute l'hé l'hématie. Granulations de Schü Schüffner évidentes. mie n'excé n'excédant pas 0,5 %. pour les trophozoï âgé âgés. Schizontes mû mûrs à 16 noyaux ou plus. Granulations de Schü Schüffner fines, mais absentes chez les formes jeunes. mie n'excé n'excédant pas 1%. (caracté (caractéristiques en frottis sanguin) Hématies parasité parasitées normales ou réduites. Tous les stades évolutifs sont possibles. Forme en bande typique pour les trophozoï (rare). Schizontes mû mûrs à 6-12 noyaux, situé situées à la pé périphé riphérie du parasite avec pigment rassemblé rassemblé au centre. Les parasites sont petits, compacts, foncé foncés Pigment pré précoce. mie n'excé n'excédant jamais 0,5 %. 6

7 GE né négative GE positive, P. falciparum trophozoï ++++ Frottis sanguin né négatif Frottis sanguin positif, P. falciparum trophozoï GE positive, P. falciparum trophozoï + GE positive, P. vivax trophozoï Frottis sanguin positif, P. falciparum gamé gamétocyte Frottis sanguin positif, P. vivax, 1 gamé gamétocyte et 2 trophozoï QUANTIFICATION EN GE Négative si aucun parasite n n est retrouvé retrouvé GE positive, P. ovale trophozoï Frottis sanguin positif, P. ovale trophozoï trophozoïte dans 100 champs microscopiques (objectif 50 x ou 100 x) Comptage des formes asexué asexuées rencontré rencontrées par +/+/- 200 leucocytes (gamé (gamétocytes compté comptés sé séparé parément) Nombre de parasites asexués comptés x Numération leucocytaire = Nombre de Parasites/µl de sang Nombre de leucocytes comptés GE positive, P. malariae schizontes Frottis sanguin positif, P. malariae trophozoï trophozoïte en bande QUANTIFICATION EN GE 1-9 parasites asexué asexués / 100 champs = parasites asexué asexués / 10 champs = parasites asexué champs = +++ asexués / 1 >10 parasites asexué asexués / 1 champs = ++++ QUANTIFICATION EN FROTTIS Comptage du nombre de globules rouges parasité parasités par des formes asexué asexuées du parasite sur au moins 25 champs microscopiques à l objectif 100 x (50 x). Dé Détermination pré rythrocytes préliminaire du nombre moyen d é d érythrocytes pré présents par champs microscopique 100 x (ou 50 x) Nombre d érythrocytes infectés x 100 = % d hématies parasitées Nombre d érythrocytes observés 7

8 Sur le terrain : GE : Coû Coût - (salaires locaux) Quantification Diffé Différentiation espè espèces mies actives / inactives Peu de chance de rater les parasité parasitémies +++ (sauf séquestration [rare]) : Expertise +++ moins décentralisable Nuits et soiré soirées? Supervision +++ QC+++ Tests rapides : Expertise + plus facilement décentralisable 24h/24h Supervision + QC +++ : Coû Coûts + (importation $) Certaines espè espèces peu diagnostiqué diagnostiquées Persistance de la positivité après tt. positivité aprè mies +++ donnent des FN Sensibilité Sensibilité faible pour parasité parasitémie basse (zone non endé endémiques) Variations de qualité qualité dans les lots Anomalies biologiques évocatrices d une malaria Thrombopé Thrombopénie, Ané Anémie, Bilirubine élevé levée surtout indirecte, LDH élevé levées, Haptoglobine basse. 8

Performance des tests de diagnostic rapide du paludisme. Bilan des résultats d évaluation des produits par l OMS : Séries 1-3 (2008-2011)

Performance des tests de diagnostic rapide du paludisme. Bilan des résultats d évaluation des produits par l OMS : Séries 1-3 (2008-2011) Performance des tests de diagnostic rapide du paludisme Bilan des résultats d évaluation des produits par l OMS : Séries 1-3 (2008-2011) Performance des tests de diagnostic rapide du paludisme Bilan des

Plus en détail

Mise au point. Test rapide de diagnostic du paludisme : une curieuse discordance.

Mise au point. Test rapide de diagnostic du paludisme : une curieuse discordance. Mise au point Test rapide de diagnostic du paludisme : une curieuse discordance. J. Maslin a, T. Coton b, C. Martinaud a, D. Lignac c, L. Journaux d, F. Grassin e, B. Chagneau f. a Fédération des Laboratoires,

Plus en détail

Table des matières PARTIE THEORIQUE... 2 II.1 Dans le monde II.2 Au Maroc

Table des matières PARTIE THEORIQUE... 2 II.1 Dans le monde II.2 Au Maroc Table des matières PARTIE THEORIQUE... 2 I. INTRODUCTION... 3 II. EPIDEMIOLOGIE... 5 II.1 Dans le monde... 5 II.2 Au Maroc... 6 III. DIAGNOSTIC MORPHOLOGIQUE DES PARASITES... 12 IV. DONNEES DIAGNOSTIQUES

Plus en détail

Le traitement du paludisme d importation de l enfant est une urgence

Le traitement du paludisme d importation de l enfant est une urgence Le traitement du paludisme d importation de l enfant est une urgence Dominique GENDREL Necker-Enfants Malades Traiter en urgence en présence de trophozoïtes Plus de 80% des paludismes d importation en

Plus en détail

Paludisme et voyages. Pr Thierry Debord

Paludisme et voyages. Pr Thierry Debord Paludisme et voyages Pr Thierry Debord Priorité pour la santé mondiale Le paludisme sévit dans 99 pays. Plus de 3 milliards de personnes risquent de contracter la maladie. Par rapport à l année 2000 :

Plus en détail

Apport de la biologie moléculaire au diagnostic des parasitoses

Apport de la biologie moléculaire au diagnostic des parasitoses Apport de la biologie moléculaire au diagnostic des parasitoses M-H H BESSIERES,, S. CASSAING, A. BERRY, R. FABRE, J-F.. MAGNAVAL Service de Parasitologie-Mycologie Diagnostic biologique d une d parasitose

Plus en détail

Planches pour le Diagnostic microscopique du paludisme

Planches pour le Diagnostic microscopique du paludisme République Démocratique du Congo Ministère de la Santé Programme National de Lutte Contre le Paludisme Planches pour le Diagnostic microscopique du paludisme Ces planches visent à améliorer le diagnostic

Plus en détail

Diagnostic des Hépatites virales B et C. P. Trimoulet Laboratoire de Virologie, CHU de Bordeaux

Diagnostic des Hépatites virales B et C. P. Trimoulet Laboratoire de Virologie, CHU de Bordeaux Diagnostic des Hépatites virales B et C P. Trimoulet Laboratoire de Virologie, CHU de Bordeaux Diagnostic VHC Dépistage: pourquoi? Maladie fréquente (Ac anti VHC chez 0,84% de la population soit 367 055

Plus en détail

Diagnostic du paludisme : apports des tests de détection antigénique sur bandelette

Diagnostic du paludisme : apports des tests de détection antigénique sur bandelette Diagnostic du paludisme : apports des tests de détection antigénique sur bandelette! A. Paugam* RÉSUMÉ. Depuis quelques années, de nouveaux tests diagnostiques du paludisme sont disponibles. Ils reposent

Plus en détail

UMVF - Université Médicale Virtuelle Francophone. Paludisme. Association Française des Enseignants de Parasitologie et Mycologie (ANOFEL)

UMVF - Université Médicale Virtuelle Francophone. Paludisme. Association Française des Enseignants de Parasitologie et Mycologie (ANOFEL) Paludisme Association Française des Enseignants de Parasitologie et Mycologie (ANOFEL) 2014 1 Table des matières Introduction... 4 1. Agent pathogène... 4 2. Vecteur... 6 3. Cycle... 6 3.1. Chez l'homme...

Plus en détail

Synthèse sur la résistance aux antipaludiques

Synthèse sur la résistance aux antipaludiques Synthèse sur la résistance aux antipaludiques Dr P. Ringwald Global Malaria Programme 1 Résistance aux médicaments antipaludiques Aptitude d une souche de parasite du paludisme à survivre ou à se reproduire

Plus en détail

ABX Pentra DX120. Analyseur d hématologie. 45 paramètres Etaleur-colorateur intégré Système expert de validation

ABX Pentra DX120. Analyseur d hématologie. 45 paramètres Etaleur-colorateur intégré Système expert de validation ABX Pentra DX120 Analyseur d hématologie 45 paramètres Etaleur-colorateur intégré Système expert de validation ABX Pentra DX 120 Au cœur de l hématopoïèse Plate-forme complète de cytologie 120 échantillons

Plus en détail

Approches immunologiques potentielles du traitement du paludisme humain

Approches immunologiques potentielles du traitement du paludisme humain Approches immunologiques potentielles du traitement du paludisme humain Claudio Daniel RIBEIRO A l'heure actuelle les différentes possibilités thérapeutiques proposées pour le traitement du paludisme rencontrent

Plus en détail

L anémie hémolytique auto-immune

L anémie hémolytique auto-immune L anémie hémolytique auto-immune La maladie Le diagnostic Les aspects génétiques Le traitement, la prise en charge, la prévention Vivre avec En savoir plus Madame, Monsieur, Cette fiche est destinée à

Plus en détail

HEPATITES VIRALES 22/09/09. Infectieux. Mme Daumas

HEPATITES VIRALES 22/09/09. Infectieux. Mme Daumas HEPATITES VIRALES 22/09/09 Mme Daumas Infectieux Introduction I. Hépatite aigu II. Hépatite chronique III. Les différents types d hépatites A. Hépatite A 1. Prévention de la transmission 2. Vaccination

Plus en détail

La lutte contre la tuberculose est régie par l arrêté royal du 17 octobre 2002.

La lutte contre la tuberculose est régie par l arrêté royal du 17 octobre 2002. Le diagnostic de la tuberculose bovine La lutte contre la tuberculose est régie par l arrêté royal du 17 octobre 2002. 1. Tuberculination Dans la première phase d une infection de tuberculose bovine (Mycobacterium

Plus en détail

Paludisme Actualités 2015 Professeur Pierre Aubry. Mise à jour le 11/01/2015

Paludisme Actualités 2015 Professeur Pierre Aubry. Mise à jour le 11/01/2015 Paludisme Actualités 2015 Professeur Pierre Aubry. Mise à jour le 11/01/2015 1. Introduction : vers l'élimination du paludisme? En 2001, les dirigeants du monde entier ont adopté les Objectifs du Millénaire

Plus en détail

Test direct à l Antiglobuline (TDA ou Coombs direct)

Test direct à l Antiglobuline (TDA ou Coombs direct) Test direct à l Antiglobuline (TDA ou Coombs direct) Mise en évidence par le réactif de Coombs polyspécifique d une fixation des anticorps (Igs) ou des fractions du complément (C3d) sur les hématies du

Plus en détail

Sérodiagnostic de la polyarthrite rhumatoïde

Sérodiagnostic de la polyarthrite rhumatoïde 1 ETSL Sérodiagnostic de la polyarthrite rhumatoïde TP 1 GABIN-GAUTHIER 13/11/2009 I. LA MALADIE... 2 II. TECHNIQUES QUALITATIVES... 2 1. PRINCIPE... 2 2. MODE OPERATOIRE... 3 2.1. WRST ou Waaler Rose

Plus en détail

leucémie lymphoïde chronique

leucémie lymphoïde chronique la leucémie lymphoïde chronique S.Taoussi, M.T. Abad Service hématologie, EHS ELCC Blida Ce travail a été réalisé au laboratoire hématologie du CAC Blida avec le soutien du CMNG et du laboratoire de recherche

Plus en détail

LA PRISE EN CHARGE DU PALUDISME GRAVE

LA PRISE EN CHARGE DU PALUDISME GRAVE GUIDE PRATIQUE Troisième édition LA PRISE EN CHARGE DU PALUDISME GRAVE TRAITEMENT DU PALUDISME GRAVE Toutes les formes de paludisme grave chez l adulte et l enfant Artésunate 1 2,4 mg/kg de poids corporel

Plus en détail

Paludisme 2005. Recommandations nationales Laos, Vietnam, Cambodge

Paludisme 2005. Recommandations nationales Laos, Vietnam, Cambodge Paludisme 2005 Recommandations nationales Laos, Vietnam, Cambodge NH.Tuan IFMT Séminaire du paludisme Déc. 2005 1 Laos National Policy for Malaria Diagnosis and Treatment 1. Use Guidelines for diagnosis

Plus en détail

Hémogramme et cytométrie en flux: présentation des principaux graphiques normaux et modifiés chez le chien et le chat

Hémogramme et cytométrie en flux: présentation des principaux graphiques normaux et modifiés chez le chien et le chat Hémogramme et cytométrie en flux: présentation des principaux graphiques normaux et modifiés chez le chien et le chat Alexandra Briend-Marchal Laboratoire Vebiotel France Introduction La cytométrie en

Plus en détail

Dosages à réactifs marqués

Dosages à réactifs marqués Dosages à réactifs marqués Principe = réaction Ag-Ac un des deux réactifs (Ag ou Ac) est marqué par un traceur Différentes méthodes selon que le traceur est radioactif (RIA), enzymatique (EIA) ou luminescent

Plus en détail

Leucémie. Causes, Facteurs de risques

Leucémie. Causes, Facteurs de risques Leucémie La leucémie ou cancer du sang ou leucose aiguë des organes hématopoïétiques(sang, rate, ganglions, moelle osseuse) est un type de cancer qui entraîne la fabrication par l organisme d un trop grand

Plus en détail

Les tests diagnostiques rapides du paludisme (TDR)

Les tests diagnostiques rapides du paludisme (TDR) Comment utiliser Les tests diagnostiques rapides du paludisme (TDR) MALARIA Rapid Diagnostic Test for P. falciparum malaria Device Pf Un guide pour la formation au niveau du village et du district Modifié

Plus en détail

THÈSE DOCTORAT DE L UNIVERSITÉ BORDEAUX 2

THÈSE DOCTORAT DE L UNIVERSITÉ BORDEAUX 2 Université Victor Segalen Bordeaux 2 Année 2010 Thèse n THÈSE pour le DOCTORAT DE L UNIVERSITÉ BORDEAUX 2 Mention : Sciences,Technologie, Santé Option : Epidémiologie et Santé Publique Présentée et soutenue

Plus en détail

Le parasitisme chez les arthropodes

Le parasitisme chez les arthropodes Le parasitisme chez les arthropodes Photo : Warren Rosenberg NOWAK Julien La puce du chat Ctenocephalides 1 felis SOMM AIRE I. Introduction... 5 A. Définition... 5 B. Le parasitisme, une forme spéciale

Plus en détail

L immunoenzymologie. Technique puissante couramment utilisée e en recherche et en diagnostic cificité des anticorps pour leurs nes

L immunoenzymologie. Technique puissante couramment utilisée e en recherche et en diagnostic cificité des anticorps pour leurs nes L immunoenzymologie Technique puissante couramment utilisée e en recherche et en diagnostic Basée e sur la très s grande spécificit cificité des anticorps pour leurs antigènes nes Test qualitatif Détection

Plus en détail

3. METHODES ALTERNATIVES

3. METHODES ALTERNATIVES POURQUOI? Inconvénients des méthodes classiques Besoins: Rapidité Précision Faible coût Spécificité Principe des méthodes alternatives: pas de mise en culture LES ACTIVITES ENZYMATIQUES PHOSPHATASES 4-paranitrophényl

Plus en détail

La vaccination, une bonne protection

La vaccination, une bonne protection Vaccin contre l hépatite A et l hépatite B La personne qui reçoit ce vaccin se protège contre l hépatite A, l hépatite B et leurs complications. L hépatite A et l hépatite B sont des infections du foie

Plus en détail

ACCES UNIVERSEL AUX TESTS DIAGNOSTIQUES DU PALUDISME

ACCES UNIVERSEL AUX TESTS DIAGNOSTIQUES DU PALUDISME ACHIEVING Accès universel aux tests diagnostiques du paludisme Manuel Pratique Programme mondial de lutte antipaludique Organisation Mondiale de la Santé 20 avenue Appia 1211 Genève 27 Suisse http://www.who.int/malaria/en/

Plus en détail

La cytométrie de flux

La cytométrie de flux TD5 La cytométrie de flux Air sous-pression Signal de formation des gouttes Signal de charge des gouttes Cellules en suspension Liquide de Gaine Vibrateur Ultrason Dˇtecteur de Lumi re Arrt du Faisceau

Plus en détail

Formule sanguine et frottis périphérique. Rappels

Formule sanguine et frottis périphérique. Rappels Formule sanguine et frottis périphérique Rappels 1. Formule sanguine (= hémogramme) Actuellement automatisée : Globules rouges: Numération érythrocytaire Détermination de l hématocrite Taux d hémoglobine

Plus en détail

Les tests de diagnos,c rapide : principes, limites et perspec,ves

Les tests de diagnos,c rapide : principes, limites et perspec,ves Les tests de diagnos,c rapide : principes, limites et perspec,ves Colloque «TDR en infec0ologie tropicale» 28 Mai 2014 Société de Pathologie Exo0que Jean Bap0ste Ronat, Microbiologiste, Monique Gueguen,

Plus en détail

Ecole doctorale Sciences de la Nature et de l Homme - Muséum THESE DE DOCTORAT. Discipline : Biologie Moléculaire et Cellulaire des protozoaires

Ecole doctorale Sciences de la Nature et de l Homme - Muséum THESE DE DOCTORAT. Discipline : Biologie Moléculaire et Cellulaire des protozoaires MUSEUM NATIONAL D HISTOIRE NATURELLE Ecole doctorale Sciences de la Nature et de l Homme - Muséum THESE DE DOCTORAT Discipline : Biologie Moléculaire et Cellulaire des protozoaires Laboratoire de Biologie

Plus en détail

Cahier de stage. par. Karine Thivierge

Cahier de stage. par. Karine Thivierge Cahier de stage par Karine Thivierge 2014 Remerciements Outre les personnes qui, de bien des façons, ont prêté leur concours à la parution de ce cahier, nous remercions celles qui nous ont fait part de

Plus en détail

Objectifs pédagogiques :

Objectifs pédagogiques : CHAPITRE 7 : LE COMPETUR D HEMATOLOGIE Objectifs pédagogiques : - Décrire les principes de fonctionnement des automates d hématologie - Décrire les principales parties d un compteur d hématologie - Décrire

Plus en détail

TECHNIQUES DE NUMÉRATION DES LYMPHOCYTES T CD4 INFORMATION TECHNIQUE ORGANISATION MONDIALE DE LA SANTÉ

TECHNIQUES DE NUMÉRATION DES LYMPHOCYTES T CD4 INFORMATION TECHNIQUE ORGANISATION MONDIALE DE LA SANTÉ TECHNIQUES DE NUMÉRATION DES LYMPHOCYTES T CD4 INFORMATION TECHNIQUE ORGANISATION MONDIALE DE LA SANTÉ Organisation mondiale de la Santé 2004 Tous droits réservés. Il est possible de se procurer les publications

Plus en détail

RAPPORT D ACTIVITÉ 1999-2000

RAPPORT D ACTIVITÉ 1999-2000 RAPPORT D ACTIVITÉ 1999-2000 NOTRE MISSION HÉMA-QUÉBEC a pour mission de fournir à la population québécoise des composants, des dérivés et des substituts sanguins sécuritaires, de qualité optimale et en

Plus en détail

L HEMOGRAMME un examen pas cher et qui peut rapporter gros

L HEMOGRAMME un examen pas cher et qui peut rapporter gros L HEMOGRAMME un examen pas cher et qui peut rapporter gros Joël X. CORBERAND Service d Hématologie Biologique Hôpital Rangueil CHU de Toulouse L hémogramme est en tête des demandes d examens biologiques

Plus en détail

FICHE D INFORMATION AVANT UNE TRANSFUSION

FICHE D INFORMATION AVANT UNE TRANSFUSION FICHE D INFORMATION AVANT UNE TRANSFUSION Madame, Monsieur, Si votre état de santé nécessite une transfusion sanguine, ce document est destiné à vous informer sur les avantages et les risques de la transfusion,

Plus en détail

Erythropoïèse : Cellules souches, morphologie, compartiments, régulation

Erythropoïèse : Cellules souches, morphologie, compartiments, régulation Erythropoïèse : Cellules souches, morphologie, compartiments, régulation Document revu par Christian Binet, novembre 2009 L érythropoïèse est l'ensemble des mécanismes qui concourent à la formation des

Plus en détail

L incompatibilité immunologique érythrocytaire

L incompatibilité immunologique érythrocytaire Fiches techniques des Effets Indésirables Receveurs L incompatibilité immunologique érythrocytaire Qu est ce que l incompatibilité immunologique erythrocytaire et quels en sont les mécanismes physiopathologiques?

Plus en détail

Les dispositifs médicaux de diagnostic in vitro SPLIT 06/11/06

Les dispositifs médicaux de diagnostic in vitro SPLIT 06/11/06 Les dispositifs médicaux de diagnostic in vitro Directive européenne 98/79/CE du 27/10/98 relative aux DMDIV OBJECTIFS Directive dite «Nouvelle approche» - Harmonisation des réglementations nationales

Plus en détail

APPLICATION QMS TACROLIMUS Beckman Coulter AU480 /AU680 /AU5800

APPLICATION QMS TACROLIMUS Beckman Coulter AU480 /AU680 /AU5800 APPLICATION QMS TACROLIMUS Beckman Coulter AU480 /AU680 /AU5800 Réactif Beckman Coulter REF A53727 Le dosage immunologique QMS Tacrolimus est destiné à déterminer la quantité de tacrolimus dans le sang

Plus en détail

Rôle de l apoptose dans la transmission de Plasmodium falciparum

Rôle de l apoptose dans la transmission de Plasmodium falciparum Rôle de l apoptose dans la transmission de Plasmodium falciparum Abdoul Habib Beavogui To cite this version: Abdoul Habib Beavogui. Rôle de l apoptose dans la transmission de Plasmodium falciparum. Agricultural

Plus en détail

Objectif 3 : Confinement et certification

Objectif 3 : Confinement et certification Objectif 3 : Confinement et certification CONFINEMENT ET CERTIFICATION Principaux objectifs Indicateurs de réalisation Principales activités Certifier l éradication et le confinement de tous les poliovirus

Plus en détail

L hépatite C pas compliqué! Véronique Lussier, M.D., F.R.C.P.C. Gastroentérologue Hôpital Honoré-Mercier 16 avril 2015

L hépatite C pas compliqué! Véronique Lussier, M.D., F.R.C.P.C. Gastroentérologue Hôpital Honoré-Mercier 16 avril 2015 L hépatite C pas compliqué! Véronique Lussier, M.D., F.R.C.P.C. Gastroentérologue Hôpital Honoré-Mercier 16 avril 2015 Objectifs de la présentation Décrire l évolution clinique et la prise en charge d

Plus en détail

Fiche : CARACTERISATION CYTOGENETIQUE ET MOLECULAIRE DES LEUCEMIES PROLYMPHOCYTAIRES B. Coordonnateurs : F Nguyen Khac, E Chapiro

Fiche : CARACTERISATION CYTOGENETIQUE ET MOLECULAIRE DES LEUCEMIES PROLYMPHOCYTAIRES B. Coordonnateurs : F Nguyen Khac, E Chapiro 1 Fiche : CARACTERISATION CYTOGENETIQUE ET MOLECULAIRE DES LEUCEMIES PROLYMPHOCYTAIRES B Coordonnateurs : F Nguyen Khac, E Chapiro CONTEXTE La leucémie prolymphocytaire B (LPL B) est une pathologie rare,

Plus en détail

Sommaire de la séquence 8

Sommaire de la séquence 8 Sommaire de la séquence 8 Nous avons découvert dans la séquence 7 que les micro-organismes sont présents partout dans notre environnement et qu à la faveur d une lésion, ils sont capables de franchir nos

Plus en détail

Rapport annuel d activités. Centre de national de référence du Paludisme. Année d exercice 2012

Rapport annuel d activités. Centre de national de référence du Paludisme. Année d exercice 2012 Rapport annuel d activités 2013 Centre de national de référence du Paludisme Année d exercice 2012 Table des matières 1. RESUME ANALYTIQUE DES ACTIVITES 2012... 9 2. MISSIONS ET ORGANISATION DU CNR...

Plus en détail

Tuberculose bovine. Situation actuelle

Tuberculose bovine. Situation actuelle Tuberculose bovine Situation actuelle 21 mai 2013 Dr G. Peduto Vétérinaire cantonal Service de la consommation et des affaires vétérinaires 1 Tuberculose bovine La Suisse est indemne depuis 1959 Dernier

Plus en détail

Université Bordeaux Segalen - PACES 2012-2013 ED UE9s Avril 2013

Université Bordeaux Segalen - PACES 2012-2013 ED UE9s Avril 2013 Sélectionner les propositions exactes Université Bordeaux Segalen - PACES 2012-2013 ED UE9s Avril 2013 QCM 1 La plupart des techniques de biologie moléculaire repose sur le principe de complémentarité

Plus en détail

Leucémies de l enfant et de l adolescent

Leucémies de l enfant et de l adolescent Janvier 2014 Fiche tumeur Prise en charge des adolescents et jeunes adultes Leucémies de l enfant et de l adolescent GENERALITES COMMENT DIAGNOSTIQUE-T-ON UNE LEUCEMIE AIGUË? COMMENT TRAITE-T-ON UNE LEUCEMIE

Plus en détail

Le don de moelle osseuse :

Le don de moelle osseuse : DON DE MOELLE OSSEUSE Le don de moelle osseuse : se décider aujourd hui, s engager pour longtemps LA MOELLE OSSEUSE ET SA GREFFE La moelle osseuse C est le tissu mou dans le centre du corps des os qui

Plus en détail

Test d immunofluorescence (IF)

Test d immunofluorescence (IF) Test d immunofluorescence (IF) 1.1 Prélèvement du cerveau et échantillonnage Avant toute manipulation, il est fondamental de s assurer que tout le personnel en contact avec un échantillon suspect soit

Plus en détail

FORMULE SANGUINE (1) ERYTHROPOÏESE PHOTOMETRE CHAMBRE SEDIMENTATION ANEMIE Hb < 120 g./l. Hb < 135 g./l. RETICULOCYTES 50 120.10 9 /L (G/L) REGENERATIVE RETICULOCYTES > 120 G/L HYPOREGENERATIVE RETICULOCYTES

Plus en détail

Annales du Contrôle National de Qualité des Analyses de Biologie Médicale

Annales du Contrôle National de Qualité des Analyses de Biologie Médicale Annales du Contrôle National de Qualité des Analyses de Biologie Médicale ARN du virus de l hépatite C : ARN-VHC ARN-VHC 03VHC1 Novembre 2003 Edité : mars 2006 Annales ARN-VHC 03VHC1 1 / 8 ARN-VHC 03VHC1

Plus en détail

Intérêt diagnostic du dosage de la CRP et de la leucocyte-estérase dans le liquide articulaire d une prothèse de genou infectée

Intérêt diagnostic du dosage de la CRP et de la leucocyte-estérase dans le liquide articulaire d une prothèse de genou infectée Intérêt diagnostic du dosage de la CRP et de la leucocyte-estérase dans le liquide articulaire d une prothèse de genou infectée C. Rondé-Oustau, JY. Jenny,J.Sibilia, J. Gaudias, C. Boéri, M. Antoni Hôpitaux

Plus en détail

BIOPSIE de MOELLE OSSEUSE

BIOPSIE de MOELLE OSSEUSE BIOPSIE de MOELLE OSSEUSE Le prélèvement de moelle osseuse? La moelle osseuse, tissu hématopoïétique situé dans la cavité centrale des os, peut être prélevée de deux façons : -par ponction sternale -par

Plus en détail

Formule totale HÉMATOLOGIE

Formule totale HÉMATOLOGIE Puissance Compacité Fiabilité HÉMATOLOGIE Formule totale www.mslabos.com MELET SCHLOESING Laboratoires 9 chaussée Jules César - Évolic 402 95520 OSNY - FRANCE Tél. : +33 (0)1 30 75 30 00 Fax : +33 (0)1

Plus en détail

ÉPIDEMIOLOGIE DU SIDA ET DE L INFECTION À VIH EN BELGIQUE

ÉPIDEMIOLOGIE DU SIDA ET DE L INFECTION À VIH EN BELGIQUE Service maladies infectieuses dans la population générale ÉPIDEMIOLOGIE DU SIDA ET DE L INFECTION À VIH EN BELGIQUE Situation au 31 décembre ÉPIDEMIOLOGIE DU SIDA ET DE L INFECTION À VIH EN BELGIQUE Ce

Plus en détail

Etablissement Français du Sang

Etablissement Français du Sang Etablissement Français du Sang LE LIEN ENTRE LA GÉNÉROSITÉ DES DONNEURS DE SANG ET LES BESOINS DES MALADES Document de préparation à l entretien médical préalable au don de sang Partie médicale La sécurité

Plus en détail

LIGNES DIRECTRICES CLINIQUES TOUT AU LONG DU CONTINUUM DE SOINS : Objectif de ce chapitre. 6.1 Introduction 86

LIGNES DIRECTRICES CLINIQUES TOUT AU LONG DU CONTINUUM DE SOINS : Objectif de ce chapitre. 6.1 Introduction 86 LIGNES DIRECTRICES CLINIQUES TOUT AU LONG DU CONTINUUM DE SOINS : ÉTABLISSEMENT DE LIENS ENTRE LES PERSONNES CHEZ QUI UN DIAGNOSTIC D INFECTION À VIH A ÉTÉ POSÉ ET LES SERVICES DE SOINS ET DE TRAITEMENT

Plus en détail

Hépatite C une maladie silencieuse..

Hépatite C une maladie silencieuse.. Hépatite C une maladie silencieuse.. F. Bally Centre de Maladies Infectieuses et Epidémiologie Institut Central des Hôpitaux Valaisans Histoire Années 70 Hépatite non-a-non-b = hépatite post-transfusionelle

Plus en détail

PARCOURS : BIOLOGIE, GENETIQUE, IMMUNOLOGIE, MICROBIOLOGIE ENSEIGNEMENT (SEMESTRE 1)

PARCOURS : BIOLOGIE, GENETIQUE, IMMUNOLOGIE, MICROBIOLOGIE ENSEIGNEMENT (SEMESTRE 1) PARCOURS : BIOLOGIE, GENETIQUE, IMMUNOLOGIE, MICROBIOLOGIE ENSEIGNEMENT (SEMESTRE 1) Apport de la Biologie Cellulaire et Moléculaire aux innovations médicales (bases et prérequis de biologie cellulaire

Plus en détail

XT-4000i MC Analyseur Hématologique Automatisé. Différencier du XT-4000i

XT-4000i MC Analyseur Hématologique Automatisé. Différencier du XT-4000i XT-4000i MC Analyseur Hématologique Automatisé Différencier du XT-4000i Des Solutions Technologiques de Pointes pour Répondre aux Besoins de Votre Laboratoire Malgré ces défis, le besoin de réaliser des

Plus en détail

Transfusions sanguines, greffes et transplantations

Transfusions sanguines, greffes et transplantations Transfusions sanguines, greffes et transplantations Chiffres clés en 2008 La greffe d organes est pratiquée depuis plus de 50 ans. 4 620 malades ont été greffés. 1 563 personnes ont été prélevées. 222

Plus en détail

Diagnostic de la rage en laboratoire. Christine Fehlner-Gardiner, Ph.D. Chercheuse scientifique, Centre d expertise de la rage - ACIA

Diagnostic de la rage en laboratoire. Christine Fehlner-Gardiner, Ph.D. Chercheuse scientifique, Centre d expertise de la rage - ACIA Diagnostic de la rage en laboratoire Christine Fehlner-Gardiner, Ph.D. Chercheuse scientifique, Centre d expertise de la rage - ACIA Structure de gouvernance - ACIA L ACIA relève du ministre de l Agriculture,

Plus en détail

Hépatite B. Le virus Structure et caractéristiques 07/02/2013

Hépatite B. Le virus Structure et caractéristiques 07/02/2013 Hépatite B Le virus Structure et caractéristiques o o o Famille des Hepadnaviridae Genre orthohepadnavirus Enveloppé, capside icosaédrique, 42 nm 1 Le virus Structure et caractéristiques En microscopie

Plus en détail

Infestation par Dipylidium caninum,

Infestation par Dipylidium caninum, Fiche technique n 24 Infestation par Dipylidium caninum, le téniasis félin à Dipylidium Parmi tous les vers qui peuvent infester le chat, Dipylidium caninum est un parasite fréquemment rencontré dans le

Plus en détail

www.gbo.com/bioscience 1 Culture Cellulaire Microplaques 2 HTS- 3 Immunologie/ HLA 4 Microbiologie/ Bactériologie Containers 5 Tubes/ 6 Pipetage

www.gbo.com/bioscience 1 Culture Cellulaire Microplaques 2 HTS- 3 Immunologie/ HLA 4 Microbiologie/ Bactériologie Containers 5 Tubes/ 6 Pipetage 2 HTS 3 Immunologie / Immunologie Informations Techniques 3 I 2 ELISA 96 Puits 3 I 4 ELISA 96 Puits en Barrettes 3 I 6 en Barrettes de 8 Puits 3 I 7 en Barrettes de 12 Puits 3 I 8 en Barrettes de 16 Puits

Plus en détail

Le titrage de l AgHBs: un témoin du statut du patient et de la réponse au traitement. Denis Ouzan Institut Arnault Tzanck, Saint-Laurent-du-Var

Le titrage de l AgHBs: un témoin du statut du patient et de la réponse au traitement. Denis Ouzan Institut Arnault Tzanck, Saint-Laurent-du-Var Le titrage de l AgHBs: un témoin du statut du patient et de la réponse au traitement Denis Ouzan Institut Arnault Tzanck, Saint-Laurent-du-Var Objectifs pédagogiques Connaitre les problèmes pratiques posés

Plus en détail

LA PERITONITE INFECTIEUSE FELINE

LA PERITONITE INFECTIEUSE FELINE Marie-Hélène BONNET 8, Avenue de l Amiral Narbonne 111120 Bize Minervois Tél. 04.68.40.61.50 Email : manoirperceval@wanadoo.fr LA PERITONITE INFECTIEUSE FELINE A lire très attentivement, et à faire lire

Plus en détail

Améliorer l accès au diagnostic et au traitement du paludisme et intensifier la surveillance épidémiologique

Améliorer l accès au diagnostic et au traitement du paludisme et intensifier la surveillance épidémiologique Améliorer l accès au diagnostic et au traitement du paludisme et intensifier la surveillance épidémiologique Organisation mondiale de la Santé 2012 Tous droits réservés. Les publications de l Organisation

Plus en détail

Diagnostic prénatal non invasif : Du GénotypageRhésus Fœtal au Diagnostic de la Trisomie 21

Diagnostic prénatal non invasif : Du GénotypageRhésus Fœtal au Diagnostic de la Trisomie 21 Diagnostic prénatal non invasif : Du GénotypageRhésus Fœtal au Diagnostic de la Trisomie 21 Dr. A. Levy-Mozziconacci UniteFonctionnelle de Biologie Materno-Fœtale et Centre de Médecine Fœtale, APHM, AMU,

Plus en détail

ATTESTATION D ACCREDITATION. N 8-3358 rév. 1

ATTESTATION D ACCREDITATION. N 8-3358 rév. 1 Convention N 5350 Section Santé Humaine ATTESTATION D ACCREDITATION ACCREDITATION CERTIFICATE N 8-3358 rév. 1 Le Comité Français d'accréditation (Cofrac) atteste que : The French Committee for Accreditation

Plus en détail

Facile. Efficace. Fiable. Système entièrement automatisé, le kit Leica HER2 FISH System pour BOND TM

Facile. Efficace. Fiable. Système entièrement automatisé, le kit Leica HER2 FISH System pour BOND TM Facile. Efficace. Fiable. Système entièrement automatisé, le kit Leica HER2 FISH System pour BOND TM Contient les sondes PathVysion * FISH fournies par Abbott Molecular Inc. Facile Éliminez la complexité

Plus en détail

Tests rapides de dépistage

Tests rapides de dépistage Tests rapides de dépistage Maladies infectieuses Marqueurs cardiaques Marqueurs de tumeurs Grossesse Rhumatologie Allergies Drogues > Pour un diagnostic rapide et économique > Résultats exacts et fiables

Plus en détail

Apport d un nouveau test Interféron Gamma

Apport d un nouveau test Interféron Gamma Apport d un nouveau test Interféron Gamma Dr D. Bonnet Service de maladies infectieuses Bichat Claude bernard Tuberculose 1/3 population mondiale infectée par BK Primo infection asymptomatique 90% des

Plus en détail

HépatiteC n 7. Hépatite chronique B : onseil. quelques notions pour mieux connaître ma maladie

HépatiteC n 7. Hépatite chronique B : onseil. quelques notions pour mieux connaître ma maladie HépatiteC n 7 onseil Ma maladie Mon traitement Ma vie sociale Hépatite chronique B : quelques notions pour mieux connaître ma maladie Sommaire Après plusieurs prises de sang, mon médecin me confirme que

Plus en détail

Techniques émergentes en microbiologie clinique: conséquences sur l organisation des laboratoires

Techniques émergentes en microbiologie clinique: conséquences sur l organisation des laboratoires Techniques émergentes en microbiologie clinique: conséquences sur l organisation des laboratoires Alain Bonnin, Frédéric Dalle, Coralie L Ollivier - Laboratoire de Parasitologie-Mycologie, CHU de Dijon

Plus en détail

Maxwell 16 Blood DNA Purification System

Maxwell 16 Blood DNA Purification System Manuel Technique Maxwell 16 Blood DNA Purification System Attention, cartouches à manipuler avec précaution, les bords scellés peuvent être tranchants. 2800 Woods Hollow Rd. Madison, WI USA Dispositif

Plus en détail

CONCOURS DE L INTERNAT EN PHARMACIE

CONCOURS DE L INTERNAT EN PHARMACIE Ministère de l enseignement supérieur et de la recherche Ministère de la santé et des sports CONCOURS DE L INTERNAT EN PHARMACIE Valeurs biologiques usuelles Edition de Novembre 2009 (6 pages) Conseil

Plus en détail

Les Maladies Tropicales, la Société de Pathologie Exotique. et l Institut Pasteur

Les Maladies Tropicales, la Société de Pathologie Exotique. et l Institut Pasteur Les Maladies Tropicales, la Société de Pathologie Exotique et l Institut Pasteur Un partenariat qui a bien plus de 100 ans Beaucoup des grands noms de la recherche française sur les maladies tropicales

Plus en détail

Hépatite = inflammation du foie. Pr Bronowicki CHU Nancy - 17.11.2011 Conférence mensuelle - section de Forbach

Hépatite = inflammation du foie. Pr Bronowicki CHU Nancy - 17.11.2011 Conférence mensuelle - section de Forbach Hépatite = inflammation du foie Pr Bronowicki CHU Nancy - 17.11.2011 Conférence mensuelle - section de Forbach 1 Hépatites virales chroniques 2 Histoire naturelle Hépatite aiguë Guérison Hépatite chronique

Plus en détail

Travailler en toute sécurité dans un laboratoire de biologie moléculaire

Travailler en toute sécurité dans un laboratoire de biologie moléculaire VWR Tour 2012! Travailler en toute sécurité dans un laboratoire de biologie moléculaire Christian Siatka Directeur général Consultant qualité règlementations européennes Master BIOTIN Management de la

Plus en détail

Information transmise sous l autorité de l Agence fédérale des médicaments et des produits de santé

Information transmise sous l autorité de l Agence fédérale des médicaments et des produits de santé Les Direct Healthcare Professional Communications (DHPC) sont des courriers envoyés aux professionnels de la santé par les firmes pharmaceutiques, afin de les informer de risques potentiels apparus lors

Plus en détail

TITRE : On est tous séropositif!

TITRE : On est tous séropositif! PRÉPARER UNE «SITUATION COMPLEXE DISCIPLINAIRE», SITUATION D APPRENTISSAGE ET/OU D ÉVALUATION TITRE : On est tous séropositif! classe : 3 ème durée : 30 min I - Choisir des objectifs dans les textes officiels.

Plus en détail

PRISE EN CHARGE DES PRE ECLAMPSIES. Jérôme KOUTSOULIS. IADE DAR CHU Kremlin-Bicêtre. 94 Gérard CORSIA. PH DAR CHU Pitié-Salpétrière.

PRISE EN CHARGE DES PRE ECLAMPSIES. Jérôme KOUTSOULIS. IADE DAR CHU Kremlin-Bicêtre. 94 Gérard CORSIA. PH DAR CHU Pitié-Salpétrière. PRISE EN CHARGE DES PRE ECLAMPSIES Jérôme KOUTSOULIS. IADE DAR CHU Kremlin-Bicêtre. 94 Gérard CORSIA. PH DAR CHU Pitié-Salpétrière. 75 Pas de conflits d intérêts. Définitions Pré éclampsie Définitions

Plus en détail

Les microarrays: technologie pour interroger le génome

Les microarrays: technologie pour interroger le génome Les microarrays: technologie pour interroger le génome Patrick DESCOMBES patrick.descombes@frontiers-in-genetics.org Plate forme génomique NCCR Frontiers in Genetics Université de Genève http://genomics.frontiers-in-genetics.org

Plus en détail

Christian TREPO, MD, PhD

Christian TREPO, MD, PhD PEG INTERFERON MONOTHERAPI E Christian TREPO, MD, PhD Unmet medical needs in chronic HBV infection Inhibition of viral replication Normalisation of ALT Improvement in liver necroinflammation Improvement

Plus en détail

ELISA PeliClass human IgG subclass kit REF M1551

ELISA PeliClass human IgG subclass kit REF M1551 Sanquin Reagents Plesmanlaan 5 0 CX Amsterdam The Netherlands Phone: +.0.5.599 Fax: +.0.5.570 Email: reagents@sanquin.nl Website: www.sanquinreagents.com M55/ November 007 ELISA PeliClass human IgG subclass

Plus en détail

Anticorps anti-hla en transplantation rénale

Anticorps anti-hla en transplantation rénale Anticorps anti-hla en transplantation rénale Caroline Suberbielle Laboratoire d'immuno-histocompatibilité Hôpital St Louis Paris Définitions Patient «naïf» Patient sans événement immunisant Homme ou enfant

Plus en détail

La drépanocytose. Sikkelcelziekte (Frans)

La drépanocytose. Sikkelcelziekte (Frans) La drépanocytose Sikkelcelziekte (Frans) Qu est-ce que la drépanocytose? La drépanocytose est une maladie causée par un changement héréditaire du pigment rouge dans les globules rouges : l hémoglobine.

Plus en détail

Ligne de systèmes HumaCount

Ligne de systèmes HumaCount Ligne de systèmes Automates d hématologie et de comptage CD4 / %CD4 > Fiables > Économiques > A la pointe de la technologie Hématologie Analyseur automatisé d hématologie et cytomètre de flux Analyseurs

Plus en détail

Le test de dépistage qui a été pratiqué à la

Le test de dépistage qui a été pratiqué à la élever CommenT UN enfant ayant une drépanocytose Q Le test de dépistage qui a été pratiqué à la maternité vient de révéler que votre bébé est atteint de drépanocytose. Aujourd hui, votre enfant va bien,

Plus en détail

APPLICATION QMS AMIKACINE Système intégré Ortho Clinical Diagnostics VITROS 5600, systèmes de chimie VITROS 5,1 FS et 4600

APPLICATION QMS AMIKACINE Système intégré Ortho Clinical Diagnostics VITROS 5600, systèmes de chimie VITROS 5,1 FS et 4600 Microgenics Corporation Entreprise de Thermo Fisher Scientific APPLICATION QMS AMIKACINE Système intégré Ortho Clinical Diagnostics VITROS 5600, systèmes de chimie VITROS 5,1 FS et 4600 Réf. 0373910 Destiné

Plus en détail