sporozoïtes Oocystes* Schizontes* ookinètes mérozoites zygotes Développement : Durée de la sporogonie (à 28 C, en jours)

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "sporozoïtes Oocystes* Schizontes* ookinètes mérozoites zygotes Développement : Durée de la sporogonie (à 28 C, en jours)"

Transcription

1 500 Nombre de cas de paludisme diagnostiqué en Belgique LA MALARIA : Nombre de cas Méthodes diagnostiques Année LA MALARIA fr 2006 ver pg 01 Sur base des données fournies par les 121 laboratoires vigies du réseau de surveillance des maladies infectieuses, soit 51 % des laboratoires agrées en 2002 pour la microbiologie. (Ministère des Affaires Sociales, de la Santé Publique et de l'environnement. Institut Scientifique de la Santé Publique-Louis Pasteur EPH / EPI REPORTS, Nr ). Sur base de ces données, on estime le nombre de total de cas à environ 500 par an pour la Belgique. Anophèles Hommes * = multiplication Anophèles Hommes * = multiplication sporozoïtes Repas sanguin sporozoïtes Repas sanguin Oocystes* GLANDES SALIVAIRES HEMOLYMPHE schizontes hépathiques* Oocystes* GLANDES SALIVAIRES HEMOLYMPHE schizontes hépathiques* Schizontes* Schizontes* ookinètes mérozoites GLOBULES ROUGES ookinètes mérozoites GLOBULES ROUGES zygotes ESTOMAC gamétocytes formes en anneaux ou trophozoites zygotes ESTOMAC gamétocytes formes en anneaux ou trophozoites macro & microgamètes Repas sanguin GLOBULES ROUGES macro & microgamètes GLOBULES ROUGES Primaquine Repas sanguin (Artéméther) Fansidar P. falciparum P. malariae P. ovale P. vivax Seuil clinique 1000 Parasites /µl 100 Seuil de patence 10 1 période prépatente Modalités d évolution de la parasitémie incubation Effet Traitement suppressif Traitement radical < 0, schizogonie hépatique inoculation rechute ou réinfection recrudescence de l immunité parasitémies asymptomatiques Temps (en jours) parasitémies subpatentes Développement : Durée de la sporogonie (à 28 C, en jours) Durée de la phase hépatique (en jours) Durée du cycle érythrocytaire (en heures) Périodicité Période pré patente (en jours) Incubation (en jours)[moyenne] Apparition des gamétocytes (en jours) Hypnozoïtes Distribution géographique : Afrique du Nord Afrique occidentale Afrique centrale Afrique orientale Madagascar, Océan Indien Amérique centrale Amérique du Sud Asie du Sud-ouest Inde, Indochine Indonésie Iles du Pacifique fièvre tierce maligne [12] 8-15 non fièvre quarte [10] 5-23 non fièvre tierce bénigne oui Très rare - Malaisie, Philippines fièvre tierce bénigne [14] 5 oui Très rare Très rare 1

2 Répartition des espèces (n= 262) pour les cas de paludisme diagnostiqués 11% 10% en 1998 en Belgique 2% 0% 0% Répartition des espèces (n= 210) pour les cas de paludisme diagnostiqués en 2002 en Belgique 1% 10% 4% 77% 85% P. falciparum P. vivax P. ovale P. malariae P. falciparum + P. ovale P. falciparum + P. malariae P. falciparum P. vivax P. ovale P. malariae Sur base des données fournies par les 121 laboratoires vigies du réseau de surveillance des maladies infectieuses, soit 51 % des laboratoires agrées en 2002 pour la microbiologie (données recorrigées par le laboratoire de référence). Le laboratoire de référence a reçu en échantillons pour confirmation, soit 62,5 % des cas (en décomptant les 123 cas diagnostiqués directement par le laboratoire de référence). Il est à remarquer que les demandes de confirmation sont en baisse constante depuis 5 ans. Cette baisse de 77,0 % des cas en 1998 à 62,5 % des cas en 2002, devrait être liée à l introduction de tests de détection des antigènes de Plasmodium. (Ministère des Affaires Sociales, de la Santé Publique et de l'environnement. Institut Scientifique de la Santé Publique-Louis Pasteur EPH / EPI REPORTS, Nr ). Diagnostic du paludisme : 6. Détection D d une d infection par les automates hématologiquesh 1. [Diagnostic clinique ] 2. Détection des parasites (microscopie). 3. Détection des antigènes nes parasitaires. 4. Détection de matériel génétique g (ADN ou ARN) parasitaire (PCR). 5. Détection d anticorps d dirigés s contre le parasite. 6. Détection d une d infection par les automates hématologiques] Altération du volume cellulaire Pigment malarien (dépolarisation) 6. Détection d une d infection par les automates hématologiques h : ADVANTAGES Automatisé. En même temps que le comptage différentiel. DESADVANTAGES Quantification Équipement. Sensibilité Spécificit cificité Différentiation des espèces? Pre-Screening pour patients non (peu) suspects 5. Détection D d anticorpsd Détermination possible d anciennes infections guéries (diagnostic rétrospectif). r Utilité dans le cadre des néphropathies malariennes. Utilité dans le cadre de la transfusion sanguine (zone non endémique). Ne détecte d pas les infections très s récentes. r Lent. Nécessite une expertise. Coûteux Négativation en 6 mois à 2 ans Pas pour diagnostic. C. Fourcade, M.J.C. Casbas, H. Belaouni, J.J.D. Gonzales, P.J.J. Garcia, M.A.E. Pepio (2004). Automated detection of malaria by means of the haematology analyser Coulter GEN.STM. Clin.lab.Haem. 26,

3 4. PCR (détection d ADN) d Sensible (jusqu à parasites/µl) Spécifique. Différentiation des espèces (pas toujours!). Détermination des infections mixtes. Délais pour lancer un «run». Lent. Coûteux. Contaminations. Équipement spécialis cialisé. Personnel spécialis cialisé. non disponible en dehors des heures (Quantification?). Pas pour diagnostic. 4. PCR USAGES (2) Étude de résistance r aux anti-malariques. Identification de nouvelles espèces infectant l homme l ( (P. knowlesi,...). Patient suspect de malaria avec GE répétées négatives n (ex. parasitémie basse après s un traitement partiel). Confirmation pour des infections mixtes. Confirmation de l espl espèce en cas de doutes microscopiques. 4. Real time PCR (3)? 3. Détection des antigènes nes parasitaires : HRP HRP-2 [Histidine Rich Protein-2, glycoprotéine produite et larguée e par les tes et les jeunes (pas si matures) gamétocytes de P. falciparum]. HRP-2 2 /aldolase/ (combinaison) [Aldolase Aldolase ou panmalarial antigens (PMA), présents dans les 4 espèces de plasmodium]. Avantage : idem + rapide. Inconvénients nients : idem + coûts ts pldh (combinaison) (combinaison) [Parasite Lactate DeHydrogenase produite par les formes sexuées es et asexuées es des parasites du paludisme. Distinction entre les iso-enzymes de pldh de P. falciparum et non falciparum]. HRP2/ pldh (combinaison) Tests Rapides malaria disponibles commercialement (1) (Cette liste n est n basée e sur aucun critère re de qualité des produits. Dernière re mise à jour 12/2005) Plasmodium Producteur Nom du test Sites Web détection ACON Laboratories Malaria P.f. Rapid Test Palutop+4 P.f., P.v., Pan. (HRP2, pldh) ALL DIAG Palutop AmeriTek, Inc. One Step Malaria Test P.f., P.v., Pan. (HRP2, NOW Malaria Binax Aldolase) Now P.f. casette Tests Rapides malaria disponibles commercialement (2) (Cette liste n est n basée e sur aucun critère re de qualité des produits. Dernière re mise à jour 12/2005) Plasmodium Producteur Nom du test Sites Web détection Hexagon Malaria Human GmBH Hexagon malaria Combi P.f., P.v., Pan. (pldh) International Immuno- One-Step Malaria (PF/PV) P.f., Diagnostics Kat-Medical KAT-Quick Malaria test Mega Diagnostics, Inc. MegaKwik Malaria (Pf) Card Test Visitect Malaria Omega Diagnostics Ltd. Visitec Malaria Combo Bio-Quant, Inc BQ023-A One Step Malaria Test Orchid Biomedical Systems Paracheck Pf Cellabs Pty. Ltd Core Diagnostics Ltd. Cortez Diagnostics, Inc. Cypress diagnostics DiaMed SA Flow Inc. Rapimal dipstick Rapimal cassette Malaria travellers kit CORE Malaria (Pf, Pf/Pv, Pan Pf) CORE Malaria (Pf) OneStep RapiCard InstaTest OneStep Malaria RapiDip instatest Malaria Quick Test Malaria Total Quick Test OptiMAL Rapid Malaria Test OptiMAL Rapid Malaria Test P.f., P.v., Pan. P.f., P.v., Pan. (pldh) P.f., P.v., Pan. (pldh) Plaza Diagnostics Premier Medical Corporation Princeton BioMeditech Corporation R & R Marketing SPAN Diagnostics Ltd. Standard Diagnostics Inc. Plaza Smart Chek Malaria Ag Tests First Response Malaria P.f / P.v Antigen Strips BioSign Malaria ICT Malaria test Cassette format ICT Malaria test Strip format ICT Malaria test Cassette format ParaHIT f SD Bioline Malaria Antigen SD Bioline Malaria Antigen POCT P.f., P.f., P.f., P.f., Genix Technology Malaria (P. fal.) Ag Trinity Biotech Rapid Uni-Gold Malaria (Pf.) Genelabls Diagnostics Ltd. ASSURE Malaria P.f. Rapid Test Vencor International Inc. DxStrip Malaria Combo Global emed, LLC Smartcheck Malaria F Malarai Combo Rapid Strip Smart Strip Malaria Test Zephyr Biomedical Systems Parascreen FalciVax ParaMax 3 / Para bank P.f., Pan. (HRP2, pldh) P.f., P.v. (HRP2, pldh) P.f., P.v., Pan. (HRP2, pldh) 3

4 Tests rapides : procédure généraleg HRP-2 Exemple : Parasight F SENSIBILITE : 96 % parasitémie > 100 P.f. / µl 80 % parasitémie P.f. / µl < 60 % parasitémie < 10 P.f. / µl SPECIFICITE : De l ordre l de 95 % Rapide (< 15 minutes). Pas d expertise d nécessaire. n Pas d éd équipement nécessaire. n Sang total Détection possible même en cas de séquestration s des parasites ( (P. falciparum). PRIX (Europe 2005) : Parasight F 4.5 ICT F 4 Ultimed 2.8 Paracheck 1.5 HRP-2 (2) Pas de quantification. Sensibilité Détecte uniquement P. falciparum. Persistance des antigènes nes après traitement (entre 3 et 35 jours). [68 à 7 jours, 27 % à 28 jours] Faux négatifs n avec hautes parasitémies possibles (prozone Dilution? ). Faux négatifs n si délétion d ou expression hétérogh rogène du gène g HRP-2, 2, Faux positifs avec facteur rhumatoïde, syndromes inflammatoires, hépatites h virales, Exemple : Now ICT HRP-2 / Aldolase SENSIBILITE : De l ordre l de 95 % (P.f.) 96 % (parasitémie > 5000 P.v./µl) 100 % (parasitémie entre 1000 et 5000 P.v./µl) 71 % (parasitémie entre 500 et 1000 P.v./µl) 70 % (parasitémie entre 100 et 500 P.v./µl) 33 % (parasitémie < 100 P.v./µl) De l ordre l de 60 % (autres espèces) SPECIFICITE : De l ordre l de 89 % (P.f.) De l ordre l de 95 % (autres ) HRP-2 / Aldolase (2) Rapide (< 15 minutes). Pas d expertise d nécessaire. n Pas d éd équipement nécessairen cessaire. Sang total. Détection possible même en cas de séquestration des parasites (P. falciparum). Pseudo différentiation des PRIX (Europe 2005) : ICT Now 5 Pas de quantification. Sensibilité + Faible sensibilité pour P.vivax. (et P. ovale et P. malariae). Coût. Persistance des antigènes nes HRP-2 2 après traitement (entre 3 et 35 jours), idem pour l aldolasel Faux négatifs n avec hautes parasitémies possibles (prozone( prozone). Faux négatifs n si délétion d ou expression hétérogène du gène g HRP-2, 2, Faux positifs avec facteur rhumatoïde, etc. Différentiation limitée e des Infections mixtes peu identifiables. Exemple : Optimal pldh SENSIBILITE : % (P.f.) De l ordre l de 94 % (P.v.) (61 %?) Plus basse pour autres espèces SPECIFICITE : % (P.f.) De l ordre l de 97 % (P.v.) Plus basse pour autres espèces 4

5 Rapide (< 15 minutes). Pas d expertise d nécessaire. n Pas d éd équipement nécessaire. n Sang total. Pseudo différentiation des Détection possible même en cas de séquestration s des parasites (P. falciparum). Persistance courte après traitement (5-10 jours). PRIX (Europe 2005) : Optimal : 2.1 pldh (2) Pas de quantification. Sensibilité + Faible sensibilité pour P. ovale et P. malariae. Infections mixtes non identifiables. Faux négatifs n avec hautes parasitémies possibles (prozone). Faux positifs avec facteur rhumatoïde (moins que pour HRP- 2), etc. mies non actives (gamétocytes de P. falciparum) donnent un test positif. Différentiation limitée e des Exemple : Palutop+4 HRP-2 2 / pldh SENSIBILITE : % (P.f.) De l ordre l de 95 % (P.v.) Plus basse pour autres espèces SPECIFICITE : % (P.f.) De l ordre l de 96 % (P.v.) Plus basse pour autres espèces HRP-2 2 / pldh (2) 2. Détection des parasites (microscopie). Rapide (< 15 minutes). Pas d expertise d nécessaire. n Pas d éd équipement nécessaire. n Sang total. Pseudo différentiation des Infections mixtes (peu) identifiables. Détection possible même en cas de séquestration s des parasites (P. falciparum). Persistance courte après traitement pldh (5-10 jours). PRIX (Europe 2005) : Palutop+4 : 8 Pas de quantification. Sensibilité + Faible sensibilité pour P. ovale et P. malariae. Faux négatifs n avec hautes parasitémies possibles (prozone). Faux positifs avec facteur rhumatoïde Persistance des antigènes nes HRP-2 après s traitement (entre 3 et 35 jours). mies non actives (gamétocytes de P. falciparum) donnent un test positif. Différentiation limitée e des espèces (aucune distinction P.o et P.v.). QBC. Coloration de Giemsa sur GE ou frottis sanguins (ph 8; Giemsa 3,5 %; 20 min.) GE : GE si + FROTTIS FROTTIS GIEMSA (hémolyse et coloration) Éosine (acide) colore les éléments basiques. Bleu de méthylm thylène (basique) colore les éléments acides. Azur (basique) colore les éléments acides. Mise en évidence des parasites. Quantification (parasitémie/ mie/µl l de sang). Pré différentiation des Différentiation des Quantification (% GR parasités). s). Dilution extemporanée e du colorant. Influence du ph. 5

6 GE et Frottis coloré colorés au Giemsa Équipement et ré réactifs simples. Sensible : < parasites/µ parasites/µl (100 CONCLUSIONS parasites/µ parasites/µl?). Diffé Différentiation des espè Quantification. Diffé Différentiation de parasité parasitémies actives (asexué (asexuées)/ non actives (sexué (sexuées). Détermination des infections mixtes. Microscope né nécessaire. > 60 minutes avant un ré résultat. Nécessite une expertise. (Subjectif). Coû Coûteuse en personnel. Nuits et WeekWeek-end? GE et frottis restent le standard d d or. Associé Associé avec une (ou des) recherche(s) d antigè antigènes parasitaires.! Un test rapide né négatif ne confirme rien! PRIX : Golden standard 0,12 0,40 $ + dé détection et identification UTILISATION SUR LE TERRAIN : GE ou test rapide? possible des microfilaires, de la trypanosomiase et des fiè fièvres récurrentes. P. falciparum P. vivax (caracté (caractéristiques en frottis sanguin) Hématies parasité parasitées normales. Normalement pas de schizontes dans le sang pé périphé riphérique, excepté excepté en cas d'infection grave. (caracté (caractéristiques en frottis sanguin) Hématies parasité parasitées agrandies et dé déformé formées. Tous les stades évolutifs sont possibles. Trophozoï Trophozoïtes fins, en forme de Forme amiboï amiboïde typique Gamé Gamétocytes en forme de bananes; bagues; formes accolé accolées; image uniforme, polyparasitisme. polyparasitisme. une dizaine de jours aprè après l'invasion initiale des hé hématies. Taches de Maurer possible (ph=8). Fortes parasité parasitémies possibles pouvant atteindre plus de 5 %. P. ovale P. malariae (caracté (caractéristiques en frottis sanguin) Hématies parasité parasitées variables en volume; déformé formées. Tous les stades évolutifs sont possibles. Parasites moyennement compacts. Schizontes mû mûrs à 8 noyaux en moyenne, n'occupant pas toute l'hé l'hématie. Granulations de Schü Schüffner évidentes. mie n'excé n'excédant pas 0,5 %. pour les trophozoï âgé âgés. Schizontes mû mûrs à 16 noyaux ou plus. Granulations de Schü Schüffner fines, mais absentes chez les formes jeunes. mie n'excé n'excédant pas 1%. (caracté (caractéristiques en frottis sanguin) Hématies parasité parasitées normales ou réduites. Tous les stades évolutifs sont possibles. Forme en bande typique pour les trophozoï (rare). Schizontes mû mûrs à 6-12 noyaux, situé situées à la pé périphé riphérie du parasite avec pigment rassemblé rassemblé au centre. Les parasites sont petits, compacts, foncé foncés Pigment pré précoce. mie n'excé n'excédant jamais 0,5 %. 6

7 GE né négative GE positive, P. falciparum trophozoï ++++ Frottis sanguin né négatif Frottis sanguin positif, P. falciparum trophozoï GE positive, P. falciparum trophozoï + GE positive, P. vivax trophozoï Frottis sanguin positif, P. falciparum gamé gamétocyte Frottis sanguin positif, P. vivax, 1 gamé gamétocyte et 2 trophozoï QUANTIFICATION EN GE Négative si aucun parasite n n est retrouvé retrouvé GE positive, P. ovale trophozoï Frottis sanguin positif, P. ovale trophozoï trophozoïte dans 100 champs microscopiques (objectif 50 x ou 100 x) Comptage des formes asexué asexuées rencontré rencontrées par +/+/- 200 leucocytes (gamé (gamétocytes compté comptés sé séparé parément) Nombre de parasites asexués comptés x Numération leucocytaire = Nombre de Parasites/µl de sang Nombre de leucocytes comptés GE positive, P. malariae schizontes Frottis sanguin positif, P. malariae trophozoï trophozoïte en bande QUANTIFICATION EN GE 1-9 parasites asexué asexués / 100 champs = parasites asexué asexués / 10 champs = parasites asexué champs = +++ asexués / 1 >10 parasites asexué asexués / 1 champs = ++++ QUANTIFICATION EN FROTTIS Comptage du nombre de globules rouges parasité parasités par des formes asexué asexuées du parasite sur au moins 25 champs microscopiques à l objectif 100 x (50 x). Dé Détermination pré rythrocytes préliminaire du nombre moyen d é d érythrocytes pré présents par champs microscopique 100 x (ou 50 x) Nombre d érythrocytes infectés x 100 = % d hématies parasitées Nombre d érythrocytes observés 7

8 Sur le terrain : GE : Coû Coût - (salaires locaux) Quantification Diffé Différentiation espè espèces mies actives / inactives Peu de chance de rater les parasité parasitémies +++ (sauf séquestration [rare]) : Expertise +++ moins décentralisable Nuits et soiré soirées? Supervision +++ QC+++ Tests rapides : Expertise + plus facilement décentralisable 24h/24h Supervision + QC +++ : Coû Coûts + (importation $) Certaines espè espèces peu diagnostiqué diagnostiquées Persistance de la positivité après tt. positivité aprè mies +++ donnent des FN Sensibilité Sensibilité faible pour parasité parasitémie basse (zone non endé endémiques) Variations de qualité qualité dans les lots Anomalies biologiques évocatrices d une malaria Thrombopé Thrombopénie, Ané Anémie, Bilirubine élevé levée surtout indirecte, LDH élevé levées, Haptoglobine basse. 8

Diagnostic biologique du paludisme

Diagnostic biologique du paludisme COURS DE COLLEGE DES MALADIES INFECTIEUSES MICROBIOLOGIE PARASITOLOGIE Diagnostic biologique du paludisme 01 Mars 2012 Faculté de Médecine de Sousse Principes des techniques utilisées dans le diagnostic

Plus en détail

Performance des tests de diagnostic rapide du paludisme. Bilan des résultats d évaluation des produits par l OMS : Séries 1-3 (2008-2011)

Performance des tests de diagnostic rapide du paludisme. Bilan des résultats d évaluation des produits par l OMS : Séries 1-3 (2008-2011) Performance des tests de diagnostic rapide du paludisme Bilan des résultats d évaluation des produits par l OMS : Séries 1-3 (2008-2011) Performance des tests de diagnostic rapide du paludisme Bilan des

Plus en détail

Mise au point. Test rapide de diagnostic du paludisme : une curieuse discordance.

Mise au point. Test rapide de diagnostic du paludisme : une curieuse discordance. Mise au point Test rapide de diagnostic du paludisme : une curieuse discordance. J. Maslin a, T. Coton b, C. Martinaud a, D. Lignac c, L. Journaux d, F. Grassin e, B. Chagneau f. a Fédération des Laboratoires,

Plus en détail

Results of WHO product testing of Bilan des résultats d évaluation des produits malaria RDTs: Round 4 (2012) par l OMS : Séries 1 5 (2008 2013)

Results of WHO product testing of Bilan des résultats d évaluation des produits malaria RDTs: Round 4 (2012) par l OMS : Séries 1 5 (2008 2013) Performance Malaria Rapid des Diagnostic tests de diagnostic Test Performance rapide du paludisme Results of WHO product testing of Bilan des résultats d évaluation des produits malaria RDTs: Round 4 (2012)

Plus en détail

Table des matières PARTIE THEORIQUE... 2 II.1 Dans le monde II.2 Au Maroc

Table des matières PARTIE THEORIQUE... 2 II.1 Dans le monde II.2 Au Maroc Table des matières PARTIE THEORIQUE... 2 I. INTRODUCTION... 3 II. EPIDEMIOLOGIE... 5 II.1 Dans le monde... 5 II.2 Au Maroc... 6 III. DIAGNOSTIC MORPHOLOGIQUE DES PARASITES... 12 IV. DONNEES DIAGNOSTIQUES

Plus en détail

Le traitement du paludisme d importation de l enfant est une urgence

Le traitement du paludisme d importation de l enfant est une urgence Le traitement du paludisme d importation de l enfant est une urgence Dominique GENDREL Necker-Enfants Malades Traiter en urgence en présence de trophozoïtes Plus de 80% des paludismes d importation en

Plus en détail

UE6 N 166. Paludisme. 1 Bases pour comprendre. Objectifs

UE6 N 166. Paludisme. 1 Bases pour comprendre. Objectifs UE6 N 166 Paludisme Objectifs Connaître les circonstances imposant la recherche d un paludisme et les examens complémentaires permettant de confirmer le diagnostic et d évaluer le retentissement. Connaître

Plus en détail

Apport de la biologie moléculaire au diagnostic des parasitoses

Apport de la biologie moléculaire au diagnostic des parasitoses Apport de la biologie moléculaire au diagnostic des parasitoses M-H H BESSIERES,, S. CASSAING, A. BERRY, R. FABRE, J-F.. MAGNAVAL Service de Parasitologie-Mycologie Diagnostic biologique d une d parasitose

Plus en détail

Paludisme et voyages. Pr Thierry Debord

Paludisme et voyages. Pr Thierry Debord Paludisme et voyages Pr Thierry Debord Priorité pour la santé mondiale Le paludisme sévit dans 99 pays. Plus de 3 milliards de personnes risquent de contracter la maladie. Par rapport à l année 2000 :

Plus en détail

Planches pour le Diagnostic microscopique du paludisme

Planches pour le Diagnostic microscopique du paludisme République Démocratique du Congo Ministère de la Santé Programme National de Lutte Contre le Paludisme Planches pour le Diagnostic microscopique du paludisme Ces planches visent à améliorer le diagnostic

Plus en détail

Diagnostic des Hépatites virales B et C. P. Trimoulet Laboratoire de Virologie, CHU de Bordeaux

Diagnostic des Hépatites virales B et C. P. Trimoulet Laboratoire de Virologie, CHU de Bordeaux Diagnostic des Hépatites virales B et C P. Trimoulet Laboratoire de Virologie, CHU de Bordeaux Diagnostic VHC Dépistage: pourquoi? Maladie fréquente (Ac anti VHC chez 0,84% de la population soit 367 055

Plus en détail

Diagnostic du paludisme : apports des tests de détection antigénique sur bandelette

Diagnostic du paludisme : apports des tests de détection antigénique sur bandelette Diagnostic du paludisme : apports des tests de détection antigénique sur bandelette! A. Paugam* RÉSUMÉ. Depuis quelques années, de nouveaux tests diagnostiques du paludisme sont disponibles. Ils reposent

Plus en détail

UMVF - Université Médicale Virtuelle Francophone. Paludisme. Association Française des Enseignants de Parasitologie et Mycologie (ANOFEL)

UMVF - Université Médicale Virtuelle Francophone. Paludisme. Association Française des Enseignants de Parasitologie et Mycologie (ANOFEL) Paludisme Association Française des Enseignants de Parasitologie et Mycologie (ANOFEL) 2014 1 Table des matières Introduction... 4 1. Agent pathogène... 4 2. Vecteur... 6 3. Cycle... 6 3.1. Chez l'homme...

Plus en détail

Synthèse sur la résistance aux antipaludiques

Synthèse sur la résistance aux antipaludiques Synthèse sur la résistance aux antipaludiques Dr P. Ringwald Global Malaria Programme 1 Résistance aux médicaments antipaludiques Aptitude d une souche de parasite du paludisme à survivre ou à se reproduire

Plus en détail

Paludisme: Diagnostics et médicaments

Paludisme: Diagnostics et médicaments Paludisme: Diagnostics et médicaments Réunion pour supprimer les goulets d étrangement de PSM imposés aux produits de santé de lutte contre le paludisme 18-20 septembre 2012 Tunis, Tunisia Silvia Schwarte

Plus en détail

ABX Pentra DX120. Analyseur d hématologie. 45 paramètres Etaleur-colorateur intégré Système expert de validation

ABX Pentra DX120. Analyseur d hématologie. 45 paramètres Etaleur-colorateur intégré Système expert de validation ABX Pentra DX120 Analyseur d hématologie 45 paramètres Etaleur-colorateur intégré Système expert de validation ABX Pentra DX 120 Au cœur de l hématopoïèse Plate-forme complète de cytologie 120 échantillons

Plus en détail

Document de l expert(e)

Document de l expert(e) Série 00, 2010 Assistante en médecine vétérinaire CFC / Assistant en médecine vétérinaire CFC Connaissances professionnelles CP1, examen écrit Laboratoire Document de l expert(e) Temps imparti 50 minutes

Plus en détail

PATHOLOGIES DIGESTIVES D ELEVAGE LE LABORATOIRE A LA RESCOUSSE. Olivier SARRET Gaëlle LEROUX Laboratoire IDEXX

PATHOLOGIES DIGESTIVES D ELEVAGE LE LABORATOIRE A LA RESCOUSSE. Olivier SARRET Gaëlle LEROUX Laboratoire IDEXX PATHOLOGIES DIGESTIVES D ELEVAGE LE LABORATOIRE A LA RESCOUSSE Olivier SARRET Gaëlle LEROUX Laboratoire IDEXX La manifestation clinique d un trouble digestif en collectivité est peu spécifique de l agent

Plus en détail

GINGIVO-STOMATITES HERPETIQUES: Quels prélèvements et quelles techniques?

GINGIVO-STOMATITES HERPETIQUES: Quels prélèvements et quelles techniques? GINGIVO-STOMATITES HERPETIQUES: Quels prélèvements et quelles techniques? Dr C. ZANDOTTI Laboratoire de Virologie du Pr D. Raoult CHU Timone, Marseille. Virus herpes simplex (HSV) Virus strictement humain,

Plus en détail

LE VIRUS DE L HEPATITE E O. ROUQUET

LE VIRUS DE L HEPATITE E O. ROUQUET LE VIRUS DE L HEPATITE E O. ROUQUET A Historique L analyse rétrospective de foyers épidémiques d hépatite aiguë non A, non B en Inde laisse supposer l existence d un autre type d hépatite virale. Le virus

Plus en détail

REDACTEURS VERIFICATEURS APPROBATEUR DESTINATAIRES Offianan André TOURE Franck REMOUE Participants au projet PALEVALUT

REDACTEURS VERIFICATEURS APPROBATEUR DESTINATAIRES Offianan André TOURE Franck REMOUE Participants au projet PALEVALUT REDACTEURS VERIFICATEURS APPROBATEUR DESTINATAIRES Offianan André TOURE Franck REMOUE Participants au projet PALEVALUT Infirmiersenquêteurs, biologistes Date : 19/08/13 Date : 26/08/13 Date : Objet : La

Plus en détail

Construction de la réponse anticorps spécifique du paludisme chez le jeune enfant : étude combinée de l hôte, du parasite et de leur environnement

Construction de la réponse anticorps spécifique du paludisme chez le jeune enfant : étude combinée de l hôte, du parasite et de leur environnement Construction de la réponse anticorps spécifique du paludisme chez le jeune enfant : étude combinée de l hôte, du parasite et de leur environnement Célia Dechavanne To cite this version: Célia Dechavanne.

Plus en détail

Diagnostic et prise en charge de la toxoplasmose pendant la grossesse

Diagnostic et prise en charge de la toxoplasmose pendant la grossesse Diagnostic et prise en charge de la toxoplasmose pendant la grossesse Pr Ag Rym Ben Abdallah Laboratoire Parasitologie-Mycologie Institut Pasteur Tunis Rappel théorique INTRODUCTION - Zoonose - Due à un

Plus en détail

Tests diagnostiques rapides du paludisme

Tests diagnostiques rapides du paludisme ORGANISATION MONDIALE DE LA SANTE L utilisa utilisation tion des Tests diagnostiques rapides du paludisme Faire reculer le paludisme L utilisa utilisation tion des Tests diagnostiques rapides du paludisme

Plus en détail

Leucémie myéloïde chronique BCR-ABL1 positive (LMC)

Leucémie myéloïde chronique BCR-ABL1 positive (LMC) 3.2 Prédominance de cellules polynucléaires (à noyau segmenté) Leucémie myéloïde chronique BCR-ABL1 positive (LMC) La LMC est caractérisée par la présence du chromosome Philadelphie t(9;22) (q34;q11.2)

Plus en détail

Infections aiguës respiratoires

Infections aiguës respiratoires Infections aiguës respiratoires Apport de la biologie moléculaire Marie-Claude Bernard D I symposium infections aiguës respiratoires 29/03/05 - p.1 Le diagnostic Culture EIA ICT (immunochromato) Immuno

Plus en détail

Diagnostic virologiques des hépatites virales B et C. H. Barth Laboratoire de Virologie, CHU de Strasbourg

Diagnostic virologiques des hépatites virales B et C. H. Barth Laboratoire de Virologie, CHU de Strasbourg Diagnostic virologiques des hépatites virales B et C H. Barth Laboratoire de Virologie, CHU de Strasbourg Objectifs 1. Connaître pour chaque virus des hépatites la cinétique des marqueurs virologiques

Plus en détail

Approches immunologiques potentielles du traitement du paludisme humain

Approches immunologiques potentielles du traitement du paludisme humain Approches immunologiques potentielles du traitement du paludisme humain Claudio Daniel RIBEIRO A l'heure actuelle les différentes possibilités thérapeutiques proposées pour le traitement du paludisme rencontrent

Plus en détail

La maladie de Lyme mars 2014

La maladie de Lyme mars 2014 La maladie de Lyme mars 2014 Il y a sur l internet beaucoup d information erronée et soi disant scientifique concernant la maladie de Lyme. Efforcons nous de mettre les choses au clair. Résumé La maladie

Plus en détail

Guide de surveillance du risque d émergence des virus de la Dengue et du Chikungunya en Tunisie

Guide de surveillance du risque d émergence des virus de la Dengue et du Chikungunya en Tunisie I. INTRODUCTION : Les virus de la Dengue et du Chikungunya sont des arbovirus, dont les principaux vecteurs sont les moustiques de type Aedes albopictus et Aedes aegypti. Le virus du chikungunya est connu

Plus en détail

THÈSE présentée par :

THÈSE présentée par : UNIVERSITÉ FRANÇOIS - RABELAIS DE TOURS ÉCOLE DOCTORALE «Santé, Sciences, Technologies» Service de Parasitologie - Mycologie - Médecine Tropicale, Faculté de Médecine THÈSE présentée par : Kamla MUSTFA

Plus en détail

Dédicace. A la mémoire de mon père ; A ma très chère mère, à mes frères et sœurs ; A toutes les femmes qui ont accepté de participer à l étude ;

Dédicace. A la mémoire de mon père ; A ma très chère mère, à mes frères et sœurs ; A toutes les femmes qui ont accepté de participer à l étude ; UNIVERSITE DE OUAGADOUGOU Unité de Formation et de Recherche en BURKINA FASO UNITE - PROGRES - JUSTICE Sciences de la Vie et de la Terre (UFR / SVT) CERBA/LABIOGENE Département de Biochimie-Microbiologie

Plus en détail

Aspects microbiologiques de la borréliose de Lyme B. Jaulhac

Aspects microbiologiques de la borréliose de Lyme B. Jaulhac Aspects microbiologiques de la borréliose de Lyme B. Jaulhac Laboratoire associé au Centre National de Référence des Borrelia Laboratoire de Bactériologie Hôpitaux Universitaires de Strasbourg Diagnostic

Plus en détail

Stratégies de dépistage biologique des hépatites virales B et C

Stratégies de dépistage biologique des hépatites virales B et C RECOMMANDATION EN SANTÉ PUBLIQUE Stratégies de dépistage biologique des hépatites virales B et C Synthèse avis des groupes de travail et de lecture Et recommandation de la HAS mars 2011 sur La synthèse

Plus en détail

Module sur Paludisme

Module sur Paludisme Module sur Paludisme Destiné au Centre de Santé d Éthiopie (Ethiopian Health Center Team) Gondar Université 2005 1 Module sur Paludisme Destiné au Centre de Santé d Éthiopie En collaboration avec le Centre

Plus en détail

Table Ronde «Prévention et Dépistage»

Table Ronde «Prévention et Dépistage» Table Ronde «Prévention et Dépistage» «L infection à VIH/SIDA en 2013» Conférence organisée par la Ville de Marseille Dr Pervenche Martinet Dr Chantal Vernay Vaïsse 29/11/2013 1 Le dépistage aujourd'hui

Plus en détail

D autres protozoaires intestinaux + Trichomonas vaginalis

D autres protozoaires intestinaux + Trichomonas vaginalis D1-2010 D autres protozoaires intestinaux + Trichomonas vaginalis Marie Machouart Service de Parasitologie Mycologie CHU NANCY Autres protozooses intestinales d importance médicale - par leur fréquence

Plus en détail

56 ème Journée de l Hôpital Claude Bernard Paludisme grave : de la physiopathologie aux nouveautés thérapeutiques

56 ème Journée de l Hôpital Claude Bernard Paludisme grave : de la physiopathologie aux nouveautés thérapeutiques 56 ème Journée de l Hôpital Claude Bernard Paludisme grave : de la physiopathologie aux nouveautés thérapeutiques Sandrine Houzé, Laboratoire de parasitologie - CNR paludisme HUPNVS Hôpital Bichat-Claude

Plus en détail

Série 0, 2012 ... Signatures des experts : Points obtenus : Note* : ... *La note est à reporter sur la feuille d'évaluation finale.

Série 0, 2012 ... Signatures des experts : Points obtenus : Note* : ... *La note est à reporter sur la feuille d'évaluation finale. Procédure de qualification Assistant médical CFC / Assistante médicale CFC Connaissances professionnelles écrites DIAGNOSTIC AU LABORATOIRE Série 0, 2012 No de candidat : Date d'examen :...... Durée de

Plus en détail

LES EXAMENS BIOLOGIQUES EXPLIQUÉS

LES EXAMENS BIOLOGIQUES EXPLIQUÉS LES EXAMENS BIOLOGIQUES EXPLIQUÉS On vient de vous diagnostiquer une leucémie myéloïde chronique (LMC). Il se peut que vous ayez eu une analyse sanguine de routine demandée par votre médecin traitant ou

Plus en détail

Série 00, 2010 Assistante en médecine vétérinaire CFC / Assistant en médecine vétérinaire CFC

Série 00, 2010 Assistante en médecine vétérinaire CFC / Assistant en médecine vétérinaire CFC Série 00, 2010 Assistante en médecine vétérinaire CFC / Assistant en médecine vétérinaire CFC Connaissances professionnelles CP1, examen écrit Laboratoire Name... Vorname... Kandidatennummer... Datum...

Plus en détail

La lutte contre la tuberculose est régie par l arrêté royal du 17 octobre 2002.

La lutte contre la tuberculose est régie par l arrêté royal du 17 octobre 2002. Le diagnostic de la tuberculose bovine La lutte contre la tuberculose est régie par l arrêté royal du 17 octobre 2002. 1. Tuberculination Dans la première phase d une infection de tuberculose bovine (Mycobacterium

Plus en détail

HEPATITES VIRALES 22/09/09. Infectieux. Mme Daumas

HEPATITES VIRALES 22/09/09. Infectieux. Mme Daumas HEPATITES VIRALES 22/09/09 Mme Daumas Infectieux Introduction I. Hépatite aigu II. Hépatite chronique III. Les différents types d hépatites A. Hépatite A 1. Prévention de la transmission 2. Vaccination

Plus en détail

Sérodiagnostic de la polyarthrite rhumatoïde

Sérodiagnostic de la polyarthrite rhumatoïde 1 ETSL Sérodiagnostic de la polyarthrite rhumatoïde TP 1 GABIN-GAUTHIER 13/11/2009 I. LA MALADIE... 2 II. TECHNIQUES QUALITATIVES... 2 1. PRINCIPE... 2 2. MODE OPERATOIRE... 3 2.1. WRST ou Waaler Rose

Plus en détail

INFECTIONS CHEZ LES VOYAGEURS

INFECTIONS CHEZ LES VOYAGEURS INFECTIONS CHEZ LES VOYAGEURS Vignettes 1. Damien 18 ans «babacool» le fils d une de vos patiente, vient vous voir en consultation car il part 1 an en Asie avec son sac à dos. 2. Un jeune couple vient

Plus en détail

Comprendre la formule sanguine complète (FSC)

Comprendre la formule sanguine complète (FSC) Comprendre la formule sanguine complète (FSC) Notre mission Ce que vous devez savoir Dispensateur de services de première ligne et de services spécialisés, le CSSS du Suroît a la responsabilité de maintenir

Plus en détail

Réglementation européenne. enne des dispositifs médicaux m diagnostic in vitro. E. LAFORGERIE 19 juillet 2006

Réglementation européenne. enne des dispositifs médicaux m diagnostic in vitro. E. LAFORGERIE 19 juillet 2006 Réglementation européenne enne des dispositifs médicaux m de diagnostic in vitro E. LAFORGERIE 19 juillet 2006 Historique des réglementationsr Décret du 19 avril 1996 relatif à l enregistrement des réactifsr

Plus en détail

Les méthodes de diagnostic en virologie

Les méthodes de diagnostic en virologie Les méthodes de diagnostic en virologie Pourquoi faire du diagnostic en virologie? Dons de sang, d organes et de tissus (dépistage obligatoire) Suivi biologique des infections (VIH, VHB, VHC) Mesures prophylactiques

Plus en détail

leucémie lymphoïde chronique

leucémie lymphoïde chronique la leucémie lymphoïde chronique S.Taoussi, M.T. Abad Service hématologie, EHS ELCC Blida Ce travail a été réalisé au laboratoire hématologie du CAC Blida avec le soutien du CMNG et du laboratoire de recherche

Plus en détail

Importance du développement des biomarqueurs par un industriel

Importance du développement des biomarqueurs par un industriel Importance du développement des biomarqueurs par un industriel Dr Frédéric Eberlé, responsable médical Roche Diagnostics France Marseille, 27 mars 2015 Terminologie Biomarqueurs, Tests de diagnostic, Tests-compagnons

Plus en détail

Infestation à Toxoplasma gondii, et toxoplamose

Infestation à Toxoplasma gondii, et toxoplamose Fiche technique n 17 2 ème édition Infestation à Toxoplasma gondii, et toxoplamose La toxoplasmose est causée par un parasite qui se multiplie dans l intestin des félidés et dans de nombreuses cellules

Plus en détail

Nouvelles stratégies de dépistage du VIH. Dr Laurent Malato Laboratoire de Virologie CHU Bordeaux Pellegrin 12 Décembre 2011

Nouvelles stratégies de dépistage du VIH. Dr Laurent Malato Laboratoire de Virologie CHU Bordeaux Pellegrin 12 Décembre 2011 Nouvelles stratégies de dépistage du VIH Dr Laurent Malato Laboratoire de Virologie CHU Bordeaux Pellegrin 12 Décembre 2011 Point épidémiologique sur le VIH Dépistage du VIH en France 5 millions de sérologies

Plus en détail

Paludisme 2005. Recommandations nationales Laos, Vietnam, Cambodge

Paludisme 2005. Recommandations nationales Laos, Vietnam, Cambodge Paludisme 2005 Recommandations nationales Laos, Vietnam, Cambodge NH.Tuan IFMT Séminaire du paludisme Déc. 2005 1 Laos National Policy for Malaria Diagnosis and Treatment 1. Use Guidelines for diagnosis

Plus en détail

HépatiteC n 5. onseil. Comprendre mes analyses biologiques

HépatiteC n 5. onseil. Comprendre mes analyses biologiques HépatiteC n 5 onseil Ma maladie traitement Ma vie sociale Mon Comprendre mes analyses biologiques Sommaire ( 1 2 Au vu de mes dernières analyses de sang successives, mon médecin m annonce que je suis porteur

Plus en détail

L anémie hémolytique auto-immune

L anémie hémolytique auto-immune L anémie hémolytique auto-immune La maladie Le diagnostic Les aspects génétiques Le traitement, la prise en charge, la prévention Vivre avec En savoir plus Madame, Monsieur, Cette fiche est destinée à

Plus en détail

TOXOPLASMA. Toxoplasma gondii, agent de la toxoplasmose

TOXOPLASMA. Toxoplasma gondii, agent de la toxoplasmose TOXOPLASMA Toxoplasma gondii, agent de la toxoplasmose 1. Le parasite 1.1. Historique En 1908, à l Institut Pasteur de Tunis, Nicolle et Manceaux découvrent chez un Rongeur, le Gondi, Ctenodactylus gondii,

Plus en détail

PROTEINE URINE (URP) DIMENSIONS KIT REF 39064 F360 Analyseur F560 Analyseur R1 3x100 ml Σ R1 3x100 ml Σ CAL 1x5 ml.

PROTEINE URINE (URP) DIMENSIONS KIT REF 39064 F360 Analyseur F560 Analyseur R1 3x100 ml Σ R1 3x100 ml Σ CAL 1x5 ml. PROTEINE URINE (URP) USAGE PREVU Pour la détermination quantitative in vitro des Protéines Totales dans l urine et le liquide cérébrospinal (CSF). Ce produit est destiné à l utilisation sur les instruments.

Plus en détail

Projet d immersion en communauté 2007. Thème : lutte contre le paludisme dans le cadre d un hôpital périphérique

Projet d immersion en communauté 2007. Thème : lutte contre le paludisme dans le cadre d un hôpital périphérique Projet d immersion en communauté 2007 Thème : lutte contre le paludisme dans le cadre d un hôpital périphérique Participantes : Aurélie Davy Solène Mérandon Sandra Sladoljev 1 Sommaire Généralités...2

Plus en détail

Dosages à réactifs marqués

Dosages à réactifs marqués Dosages à réactifs marqués Principe = réaction Ag-Ac un des deux réactifs (Ag ou Ac) est marqué par un traceur Différentes méthodes selon que le traceur est radioactif (RIA), enzymatique (EIA) ou luminescent

Plus en détail

INACTIVATION PAR LE TRAITEMENT PHOTODYNAMIQUE DES AGENTS PATHOGENIQUES CONTENUS DANS LES PRODUITS SANGUINS CELLULAIRES

INACTIVATION PAR LE TRAITEMENT PHOTODYNAMIQUE DES AGENTS PATHOGENIQUES CONTENUS DANS LES PRODUITS SANGUINS CELLULAIRES RÉSUMÉ EN FRANÇAIS INACTIVATION PAR LE TRAITEMENT PHOTODYNAMIQUE DES AGENTS PATHOGENIQUES CONTENUS DANS LES PRODUITS SANGUINS CELLULAIRES INTRODUCTION : LES DONS SANGUINS ET LES AGENTS INFECTIEUX La production

Plus en détail

Paludisme Actualités 2015 Professeur Pierre Aubry. Mise à jour le 11/01/2015

Paludisme Actualités 2015 Professeur Pierre Aubry. Mise à jour le 11/01/2015 Paludisme Actualités 2015 Professeur Pierre Aubry. Mise à jour le 11/01/2015 1. Introduction : vers l'élimination du paludisme? En 2001, les dirigeants du monde entier ont adopté les Objectifs du Millénaire

Plus en détail

Test direct à l Antiglobuline (TDA ou Coombs direct)

Test direct à l Antiglobuline (TDA ou Coombs direct) Test direct à l Antiglobuline (TDA ou Coombs direct) Mise en évidence par le réactif de Coombs polyspécifique d une fixation des anticorps (Igs) ou des fractions du complément (C3d) sur les hématies du

Plus en détail

Pour utilisation en vue de la préparation et de l isolement de lymphocytes purifiés directement à partir de sang total NOTICE

Pour utilisation en vue de la préparation et de l isolement de lymphocytes purifiés directement à partir de sang total NOTICE Pour utilisation en vue de la préparation et de l isolement de lymphocytes purifiés directement à partir de sang total NOTICE Pour test diagnostique in vitro PI-TT.610-FR-V5 Instructions Utilisation visée

Plus en détail

La toxoplasmose congénitale. Pr. F.Peyron Hôpital de la Croix Rousse Lyon

La toxoplasmose congénitale. Pr. F.Peyron Hôpital de la Croix Rousse Lyon La toxoplasmose congénitale Pr. F.Peyron Hôpital de la Croix Rousse Lyon La toxoplasmose Protozoose cosmopolite très fréquente (45% population en France) Gravité variable selon le terrain Contamination

Plus en détail

FROTTIS CERVICO-UTERIN EN MILIEU LIQUIDE : QUELS AVANTAGES PRATIQUES POUR LE PRATICIEN?

FROTTIS CERVICO-UTERIN EN MILIEU LIQUIDE : QUELS AVANTAGES PRATIQUES POUR LE PRATICIEN? FROTTIS CERVICO-UTERIN EN MILIEU LIQUIDE : QUELS AVANTAGES PRATIQUES POUR LE PRATICIEN? M. Courtade-Saïdi, L. Collin, J. Aziza UF d Histologie-Cytologie - Service d Anatomie Pathologique et Histologie-Cytologie

Plus en détail

Département de Microbiologie Unité de Virologie Hôpital C. Nicolle CHU Rouen

Département de Microbiologie Unité de Virologie Hôpital C. Nicolle CHU Rouen Département de Microbiologie Unité de Virologie Hôpital C. Nicolle CHU Rouen Groupe de Recherche Antimicrobiens et Microorganismes (GRAM) Faculté de Médecine-Pharmacie Université de Rouen Diagnostic virologique

Plus en détail

CHAMP DE PRATIQUE ACTUEL

CHAMP DE PRATIQUE ACTUEL DÉFINITION DU CHAMP DE PRATIQUE : 1. Le champ de pratique de chaque médecin est différent. 2. Le champ de pratique d un médecin est déterminé par les patients qu il traite, par les interventions qu il

Plus en détail

Parasites opportunistes?

Parasites opportunistes? Parasites opportunistes? Marie-Lise Tritten-Arber ARL 3 octobre 2008 Dientamoeba fragilis Blastocystis hominis Dientamoeba fragilis Microorganisme amiboïde Sa pathogénicité divise encore le cercle des

Plus en détail

Hémogramme et cytométrie en flux: présentation des principaux graphiques normaux et modifiés chez le chien et le chat

Hémogramme et cytométrie en flux: présentation des principaux graphiques normaux et modifiés chez le chien et le chat Hémogramme et cytométrie en flux: présentation des principaux graphiques normaux et modifiés chez le chien et le chat Alexandra Briend-Marchal Laboratoire Vebiotel France Introduction La cytométrie en

Plus en détail

PRISE EN CHARGE INAM DES ACTES DE LABORATOIRE CHU_INH 01062015

PRISE EN CHARGE INAM DES ACTES DE LABORATOIRE CHU_INH 01062015 DES ACTES DE LABORATOIRE _INH 01062015 VALEUR de B 100 R: Remboursable PARASITOLOGIE Selles KOP R100 Direct B 8 800 80% 640 160 R R104 Méthode de concentration B 10 1 000 80% 800 200 R Sang R101 Frottis

Plus en détail

Parasitologie moléculaire

Parasitologie moléculaire Parasitologie moléculaire Loïc Rivière Université Bordeaux Segalen Laboratoire de Microbiologie Fondamentale et Pathogénicité UMR CNRS 5234 Chap I Introduction à la parasitologie moléculaire: Approches

Plus en détail

Les virus dans les aliments : un nouveau défi pour les laboratoires de microbiologie

Les virus dans les aliments : un nouveau défi pour les laboratoires de microbiologie : un nouveau défi pour les laboratoires de microbiologie Véronique ZULIANI, Institut de la Filière Porcine Jean Christophe Augustin, ENVA, ASA Qu est ce qu un virus? Microorganisme de 15 à 40 nm Environ

Plus en détail

3. METHODES ALTERNATIVES

3. METHODES ALTERNATIVES POURQUOI? Inconvénients des méthodes classiques Besoins: Rapidité Précision Faible coût Spécificité Principe des méthodes alternatives: pas de mise en culture LES ACTIVITES ENZYMATIQUES PHOSPHATASES 4-paranitrophényl

Plus en détail

TOXOPLASMOSE HUMAINE INTERPRETATION DES RESULTATS DU DIAGNOSTIC BIOLOGIQUE

TOXOPLASMOSE HUMAINE INTERPRETATION DES RESULTATS DU DIAGNOSTIC BIOLOGIQUE TOXOPLASMOSE HUMAINE INTERPRETATION DES RESULTATS DU DIAGNOSTIC BIOLOGIQUE Dr Fatma Saghrouni Laboratoire de Parasitologie CHU F. Hached Sousse INTRODUCTION Toxoplasmose: Contamination post-natale = toxoplasmose

Plus en détail

Septin9 UNE AVANCÉE DANS LA DÉTECTION DU CANCER COLORECTAL UNE SIMPLE ANALYSE SANGUINE VOUS DONNERA UNE RÉPONSE. Fier commanditaire de

Septin9 UNE AVANCÉE DANS LA DÉTECTION DU CANCER COLORECTAL UNE SIMPLE ANALYSE SANGUINE VOUS DONNERA UNE RÉPONSE. Fier commanditaire de Septin9 UNE AVANCÉE DANS LA DÉTECTION DU CANCER COLORECTAL UNE SIMPLE ANALYSE SANGUINE VOUS DONNERA UNE RÉPONSE Fier commanditaire de 1 TEST DE DÉPISTAGE SEPTIN9 Votre professionnel de la santé peut utiliser

Plus en détail

LA PRISE EN CHARGE DU PALUDISME GRAVE

LA PRISE EN CHARGE DU PALUDISME GRAVE GUIDE PRATIQUE Troisième édition LA PRISE EN CHARGE DU PALUDISME GRAVE TRAITEMENT DU PALUDISME GRAVE Toutes les formes de paludisme grave chez l adulte et l enfant Artésunate 1 2,4 mg/kg de poids corporel

Plus en détail

ET SA GÉNÉTIQUE. Dr Dominique RIGAL - EFS de Lyon et Pr Luc CHABANNE - ENV de Lyon

ET SA GÉNÉTIQUE. Dr Dominique RIGAL - EFS de Lyon et Pr Luc CHABANNE - ENV de Lyon LE SYSTÈME DE GROUPE SANGUIN CHEZ LE CHAT ET SA GÉNÉTIQUE Dr Dominique RIGAL - EFS de Lyon et Pr Luc CHABANNE - ENV de Lyon I/ LE SYSTÈME DE GROUPE SANGUIN CHEZ LE CHAT Le système de groupe sanguin du

Plus en détail

D après vous, à qui pourraient appartenir ce(s) sang(s)? Comment pourrait-on le(s) identifier?

D après vous, à qui pourraient appartenir ce(s) sang(s)? Comment pourrait-on le(s) identifier? TP Etude du sang Sur la scène de crime, nous avons retrouvé différents échantillons de sang (sur la victime, à côté d elle, sur la lame de scie, dans des tubes à essai). On se propose de déterminer la

Plus en détail

Institut Supérieur d Ostéopathie de Lille

Institut Supérieur d Ostéopathie de Lille N de Table : ISO2 PATHOLOGIES INFECTIEUSES & NOTIONS D INFECTIOLOGIE 1 ère Session M. MABON 18/06/2013 (Durée : 2h) Partie 1 : QCM (10 questions) sur 20 points Chaque question peut avoir une à 5 réponses

Plus en détail

Technologie d analyses biomédicales (140.B0)

Technologie d analyses biomédicales (140.B0) Technologie d analyses biomédicales (140.B0) Description - cours de la formation générale Éducation physique (109) 109-101-MQ Activité physique et santé Le cours vise à analyser sa pratique de l activité

Plus en détail

La dengue. La dengue est une arbovirose due au virus DENGUE (4 sérotypes)

La dengue. La dengue est une arbovirose due au virus DENGUE (4 sérotypes) la DENGUE 1 La dengue La dengue est une arbovirose due au virus DENGUE (4 sérotypes) Arbovirose: Maladies transmises entre vertébrés par l intermédiaire d arthropodes hématophages La plus fréquente des

Plus en détail

CONTROLE ET SECURITE DES MEDICAMENTS DE MICRO-IMMUNOTHERAPIE LABO LIFE

CONTROLE ET SECURITE DES MEDICAMENTS DE MICRO-IMMUNOTHERAPIE LABO LIFE CONTROLE ET SECURITE DES MEDICAMENTS DE MICRO-IMMUNOTHERAPIE LABO LIFE Les médicaments de Micro-Immunothérapie Labo Life sont notifiés en tant que médicaments homéopathiques auprès de différentes instances

Plus en détail

Coloration de Perls. 1. Technique et interprétation générale. 2. Résultats et interprétation

Coloration de Perls. 1. Technique et interprétation générale. 2. Résultats et interprétation Coloration de Perls 1. Technique et interprétation générale Met en évidence les complexes insolubles contenant du fer: hémosidérine, granules de Pappenheimer, mitochondries surchargées en fer. La ferritine

Plus en détail

Toxo KO: Un vaccin recombinant vivant pour la prévention de la toxoplasmose congénitale de la brebis

Toxo KO: Un vaccin recombinant vivant pour la prévention de la toxoplasmose congénitale de la brebis Toxo KO: Un vaccin recombinant vivant pour la prévention de la toxoplasmose congénitale de la brebis UMR INRA-Université 0483, Immunologie Parasitaire et Vaccinologie, Biothérapies Anti-infectieuses, 37200

Plus en détail

Le dilemme d'une réponse immunitaire efficace

Le dilemme d'une réponse immunitaire efficace Le dilemme d'une réponse immunitaire efficace Pathogène Réponse spécifique - Adaptée - Mémoire Complément Macrophages NK Lymphocytes B Lymphocytes T 1) Distinguer "le soi" du "non soi" 2) Réarrangements

Plus en détail

Dépistage et diagnostic de l infection VIH: place des autotests. Véronique Lemée Virologie CHU Rouen

Dépistage et diagnostic de l infection VIH: place des autotests. Véronique Lemée Virologie CHU Rouen Dépistage et diagnostic de l infection VIH: place des autotests Véronique Lemée Virologie CHU Rouen Diversité génétique des VIH SIVsm SIVgor SIVcpz I Au moins 13 transmissions du singe à l Homme 2 types

Plus en détail

Formule sanguine et frottis périphérique. Rappels

Formule sanguine et frottis périphérique. Rappels Formule sanguine et frottis périphérique Rappels 1. Formule sanguine (= hémogramme) Actuellement automatisée : Globules rouges: Numération érythrocytaire Détermination de l hématocrite Taux d hémoglobine

Plus en détail

ASSURER UN TRAITEMENT APPROPRIE DU PALUDISME SIMPLE: PROGRAMME DE FORMATION POUR LE PERSONNEL DE SANTE

ASSURER UN TRAITEMENT APPROPRIE DU PALUDISME SIMPLE: PROGRAMME DE FORMATION POUR LE PERSONNEL DE SANTE ASSURER UN TRAITEMENT APPROPRIE DU PALUDISME SIMPLE: PROGRAMME DE FORMATION POUR LE PERSONNEL DE SANTE Par REACT Cameroun Novembre 2010 Institutions Collaboratrices Université de Yaoundé I, Cameroun London

Plus en détail

Article : la maladie aléoutienne chez le furet

Article : la maladie aléoutienne chez le furet Article : la maladie aléoutienne chez le furet Définition : La maladie aléoutienne ou ADV est due à un parvovirus qui affecte le vison, le furet, la mouffette, le raton laveur et probablement d autres

Plus en détail

L immunoenzymologie. Technique puissante couramment utilisée e en recherche et en diagnostic cificité des anticorps pour leurs nes

L immunoenzymologie. Technique puissante couramment utilisée e en recherche et en diagnostic cificité des anticorps pour leurs nes L immunoenzymologie Technique puissante couramment utilisée e en recherche et en diagnostic Basée e sur la très s grande spécificit cificité des anticorps pour leurs antigènes nes Test qualitatif Détection

Plus en détail

Objet : Changements importants relatifs aux épreuves de détection qualitative et quantitative de l ARN du virus de l hépatite C (VHC)

Objet : Changements importants relatifs aux épreuves de détection qualitative et quantitative de l ARN du virus de l hépatite C (VHC) PAR COURRIER ÉLECTRONIQUE Le 29 juillet 203 Aux responsables des laboratoires de microbiologie Aux médecins microbiologistes-infectiologues Aux médecins gastroentérologues et hépatologues Aux assistants-chefs

Plus en détail

Le dépistage du VIH. technologies et approches. Présenté par : Marc André LeBlanc Date : jeudi 21 novembre 2013, 13 h à 14 h HNE

Le dépistage du VIH. technologies et approches. Présenté par : Marc André LeBlanc Date : jeudi 21 novembre 2013, 13 h à 14 h HNE Le dépistage du VIH au Canada : technologies et approches Présenté par : Marc André LeBlanc Date : jeudi 21 novembre 2013, 13 h à 14 h HNE Objectifs 1. Discuter des différentes technologies servant au

Plus en détail

2 ) LE SYSTEME ABO : Le système de groupes érythrocytaires (= premier groupe tissulaire) a été découvert grâce aux travaux de Landsteiner en 1900.

2 ) LE SYSTEME ABO : Le système de groupes érythrocytaires (= premier groupe tissulaire) a été découvert grâce aux travaux de Landsteiner en 1900. 04.01.00. GROUPES SANGUINS Dr Deschamps 1 ) DEFINITION : a) Groupe : Ensemble d individus qui ont un caractère en commun et se distinguent ainsi des autres. b) Sanguin : Concerne une cellule ou une molécule

Plus en détail

Leucémie. Causes, Facteurs de risques

Leucémie. Causes, Facteurs de risques Leucémie La leucémie ou cancer du sang ou leucose aiguë des organes hématopoïétiques(sang, rate, ganglions, moelle osseuse) est un type de cancer qui entraîne la fabrication par l organisme d un trop grand

Plus en détail

le profil épidémiologique des infections urinaires au CHR de Tétouan en 2014

le profil épidémiologique des infections urinaires au CHR de Tétouan en 2014 le profil épidémiologique des infections urinaires au CHR de Tétouan en 2014 Dr Saad AJBAR médecin interne du CHR de Tétouan Association des médecins de la santé publique de Tétouan 7éme journée scientifique

Plus en détail

Les tests diagnostiques rapides du paludisme (TDR)

Les tests diagnostiques rapides du paludisme (TDR) Comment utiliser Les tests diagnostiques rapides du paludisme (TDR) MALARIA Rapid Diagnostic Test for P. falciparum malaria Device Pf Un guide pour la formation au niveau du village et du district Modifié

Plus en détail

Rapport final d évaluation des tests rapides d orientation diagnostique TROD. des virus influenza A et B

Rapport final d évaluation des tests rapides d orientation diagnostique TROD. des virus influenza A et B des Virus, HCL GROUPEMENT HOSPITALIER EST Centre de Biologie & Pathologie Est Institut de Microbiologie CNR des virus -HCL 59 boulevard Pinel- 69677 Bron cedex France Tel. 04 72 12 96 17 Fax : 04 72 12

Plus en détail

Lame de formation 11-11-HD

Lame de formation 11-11-HD Février 2012 Lame de formation 11-11-HD Avec l enquête 11-11-HD, une lame supplémentaire de formation a été offerte par le CSCQ. Ce document représente la totalité du commentaire de notre expert Dr P.

Plus en détail

Version 2.0 : 17 décembre 2014

Version 2.0 : 17 décembre 2014 Gestion de la santé au travail : mesures à prendre pour le traitement des travailleurs de la santé qui ont eu des contacts ou des contacts étroits avec la maladie à virus Ebola (MVE) Version 2.0 : 17 décembre

Plus en détail

Comment se manifeste cette maladie? Comment repérer la séropositivité au SIDA? -> Discussion préparatoire.

Comment se manifeste cette maladie? Comment repérer la séropositivité au SIDA? -> Discussion préparatoire. I.7 Immunologie 1/4. Le SIDA Le système immunitaire est l ensemble des cellules et tissus d un individu pouvant s opposer à la pénétration et à l infection par des micro-organismes. Les moyens «de défense»

Plus en détail